Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174

 | 
Abbès Zouache

Chapitre V

Les combats (1)

Entrées d'index

Mots clés :

armée, armement

Géographique :

Syrie

Note de l’éditeur

Pour des raisons éditoriales, le Chapitre V est scindé en trois documents.
Voir le texte de Les combats (2)
Voir le texte de Les combats (3)

Texte intégral

1La guerre possède de multiples visages que les sources, au Moyen Âge, nous permettent souvent de simplement entrevoir. Phénomènes majeurs, les arrivées des Turcs puis des Croisés sur les champs de bataille syriens, à la fin du Ve/XIe siècle, transformèrent ces visages. Il semble bien que la guerre changea en partie de nature. Assurément, elle changea d’échelle. Peu à peu, au fil du VIe/XIIe siècle, les sociétés musulmanes et chrétiennes, déjà foncièrement au service de leurs élites militaires, se mobilisèrent pour répondre à l’effort incessant qui leur était demandé. Car l’ensemble des hommes et des femmes furent touchés, à des degrés divers, selon les moments, selon les pratiques qui étaient privilégiées.

2Les stratégies suivies par les différents belligérants sont étroitement liées aux mentalités qui avaient cours. Progressivement, les musulmans cessèrent de se limiter à la défensive. La guerre alors visait avant tout la défense ou la conquête des places fortes qui dominaient les voies de communication et les plaines céréalières. Elles permettaient, le cas échéant, de réagir promptement aux nombreuses opérations que l’existence de zones frontières fluctuantes favorisait. La victoire sur le champ de bataille, même, n’avait de sens que dans la mesure où le vainqueur s’emparait ensuite des points stratégiques du vaincu – villes fortifiées, forteresses et châteaux. Coûteuses en hommes et en argent, les batailles n’étaient pas systématiquement recherchées, même si on s’affronta bien plus souvent au Proche-Orient qu’en Occident.

3La période fut marquée par une professionnalisation et une efficacité croissantes des armées. Tous les belligérants tentèrent de s’adapter aux défis générés par la multiplication des affrontements. En découla une adaptation des techniques de combat.

I. Politique et stratégies générales

1. Généralités

  • 1  Par exemple H. Delbrück, sur lequel voir R. C. Smail, Crusading warfare, p. 18 ; F. Lot, L’art mil (...)
  • 2  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 457, à propos des Francs et de Nūr al-dīn devant Ḥārim (an 557).
  • 3  Parfois même déconsidéré pour des raisons religieuses : hormis la guerre au service de la cause di (...)

4On a depuis longtemps fait justice des réserves des historiens en matière de stratégie médiévale1. Il suffit par exemple de parcourir les chroniques pour s’apercevoir que les chefs militaires visaient souvent l’effet de surprise, en permanence la dissymétrie. L’affrontement en tant que tel n’était pas recherché à tout prix ; il n’était vu que comme l’un des moyens de parvenir à l’objectif fixé2. Il était même souvent différé3, car la perte des soldats coûtait cher : il fallait les remplacer, ce qui impliquait de recruter des mercenaires ou, en terre d’islam, d’acheter un esclave auquel il fallait longtemps inculquer les connaissances nécessaires à l’exercice de la guerre.

  • 4  Al-Harawī, al-Taḏkira al-harawiyya, p. 4 (texte arabe), p. 219 (trad.) rapporte une très belle for (...)
  • 5 Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, passim : voir notamment les chapitres 2, 3, 4, 5, 13, 15. Voir également (...)
  • 6 ‘Imāra, mot qui désigne le fait de conserver quelque chose en (bon) état, de l’entretenir, de le fa (...)
  • 7  Al-Harawī, loc. cit.
  • 8  Ibn al-Aṯīr, surtout Bāhir, p. 76 sq. (Zankī), p. 173-174 (Nūr al-dīn) ; Guillaume de Tyr, Histori (...)

5Est-ce la raison (le « coût » de l’homme, mais aussi des chevaux, d’une campagne…) pour laquelle les textes laissent souvent entrevoir un goût immodéré pour des stratégies défensives4 ? D’al-Harṯamī à al-Harawī, le discours change peu, les qualités du chef de guerre (pour le premier) et du bon souverain (pour le second) demeurent les mêmes : prudence et patience, constance et expérience. Deux des vocables les plus utilisés par al-Harṯamī, par exemple, sont al-ḥiḏr (ou ḥaḏar) et al-taḥarruz qui renvoient à l’idée de se tenir sur ses gardes, d’être prudent, précautionneux5. Et même si al-Harawī ne se penche pas vraiment sur l’attitude à adopter face à l’ennemi, il rappelle au sultan que ce qui compte, plus même que de faire la guerre, c’est « le maintien6 des frontières de l’empire des unitaires7 ». Il est vrai qu’au contraire, les chroniqueurs (qu’ils soient arabes ou latins), exaltent souvent l’offensive, si souvent même qu’ils semblent l’ériger en règle absolue. Pourtant, à bien y regarder, parmi les qualités qu’ils exigent des chefs de guerre qu’étaient les souverains, tous mettent la prudence et la sagesse au premier plan. En cela, les portraits de Zankī et de Nūr al-dīn brossés par Ibn al-Aṯīr valent bien ceux que Guillaume de Tyr consacre à chaque nouveau souverain latin8.

6Évidemment, le bon souverain ne devait pas se contenter de ces qualités. Toute une palette de stratégies s’offrait à lui dont il devait savoir jouer en fonction des nécessités du moment. Sur le terrain, les chefs de guerre en pratiquèrent un grand nombre : éviter l’affrontement, certes, mais également le provoquer lorsque l’adversaire montrait qu’il n’osait croiser le fer : la peur l’avait gagné. Organiser une campagne en fonction des points faibles de l’ennemi. En campagne, se contenter de tourner autour de lui, le harceler, le narguer, l’épuiser ; l’affronter enfin lorsque l’heure était arrivée. Décider d’assiéger une place plutôt qu’une autre parce que l’on savait que si elle tombait le moral de toute l’armée de l’adversaire s’écroulerait et, de là, sa résistance. Soigneusement préparer une expédition, par exemple en décrétant un embargo sur les exportations de matières premières (ou, pis, sur les grains) vers la ville que l’on avait décidé d’assiéger. Plus simplement, couper les lignes stratégiques par lesquelles le ravitaillement des armées était assuré ou menacer directement les sources d’approvisionnement.

  • 9  Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, op. cit., p. 365.

7Mais, avant tout, il fallait chercher à s’emparer d’une place forte. La bataille elle-même, en soi, ne trouvait sa raison d’être que dans ces conquêtes. À une époque où les frontières étaient mal définies et mouvantes, contrôler un territoire, c’était s’installer, selon son rang, dans une ville fortifiée, une forteresse ou un château. Dans le domaine franc, chaque seigneur y résidait. En territoire musulman, une simple garnison y veillait : les émirs résidaient dans la capitale aux côtés du souverain. Faire la guerre, c’était avant tout s’emparer de points stratégiques sans la possession desquels on ne pouvait réagir en cas d’invasion, sur lesquels on s’appuyait lorsque l’heure était à l’offensive. Seule la conquête de la capitale d’un État permettait de s’en rendre totalement maître. C’est ainsi qu’une fois installé à Damas, Nūr al-dīn put disposer de l’ensemble de la principauté bouride. Mais, au VIe/XIIe siècle, ce fait demeura exceptionnel. Dans leur grande majorité, les opérations de guerre qui ne se limitaient pas à des raids de déprédations aboutirent à la perte de telle ou telle place forte qui contrôlait telle ou telle plaine, telle ou telle route. Le souverain qui avait perdu cette place s’en trouvait affaibli ; il n’avait de cesse de la récupérer, pour autant que sa situation le lui permît. C’est ainsi que tous les acteurs militaires paraissent inlassablement avoir eu pour objectif un affaiblissement progressif de l’adversaire plutôt que son élimination. On a pu parler de « guerre d’usure9 ». Néanmoins, il y eut quelques exceptions telles que les croisades, les expéditions sultanales de la deuxième décennie du XIIe siècle en théorie, les campagnes égyptiennes de Šīrkūh et d’Amaury qui visaient à conquérir un pays et éliminer une dynastie.

8Maîtriser des territoires : il en allait de la survie d’un souverain. Les structures socio-économiques lui imposaient de disposer de suffisamment de terres, d’une part pour en tirer des revenus d’origine diverse (agricole, mais pas seulement), d’autre part pour pouvoir les distribuer à ses affidés, fieffés francs et muqṭa‘-s musulmans. Eux entretenaient des soldats qui ensuite les servaient à leur demande. Le système avait l’avantage de la souplesse ; les souverains se déchargeaient du poids (notamment fiscal et administratif) trop lourd qu’aurait constitué une armée permanente pléthorique en garnison dans leur capitale.

  • 10 Sur tout ceci, M. Köhler, Allianzen und Verträge zwischen fränkischen und islamischen Herrschern im (...)

9Conquérir des territoires, certes. Néanmoins, les belligérants interrompaient régulièrement leurs affrontements. Un modus videndi était adopté, le partage des revenus d’une région céréalière décidé. Parfois, la trêve permettait à l’un des souverains qui l’avait signée d’avoir les mains libres sur un autre front. Ce fut le cas en 555/1160 : la trêve de deux ans conclue par Nūr al-dīn avec le royaume de Jérusalem lui laissa toute latitude pour aller guerroyer en Syrie du Nord. Le plus souvent, cependant, pendant les deux premières décennies du XIIe siècle, elle marquait la supériorité d’un camp sur l’autre. Les Bourides furent forcés, à bien des reprises, d’accepter des conditions désavantageuses par nécessité – cela leur coûtait moins cher que d’être en guerre10. À la fin de la période qui nous occupe, au contraire, les accords furent de plus en plus souvent la marque de l’infériorité des Francs face à Nūr al-dīn. Après avoir pris Banyas, en ḏū l-ḥiǧǧa 559/octobre 1164, ce prince put ainsi imposer à Jérusalem le partage des revenus du district de Tibériade.

10La guerre était également faite d’alliances de toutes sortes. Offensives, elles liaient nécessairement, en théorie, des coreligionnaires. Mawdūd et Ṭuġtakīn menèrent ainsi ensemble leurs troupes à la victoire, à Ṣinnabra, le 11 muḥarram 507/28 juin 1113. Mais la plupart des alliances furent défensives. C’est ainsi que les Égyptiens sollicitèrent à plusieurs reprises le soutien du maître de Damas pour défendre leurs cités côtières. Malgré leurs dissensions séculaires, Alépins et Damascènes tentèrent de s’unir contre l’ennemi franc après la mort de Riḍwān. Sans succès d’ailleurs.

11Francs et musulmans s’entendirent lorsque la nécessité s’en fit ressentir. En 508/1115, lorsque l’armée de Bursuq vint menacer tout à la fois les Francs, Ṭuġtakīn et Īl-Ġāzī, ces derniers n’hésitèrent pas à faire front aux côtés de Roger d’Antioche. Mais ce furent les ambitions de Zankī et surtout de Nūr al-dīn qui suscitèrent les rapprochements les plus durables entre Francs et musulmans. Des rapprochements d’ailleurs efficaces puisque Zankī ne put jamais s’emparer de Damas. Pourtant nettement supérieur aux Damascènes, son fils dut patienter huit ans avant d’y entrer en maître.

  • 11  « La croisade : l’évolution des conceptions et des stratégies », dans A. V. Murray (éd.), From Cle (...)

12Après la première croisade, les Francs s’emparèrent sans difficulté de larges pans du territoire syrien. L’initiative leur appartenait, mais le rapport de force se renversa lentement, à partir de Zankī, alors que l’enthousiasme de la croisade s’étiolait dans leurs rangs. L’évolution des « conceptions et des stratégies », selon l’expression de Jean Richard11, est bien connue dans le domaine franc ; nous ne nous étendrons guère. En revanche, il n’est pas inintéressant de revenir un peu plus longuement sur le processus qui permit aux musulmans de devenir suffisamment offensifs pour, à la mort de Nūr al-dīn, menacer le prince d’Antioche et le comte de Tripoli aux abords même de leurs capitales.

2. Les Francs

2.1. La première croisade

  • 12 La bibliographie est immense. Voir notamment J. Riley-Smith, The First Crusade and the Idea of Crus (...)
  • 13 H. E. J. Cowdrey, « Pope Gregory VII’s crusading plans of 1074 », dans B. Z. Kedar, H. E. Mayer et (...)
  • 14  J. Flori, La première croisade. L’Occident chrétien contre l’islam, Paris, 1997, p. 28.
  • 15  Les autres témoignages sont ceux de Robert le Moine, de Baudri de Dol et de Geoffroy de Vendôme (t (...)
  • 16 Historia, RHC, Occ., t. III, p. 323-324.
  • 17  Anne Comnène, Alexiade, par exemple XI, III, 3 et passim.

13On s’est longtemps interrogé sur le caractère exceptionnel de la croisade, née d’un projet développé par Urbain II qui, finalement, lui avait échappé12. En fait, il est probable que ce pape s’inspirait des conceptions prônées avant lui par Grégoire VII qui dès 1074 réclamait des troupes aux princes, ses vassaux13. Quels furent les objectifs assignés au « pèlerinage armé » qu’il appela de ses vœux, nous l’ignorons. Son discours de Clermont ne nous est parvenu qu’à travers les reproductions tronquées des chroniqueurs. Aucune des versions qu’ils proposent ne concorde ; il est donc vain de tenter de le reconstituer14. Seule certitude, Urbain II prêcha bien aux participants l’organisation d’une expédition destinée à se rendre en Terre sainte afin de libérer leurs frères chrétiens du joug païen. La difficulté essentielle tient au thème de la libération des lieux saints. À aucun moment, dans le discours transmis par Foucher de Chartres qui était sans doute présent lors de l’homélie du pape, il n’est question de Jérusalem15. Il s’agissait seulement de « se porter au secours des […] frères qui habitent les pays orientaux16 ». Dans ce cadre, les armées de la croisade devaient essentiellement apporter leur soutien à l’empereur byzantin dans sa lutte contre l’infidèle turc. C’est ainsi, en tout cas, qu’Alexis Comnène semble les avoir perçues. En général, il traita les Croisés comme des mercenaires. La plupart des barons ne se firent d’ailleurs pas faute d’accepter ses présents17.

  • 18 R. J. Lilie, Byzantium and the crusader states, 1096-1204, Oxford, 1993. La conquête turque n’était (...)
  • 19  J. France, « La stratégie arménienne de la première croisade », dans Les Lusignans et l’Outre-Mer. (...)
  • 20  G. Dédéyan, Les Arméniens, p. 671 sq.

14Avant Antioche, eux-mêmes agissaient en étroite collaboration avec les troupes de l’empereur dont ils se considéraient peu ou prou les féaux : la plupart n’avaient-ils pas accepté de devenir ses vassaux ? Lui entendait les utiliser pour reconquérir ou réoccuper au détriment des Turcs les terres perdues18. C’est sous sa direction que les barons se réunirent, après la prise de Nicée, à Pelekanon afin d’arrêter une stratégie commune. Raymond de Saint-Gilles seul, qui avait auparavant refusé de lui prêter serment de vassalité, n’y participa pas. On décida de poursuivre à travers l’Asie Mineure jusqu’à Antioche. Un corps byzantin, dirigé par Tatikios, accompagnerait les Croisés. L’itinéraire choisi traversait le plateau anatolien ; c’était celui que les armées byzantines empruntaient lorsqu’elles allaient guerroyer contre les Arabes deux siècles plus tôt. Un certain nombre de villes et de places fortes le jalonnaient – Dorylée, Laodicée, Iconium (Konya), Héraclée… Après cette dernière ville, le gros de l’armée remonta vers le nord, jusqu’à Césarée, d’où enfin elle repiqua au sud, et traversa l’Anti-Taurus qui était peuplé de populations arméniennes accueillantes. Incontestablement, une « stratégie arménienne » avait été choisie, sans doute pour des raisons logistiques19. Baudouin et Tancrède, pour leur part, empruntèrent la voie plus courte qui passait par la Cilicie. C’est là, devant Tarse, qu’ils s’affrontèrent20. Leurs ambitions territoriales en révélaient d’autres qui allaient rapidement s’exprimer. Bientôt, Baudouin allait même abandonner les Croisés pour se rendre à Édesse, où Thoros l’appelait, et y créer le comté d’Édesse.

  • 21 Histoire anonyme de la première croisade, p. 161-162.

15À Antioche, la stratégie byzantine se fissura. Le siège dura sept mois pendant lesquels on attendit vainement l’armée d’Alexis Ier. Au lendemain même de la victoire sur Karbūqā, Hugues le Grand et Baudouin de Hainaut furent envoyés21

  • 22  L’Anonyme ne cite qu’Hugues le Grand. Voir Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. III, L. I, (...)

« trouver l’empereur à Constantinople pour qu’il vînt recevoir la ville et exécuter les conventions conclues avec eux. Il22 partit, mais ne revint pas ».

  • 23  J. Richard, « La croisade … », loc. cit., p. 5 ; A. C. Krey, « Urban’s crusade : success of failur (...)

16La conclusion laconique de l’Historien anonyme montre bien à quel point l’entente avec l’empereur byzantin s’était alors lézardée. Les Croisés se trouvaient désormais déliés de leur engagement de livrer toute cité conquise à l’empereur. À nouveau, ils en étaient réduits à eux-mêmes23. Plus que jamais, alors, l’absence de commandement unifié se fit ressentir. Nulle vision stratégique ne semble avoir dominé. Entre la victoire sur Karbūqā, le 28 juin 1098, et le départ de Raymond de Saint-Gilles pour Jérusalem, six mois s’écoulèrent. Six mois pendant lesquels, de toute évidence, on n’envisagea pas forcément de poursuivre l’expédition.

  • 24 Fragmentum historiae Andegavensis, éd. L. Halphen et R. Poupardin, Chroniques des comtes d’Anjou et (...)

17Pourtant la libération de Jérusalem avait bien été évoquée par Urbain II au cours de ses prédications de croisade. Le comte d’Anjou Foulques le Réchin n’écrivait-il pas, à l’occasion de sa venue à Angers, en 1096, qu’il24

« exhorta nos gens à partir pour Jérusalem afin de chasser par la force le peuple païen qui avait pris possession de cette ville et de tous les territoires des chrétiens jusqu’à Constantinople » ?

  • 25  Voir les tentatives d’explication de J. Richard, Histoire des croisades, op. cit., p. 68-75.
  • 26  J. Richard, ibid., p. 73, parle de la « perplexité » des chefs croisés.
  • 27  La lettre est datée par le comte Riant, « Inventaire des lettres historiques des croisades », Arch (...)
  • 28  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 141, parle de Raymond de Saint-Gilles.

18Mais Jérusalem fut oubliée un temps, d’autant plus que le légat du pape, Adhémar de Monteil, qui exerçait une autorité morale sur l’ensemble des Croisés, fut emporté par la maladie, le 1er août 1098. De nombreuses interprétations de cette « parenthèse » de la croisade ont été proposées25. On peut même se demander, à lire la lettre que les chefs de la croisade envoyèrent, le 11 septembre, au pape Urbain II, s’ils n’étaient pas déboussolés26. Ils l’y conjuraient de venir les rejoindre afin de terminer la tâche qu’il leur avait assignée. De mettre fin à « sa guerre ». Alors le « pèlerinage » vers Jérusalem reprendrait-il27. Quant à eux, qui, au sortir de la conquête d’Antioche, avaient retardé leur départ au prétexte que les fortes chaleurs ne permettaient pas de voyager, ils semblent s’être surtout préoccupés de conquêtes. Elles se déroulèrent dans plusieurs directions. Autour d’Édesse où Baudouin, riche de l’or qu’on lui fournissait, réussit à attirer nombre de chevaliers désargentés (dont son frère Godefroy). En Cilicie où Bohémond se rendit. Au nord-est d’Antioche, en pleine principauté alépine : Godefroy tenta vainement, avec l’aide de Raymond de Saint-Gilles, de s’emparer de A‘zāz où son gouverneur, brouillé avec Riḍwān, l’avait appelé28. Au sud d’Antioche où Raymond obtint les résultats les plus probants : al-Bāra fut conquise, un évêque latin installé, preuve que Raymond cherchait bien à créer une seigneurie indépendante sur les contreforts du Ǧabal al-Summāq et dans le Rūǧ. Ma‘arrat al-Nu‘mān vint s’y ajouter le 12 décembre 1098.

  • 29  Cl. Cahen, loc. cit.
  • 30  J. Richard, Le comté de Tripoli, op. cit., p. 10.

19Doit-on voir ces expansions sous le signe de la cohérence ? Il est difficile de l’affirmer. Simplement, il semble qu’un certain partage des environs d’Antioche avait été réalisé alors même que le siège de cette ville n’était pas terminé : le moyen ‘Afrīn au comte de Flandre, le Rūǧ et le Ǧabal al-Summāq aux Provençaux, le Bas-Oronte à Bohémond, les environs de ‘Imm et de Ḥārim à Tancrède29. Dans tous les cas, aucune véritable attaque ne fut menée contre Alep. De toute façon, il fallut repartir sous la pression populaire. On s’attarda quelque peu en chemin, à ‘Arqa notamment, assiégée pendant trois mois. Il semble bien que Raymond de Saint-Gilles, qui avait pris l’engagement de ne pas retourner en Occident, avait déjà pour idée de créer un État autour de Tripoli30. Mais le peuple insistait : Jérusalem les attendait.

2.2. Les États latins

2.2.1. Conquérir, s’implanter, résister

a.– Les offensives, 1099-c. 1128
  • 31 R. C. Smail, Crusading warfare, p. 19.

20La marche des Croisés, qui ne suivaient aucun « plan de conquête31 », n’eut rien d’une promenade de santé. Même s’il faut se méfier de leur tendance à l’exagération, les chroniqueurs latins mettent l’accent sur les difficultés qu’ils eurent à l’emporter sur les Turcs à Nicée, à Dorylée et à Antioche. Le siège de cette dernière ville fut long et difficile. Ils en sortirent certes victorieux, mais également divisés et épuisés. Ensuite, à l’évidence, ils pâtirent de l’absence d’un commandement unifié. Une fois Karbūqā battu et son armée dispersée, l’impérieuse nécessité de faire face à l’adversité s’évapora. L’entente nécessaire à toute expédition guerrière ne s’imposa plus. Chacun des contingents œuvra dans son intérêt propre, sans autre objectif que de conquérir et de s’enrichir.

  • 32  Les chiffres fournis par les sources latines, ainsi qu’on l’a vu, ne sont malheureusement pas fiab (...)
  • 33  Voir les sentiments des chroniqueurs arabes quant à l’importance de cette bataille : Ibn al-‘Adīm, (...)
  • 34  Pour le contexte, voir M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse, p. 65-66. Voir également les réflexi (...)
  • 35  Cl. Cahen, SN, p. 259 ; M. Amouroux-Mourad, op. cit., p. 66.

21Après la prise de Jérusalem, nombre de ses conquérants s’en retournèrent en Europe32. En revanche, les principaux chefs de la croisade demeurèrent ; chacun d’entre eux tenta avec plus ou moins de réussite, dans l’immédiat, de se tailler un État autour de la capitale qu’il s’était choisie. Pour pérenniser leurs conquêtes, ils multiplièrent alors les offensives. Mais il n’en fut pas toujours ainsi. À la fin de l’époque que nous étudions, l’initiative était passée aux musulmans. Un retournement s’était alors opéré, qu’il est très difficile de dater parce que les différents États latins n’évoluèrent pas au même rythme. Grosso modo, on s’entend pour considérer que les trois premières décennies du XIIe siècle furent partout celles de la conquête et de la consolidation. Tous les États latins s’étendirent au détriment des musulmans, mais à des rythmes différents et de manière hachée ; des progrès territoriaux furent parfois suivis de reculs temporaires. En Syrie du Nord, par exemple, bien que dominé, Riḍwān tenta régulièrement de profiter des difficultés de Bohémond ou de Tancrède pour récupérer des places qui lui avaient été enlevées. Ce fut ainsi le cas après la bataille de Ḥarrān, en 1104, à la suite de laquelle il réoccupa les places fortes situées à l’est de l’Oronte. Cette terrible défaite33, qui mit à mal la chevalerie édessénienne, constituait un coup d’arrêt brutal à l’expansion franque34. Par-delà ses conséquences immédiates (outre les conquêtes de Riḍwān, offensives des Byzantins en Cilicie), elle scellait les ambitions franques au sud et à l’est de la Djéziré. Ils ne pouvaient désormais espérer s’emparer des points stratégiques situés au bord de l’Euphrate, comme al-Raqqa ; la perspective de s’installer dans la riche vallée du Ḫābūr s’éloignait. En outre, les communications entre Alep et Mossoul n’allaient plus être menacées continûment, mais à l’occasion de raids du comte d’Édesse ou de l’un de ses affidés. À plus long terme, peut-être les Francs eurent-ils même conscience que l’est du plateau syrien leur échapperait. Quoi qu’il en soit, le comté d’Édesse évolua à un rythme quelque peu différent des autres États latins. Il faut dire qu’il subit de plein fouet le passage des armées venues de l’est, de 1109 à 1119. Si elles échouèrent, elles n’en acculèrent pas moins le comte d’Édesse à la défensive. Son État fut partiellement ravagé à plusieurs reprises, ce qui amoindrit d’autant plus son potentiel militaire. Or, ses relations avec le prince d’Antioche, dont l’aide lui était indispensable, n’étaient pas toujours au beau fixe. Ce dernier, en digne héritier des conceptions byzantines, se représentait sans doute déjà le comté comme un état tampon qu’il devait dominer, une « marche » où les musulmans venus d’Orient devaient s’embourber avant éventuellement de se présenter en Syrie35.

  • 36  Le roi de Jérusalem effectua cinq campagnes en Syrie du Nord de 1119 à 1123.
  • 37  Cl. Cahen, SN, p. 282. Bohémond II arrive à Antioche en octobre 1126.
  • 38  Il en fut de même au nord où les Francs se virent parfois disputer la Cilicie. Voir les cartes pro (...)
  • 39  C’est l’opinion de Th. Asbridge, ibid., p. 88 : « The prize of Aleppo must have been the main ince (...)
  • 40  Ils obtinrent, dans plusieurs régions, le partage des revenus de la principauté musulmane. Burusuq (...)
  • 41  Voir la notice qu’Ibn al-‘Adīm lui consacre dans la Buġya, t. VII, p. 3478-3493 (notamment p. 3479 (...)

22La période de conquête s’y poursuivit bien, globalement, jusqu’à l’arrivée de Zankī au pouvoir à Alep, en 1128. Tous les États latins gagnèrent des territoires sur leurs ennemis musulmans, même si ces derniers l’emportèrent à plusieurs reprises sur le champ de bataille. Le désastre dit de l’Ager sanguinis, en 1119, accorda ainsi un répit certain aux Alépins qui depuis la mort de Riḍwān, en 1113, étaient la proie de dissensions paralysantes dont les Francs profitaient. Cette défaite révéla surtout à quel point le danger venait d’Orient ; par la suite, elle montra que, désormais, le salut de la principauté allait dépendre de forces extérieures (royaume de Jérusalem36, bientôt Byzance, principautés arméniennes). Mais, peut-être par suite de l’incurie d’Īl-Ġāzī, la dynamique franque ne s’éteignit pas. C’est sous Bohémond II que la principauté d’Antioche atteignit son extension maximale37. Face aux musulmans, l’objectif s’était rapidement limité à l’installation sur les rives orientales de l’Oronte. Cet objectif fut réalisé, même si les territoires sous domination franque évoluèrent au gré des succès et des défaites38. De là, Alep était sans cesse mise sous pression. Les Francs en firent-ils un objectif stratégique ? En d’autres termes, les combats incessants qu’ils provoquèrent à l’ouest (et au nord-ouest) d’une ligne A‘zāz – al-Aṯārib – Zardanā avaient-ils pour seule raison d’être la conquête d’Alep39 ? Doit-on voir le siège de cette ville par Baudouin II, d’octobre 1124 à janvier 1125, comme le point culminant d’une intelligente stratégie qui avait pour seul but de suffisamment affaiblir Alep pour, le moment venir, s’en saisir sans difficulté et par-là même s’emparer de l’ensemble de la principauté qui en dépendait ? En fait, il semble plutôt que les Francs cherchaient à repousser leurs conquêtes et à bénéficier des revenus de territoires plus éloignés encore d’Antioche40. Les princes d’Antioche se présentèrent à plusieurs reprises aux portes même d’Alep, mais à la tête d’armées peu nombreuses, destinées à piller et à rappeler leur suprématie à un adversaire qui leur versait un tribut. Si elle fut bien assiégée, d’octobre 1124 à janvier 1125, ce fut par le roi Baudouin II qui revenait de captivité et allait bientôt s’attaquer à Damas. Il s’était allié, pour cela, à Dubays b. Ṣadaqa, qui, malmené en Iraq, ambitionnait de s’emparer de la principauté alépine41. De projet antiochéen, il n’était donc guère question. Il faut plutôt en rester à une « stratégie du grignotage » (celle que les princes musulmans adoptèrent, d’ailleurs, une fois qu’ils en eurent les moyens). Sans doute les Francs d’Antioche, dont les troupes reposaient en grande partie sur le recrutement arménien, avaient-ils conscience de leurs limites.

  • 42  Dans sa plus grande extension, il s’étendit de Ǧubayl au sud à « Maraclée », au nord. La barrrière (...)
  • 43  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, p. 623 et Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, p (...)

23Plus au sud, la stratégie offensive des comtes de Tripoli trouva également ses limites lorsque se posa la question de la possession de Hama et de Homs, sur le Haut-Oronte (voire de Baalbek). L’installation sur la bande côtière elle-même fut laborieuse. Tripoli résista jusqu’en 1109 ; le fondateur du comté, Raymond de Saint-Gilles, était mort depuis plusieurs années déjà. En fait, le comté se borna essentiellement, pendant toute la période qui nous occupe, à une étroite bande côtière certes ouverte sur la mer, mais qui avait également besoin des denrées venues de l’intérieur du pays42. Peut-être, d’ailleurs, les premiers comtes eurent-ils en tête de conquérir Homs et Hama et de créer ainsi un État médian entre Alep et Damas. C’est ce que laissent penser quelques lignes des chroniques d’Albert d’Aix et de Guillaume de Tyr. Le premier nomme Guillaume Jourdain « seigneur de la Chamelle » (soit Homs) alors que le second évoque, à propos des domaines revendiqués par Bertrand de Saint-Gilles, la « terre de la Chamelle43 ». Mais si ce fut le cas, ils ne tentèrent guère de réaliser leurs objectifs. On ne connaît pas, à l’époque qui nous concerne, de véritables tentatives contre l’une ou l’autre ville. Sous suzeraineté byzantine (nominalement), parfois opposés aux princes d’Antioche, les comtes de Tripoli se contentèrent de razzias et de la construction de quelques places fortes sans doute autant destinées à protéger l’accès à Tripoli et à Tartous qu’à rappeler aux musulmans la menace constante qu’ils représentaient pour leurs récoltes dont ils obtinrent le partage.

  • 44  Sabino de Sandoli, Corpus Inscriptionum Crucesignatorum Terrae Sanctae, 1099-1291, Jérusalem, 1974 (...)
  • 45 J. Prawer, loc. cit., rappelle que Baudouin Ier, « rex Judee et Iherusalem », promit, « in the earl (...)
  • 46  Voir les « aperçus de géographie physique » de N. Élisséeff, ND, t. I, p. 91.
  • 47 J. Prawer, op. cit., p. 474.

24Pour juger des appétences des premiers rois de Jérusalem, nous disposons de leurs épitaphes. Elles dénotent une ambition incontestable ne se bornant pas à la Terre sainte – le maître de Damas y est désigné comme un des ennemis à éliminer44. D’ailleurs, le titre que se donne Baudouin Ier dans un acte, « rex Babylonie vel Asie », laisse augurer de son désir de conquérir Le Caire ou Damas45. Mais là encore, les rois de Jérusalem – Baudouin Ier et Baudouin II, essentiellement (Godefroy ne régna pas assez longtemps) – durent d’abord s’atteler à la création d’un État. Création qui fut laborieuse : les hommes semblent avoir manqué et il fallut à plusieurs reprises affronter des armées musulmanes, fatimides surtout. Il fallut dix années pour que la côte palestinienne fût contrôlée, de Beyrouth au Sinaï, à l’exception des deux bastions de résistance que constituèrent Tyr (prise en 1124) et surtout Ascalon (qui ne tomba qu’en 1153). Deux autres axes motivèrent la progression des Latins. Face à Damas, ils ne cherchèrent pas à établir une ligne de fortification du type de celle qui allait être créée pour surveiller Ascalon. Au sud et au sud-est, l’occupation franque fut repoussée au-delà du Jourdain. Le château de Montréal fut édifié en 1115, qui permettait de contrôler le Wādī Mūsā (le « Val Moyse » des Francs) ; l’année suivante, Baudouin Ier atteignit même la mer Rouge et prit Ayla. Ce fut la seule région de Syrie où les Francs purent s’établir durablement à l’est de ce qui constitue le « fossé syrien » qui, des Portes de Cilicie et du Taurus, se prolonge successivement par le ‘Amq, le Ġāb, la Bekaa, la vallée du Jourdain, la fosse de la mer Morte et le Wādī ‘Araba, jusqu’au golfe d’al-‘Aqaba46. De toute évidence les rois de Jérusalem avaient fait le choix (pensé ?) de consolider leur pouvoir sur la côte, vitale pour eux, ainsi que dans la « Palestine utile » de l’intérieur. Le désert syrien jouait un rôle répulsif ; il semble bien qu’ils l’identifièrent comme une « frontière naturelle » au-delà de laquelle il fallait repousser les musulmans47.

  • 48 Historia, RHC, Occ., t. i, L. XIII, 18, p. 582-585 (voir également l’Eracles). La meilleure source (...)
  • 49  C’est nous qui soulignons. Op. cit., L. XIII, 26, p. 596-597 ; trad. M. Zerner, Croisades et pèler (...)

25Mais les rois de Jérusalem – Baudouin Ier et Baudouin II – avaient beaucoup plus à faire que de se concentrer sur leur royaume. Édesse et Antioche, tout particulièrement, les occupèrent régulièrement, ce qui dut perturber leurs plans en Syrie méridionale. Là, si ce n’est Ascalon qui bénéficiait ponctuellement du soutien fatimide mais qui ne menaçait pas la survie du royaume, la principauté de Damas constituait le principal ennemi. Baudouin Ier ne chercha pas à la prendre. Son successeur se sentait-il assez puissant pour le faire ? Il l’attaqua, en tout cas, à deux reprises, en 1126 et en 1129. À vrai dire, il est difficile de comprendre les intentions de Baudouin II lors de la première attaque. En aucun cas il ne paraît avoir visé la conquête de Damas. Guillaume de Tyr, il est vrai mal informé sur cette période, dit simplement que le roi organisa une campagne vers Damas, qu’il battit Ṭuġtakīn à Marǧ al-Ṣuffar et qu’ensuite il s’en retourna dans ses États48. En revanche, selon le même chroniqueur, la deuxième tentative résultait d’un projet longuement muri49 :

« L’année suivante, on vit revenir à Jérusalem Hugues de Payns, le premier maître de la milice du Temple et quelques autres hommes religieux qui avaient été envoyés par le roi et les autres princes du royaume chez les princes occidentaux pour faire se lever les peuples à notre secours, et spécialement engager les puissants à assiéger la ville de Damas.
[…] le seigneur roi Baudouin, le seigneur Foulques comte d’Anjou, le seigneur Pons de Tripoli, le seigneur Bohémond Junior prince d’Antioche, le seigneur Josselin Senior comte d’Édesse : ils se rassemblèrent et firent à eux tous un conseil commun, ils levèrent en même temps toutes leurs forces militaires et leurs aides, et ordonnèrent leurs rangs pour aller à la hâte assiéger la belle et noble cité de Damas, ou pour la forcer à se livrer, ou pour l’emporter à la force des armes. »

  • 50  Voir l’Eracles dans l’Historia de Guillaume de Tyr, p. 596. Foulques d’Anjou avait débarqué peu au (...)

26Exceptionnellement, le roi de Jérusalem s’était donc bien fixé Damas pour objectif : des messages demandant leur soutien aux coreligionnaires européens avaient même été envoyés. C’est d’ailleurs seulement avec l’appui des « pèlerins » occidentaux qu’une telle campagne avait pu être tentée50.

b.– Après 1130, retournement du rapport de force
  • 51  À Jérusalem, Foulques d’Anjou succède à Baudouin II en 1131 ; à Édesse, Josselin Ier meurt en 1131 (...)
  • 52  Jean Richard, loc. cit., dit quant à lui « les rois latins n’ont pas fait de celle-ci une donnée h (...)

27Naturellement, après 1130, les stratégies franques ne furent pas bouleversées. L’avènement d’une nouvelle génération de souverains à Jérusalem, Antioche et Édesse ne provoqua pas un changement brutal de politique51. Des victoires continuèrent d’être remportées, et les musulmans, certes plus offensifs, subirent nombre de défaites, tel Nūr al-dīn à la Bocquée. Simplement, le tarissement des arrivées de « pèlerins » et surtout l’intervention des Zankides dans le jeu géopolitique syrien modifièrent la donne. L’initiative changea de camp ; les stratégies défensives primèrent parmi les Francs. Non que la période précédente n’ait exclusivement été celle de l’offensive à tous crins : certes des conquêtes avaient été réalisées, certes les États musulmans, diminués, avaient été dominés. Mais la résistance de Ḥarrān, Hama, Homs, Alep, Damas et Ascalon avait montré aux nouveaux venus que la Syrie intérieure ne leur serait jamais soumise à moins d’un soutien colossal de l’Occident. Encore que l’échec devant Damas, en 1123, avait également été celui de cette chimère, puisque l’armée qui avait entrepris le siège était en grande partie composée de troupes récemment arrivées d’Occident. Bientôt, la deuxième croisade et le nouvel échec devant Damas allaient corroborer ce qui peut-être jusque-là n’était qu’une impression : les Francs avaient bien atteint les limites de leur expansion. Qu’ils en aient eu ou non clairement conscience importe peu : les rois de Jérusalem n’avaient pas fait de Damas une cible privilégiée52.

28L’esprit défensif qui régnait dans les États latins est également illustré par la rénovation et la construction de fortifications, qui avaient très tôt commencé. Même si certains châteaux et forteresses n’avaient pas forcément un rôle militaire, la plupart se situaient sur des points stratégiques qu’ils avaient à charge de défendre. Pour protéger les abords de Jaffa et de Jérusalem, Chastel-Arnoul avait été édifiée dès le début de l’installation franque. Une fois les Francs plus franchement sur la défensive, cette activité de construction s’intensifia. Alors on commença à les confier aux ordres militaires, et tout particulièrement à l’ordre du Temple. À l’origine censée protéger les pèlerins européens, cette organisation, créée au faîte de la puissance franque, témoigne d’une conscience précoce des insuffisances des États latins. À partir des années 1130-1140, ils pallièrent de plus en plus souvent ces insuffisances.

  • 53  Ibn Abī Ṭayyi’, dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, trad. Cl. Cahen, « Une chronique chiite au tem (...)

29Les Francs devinrent-ils alors moins belliqueux ? Il est incontestable que désormais ils connaissaient mieux leurs adversaires qu’ils ne voyaient plus avec les yeux ébahis et pétris d’images bibliques (du moins aux dires des chroniqueurs) des Croisés débarquant en Syrie. Cela étant, ils avaient vite passé des accords et même des alliances avec eux. En 1108, une bataille avait opposé Josselin d’Édesse et Ǧāwalī, maître de Mossoul, à Tancrède et Riḍwān d’Alep53. Mais les rois de Jérusalem allèrent bien plus loin, après l’arrivée de Zankī à Alep – désormais, les alliances défensives avec les Bourides constituèrent un axe fondamental de leur politique.

  • 54  C’est la thèse de la plupart des historiens. Voir par exemple J. Richard, Histoire des croisades, (...)
  • 55  C’est la « troisième génération » de forteresses dont parle R. Ellenblum, « Three generations of F (...)

30C’est surtout en Syrie du Nord que les Francs éprouvèrent des difficultés. Après la mort de Bohémond II, Antioche fut secouée par des tensions internes qui ressemblaient à celles qu’Alep avait connues après le décès de Riḍwān. Il en résulta, sur le plan militaire, l’abandon de toute politique offensive. Plus même que de Zankī, qui se satisfaisait de la conquête des places assurant la défense orientale de la principauté, Antioche devint la proie d’un empereur byzantin bien décidé à rétablir sa souveraineté sur la ville et sa région. À deux reprises (1137, 1142), Jean II Comnène vint y affirmer ses droits. En 1159, ce fut le tour de Manuel de s’y présenter, triomphant. Jusqu’à la fin de la période qui nous occupe, la principauté d’Antioche demeura dans l’orbite byzantine. Peut-être ce protectorat de fait la sauva-t-il des ambitions de Nūr al-dīn54, tout particulièrement après l’emprisonnement de Renaud de Châtillon, fin 1160 ou début 1161. Malgré la persistance de quelques raids antiochéens sur le territoire alépin, c’en était fini depuis longtemps des menaces que Tancrède ou Roger avaient fait peser sur Alep en leur temps. Dès lors, de même d’ailleurs que dans le comté de Tripoli, les princes d’Antioche s’arc-boutèrent sur des forteresses puissantes, les seules à même de résister aux attaques plus régulières des musulmans, les plus disputées (Ḥārim, Ṣahyūn)55.

  • 56  Voir la liste dans J. Richard, Le comté de Tripoli, p. 19 et suivantes. Elle est tout de même très (...)

31Ni le comté d’Édesse, ni celui de Tripoli ne bénéficièrent du soutien de l’empereur byzantin, fût-il moral. Le premier disparut rapidement sous les coups de boutoir de Zankī. Le second subit de plein fouet les attaques de ce prince et de son fils, mais sans avoir réellement été menacé dans ses fondements. En revanche, ses frontières orientales reculèrent : une à une les places les plus proches des territoires musulmans tombèrent : Ba‘rīn (Montferrand) et Rafaniyya (Raphanée), en 1137, inaugurèrent une longue série. Là encore, les ambitions vers l’intérieur syrien durent être abandonnées. Néanmoins, les comtes continuèrent à opérer des razzias56.

  • 57  Voir son portrait par Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIV, 1, p. 605-606.
  • 58  Cf. R. Grousset, Histoire des croisades, t. II, p. 1-5.
  • 59  R. Ellenblum, Frankish rural settlement, op. cit., p. 15, conteste le rôle militaire de ces forter (...)
  • 60  A. Grabois, « La cité de Baniyas et le château de Subeibé pendant les croisades », CCM, t. XIII, 1 (...)
  • 61  Sur cette expédition, voir G. Dédéyan, « Un émir arménien du Hawrân entre la principauté turque de (...)
  • 62  Guillaume de Tyr, op. cit., L. XVI, 8, p. 715-718.
  • 63 J. Richard, « Le siège de Damas dans l’histoire et dans la légende », dans M. Goodich et alii (éd.) (...)

32En fait, des souverains francs, seuls les rois de Jérusalem réussirent à limiter les progrès territoriaux musulmans. Il faut dire que pendant les règnes de Zankī et de Foulques d’Anjou, Zankī se consacrait surtout à Damas et à combattre les États francs de Syrie du Nord. Foulques, réputé pour sa prudence57, est souvent présenté comme le consolidateur des acquis de ses prédécesseurs58. Effectivement, il paraît avoir privilégié la stratégie défensive. Il poursuivit le renforcement des lignes de défense du royaume. Face à Ascalon, Gibelin (1136), Ibelin (1141), Blanchegarde (1142) furent élevées59. Il se laissa facilement convaincre par les Damascènes de la nécessité de lutter en commun contre Zankī. Le soutien qu’il leur apporta fut très bénéfique pour le royaume, puisque Banyas lui fut rendue60. À ce propos, il est intéressant de lire les longues pages que Guillaume de Tyr consacre à l’expédition organisée par le roi Baudouin III contre Bosra que son gouverneur musulman lui avait proposée61. Elles montrent qu’un parti existait, à Jérusalem, qui poussait à ne pas entreprendre une telle campagne et à privilégier l’alliance damascène62. Après l’intermède de la deuxième croisade63, d’ailleurs, on revint à cette alliance qui permit de retarder la prise de Damas par Nūr al-dīn.

  • 64 Crusader Institutions, op. cit., p. 478-479.

33Mais un nouveau front s’ouvrait peu à peu. La fortification de Gaza (1149-1150), d’al-Dārūm et de Dayr al-Balaḥ (peu avant 1170) marquait un intérêt nouveau pour les marges méridionales du royaume qui faisaient face à l’Égypte. Le Daron surveillait désormais la route septentrionale du Sinaï. Un tribut put être exigé des Égyptiens mais, bientôt, cela ne suffit plus. Informés des sanglantes luttes qui opposaient les prétendants au vizirat au Caire, les Francs projetèrent d’y intervenir. On ne sait s’il faut relier ce projet aux ambitions supposées de Baudouin Ier de Jérusalem dont on a vu qu’il portait le titre de « rex Babylonie vel Asie ». Peut-être doit-on expliquer, avec Joshua Prawer64, les tentatives d’Amaury Ier par le fait qu’il avait été sensibilisé aux frontières méridionales du royaume et par là même aux affaires égyptiennes en tant que comte de Jaffa et d’Ascalon. Toujours est-il que la prudence qui avait jusque-là dominé à Jérusalem face à Nūr al-dīn fut troquée pour une stratégie résolument offensive dont l’ultime objectif fut bien l’extension du royaume par la conquête de l’Égypte. Cinq expéditions furent organisées de 1163 à 1169 avec des résultats divers. Les succès succédèrent aux échecs ; finalement, la désillusion l’emporta. Sans doute Amaury Ier n’avait-il pas les moyens de sa politique. Contrairement à Nūr al-dīn, qui poursuivit ses offensives en Syrie (avec l’aide de ses alliés) alors qu’une partie de son armée tentait d’empêcher les Francs de s’établir en Égypte, le roi de Jérusalem ne put combattre efficacement sur deux fronts. Au sortir de sa dernière campagne, non seulement ses hommes étaient épuisés, mais les ordres militaires, qui constituaient désormais le noyau des forces franques, étaient diminués.

2.2.2. Les « systèmes défensifs » des États francs

  • 65  L’histoire du Krak des Chevaliers est détaillée par N. Élisséeff dans l’article qui lui est consac (...)

34Au nord comme au sud, en Djéziré comme en Palestine, avec l’aide souvent passée sous silence des chrétiens orientaux (surtout des Arméniens, en Syrie du Nord et en Djéziré), les Francs s’adaptèrent très rapidement aux spécificités de la guerre proche-orientale. Surtout, ainsi que leurs axes d’expansion le laissent penser, ils maîtrisèrent sans retard la topographie syrienne et djéziréenne. De toute évidence, ils visèrent d’abord, dans la mesure de leurs moyens, les points stratégiques. Centres urbains d’importance, nœuds de communications et places qui surveillaient les routes et les plaines céréalières constituèrent leurs premières cibles. Ainsi, Raymond de Saint-Gilles s’installa très tôt, dès ṣafar 492/janvier 1099, à Ḥiṣn al-Akrād. Le château, dont les Francs allaient faire une formidable forteresse, surplombait la très riche plaine d’al-Buqay‘a (la Bocquée) et commandait les communications entre Tripoli et Homs. Obligé de reprendre la route de Jérusalem, Raymond ne put s’y maintenir. Plus tard, une fois correctement installé autour de Tripoli, il n’eut de cesse de s’en emparer à nouveau, mais il échoua en ǧumādā II 495/avril 1102. Malgré l’accord qui liait son successeur, à Tripoli, à Ṭuġtakīn, Tancrède l’enleva au maître de Hama, Qarāǧa, en 503/1110. Deux ans plus tard, ce dernier le livrait à Bertrand de Saint-Gilles65.

  • 66  Voies de communications qui joignent les points stratégiques entre eux. Voir la définition plus co (...)
  • 67  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, L. III, 24-25 ; M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse, p (...)

35Posséder le Krak, c’était bénéficier des richesses de la Bocquée et veiller sur la trouée de Tripoli, soit sur l’une de ces lignes stratégiques66 que tout conquérant se devait de contrôler. Dans le comté d’Édesse, la conquête de Sarūǧ s’avéra indispensable pour assurer de bonnes communications entre Édesse et al-Bīra, et de là à Tall Bāšir. Elle fut livrée par son maître dès le printemps 109867. Encore, là, les Francs étaient-ils guidés par les Arméniens qui connaissaient parfaitement la région. Ce n’était pas le cas dans le royaume de Jérusalem où l’un des soucis de Godefroy et de Baudouin fut de dégager la route qui reliait Jérusalem à la côte palestinienne. Plus largement, les ports de cette côte furent patiemment conquis, les uns après les autres. Le contrôle de la façade maritime, où les pèlerins et les secours débarquaient, s’était avéré vital.

  • 68  R. Ellenblum, op. cit., passim sur les débats historiographiques.
  • 69  R. C. Smail, op. cit., p. 18-21, s’attache à réfuter les théories de R. Grousset ou de R. Dussaud.
  • 70 Historia, RHC, Occ., L. XVI, 29 pour la deuxième croisade ; L. XXI, 7, p. 1014 sq. (et Eracles, ibi (...)

36L’une des questions qui continue de diviser les historiens68 porte sur ce qu’on pourrait appeler la « maturité stratégique » des Francs. Le recul du temps donne souvent l’impression qu’ils agissaient selon des principes déterminés. La création du comté d’Édesse a pu être ainsi (faussement) interprétée comme une tentative de couper les relations entre Alep et Mossoul et, plus largement, la Syrie de l’Orient seldjouqide69. Mais si de telles considérations ignorent tout des mentalités des premiers Croisés, il est incontestable que leurs successeurs n’étaient pas dénués de toute préoccupation stratégique. Préoccupations dont on ne peut pas dire grand-chose : la documentation fait défaut. Dès lors, on ne peut que se contenter de remarques éparses des chroniqueurs, comme celles de Guillaume de Tyr tentant d’identifier les causes des échecs de la deuxième croisade ou des Francs face à Saladin (« Par quel raison li Crestien estoient au desouz70 »). Mais on ne sait si ses atermoiements, non plus que ceux de ses pairs, reflétaient ou non les idées des cercles où les stratégies se préparaient.

  • 71  Dès le XVIIe siècle Vauban et Van Coehoorn élaborent des systèmes défensifs de forteresses en rése (...)
  • 72  Sur la perception de ces fortifications par les musulmans, voir C. Hillenbrand, Islamic perspectiv (...)
  • 73  Ainsi qu’il a été dit en introduction, la bibliographie sur les fortifications franques est immens (...)
  • 74  D’autres lignes de défense peuvent être identifiées à l’intérieur du royaume. Voir J. Prawer, The (...)
  • 75  Place encore mal identifiée, malgré les efforts de R. Dussaud, Topographie historique de la Syrie (...)
  • 76  Cf. M. Bur (dir.), La maison forte au Moyen Âge, Paris, 1986.
  • 77 R. Ellenblum, Frankish rural settlement, op. cit.De nombreuses typologies des fortifications ont ét (...)
  • 78  J. Richard, loc. cit. : « Mais il en existe ailleurs : une toute récente campagne de prospection d (...)
  • 79 Cf. J. Prawer, Crusader institutions, p. 473.
  • 80 « Templar castles on the road to the Jordan », Château-Gaillard, 1994, p. 1-28, repris dans Fortifi (...)
  • 81 Pour le royaume de Jérusalem, voir D. Pringle, « Town defences in the crusader Kingdom of Jerusalem (...)

37À ce propos, et sans doute sous l’influence des lignes de défense réalisées en France et en Europe à l’époque moderne71, on a longtemps considéré que les Francs avaient élaboré un système de défense sophistiqué, basé sur différents types de fortifications72 dont on reconnaissait tout de même qu’elles étaient tout autant destinées à résister aux attaques musulmanes qu’à servir aux offensives franques73. Il est vrai qu’à observer la carte castrale de la Syrie on a bien l’impression que certaines zones furent particulièrement privilégiées par les constructeurs, zones qui correspondent grosso modo à ce qu’on sait des zones frontières entre les territoires francs et musulmans. Un alignement nord-sud des fortifications peut être mis en évidence de la principauté d’Antioche au comté de Tripoli (de Baġras au Krak des Chevaliers) et, dans le royaume de Jérusalem, depuis Qal‘at al-Šaqīf à Kerak et Šawbak74. S’y ajoutent des lignes transversales (est-ouest) destinées à protéger les voies de communication séculaires entre les ports côtiers et le plateau syrien. Dans le comté de Tripoli, le couloir qui reliait la haute vallée de l’Oronte aux plaines de Tripoli et de Tartous était jalonné de toute une série de places fortes – Krak des Chevaliers, Montferrand (Ba‘rīn), Chastel Blanc (Ṣāfīṭā), Ḥiṣn Yaḥmūr, al-‘Urayma75. Un peu plus au sud, Beaufort (Qal‘at al-Šaqīf), Tibnīn, Hunīn et Subayba paraissent avoir été chargés de défendre la vallée du Litani. Encore ces places fortes n’étaient-elles pas isolées ; toute une série de fortifications de moindre ampleur les complétait, du simple château à la tour de guet en passant par la grotte fortifiée et par les maisons fortes76 dont un certain nombre a été retrouvé dans le royaume de Jérusalem77 ainsi que, semble-t-il, dans les montagnes libanaises78. En outre, certaines lignes stratégiques avaient fait l’objet d’un soin tout particulier de la part des Latins, telle la route qui menait de Jaffa à Jérusalem, le long de laquelle s’égrenaient tours et fortins destinés à protéger le flux permanent de pèlerins et de marchandises débarqués en provenance d’Europe79. D’autres routes semblent avoir également été aménagées, ainsi que Denys Pringle l’a montré (Jérusalem-Jéricho notamment)80. Enfin, les ports de la côte syrienne étaient protégés pour la plupart par des enceintes fortifiées ou des réseaux de châteaux qui avaient été élevés alors qu’ils étaient assiégés81.

  • 82  P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, 2 vol., Rome, 1973 (voir notamment vol. I, p. 374-4 (...)
  • 83  Lorsque cela est le cas, elles peuvent avoir une fonction offensive, comme pour les sites fortifié (...)
  • 84 R. Ellenblum, op. cit., p. 14, 15 ; id., « Three generations of Frankish castle building in the Lat (...)
  • 85 J. Prawer, Crusader institutions, p. 473, considère que « The kingdom of Jerusalem lacked manpower (...)
  • 86  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 241 ; Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Sevim, p. 51. (...)
  • 87  Dès la fin de la deuxième décennie du XIIe siècle, les Francs surveillaient l’extrême sud de la pr (...)

38Mais la présence de très nombreux sites fortifiés ne dit rien des intentions des Francs. On sait depuis longtemps que les châteaux n’étaient pas forcément (ou pas seulement) édifiés pour des raisons stratégiques, en Europe tout au moins. Ils y représentaient une résidence qui rendait visible à tous le rang de son occupant. Sièges de pouvoir, ils combinaient souvent, mais non pas toujours, de multiples fonctions. Centres économiques et administratifs pour certains, points stratégiques pour nombre d’entre eux, ils pouvaient également avoir été construits pour servir de refuges ruraux dans les régions frontalières où les paysans subissaient d’incessants raids. D’autres encore formaient, à l’origine, un noyau autour duquel des populations nouvellement arrivées dans une région se fixaient82. Il est donc difficile d’assigner à toutes les fortifications franques un rôle seulement militaire83. Certaines forteresses furent d’ailleurs dressées dans des zones peu touchées par les combats, alors que des territoires particulièrement disputés ne firent pas l’objet d’un traitement particulier. Et il n’y eut pas forcément concordance entre la distribution spatiale des châteaux francs et des raids musulmans84. La frontière entre la principauté de Damas et le royaume de Jérusalem, tout particulièrement, ne donna pas lieu à l’activité constructrice effrénée qu’on aurait pu en attendre. Pour des raisons qu’on s’explique mal85, aucune ligne de forteresses du type de celles qui faisaient face à Ascalon ne fut créée. De sorte que le Sawād et, plus largement, l’ensemble des régions situées au nord-est du lac de Tibériade, devinrent une sorte de no man’s land que les armées pouvaient emprunter sans difficulté. Non que les Francs n’aient tenté de s’y implanter plus fermement, au début de leur installation en Syrie. Mais le château qu’Hugues de Tibériade édifia à une dizaine de kilomètres à l’est du lac de Tibériade fut immédiatement démantelé par Ṭuġtakīn, en 499/110586. Après qu’ils eurent pris la mesure des Damascènes, dans la deuxième décennie du XIIe siècle, ils ne revinrent pas vraiment à leurs projets initiaux. Ils se contentèrent de récupérer Ḥabīs Ǧaldak, située bien plus au sud, en face de Aḏri‘āt87.

  • 88  Claude Cahen remarquait déjà, dans sa Syrie du Nord, qu’il ne connaissait pas de site fortifié cro (...)
  • 89  Th. Bianquis, « Les frontières de la Syrie au XIe siècle », dans Castrum 4, Madrid, Rome, 1992, p. (...)
  • 90  Évidemment, les termes du débat sont plus complexes. La tendance actuelle est tout de même celle d (...)

39Il faut également rappeler que dans leur grande majorité, les châteaux francs s’élevaient sur des constructions préexistantes, byzantines ou musulmanes88. En particulier, les guerres incessantes que s’étaient livrées Byzantins et musulmans, aux Xe et XIe siècles, avaient eu pour conséquence l’édification de très nombreuses places fortes en Syrie du Nord et en Syrie centrale, notamment le long de l’Oronte, entre Ǧisr al-Ḥadīd au nord et Maymas (à hauteur de Homs) au sud. Dans les montagnes entre Oronte et Méditerranée, dans le Ǧabal Baḥrā’ et le Ǧabal Rawāḍīf, des populations arabes avaient bâti, au début du XIe siècle, des châteaux ruraux de très grande taille qui jouèrent à nouveau un rôle important au siècle suivant. Ils étaient désormais en possession des « Assassins89 ». Ces derniers ne furent pas les seuls à agir ainsi. Musulmans et Francs réutilisèrent presque systématiquement les constructions des siècles précédents. Ce phénomène explique les débats sans fin autour de l’originalité de l’architecture castrale des Croisés. Pour les uns, les Francs se basèrent sur ce qu’ils avaient trouvé ; pour les autres, ils se contentèrent de reproduire ce qu’ils avaient vu en Europe90.

  • 91  Th. Bianquis, article cité.
  • 92  À la veille des croisades, les villes fortifiées y étaient néanmoins nombreuses (toutes les cités (...)

40En outre, les Croisés s’installèrent en partie dans les territoires dominés par les Byzantins au XIe siècle. C’est ainsi que les Antiochéens occupèrent le littoral et les montagnes situées à l’ouest de l’Oronte alors que les musulmans leur faisaient face sur le plateau calcaire, sur la rive droite de l’Oronte. Le tracé des frontières militaires entre musulmans et Francs recoupait donc partiellement celui qui avait découlé de l’affrontement entre Byzantins et musulmans au siècle précédent. Il n’en allait pas différemment dans ce qui allait devenir le comté de Tripoli (les Byzantins possédaient les places situées au sud du Ǧabal Baḥrā’ dont, notamment, Ṣāfīflā qui allait constituer l’un des bastions protégeant l’accès aux plaines de Tortose et de Tripoli pendant les croisades)91. En revanche, on est plus mal renseigné sur les systèmes défensifs de la Syrie méridionale où l’absence d’enjeu stratégique ne semble pas avoir imposé la construction par les Fatimides, maîtres de la région, de lignes de fortifications puissantes (à l’exception des ports qu’ils fortifièrent)92.

  • 93  J. Richard « Le système défensif des États latins. Programmes et évolutions », loc. cit., p. 20, p (...)
  • 94 J. Prawer, The Crusader’s kingdom. European colonialism in the Middle Ages, Londres, 1972, p. 281-2 (...)
  • 95  Sur toutes ces places, P. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. II, La défense d (...)

41On ne peut donc considérer que les Francs créèrent des « systèmes défensifs » qui d’une part épousaient étroitement le relief syrien, d’autre part se calquaient partiellement sur des systèmes préexistants qu’il faudrait étudier plus systématiquement. Tout au plus peut-on parfois parler de stratégies défensives faisant des châteaux et autres types de fortifications un élément clé de la protection des États francs93. Il est intéressant de remarquer qu’il n’a jamais été question, pour les historiens des croisades, de la participation des musulmans à l’édification de ces « systèmes », alors qu’on sait que les forteresses passaient aisément de l’un à l’autre camp. De toute façon, on a depuis longtemps reconnu, pour d’autres raisons (qui tiennent du bon sens), que les fortifications croisées n’avaient pas été créées en fonction d’une sorte de « plan stratégique94 ». Sans doute oublia-t-on trop souvent que les sites fortifiés furent conquis avant que d’être réaménagés puis de subir les modifications inéluctables que l’évolution des techniques de siège imposèrent. Dans le royaume de Jérusalem, où les constructions ex nihilo furent les plus nombreuses (mais on est mal renseigné sur la période antérieure à la croisade), la construction de forteresses et de châteaux, de même que la fortification de villes, fut progressive. Des contraintes diverses pouvaient retarder (ou accélérer) les travaux, dont les contraintes économiques – la disponibilité en numéraire s’avérait une condition sine qua non à leur démarrage. Toute rénovation ou construction répondait à des besoins variés, dont des besoins militaires. L’évolution des priorités géostratégiques détermina donc celle des campagnes de construction. Comme Tyr avait été déclarée but de guerre de première importance, ses assiégeants la bloquèrent très rapidement au moyen des châteaux de Chastel Neuf (Hunīn, c. 1106-1107) et du Toron (Tibnīn, sans doute à la même époque)95. C’est plus tardivement, en revanche, que la région frontalière avec l’Égypte fit l’objet de l’attention des souverains de Jérusalem (ou de leurs vassaux).

3. Les stratégies des souverains musulmans

3.1. Guerre contre les « hérétiques », guerre contre les Francs

  • 96  La perspective changea notamment sous l’influence des travaux de Cl. Cahen (surtout SN).
  • 97  Ibn «aldūn, Ta’rīḫ, t. I, al-Muqaddima, p. 271 ; trad. G. Labica, p. 129 ; trad. V. Monteil, p. 42 (...)
  • 98  Th. Bianquis, « Ibn al-Nābulusī, un martyr sunnite au IVe siècle de l’Hégire », AI, t. XII, 1974, (...)
  • 99  E. Sivan, L’islam et la croisade, p. 16 ; C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 47. Voir égalem (...)
  • 100  Voir Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, cité par E. Sivan, loc. cit., qui néglige néanmoins les te (...)

42À première vue, la guerre changea de nature en Syrie, à la fin du Ve/XIe siècle et au VIe/XIIe siècle. Il a été communément admis, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale96, que les musulmans avaient principalement dirigé leur effort de guerre contre les Croisés puis leurs successeurs. Poussés dans leurs derniers retranchements, les princes turcs tout juste installés dans le pays avaient vainement tenté de résister à une force qui leur était supérieure. Dès lors, peut-on soutenir que des quatre catégories de guerre conceptualisées par Ibn Ḫaldūn, la seconde, celle des plus démunis contre les possédants, cessa d’être la plus courante97 ? En effet, comme le montre une fatwā publiée et traduite par Thierry Bianquis, à l’époque précédente, ce type de guerre, ainsi que celle qui était menée contre l’hérétique musulman, supplantait largement le ǧihād98. Emmanuel Sivan puis, plus récemment, Carole Hillenbrand ont rappelé que les Seldjouqides avaient eu plus à cœur de lutter contre les « hérétiques » fatimides que de profiter de leur victoire contre Romain Diogène en 107199. Les successeurs d’Alp Arslān n’infléchirent pas sa politique. Malik Šāh, poussé sans doute par les milieux religieux, était à la veille d’attaquer l’Égypte lorsqu’il mourut100. Bon gré mal gré, ses descendants passèrent bien du temps à lutter contre les Assassins retranchés à Alamūt. Encore en 544/1149, une inscription qui célébrait la construction d’un four et d’un moulin, consacrés ainsi que le sixième d’un village au rachat des captifs, prenait soin de réserver les bénéfices de la fondation

  • 101  M. Van Berchem, « Inscriptions arabes de Syrie », Mémoires de l’Institut égyptien, t. III, 1897, r (...)

« aux sunnites (ahl al-sunna), à ceux [qui ne s’écartent] pas de la communauté et à ceux qui savent le Coran par cœur101 ».

  • 102  Tous les auteurs arabes en font état. Voir notamment Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. I, p. 200-22 (...)

43Moins de vingt ans plus tard, Nūr al-dīn préféra se consacrer à la conquête de l’Égypte et à la suppression du califat fatimide plutôt que de concentrer ses efforts contre les Francs. La destitution d’al-‘Āḍid provoqua des scènes de liesse à Bagdad et à Damas ; le calife abbasside honora Nūr al-dīn et Saladin de la plus belle des manières102.

  • 103  Trad. H. Laoust, Beyrouth, 1950, chapitre XX, « La guerre légale », p. 270-281.
  • 104 Kitāb al-ǧihād, éd. et trad. E. Sivan, JA, t. 254, 1966, p. 197-224 ; N. Élisséeff, « The reaction (...)
  • 105  La meilleure source est le Mir’āt al-zamān de Sibṭ b. al-Ǧawzī, commodément  cité en note de l’éd. (...)
  • 106  En 473/1080-1, il fait arrêter un bédouin qui correspondait avec eux : Mir’āt al-zamān, éd. Sevim, (...)
  • 107  Voir surtout al-‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 359 (an 490) ; id. dans Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. VI, p. 30 (...)
  • 108  M. Canard, « Fatimides et Bourides à l’époque du calife al-Ḥāfiẓ li-dīn Allāh », REI, vol. XXXV, 1 (...)
  • 109  Ensuite, ils n’eurent plus les moyens de telles ambitions.
  • 110  Voir tout particulièrement Ibn al-Ma’mūn al-Baṭā’iḥī, Abār Mir, p. 13-14 (an 509/1115-6), dont l (...)
  • 111  Sur cette question, voir J.-M. Mouton, Damas, p. 99-104.

44Pourtant, il faut noter que le Précis de droit d’Ibn Qudāma, qui renvoie à l’extrême fin de la période qui nous occupe et à la suivante, ne s’intéresse plus qu’au ǧihād contre les infidèles103. Il est vrai qu’alors une propagande intense avait fait des Francs l’ennemi par excellence. Ce n’était pas encore le cas en 1105 lorsque al-Sulamī focalisait sur le ǧihād et sur les Francs – mais sa voix ne semble pas avoir eu beaucoup d’écho104. Surtout, les Turcs qui s’étaient installés à Damas et à Alep se firent finalement sans trop de difficulté à la présence fatimide en Égypte et même en Syrie. La lourde expédition d’Atsiz en 469/1077 qui s’était soldée par une déroute mémorable105 resta finalement sans suite, malgré l’aversion que Tutuš paraît avoir eue pour les Fatimides dont il craignait la diplomatie souterraine106. Son fils, Riḍwān, accepta, un temps, de passer sous obédience fatimide. Trop faible pour s’emparer seul de Damas, il espérait obtenir une aide substantielle du Caire. Il fit donc proclamer la ḫuṭba au nom du calife égyptien pendant un mois, à la veille de la croisade (489 ou 490/1096-7)107. Après la création des États latins, Le Caire et Damas entretinrent de bonnes relations, du moins sous les Bourides108. Relations certes non dénuées d’arrière-pensées : les Égyptiens cherchaient à remettre Damas sous leur tutelle, alors que pendant quelques années, sous Ṭuġtakīn, les Damascènes ambitionnèrent de s’installer sur la côte palestinienne109. Des ambassades furent donc échangées, une correspondance régulièrement entretenue, des combats menés de concert110 et un soutien parfois actif apporté par les Damascènes aux cités fatimides de Palestine menacées par les Francs. Jusqu’en 535/1140, Damas et Le Caire furent des partenaires qui firent plus que se ménager. Ensuite, leurs relations, toujours cordiales, furent moins suivies : l’alliance franque rassurait suffisamment les Bourides face aux Zankides111.

  • 112  Opérations contre les Francs en 553/1158.
  • 113  Toutes les histoires des croisades traitent de cette période, mais, pour la plupart, sans avoir eu (...)
  • 114  Dans les deux camps, les chroniqueurs insistent essentiellement sur le danger que la conquête de l (...)

45Les choses changèrent quelque peu à partir de la prise de Damas par Nūr al-dīn en 549/1154. En proie aux crises qui peu à peu allaient avoir raison de leur régime, les Fatimides n’eurent plus guère la force de s’occuper des affaires syriennes. En 548/1153, ils y avaient perdu leur dernière tête de pont, Ascalon. Malgré quelques réactions d’orgueil112 et des tentatives de rapprochement avec le prince zankide, auquel Ṭalā’i‘ b. Ruzzayk versa même un tribut, ils disparurent peu à peu du champ politique syrien113. Bientôt, l’Égypte ne constitua plus qu’une cible pour Nūr al-dīn comme pour le roi de Jérusalem114.

3.2. L’importance du « phénomène franc »

  • 115 Kitāb al-ǧihād, p. 211-212 (texte arabe), p. 219 (trad.) ; voir également H. Dajani-Shakeel, « A re (...)

46Il est difficile de faire du facteur franc le déterminant unique des politiques suivies par les princes musulmans de Syrie, de même qu’on ne peut minorer leur poids sur les stratégies qu’ils adoptèrent. En effet, il est incontestable que l’arrivée des Francs ne provoqua pas de changement des évolutions en cours en terre d’islam. Les mouvements de fond qu’étaient, au plan politico-militaire, la conquête turque et la « rénovation » de l’islam sunnite ne s’interrompirent pas. Furent-ils freinés ou au contraire accélérés par la croisade ? Assurément, au plan militaire, il fallut compter sur le nouvel ennemi qui bloqua, tout particulièrement, l’accès à la mer. Pour ce qui est du réarmement moral de l’islam, al-Sulamī avait en tout cas espéré qu’il bénéficierait de l’arrivée des Francs115 :

« Apprenez avec certitude que l’attaque de cet ennemi sur votre pays et ses victoires sur vos frères en religion ne sont qu’un avertissement adressé par Allāh à ceux qui restent : si vous mettez fin à vos actes de rébellion envers Lui, Il vous donnera le dessus et vous inspirera de nouveau de la sécurité ; si, au contraire, vous persistez dans votre attitude, Il aidera [les Francs] à dompter ceux d’entre vous qui n’ont pas été atteints jusqu’à présent. […]
Plaise au ciel que ce châtiment prochain vous éveille du sommeil de l’apathie et vous remette parmi ceux qui craignent Dieu, qui obéissent aux préceptes de Son Livre et quittent [leurs voies passées], pleins de contrition, pour demander son secours. »

  • 116  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 131 et suivantes.
  • 117 Kitāb al-ǧihād, p. 209 (texte arabe), p. 217 (trad.) : « On est saisi d’un étonnement profond à la (...)
  • 118 Zubda, t. II, p. 173-174, an 508. Voir également, dans la Buġya, t. IV, p. 1964, à propos du siège (...)

47Pour la plupart récemment installés, les souverains musulmans se devaient avant tout de consolider leur pouvoir. Ils réagirent tout de même, au moins partiellement, aux appels à l’aide de Yāġī Siyān116. Mais ils ne firent guère plus. Riḍwān continua de rêver à Damas, Duqāq à tout faire pour la conserver, l’un comme l’autre à s’intéresser à la Djéziré. C’est seulement lorsque les sources d’approvisionnement de Damas furent menacées par Baudouin Ier de Jérusalem, qui s’attaquait au Ḥawrān et à la Bekaa, que Ṭuġtakīn réagit fermement. Al-Sulamī pouvait donc évoquer leur égoïsme – le leur et celui de leurs congénères117. On cite souvent, également, les remarques dépitées d’Ibn al-Aṯīr sur l’invasion croisée. On oublie parfois les jugements terribles portés par Ibn al-‘Adīm, il est vrai généralement peu amène envers les nouveaux venus turcs, sur l’ensemble des princes de Syrie118 :

« Lu’lu’ et les dignitaires alépins écrivirent à l’atābak Ṭuġtakīn et à d’autres [princes], leur demandant de venir écarter les Francs de la ville, mais aucun n’y répondit favorablement. Il peut paraître étrange qu’on appelât les princes (al-mulūk) à Alep et qu’il ne s’en trouvât aucun pour la désirer, aucun pour en éloigner les Francs. La cause en était que les dirigeants (al-muqaddamūn) tenaient à ce que les Francs restassent, afin de se maintenir [au pouvoir] (li-yaṯbatu ‘alayhim mā hum fīhi). »

  • 119  Voir par exemple Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, I, 48 r°-v° ; A.-M. Eddé, « Fr (...)

48L’attitude des souverains musulmans ne fut naturellement ni uniforme, ni immuable. Les chroniqueurs en laissent des images contrastées, plus ou moins positives. Si Ibn al-‘Adīm et Ibn Abī Ṭayyi’, par exemple, dressent un portrait peu flatteur de Riḍwān, notamment condamné pour son manque de combativité119, Ibn al-Qalānisī s’attache inlassablement à faire de Ṭuġtakīn un guerrier offensif et efficace. Il loue également certains de ses successeurs pour leur activité, à des degrés divers. Mais ces louanges paraissent parfois plus des passages obligés (Ibn al-Qalānisī servit la dynastie bouride) et convenus que l’expression d’une réelle admiration. Il est vrai qu’en terme de stratégie militaire, les uns comme les autres s’en tinrent essentiellement à la défensive face aux Francs.

3.3. Stratégie défensive

  • 120  Récit de la conquête turque de la Syrie dans Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II, p. 581-616 (S (...)

49Il est intéressant de remarquer qu’ils rompaient en cela avec les pratiques des armées turques de la génération précédente qui avaient conquis la Syrie. Ces dernières, auxquelles le qualificatif de « bandes » conviendrait mieux, le plus souvent, s’en étaient emparées avec une facilité déconcertante. Peu nombreuses mais commandées par des chefs énergiques et redoutables, bien équipées et rompues à différentes techniques de combat, elles avaient profité, comme les Croisés allaient le faire quelques années plus tard, de l’émiettement et de l’affaiblissement des pouvoirs en place. Elles avaient évincé les Mirdassides au nord, les Fatimides au sud (mais ces derniers allaient se réimplanter en Syrie méridionale au bénéfice de la croisade). Offensives et agressives, elles avaient provoqué nombre de carnages, la guerre semblant même se limiter, un temps, aux chevauchées déprédatrices. Un halo de terreur les avait précédées, qui leur avait facilité la tâche120.

3.3.1. Damas bouride

  • 121  Idée analogue exprimée par J. Prawer, « Crusader security and the Red Sea », Crusader Institutions(...)
  • 122 Cf. M. Köhler, Allianzen und Verträge zwischen fränkischen und islamischen Herrschern im Vorderen O (...)
  • 123 Ainardus (Aynart dans l’Eracles) a droit a un portrait élogieux : Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVI (...)
  • 124  Puis par Nūr al-dīn.
  • 125  Voir Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 263 et 278 ; J.-M. Mouton, Damas, p. 70-71. En 506/11 (...)

50Fondamentalement, pendant la période suivante qui court de la première croisade à l’installation de Zankī à Alep, au nord, et à la fin de la dynastie bouride, en Syrie centrale et méridionale, la nature des armées turques n’avait pas changé. La cavalerie lourde y tenait toujours la même première place. Mais peu nombreuses, elles avaient peu en commun, en terme d’organisation et de puissance, avec les appareils militaires dont avaient bénéficié Alp Arslān ou Malik Šāh. Or il leur fallait désormais s’opposer à un ennemi autrement plus coriace et mieux organisé que les bédouins et autres forces déliquescentes qu’elles avaient affrontées pendant la conquête de la Syrie. Un ennemi déterminé, solidaire et qui n’employait pas de Turcomans comme mercenaires, ce qui évitait qu’il s’affaiblît de l’intérieur. En outre, il ne faut pas oublier que désormais les chefs turcs installés à Damas ou à Alep possédaient des territoires à défendre… Nécessité fit donc loi : plus dynamiques et sans doute mieux organisés, les Francs les acculèrent. En général, eux seuls eurent l’initiative, tout particulièrement au début de leur installation (jusqu’en 1110 environ), et spécialement en Syrie du Nord121. De sorte qu’une mentalité défensive s’imposa aux musulmans de Syrie. Ils subirent, la plupart du temps, s’en tirant au mieux par le paiement de tributs, au pire par la perte de territoires. Les succès sur les champs de bataille ne furent guère suivis d’effet ; on ne cherchait pas à profiter de l’avantage acquis. L’évolution des relations diplomatiques entre Damas et Jérusalem est depuis peu bien connue122. On sait à quel point trêves et alliances diverses furent recherchées par l’un ou l’autre parti – surtout par les musulmans. L’alliance que conclurent Anur et Foulques d’Anjou, en 534/1140, fit du premier, aux yeux de Guillaume de Tyr, « un homme très prudent, [qui] aimait le peuple des Francs123 ». À plusieurs reprises, cette alliance accorda un répit aux Damascènes pressés par Zankī124. Mais bien auparavant, sous Ṭuġtakīn, on avait innové. Une véritable stratégie de condominium avait été adoptée. Les revenus agricoles de la Bekaa et du Sawād, théoriquement sous domination damascène, étaient partagés entre les Francs, les Damascènes et les paysans. En 502/1108, le Sawād et le Ǧabal ‘Awf avaient fait l’objet d’un accord. Deux ans plus tard, épuisés, les Damascènes avaient suggéré son renouvellement. Le partage les défavorisa plus encore. Désormais, la moitié et non plus un tiers des revenus revenaient au roi de Jérusalem. De facto, les possessions de ce dernier s’étendaient. Pour Damas, c’était un recul assumé125.

  • 126  Sur tous ces lieux, voir N. Élisséeff, ND, t. III, index.
  • 127 Maqrīzī, Itti‘āẓ al-unafā, t. III, p. 509.

51Trêves, accords et alliances furent évidemment entrecoupés de périodes plus ou moins longues d’affrontements. Parler de « stratégie défensive » n’implique évidemment pas l’absence d’activité militaire non plus que la poursuite de politiques mûrement réfléchies qui occasionnaient parfois des offensives vigoureuses. Sur ce plan, les petits potentats (tels les Munqiḏites de Šayzar) n’avaient pas la même marge de manœuvre que les princes de Damas et d’Alep, dont chacun tenta essentiellement de préserver ses sources d’approvisionnement et de tenir fermement les places jugées fondamentales à la survie de sa principauté. C’est ainsi qu’à la mort de Baudouin Ier de Jérusalem, en 511/1118, aux envoyés de son successeur (Baudouin du Bourg) qui sollicitaient une nouvelle trêve, Ṭuġtakīn répondit qu’il n’y était pas opposé, pour peu qu’on satisfasse ses exigences. Elles étaient essentiellement d’ordre économique : il réclamait la totalité des récoltes du Ǧabal ‘Awf, d’al-Hannāna, d’al-Ṣalt et d’al-Ġawr126, jusqu’alors partagées à part égale entre Damas, les Francs et les paysans127. Confronté aux mêmes difficultés d’approvisionnement que le prince de Damas, le roi de Jérusalem refusa.

  • 128  La date de sa construction est incertaine. Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIV, 25 (...)
  • 129  L’histoire de Rafaniyya, ville déjà très disputée au début du Ve/XIe siècle entre Byzantins et mus (...)
  • 130  Puis des Alépins, sous Zankī.

52En fait, une fois la période de consolidation des États francs achevée (aux alentours de 1110 donc), la lutte entre Francs et Damascènes (et, plus généralement, les musulmans) prit à bien des égards la forme d’un combat pour le contrôle des régions agricoles et des principales voies de communication. On s’explique mieux, dès lors, les importants efforts militaires et diplomatiques consentis par les seconds pour prendre puis conserver les villes de Baalbek, Homs et Hama au nord, de Tadmur (Palmyre) à l’est, de Bosra, Ṣarḫad et même de Aḏri‘āt au sud, de Banyas au nord-est. La tentative avortée d’installation des Turcomans d’al-Iṣfahbaḏ face à la ville de Tibériade, au début du VIe siècle de l’hégire, visait tout particulièrement à empêcher les ravages inlassablement répétés par le maître de Tibériade ou le roi de Jérusalem. Dans l’esprit des maîtres de Damas, toutes ces cités constituaient autant de points avancés de la protection de Damas. Elles en surveillaient l’accessibilité. En outre, certaines d’entre elles permettaient de lever des taxes sur les caravanes de passage. Et la plupart dominaient de riches plaines céréalières – Buqay‘a (la Bocquée), Bekaa, Ḥawrān, Sawād, plaine de Hama surtout. Naturellement, les Francs suivaient peu ou prou la même stratégie. C’est ainsi que rapidement conscients qu’ils ne s’implanteraient jamais à Hama, désireux de protéger la trouée de Tripoli et de profiter de tout ou partie des récoltes de la plaine de Hama, ils édifièrent rapidement le château de Ba‘rīn (Mons Ferrandus)128, et tentèrent de s’emparer de Rafaniyya129. La seconde de ces places, notamment, fut l’objet de bien des convoitises de la part des Damascènes130.

  • 131 Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 266-268. La ville fut bloquée pendant trente-cinq jours.
  • 132  Voir le beau récit d’Ibn al-Qalānisī dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 362-364. Sur l’importance du s (...)
  • 133  La meilleure source arabe est Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 451-452. Voir désormais G. D (...)

53Tant qu’il le put, le prince de Damas réagit vigoureusement lorsqu’il risqua la perte de l’une des principales villes de sa principauté. C’est ainsi que Ṭuġtakīn réprima sans tarder la tentative de rébellion du gouverneur de Baalbek, Kumuštakīn, en 503/1109131. Quelques années plus tard, Šams al-Mulūk fit de même. Pas plus que son grand père, il ne pouvait se passer de ce carrefour indispensable à l’exploitation des richesses de la Bekaa. En 526/1132, informé des velléités d’indépendance de son frère Šams al-Dawla Muḥammad auquel son père l’avait confiée de son vivant, il mena tambour battant les représailles. Il s’empara sans coup férir des deux châteaux qui surveillaient l’accès à Baalbek, Ra’s Baalbek et al-Labwa, et se présenta devant Baalbek. Le blocus fut rigoureux ; un mois environ suffit à ramener Muḥammad à la raison. Il se soumit132. Mais Baalbek ne fut pas la seule cité à susciter des ambitions. En 542/1147, par exemple, le gouverneur de Ṣarḫad et de Bosra, clés du Ḥawrān, qui jouissait déjà, peut-être, d’une certaine forme d’autonomie, tenta de s’y déclarer indépendant. Pour ce, il fit appel au roi de Jérusalem qui hésita beaucoup avant d’accorder son soutien : l’alliance d’Anur était précieuse et il était dangereux de provoquer un rapprochement entre Damas et Alep. C’est pourtant ce qui eut lieu. Nūr al-dīn accepta bien volontiers de fournir l’aide qu’Anur lui demanda. Mieux, il se déplaça en personne. La colonne franque qui s’était mise en route fut harcelée mais elle ne se débanda pas. Puis, après un violent combat, elle céda finalement. Bosra, Ṣarḫad et le Ḥawrān furent sauvés133.

54Alors, pourtant, les Bourides souffraient de la pression zankide. Depuis que Zankī s’était installé à Alep, leur politique n’avait pas changé. Il s’agissait toujours de défendre d’arrache-pied leur principauté, quel que soit l’ennemi. Comme aux premiers temps des règnes de Riḍwān et de Duqāq, c’est d’Alep que le danger le plus menaçant venait. Il était musulman. Contre lui, on ne dédaigna aucunement l’alliance franque.

3.3.2. La Syrie du Nord avant l’installation de Zankī à Alep

  • 134  Les événements sont minutieusement reconstitués par Cl. Cahen, SN, passim. Les sources arabes sont (...)
  • 135 Ibn al-Furāt, op. cit., I, 41 r° ; A.-M. Eddé, loc. cit., p. 108, 109.
  • 136  Cl. Cahen, op. cit., p. 239, souligne que seul, de la Syrie intérieure, resta aux Francs le Rūǧ ju (...)
  • 137  En fait, l’escorte envoyée par Zankī pour prendre possession de la ville arriva à Alep au milieu d (...)

55En Syrie du Nord, avant l’avènement de Zankī, on est bien en peine de dégager une politique aussi cohérente qu’à Damas134. Là, les Francs d’Antioche, voisins, ne laissèrent que peu de latitude aux musulmans. Peu aimé de ses sujets, en mauvais termes avec les Seldjouqides de Bagdad et sans cesse menacé par Tancrède, Riḍwān fut systématiquement sur la défensive. À plusieurs reprises, les Francs le menacèrent même aux portes de sa cité. En 496/1102-1103, ils assiégèrent Muslimiyya, qui se trouvait à 11 km d’Alep. En 504/1110-11, Riḍwān dut même accepter de partager les revenus des vergers et des moulins des abords de la ville135. Acculé, il n’en tenta pas moins de desserrer l’étau qui étranglait sa principauté. Il s’agissait simplement, pour lui, d’éloigner au maximum les Francs de sa capitale. Trop faible et trop isolé pour mener quelque offensive d’envergure que ce soit, il se trouva condamné à profiter des défaites subies par les Francs. C’est ainsi qu’après Ḥarrān (497/1104), il réussit à récupérer de nombreuses villes situées à l’est de sa principauté – Sarmīn, Kafarṭāb, Ma‘arrat al-Nu‘mān, Ma‘arrat Miṣrīn et al-Bāra136. Ou qu’il chercha – vainement – à tirer profit des difficultés franques en Djéziré. Plus affaiblis encore, ses successeurs ne furent évidemment pas de taille à tenter quoi que ce soit face à Roger d’Antioche. Il fut donc à nouveau question de tribut et autres concessions, ce qui accentua la ruine d’Alep. Dès lors, Alépins et Damascènes firent fi de leur rivalité et s’allièrent. De la mort du fils de Riḍwān, Alp Arslān, en 508/1114, à la prise d’Alep par Zankī, en 521/1127137, ils oublièrent leurs rancœurs et, sous la férule de Ṭuġtakīn et des différents maîtres d’Alep, les deux capitales syriennes menèrent quelques combats en commun, aidées en cela, à l’occasion, par des troupes orientales. Cette activité nouvelle se solda par quelques succès d’estime, quelques défaites et une éclatante victoire, obtenue par le seul Īl-Ġāzī. Mais il n’avait pas été question d’alliance offensive. L’objectif, à nouveau, était simplement de résister. Un temps, la vigueur des Francs, désormais bien intégrés au jeu politique syrien, avait réussi à troubler la traditionnelle inimitié franco-damascène. Mais sans bouleverser les stratégies dont leur arrivée avait provoqué l’adoption.

  • 138  Voir les analyses de C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 80.
  • 139  Par exemple Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 298. Mais il faut se souvenir que Mawdūd et Ṭu (...)
  • 140  L’activité des deux chefs musulmans n’est pas très clairement exposée par les auteurs arabes. Voir (...)

56Pendant cette période, les offensives musulmanes les plus marquantes furent le fait d’armées venues d’Orient. Encore ne visaient-elles pas forcément les Francs : les maîtres de Mossoul eurent également pour projet de se saisir de Ṭuġtakīn et d’Īl-Ġāzī. Il est difficile de déceler derrière les offensives de 503/1110, 505/1111-12 et 509/1115 une réelle volonté de briser la domination franque138. On peut même se demander si elles ne cherchaient pas avant tout à restaurer l’autorité seldjouqide sur al-Šām, même si un courant populaire poussant au ǧihād existait à Bagdad. En tout cas, en soupçonnant Ṭuġtakīn de l’assassinat de Mawdūd, les sources arabes vont quelque peu dans ce sens139. Surtout, en s’alliant à Roger d’Antioche pour faire face à l’armée la plus distinctement envoyée en Syrie pour les ramener à la raison, Ṭuġtakīn et Īl-Ġāzī ne s’y étaient pas trompés140. Incontestablement, pour ce qui est de cette dernière expédition au moins, la stratégie générale des musulmans (d’Orient cette fois) occultait la réalité franque. Pour les musulmans de Syrie, elle avait néanmoins représenté un soutien appréciable, sans qu’ils aient dérogé à leurs principes défensifs d’ailleurs.

  • 141  Sur l’ensemble de la carrière du chef turcoman, voir C. Hillenbrand, « The career of Najm al-dīn Ī (...)

57La victoire la plus probante remportée sur les Francs ne changea pas plus les mentalités. En 513/1119, les Turcomans d’Īl-Ġāzī décimèrent la chevalerie antiochéenne. Mais pas plus que les vainqueurs de Ḥarrān, plus d’une décennie auparavant, Īl-Ġāzī ne semble avoir eu l’intention de pousser plus loin son avantage. Qu’il ait ou non été au courant de l’ampleur de la catastrophe qu’Antioche venait de subir, il n’avait ni projet politique, ni projet militaire141. Il se contenta donc d’opérations d’envergure limitée. Antioche ne fut point assiégée.

3.4. Les offensives de Zankī142

3.4.1. L’arrivée de Zankī sur la scène syrienne : un hiatus

  • 143  Voir notamment Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIV, passim.
  • 144 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 254.

58Il n’en était pas de même de Zankī dont l’arrivée sur la scène syrienne, en 522/1128, constitue un hiatus. C’est du moins la thèse directement ou indirectement soutenue par les chroniqueurs arabes comme par Guillaume de Tyr dont il faut néanmoins rappeler qu’il est mal renseigné sur les périodes les plus reculées143. Pour de nombreux auteurs arabes, et tout particulièrement Ibn al-Aṯīr, le chantre du ǧihād qu’était Zankī rehaussa la gloire des musulmans ; selon le second, Sanguinus faisait preuve d’une sagacité et d’une dangerosité inédites. Un passage du Kāmil montre à quel point Ibn al-Aṯīr fait de Zankī le symbole d’une renaissance politique et surtout militaire. Il raconte la prise et la destruction de la forteresse d’al-Aṯārib, en 524/1130144 :

  • 145 Ba’s, mot très difficile à traduire ; il désigne tout autant une qualité morale que physique, celle (...)

« Il marcha sur elle et l'investit. Lorsque les Francs en furent informés, ils rassemblèrent leurs cavaliers (fāris) et leurs fantassins (rāǧil) – ils comprirent que cette bataille (waq‘a) allait avoir des suites. Ils mobilisèrent donc, réunirent [du monde] et ne négligèrent rien de ce qui était en leur pouvoir. Puis lorsqu’ils en eurent terminé, ils se dirigèrent vers [Zankī]. Lui consulta ses compagnons (aṣḥāb) sur ce qu’il fallait faire. Tous lui conseillèrent de se retirer, car rencontrer les Francs sur leur territoire constituait un danger (ḫaṭar) dont on ne pouvait prévoir les conséquences. Mais il leur répondit :
“Si les Francs nous voient nous retirer devant eux, leur ardeur n'en sera que décuplée. Ils se jetteront sur nos traces, et dévasteront nos terres. Il faut absolument les affronter, dans tous les cas”.
Puis il laissa là la forteresse (ḥiṣn) et alla à leur devant. Ils se rencontrèrent alors et se mirent en ordre de bataille. Chaque corps (farīq) tint bon face à son adversaire (ḫaṣm) ; ils s’affrontèrent intensément (ištadda al-amr baynahum). Finalement, Dieu Très Haut apporta son aide aux musulmans qui l’emportèrent. Les Francs s’enfuirent de la manière la plus détestable qui fût. De nombreux chevaliers (fursān) tombèrent en captivité et nombre d’entre eux furent tués. Zankī avait ordonné à son armée de ne pas faire de quartier (wa taqaddama ‘Imād al-dīn ilā ‘askarihi bi l-inǧāz). Il avait dit [à ses hommes] :
“Ceci est notre première bataille contre eux. Faisons leur goûter notre audace145, de manière à ce qu’il ne reste que de l’effroi dans leur cœur !”Ils agirent ainsi qu’il leur avait ordonné. Comme je passais près de cette terre, de nuit, en 584, on me dit que de nombreux os s’y trouvaient encore.
Lorsque les musulmans en eurent terminé avec leur victoire, ils retournèrent à la forteresse dont ils s’emparèrent de vive force. Ils massacrèrent ou firent prisonniers tous ceux qui s’y trouvaient et ‘Imād al-dīn la détruisit – il en fit un terrain plat et uni (dakk). Elle est restée démantelée jusqu’à aujourd’hui. »

  • 146  Sur le site, voir R. Dussaud, Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, p. 219 ; Cl (...)
  • 147  Ibn al-Aṯīr, loc. cit.
  • 148  Elle se trouvait seulement à une journée de cette ville. Voir Ibn Šaddād, al-A‘lāq al-ḫaṭīra (Syri (...)

59L’événement était d’importance, la place forte d’al-Aṯārib (Cerep des textes latins) occupant un site hautement stratégique au carrefour des routes d’Alep à Antioche et au Rūǧ146. De là, les Francs pouvaient venir ravager les abords même d’Alep et empêchaient tout mouvement suspect vers Antioche. La place fut donc très disputée tout au long du premier tiers du VIe/XIIe siècle (de même que pendant le règne de Nūr al-dīn). Son démantèlement constituait bien un enjeu de première importance. Il fut suivi, toujours selon Ibn al-Aṯīr, d’une attaque de la place tout aussi stratégique de Ḥārim, dont le chroniqueur prend soin de préciser qu’elle se situait « près d’Antioche ». Zankī l’assiégea et elle lui offrit de lui verser la moitié de ses revenus. Il accepta l’offre147. En fait, comme en témoignent d’ailleurs les paroles attribuées au šahīd (« martyr ») avant la victoire sur l’armée de secours, selon une technique narrative dont on a vu qu’elle visait tout autant à rendre vivant les récits qu’à leur donner le « goût du vrai », c’est bien d’une nouvelle ère qu’il est question. À peine installé à Alep, Zankī prenait l’initiative. Il s’attaquait à la frontière occidentale de la principauté dont il avait hérité et qu’il décidait de sécuriser. Il allait même plus loin, puisqu’il poussait jusqu’à Ḥārim, menaçant ainsi directement Antioche148. Sa présence bouleversait la donne géostratégique. Ibn al-Aṯīr conclut d’ailleurs :

  • 149  À « wa istadāra al-muslimūn bi-tilka l-amāl » (qu’on aurait pu traduire « et les musulmans arpent (...)

« La force des musulmans crût dans cette région149, [alors que] la puissance des infidèles (kāfirūn) s'affaiblit. Ils comprirent que ce à quoi ils ne s’attendaient pas était venu dans le pays. Leur objectif devint d’y conserver ce qu’ils possédaient, alors qu’ils cherchaient auparavant à se rendre maîtres de la totalité. »

  • 150  Mais Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. I, p. 128-129, reprend textuellement Ibn al- (...)
  • 151  Ibn al-Aṯīr place ces événements sous l’année 523. Voir notamment Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 2 (...)
  • 152  Il n’en est rien d’Ibn Abī Ṭayyi’, du moins dans ce qu’en cite Ibn al-Furāt, op. cit., p. 131.
  • 153 Ta’rīḫ Ḥalab, p. 383, laconique : « Les musulmans dévastèrent le faubourg (rabaḍ) d’al-Aṯārib et le (...)

60En fait, les autres chroniqueurs arabes (Guillaume de Tyr est peu fiable pour cette période) ne confirment pas les dires d’Ibn al-Aṯīr150. Ils se consacrent surtout à ses offensives dirigées contre les villes musulmanes de Hama et de Homs151 et ne mentionnent pour la plupart qu’en passant les ravages réalisés en territoire antiochéen152. Les deux auteurs généralement les mieux informés sur les événements alépins, al-‘Aẓīmī et Ibn al-‘Adīm, font simplement état d’attaques dévastatrices contre les « faubourgs » (rabaḍ) d’al-Aṯārib et de Ma‘arrat Miṣrīn, sans les attribuer à Zankī153. Un peu plus précis, Ibn Wāṣil, qui si souvent reprend le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, choisit ici d’ignorer sa version des faits :

  • 154  Ibn Wāṣil ne prend pas la peine de préciser si Zankī était présent.

« Et, au milieu de ḏū l-ḥiǧǧa de cette année (524), ‘Imād al-dīn Zankī fit partir deux mille cavaliers (fāris). Ils fondirent sur Ma‘arrat Miṣrīn – qui appartenait aux Francs. Elle fut pillée et ses habitants tués. Puis il lança des incursions contre Tall Bāšir et al-Aṯārib, et il154 tomba sur la cavalerie (ḫayl) d’al-Aṯārib, dont un grand nombre fut tué. »

Version qu’il avait pourtant sous les yeux, puisqu’il termine son récit par une remarque anodine, mais qui en dit long sur son scepticisme :

« Et Ibn al-Aṯīr raconte qu’il conquit, cette année-là, iṣn al-Aṯārib ».

  • 155 Op. cit., p. 83. Ibn Wāṣil est suivi par C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 117.

Pour Ibn Wāṣil, c’est bien plus tard, en 533/1138, que Zankī s’empara d’al-Aṯārib, à l’époque de la première expédition byzantine en Syrie du Nord155.

  • 156 Mufarriǧ al-kurūb, p. 73.

61Par-delà une simple date (al-Aṯārib a pu être prise puis perdue, etc.), il est intéressant de se pencher sur la réécriture de l’histoire par l’un des meilleurs historiens des VIe-VIIe/XIIe-XIIIe siècles. Sans doute trop pressé de marquer une rupture nette, immédiate, entre Zankī et ses prédécesseurs, Ibn al-Aṯīr fait coïncider la chronologie et une réalité : le changement de ton, en Syrie, qu’occasionna l’installation de Zankī à Alep. Réalité que d’ailleurs les chroniqueurs arabes reconnaissent bien volontiers. Ibn Wāṣil, par exemple, prête des paroles fortes aux Francs assiégés dans Ba‘rīn, en 531/1137. Prêtres et moines (al-qusūs wa l-ruhbān) se disséminèrent en pays franc, byzantin et dans d’autres territoires chrétiens : il fallait obtenir de l’aide contre les musulmans car156

  • 157  Les chroniqueurs arabes usent des deux orthographes : Ba‘rīn et Bārīn. Ibn Wāṣil emploie la deuxiè (...)

« ils leur apprenaient que si Zankī prenait iṣn Bārīn157 et les Francs qui s’y trouvaient, il s’emparerait de l’ensemble de leurs territoires en un rien de temps, du fait de l’absence de tout protecteur. Et que les musulmans ambitionnaient de conquérir Jérusalem. Dès lors, les chrétiens se mobilisèrent, rassemblèrent [des troupes] et se dirigèrent vers la Syrie en compagnie du roi de Constantinople (malik Qusṭanṭīniyya) ».

  • 158 Ibid., p. 88 ; C. Hillenbrand, op. cit., p. 118. Sur les accords entre Francs et Damascènes, la mei (...)

62De toute évidence, selon Ibn Wāṣil, Zankī était ressenti, à son époque, comme un réel danger pour l’existence même des États francs. Quelques années plus tard (en 534/1140), Mu‘īn al-dīn Anur, impatient d’obtenir l’aide du roi de Jérusalem contre le prince zankide, qui menaçait Damas, usa du même argument que les Francs retranchés dans Ba‘rīn158 :

« Il leur fit craindre que si ‘Imād al-dīn s’emparait de Damas, il prendrait Jérusalem, et il ne leur laisserait pas une ville du Sāḥil. »

3.4.2. Les objectifs de Zankī

  • 159 Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. VIII, p. 3845.

63Les territoires contrôlés par Zankī s’étendaient sur d’immenses étendues. En conquérant ambitieux, il s’était fait investir par le sultan Maḥmūd de la Djéziré et de la Syrie dès l’année suivant son arrivée à Alep159, mais non sans renoncer à s’imposer à Bagdad. Il tenta d’unifier ces territoires. La tâche était immense ; elle n’avait pas été entreprise depuis la mort de Tutuš. Opiniâtre et tenace, il bénéficia d’une longévité inédite au Proche-Orient (il mourut à plus de soixante ans). Comme il guerroya sans guère d’interruptions, il progressa sur tous les fronts, mais de manière désordonnée. De sorte qu’il est plus souvent vu comme un simple guerrier qu’un stratège hors pair.

  • 160 D. Sourdel, « Ḳal‘at Dja‘bar », EI 2, t. I, p. 364.

64À son arrivée en Syrie, les Francs d’Antioche menaçaient Alep à partir de forteresses toutes proches. La principauté bouride de Damas subissait la loi des Francs de Jérusalem et de Tripoli. Le comte d’Édesse pouvait quand bon lui semblait interrompre les lignes stratégiques entre Alep et les centres urbains djéziréens et iraqiens. Les Artuqides de Ḥiṣn Kayfā et de Mārdīn étaient suffisamment puissants pour contrecarrer ses ambitions djéziréennes. Les Kurdes du Diyār Bakr et les tribus turcomanes qui y transhumaient constituaient autant de pouvoirs indépendants ou semi-indépendants qui risquaient à tout moment de semer terreur et désolation dans ses territoires. Quelques îlots arabes conservaient leur indépendance, avec lesquels il fallait malgré tout composer, tels les ‘Uqaylides de Qal‘at Ǧa‘bar qui y étaient installés depuis qu’en 479/1086-7 Malik Šāh l’avait confiée à Sālim b. Mālik160.

a.– Repousser les Francs ; conquérir Damas
  • 161  Ibn al-‘Adīm, op. cit., p. 3845-3846, propose une liste de ses conquêtes sur l’ennemi chrétien (fa (...)
  • 162  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 275.
  • 163  Sur l’importance stratégique de la place, voir Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. I, p. 143-144 ; M. Canard, (...)

65La tâche s’annonçait donc ardue. Il s’y attela avec plus ou moins de bonheur, de manière plus ou moins méthodique, sans jamais interrompre ses campagnes. C’est sans doute la raison pour laquelle il symbolisa une transformation des mentalités, au plan de la stratégie militaire comme du projet politique qu’on lui prêtait. Pour la première fois depuis l’arrivée des Croisés, un homme était vu par les auteurs arabes comme capable sinon de bouter effectivement les Croisés hors de Syrie, du moins de mener l’offensive et de les faire reculer. Ce qu’il fit d’ailleurs, au moins en Syrie du Nord et en Djéziré, puisqu’il leur enleva des places aussi importantes que Kafarṭāb, Zardanā, Tall Aġdī, Ma‘arrat al-Nu‘mān (où il rétablit les anciens propriétaires dans leurs droits), al-Aṯārib, Édesse et Sarūǧ161. Pourtant, il faut garder à l’esprit que l’homme était avant tout un pur produit de la cour des Seldjouqides d’Iraq où il pensait avoir un rôle important à jouer. De sorte qu’il ne fut présent en Syrie que de manière intermittente et qu’il est par-là difficile de lui attribuer un projet, face aux Francs tout au moins. De fait, les quelques conquêtes dont on a fait état, auxquelles quelques autres (moins importantes) doivent être ajoutées, ne laissent pas entrevoir la poursuite d’une stratégie déterminée par l’ennemi franc. De toute évidence, il chercha à repousser les limites des frontières orientales de la principauté d’Antioche et du comté de Tripoli. Il mit suffisamment à mal les défenses avancées d’Antioche pour que ses troupes puissent la menacer même en son absence, ce dont elles ne se privèrent d’ailleurs pas lorsqu’il fallut rendre coup pour coup aux Francs qui y résidaient. Ainsi, en ramaḍān 536/avril 1142, aux ravages qu’ils effectuèrent aux environs de Sarmīn et dans le Ǧabal al-Summāq, le fils de Sawār, ‘Alam al-dīn répondit en conduisant des Turcomans aux portes d’Antioche162. Mais les frontières de la principauté d’Alep ne furent pas seulement repoussées à l’ouest : il en fut de même à l’est et au sud. En fait, les Alépins se réapproprièrent partiellement les rives orientales de la vallée de l’Oronte. On ne peut pour autant parler de stratégie suivie : l’importante place d’Apamée, par exemple, qui surveillait notamment le Ġāb et la seule route de plaine le long de l’Oronte, ne fut pas conquise163.

66Il ne chercha pas plus à attaquer Antioche ou Tripoli dont il n’eut cure tant que leurs maîtres respectifs ne le gênaient pas. Il visa avant tout la réunification de la Syrie musulmane. Pour ce, il lui fallait prendre Damas. Il progressa méthodiquement, procédant par petites touches. Soucieux de sécuriser ses arrières et d’affaiblir les Bourides, il les priva des principales places de leur principauté. Hama, Homs, Baalbek et Banyas, toutes cités qui, on l’a vu, en formaient des bastions avancés, tombèrent peu à peu entre ses mains (mais Banyas lui fut ensuite reprise). La Syrie centrale musulmane plus ou moins contrôlée, ses arrières protégés, il put directement s’attaquer à la capitale bouride. Sans succès, d’une part parce que les affaires iraqiennes et djéziréennes le détournaient ponctuellement de la Syrie, d’autre part parce que les Bourides s’allièrent aux Francs. En outre, il ne faut pas minimiser l’effet répulsif que ses traîtrises et autres violences avaient provoqué chez les Damascènes, qui craignaient plus que tout son caractère violent et sanguinaire. En tout état de cause, malgré les coalitions qu’il suscitait et l’intervention des Byzantins, l’initiative lui appartenait.

b.– Zankī stratège ou opportuniste ? L’exemple djéziréen
  • 164 Op. cit., p. 118.
  • 165  Campagnes contées avec plus ou moins d’emphase par Ibn al-Aṯīr, Bāhir, passim, repris par N. Éliss (...)
  • 166  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. I, p. 269 : « ce sont deux importants villages, mais deux petites villes.  (...)
  • 167  Autre point de passage de la route de l’Euphrate. Sur l’itinéraire de Zankī venant prendre possess (...)
  • 168  Sans doute la même année. Toutes les sources arabes racontent les violences subies par les habitan (...)
  • 169 Ibn al-‘Adīm, op. cit., p. 270.

67Il est intéressant de se pencher sur ce qu’on est tenté de nommer sa « stratégie djéziréenne ». En effet, Mossoul constituait un point nodal qui, ainsi que Carole Hillenbrand l’a remarqué, menait aisément à Bagdad au sud, au reste de la Djéziré au nord et à la Syrie à l’ouest164. Zankī en fit rapidement une base arrière prospère où il menait ses troupes se reposer. Pour cela, il avait multiplié les expéditions contre les Artuqides, les Turcomans et les Kurdes du Diyār Bakr165. Il réussit finalement, au fil des campagnes, à pacifier l’ensemble de la Djéziré, même si Timurtāš de Mārdīn et Dāwūd de Ḥiṣn Kayfā ne cessèrent jamais de constituer une menace potentielle pour ses États. Dans ce cadre, il était important d’installer des hommes sûrs dans les principales villes qui garantissaient les communications entre Alep et Mossoul. C’est ainsi que Ra’s al-‘Ayn, Sarūǧ et Ḥarrān subirent le sort d’al-Bāb et de Buzā‘a en Syrie166. Indispensable aux communications entre Alep et Manbiǧ (puis, de là, Mossoul), Buzā‘a, qui disposait d’une imposante citadelle, fut prise dès 522/1128, ainsi que Manbiǧ167. Les Byzantins ne s’y trompèrent pas, puisqu’ils l’assiégèrent et la prirent de vive force lors de leur deuxième expédition en Syrie, mais Zankī la récupéra rapidement168. Pendant cette courte période, la route de Mossoul, qui passait par Qal‘at Naǧm, Manbiǧ et Buzā‘a, avait été coupée. Elle avait été déviée vers le sud, l’Euphrate étant franchi à Bālis169.

  • 170  Ibn Wāṣil, par exemple, reprend en partie Ibn al-Aṯīr.
  • 171  C. Hillenbrand, loc. cit., p. 119, rappelle que les auteurs arabes du XIIIe siècle interprètent le (...)
  • 172 Bāhir, p. 66-70 pour tout ce qui suit. Il est très intéressant de comparer le Bāhir, p. 66 et le Mu (...)
  • 173  Le caractère religieux du fait d’arme est très largement souligné par Ibn al-Aṯīr.

68Il est incontestable que Zankī chercha à garantir de bonnes communications dans ses possessions syro-djéziréennes. Il s’empara de plusieurs nœuds de communication, et quand il ne put le faire, il affaiblit systématiquement tous ceux qui risquaient de les entraver, qu’ils fussent musulmans ou chrétiens. On peut donc comprendre Ibn al-Aṯīr, suivi par cela par nombre de chroniqueurs arabes170, qui le dépeint comme un stratège hors pair. À lire le Bāhir, notamment, ses conquêtes paraissent s’enchaîner avec brio, liées les unes aux autres par une volonté de fer. La prise d’Édesse apparaît ainsi comme la dernière touche d’un plan préconçu171. Le long chapitre qu’il lui consacre, dans le Bāhir, débute par un véritable exposé géostratégique où est expliquée l’importance de la place d’Édesse qui permettait aux Francs de rayonner sur l’ensemble de la Djéziré172. La ville était, selon Ibn al-Aṯīr, « l’œil de la Djéziré, la forteresse (ḥiṣn) des pays musulmans173 ». C’est pourquoi Zankī décida de la conquérir. Mais il était conscient des oppositions que ses ambitions pouvaient susciter. Comme il craignait la formation d’une armée de secours, il usa de ruse. De prime abord, il s’en prit à des places musulmanes qui en étaient proches, telles que Ḥānī, Ǧabal Ǧūr et Āmid. Quant à Édesse,

  • 174 Al-Anṣār : « aides, auxiliaires, défenseurs ». Ce mot désigne traditionnellement les Médinois qui a (...)

« il y posta des hommes qui l’avertiraient quand la tanière serait dépourvue de ses lions, sa forteresse (ḥiṣn) vide de défenseurs174 et de soldats (aǧnād) ».

C’est donc pendant le siège d’Āmid qu’il fut enfin informé du départ de Josselin et de ses hommes. Il ordonna donc à son armée de se préparer et on prit immédiatement la route. Enfin assiégée, la cité succomba. Puis Zankī, qui poursuivait en cela ses intentions premières, s’occupa du reste de la Djéziré franque :

« Il en partit, et se rendit maître de tout ce qui était entre les mains des Francs dans cette région (nāḥiya), villes, forteresses (ḥuṣūn) et villages, comme Sarūǧ et d’autres places. Ils délivra la Djéziré (al-diyār al-ǧazīriyya) de la méchanceté et de l’iniquité des Francs. »

  • 175  Traduction J.-M. Chabot, « Un épisode de l’histoire des croisades », Mélanges offerts à M. Gustave (...)

On ne peut mettre en doute le fait que Zankī profita du départ de Josselin pour Tall Bāšir. Assurément, il en fut informé : plusieurs sources l’affirment, dont tout particulièrement l’historien anonyme syriaque qui s’appuie sur un témoin du siège175 :

« Josselin, seigneur d’Édesse, ayant réuni toutes ses troupes et étant parti rapiner sur les rives orientales de l’Euphrate, vers Bālis et al-Raqqa, le préfet de arrān s’empressa de le faire savoir à Zankī, qui assiégeait alors Āmid, et lui fit connaître que la ville était dépourvue de troupes. Sur l’heure, Zankī envoya en hâte les plus aguerris de ses soldats avec un homme énergique appelé Ṣalāḥ al-dīn. »

  • 176 Buġya, t. VIII, p. 3850.
  • 177  Mais dans le Mufarriǧ al-kurūb (t. II, p. 93), il est directement question de ‘uyūn. Cf. également (...)
  • 178 Ibn al-Aṯīr, loc. cit. ; Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. I, p. 94 ; C. Hillenbrand, « The career o (...)
  • 179 Cf. Ibn Wāṣil, op. cit., p. 96.

69Toutes aussi fiables, les sources d’Ibn al-‘Adīm, dans la Buġya, décrivent la même situation : Zankī, devant Āmid, reçut une lettre du ra’īs de Ḥarrān qui l’avertissait que le « seigneur (ṣāḥib) d’Édesse était en partance pour la Syrie (al-Šām). Zankī s’y rendit alors à marche forcée […]176 ». Il n’y est pas question d’espions postés autour (ou dans) la ville en l’attente d’une occasion favorable177. En revanche, la transmission de l’information révèle par elle-même que Zankī était intéressé par la cité, donc qu’il entrait dans ses plans de la conquérir. De même, après la prise de la ville, Zankī alla bien attaquer les territoires francs situés à l’est de l’Euphrate178 ; seule al-Bīra lui échappa, parce qu’il fut interrompu par une inquiétante nouvelle : Naṣīr al-dīn Ǧakar, qui le représentait à Mossoul, venait de mourir179. Il abandonna donc le siège qu’il avait entrepris et se dirigea à bride abattue vers sa capitale.

  • 180 Ibid., p. 87-89. Mais voir également Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 424-428.
  • 181  Il avait longtemps négligé Ḥarrān, clé d’Édesse pourtant. Non qu’il ne l’eût déjà possédée : en 52 (...)
  • 182 Op. cit., p. 92. Il donne une longue liste de ses conquêtes. La chronologie d’Ibn al-Aṯīr (op. cit.(...)

70Mais avant Édesse, Zankī s’occupait déjà depuis quelques années de la Djéziré. Malheureusement, ce qu’on sait de ses faits et actes n’est pas fermement établi. Ibn al-Aṯīr, dont on dépend le plus, permet néanmoins de grossièrement en reconstituer la chronologie. La grande affaire de l’année 534/1140 avait été le siège de Damas qui avait été soigneusement préparé. Différentes tactiques avaient été employées ; Zankī avait même cru, un instant, pouvoir gagner des émirs damascènes qui rechignaient devant l’alliance franque. Finalement, Mu‘īn al-dīn Anur avait fait appel aux Francs, auxquels il avait promis de les aider à s’emparer de Banyas, qui dépendait alors de leur ennemi commun. Très vite informé des négociations et de l’accord des Francs, Zankī avait tenté d’empêcher la jonction des troupes franques et musulmanes. Sans succès. Les Francs avaient refusé de l’affronter seuls. Banyas était tombée. Extrêmement déçu, Zankī avait laissé ses soldats ravager les environs de Damas, devant laquelle il s’était présenté une dernière fois. En vain. Les Damascènes avaient effectué une sortie ; ses hommes, en infériorité numérique, n’avaient pu faire face. Ibn Wāṣil, dont nous suivons ici le récit très synthétique, laisse l’impression d’un homme dépité car impuissant. À deux reprises, il répète « et il s’en alla, retournant vers ses territoires180 ». Peut-être cet échec, cette déception, expliquent-ils que Zankī se soit à nouveau tourné vers la Djéziré181. Mais il ne s’occupa pas immédiatement d’Édesse : il passa son temps plus à l’est, à guerroyer contre l’Artuqide Dāwūd qu’il battit, à menacer Āmid qui se soumit et à pacifier les Kurdes du Ǧabal Hakkarī. Un temps interrompu par le sultan Mas‘ūd, qui menaçait de s’en prendre à Mossoul et dont il obtint finalement qu’il s’abstînt en promettant 100 000 dinars et en en versant 20 000, il reprit ensuite la pacification du Diyār Bakr, selon Ibn Wāṣil182. Des châteaux furent démantelés ; les régions les plus reculées reconnurent son autorité. C’est alors qu’il prit à nouveau les territoires artuqides pour proie, Āmid tout particulièrement. Puis Édesse. Après la prise de cette ville, il renonça à attaquer Damas et resta concentré sur la Djéziré. Les Kurdes du Diyār Bakr subirent à nouveau les offensives de ses troupes, cette fois menées par Zayn al-dīn ‘Alī Kūǧak ; lui alla assiéger Qal‘at Ǧa‘bar où il fut assassiné en rabī‘ II 541/septembre 1146.

  • 183 C. Hillenbrand, « The career of Zengi », p. 120 : « It is perhaps more likely that Zengi had a tact (...)
  • 184  H. de Jomini, Précis de l’art de la guerre, Paris, 1855, rééd. 1977, vol. I, p. 408.

71Pour quelque raison que ce soit, suite à ses échecs damascènes, Zankī avait décidé de se consacrer à la Djéziré. Il s’était attaché à la dominer plus fermement encore. C’est dans ce cadre qu’entrait la conquête d’Édesse, ville parmi d’autres qu’il lui appartenait de subjuguer. Que sa prise ait constitué un « coup tactique183 » ne fait guère de doute. Zankī s’était appuyé sur les faiblesses de ses adversaires francs qui, curieusement, ne s’étaient pas inquiétés de ses ambitions. En cela, il n’avait pas agi différemment qu’en Syrie où à plusieurs reprises il avait misé sur l’essoufflement de la dynastie bouride pour s’emparer de Damas. Certes il n’avait pas organisé d’armée d’expédition du type de celles que son fils allait dépêcher à la conquête de l’Égypte. Certes il n’avait pas, en Djéziré, d’objectif principal aussi clairement délimité qu’en Syrie. Ici, Damas était une clé à conquérir absolument ; là, il lui fallait soumettre plusieurs cités. Il avait pourtant agi en stratège averti, pour peu que son objectif ait été la soumission de l’ensemble de la Djéziré. Il avait su s’adapter aux faiblesses de ses adversaires, portant ses coups « là où il [était] le plus fragile184 ».

  • 185 Ibid., p. 178, sur lequel nous nous appuyons ici.

72Au Moyen Âge comme à d’autres époques, l’homme de guerre se devait de composer sans cesse avec une multitude de contraintes. Il prévoyait et organisait son action en fonction de ces contraintes dont la plupart nous échappent (tout particulièrement les contraintes matérielles). Au plan stratégique, il devait éviter de combattre sur plusieurs fronts. En eût-il eu les moyens, Zankī ne le fit pas ; les troupes stationnées dans les territoires d'où il était absent se contentèrent d’opérations d’envergure limitée. Il lui incombait également de protéger les voies de communication menant d’une cité importante à une autre. Il s’y attacha entre Alep et Mossoul ; il fit de même en Syrie, mais moins complètement : il dut composer avec des Francs plus dynamiques. Il lui fallait, enfin, procéder de manière méthodique et donc conquérir les places fortes qui auraient pu constituer un danger permanent sur ses arrières, pendant ses campagnes, afin d’en faire, au contraire, des « points de refuge, en cas de revers185 ». En Syrie, il tint à se rendre maître de Hama, de Homs et de Baalbek.

  • 186 Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 444-449 pour l’ensemble du passage traitant de sa mort.

73Stratège avisé donc que Zankī ? En partie, car lui manquait « l’unité d’objectif ». Sans doute écartelé entre ses ambitions syriennes et sa culture djéziréenne et iraqienne, il ne sut ou ne voulut frapper fort sur un seul front. C’est la raison pour laquelle son œuvre donne, rétrospectivement, une impression d’inachevé. On ne s’étonnera donc pas qu’à l’occasion de sa mort Ibn al-Qalānisī cite quelques vers où il apparaît exclusivement en guerrier. Non en homme d’État. Puissant certes, conquérant assurant la sécurité dans ses États, victorieux sur les champs de bataille. Mais non stratège. Un homme d’action. De ses qualités d’administrateur, de son projet politique, il n’est pas question. Non plus, d’ailleurs, que de sa foi et de son ǧihād186.

3.5. Nūr al-dīn187

3.5.1. De Zankī à Nūr al-dīn

  • 188  Comparer également les portraits qu’Ibn ‘Asākir fait des deux hommes, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, éd. a (...)
  • 189  Vision différente d’E. Sivan, L’islam et la croisade, p. 43-44, qui parle néanmoins de « l’histori (...)
  • 190  Pour Īl-Ġāzī, voir les références citées par C. Hillenbrand, « The career of Najm al-dīn Īl-Ghāzī  (...)
  • 191 Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVI, 7 ; trad. de l’ensemble par M. Zerner dans Croisades et pèlerina (...)
  • 192  Sur ce point, E. Sivan, op. cit., p. 44-45.
  • 193  Voir par exemple la notice qu’Ibn ‘Asākir lui consacre, loc. cit.
  • 194  Cf. E. Sivan, op. cit., p. 63 et suivantes. Il est également intéressant de se reporter à N. Éliss (...)
  • 195  Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, cité par E. Sivan, L’islam et la croisade, p. 63.

74La comparaison entre le traitement des personnages de Zankī et de Nūr al-dīn dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq illustre le fossé qui les séparait pour les auteurs arabes188. Certes glorifié par la conquête d’Édesse, le premier possédait une personnalité trop controversée pour faire l’unanimité189. Il n’alliait pas, comme son fils allait finir par le faire, ǧihād dit mineur et ǧihād majeur. Sans doute représentait-il encore beaucoup trop aux yeux de ses contemporains le conquérant turc sanguinaire dont la récente islamisation n’avait pas effacé la barbarie. Un homme encore trop proche d’un Īl-Ġāzī, dont tout un chacun connaissait le goût pour la boisson190. Guillaume de Tyr lui-même ne l’assimile-t-il pas aux excès, « de vin » et « de table », au contraire de son fils cadet, « un homme probe et remarquable, craignant Dieu selon les traditions superstitieuses de ce peuple191 » ? Non qu’il n’usât de propagande religieuse, tout particulièrement après avoir conquis Édesse192, ou qu’on lui reprochât (au moins directement) son manque d’activité contre les Francs193. Simplement, lui n’unifia pas la Syrie, ne mit pas fin au califat fatimide, donna l’impression de s’éparpiller et ne finit pas sa vie en ascète. Pourtant il avait pris Édesse alors que Nūr al-dīn n’assiégea jamais Tripoli, Jérusalem ou même, semble-t-il, Antioche. Il est vrai que ce dernier avait eu pour projet de libérer Jérusalem et l’avait fait savoir194. Dans la lettre qu’il aurait lui-même rédigée où il annonçait la victoire de Tibnīn, n’aurait-il pas écrit195 :

« Que la prochaine bonne nouvelle soit celle de la conquête de Jérusalem, s’il plaît à Dieu. »

  • 196 Y. Tabbaa, « Monuments with a message : propagation of jihâd under Nûr al-dîn (1146-1174) », dans V (...)

N’avait-il pas ordonné la construction d’un minbar, à Alep, en prévision de sa conquête196 ?

  • 197  Dès l’annonce de la mort de Zankī, Mu‘īn al-dīn Anur s’était précipité contre Baalbek, qu’il avait (...)
  • 198 N. Élisséeff, « The reaction of Syrian Muslims after the foundation of the first Latin kingdom of J (...)

75Si sa personnalité différait incontestablement de celle de son père, Nūr al-dīn n’en apparaît pas moins comme son continuateur. Il paracheva lentement son œuvre, en bénéficiant lui aussi de sa longévité (il accéda au pouvoir à Alep en 541/1146, et mourut en 569/1174) et en faisant preuve de patience. Lorsque ses moyens furent décuplés, il élargit le champ stratégique qui avait été le sien. Il faut donc se garder de les opposer trop systématiquement. Si Nūr al-dīn mena campagne sur des fronts moins nombreux que Zankī, de prime abord, c’est simplement parce qu’il lui fallait d’abord consolider son pouvoir et qu’il disposait de moyens moindres197. En particulier, la riche Djéziré lui échappait – elle était revenue à son frère aîné, Sayf al-dīn Ġāzī, dont contraint ou non il reconnut rapidement la suzeraineté. Comme il ne possédait pas les greniers à blé du Ḥawrān et de la Bekaa, prendre Damas lui était plus nécessaire encore qu’à son père198. Puis, une fois sa position consolidée en Syrie, il s’opposa à des ennemis divers. Enfin, après la prise de Damas, il augmenta graduellement son rayon d’action, modifiant substantiellement la politique que son père avait suivie, à laquelle des objectifs inédits furent ajoutés.

3.5.2. Jusqu’à la prise de Damas

76Mais au début de son règne, entouré des grands émirs de Zankī (Asad al-dīn Šīrkūh, Ṣalāḥ al-dīn al-Yāġīsiyānī, etc.), il en poursuivit d’abord la politique. Huit ans durant, de 541/1146 à 549/1154, il œuvra à la conquête de Damas qu’il tenta d’occuper par différents moyens – coercitifs ou non. Comme son père, il se heurta aux Francs de Jérusalem, auxquels les Bourides durent leur salut à plusieurs reprises – notamment en 544/1150 et l’année suivante. Des Francs qu’il attaqua plus fermement que son père qui était, il est vrai, sans cesse détourné de la Syrie par ses ambitions djéziréennes. La Syrie du Nord occupa l’essentiel de son activité. Trois axes déterminèrent sa progression : tout d’abord la destruction du comté d’Édesse qu’il paracheva en plusieurs étapes aux côtés du Seldjouqide de Rūm, Mas‘ūd. Après avoir réussi à reprendre Édesse révoltée lors de son installation au pouvoir à Alep, le reste du comté fut définitivement démembré en deux ans, de 1149 à 1151. Lui se chargea plus particulièrement de la vallée du Nahr ‘Afrīn supérieur, au sud de l’importante place de A‘zāz, et de la frange orientale de la dépression du ‘Amq, pendant que Mas‘ūd s’emparait des places du comté situées plus à l’est. Ainsi les communications d’Antioche avec ses alliés arméniens du nord furent-elles coupées.

  • 199  Liste dans N. Élisséeff, ND, t. II, p. 409-410. La conquête d’al-Hāb (ou Ḥiṣn al-Hāb) fut décisive
  • 200  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVII, 10, p. 774 sq.
  • 201 Ibid., p. 775.
  • 202 Ibid. ; Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 305. Voir également Ibn al-Furāt, Ta’r (...)
  • 203  N. Élisséeff, ND, t. II, p. 432 et suivantes, suit Ibn al-Qalānisī – il parle de « siège d’Antioch (...)

77Ensuite, il repoussa les frontières orientales de la principauté d’Antioche de manière à contrôler la vallée de l’Oronte, chose que son père avait partiellement réalisée. Les places fortes qui surveillaient la route menant à la dépression du Rūǧ et du Ġāb furent intégrées à la principauté alépine199. C’est dans ce cadre qu’Apamée, que Zankī avait négligée, fut prise, mi-rabī‘ I 544/fin juillet 1149. Nūr al-dīn avait en fait profité de son écrasante victoire, un mois plus tôt (21 ṣafar 544/29 juin 1149). Alors qu’il assiégeait Inab, la Nepa des textes latins, une armée de secours commandée par Raymond d’Antioche était accourue ; elle avait été battue au pied de la forteresse, à Fons Muratus. À la suite de cette bataille, la principauté d’Antioche se trouva aussi affaiblie qu’après la victoire d’Īl-Ġāzī à l’Ager sanguinis, trente ans plus tard. Dans les deux cas, le prince d’Antioche et la fine fleur de sa chevalerie avaient trouvé la mort ; dans les deux cas, le patriarche prit la défense de la ville en main200. Mais autrement plus déterminé que son prédécesseur, moins inhibé par la puissance franque et secondé par une armée plus disciplinée et mieux organisée, Nūr al-dīn poussa plus avant son avantage. Ḥārim, véritable clé d’Antioche, « située à une distance de dix mille d’Antioche à peine », fut occupée et munie d’une forte garnison201. Surtout, tout en laissant libre cours aux appétits de pillage de ses soldats, Nūr al-dīn se présenta aux portes même d’Antioche, devant laquelle il laissa le gros de son armée, selon Ibn al-Qalānisī, Guillaume de Tyr et l’auteur de l’Eracles se contentant quant à eux d’évoquer son passage près de la ville202. Quoi qu’il en fût de cette démonstration de force (plutôt qu’un siège en bonne et due forme203), Nūr al-dīn poussa jusqu’au port d’al-Suwaydiyya, sans vraiment chercher à s’emparer d’Antioche. Il alla même seconder Ṣalāḥ al-dīn al-Yāġīsiyānī qui assiégeait Apamée. À aucun moment il ne semble avoir envisagé la prise d’Antioche. Son action était plus un « coup tactique » qu’une opération mûrement réfléchie. Non encore maître de Damas, il ne songeait nullement à créer un État musulman qui aurait englobé toute la Syrie du Nord.

  • 204 Ibn al-Qalānisī, op. cit., LT p. 327.

78Enfin, Nūr al-dīn innova en pénétrant en territoire franc plus profondément qu’on l’avait jamais fait. Malheureusement, Ibn al-Qalānisī, qui raconte son raid contre Tartous, en muḥarram 547/avril-mai 1152, reste elliptique204 :

« En muḥarram on annonça du territoire de Nūr al-dīn qu’il avait mis le siège devant la forteresse de Tortose à la tête de son armée et qu’il s’en était emparé. Tous les Francs qui s’y trouvaient furent mis à mort ; les autres demandèrent la vie sauve et l’obtinrent. Nūr al-dīn y laissa une garnison, puis s’en retourna et prit possession de plusieurs forteresses soit de vive force, en faisant des prisonniers, détruisant et brûlant, soit en accordant la vie sauve. »

  • 205  Il est également question de Qal‘at Yaḥmūr, château situé à 12 km au sud-est de Tartous et à 10 km (...)
  • 206  Avis divergent de N. Élisséeff, loc. cit., selon lequel elle resta aux mains des musulmans « une v (...)

79Ibn al-Furāt n’en disant guère plus sur cette incursion et Guillaume de Tyr la passant sous silence, on ne sait ce qu’il advint ensuite de Tartous205. Sans doute fut-elle assez rapidement réoccupée et cédée aux Templiers par le comte de Tripoli qui n’avait pas les moyens de la défendre206. Toujours est-il que ces conquêtes, qui permirent d’interrompre, au moins pendant un certain laps de temps, les communications entre la principauté d’Antioche et le comté de Tripoli, préfiguraient les tentatives ultérieures de Nūr al-dīn contre le comté de Tripoli.

80Mais envisager l’activité de Nūr al-dīn pendant cette période à travers son ambition damascène et ces trois seuls axes a l’inconvénient de donner à ses campagnes une cohérence stratégique qu’elles n’avaient pas forcément. S’il s’était bien fixé un objectif précis, la conquête de Damas, on ne sait à quel point ses offensives contre les Francs furent simplement réactives. Comme ses contemporains, Nūr al-dīn déterminait pour une bonne part ses stratégies en fonction d’événements imprévus. Cela est très clair en ce qui concerne la principauté d’Antioche. S’il semble bien avoir décidé de repousser ses frontières, c’est surtout sa victoire à Inab, où Raymond était passé de vie à trépas, qui le détermina à conquérir les places les plus proches d’Antioche. Il en fut de même du démembrement du comté d’Édesse ; l’impulsion vint de son beau-père, Mas‘ūd. Nūr al-dīn négligea d’ailleurs les terres situées au nord-ouest de l’ancien comté dont il s’était emparé ; elles furent réoccupées sans difficulté par les Artuqides. Son frère Quṭb al-dīn, auquel il était allé montrer qu’il revendiquait de plein droit son rôle d’aîné de la famille zankide fin 1149, ne réagit pas.

3.5.3. Poursuite de la réunification de la Syrie ; activité moindre face aux Francs – 549/1154 à 558/1163

  • 207 Voir C. Hillenbrand, Islamic persepctives, p. 117-118.
  • 208 Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 509 ; AbūŠamā, Kitāb al-rawatayn, t. I, p. 318, a l’avanta (...)

81Enfin maître de Damas, riche des revenus que lui assuraient les plaines céréalières de Syrie centrale et méridionale, rassuré sur ses frontières, au nord et à l’est, Nūr al-dīn devenait un adversaire redoutable pour des souverains francs que la deuxième croisade avait montré désunis et inefficaces. Il s’en prit effectivement à leurs États, mais sans qu’eux-mêmes, renforcés par les ordres militaires, ne se cantonnent dans la passivité. De toute façon, malgré les discours des chroniqueurs arabes207 qui prétendent le contraire, Nūr al-dīn ne se contenta pas de les affronter. Il chercha avant tout à parfaire « l’unité syrienne » qu’il venait de réaliser. L’année suivant la prise de Damas, il réclama ainsi la soumission de l’émir Ḍaḥḥāk (Ibn al-Aṯīr l’appelle Ḍaḥḥāk al-Biqā‘ī) qui, semble-t-il, contrôlait l’ensemble du pays de Baalbek. Comme elle lui fut refusée, il ordonna qu’on s’en saisisse, ce qui fut fait en rabī‘ II 550/juin 1155208. Deux ans plus tard, il envoya sans délai un détachement prendre possession de Šayzar qui avait été très sérieusement endommagée par le violent tremblement de terre qui avait secoué l’ensemble du Proche-Orient. Les Munqiḏites ayant pour la plupart été ensevelis suite à l’écroulement d’une partie de la citadelle, il n’y eut aucun combat. La place fut confiée au frère de lait de Nūr al-dīn qui contrôlait désormais l’ensemble de la vallée de l’Oronte.

  • 209 État de la question dans C. Hillenbrand, « The imprisonment of Reynald of Châtillon », dans C. F. R (...)
  • 210 H. A. R. Gibb, loc. cit., p. 523.

82Les deux autres fronts sur lesquels il guerroyait ne le virent pas beaucoup plus offensif. À bien des égards, même, Nūr al-dīn éprouva des difficultés à faire face aux multiples adversaires qui se dressèrent sur son chemin. Marqué par deux maladies qui le mirent face à son destin, aux dires des auteurs arabes, il ne paraît pas, au plan stratégique, avoir eu d’objectif bien déterminé face à des Francs certes diminués, mais qui n’hésitaient pas à mener des raids meurtriers en territoire musulman. En Syrie du Nord, où les Byzantins intervinrent, son fait d’arme le plus marquant fut une rageuse offensive menée contre Ḥārim, qu’il ne put néanmoins récupérer. Il obtint seulement le partage de ses revenus (551/1156). Il est frappant de remarquer que lorsque Renaud de Châtillon fut fait prisonnier par Ibn al-Dāya, fin 1160 ou début 1161209, à aucun moment Nūr al-dīn ne chercha vraiment à profiter de l’extrême faiblesse dans laquelle Antioche fut plongée210. Il faut dire que l’empereur byzantin, Manuel, y exerçait peut-être, dans l’esprit de Nūr al-dīn, un protectorat de fait. Il n’en alla pas différemment face au royaume de Jérusalem : il attaqua bien la grotte forteresse de Ḥabīs Ǧaldak, située au nord-ouest de Aḏri‘āt, en 553/1158, après sa première maladie, mais une armée franque de secours vint le menacer.

  • 211 ND, t. II, p. 495-496.
  • 212  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVIII, 27, p. 866-867.

83En fait, Nūr al-dīn semble, pendant ces quelques années, s’être satisfait du statu quo en Syrie. Il s’accorda donc avec les Antiochéens qu’il évita par la suite de trop bousculer, peut-être du fait de l’empereur byzantin, son allié objectif depuis qu’en ṣafar 554/fin mai 1159 ils s’étaient entendus pour œuvrer de concert contre le Seldjouqide de Konya. En Syrie méridionale, il s’était entendu avec le roi de Jérusalem, à la suite de la prise de Damas. Il lui avait même versé un tribut. Plus tard, en 555/1160, les offensives de Baudouin III aboutirent à la conclusion d’une trêve de deux ans qui lui accorda un répit certain sur ses frontières méridionales. Il put se consacrer plus directement à la Syrie du Nord. C’est dire si Nūr al-dīn usa de l’arme diplomatique. Peut-être faut-il se ranger derrière l’opinion de Nikita Élisséeff selon lequel cette intense activité diplomatique s’expliquait par un souci constant de ne pas avoir à lutter sur deux fronts211. C’est peu ou prou la thèse suggérée par la lecture des sources arabes, et tout particulièrement des ouvrages d’Ibn al-Aṯīr. Il est vrai qu’en son absence, ses lieutenants se contentaient de gérer les affaires courantes. En 1160, par exemple, Naǧm al-dīn Ayyūb fut incapable d’opposer la moindre résistance à Baudouin III qui ravageait les riches terres du Ḥawrān. Il réussit simplement à obtenir une trêve de trois mois contre quatre mille besants et la libération de six prisonniers francs212. De fait, pas plus que son père Zankī, Nūr al-dīn n’avait les moyens, alors, de mener des campagnes d’envergure sur plusieurs fronts. Cela eût-il été le cas, se serait posé le problème de la direction des armées et donc de la fidélité des hommes qui en auraient été chargés. Très fortement diminué pendant ses deux maladies, il avait vu son autorité contestée, notamment par son frère Nuṣrat al-dīn. Il lui avait fallu la restaurer ; il était allé lui enlever Ḥarrān en juillet 1159. Il faut garder à l’esprit, également, l’extrême désorganisation qui avait touché son armée pendant ces maladies (surtout la première). Privée de son chef, elle n’avait pas su réagir, par exemple, aux attaques de Baudouin III en Syrie du Nord, au tout début de l’année 1158. Après chaque guérison, donc, Nūr al-dīn avait dû rétablir la confiance parmi les troupes et, plus généralement, parmi ses sujets.

  • 213 EI 2, s. v.
  • 214  Récit des interventions par N. Élisséeff, ND, t. II, p. 499 sq. et p. 546 sq.

84Enfin, plus que tout, la nécessité de lutter contre le sultan seldjouqide de Konya, qui lui disputait la suprématie dans les anciennes provinces des ‘Awāṣim et des Öuġūr213, l’avait poussé à quelque peu délaisser la Syrie. Assurément, au vu des expéditions qu’il organisa contre lui, il lui importait de limiter sa puissance214. En 550/1155, tout d’abord, considérant qu’il avait son mot à dire quant à la succession de Mas‘ūd, il intervint violemment et enleva les anciennes places de la rive droite de l’Euphrate qu’en son temps Mas‘ūd avait prises aux Édesséniens. Cinq ans plus tard, c’est toujours les anciennes possessions du comte d’Édesse qu’il chercha à occuper. Il prit successivement ‘Aynṭāb, Ra‘bān, Kaysūn, Bahasnā et Mar‘aš alors que, plus à l’ouest, Manuel se préparait à intervenir.

3.5.4. Combattre sur plusieurs fronts

  • 215  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 315.
  • 216  E. Sivan, L’islam et la croisade, p. 59 sq.
  • 217 Y. Tabbaa, « Monuments with a message : propagation of jihâd under Nûr al-dîn (1146-1174) », loc. c (...)

85Les maladies qui l’avaient touché avaient commencé à transformer Nūr al-dīn. La lourde défaite qu’il subit à la Bocquée, en 558/1163, achevèrent, selon Ibn al-‘Adīm, de modifier sa relation à l’ici-bas. Un dialogue fictif – une tradition dans les chroniques arabes – entre Nūr al-dīn et un homme lui permit d’ouvrir les yeux : le vin coulait à flot dans son camp où résonnaient sans discontinuer les sons du tambourin et de la flûte. Comment aurait-il pu l’emporter sur lesFrancs alors que ses hommes baignaient dans la luxure ? Un changement radical s’imposait, qu’il décida d’effectuer215. La lutte contre l’infidèle, depuis un certain temps déjà l’objet d’une propagande active216, devint donc plus encore une priorité217. Cependant cette présentation des choses ne cadre pas forcément avec la réalité. Pas plus qu’auparavant Nūr al-dīn ne se consacra exclusivement au combat contre les Francs. Quelle que soit sa motivation (prestige, appétit de conquête, volonté de démultiplier ses moyens afin de financer la lutte contre les États latins, souci de ne pas laisser ses ennemis s’emparer de territoires qui les auraient renforcés), il poursuivit également une politique de puissance hors de la Syrie, en s’opposant essentiellement à des pouvoirs musulmans.

  • 218  Il ne faut pas donner à ce mot le sens qu’il prit à l’époque contemporaine : l’attrition telle que (...)
  • 219 Kāmil, t. IX, p. 462. Même texte dans Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 312-313.

86Non qu’il n’ait tenté de toujours plus profiter de l’affaiblissement ponctuel des souverains francs qu’il continua d’attaquer en Syrie du Nord et en Syrie centrale essentiellement. À ce propos, les chroniqueurs arabes, qui reprennent en cela les considérations d’Ibn al-Aṯīr, considèrent qu’il poursuivit une stratégie d’anéantissement218 du comté de Tripoli. C’est parce qu’il avait décidé de prendre Tripoli qu’il campait à la Bocquée où une armée franque le surprit219 :

« Cette année-là (553/1158), Nūr al-dīn Maḥmūd b. Zankī fut mis en déroute par les Francs sous iṣn al-Akrād – il s’agit de la bataille connue sous le nom d’al-Buqay‘a, sous iṣn al-Akrād – qu’il assiégeait, avec l’intention de marcher sur Tripoli et de l’assiéger. »

  • 220  Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. II, p. 135 ; texte identique dans le Bāhir, p. 116.

87Dans le Bāhir du même Ibn al-Aṯīr et dans le Mufarriǧ al-kurūb d’Ibn Wāṣil, il n’est plus question du siège de la clé de la trouée de Tripoli qu’était Ḥiṣn al-Akrād220 :

  • 221 Nāzala, « charger, attaquer », prend, ainsi que le remarque R. Dozy (Supplément aux dictionnaires a (...)

« L’année 553/1158, Nūr al-dīn – que Dieu lui soit miséricordieux – rassembla les troupes (al-‘asākir). Puis il campa à al-Buqay‘a, sous iṣn al-Akrād, avec l’intention d’entrer dans leur pays et d’assiéger Tripoli (‘āziman ‘alā duḫūl bilādihim wa munāzala221 Ṭarābulus) ».

  • 222  N. Élisséeff, ND, t. II, p. 573 : « Le souverain de Syrie espérait atteindre un débouché sur la me (...)
  • 223 Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIX, 8, p. 894-895. Voir également l’Eracles (mêmes pages).
  • 224  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 116, selon lequel les Francs lui avaient refusé la bataille à cette occasio (...)
  • 225  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 122.
  • 226  Même discours de Guillaume de Tyr, op. cit., pages suivantes.
  • 227 Id., Kāmil, t. IX, p. 467.

88Sa défaite aurait donc constitué un coup d’arrêt à une stratégie résolument offensive qui visait la conquête du comté de Tripoli222. Pourtant, Guillaume de Tyr, qui ne minimise généralement pas les dangers que Nūr al-dīn faisait peser sur les États francs, n’évoque rien de tel. Selon lui, le prince zankide campait sous Ḥiṣn al-Akrād (qu’il n’assiégeait pas) lorsqu’il se fit bousculer par une armée qui avait bénéficié des conseils avisés du Templier Gilbert de Laci. Humilié, Nūr al-dīn ne pensa qu’à se venger223. Il est vrai que Guillaume de Tyr n’était pas forcément bien informé des intentions du souverain musulman, même si, pour cette période, il bénéficiait de sources de première main. Quoi qu’il en soit, il faut noter qu’à la suite de sa défaite, Nūr al-dīn abandonna ses objectifs tripolitains. Comme Guillaume de Tyr, les auteurs arabes soulignent son désir de restaurer son prestige. Il lui fallait vaincre à tout prix, d’autant plus qu’à la fin de l’année précédente il avait subi un échec à Ḥārim qu’il n’avait pu prendre224. Or, donc, plutôt que de s’en prendre à nouveau à un comté de Tripoli dont il aurait ambitionné la conquête, il choisit d’aller à nouveau assiéger Ḥārim. Dans le Bāhir, Ibn al-Aṯīr lie directement la défaite de la Bocquée à la conquête de Ḥārim dans des envolées de šaǧ‘ (prose rimée assonancée)225. Selon lui, c’est pour réparer son échec qu’il l’attaqua avec l’aide de troupes orientales226. Incontestablement, il faisait en cela preuve de constance : Ḥārim fut l’une des places contre lesquelles il mena de nombreuses opérations (ainsi que Banyas). Il savait qu’en s’en emparant à nouveau il tiendrait Antioche sous une menace permanente. De même, la campagne avortée à al-Buqay‘a avait été précédée de tentatives contre Tartous, ce qui tendrait à montrer qu’il cherchait bien à créer un corridor musulman qui aurait relié la vallée de l’Oronte à la mer, au détriment du comté de Tripoli qu’il aurait été très avantageux (malgré les mauvaises relations chroniques entre le prince d’Antioche et le comte de Tripoli) de couper de la principauté d’Antioche. Mais rien ne permet d’affirmer que Nūr al-dīn voulait conquérir l’ensemble du comté, non plus que la principauté d’Antioche. D’ailleurs, il ne fait aucun doute que les campagnes de Nūr al-dīn en Syrie centrale et méridionale constituaient autant de manœuvres destinées à détourner le roi de Jérusalem de ses ambitions égyptiennes, ou au moins à profiter de l’état de faiblesse dans lequel il laissait ses alliés d’Antioche et de Tripoli. En ce qui concerne Ḥārim, Ibn al-Aṯīr l’affirme lui-même227 :

« Il se trouvait que des Francs s’étaient mis en marche, avec leur roi, vers l’Égypte, ainsi que nous l’avons raconté. Il voulut donc attaquer leurs pays avec l’intention de les faire revenir d’Égypte ».

  • 228  Intéressante phrase, à ce propos, de ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī dans Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t (...)
  • 229  Il faut comparer les sources arabes citées par N. Élisséeff, op. cit., note 1, p. 595, à Guillaume (...)

89Si elles témoignent d’une conscience aiguë du rôle stratégique de certaines places franques, ces campagnes, qui avaient été précédées par d’autres du même type (en 557/1162, il s’était déjà agi de réfréner les ambitions égyptiennes du roi de Jérusalem), dénotent surtout sa capacité à réagir. Elles tiennent pour partie d’une stratégie de la dissuasion qu’on pratiquait également au Moyen Âge. Elles ne semblent pas avoir constitué une étape d’un plan visant à la conquête des États francs. En revanche, elles montrent à quel point les objectifs de Nūr al-dīn étaient constants. Ḥārim conquise, il s’attaqua d’ailleurs à Banyas, dont il avait déjà tenté de s’emparer sans succès. Comme il comptait toujours profiter de l’absence d’Amaury Ier228, il traversa rapidement la Syrie du nord au sud et, après quelques manœuvres de diversion se présenta devant Banyas, dont le possesseur, Honfroi, connétable du royaume de Jérusalem, était aux côtés d’Amaury Ier229. La ville se rendit sans trop de difficultés ; on s’entendit sur le partage des revenus du district de Tibériade entre Francs et musulmans.

  • 230  Ibn Wāṣil, Muffariǧ al-kurūb, t. I, p. 148.
  • 231  R. Dussaud, Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, p. 397 : « Une route relie Ba (...)
  • 232  Longue notice dans Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, t. III, p. 653-654. Naṣīr i-Ḫusraw y passa (cf. Th. Bi (...)
  • 233  C’est du moins la version d’Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. X, p. 5. Même présentation des faits dans Ibn W (...)
  • 234  Ibn Wāṣil, loc. cit.

90Dans le même ordre, lors des autres campagnes égyptiennes d’Amaury, Nūr al-dīn tenta de profiter de l’affaiblissement des Francs. Sa principale cible fut à nouveau le comté de Tripoli. Là encore, il semble avoir eu à l’idée d’en repousser plus encore les frontières et de limiter ainsi les risques de déprédations des Tripolitains en terre musulmane. C’est ainsi qu’en s’emparant de Munayṭira, en 561/ 1166230, il empêchait les incursions sur la région de Baalbek : ce château commandait l’un des principaux cols qui permettaient de passer de Baalbek à la côte231. Mais fort des renforts venus de Mossoul, il put pousser plus loin et aller assiéger, l’année suivante, ‘Arqa, place très importante que les géographes arabes situent à seulement « trois milles » de la côte232. Elle dominait une plaine alors verdoyante, très riche, et surveillait une route qui de Tripoli menait à l’intérieur de la Syrie, vers Homs et Hama. Comme ils ne parvenaient pas à la prendre, les musulmans se contentèrent d’al-‘Urayma, de Ṣāfīflā et de ravages divers233. Enfin, il semble que Nūr al-dīn leur fixa ensuite Beyrouth pour objectif, ce qui tendrait à montrer qu’il cherchait bien à se tailler un accès à la mer au détriment du comte de Tripoli. Mais la discorde ayant semé le trouble parmi les soldats, il fallut bien ordonner leur démobilisation234.

  • 235 J. Richard, op. cit., p. 22.
  • 236  Ibn al-Aṯīr est notre seule source. Voir son récit dans N. Élisséeff, op. cit., p. 665-666.

91Ces places ne demeurèrent pas en possession du Zankide qui ne semble pas avoir désiré les conserver absolument235. À nouveau, en 566/1171, le comté de Tripoli fut ravagé par les troupes zankides ; ‘Arqa fut prise, cette fois, mais il s’agissait alors de montrer aux Francs qu’ils ne pouvaient s’accaparer sans dommage les cargaisons de navires musulmans qui s’étaient échoués236.

92L’Égypte était alors conquise, le califat fatimide en passe d’être supprimé. La guerre contre les « hérétiques musulmans » qu’étaient les Fatimides avait à nouveau joué les premiers rôles. La position si souvent attentiste de Nūr al-dīn en Syrie s’explique par le fait que l’essentiel des combats s’était déplacé sur le front égyptien. Il est intéressant de remarquer que ce nouveau front avait été ouvert à l’initiative des Francs. Très conscient du danger d’une telle évolution, Nūr al-dīn avait rapidement compris qu’il lui fallait absolument détourner le roi de Jérusalem du Caire. Mais c’est seulement à l’invitation de Šāwar, arrivé en Syrie en rabī‘ I 559/janvier-février 1164, qu’il y envoya enfin des troupes. Le vizir destitué l’avait appâté en lui promettant le tiers des revenus des impôts égyptiens. Nūr al-dīn fut très hésitant ; on ne sait ce qui détermina sa décision. Toujours est-il qu’il s’y tint par la suite ; les armées successives de Šīrkūh furent chaque fois plus puissantes. Même s’il prit garde à adjoindre à ce dernier plusieurs grands émirs, il fit incontestablement preuve de confiance, à cette occasion, envers son officier.

  • 237  ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī dans Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. I, 2, p. 547.
  • 238  Nūr al-dīn soutenait le Danishmendite Ḏū l-Nūn contre Qiliǧ Arslān. Mleh attaqua concomitamment la (...)
  • 239 N. Élisséeff, op. cit., p. 680-681.

93S’il avait voulu prendre lui-même la tête des armées d’invasion, Nūr al-dīn n’aurait pu le faire. Sa politique de puissance, à l’extérieur du territoire syrien, lui prescrivait de ne pas trop s’en éloigner. En effet, de Syrie, il pouvait aisément se rendre, au nord, dans les domaines seldjouqides, et, à l’est, en Djéziré où au fil du temps il imposait son autorité, en tant que chef de la famille zankide. Au nord, il bénéficiait de l’appui de l’Arménien Mleh237, son affidé qui le soutint lors de sa campagne dans le Taurus, au début de l’été 568/1173. Rapidement, Qiliǧ Arslān demanda la cessation des hostilités238. Quant à la Djéziré, il y mena des campagnes mesurées, destinées à mettre sous sa coupe les territoires qui lui échappaient encore. En 554/1168, il récupéra enfin Qal‘at Ḥa‘bar, devant laquelle son père s’était fait assassiner. En 566/1170, il se rendit sur l’Euphrate afin de prendre possession de Raqqa et de prendre le contrôle du Ḫābūr qui pourtant dépendait traditionnellement de Mossoul. Bientôt, la Djéziré lui appartint effectivement. Par son entrée à Sinǧār, en ǧumādā I 566/janvier 1171, il réunifia enfin Syrie et Djéziré. Il n’avait pas eu besoin de réellement combattre. Il installa ses neveux à Mossoul (Sayf al-dīn Ġāzī) et à Sinǧār (‘Imād al-dīn). Le calife abbasside reconnut sa suzeraineté sur l’Égypte, la Syrie, la Djéziré, Mossoul, Irbil, le Diyār Bakr et les régions qui bordaient le sultanat seldjouqide de Rūm. Fait intéressant, qui montre à quel point il était en situation de force, Nūr al-dīn avait demandé l’attribution d’un iqṭā‘ que son père avait possédé dans le Sawād d’Iraq239.

  • 240 Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 158.
  • 241 Kāmil, t. X, p. 35. N. Élisséeff, ND, t. II, p. 671 sq., suit la version du Bāhir.

94Au faîte de sa puissance, Nūr al-dīn changea-t-il de stratégie face aux Francs ? Décida-t-il de s’attaquer frontalement au royaume de Jérusalem ? Apparemment, non. Il semble avoir poursuivi la stratégie prudente qu’il avait jusque-là suivie et qui menait à repousser les Francs sur leurs retranchements, conquête après conquête. Mais ses moyens étaient décuplés. Et surtout, il pouvait introduire une innovation : il pouvait désormais prendre les Francs en tenaille, puisque l’Égypte lui était théoriquement soumise. Dans le Bāhir, les passages les plus hostiles à Saladin laissent clairement entendre que le prince zankide avait décidé de mettre à profit cette possibilité. Mais Saladin, peu ou prou accusé d’avoir usurpé le pouvoir, aurait refusé d’obtempérer. En 567/1171, Nūr al-dīn lui aurait ordonné de rejoindre son seigneur en Syrie afin d’aller attaquer la forteresse de Kerak, puis de se rendre maître de leur territoire. Or, après avoir répondu par l’affirmative, Saladin se serait dérobé240. Curieusement, Ibn al-Aṯīr propose une version différente de ces faits dans le Kāmil. Il n’y est plus question de campagne organisée par Nūr al-dīn non plus que de dérobade de Saladin. C’est à ce dernier que l’initiative est attribuée : il se mit en campagne, alla assiéger Ḥiṣn al-Šawbak et était sur le point de s’en emparer par amān lorsqu’il fut informé que Nūr al-dīn approchait. En effet, une fois mis au courant « de ce que Saladin faisait », ce dernier avait quitté Damas afin d’attaquer le royaume de Jérusalem. Il voulait « y entrer par un autre côté ». En vain, car Saladin s’était retiré241.

  • 242  Voir, sur ce point, les analyses de Y. Lev, Saladin in Egypt, p. 96.
  • 243 Kāmil, t. X, p. 49. À comparer avec ce que disent ‘Imād al-dīn et Ibn Šaddād cités par Abū Šāma, Ki (...)

95Cela se reproduisit lors d’une nouvelle campagne contre les mêmes places que Nūr al-dīn avait tout intérêt à prendre242 puisqu’elles commandaient les communications entre l’Égypte et la Syrie243 :

  • 244  Il s’agit de l’armée d’Égypte, et non de celle de Saladin.
  • 245 Stricto sensu « et que celui qui précéderait l’autre attendrait jusqu’à ce que l’autre arrive ».

« Cette année-là, en šawwāl [568]/mai 1173, Ṣalāḥ al-dīn Yūsuf b. Ayyūb quitta l’Égypte avec l’ensemble de son armée244 pour les territoires francs (bilād al-Firanǧ). Il voulait assiéger al-Karak, faire jonction avec Nūr al-dīn devant [cette place] (wa l-iǧtimā‘ ma‘a Nūr al-dīn ‘alayhi) et qu’ils s’entendent sur l’attaque des territoires francs de deux côtés (min ǧihatayn), chacun du sien avec son armée. La cause de tout ceci, c’est que Nūr al-dīn avait reproché à Ṣalāḥ al-dīn de s’être retiré des terres franques l’année précédente. Nūr al-dīn voulait se rendre en Égypte et la lui prendre. [Saladin] lui écrivit pour s’excuser et [lui dire] qu’il était prêt à se mettre en branle lui-même, selon les instructions de Nūr al-dīn. Il fut donc arrêté entre eux que Saladin partirait de l’Égypte et que Nūr al-dīn se mettrait en marche de Damas, et que le premier arrivé attendrait l’autre245. Ils convinrent [même] d’un jour de rendez-vous. »

  • 246 Historia, RHC, Occ., t. I, L. XX, p. 27 et 28.
  • 247 AbūŠamā, Kitāb al-rawatayn, t. I, 2, p. 518.

96Par-delà le nouveau camouflet que Saladin infligea à Nūr al-dīn, l’opération combinée nous intéresse surtout. En fait, il s’agissait d’unir des forces plutôt que d’ouvrir deux fronts et de mener des attaques convergentes. Il en était sans doute de même lors de l’attaque de l’année précédente. En effet, si Guillaume de Tyr passe complètement sous silence Nūr al-dīn, dans le récit qu’il fait des campagnes de Saladin246, ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, bien informé puisqu’il servit les deux princes, confirme la version selon laquelle Nūr al-dīn et Saladin s’étaient donnés rendez-vous247.

Notes de fin

1  Par exemple H. Delbrück, sur lequel voir R. C. Smail, Crusading warfare, p. 18 ; F. Lot, L’art militaire et les armées au Moyen Âge, Paris, 1946, vol. II, p. 449 et passim. Voir supra, en introduction et J. Gillingham, « Richard I and the science of war in the Middle Ages », dans J. C. Holt et John Gillingham (éd.) War and Government in the Middle Ages : Essays in Honor of J. O. Prestwich, Cambridge, 1984, p. 194.

2  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 457, à propos des Francs et de Nūr al-dīn devant Ḥārim (an 557).

3  Parfois même déconsidéré pour des raisons religieuses : hormis la guerre au service de la cause divine, tout affrontement était à bannir. Voir tout particulièrement le chapitreVII du Kitāb adab al-arb wa l-šaǧā‘a de Faḫr al-Mudabbir, dans M. S. Khan, « A study of Fakhr Mudabbir’s thoughts on avoidance of warfare », Journal of the Pakistan Historical Society, vol. XLIII, 1995, p. 293 (« 7. 4. Sache que livrer bataille est acrimonieux (sic) et que celui qui recherche la bataille et tire fierté à combattre est méprisé. Les batailles doivent être livrées pour la cause de Dieu. Combattre, c’est perdre la vie et [ses] biens. […] Si un roi rend la justice, il n’a aucun besoin de livrer bataille. Au contraire, le monde lui sera bienveillant et obéissant ») et passim.

4  Al-Harawī, al-Taḏkira al-harawiyya, p. 4 (texte arabe), p. 219 (trad.) rapporte une très belle formule qui aurait été inscrite par le vizir de Kisrā Anūširwān, Buzurǧmihr, sur le bandeau d’une coupole qui venait d’être bâtie : « Le monde est un jardin dont la clôture est l’État ; l’État est un gouvernement dont la tête est le prince ; le prince est un berger qui est assisté par l’armée ; l’armée est faite d’auxiliaires entretenus par l’argent ; l’argent est le moyen de subsistance fourni par les sujets ; les sujets sont les esclaves qu’asservit la justice ; la justice est le lien par lequel se maintient l’équilibre du monde. »

5 Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, passim : voir notamment les chapitres 2, 3, 4, 5, 13, 15. Voir également Faḫr al-Mudabbir, op. cit., p. 297 ; Ibn Manglī, al-Ḥiyal fī l-ḥurūb wa fatḥ l-madā’in wa ḥifẓ al-durūb, op. cit., p. 329, où la prudence est également conseillée au commandant d’armée.

6 ‘Imāra, mot qui désigne le fait de conserver quelque chose en (bon) état, de l’entretenir, de le faire prospérer.

7  Al-Harawī, loc. cit.

8  Ibn al-Aṯīr, surtout Bāhir, p. 76 sq. (Zankī), p. 173-174 (Nūr al-dīn) ; Guillaume de Tyr, Historia, passim. Cf. également Faḫr al-Mudabbir, loc. cit.

9  Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, op. cit., p. 365.

10 Sur tout ceci, M. Köhler, Allianzen und Verträge zwischen fränkischen und islamischen Herrschern im Vorderen Orient, Berlin et New York, 1991.

11  « La croisade : l’évolution des conceptions et des stratégies », dans A. V. Murray (éd.), From Clermont to Jerusalem. The Crusades and Crusader societies, 1095-1500, op. cit., p. 3-25, repris dans Francs et orientaux dans le monde des croisades, Aldershot, 2003, I.

12 La bibliographie est immense. Voir notamment J. Riley-Smith, The First Crusade and the Idea of Crusading, Londres, 1986 ; M. Bull, Knightly piety and the lay response to the first crusade (the Limousin and Gascony, c. 970-c.1130), Oxford, 1993.

13 H. E. J. Cowdrey, « Pope Gregory VII’s crusading plans of 1074 », dans B. Z. Kedar, H. E. Mayer et R. C. Smail (éd.), Outremer. Studies in the History of the Crusading Kingdom of Jerusalem presented to J. Prawer, Jerusalem, 1982, p. 27-40.

14  J. Flori, La première croisade. L’Occident chrétien contre l’islam, Paris, 1997, p. 28.

15  Les autres témoignages sont ceux de Robert le Moine, de Baudri de Dol et de Geoffroy de Vendôme (très bref). Voir D. C. Munro, « The speech of Pope Urbain II at Clermont, 1095 », The American Historical Review, vol. XI, 1906, p. 231-242.

16 Historia, RHC, Occ., t. III, p. 323-324.

17  Anne Comnène, Alexiade, par exemple XI, III, 3 et passim.

18 R. J. Lilie, Byzantium and the crusader states, 1096-1204, Oxford, 1993. La conquête turque n’était pas aussi uniforme et complète qu’on l’a longtemps pensé : J.-Cl. Cheynet, « La résistance aux Turcs en Asie Mineure entre Mantzikert et la première croisade », dans M. Balard (dir.), Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, Paris, 1998, vol. I, p. 131-147.

19  J. France, « La stratégie arménienne de la première croisade », dans Les Lusignans et l’Outre-Mer. Actes du colloque international, de Poitiers, 20-24 octobre 1993, p. 141-149 ; id., Victory in the East, p. 189 sq. G. Dédéyan, Les Arméniens, passim sur le peuplement arménien. Voir tout particulièrement la carte hors-texte « Princes arméniens de la Cilicie et de l’Euphratèse (v. 1071-1150) ». À noter que Claude Cahen (SN, p. 209-210) proposait d’interpréter le considérable détour des Croisés comme la marque d’une volonté byzantine de conquérir des terres qu’ils considéraient stratégiques.

20  G. Dédéyan, Les Arméniens, p. 671 sq.

21 Histoire anonyme de la première croisade, p. 161-162.

22  L’Anonyme ne cite qu’Hugues le Grand. Voir Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. III, L. I, 33, p. 350 et Albert d’Aix, RHC, Occ., t. IV, L. V, 3, p. 434.

23  J. Richard, « La croisade … », loc. cit., p. 5 ; A. C. Krey, « Urban’s crusade : success of failure ? », American Historical Review, vol. LIII, 1948, p. 235-240.

24 Fragmentum historiae Andegavensis, éd. L. Halphen et R. Poupardin, Chroniques des comtes d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, Paris, 1913, p. 237-238, cité par J. Flori, La première croisade, loc. cit.

25  Voir les tentatives d’explication de J. Richard, Histoire des croisades, op. cit., p. 68-75.

26  J. Richard, ibid., p. 73, parle de la « perplexité » des chefs croisés.

27  La lettre est datée par le comte Riant, « Inventaire des lettres historiques des croisades », Archives de l’Orient Latin, Paris, 1881, réimpr. New York, 1978, p. 181-183 ; éd. R. Hagenmeyer, Epistulae et chartae, Innsbrück, 1901, p. 161-165.

28  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 141, parle de Raymond de Saint-Gilles.

29  Cl. Cahen, loc. cit.

30  J. Richard, Le comté de Tripoli, op. cit., p. 10.

31 R. C. Smail, Crusading warfare, p. 19.

32  Les chiffres fournis par les sources latines, ainsi qu’on l’a vu, ne sont malheureusement pas fiables. Les recherches prosopographiques ont l’inconvénient de passer sous silence la majorité des participants à la croisade, dont ni les chroniqueurs ni les chartes conservées ne parlent. Voir J. Riley-Smith, The First Crusaders, 1095-1131, Cambridge, 1997 ; A. V. Murray, The Crusader Kingdom of Jerusalem. A dynastic history, 1099-1125, Oxford, 2000.

33  Voir les sentiments des chroniqueurs arabes quant à l’importance de cette bataille : Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 148-149 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 72-74 ; Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 232/LT p. 53-54, qui écrit notamment « ce fut une belle victoire pour les musulmans, qui n’eut pas son pareil ; le moral des Francs (nufūs al-Firanǧ) en fut affaibli, leur force offensive s’émoussa ainsi que leur armement […]. Les gens (al-nās) se félicitèrent de cette victoire et acquirent la certitude que [les Francs] étaient bafoués et que le succès les avait abandonné ».

34  Pour le contexte, voir M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse, p. 65-66. Voir également les réflexions de R. C. Smail, Crusading warfare, p. 26.

35  Cl. Cahen, SN, p. 259 ; M. Amouroux-Mourad, op. cit., p. 66.

36  Le roi de Jérusalem effectua cinq campagnes en Syrie du Nord de 1119 à 1123.

37  Cl. Cahen, SN, p. 282. Bohémond II arrive à Antioche en octobre 1126.

38  Il en fut de même au nord où les Francs se virent parfois disputer la Cilicie. Voir les cartes proposées par Th. Asbridge, The creation of the principality of Antioch, op. cit., p. 54, 58, 68 et 78.

39  C’est l’opinion de Th. Asbridge, ibid., p. 88 : « The prize of Aleppo must have been the main incentive, and it appears that an attempt to seize the city was always the ultimate goal of Antioch’s policy of expansion to the east ».

40  Ils obtinrent, dans plusieurs régions, le partage des revenus de la principauté musulmane. Burusuqī lui-même, en 1126, dut partager la région située entre A‘zāz et Alep. Voir Cl. Cahen, SN, p. 302.

41  Voir la notice qu’Ibn al-‘Adīm lui consacre dans la Buġya, t. VII, p. 3478-3493 (notamment p. 3479-3482) ; Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, I, 198 r°-v° ; Bustān, p. 119-120.

42  Dans sa plus grande extension, il s’étendit de Ǧubayl au sud à « Maraclée », au nord. La barrrière montagneuse, à l’intérieur, fut plus ou moins soumise au comte d’Édesse, selon les périodes (au nord se trouvaient les places ismaéliennes).

43  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, p. 623 et Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, p. 666. Sur tout ceci, voir J. Richard, Le comté de Tripoli, p. 17.

44  Sabino de Sandoli, Corpus Inscriptionum Crucesignatorum Terrae Sanctae, 1099-1291, Jérusalem, 1974, p. 54 (Godefroy de Bouillon), p. 57 (Baudouin Ier), cité par J. Prawer, Crusader institutions, p. 472.

45 J. Prawer, loc. cit., rappelle que Baudouin Ier, « rex Judee et Iherusalem », promit, « in the earliet privilege to the Genoese, if they participated to the capture of Babylon –that is Cairo– “tertiam partem civitatis Babyloniae cum tribus casalibus melioribus” ». Voir également notes 5, 6, 7 ; J. Richard, « La croisade … », loc. cit., p. 9.

46  Voir les « aperçus de géographie physique » de N. Élisséeff, ND, t. I, p. 91.

47 J. Prawer, op. cit., p. 474.

48 Historia, RHC, Occ., t. i, L. XIII, 18, p. 582-585 (voir également l’Eracles). La meilleure source arabe est Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 339-340 ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 152-153, qui considère que ni les Francs ni les musulmans ne furent victorieux.

49  C’est nous qui soulignons. Op. cit., L. XIII, 26, p. 596-597 ; trad. M. Zerner, Croisades et pèlerinages, p. 577. Les sources arabes sont analysées par M. Yared-Riachi, op. cit., p. 165-166.

50  Voir l’Eracles dans l’Historia de Guillaume de Tyr, p. 596. Foulques d’Anjou avait débarqué peu auparavant avec une armée nombreuse.

51  À Jérusalem, Foulques d’Anjou succède à Baudouin II en 1131 ; à Édesse, Josselin Ier meurt en 1131, lui succède Josselin II ; en février 1130, Bohémond II (qui n’a régné que quatre ans) est tué dans une bataille qui l’opposait aux forces danishmendites, ce qui provoque une vacance du pouvoir qui force le roi de Jérusalem à intervenir. Finalement, Raymond de Poitiers épouse l’héritière de Bohémond II, Constance ; il règne de 1136 à 1149. En revanche, le passage de témoin n’a lieu, à Tripoli, entre Pons et Raymond II, qu’en 1137 .

52  Jean Richard, loc. cit., dit quant à lui « les rois latins n’ont pas fait de celle-ci une donnée habituelle de leur politique. »

53  Ibn Abī Ṭayyi’, dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, trad. Cl. Cahen, « Une chronique chiite au temps des croisades », CRAIBL, Paris, 1935, p. 258-69.

54  C’est la thèse de la plupart des historiens. Voir par exemple J. Richard, Histoire des croisades, p. 191.

55  C’est la « troisième génération » de forteresses dont parle R. Ellenblum, « Three generations of Frankish castle-building in the Latin Kingdom of Jerusalem », dans M. Balard (éd.), Autour de la première croisade, Paris, 1996, p. 517-551, sur lesquelles les Francs se replient de manière plus précoce en Syrie du Nord et en Syrie centrale (principauté d’Antioche et comté de Tripoli) qu’en Syrie méridionale (royaume de Jérusalem) ; J. Richard, « Le système défensif des États latins. Programmes et évolutions », dans N. Faucherre et alii (éd.), La fortification au temps des croisades, Rennes, 2004, p. 20.

56  Voir la liste dans J. Richard, Le comté de Tripoli, p. 19 et suivantes. Elle est tout de même très à l’avantage des musulmans. Pour ce qui est de la fin du comté d’Édesse, voir les récits de M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse, p. 78 et suivantes.

57  Voir son portrait par Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIV, 1, p. 605-606.

58  Cf. R. Grousset, Histoire des croisades, t. II, p. 1-5.

59  R. Ellenblum, Frankish rural settlement, op. cit., p. 15, conteste le rôle militaire de ces forteresses.

60  A. Grabois, « La cité de Baniyas et le château de Subeibé pendant les croisades », CCM, t. XIII, 1970, p. 40 et suivantes.

61  Sur cette expédition, voir G. Dédéyan, « Un émir arménien du Hawrân entre la principauté turque de Damas et le royaume latin de Jérusalem (1147) », dans M. Balard, B. Z. Kedar et J. Riley-Smith (éd.), Dei gesta per Francos. Études sur les croisades dédiées à Jean Richard, Aldershot, 2001, p. 179-185.

62  Guillaume de Tyr, op. cit., L. XVI, 8, p. 715-718.

63 J. Richard, « Le siège de Damas dans l’histoire et dans la légende », dans M. Goodich et alii (éd.), Cross cultural convergences in the Crusader Period, New York, 1995, p. 225-235 ; M. Hoch, « The price of failure : the second crusade as a turning point in the history of the Latin East », dans M. Hoch et J. Philips (éd.), The Second Crusade. Scope and consequences, op. cit., p. 180-200.

64 Crusader Institutions, op. cit., p. 478-479.

65  L’histoire du Krak des Chevaliers est détaillée par N. Élisséeff dans l’article qui lui est consacré dans l’EI2a (« Ḥiṣn al-Akrād »), t. III, p. 503-506. P. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. I, Le Crak des Chevaliers, Paris, 1934.

66  Voies de communications qui joignent les points stratégiques entre eux. Voir la définition plus complète de L. T. Suzor, Traité d’art et d’histoire militaires, suivi d’un traité de fortifications de campagnes, trad. M. Vial et alii, Québec, 1865, p. 241-242.

67  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, L. III, 24-25 ; M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse, p. 61.

68  R. Ellenblum, op. cit., passim sur les débats historiographiques.

69  R. C. Smail, op. cit., p. 18-21, s’attache à réfuter les théories de R. Grousset ou de R. Dussaud.

70 Historia, RHC, Occ., L. XVI, 29 pour la deuxième croisade ; L. XXI, 7, p. 1014 sq. (et Eracles, ibid) pour Saladin.

71  Dès le XVIIe siècle Vauban et Van Coehoorn élaborent des systèmes défensifs de forteresses en réseau. Les idées de Vauban sont remises au goût du jour fin XIXe siècle (lignes Séré de Rivières, nord-est de la France) puis au XXe siècle (ligne Maginot).

72  Sur la perception de ces fortifications par les musulmans, voir C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 470-473.

73  Ainsi qu’il a été dit en introduction, la bibliographie sur les fortifications franques est immense. La carte castrale de la Syrie franque a été établie par P. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. I, Le Krak des Chevaliers ; t. II, La défense du royaume de Jérusalem ; t. III, La défense du comté de Tripoli et de la principauté d’Antioche. On peut toujours consulter avec profit E. G. Rey, Étude sur les monuments de l’architecture militaire des croisés en Syrie et dans l’île de Chypre, Paris, 1871. Sur le plan géostratégique, voir la synthèse récente de J. Richard, « Le système défensif des États latins. Programmes et évolutions », loc. cit., p. 11-21 ; R. Ellenblum, « Three generations of Frankish castle building in the Latin Kingdom of Jerusalem »,  loc. cit., p. 517-551.

74  D’autres lignes de défense peuvent être identifiées à l’intérieur du royaume. Voir J. Prawer, The Crusader’s kingdom, op. cit., p. 285 sq. ; id., Crusader institutions, Oxford, 1980, p. 472, 473-477.

75  Place encore mal identifiée, malgré les efforts de R. Dussaud, Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, op. cit., p. 175-176 ; Cl. Cahen, SN, p. 158-159 ; P. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. III, La défense du comté de Tripoli et de la principauté d’Antioche, p. 83-88, qui la pensait à l’est de l’Oronte.

76  Cf. M. Bur (dir.), La maison forte au Moyen Âge, Paris, 1986.

77 R. Ellenblum, Frankish rural settlement, op. cit.De nombreuses typologies des fortifications ont été proposées. J.-M. Pesez (« Château », Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, 1999, p. 188 sq.) réduit les constructions existantes au château à donjon de masse, à l’enceinte régulière sans donjon défendue par des tours de flanquement et au château où le donjon, réduit, est entouré de plusieurs enceintes. Il faut y ajouter les châteaux de montagne, les châteaux-forteresses primitifs qu’étaient les grottes fortifiées, « mi-construites mi-creusées », les « résidences » (palais), les chapelles castrales et les maisons fortes. P. Deschamps use de critères stratégiques et morphologiques pour différencier les villes fortes, les « casernes fortifiées » du type Krak des Chevaliers, les grandes forteresses de montagne à doubles enceintes, les châteaux surveillant routes et passages, les grottes fortifiées, les tours de guet, les simples fortins de plaine. Voir ses travaux cités ci-dessus, ainsi que Terre sainte romane, Paris, 1973, p. 18 (cité par J. Richard, loc. cit., p. 17). On se contente parfois de distinguer le « donjon normand » (tour isolée, parfois munie d’une petite enceinte) ; le castrum, muni d’une seule entrée, composé d’un donjon entouré d’une enceinte carrée flanquée d’une tour à chaque angle ; les grandes forteresses dites également « château-éperon ». Voir en général M. Bur, Le château, Turnhout, 1999 ; id., « Château », dans C. Gauvard et alii (dir.), Dictionnaire du MoyenÂge, Paris, 2002, p. 274-276).

78  J. Richard, loc. cit. : « Mais il en existe ailleurs : une toute récente campagne de prospection dans la plaine d’Akkar, au nord de Tripoli, en a révélé d’autres. Ces tours ou ces petits forts apparaissent comme des éléments de l’occupation du plat pays, en liaison avec une exploitation seigneuriale qui comportait notamment des celliers pour y recueillir les denrées provenant de la culture du sol. » Il renvoie (note 16) à une communication de B. Major (« Characteristics of Crusaders settlements of the Syrian littoral ») au colloque Le comté de Tripoli, état multiculturel et multiconfessionnel (1102-1289), tenu à l’université du Saint-Esprit de Kaslik (Liban) en décembre 2002. Voir également P. Abi Aoun, « Voies caravanières et grottes fortifiées du mont Liban à l’époque médiévale (Ve-XVe siècles), dans Chrétiens et musulmans en Méditerranée médiévale, Poitiers, 2003, p. 139-147.

79 Cf. J. Prawer, Crusader institutions, p. 473.

80 « Templar castles on the road to the Jordan », Château-Gaillard, 1994, p. 1-28, repris dans Fortification and settlement in crusader Palestine, Aldershot, 2000 ; J. Richard, op. cit., p. 19.

81 Pour le royaume de Jérusalem, voir D. Pringle, « Town defences in the crusader Kingdom of Jerusalem », dans I. A. Corfis et M. Wolfe (éd.), The medieval city under siege, 1995, p. 69-121. Pour les châteaux destinés à protéger les Francs des incursions venues d’une ville assiégée, voir supra l’exemple d’Ascalon et P. Deschamps, op. cit., passim. Rappelons que, pendant le siège d’Antioche, les Francs avaient élevé un « château » destiné à surveiller la garnison de la citadelle. Il fut incendié ensuite.

82  P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, 2 vol., Rome, 1973 (voir notamment vol. I, p. 374-412) ; A. Bazzana, P. Guichard, J.-M. Poisson (éd.), Habitats fortifiés et organisation de l’espace en Méditerranée médiévale, Lyon, 1983 ; A. Bazzana (dir.), P. Cressier, P. Guichard, Les châteaux ruraux d’al-Andalus, Madrid, 1988 ; Castrum III. Guerre, fortification et habitat dans le monde méditerranéen au Moyen Âge, Madrid et Rome, 1988 ; P. Charbonnier, « Le château seigneurial : protection ou oppression ? », dans Ph. Contamine et O. Guyotjeannin, La guerre, la violence et les gens au Moyen Âge, t. I, Guerre et violence, Paris, 1996, p. 223-232 ; R. Ellenblum, op. cit., p. 32.

83  Lorsque cela est le cas, elles peuvent avoir une fonction offensive, comme pour les sites fortifiés du Ǧabal al-Summāq dont les forteresses permettaient surtout de menacer Alep. Cf. J. Richard, « Le système défensif des États latins », loc. cit., p. 18.

84 R. Ellenblum, op. cit., p. 14, 15 ; id., « Three generations of Frankish castle building in the Latin Kingdom of Jerusalem », loc. cit., p. 519 sq.

85 J. Prawer, Crusader institutions, p. 473, considère que « The kingdom of Jerusalem lacked manpower and resources […] ». Mais il faut souligner qu’avant la première croisade la région était également peu fortifiée. Or on sait que les Francs se basèrent essentiellement sur les structures préexistantes.

86  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 241 ; Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Sevim, p. 51. Le château, dont il a déjà été question, porte le nom d’al-‘Āl ou al-‘Al‘al ; il fut ensuite connu sous le nom de Qaṣr Bardawīl.

87  Dès la fin de la deuxième décennie du XIIe siècle, les Francs surveillaient l’extrême sud de la principauté de Damas et tout particulièrement le Ḥawrān à partir de Ḥabīs Ǧaldak et de Der‘a. Voir J.-M. Mouton, Damas, p. 68. Sur al-Ḥabīs ou Ḥabīs Ǧaldak ou Ḥiṣn Ḥabīs, selon les auteurs, voir les descriptions de Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVIII, 21, p. 855, et L. XXII, 15 et 21, p. 1090-1091 et 1104-1107 ; P. Deschamps, op. cit., t. I, p. 26, 77.

88  Claude Cahen remarquait déjà, dans sa Syrie du Nord, qu’il ne connaissait pas de site fortifié croisé qui n’ait été occupé avant les croisades en Syrie du Nord. Voir surtout l’article de Thierry Bianquis sur « Les frontières en Syrie » cité infra, et les réflexions récentes de J.-Cl. Voisin, « Le Moyen-Orient des fortifications. Espaces d’échanges entre Byzantins, Arabo-musulmans et Occidentaux au Moyen-Âge », dans La fortification au temps des croisades, p. 320.

89  Th. Bianquis, « Les frontières de la Syrie au XIe siècle », dans Castrum 4, Madrid, Rome, 1992, p. 135-149.

90  Évidemment, les termes du débat sont plus complexes. La tendance actuelle est tout de même celle de la reconnaissance de l’influence des traditions locales (byzantines, musulmanes, arméniennes). Voir supra, en introduction ; R. Ellenblum, « Frankish and Muslim siege warfare and the construction of Frankish concentric castles », dans M. Balard, B. Z. Kedar et J. Riley-Smith (éd.), Dei gesta per Francos, op. cit., p. 187-188 et note 5 p. 189 ; J.-Cl. Voisin, loc. cit., p. 313-330.

91  Th. Bianquis, article cité.

92  À la veille des croisades, les villes fortifiées y étaient néanmoins nombreuses (toutes les cités côtières de Beyrouth à Gaza, sur la côte ; quelques villes de l’intérieur l’étaient également), ou possédaient une citadelle puissante : Hébron, Jérusalem, Ramla, Naplouse, Baysān, Laǧǧūn, Tibériade, Banyas, Aḏri‘āt, ‘Ammān, Ma‘āb, Ḏarḫad, Boṣra. Qal‘at al-Šaqīf, Subayba constituaient les forteresses les plus puissantes ; enfin, des forts ou fortins (al-Zarqa près de ‘Ammān, al-Aṭrūn près de Ramla) et des tours (Ṣafad) sont mentionnés par les auteurs arabes.

93  J. Richard « Le système défensif des États latins. Programmes et évolutions », loc. cit., p. 20, parle de « programme défensif » à propos de la cession par le comte de Tripoli de Tortose (Tartous) et de Chastel Blanc (Ṣāfītā) aux Templiers, désormais chargés de la frontière septentrionale du comté, ou des constructions qui avaient été élevées pour protéger l’accès à Jaffa et à Jérusalem.

94 J. Prawer, The Crusader’s kingdom. European colonialism in the Middle Ages, Londres, 1972, p. 281-282.

95  Sur toutes ces places, P. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. II, La défense du royaume de Jérusalem, index. Casal Imbert n’avait pas de rôle militaire.

96  La perspective changea notamment sous l’influence des travaux de Cl. Cahen (surtout SN).

97  Ibn «aldūn, Ta’rīḫ, t. I, al-Muqaddima, p. 271 ; trad. G. Labica, p. 129 ; trad. V. Monteil, p. 423. Voir supra, en introduction, l’ensemble du passage ici concerné. Les événements dont il est question par la suite sont pour la plupart bien connus des historiens. Voir tout particulièrement les ouvrages récents de C. Hillenbrand, Islamic perspectives ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure ; et J.-M. Mouton, Damas.

98  Th. Bianquis, « Ibn al-Nābulusī, un martyr sunnite au IVe siècle de l’Hégire », AI, t. XII, 1974, p. 49-50 : « La guerre contre ceux-là (les Fatimides) prime la guerre légale contre les Byzantins ; l’offensive contre ceux-là prime – c’est un plus impérieux devoir – l’offensive contre les Byzantins. En effet, les Byzantins sont des gens du Livre, ceux-là sont des impies, des associateurs ; ils ne sont point un peuple du Livre, mais ils ont été les ennemis de tous les Prophètes et de tous les Livres que Dieu a envoyé ici-bas. Les Byzantins ne cachent pas leur religion, tout au contraire, ils proclament, sans pudeur, ce à quoi ils appellent. Ceux-là dissimulent leur polythéisme et trompent leur monde en se présentant comme chiites » (fatwa rapportée par ‘Abd al-Ǧabbār ibn Aḥmad al-Hamaḏānī, Taṯbīt dalā’il al-nubuwwa, éd. ‘Abd al-Karīm ‘Uṯmān, Beyrouth, 1970, t. II, p. 608).

99  E. Sivan, L’islam et la croisade, p. 16 ; C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 47. Voir également les jalons posés par Cl. Cahen, « La première pénétration turque en Asie mineure », Byzantion, vol. XVIII, 1946-8, p. 5-67.

100  Voir Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, cité par E. Sivan, loc. cit., qui néglige néanmoins les tensions pas forcément religieuses entre sunnites et chiites (voir Sibṭ b. al-Ǧawzī, op. cit., éd. al-Ġāmidi, t. I, p. 125-127).

101  M. Van Berchem, « Inscriptions arabes de Syrie », Mémoires de l’Institut égyptien, t. III, 1897, repris dans Opera Minora, vol. I, Genève, 1978, p. 368-381 ; RCEA, vol. VIII, n° 3146.

102  Tous les auteurs arabes en font état. Voir notamment Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. I, p. 200-220 (p. 219-220 pour les cadeaux envoyés par le calife à Nūr al-dīn et à Saladin).

103  Trad. H. Laoust, Beyrouth, 1950, chapitre XX, « La guerre légale », p. 270-281.

104 Kitāb al-ǧihād, éd. et trad. E. Sivan, JA, t. 254, 1966, p. 197-224 ; N. Élisséeff, « The reaction of Syrian Muslims after the foundation of the first Latin kingdom of Jerusalem », dans M. Shatzmiller (éd.), Crusaders and Muslims in twelfth century Syria, Leyde, etc., 1993, p. 165.

105  La meilleure source est le Mir’āt al-zamān de Sibṭ b. al-Ǧawzī, commodément  cité en note de l’éd. Amedroz du Ḏayl ta’rīḫ Dimašq d’Ibn al-Qalānisī, p. 109-111. Voir également M. Yared-Riachi, Politiques extérieures, p. 47.

106  En 473/1080-1, il fait arrêter un bédouin qui correspondait avec eux : Mir’āt al-zamān, éd. Sevim, p. 207 ; J.-M. Mouton, Damas, p. 100.

107  Voir surtout al-‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 359 (an 490) ; id. dans Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. VI, p. 3012-13 (intéressante notice du aṭīb « Ḥaydara b. al-Ḥasan b. Aḥmad » qui officiait et pendant le siège d’Alep par Alp Arslān, et lorsqu’on fit l’appel à la prière au nom des Égyptiens), t. VIII, p. 3664 ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 88 (an 489/1096).

108  M. Canard, « Fatimides et Bourides à l’époque du calife al-Ḥāfiẓ li-dīn Allāh », REI, vol. XXXV, 1967, p. 103-117.

109  Ensuite, ils n’eurent plus les moyens de telles ambitions.

110  Voir tout particulièrement Ibn al-Ma’mūn al-Baṭā’iḥī, Abār Mir, p. 13-14 (an 509/1115-6), dont le texte est en partie traduit par Th. Bianquis, dans UMR 5648, Pays d’islam et monde latin, Xe-XIIIe siècle. Textes et documents, Lyon, 2000, p. 75-77.

111  Sur cette question, voir J.-M. Mouton, Damas, p. 99-104.

112  Opérations contre les Francs en 553/1158.

113  Toutes les histoires des croisades traitent de cette période, mais, pour la plupart, sans avoir eu accès aux sources arabes égyptiennes. Voir donc, en dernier lieu, Th. Bianquis, « Ṭalā’i‘ b. Ruzzīq », EI 2a, t. X, p. 149-151 ; A. F. Sayyid, Ta’rīḫ al-dawla al-Fāṭimiyya fī Mir. Tafsīr ǧadīd, op. cit., p. 214 et suivantes.

114  Dans les deux camps, les chroniqueurs insistent essentiellement sur le danger que la conquête de l’Égypte par l’ennemi aurait constitué. L’intervention du calife abbasside (ainsi en 1166) est certes soulignée, mais le mobile religieux est finalement peu présent dans les chroniques arabes, ce qui peut surprendre quand on sait l’importance de l’orthodoxie dans la propagande de Nūr al-dīn.

115 Kitāb al-ǧihād, p. 211-212 (texte arabe), p. 219 (trad.) ; voir également H. Dajani-Shakeel, « A reassesment of some medieval and modern perception of the counter-crusade », dans H. Dajani-Shakeel, R. A. Messier (éd.), The jihād and its times, Ann Arbor, 1991, p. 52.

116  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 131 et suivantes.

117 Kitāb al-ǧihād, p. 209 (texte arabe), p. 217 (trad.) : « On est saisi d’un étonnement profond à la vue de ces souverains qui continuent à mener une vie aisée et tranquille lorsque survient une telle catastrophe, à savoir la conquête du pays par les infidèles (kuffār) […]. » Il est intéressant de comparer ces reproches aux souverains (exprimés également par Ibn al-Aṯīr) à ceux que Saladin exprima dans une lettre au calife abbasside : « Les infidèles ont fait irruption dans al-Šām et s’y sont établis […] grâce à la torpeur et à l’insouciance des habitants » (Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. II, p. 29, cité par E. Sivan, op. cit., p. 25). Il n’est donc plus question de souverains…

118 Zubda, t. II, p. 173-174, an 508. Voir également, dans la Buġya, t. IV, p. 1964, à propos du siège d’Alep par les Francs alliés à Dubays b. Ṣadaqa et à Ibrāhīm b. al-Malik Riḍwān, en 518, l’exposé des raisons du peu d’empressement des princes (al-mulūk) à s’installer à Alep : outre le manque d’argent, noter qu’il est question du voisinage des Francs.

119  Voir par exemple Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, I, 48 r°-v° ; A.-M. Eddé, « Francs et musulmans de Syrie au début du XIIe siècle », dans M. Balard, B. Z. Kedar et J. Riley-Smith (éd.), Dei gesta per Francos, op. cit., p. 168-169.

120  Récit de la conquête turque de la Syrie dans Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II, p. 581-616 (Syrie du Nord) et p. 639-652 (Syrie centrale et méridionale) ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, Première partie (« Irruption des Turcs. Morcellement de la Syrie musulmane »).

121  Idée analogue exprimée par J. Prawer, « Crusader security and the Red Sea », Crusader Institutions, Oxford, 1980, p. 472.

122 Cf. M. Köhler, Allianzen und Verträge zwischen fränkischen und islamischen Herrschern im Vorderen Orient, loc. cit. ; M. Hoch, Jerusalem, Damaskus und der zweite Kreuzzug, Francfort, 1993 ; H. Dajani-Shakeel, « Diplomatic relations between Muslim and Frankish rulers dans M. Shatzmiller (éd.), Crusaders and Muslims in twelfth century Syria, op. cit., p. 190-215 ; Cl. Cahen,  SN, passim ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, passim ; J.-M. Mouton, Damas, essentiellement p. 65 et suivantes.

123 Ainardus (Aynart dans l’Eracles) a droit a un portrait élogieux : Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVI, 8, p. 715-716

124  Puis par Nūr al-dīn.

125  Voir Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 263 et 278 ; J.-M. Mouton, Damas, p. 70-71. En 506/1113, les Damascènes refusèrent le renouvellement de l’accord (Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 293).

126  Sur tous ces lieux, voir N. Élisséeff, ND, t. III, index.

127 Maqrīzī, Itti‘āẓ al-unafā, t. III, p. 509.

128  La date de sa construction est incertaine. Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIV, 25, prétend que Pons de Tripoli l’édifia en 1112. Voir la notice que lui consacre P. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, vol. III, La défense du comté de Tripoli et de la principauté d’Antioche, p. 321-322.

129  L’histoire de Rafaniyya, ville déjà très disputée au début du Ve/XIe siècle entre Byzantins et musulmans, est mal connue au siècle suivant. Elle semble avoir d’abord dépendu d’Alep (le chef de l’armée alépine, Šams al-Ḫawāṣṣ, la possédait), mais Ṭuġtakīn s’en empara sans doute, ainsi qu’Ibn al-Furāt le laisse penser, en 1114. On ne sait quand les Francs s’y installèrent. Selon Cl. Cahen (SN, p. 273 et note 28), qui s’appuie notamment sur le même chroniqueur plutôt que sur Ibn al-Qalānisī, ce serait en 1126, ce qui semble tout de même tardif. Pour ce dernier auteur (voir Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 148, 165, 175, 184, 192, 216/LT p. 60-1, 89, 97, 108, 121, 134-135 et 171), les Francs la possédaient déjà en 1115, date à laquelle Ṭuġtakīn la leur prit. Sur l’importance du site, voir également R. Dussaud, Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, p. 98.

130  Puis des Alépins, sous Zankī.

131 Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 266-268. La ville fut bloquée pendant trente-cinq jours.

132  Voir le beau récit d’Ibn al-Qalānisī dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 362-364. Sur l’importance du site de Baalbek, voir notamment R. Dussaud, Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, op. cit., p. 40-44. À plusieurs reprises, les hommes qui contestaient l’autorité du prince de Damas se tournèrent vers Baalbek - cf. Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 401, 477.

133  La meilleure source arabe est Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 451-452. Voir désormais G. Dédéyan, « Un émir arménien du Hawrân entre la principauté turque de Damas et le royaume latin de Jérusalem (1147) », op. cit., p. 179-185.

134  Les événements sont minutieusement reconstitués par Cl. Cahen, SN, passim. Les sources arabes sont plus particulièrement analysées par A.-M. Eddé, « Riḍwān, prince d’Alep », REI, vol. LIV, 1986, p. 101-125. Voir également G. Dédéyan, Les Arméniens, passim. La Buġya d’Ibn al-‘Adīm et le Ta’rīḫ al-duwal d’Ibn al-Fut®t (Ibn Abī Ṭayyi’) apportent des informations originales.

135 Ibn al-Furāt, op. cit., I, 41 r° ; A.-M. Eddé, loc. cit., p. 108, 109.

136  Cl. Cahen, op. cit., p. 239, souligne que seul, de la Syrie intérieure, resta aux Francs le Rūǧ jusqu’à Hāb.

137  En fait, l’escorte envoyée par Zankī pour prendre possession de la ville arriva à Alep au milieu de ḏū l-ḥiǧǧa 521/fin décembre 1127. Zankī n’y fait son entrée qu’en ǧumāda II/juin 1128. Selon Ibn al-Aṯīr, il y est accueilli par la liesse populaire. Voir par exemple Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. I, p. 39. Plus généralement, voir J. Sauvaget, Alep, p. 92 et Cl. Cahen, SN, p. 306.

138  Voir les analyses de C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 80.

139  Par exemple Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 298. Mais il faut se souvenir que Mawdūd et Ṭuġtakīn avaient effectué des campagnes en commun avant que le premier fût assassiné. L’assassinat (par des ismaéliens) a lieu en rabī‘ II/octobre 1113.

140  L’activité des deux chefs musulmans n’est pas très clairement exposée par les auteurs arabes. Voir notamment Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 174-6, à compléter absolument par Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, particulièrement L. XII, 19 et 20, p. 701-702. Voir également Gautier le Chancelier, Bella Antiochena, RHC, Occ., t. III, L. I, chap. 1 et suivants, p. 84 et suivantes.

141  Sur l’ensemble de la carrière du chef turcoman, voir C. Hillenbrand, « The career of Najm al-dīn Īl-Ghāzī », Der Islam, vol. LVIII, 1981, p. 276-280. Elle répond notamment à la question « Īl-Ghāzī– a military strategist ? » Premier élément de réponse, p. 276 : « It would be false to attribute to Īl-Ghāzī a consistent, well-planed military strategy, even in the period of his success from 502-516/1108-1122. »

142 Cf. désormais A. Zouache, « Zangī, stratège averti (522/1128 à 541/1146) ? Réexamen des sources latines et arabes », BEO LVI, 2004-2005, p. 13-42.

143  Voir notamment Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIV, passim.

144 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 254.

145 Ba’s, mot très difficile à traduire ; il désigne tout autant une qualité morale que physique, celle de l’homme qui va au combat sans barguigner, avec courage, mais également avec vigueur et puissance.

146  Sur le site, voir R. Dussaud, Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, p. 219 ; Cl. Cahen, SN, p. 154.

147  Ibn al-Aṯīr, loc. cit.

148  Elle se trouvait seulement à une journée de cette ville. Voir Ibn Šaddād, al-A‘lāq al-ḫaṭīra (Syrie du Nord), p. 33-44 ; M. Canard, Histoire des Hamdanides, op. cit., p. 217 ; Cl. Cahen, SN, p. 135.

149  À « wa istadāra al-muslimūn bi-tilka l-amāl » (qu’on aurait pu traduire « et les musulmans arpentèrent cette région de long en large ») du texte édité, il faut sans doute préférer la leçon d’Ibn al-Furāt (voir la note suivante).

150  Mais Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. I, p. 128-129, reprend textuellement Ibn al-Aṯīr.

151  Ibn al-Aṯīr place ces événements sous l’année 523. Voir notamment Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 246 ; Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, an 524 ; Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. I, p. 127 et suivantes.

152  Il n’en est rien d’Ibn Abī Ṭayyi’, du moins dans ce qu’en cite Ibn al-Furāt, op. cit., p. 131.

153 Ta’rīḫ Ḥalab, p. 383, laconique : « Les musulmans dévastèrent le faubourg (rabaḍ) d’al-Aṯārib et le faubourg de Ma‘arrat Maṣrīn » ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 247, ne parle que d’al-Aṯārib.

154  Ibn Wāṣil ne prend pas la peine de préciser si Zankī était présent.

155 Op. cit., p. 83. Ibn Wāṣil est suivi par C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 117.

156 Mufarriǧ al-kurūb, p. 73.

157  Les chroniqueurs arabes usent des deux orthographes : Ba‘rīn et Bārīn. Ibn Wāṣil emploie la deuxième.

158 Ibid., p. 88 ; C. Hillenbrand, op. cit., p. 118. Sur les accords entre Francs et Damascènes, la meilleure source demeure Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 424-428. Voir également les références aux ouvrages de M. Hoch et M. Köhler citées par C. Hillenbrand, même page, note 49.

159 Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. VIII, p. 3845.

160 D. Sourdel, « Ḳal‘at Dja‘bar », EI 2, t. I, p. 364.

161  Ibn al-‘Adīm, op. cit., p. 3845-3846, propose une liste de ses conquêtes sur l’ennemi chrétien (fatḥ).

162  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 275.

163  Sur l’importance stratégique de la place, voir Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. I, p. 143-144 ; M. Canard, Histoire des Hamdanides, p. 210 ; N. Élisséeff, ND, t. I, p. 218-219 ; Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II, p. 498-499.

164 Op. cit., p. 118.

165  Campagnes contées avec plus ou moins d’emphase par Ibn al-Aṯīr, Bāhir, passim, repris par N. Élisséeff, ND, t. II, p. 324 et suivantes. Voir également H. A. R. Gibb, « Zengi and the fall of Edessa », dans K. M. Setton (éd.), A history of the Crusades, op. cit., t. I, p. 449-62 ; C. Hillenbrand, « The career of Zengi », loc. cit.

166  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. I, p. 269 : « ce sont deux importants villages, mais deux petites villes. » Voir également Ibn Šaddād, al-Alāq al-aṭīra (alab), p. 57.

167  Autre point de passage de la route de l’Euphrate. Sur l’itinéraire de Zankī venant prendre possession d’Alep, voir Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 247, et Ibn al-‘Adīm, op. cit., t. VIII, p. 3845 et suivantes.

168  Sans doute la même année. Toutes les sources arabes racontent les violences subies par les habitants de Buzā‘a. Voir par exemple ‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 393 ; Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 415-416 (an 532) ; Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 301-304 (an 532), selon lequel Buza‘ā est conquise le 25 raǧab 532/8 avril 1138. Auparavant, les environs de la place étaient régulièrement pillés par les Francs (cf. ibid., p. 296, an 514, déprédations de Josselin d’Édesse ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 206, incursions franques, le nā’ib de Buzā‘a se fait battre ; p. 209, 214, etc.).

169 Ibn al-‘Adīm, op. cit., p. 270.

170  Ibn Wāṣil, par exemple, reprend en partie Ibn al-Aṯīr.

171  C. Hillenbrand, loc. cit., p. 119, rappelle que les auteurs arabes du XIIIe siècle interprètent les événements avec le recul du temps. N. Élisséeff, ND, t. II, p. 377 et suivantes, suit Ibn al-Aṯīr. Pour ce qui est de la tonalité religieuse du discours d’Ibn al-Aṯīr, voir E. Sivan, L’islam et la croisade, p. 44.

172 Bāhir, p. 66-70 pour tout ce qui suit. Il est très intéressant de comparer le Bāhir, p. 66 et le Mufarriǧ al-kurūb d’Ibn Wāṣil, t. II, p. 93.

173  Le caractère religieux du fait d’arme est très largement souligné par Ibn al-Aṯīr.

174 Al-Anṣār : « aides, auxiliaires, défenseurs ». Ce mot désigne traditionnellement les Médinois qui accueillirent et assistèrent le prophète Muḥammad émigré de La Mecque.

175  Traduction J.-M. Chabot, « Un épisode de l’histoire des croisades », Mélanges offerts à M. Gustave Schlumberger, t. I, Paris, 1924, p. 171-172.

176 Buġya, t. VIII, p. 3850.

177  Mais dans le Mufarriǧ al-kurūb (t. II, p. 93), il est directement question de ‘uyūn. Cf. également N. Élisséeff, ND, t. II, p. 378 : « Conformément aux instructions du sultan, et aussi suivant les intérêts de Mossoul, Zengī se fixe pour objectif Édesse. Mais pour ne pas éveiller l’attention des Francs l’atabeg ne va pas les attaquer de front. Déployant un réseau serré d’agents de renseignements en pays artuqide et dans le comté d’Édesse, Zengī part vers le lac de Van à la fin de 538/printemps 1144. L’atabeg prend alors des places tenues par des Kurdes, comme Hīzīn, contourne Āmid et va s’emparer du centre minier d’al-Ma‘dan dont le cuivre lui fournit un précieux butin. »

178 Ibn al-Aṯīr, loc. cit. ; Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. I, p. 94 ; C. Hillenbrand, « The career of Zengi », p. 119.

179 Cf. Ibn Wāṣil, op. cit., p. 96.

180 Ibid., p. 87-89. Mais voir également Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 424-428.

181  Il avait longtemps négligé Ḥarrān, clé d’Édesse pourtant. Non qu’il ne l’eût déjà possédée : en 522/1128, il en avait pris possession. Mais l’homme auquel il l’avait assignée en iqṭā‘, Sūdkīn al-Kurǧī, s’était révolté à la faveur de ses déboires avec le calife al-Mustaršid. Zankī l’avait récupérée seulement à la veille de se consacrer à nouveau à ses affaires syriennes, en 533/1139. De sorte que lorsqu’il quitta la Syrie, suite à ses échecs damascènes, il disposait d’une tête de pont avancée vers Édesse.

182 Op. cit., p. 92. Il donne une longue liste de ses conquêtes. La chronologie d’Ibn al-Aṯīr (op. cit., passim) est un peu différente.

183 C. Hillenbrand, « The career of Zengi », p. 120 : « It is perhaps more likely that Zengi had a tactical rather than a strategic coup in mind ».

184  H. de Jomini, Précis de l’art de la guerre, Paris, 1855, rééd. 1977, vol. I, p. 408.

185 Ibid., p. 178, sur lequel nous nous appuyons ici.

186 Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 444-449 pour l’ensemble du passage traitant de sa mort.

187  L’activité de Nūr al-dīn est longuement décrite par N. Élisséeff dans le t. II de sa trilogie sur ce prince ; cet ouvrage est résumé dans l’article du même auteur de l’EI 2a, t. VIII, p. 127-133 (mais il faut se méfier de curieuses erreurs de date). Ses campagnes contre Damas sont minutieusement détaillées par M. Yared-Riachi, Politique extérieure, cinquième partie, chap. XIII, XIV et XV. H. A. R. Gibb a tenté une analyse de sa carrière dans « The career of Nūr ad-Dīn », dans K. M. Setton, A History of the crusades, op. cit., t. I, p. 513-527. Il s’agit simplement ici de se pencher sur les lignes de force de sa politique.

188  Comparer également les portraits qu’Ibn ‘Asākir fait des deux hommes, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, éd. al-‘Amrawī, t. LVII, p. 118-124 (Nūr al-dīn) et t. XIX, p. 85 (Zankī). Voir encore P. Partner, God of battles. Muslim and Christian holy war, Princeton, 1998, p. 92-93.

189  Vision différente d’E. Sivan, L’islam et la croisade, p. 43-44, qui parle néanmoins de « l’historiographie musulmane du XIIIe siècle ». En fait, il ne cite qu’Ibn al-Aṯīr, Abū Šāma (qui cite le précédent, mais également d’autres auteurs, parfois peu amènes envers Zankī) et Ibn al-‘Adīm (un seul extrait).

190  Pour Īl-Ġāzī, voir les références citées par C. Hillenbrand, « The career of Najm al-dīn Īl-Ghāzī », note 188, p. 289. Sur l’ivresse de Zankī au moment de sa mort, voir Ibn al-Qalānisī, op. cit., LT p. 275 ; N. Élisséeff, ND, t. II, p. 385.

191 Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVI, 7 ; trad. de l’ensemble par M. Zerner dans Croisades et pèlerinages, p. 617.

192  Sur ce point, E. Sivan, op. cit., p. 44-45.

193  Voir par exemple la notice qu’Ibn ‘Asākir lui consacre, loc. cit.

194  Cf. E. Sivan, op. cit., p. 63 et suivantes. Il est également intéressant de se reporter à N. Élisséeff, « La titulature de Nūr ad-dīn d’après ses inscriptions », BEO, t. XIV, 1952-4, p. 155-196.

195  Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, cité par E. Sivan, L’islam et la croisade, p. 63.

196 Y. Tabbaa, « Monuments with a message : propagation of jihâd under Nûr al-dîn (1146-1174) », dans V. P. Goss (éd.), The meeting of two worlds. Cultural exchange between East and West during the period of the Crusades, Kalamazoo, 1986, p. 233-235. Voir les textes donnés en traduction dans UMR 5648, Pays d’islam et monde latin, Xe-XIIIe siècle, op. cit., p. 132-134.

197  Dès l’annonce de la mort de Zankī, Mu‘īn al-dīn Anur s’était précipité contre Baalbek, qu’il avait conquise sans guère de difficultés : son gouverneur, Naǧm al-dīn Ayyūb, avait vite compris qu’il était possible de s’arranger avec le chef de l’armée bouride. Homs et Hama avaient quant à elles conclu un pacte de bonne entente avec les Damascènes. Voir M. Yared-Riachi, op. cit., p. 207-208.

198 N. Élisséeff, « The reaction of Syrian Muslims after the foundation of the first Latin kingdom of Jerusalem », dans M. Shatzmiller (éd.), Crusaders and Muslims in twelfth century Syria, op. cit., p. 166.

199  Liste dans N. Élisséeff, ND, t. II, p. 409-410. La conquête d’al-Hāb (ou Ḥiṣn al-Hāb) fut décisive.

200  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVII, 10, p. 774 sq.

201 Ibid., p. 775.

202 Ibid. ; Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 305. Voir également Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, III, 14 v°, 15 r°, 16 r°.

203  N. Élisséeff, ND, t. II, p. 432 et suivantes, suit Ibn al-Qalānisī – il parle de « siège d’Antioche ». Cl. Cahen, SN, p. 384, semble également douter qu’il y ait eu siège.

204 Ibn al-Qalānisī, op. cit., LT p. 327.

205  Il est également question de Qal‘at Yaḥmūr, château situé à 12 km au sud-est de Tartous et à 10 km à l’ouest de Ṣāfīflā, qu’on identifie parfois au castellum rubrum ou castrum rubrum des textes latins (R. Dussaud, Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, suivi par N. Élisséeff), ou au site fortifié du Wādī b. Aḥmar d’Ibn al-Qalānisī (J. Richard, Le comté de Tripoli, p. 65, note 2). Cf. P. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. III, La défense du comté de Tripoli et de la principauté d’Antioche, p. 317 et suivantes. Sur le raid de Nūr al-dīn, voir également N. Élisséeff, ND, t. II, p. 473 ; J. Richard, Le comté de Tripoli, p. 21.

206  Avis divergent de N. Élisséeff, loc. cit., selon lequel elle resta aux mains des musulmans « une vingtaine d’années » avant d’être prise par les Templiers en 579/1183. Pourtant, il est question d’un évêque de Tortose et des « frères du Temple de Tortose » dans un acte datant de 1169 (R. Röhricht, Regesta, note 462, cité par P. Deschamps, op. cit., p. 288-289). La place a pu changer de main à plusieurs reprises. Elle fut confiée aux Templiers : J. Riley-Smith, « The Templars and the castle of Tortosa : an unknown document concerning the acquisition of the fortress », English Historical Review, vol. 84, 1969, p. 278-288.

207 Voir C. Hillenbrand, Islamic persepctives, p. 117-118.

208 Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 509 ; AbūŠamā, Kitāb al-rawatayn, t. I, p. 318, a l’avantage de présenter différentes versions (dont celle d’Ibn AbīṬayyi’) ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 419.

209 État de la question dans C. Hillenbrand, « The imprisonment of Reynald of Châtillon », dans C. F. Robinson (éd.), Texts, documents and artefacts. Islamic studies in honour of D. S. Richards, Leyde, Boston, 2003, p. 81, 82 et note 20 ; Cl. Cahen, SN, p. 405 ; N. Élisséeff, op. cit., p. 552.

210 H. A. R. Gibb, loc. cit., p. 523.

211 ND, t. II, p. 495-496.

212  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVIII, 27, p. 866-867.

213 EI 2, s. v.

214  Récit des interventions par N. Élisséeff, ND, t. II, p. 499 sq. et p. 546 sq.

215  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 315.

216  E. Sivan, L’islam et la croisade, p. 59 sq.

217 Y. Tabbaa, « Monuments with a message : propagation of jihâd under Nûr al-dîn (1146-1174) », loc. cit.

218  Il ne faut pas donner à ce mot le sens qu’il prit à l’époque contemporaine : l’attrition telle que le XXe siècle l’expérimenta n’entrait pas dans la cadre de la mentalité des chefs de guerre médiévaux. Au pire, ils procédaient à la destruction d’une place ou faisaient en sorte qu’une ville ne puisse se relever (comme Nūr al-dīn à Édesse).

219 Kāmil, t. IX, p. 462. Même texte dans Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 312-313.

220  Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. II, p. 135 ; texte identique dans le Bāhir, p. 116.

221 Nāzala, « charger, attaquer », prend, ainsi que le remarque R. Dozy (Supplément aux dictionnaires arabes, p. 668), le sens « d’assiéger », « presque à chaque page chez les chroniqueurs ».

222  N. Élisséeff, ND, t. II, p. 573 : « Le souverain de Syrie espérait atteindre un débouché sur la mer et conquérir pour son compte l’ancien état chiite des Banū ‘Ammār. »

223 Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIX, 8, p. 894-895. Voir également l’Eracles (mêmes pages).

224  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 116, selon lequel les Francs lui avaient refusé la bataille à cette occasion. Usāma b. Munqiḏ l’accompagnait lors de cette opération.

225  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 122.

226  Même discours de Guillaume de Tyr, op. cit., pages suivantes.

227 Id., Kāmil, t. IX, p. 467.

228  Intéressante phrase, à ce propos, de ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī dans Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. I, 2, p. 339.

229  Il faut comparer les sources arabes citées par N. Élisséeff, op. cit., note 1, p. 595, à Guillaume de Tyr, op. cit., L. XIX, 10, p. 898-900.

230  Ibn Wāṣil, Muffariǧ al-kurūb, t. I, p. 148.

231  R. Dussaud, Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, p. 397 : « Une route relie Ba‘alabakk à Munaytira et de là, par Afqa, redescend vers la côte vers Djouni ou Beyrouth » (la transcription de R. Dussaud est conservée). Voir également Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 165/LT p. 89, et la carte de P. Deschamps dans Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. III, La défense du comté de Tripoli et de la principauté d’Antioche, p. 305, et pl. LXIVD, E. On ne sait quand les Francs réoccupèrent la place. En 1176, selon Guillaume de Tyr (op. cit., L. XXI, 11, p. 1022), Raymond III de Tripoli passa sans problème aucun devant la place avant d’aller ravager le nord de la Bekaa.

232  Longue notice dans Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, t. III, p. 653-654. Naṣīr i-Ḫusraw y passa (cf. Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II, p. 529, 534). G. Le Strange, Palestine under the Moslems, Londres, 1890, rééd. Beyrouth, 1965, p. 387-388, reproduit le témoignage des géographes antérieurs.

233  C’est du moins la version d’Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. X, p. 5. Même présentation des faits dans Ibn Wāṣil, op . cit., p. 153. Ensuite, les armées musulmanes allèrent prendre Ḥiṣn Hunīn, près de Banyas. Voir également J. Richard, Le comté de Tripoli, p. 21, qui se demande si Nūr al-dīn voulait enlever Tripoli même, en l’absence du roi de Jérusalem et du comte de Tripoli.

234  Ibn Wāṣil, loc. cit.

235 J. Richard, op. cit., p. 22.

236  Ibn al-Aṯīr est notre seule source. Voir son récit dans N. Élisséeff, op. cit., p. 665-666.

237  ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī dans Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. I, 2, p. 547.

238  Nūr al-dīn soutenait le Danishmendite Ḏū l-Nūn contre Qiliǧ Arslān. Mleh attaqua concomitamment la Cilicie. La campagne est racontée par ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī dans Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. I, 2, p. 542-543 (puis suit la version d’Ibn al-Aṯīr, p. 543 sq.), p. 549.

239 N. Élisséeff, op. cit., p. 680-681.

240 Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 158.

241 Kāmil, t. X, p. 35. N. Élisséeff, ND, t. II, p. 671 sq., suit la version du Bāhir.

242  Voir, sur ce point, les analyses de Y. Lev, Saladin in Egypt, p. 96.

243 Kāmil, t. X, p. 49. À comparer avec ce que disent ‘Imād al-dīn et Ibn Šaddād cités par Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. I, 2, p. 526-527. Voir également Ibn Šaddād, al-Nawādir al-sulṭāniyya, p. 36.

244  Il s’agit de l’armée d’Égypte, et non de celle de Saladin.

245 Stricto sensu « et que celui qui précéderait l’autre attendrait jusqu’à ce que l’autre arrive ».

246 Historia, RHC, Occ., t. I, L. XX, p. 27 et 28.

247 AbūŠamā, Kitāb al-rawatayn, t. I, 2, p. 518.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable