Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174

 | 
Abbès Zouache

Chapitre IV

Les forces en présence : les nombres (2)

Entrées d'index

Mots clés :

armée, armement

Géographique :

Syrie

Note de l’éditeur

Pour des raisons éditoriales, le Chapitre IV est scindé en deux documents.
Voir le texte de Les forces en présence : les nombres (1)

Texte intégral

3. Les armées musulmanes

3.1. Les armées seldjouqides

  • 163  Pourtant, ainsi que l’écrit A. K. S. Lambton, « the numbers involved in the Saljūq migration were (...)
  • 164  Éd. Muḥammad Iqbāl, Londres, 1921, p. 131, cité par C. E. Bosworth, « The political and dynastic h (...)
  • 165  Traité de gouvernement, p. 252-253. Ce chiffre a souvent été pris pour argent comptant parce qu’il (...)
  • 166  Zubda, t. II, p. 102 ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 67, juge ce chiffre tout aussi «  (...)
  • 167  ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, abrégé d’al-Bundārī, Ta’rīḫ dawlat al-Salǧūq, éd. Beyrouth, 1400/1980, p (...)
  • 168  L’empereur byzantin avait probablement 60 000 hommes, en comptant les non-combattants (valets et a (...)

1Dès qu’on s’intéresse aux territoires qui s’étendent à l’est de l’Euphrate, on semble changer d’échelle163. Certes, la gloire des armées seldjouqides de la fin du Ve/XIe siècle n’est plus qu’un lointain souvenir au VIe/XIIe siècle, mais, tout au moins avant que les Zankides ne mettent la main sur tout ou partie de la Syrie, les forces seldjouqides y sont inégalées. On a touché plus haut un mot de l’importance des masses très diverses auxquelles les fondateurs de l’empire commandaient. On a rapporté que Malik Šāh aurait disposé de 40 000 cavaliers au faîte de sa puissance. Ce chiffre est très élevé, mais pourtant corroboré par Muḥammad b. ‘Alī al-Rawandī, historien persan de la fin du VIe/XIIe siècle et du début du VIIe/XIIIe siècle, qui soutient dans son histoire des Grands Seldjouqides, Rāḥat al-ṣudūr wa āyat al-surūr, qu’à l’époque de Malik Šāh et d’Alp Arslān le nombre de cavaliers ne pouvait tomber en deçà du considérable total de 46 000 hommes164. Niẓām al-mulk livre un chiffre bien plus colossal, jusqu’à 400 000 « cavaliers » soldés et nourris, irréaliste sauf s’il on y inclut tous les types de soldats, cavaliers et fantassins, combattants et non-combattants, jusqu’au valet, disséminés aux quatre coins de l’empire et naturellement jamais réunis165. Les mêmes 400 000 hommes attribués à Malik Šāh par Ibn al-‘Adīm ne sont que procédé rhétorique d’un chroniqueur qui veut insister sur une puissance militaire inégalée parmi les rois, mulūk166. D’ailleurs, à Mantzikert, en ḏū l-qa‘da 463/août 1071, Alp Arslān, après avoir fait appeler de tous côtés proches et alliés et avoir envoyé son vizir et sa femme Ḫātūn à Tabrīz, resta avec 15 000 de ses cavaliers d’élite, chacun montant un cheval (faras) et en ayant un autre à ses côtés, face aux 300 000 hommes des Byzantins167. Sans tenir compte de l’exagération des effectifs byzantins (sans doute le rapport de force était-il tout juste en faveur de Romain Diogène168), on est loin des 400 000 hommes de Niẓām al-mulk, ou même des 46 000 d’al-Rawandī. Il est vrai qu’Alp Arslān avait été surpris alors qu’il effectuait une démonstration de force devant Alep. Or, le siège prolongé sans assaut d’une ville au périmètre étendu, Alep ou Le Caire-Fusṭāṭ, requérait une armée à effectif très élevé si on voulait éviter tout réapprovisionnement et toute communication entre les assiégés et d’éventuelles formations venues à la rescousse.

  • 169  Plus ils s’éloignent de leur horizon, moins la précision est grande et plus la fabulation présente (...)
  • 170  Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, LII, p. 3569 : « Wa aqbala Sanǧar fī nawa mi’at alf. » Le problème est q (...)
  • 171  W. Barthold, Turkestan Down to the Mongol Invasion, réimpression de la 2e édition (1928), Francfor (...)
  • 172  Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVII, p. 270-271, en fait peu précis : « Sanǧar avait 100 000 [cavalier (...)
  • 173  Qaṭwān, en Ušrūsana (Transoxiane), sur le moyen Syr Darya. Yāqūt, Mugām al-Buldān, éd. Beyrouth, (...)
  • 174  Alors que la supériorité numérique musulmane est « probable » selon C. E. Bosworth qui suppute éga (...)
  • 175  On compta, parmi les morts de la bataille de 536, 11 000 « religieux » et 4 000 femmes. Ibn al-Ǧaw (...)
  • 176  Véritable vice-roi, pendant le sultanat de son frère Muḥammad, des territoires orientaux (Perse or (...)

2De toute façon, au VIe/XIIe siècle, les « Grands Seldjouqides » n’ont plus du tout le même potentiel parce que leurs finances sont sans commune mesure avec celles d’Alp Arslān ou de Malik Šāh. Les territoires qu’administrent Barkyārūq, son rival Muḥammad ou Maḥmūd, Mas‘ūd, Sanǧar, pour n’en citer que les plus marquants, sont bien moins étendus. Les impôts sont moindres, dans la mesure où ils peuvent être levés, la pax sultana imposée par Alp Arslān n’étant plus qu’un lointain souvenir. Leur puissance a d’ailleurs tellement décliné que bien souvent ils dépendent des armées de leurs atabeks ou d’autres grands émirs qui fondent de véritables dynasties. Il faut donc considérer avec précaution les quelques chiffres livrés par les sources qui flirtent avec les 100 000 hommes, ou plutôt les replacer dans leur contexte : ils renvoient souvent soit à des contrées « lointaines » pour les chroniqueurs arabes, soit à des souverains qui en arrivaient169. C’est le cas des 100 000 hommes à la tête desquels Sanǧar vint affronter son neveu Maḥmūd pour affirmer sa prééminence, après la mort de Muḥammad170 ; des 70 000 soldats du même s’emparant de Samarqand, en 1130171 ; des 160 000 hommes qui lui permirent d’écraser Mas‘ūd et ses alliés, en 526/1132172 ; des 100 000 tués que son armée, ǧayš, aurait eu à déplorer lors de la sanglante bataille des steppes de Qaṭwān173 qui, en 536/1141, le vit être défait par les Qarā-Ḫiṭāï (quant à eux estimés à 300 000 cavaliers)174 ; ou des 100 000 cavaliers qui lui sont attribués dans un autre affrontement, avec les Ġuzz cette fois175. Encore Sanǧar, pendant 60 ans malik puis sulṭān176, fut-il le plus puissant des Grands Seldjouqides du XIIe siècle.

  • 177  Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, p. 79 (année 496). Al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, L, ahdāṯ, p. 4439 souligne  (...)
  • 178  Aujourd’hui en Iran, à environ 125 km au sud-ouest de Téhéran : EI2a, t. IX, p. 85 (H. H. Schaeder (...)
  • 179  Sultan d’Iraq et de Perse occidentale entre 511/1118 et 525/1131.
  • 180  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 181, 183-184. Sanǧar avait selon lui dix-huit éléphants. D’autres au (...)
  • 181  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 191.
  • 182  Les chiffres sont d’Ibn al-Aṯīr, qui se trompe d’un an, op. cit., p. 194, an 514. Aucun chiffre n’ (...)
  • 183  Aperçu dans Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-ayān, t. II, p. 263-265 ; Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. VII, p. 34 (...)
  • 184  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 255-256.
  • 185  L’entrée à Bagdad se fait « fīašrat ālāf », sans plus de précision. Cf. les références ci-dessus, (...)
  • 186  Année 542 de l’hégire. Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 458-459. Pour Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVII (...)
  • 187  Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XIX, p. 111.

3Les Seldjouqides d’Iraq et de Perse occidentale étaient moins bien lotis. En cas de besoin, ils pouvaient rameuter de fortes troupes. À leurs armées, s’ajoutaient celles de leurs alliés (souvent fluctuants) et les armées de ces émirs dont ils dépendaient bien plus qu’ils ne les contrôlaient. Cherchant à s’imposer au détriment de son frère Muḥammad, qu’il venait de battre lors de leur quatrième confrontation, Barkyārūq vint assiéger Ispahān où le premier s’était enfermé avec le peu d’hommes qui lui restaient, en 495/1102. Il était à la tête de 15 000 hommes177. Lors de la bataille brièvement évoquée ci-dessus qui l’opposa près de Sāwa178 à son oncle Sanǧar, en 513/1119, le sultan Maḥmūd b. Muḥammad179, primitivement fort de 10 000 hommes, aurait selon Ibn al-Aṯīr finalement disposé, avec l’aide des émirs à lui ralliés, de 30 000 hommes, d’ailleurs défaits par les 20 000 hommes de Sanǧar. La même année, selon le même chroniqueur, c’est à la tête de 10 000 fāris qu’il était allé châtier son frère Ṭuġril et son atābak révoltés180. L’année suivante, alors qu’il manquait de soldats et que la situation devenait inquiétante, un autre de ses frères, Mas‘ūd, s’étant révolté, 15 000 hommes le rejoignirent et il battit ce dernier181. À la même époque (515/1121), le corps expéditionnaire écrasé par les Géorgiens comprenait 30 000 hommes, dont 4 000 furent faits prisonniers182. Ce corps était commandé par Īl-Ġāzī, qu’accompagnaient le prince seldjouqide Ṭuġril b. Muḥammad et le fameux aventurier mazyadite Nūr al-dawla Dubays b. Ṣadaqa. Ce dernier, dont la vie est abondamment racontée par des chroniqueurs qui oscillent entre admiration et détestation183, participa activement aux luttes de pouvoir en Iraq. La puissance de son père, le non moins célèbre Sayf al-dawla Ṣadaqa, avait déjà effrayé le sultan Muḥammad qui l’avait pourchassé, combattu, battu et finalement tué à al-Nu‘māniyya, en 501/1108. Les troupes sultanales comportaient, au dire d’Ibn al-Qalānisī, 30 000 cavaliers184. Avant sa défaite de 526/1132, Mas‘ūd était arrivé à Bagdad avec 10 000 hommes et en avait réuni 30 000 pour la bataille185. Le même Mas‘ūd, alors sultan, aurait pu opposer, selon Ibn al-Qalānisī, 21 000 fāris à l’un de ses ennemis les plus acharnés, l’amīr du Fārs Buz Bah, chiffre qui, il est vrai, apparaît exagéré à la lumière des autres sources. Il fut en tout cas victorieux à Marǧ Qarā Takīn (Marg-i Qara-Tegin), près de Hamaḏān, où Buz Bah perdit la vie186. Un peu plus tard, Muḥammad Šāh et ‘Alī Kuǧak assiégeant Bagdad déployèrent 30 000 hommes187.

4Ces nombres sont proches les uns des autres, entre 10 000 et 30 000 hommes. Au-delà, on passe immédiatement à des ordres de grandeur bien plus importants – la centaine de milliers le plus souvent. Il ne fait aucun doute qu’il s’agit alors d’exagérations ; elles concernent toutes d’ailleurs les confins orientaux de l’Empire seldjouqide, et Sanǧar avant tout dont le pouvoir est ainsi exalté. Les autres chiffres renvoient, pour la plupart, à des armées de campagnes recrutées par le sultan pour l’occasion et augmentées de divers apports (dont les ‘askar-s émiraux). Elles se disloquaient aussitôt la campagne terminée. D’où la différence entre un nombre donné juste avant une campagne et celui atteint par la troupe prête à combattre ; l’exemple de Mas‘ūd cité ci-dessus (en 532) n’est pas isolé.

  • 188  Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, t. L, p. 3438. Pour Rūḏrāwar, localité située, en Iran, au sud-ouest de H (...)
  • 189  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 114.
  • 190  Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVII, p. 66.
  • 191  Cf. par exemple al-Nuwayrī, Nihāyat al-Arab fī funūn al-adab, op. cit., « Al-dawla al-salǧūqiyya » (...)
  • 192  Ci-dessus, et Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, p. 3740, qui résume (mal) Ibn al-Ǧawzī. La version de ce de (...)

5Il est régulièrement question d’armées bien moins nombreuses, par exemple les 4 000 hommes de chacun des frères, Muḥammad et Barkyārūq, à Rūḍrāwar (495)188 ; pour Ibn al-Aṯīr, Barkyārūq disposait même d’à peine 2 000 cavaliers189. Les sources insistent plutôt, pour ce dernier sultan, sur son manque d’hommes. S’il arriva à Bagdad, en 494, en compagnie de l’émir Ayāz, avec 5 000 cavaliers190, il ne dut sa victoire finale sur Tutuš qu’au ralliement des grands émirs191. Souffrit-il plus particulièrement des affres de la guerre civile ? Manquait-il des fonds nécessaires à l’entretien d’une armée plus conséquente ? Peut-être, mais il ne fut pas le seul sultan dans ce cas. Mas‘ūd ne dut pas sa victoire de Marǧ Qarā Takīn à ses seuls soldats ; ses troupes étaient peu nombreuses, selon Ibn al-Ǧawzī, et Ibn al-Qalānisī lui attribue 3 000 fāris en propre au début de sa campagne. Après que ses ailes se furent débandées, c’est à la tête de 1 000 fāris seulement qu’il aurait emporté la décision, si on en croit le premier : les hommes de Buz Bah s’étaient précipités au pillage, il en avait profité pour mener la charge. Les 10 000 hommes (le plus probable) ou les 21 000 fāris dont il a été question ne furent rassemblés que grâce aux renforts accourus de toute part : 1 000 puis 5 000 puis 12 000 fāris, selon le chroniqueur damascène192.

  • 193  Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVII, p. 147.
  • 194  Il s’agissait d’une armée de bédouins en ce cas.
  • 195  Ḏahabī, Siyar alām al-nubalā, t. XIX, p. 264-265 ; id., Ta’rīḫ al-islām, t. LI, p. 3515, à compa (...)
  • 196  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, éd. Beyrouth, t. IX, p. 219 et Atābak, p. 25-26 . Voir aussi les récits, redon (...)
  • 197  Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, t. LI, p. 3516, où n’est pas précisée la nature des combattants (« Fa-taǧ(...)
  • 198  Ḏahabī, op. cit., p. 3517. Les événements contés sont ceux mettant en scène Tancrède, allié de Riḍ (...)

6Parfois, les armées que les grands émirs étaient capables de réunir n’avaient rien à envier à celles des sultans. Certains iqṭā‘-s étaient d’un rapport important, comme celui d’Aḥmadīl b. Ibrāhīm al-Kurdī qui lui permettait d’entretenir une armée de 5 000 cavaliers193. Certains bénéficiaient, tels Ṣadaqa ou son fils, d’une forte implantation locale et de réseaux qu’ils activaient si besoin était194. C’est la raison pour laquelle ils purent aligner les armées émirales les plus considérables de la partie occidentale de l’empire seldjouqide. Bien que défait en raǧab 501/mars 1108, Ṣadaqa avait 20 000 cavaliers et 30 000 fantassins, sans qu’on puisse évidemment présumer de la qualité de ces combattants195. Son fils, opposé au calife al-Mustaršid et surtout à al-Bursuqī en 517/1123, commandait à 10 000 cavaliers et 12 000 piétons, ce qui reste considérable mais ne lui conférait pas une très nette supériorité numérique puisque al-Bursuqī était à la tête de 8 000 cavaliers et 5 000 piétons, sans qu’on sache s’il faut comprendre tous ceux qui, à Bagdad, avaient répondu à la mobilisation générale décrétée par le calife196. Mais de tels sommets étaient exceptionnels ; ils ne pouvaient être atteints sans l’apport des Arabes bédouins. La plupart du temps, les émirs ne possédaient que quelques milliers de cavaliers, au mieux. Pourtant émirs de haut rang, lors de la bataille qu’ils se livrèrent, Ǧāwalī et Ǧakarmiš mirent respectivement en branle 2 000 et 1 000 cavaliers, l’infériorité numérique n’empêchant d’ailleurs pas le second de l’emporter197. Une fois abandonné par un certain nombre d’émirs, dont Zankī, Ǧāwalī conserva 1 000 fāris avec lesquels il alla participer aux discordes nord-syriennes198. En fait, tout dépendait du rang de l’émir, de l’iqṭā‘ qui lui était conséquemment attribué, et de son âge. En début de carrière, un émir pouvait n’avoir que quelques dizaines de cavaliers à ses côtés.

  • 199  Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 147. Comparer avec Ḏahabī, Kitāb duwal al-islām, t. LIII, p. 36 (...)
  • 200  Voir le récit très détaillé des combats dans le Muntaam d’Ibn al-Ǧawzī, t. XVIII, p. 111 et suiva (...)
  • 201  Ibid., t. XVII, p. 276.
  • 202  Ibn al-Ǧawzī précise que le calife avait plus de trente émirs avec lui.

7Autres forces impliquées dans les luttes de pouvoir irakiennes, celles des califes n’étaient pas négligeables. Al-Mustaršid, al-Rāšid et leurs successeurs durent entretenir des troupes afin d’être à la hauteur de leurs ambitions. Une revue (‘arḍ) califale brièvement décrite par Sibṭ Ibn al-Ǧawzī fait d’ailleurs état d’un total de 15 000 cavaliers, en 528/1133-4199. Si besoin était, les califes pouvaient même faire appel à la plèbe, al-‘āmma, pour défendre leur capitale. Ainsi, pendant le siège mené par Muḥammad Šāh et ‘Alī Kūǧak, en 551-2/1156-7, al-Muqtafī mobilisa tous les hommes disponibles, auxquels il fit distribuer armes et cottes de mailles200. Parfois, c’était en véritable chef de guerre, ne dédaignant pas l’offensive, que se muait le commandeur des croyants : al-Mustaršid alla assiéger Mossoul pendant trois mois, en 527/1133, avec 12 000 fāris201. Mais cette armée paraît aussi avoir été composée de multiples ‘askar-s202 ; et le calife échoua.

  • 203  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, éd. Beyrouth, t. IX, p. 219.
  • 204  Nuwayrī, Nihāyat al-Arab fī funūn al-adab, « Al-dawla al-salǧūqiyya », p. 3287.
  • 205  Muḥammad après la mort de Barkyārūq, Sanǧar, Mas‘ūd exceptionnellement. A. K. S. Lambton, « The in (...)

8Ainsi donc, exceptés les confins de l’empire, les armées sultanales les plus nombreuses de l’Orient seldjouqide atteignaient la trentaine de milliers d’hommes, parmi lesquelles les fantassins représentaient une proportion inconnue : les sources n’en disent presque rien. Là encore, ils devaient être plus nombreux lorsque les lieux d’affrontement n’étaient pas éloignés du centre du pouvoir. Quelques chiffres montrent néanmoins qu’ils pouvaient être moins nombreux, ainsi en 517/1123 dans l’armée d’Āq Sunqur Al-Bursuqī, (8 000 cavaliers et 5 000 fantassins)203, ou même dans celle de Ṣadaqa (15 000 cavaliers, 10 000 fantassins)204. Outre la spécificité des Turcs et des Turcomans qui combattaient à cheval, l’amplitude des déplacements imposés par l’étendue de l’empire explique ce phénomène. Vu l’importance des occurrences de l’ordre de la dizaine de milliers de combattants, la tentation est grande de considérer ces armées comme étant composées en moyenne d’une quinzaine de milliers d’hommes. Armées de campagne et non permanentes, elles réunissaient plusieurs ‘askar-s à effectifs moins nombreux, des mercenaires et des auxiliaires. Le ‘askar propre du sultan était moins conséquent. Peut-être les plus puissants parvinrent-ils à atteindre la dizaine de milliers de combattants205, mais la plupart du temps le maximum semble avoir consisté en 5 000 cavaliers, avec un minimum autour de 2 ou 3 000. On s’explique alors mieux les difficultés des sultans à imposer leurs vues à plusieurs atabegs et autres émirs de haut rang, ou les facilités avec lesquelles certains d’entre eux se révoltèrent : un iqṭā‘ de fort rapport leur assurait des troupes tout aussi importantes ; une alliance avec plusieurs autres émirs conférait une puissance redoutable. On comprend mieux, également, la rareté des expéditions dirigées contre les Francs. Non que celles qui eurent lieu n’aient été considérables, n’aient effrayé les Francs ou n’aient obtenu aucun résultat, mais elles furent exceptionnelles et d’ampleur limitée. Le cœur et la tête des Seldjouqides n’étaient pas forcément tournés vers l’est ; s’ils l’avaient été, leur potentiel militaire ne leur aurait certainement pas permis de faire beaucoup plus que ce qu’ils firent.

3.2. Armées fatimides

  • 206  Sur leur vizirat, S. B. Dadoyan, The Fatimid Armenians : cultural and political interaction in the (...)

9Les Fatimides étaient beaucoup plus impliqués en Syrie. Jérusalem leur fut arrachée ; ils conservèrent longtemps des cités côtières que les Francs eurent toutes les peines du monde à conquérir ; ces derniers ne furent pas pour rien dans leur disparition. Plus que l’Empire seldjouqide se fissurant de toute part au VIe/XIIe siècle mais vu comme dynamique car turc, l’État fatimide est considéré par la plupart des historiens des croisades, peut-être influencés par le mépris des chroniqueurs latins pour leurs adversaires puis alliés Égyptiens, comme dégénérescent. Dès lors son armée ne pouvait être pour l’essentiel que l’expression de cette dégénérescence. Or quel que soit son niveau d’inadaptation aux évolutions militaires de la fin du Ve/XIe, il ne faut pas oublier qu’elle remporta aussi des victoires sur les Croisés ; et que Badr al-Ǧamālī et son fils al-Afḍal tentèrent de la mettre en adéquation avec ces évolutions militaires206.

  • 207  Voir essentiellement, supra, les références précises à B. Beshir, « Fatimid Military Organization  (...)
  • 208  Du moins au VIe/XIIe siècle ; cf. Y. Lev, State and Society, p. 130.

10Plusieurs études lui ayant été consacrées207, on ne s’étendra pas sur cette armée multiethnique dans laquelle on admet que les fantassins jouaient un rôle important208, à rebours de ce qu’on pense pour les armées seldjouqides. C’est peut-être du fait qu’on dispose de sources plus riches sur les premières. Des revues sont plus ou moins décrites, à différentes époques ; le budget de l’armée peut être estimé, il est vrai avec plus ou moins de bonheur ; les chroniqueurs multiplient les chiffres les plus divers, sauf concernant la fin de la dynastie.

  • 209  Safar Nāmah, trad. en arabe par Yaḥyā al-Ḫaššāb, Beyrouth, 1983 (3e éd.), p. 94-95.
  • 210  Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II, p. 529, à propos néanmoins de monuments, de prix, de mesur (...)
  • 211  En sus de Th. Bianquis, op. cit., p. 544-545, voir W. J. Hamblin, Fatimid Army, p. 305-308. Tous d (...)
  • 212  Qu’il faille prêter foi aux structures ethniques de l’armée fatimide qui y apparaissent semble par (...)
  • 213  Cf. Maqrīzī,ia, t. I, p. 177 ; Y. Lev, State and society, p. 93. Pour la guerre civile, voir le (...)

11Faisant partie des descriptions de revues les plus impressionnantes qui soient données à lire, celle de l’armée fatimide rédigée par Nāṣir-i Ḫusraw dans le Safar Nāma n’est pas sans intérêt, malgré une évidente intention laudative209. L’addition des chiffres livrés pour chaque corps peut surprendre ; mais avant d’en arriver au fameux total de 215 000 hommes, Nāṣir-i Ḫusraw, peut-être conscient de l’amplification210, prend la précaution rhétorique de ne se faire que le rapporteur de « ce qui a été dit » (wa qīla…). Toujours est-il qu’on ne peut raisonnablement accepter ces 215 000 hommes211, qui plus est pour les seules troupes présentes dans la capitale égyptienne, alors que des soldats étaient aussi stationnés ailleurs, et singulièrement en Syrie. De même en ce qui concerne la proportion cavaliers/piétons, pour autant qu’on puisse la déterminer : 115 000 hommes sont clairement des cavaliers, fāris, et 100 000, soit moins de la moitié, des fantassins, même si là aussi il faut précaution garder, le terme raǧul utilisé semblant certes désigner les piétons, mais pouvant également renvoyer à n’importe quel homme en arme. De là à considérer que l’armée fatimide était avant la guerre civile au moins composée d’environ 50 % de cavaliers, il n’y a qu’un pas qu’on ne franchira pas ici212. En revanche on peut sans difficulté voir dans la description une indication indirecte des ordres de grandeur en cours en Égypte avant les réformes de Badr al-Ǧamālī : l’armée qui impressionna tant le voyageur persan était très nombreuse. Démesurée et dispendieuse, elle se déchira pendant la période de la guerre civile, ravageant l’Égypte213.

  • 214  Fatimid Army, p. 87.

12Cette masse d’hommes était employée à différentes tâches. Des corps de cavaliers relativement nombreux tournaient régulièrement dans les provinces égyptiennes et en bordure de celles-ci pour protéger les campagnes contre les bédouins. Certains soldats étaient cantonnés à des tâches de service et de protection. D’autres participaient aux expéditions plus lointaines. Il n’est pas simple d’estimer les armées de campagnes telles que chiffrées par les chroniqueurs : leurs nombres sont partiels et difficiles à interpréter, englobant parfois les auxiliaires, les excluant à d’autres reprises. Pour W. J. Hamblin, ils donnent l’impression générale d’armées de campagne habituellement composées, avant la guerre civile, de 5 à 10 000 hommes et atteignant exceptionnellement la vingtaine de milliers d’hommes214.

  • 215  Cf. par contre M. Brett, « The armies of Ifriqiya, 1052-1160 », Cahiers de Tunisie, n° spécial 169 (...)
  • 216  Maqrīzī (ia, t. III, p. 42) évoque 7 000 Arméniens logeant à al-Ḥasaniyya, mais il n’affirme pa (...)
  • 217  Ibn al-Ṭuwayr, Nuzhat al-muqlatayn fī aḫbār al-dawlatayn, éd. A. F. Sayyid, p. 3. L’argument appar (...)
  • 218  De 1101 à 1123, Foucher oscille entre 15 000 et 35 000 hommes. Voir les analyses de W. J. Hamblin, (...)
  • 219  ayl ta’rīḫ Dimašq. La défaite devant Ascalon, six ans plus tôt, s’était soldée selon le même chro (...)
  • 220  C’est la conclusion à laquelle parvient W. J. Hamblin, op. cit., p. 89. Nous n’avons pas jugé util (...)
  • 221  Cf. W. J. Hamblin, op. cit., p. 74-79 (avec les références aux revues). Pour lui, les troupes non (...)

13On ne sait si l’armée que forgèrent Badr al-Ǧamālī et son fils al-Afḍal était de taille plus réduite que celle qui l’avait précédée215. C’est peut-être à la tête de 7 000 combattants que le premier s’embarqua à Acre, dans une centaine de vaisseaux, afin de venir rétablir l’ordre en Égypte216. Avant de se consacrer aux réformes d’al-Afḍal, Ibn al-Ṭuwayr, dans ce qui apparaît, il est vrai, comme un dédouanement du vizir, rapporte que la nécessité d’aller combattre les Francs en Syrie s’étant fait ressentir, c’est son frère, al-Muẓaffar Ǧa‘far b. Amīr al-Ǧuyūš Badr, qui partit à sa place, al-Afḍal lui ayant délégué, istanāba, cette tâche car il n’avait ni argent, māl, ni armes, silāḥ, ni hommes, riǧāl, ni chevaux, ḫayl, en quantité suffisante217. Si difficultés il y avait, elles n’étaient en tout cas pas connues des auteurs latins, et notamment de Foucher de Chartres, théoriquement le mieux averti en la matière. Mais on ne peut se fier à leurs évaluations. Pour les mêmes affrontements, les auteurs arabes, qui ne sont évidemment pas systématiquement d’accord, proposent des chiffes deux à trois fois moins élevés218. Les 10 000 cavaliers et fantassins (ou plus) de Šaraf al-Ma‘ālī défaits par les Francs en 498/1105219 représentent sans doute le maximum que pouvait atteindre alors une armée d’expédition – généralement composée de 5 000 à 10 000 hommes220. Quant à l’armée régulière dans son ensemble, il est difficile de l’estimer même en se contentant d’approximations. Deux récits de revue laissés par Maqrīzī et Qalqašandī laissent au moins présumer un nombre élevé de soldats en garnison au Caire : 11 000 hommes selon le second, 16 500 pour le premier, auxquels il faut ajouter les régiments que chacun d’entre eux oublient, ainsi que les troupes stationnées dans les provinces égyptiennes et dans les villes de la côte palestinienne conservées par les Fatimides 221.

  • 222  Exemples : Maqrīzī, Itti‘āẓ, t. III, p. 112, 138-139, 153, 159, 161, 173, 197-198, 216, 233, 236, (...)
  • 223  Deux « régiments » ou « corps » de l’armée fatimide sur lesquels voir W. J. Hamblin, Fatimid army, (...)
  • 224  Kitāb al-Itibār, p. 8, où est précisé : « […] et, parmi les Sūdān et autres [combattants], furent (...)
  • 225  ia, t. I, p. 177-178. Ce texte pose de nombreux problèmes qu’il n’est pas lieu de discuter ici.

14Les sources ne permettent guère une précision supérieure pour la période suivante. On peut surtout affirmer que le potentiel militaire égyptien ne s’effaça pas entre la mort d’al-Afḍal et la fin de la dynastie fatimide. Les nombres cités222 le montrent clairement, des 2 000 archers montés de Bahrām ravageant Qūs, au sud, aux 50 000 victimes ayant résulté de l’affrontement entre les Rayḥāniyya et les Ǧuyūšiyya, en 528/1134223, en passant par les 17 000 victimes de la bataille qui avait opposé en 538/1150 Ṭalā’i‘ b. Ruzzayk (servant alors Ibn al-Salār) et Ibn Maṣāl, ce dernier y laissant la vie224. Les Ḫiṭaṭ font mention d’un accroissement numérique des armées, dans un passage où Maqrīzī cherche à montrer l’augmentation continuelle du nombre de soldats dans l’État fatimide, pléthore hétéroclite et inefficace comparée à l’outil forgé par Saladin225 :

  • 226  En fait « siwāawā’if al-askar ».
  • 227  Singulier šīnī, šīniyya ou šānī, voire même šawna. Terme général pour « galère », très souvent – m (...)

« […] Ibn Muyassar rapporte, dans son Histoire, que le nombre des esclaves (‘abīd) privés d’al-Sayyida, mère d’al-Mustanṣir bi-llāh […] était de 50 000, sans compter ceux de l’armée226. J’ai vu, sous la plume d’al-As‘ad b. Mammātī, que le nombre des armées d’Égypte (al-ǧuyūš bi-Miṣr) s’élevait, à l’époque de Ruzzayk b. al-Ṣāliḥ Ṭalā’i‘ b. Ruzzayk, à 40 000 cavaliers, fāris, 36 000 fantassins, rāǧil – voire plus encore et 10 šawānī227maritimes (baḥriyya)comprenant 10 000 combattants (muqātil) – et ceci au moment de l’extinction de la dynastie (al-dawla) fatimide. Et quand leur dynastie cessa, du fait du sultan al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-dīn Yūsuf b. Ayyūb, celui-ci mit fin à une armée (ǧund Miṣr) d’esclaves noirs (al-‘abīd al-sūd), d’émirs égyptiens, de bédouins (al-‘urbān), d’Arméniens et d’autres [encore]. Il créa une nouvelle armée [composée] seulement de Kurdes et de Turcs. Ses troupes (‘asākir) atteignirent, en Égypte, 12 000 cavaliers (fāris), sans plus. [Troupes] qui se dispersèrent après sa mort. Il ne resta plus à son fils al-Malik al-‘Azīz ‘Uṯmān que 8 000 cavaliers […] ».

  • 228  ia, t. I, p. 162.

15L’expression al-ǧuyūš bi-Miṣr laisse à penser que les 86 000 soldats comptabilisés sous Ruzzayk b. Ṭalā’i‘ représentaient l’ensemble des soldats stationnés en Égypte, sans présumer de leur qualité ou du lieu de garnison. En transcrivant la réponse qu’al-Qāḍī al-Fāḍil avait faite à Ibn Mammātī qui l’interrogeait sur la taille des armées égyptiennes sous Ruzzayk b. Ṭalā’i‘, Maqrīzī reste dans le même ordre de grandeur228 :

  • 229  Le terme désigne certainement ici le service du ar, soit de la revue (et de l’inspection) du dīw(...)

« Je demandai à al-Qāḍī al-Fāḍil :
– Quel était le nombre des [soldats des] armées (al-‘asākir) dans [le registre du] ‘arḍ229 du dīwān al-ǧayš, lorsque notre maître le dirigeait, au temps de Ruzzayk b. al-Ṣāliḥ ?
Il dit alors :
– 40 000 cavaliers (fāris) et plus de 30 000 fantassins noirs (rāǧil min al-Sūdān). »

  • 230  On peut considérer que la supériorité numérique des cavaliers est due au fait que les bédouins éta (...)
  • 231  A. F. Sayyid, al-Dawla al-fāṭimiyya, p. 281, accepte ces chiffres tels quels, pour la fin de la dy (...)
  • 232  Maqrīzī, ia, t. III, p. 34. Cf. aussi id., Itti‘āẓ, t. III, p. 144 ; Ibn Ẓāfir, Abār, p. 98 ; (...)
  • 233  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-Itibār, p. 25 et 14 : 800 Turcs logés près de Bāb al-Naṣr qu’Usāma étai (...)

16Mêmes effectifs très nombreux ; même pléthore de cavaliers230 ; même focalisation sur les fantassins noirs ; même rapport cavaliers/ fantassins, grosso modo, que celui qui découlait des informations de Nāṣir-i Ḫusraw. Seuls les marins ont disparu. Quoi qu’on pense de telles données, il faut s’en contenter et les considérer comme symboliques de périodes fastes en recrutement231. Et, au risque de nous répéter, rappelons que tous les soldats n’étaient jamais envoyés au front au même moment. Les très nombreux coups de main que racontent les chroniques impliquaient un nombre bien moins important de combattants, tels les 500 ṣibyān al-ḫāṣṣ, hommes du calife, qui affrontèrent les ḫawāṣṣ du vizir Yānis al-Armanī et l’armée, lors de l’affrontement qui se déroula tout près de Bāb al-Tabbānīn, au Caire, en 526/1132. Furent tués 300 ṣibyān al-ḫaṣṣ232. Si difficulté de recrutement il y avait, elle concernait les cavaliers d’élite, turcs, qui coûtaient cher et qu’il fallait faire venir de Syrie ou d’ailleurs233.

  • 234  Anonyme, Abār al-dawla al-miriyya, éd. C. Cahen, AI, t. VIII, 1969, p. 42-43. À la nouvelle de l (...)
  • 235  Ibn AbīṬayyi’, loc. cit.

17Pour la toute fin du califat, les informations fluctuent. D’une part les forces semblent demeurer considérables au début de l’intervention des Syriens ; d’autre part le délitement de l’État est aussi celui des armées. Lors de la première expédition zankide, Ḍirġām put opposer des forces importantes à Šīrkūh et Šāwar ; divergentes sur les nombres, les sources s’accordent sur ce point234 et sur le fait que les bédouins y jouaient un rôle important. Aux dires d’Ibn Abī Ṭayyi’, c’est en arguant de leur piètre qualité, et non d’un quelconque manque d’effectifs, que Šāwar réussit à obtenir l’intervention de Nūr al-dīn235.

  • 236  Ibn Šaddād, al-Nawādir al-sulṭāniyya wa l-maḥāsin al-Yūsufiyya, p. 36 ; Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 137 (...)
  • 237  Ou « Bataille des esclaves », wāqiat al-abīd (Maqrīzī,ia, t. III, p. 4). Rappelons que Mu’tam (...)
  • 238  Les chroniqueurs sont très embrouillés ; ils paraissent s’être autocensurés. Voir les doutes expri (...)
  • 239  Voir Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ, t. IV, 1, p. 69-72 ; Maqrīzī, iṭāṭ, t. III, p. 4 et Itti‘āẓ, t. III, p (...)
  • 240  Exemples : Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. X, p. 19 ; ‘Imād al-dīn dans Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, t. I, (...)
  • 241  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 156 : « wa lam yabqa mina l-asākir al-miriyya aad. »
  • 242  N. Élisséeff, ND, t. III, p. 688-691 ; M. C. Lyons et D. E. P. Jackson, op. cit., p. 66-68.
  • 243  ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, arīdat al-Qar, éd. Beyrouth, s. d., t. III (Šu‘arā’ al-Šām), p. 101-14 (...)
  • 244  C’est Ibn Abī Ṭayyi’ qui mentionne les awāmm : Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, t. I, 2, p. 561. Cf. (...)
  • 245  Ibn Abī Ṭayyi’, dans Abū Šāma, op. cit., p. 565, repris et complété par Maqrīzī, loc. cit. ; Ibn a (...)
  • 246  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 64 ; Maqrīzī, op. cit., p. 5.

18En fait, les chroniqueurs sont ambivalents et difficiles à interpréter. Le manque d’hommes en état de défendre le territoire égyptien est un thème récurrent dans leurs ouvrages. Bahā al-dīn b. Šaddād explique par exemple que l’ambition de conquête de Šīrkūh grandit parce qu’il s’était rendu compte de ce manque (un pays, bilād, sans hommes, bi-ġayr riǧāl). Ibn al-Aṯīr ne dit pas autre chose, mais à propos de l’ambition des Francs, cette fois (« wa a‘lamūh ḫulūwwahā min māni‘ ‘anhā »), de même que le tardif al-Nuwayrī (« fa-lammā rā’aw ḫulww Miṣr min al-aǧnād rāsalū malikahum Mūrī wa istad‘ūh »)236. Mais la critique n’est-elle pas, malgré les apparences, plutôt qualitative que quantitative ? Ne peut-on même déceler, à travers ces propos, un topos destiné à déconsidérer les Fatimides ? À l’évidence, la conquête du pays ne fut une promenade militaire ni pour les Francs, quand ils tentèrent de la réaliser, ni pour les « Turcs ». Une fois même l’objectif atteint, les troupes de Šīrkūh et de Saladin eurent du mal à s’imposer. C’est ce qui ressort, notamment, de la série d’événements que les sources arabes appellent « bataille des Noirs », wāqi‘at al-Sūdān237. Que Saladin en ait ou non été l’instigateur238, les révoltés, qui n’étaient pas tous des Noirs239, sont estimés par tous les auteurs à 50 000 hommes, voire même plus240. Vaincus finalement, ils furent pourchassés et massacrés, à tel point qu’au moment où Saladin interrompit la ḫuṭba fatimide, il est rapporté que plus un seul homme de l’armée égyptienne ne subsistait241. Pourtant, d’autres soulèvements secouèrent le nouveau pouvoir. Le complot242 auquel aurait participé le fameux poète yéménite ‘Umāra243, en ša‘bān 569/mars-avril 1174, et qui impliquait à nouveau « l’armée égyptienne » et la plèbe244, aboutit à l’expulsion vers la Haute-Égypte de tous les soldats égyptiens (kāfat al-aǧnād al-miṣriyyīn), des créatures du palais (ḥāšiyat al-qaṣr), des fantassins noirs (rāǧil al-Sūdān)245. Haute-Égypte qui s’embrasa l’année suivante, d’une manière presque concomitante au siège d’Alexandrie par une flotte sicilienne. À la tête des insurgés, l’émir Kanz al-dawla, gouverneur bédouin d’Assouan pourtant auparavant rallié à la dynastie ayyoubide naissante, menait « une multitude de gens du pays (ra‘iyyat al-bilād), de Sūdān, de bédouins (al-‘Arab) et autres [hommes]246 ».

  • 247  Ta’rīḫ, t. IV, 1, p. 72. Mais le passage apparaît être une justification de leur massacre. Cf. aus (...)

19On le voit, les informations sont contradictoires. Sans qu’il faille en tirer de conclusion quant à la qualité des soldats fatimides, les événements dont il vient d’être brièvement question réfutent l’idée d’une armée peu fournie. Ibn al-Furāt ne prétend-il d’ailleurs pas qu’il n’y avait aucun lieu habité, en Égypte, qui ne comprît un quartier réservé aux Sūdān, où ni šiḥna ni wālī ne pouvaient pénétrer247 ? Il est vrai que tous les Sūdān n’étaient pas forcément des hommes d’armes. À l’évidence néanmoins, ils formaient la majorité des combattants, même si Arméniens et Turcs servaient également dans une armée qui apparaît toujours aussi nombreuse qu’à la période précédente. Peut-être des recrutements d’esclaves noirs en abondance avaient-ils eu lieu, recrutements qui expliqueraient l’accroissement des effectifs, entre les deux premières décennies du VIe/XIIe siècle et la fin de la dynastie fatimide, que laisse envisager la comparaison des chiffres cités par Maqrīzī et Qalqašandī d’une part, ceux d’Ibn Mammātī et d’al-Nabulusī rapportés par Maqrīzī d’autre part.

20En tout état de cause, lorsqu’elles intervenaient en Syrie, les armées fatimides pouvaient avoir trois ou quatre cents kilomètres à parcourir. Après la traversée du Sinaï, elles pouvaient vivre sur le pays ou se faire ravitailler par une flotte partie d’Égypte comme par des cités amies ; dans tous les cas, la campagne était forcément d’une durée limitée. Les armées seldjouqides se déplaçaient également sur de très grandes distances, à travers des steppes en général arides. D’où l’importance du cheval. À rebours, les armées franques, damascènes et alépines, allaient, la plupart du temps, combattre à une journée ou deux de leur base. Le problème du ravitaillement des hommes et des chevaux se posait avec moins d’acuité.

3.3. Les armées d’al-Šām

21On a vu que le VIe/XIIe siècle fut marqué par un redressement démographique et économique en Syrie. Cela dut peser dans le rapport de forces entre les principales puissances – principautés musulmanes de Damas et d’Alep bientôt réunies, royaume latin de Jérusalem, principauté d’Antioche et autres territoires francs. Le « renouveau » démographique signifiait davantage d’hommes mobilisables et, surtout, toujours plus de soldats de qualité recrutés et entretenus.

22Le problème du rapport de force démographique a occasionné deux types de réactions chez les historiens des croisades. Longtemps a dominé l’idée d’une incapacité totale des armées locales à faire face aux premiers Croisés. Muḥammad Kurd ‘Alī, dont il est intéressant de remarquer qu’il s’appuyait sur la vieille Histoire des croisades de J.-B. Michaud, l’exprime clairement :

  • 248  Muḥammad Kurd ‘Alī, ia al-Šām, t. I, op. cit., p. 251.

« Selon le récit de Michaud, la première expédition était composée de 600 000 guerriers (muḥārib), alors que l’armée avec laquelle Alexandre le Grand conquit l’Asie n’en comportait que 30 000. De plus, en ce temps-là, la Syrie (al-Šām), était dans [tel] état de morcellement du pouvoir qu’elle ne pouvait rassembler la moitié de l’armée franque248. »

23À l’armée franque (le singulier n’est pas anodin) l’union, à la « Syrie » (les musulmans en fait) le morcellement ; à la première le nombre, à la seconde la carence.

24Mais de nombreux historiens nièrent complètement cette infériorité numérique. Au contraire, selon eux, et dès l’intervention de Karbūqā, les Francs baignaient dans un milieu hostile, majoritairement musulman, combattant le plus souvent à un contre dix, sans cesse menacés par Alep, Damas ou des armées mésopotamiennes et égyptiennes. Héritières sans doute, en partie, du sentiment d’isolement qu’assurément les Latins éprouvaient, ces considérations ont tendance à systématiquement présenter les Francs en situation d’infériorité numérique pendant tous les types d’affrontement auxquels ils participèrent.

25Or, la documentation fait cruellement défaut ; il est très difficile de tirer des conclusions des informations parcellaires que les sources narratives ont transmises, ainsi que le travail récent de R. Ellenblum l’a montré pour le royaume de Jérusalem. En outre, les situations les plus variées eurent cours en Syrie, selon la province, selon l’époque. Enfin, plus que la population totale, il faut prendre en considération celle en état de porter les armes, et parmi celle-ci les combattants professionnels, les plus efficaces.

3.3.1. Les forces en branle à la veille de la première croisade

  • 249  Mécontent, pendant le siège, d’être la cible de l’humour des Alépins, il fit distribuer, une nuit, (...)
  • 250  Claude Cahen, « La première pénétration turque en Asie Mineure », dans Turcobyzantina et Oriens Ch (...)

26Le dernier quart du Ve/XIe siècle fut pour le moins très secoué en Syrie. S’y succédèrent l’effacement puis le timide retour de la puissance fatimide, l’installation des Turcs à Alep, à Damas puis dans pratiquement tout le pays, l’invasion croisée enfin. Néanmoins, rares furent les armées très nombreuses qui foulèrent le sol syrien. Celle d’Alp Arslān assiégeant Alep marqua certes les esprits, mais il ne s’attarda pas249. Avant d’être officielle, la conquête turque fut d’abord le fait de bandes d’éclaireurs, Turcomans ou chefs de guerre agissant plus ou moins de leur propre chef. Les sources arabes qui s’attardent sur leurs « pénétrations250 » décrivent unanimement de petites troupes d’hommes, cavaliers d’élite allant de l’un à l’autre des chefs locaux, réussissant à s’implanter en s’alliant aux notables ou à d’autres combattants. Alors seulement un partage était effectué par le sultan, Malik Šāh en l’occurrence, qui fit la part belle à son frère Tutuš.

  • 251  Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II, p. 611.
  • 252  Buġya, t. III, p. 1298-1300 ; t. IX, p. 4078 (« Sābiq b. Maḥmūd b. Naṣr b. Ṣāliḥ b. Mirdās ») ; Zu (...)
  • 253  Cf. aussi Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 108-109. Plus généralement, voir Th (...)
  • 254  La vocalisation de la deuxième lettre n’est pas sûre. « U » ou « a » conviendraient tout autant.
  • 255  Ce nombre n’apparaît pas dans la Zubda.

27Dans les récits de cette conquête, les seuls nombres importants renvoient aux tribus arabes qui semblent avoir connu une forte hausse démographique au début de la deuxième moitié du Ve/XIe siècle251. Par exemple, dans l’article qu’il consacre, dans son dictionnaire biographique, à « Aḥmad Šāh al-Turkī », comme dans la section qu’il intitule dans sa chronique « la guerre, entre les Turcs et les Arabes », « al-ḥarb bayna l-Turk wa l-‘Arab », Ibn al-‘Adīm raconte les pérégrinations en Syrie du Nord d’un homme auquel il attribue d’ailleurs de belles actions face aux Firanǧ, ici confondus avec les Byzantins, al-Rūm252. Commandant (muqaddam) des Turcs d’Alep, conquérant de Manbiǧ avec le prince d’Alep Naṣr b. Maḥmūd, il fut emprisonné dans la citadelle quand ce dernier jugea sa situation suffisamment raffermie. Une fois Naṣr abattu par l’un de ses hommes, il fut libéré par le nouveau maître de la ville, Sābiq b. Maḥmūd253. Contesté par les Banū Kilāb qui se rangèrent derrière l’étendard de son frère Waṯṯāb, c’est évidemment à Aḥmad Šāh qu’il s’en remit. À ses 1000 cavaliers turcs, ce dernier ajouta ceux, grassement payés, « d’un homme turc connu sous le nom de Muḥammad Ibn Dimlāǧ254 », au nombre de 500255. En ḏū l-ḥiǧǧa 468/juillet-août 1076, ils allèrent affronter les Kilabites qui campaient à Qinnasrīn. À leur simple vue, les Bédouins prirent la fuite, et ce malgré leur formidable armée qui approchait les 70 000 cavaliers et fantassins. Pas un coup d’épée ne fut donné ; le butin pouvait être amassé. Dans leur diligence, les chefs turcs accordèrent la vie sauve aux esclaves combattants, ‘abīd muqātila, plus de 10 000 dont pas un ne fut tué.

  • 256  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. I, p. 294. Après bien des déboires, Ibn Ḫān ne conserva que 150 hommes. Il (...)
  • 257  Cf. Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II, p. 644 ; M. Gil, A History of Palestine, 634-1099, Cam (...)
  • 258  Voir par exemple sa position attentiste concernant Damas dans Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, (...)
  • 259  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 109. Selon Sibṭ Ibn al-Ǧawzī (voir la note suivante) il avait, en su (...)
  • 260  La source principale est Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, notamment édité en note de l’édition (...)

28Il va de soi qu’on ne peut prêter foi à un tel déséquilibre des forces dont il est manifeste qu’il participe d’une stratégie narrative visant à démontrer la supériorité militaire des Turcs sur les bédouins. Les ordres de grandeur sont néanmoins suffisamment révélateurs. Ils sont confirmés par d’autres pérégrinations turques, comme celles des « pionniers », 1 000 archers (qaws) d’Ibn Ḫān (ou Ibn Ḫāqān) auquel le mirdāside ‘Aṭiyya avait fait appel en 456/1064 avant, finalement effrayé par leur arrivée, de les faire attaquer par les aḥdāṯ d’Alep et de les mettre en fuite256. Plus au sud, si le chef turc Qurlū ou Qaralū vint assaillir Saïda avec 6 000 cavaliers que Badr al-Ǧamālī n’eut guère de mal à mettre en fuite257, les récits qui narrent les aventures d’Atsiz b. Uwaq ne font jamais état d’armées nombreuses258. Ses difficultés à s’imposer à Damas font même penser qu’il ne possédait pas assez d’hommes pour s’en emparer. Il réussit néanmoins à s’y installer et même à mener une politique d’autant plus ambitieuse que le sultan Malik Šāh lui envoya 3 000 hommes pour prix de ses victoires, en reconnaissance de son ralliement. C’est seulement pour son expédition malheureuse en Égypte (469/1077) qu’il réussit à réunir une armée puissante et hétéroclite de 20 000 hommes259. Trahi, battu, mis en fuite et humilié, il revint en Syrie presque seul, dans la plus pure tradition des aventuriers des sources arabes, et même s’il réussit à se reconstituer une troupe il dut faire appel à Bagdad pour faire face aux offensives fatimides260.

  • 261  Voir les ouvrages de M. Yared-Riachi et de J.-M. Mouton sur Damas, ainsi que l’article plus ancien (...)
  • 262  ‘Aẓīmī, Ta’rīḫalab, éd. I. Za‘rūr, p. 354 : « Le sultan nomma Nūḥ le Turc à la citadelle d’Alep e (...)

29Les événements qui suivent sont bien connus et il est inutile de s’étendre261. Alep et sa région revinrent à Muslim b. Qurayš, Damas à Tutuš ; le premier fut tué par Sulaymān b. Qutulmuš, le second, après être devenu le maître incontesté de la Syrie, vit ses ambitions sultanales venir se briser sur les armées ralliées à Barkyārūq. À rebours de ce qu’on aurait pu attendre, puisque des hommes proches du sultan intervenaient désormais, les nombres que livrent les sources ne prennent guère d’ampleur. À vrai dire, ils sont liés au morcellement du pouvoir en Syrie : chaque chef de guerre possédait une troupe propre dont la taille était évidemment déterminée par les sommes fournies par le territoire qu’il dominait (son iqṭā‘). Hormis le bref moment où Tutuš régna sur l’essentiel d’al-Šām, ces territoires ne furent guère étendus – Malik Šāh ne s’en trouvant pas mécontent, puisque cet état de fait empêchait qu’un rival ambitieux n’osât se dresser contre lui. On reste donc globalement dans les mêmes ordres de grandeur, même si des coalitions donnèrent exceptionnellement lieu à des rassemblements plus importants, autour de la dizaine de milliers d’hommes. Il est d’ailleurs symptomatique qu’en laissant 4 000 cavaliers (selon al-‘Aẓīmī) à Qasīm al-dawla Āq Sunqur, le père de Zankī, Malik Šāh devait considérer qu’ils suffiraient à contrôler la Syrie du Nord, pousser plus loin les conquêtes turques et contrebalancer la puissance de son frère Tutuš262. Ce chiffre doit certainement correspondre peu ou prou à la puissance de Tutuš à Damas, même si rien de bien définitif ne peut être avancé sur la qualité de ses combattants (soldats turcs « professionnels » ? Turcomans ?). De ces quelques milliers de cavaliers, tous ne pouvaient être opérationnels ; pour se faire une image du nombre de combattants, il faut soustraire ceux qui étaient employés à l’entretien du pouvoir – et d’abord les hommes de garnison. En tout état de cause, le résultat était à la mesure des calculs de Malik Šāh : la puissance des maîtres d’Alep et de Damas s’équilibrait ; ni l’un ni l’autre ne pouvait envisager conquérir seul tout le pays.

  • 263  ‘Aẓīmī, op. cit., p. 355 ; Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. I, p. 135, 153-154 (...)
  • 264  Voir les récits d’Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. VIII, p. 489, 494-495, 499, 502-534 et passim ; Ḏahabī, T (...)

30Les expéditions de Tutuš contre Homs (483/1090-91) et Tripoli (484/1091) montrèrent ainsi les faiblesses de Tutuš : non seulement l’aide des autres émirs turcs, et notamment celle d’Āq Sunqur, lui fut indispensable pour prendre la première place à Ḫalaf b. Mulā‘ib, mais dès que le gouverneur d’Alep quitta les coalisés, entraînant d’autres défections, il dut renoncer à s’emparer de la seconde263. Plus tard, alors qu’il disputait le sultanat à son frère Barkyārūq, il ne put que réfréner ses ambitions et s’en retourner en Syrie lorsque Āq Sunqur et Buzān l’abandonnèrent. C’est seulement après les avoir châtiés et avoir récupéré leurs troupes qu’il fut en mesure de reprendre l’offensive à l’est264.

  • 265  Zubda, t. II, p. 111. Il dit expressément qu’Āq Sunqur sort d’Alep avec l’aide qu’il a reçue, un g (...)

31L’affrontement entre Qasīm al-dawla Āq Sunqur et Tutuš mobilisa, dans un camp ou dans un autre, la majeure partie des combattants de Syrie (487/1094-5). Alliés au premier, Būzān, Karbūqā et Yūsuf d’al-Raḥba ne purent participer au combat, faute d’avoir réussi à traverser le cours d’eau qui séparait les belligérants (le nahr Sab‘īn). Selon Ibn al-‘Adīm, qui paraît cette fois plus fiable qu’Ibn al-Qalānisī, Āq Sunqur avait une armée hétéroclite où les Kilābites étaient nombreux : plus de 6 000 cavaliers et fantassins, soit autant que Tutuš265 :

« L’armée (‘askar) de Tāǧ al-dawla égalait ce nombre de bédouins et de fantassins (al-‘Arab wa l-raǧǧāla), alors que les Turcs étaient peu nombreux, du fait que ses hommes (aṣḥāb) et ses ḫawāṣṣ étaient disséminés dans les territoires (al-bilād) qu’il avait conquis. »

32Douze mille hommes avaient pu être réunis, et encore sans que les Turcs, cavaliers d’élite, aient été bien nombreux. Si on s’en tient à ce chiffre, le nombre de ces Turcs avait au mieux stagné à Alep comme à Damas depuis l’époque de Malik Šāh. Les garnisons mobilisaient des hommes qui n’avaient pas été remplacés.

  • 266  Riḍwān rentra d’abord à bride abattue, avec ses hommes en propre (Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. [ (...)
  • 267  Zubda, loc. cit., les nombreux cavaliers envoyés par Riḍwān à la suite de son frère ayant fui Alep (...)
  • 268  Cf. M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 84.
  • 269  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. [80], où est mentionnée la participation des Banū Kilāb à la prise (...)
  • 270  Zubda, t. II, p. [81].
  • 271  J.-M. Mouton, Damas, p. 33.
  • 272  Toutes les sources arabes disent qu’il espérait pouvoir attaquer Damas grâce à l’aide égyptienne. (...)

33Après la mort de Tutuš, ses fils Riḍwān et Duqāq s’emparèrent d’Alep et de Damas. Une partie seulement des émirs et des soldats réchappés du désastre revint en Syrie servir l’un ou l’autre de ces deux princes266. C’est dire leur faiblesse militaire, même si les garnisons laissées ici ou là purent être réutilisées267. Ils dépendirent alors d’émirs qui n’avaient peut-être jamais été aussi autonomes268, et plus que leurs prédécesseurs durent s’en remettre, pour toutes leurs campagnes d’envergure, à leurs alliés ou auxiliaires bédouins, Arabes et Turcomans269. Ainsi, pendant la bataille qui l’opposa à son frère Duqāq, en 490/1097, près de Qinnasirīn, les forces de Riḍwān mêlaient, selon Ibn al-‘Adīm, Turcs, bédouins et aḥdāṯ alépins. Il fit même appel à Sulaymān b. Īl Ġāzī, seigneur de Samosate, qui arriva avec une armée nombreuse (‘askar kaṯīr)270. Certes il fut vainqueur, mais pour de maigres résultats271. Il tenta même d’obtenir des subsides du Caire. Que l’on accorde foi ou non aux allégations sur ses accointances ismaéliennes, sa décision de passer sous obédience fatimide ne fut pas sans lien avec ses besoins en argent et en hommes d’armes272.

34Ces maigres informations ne disent pas de combien d’hommes le maître d’Alep, son frère ou les émirs de haut rang (Yāġī Siyān, Ǧanāḥ al-dawla) disposaient. Les cavaliers turcs, assurément, étaient peu nombreux, moins encore qu’à l’époque précédente, alors qu’ils formaient une élite conquérante de quelques milliers d’hommes, en Syrie.

3.3.2. L’époque de la première croisade

  • 273  Zubda, t. II, p. 130-131.

35S’intéresser aux effectifs de Duqāq, Riḍwān et des autres émirs de Syrie à l’arrivée des Croisés, c’est évidemment s’interroger sur leur capacité de résistance à ces derniers. On sait depuis longtemps combien le déséquilibre était grand entre des Syriens divisés et des armées franques certes hétérogènes, mais tout de même capables de livrer unies des combats décisifs. Sans évidemment tomber dans les excès de M. Kurd ‘Alī, il faut tout de même se résoudre, vu les chiffres avancés de chaque côté, à mettre davantage en avant la supériorité numérique croisée. On n’a pas, pour les troupes « syriennes », la chance de disposer d’estimations fiables. On doit se contenter de récits évocateurs et bien souvent elliptiques, tel celui d’Ibn al-‘Adīm, révélateur de la réaction des forces locales d’une part, des limites de notre documentation d’autre part273 :

  • 274  Soulignons, à nouveau, l’insertion du dialogue dans le récit. Le discours direct a évidemment la « (...)
  • 275  « […] huwa l-laḏī yufsidu ḥāl Riwān. » Afsada – f. IV – : gâter, corrompre, semer la corruption, (...)

« Les Francs en Syrie
Après que Riḍwān et Yāġī Siyān se mirent en route, ils arrivèrent à Šayzar ; ils allaient vers Homs pour l’attaquer. C’est alors que leur parvint la nouvelle de l’arrivée d’une masse (ḫalq) de Francs qui se dirigeaient sur Antioche. Yāġī Siyān dit274 :
– Rentrons à Antioche pour rencontrer les Francs en premier.
Mais Sukmān déclara :
– Marchons sur le [Diyār] Bakr et prenons-le à ceux qui s’en sont rendus maîtres. Ainsi nous renforcerons-nous. J’y laisserai mes gens (ahlī) et nous reviendrons en premier lieu à Homs.
Ils furent d’avis divergents Le prince (al-malik) Riḍwān prit alors la route d’Alep, à la tête de nombreux soldats. Son vizir Abū l-Naǧm b. Badī‘, le frère du vizir de son père Tutuš, Abū l-Qāsim, était avec lui ; il l’avait nommé au vizirat au moment où il avait pris le pouvoir à Alep. Mais [Sukmān et Yāġī Siyān] l’accusant de causer la détérioration de la situation de Riḍwān275, il s’était présenté à Ḥiṣn Šayzar où il avait demeuré chez Ibn Munqiḏ, par peur d’eux. Dès qu’ils quittèrent Šayzar, il se rendit à Alep où il rejoignit le prince Riḍwān. Et quand Riḍwān revint, furieux contre Yāġī Siyān et Sukmān, les émirs, ayant appris l’installation et le pillage des Francs à al-Balāna, allèrent de Šayzar à Antioche.
Quand Yāġī Siyān entra à Antioche, il fit partir ses deux fils, Šams al-dawla et Muḥammad. L’un d’entre eux se rendit auprès de Duqāq et Ṭuġtakīn afin de demander leur aide, [pendant que] ses courriers s’égrenaient vers Ǧanāḥ al-dawla, Waṯṯāb b. Maḥmūd et les Banū Kilāb. Son fils Muḥammad alla [quant à lui] vers les Turcomans, Karbūqā, les émirs et les princes (mulūk) d’Orient. Ses lettres s’acheminèrent vers l’ensemble des émirs des musulmans (umarā’ al-muslimīn). »

  • 276  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. VIII, p. 3661 (« Riḍwān b. Tutuš »), très résumé (avec plusieurs ellipses (...)

36Ce texte, dont le style dénote une volonté de faire court, est intéressant à bien des égards. On se contentera d’insister sur l’appel de Yāġī Siyān à toutes les forces auxquelles il lui était possible de demander assistance. Les principaux protagonistes du fait géopolitique syrien furent invités à intervenir ; Riḍwān seul n’est pas nommément désigné. S’il ne fut pas de la coalition menée par Karbūqā, il avait tout de même été sollicité par le maître d’Antioche, d’où sa participation à l’effort collectif276 :

« Puis, après cela, se répéta [l’annonce] de l’expédition franque contre Antioche (« ṯumma taǧaddada ba‘da ḏālika ḫurūǧ al-Firanǧ ilā Anṭākiyya »). Et Yāġī Siyān arriva à Alep pour se mettre au service du prince Riḍwān. Ce dernier épousa sa fille, Ḫātūn Ǧayǧak. [Ensuite] les Francs mirent le siège devant Antioche et lancèrent des incursions sur le territoire alépin. Le fils de Yāġī Siyān arriva à Alep pour demander de l’aide contre les Francs. Riḍwān envoya alors avec lui l’armée (‘askar) d’Alep et Sukmān. Mais des Francs moins nombreux les rencontrèrent et les musulmans s’enfuirent à Ḥārim. [Ultérieurement], les habitants (ahl) arméniens de Ḥārim s’en emparèrent ; et Sukmān b. Artuq s’en retourna, et, se séparant de Riḍwān, passa à Duqāq. »

  • 277  Voir aussi Ibn al-Qalānisī, ayl Ta’rīḫ Dimašq, p. 217 sq. LT p. 37 sq. Pour la défaite de Riḍwān, (...)
  • 278  La lettre d’Anselme est datée de juillet 1098, dans E. Peters (éd.), The First Crusade. The Chroni (...)

37Ainsi donc, les musulmans réagirent plutôt promptement à l’arrivée des Francs277. Mais ces passages, pas plus que la plupart des autres textes arabes d’ailleurs, ne livrent aucun chiffre. Il faut donc se tourner vers les chroniques latines, mais leur souci de magnifier les victoires de Croisés submergés par le nombre empêche souvent de les considérer comme dignes de confiance. Anselme de Ribemont écrit par exemple à l’archevêque de Reims que le « roi d’Alep », appâté par les promesses du maître d’Antioche, se précipita à son aide avec l’ensemble de ses forces, soit 12 000 Turcs, battus et mis en fuite par 700 chevaliers francs et des piétons peu nombreux. À tout prendre, on ne peut que préférer ces 12 000 Turcs aux 30 000 d’Albert d’Aix. Il prêtent tout de même à doute, même si on suppose que Riḍwān avait rameuté toutes les troupes disponibles et qu’il fut renforcé par ses alliés de Hama et d’Āmid. Mais plus que les effectifs, l’amplitude du déséquilibre entre musulmans et Francs pose problème. Non que les premiers n’aient bénéficié de la supériorité numérique : le second extrait d’Ibn al-‘Adīm qu’on vient de traduire est suffisamment clair sur ce point ; mais la différence telle que la présente Anselme est bien trop importante. Il faut se résoudre soit à considérer que ce dernier minore le nombre de Francs impliqués dans la bataille, soit à refuser ses 12 000 Turcs et alors minimiser un affrontement dont finalement Albert d’Aix ne fait pas si grand cas, non plus que les chroniqueurs arabes par ailleurs278.

  • 279  Liber, RHC, Occ., t. III, p. 242. Voir aussi la lettre du patriarche de Jérusalem (Antioche, janvi (...)
  • 280  Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. III, p. 242 : « Erant praeterae in civitate duo milli opt (...)
  • 281  Voir, sur ce point, G. Dédéyan, Les Arméniens, t. II, p. 831-832.
  • 282  C’est ce que pense J. France, op. cit., p. 224. Il émet l’hypothèse que Yāġī Siyān avait des force (...)

38Le récit du Liber de Raymond d’Aguilers relatant l’arrivée des Croisés à Antioche est beaucoup plus intéressant. S’il ne cherche aucunement à minimiser les forces franques, auxquelles il attribue 100 000 hommes d’armes279, quel crédit accorder à ses informations sur la garnison antiochéenne – 2 000 cavaliers d’élite, 4 000 autres combattants montés et plus de 10 000 piétons, soit une quinzaine de milliers d’hommes280 ? Information isolée dont on ne sait vraiment que faire qui correspond peu avec ce qu’on a dit des armées évoluant en Syrie à la veille de la croisade, mais qu’on ne peut néanmoins rejeter d’un bloc, d’autant plus que cette garnison est présentée comme composite. Peut-être des troupes très hétéroclites s’étaient-elles rassemblées à Antioche où la menace franque, depuis longtemps annoncée, avait provoqué panique et mobilisation ? Peut-être la garnison comportait-elle une part importante d’Arméniens et autres soldats non turcs281 ? Peut-être des Turcomans avaient-ils été recrutés sur le pouce ? Assurément, de telles interrogations permettent de tenir compte des informations de Raymond. Peut-être doit-on, comme semble le faire Stéphane de Blois qui souligne aussi le caractère hétérogène des combattants appelés à défendre la ville, penser à une garnison de 5 000 hommes282 :

« En outre, plus de 5 000 soldats turcs déterminés étaient entrés dans la cité, sans compter les Sarrasins, Publicains, Arabes, Turcoples, Syriens, Arméniens et autres nations diverses dont une infinie multitude s’étaient rassemblée là-bas. »

  • 283  Foucher de Chartres et Albert d’Aix se plaisent à longuement énumérer (Claude Cahen parle de « lis (...)

39S’il est donc difficile de savoir combien d’hommes affrontèrent les Croisés à leur entrée au Šām, on semble mieux informé sur l’armée de secours dirigée par Karbūqā, le Corbaran (ou Corbaram, Corbahan, etc.) des auteurs latins, maître de Mossoul depuis peu, habitué des champs de bataille syriens puisqu’il avait été fait prisonnier par Tutuš venant à bout de Qasīm al-dawla Āq Sunqur près d’Alep. Il n’avait été libéré qu’après l’intervention du sultan Barkyārūq, à la suite des tractations qui avaient suivi l’affrontement d’al-Rayy. Quoi qu’on puisse dire de l’effort alors réalisé, il est resté dans l’histoire comme le plus important effectué par les musulmans, le seul finalement qui aurait pu, du moins en Syrie, faire échec à la croisade. Cette résonance doit évidemment beaucoup à l’impression véhiculée par la plupart des sources latines, toutes portées vers l’évocation épique. À bien les lire, d’ailleurs, on s’aperçoit qu’on est dans un registre voisin de celui des auteurs musulmans face à la croisade, encore une fois néanmoins beaucoup plus sobres. Ce n’est pas d’une simple armée qu’il s’agissait, ni même d’une coalition : toutes les « nations » connues (ou non) des auteurs s’étaient réunies pour abattre les combattants de Dieu283 :

Or sont nostre François courecié et dolent,
Puis qu’il orent saisi Antioche la grant.
A un jour esgardèrent contre soleil luisant,
Si virent un nuel, devers le ciel montant,
Del pourier que menoient li destrier auferant.
Dont dist li uns à l’autre : « Or oiés mon semblant :
ou est li emperères qui la vient chevauçant,
Le secours nous amaine, par le mien escient. »
« Non est, dient li autre, vous alés foloiant,
Ainsi sont cil de Persie, de la gent l’amirant. »
Ils dient vérité et tout le convenant,
Car li Païen chevauchent baut et lie et joiant,
Corbarans les conduit à cui sont atendant :
En sa compaigne furent Arabi et Persant,
Et tout li Amoraive et li Popelicant,
Et Turc et Medien, une gent combatant,
Cil de Samaire i furent et tout li Agolant,
Une gent qui estoit orgoillouse forment ;
Cil ne portent nule arme fors espée trenchant

  • 284  « Depuis qu’ils ont pris Antioche la grande, nos Français sont partagés entre peine et colère. Et (...)
  • 285  Ibidem, chants VII et VIII.
  • 286  Éd. et trad. L. Bréhier (dont nous modifions légèrement la traduction), p. 110-113 : « Courbaram a (...)
  • 287  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., L. IV, 10, p. 396.
  • 288  Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. III, chap. LXXII, p. 658.
  • 289  Ch. XIV.
  • 290  En comparaison, les « innombrables milliers d’hommes » d’Anne Comnène, Alexiade, t. III, p. 22, pa (...)
  • 291  Trad. par le père Peeters, Miscellanea historica Alberti de Meyer, Louvain, 1946, citée par Claude (...)
  • 292  Nous ne revenons pas sur sa composition, détaillée par J. France, op. cit., p. 260-261. C. Hillenb (...)
  • 293  Kāmil, t. IX, p. 16.
  • 294  Traduction (par LT, p. 42 ; Ibn al-Qalānisī, ayl, p. 221) d’une expression métaphorique : « fī l-(...)
  • 295  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 135 sq.

40Encore ces quelques lignes sont-elles tirées de la Chanson d’Antioche284 dont on n’attend pas vraiment autre chose que l’hyperbole et où le récit de la lutte entre Karbūqā et les Croisés s’écarte si souvent des limites mal définies de l’histoire pour plonger en littérature. Encore le ton ne change-t-il pas quand il s’agit des combattants francs : la veine est la même ; la lutte qui s’annonce, exceptionnelle à tous points de vue, oppose des dizaines de milliers d’adversaires285. Mais les autres sources ne diffèrent en rien de la chanson. Même combat titanesque, avec un rassemblement général des forces musulmanes, par exemple dans l’Histoire anonyme de la première croisade286; dans le récit d’Albert d’Aix, pour qui 200 000 combattants montés avaient accouru287 ; dans celui de Raoul de Caen, qui avance 400 000 hommes, nonobstant le vulgaire, les femmes et tous les animaux288 ; de Foucher de Chartres (660 000289 !) etc. Que d’amplifications, donc, mais qui ne sont en rien réservées aux auteurs latins, puisque Michel le Syrien parle de 100 000 hommes (que par comparaison on pourrait presque trouver « raisonnables ») et Matthieu d’Édesse, il est vrai coutumier du fait, de 1 100 000290. Quant au seul témoin oculaire du siège qui en ait laissé quelques mots, le moine arménien Hovannès, s’il ne donne aucun nombre, lui aussi souligne « l’immense multitude » portant « secours à ses congénères », tirant orgueil, insolence et arrogance de son nombre, à l’instar de Pharaon291. En quelque sorte, Hovannès est plus proche des sources arabes qui ne permettent pas de se faire une idée précise de la taille de la coalition292. Ibn al-Aṯīr, qui si souvent pourtant évalue les belligérants et notamment à propos de batailles décisives, reste étonnamment discret cette fois ; il se contente de brièvement évoquer les milliers (ulūf) de victimes parmi les combattants de la foi, les muǧāhidūn293. Les autres chroniqueurs ne s’étendent à vrai dire pas beaucoup plus, mais ils s’entendent en général sur la masse importante réunie à l’occasion : des armées syriennes (‘asākir al-Šām) formant « un nombre incalculable294 » ; une puissante armée, ‘askar ‘aẓīm, de Karbūqā rejointe par les potentats syriens (à l’exception de Riḍwān) et les Arabes de Waṯṯāb b. Maḥmūd, mais une armée où très vite la discorde s’impose, d’où de multiples désertions295… En fait, al-‘Aẓīmī épouse seul avec précision les sources latines, mais malheureusement dans leur excès, quand il édicte qu’une

  • 296  Ta’rīḫalab, p. 359. Il est intéressant de remarquer que la suite révèle la même phrase, à quelque (...)

« multitude, ḫalq ‘aẓīm, de musulmans se rassembla, avec Duqāq et Ṭuġtakīn, Karbūqā, Waṯṯāb b. Maḥmūd et Ǧanāḥ al-dawla, soit 400 000 [hommes]296 ».

  • 297  Apport important, même si temporaire. On peut prendre, comme élément de comparaison, les 10 000 fā(...)
  • 298  Plusieurs auteurs lui attribuent 50 000 combattants face à Barkyārūq, mais leurs chiffres sont sus (...)
  • 299  De même que par exemple l’Anonyme syriaque (p. 72) qui se contente d’évoquer la « grande force » d (...)
  • 300  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, évoque ainsi 2 000 hommes (des archers, p. 423) ou 15 00 (...)

41Ce rapide aperçu signifie-t-il que l’on est à nouveau dans l’impossibilité d’estimer les effectifs musulmans ? Peut-être, mais on peut déjà, à partir des sources arabes, assurer que les armées musulmanes réunies étaient d’ampleur exceptionnelle, l’apport djéziréen et bédouin (Arabes et Turcomans297) ayant permis certainement de dépasser les masses à la tête desquelles Tutuš avait pu s’imposer en Syrie. Pour trouver armée peu ou prou de la même veine, il faut sans doute aller chercher du côté de celle que ce prince réussit à rassembler pendant sa lutte pour le sultanat, alors que les forces djéziréennes l’avaient rejoint298. Bien sûr, cela ne signifie aucunement, et d’autant plus que les défections furent nombreuses dans les rangs musulmans, qu’il faille forcément la voir beaucoup plus nombreuse que l’armée franque. Les sources arabes ne vont en tout cas pas jusque-là299. En tout état de cause, les quelques autres nombres fournis par les chroniqueurs latins sont soit trop partiels, soit trop rhétoriques et amplificateurs pour suffire à proposer des estimations précises300.

  • 301  M. Yared-Riachi, op. cit., p. 95-96.
  • 302  Voir C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 59-56 ; pour Jérusalem, voir M. Gil, A History of Pa (...)
  • 303  Abār al-dawla al-munqaia, éd. A. Ferré, p. 82.

42La suite des événements ne s’apparenta aucunement à une promenade de santé. Amoindris, les Croisés durent composer et parfois faire face à fortes résistances301. Mais là encore, aucune source n’est suffisamment précise pour les dénombrer. Les auteurs arabes ont essentiellement choisi d’insister sur les massacres réalisés par les Croisés, que ce soit à Ma‘arrat al-Nu‘mān ou à Jérusalem302, sans qu’on puisse en retenir quoi que ce soit de bien tangible au plan des effectifs militaires. La formule d’Ibn Ẓāfir sur Jérusalem est bien connue303 :

« Et al-Afḍal […] y nomma un de ses hommes. Mais ceux qui s’y trouvaient n’étaient pas de taille à se mesurer aux Francs (“fa-lam yakun liman fīhi ṭāqa bi l-Firanǧ ”). Si elle avait été laissée aux mains des Artuqides, cela aurait assurément été mieux pour les Musulmans. »

  • 304  C’est aussi ce que pense S. D. Goitein, « al-Ḳuds », EI2a, t. V, p. 322, qui met également en dout (...)
  • 305  Voir par exemple Albert d’Aix, op. cit., p. 475 et passim.
  • 306  Voir les chiffres discutés par W. J. Hamblin, Fatimid army, p. 236-240, où il apparaît à nouveau c (...)

43Formule vague qui cherche surtout à critiquer la capacité des Fatimides à faire face aux Croisés mais dont on peut sans doute déduire que la garnison laissée par le sultan égyptien était peu nombreuse304. Elle n’en combattit pas moins avec vigueur, avec l’appui des habitants de la ville305. L’armée fatimide battue à Ascalon apparaît comme beaucoup plus conséquente, même si, là encore, on ne doit pas la voir comme largement supérieure, sur le plan numérique, aux armées croisées – les forces devaient s’équilibrer306.

3.3.3. Jusqu’à Zankī

44Pendant qu’une partie des Croisés consolidait tant bien que mal les États qui avaient été créés, Duqāq (puis Ṭuġtakīn) et Riḍwān faisaient de même l’un à Damas, l’autre à Alep. À première vue, les deux principautés, du moins jusqu’à la mort de Riḍwān, paraissent avoir disposé de forces globalement équivalentes, même si l’action des Damascains face aux Francs paraît plus vigoureuse, plus solide. D’autres potentats, minimes néanmoins, survécurent à l’invasion franque, au moins un temps ; leurs forces, limitées, le leur permirent.

a.– Alep et la Syrie du Nord
  • 307  abba désignant ici une petite pièce, un « liard », le surnom (« père de la petite pièce ») ironis (...)
  • 308  Voir A.-M. Eddé, « Riḍwān, prince d’Alep », loc. cit., p. 115.
  • 309  L’expression (mais au singulier) est d’A.-M. Eddé, loc. cit.
  • 310  Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. III, chap. CLIV, p. 714.
  • 311  Historia, RHC, Occ., t. IV, p. 620.
  • 312  ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 229-230 et Zubda, t. II, p. 150-151 ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure(...)
  • 313  Kāmil, t. IX, p. 84-85.
  • 314  Ta’rīḫalab, p. 362. Curieusement, Foucher de Chartres dit au contraire que le nombre de morts mus (...)
  • 315  Pour Albert d’Aix. L’évêque d’al-Bara fait un discours, enjoignant les combattants de ne pas crain (...)
  • 316  Pour Ibn al-Aṯīr. Cf. aussi ci-après le Ta’rīḫ al-islām de Ḏahabī.

45Le règne de Riḍwān fut marqué par des difficultés financières chroniques, sans doute liées aux pertes de territoire que sa principauté déplora. Ces difficultés se répercutaient sur la solde des soldats, qu’« Abū l-ḥabba307», ainsi qu’il aurait été surnommé, eut parfois du mal à verser308. Cela ne l’empêcha pas de réunir, mais rarement, des « forces armées importantes309 ». Lors de la bataille dite d’Artāḥ en 498/1105, selon Raoul de Caen, il accourut avec 30 000 hommes vers le « petit nombre d’hommes » de Tancrède. Les habitants d’Artāḥ l’ayant rejoint, il put menacer Antioche310. Albert d’Aix avance quant à lui 10 000 milites et 20 000 pedites, soit deux fois plus de cavaliers et un peu plus du double de piétons que pour le prince normand311. Les 3 000 morts, tant cavaliers que fantassins, déplorés par les Alépins, pour Ibn al-‘Adīm et Ibn al-Qalānisī312, et les 7 000 fantassins (dont 3 000 volontaires) mobilisés, en sus d’un nombre élevé de cavaliers, selon Ibn al-Aṯīr313, plaident, bien plus que les 10 000 victimes d’al-‘Aẓīmī314, dans le sens d’une atténuation des chiffres latins. L’affrontement paraît néanmoins d’importance ; Riḍwān avait réussi à mobiliser une très forte troupe qui aurait primitivement provoqué la peur de Tancrède315 ou tout au moins le désir chez lui de rechercher un accord sans combat316.

  • 317  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 143-144, 150-151, 164 ; Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 293 (...)
  • 318  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 92.

46Sur la foi des chiffres d’Ibn al-Aṯīr et d’Albert d’Aix (pour l’armée latine), on peut raisonnablement penser que le prince d’Alep avait plus de 10 000 hommes. Mais cette armée avait été levée pour l’occasion, combattait tout près d’Alep et nombre d’irréguliers grossissaient ses rangs. En général, les sources nous orientent vers une armée régulière bien moins nombreuse, tout au moins en ce qui concerne les cavaliers puisque peu est dit des fantassins. Les nombres qui dominent renvoient à quelques centaines d’hommes : les 500 hommes faits prisonniers par les Francs à l’occasion d’une autre défaite subie face à eux, en 493/1100 ; les 600 cavaliers, fāris, alépins participant aux côtés des troupes de Tancrède à la bataille qui les opposa à Ǧāwalī et Baudouin d’Édesse ; les 300 puis 200 cavaliers envoyés au secours de Tyr en 505/1111 ; les 100 hommes arrivés trop tard pour soutenir Mawdūd, en 507/1113317. De même, face aux cohortes turcomanes unies sous la bannière d’Īl-Ġāzī, lors de l’expédition commune contre Naṣībīn, les forces de Riḍwān n’apparaissent pas vraiment faire le poids318.

47Le fait que Riḍwān ait toujours cherché à intervenir à l’est est le signe d’un réel potentiel ; un affrontement comme celui d’Artāḥ montre qu’il pouvait réunir une armée nombreuse. Mais cela n’était qu’exceptionnel et ne présume en rien de la qualité des soldats. Moins nombreux car bien plus chers, les cavaliers qui constituaient son ‘askar personnel étaient sans doute autour d’un millier.

  • 319  Ibn al-‘Adīm, « Alb Arslān », Buġya, t. IV, p. 1984-1987.
  • 320  SN, p. 269. La graphie originale a été conservée.

48Après sa mort, et jusqu’à l’envoi par Zankī, en 522/1127, d’un corps d’armée pour en prendre livraison, Alep connut une période difficile. Tiraillée entre une population frondeuse, des princes peu capables, des ambitieux sans vision pour la ville et des Francs offensifs et avides, elle est présentée dans les sources comme un navire sans mât, secoué, ballotté par les vents, à maintes reprises sur le point de sombrer mais ne prenant finalement l’eau que modérément. Avec le fils de Riḍwān, Alp Arslān, l’instabilité s’installe319. Les notables qui dirigent la ville disposent de troupes locales, les aḥdāṯ, en sus peut-être de soldats professionnels qui, s’ils suffisent peut-être à plus ou moins maintenir un semblant d’ordre dans les murs, ne peuvent faire face aux menaces extérieures et notamment aux coups de boutoir des dynamiques Antiochéens. Ainsi que le souligne Claude Cahen320,

« […] Alp Arslân, Loulou et leurs successeurs […] n’ayant ni la forte armée de soldats que peuvent seuls se payer les princes dont le pays n’est pas ruiné, ni la clientèle militaire personnelle des chefs de Bédouins ou de Turcomans, ils tremblent devant les Francs, les Orientaux, tous, et plus encore que Riḍwān, passent le temps à essayer de jouer les uns contre les autres ».

  • 321  Bustān, p. 119-120.
  • 322  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 224.
  • 323  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 205, qui se plaît à alléguer que, sur le chemin du retour, Guillaum (...)
  • 324  Forteresse située en Anatolie orientale, dominant la plaine de Ḫanzit, souvent appelée par les chr (...)
  • 325  Voir G. Dédéyan, Les Arméniens, p. 447 sq. et index.
  • 326  Il s’agit du seigneur d’al-Aṯārib.
  • 327  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 215 et note 3.

49L’auteur du Bustān prétend même, à propos du siège de la ville par Dubays et les Francs en 518/1124, qu’il ne restait plus que 260 hommes (raǧul) dans la cité. Sans doute faut-il prendre l’information comme symbolique de l’état de déliquescence de ses forces de défense321. Mais les 500 cavaliers, fāris, de Badr al-dawla Sulaymān b. ‘Abd al-Ǧabbār et du ḥāǧib ‘Umar al-Ḫāṣṣ, qui augurent donc de défenseurs plus étoffés, ne pesaient pas lourd face aux assiégeants, même si encore une fois il n’est pas question des piétons322. Deux ans auparavant, alors qu’Īl-Ġāzī, certes souffrant mille maux, avait tout de même relevé la ville, le ‘askar d'Alep – 1000 cavaliers, fāris – avait fait une expédition contre Tubbal, dans le territoire de A‘zāz323. Mais c’est peut-être une indication indirecte qui montre le mieux combien était diminuée l’armée alépine : échappé de Ḫartpert324 de la manière la plus romanesque qui soit, selon le récit des auteurs latins, en fait aidé par une troupe arménienne qui avait réussi à tromper la vigilance de la garnison325, Josselin, dépité de n’avoir pu aller y délivrer les autres prisonniers (dont le roi Baudouin) qu’y détenait Balak, sema terreur, désolation et destruction autour d’Alep. Il parvint même à se glisser, certainement au nord de la cité, dans l’un des endroits où paissaient les chevaux des soldats dont il emporta « plus de 500, de sorte que, de [toute] la cavalerie, il ne resta plus à Alep que 50 cavaliers qui avaient un cheval ». Peu après, ce fut le tour de « Sire Alain326 » (sīr Alān) d’effectuer une razzia à la tête de l’armée (‘askar) d’Antioche. Il enleva, pour sa part, « ce qui restait des chevaux alépins », cette fois au sud de la ville, soit 300 têtes327.

50On reste au niveau d’un ‘askar inférieur à 1 000 cavaliers, ce qui est faible, ou même très faible si on considère que chaque cavalier possédait deux montures. Faiblesse d’autant plus grande lorsqu’on compare la situation alépine à celle des Francs de Syrie du Nord, à la même époque, qui pouvaient s’appuyer sur d’importants effectifs arméniens. On comprend mieux l’appel d’Alp Arslān b. Riḍwān à Tuġtakīn, ou le soulagement des habitants apprenant l’arrivée d’Īl-Ġāzī.

51Mais les forces musulmanes de Syrie du Nord fluctuèrent pendant cette période, et notamment en fonction des hommes qui s’y étaient imposés côté musulman. Īl-Ġāzī, Balak et Āq Sunqur al-Bursuqī disposaient, eux, d’un réservoir humain autre que strictement syrien et en firent usage. De ces trois hommes, le premier apparaît souvent comme ayant eu à sa disposition les forces armées les plus nombreuses. Bien sûr, cela ne profita que peu à la capitale nord-syrienne, même si c’est pendant son règne qu’eut lieu l’expédition contre Tubbal dont il a été question, avec les 1 000 cavaliers du ‘askar.

  • 328  Sur le lien entre Īl-Ġāzī et les Turcomans, voir Ibn al-Azraq, Ta’rīḫ al-Fāriqī, éd. B. A. L. Awad (...)
  • 329  Kāmil, t. IX, p. 92. Sur la ville de Haute-Mésopotamie, située dans une plaine, au sud des massifs (...)
  • 330  Kāmil, t. IX, p. 185. Les Francs étaient, selon lui, 3 000 cavaliers et 9 000 fantassins. Les 20 0 (...)
  • 331  Zubda, t. II, p. 187. Ce nombre a été retenu par S. Runciman, Histoire des croisades, p. 406 ou av (...)
  • 332  Michel le Syrien, Chronique, trad. J.-B. Chabot, t. III, Bruxelles, 1905, p. 204 ; Bar Hebraeus, T (...)
  • 333  Gautier le Chancelier, BellaAntiochena, RHC, Occ., t. V, p. 107 et suiv., n’est pas fiable : 100 0 (...)

52En fait, Īl-Ġāzī pouvait réunir des forces beaucoup plus importantes, mais essentiellement composées d’irréguliers Turcomans328. Déjà, en 499, lors de l’affaire de Naṣībīn, 10 000 fāris auraient accompagnél’Artuqide, très clairement maître des opérations malgré la présence de Riḍwān329. On a évoqué les multitudes qu’il conduisit à la défaite en Géorgie ; celles à la tête desquelles il battit et tua Roger d’Antioche, lors de l’Ager sanguinis, n’en paraissent pas moins impressionnantes dans les sources arabes et latines. Sans chercher à discuter tous les chiffres avancés par les chroniqueurs, relevons que tous s’accordent autour d’une masse incomparable. Pour Ibn al-Aṯīr, ce n’est pas moins de 20 000 hommes, parmi les hommes de troupe et les volontaires, « al-‘asākir wa l-mutaṭawwi‘a », qu’Īl-Ġāzī avait réunis à Mārdīn330 ; Ibn al-‘Adīm va jusqu’à 40 000331 ; Bar Hebraeus évoque 7 000 fāris turcs, comme Michel le Syrien332, ce qui semble à première vue plus raisonnable, mais demeure élevé pour l’époque. Ces quelques chiffres, qui ignorent ceux de Gautier le Chancelier, certes le plus proche de la bataille mais non le moins amplificateur333, et ce qu’on a dit jusque-là, notamment des armées seldjouqides, semblent autoriser à considérer que l’armée musulmane atteignait, au plus, cinq à sept mille combattants montés, surtout des irréguliers turcomans, auxquels il est possible d’ajouter un nombre indéterminé de fantassins, notamment les volontaires, qui seuls purent la grossir jusqu’à une vingtaine de milliers d’hommes.

  • 334  Ibn al-‘Adīm, op. cit., p. 195.
  • 335  Voir M. Yared-Riachi, op. cit., p. 146, ainsi que les références aux sources arabes données en not (...)

53Sans les Turcomans, Īl-Ġāzī perdait l’essentiel de sa puissance. Ce fut le cas, par exemple, lorsque en 514/1120 ils se dispersèrent, mécontents de la position attentiste qui avait été décidée qui ne leur procurait pas le butin qu’ils avaient espéré. Seul le concours de Ṭuġtakīn permit de faire face aux Francs qui menaçaient. À eux deux, ils furent de taille à tenir tête aux francs qui avaient 1 000 fāris et de nombreux fantassins334. Si l’armée alépine paraît en meilleur état que sous ses prédécesseurs immédiats, elle ne paraît pas être plus nombreuse que celle de Riḍwān. Et il n’en fut pas différemment lorsque Balak puis Āq Sunqur al-Bursuqī succédèrent à l’Artuqide. Eux aussi pouvaient faire appel à des troupes orientales (surtout turcomanes) nombreuses, mais une fois ces troupes dispersées, le dénuement régnait. Dès avant la mort de son oncle, Īl-Ġāzī, Balak, en raǧab 516/septembre-octobre 1122, avait vaincu et fait prisonnier Josselin et son cousin Galéran près de Sarūǧ. Il avait 400 cavaliers. C’est que son armée s’était dispersée335.

  • 336  Ibn al-‘Adīm, op. cit., p. 180. Cf. aussi Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, I, 152 r° : M. Yared-Riac (...)

54Jusqu’aux reconquêtes zankides, Alep et toute la Syrie du Nord furent incapables d’entretenir des armées pouvant faire face aux nécessités du moment. L’exemple d’Īl-Ġāzī forcé, à son arrivée en 511/1117-8, de quitter la ville faute de ressources suffisantes pour l’entretien de ses troupes montre que les difficultés économiques avaient des conséquences immédiates sur la composition des armées qui forcément étaient de taille limitée336. Celles qui jouèrent un rôle important dans la région furent soit franques, soit orientales.

  • 337  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, L. XI, 19 et 20, p. 672, L. XI, 21, p. 673 (première exp (...)
  • 338  Mais les forces franques peuvent évoluer. Ainsi en ce qui concerne l’expédition de Bursuq, aux 10  (...)

55Les campagnes menées par les maîtres successifs de Mossoul marquèrent profondément les esprits. Toutes inquiétèrent suffisamment les Francs pour qu’ils se mobilisent sans trop sourciller. Toutes sont estimées à plusieurs dizaines de milliers de combattants par Albert d’Aix dans son Historia, la chronique latine la mieux informée des événements de Syrie du Nord. Mawdūd est dit avoir commandé à 40 000 cavaliers au printemps 1110 ; puis à 200 000 cavaliers turcs dont 100 000 seuls prirent Antioche pour objectif, à sa deuxième apparition ; à 30 000 cavaliers turcs enfin, auxquels les Damascènes se joignirent, en 1113. Quant à Bursuq b. Bursuq, il aurait eu 40 000 « Turcs » lors de sa défaite de Tall Dānīṯ en 1115. Face à ces multitudes, des Francs systématiquement moins nombreux : près de 18 000 hommes, dont 2 500 cavaliers, lors de la première expédition ; 16 000 hommes de guerre pendant la deuxième ; 700 chevaliers et 4 000 fantassins durant la troisième ; 15 000 hommes à Tall Dānīṯ337. Systématiquement, donc, le rapport de force est largement à l’avantage des musulmans338 ; presque systématiquement leurs effectifs paraissent exagérés.

  • 339  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 270-272 (année 503).
  • 340  Certains chiffres latins également : Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. III, L. II, 54, (...)
  • 341  Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. II, p. 598. Sibṭ confond Bursuq b. Bursuq et al-Bursuqī, comme (...)
  • 342  Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, t. LI, p. 3520. Il s’agit de 15 000 rākib. 
  • 343  Al-Bāhir, p. 19 ; Kāmil, t. IX, p. 154 (an 508). Il n’envoie par contre « que » 100 cavaliers (fār (...)

56Parfois embrouillés, comme dans leurs récits de l’expédition de Bursuq contre lequel, il est vrai, Francs et musulmans s’étaient ligués, les auteurs arabes proposent peu d’estimations précises. Eux aussi se montrent impressionnés, tel Ibn al-Qalānisī écrivant qu’en 1110 les musulmans « atteignirent un nombre [tel] que tous les Francs réunis n’auraient pu lui résister339 ». Mais les quelques chiffres qu’ils livrent sont plus mesurés que ceux d’Albert340. Pour Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, en 1115, Bursuq fut expédié par le sultan seldjouqide avec 10 000 hommes341 ; al-Ḏahabī en avance quant à lui 15 000342. Lorsqu’il avait attaqué Édesse, l’année précédente, Āq Sunqur al-Bursuqī en disposait déjà de 15 000, aux dires d’Ibn al-Aṯīr343. C’est plutôt dans ces ordres de grandeur qu’il faut estimer les armées orientales.

b.– Les forces intermédiaires
  • 344  Šayzar elle-même subit ce sort, après le terrible tremblement de terre de 552/1157.

57Le VIe/XIIe siècle fut celui de la lente disparition des pouvoirs autonomes installés à Tripoli, Homs, Hama, Šayzar, etc., places dont certaines furent conquises par les nouveaux venus francs, d’autres se voyant rattachées à la puissance majeure la plus proche ou la plus dynamique avant d’être intégrées à l’État de Nūr al-dīn344. Assurément, vu la rareté ou l’extrême dispersion des sources en la matière, aucune indication directe sur les effectifs militaires de ces émirats ne nous est parvenue. Il faut donc à nouveau tâtonner, même si on dispose, avec l’I‘tibār d’Usāma b. Munqiḏ, d’un guide précieux.

  • 345  I‘tibār, p. 69.

58En rabī‘ I 505/septembre 1111, pendant l’une des interventions de Mawdūd en Syrie, Tancrède se disposa à attaquer ce dernier devant Šayzar avec une armée nombreuse (ǧam‘ kaṯīr)345:

  • 346  L’oncle et le père d’Usāma.
  • 347  Pour isfahsalār.
  • 348  Le terme utilisé,riǧāl, peut tout autant être le pluriel de raǧul, homme (sens général) que celui (...)

« Mawdūd se mut et s’installa ainsi qu’ils346 lui avaient dit. Ils allèrent à lui au matin, 5 000 fantassins (rāǧil) bien apprêtés sortant de Šayzar. L’ibsāsalār347s’en réjouit et se raffermit.
Il avait avec lui – que Dieu le prenne en pitié – d’excellents fantassins (riǧāl ǧiyād)348. »

  • 349  Kitāb al-Itibār, p. 29.
  • 350  Kitāb al-I‘tibār, p. 40. Cf. aussi p. 43, à nouveau 20 cavaliers bien apprêtés avec lesquels Usāma (...)

59Ce passage est en fait le seul à faire état de nombreuses troupes à Šayzar. La plupart du temps, Usāma, son père ou son oncle apparaissent accompagnés de quelques dizaines de soldats, et même parfois moins, tels les cinq mamelouks qui accompagnaient le premier alors qu’il fuyait l’Égypte349. Lors du « premier combat (qitāl) » auquel Usāma assista, devant Apamée, peu après la bataille de l’Ager sanguinis, il n’avait que 20 cavaliers (fāris), auxquels une multitude d’Arabes s’étaient joints. Il est vrai que son oncle s’était rendu au camp d’Īl-Ġāzī avec l’armée ; ces 20 hommes ne sont donc en rien représentatifs du potentiel munqiḏite350.

  • 351  Sariyya, plutôt que sarraba, ainsi que dans l’édition de l’I‘tibār, p. 50.
  • 352  Ibidem, p. 50-51.
  • 353  P. 100-101. Le terme ‘askar désigne parfois exclusivement les cavaliers, dans l’I‘tibār. Cf. p. 10 (...)

60D’autres épisodes des aventures d’Usāma montrent que ce potentiel était plus important. Avertis par un paysan qui avait vu un détachement351 franc égaré venant du désert, son père et son oncle se mirent en selle puis en route avec l’armée, bi l-‘askar. Les Francs, menés par le comte de Tripoli (« al-Sardānī, ṣāḥib Ṭarābulus »), étaient 500 cavaliers (300 fāris et 200 Turcoples) ; dès qu’ils aperçurent les musulmans, ils enfourchèrent leurs montures, les assaillirent et les mirent en fuite. On peut penser que les Munqiḏites avaient un nombre de combattants montés plus ou moins proche de celui des Tripolitains352. À une autre occasion, pendant l’un des affrontements opposant les siens aux hommes de Hama, Usāma se dit à la tête de 60 à 70 cavaliers que son oncle avait détachés du reste des combattants montés, al-‘askar353. D’autres exemples pourraient être cités, tous mettant en scène des troupes plutôt réduites, ce qui fait pencher pour un potentiel maximum (mais variable), sans compter les auxiliaires, de quelques centaines de cavaliers au mieux. Il en fut sans doute, grosso modo, de même à Homs et à Hama, du moins à l’époque de Qarāǧa et de ses fils.

  • 354  Pour Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 14, Yāġī Siyān s’enfuit d’Antioche avec 30 ġulām-s.
  • 355  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 160/LT p. 81.
  • 356  Les troupes d’Ascalon, qui dépendait du Caire, étaient plus nombreuses. Foucher de Chartres (RHC, (...)
  • 357  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. VI, p. 2806. Voir également ci-dessous les 500 cavaliers avec lesquels il (...)
  • 358  Pour le cadi de Ǧabala, voir Ibn al-Aṯīr, Kāmil, sub anno, analysé par M. Yared-Riachi, Politique (...)
  • 359  Année 566 de l’hégire. Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. al-Šammā‘, vol. IV, 1, p. 123-124.

61Des autres petits potentats, on ne sait à vrai dire pas beaucoup plus, ce qui amène à supposer qu’eux aussi ne disposaient que de quelques dizaines de cavaliers pour leurs opérations courantes354, de quelques centaines au mieux, les fantassins étant plus nombreux du fait de la possibilité de puiser au réservoir civil. Il fallait faire, également, appel à des auxiliaires et à des voisins plus puissants quand cela était nécessaire. Pour résister aux Francs, par exemple, Faḫr al-dīn Ibn ‘Ammār se tourna vers les uns ou les autres, mais sans succès. Il avait pourtant bien pourvu sa cité que les Francs eurent du mal à prendre. Lorsqu’il alla au devant de l’émir Artuq b. ‘Abd al-Razzaq, envoyé par Ṭuġtakīn, en 501/1108, il était escorté par 500 cavaliers et fantassins355. Comme Tripoli avait été confiée à son cousin Abū l-Manāqib et à ses principaux collaborateurs avec six mois de solde d’avance, on peut supposer qu’il y disposait au moins du double de combattants356. Les troupes de Ǧanāḥ al-dawla étaient suffisamment nombreuses pour qu’il pût battre le ‘askar de Riḍwān à Sarmīn, faisant même prisonnier ses principaux collaborateurs dont son vizir Abū l-Faḍā’il Ibn al-Mawṣil357. Certains étaient moins puissants, tel le ġulām d’Ibn ‘Ammār qui tenait ‘Arqa. Devant la pression franque, il ne put que faire appel à Ṭuġtakīn, qui ne réussit d’ailleurs pas à empêcher la prise de la place. Dès 494, le cadi de Ǧabala courtisait le même Ṭuġtakīn358. Beaucoup plus avant dans le siècle, alors que les seigneurs « indépendants » étaient plus directement inféodés à Nūr al-dīn, Šihāb al-dīn Muḥammad b. Ilyās b. Artuq, seigneur (ṣāḥib) d’al-Bīra, vint se mettre au service de Nūr al-dīn avec 200 cavaliers. En chemin, près de Homs, il rencontra victorieusement 300 combattants montés francs, rākib359.

  • 360  Kāmil, t. IX, p. 250 (année 523).

62Quant aux chefs locaux, les chroniqueurs sont avares de détails sur leur puissance militaire. Nous ignorons par exemple celle du fameux Grossus Rusticus d’Albert d’Aix, maître de la « terre de Suète ». Parfois, un chiffre émerge néanmoins, comme dans le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, à propos de Ḍaḥḥāk auquel est attribué le titre d’amīr du Wādī l-Taym qui tomba par surprise sur surprise sur Bahrām, chef des ismaéliens, avec 1 000 hommes (raǧul). Mais ces hommes n’étaient pas des combattants professionnels360.

3.3.4. La principauté bouride de Damas361

  • 361  Il ne sera pas nécessaire de s’étendre, les ouvrages de M. Yared-Riachi et surtout de J.-M. Mouton (...)

63Quelles que soient les difficultés éprouvées par les dirigeants damascènes pour asseoir leur pouvoir et lutter contre les différentes menaces extérieures, ils ne paraissent jamais avoir été réduits à la dernière extrémité. La continuité dynastique dut certainement être pour beaucoup dans cette relative solidité ; la qualité d’un Ṭuġtakīn également. On ne connaît pas les forces qui l’accompagnaient à son retour de captivité, ni celles qui contribuèrent à l’effort consenti par la plupart des chefs de guerre au moment de la première croisade. On sait simplement que la principauté de Damas était en état sinon de convalescence, du moins de formation et d’affermissement, et qu’elle ne chercha guère à s’opposer aux Croisés.

  • 362  Le comte d’Édesse et le prince d’Antioche prirent le chemin du retour le jour de l’An 1100.
  • 363  Foucher de Chartres, Historia, RHC Occ., t. III, L. I, 34, p. 368. Les Damascènes essuyèrent une d (...)
  • 364  Historia, RHC, Occ., t. IV, L. VII, 16, p. 517. Il doit s’agir de cavaliers.

64Comme les maîtres d’Alep, ceux de Damas entretinrent un ‘askar plus ou moins important selon les époques, l’argent disponible s’avérant un critère fondamental. Eux aussi firent souvent appel aux « non-professionnels » (surtout les aḥdāṯ) et aux auxiliaires bédouins (Turcomans et Arabes). Foucher de Chartres et Albert d’Aix avancent à plusieurs reprises, à tort, que la principauté possédait une armée très nombreuse, sans doute parce que c’était la seule puissance à s’opposer régulièrement au royaume de Jérusalem. Ils ne sont néanmoins pas systématiquement sur cette ligne ; parfois, l’ennemi damascène n’apparaît pas démesuré dans leurs chroniques. Pour preuves, les récits de deux tentatives damascènes contre des colonnes franques en marche. Alors qu’il s’en retournait à Édesse, son pèlerinage à Jérusalem effectué362, Baudouin fut assailli par des « Turcs de Damas » (Turci Damasceni), au nombre de 400 cavaliers (milites), selon Foucher363 ; 500 « Turcs » furent envoyés par le prince de Damas au Grossus Rusticus menacé par Tancrède et Godefroy, selon Albert364. Curieusement, toujours selon Albert, une fois rentré à Tibériade avec 60 chevaliers, Tancrède alla ravager à l’envi les dépendances damascènes, à l’orée même de la ville, comme si le maître de celle-ci, trop affaibli, ne pouvait résister à une telle force.

  • 365  Baudouin a pris la route, début octobre 1100, pour aller succéder à Godefroy comme roi de Jérusale (...)
  • 366  Albert d’Aix, op. cit., L. VII, 32, p. 528 et suivantes ; L. VII, 34, p. 530 (récit de l’affrontem (...)
  • 367  ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 227 ; Kāmil, t. IX, p. 43 (an 494) : « Cette année-là, Godefroy (Kundfrī), (...)
  • 368  Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. I, p. 366-367 (année 494) : « […] Quand Godefroy mourut, son fr (...)

65De ces deux exemples, on peut aisément conclure que la principauté de Damas manquait de soldats aguerris en ce début de VIe/XIIe siècle. Pourtant, les mêmes chroniqueurs latins donnent aussi une autre image de ses forces. Alors qu’il se trouvait en marche vers Jérusalem où il devait succéder à Godefroy, Baudouin d’Édesse s’arrêta à Lattaquié puis à Tripoli où il fut très bien reçu365. Il y apprit qu’une foule de « Gentils », tant « Sarrasins » que « Turcs », se préparait à leur couper la route. Il reprit sa marche, mais la peur régnait parmi ses hommes : l’ennemi était trop nombreux. Les défections se multiplièrent (400 equites et 1 000 pedites pour Albert, 200 equites et 1 000 pedites pour Foucher) ; à Ǧabala, le futur roi n’avait plus que 160 equites et 500 pedites. Face à eux, 20 000 « Turcs » damascènes, sans compter les innombrables autres « Gentils366 ». Même si l’événement semble plus important que les deux précédents, l’exagération est patente. Comme souvent, Albert et Foucher mêlent informations fiables et affabulations grossières, toujours dans l’objectif, clairement affiché par le second, de montrer que les Francs bénéficiaient des faveurs divines. Comme souvent, les sources arabes ne permettent pas de se faire une idée plus précise des forces en présence ; elles ne laissent néanmoins aucunement présumer une telle armée. Ibn al-Qalānisī et Ibn al-Aṯīr restent elliptiques367 ; Sibṭ b. al-Ǧawzī attribue 500 cavaliers à Ǧanāḥ al-dawla mais minore le rôle des Damascènes368.

  • 369  Damas, p. 72.
  • 370  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 284. Maqrizī, Itti‘āẓ, t. III, p. 49 utilise le terme ġulām.
  • 371  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 131. M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 115. ‘Arqa, parfois o (...)
  • 372  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 245 ; Ibn al-Qalānisī, op. cit., sub anno.
  • 373  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 55.
  • 374  Cf. Raoul de Caen, Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. III, CXLV, p. 707 (400, milites et pedites) et Ib (...)
  • 375  Ibidem, p. 85 ; Maqrīzī, Itti‘āẓ, t. III, p. 35.
  • 376  M. Yared-Riachi, op. cit., p. 114.

66En fait, à plusieurs reprises, ainsi que le souligne Jean-Michel Mouton, les chiffres qui désignent les troupes damascènes régulières sont relativement faibles dans les chroniques arabes369. Il s’agit alors de corps « expéditionnaires », fractions de l’armée, tels ces 200 cavaliers et archers envoyés en renfort à Tyr, en 505 de l’hégire, des soldats d’élite semble-t-il370 ; les 300 hommes (raǧul) envoyés avec un officier, Isrā’īl, prendre possession de ‘Arqa, en 502/1108-9371 ; ou, plusieurs années plus tard, en 524/1130, les 500 cavaliers dépêchés par Tāǧ al-mulūk Būrī, en sus du ‘askar de son fils Sawinǧ de Hama, à Zankī les réclamant pour prix d’une participation au ǧihād372. Mais on entend également parler de troupes plus nombreuses, comme, en 495/1102, les 2 000 combattants (maqātil) que Duqāq voulut bien fournir à Ibn ‘Ammār373 qui voulait profiter de la faiblesse de Raymond de Saint-Gilles374. Il est vrai que l’emploi du terme muqātil laisse penser que le corps envoyé mêlait fāris et rāǧil, les seconds étant plus nombreux que les premiers, ce qui renverrait à nouveau à quelques centaines de cavaliers. En revanche, la participation à une autre bataille, une autre défaite, bien plus lourde, entre Ascalon et Jaffa, le 14 ḏū l-ḥiǧǧa 498/27 août 1105, se fit sous la forme de 1 300 cavaliers, sous le commandement de l’isfahbāḏ Sabāwā375. Mais peut-être bon nombre d’entre eux appartenaient-ils en propre à ce dernier que le prince de Damas tenta sans succès d’installer sur la rive orientale du Jourdain et de la mer Morte376 ?

  • 377  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 131, à comparer avec Albert d’Aix, op. cit., L. XI, 1 ; Ibn al-Qalān (...)
  • 378  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 130. Selon lui, les Francs avaient 400 chevaliers et 2 000 fantassins. A (...)
  • 379  Ibidem, p. 158-159 ; Albert avançait 8 000 hommes pour le seul Ṭuġtakīn.
  • 380  En sus de l’armée régulière et des Turcomans, des aḥdāṯ et des habitants des villages environnants (...)

67Nulle explication de ce type ne peut être avancée en ce qui concerne les 4 000 cavaliers (fāris) qui se portèrent au secours de ‘Arqa en 502/1108-09 : Ṭuġtakīn lui-même dirigeait les opérations. À vrai dire, le texte d’Ibn al-Aṯīr, qui livre ce chiffre de 4 000 fāris, manque quelque peu de cohérence. On voit mal, en particulier, comment un tel nombre de cavaliers aurait pu être mis en fuite par l’avant-garde des 300 cavaliers de Guillaume Jourdain dont il parle. Ibn al-Qalānisī, qui ne cite pas de chiffre, ne donne pas l’impression d’évoquer une troupe aussi nombreuse377. Peu auparavant, selon Albert d’Aix, lors d’une défaite infligée par le même homme à Ṭuġtakīn, il en avait encore 1 000. Le maître de Damas avait alors, selon le même Ibn al-Aṯīr, 2 000 cavaliers et une infanterie nombreuse, « kaṯīr min al-raǧǧāla378 ». À d’autres reprises, d’ailleurs, il est à nouveau question de 2 000 cavaliers : 2 000 fāris avec lesquels il s’en alla, avec Īl-Ġāzī, soutenir les Alépins menacés par Bursuq b. Bursuq (mais on peut douter qu’il s’agisse de ses seuls hommes)379 ; 2 000 Turcomans ralliés afin de réagir aux déprédations du roi de Jérusalem dans le Ḥawrān en l’an 519/1125-6. Mais, dans ce cas, il s’agissait d’auxiliaires qui, ajoutés à ses hommes, lui permirent d’aller camper à Marǧ al-Ṣuffar, le 27 ḏū l-ḥiǧǧa 519/24 janvier 1126, et de prétendre combattre les Francs en situation favorable380.

  • 381  J.-M. Mouton, op. cit., p. 72-73 : « Du temps de Ṭuġtakīn, le prince n’est entouré que de 2 à 4 00 (...)
  • 382  Cf. M. Yared-Riachi, op. cit., p. 116.
  • 383  Sibṭ b. al-Ǧawzī, loc. cit.
  • 384  M. Yared-Riachi, op. cit., p. 242.

68L’ensemble de ces données donne l’impression qu’une fois la principauté consolidée le ‘askar damascène atteignit les 2 000 cavaliers381. En cas de besoin, les auxiliaires grossissaient les rangs ; on pouvait même faire appel aux aḥdāṯ et aux habitants de la Ġūṭa. Ces effectifs évoluèrent en fonction des circonstances. Certaines périodes furent plus difficiles que d’autres ; alors la principauté était-elle particulièrement fragile. C’était le cas lorsque de lourdes défaites réduisaient le nombre des guerriers professionnels et occasionnaient la perte d’un important matériel de guerre. Ainsi, pendant la retraite de ‘Arqa, Tuġtakīn perdit l’équipement de l’armée et la principauté traversa une période difficile382 ; la bataille de Marǧ al-Ṣuffar, en 519/1124, réduisit le nombre des soldats les plus valeureux383. Les difficultés économiques consécutives aux pertes de territoire n’allaient pas plus dans le sens d’un renforcement de l’armée. Payer les tributs exigés par Jérusalem ou Tripoli grevait les finances du prince qui, dans son souci d’être apprécié des Damascènes, veillait à ne pas trop charger la population d’impôts384. Mais d’autres époques étaient plus heureuses. Des victoires permettaient parfois de faire un riche butin ; des places importantes passaient sous l’obédience du prince bouride (après une courte interruption, parfois), une partie des revenus qui en était tiré lui revenant alors.

  • 385  ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 260-261/LT p. 84-85.

69S’il est difficile de se faire une idée précise de l’évolution des effectifs, quelques indices plaident pour un accroissement, si ce n’est substantiel, du moins sensible, entre la fin du Ve/XIe siècle et la livraison de Damas à Nūr al-dīn. Les 500 cavaliers déjà évoqués qu’en 524/1130 Tāǧ al-mulūk Būrī envoya à Zankī par l’intermédiaire de son fils, qui lui aussi avait un ‘askar, étaient déjà supérieurs aux corps dépêchés à l’époque de Ṭuġtakīn. Vingt ans plus tard, en 544/1150-1, c’est 1 000 cavaliers que Nūr al-dīn réclama à Damas, toujours pour mener le ǧihād385. Plus généralement, si les derniers maîtres de Damas se distinguèrent tout particulièrement par leur diplomatie, il leur fallut bien résister à la pression zankide qui s’ajoutait à celle des Francs.

  • 386  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIII, 26, p. 595-597 (en ce qui concerne les effec (...)
  • 387  Voir surtout l’excellent récit d’Ibn al-Qalānisī.
  • 388  Cf. J.-M. Mouton, loc. cit.
  • 389  Mir’at al-zamān, éd. Hyderabad, p. 197. Sibṭ se penche sur le problème de la taille des armées cro (...)
  • 390  Les Francs n’auraient pu prendre Damas que grâce à un assaut lançant au plus vite (dès leur arrivé (...)

70Les textes montrent en revanche clairement que les princes de Damas ne réussirent que très exceptionnellement, sous la pression de l’ennemi, à réunir de grosses armées. Le danger franc s’était alors porté contre la métropole elle-même, assiégée une première fois en 525/1131386, une deuxième fois en 543/1149. En 525/1131, la mobilisation fut exceptionnelle dans les deux camps387 ; le maître de Damas ayant rameuté Arabes (des Banū Rabī‘a) et Turcomans, il put rassembler 8 000 cavaliers388. Lors du deuxième siège, Damas se mobilisa tout aussi fortement. Sibṭ b. al-Ǧawzī évoque même une sortie de Mu‘īn al-dīn Anur et de Muǧīr al-dīn Abaq avec « 100 000 hommes, sans compter les cavaliers389 ». Considérable, ce chiffre doit être mis en parallèle avec la formule de Guillaume de Tyr qui fait état de la résistance de « tout le peuple de la ville ». À ces derniers, s’étaient à nouveau ajoutés les habitants de la cinquantaine de villages et bourgades des environs de Damas, venus se réfugier dans la métropole ou, tout simplement, participer aux combats sur injonction des autorités390. En acceptant ce chiffre, ainsi qu’un ratio d’un cavalier pour dix ou douze fantassins, on atteint entre 8 et 10 000 combattants montés, ce qui équivaut au précédent siège franc. Même s’il faut prendre l’information de Sibṭ et le calcul qui en découle avec précaution, on touche bien là aux limites des Bourides, qui sans doute furent incapables de jamais mobiliser 10 000 cavaliers, réguliers et irréguliers. Certainement composée de plus ou moins 2 000 cavaliers, l’armée permanente put peut-être être doublée, aux plus belles heures de Ṭuġtakīn et de son fils, par l’utilisation d’auxiliaires, ainsi qu’à la fin de la dynastie grâce à l’apport des ‘askar-sdes grands émirs. Armée relativement peu nombreuse, donc, mais à laquelle il faut ajouter les garnisons des places provisoirement tenues, comme Baalbek, Rafaniyya, Banyas ou Palmyre. Armée incapable de contrer les Croisés ou de reconquérir la Palestine, mais qu’il faut différencier de la capacité des princes bourides de réunir un grand nombre de combattants en cas de sièges de la ville aḥdāṯ, civils divers, villageois, montagnards de l’Anti-Liban, etc.

3.3.5. Les armées zankides

71Il n’est qu’à parcourir ne serait-ce que très rapidement le récit des prouesses de Zankī et de Nūr al-dīn dans les chroniques arabes ou même dans l’Historia de Guillaume de Tyr pour que naisse l’impression que l’un comme l’autre disposaient d’armées sans commune mesure avec celles de leurs prédécesseurs alépins et de leurs adversaires bourides. Il faut dire qu’ils finirent tous deux par réunir à Mossoul Alep et même, pour le second, Damas. Comment dès lors ne pas être tenté de suivre les sillons patiemment tracés par les chroniqueurs et ne pas leur attribuer des forces sinon gigantesques, du moins impressionnantes, par exemple systématiquement équivalentes à celles commandées par les différents émirs venus d’Orient ayant fait campagne en Syrie, tels Mawdūd, Bursuq b. Bursuq ou même Īl-Ġāzī ? Ce serait, en vérité, se défaire de toute critique des sources et omettre d’une part que leurs armées furent également, en grande partie, recrutées pour un temps limité, celui de l’expédition décidée, d’autre part que les parcours du père comme du fils furent plutôt mouvementés, leurs conquêtes progressives et le potentiel sur lequel ils purent s’appuyer évolutif.

72Il est néanmoins incontestable qu’avec Zankī et son fils, le bassin de recrutement des armées syriennes s’élargit considérablement, la Djéziré et autres terres orientales étant désormais plus systématiquement mises à contribution qu’elles ne l’avaient été jusque-là, et surtout directement. On ne peut dès lors leur nier un potentiel supérieur à celui de leurs devanciers syriens, peut-être même, lorsqu’ils furent au faîte de leur puissance, proche de celui des sultans seldjouqides. Il faut également garder en mémoire que l’un et l’autre recoururent abondamment, comme leurs adversaires, à des irréguliers, turcomans et autres.

  • 391  Ibn al-Aṯīr, al-Bāhir, p. 17.
  • 392  Voir son dialogue avec ses hommes, aṣḥāb, ibid., p. 27.
  • 393  Éd. Hillenbrand, p. 58 (année 524, victoire de Zankī sur Ḥusām al-dīn et Dā’ūd, près de Naṣībīn, à (...)
  • 394  Cf. par exemple t. III, p. 247 (campagne de Zankī et de Ḥusām al-dīn contre Dā’ūd).
  • 395  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 38 ; Kāmil, t. IX, p. 255. Cela étant, Michel le Syrien (Chronique, t. III, (...)
  • 396  Exemple Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 39 : « Lammā faraġa al-šahīd […] min amr al-mulūk al-Artuqiyya wa ṣ (...)
  • 397  Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVII (an 526), p. 270-271.
  • 398  Ibid., p. 276.

73Avant de voler de ses propres ailes, Zankī servit différents grands émirs seldjouqides, notamment les seigneurs de Mossoul. Il devait alors posséder quelque troupe personnelle, comme ses pairs, par exemple lorsqu’il quitta Ǧāwalī Saqāwā auquel le sultan Muḥammad avait enlevé Mossoul, au bénéfice de Mawdūd391. Troupes dont évidemment la taille suivit la courbe ascendante de sa carrière392. Les sources les mieux informées sur ses aventures irakiennes et djéziréennes, tels le Ta’rīḫ Mayyāfāriqīn wa Āmid d’Ibn al-Azraq393 ou la Chronique de Michel le Syrien394, restent malheureusement avares de chiffres. De toute façon, la taille de l’armée d’un émir dépendait de celle de son iqṭā‘. Avec sa mainmise sur Mossoul et la Djéziré, riches terres de recrutement, Zankī devint puissant. C’est ainsi qu’il vainquit ses ennemis artuqides, menés par Ḥusām al-dīn et Dā’ūd, en 524/1130, avec 4 000 cavaliers (fāris), selon Ibn al-Aṯīr qui, dans le souci de magnifier la victoire de celui qu’il appelle le šahīd, n’hésite pas à attribuer près de 20 000 combattants (muqātil) à ses adversaires395. Il avait alors depuis peu pris possession d’Alep et des territoires qui en dépendaient, où il vint périodiquement avec des armées recrutées, au moins en partie, en Orient396. En Iraq, où il participait activement aux luttes de pouvoir, il alla avec Dubays attaquer Bagdad, sur ordre de Sanǧar. Ils avaient 7 000 cavaliers (fāris), selon Ibn al-Ǧawzī397, ce qui est considérable. Cela ne signifie pas qu’il était de taille à résister aux forces très nombreuses que le sultan ou le calife étaient parfois capables de réunir. Face à al-Mustaršid et à ses 12 000 cavaliers (sans compter ceux d’Abū l-Hīǧ al-Kurkī), par exemple, en 527/1133, il ne put que proposer de l’argent, sans succès d’ailleurs, le calife refusant son offre. Le siège fut tout de même levé : le commandeur des croyants avait été alarmé par la nouvelle de l’assassinat d’un de ses séides par le sultan Mas‘ūd398.

  • 399  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 402 (an 530) ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 260-261 (an (...)
  • 400  Bustān, p. 125 (année 533). Des Bédouins sont également recrutés.

74En Syrie, les Turcomans eurent un rôle décisif dans les luttes menées par Zankī. En 530/1136, Sawār, son lieutenant à Alep, pilla les environs de Lattaquié avec 3 000 de leurs cavaliers, faisant 7 000 prisonniers399. Il est clair, au vu des quelques nombres qui apparaissent dans les récits d’autres expéditions alépines, qu’eux seuls permettaient de constituer des masses de plusieurs milliers de cavaliers. Dans cette mesure, on peut supposer que c’est dans leurs rangs que Zankī puisa lorsque Riḍwān, venu d’Égypte chercher de l’appui en Syrie, se vit céder 2 000 fāris400.

  • 401  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 364 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 272.
  • 402  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 380-381.
  • 403  An 536. Ibidem, p. 429 (sous l’égide de l’émir Laǧah al-Turkī) ; ‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 396 (Baǧ (...)

75Zankī ne rassembla des armées importantes qu’exceptionnellement. Elles ne dépassaient pas les 4 000 cavaliers qui viennent d’être mentionnés ; elles intervenaient en Orient. La véritable rupture avec l’époque précédente tient à ses capacités de recrutement et au fait qu’il bénéficiait de la participation plus régulière des Turcomans dont certains étaient en voie de sédentarisation en Syrie du Nord. En son absence, les possessions syriennes étaient protégées par le commandant de l’armée alépine, muqaddam al-‘askar. Les quelques offensives qu’il dirigeait impliquaient des troupes très mobiles, en partie composées de Turcomans, efficaces mais non pas forcément très nombreuses, à en croire la plupart des chiffres cités dans les sources. Les ravages effectués, en ǧumāda 527/avril 1133, par la cavalerie de l’émir Sawār contre les dépendances de Tall Bāšir, furent suivis d’un affrontement avec une troupe franque qui déplora environ un millier de tués, cavaliers et fantassins, dont les têtes furent rapportées à Alep401. Peu auparavant (ṣafar 527/décembre 1132), les opérations de « petite guerre » dirigées par le même homme contre les troupes du roi de Jérusalem avaient donné lieu à deux rencontres, à propos desquelles Ibn al-Qalānisī parle de 100 victimes musulmanes (la première), puis de 100 cavaliers francs abattus (la deuxième)402. Presque dix ans plus tard, des déprédations en territoire franc firent cette fois 700 victimes403. En 532/1137, alors que l’arrivée des Byzantins était annoncée, on avait fait revenir l’infanterie (al-raǧǧāla) à Alep ; à sa tête, l’émir Sayf al-dīn Sawār, avec 500 fāris.

  • 404  ‘Aẓīmī,op. cit., p. 388 (an 531). Ibn al-‘Adim, op. cit., p. 261. Cf. aussi la note suivante.
  • 405  Ibn al-‘Adim, Zubda, t. II, p. 271.

76D’autres chiffres, appartenant aux mêmes ordres de grandeur, désignent des fantassins : 500 rāǧil pris à Alep pour aller assiéger Homs, 800 autres utilisés à al-Maǧdal404. Plus rares sont ceux qui renvoient à des troupes plus nombreuses, comme les 1200 cavaliers (fāris) que les Francs enlevèrent à Sāwar, en 533/1138-9405.

  • 406  RHC, Occ., t. I, L. XIV, 25, p. 644 ; L. XVI, 4-5, p. 708-712 (la citation est p. 708).
  • 407  Michel le Syrien, Chronique, t. III, p. 260 (« des milliers et des myriades ») ; Anonyme syriaque, (...)
  • 408  Pour ce qui est des victimes, les sources diffèrent.

77On ne peut guère s’appuyer sur les sources latines pour confirmer ou infirmer l’impression d’une armée régulière plutôt ramassée, de l’ordre de quelques milliers de cavaliers très facilement renforcés par des des auxiliaires turcomans, appuyés quand cela était nécessaire par une infanterie bien formée. Guillaume de Tyr est en général très évasif lorsqu’il rapporte les actions de Sanguinus ou de ses hommes. À Ba‘rīn, il est décrit marchant « à la tête de milliers » de ses soldats ; à propos du siège d’Édesse, il le qualifie de « scélérat, Turc le plus puissant d’Orient406 ». Pour la prise de cette ville même, son fait d’arme sinon le plus brillant, du moins le plus retentissant, il ne propose aucune estimation précise. Mais alors Guillaume ne se distingue pas d’auteurs a priori mieux informés, Grégoire le Prêtre, Michel le Syrien ou l’historien anonyme syriaque, qui sont tous dans le registre de l’amplification407. En fait, si ce n’est les victimes, à plusieurs reprises chiffrées, ni ses soldats, peut-être très nombreux, rameutés de toute part, ni les combattants francs ne sont dénombrés. Ibn al-Aṯīr lui-même, qui célèbre longuement la conquête, reste peu précis408.

  • 409  N. Élisséeff, ND, t. II, p. 354 sq. ; C. Hillenbrand, « ‘Abominable acts’ : the career of Zengi », (...)
  • 410  Voir le résumé des événements par N. Élisséeff, op. cit., p. 376-377.

78Longtemps détourné des affaires syriennes par ses ambitions iraqiennes, Zankī ne vint jamais en Syrie avec une armée aussi puissante que celles de Mawdūd, Bursuq ou même Īl-Ġāzī. Ses tentatives contre Damas même ne mobilisèrent pas toutes ses forces ; elles furent d’ailleurs perturbées par les événements d’Iraq409. N’entretenant pas forcément de bons rapports avec le sultan ou avec le calife, il ne pouvait se permettre de ne laisser qu’une garnison formelle à Mossoul, centre de son pouvoir. À la veille de la prise d’Édesse, il se trouvait encore sous la menace d’une intervention du sultan ; il dut lui promettre 100 000 dinars pour l’en détourner, dont 20 000 furent immédiatement envoyés410. Deux ans avant sa mort, l’un des fils du sultan tenta de s’emparer de Mossoul.

79Son potentiel était pourtant bien supérieur à celui des Bourides qui reculèrent sous sa pression, perdant par exemple Baalbek et Hama, et à celui du comte d’Édesse, du prince d’Antioche et du comte de Tripoli, ses adversaires francs les plus directs. Mais il ne maintenait pas pour autant en Syrie une armée régulière très nombreuse. Entretenir une armée capable de protéger ses possessions contre toute menace extérieure, de lever les impôts et d’opérer quelques offensives contre les Francs suffisait. Recourir à des mercenaires coûtait moins cher que gonfler démesurément cette armée ; l’étendue de ses possessions procurait suffisamment de numéraire pour les payer. Les Turcomans, dont une tribu s’installa dans un faubourg d’Alep, constituaient un vivier abondant. Les opérations de petite guerre leur incombaient souvent. Un ‘askar syrien d’environ 2 000 hommes, sans compter les garnisons ; plusieurs milliers de cavaliers mobilisables en Syrie ; un peu plus en Djéziré : l’ensemble des effectifs de Zankī augurait une nouvelle ère pour les armées musulmanes.

  • 411  Voir par exemple le récit d’Abū l-Maḥāsin b. Salāma al-Ḥarrānī, Ta’rīḫ Ḥarrān, rapporté par Ibn al (...)
  • 412  Dans Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. I, 1, p. 124. Cf. aussi N. Élisséeff, ND, t. II, p. 395. Mai (...)
  • 413  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 450 ; Bar Hebraeus, Ta’rīḫ al-zamān, p. 161, dit « 10 000 Turcs ».Voir égal (...)
  • 414  Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVI, 15, p. 729. Mais voir également l’Eracles, plus sobre (même pag (...)

80Les débuts de Nūr al-dīn, qui n’hérita pas des possessions djéziréennes, furent difficiles : la mort de Zankī avait provoqué un vent de panique parmi les hommes qui assiégeaient Qal‘at Ǧa‘bar ; ils s’étaient dispersés411. Ses adversaire francs ou damascènes tentèrent d’ailleurs d’en profiter. Pourtant, les troupes alépines demeurèrent opérationnelles. Aux agressions franques, les grands émirs purent répondre efficacement. Ibn Abī Ṭayyi’, toujours prompt à mettre en scène les qualités d’Asad al-dīn Šīrkūh, raconte comment il alla châtier le prince d’Antioche qui multipliait les déprédations en territoire musulman412. Surtout, Nūr al-dīn fut en mesure de réagir à la perte d’Édesse avec célérité. Il battit le rappel de ses alliés, prit la route à la tête de son ‘askar, fut rejoint en chemin par des Turcomans et d’autres hommes, et arriva devant Édesse avec 10 000 fāris, selon Ibn al-Qalānisī413. Des forces innombrables, insiste Guillaume de Tyr414.

  • 415  H. A. R. Gibb, « The armies of Saladin », Cahier d’histoire égyptienne, 1951, p. 311-315, longtemp (...)
  • 416  Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, op. cit., p. 192.
  • 417  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 472-474/LT p. 304-306. Il attribue aux Francs 400 chevalie (...)

81Très vite, en fait, Nūr al-dīn fut à la tête de forces équivalentes à celles que son père entretenait en Syrie. Pour H. A. R. Gibb, suivi par Nikita Élisséeff et David Nicolle, Nūr al-dīn aurait eu un ‘askar personnel de 1 000 cavaliers. Cette estimation basse est difficilement recevable, à moins de considèrer qu’elle ne renvoie pas à toute l’armée régulière415. Même si l’assassinat de Zankī avait été suivi d’une courte période de flottement, quelques pertes de territoires s’en étant ensuivies, les structures de la principauté d’Alep avaient globalement subsisté. Une fois Édesse sauvée, une entrevue fut décidée entre Nūr al-dīn et son frère aîné auquel Mossoul et la Djéziré étaient revenues. Chacun d’entre eux ne devait être accompagné que de 500 cavaliers (fāris)416 qui ne représentaient pas toute leur armée. À Inab, le 21 ṣafar 544/29 juin 1149, Nūr al-dīn était à la tête de 6000 cavaliers combattants (fāris muqātila), en sus des valets et du train de l’armée, selon Ibn al-Qalānisī. Une partie était composée du gros détachement, farīq wāfir, que le prince de Damas avait consenti à lui envoyer, ainsi que du contingent djéziréen de son frère Sayf al-dīn Ġāzī417.

  • 418  Op. cit., LT, p. 322.
  • 419  P. 487. « Wa afraqa min ‘askarihi farīqan yunāhiz arba‘at ālāf fāris, ma‘a ǧamā‘a min al-muqaddamī(...)
  • 420  Le premier extrait est traduit du ayl ta’rīḫ Dimašq (LT, p. 323), le second du Mir’āt al-zamān de (...)

82Si on en croit Ibn al-Qalānisī, les armées de Nūr al-dīn grossirent au rythme où son assurance s’affirmait. Mais il faut prendre avec précaution le récit de ses tentatives de l’année 546/1151-2 contre Damas : à l’évidence le chroniqueur damascène cherche à glorifier le prince d’Alep dont l’armée puissante est subtilement opposée, dans son Ḏayl, à celle de Damas, chétive et minée par les dissensions418. Il décrit des forces nombreuses auxquelles des Turcomans s’étaient ralliés ; des forces dont sans difficulté un corps (farīq) de 4 000 cavaliers avait été détaché et envoyé dans le Ḥawrān avec mission de rejoindre des bédouins et d’aller combattre les Francs venus secourir les Damascènes419. Puis il rapporte une revue, ‘arḍ, des troupes zankides, véritable démonstration de force420 :

« On rapporte que Nūr al-dīn ordonna qu’on fasse une revue de son armée (arḍ ‘askarih) et la fit dénombrer, et on dit qu’elle atteignait le total de 30 000 combattants (muqātil). Il se mit en marche et campa à al-Dalhamiyya dans le district de la Bekaa ; puis il se remit en marche vers les abords de Damas et campa sur le territoire de Kawkabā, à l’ouest de Dārayyā, le samedi 21 rabī‘ I 546/7 juillet 1151. »

Un extrait du Mir’āt al-zamān complète le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq :

« Nūr al-dīn effectua une revue de son armée (‘askar) dans la Bekaa, qui se trouvait entre ‘Ayn al-Ǧisr et al-Dalhamiyya. Ils étaient 30 000, [hommes] de son ‘askar, Turcomans et d’autres encore. Puis il s’en retourna vers Damas qu’il convoitait ardemment. Il campa sur le territorie de Kawkabā, à l’ouest de Dārayyā, en rabī‘ I, puis s’en alla et s’installa à Ǧisr al-Ḫaššab. »

83Trente mille hommes donc, cavaliers et fantassins, comme le montre l’emploi du terme muqātil, troupes régulières et auxiliaires turcomans et peut-être arabes (« et d’autres encore »). 30 000 hommes qui témoignent d’une supériorité marquée sur le potentiel damascène.

  • 421  Ibn Abī Ṭayyi’ (dans Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, t. I, 1, p. 239). Il ne dit pas s’il s’agit de (...)
  • 422  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-Itibār, p. 14 : Usāma engage 860 cavaliers, fāris, avec l’autorisation (...)
  • 423  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., L. XVIII, 27 ; N. Élisséeff, op. cit., p. 550 et note 2.
  • 424  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 332.

84Avant même la prise de Damas, Nūr al-dīn pouvait donc réunir des armées qui dépassaient en nombre celles qu’on avait vues jusque-là en Syrie, à l’exception de celles des Croisés. À son ‘askar, il pouvait ajouter celui de ses principaux émirs, tel Asad al-dīn Šīrkūh qui avait 500 cavaliers ; lorsqu’il alla négocier pour son seigneur les termes du transfert du pouvoir à Damas, ce dernier commandait même à 1 000 cavaliers, fāris421. Enfin, des auxiliaires nombreux, surtout turcomans, venaient grossir le tout. Une fois Damas réunie à Alep, des soldats damascènes passèrent au Zankide dont évidemment la puissance augmenta. Mais il ne faut pas pour autant considérer que ses troupes devinrent pléthoriques. Certes des conquêtes furent réalisées ; certes les Francs, en Syrie du Nord particulièrement, furent mis sur la défensive ; certes il n’avait aucun mal à se procurer des soldats dont un certain nombre pouvaient demeurer inoccupés et allaient s’employer ailleurs422. Mais payer les soldes, équiper et nourrir les combattants coûtait cher, d’autant plus lorsque, comme à La Bocquée, l’armée avait été décimée. De plus, il était difficile de combattre sur plusieurs fronts ; il fallait parfois composer. Naǧm al-dīn, resté à Damas pendant que son seigneur combattait Qiliǧ Arslān en 554-5/1159-60, ne put ainsi réagir aux ravages effectués dans le Ḥawrān par Baudouin III qui vint même menacer les environs immédiats de la ville : il manquait d’hommes. Il négocia donc, obtint une trêve de trois mois contre six prisonniers francs et 4 000 besants423. Nūr al-dīn lui-même pouvait se trouver dans une situation analogue, comme en 566/1170 lorsqu’il se rendit à Mossoul. Il dut recruter des soldats à Naṣībīn, la plupart des siens se trouvant en Syrie424.

  • 425  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 75. Si ce qu’avance Ibn al-Aṯīr est vrai, cet extrait montre bien à (...)

85Enfin maître de Mossoul et de la Djéziré, à la fin de son règne Nūr al-dīn était à la tête d’un empire immense. Les troupes djéziréennes dépendaient désormais directement de lui ; son armée atteignit des sommets inégalés. Comme souvent, les sources ne nous permettent pas d’en estimer précisément les effectifs. Un texte pourtant, bien que concernant une période un peu postérieure à son règne, permet de s’en faire une idée. Ibn al-Aṯīr y réfute les allégations de ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī selon lequel lors de la bataille qui opposa l’armée venue de Mossoul à Saladin, en 571/1176, la première comptait 20 000 hommes425 :

  • 426  Stricto sensu : « ils dépassaient les 6 000 fāris de moins de 500 [unités] », « yazīdūn ‘alā sitta (...)

« Al-‘Imād al-Kātib a dit, dans le livre al-Barq al-Šāmī fī ta’rīḫ al-dawla al-ṣalāḥiyya, que l’armée (al-‘askar) de Sayf al-dīn était constituée, lors de cette bataille, de 20 000 fāris. Mais ceci ne se déroula pas ainsi (wa lam yakun kaḏālika) ; en vérité, ils n’atteignaient pas les 6 500 fāris426. J’ai moi-même pris connaissance du registre du ‘arḍ ainsi que de l’ordonnancement de l’armée sur le champ de bataille (tartīb al-‘askar al-maṣṣāf) en aile droite, aile gauche, centre, avant-gardes (ǧālīšiyya), etc. Celui qui le dirigeait (al-mutawallī) et le rédigeait (al-kātib) était mon frère, Muǧid al-dīn Abū l-Sa‘ādāt al-Mubārak b. Muḥammad b. ‘Abd al-Karīm, que Dieu lui soit miséricordieux. »

86Puis Ibn al-Aṯīr, après avoir directement accusé « al-‘Imād » de chercher à glorifier Saladin, affirme que Mossoul et sa province, jusqu’à l’Euphrate, ne pouvaient posséder 20 000 fāris. Il n’y a aucune raison de penser que quelques années auparavant, alors que Nūr al-dīn était vivant, les choses aient été différentes. Dès lors, en admettant ce nombre de cavaliers pour l’ensemble de ses provinces djéziréennes, on peut en déduire l’ensemble de ses forces, si on considère que la Syrie fournissait plus ou moins le même nombre de cavaliers.

  • 427  Dans Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, t. I, 2, p. 419 ; même nombre dans Sāwīrus Ibn al-Muqaffa‘, Ta’ (...)
  • 428  Bāhir, p. 132-133 ; Kāmil, t. X, p. 4 ; Zubda, t. II, p. 322 (Nūr al-dīn fournit 2 000 cavaliers d (...)
  • 429  Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIX, 25, p. 925 : « Siraconus avait 12 000 Turcs, dont 9 000 étaient (...)
  • 430  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 249 ; id., Kāmil, t. X, p. 13-14 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 326 ; ‘Im (...)
  • 431  Des troupes artuqides et d’autres venues de Mossoul. Plus diminués encore, les Francs étaient acco (...)

87Ce potentiel peut impressionner, surtout lorsqu’on le compare à celui de ses prédécesseurs. Mais avant même de directement contrôler Mossoul, Nūr al-dīn avait les moyens d’entretenir plusieurs milliers de cavaliers. Il put dès lors envoyer des troupes en Égypte. 2 000 cavaliers, fāris, lors de la première expédition (559/1164), aux dires même de Šīrkūh selon Ibn Abī Ṭayyi’427. Le même nombre, selon Ibn al-Aṯīr et Ibn al-‘Adīm428, lors de la suivante (562/1167), grossis d’alliés bédouins, pendant la bataille d’al-Bābayn à propos de laquelle on ne peut accepter les 12 000 Turcs et les 10 ou 11 000 Arabes de Guillaume de Tyr429. Deux mille cavaliers réguliers, à nouveau, pendant la troisième et dernière campagne de Šīrkūh (564/1169), décisive celle-ci. 2 000 cavaliers auxquels avaient été ajoutés, cette fois, de très nombreux mercenaires turcomans payés par Nūr al-dīn : 5 à 6 000, selon que l’on suive ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī ou Ibn al-Aṯīr430. Une armée de conquête, de guerriers expérimentés dont un certain nombre firent défaut à Nūr al-dīn mais ne l’empêchèrent pourtant pas de remporter la bataille de Ḥārim, le 20 ramaḍān 559/11 août 1164, avec l’aide de troupes orientales431.

  • 432  Cf. N. Élisséeff, ND, t. III, p. 804 et note 2.
  • 433  Ḫiṭaṭ, t. I, p. 178.
  • 434  Ibid., p. 163. Ce sont les Mutaǧaddidāt qui sont citées. H. A. R. Gibb, « The armies of Saladin », (...)

88Si aucun registre (ǧarīda) ne nous a transmis les décomptes faits lors des différentes revues de l’armée de Nūr al-dīn, il apparaît clairement qu’elle s’est régulièrement étoffée au cours de son long règne. Les quelques milliers de cavaliers qu’il pouvait réunir lors de son avènement, en faisant appel aux auxiliaires turcomans, dépassèrent sans doute la dizaine de milliers de cavaliers avant sa mort. Les conquêtes et un budget solide permirent ces progressions. Si peu est dit de ses disponibilités financières dans les chroniques, on sait qu’elles étaient suffisamment importantes pour qu’il abolisse de nombreux impôts « arbitraires » payés par les villes (maẓālim), en 552/1157, suite au terrible tremblement de terre qui avait frappé la Syrie. Il en résulta une perte de 156 000 dinars pour le Trésor432. Cette possibilité de financer des armées importantes est fondamentale. Elle permit seule la conquête de l’Égypte puisque Nūr al-dīn procura à Šīrkūh l’argent nécessaire au recrutement des 5 ou 6 000 Turcomans avec lesquels il put réussir à réaliser, en 564/1169, ce à quoi il avait échoué lors des deux expéditions précédentes. Mais il faut distinguer ce qui tient du potentiel et des hommes qui pouvaient être concrètement utilisés. L’étendue de l’empire limitait les déplacements des soldats. Bon nombre assuraient le maintien de l’ordre et protégeaient les frontières ; seule une fraction des troupes djéziréennes intervint en Syrie, par exemple. Il en était de même de Saladin dont Maqrīzī nous apprend d’abord qu’il disposait de 12 000 cavaliers au début de son règne433, avant de faire état d’une revue, tenue le 8 muḥarram 567/11 septembre 1171, à laquelle avait assisté al-Qāḍī al-Fāḍil, ici la source de Maqrīzī. Quatorze mille cavaliers furent, au total, comptabilisés, auxquels Saladin ajouta 1 300 cavaliers bédouins (al-‘urbān), choisis parmi les 7 000 qui avaient été vus434.

  • 435  J.-M. Mouton, Damas, p. 73, propose un ratio d’1 pour 2 à 1 pour 4 : « En vérité, il semble bien q (...)
  • 436  10 000 cavaliers mèneraient à 70 000 piétons, 12 000 à 84 000, à comparer aux 53 000 qui ont été é (...)

89L’absence des fantassins dans ce ‘arḍ peut surprendre. Pourtant tous les récits des victoires de Saladin montrent qu’il en fit abondamment usage. Des corps spécialisés dans la guerre de siège avaient été formés ; ils lui permirent de s’emparer des places fortes puissantes que les Francs avaient élevées. Il en était de même dans les armées syriennes de l’époque précédente, mais là encore les sources sont trop imprécises. Assurément, les armées comprenaient beaucoup plus de fantassins que de cavaliers. Ils formaient l’essentiel des garnisons. Ils étaient plus nombreux que les cavaliers dans tous les affrontements où ils pouvaient être alignés sans difficulté. Ce fut le cas pendant les batailles livrées par les princes bourides dans la principauté de Damas435, lors de la défaite de Riḍwān à Artāḥ près d’Alep, ou lors des principales victoires de Nūr al-dīn. Plus encore que celle de Damas assiégée par les Francs, la défense d’Alep menacée par Dubays et ses alliés fut assurée par des hommes à pied dont la plupart n’étaient pas des combattants professionnels. C’est que la diversité régnait parmi les troupes à pied. Il faut distinguer les soldats hautement qualifiés, sapeurs, escaladeurs, crocheteurs, archers, arbalétriers, lanciers, précieux et par-là même peu nombreux, de la piétaille, multitude indisciplinée dont le nombre ne faisait pas l’efficacité, ne combattant pas forcément sur le champ de bataille, qui constituait l’essentiel des pertes. Certains combats ne semblent même avoir impliqué que des cavaliers ; il n’est ainsi question que d’eux pendant les chevauchées de Sawār sur les territoires d’Antioche ou de Tripoli. S’il faut néanmoins proposer un ratio général, on peut s’arrêter sur celui qui a été adopté pour les armées latines : un cavalier pour sept fantassins. Ratio qui confirme la large supériorité numérique zankide sur les Francs à la fin du règne de Nūr al-dīn436.

Conclusion

90Compter, au Moyen Âge, n’était pas un acte anodin ; avancer un chiffre, pour un chroniqueur, avait tout de l’acte d’engagement. Plusieurs d’entre eux ont dès lors une utilisation sinon symbolique, du moins rhétorique des nombres. Quelques chroniqueurs latins se distinguent tout particulièrement dans ce domaine. L’incohérence de tel ou tel chiffre à été mise en évidence à plusieurs reprises, dans les Historia d’Albert d’Aix ou de Foucher de Chartres par exemple. Celle d’Albert d’Aix présente même parfois une troublante proximité avec le traitement symbolique des nombres des chansons de geste. Son travail n’en demeure pas moins l’une des sources latines les plus utiles.

91Comme d’autres chroniqueurs, il amplifie parfois considérablement l’adversaire, ainsi à propos des expéditions venues d’Orient pendant la deuxième décennie du XIIe siècle. Les Turcs, ennemis désignés des armées de Dieu sur terre, ne pouvaient qu’être innombrables, et même parfois dépasser toute mesure. Sans succès d’ailleurs : Dieu veillait ; les États créés au sortir de la première croisade subsistaient et se développaient. Ces amplifications révèlent une mentalité d’assiégés, dans le cas de chroniqueurs conscients de l’infériorité démographique des Latins ; elles peuvent s’expliquer par une information mal maîtrisée, des compétences en mathématiques limitées et une volonté consciente de travestir la réalité ; elles peuvent également exprimer les peurs paniques que les annonces répétées de l’approche de l’ennemi pouvaient provoquer. En tout état de cause, elles constituent un topos que peu de chroniqueurs évitent, arabes aussi bien que latins. Ibn al-Qalānisī lui-même en fait usage lorsqu’il annonce l’arrivée des Croisés.

92Son Ḏayl ta’rīḫ Dimašq n’avait pas été analysé dans son rapport aux nombres, pas plus d’ailleurs que les autres chroniques arabes. Il apparaît désormais évident que les nombres qu’elles avancent sont rarement symboliques, souvent fiables. Certes moins que les gens du ḥadīṯ, les chroniqueurs arabes font preuve, en général, d’un goût indéniable pour l’exactitude. Dates exactes, lieux précis et durées de vie données au mois près et parfois au jour près ne sont pas rares dans leurs ouvrages. La précision en matière de chiffres était une obligation éthique de l’historien. Pourtant, pour l’effectif des armées, il n’en était que partiellement ainsi. L’information pouvait manquer. Souvent alors, on préférait rester évasif. Parfois, il fallait veiller à rehausser le prestige du prince en exagérant le nombre de soldats dont ses adversaires disposaient. Mais cela n’avait rien de systématique. La plupart du temps, seul le traitement de l’ennemi franc doit être pris avec d’importantes précautions.

  • 437  Un seul homme suffisait à défendre ces lieux inaccessibles et inconfortables. Voir p. Deschamps, « (...)
  • 438  En sus du wālī qui fut quant à lui écorché. Cf. Zubda, t. II, p. 272-273 (année 534). Mais il est (...)
  • 439  En 1166 ; elle avait capitulé avant qu’Amaury, accouru à son secours, n’arrive. Guillaume de Tyr, (...)
  • 440  D. Pringle, The Red Tower (al-Burj al-Amar) : settlement in the Plain of Sharon at the Time of th (...)

93Ces chroniques confirment que la guerre était avant tout, en Syrie, affaire de quelques centaines et de quelques milliers d’hommes. Des armées plus nombreuses furent pourtant parfois rassemblées, de même que des petits groupes de combattants (quelques dizaines d’hommes au maximum), mais plus rarement. Des garnisons de forteresses, de châteaux, de cavernes437 ou de citadelles, nous ignorons pratiquement tout. Rares sont les chiffres qui y renvoient, comme les 37 hommes pendus par Zankī, lorsqu’il prit la qal‘a de Baalbek438, ou les 12 Templiers que le roi de Jérusalem châtia pour avoir laissé échapper une « grotte-forteresse » située à l’est du Jourdain439. Rien n’est dit, même, des gardes inévitablement chargés de la surveillance des nombreuses tours fouillées par les archéologues440.

  • 441  Voir les discussions de W. J. Hamblin, Fatimid army, p. 91, pour le début du VIe/XIIe siècle.

94Mêmes silences pour ce qui est des fantassins. Les textes abondent de formules convenues soulignant la présence de multitudes de piétons, sans plus de précision. Seule leur supériorité numérique générale, dans les armées latines comme dans les armées musulmanes, peut être affirmée ; leur nombre variait selon les types de combat. Encore pour ce qui est des armées musulmanes, les situations étaient-elles variables, pour peu qu’on puisse les préciser. Pour l’armée fatimide même, souvent présentée comme comprenant une proportion élevée de piétons, rien de bien probant ne peut être avancé441. Les nombres livrés pour la fin du Ve/XIe et le début du VIe/XIIe siècle font apparaître une fourchette très large, d’1/3 à 2/3 de fantassins ; ceux d’Ibn Mammātī ou d’al-Nābulusī rapportés par Maqrīzī font ensuite état de cavaliers plus nombreux que les fantassins. Mêmes incertitudes en ce qui concerne les Seldjouqides qui semblent tout de même avoir moins fait appel aux hommes à pied. En Syrie, ces derniers dominaient en nombre, même s’il faut distinguer selon les affrontements ; l’importance qu’eurent longtemps les aḥdāṯ et autres combattants occasionnels renforçait cet état de fait.

95Les cavaliers lourds, réguliers ou auxiliaires, permettaient seuls d’opérer ces expéditions rapides si importantes, dans un contexte de guerre presque permanente. Or ils coûtaient cher. Il faut certainement attribuer à cette cherté la limitation des armées musulmanes en Syrie jusqu’aux Zankides. C’est sous Nūr al-dīn seulement que l’armée régulière paraît plus nombreuse, autour de la dizaine de milliers de cavaliers. Auparavant, on s’en était tenu au pire au millier de fāris, au mieux à deux ou trois milliers. Les souverains disposaient, si besoin était, d’auxiliaires en nombre, essentiellement des Turcomans qui avaient l’avantage de posséder une monture et de pouvoir se nourrir seuls. Une fois leur fougue plus ou moins canalisée, leur disponibilité évitait de trop grossir les rangs de l’armée régulière. Une économie non négligeable était ainsi réalisée, les impôts pouvaient être baissés. Zankī et Nūr al-dīn installèrent les Turcomans aux abords de leur capitale, et s’en servirent comme s’ils constituaient leurs troupes régulières. Les princes bourides n’agirent pas différemment, mais à bien moindre échelle : des ressources moins élevées les empêchèrent d’en user autant et aussi régulièrement.

96Le problème se posait un peu différemment pour les Francs dont la grande majorité pouvait théoriquement être mobilisée. Mais ils dépendaient également de troupes stipendiées qu’il leur fallait bien payer. Certains, comme Baudouin Ier, le firent avec difficulté. Les ordres militaires, riches car financés par les nombreux dons qu’ils recevaient en Occident, pouvaient plus régulièrement enrôler des mercenaires. À la fin de la période qui nous occupe, ils participaient activement aux campagnes des souverains francs et pesaient lourdement sur leur politique.

97À l’arrivée des Croisés, les différents pouvoirs de Syrie ne disposaient ni de la volonté, ni de suffisamment d’hommes bien armés et bien formés pour résister. Il faut même reconsidérer l’armée que Karbūqā mena à Antioche. L’examen attentif des sources arabes infirme la centaine de milliers d’hommes qui ont longtemps été acceptés. Le potentiel militaire musulman apparaît, en fait, bien limité jusqu’à l’avènement de Zankī. Il y a peu de différence entre l’armée que Riḍwān est capable de réunir et celle des souverains francs voisins d’Alep ; après sa mort, sans chef constant, ruinée, la capitale nord-syrienne ne peut entretenir de troupes dignes de ce nom. Les armées beaucoup plus nombreuses à la tête desquelles les émirs de Mossoul interviennent dans la deuxième décennie du VIe/XIIe siècle n’obtiennent que peu de résultats. En revanche, celle d’Īl-Ġāzī, auquel fait face, à l’Ager sanguinis, un prince qui n’est aucunement diminué, décime l’armée d’Antioche. Mais ce n’est qu’à partir de l’avènement en Syrie de Zankī que les musulmans disposent d’un potentiel suffisant pour faire reculer les Francs. Dès lors, peu à peu, le rapport de force bascule largement en leur faveur. À son époque, et surtout après l’avènement de son fils, des progrès sont réalisés, face aux Francs, en Syrie du Nord essentiellement. Ce dernier dispose de plus de dix mille cavaliers à la fin de son règne. Il peut mettre à profit cette puissance nouvelle pour conquérir l’Égypte, au détriment du roi de Jérusalem qui n’a pas les moyens humains de son adversaire.

Notes de fin

163  Pourtant, ainsi que l’écrit A. K. S. Lambton, « the numbers involved in the Saljūq migration were not large. They were to be numbered, perhaps, in tens of thousands, which makes their achievement in establishing an empire all the more remarkable » : « Aspects of Saljūq-Ghuzz settlement in Persia », dans D. S. Richards éd., Islamic Civilisation 950-1150, Oxford, Pennsylvanie, 1973, p. 113 ; voir également la note 4, ou de nombreux exemples chiffrés sont donnés.

164  Éd. Muḥammad Iqbāl, Londres, 1921, p. 131, cité par C. E. Bosworth, « The political and dynastic history of the Iranian world (A.D. 1000-1217) », dans J. A. Boyle (éd.), The Cambridge History of Iran, vol. 5, p. 80 et note 2.

165  Traité de gouvernement, p. 252-253. Ce chiffre a souvent été pris pour argent comptant parce qu’il était censé représenter l’armée seldjouqide à son faîte. Ainsi après avoir dénoncé l’amplification d’Ibn Bībī attribuant 500 000 soldats à l’armée du sultan seldjouqide de Rūm ‘Alā al-dīn Kai Qubād I, Mehmet Fuad Köprülü se base-t-il sur cet argument : « Selçukīler zamaninda Anadolu’da Türk medeniyyeti », Millī Tetebbular Mecmuasi, t. II/5, 1916, trad. Gary Leiser, « Mehmed Fuad Köprülü, “Turkish civilization in Anatolia in the Seljuk period” », Mésogeios, t. IX-X, 2000, p. 51 et note 34 p. 77.

166  Zubda, t. II, p. 102 ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 67, juge ce chiffre tout aussi « irréaliste ». Voir aussi l’analyse par Th. Bianquis des pages qu’Ibn al-‘Adīm consacre au siège d’Alep par Alp Arslān, Damas et la Syrie, t. II, p. 593-596 (p. 594 pour l’immensité de l’armée, non chiffrée). En campagne avant sa mort, ce sultan était (du moins c’est ce que rapporte Ibn al-‘Adīm dans la Buġya, t. IV, « Alb Arslān », p. 1984) à la tête d’une armée qui approchait les 200 000 fāris !

167  ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, abrégé d’al-Bundārī, Ta’rīḫ dawlat al-Salǧūq, éd. Beyrouth, 1400/1980, p. 40. Page suivante : « […] le sultan Alp Arslān arriva et campa devant la rivière ; il avait avec lui, comme combattants turcs, 15 000 cavaliers (fāris) qui ne connaissaient que la mort et l’asservissement. Le chien byzantin (kalb al-Rūm) s’installa entre Ḫilāṭ et Manāzkird, en un lieu appelé al-Zahra. Il avait 200 000 cavaliers (fāris) […]. »

168  L’empereur byzantin avait probablement 60 000 hommes, en comptant les non-combattants (valets et autres servants) ; si on attribue 15 000 de ses hommes à Alp Arslān, et qu’on y ajoute 10 000 Kurdes (cf. Claude Cahen, « La campagne de Mantzikert d’après les sources musulmanes », Byzantion, t. IX, 1934, repris dans Turcobyzantina et Oriens Christianus, Londres, 1974, II, p. 629), il va sans dire que le rapport de force n’était pas si déséquilibré que cela. Claude Cahen considérait quant à lui qu’Alp Arslān avait 14 000 hommes, dont 4 000 étaient les siens et 10 000 des Kurdes de la région de la bataille. Ce total est globalement le plus proche des sources arabes « raisonnables ». Dans la Buġya (t. IV, p. 1976, « Alb Arslān »), Ibn al-‘Adīm rapporte 13 000 puis 15 000 hommes. Mais ces même sources (Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II, p. 596-597, note 1, signale qu’elles ont été rassemblées par S. Zakkār, Mutārāt min kitābāt al-mu’arriḫīn al-arab, Damas, Beyrouth, 1970, p. 96-150) exagèrent pratiquement toutes, comme Matthieu d’Édesse d’ailleurs (qui va jusqu’au million d’hommes), les effectifs byzantins (par exemple Buġya, même notice, p. 1980 : 200 000). Sur tous ces problèmes, outre l’article de Claude Cahen, voir J.-Cl. Cheynet, « Mantzikert : un désastre militaire ? », Byzantion, t. L, 1980, p. 410-438, les références données par C. Hillenbrand dans « Malāzgird », EI2a, t. VI, p. 242, et Th. Bianquis, loc. cit.

169  Plus ils s’éloignent de leur horizon, moins la précision est grande et plus la fabulation présente : c’est le même fonctionnement qu’Ibn al-Qalānisī avait avec les Croisés.

170  Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, LII, p. 3569 : « Wa aqbala Sanǧar fī nawa mi’at alf. » Le problème est qu’on ne sait souvent pas, comme ici, d’une manière incontestable si al-Ḏahabī parle de l’armée dans son ensemble ou seulement des cavaliers. Cela dépend sans doute de ses sources et peut parfois, mais non pas toujours, être déduit du contexte. Voir par exemple LII, p. 3573, an 516, à propos des troupes de Dubays (qui bat al-Bursuqī) : « Wa inǧallat al-waqa an hazīmat al-Bursūqī.. Wa kāna fīamsat ālāf, wa Dubays fī arba‘atālāf, bi-aslia nāqia, illā anna riǧālatahu kānat kaṯīra ». Al-Ḏahabī reprend ici Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVII, p. 204, qui est plus précis parce qu’il emploie systématiquement le mot fāris : « […] al-Bursuqī, faqad kāna fīamsat ālāf fāris […], wa kāna askar Dubays fīamsat ālāf fāris […] illā anna riǧālathu kānat kaṯīra ». Cf. aussi Ibn al-Aṯīr, Kāmil, éd. Beyrouth, t. IX, p. 213 (qui supprime l’information sur les nombres).

171  W. Barthold, Turkestan Down to the Mongol Invasion, réimpression de la 2e édition (1928), Francfort, 1995, p. 321.

172  Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVII, p. 270-271, en fait peu précis : « Sanǧar avait 100 000 [cavaliers ?] et 60 000 [fantassins ?]. Il y aurait eu 40 000 morts. Mas‘ūd, accompagné de Qarāǧa, avait 30 000 hommes (wa kāna maa Qarāǧa wa Mas‘ūd alāṯūn alfan). La rencontre eut lieu près de Dīnawar (sur laquelle voir EI2a, t. II, p. 299). Elle permit à Sanǧar d’imposer Ṭuġril au sultanat, en Irak, et força Mas‘ūd à attendre quelques années de plus.

173  Qaṭwān, en Ušrūsana (Transoxiane), sur le moyen Syr Darya. Yāqūt, Mugām al-Buldān, éd. Beyrouth, s. d., t. IV, p. 375.

174  Alors que la supériorité numérique musulmane est « probable » selon C. E. Bosworth qui suppute également que la nouvelle de la défaite musulmane serait parvenue aux Croisés puis aux Européens, donnant force aux légendes de Prêtre Jean : EI2a, t. IV, p. 580, « Ḳarā Khiṭāy ».

175  On compta, parmi les morts de la bataille de 536, 11 000 « religieux » et 4 000 femmes. Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVIII, p. 19 (année 536 ; attribue, en sus des 300 000 fāris du Kāfir Turk, 100 000 autres fāris au Ḫawārizm Šāh), repris par de nombreux historiens postérieurs ; Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, éd. Beyrouth, t. IX, p. 319-323 (année 536), 384 (année 548) ; al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, p. 3661-3662 ; al-Ibar, t. II, p. 255. Il est intéressant de constater que les dictionnaires biographiques ne reprennent pas ces informations sous « Sanǧar », peut-être du fait de leur caractère aléatoire. Cf. par exemple Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-Ayān, éd. I. ‘Abbās, t. II, p. 427-428 ; al-Ḏahabī, Siyar a‘lām al-nubalā’, éd. Š. al-Arnā’ūṭ et M. N. al-‘Arqasūsī, t. XX, p. 362-365. Estimations plus « raisonnables » pour la bataille de Qaṭwān (10 000 morts et blessés ; en tout 30 000 morts musulmans, avec les non-combattants) : W. Barthold, op. cit., p. 326.

176  Véritable vice-roi, pendant le sultanat de son frère Muḥammad, des territoires orientaux (Perse orientale, Ḫurāsān), puis sultan et tuteur effectif des sultans d’Irak, Maḥmūd et ses successeurs Ṭuġril II (526/1132-529/1134) et Mas‘ūd (529/1134-547/1152). Sur sa carrière, voir C. E. Bosworth, « Sandjar », EI2a, t. IX, p. 15.

177  Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, p. 79 (année 496). Al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, L, ahdāṯ, p. 4439 souligne : « [Muḥammad] y avait 1 000 cavaliers, fāris. Barkyārūq le poursuivit avec des armées nombreuses (bi-ǧuyūš kaṯīra) comportant plus de 15 000 [cavaliers ? hommes ?]. » Cf. aussi ibid., L. XLIX, p. 3355 : dans l’opposition à son frère Tutuš, où ce dernier trouva la mort, 30 000 hommes le défendaient, les grands émirs s’étant ralliés à lui.

178  Aujourd’hui en Iran, à environ 125 km au sud-ouest de Téhéran : EI2a, t. IX, p. 85 (H. H. Schaeder).

179  Sultan d’Iraq et de Perse occidentale entre 511/1118 et 525/1131.

180  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 181, 183-184. Sanǧar avait selon lui dix-huit éléphants. D’autres auteurs parlent de 40 éléphants et insistent sur la puissance de Sanǧar qu’auraient accompagné des milliers d’ismaéliens et de Turcs païens. Cf. par exemple Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVII, p. 172.

181  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 191.

182  Les chiffres sont d’Ibn al-Aṯīr, qui se trompe d’un an, op. cit., p. 194, an 514. Aucun chiffre n’est fourni par Ibn al-Azraq al-Fāriqī qui a pris la peine de visiter le champ de bataille : Ta’rīḫ Mayyāfāriqīn wa Āmid (cf. éd. note 1 p. 205-206 de l’éd. Amedroz du ayl ta’rīḫ Dimašq d’Ibn al-Qalānisī). Voir les références aux autres sources (dont les sources géorgiennes qui amplifient le nombre de combattants musulmans) dans C. Hillenbrand, « The Career of Najm al-Dīn İl-Ghāzī », Der Islam, t. lVIII, 1981, note 138 p. 279. Les récits les plus tardifs, comme la Bidāya d’Ibn Kaṯīr (année 514, p. 24) n’apportent rien.

183  Aperçu dans Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-ayān, t. II, p. 263-265 ; Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. VII, p. 3478-3493. ; al-Ḏahabī, Siyar alām al-nubalā’, t. XIX, p. 612-613 et passim.

184  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 255-256.

185  L’entrée à Bagdad se fait « fīašrat ālāf », sans plus de précision. Cf. les références ci-dessus, n° 234.

186  Année 542 de l’hégire. Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 458-459. Pour Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVIII, p. 55, Mas‘ūd a finalement 10 000 hommes ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, éd. Beyrouth, t. IX, p. 346. Pour l’émir de Perse, la graphie varie selon les auteurs (Būz Aba, Buz Aya…). Sur le contexte, voir C. E. Bosworth, « The political and dynastic history of the Iranian world (A.D. 1000-1217) », loc. cit., p. 132-133.

187  Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XIX, p. 111.

188  Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, t. L, p. 3438. Pour Rūḏrāwar, localité située, en Iran, au sud-ouest de Hamaḏān, cf. Yāqūt, Mu‘ǧām al-Buldān, t. IV, p. 375.

189  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 114.

190  Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVII, p. 66.

191  Cf. par exemple al-Nuwayrī, Nihāyat al-Arab fī funūn al-adab, op. cit., « Al-dawla al-salǧūqiyya », p. 3317 (il n’a que 1 000 rāǧil face aux 50 000 de Tutuš), p. 3281 (1 000 fāris, cette fois, face aux 50 000 de Tutuš). Mais on ne peut que douter de telles différences.

192  Ci-dessus, et Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, p. 3740, qui résume (mal) Ibn al-Ǧawzī. La version de ce dernier est en faveur du sultan puisqu’il le dit s’être écarté du champ de bataille avec 1 000 cavaliers et être intervenu (il mène la charge), alors qu’Ibn al-Aṯīr soutient que le sultan fut mis en déroute, que les centres des deux armées combattirent vaillamment, que Buz Bah tomba de son cheval à cause d’une flèche ou parce que ce dernier broncha sous lui, qu’il fut fait prisonnier et amené au sultan. C’est une fois leur chef fait prisonnier que ses hommes prirent la fuite. ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī (abrégé de Bundārī), Ta’rīḫ al-dawla al-Salǧūq, p. 201-202, ne parle ni de flèche, ni de charge du sultan auquel Būzābah (sic) fut conduit prisonnier.

193  Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVII, p. 147.

194  Il s’agissait d’une armée de bédouins en ce cas.

195  Ḏahabī, Siyar alām al-nubalā, t. XIX, p. 264-265 ; id., Ta’rīḫ al-islām, t. LI, p. 3515, à comparer avec les 2 000 fāris (à peine) du sultan entrant à Bagdad.

196  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, éd. Beyrouth, t. IX, p. 219 et Atābak, p. 25-26 . Voir aussi les récits, redondants, d’Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVII, p. 216 sq. ; Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. VII, p. 3480 (« Dubays ») ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, LII, p. 3574-5. Le même auteur, dans sa biographie d’al-Mustaršid (Siyar alām al-nubalā, t. XIX, p. 561-568), lui attribue 12 000 fāris en 517 (p. 567) et 7 000 en 519 (p. 568).

197  Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, t. LI, p. 3516, où n’est pas précisée la nature des combattants (« Fa-taǧammaa Ǧakarmiš fī alfayn, wa kāna Ǧāwalī fī alf »), mais que la suite (page suivante) permet de supposer être des cavaliers.

198  Ḏahabī, op. cit., p. 3517. Les événements contés sont ceux mettant en scène Tancrède, allié de Riḍwān, face à Ǧāwalī dont l’allié, Josselin, est ici oublié. Pour Ḏahabī, Ǧāwalī se débanda quand il se rendit compte de son infériorité numérique (« fa-inhazama Ǧāwalī lammā raā taqallul askarihi »).

199  Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 147. Comparer avec Ḏahabī, Kitāb duwal al-islām, t. LIII, p. 3616, qui donne le même chiffre, alors que dans le Kitāb duwal al-islām, trad. Nègre, p. 98, il est question de 20 000 hommes.

200  Voir le récit très détaillé des combats dans le Muntaam d’Ibn al-Ǧawzī, t. XVIII, p. 111 et suivantes.

201  Ibid., t. XVII, p. 276.

202  Ibn al-Ǧawzī précise que le calife avait plus de trente émirs avec lui.

203  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, éd. Beyrouth, t. IX, p. 219.

204  Nuwayrī, Nihāyat al-Arab fī funūn al-adab, « Al-dawla al-salǧūqiyya », p. 3287.

205  Muḥammad après la mort de Barkyārūq, Sanǧar, Mas‘ūd exceptionnellement. A. K. S. Lambton, « The internal structure of the Saljuk empire », p. 230, proposait une armée évoluant entre 10 000 et 15 000 combattants.

206  Sur leur vizirat, S. B. Dadoyan, The Fatimid Armenians : cultural and political interaction in the Near East, Leyde, 1997, p. 106-139.

207  Voir essentiellement, supra, les références précises à B. Beshir, « Fatimid Military Organization » ; Jere L. Bacharach, « African Military Slaves » ; W. J. Hamblin, Fatimid Army ; Y. Lev, State and Society. Et A. F. Sayyid al-Dawla al-fāṭimiyya. Tafsīr ǧadīd, Le Caire, 1992, p. 279-290 ; Th. Bianquis, « al-Ẓāfir », EI2a, t. XI, p. 382 ; id., « Ṭalā’i‘ b. Ruzzīk », EI2a, t. X, p. 149 ; id.« Ruzzīk b. Ṭalā’i‘», EI2a, t. VII, p. 653.

208  Du moins au VIe/XIIe siècle ; cf. Y. Lev, State and Society, p. 130.

209  Safar Nāmah, trad. en arabe par Yaḥyā al-Ḫaššāb, Beyrouth, 1983 (3e éd.), p. 94-95.

210  Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II, p. 529, à propos néanmoins de monuments, de prix, de mesures : « On sent également un homme attaché à la précision des nombres qu’il cite. »

211  En sus de Th. Bianquis, op. cit., p. 544-545, voir W. J. Hamblin, Fatimid Army, p. 305-308. Tous deux insistent sur l’impossibilité d’entretenir une telle masse. Cf. d’ailleurs Maqrīzī, ia, éd. Beyrouth, 1318/1998, t. II, p. 194, une armée (askar) atteignant environ 30 000 hommes dont la solde (al-nafaqa) s’élève à 400 000 dinars.

212  Qu’il faille prêter foi aux structures ethniques de l’armée fatimide qui y apparaissent semble par contre acceptable.

213  Cf. Maqrīzī,ia, t. I, p. 177 ; Y. Lev, State and society, p. 93. Pour la guerre civile, voir le récit de ces événements dans G. Wiet, L’Égypte arabe de la conquête arabe à la conquête ottomane, t. IV d’Histoire de la Nation égyptienne (dir. G. Hanotaux), Paris, p. 239-522 ; A. F. Sayyid, al-Dawla al-fāṭimiyya, p. 137-141 ; et leur analyse par Th. Bianquis, op. cit., passim (et tout particulièrement les p. 659-662) et P. A. Sanders, « The Fāṭimid state, 969-1179 », dans The Cambridge History of Egypt, vol. I, Cambridge, 1998, p. 152-154.

214  Fatimid Army, p. 87.

215  Cf. par contre M. Brett, « The armies of Ifriqiya, 1052-1160 », Cahiers de Tunisie, n° spécial 169-170, 1995, t. XLVIII, p. 109.

216  Maqrīzī (ia, t. III, p. 42) évoque 7 000 Arméniens logeant à al-Ḥasaniyya, mais il n’affirme pas qu’il s’agissait de combattants. S. B. Dadoyan, Fatimid Armenians, p. 115, parle de 2 000 à 7 000 hommes, selon les estimations. Elle cite (note 35) Maqrīzī, ia, où nous n’avons pas pour notre part trouvé trace de ces nombres : éd. Beyrouth, 1318/1998, t. II, p. 242, seuls les 100 bateaux sont mentionnés, comme par exemple dans Nuwayrī, Nihāyat al-Arab, p. 3486. En revanche, Abū Ṣāliḥ al-Armanī parle clairement de 5 000 fāris. L’information nous a été fournie, ainsi que la chronique d’Abū Ṣāliḥ (Ta’rīḫ al-kanā’is, voir p. 17), par G. Dédéyan, que nous remercions ici. Sur le quartier, voir J. Den Heijer, « Considérations sur les communautés chrétiennes en Égypte fatimide : l’État et l’Église sous le vizirat de Badr al-Jamālī (1074-1094) », dans M. Barrucand (dir.), L’Égypte fatimide. Son art et son histoire. Actes du colloque organisé à Paris les 28, 29 et 30 mai 1998, Paris, 1999, p. 574 ; W. J. Hamblin, Fatimid army, p. 24 ; S. B. Dadoyan, op. cit., p. 116-117. Sur les Arméniens en Égypte, voir G. Dédéyan, Les Arméniens, p. 881 et suivantes.

217  Ibn al-Ṭuwayr, Nuzhat al-muqlatayn fī aḫbār al-dawlatayn, éd. A. F. Sayyid, p. 3. L’argument apparaît spécieux.

218  De 1101 à 1123, Foucher oscille entre 15 000 et 35 000 hommes. Voir les analyses de W. J. Hamblin, op. cit., p. 85-86.

219  ayl ta’rīḫ Dimašq. La défaite devant Ascalon, six ans plus tôt, s’était soldée selon le même chroniqueur (p. 223) par 10 000 tués, dont 2 700 habitants d’Ascalon.

220  C’est la conclusion à laquelle parvient W. J. Hamblin, op. cit., p. 89. Nous n’avons pas jugé utile d’énumérer tous les nombres fournis par les chroniqueurs arabes puisqu’il le fait.

221  Cf. W. J. Hamblin, op. cit., p. 74-79 (avec les références aux revues). Pour lui, les troupes non stationnées au Caire s’élevaient à 10 000-15 000 hommes, soit 20 000 à 30 000 hommes pour l’ensemble. D. Nicolle, Armies of the caliphates, 862-1098, Londres, 1998 (15 000 hommes basés au Caire, 25 000 hommes pour toute l’armée) reprend les chiffres de W. J. Hamblin.

222  Exemples : Maqrīzī, Itti‘āẓ, t. III, p. 112, 138-139, 153, 159, 161, 173, 197-198, 216, 233, 236, 266-267, 270.

223  Deux « régiments » ou « corps » de l’armée fatimide sur lesquels voir W. J. Hamblin, Fatimid army, p. 52 sq. ; Y. Lev, Army and Society, p. 127-128.

224  Kitāb al-Itibār, p. 8, où est précisé : « […] et, parmi les Sūdān et autres [combattants], furent tués 17 000 hommes (raǧul) ». La bataille eut lieu à Dalas, à une centaine de km au sud du Caire, le 19 février 1150. Cf. G. Wiet, L’Égypte arabe, op. cit., p. 279-280. Ṭalā’i‘ était alors gouverneur d’al-Buḥayra.

225  ia, t. I, p. 177-178. Ce texte pose de nombreux problèmes qu’il n’est pas lieu de discuter ici.

226  En fait « siwāawā’if al-askar ».

227  Singulier šīnī, šīniyya ou šānī, voire même šawna. Terme général pour « galère », très souvent – mais pas seulement – employé dans les textes traitant de l’époque des croisades. Il désignait un bateau de guerre de grande taille qui naviguait en mer Méditerranée et dont on suppose, à partir notamment des indications d’Ibn Mammātī, qu’il était manié par 140 rameurs (cf. V. Christides, « Shīnī » EI2a, t. IX, p. 444). Rien de certain ne peut par contre être avancé en ce qui concerne les guerriers qu’il pouvait embarquer. Pour Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. II, p. 13, et Maqrīzī, Sulūk, t. I, p. 4, 150 soldats s’y tenaient habituellement (on est donc loin du texte de Maqrīzī). Voir encore Ibn al-Ṭuwayr, Nuzhat al-muqlatayn, p. 95 ; Y. Lev, State and society, note 41, p. 106 et, plus récents, D. A. Agius, « Maqrīzī’s evidence for the Ġurāb : the galley of the Mamlūks », dans U. Vermeulen et J. Van Steenbergen (éd.), Egypt and Syria…, t. II, p. 190 sq. ; id., « The Arab Šalandī », ibid., t. III, 2001, p. 56-59.

228  ia, t. I, p. 162.

229  Le terme désigne certainement ici le service du ar, soit de la revue (et de l’inspection) du dīwān al-ǧayš.

230  On peut considérer que la supériorité numérique des cavaliers est due au fait que les bédouins étaient comptabilisés au même titre que les autres cavaliers, mais quelle proportion représentaient-ils ?

231  A. F. Sayyid, al-Dawla al-fāṭimiyya, p. 281, accepte ces chiffres tels quels, pour la fin de la dynastie fatimide, de même que J. L. Bacharach, African Military Slaves, p. 487.

232  Maqrīzī, ia, t. III, p. 34. Cf. aussi id., Itti‘āẓ, t. III, p. 144 ; Ibn Ẓāfir, Abār, p. 98 ; Ibn Muyassar, Abār Mir, p. 117-118 ; Ibn al-Ṭuwayr, Nuzhat al-muqlatayn, p. 35-36.

233  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-Itibār, p. 25 et 14 : 800 Turcs logés près de Bāb al-Naṣr qu’Usāma était allé recruter pour ‘Abbās sur le point de s’enfuir en Syrie ; 860 cavaliers, fāris, que le même Usāma engage en Syrie avec l’autorisation de Nūr al-dīn parmi les soldats qui n’avaient pas été admis dans son armée régulière, ǧund, grâce aux 6 000 dinars confiés par Ibn al-Salār. Si l’intégralité de la somme a servi à leur recrutement, on pourrait en déduire que chacun avait coûté près de 7 dinars (6,97).

234  Anonyme, Abār al-dawla al-miriyya, éd. C. Cahen, AI, t. VIII, 1969, p. 42-43. À la nouvelle de l’arrivée des Turcs, Ḍirġām envoie l’émir Humām avec 6 000 cavaliers très bien équipés (mais ce n’est pas toute l’armée). L’Anonyme met en scène une intervention d’un Turc de l’armée syrienne impressionné par les multitudes égyptiennes (mais il est vrai qu’en face Ḍirġām avait reçu des nouvelles très alarmantes sur l’arrivée de Turcs en masse). Comparer à Sāwīrus Ibn al-Muqaffa‘, Ta’rīḫ baṭārikat al-kanīsa al-miriyya, t. III, 1, p. 51 : exclamation de Šīrkūh s’attribuant 2 000 cavaliers contre 20 000 cavaliers combattants (fāris muqātil) et le même nombre de valets et d’écuyers à l’ennemi ; et à Ibn Abī Ṭayyi’ dans Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, t. I, 2, p. 419, et dans Maqrīzī, Itti‘āẓ, t. III, p. 267, qui fait précéder le récit d’Ibn Abī Ṭayyi’, très légèrement modifié sur le plan stylistique, par les 6 000 fāris de l’Abār anonyme.

235  Ibn AbīṬayyi’, loc. cit.

236  Ibn Šaddād, al-Nawādir al-sulṭāniyya wa l-maḥāsin al-Yūsufiyya, p. 36 ; Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 137 ; Nuwayrī, Nihāyat al-arab, p. 3516. Cf. aussi Ibn AbīṬayyi’ dans AbūŠāma, Kitāb al-rawatayn, t. I, 2, p. 424 ; A. F. Sayyid, al-Dawla al-fāṭimiyya, p. 228-229.

237  Ou « Bataille des esclaves », wāqiat al-abīd (Maqrīzī,ia, t. III, p. 4). Rappelons que Mu’tamin al-Ḫilāfa, que d’aucuns présentent comme le chef de l’armée égyptienne (ainsi Nuwayrī), mais qui apparaît la plupart du temps comme l’un des principaux uddam du palais califal, voire leur chef, aurait été à la tête d’un complot visant à éliminer Saladin : un message aurait été envoyé aux Francs afin qu’ils viennent en Égypte, le vizir kurde pouvant dès lors être pris à revers. Mais le messager fut pris, le message découvert, le responsable du complot éliminé et les Sūdān se seraient révoltés. D’où leur massacre, après combats. Événements résumés par N. Élisséeff, ND, t. II, p. 640-644, et A. F. Sayyid, op. cit., p. 235 (très nombreuses références aux sources en note 4) ; tentative de reconstitution par M. C. Lyons et D. E. P. Jackson, Saladin. The Politics of the Holy War, Cambridge, 1997 (1re éd. 1982), p. 33-36. Voir aussi les analyses de J. L. Bacharach, « African Military Slaves », p. 487-489.

238  Les chroniqueurs sont très embrouillés ; ils paraissent s’être autocensurés. Voir les doutes exprimés par M. C. Lyons et D. E. p. Jackson, op. cit., p. 34, repris par Y. Lev, Saladin in Egypt, p. 49-50, 81-84.

239  Voir Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ, t. IV, 1, p. 69-72 ; Maqrīzī, iṭāṭ, t. III, p. 4 et Itti‘āẓ, t. III, p. 312-313. Les auteurs arabes focalisent sur les Noirs comme, lorsqu’ils racontent les combats de Syrie, ils ne parlent que des Francs.

240  Exemples : Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. X, p. 19 ; ‘Imād al-dīn dans Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, t. I, 2, p. 451.

241  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 156 : « wa lam yabqa mina l-asākir al-miriyya aad. »

242  N. Élisséeff, ND, t. III, p. 688-691 ; M. C. Lyons et D. E. P. Jackson, op. cit., p. 66-68.

243  ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, arīdat al-Qar, éd. Beyrouth, s. d., t. III (Šu‘arā’ al-Šām), p. 101-141 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt, t. III, p. 431-436 ; p. Smoor, « ‘Umāra », EI2a, t. X, p. 836 (bibliographie récente) ; H. Derenbourg, Oumarâ du Yémen, Paris, 1897-1904, 2 volumes.

244  C’est Ibn Abī Ṭayyi’ qui mentionne les awāmm : Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, t. I, 2, p. 561. Cf. aussi ‘Imād al-dīn, ibid., p. 560 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. X, p. 53-54. Maqrīzī, Sulūk, t. I, p. 3, avec l’expression « un parti des habitants du Caire », « ṭā’ifa min ahl al-Qāhira ».

245  Ibn Abī Ṭayyi’, dans Abū Šāma, op. cit., p. 565, repris et complété par Maqrīzī, loc. cit. ; Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 55. Les principaux meneurs furent crucifiés.

246  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 64 ; Maqrīzī, op. cit., p. 5.

247  Ta’rīḫ, t. IV, 1, p. 72. Mais le passage apparaît être une justification de leur massacre. Cf. aussi (très proche) Maqrīzī, ia, t. III, p. 37, et Itti‘āẓ al-unafā, t. III, p. 314.

248  Muḥammad Kurd ‘Alī, ia al-Šām, t. I, op. cit., p. 251.

249  Mécontent, pendant le siège, d’être la cible de l’humour des Alépins, il fit distribuer, une nuit, pas moins de 80 000 flèches « qui furent tirées sur la ville en sus de la ration quotidienne ». Cf. Th. Bianquis, Damas, t. II, p. 593-596 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 19 et suivantes. Voir aussi ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī (abrégé par al-Bundārī), Ta’rīḫ dawlat al-Salǧūq, p. 39.

250  Claude Cahen, « La première pénétration turque en Asie Mineure », dans Turcobyzantina et Oriens Christianus, Londres, 1974, I, p. 5-67.

251  Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II, p. 611.

252  Buġya, t. III, p. 1298-1300 ; t. IX, p. 4078 (« Sābiq b. Maḥmūd b. Naṣr b. Ṣāliḥ b. Mirdās ») ; Zubda, t. II, p. 53-55 ; Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 112 (mentionne la mort d’Aḥmad Šāh sous l’année 471) ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 38-39.

253  Cf. aussi Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 108-109. Plus généralement, voir Th. Bianquis, « Mirdās (Banū) », EI2a, t. VII, p. 115.

254  La vocalisation de la deuxième lettre n’est pas sûre. « U » ou « a » conviendraient tout autant.

255  Ce nombre n’apparaît pas dans la Zubda.

256  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. I, p. 294. Après bien des déboires, Ibn Ḫān ne conserva que 150 hommes. Il se mit finalement au service de l’ennemi de ‘Aṭiyya, son neveu Maḥmūd. Voir le récit des événements dans Thierry Bianquis, Samir Shamma, « Mirdās », EI2a, t. VII, p. 115. M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 34-35.

257  Cf. Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II, p. 644 ; M. Gil, A History of Palestine, 634-1099, Cambridge, 1992, p. 418-419.

258  Voir par exemple sa position attentiste concernant Damas dans Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 108. Cf. aussi la notice que lui consacre Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ Dimašq, t. VII, p. 348-349. Plus généralement, sur ses aventures, voir Th. Bianquis, op. cit., p. 646 sq. ; M. Yared-Riachi, op. cit., p. 41 sq.

259  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 109. Selon Sibṭ Ibn al-Ǧawzī (voir la note suivante) il avait, en sus des siens, des Turcomans, des Kurdes et des Arabes. Un poème hébreu (150 lignes) dédié à al-Mustanṣir et à Badr al-Ǧamālī célèbre la victoire sur Atsiz. L’armée de ce dernier y est dite composée d’Arméniens, d’Arabes, de chrétiens latins, de Grecs, etc. Voir S. D. Goitein, « Changes in the Middle East (950-1150) as illustrated by the documents of the Cairo Geniza », dans D. S. Richards (éd.), Islamic Civilisation 950-1150, Oxford, 1973, p. 22.

260  La source principale est Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, notamment édité en note de l’édition Amedroz du ayl d’Ibn al-Qalānisī – note 2 p. 109-111 (mais, concernant le retour d’Égypte, une incohérence apparaît, puisque le récit des aventures égyptiennes d’Atsiz commence par « En raǧab de l’année 469, en fuite du Caire, Atsiz al-Ḫawārizmī retourna à Damas à la tête de 15 000 fāris ; son argent avait été pillé et ses hommes massacrés ») ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 47.

261  Voir les ouvrages de M. Yared-Riachi et de J.-M. Mouton sur Damas, ainsi que l’article plus ancien de Cl. Cahen sur la « Première pénétration turque en Asie Mineure ».

262  ‘Aẓīmī, Ta’rīḫalab, éd. I. Za‘rūr, p. 354 : « Le sultan nomma Nūḥ le Turc à la citadelle d’Alep et Qasīm al-dawla Āq Sunqur, avec 4 000 fāris, au palais (al-qar) et à al-šinakiyya (“maintien de l’ordre” ; ici “commandement des troupes”) » ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 100-102 et Buġya, t. IV, p. 1958 (« Āq Sunqur b. ‘Abd Allāh ») ; M. Yared-Riachi, op. cit., p. 68, 70 (réflexion sur les petits nombres) ; J.-M. Mouton, Damas, p. 29.

263  ‘Aẓīmī, op. cit., p. 355 ; Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. I, p. 135, 153-154 ; Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. VI, p. 3354 sq.(« Ḫalaf b. Mulā‘ib ») et index ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. VIII, p. 477 et suiv. ; J.-M. Mouton, Damas, p. 30 et n° 19; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 71-72 et note 7.

264  Voir les récits d’Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. VIII, p. 489, 494-495, 499, 502-534 et passim ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, p. 3354.

265  Zubda, t. II, p. 111. Il dit expressément qu’Āq Sunqur sort d’Alep avec l’aide qu’il a reçue, un grand nombre de Kilābites, Muḥammad b. Zānida et ses hommes, des adāṯ, des Daylamites et des Ḫurāsāniens. Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 206-209/LT p. 26-28. Lui prétend qu’Āq Sunqur avait 20 000 hommes. Il attribue 2 500 cavaliers à Yūsuf.

266  Riḍwān rentra d’abord à bride abattue, avec ses hommes en propre (Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. [79] dit « fīǧamā‘a min ġilmānih wa ḥāšiyatih »), laissant le reste de l’armée derrière lui (ibidem). Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 212, dit « fī nafar min sur‘ān aylih wa ġilmānih », traduit par LT (p. 32) « un petit groupe de cavalerie légère et d’esclaves ». Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. VIII, p. 504, repris par Nuwayrī, Nihāyat al-arab, p. 3318, prétend que Ṭuġtakīn revint à Damas avec un groupe de awāṣṣ de Tutuš, et son armée,askar. Il est intéressant de remarquer qu’Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 213-215, se limite exclusivement au personnage de Ṭuġtakīn. Ibn al-Aṯīr, op. cit., t. IX, p. 4, rappelle quant à lui que de nombreux soldats désœuvrés (certainement après la défaite de Tutuš, mais rien n’est précisé) passèrent au service de Karbūqā et de son frère Altūntāš, une fois que Riḍwān les eût libérés. Cf. aussi Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, t. XLIX, p. 3356 (année 489).

267  Zubda, loc. cit., les nombreux cavaliers envoyés par Riḍwān à la suite de son frère ayant fui Alep pour s’emparer de Damas et peut-être pour éviter d’être assassiné ; Nuwayrī, loc. cit. (de nombreux uddam) ; Zubda, t. II, p. [80], Turcs d’Apamée (chassés par la population).

268  Cf. M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 84.

269  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. [80], où est mentionnée la participation des Banū Kilāb à la prise de Ma‘arrat al-Nu‘mān ; Nuwayrī, loc. cit., la multitude de Turcomans (« fīalq kaṯīr min al-Turkumān ») avec lesquels Suqmān b. Artuq répond à l’appel de Riḍwān ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, t. XLIX, p. 3357 (« ǧayš mina l-Turkumān »). Sur les campagnes de Riḍwān contre Damas, voir M. Yared-Riachi, op. cit., p. 86-87 et J.-M. Mouton, Damas, p. 32. Nuwayrī, loc. cit., dit aussi que Riḍwān voulait prendre Naplouse et Jérusalem, mais qu’il n’y réussit pas ; les troupes (al-asākir) se dispersèrent et il rentra donc à Alep. Cf. aussi (très légèrement différent) Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 11.

270  Zubda, t. II, p. [81].

271  J.-M. Mouton, Damas, p. 33.

272  Toutes les sources arabes disent qu’il espérait pouvoir attaquer Damas grâce à l’aide égyptienne. Par exemple Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. [81] ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 11, et Nuwayrī, loc. cit. : « […] il lui vint un envoyé d’al-Musta‘lī l’appelant à lui faire allégeance, et lui offrant de l’argent et l’envoi d’armées (ǧuyūš) pour prendre Damas. »

273  Zubda, t. II, p. 130-131.

274  Soulignons, à nouveau, l’insertion du dialogue dans le récit. Le discours direct a évidemment la « couleur du vrai ». Ibn al-‘Adīm dénomme le maître d’Antioche Yaġī Siġān.

275  « […] huwa l-laḏī yufsidu ḥāl Riwān. » Afsada – f. IV – : gâter, corrompre, semer la corruption, le désordre.

276  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. VIII, p. 3661 (« Riḍwān b. Tutuš »), très résumé (avec plusieurs ellipses temporelles qui tendent à brouiller les faits) et donc à compléter, pour les événements, par Zubda, t. II, p. 132, plus développé et plus cohérent.

277  Voir aussi Ibn al-Qalānisī, ayl Ta’rīḫ Dimašq, p. 217 sq. LT p. 37 sq. Pour la défaite de Riḍwān, voir J. France, Victory in the East, p. 246-252.

278  La lettre d’Anselme est datée de juillet 1098, dans E. Peters (éd.), The First Crusade. The Chronicle of Fulcher of Chartres and other sources materials, Philadelphie, 2e éd., 1998, p. 290 ; cf. aussi Stéphane de Blois, dans ibid., p. 288 ; Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, p. 380 ; Guillaume de Tyr, RHC, Occ., t. I, V, 2, p. 195-196 (28 000 hommes) ; voir également ci-dessous les références à la Chronique de Matthieu d’Édesse. Rappelons qu’Anselme de Ribemont, dans sa lettre au même archevêque datée du 10 février 1098, n’hésitait pas à estimer à 260 000 hommes les Turcs opposés aux Francs (à Dorylée). La défaite de Riḍwān au « lac d’Antioche » est minutieusement reconstituée par J. France, op. cit., p. 245-252. En ce qui concerne les effectifs, il rejette les 30 000 hommes d’Albert et préfère les 12 000 soldats des deux lettres, même si « that might appear quite modest, and indeed the only major allies supporting him were Sokman the Artukid emir of Amida and the emir of Hamah, but it must be judged in relation tho the military strength of the crusader army which had dwindled markedly » (p. 246). Pourtant « 12 000 Turcs » représentaient pour l’époque une force considérable, et tout particulièrement pour une coalition somme toute limitée (comme le note d’ailleurs J. France), même si on peut imaginer nombreux les Turcomans de Sukmān. De toute façon, un tel total ne peut être accepté que si on y englobe des combattants de toute sorte, et surtout un nombre important de fantassins. La proximité du champ de bataille permet de supposer que Riḍwān s’était déplacé avec un grand nombre de piétons alépins. Dans ce cas seul, et puisque les 700 chevaliers font pratiquement l’unanimité parmi les auteurs latins (cf. J. France, op. cit., note 34 p. 245), les sources latines peuvent être envisagées avec quelque sérieux. Outre les auteurs latins, la très large supériorité numérique musulmane repose sur la Zubda et la Buġya d’Ibn al-‘Adīm (cf. les passages traduits ci-dessus). La formule qu’il utilise, dūn iddatihim, est bien peu précise. Il ne faut également pas oublier que le chroniqueur alépin développe la thèse de l’impéritie des pouvoirs turcs nouvellement installés, incapables de faire face à l’envahisseur croisé.

279  Liber, RHC, Occ., t. III, p. 242. Voir aussi la lettre du patriarche de Jérusalem (Antioche, janvier 1098), dans E. Peters (éd.), op. cit., p. 282 (« nous avons encore 100 000 loricatori, en sus du commun peuple »). Autres références dans J. Flori, « Un problème de méthodologie. La valeur des nombres », loc. cit., p. 409 ; J. France, Victory in the East, p. 128.

280  Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. III, p. 242 : « Erant praeterae in civitate duo milli optimi milites, et quatuor vel quinque millia militum gregariorum, atque decem millia peditum, et amplius ». Voir aussi J. France, Victory in the East, p. 200 (qui différencie « the best knights », optimi milites, et « common knights », militum gregariorum). Pour lui cette phrase montre que Raymond et les Croisés avaient compris à quel point les forces musulmanes étaient composites. Cf. aussi p. 223-224.

281  Voir, sur ce point, G. Dédéyan, Les Arméniens, t. II, p. 831-832.

282  C’est ce que pense J. France, op. cit., p. 224. Il émet l’hypothèse que Yāġī Siyān avait des forces d’à peu près la même importance que celles dont la ville disposait à l’époque byzantine, à savoir 4 000 hommes. Lettre du comte de Blois à sa femme Adèle (du 29 mars 1098) dans E. Peters (éd.), op. cit., p. 288.

283  Foucher de Chartres et Albert d’Aix se plaisent à longuement énumérer (Claude Cahen parle de « listes fantaisistes », SN, note 35, p. 215) les participants à la coalition. Rappelons que, selon la plupart des auteurs latins, c’est la peur qui domine dans le camp croisé, à l’annonce de l’arrivée des armées musulmanes. Les désertions vont d’ailleurs se multiplier.

284  « Depuis qu’ils ont pris Antioche la grande, nos Français sont partagés entre peine et colère. Et voici qu’ils aperçoivent, s’élevant dans le ciel à contre-jour, un nuage de poussière que soulevait une troupe de chevaux au galop. “Ce doit être l’empereur qui nous amène du secours, disent les uns. – Mais non, disent les autres ; vous perdez la tête : c’est l’armée de Perse, celle des hommes de l’émir.” Ce sont eux qui ont vu juste, car les païens chevauchent, fiers et allègres, avec, à leur tête, leur chef Corbaran. Il a avec lui Arabes et Persans, Amoraves et Popelicans, Turcs et Mèdes (une race de guerriers) ainsi que ceux de Samaire et d’Agolant (de fieffés orgueilleux, ceux-là), armés de leur seule épée affilée. » : chant VII, 3, p. 138-139 ; trad. p. 127. Noter l’influence de la littérature de la Reconquista, à travers la présence des « Amoraves ». « Mèdes » désigne sans doute les Kurdes.

285  Ibidem, chants VII et VIII.

286  Éd. et trad. L. Bréhier (dont nous modifions légèrement la traduction), p. 110-113 : « Courbaram avait réuni depuis longtemps déjà une grande armée de Turcs. […] L’amiral de Jérusalem (hierosolymitanus ammiralius) vint à son aide avec son armée ; le roi de Damas vint aussi avec une grosse troupe (cum maxima gente), et Courbaram rassembla des masses innombrables de païens (innumeras gentes paganorum), Turcs, Arabes, Sarrasins, Publicains, Azymites, Kurdes, Persans, Angulans et autres peuples innombrables (et alias multas gentes inumerabiles). Les Angulans étaient au nombre de 3 000 (III millia, que l’éditeur a curieusement lu “300 000 mille”) [...]. »

287  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., L. IV, 10, p. 396.

288  Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. III, chap. LXXII, p. 658.

289  Ch. XIV.

290  En comparaison, les « innombrables milliers d’hommes » d’Anne Comnène, Alexiade, t. III, p. 22, paraissent très sobres. Matthieu d’Édesse, RHC, Arm., t. I, p. 39-40 : « Cette même année, tout le Ḫuraṣān se souleva en armes, et ce mouvement s’étendit de l’Orient à l’Occident, depuis l’Égypte jusqu’à Babylone, en y comprenant le pays des Grecs et l’Orient, Damas et les contrées du littoral, depuis Jérusalem jusqu’au désert. On vit 800 000 cavaliers et 300 000 fantassins s’avancer fièrement à rangs pressés et couvrant au loin des plaines et les montagnes. Ils vinrent se présenter devant l’armée franque aux portes d’Antioche, avec une arrogance capable d’inspirer la crainte. […] Trois jours après, l’armée perse approcha. Sept fois plus considérable que celle des chrétiens […]. [...] L’armée franque était bien diminuée, elle ne comptait plus que 15 000 [cavaliers] et 150 000 fantassins. » En fait, l’ensemble du récit du siège d’Antioche est parsemé de chiffres tous improbables (ibid., p. 29 sq.). Les Croisés sont « 500 000 environ » ; un premier rassemblement musulman très important a lieu (« ceux de Damas, les Africains, ceux du littoral, de Jérusalem, tous les peuples limitrophes de l’Égypte, ceux d’Alep, d’Émesse, jusqu’au grand fleuve Euphrate »), battu par Bohémond et Saint-Gilles (« à la tête de 10 000 hommes contre 100 000 »). Puis « l’intrépide Sukmān » et le « seigneur de Damas » réunissent « les troupes turques de Mossoul et de toute la Babylonie, au nombre de 30 000 hommes » ; ils sont battus par les 7 000 hommes des « chefs chrétiens, conduits par Godefroy ».

291  Trad. par le père Peeters, Miscellanea historica Alberti de Meyer, Louvain, 1946, citée par Claude Cahen, Orient et Occident au temps des croisades, Paris, 1983, p. 221-222.

292  Nous ne revenons pas sur sa composition, détaillée par J. France, op. cit., p. 260-261. C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 56-59, analyse plus largement les récits des auteurs arabes racontant la chute d’Antioche.

293  Kāmil, t. IX, p. 16.

294  Traduction (par LT, p. 42 ; Ibn al-Qalānisī, ayl, p. 221) d’une expression métaphorique : « fī l-adad al-laḍī lā yudrikuhu asr wa lāazr ». Un peu plus loin (même page), l’auteur damascène revient, alors qu’il vient de dire que les Francs en étaient réduits à manger des cadavres, sur leur faiblesse qu’il va opposer à la force et au nombre des forces musulmanes, mais sans parler de supériorité numérique d’un camp ou d’un autre : « puis, en dépit de leur épuisement (wa hum fīġāya mina l-af), ils attaquèrent les armées de l’islam, quant à elles en force et en nombre (wa hum fī l-ġāya min al-quwwa wa l-kara), taillèrent en pièce les musulmans, et dispersèrent leurs formations (ǧumū‘). » C’est sur la traduction (citée par C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 57) un peu différente d’H. A. R. Gibb que se sont appuyés la plupart des historiens des croisades qui ont exploité le texte d’Ibn al-Qalānisī (par exemple J. France, op. cit., p. 203) : « […] the armies of Islam, which were at the height of strenght and numbers, and they broke the ranks of the Muslims and scattered their multitudes. » Ǧam, ǧumū‘, le pluriel, en grammaire, désigne primitivement un « rassemblement », une « réunion ». Il connote le nombre élevé, la multitude. Mais, dans les chroniques médiévales des croisades, c’est le plus souvent un synonyme d’ « armée », « troupe », « formation » (d’où la traduction de R. Le Tourneau).

295  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 135 sq.

296  Ta’rīḫalab, p. 359. Il est intéressant de remarquer que la suite révèle la même phrase, à quelques mots près, que le ayl d’Ibn al-Qalānisī, à savoir « wa hum (les Francs) fī l-ġāya min al-af wa l-muslimūn fī l-ġāya min al-quwwa ».

297  Apport important, même si temporaire. On peut prendre, comme élément de comparaison, les 10 000 fāris à la tête desquels Sukmān b. Artuq aurait, en 496, traversé l’Euphrate pour aller secourir Tripoli, avant de mourir en chemin : al-‘Aẓīmī, Ta’rīḫalab, p. 362.

298  Plusieurs auteurs lui attribuent 50 000 combattants face à Barkyārūq, mais leurs chiffres sont suspects. Cf. les références dans M. Yared-Riachi, op. cit., p. 77.

299  De même que par exemple l’Anonyme syriaque (p. 72) qui se contente d’évoquer la « grande force » de Karbūqā, ou même Raymond d’Aguilers, témoin direct de la bataille (Liber, RHC, Occ., t. III, p. 259-261), dont on peut noter l’ambiguïté quand il souligne que Dieu multiplia les troupes croisées, de sorte que de moins nombreuses avant le combat, elles se retrouvèrent en état de supériorité numérique pendant celui-ci. Il est vrai que la thématique de l’intervention de troupes divines est une constante dans certaines sources latines (voir par exemple l’Anonyme, éd. Bréhier, p. 155-157). Il faut souligner également que les chiffres les plus impressionnants sont pour la plupart donnés au moment de l’apparition des troupes de Karbūqā, et non lorsque la bataille est racontée. Pour John France (op. cit., p. 203, 269) néanmoins, les Croisés n’étaient, après moult désertions et souffrances (famines, etc.) pas plus de 30 000 (et même probablement moins), en incluant les non-combattants ; ils étaient donc, « quite credibly » (p. 269), deux à trois fois moins que l’armée de Karbūqā, ce qui attribuerait à ce dernier entre 60 000 et 90 000 hommes. M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 94, penche également pour une armée musulmane très supérieure en nombre.

300  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, évoque ainsi 2 000 hommes (des archers, p. 423) ou 15 000 autres sous le commandement de Soliman et de Rossilion (p. 424).

301  M. Yared-Riachi, op. cit., p. 95-96.

302  Voir C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 59-56 ; pour Jérusalem, voir M. Gil, A History of Palestine, 634-1099, Cambridge, 1992, p. 826-829, et tout particulièrement les très nombreuses références données note 2 p. 828-829.

303  Abār al-dawla al-munqaia, éd. A. Ferré, p. 82.

304  C’est aussi ce que pense S. D. Goitein, « al-Ḳuds », EI2a, t. V, p. 322, qui met également en doute les 20 000 habitants qui selon Nāṣir Ḫusraw peuplaient la ville quelques décennies auparavant, nombre pourtant accepté par différents auteurs, dont J. Prawer, Royaume de Jérusalem, t. I, p. 221 ou, plus récemment, A. J. Boas, Jerusalem in the time of the Crusades. Society, landscape and art in the Holy City under the Frankish rule, Londres et New York, 2001, p. 9. Dans les sources latines, le nombre le plus « cohérent » désigne les 400 chevaux capturés par les Croisés – il s’agissait de ceux d’une troupe envoyée en renfort par al-Afḍal (Albert d’Aix in J. France, op. cit., p. 356), mais ils ne veulent rien dire sur la teneur de la garnison. Il faut écarter les 40 000 soldats bien équipés de Guillaume de Tyr retenus par A. J. Boas, loc. cit.

305  Voir par exemple Albert d’Aix, op. cit., p. 475 et passim.

306  Voir les chiffres discutés par W. J. Hamblin, Fatimid army, p. 236-240, où il apparaît à nouveau clairement qu’on ne peut faire confiance aux sources latines. quand il s’agit des forces musulmanes. Il ne faut par contre pas le suivre en ce qui concerne la composition de l’armée musulmane (15 000 piétons et 5 000 « cavaliers réguliers » qui ne sont aucunement mentionnés par les sources).

307  abba désignant ici une petite pièce, un « liard », le surnom (« père de la petite pièce ») ironise sur son avarice.

308  Voir A.-M. Eddé, « Riḍwān, prince d’Alep », loc. cit., p. 115.

309  L’expression (mais au singulier) est d’A.-M. Eddé, loc. cit.

310  Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. III, chap. CLIV, p. 714.

311  Historia, RHC, Occ., t. IV, p. 620.

312  ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 229-230 et Zubda, t. II, p. 150-151 ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 119.

313  Kāmil, t. IX, p. 84-85.

314  Ta’rīḫalab, p. 362. Curieusement, Foucher de Chartres dit au contraire que le nombre de morts musulmans ne fut pas très important : RHC, Occ., t. III, L. II, 30, p. 411.

315  Pour Albert d’Aix. L’évêque d’al-Bara fait un discours, enjoignant les combattants de ne pas craindre le nombre de l’ennemi. Un jeûne de trois jours est décidé.

316  Pour Ibn al-Aṯīr. Cf. aussi ci-après le Ta’rīḫ al-islām de Ḏahabī.

317  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 143-144, 150-151, 164 ; Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 293 ; Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ, I, 57 v°, 26 r° (« Lui [soit Tancrède] avait 1 600 cavaliers francs et 600 [autres], hommes du prince Riḍwān, sans compter l’infanterie ») ; Bar hebraeus, Ta’rīḫ al-zamān, p. 131 (1 500 cavaliers francs + 600 Alépins) ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 129.

318  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 92.

319  Ibn al-‘Adīm, « Alb Arslān », Buġya, t. IV, p. 1984-1987.

320  SN, p. 269. La graphie originale a été conservée.

321  Bustān, p. 119-120.

322  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 224.

323  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 205, qui se plaît à alléguer que, sur le chemin du retour, Guillaume (Kilyām), seigneur de A‘zāz, leur tomba dessus avec 40 cavaliers (fāris), les mit en déroute et en tua un certain nombre ; ‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 371, année 516, où corriger « Dawlāt Qutulmuš » par « Dawlāb b. Qutulmuš ».

324  Forteresse située en Anatolie orientale, dominant la plaine de Ḫanzit, souvent appelée par les chroniqueurs arabes Ḫartpurt. Cf. « Khartpert », EI2a, t. IV, p. 1083 (Claude Cahen).

325  Voir G. Dédéyan, Les Arméniens, p. 447 sq. et index.

326  Il s’agit du seigneur d’al-Aṯārib.

327  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 215 et note 3.

328  Sur le lien entre Īl-Ġāzī et les Turcomans, voir Ibn al-Azraq, Ta’rīḫ al-Fāriqī, éd. B. A. L. Awad, et éd. C. Hillenbrand, loc. cit. ; ‘Imād al-dīn Ḫalīl, al-Imārāt al-urtuqiyya fī l-Ǧazīra wa l-Šām (465-812/1072-1409), Beyrouth, 1400/1980 ; Cl. Cahen, « Le Diyār Bakr au temps des premiers Urtuḳides », JA, t. ccxxvii, 1935, p. 219-276 ; C. Hillenbrand, « The career of Najm al-Dīn İl-Ghāzī », Der Islam, t. LVIII, 1981, p. 271-276.

329  Kāmil, t. IX, p. 92. Sur la ville de Haute-Mésopotamie, située dans une plaine, au sud des massifs de la région de Ṭūr ‘Abdīn, voir « Naṣībīn », EI2a, t. VII, p. 983 (E. Honigmann, C. E. Bosworth).

330  Kāmil, t. IX, p. 185. Les Francs étaient, selon lui, 3 000 cavaliers et 9 000 fantassins. Les 20 000 hommes dont parle Ibn al-Qalānisī (de même Sibṭ b. Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. II, p. 680, et Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, t. LII, p. 3569, qui cite quant à lui directement Ibn al-Qalānisī) sont ceux de Roger. On peut se demander si, dans un souci de magnifier la victoire du seigneur artuqide, il n’a pas estimé les Francs en fonction des musulmans, pour lesquels il aurait disposé d’un chiffre.

331  Zubda, t. II, p. 187. Ce nombre a été retenu par S. Runciman, Histoire des croisades, p. 406 ou avant lui par R. Grousset, Histoire des croisades, t. I, p. 556.

332  Michel le Syrien, Chronique, trad. J.-B. Chabot, t. III, Bruxelles, 1905, p. 204 ; Bar Hebraeus, Ta’rīḫ al-zamān, p. 138.

333  Gautier le Chancelier, BellaAntiochena, RHC, Occ., t. V, p. 107 et suiv., n’est pas fiable : 100 000 « païens » sont mentionnés lors de l’annonce de la bataille, face à 700 chevaliers, 3 000 fantassins et des mercenaires (« De bello universali, in quo princeps Antiochiae, pugnas septigentis equitibus, tribus millibus peditum, contra centum millia paganorum […] »), et il est plus loin (p. 108) question d’une « cohorte » musulmane de 10 000 milites. Après la bataille (p. 115), Īl-Ġāzī lance 10 000 hommes aux trousses de Baudouin, 10 000 étant conservés pour Antioche. Puis les nombres deviennent moins équivoques : pendant sa marche vers Antioche (p. 116), Baudouin examine un campement de 4 000 hommes, et enfin 3 000 hommes (ibidem) sont mentionnés lors d’une attaque nocturne à Saint-Siméon. Rappelons que Foucher de Chartres, anormalement bref, se contente de dire que les Turcs déplorèrent à peine 20 morts (pour 7 000 victimes franques), et que Guillaume de Tyr (RHC, Occ., t. I, XII, 9, p. 523), tout en prenant soin de mentionner l’adjonction des troupes du roi de Damas, Doldequinus (Ṭuġtakīn, en fait arrivé trop tard) et du « satrape » Debeis (Dubays), reste vague. Comme souvent, Matthieu d’Édesse (Chronique, RHC, Arm., t. I, p. 121-123), par ailleurs utile en ce qui concerne la composition des armées, s’attache à expliquer la défaite franque par, surtout (car il est aussi question de l’imprudence de Roger ou des précautions tactiques turques) l’infériorité numérique franque. Il attribue 80 000 hommes à Īl-Ġāzī, face aux « cent cavaliers francs, cinq cents cavaliers arméniens et quatre cents fantassins ; il était suivi en outre de dix mille hommes, tourbe recrutée parmi toute espèce de gens » ; un réseau lexical de la multitude (pour les Turcs) vient appuyer ces chiffres ; le « reste des troupes franques » commandées par Baudouin tue, lors de l’affrontement qui suit, « cinq mille hommes » (p. 124). Pour les Francs, ce sont les 700 equites et les 3 000 pedites de Guillaume de Tyr (op. cit., p. 524), que reprend Gautier le Chancelier, qui sont le plus communément acceptés, les chiffres d’Ibn al-Aṯīr, qui reconnaît pourtant la large supériorité franque, étant systématiquement écartés sans qu’on ait pris la peine de le justifier. Il faut, de toute façon, augmenter les nombres fournis par Gautier et Guillaume de Tyr, puisque l’un y ajoute un grand nombre de mercenaires, l’autre des negotiatores et autres suiveurs (menue gent, en ancien français), à rapprocher sans doute de la « tourbe » de Matthieu d’Édesse. Pour Ibn al-‘Adīm (op. cit., p. 189), les Francs étaient aux alentours de 15 000 – c’est du moins ce qui ressort du fait qu’il mentionne 15 000 morts, et seulement 20 rescapés.

334  Ibn al-‘Adīm, op. cit., p. 195.

335  Voir M. Yared-Riachi, op. cit., p. 146, ainsi que les références aux sources arabes données en note 18. Foucher de Chartres, RHC, Occ., t. III, p. 448 (éd. Hagenmeyer, p. 650), dit que Josselin y perdit 100 hommes.

336  Ibn al-‘Adīm, op. cit., p. 180. Cf. aussi Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, I, 152 r° : M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 138, 145.

337  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, L. XI, 19 et 20, p. 672, L. XI, 21, p. 673 (première expédition de Malducus) ; L. XI, 38-42, p. 681-684 (deuxième expédition) ; L. XII, 9, 11-12, p. 694-696 (troisième expédition) ; L. XII, 19, p. 701 sq. (Tall Dāniṯ). Les chiffres donnés ici totalisent parfois ceux, partiels, d’Albert.

338  Mais les forces franques peuvent évoluer. Ainsi en ce qui concerne l’expédition de Bursuq, aux 10 000 cavaliers (equites) et piétons de Roger d’Antioche et Baudouin d’Édesse succèdent 13 700 hommes, après l’arrivée du roi de Jérusalem et du comte de Tripoli. Alors que ces derniers s’en sont retournés après la diversion de Bursuq, on passe curieusement à 15 000 hommes, tant Francs qu’Arméniens. Peut-être d’autres renforts étaient-ils arrivés, à moins que Baudouin de Jérusalem ou Pons de Tripoli n’eussent laissé des soldats par précaution.

339  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 270-272 (année 503).

340  Certains chiffres latins également : Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. III, L. II, 54, p. 588, parle de 3 000 morts musulmans à Tall Dāniṯ ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 176, de 500 environ et du même nombre de prisonniers. Voir encore Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 76 (même bataille : 3 000 cavaliers, mais constituant seulement une partie de l’armée de Bursuq) ; Ibn al-Aṯīr, loc. cit. (100 cavaliers de Bursuq, 300 cavaliers de Tamīrak, pendant la bataille). À noter que Guillaume de Tyr, RHC, Occ., t. I, L. XI, 23, p. 530, se contente d’évoquer une « horde infinie ». Il reprend en général Gautier le Chancelier, Bella Antiochena, Livre I, passim.

341  Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. II, p. 598. Sibṭ confond Bursuq b. Bursuq et al-Bursuqī, comme Ibn al-Aṯīr (l’une de ses sources). Il faut se défier de l’édition et de la traduction du RHC, Or., t. III, p. 553-555. Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 153 (al-Bursuqī, année 508) et p. 158 (Bursuq b. Bursuq, année 509, sans estimation).

342  Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, t. LI, p. 3520. Il s’agit de 15 000 rākib. 

343  Al-Bāhir, p. 19 ; Kāmil, t. IX, p. 154 (an 508). Il n’envoie par contre « que » 100 cavaliers (fāris), avec Sunqur Dazdār, à la veuve de Kogh Vasil, selon le même auteur (p. 154-155). Autres références dans Cl. Cahen, SN, p. 270 et notes 21-23.

344  Šayzar elle-même subit ce sort, après le terrible tremblement de terre de 552/1157.

345  I‘tibār, p. 69.

346  L’oncle et le père d’Usāma.

347  Pour isfahsalār.

348  Le terme utilisé,riǧāl, peut tout autant être le pluriel de raǧul, homme (sens général) que celui de rāǧil, généralement utilisé par les auteurs arabes pour désigner les piétons. Le fait qu’il vienne de parler de 5 000rāǧil fait évidemment opter pour la deuxième solution. Hartwig Derenbourg, Autobiographie d’Ousâma, Paris, 1895, p. 69, avait préféré traduire « De son côté, il avait amené des soldats excellents ». A. Miquel (Des enseignements de la vie, Paris, 1983, p. 189) traduit également « d’excellents fantassins ».

349  Kitāb al-Itibār, p. 29.

350  Kitāb al-I‘tibār, p. 40. Cf. aussi p. 43, à nouveau 20 cavaliers bien apprêtés avec lesquels Usāma aide son cousin Layṯ al-dawla Yaḥyā à récupérer ses récoltes.

351  Sariyya, plutôt que sarraba, ainsi que dans l’édition de l’I‘tibār, p. 50.

352  Ibidem, p. 50-51.

353  P. 100-101. Le terme ‘askar désigne parfois exclusivement les cavaliers, dans l’I‘tibār. Cf. p. 101, l’expression « bāqī l-‘askar wa rāǧil kaṯīr ».

354  Pour Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 14, Yāġī Siyān s’enfuit d’Antioche avec 30 ġulām-s.

355  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 160/LT p. 81.

356  Les troupes d’Ascalon, qui dépendait du Caire, étaient plus nombreuses. Foucher de Chartres (RHC, Occ., t. III, p. 417) raconte qu’en novembre 1107 les Ascalonites postèrent 500 milites et 1 000 pedites en embuscade entre Ramla et Jérusalem. Pas plus de 75 chevaliers, qui ne déplorèrent qui plus est que 3 morts, les vainquirent. Voir encore l’attaque des troupes d’Ascalon contre Jaffa, dans l’Historia de Guillaume de Tyr, Livre XI. Quant aux Tyriens, cf. Albert d’Aix, RHC, Occ., t. IV, L. XII, 10, p. 695, une attaque de 500 milites contre des pèlerins.

357  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. VI, p. 2806. Voir également ci-dessous les 500 cavaliers avec lesquels il participe, selon Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. I, p. 366-367 (année 494), à la défaite de Baudouin d’Édesse près de Beyrouth, ou la participation de son lieutenant à Homs, l’émir Yāḫiz, à une attaque contre Raymond de Saint-Gilles, en 495/1102 (Kāmil, t. IX, p. 55).

358  Pour le cadi de Ǧabala, voir Ibn al-Aṯīr, Kāmil, sub anno, analysé par M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 103. Pour ‘Arqa, Kāmil, t. IX, p. 130.

359  Année 566 de l’hégire. Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. al-Šammā‘, vol. IV, 1, p. 123-124.

360  Kāmil, t. IX, p. 250 (année 523).

361  Il ne sera pas nécessaire de s’étendre, les ouvrages de M. Yared-Riachi et surtout de J.-M. Mouton (p. 72-73) abordant la question de la taille de l’armée bouride.

362  Le comte d’Édesse et le prince d’Antioche prirent le chemin du retour le jour de l’An 1100.

363  Foucher de Chartres, Historia, RHC Occ., t. III, L. I, 34, p. 368. Les Damascènes essuyèrent une défaite, selon lui. En racontant ce retour, Guillaume de Tyr (RHC, Occ., t. I, L. IX, 15, p. 387-388), qui pourtant reprend si souvent Foucher, a choisi de ne pas parler de cette attaque. Voir l’interprétation qu’en fait S. Runciman, Histoire des Croisades, p. 266.

364  Historia, RHC, Occ., t. IV, L. VII, 16, p. 517. Il doit s’agir de cavaliers.

365  Baudouin a pris la route, début octobre 1100, pour aller succéder à Godefroy comme roi de Jérusalem. L’affrontement a lieu près de Beyrouth, ce qui explique peut-être la présence, signalée par Albert notamment, d’une flotte musulmane. Il est intéressant de comparer les récits antagonistes de S. Runciman, Histoire des croisades, p. 279-280, et de M. Yared-Riachi, op. cit., p. 103-104. Le premier suit les sources latines et considère donc que les Francs furent victorieux, la seconde les sources arabes qui, sans évoquer une bataille de premier plan, arguent d’une victoire musulmane.

366  Albert d’Aix, op. cit., L. VII, 32, p. 528 et suivantes ; L. VII, 34, p. 530 (récit de l’affrontement), sont évoqués pour les musulmans 500 equites d’avant-garde et 15 000 pedites, puis 400 Turcs tués. Foucher de Chartres, op. cit., LII, 1, p. 373 (ajoute aux « Turcs » et aux « Sarrasins » les « Arabes »).

367  ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 227 ; Kāmil, t. IX, p. 43 (an 494) : « Cette année-là, Godefroy (Kundfrī), roi (malik) des Francs en Syrie et maître (ṣāḥib) de Jérusalem, se mit en marche pour la ville d’Acre, dans le Sāḥil. Il l’assiégea, mais une flèche l’atteignit et le tua. Il avait restauré et livré la ville de Jaffa à un comte franc dont le nom est Tancrède (Tankrī). Quand Godefroy mourut, son frère Baudouin (Baġdawīn) prit la route de Jérusalem à la tête de 500 cavaliers et fantassins (fāris wa rāǧil). Or le prince (malik) Duqāq, maître (ṣāḥib) de Damas, en fut informé ; il marcha donc contre lui à la tête de son armée (‘askar), accompagné de l’amīr Ǧanāḥ al-dawla avec ses troupes (ǧumū‘). Ensuite il le combattit, et il vainquit les Francs. »

368  Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. I, p. 366-367 (année 494) : « […] Quand Godefroy mourut, son frère Baudouin (Bardawīl) le comte, seigneur (ṣāḥib) d’Édesse, se mit en marche pour Jérusalem à la tête de 500 cavaliers et fantassins (fāris wa rāǧil). Šams al-mulūk Duqāq réunit alors l’armée (al-‘askar), et Ǧanaḥ al-dawla, maître (ṣāḥib) de Homs, le rejoignit. Il était à la tête de 500 cavaliers (fāris). Le comte avait traversé ses terres (bilād) et avait surgi dans le Sāḥil. Ils se rencontrèrent alors près de Beyrouth : Ǧanāḥ al-dawla se hâta sur lui ; il le fit prisonnier, abattit certains de ses hommes (aṣḥāb), le reste prenant la fuite. On dit [aussi] que Baudouin s’échappa seul et entra à Jérusalem. Ils le couronnèrent alors roi. »

369  Damas, p. 72.

370  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 284. Maqrizī, Itti‘āẓ, t. III, p. 49 utilise le terme ġulām.

371  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 131. M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 115. ‘Arqa, parfois orthographiée ‘Irqa (ainsi par Yāqūt), le vocable ḥiṣn (château, forteresse) précédant à l’occasion le nom. Ville remontant à une très haute antiquité, située à l’est de Tripoli, à environ 8 km de la côte. Elle surplombait une route menant du littoral, après embranchements, à Homs et Hama. Yāqūt précise qu’elle se trouve à l’extrémité de la province (‘amal) de Damas. Cf. al-Muqaddasī, Aḥsān al-taqāsīm, éd. B. G. A., t. III, 1906, p. 54, 60, 150, 154, 160 et trad. A. Miquel, p. 132, 160, 177 et index p. 250-251 ; Yāqūt, Mu‘gam al-Buldān, t. III, p. 109-110 ; R. Dussaud, Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, Paris, 1927, p. 80 ; Guide bleu, Paris, 1932, p. 66.

372  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 245 ; Ibn al-Qalānisī, op. cit., sub anno.

373  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 55.

374  Cf. Raoul de Caen, Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. III, CXLV, p. 707 (400, milites et pedites) et Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 55 (300 fāris).

375  Ibidem, p. 85 ; Maqrīzī, Itti‘āẓ, t. III, p. 35.

376  M. Yared-Riachi, op. cit., p. 114.

377  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 131, à comparer avec Albert d’Aix, op. cit., L. XI, 1 ; Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, trad. LT, p. 84-85 (selon lui, l’atabeg alla secourir ‘Arqa, mais sans succès ; il attaqua alors d’autres forteresses, dont al-Akma, puis prit la fuite à l’annonce de l’arrivée de 300 cavaliers francs) ; M. Yared-Riachi, op. cit., p. 115 ; R. Grousset, Histoire des croisades, t. I, p. 351-352 et n°4 ; S. Runciman, Histoire des croisades, p. 341-342 ; H. Derenbourg, Vie d’Ousâma, t. I, p. 76.

378  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 130. Selon lui, les Francs avaient 400 chevaliers et 2 000 fantassins. Albert d’Aix, loc. cit., attribue, ainsi qu’on l’a dit, 1 000 chevaliers aux Francs.

379  Ibidem, p. 158-159 ; Albert avançait 8 000 hommes pour le seul Ṭuġtakīn.

380  En sus de l’armée régulière et des Turcomans, des aḥdāṯ et des habitants des villages environnants grossissaient l’armée. Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 339-340/LT p. 164-167 Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 116. Pour Foucher de Chartres, le « fils du roi Tudequinus » alla rejoindre son père avec 3 000 equites, tous ceux qu’il avait put réunir, et 2 000 equites tombèrent pendant la bataille (RHC, Occ., t. III, L. L, p. 477) ; Guillaume de Tyr dit que les deux partis étaient de force égale, que la victoire fut difficile à se dessiner et que les musulmans perdirent 2000 hommes (RHC, Occ., t. I, L. XIII, 18, p. 583-585).

381  J.-M. Mouton, op. cit., p. 72-73 : « Du temps de Ṭuġtakīn, le prince n’est entouré que de 2 à 4 000 cavaliers ; si le danger est grand, si la ville est menacée par les Francs comme en 523/1129, le prince, en l’occurrence Būrī, fait appel aux troupes de Turcomans disséminés dans toute la Syrie et on atteint péniblement le chiffre de 8 000 cavaliers. […]. »

382  Cf. M. Yared-Riachi, op. cit., p. 116.

383  Sibṭ b. al-Ǧawzī, loc. cit.

384  M. Yared-Riachi, op. cit., p. 242.

385  ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 260-261/LT p. 84-85.

386  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIII, 26, p. 595-597 (en ce qui concerne les effectifs francs, il n’évoque que les 1 000 equites avec lesquels Guillaume de Bures protégeait les fourrageurs ; il ne dit rien des effectifs musulmans) ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 251 (peu fiable, même s’il se sert d’Ibn al-Qalānisī ; il prétend, semble-t-il à tort, que les assiégeants avaient seulement 2 000 fāris) ; Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’īḫ Dimašq, trad. LT, p. 184 (le meilleur récit ; estime les Francs à plus de 60 000 cavaliers et fantassins) ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, t. LIII, année 523, p. 3613 (même nombre de Francs qu’Ibn al-Qalānisī), année 524, ibid., (près de 10 000 Francs tués, 40 seulement en réchappent) ; Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. I, p. 118-122 ; Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 130-131 ; J.-M. Mouton, Damas, p. 72 ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 165 et note 17.

387  Voir surtout l’excellent récit d’Ibn al-Qalānisī.

388  Cf. J.-M. Mouton, loc. cit.

389  Mir’at al-zamān, éd. Hyderabad, p. 197. Sibṭ se penche sur le problème de la taille des armées croisées. Après avoir avoué que ses sources ne s’entendent pas sur ce point, il cite leurs différents chiffres : 6 000 fāris et 60 000 rāǧil pour l’un ; 100 000 rāǧil et 10 000 fāris pour un autre. Puis suivent les estimations partielles : 6 000 fāris et 30 000 rāǧil pour le roi d’Allemagne (malik Almān), 6 000 fāris et 20 000 rāǧil pour le roi du Sāḥil, 100 000 rāǧil des comtes et de la cavalerie (sic). La phrase suivante montre la circonspection de Sibṭ : « Les musulmans essayèrent de les compter, mais ils ne purent [le faire]. » Elle fait écho à celle du chroniqueur byzantin Nichetas Choniatès relatant l’impossibilité, pour les Byzantins, de dénombrer ces mêmes troupes.

390  Les Francs n’auraient pu prendre Damas que grâce à un assaut lançant au plus vite (dès leur arrivée ou au pire le lendemain) toutes leurs forces sur une partie affaiblie de la muraille (on en trouvait toujours), avant que la résistance massive des Damascènes et des populations environnant la ville ait pu s’organiser.

391  Ibn al-Aṯīr, al-Bāhir, p. 17.

392  Voir son dialogue avec ses hommes, aṣḥāb, ibid., p. 27.

393  Éd. Hillenbrand, p. 58 (année 524, victoire de Zankī sur Ḥusām al-dīn et Dā’ūd, près de Naṣībīn, à Sarǧa), 63-64 (même événement, année 525), 79 (an 529/1134-1135, prise de Raqqa) et passim.

394  Cf. par exemple t. III, p. 247 (campagne de Zankī et de Ḥusām al-dīn contre Dā’ūd).

395  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 38 ; Kāmil, t. IX, p. 255. Cela étant, Michel le Syrien (Chronique, t. III, p. 240) évoque aussi une large supériorité numérique des Artuqides. Voir aussi Ibn al-Azraq, loc. cit.. Souvent, les forces artuqides apparaissent très importantes dans les sources arabes. On a déjà parlé d’Īl-Ġāzī. Ibn al-‘Adīm dit que Qarā Arslān b. Dā’ud b. Suqmān, accourant à l’aide d’une Syrie malmenée par les Byzantins, avait 50 000 hommes (Zubda, t. II, p. 270, an 532) ; ‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 393 (même année), parle quant à lui de 20 000 hommes.

396  Exemple Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 39 : « Lammā faraġa al-šahīd […] min amr al-mulūk al-Artuqiyya wa ṣālaḥahum […] sāra ilā l-Šām, wa qad ǧama‘a wa itašada, wa aadda wa istad‘ā. » Mais l’inverse est également vrai pour ce qui est des fantassins : ‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 396 (an 534, 300 rāǧil) et 398 (an 538, 500 rāǧil).

397  Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVII (an 526), p. 270-271.

398  Ibid., p. 276.

399  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 402 (an 530) ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 260-261 (an 529) ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 291 (an 530 ; ne parle que des 7 000 prisonniers) ; Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. I, p. 306 (7 000 prisonniers, 100 000 têtes de bétail, un massacre d’innombrables « porcs ») ; Ibn Abī Ṭayyi’ dans ibid., p. 306-307 (le prix d’un prisonnier passe à 1,5 dinar ; les Turcomans vont au Diyār Bakr, à Mossoul et en Djéziré avec leurs prisonniers).

400  Bustān, p. 125 (année 533). Des Bédouins sont également recrutés.

401  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 364 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 272.

402  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 380-381.

403  An 536. Ibidem, p. 429 (sous l’égide de l’émir Laǧah al-Turkī) ; ‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 396 (Baǧa al-Turkī) ; Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 325.

404  ‘Aẓīmī,op. cit., p. 388 (an 531). Ibn al-‘Adim, op. cit., p. 261. Cf. aussi la note suivante.

405  Ibn al-‘Adim, Zubda, t. II, p. 271.

406  RHC, Occ., t. I, L. XIV, 25, p. 644 ; L. XVI, 4-5, p. 708-712 (la citation est p. 708).

407  Michel le Syrien, Chronique, t. III, p. 260 (« des milliers et des myriades ») ; Anonyme syriaque, trad. J.-B. Chabot, « Un épisode de l’histoire des croisades », dans Mélanges offerts à M. Gustave Schlumberger, t. I, Paris, 1924, p. 172 (« Avec lui parurent des troupes nombreuses comme les étoiles du ciel ; toutes les plaines qui entourent la ville en furent remplies ; les colonnes l’environnèrent, l’une après l’autre, et ils fixèrent leurs tentes autour »). Pour Grégoire, cf. RHC, Arm., t. I, p. 157-158.

408  Pour ce qui est des victimes, les sources diffèrent.

409  N. Élisséeff, ND, t. II, p. 354 sq. ; C. Hillenbrand, « ‘Abominable acts’ : the career of Zengi », loc. cit., p. 111-132.

410  Voir le résumé des événements par N. Élisséeff, op. cit., p. 376-377.

411  Voir par exemple le récit d’Abū l-Maḥāsin b. Salāma al-Ḥarrānī, Ta’rīḫ Ḥarrān, rapporté par Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. VIII, p. 3855. Noter qu’il est question de troupes de Mossoul (aǧnād al-Mawṣil), distinctes donc des Syriens. Voir encore Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVI, p. 714, et Ibn Abī Ṭayyi’ cité par Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. I, 1, p. 120 (‘asākir al-Šām).

412  Dans Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. I, 1, p. 124. Cf. aussi N. Élisséeff, ND, t. II, p. 395. Mais les Damascènes prennent Baalbek sans essuyer de contre-attaque.

413  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 450 ; Bar Hebraeus, Ta’rīḫ al-zamān, p. 161, dit « 10 000 Turcs ».Voir également Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 191-192, beaucoup plus sobre : « […] et Nūr al-dīn en fut informé alors qu’il se trouvait à Alep. Il se mit donc en marche avec ses troupes, ‘asākir ; Josselin s’enfuit, et Nūr al-dīn y entra. Il y massacra les Arméniens qui s’y trouvaient, s’empara de leur argent […] » ; H. A. R. Gibb, « The career of Nūr ad-Dīn », dans K. M. Setton, A History of the Crusades, op. cit., t. I, p. 514.

414  Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVI, 15, p. 729. Mais voir également l’Eracles, plus sobre (même page).

415  H. A. R. Gibb, « The armies of Saladin », Cahier d’histoire égyptienne, 1951, p. 311-315, longtemps l’article de référence sur la question, minimise les effectifs de Nūr al-dīn et de Saladin ; N. Élisséeff, ND, p. 722-723 ; D. Nicolle, Saladin and the Saracens, Oxford, 1986, p. 12.

416  Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, op. cit., p. 192.

417  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 472-474/LT p. 304-306. Il attribue aux Francs 400 chevaliers, 1 000 fantassins et des valets. Si l’infériorité franque ne fait guère de doute (voir à ce propos Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVII, 9), il faut peut-être préférer les 3 000 Francs d’Ibn ‘Asākir (« Maḥmūd b. Zankī », Ta’rīḫ Dimašq, éd. al-‘Amrawī, t. LVII, p. 120). Ils étaient appuyés par les hommes de l’ismaélien kurde ‘Alī b. Wafā. Certaines sources évoquent 1 200 tués francs et le même nombre de prisonniers : Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 201 (mais il parle de kunūd, comtes) ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, t. LV, p. 3742 ; id., Kitāb duwal al-islām, trad. A. Nègre, p. 113-114. Voir encore les références données par Cl. Cahen, SN, p. 384 note 11; N. Élisséeff, op. cit., p. 431 (préfère, pour les Francs, s’en tenir aux 400 cavaliers et 1 000 fantassins d’Ibn al-Qalānisī et transforme les 6 000 cavaliers en 6 000 hommes, dont un quart étaient montés) ; H. A. R. Gibb, « The career of Nūr ad-Dīn », loc. cit., p. 515, se contente d’évoquer une armée forte de 6 000 hommes.

418  Op. cit., LT, p. 322.

419  P. 487. « Wa afraqa min ‘askarihi farīqan yunāhiz arba‘at ālāf fāris, ma‘a ǧamā‘a min al-muqaddamīn » : « Et il détacha de son armée un corps qui approchait les 4 000 cavaliers, avec plusieurs commandants. »

420  Le premier extrait est traduit du ayl ta’rīḫ Dimašq (LT, p. 323), le second du Mir’āt al-zamān de Sibṭ b. al-Ǧawzī, éd. Hyderabad, p. 210.

421  Ibn Abī Ṭayyi’ (dans Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, t. I, 1, p. 239). Il ne dit pas s’il s’agit de ses propres hommes ou non : « fa-ḫaraǧa fī taǧammu‘ ‘aẓīm wa ma‘ahu alf fāris. » L’objectif était d’impressionner Muǧīr al-dīn Abaq, ce qui réussit.

422  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-Itibār, p. 14 : Usāma engage 860 cavaliers, fāris, avec l’autorisation de Nūr al-dīn, parmi les soldats qui n’avaient pas été admis dans son armée régulière.

423  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., L. XVIII, 27 ; N. Élisséeff, op. cit., p. 550 et note 2.

424  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 332.

425  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 75. Si ce qu’avance Ibn al-Aṯīr est vrai, cet extrait montre bien à quel point les chroniqueurs pouvaient travestir la réalité pour plaire à leur maître. Voir également H. A. R. Gibb, « The armies of Saladin », loc. cit., p. 313-314.

426  Stricto sensu : « ils dépassaient les 6 000 fāris de moins de 500 [unités] », « yazīdūn ‘alā sittat ālāf fāris aqall min ḫamsimi’a ».

427  Dans Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, t. I, 2, p. 419 ; même nombre dans Sāwīrus Ibn al-Muqaffa‘, Ta’rīḫ baṭārikat al-kanīsa al-miriyya, t. III, 1, p. 51. Cf. également Maqrīzī, Itti‘āẓ, t. III, p. 266-267, et ci-dessus, note 235.

428  Bāhir, p. 132-133 ; Kāmil, t. X, p. 4 ; Zubda, t. II, p. 322 (Nūr al-dīn fournit 2 000 cavaliers de choix).

429  Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIX, 25, p. 925 : « Siraconus avait 12 000 Turcs, dont 9 000 étaient couverts de cuirasses (loricae) et portaient des casques (galeae), les 3 000 restants ayant seulement arc (arcus) et flèches (sagittae). En outre, il y avait 10 ou 11 000 Arabes, qui, conformément à leur usage, se servaient de lances (lanceae). » Le rapport de force n’est pas clairement défini. Comparer les récits de S. Runciman, (Histoire des Croisades, p. 591, et de J. Prawer, Royaume latin, t. I, p. 435.

430  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 249 ; id., Kāmil, t. X, p. 13-14 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 326 ; ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, dans al-Bundarī, op. cit., p. 75-76 ; Y. Lev, Saladin in Egypt, p. 141-142. À noter que Ḏahabī, Kitāb duwal al-islām, trad. A. Nègre, p. 141, avance, pour cette expédition, 10 000 cavaliers et 50 000 fantassins (mais « 70 000 cavaliers et fantassins » dans le Ta’rīḫ al-islām, t. LVII, p. 3919).

431  Des troupes artuqides et d’autres venues de Mossoul. Plus diminués encore, les Francs étaient accompagnés de Byzantins et d’Arméniens.

432  Cf. N. Élisséeff, ND, t. III, p. 804 et note 2.

433  Ḫiṭaṭ, t. I, p. 178.

434  Ibid., p. 163. Ce sont les Mutaǧaddidāt qui sont citées. H. A. R. Gibb, « The armies of Saladin », p. 308-309.

435  J.-M. Mouton, Damas, p. 73, propose un ratio d’1 pour 2 à 1 pour 4 : « En vérité, il semble bien que leur nombre était de deux à quatre fois supérieur à celui des cavaliers ».

436  10 000 cavaliers mèneraient à 70 000 piétons, 12 000 à 84 000, à comparer aux 53 000 qui ont été évoqués pour les États latins à la même époque.

437  Un seul homme suffisait à défendre ces lieux inaccessibles et inconfortables. Voir p. Deschamps, « Une grotte forteresse de Croisés dans le Liban : la cave de Tyron », Mélanges syriens R. Dussaud, Paris, 1939, p. 873-882 ; D.  Nicolle, « ‘Ain al-Ḥabīs. The cave de Sueth », Archéologie Médiévale, t. XVIII, Rouen, 1988, p. 113-140, repris dans Warriors and their weapons around the time of the Crusades, Ashgate, 2004, VII.

438  En sus du wālī qui fut quant à lui écorché. Cf. Zubda, t. II, p. 272-273 (année 534). Mais il est question, dans le Bustān, p. 125 (année 533) de 350 hommes.

439  En 1166 ; elle avait capitulé avant qu’Amaury, accouru à son secours, n’arrive. Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIX, 11, p. 902.

440  D. Pringle, The Red Tower (al-Burj al-Amar) : settlement in the Plain of Sharon at the Time of the Crusaders and Mamluks A.-D. 1099-1516, Londres, 1986 ; id., « Towers in Crusader Palestine », Château-Gaillard. Études de castellologie médiévale, XVI. Actes du colloque international tenu à Luxembourg, 23-29 août 1992, Caen, 1994, repris dans Fortification and Settlement in Crusader Palestine, Ashgate, 2000. Voir aussi p. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. II, La défense du royaume de Jérusalem, Paris, 1939, p. 15, 96, 168-171, 222 et index p. 260.

441  Voir les discussions de W. J. Hamblin, Fatimid army, p. 91, pour le début du VIe/XIIe siècle.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable