Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174

 | 
Abbès Zouache

Chapitre IV

Les forces en présence : les nombres (1)

Entrées d'index

Mots clés :

armée, armement

Géographique :

Syrie

Note de l’éditeur

Pour des raisons éditoriales, le Chapitre IV est scindé en deux documents.
Voir le texte de Les forces en présence : les nombres (2)

Texte intégral

I. Méthodologie et historiographie

1. La méthode

  • i  Jean-Pierre Le Goff, « Du nombre dans l’art de la guerre, ou : de quelques usages des mathématique (...)

1Cinq siècles après les croisades, à la fin du XVIIe siècle, l’art militaire termine une mue commencée quelques deux siècles plus tôt et se plie à la rhétorique mathématique. L’ingénieur militaire polymathe se fait mathématicien, l’officier arithméticien et l’homme de troupe se doit d’ingurgiter de savantes manœuvres géométriséesi. Les errements de la guerre médiévale, alors déjà vue comme instinctive et désordonnée – la seule référence aux maîtres grecs ou romains ayant valeur – paraissent bien loin d’hommes parmi lesquels l’efficience a supplanté le panache.

  • ii  La symétrie étant perçue comme le combat à « armes égales », la dissymétrie est « la recherche par (...)

2Le Moyen Âge n’ignorait pourtant en rien le souci d’efficacité. D’un point de vue stratégique, les chefs militaires œuvraient théoriquement en permanence à la dissymétrie, d’où les longues plages d’observation sans bataille jusqu’à ce qu’un des protagonistes ait considéré que l’ennemi était en état manifeste et suffisant d’inférioritéii. Et on retrouve par exemple, à un degré il est vrai limité, des notions de technicité ou même de science dans l’importance prise par les constructeurs de machines de siège.

  • iii  Vom Kieg, trad. D. Naville, De la guerre, Paris, 1955 (réimpression 1988), p. 202-203.

3Mais quand et comment jugeait-on que l’ennemi se trouvait en état d’infériorité ? Nombreux sont les critères qui pouvaient évidemment intervenir dans la prise de décision – démographique, géographique, technologique, organisationnel, tactique, etc. Parmi ceux-ci, on s’intéressera ici à celui du nombre, qui était, pour Carl von Clausewitz, « le principe de victoire le plus général ». Selon lui, le nombre détermine la victoire, pour autant qu’on fasse « abstraction de multiples données imposées par la stratégie » : le nombre n’est pas le seul facteur qui intervienne dans la production de la victoire ; pour peser vraiment sur le résultat, la supériorité numérique doit être « assez considérable pour contrebalancer les autres circonstances » (géographiques, technologiques et techniques, morales, tactiques, etc.). De plus, et même s’il faut avant tout rechercher cette « idée fondamentale », il faut savoir alors l’utiliser. D’où le « premier grand principe » de Clausewitziii : « Il faut masser le plus grand nombre possible de troupes au point décisif de l’engagement. »

  • iv  Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. III, chap. XLIII, p. 181. Voir plus bas la même idée (...)
  • v  De re militari, éd. K. Lang, Leipzig, 1869, réimpr. Leipzig, 1967, L. III, 1. Pour Sun Tzu non plu (...)
  • vi  Mutaar, bāb XII (p. 28-29) et XVIII (p. 35-36). Voir également, tardif mais proche de ce chapitr (...)
  • vii  Kitāb al-iyal fī l-urūb wa fat al-madā’in wa if al-durūb, op. cit., p. 330.

4Mais ce théoricien raisonnait sur une époque qui avait vu naître la guerre de masse. Aujourd’hui, l’importance du fait technologique dans les conflits est la plupart du temps soulignée. En était-il de même au Moyen Âge ? Au contraire des manuels militaires, les chroniques passent globalement sous silence les autres « circonstances » clausewitziennes. Cela ne signifie pas que leurs auteurs n’étaient pas parfaitement conscients de la supériorité d’une armée de professionnels excellemment équipés, bien entraînés et correctement motivés sur des masses de combattants de moindre qualité. On a dit combien, au VIe/XIIe siècle, la victoiredes uns comme des autres dépendait de troupes d’élite, montées pendant les batailles et alors secondées par des fantassins correctement formés, ou de fantassins spécialisés, archers, sapeurs, escaladeurs pendant les sièges. Très souvent les chroniqueurs se plaisent à consigner la déroute infligée à telle troupe, pléthorique et trop confiante, par telle autre, beaucoup moins nombreuse mais constituée de soldats de valeur. L’un d’entre eux, Foucher de Chartres, écarte même le nombre comme facteur décisif. Il est vrai qu’il cherche avant tout à mettre en valeur la prééminence en toute chose de Dieu, qui seul menait au succèsiv. Le didacticien antique le plus lu du Moyen Âge, Végèce, ne disait pas autre chose lorsqu’il soulignait qu’il ne servait à rien d’armer des populations immenses, ainsi que les exemples de Xerxès, Darius ou Mithridate l’avaient montré : à la masse il fallait préférer l’instruction des soldatsv. Quant aux traités militaires arabes, ils ne s’étendent guère sur le sujet. Dans un chapitre à la tonalité fort symbolique, al-Harṯamī se préoccupe seulement de la manière de mettre les petits nombres de combattants en ordre de bataille, ou de préciser combien d’hommes constituent telle ou telle divisionvi ; al-Ṭarsūsī et al-Harawī n’en disent pas beaucoup plus ; Ibn Manglī se contente de quelques réflexions accessoires, d’ordre tactiquevii :

« Il convient au wālī de ne pas combattre avec l’ensemble de ses hommes (bi ǧamī‘ ahl ‘askarih), et que ceux qu’il n’a pas engagés se tiennent [prêts] aux endroits que nous avons précédemment mentionnés. »

  • viii  Al-Māwardī, al-Akām al-sulṭāniyya, p. 44-45 (la fin du texte édité est légèrement corrompue). Ens (...)

5En fait, il faut chercher la prise en compte du facteur numérique dans d’autres genres d’écrits. Pour al-Māwardī les muǧāhidūn doivent faire front même si l’ennemi est supérieur en nombre ; le surnombre est un véritable fardeau que Dieu seul allège, même si la valeur intrinsèque du musulman lui permet de valoir deux infidèlesviii :

« Quant aux devoirs qu’ils ont envers Dieu Très Haut, ils sont au nombre de quatre : premièrement, tenir tête à l’ennemi quand les deux armées (al-ǧam‘ūn) se rencontrent, de manière à ne pas se débander, [que l’ennemi] lui soit égal ou inférieur [en nombre] (bi-anna lā yanhazimu ‘anhu min miṯlīh famā dūnih). Dieu Très Haut avait dans les premiers temps de l’islam assigné à chaque musulman de combattre dix polythéistes (mušrikūn), disant : “Ô Prophète ! Encourage les croyants au combat (qitāl) ! S’il se trouve parmi vous vingt hommes endurants, ils en vaincront deux cents. S’il s’en trouve cent, ils vaincront mille incrédules (min al-laḏīna kafarū) : ce sont des gens qui ne comprennent rien.” (Coran, VIII, 65) Ensuite, l’islam se renforçant et ses fidèles (ahl) se multipliant, Dieu grand et puissant allégea leur fardeau et prescrivit à tout musulman rencontrant l’ennemi d’en combattre deux, disant : “Dieu a maintenant allégé votre tâche ; il a vu votre faiblesse. S’il se trouve parmi vous cent hommes endurants, ils en vaincront deux cents. S’il s’en trouve mille, ils en vaincront deux mille, avec la permission de Dieu – Dieu est avec ceux qui sont endurants.” (Coran, VIII, 66) »

  • ix  Traité de gouvernement, p. 164, 166.
  • x  Faḫr i-Mudabbir (m. avant 633/1236), auteur indien qui écrivit en persan les Ādāb al-arb wa l-šaǧ (...)

6Et si Niẓām al-mulk s’intéresse essentiellement à la diversité ethnique et au ravitaillement des armées, il n’oublie pas de rappeler qu’il faut se méfier des ambassadeurs car, par-delà leurs fonctions officielles, ils cherchent à se renseigner notamment sur « la force des troupes du princeix ». C’est pourquoi, selon Faḫr i-Mudabbir, il fallait prendre garde à ce que le nombre de soldats ne soit pas connu de l’ennemi, d’où les précautions prises à l’encontre des ambassades, d’où les fausses informations répandues à l’intention des espions, al-‘ayyāyin. Il s’agissait alors, tout particulièrement, d’exagérer la taille de l’armée et ainsi effrayer l’adversaire le plus possible, le décourager avant même l’éclatement des hostilités. Pendant la revue, al-‘arḍ, on pouvait ainsi glisser des cavaliers déjà inspectés parmi ceux qui attendaient de l’être, ce qui à coup sûr abusait les mouches sur la force réelle du souverainx.

7Malgré ces quelques conseils, la supériorité numérique ne paraît pas avoir été considérée comme une condition sine qua non de la victoire, pas plus dans le domaine musulman que dans le domaine franc. Pourtant, les chroniques s’attachent très souvent à mesurer les troupes dont elles racontent les pérégrinations ; elles sont emplies de chiffres parfois réalistes, parfois excessifs, dont l’analyse minutieuse n’a pas toujours été faite ou, quand elle l’a été, a suscité de nombreuses polémiques.

8C’est que les historiens sont confrontés à une multitude de problèmes d’ordre méthodologique. Il leur faut, avant tout, déterminer ce qu’il s’agit d’estimer. L’armée dans sa totalité, ses différents corps, la fraction des soldats participant effectivement à la guerre, les garnisons, l’armée régulière, les contingents d’auxiliaires, les combattants occasionnels, l’armée d’expédition en terre étrangère, par-là même exceptionnelle, celle qui allait effectuer un raid rapide contre une position ennemie peu éloignée, etc. Il leur faut affiner des données souvent brutes, en tenant compte, par exemple, du fait que la puissance d’un prince ne se mesure pas seulement en nombre total de combattants. Elle dépend avant tout de ceux qu’il pouvait aligner sur les champs de bataille ; et parmi ces derniers, essentiellement de ceux, supérieurement équipés et formés, qui constituaient ses troupes d’élite.

  • xi  Cf. le calcul fait à propos de la bataille d’Antioche en 1098, par J. F. Verbruggen, The Art of wa (...)
  • xii  Voir infra les calculs de J. C. Russel.

9Il leur incombe ensuite de choisir une méthode de calcul. Plusieurs options sont alors possibles : recouper les chiffres des différentes sources – narratives, archivistiques quand elles existent – les confronter minutieusement, éliminer les chiffres les plus incongrus, faire des déductions à partir des chiffres intermédiaires (ceux des conrois, des pertes, des blessés…), comparer les possibilités de rassemblement de troupes offertes par les champs de bataille ou les aires de campement (quand elles sont connues) aux chiffres disponibles, mesurer les distances qu’une armée peut ou non parcourir en colonne, calculer le temps qui aurait été nécessaire à telle ou telle force pour emprunter une porte de ville encore existantexi, tenir compte des nécessités inhérentes au ravitaillement et à l’équipement, chiffrer la population totale d’un pays et proposer une proportion de combattantsxii, etc. Cette énumération, non exhaustive, ne doit cependant pas occulter l’étroite dépendance du chercheur vis-à-vis de ses sources. L’existence de listes dénombrant les sergents et les piétons fournis par les communes, vers 1194 et en 1204, à l’armée de Philippe Auguste est sans équivalent dans l’Orient musulman. La disparition des registres des dīwān-s al-ǧayš seldjouqides, bourides, zankīdes est très préjudiciable ; elle impose de se tourner vers d’autres types de sources et tout particulièrement vers les chroniques, jusqu’alors peu mises à contribution. Analyser leur rapport aux nombres, dégager leur degré de crédibilité et, à partir de celles jugées les plus fiables, proposer des estimations : telle est la démarche qui sera ici suivie pour les armées musulmanes.

  • xiii  Ainsi qu’il a déjà été dit, l’ost féodal est complété par des mercenaires stipendiés, des pèlerins (...)
  • xiv  Voir le chapitre « Les armées : structures ».

10Cette approche est étroitement conditionnée par l’absence d’informations plus précises sur les territoires qui permettaient de financer ces armées. Celles-ci s’appuyaient sur des cavaliers lourds, sorte d’épine dorsale à laquelle s’agrégeaient des cavaliers légers et des fantassins dont un certain nombre seulement étaient permanents. Nourrir et entretenir ces hommes coûtait très cher. Ils étaient soit directement à la charge du souverain, lorsqu’ils étaient casernés dans ou près de sa capitale, soit financés par l’iqṭā‘ qui avait été alloué à l’émir qu’ils servaient. À charge pour ce muqṭa‘, selon les conditions stipulées au moment de l’attribution, de fournir un nombre précis de combattants montés, équipés à ses frais. On retrouve, grossièrement, le même fonctionnement dans les États francs. Les forces armées y reposaient pour partiexiii, pendant la première moitié du VIe/XIIe siècle, sur des cavaliers lourds puissamment équipés qui possédaient des fiefs d’où ils tiraient des revenus suffisants pour répondre à la semonce. Leur propre puissance dépendait de l’importance de ce fief qui allait du simple village aux territoires étendus de la « principauté » de Galilée. En sus de ces fiefs, d’autres, dits « de soudée », plus proches de l’iqṭā‘, offraient à leurs bénéficiaires, sous différentes formes qu’il n’est pas nécessaire de détailler ici, une sorte de rente (on les dit « fiefs rentes »). Comme le muqṭa‘, le vassal devait à son seigneur un service armé, sans limitation de durée dans le royaume de Jérusalem. On verra que pour ce royaume, une source tardive, rédigée par Jean d’Ibelin vers 1265, dénombre les chevaliers et les sergents fournis par chaque fief à l’armée royale. Rien d’aussi précis n’existe pour le domaine musulman ; il est même rare qu’on soit informé du nombre de cavaliers procurés par le titulaire d’un iqṭā‘ à son souverain. Ainsi, lorsque Nūr al-dīn confirma à Buḥtur l’iqṭā‘ (les villages du Ġarb) que son père avait reçu du Bouride Abaq, et y ajouta même d’autres villages, il fut stipulé qu’il lui incombait de fournir quarante cavaliers (fāris) si besoin étaitxiv. Beaucoup plus puissant, Asad al-dīn Šīrkūh, dont l’iqṭā‘ comprenait Homs, Palmyre et al-Raḥba, possédait un ‘askar personnel de cinq cents cavaliers, les Asadiyya.

  • xv  Voir les références et l’analyse de ces chiffres dans A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, p. 235 sq
  • xvi  V. Minorsky, « Aḥmadīlīs », EI2a, t. I, p. 300.
  • xvii  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, éd. Beyrouth, t. IX, p. 126. Sur la capitale historique de l’Azerbaïdjan voir (...)
  • xviii  Muntaam, t. XVII, p. 147. L’assassinat se déroula à la cour du sultan ; Tuġtakīn, prince de Damas (...)
  • xix  Supra, « Les armées : structures ».

11On ne connaît pas plus les revenus des différents iqṭā‘-s ou le montant des sommes en général nécessaires à l’entretien des soldats et de leurs montures. Il faut attendre le milieu du VIIe/XIIIe siècle pour disposer des informations amples et fiables que deux géographes, Yāqūt et ‘Izz al-dīn Ibn Šaddād apportent pour Alep, la Syrie du Nord et la Djéziré. Le premier précise combien de cavaliers (fāris) la province d’Alep permettait d’entretenir (5 000 cavaliers qui auraient pu s’élever à 7 000 sans un gaspillage éhonté), sans compter les garnisons des forteresses. Le second énumère le nombre de cavaliers que chaque ville et son territoire pouvaient fournirxv. Pour le VIe/XIIe siècle, on doit se contenter de données bien plus parcellaires, qui plus est ne concernant pas toujours la Syrie, comme les chiffres livrés par Ibn al-Ǧawzī qui, lorsqu’il consigne l’assassinat par des ismaéliens, à Bagdad, d’Aḥmadīl b. Ibrāhim b. Wahsūdān al-Rawwādī al-Kurdīxvi, « seigneur (ṣāḥib) de Marāġa et autre lieux d’Azerbaïdjanxvii », signale que son iqṭā‘ représentait quatre cent mille dinars par an. Son armée (ǧund) s’élevant à cinq mille cavaliers (fāris), il faut en déduire, pour peu que ces chiffres soient fiables, que quatre-vingts dinars d’iqṭā‘permettaient d’entretenir annuellement un cavalierxviii. D’autres chiffres apparaissent parfois dans les sources, tels, en 559/1164, les 200 000 dinars collectivement alloués par Nūr al-dīn aux troupes qui partaient pour l’Égypte et les vingt dinars exceptionnellement attribués à chaque cavalierxix. Mais, encore une fois, ils n’ont pas la cohérence de ceux de Jean d’Ibelin, de Yāqūt ou d’Ibn Šaddād.

  • xx  Sur le coût de la vie en Syrie médiévale, voir les travaux d’E. Ashtor cités en Bibliographie.
  • xxi  Parmi les nombreux exemples, cf. Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 273, année 503/1109-1110  (...)

12Tout juste ces données permettent-elles de se représenter combien les cavaliers et leur monture revenaient cherxx. Ce n’est pas un hasard si, lorsque des tributs sont signalés, il est fait mention de livraison de chevauxxxi. Mais de quel poids pesait le problème du financement dans l’effectif engagé dans telle ou telle opération militaire, nous l’ignorons. Ne doit-on pas, d’ailleurs, différencier cavaliers lourds cuirassés et cavaliers légers ? Est-il possible de faire un lien entre l’évolution quantitative et même qualitative des armées et l’investis-sement qu’elles représentaient ? N’était-il pas plus avantageux, pour un souverain, d’entretenir une troupe limitée en nombre et de faire appel, quand cela était nécessaire, aux auxiliaires bédouins qui avaient l’avantage de se nourrir eux-mêmes quand ils ne combattaient pas ?

13En analysant le rapport des sources narratives aux nombres, en tentant de se faire une idée de l’évolution des effectifs, et par-là même des rapports de force humains, de la fin du Ve/XIe siècle à la mort de Nūr al-dīn, il s’agira également d’apporter des éléments de réponse à ces questions.

2. La vision des historiens

  • xxii  C. von Clausewitz, op. cit., p. 206.
  • xxiii  H. Delbrück, Geschichte, op. cit., et F. Lot, L’art militaire…, op. cit.
  • xxiv  H. Delbrück, Numbers in History, Londres, 1913 ; M. I. Finley, Ancient History : Evidence and Mode (...)
  • xxv  Examen attentif de cette méthode et dénonciation de ses incohérences par B. S. Bachrach, loc. cit.
  • xxvi  Voir en Introduction.
  • xxvii  L’art militaire et les armées au Moyen Âge en Europe et dans le Proche-Orient, Paris, 1946, p. 15.

14Carl von Clausewitz remarquait qu’avant lui les historiens n’avaient pas vraiment accordé à la supériorité numérique l’importance qui lui était due. Il invoquait pour preuve l’absence d’évaluation, chez nombre d’entre eux, des troupes engagéesxxii. Peut-être influencés par sa pensée, les historiens militaires postérieurs s’attachèrent à faire de telles estimations. Ainsi Hans Delbrück ou Ferdinand Lot qui, à un demi-siècle de distance, eurent le plus d’influence dans l’historiographie contemporainexxiii. Les travaux du premier marquèrent puissamment les esprits. Ayant rédigé un opuscule sur « les nombres dans l’histoire », il fit preuve, selon M. I. Finley, d’une « obsession des nombresxxiv ». Sceptique par rapport à des sources antiques et médiévales qu’il accusait de travestir la réalité dans des intentions propagandistes, il fit le choix de minimiser pratiquement tous les chiffres qu’elles rapportaient. Il faut dire qu’il concevait le Moyen Âge comme une époque attardée économiquement, peu monétarisée, incapable, à rebours de l’empire romain, d’équiper et de nourrir une armée un tant soit peu nombreuse. La guerre médiévale se réduisait donc, malgré les assertions d’un certain nombre de chroniqueurs, à une alternance de combats tribaux d’envergure limitée. Les incohérences de sa méthode le conduisaient pourtant parfois à aller à l’encontre des préceptes qu’il avait établis et à accepter à l’occasion des chiffres clairement excessifsxxv. En fait, son scepticisme visait surtout à s’opposer à la « naïveté » de Gustav Koehlerxxvi qui s’accommodait des centaines de milliers de combattants avancés par les sources. Il fit des émules, et notamment Ferdinand Lot pour lequel également « les nombres avancés par les sources narratives ne méritent aucune confiance » : le nombre n’était pour les chroniqueurs qu’un « procédé destiné à produire un effet d’étonnement, d’émerveillement pour le lecteurxxvii ». Mais il n’en écartait pas pour autant toute utilisation de leurs chiffres ; la « méthode comparative » permettait d’éliminer ceux jugés non fiables. Un peu comme Hans Delbrück, F. Lot en arriva à éliminer tous les chiffres trop importants à ses yeux ; dès lors il partagea ses estimations les plus basses. Il faut dire qu’il avait le souci de toujours lier la taille des armées aux ressources financières qui en permettaient la levée et l’entretien.

  • xxviii  Histoire des croisades, op. cit., annexe II, p. 1063-1067.
  • xxix  Voir tout particulièrement p. 153, à propos des premiers Croisés. Mais Ph. Contamine n’en accepte (...)
  • xxx  Voir les p. 5-9.
  • xxxi  Comme Gilbert de Mons, Suger, Guillaume de Tyr, Villehardouin ou Henri de Valenciennes : ibidem, p (...)
  • xxxii  Il s’appuie notamment sur l’exemple de Brémule, en 1119 : Louis VI de France et Henri Ier d’Anglet (...)

15Bon nombre d’historiens marquants de la deuxième moitié du XXe siècle eurent un raisonnement proche. Steven Runciman, à propos des « forces numériques des Croisés », faisait preuve de la même méfiance vis-à-vis des chroniqueurs dont il dénonçait les « exagérations sauvages » ; seuls les « chiffres plus petits » trouvaient grâce à ses yeux. Ils permettaient de faire certaines « déductions », mais sans tomber dans l’illusion de pouvoir connaître la taille des armées croisées : toute estimation devait « être considérée avec réservexxviii ». Dans sa somme sur La guerre au Moyen Âge, Philippe Contamine partagea sa prudencexxix, de même que J. F. Verbruggen dans The art of warfare in Western Europe during the Middle Agesxxx. Ce dernier allait même plus loin dans la dénonciation des auteurs médiévaux dont la plupart n’avaient aucune connaissance du fait militaire. À la manière de Ferdinand Lot, il acceptait plus volontiers les petits nombres, et plus spécialement ceux livrés par quelques chroniqueurs bien placés dans la hiérarchie du pouvoirxxxi. Pour lui également, les armées médiévales étaient peu nombreusesxxxii.

  • xxxiii  J. France, Western warfare, p. 128. Cf. aussi, du même, Victory, p. 122-142.
  • xxxiv  Jean Flori, « L’usage épique des nombres, des chroniques aux chansons de geste ; éléments de typol (...)
  • xxxv  Voir surtout J. Flori, « Un problème de méthodologie. La valeur des nombres… », p. 407 et Pierre l (...)
  • xxxvi  Pierre l’Ermite, p. 450-455.

16Pour justifier ces effectifs limités, tous ces historiens s’appuyaient, mais sans développer plus avant l’idée, sur les difficultés de ravitaillement auxquelles des troupes plus importantes auraient dû faire face. Depuis peu néanmoins des médiévistes ont, au moins en partie, réhabilité ces nombres. En conséquence, les estimations des effectifs d’armées dont on admet qu’elles pouvaient considérablement varier sont revues à la hausse – par exemple, 15 000 hommes sont attribués à Robert Guiscard attaquant l’empire byzantin en 1081-1085xxxiii. Les travaux les plus novateurs sont ceux de Jean Flori qui a récemment réévalué les « effectifs de la première croisadexxxiv ». Il s’est tout d’abord interrogé sur la valeur et la signification des nombres fournis par les chroniqueurs de la première croisade ; puis il s’est attelé à un traitement statistique de ces nombres, traitement dont les résultats ont été confrontés avec la loi statistique appelée – une fois transformée en graphique – « courbe de Gauss » ou « courbe en clochexxxv ». Établissant ainsi fermement que ces chiffres n’étaient pas aussi fantaisistes qu’on l’a longtemps cru, il a pu proposer une « réévaluation des effectifs des Croisésxxxvi ». Mais il ne s’est intéressé qu’aux armées franques : la tendance des chroniqueurs à exagérer la taille de l’ennemi lui a imposé d’écarter les nombres qui désignaient leurs adversaires. Dès lors, pas plus que ses prédécesseurs, il n’a essayé d’estimer les effectifs des troupes musulmanes. Un travail analogue au sien s’imposait donc, qui se serait basé sur les sources narratives arabes.

  • xxxvii  Par exemple, David Nicolle, The Medieval Warfare Source Book, t. II, Christian Europe and its neig (...)
  • xxxviii  15 à 20 000 combattants pour une armée de campagne moyenne, pendant les Xe-XIIe siècles, selon J.- (...)
  • xxxix  A. K. S. Lambton, « The internal structure of the Saljuq empire », p. 230.
  • xl  Cf. par exemple B. J. Beshir, « Fatimid military organization », Der Islam, t. 55, 1978, p. 44-45, (...)
  • xli  Damas, p. 72. Voir également B. J. Beshir, loc. cit.
  • xlii  Hugh Kennedy, The armies of the Caliphs, op. cit., p. XII-XIII. Il conclut ainsi : « In general, t (...)

17Les ouvrages qui traitent des effectifs dans les armées musulmanes manquent et les synthèses déjà évoquées restent elliptiques à ce sujetxxxvii. Mais quelques historiens évaluent totalement ou partiellement soit une population, soit des armées. Pour ce qui est de ces dernières, les chiffres retenus sont en général équivalents à ceux des forces byzantinesxxxviii, mais supérieurs à ceux des armées féodales de l’Occident chrétien. Par exemple, après les sommets atteints par Malik Šāh qui aurait disposé de 40 000 cavaliers aux temps de sa splendeur, l’armée seldjouqide en propre, nonobstant les apports émiraux et tribaux, aurait évolué entre 10 et 15 000 combattantsxxxix. De fait, non sans dénoncer les amplifications disséminées de-ci de-là (tout particuliè-rement pour l’effectif de l’ennemi)xl, ces historiens semblent accorder plus de confiance à leurs sources que les médiévistes occidentalistes n’en accordent aux leurs. Tout au moins les discutent-ils avec moins d’hésitation. Après avoir souligné les difficultés à estimer les effectifs des armées bourides, Jean-Michel Mouton note ainsi qu’« un certain ordre de grandeur semble respecté par les chroniqueursxli ». Hugh Kennedy s’intéressant aux armées des débuts de l’islam choisit même de ne pas se défier de sources narratives pourtant controversées. C’est à partir de leurs chiffres qu’il émet des hypothèses : d’une part parce que les exagérations du type de celles qu’on trouve dans les chroniques latines des croisades y sont rares, d’autre part parce que les troupes étaient, en domaine musulman, effectivement comptées, un registre (ǧarīda) consignant ces comptes en vue du paiement de la solde par le dīwān al-ǧayš. Que le dénombrement ait été connu de plusieurs personnes ne fait aucun doute (secrétaires, commandant, soldats…) ; que l’information se retrouve dans des récits historiques est plausiblexlii.

  • xliii  Ibn al-Furāt, I, 138 r°, dans J.-M. Mouton, Damas, p. 218. La situation ne pouvait être qu’excepti (...)
  • xliv  Voir tout particulièrement, dans le Liber, RHC, Occ., t. III, p. 227-228, le récit de la tentative (...)

18Doit-on déceler dans les sources arabes, ainsi que le fait Hugh Kennedy, une « rationalité » plus poussée, une tendance moindre à l’exagération, une information plus solide ? Un kātib comme Ibn al-Qalānisī, notre meilleure source pour le VIe/XIIe siècle, était-il plus au fait de la situation administrative et militaire de la principauté de Damas que les clercs auteurs des chroniques de la première croisade ? Cela ne fait à première vue guère de doute. Un secrétaire particulier ne pouvait-il pas, à l’image du kātib de Tuġtakīn, en 513/1119, se voir attribuer, pour quelques jours, le commandement de l’armée en pleine campagne contre les Francsxliii ? Mais il faut moduler une telle thèse : la plupart des chroniqueurs arabes sont tardifs et redondants, et leurs sources sont souvent mal identifiées. De plus, tous n’étaient pas secrétaires et certains de leurs homologues latins, tel Gautier le Chancelier, côtoyaient de près leurs propres administrations. Plusieurs, d’ailleurs, semblent avoir bénéficié de pièces d’archives lors de la rédaction de leur chronique (ainsi Guillaume de Tyr). Enfin, les chroniqueurs latins de la croisade eux-mêmes gravitaient souvent dans une orbite princière, ce qui leur permettait d’être au courant d’informations comptables qui ne pouvaient, au moins ponctuellement, manquer d’être transmises, par exemple à propos du ravitaillement. Raymond d’Aguilers, souvent utilisé car il nourrit son texte de nombres abondants, était ainsi proche du comte Raymond de Toulouse ; sa place privilégiée lui permet de livrer de précieuses informations sur les effectifs des différents contingents croisésxliv.

  • xlv  Cf. Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II p. 544-5 et W. J. Hamblin, Fatimid Army, p. 304-308.

19Cela étant dit, on ne peut nier certaines spécificités administratives du domaine musulman, comme al-‘arḍ, le rassemblement, la revue et l’inspection des troupes, qui donnait notamment lieu à un soigneux dénombrement des soldats. Ponctuellement, quelques mots sont dits de tels ou tels ‘arḍ-s dans les chroniques ; quelques-uns se déroulaient en Syrie. D’autres revues, ou plutôt des défilés, étaient parfois l’occasion de fastueuses démonstrations de force. Ainsi nous apparaît tout au moins celle, marquant la rupture de la digue du Nil, à laquelle assista le voyageur persan Nāṣīr i-Ḫusraw qui visita l’Égypte au milieu du Ve/XIe siècle. Il en a laissé une description tout à la fois étonnée et émerveilléexlv.

II. Les sources narratives : la valeur des nombres

20De telles descriptions, fort utiles au demeurant, sont malheureusement rares et on doit en grande partie se baser sur les nombres régulièrement avancés dans les sources narratives. L’une des questions qui se pose reste celle de leur fiabilité. Pour cela, il est nécessaire de se demander si les chroniqueurs, et singulièrement les chroniqueurs arabes, en font ou non un usage symbolique ou/et rhétorique.

  • xlvi  Voir Guy Beaujouan, « Le symbolisme des nombres à l’époque romane », CCM, t. iv, 1961, p. 159-169  (...)
  • xlvii  « L’ignorance des nombres est encore une des causes qui arrêtent dans l’intelligence des figures o (...)
  • xlviii  Sur tout ceci, voir Guy Beaujouan, « Nombres », dans J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt (dir.), Dictionn (...)
  • xlix  En dernier lieu, voir Pierre l’Ermite, p. 427-438. On ne peut néanmoins nier des propensions au sy (...)
  • l  C. Mira, loc. cit. Mais les chiffres sont également employés « à dessein littéraire, idéologique o (...)

21En Occident, la mentalité médiévale jouait des symboles et jonglait avec les nombres au nom même, parfois, de la rationalitéxlvi. Il faut dire que la Bible invitait à s’interroger sur les significations symboliques et ontologiques des nombres, du nombre quarante, par exemple, que saint Augustin appelait à étudier avec ferveurxlvii. Au XIIe siècle, l’arithmétique spéculative gréco-romaine continuait à être enseignée, principalement à travers le De institutione arithmetica de Boèce. Sa démarche était reprise et amplifiée par des auteurs tels que Thierry de Chartres ou Odon de Monrimon qui cherchaient à proposer une démarche intellectuelle menant à la foi par la logique. La thématique du symbolisme des nombres était donc répandue parmi les élites intellectuellesxlviii. Doit-on pour autant soupçonner l’intention symbolique dès qu’on rencontre, dans les chroniques latines, des chiffres incongrus qui opèrent une rupture brutale dans la logique narrative ou semblent faire référence à des occurrences bibliques ? Pour ce qui est des sources de la croisade, Jean Flori a opté pour une réponse négative à cette question. Si ce n’est dans les chansons de geste, il conclut à l’absence d’une utilisation symbolique non plus que, la plupart du temps, fantaisiste des nombresxlix. À son argumentaire, on ajoutera que suivre le cursus des arts libéraux, et donc l’enseignement du quadrivium (arithmétique, astronomie, géométrie, musique) ne fournissait pas les armes intellectuelles rendant aisé le maniement des chiffres. Des chiffres fantaisistes peuvent n’exprimer que des connaissances parcellaires en cette matière, voire de la maladresse. Un simple survol des chroniques dénote l’ambivalence : un souci réel de dénombrer, mais sans régulière intention de le faire avec rigueur. Des chiffres aberrants succèdent à d’autres qui semblent plus plausibles au lecteur. Une enquête plus approfondie, menée il est vrai sur des textes littéraires, confirme, outre un « grand amour du nombre », des manipulations souvent incohérentes et des connaissances mathématiques limitées et lacunairesl.

  • li  Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. III, L. III, 63, p. 471-472. La bataille oppose Āq Su (...)
  • lii  Gesta Dei per Francos, trad. M.-C. Garrand, p. 24 et note 170 (Guibert ne s’aperçoit pas que Fouch (...)

22Les réserves bien connues que Foucher de Chartres émet sur l’absence de rigueur de ses devanciers n’évoquent d’ailleurs ni allégorie ni symbolisme, pour peu bien entendu qu’il ait eu le souci de les repérer et de les révéler. C’est surtout la manipulation des chiffres à des fins idéologiques et de propagande qu’il dénonce. Question de méthode, sous-entend-il aussi en reconnaissant que les grandes quantités ne pouvaient pas être précisément estimées. Cela ne l’empêche pas de verser lui-même dans l’incohérence : à A‘zāz, selon lui, en 519/1125, les Francs avaient 1 100 chevaliers et 2 000 piétons, les Turcs plus de 15 000 cavaliers, soit un rapport d’un combattant monté pour plus de treizeli. À vrai dire pas forcément plus rigoureux tout au long de ses Gesta Dei per Francos, Guibert de Nogent ne s’y était d’ailleurs pas trompé. Ayant tardivement découvert l’ouvrage de Foucher, qu’il percevait comme un concurrent, il se plaît à relever ses erreurs. Il doute ainsi des 100 000 hommes massacrés à Nicée par les Croisés, parce qu’ailleurs dans l’Historia de Foucher les Croisés avaient été estimés à 6 000 000lii.

  • liii  Voir en général T. Fahd, La divination arabe. Études religieuses, sociologiques et folkloriques su (...)
  • liv  Divination par les nombres.
  • lv  G. S. Colin, « Ḥisāb al-djummal », EI2, t. III, p. 484 ; Carra de Vaux, « Ta’rīkh », EI, s. v.
  • lvi  Ibn Ḫaldūn, Muqaddima, éd. électronique (CD-Rom), Le Caire, 2000, p. 142-145, où il dénie toute sc (...)

23Les chroniqueurs arabes sont-ils dans le même registre ? Eux aussi baignaient dans une atmosphère où le mysticisme, l’occultisme, les techniques prédictives et la divination avaient très largement leur place. Les nombres étaient mis à contribution dans les très nombreux usages qui tenaient du ‘ilm al-ḥurūf, la « science des lettres », branche du ǧafr, qui englobait toutes les méthodes de divination basées sur les lettres de l’alphabetliii. L’une d’entre elles, le ḥisāb al-ǧummal (l’arithmomancie ou la gématrieliv), visait à la datation par chronogramme : on réunissait en un mot ou en un court syntagme toutes les lettres dont les valeurs numériques totalisées livraient la date de tel ou tel événement – passé ou futurlv. Ibn Ḫaldūn préfère parler de ḥisāb al-nīm, expression qui désigne une technique prédictive qu’on faisait, souligne-t-il, faussement remonter à l’arithmétique spéculative telle que l’aurait fondée Aristote. Ceux qui la pratiquaient cherchaient à prédire lequel, de deux souverains (mulūk) antagonistes, allait être vainqueur ou vainculvi.

  • lvii  EI2, « Djafr », loc. cit., p. 386.
  • lviii  Sur tout ceci, voir A. I. Sabra, « ‘Ilm al-ḥisāb », EI2, t. III, p. 1167. Sur les Iwān al-afā, (...)

24Les spéculations sur la valeur numérique des lettres ont en fait fortement marqué la mystique musulmane. Celles qui formaient les noms divins donnaient ainsi lieu à une véritable vénération ; il en était de même des sept lettres absentes de la Fātiḥalvii. Les chiites étant plus particulièrement adeptes du ǧafr (ils firent de ‘Alī b. Abī Ṭālib l’initiateur), on ne s’étonnera pas qu’une des rasā’il des Iḫwān al-Ṣafā’ (« Frères de la pureté ») soit consacrée aux nombres. Une conception ésotérique de l’arithmétique, vue comme la première étape vers la sagesse, y est développée. « Les choses qui existent sont en conformité avec la nature des nombres » qui, grossièrement, deviennent tout à la fois principes directeurs de la Création et symboles qui permettent de la comprendre. Nombres qui tous découlent du « Un », de la même manière que les choses dérivent de l’Être unique qui les transcendelviii.

  • lix  Concernant le chiffre « 7 », qui indique le sabbat, jour de repos du Créateur après les travaux de (...)

25Ces différentes pratiques divinatoires n’interprétaient pas les nombres de la même manière, ne concédaient pas la même valeur, les mêmes qualités ou les mêmes imperfections à tel ou tel d’entre eux. L’origine de telles attributions (traditions asiatiques, influences juives et chrétiennes, indoiraniennes et grecques, pratiques arabes antéislamiques, Coran ou ḥadīṯ-s…) n’est pas souvent déterminée avec certitude, pour autant qu’elle fût unique. On a vu que les Iḫwān al-Ṣafā’ faisaient dériver tous les nombres de l’Un (qui pour eux n’était pas un nombre), par là-même magnifié. A priori, pour tous les musulmans, le « Un » symbolisait et symbolise toujours le plus parfaitement la puissance et la substance : ne renvoie-t-il pas par essence à l’unicité divine (« lā Ilāh illā Allāh » de la šahāda ) ? Des traditions contradictoires défendent l’une la préférence à accorder aux chiffres pairs, l’autre, au contraire, la prééminence des chiffres impairs ; le chiffre cinq, reconnu de toute Antiquité comme un chiffre magique au Maghreb, pourrait avoir acquis avec l’avènement de l’islam une excellence encore plus affirmée : des prières, il en est cinq, de même que les connaissances secrètes. Quant au sept, nombre sacré par excellence pour les juifs et les chrétiens, fondamental en théologie islamique, il est très certainement d’origine babyloniennelix.

  • lx  Il a laissé une version persane et une version arabe dont le titre est : al-Risāla al-rābi‘aašara (...)
  • lxi  Le souverain est Oljäitü ; cela se passe en rabī‘ al-awwal 708/septembre 1308.
  • lxii  Ibid., p. 650-651 et note 5 (texte arabe).
  • lxiii  Citations respectivement p. 653, 656.

26De telles supputations étaient très nombreuses, si nombreuses que toute une littérature exposant diverses interprétations existait au Moyen Âge. À rebours, Rašīd al-dīn, historien célébré et ministre non moins honoré des Īl-Ḫān-s de Perse, a laissé une Risālat al-‘adad (« Épître sur les nombres ») où il s’attache à démontrer la relativité de toute considération sur les nombreslx. Il se penche sur la prééminence accordée à certains chiffres par ses contemporains, et plus précisément celle de « douze », montrant au passage que toutes les classes sociales étaient touchées. Il motive la rédaction de l’épître par l’inachèvement d’une discussion engagée dans l’entourage du souverain pendant une halte d’une campagne de chasselxi. Un argument d’autorité était notamment invoqué, en fait un ḥadīṯ : « Quand une armée compte douze mille [combattants], elle n’est pas déconfite, n’ayant même que son effectiflxii. » Plus rationnelle semblait l’affirmation que « douze » étant de tous les nombres le premier « nombre abondant », il fallait qu’il fusse le plus éminent. Procédant à petites touches, reconnaissant bien volontiers que « tout nombre possède nécessairement propriété, vertu et supériorité exclusives de celles d’autres nombres », Rašīd al-dīn en vient à démontrer que, du coup, « on ne peut point déclarer absolument que propriété, noblesse et excellence de tel nombre sont supérieures à celles de tel autre nombrelxiii ». Nombres dont il a, pour certains tout au moins, au passage énuméré les attributs de supériorité. Comme ils dérivent tous du « un », attribut du Créateur, l’excellence ne peut que lui être reconnue ; mais les créatures ne peuvent exister que par couple… et le 4 renvoie au fait que les éléments sont « au nombre de quatre », le 5 aux cinq sens, le 6 à la création complète de l’univers en six jours, etc.

  • lxiv  Ibn Ḫaldūn, éd. électronique p. 13-16 (texte identique à celui de l’éd. du Caire, 1965, p. 9-12) ; (...)
  • lxv  Utilisation du chiffre « 7 » et ses dérivés pour désigner une grande magnitude. B. Guénée, Histoir (...)
  • lxvi  Lawrence I. Conrad, « Seven and the tasbī‘ », op. cit., p. 42-73. Voir aussi, du même, « Abraham a (...)
  • lxvii  In L. I. Conrad, loc. cit., p. 45 et note 8.

27La leçon de Rašīd al-dīn est celle de la prudence : il faut se garder, semble-t-il estimer, de toute démarche trop hâtive, irrationnelle. Éviter ce terrain-là, donc, faire preuve de circonspection, opter pour une certaine « rationalité ». Mais il ne s’intéresse pas aux écrits des historiens, ce que fait sur un autre registre Ibn Ḫaldūn lorsque, un peu comme Foucher de Chartres, il se plaît à attaquer les maîtres ès arts historiques (fann al-ta’rīḫ). Il concentre ses critiques sur leur méthodologie, mettant l’accent sur leurs négligences vérificatrices (taḥqīq) et correctrices (tanqīḥ), leur complaisance dans l’erreur et l’illusion, le goût du mensonge et de l’exagérationlxiv. Nul reproche, par contre, ne leur est fait d’employer les nombres d’une manière symbolique. Doit-on pour autant abandonner cette piste ? Lawrence I. Conrad met l’accent sur l’utilisation symbolique des chiffres « 7 » et « 70 » (et par extension de tout nombre débutant par « 7 ») dans des textes de toute nature – ouvrages d’adab, dictionnaires biographiques, chroniques, Coran, recueils de ḥadīṯ-s, etc. Le tasbī‘lxv, l’utilisation de chiffres pour suggérer l’influence divine, l’idéalisation d’une durée de vie de soixante-dix ans (d’où la tendance à attribuer un tel âge aux hommes éminents) montrent l’existence de pratiques usant symboliquement des nombreslxvi ! Il est vrai qu’Ibn Ḫaldūn lui-même reconnaissait qu’ils ne devaient pas tous être pris littéralement : « Chez les Bédouins, [soixante-dix] est utilisé pour “beaucoup” (kaṯīr)lxvii. »

  • lxviii  Même chiffre dans plusieurs chroniques, par exemple le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, t. IX p. 19 ; l’Itti‘ā (...)
  • lxix  Muntaam, t. XVII, p. 43, 47-48, 270-271, 308, t. XVIII p. 552, 63-64.
  • lxx  Il faut prendre ce mot dans son sens premier de « emploi de symboles ; figuration par des symboles (...)
  • lxxi  Muntaam, t. XVII, p. 271, t. XVIII p. 209 (obituaire de Nūr al-dīn).
  • lxxii  Zubda, t. II, p. 296 (an 544).
  • lxxiii  Ta’rīḫalab, p. 368 (an 511).
  • lxxiv  Bustān, éd. Cl. Cahen, p. 134 (an 558); Zubda, t. II, p. 205 (an 516).
  • lxxv  Itti‘āẓ al-unafā, p. 22 et 23 (an 491 et 492).

28Comment, dans ce cadre, ne pas s’interroger sur le Muntaẓam d’Ibn al-Ǧawzī où plusieurs chiffres peuvent prêter à interrogation : les 70 000 musulmans massacrés par les Francs pendant le siège de Jérusalemlxviii ; les 7 000 soldats à la tête desquels, en 526, exécutent une sortie violente alors qu’il se bat contre Qarāǧa et Mas‘ūd, Sanǧar ordonne à Zankī et Dubays d’attaquer Bagdad ; les 7 000 hommes, encore, qui, en 530, alors que la capitale abbasside fait les frais de l’opposition entre Dāwūd et Mas‘ūd, les deux Seldjouqides ennemis ; les 7 000 cuirasses (ǧawšan) que le calife fait distribuer aux hommes qui lui sont fidèles, en 552, pendant le siège de Bagdad par Muḥammad Šāh et l’amīr ‘Alī Kūǧak ; les 70 000 Francs, au total, qui assiègent Damas pendant la deuxième croisade ; et même, pour ne pas se limiter aux chiffres d’effectifs militaires, les 700 000 dinars que les « trois rois francs » qui mènent cette expédition répartissent entre les soldats, à Acrelxix ? Comment ne pas voir des traces de symbolismelxx dans cette profusion de « 7 » ? Sans changer de chronique, d’autres usages symboliques potentiels apparaissent, des 40 000 victimes de la bataille opposant Sanǧar à Qarāǧa et Mas‘ūd, en 526 aux 7 ans, 7 mois et 7 jours pendant lesquels l’agresseur franc libéré par Nūr al-dīn se voit interdire de fouler le territoire musulmanlxxi. De même, le tasbī‘ peut venir à l’esprit quand Ibn al-‘Adīm signale qu’à l’annonce du décès de son frère Sayf al-dīn, maître de Mossoul, appelé par le dizdār de Sinǧār ‘Abd al-Malik Walīd, Nūr al-dīn accourt à la tête de 70 émirs, tous légèrement équipés, ǧarīdatanlxxii. Autres occasions de soupçon : la mention par al-‘Aẓīmī d’une déroute infligée par 40 fāris francs au ‘askar d’Ascalonlxxiii ; la réunion, selon le Bustān, de 40 émirs égyptiens par Ḍirġām qui les fait finalement massacrer ; le récit, par Ibn al-‘Adīm (et d’autres sources) d’une improbable défaite infligée aux 1 000 cavaliers du « ‘askar Ḥalab » par 40 chevaliers (fāris) francs, dans le territoire de ‘Azāzlxxiv. Nombre 40 qu’on retrouve curieusement dans les récits que Maqrīzī fait des prises de Jérusalem par al-Afḍal et par les Francs de la première croisadelxxv.

29Assurément, certains de ces nombres sont symboliques. D’autres exemples pourraient être cités, mais ils ne représentent qu’une infime proportion de l’ensemble des chiffres cités par les chroniqueurs : la plupart du temps, leurs évaluations chiffrées renvoient à des quantités crédibles. En outre, il n’est pas toujours possible d’identifier avec certitude un symbolisme et alors d’y repérer une référence claire à une idée précise, communément partagée par les hommes du temps. Et les sources arabes sont redondantes et répétitives ; les estimations qui s’y trouvent ne reflètent pas forcément le rapport au nombre de leur auteur. Dénombrer, mesurer des variables, multiplier les nombres, même sans forcément toujours proposer des estimations précises, c’était s’approprier la chair des événements qui étaient exposés, afficher une certaine crédibilité, faire preuve d’historicité, toutes qualités que les chroniqueurs arabes proclamaient vouloir partager, n’en déplaise à Ibn Ḫaldūn. Si certains d’entre eux, à certaines occasions, se laissent aller à user de chiffres symboliques, aucune généralisation n’est possible.

  • lxxvi  Pour les sources latines, un bref aperçu des formules utilisées par l’auteur anonyme des Gesta est (...)
  • lxxvii  Alexiade, t. II, XV, 6, p. 206-208.
  • lxxviii  Voir par exemple les expressions stéréotypées qu’ils emploient très souvent pour désigner une armé (...)

30Il ne faut pas prendre toute imprécision pour un symbolisme, dans les chroniques latines comme dans les chroniques arabes. La précision n’entrait pas forcément dans le cadre de la narration médiévale où des expressions plus imprécises les unes que les autres se succèdent, métaphores et comparaisons notammentlxxvi. Souvent, donner un ordre de grandeur suffisait : les chroniqueurs cherchaient avant tout à faire partager une émotion. Les chroniqueurs latins de la croisade, tout particulièrement, voulaient marquer les esprits. Comment agir sur les lecteurs (ou les auditeurs) sinon en insistant sur le nombre, en l’amplifiant. Ne contaient-ils pas une expérience collective sans pareille, dont l’exception n’était égalée que par le très grand nombre d’hommes concernés ? Dans une autre langue, Anne Comnène relatant l’arrivée des Croisés ne procède pas différemmentlxxvii. Les auteurs arabes non pluslxxviii.

  • lxxix  Exemples : 7 habitants ouvrent une des portes de Mossoul et la livrent à Mawdūd qui l’assiégeait p (...)
  • lxxx  Exemple parmi d’autres : ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 206-9/LT p. 26-8 (Tutuš face au père de Zankī).
  • lxxxi  Première croisade : ibid., p. 219/LT p. 39. Il s’agit d’un corps détaché qui pillait les régions v (...)
  • lxxxii  Voir par exemple sous l’année 552 une victoire remportée par Nūr al-dīn. Les musulmans ne perdent (...)

31Malgré tout, les chroniqueurs arabes des croisades paraissent user des nombres d’une manière plutôt sûre. En général prudents, ils livrent des chiffres ronds ; les quelques exceptions concernent toujours des nombres peu élevés, de l’ordre de l’unité ou de quelques dizaineslxxix. De même, ils prennent souvent la précaution de rester dans l’ordre du probable. À maintes reprises Ibn al-Qalānisī, par exemple, dans un souci de rester crédible, fait précéder l’estimation de naḥwa (environ) ou autres expressions équivalenteslxxx. Ce dernier auteur fait même preuve d’un remarquable souci de la mesure. Dans son ouvrage, rares sont les très grands nombres, très rares les exagérations. Ces dernières concernent essentiellement les Francs : 30 000 hommes formant un simple corps (farīq) de l’armée de la première croisade ; 1 000 000 d’hommes lors de l’annonce de l’arrivée des troupes de la deuxième croisade. Dans ce dernier cas, il est d’ailleurs remarquable que plus les armées croisées s’approchent de Syrie, plus l’évaluation devient réalistelxxxi. Si parfois Ibn al-Qalānisī utilise les nombres dans une intention idéologique ou de propagandelxxxii, on est bien loin des amplifications des chroniques latines et des absurdités des chansons de geste.

  • lxxxiii  Le postulat, critiquable par ailleurs (la loi de décroissance et la courbe de Gauss ne sont pas un (...)

32L’analyse de la répartition des nombres selon le chiffre initial et selon leur ordre de grandeur permet de préciser la relation de ces chroniqueurs aux nombreslxxxiii. Quelques réserves peuvent être énoncées. Les compilations tardives, tel le Kitāb al-rawḍatayn d’Abū Šāma, souffrent évidemment d’une irrégularité facilement explicable : les résultats sont faussés par le fait que les chiffres qu’ils citent sont d’origines diverses et ne peuvent donc exprimer une quelconque cohérence personnelle. Le Muntaẓam d’Ibn al-Ǧawzī, le plus religieux de tous les chroniqueurs arabes, montre une courbe de Gauss peu dessinée et une loi de décroissance non figurée. Souvent les nombres qui s’appliquent à l’ennemi franc (ou byzantin) dénotent incohérence et irrégularité, par manque d’informations fiables ou travestissement volontaire ; mais toutes les amplifications sont aisément décelables et faciles à corriger grâce au recours aux autres sources, surtout lorsqu’elles sont destinées à magnifier la victoire des musulmans. Enfin, pour ce qui est des chiffres initiaux, les anomalies sont nombreuses, même si la surabondance seule du « 7 », plutôt générale, peut poser question.

  • lxxxiv  Cela n’est pas forcément vrai en ce qui concerne les chiffres initiaux.

33Cela étant dit, en terme d’ordre de grandeur, la cohérence domine, tout particulièrement dans le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr et le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq d’Ibn al-Qalānisīlxxxiv. Les troupes qui interviennent le plus souvent s’élèvent à quelques centaines ou à quelques milliers d’hommes. L’ordre de grandeur moyen oscille, selon les textes, entre ces deux valeurs. Le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq offre vingt-trois occurrences de l’ordre de la centaine, vingt-deux du millier, pendant que le Kāmil, dont il faut à nouveau relever la perspective géographique beaucoup plus large, donne cinquante et une occurrences pour l’ordre du millier, trente-huit pour celui de la centaine. Il est intéressant de remarquer que la Zubda d’Ibn al-‘Adīm et le Ta’rīḫ Ḥalab d’al-‘Aẓīmī, autres chroniques locales, placent comme le Ḏayl les centaines au premier rang, pendant que le Muntaẓam ou le Kitāb al-rawḍatayn, moins centrés sur une seule contrée, privilégient comme le Kāmil l’ordre du millier. Cette différence s’explique par le fait que les armées qui opéraient ailleurs qu’en Syrie, et tout particulièrement dans l’Orient seldjouqide, ont été prises en compte. Elles avaient des effectifs plus nombreux que celles des princes de Damas ou d’Alep.

  • lxxxv  Ibidem, p. 488/LT p. 322-323 (an 546) ; Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 201. (...)
  • lxxxvi  Parfois, l’infériorité numérique des musulmans est mise en avant. Exemple : Bustān, p. 128 (deuxiè (...)

34Pour les chroniqueurs les armées devenaient réellement importantes au-delà de quelques milliers d’hommes et considérables dès que la dizaine de milliers de soldats était dépassée. Des forces très importantes, il en était finalement peu qui avaient traversé la Syrie. Les armées des première et deuxième croisades, qui donnent lieu aux amplifications les plus marquantes, étaient de celles-là. Pour la période qui nous intéresse, l’armée musulmane la plus nombreuse qui est mentionnée avec le plus de crédibilité est celle de Nūr al-dīn (30 000, pour Ibn al-Qalānisī et Sibṭ b. al-Ǧawzīlxxxv). Si on excepte les deux croisades, l’ordre de grandeur le plus cité pour les Francs, il est vrai moins souvent cités, est celui de la centaine. Ils ne sont donc pas systématiquement exagérés, comme les musulmans dans les chroniques franques ; ils ne devaient pas, dans l’esprit des chroniqueurs arabes, leur victoire au facteur « décisif » que Clausewitz met en valeurlxxxvi. Mais le rapport de force est très difficile à appréhender à partir de telles données. Tout au plus peut-on dire qu’il n’apparaissait pas, pour Ibn al-Qalānisī par exemple, fortement déséquilibré. C’est seulement à partir de Nūr al-dīn que la balance penche, pour lui comme pour ses pairs, nettement en faveur des musulmans. Mais il faut à nouveau souligner que tous les chiffres analysés ne renvoient pas aux seuls hommes effectivement utilisés au combat, et parmi ceux-ci aux cavaliers formés à la charge et à l’escrime à cheval, les plus efficaces. Sur le champ de bataille, même, les soldats présents n’étaient pas tous utiles ou actifs ; les actions sur les fronts de bandière mobilisaient plus de combattants que les manœuvres de fuite avec retournement ou les embuscades sur les flancs. Il ne faut donc pas tirer de conclusion trop hâtive de telles analyses, trop générales pour pouvoir imager le réel rapport de force.

III. Les effectifs

1. Démographie et armées

  • lxxxvii  Voir les calculs effectués par A. Corvisier, La Guerre. Essais historiques, Paris, 1995, p. 159 sq

35Les historiens militaires ont l’habitude d’établir une corrélation entre la taille des armées et la population totale d’un pays ou d’une zone géographiquelxxxvii. En effet, trois types de facteurs interviennent dans la constitution des armées : politiques et institutionnels, économiques et techniques, démographiques. Pour ce qui est des premiers, il va de soi que les obligations militaires varient d’une société à une autre. En Syrie médiévale, les sociétés musulmanes et chrétiennes étaient toutes entières tournées vers la guerre ; des élites militaires gouvernaient ; outre la conquête, elles visaient à se perpétuer. Les facteurs économiques et techniques déterminent, dans une certaine mesure, la taille des armées. Dans tout type de société, les ressources d’approvisionnement des soldats peuvent jouer dans le sens d’une limitation des effectifs, surtout des combattants les plus qualifiés ; de même, plus l’armement est de qualité et cher, plus le service se restreint à une classe limitée de professionnels. C’était le cas en Syrie médiévale. Quant au facteur démographique, par-delà les levées exceptionnelles qu’un accroissement de la population peut permettre, il joue un rôle important dans le cas de sociétés où la pratique de la guerre est réservée à une élite par la hausse des richesses que cet accroissement est censé provoquer. La classe des hommes de guerre peut plus facilement être nourrie et entretenue ; elle peut s’élargir grâce à de nouvelles arrivées, augmenter ses conquêtes et plus aisément se perpétuer. S’il y a décroissance démographique, non seulement il est de plus en plus difficile de lever des hommes à l’envi, mais surtout des terres sont laissées à l’abandon, le revenu des différents impôts baisse, les soldes sont plus rarement versées. L’armée périclite, des dissensions éclatent, parfois des révoltes ont lieu.

  • lxxxviii  Zubda, t. II, p. 67 et 340. Le premier texte est traduit par moi, les deux suivants par Th. Bianqu (...)

36Au VIe/XIIe siècle, les territoires d’al-Šām sous domination musulmane connurent un regain démographique certain. Une fois le choc des conquêtes turques et franques absorbé, le redressement débuta. Mais ce mieux-être fut progressif. Les témoignages successifs d’Ibn al-‘Adīm sur Alep et sa région sont à cet égard révélateurs. Après avoir fortement souffert des déprédations commises par les uns et par les autres à la fin du Ve/XIe siècle, la capitale nord-syrienne ne se releva que lentement au siècle suivant. C’est seulement après la mort de Zankī, pendant le règne de son fils, que le croît de la population fut plus flagrant, la prospérité plus marquantelxxxviii :

  • lxxxix  Littéralement « Par cet événement, il arriva à la Syrie quelque chose dont on n’avait jamais enten (...)

« Quand Afšīn quitta la Syrie, pas un village de la province d’Alep (a‘māl Ḥalab) n’était encore habité depuis Ma‘arrat [al-Nu‘mān] à Alep. Il se dirigea vers le pays d’Antioche où il détruisit tout ce qu’il put, pillant et réduisant à la captivité tous ceux qu’il trouvait. D’Antioche, on lui livra alors de l’argent et il alla vers l’Orient, après que lui et son armée (‘askar) se furent repus de butin.
Jamais la Syrie n’avait connu un tel sortlxxxix. Ses habitants périrent de faim ; il se trouva des gens pour en tuer d’autres et manger leur chair. On vendait le froment six ratl pour un dinar, ou parfois pour encore plus (wa mā siwā ḏālika bi l-nisba). »

« Les prix (à Alep) l’année de la mort de l’atābak Zankī étaient très bon marché : le froment, à six makkūk-s pour un dinar, l’orge à douze makkūk-s pour un dinar, les lentilles à quatre makkūk-s pour un dinar, les pois à cinq makkūk-s pour un dinar, le coton à soixante rutl pour un dinar. Quant au dinar c’est lui qui en fit (l’atābak), le dinar des récoltes, sa valeur était de cinquante qirtās bursa, et tout cela à cause du faible nombre des habitants. »

  • xc  Il s’agit de Nūr al-dīn.
  • xci  Comme toutes les mesures médiévales, les mesures arabes étaient variées et variables, par exemple (...)

« La ville d’Alep avait prospéré grâce à son équité et à la qualité de sa conduitexc, si bien qu’il ne demeurait plus une ferme dans les montagnes ou dans les vallées qui ne soit habitée et qui ne produise sa récolte. À l’extérieur d’Alep, les constructions et les habitations couvraient une étendue plus vaste que la ville elle-même, ainsi al-Ḥādir al-Sulaymānī, ainsi les quartiers à l’extérieur de Bāb al-Arba‘īn et à l’extérieur de toutes les portes.
Malgré l’accroissement de la production, les prix montèrent à cause de la croissance de la population si bien que les prix dans l’année où il mourut atteignirent (eu égard aux prix très bas demandés, l’année de la mort de son père) pour le froment, un dinar le makkūk et demi, pour l’orge un dinar les deux makkūk-s et demi, pour les lentilles, un dinar et un makkūk et un mas‘a, autant pour les pois, et pour le coton, six rutl deux fois pour un dinarxci. »

  • xcii  Cf. Th. Bianquis, « Damas » et A.-M. Eddé, « Alep », respectivement p. 37-55 et 157-175 de J.-Cl. (...)

37Damas et sa région connurent une évolution similaire. Les lamentations de Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, selon lequel des cinq cent mille habitants qui l’habitaient au début de l’occupation turque, il n’en restait plus que trois mille après les carnages d’Atsiz, ne sont plus de mise pour Damas bouride et moins encore pour Damas zankide. De plus, Damas ne connut pas une période aussi sombre qu’Alep après la mort de Riḍwān. De nombreux indices dénotent une prospérité retrouvée, nouveaux faubourgs, installation de réfugiés palestiniens ou du littoral syrien, accroissement du nombre des lieux de culte musulmans, etc.xcii.

  • xciii  J. C. Russel, Late ancient and medieval population, Philadelphia, 1958 ; id., Mediaeval Regions an (...)
  • xciv  Y. Courbage et Ph. Fargues, op. cit., tableau II, p. 55, proposent quant à eux 4 M d’habitants pou (...)
  • xcv  D’ailleurs, ses estimations varient quelque peu selon ses travaux. Il avance ainsi le chiffre de 2 (...)
  • xcvi  Ibid., p. 298.

38Il n’est néanmoins pas possible de chiffrer ce mieux-être, tout simplement parce qu’il est très difficile d’estimer la population syrienne au Moyen Âge. Les quelques tentatives qui ont été faites s’avèrent toutes décevantesxciii. Après divers calculs, le démographe J. C. Russel conclut que la Syrie dans son ensemble avait compté entre deux et trois millions d’habitants entre le début et la fin du VIe/XIIe sièclexciv. Puis il affina ses hypothèses, proposant une progression de 700 000 habitants environ pendant ce siècle. Moins peuplée que la Mésopotamie et que l’Asie Mineure désormais en grande partie turque, la Syrie ne se distinguait en rien de sa voisine égyptienne : là, le dynamisme démographique était remarquable. Mais le démographe lui-même reconnaît que ses estimations sont aléatoiresxcv. Finalement, la progression seule compte ; elle corrobore ce que les sources arabes laissent penserxcvi.

  • xcvii  Ibid., p. 308 et tableau 3. En fait, ce tableau multiplie (sans explication) les chiffres donnés d (...)

39Le même auteur a également cherché, à partir du modèle occidental, à retrouver la proportion d’hommes de guerre – cavaliers et leurs écuyers, fantassins et leurs servants – qui intervenaient en Syrie, en l’an 1100. Là aussi, ses résultats ne sont pas probants. Il dépasse quelque peu la proportion d’un cavalier pour mille habitants qu’il avait acceptée pour l’Occident médiéval, et considère que quatre ou cinq villages (sur « peut-être 11 000 ») étaient nécessaires à l’entretien d’un seul de ces cavaliers, deux fantassins étant attribués à chaque village (et environ sept fantassins par cavalier). Sur 2,7 M d’habitants (et non plus 2 M), en 1100, 2,3 M auraient été des villageois, 237 000 des citadins et, surtout, la proportion de combattants se serait élevée à 7,56 % du totalxcvii. Sans préciser la composition des différentes forces musulmanes, J. C. Russel s’arrête sur une proportion basse : sur 2 500 cavaliers qui exerçaient leurs talents à cette époque, 1 700 auraient été des Francs, 800 des musulmans. Cette conclusion a surtout le mérite d’apporter une explication commode aux victoires des premiers : leur supériorité numérique leur permit de vaincre des musulmans qui traînaient comme un fardeau leur désunion et leurs armées peu nombreuses.

2. Les armées latines

2.1. Les deux premières croisades

  • xcviii  Ta’rīḫalab, p. 358 (300 000). Les récits plus tardifs ne sont bien entendu pas en reste d’amplifi (...)
  • xcix  Kāmil, t. IX p. 29, 55, 319-323, 384.

40Quelle que soit la manière dont les musulmans perçurent la première croisade, il est incontestable qu’elle constituait pour eux une expédition d’une envergure depuis longtemps inégalée en Orient. La progression des différents contingents était précédée d’une myriade d’annonces toutes plus effrayantes les unes que les autres, d’où les exagérations de certains chroniqueurs, tel al-‘Aẓīmīxcviii. Notons à ce propos que, par ailleurs, les principales amplifications d’Ibn al-Aṯīr dans le Kāmil concernent et les différentes expéditions franques, et les oppositions entre les sultans seldjouqides et les Turcs païens menaçant leur empirexcix.

  • c  F. Lot, op. cit., p. 130 (2900 chevaliers au maximum), et, très proche, J. C. Russell, « The popul (...)
  • ci  S. Runciman, Histoire des croisades, p. 1063-1067 ; J. France, Victory in the East, p. 122-141 ; J (...)

41Après plusieurs décennies de recherches, il semble qu’il faille se résoudre à ne pas connaître avec précision la taille des armées croisées. On peut néanmoins écarter les estimations les plus basses, telles celles de F. Lot ou de J. C. Russelc. Pour correspondre ne serait-ce qu’approximativement aux nombres avancés par les différents chroniqueurs (essentiellement latins), il faut accepter de penser une expédition de l’ordre de la centaine de milliers d’hommes, voire un peu plus. Parmi eux, les combattants, qui ne se résumaient pas aux milites, s’élevaient à coup sûr à plusieurs dizaines de milliers d’hommes, ce qui correspond à des armées très importantes, que ce soit en Occident ou en Orient. S. Runciman parlait de 4 200 à 4 500 chevaliers et 30 000 fantassins au départ de Constantinople. Plus récemment, J. Riley-Smith et J. France (mais plus modérément) ont revu ces chiffres à la hausse : 7 000 milites pour le premier, sur 91 000 Croisés ; 50 000 à 60 000 hommes (avec les non-combattants) pour l’armée, dont 7 000 chevaliers, au moment de quitter Nicée, pour le second. Pour Jean Flori, il faut même aller jusqu’à 12 000 à 15 000 chevaliers au départ de Constantinople, sur une armée de 75 000 à 120 000 hommes. Nombre d’éléments manquent pour juger de la taille du contingent qui parvint à Jérusalem, et tout particulièrement le taux de mortalité qu’on imagine avoir été très élevé. Si on ajoute les abandons en cours de route, les retours pour une chaumière rêvée, une fois la ville sainte atteinte et prise, on s’explique mieux le déficit en hommes d’armes des États latins naissantsci.

  • cii  Ibn al-‘Adīm, Buġya, notice « Riḍwān ».

42Ces chiffres étaient-ils réellement colossaux pour l’époque ? Oui, pour un territoire qui avait subi de lourdes ponctions humaines, à la fin du Ve/XIe siècle. Déjà, au moment d’affronter Barkyārūq pour le sultanat, Tutuš avait eu du mal à rivaliser avec la puissance de son frère. Il avait requis son fils Riḍwān, lui enjoignant de réunir tout ce qui restait de troupes syriennes et de le rejoindre. C’est en chemin que Riḍwān avait appris la défaite et la mort de son père ; il s’en était retourné à bride abattue, conscient que son avenir se jouaitcii. En terre musulmane, à vrai dire, il semble que seuls des sultans seldjouqides au faîte de leur puissance pouvaient réunir des masses d’hommes réellement impressionnantes qui pouvaient s’approcher, en nombre de combattants, des troupes de la première croisade. Les Fatimides eux-mêmes, pourtant à la tête d’un État dont la puissance avait été restaurée par Badr al-Ǧamālī puis son fils al-Afḍal, auraient dû recourir à la totalité de leur puissance militaire pour parvenir à de tels effectifs.

  • ciii  Eudes de Deuil, La croisade de Louis VII, roi de France, éd. Waquet, p. 39-40. À noter que Kinnamo (...)
  • civ  J.-Cl. Cheynet, « Les effectifs de l’armée byzantine aux Xe-XIIe s. », loc. cit., p. 319 et note 1
  • cv  Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVI, 19. Il attribue en fait 70 000 chevaliers, sans compter les gen (...)
  • cvi  Ibn al-Qalānisī,ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 462, 463/LT p. 293, 294. V. G. Berry, « Second crusade », p (...)
  • cvii  Bustān, p. 128 (an 542). On a dit plus haut que l’auteur considère ce chiffre comme important, lar (...)

43On s’accorde souvent à considérer les troupes de la deuxième croisade comme étant aussi nombreuses que celles de la première, sans évidemment prêter foi aux 900 566 hommes de l’armée de Conrad que les Grecs chargés de la compter au moment de sa traversée du Bosphore auraient, aux dires d’Eudes de Deuil, dénombrésciii. Nicétas Choniatès, historien byzantin plutôt au fait de tout ce qui concernait les armées, avoue leur impossibilité à mener ce dénombrement à son termeciv. De même, les 140 000 combattants, sans compter les piétons, de Guillaume de Tyr paraissent exagéréscv. Malheureusement, on ne peut pas confronter ces chiffres contestables à ceux des chroniqueurs arabes : nombreux sont ceux qui n’évaluent pas du tout les Croisés, et ceux qui le font n’apportent rien de suffisant : Ibn al-Qalānisī rapporte une rumeur angoissante qui leur prêtait un million de fantassins et de chevaliers (« min al-raǧǧāla wa l-fursān »), million qui se réduit comme peau de chagrin avec leur avancée pour se transformer en 100 000 hommes puis 50 000 cavaliers et fantassins au moment du siège de Damas (mais alors les forces des États latins d’Orient se sont joints aux Croisés)cvi ; l’auteur du Bustān soutient que la puissante armée du roi d’Allemagne, « malik Almān » comprenait 11 000 hommescvii.

2.2. Les États latins

  • cviii  R. Ellenblum, Frankish rural societies, op. cit., p. 31 et note 41. Sur l’infériorité numérique et (...)
  • cix  Il avait pour mission de recruter des Croisés afin de s’attaquer à Damas. Voir J. Phillips, « Hugh (...)
  • cx  H.-E. Mayer, « Le service militaire des vassaux à l’étranger et le financement des campagnes en Sy (...)
  • cxi  Cité par R. Grousset, Histoire des croisades, t. II, p. 693 : « […] je vous envoierai XXX mil homm (...)

44Depuis la fin de la première croisade, de tels nombres (si ce n’est le dernier) avaient disparu des sources, tout au moins en ce qui concerne les Francs. On a vu plus haut que les chroniques arabes les plus fiables privilégiaient, pour les forces franques, l’ordre des centaines ou des milliers de combattants. C’est dire si la puissance militaire des États latins demeurait limitée, même si leur considérable et continu état d’infériorité numérique pose question. La lecture des chroniques latines, et singulièrement de l’Historia de Guillaume de Tyr, donne l’impression de Francs sans cesse confrontés à un ennemi largement supérieur en nombre. Cette idée est à lier à celle d’un « encerclement démographique » qui déborde largement le cadre militaire ; elle est devenue un véritable topos. En fait, ainsi qu’on l’a dit, les données manquent ; l’infériorité d’ensemble seule est incontestable, que les Francs aient ou non réussi à représenter, dans le royaume de Jérusalem, 25 % de la populationcviii. Cette infériorité se traduisait par des difficultés ponctuelles à réunir des armées, d’où de nombreux appels à l’Occident (Hugues de Payen, fondateur de l’Ordre du Temple, y fut envoyécix) ou aux Byzantins (par exemple quand l’Égypte devint l’objectif avoué d’Amaury Ier). Il pouvait parfois y avoir pénurie d’hommes, mais aussi épuisement des combattants : la rotation était insuffisante. Mais d’autres causes pouvaient jouer, parfois, comme les résistances au service « illimité » ou « à l’étranger » auxquelles le roi de Jérusalem dut faire facecx. Vers le milieu de la décennie 1160-1170, le souverain arménien Thoros, en visite à Jérusalem, aurait selon Ernoul, chroniqueur tardif, proposé au roi Amaury de lui envoyer 30 000 hommes capables de combattre avec leur famillecxi. Mais l’information n’est pas fiable : Ernoul est le seul à mentionner et la visite et le projet. On peut simplement y voir un indice d’une conscience certaine du manque d’hommes de guerre, ainsi que de l’importance du recrutement local pour les Francs.

  • cxii  On parle parfois de « croisade vénitienne ». Organisée à la suite de l’appel de Baudouin consécuti (...)

45Quoi qu’il en soit, il ne faut pas oublier qu’au début de l’installation franque, leurs opposants n’étaient pas mieux pourvus en combattants ; que les territoires francs évoluèrent grandement pendant tout le XIIe siècle, et donc leurs capacités à entretenir des cavaliers et à en recruter d’autres ; que les armées franques étaient ponctuellement renforcées par des « pèlerins » qui pouvaient peser sur l’issue des combats, comme les Vénitiens qui aidèrent, en 1123, à la prise de Tyrcxii.

  • cxiii  Jean d’Ibelin, RHC Occ., Lois, t. I, p. 422-426. Un certain nombre de fiefs sont passés sous silen (...)
  • cxiv  C’est en fait l’opinion de R. C. Smail, loc. cit., qui a en général prévalu pour les 700 chevalier (...)
  • cxv  Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, op. cit., p. 156, ajoute 300 chevaliers pour le royaume de (...)
  • cxvi  L’Historia d’Albert d’Aix s’avère à cet égard la plus précieuse des sources latines, pour la Syrie (...)
  • cxvii  Pour la situation au sortir de la première croisade, voir également Albert d’Aix, RHC, Occ., t. IV (...)
  • cxviii  Voir surtout Gautier le Chancelier, Bella Antiochena, RHC, Occ., t. III, L. II, 10, p. 117-118 ; I (...)
  • cxix  Voir sur ce point Guillaume de Tyr, op. cit., L. XVII, 9, p. 153. Le patriarche d’Antioche, Aymeri (...)

46Pour ce qui est de l’ost féodal, une liste certes tardive et incomplète, mais semblant renvoyer à la situation qui prévalait dans les années 1170-1180, dénombre les chevaliers devant service au roi de Jérusalem. Elle a permis de supposer un total de 675 chevaliers dans son royaume. Elle attribue également, mais d’une manière beaucoup plus incidente, 100 chevaliers au comté de Tripolicxiii. Restent le comté d’Édesse et la principauté d’Antioche auxquels on a généralement accordé – réunis – environ le même nombre de chevaliers : 700cxiv. Rois, princes et comtes ne pouvaient en permanence compter sur ces 1 500 ou 1 600 milites, nombre commode qu’il faut sans doute quelque peu augmenter jusqu’à 1 800 à 2000cxv, vu les fiefs oubliés par Jean d’Ibelin et les chiffres glanés ici ou làcxvi. Nombre qui a l’inconvénient de présenter une situation figée. On vient de dire que certaines périodes furent plus difficiles que d’autres. Ainsi, après la bataille d’Ascalon, Godefroy de Bouillon n’aurait disposé, dans son royaume naissant, que de 300 chevaliers et 2 000 piétonscxvii. Après celle de l’Ager sanguinis, comme beaucoup plus tard après celle de Ḥaṭṭīn (si ce n’est que cette dernière affaiblit l’ensemble des États latins), la chevalerie antiochéenne aurait été saignée à blanc ; une fois parvenu à Antioche, Baudouin II de Jérusalem eut du mal à trouver des hommes à qui attribuer les fiefs des disparus ; il y réussit pourtant, tant bien que malcxviii. La défaite subie par le prince Raymond d’Antioche à Inab, en ṣafar 544/juin 1149, mit également la chevalerie nord-syrienne à mal ; l’intervention du roi de Jérusalem, à nouveau, permit à la principauté de se revigorercxix.

  • cxx  Il y avait eu neuf membres fondateurs… Guillaume de Tyr, op. cit., L. XII, 7, p. 554 ; A. Forey, « (...)
  • cxxi  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVII, 10, p. 775.
  • cxxii  Lettre du sénéchal André de Montbard au grand-maître Evrard des Barres. Ces hommes avaient diffici (...)
  • cxxiii  Il commence la rédaction de son Historia sous Amaury Ier de Jérusalem qui régna de 1163 à 1174.
  • cxxiv  Il voyage entre 1165 et 1173. Il différencie deux « bâtiments » ; du premier, l’Hôpital, sortent 4 (...)

47Ces cavaliers séculiers étaient renforcés par les membres des ordres militaires. Là aussi, les nombres sont rares et même pratiquement absents des sources arabes ; il faut alors se contenter d’informations indirectes. Ainsi, à partir de la remarque peut-être ironique de Guillaume de Tyr soulignant que neuf ans après la création de l’Ordre du Temple, seuls neufs membres y appartenaient, on peut se représenter les difficultés de recrutement auquel il avait dû faire face à ses débutscxx. Mais son ascension, comme celle des Hospitaliers à partir du moment où ils se militarisèrent, fut relativement rapide, d’où leur rôle militaire de premier plan dans la deuxième moitié du VIe/XIIe siècle. Déjà en 1137, face à Zankī, sous Ba‘rīn, 18 Templiers passent de vie à trépas ; après la bataille d’Inab, Baudouin III venant secourir Antioche peut compter sur les 120 chevaliers et les 1 000 écuyers et sergents que lui procure l’Ordre des Templierscxxi ; en 552/1157, selon Ibn al-Qalānisī, un important détachement (sarriya wāfira) de 700 cavaliers d’élite, Hospitaliers, sergents et Templiers, sans compter les piétons, sont écrasés par le frère de Nūr al-dīn, Nuṣrat al-dīn Amīr Mīrāncxxii. Au moment où il écritcxxiii, Guillaume de Tyr estime les Templiers de Jérusalem à plus ou moins 300 chevaliers, chiffre corroboré par Benjamin de Tudèle, qui visite la ville vers 1168cxxiv.

  • cxxv  Mais il pouvait également s’agir de mercenaires. Ces soldats, auxquels l’Ordre devait également fo (...)

48Ces derniers chiffres ne jurent pas avec celui d’Ibn al-Qalānisī qui ne différencie pas précisément les différents combattants à cheval. Concernant les chevaliers, peut-être doit-on, au moins pour la période la plus tardive (fin du règne de Nūr al-dīn et début de celui de Saladin) et pour l’ensemble de l’Orient latin, doubler les 300 chevaliers pour le Temple (soit 600 chevaliers) et accepter autour de 500 chevaliers pour les Hospitaliers. On serait donc en présence d’une force de premier plan, quand on compare les 1 100 chevaliers ainsi obtenus aux 1 800 à 2 000 chevaliers séculiers de l’ensemble des États latins. Puissance plutôt en phase avec la contribution due par les Hospitaliers à l’expédition d’Amaury Ier en Égypte, en 1168, selon les termes du traité passé peu avant le départ entre le roi et le maître : 500 chevaliers et tout autant de Turcoples (« …quingentos milites et totidem Turcopolos bene armatos »)cxxv. Puissance liée aux capacités financières des deux ordres qui explique leur importance dans le jeu politico-militaire syrien.

  • cxxvi  R. C. Smail, op. cit., p. 107 sq.
  • cxxvii  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-Itibār, p. 50-51.
  • cxxviii  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 260.

49Ces chevaliers, cavaliers lourds et cuirassés auxquels progressivement, au XIIe siècle, les sources réservent le vocable militescxxvi, n’étaient pas les seuls cavaliers des armées latines. Certains ne combattaient pas régulièrement, comme les écuyers (armigeri, scutiferi). Ils pouvaient servir le chevalier auquel ils étaient attachés jusque sur le champ de bataille, mais ne paraissent pas avoir été dénombrés par les chroniqueurs. Il en est malheureusement de même, souvent, des cavaliers plus légèrement armés que les chevaliers, qui eux combattaient : equites levis armaturae de Guillaume de Tyr (à propos des troupes des la deuxième croisade), Turcoples régulièrement mentionnés. On a supposé plus haut que ces derniers étaient devenus, à partir de la seconde moitié du siècle au moins, mais peut-être même avant, indispensables à des armées latines en mal de recrutement ; mais de leur importance numérique, on ne saisit que quelques bribes. Ils sont 200 à accompagner le comte de Tripoli et ses 300 fāris francs dans un des affrontements qu’Usāma sait si bien mettre en valeurcxxvii ;alors que Nūr al-dīn va mettre le siège devant Kerak, une troupe franque composée de 200 chevaliers (fāris), 1 000 Turcoples et de très nombreux fantassins se manifestecxxviii ; 500 furent promis par Gilbert d’Assailly au roi Amaury, en 1168.

  • cxxix  Claude Cahen, SN, p. 328, parle de 4 à 5000 sergents.
  • cxxx  M. Barber, The New Knighthood, p. 94-95, pour plus de détails. Plus précisément, Guillaume de Tyr (...)

50Même absence de chiffres, très souvent, pour ce qui est des sergents, qu’ils aient ou non combattu à cheval. Ils représentent, dans la liste de Jean d’Ibelin, 5 025 hommes dus par les communautés ecclésiastiques et urbaines du royaume de Jérusalem, chiffre qu’on peut globalement accepter pour la principauté d’Antiochecxxix et certainement diviser par deux pour le comté d’Édesse et le comté de Tripoli, ce qui représente un total de 15 000 sergents environ pour l’ensemble de l’Orient latin. Les ordres militaires avaient aussi leurs sergents (ou servants), frères précieux, moins onéreux que les chevaliers (eux n’avaient ainsi droit qu’à un cheval), plus nombreux que les milites chez les Templiers, même si l’amplification de Guillaume de Tyr évoquant un nombre « presque infini » ne doit être prise que pour ce qu’elle est : une image littéraire. On peut opter pour un ratio de trois pour un, mais seulement au maximum de leur puissance, à la fin du règne de Nūr al-dīn et surtout pendant celui de Saladin, et les estimer à environ 2000, disséminés dans les possessions de l’ordre. On ne peut, par contre, adopter le même mode de calcul pour les Hospitaliers : les données manquentcxxx.

  • cxxxi  J.-M. Mouton, Damas, p. 73 ; Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 357 (an 523).

51Évidemment, rien de bien différent ne sera dit des pedites. Déjà, il est bien rare que leur spécialité soit mentionnée. Lorsqu’ils évaluent précisément les effectifs d’une armée franque, les chroniqueurs arabes donnent souvent un chiffre, se contentant de dire « de cavaliers et de fantassins », « min fāris wa rāǧil », et « sans compter al-atbā‘ » (non-combattants, valets et autres suiveurs). À l’occasion, néanmoins, on apprend que les fantassins sont les plus nombreux, « wa akṯaruhum al-raǧǧālacxxxi ». Cette supériorité numérique d’ensemble ne fait aucun doute ; les piétons étaient d’un coût moindre que les cavaliers, leur rôle n’était pas négligeable sur les champs de bataille et devenait fondamental pendant les sièges. Elle était néanmoins très fluctuante selon les combats, déterminée par les facteurs espace et temps. La quantité de forces que l’on pouvait déplacer dans un certain intervalle de temps dépendait du mode de déplacement et de l’éloignement de l’objectif recherché. Un raid rapide en territoire ennemi ne mobilisait que des cavaliers. Au contraire, une bataille se déroulant à proximité du centre de pouvoir pouvait réunir de très nombreux fantassins. Les campagnes longtemps préparées à l’avance étaient le fait d’armées complètes et structurées où les fantassins dominaient en nombre.

  • cxxxii  Albert d’Aix, op. cit., L. XII, 25-28, p. 705-708. Sur le raid : Jean Clédat, « Le raid du roi Bau (...)
  • cxxxiii  Mais Foucher de Chartres (op. cit., L. II, p. 32) précise que ses chiffres sont estimatifs et qu’i (...)
  • cxxxiv  F. Lot, L'art militaire, op. cit., tableau p. 135.
  • cxxxv  Cf. J. Flori, Pierre l’Ermite, note 62, p. 590.

52Il n’est donc pas forcément pertinent de chercher un ratio général cavaliers/fantassins. Les nombres livrés par les chroniqueurs le confirment : le ratio est aussi variable que les armées qu’ils décrivent. Une armée dans son ensemble lorsque Anne Comnène attribue à Godefroy de Bouillon 10 000 chevaliers et 70 000 fantassins (ratio d’un pour sept) ; une troupe de 216 milites et 400 pedites à la tête de laquelle Baudouin Ier s’élance contre l’Égypte en 1118 (ratio d’un pour deux)cxxxii ; une armée en bataille affrontant les musulmans à Ramla, en 598/1105, qui, selon Foucher de Chartres, comprenait un milites pour quatre pedites, un pour un peu plus de six selon plusieurs chroniqueurs arabescxxxiii. Le tableau réalisé par Ferdinand Lot à propos des batailles les plus marquantes de l’Orient latin (entre 1098 et 1126) n’est pas plus précis : le ratio cavalerie/infanterie y varie de un à sept à un à deuxcxxxiv. Dans les armées de la première croisade, les chevaliers représentaient selon des calculs récents entre 9 et 14 % des piétons, soit 11,5 % en moyenne, un ratio d’un pour 8,6cxxxv. Il est donc commode d’accepter un ratio global d’un pour sept, mais sans aucunement prétendre à la précision.

  • cxxxvi  Guillaume de Tyr, op. cit., L. XI, 21 p. 488.
  • cxxxvii  Ou de 4 400 si on adopte un ratio d’un frère chevalier pour trois sergents. Mais rien de tel ne pe (...)

53Peut-on, à partir de ces données, évaluer correctement l’ensemble des forces des États latins d’Orient ? Partiellement, et sans qu’une évaluation puisse être plus probante que celles de J. C. Russel. Il est tout particulièrement impossible de connaître le poids des mercenaires régulièrement enrôlés par les souverains francs. On sait, par exemple, que Baudouin Ier de Jérusalem en faisait un usage abondant ; il était dès lors constamment dans une situation financière difficilecxxxvi. De plus, il faut prendre en compte les évolutions de territoire qui avaient assurément des conséquences importantes sur les effectifs mobilisables. Les chiffres de Jean d’Ibelin sur lesquels on peut s’appuyer renvoient seulement à l’extrême fin de la période qui nous concerne ici, alors que les ordres militaires avaient pris leur envol mais que le comté d’Édesse n’était plus et que le comté de Tripoli et la principauté d’Antioche avaient été rognés par les progrès zankides. Si on accepte entre 1 800 et 2 000 chevaliers séculiers, auxquels 1 100 Templiers et Hospitaliers doivent être ajoutés après 1150, et qu’on leur adjoint arbitrairement le même nombre de cavaliers légers, on parvient à un total de 5 800 à 6 100 cavaliers au maximum. Retirer les Templiers et les Hospitaliers du total, c’est amoindrir les forces latines de 2 200 cavaliers au minimum (frères chevaliers, frères sergents et Turcoples)cxxxvii : on reste alors sur 3 600 à 4 000 cavaliers pour la première moitié du siècle. La difficulté essentielle, en fait, concerne le ratio de cavaliers légers par chevaliers. On peut tout autant considérer que les cavaliers légers représentaient le double des chevaliers, ce qui conduit à les évaluer entre 4 400 et 6 000 sans les ordres militaires, ou 7 700 à 9 900 avec ces ordres. Et que dire si on adoptait un ratio d’un pour trois ? Les chiffres seraient très importants et poseraient avec plus d’acuité encore le problème de l’approvisionnement en montures et en fourrage en pays de climat méditérranéen.

  • cxxxviii  Pour les piétons seuls : 25 200 au minimum, 69 300 au maximum.
  • cxxxix  Mais il s’agit, ici, d’un maximum mobilisé, et non mobilisable : Claude Cahen, SN, p. 328 à propos (...)
  • cxl  Il serait trop long d’exposer ici l’ensemble des situations possibles. Les nombreux calculs effect (...)

54Les difficultés augmentent lorsqu’on se penche sur l’ensemble du potentiel des États latins : tout dépend du ratio chevalier/cavaliers légers d’une part, du ratio cavalier/fantassins d’autre part. Même si, pour ce dernier, on en reste à un pour sept, l’amplitude des résultats est beaucoup trop importante pour qu’ils soient probantscxxxviii. Se contenter même des valeurs moyennes n’est pas satisfaisant (ratios d’un chevalier pour deux cavaliers légers et d’un cavalier pour sept fantassins). La seule certitude concerne l’insuffisance du total obtenu à partir des estimations de Joshua Prawer et Claude Cahencxxxix. Le premier proposait 20 000 hommes armés comme maximum mobilisable dans le royaume de Jérusalem, le second 16 000 hommes pour la principauté d’Antioche, le comté d’Édesse et le comté de Tripoli. Les 36 000 hommes qu’on obtient au total paraissent quelque peu insuffisants aux meilleures périodescxl.

  • cxli  Voir ci-dessus à propos de la composition ethnique des armées franques, et M. Amouroux-Mourad, Com (...)
  • cxlii  Il va de soi que l’armée de Guillaume était plus nombreuse que cela, et notamment du fait de ses a (...)
  • cxliii  Ibn ‘Asākir se contente de souligner que Nūr al-dīn tua le prince d’Antioche et qu’il avait avec l (...)
  • cxliv  Cf. AbūŠāma, Kitāb al-rawatayn, t. I, 2, p. 342. Ibn ‘Asākir précise bien qu’il s’agit d’une coal (...)
  • cxlv  Bustān, p. 135.
  • cxlvi  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 469 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 319-321 ; Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, (...)
  • cxlvii  Cité par Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, I, 2 p. 339, où il est précisé : « […] en furent tués, en u (...)
  • cxlviii  Il emploie le terme akābir qui a en général le sens que le français donne à « grands ». Il doit ce (...)
  • cxlix  Ta’rīḫ al-zamān, p. 176.
  • cl  « The First and Second Crusades from an anonymous Syriac chronicle », loc. cit., p. 303-304.
  • cli  Ils sont par exemple repris, sans plus d’explication, par Claude Cahen, SN, p. 408.

55De toute façon, de tels chiffres ne disent rien ni sur les différences entre les États latins, ni sur l’évolution des effectifs. Au sortir de la première croisade, les difficultés étaient partout importantes. Ensuite, le comté d’Édesse dut énormément compter sur l’élément local (surtout arménien) : il n’attirait ni pèlerins, ni marchands, ni a fortiori de combattants venus d’Occidentcxli. Apparemment mieux lotie, la principauté d’Antioche, qui accueillit de nombreux immigrés arméniens après la chute d’Édesse, fut en difficulté dès la mort du prince Roger et dut régulièrement se tourner soit vers Jérusalem, soit vers Byzance pour repousser la pression toujours plus forte des musulmans. À la fin de la période qui nous occupe, elle n’est plus que peau de chagrin. Guillaume de Poitiers n’en parvient pas moins, selon Guillaume de Tyr, à réunir 400 chevaliers à la bataille du Fons muratus (Inab, 1149). Ibn al-Qalānisī confirme ce chiffre et y ajoute 1 000 hommes de pied combattants (« alf rāǧil muqātila »), sans compter les valets (al-atbā‘), mais Ibn ‘Asākir les estime plus nombreux (3 000 Firanǧ, sans plus de précision)cxlii. Ces chiffres sont plutôt élevés pour un prince d’Antioche qui, toujours aux dires du même Guillaume de Tyr, aurait pu se retrancher dans des forteresses alentour pourvues de garnisonscxliii, même si on est loin des sommets évoqués par toutes les sources à propos de l’Ager sanguinis. Un peu plus tard, à Ḥārim, en 559/1164, il est très difficile de se faire une idée précise du nombre d’hommes engagés par la coalition nord-syrienne défaite par Nūr al-dīn. Guillaume de Tyr n’avance pas de chiffres ; les sources arabes sont plus précises, rendant à l’affrontement l’importance qu’il semble avoir eu : Ibn ‘Asākir table sur 30 000 hommescxliv ; l’auteur du Bustān suggère 30 000 prisonnierscxlv ; Ibn al-Aṯīr et quelques autres chroniqueurscxlvi se contentent de parler de 10 000 morts parmi les vaincus, chiffre que ‘Imād al-Iṣfahānī porte à 20 000cxlvii. Sibṭ b. al-Ǧawzī, enfin, évoque également 30 000 hommes, parmi lesquels les fantassins formaient une foule innombrable, et révèle qu’on fit 6 000 prisonniers, curieusement tous des personnages importantscxlviii. Ces nombres sont heureusement complétés par ceux de Bar Hebraeus et de l’historien anonyme syriaque, moins forcément sujets (surtout le premier) à amplifier les forces latines : pour le premier, les coalisés avaient réuni 13 000 cavaliers et fantassins (fāris wa rāǧil)cxlix, et pour le second, face aux 70 000 cavaliers et 40 000 fantassins musulmanscl, les Francs avaient rassemblé 600 cavaliers et 5 000 fantassins, ce qui ne les empêcha pas d’éprouver 10 000 pertes. Malgré les incohérences de l’Anonyme syriaque, qui apparemment cherchait à imager l’énormité de la défaite, ses 600 cavaliers sont plausiblescli, dans la mesure où ils désignent les seuls chevaliers. En y ajoutant les forces byzantines et arméniennes, les 13 000 hommes de Bar Hebraeus le sont tout autant, surtout si on leur adjoint les atbā‘ habituels. Quoi qu’il en soit, par-delà la précision numérique, de tels nombres montrent qu’une armée importante avait pu être réunie pour faire face à Nūr al-dīn. Le roi de Jérusalem se trouvant en Égypte, il avait fallu faire appel aux Arméniens et aux Byzantins : à cette époque, les Francs de Syrie du Nord disposaient d’un nombre trop peu élevé d’hommes. En Syrie du Nord, les Arméniens, les Byzantins et les ordres militaires étaient des partenaires obligés pour le prince d’Antioche dont la puissance s’était étiolée.

  • clii  Cf. Alan V. Murray, The Crusader Kingdom of Jerusalem. A dynastic history, 1099-1125, Oxford, 2000 (...)
  • cliii  Foucher de Chartres, éd. Hagenmeyer, L. II, 11, p. 409.
  • cliv  Albert d’Aix, RHC, Occ., t. IV, p. 549.
  • clv  Ce qui est important. Il s’agit moins ici de réussir à être exact qu’à retrouver une évolution cro (...)
  • clvi  Foucher de Chartres, L. II, 32, p. 496.
  • clvii  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV p. 672.
  • clviii  Ibid., p. 695.
  • clix  A. V. Murray conclut quant à lui : « […] by the second half of the reign, some 500-700 knights wer (...)
  • clx  Ibn Wāṣil, Muffariǧ al-kurūb, t. I, p. 140 (il s’agit de l’intervention de 559/1164). Propos prati (...)

56Quant au roi de Jérusalem, les chroniques de Foucher de Chartres et d’Albert d’Aix, non avares en précisions numériques, permettent jusqu’au début des années 1130 de se faire une idée plutôt précise de l’évolution de sa puissanceclii. Obligé de combattre avec 260 (selon Foucher de Chartrescliii) ou 300 (selon Albert d’Aixcliv) chevaliers en 1101 à Ramla, Baudouin Ier, toujours selon les mêmes chroniqueursclv, en aurait eu 500 lors de la troisième bataille de Ramla en 1105clvi, pouvait en envoyer 600 à Édesse en 1110clvii, être défait à la tête de 700 à al-Ṣinnabra, en 1113clviii, en emmener 216 pour la petite expédition contre l’Égypte en 1118. Son potentiel paraît avoir crû tout au long de son règne ; il pouvait sans doute compter sur plus ou moins 700 chevaliers à la veille de sa mortclix. On n’est alors pas très éloigné des chiffres tirés de l’ouvrage de Jean d’Ibelin. Le problème est qu’on ne dispose pas d’estimations aussi précises une fois les chroniques de Foucher et d’Albert d’Aix terminées. Guillaume de Tyr reste moins précis en ce domaine et les sources arabes sont moins fiables quand il s’agit de l’ennemi. Quelques nombres émergent tout de même, en général équivalents et parfois supérieurs à ceux du début du XIIe siècle. Il faut dire que le roi de Jérusalem pouvait s’appuyer sur une palette plus large de combattants (chevaliers, Turcoples, membres des ordres militaires, mercenaires, pèlerins de passages, alliés divers). Il put, à trois reprises, s’attaquer à l’Égypte sans forcément faire appel à l’ensemble des forces de son royaume. Pour les auteurs arabes, même s’il l’affaiblissait, il y laissait toujours suffisamment d’hommes pour le défendre et s’appuyait sur des auxiliaires, ici des pèlerins, en 1164clx :

« Quand Nūr al-dīn – que Dieu lui soit miséricordieux – sut que les Francs partaient pour l’Égypte (Miṣr), il marcha, à la tête de l’armée (al-‘askar), vers la limite de leurs territoires (ilā ṭaraf bilādihim) afin qu’ils ne puissent avancer. Mais il ne les en empêcha pas : peut-être pour eux le danger qu’Asad al-dīn conquière l’Égypte était-il plus grand. Ils laissèrent donc dans leurs territoires ceux qui les protègeraient de Nūr al-dīn, et le roi de Jérusalem s’en alla avec le reste de ses troupes (fī baqiyya ‘asākirihi) en Égypte (al-Diyār al-miṣriyya), mais en demandant l’assistance d’une multitude de Francs (ǧam‘ kaṯīr mina l-Firanǧ) qui étaient arrivés pour visiter Jérusalem. »

  • clxi  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIX, 25-26, p. 925-930 ; 28-29, p. 932-938.
  • clxii  Surtout si on le compare à ce que dit Ernoul (Chronique, éd. L. de Mas Latrie, Paris, 1871, p. 33- (...)

57Lors de sa troisième campagne néanmoins (1167), une mobilisation générale fut décrétée dans l’ensemble du royaume, selon Guillaume de Tyr. Le même auteur prétend que la bataille d’al-Bābayn mobilisa 374 chevaliers francs, en sus des Turcoples et des Égyptiens. Peu après, un dénombrement effectué devant Alexandrie aurait abouti à 500 chevaliers et 4 000 piétons, alors que 100 chevaliers au moins manquaient à l’appelclxi. Si on y ajoute les Turcoples et les hommes restés dans le royaume, le total est considérableclxii.

Notes de fin

i  Jean-Pierre Le Goff, « Du nombre dans l’art de la guerre, ou : de quelques usages des mathématiques dans l’art militaire, du xVIe au XVIIIe siècle », dans É. Barbin et J.-P. Le Goff (coordination), Si le nombre m’était conté…, Paris, 2000, p. 217-246.

ii  La symétrie étant perçue comme le combat à « armes égales », la dissymétrie est « la recherche par l’un des combattants d’une supériorité qualitative et/ou inverse, qui consiste à exploiter toutes les faiblesses de l’adversaire pour être nuisible » : B. Courmont, D. Ribnikar, Les guerres asymétriques. Conflits d’hier et d’aujourd’hui, terrorisme et nouvelles menaces, Paris, 2002, p. 26.

iii  Vom Kieg, trad. D. Naville, De la guerre, Paris, 1955 (réimpression 1988), p. 202-203.

iv  Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. III, chap. XLIII, p. 181. Voir plus bas la même idée dans les al-Akām al-sulṭāniyya d’al-Māwardī.

v  De re militari, éd. K. Lang, Leipzig, 1869, réimpr. Leipzig, 1967, L. III, 1. Pour Sun Tzu non plus, la puissance numérique n’était pas décisive : The art of war, trad. S. B. Griffith (Londres, 1963), traduction française F. Wang, Paris, 1972, réédition 1996, notamment p. 68, 91-100, 115 (« Tu Yu : “Au cours d’un conflit, il est des cas où ceux qui ont pour eux le nombre ne peuvent pas attaquer une poignée d’hommes, et d’autres où le faible peut avoir raison du fort. Celui qui est capable d’agir sur cette sorte de circonstances sera victorieux.” »), 136 (« Bien que j’estime nombreux les effectifs du Yueh, quel avantage peut-il tirer de cette supériorité quant à l’issue du conflit ? ») et passim.

vi  Mutaar, bāb XII (p. 28-29) et XVIII (p. 35-36). Voir également, tardif mais proche de ce chapitre XII, al-Anṣārī, Tafrīǧ al-kurūb fī tadbīr al-urūb, loc. cit., livre XVI, chap. 1, 2, 3 p. 99-103.

vii  Kitāb al-iyal fī l-urūb wa fat al-madā’in wa if al-durūb, op. cit., p. 330.

viii  Al-Māwardī, al-Akām al-sulṭāniyya, p. 44-45 (la fin du texte édité est légèrement corrompue). Ensuite est discutée la possibilité (ou l’impossibilité) de fuir devant un ennemi supérieur en nombre (deux fois supérieur en nombre, plus de deux fois supérieur en nombre). Les citations du Coran sont extraites de la traduction de Denise Masson. Noter la proximité avec l’exemple tiré de Foucher de Chartres.

ix  Traité de gouvernement, p. 164, 166.

x  Faḫr i-Mudabbir (m. avant 633/1236), auteur indien qui écrivit en persan les Ādāb al-arb wa l-šaǧā‘a (ou Ādāb al-mulūk wa kifāyat al-mamlū: cf. C. E. Bosworth dans EI2 Suppl. 5-6) dans C. E. Bosworth, « Recruitment, muster and review in medieval Islamic armies », dans V. J. Parry et M. E. Yapp (éd.), War, Technology and Society in the Middle East, Londres, 1975, p. 76. Noter in fine l’esprit défensif d’une telle pratique. Voir aussi al-Harṯamī, Mutaar siyāsat al-urūb, chap. VII et IX ; Ibn Manglī, op. cit., p. 392 ; al-Harawī, al-Takira al-harawiyya, trad. p. 226 (au contraire, il faut que « le prince fasse montre également de sa force, de sa puissance offensive, de ses moyens de défense et de sa vigueur d’attaque, pour que le messager soit amené à lui dévoiler la situation de son maître, ses affaires et ses projets, […] et l’état de son armée »), 234, 238 ; W. J. Hamblin, Fatimid army, p. 80-81.

xi  Cf. le calcul fait à propos de la bataille d’Antioche en 1098, par J. F. Verbruggen, The Art of warfare, loc. cit., p. 8 et note 17.

xii  Voir infra les calculs de J. C. Russel.

xiii  Ainsi qu’il a déjà été dit, l’ost féodal est complété par des mercenaires stipendiés, des pèlerins recrutés pour l’occasion, les hommes fournis par les églises et les communautés urbaines, si besoin est, et, à partir de la deuxième moitié du XIIe siècle, par les troupes des ordres militaires.

xiv  Voir le chapitre « Les armées : structures ».

xv  Voir les références et l’analyse de ces chiffres dans A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, p. 235 sq.

xvi  V. Minorsky, « Aḥmadīlīs », EI2a, t. I, p. 300.

xvii  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, éd. Beyrouth, t. IX, p. 126. Sur la capitale historique de l’Azerbaïdjan voir G. Le Strange, The lands of the Eastern Caliphate, op. cit., p. 164-165 ; « Marāgha », EI2a, t. VI, p. 498 (V. Minorsky).

xviii  Muntaam, t. XVII, p. 147. L’assassinat se déroula à la cour du sultan ; Tuġtakīn, prince de Damas, était présent. Ibn al-Aṯīr, loc. cit., ajoute d’ailleurs que « Ṭuġtakīn et ceux qui étaient présents pensèrent que Ṭuġtakīn était visé par l’assassinat, sur ordre du sultan. Mais quand ils surent que [les assassins] étaient des Bāṭiniens, cette conjecture cessa ».

xix  Supra, « Les armées : structures ».

xx  Sur le coût de la vie en Syrie médiévale, voir les travaux d’E. Ashtor cités en Bibliographie.

xxi  Parmi les nombreux exemples, cf. Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 273, année 503/1109-1110 : Riḍwān paie 20 000 dinars, dix chevaux et doit libérer des prisonniers.

xxii  C. von Clausewitz, op. cit., p. 206.

xxiii  H. Delbrück, Geschichte, op. cit., et F. Lot, L’art militaire…, op. cit.

xxiv  H. Delbrück, Numbers in History, Londres, 1913 ; M. I. Finley, Ancient History : Evidence and Models, New York, 1986, p. 71, cité par B. S. Bachrach, « Early medieval military demography : some observations on the methods of Hans Delbrück », dans The circle of war in the Middle Ages, Woodbridge, 1999, p. 3 et note 3.

xxv  Examen attentif de cette méthode et dénonciation de ses incohérences par B. S. Bachrach, loc. cit.

xxvi  Voir en Introduction.

xxvii  L’art militaire et les armées au Moyen Âge en Europe et dans le Proche-Orient, Paris, 1946, p. 15.

xxviii  Histoire des croisades, op. cit., annexe II, p. 1063-1067.

xxix  Voir tout particulièrement p. 153, à propos des premiers Croisés. Mais Ph. Contamine n’en accepte pas moins des armées importantes de cavaliers (cf. p. 119, les 6 000 cavaliers lourds, loricati, d’Otton III, ou p. 156 les 6 000 chevaliers d’Henri Ier d’Angleterre).

xxx  Voir les p. 5-9.

xxxi  Comme Gilbert de Mons, Suger, Guillaume de Tyr, Villehardouin ou Henri de Valenciennes : ibidem, p. 7. À noter que les byzantinistes, qui peuvent comparer les traités militaires et les chroniques, sont également méfiants vis-à-vis de ces dernières. Cf. J.-Cl. Cheynet, « Les effectifs de l’armée byzantine aux Xe-XIIe siècle », CCM, t. XXXVIII, 1995, p. 319.

xxxii  Il s’appuie notamment sur l’exemple de Brémule, en 1119 : Louis VI de France et Henri Ier d’Angleterre (alors duc de Normandie) combattirent respectivement à la tête d’environ 400 et 500 chevaliers (J. F. Verbruggen, op. cit., p. 9).

xxxiii  J. France, Western warfare, p. 128. Cf. aussi, du même, Victory, p. 122-142.

xxxiv  Jean Flori, « L’usage épique des nombres, des chroniques aux chansons de geste ; éléments de typologie », PRIS-MA 8, 1992, p. 47-58 ; id., « Un problème de méthodologie. La valeur des nombres chez les chroniqueurs du Moyen Âge. À propos des effectifs de la première croisade », Le Moyen Âge, t. xcix, 1993, p. 399-422 (repris dans Croisade et Chevalerie, Bruxelles-Paris, 1998, p. 319-343) ; id., Pierre l’Ermite et la première croisade, op. cit., chap. XIX : « Les effectifs de la première croisade », p. 425-457.

xxxv  Voir surtout J. Flori, « Un problème de méthodologie. La valeur des nombres… », p. 407 et Pierre l’Ermite, p. 432.

xxxvi  Pierre l’Ermite, p. 450-455.

xxxvii  Par exemple, David Nicolle, The Medieval Warfare Source Book, t. II, Christian Europe and its neighbours, loc. cit.

xxxviii  15 à 20 000 combattants pour une armée de campagne moyenne, pendant les Xe-XIIe siècles, selon J.-Cl. Cheynet, loc. cit.

xxxix  A. K. S. Lambton, « The internal structure of the Saljuq empire », p. 230.

xl  Cf. par exemple B. J. Beshir, « Fatimid military organization », Der Islam, t. 55, 1978, p. 44-45, ou Y. Lev, State and Society in Fatimid Egypt, Leyde, 1991, p. 93 à propos il est vrai de Nāṣir i-Ḫusraw, ou W. J. Hamblin, Fatimid army, p. 81.

xli  Damas, p. 72. Voir également B. J. Beshir, loc. cit.

xlii  Hugh Kennedy, The armies of the Caliphs, op. cit., p. XII-XIII. Il conclut ainsi : « In general, then, and I believe with due caution, the numbers quoted in the texts for regular soldiers, that is to say soldiers whose names were recorded in a dīwān, will be accepted as an approximate indication of the actual numbers. »Ceci n’interdisant évidemment pas la prudence, et d’autant plus en ce qui concerne les armées des adversaires, à propos desquelles les informations ne pouvaient être que de seconde main. Cf. aussi p. 19-21 et l’Appendice II (« Numbers of the ‘Abbāsid army in Samarra », p. 205-208), où il rejette l’argumentaire de Derek Kennet (« Military cantonments at Samarra » dans C. F. Robinson éd., Multidisciplinary approaches to Samarra : a ninth-century Islamic city, Oxford, 2000), qui se base sur l’archéologie, pour à nouveau privilégier les nombres fournis par les sources écrites.

xliii  Ibn al-Furāt, I, 138 r°, dans J.-M. Mouton, Damas, p. 218. La situation ne pouvait être qu’exceptionnelle.

xliv  Voir tout particulièrement, dans le Liber, RHC, Occ., t. III, p. 227-228, le récit de la tentative de subordination des autres barons menée par le futur comte de Tripoli, et l’exploitation qu’en fait S. Runciman, Histoire des croisades, p. 1065.

xlv  Cf. Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II p. 544-5 et W. J. Hamblin, Fatimid Army, p. 304-308.

xlvi  Voir Guy Beaujouan, « Le symbolisme des nombres à l’époque romane », CCM, t. iv, 1961, p. 159-169 ; le même, Par raison de nombres, l’art du calcul et les savoirs scientifiques médiévaux, Aldershot, 1991 (recueil d’articles) ; Vincent F. Hopper, Medieval number symbolism (its sources, meaning, and influence on thought and expression), New York, 1938, trad. fr. La symbolique médiévale des nombres. Origines, signification et influence sur la pensée et l’expression, Paris, 1995. Moins axés sur le Moyen Âge : Hans-Dieter Ebbinghaus et alii, Les nombres : leur histoire, leur place et leur rôle de l’Antiquité aux recherches actuelles, Paris, 1998 ; Jean-Pierre Brach, La symbolique des nombres, Paris, 1994.

xlvii  « L’ignorance des nombres est encore une des causes qui arrêtent dans l’intelligence des figures ou des mystères de l’Écriture. Qu’un esprit peu éclairé essaie donc de m’expliquer pourquoi Moïse, Élie et le Seigneur lui-même jeûnèrent pendant quarante jours, s’il ne peut éclairer cette figure par la connaissance et l’étude du nombre 40 » : Saint Augustin, Sur la doctrine chrétienne, II, 16, cité par G. Minois, L’Église et la science. Histoire d’un malentendu, Paris, 1990, t. I, p. 116, et Carmelle Mira, « L’usage du nombre dans la littérature médiévale (XIIe et XIIIe siècles) », dans E. Barbin et J.-P. Le Goff (coord.), Si le nombre m’était conté…, p. 146-147.

xlviii  Sur tout ceci, voir Guy Beaujouan, « Nombres », dans J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt (dir.), Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, 1999, p. 835-836.

xlix  En dernier lieu, voir Pierre l’Ermite, p. 427-438. On ne peut néanmoins nier des propensions au symbolisme dans l’Historia d’Albert d’Aix dont on a souligné la proximité avec la Chanson d’Antioche. Son utilisation des chiffres sept et douze est parfois suspecte (cf. les douze conseillers du calife auquel les Antiochéens viennent demander de l’aide ou les douze membres du « conseil » d’Édesse qui fait appel à Baudouin). Pour ce qui est de l’arrière-croisade de 1101, Alec Mulinder a d’ailleurs montré qu’il faut se méfier des chiffres avancés par Albert : « Albert of Aachen and the Crusade of 1101 », dans A. V. Murray (éd.), From Clermont to Jerusalem. The Crusades and Crusader societies, 1095-1500, Turnhout, 1998, p. 69-77.

l  C. Mira, loc. cit. Mais les chiffres sont également employés « à dessein littéraire, idéologique ou symbolique ».

li  Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. III, L. III, 63, p. 471-472. La bataille oppose Āq Sunqur al-Bursuqī (défait) à Baudouin II de Jérusalem. Les chroniqueurs latins lui attribuent une importance plus grande que les chroniqueurs arabes.

lii  Gesta Dei per Francos, trad. M.-C. Garrand, p. 24 et note 170 (Guibert ne s’aperçoit pas que Foucher confond différents événements). Guibert (ibidem, p. 99) fait preuve de prudence quant à l’ensemble des Croisés (« Combien étaient-ils, je n’en ai pas une idée très claire, aussi éviterais-je de donner leur nombre maintenant, me réservant d’en parler à une meilleure occasion qui peut surgir plus loin au cours de cette histoire »).

liii  Voir en général T. Fahd, La divination arabe. Études religieuses, sociologiques et folkloriques sur le milieu natif de l’islam, Paris, 1986 ; G. S. Colin, « Abdjad », EI2, t. I, p. 100 ; id., « Djafr », EI2, t. II, p. 386-388 ; A. Bausani, « Ḥurūfiyya », EI2, t. III, p. 620-622. Sur le ‘ilm al-urūf, qui se fonde « sur les propriétés occultes des lettres de l’aphabet et des noms divins et angéliques qu’elles servent à former », voir plus particulièrement T. Fahd, Divination arabe, p. 228-234 (nombreuses références à des manuscrits traitant de cette science) et « Ḥurūf (‘Ilm al-) », EI2, t. III, p. 616-617.

liv  Divination par les nombres.

lv  G. S. Colin, « Ḥisāb al-djummal », EI2, t. III, p. 484 ; Carra de Vaux, « Ta’rīkh », EI, s. v.

lvi  Ibn Ḫaldūn, Muqaddima, éd. électronique (CD-Rom), Le Caire, 2000, p. 142-145, où il dénie toute scientificité à de tels procédés. Ibn Ḫaldūn fait référence au fait qu’on rapportait, au Moyen Âge, la pratique de l’arithmomancie à Aristote. On lui attribuait un Kitāb al-mansūb fī l-ġālib wa l-maġlūb qu’il aurait rédigé pour Alexandre le Grand. Le Sirr al-Asrār (« Secret des Secrets », parfois appelé al-Maqālāt al-ašr), qui serait le dixième chapitre du Kitāb al-siyāsa fī tadbīr al-riyāsa (Politique) attribué à Aristote et qui aurait été traduit par Ibn al-Biṭrīq et Aḥmad al-Yamanī au début du IIIe/IXe siècle, contient un texte sur les vainqueurs et les vaincus adressé à Alexandre (éd. A. Badawi dans Al-uṣūl al-yūnāniyya li l-naariyyāt al-siyāsiyya fī l-islām, Le Caire, 1954 p. 152-155 et trad. A. S. Fulton dans les Opera hactenus inedita Rogeri Baconi, fasc. V, éd. R. Steele, Oxford, 1920 p. 250-252). À noter que les Grecs considéraient que de tels « calculs » étaient dus à Pythagore (cf. T. Fahd, Divination arabe, p. 217, note 1). En fait, ils avaient transcendé les frontières culturelles, puisqu’on les retrouve dans un certain nombre de textes occidentaux, avec toujours la référence à Aristote, mais aussi dans des versions syriaque, hébraïque, russe et vernaculaires (Espagne, Angleterre). Cf. Charles Burnett, « The Eadwine Psalter and the western tradition of the onomancy in pseudo-Aristotle’s Secret of secrets », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge 55, 1988, p. 143-167 (parcourir, tout particulièrement, les textes édités – et pour certains traduits – p. 150-167, proches de celui d’Ibn Ḫaldūn).

lvii  EI2, « Djafr », loc. cit., p. 386.

lviii  Sur tout ceci, voir A. I. Sabra, « ‘Ilm al-ḥisāb », EI2, t. III, p. 1167. Sur les Iwān al-afā, voir l’article que leur consacre Y. Marquet dans EI2, t. III, p. 1098-1103 (riche bibliographie). Plusieurs éditions des Rasā’il existent, dont l’une à Beyrouth (12 vol.), 1957. La première risāla a été traduite en anglais par B. Goldstein dans Centaurus, 1964, p. 129-160.À la fin du VIIIe/XIVe siècle, Faḍl Allāh al-Astarabāḏī (cf. EI2, t. i, p. 741-742) crée un mouvement à tendance cabalistique et gnostique, al-urūfiyya, dans lequel les nombres jouent également un rôle important. Cf. « Ḥurūfiyya », EI2, t. III, p. 620-22 (A. Bausani).

lix  Concernant le chiffre « 7 », qui indique le sabbat, jour de repos du Créateur après les travaux des six premiers jours et qui exprime la « totalité » dans la Bible, pensons aux 7 chandeliers à 7 branches, aux 7 lampes, aux 7 étoiles, aux 7 sceaux, aux 7 trompettes, aux 7 béatitudes et aux 7 sacrements, au pardon accordé jusqu'à 77 fois (Matthieu, XVIII, 21-22). Pour l’islam, il est cité 24 fois dans le Coran ; citons, parmi d’autres occurrences, les sept cieux (Coran, XXIII, 17 ; LXV, 12 ; LXXVIII, 5), les sept terres (Coran, LXIV, 12), les sept mers (Coran, XXXI, 26), les sept divisions de l’enfer qui s’ouvrent sur 7 portes (Coran, XV, 44) ; les sept climats (aqālim) qui sont les « différentes divisions de la terre » (Lisān al-Arab, s. v. et A. Miquel, « Iḳlīm », EI2, t. III, p. 1103-1105), selon la tradition, et les 7 autres qui leur sont parfois ajoutés pour les terres inhabitées. Cf. V. F. Hopper, op. cit., passim ; J. Deny, « 70-72 chez les Turcs », dans Mélanges Louis Massignon, Damas, 1956-7, p. 395-416 ; J. de Somogyi, « An Arabic monograph on the Number Seven », Islamic Culture, t. XXXII, 1958 ; Lawrence I. Conrad, « Seven and the tasbī‘ : on the implications of numerical symbolism for the study of medieval Islamic history », JESHO, vol. XXXI, p. 42-73, et tout particulièrement les p. 43-45 ; M. Chebel, Dictionnaire des symboles musulmans. Rites, mystique et civilisation, Paris, 2001 (1re éd. 1995), article « Numérologie », p. 300-303.

lx  Il a laissé une version persane et une version arabe dont le titre est : al-Risāla al-rābi‘aašara min rasā’il Kitāb laṭā’if al-aqā’iq wa hiya risālat al-adad, trad. H. Massé, « L’épître de Rachīd-od-Dīn Faẓl-Ollāh sur les nombres (Risālat-ol-‘adad) », dans Études d’orientalisme dédiées à la mémoire de Levi-Provençal, t. II, Paris, 1962, p. 649-660.

lxi  Le souverain est Oljäitü ; cela se passe en rabī‘ al-awwal 708/septembre 1308.

lxii  Ibid., p. 650-651 et note 5 (texte arabe).

lxiii  Citations respectivement p. 653, 656.

lxiv  Ibn Ḫaldūn, éd. électronique p. 13-16 (texte identique à celui de l’éd. du Caire, 1965, p. 9-12) ; trad. A. Cheddadi, t. I, p. 65-73 ; trad. Monteil, p. 11-15 ; trad. Bencheikh, p. 29-33.

lxv  Utilisation du chiffre « 7 » et ses dérivés pour désigner une grande magnitude. B. Guénée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, 1980, p. 178 et suivantes, souligne qu’outre les nombres symboliques les historiographes occidentaux usaient à l’envi de nombres « rhétoriques », et tout particulièrement des grands nombres qui de facto n’étaient que des outils servant à exprimer la magnitude.

lxvi  Lawrence I. Conrad, « Seven and the tasbī‘ », op. cit., p. 42-73. Voir aussi, du même, « Abraham and Muḥammad : some observations à propos of chronology and literary topoi in the early Arabic historical tradition », BSOAS, t. L, 1987, p. 225-240.

lxvii  In L. I. Conrad, loc. cit., p. 45 et note 8.

lxviii  Même chiffre dans plusieurs chroniques, par exemple le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, t. IX p. 19 ; l’Itti‘āẓ al-unafā’de Maqrīzī, t. III, p. 22 (« on dit que furent tués plus de 70 000 [personnes] dans le Masǧid al-Aq◊ā »), etc.

lxix  Muntaam, t. XVII, p. 43, 47-48, 270-271, 308, t. XVIII p. 552, 63-64.

lxx  Il faut prendre ce mot dans son sens premier de « emploi de symboles ; figuration par des symboles, etc. » et non dans celui qu’il prit plus tard de « mouvement littéraire et poétique français » (Le Petit Robert, s. v.).

lxxi  Muntaam, t. XVII, p. 271, t. XVIII p. 209 (obituaire de Nūr al-dīn).

lxxii  Zubda, t. II, p. 296 (an 544).

lxxiii  Ta’rīḫalab, p. 368 (an 511).

lxxiv  Bustān, éd. Cl. Cahen, p. 134 (an 558); Zubda, t. II, p. 205 (an 516).

lxxv  Itti‘āẓ al-unafā, p. 22 et 23 (an 491 et 492).

lxxvi  Pour les sources latines, un bref aperçu des formules utilisées par l’auteur anonyme des Gesta est suffisamment parlant : « … occidit multos ex ei et alios persecutus est valde (p. 62-63) …Turcos innumerabiles congregatos obviameis… (p. 67), … ubi erant congregati multi Turci fortissimi… (p. 69, il s’agit de la « ville » d’Aregh, souvent appelé Harenc par les chroniqueurs latins, soit Ḥārim), … tanta gentes… (p. 71), … multos ex nostri militibus et peditibus… (p. 74-75), Ibi quidem sunt mortui multi ex nostris… (p. 76-77), … innumerabilem gentem Turcorum… (p. 82-3), … maximas pars Hermeniorum et Suranorum (p. 98-99, il s’agit d’Arméniens et de Syriens chrétiens), … Francorum maximam gentem… (p. 104-105), …maximum exercitum Turcorum… (p. 110-111), … Curbaram congregavit innumeras gentes paganorum… et alias gentes inunumerabiles (p. 112-113), … innemurabili gente paganorum… ... multitudine paganorum… (p. 184-185), …nemo sat numerum eorum nisi solus Deus » (p. 206-207, « nul, si ce n’est Dieu, ne sait leur nombre », formule très courante, parallèle à l’arabe « Allāh huwa l-alām », cf. note 6, p. 207 avec renvoi à Foucher de Chartres et Albert d’Aix), etc. On notera que ces occurrences désignent souvent l’ennemi. L’Anonyme cherche avant tout à faire partager l’oppression de la masse que les Croisés ressentaient. Notons également que toute traduction française ne peut qu’épouser l’imprécision du texte latin (cf. par exemple p. 70-71 : « Et nul n’osait pénétrer dans la terre des Sarrasins, sinon avec une grande troupe – nissi cum magna gente . À la fin, nos seigneurs, ayant tenu conseil, prirent les mesures nécessaires au gouvernement d’un peuple si nombreux – tantas gentes »).

lxxvii  Alexiade, t. II, XV, 6, p. 206-208.

lxxviii  Voir par exemple les expressions stéréotypées qu’ils emploient très souvent pour désigner une armée nombreuse (ǧam, alq ouaskar kaṯīr, asākir kaṯīra, ǧayš kaṯīf, alq aẓīm, etc.).

lxxix  Exemples : 7 habitants ouvrent une des portes de Mossoul et la livrent à Mawdūd qui l’assiégeait pour le compte du sultan Muḥammad (Ibn al-Qalānisī,ayl ta’rīḫ Dimašq, an 501, trad. LT, p. 80) ; 37 hommes de la garnison de Baalbek que Zankī fait prendre après l’avoir prise (Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 272-273, an 534).

lxxx  Exemple parmi d’autres : ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 206-9/LT p. 26-8 (Tutuš face au père de Zankī).

lxxxi  Première croisade : ibid., p. 219/LT p. 39. Il s’agit d’un corps détaché qui pillait les régions voisines d’Antioche. Deuxième croisade, p. 462, 463/ LT p. 293-294 : « yuqāl inna addadahum alf alf inān … wa qīla akar min ḏālika … wa yuqāl innahum … taqdīr mi’at alf inān. » Noter qu’Ibn al-Qalānisī se fait seulement « rapporteur » d’informations (« on dit que »).

lxxxii  Voir par exemple sous l’année 552 une victoire remportée par Nūr al-dīn. Les musulmans ne perdent que deux hommes, dix Francs seulement en réchappent.

lxxxiii  Le postulat, critiquable par ailleurs (la loi de décroissance et la courbe de Gauss ne sont pas universelles ou d’application universelle), est que l’étude statistique de la répartition des nombres selon le chiffre initial et selon leur ordre de grandeur permet d’évaluer la cohérence et le degré de crédibilité qu’on peut accorder aux textes médiévaux. Pour les détails d’ordre méthodologiques, voir les travaux de J. Flori cités plus haut. Des graphiques prenant en compte tous les nombres renvoyant à une force armée ont été dressés, ainsi que d’autres, différenciant Francs et musulmans. Les victimes des combats ont été prises en compte, de même que les prisonniers faits après une bataille ou un raid. Les chroniques arabes ont été traitées séparément les unes des autres du fait de la dépendance de la majorité d’entre elles envers quelques unes, et notamment le ayl ta’rīḫ Dimašq. Enfin, seules les parties qui concernent la période ici étudiée ont été prises en compte.

lxxxiv  Cela n’est pas forcément vrai en ce qui concerne les chiffres initiaux.

lxxxv  Ibidem, p. 488/LT p. 322-323 (an 546) ; Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 201. D’autres chiffres importants, dans la même chronique, renvoient aux armées du sultan (30 000 cavaliers en 501 : p. 255-256 et 21 000 cavaliers difficilement atteints en 542 p. 558-559).

lxxxvi  Parfois, l’infériorité numérique des musulmans est mise en avant. Exemple : Bustān, p. 128 (deuxième croisade). Mais rappelons la formule d’al-Ṭarsūsī, Tabira, p. 207, trad. p. 215-216 : « […] leur [les Francs] avidité s’accroît sans cesse dans la mesure où ils constatent la lâcheté de leurs ennemis [les musulmans] qui se contentent de vivre à l’abri du danger. »

lxxxvii  Voir les calculs effectués par A. Corvisier, La Guerre. Essais historiques, Paris, 1995, p. 159 sq.

lxxxviii  Zubda, t. II, p. 67 et 340. Le premier texte est traduit par moi, les deux suivants par Th. Bianquis (communication personnelle). Pour les prix des céréales au début du XIe siècle, voir Th. Bianquis, « Une crise frumentaire dans l’Égypte fatimide », JESHO, vol. XXIII, 1978, p. 67-101.

lxxxix  Littéralement « Par cet événement, il arriva à la Syrie quelque chose dont on n’avait jamais entendu l’équivalent » (« wa ǧarā min hāḏā l-ḥādi bi l-Šām amr lam yusma bi-milih »).

xc  Il s’agit de Nūr al-dīn.

xci  Comme toutes les mesures médiévales, les mesures arabes étaient variées et variables, par exemple d’une cité à une autre, d’où la difficulté d’une conversion en poids métriques (communication de Th. Bianquis). C’est qu’elles n’étaient pas perçues comme ayant un caractère conventionnel, mais simplement comme significatives. Cf. généralement A. K. S. Lambton, Landlord and peasant in Persia, Londres, 1953, appendice II : « Weights and measures » ; J. Burton-Page, p. A. Andrew, « Misāḥa », EI2a, t. VII, p. 137 ; J. Burton-Page, « Mawāzin », EI2a, t. VI, p. 117 ; W. Hinz, « Dhirā‘ », EI2a, t. II, p. 231 ; Paul Zumthor, La mesure du monde, Paris, 1993 ; W. Kula, Miary i ludzie, Varsovie, 1970, trad. française Les mesures et les hommes, Paris, 1984.

xcii  Cf. Th. Bianquis, « Damas » et A.-M. Eddé, « Alep », respectivement p. 37-55 et 157-175 de J.-Cl. Garcin (dir.), Grandes villes méditerranéennes du monde musulman médiéval, École française de Rome, 2000 ; J.-M. Mouton, Damas, passim.

xciii  J. C. Russel, Late ancient and medieval population, Philadelphia, 1958 ; id., Mediaeval Regions and their cities, Newton Abbot, 1972 ; id., « The population of the Crusader States », dans K. M. Setton (éd.), A History of the Crusades, t. V, The impact of the Crusades on the Near East, Madison, 1985, p. 295-314 ; id., « Demographic Factors of the Crusades », dans V. P. Goss, Ch. V. Bornstein (éd.), The meeting of two worlds. Cultural exchange between East and West during the period of the Crusades, Kalamazoo, 1986, p. 53-8 ; Y. Courbage et Ph. Fargues, Chrétiens et Juifs dans l’islam arabe et turc, Paris, 1997 (1re éd. 1992).

xciv  Y. Courbage et Ph. Fargues, op. cit., tableau II, p. 55, proposent quant à eux 4 M d’habitants pour la Syrie en 900, 2,7 M en 1199.

xcv  D’ailleurs, ses estimations varient quelque peu selon ses travaux. Il avance ainsi le chiffre de 2,7 M d’âmes, en Syrie, pour le tout début du XIIe siècle, dans « Population of the Crusader States », loc. cit., tableau 3 p. 308. C’est sur cette base qu’il tente d’y estimer la population combattante.

xcvi  Ibid., p. 298.

xcvii  Ibid., p. 308 et tableau 3. En fait, ce tableau multiplie (sans explication) les chiffres donnés dans l’argumentation (2 500 cavaliers et leurs 10 000 écuyers, soit 4 pour 1, 20 000 piétons et leurs 20 000 servants, soit 2 pour 1, ce qui fait 52 500 hommes de guerre, soit 2 % d’un total qui s’élève alors à 2 619 000) par 4 (10 000 cavaliers et leurs 40 000 écuyers, 80 000 piétons et leurs 80 000 servants, ce qui fait 210 000 soldats, soit 7,56 % de 2 777 000). Rappelons que le prélèvement global sur la population française varie en 1740 de 6,1 % à plus de cinquante ans à 9,6 % entre trente et trente-cinq ans, ou que le prélèvement des armées sur les populations masculines, très inégal suivant les guerres, les pays et les époques était à la veille de la Révolution française d’un homme sur 7 en Prusse, 1 sur 17 en Piémont, 1 sur 37 en France, etc. Cf. A. Corvisier, La guerre, op. cit., p. 159, 163 sq.

xcviii  Ta’rīḫalab, p. 358 (300 000). Les récits plus tardifs ne sont bien entendu pas en reste d’amplification. Cf. par exemple Ibn Taġrībirdī, Nuǧūm, t. v, p. 148 (les Francs quittant Antioche sous le commandement de Godefroy sont 1 M, dont 500 000 combattants à cheval (muqātil fāris), p. 152 (300 000 Francs morts devant Ascalon, mais Ibn Taġrībirdī cite les doutes d’al-Ḏahabī).

xcix  Kāmil, t. IX p. 29, 55, 319-323, 384.

c  F. Lot, op. cit., p. 130 (2900 chevaliers au maximum), et, très proche, J. C. Russell, « The population of the Crusader states », loc. cit., p. 303 (2 500 chevaliers au maximum, sur peut-être 20 000 personnes en tout, à l’arrivée à Constantinople).

ci  S. Runciman, Histoire des croisades, p. 1063-1067 ; J. France, Victory in the East, p. 122-141 ; J. Riley-Smith, The First Crusade and the Idea of Crusading, Londres, 1986, p. 63 sq. et The Crusades. A short history, Londres, 1987, p. 11 ; J. Flori, « Un problème de méthodologie. La valeur des nombres », loc. cit., p. 419 et suivantes et Pierre l’Ermite, p. 453. Cf. aussi J. Prawer, Histoire du royaume latin de Jérusalem, t. I, Paris, 1969, p. 204 (il tablait sur 60 000 à 100 000 Croisés). Récemment, tout en reconnaissant que « toute approximation reste discutable », J. Richard (Histoire des croisades, op. cit., p. 50) met quant à lui en avant « un nombre de combattants de tout rang, chevaliers et piétons réunis, supérieur à 30 000 et atteignant jusqu’à 70 000 au moment de passer en Asie. Les non-combattants étaient sans doute moins nombreux – peut-être autour de 30 000 ». Il reste donc sur une estimation basse. Pour la situation au sortir de la croisade, voir notamment S. Runciman, op. cit., p. 525-526 ; J. Prawer, op. cit., t. I, p. 467, 469, 568 sq.

cii  Ibn al-‘Adīm, Buġya, notice « Riḍwān ».

ciii  Eudes de Deuil, La croisade de Louis VII, roi de France, éd. Waquet, p. 39-40. À noter que Kinnamos (RHC, Grecs, t. I, p. 234 et t. II p. 209) parle aussi de plus de 900 000 hommes, selon un dénombrement fait au passage du Danube. De même Michel le Syrien (Chronique, t. III, p. 275) : 900 000 hommes accompagnant le « roi d’Alamane » et 50 000 « Phranzis » (armée de Louis VII). Bar Hebraeus (Ta’rīḫ al-zamān, p. 162) demeure plus raisonnable : 90 000 cavaliers (fāris) pour le premier, 50 000 cavaliers pour le second, sans compter les innombrables piétons. L’Anonyme syriaque (p. 298) donne 395 000 hommes. Ni S. Runciman, op. cit., ni V. G. Berry, « The second crusade », dans K. M. Setton (éd.), A History of the Crusades, t. I, p. 462-512, ne chiffrent les armées de la deuxième croisade. Mais voir néanmoins ce qu’écrit le second auteur (qui reprend les chroniqueurs) p. 483 : « … Conrad of Germany began his journey to the east as the commander of a far more heterogeneous army, composed mainly of Franconians, Bavarians, and Swabians in such great numbers that the rivers and surrounding countryside could hardly accommodate them. »

civ  J.-Cl. Cheynet, « Les effectifs de l’armée byzantine aux Xe-XIIe s. », loc. cit., p. 319 et note 1.

cv  Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVI, 19. Il attribue en fait 70 000 chevaliers, sans compter les gens de pied, les femmes et les enfants, au roi allemand, et 70 000 hommes, « sans compter les gens de seconde classe » (« excepta classe secunda »), à Louis VII de France. Pour Jean Richard, le chiffre même de 70 000 combattants est sujet à caution (Histoire des croisades, p. 173).

cvi  Ibn al-Qalānisī,ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 462, 463/LT p. 293, 294. V. G. Berry, « Second crusade », p. 507, estime également que les troupes de Baudouin, Conrad et Louis réunies à Tibériade à la mi-juillet comportaient 50 000 hommes.

cvii  Bustān, p. 128 (an 542). On a dit plus haut que l’auteur considère ce chiffre comme important, largement supérieur aux troupes dont Damas disposait.

cviii  R. Ellenblum, Frankish rural societies, op. cit., p. 31 et note 41. Sur l’infériorité numérique et ses conséquences, voir également Cl. Cahen, SN, p. 356 et passim ; R. C. Smail, Crusading warfare, passim.

cix  Il avait pour mission de recruter des Croisés afin de s’attaquer à Damas. Voir J. Phillips, « Hugh of Payns and the 1129 Damascus Crusade », dans M. Barber (éd.), The Military Orders : Fighting for the faith and caring for the sick, Aldershot, 1994, p. 142-147. L’appel à l’Occident ne doit néanmoins pas être forcément vu comme une preuve de faiblesse démographique : déjà, pendant le siège d’Antioche, Adhémar de Monteil y réclame des renforts, au nom du patriarche de Jérusalem. Sur les sollicitations de l’Occident, voir en général J. Phillips, Defenders of the Holy Land. Relations between the Latin East and the West, 1119-1187, Oxford, 1996.

cx  H.-E. Mayer, « Le service militaire des vassaux à l’étranger et le financement des campagnes en Syrie du Nord et en Égypte au XIIe siècle », Mélanges sur l’histoire du royaume latin de Jérusalem, Paris, 1984, p. 93-161.

cxi  Cité par R. Grousset, Histoire des croisades, t. II, p. 693 : « […] je vous envoierai XXX mil hommes de ma tiere, à toutes lors maisnies, trestous armés, pour vostre tiere garder et peupler de crestiens et pour garnir, et hoster les Sarrasins de vostre tiere. […] Se Sarrasins entrent en vostre terre, vos fètes savoir partuit par vos viles que les II pars de vos genz viegnent à vos armes et la tierce de mort, landemain porroiz avoir XX mil homes à armes. »

cxii  On parle parfois de « croisade vénitienne ». Organisée à la suite de l’appel de Baudouin consécutif au désastre de l’Ager sanguinis, elle aurait selon Foucher de Chartres (Historia, éd. Hagenmeyer, III, 20, 1-8, p. 669) compris 120 navires, 15 000 hommes armés et 300 chevaux. Mais Guillaume de Tyr (op. cit., L. XII, 23, p. 546-547) n’évoque que 72 navires, et on parle parfois de 300 navires. Voir R. Grousset, op. cit., t. I, p. 602, et J. Prawer, op. cit., p. 306. Autre participation, soulignée celle-là par un chroniqueur arabe : Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 273/LT p. 100 (flotte du roi norvégien Sigurd).

cxiii  Jean d’Ibelin, RHC Occ., Lois, t. I, p. 422-426. Un certain nombre de fiefs sont passés sous silence. Sur le sujet, voir E. G. Rey, Les colonies franques de Syrie aux XIIe et XIIIe siècles, Paris, 1883, p. 109-113 ; R. C. Smail, Crusading warfare, p. 88 sq. ; J. Prawer, The crusaders’ Kingdom, op. cit., p. 327 et p. 72 (600 chevaliers en propre pour le royaume). J. C. Russell, « The population of the Crusader states », loc. cit., p. 308-309, reprend les mêmes chiffres.

cxiv  C’est en fait l’opinion de R. C. Smail, loc. cit., qui a en général prévalu pour les 700 chevaliers d’Antioche et d’Édesse. Il se basait sur les chiffres donnés par Gautier le Chancelier (repris par Guillaume de Tyr) à l’occasion de la défaite de l’Ager sanguinis : 700 chevaliers et 3 000 fantassins. Pour R. C. Smail, l’ensemble de la chevalerie d’Antioche et d’Édesse avait disparu pendant cette bataille. Cela est douteux. En fait, les informations sont contradictoires, d’où les divergences entre historiens. Claude Cahen (SN, p. 328) avance quant à lui 500 chevaliers seulement pour toute la Syrie du Nord. Albert d’Aix (Historia, RHC., Occ., t. IV, L. XI, p. 40-41 et 182-183) évoque 100 chevaliers fournis par la seule Turbessel (Tall Bāšir) et 200 par Édesse, en 1111, dont certains étaient certainement arméniens. En 1115, Roger d’Antioche aurait réuni 2 000 « combattants » en quelques semaines seulement (sans plus de précision : Gautier, L. I, p. 3 et Albert d’Aix, op. cit., L. XI, p. 40 ; Cl. Cahen, loc. cit.).

cxv  Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, op. cit., p. 156, ajoute 300 chevaliers pour le royaume de Jérusalem au chiffre tiré de la liste de Jean d’Ibelin.

cxvi  L’Historia d’Albert d’Aix s’avère à cet égard la plus précieuse des sources latines, pour la Syrie du Nord au moins. Parmi les nombres qui plaident pour une légère réévaluation des chiffres acceptés par les historiens, les 500 milites et 6 000 fantassins de Baudouin accouru en 1106 près de Jaffa afin de chasser une force expéditionnaire égyptienne (Albert d’Aix, op. cit., p. 637-638), les 3 000 cavaliers et 7 000 fantassins de l’armée d’Antioche à Ḥarrān en 1104 (ibid., p. 614), les 700 milites et 500 piétons que Roger d’Antioche réunit pour aller secourir le roi de Jérusalem menacé parMawdūd en 1113 (ibid., p. 693), les 300 fāris et 200 turcopoles du simple « détachement » (sarriya, et non sarriba, comme dans le texte arabe) d’al-Sardānī (Guillaume Jourdain) mentionnés par Usāma (Itibār, p. 51), les 4 000 chevaliers et sergents à la tête desquels Bertrand de Saint-Gilles serait arrivé en 1109 (Albert d’Aix, op. cit., p. 664), l’ensemble des forces franques réunies en 1110 (ibid., p. 672 ; Tancrède aurait eu 1 500 chevaliers et sergents à cheval ; à noter que le même nombre de cavaliers, fāris, lui est attribué par Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX p. 129), les 700 milites (et 3 000 fantassins) de Roger d’Antioche à l’Ager sanguinis, selon Guillaume de Tyr (RHC, Occ., t. I, L. XII p. 524, reprend Gautier le Chancelier, cf. ci-dessus), chiffre largement minimisé selon les sources arabes, comme le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, qui parle de 3 000 fāris et 9 000 piétons (t. IX, p. 185-186, an 513) ou le ayl d’Ibn al-Qalanīsī, moins précis (plus de 20 000 cavaliers et fantassins, fāris wa rāǧil, p. 319/LT p. 149), etc. Il faut souligner ici qu’après 1130, et alors que le travail de Foucher de Chartres s’était achevé en 1127, les indications numériques sur lesquelles on peut s’appuyer sont bien rares. On dépend, en ce qui concerne les sources latines, de Guillaume de Tyr, réellement utile seulement à partir de 1150. Il faut alors se rabattre sur les sources arabes, évidemment moins bien renseignées sur les armées franques.

cxvii  Pour la situation au sortir de la première croisade, voir également Albert d’Aix, RHC, Occ., t. IV, p. 499 (retour en Europe de 20 000 hommes après la première croisade) ; Raoul de Caen, Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. III, p. 703 (conquête de la Galilée par Tancrède à la tête de pas plus de 80 hommes).

cxviii  Voir surtout Gautier le Chancelier, Bella Antiochena, RHC, Occ., t. III, L. II, 10, p. 117-118 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 191 (« … et il maria les femmes des morts avec ceux qui restaient, reconstitua la cavalerie, rassembla et recruta… ») ; Ibn al-Furāt, I, 141 r° ; Cl. Cahen, SN, p. 89.

cxix  Voir sur ce point Guillaume de Tyr, op. cit., L. XVII, 9, p. 153. Le patriarche d’Antioche, Aymeri, avait précédé le roi, offrant sa fortune pour recruter des soldats.

cxx  Il y avait eu neuf membres fondateurs… Guillaume de Tyr, op. cit., L. XII, 7, p. 554 ; A. Forey, « The emergence of the Military Order in the Twelfth century », Journal of Ecclesiastical History, t. XXXVI, 1985, p. 175-195 (repris dans id., Military Orders and Crusades, Ashgate, 1994, I).

cxxi  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVII, 10, p. 775.

cxxii  Lettre du sénéchal André de Montbard au grand-maître Evrard des Barres. Ces hommes avaient difficilement été réunis. Cf. Recueil des historiens de Gaule et de France, t. XV, p. 540-541 ; M. Barber, The New Knighthood. A History of the Order of the Temple, Cambridge, 1994, p. 70 et note 25, p. 233 ; Ibn al-Qalānisī, p. 519-520. Sur l’affrontement du 13 rabī‘ I/26 avril 1157, voir aussi Guillaume de Tyr, L. XVII, 12, p. 211-212 ; N. Élisséeff, ND, t. II, p. 507 ; J. Riley-Smith, The Order of St. John in Jerusalem and Cyprus c.1050-1310, Londres, 1967, p. 324. L’origine de ces combattants est inconnue ; un certain nombre devaient être des mercenaires ; on ne sait pas vraiment, non plus, si Templiers et Hospitaliers étaient réellement mêlés ou si le chroniqueur arabe les assimile les uns aux autres.

cxxiii  Il commence la rédaction de son Historia sous Amaury Ier de Jérusalem qui régna de 1163 à 1174.

cxxiv  Il voyage entre 1165 et 1173. Il différencie deux « bâtiments » ; du premier, l’Hôpital, sortent 400 chevaliers ; dans le second, « appelé temple de Salamon », résident 300 chevaliers, outre ceux qui viennent d’Europe : trad. de l’hébreu par J. Shatzmiller dans Croisades et pèlerinages, p. 1315. Guillaume de Tyr, loc. cit.

cxxv  Mais il pouvait également s’agir de mercenaires. Ces soldats, auxquels l’Ordre devait également fournir l’équipement, allaient être inspectés et enrôlés à al-‘Arīš par les fonctionnaires royaux. On admet généralement, à partir de ce traité et du témoignage de Guillaume de Tyr, que c’est Gilbert d’Assailly, maître des chevaliers de Saint-Jean, qui avait poussé à l’expédition. R. Röhricht, Regesta regni Hierosolymitani , n° 452 (et J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem 1100-1300, t. I, n° 402, p. 275-276) ; R. C. Smail, Crusading warfare, p. 111.

cxxvi  R. C. Smail, op. cit., p. 107 sq.

cxxvii  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-Itibār, p. 50-51.

cxxviii  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 260.

cxxix  Claude Cahen, SN, p. 328, parle de 4 à 5000 sergents.

cxxx  M. Barber, The New Knighthood, p. 94-95, pour plus de détails. Plus précisément, Guillaume de Tyr dit que « le nombre des autres frères [que les frères chevaliers] est presque infini ». Pour les Hospitaliers, cf. J. Riley-Smith, The Order of St. John, p. 239-240.

cxxxi  J.-M. Mouton, Damas, p. 73 ; Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 357 (an 523).

cxxxii  Albert d’Aix, op. cit., L. XII, 25-28, p. 705-708. Sur le raid : Jean Clédat, « Le raid du roi Baudouin Ier en Égypte », BIFAO, t. XXVI, 1925 p. 71-81.

cxxxiii  Mais Foucher de Chartres (op. cit., L. II, p. 32) précise que ses chiffres sont estimatifs et qu’il faut ajouter aux milites les combattants « qui n’étaient pas appelés milites, bien qu’ils fussent montés ». Albert d’Aix signale (RHC, Occ., t. IV, L. IX, p. 49) que cent archers turcs, menés par un certain Muḥammad, combattaient aux côtés des Francs. Il assimile donc Muḥammad et Irtāš, le Seldjouqide allié aux Francs contre Ṭuġtakīn. Au total, selon lui, les Francs sont 6 000. Ibn al-Aṯīr nomme le Turc Baktaš et prétend qu’il était présent en personne. Pour lui, les Francs avaient 1300 fāris (Kāmil, t. IX, p. 98, suivi par Maqrīzī, Itti‘āẓ, t. III, p. 85 et Ḏahabī, Kitāb duwal al-islām, trad. A. Nègre, p. 65). Voir encore W. J. Hamblin, Fatimid Army, p. 284, qui propose de doubler le nombre de combattants montés de Foucher.

cxxxiv  F. Lot, L'art militaire, op. cit., tableau p. 135.

cxxxv  Cf. J. Flori, Pierre l’Ermite, note 62, p. 590.

cxxxvi  Guillaume de Tyr, op. cit., L. XI, 21 p. 488.

cxxxvii  Ou de 4 400 si on adopte un ratio d’un frère chevalier pour trois sergents. Mais rien de tel ne peut être avancé pour les Hospitaliers et rien n’est même sûr pour les Templiers.

cxxxviii  Pour les piétons seuls : 25 200 au minimum, 69 300 au maximum.

cxxxix  Mais il s’agit, ici, d’un maximum mobilisé, et non mobilisable : Claude Cahen, SN, p. 328 à propos de la réunion en 1110 des forces d’Antioche, d’Édesse et de Tripoli.

cxl  Il serait trop long d’exposer ici l’ensemble des situations possibles. Les nombreux calculs effectués ne sont pas satisfaisants. Assez rapidement on est obligé de faire des choix qui influent fortement sur les résultats. Ceux qui sont apparus les plus « raisonnables » sont : 45 000 hommes environ sans les ordres militaires, autour de 53 000 avec les ordres. Pour les estimations de Cl. Cahen et de J. Prawer, cf. les références données plus haut.

cxli  Voir ci-dessus à propos de la composition ethnique des armées franques, et M. Amouroux-Mourad, Comté d’Édesse, op. cit., p. 94, qui insiste sur la faiblesse des effectifs francs.

cxlii  Il va de soi que l’armée de Guillaume était plus nombreuse que cela, et notamment du fait de ses alliés.

cxliii  Ibn ‘Asākir se contente de souligner que Nūr al-dīn tua le prince d’Antioche et qu’il avait avec lui 3 000 Francs (« […] wa qatalahu wa alaa ālāf Firanǧī kānū maahu »). Voir N. Élisséeff, « Un document contemporain de Nūr al-dīn. Sa notice biographique par Ibn ‘Asākir », BEO, t. xxv, 1972, p. 137 (texte arabe) et 128 (traduction). Pourtant peu précis, le récit de Guillaume de Tyr (RHC, XVII, 9, p. 150-153) est souvent celui qui est le plus suivi (cf. les références données par N. Élisséeff, ND, t. II, p. 430 et note 4). Mis à part celui d’Ibn al-Qalānisī (éd. p. 473-474, nombres p. 473, les troupes de Nūr al-dīn sont estimées à 6 000 cavaliers combattants, fāris muqātila, sans compter les suiveurs, siwā l-atbā‘ wa l-sawwād), le récit des chroniqueurs arabes est plutôt succinct (par exemple Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 362-363 ; Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. I, p. 121 ; Zubda, t. II, p. 298). Quelques détails originaux (mais sans chiffres) sont par contre donnés par Ibn Abī Ṭayyi’ cité par Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, t. I, 1, p. 151.

cxliv  Cf. AbūŠāma, Kitāb al-rawatayn, t. I, 2, p. 342. Ibn ‘Asākir précise bien qu’il s’agit d’une coalition (« al-Rūm wa l-Arman wa l-Firanǧ »). Il est intéressant de remarquer que les Francs sont cités en dernier.

cxlv  Bustān, p. 135.

cxlvi  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 469 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 319-321 ; Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, t. I, p. 145 ; al-Ḏahabī, al-Ibar fī ḫabar man ġabar, op. cit., t. iv, p. 167 (« le nombre de morts dépassa les 10 000 »).

cxlvii  Cité par Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, I, 2 p. 339, où il est précisé : « […] en furent tués, en une seule bataille, 20 000, et ceux qui en réchappèrent furent faits prisonniers. »

cxlviii  Il emploie le terme akābir qui a en général le sens que le français donne à « grands ». Il doit certainement simplement désigner les meilleurs combattants : Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 247.

cxlix  Ta’rīḫ al-zamān, p. 176.

cl  « The First and Second Crusades from an anonymous Syriac chronicle », loc. cit., p. 303-304.

cli  Ils sont par exemple repris, sans plus d’explication, par Claude Cahen, SN, p. 408.

clii  Cf. Alan V. Murray, The Crusader Kingdom of Jerusalem. A dynastic history, 1099-1125, Oxford, 2000, p. 99-100.

cliii  Foucher de Chartres, éd. Hagenmeyer, L. II, 11, p. 409.

cliv  Albert d’Aix, RHC, Occ., t. IV, p. 549.

clv  Ce qui est important. Il s’agit moins ici de réussir à être exact qu’à retrouver une évolution croissante ou décroissante.

clvi  Foucher de Chartres, L. II, 32, p. 496.

clvii  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV p. 672.

clviii  Ibid., p. 695.

clix  A. V. Murray conclut quant à lui : « […] by the second half of the reign, some 500-700 knights were available to Baldwin I » (op. cit., p. 100).

clx  Ibn Wāṣil, Muffariǧ al-kurūb, t. I, p. 140 (il s’agit de l’intervention de 559/1164). Propos pratiquement identiques dans Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 121, et Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, I, 2, 335 (voir aussi p. 332-333). Voir encore Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, éd. Tornberg, t. XI, p. 299 et Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 317 et 318.

clxi  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIX, 25-26, p. 925-930 ; 28-29, p. 932-938.

clxii  Surtout si on le compare à ce que dit Ernoul (Chronique, éd. L. de Mas Latrie, Paris, 1871, p. 33-34) pour lequel il ne restait plus, en 1177, après le départ du comte de Flandres, que 500 chevaliers dans tout le royaume de Jérusalem, en comptant les Hospitaliers et les Templiers : « Dont vint li quens de Flandres, si se coursa et dist que plus ne demourroit en le tiere de Jhérusalem. Si prist congié au roy et s’en ala en Antioche. Si mena aveuc lui le conte de Triple, [Raimon, qui cousins germains estoit lo roi Amaurry qui fu,] et chevaliers assés de la tiere, tant qu’il ne demoura mie el roiaume de Jherusalem, ne au Temple, ne à l’Ospital, ne au siècle plus de .V.C. cheavliers. Adont demoura Robiers de Bove avec le roi. »

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable