Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Beyrouth, une ville d’Orient marquée par l’Occident

 | 
Helmut Ruppert

Chapitre II. La population et ses quartiers de résidence

Texte intégral

A. LA CROISSANCE DE LA POPULATION

1La grande attractivité de Beyrouth a provoqué une extraordinaire croissance de la population dans les cent dernières années. Bien que les données, les plus anciennes comme les plus récentes, ne livrent guère d'informations fiables, nous voudrions toutefois risquer une courte comparaison des différentes sources. Les chiffres de la période ottomane, en particulier, n'autorisent aucune certitude : d'après le responsable des statistiques, des manipulations tendancieuses de la population des différents groupes religieux furent pratiquées à cette époque.

2Dans la première moitié du xixe siècle, le nombre d'habitants de Beyrouth ne devait pas dépasser 5 000 habitants ; ce n'est qu'en 1860, lorsque nombre de chrétiens pourchassés par les druzes et les musulmans eurent trouvé refuge à Beyrouth, que la ville s'accrut d'environ 20 000 habitants. Au début du Mandat français (1920) la ville devait compter, d'après des estimations, environ 160 000 habitants (IRFED 1959/60, doc. 2-3-7).

  • 1 Comme la Constitution et le mode de scrutin au Liban reposent sur l'équilibre confessionnel défini (...)

3Durant l'année 1932 eut lieu un recensement dont les résultats, encore une fois, sont d'une validité douteuse, mais qui permet de connaître avec davantage de précision le poids relatif de chacun des groupes religieux. Toutes les estimations ultérieures sur l'évolution de la population ne sont que des extrapolations à partir des données de cette date et restent entachées des mêmes erreurs1.

4La dernière publication de ce genre date de 1956 et offre de Beyrouth l'image suivante :

(source : Al-Jarida er-rasmiya 107, n° 28, 1967, p. 502 et suiv.)

5Le chiffre total de la population actuelle de Beyrouth ne peut que reposer sur une estimation. Les derniers chiffres publiés donnent pour Beyrouth-municipe une population de 330 995 personnes, qui se répartissent de la manière suivante dans les secteurs de la ville :

(Source : Al-Jarida er-rasmiya 107, n° 28, 1967, p. 502 et suiv.)

6Toutefois, comme le concèdent des sources officielles, ce chiffre ne correspond qu'aux deux tiers environ de la population vivant réellement à Beyrouth, car de nombreux habitants n'ont pas été enregistrés par la police. Cela vaut en particulier pour les nombreux migrants ruraux chiites de la partie sud du pays, mais aussi pour de nombreux maronites qui passent certes la majeure partie de l'année à Beyrouth et ne quittent la moiteur et la canicule de la capitale que durant les trois ou quatre mois d'été pour leur village de la montagne, et qui pourtant sont enregistrés non pas à Beyrouth mais dans leur village. Par ailleurs, il est difficile d'estimer la population des quartiers ; les réfugiés palestiniens constituent toutefois une exception dans la mesure où l'aide que l'ONU leur attribue est calculée en fonction de leur nombre et qu'il est donc de leur propre intérêt de se faire enregistrer.

  • 2 Je suis reconnaissant au service statistique de la République libanaise à Beyrouth de l'estimation (...)

7Enfin, même les naissances au sein de la population installée depuis plus longtemps sont enregistrées de manière incomplète. Nous devons admettre que toutes ces considérations prises ensemble déterminent une minoration d'environ un tiers. Ainsi arrivons-nous à une estimation d'environ 500 000 habitants2.

  • 3 Le nombre se répartissait au 1er janvier 1964 selon les provenances suivantes : Europe 18 707 (dont (...)

8Mais ceci ne prend pas en considération les étrangers non arabes vivant à Beyrouth ; on peut donc ajouter, d'après une estimation, environ 35 000 personnes à ce total3. Enfin, les quartiers de Dora, Bourj Hammoud, Sis, Sin el-Fil, Furn el-Chebbak, Chiyah, Tayouné et Haret Hreik sont si étroitement intégrés à la ville, tant du point de vue spatial que par leurs fonctions, que l'on doit parler d'une agglomération d'environ 700 000 à 800 000 habitants, un chiffre qui correspond à environ un tiers de la population du Liban.

9Parallèlement à cette évolution, la surface bâtie à l'intérieur de Beyrouth s'est étendue de 112 ha en 1860 à 550 ha en 1922, et à 1 640 ha en 1960(IRFED 1959/60, doc. II3-7). Depuis 1964 a été mise en place une unité administrative « Grand Beyrouth » (Beyrouth et sa banlieue), dont les compétences sont limitées dans un premier temps aux questions de planification générale. L'administration de chaque localité n'est jusqu'à présent pas centralisée.

B. LES ÉLÉMENTS TRADITIONNELS DE L'ACTUELLE STRUCTURE RÉSIDENTIELLE

10Comme dans toutes les villes du monde, la population de Beyrouth n'est pas une masse amorphe dépourvue de quartiers distincts. La structuration des quartiers résidentiels en fonction de l'appartenance religieuse est un trait très répandu en Orient. Comme la ville islamique et orientale ne possédait pas, dans le passé, un statut de commune autonome, chaque groupe ethnique ou confessionnel était exposé à d'innombrables menaces. Le cloisonnement en quartiers résidentiels, séparés par des portes, constituait une protection contre les autres groupes. Par conséquent, les quartiers résidentiels étaient structurés par la religion et isolés les uns des autres, de telle sorte que leurs habitants n'avaient pratiquement pas de contact avec leurs concitoyens d'autres confessions. Cet agencement reflète les tendances séparatistes dans la ville (Grünebaum 1955, p. 145), incarnées par ses différents groupes religieux.

11Il peut paraître étrange que des éléments essentiels de cette ancienne structuration des quartiers par la religion aient pu subsister jusqu'à aujourd'hui dans une ville aussi moderne et avant-gardiste que Beyrouth. Même durant ce siècle, l'installation à Beyrouth des différents clans, groupes ethniques, religieux ou de destin s'est effectuée en respectant le schéma de cloisonnement strict par quartier. Il semble nécessaire pour l'expliquer d'invoquer l'esprit communautaire ou le sentiment d'appartenance commune, ainsi que l'attractivité des familles dominantes à proximité desquelles on s'efforce de s'installer.

12Dans le Liban d'aujourd'hui, les quartiers définis par le cloisonnement religieux jouent encore un rôle spécifique dans le processus de regroupement résidentiel. Sur bien des aspects, ils présentent une organisation commune. En effet, qu'il s'agisse des sunnites, des grecs-orthodoxes, des grecs-catholiques, des maronites ou des juifs, ils forment dans leurs quartiers de véritables communautés de vie et de relations, animées par les mêmes motivations fondamentales. En outre, un groupe religieux peut occuper plusieurs quartiers comme cela est le cas à Beyrouth. La communauté de vie et de relation se manifeste alors immédiatement dans des institutions qui sont fréquentées par ses membres d'une manière unitaire. La mosquée, l'église ou la synagogue qui, pour chaque communauté, constituent le centre symbolique et souvent spatial, font figure de noyau matriciel. Un souk local ou une rue commerçante fréquentée par les ménagères pour leurs courses quotidiennes jouent le rôle de centre économique.

13Aux quartiers résidentiels situés en périphérie de la ville s'opposent la grande mosquée et le souk au centre-ville (voir la représentation modélisée de Dettmann 1969). Ce schéma subit à Beyrouth certaines inflexions dans la mesure où, en raison de l'importance tant qualitative que quantitative des chrétiens, les églises des communautés (chrétiennes) les plus anciennes et les plus importantes - maronites, grecs-orthodoxes et grecs-catholiques - côtoient la mosquée dans le quartier des souks (voir fig. 7). Par conséquent, si le souk conserve sa fonction de quartier commerçant central, on ne peut en revanche pas parler d'un seul centre spirituel pour l'ensemble de la population, comme cela existe pour la grande mosquée dans les villes purement islamiques, d'autant plus que les autres communautés religieuses ont leurs principaux monuments de culte en dehors de la vieille ville.

14Le modèle de distribution des groupes religieux autour du souk central est aussi perturbé par l'intrusion d'« éléments étrangers ». Seulement 26,4 % des chefs de ménages vivants à Beyrouth sont nés dans une ville libanaise, 42,8 % ont vécu leur enfance dans une zone rurale du Liban, 7,5 % en Syrie, 5 % en Iraq et 12 % en Turquie (Churchill 1954, p. 45). Les raisons de leur émigration à Beyrouth sont, pour l'essentiel, de nature économique ou politique. Les Européens, les Arméniens, les Kurdes ou les Palestiniens ont en commun de n'avoir aucun accès direct au souk, de par leur statut de nouveaux arrivés. Bien que tous, au moins dans une première étape, se regroupent dans des quartiers homogènes, certains traits de leur comportement ne correspondent pas à l'ancien schéma.

15Les quartiers résidentiels de ces communautés se structurent non plus en fonction de l'appartenance religieuse, mais plutôt en fonction de l'appartenance nationale ou ethnique : elles mènent, à l'intérieur du complexe urbain, une vie séparée. Cependant, le degré de cette autonomie varie dans une large gamme : il y a de nombreuses gradations intermédiaires entre l'ouverture sur le monde et la sociabilité des Européens ou des Américains installés à Beyrouth et celle des Palestiniens ou des Kurdes, qui se terrent presque dans leurs quartiers.

C. COMMUNAUTÉS RELIGIEUSES ET GROUPES SOCIAUX

1. Les communautés anciennement implantées

16La tendance à conserver des modes de vie traditionnels ou à en adopter de nouveaux semble très différente dans chaque groupe religieux. Les sunnites, les chiites, les grecs-orthodoxes et les grecs-catholiques, les maronites et les juifs jouent un rôle déterminant depuis plusieurs centaines d'années à Beyrouth. En plus de la structuration religieuse, ces groupes sont aussi marqués par une différenciation sociale spécifique et par une organisation économique en différentes branches.

17Avant 1860, Beyrouth était en majorité occupée par des sunnites, et l'élément musulman l'emportait fortement sur l'élément chrétien. Cela a changé avec la protection offerte aux communautés chrétiennes par la France. Pourtant, les grandes familles des Yafi, Solh ou Salam exercent encore aujourd'hui à Beyrouth une grande influence acquise autrefois dans la banque, le commerce de gros ou comme grands propriétaires fonciers.

18Quoi qu'il en soit, les sunnites - tout comme les chiites du reste - présentent un spectre de revenu très large, de la couche la plus riche de la population jusqu'au prolétariat le plus pauvre. L'exode rural des sunnites vers Beyrouth, Sidon, Tripoli est très fort ; il semble presque que ces groupes ont développé un goût particulier pour la vie urbaine (voir aussi Zimpel 1963, p. 159).

19Autant que possible, ces immigrants cherchent aussi à se déplacer vers des quartiers que leurs coreligionnaires occupent déjà, ou du moins à s'installer à leur proximité immédiate. Ainsi s'explique la concentration des sunnites au sud et à l'ouest de la ville (voir fig. 15), où l'on peut par ailleurs observer de fortes différences dans le niveau de revenu des habitants.

20Seule une petite part de la population chiite peut être considérée comme anciennement beyrouthine. Elle est essentiellement regroupée près du cimetière musulman du quartier de Basta, où l'on ne remarque pas jusqu'à aujourd'hui de différenciation entre les riches et les pauvres. On ne trouve dans aucun autre groupe religieux cette coexistence des populations les plus pauvres habitant des immeubles de trois ou quatre étages totalement taudifiés et d'une classe aisée, installée dans d'élégantes villas à leur proximité immédiate. En effet, toute la largeur du spectre social est représentée, avec à un extrême des travailleurs occasionnels et à l'autre, les familles Beydoun, Hamadé ou Haïdar, enrichies par le commerce ou la propriété foncière.

21Mais c'est surtout après la seconde guerre mondiale que de nombreux chiites des zones rurales du Liban sud ou de la Beqaa sont venus s'installer à Beyrouth. Jusqu'alors ouvriers agricoles chez de gros propriétaires fonciers, ils ont cherché à échapper à cette dépendance et se sont réfugiés à Beyrouth, où la plupart d'entre eux ont formé dans les quartiers périphériques un prolétariat qui n'a pas encore réellement droit de cité dans la ville.

22Les communautés confessionnelles grecque-orthodoxe et grecque-catholique jouent à Beyrouth un rôle prépondérant dans le secteur du commerce de gros et dans celui de la finance. Les fameuses familles Sursock, Trad, Boustros et Chiha contrôlent de nombreuses banques locales ainsi que les produits traditionnels du commerce de gros, comme les étoffes et la draperie. L'influence politique de ce groupe est aussi très importante. Dès le xixe siècle, ces deux groupes religieux édifièrent leur propres écoles secondaires qui ont atteint un niveau relativement bon. Le contact avec les Européens est très étroit. À côté des couches sociales supérieures, on rencontre de simples artisans, des détaillants, des employés de l'administration ou des entrepreneurs. Il n'existe pratiquement pas de classe pauvre, à la limite du minimum vital, dans les communautés grecques.

23Le nombre des maronites vivant à Beyrouth est bien plus élevé - comme nous l'avons mentionné plus haut - que le chiffre indiqué par les statistiques. Certes, beaucoup habitent Beyrouth ; cependant, ils déclarent comme lieu de résidence le village de la montagne dont ils sont originaires et dans lequel ils se retirent durant les étouffants mois d'été.

24Dans leurs villages natals de la montagne, les maronites incarnaient déjà une bourgeoisie ou une couche de paysans aisées comme on en rencontre peu ailleurs en Orient ; et de la même manière, ils se caractérisent aussi à Beyrouth par leur unité sociale. Ils forment ici une classe moyenne supérieure de commerçants, de marchands, d'employés d'administration, de juristes ou d'architectes. Chez eux, il est tout aussi rare d'observer une ascension dans l'aristocratie beyrouthine de l'argent qu'un déclassement dans la classe laborieuse. Les familles Khoury ou Eddé sont des représentants de cette communauté, extrêmement influente aussi dans la politique libanaise.

25Le quartier juif à l'ouest de la vieille ville de Beyrouth forme un ensemble habité par un groupe religieux bien distinct. Travaillant pour la plupart comme artisans, petits commerçants, changeurs d'argent, ou petits courtiers, les juifs n'habitent que dans ce quartier. Leurs contacts avec la population arabe se limitent au minimum et se déroulent presque uniquement dans la sphère commerciale. Pour le reste, les juifs vivent nettement séparés des arabes locaux et ne sont tolérés par ceux-ci que dans la mesure où ils évitent toute agitation sioniste.

26Des écoles juives permettent aux membres de cette confession d'atteindre un niveau d'éducation très supérieur à celui de la moyenne de la population, niveau qui se rapproche de celui des communautés chrétiennes, en général bien formées.

27Notre distinction des groupes religieux anciennement implantés à Beyrouth ne se limite pas seulement à des éléments purement religieux. Fondamentalement, ces derniers sont en fait secondaires si l'on veut, en géographe, prendre connaissance des étapes du développement économique et social de chaque groupe considéré individuellement ou comparer leur comportement à l'égard de la tradition ou de la modernité. Bien plus important est le processus historique de la prise de contact avec les autres groupes, de la volonté d'éducation et de l'esprit d'entreprise, la répartition de l'activité en diverses branches et la prégnance inégale des tabous sociaux et des obstacles psychologiques dans les différentes communautés. Pourtant celles-ci contribuent à modeler l'espace social. Il faut donc les considérer en même temps comme groupes sociaux, ce dont témoigne l'organisation de leurs quartiers résidentiels.

2. Différenciations sociales récentes à l'intérieur des communautés religieuses et modifications correspondantes de la structure résidentielle

28La grande importance des différentes communautés religieuses dans l'analyse des quartiers résidentiels devient claire lorsqu'on remarque que chaque groupe vit dans des quartiers distincts. Il est très rare que les membres les plus aisés d'une communauté émigrent dans un autre quartier ; généralement ils continuent à vivre près de leurs coreligionnaires. La communauté religieuse demeure ainsi - principalement dans les secteurs chiites et sunnites - le niveau primaire d'appartenance. C'est principalement dans ces groupes de population qu'on peut observer une forte tendance à conserver des caractères traditionnels.

29A l'inverse, chez les chrétiens, le critère social du niveau de revenu joue déjà un rôle dans la structuration des quartiers, à côté de l'appartenance religieuse. L'amorce de cette évolution est particulièrement perceptible chez les maronites. Leur regroupement dans des quartiers résidentiels homogènes repose sur le fait qu'ils ne forment pas seulement un groupe religieux, mais aussi, étant donné leur appartenance à ce qu'il est convenu d'appeler la classe moyenne, un groupe social au niveau de revenu relativement similaire.

30À côté de ce cas particulier d'un groupe religieux caractérisé par sa structure homogène de revenus, on observe aussi, à l'intérieur d'une même communauté religieuse, des différenciations sociales qui se traduisent dans la structuration résidentielle. Ainsi, dans leurs quartiers, les grecs-orthodoxes et les grecs-catholiques se répartissent en fonction de leur niveau de revenu. Les célèbres familles Chiha, Trad, Sursock ou Pharaon, enrichies dans le commerce et la finance, habitent un secteur de villas distinct, à l'intérieur d'un quartier confessionnel. Par leur réussite économique et leur enrichissement dans les branches d'activité rémunératrices qu'elles contrôlent, ces familles bénéficient d'un prestige social qui s'est traduit par leur installation à l'écart du secteur résidentiel occupé par les membres de leur communauté. Il est remarquable de constater que cette tendance à s'isoler de certaines couches de la population d'un groupe religieux est bien plus avancée chez les chrétiens de Beyrouth que chez les musulmans. Au delà de motifs ethnico-religieux, l'existence de cette différenciation sociale à l'intérieur des quartiers résidentiels d'une communauté religieuse s'explique probablement par les contacts bien plus étroits des chrétiens avec les Européens.

31Un tel processus de différenciation des classes sociales, sous des formes différentes, affecte toutefois aujourd'hui de plus en plus toutes les communautés. Ce qu'on voit ailleurs est pris et copié, le prestige social bénéficie d'une attention croissante (Wirth 1965).

32L'amplification des mouvements de retour des emigrants libanais, le fort développement des professions libérales et la constitution en cours d'une classe ouvrière sont à l'origine du recul du mode de structuration par la religion au profit d'une structuration sociale en fonction du revenu (Ghandour 1960, p. 15). Un mode de vie moderne devient partout visible : changement du style architectural des habitations, remplacement du qumbaz (longue robe) ou du kefiyé (couvre-chef) par des vêtements européens et modification des habitudes d'achat comme du régime alimentaire. Le voile n'est pratiquement plus porté par les femmes musulmanes et, d'ailleurs, la place de la femme dans l'espace public est bien plus grande qu'autrefois.

33L'arrivée de populations étrangères - qu'il s'agisse aujourd'hui d'Européens, d'Arméniens, de réfugiés palestiniens ou de Kurdes - accentue particulièrement ce mouvement. Les Américains et les Européens ont notamment semé les germes d'une stratification sociale. En tant qu'enseignants ou missionnaires, ils ont transmis les systèmes de valeurs ou les conceptions sociales de l'Europe. En tant que résidents et hommes d'affaires, ils vivent à leur manière habituelle avec les principes occidentaux, jusqu'alors inconnus, de stratification sociale. Rapidement, les Européens et les Américains font figure de modèle pour les élites locales qui cherchent à imiter leur mode de vie. La couche supérieure des différents groupes confessionnels adopte rapidement un nouveau comportement. Jusqu'alors, quelles que soient les différences économiques, elle n'avait pas cessé de résider au voisinage et dans les mêmes quartiers que les plus pauvres de sa communauté. Elle se rapproche davantage du groupe social des Européens et des Américains. La traduction actuelle de ce mouvement se lit dans le fait que ceux qui ont réussi s'établissent dans les quartiers favoris des Européens ou des Américains à l'ouest de Beyrouth.

  • 4 Les réfugiés palestiniens se reconnaissent presque tous dans la communauté sunnite. Plus de 80 % de (...)

34Les situations des Arméniens et des Palestiniens installés à Beyrouth sont quelque peu différentes. Les uns comme les autres sont arrivés à Beyrouth en tant que réfugiés et y partagèrent une véritable communauté de destin à partir d'une situation nationale largement homogène et d'une quasi-unité confessionnelle4. Dans leur nouvelle patrie, leur situation financière, leur habileté artisanale ou encore leur volonté de formation constituaient pour chacun d'entre eux de bonnes conditions de départ pour leur développement économique.

35Ainsi, chez les Arméniens, une différenciation sociale est bien vite apparue entre la classe ouvrière, les artisans, les industriels, les juristes, les médecins. La plupart d'entre eux, dès qu'ils sont parvenus à une certaine aisance, quittent leurs quartiers traditionnels à l'est de Beyrouth. Les Palestiniens ne montrent pas, dans leurs activités professionnelles, une telle diversité. La majorité appartient encore au sous-prolétariat des travailleurs occasionnels, tandis que certains sont devenus marchands et que seuls quelques-uns ont atteint des positions sociales supérieures.

36C'est surtout depuis la seconde guerre mondiale que la pénétration croissante des valeurs occidentales a conduit à ce que le comportement de la plupart des Beyrouthins ne soit plus défini par la seule appartenance communautaire, mais aussi par le pouvoir d'achat, mesuré à l'aune du patrimoine immobilier et du revenu. Ainsi à Beyrouth, le facteur financier est en train de devenir le critère déterminant d'une nouvelle structuration de la population. En tant qu'ensemble urbain, Beyrouth était au tournant du siècle un conglomérat de différents groupes religieux et ethniques, et on ne pouvait en aucune manière parler de société urbaine au sens où on l'entend en Europe. À l'intérieur des groupes communautaires régnait cependant une certaine homogénéité et la communauté, peu ouverte sur l'extérieur, était soudée par des liens d'interconnaissance. La vie urbaine moderne défait ces liens de solidarité et l'assurance de protection qu'offrait la communauté. La spécialisation croissante des différents métiers et les opportunités de formation plus nombreuses accentuent la rupture avec cette parenthèse sociologique et ouvrent la voie à une nouvelle stratification sociale.

3. Le regroupement spatial des populations résidentes en fonction du niveau de revenu

  • 5 Une investigation plus approfondie de la stratification sociale des habitants de Beyrouth n'a été j (...)

37Le processus de recomposition sociale conduit à distinguer aujourd'hui à Beyrouth quelques couches sociales typiques, qui se différencient nettement par leur comportement et leur situation économique5. Appartenance professionnelle et niveau de revenu permettent de cerner sans grande difficulté leur profil socio-économique.

  • 6 Voir le troisième chapitre.

38Les couches séparées par le processus économique se partagent inégalement le « gâteau » du PIB. Le revenu dépend tout d'abord de la branche dans laquelle on travaille. Ainsi, c'est dans le secteur financier et bancaire que l'on gagne le plus, et dans l'industrie le moins (voir tab. 26). L'écart entre les revenus sera pourtant encore plus grand si nous considérons la situation de chaque individu à l'intérieur des différentes branches. Sur ce point, il n'existe malheureusement pas de données chiffrées. Seul, le rapport IRFED donne une classification par couches sociales (voir tab. 1 ). D'après cette source, on observe qu'au Liban la classe moyenne incluant les « moyens » et les « aisés » est remarquablement large pour une société orientale, tandis que les classes les plus riches et les plus pauvres de la population ne forment qu'une minorité.

Tableau 1 : Structure de la population libanaise en fonction du revenu

Tableau 1 : Structure de la population libanaise en fonction du revenu

Source : IRFED 1959-60

39Les couches moyennes, aisées et riches représentent 50 % de la population et reçoivent 82 % du PIB. Leur influence politique et économique est par conséquent très forte.

40Dans le détail, on peut distinguer les couches sociales suivantes :

- L'élite locale

41L'élite urbaine est un groupe relativement petit doté d'une influence politique et économique importante dans la capitale. La plupart de ses membres sont issus de célèbres familles grecques-orthodoxes, grecques-catholiques ou sunnites ; seuls quelques rares personnalités extérieures à ces cercles réussissent à accéder à cette couche sociale.

42Ces familles tiennent entre leurs mains les branches économiques qui ont fait leur fortune : banques, commerce de gros, maisons de courtage, import-export. La tradition familiale persiste encore aujourd'hui en ceci que l'on fait des affaires de préférence avec des parents ou que, au moins, on les intègre à l'entreprise ; à l'inverse, on se protège strictement contre l'intrusion de l'extérieur. Cette classe reçoit seulement l'apport des descendants des familles féodales, qui ont acquis leur argent dans l'agriculture. Malgré tout, ce sont « les succès commerciaux, et avant tout dans le commerce de gros ou le commerce extérieur, qui conditionnent l'accès au sommet de la bourse aux valeurs de Beyrouth » (Wirth 1966a, p. 178).

43On préfère ne pas engager son argent pour longtemps et l'on craint les engagements à long terme - c'est là un fait qui explique que l'élite locale n'investit qu'avec hésitation dans l'industrie. Pour s'engager dans ce type d'affaires, il est en outre nécessaire de jouir d'une considération importante ; car malgré toute l'intelligence des affaires, la capacité d'adaptation et la débrouillardise dont chacun des partenaires peut faire preuve, il ne faut pas perdre de vue que les associés recherchent en commun un profit maximum, ce qui ne serait pas possible sans une confiance réciproque (Wirth 1966a, p. 17 et suiv.).

44Les relations avec les membres plus pauvres de la même communauté sont presque totalement coupées. On se donne, en toute bonne conscience, une allure cosmopolite : on épouse une femme européenne, on préfère à l'arabe, le français ou l'anglais, on se déplace en avion pour assister à des soirées d'opéra à Rome ou Milan, on téléphone à la bourse de Londres et l'on s'habille chez les grands couturiers à Paris.

- Les couches sociales supérieures issues de l'immigration

45Beyrouth, en tant que place de commerce internationale, héberge un grand nombre d'étrangers très aisés, en particulier des Américains. Ils travaillent comme représentants de sociétés pétrolières, de multinationales industrielles, de comptoirs commerciaux ou d'entreprises de transport et se rangent presque tous dans la classe des « riches ».

46Leur intégration économique aux cercles de l'élite locale est assez étroite ; leur mode de vie est pris comme modèle et est imité aussi bien par l'élite locale que par la classe moyenne.

- La classe moyenne

47Elle forme à Beyrouth un groupe significatif, mais totalement hétérogène. On doit y inclure une grande partie des détaillants, une partie des commerçants en gros, de petits courtiers, de nombreux membres des professions libérales, des artisans ainsi que des employés des entreprises privées et de l'administration.

48Cette classe moyenne représente environ 50 % de la population de Beyrouth et sa contribution au PIB est à peu près identique. Dans le monde arabe, la classe moyenne est une catégorie sociale relativement récente. Il s'agit en partie d'une population d'origine urbaine, incluant des commerçants dynamiques qui ont gravi l'échelle sociale à la force du poignet, ou encore des individus qui, par leurs succès scolaires, se sont rendus aptes aux plus hautes charges. On doit y compter aussi la classe moyenne maronite du nord et du centre du Liban, qui vient chercher en ville une activité de rechange et émigre.

49Considérée du point de vue de l'appartenance religieuse, la classe moyenne est majoritairement chrétienne. Cela s'explique par la présence massive des maronites, munis à leur arrivée à Beyrouth d'une épargne de réserve. Mais on doit aussi invoquer la débrouillardise plus grande et l'instruction scolaire plus poussée de la plupart des chrétiens.

- La classe ouvrière

50Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, avec la montée en puissance de l'industrie, une classe ouvrière est en cours de constitution, si tant est qu'on puisse en fait la désigner ainsi au Liban. À Beyrouth, elle n'englobe pas seulement les travailleurs de l'industrie, mais aussi ceux de l'artisanat, du bâtiment, ou du secteur tertiaire. Les vendeurs du commerce de détail ou les travailleurs spécialisés de l'industrie, qui ont dû acquérir une qualification, constituent la tranche supérieure de la classe ouvrière. Sa couche inférieure est formée de ces travailleurs occasionnels ou de ces porteurs qui n'occupent que des emplois irréguliers et passent le reste de leur temps à errer paresseusement au centre-ville ou dans les quartiers où ils habitent.

51Le nombre des travailleurs instruits est réduit ; les travailleurs non éduqués et les travailleurs occasionnels, qui s'embauchent souvent au jour le jour, sont très majoritaires.

52La situation matérielle de cette classe ouvrière n'est pas particulièrement favorable : le revenu moyen pour un travailleur de l'industrie atteignait, en 1960, 160 LL par mois (IRFED, 1959/60, doc. 1/1/38). Sur le marché du travail, la situation de cette classe ouvrière est inconfortable en raison du grand nombre de demandeurs d'emploi et d'une offre limitée du côté des employeurs. Tout aussi inconfortable est sa situation politique. Les ouvriers ne peuvent opposer aux leaders politiques ou au patronat aucune organisation syndicale d'importance : incapables de se structurer en tant que classe, ils demeurent un simple agrégat d'individus.

- Le sous-prolétariat

53En tant que couche sociale inférieure, ce groupe hante les bidonvilles de la capitale. Ses membres n'ont pas d'activités régulières, ils louent leurs services comme travailleurs occasionnels et sont bien souvent sur « la mauvaise pente ». Ils appartiennent aux groupes ethniques et religieux les plus divers : Arméniens, Kurdes, druzes, Palestiniens, ou encore ruraux attirés par la ville en forment les principaux contingents. Le destin de ces derniers est justement d'un intérêt particulier.

54Nombreux parmi les ruraux sont ceux qui s'arrachent à l'exiguïté de leur communauté villageoise. Ils sont là-bas sous la coupe d'un imam, quasiment captifs des traditions familiales ou religieuses tout en louant leurs services à un chef féodal. En ville, on cherche l'indépendance. L'individu s'adresse d'abord à des parents qui habitent Beyrouth pour obtenir une place ; mais en général ceux-ci ne peuvent pas l'aider. S'il est chanceux, après son arrivée et après une longue quête, il est chargé d'effectuer quelques menus travaux ou trouve pour quelques jours un emploi comme homme à tout faire dans le bâtiment. Sa femme et ses enfants sont encore à la campagne où ils continuent de fournir des bras à l'agriculture, gagnant ainsi un modeste revenu. L'homme cherche en ville un lieu où dormir, passe la nuit dans des garages, dans des immeubles en construction ou à la belle étoile. Après quelque temps, la famille arrive et rompt ainsi avec la campagne. On ramasse quelques bidons, de la ferraille et du bois et on construit une baraque dans un des nombreux bidonvilles. La situation financière se dégrade cependant encore davantage. L'homme poursuit certes ses activités, mais la femme, faute d'un minimum de qualification, ne trouve le plus souvent aucun travail et les enfants grandissent dans le pire des environnements.

55La structuration sociale de la population de Beyrouth, qui s'organise aussi bien en fonction des différences communautaires que d'un schéma de classes sociales définies par le niveau de revenu, non sans de multiples formes de transition entre les deux, doit maintenant être analysée d'une manière plus précise. Car ce n'est qu'après nous être familiarisé avec les nombreuses combinaisons des groupes sociaux, leurs contacts variés avec leur environnement et leur cadre de vie que nous pourrons tenter, dans une nouvelle étape, de brosser une typologie des quartiers résidentiels beyrouthins. Nous verrons plus loin, lorsque nous aurons analysé les fonctions économiques de la ville, qu'il n'est pas rare de constater que la structuration sociale marque fortement l'organisation et le fonctionnement propre de ces quartiers.

D. LES PRINCIPAUX TYPES DE QUARTIERS BEYROUTHINS

1. Les critères de différenciation des quartiers résidentiels

56De même qu'à Beyrouth le recoupement entre communautés religieuses et groupes de population de différents niveaux de revenus est très variable, de même les quartiers traditionnels se mêlent, avec mille variations, aux quartiers modernes. D'un côté les quartiers du centre-ville sont organisés autour du souk, et quelques éléments de la structuration classique de la ville arabe y sont encore reconnaissables. Par contre à la périphérie de la ville, ou même à l'intérieur de ses limites, mais éloignées du centre, s'étendent de grandes zones de constructions récentes qui forment ainsi une nouvelle concentration commerciale. Durant la période la plus récente, Beyrouth a connu une croissance particulièrement forte. Les chiffres suivants sur les permis de construire délivrés chaque année et donc sur la surface construite le démontrent :

Source : République libanaise, ministère du Plan, 1964

57Les statistiques montrent clairement un boom constructif de 1954 à 1957 durant lequel, à la faveur de l'implantation des bureaux de représentation d'entreprises étrangères à Beyrouth, de nombreux Européens et Américains se sont installés à Beyrouth. A la suite des troubles de 1958 la construction a reculé mais, depuis 1960, elle est repartie à la hausse ; les surfaces bâties par an sont devenues de plus en plus importantes. Outre les nouvelles constructions sur d'anciens terrains libres à la périphérie de la ville, les hauts immeubles que l'on érige maintenant sur des parcelles démolies sont particulièrement caractéristiques ; leur démesure a quelque chose d'oppressant.

  • 7 Dans la circonscription foncière de Ras Beyrouth, le pourcentage des surfaces consacrées au logemen (...)

58Il n'est pas possible de donner un modèle clair de la répartition de la densité de population dans la ville. Sur l'aspect spécifique de l'utilisation du sol, Churchill a cherché à obtenir, dans une étude reposant sur des questionnaires individuels et portant sur la zone administrative de Beyrouth, des données plus exactes. Il en résulte que dans la zone du port, qui inclut l'espace portuaire proprement dit et le cœur de la vieille ville, seulement 3,2 % des bâtiments sont utilisés comme logement et 96,8 % sont voués au commerce et à l'activité. Les quartiers de Minet el-Hosn, Zokak el-Blat, Bashoura et Saïfi, qui entourent le centre-ville offrent un visage contrasté du point de vue du logement, dont la part s'élève respectivement à 70,3 %, 85,7 %, 77,7 % et 64,7 %, mais montrent nettement d'un autre côté que ce secteur, contigu au centre-ville, est encore fortement consacré aux activités. Les principales zones résidentielles sont localisées à la périphérie : à Achrafieh et à Mazraa, le logement représente 91,7 et 90,7 % des bâtiments. Ras Beyrouth7, Moussaytbé et Rmeil, avec respectivement 87,9 %, 87,7 % et 87,5 % les suivent de près ; Aïn el-Mreissé contient les nombreux bâtiments de l' AUB et de nombreuses cliniques, ce que traduit le chiffre de 82,9 % de logements. Medawar, avec 64,9 % pour le logement, constitue une exception, en raison de la présence plus forte de l'industrie mêlée au tissu urbain (Churchill 1954, p. 30).

59Ce que ces statistiques expriment est valable pour de nombreuses villes. La fonction résidentielle se concentre dans les quartiers extérieurs et dans quelques quartiers traditionnels du centre-ville. Elle décroît par contre très fortement dans les quartiers d'affaires du centre et depuis quelque temps aussi à Hamra, moins significativement dans les quartiers où se mêlent industries et commerces.

60Cependant, pour davantage de précision au sujet des quartiers résidentiels et de leur population, il faut faire entrer en ligne de compte les différentes communautés religieuses et les groupes sociaux définis par leur pouvoir d'achat. Il suffit souvent, pour reconnaître les variantes particulières de leur mode de vie et de leur comportement résidentiel, d'observer l'apparence des maisons, leur style architectural, la propreté ou la saleté du quartier, les voitures en stationnement, la présence de lieux de culte ou d'activités économiques. Ces éléments, en relation avec l'âge des bâtiments, leur état de conservation, la densité du bâti et le régime de la propriété, livrent suffisamment d'indices pour définir une typologie des quartiers résidentiels beyrouthins.

2. Les quartiers anciens du centre-ville

61Tout autour de la vieille ville s'étend une ceinture de vieux quartiers résidentiels, qui, du simple point de vue de l'état du bâti, se différencient clairement des quartiers huppés mitoyens à l'est et à l'ouest. La forte densité de leur bâti et la continuité des façades confèrent notamment à ces zones résidentielles de profondes similitudes. Le commerce de détail, en raison de la proximité du centre-ville, n'est que très faiblement représenté. L'artisanat au contraire se concentre en certains points de ce secteur, où sa présence témoigne d'ailleurs aussi bien d'une implantation ancienne que de l'extension et des restructurations à l'œuvre dans le centre-ville. Quoiqu'incontestable, la tendance à la fuite des catégories les plus aisées de la population est inégalement marquée selon les communautés religieuses. Il en résulte un afflux de catégories sociales plus pauvres qui occupent les bâtiments délaissés ; de nouvelles constructions apparaissent, moins pour un usage résidentiel que comme prémisses d'une prochaine extension des activités du centre-ville.

62Le critère majeur de différenciation de ces vieux quartiers de la frange du centre-ville est l'appartenance religieuse de leurs habitants. Cette appartenance accentue la spécificité de chacun de ces lieux dans sa physionomie, son fonctionnement et les valeurs dont il est porteur.

63a. Au sud de la rue des Martyrs, entre le cimetière musulman à l'ouest et la rue de Damas à l'est, s'étend le quartier des chrétiens syriens catholiques. Le boulevard périphérique intérieur coupe l'ancien quartier résidentiel en deux zones : la partie nord, où l'on trouve pêle-mêle des mécaniciens, des artisans du cuivre, des menuisiers et des coiffeurs, se rattache à la vieille ville tandis qu'au sud s'étend une zone largement résidentielle avec seulement quelques magasins de détail pour l'approvisionnement quotidien.

64Le bâti présente un visage très dense. Les types de la période ottomane dominent encore, et ceux du Mandat français ne sont que timidement représentés. On peut en conclure au faible dynamisme de cette zone ; on ne trouve aucun immeuble d'habitation récent. Malgré la dégradation actuelle des façades, on peut encore deviner l'aisance passée de ce quartier à son architecture caractérisée par de grandes fenêtres et des balcons aériens.

65La zone se trouve en pleine phase de bouleversement social. Depuis quelques années, les familles aisées de la communauté syrienne-catholique ont migré vers le quartier de leur patriarcat au sud de Beyrouth, vers Achrafieh ainsi que vers Ras Beyrouth. Leurs maisons vides sont occupées par des Arméniens, des chaldéens ou même des chiites. Ce quartier homogène du point de vue confessionnel jusqu'à la seconde guerre mondiale est devenu un secteur défavorisé, socialement homogène mais religieusement mixte.

66On voit aujourd'hui des cours intérieures toutes dégradées, devenues de véritables dépotoirs. Des haillons sèchent aux balcons. Une multitude d'enfants à l'apparence malpropre court dans les rues étroites et selon les dires d'un Beyrouthin averti, ce quartier serait la base arrière pour l'approvisionnement en haschisch de nombreux marchands ambulants ou cireurs de chaussures.

  • 8 Dans cette perspective il est intéressant de noter que les paysans chiites qui émigrent en ville ne (...)

67b. À l'inverse de cette évolution, \e quartier chiite qui s'étend à l'ouest du cimetière musulman jusqu'à la rue Maurice Barrès, reste homogène du point de vue religieux, avec une grande diversité sociale. Ici, de grands propriétaires fonciers chiites et une population pauvre cohabitent depuis longtemps. De même qu'au village où les paysans chiites vivent en rapport étroit avec les propriétaires fonciers de la même confession, ce quartier traditionnel chiite de la vieille ville se caractérise par les liens de dépendance étroits, parfois directs, entre les chiites résidant en ville et leurs riches coreligionnaires qui leur procurent le pain et le travail8.

68En accord avec la diversité sociale de cette population, le quartier présente une physionomie très contrastée. Des villas alternent avec de simples bâtisses de l'époque ottomane. De luxueuses résidences sont accolées à des habitations misérables, dans lesquelles chaque famille n'occupe qu'une seule pièce du bâtiment et partage les toilettes avec les dix ou vingt autres que l'immeuble contient encore (IRFED 1959/ 60). Tandis que les Cadillac et les Chevrolet des riches chiites se garent devant les villas, des femmes des familles chiites pauvres, qui ici sont même voilées, sont assises au bord du trottoir, devant leurs maisons et nettoient des fèves qui représentent, avec le riz, leur aliment principal.

69c. Coincé entre les rues Maurice Barrès et la rue de l'Armée se trouve un quartier socialement et religieusement mixte. De nombreux Arméniens, Kurdes, sunnites et chiites s'y mélangent. La structuration religieuse se limite à la petite cellule des maisons qui abritent les familles. Si d'une maison à l'autre on peut trouver différentes confessions, en revanche, dans un immeuble donné il n'y a nulle mixité religieuse.

70À l'intérieur du quartier existent de fortes différences sociales. Les Kurdes qui logent ici dans de pauvres maisons de pierre ne sont qu'une petite partie d'un groupe de plus de 3 000 personnes résidant en majorité dans les bidonvilles de la périphérie de Beyrouth. Alors que les hommes sont cireurs de chaussures ou portefaix, les femmes s'emploient comme femmes de chambre ou femmes de ménage dans les meilleures familles de l'ouest de Beyrouth où elles sont appréciées. La situation économique des Kurdes est très mauvaise. Ils n'ont jamais vraiment pris pied à Beyrouth. Face à la concurrence des Arméniens, ils n'ont pas réussi à s'intégrer aux travailleurs de l'industrie.

71d. Peu d'Arméniens vivaient déjà à Beyrouth avant la première guerre mondiale. Ils avaient leurs résidences du côté de l'actuelle église Saint-Nichan, fondée plus tard, et qui est aujourd'hui le siège du patriarcat. Jusqu'à aujourd'hui, le quartier a conservé sa fonction résidentielle et compte seulement quelques commerces pour l'approvisionnement quotidien ; seul son angle ouest a été annexé par le quartier des affaires. Les familles arméniennes ne se distinguent guère les unes des autres du point de vue de leur niveau de vie. Les Arméniens chassés par l'exil se sont peu installés ici, et ceux qui se sont enrichis ont migré après la seconde guerre mondiale. Ainsi s'est maintenue ici une véritable classe moyenne occupant de bons métiers, qui préserve ses traditions grâce à des associations culturelles et envoie ses enfants à l'école. La solidarité des Arméniens est très forte, et l'entraide fréquente.

72e. Le quartier juif à l'est de Minet el-Hosn et au nord de la rue de France a une structure sociale presque totalement homogène. C'est seulement autour de la synagogue, dépendante d'une école fondée en 1926, que vivent des couches sociales un peu plus aisées. On trouve encore ici les bâtiments des représentations consulaires des années 1920 à 1940 (photo 2). Ils témoignent du passé dynamique de ce quartier. Alors que les juifs de cette époque occupaient de solides situations dans le commerce ou dans la finance et pouvaient exhiber sans honte leur richesse, ils durent après 1948 se faire discrets sur ce chapitre.

  • 9 Alors que toutes les confessions ou groupes nationaux se décrivent comme musulmans, chrétiens, Armé (...)

73Étant donnée cette contrainte et en raison de la perte substantielle due à l'émigration d'une partie d'entre eux en Israël, le quartier stagne aujourd'hui. Les juifs se sont confinés dans une attitude défensive. Ils font attention à ne pas trop se montrer sur la scène publique et ne sont tolérés sur celle-ci qu'à la condition de garder le silence9. Seuls quelques immeubles récents complètent le bâti ancien. L'extension du quartier d'affaires le long de la rue Georges Picot témoigne de nouvelles impulsions. Seules cependant la physionomie et les fonctions des bâtiments consacrés aux activités en attestent. Le quartier juif à proprement parler n'est que peu concerné.

74L'isolement des juifs s'explique aussi par le fait que l'équipement de leur quartier permet non seulement un approvisionnement quotidien, mais aussi périodique. Après le départ des juifs les plus riches pour Ras-Beyrouth, le quartier reste surtout occupé par des artisans juifs ou de petits commerçants. Des drapiers, des maroquiniers, des cordonniers, des artisans du cuivre ou de l'argent, des menuisiers et des imprimeurs sont le signe qu'existe encore une activité indépendante. Pourtant, ils donnent plutôt l'impression d'une certaine passivité. Les actifs arméniens, quoique sans conflit avec les juifs, exercent une forte pression sur ce quartier où ils s'installent comme médecins, tailleurs, ébénistes ou garagistes et qu'ils semblent progressivement s'approprier.

75f. Le quartier maronite à l'est et au sud-est de la vieille ville est le dernier des vieux quartiers du centre-ville. De nouveau, c'est l'homogénéité confessionnelle qui est caractéristique dans ce quartier résidentiel. Par rapport à d'autres quartiers, celui- ci montre davantage de dynamisme. La variété des époques et des styles architecturaux est très grande. À côté du type ottoman se dressent des maisons du Mandat et, surtout le long du Ring nouvellement construit, des immeubles modernes de cinq à six étages.

76Les maronites sont - comme nous l'avons vu - un groupe socialement très homogène. L'unité confessionnelle du quartier se dévoile aussi dans la position centrale de l'église Saint Maroun, qui a gardé son aspect originel et est enfouie dans un jardin de cyprès, de palmiers et d'orangers. À proximité immédiate de l'église se trouvent des maisons à deux étages où résident encore aujourd'hui des maronites aisés. Bien que situé près du quartier des affaires, le centre du quartier maronite est un lieu très calme où, contrairement à ce qui se passe ailleurs, on ne voit pas courir ici et là des enfants mal habillés. Ils sont proprement mis et accompagnés par des jeunes filles qui leur donnent la main. Les élèves portent le même uniforme et sont amenés à l'école par un bus de ramassage.

77A quelque distance de l'église sont installés les artisans. Ils se situent dans le quartier au bas de l'échelon. Leur bruit troublerait la paix autour de l'église. Ce sont surtout des ébénistes et des menuisiers, qui assurent pratiquement à eux seuls toute une production artisanale de meubles. En raison de leurs contacts étroits et précoces avec les Français, les maronites ont adopté rapidement des habitudes de confort européen. La sur-représentation des fleuristes dans ce quartier en est un autre indice.

3. Les quartiers traditionnels : les populations à hauts revenus

78A côté des quartiers résidentiels du centre-ville se trouvaient déjà autrefois - particulièrement sur les sites élevés ou au bord de la mer - les quartiers de la population aisée, parmi lesquels Mar Nicolas, la zone située à la charnière de Minet el-Hosn et Aïn el-Mreissé, ainsi que le secteur autour de la rue Abdel Wahab Inglisi. Ces trois quartiers ont en commun le fait que la sélection par l'argent s'y est faite en conservant l'unité religieuse. L'installation hors de l'ancien quartier d'habitation s'effectue pour les membres riches d'une même religion dans un même nouveau quartier. Les bonnes familles des différentes confessions ne se mélangent pas.

79a. Le centre du quartier Mar Nicolas, autour des rues Sursock, Nagib Trad et de l'Évêché orthodoxe produit une forte impression. Ses grandes villas pour lesquelles on n'a pas regardé à la dépense sont entourées de jardins aux allées de rosiers plantées de cyprès et de palmiers. Autour du patriarcat grec-orthodoxe (photo 4) s'assemblent les résidences des grandes familles. Le quartier a conservé jusqu'à aujourd'hui son statut social élevé. Certes, certains membres de ces familles ont maintenant délaissé leurs habitations ; mais comme ce sont un musée et des ambassades qui ont réutilisé les maisons, il n'en résulte aucune dévalorisation sociale du secteur. De même, les quelques nouvelles constructions en hauteur qui apparaissent n'affectent guère son exclusivité sociale.

80Au total, ce quartier est donc celui de la bourgeoisie grecque-orthodoxe traditionnelle, dont le mode de vie prend souvent comme modèle celui d'une aristocratie familiale à l'italienne ou à la française. Ce n'est qu'à la périphérie du quartier que des couches sociales plus modestes, quoique toujours de la même confession, apparaissent sans ternir son caractère. L'homogénéité est encore soulignée par le fait que 75 % des habitants sont des Beyrouthins d'origine et que seulement 25 % sont de nouveaux arrivants (IRFED 1959/60, doc. II -3-24). Un tel taux n'est atteint que dans le quartier juif.

81b. Le quartier des bonnes familles sunnites à la limite de Minet el-Hosn et de Aïn el-Mreissé, en bordure de mer, avait conservé son contenu social jusque après la première guerre mondiale. La résidence du mufti constituait le point d'attrait pour les familles sunnites qui représentent à Beyrouth la communauté la plus importante. Les membres des familles riches, en particulier, recherchaient un contact étroit avec les autorités spirituelles. Durant le Mandat français cependant, la région située au bord de la baie Saint-Georges fut de plus en plus intensément occupée par des hôtels et des établissements de loisirs.

82Aujourd'hui, la mutation du vieux quartier est achevée. Le quartier touristique et de divertissement autour de la rue de Phénicie a donné le ton. De nombreux anciens résidents ont préféré migrer vers Ras Beyrouth et seule la partie ouest du vieux quartier rappelle encore un peu l'ancien faste. Dans l'avenue Perthuis, les demeures du début du Mandat français, dont les jardins enclos de murs renferment des fontaines jaillissantes, en témoignent encore. Mais autour de ces villas emménagent maintenant des classes plus pauvres qui rabaissent quelque peu la valeur sociale du quartier.

83c. On doit aussi ranger dans la catégorie des quartiers traditionnels à haut revenu l'ensemble autour de la rue Abdel Wahab el-Inglizi. Pourtant, elle se situe presque dans une situation de transition avec les quartiers de haut standing modernes, dans la mesure où ses habitants se recrutent non plus dans une seule confession mais parmi plusieurs communautés chrétiennes, dont principalement les communautés grecque-orthodoxe, grecque-catholique et syrienne-catholique. 65 % de la population active travaille dans le commerce ou les services, notamment dans les professions suivantes : riches marchands, hauts fonctionnaires, médecins et ingénieurs (IRFED 1959/60 doc. II -3-27).

84Quoique la densité soit plus importante que dans le quartier de villas de Mar Nicolas, il émane encore des maisons une élégance certaine. À côté des maisons du Mandat français qui, avec leurs stucs, leurs élégants balcons et leurs porches raffinés reflètent un luxe discret, des constructions modernes à plusieurs étages s'intègrent aussi depuis quelques années dans le tableau général. Les rues sont propres et, en fin de semaine, les employées de maisons balayent même sur le trottoir devant la maison de leur maître.

4. Les quartiers modernes : les populations à hauts revenus

85Entamé avant la première guerre mondiale, le processus de migration d'une partie des couches sociales aisées de diverses confessions religieuses quittant leurs anciens quartiers pour s'installer dans des lieux agréables de la périphérie s'est poursuivi après la seconde guerre mondiale, vers certaines zones périphériques, en particulier Ras Beyrouth et Achrafieh.

86La première vague que nous venons de mentionner était marquée par le fait que la migration résidentielle des classes aisées d'une confession donnée s'effectuait vers des quartiers que nous appelons aujourd'hui traditionnels, avec une population à hauts revenus. Ainsi le critère primaire d'appartenance dans le quartier résidentiel -l'homogénéité confessionnelle de ses habitants - demeurait identique pour tous les secteurs. De la sorte, il s'agissait bien d'une mutation, puisque, à l'inverse de ce qui se passait auparavant, seule une certaine couche sociale de la communauté confessionnelle s'installait dans le nouveau quartier.

87Dans les quartiers modernes occupés par une population à hauts revenus, nous rencontrons au contraire une classe aisée appartenant à différentes religions et nationalités. Comme dans le modèle occidental, le statut social devient aujourd'hui le critère principal de structuration. Seul celui qui dispose de hauts revenus ou d'une grosse fortune peut se permettre de résider ici, la confession ou la nationalité des individus passant complètement au second plan.

  • 10 La situation des grandes villes des pays occupés par la France en Afrique du Nord est autre. Dans c (...)

88Sans nul doute, ce processus a été accompagné et accéléré par les Européens et les Américains résidant à Beyrouth. Il n'existe certes pas dans cette ville de quartier européen, même si l'on trouve un secteur à l'ouest où cette population habite volontiers. Comme Beyrouth n'a pas réellement connu d'époque coloniale10, et comme les relations entre les Européens et les Américains d'une part et les élites locales d'autre part ont toujours été très étroites, un rapport quasiment mimétique s'est développé entre ces deux groupes dans les quartiers huppés.

89Le premier développement, dû à l'installation d'étudiants et d'Américains, se fit le long de la rue Bliss vers l'ouest, dans la direction du phare. On est aujourd'hui encore impressionné par les immeubles de rapport à trois ou quatre étages datant du Mandat français, avec leurs belles façades à stocature, leurs balcons de pierre ornés, et les frontons roses des porches. Ces maisons sont encore en partie habitées aujourd'hui par de bonnes familles ; on remarque aussi que le quartier est le siège d'un bon nombre d'ambassades. Ceci ne doit cependant pas cacher qu'il a connu un certain déclin et n'est aujourd'hui principalement habité que par une classe moyenne dont les membres sont employés à Hamra. Le quartier à la mode est aujourd'hui la zone autour de la rue Hamra. Mais en raison du processus qui va en s'amplifiant de transformation du secteur en quartier d'affaires, la fonction résidentielle disparaît de plus en plus. Depuis quelques années, les régions les plus prisées se situent plus au sud, le long de la côte à Raouché et dans la région des dunes au sud-ouest de la ville (photo 5).

90Aujourd'hui se dressent là-bas des immeubles modernes qui comptent jusqu'à vingt étages, mais qui se différencient agréablement dans leur plan, dans l'arrangement des balcons, des fenêtres et des jalousies, des pares-soleils et des halls d'entrée ainsi que par leurs revêtements de façade. Dans les interstices on trouve encore cependant de nombreux terrains libres livrés à la spéculation. En lien avec la valorisation sociale du quartier, les valeurs foncières ne cessent de grimper : alors qu'on achetait en 1952 encore pour 55 LL le m2, il en fallait 600 à 700 en 1961. Aujourd'hui, les prix les plus chers montent parfois jusqu'à 2 000 LL le m2, ce qui correspond environ à 2 600 DM.

91Mais les loyers aussi atteignent des montants qui se rapprochent des sommets observés dans le monde. Pour un trois pièces (sans confort particulier) dans un immeuble construit déjà avant 1960, il faut payer, généralement d'avance, environ 6 000 DM de loyer par an. En outre les baux sont très courts et sont souvent renouvelés d'année en année, de sorte que les propriétaires peuvent à leur guise et sans aucune limitation légale augmenter les loyers. Dans les immeubles cotés près de la corniche, les prix grimpent pour un simple appartement jusqu'à 8 000 DM par an en rez-de-chaussée et augmentent selon l'étage. Le sommet du confort résidentiel est atteint par les appartements de luxe situés directement sur la corniche, qui comprennent souvent cuisine, salon, salle à manger et salle de séjour, quatre chambres et quatre salles de bain, une chambre de bonne, des balcons, un cellier additionnel et un garage. Pour cela, il faut alors payer un loyer annuel allant de 20 000 à 30 000 DM.

  • 11 Le journal beyrouthin « The Daily Star » mentonne dans son édition du 15-09-1966 le fait qu'environ (...)

92En raison de leur prix, ces appartements de luxe sont évidemment réservés à une classe de privilégiés. S'y retrouvent des princes des émirats pétroliers et des magnats de l'argent libanais, avec aussi l'avant-garde européenne et américaine de la technique et de l'économie, envoyée par ses firmes au Moyen-Orient. Comme les prix sont exagérément élevés et que le cercle des demandeurs potentiels est très restreint, de nombreux appartements demeurent vides11. Il faut y ajouter la forte mobilité des locataires qui joue aussi un grand rôle. En particulier, les représentants des firmes européennes et américaines et les entrepreneurs changent très souvent, car ils sont souvent mutés par leurs entreprises.

93C'est aussi pour cette raison que l'offre résidentielle en accession à la propriété est relativement faible. Le fait que les Libanais aisés aiment à construire leur propre maison l'explique aussi. Par conséquent, les seuls acheteurs potentiels des luxueux appartements proposés à la vente sont de riches émigrés de retour au pays ou des Arabes fortunés des pays voisins, qui veulent rester à Beyrouth et qui apprécient les facilités d'un logement « clés en main » dans une zone qui leur paraît s'accorder à leur prestige social.

94La situation des nouvelles zones construites à l'est d'Achrafieh est bien différente. Les immeubles de cinq à huit étages édifiés par les investisseurs locaux sont en majeure partie revendus immédiatement en accession à la propriété. Au contraire de Ras Beyrouth, il ne s'agit pratiquement que de Beyrouthins de la classe moyenne aisée, qui apprécient Achrafieh, où ils logent, pour le calme de sa vie.

95Tandis qu'à Achrafieh, les promoteurs, hommes d'affaires ou investisseurs, sont pratiquement tous beyrouthins et travaillent d'ailleurs souvent en association, l'un apportant le terrain, un autre le capital, un dernier se chargeant de l'exécution, les immeubles de luxe de Ras Beyrouth sont le plus souvent financés par des capitaux étrangers, apportés par des cheikhs du pétrole ou par d'anciens grands propriétaires fonciers fuyant les pays arabes socialistes. À Achrafieh, les investisseurs locaux sont, comme tous les hommes d'affaires beyrouthins, intéressés par des transactions à profit rapide ; ils s'efforcent donc de ne pas bloquer leur argent à long terme, mais au contraire de le replacer rapidement dans de nouveaux projets. Aussi constate-t-on que ces promoteurs ont tendance à construire des logements pour l'accession à la propriété et à les vendre vite avec un profit de 20 à 25%.

96Au contraire, les investisseurs des immeubles de luxe de Ras Beyrouth placent leur argent pour de longues durées. Pour eux, les immeubles de rapport prennent la place que tenait la grande propriété, et les hauts loyers se substituent au pourcentage de la récolte que les fellahs payaient autrefois aux grands propriétaires. De même qu'un propriétaire terrien n'a pas besoin de beaucoup de capital et qu'il place ou emploie ses revenus ailleurs que dans la terre, ici les revenus des loyers ne sont pas non plus investis dans de nouveaux projets et l'entretien est négligé. C'est précisément pour cette raison qu'on peut prévoir que les immeubles de luxe de Beyrouth construits aujourd'hui perdront d'ici quelques années une partie de leur valeur locative et de leur attractivité. En raison des hauts prix fonciers dans ces quartiers résidentiels huppés de Beyrouth, seule une course au luxe semble alors en mesure d'assurer le maintien de leur standing.

97La situation privilégiée des deux quartiers a certainement contribué au développement parallèle de Ras Beyrouth et de Achrafieh. La vue surplombante sur la mer est tout aussi impressionnante que celle qu'on a depuis la colline par-delà le fleuve, sur les montagnes du Jabal Sannine. Les deux quartiers se distinguent par l'intensité de la construction, qui atteint son sommet à Ras Beyrouth. C'est là que la spéculation foncière semble atteindre les plus grandes proportions, tandis qu'à Achrafieh les prix se sont stabilisés autour de 400 à 500 LL le m2, et qu'on ne s'attend apparemment plus à une augmentation notable.

98Le mode de vie des habitants des deux zones est très semblable. De luxueuses voitures, des appareils de télévision, des congélateurs et des rayonnages de bibliothèques garnis de livres sont les éléments obligés de ce mode de vie, tout comme la fréquentation du casino du Liban ou celle des bars les plus cotés de Beyrouth. Pour les courses on préfère le quartier de la rue Hamra, même si à Achrafieh, en raison de l'éloignement de ce quartier, les pratiques d'achat pour des consommations périodiques de haut niveau se portent aussi sur les magasins de la rue Adib Ishac.

99Ras Beyrouth et les régions est d'Achrafieh sont les lieux dans lesquels les classes aisées s'installent aujourd'hui. Toutefois, alors qu'à Ras Beyrouth la structuration sociale s'effectue sans référence aux appartenances ethniques, religieuses ou nationales, ce sont au contraire en général surtout des chrétiens, locaux ou arméniens, qui s'établissent à Achrafieh. Ainsi, l'adoption des représentations occidentales semble achevée à Ras Beyrouth tandis qu'à Achrafieh persiste encore un reste de l'ancienne structuration religieuse - même si ce sont toutes les confessions chrétiennes et non pas une seule qui sont concernées. Par sa structure sociale, Achrafieh représente un type intermédiaire entre les quartiers traditionnels à population aisée et Ras Beyrouth, moderne et occidentalisé.

5. Les quartiers des classes moyennes

100La construction de logements pour les classes aisées constitue à Beyrouth - comme nous venons de le voir - une activité hautement lucrative. Mais la demande émanant des classes moyennes pour l'accession à la propriété ou pour la location constitue aussi un marché important dans lequel investissent les entrepreneurs. Les constructions édifiées à cette fin s'établissent dans des zones où le foncier est bien meilleur marché et sont dans leur conception et leur équipement sensiblement plus modestes. Étant donnée la grande dispersion des membres de la classe moyenne, ce type d'habitation est fortement représenté quoique disséminé dans différents quartiers. Il en existe toutefois de vastes complexes dans les zones où se concentre la classe moyenne en voie de constitution.

101a. Nous avons déjà reconnu certaines formes et des éléments d'un quartier de classe moyenne dans le quartier traditionnel maronite du centre-ville. À ce type se rattache aussi la zone de la rue Mar Elias. Habité majoritairement par les grecs-orthodoxes, ce quartier est une preuve supplémentaire du fait que la classe moyenne se recrute d'abord parmi les chrétiens.

102Le quartier a gagné sa vocation résidentielle pour les classes à revenu moyen et supérieur dès après la première guerre mondiale. Les premiers jalons en étaient des villas avec jardins qu'on peut encore en partie observer aujourd'hui. Entre les deux guerres se construisirent, dans les jardins ou parmi les palmiers, de nombreuses et mignonnes maisons ou de petits immeubles en copropriété ; encore aujourd'hui nous en retrouvons les dernières représentantes au milieu des rares nouveaux immeubles à plusieurs étages. Tout ceci présente le visage d'un quartier traditionnel d'une aisance modeste qui s'est relativement peu transformé durant les trente à quarante dernières années.

103Les familles établies ici s'accrochent à leur maison de famille ou à leur location. Comme le niveau de vie du Liban a fortement augmenté, certaines familles ont connu une certaine ascension sociale. La voiture individuelle, la machine à laver, le réfrigérateur, le meuble à musique avec appareil de télévision font partie de l'équipement normal du ménage. Des enfants habillés avec soin, en uniforme, se rendent à l'école ou sont accompagnés dans leur promenade par une gouvernante. Les ménagères font leurs courses dans les petits commerces du quartier et une fois par semaine se rendent à Hamra pour faire leurs provisions. Le choix d'articles occidentaux, les fleuristes, la presse internationale et les illustrés montrent l'étroit contact avec les Européens qui certes n'habitent pas le quartier, mais qu'on fréquente au bureau.

104Alors que pour les classes aisées ou défavorisées, le mélange des différents groupes religieux est chose fréquente, les classes moyennes s'y montrent au contraire les plus réticentes. On tient encore beaucoup à la tradition et à son origine ; si dans la vie économique on aspire à aller de l'avant et on argumente rationnellement, à l'inverse, dans la vie quotidienne, on évite les autres groupes religieux et on ne cherche le contact qu'avec les siens.

105b. À l'inverse des quartiers traditionnels de la classe moyenne, dans les quartiers de la nouvelle classe moyenne, la structuration religieuse n'interfère plus, ce qui signifie que les membres de communautés différentes mais de même statut social vivent dans le voisinage les uns des autres. Le quartier de la rue Badaro offre un tel exemple.

106Dans ce quartier, l'apparition d'une nouvelle classe moyenne est encouragée par le fait que les familles qui y résident apprennent à se connaître impérativement par le travail. Son développement est en effet parallèle à celui du quartier. Tandis que celui-ci, autrefois militaire, s'est transformé au début des années soixante en un quartier administratif et de plus en plus en quartier résidentiel, les dispositions constitutionnelles qui définissent le mélange confessionnel dans les administrations publiques, touchant entre autres le personnel militaire, les employés de l'État et ceux des municipalités, ont favorisé l'installation en ce lieu d'une classe moyenne issue de tous les groupes religieux.

107Il n'est pas anodin que dans le quartier Badaro des casernes, des ministères, la Sécurité de l'État, les bureaux du Plan et des écoles se mêlent aux habitations de cette nouvelle classe moyenne. Les résidents de ce nouveau quartier viennent de différents secteurs de la ville et de l'extérieur de Beyrouth. La rue très commerciante de Badaro montre l'intensité de la vie de quartier suscitée par l'attraction des nombreuses activités. Les seuls obstacles perceptibles se situent dans le domaine culturel, puisqu'on préfère toujours l'école de sa communauté religieuse, même si elle est éloignée du quartier d'habitation.

6. Les quartiers de la population pauvre

108Les classes sociales pauvres de Beyrouth forment tout le contraire d'une unité. Ceci est vrai aussi bien sur le plan de la religion que des activités professionnelles, ainsi que de la disposition aux contacts avec d'autres groupes sociaux. Leur point commun est de vivre à la limite du minimum vital.

109Dans les zones habitées depuis longtemps par les musulmans, riches et pauvres se mélangent fortement. De ce fait, les classes pauvres ont des contacts avec les classes supérieures, ne serait-ce que par leur emploi comme domestique ou par le fait de recevoir l'aumône. Cette étroite interrelation explique qu'il est très rare d'observer, dans les plus anciens quartiers musulmans, des lieux occupés seulement par une population pauvre. La règle est bien plutôt - et c'est en particulier le cas à Bashoura et à Mazraa - que les familles à bas revenu sont dispersées sur de larges zones et se mélangent avec d'autres couches sociales. Lorsque ces dernières, pour quelle raison que ce soit, s'en vont, les familles pauvres déjà installées dans le voisinage occupent les logements qui se dégradent alors rapidement.

110Comme il n'y a pas à Beyrouth de construction de logement pour les classes pauvres, cette occupation progressive des logements délaissés constitue la seule possibilité pour elles de s'installer dans des quartiers qui leur seraient sinon fermés. Cette situation ne se présente toutefois que lorsque ces immeubles de rapport ne deviennent pas attractifs pour la classe moyenne à cause de la mauvaise apparence du quartier qui offre pour cette raison de bas prix fonciers. Il s'ensuit qu'en général les plus pauvres des ruraux ou des réfugiés en arrivant à Beyrouth ne trouvent pas de logement et sont déviés vers les bidonvilles.

111En fait, les immigrants pauvres ne peuvent éviter cette relégation dans les bidonvilles de Beyrouth que s'ils constituent un groupe homogène et s'installent collectivement à la périphérie de la ville. Ainsi naquirent en 1933 les établissements arméniens planifiés de Achrafieh, Rmeil et Bourj Hammoud dans lesquels les habitants pauvres étaient nettement séparés des quartiers voisins.

112C'est dans un quartier druze situé au sud de Ras Beyrouth et édifié durant la seconde guerre mondiale que ceci apparaît le plus nettement. Ici se sont installés collectivement des paysans druzes qui ont eux-mêmes construit pour se loger de pauvres maisons. Ces constructions hautes de un à trois niveaux sont aujourd'hui dans un état dégradé et misérable ; le toit consiste souvent en une simple tôle et l'enduit des murs s'effrite.

113Les femmes druzes sont certes très appréciées comme femmes de ménage par les bonnes familles de Ras Beyrouth, ceci mis à part, on évite en général leur fréquentation. Cet espace est comme volontairement abandonné à ce groupe et sur les panneaux de publicité, les terrains libres sont proposés à des prix incroyablement bas, ce qui constitue une exception à Ras Beyrouth. À l'est, le quartier druze est séparé de son voisinage par un mur. Totalement isolé, le quartier dispose même de son propre approvisionnement, majoritairement assuré par des marchands ambulants.

114De même, dans les parties de la ville où l'on trouve des groupes compacts de population pauvre, et même si la différence sociale avec le voisinage n'est que minime, les voisins s'isolent totalement des nouveaux arrivants pauvres et évitent tout contact avec eux. À cet égard, le facteur religieux peut d'ailleurs jouer un rôle. Cela est nettement illustré dans le quartier de Sis où vivent de petits commerçants chiites du sud du Liban. Leurs moyens d'existence leur furent ôtés lorsque la fermeture de la frontière israélienne interrompit le commerce avec la Palestine. Ils migrèrent alors avec leurs derniers biens à Beyrouth où ils espéraient gagner leur vie comme petits boutiquiers ou marchands, et ils s'installèrent dans un espace libre entre le quartier arménien de Bourj Hammoud et celui, maronite, de Sin el-Fil.

115Les habitants s'entassent là dans des blocs de béton de plusieurs étages. Les familles se serrent étroitement, chaque ménage de 6 à 8 personnes ne disposant souvent que d'une à deux pièces. L'équipement sanitaire est totalement insuffisant, les rues sales. D'innombrables enfants courent nu-pieds en criant à travers les ruelles, ce qui crée un contraste avec les quartiers arméniens ou maronites voisins.

116Dans les anciens quartiers résidentiels structurés par la religion des villes orientales, riches et pauvres d'une même communauté vivent ensemble et se complètent les uns les autres. Ce modèle existe encore dans le Beyrouth actuel, dans les quartiers musulmans de Bashoura et Mazraa ; ce qui montre que ce sont surtout les chiites et les sunnites qui restent accrochés à des formes et à des représentations traditionnelles. On peut aussi retrouver le principe oriental d'une juxtaposition sans relation de deux ou plusieurs quartiers habités par des populations de communautés différentes dans l'exemple du quartier arménien de Bourj Hammoud et de celui, chiite, de Sis ; là toutefois se fait probablement sentir l'influence de contrastes sociaux, bien que les deux quartiers soient habités par des populations aux niveaux de revenu sensiblement comparables. De tels contrastes entrent plus nettement en ligne de compte dans le cas du quartier druze au sud de Ras Beyrouth et de son environnement bourgeois. Dans la mesure où les familles riches ignorent la population pauvre et évitent ostensiblement son voisinage, des principes occidentaux de la confrontation sociale deviennent ici visibles.

7. Le quartier arménien de Bourj Hammoud

117Lorsque après la première guerre mondiale, les Arméniens fuirent la Turquie, nombre d'entre eux trouvèrent refuge à Beyrouth. La plupart, venus par bateau et munis le plus souvent d'un simple baluchon contenant le minimum nécessaire, débarquèrent sur le littoral de Medawar. Leurs premiers logements furent des tentes, des baraques de bois ou de tôle, dont la majeure partie brûla en 1933 (Mecerian 1965, p. 99).

118C'est précisément à cette époque qu'entrèrent en scène des organisations de secours ou de riches compatriotes qui avaient pu sauver leur argent et qui achetèrent des terrains à Achrafieh et à Bourj Hammoud. À l'initiative des habitants plus tardifs, les façades furent ensuite alignées sur la rue.

119Quoique les Arméniens occupent de larges secteurs à Achrafieh, Rmeil ou Medawar, Bourj Hammoud demeure le cœur de leur communauté. Le quartier s'est formé selon un processus singulier. Les premières implantations, tracées sur la planche à dessin, sont organisées selon un plan strictement orthogonal. Pour des raisons d'économie, les rues furent limitées à une largeur minimale ; les rues secondaires atteignent à peine quatre mètres de large. Avec des immeubles hauts seulement d'un ou deux étages et un trafic qui dans les années trente était encore très faible, cette taille pouvait encore convenir ; mais aujourd'hui, la circulation automobile en est très gênée et le stationnement quasiment impossible faute de place. Si l'on ajoute encore les balcons en pierre de chaque côté au-dessus de la rue, les habitations nouvelles qui s'intercalent dans les espaces libres, voire - ce qui est plus rare - la construction d'étages supplémentaires, on comprend que les rues ne ressemblent plus guère qu'à d'étroits et sombres boyaux.

120Les habitants de Bourj Hammoud ne se sentent plus très à l'aise dans leur quartier. Ceux qui, après de longs efforts, parviennent à se constituer un capital s'en vont investir rue Maraad, rue Allenby, rue Foch ou même rue Hamra où ils ouvrent un magasin ou une officine de change. Malgré une sensible évolution sur le plan du bâti, en particulier dans les environs de Bourj Hammoud, l'impression d'ensemble demeure celle d'une structure totalement disparate, où se côtoient des fabriques, des ateliers d'artisans, des entrepôts pour le commerce de gros et des magasins, de vieilles maisons familiales à un étage et des bâtiments modernes.

121Certes les Arméniens manifestent le désir de faire le saut vers d'autres parties de la ville plus valorisantes, mais dans le quartier lui-même, le niveau social s'est élevé. Sur ce point, on doit aussi remarquer que de nombreux immigrés Arméniens qui avaient d'abord trouvé refuge en Syrie s'installent aujourd'hui à Bourj Hammoud et tirent le niveau social vers le haut.

8. Les bidonvilles

122Même si des taudis sont disséminés ponctuellement un peu partout dans Beyrouth, les plus vastes agglomérats se concentrent surtout à la périphérie de la ville. Bien que les-différentes composantes religieuses s'y mélangent, les bidonvilles montrent pourtant des caractéristiques communes : des cabanes misérables et ruinées, en pierre, en tôle, ou en bois, un très mauvais approvisionnement en eau, des installations sanitaires déficientes, des rues sales et non asphaltées, de très faibles possibilités d'instruction, le recel de drogue, la criminalité. D'un autre côté, il est aussi évident que les habitants des bidonvilles s'entraident et développent une sorte de solidarité de groupe.

123a. Le plus ancien et le plus grand bidonville est encore aujourd'hui Medawar. Les Arméniens en exil installèrent à proximité immédiate de la gare de la Quarantaine des tentes et des baraques en bois qui furent leurs premiers logis. Encore aujourd'hui, ils représentent environ 40 % de la population du bidonville, soit la composante la plus importante (IRFED 1959/60). Le reste est constitué par un mélange disparate de ruraux, la plupart d'origine chiite, qui ont émigré du sud-Liban ou de la Beqaa, de Syriens pauvres qui espéraient ici une amélioration de leur situation économique, de Kurdes et d'alaouites.

124Entre les abattoirs, l'usine de retraitement des os et quelques industries arméniennes, s'accumulent des taudis aux murs branlants. Certains rez-de-chaussée d'immeubles proches de l'abattoir sont presque entièrement occupés par des bergeries. Une partie des habitants s'est naturellement spécialisée dans la nourriture des animaux livrés à l'abattoir jusqu'au jour de l'abattage. Ceci se déroule dans des salles de stabulation ou bien, en été, dans une pâture située dans le lit du fleuve presque à sec. Le soir, on ramène le troupeau et les conducteurs de bétail se réunissent dans des gargotes primitives ou s'assoient sur des chaises au bord de la rue boueuse et sale.

125Mais la majorité des habitants du bidonville s'entassent dans des baraques en bois ou en tôle, qui malgré la grande taille des familles, ne comprennent le plus souvent qu'une pièce. A côté, les enfants jouent parmi les ordures, des chiens errants et des poules effrayées ajoutent à cette ambiance pourtant déjà si bruyante. Les habitants n'ont pratiquement comme seule ressource que ce qu'ils gagnent en s'employant comme travailleurs occasionnels au port ou comme portefaix. Pour beaucoup, les sommes gagnées ne dépassent pas le minimum vital, aussi cherche-t-on du côté de l'illégalité quelques revenus supplémentaires. Les Arméniens se montrent là aussi particulièrement habiles ; ils s'imposent comme les maîtres du monde souterrain de Beyrouth, et il n'est pas rare que le quartier de Medawar soit le théâtre de batailles pour le pouvoir qui s'effectuent au grand jour et avec des armes à feu.

126Avec le flux croissant d'Arméniens qui arrivent depuis 1939 d'Alexandrette et de différentes régions de Syrie, les bidonvilles ont franchi le Nahr Beyrouth et continuent de s'étendre à l'est le long de la côte. Ils trouvent encore de la place entre les tanneries et la décharge.

127b. Le deuxième gros complexe de bidonville est le camp Sabra, qui est contrôlé par les réfugiés palestiniens. Quoique les réfugiés soient soutenus financièrement par l’ unrwa (United Nations Relief and Works Agency) qui construit même au sud du camp quelques maisons à toit plat équipées du minimum sanitaire, la tôle et la planche sont de loin majoritaires. Au milieu des ruelles serpente une rigole pleine d'eau d'égout et d'ordures, source de nombreuses maladies et d'épidémies. De même, de gros animaux gisent abattus au milieu de la route. Les mouches et les moustiques sont la plaie des habitants.

128Les résidents du quartier vivent entre eux et ne tolèrent guère l'étranger. Ils ont leur propre marché et leurs marchands ambulants qui les approvisionnent. Ils sont moins acharnés à trouver du travail que les Kurdes, les Arméniens ou la population chiite rurale, car l'unrwa leur fournit argent et nourriture. Bien que 25 000 réfugiés soient enregistrés à Beyrouth, ils ne représentent pas, comme en Syrie ou en Jordanie, un groupe de pression politique latent.

129c. Les autres petits quartiers pauvres se répartissent au sud de la ville près de la gare de marchandise, dans le secteur de Wata (photo 6) et sur une bande le long de la côte, où en 1958, année de troubles politiques au Liban, des terrains furent illégalement occupés, dont les occupants ne se sont pas laissés déloger depuis. Tout bien considéré, les relations entre le Beyrouthin installé et la population pauvre de la périphérie sont très limitées ; ainsi ne voit-on guère, dans le centre-ville - à la différence de beaucoup d'autres villes orientales - de mendiants venus des bidonvilles demander l'aumône.

9. Résultat de la structuration des quartiers

130Les composantes religieuses, d'une part, et les composantes liées au niveau de vie, d'autre part, constituent les principaux facteurs de la division des quartiers résidentiels. Une classification schématique paraît ici impossible. En raison des innombrables variantes et formes de transition entre quartiers structurés par la religion et ceux structurés par le revenu, on ne peut guère présenter une synthèse. Nous devons donc nous satisfaire de décrire les quartiers les plus importants et les plus caractéristiques.

131En résumant beaucoup et avec une grande prudence, on peut dire que dans les quartiers structurés par la religion, non seulement le mode de structuration est oriental et traditionnel, mais les habitants conservent aussi dans leurs habitudes un lien avec les anciennes traditions. Au contraire, les quartiers structurés en fonction d'une homogénéité du revenu révèlent la marque du modèle occidental ; par conséquence, les habitants montrent un tendance très net pour un mode de vie moderne, européen ou américain, et ils développent en général une très forte dynamique économique.

132Ce constat doit aussi prendre en compte l'attitude différente des chrétiens et des musulmans à l'égard de la civilisation occidentale. Le contact plus précoce et intense des chrétiens avec les Européens et les Américains les a conduits à adopter rapidement les représentations et les valeurs occidentales. Ainsi, le processus d'occidentalisation est-il plus fortement avancé dans les quartiers habités par les chrétiens que dans ceux qu'occupent les musulmans.

Notes

1 Comme la Constitution et le mode de scrutin au Liban reposent sur l'équilibre confessionnel défini par le recensement de la population de 1932, l'État n'a pas entrepris de nouveau comptage de la population, afin d'éviter des troubles politiques que cela aurait occasionné. Certes, les musulmans ne cessent de mettre en avant que, du fait de leur taux de natalité plus élevé et de l'afflux des réfugiés palestiniens, leur nombre, notamment à Beyrouth est sensiblement plus élevé qu'on ne l'accepte généralement ; pourtant, il n'en a pas résulté un changement constitutionnel, car les communautés chrétiennes font valoir le poids des nombreux Libanais de l'étranger qui sont en majeure partie chrétiens et possèdent encore la nationalité libanaise.

2 Je suis reconnaissant au service statistique de la République libanaise à Beyrouth de l'estimation selon laquelle seulement environ 60-70 % de la population est administrativement enregistrée et apparaît donc dans les statistiques officielles.

3 Le nombre se répartissait au 1er janvier 1964 selon les provenances suivantes : Europe 18 707 (dont 5 712 Français, 5 342 Britanniques, 2 322 Allemands, 1 882 Italiens), USA 5 938, Canada 520, Amérique du Sud 1 309, Amérique centrale 173, Afrique 761, Asie 6 474 (dont Iran 2 554, Turquie 1 808) et Australie 441. Source : ministère du Plan, Direction centrale de la Statistique : Recueil de statistiques libanaises, année 1963, Beyrouth 1964).

4 Les réfugiés palestiniens se reconnaissent presque tous dans la communauté sunnite. Plus de 80 % des Arméniens sont arméniens-orthodoxes, le reste appartient à l'église arménienne-catholique. Ceci n'est cependant pas perçu par les Arméniens eux-mêmes comme un fossé. Plus grave est la division entre un parti socialiste arménien et un parti arménien modéré qui consacre, dans la politique, la division sociale des Arméniens vivant à Beyrouth.

5 Une investigation plus approfondie de la stratification sociale des habitants de Beyrouth n'a été jusqu'alors entreprise que dans peu d'enquêtes. Il faut mentionner ici avant tout Ch. W. Churchill 1954, Th. Hanff 1966, et le rapport IRFED 1959/60. Ch. ed-Dine 1960 expose, p. 333 et suiv, la situation sociale de quelques familles beyrouthines.

6 Voir le troisième chapitre.

7 Dans la circonscription foncière de Ras Beyrouth, le pourcentage des surfaces consacrées au logement a dû se réduire, puisque les quinze dernières années ont été marquées par un développement extraordinaire du quartier d'affaires de Hamra ainsi que des hôtels et des établissements de loisirs.

8 Dans cette perspective il est intéressant de noter que les paysans chiites qui émigrent en ville ne s'installent pas dans les quartiers traditionnels chiites de Beyrouth, afin justement d'échapper à l'influence des familles riches qu'ils évitent. Ils habitent dans les quartiers de bidonvilles avec les autres groupes de population les plus pauvres de toutes les confessions.

9 Alors que toutes les confessions ou groupes nationaux se décrivent comme musulmans, chrétiens, Arméniens etc., les juifs répondant à une question sur ce sujet disent qu'ils sont libanais.

10 La situation des grandes villes des pays occupés par la France en Afrique du Nord est autre. Dans ces villes se sont développés les fameux quartiers européens, qui sont très nettement séparés des quartiers habités par les Arabes.

11 Le journal beyrouthin « The Daily Star » mentonne dans son édition du 15-09-1966 le fait qu'environ 5 000 logements de standing sont inoccupés à Beyrouth. On s'attend par conséquent à une légère baisse du boom immobilier dans les prochaines années.

Table des illustrations

Légende (source : Al-Jarida er-rasmiya 107, n° 28, 1967, p. 502 et suiv.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende (Source : Al-Jarida er-rasmiya 107, n° 28, 1967, p. 502 et suiv.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 1 : Structure de la population libanaise en fonction du revenu
Légende Source : IRFED 1959-60
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3822/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Source : République libanaise, ministère du Plan, 1964
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3822/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable