Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Beyrouth, une ville d’Orient marquée par l’Occident

 | 
Helmut Ruppert

Présentation

Eric Verdeil

Texte intégral

  • 1 Wirth Eugen, Kopp Horst, « Sanaa : développement et Organisation de l’espace d’une ville arabe », (...)
  • 2 Al.-Sahili Rafiq, « Madinat Bayrut », traduction de l’allemand de Helmut Ruppert, mémoire de maîtr (...)

1L’ouvrage Beyrouth, une ville d’Orient marquée par l’Occident, de Helmut Ruppert, est singulier à plus d’un titre. Il s’agit de la thèse de doctorat de l’auteur, soutenue en 1968 et publiée par la société franconienne de géographie à Erlangen en 1969. Une branche de la géographie allemande, autour de Eugen Wirth, était alors très active au Moyen-Orient et plusieurs travaux portèrent sur les villes de la région, dont celui de Klaus Dettman sur Damas, auquel il est fait allusion dans le texte traduit ici. Cet intérêt de la géographie allemande pour la région s’est d’ailleurs longtemps poursuivi, comme en témoignent les travaux monumentaux de l’atlas du Moyen-Orient menés à Tübingen ou, plus récemment, le travail de Eugen Wirth et Horst Kopp sur Sanaa1. Dans cet ensemble, la singularité d’Helmut Ruppert est double. Tout d’abord, une fois son ouvrage sur Beyrouth achevé, Helmut Ruppert, qui occupe aujourd’hui de hautes fonctions à l’université de Bayreuth en Allemagne, n’a plus rien écrit sur le Liban, tout en poursuivant une activité scientifique sur certains pays du Moyen-Orient. Or son livre, et c’est la seconde singularité, était en 1969 une des premières tentatives d’étude géographique globale de la ville de Beyrouth, après l’ouvrage pionnier de Chehab ed-Dine écrit en 1953 et remanié pour la publication en 1960. Toutefois, sa rédaction en allemand a eu pour effet d’empêcher sa reconnaissance. Il en existe certes une traduction en arabe, grâce au travail d’un étudiant de l’université libanaise2. Travail qui n’a jamais été publié et qui est au demeurant incomplet, car l’illustration cartographique du livre, qui en constitue pourtant une des richesses, n’a pas été reproduite. A quelques exceptions près, Beyrouth, une ville d’Orient marquée par l’Occident a donc été largement ignoré par la suite et n’est que rarement cité dans la littérature scientifique.

  • 3 L’Institut de recherche et de formation en vue du développement harmonisé (IRFED), créé par le Pèr (...)

2Cet oubli, dans un contexte de rareté des études consacrées à Beyrouth, a de quoi surprendre. En effet, la ville connaissait à cette époque de profondes mutations qui réclamaient un examen attentif. Elle suscitait des interrogations et des débats dans le milieu des urbanistes ; les autorités réfléchissaient à son organisation. Plus que cela, Beyrouth était mal aimée et chargée des maux du pays tout entier : l’IRFED3 a largement popularisé ce thème dans la société libanaise et auprès de ses élites. Ce livre, contemporain de ces débats, tombait en quelque sorte à pic, et il faut encore plus s’étonner du peu d’écho qu’il a rencontré. Il offre pourtant une mine d’informations sur Beyrouth à la fin des années soixante et, à ce titre, mérite toute l’attention de ceux qui s’intéressent, à des titres divers, au passé récent de la capitale libanaise aujourd’hui en reconstruction.

  • 4 Par exemple : Guys Henri, Relation d’un voyage de plusieurs années à Beyrouth et au Liban, Paris, (...)

3C’est un livre qu’on pourra lire à divers niveaux. Alors que l’édition libanaise actuelle se caractérise par une floraison de publications sur la période de l’avant-guerre, empreintes souvent du sceau de la nostalgie, il comblera sans doute les amateurs de souvenirs par l’évocation du paysage de la ville, de ses quartiers, de sa vie, de son mouvement. Par son style, Ruppert livre un ouvrage qui n’est pas sans rappeler certaines relations de voyage du xixe siècle, dont les auteur4, consuls ou voyageurs, effectuaient de longues tournées dans la région, et tenaient des carnets où ils notaient aussi bien des informations sur le tonnage des bateaux, la topographie de la ville, l’ambiance des souks que l’architecture de tel et tel monument. À l’occasion, ces voyageurs se laissaient aller à leurs sentiments et livraient aussi des bribes de leurs imaginaires, de leurs sympathies et de leurs antipathies. Le livre de Ruppert également laisse transparaître les sentiments de son auteur, derrière la relation objective des faits. Au fil des pages, on pourra ainsi remarquer que les musulmans de Beyrouth paraissent sous un jour peu favorable : ils sont sales, pauvres et mal éduqués plus souvent qu’à leur tour, les chrétiens au contraire apparaissent riches, policés et ouverts à l’Occident.

  • 5 Pour une étude plus précise de la méthode et de la problématique développées par Helmut Ruppert da (...)

4Ce psychologisme parfois étroit n’ôte rien toutefois à l’intérêt scientifique du livre. Sa démarche procède bien entendu d’un ensemble de questions propres à l’époque où il fut écrit5. Géographe, Ruppert privilégie une enquête de terrain qui s’apparente à un arpentage de la ville, à l’affût du spectacle de la rue mais aussi de l’intimité des arrière-cours. Même s’il sait utiliser les sources statistiques lorsqu’elles sont disponibles, ces dernières sont trop rares ou trop incomplètes pour mener à des résultats précis. L’intérêt de Beyrouth pour Ruppert, c’est que cette ville constitue une sorte de point-limite entre les villes du Moyen-Orient et les villes occidentales. Les logiques qui animent chacun de ces modèles s’y agencent et s’y confrontent, leur coexistence donnant à la ville son originalité. Elles déterminent une évolution qui apparaît à l’auteur certes chaotique, mais surtout riche de nombreuses promesses. Pour démontrer cette hypothèse, l’auteur emprunte plusieurs pistes : son travail est d’abord une étude de géographie sociale. Ce faisant, il apporte une contribution au débat sur la définition de la ville orientale, ou arabe, ou encore islamique. Enfin, posant ses pas dans les traces de la géographie économique, il réfléchit à la structuration fonctionnelle de l’espace urbain. Nous voudrions ici, non pas résumer les conclusions auxquelles conduisent ses différents volets, mais simplement indiquer comment sa démarche et certains de ses résultats se situent par rapport aux travaux de chercheurs sur Beyrouth de la période soixante et soixante-dix. Procédons pour cela dans l’ordre de présentation adopté par l’auteur, qui traite d’abord des quartiers et de l’organisation sociale puis des activités économiques de Beyrouth.

  • 6 Gulick John, Tripoli. A Modem Arab City, Harvard University Press, Cambridge (Mass.), 1967.
  • 7 Khuri Fuad, From Village to Suburb : Order and Change in Greater Beirut, Chicago, University of Ch (...)
  • 8 Beyhum Nabil, « Espace urbains, espaces politiques. Ville, État et communautés à Beyrouth vers 197 (...)
  • 9 Nasr Salim, « Les formes de regroupements traditionnels (familles, confessions, communautés région (...)
  • 10 Dubar Claude, Nasr Salim, Les classes sociales au Liban. Paris, Presses de la Fondation Nationale (...)

5Les développements consacrés aux quartiers résidentiels et à la population englobent dans un même mouvement les genres de vie des habitants et leur cadre de vie. L’auteur s’attache en particulier à détailler les différentiations sociales qui apparaissent entre les quartiers. Sur ce chapitre, ses analyses se rapprochent de quelques études en langues occidentales, anthropologique (Gulick 1967 sur Tripoli6) ou sociologique (notamment Fuad Khuri 19767). Ce type d’études apparaît tout à fait précurseur dans l’histoire des sciences sociales à Beyrouth. Ainsi Nabil Beyhum, qui n’avait pu avoir accès à l’ouvrage allemand, développera plus tard une analyse rétrospective des genres de vie à Beyrouth qui le conduit à revenir sur les travaux de Ruppert8. L’intérêt pour les formes de regroupements sociaux à l’intérieur de l’agglomération beyrouthine fera aussi fait l’objet d’analyses poussées de la part de Salim Nasr en 19769. Il faut toutefois remarquer que ces quelques travaux (Nasr, Khuri) s’intéressent davantage à la banlieue de Beyrouth qu’aux quartiers de la ville-municipe qui sont au cœur de l’étude de Ruppert. Celle-ci constitue donc, sous réserve des nécessaires vérifications d’usage et de discussions sur les concepts employés, une source importante pour l’étude historique de la société beyrouthine. Sur ce plan, son apport tient sans doute à la mise en évidence de la diversité des principes de structuration sociale, puisque deux modes de regroupement coexistent selon lui dans l’espace urbain, l’un, traditionnel sans doute, mais largement réinterprété par les habitants, fondé sur les appartenances familiales, géographiques et confessionnelles ; l’autre, plus « moderne » et étudié, au début des années soixante-dix et à l’échelle de la société libanaise dans son ensemble, par C. Dubar et S. Nasr10, fondé davantage sur l’appartenance à une classe sociale. A cet égard, le tableau que brosse Ruppert des classes moyennes, finalement très diverses dans leurs attitudes résidentielles, est fort instructif.

  • 11 Wirth Eugen. « Damaskus. Aleppo, Beirut. Ein geographischer Vergleich dreier nahöstlicher Städte i (...)
  • 12 Marthelot Pierre, « Une ville remplit son site : Beyrouth ». in Méditerranée, 4, 1963, p. 37-56.
  • 13 Khalaf Samir, Kongstad Per, Hanna of Beirut. A Case of Rapid Urbanization, Leiden, Brill, 1973.
  • 14 Bourgey André, Pharès Joseph, « Les bidonvilles de l’agglomération de Beyrouth », in Revue de géog (...)

6L’analyse du cadre bâti et des mécanismes de la croissance urbaine a, pour sa part, l’inconvénient de laisser de côté les extensions les plus contemporaines des banlieues. En revanche, Ruppert apporte d’intéressants éléments de compréhension quant à la mise en place des quartiers nouveaux de Ras Beyrouth et d’Achrafiyeh. En plaçant au centre de son étude les mécanismes de la promotion immobilière, il reprend en l’affinant le schéma explicatif développé par Eugen Wirth11 pour qui les promoteurs beyrouthins, d’origines diverses (Libanais mais aussi ressortissants d’autres pays arabes), recyclant les capitaux dans le foncier et l’immobilier sont largement à l’origine des formes et des dimensions de l’extension urbaine. Pour Ruppert, il convient toutefois de distinguer deux types de mécanisme, l’un surtout visible à l’ouest de la capitale, qui semble privilégier en cette fin de décennie soixante la location (destinée notamment aux expatriés) et l’autre, plus présent à Achrafieh et Sioufi, fonctionnant à partir de la vente des logements nouvellement construits pour la classe moyenne libanaise, pour qui la location devient de moins en moins accessible. Cette insistance sur l’initiative privée a toutefois le défaut, par rapport à d’autres travaux contemporains, de négliger l’évaluation des actions des autorités publiques. Sur la question des transports (construction de routes), malgré quelques allusions, Ruppert reste en retrait par rapport aux analyses de Marthelot12 ; sur celle de la réglementation, on trouve chez Khalaf et Kongstad13 des éléments d’analyse utiles et plus approfondis à propos du cas de Hamra - même s’ils reviennent à porter un jugement très négatif sur l’efficacité de l’intervention publique. Dans une autre perspective, son analyse des bidonvilles beyrouthins, quoique timide, préfigure celle d’André Bourgey et Joseph Pharès14.

  • 15 Citons notamment, parmi ceux qui sont en français : Ghorra Cynthia, « Les souks de la ville de Bey (...)

7En ce qui concerne l’analyse des activités économiques de Beyrouth à la fin des années soixante, des recherches postérieures ont certes apporté d’importants éclairages, notamment André Bourgey et son équipe, à l’Ecole des Lettres puis au CERMOC. De même, les projets successifs de reconstruction du centre-ville, notamment celui de 1977, ont suscité la mobilisation d’un important savoir historique à propos de ce dernier et de ses activités ; mais les documents disponibles sur la question restent finalement peu nombreux15. S’y ajoutent les témoignages et les souvenirs, évidemment partiels et déformés. A cet égard, l’ouvrage de Ruppert est un apport non négligeable. Malgré l’absence de chiffres, les fonctions du centre-ville y font l’objet d’une représentation cartographique de qualité. Ces informations, couplées au compte-rendu des observations de l’auteur sur le terrain, permettent à notre sens d’éclairer deux questions : celle des recompositions du centre-ville, mis à mal par ses problèmes de circulation et de vétusté et la concurrence de Hamra ; et celle de son caractère d’espace public, lieu unique de mélange des différentes composantes de la société beyrouthine.

8Sur le premier point, les différents travaux du début des années soixante-dix signalés en note ont apporté des éléments chiffrés, qui restent assez rares chez Ruppert. Un des intérêts de son texte est toutefois d’étudier ensemble la zone des souks et Hamra. Le secteur du centre-ville apparaît en proie à un mouvement d’exode de ses activités artisanales, remplacées progressivement par des commerces modernes, c’est-à-dire vendant des marchandises de moins en moins fabriquées sur place, dans un cadre bâti modernisé — voire occidentalisé. Les fonctions tertiaires supérieures, notamment financières et de direction régionale, se restructurent et se rassemblent dans la rue des Banques ou dans les complexes d’affaires récemment édifiés, tandis que d’autres migrent vers Hamra. Toutefois, la concurrence entre les deux quartiers d’affaires se limite à certains créneaux du marché et elle entraîne l’adaptation déjà évoquée du centre-ville : celui-ci fait donc preuve de réaction.

9En ce qui concerne le caractère d’espace public du centre-ville, les indications que donne Ruppert confirment certes que le commerce de Hamra était orienté vers les classes moyennes et supérieures, le centre-ville continuant quant à lui de desservir toutes les catégories de la population : ceci est connu. En revanche, selon la description qu’il en donne, les différents espaces commerciaux de ce centre-ville apparaissent extrêmement compartimentés, par le type d’offre et par la clientèle qui les fréquente ; ainsi, l’idée que le centre-ville constituait un grand espace public, vérifiée si on compare globalement ce dernier à Hamra, doit être relativisée si l’on tient compte de la réalité des pratiques d’achat des usagers que rapporte Ruppert, laquelle suggère plutôt l’image d’un espace fragmenté, de micro-territoires où le brassage ne demeure vivace, à la limite, que sur la place des Martyrs. Aussi, ces éléments nous incitent-ils à nuancer les analyses qui voient dans le centre-ville du début des années 1970 le lieu de la mémoire et le symbole de l’unité de Beyrouth, voire de l’unité libanaise — à tout le moins, ils invitent à reprendre le débat.

10L’évocation de ces quelques points témoigne de la richesse d’un ouvrage qui mérite reconnaissance. Car il constitue un jalon de l’histoire finalement mal connue du Beyrouth d’avant-guerre, objet de mémoire et enjeu des définitions actuelles de la capitale libanaise.

Notes

1 Wirth Eugen, Kopp Horst, « Sanaa : développement et Organisation de l’espace d’une ville arabe », in Cahiers de l’IREMAM, n° 5, 1994, dont la traduction est disponible en français grâce aux efforts de l’IREMAM et du CFEY.

2 Al.-Sahili Rafiq, « Madinat Bayrut », traduction de l’allemand de Helmut Ruppert, mémoire de maîtrise, Université Libanaise, faculté de l’Education (I), département de géographie, sous la direction du Dr I. Makki. 1979, 104 p.

3 L’Institut de recherche et de formation en vue du développement harmonisé (IRFED), créé par le Père Lebret, a accompli entre 1959 et 1964 deux missions au Liban visant à établir un plan de développement pour le pays.

4 Par exemple : Guys Henri, Relation d’un voyage de plusieurs années à Beyrouth et au Liban, Paris, 1847.

5 Pour une étude plus précise de la méthode et de la problématique développées par Helmut Ruppert dans ce livre, voir : Combes Laurent et Verdeil Eric, « Le regard d’un géographe allemand sur Beyrouth en 1967 », dans Arnaud J.-L. (dir.), Beyrouth, Grand Beyrouth, Cahier du CERMOC n°16, 1997, p.171-183.

6 Gulick John, Tripoli. A Modem Arab City, Harvard University Press, Cambridge (Mass.), 1967.

7 Khuri Fuad, From Village to Suburb : Order and Change in Greater Beirut, Chicago, University of Chicago Press, 1975.

8 Beyhum Nabil, « Espace urbains, espaces politiques. Ville, État et communautés à Beyrouth vers 1975, éléments pour une problématique », in N. Shehadi et D. Haffar-Mills (dir.), Lebanon, a History of Conflict and Consensus, Londres, I. B. Tauris, 1988, p. 275-314.

9 Nasr Salim, « Les formes de regroupements traditionnels (familles, confessions, communautés régionales) dans la banlieue de Beyrouth », in Chevallier Dominique, Bouhdiba Ahmad, L’espace social de la ville arabe, Paris, CNRS, 1979, p.145-199.

10 Dubar Claude, Nasr Salim, Les classes sociales au Liban. Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques. 1974.

11 Wirth Eugen. « Damaskus. Aleppo, Beirut. Ein geographischer Vergleich dreier nahöstlicher Städte im Spiegel ihrer tonangebenden Schichten », in Die Erde, 1966, n° 2, p. 96-137 et n°3, p. 166-202.

12 Marthelot Pierre, « Une ville remplit son site : Beyrouth ». in Méditerranée, 4, 1963, p. 37-56.

13 Khalaf Samir, Kongstad Per, Hanna of Beirut. A Case of Rapid Urbanization, Leiden, Brill, 1973.

14 Bourgey André, Pharès Joseph, « Les bidonvilles de l’agglomération de Beyrouth », in Revue de géographie de Lyon, 1973, p. 107-139.

15 Citons notamment, parmi ceux qui sont en français : Ghorra Cynthia, « Les souks de la ville de Beyrouth », Mémoire de maîtrise en géographie. Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth, 1972 ; République Libanaise, Direction générale de l’urbanisme, « Le centre-ville de Beyrouth en 1974 », étude réalisée par le Centre de recherches et d’études du Mouvement social en 1977 ; Bourgey André, « L’évolution du centre-ville de Beyrouth de 1960 à 1977 », dans Chevallier Dominique et Bouhdiba Ahmad, L’espace social de la ville arabe, Paris, Editions du CNRS, 1979, p. 244-278.

Auteur

Géographe, doctorant à l’Institut Français d’Urbanisme

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable