Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174

 | 
Abbès Zouache

Chapitre III

Les armées : structures (1)

Entrées d'index

Mots clés :

armée, armement

Géographique :

Syrie

Note de l’éditeur

Pour des raisons éditoriales, le Chapitre III est scindé en trois documents.
Voir le texte de Les armées : structures (2)
Voir le texte de Les armées : structures (3)

Texte intégral

1Les armées musulmanes et franques avaient en commun de n’être, pour une part, que des fédérations de troupes rassemblées par divers seigneurs. Permanentes pour les premières, semi-permanentes pour les secondes, elles s’appuyaient avant tout sur des cavaliers lourds, professionnels de la guerre, qui formaient une élite sociale. Elles n’en faisaient pas moins largement appel à des combattants occasionnels, moins expérimentés mais que la fréquence des combats rendait indispensables. On ne dispose pas d’ouvrage didactique qui aborde directement la question de l’organisation de ces armées. Les traités militaires arabes ne s’y intéressent que très accessoirement ; la Règle du Temple et ses retraits font figure d’exception et permettent de se représenter une troupe de professionnels fortement hiérarchisée. Pour les autres armées, quelques informations peuvent être glanées dans les sources narratives, mais elles sont insuffisantes. Les hiérarchies de commandement, par exemple, nous échappent partiellement et l’intendance est très mal connue. Il est dès lors très difficile de se représenter ces armées en terme d’efficacité.

I. Les armées franques : composition

1. Des armées croisées aux armées latines

  • 1  Alexiade, t. ii, op. cit., p. 220.
  • 2  S. Runciman, Histoire des croisades, op. cit., p. 1064.
  • 3  Albert d’Aix parle de sodales, Raymond d’Aguilers de familiares. Voir J. France, Victory in the Ea (...)
  • 4  A. Van Murray, The Crusader Kingdom of Jerusalem. A dynastic history, 1099-1125, op. cit., p. 46.
  • 5  Histoire anonyme de la première croisade, p. 133 : « Tancrède jura en ces termes que, tant qu’il a (...)
  • 6  Cf. Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, p. 427 (Godefroy et Hartmann, comte de Dilligen).
  • 7  Déjà, il avait été payé pendant le siège d’Antioche : Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii(...)
  • 8  Cf. J. Flori, « Chevalerie chrétienne et cavalerie musulmane. Deux conceptions du combat chevalere (...)
  • 9  Anne Comnène, Alexiade, loc. cit.

2Semi-permanentes, dans la mesure où elles reposaient avant tout sur des chevaliers dont le service était limité, les armées latines étaient directement héritières des armées croisées. Chacun des chefs de la première croisade s’était mis en route avec une troupe personnelle d’importance variable. Godefroy de Bouillon avait 10 000 cavaliers, selon Anne Comnène1 ; Raymond de Saint-Gilles est souvent présenté comme ayant disposé de la troupe la plus nombreuse2. Ces armées reposaient d’une part sur les milites de leur mesnie, de leur familia3, d’autre part sur d’autres milites qui leur étaient attachés. Ces derniers étaient soit leurs vassaux, soit des chevaliers qui préféraient ne pas cheminer seuls et étaient stipendiés. La proportion des uns et des autres est partiellement connue ; dans l’armée de Godefroy de Bouillon, par exemple, ses vassaux étaient minoritaires4. Les vassaux les plus puissants possédaient eux-mêmes une troupe en propre5, qu’ils devaient également entretenir6. Parfois dits seniores minores, ou fortissimi milites et principes clarissimi, ils pouvaient passer d’un chef à un autre, parce que leur seigneur avait préféré renoncer, comme Étienne de Blois, ou plus simplement pour des raisons financières. L’exemple de Tancrède est bien connu : malgré ses liens avec Bohémond, il accepta l’offre de Raymond de Saint-Gilles, qui l’employa jusqu’à ce que le bouillant Normand ait décidé de reprendre sa liberté7. En somme, aux liens vassaliques s’en superposaient d’autres, tout aussi importants dans la perspective d’un si long voyage, fondés sur l’argent (ou tout autre moyen d’entretien). Nombre de chevaliers, peu mis en valeur par les sources, si ce n’est lorsqu’ils étaient les auteurs d’un fait d’armes exceptionnel8, paraissent s’être attachés à différents seigneurs, pendant l’expédition, en fonction des nécessités du moment. En sus de ces milites, enfin, il y avait ces pedites dont si peu est dit dans les textes, si ce n’est qu’ils formaient la majorité des combattants des armées. C’est ainsi qu’Anne Comnène attribuait, en sus de ses 10 000 cavaliers, 70 000 fantassins à Godefroy9.

  • 10  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, passim ; J. Prawer, « Social classes in the Latin Kingdo (...)
  • 11  Cf. les exemples d’Alain d’al-Aṯārib, Geoffroy le Moine ou Guy le Chevreuil, dans Th. Asbridge, Th (...)

3Les armées latines fonctionnaient selon le même modèle. Diversement dénommé par les auteurs latins, l’entourage immédiat des souverains formait le cœur de leurs armées. Pour ce qui est de Godefroy de Bouillon, par exemple, Albert d’Aix use en général des expressions domus Godefridi, clientela Godefridi ou domus duci. Les chevaliers qui en faisaient partie constituaient l’élite de son armée ; ils étaient rétribués par des charges et des fiefs importants10. À ce premier cercle venaient se greffer d’autres chevaliers, également fieffés, vassaux peu nombreux qui entretenaient eux-mêmes une troupe, ainsi qu’un nombre inconnu mais qu’on suppose élevé de soldats stipendiés, cavaliers et fantassins11. Certains n’étaient recrutés que pour une campagne et pouvaient passer d’un employeur à un autre. Ces soldats assuraient les « opérations courantes », chevauchées déprédatrices, défenses de places fortes, opérations d’intimidation de l’ennemi, batailles d’ampleur limitée, etc. S’y ajoutaient, et notamment en cas de nécessité, des combattants plus ou moins occasionnels, sergents, pèlerins, peuple en arme, moins cotés car en général moins expérimentés, mais à bien des reprises indispensables, notamment en cas d’affrontement d’envergure.

2. Composition des armées latines

  • 12  La bibliographie sur la féodalité de l’Orient latin est très importante. Voir surtout E. G. Rey, L (...)
  • 13  Autres appellations : fief de bourse ou fief de chambre. Cf. Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge(...)
  • 14  Jean d’Ibelin, Assises, éd. RHC, Occ., Lois i, Paris, 1841, p. 418-426 ; E. G. Rey, Les colonies f (...)

4La base de ces armées était l’ost féodal, composé de chevaliers fieffés en échange de leur service12. À tout niveau de la hiérarchie féodale, un contrat individuel liait seigneur et vassal, contrat en vertu duquel le premier fournissait au second un fief foncier ou un fief rente (dit également fief argent, « fief en besants13 »). Les revenus que le fieffé en tirait lui permettaient d’être en mesure d’offrir consilium (conseil) et surtout auxilium (« aide », dont c’est le servitium, militaire par excellence, qui pesait le plus lourd) à son seigneur. Cet auxilium, précisément déterminé par la charte d’inféodation, variait en fonction de la teneur du fief ; il pouvait se résumer au servise de cors (le vassal en personne) ou se traduire, pour les barons les plus puissants, par l’envoi d’un gros contingent de combattants constitué soit d’arrières-vassaux, soit de mercenaires. Dans le royaume de Jérusalem, par exemple, selon le tardif Livre des Assises de la haute cour de Jean d’Ibelin, les trois baronnies les plus importantes devaient cent chevaliers14.

  • 15  Assises d’Antioche, éd. et trad. L. M. Alishan, Venise, 1876. Celles du comté de Tripoli existaien (...)
  • 16  Jean d’Ibelin, op. cit., p. 345-348 ; trad. par H.-E. Mayer, « Le service militaire des vassaux à (...)

5Le seigneur devait respecter certaines règles pour pouvoir exiger le service de son vassal qui encourait, en cas de refus, la confiscation provisoire ou définitive de son fief. Les Assises de Tripoli ayant été perdues, celles d’Antioche ne nous étant parvenues que par l’intermédiaire d’une version arménienne15, il faut se tourner vers les Assises de Jean d’Ibelin pour avoir un aperçu de la procédure à suivre16 :

« Les vassaux doivent le service en se rendant, à la suite de la semonce, avec cheval et armes en tous lieux du royaume dans lequel le roi les convoque ou les fait convoquer […] et ils doivent rester à cet endroit tout le temps que le roi les convoque ou les fait convoquer, jusqu’à une durée d’une année, car on ne peut convoquer pour plus d’un an, en vertu de la loi et des usages en vigueur dans le royaume de Jérusalem. Et celui qui doit, outre le servise de cors, celui d’un chevalier ou d’un sergent, est obligé d’accomplir le service dans tout le royaume avec ou sans eux, à condition qu’il ait été convoqué en bonne et due forme. »

  • 17  Jusqu’à 60 ans ; ensuite, il était dégagé du service de corps, mais non de l’obligation de mettre (...)
  • 18  La « durée d’une année » de Jean d’Ibelin est un maximum théorique, ainsi que l’a montré J. Riley- (...)
  • 19  Sur tout ceci, voir H. E. Mayer, loc. cit., passim.

6Ainsi donc une semonce « en bonne et due forme » s’imposait au seigneur qui sinon s’exposait à un refus du vassal. Contrairement à la situation qui prévalait en Europe, où l’usage fixait le service à quarante jours, le chevalier de Terre sainte pouvait, selon Jean d’Ibelin, être convoqué pour « une durée d’une année » au maximum17. Dans les faits, et notamment pour des raisons économiques (les campagnes étaient coûteuses et les revenus tirés des fiefs n’étaient pas illimités), semonces et campagnes étaient d’une durée bien plus courte18. Elles l’étaient plus encore lorsqu’il fallait servir en dehors des frontières du royaume. Le roi ne pouvait alors user de contrainte ; il lui fallait négocier la participation de ses vassaux, proposer une durée de service limitée et les rétribuer spécifiquement19.

  • 20  Voir les difficultés faites au roi Godefroy par Raymond de Saint-Gilles et Robert de Normandie ava (...)
  • 21  Guillaume de Tyr, Historia, L. xvii, 10, p. 775. Autres exemples dans H.E. Mayer, loc. cit.

7L’ensemble des règles énoncées par Jean d’Ibelin s’était mis en place progressivement. Il n’avait pas (ou peu) été question de procédures ou de résistances aux semonces au début de l’installation croisée. Après les balbutiements initiaux20, l’autorité royale s’était affirmée et l’urgence avait imposé de se battre autant que nécessaire. Mais au fil du siècle, à Jérusalem, le pouvoir royal s’était quelque peu étiolé ; à Antioche et à Tripoli, des successions difficiles avaient donné l’occasion à des opposants au souverain de se faire entendre ; partout « les barons » avaient consolidé leur position. En 1130, Baudouin II avait dû fermement ferrailler contre sa fille Alice et les hommes qui la soutenaient, à Antioche ; après la mort du prince d’Antioche à Inab, en 1149, alors que Baudouin III était allé régler, à nouveau, les affaires de la principauté, il n’avait pu rassembler une armée digne de ce nom qu’avec le soutien des Templiers, une bonne partie de ses vassaux ayant refusé de l’accompagner21.

  • 22  Lois i, p. 426-427.
  • 23  Cl. Cahen, SN, p. 328.
  • 24  C’est seulement à la fin du siècle qu’il est régulièrement question des serjans à cheval.
  • 25  SN, loc. cit., et R. C. Smail, Crusading warfare, p. 91 et note 2. Voir également J.Prawer, The cr (...)
  • 26  T. ii, p. 246-7. Ibn al-‘Adīm est remarquablement informé, peut-être parce qu’Alice avait fait des (...)
  • 27  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 314-315, trad. LT p. 143-144. Les sources franques ne parl (...)
  • 28  Ibidem, p. 519-520. L’affrontement, auquel participaient également, aux côtés des Francs, des musu (...)
  • 29  Kitāb al-I‘tibār, p. 67. Cette anecdote se déroule en 1110. Ce texte est cité dans sa totalité plu (...)

8L’ost féodal ne suffisait pas à alimenter les armées franques. En cas de besoin (« quant le grant besoin est sur la terre dou reiaume de Jerusalem »), Églises et communautés urbaines participaient donc à l’effort collectif. Selon Jean d’Ibelin, ce n’était pas moins de 5 025 sergents qu’elles fournissaient, dans le royaume de Jérusalem22 ; on a supposé qu’ils étaient aussi nombreux à Antioche, moitié moins à Édesse et à Tripoli23. À vrai dire, ces sergents sont très mal connus, les sources latines y faisant rarement référence pour la période qui nous concerne24. On ne sait pas comment ils étaient recrutés, ni si on n’y recourait vraiment qu’en cas de nécessité. On ne sait pas même s’ils étaient montés ou à pied. Claude Cahen penche pour la première solution, R. C. Smail pour la seconde25. Les chroniques arabes ne les mentionnent que très épisodiquement, au moyen du vocable al-sarǧandiyya (ou sirǧandiyya) ; elles ne permettent donc pas de se faire une opinion définitive. En 525/1130, selon la Zubda d’Ibn al-‘Adīm, certains d’entre eux (qawm min al-sarǧandiyya) ouvrirent la porte d’Antioche au roi Baudouin II, contre lequel sa fille Alice s’était révoltée26 ; on ne sait s’il s’agissait de cavaliers ou de piétons. Les deux extraits du Ḏayl ta’rīḫ Dimašq d’Ibn al-Qalānisī où ils apparaissent, une première fois en tant que fantassins, une deuxième fois en tant que cavaliers, sont un peu plus précis. En 510/1116-7, l’atabeg Ṭuġtakīn et son allié Āq Sunqur al-Bursuqī réussirent à surprendre Pons de Tripoli dans son campement. Selon un témoin oculaire (al-ḥākī al-mušāhid al-‘ārif), ils massacrèrent plus de trois mille hommes, cavaliers et sergents à pied francs, cavaliers et fantassins chrétiens orientaux (min al-Ifranǧ al-ḫayyāla wa l-sarǧandiyya al-raǧǧāla, wa l-naṣārā al-ḫayyāla wa l-raǧǧāla)27. En 552/1157 Nuṣrat al-dīn Amīr Mīrān remporta une victoire tout aussi éclatante sur une forte troupe franque composée de « sept cents chevaliers, parmi les héros (littéralement, les champions) des Hospitaliers, des sergents et des Templiers, sans compter l’infanterie » (wa qad ḏukira anna ‘iddatahum sab‘ami’a fāris min abṭāl al-Istibāriyya wa l-sarǧandiyya wa l-Dāwiyya, siwā l-raǧǧāla)28. On est en présence de cavaliers, ici, mais il semble n’être question que de frères sergents hospitaliers et templiers, ce qui ne nous avance guère sur les sergents séculiers. En revanche, Usāma b. Munqiḏ dit expressément que les sergents étaient des piétons29 :

« Ce jour-là, de nombreux piétons (rāǧil) étaient sortis de Šayzar. Les Francs les chargèrent, mais sans ébranler leurs lignes. Tancrède s’énerva alors et dit : “Vous êtes de mes chevaliers (fursān) ! Chacun d’entre vous touche l’équivalent de la solde de cent musulmans (wa kull wāḥid minkum lahu dīwān miṯl dīwān mi’at muslim) ! Ceux-ci sont des sergents (c'est-à-dire des fantassins), et vous êtes incapables de les déloger !” »

  • 30  Même si Usāma b. Munqiḏ, op. cit., p. 138, fait dire à un chevalier nommé ‘Urs (Hurso) : « Cet hom (...)
  • 31  J. Prawer, « Social classes in the Latin Kingdom : the Franks », loc. cit., p.163.
  • 32  La définition du « mercenaire » a fait couler beaucoup d’encre. Il ne faut pas y inclure systémati (...)
  • 33  Albert d’Aix, op. cit., p. 361, 633 et Guillaume de Tyr, op. cit., p. 488, cités par R. C. Smail, (...)
  • 34  Matthieu d’Édesse, Chronique, RHC, Arm., t. i, p. 35-36 ; Michel le Syrien, Chronique, trad. armén (...)
  • 35  Cartulaire du Saint-Sépulcre, éd. É. de Rozière, Paris, 1849, n° 60.
  • 36  Certains vassaux du roi se firent ainsi enrôler. Cf. H. E. Mayer, loc. cit., p.143-144.
  • 37  « “Et où les prenés vous, fist Thoros ; car jou ne voi mie les rentes, dont ovus puissiés ost teni (...)
  • 38  Op. cit., L. xvi, 4, p. 708-709 : « Erat autem solis mercenariis tradita ejus cura, neque iis etia (...)

9Membres de la « bourgeoisie »30, les sergents fournis à l’armée par les Églises et les cités étaient payés pour leur service31. Ils ne paraissent pourtant pas avoir été de ces combattants professionnels qui monnayaient leurs talents et pouvaient changer d’employeur32. Il est rarement question, dans les textes, de mercenarii ; quelques expressions y renvoient à un service militaire effectué contre rétribution, comme conventiones solidorum ou stipendia equitum33. On a évoqué les chevaliers stipendiés pendant la croisade, et tout particulièrement le plus célèbre d’entre eux, Tancrède ; il semble bien qu’aux yeux de Thoros, Baudouin de Boulogne n’était rien moins que l’un d’entre eux lorsqu’il le manda à Édesse34. Par la suite, les souverains ne purent se passer des mercenaires. Rapidement, à Jérusalem, il fut de règle de payer les vassaux lorsqu’ils partaient en campagne avec le roi en dehors des frontières du royaume. Parmi les types de témoin qu’un document d’Amaury mentionne, en 1158, se distinguent ceux appelés stipendiariis meis35. En 1167, l’armée que ce même roi rassembla pour se rendre en Égypte était composée de soldats stipendiés, le parlement qui s’était tenu à Naplouse ayant refusé de décider le service militaire36. Au prince arménien Thoros lui demandant « où vos prendés siergans, quant Sarrasin viennent sur vous […], li roi [Aumaury Ier] respondi qu’il les liuoit de ses deniers37 ».À Édesse, aux dires de Guillaume de Tyr38,

« La garde de la ville était commise à des mercenaires qui ne recevaient même pas leur solde selon le temps de leur service, ou selon les usages auxquels on les avait employés ; presque toujours ils attendaient un an et davantage l’argent qu’on leur avait promis ».

  • 39  Autres exemples dans R. C. Smail, loc. cit.
  • 40  Si l’on suit t. Wise, G. A. Embleton, Armies of the crusade, Londres, p. 8-9.

10Dans le comté comme ailleurs39, les mercenaires étaient soit des cavaliers (lourds ou légers), soit des fantassins indispensables au soutien des combattants montés, peut-être plus spécialement loués pour leur excellence en tant qu’archers, arbalétriers ou même lanciers40.

  • 41  Cf. Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xv, p. 666.
  • 42  Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. iii, ii, 21, p. 503-504. Autres exemples : J. La Mont (...)
  • 43  Gautier le Chancelier, Bella Antiochena, RHC, Occ., t. v, ii, 8, p. 115.

11Chevaliers, mercenaires et sergents pouvaient être renforcés par des recrues dont ce n’était pas le métier que de combattre. On recourait très souvent au « menu peuple », et pas seulement lorsqu’on était assiégé, afin de compléter l’armée, par exemple lorsqu’il fallait aller assiéger une place dont la destruction s’imposait41. Au début de l’installation des Croisés, alors que Baudouin Ier avait été battu par les Fatimides à Ramla (1102), tous ceux qui, à Jérusalem, avaient pu se munir d’une monture s’étaient joints aux milites et étaient allés rejoindre le roi qui les réclamait. Les Égyptiens leur barrant la route de Jaffa, où le roi Baudouin Ier s’était réfugié, seuls les milites, mieux montés, avaient pu passer42. Plus rarement, l’arrière-ban était levé. Face au danger, tous les bras disponibles étaient réquisitionnés ; le commun se transformait en guerrier. Après la débâcle de l’Ager sanguinis, les rumeurs les plus folles avaient couru à Antioche ; l’arrivée prochaine des Turcomans d’Īl-Ġāzī était annoncée. Énergique, le patriarche Bernard avait pris les choses en main, désarmé les chrétiens indigènes, auxquels on avait imposé de se signaler au guet par une lanterne s’ils sortaient la nuit, et mobilisé tous les Francs, clercs et laïcs, rares soldats encore vivants, bourgeois et marchands43.

  • 44  Pour les flottes latines, voir R. C. Smail, op. cit., p. 94-95 ; R. C. Runciman, Histoire des croi (...)
  • 45  « Le roi et le peuple entier accueillirent leur arrivée avec grande joie », ou selon le traducteur (...)
  • 46  Guillaume (ibid.) parle d’un praesidium (lieu fortifié, où se trouve une garnison) constitué d’une (...)
  • 47  Ibidem, p. 665-666. Il participa activement à la victoire de Baudouin iii de Jérusalem sur Nūr al- (...)
  • 48  Mais il ne fut pas vraiment question de prendre Šayzar : Renaud de Châtillon ayant demandé que Thi (...)
  • 49  Cf. Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 68 (an 496, après une victoire fatimide), faisant état d’un brus (...)
  • 50  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 273/LT p. 100. Le roi ici concerné est Sigurd, roi de Norvège, qui aida à l (...)

12Les pèlerins fournissaient régulièrement une aide précieuse aux armées franques44. Il est difficile de savoir comment ils étaient concrètement utilisés. Les troupes à la tête desquelles les hommes « grands et illustres » s’étaient rendus en Terre sainte combattaient sous leur direction ; les pèlerins plus isolés étaient intégrés à l’armée selon leur rang. Les princes pèlerins avaient leur mot à dire sur l’organisation des campagnes et pouvaient même influer sur les choix opérés ; parfois, comme pendant la deuxième croisade, des oppositions franches pouvaient apparaître. Dans tous les cas, leur arrivée était accueillie avec une joie non dissimulée : « cujus adventum rex et populus universus multa cum hilaritate suscipientes », écrit Guillaume de Tyr à propos de l’arrivée du comte de Flandres en 113945. Des opérations depuis longtemps envisagées pouvaient enfin être effectuées, comme lorsque les hommes du comte de Flandre permirent d’attaquer une grotte forteresse46 située à l’est du Jourdain dont, depuis longtemps, les occupants semaient terreur et désolation dans les territoires latins47. Un certain nombre de ces pèlerins restaient à demeure, venant grossir les rangs d’une armée souvent en mal de soldats. Aux plus puissants, terres et honneurs pouvaient être proposés, comme à Thierry de Flandres auquel Baudouin III de Jérusalem voulut donner Šayzar, lors de sa troisième venue en Terre sainte en 1157. Le roi cherchait à provoquer la création d’un grand fief franc du Moyen Oronte, tout à la fois glacis protecteur de la principauté d’Antioche et réserve de combattants en des temps difficiles, les musulmans se faisant de plus en plus pressants48. Souvent bien informés de leur arrivée, ces derniers étaient très conscients de l’aide qu’ils apportaient aux armées latines49, tout particulièrement pendant les sièges. À plusieurs reprises, les chroniqueurs arabes soulignent leur double qualité de pèlerins et de combattants, tel Ibn al-Qalānisī50 :

« On annonça aussi qu’un des rois francs (mulūk al-Ifranǧ) était arrivé par mer avec plus de soixante vaisseaux (markab) chargés d’hommes pour réaliser le pèlerinage (al-ḥaǧǧ) et la guerre en pays d’islam (al-ġazū fī bilād al-islām). Comme il se dirigeait vers Jérusalem, Baudouin vint à sa rencontre, prit contact avec lui et ils décidèrent d’attaquer les pays musulmans (al-bilād al-islāmiyya). Quand ils revinrent de Jérusalem, ils mirent le siège devant la place frontière (ṯaġr) de Saïda le 3 rabī‘ II 504/19 octobre 1110) et la bloquèrent par terre et par mer. »

  • 51  Ibn al-Aṯīr, op. cit., t. ix, p. 251 (an 523 ; il s’agit du siège de Damas). Cf. également Ibn al- (...)

13Parfois, les pèlerins sont distingués d’autres combattants occasionnels, les marchands, qui n’hésitaient aucunement à se transformer en guerriers51 :

« Les Francs s’unirent tous, le maître (ṣāḥib) de Jérusalem, celui d’Antioche, celui de Tripoli, d’autres Francs, des comtes (qamāmiṣ), et ceux qui leur étaient arrivés par mer afin de commercer ou d’accomplir le pèlerinage : ils assemblèrent une armée puissante (ḫalq ‘aẓīm) de deux mille chevaliers (fāris) environ, les gens de pied (rāǧil) ne pouvant se compter.

3. Les combattants (milites, pedites, armigeri, servientes) : vocabulaire, hiérarchie, rôle

  • 52  R. C. Smail, Crusading warfare, p. 106 et note 4 (référence à l’ouvrage de H.Delbrück).
  • 53  Les conceptions de R. C. Smail (ibid., p. 106 et suivantes), qui s’appuyait sur l’historiographie (...)
  • 54  Voir G. Duby, Guillaume le Maréchal ou le meilleur chevalier du monde, Paris, 1984 ; M. Barber, Th (...)
  • 55  Voir par exemple l’Histoire anonyme de la première croisade, p. 104-105 : « Ordinata sunt denique (...)
  • 56  Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 274. Voir en général J. Flori, « Chevalerie chrét (...)

14Comme H. Delbrück puis R. C. Smail l’ont souligné, les sources latines proposent une vision dichotomique des combattants latins, dichotomie parfaitement exprimée par l’expression milites peditesque52. Les sources arabes font de même, les mots fāris/rāǧil y formant un couple presque inséparable. En latin, le mot miles ne désignait pas forcément, avant la fin du xiie siècle et surtout le xiiie siècle, le « chevalier » tel qu’on l’entend encore aujourd’hui53. Au tournant des xie et xiie siècles, la chevalerie ne constituait pas encore un groupe socioprofessionnel bien défini54. Lorsqu’ils employaient le vocable milites, les chroniqueurs de la première croisade désignaient, pour l’essentiel, une fonction plutôt qu’un rang55. Tous les milites qui s’étaient croisés avaient en commun de combattre à cheval (du moins lorsqu’ils réussissaient à en conserver un). Les milites plebei que Raymond d’Aguilers stigmatisait pour leur avidité au gain avaient autant droit à l’appellation que les chefs de la croisade qui, en revanche, étaient souvent distingués par un superlatif (fortissimi milites, etc.) ou un simple adjectif connotant leur supériorité56.

  • 57  A. J. Greimas, Dictionnaire de l’ancien français, op. cit., p. 103.
  • 58  Également dans le sens d’expédition militaire (ibid.).
  • 59  Th. S. Asbridge, S. B. Edgington, Walter the Chancellors’s. The Antiochene Wars, op. cit., p. 53.
  • 60  La chevalerie apparaîtrait donc en même temps comme une classe sociale en gestation, au xiie siècl (...)

15Les textes en ancien français procèdent en partie de la même démarche. Le terme chevalier y signifie d’abord « cavalier » ; il renvoie secondairement aux guerriers nobles qui combattaient à cheval. Dès lors, par chevalerie on entendait « l’ensemble des guerriers à cheval57 ». Mais ce dernier terme était également utilisé pour magnifier les exploits d’hommes qui se devaient de montrer leur vaillance58 : être chevalier, c’était aussi faire preuve d’un certain nombre de qualités sans lesquelles on ne pouvait prétendre exercer ce métier – bravoure, force et habileté. Seuls ceux qui en avaient fait publiquement montre pouvaient espérer un jour l’exercer, tel Gautier Daire pendant la première croisade, écuyer célébré pour ses exploits dans la Chanson d’Antioche. Quelques années plus tard, cette idée allait être fermement défendue par Gautier le Chancelier (il écrit vers 1115-1119). Plus que jamais, selon lui, ainsi qu’il le fait dire au prince d’Antioche, être chevalier, c’était maîtriser un certain nombre de techniques de combat et notamment celle de la charge lance couchée. C’était également veiller à « pratiquer une profession » le plus soigneusement possible. Plus que jamais, il fallait faire honneur à ce dont il faisait déjà un rang, afin de mériter l’appellation de milites christi. On rivalisait donc d’audace, et, pour Gautier, ceux qui combattaient le plus efficacement n’étaient pas « ceux appartenant à leurs suites (celle des seigneurs), mais les milites nés ainsi59 ». Les Bella Antiochena avaient été en partie écrites dans l’intention de raconter les hauts faits de ces milites/chevaliers, qui commençaient à former une classe sociale. Un des critères d’appartenance à cette classe pouvant être mis en avant était celui de la naissance60.

  • 61  Éd. P. Paris, t. i, chant i, laisse 16, p. 28.

16Dans la Chanson d’Antioche, qui nous est parvenue dans une version remaniée à la fin du xiie siècle alors que le processus faisant des chevaliers les membres d’une classe sociale était très largement entamé, le mot chevalier est toujours polysémique. Il y désigne même les cavaliers turcs61 :

  • 62  « Ils sont bien cinquante mille, sans un seul fantassin (peonier) parmi eux. »
  • 63  Plutôt que detrencier de l’édition P. Paris. Detrenchier : couper en morceaux.

« Et Solimans de Nique fist les siens raloier
Bien sont cinquante mile, ains n’i ot péonier62.
Ni a cel qui n’ait armes et bon corant destrier.
[…]
Corbarans s’escria : “Armés-vous, chevalier !
Par Mahomet mon Dieu, jà n’en iront entier,
Tous les verrés anqui ocire et detrenchier63.” »

  • 64  Ibid., chant ii, 33, p. 129 : « Quant li baron le voient, chascuns de doel lermie ; /Il ne lor pue (...)
  • 65  Chanson d’Antioche, ii, 26, p. 121 : « Et s’en tornent François li gentil chevalier, /Contremont e (...)
  • 66  Ibid., chant ii, 30 p. 126 : « Dist Bauduins de Gant : Franc chevalier baron, /Jà ne vous fiez mie (...)

17Dans un autre passage, il est question de « quatrevins chevaliers [qui] perdirent la vie » ; ils paraissent avoir été de simples cavaliers64. Ailleurs, le poète met pourtant en scène, en sus des barons, « li gentil chevalier » (« les nobles chevaliers »)65, ou des« franc chevalier baron66 ».

  • 67  J. F. Verbruggen, The art of warfare in western Europe during the Middle Ages, p. 24.
  • 68  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xix, 25, la « revue » des troupes franques face à (...)
  • 69  Cf. D. Nicolle, The Medieval Warfare Source Book. t. ii, Christian Europe and its neighbours, Lond (...)
  • 70  Godefroy de Bouillon en envoie deux cent en éclaireurs : Guillaume de Tyr, op. cit., L. ix, 12, p. (...)
  • 71  Sur ce type de cavaliers, voir R. C. Smail, op. cit., p. 110-111, et J. F. Verbruggen, loc. cit.
  • 72  Guillaume de Tyr, loc. cit.
  • 73  J. Bradbury, The medieval archer, Woodbridge, 1998 (1re éd., 1985), p. 32.
  • 74  Historia, RHC, Occ., t. iv, L. ix, 20, p. 702.

18En fait (mais nous y reviendrons à propos des ordres militaires), s’il est incontestable que la chevalerie formait, dès le début du xiie siècle, une classe sociale en gestation, il faut éviter, en Occident comme en Orient, de voir un chevalier derrière chaque milites mentionné dans les sources narratives. En Europe, l’armée du comte de Hainaut, dans le troisième quart du xiie siècle, comportait encore autant de cavaliers lourds, qui n’étaient pas chevaliers, que de chevaliers proprement dits en 1172, 1180, 118167. Il faut donc systématiquement s’interroger sur le sens du mot milites, même dans l’Historia de Guillaume de Tyr, qui il est vrai fait également usage du vocable equites68. Car d’autres cavaliers combattaient dans les armées franques, en Europe (comme dans l’armée du comte de Hainaut) comme dans l’Orient latin69. Ils étaient plus légèrement armés que les chevaliers, d’où la formule « equites levis armaturae » utilisée à plusieurs reprises par Guillaume de Tyr : dans son récit de la bataille d’Ascalon (1099)70, puis à propos des troupes de la deuxième croisade71 ou des Turcoples de l’armée franque à la tête de laquelle Amaury Ier s’était rendu en Égypte72. Ces derniers étaient en partie des archers montés. Ce type de combattant existait dans les armées occidentales à la veille de la première croisade. L’un d’eux est figuré sur la tapisserie de Bayeux, mais la question de savoir si les Normands possédaient ou non une cavalerie d’archers montés n’a pas été tranchée73. Dans l’Orient latin, peu en est dit dans les sources. Il est parfois fait état d’une habileté particulière d’un prince dans le maniement de l’arc (ou de l’arbalète) ; pendant le siège d’Acre, Albert d’Aix mentionne un certain Reinoldus74,

« chevalier (miles) du roi [Baudouin Ier de Jérusalem], très habile en archerie, maître des archers (magister sagittariorum) ».

Mais, si ce n’est le fait que Reinoldus était un miles, il n’y a aucune raison de penser que ces archers aient été des cavaliers.

  • 75  Histoire anonyme de la première croisade, p. 98-99. Mais le contexte seul montre qu’il s’agit de p (...)
  • 76  En reproduisant son récit, Guibert de Nogent (Gesta, RHC, Occ., t. iii, L. iv, 14, p. 181) a quant (...)
  • 77  Histoire anonyme de la première croisade, p. 104-105.
  • 78  Ibid., p. 106-107.
  • 79  Ibid., p. 158-159.

19Faut-il voir les sergents (servientes, singulier serviens, en latin) comme des cavaliers légers ? Il semble que non, du moins à l’époque de la première croisade (ensuite, les « sergents » semblent se battre autant à pied que montés, même si, comme on l’a vu, les sources ne permettent pas de l’affirmer). Dans les Gesta anonymes, ce sont apparemment des fantassins, comme lorsque Tancrède, chargé de l’occupation d’un castrum qui permettait de contrôler les entrées et les sorties d’Antioche, s’y rendit avec « ses valeureux chevaliers et sergents », « cum suis honestissimis militibus ac servientibus75 ». Au couple milites/pedites, l’Historien anonyme a ici préféré milites/ servientes76. Mais ils appartiennent à un rang supérieur à celui des simples pedites, tel Male Couronne, que Bohémond chargea, « comme à un héraut, de convoquer la grande gens des Francs, afin qu’elle se préparât fidèlement à pénétrer dans les terres des Sarrasins77 ». Contrairement aux pedites, ils sont clairement différenciés ; leur activité est mise en valeur, comme celle du sergent longobard qui apostropha Bohémond au moment de la livraison d’Antioche par « Pyrrhus78 ». Lorsque, après la défaite de Curbaram, Raymond de Saint-Gilles tenta de se faire livrer la citadelle d’Antioche, Bohémond réussit à déjouer sa tentative et s’accorda avec son gouverneur. Dès qu’elle lui fut livrée, il y plaça ses sergents (servientes)79.

  • 80  Chanson d’Antioche, chant iii, 17, éd. P. Paris, t. i, p. 168 : « Li cheval sont estanc et del cor (...)
  • 81  Armiger, armigeri le mot latin qui les désigne souvent, signifie d’abord « homme en armes ». Origi (...)
  • 82  H. Nicholson, Medieval warfare. Theory and practice of war in Europe, 300-1500, p. 55, évoque en r (...)

20Chaque milites était pourvu d’un ou plusieurs « servants », diversement nommés dans les sources – armigeri, scutiferi… – et communément appelés « écuyers ». Dans la littérature française du xiie siècle, ils effectuaient des tâches aussi nombreuses que diverses : soin des armes, des chevaux et de l’équipement, ravitaillement, service de table, escorte, chasse, portage d’armes ou de messages, surveillance, fourniture ou récupération des armes, du butin, etc.80. Ils ne se contentaient pas de ces activités : ils participaient également aux combats81, dans un rôle de soutien qui est mal connu. Dans tous les cas, plus souvent méprisés, dans les sources littéraires, que promus chevaliers (avec ou sans adoubement), ils paraissent d’un rang inférieur à celui des milites qu’ils servaient, qui étaient mieux armés et mieux formés82. Il en est également ainsi dans les sources de la première croisade, où ils jouent un rôle important de fourrageurs. Par exemple, en 1096, Godefroy

  • 83  Histoire anonyme de la première croisade, p. 14-17 (cette traduction diffère de celle de L. Bréhie (...)

« envoyait chaque jour ses écuyers en toute sécurité, afin qu’ils apportassent de la paille et tout ce qui était nécessaire aux chevaux83 ».

  • 84  Pour R. C. Smail, op. cit. , p. 109, ils ne prenaient normalement pas part au combat.
  • 85  Voir également H. Nicholson, Medieval warfare, p. 55.
  • 86  Éd. P. Paris, t. i, chant iv, 15-17, p. 222-6 (le passage cité ici se trouve p. 225).

21Au combat84, peut-être étaient-ils, comme les sergents, de ces nombreux hommes présents sur les champs de bataille sans véritablement combattre, ou seulement lorsque l’essentiel avait été accompli, chargeant à la suite des chevaliers avec les montures de rechange (rôle attesté par les retraits de la règle du Temple), rabattant l’ennemi là où on l’attendait, l’empêchant par tous les moyens de s’enfuir, s’attaquant aux piétons les biens moins armés, etc.85. Parfois, ils se distinguaient, comme ce Gautier Daire qui se fait héros, dans la Chanson d’Antioche. Après avoir raconté l’encerclement d’Antioche par les barons, le poète fait une pause dans son récit. Il décrit un « bon destrier » appartenant à Fabur l’Arabis, cheval de prix, beau à voir, aux naseaux bien ouverts et aux yeux bruns qui brillent d’un vif éclat ; un cheval à nul autre pareil dans tout le royaume d’Antioche (« El regne d’Antioche n’ert chevaus si eslis »), gardé par dis Paien, dont chacun est fervestis (vêtu de fer) ; un destrier qui fait envie aux François, postés de l’autre côté du fleuve. Parmi eux, un simple écuyer, Gautier Daire, qui se munit de deux éperons et d’une épée, se jette à l’eau, parvient sur l’autre rive, fait face aux Turcs, en occit cinq à grands coups d’épée, met les cinq autres en fuite, s’empare du cheval, se met en selle, rattrape les fuyards, les taille en pièce, pénètre dans Antioche, y tue trois autres « païens », fait demi-tour, poursuivi par les Persant et Esclavon. Sans succès : « li chevaus l’emporte outre à force et à bandon / D’autre part à la rive est issus el sablon ». Fêté par « li prince et li baron », il est embrassé par son cosins, Robert de Flandre, qui lui promet d’en faire son senescal après leur retour en Flandre. Le duc de Bouillon proposant même de le faire chevalier, le héros répond86 :

« Seigneur, ce dist Gontiers, à Dieu benéiçon !
Ains que viene au sepulcre ne nous adoberon »

  • 87  RHC, Occ., t. iii, L, 31, p. 423.

22On ne peut déterminer avec certitude ce qui, dans un tel passage, appartenait à la version primitive de la Chanson. Désormais possesseur d’un cheval, ayant montré sa bravoure et son habileté à l’épée, Gautier pouvait devenir chevalier. Près de vingt ans plus tard, en 1124, un armiger de Josselin d’Édesse, qui avait informé le comte de Tripoli de la mort de Balak, bénéficia de la même promotion : il fut fait milites87.

  • 88  Guillaume de Poitiers, p. 84, cité par J. Bradbury, op. cit., p. 25.

23Mais il ne faut pas s’en tenir à l’impression généralement donnée par les chroniques médiévales selon laquelle les pedites formaient une masse compacte dont quelques-uns seulement s’illustraient à l’occasion. Tous n’avaient pas le même statut, non plus que le même rôle sur le champ de bataille. Les servientes sur lesquels Bohémond s’appuyait avaient peu en commun avec les fantassins de base, peu mobiles et armés de lances ou d’épées, qui soutenaient et protégeaient les cavaliers et les fantassins spécialisés, massacraient et pillaient en cas de victoire, subissaient les pertes les plus nombreuses en cas de défaite. À Hastings, les fantassins semblent avoir joué un rôle fondamental dans la victoire de Guillaume le Conquérant qui les avait placés en première ligne88 :

« Devant, il plaça les fantassins, armés d’arcs et d’arbalètes. Ensuite, en seconde ligne, il mit l’infanterie plus lourde, équipée d’une cotte de mailles. En dernier lieu, il y avait les escadrons de cavalerie, lui-même étant au milieu d’eux. »

24De plus en plus indispensables, au xiie siècle, ils devinrent, dans les armées franques de Syrie (comme dans les armées anglo-normandes), un élément incontournable et recherché. Des Arméniens, notamment, étaient recrutés.

4. Organisation des armées

  • 89  Cf. D. Julia, « La violence des foules : peut-on élucider l’inhumain? », dans J. Boutier, D. Julia (...)

25La Règle du Temple ne se penchant pas sur les armées séculières, leur organisation reste floue sur bien des points. Les auteurs latins, dont certains étaient pourtant bien informés car proches du pouvoir (Gautier le Chancelier, Guillaume de Tyr), n’ont pas jugé utile de s’attarder. Ils donnent souvent l’impression de masses peu cohésives, peu encadrées et vite gagnées par l’enthousiasme ou la panique : des « foules » instinctives et émotives89. Les auteurs arabes sont de peu de recours ; au fond, ils étaient surtout intéressés par les déprédations des Francs, leurs défaites et leurs succès. Seuls les ordres militaires (surtout les Templiers) captèrent leur attention parce qu’ils les voyaient comme des organisations efficaces. Au contraire, les armées séculières ne leur laissèrent aucun souvenir impérissable.

  • 90  Voir les sentiments prêtés à Tancrède par Raoul de Caen, Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. iiii , L. i(...)
  • 91  Dans les nombreux portraits qu’il consacre aux souverains francs, Guillaume de Tyr insiste beaucou (...)
  • 92  Récemment, A.-M. Eddé, « La vision des Francs dans les sources musulmanes à l’époque des croisades (...)
  • 93  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 369-370/LT p. 197 (année 526).
  • 94  Ibid., p. 474-5/306. Mais ses qualités de combattant ne sont pas en cause.

26Ces armées étaient structurées sur le modèle occidental. Théoriquement, le souverain en était le chef suprême. Rois de Jérusalem, princes d’Antioche, comtes d’Édesse et de Tripoli étaient forcément des chefs de guerre ; ils se devaient de combattre à la tête de leurs hommes, en prendre soin90 et leur donner l’exemple. Lorsqu’ils leur consacrent quelques lignes, les chroniqueurs arabes insistent d’ailleurs presque systématiquement sur leurs qualités martiales91. Plutôt laudatifs (les Francs étaient craints et redoutés, certains même admirés92), ils n’en étaient pas moins conscients des défauts et des qualités de chacun, et donc critiques. Ibn al-Qalānisī vante par exemple les « ruses fameuses » et les « stratagèmes renommés » de Baudouin II de Jérusalem, « petit chef » certes, mais grand par ses compétences, et n’hésite pas à souligner que son successeur, le comte d’Anjou (« al-malik al-qumṣ al-ǧadīd al-kund Anǧūr »), n’était « pas sûr dans son jugement ni efficace dans son administration, si bien que la perte de Baudouin plongea les Francs dans le trouble et le désordre93 ». En revanche, l’un des comtes de Tripoli, Raymond II, a droit à un portrait de soldat des plus flatteurs94 :

« On trouva gisant leur chef (muqaddam), le maudit prince (al-la‘īn al-blins), parmi sa garde et ses preux (bayna ḥamātih wa abṭālih). Quand il fut reconnu, sa tête fut coupée et apportée à Nūr al-dīn qui récompensa d’un très beau cadeau celui qui l’avait apportée. Ce maudit comptait parmi les preux Francs connus pour leur bravoure, leur extrême énergie, leur capacité de ruse et leur haute taille. De plus il était renommé partout pour son prestige, sa grande impétuosité et son excessive malfaisance. Cela eut lieu le vendredi 21 ṣafar 544/29 juin 1149. »

Il est vrai que la mort d’un tel homme ne pouvait que rehausser l’éclat de l’exploit réalisé par Nūr al-dīn à Inab.

  • 95  Historia, RHC, Occ., t. i, L. xvii, chap. 1 et suivants.
  • 96  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xix, 13, p. 903 et suivantes ; H. E. Mayer, « Le service militaire (...)
  • 97  Ils n’eurent pas le temps de le faire, Baudouin étant tombé malade. Albert d’Aix, Historia, RHC, O (...)
  • 98  C’est ce que suppose H. E. Mayer, loc. cit.

27Mais si les souverains conduisaient effectivement les armées et personnifiaient l’articulation entre le politique et le militaire, ils n’avaient pas l’exclusivité du commandement. Concrètement, ils devaient le partager, au plan stratégique comme, pour certains d’entre eux, au plan tactique. Le devoir d’auxilium qui s’imposait à eux n’était pas un vain mot, surtout à Jérusalem. Les nobles y avaient droit au chapitre ; le roi les consultait avant chaque campagne importante. Guillaume de Tyr rapporte la tenue d’un véritable « conseil de guerre » élargi aux grands du royaume et aux princes dirigeant la deuxième croisade, en 1148, à Acre. Après âpres discussions, il fut décidé de prendre Damas pour objectif. Selon le même auteur, toute la campagne qui s’ensuivit donna lieu à discussions, concertations et hésitations95. La lenteur qui en découla laissa le temps aux Damascènes de s’organiser ; or Damas n’aurait pu être prise qu’à la suite d’une attaque soudaine et violente. À nouveau, en 1167, alors qu’il désirait attaquer l’Égypte, le roi dut composer avec le « parlement » réuni à Naplouse ; il y obtint le droit de lever un impôt de 10 % sur les biens meubles, mais non l’accord sur ses objectifs militaires96. En fait, il parait évident que les rois de Jérusalem eurent de plus en plus de mal, au fil du xiie siècle, à imposer leur vues ; parallèlement, le pouvoir des barons et des hauts dignitaires des ordres militaires s’accroissait. Mais il faut se défier de toute schématisation. La personnalité des souverains déterminait, en partie, leur pouvoir ; un problème particulier pouvait agir comme un catalyseur d’opposition et par là influer sur les décisions stratégiques que les rois prenaient. En 1118, Baudouin Ier, roi énergique, avait ainsi dû accepter de quitter al-Faramā et d’attaquer Le Caire, sous la pression de ses vassaux qui s’étaient réunis sans l’inviter97. Les problèmes de succession semblent avoir joué dans leur décision de modifier la stratégie du roi98.

  • 99  J. La Monte, Feudal Monarchy, p. 164 : « Over this heterogeneous military force the king of Jerusa (...)
  • 100  Exemple : Raymond d’Aguilers, Liber, op. cit., p. 244-245 ; R. C. Smail, Crusading warfare, p. 170 (...)
  • 101  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xi, 12, p. 381.

28Ce « partage des tâches » caractéristique d’une société féodale se vérifiait-il sur le champ de bataille ? Il est difficile de répondre à une telle question, d’une part parce que les armées étaient très hétérogènes99, divisées en corps de diverses origines, les corps féodaux restant sous le commandement de leur seigneur, d’autre part parce que les auteurs latins sur lesquels on peut s’appuyer sont, pour la plupart, légitimistes et parfois même dithyrambiques sur les princes dont ils étaient proches. Foucher de Chartres, Gautier le Chancelier et Guillaume de Tyr ont tendance à focaliser sur le roi de Jérusalem ou le prince d’Antioche qui apparaissent en général, sous leur plume, décideurs des tactiques mises en œuvre. Évidemment, cela ne vaut pas pour la première croisade et le tout début des États latins. Alors, le commandement était collégial, aucun des barons ne réussissant à supplanter les autres même si Bohémond, réputé pour son intelligence tactique, se vit parfois confier le commandement général100. Très souvent, les chroniqueurs emploient les deuxième et troisième personnes du pluriel lorsqu’ils décrivent des évolutions tactiques, comme à Ascalon (août 1099)101 :

« Les nôtres aussitôt, certains qu’ils auraient à combattre, disposèrent leurs forces en neuf lignes bataille (acies) : trois formèrent l’avant-garde, trois restèrent au centre et trois formèrent l’arrière-garde […] »

  • 102  Bella Antiochena, RHC, Occ., t. iii, passim.

29Il n’en est pas de même des batailles décrites par Gautier le Chancelier : Roger d’Antioche et Baudouin du Bourg y apparaissent comme responsables des décisions prises, qu’elles aient ou non mené à la victoire. Baudouin, particulièrement, dans le Livre II des Bella Antiochena, est magnifié comme l’homme de guerre par excellence, dont l’expérience et l’habileté tactique sauvent la situation. Roger avait droit aux mêmes qualités dans le premier livre (il était alors victorieux) ; dans le deuxième, celui de l’Ager sanguinis, il est discrètement critiqué pour ses choix, mais également pour son écoute de mauvais conseils102. Car, encore une fois, le prince consultait avant une campagne. Ainsi, avant l’Ager sanguinis, Roger d’Antioche se réunit-il avec ses conseillers avant d’avoir une entrevue privée avec son chancelier.

  • 103  Eudes de Deuil, éd. H. Waquet, p. 71-72, cité par H. F. Verbruggen, The art of warfare in Western (...)

30De fait, la gloire de telle ou telle décision rejaillissait essentiel-lement sur le souverain ; la défaite jetait également l’opprobre sur son entourage. Car quelle que soit sa personnalité, il était entouré et conseillé, que ce soit par les membres de sa « maison » ou par des seigneurs qu’il écoutait tout particulièrement. Certains allaient plus loin, jusqu’à laisser la direction de l’armée à un ou plusieurs généraux expérimentés. Ainsi Louis vii n’hésita-t-il pas à confier les rênes de son armée au maître du Temple en Asie Mineure ; mais Eudes de Deuil dit que le roi commandait la réserve, ce qui indiquerait qu’il avait conservé la direction générale de ses troupes103. Surtout, sur le champ de bataille, certains des grands officiers (le connétable surtout) jouaient un rôle important.

  • 104  Les offices militaires seuls nous intéressent ici. On ne s’étendra pas, l’essentiel ayant déjà été (...)
  • 105  Assises de Jérusalem, éd. RHC, Lois (2 vol. ; le Livre de Jean d’Ibelin est édité dans le t. i, p. (...)
  • 106  Il présidait la Secrète.
  • 107  Historia, op. cit., L. xxi, 3 et 4.

31Ainsi qu’en Occident, roi, prince et comtes s’appuyaient, pour tout ce qui avait trait à la chose militaire, sur un certain nombre de grands officiers qu’on retrouve, avec quelques différences, dans chacun des États latins104. À Jérusalem105, les officiers étaient rétribués par un fief et une part de butin ; chevaux et bestiaux, par exemple, étaient réservés au maréchal. Le premier en dignité y était le sénéchal (dapifer, en latin), qui s’occupait des finances royales106. Parmi ses nombreuses attributions, plusieurs ressortissaient à la chose militaire. Il avait en charge l’inspection des forteresses dont il pouvait transférer la garnison ; mais seuls les vicomtes lui devaient des comptes, et non les châtelains. Sur le champ de bataille, il suivait le roi, prenant même sa place lorsqu’il était absent ; il commandait, alors, le corps royal. Une fois la victoire acquise, la part de butin du roi lui était confiée ; à charge pour lui d’en prendre soin. Lorsqu’il était un homme de caractère, il pouvait fortement influer sur la politique royale. Milon de Plancy (1168-1171), aux dires de Guillaume de Tyr, « dirigeait » toutes les affaires. Méprisant, arrogant, faisant le vide autour du roi, il périt assassiné107.

  • 108  De comtes stabuli : « comte de l’étable ». À l’origine, le connétable était responsable des écurie (...)
  • 109  Si le seigneur ne reconnaissait pas la dette, l’affaire était portée devant la cour.
  • 110  Il s’agit d’un ordre théorique, qui plus est tardivement énoncé : Jean d’Ibelin, Livre au roi, op. (...)

32Le connétable108 dut à un état de guerre presque permanent de devenir, de facto, le premier des officiers. Il avait en charge les mercenaires que lui seul payait, qu’ils aient ou non été recrutés par le roi. Dans le second cas, il récoltait l’argent auprès du seigneur recruteur, puis payait le sodeer ; en cas de difficulté du seigneur, il pouvait, après les pressions d’usage, faire saisir ses biens et les faire vendre109. Cette attribution ne jurait pas avec son pouvoir judiciaire, lorsque les armées étaient en campagne : il devait faire régner la discipline. Commandant en chef de l’armée en cas d’absence du roi, rien ne symbolisait autant sa puissance que la possibilité qu’il avait, une fois le choix du roi effectué, de sélectionner les hommes qui allaient former son corps d’armée. Il disposait ainsi des meilleurs soldats (en sus des effectifs les plus nombreux : son corps était le double des autres, selon Jean d’Ibelin). Il nommait les chefs des autres corps qui lui étaient déjà liés du fait que c’était lui qui délimitait le domaine et attribuait les fiefs. Enfin, son rôle tactique était fondamental. À moins que le roi (ou la personne qu’il avait désignée) ne le fasse, il disposait les troupes en ordre de bataille ; lui se situait en première position, immédiatement après les Turcoples qui composaient l’avant-garde110. Évidemment, en cas d’absence du roi, le commandement suprême lui échoyait.

  • 111  Kāmil, t. ix, p. 35. Cette attaque décide le cadi de Ǧabala à livrer sa ville à Ṭuġtakīn. Voir éga (...)

33Ces pouvoirs étendus, à Jérusalem comme dans les autres États latins, expliquent que le connétable soit le seul officier qui semble connu des auteurs arabes : l’attaque de Ǧabala par les Francs, en 494/1101, ayant mal tourné, ils furent violemment repoussés, le cadi Ibn Ṣulayḥa ayant su galvaniser ses troupes. Au cours des combats111,

« leur chef (muqaddam), connu sous le nom de kund iṣṭīl, fut fait prisonnier ; il se racheta en payant une forte somme d’argent (bi-māl ǧazīl) ».

  • 112  Supposition de J. Richard, Le comté de Tripoli, p. 49. Mais le texte étant par trop imprécis, rien (...)

Sans doute le connétable en question était-il, en ce début d’installation des Francs, celui de Raymond de Saint-Gilles, alors absent112.

  • 113  Pour tout ce qui suit, J. La Monte, op. cit., p. 120.

34Son lieutenant, le maréchal, le remplaçait lorsqu’il était absent, et gérait un certain nombre de ses attributions. Concrètement, c’est à lui que les mercenaires avaient affaire113 ; il effectuait certaines de ses tâches policières, relevant le nom de ceux pris en défaut de service, les punissant même, parfois, si le connétable le lui avait ordonné. Il jouait le rôle de porte-parole officiel du connétable et du roi, transmettant leurs ordres aux soldats. Avant la bataille, il disposait les différents corps d’armée. Lui commandait celui qui précédait le corps du roi dont il portait la bannière. Il distribuait le butin en cas de victoire et transmettait la part du roi au sénéchal. Les chevaux capturés lui revenaient : il s’en servait pour remplacer ceux qui avaient été tués ou blessés. C’est qu’il gérait le restor, institution originale sur laquelle on reviendra, qui prévoyait le remplacement, par le roi, des chevaux morts ou blessés pendant les combats. Comme il devait en avoir une connaissance précise, il procédait, avant le déclenchement des hostilités, à une inspection minutieuse des chevaux, notant scrupuleusement leurs caractéristiques afin d’éviter toute escroquerie. Ainsi pouvait-il, après la bataille, remplacer la monture tuée ou mal en point par une autre ou, au moins, par une somme d’argent d’égale valeur.

  • 114  Ibid., p. 136.

35Les autres officiers, de rang moindre, sont moins bien connus. Du Turcoplier, on sait seulement qu’il dirigeait les Turcoples ; encore la date de création de cet office est-elle incertaine. Officier local, le vicomte était un simple chevalier, issu de la basse noblesse, homme lige du roi. Dans le royaume de Jérusalem, il y avait trente-trois vicomtes qui dépendaient des barons fieffés avec pouvoir de haute et basse justice, et quatre vicomtes royaux (Jérusalem, Acre, Neapolis et Daron). Au plan militaire, il commandait aux sergents, qu’il équipait. Son maître sergent, le mathesep, l’assistait en cette tâche. Peut-être, à Jérusalem, avait-il en charge la garnison de la ville, et conduisait-il, lorsque cela était nécessaire, les sergents au combat114.

  • 115  Liste dans M. Amouroux-Mourad, op. cit., p. 116.

36Les mêmes offices existaient à Antioche, Tripoli et Édesse, même si l’absence de documentation, pour ces deux villes, force à la prudence. À Édesse, particulièrement, des influences byzantines et arméniennes ont sans doute existé, sans qu’on puisse l’affirmer. Vassal certes du roi de Jérusalem, le comte y disposait d’une souveraineté absolue. L’armée y était à son entière disposition. Il était assisté, comme à Jérusalem, par un sénéchal, un connétable et un maréchal, sans qu’on puisse en dire beaucoup plus : rien d’équivalent aux Assises de Jérusalem ne nous est parvenu. Aucun nom de sénéchal n’a filtré ; un connétable (Léon) est attesté en 1134, ainsi qu’un maréchal en 1141115.

  • 116  Cl. Cahen, SN, p. 452 sq.(liste des grands officiers du prince p. 463) ; Th. Asbridge, The creatio (...)
  • 117  « Les autres batailles, voyant la bannière de Bohémond précéder si honorablement les autres, arrêt (...)
  • 118  Ibid.
  • 119  Th. Asbridge, op. cit., p. 184, 185, s’appuyant sur F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institution (...)

37On en sait un peu plus pour ce qui est de la principauté d’Antioche116 où le Connétable, dont la signature précédait celle des autres officiers dans la majorité des actes, avait également pris le pas sur le sénéchal. Comme à Jérusalem, l’organisation de l’armée lui incombait. Pendant la première croisade, Bohémond était accompagné de son connétable, un certain « Robert, fils de Gérard », mis en valeur à une occasion par l’auteur anonyme des Gesta, à propos d’un affrontement qui eut lieu près d’Antioche, en février 1098. Bohémond s’étant vu confier la direction de l’armée croisée, c’est lui qui dut réagir au fléchissement consécutif à la charge turque. Pour ce, il appela son connétable et lui fit déployer sa bannière et prendre la tête des différents corps117. Dès lors, les autres corps se reprirent, cessèrent leur retraite et l’ensemble des Francs (« tous les nôtres », toujours sous la conduite du connétable ?) « chargèrent d’un seul élan les Turcs qui, stupéfaits, prirent la fuite118 ». Ensuite, peut-être la principauté connut-elle, au début du xiie siècle, des périodes pendant lesquelles il y eut deux connétables, à l’image de ce qui se faisait en Normandie entre 1087 et 1135119.

  • 120  Bella Antiochena, RHC, Occ., t. ii, L. ii, 4 et 12. Mais le passage est flou.
  • 121  Le châtelain gouverne les places fortes.
  • 122  Il fait inspecter le rempart, répartit les réparations entre les bourgeois, etc. : Gautier le Chan (...)
  • 123  Gautier le Chancelier, loc. cit. ; Th. Asbridge suppose, op. cit., p. 191, qu’il s’occupait des pr (...)

38Seule différence notable avec le royaume de Jérusalem : il pouvait être assisté non pas par un maréchal, comme dans les autres États latins, mais par deux, sans qu’on puisse déterminer ce qui ressortissait de l’un ou de l’autre. Outre l’entretien des chevaux, peut-être le maréchal, ou les maréchaux, devait-il organiser l’ordre de bataille (comme plus tard un chef d’état-major, sous l’autorité du commandant en chef ?). En effet, Gautier le Chancelier évoque un agaso s’attelant à cette tâche puis prenant la tête d’un corps de cavalerie avec une bannière120. Au plan local, le vicomte, noble, bourgeois franc ou indigène, était peut-être un adjoint du duc121. Ce dernier, peut-être hérité des ducs byzantins, n’était pas un officier militaire ; administrateur urbain (il y avait un duc à Lattaquié et à Ǧabala), il n’en participait pas moins à la guerre  il devait, en cas d’urgence, mettre la ville en situation de défense122 ; il est signalé en discussion avec Roger d’Antioche à propos des « nécessités de la guerre123 ».

  • 124  J. Richard, Le comté de Tripoli, p. 49 sq.
  • 125  R. Röhricht, Regesta, note 212 ; J. Richard, op. cit., p. 49.
  • 126  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 314, où Bertrand et Pons sont confondus.
  • 127  Guilhem Pierre et Guilhem Raymond : R. Röhricht, op. cit., n° 48. Voir les tentatives d’explicatio (...)

39Les informations sur les officiers du comté Tripoli124 sont plus rares. L’armée était sous la responsabilité du comte ou de son bayle. Les attributions du sénéchal sont mal connues ; la plupart du temps, il est nommé à la fin des listes des témoins dans les chartes qui ont été conservées, signe d’une importance moindre par rapport aux deux officiers majeurs, le connétable et le maréchal. Véritable lieutenant du comte, le premier dirigeait l’armée en son absence, de même, à vrai dire, que le second : une charte de Raymond II datant de 1142 leur attribue explicitement ce pouvoir125. C’est en personnage de premier plan qu’il apparaît dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, en 510/1116, à propos de la victoire remportée par les Damascènes et les hommes d’Āq Sunqur al-Bursuqī sur ceux de Pons de Tripoli qui avait eu l’outrecuidance de ravager la Bekaa. Ne s’échappèrent que « leur chef (muqaddam), Badrān b. Ṣinǧīl, le commandant connétable (kund iṣtabl) et un petit nombre [d’hommes]126 ». Peut-être la connétablie était-elle, à l’origine, une charge double – un acte de 1106 mentionne deux connétables127. Quant au maréchal, si ce n’est cette possibilité qu’il avait de commander l’armée, on ne sait rien de ses fonctions.

5. Les ordres militaires128

5.1. Une importance grandissante

  • 129  L’expression « grand maître » ne s’impose qu’au xiiie siècle ; Guillaume de Tyr parle de « maître  (...)
  • 130  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xv, 6, p. 667-668, pour tout ce qui suit.

40En 1139, alors que Foulques, roi de Jérusalem, et le comte Thierry de Flandres, récemment arrivé en Terre sainte, assiégeaient une cave fortifiée située à l’est du Jourdain, le maître129 de l’ordre du Temple, Robert de Craon, alla pourchasser des « Turcs » qui effectuaient une chevauchée déprédatrice130 :

« En cele seson estoit en la cité de Jerusalem un mout vaillanz hom, gentis chevaliers, bons et sages et bien entechiez, Robert le Bourguegnon avait nou, nez de Poitou, mestres estoit de l’ordre del Temple (Maître de l’ordre du Temple) ; novelement avoit amenez ne sai quanz de ses freres en la terre de Surie (il vient d’arriver en Syrie). Quant il oï que li Turc chevauchoient einsint et avoient cele cité prise, ce qu’il troverent de gens en Jerusalem pristrent avec aus et chevauchierent cele part (les Templiers réquisitionnent donc les combattants). La baniere le roi portoit uns granz chevaliers, Bernarz li Vachier (Bernard Vacher) avoit non. […] Li Turc qui si fuioient virent bien que li nostre les chaçoient malement et sanz tenir conroi, si ses commencierent à ralier et entr’apeler et à entendre ; lors corurent sus à ceuls qu’il trouverent espandus en divers leus (les Turcs s’aperçoivent du désordre, parmi les Francs ; ils prennent l’offensive à leur tour) ; legierement les descomfirent et en occistrent assez. Aucun en i ot, mès pou fu, qui se tindrent ensemble et se deffendirent au mieuz qu’il porent, et la poudrirer fu grant entor euls. […] Aucun en i ot qui cuidoit eschiver la mort, si sailloit des roches contreval, si estoit touz despeciez : cele chace dura dès la cité d’Abraham jusqu’à l’autre qui a non Tecua. Grant doumage recut le jor la Crestienté de cez qui furent morz iluec, quar il n’i avoit se gentils homes non. Li communs pueples de Jerusalem estoit au siege de la cave. Entre les autres qui morut estoit un frere del Temple, hauz hom et bons chevaliers, Gui de Monfaucon avait non. De sa mort firent grand duel petit et grant. »

  • 131  Il était surtout implanté dans le nord de la principauté d’Antioche où il avait acquis sa première (...)
  • 132  Voir le texte latin (Guillaume de Tyr, loc. cit.).

41L’épisode, dont Guillaume de Tyr est le seul à faire état, illustre l’importance qu’avait déjà l’ordre du Temple à Jérusalem, à une époque où pourtant il commençait tout juste à prendre son essor131. En l’absence du roi, son maître paraît avoir eu la charge de défendre la cité ; c’est lui qui avait pris la tête de la petite armée qui s’était maladroitement précipitée à la poursuite des Turcs132.

  • 133  Exemple de l’insécurité qui régnait sur les routes : Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., L. xii, 33 (...)
  • 134  L’ordre de Saint-Lazare, qui se militarisa à une date inconnue, ne paraît pas avoir joué de rôle m (...)
  • 135  Cf. A. J. Forey, « The militarisation of the Hospital of St John », Studia Monastica, vol. xxvi, 1 (...)
  • 136  On ne sait si elles étaient effectuées par des combattants stipendiés ou par des membres de l’ordr (...)
  • 137  Par exemple en 552/1157, contre Amīr Amīrān : Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 519-520.
  • 138  Op. cit., L. xx, 5, p. 948.

42À bien des égards, les ordres militaires sont nés de la croisade. En elle comme en eux se concilient des idéaux militaires et religieux a priori inconciliables. Plus prosaïquement, il fallait sécuriser les routes empruntées par les pèlerins133, et surtout défendre les États latins contre les agressions musulmanes. Novateur, l’ordre du Temple (créé sans doute en 1120) fut imité par d’autres ordres, dont celui de l’Hôpital seul nous importe134. Créé, à l’origine, pour soigner les pèlerins, ce dernier se militarisa entre 1130 et 1136 selon les uns, vers 1160 selon les autres135. Toujours est-il que très tôt il se vit confier des tâches militaires136. Quelques places fortes lui furent cédées, Bayt Ǧibrin en 1136, et surtout Le Krak des Chevaliers, en 1142, dont il fit progressivement une imposante forteresse. Et, même s’il conserva à Jérusalem un très vaste hôpital, capable d’accueillir deux mille personnes, ses membres furent bientôt de toutes les batailles137, notamment en Égypte où ils formèrent les alliés les plus sûrs d’Amaury Ier. Ils étaient alors étroitement associés à la politique royale ; Guillaume de Tyr leur attribue d’ailleurs l’entière responsabilité de la décision de l’attaque de 1168138.

  • 139  J. Riley-Smith, The Knights of Saint John in Jerusalem and Cyprus, c. 1050-1310, Londres, 1967, p. (...)
  • 140  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xix, 18-19, p. 910-911 : « […] Hugues de Césarée, et avec lui Geoff (...)
  • 141  Ibid., L. xx, 4, p. 949.
  • 142  Dans Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. ii, p. 101 : « Il dit : en l’année 564/1168-9, le roi des Fr (...)
  • 143  Outre les références citées ci-dessus (note 134), voir les Retraits, n° 121.
  • 144  Voir le récit de leurs combats dans M. Barber, The new Knighthood. A history of the Order of the T (...)
  • 145  Cf. Eudes de Deuil, De profectione Ludovici vii, Livre 7.

43Les Templiers se sentirent également étroitement concernés par les expéditions égyptiennes. Ils y participèrent en nombre, perdant, selon certains, six cents chevaliers et douze mille sergents entre 1163 et 1167139. En 1167, l’un de leurs dignitaires, Geoffroy Fouchier, dirigea, aux côtés de Hugues de Césarée, la délégation qui négocia le départ des Francs140. Et s’ils s’opposèrent d’abord à toute nouvelle campagne141, l’année suivante, il semble bien, comme le dit Ibn Abī Ṭayyi’, qu’ils envoyèrent tout de même des troupes soutenir le roi et les Hospitaliers142. Les difficultés qui avaient suivi la création de l’ordre en 1120 étaient alors bien loin et il n’était plus question de se contenter d’assurer la surveillance et la protection des routes qu’empruntaient les pèlerins143. L’ordre avait grossi et jouait un rôle fondamental dans la défense des États latins comme dans les offensives menées par les Francs144. Ses propriétés foncières, régulièrement accrues par les dons et les revenus des commanderies d’Occident, lui permettaient d’entretenir des armées puissantes dont aucun souverain ne pouvait se passer. Déjà, ainsi qu’on l’a dit, pendant la deuxième croisade, Louis VII leur avait confié l’organisation de l’armée en marche en Asie Mineure145.

  • 146  Souvent, dans les sources arabes, al-Dāwiyya (les Templiers) et al-Isbitāriyya (les Hospitaliers) (...)
  • 147  Takira al-harawiyya, p. 247 (texte arabe), p. 235 (trad.). D. Nicolle, Knight Hospitaller, 1100-1 (...)
  • 148  Al-Iṣfahānī, al-Fat al-qussī, fī l-fat al-qudsī, trad. H. Massé, p. 30-31 : « Le lundi 27 du moi (...)
  • 149  Suite à une victoire sur un gros détachement de Templiers et d’Hospitaliers, un certain nombre de (...)
  • 150  Abū l-Fidā, Mutaar fī abār al-bašar, éd. RHC, Or., t. i, p. 161. Cf. également D. Nicolle, loc. (...)

44La puissance des ordres militaires, l’efficacité de leurs membres sur les champs de bataille et leur double qualité de religieux et de combattants suscitaient admiration et haine parmi les musulmans146. Peut-être le ·ayḫ al-Harawī avait-il les « moines soldats » en mémoire lorsqu’il opposait séculiers (al-qusūs wa aṣḥāb al-manāṣib) et réguliers (al-rahbān wa aṣḥāb al-ṣawāmi‘). Les premiers étaient corruptibles ; des seconds, qui faisaient preuve « d’attachement à la religion, d’opiniâtreté et d’éloignement pour les biens d’ici-bas », il fallait se méfier147. Dans un contexte de ǧihād, il fallait même s’en débarrasser de façon radicale. Décidant, après Ḥaṭṭīn, de « purifier la terre » de ces « ordres immondes », Saladin fit exécuter tous les Templiers et les Hospitaliers qui avaient été faits prisonniers148. Trente ans auparavant, Nūr al-dīn n’avait pas agi différemment, même s’il n’avait aucunement été question de s’attaquer spécifiquement aux Hospitaliers et aux Templiers149. Plus d’un siècle plus tard, Abū l-Fidā’ célébrait ainsi la prise d’al-Marqab150 :

« Ce fut un jour mémorable, les fléaux causés par l’ordre (bayt) des Hospitaliers furent vengés. La lueur du jour remplaça la noirceur de la nuit. »

  • 151  Certainement dès la deuxième moitié du vie/xiie siècle, ainsi que le suggèrent les expressions uti (...)
  • 152  Kāmil, t. x, p. 175.

Cette haine était liée au fait que, très tôt, les musulmans considérèrent les Hospitaliers et les Templiers comme leurs ennemis les plus acharnés, l’élite des combattants francs151. Ainsi que le précise Ibn al-Aṯīr, à propos de Saladin152 :

« C’était son habitude d’exécuter les Templiers et les Hospitaliers, du fait de la vigueur de leur inimitié (‘adāwa) envers les musulmans et de leur bravoure (šaǧā‘a). »

Cette admiration trouve un écho dans la formule que le même chroniqueur utilise, à deux reprises, à propos des deux ordres :

  • 153  Ibid., p. 144 (« fa-inna l-Dāwiyya wa l-Isbitāriyya hum ǧamrat al-Firanǧ ») et p. 469 (« al-Dāwiyy (...)

« Quant aux Templiers et aux Hospitaliers, hum ǧamrat al-Firanǧ153. »

  • 154  Lisān al-Arab, Ǧ. M. R.

Pouvant signifier « braise », « charbon » ou même « pustule », le vocable ǧamra renvoie ici à des aptitudes de guerriers et d’indépendance exceptionnelles, selon Ibn Manẓūr154 :

« Al-ǧamra : tout peuple (qawm) faisant preuve de constance quand il combat ceux qui lui font la guerre. Il ne s’allie ni ne se rallie à personne. »

  • 155  Mu‘ǧam al-buldān, t. ii, p. 264.

45Constance, fermeté, fierté et bravoure caractérisaient donc les ordres militaires. Peu connues, les quelques lignes que consacre le géographe Yāqūt al-Ḥamawī aux Templiers ajoutent à ces qualités la solidarité, l’expertise dans le maniement des armes et d’importants moyens financiers155 :

  • 156  Al-nikāḥ : le « mariage », mais également « la copulation, le coït » (alors le mot pourrait renvoy (...)

« Ḥiṣn al-Dāwiyya – on dit al-Daywiyya – est un château (ḥiṣn) bien fortifié (ḥaṣīn) de Syrie (binawāḥī al-Šām). Al-Daywiyya [sic], d’après lesquels le château est nommé, sont un groupe de Francs (plutôt, ici, qu’un peuple : qawm min al-Firanǧ) qui se consacrent au ǧihād contre les musulmans et qui s’interdisent le mariage156 et d’autres choses. Ils possèdent de l’argent et des armes, sont fortement solidaires et rivalisent d’habileté dans le maniement des armes. Nul ne les soumet (wa lā ṭā‘a ‘alayhim li-aḥad). »

  • 157  Ibn al-Ṭuwayr, Nuzhat al-muqlatayn, op. cit., p. 57-58. Cette phrase suit celle qui énonce leur ca (...)

46On ne s’étonnera donc pas que la formation des Templiers ait été vue comme un modèle. Il en est ainsi sous la plume d’Ibn al-Ṭuwayr (repris par Ibn Ḫallikān) lorsqu’il tente d’expliquer en quoi consistait al-Ḥuǧariyya, dans un passage consacré au vizir al-‘Ādil Ibn al-Salār (m. 548/1153). Corps d’élite créé par al-Afḍal après les défaites infligées par les Francs aux armées fatimides, al-Ḥuǧariyya intégrait les enfants dès leur plus jeune âge. Ces Ṣibyān al-ḥuǧar, dont Ibn al-Salār avait été, recevaient un enseignement des plus solides ; lorsqu’ils atteignaient l’âge requis, un jeu complet d’armes (défensives et offensives) leur était donné, qu’ils conservaient en permanence, de manière à être rapidement prêts lorsqu’une mobilisation était décrétée. Ceux d’entre eux qui se faisaient remarquer grâce à des aptitudes particulières étaient faits émirs et un gouvernement leur était confié. Ainsi, cette institution, lointain ancêtre des casernes formant les mamelouks à compter du milieu du xiiie siècle, pourvoyait-elle l’armée fatimide en combattants montés hautement qualifiés – de ceux qui lui avaient tant fait défaut, face aux Francs surtout. D’ailleurs, ils étaient, selon Ibn al-Ṭuwayr, « sur le modèle des Templiers francs » (wa hum ‘alā namaṭ Dāwiyyat al-Firanǧ)157.

  • 158  Cité par A.-M. Eddé, « La vision des Francs dans les sources musulmanes à l’époque des croisades ( (...)

47Ni Ibn al-Ṭuwayr, ni Ibn Ḫallikān ne connaissaient précisément les ordres militaires. Leur organisation leur échappait ; ils ne se penchent pas sur leur double caractère religieux et militaire (à aucun moment ils ne les comparent aux ribāṭ-s). Sans doute ne savaient-ils pas, même, quand ils avaient été créés. Mais leur promptitude à se mobiliser et leurs aptitudes au combat leur étaient connues. À l’époque où ils écrivaient, les Templiers étaient associés à l’excellence ; ennemis haïs, ils n’en constituaient pas moins une référence. Lorsqu’il fallut expliquer une institution formant les meilleurs des soldats fatimides, ils firent naturellement l’analogie avec les moines soldats (les Templiers pour l’un, les Templiers et les Hospitaliers pour l’autre). Un peu plus tard, Ibn Wāṣil fit de même lorsqu’il loua les Turcs baḥrites de l’armée du sultan ayyoubide al-Ṣāliḥ, qui avaient été remarquables contre Louis IX, en 1250. Impressionné par leurs prouesses, il s’exclama : « Ils furent les Templiers de l’islam158 ! »

  • 159  Sur la richesse des Templiers, voir par exemple A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p.  (...)
  • 160  Mais les rois de Jérusalem, plus puissants que le comte de Tripoli et le prince d’Antioche, tentèr (...)
  • 161  Un recrutement massif en Occident était possible. Ce fut le cas par exemple en Bourgogne, en 1133  (...)
  • 162  Voir (même s’il s’intéresse peu au xiie siècle), M. Barber, « Supplying the Crusader states : the (...)

48Quant à expliquer leur force, il n’en était pas vraiment question. Seul Yāqūt met l’accent sur les importants moyens financiers qu’ils pouvaient mettre en œuvre et qui leur avaient permis peu à peu de se substituer partiellement aux armées du roi de Jérusalem, du comte de Tripoli et du prince d’Antioche159. Au tournant du vie/xiie siècle, ces souverains furent en effet confrontés à une pression musulmane de plus en plus forte. Les victoires de Zankī et surtout de Nūr al-dīn provoquèrent des pertes de territoire ; la principauté d’Antioche et le comté de Tripoli, tout particulièrement, subirent d’importantes ponctions. Les fiefs disponibles se réduisirent, et par là même les ressources qui permettaient à la classe féodale d’entretenir des armées nombreuses. L’ost féodal s’avéra dès lors incapable de répondre efficacement aux demandes croissantes des souverains. Or il fallait bien y répondre. Hormis l’appel aux Européens ou, pour le prince d’Antioche, aux Byzantins, deux types de réponse furent adoptées : on recruta toujours plus de soldats stipendiés d’une part ; on fit appel aux ordres militaires160 qui disposaient des ressources matérielles et humaines161 qui manquaient aux États latins, d’autre part162. Ces ordres mirent en place les armées de professionnels que la situation exigeait, tout aussi aisément mobilisables que les ‘askar-s musulmans.

5.2. Organisation des ordres : généralités

  • 163  Sur l’organisation de l’ordre, voir A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p. 108 et suiva (...)
  • 164  Pour le Temple, cf. Retraits, n° 178.
  • 165  Ibid., n° 77 à 98 (retraits du maître). Surtout n° 77 (« un frère chapelain, un clerc, un frère se (...)
  • 166  Gonfanon apparaît au xie siècle (dans le Poème de saint Alexis), gonfalon au xiiie siècle seulemen (...)
  • 167  A. Demurger, Chevaliers du Christ, p. 116 et suivantes (tableau 3 très utile, p. 118), et les ouvr (...)

49Si Hospitaliers et Templiers possédaient quelques traits spécifiques, ils étaient organisés sur le même modèle hiérarchique. Chacun d’entre eux était international ; l’ordre du Temple, particulièrement, avait essaimé dans toute l’Europe où les profits réalisés par les commanderies (regroupées en provinces, dirigées par des commandeurs, ou précepteurs, ou procureurs, etc.163) étaient destinés à être réinjectés en Terre sainte. Le maître, qui dirigeait l’ensemble, résidait à Jérusalem. Élu par ses pairs164, il était chargé de la gestion des différentes possessions de son ordre, châteaux et forteresses, maisons urbaines, exploitations rurales et villages. Un peu comme les seigneurs féodaux, le maître possédait une « maison » qui gérait le quotidien et il était entouré par différents compagnons165. Des dignitaires l’assistaient ; ils formaient le conseil et tenaient des offices spécialisés : grand commandeur, maréchal, turcoplier, amiral, hospitalier, infirmier, trésorier, drapier et prieur conventuel pour ce qui est des Hospitaliers ; sénéchal, maréchal (et sous-maréchal, un sergent), turcoplier, commandeur de la voûte d’Acre, infirmier, commandeur de la Terre, drapier, commandeur de la cité de Jérusalem, gonfanonier166 pour ce qui est des Templiers167.

5.3. Les Templiers

  • 168  Celle des Hospitaliers, qui date de la maîtrise de Raymond du Puy (entre 1120-1124 et 1153), a éga (...)
  • 169  M. Benett, « La Règle du Temple as a military manual, or “How to deliver a cavalry charge” », dans (...)
  • 170  Sur la règle latine primitive, son adaptation en ancien français et les modifications ultérieures, (...)

50Outre les sources narratives, on dispose, pour appréhender l’organisation militaire de ces ordres, de quelques pièces d’archives et, surtout, de l’ensemble de textes connus sous le nom de Règle du Temple168 qu’on a pu assimiler à un véritable manuel militaire169. La règle primitive fut rédigée en latin, au concile de Troyes, en 1129, sous une forme qui a longtemps fait débat ; peu après la bulle Omne datum optimum (1139), qui plaçait les Templiers sous l’autorité directe du pape, elle fut adaptée (plutôt que traduite) en français ; pendant la maîtrise de Bertrand de Blanquefort (1156-1169), les Retraits, qui détaillent l’organisation hiérarchique de l’ordre, furent ajoutés ; au xiiie siècle, enfin, elle fut à nouveau complétée (en 1230, puis vers 1260)170. La Règle subit donc d’importantes modifications qui imposent de la manier avec précaution : à la fin du xiiie siècle, l’ordre du Temple était réglementé par 686 articles alors que la version latine primitive en comportait 71. Celle-ci s’étend peu sur l’organisation militaire de l’ordre, au contraire des Retraits dont il faut garder en mémoire qu’ils ne renvoient pas tous à la situation qui prévalait au vie/xiie siècle.

  • 171  Nous suivons A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p. 90.
  • 172  Retraits, n° 9 (de Curzon) : « Vos abrenuntiant vos propres volentés, et autres servant au soveran (...)
  • 173  Cf. Règle latine, n° 54 ; Upton-Ward, n° 12, 13 ; A. Demurger, op. cit., p. 71-73, commente les di (...)
  • 174  Il est régulièrement question de « frères temporaires » dans la règle (ex. Règle latine, n° 31 : « (...)
  • 175  Comme tous les dignitaires, le Maître a droit à quatre montures et deux à quatre « sommiers » (bêt (...)
  • 176  Cf. Barber, n° 9. Dans les sources du début du xiie siècle, le mot clientes semble désigner les «  (...)
  • 177  Règle latine, n° 29.

51À la hiérarchie conventuelle (frères de couvent : chevaliers, sergents et chapelains ; frères de métier) se superposait une hiérarchie féodale (oratores, bellatores, laboratores)171. Parmi les bellatores, les chevaliers constituaient évidemment l’élite172 ; ils étaient d’ailleurs, la plupart du temps, d’ascendance noble. Certains avaient trouvé refuge dans l’ordre en réparation de leurs péchés : les chevaliers qui avaient eu affaire aux autorités religieuses et qui avaient été excommuniés pouvaient l’intégrer sous certaines conditions173. Leur étaient associés des milites ad terminum, chevaliers liés à l’ordre pour une durée déterminée, venus pour combattre l’infidèle174. À tous, la Règle fait la part la plus belle ; comme dans les chroniques, très peu y est dit de l’infanterie. Comment en eût-il pu être autrement, le cheval étant un signe distinctif de puissance175, parmi les Templiers comme dans toute la société ? Dès l’origine (article 9 de la règle latine), les milites (chevaliers) y étaient distingués des armigeri (« hommes d’armes » : écuyers) et des clientes (« sergents » ou « servants »)176. Trois chevaux et un écuyer étaient accordés aux premiers177 :

« 20. Le nombre de chevaux et d’écuyers
Chacun de vos chevaliers a droit à trois chevaux, puisque la grande pauvreté de la Maison du Seigneur et du Temple de Salomon ne permet pas, pour l’instant, d’augmenter ce nombre, excepté au bon vouloir du Maître. »

  • 178  Retraits, n° 138. Deux chevaux pour le combat, l’un pour cheminer (une mule ou un palefroi), un ch (...)
  • 179  Queu, cou, cous, coeu : cuisinier.
  • 180  Ibid., n° 143 ; mais cf. n° 94.
  • 181  Règle latine, n° 9 (Barber) : « […] Le dimanche, cependant, pour tous les chevaliers et chapelains (...)
  • 182  Retraits, n° 138 à 140.
  • 183  Jupe, gipe (de l’arabe ǧubba) : vêtement de dessous, tunique. Premier vêtement passé sur la chemis (...)
  • 184  Règle latine, n° 19, 20, n° 21 ; Retraits, n° 141 (et n° 143 pour les cinq frères sergents qui fon (...)

52Les Retraits sont plus précis : trois montures et un écuyer pour chaque chevalier, une quatrième et un écuyer supplémentaire étant à la discrétion du Maître178 ; une, au maximum, pour les simples frères sergents, leurs officiers (sous-maréchal, gonfanonier, frère queux179, maréchal-ferrant, commandeur de la voûte de la mer d’Acre) en ayant deux, ainsi qu’un écuyer180. Mieux montés, les chevaliers étaient également mieux nourris181 et mieux équipés182 que les sergents qui portaient une jupe183 noire, barrée d’une croix rouge devant et derrière, et un manteau noir ou brun. Le manteau blanc était réservé aux chevaliers184.

  • 185  Retraits, n° 337 ; cf. également n° 431, 435 et 436, 446. Le premier article appartient aux statut (...)
  • 186  En sus des références citées supra, voir D. Barthélemy, « Qu’est-ce que la chevalerie en France au (...)
  • 187 Jean Flori, Chevaliers et chevalerie au Moyen Âge, Paris, 1998, p. 80-85 et passim ; M. Keen, Chiva (...)
  • 188  H. Nicholson, Medieval warfare, op. cit., p. 54 sq.
  • 189  J. Prawer, « Social classes in the Latin Kingdom : The Franks », dans K. M. Setton (éd.), A Histor (...)
  • 190  J. La Monte, « John of Ibelin. The Old Lord of Beirut, 1177-1236 », Byzantion, vol. xii, 1937, p.  (...)
  • 191  A. Grabois, « Nobility and Knighthood in the Crusader World », dans S.Rozenberg (éd.), Knights of (...)
  • 192  Cartulaire du Saint-Sépulcre, éd. É. de Rozière, Paris, 1849, n° 121 et R. Röhricht, Regesta regni (...)
  • 193  J. Prawer, ibid., p. 140, 142, 160.
  • 194  Röhricht, op. cit., n° 432, 472 ; J. Prawer, ibid., p. 160.

53Assurément, ces différences en recoupaient d’autres, socio-économiques, sur lesquelles nous savons peu de choses. Tout au plus peut-on se référer à ce que les Retraits nous apprennent pour le xiiie siècle : il fallait être né fils de chevalier pour prétendre au rang de frère chevalier. Tout juste laissait-on à ceux dont le père était décédé avant d’avoir pu entrer en chevalerie la possibilité de porter le manteau blanc185. Il est vrai qu’à cette époque l’accès à la chevalerie s’était restreint ; seules la naissance et les prérogatives des souverains permettaient d’accéder à ce qui était devenu une classe ; « chevalerie » et « noblesse » se confondaient. Il en était autrement au xiie siècle. On a dit, déjà, qu’en Europe, la « profession » de chevalier était encore relativement ouverte ; le mot milites désignait tout autant des hauts personnages que de simples combattants montés, étroitement dépendants d’un « patron186 ». La militia n’était, en théorie, interdite qu’aux non-libres ; pour le reste des hommes, elle se gagnait et se méritait plus qu’elle ne s’héritait, dans la mesure où la nature les avait dotés d’une force physique suffisante et où ils disposaient d’un pécule pour s’équiper et passer une bonne partie de leur temps à s’entraîner. Encore le facteur financier n’était-il pas forcément limitatif puisque ces guerriers étaient parfois entretenus par des seigneurs puissants qui leur fournissaient soit chevaux et équipement, soit les moyens de les acquérir187. Du moins en était-il ainsi dans l’Europe médiévale, non sans que des particularismes locaux plus ou moins marqués n’aient existé188. Grosso modo, il en était de même dans l’Orient latin qui se différenciait essentiellement par une mobilité sociale supérieure : les guerres y étaient par trop meurtrières pour qu’on limitât sévèrement l’accès à la chevalerie. Au xiiie siècle encore, alors qu'elle était réservée à la noblesse et que la haute noblesse formait une caste, les ponts n’étaient pas coupés entre la « bourgeoisie » et la noblesse189. Il en était de même au siècle précédent, a fortiori alors que les États latins étaient in statu nascendi. La noblesse y avait été créée par les milites de basse origine qui avaient formé l’écrasante majorité des combattants montés de la première croisade. Conscients des avantages que l’appartenance à une lignée de renom procurait, certains, parmi les plus puissants, s’étaient bientôt inventé une ascendance des plus respectables, à l’image des Ibelin qui prétendaient descendre de seigneurs de Chartres190. Peu à peu, une haute noblesse s’était en effet détachée, se forgeant une unité dans une opposition de plus en plus affirmée au pouvoir royal. Sa position s’était renforcée à Jérusalem, après la mort de Foulques d’Anjou en 1143. Ainsi que le faisaient les souverains, cette élite s’appuyait sur des chevaliers plus nombreux, peu fieffés, qu’elle stipendiait. Parmi ces derniers, certains avait accédé à cet « état » grâce à leur participation à la première croisade. D’autres devaient leur élévation à leurs prouesses militaires191 ; d’autres encore à leur respectabilité, tel Geoffroy Acus, décrit en tant que de burgensibus en 1136, répertorié parmi les barones regni de Baudouin III en 1144 et 1147192. À partir du milieu du xiie siècle, cependant, et surtout à partir du règne d’Amaury, la haute noblesse avait commencé à se transformer en caste ; elle s’était fermée à la masse des chevaliers qui constituaient la basse noblesse. En revanche, cette dernière avait plus ou moins continué à accueillir des membres issus de la « bourgeoisie », notamment pendant les pénuries d’hommes193. Ainsi un homme comme Gérald, fils d’Arnald, de la cité de Ramla, apparaît-il dans la documentation comme bourgeois en 1167, chevalier en 1169194.

  • 195  M. Barber, The new Knighthood, p.191 : « It was necessary to be of knightly descent to wear the wh (...)
  • 196  C’est également l’opinion d’A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p.91. Sur l’importance (...)
  • 197  Retraits, n° 126. Ils sont fournis par les commandeurs de la terre de Tripoli et de la terre d’Ant (...)
  • 198  Comparer ce statut à celui des sergents de l’ordre de Santiago, à propos desquels voir Carlos de A (...)
  • 199  Retraits, n° 172 : « Se l'en met freres por garder les sergens d’armes […] que les sergens les pui (...)

54Il est donc difficile d’affirmer, comme cela a été fait, que déjà, au milieu du xiie siècle, les fils de chevaliers seuls pouvaient devenir frères chevaliers195. Pas plus que la Règle et ses Retraits, les sources narratives ne vont dans ce sens. En Europe comme en Terre sainte, la chevalerie était une classe en devenir ; la naissance ne permettait pas seule d’y accéder196. Quant aux sergents, ils étaient essentiellement recrutés parmi les bourgeois, ou, si on veut, les non-milites. D’où le fait qu’ils pouvaient combattre à pied comme à cheval, constituer des garnisons197 et se retrouver en service rapproché auprès de la plupart des dignitaires de l’ordre198. Au combat, montés, sous le commandement du Turcoplier, ils occupaient également une position inférieure, mais fondamentale, de soutien de la charge des chevaliers199.

  • 200  Pour tout ceci, cf. Retraits, n° 149, 161, 178. Voir également M. Benett, op. cit., passim et plus (...)

55Bien que de rang très clairement inférieur aux chevaliers, dans la Règle du Temple, les sergents n’avaient rien à envier au sort des armigeri, les escuiers de l’ancien français. Ils y dépendent totalement du maître qu’ils servent ; l’article 30 de la Règle latine recommande même au chevalier de ne pas frapper l’écuyer servant charitablement, sans être payé, ce qui signifie que cela pouvait être courant. Pourtant ils jouaient un rôle logistique non négligeable, sous la responsabilité du gonfanonier, qui les payait, les punissait en cas de manquement à la discipline, se mettait à leur tête lorsqu’ils allaient effectuer des tâches collectives, fourrager, abreuver les chevaux, chercher du bois pour le feu, etc. En route, ils suivaient leur maître avec armes et bagages ; avant la bataille, certains les précédaient avec leurs lances et leurs boucliers, d’autres les suivaient avec les destriers. Le combat déclenché, les premiers restaient en arrière, avec les palefrois et mules que jusque-là les chevaliers avaient montés, les seconds chargeaient à la suite des chevaliers, avec les chevaux de réserve qu’ils devaient leur procurer avec le maximum de célérité en cas de nécessité200.

  • 201  Retraits, n° 153 : la ration de deux frères du couvent équivaut à celle de trois Turcoples, la rat (...)
  • 202  C’est pourtant le rôle que M. Benett (loc. cit.) leur assigne prioritairement : « These [les Turco (...)
  • 203  Retraits, n° 169 à 173. Notons également (n° 179) qu’en période de guerre, le gonfanon était porté (...)
  • 204  N° 44. Trad. Barber : « […] we specially enjoin and order every professed brother not to presume t (...)
  • 205  Il est difficile de tirer quoi que ce soit de l’article 153 des Retraits, notamment consacré au je (...)

56Comme toutes les armées du temps, les Templiers utilisaient des mercenaires que l’urgence tout autant que les guerres quotidiennes imposaient d’enrôler. Les Turcoples étaient de ceux-là. Plusieurs fois mentionnés dans les Retraits, ils paraissent avoir été étroitement intégrés aux armées dès le xiie siècle. Malheureusement, aucun article ne leur est directement consacré et leur statut est peu connu. Apparemment, si on s’en tient au fait qu’ils mangeaient moins de viande que les chevaliers, mais plus que les sergents, ils occupaient un rang intermédiaire entre les uns et les autres201. Régulièrement mentionnés dans l’entourage des dignitaires de l’ordre (outre le maître, le sénéchal, le commandeur de la terre de Jérusalem, le commandeur de la cité de Jérusalem, le commandeur de la terre de Tripoli, celui de la terre d’Antioche), ils ne paraissent pas avoir été cantonnés à la fonction d’éclaireur202. Certes, lorsque le Turcoplier qui les commandait se mettait en route, il devait envoyer un ou deux Turcoples au devantde l’armée ; parfois, lui-même se plaçait en tête, avec ses hommes et quelques chevaliers. Mais le Turcoplier menait également ses troupes au combat. Il devait veiller à ce qu’elles fussent bien disposées, et ne pouvait attaquer que sur ordre du maître ou du maréchal. Peut-être les Turcoples avaient-ils, sur le champ de bataille, un rôle d’auxiliaire, de cavaliers légers qui soutenaient la charge des chevaliers, proche de celui des sergents auxquels ils se mêlaient, puisque ces derniers étaient également sous le commandement du Turcoplier pendant l’action203. Peut-être maniaient-ils plus particulièrement l’arc ou même l’arbalète, armes très rapidement évoquées (pour les condamner) dans la Règle latine204. De recrutement local, on ne sait s’ils intégraient des musulmans (ou des apostats)205.

  • 206  Par exemple R. C. Smail, Crusading warfare, p. 109 et suivantes.
  • 207  Voir G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 795-797, 814. Il signale, note 1 p.197, la préparation, (...)
  • 208  Historia, RHC, Occ., t. i, L. xx, 26, p. 991. Guillaume ne précise pas son rang dans l’ordre, mais (...)

57On considère, en fait, qu’une part importante des combattants de l’ordre n’était pas franque206 : les Francs orientaux et occidentaux ne pouvaient suffire à alimenter des armées sans cesses plus sollicitées. Turcopoles, mais également sergents, devaient être recrutés parmi les chrétiens orientaux, et peut-être même les musulmans. Mais ni la Règle et ses Retraits, ni les sources narratives n’en disent suffisamment. Tout au plus la présence précoce des Templiers (et des Hospitaliers) en Cilicie207 laisse-t-elle envisager un recrutement arménien, mais dans quelle proportion, nous l’ignorons. Certains durent entrer dans l’ordre, comme le montre l’exemple du Roubênien Mleh (ou Meleh), dont Guillaume de Tyr et son traducteur font un portrait peu flatteur à l’occasion de sa mainmise sur les biens des Templiers, vers 1169-71. Il faut dire qu’il avait été « freres del Temple », avant de s’aboucher avec Nūr al-dīn et de devenir son allié (« Dès lors commença il à estre si aliez et si amis et de grant priveté à Noradin et as autres Turs208 »).

  • 209  Michel le Syrien, Chronique, trad. J.-B. Chabot, t. iii, p. 203.
  • 210  Règle latine et Retraits, passim. Par exemple, les frères n’avaient pas le droit de demander un ch (...)

58Les armées des Templiers étaient donc tout autant ethniquement mêlées que celles des souverains francs, aux côtés desquelles elles combattaient. Sans doute intégrées aux armées des « rois » qu’elles accompagnaient « à la guerre contre les Turcs209 », au début de l’ordre, elles constituèrent ensuite des forces indépendantes, une fois la puissance financière assise. Alors, ainsi que les Retraits des années 1160-70 le montrent, elles formaient un bloc fortement cohésif et très hiérarchisé, tous les soldats étant étroitement encadrés. Chaque niveau hiérarchique était dirigé par un homme auquel ses subordonnés devaient une obéissance totale, tout un arsenal de sanctions étant à sa disposition. Au sommet de la hiérarchie, le maître et le maréchal étaient assistés par des « officiers » de haut rang qui s’appuyaient eux-mêmes sur des « sous-officiers210 ». À la base, l’unité de combat était l’eschiele dont un chevalier prenait la tête.

  • 211  Essentiellement Retraits, n° 85 (déclaration de guerre ; trêve ; nécessité de réunir le conseil), (...)
  • 212  Retraits, n° 84.
  • 213  Retraits du sénéchal : articles 99-100 ; Retraits du maréchal : articles 101-109. À noter que le s (...)
  • 214  Cheval de combat de qualité, un peu moins recherché, dans la règle, que les « turcomans ».
  • 215  Retraits, n° 156-157.
  • 216  Ibid., n° 164-165.
  • 217  Retraits du sous-maréchal, n° 173-176.
  • 218  Retraits du gonfanonier, n° 177-179.
  • 219  Un drapier, au niveau central (couvent) et provincial (Terre de Tripoli et Terre d’Antioche) avait (...)

59Le maître avait l’exclusivité au plan de la grande stratégie, même s’il lui fallait consulter le chapitre. Déclaration de guerre, paix, défense des places fortes, nomination des gouverneurs et des principaux officiers, transfert de troupes lui incombaient211. Il avait même la prééminence sur les chevaux importés d’Occident212. Pendant les campagnes, il conservait la direction théorique des armées, et pouvait avoir un rôle tactique. Il était par exemple l’un des deux dignitaires dont le Turcoplier devait attendre l’ordre avant de charger, selon l’article 153 des Retraits. Le second, le maréchal, apparaît comme le véritable commandant des armées. Pourtant, le deuxième dignitaire de l’ordre était le sénéchal qui remplaçait le maître lorsque ce dernier était absent. Les retraits qui lui sont consacrés sont bien moins développés que ceux du maréchal, dont les attributions sont détaillées avec précision213. Gratifié de quatre chevaux, deux écuyers, un palefroi214 et surtout un « Turcoman », il avait la haute main sur la gestion de l’armement et des chevaux. Il pouvait par exemple acheter chevaux, mulets et mules où qu’il se trouvât, ou répartir ceux qui étaient arrivés d’outre-mer selon son bon vouloir. Tous les hommes sous les armes (frères chevaliers, sergents etc.) étaient sous son commandement ; il donnait l’ordre du départ, lorsqu’on quittait le camp215, et dirigeait la charge216. Il était assisté, dans ses tâches matérielles, par un sous-maréchal à la nomination duquel il participait et qui, outre la gestion de l’ensemble des frères de métier de la « maréchaussée217 », supervisait le gonfanonier en l’absence du maréchal. Le gonfanonier, dont on a dit qu’il dirigeait les écuyers, menait l’armée en marche, avec le gonfanon, de la manière que le maréchal lui avait ordonnée218. Un écuyer portait le gonfanon en temps de paix, un Turcople en temps de guerre. Le chef des Turcoples, le Turcoplier, était également aux ordres du maréchal219.

  • 220  Retraits du commandeur de la terre de Jérusalem, n° 110-119.
  • 221  Voir également l’interprétation de M. Benett, loc. cit.
  • 222  Retraits du commandeur de la cité de Jérusalem, n° 120-129.
  • 223  Retraits des commandeurs de la terre de Tripoli et d’Antioche, n° 126-129.

60Au niveau provincial, les commandeurs avaient tout pouvoir ; mais ils s’effaçaient lorsque le maître était dans leur « baillie ». Les combats qui n’impliquaient pas le reste de l’armée des Templiers étaient sous leur responsabilité. Trésorier du couvent, ayant toute autorité sur les maisons et les casaux du royaume, et donc sur les frères qui s’y trouvaient, ainsi que sur le commandeur de la voûte d’Acre, le commandeur de la terre de Jérusalem220 était également en étroite relation avec le maréchal pour tout ce qui concernait les chevaux et les bestiaux. Il avait même la prééminence sur lui en matière de répartition des frères dans les maisons du royaume221. Le Commandeur de la cité de Jérusalem222, suffisamment considéré pour bénéficier d’un « Turcoman », était chargé de la protection des pèlerins qui se rendaient « vers le Jourdain ». Pour cela, dix chevaliers lui étaient attribués en permanence, ainsi qu’un gonfanon baussant (mi-partie : il est noir et blanc) qui lui permettait de montrer que le Temple continuait à assurer l’une des missions qui avaient été à l’origine de sa création. Surtout, en campagne, il devait, avec ses dix chevaliers, garder la vraie Croix, de nuit (deux frères devaient la veiller) comme de jour (article 122). Dans la ville de Jérusalem, il commandait à tous les chevaliers de l’ordre qui s’y trouvaient, en cas d’absence du maréchal ; lorsqu’ils chevauchaient, ils devaient le faire avec son gonfanon. Le commandeur de la terre d’Antioche et le commandeur de la terre de Tripoli223 avaient des pouvoirs analogues à ceux du commandeur de la terre de Jérusalem ; ils remplaçaient le maître, en tous lieux de leur province d’où il était absent. Assistés par un maréchal, sur lequel ils avaient autorité, ils devaient plus spécialement s’occuper des châteaux et autres places fortes qu’ils devaient garnir de matériel de guerre, de nourriture et d’hommes de garnisons (des sergents). Les châtelains leur étaient soumis.

  • 224  Voir la mise au point d’A. Demurger, Chevaliers du Christ, p. 122-125.
  • 225  N° 132 à 136.
  • 226  N° 137.
  • 227  Ainsi que le pense M. Benett, loc. cit.
  • 228  Retraits, n° 166.

61Au plan local224, du rôle militaire des commandeurs des maisons (ce pouvait être un sergent), il n’est rien dit dans leurs retraits225. De même, le commandeur des chevaliers n’a droit qu’à quelques lignes226, où on apprend qu’il était sous l’autorité du maréchal puis du commandeur de la Terre. Pendant la bataille, ces commandeurs jouaient certainement un rôle d’officier227 ; on peut supposer qu’ils dirigeaient les « échelles », facilement identifiables par leur gonfanon, apparemment composées de dix chevaliers au maximum228.

5.4. Les Hospitaliers

  • 229  J. Riley-Smith, The Knights of St John in Jerusalem and Cyprus c. 1050-1310, p. 313.

62L’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem était-il aussi strictement hiérarchisé ? Au plan militaire, il est difficile de répondre à une telle question : la documentation est beaucoup trop fragmentaire ; on ne dispose de rien d’aussi riche que la règle primitive du Temple et ses retraits. Les informations sur l’organisation militaire de l’ordre qui nous sont parvenues datent du début du xiiie siècle, sans qu’on puisse évidemment affirmer qu’elles renvoient également à la situation antérieure. L’exemple du maréchal est significatif : la fonction est attestée dans les années 1160, ce qui laisse supposer qu’elle existait auparavant ; on sait que le maréchal en place joua un rôle important au moment des troubles qui suivirent la démission de Gilbert d’Assailly ; mais ce qu’on sait de ses attributions date du chapitre général de 1206, alors que le maréchal, peut-être sur l’exemple des Templiers, était devenu un officier puissant229.

  • 230  Ibid., p. 279.
  • 231  J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers en Terre Sainte et à Chypre (1100-1310), Paris, 1904, p. 3 (...)
  • 232  D. Nicolle, Knight Hospitaller (1) 1100-1306, op. cit., p. 14 et suivantes ; J. Riley-Smith, op. c (...)

63Quelques traits caractéristiques de l’ordre peuvent néanmoins être dégagés. Il semble que contrairement aux Templiers, les Hospitaliers ne distinguaient pas, avant le xiiie siècle tout au moins, frères sergents et frères chevaliers. Au xiiie siècle, la communauté des frères comprenait les frères chevaliers en armes, les frères sergents en armes, les frères non militarisés et les chapelains (et les prêtres). Le chef militaire était le maître, administrateur général de l’ordre, par là même décideur en matière de stratégie et commandant suprême des armées en campagne. En sus de sa « maison », il était entouré par un certain nombre d’officiers, à l’aide desquels il administrait l’ordre, dont un connétable que J. Riley-Smith suppose avoir été subordonné au maréchal jusqu’en 1169230, un sénéchal, des bouteillers de l’Hôpital, des magistri ou custodes asinariae et des maîtres des travaux231. Mais l’officier militaire par excellence était le maréchal, dont l’importance ne cessa de s’accroître tout au long du siècle. Si on s’en tient au chapitre général de 1206, il avait des responsabilités analogues à celles du maréchal templier. Commandant des armées (ainsi du corps expéditionnaire qui se rendit en Égypte en 1168), même si le maître et son lieutenant (le grand commandeur) avaient la prééminence théorique pendant les campagnes, il était responsable de la discipline, avait en charge la logistique (armement, chevaux, nourriture, vêtements) et contrôlait la plupart des officiers militaires, dont peut-être le connétable, ainsi que les châtelains. Le gonfanonier et le maître des écuyers du couvent n’apparaissent pas, dans les textes, avant 1206, le commandant des chevaliers plus tard encore. Comme le Temple, l’Hôpital, en tant que « seigneur féodal », faisait appel à ceux qui lui devaient le service militaire et faisait un usage abondant de troupes stipendiées, Turcopoles notamment (mais le Turcoplier n’est cité qu’en 1203)232.

Notes de fin

1  Alexiade, t. ii, op. cit., p. 220.

2  S. Runciman, Histoire des croisades, op. cit., p. 1064.

3  Albert d’Aix parle de sodales, Raymond d’Aguilers de familiares. Voir J. France, Victory in the East, p. 19-20 ; C. K. Slack, « Royal Familiares in the Latin Kingdom of Jerusalem, 1100-1187 », Viator, vol. xxii, 1991, p. 15-67.

4  A. Van Murray, The Crusader Kingdom of Jerusalem. A dynastic history, 1099-1125, op. cit., p. 46.

5  Histoire anonyme de la première croisade, p. 133 : « Tancrède jura en ces termes que, tant qu’il aurait avec lui quarante milites, il ne s’écarterait pas non seulement de cette guerre, mais même de la route du Saint-Sépulcre. À la nouvelle de ce serment, toute l’armée chrétienne exulta. »

6  Cf. Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, p. 427 (Godefroy et Hartmann, comte de Dilligen).

7  Déjà, il avait été payé pendant le siège d’Antioche : Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 250 ; Histoire anonyme de la première croisade, p. 97-98 (il reçoit 400 marcs d’argent). Passage au service de Raymond : Raymond d’Aguilers, ibid., p. 271.

8  Cf. J. Flori, « Chevalerie chrétienne et cavalerie musulmane. Deux conceptions du combat chevaleresque vers 1100 », dans Le monde des héros dans la culture médiévale, 1994, repris dans Croisade et chevalerie, Bruxelles, Paris, 1998, p. 392.

9  Anne Comnène, Alexiade, loc. cit.

10  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, passim ; J. Prawer, « Social classes in the Latin Kingdom : the Franks », dans K. Setton (éd.), A History of the Crusades, t.V, 1985, p. 128 : « The term [i. e. domus] is a typical expression for household knights (probably connected with Godfrey when still in Lorraine) who remained in the service of the advocatus Sancti Selpucri » ; A. Van Murray, The Crusader Kingdom of Jerusalem. A dynastic history, 1099-1125, p. 79 : « This term may have referred to Godfrey’s immediate retinue rather than the entirety of the Frankish forces. It seems to have included aulic officials and other members of the household in the narrow sense, field commanders, governors of towns and other officials ».

11  Cf. les exemples d’Alain d’al-Aṯārib, Geoffroy le Moine ou Guy le Chevreuil, dans Th. Asbridge, The creation of the principality of Antioch, op. cit., p. 158 sq.

12  La bibliographie sur la féodalité de l’Orient latin est très importante. Voir surtout E. G. Rey, Les colonies franques de Syrie aux xiie et xiiie siècles, Paris, 1883 ; J. La Monte, Feudal Monarchy in the Latin Kingdom of Jerusalem, 1100 to 1291, Cambridge, 1932 ; J. Prawer, « La noblesse et le régime féodal du royaume latin de Jérusalem », Le Moyen Âge, t. lxv, 1959, p. 41-74 ; J. Richard, « Pairie d’Orient latin. Les quatre baronnies des royaumes de Jérusalem et de Chypre », Revue historique de droit français et étranger, vol. xxviii, 1960, p. 67-70 ; J. Riley-Smith, The Feudal Nobility and the Kingdom of Jerusalem, 1174-1277, Londres, 1973 ; P.Edbury, « Feudal obligations in the Latin East », Byzantion, vol. xlvii, 1977, p.328-356 ; J. Prawer, Crusader institutions, Oxford, 1980.

13  Autres appellations : fief de bourse ou fief de chambre. Cf. Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, Paris, 1999, p. 195.

14  Jean d’Ibelin, Assises, éd. RHC, Occ., Lois i, Paris, 1841, p. 418-426 ; E. G. Rey, Les colonies franques, op. cit., p. 110-112 ; R. C. Smail, Crusading warfare, p. 89.

15  Assises d’Antioche, éd. et trad. L. M. Alishan, Venise, 1876. Celles du comté de Tripoli existaient encore au xiiie siècle. Cf. Jean Richard, Le comté de Tripoli sous la dynastie toulousaine (1100-1187), Paris, 1945, p. 44.

16  Jean d’Ibelin, op. cit., p. 345-348 ; trad. par H.-E. Mayer, « Le service militaire des vassaux à l’étranger et le financement des campagnes en Syrie du Nord et en Égypte au xiie siècle », dans id., Mélanges sur l’histoire du royaume latin de Jérusalem, Paris, 1984, p. 98-99.

17  Jusqu’à 60 ans ; ensuite, il était dégagé du service de corps, mais non de l’obligation de mettre ses chevaux et son équipement à la disposition du roi.

18  La « durée d’une année » de Jean d’Ibelin est un maximum théorique, ainsi que l’a montré J. Riley-Smith, Feudal nobility, p. 8 sq., repris par H. E. Mayer, loc. cit., p.105 et note 21. La durée de la semonce était fixée par avance ; passé le laps de temps prévu, l’obligation féodale cessait.

19  Sur tout ceci, voir H. E. Mayer, loc. cit., passim.

20  Voir les difficultés faites au roi Godefroy par Raymond de Saint-Gilles et Robert de Normandie avant la bataille d’Ascalon (août 1099), selon l’Histoire anonyme de la première croisade, p. 210-211 : « Le duc [soit Godefroy] donna l’ordre de convoquer tous les hommes, afin qu’après s’être équipés ils allassent en toute fidélité à Ascalon au devant de nos ennemis. Lui-même, avec le patriarche et Robert, comte de Flandre, sortit de la ville le mardi ; l’évêque de Martirano les accompagnait, mais le comte de Saint-Gilles et Robert de Normandie déclarèrent qu’ils ne marcheraient que si l’attaque leur était confirmée. Ils donnèrent l’ordre à leurs chevaliers de pousser en avant pour voir si une attaque se préparait réellement et de revenir au plus vite, car ils étaient tout prêts à marcher. »

21  Guillaume de Tyr, Historia, L. xvii, 10, p. 775. Autres exemples dans H.E. Mayer, loc. cit.

22  Lois i, p. 426-427.

23  Cl. Cahen, SN, p. 328.

24  C’est seulement à la fin du siècle qu’il est régulièrement question des serjans à cheval.

25  SN, loc. cit., et R. C. Smail, Crusading warfare, p. 91 et note 2. Voir également J.Prawer, The crusader’s kingdom, op. cit., p. 329.

26  T. ii, p. 246-7. Ibn al-‘Adīm est remarquablement informé, peut-être parce qu’Alice avait fait des démarches auprès de Zankī. Comparer son récit à celui de Guillaume de Tyr, op. cit., L. xiii, 27, p. 599-601 (ce ne sont pas des sergents qui permettent au roi d’entrer). Ce passage semble infirmer la thèse de l’utilisation exceptionnelle des sergents.

27  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 314-315, trad. LT p. 143-144. Les sources franques ne parlent pas d’une telle défaite.

28  Ibidem, p. 519-520. L’affrontement, auquel participaient également, aux côtés des Francs, des musulmans du Ǧabāl ‘Āmila, a lieu le 13 rabī‘ i 552/26 avril 1157. La composition exacte des troupes franques n’est pas connue. Il est probable qu’il s’agit ici de « frères sergents », mais il est curieux qu’Ibn al-Qalānisī les distingue des Hospitaliers et des Templiers. Cf. également Guillaume de Tyr, L. xvii, 12, p. 211-212 ; J. Riley-Smith, The Order of St. John in Jerusalem and Cyprus c.1050-1310, Londres, 1967, p. 32 (selon lequel le chroniqueur arabe mélange les troupes).

29  Kitāb al-I‘tibār, p. 67. Cette anecdote se déroule en 1110. Ce texte est cité dans sa totalité plus bas, à propos du restor.

30  Même si Usāma b. Munqiḏ, op. cit., p. 138, fait dire à un chevalier nommé ‘Urs (Hurso) : « Cet homme est un bourgeois (raǧul burǧāsī) – soit un commerçant – qui ne combat ni n’assiste aux combats. »

31  J. Prawer, « Social classes in the Latin Kingdom : the Franks », loc. cit., p.163.

32  La définition du « mercenaire » a fait couler beaucoup d’encre. Il ne faut pas y inclure systématiquement tous les combattants recevant une solde, sous une forme ou sous une autre. On s’en tiendra, avec Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, op. cit., p.204-205, à la définition large proposée par Y. Garlan, La guerre dans l’Antiquité, Paris, 1972, p.67 : « Le mercenaire est un soldat professionnel dont la conduite est avant tout dictée non par son appartenance à une communauté politique mais par l’appât du gain ». Sur les difficultés posées par le mercenariat, voir Stephen D. Brown, « Military service and monetary reward in the eleventh and twelfth centuries », History, vol. 74, 1989, p. 20-38 ; Steven Isaac, « The problem with mercenaries », dans D. J. Kagay, L. J. Andrew Villalon (éd.), The circle of war in the Middle Ages, Woodbridge, 1999, p. 101-110 ; M. Mallett, « Mercenaries », dans M. Keen (éd.), The medieval warfare. A history, Oxford, 1999, p.208 et suivantes.

33  Albert d’Aix, op. cit., p. 361, 633 et Guillaume de Tyr, op. cit., p. 488, cités par R. C. Smail, op. cit., p. 93-94.

34  Matthieu d’Édesse, Chronique, RHC, Arm., t. i, p. 35-36 ; Michel le Syrien, Chronique, trad. arménienne, RHC, Arm., t. i, p. 328 ; Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. iii, 17 à 25 et L. iv, 9.

35  Cartulaire du Saint-Sépulcre, éd. É. de Rozière, Paris, 1849, n° 60.

36  Certains vassaux du roi se firent ainsi enrôler. Cf. H. E. Mayer, loc. cit., p.143-144.

37  « “Et où les prenés vous, fist Thoros ; car jou ne voi mie les rentes, dont ovus puissiés ost tenir. Dist li rois : Jou les emprunte, tant com jou puisse mius fere.” » : Chronique, éd. G. Paris, p. 28. Tout le passage est douteux, mais il reflète les difficultés financières du roi.

38  Op. cit., L. xvi, 4, p. 708-709 : « Erat autem solis mercenariis tradita ejus cura, neque iis etiam pro tempore, vel pro modo exhibitae militiae, praestabantur stipendia ; sed plerumque in annum vel amplius paetani petentes pecuniam protrabebantur. » En ancien français : « Tant pou com il avoit de sodoiers en la ville, fesoit il trop mauvesement paier : tele eure estoit qu’il delaiot la paie plus d’un an ; por ce ne trouvoit qui estre i vossit, se mauveses genz non qui n’i avoient mestier ».

39  Autres exemples dans R. C. Smail, loc. cit.

40  Si l’on suit t. Wise, G. A. Embleton, Armies of the crusade, Londres, p. 8-9.

41  Cf. Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xv, p. 666.

42  Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. iii, ii, 21, p. 503-504. Autres exemples : J. La Monte, Feudal Monarchy, p. 159.

43  Gautier le Chancelier, Bella Antiochena, RHC, Occ., t. v, ii, 8, p. 115.

44  Pour les flottes latines, voir R. C. Smail, op. cit., p. 94-95 ; R. C. Runciman, Histoire des croisades, passim.

45  « Le roi et le peuple entier accueillirent leur arrivée avec grande joie », ou selon le traducteur médiéval « Li rois, li patriarches, li pueples, les reçurent à moult grand joie » : Historia, RHC, Occ., t. i, L. xv, p. 665.

46  Guillaume (ibid.) parle d’un praesidium (lieu fortifié, où se trouve une garnison) constitué d’une grotte (spelunca), « quaedam in latere montis eminentis maxime declivo sita » (« située sur le côté le plus raide d’une haute montagne »).

47  Ibidem, p. 665-666. Il participa activement à la victoire de Baudouin iii de Jérusalem sur Nūr al-dīn en 1158. Cf. Guillaume de Tyr, op. cit., L. xviii, 21, p. 855-856.

48  Mais il ne fut pas vraiment question de prendre Šayzar : Renaud de Châtillon ayant demandé que Thierry de Flandre lui prêtât hommage, ce dernier refusa et rien ne se fit. Cf. Guillaume de Tyr, op. cit., L. xviii, 19, p. 852-853 ; Cl. Cahen, SN, p.397-398.

49  Cf. Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 68 (an 496, après une victoire fatimide), faisant état d’un brusque changement du rapport de force, suite à l’arrivée d’un « ḫalq kaṯīr fī l-baḥr qāṣidan ziyārat al-Bayt al-Maqdis.

50  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 273/LT p. 100. Le roi ici concerné est Sigurd, roi de Norvège, qui aida à la prise de la ville. Cf. également Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 139.

51  Ibn al-Aṯīr, op. cit., t. ix, p. 251 (an 523 ; il s’agit du siège de Damas). Cf. également Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. i, p. 118.

52  R. C. Smail, Crusading warfare, p. 106 et note 4 (référence à l’ouvrage de H.Delbrück).

53  Les conceptions de R. C. Smail (ibid., p. 106 et suivantes), qui s’appuyait sur l’historiographie du xixe siècle, sont en partie datées. Sur le mot miles, voir la mise au point d’H. Nicholson, Medieval warfare. Theory and practice of war in Europe, 300-1500, Basingstoke et New York, 2004, p. 53.

54  Voir G. Duby, Guillaume le Maréchal ou le meilleur chevalier du monde, Paris, 1984 ; M. Barber, The knight and chivalry, nouv. éd., Woodbridge, 1995 ; J.Flori, L’essor de la chevalerie (xie-xiie siècle), Genève, 1986 ; id., La chevalerie en France au Moyen Âge, Paris, 1995 ; id., La chevalerie, Paris, 1998 ; id., Chevaliers et chevalerie au Moyen Âge, Paris, 1998 ; J. France, Victory of the East, p. 31 sq.

55  Voir par exemple l’Histoire anonyme de la première croisade, p. 104-105 : « Ordinata sunt denique hec omnia : milites tenuerunt plana et pedites montaneam ». Le mot milites doit-il être traduit « chevalier » (comme le fait Louis Bréhier) ou « cavalier » (ou « combattants montés », etc.)?

56  Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 274. Voir en général J. Flori, « Chevalerie chrétienne et cavalerie musulmane. Deux conceptions du combat chevaleresque vers 1100 », op. cit., p. 392 ; id., La chevalerie, op. cit., p. 12-14.

57  A. J. Greimas, Dictionnaire de l’ancien français, op. cit., p. 103.

58  Également dans le sens d’expédition militaire (ibid.).

59  Th. S. Asbridge, S. B. Edgington, Walter the Chancellors’s. The Antiochene Wars, op. cit., p. 53.

60  La chevalerie apparaîtrait donc en même temps comme une classe sociale en gestation, au xiie siècle, et comme un rang défendu par une minorité de nobles qui combattaient à cheval. En sus des ouvrages de J. Flori cités ci-dessus, voir D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au xive siècle, Paris, 1993.

61  Éd. P. Paris, t. i, chant i, laisse 16, p. 28.

62  « Ils sont bien cinquante mille, sans un seul fantassin (peonier) parmi eux. »

63  Plutôt que detrencier de l’édition P. Paris. Detrenchier : couper en morceaux.

64  Ibid., chant ii, 33, p. 129 : « Quant li baron le voient, chascuns de doel lermie ; /Il ne lor puent faire né secors né aïe, /Car il avoit trop de pute gent haïe. /Quatrevins chevaliers i perdirent la vie ».

65  Chanson d’Antioche, ii, 26, p. 121 : « Et s’en tornent François li gentil chevalier, /Contremont envers destre, par un antieu sentier (soit un sentier ancien) ». L’adjectif gentil, gentis signifie « de bonne race, noble » (une gentil feme est une « femme noble »), mais également « vaillant, généreux ».

66  Ibid., chant ii, 30 p. 126 : « Dist Bauduins de Gant : Franc chevalier baron, /Jà ne vous fiez mie au conte Estevenon, /Car il n’a si couart dès ci à Besanchon, /Quant il verra venir la gent qui croit Mahon, /Tost aura sa presce oubliée en maison ».

67  J. F. Verbruggen, The art of warfare in western Europe during the Middle Ages, p. 24.

68  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xix, 25, la « revue » des troupes franques face à Šīrkūh : « Nostri vero equites vix erant trecenti septuaginta quatuor absque Aegyptiis vilibus et effeminatis, qui potius impedimento et oneri essent quam utilitati. Erant praeterea nobis equites levis armaturae, quos Turcopulos vocant, sed nescimus ad quem numerum ». Guillaume de Tyr utilise le même mot pour désigner les chevaliers lourdement armés (sans adjonction de qualification) et les cavaliers légèrement armés (mais là, il lui a été nécessaire de préciser).Traduction en ancien français : « Li rois Amauris n’avoit des suens que trois cenz et soisante qatorze chevaliers. Avec le sodan estoient ci d’Égypte aui sont mol et mauvés et plus leur firent d’encombrement que d’aide. Ne sai quel nombre i ot de Turcoples : ce sont sergent legierement armé qui à cele besongne ne tindrent mie molt grant preu ».

69  Cf. D. Nicolle, The Medieval Warfare Source Book. t. ii, Christian Europe and its neighbours, Londres, 1999 (1re éd. 1996), p. 105 et suivantes.

70  Godefroy de Bouillon en envoie deux cent en éclaireurs : Guillaume de Tyr, op. cit., L. ix, 12, p. 380.

71  Sur ce type de cavaliers, voir R. C. Smail, op. cit., p. 110-111, et J. F. Verbruggen, loc. cit.

72  Guillaume de Tyr, loc. cit.

73  J. Bradbury, The medieval archer, Woodbridge, 1998 (1re éd., 1985), p. 32.

74  Historia, RHC, Occ., t. iv, L. ix, 20, p. 702.

75  Histoire anonyme de la première croisade, p. 98-99. Mais le contexte seul montre qu’il s’agit de piétons.

76  En reproduisant son récit, Guibert de Nogent (Gesta, RHC, Occ., t. iii, L. iv, 14, p. 181) a quant à lui choisi les mots equites/clientes qui renvoient ici à la même opposition cavaliers/piétons. En général, Guibert transforme le serviens de l’Anonyme en cliens, servus ou famulus. Cf. M.-C. Garand, Geste de Dieu par les Francs, note 10, p. 168.

77  Histoire anonyme de la première croisade, p. 104-105.

78  Ibid., p. 106-107.

79  Ibid., p. 158-159.

80  Chanson d’Antioche, chant iii, 17, éd. P. Paris, t. i, p. 168 : « Li cheval sont estanc et del corre lassé ; /Moult tost sont recréu, n’orent gaires alé, /Car de faim sont acquis et trop ont géuné. Et li escuier ont lor haubert endossé, / Li seignor vont à pié dolent et aïré, Lor cauces sont rompues, lor solier sont crevé ; Dont lor saignent li pié. Tenrement ont ploré ». Plus généralement, voir le tableau élaboré par J.Flori, « Les écuyers dans la littérature française du douzième siècle. Pour une lexicologie de la société médiévale », dans J.-C. Aubilly et alii (éd.), Et c’est la fin pour quoy sommes ensemble. Hommage à Jean Dufournet. Littérature, histoire et langue du Moyen Âge, t. ii, Paris, 1993, p. 592.

81  Armiger, armigeri le mot latin qui les désigne souvent, signifie d’abord « homme en armes ». Origine : arma + gerere.

82  H. Nicholson, Medieval warfare. Theory and practice of war in Europe, 300-1500, p. 55, évoque en revanche le cas des écuyers qui formaient les jeunes chevaliers. Elle renvoie (note 60) à Béroul, Le roman de Tristan : poème du xiie siècle, éd. E. Muret, 4e éd. révisée par L. M. Defourques, Paris, 1982, lignes 965-1039, 1235-1302, 1668-1746, 2479-88, 3577-3614, 3985-4072.

83  Histoire anonyme de la première croisade, p. 14-17 (cette traduction diffère de celle de L. Bréhier).

84  Pour R. C. Smail, op. cit. , p. 109, ils ne prenaient normalement pas part au combat.

85  Voir également H. Nicholson, Medieval warfare, p. 55.

86  Éd. P. Paris, t. i, chant iv, 15-17, p. 222-6 (le passage cité ici se trouve p. 225).

87  RHC, Occ., t. iii, L, 31, p. 423.

88  Guillaume de Poitiers, p. 84, cité par J. Bradbury, op. cit., p. 25.

89  Cf. D. Julia, « La violence des foules : peut-on élucider l’inhumain? », dans J. Boutier, D. Julia (dir.), Passés recomposés. Mutations, Autrement, 1995, p. 208-223.

90  Voir les sentiments prêtés à Tancrède par Raoul de Caen, Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. iiii , L. i, p. 644.

91  Dans les nombreux portraits qu’il consacre aux souverains francs, Guillaume de Tyr insiste beaucoup, quant à lui, sur leurs qualités d’homme d’État. Cela ne l’empêche évidemment pas parfois, et surtout pour les premiers souverains, de s’attarder sur leurs qualités au combat. Voir par exemple celles de Godefroy : Historia, RHC, Occ., t. i, L. ix, 5, p. 371 ; L. ix, 7 et 8, p. 372-376.

92  Récemment, A.-M. Eddé, « La vision des Francs dans les sources musulmanes à l’époque des croisades (1099-1250) », dans Islam et monde latin (milieu xe-milieu xiiie), Paris, 2000, p. 73.

93  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 369-370/LT p. 197 (année 526).

94  Ibid., p. 474-5/306. Mais ses qualités de combattant ne sont pas en cause.

95  Historia, RHC, Occ., t. i, L. xvii, chap. 1 et suivants.

96  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xix, 13, p. 903 et suivantes ; H. E. Mayer, « Le service militaire des vassaux à l’étranger et le financement des campagnes en Syrie du Nord et en Égypte au xiie siècle », loc. cit., p. 143. Vision différente des choses dans J.Richard, Histoire des croisades, p. 196. Voir encore la description, par Guillaume de Tyr, op. cit., L. xii, 24, p. 549-550, du conseil de guerre tenu en 1123. Comme les forces de Jérusalem et les Vénitiens s’opposaient sur la cité maritime à attaquer, on s’en remit au tirage au sort : « en tel maniere se tindrent ces deux parties que l’une ne se volt onques accorder à l’autre, […] preudomes s’entremistrent por apesier la descorde ; au daerrenier les firent accorder à ce que l’en prist deus feuillez de parchemin, en l’un escristrent Sur, en l’autre Escalonne, et les mistrent seur un autel. Lors apelerent un enfant simple et innocent [sic] qui riens ne savoit de ces deux choses, et li distrent qu’il preist lequel qu’il voudroit de ces deus feuillez : il avoient avant devisé que la cité de quoi il prendroit le non, li dui ost l’iroient aseoir par mer et par terre. Li emfès prist la fueill où il avoit escrit Sur. Lors leur estut à touz otroier que l’en aserroit cele cité ». J. La Monte, Feudal Monarchy, p. 141, trouve le procédé quelque peu surprenant.

97  Ils n’eurent pas le temps de le faire, Baudouin étant tombé malade. Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. xii, 25-28, p. 705-708 ; J. Clédat, « Le raid du roi Baudouin Ier en Égypte », BIFAO, t. xxvi, 1925, p. 71-81 ; H. E. Mayer, « Étude sur l’histoire de Baudouin Ier de Jérusalem roi de Jérusalem », dans id., Mélanges sur l’histoire du royaume de Jérusalem, Paris, 1984, p. 88-91.

98  C’est ce que suppose H. E. Mayer, loc. cit.

99  J. La Monte, Feudal Monarchy, p. 164 : « Over this heterogeneous military force the king of Jerusalem had theoretical control ».

100  Exemple : Raymond d’Aguilers, Liber, op. cit., p. 244-245 ; R. C. Smail, Crusading warfare, p. 170-171.

101  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xi, 12, p. 381.

102  Bella Antiochena, RHC, Occ., t. iii, passim.

103  Eudes de Deuil, éd. H. Waquet, p. 71-72, cité par H. F. Verbruggen, The art of warfare in Western Europe, op. cit., p. 218 et note 62. À Bouvines, Philippe Auguste délégua le commandement à Guérin, un ancien Hospitalier.

104  Les offices militaires seuls nous intéressent ici. On ne s’étendra pas, l’essentiel ayant déjà été écrit. La documentation est parcellaire, surtout pour le comté d’Édesse pour lequel on est le plus souvent réduit à se reporter à la situation du royaume de Jérusalem. Pour Jérusalem et Antioche, la difficulté essentielle vient du fait que les sources principales, Assises de Jérusalem et Assises d’Antioche, ont été compilées au xiiie siècle. La bibliographie est étendue sur le sujet. Les ouvrages de base demeurent ceux de J. La Monte, Feudal monarchy, pour Jérusalem ; de Cl.Cahen, SN, pour Antioche, de J. Richard, Le comté de Tripoli et de M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse.

105  Assises de Jérusalem, éd. RHC, Lois (2 vol. ; le Livre de Jean d’Ibelin est édité dans le t. i, p. 7-432) ; J. La Monte, Feudal Monarchy, p. 114-122 (liste des officiers en appendice, p. 252-256) ; J. Richard, Le royaume de Jérusalem, p. 76.

106  Il présidait la Secrète.

107  Historia, op. cit., L. xxi, 3 et 4.

108  De comtes stabuli : « comte de l’étable ». À l’origine, le connétable était responsable des écuries royales.

109  Si le seigneur ne reconnaissait pas la dette, l’affaire était portée devant la cour.

110  Il s’agit d’un ordre théorique, qui plus est tardivement énoncé : Jean d’Ibelin, Livre au roi, op. cit., p. 9-15 : l’avant-garde est aux Turcoples, le connétable vient ensuite dans le premier corps, le maréchal commande le suivant, enfin le roi ou le sénéchal dirigent le dernier. Cf. J. Richard, op. cit., note 1, p. 76.

111  Kāmil, t. ix, p. 35. Cette attaque décide le cadi de Ǧabala à livrer sa ville à Ṭuġtakīn. Voir également le récit de Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, p. 3437.

112  Supposition de J. Richard, Le comté de Tripoli, p. 49. Mais le texte étant par trop imprécis, rien ne peut être affirmé.

113  Pour tout ce qui suit, J. La Monte, op. cit., p. 120.

114  Ibid., p. 136.

115  Liste dans M. Amouroux-Mourad, op. cit., p. 116.

116  Cl. Cahen, SN, p. 452 sq.(liste des grands officiers du prince p. 463) ; Th. Asbridge, The creation of the principality of Antioch, p. 181-189.

117  « Les autres batailles, voyant la bannière de Bohémond précéder si honorablement les autres, arrêtèrent subitement leur retraite et tous les nôtres chargèrent d’un seul élan les Turcs qui, stupéfaits, prirent la fuite » (Histoire anonyme de la première croisade, p. 84-87).

118  Ibid.

119  Th. Asbridge, op. cit., p. 184, 185, s’appuyant sur F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, t. i, Paris, 1987, p. 26-28.

120  Bella Antiochena, RHC, Occ., t. ii, L. ii, 4 et 12. Mais le passage est flou.

121  Le châtelain gouverne les places fortes.

122  Il fait inspecter le rempart, répartit les réparations entre les bourgeois, etc. : Gautier le Chancelier, op. cit., L. i, 2. Claude Cahen, op. cit., p. 458, les rapproche des vicomtes du royaume de Jérusalem.

123  Gautier le Chancelier, loc. cit. ; Th. Asbridge suppose, op. cit., p. 191, qu’il s’occupait des problèmes de ravitaillement pour les campagnes du prince. Le chambellan et le chancelier, officiers civils, n’en pouvaient pas moins également seconder le prince au plan militaire si besoin était. Le chambellan de Roger organisa, ainsi, une escorte de Turcoples pour le matériel militaire lourd et les biens de prix avant la bataille de l’Ager sanguinis ; et rappelons que le chancelier Gautier fut fait prisonnier pendant l’affrontement avec les Turcs.

124  J. Richard, Le comté de Tripoli, p. 49 sq.

125  R. Röhricht, Regesta, note 212 ; J. Richard, op. cit., p. 49.

126  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 314, où Bertrand et Pons sont confondus.

127  Guilhem Pierre et Guilhem Raymond : R. Röhricht, op. cit., n° 48. Voir les tentatives d’explication de J. Richard, op. cit., note 3, p. 49.

128  Même si l’essentiel est connu (notamment de par les travaux de J. Riley-Smith, A. Demurger, M. Barber, M. Benett ou A. Beljtens), nous avons tenu à revenir sur l’organisation des ordres, qui constituèrent un champ d’expérience militaire trop important, en Orient, pour qu’on puisse se contenter de quelques allusions.

129  L’expression « grand maître » ne s’impose qu’au xiiie siècle ; Guillaume de Tyr parle de « maître » (magister).

130  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xv, 6, p. 667-668, pour tout ce qui suit.

131  Il était surtout implanté dans le nord de la principauté d’Antioche où il avait acquis sa première place importante, à Baġras. C’est sans doute pour cela que Guillaume de Tyr et son traducteur font venir « Robert le Bourguignon » d’Antioche à Jérusalem où le roi Foulques semble avoir été favorable à l’ordre. Sur ce dernier point, voir M. Barber, The New Knighthood. A History of the Order of the Temple, op. cit., p. 36.

132  Voir le texte latin (Guillaume de Tyr, loc. cit.).

133  Exemple de l’insécurité qui régnait sur les routes : Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., L. xii, 33. Voir également l’analyse du témoignage de voyageurs (Seawulf, 1103 ; l’higoumène russe Daniel, 1113) par J. Richard, Le royaume latin de Jérusalem, Paris, 1953, p. 104-105. Sur le rôle des Templiers lors de la création de l’ordre, voir le témoignage de Jacques de Vitry, Historia hierosolymitana, cité par M. Melville, La vie des templiers, Paris, 1951, p. 18-19, repris par A. Demurger, op. cit., p. 16 : « Certains chevaliers aimés de Dieu et ordonnés à son service renoncèrent au monde et se consacrèrent au Christ. Par des vœux solennels, prononcés devant la patriarche de Jérusalem, ils s’engagèrent à défendre les pèlerins contre les brigands et ravisseurs, à protéger les chemins et à servir de chevalerie au souverain roi. »

134  L’ordre de Saint-Lazare, qui se militarisa à une date inconnue, ne paraît pas avoir joué de rôle militaire à notre époque. Voir M. Barber, « The Order of Saint Lazarus and the Crusade », Catholical Historical Review, vol. lxxx, 1994.

135  Cf. A. J. Forey, « The militarisation of the Hospital of St John », Studia Monastica, vol. xxvi, 1984, p. 75-89. État récent de la question par A. Demurger, Chevaliers du Christ. Les ordres religieux-militaires au Moyen Âge (xie-xvie siècle), Paris, 2002, p. 42-43.

136  On ne sait si elles étaient effectuées par des combattants stipendiés ou par des membres de l’ordre.

137  Par exemple en 552/1157, contre Amīr Amīrān : Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 519-520.

138  Op. cit., L. xx, 5, p. 948.

139  J. Riley-Smith, The Knights of Saint John in Jerusalem and Cyprus, c. 1050-1310, Londres, 1967, p. 74. Ces chiffres sont rejetés par A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, Paris, 1989 (1re éd. 1985), p. 137.

140  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xix, 18-19, p. 910-911 : « […] Hugues de Césarée, et avec lui Geoffroy Foucher, frère de la milice du Temple, à la tête de la légation […]. »

141  Ibid., L. xx, 4, p. 949.

142  Dans Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. ii, p. 101 : « Il dit : en l’année 564/1168-9, le roi des Francs, tenté ardemment par l’Égypte (Miṣr), demanda assistance pour y pénétrer et s’en rendre maître. En effet, il en avait découvert les tares (‘awār), et la faiblesse de ceux qui y restaient lui avait été divulguée. Il réunit autour de lui les rois (mulūk) francs, les dignitaires (kubarā’) templiers et hospitaliers et ils se concertèrent. Après moult discussions (fa-ǧarat baynahum fī ḏalika ḫuṭūb), ils consentirent à l’accompagner dans son expédition en Égypte. » Cette participation des Templiers est souvent tue par les historiens, soit parce qu’ils ignorent le témoignage du chroniqueur arabe, soit parce que Guillaume de Tyr n’en parle pas.

143  Outre les références citées ci-dessus (note 134), voir les Retraits, n° 121.

144  Voir le récit de leurs combats dans M. Barber, The new Knighthood. A history of the Order of the Temple, op. cit., p. 64-114.

145  Cf. Eudes de Deuil, De profectione Ludovici vii, Livre 7.

146  Souvent, dans les sources arabes, al-Dāwiyya (les Templiers) et al-Isbitāriyya (les Hospitaliers) ne vont pas l’un sans l’autre, même si les premiers sont plus souvent cités que les seconds.

147  Takira al-harawiyya, p. 247 (texte arabe), p. 235 (trad.). D. Nicolle, Knight Hospitaller, 1100-1306, Londres, 2001, p. 21, traduit directement l’expression « al-rahbān wa l-ṣawāmi‘ » par « the warrior monks » J. Sourdel-Thomine avait choisi « les religieux et les moines ».

148  Al-Iṣfahānī, al-Fat al-qussī, fī l-fat al-qudsī, trad. H. Massé, p. 30-31 : « Le lundi 27 du mois de rabī‘ ii 583/6 juillet 1187, deux jours après la victoire, il fit amener les Templiers et Hospitaliers captifs et déclara : “Je purifierai la terre de ces deux ordres immondes.” Il assigna cinquante [dinars] à quiconque présenterait un Templier ou un Hospitalier captif. Aussitôt, les soldats en présentèrent des centaines. Il ordonna de les décapiter, préférant les tuer plutôt que de les réduire en esclavage. » Voir également Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 149. Autres exécutions ibid., p. 95.

149  Suite à une victoire sur un gros détachement de Templiers et d’Hospitaliers, un certain nombre de prisonniers furent amenés à Nūr al-dīn, à Baalbek. Il ordonna qu’ils fussent immédiatement décapités : Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 519-520 (an 552/1157). Mais si la tonalité du récit est fortement religieuse, les exécutions ne sont pas présentées comme découlant d’une volonté d’éliminer tous les Templiers et Hospitaliers.

150  Abū l-Fidā, Mutaar fī abār al-bašar, éd. RHC, Or., t. i, p. 161. Cf. également D. Nicolle, loc. cit.

151  Certainement dès la deuxième moitié du vie/xiie siècle, ainsi que le suggèrent les expressions utilisées par Ibn al-Qalānisī (loc. cit.) lorsqu’il en fait mention en 552/1157 : Nuṣrat al-dīn Amīr Amīrān bat une « sariyya wāfira min al-‘adad min abṭālihim al-mawfūra al-‘udad » formé des « abṭāl al-Isbitāriyya wa l-sarǧūndiyya wa l-Dāwiyya ».

152  Kāmil, t. x, p. 175.

153  Ibid., p. 144 (« fa-inna l-Dāwiyya wa l-Isbitāriyya hum ǧamrat al-Firanǧ ») et p. 469 (« al-Dāwiyya wa l-Isbitār wa humā ǧamrat al-Firanǧ »).

154  Lisān al-Arab, Ǧ. M. R.

155  Mu‘ǧam al-buldān, t. ii, p. 264.

156  Al-nikāḥ : le « mariage », mais également « la copulation, le coït » (alors le mot pourrait renvoyer au vœu de chasteté). Rappelons que la Règle du Temple précise (Retraits, De Curzon, n° 70 et 71) que la compagnie des femmes est périlleuse, que le diable s’en sert pour mener « hors du droit sentier de paradis » et que par conséquent il ne faut plus « les recevoir comme sœurs dans la maison du Temple » (« Dames por serors de ci en avant ne soient receues en la maison dou Temple ») : il faut respecter le vœu de chasteté (« que flor de chasteé tous tens aparisse entre vos », n° 70). Et même « Nos creons estre perillouse chose a toute religion de trop esgarder face de femme » (n° 71). Aucun des frères ne doit donc oser « baiser une femme, ni veuve, ni pucelle, ni mère, ni sœur, ni tante ou tout autre femme » (n° 71). Cf. aussi Règle latine (Cerrini et Barber, n° 53-54) et A. Demurger, Chevaliers du Christ, op. cit., p. 96.

157  Ibn al-Ṭuwayr, Nuzhat al-muqlatayn, op. cit., p. 57-58. Cette phrase suit celle qui énonce leur capacité à être immédiatement mobilisés. Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-ayān, t. iii, p. 418, transforme légèrement la phrase ; il parle plus directement de miṯāl (modèle) et non de namaṭ ; il ajoute les Hospitaliers aux Templiers, et le « modèle » concerne clairement et exclusivement la mobilisation rapide : « […] le sens de Ṣibyān al-ḥuǧar chez eux, c’est que chacun d’entre eux ait un cheval et des armes. Ainsi, lorsqu’il est mobilisé, il n’a pas besoin de les attendre, et ceci sur le modèle (miṯāl) des Templiers et des Hospitaliers. »

158  Cité par A.-M. Eddé, « La vision des Francs dans les sources musulmanes à l’époque des croisades (1099-1250) », loc. cit., p.75.

159  Sur la richesse des Templiers, voir par exemple A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p. 163-190 ; M. Barber, The new Knighthood, chap. 7.

160  Mais les rois de Jérusalem, plus puissants que le comte de Tripoli et le prince d’Antioche, tentèrent dans un premier temps de limiter les concessions faites aux ordres militaires. Cf. J. Richard, Le royaume latin de Jérusalem, p. 106-107.

161  Un recrutement massif en Occident était possible. Ce fut le cas par exemple en Bourgogne, en 1133 : J. Richard, op. cit., p. 106. Lorsque, en 1150, le roi fit relever les remparts de Gaza, il la donna aux Templiers « parce qu’il avoit lors en cel ordre assez des frères qui estoient bon chevalier et preudome » : Eracles (dans Guillaume de Tyr, op. cit., p. 778) cité par R. Grousset, Histoire des croisades, t. ii, p.340, et par J. Richard, loc. cit. (mais la citation est attribuée à la Chronique d’Ernoul, par erreur).

162  Voir (même s’il s’intéresse peu au xiie siècle), M. Barber, « Supplying the Crusader states : the role of the Templars », dans B. Z. Kedar (éd.), The Horns of Ḥaṭṭīn, Londres, Jérusalem, 1992, p. 314-326. R. C. Smail, Crusading warfare, p. 103, énumère les problèmes posés par cet appel aux ordres militaires.

163  Sur l’organisation de l’ordre, voir A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p. 108 et suivantes.

164  Pour le Temple, cf. Retraits, n° 178.

165  Ibid., n° 77 à 98 (retraits du maître). Surtout n° 77 (« un frère chapelain, un clerc, un frère sergent, un maréchal-ferrant, etc. ») ; n° 79 (« Le maître doit avoir deux frères chevaliers comme compagnons […] ») ; n° 90. À noter qu’il a également un scribe sarrasin (traducteur), un turcoplier et un cuisinier.

166  Gonfanon apparaît au xie siècle (dans le Poème de saint Alexis), gonfalon au xiiie siècle seulement. Ces mots désignent une bannière de guerre suspendue à une lance. Gonfanonier (porte-bannière ou porte-enseigne) est attesté vers 1080, dans la Chanson de Roland. Cf. A. J. Greimas, Dictionnaire de l’ancien français, p. 295.

167  A. Demurger, Chevaliers du Christ, p. 116 et suivantes (tableau 3 très utile, p. 118), et les ouvrages de J. Riley-Smith et A. Beltjens cités ci-dessous.

168  Celle des Hospitaliers, qui date de la maîtrise de Raymond du Puy (entre 1120-1124 et 1153), a également subi d’importants ajouts, tous tardifs pour nous ; la règle primitive est peu intéressante sur la « chose militaire ». Cf. E. J. King, The Rule, Statutes and Customs of the Hospitallers, 1099-1310, Londres, 1934 ; J. Riley-Smith, The Knights of St John in Jerusalem and Cyprus, c. 1050-1310, loc. cit. et A. Beltjens, Aux origines de l’ordre de Malte. De la fondation de l’ordre de l’Hôpital à sa transformation en ordre militaire, Bruxelles, 1995, chap. 11.

169  M. Benett, « La Règle du Temple as a military manual, or “How to deliver a cavalry charge” », dans C. Harper-Bill et alii, Studies in Medieval History presented to R. AllenBrown, Woodbridge, 1989, p. 7-19 (reproduit sur le site www.deremilitari.org). Les « statuts hiérarchiques », qui constituent la première partie des Retraits (articles 77 à 197), codifient l’organisation militaire de l’ordre avec précision.

170  Sur la règle latine primitive, son adaptation en ancien français et les modifications ultérieures, voir  désormais, avec de nombreuses références, M. Barber, The new Knighthood, op. cit., p. 14-18, 182-183, 244-245 et index ; A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, op. cit., p. 67 et suivantes ; Id., Chevaliers du Christ, op. cit., p. 83 et suivantes ; S. Cerrini, Une expérience neuve au sein de la spiritualité médiévale, loc. cit.

171  Nous suivons A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p. 90.

172  Retraits, n° 9 (de Curzon) : « Vos abrenuntiant vos propres volentés, et autres servant au soveran roy o chevaus et o armes, por le salut de vos armes […]. » (« Vous qui renoncez à vos propres volontés, et vous autres qui servez le souverain roi avec chevaux et armes, pour le salut de vos âmes […]. »).

173  Cf. Règle latine, n° 54 ; Upton-Ward, n° 12, 13 ; A. Demurger, op. cit., p. 71-73, commente les différences entre la règle latine et son adaptation française.

174  Il est régulièrement question de « frères temporaires » dans la règle (ex. Règle latine, n° 31 : « comment recevoir les chevaliers temporaires » ; n° 32). Pour ce qui est de l’admission des chevaliers séculiers, voir Règle latine, n° 31, 55 (Barber) ; n° 11 (Upton-Ward).

175  Comme tous les dignitaires, le Maître a droit à quatre montures et deux à quatre « sommiers » (bêtes de somme), selon le type de campagne (Retraits, n° 78, de Curzon), mais également à un cheval turcoman : ibid., n° 77, 101.

176  Cf. Barber, n° 9. Dans les sources du début du xiie siècle, le mot clientes semble désigner les « bourgeois », ceux qui n’étaient pas milites. Cf. par exemple Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. iii, p. 447, à propos de l’armée de Baudouin Ier, dite composée de « 300 milites lectissimi et clientes advectitii 400 probissimi ».

177  Règle latine, n° 29.

178  Retraits, n° 138. Deux chevaux pour le combat, l’un pour cheminer (une mule ou un palefroi), un cheval de bât.

179  Queu, cou, cous, coeu : cuisinier.

180  Ibid., n° 143 ; mais cf. n° 94.

181  Règle latine, n° 9 (Barber) : « […] Le dimanche, cependant, pour tous les chevaliers et chapelains permanents, deux plats de viande semblent préférables et convenables, en l’honneur de la Sainte Résurrection. Les autres, que l’on nomme écuyers (armigeri) et servants (clientes) doivent être reconnaissants et se contenter d’un plat » ; Retraits, n° 26 (de Curzon, Upton-Ward) : « Le dimanche, il sera donné deux plats de viande à tous les frères du Temple, aux chapelains et aux clercs, en l’honneur de la Sainte Résurrection de Jésus-Christ. Les autres habitants de la maison, à savoir les écuyers et les sergents, se contenteront d’un plat, et qu’ils rendent grâce à Dieu pour cela ».

182  Retraits, n° 138 à 140.

183  Jupe, gipe (de l’arabe ǧubba) : vêtement de dessous, tunique. Premier vêtement passé sur la chemise ; parfois porté par-dessus la cotte de mailles. Cf. A. J. Greimas, op. cit., p. 327.

184  Règle latine, n° 19, 20, n° 21 ; Retraits, n° 141 (et n° 143 pour les cinq frères sergents qui font quelque peu exception). Pour l’armement, voir également M. Benett, « La Règle du Temple as a military manual, or “How to deliver a cavalry charge” », loc. cit., qui avance que leur armement plus léger pouvait en faire des fantassins.

185  Retraits, n° 337 ; cf. également n° 431, 435 et 436, 446. Le premier article appartient aux statuts dits conventuels, les suivants à l’ensemble qui détaille les pénalités. Ils datent tous (du moins leur compilation) des années 1230-1260.

186  En sus des références citées supra, voir D. Barthélemy, « Qu’est-ce que la chevalerie en France aux xe et xie siècles? », Revue historique, 1994, p. 15-74 ; J. Flori, « La notion de chevalerie dans les chansons de geste du xiie siècle. Étude historique de vocabulaire », Le Moyen Âge, vol. 81, 1975, p. 211-244et 407-444.

187 Jean Flori, Chevaliers et chevalerie au Moyen Âge, Paris, 1998, p. 80-85 et passim ; M. Keen, Chivalry, New Haven et Londres, 1984, p. 30 sq. Toutes ces questions continuent néanmoins de faire débat. Voir les visions quelque peu différentes d’A. Barbero, L’aristocrazia nelle società francese del medioevo, Bologne, 1987 (mais cf. J. Flori, « Chevalerie, noblesse et lutte des classes au Moyen Âge », Le Moyen Âge, vol. 94, 1988, p. 257-279) ; A. Barbero, « Noblesse et chevalerie en France au Moyen Âge, une réflexion », Le Moyen Âge, 1991, p.431-449 ; D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au xive siècle, Paris, 1993.

188  H. Nicholson, Medieval warfare, op. cit., p. 54 sq.

189  J. Prawer, « Social classes in the Latin Kingdom : The Franks », dans K. M. Setton (éd.), A History of the Crusades, t. v, 1985, p. 160 : « […] social mobility through royal service did not stop with the first kingdom. A famous burgess family like the Antiaumes, prominent throughout the thirteenth century, would see one of its members called miles Acconensis (1288). »

190  J. La Monte, « John of Ibelin. The Old Lord of Beirut, 1177-1236 », Byzantion, vol. xii, 1937, p. 417-448 ; P. W. Edbury, John of Ibelin and the Kingdom of Jerusalem, New York, 1997, chap. 1.

191  A. Grabois, « Nobility and Knighthood in the Crusader World », dans S.Rozenberg (éd.), Knights of the Holy Land. The Crusader Kingdom of Jerusalem, Jérusalem, 1999, p. 130.

192  Cartulaire du Saint-Sépulcre, éd. É. de Rozière, Paris, 1849, n° 121 et R. Röhricht, Regesta regni Hierosolymitani, 1097-1291, Innsbruck, 1893, n° 164. Exemple cité par J. Prawer, « Social classes in the Latin Kingdom : The Franks », dans K. M. Setton (éd.), A History of the Crusades, loc. cit., p. 159. Cf. également ibid., n° 106 : Godefridus filius Reubauth (Raimbaldi), signant à Antioche en tant que de baronibus en 1133-1134 (Rozière, op. cit., n° 85 ; Röhricht, op. cit., n° 149), de burgentibus en 1135 (Rozière, op. cit., n° 88, 90 ; Röhricht, op. cit., n° 157), vicecomes en 1140 (Rozière, op. cit., n° 88, 90 ; Röhricht, op. cit., n° 194, 195).

193  J. Prawer, ibid., p. 140, 142, 160.

194  Röhricht, op. cit., n° 432, 472 ; J. Prawer, ibid., p. 160.

195  M. Barber, The new Knighthood, p.191 : « It was necessary to be of knightly descent to wear the white mantle even in the middle of the twelfth century ».Voir Règle latine, n° 61, qui revient sur les conditions d’acceptation.

196  C’est également l’opinion d’A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p.91. Sur l’importance du critère financier, voir également Règle latine, n° 31.

197  Retraits, n° 126. Ils sont fournis par les commandeurs de la terre de Tripoli et de la terre d’Antioche aux châtelains.

198  Comparer ce statut à celui des sergents de l’ordre de Santiago, à propos desquels voir Carlos de Ayala Martinez, « The Sergents of the Military Order of Santiago », dans H. Nicholson (éd.), The Military Orders, vol. 2, Welfare and Warfare, Aldershot, 1998, p. 225-233.

199  Retraits, n° 172 : « Se l'en met freres por garder les sergens d’armes […] que les sergens les puissent rescorre ». Mais quand ils sont « armés de fer », ils doivent combattre comme les frères chevaliers. M. Benett, loc. cit., pense qu’ils intervenaient une fois la charge des chevaliers terminée, laissant à ces derniers le temps de se reformer et de déclencher une nouvelle charge, si besoin était avec les chevaux de remonte que les écuyers leur présentaient.

200  Pour tout ceci, cf. Retraits, n° 149, 161, 178. Voir également M. Benett, op. cit., passim et plus particulièrement n° 35.

201  Retraits, n° 153 : la ration de deux frères du couvent équivaut à celle de trois Turcoples, la ration de deux Turcoples à celle de trois sergents.

202  C’est pourtant le rôle que M. Benett (loc. cit.) leur assigne prioritairement : « These [les Turcoples] seem to have been troops equipped with the bow, capable of fighting in the Eastern manner. […] Their chief officer, the Turcoplier […] may even command knights whist on reconnaissance, which implies that the “Turcopoles” main role may have been to act as scouts ».

203  Retraits, n° 169 à 173. Notons également (n° 179) qu’en période de guerre, le gonfanon était porté par un Turcople.

204  N° 44. Trad. Barber : « […] we specially enjoin and order every professed brother not to presume to hunt with crossbow or bow in woods nor to accompany someone who does, except for the purpose of protecting him from the treacherous pagan […] ». Mais rien, dans la règle, ne dit qu’il s’agissait d’archers.

205  Il est difficile de tirer quoi que ce soit de l’article 153 des Retraits, notamment consacré au jeûne (les Turcoples n’y apparaissent pas). On apprend également qu’ils avaient droit à trois mesures de vin pour deux Turcopoles lorsque les frères ne jeûnaient pas (quatre pour deux frères).

206  Par exemple R. C. Smail, Crusading warfare, p. 109 et suivantes.

207  Voir G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 795-797, 814. Il signale, note 1 p.197, la préparation, à Montpellier, d’une thèse, par M.-A. Chevalier, sur Les Ordres militaires, l’État arméno-cilicien et les Arméniens à l’époque des croisades.

208  Historia, RHC, Occ., t. i, L. xx, 26, p. 991. Guillaume ne précise pas son rang dans l’ordre, mais laisse supposer (vu le vocabulaire utilisé) qu’il était frère chevalier. M. Barber, The new Knighthood, p. 191 et note 43, écrit le contraire. Pour lui, les sergents « appear to have been more racially mixed than the knights, who were drawn exclusively from the Latin Christians, whereas there were sergeants of Armenian and Syrian birth, as well as those of mixed parentage ». Pour le xiie siècle, il s’appuie, curieusement, sur l’exemple de Mleh. Voir encore Cl. Cahen, SN, p. 512 et G. Dédéyan, op. cit., p. 796 et note 6 (un autre frère de Thoros ii, Stéphanos, aurait été également « affilié » au Temple). A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p.101, suppose que Mleh rompit son vœu.

209  Michel le Syrien, Chronique, trad. J.-B. Chabot, t. iii, p. 203.

210  Règle latine et Retraits, passim. Par exemple, les frères n’avaient pas le droit de demander un cheval en particulier au maréchal ; s’ils le faisaient, ils héritaient de l’animal le moins performant.

211  Essentiellement Retraits, n° 85 (déclaration de guerre ; trêve ; nécessité de réunir le conseil), 87, 90, et 97 ; M. Benett, loc. cit. ; A. Demurger, op. cit., p. 103.

212  Retraits, n° 84.

213  Retraits du sénéchal : articles 99-100 ; Retraits du maréchal : articles 101-109. À noter que le sénéchal porte le gonfanon baussant (mi-partie : il est noir et blanc).

214  Cheval de combat de qualité, un peu moins recherché, dans la règle, que les « turcomans ».

215  Retraits, n° 156-157.

216  Ibid., n° 164-165.

217  Retraits du sous-maréchal, n° 173-176.

218  Retraits du gonfanonier, n° 177-179.

219  Un drapier, au niveau central (couvent) et provincial (Terre de Tripoli et Terre d’Antioche) avait en charge les vêtements ; un frère infirmier s’occupait des malades et des blessés : Retraits, n° 130-1 et n° 190-197.

220  Retraits du commandeur de la terre de Jérusalem, n° 110-119.

221  Voir également l’interprétation de M. Benett, loc. cit.

222  Retraits du commandeur de la cité de Jérusalem, n° 120-129.

223  Retraits des commandeurs de la terre de Tripoli et d’Antioche, n° 126-129.

224  Voir la mise au point d’A. Demurger, Chevaliers du Christ, p. 122-125.

225  N° 132 à 136.

226  N° 137.

227  Ainsi que le pense M. Benett, loc. cit.

228  Retraits, n° 166.

229  J. Riley-Smith, The Knights of St John in Jerusalem and Cyprus c. 1050-1310, p. 313.

230  Ibid., p. 279.

231  J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers en Terre Sainte et à Chypre (1100-1310), Paris, 1904, p. 347 sq., 413 sq. ; J. Riley-Smith, op. cit., p. 279.

232  D. Nicolle, Knight Hospitaller (1) 1100-1306, op. cit., p. 14 et suivantes ; J. Riley-Smith, op. cit., p. 313 et suivantes.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable