Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174

 | 
Abbès Zouache

Chapitre II

Les ethnies

Entrées d'index

Mots clés :

armée, armement

Géographique :

Syrie

Texte intégral

  • 1  Cf. Dennis E. Showalter, « Caste, skill, and training : The evolution of cohesion in European armi (...)

1Dans la lignée d’une vision négative du Moyen Âge, on a longtemps cru que les armées médiévales, à rebours naturellement du magnifique instrument que des siècles d’affrontement et un génie propre avaient permis aux Romains de mettre sur pied, n’étaient qu’agrégats d’hommes aux possibilités très limitées. Sans forcément tomber dans le travers inverse, et comparer, ainsi que cela a été fait, Richard Cœur de Lion à Bernard Law Montgomery1, il faut au moins convenir que la guerre n’était pas – ou en tout cas pas complètement – affaire d’amateurisme au vie/xiie siècle, d’autant plus en Orient où des appareils militaires déjà relativement sophistiqués avaient été mis en place, par exemple à Byzance ou au Caire, et où les conquêtes seldjouqides n’avaient pas été seulement réalisées par des hordes de Turcomans incontrôlés. Dans l’Occident médiéval même, l’invasion victorieuse de l’Angleterre par les Normands puis la première croisade montrent qu’une certaine maîtrise de la logistique existait. Des progrès avaient été réalisés, progrès qui furent poursuivis au vie/xiie siècle, même si les armées n’atteignirent ni le niveau d’organisation du « modèle » romain, ni la rationalité de l’époque dite moderne.

2Se pose évidemment la question de leur efficacité, et des conditions qui menèrent à la réussite ou à l’échec. Comme, avant même que d’être réunion de moyens matériels, les armées médiévales étaient regroupement d’hommes, les « moyens humains » des stratégistes, c’est d’abord à leur propos qu’il faut s’interroger. Quels hommes ? Qui combattait ? Trop souvent, les sources se contentent d’évoquer les « Turcs » et les « Francs ». Or, le recrutement n’était-il pas diversifié ? Cette diversification avait-elle des conséquences en matière d’efficacité ?

I. Complexité des catégories médiévales

  • 2  Affirmation qu’il faudrait tout de même moduler. Pour l’Orient, voir Th. Bianquis, « Historiens ar (...)

3Les textes médiévaux renvoient à une conception du monde qui n’a plus cours aujourd’hui, monde que l’historien cherche à peindre avec le plus de précision possible afin de le rendre intelligible. Conscient de ce décalage, il peut éviter l’écueil de l’anachronisme. Il dispose, dans son travail, de schémas d’analyses, de modèles, qui ont fait leurs preuves dans l’étude d’autres sociétés, et notamment de sociétés contemporaines. C’est qu’il ne peut ignorer les apports d’autres sciences humaines – la sociologie, l’ethnologie, l’anthropologie, la psychologie… –, mais sans oublier qu’il travaille sur des sociétés du passé, disparues, aux mécanismes oubliés, du moins en ce qui concerne l’Occident médiéval2. De plus, il est fortement tributaire de sa documentation qu’il doit veiller à ne pas « dépasser » dans le but plus ou moins avoué de la faire correspondre aux schémas d’analyse dont il a été question. De sa documentation et, on l’admet aujourd’hui, de son imagination à laquelle il lui faut faire souvent appel pour espérer approcher la « réalité ». À maintes reprises, néanmoins, l’impression d’un monde fluctuant, aux contours mal dessinés et évolutifs malgré un apparent statisme, contradictoire donc, s’impose à lui.

  • 3  Définition notamment inspirée de celle de F. Géré (dir.), Dictionnaire de la pensée stratégique, P (...)

4Tout comme d’autres historiens spécialisés, l’historien militaire médiéval est confronté à la compréhension d’organisations sociales : les armées. Permanentes en Orient, structurellement toujours en gestation, il est difficile de les analyser, d’autant plus que nos critères de rationalité n’avaient pas forcément cours. Cela n’empêche pas de les considérer, le plus simplement possible, comme des réunions de moyens humains et matériels dont l’objet était de conquérir et conserver un pouvoir ou un territoire, tout en exprimant un ordre social. Tout ceci au service du ou des détenteurs du pouvoir3.

  • 4  Pour les femmes, voir S. B. Edgington et S. Lambert, Gendering the Crusades, loc. cit.

5L’historien militaire s’interroge évidemment sur les soldats qui les constituent. En effet, les armées ne se définissent-elles pas par leur « recrutement », ce terme étant pris dans sa plus large acception, incluant donc tout un ensemble de « moyens humains » qui participaient directement ou non aux combats, des femmes et des hommes ? Certains échappent aux schémas d’analyse tel celui de la tripartition fonctionnelle en trois ordres, outil commode mais qui occulte tout un ensemble de combattants4. À l’image des chroniqueurs, on a eu l’habitude trop souvent de réserver aux uns la guerre, aux autres la foi et le savoir, à des masses d’oubliés le labeur. Les chroniqueurs avaient-ils besoin d’évoquer ces derniers, dans la mesure où les auditeurs et les lecteurs potentiels des chroniques ne s’y intéressaient pas eux-mêmes ? Il faut, souvent, se contenter d’une mention occasionnelle, lire entre les lignes, retrouver ce qui, finalement, pour l’auteur, allait suffisamment de soi pour qu’il s’abstienne d’en parler ou d’user d’une formule toute faite. En matière militaire, les laissés pour compte sont nombreux, et tout d’abord ces fantassins dont on ne répétera jamais assez combien on méconnaît leur importance ; ensuite ces catégories de combattants qui, pour une raison ou une autre, n’ont pas même droit à évocation dans la plupart des textes.

  • 5  Pour le domaine musulman, voir ce qu’écrivait Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. i, p. 13-14 : «  (...)

6Comment alors réussir à rendre compte le mieux possible de ces armées, à comprendre leurs modes de fonctionnement. Par quel biais, surtout, appréhender le « recrutement » ? On sait que se mêlaient, dans les armées musulmanes et latines, des professionnels de la guerre, des auxiliaires qui ne l’étaient pas beaucoup moins, des combattants occasionnels des plus divers (population des villes, paysans parfois, volontaires…). On sait également que les auteurs médiévaux adoptaient une taxinomie ethnique, Firanǧ, Atrāk, Akrād, ‘Arab, Sūdān… ou Arabes, Turci, Parthae, Curdi, Franci… Les armées musulmanes, et notamment l’armée fatimide, étaient organisées sur un mode ethnique. Néanmoins, lorsque l’on veut reconnaître les groupes ethniques dans les armées, on s’aperçoit rapidement que les difficultés sont nombreuses. Les chroniqueurs sont souvent imprécis. Les vocables qu’ils utilisent ne renvoient pas forcément à l’identité ethnique. En fait, ils ne ressentaient pas forcément le besoin d’exprimer des identités dont il ressort surtout, de leurs ouvrages, qu’elles étaient complexes et évolutives, pour les musulmans comme pour les Francs5.

  • 6  Tractatus de locis et statu sancte terre ierosolimitane, éd. B. Z. Kedar, « The Tractatus de locis (...)

7Les mots dénotent cette complexité : nationes, ou gens, en latin, peuvent – ou non – définir un groupe ethnique. Ces deux mots sont ceux qui sont le plus souvent employés, dans les sources, pour désigner ce qu’on appelle commodément les « contingents » croisés. Ils différencient, alors. Au contraire, lorsqu’il s’agit de gens francorum, il est question d’unifier, de montrer qu’une seule entité, les « Francs » (les Latini, pour Guillaume de Tyr), faisait face aux pagani. Les particularismes sont alors occultés, les chroniqueurs, conscients ou non du fait, tendant à créer un « nous » que l’expérience de la croisade avait contribué à façonner. Démarche quelque peu analogue, finalement, à celle des auteurs arabes répétant à l’envi al-muslimūn, « les musulmans », oubliant pour un temps, par exemple, les traditionnelles focalisations sur les Turcs. Entre la première croisade et la mort de Nūr al-dīn, ou, si on veut, pour le domaine latin, jusqu’à la période de rédaction du Tractatus anonyme6, les perceptions qu’avaient d’eux-mêmes Francs comme musulmans ont évolué. Le référent religieux acquiert un rôle de plus en plus marqué, unificateur. Les particularismes sont affadis, tout particulièrement par les chroniqueurs latins qui cherchaient à créer une identité latine d’Orient. Non que le fait d’être chrétien n’ait été fondamental pour les hommes de la première croisade. Au contraire, ce fut sans doute le point névralgique de l’identité de pèlerin/croisé. Mais cette foi commune seule rapprochait réellement. Elle ne suffisait pas à atténuer les diversités et à empêcher les tensions.

  • 7  Les auteurs arabes faisaient de même.
  • 8  F. Neveux, « Normands », dans C. Gouvard, A. de Libera et M. Zink (éd.), Dictionnaire du Moyen Âge(...)
  • 9  C. Beaune, « Nation », dans C. Gouvard, A. de Libera et M. Zink, op. cit., p. 966.
  • 10  Voir également les problèmes soulevés par A. Jotischky, « Ethnographic attitudes in the crusader s (...)

8Autre fait fondamental : en sus des identités religieuses, les textes arabes et latins font usage de ce qu’on aurait tendance à appeler des « identités ethniques ». Les énumérations paraissent en tout cas, à première vue, aller dans un tel sens. Galli, Alemanni, Lotharingi, Normanni, Angli… Mais à lire les textes latins, à se pencher sur d’autres désignations, rapidement on s’interroge : renvoient-elles vraiment à des ethnies ? Il est vrai qu’à chacune un ensemble de référents était attaché, des qualités et des tares attribuées7 ; il est vrai que de forts particularismes existaient, tout au long du xiie siècle – ainsi celui des Normands8. Mais ces derniers se définissaient par rapport à leurs voisins et à leurs ennemis, et là toute une série de critères entrait en compte, et non pas seulement des critères ethniques. Les Normands n’étaient pas les seuls à ainsi fonctionner ; il faut considérer les Galli, Alemanni, Lotharingi, Normanni, Angli comme des « peuples », ou, en restant plus proche encore du vocabulaire médiéval, comme des « nations », « appeau sémantique dont la racine nasci (naître) permet de l’appliquer à qui est né du même sang, du même pays ou de la même ville9 ». Les auteurs arabes n’étaient guère plus précis. Aux « ethniques », ils préféraient parfois les désignations géographiques (Ḫurāsāniens par exemple). Or ces désignations pouvaient (ainsi dans le cas des Ḫurāsānī, ainsi qu’on va le voir) renvoyer à une autre identité que celle déterminée par la géographie. Toute référence, dans les sources, est donc complexe. Il faut le garder à l’esprit lorsque l’on se penche sur les groupes ethniques dans les armées. Le faire, c’est s’intéresser à des groupes divers, constitués autour de solidarités multiples – ethniques, sociales ou économiques – qui ont tous la particularité de participer à des combats, sous quelque forme que ce soit10.

II. Les armées latines

1. Diversité et construction progressive d’une « identité franque »

  • 11  C. E. Bosworth, « Khurāsān », El2a, t. v, p. 55. Les auteurs latins de la première croisade sont s (...)

9C’est une caractéristique essentielle des armées médiévales que d’être composites. Composites sur un plan ethnique, puisque malgré les imprécations occasionnelles et les accusations rituelles de traîtrise, toutes recrutaient de la manière la plus large qui soit, en Orient au moins, et même, parfois, chez l’ennemi. Composites par la diversité de l’origine géographique de leurs combattants : les Ḫurāsāniens, par exemple, souvent mentionnés par les auteurs arabes (et parfois par les chroniqueurs latins), étaient originaires du Ḫurāsān, mais on suppute, la plupart du temps, qu’ils étaient des Iraniens, le mot Ḫurāsān étant très souvent utilisé pour désigner tous les territoires situés à l’est de la Perse occidentale, sans préjuger des nombreux peuples qui les occupaient11.

  • 12  Cf. par exemple ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī dans al-Bundarī, Ta’rīḫ dawlat āl-Salǧūq, op. cit., p. 42 (...)
  • 13  Histoire anonyme de la première croisade, éd. Bréhier, Paris, 1924, p. 49. Autres exemples dans S. (...)

10Que la diversité régnât dans des armées qui n’étaient pas cloisonnées, cela est illustré par les énumérations des chroniqueurs arabes décrivant les troupes de l’empereur byzantin défait à Mantzikert12. On ne peut s’empêcher de mettre en relation ces énumérations avec celles de tel chroniqueur franc de la première croisade évoquant, sans que forcément il ait cherché à transcrire une réalité13,

  • 14  « […] quorum numerum nemo scit nisi solus Deus », formule « consacrée », courante dans la langue e (...)

« les Turcs, les Arabes, les Sarrasins, les Angulans (Angulani) et tous les peuples barbares (barbarae nationes) [qui] s’enfuirent à travers les défilés des montagnes et des plaines. Le nombre des Turcs, des Persans, des Pauliciens, des Sarrasins, des Angulans s’élevait à 360 000 païens, sans compter les Arabes, dont nul, si ce n’est Dieu, ne connaît le nombre14 ».

  • 15  L’interprétation d’Henri Grégoire, « De Marsile à Andernas ou l’islam et Byzance dans l’épopée fra (...)

11L’historien anonyme multiplie les confusions dans cette énumération dont on devine, par-delà l’objectif informatif de son auteur, la fonction impressive : ce sont des amas d’ennemis, tous plus effrayants les uns que les autres, que décrit l’historien anonyme. Il mêle des ethnies (les Turcs, les Arabes), des communautés confessionnelles (les Pauliciens), des vocables synthétiques (les Sarrasins), un qualificatif sans doute dérivé de l’arabe (Angulani pour al-ġulām15) mais mal compris. Mais au moins la diversité est-elle dénotée.

  • 16  Des Bretons, des Burgondes, des Poitevins, des Manceaux, des Aquitains, etc. A. V. Murray, « How N (...)
  • 17 Op. cit., L. i, 13, p. 336-337 : « […] Franci, Flandri, Frisi, Galli, Allobroges, Lotharingi, Alema (...)
  • 18  Entouré de diverses « nations », il proclame son incapacité à comprendre et donc à répondre lorsqu (...)

12Alliances d’un jour, tractations dont on n’a pas forcément une trace claire, associations contre nature face à un ennemi commun… : les armées médiévales dépendaient également des nécessités du temps, qui variaient d’un jour à l’autre. En Orient comme en Occident les opérations de quelque envergure réunissaient des hommes que l’idiome même séparait et qui, la veille, s’étaient combattus. La conquête de l’Angleterre par les Normands fut en fait réalisée par diverses « nations16 ». Cela est également vrai pour la conquête de la Terre sainte. Certaines listes des participants à la croisade sont impressionnantes, par exemple dans la chronique de Foucher de Chartres17. On imagine les difficultés que durent connaître des « pèlerins » cheminant aux côtés d’hommes dont ils avaient tant de mal à comprendre la langue. Foucher de Chartres a laissé quelques traces de ses propres embarras18. Cela se ressentait sur le terrain – les récits des principaux sièges montrent des contingents qui combattaient de manière indépendante.

  • 19  Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. iii, lxi, p. 651.

13De cette diversité, les chroniqueurs avaient donc une conscience aiguë. Raoul de Caen s’attarde sur les « mœurs » (mores) de l’une des gens participant à la croisade, en l’occurrence les Provençaux19. Capables du meilleur, prompts à se saisir des armes, curieux, actifs et très utiles, efficaces en matière de ravitaillement, cherchant inlassablement une nourriture qui si souvent manqua, et la trouvant. Mais également dépensiers, peu économes, âpres au gain, cupides, se gargarisant de la naïveté des autres Croisés, maquillant la mort d’un cheval pour mieux en profiter, vendant de la viande de chien en guise de lièvre, d’âne en lieu de chèvre. Des corbeaux ! semble-t-il s’exclamer avec indignation. Des corbeaux que le combat, en fait, n’exaltait pas plus que cela, d’autres « nations » y étant plus empressées, et notamment les « Francs » : « Franci ad bella, Provinciales ad victualia » – « Les Francs au combat, les Provençaux aux vivres ». Que Raoul ait pensé nécessaire et utile d’interrompre le cours des Gesta Tancredi par ce portrait d’une gens menée par le comte de Toulouse Raymond de Saint-Gilles en dit long sur les distinctions qui avaient cours parmi les Croisés. Un comte hautain, aux hautes prétentions, farouche rival, bientôt, de Tancrède. Un comte à l’image de ses gens : roublard et trompeur. Mais compagnon, tout de même. Jamais le portrait ne s’approche de ce qu’il était commun d’écrire sur les pagani. Jamais il n’est question de rejet.

  • 20  Histoire anonyme de la première croisade, op. cit., p. 7. Les « Longobards » étaient les habitants (...)
  • 21  L’Historia d’Albert d’Aix, RHC, Occ., t. iv, L. iii, p. 343 sq. (affrontement devant « Mamistra », (...)
  • 22  Voir supra, chap. « Les sources ». Cf. également la lettre de Louis vii à Suger (rédigée après le (...)
  • 23  La vision négative de l’étranger domine dans les parts rurales (majoritaires) de la société médiév (...)

14Diversité synonyme, parfois, d’agressivité, comme le dénotent les tensions qui se firent jour, au cours du voyage, entre certains chefs et donc entre les contingents auxquels ils commandaient. Ces tensions conduisirent même à une séparation, lors de la croisade dite « populaire » : les Longobards (Longobardi) et les Allemands (Alamanni) ne supportaient plus l’orgueil (superbia) des Francs (Franci)20. À l’affrontement, parfois, même si c’est avant tout d’opposition sourde entre deux chefs qu’il semble s’agir – en l’occurrence Tancrède et Baudouin du Bourg, en Cilicie21. Il ne faut pas non plus oublier que chacun des récits de la première croisade s’attache plus particulièrement (et même presque exclusivement, pour certains) à tel ou tel chef, à tel ou tel contingent, de l’auteur anonyme des Gesta focalisant sur Bohémond et ses hommes à Raymond d’Aguilers s’intéressant avant tout aux Provençaux. Cela est encore vrai de la deuxième croisade, racontée à partir d’un point de vue exclusivement « français » par Eudes de Deuil. D’ailleurs, cette deuxième expédition fut également association de deux armées qui connurent des moments de forts tiraillements. Eudes n’est pas beaucoup plus tendre pour les hommes de Conrad III que pour les Byzantins22. En cela, il était en accord avec la vision que traditionnellement on avait de l’autre ; avant même que d’être l’allié, il représentait l’étranger dont il fallait au mieux se méfier, au pire se débarrasser23.

  • 24  Pour l’armée de Philarète, voir G. Dédéyan, Les Arméniens, t. i, p. 183 et suivantes.
  • 25  Pour M. Bull, « Overlapping and competing identities in the Frankish first Crusade », dans Le conc (...)
  • 26  En ce qui concerne les chevaliers : on est mal renseigné pour le reste des Croisés.
  • 27  Mais pas seulement. Exemple : Drogo de Nahella ou Nigella, Droe de Noiele dans la Chanson d’Antioc (...)
  • 28  Est ainsi posé, indirectement, le problème de la spécificité « nationale » qu’on a longtemps attri (...)

15Il ne faut néanmoins pas tirer des conclusions trop hâtives. Toutes les armées de quelque envergure étaient constituées de plusieurs « nations » sans que cela pose des problèmes insolubles24. Le pragmatisme l’emportait. En ce qui concerne les armées croisées, le partage d’une foi et d’un objectif communs permettait de dépasser bien des particularismes25. Et chacune de ces armées s’étoffa en cours de route en s’ouvrant à des « pèlerins » d’origine diverse. Les parcours de quelques chroniqueurs montrent que les cloisonnements initiaux s’effacèrent : on passait d’une armée à l’autre au gré des circonstances, sans guère de difficultés. Après avoir suivi Bohémond et les Normands d’Italie méridionale, l’auteur anonyme des Gesta poursuivit jusqu’à Jérusalem sous le commandement de Raymond de Saint-Gilles. Quant à Foucher de Chartres, c’est en chemin qu’il se mit au service de Baudouin dont il devint le chapelain et qu’il suivit à Édesse. L’Anonyme de même que Foucher firent comme nombre de chevaliers – on en a quelques traces – et, sans doute (mais les sources sont silencieuses) le menu peuple, les sans-grade, qui participèrent tant à l’effort collectif que fut la croisade. Parmi les principales armées, celle de Godefroy de Bouillon, premier roi de Jérusalem, était essentiellement composée de Lotharingiens et secondairement d’hommes (et de femmes) venus de l’est de la France et des autres duchés germaniques26. Au fil du voyage, des combattants divers la rejoignirent, par exemple des survivants de l’expédition de Pierre l’Ermite, notamment des Germains27. L’étude de la noblesse hiérosolymitaine des deux premières décennies du xiie siècle confirme les passages d’une troupe à l’autre, d’un chef à un autre. De sorte que ni l’armée de Godefroy, ni plus précisément la noblesse qui l’entourait après la croisade ne peuvent être encore vues comme « lotharingiennes », les éléments picards, normands, flamands et d’Île-de-France, et même (mais en nombre plus restreint) germains, italiens, provençaux, s’étant ajoutés au noyau originel28.

  • 29  Foucher de Chartres, éd. RHC, Occ., t. iii, L. iii, 37, p. 468, trad. J. Richard, Histoire des cro (...)

16Souligner la mixité d’armées ayant parcouru des milliers de lieues ensemble apparaît comme un truisme. Ces lieues transformèrent les Croisés. Certains décidèrent de rester en Syrie. Foucher de Chartres insiste sur les transformations qui s’étaient opérées en eux29 :

« Nous qui étions Occidentaux (Occidentales), nous sommes désormais devenus des Orientaux (Orientales). […] Nous avons déjà oublié les lieux où nous sommes nés ; pour plusieurs d’entre nous, ils sont inconnus, ou on n’en a même pas entendu parler. […] Chacun se sert tour à tour de diverses langues, et une langue étrangère devenue commune est connue d’une nation comme de l’autre, la foi réunissant ceux qui ne connaissent pas leur gens. »

  • 30  Voir l’article au titre très suggestif de J. Riley-Smith, « Crusading as an act of love », History(...)

17Cet extrait laisse poindre un choix, fait avant même que de partir – vivre avec l’autre, combattre à ses côtés. Foucher fait référence à une foi commune. Elle jouait, incontestablement, un rôle de ciment. En fait, tous les chroniqueurs transcendent la relation entre l’individu et Dieu, un Dieu tout puissant pour lequel seul, finalement, le Croisé aurait pris la route. Amour de Dieu30, volonté de le représenter, de le venger – selon les sources, toutes écrites par des ecclésiastiques, tels étaient les sentiments partagés par les Croisés. Composant fondamental de l’identité du milites christi, l’appartenance religieuse jouait à plein, élaguant les difficultés peut-être plus encore que les nécessités du voyage.

  • 31  Intéressante phrase dans l’Histoire anonyme de la première croisade, p. 174-175 : « Derrière le ch (...)
  • 32  « La croisade, réalité collective », selon l’expression d’Alphonse Dupront, Le mythe de croisade, (...)
  • 33  Les seuls dont, finalement, le « moi » peut-être en partie reconstitué : le « nous » qu’ils emploi (...)
  • 34  Cf. p. 4-8, 10-11 et passim.
  • 35  Ou de formules dérivées. Cf. « Hec civitas fuit capta a christianis Dei xv die julii, in vi feria  (...)
  • 36  Ainsi que le remarque A. V. Murray, loc. cit., p. 359. Cf. également, du même auteur, « Ethnic ide (...)
  • 37  Le premier passage se trouve p. 2-5, le second p. 118-119.

18Peut-être doit-on à la conscience de faire partie d’une même entité – la chrétienté31– l’impression d’unité qui se dégage de la lecture des chroniques latines. Qu’il y ait eu sentiment de totalité, la vie commune et les objectifs partagés ayant réglé la vie du groupe, est l’évidence32. Du moins en est-il ainsi pour les chroniqueurs33. Tous insistent sur l’unité du groupe. Le moins lettré, l’Anonyme, pourtant aisément apte à différencier les peuples34, use également du christiani35. Le plus estimé, Guillaume de Tyr, s’en tient plus strictement encore à l’identité religieuse, qu’il choisit de mettre en valeur par l’utilisation de Latini, terme qu’on ne s’étonnera pas de retrouver, déjà, sous la plume de Foucher de Chartres36. Mais, en général, le vocable le plus souvent utilisé pour désigner les combattants latins (mais pas seulement les combattants), sous quelque forme que ce soit, est Franci. Le cas de l’Anonyme est révélateur soit d’un glissement sémantique – alors signe d’une évolution dans la perception que les Croisés avaient d’eux-mêmes –, soit simplement des difficultés qu’il avait à désigner l’ensemble des Croisés37 :

  • 38  Tartareus : du Tartare, des Enfers. Tartarus (et Tartara) désigne le lieu de punition dans les Enf (...)
  • 39  Partes : « partie »… mais aussi « direction, sens ». L. Bréhier, qui a traduit « divisions », rema (...)
  • 40  On peut tout autant traduire, comme L. Bréhier, « armées des Francs ». Gens, gentis, désigne, à l’ (...)

« En effet, le chef apostolique du siège de Rome, Urbain II, gagna au plus vite les pays d’outre-monts avec ses archevêques, évêques, abbés et prêtres et commença à prononcer des discours et des sermons subtils […]. Ce discours s’étant répandu peu à peu dans toutes les régions des Gaules, les Francs (Franci), entendant de telles paroles, commencèrent promptement à coudre des croix sur leur épaule droite, disant qu’ils voulaient unanimement suivre les traces du Christ, par lesquelles ils avaient été rachetés de la puissance du Tartare38.
Bientôt les Gaules entières abandonnèrent leurs demeures et les Gaulois (Galli) formèrent trois groupes (partes)39. Une partie des Francs (pars Francorum) entra en Hongrie […].
[…]
La mère du même Curbaram, qui se trouvait dans la ville d’Alep (Aleph), vint à lui et lui dit, toute en larmes :
– Fils, est-ce vrai ce que j’apprends ?
– Quoi ? répondit-il.
Elle dit :
– J’ai appris que tu veux engager la bataille avec la « nation » des Francs (cum Francorum gente)40.
Il dit :
– Sache que c’est vrai.
Elle dit :
– Je t’adjure, mon fils, par les noms de tous les dieux et par ton bon naturel, de ne pas engager la bataille avec les Francs (Franci). »

  • 41  P. 52-53 : « Parce que naguère, ayant vaincu tous les Francs, je les croyais déjà enchaînés en cap (...)
  • 42  P. 50-51.
  • 43  Puis de Francorum generatione (« la race des Francs »). Il identifie alors certainement, plus ou m (...)

19Il va de soi que les Francs dont il est question, dans ces deux extraits, ne sont pas les mêmes. Aux habitants de la Gaule ont succédé tous les combattants croisés, unifiés, en quelque sorte, par cette appellation. Il n’est plus question « d’Allemands », de « Français », de Longobards et de Lombards etc. Le premier passage se situe au tout début de l’ouvrage, le second alors que l’expédition était bien entamée, Karbūqā menaçant les Francs. Ceci pourrait suggérer un glissement de sens, mais à y regarder d’un peu plus près, on se rend compte que cette interprétation est simpliste. Car il faut se souvenir que la rédaction des Gesta se fit en plusieurs jets et que des additions postérieures purent transformer le premier. La langue de ce qui nous est parvenu ne forme donc pas un tout clairement identifiable. De plus, l’Anonyme parle rapidement de « Francs » avec une acception globalisante, lorsqu’il fait parler Solimanus41. Il vaut mieux considérer que le sens du mot Franci (et ses dérivés) était mal fixé encore à la fin du xie et au début du xiie siècle. Ce qui n’empêche pas de considérer que l’Anonyme avait conscience d’appartenir à un groupe soudé, une gens, quel que soit le sens précis qu’on attribue à ce vocable. Lorsque, dans un passage désormais célèbre42, il affirme la supériorité franque sur l’ennemi turc, dont les qualités de vaillance lui servent à rehausser la gloire de ses compagnons de combat, il use avant tout de l’expression gens francorum43.

  • 44  Rappelons que ce terme avait longtemps désigné les habitants de la moitié nord de la Gaule qui se (...)
  • 45  Voir par exemple, éd. RHC, Occ., t. iv, p. 125, trad. M.-C. Garand, p. 55.
  • 46 Gesta dei per Francos, trad. M.-C. Garand, p. 37, qui souligne en note 44 que la même imprécision s (...)

20L’historien anonyme n’était en rien original. Presque tous les chroniqueurs latins ont une utilisation imprécise du mot Franci44. Ainsi, la traductrice des Gesta Dei per Francos de Guibert de Nogent avoue ses peines. Dans cette chronique, trois sens peuvent être attribués au vocable. Le plus souvent, comme dans les exemples des Gesta anonymes dont il vient d’être question, par Franci, Guibert désigne d’abord les habitants de ce qui allait devenir la France, les « Français » donc45, ensuite l’ensemble des Croisés (à l’exception, parfois, des Italiens du Nord et les Allemands). Mais le mot peut également faire référence aux anciens Francs, Guibert fait alors étalage de sa culture46.

  • 47  Voir les développements qu’A. V. Murray, « Ethnic identity in the Crusader states : the Frankish r (...)
  • 48  Il y est pourtant également question des Latini, dont il est précisé « Latini etiam in gentes vari (...)

21L’utilisation de Franci avec le sens de « Croisés » révèle, chez les chroniqueurs au moins, une volonté de se penser unis face à l’adversité. Foucher n’exprimait rien d’autre en disant « nous », les « Orientaux ». Il gommait les particularismes. Lui resta en Syrie. Gautier le Chancelier, qui vécut la consolidation des États nés de la croisade, emploie également régulièrement le terme Franci avec la même intention. Pourtant, les particularismes n’avaient pas disparu ; même les Bella Antiochena en font état. Faire usage de ce mot, c’était donc révéler un composant d’une identité en gestation47, aux contours mal définis, venant, ponctuellement, se heurter à d’autres composants de cette identité, plutôt révélateurs, au contraire, de particularités. La gestation fut longue et sans doute incomplète. Elle n’impliquait pas une élimination totale des particularismes. Le Tractatus de locis et statu sancte terre ierosolimitane, probablement rédigé entre 1168 et 1200 par un voyageur européen, témoigne de l’évolution qui sユétait produite depuis la première croisade. Dans ce texte, les Franci forment un peuple. Ce qui ne signifie pas (et d’autant plus que l’auteur était européen) que les identités « nationales » y sont niées. Dans le recensement des habitants de Terre sainte par lequel le Tractatus débute, la taxinomie adoptée est d’abord fondée sur l’identité religieuse. Les chrétiens sont différenciés des non-chrétiens. Dans la liste qu’il propose ensuite, où sont mêlés critères ethniques et religieux, l’auteur a jugé nécessaire d’intégrer les Franci qu’il découvrait48.

  • 49  M. Bull est sceptique (« Overlapping and competing identities in the Frankish first Crusade », loc (...)

22Le fait que ceux auxquels ils furent confrontés les désignaient presque exclusivement comme des « Francs » (Firanǧ ou Ifranǧ, en arabe) joua-t-il un rôle dans le renforcement de cette part d’identité ? La question fait débat49.

2. L’élément « local » dans les armées latines : Arméniens, chrétiens orientaux et Turcoples

2.1. Les Arméniens

  • 50  G. Dédéyan, Les Arméniens, notamment vol. i, chap. 2, 5 ; vol. ii, chap. 1, 3.
  • 51  Histoire anonyme de la première croisade, p. 55-57. Cl. Cahen, SN, p. 207 sq. ; J. France, « La st (...)
  • 52  Détails dans S. Runciman, Histoire des croisades, op. cit., p. 173. Mar‘aš se trouve dans le Tauru (...)
  • 53  Voir le récit d’Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. iii, 28, p. 358-359, où manifestement (...)
  • 54  À plusieurs reprises, le principal chroniqueur arménien, Matthieu d’Édesse, critique les agissemen (...)
  • 55  Le colophon rédigé par le moine arménien témoin du siège d’Antioche a été traduit par P. Peeters, (...)
  • 56  Nous conservons la graphie des éditeurs du Recueil des historiens des croisades, Documents arménie (...)
  • 57  Pour Michel le Syrien, Chronique, t. iii, p. 326 (mais l’expression est de nous).

23Par commodité, on utilise les expressions « armées franques » ou « armées latines ». Pourtant, les armées croisées intégrèrent rapidement des combattants locaux divers. Parmi eux, les Arméniens occupèrent une place très importante50. Auxiliaires indispensables au succès de la première croisade51, ils guidèrent les Francs dès avant leur arrivée en Syrie du Nord. Leur soutien fut actif. De nombreuses cités leur ouvrirent leurs portes, comme à Mar‘aš où un certain Thathoul, ancien fonctionnaire byzantin, leur fit allégeance52. Des soulèvements en leur faveur eurent même lieu, ainsi à Artāḥ53 où la garnison turque fut massacrée. Mais, malgré les apparences, les relations entre Arméniens et Francs furent complexes, non dénuées de méfiances, d’aigreur, d’inimitié, de désillusions et de rejet parfois54. Ils ne faut pas simplement s’en tenir à l’euphorie du seul témoin oculaire indigène du siège et de la prise d’Antioche55, au ton émouvant de l’Oraison funèbre de Baudouin, comte de Keçoun et de Marasch56 du docteur Basile ou à la solidarité affichée de Thoros II envers ses « frères chrétiens57 ».

  • 58  G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 860 sq.
  • 59  Les Arméniens étaient très nombreux dans la région d’Antioche : G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, (...)
  • 60  Il est intéressant de comparer les différentes versions à notre disposition. Al-‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥal (...)
  • 61  Histoire anonyme de la première croisade, p. 94-95. Cf. aussi ibid., p. 98-99, les ravitaillements (...)

24Complexes et, sur le plan militaire, mâtinées d’interdépendance, même s’il apparaît que ce sont les Francs surtout qui, en Syrie du Nord, dépendirent des Arméniens58. Les chroniqueurs – et singulièrement les chroniqueurs arabes – ne s’y trompèrent d’ailleurs pas. De quelque manière que se soit déroulée la capture et la mort de Yāġī Siyān, ce n’est pas un hasard si Ibn al-Aṯīr, qui assurément disposait de plusieurs versions, choisit de narrer une exécution par un bûcheron arménien59. De même, certains auteurs (mais non pas tous) insistent sur la livraison de la tour antiochéenne à Bohémond par un Arménien60, ce qui montre à quel point ils rendaient en partie responsables les Arméniens des succès des Croisés en Syrie du Nord. Pourtant, comme le souligne l’auteur des Gesta, des Arméniens participèrent activement à la défense de la ville où ils étaient nombreux61.

  • 62  Ainsi Guillaume de Tyr et son traducteur, par exemple lorsqu’ils racontent la pénétration des Croi (...)
  • 63  Ou, plus généralement, chrétienne. Même si quelques phrases affleurent ici ou là. Cf. par exemple (...)
  • 64  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 131 (voir également p. 138) ; Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, (...)
  • 65  Albert d’Aix, loc. cit.
  • 66  Un certain nombre pouvait servir les nouveaux venus turcs.
  • 67  Matthieu d’Édesse, Chronique, RHC, Arm., t. i, p. 33-34 (à propos de ravitaillement). Voir aussi p (...)

25Mais par-delà une solidarité de foi facilement perceptible dans les sources, d’autant plus d’ailleurs que certains chroniqueurs semblent l’accentuer62, et sans oublier que les chroniqueurs arabes n’ont pas de discours directement accusateur envers la communauté arménienne63, on doit ici avant tout se demander de quels combattants ces chroniqueurs, souvent évasifs lorsqu’ils mentionnent la participation d’Arméniens à des combats, veulent parler. Ainsi du soulèvement d’Artāḥ, de la prise de possession de Ḥārim ou de l’attaque de Ma‘arrat al-Nu‘mān : « ceux qui l’occupaient » (man kāna fīhi), les « habitants de la ville » (ahl al-balad), ou simplement les « Arméniens » (al-Arman)64… Imprécisions de formules dont on doit se satisfaire en général et derrière lesquelles il faut identifier des hommes qui luttèrent pour ou aux côtés des Croisés. Simples habitants, évidemment, que ces ahl al-balad, qui équivalent aux cives Armenici d’Albert d’Aix65, de ceux qui, en ces temps troublés, avaient appris à user d’armes. Soldats, également, qui avaient pu servir dans les rangs des troupes de Philarète Brachamios, puis étaient restés sur place après l’arrivée des Turcs, qu’ils aient ou non abandonné le métier des armes66. Troupes aguerries, enfin, envoyées par des seigneurs arméniens qui avaient vite compris les formidables possibilités ouvertes par la croisade. Matthieu d’Édesse les évoque tous, « moines » de la « Montagne noire », combattants envoyés par les chefs arméniens du Taurus, « fidèles » dans leur ensemble67… Incontestablement, l’effort fut divers et important, peut-être parfois spontané, parfois organisé par des seigneurs voisins que la conquête turque récente n’avait pu éliminer. Plus riche que l’abrégé d’al-‘Aẓīmī qui nous est parvenu, la Zubdat al-ṭalab min ta’rīḫ Ḥalab d’Ibn al-‘Adīm montre cette variété dans les pages qu’il consacre aux événements consécutifs à l’arrivée des Croisés en Syrie du Nord. Il y apparaît que les Arméniens s’allièrent aux Francs sans, apparemment, incorporation massive dans leurs armées. Les contingents qui participèrent à diverses opérations n’eurent pas de rôle autre que celui de supplétifs. Ainsi, pendant le siège de Ma‘arrat al-Nu‘mān, les Francs ne semblent pas avoir utilisé leur savoir-faire en matière de poliorcétique :

  • 68  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 132 (année 491). Noter la différenciation entre les « musulmans » e (...)

« Au mois de rabī‘ I de cette année [491/février-mars 1098], une multitude d’Arméniens (ḫalq min al-Arman) arrivèrent à Tall Qabbāstayn, dans le territoire d’al-Wādī, et massacrèrent ceux qui s’y trouvaient (man fīhi). Les musulmans qui se trouvaient à al-Wādī et un groupe (ǧamā‘a) de Turcs sortirent à leur poursuite et en tuèrent une partie (ǧamā‘a). Le reste chercha refuge dans des châteaux (ḥuṣūn) en ruine, mais l’armée (‘askar) d’Alep les [y] atteignit, les combattit pendant deux jours et s’en empara. Elle massacra les uns, emmena les autres en captivité à Alep, où ils furent exécutés. Ils étaient plus de mille cinq cents68. »

  • 69  Il peut également s’agir de ses occupants musulmans, tout simplement.
  • 70  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 131 (année 491).

« Le 2 šawwāl [491], les armées (‘asākir) franques s’installèrent devant Baġrās, d’où elles firent des incursions dans la province (a‘māl) d’Antioche. C’est alors que ceux qui se trouvaient (man kāna fī) dans les forteresses (ma‘āqil) et châteaux (ḥuṣūn) voisins d’Antioche se soulevèrent et massacrèrent leurs garnisons (man kāna bihā)69. S’en enfuirent ceux qui le purent.
Les habitants (ahl) d’Artāḥ firent de même, et demandèrent l’appui des Francs. Et tout ceci du fait de l’attitude détestable et de la tyrannie de Yāġī Siyān dans ses territoires70. »

  • 71  Ibid., p. 138.

« [Les Francs] libérèrent ses compagnons (aṣḥāb) et les firent escorter jusqu’à son territoire (il s’agit de la province d’Alep). Mais les Arméniens firent une sortie, se saisissant des uns, massacrant les autres, un petit nombre seul en réchappant71. »

  • 72  Naṣāra, désigne sans doute des chrétiens locaux, arabophones.
  • 73  Ibid., p. 140-141.

« En ḏū l-ḥiǧǧa/septembre 1098, Ṣanǧīl (Raymond de Saint-Gilles) fit une expédition ; il assiégea al-Bāra, coupant l’arrivée d’eau. Il s’en empara par amān, mais il trahit la population (ahl), sévissant contre les hommes et les femmes. Il s’empara de leurs biens, en réduisit certains en esclavage, en tua d’autres. Puis les autres Francs qui se trouvaient à Antioche, les Arméniens qui s’étaient mis à leur service et les chrétiens (al-Naṣāra72) quittèrent [cette ville] et le rejoignirent. Deux nuits restant en ḏū l-ḥiǧǧa/30 septembre, ils arrivèrent à Ma‘arrat al-Nu‘mān, au nombre de cent mille hommes73. »

  • 74  Ibid., p. 141-142. La traduction est de Thierry Bianquis. Le reste du texte, trop long pour être c (...)

« Ils mirent le siège devant Ma‘arrat al-Nu‘mān en 492/1098-9. Ils coupèrent les arbres. La population appela au secours al-Malik Riḍwān et Ǧanāḥ al-dawla mais personne ne vint à leur aide. Les Francs fabriquèrent une tour en bois, dominant la muraille grâce à sa hauteur, et ils attaquèrent la ville. Ils déclenchèrent les combats de toutes parts jusqu’au moment où la tour fut mise au contact de la muraille. Ils retirèrent les protections [qui masquaient] la tour et appliquèrent des échelles contre les murs. La population combattit de l’aube à la prière du couchant. Sur le haut de la muraille comme à ses pieds, il y avait un très grand nombre de tués. Les Francs entrèrent dans la cité après la prière du couchant, la nuit précédant le dimanche 24 muḥarram 492/26 octobre 109874. »

  • 75  G. Dédéyan, Les Arméniens, op. cit., t. ii, p. 849 sq.
  • 76  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, p. 441 : Godefroy de Bouillon use d’archers arméniens po (...)

Rien de bien différent, dans ces extraits, de ce qu’avancent les sources arméniennes et latines75 : des combats menés en commun, les Francs conservant la direction de toutes les opérations76.

  • 77  Plutôt par une faction, selon J. France, Victory in the East, p. 304 et note 70.
  • 78  Exposé des événements par M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse, p. 57-91.
  • 79 Chronique, RHC, Arm., t. i, p. 35-36. Pour ce qui est de la venue du comte Baudouin, il n’est pas i (...)

26Plus à l’est, Baudouin, réclamé par les Édesséniens77, se tailla un comté78. Même si des chevaliers francs l’avaient accompagné, qui constituaient autant de combattants d’élite, il dépendit immédiatement du recrutement arménien, pour ne pas dire des troupes arméniennes. Matthieu d’Édesse est à cet égard sans équivoque79 :

  • 80  Évidemment, il ne l’était pas encore.

« En l’année 547 / 25 février 1098-24 février 1099, le comte Baudouin80 s’étant mis à la tête de cent chevaliers, vint s’emparer de la ville de Tall Bāšir. À cette nouvelle, Thoros, gouverneur romain d’Édesse, fut rempli de joie. Il envoya vers le comte franc, à Tall Bāšir, pour le prier de venir à son secours contre ses ennemis, les émirs du voisinage, qui l’inquiétaient beaucoup. Baudouin, répondant aussitôt à cet appel, se rendit à Édesse avec soixante chevaliers. Les habitants, accourant au-devant de lui, l’introduisirent avec empressement. Sa présence causa une vive joie à tous les fidèles. Thoros, le curopalate, lui témoigna beaucoup d’amitié, le combla de présents et fit alliance avec lui. Sur ces entrefaites, le chef arménien Constantin arriva de Karkar. Au bout de quelques jours, le curopalate les envoya assiéger Samosate et faire la guerre à l’émir Balduq. Les troupes de la ville, ainsi que l’infanterie de toute la province, accompagnaient les Francs. […] Les infidèles furent vainqueurs et mirent les Francs en fuite, ainsi que les gens du pays venus avec eux. Depuis Samosate jusqu’à Thil, ce ne fut qu’un carnage continuel. Un millier d’hommes resta sur la place. Constantin et le comte restèrent à Édesse auprès du curopalate Thoros. Ce combat eut lieu la seconde semaine du carême. »

  • 81  Albert parle de deux cents equites (version acceptée par l’éditeur, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. (...)
  • 82  Pour tout ce qui suit : Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. iii, 17 à 25, p. 351-357 ; L. (...)
  • 83  Un exemple fort instructif de l’activité franque à Mantzikert, en 1054, dans les Récits des malheu (...)
  • 84  La proposition que Thoros aurait faite à Baudouin est très claire : or, argent, pourpre, mules, ch (...)
  • 85  Que l’expédition eut lieu ou non importe peu ici ; le fait que les chroniqueurs l’aient pensée arm (...)
  • 86  Voir, à propos du siège d’Édesse par Karbūqā, Albert d’Aix, op. cit., L. iv, 11, p. 397 ; L. v, 10 (...)
  • 87  Voir aussi ce que dit Albert d’Aix, op. cit., L. iii, 31, p. 360-361. G. Dédéyan, op. cit., p. 101 (...)
  • 88  Albert d’Aix, op. cit., L. iv, 11, p. 397.

27Même si les chiffres avancés par Matthieu sont inférieurs à ceux évoqués dans l’Historia d’Albert d’Aix81, la meilleure source latine82 (Foucher de Chartres, bien plus proche des événements, s’astreignit peut-être à la discrétion), l’armée de Baudouin ne semble pas avoir été très nombreuse. Matthieu donne à penser qu’il avait été appelé pour faire face à la pression turque en tant que mercenaire, un peu comme ces Francs dont les Byzantins (et Philarète) avaient fait usage quelques décennies auparavant83. Albert laisse apparaître quelques faits qui vont dans le sens de Matthieu84, mais non sans essayer de préserver Baudouin, le futur roi de Jérusalem. Il s’attache à le présenter comme un homme responsable, militaire valeureux et admiré pour ses prouesses, heureux d’offrir ses services mais malheureux devant les propositions humiliantes qu’on lui fit (le mercenariat), fier de se voir offrir Édesse mais trop pur pour en avoir usé traîtreusement envers Thoros. Il révèle, également, qu’il commandait primitivement à deux cents equites. Pour s’en aller attaquer Samosate85, il les augmenta de « tous les equites et les pedites » de la ville. Plus généralement, Baudouin élargit ses domaines de jour en jour, et, dès lors, accrut ses forces. Comment en eût-il pu être autrement que par l’adjonction de soldats arméniens, montés et à pied, jusqu’alors libres ou dépendants de seigneurs désormais à lui inféodés86 ? Mais de quelle manière les troupes arméniennes et franques se mêlèrent, nous l’ignorons87. On sait seulement que lorsqu’il fit face aux armées de Karbūqā, qui étaient en route pour Antioche, Baudouin se servit autant de « l’arc des Arméniens » que de la « lance des Gaulois88 ».

  • 89  Cf. R. C. Smail, Crusading warfare, p. 47-48.
  • 90  Curieusement, R. C. Smail ne les inclut pas dans les quelques pages qu’il consacre au « Recruitmen (...)
  • 91  M. Amouroux-Mourad, op. cit., p. 62, rappelle la formule de Claude Cahen, SN, p. 225 : le comté d’ (...)
  • 92  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 270-272/LT p. 96-98.

28Baudouin put bénéficier par la suite de l’arrivée de nombreux Francs qui, s’étant emparé d’Antioche, étaient venus lui offrir leurs services. Ceux qui restèrent lui permirent d’asseoir son pouvoir et d’étouffer dans l’œuf toute velléité d’indépendance arménienne89. Mais pas plus que lors de son arrivée il ne put – ainsi que ses successeurs – se passer du recrutement arménien90. La population chrétienne du comté étant très majoritairement arménienne, même s’il ne faut pas négliger l’élément syriaque91, il va de soi que son armée ne pouvait que suivre. D’ailleurs, les indications éparses de participations d’Arméniens à des combats menés par les Francs du comté sont nombreuses. Pour Ibn al-Qalānisī, lors des opérations de Mawdūd contre Édesse, en 503/1110, la ville leur fut confiée92 :

  • 93  Tous ceux trop faibles pour supporter un siège: « kull ḍa‘īf al-ḥāl ».

« Les Francs en avaient évacué toutes les bouches inutiles93, en avaient confié la garde à un contingent d’Arméniens (ǧamā‘a min al-Arman) et y avaient introduit tous les vivres que l’armée de secours (al-‘askar al-wāṣil) avait apportés pour raffermir la résistance. »

  • 94  Historia, RHC, Occ., t. iv, L. xi, 19, p. 672 ; G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 1120 et suiva (...)
  • 95  Historia, op. cit., L. xi, 20, p. 672 :« […] Baldewinus de Burg […] cum quadringentis equitibus, v (...)
  • 96  Il est très probable que les piétons utilisés par les Francs étaient arméniens. Mais les Francs fa (...)

29Ibn al-Qalānisī fait sans doute référence à tous les types d’Arméniens utilisés par les Francs : habitants d’Édesse, soldats de Kogh Vasil et d’Abelġārīb (ou Apelġarib, seigneur d’al-Bīra), dont on sait qu’ils s’étaient joints à l’armée de secours franque dirigée par Baudouin de Jérusalem, recrues diverses. Albert d’Aix, encore une fois précieux, souligne, par une formule frappante, combien la mobilisation avait été forte dans le comté : à la nouvelle de la venue du roi, Gaulois (Galli, pour Francs) et Arméniens (Armenici) descendirent de divers lieux et places fortes (praesidiae), « par centaines, soixantaines et cinquantaines94 ». L’armée coalisée atteignit ainsi, selon lui, quinze mille hommes. Le comte d’Édesse sortit à son tour de sa capitale avec quatre cents equites et dix mille Arméniens, sur lesquels le chroniqueur franc ne dit rien de précis, puisqu’il emploie la formule plutôt vague gens Armenicae95. Hommes de pied exclusivement, comme l’opposition entre equites et gens Armenicae le laisse facilement penser ? Rien, dans les propos d’Albert, ne permet de l’affirmer96.

  • 97  Après 1123, la seule seigneurie du comté qui reste arménienne est celle de Karkar. En théorie, cha (...)
  • 98  Kāmil, t. ix, p. 127 : « Le comte et Josselin se mirent en marche, firent une expédition de dépréd (...)

30De toute manière, les récits d’Albert d’Aix et d’Ibn al-Qalānisī confirment que, depuis la création du comté d’Édesse, le recrutement arménien était toujours très important et divers. Une minorité de combattants francs encadrait les soldats recrutés. Mais on ne sait comment ce recrutement était effectué. De même, de quelle manière les seigneurs arméniens du comté s’acquittaient du servitium debitum, nous l’ignorons ; on ne sait même pas en quoi il consistait précisément97. Quant au cadre dans lequel les princes comme Kogh Vasil fournissaient des hommes au comte, les chroniqueurs ne le précisent pas plus. Pourtant, leur aide pouvait être conséquente, comme le montrent les quelques lignes qu’Ibn al-Aṯīr consacre aux déprédations commises par le comte d’Édesse sur les territoires de Tancrède. Mille cavaliers, deux mille piétons, furent alors fournis par Kogh Vasil à Baudouin98. En fait, la seule certitude concerne la participation des habitants arméniens des villes assiégées par les Turcs, dont tous les auteurs parlent à l’envi.

  • 99  Si l’importance du peuplement arménien est à plusieurs reprises reconnue par T. Asbridge, The crea (...)
  • 100  M. Van Berchem, E. Fatio, Voyage en Syrie, Le Caire, 1913, p. 319-320 ; P. Deschamps, Les châteaux (...)
  • 101  Matthieu d’Édesse, RHC, Arm., t. i, p. 123 (« cent »). G. Dédéyan, Les Arméniens, t. i, note 8 p.  (...)

31Le comte d’Édesse ne fut pas le seul à puiser dans le réservoir arménien. Les princes d’Antioche, dont les territoires étaient en partie peuplés d’Arméniens et peu éloignés des seigneuries arméniennes, firent de même99. On trouve, par exemple, mention d’Arméniens dans la garnison d’al-Marqab, en 1118, alors que Renaud Mazoyer, connétable de la principauté, venait de s’en emparer100. Plus tard, la disparition du comté d’Édesse provoqua l’installation de nombreux Arméniens dans la principauté – vivier supplémentaire de combattants. Mais déjà, comme le rappelle Matthieu d’Édesse, Roger d’Antioche disposait, lors de la défaite de l’Ager sanguinis, en 513/1119, de101

« six cents [ou cent] cavaliers francs, cinq cents cavaliers arméniens et quatre cents fantassins ; il était suivi en outre de dix mille hommes, tourbe recrutée parmi toute espèce de gens ».

  • 102  Sur tout ceci, G. Dédéyan, loc. cit. Il préfère retenir les « six cents cavaliers francs ».
  • 103  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xx, 9, p. 524, dit que Roger fit dénombrer son arm (...)
  • 104  R. Grousset, Histoire des croisades, t. i, p. 556, semble « arranger » les indications de Matthieu (...)
  • 105  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 319/LT p. 149. Cf. également, Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, (...)

32Le manuscrit de Venise du Pseudo-Sembat parle de mille cavaliers francs, cinq cents cavaliers arméniens, quatre cents fantassins et dix mille fangeux, nombres qui ne sont pas moins cohérents que ceux de Matthieu102. Nombres qu’il est difficile, et ce quelle que soit la version arménienne qu’on choisit de suivre, de concilier avec les sept cents milites et trois mille pedites de Gautier le Chancelier et de Guillaume de Tyr, ce dernier évoquant également toute une masse de marchands103. Leurs récits, d’ailleurs, ne mentionnent pas ces cavaliers arméniens – ou toute autre troupe arménienne. Seuls les Turcoples de Robert de Saint-Lô ont droit à quelques mots : Gautier leur reproche d’avoir provoqué la défaite104. À les croire, d’ailleurs, la bataille ne fut pratiquement le fait que de Francs. Pourtant, les chroniqueurs arabes, et avant tout Ibn al-Qalānisī, contemporain des événements, vont plutôt dans le sens d’une présence nombreuse de combattants arméniens105. Mais ils ne disent pas comment ils combattirent, ni leur origine. Peut-être, comme le suppose Gérard Dédéyan, s’agissait-il de corps d’auxiliaires envoyés par Léon Roubên. Il est également possible qu’un certain nombre avait été recruté par les Antiochéens eux-mêmes. On peut seulement souligner qu’aucun des frères roubêniens n’est mentionné par Matthieu d’Édesse, qui, il est vrai, aurait pu taire leur présence à cause de l’ampleur de la déroute. Si participation roubênienne il y avait eu, elle aurait donc été placée sous le commandement d’un subalterne, quel que soit son rang.

  • 106 Historia, RHC, Occ., t. iv, L. xii, 20, p. 702. G. Dédéyan, op. cit., p. 490-494.
  • 107  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 209, année 516. Cf. aussi Cl. Cahen, SN, p. 337, dont il faut sans (...)
  • 108  Voir Cl. Cahen, SN, p. 337-338, pour lequel, lors des campagnes franques, « le nombre des Arménien (...)

33En fait, le recrutement arménien, souvent passé sous silence dans les chroniques, semble bien avoir été très important. Des fantassins, notamment, étaient enrôlés – Ibn al-Qalānisī parle même « d’infanterie arménienne », raǧǧālat al-Arman. Lorsqu’il signale une levée de troupes effectuée par Roger de Salerne, auquel le comte d’Édesse s’était joint, pour faire face aux ravages turcs dans l’Amanus peu après la bataille de Tall Dānīṯ en 1115, Albert d’Aix précise que quinze mille hommes furent levés, « tant Francs qu’Arméniens106 ». Après la mort d’Īl-Ġāzī, selon Ibn al-‘Adīm, le « seigneur », ṣāḥib, d’Antioche mobilisa son armée, ‘askar et ǧamā‘a min al-Arman, expression fort vague qu’on peut tout autant traduire « un groupe », un « contingent », un « certain nombre », etc.107. Seule difficulté : les sources ne permettent pas de préciser l’origine de ces hommes108.

  • 109  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, cité par C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 554, et G. Dé (...)
  • 110  G. de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, p. 786 (très précis) ; G. Dédéyan, op. cit., t. ii, p. 867.
  • 111  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. xiii, 10, p. 569-570. Nikita Élisséeff parle égal (...)

34Très présents donc à Édesse et à Antioche, les soldats arméniens servirent également le comte de Tripoli et le roi de Jérusalem. Lorsqu’il quitta Édesse pour Jérusalem, où il devait succéder à son frère Godefroy, Baudouin prit la route avec une petite armée qui comportait sans doute des Arméniens. Il en fut de même de Baudouin II de Jérusalem, qui laissa des cavaliers arméniens (et d’autres, francs) en otage à Šayzar, lors de sa libération par Timurtāš b. Artuq, en 1124109. Après la disparition du comté, des habitants arméniens s’installèrent, avec Josselin II, à Jérusalem110. On peut également supposer que des mercenaires arméniens allèrent d’un maître à un autre. Bien souvent, les armées d’Édesse, d’Antioche, de Tripoli et de Jérusalem combattirent ensemble, au vie/xiie siècle. Les occasions ne manquèrent donc pas. L’histoire de l’ingénieur Havedic (Awétik‘), dont Guillaume de Tyr relate longuement l’intervention, en 1124, pendant le siège de Tyr, est bien connue111. Il réussit là où les plus compétents des Latins et des Vénitiens avaient échoué.

2.2. Autres chrétiens orientaux

  • 112 El2a, t. vii, p. 970 (J. M. Fiey) : « […] a noun which currently denotes Christians in the Muslim A (...)
  • 113  « The Frankish sources, however, usually call them (i. e. the Arabic-speaking Orthodox) Suriani, S (...)

35Les Francs furent également assistés par des populations diverses sinon islamisées, du moins arabisées, souvent considérées comme non combattantes. Pourtant, indéniablement, elles participèrent à des engagements, notamment pendant la première croisade. Cela est certain pour ce qui est des urbains qui prenaient les armes pour défendre leur ville, en cas de siège. Peut-être, parfois, le faisaient-ils forcés. Mais qu’un des Naṣārā des auteurs arabes112 ou un des Suriani des sources latines, un chrétien oriental113, donc, luttât aux côtés de ceux qui contrôlaient la place dans laquelle il résidait n’en faisait pas un soldat. À Antioche comme à Édesse, beaucoup plus tard, lorsque Zankī la prit, des chrétiens orientaux combattirent sur les remparts. Avec courage, opiniâtreté et effroi, selon tous les chroniqueurs. Cela ne signifie pourtant pas qu’il y avait un « recrutement chrétien oriental », ainsi qu’on a parlé de « recrutement arménien ».

  • 114  Zubda, t. ii, p. 138.

36Que penser alors des extraits traduits plus haut de la Zubda d’Ibn al-‘Adīm, ou de son récit d’une attaque croisée contre Ma‘arrat al-Nu‘mān114 :

« Et quelques jours après cette bataille, un groupe (ǧamā‘a) de Francs fit une sortie, en ša‘bān. Ils marchèrent, en compagnie des habitants (ahl) de Tall Mannas et de l’ensemble des chrétiens de la ville d’al-Ma‘arra contre cette dernière ville qu’ils combattirent. Mais un détachement (qiṭ‘a) de l’armée (‘askar) alépine vint à eux et ils se rencontrèrent entre Tall Mannas et al-Ma‘arra. Les Francs prirent la fuite, leur infanterie (raǧǧāla) seule subsistant. Plus de mille hommes en furent tués, leurs têtes étant amenées à Ma‘arrat al-Nu‘mān. »

  • 115  Au début de l’installation des Croisés, les détenteurs musulmans du pouvoir, conscients de la rela (...)
  • 116  P. 164-165. Attribuer la défaite aux troupes locales : un véritable topos dans les sources latines

37Encore s’agit-il ici clairement d’habitants d’une ville115. Des habitants qui, néanmoins, ne combattaient plus pour la sauvegarde de leurs biens : de quelque manière que ce soit, ils furent gagnés et enrôlés par les Croisés, qui n’avaient pas forcément une haute idée de leurs qualités. L’auteur des Gesta anonymes, par exemple, qui ne mentionne qu’au passage la participation des « Syriens et des petites gens » à l’opération contre Ma‘arrat al-Nu‘mān, n’hésite pas à les rendre responsables de la défaite116.

  • 117  Kāmil, t. ix, p. 55.

38Les citadins ne furent pas les seuls à combattre aux côtés des Francs : des populations rurales chrétiennes donnèrent également d’elles-mêmes, peut-être pour prix de leur soumission aux nouveaux venus. Ainsi, après avoir battu une armée musulmane qui réunissait, notamment, des troupes envoyées par Homs et par Damas, en 495/1102, Raymond de Saint-Gilles, tout à son ambition, reprit de plus belle le siège de Tripoli. Selon Ibn al-Aṯīr117,

  • 118  Le texte arabe permettrait également de traduire « les gens de la campagne, dont la plupart était (...)

« Ṣinǧīl (Saint-Gilles) s’installa devant Tripoli et l’assiégea. Les gens de la montagne (ahl al-ǧabal) vinrent à lui et l’aidèrent à l’assiéger ; ainsi firent, également, les gens de la campagne (ahl al-sawād). La plupart étaient chrétiens (Naṣārā)118. Mais ceux qui s’y trouvaient (man bihā) combattirent avec la plus grande vigueur et tuèrent trois cents Francs. Puis il leur accorda une trêve contre de l’argent et des chevaux et s’en alla vers la ville de Ṭarṭūs […] ».

  • 119  On considère généralement que ces hommes étaient des maronites. Voir, par exemple, R. C. Smail, Cr (...)

39Ces ruraux disparaissent ensuite du texte, de sorte qu’il n’est pas possible de savoir ce qu’ils devinrent. Étaient-ils organisés d’une manière ou d’une autre ? Continuèrent-ils à servir Raymond de Saint-Gilles ? Le récit d’Ibn al-Aṯīr ne permet pas de répondre à ces questions119.

  • 120 Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 314-315/LT p. 143-144, le plus développé ; Al-‘Aẓīmī, Ta’rīḫalab, année 511 (...)

40De tout autre ordre paraît la mention d’une participation de chrétiens locaux à une campagne qui se solda, pour les Tripolitains, par un lourd échec. À vrai dire, al-‘Aẓīmī et Sibṭ b. al-Ǧawzī, qui consignent cette participation, sont peu précis. Comme souvent, Ibn al-Qalānisī l’est plus. En 511/1117-1118 pour le premier, 510/1116-1117 pour les deux autres auteurs, al-Bursuqī et Ṭuġtakīn infligèrent une terrible défaite aux Francs. Badrān b. Ṣinǧīl, seigneur (ṣāḥib) de Tripoli (il s’agit en fait de Pons, comte de Tripoli), s’en alla ravager la Bekaa. La réaction fut immédiate. Une marche forcée fut effectuée, l’ennemi repéré, rattrapé. Tout à coup, le déferlement : une charge violente, des Francs tranquillement adossés à leurs tentes culbutés. Journée de massacre. Entassement de cadavres. Parmi les hommes qui y assistèrent, l’un raconta, bien informé (al-ḥākī al-mušāhid al-‘ārif), à Ibn al-Qalānisī que les Francs perdirent plus de trois mille hommes, cavaliers et sergents à pied, cavaliers et fantassins chrétiens (wa l-Naṣārā al-ḫayyāla wa l-raǧǧāla)120. La présence de chrétiens orientaux n’est pas surprenante : le comte de Tripoli n’avait pas une armée aussi nombreuse que celle de ses voisins de Jérusalem ou d’Antioche. Il avait donc dû effectuer une levée massive « dans toutes les provinces (a‘māl) » qui étaient sous sa domination.

  • 121  Rappelons que lorsque Baudouin de Jérusalem, inquiet pour sa défense lorsqu’il était absent, pensa (...)
  • 122  Leur natalité nous échappe totalement.
  • 123  Cf. Cl. Cahen, SN, p. 328, renvoyant à la Chronique anonyme syriaque, sous l’année 1489.
  • 124  L’histoire des Buḥturides, simplement rapportée par le tardif Ṣāliḥ b. Yaḥyā (dont la chronique es (...)
  • 125  Voir les cartes « Les marges de la principauté de Damas au début du vie/xiie siècle », dans J.-M. (...)
  • 126  Mais on est encore plus mal renseigné sur ces pouvoirs locaux que sur les ismaéliens de Syrie : B. (...)
  • 127  Pas seulement chrétiennes d’ailleurs (aussi druzes et ismaéliennes).
  • 128  Voir l’acte de cession du Crac des Chevaliers et autres châteaux, en 1142 (ou 1144), Cartulaire gé (...)

41En fait, se pose la question d’un recrutement plus important encore dans tous les États francs121. Pour leurs armées, ces derniers dépendaient exclusivement122 des arrivées de « pèlerins », nombreuses et parfois salvatrices, ainsi que de leur faculté à faire usage de troupes locales – notamment des chrétiens orientaux. De leur statut inférieur, on a supposé qu’ils étaient enrôlés en tant que piétons, et parmi ceux-ci les moins bien équipés123. Mais Ibn al-Qalānisī évoque également une cavalerie de chrétiens orientaux. Doit-on y voir des Arméniens ? Des Turcoples ? Ou, plutôt, les cavaliers (légers) fournis par un potentat local au comte de Tripoli ? Des communautés rurales, « chefferies » montagnardes mal connues, soumises au plus puissant, apparaissent parfois dans les sources, mais de manière très évasive. Certaines étaient chrétiennes, dans les montagnes aujourd’hui libanaises. Elles disposaient sinon d’appareils militaires, du moins de soldats dont on ne sait rien, sinon qu’ils devaient parfois combattre aux côtés de l’armée du seigneur auquel les chefs de ces communautés avaient fait allégeance. Ils pouvaient être très précieux en tant que guides, mais sans être strictement cantonnés à de telles fonctions. Un « émirat » buḥturide est ainsi connu, installé, peut-être du fait de Ṭuġtakīn, aux environs de Beyrouth, dans le Ġarb. L’un de ses membres, Buḥtur b. ‘Alī b. al-Ḥusayn, reçut autorité, de la part du prince bouride, sur les villages du Ġarb et lutta contre les troupes de la deuxième croisade qui assiégeaient Damas. Nūr al-dīn confirma son successeur et lui ajouta même des villages voisins. Contre cet iqṭā‘, cet amīr devait fournir un contingent de quarante cavaliers en cas de besoin124. Peut-être d’autres chefs locaux des montagnes libanaises125, même de moindre envergure, sous domination franque, devaient-ils également un service militaire à leur seigneur126. Les événements rapportés par Ibn al-Aṯīr et Ibn al-Qalānisī se déroulaient dans le comté de Tripoli où des communautés de chrétiens orientaux étaient installées127. On a trace de cession de domaines aux chefs de telles communautés, dont deux « chevaleries (caballarie) de terre128 ».

  • 129  Selon les rapports de force dans la région.
  • 130  Voir les discussions de R. Grousset, Histoire des croisades, t. ii, p. 67-69.
  • 131  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xiv, 23, p. 640. Le traducteur médiéval diffère qu (...)
  • 132  Éd. B. Z. Kedar, p. 124. À noter que les Géorgiens sont les seuls – hormis les Francs – à être lou (...)
  • 133  En fait « entraînés à l’usage d’armes ».
  • 134  Stéréotype que ne véhiculaient pas seulement les Francs. Ainsi Ibn Manglī, Kitāb al-ḥiyal fī l-ḥur (...)

42De toute façon, quel que soit le maître qu’ils servaient129, et même si on tient compte du fait que les sources (latines et arabes) se plaisent à ne mettre en valeur que l’élite franque, jetant un voile opaque sur les autres types de combattants, les chrétiens orientaux ne constituaient sans doute pas, lors des affrontements, un apport décisif, suffisant pour faire pencher la balance. À moins bien sûr de penser que le nombre dépassait en importance la qualité des combattants engagés. En 531/1137, le comte Raymond II, ayant rendu responsable de la mort de son père les Suriani qui habitaient dans le mont Liban, autour de Tripoli, n’eut aucune peine, après avoir mobilisé tous ceux « qu’il pot trover à cheval et a pié », à se rendre dans « el mont Libane » exercer sa vengeance contre « tous ces traitors », dont bon nombre trouvèrent finalement la mort. Il faut dire qu’outre le comte, Tripoli avait perdu l’élite de ses combattants, sans compter les bourgeois qui avaient été mobilisés (« Li haut home de Triple, li borjois et li sergent furent tuit perdu »). Que la trahison fût avérée ou non, de tels événements dénotent l’importance politico-militaire des Suriani, dont on ne comprend pas vraiment, s’ils trahirent, de quelle manière ils le firent130. En tout état de cause, Raymond ne semble pas avoir rencontré de réelles résistances131. L’auteur anonyme du Tractatus de locis et statu sancte terre ierosolimitane, dont le ton ethnographique tranche quelque peu avec le reste de l’historiographie latine, n’est d’ailleurs pas tendre avec eux, tout simplement jugés132 « impropres aux armes », soit l’opposé des Francs, « un peuple de guerriers, propres aux armes133, allant tête nue, et seuls, parmi toutes les nations, à se raser la barbe », et des Arméniens, certes en désaccord sur le plan théologique avec les Latins et les Grecs, mais « jusqu’à un certain point propres aux armes », les Grecs seuls étant moins bien lotis, puisque « si peu propres aux armes134 ».

  • 135  Tractatus, p. 120.
  • 136  Cela n’empêchait naturellement pas de les admirer. Pour le cérémonial, voir Marc Carrier, « Perfid (...)
  • 137  Benjamin de Tudèle, Itinéraire de Benjamin de Tudèle, trad. J. Shatzmiller, dans Croisades et pèle (...)
  • 138  Histoire anonyme de la première croisade, p. 68-69, 164-165, et surtout Guibert de Nogent, Gesta D (...)
  • 139  Historia, RHC, Occ., t. iv, L. iii, 21, p. 353, rendant les Arméniens responsables d’un échec. Gui (...)

43Comme l’auteur semble bien être européen – peut-être germanique –135, on peut considérer qu’il exprimait soit l’opinion qui prévalait en Occident, soit, plus probablement, ce qu’il avait entendu lors de son voyage en Terre sainte. Les « Grecs » étaient peu aimés ; ils étaient méprisés pour toutes sortes de raisons136, dont leur inaptitude à la guerre. Leur caractère « efféminé », le fait qu’ils n’avaient « pas cœur à la guerre137 », rejaillissaient sur tous les chrétiens syriens de rite grec orthodoxe. Pour ce qui est des Suriani, qui sous la domination musulmane étaient cantonnés à des fonctions civiles, les chroniqueurs de la première croisade ne les tenaient déjà pas en très haute estime138. Il faut dire que, si ce n’est aux milites christi, les auteurs latins n’accordent réellement des qualités de combattants qu’aux Turcs. Les Arméniens eux-mêmes, dont ils reconnaissent pourtant le rôle aux côtés des Croisés, n’ont pas forcément droit à des éloges. Albert d’Aix leur reproche même, à l’occasion, d’être efféminés, comme les Grecs139.

2.3. Autres populations locales ; Turcoples et autres Orientaux

  • 140  Témoignage intéressant d’Ibn Ṭulūn, al-Qalā’id al-ǧawhariyya fī ta’rīḫ al-Ṣāliḥiyya, éd. M. A. Dah (...)
  • 141  Cf. J.-M. Mouton, Damas, p. 65 et suivantes.
  • 142  Massif montagneux qui se trouve au nord de Safed, à l’ouest du lac Houlé et qui devait être dès ce (...)
  • 143  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 519-520.

44Les « émirats » montagnards des monts Liban étaient divers ; les chroniques évoquent parfois (très rapidement) les territoires contrôlés par les Druzes (dans le ǧabal al-Summāq), les Nuṣayris (dans le ǧabal Anṣariyya), les Ma‘n (Chouf, sans doute installés par Ṭuġtakīn vers 1120), les Banū Ǧandal du Wādī l-Taym, etc.140. Difficiles d’accès, ces territoires tinrent lieu de zone frontière entre la principauté de Damas et le comté de Tripoli pendant toutes la période qui nous occupe, même s’ils se restreignirent progressivement sous la pression franque ou musulmane. Les émirs qui s’y étaient imposés y étaient autonomes, mais ils payaient tribut aux Francs141. Ils participèrent, selon les fluctuations politiques, à l’effort militaire des uns et des autres. Mais on ne sait pas s’ils devaient un « service militaire » du type de celui dû par les Buḥturides du Ġarb à Nūr al-dīn. De même, Ibn al-Qalānisī ne précise pas de quelle manière les montagnards du Ǧabal ‘Āmila142 avaient été recrutés. Ils formaient, avec des Francs, l’infanterie du gros détachement que le frère cadet de Nūr al-dīn, Nuṣrat al-dīn Amīr Mīrān, écrasa près de Banyas, le 13 rabī‘ 552/26 avril 1157. Ils furent, pour la plupart, massacrés143.

  • 144  Le pèlerinage de Maître Thietmar, trad. Ch. Deluz dans Croisades et pèlerinages, p. 941-942, qu’il (...)

45De quelle façon les Arabes bédouins étaient utilisés par les Francs, nous l’ignorons également. Tout au plus sait-on qu’ils servaient parfois de guides (Saladin le leur reprochera) ou qu’ils pouvaient susciter de l’admiration pour leurs qualités de cavaliers. Maître Thietmar, au début du xiiie siècle, décrit leurs joutes144 :

« […] les bédouins sont des cavaliers merveilleusement experts. Ils dressent un panneau circulaire, comme dans les joutes, qu’ils doivent transpercer de leur lance en se lançant au galop. Celui qui échoue et ne transperce pas la cible avec son arme est la risée de tous et est frappé du poing et humilié par le chef des cavaliers bédouins. Les chevaliers chrétiens se montrent très courtois envers les chevaliers bédouins, les honorent et vont jusqu’à leur offrir des cadeaux ».

  • 145  Cf. J. Prawer, Crusader Institutions, Oxford, 1980, p. 214, qui signale que les Templiers semblent (...)
  • 146  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 540. Ibn Muyassar, Aḫbār Miṣr, éd. A. F. Sayyid, Le Caire, (...)

46Leur statut en territoire franc est incertain. Quelques documents latins laissent penser qu’ils étaient, dans le royaume de Jérusalem, la propriété du roi, auxquels ils devaient donc payer une redevance (sans doute en nature, chevaux, chameaux, moutons) ; peut-être les simples seigneurs ou les ordres militaires avaient-ils les mêmes droits sur eux. Mais rien n’a transparu des « services militaires » qu’ils pouvaient rendre145. Ils semble qu’ils se résumèrent à une participation très occasionnelle, en tant qu’auxiliaires, à des affrontements, sans doute contre un quelconque avantage. Par exemple, en 553/1158, l’armée égyptienne, al-‘askar al-miṣrī, fit savoir à Damas qu’elle avait vaincu, près d’al-‘Arīš, un gros corps de Francs et de bédouins qui dépassait les quatre cents cavaliers146.

  • 147  Soit grecque.
  • 148  Surtout R. C. Smail, Crusading warfare, p. 111-112 ; J. Richard, « Les Turcoples au service des ro (...)

47Ces alliés fluctuaient d’un camp à l’autre, selon les évolutions géopolitiques. Il n’en était pas de même des fameux « Turcoples », Turkubūlī en arabe (Durkubūliyya, dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq), qui ont fait couler beaucoup d’encre sans qu’on ait pu établir avec certitude leur origine, leur statut et leur fonction. Leur origine, surtout, a posé problème, même si les auteurs latins les plus précis sont plutôt formels : Raymond d’Aguilers les dit soit élevés parmi les Turcs, soit nés d’un père turc et d’une mère chrétienne147 (« Turcopoli enim dicuntur, qui vel nutriti apud Turcos, vel de matre Christiana patre Turco proceantur »). Albert d’Aix dit la même chose, mais non sans ajouter que leur gens (race, peuple), impie, n’avait que le nom, et non la pratique, de chrétiens. Sans chercher à reprendre toutes les données du problème, des travaux importants ayant été réalisés sur le sujet, il n’est pas inutile de s’y arrêter148.

  • 149  Anne Comnène, Alexiade, index.
  • 150  Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. iii, xxxiv, p. 631 (devant Tarse, archers), xlv, p. 640 (Artāḥ : écl (...)
  • 151  Ibidem. Présents à trois reprises dans l’ouvrage, les Turcoples sont à deux reprises accompagnés d (...)

48Des Turcoples sont attestés, avant la première croisade, à Byzance. Tatikios, le général qu’Alexis Comnène avait joint aux Croisés, en était certainement un149. Très tôt d’ailleurs, si on en croit Raoul de Caen par exemple, ces Croisés s’en attachèrent un certain nombre150. Quel était leur statut à Byzance ? À lire les Gesta anonymes, indubitablement, il s’agissait de mercenaires151 :

« Tancrède, l’ayant appris, revint sur ses pas, se jeta dans le fleuve et parvint en nageant à rejoindre ses compagnons. Deux mille hommes le suivirent et se jetèrent aussi dans le fleuve. Ils trouvèrent des Turcoples et des Petchenègues qui combattaient contre les nôtres, les attaquèrent soudain avec courage et en vinrent à bout, puis ils en prirent un certain nombre et les amenèrent tous liés en présence du seigneur Bohémond, qui leur dit : “Pourquoi, malheureux, massacrez-vous l’armée du Christ, la mienne ? Je n’ai pourtant aucune querelle avec votre empereur.” À quoi ils répondirent : “Nous ne pouvons pas agir autrement : nous nous sommes loués à la solde de l’empereur, et tout ce qu’il nous ordonne il nous faut l’accomplir.” Bohémond leur permit de se retirer impunis. »

49Cette bataille eut lieu le quatrième jour de la semaine, qui marque le début du carême (mercredi des Cendres, 18 février 1097). Que Dieu soit béni en toutes choses ! Ainsi soit-il ! »

  • 152  Guibert de Nogent, Gesta Dei per Francos, RHC, Occ., t. iv, L. iii, 9, p. 159 en fait les hommes d (...)

50Mercenaires qu’on considère en général christianisés, même si Albert émettait de forts doutes sur ce point. Remarquons simplement que Bohémond, dans son hypothétique exclamation, met en avant leur appartenance au peuple chrétien152.

  • 153  Par exemple Gautier le Chancelier, Bella Antiochena, RHC, Occ., t. v, p. 93, 104, 108 (1115, comba (...)
  • 154  Mais voir J. Richard, loc. cit.
  • 155  R. C. Smail, Crusading warfare, p. 109-110.
  • 156  Ibidem ; voir les références aux notes 7 p. 109, 1 et 2 p. 110. Le roi avait tellement besoin de c (...)
  • 157  Ibid., p. 110-111.
  • 158  Historia, RHC, Occ., t. i, L. xix, 25, p. 925 (troupes du roi de Jérusalem face aux masses de Šīrk (...)

51Doit-on en déduire que les Croisés les adoptèrent également comme mercenaires ? Et que les Turcoples dont les divers textes font état153 étaient eux-mêmes des Turcs christianisés ? Les sources ne sont pas suffisamment précises pour répondre par l’affirmative. On peut évidemment supposer que des Turcoples byzantins étaient restés au service des Croisés, après le retrait de Tatikios et la prise d’Antioche, leur fournissant donc des forces montées d’appoint. Mais on n’en a pas mention dans les importantes batailles qui suivirent la prise de Jérusalem, ou du moins pas mention directe154. Si les Turcoples furent utilisés par les Francs très tôt dans l’histoire de l’Orient latin, ce ne fut pas de manière intensive, à moins que les auteurs latins ne les passent sous silence. Pendant et après la croisade, les armées franques ne comprenaient pas exclusivement des milites. D’autres combattants montés, mal identifiés (peut-être des piétons devenus cavaliers par opportunité ou nécessité), en faisaient partie155. Foucher de Chartres évoque la présence de tels hommes, en 1102 et 1105156. Dans l’armée de la deuxième croisade, il y avait, outre les milites lourdement armés, des equites levis armaturae – ce qui montre qu’on avait l’habitude, en Occident également, de disposer de cavaliers légers157. Il n’y a aucune raison de penser que ces hommes étaient des Turcoples, même si ces derniers étaient des cavaliers légèrement armés : Guillaume de Tyr l’affirme. Lorsqu’il parle de equites levis armaturae, son traducteur médiéval, soucieux de précision, traduit « ce sont sergent legierement armé qui à cele besongne ne tindrent mie molt grant preu158 ».

  • 159  Les exemples abondent à ce sujet et il est inutile d’y revenir. Voir les travaux, mentionnés ci-de (...)
  • 160  Date établie par H. Derenbourg, Autobiographie d’Ousâma Ibn Mounḳidh, note 1, p. 50.
  • 161 Kitāb al-Itibār, p. 50-51. Autre exemple, cité par R. C. Smail, Crusading warfare, p. 112, note 1 (...)

52Plus le temps passa et plus on recruta les Turcoples en nombre. À partir des années 1110-1115, ils apparaissent plus régulièrement dans les sources. Il semble bien qu’ils appartenaient aux troupes régulières des souverains et des ordres militaires. Pas une campagne d’importance à laquelle ils ne participèrent, en nombre même parfois supérieur, à la fin de la période qui nous occupe et pendant la suivante, à celui des chevaliers francs159. Du moins est-ce l’impression qui se dégage des chroniques, même lorsqu’elles restent évasives. En 1108, puisque c’est probablement à cette date que se déroulaient les événements qu’Usāma rapporte160, ils ne formaient pas encore la majorité de la troupe qui défit les Munqiḏites161 :

  • 162  Le texte édité comporte, par erreur, sarraba (p. 50).
  • 163  Guillaume Jourdain, comte de Cerdagne, neveu de Raymond de Saint-Gilles, qui lui succéda avant d’a (...)

« […] Un paysan de la ville haute vint en galopant vers mon père et mon oncle – que Dieu les ait en sa miséricorde – et dit : “J’ai vu un détachement162 franc égaré, venant du désert. Si vous les attaquiez, vous les prendriez.” Mon père et mon oncle montèrent alors en selle et se dirigèrent, à la tête de l’armée (al-‘askar), vers le détachement égaré. Or c’était le seigneur (ṣāḥib) de Tripoli, al-Sardānī163, à la tête de trois cents cavaliers (fāris) et deux cents Turcoples – ce sont les archers des Francs, rumāt al-Firanǧ. Quand ils virent nos hommes (aṣḥāb), ils enfourchèrent leurs montures, se lancèrent sur eux à bride abattue, les mettant en déroute et finissant par les refouler. »

  • 164  Charge de Saint-Lô. Voir supra.
  • 165  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 523-524. L’affrontement dont il est question a lieu en 552/1157, près du la (...)

53Mais bien plus que leur nombre, c’est leur fonction qui apparaît intéressante : pour Usāma, ils étaient « les archers des Francs », apparemment archers montés, ainsi que le contexte l’indique. Cet extrait pose problème en ce que l’utilisation d’une archerie montée aussi nombreuse par les Francs n’est pas confirmée par les récits de bataille des chroniqueurs latins et arabes. À aucun moment il n’y est question de harassement « à la mode turque ». Peut-être faut-il considérer que les Turcoples maîtrisaient aussi le tir à l’arc, ce qui n’était pas le cas des cavaliers francs qu’ils accompagnaient lors de leur charge, comme lors de la bataille de l’Ager sanguinis164. Un texte arabe, curieusement souvent ignoré, va du reste à l’encontre d’une fonction unique des Turcoples. À la fin de son récit d’une victoire de Nūr al-dīn sur le roi de Jérusalem, en 552/1157, près du lac de Tibériade, Ibn al-Qalānisī fait état du « défilé des vaincus » que le prince zankide organisa à Damas. Parmi eux, des fantassins. Le chroniqueur damascène précise165 :

  • 166  Amedroz (p. 342) a lu al-durkuyūliyya, ce qui ne change rien au fait qu’il s’agit de Turcoples.

« Quant aux hommes à pied – sergents et Turcoples (wa l-raǧǧāla min al-sarǧandiyya wa l-Durkubūliyya166) –, ils étaient attachés par des cordes, par trois, par quatre, ou par moins que cela, ou plus que cela ».

  • 167  Retraits (dans La Règle du Temple, éd. H. de Curzon, Paris, 1886), nos 153, 169, 170, 171, 179.

54Dans les Retraits de la Règle du Temple, les Turcoples forment un corps unique, sous la direction du Turcoplier. Leur statut est inférieur à celui des chevaliers, mais supérieur à celui des sergents. Ils servent d’éclaireurs, mais vont en « échelle » comme les autres cavaliers. L’un d’entre eux porte le gonfanon dans « l’échelle ». De même, c’est à l’un d’entre eux qu’était confié l’étendard à l’avant de l’armée en marche167.

  • 168  Y. Harari, loc. cit.
  • 169  J. Richard, loc. cit., p. 263 ; B. Z. Kedar, Crusade and mission, Princeton, 1984, p. 76 sq. et pa (...)
  • 170  Cf. Y. Friedmann, op. cit.
  • 171  Kāmil, t. ix, p. 217, année 502/1108-1109.

55Mais tout ceci ne dit rien sur leur recrutement. Sans doute, comme on l’admet généralement, était-il local. Les armées latines avaient besoin d’hommes, l’apport européen, jamais tari, s’avérant insuffisant ; c’est la raison pour laquelle (plutôt qu’une nécessité d’ordre tactique) le recrutement indigène s’imposait. Toutes sortes d’hypothèses ont été émises, dont celle, récente, d’une descendance franque majoritaire168. En fait, pour les trois premiers quarts du vie/xiie siècle, rien ne peut être affirmé. Il faut se garder de transposer aux premiers temps de l’occupation latine ce qu’on sait de périodes plus tardives. Jean Richard s’est demandé s’ils étaient des Turcs musulmans convertis, de gré ou de force, et « passés à l’ennemi ». Il a donné quelques exemples allant dans ce sens, mais B. Z. Kedar est plutôt sceptique169. Il faut dire qu’on voit mal, en l’état de nos connaissances, comment des milliers de conversion (puisqu’il s’agit de tels chiffres) auraient pu avoir lieu, sans surtout que cela ait donné lieu à vitupérations dans les sources arabes. Faut-il donc, plutôt, voir en ces Turcoples d’anciens captifs, ou leurs descendants, qui auraient apostasié ? Il s’agirait alors essentiellement de Turcomans : les soldats turcs professionnels étaient trop peu nombreux dans les armées musulmanes du temps. On pourrait également conjecturer que tous n’étaient pas d’anciens combattants. D’autres prisonniers ou leur descendance pouvaient faire l’affaire (les prisonniers se comptaient par milliers, selon les sources170), tout particulièrement pour servir à pied. Ils pouvaient ainsi éviter l’esclavage, en se convertissant. Mais, là encore, les textes livrent peu d’informations. À une occasion, néanmoins, Ibn al-Aṯīr fait état des très nombreux murtaddūn (« apostats ») qui vivaient dans l’entourage de l’Arménien Kogh Vasil171 :

 « Le comte et Josselin se mirent en marche, firent une expédition de déprédation contre les châteaux de Tancrède (ḥuṣūn Tankrī), seigneur (ṣāḥib) d’Antioche, puis se réfugièrent dans les domaines (wilāya) de Kogh Vasil (Kawāsīl), un homme arménien qui était entouré d’une multitude d’apostats et autres hommes. Il était le seigneur (ṣāḥib) de Ra‘bān, de Kaysūm et d’autres places fortes encore (qilā‘) au nord d’Alep. Il aida le comte [en lui fournissant] mille cavaliers apostats (alf fāris min al-murtaddīn) et deux mille piétons. »

  • 172  W. Heffening, « Murtadd », El2a, t. vii, p. 635, qui signale S. M. Zwerner, The law of apostasy in (...)
  • 173  G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 1057 sq. et passim.
  • 174  En sus d’une lecture sur papier, nous avons effectué des recherches par mots clés dans deux éditio (...)
  • 175  Des conversions individuelles sont parfois signalées. Naṣr, le fils du vizir ‘Abbās que Ṭalā’i‘ b. (...)

56Il y a du mépris dans la phrase « qui était entouré d’une multitude d’apostats et d’autres hommes », les apostats n’étant pas en odeur de sainteté au Moyen Âge172, la formule « d’autres hommes » renvoyant à toutes les canailles dont « Basile le voleur » s’entourait173. Mais l’essentiel – ou du moins ce qui nous préoccupe ici – demeure qu’il fut en mesure de fournir un nombre très conséquent de cavaliers « apostats » à Baudouin d’Édesse, hommes dont malheureusement Ibn al-Aṯīr ne dit rien d’autre. Peut-on, dans la mesure où il n’utilise jamais, dans sa chronique, le terme « Turcoples », sous quelque forme que ce soit174, considérer que murtadd en était, pour Ibn al-Aṯīr, un synonyme ? L’importance du concept d’irtidād (ou ridda), l’utilisation qu’il en fait en général, l’abondance de sa documentation (qui fait qu’il ne pouvait pas ignorer le mot Turkubūlī) et ses qualités d’écrivains font écarter une telle hypothèse. En revanche, il faut tenir compte du fait que ce passage renvoie à un territoire (et à un homme) proche de Byzance, non éloigné qui plus est des marges où la conquête turque se poursuivait, conquête marquée par des arrivées ponctuelles d’aventuriers turcomans. Kogh Vasil aurait pu s’attacher d’anciens mercenaires byzantins auparavant christianisés, ou, à la limite, des hommes fraîchement arrivés qu’il était capable de payer au moyen de ses larcins et qui se seraient convertis175.

  • 176  Kitāb al-rawatayn, t. ii, 1, p. 31 (pour la place forte qui dominait le Jourdain, au nord du lac (...)

57On met souvent en avant, également, un extrait du Kitāb al-rawḍatayn, dans lequel Abū Šāma cite ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī qui raconte le siège, la prise puis la destruction de Ḥiṣn Bayt al-Aḥzān par Saladin, en 575/1179. Après la chute de la place176,

« […] On vint au sultan avec les prisonniers, et tous ceux qui étaient apostats ou archers eurent la tête tranchée ».

  • 177  RHC, Or., t. iv, p. 205 ; R. Grousset, Histoire des croisades, t. ii, p. 679 ; J. Richard, loc. ci (...)
  • 178 ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, al-Barq al-šāmī, éd. M. al-Hayyari, Amman, 1987, t. iii, p. 180. La suite (...)

58L’éditeur/traducteur du Recueil des historiens des croisades, suivi en cela par R. Grousset puis par J. Richard, identifiait « les apostats et les archers » aux Turcoples177. Ils n’avaient pas accès à l’ouvrage dans lequel Abū Šāma avait puisé, al-Barq al-šāmī, où on lit le même texte, mais avec un détail ignoré par le compilateur178 :

  • 179  Nous suivons la lecture d’Abū Šāma, unuq étant autant masculin que féminin. Une autre lecture, ma (...)

« Le sultan s’assit, et j’étais près de lui ; il avait, seul, remercié Dieu Très Haut. Alors, il fit subir un interrogatoire (istanṭaqa) à ceux des prisonniers qui lui furent présentés. Ceux qui étaient apostats ou archers furent tués d’un carreau d’arbalète tiré dans la nuque (wa bi-ǧarḫ ḍuriba ‘unuquh)179. »

  • 180  Trad. H. Massé, Conquête de la Syrie et de la Palestine par Saladin, Paris, 1972. Les occurrences (...)
  • 181  En son temps, Zankī fit couper le pouce aux neufs arbalétriers qui avaient résisté, lors du siège (...)
  • 182  Ibn Abī Ṭayyi’, loc. cit., souligne le fait que la place était aux Templiers. Sur les Turcoples da (...)

59Il n’est pas directement question de Turcoples, dans les deux passages. Pourtant, ‘Imād al-dīn, qui par ses fonctions était très au fait de l’armée franque, utilise parfois le vocable al-Turkubūlī – à trois reprises, par exemple, dans al-Fatḥ al-qussī fī l-fatḥ al-qudsī, ouvrage tout à la gloire de Saladin180. En revanche, il est bien fait mention d’apostats qui semblent avoir été reconnus au moyen du critère linguistique. Quant aux « archers », on ne sait pas pourquoi ils furent exécutés – soit parce qu’ils étaient francs, soit du fait de leur efficacité181. En tout cas, ‘Imād al-dīn prend soin de les distinguer des apostats. Peut-on identifier ces derniers aux Turcoples dont les Templiers (auxquels la place appartenait182) faisaient grand usage ? En l’état de nos connaissances, toute certitude est impossible. Pas plus ‘Imād al-dīn qu’Ibn al-Aṯīr ou Ibn al-Qalānisī (dont le texte, pourtant empreint de religiosité, ne laisse rien entendre de tel) ne permettent d’affirmer que les Turcoples étaient tous des apostats.

  • 183 Kitāb al-Itibār, p. 47.

60D’ailleurs, d’autres Orientaux que les Turcoples servaient dans les armées latines. Un extrait du Kitāb al-I‘tibār d’Usāma b. Munqiḏ laisse penser que des Kurdes étaient employés comme archers, dans les garnisons des places fortes franques. En 1121, une expédition commune – Munqiḏites et troupes de Hama – fut décidée contre Apamée. Usāma et Šihāb al-dīn Maḥmūd b. Qarāǧa la dirigeaient. Certainement informés de leur arrivée, les Francs – cavaliers et fantassins – les attendirent au devant de la place, sur un terrain difficile, parsemé de ruines, où les chevaux avaient du mal à avancer. Les Francs ayant tenu bon, les musulmans prirent la décision de les contourner et de monter vers la porte de la forteresse (bāb al-ḥiṣn). Les Francs firent alors marche arrière. Sous Apamée, où Usāma parvint avec l’un de ses serviteurs, ils reçurent une pluie de pierres et de flèches. À l’écart, « par peur des Kurdes », ‘alā ḫawf al-Akrād, archers et frondeurs donc, Šihāb al-dīn n’osait pas avancer. Finalement, une flèche l’atteignit, sans doute empoisonnée, et le tua183. Hommes de garnison, ces Kurdes ne faisaient rien d’autre qu’à Šayzar ou à Hama, où ils formaient une part non négligeable des troupes.

  • 184  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 292/LT p. 119 (an 506/1112-1113).

61Des Turcs, également, sont signalés aux côtés des Francs. En tant qu’alliés, comme lorsque, en ṣafar 502/septembre-octobre 1108, Tancrède et Riḍwān dans un camp, Baudouin d’Édesse, Josselin de Tall Bāšir et Ǧāwalī dans l’autre, s’affrontèrent. Mais peut-être également en tant que mercenaires. Lorsque Tancrède reçut le Seldjouqide Takaš, il y avait, en tout cas, un certain nombre de Turcs auprès de lui184 :

  • 185  « Le fils de son oncle paternel. »

« Cette année-là, le fils du prince (malik) Takaš, fils du sultan Alp Arslān et frère du sultan al-‘Ādil Malik Šāh, arriva à Homs, fuyant son cousin185, le sultan Ġiyāṯ al-Dunya wa l-Dīn Muḥammad. Comme il lui était impossible de rester à Homs et à Hama, il gagna Alep. Or, Faḫr al-mulūk Riḍwān, maître (ṣāḥib) d’Alep, avait été élevé à la cour du sultan ; il eut donc peur d’y rester. Alors il s’en alla trouver Tancrède, seigneur (ṣāḥib) d’Antioche, et lui demanda sa protection. Celui-ci la lui accorda, l’honora et le combla. Un groupe de Turcs qui étaient avec Tancrède (ǧamā‘a min al-Atrāk al-laḏīn ma‘a Ṭankrī) se groupèrent autour de lui, et il s’établit à Antioche. »

62Ces quelques exemples montrent que des Orientaux servirent en nombre dans les armées latines. Certains étaient chrétiens, d’autres non. Des apostats sont avérés. Mais on ne sait pas vraiment lesquels étaient des Turcoples. En fait, les textes sont trop imprécis, pour la période qui nous concerne, pour pouvoir statuer sur le poids du recrutement local dans ces armées.

III. Les armées musulmanes

1. Des armées traditionnellement composites

1.1. Armées seldjouqides et fatimides

  • 186  Reuben Levy, The social structure of Islam, Cambridge, 1969 (1re éd. 1957), p. 410.
  • 187  O. S. A. Ismail, « Mu‘taṣim and the Turks », BSOAS, t. xxix, 1966, p. 12-24 ; « Ghulām », El2a, t. (...)
  • 188  Daylam : hautes terres du sud du Ǧīlān, région située autour du delta de la rivière Safīd-rūd, et (...)
  • 189  Voir les remarques de C. E. Bosworth, « Military Organisation under the Būyids of Persia and Iraq  (...)
  • 190 Siyāsat Name, trad. Schefer, rééd. Paris, 1984, p. 172-173 (nous avons conservé la transcription or (...)

63Sans remonter aux incorporations de soldats byzantins ou perses au temps même de la conquête186, depuis les réformes de l’époque abbasside187 la mixité ethnique paraît consubstantielle aux appareils militaires orientaux. Pour exemple, les armées bouyides, ghaznévides ou saffarides étaient multiethniques, même si une ethnie (par exemple les Daylamites188 chez les Bouyides) pouvait y jouer un rôle singulier, et si les Turcs y constituèrent rapidement l’élite des combattants189. À la fin du ve/xie siècle, l’intégration d’éléments variés dans les armées de l’islam était donc un phénomène déjà ancien, tout aussi caractéristique même que le « phénomène mamelouk ». ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī raconte ainsi que lors de la revue (‘arḍ) de l’armée seldjouqide à laquelle on procéda, en 473/1080-1, sept mille Arméniens furent remerciés, qui furent recrutés par Takaš, le frère du sultan Malik Šāh. On s’explique donc aisément les remarques de Niẓām al-mulk190 :

  • 191  Cf. El2a, t. vi, p. 64 (C. E. Bosworth).

« Chapitre 24.
Il est nécessaire d’avoir des troupes de races différentes.
Il est très dangereux d’avoir une armée composée d’hommes ayant tous la même origine ; ils n’auront aucune émulation pour bien servir et susciteront des désordres. Il faudra donc que toutes les races de l’empire fournissent des soldats. On aura ainsi deux mille Deïlemites et deux mille Khorassaniens qui résideront à la cour. On conservera ceux qui existent et on lèvera pour les avoir sous la main ceux qui devront compléter les vides. Si on entretient aussi quelques Géorgiens et quelques Chobankarèh du Fars, cela n’en vaudra que mieux, car ce sont de braves gens.
Voici quel était à ce sujet le système du sultan Maḥmūd191. Il avait dans son armée des soldats de plusieurs races différentes : des Turcs, des Khorassaniens, des Arabes, des Indiens, des Deïlemites et des gens du Ghour. […]
Lorsque le combat était engagé, chaque race faisait preuve de vaillance et combattait avec plus de vigueur pour conserver intacts son honneur et sa bonne renommée, afin que l’on ne vînt à dire : “Pendant la bataille, telle race s’est comportée avec mollesse.” Toutes les troupes faisaient tous leurs efforts pour l’emporter en courage l’une sur l’autre ».

  • 192  Le thème de « l’émulation » se retrouve dans plusieurs sources. Voir par exemple Anne Comnène, Ale (...)

64Le souci d’efficacité seul motive le vizir persan192 qui comme souvent se réfère au précédent ghaznévide. Il ne fait que prendre acte de ce qui était devenu une tradition. Quant aux sultans seldjouqides et à leurs successeurs (les atabegs), ils puisèrent effectivement à différents viviers. Turcs et Arméniens donc, mais également Daylamites, Ḫurāsāniens, Arabes (bédouins) et Géorgiens…

  • 193  Maqrīzī, Ḫiṭāṭ, t. i,  p. 144.
  • 194  Ibid., p. 177-178.

65Le même phénomène se retrouve dans les armées fatimides. La guerre civile de la fin du ve/xie siècle est essentiellement présentée, dans les sources égyptiennes, comme un affrontement entre les deux principaux groupes de l’armée, les Turcs et les Noirs, al-Atrāk et al-Sūdān.Badr al-Ǧamālī, chef d’une troupe d’Arméniens, put seul y mettre fin et enfin rétablir l’ordre193. Dans un bref survol de l’évolution des armées égyptiennes jusqu’à Saladin, Maqrīzī se plaît à souligner que l’armée de ce dernier se restreignait aux Turcs et aux Kurdes194. Il avait mis fin à une organisation que le chroniqueur semble dénoncer comme trop bigarrée et inefficace : un ǧund (« armée », ici) d’esclaves noirs (‘abīd), d’émirs égyptiens, de bédouins (‘urbān), d’Arméniens, etc. Alors la diversité ethnique n’apparaissait-elle plus comme une force, mais au contraire comme une faiblesse.

  • 195  Tous les auteurs de la croisade empruntent cette voie. Il en sera souvent de même des chroniqueurs (...)
  • 196  Guibert de Nogent, Gesta Dei per Francos, RHC, Occ., t. iv, p. 189 ; trad. M.-C. Garand, Geste de (...)
  • 197  Qu’on songe à l’expression de Guibert, « ainsi que chez d’autres peuples peu nombreux, mais d’aspe (...)
  • 198  Cf. Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. viii, p. 455 : « … al-Baysāniyyūn wa l-Ǧanawiyyūn, wa humā min al-Firan(...)
  • 199  Ou tout au moins par la classe des « lettrés » qui pouvaient lire ou écouter des lectures de leurs (...)
  • 200  Par exemple le chevalier (fāris) franc appelé Ibn al-Daqīq (Benedictus, selon Ph. Hitti), Usāma b. (...)

66De fait, l’un des critères les plus souvent utilisés par les auteurs arabes pour caractériser les armées musulmanes est l’appartenance ethnique, comme si rien d’autre ne les structurait. Les chroniqueurs latins n’agissent pas différemment195. Si ce n’est quelques affabulations (les Pauliciens de l’Anonyme, les Azymites de Guibert de Nogent, etc.196) et leur utilisation ponctuelle du terme « Sarrasin », il faut souligner qu’ils font presque constamment référence aux Turcs. Aux Turcs, identifiés comme les ennemis les plus menaçants, et (mais à un moindre degré) aux Arabes, ainsi que, accessoirement, aux Kurdes et aux « Persans » – sans qu’on sache forcément à quel peuple ce dernier terme renvoyait. À rebours de cette profusion de peuples et de ces étalages frisant parfois l’extraordinaire197, les auteurs arabes font preuve, au contraire, d’une extrême sobriété lorsqu’ils désignent l’envahisseur et ses héritiers. Certes les Génois (al-Ǧānawiyyūn) et les autres Italiens ont parfois droit à des termes spécifiques198. Les auteurs arabes paraissent avoir été assez bien informés de ce qui se passait dans le camp d’en face. Ils sont conscients, par exemple, des différences entre les Francs « syriens » et ceux arrivés d’outre-mer (al-ġurabā’). Mais ils ne font aucune allusion aux différents contingents de la première croisade, Lotharingiens, Normands, Bretons, Anglais, Flamands, Artésiens ou Provençaux. Dans l’immense majorité des cas, c’est de Firanǧ ou Ifranǧ (« Francs ») qu’il est simplement question, dans leurs écrits. Ces termes génériques les satisfaisaient parce qu’ils suffisaient, à leurs yeux, à caractériser l’ennemi honni. Connus depuis longtemps, ces vocables renvoyaient à un faisceau de connaissances partagées par le plus grand nombre199. Usāma b. Munqiḏ, dont on a si souvent vanté la proximité avec les Francs et qui en désigne certains par leur prénom, et pas seulement les princes et les rois200, n’agit pas différemment des chroniqueurs sur ce point.

  • 201  Pour plus de détails, voir essentiellement J. L. Bacharach, « African military slaves », loc. cit. (...)
  • 202  Exemple : Bustān, p. 127 (an 540) : en Égypte, Riḍwān s’étant échappé, des Maġāriba et des ‘Arab s (...)
  • 203  Hamblin, Fatimid Army, p. 35 et notes 70 et 71.
  • 204  Pour les Sūdān, cf. J. L. Bacharach, « African military slaves », p. 478 sq. On suppute en général (...)
  • 205 Kitāb al-I‘tibār, p. 25, p. 14.
  • 206  Par exemple Maqrīzī, Itti‘āẓ, t. iii, p. 173 (an 534) : retour de Riḍwān de Ṣarḫad, avec mille cav (...)
  • 207  Voir les textes traduits par Th. Bianquis et ses remarques dans UMR 5648, Pays d’islam et monde la (...)
  • 208  Voir tout particulièrement M. Canard, « Un vizir chrétien à l’époque fatimide, l’Arménien Bahrām » (...)
  • 209  Exemples : Maqrīzī, Itti‘āẓ, t. iii, p. 35 (an 498), p. 53-54 (an 509), p. 159 (an 531), p. 197 (a (...)

67Dans l’armée fatimide, on distinguait les Orientaux, al-Mašāriqa, les Occidentaux, al-Maġāriba et les Noirs, al-Sūdān201. Au vie/xiie siècle, le premier vocable, peu utilisé, est le plus souvent remplacé dans les sources par des expressions plus strictement ethniques, al-Atrāk ou al-Arman en général. De même, l’expression al-Maġāriba devient peu commune202 ; les Berbères utilisés étaient des irréguliers, des Lawāta surtout203. Quant aux Noirs, ils étaient achetés ou recrutés en masse ; ils étaient bien moins onéreux que les mamelouks qu’il était, de toute façon, depuis l’arrivée des Seldjouqides, de plus en plus difficile de faire venir en Égypte, et dont on se méfiait depuis les violents affrontements auxquels ils avaient participé, pendant le règne d’al-Mustanṣīr204. Pourtant, même si les Sūdān y étaient très nombreux, les armées fatimides semblent avoir continué à être composites. Pendant ses aventures égyptiennes, Usāma servit plusieurs dignitaires de haut rang, dont ‘Abbās, pour lequel il alla rassembler huit cents Turcs logés près de Bāb al-Naṣr. À une occasion, il alla recruter des cavaliers en Syrie, cette fois pour le compte d’Ibn al-Salār205. Ces exemples, combinés à quelques autres indices206, montrent que les cavaliers turcs employés dans l’armée étaient peu nombreux. Ils y constituaient sans doute une élite de combattants montés qui firent défaut lorsqu’il fallut s’opposer aux Francs, au début du vie/xiie siècle, ainsi qu’aux envahisseurs musulmans et francs, pendant les années 1160-1170207. Les combattants arméniens les remplaçaient en partie. Le rôle politique joué par des vizirs appartenant à cette communauté suffit à illustrer leur importance dans l’armée. Ils s’opposèrent aux hommes de Saladin lors des révoltes qui suivirent la chute du califat fatimide. Certains faisaient partie des troupes personnelles du calife. Mais ils ne dominaient plus l’armée, alors, comme ils semblent l’avoir fait sous Badr al-Ǧamālī208. Enfin, toute formation en campagne était accompagnée de bédouins arabes qui constituaient des forces d’appoint nombreuses209.

  • 210  W. J. Hamblin, op. cit., p. 17.

68Mais ce mode de classement a ses limites. Même pour l’armée fatimide, on ne sait pas si les régiments mêlaient ou non les groupes ethniques ou, tout au moins, les hommes venant de différentes régions. Peut-être, d’ailleurs, la composition des régiments évolua-t-elle. Une hypothèse a ainsi été formulée, selon laquelle le corps des Ǧuyūšiyya se serait transformé avec le temps – corps de Mašāriqa, il serait passé aux Sūdānī210.

  • 211  Ville de Perse du Nord, à environ 125 km au sud-ouest de Téhéran, à 960 m d’altitude. Cf. El2a, t. (...)
  • 212  SibṭIbn al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Sévim, p. 77 ; Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, p. 172-173. Il est i (...)

69On connaît moins bien les armées des Grands Seldjouqides – les sources sont moins précises. L’extrait du Siyāsat Name cité ci-dessus laisse penser que chaque ethnie se battait d’une manière sinon indépendante, du moins plus ou moins autonome. Ainsi pouvait-elle faire montre de ses qualités et son honneur était-il porté au plus haut. Ceci ne signifie pas que des corps ne mêlaient pas différentes ethnies, ni qu’ils ne combattaient pas en interdépendance – simplement, les sources n’en disent rien. Le commandement était unifié ; la communication n’était pas rompue pendant les batailles. Les armées des sultans seldjouqides (en partie agrégats d’armées personnelles diverses) avaient atteint un degré d’efficacité élevé qui leur permit de conquérir de vastes territoires. Comme leurs prédécesseurs, après avoir conquis une région, ils recouraient aux populations soumises. Lorsque l’empire se scinda, au vie/xiie siècle, chacun des protagonistes seldjouqides (sultans, atabegs, grands émirs) s’appuya en partie sur la région qui constituait la base de son pouvoir, ainsi que sur ses alliés. Sanǧar, par exemple, dont les possessions étaient situées aux confins orientaux de l’empire seldjouqide, disposait d’un vivier de recrutement différent de celui des maîtres de l’Iraq, ce qui n’empêchait pas ses troupes d’être aussi diverses que les leurs. Les récits de sa victoire à Sāwa211, en 513/1119, sur Maḥmūd, l’illustrent quelque peu212 :

  • 213  Dix-huit pour Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 483.
  • 214 Wa min kuffār al-Turk ulūf, « et des milliers de Turcs infidèles », précise Ibn al-Ǧawzī.

« Cette année-là : Sanǧar se présenta à al-Rayy, et s’en rendit maître. Puis eut lieu une bataille terrible (waq‘a ‘aẓīma) entre lui et son neveu Maḥmūd b. Muḥammad Šāh dans le désert de Sāwa. Cinq rois accompagnaient Sanǧar, sur cinq trônes – dont le roi (malik) de Ġazna, qui avait quarante éléphants213 montés par des combattants – ainsi que des milliers de Bāṭiniens et des milliers d’infidèles214. D’ailleurs, on dit qu’il était à la tête de cent mille [hommes], et que Maḥmūd avait trente mille [hommes] ».

  • 215  Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, t. xvii, p. 107-109 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 118.
  • 216 Ibid., p. 113-119.

70Si cela n’apparaît pas dans ces quelques lignes, le cœur de ces armées était tout de même turc – qu’il s’agisse de mamelouks ou de Turcomans. Turcs, Arabes et Kurdes : trois des groupes ethniques sur lesquels les sources latines insistent lorsqu’elles traitent des interventions seldjouqides en Syrie. À parcourir les chroniques arabes, c’est apparemment parmi ces trois ethnies que les sultans seldjouqides et les grands émirs qui les servaient ou les combattaient puisaient avant tout. Par exemple, les forces à la tête desquelles Sayf al-dawla Ṣadaqa al-Asadī fut battu et tué, en 501/1108, ne se limitaient pas exclusivement, contrairement à ce que sa proclamation avant sa mort laisse entendre (« Je suis Tāǧ al-mulūk, je suis le roi des Arabes ! »), aux Arabes bédouins (effectivement les plus nombreux) : un corps de Kurdes (ǧamā‘a min al-Akrād ; al-Akrād) participa à sa défaite215. Et si Ibn al-Aṯīr se plaît à opposer « les Turcs » à ses hommes, cela ne signifie évidemment pas qu’il n’en employait pas216.

  • 217  Voir également supra, « Les sources ».
  • 218  RHC, Occ., t. iv, L. xi, chap. 16 à 25, p. 671-675. Le discours du roi à Tancrède se situe chap. 2 (...)
  • 219  Ibid., L. xi, 36, p. 680, 38 à 42, p. 681-684.
  • 220  Ibid., L. xii, 9, p. 694. Puis L. xii, 11, p. 695, et 12, p. 696. Lorsqu’il signale la mort de Maw (...)
  • 221 Ibid., L. xii, 19-20, p. 701-702.

71On retrouve cette tendance au dualisme dans bien d’autres chroniques que le Kāmil ou le Bāhir217. Lorsqu’elles traitent des armées « seldjouqides » venues en Syrie dans la deuxième décennie du vie/xiie siècle, les principales chroniques franques – celles d’Albert d’Aix et de Foucher de Chartres – ne s’intéressent qu’aux Turcs qui apparaissent comme le principal ennemi des Francs. Autant les nombres sont amplifiés (parfois jusqu’à la démesure) dans l’Historia d’Albert, autant il reste sobre lorsqu’il caractérise des « envahisseurs » dont assurément on devait avoir peur. Dans les longues pages qu’il consacre, par exemple, aux opérations menées contre Édesse, à l’instigation de Tancrède, par les « princes turcs du royaume de Ḫurāsān », il parle inlassablement de « Turcs ». Ces derniers sont opposés aux « chrétiens », qui sont, quant à eux, parfois différenciés : aux Galli (« Gaulois ») s’ajoutent les Arméniens. En revanche, lorsqu’il rapporte les paroles du roi à Tancrède (qui revint à la raison), il donne le choix au prince normand de continuer à collaborer avec les « Gentils » ou de réintégrer la communauté des chrétiens. Mais dès lors qu’il reprend son récit des opérations militaires, il focalise à nouveau sur les « Turcs218 ». Il en est de même lorsqu’il raconte l’expédition suivante, dirigée par Malducus (Mawdūd) celle-là. L’attaque contre Tall Bāšir est à nouveau le fait de « Turcs » venus du Ḫurāsān (où la moitié d’entre eux, handicapés par les difficultés d’approvisionnements, retournent sans poursuivre jusqu’en Syrie), toujours opposés aux « chrétiens219 ». Puis le même Malducus va, à la tête de trente mille « Turcs », rallier l’usurpateur de Damas, dont il est précisé qu’il était lui-même turc, et mettre en danger les « chrétiens », parmi lesquels les Arméniens ont parfois un rôle de messager220. Enfin, une fois Mawdūd assassiné, Burgoldus (Bursuq), son « successeur », arrive du même royaume à la tête d’une horde de Turcs (quarante mille), mais connaît l’échec face aux « chrétiens » – Francs et Arméniens221.

72Foucher de Chartres procède de la même manière qu’Albert ; moins développés, ses récits participent des mêmes focalisations. Le ton religieux y est encore plus marqué : lui parle très souvent d’infidèles et de « païens ».

  • 222 ayl ta’rīḫ Dimašq, p.293-297/LT p. 120-126.
  • 223 Kitāb al-Itibār, p. 73.

73Ces armées orientales n’étaient pas aussi homogènes. Ibn al-Qalānisī révèle par exemple qu’en 506/1112 Mawdūd avait réuni une armée hétéroclite de Turcs, de Kurdes et de « tous ceux qu’il put rassembler222 ». Usāma b. Munqiḏ relate longuement le siège que Kafarṭāb eut à subir pendant la campagne syrienne de Bursuq, en 509/1115. L’armée était très nombreuse ; les émirs puissants abondaient. Les opérations de sape furent confiées aux Ḫurāsāniens. Inoccupé et curieux, Usāma eut l’idée d’entrer à l’intérieur de la mine que les Ḫurāsāniens avaient creusée, à partir du fossé. Il réussit à y pénétrer et fut ébloui de leur science. Puis il remonta. Une remarque anodine laisse augurer de l’autonomie des Ḫurāsāniens : l’émir munqiḏite précise que lorsqu’il sortit il eut la chance de ne pas être reconnu par les Ḫurāsāniens. L’eût-il été, il aurait dû leur verser une « forte contribution223 ».

  • 224  Apparemment en 526-527. Cf. Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 43-44.
  • 225  À qui il s’opposa à plusieurs reprises. Sur l’émir, Qafǧāq b. Arslān Tāš al-Turkumānī maître, nota (...)
  • 226  Terme persan, signifiant « pays montagneux » (kūh, « montagne » + le suffixe -istān) : Yāqūt, Mu‘ǧ (...)
  • 227  Nous n’avons pu situer ce lieu.
  • 228 Kitāb al-Itibār, p. 158. Autres exemples : infra, chap. « Les armées : structures ».

74Usāma évoque à plusieurs reprises les Ḫurāsāniens à propos d’expéditions djéziréennes de Zankī qu’il servait alors224. L’atabeg ayant ordonné à son lieutenant Ṣalāḥ al-dīn al-Yāġīsiyānī d’aller faire rendre raison à l’émir turcoman Qafǧāq225, une campagne difficile commença. De Mossoul, il fallut se rendre dans les montagnes du Kūhistān226, aller assiéger « un château, ḥiṣn, appelé Māsurra227 ». À nouveau, le soin de creuser une mine fut confié aux Ḫurāsāniens, dont le travail fut couronné de succès228.

1.2. Armées de Syrie

  • 229  Voir Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 136 (an 491).

75Les armées syriennes restèrent tout aussi composites que les armées plus orientales tout au long de la période qui nous occupe, des troupes qui se rendirent au secours d’Antioche menacée par les Croisés229 à l’appareil plus sophistiqué que Nūr al-dīn. La difficulté principale, en fait, est d’y déterminer même grossièrement la proportion des différentes ethnies. Que l’élément turc, par exemple, y ait incontestablement joué un rôle prépondérant ne nous apprend rien sur son poids quantitatif. Il est vrai que ce poids dut varier selon les époques, les armées et les capacités financières de celui qui les équipait. L’impression dominante est que les soldats turcs, esclaves professionnels, formaient une élite peu nombreuse de combattants, le cœur des armées.

1.2.1. Turcs et Turcomans

  • 230  L’auteur (ou les auteurs) de la Chanson usent également à l’envi du « les Sarrasins ». Cf. l’index (...)
  • 231  Éd. RHC, Occ., t. v, p. 86, 100, 120, 122, 124, 130. Th. S. Asbridge et S. Edgington, traducteurs (...)
  • 232 Historia, RHC, Occ., t. i, L. i, 7, p. 22. Un manuscrit (cf. Vatican, Biblioteca Apostolica Vatican (...)
  • 233  Ibid., p. 24. Cf. aussi L. xviii, 11, p. 836. Comparer avec Michel le Syrien, Chronique (version a (...)
  • 234  Cf. C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 442.

76Cavaliers la plupart du temps, mais sans doute combattants polyvalents formés aux différents modes de combat, ces Atrāk sont parfois distingués d’autres Turcs, mais nomades ou semi-nomades cette fois, les Turcomans. Pour leur part, les auteurs latins, malgré les énumérations dont on a parlé et leur focalisation récurrente sur les « Turcs », ignorent les Turcomans. À y regarder d’un peu plus près, en fait, il paraît évident que les uns et les autres sont englobés sous le même terme générique – celui de « Turcs ». Ainsi en est-il dans la Chanson d’Antioche230 ou dans l’Historia d’Albert d’Aix. En fait, il faut attendre les auteurs « syriens », plus au fait des réalités orientales, pour qu’une différenciation plus nette soit faite entre Turcs et Turcomans, comme dans les Bella antiochena de Gautier le Chancelier (où, néanmoins, il est fréquemment fait état de Parthi dont on ne voit pas toujours à qui ils renvoient). Dubays a droit au titre à lui si cher, selon les sources arabes, de « roi des Arabes » (rex Arabum). Īl-Ġāzī est désigné comme « l’émir » ou le « prince » de Turcomans qui ne sont plus vraiment confondus avec les Turcs231. Appartenant à une génération plus encore ancrée en Orient, Guillaume de Tyr s’astreint, au début de son ouvrage, à préciser les liens de parenté entre Turcs et Turcomans. Il élabore une hiérarchie entre eux, même s’il leur attribue une origine commune232 ; les Turcomans sont vilipendés pour leur mode de vie, traditionnel et grossier233. Il faut dire qu’il connaissait leur importance dans la lutte contre les Francs. À l’époque qui nous concerne, toutes les armées d’envergure en étaient pourvues. Ils participèrent à la plupart des batailles importantes234. Eux seuls permettaient de faire nombre, que ce soit à Damas ou à Alep.

  • 235  Ou de la semi-sédentarité. Voir « Turkmën », El2a, t. x, p. 682 (B. Kellner-Heinkele) et « Turkoma (...)
  • 236  Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. i, 2, p. 61, 62, 63 ; voir également M. b. ‘Alī b. Ḥammād Abū ‘Ab (...)
  • 237  Voir par exemple l’utilisation qu’en font Ibn al-‘Adīm et Ibn al-Aṯīr. Buġya : « Aḥmad Šāh al-Turk (...)

77Par al-Turkumān, forme arabe la plus fréquente, les auteurs médiévaux désignaient, théoriquement, les tribus turques nomades ou semi-nomades musulmanes qui appartenaient à la fédération tribale des Ġuzz (ou Oġuz), dont étaient membres des Seldjouqides qui avaient fait le choix, pour leur part, de la sédentarité235. Il est rare de rencontrer le vocable al-Ġuzz pour le vie/xiie siècle. On le trouve plutôt dans les textes racontant l’histoire des confins orientaux du domaine musulman. Ainsi en est-il dans le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr et la Buġya d’Ibn al-‘Adīm. Ce n’est pas le cas dans le Kitāb al-rawḍatayn d’Abū Šāma, lorsque l’intervention des troupes d’Asad al-dīn Šīrkūh en Égypte est mise en scène : al-Ġuzz et al-Turkumān sont confondus236. En fait, cela était souvent le cas dans les sources arabes237.

  • 238 Siyāsat Name, op. cit., trad. Schefer, chap. 26, p. 175 :« Les Turkomans, bien qu’ayant causé de sé (...)

78Avant même que de poursuivre leurs migrations vers l’ouest, les Turcomans avaient rendu de fiers services aux Seldjouqides, à l’armée régulière desquels ils s’ajoutaient d’une part, et que d’autre part ils précédaient parfois, leur déblayant le terrain. Niẓām al-mulk préconisait donc de les ménager238.

  • 239  S. Zakkār, The emirate of Aleppo, 392-487/1002-1094, p. 186-233, et surtout Th. Bianquis, Damas et (...)
  • 240  Pour les déferlements, à la fin du ve/xie siècle, voir essentiellement le Mir’āt al-zamān de Sibṭ (...)
  • 241  Sur ces vagues, voir les ouvrages déjà cités de Th. Bianquis, S. Zakkār, M. Yared-Riachi.
  • 242  Voir infra, « Armées : les nombres ».
  • 243  Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 72-73 ; C. Hillenbrand, « The Career of Najm (...)

79Arrivés en Syrie par bandes plus ou moins indépendantes, dans la deuxième moitié du ve/xie siècle239, ils n’y déferlèrent néanmoins jamais autant qu’en Asie Mineure où leur présence fut plus durement ressentie, même si elle ne donna pas immédiatement lieu à conquête et fondation de nouveaux États240. Plusieurs vagues se suivirent, dont aucune ne ressembla forcément à l’autre, des groupes de tailles diverses se succédant241. Tutuš venant se rendre maître de Damas était accompagné d’« une armée nombreuse de Turcomans », ǧam‘ kaṯīr min al-Turkumān… et Asad al-dīn Šīrkūh allant conquérir l’Égypte au nom de Nūr al-dīn recruta pour cela, en sus des soldats que ce dernier lui avait détachés, quelques milliers de ces mêmes guerriers242. Mobiles, ces Turcomans pâturaient dans une large zone allant de la Djéziré à la Syrie du Nord, avec une prédilection pour la première région, et tout particulièrement le Diyār Bakr. C’est là, autour de Mārdīn, qu’Īl-Ġāzī alla recruter quand le besoin s’en fit sentir243 :

« Et, cette année-là, les déprédations franques sur les territoires des musulmans se multiplièrent. L’émir Naǧm al-dīn Īl-Ġāzī vint donc à Ṭuġtakīn et ils s’entendirent pour mener le ǧihād contre les Francs, se prêtant serment et faisant alliance. [Ils s’entendirent également] sur le fait qu’Īl-Ġāzī se rendrait à Mārdīn afin de rassembler les Turcomans et qu’ils feraient jonction en ṣafar 513 à Alep. »

  • 244  Intéressante formule d’Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 92 (an 499), à propos du siège de Naṣībīn par (...)
  • 245  Voir le chapitre « Armées : les nombres (2) ».
  • 246  Voir les récits donnés par les sources arabes. Rien de tel, en revanche, lorsqu’est racontée la dé (...)
  • 247  Voir, par exemple, ce qu’écrit Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 506 (an 549) sur Ḥusām al-d (...)
  • 248  L’une des tribus ġuzz. Cf. « Artuḳides », El2a, t. i, p. 662 (Cl. Cahen).
  • 249  En 478/1085-1086 : Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 7.
  • 250  Ibn al-Azraq, Ta’rīḫ al-Fāriqī, p. 148.
  • 251  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 130-1 et Buġya, t. viii, p. 3661 ; ‘Imād al-dīn Ḫalīl, al-Imārāt al (...)
  • 252  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 224/LT p. 45 (an 494/1100-01), la défaite de Suqmān b. Art (...)
  • 253  La carrière des deux hommes est retracée par C. Hillenbrand, « The career of Najm al-dīn Īl-Ghāzī  (...)
  • 254  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 417/LT p. 248 (année 533).

80Jusqu’à ce que Zankī prenne le contrôle de la principauté d’Alep, les combattants turcomans vinrent de Djéziré de manière saisonnière, soit indépendamment, soit enrôlés par un émir ou par un autre. Parmi ces émirs, les Artuqides tiraient leur puissance de bandes mal identifiées. La carrière de Naǧm al-dīn Īl-Ġāzī a été retracée, sa relation aux Turcomans précisée. Ils apparaissent l’avoir servi presque inlassablement, attirés certes par des promesses de butin244. Quelle que soit la nature de leurs rapports, beaucoup plus complexes certainement que ce que les sources veulent bien laisser entrevoir, il en tirait toute sa puissance militaire. Non qu’il ne disposât d’un ‘askar personnel dont on ne sait pas vraiment de quelle teneur il était fait, mais que la comparaison avec ceux des autres grands émirs du temps pousse à imaginer constitué de quelques centaines de mamelouks. Cependant ce ‘askar paraît avoir été de taille réduite. Maître d’Alep, Īl-Ġāzī ne disposait pas même de mille combattants montés une fois les Turcomans démobilisés245. Dans la victoire (à l’Ager sanguinis), en tout cas, leur ombre parvient presque à effacer ses propres faits et gestes246. Il faut dire qu’il leur dut beaucoup, tout autant d’ailleurs que ses devanciers et successeurs247. Déjà, à la fin du ve/xie siècle, Artuq, qu’on admet avoir appartenu à la tribu Döger248, avait pu bénéficier de leurs services. Il avait pu recevoir de Tutuš, en regard de son activité, Jérusalem en iqṭā‘249, où ses fils Sukmān et Īl-Ġāzī lui succédèrent après sa mort250. Malgré la perte de la ville et de toute la Palestine au bénéfice des Fatimides, ils demeurèrent actifs en Syrie. Ils soutinrent, par exemple, Riḍwān contre Duqāq, et participèrent aux opérations contre les Croisés251 puis contre leurs successeurs252. En Djéziré, ils réussirent à s’imposer (Sukmān avait un temps contrôlé Sarūǧ)253. Leurs descendants continuèrent à s’appuyer sur les Turcomans. Lors de l’expédition byzantine de 532-3/1137-8, c’est encore une « armée de Turcomans », ‘askar al-Turkumān, dirigée par le fils de l’émir Dā’ūd b. Artuq, qui traversa l’Euphrate. Pour Ibn al-Qalānisī, il ne fait aucun doute que si les Grecs s’éloignèrent de Šayzar, ce fut du fait des « renseignements qui leur étaient parvenus sur l’arrivée des Turcomans et la concentration des armées254 ».

  • 255  Par exemple : ibid., op. cit., p. 380-381/LT p. 209-210, récit des aventures d’un « askar wāfir m (...)
  • 256  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 136 (année 491).
  • 257  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 263, année 502/1108-1109 : face à Bohémond, qui sera vaincu, l’emper (...)
  • 258  Ibid., p. 243/LT p. 65. Cf. aussi p. 339-340 (défaite de Marǧ al-Ṣuffar, en 519/1126, avec rôle im (...)
  • 259  Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, p. 18-19. Cf. aussi Ibn al-Qalān (...)

81Mais l’activité turcomane en Syrie ne se résumait pas à celle des Artuqides. D’autres bandes y déferlèrent, semant parfois peur et désolation255. Là encore, nous ne sommes pratiquement jamais renseignés sur leur origine. Hormis le contre-exemple des Yārūqiyya, sur lesquels nous allons revenir, les auteurs arabes ne précisent jamais de quelle tribu il est question. Déjà, à propos d’Antioche occupée par les Croisés, Ibn al-‘Adīm se contente de dire que, suite à une franche discorde entre Arabes de Waṯṯāb et « Turcs », nombreux furent les Turcomans qui quittèrent l’armée de secours256. Ibn al-Qalānisī n’est pas plus précis dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq où les Turcomans, très indisciplinés et régulièrement inefficaces (du moins jusqu’à Zankī), sont omniprésents : aux côtés de Sulaymān b. Qutulmuš face aux Croisés en marche ; recrutés par Qiliǧ Arslān aussi bien que par l’empereur byzantin257 ; membres de bandes déprédatrices ; auxiliaires réguliers des princes d’Alep et de Damas. Ces derniers firent souvent appel à eux, tel Ṭuġtakīn en 500/1106-7 : les ravages des Francs redoublant dans le Sawād, le Ḥawrān et le Ǧabal ‘Awf, dont les populations multipliaient les atermoiements, il fallut bien réunir258 « l’armée (‘askar) et les Turcomans qui se joignirent à lui ». Mais il ne fut pas le seul : assiégé dans Damas par les troupes de la deuxième croisade, son fils Tāǧ al-mulūk Būrī put réunir une armée exceptionnellement nombreuse en faisant appel à eux, en sus des Arabes bédouins259 :

« On dit que quand ils campèrent à Banyas, ils étaient soixante mille. Quand l’émir Tāǧ al-mulūk Būrī b. al-amīr Ẓahīr al-dīn Ṭuġtakīn atābak, seigneur (ṣāḥib) de Damas fut informé de [la venue] des Francs, il écrivit dans l’ensemble des territoires syriens (ǧamī‘ bilād al-Šām), dépensa de l’argent, réunit les hommes et rassembla une multitude (‘ālam ‘aẓīm) de Turcomans, d’Arabes et d’autres [peuples] encore. »

  • 260  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 384-385 (an 528).
  • 261 Ibid., p. 406 puis p. 412. Voir également Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 298.
  • 262  Deuxième croisade : Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 462 sq. (an 543) ; après la fin du siège, la trê (...)
  • 263  Ibn al-Qalānisī (op. cit., p. 254/LT p. 77) l’appelle « al-amīr al-Iṣfahbaal-Turkumānī », et dit (...)
  • 264  Cf. J.-M. Mouton, op. cit., p. 243, l’exemple de l’émir turcoman Mankūbars ravageant, en période d (...)
  • 265  Les Turcomans furent également mêlés aux luttes d’influence qui secouèrent la principauté damascèn (...)

82Leurs successeurs ou leurs atabegs s’appuyèrent également sur les Turcomans. Ainsi le prince Šams al-mulūk260, ou l’émir Bazwāǧ, qui commandait l’armée damascène. En raǧab 531 / 25 mars-23 avril 1137, ce dernier attaqua le comté de Tripoli « à la tête d’un important détachement turcoman de l’armée damascène », « farīq wāfir min al-‘askar al-dimašqī min al-Turkumān, phrase qui laisse penser que certains d’entre eux étaient attachés de manière quasi régulière à l’armée damascaine. Mais, plus loin, dans la même chronique, à propos de la même attaque, l’armée damascaine, al-‘askar est plus clairement distinguée des Turcomans qui l’assistaient261. Mu‘īn al-dīn Anur en recruta également un grand nombre afin de résister aux troupes de la deuxième croisade puis pour lutter contre le roi de Jérusalem262. Parfois, les maîtres de Damas tentèrent d’installer des chef turcomans et leurs hommes dans les territoires de leur principauté les plus exposés aux incursions franques. Ainsi, Ṭuġtakīn céda un iqṭā‘ à l’émir al-Iṣfahbaḏ à l’est de la mer Morte, face au royaume de Jérusalem263. En fait, pour les détenteurs du pouvoir, qu’ils soient ou non damascènes, l’enjeu était double : d’une part canaliser des tribus qui pouvaient déstabiliser un équilibre géostratégique difficile à atteindre264 ; d’autre part faire usage de leur dynamisme à bon escient265.

  • 266  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 255 (an 524, victoire sur Timurtāš et Rukn al-dawla Dā’‚d) ; Ibn al- (...)
  • 267  Cf. al-‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 385,

83En Syrie du Nord, l’influence des Turcomans dans l’armée s’accrut après l’arrivée de Zankī à Alep. Il les vainquit et les amadoua, en Djéziré, réussissant ainsi à en faire un formidable réservoir de combattants266. Des bandes plus ou moins indépendantes continuèrent à arriver, comme celles qui ravagèrent Ma‘arrat al-Nu‘mān, en 527/1132-3267 :

  • 268   La proximité de Kafarṭāb et de Ma‘arrat al-Nu‘mān fait pencher pour cette ville plutôt que pour M (...)

« Les Turcomans fondirent sur les territoires d’al-Ma‘arra268 et de Kafarṭāb, et se partagèrent les récoltes. Les Francs se réunirent alors et les firent déguerpir. Puis ils conquirent Ḥiṣn al-Qubba, où ils capturèrent la femme d’Ibn Mulā‘ib, fille de Sālim b. Mālik, et dévastèrent la place. »

  • 269  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 402/LT p. 233-234. Autres expéditions : voir Cahen, SN, p. (...)
  • 270  25 février-26 mars 1145. Ibid., p. 438/LT p. 268.
  • 271 Ibn al-Furāt,Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. ii, p. 227-228 (année 531/1136-7). Voir également J (...)

84Surtout, la coopération avec l’armée zankide fut très forte. Que Zankī fût présent ou non, ils participaient aux opérations militaires. Il est question, à maintes reprises, comme en 530/1135-6 aux environs de Lattaquié, d’expéditions menées par Sawār à la tête du ‘askar alépin accompagné de nombreux Turcomans (trois mille fāris cette fois269). En ramaḍān 539 / 25 février-26 mars 1145, une armée nombreuse, « ǧayš wafīr al-‘adad », composée de tribus turcomanes et de soldats réguliers, « min ṭawā’if al-Turkumān wa l-aǧnād », tomba à l’improviste sur des Francs rassemblés dans la région d’Antioche pour aller aider le comte d’Édesse270. Cette coopération était toute naturelle : depuis un certain temps déjà, des bandes s’étaient installées autour d’Alep. Elles campaient au sud de la ville, près de Bāb Qinnasrīn d’où le prince ou son représentant pouvaient leur faire appel à loisir. Néanmoins, il leur était encore refusé d’installer des bâtisses en dur. Dans un passage conservé par Ibn al-Furāt, Ibn Abī Ṭayyi’ met en scène ces bandes (ou tribus) auxquelles il reconnaît un rôle de défenseur de la principauté face à l’ennemi franc. Mais perce, à travers l’intervention de Zankī, toute la méfiance qu’ils inspiraient encore271 :

  • 272  « Maydān, mayādin :masculine noun denoting a large, open, demarcated area, flat and generally rect (...)
  • 273  Cf. Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. i, p. 55 et index ; Ibn Šaddād, al-A‘lāq al-ḫaṭīra fī ḏikr umarā’ al-Š (...)
  • 274  N’ayant pu trouver de sens satisfaisant au mot ‘aṣd, nous nous demandons s’il ne faut pas plutôt l (...)
  • 275  « Pavillon » où Zankī changeait de vêtements avant de jouer au polo. Cf. J. Sauvaget, Alep, p. 119 (...)

« Le šayḫ Yaḥyā b. Abī Ṭayyi’ Ḥamīd al-Naǧǧār al-Ḥalabī dit : mon père me raconta : Quand l’atabeg s’empara d’Alep, il embellit le maydān272 de Bāb Qinnasrīn273, ordonnant qu’on y sème du ‘aṣd274 et que sa terre soit transformée en jardin (rawḍa). Il y fit courir un canal (sāqiya) [venant] du fleuve, édifia un jardin du côté sud, un autre du côté nord, et y planta différentes variétés d’arbres. Et il s’en réjouissait [en le contemplant].
Les Turcomans campaient autour de ce maydān sous des tentes (ḫarkāhāt), et les femmes des Turcs (sic) s’y rendaient pour danser devant l’atabeg. Ce qui avait amené à cela, c’était la peur des Francs et la proximité de ce maydān de la ville.
Cette année, l’atabeg, se tenant dans le palais (ǧalasa fī ǧawsaq275) du maydān, vit le funduq de l’émir Sawār, šiḥna d’Alep : il l’avait édifié en deux étages (tabaqatayn). Il le fit alors venir et lui ordonna de le démolir, lui disant :
– Tu veux bâtir contre Alep quelque chose risquant de servir à l’assiéger ?
Il détruisit alors l’un des étages. Puis les Turcomans demandèrent à l’atabeg ‘Imād al-dīn Zankī la permission de construire des maisons (buyūt) autour d’Alep. Mais il leur répondit :
– Alep ne le supporterait pas.
Et il interdit qu’ils y bâtissent quoi que ce soit. Mais Dieu sait le mieux. »

  • 276  Bāhir, p. 80. De telles politiques d’installation de nomades tranchaient avec celles d’un prince c (...)

Ibn al-Aṯīr confirme que pour lutter contre les Francs, Zankī avait décidé276

« le transport d’une tribu (ṭā’ifa) des Turcomans al-Īwāniyya avec l’émir Yārūq en Syrie, et leur installation dans la province (wilāya) d’Alep ».

  • 277  Ta’rīḫ Ḥalab, p. 398 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 278 ; Cl. Cahen, SN, p. 365.

85Sans doute ces Turcomans étaient-ils intégrés dans l’armée zankide, de manière permanente ou semi-permanente. Les textes arabes donnent même parfois l’impression qu’ils pouvaient jouer le rôle d’armée régulière, par exemple en 538/1144 contre des Francs277 .

  • 278  SN, p. 378 et note 16.
  • 279  ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 450. « The First and Second Crusades from as anonymous Syriac chronicle », (...)
  • 280 ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 473-476.
  • 281 Ibid., p. 487/LT p. 321 (an 546). Plus généralement, voir le récit de ces sièges par N. Élisséeff, (...)
  • 282 ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 495-496, an 548 ; p. 521-523, an 552.
  • 283  Ibid., p. 481. Mais voir la version du Kāmil d’Ibn al-Aṯīr (t. ix, p. 369-370, année 546), très di (...)
  • 284  Le mouvement, qui avait commencé dans la deuxième moitié du ve/xie siècle, se poursuivit sous les (...)
  • 285  Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, cité par J. Sauvaget, Alep, p. 118 note 378.
  • 286  Yāqūt, Mu‘ǧām al-buldān, t. v, p. 425 (« al-Yārūqiyya ») : « Grand quartier devant la ville d’Alep (...)
  • 287  Sur lui, voir essentiellement Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-a‘yān, t. vi, p. 117-118 (« Yārūq al-Turkum (...)

86Après la mort de Zankī, Nūr al-dīn poursuivit la même politique conquérante (à l’égard des Damascènes surtout, dans un premier temps). Lui aussi s’appuya sur les Turcomans – peut-être même plus encore. Ainsi que le soulignait Claude Cahen, « à partir de 1149, les Turcomans apparaissent tout le temps dans l’histoire des coups de main dans le ‘Afrīn, le ‘Amq et les restes du comté d’Édesse278 ». Ils participèrent également aux campagnes plus importantes, par exemple lorsque, tout récent maître d’Alep, Nūr al-dīn dut aller récupérer Édesse où Josselin s’était à nouveau imposé (du moins dans la ville). Selon Ibn al-Qalānisī, grâce à leur apport, il avait dix mille cavaliers, fāris279. Des Turcomans le secondèrent également lors de sa victoire d’Inab (544/1149)280, lorsqu’il entreprit ses sièges contre Damas281, comme pendant toutes les campagnes que lui ou ses hommes (Asad al-dīn Šīrkūh, son frère Amīr Amīrān) entreprirent282. D’ailleurs, Ibn al-Qalānisī confond (à nouveau) armée alépine et Turcomans (‘askar Ḥalab min al-Turkumān) lorsqu’il raconte la capture de Josselin II d’Édesse, en 545/1150283. Plus encore que sous Zankī, les Turcomans étaient étroitement associés à l’armée régulière, à Alep surtout284. Il faut dire que Nūr al-dīn, faisant fi des réticences de son père, les avait autorisés à construire des maisons en dur et à créer un quartier au sud-ouest d’Alep. Ce quartier, est-il rapporté, évitait de se transporter entre le fossé et la lice, ou pour les femmes à l’intérieur des remparts, en cas de siège285. Ce quartier prit le nom d’al-Yārūqiyya286, d’après l’émir Yārūq, qui servit fidèlement Nūr al-dīn jusqu’à sa mort, en 564/1168-9287.

1.2.2. Autres groupes ethniques

a.– Les « Arabes »
• Émirat munqiḏite de Šayzar
  • 288  Sur la carte des tribus arabes de Syrie, qui de toute façon était évolutive, voir : pour la Syrie (...)
  • 289  Voir Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, p. 664-670.
  • 290  M. Canard, Histoire des Hamdanides de Jazîra et de Syrie, loc. cit. ; Th. Bianquis, op. cit., p. 5 (...)
  • 291  Même si des « émirats », micro-États mal connus qu’on ne sait pas vraiment comment appeler (« chef (...)
  • 292  Suite au terrible tremblement de terre de raǧab 549/août 1154, la majorité du clan, rassemblé pour (...)
  • 293  R. Barthes, Mythologies, Paris, 1957.
  • 294  Cf. El2a, articles « Kalb b. Wabara », t. iv, p. 492 (J. W. Fück et alii) ; « Kināna b. Khuzayma » (...)
  • 295  R. S. Humphreys, loc. cit..
  • 296  D. Nicolle, Ch. Hook, Saracen Faris AD 1050-1250, Oxford, 2001 (1re parution 1994), p. 7.
  • 297  Exemples : « Ǧum‘a, min Banū Numayr », un de leurs cavaliers réputés, Kitāb al-I‘tibār, p. 37, 99  (...)
  • 298  Voir par exemple Sābah (ou Sāya) b. Qunayb al-Kilābī, victime d’un fameux coup de lance franc (ibi (...)
  • 299  Ibid., p. 8, 24, 32. Sur les Lawāta : El2a, t. v, p. 694 (T. Lewicki).
  • 300  Ibid., p. 40 : « Je me mis en route avec un petit nombre d’hommes (fī nafar qalīl) qui n’atteignai (...)

87Al-‘Arab font des apparitions régulières dans toutes les sources, qu’il s’agisse ou non de leur participation à des combats288. À l’époque que nous étudions, ce terme peu précis désignait des tribus bédouines toujours actives aux confins des zones de culture syriennes, iraqiennes et égyptiennes. Quelques-unes s’étaient illustrées, aux siècles précédents, en créant des États plus ou moins puissants. Elles avaient modifié leurs modes de vie traditionnels et créé les structures militaires qui leur avaient permis d’exister entre Byzance, Le Caire et Bagdad289. L’arrivée des Turcs sur la scène syro-djéziréenne provoqua la disparition des émirats qui avaient prospéré depuis le ive/xe siècle, sous la férule des Banū Ḥamdān puis des Banū Mirdās290. Au vie/xiie siècle291, il n’était plus guère que les Banū Munqiḏ pour perpétuer ce qui rapidement, après leur disparition tragique292 si symbolique de la fin d’une époque, toucha à la « mythologie293 ». Pratiquement tous les membres du clan munqiḏite participèrent sans compter aux luttes qui lui permirent de résister aux invasions turques et croisées. Mais leurs armées ne comprenaient pas que des membres du clan. Différentes ethnies y étaient représentées ; on y trouvait, notamment, des Kurdes et des Arméniens. Quant aux bédouins arabes, rien de bien précis ne peut être avancé, puisqu’on ne sait pas vraiment les liens que les Munqiḏites avaient conservés avec les Kināna294 dont, à l’origine, ils étaient membres. Toute solidarité n’avait pu disparaître ; ils en tiraient certainement affidés, serviteurs295 et combattants296. Mais on n’a pas trace d’un recours direct aux guerriers de la tribu, ce qui tendrait à montrer que les liens s’étaient pour le moins distendus. Il n’en est en tout cas pas directement question dans le Kitāb al-I‘tibār. En revanche, plusieurs membres des Banū Numayr combattaient aux côtés d’Usāma297. Pour le reste, ce dernier s’en tient aux individualités298, ou aux Lawāta, Berbères qui opéraient en gypte299. Des bédouins, il ne donne d’ailleurs pas forcément une bonne image. Comme les autres auteurs arabes, il n’hésite pas à les présenter comme des pillards300.

  • 301  D. Nicolle, Ch. Hook, op. cit., p. 7.
  • 302  D. Nicolle (ibid.) le reconnaît : « […] although the statistics must be treated with extreme cauti (...)
  • 303  Voir ci-dessous.
  • 304  Rappelons qu’à la fin du ve/xie siècle les Banū Kilāb possédaient de nombreux « esclaves combattan (...)
  • 305  Nous avons modifié le tableau.

88David Nicolle a récemment tenté de retrouver la composition ethnique de l’armée de Šayzar à partir du Kitāb al-I‘tibār301. La prudence s’impose302 : les informations d’Usāma sont souvent beaucoup trop imprécises pour pouvoir être correctement exploitées. Les résultats ne font pas apparaître, notamment, les fantassins arméniens qui servaient dans cette armée303. Il n’a pas été possible de distinguer, pour les rangs les plus élevés, Šayzar et les États voisins. Usāma s’abstient régulièrement de préciser si les hommes qui combattaient à ses côtés étaient des cavaliers ou des piétons ; il a été arbitrairement considéré qu’il s’agissait de fantassins. La différenciation entre Kurdes musulmans et chrétiens est fort malaisée. Enfin, les « esclaves » forment une catégorie bien difficile à cerner304. Néanmoins, un tel travail apporte quelques enseignements305.

Composition ethnique de l’armée de Šayzar, fin ve/xie-début du vie/xiie siècle

  • 306  Ou plutôt junior officers.

Rangs

Origines

Gouverneur, chef militaire, émirs de haut rang (Šayzar et États voisins)

Arabes : 18,4 %
Kurdes : 5,2 %
Turcs : 73, 6% et esclaves : 2,6 %

Cavalerie, émirs306 (essentiellement de Šayzar)

Arabes : 44,4 %
Kurdes : 41,6 %
Kurdes chrétiens : 2,7 %
Turcs : 5,5 % et esclaves 5,5 %

Soldats, sans plus de précision, dont piétons volontaires (essentiellement de Šayzar)

Arabes : 50 %
Kurdes : 21,4 %
Turcs : 0 % et esclaves : 14,3 %
Africains du Nord : 14,3 % (plus des « autres Nord-Africains », sans plus de précision)

89Les Turcs formaient une élite décisionnelle. L’importance des « Arabes » comme membres de cette élite s’explique : d’une part les Munqiḏites étaient eux-mêmes arabes, d’autre part Usāma traite également de la fin du ve/xie siècle, alors que l’arrivée des Turcs n’avait pas encore produit tous ses effets. En revanche, ces Turcs sont très peu nombreux parmi les cavaliers et même leur élite, les émirs, et totalement absents de la recension des communs, les piétons surtout. Cela n’est pas étonnant – les Munqiḏites n’étaient pas assez riches pour entretenir un ‘askar composé de mamelouks (pour peu qu’ils aient voulu le faire). En fait, les Munqiḏites recrutaient surtout parmi les Kurdes et les Arabes, ces derniers sans doute recrutés localement. Il faut y ajouter les Arméniens, au moins parmi les piétons.

• Les bédouins
  • 307  Il ne s’agit donc pas ici des seuls bédouins arabes. Sur les bédouins arabes, voir essentiellement (...)

90Les auteurs arabes jugent souvent sévèrement les bédouins, considérés comme nocifs pour les cultures. Pourtant, pour Ibn Ḫaldūn, ils307

« […] assurent leur propre défense et ne se déchargent sur personne de ce soin, car ils n’ont confiance qu’en eux sur ce point. Ils sont toujours sous les armes et sont aux aguets sur tous les chemins. Ils résistent au sommeil et ne s’y laissent aller qu’à de courts intervalles, pendant leurs réunions ou sur la selle de leurs chameaux ou de leurs chevaux. Ils prêtent l’oreille aux aboiements comme aux bruits du tonnerre. Ils s’isolent dans la solitude et l’immensité désertique, fiers de leur puissance, confiants en eux-mêmes. La force est devenue pour eux une qualité innée, et le courage une seconde nature, et ils y recourent chaque fois qu’on les appelle ou qu’on leur lance un cri d’alarme. »

  • 308  Traité de gouvernement, trad. Schefer, chap. 25, p. 174.
  • 309  Cf. Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. i, p. 553-554, à propos de Banū Numayr installés depuis le ve/xe siècl (...)

91De ces guerriers « naturels », tous les souverains faisaient usage, dans la mesure où cela leur profitait. Niẓām al-mulk comptait autant sur eux que sur les Kurdes, les Daylamites ou les Grecs, mais en tant qu’auxiliaires308. Avec la fin de la dynastie mirdasside et les installations des Turcs et des Francs, leur importance déclina. Mais même si telle ou telle tribu dut parfois céder la place aux nouveaux venus turcs309, ils ne furent pas pour autant évincés du pays. Il n’y eut pas simple remplacement des Arabes par les Turcomans. Des tribus continuèrent à transhumer en Syrie, qui fournirent très souvent des auxiliaires aux différentes armées en campagne.

  • 310  Tome i, 1729, p. 396, pl. lii ; S. Duparc-Quioc, La chanson d’Antioche, t. ii, Étude critique, Par (...)
  • 311  « Les Arabes vaincus à Ascalon fuient. »
  • 312  Les termes Arabes et Saraceni ne sont pas interchangeables dans les chroniques des croisades. Par (...)
  • 313  Tudebode, Historia de Hierosolymitano Itinere, RHC, Occ., t. iii, p. 59 (« Corbaan avait également (...)

92On les désigne, dans les sources latines, sous diverses appellations, dont celle qui semble la plus cohérente, Arabes, comme dans l’un des vitraux qui figuraient des scènes de la première croisade à Saint-Denis, détruits pendant la Révolution mais conservés dans les Monuments de la monarchie française de Montfaucon310. Situé dans le chevet de l’abbatiale, il offrait une série de dix médaillons qui avaient été réalisés sur ordre de Suger, donc avant 1151, date de sa mort. À l’exception du premier, tous portent une inscription ; celle du septième – Arabes victi in Ascalon fugiunt311, en référence à la bataille d’Ascalon – renvoie à des bédouins arabes. S’il n’est souvent question, dans les chroniques latines, que de Saraceni312, ils sont régulièrement distingués des Arabes, ainsi lorsque Tudebode ou laChansond’Antiocheénumèrentlespeuples rassemblésparKarbūqā313.

  • 314  Le texte de Qalqašandī n’est pas formel (cf. Ṣubḥ al-a‘ša, t. iv, p. 210-211). Nous adoptons ici l (...)

93Parmi les nombreuses tribus dont on entend parler en Syrie au vie/xiie siècle, les Banū Kilāb paraissent avoir continué à occuper une place importante dans le nord du pays. Du moins est-ce ainsi qu’il faut sans doute comprendre l’information d’Ibn al-‘Adīm selon laquelle ils avaient la prééminence parmi les tribus syriennes, la Syrie centrale et méridionale étant plutôt dominée par les Banū Faḍl b. Rabī‘a, parmi lesquels était choisi, aux dires d’al-Qalqašandī, le chef des tribus alliées314.

  • 315  Exemple parmi bien d’autres : attaque d’une caravane partie de Bosra en direction de l’Égypte, en (...)
  • 316  Zubda, t. ii, p. 143 (année 493) pour les ravages, p. 137 (an 491) pour la bataille d’Antioche.
  • 317  Par exemple Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 186 (année 513).

94Les bédouins étaient toujours craints pour leurs actes de banditisme315 ou pour les ravages de leur bétail. Ainsi, deux ans à peine après la bataille d’Antioche, les animaux des Kilābites de Mubārak b. Šibl broutèrent toute la récolte de Ma‘arrat al-Nu‘mān, Kafarṭāb, Hama, Šayzar, al-Ǧisr, etc. En conséquence de cela, les récoltes furent mauvaises ; durement touchée, la principauté d’Alep connut une terrible hausse des prix. Seule la peste vint y remédier. Mais s’il les vilipende à cette occasion, Ibn al-‘Adīm les loue ailleurs pour leur présence d’esprit avant la défaite de Karbūqā : eux avaient compris qu’il fallait attaquer les Francs alors même qu’ils sortaient de la ville, sans leur laisser le temps de s’organiser316. D’autres textes présentent des bédouins sous un angle positif. Ibn al-Aṯīr raconte par exemple l’échec de Josselin contre une branche des Ṭayy, « connue sous le nom de Banū Ḫālid », puis contre les Banū Rabī‘a. À forces égales, et malgré leur désir de quitter le champ de bataille, ces derniers, galvanisés par leur émir, firent face et furent victorieux. Ibn al-Aṯīr souligne que cet émir fit preuve de bravoure, d’habileté et d’esprit de décision317.

  • 318 Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. ii, p. 426.
  • 319  Ibid., p. 136. Voir également Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 546-547 (année 554) : des Tu (...)
  • 320  En 533, l’Égyptien Riḍwān ayant trouvé refuge auprès de Zankī recrute aussi des bédouins (‘urbān(...)
  • 321  Sur ces tribus, voir, outre les ouvrages d’al-Qalqašandī cités ci-dessus (notamment le Ṣubḥ al-a‘š(...)
  • 322  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 293-4/LT p. 120-126 (années 506 et 507). De même, au momen (...)
  • 323  M. Canard, « Djarrāḥides ou Banū l-Djarrāḥ », El2a, t. ii, p. 482.

95Les bédouins furent combattus par les uns ou par les autres. Les nouveaux arrivants francs les prirent parfois pour cible. Déjà, pendant la première croisade, leurs cheptels arrivèrent à point nommé et furent emportés. Ponctuellement, ensuite, des accrochages ou des pillages (du fait des Francs) sont mentionnés par les chroniqueurs. En 497/1103-4, par exemple, les Francs d’Édesse s’en prirent à al-Raqqa, Qal‘at Ǧa‘bar et aux Banū ‘Uqayl de Sālim b. Mālik b. Badrān al-‘Uqaylī318. À cette occasion, Sukmān b. Artuq intervint. En fait, même s’ils ne s’entendaient pas forcément (ils étaient tout de même en situation de concurrence319), les bédouins arabes combattirent souvent aux côtés des Turcomans, tant qu’on pouvait les payer et qu’il y avait promesse de butin. Recours presque permanent320, ils pouvaient faire l’objet d’appels au ǧihād. Ce fut le cas en 507/1113, selon Ibn al-Qalānisī : Ṭuġtakīn demanda et obtint l’appui de Banū Rabī‘a, de Ḫafāǧa et de Ṭayy321. Il fallait déloger les Francs retranchés sur une colline, à l’ouest de Tibériade, après la défaite que le maître de Damas et son allié Mawdūd leur avaient infligée, au pont de Ṣinnabra. Arrivés avec des outres et des chameaux, ils ne furent finalement que spectateurs, l’assaut n’ayant pas lieu, la pente étant trop raide322. Intervinrent-ils pour des raisons religieuses ? Ibn al-Qalānisī ne s’attarde pas sur la question. Mais, en général, le gain les motivait. Très vite, d’ailleurs, des tribus collaborèrent avec les Francs. En 501/1107-8, Ṭuġtakīn chassa même de Syrie un certain Abū ‘Imrān Faḍl b. Rabī‘a b. al-Ǧarrāḥ (était-il un Ṭayy chrétien ?) ; son ambivalence l’avait excédé. Il alla donc offrir ses services au sultan seldjouqide323. Un peu plus tard, Dubays n’eut aucun scrupule à s’allier aux Francs pour tenter de s’emparer d’Alep. Cette attitude perdura, comme le montrent les mesures que prit Saladin plusieurs décennies plus tard.

  • 324  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 487/LT p. 321 (traduction légèrement modifiée).

96Ils pouvaient jouer un rôle stratégique non négligeable. Alors qu’il accentuait sa pression sur Damas, en 546/1151-2, Nūr al-dīn fut confronté à l’arrivée de l’armée de soutien franque que les Damascènes avaient réclamée. Conscient de la nécessité de diviser son armée face aux coalisés, il détacha de324

« son armée un corps, farīq, de près de quatre mille cavaliers, avec un groupe de commandants (à moins qu’il ne s’agisse, simplement, de combattants d’élite : ǧamā‘a min muqaddamīn) avec pour mission de se tenir dans la province du Ḥawrān en liaison avec les Arabes, pour marcher contre les Francs, les attaquer, et aussi de guetter leur arrivée, la sortie de l’armée (‘askar) damascène à leur rencontre et leur jonction. Puis il les laissa livrés à eux-mêmes ».

  • 325  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 488/LT p. 322.

97Comme souvent, les bédouins ne se contentèrent pas d’une fonction de guides ou d’informateurs. Ils poursuivirent et harcelèrent l’armée franque avec les quatre mille cavaliers de Nūr al-dīn325.

b.– Les Kurdes
  • 326  A. Miquel, La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du xie siècle, t. i, p. 66-67. (...)
  • 327  Id., Des enseignements de la vie, op. cit., p. 52.
  • 328  Guibert de Nogent, Gesta Dei per Francos, RHC, Occ., t. iv, p. 189, trad. M.-C. Garrand, Geste de (...)

98Au vie/xiie siècle, il y avait longtemps qu’on reconnaissait aux Kurdes des qualités de guerriers. Les géographes arabes les caractérisaient par leur dureté, leur violence, leur sens de l’honneur et de l’indépendance et leur élégance326 ; Usāma b. Munqiḏ les louait pour leur « fidélité sans faille » et leur « bravoure absolue327 ». Ils servaient autant à pied qu’à cheval. Lors de leur arrivée en Syrie, les Francs furent confrontés, notamment, à des troupes kurdes. Si on suit Guibert de Nogent, ils les découvraient328 :

« De son côté, le prince mécréant avait levé des troupes non seulement chez les Turcs, les Sarrasins, les Arabes et les Perses, bien connus des historiens, mais dans des nations encore ignorées, chez les Pauliciens, les Kurdes, les Azymites, les Agulans, ainsi que chez d’autres peuples peu nombreux, mais d’aspect monstrueux. »

  • 329  Sans compter ce qu’il écrivit sur les Ayyoubides, qui ne nous intéressent pas ici. Pour Šīrkūh, vo (...)

99Ce sentiment d’ignorance ne perdura pas. Guillaume de Tyr, par exemple, parle régulièrement des Kurdes. Il fait même le portrait de l’un d’eux, Šīrkūh329.

  • 330  Kāmil, t. ix, p. 72-74, année 497.
  • 331  Th. Bois et alii, « Kurds, Kurdistān », El2a, t. v, p. 438.
  • 332  Exemple : dans le Šabaḫtān, à l’est d’Édesse, Josselin leur prit plus de dix mille têtes de bétail (...)
  • 333  Histoire anonyme syriaque, trad. J.-B. Chabot, « Un épisode de l’histoire des croisades », dans (...)
  • 334  « Pays des Lurs », situé au sud-ouest de la Perse. V. Minorsky, « Luristān »,El2a, t. v, p. 829.
  • 335  V. Minorsky, « Lur-i Buzurg », El2a, t. v, p. 826.
  • 336  Quant à l’origine du nom franc, « Crac de l’Ospital », on hésite encore entre un glissement d’Akrā (...)

100Il est difficile de déterminer leur importance dans les armées musulmanes, les chroniqueurs ne les mentionnant, la plupart du temps, que très rapidement. Ainsi Ibn al-Aṯīr, qui les évoque bien dans son récit de la bataille de Ḥarrān (1104) : « Sukmān avait sept mille cavaliers turcomans (fāris), Ǧakarmiš trois mille cavaliers turcs, bédouins et kurdes », mais se contente, lorsqu’il parle du butin, de nommer les « Turcomans » et les « Turcs330 ». S’agissait-il d’auxiliaires ou de troupes régulières ? Si on sait qu’employer des Kurdes était courant, peu est dit de ceux qui, nomades, transhumaient en Djéziré331 où ils étaient parfois la proie des Francs332. Avant de prendre Édesse, en 1144, Zankī avait été rejoint par « de nombreuses tribus kurdes333 ». Sur le territoire syrien, les choses étaient un peu différentes, même si la présence kurde y était ancienne, du moins suffisamment pour qu’on considère que le fondateur éponyme de la dynastie des atabegs du Luristān, Faḍlawī ou Faḍlūya, y était établi. Ses descendants avaient migré vers le Luristān334, via Mayyāfāriqīn et l’Azerbaïdjan, où ils étaient parvenus au tout début du ve/xie siècle335. Pendant ce siècle, leur poids militaire s’accrut en Syrie. Le Krak des Chevaliers portait originellement le nom de Ḥiṣn al-Safḥ, « le Château de la Pente », avant de devenir le « Château des Kurdes », Ḥiṣn al-Akrād. Les unités kurdes auxquelles il dut ce changement de nom y auraient été installées en 422/1031 par Šibl al-dawla Naṣr, prince mirdasside d’Alep336.

  • 337 Kitāb al-I‘tibār, p. 37, 47, 48, 49, 95.
  • 338  Ibid., p. 37. Surhanak servait dans les rangs des Banū Qarāǧa, ennemis « traditionnels » des Banū (...)
  • 339  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. vii, p. 3172-3173 (« Ḫālid b. al-Walīd », dont la très longue notice occup (...)

101Les Kurdes étaient nombreux dans l’armée de Šayzar (voir le tableau plus haut) comme dans celle de leurs ennemis. Usāma b. Munqiḏ fait état de très nombreuses individualités337, tel ce Surhanak, « chef (ou soldat d’élite ?), muqaddam, parmi les Kurdes », combattant intrépide mais inexpérimenté auquel un compagnon d’Usāma, Ǧum‘a al-Numayrī, livra un véritable duel338. Un passage de la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, où est racontée l’histoire d’un homme en détresse devant un tombeau vénéré, illustre également leur importance dans les armées musulmanes. Ibn al-‘Adīm rapporte ici les paroles de son oncle339 :

« J’ai entendu dire mon oncle, Abū Ġānim Muḥammad b. Hibat Allāh b. Abī Ǧarāda : Le Šayḫ Rabī‘ b. Maḥmūd al-Mārdīnī l’ascète (al-zāhid) me raconta :
“J’étais venu visiter le tombeau de Ḫālid b. al-Walīd à Ḥoms, quand j’y vis un homme kurde multipliant les pleurs et les sanglots, élevant là-dessus la voix. Je lui dis alors :
– Qu’est-ce qui t’as rendu ainsi ?
Il répondit :
– Il m’est arrivé, avec le maître de ce tombeau, quelque chose qui a rendu nécessaire ce que tu vois.
Je l’interrogeai alors sur cette chose, et il dit :
– Les Francs, en incursion déprédatrice (muġīrīn) contre Ḥimṣ, ayant surgi et ayant encerclé la ville, l’ensemble des portes fut fermé, si ce n’est une seule. Je me rendis alors à ce tombeau, et dis : ‘Souffle-moi son courage en cette heure”. Puis je sortis sans craindre personne : les Francs n’avaient plus, à mes yeux, de puissance (miqdār) en rien. Je les chargeai alors, tuai deux cavaliers (fāris), en capturai deux, m’en saisis avec leurs chevaux. Je me rendis ensuite avec eux auprès d’al-Malik al-‘Ādil Nūr al-dīn Maḥmūd. Voici ce qui m’a mis dans l’état que tu vois. »

  • 340  A.-M. Eddé, « Kurdes et Turcs dans l’armée ayyoubide », dans Y. Lev (éd.), War and society in the (...)
  • 341  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 48. De même pour les Hakkāriyya : Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshay (...)
  • 342  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 64 et note 4, où l’éditeur expose les différences entre le Bāhir et le Kāmi (...)
  • 343  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 74 et notes 2 (intéressantes précisions de Yāqūt citées) et 4. Des troupes (...)
  • 344  Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, éd. Beyrouth, s. d., t. iii, p. 375 (« Šahrazūr »), parle d’al-Akrād al-Ǧ (...)
  • 345  Tribu kurde qui occupait probablement une région montagneuse au sud et à l’est du lac de Van, appe (...)
  • 346  R. S. Humphreys, From Saladin to the Mongols. The Ayyubids of Damascus, 1193-1260, New York, 1977, (...)
  • 347  Déjà Abū l-Ḥasan ‘Alī b. Aḥmad b. Yūsuf b. Ǧa‘far b. ‘Arafa al-Hakkārī, dont le laqab était Šayḫ a (...)

102Comme le montre l’allusion au prince Nūr al-dīn, cet événement se déroulait sous les Zankides, en général considérés comme les souverains qui firent le plus appel aux Kurdes340. Il faut dire que Zankī, dont on a dit qu’il fit un recours presque constant aux Turcomans qu’il avait combattus avec succès en Djéziré, usa d’une méthode analogue vis-à-vis des tribus kurdes du Diyār Bakr. Il envahit leurs territoires, s’y empara de diverses places fortes, châtia les Ḥumaydiyya (al-Akrād al-ḥumaydiyya) qui avaient soutenu le calife al-Mustaršid lorsqu’il avait assiégé Mossoul341. Il légua même son laqab (‘Imād al-dīn) au château de Ǧalāb, rebaptisé al-‘Īmādiyya342. Ḥumaydiyya, Bašnawiyya et sans doute les Baḫtiyya (ou Buḫtiyya)343, clans qui occupaient la région de Šahrazūr344: une fois soumises, toutes ces tribus se transformèrent en soutien plus ou moins fiable, comme le montre la répétition des campagnes. Celle des Hakkārī345, particulièrement, fut l’objet de tous ses soins. Enfin docile après une nouvelle expédition, en 537/1142-3, elle livra son lot de combattants à l’armée zankide, dont des umarā’ de haut rang346. Pas seulement des combattants, d’ailleurs. En effet, les Kurdes ne se cantonnaient pas strictement au domaine militaire. Plusieurs religieux renommés sortirent également de leurs rangs347.

  • 348  Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, cité en note 2 de l’éd. Amedroz du Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 109.
  • 349  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 278-283/LT p. 106-1110. Sukmān al-Quṭbī contrôlait l’Armén (...)

103Mais, sans, il est vrai, toucher d’aussi près au pouvoir, les soldats kurdes avaient été incorporés aux armées musulmanes de Syrie bien avant Zankī. Déjà, l’armée à la tête de laquelle Atsiz était allé se faire pitoyablement battre en Égypte, en 469/1076, comprenait des Turcomans, des Arabes et des Kurdes348. Celle dirigée par Mawdūd assiégeant Tall Bāšir, en 505/1111, tout aussi hétéroclite, comprenait un fort contingent de Kurdes, sous la direction de l’émir Aḥmadīl, peu ménagé par Ibn al-Qalānisī qui rapporte surtout son ambition effrénée : il ne pensait qu’à s’emparer des terres de Sukmān al-Quṭbī (ou al-Quṭubī) alors très malade. Comme son état empirait, Aḥmadīl, pressé de s’en aller, prêta une oreille attentive aux propositions de Josselin, seigneur de Tall Bāšir, qui réussit à le gagner et donc à sauver sa place349 :

« Alors Josselin, seigneur de Tall Bašīr, envoya un message à l’émir kurde Aḥmadīl ; il essayait de l’amadouer avec de l’argent et des cadeaux et lui promettait d’être avec lui et d’embrasser sa cause. La plus grande partie des troupes (‘askar) était sous son commandement ; c’est pourquoi Josselin lui demandait bien humblement de s’éloigner de la forteresse. Il y consentit malgré le sentiment contraire des autres émirs ; la maladie de Sukmān al-Quṭbī empirait et Aḥmadīl avait décidé de partir, tant il désirait que le sultan lui donnât en iqṭā‘ le territoire de Sukmān avec qui il avait des attaches familiales. »

  • 350  J.-M. Mouton, Damas, p. 180-181, qui souligne néanmoins que les Kurdes « étaient de façon générale (...)
  • 351  Voir, sur ce personnage, les références données par J.-M. Mouton, op. cit., note 4, p. 180.
  • 352  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 440/LT p. 270. Autre formule utilisée par le même auteur, (...)
  • 353  Voir la notice biographique rédigée par M. Yared-Riachi en annexe de sa Politique extérieure, p. 2 (...)
  • 354  Badrān, « un Kurde venu de la région de Homs, et qui était connu sous le nom de Badrān l’Infidèle, (...)

104Sous les Bourides, quelques Kurdes jouèrent un rôle particulièrement influent350, tels ‘Alī Kurd351, Muǧāhid al-dīn Buzān b. Māmīn al-Kurdī, « commandant des Kurdes », muqaddam al-Akrād352, constructeur de deux madrasas, maître de Ṣarḫad qu’il reçut contre rétribution, en 542/1147353 ; ou Badrān al-Kurdī, personnage malfaisant, aux dires d’Ibn al-Qalānisī, qui, profitant des déficiences mentales de Šams al-mulūk, en devint l’homme de confiance354.

  • 355  Même si on ne parle en général que des cinq cents mamelouks qu’il aurait laissés à sa mort. Voir, (...)
  • 356  Ibn Taġrībirdī, al-Nuǧūm al-zāhira, t. v, p. 348-349 (sub anno 556). Même si elles ne s’attardent (...)

105Certains personnages kurdes eurent des carrières d’exception. Ainsi Asad al-dīn Šīrkūh et son frère Naǧm al-dīn Ayyūb, membres des Rawādiyya, qui servirent Zankī puis son fils Nūr al-dīn avant d’aller fonder la dynastie qui allait mettre fin à celle des Zankides. À suivre leur carrière, on en vient forcément à se demander si le poids des Kurdes, dans l’armée zankide, ne s’accrut pas parallèlement à leur montée en puissance. Quelle que soit la réponse apportée à cette question, elle ne peut-être qu’incomplète : aucune source n’entre dans les détails. En revanche, il paraît certain que les soldats kurdes ne durent aucunement leur fortune à Šīrkūh, Naǧm al-dīn et leurs descendants. Leurs qualités de combattants étaient depuis longtemps largement reconnues. Qu’ils aient eu un poids certain dans l’armée de Nūr al-dīn, et pourquoi pas dans le ‘askar personnel de Šīrkūh, les Asadiyya355, ne fait aucun doute. Mais guère plus ne peut être dit. Lors de la bataille d’al-Bābayn (25 ǧumādā I 562/18 mars 1167), le général kurde divisa ses hommes en aile droite, centre et aile gauche, conformément à la tradition. Lui demeura au centre356 :

« Le chef des Francs était le roi Amaury, ainsi qu’Ibn Nīrzān […]. Šāwar mit ses armées (‘askar) en ordre. Il plaça les Francs à droite, avec Ibn Nīrzān, et l’armée égyptienne à gauche. Le roi Amaury le Franc se tint au centre, à la tête de son armée franque. Asad al-dīn organisa son armée, plaçant Saladin à droite, les Kurdes à gauche, lui-même restant au centre. »

  • 357  Bāhir, p. 141-142. ‘Ayn al-dawla al-Yārūqī, le plus puissant d’entre tous les émirs, fut le seul à (...)
  • 358  En prenant en compte les Turcomans. Les travaux essentiels sur la questions sont ceux de David Aya (...)

106Les Kurdes auraient occupé l’ensemble d’une aile. Mais cette information est trop isolée pour en conclure que les Kurdes formaient une part substantielle de l’armée de Šīrkūh (il s’agit de sa deuxième campagne égyptienne). De même, la solidarité ethnique évoquée par Ibn al-Aṯīr dans les pages qu’il consacre à la succession de Šīrkūh ne présume en rien de la composition des troupes : elle ne concerne que les émirs de haut rang. Selon lui, Saladin ayant des difficultés à faire reconnaître son autorité par les principaux émirs de l’armée, le faqīh Ḍiyā’ al-dīn ‘Īsā al-Hakkārī s’attacha à les convaincre les uns après les autres. À Quṭb al-dīn Ḫasrū b. Talīl, le neveu d’Abū l-Hīǧā’ al-Haḏabānī, seigneur (ṣāḥib) d’Irbil, il rappela qu’il était lié à Saladin par une « kurdité » commune (« baynak wa bayna Ṣalāḥ al-dīn anna aṣlahu min al-Akrād »). Cet argument, couplé à des promesses d’iqṭā‘-s supplémentaires, convainquit Quṭb al-dīn357. Cette solidarité ethnique fut-elle déterminante ? On ne saurait l’affirmer. Tout au plus Ibn al-Aṯīr montre-t-il qu’elle existait. Il n’est pas douteux, d’ailleurs, qu’une telle solidarité fût partagée par tous les groupes ethniques des armées musulmanes. En d’autres temps, elle avait conduit l’armée fatimide à des déchirements qui avaient fait vaciller le régime. Il est logique, au moment d’une succession décisive, qu’elle ait pu être avancée par l’un des protagonistes. Mais il faut bien garder en mémoire que l’augmentation d’iqṭā‘-s est également soulignée ; et qu’Ibn al-Aṯīr, en cet endroit du Bāhir, présente les faits de la manière la plus négative qui soit pour Saladin. Toutes ces questions ont de toute façon depuis longtemps été débattues par les historiens, pour les armées ayyoubides essentiellement qui ne nous concernent pas ici prioritairement. Il semble bien que les Kurdes y étaient moins nombreux et moins puissants que les Turcs. Il en était, sans doute, de même dans les armées zankides : une proportion assurément notable de Kurdes, mais impossible à chiffrer ; une domination turque, néanmoins358.

c.– Les Arméniens
  • 359  Pour les ive/xe et ve/xie siècles, voir M. Canard, Histoire des Hamdanides de Jazîra et de Syrie, (...)
  • 360  Cité par G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 1012.
  • 361  Zubda, t. ii, p. 127.

107La rencontre des Arméniens avec les Croisés fut celle d’une immense armée avec un peuple à la démographie dynamique dont, traditionnellement, une part importante s’employait en tant que soldats. Armées byzantines, fatimides, seldjouqides puis celles de leurs épigones : les Francs ne firent rien d’autre, en les incorporant dans leurs armées, que de s’inscrire dans une tradition séculaire359. Avant la croisade, on en trouve aux côtés des différents émirs qui s’étaient partagés la Syrie et la Djéziré. La disparition de l’État de Philarète Brachamios avait eu pour conséquence de démobiliser des combattants dont certains étaient passés au service des nouveaux venus turcs. Par exemple de Būzān, qui alla assiéger Gandzak, en 1087, avec « les troupes des Arméniens360 ». Ou de Yāġī Siyān, qui choisit de soutenir Duqāq face à Riḍwān dont les possessions étaient trop proches des siennes. Battus, en raǧab 490/février 1097, sur le nahr Quwayq, Yāġī Siyān et Duqāq prirent la fuite, chacun vers sa capitale. Le maître d’Antioche y perdit de nombreux hommes361 :

« Pendant la fuite, les paysans massacrèrent, sur le chemin, un grand nombre des Arméniens qui étaient avec Yāġī Siyān (min al-Arman al-laḏīn kānū ma‘a Yāġī Siyān). »

  • 362  Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. ii, p. 537 : « fa-istad‘ā ǧamā‘a min al-Arma (...)
  • 363  Ta’rīḫ al-islām, t. Li, p. 3518, qui résume Ibn al-Aṯīr (Kāmil, t. ix, p. 139-140), qui lui-même s (...)

108L’accueil que les Arméniens firent aux Francs changea-t-il la donne ? Échaudés par leur coopération multiforme avec ces derniers, les souverains musulmans se passèrent-ils de leurs services ? Les États francs devaient certes constituer, pour les soldats arméniens, un débouché non négligeable. Mais le recrutement arménien ne s’interrompit pas dans les États musulmans – en Égypte comme en Syrie. S’il est très difficile de se prononcer sur l’évolution de ce recrutement (du fait de la documentation), les textes montrent que des Arméniens servaient autant à Damas qu’à Šayzar, Hama ou Ascalon. Dans cette dernière ville, selon des chroniqueurs arabes unanimes, lorsque le gouverneur Šams al-Ḫilāfa fit sédition, il fit appel à des mercenaires arméniens. Sibṭ b. al-Ǧawzī les juge même directement responsables de son assassinat par les habitants de la ville qui ne les supportaient pas362. Al-Ḏahabī livre un récit très concis de la révolte du « lieutenant d’Ascalon363 » :

« Année 504/ 28 juillet 1110-9 juillet 1111
Révolte du lieutenant (nā’ib) d’Ascalon
Le nā’ib, à Ascalon, était Šams al-Ḫilāfa. Il écrivit à Baudouin, maître (ṣāḥib) de Jérusalem, avec lequel il conclut une trêve et échangea des présents. Il sortit de l’obédience du maître (ṣāḥib) de l’Égypte, qui essaya vainement de s’en emparer par la ruse. Puis, comme il les craignait, il chassa les soldats égyptiens, fit venir un groupe d’Arméniens (ǧamā‘a min al-Arman), et les enrôla. Mais la population d’Ascalon, qui le haïssait, le tua et pilla sa maison. L’amīr al-ǧuyūš al-Afḍal s’en réjouit et y envoya un émir. »

  • 364  Voir W. J. Hamblin, Fatimid Army, p. 20-27.
  • 365  G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, troisième partie, chap. 4. 7 et 4. 8.

109Al-Ḏahabī ne s’étend guère sur cette troupe d’Arméniens (pas plus que les autres chroniqueurs arabes d’ailleurs). Que devint-elle ? D’où venait-elle ? De quels types de soldats était-elle composée ? Par quel biais le gouverneur d’Ascalon les fit-il venir ? Les sources arabes ne permettent pas de répondre à ces questions. Seule est attestée l’existence d’un vivier de mercenaires arméniens où l’on pouvait rapidement puiser. Faut-il supposer l’existence de réseaux menant des pays arméniens aux domaines francs ou musulmans, et tout particulièrement aux possessions fatimides, alors dominées, qui plus est, par une dynastie arménienne364 ? Pourquoi pas, vu ce qu’on sait du peuplement arménien en Égypte365.

  • 366  Loc. cit. « Wa istad‘āǧamā‘a min al-Arman fa-abatahum fīAsqalān wa lam yazal alā haihi l-ḥāl i (...)
  • 367  À supposer bien sûr que cela fût volontaire, dans le cas d’un chroniqueur qui dépendait de ses sou (...)
  • 368  Livre xi, 35 à 37, p. 679-680. Tout le passage mériterait une analyse minutieuse.
  • 369  C’est ce que soutient W. J. Hamblin, Fatimid Army, p. 206.

110Les auteurs arabes sont tout de même peu diserts sur la révolte. Le récit d’Ibn al-Qalānisī est interrompu par une ellipse366 qui a l’inconvénient de taire bien des événements sur lesquels il ne voulait peut-être pas s’attarder367. Il faut donc confronter la version de ces chroniqueurs aux textes latins, en fait à l’Historia d’Albert d’Aix368. Pour Albert, l’ammiraldus Ascalonis, peut-être poussé par la peur à moins qu’il n’eût été saisi « d’amour divin », envoya des « secrétaires » à Jérusalem, puis s’y rendit lui-même. Il y fit allégeance au roi, obtenant en retour d’être accompagné par trois cents hommes, des combattants d’élite. Ainsi, Ascalon passa aux Latins qui occupèrent ses remparts. Mais ses habitants, outrés, tuèrent l’émir et permirent au fils du « roi de Babylone » de pénétrer dans la ville. La nouvelle garnison fut attaquée, vaincue, passée au fil de l’épée ; la cité retourna aux Égyptiens. Ce récit, où les détails ne manquent pas, a l’avantage, contrairement à celui d’al-Ḏahabī, d’offrir un tout cohérent. Il n’en pose pas moins plusieurs problèmes, dont celui de l’origine des hommes venus seconder Šams al-Ḫilāfa. Avec Albert, les Arméniens disparaissent. Les tait-il volontairement ? Cela n’est pas impossible369. En tout état de cause, il s’agissait bien – sur ce point, Albert est très clair – des propres hommes de Baudouin Ier. Des mercenaires, experts en art militaire, chrétiens (il les appelle milites christianos, avant de parler de milites catholicos).

  • 370  G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 888 propose d’y voir un Arewordi (« fils du Soleil »). W. J. (...)
  • 371  R. Grousset, Histoire des croisades, t. i, p. 258-260, suit Albert qu’il essaie de concilier avec (...)

111Il n’y a aucune difficulté, d’ailleurs, à admettre que des mercenaires pouvaient passer du service des Francs à celui de musulmans, et d’autant plus d’un homme qui avait fait sécession. L’intervention franque peut ainsi s’expliquer – car il est douteux qu’Ascalon ait été en possession du roi de Jérusalem. Šams al-Ḫilāfa (peut-être lui-même arménien370) aurait simplement pu aller recruter des soldats en terre latine. Ainsi, on comprendrait mieux la passivité de Baudouin, qui, même s’il était appelé à combattre Mawdūd, n’aurait pu ne pas réagir devant la perte d’une telle place non plus que devant le massacre de ses hommes. De même, la réaction négative des habitants d’Ascalon trouverait son explication. Arméniens certainement chrétiens d’une part, venus du royaume de Jérusalem d’autre part : cela aurait été trop difficile à supporter, d’autant plus que Šams al-Ḫilāfa était haï. Enfin, on voit mal les auteurs arabes, si prompts habituellement à critiquer la gestion fatimide, passer sous silence un passage même momentané d’Ascalon aux Francs et s’abstenir de célébrer le massacre de trois cents de leurs hommes371.

  • 372 Kāmil, t. ix, p. 285 (an 529).
  • 373  Al-ḫādim : littéralement « le serviteur », ou « l’eunuque », selon le sens que l’on veut bien donn (...)
  • 374  G. Dédéyan, op. cit., t. ii, p. 872-876 : Šams al-Ḫawāṣṣ fait penser aux Arewordi (voir ci-dessous (...)
  • 375  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 78, ne connaît pas de Yāruqtāš, mais un Šams al-Ḫawāṣṣ Altun (...)
  • 376  Ce résumé (l’affaire est encore plus compliquée, puisque nous avons ici négligé, parce qu’inutile, (...)
  • 377  Pour la période ayyoubide, voir A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, p. 270 sq. et index.
  • 378  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xvi, 8, p. 715 sq. pour sa carrière, p. 715 pour s (...)

112Outre ces mercenaires, dont certains pouvaient s’engager individuellement, les souverains musulmans possédaient des ġulām-s arméniens, leur origine seule les distinguant des ġulām-s turcs. C’est l’un d’eux, selon Ibn al-Aṯīr, qui assassina le fameux Dubays b. Ṣadaqa372. Nous ne savons s’il faut prêter foi à ce que prétend Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, à savoir que Yāruqtāš était arménien. Toutes les sources arabes le disent ḫādim, ce qui signifie soit qu’il avait été un proche serviteur d’un prince seldjouqide (ou d’un de leurs émirs), soit qu’il était eunuque373. Il l’appelle, en tout cas, Aruqtāš (pour Yāruqtāš) al-Armanī. Son texte, visiblement résumé de plusieurs sources, est malheureusement suspect, d’autant plus qu’il fait de Yāruqtāš un véritable bouc émissaire. Il lui attribue les pires vilénies – tout particulièrement avoir favorisé les conquêtes des Francs auxquels il aurait livré Ḥiṣn al-Qubba. Mais « Šams al-Ḫawāṣṣ », ainsi que se contentent de l’appeler plusieurs chroniqueurs, conviendrait bien à un Arménien374. Il est difficile de retracer son parcours, ces chroniqueurs ne s’accordant pas forcément. Pour al-‘Aẓīmī et Ibn al-Qalānisī, qui n’en parlent pas comme dユun Arménien, il était iṣfahsalār, à Alep. Il aurait eu, auparavant, Rafaniyya en iqṭā‘ et ne se serait rendu dans la capitale nord syrienne qu’après l’avoir perdue, du moins aux dires d’Ibn al-Furāt375. Cette fonction, il l’aurait occupée pendant un (Ibn al-Aṯīr) ou plusieurs (al-‘Aẓīmī) mois. Il quitta la ville, renvoyé sur intervention de la fille de Riḍwān, ainsi que nous l’apprend Ibn al-‘Adīm, à moins que ce ne fut une conséquence du sentiment d’exaspération qu’il avait fait naître parmi les grands émirs alépins, selon la version de Sibṭ Ibn al-Ǧawzī. Ce dernier lui-même avoue que les auteurs divergent sur ce qu’il devint. Alep était sans maître ; Naǧm al-dīn Īl-Ġāzī, auquel Yāruqtāš avait fait (pour Ibn al-Adīm) ou non (pour le même Sibṭ) appel, pouvait tranquillement s’en emparer376. Évidemment, tout ceci ne nous dit pas si Yāruqtāš était arménien. Si on excepte Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, les auteurs arabes ne le prétendent aucunement. On ne peut que sユen tenir à ce silence. Mais cela n’aurait rien d’étonnant : à toute époque on entend parler de mamelouks arméniens, tôt islamisés, ayant sans difficulté intégré la hiérarchie militaire377. Dans la principauté bouride de Damas, peut-être Šams al-Ḫawāṣṣ Altuntāš, un temps gouverneur de Ṣarḫad et de Bosra, rebelle à son prince, finalement exécuté, était-il « de race arménienne ». C’est ce qu’avance Guillaume de Tyr, pour lequel, certes islamisé, il s’était vanté de cette origine pendant une négociation avec le roi de Jérusalem378.

  • 379  J.-M. Mouton, Damas, p. 159 et note 63 pour les références ; sur les arewordi, S. B. Dadoyan, Fati (...)
  • 380  J.-M. Mouton, loc. cit. et note 64.

113D’autres Arméniens encore, d’un statut évidemment inférieur, pouvaient faire partie d’une des gardes personnelles qui entouraient le souverain. À Damas, ainsi que l’a souligné Jean-Michel Mouton, celle sur laquelle s’appuyait Šihāb al-dīn Maḥmūd était essentiellement composée d’Arméniens « adorateurs du soleil » (Šamsiyya), des Arewordi, en arménien, qui avaient trouvé auprès des Bourides la tranquillité qui ne leur avait pas été accordée à Āmid ou Samosate379. Outre leurs activités protocolaires, ils pouvaient participer aux combats ou se faire les exécuteurs des basses œuvres de leur maître. Ainsi, c’est aux Šamsiyya qu’il incomba d’exécuter l’émir Bazwāǧ380.

  • 381 Kitāb al-Itibār, p. 106. G. Dédéyan, op. cit., p. 878, se demande s’il ne s’agit pas de mamelouks (...)
  • 382  W. J. Hamblin, Fatimid Army, p. 26 et note 63.

114La plupart du temps, les sources ne précisent pas toujours si les soldats arméniens servaient à pied ou à cheval. En fait, comme ce qu’on en sait dans les armées fatimides et franques le montre, on trouvait des Arméniens parmi les cavaliers et parmi les fantassins, un peu à l’image des Kurdes. Les hommes recrutés par le séditieux d’Ascalon formaient sans doute une troupe homogène ; pour Albert d’Aix, il s’agissait de milites (donc des cavaliers). À Šayzar, les vingt fantassins qu’Usāma signale étaient des piétons, habiles archers. Il décrit le courage dont ils firent preuve lors d’une chasse au lion mémorable. Vingt Arméniens, les meilleurs des archers à pied, des hommes sur lesquels il savait pouvoir compter381. Ces informations cadrent avec ce que les sources égyptiennes disent des soldats arméniens qui avaient intégré l’armée égyptienne, tout autant piétons que cavaliers, notamment archers, certains d’entre eux pratiquant l’archerie montée. Leur excellence, en ce domaine, les faisait même parfois appeler par les auteurs arabes al-qaws(« l’arc »)382.

  • 383  Cf. ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī (apud al-Bundarī), Ta’rīḫ dawlat l-Salǧūq, p. 71.

115Il semble qu’il faille essentiellement distinguer, parmi ces Arméniens, ceux qui, ayant sans doute conservé leur foi, s’engageaient pour un laps de temps donné, de ceux qui, razziés dans leur enfance, avaient connu le même destin que les autres mamelouks, et notamment les mamelouks turcs. Pour les premiers, les textes laissent supposer qu’au vie/xiie siècle nombre d’entre eux étaient recrutés par les musulmans de Syrie – mais sans doute moins que dans les armées seldjouqides de la période précédente383 (il faut dire que les armées étaient alors bien plus nombreuses). On n’a pas trace, non plus, d’une importance équivalente à celles qu’ils avaient dans les États croisés de Syrie du Nord. Ou enfin, comme en Égypte, d’une diaspora militaire.

d.– Ḫurāsāniens et Daylamites

116L’activité des sapeurs ḫurāsāniens telle qu’Usāma la décrit a déjà été évoquée. Outre qu’il confirme leur spécialisation dans la guerre de siège, son témoignage a l’avantage de les montrer fonctionner d’une manière autonome et solidaire. En revanche, on ne sait où étaient recrutés ces hommes, ni s’ils étaient nombreux ou s’ils se contentaient de cette fonction de sapeurs.

  • 384  Éd. P. Paris, t. i, chant i, 22, p. 35.

117Pendant le siège d’Antioche par Karbūqā, les sources latines ne les mentionnent pas. Peut-être faut-il les assimiler aux « Persans » qui sont, eux, régulièrement nommés ? Ces derniers apparaissent très tôt dans les combats. Dès Civetot, pour l’auteur de la Chanson d’Antioche384 :

  • 385  On notera la belle correspondance entre l’assonance et l’effet que devait provoquer l’annonce du m (...)
  • 386  Pour sol, soleil. Image classique de la bataille qui dure jusqu’au coucher du soleil.
  • 387  Sans doute des ġilmān turcs.

« Au pui de Civetot ot grant ocision 385,
Tant dura la bataille que soleus386 fust escons,
Solimans sone un timbre qui estoit de laiton.
Arrière se sont trait Persant et Esclavon387.  »

  • 388  Histoire anonyme de la première croisade, p. 156-157. Cf. également p. 48-49 et 110-111.

118Mais on a dit que les auteurs latins ne cherchaient pas vraiment – pas seulement – à transcrire la réalité lorsqu’il s’agissait de « nations barbares » qui, à leurs yeux, faisaient toutes preuves de paienineté (« paganisme »). Les Perses qui accompagnaient les Turcs que les Croisés vainquirent peuvent ainsi représenter toute nation venue de l’Est ; leur présence sert surtout à montrer que les milites christi devaient faire face à toutes sortes d’adversaires. Plus l’ennemi était divers, plus le mérite des Croisés s’en trouvait rehaussé388.

  • 389  Voir supra les efforts de Guibert de Nogent pour définir ce territoire.

119Pour les auteurs latins de la première croisade, seul comptait l’espace, en l’occurrence le Corosanus, un des nombreux mots utilisés pour désigner le Ḫurāsān qui évoquait l’ensemble des terres orientales occupées par les Turcs. Terres encore plus inconnues que celles dont les Croisés faisaient la découverte, dont l’évocation même ne pouvait que faire naître la crainte et le mystère. N’était-ce pas en ces contrées lointaines – mythiques – que les prisonniers (et les prisonnières) chrétiens étaient emmenés389 ? Une génération plus tard, Gautier le Chancelier ne fonctionnera pas différemment.

  • 390  H. Kennedy, The armies of the caliphs, op. cit., p. 104-105. L’armée du début du iiie/ixe siècle d (...)
  • 391 Al-Turk, al-Daylam, al-Rūm, al-Hind, al-Akrād et al-A‘rāb sont seuls cités : chap. xxxvii, p. 67.
  • 392  Peut-être faut-il considérer qu’ils sont incorporés dans l’expression « al-Daylam wa mā ǧāwarahā » (...)

120Sans qu’on puisse invoquer leur ignorance ou leur propension au symbolisme, les auteurs arabes ne s’étendent pas beaucoup plus sur les Ḫurāsāniens dont on a dit qu’il faut se garder de les considérer comme un groupe ethnique. Bien souvent, étaient ainsi désignés dans les textes arabes les peuples qui occupaient le Ḫurāsān. Il en est évidemment ainsi dans les chroniques qui nous intéressent. Il faut donc se contenter de voir les Ḫurāsāniens comme des combattants originaires du Ḫurāsān, certainement des Iraniens, mais parfois également des Turcs. Ceux qui étaient spécialisés dans la guerre de siège, simplement nommés al-Ḫurāsāniyya, étaient plutôt des Iraniens qui devaient leur expertise à leur habitude de creuser et entretenir des qanāt. Ils n’avaient rien de commun avec les Ḫurāsāniens des débuts l’époque abbasside, cavaliers lourds, cuirassés, à l’efficacité éprouvée, ou même avec leurs descendants, les Abnā’ qu’al-Ǧāḥiẓ dit tant cavaliers que piétons et tout particulièrement efficaces dans les combats de rue390. On ne trouve plus trace de Ḫurāsāniens dans le chapitre consacré par al-Harṯamī, dans le Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, aux particularités guerrières des « peuples » (umam)391, pas plus que dans la Tabṣira d’al-Ṭarsūsī ou dans al-Ḥiyal fī l-ḥurūb wa fatḥ al-madā’in wa ḥifẓ al-durūb d’Ibn Manglī. Ce dernier auteur laisse pourtant une large place à l’infanterie et décrit les différentes manières de prendre une ville. Mais lorsqu’il explique quels sont les meilleurs moyens de combattre différents peuples, al-Turk, al-Hind, al-Rūm, al-Ḥabaša (Abyssiniens), al-Nūba (Nubiens), Arabes, Perses, mais également, très rapidement, les Berbères, les Sardes (al-Sardāniyya), les Andalous (al-Andalus), les habitants du Ṭabaristān, les Daylamites et leurs voisins, les Ḫurāsāniyya ne sont pas évoqués392.

  • 393  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, respectivement p. 375-376 et p. 436-437.
  • 394  Sur cette garde dont on a déjà parlé, voir J.-M. Mouton, Damas, p. 159-160.
  • 395 Ibid., p. 298/LT p. 126.

121Ils étaient, en tout cas, spécialisés dans la sape au vie/xiie siècle. Les armées damascènes en faisaient usage, comme toutes les armées musulmanes de l’époque. Ibn al-Qalānisī décrit leur ténacité (ainsi que celle des « Alépins ») lors de la prise de Banyas par Šams al-mulūk, en ṣafar 527/décembre 1132, et pendant le siège d’Édesse par Zankī, en 539/1144393. Mais des Ḫurāsāniens étaient également membres de l’une des gardes qui entouraient et protégeaient les princes bourides394. Lorsque le même chroniqueur raconte l’assassinat de Mawdūd, le 21 rabī‘ 507/5 septembre 1113, il rappelle ainsi, sans doute pour écarter les rumeurs qui faisaient de Ṭuġtakīn le responsable de l’attentat, qu’ils étaient protégés395:

« […] Quand la prière fut terminée et que Mawdūd eut fait quelques dévotions supplémentaires, ils s’en allèrent tous les deux, l’atabeg marchant devant pour faire honneur à l’amīr, entourés de Daylamites, de Turcs, de Ḫurāsāniens, d’aḥdāṯ et d’écuyers (silāḥiyya), qui portaient toutes sortes d’armes […]. »

  • 396 Ibid., p. 365.
  • 397 Ibid., p. 365-366/ LT p. 193-194.
  • 398 Ibid., p. 368-369/ LT p. 196-197.

122Presque vingt ans plus tard, le ǧumāda II 525/7 mai 1131, les deux ismaéliens qui attentèrent à la vie de Tāǧ al-mulūk Būrī purent le faire parce qu’ils avaient réussi à faire partie396 « de la troupe des Ḫurāsāniens préposés à la garde de Tāǧ al-mulūk dans ses cortèges ». L’assassinat put alors avoir lieu, un jour que le prince revenait du bain, alors qu’il arrivait à la porte de son palais : tous ceux qui formaient sa garde personnelle, Ḫurāsāniens, Daylamites et aḥdāṯ s’étant écartés, les deux hommes se jetèrent sur lui, le frappèrent l’un à la tête, l’autre au flanc. Il décéda peu après, des suites de blessures qu’on avait pourtant cru anodines397. Peu après, le prince héritier alla recevoir son héritage. Il monta à cheval et se rendit à son palais de la citadelle, entouré d’hommes, notamment ses Ḫurāsāniyya398.

  • 399  Trad. H. Massé, p. 132 (siège de Ṣahyūn). Voir également al-Barq al-šāmī, iii, p. 178 (année 575, (...)
  • 400  Ibid., p. 341-342, année 520/1126. Le mot ġilmān ne renvoie pas forcément à des esclaves.
  • 401 Bāhir, p. 83.

123Il est intéressant de remarquer que la seule mention de Ḫurāsāniens dans al-Fatḥ al-qussī de ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, paraît également à propos de gardes du corps, et de sapeurs399. À Alep, dans l’armée zankide, ils formaient, avec ceux que les sources appellent « les Alépins », un corps spécialisé, efficace, dans la guerre de siège. Mais on ne sait presque rien de leur recrutement. Certains étaient peut-être esclaves, comme ceux d’Āq Sunqur al-Bursuqī, qui, malgré d’importantes précautions, tomba lui aussi sous les coups des ismaéliens. Ni la cuirasse qui ne le quittait pas, ni sa garde nombreuse et bien équipée ne purent lui sauver la vie. Rompus en leur art, les assassins comprirent vite que leurs couteaux ne parviendraient pas à transpercer sa cotte de mailles ; ils visèrent donc la tête et la gorge, et le laissèrent là, lardé de coups, ensanglanté. Les gardes qui s’étaient écartés pour laisser leur maître prier se jetèrent sur eux et les tuèrent – ġilmān turcs, Daylamites et Ḫurāsāniens400. À Damas, les gardes étaient quant à eux stipendiés. C’est ainsi que les deux assassins de Tāǧ al-mulūk Būrī gagnèrent peu à peu l’entourage turc du prince et réussirent à se faire enrôler. De même, les très nombreux Ḫurāsāniens qui entouraient Zankī recevaient une solde conséquente401.

1.2.3. L’emploi de Francs dans les armées musulmanes

124On considère généralement que les Francs faisaient l’admiration, en tant que combattants, de leurs adversaires musulmans. Admiration qu’on associe le plus souvent à la crainte et au rejet. Pour l’essentiel, ces considérations découlent des jugements de valeur exprimés par Usāma b. Munqiḏ, dont le Kitāb al-I‘tibār avait très tôt été traduit dans plusieurs langues européennes. Car pour ce qui est des chroniqueurs, ils ne s’intéressent pas vraiment aux Francs.

  • 402 Superbes textes d’Ibrāhīm b. Ya‘qūb al-Ṭurṭūšī dans A. Miquel, Du monde et de l’étranger, Orient, a (...)
  • 403  Le pèlerinage de Maître Thietmar, loc. cit. (p. 941-942).
  • 404  L’épisode qui suit se situe pendant le séjour d’Usāma à Ḥiṣn Kayfā où il résida entre 559/1164 (ap (...)
  • 405 Kitāb al-Itibār, p. 83. Voir également les traductions de H. Derenbourg, Autobiographie d’Ousâma, (...)

125Classés par les auteurs arabes dans le même iqlīm (« zone », « climat ») que les Slaves et les Turcs, les Francs partageaient avec eux sauvagerie, goût de la guerre et excellence en art militaire402. Ils apparaissent plutôt comme tels dans les chroniques arabes, même si on y trouve également quelques lignes n’allant pas dans ce sens. Malgré tout, à leur lecture et plus encore à celle du Kitāb al-I‘tibār, on s’attendrait à ce que soient racontés, un peu à la manière de Maître Thiethmar403, des échanges, des joutes et des passages d’un camp à l’autre. À ce que soient mentionnées des tentatives, par tel ou tel prince, de s’adjoindre de ces hommes à la valeur reconnue, afin par exemple de les faire intégrer dans leur garde personnelle, ou simplement dans le but de se renforcer en vue d’une campagne exceptionnelle. Or rien de tout cela n’apparaît dans nos sources où il faut attentivement chercher mention de l’emploi de Francs par des émirs musulmans. Dans le Kitāb al-I‘tibār, un certain Yārūq, seul, et encore apparemment islamisé, est dans ce cas404. Alors que Faḫr al-dīn Qarā Arslān b. Sukmān b. Artuq assiégeait Āmid et qu’il avait réussi à obtenir une trahison, la cité devant être livrée, de nuit, par un émir kurde, il fit confiance à un jeune Franc405 :

  • 406  L’éditeur signale, en note 8, que les deux premières consonnes n’avaient pas de point diacritique. (...)

« Pour cette affaire de la plus haute importance, Faḫr fit confiance à un de ses ḫādim (serviteur), un Franc nommé Yārūq406, haï et détesté par l’armée (‘askar) dans son ensemble à cause de son mauvais caractère. Il se mit alors en selle avec une partie des troupes et prit les devants ; les autres émirs enfourchèrent [également] leurs montures et le suivirent. Mais comme il traînait en chemin, les émirs le précédèrent à Āmid. L’émir kurde en question et ses compagnons (aṣḥāb) les aperçurent du haut d’une tour, leur lancèrent des cordes et leur dirent :
– Montez !
Pas un ne monta. Alors, ils descendirent, brisèrent les verrous de la porte de la ville et leur dirent :
– Entrez !
Ils n’entrèrent pas. Tout ceci parce que Faḫr al-dīn s’était reposé, pour quelque chose de si important, de si grave, sur un jeune ignorant (ǧāhil) plutôt que sur des émirs expérimentés (dūn al-umarā’ al-kibār). »

  • 407  Les auteurs arabes parlent rarement « d’émirs » francs. Exemple dans Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, (...)
  • 408  Usāma b. Munqiḏ, loc. cit.
  • 409  Un mamelouk ? En tout état de cause, le mot ḫādim dénote des rapports proches entre Qarā Arslān et (...)

126Ce jeune Franc n’avait pas même rang d’émir (à moins qu’Usāma ne rechigne à lui accorder ce titre407), et pourtant il commandait l’armée. Était-il mercenaire ? Cela serait surprenant, vue l’utilisation du mot ḫādim. Pour définir son propre service auprès de Qarā Arslān, Usāma utilise un terme de la même racine, mais moins connoté408 : « … et j’étais à son service, ḫidma ». Il était un proche « serviteur », en tout cas409. Un Franc, de toute façon, au caractère insupportable, finalement incapable, car trop jeune, incompétent, de se charger d’une mission importante. Le seul dans son cas dans le Kitāb al-I‘tibār. En cela, Usāma ne se distingue pas des autres auteurs arabes.

  • 410  Ibn Ṭaġrībirdī, Nuǧūm al-hira, t. v, p. 240, qu’il faut compléter par Ibn Muyassar, Abār Mir, (...)

127Non que, dans les chroniques arabes, des contacts de toutes sortes avec les Francs ne soient décrits. Que les armées n’aient été, à l’occasion, partiellement entremêlées, par exemple devant Alep assiégée par Dubays et Baudouin II. Ou qu’on n’entende parler d’un mamelouk franc – celui qui assassina, en muḥarram 526/décembre 1131, Kutayfāt b. al-Afḍal, devant Le Caire410:

  • 411  G. Wiet, « Al-Afḍal … Kutayfāt », El2a, t. i, p. 216, donne la date du 16 muḥarram/8 décembre.

« Il sortit, le 21 muḥarram411, pour aller jouer au polo. Mais un parti (ǧamā‘a) lui tendit une embuscade ; un mamelouk franc d’al-Ḥāfiẓ le chargea, lui donna un coup de lance, le tua et lui trancha la tête. [Puis] ils firent sortir al-Ḥāfiẓ et ils le reconnurent calife pour la seconde fois. Et la maison du vizir en question fut pillée. »

  • 412  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 444.

Ainsi que d’un ḫādim, à nouveau : l’assassin de Zankī est parfois dit « d’origine franque »412 :

« […] jusqu’à ce que parvienne la nouvelle de ce qu’un de ses ḫuddam (serviteurs), qu’il aimait de toute son affection et qui vivait dans sa familiarité, nommé Yaranqaš et dont l’origine (aṣl) était franque […] ».

128Mais on doit se contenter de ces quelques mentions dans les sources arabes. Il n’y est question ni de renégat, ni d’apostat devenu célèbre par ses faits d’armes. Serait-ce que les souverains musulmans ne concevaient pas d’engager ces conquérants arrogants et ignorants qui faisaient la guerre pour leur propre compte ? Que le rejet ait été si fort, le mépris et la haine si profondément ancrés ? Le sentiment de la nécessité de mener le ǧihād si développé ? De sorte que l’on aurait décidé de se passer de leurs qualités de combattants et de faire fi de la tradition de pragmatisme qui présidait à la composition des armées en terre d’islam ? Il faut sans doute chercher ailleurs. Peut-être les chroniqueurs eux-mêmes n’entendirent-ils guère parler de l’enrôlement de Francs, ce qui serait tout de même étonnant. À moins qu’ils ne taisent volontairement un tel recrutement. De toute manière, même s’ils l’avaient voulu, on voit mal comment les souverains musulmans auraient effectué un tel recrutement : les Francs avaient déjà quelque mal à compléter leurs armées. Ils comptaient souvent sur l’arrivée de « pèlerins » occidentaux pour lesquels il était impossible de se louer aux « païens ». Si vivier il y avait, donc, il devait se limiter aux apostats (or, on n’a pas mention de conversions nombreuses) et aux prisonniers de guerre.

129Les auteurs latins apportent quelques informations plus développées. Même s’ils ne sont pas très nombreux, les exemples qu’on peut tirer de leurs ouvrages montrent que s’ils sont plus prolixes, c’est surtout parce qu’ils sont dans le registre de la dénonciation. Reproches, plaintes et sentiment d’effroi les motivent.

  • 413  Historia, RHC, Occ., t. iv, L. xi, 48, p. 453-454. Les événements se déroulent en 1108.
  • 414  Édition G. M. Myers, Alabama, 1981. Voir l’analyse de la chanson par Cl. Cahen, SN, p. 569-578 ; I (...)
  • 415  Mais voir Cl. Cahen, « Le premier cycle de la croisade », loc. cit., p. 328.
  • 416  Albert d’Aix, op. cit., L. ix, 34-37, p. 610-614 ; Orderic Vital, cité par Cl. Cahen, loc. cit., p (...)

130Reproche lorsque Albert d’Aix, quelque peu horrifié par ce qu’on lui avait rapporté, dénonce les malfaisances de ces renégats provençaux, défenseurs d’une tour, à Saïda, qui non seulement avaient apostasié, mais qui plus est blasphémaient, insultaient la croix et la souillaient. Jusqu’à ce que, naturellement, Dieu intervienne et fasse écrouler, sans même que la main de l’homme ne s’en soit mêlée, la tour sur ses occupants, écrasés, broyés, réduits à l’état que jamais ils n’auraient dû quitter413. Plainte, ou plutôt complainte, au commencement tout au moins, dans les Chétifs, chanson épique mettant en scène des prisonniers francs faits par les Turcs, dont certains sont lancés au combat, tel Richard de Chaumont qui devient le champion de Corbaran (Karbūqā), y retrouvant honneur, renom et surtout libération : lui et ses compagnons finissent par rejoindre les Croisés à Jérusalem414. Quel que soit le lieu d’écriture de cette chanson et sa relation à l’histoire, très discutable, ne montre-t-elle pas, au moins, que des prisonniers pouvaient combattre pour leurs nouveaux maîtres ? Était-ce ou non un moyen d’acheter leur libération ? Dans tous les cas, cette explication permettait de justifier ces combats pour l’ennemi. Victorieux, les chevaliers ne perdaient pas, ainsi, tout prestige aux yeux de leur auditoire (qui était sans doute d’abord occidental, peu au fait de la situation orientale)415. Auditoire qu’il fallait ménager : c’est en son sein que les futurs Croisés pouvaient se recruter, ou que des subsides pouvaient être obtenus. C’est ce que cherchait Bohémond lorsqu’il fit courir les bruits les plus élogieux sur ses aventures, et notamment sur sa captivité. Lui également aurait œuvré pour un paganus, al-Danišmand, glorieusement, ses prouesses seules permettant la victoire. Le même Danišmand, dont l’histoire tient pour beaucoup du mythe, aurait été coutumier du fait. D’autres prisonniers avaient lutté en son nom ; ils en avaient obtenu leur libération416 ? Là encore, il est presque impossible de distinguer ce qui tient de la propagande et du mythe. Mais cela ne signifie pas qu’il faut écarter toute possibilité de réminiscence historique. Pour l’auteur de la chanson, œuvre sans conteste fictionnelle mais prétendant s’appuyer sur le vrai, décrire de tels actes relevait de ce qui apparaissait possible, cohérent. Peut-être s’était-il imprégné du récit d’anciens prisonniers.

  • 417  Jean Richard, « An account of the battle of Hattin referring to the Frankish mercenaries in orient (...)

131Plaintes, justification et effroi, à nouveau, lorsque Eudes de Deuil, qui ne peut éviter les imprécations, cherche à expliquer mais aussi à dénoncer le passage de trois mille « jeunes hommes » aux Turcs, à Adalia. Les troupes de la deuxième croisade subissaient les pires humiliations, les Grecs n’étant pas les derniers à leur en infliger. Les souffrances succédaient aux souffrances ; la faim rongeait. Les infidèles seuls fournissaient du pain. Dès lors la faim effaça la foi. On alla servir l’ennemi. Au moins l’apostasie n’était-t-elle pas exigée. Trois mille hommes engagés, donc, trois mille combattants peut-être : l’hagiographe ne dit rien des fonctions qu’ils étaient allés occuper417. Peut-être le chiffre est-il exagéré (les autres nombres avancés par Eudes de Deuil poussent à la circonspection). Mais il y eut bien enrôlement, par les Turcs, de Francs.

  • 418  Voir l’exemple d’Harpin (Arpinus) de Bourges, dont les pérégrinations, après sa capture à Ramla, e (...)
  • 419  J. Richard, « An account of the battle of Hattin referring to the Frankish mercenaries in oriental (...)
  • 420  Au moins pour ce qui est des Francs qui arrivaient d’Europe.

132À première vue, ces témoignages auraient tendance à infirmer ce que les sources arabes disent. Pourtant, si on excepte les apostats provençaux de Saïda, les exemples sont soit discutables, soit extérieurs à al-Šām. Ils se situent en Asie Mineure, en des terres disputées, encore mal libérées de l’emprise byzantine, non encore complètement dominées par les Turcs. En des contrées dont l’histoire demeure mal connue. Les récits où est racontée l’histoire de prisonniers sont bien trop romancés pour pouvoir être correctement exploités418. D’ailleurs, un sondage fait dans la Buġya d’Ibn al-‘Adīm montre que s’il fait état, à plusieurs reprises, de prisonniers francs aux destins divers, il n’évoque jamais des prisonniers destinés au service armé. À l’époque postérieure, les exemples sont un peu plus nombreux, mention étant faite, dans un texte retrouvé par Jean Richard, d’un mercenaire qui se trouvait dans les rangs francs, à Ḥaṭṭīn, après avoir combattu pour les musulmans. On note aussi que ni la Règle du Temple, ni surtout le Livre au Roi, qui date de la fin du xiie siècle, n’expriment une quelconque condamnation d’un service potentiel dans les armées des « Sarrasins419 ». Si, enfin, rien, dans la façon dont les musulmans composaient leurs armées, non plus que dans ce qu’on sait des rapports qu’ils entretenaient avec les Francs, ne va à l’encontre de l’utilisation précoce de tels mercenaires, on ne peut que s’en tenir à ce que les sources disent ou, en l’occurrence, ne disent pas. À l’époque que nous étudions, l’utilisation de mercenaires francs par les musulmans dut être exceptionnelle et individuelle, sans doute pour des raisons démographiques et, en partie, idéologiques420.

Conclusion

133Malgré des incohérences, les auteurs latins des croisades faisaient la différence entre les ethnies musulmanes qu’ils combattaient ; cela est moins vrai des auteurs arabes qui cherchaient peu à distinguer au-delà des Rūm et des Firanǧ. Un parallèle peut être fait avec les chroniqueurs du ve/xie siècle : les historiens chrétiens (coptes) peu instruits d’Égypte (c’est moins le cas pour quelqu’un de cultivé comme Yaḥyā d’Antioche), ne différenciaient guère les musulmans en sunnites et chiites ou encore moins en imâmites et ismaéliens, alors qu’ils opposaient très soigneusement les appartenances des chrétiens à des Églises différentes. De même, les historiens musulmans distinguaient bien la variété des formes de l’islam, mais qualifiaient les Chrétiens de « chrétiens » sans se préoccuper de quelle église ils relevaient.

  • 421  Tout particulièrement J. France, « Crusading warfare and its adaptation to Eastern conditions in t (...)

134On ne peut déterminer le poids des différentes « nations » dans les armées musulmanes non plus que franques. Ceci est tout particulièrement important pour les secondes, puisque se prononcer sur le poids des Francs, c’est également se déterminer sur leur rôle effectif dans la guerre. Non qu’il faille remettre en question l’idée de stratégies, tactiques et techniques de combat franques : les sources sont suffisamment claires sur ce point. Mais il faut éviter de reproduire la focalisation des chroniqueurs médiévaux sur les Francs et, dans le camp d’en face, sur les Turcs. Mettre en avant d’autres groupes ethniques, c’est évoquer d’autres expériences. Par l’intermédiaire des Arméniens ou des Turcoples, les Francs approchaient (très tôt en Syrie du Nord) une pratique de l’ennemi qui leur fut certainement utile à l’heure des affrontements. Par ricochet, cela en dit long sur leurs qualités d’adaptation, qualités longtemps ignorées et sur lesquelles on met de plus en plus l’accent421. Par-delà ses aspects technicotactiques, cette adaptabilité se concrétisa par l’emploi, concomitant même à la croisade, de troupes locales. Elles ne furent pas immédiatement intégrées aux armées franques ; mais cela ne tarda pas, et avec le temps leur poids fut de plus en plus important, n’en déplaise aux chroniqueurs réticents à leur accorder des qualités martiales.

135Au fond, il en fut des armées franques comme de toutes les armées victorieuses, et plus encore de celles qui font la guerre loin de leurs bases et qui réussissent à s’imposer durablement. Elles ne procédèrent pas différemment des armées seldjouqides qui, lors de leur marche en avant, avaient également su s’appuyer sur d’autres ethnies que les Turcs. Arméniens, Ḫurāsāniens et autres peuples trouvèrent leur place dans leurs armées, et purent faire bénéficier de leurs compétences. Il est vrai que les Seldjouqides s’inscrivaient, quant à eux, dans une tradition orientale de l’hétérogénéité ethnique.

  • 422  Historia, RHC, Occ., t. i, L. xvi, chap. 4 et 5, p. 708-712.

136Forcément ouvertes à des locaux, les armées latines furent confrontées à leur intégration. Elles y réussirent particulièrement bien à Antioche et à Édesse où les conditions de la conquête l’imposaient de toute façon. Le comté d’Édesse, tout particulièrement, n’aurait sans cela jamais pu survivre à un environnement humain beaucoup trop hostile – ce n’est pas un hasard si la première défaite majeure subie par les Francs s’y déroula, près de Ḥarrān, en 1104. Malgré les atermoiements de Guillaume de Tyr sur le sort de ses habitants, son récit de la chute d’Édesse laisse penser que, même pour lui, la prise de la ville était inéluctable. Pour la conserver, il aurait fallu suivre la voie tracée par « Baudouin et Josselin l’Ancien », à savoir vivre en perpétuel état de siège422.

  • 423  Pour les ordres militaires, voir J. Forey, « The military orders and the conversion of Muslims in (...)

137Plutôt heureux dans l’intégration des chrétiens orientaux, les Francs employèrent également des combattants musulmans qu’il est difficile de tous voir comme des apostats. Parmi les Francs, les conversions n’étaient pas forcément vues d’un bon œil, tout particu-lièrement parce que le statut du converti était supérieur à celui du musulman423. Mais les sources sont bien trop évasives pour qu’on puisse avancer quoi que ce soit de définitif. On ne sait rien sur leur importance, même dans les garnisons. Usāma décrit la crainte que les Kurdes pouvaient inspirer à Apamée. Encore ces derniers pouvaient-ils être chrétiens. De toute manière, on n’a pas l’impression que cette diversité ait pu avoir d’incidences stratégiques et tactiques notables. Dans les textes, du moins, les Franci apparaissent comme les seuls responsables des décisions prises – un rôle important n’est accordé aux combattants locaux qu’en cas de défaite : les chroniqueurs latins les accusent alors de l’avoir provoquée.

  • 424 Kitāb al-Itibār, p. 135. Le Templier déclare, notamment : « C’est un étranger arrivé du pays des F (...)

138Au fil du temps, les armées franques semblent de plus en plus cohésives. Les particularismes nationaux, n’ayant jamais disparu du fait que des « pèlerins » arrivaient régulièrement d’Europe, s’effacèrent néanmoins progressivement. Il laissèrent place au sentiment d’appartenir à un « peuple » d’un genre nouveau qu’on a souvent, sous l’influence des Latini de Guillaume de Tyr, appelé « Latins d’Orient ». Après la première croisade, les quelques mobilisations générales qui furent décrétées ne paraissent pas avoir posé de problèmes du type de ceux qui étaient, pendant celle-ci, survenus entre Provençaux, Germains, Flamands, etc. À la fin de la période qui nous occupe, un texte comme celui de Raoul de Caen sur les Provençaux aurait paru incongru. Lorsqu’il critique les erreurs du comte d’Édesse et qu’il pose en modèle « Baudouin et Josselin l’Ancien », Guillaume de Tyr ne se pose aucunement la question de la « nation » à laquelle ils appartenaient. Cela étant dit, d’autres forces, centrifuges celles-là, jouaient en sens contraire. Ainsi des particularismes régionaux – chaque État latin d’Orient avait donné naissance à un sentiment d’appartenance parfois mis en lumière par les chroniqueurs. Des tensions existèrent, tout au long du vie/xiie siècle, entre Antioche et Édesse, Jérusalem et Tripoli, etc. À plusieurs reprises, les secours demandés par les uns arrivèrent avec retard ; quelquefois, les dissensions se muèrent en opposition armée. On ne peut affirmer que cela n’eut pas des conséquences négatives sur la cohésion des armées, du moins lorsque toutes les forces franques se trouvaient réunies. D’autres « différences » pouvaient jouer, telle celle qui était faite entre les hommes venus d’Europe et les Francs orientaux. Ces « pèlerins » également, il fallait les intégrer (lorsqu’ils restaient sur place), ou du moins s’habituer à combattre à leurs côtés. Il n’y a aucune raison de penser que les divergences entre l’homme qui maltraita Usāma et celui qui s’y reprit à deux fois avant de le calmer – entre un nouveau venu et un Templier au fait des us et coutumes orientaux – ne se concrétisèrent pas sur les champs de bataille424. L’échec de la deuxième croisade tend même à laisser penser le contraire. Une période d’adaptation devait être nécessaire aux uns comme aux autres.

  • 425  Éd. H. de Curzon, Paris, 1886, § 169 à 179. Cf. également J. Richard, « Les Turcoples : musulmans (...)

139Des questions importantes demeurent sans réponse, et notamment toutes celles qui renvoient à la gestion des différents groupes ethniques qui composaient l’armée latine. Seules certitudes : « l’encadrement » était franc ; les Francs avaient un statut supérieur aux autres, eux-mêmes diversement considérés. Cela est très clair en ce qui concerne les Turcoples, s’il faut se fier aux Retraits ajoutés à la Règle du Temple425. Le type de relations qu’ils dénotent ne devait pas être trop éloigné de celles qui régissaient les armées laïques. De même, tout ce qu’on a dit du recrutement ne dit pas s’il existait ou non des corps homogènes. Les Arméniens semblent avoir été les seuls à être assez nombreux pour pouvoir en constituer. Les chroniqueurs latins (et arabes accessoirement) parlent régulièrement des « Arméniens », il est vrai sans qu’on sache s’ils désignent des auxiliaires ou des soldats stipendiés et donc intégrés à l’armée franque. Le problème ne se pose pas vraiment pour les Turcoples, dans la mesure où on accepte de penser que leur recrutement était diversifié.

140Mais on a dissocié, sans que cela soit forcément justifié, domaines francs et musulmans. Les sources insistent pourtant, pour les musulmans également, sur une seule ethnie, turque en l’occurrence, même si les auteurs arabes offrent plus de variété d’expressions que les chroniqueurs latins et se font un devoir de mentionner la participation des bédouins arabes et turcomans la plupart du temps. En effet, dans les armées musulmanes, il faut différencier les troupes régulières et auxiliaires. Autant les Francs ne paraissent pas reposer sur les secondes, autant les émirs et princes musulmans en dépendirent pendant longtemps, jusqu’à la fin de l’époque zankide même. Parmi ceux-ci, les Turcomans supplantèrent les Arabes au vie/xiie siècle, sans que ces derniers ne fussent totalement écartés – à de multiples reprises, ils jouèrent un rôle important dans les affrontements contre les Francs. Incontestablement, les Turcomans constituaient tout à la fois, pour les souverains, un enjeu et une dynamique. Un enjeu car ils leur étaient indispensables, à tel point qu’ils se confondirent parfois avec leurs armées régulières, qu’ils menèrent des opérations qui auraient dû échoir à ces dernières et qu’un certain nombre se sédentarisèrent. Une dynamique car ils provoquèrent la réussite, ou tout au moins y participèrent, à Ḥarrān, à l’Ager sanguinis ou en Égypte. Surtout, ils permirent aux musulmans (surtout aux Zankides) de tenir leur rang lors des très nombreuses opérations de « petite guerre » qui caractérisent la période. Quant aux autres composants des armées musulmanes, on a l’impression qu’ils servaient surtout de piétons.

  • 426  Sur ce stéréotype universel, cf. U. W. Haarman, « Ideology and history, identity and alterity : th (...)
  • 427  Risāla ilā Fatḥ b. Ḫāqān fī manāqib al-Turk.
  • 428  Th. Bianquis, « Regard clair des élites, suivisme aveugle des masses, un truisme pour les ‘ulamā’ (...)
  • 429  Par exemple Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 100 : Ṣalāḥ al-dīn al-Yāġīsiyānī.

141Traditionnellement, la mixité ethnique était une des conditions de la réussite pour les auteurs arabes. Les critiques indirectement émises par Maqrīzī en disent plus, sur ce point, sur sa volonté de louer l’armée de Saladin, qui était en train d’abattre le califat fatimide, que sur ses opinions en matière d’hétérogénéité des troupes. C’est surtout l’efficience de la nouvelle structure qu’il vante. Le souci d’efficacité était une constante dans les armées musulmanes. C’est en son nom que les Turcs y avaient été mis à la première place, eux qui, en terre musulmane, étaient depuis longtemps considérés comme d’excellents combattants. Rien de surprenant à cela : bien auparavant, les Grecs et les Chinois anciens caractérisaient ainsi les nomades des steppes qui jouxtaient leurs territoires426. Pour les Arabes, les peuples originaires des zones froides et humides qui vivaient dans le sixième « climat » (iqlīm), Turcs, mais également Francs, tiraient ces qualités de leur barbarie. D’autres conditions avaient poussé à leur confier les rênes des armées, et notamment la servilité ; mais indéniablement, ainsi que le souligne al-Ǧāḥiẓ, on admirait leur habileté à la guerre427. Mais, au vie/xiie siècle, pour les Syriens arabes tout particulièrement, les Turcs, auxquels on continuait évidemment de reconnaître cette habileté, constituaient une classe conquérante et dominante. Ce qui n’alla sans doute pas sans mal. Cependant, globalement, les élites arabes, dont l’avis seul comptait, firent alliance avec les nouveaux venus428. Dans les armées, on n’entend parler de rien de bien décisif. Les Turcs semblent les avoir menées de main de maître, même s’ils étaient minoritaires. Le passage de témoin entre Zankides et Ayyoubides ne posa pas de problème entre Kurdes et Turcs. Les tensions périodiques entre Turcomans et Arabes bédouins et l’existence de solidarités ethniques plus ou moins affirmées ne paraissent pas avoir durablement oblitéré l’efficacité des armées musulmanes. Ponctuellement, les auteurs arabes mettent en scène des Turcs qui s’expriment sans que leur entourage non turc les comprenne429. Mais c’est surtout d’un manque de chefs capables et volontaires, ainsi que de moyens financiers, que souffrirent les appareils militaires musulmans, au moins jusqu’aux Zankides.

  • 430  Cf. encore Ibn Manglī, Kitāb al-ḥiyal fī l-ḥurūb wa fatḥ al-madā’in wa if al-durūb, op. cit., p. (...)
  • 431  Ibid., p. 432.
  • 432  C’est ce qui les distingue des Byzantins (al-Rūm), selon Ibn Manglī, op. cit., p. 369.
  • 433  Et de l’arc, selon Ibn Manglī, op. cit., p. 372, pour lequel ils partageaient cette réputation ave (...)

142En pratique, certaines tâches étaient réservées à des groupes particuliers, tout particulièrement dans les armées musulmanes. Les Ḫurāsāniens, soldats à pied hautement qualifiés, s’étaient spécialisés dans la guerre de siège, ainsi qu’accessoirement dans la protection rapprochée (comme les Daylamites430). Des Alépins étaient également réputés en tant que sapeurs ; peut-être étaient-ils arméniens. Les Kurdes431 servaient autant à cheval qu’à pied, sans doute selon l’origine sociale des combattants. Les Arméniens étaient prisés en tant qu’archers, montés (mais seulement dans les armées fatimides ?) ou à pied432. Les Turcs et les Turcomans combattaient à cheval, de même que les Arabes bédouins, plus spécialement habiles au maniement de la lance433.

143Dans les armées latines, la spécialisation ethnique était un peu moins affirmée. On trouvait des Francs autant à cheval (chevaliers, sergents) qu’à pied (sergents, etc.), selon la classe sociale à laquelle ils appartenaient. Les Arméniens fournissaient un apport conséquent de cavaliers et surtout de piétons, de même que les « locaux » qui servaient notamment en tant que Turcoples. Même si on prend en compte le facteur arménien en Syrie du Nord, les armées franques paraissent moins fragmentées. Les corps ethniques des armées musulmanes étaient peut-être plus autonomes, moins dépendants les uns des autres. C’est à partir de Zankī, lorsque des moyens considérables furent mêlés à un commandement fort, que les Francs firent face à des blocs plus homogènes.

Notes de fin

1  Cf. Dennis E. Showalter, « Caste, skill, and training : The evolution of cohesion in European armies from the Middle Age to the sixteenth Century », The Journal of Military History, vol. lvii, 1993, reproduit sur le site deremilitari.org ; John Gillingham, « Richard I and the science of war in the Middle Ages », dans J. C. Holt et J. Gillingham (éd.), War and Government in the Middle Ages : Essays in Honor of J. O. Prestwich, Cambridge, 1984, p. 78-91.

2  Affirmation qu’il faudrait tout de même moduler. Pour l’Orient, voir Th. Bianquis, « Historiens arabes face à islam et arabité du xie au xxe siècle », dans D. Chevallier (dir.), Les Arabes et l’histoire créatrice, Paris, 1995, p. 41 sq.

3  Définition notamment inspirée de celle de F. Géré (dir.), Dictionnaire de la pensée stratégique, Paris, 2000, p. 9-13.

4  Pour les femmes, voir S. B. Edgington et S. Lambert, Gendering the Crusades, loc. cit.

5  Pour le domaine musulman, voir ce qu’écrivait Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. i, p. 13-14 : « Être Syrien au Moyen Âge était donc un sentiment complexe : être Arabe tout en n’étant plus bédouin, être de son quartier, de son village ou de sa ville, de sa petite région et ne pas être égyptien, ni iraqien, ni de Ǧazīra, craindre les Byzantins mais chercher à commercer avec eux, plaindre les bédouins, mais apprécier leurs laitages et leur langue. »

6  Tractatus de locis et statu sancte terre ierosolimitane, éd. B. Z. Kedar, « The Tractatus de locis et statu sancte terre ierosolimitane », dans J. France et W. G. Zajac (éd.), The crusades and their sources, Aldershot, 1998, p. 111-133, rédigé selon son éditeur entre 1168 et 1187 par un voyageur européen.

7  Les auteurs arabes faisaient de même.

8  F. Neveux, « Normands », dans C. Gouvard, A. de Libera et M. Zink (éd.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, 2002, p. 1001-1002.

9  C. Beaune, « Nation », dans C. Gouvard, A. de Libera et M. Zink, op. cit., p. 966.

10  Voir également les problèmes soulevés par A. Jotischky, « Ethnographic attitudes in the crusader states. The Franks and the indigenous Orthodox people », dans K. Ciggaar et H. Teule (éd.), East and West in the CrusaderStates. Context. Contact. Confrontations, t. iii, Louvain, 2003, p. 2 à 4.

11  C. E. Bosworth, « Khurāsān », El2a, t. v, p. 55. Les auteurs latins de la première croisade sont sur la même ligne. Corosanus renvoie à un territoire plus ou moins éloigné, domaine des Perses ou des Turcs, en tout cas situé à l’est, une sorte de lieu mythique où les prisonniers étaient emmenés. Voir par exemple l’Histoire anonyme de la première croisade, p. 10-13, 38-39 et passim ; intéressante explication de Guibert de Nogent, Gesta dei per Francos, RHC, Occ., t. iv, L. v, 8, p. 189 (il cherche à expliquer le mot, faisant jouer ses lectures d’auteurs antiques. Pour lui, le mot est une forme corrompue de « Caucase ») ; Chanson d’Antioche, éd. p. Paris, vol. ii, index.

12  Cf. par exemple ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī dans al-Bundarī, Ta’rīḫ dawlat āl-Salǧūq, op. cit., p. 42, « wa l-Rūm […] ma bayna Rūmī wa Rūsī wa Ġāzī wa Qifǧāqī wa Kurǧī wa Abḫābī (sic, peut-être une erreur d’impression pour Abḫāzī) wa Ǧazarī wa Firanǧī wa Armanī ».

13  Histoire anonyme de la première croisade, éd. Bréhier, Paris, 1924, p. 49. Autres exemples dans S. Loutchitskaja, « Barbarae nationes : les peuples musulmans dans les chroniques de la première croisade », dans M. Balard (éd.), Autour de la première croisade, Paris, 1996, p. 99-107.

14  « […] quorum numerum nemo scit nisi solus Deus », formule « consacrée », courante dans la langue ecclésiastique, ainsi que le rappelle L. Bréhier en note 4, p. 49.

15  L’interprétation d’Henri Grégoire, « De Marsile à Andernas ou l’islam et Byzance dans l’épopée française », Miscellanea Giovanni Mercati, t. v, 1946, p. 456, acceptée par S. Loutchitskaja, loc. cit., p. 103 et note 24, selon laquelle ce mot viendrait de l’arabe al-ġulām, nous semble pertinente. Le passage s’est peut-être fait par l’intermédiaire du grec.

16  Des Bretons, des Burgondes, des Poitevins, des Manceaux, des Aquitains, etc. A. V. Murray, « How Norman was the principality of Antioch ? Prolegomena to a study of the origins of the nobility of a crusader state », dans K. S. B. Keats-Rohan (éd.), Family trees and the roots of politics. The prosopography of Britain and France from the tenth to the twelfth century, Woodbridge, 1997, p. 353.

17 Op. cit., L. i, 13, p. 336-337 : « […] Franci, Flandri, Frisi, Galli, Allobroges, Lotharingi, Alemanni, Baiorarii (pour Bavarii, Bavarois), Normanni, Angli, Scothi, Aquitani, Itali, Daci, Apuli, Iberi, Britones, Graeci, Armeni […]. » Noter la présence des « Grecs » et des « Arméniens », ce qui montre combien Foucher différenciait les Croisés.

18  Entouré de diverses « nations », il proclame son incapacité à comprendre et donc à répondre lorsqu’un Breton ou un Teuton souhaitait le questionner. Cf. R. C. Finucane, Soldiers of the faith. Crusaders and Moslems at war, New York, 1983, p. 80-81 (voir aussi, p. 81, les exemples tirés du siège de Lisbonne par les Croisés, en 1147 : deux cimetières séparés sont improvisés, l’un, à l’est de la ville, pour les Flamands et les combattants de Cologne, l’autre, à l’ouest, pour les Normands et les Anglais ; les premiers refusèrent d’autoriser les seconds à emprunter la brèche qu’ils avaient réalisée dans la muraille, et ils durent y pratiquer la leur propre).

19  Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. iii, lxi, p. 651.

20  Histoire anonyme de la première croisade, op. cit., p. 7. Les « Longobards » étaient les habitants d’Italie méridionale ; le terme Franci désigne sans doute ici les habitants des Gaules (ibid., p. 4-5). Guibert de Nogent, Gesta Dei per Francos, trad. M.-C. Garand, op. cit., p. 89-90, ajoute : « Les Français, en effet, conformément au génie de leur nom, se distinguent par leur grande vivacité d’esprit ; mais s’ils ne sont pas tenus en bride par une poigne de fer, ils se montrent plus arrogants qu’il ne convient envers les autres nations. » Voir encore Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. i, 16, p. 284.

21  L’Historia d’Albert d’Aix, RHC, Occ., t. iv, L. iii, p. 343 sq. (affrontement devant « Mamistra », p. 349-350) est la source principale. Il est intéressant de confronter sa présentation des faits à celle des autres chroniqueurs. Toutes les histoires contemporaines des croisades consacrent quelques pages à cette opposition.

22  Voir supra, chap. « Les sources ». Cf. également la lettre de Louis vii à Suger (rédigée après le 19 mars 1148), où la perfidie de l’empereur est dénoncée ; références dans Suger, Œuvres, t. ii, éd. et trad. F. Gasparri, Paris, 2001, p. 108-109.

23  La vision négative de l’étranger domine dans les parts rurales (majoritaires) de la société médiévale occidentale ; les milieux urbains font par contre plus de place à l’Autre, le marchand notamment. Il ne faut également pas oublier que contrairement à l’image d’un monde statique qu’on se fait souvent, la mobilité était répandue dans les sociétés médiévales.

24  Pour l’armée de Philarète, voir G. Dédéyan, Les Arméniens, t. i, p. 183 et suivantes.

25  Pour M. Bull, « Overlapping and competing identities in the Frankish first Crusade », dans Le concile de Clermont de 1095 et l’appel à la croisade, Rome, 1997, p. 201, « […] the crusade vocation postulated a unifying sense of identity ».

26  En ce qui concerne les chevaliers : on est mal renseigné pour le reste des Croisés.

27  Mais pas seulement. Exemple : Drogo de Nahella ou Nigella, Droe de Noiele dans la Chanson d’Antioche (Drogo de Nesle, en Picardie), membre d’une des expéditions populaires qui précédèrent celle des barons, emprisonné par l’empereur byzantin, libéré à l’instigation de Godefroy qu’il rejoint pour ensuite s’attacher à son frère Baudouin aux côtés duquel il est à Édesse et que probablement il suit à Jérusalem. Voir le catalogue prosopographique établi par A. V. Murray, The Crusader Kingdom of Jerusalem. A dynastic history 1099-1125, Oxford, 2000, note 29, p. 191. Plus généralement, voir les p. 46-61 du même ouvrage (« The crusading army of Godfrey and Baldwin »). Du même auteur, « The army of Godfrey of Bouillon, 1096-99 : structure and dynamics of a contingent on the first Crusade », RBPH, t. lxx, p. 301-29 et, plus ancien, « The origins of the Frankish nobility of the Kingdom of Jerusalem, 1100-1118 », Mediterranean Historical Review, t. iv, 1989, p. 281-300.

28  Est ainsi posé, indirectement, le problème de la spécificité « nationale » qu’on a longtemps attribuée à chacun des États croisés – lotharingienne pour le royaume de Jérusalem et le comté d’Édesse, normande pour la principauté d’Antioche et provençale pour le comté de Tripoli. Elle fait aujourd’hui, en partie au moins, l’objet de débats. Il semble qu’on l’ait un peu exagérée, au moins pour le royaume de Jérusalem et peut-être pour les comtés de Tripoli et d’Édesse. Cf. (vision « traditionnelle ») J. Prawer, « La noblesse et le régime féodal du royaume latin de Jérusalem », Le Moyen Âge, t. lxv, 1959, p. 41-74 ; id., « The settlement of the Latins in Jerusalem », Speculum, t. xxii, 1952, p. 490-563 ; id., The Crusader’s kingdom. European colonialism in the Middle Ages, Londres, 2001 (1re éd. 1972), p. 62. Plus mesuré : A. V. Murray, « How Norman was the principality of Antioch ? Prolegomena to a study of the origins of the nobility of a crusader state », op. cit., p. 350-351 et notes 5 et 6. Pour une période un peu plus tardive, voir H. E. Mayer, « Angevins versus Normans : the new men of king Fulk of Jerusalem », Proceedings of the American Philosophical Society, t. cxxxiii, 1989, p. 1-25. Voir également l’évolution des positions de Jean Richard, Le royaume latin de Jérusalem, Paris, 1953, p. 62 sq. et Histoire des croisades, Paris, 1996, p. 90 sq. Pour la principauté d’Antioche, cf. Cl. Cahen, SN, p. 527-547 (caractère normand marqué) ; A. V. Murray, ibid., passim (plutôt d’accord, malgré les silences des sources) ; Th. Asbridge, The creation of the principality of Antioch, op. cit., p. 193, 163-180 (malgré les manques documentaires, opte pour une population largement normande).

29  Foucher de Chartres, éd. RHC, Occ., t. iii, L. iii, 37, p. 468, trad. J. Richard, Histoire des croisades, Paris, 1996, p. 106. Cf. également R. C. Smail, Crusading warfare, note 3 p. 43-44.

30  Voir l’article au titre très suggestif de J. Riley-Smith, « Crusading as an act of love », History, t. lxv, 1980, p. 177-192.

31  Intéressante phrase dans l’Histoire anonyme de la première croisade, p. 174-175 : « Derrière le château se tenaient les prêtres, les clercs revêtus de leurs ornements sacrés, qui priaient et adjuraient Dieu de défendre son peuple, d’exalter la Chrétienté et d’abattre le paganisme. »

32  « La croisade, réalité collective », selon l’expression d’Alphonse Dupront, Le mythe de croisade, t. iii, Paris, 1997, p. 1285-1289.

33  Les seuls dont, finalement, le « moi » peut-être en partie reconstitué : le « nous » qu’ils emploient le montre suffisamment. Cf. C. Cooley, Social organization. A study of the larger mind, New York, 1909, cité par André Akoun, « Sociabilité, formes de », Dictionnaire de la sociologie, Encyclopedia Universalis, Paris, 1998, p. 730.

34  Cf. p. 4-8, 10-11 et passim.

35  Ou de formules dérivées. Cf. « Hec civitas fuit capta a christianis Dei xv die julii, in vi feria » (« Cette cité fut prise par les chrétiens de Dieu le vendredi 15 juillet ») ; ou « gens christiani » (c’est la mère de Curbaram qui parle), p. 124. Rappelons que très souvent il dit « les nôtres ». Cf. aussi, p. 166, l’expression « in tota Christi milicia ».

36  Ainsi que le remarque A. V. Murray, loc. cit., p. 359. Cf. également, du même auteur, « Ethnic identity in the Crusader states : the Frankish race and the settlement of Outremer », dans S. Forde, L. Johnson et A. V. Murray (éd.), Concepts of national identity in the Middle Ages, Leeds, 1995, p. 59-73. Voir également M. Bull, « Overlapping and competing identities in the Frankish first Crusade », loc. cit., p. 202.

37  Le premier passage se trouve p. 2-5, le second p. 118-119.

38  Tartareus : du Tartare, des Enfers. Tartarus (et Tartara) désigne le lieu de punition dans les Enfers.

39  Partes : « partie »… mais aussi « direction, sens ». L. Bréhier, qui a traduit « divisions », remarque (note 6 p. 5) que ces trois partes correspondent à trois routes suivies par les Croisés, et que l’Anonyme oublie plusieurs autres bandes.

40  On peut tout autant traduire, comme L. Bréhier, « armées des Francs ». Gens, gentis, désigne, à l’époque antique, un ensemble de personnes qui se regardent comme descendant d’un ancêtre commun, ou plus simplement une « nation », une « race ». Il est alors synonyme de genus, generis. Souvent, les chroniqueurs médiévaux l’utilisent pour simplement désigner une troupe, une armée.

41  P. 52-53 : « Parce que naguère, ayant vaincu tous les Francs, je les croyais déjà enchaînés en captivité, et, […] je vis qu’ils formaient un peuple (gens) tellement innombrable […]. »

42  P. 50-51.

43  Puis de Francorum generatione (« la race des Francs »). Il identifie alors certainement, plus ou moins consciemment, les Francs croisés aux « Francs historiques » (voir la note suivante).

44  Rappelons que ce terme avait longtemps désigné les habitants de la moitié nord de la Gaule qui se reconnaissaient comme tels depuis la seconde moitié du vie siècle (Émilienne Demougeot, La formation de l’Europe et les invasions barbares, Paris, 1979, 2 vol.), et qu’aux « Francs » des qualités de guerriers étaient traditionnellement attribuées.

45  Voir par exemple, éd. RHC, Occ., t. iv, p. 125, trad. M.-C. Garand, p. 55.

46 Gesta dei per Francos, trad. M.-C. Garand, p. 37, qui souligne en note 44 que la même imprécision se retrouve dans la Chanson d’Antioche, Franc et François y étant même utilisés l’un pour l’autre en fonction de la prosodie. Voir également M. Balard, « L’utilisation et la signification du mot “Franc” chez les chroniqueurs de la Première Croisade », dans M. Rouche (dir.), Clovis, histoire et mémoire. Actes du colloque international d’histoire de Reims, t. II, Paris, 1997, p. 473-484.

47  Voir les développements qu’A. V. Murray, « Ethnic identity in the Crusader states : the Frankish race and the settlement of Outremer », loc. cit., consacre à la tradition, dans l’Occident chrétien, de l’origines gentium (voir surtout les p. 70-73). Cf. également H. Wolfram, « Le genre de l’origo gentis », RBPH, vol. lxviii, 1990, p. 789-801, et M. Bull, loc. cit.

48  Il y est pourtant également question des Latini, dont il est précisé « Latini etiam in gentes varias dividuntur : Alemannos, Hispanos, Gallos, Italicos et ceteras gentes quas parit Europa ». En fait, on a l’impression que l’auteur anonyme a été surpris de cette appellation de Franci à laquelle il ne s’attendait pas ou qu’il comprenait mal : Tractatus de locis et statu sancte terre ierosolimitane, loc. cit.

49  M. Bull est sceptique (« Overlapping and competing identities in the Frankish first Crusade », loc. cit., p. 203 sq.). Mais A. V. Murray (« How Norman was the principality of Antioch ? Prolegomena to a study of the origins of the nobility of a crusader state », loc. cit., p. 359) défend l’idée que le mot « Franci probably derives from the terms for Western Christians used by both Byzantine Greeks and Arabs (al-Ifranj) ». Cf. encore, du même auteur, « Ethnic identity in the Crusader states : the Frankish race and the settlement of Outremer », loc. cit., p. 61.

50  G. Dédéyan, Les Arméniens, notamment vol. i, chap. 2, 5 ; vol. ii, chap. 1, 3.

51  Histoire anonyme de la première croisade, p. 55-57. Cl. Cahen, SN, p. 207 sq. ; J. France, « La stratégie arménienne de la première croisade », dans Les Lusignan et l’Outre-Mer. Actes du colloque international de Poitiers, 20-24 octobre 1993, p. 141-149 ; G. Dédéyan, op. cit., p. 401 sq. et passim.

52  Détails dans S. Runciman, Histoire des croisades, op. cit., p. 173. Mar‘aš se trouve dans le Taurus, en Anatolie du Sud.

53  Voir le récit d’Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. iii, 28, p. 358-359, où manifestement l’auteur a voulu insister sur la communauté de foi ; G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 851-853.

54  À plusieurs reprises, le principal chroniqueur arménien, Matthieu d’Édesse, critique les agissements francs. Voir déjà sa version de la mise à mort de Thoros à Édesse : s’il ne met pas directement en cause Baudouin, il souligne que ce dernier avait juré « sur ces vénérables reliques, au milieu de l’église des Saints Apôtres, de ne lui faire aucun mal. […] qu’il exécuterait ce que Thoros lui avait demandé dans la lettre qu’il lui avait adressée ». Après le lynchage, le parjure au serment est évoqué, mais de la part des habitants, ces « furieux », auteurs du forfait (RHC, Arm., t. i, p. 38). Voir également l’image forte qu’il utilise dans le récit de l’arrivée des Croisés (ibid., p. 24) : « En l’année 545 de l’ère arménienne […] s’accomplit la prophétie du patriarche Saint-Nersès relative à l’expédition entreprise par les Romains […]. Ce qu’avait prédit à l’heure de la mort ce grand saint, ce thaumaturge, cet homme de Dieu, nous l’avons vu, de nos propres yeux, se réaliser dans notre siècle. C’était la vision qui apparut à Daniel jusqu’à Babylone, il vit la figure d’un animal monstrueux, vision qui se manifesta à lui ouvertement, et qu’il expliqua en disant que cet animal dévorerait, mettrait en pièce et foulerait aux pieds les débris échappés à la fureur des bêtes précédentes ». Sur le sujet, voir ce qu’écrit R. C. Smail, Crusading warfare, p. 46-48 (avec d’intéressantes remarques historiographiques) ; Cl. Cahen, Orient et Occident au temps des croisades, Paris, 1983, p. 84-85 et index ; M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse, p. 96-99 ; R. W. Thomson, « The Crusaders through Armenians Eyes », dans A. E. Laiou et R. P. Mottahedeh (éd.), The Crusades from the perspectives of Byzantium and the Muslim world, Washington, 2001, p. 71-82. Enfin, voir désormais G. Dédéyan, Les Arméniens, passim, et notamment t. I, p. 401 et suivantes, ainsi que t. ii, p. 648-657, 666-683, 702-704, 775-798, 825-860.

55  Le colophon rédigé par le moine arménien témoin du siège d’Antioche a été traduit par P. Peeters, « Un témoignage autographe sur le siège d’Antioche par les Croisés en 1098 », dans Miscellanea historica in honorem Alberti de Meyer, t. i, Louvain, 1946, repris dans ses Recherches d’histoire et de philologie orientales, Bruxelles, 1951, t. ii, p. 164-180, et par Cl. Cahen, Orient et Occident au temps des croisades, loc. cit., p. 221-222.

56  Nous conservons la graphie des éditeurs du Recueil des historiens des croisades, Documents arméniens, t. i, p. 204-222.

57  Pour Michel le Syrien, Chronique, t. iii, p. 326 (mais l’expression est de nous).

58  G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 860 sq.

59  Les Arméniens étaient très nombreux dans la région d’Antioche : G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 828 et suivantes. En ce qui concerne la mort de Yāġī Siyān, voir Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 15 (récit très « maîtrisé ») repris par nombre d’auteurs postérieurs, dont al-Ḏahabī, Siyar a‘lām al-nubalā’, t. xix, p. 401 et Ta’rīḫ al-islām, p. 3431. Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. i, p. 308, bien que bref, en est proche. Le ayl ta’rīḫ Dimašq d’Ibn al-Qalānisī et le Ta’rīḫ Ḥalab d’al-‘Aẓīmī, ont des versions différentes, moins éloignées du mystère dont on aimait alors entourer la fin des chefs de guerre : pour le premier, p. 220, une fois arrivé près d’Armanāz, Yāġī Siyān tomba de cheval, en fut relevé, ne put tenir en selle, tomba à nouveau et mourut ; pour le second, p. 309, il serait mort de soif en chemin. La sècheresse du style d’Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 134, semble venir de la conciliation de deux versions : il reprend celle d’Ibn al-Qalānisī, puis la complète tout à coup par l’intervention des Arméniens, qui le rattrapent, s’en saisissent et le tuent, portant sa tête aux Francs. Al-Nuwayrī, dont la Nihāyat al-Arab fī funūn al-adab (p. 3491) est parfois originale sur la Syrie du Nord à la fin du ve/xie siècle, ne l’est pas ici (même bûcheron qu’Ibn al-Aṯīr). De même d’Ibn Ṭaġrībirdī, al-Nuǧūm al-zāhira, qui cite Ibn al-Qalānisī, ou de Matthieu d’Édesse, Chronique, RHC, Arm., t. i, p. 40-41 (« des paysans » ; mais la trad. arménienne de la Chronique de Michel le Syrien, RHC, Arm., t. i, p. 328, faisant de Yāġī Siyān deux émirs, Guiçan et Agh’uçan, les fait abattre par « deux braves Arméniens », rencontrés en route et qui « apportèrent leurs têtes aux comtes », qui les comblèrent d’honneurs). Pour l’auteur de l’Histoire anonyme de la première croisade, p. 108-109, ce sont les habitants « syriens et arméniens » d’un « casal » qui reconnurent Cassianus et sa suite, s’en emparèrent et lui coupèrent la tête. La lettre des princes à Urbain ii (Epistulae et chartae, éd. Hagenmeyer, p. 162) est proche, et Le Liber de Raymond d’Aguilers (RHC, Occ., t. iii, p. 252) n’évoque que des paysans arméniens. Voir également les versions de Tudebode (RHC, Occ., t. iii, p. 58, 141, 197 – il y est question, comme dans les Gesta anonymes, de Syriens et d’Arméniens, Suriani et Hermenii), de Foucher de Chartres (Historia, RHC, Occ., t. iii, L. i, 17, p. 343), pour lequel il s’agit bien d’un paysan arménien, et de Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., L. v, 23, p. 231-232 (mêmes Arméniens). Le récit fort romancé de Raoul de Caen (Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. iii, L. xviii-lix, p. 655-6) n’évoque quant à lui qu’un rusticus.

60  Il est intéressant de comparer les différentes versions à notre disposition. Al-‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, op. cit., p. 309, le dit « d’origine arménienne chrétienne » (aṣluhu armanī masīḥī), ce qui peut signifier qu’il s’était converti ou que ses ascendants l’avaient fait : « Les Francs conquirent Antioche ; la leur livra le fabricant de cuirasses Fayrūz, d’origine arménienne chrétienne. » Ibn al-Qalānisī, loc. cit., p. 220, évoque des gens (qawm) proches de Yāġī Siyān, des fabricants de cuirasses. Ibn al-‘Adīm, qui avait accès au texte d’al-‘Aẓīmī, choisit (Zubda, t. ii, p. 133-134) d’incriminer « un homme connu sous le nom d’al-Zarrād, habitant d’Antioche, accompagné de ġilmān », préposé à la garde d’une tour, et qui avait bien des choses à reprocher à Yāġī Siyān. Aucune trace d’une origine arménienne, non plus, dans le Kāmil, t. ix, p. 13-14, le Mir‘āt al-zamān de Sibṭ b. al-Ǧawzī (loc. cit. ; se contente de nommer Fayrūz), al-A‘lāq al-ḫaṭīra d’Ibn Šaddād (Syrie du Nord, trad. Eddé, p. 247 : « un homme connu sous le nom d’al-Zarrād et l’un de ses ġulām-s »), la Nihāyat al-Arab d’al-Nuwayrī (loc. cit.), qui incrimine l’un des gardes des tours, un zarrād, « connu sous le nom de Rūzba » (sic, identique au Rûzbâh de Bar Hebraeus, pour lequel il s’agit d’un Persan : Chronography, éd. E. A. W. Budge, Londres, 1932, t. i, p. 234), auquel les Francs offrent argent et iqṭā‘. Dans la traduction du Recueil des historiens des Croisades, Matthieu d’Édesse n’est pas beaucoup plus précis (op. cit., p. 40) : « Tandis que les infidèles (il s’agit de l’armée de Karbūqā) étaient encore éloignés, un des principaux de la ville envoya un message à Bohémond et aux autres chefs des Francs, pour leur dire qu’il leur remettrait Antioche, à condition que ses biens paternels lui seraient conservés ; et ayant reçu d’eux cette promesse confirmée par un serment, il livra en secret pendant la nuit la ville à Bohémond. Il ouvrit la porte d’une tour du rempart, et introduisit les Francs à Antioche. » De même, l’historien anonyme syriaque se contente d’un « quelqu’un de la garnison » (« The First and Second Crusades from an anonymous Syriac chronicle », loc. cit., p. 71). Ayant peut-être eu accès à des sources orientales, et écrivant avec le recul que le temps lui conférait, Guillaume de Tyr (op. cit., L. v, 11, p. 212-213) attribue la livraison à un haut dignitaire chrétien, Emirfeirus (amīr Fayrūz), fils aîné des Beni Zerra, « quod in lingua latina interpretatur, filii loricatoris ». Il est intéressant de remarquer que son traducteur médiéval ajoute qu’ils étaient arméniens : « Erant autem ex eis in civitate familie valde nobiles, antiquam ducentes ex generosis proavis sanguinis dignitatem ; iner quas erat tribus una generositate insignis, quae dicebatur Beni Zerra ; quod in lignua latina interpretatur, filii loricatoris »devient« Mout i avoit de ceus qui estoient de grant lignage qui l’en faisoit assez hontes. Une maniere de hauz homes i avoit qui estoient Hermin : l’en les apeloit, en leur langage, Barazarra, cユest-à-dire les fuiz haubergiez ». L’Histoire anonyme de la première croisade (p. 100-103) nomme Pirrus « l’amiral de race turque » ami de Bohémond, qui l’engageait à se convertir à la chrétienté. Tudebode (p. 54) dit la même chose. Comme souvent, Foucher de Chartres (op. cit., p. 342-343) verse dans l’intervention divine : un Turc aurait été convaincu de rendre Antioche aux chrétiens par des apparitions de Dieu. Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. iv, 15-16, p. 399-400, le plus développé et peut-être le plus cohérent, raconte d’une part qu’un homme turc (vir de genere Turcorum), converti, appelé Bohémond, mena les négociations pour la reddition, et d’autre part que le fils de celui qui livra la ville avait été capturé par Bohémond. La Chanson d’Antioche (Chant vi, 5 à 21, 23, 29-31, 38, dernière laisse pendant laquelle il se fait baptiser, ainsi que son fils) raconte longuement l’histoire d’un Turc, Datianus, auquel Dieu apparaissait chaque nuit en songe (proche alors de Foucher de Chartres), lui ordonnant la conversion et la livraison de la ville. Turc dont un fils avait été capturé puis rendu par les Francs, et qui finalement s’exécute, non sans avoir tué sa femme qui voulait le dénoncer. Raoul de Caen (Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. iii, L. xii, xiii, xvi, p. 651-652, 654-655), relativement prolixe et plutôt cohérent, détaille l’histoire d’un Arménien, riche et converti, spolié par Cassianus (proche alors d’Ibn al-‘Adīm) ce qui ne l’empêcha pas de lui confier une tour, et une autre à son frère. Guibert de Nogent (Gesta Dei per Francos, RHC, Occ., t. iv, p. 212 et index) fait de celui qui d’ « amiral » dans les Gesta anonymes est devenu « préfet » un véritable personnage de roman (il poursuit avec les Croisés, puis trahit à nouveau et apostasie…). En tout état de cause, il ne parle pas d’Arménien. À noter enfin que pour Anne Comnène aussi, c’était bien un Arménien (Alexiade, t. iii, p. 19). Toutes ces sources (la recension n’étant pas exhaustive) ne se rejoignent finalement que sur un point : la ville fut livrée par trahison. Sur la question, voir G. Dédéyan, « L’Arménien Fîroûz : héros de la Première Croisade ou renégat et relaps ? », dans Félonie, trahison et reniements au Moyen Âge, Actes du troisième colloque international de Montpellier (24-26 novembre 1995), Les Cahiers du CRISIMA, n°3, Montpellier, 1997, p. 511-522, et surtout Les Arméniens, t. ii, p. 837-849. Selon lui, Fayrūz était bien arménien, représentant d’une « caste » (p. 837), celle des riches armenii mercatores, converti à l’islam, et dont le prénom, Pirrus, est un calque de la « forme arménienne de Pêros » (p. 839). Le « pacte » qu’il passa avec Bohémond était donc le premier du genre entre Arméniens et Francs (p. 845), et que Pirrus ait ensuite pris Bohémond comme « parrain de baptême », puis emprunté son nom, est symbolique de la « force de ces contacts » (entre Francs et Arméniens, p. 845). Voir également Cl. Cahen, SN, p. 211-215 pour lequel Fayrūz était un armurier arménien converti à l’islam (p. 215), et J. France, « The fall of Antioch during the first Crusade », dans M. Balard et alii, Dei gesta per Francos, Aldershot, 2001, p. 13-20.

61  Histoire anonyme de la première croisade, p. 94-95. Cf. aussi ibid., p. 98-99, les ravitaillements apportés aux Turcs. R. Grousset, Histoire des croisades, t. i, p. 92 et G. Dédéyan, Les Arméniens, t. i, p. 409 : la collaboration des communautés arménienne et syriaque à la défense d’Antioche (et à son ravitaillement) était forcée.

62  Ainsi Guillaume de Tyr et son traducteur, par exemple lorsqu’ils racontent la pénétration des Croisés dans la ville d’Antioche : RHC, Occ., t. i, p. 231.

63  Ou, plus généralement, chrétienne. Même si quelques phrases affleurent ici ou là. Cf. par exemple Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 132-133 : « Waṯṯāb b. Maḥmūd arriva avec un corps d’Arabes (ǧamā‘a min al-‘Arab), et ils parvinrent à Tall Mannas, qu’ils combattirent parce qu’ils avaient été informés de ce qu’ils [i. e. ses habitants ? les « chrétiens » ?] avaient écrit aux Francs, excitant leur avidité [à venir] en Syrie. »

64  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 131 (voir également p. 138) ; Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 218-219.

65  Albert d’Aix, loc. cit.

66  Un certain nombre pouvait servir les nouveaux venus turcs.

67  Matthieu d’Édesse, Chronique, RHC, Arm., t. i, p. 33-34 (à propos de ravitaillement). Voir aussi p. 36. Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 141 (année 492) : les Francs d’Antioche et les Arméniens « qui étaient sous leur autorité », ainsi que « les chrétiens » et Raymond de Saint-Gilles vont assiéger Ma‘arrat al-Nu‘mān.

68  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 132 (année 491). Noter la différenciation entre les « musulmans » et les « Turcs ». G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 871-872, se demande si ces troupes arméniennes n’étaient pas un reliquat d’une garnison grecque et arménienne de Manbiǧ (installée en 1068, débandée en 1075). Que d’anciens soldats aient plus ou moins subsisté dans des régions encore grecques ou arméniennes il n’y avait pas si longtemps est probable ; il est également possible qu’il s’agissait de troupes envoyées par tel ou tel prince arménien. Le terme utilisé ici, alq, dénote surtout un nombre important.

69  Il peut également s’agir de ses occupants musulmans, tout simplement.

70  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 131 (année 491).

71  Ibid., p. 138.

72  Naṣāra, désigne sans doute des chrétiens locaux, arabophones.

73  Ibid., p. 140-141.

74  Ibid., p. 141-142. La traduction est de Thierry Bianquis. Le reste du texte, trop long pour être cité ici, parle exclusivement des Francs. On peut donc se demander ce que sont devenus les éléments locaux qui, selon l’extrait précédent, paraissent les accompagner.

75  G. Dédéyan, Les Arméniens, op. cit., t. ii, p. 849 sq.

76  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, p. 441 : Godefroy de Bouillon use d’archers arméniens pour réduire une citadelle (elle-même occupée par un Arménien, Bagrat, frère de Gogh Vasil) ; G. Dédéyan, op. cit., t. ii, p. 1014.

77  Plutôt par une faction, selon J. France, Victory in the East, p. 304 et note 70.

78  Exposé des événements par M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse, p. 57-91.

79 Chronique, RHC, Arm., t. i, p. 35-36. Pour ce qui est de la venue du comte Baudouin, il n’est pas inutile de comparer ce récit avec celui de Michel le Syrien, trad. arménienne, RHC, Arm., t. i, p. 328.

80  Évidemment, il ne l’était pas encore.

81  Albert parle de deux cents equites (version acceptée par l’éditeur, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. iv, 19, p. 352) ou cinq cents (leçon de trois manuscrit, rejetée par les éditeurs : ibid., note 7) puis, après que le danger turc se fût écarté, de deux cents à nouveau (ibid.). Foucher, plus proche de Matthieu, évoque seulement quatre-vingt milites (RHC, Occ., t. iii, p. 336).

82  Pour tout ce qui suit : Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. iii, 17 à 25, p. 351-357 ; L. iv, 9.

83  Un exemple fort instructif de l’activité franque à Mantzikert, en 1054, dans les Récits des malheurs de la nation arménienne, trad. M. Canard et H. Berbérian, Bruxelles, 1973, p. 86. Plus généralement, voir J. Shepard, « The uses of the Franks in eleventh century Byzantium », Anglo-Norman Studies, vol. xv, 1993, p. 275-305 ; G. Dédéyan, Les Arméniens, p. 186 et suivantes.

84  La proposition que Thoros aurait faite à Baudouin est très claire : or, argent, pourpre, mules, chevaux, armes, contre acceptation de défendre la ville et sa région (Albert dユAix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. iv, p. 353-354). Une dot (G. Dédéyan, op. cit., p. 1032, qui se réfère également à Guillaume de Tyr) de soixante mille besants fut promise (et sept mille versés) à Baudouin pour son mariage, afin de payer les soldes et combattre les Turcs. Cet argent renvoie au mercenariat (Albert, ibid., p. 360-361, employant la formule conventiones solidorum). Voir également R. C. Smail, Crusading warfare, note 5 p. 93.

85  Que l’expédition eut lieu ou non importe peu ici ; le fait que les chroniqueurs l’aient pensée arméno-franque surtout est important. Voir les doutes exprimés par M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse, p. 61.

86  Voir, à propos du siège d’Édesse par Karbūqā, Albert d’Aix, op. cit., L. iv, 11, p. 397 ; L. v, 10, p. 439 (trois mille hommes de Baudouin venu aider son frère Godefroy à A‘zāz, qu’on ne peut imaginer tous Francs, vu le nombre de soldats qu’Albert lui attribuait).

87  Voir aussi ce que dit Albert d’Aix, op. cit., L. iii, 31, p. 360-361. G. Dédéyan, op. cit., p. 1014, précise la composition des troupes arméniennes dont il est question dans le passage de la Chronique de Matthieu d’Édesse cité ci-dessus: « troupes de la ville » qui sont certainement le reliquat de cavaliers montés des anciennes troupes tagmatiques ; troupes personnelles, dites azatagound (légion noble) de Kostandin de Gargar (tout seigneur arménien important avait un azatagound) ; enfin troupes à pied du « canton ».

88  Albert d’Aix, op. cit., L. iv, 11, p. 397.

89  Cf. R. C. Smail, Crusading warfare, p. 47-48.

90  Curieusement, R. C. Smail ne les inclut pas dans les quelques pages qu’il consacre au « Recruitment », p. 88-97.

91  M. Amouroux-Mourad, op. cit., p. 62, rappelle la formule de Claude Cahen, SN, p. 225 : le comté d’Édesse était « un comté arménien à direction franque ».

92  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 270-272/LT p. 96-98.

93  Tous ceux trop faibles pour supporter un siège: « kull ḍa‘īf al-ḥāl ».

94  Historia, RHC, Occ., t. iv, L. xi, 19, p. 672 ; G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 1120 et suivantes.

95  Historia, op. cit., L. xi, 20, p. 672 :« […] Baldewinus de Burg […] cum quadringentis equitibus, viris bellicosis, et decem milibus Armenicae gentis […] »

96  Il est très probable que les piétons utilisés par les Francs étaient arméniens. Mais les Francs faisaient également usage de cavaliers arméniens. En n’utilisant pas ici le mot pedites, Albert d’Aix laisse planer l’incertitude.

97  Après 1123, la seule seigneurie du comté qui reste arménienne est celle de Karkar. En théorie, chaque vassal fieffé devait un service militaire, de même qu’un certain nombre de chevaliers ou de sergents. Pour la « féodalité édessénienne », voir M. Amouroux-Mourad, op. cit., p. 120-121 et cartes p. 122-123.

98  Kāmil, t. ix, p. 127 : « Le comte et Josselin se mirent en marche, firent une expédition de déprédation contre les châteaux de Tancrède (ḥuṣūn Tankrī), seigneur (ṣāḥib) d’Antioche, puis se réfugièrent dans les domaines (wilāya) de Kogh Vasil (Kawāsīl), un homme arménien qui était entouré d’une multitude (ḫalq kaṯīr) d’apostats (murtaddīn) et autres hommes. Il était le seigneur (ṣāḥib) de Ra‘bān, de Kaysūm et d’autres places fortes encore (qilā‘) au nord d’Alep. Il fournit au comte mille cavaliers apostats, et deux mille piétons. » L’opposition Tancrède-Baudouin courut pendant les années 1108-1109. Josselin était le vassal de Baudouin.

99  Si l’importance du peuplement arménien est à plusieurs reprises reconnue par T. Asbridge, The creation of the Principality of Antioch, op. cit., (cf. index), il n’aborde pas le recrutement de soldats arméniens par les princes d’Antioche.

100  M. Van Berchem, E. Fatio, Voyage en Syrie, Le Caire, 1913, p. 319-320 ; P. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. i, Le Crac des Chevaliers, Paris, 1934, note 1 p. 86 ; N. Élisséeff, « al-Marḳab », El2a, t. vi, p. 577 .

101  Matthieu d’Édesse, RHC, Arm., t. i, p. 123 (« cent »). G. Dédéyan, Les Arméniens, t. i, note 8 p. 455-456 donne la leçon « six cents » d’un autre manuscrit, de même que celle du Pseudo-Sembat (manuscrit de Venise).

102  Sur tout ceci, G. Dédéyan, loc. cit. Il préfère retenir les « six cents cavaliers francs ».

103  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xx, 9, p. 524, dit que Roger fit dénombrer son armée : sept cents equites, trois mille pedites équipés et toute une fange de marchands, etc. qui doivent correspondrent à la « tourbe » de Matthieu, l’ensemble atteignant alors peu ou prou les dix mille hommes. Eracles : « Là fist nombrer sa gent por savoir son pooir. Si trova qu’il avoit set cenz moes à cheval, de gent à pieé trois mile, qui tuit portoient armes, senz les marcheans et la menue gent qui suivoient l’ost. » Gautier le Chancelier, Bella Antiochena, RHC, Occ., t. v, L. ii, 5, p. 107.

104  R. Grousset, Histoire des croisades, t. i, p. 556, semble « arranger » les indications de Matthieu et le texte de Gautier, lorsqu’il écrit (en se basant, note 6, sur Gautier, p. 94, 107) : « À gauche, en première ligne, sous le commandement d’un chevalier de Normandie, nommé Robert de Saint-Lô, les Turcoples, les Syriens chrétiens et les Arméniens, ces derniers assez nombreux, si nous en croyons Matthieu d’Édesse […]. » Or le texte de Gautier qu’il cite ne parle pas d’Arméniens (en fait p. 108, et non 107). Cl. Cahen, qui avait souligné que Roger avait rassemblé « tous les soldats francs et arméniens disponibles » (SN, p. 285), était plus prudent sur le corps de Saint-Lô : « […] à gauche, Robert de Saint-Lô avec les Turcoples et soldats indigènes […] » (note 5 p. 286), ces « soldats indigènes à pied, moins aguerris », ayant fléchi et encombré les cavaliers, d’où une panique terrible (p. 286). S. Runciman, Histoire des croisades, p. 408, s’appuyant sur les mêmes sources, moins précis, se contente d’un « Les fantassins recrutés localement, syriens et arméniens, furent les premiers à se débander ». Rappelons que Foucher de Chartres ne raconte pas la bataille (RHC, Occ., t. iii, L. iii, 3, p. 442). Voir également G. Dédéyan, op. cit., p. 494 et note 4.

105  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 319/LT p. 149. Cf. également, Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 209 (armée composée « de Francs, d’Arméniens et autres »), et les références citées par Cl. Cahen, SN, note 7 p. 286.

106 Historia, RHC, Occ., t. iv, L. xii, 20, p. 702. G. Dédéyan, op. cit., p. 490-494.

107  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 209, année 516. Cf. aussi Cl. Cahen, SN, p. 337, dont il faut sans doute généraliser les propos.

108  Voir Cl. Cahen, SN, p. 337-338, pour lequel, lors des campagnes franques, « le nombre des Arméniens l’emportait parfois sur celui des Francs ».

109  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, cité par C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 554, et G. Dédéyan, op. cit., t. ii, p. 864.

110  G. de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, p. 786 (très précis) ; G. Dédéyan, op. cit., t. ii, p. 867.

111  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. xiii, 10, p. 569-570. Nikita Élisséeff parle également de l’utilisation, par Baudouin iii, d’Arméniens experts en poliorcétique, lors du siège de Ḥārim, en 552/1157 : ND, t. ii, p. 523 et note 1.

112 El2a, t. vii, p. 970 (J. M. Fiey) : « […] a noun which currently denotes Christians in the Muslim Arab world ».

113  « The Frankish sources, however, usually call them (i. e. the Arabic-speaking Orthodox) Suriani, Syrians, when referring to their activities or status as an ethnic group, and Graeci, Greeks, when speaking of religious confession. Both definitions invite confusions » : A. Jotischky, « Ethnographic attitudes in the crusader states », loc. cit., p. 3. À les lire, on a l’impression que la confusion régnait d’abord dans l’esprit des chroniqueurs latins (si on excepte peut-être Guillaume de Tyr). Les auteurs arabes englobaient quant à eux tous les chrétiens orientaux sous le terme générique Naṣārā.

114  Zubda, t. ii, p. 138.

115  Au début de l’installation des Croisés, les détenteurs musulmans du pouvoir, conscients de la relation susceptible de naître entre les nouveaux venus et les chrétiens orientaux, s’en méfièrent à l’occasion, tel Yāġī Siyān à Antioche, ou surent habilement s’en servir, tel le cadi de Ǧabala qui fit en sorte que les chrétiens de sa cité fassent croire aux Francs qu’ils allaient leur livrer une tour. Comme à Antioche, il y eut escalade… mais c’était un piège : la mort les attendait sur les remparts. Au réveil, les têtes de trois cents guerriers francs parmi les plus valeureux furent renvoyées aux assiégés qui s’en allèrent. Cf. Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 35-36 (et p. 192 pour le récit de l’expulsion des chrétiens par Yāġī Siyān). Parfois, ces chrétiens subirent des massacres du fait des luttes contre les Francs – comme lorsque, en 507 (ibidem, p. 149), « ils pillèrent les territoires des Francs entre Acre et Jérusalem, détruisant et massacrant tous les chrétiens, Naṣārā, dont ils se saisissaient » (événements se déroulant pendant l’expédition de Mawdūd). Autre exemple, sans qu’il soit question ici de Francs : Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. M. F. Elshayyal, t. ii (année 541/1146-1147), p. 352 (expédition de Sayf al-dīn Ġāzī, le frère de Nūr al-dīn, Arméniens et Naṣārā raflés).

116  P. 164-165. Attribuer la défaite aux troupes locales : un véritable topos dans les sources latines.

117  Kāmil, t. ix, p. 55.

118  Le texte arabe permettrait également de traduire « les gens de la campagne, dont la plupart était chrétiens. »

119  On considère généralement que ces hommes étaient des maronites. Voir, par exemple, R. C. Smail, Crusading warfare, p. 53.

120 Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 314-315/LT p. 143-144, le plus développé ; Al-‘Aẓīmī, Ta’rīḫalab, année 511, laconique ; Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. ii, p. 631, citant donc nommément Ibn al-Qalānisī, mais résumant et même modifiant légèrement ses propos, et ne mentionnant pas le nombre de victimes.

121  Rappelons que lorsque Baudouin de Jérusalem, inquiet pour sa défense lorsqu’il était absent, pensa la faire repeupler, il se tourna ainsi, selon Guillaume de Tyr, vers des Suriani : Historia, RHC, Occ., t. i, L. xi, 37, p. 500-501 (texte latin et traduction médiévale).

122  Leur natalité nous échappe totalement.

123  Cf. Cl. Cahen, SN, p. 328, renvoyant à la Chronique anonyme syriaque, sous l’année 1489.

124  L’histoire des Buḥturides, simplement rapportée par le tardif Ṣāliḥ b. Yaḥyā (dont la chronique est éditée par F. Hours et K. S. Salibi sous le titre Ta’rīḫ Bayrūt. Récits des anciens de la famille de Buḥtur b. Alī, émir du Gharb, Beyrouth, 1969), peut avoir été, en partie ou non, inventée par ce dernier. Cette histoire est reconstituée, mais avec des accents très idéologiques (voir les remarques de R. Van Leeuwen, « The crusades and Maronite historiography », dans K. Ciggaar, A. Davids H. Teule éd., East and West in the Crusader states. Context. Contact. Confrontations, t. i, Louvain, 1996, p. 51-62) par K. S. Salibi, « The Maronites of Lebanon under Frankish and Mamlūk rule (1099-1516) », Arabica, t. iv, 1957, p. 280-298, et « The Buḥturids of the Ġarb », Arabica, t. viii, 1961, p. 74-97.

125  Voir les cartes « Les marges de la principauté de Damas au début du vie/xiie siècle », dans J.-M. Mouton, Damas, p. 64, et « Seigneuries et chefferies de la montagne libanaise à l’époque des croisades », dans J. Richard, « Cum omni raisagio montanee… À propos de la cession du Crac aux Hospitaliers », Itinéraires d’Orient. Hommages à Claude Cahen, Res Orientales, vi, Paris, 1994, p. 189.

126  Mais on est encore plus mal renseigné sur ces pouvoirs locaux que sur les ismaéliens de Syrie : B. Lewis, « The sources for the history of the Syrian Assassins », Speculum, vol. xxvii, 1952, p. 475-489. Dans plusieurs articles, J. Richard s’est récemment intéressé à ces pouvoirs des montagnes libanaises : « Cum omni raisagio montanee… À propos de la cession du Crac aux Hospitaliers », loc. cit., p. 187-194 ; « Vassaux, tributaires ou alliés ? Les chefferies montagnardes et les Ismaîliens dans l’orbite des États des Croisés », dans H. E. Mayer (éd.), Die Kreuzfahrerstaaten als multikulurelle Gesellschaft (Schriften des historischen Kollegs, Kolloquien, 37), Munich, p. 141-152 ; « Affrontement ou confrontation ? Les contacts entre deux mondes au pays de Tripoli au temps des croisades », Chronos. Revue d’histoire de l’université de Balamand, ii, Tripoli, 1999, p. 7-28 (voir surtout p. 16, à propos du service armé des « Syriens », possible mais dans des conditions mal connues). Tous ces articles ont été reproduits dans Francs et Orientaux dans le monde des croisades, Aldershot, 2003 (respectivement x, xi, xii).

127  Pas seulement chrétiennes d’ailleurs (aussi druzes et ismaéliennes).

128  Voir l’acte de cession du Crac des Chevaliers et autres châteaux, en 1142 (ou 1144), Cartulaire général de lユordre des Hospitatiers de St Jean de Jérusalem, 1100-1310, éd. J. Delaville Le Roulx, vol. i, Paris, 1894, n° 144, p. 118-120, qui signale l’échange fait pour dédommager l’un des vassaux du comte de Tripoli, Gilbert de Puylaurens, avec mention d’un certain David le Syrien (Syrus), auquel est donnée, concédée et confirmée une grotte, avec « tout le raisagium de la montagne », etc. Cf. les analyses de J. Richard, « Cum omni raisagio Montanee… À propos de la cession du Crac aux Hospitaliers », loc. cit., p. 187-188 et passim.

129  Selon les rapports de force dans la région.

130  Voir les discussions de R. Grousset, Histoire des croisades, t. ii, p. 67-69.

131  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xiv, 23, p. 640. Le traducteur médiéval diffère quelque peu de l’original latin. A-t-il pu consulter d’autres sources ? Les auteurs arabes ne mentionnent ni chrétiens orientaux, ni trahison : Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 412 (date la bataille de raǧab 531/mars 1137) ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, éd. Tornberg, t. xi, p. 50 ; Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. i, p. 117.

132  Éd. B. Z. Kedar, p. 124. À noter que les Géorgiens sont les seuls – hormis les Francs – à être loués pour leurs qualités militaires. Voir également Guillaume de Tyr et Jacques de Vitry, cités par R. C. Smail, op. cit., p. 53 et note 6.

133  En fait « entraînés à l’usage d’armes ».

134  Stéréotype que ne véhiculaient pas seulement les Francs. Ainsi Ibn Manglī, Kitāb al-ḥiyal fī l-ḥurūb wa fatḥ al-madā’in wa if al-durūb, p. 370 : « Fa-inna ummat al-Rūm qalīlat al-ṣabr  etc ».

135  Tractatus, p. 120.

136  Cela n’empêchait naturellement pas de les admirer. Pour le cérémonial, voir Marc Carrier, « Perfidious and effeminate Greeks : the representation of Byzantine ceremonial in the Western chronicles of the Crusades », Annuario dell-Instituto Romeno di Cultura e Ricerca Umanistica, Venise, 2002, reproduit sur le site www.deremilitari.org.

137  Benjamin de Tudèle, Itinéraire de Benjamin de Tudèle, trad. J. Shatzmiller, dans Croisades et pèlerinages…, p. 1311 (description de Constantinople) : « [Les Grecs] engagent des mercenaires de toutes les nations qu’ils appellent “barbares” pour faire la guerre au roi Massoud, roi des Togarma appelés Turcs, car ils n’ont pas le cœur à la guerre. Ils sont considérés comme des femmes qui n’ont pas la force pour arrêter l’ennemi. » Il voyagea entre 1165 et 1173.

138  Histoire anonyme de la première croisade, p. 68-69, 164-165, et surtout Guibert de Nogent, Gesta Dei per Francos, trad., p. 188 (mais il n’est pas question, à strictement parler, de leurs qualités militaires) et supra.

139  Historia, RHC, Occ., t. iv, L. iii, 21, p. 353, rendant les Arméniens responsables d’un échec. Guillaume de Tyr n’est pas plus tendre lorsqu’il raconte la prise d’Édesse par Zankī (Historia, RHC, Occ., t. i, L. xvi, 4, p. 708). Il dénonce, chez les Arméniens et les « Chaldéens » (soit les chrétiens orientaux), leur inaptitude guerrière et leur ignorance en terme d’armes ; il ne sont familiers que du commerce. Mais il peut s’agir des seuls habitants d’Édesse ; et il faut tenir compte de l’ensemble du passage : c’est surtout le comte d’Édesse, qui a laissé la ville vide de Francs, qui est visé.

140  Témoignage intéressant d’Ibn Ṭulūn, al-Qalā’id al-ǧawhariyya fī ta’rīḫ al-Ṣāliḥiyya, éd. M. A. Dahman, s. l., 1368/1949, p. 39 (cité par A. Bihini, Les aspects et les caractéristiques du ǧihād en Syrie (al-Šām) aux v-vi/xi-xiie siècles, thèse Lille iii, 1990, p. 224) : « Les Banū Qudāma furent attaqués par les mauvaises gens (al-ḥarāmiyya), desquels ils avaient peur. Mais ceux qui leur faisaient très peur étaient les habitants du Wādī l-Taym parce qu’ils capturaient les musulmans et les revendaient dans les pays francs. »

141  Cf. J.-M. Mouton, Damas, p. 65 et suivantes.

142  Massif montagneux qui se trouve au nord de Safed, à l’ouest du lac Houlé et qui devait être dès cette époque peuplé, comme Tyr, essentiellement de chiites en rupture avec les sunnites majoritaires de la région.

143  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 519-520.

144  Le pèlerinage de Maître Thietmar, trad. Ch. Deluz dans Croisades et pèlerinages, p. 941-942, qu’il est intéressant de comparer au Tractatus de locis et statu sancte terre ierosolimitane, p. 171, plutôt positif également.

145  Cf. J. Prawer, Crusader Institutions, Oxford, 1980, p. 214, qui signale que les Templiers semblent avoir possédé des tribus bédouines.

146  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 540. Ibn Muyassar, Aḫbār Miṣr, éd. A. F. Sayyid, Le Caire, 1981, p. 156-157, plus synthétique, ne mentionne pas les bédouins ; N. Élisséeff, ND, t. ii, p. 529. Autres exemples : infra et N. Élisséeff, ND, t. ii, p. 681, 730. Mais cf. déjà les bédouins pillards de caravanes de pèlerins dans Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ Dimašq, cité par Th. Bianquis, « La transmission du ḥadīṯ en Syrie à l’époque fatimide », BEO, t. xi, 1972, p. 129.

147  Soit grecque.

148  Surtout R. C. Smail, Crusading warfare, p. 111-112 ; J. Richard, « Les Turcoples au service des royaumes de Jérusalem et de Chypre : musulmans convertis ou chrétiens orientaux ? », dans Mélanges D. Sourdel, REI, vol. liv, 1986, p. 259-270 ; A. Savvides, « Late Byzantine and Western historiographers on Turkish mercenaries in Greek and Latin armies : the Turcoples/Tourkopouloi », dans R. Beaton et Ch. Roueché (éd.), The making of Byzantine history. Studies dedicated to Donald M. Nicol, Aldershot, 1993, p. 122-136 ; Id., « Tourkopo(u)loi ou Turcoples », El2a, t. x, p. 571 ; Yuval Harari, « The military role of the Frankish Turcople : a reassessment », Mediterranean Historical Review, vol. xii, 1997, p. 75-116.

149  Anne Comnène, Alexiade, index.

150  Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. iii, xxxiv, p. 631 (devant Tarse, archers), xlv, p. 640 (Artāḥ : éclaireurs) ; J. Richard, « Les Turcoples », loc. cit., p. 260. L’auteur anonyme des Gesta signale que Tancrède fit prisonnier des Turcoples (et des Petchenègues) byzantins sur le Vardar, en février 1097 (Histoire anonyme de la première croisade, p. 24-25). Mais selon le même auteur, Bohémond aurait permis qu’ils se retirent impunis.

151  Ibidem. Présents à trois reprises dans l’ouvrage, les Turcoples sont à deux reprises accompagnés de Petchenègues.

152  Guibert de Nogent, Gesta Dei per Francos, RHC, Occ., t. iv, L. iii, 9, p. 159 en fait les hommes de sa garde personnelle, tout en sous-entendant n’avoir pas forcément tout compris. Aucune remarque, par contre, L. ii, 12, p. 147.

153  Par exemple Gautier le Chancelier, Bella Antiochena, RHC, Occ., t. v, p. 93, 104, 108 (1115, combats contre Bursuq) ; J. Richard, loc. cit., p. 261.

154  Mais voir J. Richard, loc. cit.

155  R. C. Smail, Crusading warfare, p. 109-110.

156  Ibidem ; voir les références aux notes 7 p. 109, 1 et 2 p. 110. Le roi avait tellement besoin de cavaliers qu’il aurait fait appel à tous ceux qui possédaient un cheval.

157  Ibid., p. 110-111.

158  Historia, RHC, Occ., t. i, L. xix, 25, p. 925 (troupes du roi de Jérusalem face aux masses de Šīrkūh). Cf. également L. xxii, 17, p. 1097 (époque de Saladin), et infra, « Les armées : structures ».

159  Les exemples abondent à ce sujet et il est inutile d’y revenir. Voir les travaux, mentionnés ci-dessus, de R. C. Smail, J. Richard, A. Savvides, Y. Harari. Particulièrement intéressante, la lettre de Gaudefrus Fulcherius, procurator des Templiers, à Louis VII, roi de France, dans Michel-Jean-Joseph Brial (éd.), Rerum Gallicarum et Francicarum Scriptores, t. XVI, Paris, Imprimerie Impériale, 1814, rééd. par L. Delisle, Paris, Victor Palmé, 1878, n°195, p. 60 (« Tantos etenim milites, Turcopolos et pedites coadunavit, quod nunquam nostris in temporibus ab illis partibus tam pulchra coadunatio fidelium adversus infideles armata processerat »). J. Richard, loc. cit., p. 260-261, souligne qu’à la fin du xiie siècle les Turcoples étaient plus nombreux que les milites francs.

160  Date établie par H. Derenbourg, Autobiographie d’Ousâma Ibn Mounḳidh, note 1, p. 50.

161 Kitāb al-Itibār, p. 50-51. Autre exemple, cité par R. C. Smail, Crusading warfare, p. 112, note 1 (Gautier le Chancelier).

162  Le texte édité comporte, par erreur, sarraba (p. 50).

163  Guillaume Jourdain, comte de Cerdagne, neveu de Raymond de Saint-Gilles, qui lui succéda avant d’avoir maille à partir avec son fils.

164  Charge de Saint-Lô. Voir supra.

165  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 523-524. L’affrontement dont il est question a lieu en 552/1157, près du lac de Tibériade. Il fit, selon Ibn al-Qalānisī (la meilleure source, avec Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. xviii, 13-14, p. 840-844 ; cf. également Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. I, 1, p. 271-273, qui reproduit, outre Ibn al-Qalānisī, Ibn Abī Ṭayyi’ ; et, bien que succinct, Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 308), deux morts parmi les musulmans, dont l’un qui avait tué quatre ennemis. Cf. également N. Élisséeff, ND, p. 510-511, et p. 723 où une confusion a été réalisée : de la phrase mentionnant les pertes musulmanes, soit deux hommes dont l’un avait tué quatre infidèles des plus courageux, il a été compris que les Francs n’avaient déploré que quatre victimes.

166  Amedroz (p. 342) a lu al-durkuyūliyya, ce qui ne change rien au fait qu’il s’agit de Turcoples.

167  Retraits (dans La Règle du Temple, éd. H. de Curzon, Paris, 1886), nos 153, 169, 170, 171, 179.

168  Y. Harari, loc. cit.

169  J. Richard, loc. cit., p. 263 ; B. Z. Kedar, Crusade and mission, Princeton, 1984, p. 76 sq. et passim. Cf. également Y. Friedmann, Encounter between enemies, loc. cit., p. 135 sq.

170  Cf. Y. Friedmann, op. cit.

171  Kāmil, t. ix, p. 217, année 502/1108-1109.

172  W. Heffening, « Murtadd », El2a, t. vii, p. 635, qui signale S. M. Zwerner, The law of apostasy in Islam, Londres, 1924 ; E. Peters et G. J. J. De Vries, « Apostasy in Islam », Die Welt des Islams, vol. xvii, 1976-1977, p. 1-25. Intéressante histoire dans le Kāmil, t. vii, p. 24 (année 313). Sur les conversions dans l’Orient latin, voir surtout B. Z. Kedar, Crusade and mission, loc. cit. ; id., « Multidirectionnal conversion in the Frankish Levant », dans J. Muldoon (éd.), Varieties of religious conversion in the Midde Ages, Gainesville, 1997, p. 190-199 ; Y. Friedmann, op. cit., p. 135-147.

173  G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 1057 sq. et passim.

174  En sus d’une lecture sur papier, nous avons effectué des recherches par mots clés dans deux éditions électroniques, l’une sur CD ROM et l’autre sur le site alwaraq.net.

175  Des conversions individuelles sont parfois signalées. Naṣr, le fils du vizir ‘Abbās que Ṭalā’i‘ b. al-Ruzzayk avait chassé, réfugié en terre franque, fut finalement livré aux Égyptiens qui le réclamaient : Guillaume de Tyr, Historia, L. xviii, 9, p. 495, selon lequel lorsqu’il fut vendu, il soupirait de recevoir le baptême et avait déjà appris les lettres latines.

176  Kitāb al-rawatayn, t. ii, 1, p. 31 (pour la place forte qui dominait le Jourdain, au nord du lac de Tibériade, voir ibid., note 1, p. 14). La lecture des lettres consacrées par al-Qāḍī al-Fāḍil à ces événements apporte un certain nombre de précisions utiles qu’il ne faut pas négliger, et contribue à une compréhension générale des faits : extraits partiels dans le Kitāb al-rawḍatayn, op. cit., p. 35-37. Voir également le ms. Istanbul, Topkapi, note 2497, 86 (cité par M. C. Lyons et D. E. P. Jackson, Saladin, The politics of the Holy war, Cambridge, 1982, note 21, p. 407).

177  RHC, Or., t. iv, p. 205 ; R. Grousset, Histoire des croisades, t. ii, p. 679 ; J. Richard, loc. cit., p. 262 et note 19.

178 ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, al-Barq al-šāmī, éd. M. al-Hayyari, Amman, 1987, t. iii, p. 180. La suite du texte montre qu’Abū Šāma s’efforçait de rendre plus intelligible la prose d’al-‘Imād, ainsi qu’il l’appelle. Voir également al-Bundārī, Sanā al-Barq, éd. R. Sesen, Beyrouth, 1971, p. 333.

179  Nous suivons la lecture d’Abū Šāma, unuq étant autant masculin que féminin. Une autre lecture, mais improbable (il ne s’agissait pas de personnages aussi importants que Renaud de Châtillon) est possible : « wa bi-ǧarḍaraba ‘unuqah », soit « et il les tua d’un carreau d’arbalète tiré dans la nuque ». Alors Saladin aurait-il lui-même exécuté la sentence…

180  Trad. H. Massé, Conquête de la Syrie et de la Palestine par Saladin, Paris, 1972. Les occurrences d’al-Turkubūlī se trouvent p. 15, 237 et 380. La première décrit une participation au combat : « Le Templier bourdonnait [comme l’abeille], l’Hospitalier mugissait [comme le vent], le baron courait à sa perte, le Turcople se jetait au feu » ; la deuxième est insérée dans une énumération des membres de l’armée franque : « […] barons qui cherchaient leur perte, Hospitaliers qui aspiraient à la ruine, Templiers endurcis dans le mal, Turcoples ne cessant pas de nuire, sergents revenant à la charge, Frères qui ne fuyaient pas, cavaliers qui déchiraient leurs adversaires, fantassins qui désarçonnaient les plus vaillants chevaliers […] » ; la troisième reprend une information selon laquelle le roi d’Angleterre chevauchait « à la tête de sept cents cavaliers et mille Turcoples, suivi de mille fantassins ». On pourrait voir une connotation religieuse dans l’expression « le Turcople se jetait au feu ». Nār, en effet, est synonyme de ǧahannam, dans le Coran (cf. L. Gardet, « Djahannam », El2a, t. ii, p. 381). Se jeter au feu, c’est plonger dans l’enfer. Voir dans le Coran, passim, les punitions endurées par les apostats (le feu de l’enfer étant plutôt destiné aux incrédules et aux hypocrites).

181  En son temps, Zankī fit couper le pouce aux neufs arbalétriers qui avaient résisté, lors du siège de Ḥiṣn al-‘Awn. Voir infra, « Les combats ». M. C. Lyons et D. E. P.  Jackson, op. cit., p. 142, supposent que les archers exécutés sur ordre de Saladin étaient des arbalétriers. On se serait plutôt attendu à ǧarḫī.

182  Ibn Abī Ṭayyi’, loc. cit., souligne le fait que la place était aux Templiers. Sur les Turcoples dans l’Ordre du Temple, voir J. Richard, op. cit., p. 267-269 (mais pour une période tardive) et supra, les références aux retraits de la Règle du Temple.

183 Kitāb al-Itibār, p. 47.

184  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 292/LT p. 119 (an 506/1112-1113).

185  « Le fils de son oncle paternel. »

186  Reuben Levy, The social structure of Islam, Cambridge, 1969 (1re éd. 1957), p. 410.

187  O. S. A. Ismail, « Mu‘taṣim and the Turks », BSOAS, t. xxix, 1966, p. 12-24 ; « Ghulām », El2a, t. ii, p. 1079 (i et ii, par D. Sourdel et C. E. Bosworth).

188  Daylam : hautes terres du sud du Ǧīlān, région située autour du delta de la rivière Safīd-rūd, et bordée par la mer Caspienne. Cf. El2a, t. ii, p. 1111 (« Gīlān », par B. Spuler) et t. ii, p. 189 (« Daylam », par V. Minorsky).

189  Voir les remarques de C. E. Bosworth, « Military Organisation under the Būyids of Persia and Iraq », Oriens, t. xviii-xix, Leyde, 1965-1966, repris dans The medieval history of Iran, Afghanistan and Central Asia, Londres, 1977, iii, p. 144 et passim ; id., « The armies of the Ṣaffārids », BSOAS, t. xxxi, 1968, repris dans ibid., xvii, p. 547 ; id., « Ghaznevid military organization », Der Islam, t. xxxvi, 1960, p. 37-77.

190 Siyāsat Name, trad. Schefer, rééd. Paris, 1984, p. 172-173 (nous avons conservé la transcription originelle). Cf. aussi page suivante, chapitre 25.

191  Cf. El2a, t. vi, p. 64 (C. E. Bosworth).

192  Le thème de « l’émulation » se retrouve dans plusieurs sources. Voir par exemple Anne Comnène, Alexiade, t. iii, L. xi, p. 7, à propos des contingents de la première croisade : « Bohémond et tous les comtes étaient réunis à l’endroit d’où l’on devait faire la traversée pour gagner Civetot, et en compagnie de Godefroy ils attendaient l’arrivée d’Isangélès. Mais comme ils étaient une foule innombrable […] ils se divisèrent en deux groupes : les uns marchèrent sur Nicée par la Bithynie et Nicomédie, les autres franchirent le détroit de Civetot et se retrouvèrent au même endroit. De la sorte, ils s’approchèrent de Nicée et se répartirent entre eux les tours avec les courtines qui les reliaient, car ils avaient décidé de faire l’assaut des remparts suivant certaines dispositions, afin de rivaliser ainsi entre eux et de mener le siège avec plus de vigueur ; quant au secteur échu à Isangélès, ils le laissèrent inoccupé parce qu’ils attendaient sa venue. »

193  Maqrīzī, Ḫiṭāṭ, t. i,  p. 144.

194  Ibid., p. 177-178.

195  Tous les auteurs de la croisade empruntent cette voie. Il en sera souvent de même des chroniqueurs plus tardifs. Cf., par exemple, L’Estoire de la guerre sainte d’Ambroise, sans doute jongleur de la mesnie de Richard Cœur de Lion (éd. G. Paris, Paris, 1897 : Turcs, Persant, Bedouin, Noirez, Cordin, Turquemanssont notamment mentionnés). Cf. Ph. Menard, « Les combattants en Terre sainte au temps de Saladin et de Richard Cœur de Lion », dans J. Paviot et J. Verger (éd.), Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Philippe Contamine, Paris, 2000, p. 507 sq.

196  Guibert de Nogent, Gesta Dei per Francos, RHC, Occ., t. iv, p. 189 ; trad. M.-C. Garand, Geste de Dieu par les Francs, p. 174.

197  Qu’on songe à l’expression de Guibert, « ainsi que chez d’autres peuples peu nombreux, mais d’aspect monstrueux ».

198  Cf. Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. viii, p. 455 : « … al-Baysāniyyūn wa l-Ǧanawiyyūn, wa humā min al-Firanǧ(mais il ne s’agit pas de la croisade) ». Conrad est appelé par les auteurs arabes malik al-Almān, « roi des Allemands ».

199  Ou tout au moins par la classe des « lettrés » qui pouvaient lire ou écouter des lectures de leurs travaux. Rappelons que les mots Firanǧ, Firanǧī étaient depuis longtemps utilisés par les géographes arabes, qui suivaient en cela Ptolémée. B. Lewis, « Ifrandj ou Firandj », El2a, t. iii, p. 1044 ; F. Micheau, « Les croisades vues par les historiens arabes d’hier et d’aujourd’hui », loc. cit., p. 345-361 ; C. Hillenbrand, Islamic perspectives, chap. v : « How the Muslims saw the Franks », et notamment p. 303 sur le mot Ifranǧ.

200  Par exemple le chevalier (fāris) franc appelé Ibn al-Daqīq (Benedictus, selon Ph. Hitti), Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-i‘tibār, p. 1 ; Filīb pour Philippe, p. 42 ; Badrū pour Pédrovant (p. 67) ; Ṯiyūfil pour Théophile, p. 73 ; Rā’ūl pour Raoul, p. 131 ; Barnād pour Bernard (p. 133) ; le « frère de ‘Urs » pour Hurso (?, Ursus ?), p. 141, etc.

201  Pour plus de détails, voir essentiellement J. L. Bacharach, « African military slaves », loc. cit., passim ; W. J. Hamblin, FatimidArmy, p. 13 et suivantes ; Y. Lev, State and Society, p. 93-97.

202  Exemple : Bustān, p. 127 (an 540) : en Égypte, Riḍwān s’étant échappé, des Maġāriba et des ‘Arab sont rassemblés pour aller le rejoindre.

203  Hamblin, Fatimid Army, p. 35 et notes 70 et 71.

204  Pour les Sūdān, cf. J. L. Bacharach, « African military slaves », p. 478 sq. On suppute en général, mais sans certitude aucune, l’emploi par les Fatimides de mercenaires noirs – hommes libres donc –, Nubiens, Éthiopiens ou bédouins de Haute Égypte et du Soudan.

205 Kitāb al-I‘tibār, p. 25, p. 14.

206  Par exemple Maqrīzī, Itti‘āẓ, t. iii, p. 173 (an 534) : retour de Riḍwān de Ṣarḫad, avec mille cavaliers turcs. Cf. aussi ibidem, p. 155.

207  Voir les textes traduits par Th. Bianquis et ses remarques dans UMR 5648, Pays d’islam et monde latin, xe-xiiie siècle, op.cit., p. 75-78.

208  Voir tout particulièrement M. Canard, « Un vizir chrétien à l’époque fatimide, l’Arménien Bahrām », AIEO, Alger, t. xii, 1954, p. 84-113, repris dans Miscellania Orientalia, Londres, 1973, vi, p. 84-113 ; id., « Notes sur les Arméniens en Égypte à l’époque fâtimide », AIEO, Alger, t. xiii, 1955 (Miscellania Orientalia, viii, p. 143-157) ; id., « Une lettre du calife al-Ḥāfiẓ à Roger ii de Sicile », Atti del Convegno Intern. Di Studi Ruggeriani, Palerme, 1955 (Miscellania Orientalia, vii, p. 125-146) ; W. J. Hamblin, Fatimid Army, p. 19-27 ; S. B. Dadoyan, The Fatimid Armenians, Leyde, 1997, notamment p. 90 sq. et 106-143 ; G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 881-922 ; A. F. Sayyid, al-Dawla al-fāṭimiyya. Tafsīr ǧadīd, Le Caire, 1992. Pour les luttes contre Saladin, voir les textes cités infra, chap. « Les armées : les nombres. Armées fatimides ». Même s’ils focalisent sur les Noirs, les chroniqueurs arabes parlent d’autres ethnies.

209  Exemples : Maqrīzī, Itti‘āẓ, t. iii, p. 35 (an 498), p. 53-54 (an 509), p. 159 (an 531), p. 197 (an 594) etc. Les termes utilisés dans les chroniques arabes sont ‘Arab, ‘Urbān.

210  W. J. Hamblin, op. cit., p. 17.

211  Ville de Perse du Nord, à environ 125 km au sud-ouest de Téhéran, à 960 m d’altitude. Cf. El2a, t. ix, p. 85 (V. Minorsky, C. E. Bosworth et H. H. Schaeder).

212  SibṭIbn al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Sévim, p. 77 ; Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, p. 172-173. Il est intéressant de remarquer qu’Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 182-185, parle, pour les forces de Sanǧar, d’al-‘askar al-ḫurāsānī (« armée ḫurāsānienne », p. 183), ou d’al-Ḫurāsāniyya (les Ḫurāsāniens), parce que le Ḫurāsān était la base de son pouvoir.

213  Dix-huit pour Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 483.

214 Wa min kuffār al-Turk ulūf, « et des milliers de Turcs infidèles », précise Ibn al-Ǧawzī.

215  Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, t. xvii, p. 107-109 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 118.

216 Ibid., p. 113-119.

217  Voir également supra, « Les sources ».

218  RHC, Occ., t. iv, L. xi, chap. 16 à 25, p. 671-675. Le discours du roi à Tancrède se situe chap. 22, p. 673-674.

219  Ibid., L. xi, 36, p. 680, 38 à 42, p. 681-684.

220  Ibid., L. xii, 9, p. 694. Puis L. xii, 11, p. 695, et 12, p. 696. Lorsqu’il signale la mort de Mawdūd, Albert souligne qu’il était célèbre parmi « les Turcs et les Gentils » (ibid., 18, p. 700). Les assassins sont « quatre milites de la race des Azoparts » (des Ismaéliens en fait).

221 Ibid., L. xii, 19-20, p. 701-702.

222 ayl ta’rīḫ Dimašq, p.293-297/LT p. 120-126.

223 Kitāb al-Itibār, p. 73.

224  Apparemment en 526-527. Cf. Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 43-44.

225  À qui il s’opposa à plusieurs reprises. Sur l’émir, Qafǧāq b. Arslān Tāš al-Turkumānī maître, notamment, de Šahrazūr, que Zankī finira par prendre, voir la note 69 de l’édition de l’I‘tibār ; Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 43 et note 4, p. 57 ; id., Kāmil, index ; Ibn al-Azrāq, Ta’rīḫ al-Fāriqī, éd. C. Hillenbrand, index.

226  Terme persan, signifiant « pays montagneux » (kūh, « montagne » + le suffixe -istān) : Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, t. iv, p. 416. Plusieurs régions du plateau montagneux iranien sont donc ainsi nommées. La principale est celle qui s’étend au sud de Nīšāpūr (El2a, s. v.), jusqu’au Sīstān, au sud-est. Cf. G. Le Strange, The lands of the Eastern Caliphate, p. 352-363, et « Kūhistān ou Kuhistān », El2a, t. v, p. 354 (J. H. Kramers), pour plus de détails.

227  Nous n’avons pu situer ce lieu.

228 Kitāb al-Itibār, p. 158. Autres exemples : infra, chap. « Les armées : structures ».

229  Voir Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 136 (an 491).

230  L’auteur (ou les auteurs) de la Chanson usent également à l’envi du « les Sarrasins ». Cf. l’index de l’édition P. Paris, p. 365-367 et 373-374, et celui de l’éd. S. Duparc-Quioc, t. i, p. 567 et 569-570.

231  Éd. RHC, Occ., t. v, p. 86, 100, 120, 122, 124, 130. Th. S. Asbridge et S. Edgington, traducteurs récents de l’ouvrage, insistent sur sa bonne connaissance de la diversité ethnique musulmane. Cf. The Antiochene Wars, Ashgate, 1999, p. 59 et suivantes.

232 Historia, RHC, Occ., t. i, L. i, 7, p. 22. Un manuscrit (cf. Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 2002), considéré par l’éditeur récent de l’Historia, R. C. Huygens (cf. Introduction, p. 7 sq.) comme le plus directement relié à l’archétype, contient une phrase que l’éditeur du RHC a ignorée et qui souligne la même origine des Turcs et des Turcomans. Elle les fait remonter à un certain Turcus, chef qui les dirigeait quand ils fuirent vers le nord, après la chute de Troie. Cf. Alan V. Murray, « William of Tyre and the origins of the Turks : observations on possible sources of the Gesta orientalium principium », dans M. Balard, et alii (éd.), Dei gesta per Francos, loc. cit., p. 217-229 (et p. 220, 222 pour le passage en question). Rappelons que l’auteur des Gesta anonymes soutient que les Turcs « se disent de la race des Francs » et que l’idée que les Francs descendaient des Troyens était largement répandue.

233  Ibid., p. 24. Cf. aussi L. xviii, 11, p. 836. Comparer avec Michel le Syrien, Chronique (version arménienne), RHC, Arm., t. i, p. 314-315 puis p. 383-384. Michel essaie d’expliquer d’où venait la « race turque ». Il mêle, pour cela, historique et fictionnel. Il caractérise les Turcomans par leur indépendance et une férocité conservée.

234  Cf. C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 442.

235  Ou de la semi-sédentarité. Voir « Turkmën », El2a, t. x, p. 682 (B. Kellner-Heinkele) et « Turkomans » de W. Barthold dans la première édition de l’EI.

236  Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. i, 2, p. 61, 62, 63 ; voir également M. b. ‘Alī b. Ḥammād Abū ‘Abd Allāh, Aḫbār mulūk Banī ‘Ubayd, éd. al-Tihāmī Nuqra et ‘Abd al-Ḥalīm ‘Awīs, Le Caire, 1401 h., p. 108.

237  Voir par exemple l’utilisation qu’en font Ibn al-‘Adīm et Ibn al-Aṯīr. Buġya : « Aḥmad Šāh al-Turkī », t. iii, p. 1299, où Ġuzz semble signifier « turcomans » (mais il est également question, dans cette notice, de Turk, al-Atrāk, par exemple p. 1298). Autres occurrences : t. iii, p. 1350, 1351, 1354, « Arslān al-Turkī Abū l-Ḥāriṯ », (il s’agit de Ṭoġril Beg, amīr al-Ġuzz) ; t. ix, p. 4080, « Sābiq b. Maḥmūd b. Naṣr b. Ṣāliḥ b. Mirdās » ; t. ix, p. 4310, « Sa‘īd b. Sahl b. Muḥammad b. ‘Abd Allāh ». Les occurrences sont bien plus nombreuses dans le Kāmil. La plupart concernent le ve/xie siècle. Cf. t. viii, p. 245, 325. Parfois, Ibn al-Aṯīr se contente de parler d’al-Ġuzz, désignant la plupart du temps des nomades, un peu comme s’il parlait de Turkumān (t. viii, p. 261 ; t. viii, p. 274). Il lui arrive également de mentionner des « Turcs Ġuzz »,al-Atrāk al-ġuzziyya, t. viii, p. 174, des « troupes de Ġuzz et de Daylamites », al-aǧnād min al-Ġuzz wa l-Daylam, t. viii, p. 266, ou al-Ġuzz al-‘irāqiyya, t. viii, p. 240, 249, 260. Voir encore t. viii, p. 236 (Taqāq, nom « qui signifie “le nouvel arc” [en turc] », est « commandant des Turcs Ġuzz », muqaddam al-Atrāk al-Ġuzz). Cf. encore Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. i, p. 321, 483 ; t. vii, p. 3842 ; t. iii, p. 1348 (Ṭoġril Beg, « roi des Turcomans et des Ġuzz », malik al-Turkumān wa l-Ġuzz ; le Ta’rīḫ d’Abū Ġālib Ibn al-Muhaḏḏab al-Ma‘arrī est cité), p. 1349 (malik al-Turkumān, même auteur cité). Voir encore le Kāmil, t. viii, p. 36, 71, 72, 182, 368, 418, 421, 430, 433 et passim.

238 Siyāsat Name, op. cit., trad. Schefer, chap. 26, p. 175 :« Les Turkomans, bien qu’ayant causé de sérieux ennuis et étant en nombre considérable, ont cependant acquis des droits à la bienveillance de la dynastie actuelle, car ils lui ont rendu, au commencement de son établissement, de nombreux services ; ils ont beaucoup souffert pour elle, et lui sont attachés par les liens de la parenté. » Cf. aussi C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 441, 443.

239  S. Zakkār, The emirate of Aleppo, 392-487/1002-1094, p. 186-233, et surtout Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, p. 581-609 et 640-669.

240  Pour les déferlements, à la fin du ve/xie siècle, voir essentiellement le Mir’āt al-zamān de Sibṭ b. al-Ǧawzī. Cl. Cahen, « La première pénétration turque en Asie Mineure (seconde moitié du xie siècle) », repris dans Turcobyzantina et Oriens christianus, Londres, 1974, p. 21-28, 34 sq. ; id., « Nomades et sédentaires dans le monde musulman du milieu du Moyen Âge », dans D. S. Richards (éd.), Islamic Civilisation, 950-1150, Oxford, 1973, repris dans Cl. Cahen, Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale, Damas, 1977, p. 432 sq. ; J.-Cl. Cheynet, « La résistance aux Turcs en Asie Mineure entre Mantzikert et la première croisade », dans Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, Paris, 1998, t. ii, p. 131-147, montre que tout pouvoir byzantin ne s’était pas écroulé, en Asie Mineure.

241  Sur ces vagues, voir les ouvrages déjà cités de Th. Bianquis, S. Zakkār, M. Yared-Riachi.

242  Voir infra, « Armées : les nombres ».

243  Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 72-73 ; C. Hillenbrand, « The Career of Najm al-dīn Īl-πāzī », Der Islam, vol. lviii, 1981, p. 271, selon laquelle tous pâturaient autour de Mārdīn. Cf. aussi Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 318-320 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 193.

244  Intéressante formule d’Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 92 (an 499), à propos du siège de Naṣībīn par Īl-Ġāzī, Albī b. Arslān Tāš de Sinǧar et Riḍwān : « Īl-Ġāzī se sentait fort par le grand nombre de Turcomans qui s’étaient unis à lui. » Voir encore ibid., p. 154 (an 508). Plus généralement, voir C. Hillenbrand, « The career of Najm al-dīn l-Ghāzī », Der Islam, vol. lviii, p. 250-292, et tout particulièrement les p. 271-275.

245  Voir le chapitre « Armées : les nombres (2) ».

246  Voir les récits donnés par les sources arabes. Rien de tel, en revanche, lorsqu’est racontée la déroute géorgienne, qui il est vrai n’était pas seulement la sienne. Voir, par exemple, Ibn al-Azraq, Ta’rīḫ al-Fāriqī, éd. C. Hillenbrand, op. cit., p. 152.

247  Voir, par exemple, ce qu’écrit Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 506 (an 549) sur Ḥusām al-dīn b. Īl-Ġāzī b. Artuq, seigneur de Mārdīn, lorsqu’il annonce son décès.

248  L’une des tribus ġuzz. Cf. « Artuḳides », El2a, t. i, p. 662 (Cl. Cahen).

249  En 478/1085-1086 : Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 7.

250  Ibn al-Azraq, Ta’rīḫ al-Fāriqī, p. 148.

251  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 130-1 et Buġya, t. viii, p. 3661 ; ‘Imād al-dīn Ḫalīl, al-Imārāt al-artuqiyya fī l-Ǧazīra wa l-Šām, Beyrouth, 1980, p. 202 et note 3.

252  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 224/LT p. 45 (an 494/1100-01), la défaite de Suqmān b. Artuq face aux Francs d’Édesse et de Sarūǧ en rabī‘ i (4 janvier -2 février 1101), du fait des Turcomans, d’ailleurs ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 43 (an 494), p. 72-73 (an 497, à propos de la victoire de Ḥarrān).

253  La carrière des deux hommes est retracée par C. Hillenbrand, « The career of Najm al-dīn Īl-Ghāzī », loc. cit., et par ‘Imād al-dīn Ḫalīl, op. cit., chap. 1 à 3, p. 57-312.

254  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 417/LT p. 248 (année 533).

255  Par exemple : ibid., op. cit., p. 380-381/LT p. 209-210, récit des aventures d’un « askar wāfir min al-Turkumān » (« une grosse armée de Turcomans »), en 527/1133, qui déferle sur le comté de Tripoli, bat Pons et menace très sérieusement une armée de secours venue du royaume de Jérusalem.

256  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 136 (année 491).

257  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 263, année 502/1108-1109 : face à Bohémond, qui sera vaincu, l’empereur attaque avec une multitude, « ses voisins Turcomans ».

258  Ibid., p. 243/LT p. 65. Cf. aussi p. 339-340 (défaite de Marǧ al-Ṣuffar, en 519/1126, avec rôle important des contingents turcomans).

259  Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, p. 18-19. Cf. aussi Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 356-360.

260  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 384-385 (an 528).

261 Ibid., p. 406 puis p. 412. Voir également Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 298.

262  Deuxième croisade : Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 462 sq. (an 543) ; après la fin du siège, la trêve ayant été rompue : ibid., p. 471-472 (an 544 ; il est également question d’Arabes).

263  Ibn al-Qalānisī (op. cit., p. 254/LT p. 77) l’appelle « al-amīr al-Iṣfahbaal-Turkumānī », et dit qu’il venait « de sa province ». L’iqṭā‘ qui lui est concédé comprend le Wādī Mūsā, le Mu’āb, al-Šāra, al-Ǧibāl et al-Balqa, soit, ainsi que le précise J.-M. Mouton (Damas, p. 186) le vaste territoire allant de ‘Ammān au Wādī Mūsā. Cette installation ne fut pas suivie d’effet, puisque l’émir fut surpris et battu à plate couture par les troupes de Jérusalem.

264  Cf. J.-M. Mouton, op. cit., p. 243, l’exemple de l’émir turcoman Mankūbars ravageant, en période de trêve entre Damas et Jérusalem, le Ḥawrān, en 545/1150, et celui des effets de l’expédition contre Banyas franque que les Damascains durent rattraper. Voir également ce que fait répondre Michel le Syrien aux émirs turcs confrontés aux récriminations byzantines devant le non respect par les Turcomans des conditions d’un cesser le feu : « Comme les Grecs accusaient les émirs […], ceux-ci leur jurèrent qu’ils n’y pouvaient rien, que ces peuples étaient indépendants, féroces par caractère, méprisant tout, et que personne ne pouvait les empêcher d’exercer leurs déprédations » (RHC, Arm., t. i, p. 326).

265  Les Turcomans furent également mêlés aux luttes d’influence qui secouèrent la principauté damascène. Cf. par exemple, en 530/1135-6, à Damas : Kāmil, t. ix, p. 290-291, année 530 ; Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 399-401 (plus riche) ; Ibn al-Furāt, éd. Elshayyal, t. i, p. 224-225. Récit détaillé des événements dans M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 184-186.

266  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 255 (an 524, victoire sur Timurtāš et Rukn al-dawla Dā’‚d) ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, éd. S. Zakkār, Damas, 1997, t. ii, p. 447 et 465, cité par C. Hillenbrand, « ‘Abominable acts’ : the career of Zengi », dans M. Hoch et J. Phillips (éd.), The Second Crusade. Scope and consequences, Manchester et New York, 2001, p. 115 et note 28 ; Ibn al-Aṯīr, Bāhir, surtout les p. 38-39, 80-81 ; Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. i, p. 242-244 ; Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. i, p. 55 sq.

267  Cf. al-‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 385,

268   La proximité de Kafarṭāb et de Ma‘arrat al-Nu‘mān fait pencher pour cette ville plutôt que pour Ma‘arrat Maṣrīn.

269  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 402/LT p. 233-234. Autres expéditions : voir Cahen, SN, p. 364 sq.

270  25 février-26 mars 1145. Ibid., p. 438/LT p. 268.

271 Ibn al-Furāt,Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. ii, p. 227-228 (année 531/1136-7). Voir également J. Sauvaget, Alep, p. 118, et A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, p. 509.

272  « Maydān, mayādin :masculine noun denoting a large, open, demarcated area, flat and generally rectangular, designed for all kinds of equestrian activity » (El2a, t. vi, p. 912-915, par F. Viré). Le mot le plus couramment utilisé en français pour traduire ce mot est « hippodrome ».

273  Cf. Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. i, p. 55 et index ; Ibn Šaddād, al-A‘lāq al-ḫaṭīra fī ḏikr umarā’ al-Šām wa l-Ǧazīra, t. i, 1, Alep, éd. D. Sourdel, p. 19-20 ; Ibn al-Šiḥna, al-Durr al-muntaḫab fī ta’rīḫ mamlakat Ḥalab, trad. J. Sauvaget, Les « Perles choisies » d’Ibn al-Chiḥna, Damas, 1933, p. 30.

274  N’ayant pu trouver de sens satisfaisant au mot ‘aṣd, nous nous demandons s’il ne faut pas plutôt lire ‘aḍud, soit une « variété de palmier ». Cf. le Lisān al-‘Arab, éd. Beyrouth, 1990, t. iii, p. 294, où un adīṯ intéressant est cité : « Anna Samura kānat lahu ‘aḍud min nal fīḥā’i. » Le problème est que le sens précis de rawḍa découle de ce terme. Il signifie généralement « jardin » (mais un jardin luxuriant, vert), un parterre, etc.

275  « Pavillon » où Zankī changeait de vêtements avant de jouer au polo. Cf. J. Sauvaget, Alep, p. 119 et note 383. Ǧalasa signifie également « tenir séance ».

276  Bāhir, p. 80. De telles politiques d’installation de nomades tranchaient avec celles d’un prince comme Sayf al-dawla b. Ḥamdān qui au ive/xe siècle s’était fait une nécessité de préserver les terres cultivables des déprédations de bédouins du coup repoussés dans la steppe ou en Djéziré, se consacrant ensuite au ǧihād contre les Byzantins (Th. Bianquis, « Mirdās, Banū Mirdās ou Mirdāsides », El2a, t. vii, p. 115 ; M. Canard, « Ḥamdānides », El2a, t. iii, p. 126). Autre utilisation des bédouins arabes : J.-Cl. Garcin, Un centre musulman de la Haute-Égypte médiévale : Qūs, Le Caire, 1974, p. 366-368.

277  Ta’rīḫ Ḥalab, p. 398 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 278 ; Cl. Cahen, SN, p. 365.

278  SN, p. 378 et note 16.

279  ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 450. « The First and Second Crusades from as anonymous Syriac chronicle », loc. cit., p. 294 sq.

280 ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 473-476.

281 Ibid., p. 487/LT p. 321 (an 546). Plus généralement, voir le récit de ces sièges par N. Élisséeff, ND, t. ii, passim.

282 ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 495-496, an 548 ; p. 521-523, an 552.

283  Ibid., p. 481. Mais voir la version du Kāmil d’Ibn al-Aṯīr (t. ix, p. 369-370, année 546), très différente : « Quand il sut cela, Nūr al-dīn en fut très affecté. Il élabora un stratagème (ḥīla), ne connaissant le repos qu’il ne soit vengé. Il manda des émirs turcomans, à qui il promit de magnifiques présents s’ils s’emparaient de Josselin et le lui livraient mort ou vif (“mort ou prisonnier” : qatīlan aw asīran). En effet, il savait que s’il s’en occupait lui-même, Josselin se protégerait au moyen de ses hommes et de ses forteresses (ḥuṣūn). Les Turcomans envoyèrent des espions (uyūn) contre lui. Comme il sortait chasser, une de leur bande (ṭā’ifa) fondit sur lui et l’enleva. Mais il les gagna en leur promettant de l’argent : ils acceptèrent de le libérer à la livraison. Alors, il (i. e. Josselin) l’envoya chercher. Or l’un d’entre eux s’était rendu auprès d’Abū Bakr b. al-Dāya, lieutenant (nā’ib) de Nūr al-dīn à Alep, et l’avait mis au courant de la situation. Il fit partir une armée (‘askar) avec lui. Ils cernèrent les Turcomans, qui étaient accompagnés de Josselin, et s’en saisirent. Puis ils l’amenèrent à Ibn al-Dāya. Sa prise était une très grande victoire : c’était un démon, insolent et violent envers les musulmans, au cœur dur. La chrétienté entière en fut affectée. »

284  Le mouvement, qui avait commencé dans la deuxième moitié du ve/xie siècle, se poursuivit sous les Ayyoubides. Pour le ve/xie siècle, voir Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, p. 600 et suivantes ; A.-M. Eddé, « Origines géographiques et ethniques de la population alépine au xiiie siècle », dans U. Vermeulen et D. De Smet (éd.), Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluks Eras, t. ii, Louvain, 1998, p. 201. Pour les Ayyoubides, voir ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, al-Barq al-šāmī, t. v, p. 81 ; p. 114 ; A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, p. 264.

285  Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, cité par J. Sauvaget, Alep, p. 118 note 378.

286  Yāqūt, Mu‘ǧām al-buldān, t. v, p. 425 (« al-Yārūqiyya ») : « Grand quartier devant la ville d’Alep, dénommé d’après un des émirs turcomans qui y campait avec son armée (‘askar), sa force (quwwa) et ses hommes (riǧāl), et qui y construisit des maisons (duwar) et des lieux d’habitation (masākin). C’était un des émirs de Nūr al-dīn Maḥmūd b. Zankī. Ce Yārūq mourut en 564. » Mêmes propos rapportés par Ibn Šaddād (l’historien de Saladin), repris par Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. al-Zaybaq, t. ii, p. 138, et par Ibn Ḫallikān (voir note suivante). Voir aussi J. Sauvaget, Alep, p. 118 ; Cl. Cahen, SN, p. 378.

287  Sur lui, voir essentiellement Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-a‘yān, t. vi, p. 117-118 (« Yārūq al-Turkumānī »), et les références données par A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, loc. cit., note 521.

288  Sur la carte des tribus arabes de Syrie, qui de toute façon était évolutive, voir : pour la Syrie du Nord jusqu’au ive/xe siècle, M. Canard, Histoire des Hamdanides de Jazîra et de Syrie, Alger, 1951, p. 235-240. Pour les époques postérieures (et le reste du pays), Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, index ; id., « Raḥba et les tribus arabes avant les croisades », BEO, t. xli-xlii, 1989-1990, p. 23-54 (voir tout particulièrement la carte 6, « Quelques tribus au ve siècle de l’hégire », p. 49) ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, index des dynasties, groupes religieux ou ethniques, milices et autres ; J.-M. Mouton, Damas, index ; M. Gaudefroy-Demombynes, La Syrie à l’époque des Mamlouks, Paris, 1923, index ; A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, p. 505 sq. ; ‘Umar Riḍā Kaḥḥāla, Mu‘ǧam qabā’il al-‘Arab al-qadīma wa l-ḥadīṯa, 2e éd. Beyrouth, 3 vol., 1968 et éd. www.alwaraq.net. Voir également les articles correspondants de l’EI 2. Parmi les sources arabes, on retiendra le t. i de la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, p. 527-568, et, d’al-Qalqašandī, Nihāyat al-arab fī ma‘rifat ansāb al-‘Arab, éd. Le Caire, 1959 et éd. www.alwaraq.net ; id., Qalā’id al-ǧumān fī l-ta‘rīf bi-qabā’il ‘Arab al-zamān, éd. Le Caire, 1964, et éd. www.alwaraq.net ; id., Ṣubḥ al-a‘ša, éd. M. Ḥ. Šams al-dīn, Beyrouth, s. d. (l’introduction, t. i, est datée de 1987), t. i, p. 359-414, t. iv, p. 210-222, 237-239, 248, et index peuples et tribus, t. xv. On peut également toujours consulter les Ḫiṭaṭ al-Šām de M. Kurd ‘Alī, t. i, 1, p. 16-29.

289  Voir Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, p. 664-670.

290  M. Canard, Histoire des Hamdanides de Jazîra et de Syrie, loc. cit. ; Th. Bianquis, op. cit., p. 547 sq. et passim ; id., « Mirdās, Banū, ou Mirdāsides », El2a, t. vii, p. 115. Pour Ibn al-‘Adīm (Buġya, t. i, p. 568), cité par A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, p. 506, les Banū Mirdās continuèrent de « gouverner » les Arabes jusqu’au règne d’al-Ẓāhir Ġāzī.

291  Même si des « émirats », micro-États mal connus qu’on ne sait pas vraiment comment appeler (« chefferies », « communautés montagnardes », etc.), arabes dans leur majorité, subsistèrent dans les zones montagneuses du Liban (voir supra). On peut légitimement se demander si l’existence du Kitāb al-I‘tibār d’Ibn Munqiḏ ne tend pas à faire beaucoup trop exagérer l’importance de l’émirat munqiḏite par rapport à de tels États.

292  Suite au terrible tremblement de terre de raǧab 549/août 1154, la majorité du clan, rassemblé pour un banquet, disparut sous l’édifice où ils festoyaient. Toutes les sources arabes narrent l’événement, résumé ainsi que l’histoire de la principauté (474-552/1081-1157) par R. S. Humphreys dans El2a, t. vii, p. 577 (« Munḳidh, Banū »).

293  R. Barthes, Mythologies, Paris, 1957.

294  Cf. El2a, articles « Kalb b. Wabara », t. iv, p. 492 (J. W. Fück et alii) ; « Kināna b. Khuzayma », t. v, p. 116 (M. W. Watt) ; la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, index (pour leur implantation en Syrie du Nord et, secondairement, en Syrie centrale) ; les ouvrages d’al-Qalqašandī cités ci-dessus.

295  R. S. Humphreys, loc. cit..

296  D. Nicolle, Ch. Hook, Saracen Faris AD 1050-1250, Oxford, 2001 (1re parution 1994), p. 7.

297  Exemples : « Ǧum‘a, min Banū Numayr », un de leurs cavaliers réputés, Kitāb al-I‘tibār, p. 37, 99 ; Ḥāriṯa al-Numayrī, un des compagnons (ṣāḥib) d’Usāma, tué par un coup de lance (ibid., p. 47). Des Banū Numayr étaient installés autour de Qal‘at Naǧm, sur les bords de l’Euphrate, depuis le ive/xe siècle (voir ci-dessous).

298  Voir par exemple Sābah (ou Sāya) b. Qunayb al-Kilābī, victime d’un fameux coup de lance franc (ibid., p. 48).

299  Ibid., p. 8, 24, 32. Sur les Lawāta : El2a, t. v, p. 694 (T. Lewicki).

300  Ibid., p. 40 : « Je me mis en route avec un petit nombre d’hommes (fī nafar qalīl) qui n’atteignait même pas les vingt cavaliers (fāris) […]. Une foule de pillards et de bédouins me suivait. Quand nous parvînmes au Wādī Abū l-Maymūn, alors que les pillards et les Arabes (Arab) étaient disséminés dans les champs, une troupe nombreuse (ǧam‘ kaṯīr) de Francs fondit sur nous. »

301  D. Nicolle, Ch. Hook, op. cit., p. 7.

302  D. Nicolle (ibid.) le reconnaît : « […] although the statistics must be treated with extreme caution ».

303  Voir ci-dessous.

304  Rappelons qu’à la fin du ve/xie siècle les Banū Kilāb possédaient de nombreux « esclaves combattants », ‘abīd muqātila : Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iii, p. 1298-1300 ; t. ix, p. 4078 (« Sābiq b. Maḥmūd b. Naṣr b. Ṣāliḥ b. Mirdās ») ; Zubda, t. ii, p. 53-55.

305  Nous avons modifié le tableau.

306  Ou plutôt junior officers.

307  Il ne s’agit donc pas ici des seuls bédouins arabes. Sur les bédouins arabes, voir essentiellement, d’Ibn Ḫaldūn, Ta’rīḫ, t. i, Muqaddima, chap. ii (dans son ensemble, pratiquement) : « Fī l-‘umrān al-badawī wa l-umam al-waḥšiyya wa l-qabā’il » (« De la civilisation bédouine, des peuplades sauvages et des tribus », l’expression al-‘umrān al-badawīpouvant également se traduire par « bédouinité »), p. 149 et suivantes. Le passage ici reproduit se situe en 5, p. 155 ; trad. G. Labica revue par Jamel-Eddine Bencheikh, Alger, 1965, p. 58. On peut également se reporter à la traduction légèrement différente de V. Monteil, Discours sur l’Histoire universelle, 3e éd., Paris, 1997, p. 194.

308  Traité de gouvernement, trad. Schefer, chap. 25, p. 174.

309  Cf. Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. i, p. 553-554, à propos de Banū Numayr installés depuis le ve/xe siècle sur les rives de l’Euphrate, autour de Qal‘at Naǧm qui appartenait à l’un d’eux, jusqu’à ce que les Turcs prennent le dessus et les expulsent. En 512/1118, en prenant la forteresse d’al-Sinn, près de A‘zāz, les Francs y abattirent Māni‘ b. ‘Uṭayr al-Numayrī (‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 369, cité par Th. Bianquis, « Waththāb b. Sābiḳ al-Numayrī », El2a, t. xi, p. 179). Voir également A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, note 212, p. 507.

310  Tome i, 1729, p. 396, pl. lii ; S. Duparc-Quioc, La chanson d’Antioche, t. ii, Étude critique, Paris, 1978, p. 246.

311  « Les Arabes vaincus à Ascalon fuient. »

312  Les termes Arabes et Saraceni ne sont pas interchangeables dans les chroniques des croisades. Par contre, Saraceni (ou Sarraceni) a souvent un sens « générique ». Il désigne alors l’ensemble des ennemis musulmans. Voir par exemple Guillaume de Tyr, Historia , éd. RHC, Occ., t. i, index p. 1145, et éd. R. C. Huygens, t. ii, index, p. 1095 et 1156. Rappelons que des Saraceni apparaissent sous la plume de Jérôme, au ive siècle, et que les auteurs postérieurs utilisèrent le mot pour désigner les musulmans. En fait, l’utilisation des mots Arabes, Saraceni, Ismaelitae, Agareni, au Moyen Âge, pose question. Pour Ph. Sénac (L’image de l’autre : l’Occident médiéval face à l’islam, Paris, 1983, p. 14), la confusion régnait parmi les auteurs médiévaux ; N. Daniel (The Arabs and medieval Europe, Londres, 1979) considère qu’Arabes se distinguait de Saraceni et des autres mots ; récemment, K. Scarfe Beckett, Anglo-Saxon perceptions of the Islamic world, Cambridge, 2003, passim, et notamment p. 228, a démontré que généralement les deux mots n’avaient pas le même sens. On peut rechercher tout un substrat intellectuel et religieux derrière l’utilisation d’un mot ou d’un autre. Voir B. White, « Saracens and Crusaders : from fact to allegory », dans D. E. Pearsall et R. A. Waldron (éd.), Medieval literature and civilization : studies in memory of G. N. Garmonsway, Londres, 1969, p. 170-191 ; K. Scarfe Beckett, ibid. ; J. Tolan, Les Sarrasins, loc. cit.

313  Tudebode, Historia de Hierosolymitano Itinere, RHC, Occ., t. iii, p. 59 (« Corbaan avait également rassemblé, de tous côtés, des masses innombrables de païens, Turcs, Arabes, Sarrasins, Publicains, Azymites, Kurdes, Perses, Angulans et de nombreux autres peuples que je ne peux ni nommer, ni dénombrer. Les Angulans étaient trois mille ; ils ne craignaient ni lances, ni flèches, ni aucune arme parce qu’ils étaient couverts de fer de toute part, ainsi que leurs chevaux »). Voir également Chanson d’Antioche, éd. P. Paris, t. ii, 7, p. 139, et supra, « Les sources ». Le terme Beduinus apparaît quelquefois dans les chartes latines.

314  Le texte de Qalqašandī n’est pas formel (cf. Ṣubḥ al-a‘ša, t. iv, p. 210-211). Nous adoptons ici l’hypothèse d’A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, p. 507. Voir également Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. i, p. 545 ; M. Gaudefroy-Demombynes, La Syrie à l’époque des Mamlouks, op. cit., p. 184.

315  Exemple parmi bien d’autres : attaque d’une caravane partie de Bosra en direction de l’Égypte, en 506/1112-3, par des Banū Ḥawbar et des Banū Rabī‘a, avant que les Francs ne l’interceptent. Cf. Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 291, cité par M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 127. Sur les Banū Ḥawbar, outre M. Gaudefroy-Demombynes, La Syrie à l’époque des Mamlouks, p. 186, cité par M. Yared-Riachi (loc. cit., note 2), voir ‘Umar Riḍā Kaḥḥāla, Mu‘ǧam qabā’il al-‘Arab al-qadīma wa l-ḥadīṯa, éd. www.alwaraq.net, p. 389.

316  Zubda, t. ii, p. 143 (année 493) pour les ravages, p. 137 (an 491) pour la bataille d’Antioche.

317  Par exemple Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 186 (année 513).

318 Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. ii, p. 426.

319  Ibid., p. 136. Voir également Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 546-547 (année 554) : des Turcomans étrangers font un raid contre des ‘Arab – des Banū Usāma et d’autres. Ils s’emparent de leurs bêtes, mais des soldats de Nūr al-dīn interviennent.

320  En 533, l’Égyptien Riḍwān ayant trouvé refuge auprès de Zankī recrute aussi des bédouins (‘urbān) : Bustān, p. 125.

321  Sur ces tribus, voir, outre les ouvrages d’al-Qalqašandī cités ci-dessus (notamment le Ṣubḥ al-a‘šā, index, t. xv), les articles qui leurs sont consacrés dans l’El2a, t. iv, p. 910 (« Khafādja », par A. A. A. Dixon et F. Krenkow) ; t. viii, p. 352 (« Rabī‘a et Muḍar », par H. Kindermann ») ; t. x, p. 402 (« Ṭayyi’ ou Ṭayy », par I. Shahîd, où on doit supprimer « during the Crusades » dans la phrase « […] in the 4th/10th century during the Crusades ») ; Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, index, p. 763 (Banū l-Ḫafāǧa »), 782 (« Banū Rabī‘, Banū Rabī‘a b. Ka‘b »), 788 (« Ṭayy, tribu »).

322  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 293-4/LT p. 120-126 (années 506 et 507). De même, au moment du siège de Damas par les Francs en 523/1129, Būrī fit appel à l’un des chefs des Banū Rabī‘a, l’émir Murra. Les Murra, branche des Banū Rabī‘a, nomadisaient du Ḥawrān à La Mecque. Cf. al-Qalqašandī, Ṣubḥ al-a‘ša, t. iv, p. 210, où il cite Murra parmi l’un des quatre fils du chef des Banū Rabī‘a, et surtout p. 215-217 (avec récit d’un de leurs faits d’arme, sous les Mamelouks). Voir également Th. Bianquis, op. cit., t. ii, p. 665 et index, p. 776 (Banū Murra) ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 165.

323  M. Canard, « Djarrāḥides ou Banū l-Djarrāḥ », El2a, t. ii, p. 482.

324  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 487/LT p. 321 (traduction légèrement modifiée).

325  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 488/LT p. 322.

326  A. Miquel, La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du xie siècle, t. i, p. 66-67. Voir aussi, tout récent, Boris James, Saladin et les Kurdes. Perception d’un groupe au temps des Croisades, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 71-72 (hors-série « Études kurdes »).

327  Id., Des enseignements de la vie, op. cit., p. 52.

328  Guibert de Nogent, Gesta Dei per Francos, RHC, Occ., t. iv, p. 189, trad. M.-C. Garrand, Geste de Dieu par les Francs, p. 174. Comparer avec l’Anonyme, p. 111-112, qui ne procède pas à cette distinction entre peuples connus et inconnus.

329  Sans compter ce qu’il écrivit sur les Ayyoubides, qui ne nous intéressent pas ici. Pour Šīrkūh, voir notamment Historia, RHC, Occ., t. i, L. xix, 13, 14.

330  Kāmil, t. ix, p. 72-74, année 497.

331  Th. Bois et alii, « Kurds, Kurdistān », El2a, t. v, p. 438.

332  Exemple : dans le Šabaḫtān, à l’est d’Édesse, Josselin leur prit plus de dix mille têtes de bétail : Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 216

333  Histoire anonyme syriaque, trad. J.-B. Chabot, « Un épisode de l’histoire des croisades », dans Mélanges offerts à M. Gustave Schlumberger, t. i, Paris, 1924, p. 171-174.

334  « Pays des Lurs », situé au sud-ouest de la Perse. V. Minorsky, « Luristān »,El2a, t. v, p. 829.

335  V. Minorsky, « Lur-i Buzurg », El2a, t. v, p. 826.

336  Quant à l’origine du nom franc, « Crac de l’Ospital », on hésite encore entre un glissement d’Akrād à cratum, puis crat, et enfin crac, et une origine syriaque (de karkā, « forteresse », ayant donné karak, puis krak). Voir N. Élisséeff, « Ḥiṣn al-Akrād », El2a, t. iii, p. 503 ; P. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. i, Le Crac des Chevaliers, Paris, 1934 ; A.-M. Eddé, « Origines géographiques et ethniques de la population alépine au xiiie siècle », loc. cit., p. 194, note 10. Sur le rôle des Kurdes en Syrie au ve/xie siècle, voir Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, p. 612-614, p. 663 et index (p. 770).

337 Kitāb al-I‘tibār, p. 37, 47, 48, 49, 95.

338  Ibid., p. 37. Surhanak servait dans les rangs des Banū Qarāǧa, ennemis « traditionnels » des Banū Munqiḏ.

339  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. vii, p. 3172-3173 (« Ḫālid b. al-Walīd », dont la très longue notice occupe les pages 3120 à 3173).

340  A.-M. Eddé, « Kurdes et Turcs dans l’armée ayyoubide », dans Y. Lev (éd.), War and society in the Eastern Mediterranean 7th-15th centuries, Leyde-New York-Cologne, 1997, p. 226.

341  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 48. De même pour les Hakkāriyya : Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. i, p. 242-243. Sur les Ḥumaydiyya, cf. B. James, op. cit., p. 33-7.

342  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 64 et note 4, où l’éditeur expose les différences entre le Bāhir et le Kāmil, et reproduit ce que dit, notamment, Yāqūt (Mu‘ǧam al-buldān) sur cette place forte. Les conquêtes de Zankī, résumées dans l’article de l’EI2cité ci-dessus, sont difficiles à retracer avec précision. Ibn al-Aṯīr lui-même fait erreur. Voir également C. Hillenbrand, « ‘Abominable acts’ : the career of Zengi », op. cit., p. 115.

343  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 74 et notes 2 (intéressantes précisions de Yāqūt citées) et 4. Des troupes zankides assiégeaient un château qu’ils occupaient, Ḥiṣn Fanak, près de Ǧazīrat Ibn ‘Umar, au moment de la mort du šahīd.

344  Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, éd. Beyrouth, s. d., t. iii, p. 375 (« Šahrazūr »), parle d’al-Akrād al-Ǧalāliyya wa l-Bāsiyān wa l-Ḥakmiyya wa l-Sūliyya. Šahrazūr fut prise en 534/1139. Ibn Wāṣil (Muffariǧ al-kurūb, t. i, p. 56) évoque les Haḏbāniyya, Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. i, p. 243, les Mahrāniyya. Cf. également B. James, op. cit., p. 27-30 (Bašnawiyya), 44 sqq. (Haḏbāniyya) et index.

345  Tribu kurde qui occupait probablement une région montagneuse au sud et à l’est du lac de Van, appelée, d’après eux, Hakkāriyya par les auteurs arabes : « Hakkārī », El2a, t. iii, p. 83 (Rédaction) ; B. James, op. cit., p. 39-44.

346  R. S. Humphreys, From Saladin to the Mongols. The Ayyubids of Damascus, 1193-1260, New York, 1977, p. 31.

347  Déjà Abū l-Ḥasan ‘Alī b. Aḥmad b. Yūsuf b. Ǧa‘far b. ‘Arafa al-Hakkārī, dont le laqab était Šayḫ al-Islām (m. 486 h. selon Ibn Ḫallikān) : Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, éd. ‘Aṭā, Beyrouth, 1992, t. ix, p. 79 ; Ibn al-‘Adīm, Buġya, index ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. viii, p. 491 (m. 485 h.) ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-a‘yān, éd. I. ‘Abbās, Beyrouth, 1968, t. iii, p. 345 ; Ibn Taġrībirdī, al-Nuǧūm al-zāhira, t. v, p. 138. Pour Kamāl al-dīn Muḥammad al-Šahrazūrī (m. 572), grand cadi de Damas et d’Alep, et l’ensemble des Šahrazūrī, voir Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ Dimašq, éd. al-‘Amrawī, t. xliii, p. 136 (« ‘Alī b. al-Qāsim al-Šahrazūrī ») et index (t. lxxv et lxxvi) ; Ibn al-Aṯīr, Bāhir, index p. 226 ; El2a, t. ix, p. 219 (« al-Shahrazūrī », par A. Abdesselem), et les références données par A.-M. Eddé, « Kurdes et Turcs », loc. cit., note 10, p. 227. Rappelons au passage que Bahram, chef des ismaéliens à Damas, eut pour successeur un Kurde, Abū l-Wafā (Ibn Ḥamdūn, Kitāb al-taḏkira, éd. du t. xii par I. Kayaoglu, thèse dactylographiée, Paris, 1970, p. 50, cité par J.-M. Mouton, Damas, p. 322 n° 163). Émir important : Ibn Ḫallikān, op. cit., t. iii, p. 497-498, qui retrace la carrière d’exception de Ḍiyā’ al-dīn ‘Īsā al-Hakkārī (m. 585 h.), un des émirs de Saladin, déjà présent sous Nūr al-dīn, aux côtés de Šīrkūh : il exerçait en tant que faqīh à Alep lorsque il fut remarqué par ce dernier auquel il s’attacha, l’accompagnant notamment en Égypte où il passa, après la mort de Šīrkūh, au service de Saladin. Ibn Ḫallikān souligne notamment qu’il s’habillait en soldat, tout en portant un turban à la manière des religieux, comme son frère l’émir Muǧid al-dīn Abū Ḥafṣ ‘Umar (m. 636 h.) d’ailleurs. Cf. aussi Id., ibidem, t. iv, p. 91 (« Bahā’ al-dīn Qarāquš »), t. vii, p. 154 (« al-sulṭān Ṣalāḥ al-dīn ») ; A.-M. Eddé, « Origines de la population alépine au xiiie siècle », loc. cit., p. 195 ; B. James, op. cit., p. 169-172. Autre émir de premier plan, Sayf al-dīn ‘Alī b. al-Mašṭūb, sur lequel il est intéressant de voir Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 17 (attitude au Caire après la mort de Šīrkūh) ; Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. I. al-Zaybaq, Beyrouth, 1997, index ; Ibn Taġrībirdī, op. cit., t. v, p. 354 (l’appelle malik al-Akrād), t. vi, p. 86, 117 (malik al-Hakkāriyya), 119 ; N. Élisséeff, ND, t. iii, index ; B. James, op. cit., p. 164-169.

348  Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, cité en note 2 de l’éd. Amedroz du Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 109.

349  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 278-283/LT p. 106-1110. Sukmān al-Quṭbī contrôlait l’Arménie et le Diyār Bakr. L’armée de Mawdūd qui pénétra profondément en Syrie, en 506-7/1112-13, et fut victorieuse avec les Damascènes, à Ṣinnabra, tout près du lac de Tibériade, comportait également un fort contingent kurde ; ibid., p. 293-297/120-126.

350  J.-M. Mouton, Damas, p. 180-181, qui souligne néanmoins que les Kurdes « étaient de façon générale fort mal considérés à Damas et rares sont ceux qui rencontrent les faveurs des chroniqueurs […] ».

351  Voir, sur ce personnage, les références données par J.-M. Mouton, op. cit., note 4, p. 180.

352  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 440/LT p. 270. Autre formule utilisée par le même auteur, à l’occasion de sa mort, en 555, p. 547-548 : « aḥad muqaddamī umarā’ al-Akrād. » En note 1 de l’édition Amedroz, p. 359, l’éditeur signale qu’une note du manuscrit précisait que le Muǧāhid al-dīn Buzān en question était « Abū l-Fawāris Buzān b. Māmīn b. ‘Alī b. Muḥammad, un Kurde des Ǧalāliyya, qui est une de leur tribu dont le territoire se trouve en Iraq, aux environs de Daqūqa, dans la province de Bagdad ». À noter que Buzān avait été esclave de Tutuš (J.-M. Mouton, op. cit., note 10, p. 181).

353  Voir la notice biographique rédigée par M. Yared-Riachi en annexe de sa Politique extérieure, p. 260.

354  Badrān, « un Kurde venu de la région de Homs, et qui était connu sous le nom de Badrān l’Infidèle, al-Kāfir », maître ès exactions de toutes sortes, véritable escroc ; Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 388/LT p. 217. Pour les luttes de factions auxquelles il fut mêlé, cf. J.-M. Mouton, Damas, p. 135-137.

355  Même si on ne parle en général que des cinq cents mamelouks qu’il aurait laissés à sa mort. Voir, par exemple, Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. al-Šammā‘, Baṣra, 1967, t. iv, 1, p. 56. Cf. également N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 724 (« Ce régiment comptait cinq cents Mamelouks et Kurdes ainsi que des auxiliaires »). Mais il est difficile de considérer les Asadiyya comme un corps kurde. Tout récemment, B. James (Saladin et les Kurdes, p. 130-138) va dans le même sens.

356  Ibn Taġrībirdī, al-Nuǧūm al-zāhira, t. v, p. 348-349 (sub anno 556). Même si elles ne s’attardent pas forcément sur les mêmes détails, les sources arabes sont redondantes. Un tel passage va à l’encontre de ce que soutenait D. Ayalon, « Aspects of the Mamlūk Phenomenon. Part. ii, Ayyūbids, Turks and Kurds », Der Islam, t. liv, 1977, p. 6-7.

357  Bāhir, p. 141-142. ‘Ayn al-dawla al-Yārūqī, le plus puissant d’entre tous les émirs, fut le seul à refuser.

358  En prenant en compte les Turcomans. Les travaux essentiels sur la questions sont ceux de David Ayalon, « Aspects of the Mamlūk Phenomenon, Part ii, Ayyūbids, Kurds and Turks », Der Islam, vol. liv, 1977, p. 1-32 ; de R. S. Humphreys, « The emergence of the Mamluk army », SI, t. xlv, 1977, p. 67-91, et t. xlvi, 1977, p. 147-182 ; et d’A.-M. Eddé, « Kurdes et Turcs dans l’armée ayyoubide », loc. cit., p. 225-236. Y. Lev, Saladin in Egypt, p. 151-158, résume et examine les thèses en présence, et insiste également sur l’impossibilité d’être catégorique, la documentation ne le permettant pas.

359  Pour les ive/xe et ve/xie siècles, voir M. Canard, Histoire des Hamdanides de Jazîra et de Syrie, passim ; Th. Bianquis, Damas et la Syrie, index p. 749.

360  Cité par G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 1012.

361  Zubda, t. ii, p. 127.

362  Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. ii, p. 537 : « fa-istad‘ā ǧamā‘a min al-Arman fa-askanahum al-balad, fa-ankara ahl al-balad ḏalika wa waṯabū ‘alayhi fa-qataluh ».

363  Ta’rīḫ al-islām, t. Li, p. 3518, qui résume Ibn al-Aṯīr (Kāmil, t. ix, p. 139-140), qui lui-même se servait d’Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 275-276. Voir également Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, i, 49 v° ; Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā, t. iii, p. 46-47.

364  Voir W. J. Hamblin, Fatimid Army, p. 20-27.

365  G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, troisième partie, chap. 4. 7 et 4. 8.

366  Loc. cit. « Wa istad‘āǧamā‘a min al-Arman fa-abatahum fīAsqalān wa lam yazal alā haihi l-ḥāl ilāāḫir sana 504 » (« Et il fit appel à une troupe d’Arméniens, qu’il installa à Ascalon, et cette situation perdura jusqu’à la fin de l’année 504 »). Concernant la structure du récit : R. Barthes, « Le discours de l’histoire », Œuvres complètes, t. ii, Paris, 1994, p. 417-27 et surtout Gérard Genette, Figures iv, Paris, 1999.

367  À supposer bien sûr que cela fût volontaire, dans le cas d’un chroniqueur qui dépendait de ses sources.

368  Livre xi, 35 à 37, p. 679-680. Tout le passage mériterait une analyse minutieuse.

369  C’est ce que soutient W. J. Hamblin, Fatimid Army, p. 206.

370  G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 888 propose d’y voir un Arewordi (« fils du Soleil »). W. J. Hamblin, loc. cit., se demande si Šams al-Ḫilāfa n’était pas un chrétien arménien qui aurait engagé des mercenaires qui habituellement servaient les Francs.

371  R. Grousset, Histoire des croisades, t. i, p. 258-260, suit Albert qu’il essaie de concilier avec Ibn al-Aṯīr et Ibn al-Qalānisī ; de même, S. Runciman, Histoire des croisades, p. 364-365 ; H. S. Fink, « The foundation of the Latin states, 1098-1118 », dans K. M. Setton (éd.), A History of the Crusades, t. i, Madison, 1958, p. 387, ignore complètement les auteurs arabes.

372 Kāmil, t. ix, p. 285 (an 529).

373  Al-ḫādim : littéralement « le serviteur », ou « l’eunuque », selon le sens que l’on veut bien donner à ce mot. Il faut garder à l’esprit ce qu’écrivait Charles Pellat (« Khaṣī », El2a, t. iv, p. 1087), à propos de ḫādim, fatā et ġulām : « one never knows exactly what an author intends by these words when the real state of the person cited is not known from other sources ».

374  G. Dédéyan, op. cit., t. ii, p. 872-876 : Šams al-Ḫawāṣṣ fait penser aux Arewordi (voir ci-dessous).

375  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 78, ne connaît pas de Yāruqtāš, mais un Šams al-Ḫawāṣṣ Altuntāš, ṣāḥib Rafaniyya.

376  Ce résumé (l’affaire est encore plus compliquée, puisque nous avons ici négligé, parce qu’inutile, l’intervention des Francs) montre à quel point il faut manier avec précaution les sources médiévales. Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. ii, p. 644-646 (très – trop – synthétique, mais peut-être le plus intéressant) ; Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 316-317 ; al-‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 367-368 (fait à nouveau regretter la perte de sa chronique longue, mais sa version est certainement celle qu’Ibn al-‘Adīm a reprise) ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 178-179 et index ; Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, I, 81 v°, 82 v°, 84 r° et références données par Cl. Cahen, SN, note 12, p. 278 (toujours quelques informations originales). Les sources tardives, comme la Nihāyat al-Arab d’al-Nuwayrī, p. 3319, n’apportent rien. Claude Cahen, op. cit., p. 269-274, 277-278, indispensable pour le contexte, essaie tant bien que mal de concilier les sources, tout en reconnaissant (note 12, p. 278) : « La chronologie de ces épisodes compliqués est inextricable, les auteurs ayant constamment embrouillé les deux venues d’Īl-Ġāzī à Alep et leur attribuant des dates variables. » G. Dédéyan, loc. cit., reconstitue son parcours ultérieur.

377  Pour la période ayyoubide, voir A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, p. 270 sq. et index.

378  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xvi, 8, p. 715 sq. pour sa carrière, p. 715 pour son origine. Guillaume commençait pourtant par dire qu’il était un noble satrape turc. Voulant peut-être corriger l’incohérence, le traducteur médiéval préféra écrire« uns granz princes de Turquie ». Sur Altuntāš, voir tout spécialement J.-M. Mouton, Damas, p. 57, 71, 197, 241, 355 ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, index ; et, désormais, G. Dédéyan, « Un émir arménien du Hawrân entre la principauté turque de Damas et le royaume de Jérusalem (1147) », dans M. Balard et alii, Dei gesta per Francos, loc. cit., p. 179-185.

379  J.-M. Mouton, Damas, p. 159 et note 63 pour les références ; sur les arewordi, S. B. Dadoyan, Fatimid Armenians, op. cit., p. 72-75.

380  J.-M. Mouton, loc. cit. et note 64.

381 Kitāb al-Itibār, p. 106. G. Dédéyan, op. cit., p. 878, se demande s’il ne s’agit pas de mamelouks et rappelle que les Arméniens de Syrie « paraissent avoir fourni des archers réputés ». Rappelons qu’Usāma fait état d’excellentes relations entre son père et les Roubêniens. Elles se concrétisaient, notamment, par l’envoi de superbes cadeaux (I‘tibār, p. 201). En cas de besoin, les Munqiḏites savaient donc à qui s’adresser pour recruter des soldats arméniens.

382  W. J. Hamblin, Fatimid Army, p. 26 et note 63.

383  Cf. ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī (apud al-Bundarī), Ta’rīḫ dawlat l-Salǧūq, p. 71.

384  Éd. P. Paris, t. i, chant i, 22, p. 35.

385  On notera la belle correspondance entre l’assonance et l’effet que devait provoquer l’annonce du massacre.

386  Pour sol, soleil. Image classique de la bataille qui dure jusqu’au coucher du soleil.

387  Sans doute des ġilmān turcs.

388  Histoire anonyme de la première croisade, p. 156-157. Cf. également p. 48-49 et 110-111.

389  Voir supra les efforts de Guibert de Nogent pour définir ce territoire.

390  H. Kennedy, The armies of the caliphs, op. cit., p. 104-105. L’armée du début du iiie/ixe siècle dont parle al-Ǧāḥiẓ était divisée en cinq groupes, les Ḫurāsāniyya, les Abnā, les Mawālī, les Arabes et les Turcs.

391 Al-Turk, al-Daylam, al-Rūm, al-Hind, al-Akrād et al-A‘rāb sont seuls cités : chap. xxxvii, p. 67.

392  Peut-être faut-il considérer qu’ils sont incorporés dans l’expression « al-Daylam wa mā ǧāwarahā ».

393  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, respectivement p. 375-376 et p. 436-437.

394  Sur cette garde dont on a déjà parlé, voir J.-M. Mouton, Damas, p. 159-160.

395 Ibid., p. 298/LT p. 126.

396 Ibid., p. 365.

397 Ibid., p. 365-366/ LT p. 193-194.

398 Ibid., p. 368-369/ LT p. 196-197.

399  Trad. H. Massé, p. 132 (siège de Ṣahyūn). Voir également al-Barq al-šāmī, iii, p. 178 (année 575, siège et prise de Ḥiṣn Bayt al-Aḥzān).

400  Ibid., p. 341-342, année 520/1126. Le mot ġilmān ne renvoie pas forcément à des esclaves.

401 Bāhir, p. 83.

402 Superbes textes d’Ibrāhīm b. Ya‘qūb al-Ṭurṭūšī dans A. Miquel, Du monde et de l’étranger, Orient, an 1000, Paris, 2001, p. 104-113 ; A. al-Azmeh, « Barbarians in Arab Eyes », Past and Present, n° 134, 1992, p. 7 ; C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 270. Sur les « climats » ou, plus généralement, « zone », « région », certainement de klima, en grec (« inclinaison ») – sept climats étaient traditionnellement différenciés, les climats centraux étant surtout habités par les musulmans – voir Lisān al-‘Arab, s. v. (« qlm ») ; A. Miquel, La géographie humaine du monde musulman, t. i, Paris, 1967, passim, résumé dans Id., « Iḳlīm », El2a, t. iii, p. 1076.

403  Le pèlerinage de Maître Thietmar, loc. cit. (p. 941-942).

404  L’épisode qui suit se situe pendant le séjour d’Usāma à Ḥiṣn Kayfā où il résida entre 559/1164 (après la victoire de Nūr al-dīn à Ḥārim) et 570/1174.

405 Kitāb al-Itibār, p. 83. Voir également les traductions de H. Derenbourg, Autobiographie d’Ousâma, p. 83-84, et d’A. Miquel, Des enseignements de la vie, p. 212-213, et, du premier, Vie d’Ousâma, p. 321 et note 3, où il émet l’hypothèse que ce Yārūq était un Turc christianisé. Pourquoi, dans ce cas, Usāma aurait-il écrit « ḫādim firanǧī » ?

406  L’éditeur signale, en note 8, que les deux premières consonnes n’avaient pas de point diacritique. On pourrait donc tout autant lire Bārūq.

407  Les auteurs arabes parlent rarement « d’émirs » francs. Exemple dans Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. i, p. 33 (Nūr al-dīn ayant fait prisonnier ǧamā‘a min umarā’ al-Firanǧ).

408  Usāma b. Munqiḏ, loc. cit.

409  Un mamelouk ? En tout état de cause, le mot ḫādim dénote des rapports proches entre Qarā Arslān et ce Franc ; d’où le fait qu’il lui ait confié une mission qu’il était, selon Usāma, incapable de mener à bien.

410  Ibn Ṭaġrībirdī, Nuǧūm al-hira, t. v, p. 240, qu’il faut compléter par Ibn Muyassar, Abār Mir, p. 115-116, année 526 : « Le mardi 16 muḥarram, l’amīr al-ǧuyūš Abū ‘Alī Aḥmad b. al-Afḍal b. amīr al-ǧuyūš Badr al-Ǧamālī monta à cheval dans le maydān du grand jardin, [sis] devant le Caire, afin de jouer au polo, comme à son habitude. Mais un parti de soldats (ǧamā‘a min al-aǧnād) s’entendit pour le tuer. Un ṣibyān al-ḫāṣṣ le frappa soudain d’un coup de lance qui le désarçonna et il tomba. Puis il lui trancha la tête et se rendit au palais où il fit sortir al-Ḥāfiẓ de la chambre forte (ḫizāna) où il était emprisonné. Et il fut reconnu calife par tous (wa būyi‘a bi l-ḫilāfa bay‘a ‘āmma). » Et par Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 261 : « Il sortit le 20 muḥarram de cette année (526) afin d’aller jouer au polo avec ses compagnons (aṣḥāb). Un groupe d’hommes (ǧamā‘a), dont un mamelouk franc d’al-Ḥāfiẓ, lui ayant tendu une embuscade, se dressa [sur son passage] ; le Franc le chargea, le frappa de sa lance et le tua ; puis ils le décapitèrent. » Voir également Ibn Ẓāfir, Aḫbār al-duwal al-munqaṭi‘a, p. 95 (parle d’un ṣibyān al-ḫāṣṣ, mais non d’un Franc) ; Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 146-147 ; Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. ii, p. 41-42 et les nombreuses références données par A. F. Sayyid en note 401, p. 116 des Aḫbār Miṣr.

411  G. Wiet, « Al-Afḍal … Kutayfāt », El2a, t. i, p. 216, donne la date du 16 muḥarram/8 décembre.

412  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 444.

413  Historia, RHC, Occ., t. iv, L. xi, 48, p. 453-454. Les événements se déroulent en 1108.

414  Édition G. M. Myers, Alabama, 1981. Voir l’analyse de la chanson par Cl. Cahen, SN, p. 569-578 ; Id., « Le premier cycle de la croisade (Antioche-Jérusalem-Chétifs). Notes brèves à propos d’un livre (récent ?) », Le Moyen Âge, vol. iii, 1957, p. 312-28 ; G. M. Myers, « Le développement des Chétifs : la version fécampoise ? », dans K. H. Bender et H. Kleber (éd.), Les épopées de la croisade. Premier colloque international, Stuttgart, 1987, p. 84-90.

415  Mais voir Cl. Cahen, « Le premier cycle de la croisade », loc. cit., p. 328.

416  Albert d’Aix, op. cit., L. ix, 34-37, p. 610-614 ; Orderic Vital, cité par Cl. Cahen, loc. cit., p. 573 et note 20 : le Danišmandite « fit sortir les captifs de prison, les fit armer et envoyer au combat », etc. Comparer ces récits avec celui d’Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 29, qui s’en tient aux faits, en dit long sur le traitement de l’information des uns et des autres.

417  Jean Richard, « An account of the battle of Hattin referring to the Frankish mercenaries in oriental Moslem states », Speculum, t. xxvii, 1952, p. 175, le souligne également, mais considère qu’il s’agit bien d’un service militaire.

418  Voir l’exemple d’Harpin (Arpinus) de Bourges, dont les pérégrinations, après sa capture à Ramla, en 1102, sont connues grâce à Albert d’Aix (op. cit., L. ix, 6, p. 594, L. x, 39, p. 649) et Orderic Vital (Historiae ecclesiasticae, éd. et trad. M. Chibnall, Oxford, Clarendon Press, 1975, t. v, L. x, 23, p. 351). Il fit avec Conrad, son compagnon allemand de captivité, demander à l’empereur byzantin de les faire libérer (soit de payer leur rançon). Des marchands grecs avaient joué le rôle d’intermédiaire au Caire où ils étaient détenus. Ils furent effectivement libérés. Or que nous apprennent les Chétifs sinon qu’il était un des « héros » que Karbūqā avait employés ? Voir Y. Friedmann, Encounter between Enemies, loc. cit., p. 22-23 et 220-221 ; J. Richard, « Les prisonniers et leur rachat au cours des croisades », dans J. Dufour et H. Platelle (dir.), Fondations et œuvres charitables au Moyen Âge, Paris, 1999, p. 66.

419  J. Richard, « An account of the battle of Hattin referring to the Frankish mercenaries in oriental Moslem states », loc. cit., p. 175 pour la Règle du Temple et le Livre au roi (extraits cités à la note 43) ; p. 175-177, éd. du Persecutio Saalardini. Pour le chevalier mercenaire, voir les pages 168-171.

420  Au moins pour ce qui est des Francs qui arrivaient d’Europe.

421  Tout particulièrement J. France, « Crusading warfare and its adaptation to Eastern conditions in the twelfth century », Mediterranean Historical Review, vol. xv, 2000, p. 49-66. Voir aussi, du même auteur, « Technology and the success of the First Crusade », dans Y. Lev (éd.), War and society in the Eastern Mediterranean 7th-15th centuries, Leyde, 1997, p. 167-176.

422  Historia, RHC, Occ., t. i, L. xvi, chap. 4 et 5, p. 708-712.

423  Pour les ordres militaires, voir J. Forey, « The military orders and the conversion of Muslims in the twelfth and thirteenth centuries », Journal of Medieval History, 28, 2002, p. 1-22.

424 Kitāb al-Itibār, p. 135. Le Templier déclare, notamment : « C’est un étranger arrivé du pays des Francs ces jours-ci. »

425  Éd. H. de Curzon, Paris, 1886, § 169 à 179. Cf. également J. Richard, « Les Turcoples : musulmans convertis ou chrétiens orientaux ? », loc. cit., p. 261.

426  Sur ce stéréotype universel, cf. U. W. Haarman, « Ideology and history, identity and alterity : the Arab image of the Turk from the Abbasids to Modern Egypt », IJMES, vol. xx, 1988, p. 178. Dans une perspective plus traditionnelle, voir les données recueillies par Denis Sinor, « The inner Asian warriors », JAOS, vol. 101, 1981, p. 135.

427  Risāla ilā Fatḥ b. Ḫāqān fī manāqib al-Turk.

428  Th. Bianquis, « Regard clair des élites, suivisme aveugle des masses, un truisme pour les ‘ulamā’ arabes médiévaux » dans P. Lory et alii, Autour du regard, Louvain, 2003.

429  Par exemple Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 100 : Ṣalāḥ al-dīn al-Yāġīsiyānī.

430  Cf. encore Ibn Manglī, Kitāb al-ḥiyal fī l-ḥurūb wa fatḥ al-madā’in wa if al-durūb, op. cit., p. 371.

431  Ibid., p. 432.

432  C’est ce qui les distingue des Byzantins (al-Rūm), selon Ibn Manglī, op. cit., p. 369.

433  Et de l’arc, selon Ibn Manglī, op. cit., p. 372, pour lequel ils partageaient cette réputation avec les Persans, si ce n’est que ces derniers les surpassaient à l’arc.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable