Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des banlieues à la ville

 | 
Élisabeth Longuenesse
, 
Caecilia Pieri

III. La place de la culture et de la mémoire dans les dynamiques locales

Reconstruire une mémoire et une culture collectives au-delà des difficultés

Reconstructing a collective memory and culture beyond difficulties

إعادة بناء ذاكرة وثقافة جماعية تتخطيان الصعوبات

Abdel-Salam Al-Khalil

Résumé

Partant du double constat que la situation des banlieues au Liban est le résultat de facteurs globalement négatifs (immigration interne, pauvreté, insécurité, insuffisance des services et des projets de développement en province), l’exposé insiste sur la nécessité de rétablir la coopération entre les municipalités des périphéries de villes à travers tout le Liban, au-delà des clivages confessionnels.

Starting from the double statement that suburbs in Lebanon are the result of globally negative factors (internal immigration, poverty, insecurity, lack of services and development projects in the provinces), the presentation emphasizes the need to foster the cooperation between municipalities of peripheries throughout Lebanon, beyond sectarian and religious divisions.

انطلاقاً من الاثبات المزدوج بأن واقع الضواحي في لبنان ناتج عن عوامل سلبية بالإجمال (النزوح الداخلي والفقر وانعدام الأمن ونقص الخدمات ومشاريع التنمية في الأقضية)، يشدّد هذا العرض على ضرورة إعادة التعاون بين بلديات البلدات الواقعة على أطراف المدن في كافة أنحاء لبنان، عبر تخطي الانقسامات المذهبية.

Texte intégral

Municipalité de Ghobeiry

Municipalité de Ghobeiry

Au nom de Dieu clément et miséricordieux

1Le président de la municipalité de Ghobeiry, Hajj Mouhammad Al-Khansa, m’a chargé d’intervenir pour le représenter dans ce colloque, dont je salue l’initiative et les organisateurs.

2Permettez-moi de me présenter : commandant à la retraite, je suis vice-président de la municipalité de Ghobeiry depuis 2004 ; j’effectue donc actuellement mon second mandat. Je voudrais tout d’abord attirer l’attention sur la signification des mots « ville » et « banlieue ». Qu’il y ait une différence entre habitants de la banlieue et habitants de la ville est une évidence. De récentes études montrent que plus de la moitié de la population mondiale habite en ville, quand dans les années 1950 ce taux était d’à peine 30 %. On estime que vers 2030 ou 2035 plus de 60 % de cette population habitera dans les villes, ce qui constituera une véritable révolution sociale... Pourquoi ai-je commencé par cette introduction ? Pour définir les raisons qui mènent à l’exode vers les villes. Celui-ci est dû à la migration interne, que l’on peut attribuer à la pauvreté. Outre la situation économique, il faut aussi compter avec l’insuffisance des services et des projets de développement aux périphéries et à la campagne. Ajoutons un autre facteur, celui de la sécurité, c’est-à-dire la guerre, surtout au Liban. Depuis 1948 et 1950, jusqu’à aujourd’hui, nous vivons sous la menace directe des attaques israéliennes, continuelles sur ce pays.

3Les municipalités de Chiyah et de Ghobeiry ne formaient qu’une seule ville autrefois : c’est en 1957 que la municipalité de Ghobeiry a été constituée. Dans la mémoire urbaine de cette région, il y a donc le fait que le tissu social des deux municipalités actuelles est à la base le même, avec les mêmes habitants, les mêmes citoyens, qui ont une même mémoire, une même histoire, du début de la Première Guerre mondiale jusqu’à aujourd’hui. L’un des premiers martyrs au Liban était de Ghobeiry, le martyr Abdel-Karim El-Khalil, exécuté par les autorités ottomanes en 1915. C’est la raison pour laquelle le Liban continue à célébrer son peuple et sa patrie par la fête annuelle du 6 mai. Au début du xxe siècle, Ghobeiry était un village agricole – tout comme Chiyah, Haret Hreik et leurs environs ainsi que d’autres bordures de la capitale – avec pour base de l’économie, outre l’agriculture et l’élevage des animaux de basse-cour, la culture du ver à soie. Avec la fermeture du marché de la soie, les gens se sont dirigés vers d’autres sources de revenus : le commerce, l’industrie, et l’artisanat, dont mes collègues viennent de parler. Ghobeiry a vu se développer tout spécialement le secteur de la mécanique, du commerce des pièces détachées de voitures, ainsi que d’autres artisanats et petits commerces locaux, comme celui des pièces de rechange. Parmi les habitants, d’autres ont fait des études supérieures et la plupart ont intégré des fonctions de l’État. Parmi beaucoup d’autres, citons l’exemple du président du conseil du service civil, M. Hassan Farhat ; un autre, ancien président de la municipalité, M. Mahmoud El-Hajj, est devenu juge. Jusqu’en 1975 les municipalités de Ghobeiry, Chiyah, Haret Hreik, Mreije, Hadath, ainsi que d’autres municipalités voisines (celles qu’on nomme actuellement « la ceinture de misère ») connaissaient une période de prospérité et de sécurité, avec un niveau de vie correct. La guerre est arrivée, les murs ont gardé la trace vérolée de ses horreurs. Le confessionnalisme a été implanté dans ce pays qui se compose aujourd’hui de dix-sept confessions autrefois conviviales, solidaires et homogènes. Actuellement, j’habite moi-même tout près de chez le président de la municipalité de Chiyah. Nous sommes séparés par une route qu’on a appelé ligne de démarcation ou green line. Depuis sept mois, des activités communes ont été organisées : des élèves de nos écoles s’y sont manifestés en scandant des mots d’ordre invitant à l’unité, la convivialité, la fraternité et la coopération au niveau éducatif, tant pour la municipalité de Chiyah que pour la mienne.

4Il s’agit aussi d’effacer cette mémoire douloureuse. M. Gharios a évoqué la mémoire de la coopération et de la fraternité qui se sont exprimées lors de la guerre de 2006, mais nous voulons aussi éliminer la mémoire de 1975 qui s’est implantée au plus profond de nous. Dieu merci, nous pouvons dire aujourd’hui que nous avons dépassé ce stade. Actuellement, nous organisons des rencontres mensuelles au niveau des responsables de municipalités. M. Gharios le sait bien : Hajj Mohammed Al-Khansa, président de la municipalité de Ghobeiry, est en même temps le président de l’association des municipalités de la banlieue sud, alors que M. Gharios préside l’association des municipalités du Metn Sud. On se réunit donc au niveau des sept municipalités pour débattre ensemble des projets, des problèmes à résoudre, des plans qui peuvent affecter la région. Les sept municipalités regroupent près de 700 000 habitants qui y vivent effectivement, ce qui représente entre 15 et 20 % de la population libanaise. Depuis 1991, il a été possible de dépasser la mémoire de la guerre civile à travers des projets concrets, tout en sachant que les conseils municipaux n’ont pas pu élire leurs représentants jusqu’en 1998, au bout d’une période de vacance du pouvoir d’environ 25 ans, pendant laquelle les chefs des municipalités s’efforçaient de continuer à remplir leurs fonctions comme ils le pouvaient. Dans les années 1950, le nombre des habitants de Ghobeiry a varié entre 50 000 et 150 000 âmes ; aujourd’hui il dépasse les 200 000. La même progression s’est produite pour Chiyah, passé de 30 000 habitants à 100 000 entre 1950 et aujourd’hui. Nous avons un problème en ce qui concerne la densité de la population, mais pas pour ouvrir la voie à la coopération, au dialogue et à l’effacement réel de la mémoire de la guerre.

5En 2006, c’est la banlieue sud qui était principalement visée. Pourtant, ici, sur le terrain, la mémoire de 1975 s’éloignait, malgré les 150 000 martyrs tombés pendant la guerre civile. Nous les considérons comme martyrs parce que ce ne sont pas les martyrs d’une seule communauté maronite, druze, chiite ou sunnite : ils sont tombés, tous, pour défendre cette unité libanaise à laquelle ils croyaient. C’est de notre amour pour l’unité du Liban qu’est née cette guerre... Nous pouvons dire aujourd’hui qu’à Ghobeiry nous honorons les martyrs de la résistance libanaise qui sont tombés pour défendre leur pays contre les agressions israéliennes.

  • 1 Poèmes populaires rimés.

6Depuis 1998, la municipalité de Ghobeiry a réalisé plusieurs projets de développement dont le plus notoire est un centre éducatif que je considère comme un centre pilote susceptible de servir d’exemple pour d’autres municipalités. Du moins pour les municipalités qui en ont les moyens, ce qui n’est pas le cas de toutes. Nous avons également inauguré un théâtre qui peut accueillir plusieurs activités. Ce théâtre sert de salle de projection pour des films, nous y organisons un festival du film documentaire, mais il peut aussi accueillir des expositions, des concerts, des soirées de zajal1, des célébrations de fin d’études pour les élèves du secteur public. Nous menons aussi des rencontres avec des personnalités, locales ou internationales, notamment pour y débattre de questions politiques liées au droit du retour des réfugiés palestiniens et à notre refus des conditions de vie avilissantes pour le peuple palestinien.

7À Ghobeiry, nous organisons également la commémoration du massacre de Sabra et Chatila, la célébration du départ des Israéliens – devenue fête nationale et célébrée le 25 mai – et la commémoration de la journée des martyrs le 6 mai de chaque année. En outre, nous assurons en coopération le suivi des activités des organisations civiles et patriotiques, car la municipalité ne peut s’en charger à elle seule. On ne peut travailler sans ces organisations, porteuses de messages : qu’il s’agisse d’organisations civiles, d’organisations s’occupant de culture et d’éducation, il faut insister sur la fonction de la résilience, l’importance de la mémoire et de sa sauvegarde, la convivialité et le rejet de la discorde. En effet, il y avait autrefois à Ghobeiry un mélange de confessions et de religions diverses. Hélas aujourd’hui on vous demande : « D’où venez-vous à Ghobeiry ? » Et selon la réponse, on peut en déduire que vous êtes chiite, maronite, arménien ou autre. Nous devons nous-mêmes réussir à nous débarrasser de ces catégories.

8C’est pourquoi nous nous rencontrons continuellement avec d’autres municipalités, au point que nous avons un même représentant pour des cités jumelées. Il y a au Liban 71 municipalités et chaque année on célèbre le « jour de la cité libanaise » dans l’une d’entre elles ; cette année, la célébration a eu lieu à Tannourine et l’année prochaine elle aura lieu dans la Bekaa... Il s’agit de recréer une véritable unité entre les membres d’un pays qui a été démantelé par les agressions israéliennes, elles-mêmes inspirées par des projets politiques venus d’ailleurs.

  • 2 En français dans le texte.

9C’est pourquoi nous voulons insister sur le rôle de la mémoire et de la culture dans les politiques locales. Nous qui gérons les politiques locales, nous savons ce que veut notre peuple : le peuple aspire à la coopération et à la fraternisation avec l’autre. Nous ne voulons ni être isolationnistes ni vivre dans un ghetto. Nous sommes ouverts et toutes les municipalités sont ouvertes. Les projets réalisés entre 1975 et 1978, l’État n’en voulait pas. Mais aujourd’hui, les municipalités sont capables, à travers des projets, de bâtir réellement une mémoire, une culture : théâtres, cinémas, centres de musique, espaces verts, places publiques, jardins et autres lieux, tous ces espaces sont pensés pour devenir des lieux de rencontre et jouent le rôle d’une véritable plate-forme2 pour la convivialité et le dialogue.
Merci de votre attention.

Notes

1 Poèmes populaires rimés.

2 En français dans le texte.

Table des illustrations

Titre Municipalité de Ghobeiry
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3535/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

Auteur

Vice-président de la municipalité de Ghobeiry

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable