Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des banlieues à la ville

 | 
Élisabeth Longuenesse
, 
Caecilia Pieri

III. La place de la culture et de la mémoire dans les dynamiques locales

Bourj Hammoud, une multiplicité de civilisations et de pensées

Bourj Hammoud, a plurality of civilizations and thoughts

برج حمود، تعدد الحضارات والأفكار

George Krikorian

Résumé

Du fait se don histoire, la mémoire de Bourj Hammoud exprime une diversité remarquable à l’échelle du Liban et même de la région. Les manifestations culturelles, qui y sont nombreuses, constituent donc un capital et un patrimoine non seulement pour les Arméniens, qui en constituent le groupe le plus important numériquement, mais aussi pour les chrétiens maronites, les musulmans – chiites et sunnites –, les Grecs, les Syriaques, les Palestiniens, les Kurdes…

Due to its history, the memory of Bourj Hammoud expresses a remarkable diversity on the Lebanese and even regional level. Its numerous cultural manifestations constitute a heritage, not only for Armenians who are the most important group in terms of demography, but also for Maronite Christians, Shiite and Sunni Muslims, Greeks, Syriacs, Palestinians, Kurds…

تعبّر ذاكرة بلدية برج حمود، بسبب تاريخها، عن تنوعٍ بارز على المستوى اللبناني والإقليمي. إن الفعاليات الثقافية العديدة تشكّل رأسمالاً وتراثاً ليس فقط للأرمن، الذين يشكلون المجموعة الأكبر عدداً في برج حمود، إنما أيضاً للمسيحيين الموارنة، والمسلمين السنة والشيعة، والروم، والسريان، والفلسطينيين، والأكراد...

Entrées d'index

Mots clés :

diversité, patrimoine, Arméniens

Géographique :

Bourj Hammoud

فهرس الكلمات المفتاحية :

برج حمود, تنوعٍ, وتراث, أرمن

Texte intégral

Sculpture sur la place de la mairie à Bourj Hammoud

Sculpture sur la place de la mairie à Bourj Hammoud

Photo D.R.

1Je salue cette occasion qui me permet de participer à cette rencontre collective.
La ville de Bourj Hammoud est très particulière. Son plus grand mérite, dont nous sommes fiers, consiste en deux aspects liés qui en font un modèle et un exemple de vie commune, de coexistence, de richesse par la multiplicité de civilisations et de pensées.

2La mémoire de Bourj Hammoud révèle un acquis culturel exprimant une diversité peu commune dans ce pays, plus encore dans cette région en général. Certains peuvent croire que j’exagère, car nombreux sont ceux qui ne connaissent de Bourj Hammoud que son souk, ses ateliers et son aspect populaire ancien. D’autres encore ne connaissent que ce qu’on raconte lors des périodes des élections et qui n’est fait que de contre-vérités, dont l’une consiste à dire que la ville n’est qu’un ghetto. Je vous prierais aujourd’hui de laisser vos préjugés antérieurs et vos impressions de côté pour quelques minutes seulement et examiner avec moi certains faits.

3Au tout début du xxe siècle, Bourj Hammoud était une région agricole marécageuse avec quelques maisons entourées de vergers. La ville s’est ensuite constituée suite à l’extermination des Arméniens, conséquence d’un racisme touranique exacerbé (le touranisme cultive le mythe des origines asiatiques héritées des Huns) qui promouvait la politique de turquisation venue d’Istanbul. Certains sujets ottomans d’origine arménienne dans cette région du sultanat ont encouragé une ère d’active urbanisation et de progrès économique. Puis, au milieu du xxe siècle avec le drame palestinien et la multiplication des agressions israéliennes au sud du Liban, la capitale libanaise a eu besoin d’une réserve en main d’œuvre, et la région a connu une nouvelle vague d’immigration des régions visées, en Palestine et au Sud Liban, suscitant ainsi la construction d’un habitat spontané modeste. Après les douloureuses années de la guerre civile libanaise (citées ici pour espérer que cela ne recommencera jamais), d’autres réorganisations et mouvements de population ont eu lieu ; se sont ajoutés à cela, à la fin du xxe siècle, les exilés fuyant la répression au sud de l’Irak, la contraction du marché du travail du nord-est de la Syrie, entre autres pays. Tous ces facteurs conjugués ont entraîné un formidable mélange de nations, de religions, de civilisations et même de milieux sociaux.

4Donnons un exemple : la plupart des Arméniens venaient de milieux d’artisans et de professions libérales très anciennement établies. Les maronites et les chiites, eux, viennent de milieux et de régions à prédominance urbaine. Les Grecs orthodoxes, les Palestiniens, les Kurdes et les Syriaques sont tous d’origines sociales variées. Bien sûr, je parle des principales tendances tout en respectant les nombreuses et importantes exceptions. Or, malgré la prédominance d’une couleur ou d’un aspect spécifique dans certains quartiers, ce sont les interpénétrations, la proximité, la communication et le partage qui dominent dans la plupart des quartiers. C’est peut-être ce facteur qui explique que la région de Bourj Hammoud, durant la douloureuse période de la guerre libanaise, n’ait pas connu les atrocités qui ont émaillé les zones limites d’autres régions en dehors de quelques incidents dus pour la plupart à des éléments non locaux, étrangers à la région.

5Aussitôt effacées les conditions qui poussaient à la ségrégation régionale, Bourj Hammoud a pu reprendre son rôle d’hôte accueillant tout le monde. Aujourd’hui, on y retrouve la plupart des groupes qui constituent l’éventail de la mosaïque libanaise, qui habitent, travaillent, étudient et prient dans cette région, ceci sans oublier une variété de communautés étrangères. On peut donc dire que la mémoire de Bourj Hammoud et ses manifestations culturelles constituent un ensemble et un réservoir pour la mémoire des Arméniens, qui en constituent le groupe le plus important numériquement, mais aussi des chrétiens maronites, des musulmans chiites et sunnites, des Grecs, des Syriaques, des Palestiniens, des Kurdes et d’autres encore. Certains pourront sourire à cette évocation des manifestations et de cette réserve au niveau culturel, mais c’est qu’ils ne connaissent rien d’autre, de cette ville de 150 000 habitants, que ses souks, ses ateliers, ses boutiques, ainsi que des discours erronés ou exagérés. Venez donc avec moi pour constater de près ce que ne voit pas le passant ou l’acheteur pressé. Cette modeste région populaire tient dans un espace qui ne dépasse pas les trois hectares (superficie habitée de Bourj Hammoud), et voici ce qui se cache derrière cette densité citoyenne à l’aspect populaire, derrière ses magasins et ses ateliers : 17 écoles et universités, 24 associations culturelles, un conservatoire accueillant 800 étudiants, deux écoles de musique, cinq maisons d’artisans et instituts d’art graphique, trois expositions permanentes d’art graphique, deux salles de théâtre (sans parler des deux salles de cinéma précédemment mentionnées par ma chère collègue Arpiné) très actives et toujours bondées, neuf chorales, douze troupes musicales de tout genre, six académies de danse, quatre expositions permanentes d’artisanat et j’en passe. Il y a également quatre places publiques ornées de statues commandées à des artistes de renom. Et tout ceci illustre le sens précis que nous donnons à la culture et aux arts.

  • 1 Sorte de tapis qu’on étend en été principalement.

6La mémoire garde elle aussi en réserve plusieurs professions et artisanats spécifiques et traditionnels, de la bijouterie à la joaillerie, le travail du cuivre, de l’argent, la confection, la tapisserie, le tissage de bissât1 et j’en passe. Sur le plan de la gastronomie, on peut trouver à Bourj Hammoud un grand nombre de recettes anciennes.

7J’insisterai maintenant sur le meilleur de ce qu’il y a ici : l’absence de ségrégation et le sens du collectif. Tout le monde travaille chez tout le monde, on peut apprendre de tous, avec tous, on pratique les activités sportives et artistiques de manière collective. Il arrive même que des personnes viennent d’autres régions et habitent à Bourj Hammoud pour apprendre un métier chez des gens d’autres confessions et de milieux différents ; toutes ces rencontres sont constructives et forment presque une même famille. C’est ce formidable héritage qui mérite d’être préservé et amélioré pour être retransmis aux générations futures, car c’est non seulement un héritage culturel distinct, mais c’est aussi un exemple, un modèle de coexistence, d’ouverture et de convivialité.

8Aujourd’hui, ce modèle est confronté à d’énormes défis ; les mentalités poussent à refuser ces modèles de coexistence, et cela cause des difficultés, des confrontations. Face à cette réalité, la municipalité de Bourj Hammoud, en coopération avec ses citoyens et associations citoyennes, ne ménage ni ses efforts ni son argent pour sauvegarder cet héritage. Mais, pour être sincère, je dois reconnaître que les difficultés sont énormes, car nous devons aussi compter avec les crises économiques et sociales ainsi que le manque de ressources. Nous devons compter sur nous-mêmes, sur nos amis et sur la volonté divine, car c’est Dieu qui permet la réussite.
Je vous remercie.

Notes

1 Sorte de tapis qu’on étend en été principalement.

Table des illustrations

Titre Sculpture sur la place de la mairie à Bourj Hammoud
Crédits Photo D.R.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Auteur

Adjoint au maire de la commune de Bourj Hammoud

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable