Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174

 | 
Abbès Zouache

Chapitre I

Les sources

Entrées d'index

Mots clés :

armée, armement

Géographique :

Syrie

Texte intégral

  • 1  Sur l’ensemble des sources dont il va être ici question, voir essentiellement Cl. Cahen, SN, p. 1- (...)
  • 2  Par exemple Guillaume de Tyr, dont l’Historia est analysée par P. Edbury et J. G. Rowe, William of (...)

1Les sources sont multiples, hétérogènes ; plusieurs genres sont représentés, en diverses langues. Elles ont, tout au moins en ce qui concerne les sources narratives, pour la plupart été répertoriées, leurs filiations discutées, le degré de crédibilité qu’on peut leur accorder précisé1. Certaines, et tout particulièrement les sources latines, ont fait l’objet d’analyses détaillées2. Nous nous contenterons ici, dans la mesure où un corpus a été établi, de présenter brièvement celles qui nous ont paru les plus importantes et d’insister sur leur apport dans le domaine militaire.

I. Les sources arabes

  • 3  Dont comme on l’a souligné le Ta’rīḫ al-duwal d’Ibn al-Furāt.
  • 4  Au morcellement politique, de la Syrie du Nord essentiellement, correspond un émiettement importan (...)

2Elles constituent l’essentiel de la documentation sur laquelle nous nous sommes appuyé. Non, finalement, qu’elles soient de loin plus riches que les sources latines, mais elles demeurent largement inexploitées, et tout particulièrement par les historiens militaires. D’ailleurs, certaines, importantes, ne sont toujours pas éditées3. Parmi les nombreux genres représentés, la part la plus belle a été accordée aux sources narratives, et parmi celles-ci aux chroniques, syriennes ou non, presque toutes tardives, mais qui s’appuient régulièrement sur un matériau contemporain des événements décrits4.

1. Les sources narratives

1.1. Chroniques

1.1.1. Généralités

  • 5  W. Popper, « Ibn Taġrībirdī », EI 2, s.v. ; M. Shatzmiller, « The Crusades and Islamic warfare », (...)

3Ce n’est pas sans raison que le Moyen Âge a longtemps été considéré comme une période guerrière, pendant laquelle les rapports sociaux étaient avant tout réglés par une violence multiforme. L’immense majorité de la production narrative médiévale, en effet, et quel que soit l’espace traité, se présente comme une succession ininterrompue de combats de toutes sortes. Les chroniques arabes conservées ne dérogent pas à cette règle. Pourtant les chroniqueurs arabes, pas plus que les clercs d’Occident, n’étaient pas pour la plupart des spécialistes de la guerre. Quelle que soit leur époque de rédaction, les chroniques furent, la plupart du temps, rédigées par un membre de l’élite civile ou religieuse, encore exclusivement détentrice du savoir. Ils pouvaient être membre de l’administration du pouvoir en place comme le secrétaire de chancellerie que fut Ibn al-Qalānisī, maître d’école et poète courtisan comme al-‘Aẓīmī, prédicateur comme Ibn al-Ǧawzī, ou ‘ulamā’ ayant eu des relations étroites avec les dynasties sur lesquelles ils écrivaient, comme Ibn al-Aṯīr, Ibn Wāṣil et Maqrīzī. C’est seulement sous les Mamelouks, alors que le processus d’intégration socioculturel de la classe militaire turque était avancé, que des historiens appartinrent à l’aristocratie militaire ou en furent, au moins, très proches. Ainsi en fut-il d’Ibn Taġrībirdī (m. 875/1470), fils d’un atābak al-‘asākir (général en chef de l’armée), qui mêla activité littéraire et pratique militaire, tout au moins en terrain d’entraînement et en compétition. Il montrait, alors, son savoir-faire en matière, notamment, de maniement de la lance ou de polo. Malgré cette connaissance de l’art militaire, néanmoins, sa chronique majeure, le Nuǧūm al-zāhira, ne diffère pas vraiment de ses devancières, au moins pour les passages portant sur le vie/xiie siècle, où il dépend il est vrai étroitement de ses prédécesseurs5.

4La plupart du temps, les chroniqueurs étaient donc proches du pouvoir qu’ils louaient directement ou indirectement. Certains ouvrages avaient même un objectif essentiellement laudatif, ainsi al-Ta’rīḫ al-bāhir fī l-dawla al-atābakiyya, rédigé par Ibn al-Aṯīr à la gloire de la dynastie des Zankides de Mossoul. Cette proximité du pouvoir, militaire et turc, dommageable par la partialité qui en découle, présente néanmoins l’avantage de mettre à notre disposition la transcription, pour les événements plus ou moins contemporains à la rédaction, de la version (mais unilatérale) de guerriers racontant leurs faits d’armes, de professionnels de la guerre donc, ce que n’étaient aucunement les chroniqueurs. Ibn al-Qalānisī, notamment, reproduit, après les avoir modifiés, les récits d’un certain nombre d’émirs. C’est de la classe des dirigeants (des officiers, au mieux) que vient en effet l’essentiel de notre information. En conséquence, l’homme de troupe, l’individu quelconque, apparaît peu dans les chroniques. Le piéton, dont on sent l’importance sur le champ de bataille, et plus encore sur les pentes escarpées difficilement accessibles, n’intervient pas, reste silencieux. Il en est de même des hommes d’intendance, mieux connus par le biais des traités militaires. Mais le matériau des chroniqueurs était tout de même varié. Ils pouvaient disposer des comptes rendus des hommes de lettres qui accompagnaient les souverains durant les campagnes. Des commerçants, également, suivaient l’armée. Comme les hommes de lettres, ils entretenaient une correspondance dans laquelle ils synthétisaient le changement de situation, en matière de sécurité ou de souveraineté, consécutif à une bataille.

  • 6  M. Shatzmiller (passim) a soutenu que les milieux de savoir, et l’élite civile en général, éprouva (...)
  • 7  L’aspect épique ou héroïque de la littérature historique arabo-musulmane est lié aux débuts de l’i (...)
  • 8  Mais voir J.-P. Guillaume, « Y a-t-il une littérature épique en arabe ? » dans J.-P. Martin et F. (...)
  • 9  Tout récemment : J.-Cl. Garcin, « Sīra/s et histoire », Arabica, t. LI, 2004, p. 223-257.
  • 10  Voir infra, « Sources de la première croisade ». Sur l’importance des épopées pour l’historien, vo (...)
  • 11  Voir ci-dessous les quelques lignes consacrées au Kāmil d’Ibn al-Aṯīr.

5De cette ignorance des pratiques de la guerre6 (mais à l’occasion de sièges, par exemple, elle pouvait frapper à leur porte), de l’habitude des historiens de compiler leurs prédécesseurs, certainement de leur formation culturelle aussi, résulte une impression non de désintérêt pour la chose militaire, nombre de remarques judicieuses sur le plan tactique pouvant être formulées, mais d’un récit stéréotypé, conventionnel non seulement dans ses images (les fameuses nuées de flèches envoyées parfaitement à l’unisson), mais aussi dans sa structure narrative, certains passages semblant presque obligés (ainsi de la fuite et de l’abandon du terrain, qui détermine la victoire ou la défaite, ou du massacre d’une partie de l’armée défaite, les piétons la plupart du temps). Récit qui paraît souvent rhétorique et éloigné du terrain aussi, surtout comparativement aux chroniques latines de la première et de la deuxième croisade. Récit qui parfois se laisse aller à une amplification épique dont on ne connaît pas l’origine7, du moins aussi clairement que pour les chroniqueurs latins, dont la relation avec les chansons de geste, beaucoup plus facile à appréhender car d’un autre ordre et parfois directe, est clairement établie. Il va de soi que ces « morceaux d’épopée8 » ne sont pas sans intérêt pour l’historien, tout particulièrement pour ce qu’ils renvoient de la société qui les produit. En ce qui concerne la « réalité », ou tout au moins les pans de réalité qu’ils reflètent, l’exploitation est moins aisée, en ce qui concerne les sources arabes, notamment du fait qu’elle en est à ses balbutiements9. Les chansons de geste latines, néanmoins, ont montré qu’elles pouvaient être d’un apport fondamental. Ainsi de la Chanson d’Antioche, dont on admet généralement qu’elle constitue une source importante de l’histoire militaire de la première croisade, qu’il s’agisse de techniques de combat ou de sa variété lexicographique10. Il est néanmoins important de rester prudent, de multiplier les lectures des textes, de coupler les détails, d’essayer de repérer les allusions d’ordre fictionnel ou épique, afin essentiellement d’éviter l’écueil qui pousserait à comprendre la guerre médiévale comme une guerre complètement réglée, stéréotypée, aux tactiques frustres et répétitives ou même comme un jeu plus ou moins chevaleresque11.

1.1.2. Les chroniques

  • 12  Par Cl. Cahen, SN, p. 38-39 ; N. Élisséeff, ND, p. 9-11 ; EI 2, t. iii, 838-839 (Cl. Cahen). Voir (...)
  • 13  Voir également les remarques de R. S. Humphreys dans EI 2, « Ta’rīkh », p. 297-298.
  • 14  Voir le passage où il expose quelque peu sa méthode, LT, p. 271-272 : « L’éminent ra’īs, illustrat (...)
  • 15  Cf. sur ce point Thierry Bianquis, « Historiens arabes face à islam et arabité du xie au xxe siècl (...)
  • 16  Sur Ṭuġtakīn, voir tout particulièrement le portrait moral dithyrambique de ses débuts, dans leque (...)

6Le Ḏayl Ta’rīḫ Dimašq du Damascène Ibn al-Qalānisī (m. 555/1160), secrétaire, kātib, puis chef, ‘amīd, d’un bureau de chancellerie, par deux fois ra’īs de sa ville natale, a longtemps été considéré comme la suite, ḏayl, de l’histoire universelle de Hilāl al-Ṣābi’12. Elle est représentative d’une époque où l’historien rédigeait la continuation d’une œuvre reconnue, se servant de matériaux divers, devenant de plus en plus précis à mesure qu’il se rapprochait du temps d’énonciation : il se basait désormais sur l’observation directe, des témoignages oraux ou écrits de première main, parfois des documents officiels. Ibn al-Qalānisī put ainsi profiter de ses fonctions dans les services de chancellerie. Alors l’œuvre du chroniqueur prenait-elle la saveur du vécu, du journal même, à l’image du Ḏayl, d’une richesse incomparable pour tout ce qui suit la mort de l’atābak Ṭuġtakīn13. Époque phare, aussi, de l’histoire dite locale, faisant foin des chroniques à prétention universelle, se concentrant sur une région, une province ou une simple cité et sa zone d’influence. C’est à sa ville et à sa région qu’Ibn al-Qalānisī consacre la majeure partie de ses développements, et notamment à ce qu’il a pu voir, ou ce qu’on a pu lui rapporter et qu’il dit avoir scrupuleusement vérifié14. En ce qui concerne le vie/xiie siècle, son apport est très riche en matière politique, les aspects religieux ou économiques de la vie damascène ne faisant qu’affleurer dans son récit. Cela en fait, au moins pour la Syrie centrale, la source essentielle ; les chroniqueurs arabes postérieurs, qui y puisèrent abondamment – Ibn al-Aṯīr, Abū Šāma, Ibn al-‘Adīm, Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, Maqrīzī… – ne s’y trompèrent d’ailleurs pas. Ils le pillèrent abondamment. Dès lors, ils furent, au moins en partie, leurs sources étant multiples, marqués par sa vision des faits, ses interprétations, ses silences et ses oublis, ses insistances, aussi. Contempteur de toute forme de troubles15, et notamment de ceux occasionnés par les bandes d’aḥdāṯ, il se fait, dans sa chronique, le défenseur de la bonne gouvernance, de l’ordre, celui enfin ramené après une fin de ve/xie siècle agitée, par le Turc Ṭuġtakīn, le fondateur d’une dynastie bouride dont il fut le serviteur et dont il n’hésite pas à se faire le laudateur partial. C’est au nom des mêmes conceptions que les incohérences du prince Šams al-Mulūk, qui le menèrent à l’assassinat, sont crûment contées, ou que la prise de Damas par Nūr al-dīn donne lieu à un récit somme toute favorable au souverain zankide16.

  • 17  Mais il est néanmoins rare qu’il fasse directement référence à ses sources. Exemple d’un « témoin (...)
  • 18  Cf. p. 473-476, et notamment p. 475 ; l’expression est de J. Keegan, Anatomie de la bataille, op.  (...)
  • 19  P. 232/LT p. 53-54.

7En matière plus strictement militaire, le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, centré sur Damas et la Syrie centrale, permet de se représenter avec précision les préoccupations géostratégiques de Ṭuġtakīn et de ses successeurs, de l’acharnement du premier à s’imposer aux efforts des seconds à résister aux impérialismes zankides et francs, même s’il faut se méfier d’une partialité patente. On peut également se faire une image des structures militaires de la principauté bouride, ou de l’armée de Nūr al-dīn. Image très grossière, néanmoins. C’est que la chose militaire, dans une chronique qui se contente, à l’instar de la plupart des chroniques arabes, de retracer année par année les événements ayant paru importants à l’auteur n’est aucunement analysée. Il faut rechercher des indications éparses sur la composition et l’organisation des armées, indications au demeurant souvent indirectes, et les comparer avec celles récoltées dans d’autres textes pour se construire une idée souvent bien incomplète. Pourtant, comme toutes les chroniques arabes, encore une fois, le Ḏayl se présente en grande partie comme une succession d’affrontements divers, certains abondamment traités, d’autres rapidement survolés, selon les choix d’Ibn al-Qalānisī, et/ou en fonction de la qualité des renseignements qu’il avait pu réunir. Il les doit, parfois, à son propre vécu (il assista à certains combats devant Damas), à des documents officiels, à des pièces d’archives ou des lettres, et parfois à un témoignage oral17. Ses récits, alors, ont l’avantage d’être retranscrits avec une rigueur et une volonté d’intelligibilité qui ne se démentent pas tout au long de son ouvrage. Faire œuvre d’historien, c’est ainsi, dans un souci pratiquement affirmé de clarté, écouter le récit circonstancié fait par l’amīr Muǧāhid Buzān, qui commandait le détachement damascène lors de l’éclatante victoire de Nūr al-dīn sur les Francs, à Inab (en 544/1149), et rapporter ses propos en les abrégeant, en les structurant, peut-être pour éviter « l’écueil de l’imagination et du sentiment18 ». Carence principale, alors : éviter tout détail, livrer un récit normalisé, faire vite, chercher à schématiser, interpréter faussement et donner sens à des propos qui n’en avaient pas forcément, ou qui en avaient un autre. Raconter des combats, c’est aussi, parfois, être flou, imprécis, d’autant plus qu’ils ont lieu loin de Damas, qu’il sont éloignés du moment d’écriture, que la mémoire flanche ou que les sources sont imprécises. Flou des techniques de combat, rarement évoquées ; du lexique de l’armement, aussi, qui donne l’impression d’être standardisé, tant il ne varie pas, ou peu. De fait, l’intention du chroniqueur n’était pas de coller avec le plus de précision possible à une réalité : il s’agissait plutôt, semble-t-il, de la retracer « globalement », de faire comprendre ce qui avait permis la victoire ou la défaite, selon le camp que l’on avait choisi, et d’en évoquer la portée. Si la victoire de Sukmān b. Artuq et Ǧarkarmiš à Ḥarrān, en 497/1104, n’a pas droit à un long développement, si elle n’est pas située et si les combats sont vaguement décrits, son importance ne lui avait pas échappée19 :

« Ce fut pour les musulmans une belle victoire qui n’eut pas son pareil. Le moral des Francs en fut affaibli, leur force offensive s’émoussa ainsi que leur armement ; le moral des musulmans fut affermi, ainsi que leur ardeur à défendre la religion (al-dīn) et à mener le ǧihād contre les hérétiques. Les gens (al-nās) se félicitèrent de cette victoire et acquirent la certitude que [les Francs] étaient bafoués et que le succès les avait abandonnés. »

  • 20  Léon Tolstoï, « Quelques mots à propos de la guerre et la paix », Archives russes, 1868, repris en (...)
  • 21  Voir tout particulièrement les récits des sièges de Damas par Riḍwān (an 489), Tripoli (an 502), T (...)

8Malgré ces limites, le texte d’Ibn al-Qalānisī est d’une richesse étonnante. Aucun autre texte contemporain des événements, finalement, si ce n’est, peut-être, l’original Kitāb al-I‘tibār d’Usāma b. Munqiḏ, ne permet d’approcher autant de cette « matière brute et vivante » à partir de laquelle ce « quelque chose d’immense, de complexe et d’infiniment divers20 » qu’est toute bataille peut être appréhendé. Encore que le récit du célèbre amīr manque de cohérence et apporte moins d’informations sur la guerre de siège, à propos de laquelle, peut-être, le Ḏayl est une des sources les plus importantes21.

  • 22  Édition des années 455-538 par Cl. Cahen, « La chronique abrégée d’al-‘Aẓīmī », JA, 1938, p. 353-4 (...)
  • 23  Al-‘Aẓīmī était aussi l’auteur d’un dictionnaire biographique, Kitāb al-muwaṣṣal ‘alā l-aṣl al-mu’ (...)

9Comme Ibn al-Qalānisī, Muḥammad b. ‘Alī al-‘Aẓīmī (m. 556/ 1161), un temps maître d’école, poète courtisan aussi, écrivit une chronique centrée sur une ville et sa région, Alep. Mais le Ta’rīḫ Ḥalab22 n’est malheureusement pas de la même veine que l’œuvre du premier, et est loin de le compléter en ce qui concerne la Syrie du Nord. Non qu’il soit sans intérêt, comme le montrent les emprunts que lui fait parmi d’autres Ibn al-‘Adīm, ou les nombreuses informations d’ordre politique qu’on peut y glaner. Mais le fait que ce qui nous est parvenu s’arrête à l’année 538/1143, et sa forme abrégée surtout (rares sont les passages dépassant les quelques lignes), la cantonnent à un rôle d’appoint la plupart du temps, même s’il fournit quelques informations d’ordre pratique, ainsi que des nombres et un vocabulaire qu’on ne peut négliger d’analyser. Analyses qui ne font qu’accentuer, comme les extraits plus développés de l’œuvre d’al-‘Aẓīmī qui sont rapportés par la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, le regret de ne pas en avoir conservé la totalité23.

  • 24  Cl. Cahen, « Quelques chroniques anciennes relatives aux anciens fatimides », BEO xxxvii, 1937, p. (...)
  • 25  À partir desquels A. F. Sayyid, Le Caire, 1983 a édité ce qui subsiste des années 501 à 518. Ibn M (...)
  • 26  Cf. ibid. p. 13-14, la hiérarchie de décision à propos de la réaction à l’expédition du roi de Jér (...)
  • 27  Mais c’est à lui qu’on doit ce que Maqrīzī nous a transmis sur les cérémonies sous al-Āmir (ibid., (...)
  • 28  Voir notamment les années 509 et 517. Les Aḫbār al-duwal al-munqaṭi‘a de Ǧamāl al-dīn Ibn Ẓāfir (m (...)

10Des remarques du même type peuvent être faites concernant toute une série d’ouvrages de valeur, mais soit trop partiellement conservés, soit beaucoup trop abrégés. Ainsi de l’Histoire, Ta’rīḫ, composée par Ǧamāl al-dīn Ibn al-Ma’mūn (m. 588/1192), fils du vizir d’al-Āmir bi-Aḥkām Allāh, al-Ma’mūn al-Baṭā’iḥī, rare trace d’une production historique égyptienne du vie/xiie siècle qui a très peu traversé les siècles24. Des quatre volumes originaux, il ne reste que ce qu’en rapportent Nuwayrī et surtout Maqrīzī25. L’Égypte y tient une place majeure et les affaires syriennes ne sont évoquées que dans la mesure où elles concernent la dynastie égyptienne. La qualité de son information, au plan administratif, fait supposer qu’il a eu accès à des documents officiels d’une cour qu’il devait bien connaître, vu les fonctions que son père avait exercées. Il permet notamment d’affiner la connaissance qu’on a de l’organisation de l’armée fatimide26. Pour le reste, malgré quelques anecdotes qu’on ne peut négliger, comme celle, croustillante, sur un soldat prisonnier, un ibyān al-ḥuǧariyya, qui dut à son appétit hors norme d’être relâché par le Franc qui le détenait, le Ta’rīḫ d’Ibn al-Ma’mūn est indéniablement d’un intérêt secondaire27, sauf, peut-être, sur les rapports entre Le Caire et son ancienne possession, Damas28.

  • 29  Édition des années 490 à 593 par Cl. Cahen, « Une chronique syrienne du vi/xiie siècle : le Bustān (...)
  • 30  À plusieurs reprises, le Bustān s’avère original, et proche de ce qu’on a conservé d’Ibn Abī Ṭayyi (...)

11Ainsi du Bustān al-Ǧāmi‘ li-ǧāmi‘ tawārīḫ al-zamān anonyme, attribué à un certain qāḍī ‘Imād al-dīn (m. après 593/1196-1197, date de fin de la rédaction) qui l’aurait rédigé à Alep (même s’il est bien informé sur ce qui se passe en Égypte), dont l’intérêt est finalement réduit, pour nous, en ce qui concerne les deux premiers tiers du vie/xiie siècle29 : un récit beaucoup trop concis, en bien des endroits, des combats souvent plus évoqués que décrits, une absence presque totale de récit de bataille, quelque sièges seuls, dont celui d’Alexandrie par Šāwar et ses alliés francs, ayant droit à un traitement plus développé. Quelques détails, aussi, comme l’évocation de la motivation des habitants pendant ce même siège, s’avèrent utiles, aux détours de la lecture, utiles30.

  • 31  Tomes xvii (années 476-533) et xviii (années 534-574), édition Muḥammad et Muṣṭafā ‘Abd al-Qādir ‘ (...)
  • 32  Mais voir le récit très intéressant de la deuxième croisade, t. xviii, p. 63-64 (année 543).
  • 33  Ibid., p. 111-118, an 552.
  • 34  Cf. infra, à propos d’Ibn al-Aṯīr.
  • 35  Cf. par exemple le récit de la défaite de Dubays, t. xvii, p. 216-217 (an 516).

12C’est aussi en matière de siège qu’une chronique bagdadienne, dite universelle mais en fait centrée sur la Mésopotamie, le Kitāb al-Muntaẓam fī ta’rīḫ al-mulūk wa l-umam, livre des détails intéressants31. À vrai dire, son auteur, Ibn al-Ǧawzī (m. 597/1201), prédicateur ḥanbalite à la prolixité compilatrice légendaire, chantre, un temps, de la restauration califale, avait certainement trop à faire à Bagdad pour s’y préoccuper autrement qu’accessoirement des affaires syriennes. Il demeure d’ailleurs à peu près silencieux sur les Francs, kuffār certes, à l’occasion, quand ils sont évoqués, mais à aucun endroit de sa chronique objets d’une diatribe quelque peu développée32. Les événements irakiens ont droit à des développements bien plus argumentés. Ses récits se font alors utiles en matière de tactique, de techniques de combat, d’armement ; ceux mis en œuvre par Muḥammad Šāh et ‘Alī Kūǧak assiégeant Bagdad, par exemple33. Siège long et difficile, qu’Ibn al-Ǧawzī narre jour par jour, s’étendant sur le peuple qui défend sa ville, énumérant les armes utilisées, montrant l’intense effort du calife qui équipe les combattants. Quant à ses récits de batailles, rares il est vrai, ils dénotent un réel souci de clarté, malgré encore une fois une impression de relations stéréotypées et éloignées du terrain, une partialité des plus marquées en cas d’implication du calife, un penchant évident pour l’épique34, une insistance (commune à la plupart des chroniques médiévales) sur le ou les chefs, ceux qui donnent l’impulsion35. De ces dirigeants, aussi, il peut être intéressant d’étudier l’image qu’un auteur irakien renvoie, notamment celle de ceux qui dans bien d’autres sources apparaissent comme des chantres du ǧihād, tels Zankī ou son fils Nūr al-dīn.

  • 36  N. Élisséeff, ND, p. 30-31 ; D. S. Richards, « ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, administrator, littérateu (...)
  • 37  Édition M. Houtsma, Leyde, 1889 ; éd. Beyrouth, Ta’rīḫ dawlat al-Salǧūq, 1400/1980 (3e édition).
  • 38  N. Élisséeff, ND, p. 29.
  • 39  Traduction Henri Massé, Paris, 1972, avec un lexique utile.

13De l’œuvre de son contemporain ‘Imād al-dīn al-Kātib al-Iṣfahānī (m. 597/1201)36, qui eut le privilège de servir, Nūr al-dīn comme Saladin et d’être leur confident, on ne dira qu’un mot. Beaucoup plus que le Nuṣrat al-fiṭra wa usrat al-qaṭra qui traite de l’histoire des souverains seldjouqides et de leurs vizirs, abrégé et continué par al-Bundārī37, et qu’al-Barq al-Šāmī, dans lequel étaient racontées les pérégrinations de l’auteur aux côtés de ses deux maîtres, mais dont nous ne connaissons malheureusement que d’utiles fragments directs (années 573-575 et 578-580) ou indirects, leKitāb al-fatḥ al-qussī fī l-fatḥ al-qudsī s’avère précieux pour l’historien militaire. Comme son titre l’indique (sobrement traduit par Henri Massé « Conquête de la Syrie et de la Palestine par Saladin »), il traite des conquêtes de Saladin, et particulièrement de celle de Jérusalem, dans un style rébarbatif, souvent considéré comme « verbeux38 », celui d’un maître incontesté du saǧ‘, et ne nous concerne pas directement, a priori. Néanmoins, les longs développements consacrés aux différentes opérations militaires dont l’auteur fut un témoin direct peuvent servir de référent et s’avérer d’un secours précieux, de même que la variété du vocabulaire, notamment de l’armement39.

  • 40  Ne sont traitées ici que les parties de l’œuvre qui nous concernent. Analyses pertinentes de D. S. (...)
  • 41  Édition ‘Abd al-Qādir Aḥmad Ṭulaymat, Le Caire, 1963. Sur l’œuvre, voir les p. 15-26 de l’introduc (...)
  • 42  Défaut de toutes les œuvres organisées sur ce mode. Cette organisation annalistique n’est pas forc (...)
  • 43  Cf. par exemple t. ix, p. 296-297, les deux versions racontant les luttes opposant, en Égypte, Bah (...)
  • 44  Voir les remarques de M. Brett, « The Battles of Ramla (1099-1105) », loc. cit., p. 21 et note 18.
  • 45  Il expose sa méthode dans l’introduction, où il déclare avoir composé le « récit le plus complet d (...)
  • 46  Kāmil, t. I p. 2.

14Bien que novatrice, notamment du fait qu’elle faisait suivre, pour la première fois, les événements de chaque année par des articles nécrologiques sur des personnages éminents, la chronique d’Ibn al-Ǧawzī, qui en est l’une des sources, n’a pas la même amplitude que le Kāmil fī l-ta’rīḫ de ‘Izz al-dīn b. al-Aṯīr (m. 630/1233), certainement l’œuvre la plus aboutie de son genre. Même si les domaines irakiens et syriens font l’objet de développements relativement plus détaillés, elle traite d’une manière beaucoup plus équilibrée que le Muntaẓam de tous les territoires musulmans depuis les côtes atlantiques jusqu’à l’Asie centrale, sans que le lecteur soit déboussolé40. Considéré comme le meilleur historien musulman des xe-xiiie siècle, Ibn al-Aṯīr, dont une bonne partie de la famille servait les successeurs de Zankī, est aussi l’auteur d’un ouvrage plus modeste, d’ordre tout à fait différent, al-Ta’rīḫ al-bāhir fī l-dawla al-atābakiyya, certes hagiographie de la dynastie zankide, mais non pas sans intérêt41. De la « Somme », Kāmil, on soulignera les défauts de ses qualités : une organisation annalistique clarifiant en général les exposés mais rompant le fil de la narration42 ; une volonté affirmée de rationaliser les récits et de présenter les faits sous les angles les plus compréhensibles, mais sans mention (la plupart du temps) ni discussion des sources écrites, comparées, choisies ou écartées au préalable, en fonction de leur crédibilité et de leur cohérence, deux variantes étant successivement présentées dans les cas (peu nombreux) où il s’était avéré impossible de trancher43, ce qui provoque de malencontreuses confusions44. Ces sources sont difficiles à identifier, vu qu’il les fond et les enrichit en un style qui apparaît au premier abord simple, vif et très personnel45. Il se sert également de témoignages oraux, directs ou indirects, ceux de son père, tout particulièrement, pour la deuxième moitié du xiie siècle, dont il transcrit les paroles de mémoire. Paroles qu’il semble regretter de ne pas les avoir notées quand il était temps46.

  • 47  Wa qīla ‘an aṣḥāb Miṣr min al-‘alawiyyīn lammā ra’aw quwwat al-dawla al-Salǧūqiyya wa tamakkunahā (...)
  • 48  Claude Cahen (SN, p. 59-60) pour la prudence ; pour la défiance, cf. H. A. R. Gibb, « The Arabic s (...)
  • 49  Kāmil, t. ix, p. 398 (an 549). On retrouve ce passage sur la liberté que prenaient les Francs à Da (...)

15On a beaucoup reproché sa partialité à Ibn al-Aṯīr : son hostilité envers les Fatimides auxquels il reproche, mais dans le même registre que d’autres auteurs sunnites, d’avoir fait appel aux Croisés pour stopper la menace seldjouqide47 ; ses reproches à Saladin, accusé d’avoir usurpé le pouvoir ; ses sympathies (mais moins fortement exprimées que dans le Bāhir) pour les Zankides. Tout ceci, à quoi il faut ajouter la présence ponctuelle d’un matériau plus ou moins légendaire, a amené plusieurs historiens contemporains à prêcher la prudence dans l’utilisation du Kāmil, voire même une certaine défiance48. On ne peut certes y nier une certaine tendance à raconter pour convaincre, comme dans cet extrait qui ne vise qu’à justifier la prise de Damas par Nūr al-dīn49 :

« Quand les Francs s’étaient emparés d’Ascalon, l’année précédente, Nūr al-dīn n’avait pas trouvé de chemin pour les en chasser, du fait de la situation de Damas, qui se trouvait entre Ascalon et lui. Après cette conquête, ils se mirent à convoiter Damas. D’ailleurs, ils y examinèrent tous les mamlūk-s et les ǧāriyya-s chrétiens, laissant celui qui voulait y rester, emportant de force celui qui voulait rentrer chez lui, que son maître y consentît ou non. De plus, ils imposaient un tribut (qaṭī‘a) annuel à la population ; leurs envoyés entraient dans la ville et le récoltaient. Quand Nūr al-dīn vit cela, il craignit que les Francs ne s’en emparent : les musulmans n’auraient alors plus leur place en Syrie. »

  • 50  Cf. les exemples donnés par D. S. Richards, loc. cit., p. 87.
  • 51  Cf. par exemple Ḏayl ta’rī Dimašq, an 547, p. 493/LT 327-328, à propos d’un orage : des tonnerres (...)

16On ne peut y occulter, également, la présence de nombreuses anecdotes peu rationnelles, les passages s’étendant sur des présages ou des prodiges, la notation des catastrophes naturelles, l’affleurement d’une superstition certaine50… Mais Ibn al-Aṯīr est-il en cela original ? Ne fait-il pas preuve, plutôt, d’un goût pour les phénomènes extraordinaires, le « surnaturel », la superstition, partagé par ses contemporains, à une époque où la foi était un refuge, où les forces naturelles, peu ou mal maîtrisées, pouvaient plus facilement qu’aujourd’hui façonner un destin ? Ibn al-Qalānisī, pour ne citer que lui, qui le précède d’une génération, n’hésite pas à multiplier les références astrologiques ; et que les éléments paraissent, à l’occasion, écrasants dans les dernières années de sa chronique51!

  • 52  Exemple parmi bien d’autres : prise d’Ascalon par les Francs, Kāmil, t. ix p. 392 (an 548).
  • 53  Ibidem, p. 465-467. Ibn al-Aṯīr explique l’intervention des Francs, pour lesquels la conquête de l (...)
  • 54  Ibidem, p. 88-89 (année 499). L’information, dans la totalité du passage, est imprécise. La compar (...)

17En fait, ses invraisemblances n’effacent pas une information souvent riche, fiable, originale parfois, même s’il faut faire attention à de régulières erreurs de chronologie. Soulignons aussi sa propension
– c’est peut-être sa qualité essentielle – à relier les événements entre eux, par-delà même ses efforts louables de synthèse : plus que tout autre chroniqueur peut-être, Ibn al-Aṯīr cherche à expliquer, trouver des causes, évoquer des conséquences. Ainsi de la victoire ou de la défaite, souvent attribuée, quand l’ennemi est franc, à la désunion ou à l’impotence des princes, même si toute décision est, finalement, le fait exclusif de la toute puissance divine52. Ainsi des implications stratégiques d’une conquête de l’Égypte par Šīrkūh53. Ainsi d’une bataille54 :

« Cette année-là, en ṣafar, eut lieu une bataille (waq‘a) entre Ṭuġtakīn, atabeg du maître de Damas (ṣāḥib Dimašq) et un comte franc de haut rang. La cause en fut que se répétaient les accrochages (ḥurūb) et les chevauchées de déprédation (al-ġārāt) entre l’armée damascène (‘askar Dimašq) et Baudouin. Finalement, Baudouin construisit un château (ḥiṣn) situé à environ deux jours de Damas. Ṭuġtakīn prit peur […]. »

  • 55  « Comme les nuées de flèches… » ; voir sur ces images D. S. Richards, loc. cit., p. 92.

18En fait, Ibn al-Aṯīr agit en « écrivain ». Comme tout écrivain, il a, dans le Kāmil (dont il faut rappeler et la clarté de style, aux antipodes de celui, ampoulé, de l’une de ses sources, ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, et l’utilisation normative d’images conventionnelles55) différents objectifs : raconter des faits, certes, toucher à la vérité, ou plutôt l’approcher. Informer, donc. Servir d’exemple, au fond, car telle est, pour lui, la nature profonde de l’histoire, servir d’exemple et moraliser, tout spécialement les puissants. Démontrer et convaincre. Démontrer l’évidence, naturellement : la toute puissance du Créateur de toute chose ; plus prosaïquement, le bien fondé de telle ou telle action, comme on l’a vu à propos de Nūr al-dīn. Divertir, aussi. En cela, encore une fois, Ibn al-Aṯīr n’était pas forcément original ; il dépendait de ses sources.

  • 56  Pour la Risālat : A. Ferré, introduction à son édition des Aḫbār al-duwal al-munqaṭi‘a, Le Caire, (...)
  • 57  F. Rosenthal, A History of Muslim Historiography, Leyde, 2e édition, 1968, p. 188, cité par G. Can (...)
  • 58  Kāmil, t. ix, p. 229-230, an 518. Les dialogues sont bien trop nombreux pour être relevés. Parmi l (...)

19Il semble même parfois en dépendre intimement, quand on peut les comparer à son récit. Il n’hésite pas, parfois, à reprendre des mots utilisés par sa source principale, voire à retranscrire ici des morceaux de phrases, là des phrases entières, par exemple de la Risālat Iftitāḥ al-da‘wa du qāḍī al-Nu‘mān ou du Muntaẓam d’Ibn al-Ǧawzī56. Il est donc difficile d’essayer de caractériser son style propre, au-delà des considérations sur son incontestable limpidité. Il semble avoir été, en fait, conscient de la monotonie que la lecture (ou l’audition) d’une succession ininterrompue de combats pouvait engendrer. Ceci explique le fait que peut-être plus encore que ses prédécesseurs, des récits desquels il était de facto pétri, il cherche à animer son texte, à l’humaniser. Et n’oublions pas que son époque, celle des croisades, fut celle du plus grand développement des récits épiques, les siyar57. De toute manière, il est clair, à le lire, qu’il pense à son auditoire, agrémentant les récits de combats d’anecdotes, de dialogues imaginaires et d’apostrophes, qui par-delà les informations qu’ils peuvent apporter font avancer un récit auquel ils donnent vie et qu’ils dramatisent. Dialogues qui sont d’autant plus nombreux que la narration s’allonge, comme à l’occasion de la prise de possession par al-Bursuqī de la ville d’Alep assiégée par l’aventurier Dubays b. Ṣadaqa et ses alliés francs. Le récit est interrompu par une succession de déclarations, celle de Dubays à ses alliés, et celles d’al-Bursuqī aux habitants d’Alep puis à ses hommes à qui il interdit d’attaquer l’ennemi qui se retire58.

20Mais c’est un truisme que de souligner la présence d’éléments d’ordre fictionnel dans la production historiographique médiévale, qu’elle soit ou non en langue arabe. Anne Comnène se fait largement l’écho, dans l’Alexiade, de traditions orales, et on a depuis longtemps insisté sur la proche parenté des chroniqueurs latins et de l’épopée, ainsi qu’il a déjà été souligné.

  • 59  R. S. Humphreys, « Ta’rīḫ », EI 2, t. x, p. 293.
  • 60  Autre thème fréquent, celui du « cavalier fugitif » (sur ce thème, cf. Th. Bianquis, « La fortune (...)

21Certes écrivain aux particularités marquées, comme les autres chroniqueurs arabes, Ibn al-Aṯīr s’inscrit aussi dans une tradition historiographique où avaient foisonné, dès les premiers temps du récit historique islamique, nombre d’éléments folkloriques issus de la tradition populaire59. Ses récits de bataille reproduisent, avec certes des particularités, un « canevas » du récit de bataille d’autant plus véhiculé que l’historien médiéval musulman était avant tout un compilateur. Il ne s’agit pas ici de retrouver un quelconque modèle, pour autant qu’il en ait existé un, vu l’imbrication des textes arabes médiévaux (ce qui n’empêche pas de repérer des récurrences ou des originalités). Dans le Kāmil comme dans le Muntaẓām, par exemple, un certain nombre d’informations sont apportées : l’affrontement est situé et daté, la plupart du temps ; le nombre des belligérants est donné, avant ou après, selon les cas, la description proprement dite des combats. Sur le plan tactique, il faut souligner l’importance accordée à l’espace : la disposition des troupes est en général précisée, sur le mode traditionnel maymana, aile droite/qalb, centre/maysara, aile gauche, dans la phase du récit décrivant la préparation au combat. Une fois ce dernier déclenché, il s’agit de souligner ce qui va marquer la bataille, un événement fortuit ou décisif, l’enfoncement d’une aile, la décision de mettre pied à terre, ou parfois, mais non systématiquement, l’attitude héroïque d’un belligérant. C’est dans cette focalisation sur un ou deux hommes, dans la magnificence, celle de la mort – de Qiliǧ Arslān défait par Ǧāwalī se jetant à l’eau pour y périr60, de Ṣadaqa b. Mazyad hurlant sa noblesse avant de mourir, lui aussi battu par les troupes du sultan seldjouqide Muḥammad –, que le ton se fait le plus épique, la limite entre la fiction et l’histoire la plus floue :

  • 61  Kāmil, t. ix p. 105-107, année 500. Pour Ibn al-Qalānisī (la bataille a lieu le jeudi 9 šawwāl 500 (...)

« […] Quand il vit son armée en déroute, Qiliǧ Arslān se dit que s’il était pris on le traiterait comme on traite quelqu’un qu’on ne laisse en paix que brisé, quelqu’un qui n’avait pas reconnu le sultan dans son territoire, [quelqu’un] qui s’était arrogé le sultanat. Il se jeta donc dans le Ḫābūr, se protégeant des hommes (asḥāb) de Ǧāwalī au moyen de flèches. Son cheval l’attira alors vers des eaux profondes, où il se noya. Son corps refit surface après quelques jours ; il fut enterré à al-Šamsāniyya, dans le district du Ḫābūr61. »

22On remarquera le discours indirect, qui fait pénétrer au plus profond de l’âme de Qiliǧ Arslān, cache habile de l’intervention du narrateur qui propose une explication cohérente d’un acte désespéré. Dans l’extrait suivant, qui reprend pratiquement mot-à-mot le Muntaẓam d’Ibn al-Ǧawzī, les apostrophes de Ṣadaqa, fier puis éploré, sont directement retranscrites, le rythme endiablé :

  • 62  Kāmil, t. ix, p. 118 ; Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, t. xvii, p. 107-109 (année 501/1107-1108) : « Le ce (...)

« Ṣadaqa chargea (amala) les Turcs. Un des leurs, un ġulām, le frappant au visage, il lui lança un regard haineux et se mit à hurler : “Je suis le roi des Arabes (malik al-‘Arab). Je suis Ṣadaqa”. Une flèche (sahm) l’atteignit alors dans le dos. Un ġulām dénommé Bazġaš, estropié, l’attrapa, se suspendit à lui sans qu’il le reconnaisse. Il le désarçonna, ils tombèrent à terre. Il le reconnut alors et l’implora : “Ô Bazġaš, sois bon !” Mais il le frappa de son épée (sayf) et le tua. Il lui trancha la tête et l’apporta à al-Bursuqī, qui l’amena au sultan […]62. »

23Ces extraits montrent les efforts de mise en scène d’Ibn al-Aṯīr (et d’Ibn al-Ǧawzī). Son récit n’en devient que plus attrayant, tout en renseignant le destinataire. Il n’est pas, au demeurant, si différent des autres chroniqueurs : tous avaient eu leur public à l’esprit.

  • 63  Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn fī aḫbār al-dawlatayn al-nūriyya wa l-ṣalāḥiyya, éd. Muḥammad Ḥilmī M (...)
  • 64 . Abū Šāma semble en fait utiliser la plupart des ouvrages historiques du prolixe Ibn Abī Ṭayyi’, s (...)
  • 65  Pour Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ, voir Bibliographie. A.-M. Eddé annonce l’édition des parties traitant d (...)
  • 66  Tout particulièrement Cl. Cahen, « Une chronique chiite au temps des croisades », CRAIBL, 1935, p. (...)
  • 67  Nuṣrat al-dīn aurait été sympathisant chiite (sinon plus). Voir Abū Šamā, Kitāb al-rawḍatayn, t. i(...)
  • 68  Quelques pages seulement nous concernent directement. Édition Ǧamāl al-dīn al-Šayyāl, Le Caire, 19 (...)
  • 69  Cf. par exemple le récit d’une de ses victoires, pendant laquelle il fait preuve d’esprit de décis (...)
  • 70  Noter que Šīrkūh qui pourtant n’eut pas le pouvoir à Damas (mais selon Ibn Abī Ṭayyi’ il aurait jo (...)
  • 71  N. Élisséeff, ND, t. I, p. 41.
  • 72  Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. i, 2, p. 415 et suivantes.
  • 73  Kitāb al-rawḍatayn, t. i, 2, p. 440, 441. Le père d’Ibn Abī Ṭayyi’ s’appuie sur ce que lui auraien (...)

24Autre chronique universelle de valeur, le Ma‘ādin al-ḏahab fī ta’rīḫ al-mulūk wa l-ḫulafā wa ḏawī l-rutab du chiite Yaḥyā b. Abī Ṭayyi’ (m. circa 630/1232-1233) ne nous est pas parvenu directement. Deux œuvres de compilateurs, le Kitāb al-rawḍatayn fī aḫbār al-dawlataynd’Abū Šāma63 et le Ta’rīḫ al-duwal d’Ibn al-Furāt en font (ou d’autres ouvrages du même auteur64) un usage précis et plutôt abondant, mais la partie du second ouvrage portant sur le vie/xiie siècle reste partiellement inédite, ce qui rend difficile une évaluation réelle de l’apport militaire du Ma‘ādin65. Par-delà de nombreux détails sur l’histoire alépine qu’on ne trouve pas ailleurs, détails dont Claude Cahen fit en son temps une large utilisation dans sa thèse sur la Syrie du Nord, on a amplement souligné que son intérêt majeur était de représenter une des seules alternatives à l’histoire officielle, sunnite66. On décèle effectivement dans ses propos un ton quelque peu différent, peut-être moins déférent à l’encontre des hommes de pouvoir célébrés par les autres auteurs. Il va ainsi à l’encontre de la partialité de tel ou tel chroniqueur, ou rompt un certain nombre de silences, à l’image de la collaboration avec les Francs du frère cadet de Nūr al-dīn, Nuṣrat al-dīn Amīr Amīrān (ou Mīrān, selon les textes), dont les autres auteurs arabes se contentent en général de décrire l’ambition démesurée lors d’une maladie de son aîné67. À l’image, aussi, du récit de l’assassinat du vizir égyptien Šāwar, dont la préméditation n’est évoquée, par exemple, ni par Ibn al-Aṯīr, ni par Bahā al-dīn Ibn Šaddād dans al-Nawādir al-ṣulṭāniyya wa l-maḥāsin al-yūsufiyya68. Autre intérêt, celui d’ajouter un coup de pinceau au portrait de tel ou tel personnage important, ainsi l’oncle de Saladin, Šīrkūh69, dont le rôle militaire dans la Syrie de Nūr al-dīn, décisif, n’apparaît, dans les autres chroniques, qu’en filigrane, rapidement évoqué, rarement développé70. De plus, Ibn Abī Ṭayyi’ fait preuve d’un penchant certain pour les détails d’ordre archéologique, ainsi que pour les controverses religieuses71, sans que, dans ce dernier cas, il ne semble traiter de manière particulière la relation à l’ennemi franc. Le roi de Jérusalem, Amaury, a ainsi droit – par-delà les imprécations d’usage – à une certaine objectivité lors de ses expéditions égyptiennes72. Rien de vraiment particulier n’est également à dénoter en ce qui concerne le ǧihād – au cas où son chiisme aurait dû le distinguer – même s’il n’est pas, dans ce domaine, aussi élogieux que la plupart des autres auteurs arabes pour Nūr al-dīn ou, à un moindre degré, pour son père Zankī. Doit-on y déceler une hostilité manifeste envers le premier de ces deux princes, comme le fait par exemple Abū Šāma, qui nie les allégations du père d’Ibn Abī Ṭayyi’, selon lequel Nūr al-dīn aurait été franchement hostile à l’accession de Saladin au vizirat, au Caire ? Pour Abū Šāma, égal laudateur de l’un et de l’autre, il était nécessaire de mettre les choses au point73 :

  • 74  Stricto sensu : « N’est pas acceptable, de ce qu’il lui attribue, ce qui ne convient pas. Dieu sai (...)

« […] Nūr al-dīn – que Dieu lui soit miséricordieux – avait abaissé les chiites à Alep, aboli leurs signes extérieurs (abṭala ši‘ārahum) et renforcé les sunnites (ahl al-Sunna). Or le père d’Ibn Abī Ṭayyi’ était l’un des chefs des chiites et il l’avait expulsé d’Alep. Ainsi donc, tout ceci, [tel que] le rapporte Ibn Abī Ṭayyi’ dans son livre, est hors de propos (mufarriq fī mawāḍi‘). De toute façon, dans ce livre, il y a beaucoup de charges contre Nūr al-dīn (fī l-kitāb allāḏī lahu kaṯīr al-ḥaml ‘alā Nūr al-dīn) – que Dieu lui soit miséricordieux. Il ne faut donc pas prendre tout ce qu’il lui attribue pour argent comptant74. Dieu sait le mieux. »

  • 75  Kanz al-muwaḥḥidīn fī sīrat Ṣalāḥ al-dīn, et ‘Uqūd al-ǧawāhir fī sīrat al-malik al-Ẓāhir.
  • 76  Mais il ne faut pas perdre de vue que les passages que l’on connaît ont été choisis par Abū Šāma, (...)
  • 77  Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. i, 1, p. 274 et 276. Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, sub ann (...)
  • 78  Cf. Ibn al-Furāt, Ta’rī, I, 198 r° et v°, 201 v° (siège d’Alep par les Francs en 518) ; I, 215 v° (...)

25Est-ce plus simplement qu’Ibn Abī Ṭayyi’ était attaché à la dynastie ayyoubide – n’écrivit-il pas les biographies de Saladin ou d’al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī75 ? Si on s’en tient aux passages cités dans le Kitāb al-rawḍatayn, cet attachement ne fait guère de doute. Incontestablement, Ibn Abī fiayyi’ cherche à mettre en avant Šīrkūh ou Saladin, à la fin de la période qui nous occupe76. Ainsi, à l’occasion de la maladie de Nūr al-dīn, en 552/1157, c’est à Šīrkūh seul que, selon lui, le mourant aurait confié le soin d’assurer sa succession en faveur de son frère Nuṣrat al-dīn Amīr Amīrān alors qu’Ibn al-Qalānisī parle, en sus de l’oncle de Saladin, du frère lui-même, des émirs de haut rang (a‘yān al-umarā’), et des « commandants » (al-muqaddamūn)77. Mais Ibn Abī Ṭayyi’ est loin d’être – tout au moins à travers ce que l’on connaît de lui – aussi panégyriste qu’Ibn al-Aṯīr (dans le Bāhir surtout), et s’il faut également ne pas prendre pour argent comptant tout ce qu’il avance, ainsi que le disait Abū Šāma, on ne peut que se féliciter de l’existence de cette voix quelque peu originale. D’ailleurs son apport ne se limite ni à cette époque, ni à ces personnages. À de nombreuses reprises, il complète avec brio la connaissance qu’on a de certains faits d’armes78.

  • 79  Sur lui : Sami Dahan, introduction de l’édition de la Zubda, Damas, 1954, t. i, p. 13-73 ; N. Élis (...)
  • 80  Cf. N. Élisséeff, ND, t. i, p. 50 ; A.-M. Eddé, « Sources arabes », loc. cit., p. 306.
  • 81  Cf. ceux qui concernent Muslim b. Qurayš, Tutuš.

26Abrégé de l’imposant dictionnaire biographique intitulé la Buġyat al-ṭalab fī ta’rīḫ Ḥalab, la Zubdat al-ḥalab min ta’rīḫ Ḥalab de Kamāl al-dīn Ibn al-‘Adīm (m. 660/1262) joue pour la Syrie du Nord, dans une certaine mesure, le rôle du Ḏayl ta’rīḫ Dimašqpour la Syrie centrale et méridionale. Comme cette dernière chronique, elle est centrée sur une ville et sa zone d’influence, Alep, par un homme qui en est originaire et a par là même une connaissance approfondie de son histoire79. Le parallèle s’arrête malheureusement là, non seulement parce qu’Ibn al-‘Adīm ne vivait pas au vie/xiie siècle, mais surtout du fait de la forme abrégée de son ouvrage. Elle l’oblige à faire des choix, nombreux, qui correspondent certainement à ses goûts, à ce qu’il jugeait important de transmettre ; d’où des développements bien moins conséquents que dans le Ḏayl. Parmi d’autres sources, Ibn al-‘Adīm suit avec soin et complète, en général, ses devanciers, al-‘Aẓīmī notamment, mais aussi Ibn al-Aṯīr, ainsi que de très nombreuses œuvres qui ne nous sont pas parvenues, en y ajoutant, quand il le peut, des anecdotes personnelles, essentiellement tirées de la mémoire familiale80. Comme il résume ses sources, il offre, à la première lecture surtout, un récit parcellaire, entaché de ruptures brutales de sens : souvent un développement manque, et cela se sent, dans la mesure où il ne remâche pas les textes qu’il utilise avec la même dextérité qu’Ibn al-Aṯīr. Une lecture plus approfondie fait néanmoins ressortir le tour de force qu’il réussit : l’essentiel de la Buġya semble utilisé, la continuité du récit est indéniable, les redites rares, les retours en arrière bien placés81, la compréhension des événements finalement aisée.

  • 82  Thierry Bianquis, « Historiens arabes », loc. cit., p. 51-54.
  • 83  Cf. par exemple le seigneur d’Antioche, Yāġī Siyān, homme vil et tyrannique, d’où la révolte des p (...)
  • 84  Les exemples sont très nombreux d’une caractérisation négative des Turcomans, chicaneurs, pillards (...)

27Il n’est pas difficile, aussi, de percevoir au moins partiellement sa subjectivité. Certes, comme les autres chroniqueurs arabes, il loue l’ordre et la prospérité, mais sans justifier son installation par tous les moyens. Au sujet de l’établissement du pouvoir turc, Thierry Bianquis a d’ailleurs souligné qu’au fil de la narration affleure la nostalgie d’un pouvoir arabe82, ainsi que le montre, par exemple, son récit du règne de Muslim b. Qurayš, dernier prince arabe d’Alep. Le recul du temps aidant, cet héritier d’une lignée de notables, descendant des Banū Ǧarāda ‘uqaylides, était conscient qu’à l’enchâssement des ve/xie et vie/xiie siècles un monde s’était dérobé, auquel un autre, dirigé par l’élément turc, ou kurde accessoirement, avait succédé. Mais son hostilité envers les Turcs est discrète et non aveugle : au-delà du tableau – noir – qu’il brosse de la situation politique (jusqu’à l’arrivée de Zankī), les qualités des nouveaux arrivants, militaires il va sans dire, sont reconnues83. Cette antipathie est bien plutôt dirigée contre les Turcoman, qu’il ménage peu : leur objectif principal, pour ne pas dire unique, en cas même de lutte contre l’infidèle, ne consistait-il pas à piller, encore et encore84 ?

  • 85  Cf. par exemple p. 173-174, an 508 : « Lu’lu’ et les chefs (muqaddamūn) alépins écrivirent à l’atā (...)
  • 86  Voir les récits des expéditions de Mawdūd p. 164 (an 507), de Balak/Īl-Ġāzī/Ṭuġtakīn p. 203-205 (a (...)

28Plus généralement, face aux Francs, Ibn al-‘Adīm, en cela aussi peu original, semble déplorer l’éloignement du pouvoir seldjouqide. Lointains et peu concernés par les affaires syriennes que ces sultans, tout préoccupés qu’ils étaient par l’affaiblissement de leur autorité, remise en cause par des membres de leur famille, un calife, un aventurier, un atabeg. Avant l’avènement des Zankides, les grands émirs qui s’imposèrent en Syrie font preuve, pour Ibn al-‘Adīm, d’un égoïsme sans faille, sauf exception (Tuġtakīn, mais beaucoup moins que dans le ayl ta’rīḫ Dimašq, Balak, mais peu de temps). Ils ne se soucient pas vraiment de bouter les nouveaux venus francs hors du pays. En fait, ils s’arrangent d’une présence qui leur permet de se maintenir au pouvoir85. Même si la tonalité de la chronique se fait plus fortement religieuse quand sont contées les expéditions de Mawdūd, de Balak ou de Bursuq b. Bursuq, c’est surtout avec Īl-Ġāzī, après l’Ager Sanguinis, que la thématique du ǧihād s’impose fermement, même si, là encore, cette progression n’est pas complète. Seul Nūr al-dīn unit la piété de l’homme aux objectifs de guerre sainte. De son père Zankī, Ibn al-‘Adīm n’avait pas occulté l’ivresse au moment de son assassinat86.

  • 87  Exemples : p. 126-127 (an 490), p. 135 (an 491), p. 138 (an 491), p. 150-151 (an 498), p. 209 (an (...)

29Pas plus que dans une autre chronique, les armées de ces princes ne sont décrites avec précision dans la Zubda. On peut ajouter que les descriptions de bataille y sont peu développées (et plutôt rares), la mentalité du soldat oubliée, les moyens rarement explicités, les tactiques peu commentées et parfois difficiles à appréhender. Les informations qu’on peut y puiser sont pourtant nombreuses, directes ou indirectes. Par exemple, l’importance de l’élément arménien en Syrie du Nord y est manifeste : présents dans l’armée même de Riḍwān, les fantassins arméniens semblent ensuite, et surtout dans la phase d’installation des Croisés, jouer un rôle important à leurs côtés87. Ibn al-‘Adīm corrobore, ainsi, les sources franques ou arméniennes. Mais plus généralement, toutes les populations locales, montagnards, ahl al-ǧabal, ou citadins, ahl al-balad, aḥdāṯ, honnêtes gens ou brigands, arāmiyyūn, participent régulièrement aux combats, jusqu’à Zankī au moins. Après ce souverain, et sous son fils surtout, Alep commence enfin à moins souffrir de pénurie, en hommes d’armes tout particulièrement, même s’ils continuent à faire appel aux Turcomans. Alors sont mentionnés des ‘asākir, armées « régulières », qui siègent dans différentes villes, preuve de moyens et d’une organisation militaire plus stables.

  • 88  Cet ouvrage de compilation, dans le sens le plus positif du terme, mériterait une étude poussée. P (...)
  • 89  Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, plusieurs éditions existantes (voir la Bibliographie).
  • 90  Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb fī aḫbār banī Ayyūb, éd. J. al-Shayyal, Le Caire, t. I (le seul qui n (...)
  • 91  Cf. la mort de Šāhanšāh b. Naǧm al-dīn Ayyūb lors du siège de Damas par la deuxième croisade, p. 1 (...)
  • 92  Dont il utilise abondamment les ouvrages. Noter aussi son utilisation intelligente, pour les affai (...)
  • 93  Mufarriǧ al-kurūb, t. i, p. 73-75.
  • 94  Ibid., p. 71.
  • 95  Récit qui, encore une fois, complète celui d’Ibn al-Aṯīr dans le Kāmil (sa source principale), et (...)
  • 96  P. 109-110. Il faut se souvenir qu’Ibn Wāṣil écrit pour la dynastie ayyoubide.
  • 97  Notamment le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, les Nawāḍir al-sulṭāniyya d’Ibn Šaddād, le Barq al-Šāmī de ‘Imād (...)
  • 98  Les expéditions égyptiennes sont longuement racontées, de même que la chute du califat fatimide.
  • 99  Voir par exemple p. 146 (récit de la prise de Banyas par Nūr al-dīn, en 559/1164) où Ibn Wāṣil pre (...)
  • 100  Cf. le récit de la prise d’Édesse, p. 94.
  • 101  Tout au moins dans les parties qui nous concernent. Quant il n’est que succinct, il résume avec in (...)

30Aux sources narratives jusqu’ici citées s’ajoutent un certain nombre de compilations plus tardives, à l’intérêt moins continu, mais non moins réel. On a déjà souligné, ainsi, la valeur inestimable du Kitāb al-rawḍatayn fī aḫbār al-dawlatayn d’Abū Šāma (m. 665/1268)88, ou du Ta’rīḫ al-duwald’Ibn al-Furāt (m. 807/1405), beaucoup plus tardif. Le Mir’āt al-zamān de Sibṭ Ibn al-Ǧawzī (m. 654/1256), bien que d’intérêt moindre pour le vie/xiie siècle, n’en fait pas moins preuve, à l’occasion, d’une certaine originalité, comme à l’occasion du siège de Damas par les armées de la deuxième croisade89. De même du Mufarriǧ al-kurūb fī aḫbār Banī Ayyūb90 d’Ibn Wāṣil (m. 697/1298), qui ne devient certes vraiment intéressant qu’après le règne de Nūr al-dīn, mais qui n’en contient pas moins des détails91 dont l’historien ne peut se passer dès les pages consacrées aux débuts la dynastie zankide. Il offre par exemple une version quelque peu différente de celle d’Ibn al-Aṯīr92 des mesures prises par Zankī à Ma‘arrat al-Nu‘mān après sa reconquête93, un résumé précieux de l’histoire de Homs dans le premier tiers du vie/xiie siècle94, un récit circonstancié de l’ambassade envoyée par Zankī auprès du sultan Mas‘ūd lors du siège d’Alep par l’empereur byzantin95, quelques lignes intéressantes car semble-t-il dénuées d’intention thuriféraires ou au contraire pernicieuses sur la livraison de Baalbek au maître de Damas par Naǧm al-dīn Ayyūb, immédiatement après l’assassinat de Zankī96, etc. Le règne de Nūr al-dīn offre moins d’originalité. Les courts récits succèdent aux citations directes de sources par ailleurs conservées97. Le propos ne devient réellement développé qu’à la fin du règne du « juste prince », alors que les fondateurs de la dynastie ayyoubide intervenaient (notamment en Égypte) avec brio98. Mais on ne peut qu’apprécier l’intention explicative99, les récits très synthétiques, à l’information généralement sûre, au style très alerte et maîtrisé qui rend les récits de combats plaisants et aisément compréhensibles100. Cependant, comme chez ses devanciers, on peut déplorer une certaine négligence des considérations d’ordre tactique. Souvent, il en reste très proche — d’Ibn al-Aṯīr tout  particulièrement —, se contentant de les résumer, usant de ce qui semble être un modèle narratif bien déterminé, touchant au stéréotype101.

  • 102  Cl. Cahen, SN, p. 81 ; EI 2, s. v. ; Nuwayrī, Nihāyat al-arab, édition électronique commodément di (...)
  • 103  Ḏahabī (m. 748/1347) , al-‘Ibar fī man ‘abar, éd. S. D. al-Munaǧǧid et A. F. Sayyid, vol. 3 et 4, (...)

31Il faut tenir compte d’œuvres plus tardives et plus monumentales écrites dans une optique universelle, comme celle de l’égyptien al-Nuwayrī (m. 732/1332), un temps nāẓir al-ǧayš (inspecteur de l’armée) à Tripoli, sous le sultan Qalāwūn, dont la Nihāyat al-arab fī funūn al-adab n’est en fait pas une chronique : il s’agit d’une encyclopédie dont une partie se présente sous la forme d’une histoire universelle102. Son intérêt principal, comme celui des compilations d’al-Ḏahabī (748/1347), est de conserver un certain nombre d’extraits d’ouvrages du vie/xiie siècles perdus103. En matière militaire, ainsi qu’on l’a déjà souligné, leur utilisation doit être prudente quant à la mentalité des combattants. Il faut par exemple se méfier de la tentation, pour des auteurs qui écrivaient alors que les États croisés soit avaient été fragilisés, soit avaient disparu, des ambiances de ǧihād artificiellement recréées et des dénonciations de l’activité de tel ou tel prince. Lorsque les sources ne sont pas citées littéralement, il faut aussi se défier de tout anachronisme, qu’il s’agisse du vocabulaire militaire (composition et organisation des armées, échelles de commandement, armes…), ou des combats eux-mêmes (mise en avant, par exemple, du rôle de telle ou telle ethnie ou des combattants serviles ; valorisation excessive de tel type de cavaliers…).

  • 104  Le t. iii, seul nous concerne, éd. M. Ḥ. M. Aḥmad, Le Caire, 1393/1973. Sur lui ainsi que sur son (...)
  • 105  Renseignements qu’il n’est pas forcément le seul à fournir. Le voyant, p. 265, 272-273 ; ‘Abbās, p (...)

32Auteur prolifique ayant pratiqué de nombreux genres, le compilateur égyptien Taqī al-dīn Maqrīzī (m. 845/1442), l’un des historiens majeurs de l’époque mamelouke, cite peu ses sources – tout au moins plus rarement que dans ses autres ouvrages – dans son histoire des Fatimides en Égypte, Itti‘āẓ al-ḥunāfā fī aḫbār al-a’imma al-Fāṭimiyyīn al-ḫulafā’104. Si les événements syriens n’impliquant pas l’Égypte n’y sont que rarement évoqués, les interventions de l’armée fatimide donnent parfois lieu à des détails intéressants, la lutte contre les Francs à plusieurs développements. Et cette chronique fourmille de renseignements de toutes sortes, tirés d’une multitude de sources. Ainsi de la prédiction d’un voyant à Šīrkūh futur conquérant d’Égypte. Ou du récit de la vente, par les Francs, du fils de ‘Abbās. La sœur du calife al-Ẓāfir leur avait demandé d’intervenir (contre rétribution). Maqrīzī explique également la création des Ṣibyān al-zarad, exécuteurs des basses œuvres de Ḥasan ainsi nommés parce qu’ils portaient une cotte de mailles105

1.2. Dictionnaires biographiques d’Ibn ‘Asākir et d’Ibn al-‘Adīm

  • 106   R. S. Humphreys, « Ta’rīkh », EI 2, t. x, p. 298.
  • 107  Ta’rīḫ Baġdād aw madīnat al-salām, éd. Le Caire, 14 vol., 1931. Sur les dictionnaires biographique (...)
  • 108  Éd. Le Caire, 1989.
  • 109  Sur Ibn ‘Asākir et son œuvre, voir N. Élisséeff, La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, Damas, 195 (...)

33En regroupant par ordre alphabétique les biographies des hommes célèbres, essentiellement des hommes de religion, qui avaient habité ou même seulement séjourné dans une ville, le genre des dictionnaires biographiques participait toujours d’une logique d’histoire locale. La cité concernée, une métropole en général (Bagdad, Damas, Le Caire…), était valorisée, au moins de manière théorique, comme un centre de savoir ou de piété106. Al-Ḫaṭīb al-Baġdādī (m. 463/1071) lui avait donné, avec son monumental Ta’rīḫ Baġdād, ses lettres de noblesse107. Le ḥāfiẓ Ibn ‘Asākir (m.571/1176) le prit comme modèle pour écrire le tout aussi impressionnant (avec plus de 8000 articles)Ta’rīḫ madīnat Dimašq. Issu d’une haute lignée damascène, auteur de plusieurs autres ouvrages, dont un recueil de 40 ḥadīṯ-s exaltant le ǧihād, Arba‘īn fī l-iǧtihād fī iqāmat al-ǧihād108, l’homme, très pieux, avait bénéficié d’une éducation religieuse soignée, enrichie notamment par des séjours dans les centres religieux de son époque, dont Bagdad, pendant lesquels il avait perfectionné sa connaissance du ḥadīṯ. Sunnite zélé, défenseur, donc, du ǧihād, mais šāfi‘ite hostile aux ḥanbalites, il paraît avoir éprouvé du scepticisme, pour le moins, à l’égard des nouveaux maîtres turcs à l’écart desquels il demeura, jusqu’à ce que Nūr al-dīn, qui lui fit construire un dār al-ḥadīṯ, ne se rende maître de Damas. Le Ta’rīḫ madīnat Dimašq fut lui-même une source d’inspiration pour Kamāl al-dīn Ibn al-‘Adīm (m. 660/1262), qui l’utilisa abondamment dans sa Buġyat al-ṭalab fī ta’rīḫḤalab, dont une partie seulement a traversé les siècles109.

  • 110  La première a été traduite par N. Élisséeff, La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, op. cit.

34Introduits par l’exposé des vertus (faḍā’il) de chacune des villes, suivis de larges descriptions topographiques – véritable encyclopédie urbaine de Damas au vie/xiie siècle pour celui d’Ibn ‘Asākir, mine de connaissance d’Alep et de sa région jusqu’au temps de l’auteur pour celui d’Ibn al-‘Adīm110–, ces ouvrages apparemment très proches dans l’esprit diffèrent pourtant sensiblement. Il est vrai que leurs deux auteurs s’y plaisent à remonter aux temps les plus reculés, à présenter les biographies des hommes ayant compté dans l’islam naissant et ayant effectué un séjour plus ou moins prolongé dans leurs cités respectives, à centrer leur propos sur les hommes de religion, à préciser en général leur source – selon la méthode du ḥadīṯ – et même à présenter deux versions d’un fait, si besoin est. Ils n’y accordent néanmoins pas la même importance aux élites politiques et militaires, et n’apportent pas forcément le même type d’information. Nombre d’articles « civils » du Ta’rīḫ madīnat Dimašq sont succincts alors qu’Ibn al-‘Adīm n’hésite pas à s’étendre sur tel ou tel personnage, selon la dimension qu’il leur octroie ou en fonction des sources qu’il a pu réunir. Après les avoir choisies, ce dernier n’hésite pas à citer scrupuleusement ses très nombreuses sources, dont un bon nombre a disparu, sans craindre les longueurs.

  • 111  Éditée et traduite par N. Élisséeff, BEO, t. xxv, 1972 ; éd. ‘Amrawī, t. lvii, p. 118-124.
  • 112  Sans, bien entendu, que toutes ces informations soient systématiquement données. Tout semble dépen (...)

35Sur le plan politico-militaire, la différence entre les deux dictionnaires s’accentue. Celui d’Ibn ‘Asākir néglige, globalement, les hommes politiques et les chefs de guerre. On lui doit certes la seule biographie de Nūr al-dīn rédigée par un contemporain qui nous soit parvenue111. Mais il ne consacre pas de notices aux nombreux émirs qui gravitaient autour des princes seldjouqides puis bourides, pourtant parfois, comme Munīr al-dīn Anur, réels détenteurs du pouvoir. De plus, celles qui ont été rédigées le sont sans développement excessif, si ce n’est celle de Nūr al-dīn avec lequel Ibn ‘Asākir entretint des rapports particuliers. L’essentiel est dit en quelques lignes : date et lieu de naissance, date d’arrivée à Damas et/ou de la prise de pouvoir, durée de ce pouvoir, évocation de l’homme fort du temps, au cas où, faits marquants du règne, qualités de l’homme…112 Il est parfois fait mention d’un dynamisme particulier en matière de ǧihād. Le puissant, turc, a alors droit à quelques égards :

  • 113  Éd. ‘Amrawī, t. viii, p. 379.

« Ismā‘īl b. Būrī b. Ṭuġtakīn Abū l-Fatḥ al-ma‘rūf bi-Šams al-mulūk.
Il reprit Banyas des mains des infidèles (al-kuffār) en deux jours ; les ismaéliens la leur avaient livrée. Et il porta sans cesse le fer sur le territoire des infidèles113. »

  • 114  Expression traditionnelle, dans les sources arabes, pour désigner des souverains non musulmans.
  • 115  « Wa kāna šahman wa ṣāliman » : en sus de la bravoure, ces deux termes dénotent aussi la dureté, l (...)
  • 116  Soit Qal‘at Ǧa‘bar, sur l’Euphrate.
  • 117  Éd. ‘Amrawī, t. xix, p. 85. Il s’agit de la totalité de la notice. Elle met l’accent sur les quali (...)

« Zankī b. Āqsunqur Abū l-Muẓaffar al-Turkī.
Connu sous le nom d’Ibn Qasīm al-Dawla. Il vint à Damas en compagnie de l’amīr Mawdūd, seigneur (ṣāḥib) de Mossoul, celui qui fut assassiné dans la grande mosquée de Damas. C’était l’un de ses awāṣṣ, puis sa situation s’améliora, jusqu’à ce qu’il soit maître de Mossoul, Alep, Hama et Homs. Il assiégea Damas, puis on s’arrêta à ce qu’on y effectuerait l’appel à la prière en son nom. Il conquit Baalbek et d’autres places de Syrie et de Djéziré. Il reprit plusieurs forteresses (ḥuṣūn) et cités franques, comme al-Ma‘arra, Kafarṭāb, et Tall Bārīn, et il conquit la ville d’Édesse. Il accomplit de beaux exploits, lors de la résistance au prétendu roi byzantin (mutamallik al-Rūm114), quand ce dernier assiégea Šayzar ; il fit prisonnier plusieurs héros ennemis (min abṭāl al-‘adū). Il était vaillant et brave115. Il fut assassiné alors qu’il assiégeait la citadelle d’Ibn Mālik (qal‘at Ibn Mālik116) en 541, et enterré à al-Raqqa, que Dieu Très Haut lui soit miséricordieux117. »

  • 118  Le vocable miqdām signifie aussi, et tout autant, « meneur d’hommes ».
  • 119  Stricto sensu : « il éloigna les Francs d’eux » (wa radda al-Firanǧ ‘anhum).
  • 120  Éd. ‘Amrawī, t. xxiii, p. 274. Ibn ‘Asākir souligne aussi que l’Égypte fut remise dans le droit ch (...)

« Šīrkūh.
Il gouverna Damas un temps. Et il s’attacha à faire la guerre aux Francs et à conquérir leurs forteresses (ḥuṣūn) à maintes reprises. Il était courageux (šuǧā‘), intrépide (miqdām)118, brave (sālim), redoutable (mahīb). […]
Il mourut – que Dieu lui soit miséricordieux – au Caire le samedi de l’année 564 (sic : bi-Miṣr fī yawm al-sabt sanat…)après que les Francs – que Dieu les abandonne – l’aient assiégé et aient ardemment désiré s’en rendre maître. Ses habitants demandèrent assistance à Asad al-dīn, qui vint donc les aider. Il les en libéra119, tua Šāwar al-Ǧaḏāmī, et prit le pouvoir en Égypte (diyār Miṣr). Il a fait la faveur (minna) à tout musulman de délivrer l’Égypte de l’emprise des Francs120. »

  • 121  Inab, éd. ‘Amrawī, p. 118-119 : « Et il fit une expédition (ġazā : la connotation est celle de la (...)
  • 122  Éd. ‘Amrawī, p. 123.

36Mais rien de plus développé : les campagnes militaires – qu’on sait avoir été incessantes, à Damas comme dans toute la Syrie, sont négligées, rapidement évoquées. Les nombreux sièges que cette ville eut à subir, du fait des Francs, de Zankī et même de son fils Nūr al-dīn ne donnent pas plus lieu à amples récits. Même la notice de Nūr al-dīn, où sont pourtant racontés ses faits de guerre, laisse à l’écart toute considération tactique : les deux importantes victoires sur les Francs qui sont rapportées, à Inab (544/1149) et près de Ḥārim (559/1164), le sont plus sur le mode de la glorieuse évocation que du récit de bataille121. Le résumé des expéditions égyptiennes de Šīrkūh permet surtout de célébrer le triomphe tant attendu des sunnites, ahl al-Sunna122.

  • 123  Les extraits traduits ci-dessus complètent avantageusement les récits des chroniqueurs arabes. Cf. (...)
  • 124  Pour plus de détails, cf. R. S. Humphreys, « Ta’rīkh », EI 2, t. x, loc. cit.

37Est-ce à dire que ces notices sont d’une valeur négligeable pour l’étude du fait militaire ? S’il ne faut pas, au moins pour le vie/xiie siècle, y rechercher de récits de bataille sur le mode de ce qu’on peut trouver dans un certain nombre de chroniques, on ne peut ignorer ses anecdotes parfois précieuses, et certains de ses récits – trop rares pour le vie/xiie siècle – modifient sensiblement la connaissance qu’on a de tel ou tel affrontement123. Il n’en demeure pas moins que seuls les personnages pieux l’intéressaient vraiment. Profondément religieux, il développe en fait une conception traditionaliste de l’histoire, qui est avant tout une histoire sainte, élaborée par et pour les ulamā’, dans laquelle les militaires, déjà majoritairement turcs, de son temps, tout au moins en ce qui concerne l’élite, n’avaient pas à être incorporés. Du caractère succinct des articles qui renvoient aux souverains et du silence qui entoure la plupart des membres de l’élite militaire, on doit supputer soit une désapprobation (rarement directement exprimée) de l’installation de ces Turcs, soit de l’indifférence pour un ici-bas si souvent éloigné des préoccupations des religieux. Sur ces derniers, par contre, il n’hésite pas à s’étendre. Il précise, généralement, le milieu dans lequel ils avaient baigné, énumère inlassablement les ḥadīṯ-s qu’ils avaient transmis et les maîtres ou les élèves qu’ils avaient eus, tout en résumant les grandes lignes de leur vie – date de naissance et de mort, lieux de vie et, au cas où, d’enseignement124

  • 125  Cf. l’index, t. 11 p. 5596-5600 (plusieurs centaines d’occurrences) et p. 5846. Ces emprunts ne se (...)
  • 126  Anne-Marie Eddé s’est récemment penchée sur celles traitant du règne de Sayf al-dawla : « Les sour (...)
  • 127  Humphreys, loc. cit. ; pour les sources, voir l’index des noms d’ouvrages cités, t. 11, p. 3843-38 (...)
  • 128  Cf. par exemple « Āq Sunqur al-Bursuqī », t. iv, p. 1963-1970, « Dubays b. Ṣadaqa », t. vii, p. 34 (...)
  • 129  Certains l’accusent même de s’être converti au chiisme. La vision négative du prince est perpétuée (...)

38La trame des notices qui portent sur des hommes de religion ne diffère pas fondamentalement dans la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, qui s’était beaucoup servi du travail de son prédécesseur, comme l’attestent les emprunts qu’il lui fait125. Il y fait preuve, lui aussi, d’indéniables qualités de muḥaddi. Mais la curiosité de cet érudit, qui meurt un siècle après Ibn ‘Asākir, alors que le danger le plus grand était désormais mongol et que l’intégration de la classe militaire turque et kurde dans la société proche-orientale était plus avancée, semble plus large et plus diversifiée, comme sa vision du monde. On a présenté, déjà, la chronique abrégée qu’il tira de son dictionnaire, chronique qui démontre son intérêt pour la chose politique. Cet intérêt se retrouve dans la Buġya, dont les sources, fort nombreuses, sont d’un genre très varié126. Les ouvrages géographiques et les chroniques politiques y côtoient, par exemple, les sources plus strictement biographiques127. Cette large palette lui permet, notamment, de multiplier les notices de membres de l’élite politico-militaire. Un certain nombre, celles de personnages de premier plan, essentiellement les détenteurs du pouvoir, sont très développées. Elles s’étendent sur plusieurs pages imprimées qui enrichissent considérablement ce qui était déjà narré dans la Zubda128. Elles racontent parfois, avec moult détails, telle ou telle campagne militaire, tel ou tel fait d’armes, sans qu’Ibn al-‘Adīm intervienne forcément dans la narration: il se contente souvent de rapporter telle ou telle version, en prenant soin, néanmoins, en cas d’erreur, de la signaler et, le cas échéant, de la corriger. Parfois, aussi, plusieurs variantes d’un même fait sont présentées, certaines étant critiquées. Et même s’il prend parfois clairement parti contre l’un ou l’autre des puissants dont il décrit et condamne les affres, il n’en tient pas moins à demeurer objectif, même à propos de Riḍwān, prince seldjouqide dépeint par l’historiographie arabe officielle comme ayant facilité l’expansion franque et favorisé l’engeance chiite à Alep129:

  • 130  Le vocable ḥabba désigne une pièce de très peu de valeur, et par extension rien.
  • 131  Buġya, « Riḍwān b. Tutuš », t. viii, p. 3661.

« Le prince Riḍwān était avare et avide : il aimait l’argent, et ne le donnait tellement pas de bon cœur que ses émirs et ses secrétaires lui donnaient l’injurieux sobriquet d’Abū Ḥabba130. C’est ce qui affaiblit son pouvoir et gâta sa situation face aux Francs et aux Bāṭiniens. [De plus], il restaura à Alep des taxes extralégales (mukūs) et des impôts (ḍarā’ib) qui n’avaient plus cours. Et avec tout ceci, il avait en lui bonté et bienveillance envers les Alépins. J’ai ainsi entendu dire que passant à cheval, un jour, pour sortir par Bāb al-‘Irāq, il entendit, alors qu’il arrivait à al-Marmā, qui se trouve à l’intérieur du rempart, près de Bāb al-‘Irāq, une femme qui criait à une autre : “Ô Zulīḫā, viens voir le prince (al-malik) !” Il saisit alors la tête de son cheval et s’arrêta un moment ; puis il observa et, ne voyant personne, il dit : “Où est cette Zulīḫā ? Dites-lui de venir me voir, ou je reprends ma route”. Ceci est de la plus éminente bonté (min ablaġ al-laṭāfa), de la part d’un prince tel que lui131. »

  • 132  Ibid., p. 3662.

De cette bienveillance, Ibn al-‘Adīm donne d’ailleurs d’autres exemples, comme la sage intervention de Riḍwān qui réussit à concilier son ancêtre Abū Ġānim et le qāḍī Abū l-Faḍl b. al-Ḫaššāb132.

  • 133  Ibid., p. 3664.

39Dans d’autres occasions, Ibn al-‘Adīm pousse plus loin encore son souci de rigueur. Par exemple quand il intervient pour enrichir le propos d’une de ses sources, al-‘Aẓīmī, qui racontait une défaite de ce même Riḍwān, pour en détailler les conséquences géostratégiques133 :

  • 134  C’est donc al-‘Aẓīmī qui est ici cité (cf. sa chronique abrégée, sous l’année concernée).
  • 135  L’expression a une connotation religieuse : l’infanterie se résigne à la volonté de Dieu, ainsi qu (...)
  • 136  Pluriel de ġāzi ou ġāzī. Cet ism al-fā‘il du verbe ġazā renvoie à « celui qui entreprend une expéd (...)

« Il dit134 : année 498. Cette année-là, les Francs défirent le prince (al-malik) Riḍwān près d’une source qui coule sur la terre d’Artāḥ. La cause de tout ceci, c’était le château (ḥiṣn) d’Artāḥ : les Francs s’y rendant pour le prendre, Riḍwān rassembla une forte troupe (al-ḫalq al-‘aẓīm), et se porta à son secours – il avait [notamment] avec lui une multitude de fantassins (al-ḫalq al-‘aẓīm). La bataille eut lieu le jeudi ; la cavalerie (al-ḫayl) prit la fuite [alors que] les fantassins se livrèrent entièrement(wa aslamū al-raǧǧāla)135 ; il en fut donc massacré un très grand nombre. On perdit, parmi les Alépins, de nombreux ġuzāt136 – que Dieu les ait en sa miséricorde. Et la plupart de ceux qui se trouvaient [dans le château] s’enfuirent (wa inhazama akṯar man bihi).

Je dis : il est parvenu à ma connaissance que furent tués, parmi les musulmans, près de 3000 [hommes], tant cavaliers (fāris) que fantassins (rāǧil), et que les musulmans qui se trouvaient à Artāḥ s’enfuirent. Les Francs prirent la direction du pays alépin, dont les habitants détalèrent précipitamment – certains furent dépouillés, d’autres emmenés en captivité. La situation du territoire sis entre le Ǧabal Laylūn et Šayzar s’altéra ; la peur succéda à la sécurité et à la quiétude, et les habitants du Ǧazr et du Laylūn prirent la fuite pour Alep. Mais la cavalerie franque (ḫayl al-Firanǧ) les rattrapa, en réduisit la plupart en captivité et en massacra une partie. Cette catastrophe était, pour la province d’Alep, plus terrible que la première, à vrai dire. Tancrède le Franc (Ṭankrīd al-Firanǧī) fondit sur Tall Aġḏī, dans le Laylūn, et s’en empara. Il prit le reste des places fortes (ḥuṣūn) de la région d’Alep. Ne resta en possession du prince Riḍwān que Hama, dans les districts (a‘māl) méridionaux, et il ne conserva rien dans les districts occidentaux ; il ne garda que les districts orientaux et septentrionaux, et encore sans qu’ils soient sécurisés. »

Dans de tels passages, la Buġya apparaît comme une chronique, ce qui en fait un outil indispensable.

1.3. Une source originale, le « récit de vie » d’Usāma b. Munqiḏ (m. 584/1188)

  • 137  H. Derenbourg, Ousâma b. Munḳidh, un émir syrien au premier siècle des Croisades, vol. i, Vie d’Ou (...)
  • 138  N. Élisséeff, loc. cit. : « Malheureusement l’ouvrage ne présente pour l’historien qu’une source a (...)

40Le Kitāb al-I‘tibār et son auteur ont, depuis la fin du xixe siècle, fait l’objet de multiples travaux en langues occidentales. Plusieurs fois édité, l’ouvrage, considéré comme révolutionnaire car de genre hybride – il s’agissait bien d’histoire, mais racontée à la première personne par un actant majeur – fut traduit en français, en anglais, en allemand et en russe, pour les langues les plus courantes, dès la fin du xixe siècle et au début du siècle suivant, alors qu’on s’attachait à retracer dans les moindres détails la vie de l’émir qui l’avait composé137. Il constitua rapidement, dès lors, l’une des bases de la connaissance des historiens des croisades sur « ceux d’en face », l’ennemi musulman. C’est, très largement (mais non exclusivement), à travers les considérations d’Usāma que furent appréhendés la mentalité et le mode de vie des élites musulmanes, leurs circonvolutions face aux nouveaux venus francs, leur adaptation à leur installation, leur perception de leur façon de vivre. C’est que par-delà son accessibilité, l’I‘tibār est d’une originalité et d’une richesse que chaque nouvelle lecture met d’autant plus en lumière, même si le desservent les ambiguïtés de la narration, ses imprécisions chronologiques et ses redites, ainsi qu’une présentation très subjective des événements, toutes caractéristiques amplement dénoncées par des historiens qui cependant continuent et d’exploiter toujours plus le texte, et de s’extasier sur la complexe personnalité de son auteur138.

41De sa vie, on se contentera ici de souligner l’essentiel : Abū l-Muẓaffar Usāma b. Muršid b. ‘Alī b. Muqallad b. Naṣr Maǧd al-Dīn Mu’ayyad al-dawla b. Munqiḏ al-Kinānī al-Kalbī al-Šayzarī, né l’année du prêche de la croisade par Urbain II, célèbre déjà de son vivant, s’éteignit à Damas, en ramaḍān 584/novembre 1188, après une exceptionnelle existence, foisonnante et pleine, aventureuse et mouvementée, chaotique et risquée, semée de voyages et de découvertes. Elle le conduisit de Šayzar, ville natale ô combien célébrée dans l’I‘tibār,à Damas, Jérusalem, Le Caire, Alep, Mossoul, La Mecque, Ḥiṣn Kayfā, au gré des maîtres qu’il servit, des ambassades qu’il mena, des batailles auxquelles il prit part et où il s’illustra, des hommes qu’il rencontra et des livres qu’il consulta. Membre d’une grande famille au passé déjà glorieux quand les Croisés s’imposent en Syrie, les Banū Munqiḏ, Usāma mêle en lui – du moins c’est ce qu’il prétend – ce qui faisait la fierté du clan : la bravoure, la force et la dextérité de l’émir, fāris (cavalier) hors pair, chasseur passionné et raffiné, homme d’amitié et de respect, et le goût pour la culture, l’histoire, la poésie et les sciences religieuses. Écrivain de valeur, il est d’ailleurs l’auteur d’une bonne douzaine de livres, dont un bon nombre a disparu, l’I‘tibār semblant en constituer la pièce maîtresse.

  • 139  Le Livre brisé, Paris, 1989.
  • 140  Voir celui, finalement peu amène (sur l’homme et l’I‘tibār, mais non sur l’œuvre dans sa totalité, (...)
  • 141  Sur la guerre dans l’ouvrage, voir les analyses d’A. Miquel, Des enseignements, op. cit., p. 43 sq (...)
  • 142  Kitāb al-I‘tibār, p. 85 ; Des enseignements de la vie, p. 215 (cf. aussi l’introduction, p. 46-47) (...)

42Le Kitāb al-I‘tibār, dicté par un Usāma vieilli et fatigué, mais toujours vert d’esprit, inaugurait un genre, l’autobiographie, donc, dans la littérature arabe – ou du moins le faisait-il briller de mille feux. Peut-être serait-il plus approprié de parler « d’autofiction », à la manière de Serge Doubrovsky139. Non seulement parce que, bien souvent, la fiction et la réalité se confondent dans l’écriture à la première personne, mais encore du fait qu’il apparaît, au fil de la lecture, qu’Usāma cherche tout autant sinon plus à raconter la vie de l’homme qu’il aurait voulu être, un homme idéal mêlant les vertus de l’adīb et du fāris, plutôt que celle de celui qu’il fut. L’espace de quelques pages, il est donc un héros, qui côtoie les puissants et participe de manière décisive à l’Histoire. Un homme ferme face à l’adversité, oublieux des nécessités, aussi habile dans le maniement de la langue arabe que dans celui des armes du combattant. Poète et historien, littérateur, « honnête homme » à l’aise dans toutes les situations. Et non émir qui dut se vendre au plus puissant pour subsister et quitter son havre d’enfance (Šayzar) par décision de son oncle (véritable maître des lieux), intrigant que plusieurs puissants se firent un honneur de chasser, homme de lettres qui ne sut ou ne put se contenter des plaisirs que la littérature lui procurait… Mais quel que soit le regard qu’on jette sur l’homme et sur l’œuvre140, d’une incontestable nouveauté, l’essentiel pour nous est ailleurs, par-delà l’œuvre littéraire, l’autoportrait certes élogieux que l’auteur dresse de lui-même, la langue même, spontanée et non dénuée de raffinement, à l’occasion, mais aussi percluse de dialectalisme : la guerre y occupe une place importante, la première, en terme de narration, sous des formes variées, sièges, batailles et embuscades, chevauchées, anicroches en tout genre… Ce qui fait que, quotidienne, on la considère rapidement, à la lecture de l’I‘tibār, comme naturelle, faisant partie de l’ordre des choses141. Le propos, surtout, est celui d’un combattant, d’un quidam ayant consacré, en sus de la littérature et de la chasse, une grande partie de sa vie, pour ne pas dire l’essentiel, au métier des armes. Ses premiers pas sur les champs de bataille sont contés avec le sel du vécu, malgré le recul que l’âge confère, les fléchissements inévitables de la mémoire et les probables détours qui lui sont volontairement imposés. Il n’hésite pas à contredire son précepteur pour défendre ce qui était, pour lui, tout autant un mode de vie qu’un état d’esprit, en opposant à la raison (‘aql) de tout un chacun, qui pousse à la survie, celle du héros, motivé par l’honneur, qui lui permet de dépasser l’appréhension et la peur qui précèdent le combat. S’il ne fait pas stricto sensu de l’état de combattant un idéal de vie, il le réhabilite142 :

« Je dirai aussi qu’un jour, nous parlions guerre (qitāl) et que mon précepteur, le maître, le savant Abū ‘Abd Allāh Ibn Yūsuf, connu sous le nom d’Ibn al-Munīra – Dieu le prenne en pitié ! – était là, qui écoutait. Je lui dis :
“ Professeur, si tu montais à cheval, si tu passais un casaquin et un casque (ḫūḏa), ceignais une épée (sayf), prenais une lance et un bouclier (turs), et si tu te postais au gué de l’Oronte (un passage étroit par où les Francs – Dieu les maudisse ! – traversaient), aucun d’eux ne te ravirait le chemin.
– Que si, répliqua-t-il, ils passeraient tous.
– Ils te craindraient, ne te connaissant pas.
– Mais c’est que je me connais bien, moi, grâce à Dieu ! Et Ibn al-Munīra d’enchaîner : Usāma, un homme raisonnable ne se bat pas (mā yuqātilu ‘āqil).
– Alors, professeur, tu comptes un tel et un tel (je lui énumérai quelques-uns de nos compagnons, de hardis cavaliers, min šuǧ‘ān al-fursān) pour des fous ?
– Ce n’est pas ce que je voulais dire. Je tiens simplement que la raison (al-‘aql) est absente à l’heure du combat (waqt al-qitāl). Car si tel n’était pas le cas, jamais un homme n’exposerait son visage aux épées, ni sa poitrine aux lances et aux flèches (sihām). Il n’y a rien là qui soit commandé par la raison.”
Mon professeur – Dieu le prenne en pitié ! – était plus au fait de science (‘ilm) que de guerre (ḥarb). C’est la raison elle-même, en effet, qui nous porte à braver les épées, les lances et les flèches, trop honteux que nous serions d’une réputation de lâches et du qu’en-dira-t-on. Voyez comme un brave, avant de s’engager dans la bataille (al-ḥarb), est saisi de frissons, de tremblements, et devient pâle : ses pensées en sont cause, et son esprit qui lui parle de ce qu’il va faire, de l’entreprise où il va se lancer, de ses périls. Son âme s’épouvante à cette perspective, elle l’abhorre. Mais une fois notre homme entré, plongé, noyé dans la bataille, tout disparaît, frissons, tremblements et pâleur. Oui, tout acte d’où la raison est absente laisse voir l’erreur et la faille. »

  • 143  Kitāb al-I‘tibār, p. 134-135.

43Son témoignage est donc celui d’un homme expérimenté, qui avait su au quotidien ce que le danger signifiait, en quoi le commandement consistait. Il connaissait l’importance d’un cheval, d’où les éloges qu’il adresse à l’animal. Il n’ignorait aucune méthode de combat, dans ce Proche-Orient qu’il avait maintes fois parcouru, après avoir servi les dynasties majeures du vie/xiie siècle, bouride, fatimide, zankide, artuqide puis enfin ayyoubide. En leur nom, il s’était battu contre d’autres musulmans, et parfois, mais beaucoup moins, avait côtoyé des Francs avec lesquels il avait pu nouer, à l’occasion, des liens d’amitié. Ainsi de ces Templiers dont il est l’un des rares, à rebours d’une historiographie arabe traditionnellement très hostile aux ordres militaires, à proposer une image plutôt positive143. Un témoignage différent, donc, de celui des autres sources narratives arabes, historiens officiels qui si souvent ignorent l’affectif, se répètent et condensent l’information. Un témoignage qu’il ne faut bien entendu pas forcément prendre au pied de la lettre, car tardif et imprécis, subjectif, désordonné, mais un témoignage précieux, le seul d’un combattant musulman de son temps qui nous soit transmis directement.

  • 144  Des enseignements de la vie, p. 44.
  • 145  Ibidem.
  • 146  Aucune différence n’est faite entre les armes franques et musulmanes.
  • 147  Kitāb al-I‘tibār, p. 77.

44L’I‘tibār n’est pas, loin s’en faut, un quelconque « traité de guerre », ainsi que le rappelle André Miquel144 : c’est bien d’un récit qu’il s’agit, de multiples récits plutôt, mis les uns au bout des autres, menés avec faconde, non sans maîtrise il est vrai, par un homme se remémorant certains passages de sa vie. Pas de discours didactique, donc, d’explication détaillée sur telle ou telle technique de combat, de développement sur telle ou telle tactique, et « peu de précisions sur les techniques d’armement et de l’appareillage militaire145 ». Le vocabulaire est peu varié146 et les détails manquent. Mais quelle richesse, sur ce plan, quand on compare l’I‘tibār aux chroniques du temps ! Souvent, les armes offensives et défensives sont énumérées et si, indubitablement, les mêmes mots (et les mêmes armes) reviennent fréquemment, au moins Usāma, qui connaissait l’importance d’un bon équipement, prend-il la peine de les utiliser, ce qui permet de connaître l’équipement de base d’un émir de son rang, d’un fāris. Et, concernant l’emploi de ces armes, certains passages sont exceptionnels, tel celui dans lequel il décrit la méthode de la charge lance couchée147.

  • 148  Voir infra, chapitre v, « Les combats ».
  • 149  Kitāb al-I‘tibār, p. 73, 74, 156, 158.
  • 150  Des enseignements de la vie, p. 203. Usāma précise que Numayr fut un des trois hommes que les isma (...)

45Il est vrai que c’est de l’élite qu’il est question, la plupart du temps, dans le Kitāb al-I‘tibār. Comme dans les chroniques, l’homme de pied, archer ou sapeur, est souvent anonyme. Il est néanmoins beaucoup plus présent ; et de quelques anecdotes148 ou de l’insistance d’Usāma sur les Ḫurāsāniyya dans la guerre de siège149, on croit comprendre qu’il était décisif. Un anonymat tout relatif, donc. Les exploits individuels rapportés sont quelquefois le fait de fantassins, comme ce Numayr al-‘Alārūzī, rāǧil šuǧā‘ ayyid, « fantassin courageux et fort », qui était au service d’Usāma. Il se porta volontaire pour être le premier à attaquer une caverne dans laquelle des Francs s’étaient retranchés, en tua un, fut frappé sur le côté du visage, se faisant lézarder la moitié du visage. Recousu à Šayzar, il en réchappa, non sans perdre un œil150.

  • 151  Cf. par exemple Kitāb al-I‘tibār, p. 59.
  • 152  Cf. notamment « Usāma ǧarīḥ » (« Usāma blessé »), ibid., p. 26 ; voir aussi p. 69, 77, et passim.
  • 153  Les récits concernant les prisonniers sont très nombreux. Voir par exemple ibid., p. 71, 80, 81 sq

46Naturellement, les amitiés, l’admiration, l’honneur et la fougue sont en général réservés à la caste de combattants à laquelle il appartient, celle du fāris, ce cavalier qui, sous la plume d’Usāma, semble proche du chevalier franc. On les voit combattre, charger, faire preuve de bravoure, se mesurer et maîtriser les techniques de combat151, être meurtris dans leur chair, parfois ne pas réchapper de leurs blessures152, faire des prisonniers, les rançonner, les échanger voire les massacrer, malgré les intercessions de notre héros153.

  • 154  Des enseignements de la vie, p. 147, où est rappelé (note 19) qu’on considérait traditionnellement (...)

47On a parlé de « héros ». C’est que la guerre, sanglante et crue, est panache, dans l’I‘tibār. Ceux qui y participent le font sans barguigner, sans fuir. Ils maîtrisent leur peur, hommes d’honneur (les musulmans) ou simplement courageux (les Francs). Tous méritent le respect ; tous sont projetés à la lumière, une lumière forte mais douce, laudative, celle d’une mise en scène souvent complaisante. Ce n’est pas sans raison qu’à propos d’un danger surmonté, le poète ‘Antara b. Šaddād est cité154 :

« Le héros que je suis se veut, par un côté,
Du meilleur sang des ‘Abs ; quant à l’autre moitié,
Mon sabre la défend. Lorsque, marquant le pas,
L’escadron ennemi furtivement sur moi
Pose un regard, il sait que mon mérite laisse
Loin au-dessous de lui tous quartiers de noblesse.
Peindre la mort ne se pourrait que sous mes traits,
Quand l’ennemi fait halte en un lieu resserré.
Chevaux et cavaliers l’ont appris : dans leur masse,
D’un maître coup tranchant j’ai taillé mille traces.
On me dit : « Pied à terre ! » et je suis le premier :
Si je dois me soustraire, à quoi bon chevaucher ? »

  • 155  Ibid., p.151. Mais Usāma, qui sait que le destin est entre les mains de Dieu, n’oublie pas aussi d (...)

Et, plus loin, fier du comportement de son fils, le père d’Usāma récite155:

« Celui que la tribu connaît pour lâche fuit :
Il ne se battrait pas quand sa tête est en jeu.
Celui que la tribu connaît pour valeureux
À qui ne lui est rien propose son appui. »

2. Les sources didactiques

48Les sociétés médiévales proche-orientales n’ont pas laissé, ou peu, d’archives (pour leur part, lorsqu’ils quittèrent Acre, à la fin du xiiie siècle, les Latins détruisirent les leurs). En revanche, elle produisirent toute une série d’ouvrages théoriques à l’intention didactique manifeste, traités militaires, recueils appelant aux ǧihād, spicilèges divers destinés à faciliter la tâche des gouvernants… Ces ouvrages peuvent s’avérer utiles pour l’historien, dans la mesure où il tranche l’épineuse question de leur rapport à la réalité. Composition, recrutement et gestion de l’armée, organisation d’une campagne, motivation du soldat, agencement des troupes pendant la bataille, considérations stratégiques ou tactiques, armement, archerie et équitation etc. : ils abordent les sujets les plus variés. Un certain nombre nous concernent directement.

2.1. Les traités militaires

  • 156  Voir sur ce point Ph. Richardot, Végèce et la culture militaire au Moyen Âge (ve-xve siècles), Par (...)
  • 157  Cf. les références données supra, en Introduction, (notamment les travaux de Shihab al-Sarraf cité (...)
  • 158  La taxinomie traditionnelle est celle qu’avait adoptée H. Ritter dans son article « La Parure », l (...)

49L’Occident médiéval ne produisit pas de traités militaires à l’époque qui nous concerne, des copies seules de quelques ouvrages antiques, celui de Végèce surtout, étant accessoirement connues d’un certain nombre de puissants156. Le phénomène est donc strictement oriental. En ce qui concerne le domaine musulman, l’expression « traité militaire » est en fait aussi commode qu’imprécise ; elle englobe toute un série d’ouvrages parfois très différents les uns des autres, du traité d’hippiatrie au manuel de guerre proprement dit. C’est qu’ayant tôt repéré leur importance, les savants se sont plutôt, à la suite de J. T. Reinaud, comme on l’a dit, astreints à établir des listes (il est vrai fort utiles) des manuscrits dormant au fond des bibliothèques, dont la plupart datent de la période mamelouke, quelques-uns faisant néanmoins l’objet d’une analyse et d’une traduction157. On distingue le plus souvent, en général, les traités de furūsiyya (tout ce qui concerne l’art équestre, globalement), ceux d’archerie et les précis de tactique et d’organisation militaire, sans que cette distinction soit forcément opératoire, un certain nombre d’ouvrages, comme la Tabṣira dont il sera question plus loin, traitant de différents arts. Il semble qu’il faille plutôt différencier les ouvrages généraux de ceux centrés sur une seule pratique, en tenant compte des évolutions que le genre connut158.

  • 159  Il mentionne notamment des travaux traduits du persan, comme le Kitāb Adab al-ḥurūb wa fatḥ al-ḥuṣ (...)
  • 160  Sh. Al-Sarraf, « Close combat weapons in the early ‘abbāsid period : maces, axes and swords », dan (...)

50C’est par le Fihrist d’Ibn al-Nadīm (m. 398/990) que la plupart des titres de manuels militaires écrits avant le ive/xe siècle sont connus, la grande majorité ayant disparu159. La plupart de ceux qui sont conservés datent de l’époque mamelouke, période faste, de renouveau, pour le genre. On a dès lors eu tendance à minimiser, voire à mettre de côté, la production d’époque abbasside, et à lier croisades (et invasions mongoles) et littérature militaire : c’était par contrecoup que les sociétés musulmanes, qui s’étaient d’ailleurs militarisées pour faire front, avaient réellement développé cette catégorie d’écrit. Considérer que les croisades ne constituent qu’un des facteurs, et peut-être même mineur, de l’évolution de sociétés surtout marquées par l’arrivée et la conquête du pouvoir par la soldatesque turque, plaide plutôt pour une relativisation d’un tel lien160.

  • 161  La science militaire grecque était tout particulièrement renommée et invoquée. Dans les quelques l (...)
  • 162  Sh. Al-Sarraf, loc. cit., p. 149-150. Pour cet auteur, en ce qui concerne les ouvrages de furūsiyy (...)
  • 163  De Muḥammad b. ‘Iṣā b. Ismā‘īl al-Ḥanafī al-Aqṣarā’ī, parfois lui aussi dit al-Rammāḥ, on ne sait (...)
  • 164  Cf. G. Tantum, « Muslim warfare », p. 190, qui ajoute, à ces sources : al-Buḫārī, Muslim, Abū Da’ū (...)
  • 165  F. Wüstenfeld, loc. cit. G. Tantum, p. 194 sq., étudie en détail les relations entre les textes gr (...)

51Un point fait l’unanimité (outre qu’on en est encore aux balbutiements de l’exploitation des différents manuscrits) : l’importance des emprunts que ces traités font, directement ou indirectement, à des écrits antérieurs – grecs, sassanides ou indiens. Ils ne sont, finalement, que continuation d’une tradition bien antérieure à l’apparition de l’islam161. Il semble bien que des traductions étaient disponibles dès les débuts de l’époque abbasside. Ces traductions passèrent de main en main, sans qu’on sache encore comment, jusqu’à l’époque mamelouke162. Mais les auteurs de manuels sont des compilateurs de l’espèce la plus ardue pour l’historien : ils ne citent que très rarement leurs sources. Rares sont les cas où on peut les identifier même indirectement. On doit souvent se contenter, pour repérer l’emprunt, d’indices indirects : vocables mal traduits, aspects théoriques et abscons d’un discours stéréotypé, fossé abyssal entre le contenu et la « réalité » renvoyée par les chroniqueurs les plus sérieux et les plus fiables, proximité évidente avec les traités classiques comme la Tactica d’Élien. Quelques exemples, et particulièrement la Nihāyat al-su’l, dont l’auteur cite un certain nombre de ses sources, montrent l’importance des citations, directes ou indirectes163. Comme souvent, l’objectif avoué de l’auteur, peut-être Muḥammad b. ‘Isā b. Ismā’īl al-Aqṣarā’ī, est de présenter la somme du savoir en art militaire. Il s’agit donc d’une sorte d’encyclopédie, qui combine les informations personnelles et les sources écrites. À vrai dire, le résultat est proche d’un panachage parfois abstrus, souvent précieux, sur l’archerie, bien entendu (première leçon), les différentes armes et les façons de les utiliser (lance, épée, bouclier, masse, diverses armes, leçons 2, 3, 4, 5, 7), les jeux et exercices d’équitation (leçon 6), la composition ainsi que le rassemblement des armées (leçon 8), leur formation en bataille (leçon 9), les ruses de guerre employant le feu et la fumée (leçon 10), le traitement de l’ennemi et la division du butin (leçon 11), les connaissances nécessaires aux soldats. Al-Aqṣarā’ī cite, outre des « maîtres » variés, non spécifiés, pour l’archerie, Naǧm al-Dīn al-Rammāḥ pour ce qui concerne les lances (leçon 2), Ya‘qūb b. Isḥāq al-Kindī (m. circa 235/850) en matière d’épées et de métaux, et même des passages de la Vie du Prophète d’Ibn Isḥāq (leçon 9)164. Il s’appuie aussi, mais sans l’annoncer explicitement, sur la Tactica d’Élien, dont près d’un tiers est reproduit et adapté, ainsi que sur une source sassanide165.

  • 166  M. Shatzmiller (article cité, passim) soutient que la littérature militaire musulmane n’en est pas (...)

52Mais tous ces emprunts ne signifient pas que l’intérêt des traités militaires se cantonne à l’histoire littéraire. Un certain nombre, les plus tardifs il est vrai, ont aussi un lien fort avec les pratiques de leur temps, comme le montrent les informations ou les conseils que les rédacteurs disent avoir obtenu de tel ou tel « maître », tel ou tel « expert », dans telle ou telle arme. Il faut donc repérer les passages en question et les comparer aux autres sources à notre disposition. Et même les traités les plus théoriques, qui semblent les plus éloignés de la réalité, les plus verbeux, les plus proches de l’exercice de style, les plus anciens souvent, peuvent être utiles, au moins sur le plan lexicographique166.

  • 167  Les très nombreux traités d’époque mamelouke n’ont été utilisés qu’accessoirement, dans la mesure (...)

53De ces manuels, seuls quelques-uns nous intéressent, antérieurs à la fin du vie/xiie siècle167. Ils sont en général d’exploitation très difficile ; leurs auteurs sont, la plupart du temps, très mal connus.

  • 168  Le Kitāb ‘Uyūn al-aḫbār (« Livre des documents essentiels »)d’Ibn Qutayba (m. 276/889), rédigé cer (...)
  • 169  Sur ce célèbre général, originaire de Balḫ, gouverneur de Palestine, d’Égypte, d’Ifriqiya, puis du (...)
  • 170  Mêmes références. M. Shatzmiller, loc. cit., p. 253 note 18, citant H. Ritter, « La Parure », p. 1 (...)
  • 171  L’auteur reste très vague. Cf. par exemple p. 24 à propos de l’espionnage (« ḏakarū ‘an ba‘ḍ al-ḥu (...)

54Ainsi de cet al-Harṯamī, qui rédigea, certainement au iiie/ixe siècle168, le Muḫtaṣar Siyāsat al-ḥurūb (Abrégé de « L’organisation des guerres »), et dont on ne sait que ce que sa nisba paraît signifier, à savoir qu’il avait certainement servi Harṯama b. A‘yān (m. 200/816), important chef militaire sous Hārūn al-Rašīd169. On relie en général et l’ouvrage et l’homme à al-Ša‘rānī al-Harṯamī et à son livre al-Ḥiyal (« Les stratagèmes »), qu’Ibn al-Nadīm dit avoir été rédigé pour le calife al-Ma’mūn, ainsi qu’à al-Harṯamī al-Ḫalīl b. al-Haytam, auteur selon al-Mas‘ūdī du Kitāb al-ḥiyal wa l-makā’il fī l-ḥurūb (« Livre des stratagèmes et des mesures [à prendre] dans les guerres »)170. Le Muḫtaṣar, organisé en 40 chapitres (bāb) de longueur inégale, est d’utilisation particulièrement ardue : le propos est résumé, les développements rares, les exemples précis éludés171, les références claires à une pratique de la guerre absentes. De plus, le style est sec et ardu (avec un évident souci de rythmer le propos), le vocabulaire peu technique et finalement, souvent, malgré les énumérations adjectivales, imprécis, peut-être du fait des difficultés de traduction ou d’adaptation que l’auteur rencontra.

  • 172  Éd. ‘Awn, p. 15-16.
  • 173  Cf. Abwāb 2 à 11, 31, 32.
  • 174  H. Ritter, loc. cit., p. 124-149, repris et amplifié par M. Shatzmiller, « The Crusades and Islami (...)
  • 175  Voir p. 56 sur les ḥuṣūn et les qilā‘, ou le chapitre 12 sur les subdivisions de l’armée.

55Dans le premier chapitre, al-Harṯamī donne un sens religieux aux combats : les combattants sont des combattants de Dieu, l’ennemi étant l’infidèle, le kāfir172. Les facteurs moraux et psychologiques sont en fait primordiaux, dans tout l’ouvrage, l’aspect technique ne semblant pas vraiment l’intéresser. Plusieurs chapitres (abwāb) insistent sur les qualités du chef qui doit faire preuve d’intelligence, de constance et de prudence, de bienveillance et de proximité avec ses hommes, de confidentialité et de sagacité, de malignité et de ruse, de désintérêt et de suffisamment de finesse dans ses consultations. Il doit être un homme d’expérience enfin173. Parmi les quelques situations tactiques ensuite abordées (marche des troupes, choix de l’emplacement du site de bataille, organisation des unités pour l’affrontement, mouvements, guerre de siège), peu de situations réelles sont en fait évoquées. Il s’agit sans doute, comme cela a été suggéré, d’une traduction – ou plutôt une adaptation – d’un manuel plus ancien, grec, peut-être un pseudo-aristotélicien174. Il est alors surtout utile au point de vue lexicographique, et notamment – peut-être parce qu’il s’agissait d’une traduction – du fait qu’un certain nombre de mots toujours utilisés par les chroniqueurs sont clairement explicités175.

   

56Deux ouvrages, écrits au vie/xiie siècle, offrent une information beaucoup plus riche que le Muḫtaṣar.

  • 176  Sur Murḍā (ou Marḍī), voir Claude Cahen, « Un traité d’armurerie composé pour Saladin », BEO, t. x (...)
  • 177  Le titre exact est : « Tabṣirat arbāb al-albāb fī kayfiyyat al-naǧāt fī l-ḥurūb mina l-aswā’ wa na (...)
  • 178  Éd. Cl. Cahen, p. 112, p. 134. Pour D. Nicolle, « Medieval warfare : The unfriendly interface », l (...)

57 De l’auteur du premier, Murḍā b. ‘Alī b. Murḍā al-Ṭarsūsī, on ne sait, encore une fois, pas beaucoup plus que ce que sa nisba permet de supposer : si lui vivait en Égypte, l’un de ses aïeuls, peut-être arménien, serait originaire de Ṭarsūs, ville de Cilicie qui, après avoir longtemps compté parmi les places frontières (ṯuġūr) syriennes, avait été conquise en 1097 par les Croisés, auxquels les Arméniens, présents déjà en nombre pendant l’occupation arabe, l’avaient disputée puis enlevée176. C’est à Alexandrie qu’il paraît avoir vécu, à cheval sur la fin de la période fatimide et le règne de Saladin, auquel est dédiée la Tabṣirat arbāb al-albāb fī kayfiyyat al-naǧāt fī l-ḥurūb. On ne sait quand elle fut rédigée. Différentes dates de rédaction ont été proposées. Il est probable que Murḍā ait terminé son traité au tout début du règne de Saladin, ce qui signifierait que l’essentiel des connaissances qu’il contient renvoie à des périodes antérieures177. Il l’aurait achevé à Alexandrie, d’où était originaire son informateur le plus précieux, l’armurier Abū l-Ḥasan b. al-Abraqī al-Iskandarānī, dont on apprend, au détour d’une description de la « courte lance aṣm », extrêmement originale, qu’il « raconte avoir fabriqué un tel engin pour Ḍirġām lorsque celui-ci était vizir d’Égypte »178.

  • 179 L’ouvrage se divise en deux parties inégales, l’une sur les armes (p. 33-220), l’autre (p. 221-241) (...)

58La Tabṣira est un ouvrage quelque peu hybride, d’évidence héritier de la littérature théorique antérieure mais aussi, et surtout, un manuel pratique, basé sur une information technique sûre, fiable, en partie en prise avec son temps. Un véritable manuel militaire, peut-être le premier du genre, qui porte pour l’essentiel sur l’armement et l’archerie, et d’une manière malheureusement très accessoire sur la tactique179.

  • 180  Éd. Cl. Cahen, p. 116, trad., p. 138 (à propos des cuirasses) ; M. Shatzmiller, loc. cit., p. 262.
  • 181  Respectivement p. 128, 137-140 de la traduction de Cl. Cahen.
  • 182  Pour « Mas‘ūdī » (le célèbre historien ou un homonyme ? l’ouvrage est inconnu), éd. Cl. Cahen, p.  (...)

59Il offre une tonalité proche de celle des « Miroirs des princes » dans la volonté affirmée de son auteur d’instruire les princes, leur procurer des « recettes nobles et utiles qui sont conservées cachées et secrètes180 ». Cette thématique du « secret révélé » est très présente dans l’ensemble de l’ouvrage. Elle revient, régulièrement, à propos des sabres, du bouclier, des cuirasses, de la masse, des mangonneaux et du nafṭ, enfin dans un passage qui décrit « un feu qui ne s’éteint pas, fût-ce au bout d’un mois, à moins qu’on en prenne de quoi l’éteindre, et qu’on ne loue Dieu dans sa puissance […]181 ». Plus directement, Murḍā utilise abondamment une documentation large, dont il parle parfois précisément – tels Les secrets des rois, (Asrār al-mulūk) d’al-Mas‘ūdī, d’où il dit avoir transcrit la description du feu pérenne que nous venons d’évoquer, ou les propos sur une « masse en diamant » de Ǧābir Ibn Ḥayyān, si efficace « qu’il l’a dissimulée aux méchants […] ». Il est parfois plus vague, quand il signale par exemple les « livres des savants » où tout ce qu’il a rapporté (sur la même masse en diamant) « est exposé et expliqué ». Il passe sous silence certaines de ses sources – ainsi du Kitāb Faḍā’il al-ramy fī sabīli-llāh d’Abū Ya‘qūb Isḥāq al-Qarrāb al-Saraḫšī al-Harawī (m. 429/1037), collection de ḥadīṯ-s vantant les mérites de l’archerie qu’il reprend en grande partie182.

  • 183  A. Boudot-Lamotte, Contribution à l’étude de l’archerie musulmane, p. xv.

60Mais la Ṭabṣira fait aussi appel à d’autres sources d’informations. Elles sont parfois anonymes et on ne peut déterminer si elles sont orales ou écrites, comme dans les riches extraits qui transmettent l’enseignement des maîtres archers. Le nom de ces maîtres revient d’ailleurs tout aussi succinctement dans plusieurs autres traités, plus tardifs, et dont seule l’ethnique, encore une fois, montre qu’ils venaient de l’est, du Ḫurāsān et de Transoxiane183. C’est tout particulièrement à cette occasion que le traité devient véritablement manuel d’initiation, les techniques de ces maîtres archers étant précisément explicitées, différentes situations de combat étant même abordées. On a l’impression qu’il ne s’agit plus, au fond, comme dans le Muḫtaṣar Siyāsat al-ḥurūb d’al-Harṯamī, de s’adresser au seul chef d’armée, aux seuls mulūk, mais aussi, au moins indirectement, à des soldats désireux de s’initier au tir à l’arc, de perfectionner leur technique et d’en expérimenter d’autres.

  • 184  Exception, l’abri pour « artilleur » de son invention, décrit éd. Cl. Cahen p. 120.
  • 185  Éd. Cl. Cahen, p. 113, 115, trad., p. 135-138 (autres exemples p. 129, 133, 134, 142). Il est à no (...)
  • 186  Éd. Cl. Cahen, p. 120, trad., p. 143, planche 16.

61Les renseignements fournis par l’armurier d’Alexandrie, Abū l-Ḥasan b. al-Abrāqī, semblent encore plus proches de la pratique de la guerre au milieu du vie/xiie siècle. Ils concernent l’armement, sur lequel les maigres indications fournies par les chroniqueurs sont insuffisantes. Il est à noter que son nom n’est cité ni dans les extraits qui portent sur l’archerie, ni dans le développement, très court, sur « l’ordonnance des armées » (tartīb al-ǧuyūš, en fait leur organisation sur le champ de bataille). Sa collaboration se réduit aux exposés sur l’arbalète : la plupart des passages édités où il fait autorité ont, de près (la plupart du temps) ou de loin à voir avec cette arme184. Ainsi d’une sorte de lance, à propos de laquelle on apprend : « parmi les beautés dont m’a gratifié le šayḫ Abū l-Ḥasan b. al-Abrāqī al-Iskandarānī est la description d’une lance à la base de laquelle est adapté un genre d’arc […] ». Ou d’un bouclier « dans l’intérieur duquel est un arc dont le porteur tient encore à la main un sabre avec lequel il combat son adversaire »185. Ces armes, al-Abrāqī ne se contente d’ailleurs pas de les décrire : il les fabrique, comme cet engin « qu’il fabrique, dit-il, comme abri (sutra) pour les hommes auxquels on demande d’aider dans la manœuvre du mangonneau ou autre instrument semblable, afin d’éviter qu’ils reçoivent des pierres d’un mangonneau en face […]186 ». De tels passages et les illustrations présentes dans le manuscrit donnent à la Tabṣira un ton technique sans pareil à cette époque, ce qui en fait une source fondamentale pour l’étude de la guerre au milieu du vie/xiie siècle. Néanmoins, il est très difficile d’affirmer que les armes qui y sont décrites furent jamais utilisées et si, dans l’affirmative, cela avait été fait du temps de l’auteur.

  • 187  Sur l’auteur, J. Sourdel-Thomine, introduction au Guide des lieux de pèlerinage (Kitāb al-Išārāt i (...)
  • 188  Les expressions sont de J. Sourdel-Thomine, « Les conseils… », p. 205 et 209.

62Le second ouvrage qui nous intéresse est al-Taḏkira l-harawiyya fī l-ḥiyal al-ḥarbiyya (« Le Mémoire d’al-Harawī relatif aux techniques de guerre ») du šayḫ Taqī al-dīn Abū l-Ḥasan ‘Alī b. Abī Bakr al-Harawī (m. 611/1215)187. Si sa biographie est émaillée de larges pans d’ombre, on en sait néanmoins bien plus sur lui que sur al-Harṯamī ou sur Murḍā. C’est que « l’ascète vagabond » (al-zāhid al-sā’iḥ), ainsi qu’on le désignait déjà de son vivant, est un personnage d’un tout autre calibre. Tout à la fois savant lettré, écrivain de talent sachant mêler anecdotes personnelles et fines remarques érudites, comme le montre son Kitāb al-Ziyārāt, c’était également un voyageur multiforme. Pèlerin pauvre, il écuma les routes de Syrie. Ambassadeur officiel ou officieux pour Saladin, il se rendit à Constantinople ou en Sicile. Espion peut-être, expert dans l’art de la dissimulation, il fut détaché auprès de princes chrétiens. En fait, on connaît mal son parcours, ainsi que l’homme d’ailleurs. On manque de repères précis qui permettraient de retracer ses pérégrinations. Il est très difficile, sinon impossible, de relier son œuvre, ses actions supposées de très fin politique et ses convictions religieuses « crypto chiites » qui lui faisaient professer une nécessaire régénération morale de l’islam par l’intermédiaire, tout particulièrement, de « l’ascétisme mystique188 ».

  • 189  Entre l’année 588/1192, mentionnée dans l’ouvrage, et sa mort en 611/1215.

63Or, que livre-t-il, à une date inconnue189, sinon un précis dans lequel on cherche vainement tout aspect spirituel, un livre de « conseils » à un prince, Saladin ou plus probablement al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī, auprès duquel il trouva sécurité, sur la fin de sa vie, à Alep ? Était-ce une commande de l’un de ces princes ? Lui-même fait seulement mention de la demande d’un « frère fidèle et ami de bon conseil », qui lui avait suggéré d’écrire un livre où il aurait exposé

« les obligations qui incombent aux détenteurs de territoires et guides des croyants, tels que califes “bien dirigés”, princes (mulūk) et sultans (salāṭīn), pour conduire leurs sujets et garantir le bien public : sur quoi chercher appui dans les guerres (ḥurūb) et à quoi recourir pour dissiper les soucis, comment se prémunir pour parer les difficultés et lutter contre l’adversité, comment assurer la pérennité de son pouvoir, la durée de son royaume, la qualité de sa conduite et la justesse de sa pensée, comment protéger son pays des entreprises de l’ennemi, des attaques du rebelle et de la haine de l’envieux, comment renforcer ses forteresses (qilā‘), faire prospérer ses plaines, ses villes et ses villages (ḍiya‘), [bref] comment atteindre une renommée qui croisse et augmente, ne s’altère ni ne disparaisse, mais se renouvelle chaque jour ».

  • 190  « Les onseils… », loc. cit., p. 264-265 (trad., p. 217).
  • 191  Cf. ibid., p. 242 (trad., p. 240) ; p. 244 (trad., p. 238) ; p. 254 (trad., p. 228) ; p. 252 (trad (...)

64À cette requête, il répond par « un résumé des notions nécessaires » où il expose comment se protéger de « qui vous attaque » et se renforcer « contre qui vous résiste190 ». Le programme est clair, « réaliste », profane. Du ǧihād, il ne sera pas question dans l’ouvrage, même si l’ennemi, non pas aussi anonyme que dans le Muḫtaṣar, est clairement, à l’occasion, le Franc, l’infidèle, avec des connotations religieuses, ainsi que le montrent quelques désignations éparses –« prêtres », « moines », « évêques », « ennemi infidèle » (al-kāfir), polythéistes (mušrikūn)191.

  • 192  Ibid., p. 211 ; Siyāsat Nāma (rédigé en 484/1091), trad. Ch. Schefer, Traité de gouvernement, rééd (...)
  • 193  Cf. chapitres xi (Harṯamī, vi), ii (Harṯamī, viii), xii (Harṯamī, ix), xv (Harṯamī, vii), xviii (H (...)

65Éloigné donc de l’esprit de ǧihād, entretenu par Nūr al-dīn puis Saladin, qui était pourtant présent dans le Kitāb al-Ziyārāt, la Taḏkira échappe aussi, ainsi que le souligne J. Sourdel-Thomine, « au style à la fois anecdotique et moralisant qui fleurissait dans des ouvrages antérieurs » appartenant aux diverses catégories de ces « Miroirs des princes » que nous avons déjà évoqués à propos d’al-Harṯamī et d’al-Ṭarsūsī. Une comparaison même rapide avec le Siyāsat Nāma de Niẓām al-mulk suffit d’ailleurs à le montrer192. Il est néanmoins proche de ces « Miroirs », et à travers eux d’une littérature théorique antique, peut-être sassanide, dans un certain nombre de chapitres sur l’administration, ainsi que dans plusieurs thèmes, qu’on retrouve d’ailleurs mais sous un mode différent, dans le Muḥtaṣar Siyāsat al-ḥurūb d’al-Harṯamī : l’importance de la consultation, de l’homme de confiance, des espions, du secret, de la vérité193.

  • 194  Pour M. Shatzmiller (loc. cit., p. 264-265), la Taḏkira n’est qu’une « adaptation littéraire d’un (...)
  • 195  Voir tout particulièrement le chapitre xviii.
  • 196  W. J. Hamblin, « Saladin and Muslim Military Theory », loc. cit., p. 231-234.
  • 197  Al-Harṯamī, Muḫtaṣar, chap. 34 ; Taḏkira, chap. xxi, p. 247 sq. (trad., p. 234 sq.). Pour W. J. Ha (...)

66Est-ce à dire, que la Taḏkira n’est finalement pas utilisable par l’historien militaire, pur verbiage, simple glose de considérations développées par d’illustres anciens194 ? Il est incontestable qu’on n’est pas en présence d’un simple traité militaire qui énoncerait ne serait-ce que les grandes lignes d’une théorie « musulmane » de la guerre, pour autant qu’il y en eut une. Qu’al-Harawī n’est ni un soldat, ni un penseur militaire au sens antique ou moderne du terme. Qu’il ne fait pas preuve d’une originalité particulière et qu’il s’est servi de sources anciennes195. Que le phénomène guerre ne l’intéresse pas en soi (sur vingt chapitres, une dizaine seulement en traitent, et aucun directement de l’armement) mais comme un élément du quotidien d’un prince qui, pour conserver son pouvoir, doit pouvoir sans cesse se battre, faire preuve d’initiatives et surtout de prévoyance, organiser donc son territoire et son administration en prévision de la lutte. Que le propos reste souvent vague. Mais la largeur d’esprit n’en est pas moins incontestable, la modernité surprenante, la vue au long cours, la stratégie devenant art global, à la jonction de la politique et du militaire. Et si la démarche n’est pas franchement déductive, al-Harawī semble bien avoir calqué son expérience d’homme d’action sur la littérature militaire qu’il avait pu consulter, au moins en partie. Il adapte les préceptes des anciens aux réalités de son temps et se base sur sa participation à des campagnes du temps, ainsi pour ce qui est de la guerre de siège. Le chapitre xxi (« De l’attaque des forteresses et de leur siège, avec les ruses et le stratagème à employer à cet effet »), pourrait prendre exemple sur le siège de Bourzey par Saladin196. Il est très clair, en tout cas, qu’aux remarques très générales typiques de la « littérature militaire » toute théorique sont ajoutées des remarques subjectives, étroitement liées aux sièges auxquels il avait pu assister. Ainsi, comme dans le Muḫtaṣar Siyāsat al-ḥurūb d’al-Harṯamī, il faut semer la zizanie parmi les assiégés197:

« Qu’il (i.e. le prince) écrive et envoie des messages aux gens du château [qu’il assiège] et à leurs chefs. Qu’il leur garantisse ce qu’ils désirent. Qu’il leur fasse apparaître que certains d’entre eux correspondent [déjà] avec lui et le sollicitent, sans en désigner aucun et en laissant la chose secrète et si bien enveloppée de mystère que chacun soupçonne son compagnon et cherche la préférence pour lui-même, de manière à trouver un secours auprès du prince et à s’en faire un appui […]. »

Mais, dans la Taḏkira, ceux qu’il faut soudoyer sont désignés… :

  • 198  L’édition Sourdel-Thomine comporte (p. 247) « mukātabat al-qusūs wa aṣḥāb al-manāṣib wa atbā‘ihim  (...)

« Qu’il ne néglige pas d’entrer en correspondance avec les prêtres (al-qusūs), leurs auxiliaires et leurs suivants […]198. »

… et l’expérience personnelle rappelée :

« […] Qu’il se méfie en revanche des religieux et des moines qui ne lui permettront pas d’atteindre son but ni de remplir son dessein, car leur attachement à la religion, leur opiniâtreté et leur éloignement des biens d’ici-bas les empêchent de plonger dans les affaires de ce monde et dans leurs implications. J’ai pour ma part éprouvé [les caractères] des uns et des autres au cours d’expériences qui ne laissent point place au doute et que rien n’est venu, à ma connaissance, infirmer. »

67L’esprit défensif, attentiste, que dénotent l’ensemble des conseils d’al-Harawī est également en phase avec la mentalité militaire qui prévalut au vie/xiie siècle. Rien n’était jamais acquis ; le risque d’une attaque brutale d’une armée franque n’était jamais nul. Dans la Taḏkira, les princes doivent donc adopter l’attitude la plus méfiante qui soit. Proches, ennemis, espions (les leurs), ambassadeurs des cités qu’ils assiègent : tous forment un danger potentiel. Sur le champ de bataille également, l’attente doit primer. L’adversaire est attendu, sa charge fermement soutenue puis repoussée avec mesure. Une fois la victoire acquise, l’offensive peut être menée199.

2.2. Autres sources

68D’autres documents enrichissent notre connaissance de certains aspects de la guerre. Ses caractéristiques morales et psychologiques, en particulier, peuvent être appréhendées à travers les constructions et les inscriptions qui ont réussi à traverser les siècles ; elles magnifient l’action de tel ou tel souverain. De même des poèmes dont un certain nombre sont transmis par les chroniqueurs – tout particulièrement Abū Šāma dans le Kitāb al-Rawḍatayn.

  • 200  Les extraits qui nous sont parvenus sont édités, analysés et traduits par E. Sivan, « La genèse de (...)
  • 201  Ibid., p. 215 (nous avons ici modifié sa traduction) : « Lorsque les informations se succédèrent s (...)
  • 202  Ibid., op. cit., p. 201- 203, 213-214 (texte arabe, p. 220).

69Un document exceptionnel, parce qu’il date du tout début du vie/xiie siècle, le Kitāb al-ǧihād du Damascène ‘Alī b. Ṭāhir al-Sulamī (m. 1106), permet d’approcher d’un peu plus près la réaction idéologique de cercles piétistes à la première croisade200. La largeur de perspective de l’auteur a été très tôt soulignée : n’est-il pas un des rares, avec Ibn al-Aṯīr, à considérer la première croisade comme faisant partie de l’offensive générale des infidèles d’Occident contre le monde musulman ? Ne défend-il pas l’idée que les Francs visaient la conquête de toute la Syrie, afin certainement de responsabiliser les souverains auxquels il s’adresse au premier chef201? Mais il faut également insister sur la dimension stratégique de son traité, dans la définition, par exemple, des buts de guerre progressifs (défensifs avec le réarmement moral puis le regroupement général des forces musulmanes ; offensifs avec la reconquête). Dans l’annonce, aussi, que l’Égypte ne pouvait qu’attiser les convoitises. Dans la proclamation de la nécessité d’une union entre la Syrie, la Djéziré et l’Égypte202. Malgré un style ardu et parfois frustre ainsi que quelques erreurs (les Francs et les Byzantins sont ainsi confondus), al-Sulamī surprend le lecteur.

  • 203  Sur le genre « Miroir des princes », voir en général G. Richter, Studien zur Geschichte der ältere (...)
  • 204  C’est la transcription adoptée par Ch. Schefer, Traité de gouvernement, op. cit.
  • 205  Ibid., trad. Ch. Schefer, p. 36.

70On trouve aussi des informations directes ou indirectes dans un certain nombre de livres communément appelés « Miroirs des Princes », sortes de manuels d’origine sassanide destinés à l’instruction des détenteurs du pouvoir203. Ils contiennent, parfois, des chapitres généraux sur l’organisation de l’armée, les stratégies et les tactiques à employer, la motivation des soldats…, et peuvent s’avérer utiles. Le plus célèbre est sans conteste le Siyasat Nameh204du vizir Niẓām al-mulk (m. 485/1092), composé à la demande du sultan seldjouqide Malik Šāh, en 484/1091, qui, poussé par un souci de la perfection, désirait « qu’à l’avenir, il n’y ait rien de défectueux dans [son] gouvernement, qu’il n’y ait aucune irrégularité dans la conduite des affaires et que rien ne soit dérobé à [sa] connaissance205 ». Des cinquante-quatre chapitres, quelques-uns seulement concernent la guerre, ou plutôt l’armée – sa composition, son organisation, les problèmes d’intendance et de discipline. Le discours est très théorique, basé sur un savoir livresque. Le fait militaire intéresse en fait secondairement Niẓām al-mulk, si ce n’est à travers le prisme de la bonne administration.

  • 206  L’analyse de ces ouvrages est effectuée par G. J. Van Gelder (article cité note suivante), sur leq (...)
  • 207  Baḥr, éd. (en persan) M. T. Dāniš-Pazhūh, Téhéran, 1966 ; trad. J. S. Meisami, The sea of precious (...)
  • 208  Mufīd : Édition M. ‘Abd al-Qādir ‘Aṭā, Beyrouth, 1985. Ǧamāl al-dīn al-Qazwīnī aurait aussi rédigé (...)

71Il n’en est pas de même du Baḥr al-fawā’id ni du Mufīd al-‘ulūm wa mubīd al-humūm, deux ouvrages très proches206. Le premier fut composé – ou compilé – en persan (et peut-être en arabe) au milieu du vie/xiie siècle en Syrie, certainement à Alep, par un homme dont on sait seulement qu’il était sunnite, aš‘arite et šāfī‘ite, pour Alp Qutluġ Ǧabūġā Uluġ Atābak Abū Sa‘īd Arslān Aba Ibn Āq Sunqur qui succéda à son père Āq Sunqur Aḥmadīlī à Marāġa et à Mossoul après sa mort en 527/1133. Parmi ses sources, à vrai dire difficilement identifiables, le Kīmiyā-yi sa‘ādat d’al-Ġazālī semble occuper la première place207. Le second, écrit en arabe vers 551/1156 pour un vizir, aurait peut-être eu pour auteur Ǧamāl al-dīn Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Aḥmad al-Qazwīnī, dont on ne sait que ce que le texte du Mufīd révèle, à savoir pratiquement rien. Peu ancrés dans leur temps, ce qui leur donne une touche d’universel, ils tendent tous deux à l’encyclopédisme208.

  • 209  G. J. Van Gelder (ibid., p. 316-317) signale la proximité de ces deux « Miroirs » avec un manuscri (...)
  • 210  Chap. 25 du Mufīd (ibid., p. 332). Après avoir rappelé que le roi ne doit pas participer aux comba (...)
  • 211  Baḥr, p. 13-27 ; Mufīd : G. J. Van Gelder, p. 335 sq. Le chapitre se termine par une section titré (...)

72De leur contenu, très proche – et parfois même identique209–, on ne dira que peu de choses. L’un comporte 36 chapitres, l’autre 32. Les sources ne sont pas citées, et ils édictent les conseils habituels aux « Miroirs des princes », conseils qui devaient en théorie permettre au souverain (ou au vizir, comme cela semble être le cas pour le Mufīd) de gouverner de la manière la plus efficace possible. Le Baḥr ne comporte malheureusement pas de chapitre sur la guerre, même si celui du Mufīd ne fait pas regretter cette absence : le discours y semble en grande partie dériver d’un traité antique (grec, sassanide ou même indien), comme les références aux éléphants ou l’exemple de l’éclaireur chinois le font supposer210. Les développements sur le ǧihād,inauguraux dans le Baḥr alors qu’ils occupent le trente et unième chapitre du Mufīd, diffèrent dans leur substance ; ils permettent d’avoir un type original de document sur le problème épineux de la guerre sainte face aux Croisés. Le Baḥr insiste lourdement sur le ǧihād dit majeur, centré sur l’âme, puis s’étend quelque peu sur la nécessité de combattre l’infidèle, soulignant par exemple le sort glorieux réservé aux šuhadā’ ; le Mufīd, au contraire, s’occupe presque exclusivement du ǧihād mineur mené contre les agresseurs extérieurs pour la défense de l’islam. Les deux ouvrages se rejoignent par contre dans leur absence de référence claire aux Francs211.

  • 212  Sirāǧ al-mulūk, éd. Ǧa‘far al-Bayātī, Londres, 1990.
  • 213  Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-a‘yān, op. cit., t. iv, p. 262-265, et l’article d’A. Ben Abdesselem cité (...)
  • 214  A. Ben Abdesselem, « Al-Ṭurṭūshī » EI 2a, t. x, p. 739-740 : en 520/1126 ou en 525/1131.
  • 215  Muqaddima, trad. A. Cheddadi, Peuples et nations du monde, Paris, 1986, p. 112.

73Il en est de même dans le Sirāǧ al-mulūk (le « Flambeau des rois212 ») de Muḥammad b. al-Walid al-Ṭurṭūšī213 (m. vers 520/1126214), rédigé au début du vie/xiie siècle en Égypte par un Maghrébin qui s’y était installé. Le jugement d’Ibn Ḫaldūn sur l’auteur et son ouvrage est sans concession215 :

« Al-qāḍī Abū Bakr al-Ṭurṭūšī a effleuré notre sujet dans son livre Sirāǧ al-Mulūk, qu’il a divisé en chapitres assez semblables aux chapitres et aux questions de notre ouvrage. Cependant, il n’y a pas atteint le but, ni trouvé la voie. Il n’a ni exposé tous les problèmes, ni produit toutes les preuves. Réservant un chapitre particulier à chaque question traitée, il accumule un grand nombre d’anecdotes et de citations, rapporte les propos disparates des sages de la Perse tels que Buzurjmihr et le Môbedh ou des sages de l’Inde, ou encore les traditions de Daniel, d’Hermès ou d’autres grands hommes. Il ne cherche pas, par la vérification, à découvrir ce qu’il y a derrière l’apparence ; il n’use pas d’arguments naturels pour déchirer le voile qui cache la réalité. Ce qu’il a fait est une simple compilation du genre des sermons. Tout près du but, il n’a pas pu l’atteindre. Il n’a pas su réaliser son dessein ni examiner l’ensemble des problèmes en relation avec le sujet ».

  • 216  Sirāǧ al-mulūk, op. cit., p. 499-517.
  • 217  Voir par exemple ibid., p. 510, 512.
  • 218  Ibid., p. 507-509.
  • 219  Ibid., p. 509. Dans tous les cas, l’auteur propose une disposition tactique des armées musulmanes (...)
  • 220  Cet extrait (souvent cité et traduit) se trouve dans UMR 5648, Pays d’islam et monde latin, xe-xii (...)

74Il est vrai que cette compilation en soixante-quatre chapitres n’évoque pas directement les Croisés, dont l’arrivée en Syrie devait être connue d’al-Ṭurṭūšī, qui était protégé par le vizir al-Ma’mūn al-Baṭā’iḥī. Il s’attache à y présenter tout à la fois l’État musulman idéal, les qualités nécessaires au bon souverain, quelques règles générales et théoriques ainsi que nombre d’anecdotes. Le chapitre 61216, qui traite de la guerre, est hétéroclite. S’y mêlent citations du Coran et de personnages illustres, récits ou analyses de batailles, développements tactiques. Certaines phrases sont clairement issues de traités militaires anciens217. La description de la bataille de Mantzikert n’est pas dénuée d’intérêt218, de même que l’exposé de la tactique à employer par les Musulmans face à la charge des Rūm, terme qui semble montrer qu’al-Ṭurṭūšī reprend, dans ce passage, un auteur antérieur219. Pourtant, il dit rapporter une disposition des troupes telle qu’il l’a vue dans son pays, al-Andalus220.

II. Sources latines, grecques, arméniennes et syriaques

75Ces sources offrent un autre point de vue et dénotent une culture historique bien différente de celle des auteurs arabes. Elles ont été très tôt éditées, critiquées et traduites. Il s’agit donc simplement, ici, de pointer l’importance de certains documents récemment réhabilités et de caractériser leur apport pour l’historien militaire.

1. Les sources latines221

  • 221  Voir en général Cl. Cahen, SN, p. 3-32 ; S. Runciman, Histoire des Croisades, Paris, 1998, p. 1056 (...)

76Les sources latines ont ceci d’original, par rapport à la plupart des sources orientales – arabes, grecques, arméniennes ou syriaques –, qu’elles ont en partie été composées par des hommes qui ont participé aux événements qu’ils décrivent. Certains des chroniqueurs sont néanmoins également des compilateurs et la diversité règne, un Guillaume de Tyr, par exemple, combinant expérience et savoir livresque pour livrer une œuvre originale, sur bien des points proche, finalement, des chroniques arabes.

1.1. Sources de la première croisade222

1.1.1. Sources « primaires » et sources « secondaires »

  • 223  Foucher de Chartres, Historia Hierosolymitana, éd. RHC, Occ., t. iii, p. 311-485. Cf. V. Epp, Fulc (...)

77On les a longtemps classées en deux groupes : d’une part celui des sources dites « primaires » car rédigées par des témoins directs, clercs ou même chevalier (l’auteur des Gesta), qui avaient participé à la croisade, d’autre part les sources « secondaires », composées après l’expédition par des hommes qui avaient eu accès aux premiers textes, auxquels ils avaient adjoint un matériau varié, transmis oralement ou par l’écrit. Exemplaires de cette dichotomie étaient l’Historia hierosolymitana de Foucher de Chartres, clerc, croisé-pèlerin proche d’Étienne de Blois puis chapelain de Baudouin de Boulogne à partir d’octobre 1097 qu’il avait suivi à Édesse quand il était allé en prendre possession, et celle d’Albert, auteur dont on ne sait finalement rien, si ce n’est qu’il avait été empêché de prendre part à une expédition qu’il décida du coup de raconter. On l’identifie en général avec l’Albert qui fut chanoine de Sainte-Marie d’Aix-la-Chapelle, entre 1134 et 1158 au moins. Le fait qu’il avait, pensait-on, rédigé sa chronique vers 1130, ajouté aux nombreuses précisions originales qu’il apporte, provoqua la méfiance des historiens. Ils attribuèrent ces précisions à une hypothétique « chronique lotharingienne » qui s’intéressait à Godefroy de Bouillon et à son armée (que les autres chroniqueurs ignorent)223.

  • 224  Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. iii, L. i, 5, p. 327.
  • 225  Robert le Moine, Hierosolymitana expeditio, RHC, Occ., t. iii, p. 721. Les Gesta Dei per Francos d (...)

78Des décennies de recherche ont montré que les choses n’étaient pas aussi simples. Certes, Foucher de Chartres met en exergue, au début de son Historia, sa qualité de témoin. Il s’est rendu à Jérusalem ; il peut donc, ainsi qu’il l’annonce, raconter sans se tromper et de la manière la plus exhaustive qui soit les souffrances et les joies du voyage. Il peut s’ériger en « passeur d’expérience224 », au contraire du moine Robert de Reims, par exemple, autre compilateur patenté et par là même dénigré, comme Albert d’Aix. Lui reconnaît qu’il reprend, modifie et enrichit une chronique pour son abbé (Bernard), probablement les Gesta Francorum et aliorum Hierosolymitanorum, afin d’en améliorer la forme et d’y traiter du concile de Clermont, scandaleusement passé sous silence225. Mais Foucher, qui poursuit son récit jusqu’en 1127, rédigea en plusieurs jets, 1101, 1106 et 1124-1127, ce qui lui permit de peaufiner son texte, le modifier peut-être. En outre, il raconte également des événements auxquels il n’a pas assisté, confiné qu’il était à Édesse où il se trouvait quand Jérusalem fut prise. Il reproduit alors des témoignages divers – écrits et oraux.

  • 226  Ils se rapprochent, ainsi, des chroniqueurs arabes. Les œuvres de ces auteurs ont été éditées au x (...)

79En cela, Foucher ne se distingue ni des auteurs des trois autres sources primaires de la croisade (l’auteur anonyme des Gesta Francorum, le prêtre poitevin Pierre Tudebode et le chapelain du comte de Toulouse, Raymond d’Aguilers), ni de ceux qui n’avaient pas suivi les premiers appels d’Urbain II (l’abbé Guibert de Nogent, l’abbé puis évêque Baudri de Bourgueil, Robert le Moine, l’abbé Ekkehard d’Aura, Raoul de Caen, Albert d’Aix). Tous ont puisé à diverses sources pour composer leurs chroniques témoignages oraux, lettres, documents d’archives, chroniques antérieures, chansons de geste… Tous ont donc fait œuvre de compilation226.

  • 227  À l’exception de Foucher de Chartres, de loin le plus indépendant de tous. L’hypothèse d’une sourc (...)

80De cela, il ne faut évidemment pas conclure que toutes ces chroniques se valent, même si toutes apportent des informations intéressantes au plan militaire. Celles des chroniqueurs croisés, dont la proximité a peut-être pour origine une source d’information commune227, sont globalement plus riches, souvent plus fiables et, pour l’historien militaire, elles apportent des éléments inestimables sur les sentiments des combattants. La même remarque vaut pour les sources secondaires. En démarquant les Gesta anonymes, Guibert, Baudri et Robert apportent certes, et notamment le premier, des informations nouvelles, parfois de valeur, transmises peut-être par des Croisés retournés en Occident, mais n’atteignent pas la qualité de l’Historia d’Albert d’Aix. Sur le plan littéraire, la culture et la prose de Guibert font de son remaniement des Gesta une œuvre de valeur.

1.1.2. Les Gesta anonymes

  • 228  Histoire anonyme de la première croisade, p. i-vii ; J. Flori, op. cit., p. 37 et note 20, suit C. (...)
  • 229  Ce qui ne les empêchait pas de s’appuyer sur les témoignages de leurs compagnons guerriers.
  • 230  D’une simplicité qui parfois donne l’impression au lecteur de participer au voyage. Cf. par exempl (...)
  • 231  Histoire anonyme de la première croisade, loc. cit.

81Des sources primaires, on soulignera l’importance des Gesta anonymes. Leur auteur reste totalement inconnu, même si on peut légitimement le supposer originaire d’Italie méridionale, comme Bohémond dont il suit l’armée jusqu’à ce que l’ambitieux normand quitte les autres chefs, au lendemain de la prise de Ma‘arrat al-Nu‘mān, le 11 décembre 1098. Dès lors, l’Anonyme s’attache à l’armée de Raymond de Toulouse. Était-il clerc ? On ne sait pas vraiment. Louis Bréhier, son éditeur, penchait en fait pour une double rédaction : un clerc aurait complété une première version, rédigée par un chevalier normand. D’autres auteurs ont défendu l’hypothèse de l’auteur unique qui se serait servi de nombreuses sources, dont surtout une chronique connue de Tudebode (ainsi que de Raymond d’Aguilers) et de nombreux témoignages oraux de combattants228. L’affaire est d’importance car ce chevalier, si chevalier il y avait, serait le seul homme de guerre à avoir livré une relation directe et circonstanciée de la croisade : les autre chroniqueurs croisés sont tous des ecclésiastiques229. On peut simplement souligner la qualité du récit au plan militaire, mais elle peut trouver son origine dans les diverses sources utilisées. Un récit achevé vers 1104-1106, au style simple et « rustre230 », proche de la langue vernaculaire, formé de plusieurs strates : la relation du chevalier anonyme, peut-être composée pendant la marche ; des renseignements « de seconde main » ajoutés ensuite, d’après des témoins oculaires ; des passages aux tons épiques mettant en scène l’ennemi turc, plus proches du folklore que de l’histoire, clairement de la main d’un clerc ; deux interpolations ajoutées tardivement, l’une anti-grecque, l’autre contenant une description d’Antioche231. Un récit plus proche des chevaliers modestes que des grands, au contraire de celui de Raymond d’Aguilers.

  • 232  Histoire anonyme de la première croisade, p. 92-95. Il s’agit d’une sortie (qui finalement échoue) (...)

82L’auteur anonyme s’attache tout particulièrement au ravitaillement et, plus largement, à tout ce qui touche à la logistique, au moral des combattants et aux techniques de siège. Sur ces points, sa chronique est d’une richesse étonnante. Ce qui n’empêche pas de la manier avec précaution : la narration est faite de contradictions. S’y côtoient proximité et distance : proximité du « journal de marche » qui permet au lecteur de vivre au plus près l’expérience et les émotions des combattants, notamment à travers l’utilisation de la première personne ; distance, ou plutôt recul par rapport aux événements, que dénotent de nombreuses remarques. S’y opposent un évident souci d’information et une volonté de dramatisation, avec attribution normative, par exemple, de la victoire à Dieu (tous les chroniqueurs cherchent avant tout à magnifier son action, les Croisés n’étant que son instrument). S’y succèdent les passages les plus réalistes et les clichés les plus communs, tels ces « pluies de traits et de flèches » assombrissant le jour ou ces « flots rapides du fleuve […] rougis par du sang des tués ». Ainsi dans l’extrait suivant232 :

« Et nous, ayant pris le dessus, nous les poussions et les précipitions dans le fleuve. Les flots rapides du fleuve étaient rougis du sang des Turcs et, si l’un d’eux cherchait à grimper sur les piles du pont ou s’efforçait de gagner la terre à la nage, il était blessé par les nôtres qui couvraient la rive du fleuve. La rumeur et les cris des nôtres et des ennemis résonnaient jusqu’au ciel. Des pluies de traits et de flèches couvraient le pôle et la clarté du jour ; les femmes chrétiennes de la ville apparaissaient aux créneaux des murailles et regardaient le misérable sort des Turcs en y applaudissant en cachette. Par ordre des chefs turcs, des Arméniens et des Syriens (Hermenii et Surani), de gré ou de force, nous lançaient des flèches. Douze émirs turcs perdirent dans ce combat leur corps et leur âme, ainsi que d’autres très prudents et vaillants guerriers, qui comptaient parmi les meilleurs défenseurs de la ville, dont le nombre fut de mille cinq cents. Les autres, restés vivants, n’osaient plus pousser des cris ou des huées, soit la nuit, soit le jour, comme ils en avaient l’habitude. La nuit seule parvint à nous séparer, eux et nous. Ce fut la nuit qui arrêta les deux partis en train de combattre à coups de lances, d’épées ou de flèches. Nos ennemis furent ainsi vaincus par la puissance de Dieu et du Saint-Sépulcre et, dans la suite, ils n’eurent plus le même ressort qu’auparavant, soit pour crier, soit pour agir. Et nous, ce jour-là, nous nous refîmes bien en ressources nécessaires et, en particulier, en chevaux. »

  • 233  Il est très intéressant de comparer, ainsi que le fait L. Bréhier (Histoire anonyme de la première (...)

83Par-delà leur partialité ou leur intérêt informatif, incontestable, sur lequel on ne s’appesantira pas233, il faut noter la spontanéité de telles lignes – on touche à l’affect du combattant. En cela, l’Anonyme est proche de la Chanson d’Antioche – même si la remarque sur le fait que les ennemis, « dans la suite, […] n’eurent plus le même ressort qu’auparavant », évoque une rédaction maîtrisée, postérieure à l’affrontement et basée sur des notes (ou une autre chronique). Le « nous », surtout, plonge le lecteur au milieu des combats, à moins qu’il ne découle d’une habileté stylistique de l’énonciateur que le reste de l’œuvre ne laisse pas supposer.

  • 234  Voir par exemple les p. 29-30, 33-34, 43-44, 45-46.
  • 235  Arrivé en Syrie en 1108, après avoir accompagné Bohémond en lutte contre l’empereur byzantin en Ep (...)

84Cet extrait n’est évidemment en rien représentatif de l’ensemble de la chronique anonyme. Il ne montre, en particulier, ni ses lacunes, que la comparaison seule avec les autres sources révèle, ni surtout son caractère hagiographique : son auteur y fait preuve d’une partialité très marquée envers le « sage », « très honorable », « très courageux » Bohémond234. En fait, la croisade qu’il raconte est surtout celle de l’armée de Bohémond. Dès lors, son témoignage n’est vraiment de valeur qu’en ce qui la concerne et il faut recourir aux autres chroniques pour essayer de reconstituer une bataille, sous peine d’en avoir une vision partielle et donc faussée. D’autres chroniqueurs ne procèdent d’ailleurs pas différemment. Raymond d’Aguilers relate les hauts faits du comte de Toulouse et de ses méridionaux, Raoul de Caen ceux de Tancrède235, Albert d’Aix offre la version de « Croisés rhénans », autour de Pierre l’Ermite et de Godefroy de Bouillon, Foucher de Chartres focalise sur Baudouin de Boulogne.

1.1.3. Une vision cléricale de l’histoire ; proximité avec les chansons de geste

  • 236  Les non-dits et les silences sont à cet égard révélateurs. C’est ainsi essentiellement à Raymond d (...)
  • 237  Voir sur ce point P. J. Cole, « “O God, the heaven have come into your inheritance” (Ps. 78.1). Th (...)
  • 238  Cf. ce qu’en dit J. F. Verbruggen, The art of warfare, op. cit., p. 11. Mais ses propos sont à rel (...)

85De plus, et même si on identifie mal l’origine de leurs informations (souvent des combattants, semble-t-il), ces auteurs véhiculent une vision cléricale de l’histoire de la croisade, même si leurs chroniques laissent également apparaître une culture populaire, plus laïque, plus directement présente dans les chansons de geste où ils n’hésitent pas à puiser. Tous l’inscrivent dans une vision manichéenne du monde. Les milites christi affrontent les forces du Mal inféodées à l’Antéchrist ; la croisade n’est qu’un aspect de la lutte eschatologique du Bien contre le Mal. Tous visent à magnifier l’expédition, à l’inscrire sous le sceau divin, à la glorifier et parfois même la justifier, même quand ils n’y avaient pas participé. Tous, Raoul de Caen comme les autres, font preuve de tendances apologétiques plus ou moins marquées qui peuvent éventuellement faire douter de leur fiabilité et pousser à vérifier ce qu’ils avancent236. Tous émaillent d’ailleurs leur texte de diatribes religieuses hostiles à l’islam, diatribes éloignées de tout souci de véracité, basées sur une solide culture religieuse (pour certains d’entre eux, comme Albert d’Aix, Foucher de Chartres, Guibert de Nogent) bien plutôt que sur leur expérience – ils expriment ainsi une foi profonde en la vérité de la révélation chrétienne237. Tous sont des hommes d’Église (si ce n’est peut-être l’un des rédacteurs des Gesta anonymes), et non des guerriers, même si on doit leur accorder une connaissance peut-être plus approfondie de la pratique de la guerre que celle des chroniqueurs arabes : n’avaient-ils pas (ceux qui s’étaient croisés), de longs mois durant, partagé le quotidien des soldats, souffrant avec eux de la faim et de la soif, accordant au fil des jours la même importance aux montures, mesurant l’importance de la discipline, participant même aux combats, peut-être, malgré l’interdiction inhérente à leur état ? D’ailleurs un autre clerc d’une autre époque, Guillaume, archevêque de Tyr, n’est-il pas parfois considéré comme très fiable, sur les plans tactique et stratégique238?

  • 239  Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. iii, p. 340-341 ; Guibert, Dei gesta per Francos, tra (...)
  • 240  Voir par exemple les visions d’Étienne Valentin et de Pierre Barthélemy (la Sainte Lance) rapporté (...)
  • 241  Infra, « Les ethnies ». Histoire anonyme de la première croisade, p. 119 et suivantes. Dans la Cha (...)
  • 242  Histoire anonyme de la première croisade, p. 134-137.

86Tout ceci ne les empêche pas, on l’a dit, de faire œuvre littéraire. De dramatiser les affrontements. De multiplier les signes, comme, mentionnée par Foucher de Chartres et rappelée par Guibert de Nogent, cette « lueur d’un rouge d’argent, semblable à celle du feu, [qui] apparut une nuit au-dessus de l’armée, et [qui] adopta la forme indubitable d’une croix », qui annonce les combats à venir239. De narrer des visions240, des apparitions et des interventions surnaturelles. D’insérer des dialogues fictifs qui mettent l’ennemi en scène, tel, dans un célèbre passage « romanesque » dont on fera à nouveau usage plus avant dans cette étude241, celui entre Corbaram (Karbūqā, chef de l’armée de secours à Antioche) et sa mère venant adjurer son « fils, par les noms de tous les dieux et par [son] bon naturel, de ne pas engager la bataille avec les Francs » mais se voyant répondre : « Qu’est-ce donc, ma mère ? Que me racontes-tu là ? Es-tu folle et la proie des furies ? J’ai avec moi plus d’émirs qu’il n’y a de chrétiens, grands ou petits. » De valoriser l’exploit, et donc focaliser sur un homme et le faire héros, tel ce Hugues le Forcené, « de la bande de Geoffroi de Monte Scabioso » qui fit merveille pendant le siège d’Antioche242. Bref de multiplier les amplifications épiques, ce qui là aussi amène l’historien à prendre leur témoignage avec précaution.

1.1.4. L’Historia d’Albert d’Aix

  • 243  Sur Albert d’Aix et son Historia (éd. RHC, Occ., t. iv, p. 265-713 ; une édition-traduction est an (...)
  • 244  Cf. l’aperçu historiographique de S. Edgington, « Albert of Aachen reappraised », loc. cit., p. 55 (...)
  • 245  Voir néanmoins les critiques de J. F. Verbruggen, The art of warfare, op. cit., p. 10. Les sièges (...)
  • 246  Voir l’analyse de ses amplifications pour « l’arrière-croisade » de 1101 : A. Mulinder, « Albert o (...)
  • 247  S. Edgington, « Albert of Aachen reappraised », p. 61 et note 15, parle quant à elle de « a degree (...)

87L’Historia d’Albert d’Aix est aujourd’hui considérée comme l’une des chroniques latines majeures de la première croisade et la source essentielle pour l’établissement des États latins243. De ses passages clairement épiques, de son extrême proximité avec la Chanson d’Antioche et de l’impossibilité de vérifier une multitude d’informations qu’elle est la seule à livrer, on avait longtemps conclu qu’il fallait l’utiliser avec parcimonie244. Il est vrai qu’elle offre une masse impressionnante d’informations originales, notamment sur les débuts de l’expédition croisée (qui ne nous concernent pas directement) en Europe et en Asie Mineure, mais aussi sur la suite des événements. Si la rédaction de la dernière partie est forcément tardive, il semble bien qu’Albert ait très tôt réuni la documentation nécessaire. Il se serait mis à composer dès 1101-1102, donc plus tôt que les auteurs des sources primaires de la première croisade. Il offre, ainsi qu’on l’a dit, le seul récit qui suit les contingents de Godefroy de Bouillon, qui fait globalement l’objet d’admiration. Des qualités du chroniqueur, on se contentera de souligner, après d’autres, ses aptitudes de synthèse qu’il combine à un réel souci du détail. Il peint les affrontements avec méthode et souci d’intelligibilité245 et décrit les armes avec une relative précision. Ses chiffres sont globalement plus modérés que ceux des autres chroniqueurs, même s’il exagère souvent, sur ce plan, et s’il ne traite pas tous les faits de la même manière, sans doute en fonction des sources qu’il emploie246. Contrairement à ses pairs, Albert ne caractérise pas systématiquement les Byzantins comme des êtres couards, poltrons, efféminés, veules, trompeurs, menteurs et dissimulateurs. Il traite les juifs avec une certaine tolérance ; il est moins hostile envers les musulmans que les autres chroniqueurs, même si lui aussi fait des Turcs des hommes qui ne connaissent pas la pitié247.

  • 248  Claude Cahen, loc. cit., et Jean Flori, loc. cit., discutent le problème de la relation entre Albe (...)
  • 249  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. iii, 4, p. 341-342. Voir encore L. iii, 65, p. 385, l (...)

88Mais la principale originalité de l’Historia tient à sa proximité avec la Chanson d’Antioche. Elle contient un certain nombre de passages qui rappellent qu’Albert s’est certainement servi de la version primitive de la Chanson, peut-être composée au début du xiie siècle par Richard le Pèlerin et remaniée à la fin du même siècle par Graindor de Douai248. Ces passages dénotent tout particulièrement une tendance, habituelle dans les chansons de geste, à centrer les combats sur un individu, et par là même à en faire l’éloge. Les exemples sont nombreux, et notamment ceux qui concernent Godefroy de Bouillon, évidemment présenté sous son meilleur jour. Ainsi lorsque, « toujours prêt à porter secours aux chrétiens », il se précipite sur un ours énorme, à l’aspect effrayant, afin de sauver un pauvre pèlerin qui était sur le point d’être dévoré. Il « vole » littéralement à son secours, fait face à l’animal qui, personnifié, défend sa tête et ses bras des coups d’épée que le duc pourrait lui porter. Sûr de sa victoire, l’ours désarçonne Godefroy. Suit un furieux corps à corps, pendant lequel ce dernier s’entaille involontairement la jambe. Prêt à succomber malgré son héroïsme, sentant ses forces s’éloigner, il doit la vie à un de ses compagnons d’armes qui, accouru après avoir entendu les cris de la bête féroce, l’abat enfin249.

89Ces caractères légendaires se retrouvent dans toutes les chroniques, mais à des degrés divers ; dans l’Historia, ils sont beaucoup moins nombreux une fois la première croisade terminée ; le lien avec la Chanson d’Antioche, qui se termine à la prise de la métropole nord syrienne, avait été rompu.

1.1.5. La Chanson d’Antioche

  • 250  Cl. Cahen, SN, p. 13 et note 2. Une chanson semble-t-il tout aussi ancienne que celle communément (...)
  • 251  L’ordre adopté est celui, approximativement chronologique, établi par Hermann Kleber, Appendice de (...)

90Cette dernière n’est qu’une des représentantes du genre narratif des chansons de geste, l’un des vecteurs privilégiés, avec la chronique, de l’expression de la parole des Croisés. Très vite, semble-t-il, la croisade avait ainsi suscité ses poètes, qui écrivaient soit en latin, soit en langue vernaculaire250. La Chanson d’Antioche, la Chanson (Conquête) de Jérusalem, et Les Chétifs forment les pièces les plus anciennes du premier cycle de la croisade, la première expédition leur servant de cadre historique251. Nous sommes surtout intéressés par la Chanson d’Antioche, car même si elles semblent s’appuyer sur l’histoire, les autres chansons, qui font partie du même ensemble remanié par Graindor de Douai vers 1180-1190, sont beaucoup plus marquées par le légendaire et le merveilleux. Même si l’historien militaire peut également y glaner des informations, elles sont surtout utiles aux historiens de la littérature et aux historiens des mentalités de l’Occident médiéval.

  • 252  La thèse de l’existence d’une chanson ancienne rédigée par Richard le Pèlerin ne fait pas l’unanim (...)
  • 253  Éd. P. Paris, vers 1-10 et 57-58, t. i chant i, 1 p. 1-3 et 3 p. 6 ; éd. Duparc-Quioc, p. 19, 21. (...)

91L’auteur du texte en langue d’oïl qui nous est parvenu – des versions antérieures ont sans doute été perdues – serait Graindor de Douai qui affirme avoir remanié l’œuvre d’un certain Richard le Pèlerin, qu’on suppose avoir participé à la première croisade252. Plus que toute autre épopée, la Chanson d’Antioche est très profondément liée à l’histoire, non seulement par son sujet, mais encore par une volonté affirmée de raconter la première croisade telle qu’elle s’est déroulée. Dans son prologue, Graindor affirme ainsi à son public que lui fait œuvre de « vérité », au contraire des autres jongleurs253 :

« Seigneur, soiés en pais, laisiés la noise ester
Sé vous volés chançon gloriose escouter
Ja de nule millor ne vous dira jougler ;
C’est de la sainte vile qui tant fait à loer,
Où Diex laisa son cors et plaier et navrer,
Et ferir de la lance et en la crois poser ;
Jhérusalem l’apele qui droit la veut nomer.
Ci novel Jougleor qui en suelent chanter,
Le vrai commencement en ont laisié ester.
Mais Grains d’or de Douai nel veut mie oublier,
Qui vous en a les vers tous fais renoveler.
[…]
Seigneur, n’a point de fable en la nostre chançon,
Mais pure vérité et saintisme sermon. »

  • 254  L. A. M. Sumberg, loc. cit., p. 65.

92La prétention historique est donc affirmée, mais il faut se garder de voir dans la chanson l’équivalent d’une chronique, et ce même si interaction il y a entre les deux genres : l’histoire de la première croisade est réinventée et adaptée et c’est bien « au confluent de l’histoire et du mythe qu’il faut situer la Chanson d’Antioche. L’histoire du texte, c’est la réalité historique refaçonnée au moule de la vérité romanesque254 ».

  • 255  Cl. Cahen, SN, p. 13-14, isole les chants vii, 3-27 et viii, 25-40 et 50-62. Il discute de la rela (...)
  • 256  S. Duparc-Quioc, op. cit., p. 234, suppose même que le trouvère était originaire d’Artois, et plus (...)

93Pour ce qui est de l’histoire, le texte permet de différencier deux parties, dont l’une, qui raconte la majeure partie des combats entre les Francs et « Corbaran » (Karbūqā), reprend pratiquement à l’identique la chronique de Robert le Moine255. Sans doute doit-on y voir la marque de Graindor, le reste de la chanson, très proche d’Albert d’Aix, ayant peut-être été écrit à plusieurs mains, à moins qu’on puisse y trouver la version de Richard. Comme dans l’Historia d’Albert, où les passages correspondants sont malgré tout moins romancés, Pierre l’Ermite fait l’objet de développements inédits. Il en est de même des Croisés flamands et de ceux venus de l’Artois, ce qui, à notre sens, laisse bien supposer une rédaction dans les régions mosanes256.

  • 257  Les femmes sont globalement traitées comme dans les autres textes latins. Elles servent accessoire (...)

94L’une des originalités de la Chanson d’Antioche (et de la Conquête de Jérusalem) réside dans l’importance des « petites gens ». Concurrence est faite aux chefs de l’armée, aux grands et même aux chevaliers, un rôle bien plus important que dans les chroniques étant attribué par exemple à Pierre l’Ermite. Une place notable est faite, outre aux petits chevaliers, aux serjants, à tous les piétons en fait, aux non-combattants257 et surtout aux tafurs pauvres et vagabonds, orible gens sanguinaires, cannibales, inquiétants, mais aussi braves d’entre les braves :

« Li Turc traient des tours aus ars de cor voutis,
Dont véissiés nos Frans iriés et estormis.
Es-vous le roi Tafur qui vient tout engramis,
Et dant Pieron l’ermite qui li pel ot floris,
Et orent bien dis mil de Ribaus hardis.
Li rois Tafurs s’escrie qui moult fu bien oïs :
“Buiemont de Sesile, francs chevaliers eslis,
Et vous, Robert de Flandres, gentius quens de haut pris,
Et li autre baron que Diex a benéis,
Gardés li Turc n’eschapent qu’avés ci envaïs”
[...]
Dont véissiés ribaus d’assaillir aatis,
Et jeter aus fondufles ces grans caillaus massis,
Et ferir en ces portes de grans maillés traitis,

  • 258  Éd. P. Paris, t. ii, chant vi, 35 et 36, p. 126-8. Ces combats font suite à l’entrée dans Antioche (...)

Et monter aus eschieles desous ces couvertis ;
En plus de trente lius ont le palais pourpris,
Ainc por Paiens ne fu uns seul arières mis,
[…]
Les gens le roi Tafur fisrent moult à prisier,
Qui huit des maistres tors conquisent tou premier
[…]258»

Ainsi peut-on avoir un aperçu plus suggestif de ce bas-peuple qui, sans doute aucun, pouvait prendre part aux combats.

  • 259  Éd. P. Paris, t. i, chant iii, 21, p. 175. Les Turcs effectuent une sortie, mais ne parviennent pa (...)

95Comme les autres épopées, la Chanson d’Antioche apporte en fait toute une série d’informations sur le plan militaire qu’il faut trier, car l’information côtoie sans cesse le romanesque, le cliché littéraire l’allusion réaliste. Ainsi des affrontements devant Mamistra, alors que259

« Les portes ont ouvertes, et li pont avalé.
Ançois que il se puissent issir de la ferté,
Les encontrent François par si grant cruauté
Qu’à force les remetent dedens la fermeté.
Or sont François et Turc tot ensemble meslé,
Des espées d’acier à l’uns l’autre frapé ;
Li Turs tenir se cuident aus ars de cor tenser,
Aus saietes d’acier en ont maint afolé.
Un jour trestout entier li assaus a duré.
Jà fussent fors aus chans no François retorné,
Quant Tangres li Puillans a celui encontré
Qui sire ert de la ville ; le chief li a copé,
Une toise et demi a la teste volé.
 »

  • 260  Au ve-xie siècle, les têtes ennemies étaient promenées à travers tout le territoire fatimide après (...)
  • 261  Cf. chant v, 21, éd. P. Paris, t. ii, p. 39, après un affrontement victorieux (« Ceu qu’il orent o (...)

96Outre la focalisation sur Tancrède, qui permet la victoire en abattant le « chef d’en face », on retiendra la nature du coup qui donne la mort : un coup d’épée, apparemment, qui ôte la tête au chef adverse dont une toise et demi a la teste volé. Par-delà la valorisation de la force du combattant certainement exceptionnel qu’était Tancrède et du cliché épique que constitue le combat singulier (cliché tirant aussi son origine de lointaines pratiques), on peut s’interroger sur ce coup d’épée qui décapite : renvoie-t-il à une réalité, la protection des combattants étant à cet endroit de moindre qualité, alors que le geste horizontal et latéral de celui qui portait le coup s’avérait aisé (de même que le geste vertical mais de côté, quand celui qui le portait, monté, frappait un piéton) ? Ou n’a-t-il qu’un sens symbolique, les chefs s’étant affrontés en un de ces combats singuliers dont on sait qu’ils terminent souvent la bataille épique et décident de son issue, voire même de la guerre dans son ensemble ? La décapitation, dans ce cas, scelle simplement la victoire de Tancrède et de ses hommes, a fortiori la défaite du maître de Tarse. Le coup renverrait alors plus directement au motif de la tête coupée, présent dans de nombreuses mythologies de guerre – celte et turque, notamment –, la tête représentant la force et la valeur guerrière de l’adversaire, sa décollation seule garantissant la mort. On verra d’ailleurs que les troupes musulmanes, et singulièrement turques, se faisaient un honneur de rapporter les têtes de leurs ennemis260 après la victoire. La Chanson d’Antioche en témoigne à l’envi. Sans surprise, elle décrit alors une pratique plus collective qu’individuelle ; il s’agit de déconsidérer l’adversaire. En revanche, lorsque les barons francs usent d’une pratique analogue ils font l’objet de toute la sollicitude du poète261.

  • 262  Combats contre « Corbaran » (Karbūqā), éd. P. Paris, t. ii, chant viii, 36, p. 243-244 (à comparer (...)

97Dès lors, en s’en tenant à ces observations, on s’explique plus facilement le fait que les coups d’épée des Francs, la plupart du temps meurtriers, sont très souvent portés à la tête, sans forcément qu’elle soit décollée. Des coups impressionnants de force, légendaires, comme celui que Godefroy de Bouillon assène : un coup qui fend le crâne en deux jusqu’aux dents (« le pourfent desci qu’ès dens menus ») à un Arrabi rendu redoutable par sa grande taille (« grans et cremus »). Ou celui du comte de Flandre qui262, « sor un destrier de pris », s’avance à la tête de mille homme armés, s’enfonce au cœur de la mêlée, aperçoit un « amiral (émir) […] qui nés fu de Persis »qui malmène « la gent de nostre Seignor », en est marri, et lui porte, de son épée fourbie (« espiel qu’est forbis »), un coup au sommet du crâne, ainsi pourfendu en deux par dessus le heaume ciselé à fleurs :

Amont parmi son elme qui fu à or floris,
Que trestout le porfent desci qu’ens el cervis

  • 263  O. Bouzy, « L’armement occidental pendant la première croisade », CCM, t. i, 1996, p. 15-44 ; P. A (...)
  • 264  O. Bouzy, loc. cit., p. 22-23 (les citations en sont extraites). Illustrations : ibid., fig. 1 (sa (...)

98La tête est donc bien prioritairement visée. Il s’agit alors de comparer l’épopée avec les autres sources écrites et surtout une documentation archéologique et iconographique qui, bien souvent il est vrai, ne porte pas directement sur la croisade. Si aucun charnier datant de la première croisade n’a, à notre connaissance, été découvert, un certain nombre de documents peuvent être utiles à notre réflexion : d’une part quelques fouilles ont été menées, pendant lesquelles quelques crânes d’hommes ont été retrouvés (mais les combats concernés sont d’envergure limitée, escarmouches, échauffourées ou rixes individuelles) ; d’autre part des artistes ont figuré des hommes mettant en garde ou frappant leur adversaire263. Les analyses qui ont été menées, encore trop peu nombreuses, n’autorisent certes aucune conclusion définitive, et ne donnent que quelques indications qu’il est néanmoins intéressant de comparer à la Chanson d’Antioche. P.-A. Sigal a montré que dans les romans médiévaux, sources il est vrai littéraires, proches des chansons de geste, 75% des coups étaient portés à la tête. 45% des blessures des 73 crânes analysés par R. Perrot étaient dus à des coups portés à la tempe et 24% à des coups portés au front. On retrouve, sur quatre des six crânes étudiés par S. J. Wenham, des blessures portées par des coups horizontaux, l’arrière du crâne ayant été touché. Les deux autres coups ont été assénés sur le front. En outre, on dispose de quelques représentations iconographiques datant des xie-xiie siècles qui montrent des décollations, comme le chapiteau de la fin du xie ou du début du xiie siècle qui figure la mort d’Absalom tué d’un coup d’épée porté au cou, juste sous le menton. Autres exemples : la couverture en ivoire du Psautier de la reine Mélisende, dont le manuscrit date de 1139, ou, plus tardives, les peintures du manuscrit (sans doute de la fin du xiie siècle ou du xiiie siècle) de Warqa wa Golšāh, l’épopée persane du xiie siècle, dont l’une représente une victime sectionnée de la tête à la selle. Enfin, d’autres illustrations permettent de se représenter les mises en garde des piétons et des chevaliers qui facilitaient le coup d’épée à la tête. Les premiers semblent l’avoir le plus souvent tenue derrière eux, à bout de bras, « la main à hauteur de ceinture, la pointe de l’épée juste au dessus de leur tête », position certes peu commode et non unique, mais autorisant la frappe horizontale vers le ventre, la poitrine ou la tête. Sinon, ils brandissaient « l’épée au-dessus de la tête, le poing devant la figure, la pointe de l’épée tournée vers l’arrière », ou ils avaient l’épée au niveau de la ceinture, la pointe vers l’avant. La garde des guerriers montés paraît très proche, même si le problème de la maniabilité du cheval se posait (il ne fallait pas non plus l’effrayer voire risquer de le toucher en assenant un coup horizontalement par dessus sa tête). Elle les poussait à frapper de côté, peut-être à l’horizontale quand l’ennemi était à droite, et à la verticale quand il se trouvait à gauche264.

  • 265  Warqa wa Golšāh, trad. A. S. Mélikian-Chirvani, op. cit., p. 118-119 (nous conservons ici la trans (...)

99Dans les rares textes orientaux qui permettent de quelque peu appréhender l’escrime des musulmans, la tête apparaît également comme une cible importante, sinon privilégiée. C’est le cas dans quelques anecdotes racontées par Usāma, ou dans la succession de combats singuliers que livre « Rabî ibn-e Adnân265 » :

« Un cavalier lança son destrier hors des rangs
Son cœur était une muraille de fer, son corps la montagne Qâf

Tenant à la main un glaive étincelant comme l’éclair
Célé dans le fer de pied en cap

Comme deux tigres furieux
Ils se jetèrent l’un sur l’autre le cœur plein de haine

Entre eux il y eut un temps d’arrêt
Car tous deux étaient de preux guerriers

Rabî ibn-e Adnân se lança à l’attaque
À la tête il lui porta un coup d’épée

La pointe de l’épée de ce dextre chevalier
Par la tête rentra et ressortit par la selle
[…]
Un autre chef s’avança pour combattre
Sans délai il se lança fougueusement

À peine eut-il parcouru son chemin jusqu’à lui
Que d’un coup il détacha son chef de son corps
[…] »

100Les apparences étaient donc, au moins en partie, trompeuses. On aurait pu croire que les règles du genre épique avaient amené le poète – Richard le Pèlerin ou Graindor de Douai – à user de clichés, à chercher la louange et l’extraordinaire, à émerveiller son public, à symboliser, par la décapitation ou les coups portés à la tête, la mort totale de l’adversaire auquel toute vie était ôtée. Or l’archéologie et l’iconographie, notamment, montrent qu’il faisait aussi œuvre de réalisme. Les coups d’épée semblent avoir visé sinon en priorité, du moins fréquemment, la tête de l’adversaire, peut-être simplement parce que l’homme était le plus fragile à cet endroit, sa protection moins solide – comme ces heaumes qui ne pouvaient rien contre les épées très effilées de l’époque. Ainsi l’information semble-t-elle fiable, ce qui n’occulte au demeurant en rien leur portée métaphorique : l’utilisation symbolique du motif de la tête coupée ne peut être systématiquement écarté, a fortiori dans des descriptions de combats singuliers qui opposent les chefs d’armées.

  • 266  Voir l’extrait traduit plus haut qui met en scène le roi Tafur et ses hommes.
  • 267  Voir sur ce point les remarques de L. A. Sumberg, La Chanson d’Antioche, 1968, Paris, p. 186.
  • 268  Cf. le messager musulman envoyé par Solimanà Nicée assiégée, déguisé en pèlerin chrétien, pris et (...)
  • 269  Ils apparaissent, loin de toute idéologie religieuse, comme âpres au gain, violents voire cruels. (...)
  • 270  Les problèmes de ravitaillement sont très présents, comme dans les chroniques d’ailleurs, dans les (...)
  • 271  Éd. Duparc-Quioc, v. 5549-5554. L’éd. P. Paris ajoute un vers entre les v. 5552 et 5553, ce qui se (...)

101C’est que l’exploit individuel est souvent célébré dans la Chanson d’Antioche, comme dans les autres épopées. Mais la masse n’est pas oubliée266. Elle apparaît sans cesse à l’action, dans toutes les phases de la guerre. En fait, la Chanson d’Antioche met en valeur tous les composants de l’armée. Plus généralement, elle apporte des informations sur tout ce qui touche à la guerre. Elle permet d’enrichir notre connaissance en matière de stratégie et de tactique267, de techniques de combat (qu’il s’agisse de corps à corps ou de combats collectifs, mention spéciale devant être faite aux descriptions de la fameuse charge franque), de communication et d’espionnage268, de blessures donc, de mentalité des combattants269, de ravitaillement270, de chevaux et d’armement, aussi, comme dans l’extrait suivant, aussi riche en vocabulaire que le reste de la chanson271… :

Nos baron ont l’enfant ricement conreé,
A le guise françoise l’ont no Franc adobé,
Des plus petites armes c’on a en l’ost trové.
Hauberc ot et vert elme et escu d’or listé
Et une lance tainte a un pegnon fresé.

Après li ont livré un destrier pumelé,
Ki ert bels et aates et si amble soué.

  • 272  Cf. les ouvrages de N. Daniel et de P. Bancourt cités ci-dessus.
  • 273  M. Benett, « First Crusaders’ Image of Muslim : The Influence of Vernacular Poetry ? », Forum for (...)
  • 274  Voir la note de M. de Combarieu du Grès, dans Croisades et pèlerinages, op. cit., p. 91.
  • 275  Par exemple éd. P. Paris, chant vii, 3, t. ii, p. 139. Voir infra, chap. « Les ethnies ».
  • 276  Éd. P. Paris, chant iii, 14, p. 163. On croit déceler le comte Raymond de Saint-Gilles derrière ce (...)

102Les combattants francs ne sont pas seuls décrits, d’ailleurs. L’ennemi musulman est naturellement très présent. L’image qui en est donnée correspond, en partie, à celle des autres chansons de geste272, et est très proche de celle des chroniqueurs de la première croisade273. Alors, l’ignorance domine. Les noms attribués à l’adversaire le montrent. Pour quelques efforts de transcription de l’arabe – Corbaran (ou Corbarant ou Corbaran d’Oliferne) pour Karbūqā, Garsion pour Yāġī Siyān, maître d’Antioche, Soliman de Nicée pour Sulaymān (confondu avec son fils Qiliǧ Arslān), Salehadins (fils de Soliman, mais aussi un combattant, peut-être un ajout de Graindor faisant référence à Saladin ?) pour Ṣalāḥ al-Dīn…, combien de prénoms complètement déformés, ou même venus d’Occident, et donc transposés ou inventés – Brédalant (combattant musulman tué par Enguerrand de Saint-Paul), Brohadas, le fils du soudan de Perse, Josian ou Josuaus, gardien d’une tour d’Antioche, Josué (chef sarrasin fait prisonnier par le roi Tafur ; l’amalgame juifs-musulmans est clair274), Clarien, Clarion et Claripans, sarrasins parmi d’autres, Ricenés (ou Richenet), fils de Soliman, comme Butors, Orchenais et Hisdent (ou Hident), Orgaies (neveu de Soliman)… Pourtant, comme dans la chronique d’Albert d’Aix, par exemple, les musulmans, ou plutôt les « païens », ne sont pas désignés sous une seule appellation, différence étant faite entre les Turcs (les plus souvent cités), les Sarrasins, les Arabes, les Persans, les Esclavons, les Esclers, ce qui renvoie globalement à la variété d’ennemis auxquels les Croisés avaient dû faire face, quelques transpositions et fantaisies étant néanmoins présentes275. La même ambivalence se retrouve dans les noms de lieux : Antioche, Port-Saint-Siméon, le Pont de Fer, Artāḥ (Artaise)… sont correctement évoqués… mais, au détour d’un vers, peut-être ajouté par l’un des remanieurs, apparaissent des inventions et des transpositions, de nouvelles nominations soit calquées sur l’Occident, soit semblant s’appuyer sur le nom d’un croisé, comme les « sources de Raymond » (fontaines Raimon) où les compaignons Jhesumettent le camp276.

  • 277  S. Duparc-Quioc, Étude critique, op. cit., p. 257 et note 14 sur Apolin.
  • 278  S. Loutchitskaja, « L’image des musulmans dans les chroniques des croisades », loc. cit., p. 728. 
  • 279  Cf. sur ce point N. Daniel, Héros et Sarrasins, op. cit., p. 121 et surtout Paul Bancourt, Les mus (...)

103L’ignorance est aussi hostilité, dévalorisation et dégradation des autres, païens, mécréants, malfaisants, maudits traîtres, vile engeance, pute gent haïe, idolâtres qui invoquent et adorent Mahon, Apolin ou Jupin277. Haine incontestable, donc, qui renvoie à une vision manichéenne du monde qui n’était pas propre à Richard le Pèlerin ou à Graindor de Douai. Les chroniqueurs, dont on a pu dire qu’ils expriment une véritable « obsession » de l’idolâtrie musulmane, la partageaient278. Richard montre les mêmes structures psychologiques ; il « crée » l’autre, décrit un univers à partir de ses référents culturels. Ce qu’il voit ou ce qu’il entend est soit transformé dans une perspective symbolique, soit franchement rejeté. Haine néanmoins presque ritualisée, formalisée – il ne faut pas oublier qu’on est en présence d’un travail littéraire, où des conventions sont respectées, le Sarrasin certes rejeté hors du monde, car inspirant la peur, tenace et ancienne, mais aussi confusément incorporé dans un imaginaire ambigu, attirant bien que dangereux279.

  • 280  L’expression est d’E. Saïd, op. cit., p. 75.

104Il ne faut pas en rester à l’image d’un monde inversé, les chrétiens vantés et rendus héroïques d’un côté, les musulmans rejetés et dépréciés de l’autre. La relation au musulman est bien plus complexe ; au mépris s’ajoute un « frisson de délice » pour ses richesses et ses qualités280. En s’en tenant au plan militaire, des armes de Karbūqā (Corbaran), on apprend :

  • 281  Éd. P. Paris, chant viii, 38, t. ii, p. 245-246. Baudart désigne Bagdad ; le dart le trait, la flè (...)

« Corbarans fu assis devant son estendart,
Richement fu armés, ne craint lance né dart :
A son col ot pendu un riche toenart,
Ses elmes fu forgiés en la cit de Baudart ;
Au nasel par devant uns escarboucles art.
Hanste ot et fort et roide, et si porte un fausart,
En l’escu de son col ot paint uns papelart
281»

  • 282  Éd. P. Paris, chant viii, 39, t. ii, p. 247-248.
  • 283  Éd. P. Paris, chant v, 4, t. ii, p. 11-12 ; variante (très proche néanmoins) dans éd. Duparc-Quioc (...)

105De même, Brohadas, à la tête de trente mille Turcs, porte un « clavain à fin or qui fu fait à Damas », un heaume forgé sur les rives de l’Euphrate (« de sour l’aive d’Eufras »), un bouclier (escu) solide qui avait appartenu au roi Jonathan (Jonatas). Le fait qu’il soit en pleine bataille n’empêche pas le poète de souligner ensuite que les manches de sa tunique et son turban avaient été taillés dans deux tissus fort chers, de la soie de Samos et du drap de Constantinople282. Enfin, un fils d’émir (« fieus à un amiral ») pour qui Garsion (Yāġī Siyān) avait « beaucoup d’amitié », mort dans Antioche, est revêtu pour ses obsèques283:

« De trestoutes les armes qu’en bataille porta.
Clavain ot et bon elme qui grant clarté geta
Le branc que on li çainst moult bons fèvres forja.

Puis le pafist Galan qui un an le tempra,
Por ce que doi la firent Requite l’apela.

Quant il l’ot esmerée, en un tronc l’essaia.
Entresi qu’en la terre le fendi et colpa. »

  • 284  Cf. aussi les descriptions de vêtements, par exemple du roi Garsion, éd. P. Paris, chant V, 15, t. (...)
  • 285  Voir aussi les multiples remarques à ce sujet de P. Bancourt, op. cit., passim.
  • 286  Trad. M. de Combarieu du Grès, op. cit., p. 79. Dacien est celui qui livra la tour d’Antioche et q (...)

106Ces quelques vers ne sont pas isolés : à plusieurs reprises, il est question des armes de l’adversaire musulman. Certes elles sont embellies et une pointe d’admiration – presque conventionnelle, elle s’exprime avec plus de force encore dans les descriptions des tentes – perce pour une civilisation arabo-musulmane raffinée, riche et mythifiée284. On remarquera néanmoins qu’elles sont proches de l’armement des Croisés285, bien que plus nombreuses (le toenart, le faussart), plus spécifiques (le clavain à la place du haubert), plus riches (mais Corbaran était le chef d’une armée). L’enfant de Dacien qui aurait, selon la chanson, été pris par les Francs, armé « a la guise françoise », a le même armement de base (lance, épée, bouclier, cotte de mailles)286 :

« No baron ont l’enfant richement conréé,
A la guise françoise l’ont moult bien adobé,
Des plus petites armes qu’on ot en l’ost trouvé.
Haubert ot et vert elme et escu d’or listé,

Et si ot une espée à son senestre lé,
Et une lance tainte à un pegnon fresé »

  • 287  Éd. P. Paris, chant iii, 21, t. i, p. 175. Les passages où les Turcs apparaissent avec leur arc so (...)
  • 288  Ex. : éd. P. Paris, chant iii, 25, p. 189 (conquête de Artāḥ ; exploit de Soliman). Infra, « Les c (...)

107Est-ce à dire qu’il en est toujours de même dans l’épopée ? Évidemment non. D’ailleurs, les Turcs apparaissent si souvent avec leurs arcs, décrits parfois avec finesse, qu’on peut parler de « cliché ». À Mamistra, les Turcs exécutent une sortie alors que les François attaquent. Les premiers font confiance à leurs arcs tendus de cuir (« ars de cor tenser »), et leurs flèches d’acier (« sietes d’acier ») abattent de nombreux hommes287. Comme les autres Croisés, Richard avait dû être impressionné par leur habileté à l’arc déjà en passe d’être légendaire. Il n’hésite pourtant pas à montrer des Turcs briller à l’épée, ou user de la lance avec la dextérité des Francs288.

  • 289  Mais Richard n’hésite pas non plus à montrer la peur des Croisés. Cf. par exemple édition P. Paris (...)
  • 290  La Chanson de Jérusalem, éd. N. R. Thorp, Tuscaloosa et Londres, 1992, p. 257-8.

108Là encore, donc, la schématique inversion n’est pas totale. L’image des musulmans au combat n’est pas unilatérale. Certes ils apparaissent souvent couards, fuyant la difficulté, anéantis du fait de leur incompétence289. Mais il inspirent la peur, les Turcs tout particulièrement qui se battent avec fureur et, à plusieurs reprises, déciment les rangs des Croisés. On les aperçoit, aussi, utiliser le feu grégeois, des piérères, chevaucher de superbes montures… Ainsi, l’adversaire est également magnifié. N’était-ce pas de règle dans la chanson de geste ? Chanter les exploits de ses troupes n’imposait-il pas, ainsi que l’avait fait Jules César dans un tout autre genre d’écrit, de rehausser l’adversaire ? Le genre épique va même plus loin. Battu, abattu, Cornumaran est finalement reconnu par Godefroy de Bouillon comme un homme au « grand courage », un homme ayant tellement impressionné Baudouin qu’il demande à ce qu’on lui ouvre la poitrine afin de voir son cœur. Un homme loué alors par tous les barons comme un « grand chevalier ». Un homme dont on regrette même qu’il soit un « sarrasin ». Ainsi se clôt la chanson qui fait suite à la Chanson d’Antioche, la Chanson de Jérusalem290.

1.2. Sources postérieures : chroniques de Gautier d’Antioche, Eudes de Deuil et Guillaume de Tyr

  • 291  Cl. Cahen, SN, p. 16. L’ouvrage est édité par H. Hagenmeyer (Innsbruck, 1896) et le RHC, Occ., t. (...)

109Communément appelé « Gautier le Chancelier », l’auteur des Bella Antiochena n’a pas laissé de trace autre que son récit. Il n’apparaît ainsi pas, au contraire d’autres chanceliers de la principauté d’Antioche, dans une des chartes qui nous sont parvenues. On peut tout juste certifier que l’homme, de formation clairement cléricale, avait exercé des fonctions importantes à Antioche aux côtés du prince Roger, certainement celle de chancelier, ainsi que le propose Claude Cahen, entre 1114 et 1122291. Le récit des « Guerres d’Antioche » est précieux à bien des égards : les sources latines se font rares, après la fin de la première croisade. On doit continuer (comme Guillaume de Tyr le fit en son temps) à se baser sur les chroniques d’Albert d’Aix et de Foucher de Chartres, ce dernier étant plutôt mal informé sur les événements antiochéens. De plus et surtout, Gautier est témoin de la majeure partie des faits qu’il décrit. La guerre est racontée comme elle a été vécue par un haut personnage, dans ses facettes les plus diverses, préparation, moral, tactique, combats, conséquences… Une source des plus utiles, donc, même si, à l’instar des autres chroniqueurs latins, Gautier laisse parler sa culture, multiplie les références bibliques, n’hésite pas à faire part de visions, évoque à l’occasion le miracle, se plaît à l’amplification épique. Une source d’une fraîcheur étonnante, surtout quand son auteur laisse affleurer ses sentiments. Sentiments qui participent du même esprit manichéen que celui de ses illustres prédécesseurs croisés dont il avait pu lire ou entendre les chroniques.

  • 292  Bella Antiochena, RHC, Occ., t. v, p. 99.
  • 293  Ibid., passim ; surtout le livre ii, 16 (De visione cujusdam Sansonis, et de alio bello Algazi et (...)

110Les Bella Antiochena, qui devaient être lues292, portent exclusivement sur les guerres de 1115 et de 1119-1122, soit sur deux moments clés de l’histoire de la principauté d’Antioche, et plus généralement de la Syrie du Nord, marqués par deux batailles majeures. La première, dite de Tall Dānīṯ, en 1115, vit Roger l’emporter, selon Gautier (l’issue de la bataille est discutée) sur l’armée de celui qu’il appelle Bursos (Bursuq). La deuxième se conclut par un désastre tel pour le prince d’Antioche, lui-même tué, que les sources latines l’appellent la bataille du « Champ de sang » (Ager sanguinis). Le récit de ces batailles ne se circonscrit naturellement pas aux affrontements. Leur préparation, tout particulièrement, est amplement développée. Il ne s’achève d’ailleurs qu’avec la mort du bourreau de Roger, Īl Ġāzī, dont un portrait très négatif est dressé : cruel, pillard, ivrogne et démoniaque, antihéros ou plutôt héros des forces du Mal, finalement cible de l’ire de Dieu, qui ainsi venge ses soldats tombés lors de la bataille de l’Ager sanguinis293.

111Car représentant bien son temps, Gautier par son écrit témoigne de l’absolue nécessité de se conformer à la pureté que le service de Dieu appelle, ce Dieu qu’il érige en ultime paroi face à un ennemi musulman devenu menaçant, un Dieu qui veille à punir les chrétiens de toute perversion, de tous les péchés. Plus prosaïquement néanmoins, il dresse un portrait du prince d’Antioche, Roger, dont on se contentera de dire ici qu’il est double, naturellement très positif dans le livre I, celui de la victoire, subtilement critique (mais toujours hagiographique) dans le suivant. La dualité marque en fait le texte : organisation en deux livres, victoire et défaite, Roger d’Antioche consultant ses vassaux mais refusant ensuite de tenir compte des conseils du patriarche d’Antioche, Roger patient et sachant éviter la bataille quand il le faut alors qu’il apparaît orgueilleux et pécheur avant la défaite, Roger mourant en martyr alors qu’Īl Ġāzī est abattu comme un démon, chrétiens bons et serviteurs de Dieu face aux musulmans polythéistes, pratiquants de rites astrologiques, tyranniques et barbares…

  • 294  Elles sont mal identifiées. On ne peut ainsi pas certifier qu’il n’a pas, au moins quand il fait r (...)

112Du fait militaire, il ne parle évidemment pas en théoricien. Il ignore les subtilités tactiques, ou tout au moins n’en fait pas état ; il préfère énoncer des règles simples et de bon sens. En fait, la qualité du récit est variable, notamment selon que Gautier ait été, ou non, témoin direct des événements qu’il décrit, et selon ses sources (orales ou écrites)294. Par exemple, la description de la « deuxième » bataille de Tall Dānīṯ, en 1119, est confuse, comme s’il n’y avait pas assisté ou si ses informations étaient de seconde main. Quant aux chiffres qu’il avance, ils sont souvent disproportionnés dès lors qu’ils concernent l’ennemi musulman, l’intention courante de surestimer l’adversaire pour magnifier l’exploit de la victoire (ou relativiser la défaite) passant avant tout souci informatif.

113Les Bella Antiochena sont fort utiles pour tout ce qui touche à la pratique quotidienne de la guerre. Sur le plan stratégique, elles mettent en valeur une mentalité défensive. Certes le panache des chevaliers est souligné, et l’offensive et le courage sont étroitement liés. Mais c’est également (avant tout ?) de prudence que ces derniers doivent faire preuve. C’est sur ce point que Gautier semble en vouloir le plus à Roger d’Antioche, qui refuse de suivre les conseils de prudence du patriarche d’Antioche, avant la défaite de l’Ager sanguinis. On pourrait même dire qu’une obsession de l’évitement de la bataille occupe son discours. Le prince doit absolument éviter le combat inutile ; il n’est grand que parce qu’il sait retenir ses hommes, au mépris des critiques et des accusations de lâcheté même. Il lui faut accepter d’attendre les renforts, quitte à ce que la gloire de la victoire soit partagée. Cette mentalité est très différente de celle qui affleurait dans les récits de la première croisade. Qu’elle soit ou non liée à l’évolution démographique de la principauté, elle révèle l’existence, parmi les Latins, d’un « complexe de l’encerclement ».

  • 295  Bella Antiochena, L. ii, 15, p. 129. Sur les prisonniers, voir Y. Friedmann, Encounter between ene (...)

114Plus proche de la première croisade, par contre, est l’exaltation religieuse qui marque le récit. L’ambiance est celle de la guerre sainte. Le clergé joue un rôle important. Le patriarche harangue les Antiochéens avant le combat. Il joue un rôle fondamental lors de la défense d’Antioche, après la mort du prince Roger. La piété de Gautier ressort tout particulièrement dans l’épisode où il narre son expérience de prisonnier de guerre. Aucun autre récit n’est plus précis sur les conditions de détention, les possibilités de communication, les espoirs et les lamentations de ceux qui habituellement apparaissent comme des êtres anonymes, soldats, femmes, vieillards et enfants. Aucun autre historien ne fait autant partager ses angoisses les plus profondes, son écœurement face à des violences qu’il sait pratiquées par tous les hommes, quelle que soit leur confession295.

  • 296  La croisade de Louis vii, roi de France, éd. Henri Waquet, Paris, 1949 (autre éd. V. G. Berry, New (...)
  • 297  La croisade de Louis VII, roi de France, p. 30 ; cf. aussi « Introduction », p. 11.

115Religieux de l’abbaye de Saint-Denis dont il deviendra abbé, à la suite du célèbre Suger, peu après son retour de Terre sainte, Eudes de Deuil a laissé un récit précis, circonstancié et à l’occasion non dénué d’empathie de la première partie de la seconde croisade296. Secrétaire et chapelain du roi, Eudes semble prendre quotidiennement des notes, sans qu’on sache s’il avait prévu par avance de se faire historiographe du roi. Il rédige d’un seul jet, certainement au début de l’été 1148, un ouvrage dont l’intérêt est bien supérieur à celui d’un simple panégyrique, même s’il vise avant tout à présenter sous le meilleur des angles les faits et gestes de Louis vii. Il cherche aussi, comme il le proclame, à faciliter le voyage des pèlerins qui suivront la deuxième croisade, puisque « jamais […] il ne manquera de voyageurs pour le Saint-Sépulcre […]297 ».

  • 298  Voir « Le dialogue apologétique du moine Guillaume… », loc. cit., éd. A. Wilmar, p. 103, cité par (...)

116Peut-être cette volonté de préparer les voyages successifs tirait-elle son origine dans une certaine insuffisance de la documentation qu’il avait consultée avant de partir. Il n’avait pas, en effet, à cœur de se mettre en route sans rien savoir des contrées qu’il allait traverser. Il s’était fait remettre par le moine Guillaume, bibliothécaire de l’abbaye de Saint-Denis, un « livre contenant l’itinéraire de la précédente expédition298 ». Esprit curieux et méthodique donc qu’Eudes. Ses descriptions de la Hongrie, de Constantinople, des routes et chemins empruntés par les Croisés visent bien à présenter avec le plus de « réalisme » possible les terres que la croisade emprunta. On ne peut donc que regretter l’interruption du récit avec l’arrivée à Antioche (on ne sait ce qui motiva cette interruption).

117Son intérêt ne réside pas, ou peu en tout cas, dans la présentation des faits : ils ne concernent pas directement al-Šām. L’absence d’emphase, le souci du réel (dans les descriptions), la relative, naïve et parfois maladroite honnêteté du chapelain en font une source sûre, peut-être pas assez utilisée par les historiens comme révélateur de la mentalité des membres d’une armée croisée du milieu du xiie siècle.

  • 299  Cf. la taille de l’armée de Conrad iii, 900 566 hommes. Noter qu’Eudes le donne sous couvert de l’ (...)
  • 300  La croisade de Louis vii, roi de France, p. 79.

118En matière de ravitaillement et de logistique, Eudes confirme avec une cinquantaine d’années de plus l’obsession du ravitaillement qu’on peut déceler dans les récits de la première croisade. Les chariots utilisés au début de la marche des Croisés, en Europe, sont abandonnés une fois l’Asie Mineure abordée : les routes sont absentes, les chemins difficiles (même les mules risquent sans cesse leur vie), la nature hostile. L’ordre est à rechercher constamment pendant la marche ; la discipline n’est pas forcément respectée ; les non-combattants, nombreux, ne facilitent pas l’avancée. Également de première main, Eudes ayant un certain art de l’observation, sont les informations sur la psychologie des pèlerins dont on soupçonne l’hostilité envers les Grecs, hostilité partagée et même amplifiée par Eudes. En revanche, il faut se méfier de ses chiffres (rares il est vrai)299. L’ennemi est divers : Grec et Turc. Ce dernier est païen, mais on ne retrouve pas la force du rejet de l’Autre que les chroniqueurs de la première croisade exprimaient. Son comportement et son armement sont stéréotypés ; il est redouté. Son arc et ses flèches s’opposent à la lance des chevaliers francs, sur lesquels Eudes focalise le plus souvent (mais des piétons apparaissent parfois ; Eudes semble regretter l’absence d’archers à pied aux côtés du roi, dans le combat des monts Qadmus). Les Turcs sont particulièrement efficaces en terrain montagneux. Ils harcèlent l’ennemi sans accepter l’affrontement majeur. Cette stratégie paya, puisque l’armée allemande fut en partie détruite pendant le voyage et que Louis vii, fatigué et n’ayant plus grande maîtrise de ses troupes, choisit de terminer son périple par voie de mer. Il faut noter, également, que pour expliquer le passage de trois mille jeunes gens au service des Turcs, après le départ d’Adalia, Eudes n’hésite pas à parler des païens en terme de bonté et de charité300.

  • 301  Voir tout particulièrement la fin de l’ouvrage, qui se termine sur les qualités de Louis vii, qual (...)
  • 302  Sur ce désastre, cf. S. Runciman, Histoire des croisades, op. cit., p. 507-508 ; V. G. Berry dans (...)
  • 303  Au-delà d’Évrard des Barres, homme respectable et modèle pour les chevaliers, Louis vii se plaît à (...)
  • 304  Il semble que Louis dut son salut à des chevaliers qui le dégagèrent.

119 Mais c’est au roi qu’est réservé le traitement le plus favorable. On est néanmoins loin de l’admiration béate de Raoul de Caen pour Tancrède, de la sous-jacente et tenace volonté de réhabilitation de son père qui habite Anne Comnène, ou même des dithyrambes d’Ibn al-Aṯīr en l’honneur de Nūr al-dīn, dans al-Bāhir. C’est que le roi de France était aussi là pour apprendre. Conscient de ses faiblesses, Eudes ne le présente dès lors pas vraiment comme un chef de guerre301. Il est pieux avant tout, ne manquant pas un seul jour de messe, est-il précisé au moment où il est à Adalia, ni les heures, tout au long du voyage, y compris quand le mauvais temps ou le harcèlement des Turcs étaient à leur zénith. Roi chrétien, donc, pèlerin avant que d’être Croisé, voulant absolument atteindre Jérusalem. Roi humble, qui laisse au maître du Temple, Évrard, la direction de l’armée après le « désastre du mont Qadmus302 ». Roi dont l’admiration pour les « Frères » est proclamée avant même que ne soit décrite la réorganisation de l’armée sous l’égide d’Évrard des Barres, grand maître de l’ordre du Temple, principal banquier de l’expédition, bien meilleur connaisseur de l’ennemi (et de la guerre) que lui303. Roi qu’Eudes choie tout de même, par exemple à travers l’utilisation à point nommé de la veine épique pour justifier sa fuite, lorsque, débordé, il se trouve face à un groupe d’ennemis contre lesquels il combat seul, adossé à un arbre304.

  • 305  Mona Joma Hammad, Latin and Muslim Historiography of the Crusades: a comparative study of William (...)
  • 306  Voir tout particulièrement P. W. Edbury et J. G. Rowe, William of Tyre, Historian of the Latin Eas (...)
  • 307  L’Eracles est notamment éditée (ce qui est fort commode) sous le texte latin de l’Historia, dans l (...)

120Il n’y a pas vraiment de comparaison possible entre les deux œuvres qu’on vient d’évoquer et l’Historia rerum in partibus transmarinis gestarum de Guillaume, archevêque de Tyr, la seule « Histoire » latine qui ait été jugée digne d’être comparée au Kāmil fī l-ta’rīḫ d’Ibn al-Aṯīr, pratiquement la seule représentante de l’historiographie franque de Syrie305. On ne s’étendra pas sur cette grande « Histoire des croisades » car, longtemps considérée comme la source essentielle de l’étude du xiie, elle a donné lieu à des analyses détaillées306, non plus que sur sa traduction en français médiéval dont la consultation est indispensable à l’historien307.

121Étroitement lié aux rois de Jérusalem qu’il servit après son retour en Syrie (il y était né vers 1130, et était allé parfaire son éducation en Occident jusqu’en 1162) en tant que précepteur de Baudouin IV, chancelier du royaume ou « ambassadeur » à Byzance, Guillaume de Tyr s’est de facto institué historiographe de l’installation latine en Syrie. Cependant, il aurait (pourquoi pas influencé par la conception plus large, universelle, de certains historiens arabes) aussi composé une histoire générale de l’Orient basée sur l’œuvre de Sa‘īd b. Biṭrīq. Pour rédiger l’Historia, à partir de 1170 environ, il réunit une documentation impressionnante qu’il ne cite pas directement mais qu’il est facile de retrouver, tout au moins quand l’original a survécu. En grande partie plagiaire pour tout ce qui concerne la première croisade, il n’en réussit pas moins, parfois, à faire preuve d’originalité même pour les événements les plus éloignés. C’est pourtant à partir de la seconde moitié du xiie siècle, et surtout après 1162, qu’il devient précieux, non seulement parce qu’il offre la seule alternative latine à l’historiographie arabe ou qu’il raconte ce qu’il vit, mais aussi de par ses immenses qualités littéraires : justesse de ton, rare esprit synthétique, souci poussé d’intelligibilité, refus (parfois) de tomber dans l’hagiographie trop poussée, effort de délier les fils stratégiques et tactiques dans ses récits de bataille…

  • 308  Un Occident où il avait pu vivre au quotidien l’émoussement de l’esprit de croisade.
  • 309  Sur tout ceci, cf. P. W. Edbury et J. G. Rowe, op. cit., p. 159-160, et passim.

122Ce talent, son immense culture littéraire, il le met au service du roi, à une commande duquel il répond, du royaume de Jérusalem, de Dieu. Lucide sur l’évolution du rapport de force entre des musulmans de plus en plus unis et des chrétiens recevant de moins en moins de soutien d’Occident308, il rédige une œuvre de propagande, dans laquelle il jongle habilement entre deux nécessités contradictoires : d’une part présenter un monde latin d’Orient menacé dans son existence, une Jérusalem terrestre en passe d’échapper au christianisme, d’autre part montrer que rien n’est perdu, que les Francs possèdent toutes les qualités pour reprendre l’offensive et s’arrimer à l’exemple des glorieux ancêtres de la première croisade, pour peu qu’on veuille bien leur venir en aide309. Il retrouve donc les accents religieux des récits des chroniqueurs de la première croisade, attribuant à Dieu la victoire, aux défaites une origine théologique (la multiplication de péchés, le plus souvent). Cela étant, l’Historia est parsemée, aussi, d’un ethos plus séculier, comme dans les passages qui narrent la prise de Tyr en 1124 ou l’échec de l’expédition d’Égypte de 1167.

2. Sources grecques, arméniennes et syriaques

2.1. L’Alexiade d’Anne Comnène

  • 310  Éd. RHC, Historiens grecs, t. i, trad. J. Rosemblum, université de Nice, 1970. Cf. W. Buchwald, A. (...)

123L’historiographie grecque du vie/xiie siècle ne se résume bien entendu pas à l’Alexiade d’Anne Comnène : plusieurs historiens ont laissé des œuvres de valeur, telle celle de Jean Kinnamos, né après 1143, mort à une date inconnue, secrétaire et homme de confiance de l’empereur Manuel Ier qu’il accompagna lors de nombreuses campagnes310. Mais aucune ne se penche autant sur les affaires syriennes, par l’intermédiaire il est vrai des Croisés.

  • 311  P. Magdalino, « The Pen of the Aunt : Echoes of the Mid-Twelfth Century in the Alexiad », dans Ann (...)
  • 312  R. Macrides, « The pen and the sword : who wrote the Alexiad », dans Anna Komnene and her times, o (...)

124Cette histoire du règne d’Alexis Comnène (1081-1118) a fait couler beaucoup d’encre, les historiens ne parvenant pas à s’accorder sur sa valeur. Il semble clair qu’en l’écrivant, au milieu du xiie siècle, Anne ait voulu réhabiliter un père oublié, le magnifier, alors que l’empereur Manuel Ier – son neveu – était au centre de toute une littérature hagiographique311. Tandis qu’Alexis avait dû composer avec les Croisés, lutter pied à pied avec des envahisseurs turcs de plus en plus menaçants, s’épuiser à sécuriser des frontières occidentales et orientales comme un vulgaire chef d’armée, il apparaît comme un véritable héros épique, chef de guerre, décideur, inventeur de stratégies et de tactiques, un héros au moins implicitement homérique, dans les développements les plus hagiographiques312. Les faits ne semblent pourtant pas travestis. Anne les interprète plutôt qu’elle ne s’efforce de les dénaturer, en passant certains sous silence, en mettant d’autres en pleine lumière.

  • 313  x, vii, 6 (t. iii p. 217-8).
  • 314  Cf. par exemple iii, xii, 2 et 5 ; iv, ii, 3-4 ; xiii, ii, 2 ; xiii, vi, 4 et passim.

125Mais quelles que soient les critiques qu’on apporte à son ouvrage, qu’elle soit ou non l’auteur véritable, que son mari Nicéphore Bryennos ait eu un rôle crucial ou secondaire dans son élaboration, on ne peut lui dénier une connaissance aiguë de tout ce qui concerne la guerre. Les exemples sont bien trop nombreux pour être énumérés. Contentons nous de mettre en valeur les multiples occurrences qui concernent l’armement des combattants, et singulièrement l’armement franc. On pense naturellement à l’arbalète, décrite dans un passage exceptionnel – car unique – qui pose le problème de sa diffusion géographique313 ; ou aux combats navals, pour lesquels l’Alexiade s’avère incontournable314.

126Cette description de l’arbalète, comme les très nombreux passages équivalents, d’une part montrent une curiosité et un souci de précision rare, d’autre part renvoient à une source d’information qui connaissait intimement la chose militaire. On peut même s’interroger sur la relation entre les traités de tactique militaire byzantins et Anne Comnène (ou sa source directe). Des inventions sont attribuées à Alexis alors qu’elles étaient déjà présentes dans les traités, sous une forme ou une autre. Ainsi des dispositions de marche, de l’entraînement des recrues, de la manière de combattre des Turcs et des « Celtes » ou de la défense des villes assiégées.

  • 315  xiv, vii, 2 (t. iii p. 172), Anne parle des dangers auxquels son père dut faire face : « […] le Ce (...)

127Anne avait de toute façon une culture classique poussée. Elle devait aussi être au fait des goûts littéraires de son temps, qui est celui du développement de l’épopée, sous différentes formes. Comme ses contemporains latins et arabes, elle décrit certaines batailles comme un combat vite singularisé, un protagoniste se voyant attribuer la posture du héros, ses coups forçant la décision. De même, elle utilise à l’envi un certain nombre de clichés, de la brillance des armes à la caractérisation indirecte d’un peuple guerrier par une arme (arc = Turc ; lance = Celte) ou par une méthode de combat (le Croisé charge, le Turc se dérobe, le Scythe se calfeutre derrière ses chariots et le Byzantin, ou plutôt Alexis, veille à l’ordre)315. Et l’ennemi turc, puisque c’est celui qui nous intéresse, même si finalement Bohémond constitue la véritable figure à laquelle Alexis s’oppose, est caricaturé, barbare sans foi ni loi, avide de sang et de massacres, ivrogne orgiaque… ce qui ne l’empêche pas de faire preuve d’audace et de courage.

  • 316  J. France, « Anna Comnena, the Alexiad and the First Crusade », Reading Medieval Studies, t. x, 19 (...)

128Si on doit la manier avec précaution, et notamment pour tout ce qui concerne la croisade316, l’Alexiade demeure donc une source importante pour la connaissance de la pratique de la guerre au xiie siècle.

2.2. Sources arméniennes et syriaques

  • 317  Sur ces auteurs, voir Cl. Cahen, SN, p. 98 sq. ; N. Élisséef, ND, t. i, p. 33 sq. ; M. Amouroux-Mo (...)

129Les sources arméniennes et syriaques sont d’une importance capitale pour les guerres qui se déroulent aux confins nord syriens et mésopotamiens. Nulle chronique autre que celle de Matthieu d’Édesse (m. après 1136) n’apporte autant d’informations sur les combats impliquant les troupes arméniennes ; nul chroniqueur n’est autant renseigné sur les chrétiens orientaux que Michel le Syrien (m. 1199) et l’Anonyme syriaque317.

  • 318  Outre la continuation de Grégoire (éd. RHC, Arm., t. i), qui fait globalement preuve des mêmes qua (...)

130Très fiables pour ce qui est des événements se déroulant en Syrie du Nord, ces auteurs, auxquels on peut adjoindre le continuateur de Matthieu (jusqu’en 1163), Grégoire le Prêtre, et Grégoire Abū l-Farāǧ Ibn al-‘Ibrī, dit Bar Hebraeus (m. 1286), sont diversement informés sur tout ce qui se passe au sud d’Alep et d’Antioche. Si la chronique de Matthieu l’Édessénien, comme les sources arméniennes secondaires d’ailleurs318, est à cet égard plutôt confuse et peu fiable, les ouvrages de Michel, de l’Anonyme syriaque et de Bar Hebraeus sont succincts et cohérents (bien que sans originalité), finalement proches des sources arabes et latines, qu’ils décrivent la prise d’Ascalon en 1153 (Michel), la deuxième croisade (l’Anonyme, néanmoins plutôt laconique), ou les campagnes égyptiennes de Šīrkūh (Michel). Bar Hebraeus, qui semble avoir disposé d’une large palette de sources écrites, paraît parfois plus au courant des relations qu’entretenaient les puissants musulmans entre eux que des querelles qui les opposaient aux Francs.

  • 319  Cl. Cahen, SN, p. 97 suppose une rédaction par deux chroniqueurs au moins qui se manifestent l’un (...)
  • 320  Matthieu d’Édesse, Chronique, RHC, Arm., p. 46 (bataille d’Ascalon), 52.
  • 321  Michel le Syrien, Chronique, t. iii, p. 270, 289 ; Exode, 10, 14-19 : « Les sauterelles montèrent (...)
  • 322  Exemple parmi d’autres, A. S. Tritton, « The First and Second Crusades from an anonymous Syriac ch (...)
  • 323  Michel le Syrien, Chronique, t. iii, p. 351-352.

131Matthieu avait été supérieur de couvent à Édesse avant de s’installer à Qaysūn, à une date indéterminée. Grégoire était prêtre, mais prêtre séculier, marié donc. Michel avait exercé la fonction de patriarche jacobite d’Antioche de 1166 à 1199. Et l’un des deux rédacteurs de l’Anonyme, pour peu qu’il y en ait eu deux, était moine319. La parenté avec les chroniqueurs latins est sur ce point évidente : comme eux, ils offrent une version cléricale de l’histoire ; comme eux, ils ne combattent pas et leurs connaissances tactiques sont plutôt limitées. Leur récit est également émaillé d’une dialectique religieuse souvent omniprésente. Matthieu compare ainsi régulièrement les Francs aux enfants d’Israël, assimilant même les troupes fatimides aux hommes de Pharaon320. Et les musulmans apparaissent plus d’une fois sous les traits de sauterelles, images même de la pullulation dévastatrice, ainsi dans l’Exode321. De même, tous ces auteurs usent à l’envi d’un ton apocalyptique322 et aiment à énumérer des prodiges, des miracles et des faits extraordinaires. La nature est une des forces contre lesquelles l’homme ne peut rien, à laquelle il doit se soumettre. Michel néglige (pour autant que la traduction permette d’en juger) le style simple qu’on lui prête généralement quand il décrit un hiver particulièrement neigeux, dans un beau passage au ton mortuaire323 :

« […] une neige abondante tombait, pour ainsi dire, comme d’une cataracte ; les montagnes et les plaines en furent remplies, de sorte que les hommes robustes ne passaient qu’avec grande difficulté non seulement d’un village à l’autre, mais même d’une maison à l’autre. Les rues des villes et des villages furent remplies de neige et de glace, et les hommes étaient enfermés dans les maisons comme dans des tombeaux. Les fleuves, les fontaines et toutes les sources furent durcis par la gelée, de sorte que les hommes, les animaux et les volatiles périssaient aussi bien de soif que de faim. […]
Et ces choses n’arrivèrent pas seulement dans les contrées septentrionales, mais jusque dans l’Inde la neige atteignit quatorze empans, là ou elle ne tombait pas ordinairement.
La neige couvrit tout à coup les campements des Arabes qui avaient l’habitude de ne pas demeurer dans des maisons, mais sous des tentes, et ils périrent de telle sorte qu’il ne resta personne pour porter la nouvelle d’un campement à l’autre. […]
La même chose arriva l’année suivante […]. »

  • 324  Matthieu d’Édesse, Chronique, RHC, Arm., t. i, p. 46 : Dieu combat, et non les Francs.
  • 325  Ex. ibid., p. 52. Ceci n’est bien entendu pas systématique. La valeur guerrière des hommes joue au (...)
  • 326  Voir par exemple les effectifs avancés par Matthieu (ibid., p. 40) pour l’armée de secours à Antio (...)
  • 327  Matthieu d’Édesse, Chronique, RHC, Arm., t. i, p. 41.

132La victoire et la défaite, pendant la guerre, procèdent de la même logique : l’homme, impuissant, n’est qu’instrument de Dieu tout puissant324, ses péchés (comme l’orgueil des Francs), soit son irrespect de ses injonctions, provoquant maintes fois la défaite325. On baigne même, parfois, dans l’irrationnel, par exemple quand des chiffres farfelus326 ou symboliques327 sont avancés.

  • 328  Michel le Syrien, Chronique, t. iii, p. 275-276. « The First and Second Crusades from an anonymous (...)

133Autre caractéristique commune de la plupart de ces sources : leur aversion pour la puissance grecque. Ainsi, pour Michel le Syrien, la deuxième croisade est vouée à l’échec car l’empereur byzantin la retarde pendant deux ans et provoque la perte des Croisés en les envoyant dans « des montagnes très difficiles à parcourir », où, après les avoir fait « marcher cinq jours sans trouver d’eau », ils sont abandonnés par leurs « guides fourbes ». Résultat, « des myriades d’entre eux périrent de soif et de faim », et les Turcs les massacrent, profitant de leur fatigue et de leur dispersion328.

  • 329  Matthieu, op. cit., p. 24. Comparer avec la sobriété de « The First and Second Crusades from an an (...)
  • 330  Mais rien de comparable avec l’animosité évoquée par l’oraison funèbre du docteur Basile, loc. cit (...)
  • 331  Le discours des historiens arabes chrétiens d’Égypte a été analysé par F. Micheau, « Croisade et c (...)
  • 332  Ex. : Josselin Ier, « The First and Second Crusades from an anonymous Syriac chronicle », loc. cit (...)
  • 333  À l’opposé des Grecs. Michel le Syrien, Chronique, t. iii, p. 222.
  • 334  Josselin pillant le couvent de Mār Barṣaumā, Michel le Syrien, op. cit., p. 283-288 ; voir aussi p (...)
  • 335  Ṭayy, Arabes de cette tribu devenus tous les Arabes, puis tous les musulmans.
  • 336  Matthieu, op. cit., p. 100. Souligner la parenté entre la deuxième formule et celles des chronique (...)
  • 337  Ta’rīḫ al-zamān, p. 123.
  • 338  Michel, op. cit., p. 343-345 (antichristianisme et orgueil de Nūr al-dīn dénoncés) et 352-353 (Nūr (...)
  • 339  Michel, op. cit., p. 222. Quelques lignes auparavant, c’est le fait que les Francs ne « soulevaien (...)

134Si le Grec est clairement mal-aimé, le jugement sur les Francs est moins monolithique. Matthieu, tout particulièrement, exprime une admiration sans borne pour les Croisés, surtout au début de son récit. Il les présente comme « venant briser les fers des chrétiens, affranchir du joug des infidèles la sainte cité de Jérusalem et arracher des mains des musulmans le tombeau vénéré qui reçut un Dieu329 ». Cet engouement se vérifie tout au long de la chronique, les Francs étant caractérisés – directement ou indirectement – comme des combattants braves et impétueux. Cependant, il n’hésite pas à se faire critique et à dénoncer des absurdités ou des atrocités commises par tel ou tel seigneur330. Les auteurs syriaques sont moins enthousiastes, peut-être parce qu’ils baignaient depuis très longtemps en milieu musulman, qu’ils bridaient leur parole du fait de leur dépendance de seigneurs turcs, qu’ils se servaient de sources arabes (spécialement Michel le Syrien et Bar Hebraeus), qu’ils étaient revenus du premier espoir de « libération » et que les chrétiens orientaux avaient subi, aussi violemment que les musulmans, les conséquences dévastatrices, pour les populations locales, de la croisade331. On ne retrouve en tout cas pas l’enthousiasme de Matthieu dans leurs écrits. Les Francs, reconnus comme de solides combattants, héros parfois332, loués pour leur tolérance théologique par Michel le Syrien333, sont même plusieurs fois décriés. Par le même Michel, qui s’étend par exemple sur les pillages du comte Josselin ; ou par l’Anonyme syriaque, qui dénonce leur impatience. Plus rarement, ils sont décriés pour leurs insuffisances stratégiques et tactiques. C’est le cas, ainsi, dans la chronique de Michel le Syrien, dans le récit de la défaite d’Inab où Baudouin III surtout est visé334. Quant aux musulmans, ou plutôt aux Turcs, car ce peuple représente presque à lui seul cette « nation » dans leurs chroniques, ils sont aussi traités différemment selon les auteurs. À une hostilité théologique générale – Matthieu parle constamment d’« infidèles », Michel de « Ṭaiyayê335 »… – ne répond pas forcément la même caractérisation. Matthieu oppose les Arméniens et les Francs aux Turcs sanguinaires, assoiffés de sang, tel Mawdūd, « cette bête féroce, ce buveur de sang », antithèse du « victorieux champion du Christ, le comte Josselin336 » (mais les Turcs sont bons combattants). Il semble véhiculer un manichéisme, une inversion proches de ceux des auteurs latins. Les auteurs syriaques participent de la même vision dans leurs multiples allusions aux méfaits des Turcomans ou de la soldatesque turque, maintes fois présentés comme d’ignobles et violents pillards. Bar Hebraeus rapporte ainsi que la première croisade s’explique par les misères que les Turcomans faisaient subir aux pèlerins chrétiens depuis qu’ils avaient conquis la Syrie et la Palestine337. Et nombre de portraits, comme, dans une certaine mesure, celui de Nūr al-dīn par Michel le Syrien, dénotent une franche hostilité338. Ce même Michel n’en met pas moins en valeur la tolérance des Turcs (certes ignorants) dans un passage où elle est comparée au sectarisme théologique des Grecs339 :

« De leur côté, les Turcs, qui occupaient la plupart des pays au milieu desquels ils habitaient (les chrétiens), qui n’avaient aucune notion des mystères sacrés, et, pour cela, considéraient le christianisme comme une erreur, n’avaient pas pour habitude de s’informer sur les professions de foi, ni de persécuter quelqu’un pour sa profession de foi, comme [faisaient] les Grecs, peuple méchant et hérétique. »

  • 340  Ibidem, p. 237. Nous avons conservé la graphie adoptée par le traducteur. Cf. aussi p. 232 où le m (...)

135Et, dans sa chronique, l’émir Ġāzī a droit à un obituaire plutôt mélioratif, lui qui « aimait les soldats […] était fort craint des voleurs et des pillards […] envahit le Beit Rounayé et massacra les rebelles turcs qui s’y trouvaient340 ».

136En fait, Michel aimait l’ordre, comme la plupart des chroniqueurs, car il ne pouvait pas ignorer la violence et les souffrances endurées par les non-combattants (et singulièrement les chrétiens jacobites) du fait des combats. Son récit, et ceux de Matthieu ou de l’Anonyme syriaque, ont la particularité d’exprimer une forte compassion – on peut même parler d’empathie – pour les vieillards, les femmes, les enfants et les hommes spoliés, au mieux emmenés et réduits en esclavage, au pire massacrés sans avoir eu droit à la moindre pitié. Chacun de ces chroniqueurs dénombre inlassablement les victimes innocentes, qu’elles soient mortes ou arrachées à leurs proches, celles de leur propre peuple, pour lequel ils écrivent. Matthieu s’attache évidemment en priorité aux Arméniens, dont il essaie de retracer les circonvolutions entre musulmans, Byzantins et Francs, et de montrer qu’ils jouèrent un rôle important (et non de simples supplétifs) lors de l’installation de ces derniers.

137Ces sources arméniennes et syriaques offrent donc une version différente des guerres du vie/xiie siècle. Leur parti pris diverge forcément de ceux des sources arabes, latines ou grecques, dans la mesure où le lectorat que leurs auteurs visaient n’était pas le même. Si on excepte Matthieu, qui est clairement très proche des Francs, on est en droit d’y trouver – par delà une solidarité chrétienne qui affleure à l’occasion, et notamment au début de l’arrivée des Francs en Syrie du Nord et en Mésopotamie – une présentation moins partisane, plus objective, tendant moins à faire un héros de tel ou tel prince turc ou franc, de tel ou tel combattant.

138Si peu de récits de bataille y sont développés, et notamment chez Matthieu et Bar Hebraeus (qui synthétise beaucoup et reprend des sources connues, comme la chronique de Michel le Syrien), un certain nombre de sièges ont droit à un traitement méthodique. Les différents sièges d’Édesse sont traités avec un luxe de détails inédits qui rendent ces chroniques incontournables. Elles apportent en fait leur écot à la connaissance de la guerre, terme pris dans son acception la plus large. Comme dans les autres sources, elle est plurielle et semble parfois réglée, souvent sanguinaire (plus que dans les autres sources peut-être). Elle est racontée avec les mêmes poncifs, la même tendance à l’individualisation du combat, notamment chez Matthieu d’Édesse, les mêmes traces d’oralité et d’épopée, bien qu’à des degrés divers. Une guerre pratiquée par des spécialistes, avant tout, mais impliquant très souvent des non combattants.

Conclusion

  • 341  Plusieurs collections d’armes islamiques sont disséminées dans les principaux musées d’art islamiq (...)

139Il n’a été question que des sources textuelles, encore insuffisamment exploitées, et notamment des chroniques arabes. On doit leur adjoindre les sources iconographiques, dont un grand nombre a été rassemblé et analysé par David Nicolle, et les rares objets excavés dans différentes fouilles archéologiques341.

140Les chroniques arabes et latines (de la première croisade essentiellement) forment le corpus essentiel. Les premières apportent une masse d’informations brutes que l’historien se doit de trier, d’autant plus que rares sont celles qui datent du vie/xiie siècle et que leur valeur est inégale. Au mitan d’une production pléthorique, quelques textes se dégagent, le aylta’rīḫ Dimašq d’Ibn al-Qalānisī en premier lieu. Malgré l’impression, parfois, que la narration obéit à des schémas préexistants, ces textes montrent un souci constant de coller à la réalité. Il faut certes prendre garde à les recouper, à déceler l’intention hagiographique et se servir des traités militaires pour l’armement, mais, globalement, elles présentent une information fiable et vérifiable.

141Ces chroniques peuvent être complétées (et comparées) aux textes latins et en français médiéval. Pour la plupart, ces textes émanent de témoins directs, ce qui fait toute leur valeur. Ils constituent un groupe relativement homogène qui offre une version cléricale de l’histoire. Sur bien des points, les chroniques latines apparaissent comme des œuvres de propagande. Leurs auteurs cherchaient à justifier la croisade, magnifier l’œuvre de Dieu et appeler à de nouvelles expéditions. Elles contiennent nombre de « morceaux d’épopée » – c’est toujours le cas, à la fin de la période qui nous occupe, de l’Historia de Guillaume de Tyr.

142Quelle que soit la langue dans laquelle elles ont été rédigées, ces chroniques présentent un point de vue unique. Elles manquent de renseignements sur l’adversaire. De toute façon, lorsqu’ils s’intéressent à l’ennemi, les auteurs médiévaux se contentent le plus souvent de poncifs. Les chroniqueurs latins et l’auteur (ou les auteurs) de la Chanson d’Antioche se distinguent tout particulièrement sur ce point. Comme si, pour certains, ils avaient vécu la croisade plongés dans des livres. Ils renseignent donc surtout sur les stratégies, les tactiques et les techniques de combat des Francs.

  • 342  S. Saleh, « The use of Bāṭinī, Fidā’ī and Ḥashīshī », SI 82, 1995, compare p. 42-43 le traitement (...)

143Certaines compilations arabes multiplient les points de vue en faisant se succéder les versions de différents chroniqueurs. Elles sont alors précieuses, comme le Kitāb al-rawḍatayn d’Abū Šāma – d’autant plus que cet auteur cite scrupuleusement ses sources. C’est le cas, aussi, d’Ibn al-‘Adīm dans la Buġya dont on peut à bien des égards se servir comme d’une chronique. Mais ces points de vue sont tous arabes. De sorte qu’il est aussi difficile de trouver dans ces ouvrages que dans les autres sources narratives des détails sur la manière de combattre de l’ennemi. Quelques textes sont néanmoins originaux, tel le Kitāb al-I‘tibār d’Usāma b. Munqiḏ. Il pallie, en partie, le désintérêt des chroniqueurs arabes pour les combattants francs342.

Notes de fin

1  Sur l’ensemble des sources dont il va être ici question, voir essentiellement Cl. Cahen, SN, p. 1-100 ; N. Élisséeff, ND, p. 9 et suivantes, et (pour les sources arabes) Anne-Marie Eddé, « Sources arabes des xiie et xiiie siècles d’après le dictionnaire biographique d’Ibn al-‘Adīm (Buġyat al-ṭalab fī ta’rīḫ Ḥalab) », Res Orientales, t. vi : Itinéraires d’Orient. Hommage à Claude Cahen, 1994, p. 293-307 ; Y. Lev, Saladin in Egypt, Leyde, 1999, p. 1-52.

2  Par exemple Guillaume de Tyr, dont l’Historia est analysée par P. Edbury et J. G. Rowe, William of Tyre, Historian of the Latin East, Cambridge, 1988.

3  Dont comme on l’a souligné le Ta’rīḫ al-duwal d’Ibn al-Furāt.

4  Au morcellement politique, de la Syrie du Nord essentiellement, correspond un émiettement important des centres de culture, et la multiplication d’histoires locales qui ne nous sont pas parvenues. Cf. Cl. Cahen, « L’historiographie arabe des origines au viie s. H. », Arabica xxxiii, 1986, p. 174-175 ; Sami Dahan, « The origins of Syrian historiography », dans B. Lewis, P. M. Holt (éd.), Historians of the Middle East, Oxford, 1962 ; A.-M. Eddé, loc. cit., p. 293-294.

5  W. Popper, « Ibn Taġrībirdī », EI 2, s.v. ; M. Shatzmiller, « The Crusades and Islamic warfare », loc. cit., p. 285 et n° 136, en fait un exemple d’un « type nouveau de soldat cultivé ».

6  M. Shatzmiller (passim) a soutenu que les milieux de savoir, et l’élite civile en général, éprouvaient une sorte de mépris pour tout ce qui avait trait à la chose militaire, à partir du moment où la soldatesque était majoritairement devenue turque et que les Arabes avaient de facto été écartés des dīwān-s militaires, jusqu’au moment où le processus d’intégration socioculturelle de la classe militaire turque fut suffisamment avancé, sous les Mamelouks. Ce rejet de l’art militaire aurait en fait été celui des Turcs, les Manāqib al-Turk d’al-Ǧāḥiẓ, positifs à leur égard, constituant une exception. Il est vrai que l’idéal à atteindre par « l’honnête homme », ou par l’homme lettré du vie/xiie siècle, n’était pas militaire. Ibn ‘Asākir, par exemple, fait preuve d’un certain ostracisme envers la classe politico-militaire damascène, comme le montre la rareté des notices qu’il lui consacre. Mais la lecture des chroniques montre que des sentiments divers, parfois contradictoires, s’exprimaient à l’égard des Turcs ou des Turcomans : peur, critique larvée, rejet parfois, indifférence apparente, satisfaction de l’ordre ramené, méconnaissance et admiration devant leurs qualités militaires. Les chroniqueurs ne prennent pas forcément la peine de s’informer ou tout au moins d’essayer d’expliquer tel ou tel fait de guerre ; mais ils peuvent faire l’effort (tout au moins les « meilleurs écrivains » d’entre eux, comme Ibn al-Aṯīr ou Ibn Wāṣil) d’être le plus intelligible possible, et même de rendre leurs récits intéressants, chatoyants, agréables à lire, de les individualiser, les focaliser sur un héros qui peut être turc. Il faut aussi évoquer le Kitāb al-I‘tibār d’Usāma b. Munqiḏ (mais ce n’est pas une chronique). Peut-être est-il le plus original sur la perception du mode de vie militaire. S’il n’en fait pas explicitement un idéal (était-ce seulement possible pour un homme de son temps ?), il n’en propose pas moins une vision globalement très positive (il défend l’homme de guerre avec ferveur, face aux attaques ironiques de son précepteur).

7  L’aspect épique ou héroïque de la littérature historique arabo-musulmane est lié aux débuts de l’islam : « Le Prophète était aussi un héros arabe. Il y aussi dans la sīra – la biographie traditionnelle du Prophète – et dans les textes historiques plus anciens un élément comparable aux “chansons de gestes”. Cet élément se retrouve aussi dans les récits des grandes batailles de l’Arabie antéislamique : Ayyām al-‘arab. » (Bernard Lewis, « Perceptions musulmanes de l’histoire et de l’historiographie », Res Orientales, t. vi, Itinéraires d’Orient. Hommage à Claude Cahen, 1994, p. 81.) Voir aussi EI2, sous « Sīra ». L’étude des cycles arabes a été notamment entreprise par M. Canard dans divers articles, dont « Les expéditions des Arabes contre Constantinople dans l’histoire et la légende », JA 208, 1926, p. 61-121, « Delhelmma. Épopée arabe des guerres arabo-byzantines », Byzantion, t. x, 1935, p. 283-300, et « Delhelmma, Sayyid Battâl et ‘Omar al-No‘mân », Byzantion, t. xii, 1937, p. 183-188. Plus récemment, M. C. Lyons s’est penché sur le problème dans The Arabian Epic. Heroic and Oral Story-Telling, 3 volumes, Cambridge, 1995, « The crusading stratum in the Arabic hero cycles », dans M. Shatzmiller (éd.), Crusaders and Muslims in twelfth century Syria, Leyde, New York, Cologne, 1993, p. 147-161 et « The Land of War : Europe in the Arab Hero Cycles », dans Angeliki E. Laiou, Roy P. Mottahedeh (dir.), The Crusades from the perspectives of Byzantium and the Muslim World, 2001, p. 41-51. On ne peut également négliger l’apport de deux épopées non arabes. La première, connue sous le titre Le roman de Varqe et Golšāh (éd. Z. Safā, Téhéran, 1965 ; trad. A. S. Melikian-Chirvani, n° spécial d’Arts asiatiques, Paris, 1970) est une sorte de roman d’amour et d’aventures en vers persans, fondé sur une histoire contant les amours du poète ‘Urwa b. Huzām al-‘Uḏrī et de sa cousine ‘Afrā’ (rapportée par Abū l-Faraǧ al-Iṣfahānī dans le Kitāb al-Aġānī, cf. les références, trad. Melikian-Chirvani, p. 22 et note 1) enrichie d’exploits guerriers, de stratagèmes, de combats de toutes sortes et notamment de duels (les faits d’armes relèguent pratiquement l’histoire d’amour au second plan). Les tribulations de Varqe, amoureux de Golšāh qu’on lui a enlevée, se situent en l’an II/623, quand le prophète Muḥammad quittait La Mecque pour Médine. Alors que tout prêtait à l’union des deux héros, Golšāh est enlevée par un rival amoureux d’une autre tribu. De rebondissements en rebondissements, on est transporté au Yémen, en Syrie, et dans un monde merveilleux finalement, Varqe et Golšāh morts étant ressuscités et à la fin mariés. Il semble qu’on soit en présence d’un roman « populaire », l’adjonction de scènes mouvementées et de combats « épiques » en étant la marque la plus claire (cf. trad. p. 25). Le manuscrit unique (2239 distiques ; ms 841 H du Topkapi Sarai) richement illustré (des scènes de combat sont très intéressantes ; analyse des illustrations par A. S. Melikian-Chirvani, p. 51-98) qu’on possède est daté par son traducteur de la fin du vie/xiie siècle. On connaît le nom de l’auteur, Ayyūqī (mais est-ce son nom de plume ou sa nisba ?), qui aurait rédigé vers le milieu du ve/xie siècle pour le sultan ghaznévide Maḥmūd, sans qu’on puisse absolument écarter l’hypothèse d’une rédaction plus tardive, vers le début du vie/xiie siècle (voir les autres solutions et les analyses de A. S. Melikian-Chirvani, trad. p. 12 sq.). Il est à noter qu’une version populaire du roman a cours dans les pays iraniens, et qu’il semble avoir eu un certain succès dans les milieux turcophones, comme l’attestent les deux versions turques (tardives) conservées sur les trois connues, ou le fait que la commande princière qui en était à l’origine ne pouvait être que turque. Quant à l’arrière plan (littéraire ou non), il est très majoritairement iranien. Nous intéressent spécialement les déroulements (stéréotypés) des combats, la caractérisation (sommaire) des combattants, leur équipement militaire (lance, épée, arc, masse d’armes, kamand ou lac - lasso - en ce qui concerne l’équipement offensif du cavalier ; cotte de mailles et casque pour l’armement défensif ; cf. trad. p. 38-39), les clichés utilisés… La seconde épopée, d’intérêt a fortiori moindre parce que plus tardive, le Kitāb-i Melik Dānişmend Ġāzi ou Dānişmendnāme (éd., trad. et analyse par I. Mélikoff, La geste de Malik Dānišmand, Paris, 2 vol., 1960), est un roman épique turc mettant en forme la tradition qui s’était constituée autour du fondateur de la principauté ġāzī des Dānišmand (l’ambiance est donc celle de la guerre sainte). Si la première recension daterait du xiiie siècle, celle que nous possédons a été réécrite par un ġāzī anatolien, ‘Ārif ‘Alī de Tokat, le siècle suivant. Quelques réminiscences très intéressantes des événements de la fin du ve/xie et du début du vie/xiie siècles, d’autant plus intéressantes qu’on connaît mal la carrière d’Ibn al-Dānišmand, sont à noter. On peut également y retrouver la situation des confins anatoliens ballottés entre les Grecs, les Turcomans, les Turcs et les mercenaires normands tel Roussel de Bailleul. Mais les références à la croisade sont rares : à quelques barons (comme Selāhil, certainement le comte de Toulouse Raymond de Saint-Gilles), au cannibalisme des Francs (croyance qu’on retrouve chez plusieurs auteurs arabes ; lointaine trace des événements de Ma‘arrat al-Nu‘mān ?). Les Croisés n’avaient fait que passer ; il ne leur est donc pas accordé une place plus importante (I. Mélikoff, t. I, p. 134, rappelle qu’il en est ainsi dans toute la littérature historique turque concernant les Seldjouqides d’Anatolie). De toute façon, il est difficile de discerner fiction et réalité dans cette épopée dont les Seldjouqides sont, par exemple, totalement absents (cf. l’explication apportée par I. Mélikoff à ce sujet, t. I, p. 139), et où il faut éviter, comme dans toutes les épopées d’ailleurs, de chercher à reconnaître systématiquement un personnage historique derrière chaque nom d’ennemi donné. Le Dānişmendnāme emprunte beaucoup à d’autres romans épiques, le Roman d’Abū Muslim (peu) et surtout la Geste de Seyyid Baṭṭāl (cf. les articles de M. Canard cités plus haut). On y retrouve donc les mêmes topoi, des batailles décrites de la même manière, les mêmes clichés, le même héroïsme, les mêmes faiblesses.

8  Mais voir J.-P. Guillaume, « Y a-t-il une littérature épique en arabe ? » dans J.-P. Martin et F. Suard (dir.), L’épopée : mythe, histoire, société, Littérales, n° 19, Univ. Paris X - Nanterre, 1996, p. 91-107.

9  Tout récemment : J.-Cl. Garcin, « Sīra/s et histoire », Arabica, t. LI, 2004, p. 223-257.

10  Voir infra, « Sources de la première croisade ». Sur l’importance des épopées pour l’historien, voir J. Flori, « L’historien et l’épopée française », dans J. Vittorio (dir.), L’épopée, Turnhout, 1988, p. 86.

11  Voir ci-dessous les quelques lignes consacrées au Kāmil d’Ibn al-Aṯīr.

12  Par Cl. Cahen, SN, p. 38-39 ; N. Élisséeff, ND, p. 9-11 ; EI 2, t. iii, 838-839 (Cl. Cahen). Voir désormais Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. I, p. xV, xix et index ; J.-M. Mouton, Damas, p. 4-8.

13  Voir également les remarques de R. S. Humphreys dans EI 2, « Ta’rīkh », p. 297-298.

14  Voir le passage où il expose quelque peu sa méthode, LT, p. 271-272 : « L’éminent ra’īs, illustration des ra’īs, Abū Ya‘lā Ḥamza b. Asad b. ‘Alī b. Muḥammad al-Tamīmī a écrit : “Me voici arrivé au terme de l’exposé que j’ai entrepris de cette histoire et du bilan que j’ai dressé ; je me suis méfié des erreurs, des bavardages et des faux pas dans les références que j’ai tirées de la bouche des gens dignes de foi ; j’ai rapporté les faits, j’en ai vérifié l’exactitude par des recherches minutieuses et des enquêtes de manière à en établir l’authenticité jusqu’à la présente année bénie, qui est l’année 540/1145-6. Ayant été embarrassé dans ma tâche depuis l’année 535 parce que les circonstances me détournaient d’examiner à fond les points qui doivent être solidement établis dans ce livre, comme les événements qui se sont succédés dans les provinces, d’enquêter sur leur authenticité et sur toutes leurs circonstances, j’ai laissé, sur mes feuilles, des blancs entre une année et la suivante, afin d’y consigner tous les renseignements, tous les événements et les indices sûrs et certains.” »

15  Cf. sur ce point Thierry Bianquis, « Historiens arabes face à islam et arabité du xie au xxe siècle », dans Dominique Chevallier (dir.), Les Arabes et l’histoire créatrice, Paris, Presses de l’Université de Paris Sorbonne, 1995, p. 51-54.

16  Sur Ṭuġtakīn, voir tout particulièrement le portrait moral dithyrambique de ses débuts, dans lequel ses qualités d’homme d’ordre sont énumérées, afin de légitimer son pouvoir : distinction, bravoure, rectitude de sa conduite, justesse de son esprit, habileté à administrer les affaires courantes et à exercer le commandement en chef (al-isfahsalāriyya), équité et justice, distinction, faculté à mener une politique de prestige et d’ordre, faculté à inspirer du coup le respect… On notera que la qualité militaire mise en avant est celle de « tenir les troupes », soit donc d’éviter le désordre que les soldats non ou mal encadrés peuvent générer. Sur la partialité d’Ibn al-Qalānisī, voir aussi J.-M. Mouton, Damas, p. 6. Sur Šams al-mulūk, assassiné par ordre de sa mère le 14 rabī‘ ii 529/30 janvier 1135, voir les p. 386-390. Quant à Nūr al-dīn, c’est par amour (maḥabba) pour lui, de par sa justice (‘adl) et sa bonne réputation (ḥusn ḏikrihi) que les aǧnād et la population damascènes abandonnèrent la résistance, lors de la prise de la ville, en 549/1154. D’ailleurs, il fit preuve de mansuétude, et, empêchant tout pillage, il entra dans la ville à la grande joie de tous, préoccupés par l’idée de faim et de hausse des prix, craignant un siège des Francs infidèles (munāzalat al-Ifranǧ al-kuffār), p. 504-506. Il est intéressant de comparer ce portrait à la notice d’Ibn ‘Asākir dans le Ta’rīḫ madīnat Dimašq, éd. al-‘Amrawī, Beyrouth, 1995-2000, t. xxv, p. 3.

17  Mais il est néanmoins rare qu’il fasse directement référence à ses sources. Exemple d’un « témoin oculaire » faisant le récit d’une bataille dans une lettre : « an 542, victoire du sultan seldjouqide sur l’amīr Buzbah à Makar Bābakān près de Hamaḏān », p. 458-459.

18  Cf. p. 473-476, et notamment p. 475 ; l’expression est de J. Keegan, Anatomie de la bataille, op. cit., p. 13.

19  P. 232/LT p. 53-54.

20  Léon Tolstoï, « Quelques mots à propos de la guerre et la paix », Archives russes, 1868, repris en appendice à La Guerre et la Paix, traduction Boris de Schloezer, Paris, Folio Gallimard, t. ii, 1990 (1re éd. 1972), p. 753.

21  Voir tout particulièrement les récits des sièges de Damas par Riḍwān (an 489), Tripoli (an 502), Tyr, Beyrouth (an 503), Saïda (an 503), Banyas (527, 552), Hama (an 527), Damas par Zankī (an 529, 534), Édesse (an 539), Damas par les armées de la deuxième croisade, Damas par Nūr al-dīn…

22  Édition des années 455-538 par Cl. Cahen, « La chronique abrégée d’al-‘Aẓīmī », JA, 1938, p. 353-448 ; éd. Ibrāhīm Za‘rūr, Damas, 1984 (ici citée). Sur l’auteur et son œuvre, EI 2, t. I, p. 846 (Cl. Cahen) ; N. Élisséeff, ND, p. 11-13.

23  Al-‘Aẓīmī était aussi l’auteur d’un dictionnaire biographique, Kitāb al-muwaṣṣal ‘alā l-aṣl al-mu’aṣṣal. Les passages cités par Ibn al-‘Adīm dans la Buġya sont beaucoup plus développés, et d’autant plus précieux, que ce qu’offre la chronique. Cf. A.-M. Eddé, « Sources arabes », loc. cit., p. 295 et note 24.

24  Cl. Cahen, « Quelques chroniques anciennes relatives aux anciens fatimides », BEO xxxvii, 1937, p. 1-27 ; A. F. Sayyid, « Lumières nouvelles sur quelques sources de l’histoire fatimide », AI, t. xiii, 1977, p. 1-41.

25  À partir desquels A. F. Sayyid, Le Caire, 1983 a édité ce qui subsiste des années 501 à 518. Ibn Muyassar s’est aussi, certainement servi de cette chronique, et Ibn Sa‘īd al-Maġribī l’a connue (Voir A. F. Sayyid, « Lumières nouvelles », loc. cit., p. 16).

26  Cf. ibid. p. 13-14, la hiérarchie de décision à propos de la réaction à l’expédition du roi de Jérusalem, Baudouin (Baġdawīn), contre al-Faramā, en 509.

27  Mais c’est à lui qu’on doit ce que Maqrīzī nous a transmis sur les cérémonies sous al-Āmir (ibid., p. 21 et note 5) ; cf. la description d’un cortège, avec une intéressante énumération d’armes, p. 66-67.

28  Voir notamment les années 509 et 517. Les Aḫbār al-duwal al-munqaṭi‘a de Ǧamāl al-dīn Ibn Ẓāfir (m. 613/1216) sont riches sur ce point. S’y trouvent également des remarques originales (cf., par exemple, chez un auteur il est vrai très hostile à la dynastie fatimide, le reproche, souvent repris, fait cette fois à al-Afḍal, de se satisfaire de l’invasion franque, qui interdisait aux Turcs de conquérir l’Égypte, p. 82 ; passages intéressants : al-Faramā p. 90 / lutte entre Ḥaydara et son frère Ḥasan puis vizirat de Bahrām l’Arménien p. 96-97 / opposition Ṭalā’i‘ b. Ruzzayk-‘Abbās, et relations entre la sœur d’al-Ẓāfir et les Francs p. 108-109/siège d’Alexandrie par les Francs, p. 115 / incendie du vieux Caire, p. 116). Il est à noter qu’à une époque où l’exposition des événements année par année (genre des « Annales ») triomphait, lui choisit de présenter une synthèse de chaque califat, sans tenir grand compte de l’ordre chronologique des faits. Cela ne l’empêche pas, à l’occasion, de donner des anecdotes, dont, un peu comme dans le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, la présence « constitue ici un facteur d’équilibre face à la narration pure, en définitive plutôt sèche, des événements politiques ; elle humanise et personnalise le récit » (A. Ferré, éd. de la  section du Aḫbār al-duwal consacrée aux Fatimides, Le Caire, 1972, p. 19). Des Aḫbār Miṣr d’Ibn Muyassar (m. 677/1278 ; cf. notamment Ibn Ṭaġrībirdī, al-Manhal al-Ṣāfī, n° 2256 ; Claude Cahen, EI 2, iii, p. 918 ; éd. A. F. Sayyid, Le Caire, 1981), il ne nous est pas parvenu beaucoup plus : de ce qui aurait constitué deux volumes, seule une partie, qui plus est résumée, a traversé les siècles (années 439-553 mais avec une lacune entre 501 et 515, et en 530 ; cette copie est l’œuvre de Maqrīzī, qui s’en sert par ailleurs abondamment, pour les derniers fatimides, dans son Itti‘āẓ al-ḥunafā, de même que Nuwayrī dans la Nihāyat al-Arab). D’où une écriture globalement plus sèche, une relation parfois incomplète ou interrompue. Le récit des différents affrontements en pâtit, même si la lutte contre les Francs est assez largement traitée, sous al-Afḍal et Ibn Ruzzayk essentiellement. C’est plutôt sur le plan géostratégique que la chronique s’avère utile (relations Égyptiens-Damas ; relations égypto-franques), même si les luttes de factions qui secouèrent l’Égypte occupent la place la plus importante. Signalons enfin les passages narratifs de valeur (allant de 492/1099 à 549/1154 ; cf. le sommaire détaillé qu’en avait dressé Claude Cahen, « Quelques chroniques anciennes », loc. cit., p. 11-12) de l’ouvrage d’Ibn al-Ṭuwayr (m. 617/1220 ; cf. EI 2, iii, p. 985), Nuzhat al-muqlatayn fī aḫbār al-dawlatayn al-fāṭimiyya wa l-ṣalāḥiyya (éd. A. F. Sayyid, Beyrouth, 1992) par ailleurs fondamental pour l’étude des institutions (dont les institutions militaires) fatimides, et dont le texte a aussi été reconstitué à travers ce qu’en citent des auteurs tardifs.

29  Édition des années 490 à 593 par Cl. Cahen, « Une chronique syrienne du vi/xiie siècle : le Bustān al-Ǧāmi‘ », BEO vii-viii, 1937-1938, p. 113-158. Cf. l’introduction de l’édition, et Cl. Cahen, SN, p. 54, 57, 69, 80, 90.

30  À plusieurs reprises, le Bustān s’avère original, et proche de ce qu’on a conservé d’Ibn Abī Ṭayyi’ (cf. par exemple le siège de Damas par la deuxième croisade sous l’année 542 ou celui d’Alep par Dubays b. Ṣadaqa et les mulūk al-Firanǧ qui l’accompagnaient, sous l’année 518). Cf. Cl. Cahen, SN, loc. cit.

31  Tomes xvii (années 476-533) et xviii (années 534-574), édition Muḥammad et Muṣṭafā ‘Abd al-Qādir ‘Aṭā, Beyrouth, 1412/1992 (voir une autre édition en Bibliographie). Sur l’auteur, cf. les biographies données par Ibn Kaṯīr, Bidāya, Le Caire, 1932-1939, t. xii, p. 28-30 et Ibn al-‘Imād, Šaḏarāt al-Ḏahab, t. IV, p. 329-331 ; EI 2, t. iii, p. 774-775 (H. Laoust).

32  Mais voir le récit très intéressant de la deuxième croisade, t. xviii, p. 63-64 (année 543).

33  Ibid., p. 111-118, an 552.

34  Cf. infra, à propos d’Ibn al-Aṯīr.

35  Cf. par exemple le récit de la défaite de Dubays, t. xvii, p. 216-217 (an 516).

36  N. Élisséeff, ND, p. 30-31 ; D. S. Richards, « ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, administrator, littérateur and historian », dans M. Shatzmiller (éd.), Crusader and Muslims in twelfth century Syria, Leyde, New York, Cologne, 1993, p. 132-146 ; EI 2, s. v., ainsi que l’introduction d’H. Massé à la traduction citée ci-après.

37  Édition M. Houtsma, Leyde, 1889 ; éd. Beyrouth, Ta’rīḫ dawlat al-Salǧūq, 1400/1980 (3e édition).

38  N. Élisséeff, ND, p. 29.

39  Traduction Henri Massé, Paris, 1972, avec un lexique utile.

40  Ne sont traitées ici que les parties de l’œuvre qui nous concernent. Analyses pertinentes de D. S. Richards, « Ibn al-Athîr and the later part of the Kâmil : a study of aims and methods », dans D. O. Morgan (éd.), Medieval Historical Writing in the Christian and Islamic Worlds, Londres, 1980, p. 76-108 ; Mona Joma Hammad, Latin and Muslim Historiography of the Crusades : a Comparative Study of William of Tyre and ‘Izz al-dîn Ibn al-Athîr, Ph. D, université de Pennsylvanie, 1987 (notamment le chapitre 4) ; EI 2, s. v.

41  Édition ‘Abd al-Qādir Aḥmad Ṭulaymat, Le Caire, 1963. Sur l’œuvre, voir les p. 15-26 de l’introduction. La prise de Ḥiṣn al-Aṯārib (forteresse située entre Alep et Antioche) aux Francs par celui à qui est attribuée la qualité de martyr, al-šahīd, ‘Imād al-dīnZankī, donne lieu à un modèle de récit hagiographique (p. 39-42). Le fait qu’il aurait été ivre, lors de son assassinat, est passé sous silence (p. 74).

42  Défaut de toutes les œuvres organisées sur ce mode. Cette organisation annalistique n’est pas forcément toujours respectée, l’auteur préférant parfois ne pas rompre le fil du récit ce qui, si l’auteur n’apporte pas la précision chronologique suffisante, peut conduire à la confusion.

43  Cf. par exemple t. ix, p. 296-297, les deux versions racontant les luttes opposant, en Égypte, Bahrām et Riḍwān.

44  Voir les remarques de M. Brett, « The Battles of Ramla (1099-1105) », loc. cit., p. 21 et note 18.

45  Il expose sa méthode dans l’introduction, où il déclare avoir composé le « récit le plus complet de chaque événement », non sans y ajouter d’autres informations, telles qu’elles étaient rapportées par différents témoins : Kāmil, t. I, p. 3, M. J. Hammad, op. cit., p. 122. Sur ses sources, pour le vie/xiie siècle, voir N. Élisséeff, ND, 38-39 ; D. S. Richards, loc. cit., p. 87-88.

46  Kāmil, t. I p. 2.

47  Wa qīla ‘an aṣḥāb Miṣr min al-‘alawiyyīn lammā ra’aw quwwat al-dawla al-Salǧūqiyya wa tamakkunahā wa istīlā’ahā ‘alā bilād al-Šām ilā Ġazza […] ḫāfū fa arsalū ilā l-Firanǧ yad‘ūnahum ilā l-ḫurūǧ ilā l-Šām liyadlikūhā wa yakūnū baynahum wa bayna l-muslimīn (t. ix, p. 191, an 490/1097 ; noter qu’aux Seldjouqides seuls est accordée la qualité de « musulmans »).

48  Claude Cahen (SN, p. 59-60) pour la prudence ; pour la défiance, cf. H. A. R. Gibb, « The Arabic sources for the life of Saladin », Speculum, 1960, p. 58-72, où il s’attache à démontrer les manipulations qu’Ibn al-Aṯīr fait subir à l’une de ses principales sources, le Barq al-Šāmī de ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, essentiellement par volonté de nuire à Saladin. Il faut souligner que le jugement d’Ibn al-Aṯīr évolue, finissant même par être fortement laudatif pour le « libérateur de Jérusalem ». Intéressante comparaison possible entre Ibn al-Aṯīr et Ibn Wāṣil à propos des mesures que Zankī prit lors de sa conquête de Ma‘arrat al-Nu‘mān. Cf. Mufarriǧ al-kurūb, t. i, p. 75.

49  Kāmil, t. ix, p. 398 (an 549). On retrouve ce passage sur la liberté que prenaient les Francs à Damas dans d’autres chroniques.

50  Cf. les exemples donnés par D. S. Richards, loc. cit., p. 87.

51  Cf. par exemple Ḏayl ta’rī Dimašq, an 547, p. 493/LT 327-328, à propos d’un orage : des tonnerres, des éclairs et la pluie, les rivières enflées, la « crainte sans répit », le Baradā qui gonfle, les céréales coupées ou mises en gerbes noyées, l’orge altéré… la puissance divine, qudrat Allāh, par chance, apaisant le phénomène et permettant qu’on en tire avantage. Les chroniques franques dénotent la même relation à la nature.

52  Exemple parmi bien d’autres : prise d’Ascalon par les Francs, Kāmil, t. ix p. 392 (an 548).

53  Ibidem, p. 465-467. Ibn al-Aṯīr explique l’intervention des Francs, pour lesquels la conquête de l’Égypte par l’envoyé de Nūr al-dīn signifiait la fin.

54  Ibidem, p. 88-89 (année 499). L’information, dans la totalité du passage, est imprécise. La comparer avec le récit d’Ibn al-Qalānisī (p. 241/LT 63), plus précis mais moins synthétique, et celui d’Albert d’Aix, RHC, Occ., x, 8, p. 635-636. Ḥiṣn al-‘Āl, « Le Haut », était situé sur une colline dominant le sud-ouest du lac de Tibériade. Le comte en question est Hugues de Saint-Omer, mortellement blessé dans la bataille. Selon Ibn al-Qalānisī, l’atābak futde retour, victorieux, à Damas, le 15 rabī‘ ii 499/24 décembre 1105. Le château avait été détruit.

55  « Comme les nuées de flèches… » ; voir sur ces images D. S. Richards, loc. cit., p. 92.

56  Pour la Risālat : A. Ferré, introduction à son édition des Aḫbār al-duwal al-munqaṭi‘a, Le Caire, 1972, p. 11 ; pour le Muntaẓam, cf. infra.

57  F. Rosenthal, A History of Muslim Historiography, Leyde, 2e édition, 1968, p. 188, cité par G. Canova, « Une analyse de l’altérité dans la tradition épique arabe », p. 137 et note 11.

58  Kāmil, t. ix, p. 229-230, an 518. Les dialogues sont bien trop nombreux pour être relevés. Parmi les plus cocasses, ceux associant Yāġī Siyān et des chrétiens, Roger de Sicile et ses conseillers, le qāḍī de Ǧabala et le vizir Abū l-Maḥāsin…

59  R. S. Humphreys, « Ta’rīḫ », EI 2, t. x, p. 293.

60  Autre thème fréquent, celui du « cavalier fugitif » (sur ce thème, cf. Th. Bianquis, « La fortune politique du cavalier turc en Syrie au xie siècle. Éléments pour l’élaboration d’un war game », dans A. Bazzana (dir.), Castrum 3, Rome, 1988, p. 63) tel Dubays b. Ṣadaqa, perdu en plein désert, récupéré, selon Ibn al-Qalānisī,  sur ordre de Tāǧ al-mulūk Būrī par un détachement de cavaliers, et amené à la citadelle de Damas, ceci en ša‘bān 525/juillet 1131 (Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 366-367/LT p. 194-195).

61  Kāmil, t. ix p. 105-107, année 500. Pour Ibn al-Qalānisī (la bataille a lieu le jeudi 9 šawwāl 500/13 juin 1106 ou 1107, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 250-252/LT p. 73-76), qui évoque un duel entre Qiliǧ Arslān et Ǧāwalī (« […] en chargeant, Ǧāwalī prit Qiliǧ Arslān pour cible ; il lui donna plusieurs coups d’épée (sayf) qui ne laissèrent aucune trace »), c’est « pendant la déroute [qu’] il tomba dans le Ḫābūr et périt noyé, sans reparaître à la surface. Quelques jours après, on retrouva son cadavre ».

62  Kāmil, t. ix, p. 118 ; Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, t. xvii, p. 107-109 (année 501/1107-1108) : « Le centre de l’armée (qalb ‘askar) de Sayf al-dawla chargea, lui faisant de même, mais leurs chevaux se trouvèrent [pris] dans la boue et dans l’eau […] Et il dit : “Je suis Tāǧ al-mulūk, je suis le roi des Arabes (malik al-‘Arab) !” Une flèche l’atteignit alors dans le dos, et un ġulām nommé Bazġaš qu’il ne connaissait pas, [du régiment ?] d’al-Sa‘diyya, un valet/écuyer (atbā‘) des Turcs de Wāsiṭ, l’attrapa et le désarçonna. Ils tombèrent au sol de concert et Ṣadaqa lui dit […] : “Sois bon !” Mais il le frappa et transperça son crâne (qaḥf), puis il lui coupa la tête et l’emporta. Ses hommes (aṣḥāb) prirent la fuite […] » Comparer ces récits à celui, bien plus sobre, d’Ibn al-Qalānisī (année 501, p. 255-256/LT p. 78-80) : « […] Le terrain occupé par Ṣadaqa b. Mazyad étant boueux et peu propice aux évolutions, les Turcs mirent pied à terre et partirent rapidement à l’attaque, lançant des flèches (sihām), brandissant leurs sabres (al-ṣifāḥ, soit « plat du sabre, d’une lame »), pointant leurs lances (al-rimāḥ). Les hommes de Ṣadaqa firent de même et les deux armées (al-ǧayšān) se heurtèrent. Ṣadaqa observa ses hommes dont les chevaux, atteints par les flèches, étaient près de périr. […] La mort s’abattit sur Ṣadaqa b. Mazyad et sur ses principaux officiers (wuǧūh riǧālih) au cours de la mêlée. Il n’y eut guère pour s’échapper que le petit nombre de ceux qu’épargna le destin ou dont le cœur fut saisi d’épouvante […]. »

63  Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn fī aḫbār al-dawlatayn al-nūriyya wa l-ṣalāḥiyya, éd. Muḥammad Ḥilmī Muḥammad Aḥmad et Muḥammad Muṣṭafā Ziyāda, t. I en 2 volumes, 2e édition (1re éd. 1956) Le Caire, 1998 ; éd. al-Zaybaq, Beyrouth, 1997, 4 volumes.

64 . Abū Šāma semble en fait utiliser la plupart des ouvrages historiques du prolixe Ibn Abī Ṭayyi’, sans forcément en citer le titre. Il se contente la plupart du temps de dire wa qāla Ibn Abī Ṭayyi’, mais parle une fois directement de sa biographie de Saladin, qu’il annonce résumer (Kitāb al-rawḍatayn, t. i, 2, p. 415). Cf. aussi l’introduction de M. Ḥilmī M. Aḥmad au Kitāb al-rawḍatayn, t. i, 1 p. 31.

65  Pour Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ, voir Bibliographie. A.-M. Eddé annonce l’édition des parties traitant du vie/xiie siècle. Sur Ibn Abī Ṭayyi’ et ses nombreux ouvrages, et sur l’utilisation qu’en firent les compilateurs ultérieurs, cf. A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, p. 442 et note 710, 712 ; Y. Lev, Saladin in Egypt, op. cit., p. 141-143 (Ibn Abī Ṭayyi’ et Abū Šāma).

66  Tout particulièrement Cl. Cahen, « Une chronique chiite au temps des croisades », CRAIBL, 1935, p. 258-269.

67  Nuṣrat al-dīn aurait été sympathisant chiite (sinon plus). Voir Abū Šamā, Kitāb al-rawḍatayn, t. i, 2, p. 422, et ci-dessous. À propos de cette maladie, Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iv, p. 2024, parle d’une compromission avec des chiitesd’Alep. Le parcours du frère de Nūr al-dīn est retracé, à partir de la chronique d’Ibn Abī Ṭayyi’ par Cl. Cahen, « Une chronique chiite au temps des croisades », loc. cit., p. 266 sq.

68  Quelques pages seulement nous concernent directement. Édition Ǧamāl al-dīn al-Šayyāl, Le Caire, 1964, traduction récente de D. S. Richards sous le titre The Rare and Excellent History of Saladin or al-Nawādir al-Sulṭāniyya wa l-Maḥāsin al-Yūsufiyya, Aldershot, Burlington, 2001.

69  Cf. par exemple le récit d’une de ses victoires, pendant laquelle il fait preuve d’esprit de décision, sur un détachement franc envoyé à sa poursuite, après la prise de Banyas par Nūr al-dīn : Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. i, 1, p. 173. Il est vrai qu’on approche ici de la célébration.

70  Noter que Šīrkūh qui pourtant n’eut pas le pouvoir à Damas (mais selon Ibn Abī Ṭayyi’ il aurait joué un rôle fondamental lors de sa prise par Nūr al-dīn, qui la lui confia — Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. i, 1, p. 238) a droit à une notice dans le Ta’rīḫ madīnat Dimašq d’Ibn ‘Asākir (éd. al-‘Amrawī, Beyrouth, 1995-2000, t. xxiii, p. 84).

71  N. Élisséeff, ND, t. I, p. 41.

72  Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. i, 2, p. 415 et suivantes.

73  Kitāb al-rawḍatayn, t. i, 2, p. 440, 441. Le père d’Ibn Abī Ṭayyi’ s’appuie sur ce que lui auraient rapporté des compagnons (aṣḥāb) de Nūr al-dīn. Cf. encore p. 442 où Abū Šāma éprouve la nécessité de citer un mot de la main de Nūr al-dīn allant à l’encontre de ce que lui fait dire Ibn Abī Ṭayyi’ (wa ḍalika ḍidd mā qālahu Ibn Abī Ṭayyi’), lettre adressée à Šaraf al-dīn b. Abī ‘Asrūn afin de le nommer qāḍī d’Égypte. La lettre se termine notamment (c’est Nūr al-dīn qui écrit, à propos de Saladin) par « Et je lui suis très très très reconnaissant fa-anā minhu šākir kaṯīr kaṯīr kaṯīr ». Outre la forme du mot, on peut s’interroger sur la nécessité qu’aurait eue Nūr al-dīn de se justifier auprès de l’un de ses subordonnés. Abū Šāma semble éprouver respect et admiration pour l’œuvre d’Ibn Abī Ṭayyi’, qu’il loue (cf. par exemple t. i, 2, p. 415. « […] qad waǧadtu mabsūṭan muštamilan ‘alā ziyādāt wa fawā’id fī kitāb li-Yaḥyā b. Abī Ṭayyi’ al-Ḥalabī fī l-sīra al-ṣalāḥiyya, fa-uḥibtu ḏikrah muḫtaṣiran »), sans se départir de la distance qu’il adopte parfois vis-à-vis de ses sources, distance qui lui permet de ne pas hésiter à souligner leurs erreurs et les critiquer (cf. par exemple pour Ibn Abī Ṭayyi’, t. i, p. 250-251). Mais ces autres sources qu’il utilise autant (voire plus), il n’hésite pas à leur exprimer sa reconnaissance dès son introduction (p. 7-8). Et Ibn al-Aṯīr, qui lui n’était pas chiite mais n’en éprouvait pas moins une réticence (pour le moins) clairement établie à l’égard des Ayyoubides (d’autant plus que c’est le Bāhir, le plus défavorable à Saladin, qu’il cite) n’a pas droit, du moins pas dans les pages qui nous concernent, à une charge égale à celle que subit Ibn Abī Ṭayyi’ en ce qui concerne Nūr al-dīn. Le nœud du problème reste donc probablement le chiisme d’Ibn Abī Ṭayyi’.

74  Stricto sensu : « N’est pas acceptable, de ce qu’il lui attribue, ce qui ne convient pas. Dieu sait le mieux. »

75  Kanz al-muwaḥḥidīn fī sīrat Ṣalāḥ al-dīn, et ‘Uqūd al-ǧawāhir fī sīrat al-malik al-Ẓāhir.

76  Mais il ne faut pas perdre de vue que les passages que l’on connaît ont été choisis par Abū Šāma, qui voulait peut-être contrebalancer les autres sources qu’il utilise par ailleurs. Pour N. Élisséeff, loc. cit., Ibn Abī Ṭayyi’ écrit à la gloire des Ayyoubides.

77  Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. i, 1, p. 274 et 276. Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, sub anno.

78  Cf. Ibn al-Furāt, Ta’rī, I, 198 r° et v°, 201 v° (siège d’Alep par les Francs en 518) ; I, 215 v°, 216 r° (défaite de Tuġtakīn à Marǧ al-Ṣuffār en 519/1126) ; II, 190 v° et 193 r° (deuxième croisade).

79  Sur lui : Sami Dahan, introduction de l’édition de la Zubda, Damas, 1954, t. i, p. 13-73 ; N. Élisséeff, ND, t. i, p. 49 sq.

80  Cf. N. Élisséeff, ND, t. i, p. 50 ; A.-M. Eddé, « Sources arabes », loc. cit., p. 306.

81  Cf. ceux qui concernent Muslim b. Qurayš, Tutuš.

82  Thierry Bianquis, « Historiens arabes », loc. cit., p. 51-54.

83  Cf. par exemple le seigneur d’Antioche, Yāġī Siyān, homme vil et tyrannique, d’où la révolte des populations des places voisines d’Antioche qui se donnent aux Francs à leur arrivée en Syrie du Nord, ce qui ne l’empêche pas d’être bon meneur d’armées (wa kāna ḥasan al-tadbīr fī siyāsat al-‘askar). Ibn al-‘Adīm est en harmonie avec la tradition historiographique arabe sur l’habileté militaire des Turcs.

84  Les exemples sont très nombreux d’une caractérisation négative des Turcomans, chicaneurs, pillards, etc. Cf. entre autres Zubda, t. ii, p. 137 (an 491 ; bataille devant Antioche assiégée par les Croisés) ; p. 195 (an 495 ; Turcomans d’Īl-Ġāzī). Là aussi, Ibn al-‘Adīm ne se distingue en rien des autres auteurs arabes. Voir encore, sur les Turcs, à propos de l’expédition sultanale de Bursuq b. Bursuq (an 509), p. 175. Plus généralement, Ibn al-‘Adīm rapporte, dans les années d’installation des Turcomans (seconde moitié du ve/xie siècle), les horribles massacres qu’ils perpétuèrent sur les Arabes de Syrie du Nord.

85  Cf. par exemple p. 173-174, an 508 : « Lu’lu’ et les chefs (muqaddamūn) alépins écrivirent à l’atābak Ṭuġtakīn et à d’autres [princes], leur demandant de venir écarter les Francs de la ville, mais aucun n’y répondit favorablement. Il peut paraître étrange qu’on appelât les princes (al-mulūk) à Alep et qu’il ne s’en trouvât aucun pour la désirer, aucun pour en éloigner les Francs. La cause en était que les grands (al-muqaddamūn) tenaient à ce que les Francs restassent, afin de se maintenir [au pouvoir]. » Voir aussi dans la Buġya, t. iv, p. 1964, à propos du siège d’Alep par les Francs alliés à Dubays b. Ṣadaqa et à Ibrāhīm b. al-Malik Riḍwān, en 518, les raisons du peu d’empressement des princes (al-mulūk) à s’installer à Alep : le voisinage des Francs, la désolation de son territoire, son peu de prospérité, les caisses vides, le manque d’argent pour payer la solde des soldats.

86  Voir les récits des expéditions de Mawdūd p. 164 (an 507), de Balak/Īl-Ġāzī/Ṭuġtakīn p. 203-205 (an 516).

87  Exemples : p. 126-127 (an 490), p. 135 (an 491), p. 138 (an 491), p. 150-151 (an 498), p. 209 (an 516), p. 281 (an 541), p. 290 (an 541).

88  Cet ouvrage de compilation, dans le sens le plus positif du terme, mériterait une étude poussée. Par-delà la rectitude d’Abū Šāma, qui cite scrupuleusement ses sources, et son esprit critique – qui le fait intervenir directement d’une manière régulière, notamment, mais pas seulement, après la formule qultu, il semble choisir méthodiquement les passages qu’il reproduit. Ainsi son ouvrage prend-il une autre forme que la simple « énumération » qu’il paraît être.

89  Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, plusieurs éditions existantes (voir la Bibliographie).

90  Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb fī aḫbār banī Ayyūb, éd. J. al-Shayyal, Le Caire, t. I (le seul qui nous intéresse), 1953, rédigé après 630 h., année de la mort d’Ibn al-Aṯīr.

91  Cf. la mort de Šāhanšāh b. Naǧm al-dīn Ayyūb lors du siège de Damas par la deuxième croisade, p. 113.

92  Dont il utilise abondamment les ouvrages. Noter aussi son utilisation intelligente, pour les affaires orientales, du Ta’rīḫ d’Ibn al-Azraq al-Fāriqī (m. circa 563/1168). D’autres sources, comme le répète à l’envi l’éditeur dans ses notes, ne sont pas identifiées. Enfin, Ibn Wāṣil use parfois de témoignages oraux.

93  Mufarriǧ al-kurūb, t. i, p. 73-75.

94  Ibid., p. 71.

95  Récit qui, encore une fois, complète celui d’Ibn al-Aṯīr dans le Kāmil (sa source principale), et les autres sources arabes : Mufarriǧ al-kurūb, t. i, p. 78 et suivantes. Voir tout particulièrement la conversation de Zankī et du qāḍī Kamal al-dīn Ibn al-Šahrazūrī, p. 79 ; Ibn Wāṣil avance p. 80 le chiffre de 10 000 cavaliers (fāris) mobilisés par le sultan, ce que ne faisait pas Ibn al-Aṯīr.

96  P. 109-110. Il faut se souvenir qu’Ibn Wāṣil écrit pour la dynastie ayyoubide.

97  Notamment le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, les Nawāḍir al-sulṭāniyya d’Ibn Šaddād, le Barq al-Šāmī de ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, voire le Kitāb al-rawḍatayn d’Abū Šāma (cf. p. 202). À quelques reprises, Ibn Wāṣil propose deux versions d’un même fait, en précisant celle qui lui semble vraie (voir par exemple la comparaison entre ‘Imād al-dīn et Ibn al-Aṯīr, p. 197). En cela, il ne se particularise en rien : la plupart des auteurs arabes agissent ainsi.

98  Les expéditions égyptiennes sont longuement racontées, de même que la chute du califat fatimide.

99  Voir par exemple p. 146 (récit de la prise de Banyas par Nūr al-dīn, en 559/1164) où Ibn Wāṣil prend le soin d’expliquer la présence du frère de Nūr al-dīn, Nuṣrat al-dīn Amīr Amīrān : « […] son frère Nuṣrat al-dīn Amīr Amīrān b. ‘Imād al-dīn Zankī l’accompagnait ; il était revenu au service de son frère Nūr al-dīn, qui s’en était satisfait et lui avait donné ce qu’il désirait. Une flèche (sahm) l’atteignit et lui fit perdre un œil ». Précision dont ne se souciait pas ici Ibn al-Aṯīr (Kāmil, éd. Tornberg, t. xi, p. 304 et Bāhir, p. 130), qui se contentait de spécifier ; « Et dans son armée, il y avait son frère Nuṣrat al-dīn qu’une flèche atteignit, lui faisant perdre un œil. » Pour N. Élisséeff (ND, t. ii, p. 596 n°1) il est douteux que Nuṣrat al-dīn ait été présent à Banyas, puisque depuis 557/1162, brouillé avec son frère aîné, il se serait trouvé chez Qiliǧ Arslān. L’explication d’Ibn Wāṣil, certes quelque peu floue, est acceptable. Une réconciliation entre les deux frères est corroborée, mais d’une manière un peu trop romanesque, par Ibn Abī Ṭayyi’ (cité par Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. i, 2, p. 422), pour lequel Nuṣrat al-dīn avait fait cause commune avec les Francs, les accompagnant jusqu’au dernier moment : « Son frère Nuṣrat al-dīn était avec les Francs. Mais quand il vit les étendards de Nūr al-dīn, il ne put s’empêcher de se précipiter vers son frère avec l’ensemble de ses hommes. Et, quand il s’en approcha, il descendit de cheval et se prosterna. Mais [Nūr al-dīn] ne se retourna pas vers lui et continua son chemin. » Il faut rappeler que selon Ibn al-‘Adīm Nuṣrat al-dīn meurt en 560 (Buġya, t. IV, p. 2024), soit un an (au plus) après ces événements. Et qu’Ibn Abī Ṭayyi’ offre une autre version, très romanesque, de sa vie (séjour à Constantinople etc.). Cf. Cl. Cahen, « Une chronique chiite au temps des croisades », loc. cit.

100  Cf. le récit de la prise d’Édesse, p. 94.

101  Tout au moins dans les parties qui nous concernent. Quant il n’est que succinct, il résume avec intelligence, souvent, un de ses prédécesseurs. Ainsi de son récit de la bataille dite d’Inab, en 544/1149, p. 120-121, où il ne fait que reprendre Ibn al-Aṯīr (Kāmil éd. Tornberg, t. xi, p. 144 et Bāhir, p. 98-100), en le modifiant imperceptiblement : « Et, cette année-là – l’année 544 – Nūr al-dīn b. Zankī – que Dieu lui soit miséricordieux – attaqua Ḥiṣn Ḥārim, qui appartenait aux Francs. Il ruina son faubourg, pilla sa campagne, puis s’en alla à Inab qu’il assiégea. Le prince d’Antioche (al-brins ṣāḥib Anṭākiyya) réunit alors [ses troupes] et le rencontra. Ils se livrèrent un combat terrible. Les Francs subirent une écrasante défaite et une multitude (ḫalq kaṯīr) fut tuée, une autre faite prisonnière. Le prince d’Antioche fut abattu ; c’était l’un des plus vils d’entre les vils des Francs (wa kāna ‘ātiyan min ‘utāt al-Firanǧ), l’un des plus terribles d’entre leurs terribles (‘aẓīman min ‘uẓamā’ihim). Son fils Bohémond (Bīmunḏ) qui régna après lui était un enfant en bas âge. Sa mère épousa donc un homme franc afin qu’il s’occupât de son fils – le petit enfant – jusqu’à ce qu’il grandisse. Puis Nūr al-dīn attaqua les Francs une autre fois, et ils s’assemblèrent, et le rencontrèrent. Il en tua et en fit prisonnier. Il y avait, parmi les prisonniers, l’époux de la mère de Bohémond. Les poètes louèrent Nūr al-dīn ; parmi eux, Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Ṣaġīr b. al-Qaysarānī […]. » L’extrait qui suit narre cette fois une défaite de Nūr al-dīn, deux ans après Inab. La source est le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr (t. ix, p. 369-370, éd. Tornberg, t. xii, p. 154 ; cf. aussi Bāhir, un peu moins développé, p. 101-102), dont à nouveau Ibn Wāṣil s’approprie le texte, mais sans le recopier mot à mot. Il faut noter la différence de traitement entre Bohémond (dans l’extrait précédent) et Josselin. On peut douter de la réalité de l’anecdote sur le silāḥ dār de Nūr al-dīn, qui semble surtout être utile parce qu’elle permet d’attribuer la capture de Josselin à la volonté expresse du prince zankide. Claude Cahen parlait d’ailleurs déjà d’un « épisode suspect » (SN, p. 385, note 15) : « L’année 546, Nūr al-dīn – que Dieu lui soit miséricordieux – rassembla ses armées (‘asākir) et marcha vers le territoire de Josselin (Ǧūslīn b. Ǧūslīn), seigneur (ṣāḥib) de Tall Bāšir, ‘Ayn Ṭāb et ‘Azāz. Josselin était le plus téméraire des Francs quant au courage (šaǧā‘atan), le plus fort au plan de l’audace (ba’san), le plus complet quant à l’intelligence, le plus terrible en terme de ruse. Il réunit une armée considérable de Francs et marcha sur Nūr al-dīn. Ils se rencontrèrent alors, et les musulmans furent défaits, une multitude (ḫalq kaṯīr) étant tuée et faite prisonnière. Il y avait, parmi les prisonniers, le silāḥ dār de Nūr al-dīn. Josselin le prit alors qu’il portait les armes de Nūr al-dīn qu’il envoya à al-Malik Mas‘ūd b. Qiliǧ Arslān b. Sulaymān b. Quṭumiš (sic) al-Salǧūqī – seigneur du Bilād al-Rūm –, en lui disant : “Ce sont les armes du mari de ta fille ; il te parviendra ensuite quelque chose de plus important que cela”, ce qui parvint aux oreilles de Nūr al-dīn, qui éprouva un fort ressentiment envers lui. » On retrouve, grosso modo, le même cadre narratif dans les deux passages (déclenchement des hostilités et réactions, combat, mention rapide des morts et des prisonniers, avec individualisation dans le premier cas, énumération des qualités de l’ennemi, insistance plus longue sur les conséquences de l’affrontement), comme dans d’autres d’ailleurs (voir par exemple p. 114-115, bataille dite de Yaġrā, an 543 ; Kāmil, éd. Tornberg t. xii, p. 134). Il est très difficile, en fait, de caractériser le style des chroniqueurs arabes médiéval, vu l’ampleur des emprunts qu’ils peuvent (ou non) avoir fait. Après examen, identifier leur « patte » apparaît, à bien des égards, comme illusoire. Car on peut se demander, même quand ils ne recopient pas textuellement un prédécesseur, s’ils ne cherchent pas, peut-être inconsciemment, à reproduire un modèle narratif peu ou prou à imiter ou copier. En revenant aux exemples qui précèdent, il est clair qu’Ibn al-Aṯīr a plus qu’inspiré Ibn Wāṣil ; mais qu’en était-il de la source d’Ibn al-Aṯīr ? S’est-il contenté de la reproduire ?

102  Cl. Cahen, SN, p. 81 ; EI 2, s. v. ; Nuwayrī, Nihāyat al-arab, édition électronique commodément disponible sur le site alwaraq.net.

103  Ḏahabī (m. 748/1347) , al-‘Ibar fī man ‘abar, éd. S. D. al-Munaǧǧid et A. F. Sayyid, vol. 3 et 4, Koweït, 1961 et Ta’rīḫ al-islām, ms. Rabat et Oxford et éd. électronique alwaraq.net.

104  Le t. iii, seul nous concerne, éd. M. Ḥ. M. Aḥmad, Le Caire, 1393/1973. Sur lui ainsi que sur son œuvre, cf. les références données dans l’article « al-Maḳrīzī », EI 2, t. vi, p. 177-178 (F. Rosenthal). 

105  Renseignements qu’il n’est pas forcément le seul à fournir. Le voyant, p. 265, 272-273 ; ‘Abbās, p. 220 (année 549) ; Ṣibyān al-zarad, p. 149-152 (année 528). On pourrait en dire autant d’al-Nuǧūm al-zāhira fī mulūk Miṣr wa l-Qāhira d’Abū l-Maḥāsīn Ibn al-Ṭaġrībirdī (éd. Le Caire, t. v et vi, 1355/1936), ouvrage d’autant plus utile que les sources de l’auteur sont la plupart du temps citées.

106   R. S. Humphreys, « Ta’rīkh », EI 2, t. x, p. 298.

107  Ta’rīḫ Baġdād aw madīnat al-salām, éd. Le Caire, 14 vol., 1931. Sur les dictionnaires biographiques, voir H. A. R. Gibb, « Islamic Biographical Literature », dans B. Lewis, P. M. Holt (éd)., Historians of the Middle East, Oxford, 1962, p. 54-58, et les références données par J. E. Lindsay, « Ibn ‘Asākir as a preserver of Qiṣaṣ al-Anbiyā’ : The Case of David b. Jesse », SI, 82, 1995, p. 46 note 2.

108  Éd. Le Caire, 1989.

109  Sur Ibn ‘Asākir et son œuvre, voir N. Élisséeff, La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, Damas, 1959, p. xvii sq., et xxxiv-liii (sur ses sources) ; le même, ND, t. i, p. 16-17 ; le même, « Ibn ‘Asākir », EI 2, t. iii, p. 736 ; Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. i, p. 25-27 ; J.-M. Mouton, Damas, p. 4-8 ; J. E. Lindsay, loc. cit., p. 47-50 et ‘Alī b. ‘Asākir’s Madīnat Dimašq, Ph. D., Un. of Wisconsin-Madison, 1994. L’édition la plus récente du dictionnaire, annotée (elle prend notamment en compte la Buġya d’Ibn al-‘Adīm) est celle, en 80 volumes (dont 6 d’index), qu’a fait paraître à Beyrouth (1415/1995-1421/2000) ‘Amr b. Ġ. al-‘Amrawī ; les biographies des princes de Damas ont été éditées par S. D. Munaǧǧid, Wulāt Dimašq fī l-‘ahd al-salǧūqī, Beyrouth, 3e éd., 1981. Sur Ibn al-‘Adīm, voir les références citées supra ; sur la Buġya (éd. S. Zakkār, 11 vol., Damas, 1988 ; le même auteur avait publié un certain nombre de notices de chefs militaires tirées de la Buġya dans le deuxième volume de son al-Ḥurūb al-ṣalībiyya, Damas, 1404/1984), voir plus spécifiquement A.-M. Eddé, « Sources », loc. cit., passim ; D. Morray, An Ayyubid notable and his world, Leyde, 1994.

110  La première a été traduite par N. Élisséeff, La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, op. cit.

111  Éditée et traduite par N. Élisséeff, BEO, t. xxv, 1972 ; éd. ‘Amrawī, t. lvii, p. 118-124.

112  Sans, bien entendu, que toutes ces informations soient systématiquement données. Tout semble dépendre de l’importance accordée à l’homme concerné, de l’angle (ou des angles) qu’Ibn ‘Asākir choisit d’adopter, des informations dont il a pu disposer. L’ouvrage d’Ibn ‘Asākir présente de grandes qualités, dues à sa conception archaïque : c’est avant tout un instrument de vérification des isnād (tel chaînon était-il réellement à Damas, le jour où tel autre chaînon l’aurait entendu ou lui aurait dicté un ḥadīṯ, le prince du moment n’est qu’un jalon pour mieux situer l’épisode si par hasard il est cité…).

113  Éd. ‘Amrawī, t. viii, p. 379.

114  Expression traditionnelle, dans les sources arabes, pour désigner des souverains non musulmans.

115  « Wa kāna šahman wa ṣāliman » : en sus de la bravoure, ces deux termes dénotent aussi la dureté, la sévérité, la rigueur, tout autant caractéristique de Zankī selon toutes les sources arabes.

116  Soit Qal‘at Ǧa‘bar, sur l’Euphrate.

117  Éd. ‘Amrawī, t. xix, p. 85. Il s’agit de la totalité de la notice. Elle met l’accent sur les qualités militaires de Zankī, qu’Ibn ‘Asākir n’appelle pas (comme Ibn al-Aṯīr) al-šahīd. La tonalité reste néanmoins très positive pour un personnage aussi controversé que Zankī. Il est vrai qu’il s’agissait du père de Nūr al-dīn. D’ailleurs, Ibn ‘Asākir n’écrit-il pas, dans la biographie de ce dernier : « Son père, Qasīm al-dawla, assiégea Damas à deux reprises, mais il ne réussit pas à la conquérir. Il conquit Édesse, al-Ma‘arra, Kafarṭāb et autres places fortes syriennes (al-ḥuṣūn al-Šāmiyya), les délivrant des mains des infidèles. Et, quand son heure fut venue – que Dieu lui accorde miséricorde –, son fils Nūr al-dīn – que Dieu le rende puissant – prit sa place dans le gouvernement de l’islam (fī wilāyat al-islām) » (éd. ‘Amrawī, t. lvii, p. 118 ; cf. aussi la traduction de N. Élisséeff, p. 127).

118  Le vocable miqdām signifie aussi, et tout autant, « meneur d’hommes ».

119  Stricto sensu : « il éloigna les Francs d’eux » (wa radda al-Firanǧ ‘anhum).

120  Éd. ‘Amrawī, t. xxiii, p. 274. Ibn ‘Asākir souligne aussi que l’Égypte fut remise dans le droit chemin (soit celui du sunnisme) du fait de Saladin.

121  Inab, éd. ‘Amrawī, p. 118-119 : « Et il fit une expédition (ġazā : la connotation est celle de la guerre sainte) contre le château d’Inab (ḥiṣn Inab) ; le prince, celui qui se prétend souverain d’Antioche (mutamallik Anṭākiyya), se dirigea contre lui – c’était un des héros ennemis et un de leurs démons. [Nūr al-dīn] se retira, et rencontra [les Francs] au pied du château. Il défit [le prince] et le tua ; il avait 3000 Francs avec lui. Il resta son fils, un enfant (ṣaġīr), avec sa mère, à Antioche ; elle épousa un autre prince. [Puis] Nūr al-dīn effectua d’autres expéditions (ġazawāt) et fit prisonnier le second prince. Le fils du premier prince, Bohémond (Bīmunt), prit [alors] le pouvoir à Antioche ; il fut fait prisonnier à la bataille de Ḥārim (fī nawba Ḥārim), et [Nūr al-dīn] le vendit lui-même pour une forte somme d’argent (bi-māl ‘aẓīm) qu’il alloua au ǧihād ». Ḥārim, éd. ‘Amrawī, p. 122 : « Son frère Quṭb al-dīn mena un raid à ses côtés, à la tête de l’armée de Mossoul (‘askar al-Mawṣil) et d’autres combattants de la foi (muǧāhidūn). Il défit les Francs, les Byzantins et les Arméniens, leur faisant sentir le grand tambour de la mort par les pointes [des lances] et les tranchants [des sabres] (wa aḏāqahum ku’ūs al-maniyya bi l-asinna wa l-ṣawārim) : il les précipita dans l’abîme, et n’en réchappèrent que les faibles, ceux qui avaient complètement perdu la tête. Ils étaient au nombre de 30 000, tant cavaliers (fāris) que fantassins (riǧāl). Puis il tomba sur la citadelle de Ḥārim (qal‘at Ḥārim), la conquit pour la seconde fois et la conserva. Il prit les plus grands des villages de la province d’Antioche, et en emmena les habitants en captivité.Avant cela, il avait défait [les Francs] près de Banyas, tuant quantité de leurs héros, faisant prisonnier nombre de leurs cavaliers (fursān) et de leurs piétons. »

122  Éd. ‘Amrawī, p. 123.

123  Les extraits traduits ci-dessus complètent avantageusement les récits des chroniqueurs arabes. Cf. aussi l’apport, démontré par J.-M. Mouton (Damas, p. 81 sq.) de la notice du šayḫ Yūsuf al-Fandalāwī sur le siège de Damas par la deuxième croisade, publiée par le même historien dans REI 51, 1983, p. 63-75. Pour une période plus ancienne voir Th. Bianquis, Damas et la Syrie, passim ; Alexandrine Guérin, « Les territoires de la ville de Damas à la période abbasside », BEO, t. lii, 2000, p. 221-241.

124  Pour plus de détails, cf. R. S. Humphreys, « Ta’rīkh », EI 2, t. x, loc. cit.

125  Cf. l’index, t. 11 p. 5596-5600 (plusieurs centaines d’occurrences) et p. 5846. Ces emprunts ne se limitent pas aux personnages religieux. Voir par exemple la biographie d’Alp Arslān b. Riḍwān, t. iv, p. 1984-1987.

126  Anne-Marie Eddé s’est récemment penchée sur celles traitant du règne de Sayf al-dawla : « Les sources d’Ibn al-‘Adīm sur le règne de Sayf al-dawla en Syrie du Nord (333-356/944-967) », dans C. F. Robinson (éd.), Islamic studies in honour of D. S. Richards, Leyde, 2003, p. 121-156.

127  Humphreys, loc. cit. ; pour les sources, voir l’index des noms d’ouvrages cités, t. 11, p. 3843-3859, et A.-M. Eddé (« Sources arabes », loc. cit., p. 306), qui compte pour le vie/xiie siècle 52 auteur cités.

128  Cf. par exemple « Āq Sunqur al-Bursuqī », t. iv, p. 1963-1970, « Dubays b. Ṣadaqa », t. vii, p. 3478-3493 ; « Zankī Ibn Āq Sunqur », t. viii, p. 3845-3957, etc.

129  Certains l’accusent même de s’être converti au chiisme. La vision négative du prince est perpétuée par R. W. Crawford, « Riḍwān the Maligned », dans J. Kritzeck et R. B. Winder (éd.), The World of Islam. Studies in honour of Philip K. Hitti, Londres, New York, 1959, p. 135-144, quelque peu modifiée par C. E. Bosworth, « Riḍwān », EI2a, t. viii, p. 519. Riḍwān est en partie réhabilité par A.-M. Eddé, « Riḍwān, prince d’Alep de 1095 à 1113 », REI, t. liv, 1986 passim.

130  Le vocable ḥabba désigne une pièce de très peu de valeur, et par extension rien.

131  Buġya, « Riḍwān b. Tutuš », t. viii, p. 3661.

132  Ibid., p. 3662.

133  Ibid., p. 3664.

134  C’est donc al-‘Aẓīmī qui est ici cité (cf. sa chronique abrégée, sous l’année concernée).

135  L’expression a une connotation religieuse : l’infanterie se résigne à la volonté de Dieu, ainsi que le verbe aslama l’indique.

136  Pluriel de ġāzi ou ġāzī. Cet ism al-fā‘il du verbe ġazā renvoie à « celui qui entreprend une expédition, une incursion, une campagne militaire », avec référence plus précise aux razzias bédouines ; il a souvent une connotation laudative (d’où le sens de « champion » qu’on lui prête selon le contexte). Le verbe a pris le sens de « faire une expédition de guerre sainte » avec l’islam ; le ġāzī est alors un combattant de la foi (cf. généralement I. Mélikoff, « Ghāzī », EI 2a, t. ii, p. 1043 ; T. M. Johnstone, « Ghazw », EI2a, t. ii, p. 1055) C’est cette connotation que semble avoir ici le mot ġuzāt, qui désignerait des « civils » (fantassins donc) combattant peu ou prou pour la foi (mais al-‘Aẓīmī ne parle ni de volontaires, ni de muǧāhidūn), comme semblent l’indiquer les termes al-muslimūn et aslama.

137  H. Derenbourg, Ousâma b. Munḳidh, un émir syrien au premier siècle des Croisades, vol. i, Vie d’Ousâma, Paris, 1886-1893. Pour les différentes éditions et traductions, voir les références données par N. Élisséeff, ND, p. 22. Sur l’ouvrage et son auteur, voir désormais Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ Dimašq, éd. ‘Amrawī, t. viii, p. 90-95 ; Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iii, p. 1368 sq. et index (t. xi, p. 5033) ; l’introduction d’A. Miquel à sa traduction, Des enseignements de la vie, Paris, 1983, p. 11-76 ; Paul Cobb, Usama ibn Munqidh. Warrior Poet of the Age of the Crusades, Oxford, 2006.

138  N. Élisséeff, loc. cit. : « Malheureusement l’ouvrage ne présente pour l’historien qu’une source anecdotique difficile à utiliser par suite de fréquentes erreurs dans la chronologie et même dans le récit, erreurs dues à des défaillances de mémoire et à l’absence de contrôle des renseignements donnés. » Cf. plus généralement A. Miquel, Des enseignements de la vie, op. cit., p. 17 sq.

139  Le Livre brisé, Paris, 1989.

140  Voir celui, finalement peu amène (sur l’homme et l’I‘tibār, mais non sur l’œuvre dans sa totalité, bien au contraire), de R. S. Humphreys, « Munḳidh, Banū », EI 2a, t. vii, p. 577.

141  Sur la guerre dans l’ouvrage, voir les analyses d’A. Miquel, Des enseignements, op. cit., p. 43 sq. L’édition utilisée ici (Beyrouth, 1999) est organisée en trois chapitres ; le premier, intitulé « Guerres et voyages », s’étend sur les p. 1 à 166, le deuxième, « Anecdotes piquantes et prodiges », sur les p. 167-187, et le troisième, « Sur la chasse », sur les p. 189-227.

142  Kitāb al-I‘tibār, p. 85 ; Des enseignements de la vie, p. 215 (cf. aussi l’introduction, p. 46-47). L’anecdote s’intitule « Al-‘aql wa l-qitāl » (« Raison et combat »). Il est intéressant de comparer cet extrait avec le contenu des traités militaires, malgré la différence générique : dans le discours d’Usāma, la guerre, qu’on ne pratique que si on est raisonnable (la thèse du professeur est complètement réfutée) n’est néanmoins pas ‘ilm (« science », de fait religieuse). Dans les traités, c’est tardivement, à l’époque mamelouke, que l’art militaire devient « sacralisé », toute une rhétorique religieuse y étant désormais employée. Alors, la furūsiyya devient ‘ilm. L’art militaire est désormais intégré (ou en voie d’intégration) aux autres domaines du savoir, de même que la classe militaire au reste de la société (sur ce point, voir M. Shatzmiller, « The Crusades and Islamic warfare », loc. cit., p. 286).

143  Kitāb al-I‘tibār, p. 134-135.

144  Des enseignements de la vie, p. 44.

145  Ibidem.

146  Aucune différence n’est faite entre les armes franques et musulmanes.

147  Kitāb al-I‘tibār, p. 77.

148  Voir infra, chapitre v, « Les combats ».

149  Kitāb al-I‘tibār, p. 73, 74, 156, 158.

150  Des enseignements de la vie, p. 203. Usāma précise que Numayr fut un des trois hommes que les ismaéliens précipitèrent du haut de la forteresse de Šayzar, quand ils manquèrent s’en emparer (avril 1109). Les faits et gestes d’autres types de combattants, parfois des civils même, tel le ra’īs Yunān (Des enseignements de la vie, p. 205), sont contés. Usāma rapporte parfois des aventures qui lui ont été narrées par l’un de ses serviteurs.

151  Cf. par exemple Kitāb al-I‘tibār, p. 59.

152  Cf. notamment « Usāma ǧarīḥ » (« Usāma blessé »), ibid., p. 26 ; voir aussi p. 69, 77, et passim.

153  Les récits concernant les prisonniers sont très nombreux. Voir par exemple ibid., p. 71, 80, 81 sq.

154  Des enseignements de la vie, p. 147, où est rappelé (note 19) qu’on considérait traditionnellement que la mère de ‘Antara était une esclave noire. Sa noblesse était donc de sang (paternel) et de mérite.

155  Ibid., p.151. Mais Usāma, qui sait que le destin est entre les mains de Dieu, n’oublie pas aussi de préciser plus loin : « Malgré tout, que personne ne se fie à son courage ni ne s’infatue de sa bravoure » (p. 173).

156  Voir sur ce point Ph. Richardot, Végèce et la culture militaire au Moyen Âge (ve-xve siècles), Paris, 1998. On n’a pas considéré la Règle du Temple comme un traité militaire, même si les 202 clauses ajoutées (probablement au milieu du xiie siècle) lui donnaient des tons de manuel militaire, ainsi que le souligne M. Benett, « La Règle du Temple as a military manual, or “How to deliver a cavalry charge” », dans C. Harper-Bill et alii (éd.), Studies in Medieval History presented to R. Allen Brown, Woodbridge, 1989, p. 7-19 (repris en appendice de la traduction de J. Upton-Ward et disponible sur le site www.deremilitari.org). Sur la lente élaboration, par le Moyen Âge occidental, d’une « littérature militaire » propre, cf. Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, op. cit., p. 356 et suivantes. Le contenu des ouvrages proposant la reprise de la croisade s’apparentait partiellement aux manuels militaires. Ainsi le Liber recuperatione Terre sancte (éd. P. G. Golubovitch, dans Biblioteca bio-bibliografica della Terra Santa e dell-Oriente Francescano, Karachi, 1913, ii, p. 9-60) composé par le franciscain Fidence de Padoue entre 1274 et 1291 s’étend sur les tactiques à employer face aux armées « sarrasines ». Plus tard des traités militaires voient le jour (Ph. Contamine, loc. cit.). Plusieurs « plans de croisade » (dont celui de Fidence de Padoue) sont analysés par J.-F. Verbruggen, The art of warfare in Western Europe during the Middle Ages, op. cit., p. 288-309.

157  Cf. les références données supra, en Introduction, (notamment les travaux de Shihab al-Sarraf cités n° 91), et A. Zajaczkowski, Le traité iranien de l’art militaire Adab al-ḥarb wa l-šaǧā‘a du xiiie siècle, Varsovie, 1969 ; Cl. Cahen, « Ḥarb », EI 2, t. iii, p. 185 ; G. Douillet et alii, « Furūsiyya », EI 2, s. v. ; A. Y. Al-Hasan et D. R. H. Hill, Sciences et techniques en islam, Paris, 1991, p. 93-94 ; C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 435-43.

158  La taxinomie traditionnelle est celle qu’avait adoptée H. Ritter dans son article « La Parure », loc. cit., (cf. aussi du même « Zur Futuwwa », Der Islam, t. x, 1929, p. 244-245). Les kutub al-furūsiyya comportent des chapitres sur l’hippiatrie, la cavalerie et sur différentes armes, notamment le tir à l’arc (D. Ayalon, « Furūsiyya », EI 2, t. ii, 974-949, apud A. Boudot-Lamotte, Contribution à l’étude de l’archerie musulmane, Damas, 1968, p. 1 et note 2). Exemple parmi d’autres, le Kitāb al-furūsiyya wa l-manāsib al-ḥarbiyya (« Le livre de la cavalerie et des combats guerriers ») de Naǧm al-Dīn Ayyūb al-Aḥdab al-Rammāḥ (m. 694/1294), considéré comme l’un des traités les plus importants du Moyen Âge, aborde plusieurs armes et comporte d’abondantes (et très intéressantes) descriptions de « grenades », soit de pots divers contenant des matières inflammables utilisés comme armes de jet. Le Nihāyat al-su’l dont il est question ci-dessous traite tout à la fois de furūsiyya, d’archerie, de tactique et de logistique.

159  Il mentionne notamment des travaux traduits du persan, comme le Kitāb Adab al-ḥurūb wa fatḥ al-ḥuṣūn wa l-madā’in wa tarbīṣ al-kamīn wa tawǧīh al-ǧawāsīs wa l-ṭalā’i‘ wa l-sarrāyā wa waḍ‘ al-masāliḥ (« L’art de la guerre, de prendre les forteresses et les villes, de dresser des embuscades, d’envoyer des espions, des éclaireurs et des détachements, et de disposer des corps d’armée », d’après un traité réalisé pour Ardašīr b. Bābak (Fihrist, trad. Dodge, t. II, p. 737-738 ; Reinaud, « Art militaire », loc. cit., p. 195).

160  Sh. Al-Sarraf, « Close combat weapons in the early ‘abbāsid period : maces, axes and swords », dans D. Nicolle (éd.), A companion to medieval arms and armour, Woodbridge, 2002, p. 149 ; M. Shatzmiller, « The Crusades and Islamic warfare », op. cit., p. 249 et note 8 ; le lien avec les croisades est par contre souligné, entre autres, par C. Hillenbrand (Islamic Perspectives, p. 435) ou A. Y. Al-Hasan et D. R. H. Hill (Sciences et techniques en islam, op. cit., p. 93).

161  La science militaire grecque était tout particulièrement renommée et invoquée. Dans les quelques lignes introductives d’al-Ḥiyal fī l-ḥurūb wa fatḥ al-madā’in wa ḥifẓ al-durūb (« Les ruses de guerre, pour prendre les villes et protéger les défilés »), attribué à Muḥammad b. Manglī al-Nāṣirī (m. après 778/1376), l’auteur précise que son ouvrage est conforme aux préceptes établis par Alexandre le Grand (éd. N. M. ‘Abd al-‘Azīz Aḥmad, Le Caire, 2000, p. 16). W. J. Hamblin a fait une intervention sur les emprunts à la littérature sassanide que nous n’avons pu nous procurer, « Sassanian military science and its transmission to the Arabs », dans Proceedings of the International Conference on Middle Eastern Studies, Londres, 1986.

162  Sh. Al-Sarraf, loc. cit., p. 149-150. Pour cet auteur, en ce qui concerne les ouvrages de furūsiyya, la production d’époque abbasside est importante et ceux d’époque mamelouke lui empruntent beaucoup. Les ouvrages des polygraphes comme Ibn Qutayba ont joué un rôle dans cette transmission, comme le montre le fait qu’un des passages de la Nihāya traduit par G. Tantum, « Muslim warfare : a study of medieval muslim treatise on the art of war », dans R. Elgood (éd.), Islamic Arm and Armour, Londres, 1979, p. 199, est « directement basé sur une traduction arabe du Kitāb al-Ayīn sassanide qu’on trouve dans Ibn al-Qutayba » (W. J. Hamblin, Fatimid army, op. cit., p. 157 et note 7).

163  De Muḥammad b. ‘Iṣā b. Ismā‘īl al-Ḥanafī al-Aqṣarā’ī, parfois lui aussi dit al-Rammāḥ, on ne sait à vrai dire pas grand-chose. Il serait mort, selon les versions, soit en 749/1348, soit vers 800/1400. On n’est même pas sûr qu’il soit l’auteur du Nihāyat al-su’l wa l-ummiyya fī ta‘līm a‘mal al-furūsiyya (« Pour en terminer avec l’interrogation et le désir d’en savoir plus sur les différents exercices de cavalerie », éd. M. Lutful Huq, Ph. D, université de Londres, 1955, et éd. Nabīl ‘Abd al-Azīz, Ph. D., université du Caire, 1972). Cf. H. Ritter, « La parure », loc. cit., p. 131-134 ; G. T. Scanlon, « Source material », loc. cit., p. 9-11 ; G. Tantum, « Muslim warfare », loc. cit., p. 188 ; M. Shatzmiller, loc. cit., p. 270. Sur l’ouvrage, voir essentiellement, outre les extraits traduits par F. Wüstenfeld (« Das Heerwesen der Mohammedaner nach dem Arabischen Quellen », dans Abhandlungen der Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen, xxvi, décembre 1879, et 1880) surtout l’analyse de G. Tantum, « Muslim warfare », loc. cit., p. 187-220. D. Nicolle en a traduit un chapitre (« The reality of Mamluk warfare : weapons, armour and tactics », Al-Masāq, vol. 7, 1994, p. 77-110).

164  Cf. G. Tantum, « Muslim warfare », p. 190, qui ajoute, à ces sources : al-Buḫārī, Muslim, Abū Da’ūd, al-Tirmiḏī, Ibn Ḥanbal, mais aussi le Kitāb al-ḫarāǧ wa ṣinā‘at al-kitāba de Qudāma. La Risāla fī l-suyūf d’al-Kindī est en fait surtout un livre technique sur la fabrication des épées ; il est mentionné par Ibn al-Nadīm dans le Fihrist ; après avoir été analysé et très partiellement traduit par Hammer-Purgstall en 1854 (JA, t. iii, 1854, p. 66-80), il a fait l’objet d’une traduction en anglais par A. R. Zaky (Bulletin of the Faculty of Arts, Le Caire, xiv, 1952, p. 1-36).

165  F. Wüstenfeld, loc. cit. G. Tantum, p. 194 sq., étudie en détail les relations entre les textes grec et arabe (leçons 8 et 9). Il est intéressant de noter qu’Élien était aussi un auteur couru en terre byzantine. Ce texte est de peu d’intérêt pour nous.

166  M. Shatzmiller (article cité, passim) soutient que la littérature militaire musulmane n’en est pas vraiment une, avant les croisades. C’est tardivement, dans la deuxième moitié du vie/xiie, avec la Tabṣira, qu’apparaît selon elle un ouvrage pratique, un véritable manuel, et non un exercice de style sans réel rapport avec la pratique de la guerre. Aux croisades comme facteur déclencheur, elle préfère substituer non pas la militarisation de la société, mais la lente intégration des classes militaires (turques) aux sociétés proche-orientales. Ce serait seulement sous les Mamelouks que la ségrégation culturelle entre une élite arabe qui détient le monopole du savoir, mais sans aucune connaissance de la chose militaire, et la soldatesque turque au contraire experte en matière de guerre mais sans voix pour l’exprimer, s’efface. Alors les traités perdent-ils leur caractère artificiel, et cessent-t-ils de n’être que de pâles compilations/traductions d’essais persans ou grecs. On ne peut que reconnaître l’importance des emprunts, noter la rupture que constitue le traité d’al-Ṭarsūsī, insister sur le nécessaire travail d’édition/analyse/traduction des manuels, mais non pas rejeter leurs enseignements.

167  Les très nombreux traités d’époque mamelouke n’ont été utilisés qu’accessoirement, dans la mesure où ils pouvaient apporter un éclairage sur un fait ou une pratique.

168  Le Kitāb ‘Uyūn al-aḫbār (« Livre des documents essentiels »)d’Ibn Qutayba (m. 276/889), rédigé certainement dans la deuxième moitié du iiie/ixe siècle, n’est pas à proprement parler un traité militaire et ne sera donc pas traité ici. Il rassemble en dix chapitres tout ce qu’il faut savoir pour être un « honnête homme », et le deuxième chapitre, intitulé Kitāb al-Ḥarb (éd. Yūsuf ‘Alī Ṭawīl, Beyrouth, 1418/1998, t. i, p. 185-323), porte sur l’art militaire. La guerre est traitée sur un mode littéraire, des expériences passées étant rapportées, de même que des ḥadīṯ-s et de nombreux vers. Ibn Qutayba y emprunte à ce que G. Lecomte a appelé « l’ensemble de la tradition sapientiale, éthico-administrative et historique indo-persane qui fut intégrée au patrimoine littéraire des Arabes grâce aux traductions de la seconde moitié du iie/viiie siècle » (Ibn Qutayba. L’homme, son œuvre, ses idées, Damas, 1965, p. 181). Il cite parfois ses sources ; parmi elles, se dégagent un Kitāb li-l-Hind (p. 190, 191), ba‘ḍ kutub al-‘Aǧam (p. 191, 195), al-Āyīn (p. 217, 239-42), un Kitāb Siyar al-‘Aǧam (p. 197, 273), le Kitāb Kalīla wa Dimna (p. 261), un fī kutubihim (p. 273, le hum désigne les persans), un qālat al-‘Aǧam (p. 202). Deux citations (p. 217) du Kitāb al-Āyīn persan renvoient au Kitāb al-Āyīn fī l-ramī et au Kitāb al-Āyīn fī l-ṣawāliǧa mentionnés par Ibn al-Nadīm, et qui semblent donc indépendants : la première concerne al-ramī bi l-nuššāb, la seconde al-ḍarb bi l-ṣawlaǧān. Mais d’autres citations dans les ‘Uyūn ne concernent pas directement l’art de la guerre. Peut-être doit-on préférer, avec G. Lecomte (p. 183), à l’idée de deux manuels militaires, celle qui veut qu’il existait un seul al-Āyīn, qu’Ibn al-Muqaffa‘ avait traduit, et qui comprenait des parties sur l’art militaire aussi bien que sur la politique ou la « science augurale ». Le Kitāb Siyar al-‘Aǧam qu’Ibn Qutayba cite désigne aussi une adaptation/traduction arabe du persan, par le même Ibn al-Muqaffa‘, d’un Ḫudaynāmeh (une histoire des rois de Perse), sous le titre Kitāb siyar mulūk al-‘Aǧam (mais on ne peut être sûr de rien pour les renvois plus imprécis). Enfin, toujours selon G. Lecomte (ibid., p. 184), la formule Kitāb li-l-Hind désigne un emprunt à Kalīla wa Dimna du même Ibn al-Muqaffa‘. Ce dernier auteur, dont on connaît l’importance dans la transmission de la science indo-persane à l’arabe, fut donc énormément mis à contribution par Ibn Qutayba. Autre ouvrage (un peu plus tardif) qui n’est pas un traité militaire mais contient, dans un chapitre sur le ǧihād, des développements s’y apparentant, le Da‘ā’im al-islām (éd. A. A. A. Fyzee, Le Caire, réimpression 1969, nous intéressent les p. 347-406 du t. i, et tout particulièrement les p. 377-383) du Qāḍī al-Nu‘mān (m. 973, cf. EI 2, s. v. et R. Levy, The social structure of Islam, Cambridge, 1969, p. 454-457) s’appuie essentiellement sur des traditions (qui remontent notamment à ‘Alī b. Abī Ṭālib). Quelques passages contiennent d’intéressantes informations (par exemple sur le campement de l’armée, sur le discours du commandant visant à augmenter l’ardeur de ses troupes, la communication entre les trois parties de l’armée en bataille, les dispositions tactiques du combat…).

169  Sur ce célèbre général, originaire de Balḫ, gouverneur de Palestine, d’Égypte, d’Ifriqiya, puis du Ḫurāsān (en 191/806-807), cf. D. Sourdel, Le vizirat abbasside, Paris, 1959, p. 206 ; EI 2, « Harthama b. A‘yān » (Ch. Pellat), et ce qu’en dit ‘Abd al-Ra’ūf ‘Awn dans l’introduction de son édition du Muḫtaṣar, Le Caire, 1963, p. 8-9 (voir notamment la lettre, qu’il évoque, d’al-Mutawwakil à Harṯama écrite en ǧumādā ii 234, et ses supputations sur l’auteur qui serait soit un fils de Harṯama, soit l’un de ses compagnons, peut-être un ancien ġulām qui aurait adopté sa nisba). M. Shatzmiller signale (loc. cit., p. 253) d’autres manuscrits que celui dont s’est servi ‘A. R. ‘Awn, et une édition commentée de G. Zoppoth (Die pseudo-aristotelische Schrift « Das Buch der Kriegstaktik », thèse université de Vienne, 1951). Voir encore H. Kennedy, The armies of the Caliphs, op. cit., p. 111 sq.

170  Mêmes références. M. Shatzmiller, loc. cit., p. 253 note 18, citant H. Ritter, « La Parure », p. 151-152 et F. Rosenthal, A History of Muslim Historiography, Leyde, 1952, p. 358, 425.

171  L’auteur reste très vague. Cf. par exemple p. 24 à propos de l’espionnage (« ḏakarū ‘an ba‘ḍ al-ḥukamā’ fī l-ḥarb annahu kāna yuṣayyiru ǧāsūsan ‘adūwwihi ǧāsūsan lahu… »).

172  Éd. ‘Awn, p. 15-16.

173  Cf. Abwāb 2 à 11, 31, 32.

174  H. Ritter, loc. cit., p. 124-149, repris et amplifié par M. Shatzmiller, « The Crusades and Islamic warfare », loc. cit., p. 253-257, elle-même suivie par H. Kennedy, op. cit., p. 111. L’aspect théorique du Muḫtaṣar ressort particulièrement quand on fait une comparaison même sommaire avec d’autres traités. À titre d’exemple, le bāb 37 (p. 67) qui porte sur les particularismes des peuples en matière de guerre (« ‘An maḏāhib al-nās wa šiyamihim fī l-ḥarb »; les peuples mentionnés sont : al-Turk, al-Daylam, al-Rūm, al-Hind, al-Akrād, al-A‘rāb) reste général et vague, et ne souffre pas la comparaison avec les abwāb correspondants du Kitāb al-Ḥiyal fī l-ḥurūb wa fatḥ al-madā’in wa ḥifẓ al-durūb (p. 368-373 : Bāb fī qitāl al-Turk, Bāb fī qitāl al-Hind, B. fī qitāl al-Rūm, B. fī qitāl al-Ḥabaša wa l-Nūba – avec les al-Barābir, umma Sardāniyya, al-Andalus, Ṭanǧa, ahl Ṭabarisṭān, al-Daylam, al-Akrād, Bāb qitāl al-‘Arab wa l-Furs), non seulement plus développés, mais moins vagues, plus précis, s’attachant notamment à expliquer leurs forces, les armes qu’ils affectionnent, les moyens de les combattre…

175  Voir p. 56 sur les ḥuṣūn et les qilā‘, ou le chapitre 12 sur les subdivisions de l’armée.

176  Sur Murḍā (ou Marḍī), voir Claude Cahen, « Un traité d’armurerie composé pour Saladin », BEO, t. xii, 1947-1948, p. 103 ; EI 2, « Al-Ṭarsūsī », t. x p. 331-332 (C. E. Bosworth) ; introduction de l’éd. K. Sader. M. Shatzmiller considère que lui et son « ami » al-Abraqī étaient d’origine arménienne, ce qui n’est pas impossible, mais non certain. Sur Tarse, voir notamment ce qu’en dit Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, éd. De Goeje, p. 183-184 ; Yāqūt, Mu‘ǧām al-buldān, t. iv, p. 28-29 et M. Canard, Histoire de la dynastie des Hamdanides de Jazîra et de Syrie, Alger, 1951, p. 281-282.

177  Le titre exact est : « Tabṣirat arbāb al-albāb fī kayfiyyat al-naǧāt fī l-ḥurūb mina l-aswā’ wa našr a‘lām al-i‘lām fī l-‘udad wa l-alāt al-mu‘ayyana ‘alā liqā’ al-a‘dā’ (« Explication des maîtres de l’esprit sur les manières de se mettre pendant les combats à l’abri des dommages, et développement de l’instruction relative aux équipements et aux engins servant à affronter les ennemis »), éd. et trad. partielle Cl. Cahen, « Un traité d’armurerie… », loc. cit., p. 103-163 ; nouvelle éd. Karen Sader, Mawsū‘a al-asliḥa al-qadīma al-mawsūma, Tabṣirat arbāb al-albāb… (« Dictionnaire d’armes anciennes nommé “Explication des maîtres de l’esprit…” »), Beyrouth, 1998. L’éd. Sader diffère sur bien des points de l’édition Cahen ; une nouvelle traduction, complète, s’impose. La partie concernant l’archerie a été éditée et traduite par A. Boudot-Lamotte, Contribution à l’étude de l’archerie musulmane, op. cit.,qui date la rédaction de 570/1174. Le ms est inscrit (Oxford Bodléienne Huntington, n°264, 206 v°, cf. Cl. Cahen, p. 104) à la bibliothèque de Saladin ; voir la dédicace dans l’introduction, éd. K. Sader, p. 28.

178  Éd. Cl. Cahen, p. 112, p. 134. Pour D. Nicolle, « Medieval warfare : The unfriendly interface », loc. cit., p. 592, « […] the entire document should be seen as reflecting the military scholarship of the preceding Fāṭimid Caliphate rather than that of Saladin’s own reign ».

179 L’ouvrage se divise en deux parties inégales, l’une sur les armes (p. 33-220), l’autre (p. 221-241) sur la tactique (organisation qu’on retrouvera dans des traités plus tardifs, comme par exemple al-Ḥiyal fī l-ḥurūb wa fatḥ al-madā’in wa ḥifẓ al-durūb évoqué plus haut). Se suivent : généralités sur l’armement ; étude de différentes armes : le sabre (avec une partie sur sa fabrication), l’arc, envisagé d’une manière très large (traditions, écoles et techniques…), l’arbalète, la lance, le bouclier, les cuirasses et les armures, les massues et masses d’armes, les mangonneaux, les béliers, tours et palissades, les muṯallaṯāt, les nafṭ-s ; passage sur « Les miroirs ardents » d’après ‘Utārid b. Muḥammad al-Ḥāsib ; traditions et généralités, versets coraniques incitant au ǧihād ; tactique, ordonnance des armées et combat (quelques lignes étant consacrées à la lutte contre les forteresses).

180  Éd. Cl. Cahen, p. 116, trad., p. 138 (à propos des cuirasses) ; M. Shatzmiller, loc. cit., p. 262.

181  Respectivement p. 128, 137-140 de la traduction de Cl. Cahen.

182  Pour « Mas‘ūdī » (le célèbre historien ou un homonyme ? l’ouvrage est inconnu), éd. Cl. Cahen, p. 125, trad., p. 148 et note 4 ; « Ibn Ḥayyān », éd., p. 117, trad. p. 140 ; « Livres des savants », éd. Cl. Cahen, p. 118, trad., p. 140 ; voir encore Cl. Cahen, trad., p. 104-105 (sommaire) et A. Boudot-Lamotte, Contribution à l’étude de l’archerie musulmane, op. cit., p. 40 sq. et passim. Sur al-Harawī (ou al-Hiravī), ‘ālim persan, cf. F. R. Baqi, « Kitābu Faḍā’il ir-ramyi fī sabili’llah », Islamic Culture, t. xxxiv, 3, 1960, p. 195-218 ; A. Boudot-Lamotte, Contribution à l’étude de l’archerie musulmane, p. 4 et passim ; M. Shatzmiller, loc. cit., p. 260.

183  A. Boudot-Lamotte, Contribution à l’étude de l’archerie musulmane, p. xv.

184  Exception, l’abri pour « artilleur » de son invention, décrit éd. Cl. Cahen p. 120.

185  Éd. Cl. Cahen, p. 113, 115, trad., p. 135-138 (autres exemples p. 129, 133, 134, 142). Il est à noter que le vocable qaws, « arc », désigne l’arbalète dans le traité.

186  Éd. Cl. Cahen, p. 120, trad., p. 143, planche 16.

187  Sur l’auteur, J. Sourdel-Thomine, introduction au Guide des lieux de pèlerinage (Kitāb al-Išārāt ilā ma‘rifat al-ziyārāt), Damas, 1957, p. xi-xxv, résumée dans l’article du même auteur dans l’EI 2, t. iii, p. 178. On lui doit aussi l’édition et la traduction de la Taḏkira sous le titre « Les conseils du Šayḫ al-Harawī à un prince ayyūbide », BEO, t. xvii, 1961-1962, p. 205-266. Sur l’ouvrage, outre l’importante introduction de J. Sourdel-Thomine à son édition (p. 205-213), voir H. Ritter, « La parure », loc. cit., p. 144-146 ; M. Shatzmiller, « The Crusades and Islamic warfare », loc. cit., p. 264-265, et W. J. Hamblin, « Saladin and Muslim Military Theory », dans B. Z. Kedar (éd.), The Horns of Ḥaṭṭīn, Jérusalem, 1992, p. 228-238.

188  Les expressions sont de J. Sourdel-Thomine, « Les conseils… », p. 205 et 209.

189  Entre l’année 588/1192, mentionnée dans l’ouvrage, et sa mort en 611/1215.

190  « Les onseils… », loc. cit., p. 264-265 (trad., p. 217).

191  Cf. ibid., p. 242 (trad., p. 240) ; p. 244 (trad., p. 238) ; p. 254 (trad., p. 228) ; p. 252 (trad., p. 230)… Sur l’absence de références au ǧihād, voir les remarques de J. Sourdel-Thomine, p. 209-210.

192  Ibid., p. 211 ; Siyāsat Nāma (rédigé en 484/1091), trad. Ch. Schefer, Traité de gouvernement, réédition Paris, 1984 (1re éd. 1893).

193  Cf. chapitres xi (Harṯamī, vi), ii (Harṯamī, viii), xii (Harṯamī, ix), xv (Harṯamī, vii), xviii (Harṯamī, xxxix). Le propos est néanmoins différent. Le court chapitre sur les espions (xii, p. 255-256, trad., p. 226), dans la Taḏkira, reste très général, de bon sens, sans référence aucune au fait militaire, alors qu’on a l’impression, notamment quand il parle de « voyageurs et de marchands », qu’al-Harawī parle d’expérience (mais rien ne permet vraiment de l’affirmer) : le sultan doit avoir à sa disposition des espions loyaux qu’il doit disperser partout dans ses territoires et dans son voisinage ; à leurs informations il doit ajouter celles que peuvent procurer des voyageurs et des marchands. Il doit aussi, enfin, se méfier lui-même de l’espionnage. Le chapitre théorique qu’al-Harṯamī consacre au même thème, plus long (éd. ‘Awn, p. 23-25), concerne seulement le renseignement militaire et est d’une tonalité très différente. Y sont surtout envisagées les mesures à prendre afin que les espions ne se fassent pas prendre : l’espionnage étant le « nerf de la guerre » (ra’s amr al-ḥarb), il faut bien choisir les agents, éviter qu’ils se connaissent les uns les autres et qu’on sache qui ils sont dans l’armée, faire preuve de magnanimité en cas d’erreur. Comme toute armée est infestée d’espions, il faut savoir aussi les repérer, les manipuler, leur donner de fausses informations, les retourner ; et un passage explique comment organiser la correspondance. On a souligné, aussi, plus haut, la présence redondante de la thématique de la révélation de pensées secrètes dans le traité d’al-Ṭarsūsī.

194  Pour M. Shatzmiller (loc. cit., p. 264-265), la Taḏkira n’est qu’une « adaptation littéraire d’un modèle dérivé originellement du manuel de tactique antique et byzantin », son information tactique étant donc nulle ; son aspect « artificiel » serait à relier, poursuit-elle, aux traités de tactique purement théoriques du début de la période romaine dont les auteurs n’avaient aucune expérience de la guerre. Elle pense aussi, néanmoins, qu’al-Harawī avait peut-être pour modèle un « Miroir des princes ». L’article de W. J. Hamblin cité supra (« Saladin and Muslim Military Theory ») procède d’une conception opposée.

195  Voir tout particulièrement le chapitre xviii.

196  W. J. Hamblin, « Saladin and Muslim Military Theory », loc. cit., p. 231-234.

197  Al-Harṯamī, Muḫtaṣar, chap. 34 ; Taḏkira, chap. xxi, p. 247 sq. (trad., p. 234 sq.). Pour W. J. Hamblin (article cité, p. 237-238), les « moines » rétifs aux subornations sont les Templiers et Hospitaliers, en général haïs des auteurs arabes.

198  L’édition Sourdel-Thomine comporte (p. 247) « mukātabat al-qusūs wa aṣḥāb al-manāṣib wa atbā‘ihim », soit « les prêtres, les gens pourvus de fonction et leurs suivants » ; W. J. Hamblin (loc. cit., p. 237 et note 44), qui s’est servi de l’édition Muṭī‘ al-Murābiṭ (Damas, 1972), traduit « the clergy, and the cooks and their assistant ». Autres expériences soulignées par al-Harawī dans les chapitres xiii (Kawkab/Belvoir) et xvi (cf. tout particulièrement p. 252).

199  Voir surtout le chapitre xx et infra, « Les combats ».

200  Les extraits qui nous sont parvenus sont édités, analysés et traduits par E. Sivan, « La genèse de la contre-croisade : un traité damasquin du début du xiie siècle », JA, t. 204, 1966, p. 197-224. Al-Sulamī est très peu connu, toutes les biographies des auteurs arabes (Yāqūt, al-Qifṯī, Suyūṭī) reposent sur Ibn al-Aṯīr, et sont succinctes. Cf. ibid., p. 198 et les références données en note 5 (p. 222). Les certificats de pèlerinage par procuration constituent un autre témoignage indirect d’une réaction piétiste à la croisade, au fil du vie/xiie. Cf. D. Sourdel et J. Sourdel-Thomine (pub.), « Une collection médiévale de certificats de pèlerinage à La Mekke conservés à Istanbul. Les actes de la période seljoukide et bouride (jusqu’à 549/1154), dans Études médiévales et patrimoine turc, Paris, 1983, p. 167-273 ; Id., Certificats de pèlerinage d’époque ayyoubide, Paris, 2006.

201  Ibid., p. 215 (nous avons ici modifié sa traduction) : « Lorsque les informations se succédèrent sur l’état de ces contrées, les différends entre ses maîtres et les guerres [intestines] entre les grands, ils résolurent de l’envahir, Jérusalem constituant le comble de leurs vœux. »

202  Ibid., op. cit., p. 201- 203, 213-214 (texte arabe, p. 220).

203  Sur le genre « Miroir des princes », voir en général G. Richter, Studien zur Geschichte der älteren arabischen Fürstenspiegel, Leipzig, 1932 ; E. I. J. Rosenthal, Political thought in medieval Islam : an introductory outline, Cambridge, 1958 ; C. H. Fouchecour, Moralia : les notions morales dans la littérature persane du iiie/ixe au viie/xiiie siècle, Paris, 1984.

204  C’est la transcription adoptée par Ch. Schefer, Traité de gouvernement, op. cit.

205  Ibid., trad. Ch. Schefer, p. 36.

206  L’analyse de ces ouvrages est effectuée par G. J. Van Gelder (article cité note suivante), sur lequel nous nous appuyons ici.

207  Baḥr, éd. (en persan) M. T. Dāniš-Pazhūh, Téhéran, 1966 ; trad. J. S. Meisami, The sea of precious virtues, Salt Lake City, 1991. Outre l’introduction de J. S. Meisami à sa traduction, voir C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 161-162, et G. J. Van Gelder, « Mirror for princes or visor for viziers : the twelfth century Arabic popular encyclopedia Mufīd al-‘ulūm and its relationship with the anonymous Persian Baḥr al-fawā’id », BSOAS, t. 64, 3, 2001, p. 313-338. L’identification est de J. Meisami (cf. p. vii-viii). Sur Āq Sunqur Aḥmadīlī et son fils, voir « Marāgha », EI 2, t. vi, p. 498-502 (V. Minorsky) et « Aḥmadīlīs », EI 2, t. i, p. 300-301 ; G. J. Van Gelder, « Mirror for princes », loc. cit., p. 313 (avec d’autre références).

208  Mufīd : Édition M. ‘Abd al-Qādir ‘Aṭā, Beyrouth, 1985. Ǧamāl al-dīn al-Qazwīnī aurait aussi rédigé une réfutation des hérétiques ; il parle de deux prêcheurs à lui contemporains, Muḥyī l-dīn Yaḥyā al-Salmasī (m. 550/1155-6) et Ǧalāl al-dīn Abū ‘Alī Ibn Ya‘lā (m. 527/1132-4), qui officièrent tous deux à Bagdad. Cf. G. J. Van Gelder, « Mirror for princes », loc. cit., p. 314-315.

209  G. J. Van Gelder (ibid., p. 316-317) signale la proximité de ces deux « Miroirs » avec un manuscrit persan anonyme conservé à Leyde (cf. p. 316 note 27).

210  Chap. 25 du Mufīd (ibid., p. 332). Après avoir rappelé que le roi ne doit pas participer aux combats, al-Qazwīnī insiste sur l’importance des ruses et stratagèmes, plusieurs histoires servant alors « d’exemple » (dont celle du guide chinois qui se sacrifie, détruisant à lui seul une armée d’invasion en l’amenant traîtreusement dans un désert sans possibilité de ravitaillement en eau). La seconde partie énonce les connaissances à maîtriser ; elle dénote une méconnaissance de la guerre et s’inscrit dans un registre plus littéraire que pratique (voir la recette donnée pour construire des murs indestructibles avec du mortier mélangé avec du fumier de vache et de la chaux vive ; sur le ǧiṣṣ, voir EI 2a, t. ii, p. 556, par G. Marçais ; voir également la possibilité, si l’ennemi attaque avec des éléphants, de jeter des pierres sur leurs orteils, lâcher un lièvre au milieu ou les attaquer avec une armure faite de peau de porc ; ou encore la cuirasse faite de noyaux de dattes).

211  Baḥr, p. 13-27 ; Mufīd : G. J. Van Gelder, p. 335 sq. Le chapitre se termine par une section titrée « Les conversations du maudit démon avec les princes et les Turcs » (p. 450-451), où le diable est décrit comme essayant de persuader les Turcs de ne pas combattre les Francs, de ne pas risquer leur vie, leurs richesses et leurs femmes passant alors à d’autres. Il les enjoint au contraire de profiter de la vie. La réponse est pieuse et va dans le sens du ǧihād. Quelques autres passages peuvent également s’avérer utiles : Baḥr, réfutation des Grecs et des Francs (sans référence à la lutte contre ces derniers), chap. 24 p. 231-234 ; sur les villes et zones frontières à protéger prioritairement contre l’agression extérieure, voir p. 282 sq.

212  Sirāǧ al-mulūk, éd. Ǧa‘far al-Bayātī, Londres, 1990.

213  Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-a‘yān, op. cit., t. iv, p. 262-265, et l’article d’A. Ben Abdesselem cité note suivante.

214  A. Ben Abdesselem, « Al-Ṭurṭūshī » EI 2a, t. x, p. 739-740 : en 520/1126 ou en 525/1131.

215  Muqaddima, trad. A. Cheddadi, Peuples et nations du monde, Paris, 1986, p. 112.

216  Sirāǧ al-mulūk, op. cit., p. 499-517.

217  Voir par exemple ibid., p. 510, 512.

218  Ibid., p. 507-509.

219  Ibid., p. 509. Dans tous les cas, l’auteur propose une disposition tactique des armées musulmanes proche de celle qu’on retrouve dans la Tabṣira d’al-Ṭarsūsī. Voir infra, « Les combats ».

220  Cet extrait (souvent cité et traduit) se trouve dans UMR 5648, Pays d’islam et monde latin, xe-xiiie siècles. Textes et documents, Lyon, 2000, p. 60-61.

221  Voir en général Cl. Cahen, SN, p. 3-32 ; S. Runciman, Histoire des Croisades, Paris, 1998, p. 1056-1061 et 1073-1076.

222  Aux références de la note précédente, ajouter S. Edgington, « The First Crusade : Reviewing the Evidence », dans J. Phillips (éd.), The First Crusade, Origins and Impact, Manchester, 1997, p. 55-77 ; J. France, « The Anonymous Gesta Francorum and the Historia Francorum qui ceperunt Iherusalem of Raymond of Aguilers and the Historia de Hiserosolymitano itinere of Peter Tudebode : an analysis of the Textual Relationship between Primary Sources of the First Crusade », dans J. France et W. G. Zajac (éd.), The Crusades and their Sources, Aldershot, 1998, p. 39-69 ; J. Flori, Pierre l’Ermite et la première croisade, Paris, 1999, p. 31-49. Pour les aspects strictement militaires, voir plus spécifiquement R. Rogers, Latin Siege Warfare in the Twelfth Century, Oxford, 1992, p. 10-16 ; J. France, Victory in the East, p. 374-381.

223  Foucher de Chartres, Historia Hierosolymitana, éd. RHC, Occ., t. iii, p. 311-485. Cf. V. Epp, Fulcher von Chartres, Studien zur Geschichtsschreibung des ersten Kreuzzuges, Düsseldorf, 1990. Sur Albert d’Aix, voir les références données infra.

224  Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. iii, L. i, 5, p. 327.

225  Robert le Moine, Hierosolymitana expeditio, RHC, Occ., t. iii, p. 721. Les Gesta Dei per Francos de Guibert de Nogent procèdent de la même démarche. L’abbé Bernard meurt en 1107.

226  Ils se rapprochent, ainsi, des chroniqueurs arabes. Les œuvres de ces auteurs ont été éditées au xixe siècle dans le Recueil des historiens des croisades, Historiens occidentaux (certains ont fait l’objet d’une édition plus récente).

227  À l’exception de Foucher de Chartres, de loin le plus indépendant de tous. L’hypothèse d’une source commune aux Gesta anonymes, à Tudebode et à Raymond d’Aguilers a été émise par R. et L. L. Hill (éd. de Tudebode, Paris, 1977, p. 21). Elle est reprise par J. Flori, Pierre l’Ermite, op. cit., p. 36. Elle s’oppose à l’opinion de L. Bréhier (Histoire anonyme de la première croisade, p. xiv sq.), qui pensait qu’outre Baudri, Robert, Guibert et l’Historia belli sacri (écrite après 1131), Tudebode et Raymond d’Aguilers dépendaient directement des Gesta. Ce dernier est toujours suivi par John France, « The Anonymous… », loc. cit. Par ailleurs, si source commune il y avait, ce serait peut-être celle qu’Ekkehard, abbé d’Aura, dit avoir consultée à Jérusalem en 1101. Il faudrait minutieusement comparer, dès lors, la chronique de ce dernier avec celles de l’Anonyme, de Tudebode et de Raymond.

228  Histoire anonyme de la première croisade, p. i-vii ; J. Flori, op. cit., p. 37 et note 20, suit C. Morris, « The Gesta Francorum as narrative history », Reading Medieval Studies 19, 1993, p. 55-71, et opte pour l’auteur unique, selon lui plutôt un clerc.

229  Ce qui ne les empêchait pas de s’appuyer sur les témoignages de leurs compagnons guerriers.

230  D’une simplicité qui parfois donne l’impression au lecteur de participer au voyage. Cf. par exemple : « La soif mit les nôtres en telle détresse qu’ils en vinrent à ouvrir les veines de leurs chevaux et leurs ânes pour en boire le sang. D’autres lançaient des ceintures et des morceaux de vêtements dans une mare, et ensuite exprimaient l’eau dans leur bouche. D’autres pissaient dans le poing d’un copain et buvaient. D’autres creusaient la terre humide, s’allongeaient sur le dos et se saupoudraient la poitrine de terre pour lutter contre la déshydratation » (la traduction est d’Aude Matignon, Chronique anonyme de la première croisade, Paris, 1998, p. 38 ; elle est volontairement moins « académique » que celle de L. Bréhier).

231  Histoire anonyme de la première croisade, loc. cit.

232  Histoire anonyme de la première croisade, p. 92-95. Il s’agit d’une sortie (qui finalement échoue) de la garnison d’Antioche contre le camp croisé, le 6 mars 1098. Voir aussi le récit, proche, de Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 246-250.

233  Il est très intéressant de comparer, ainsi que le fait L. Bréhier (Histoire anonyme de la première croisade, p. 95, note 1), les chiffres donnés par l’Histoire anonyme de la première croisade avec ceux de la deuxième lettre d’Étienne de Blois, Epistulae et chartae ad historiam primi belli sacri spectantes, éd. Hagenmeyer, Innsbruck, 1901, p. 151 (périssent 30 émirs turcs, 300 nobles turcs, au total 1 230 Turcs et autres musulmans) et ceux de la deuxième lettre d’Anselme de Ribemont, ibid., p. 158 (1 400 morts). Voir aussi J. France, Victory in the East, p. 205. Mais nous reviendrons sur la question.

234  Voir par exemple les p. 29-30, 33-34, 43-44, 45-46.

235  Arrivé en Syrie en 1108, après avoir accompagné Bohémond en lutte contre l’empereur byzantin en Epire l’année précédente, Raoul s’attacha à Tancrède après la mort duquel il écrivit une sorte de biographie qui s’appuie sur des récits oraux et sur les autres chroniqueurs (si ce n’est l’auteur anonyme des Gesta), la Gesta Tancredi Siciliae Regis in Expeditione Hierosolymitana, non terminée (éd. RHC, Occ., t. iii, p. 603-716).

236  Les non-dits et les silences sont à cet égard révélateurs. C’est ainsi essentiellement à Raymond d’Aguilers qu’on doit la connaissance des conflits entre les principaux chefs de la croisade. La relation aux Byzantins, traités d’une manière hostile par pratiquement tous les chroniqueurs (Albert d’Aix faisant plutôt exception, à cet égard, comme souvent par rapport à « l’autre ») prête également à discussion. Selon J. France (Victory in the East, p. 375) leur traitement limité de la marche à travers l’Asie Mineure s’explique aussi par le fait qu’à cette époque les rapports avec les Byzantins étaient cordiaux, ce qu’ils ont eu tendance à passer sous silence.

237  Voir sur ce point P. J. Cole, « “O God, the heaven have come into your inheritance” (Ps. 78.1). The theme of religious pollution in crusade documents, 1095-1188 », dans M. Shatzmiller (éd.), Crusaders and Muslims in twelfth century Syria, Leyde etc., 1993, p. 85-111.

238  Cf. ce qu’en dit J. F. Verbruggen, The art of warfare, op. cit., p. 11. Mais ses propos sont à relativiser.

239  Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. iii, p. 340-341 ; Guibert, Dei gesta per Francos, trad. M.-C. Garand, Paris, 1998, p. 289.

240  Voir par exemple les visions d’Étienne Valentin et de Pierre Barthélemy (la Sainte Lance) rapportées par Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 253-255, 286, et l’Histoire anonyme de la première croisade, p. 129 sq. Cf. aussi Albert d’Aix (plus mesuré), Historia, RHC, Occ., t. iv, p. 419.

241  Infra, « Les ethnies ». Histoire anonyme de la première croisade, p. 119 et suivantes. Dans la Chanson d’Antioche, la mère se transforme en simple vieille dame.

242  Histoire anonyme de la première croisade, p. 134-137.

243  Sur Albert d’Aix et son Historia (éd. RHC, Occ., t. iv, p. 265-713 ; une édition-traduction est annoncée par S. Edgington, d’après son Ph.D., université de Londres, 1991), voir Cl. Cahen, SN, p. 12-13 (souligne son importance) ; S. Runciman, Histoire des Croisades, op. cit., p. 1059 ; P. Knoch, Studien zu Albert von Aachen, Stuttgart, 1966 ; S. Edgington, « The First Crusade : Reviewing the Evidence », loc. cit.) ; la même, « Albert of Aachen reappraised », dans A. V. Murray (éd.), From Clermont to Jerusalem, the Crusade and Crusader societies, 1095-1500, Turnhout, 1998, p. 55-67 ; la même, « Albert d’Aix and the chansons de geste », dans The Crusades and their sources, loc. cit.,  p. 23-37 ; J. Flori, Pierre l’Ermite, op. cit. passim (et surtout le chapitre iv, p. 51-66).

244  Cf. l’aperçu historiographique de S. Edgington, « Albert of Aachen reappraised », loc. cit., p. 55-57. Les avis divergent sur la ou les sources d’Albert d’Aix, tout particulièrement en ce qui concerne la « chronique lotharingienne », dont on continue à défendre l’existence (voir par exemple R. Rogers, op. cit., p. 15, s’appuyant sur P. Knoch, loc. cit., qui avait défendu cette existence). Il a également été supposé que l’hypothétique source commune des Gesta, de Tudebode et de Raymond d’Aguilers aurait été consultée par Albert dans une version plus ample que celle dont disposèrent ces auteurs (J. Flori, op. cit., p. 55).

245  Voir néanmoins les critiques de J. F. Verbruggen, The art of warfare, op. cit., p. 10. Les sièges d’Antioche et de Jérusalem font l’objet de développements particulièrement utiles.

246  Voir l’analyse de ses amplifications pour « l’arrière-croisade » de 1101 : A. Mulinder, « Albert of Aachen and the Crusade of 1101 », dans A. V. Murray (éd.), From Clermont to Jerusalem, the Crusade and Crusader societies, 1095-1500, Thurnout, 1998, p. 69-77. 

247  S. Edgington, « Albert of Aachen reappraised », p. 61 et note 15, parle quant à elle de « a degree of objectivity toward the Muslims, carefully distinguishing Turks from Saracens and describing their differences ».

248  Claude Cahen, loc. cit., et Jean Flori, loc. cit., discutent le problème de la relation entre Albert et la Chanson d’Antioche (sur laquelle voir plus bas).

249  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. iii, 4, p. 341-342. Voir encore L. iii, 65, p. 385, l’épisode pendant lequel Godefroy coupe en deux un Turc, pourtant cuirassé, d’un seul coup d’épée, avec l’image pittoresque, romanesque, du cheval galopant avec la seule partie inférieure du corps car fortement attachée par les jambes jusqu’aux remparts d’Antioche. D’autres faits mémorables sont racontés (ne concernant pas forcément Godefroy). Voir par exemple L. iii, 54, p. 376-377 ; L. iv, 35, p. 413.

250  Cl. Cahen, SN, p. 13 et note 2. Une chanson semble-t-il tout aussi ancienne que celle communément appelée Chanson d’Antioche a tout récemment été éditée et traduite (C. Sweetenham et L. M. Paterson, The Canso d’Antioca. An Occitan Epic Chronicle of the First Crusade, Burlington, 2003). Elle représente sans doute une tradition épique occitane. Elle accorde une grande place aux chevaliers occitans et aux chevaliers normands d’Italie du Sud (tout particulièrement à Bohémond). Un certain Grégoire Béchada l’aurait originellement composée au tout début du xiie siècle ; son travail aurait été remanié à la fin du même siècle. Seul un fragment (19 laisses, 714 vers), décrivant partiellement le siège d’Antioche, a survécu. Il a en certains endroits des relations de parenté indubitables avec la chanson d’Antioche « française », mais sans qu’on puisse lier ces deux documents autrement que par un cousinage indirect. Pour tout ceci, voir les analyses des éditrices, p. 1-174. L’intérêt de cette Canso d’Antioca est évident, malgré son caractère parcellaire. On y trouve, comme dans la Chanson d’Antioche, de très nombreux noms propres, avec une volonté évidente d’individualiser le propos, un vocabulaire de l’armement intéressant qu’il concerne les Croisés ou les troupes de Karbūqā (ici Corbarans de Persa), des chiffres nombreux – tantôt plausibles, tantôt clairement amplifiés ou symboliques, avec goût particulier pour les nombres contenant le chiffre 4 : 14, 40, 44, 40 000, etc. –, quelques considérations stratégiques et tactiques (cf. sur l’utilisation du feu comme déclencheur de la bataille, v. 348-350, p. 214-215 : « Cant auziretz bruïr las tabors autamen/e veiretz la gra(n)vella e.l foc e.l fum e.l ven,/ vos ponretz tuih [en]sem ad u desrengamen) et quelques combats (mais peu). D’autres chansons (ou fragments) existent, dont certains n’ont toujours pas trouvé d’éditeur critique. Cf. Cl. Cahen, loc. cit. ; C. Sweetenham et L. M. Paterson, Canso d’Antioca, p. 28 sq. (à propos de la Gran Conquista de Ultramar), p.45-48 (improbable Canso de San Gili), p. 71-76 (mss dit Hatton 77 et de Spalding).

251  L’ordre adopté est celui, approximativement chronologique, établi par Hermann Kleber, Appendice de K. H. Bender (éd.), Les épopées de la croisade, Stuttgart, 1987, p. 177-179. Les Chétifs et la Conquête de Jérusalem racontent l’histoire des compagnons de Pierre l’Ermite faits prisonniers à la bataille de Civitot, réduits en esclavage par Corbaran qui les libère ensuite pour services rendus (Les Chétifs) ; après leur libération, ils reprennent leur route pour aller délivrer Jérusalem (la Conquête de Jérusalem). Les autres chansons du premier cycle de la croisade sont Le Chevalier au cygne, Les enfances de Godefroi, Le Retour de Cornumaran, La Naissance (Les Enfances) du Chevalier au cygne – version Eliox, version Beatrix –, La Fin d’Elias, Les Continuations de la Chanson (Conquête) de Jérusalem. La bibliographie sur les épopées du premier cycle de la croisade en général et sur La Chanson d’Antioche (éd. P. Paris, qui n’a pas conservé la primitive structuration en laisses rimées et adopté une division en 8 chants, 2 vol., 1832-1848, réimpr. Genève, 1969 et éd. S. Duparc-Quioc, 2 vol., Paris, 1977-8 ; trad. partielle M. de Combarieu du Grès, dans D. Régnier-Bohler (dir.), Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en Terre Sainte xiie-xvie siècle, Paris, 1997) en particulier est très importante. Voir tout spécialement A. Hatem, Les poèmes épiques des croisades, Paris, 1932 ; S. Duparc-Quioc, Le Cycle de la croisade, Paris, 1955, et le vol. 2 de son édition : Étude critique, 1978 ; K. H. Bender, « Des chansons de geste à la première épopée de la croisade : la présence de l’Histoire dans la littérature française du xiie siècle », dans Actes du vie congrès Rencesvals, Aix-en-Provence, 1975, p. 484-500 ; le même, « Retour à l’histoire : les dernières épopées du premier cycle de la croisade », dans K. H. Bender (éd.), Les épopées…, op. cit., p. 98-104 ; R. F. Cook, Chanson d’Antioche, chanson de geste : le cycle de la croisade est-il épique ?, Amsterdam, 1980 (iconoclaste) ; Sénéfiance n° 20-21 : Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste (Actes du xe congrès international Rencesvals, 1985), 2 vol., 1987 ; Jean Richard, « L’arrière-plan historique des deux cycles de la croisade », dans K. H. Bender (éd.), Les épopées…, op. cit., p. 6-16 ; L. A. M. Sumberg, « Au confluent de l’histoire et du mythe : la Chanson d’Antioche, chronique en vers de la première croisade ? », dans K. H. Bender (éd.), Les épopées…, op. cit., p. 58-65 ; Jean Vittorio (dir.), L’épopée, Turnhout, 1988 ; D. Bushinger (dir.), La Croisade : réalités et fictions. Actes du colloque d’Amiens (18-22 mars 1987), Göttingen, 1989 ; J. Flori, « De la chronique de croisade à l’épopée… ou bien l’inverse ? », Perspectives médiévales, 1994, p. 36-44 ; N. Daniel, Heroes and Saracens, Édimbourg, 1984, trad. française, Héros et sarrasins. Une interprétation des chansons de geste, Paris, 2001.

252  La thèse de l’existence d’une chanson ancienne rédigée par Richard le Pèlerin ne fait pas l’unanimité, certains, après R. F. Cook (op. cit.), soutenant que Richard le Pèlerin n’aurait pas existé, Graindor l’ayant inventé pour s’en servir de caution. La chanson serait donc tardive, totalement épique et finalement peu intéressante pour l’historien. Tout ce qu’on peut dire, c’est que l’existence de Richard n’est pas certaine, mais qu’une version ancienne de la chanson, en langue vernaculaire, orale ou écrite, a dû exister. Cf. finalement S. Duparc-Quioc, Étude critique, p. 143-147 et C. Sweetenham et L. M. Paterson, The canso d’Antioca, p. 57-63.

253  Éd. P. Paris, vers 1-10 et 57-58, t. i chant i, 1 p. 1-3 et 3 p. 6 ; éd. Duparc-Quioc, p. 19, 21. Cf. aussi L. A. M. Sumberg, loc. cit., p. 59 sq.

254  L. A. M. Sumberg, loc. cit., p. 65.

255  Cl. Cahen, SN, p. 13-14, isole les chants vii, 3-27 et viii, 25-40 et 50-62. Il discute de la relation à Robert (et à Albert d’Aix) en notes 1 et 2, p. 14. S. Duparc-Quioc, Étude critique, op. cit., repère et analyse les passages dus au remanieur Graindor, p. 99-139 (p. 108-110 sur le plagiat de Robert), et se penche sur « la chanson de Richard » p. 144-247, se consacrant essentiellement à établir les relations entre le texte de Richard et celui des chroniqueurs.

256  S. Duparc-Quioc, op. cit., p. 234, suppose même que le trouvère était originaire d’Artois, et plus précisément du Ternois, les Saint-Pol étant ses seigneurs (ce qui expliquerait l’importance qui leur est accordée, le père et le fils ayant droit à 63 mentions).

257  Les femmes sont globalement traitées comme dans les autres textes latins. Elles servent accessoirement pendant la bataille. Cf. par exemple éd. P. Paris, t. i, chant iii, 11, p. 159 (« Mestier lor ont éu celes de leur regné, / Les dames et pucieles dontil i ot assés ; / Quar eles se rebracent, les dras ont jus jetés, / Et portèrent de l’aigue aus chevaliers lassé »). S. Duparc-Quioc (Etude critique, p. 256-7) considère quant à elle que les femmes ne tiennent guère de place dans la chanson.

258  Éd. P. Paris, t. ii, chant vi, 35 et 36, p. 126-8. Ces combats font suite à l’entrée dans Antioche. Les laisses 35 et suivantes donnent à voir, avec de rares accents de vécus, des combats de rue. Voir aussi, sur les Tafurs, les v. 8921-8931 de l’éd. Duparc-Quioc, et L. A. Sumberg, « The Tafurs and the first crusade », Medieval Studies, t. xxi, 1959, p. 294-346.

259  Éd. P. Paris, t. i, chant iii, 21, p. 175. Les Turcs effectuent une sortie, mais ne parviennent pas à faire face aux François alors même qu’ils ne sont pas encore sortis de l’enceinte. Une mêlée s’ensuit ; les uns et les autres se battent à l’épée, mais les Turcs s’appuient également sur leurs arcs qui font beaucoup de dégâts parmi les Croisés. Ces derniers souffrent, mais Tancrède réussit à tuer le seigneur de la ville…

260  Au ve-xie siècle, les têtes ennemies étaient promenées à travers tout le territoire fatimide après une victoire.

261  Cf. chant v, 21, éd. P. Paris, t. ii, p. 39, après un affrontement victorieux (« Ceu qu’il orent ocis et à mort fait livrer./ Adont lor oïssiés grant feste demener ;/ Les testes lor trenchoient, es pieus les font boter, / Parmi ces champs les font et drecier et lever »). C’est Garsion (Yāġī Siyān) qui en est indigné le lendemain.

262  Combats contre « Corbaran » (Karbūqā), éd. P. Paris, t. ii, chant viii, 36, p. 243-244 (à comparer avec Guillaume de Tyr dans RHC, Occ., t. i, p. 97, et Eracles, même page, où Godefroy, sous les murs de Nicée, s’oppose à un Turc « grant et fort et hardi qui mout fesoit grant domage à nostre gent et mout en bleçoit, à trere d’un fort arc turcois que il avoit […] ». Rendu furieux, le duc l’abat à l’aide d’une arbalète !) et 37, p. 244-245 (le comte de Flandre). Autres occurrences de coups d’épée à la tête : chant iii, 33, t. i, p. 60 (Butor frappant Eudes « au beau milieu du crâne ») ; chant iii, 35, p. 203 sq. (passage aux tons épiques marqués, le duc Godefroy de Bouillon poursuivant, aux côtés de saint Georges et saint Démétrius, formant ainsi la sainte légion, les Sarrasins et en prenant quatorze à qui il coupe la tête sous le menton, « Teus qatorze en a pris, jà n’auront raençon ; / Les testes lor copa par desoz le menton ») ; chant iv, 16, p. 222-224 (épisode mettant en scène l’écuyer Gautier Daire qui, notamment, face à des Turcs, au premier fait voler la tête à plus d’une toise, fend l’autre en deux jusqu’aux mâchoires et enfonce son épée du crâne à la poitrine du troisième) ; chant iv, 26, p. 239 (les Turcs coupent la tête à tous les chrétiens qui passent « Quant nus des Crestiens va par iluec passant,/La teste li trenchoient jà n’en éust garant ») ; chant iv, 30, p. 247 (combats à Port-Saint-Siméon, les Turcs coupent la tête à tous les François : « Qui est atains est fis de la teste à colper ») ; chant iv, 32 et 34, p. 248-251 et 255 sq., trad. M. de Combarieu du Grès, op. cit., p. 77-79 (Godefroy de Bouillon tue « Claré de la Mecque », qu’il fend « de part en part au niveau de l’échine : une moitié du Turc tombe au milieu du pré, tandis que l’autre reste sur la selle dorée. […] le cheval s’enfuit au galop tout droit vers Antioche […] », épisode pratiquement identique chez Albert d’Aix, cf. ci-dessus). Voir encore passim. À propos du combat singulier, on peut voir Paul Bancourt, Les musulmans dans les chansons de geste du cycle du roi,1982, p. 962-967, où il s’interroge sur « le combat singulier : cliché ou réalité », et insiste sur cette pratique, sur les champs de bataille, affirmant curieusement que « Pratiqué depuis longtemps en Orient le combat de champions l’était encore à l’époque des croisades ». Mais il ajoute que la fiction venait ajouter nombre d’éléments à un « fond de vérité » (p. 962-963). Les gestes orientales ne fonctionnent pas différemment, sur ce point, de la geste occidentale (cf. ibid., p. 966 et note 3, à propos de la geste de Malik Danišmand). Sur le symbolisme de la tête, voir J. Chevalier, A. Gheerbrant et alii, Dictionnaire des symboles, Paris, 1992 (1re éd. 1969), p. 943-944.

263  O. Bouzy, « L’armement occidental pendant la première croisade », CCM, t. i, 1996, p. 15-44 ; P. A. Sigal, « Les coups et blessures reçus par le combattant à cheval en Occident aux xiie et xiiie siècles », dans Le combattant au Moyen Âge, Paris, 1991, p. 171-183 ; R. Perrot, « Les blessures et leur traitement au Moyen Âge », Histoire et Archéologie, note 97, 1985, p. 42-17 (étude sur 73 crânes blessés) ; S. J. Wenham, « Anatomical Interpretation of Anglo-Saxon Weapon Injuries », dans Weapons and Warfare in Anglo-Saxon England, Oxford, 1989, p. 122-139 (six squelettes trouvés à Eccles dans le Kent) ; Abulcassis, La chirurgie, éd. L. Leclerc, Paris, 1861 (cf. V. Serdon, L’armement de trait, 2003, t. III, p. 59 et n°168) ; ed. et trad. M. S. Spink et G. L. Lewis, Berkeley et Los Angeles, 1973. On peut également consulter D. Nicolle, « Wounds, military surgery and the reality of crusading warfare ; the evidence of Usāmah’s mémoires », JOAS, vol. V, 1993, p. 33-46.

264  O. Bouzy, loc. cit., p. 22-23 (les citations en sont extraites). Illustrations : ibid., fig. 1 (saint Michel, chapiteau du portail ouest, piédroit de droite, église de Perrecy-lès-Forges en Saône-et-Loire), 2 (mort d’Absalon, chapiteau du nord de la nef, église de la Madeleine, fin xie-début xiie siècle, Vézelay dans l’Yonne), 3 (meurtre de l’Amalécite, chapiteau du nord de la nef, même église que la précédente), 4 (martyre de saint Blaise, abside du bas-côté nord, château des Moines, xie siècle, Berzé-la-Ville, Saône-et-Loire) 5 (deux chevaliers combattant, frise de la façade ouest de l’ancienne collégiale, xie siècle, Andlau, Bas-Rhin), 11 (guerriers, croquis d’après ms. de Flavius Josèphe, Guerre des juifs, Scriptorium de Saint-Gall, xie siècle, B. A. ms. 843, fol. 77). Psautier de la reine Mélisende, dans D. Nicolle, « Arms and Armour Illustrated in the Art of the Latin East », fig. 15A (piéton se faisant décapiter, « Fierté », ms. Egerton, 1139, British Museum) ; Warqa wa Golšāh, ibidem, fig. 6 (ms. Haz. 841, f° 11/13a, Librairie Topkapi, Istanbul). Cf. aussi dans le même article les fig. 4 (monnaie de Baudouin Ier, comte d’Édesse, 1098-1100, BN, Cabinet des médailles), 5 (monnaie de Richard, seigneur de Marash, principauté d’Antioche, début xiie siècle), 6 (monnaie de Baudouin ii, comte d’Édesse, 1100-1118, BN, Cabinet des médailles), 9 (cavalier mettant en garde, sceau du vicomte de Nabulus, xiie siècle, Schlumberger, Sigillographie de l’Orient latin), 27B, 28K, 31C, et 33G-H, plus tardives car tirées de divers manuscrits (fin xiiie s.) de l’Histoire d’Outremer de Guillaume de Tyr. Voir aussi les illustrations publiées par le même auteur dans « Armes et armures dans les épopées des croisades », in Les épopées de la Croisade, Stuttgart, 1987, fig. 4 (chapiteau de 1155, Notre Dame du Port, Clermont-Ferrand : « Générosité et Avarice » ; le premier personnage met en garde) et 8 (« Tristan et Morhaut », trésor de la cathédrale, Vannes : coffre de mariage peint, originaire de Bretagne, d’environ 1150 à 1170, représentant deux soldats d’infanterie se faisant face, celui de gauche mettant en garde). Voir aussi A. Bruhn Hoffmeyer, Military equipment in the Byzantine manuscript of Scylitzes in Biblioteca Nacional in Madrid, Gladius iv, Granada, 1966, fig. 8, note 8 (homme d’infanterie prêt à frapper, l’épée derrière la tête), 27 (Scylitzes, fol. 39 v°, marine grecque en Crète ; hommes combattant les conquérants hispano-arabes de l’île, combats à l’épée), 37 (Scylitzes, fol. 100 v° : Sarrasins conquérant la cité de Syracuse, soldats sur une échelle montant à l’assaut), 43 (Scylitzes, fol. 154 v° : combat singulier représentant un pseudo-combat entre deux armées dans l’hippodrome de Constantinople, en présence de l’empereur Nicéphore Phocas. Épées brandies au-dessus de la tête par les deux combattants). Enfin, cavalier combattant un dragon, épée dressée derrière la tête, pointe en l’air, statuette en céramique de Raqqa (musée national de Damas).

265  Warqa wa Golšāh, trad. A. S. Mélikian-Chirvani, op. cit., p. 118-119 (nous conservons ici la transcription adoptée par le traducteur). Finalement, le héros tue « quarante de ces guerriers fameux ». Usāma b. Munqiḏ, I‘tibār, p. 77, 116, 163 ; cf. aussi D. Nicolle, « Wounds, military surgery and the reality of crusading warfare ; the evidence of Usāmah’s mémoires », loc. cit., p. 33-46.

266  Voir l’extrait traduit plus haut qui met en scène le roi Tafur et ses hommes.

267  Voir sur ce point les remarques de L. A. Sumberg, La Chanson d’Antioche, 1968, Paris, p. 186.

268  Cf. le messager musulman envoyé par Solimanà Nicée assiégée, déguisé en pèlerin chrétien, pris et torturé. Il révèle alors le plan de Soliman. Cf. éd. P. Paris, chant ii, 15, t. i, p. 106. Comparer avec Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, p. 318-319, plus « romanesque » que Richard (selon lui il y avait deux messagers ; l’un d’eux est tué immédiatement, l’autre dévoile le plan aux barons en demandant le baptême, ce qui lui est refusé. Il s’évade, finalement). Cf. aussi L. A. Sumberg, op. cit., p. 182-5.

269  Ils apparaissent, loin de toute idéologie religieuse, comme âpres au gain, violents voire cruels. Voir également, sur ce point, N. Daniel, Héros et sarrasins, p. 123 ; J. Flori, « L’historien et l’épopée française » dans Jean Vittorio (dir.), L’épopée, Turnhout, 1988, p. 94 .

270  Les problèmes de ravitaillement sont très présents, comme dans les chroniques d’ailleurs, dans lesquelles on retrouve les mêmes difficultés, les mêmes famines, les mêmes tentatives désespérées pour y remédier. Voir notamment chant iii, 17 et 18.

271  Éd. Duparc-Quioc, v. 5549-5554. L’éd. P. Paris ajoute un vers entre les v. 5552 et 5553, ce qui semble logique puisqu’il s’agit d’une épée (« Et si ot une espée à son senestre lé »), t. ii, chant vi, 7. La langue vernaculaire apparaît, au niveau de l’armement, moins stéréotypée, plus précise que le latin, voire même l’arabe des chroniqueurs. D. Nicolle essaie d’expliciter le vocabulaire des épopées dans « Armes et armures dans les épopées des croisades », loc. cit.

272  Cf. les ouvrages de N. Daniel et de P. Bancourt cités ci-dessus.

273  M. Benett, « First Crusaders’ Image of Muslim : The Influence of Vernacular Poetry ? », Forum for Modern Language Studies 22, 1986, p. 101-122 ; S. Loutchitskaja, « L’image des musulmans dans les chroniques des croisades », Le Moyen Âge, t. 105, 1999, p. 717-735 ; la même, « Barbarae nationes : les peuples musulmans dans les chroniques de la première croisade », dans M. Balard (éd.), Autour de la Première Croisade, Paris, 1996, p. 99-108. Voir aussi les remarques d’A. Graboïs, Le pèlerin occidental en Terre sainte au Moyen Âge, Paris, 1998, p. 144 sq., p. 200-206. Pour la Chanson d’Antioche, voir notamment le t. ii de l’édition S. Duparc-Quioc, Paris, 1978. Plus généralement, voir les ouvrages de N. Daniel, Islam and the West : The Making of an Image, Édimbourg, 1960, de R. W. Southern, Western Views of Islam in the Middle Ages, Cambridge, Mass., 1962 (notamment p. 14 sq.), d’E. Saïd, Orientalism, 1978, trad. française, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, 1980, p. 66-90, et de John Tolan, Les Sarrasins, Paris, 2003.

274  Voir la note de M. de Combarieu du Grès, dans Croisades et pèlerinages, op. cit., p. 91.

275  Par exemple éd. P. Paris, chant vii, 3, t. ii, p. 139. Voir infra, chap. « Les ethnies ».

276  Éd. P. Paris, chant iii, 14, p. 163. On croit déceler le comte Raymond de Saint-Gilles derrière cette appellation. Mais il est aussi possible qu’il y ait eut transposition d’un nom de lieu occidental.

277  S. Duparc-Quioc, Étude critique, op. cit., p. 257 et note 14 sur Apolin.

278  S. Loutchitskaja, « L’image des musulmans dans les chroniques des croisades », loc. cit., p. 728. 

279  Cf. sur ce point N. Daniel, Héros et Sarrasins, op. cit., p. 121 et surtout Paul Bancourt, Les musulmans dans les chansons de geste…, op. cit., p. 1004 et suivantes.

280  L’expression est d’E. Saïd, op. cit., p. 75.

281  Éd. P. Paris, chant viii, 38, t. ii, p. 245-246. Baudart désigne Bagdad ; le dart le trait, la flèche ; le papelart un perroquet. P. Paris suppose (note 1, p. 245) que le toenart était une « une sorte de bouclier courbé en demi-cylindre, comme la moitié d’un tonneau ». On peut supposer que l’escu dont il est question ensuite est utilisé comme synonyme de toenart. La suite peut corroborer l’idée du bouclier : la bataille est déclenchée, le comte de Normandie se jette sur Corbaran et lui assène un coup qui le fait tomber jambes en l’air, sa tête y ayant échappé de peu, le coup étant arrivé trop tard (« Quant li cuens l’aperçoit, vers lui va cele part, / Tel coup li a doné desor son toenart / Que, jambes renversées, le trebuche el begart. / Ja li tausist la teste, mais trop est méus tart ») ; ses hommes l’emportent (noter que le coup de lance visait la tête et que Corbaran se serait protégé de son bouclier). Il est difficile de voir dans le toenart un camail quelconque (on attendrait plutôt capmalh, « tête de mailles »). Cf. aussi P. Bancourt, Les musulmans dans les chansons de geste, op. cit., p. 910 (le touenart est une « sorte de bouclier »). L’elme est le heaume, le casque (mot commun) ; il est ici pourvu d’un nasal (nasel), qui en principe protège le nez dans un casque conique, mais peut aussi faire partie des masques (cf. D. Nicolle, « Armes et armures dans les épopées des croisades », loc. cit., p. 19) ; une boucle d’escarboucle l’orne ici. La hanste est la lance, et enfin le fausart, que M. de Combarieu du Grès (Croisades et pèlerinage, p. 157 et note 2) traduit par « cimeterre » (elle y voit à tort une « arme portée par les gens de pied, qui se terminait en fer de serpe » ; selon elle en employant ce mot le poète faisait un rare effort de distinction de l’armement du « cavalier oriental ») désignerait une arme d’infanterie plutôt à poignée courte mais à longue lame, et à un seul tranchant. D. Nicolle (loc. cit.) y voit peut-être le postérieur falchion (qui serait plutôt une sorte d’épée qu’une arme à bâton). Cf. aussi, dans l’article de D. Nicolle, les figures 1 (chapiteau, bas relief de la cathédrale d’Autun, 1120 à 1130, arme portée par Joseph dans la « Fuite en Égypte ») et 16 (« Maciejowski Bible », circa 1250, ff. 10 r° et 3 v°, Pierpont Morgan Library, New York, « Israélites repoussés devant Aï » et « Délivrance de Lot », armes d’infanterie à poignée courte, certainement des fausarts).

282  Éd. P. Paris, chant viii, 39, t. ii, p. 247-248.

283  Éd. P. Paris, chant v, 4, t. ii, p. 11-12 ; variante (très proche néanmoins) dans éd. Duparc-Quioc, p. 222 ; trad. M. de Combarieu du Grès, op. cit., p. 88. Le branc désigne la lame de l’épée ; son utilisation devient rapidement métonymique dans la suite de l’extrait. L’emploi du mot clavain (traduit « gorgerin » par M. de Combarieu du Grès, comme dans A. J. Greimas, Dictionnaire de l’ancien français jusqu’au milieu du xive siècle, Paris, 1980, p. 117) est très intéressant, puisqu’il désignerait une armure courte couvrant la poitrine, lamellée ou écaillée, d’origine islamique – le ǧawšan perse. D. Nicolle (« Armes et armures dans les épopées des croisades », loc. cit., p. 20) se demande s’il ne désignerait pas un ancien type de cuirasse de cuir semi-rigide appelé cuirie, qui était portée avec un haubert. Il y aurait inspiration du ǧawšan musulman. Troisième hypothèse, enfin, mais la moins probable : que ce soit un camail écaillé pour la protection du cou. Cf. aussi D. Nicolle, « Jawshan, cuirie and coat-of-plates : an alternative line of development for hardened leather armour », dans Id. (éd.), A Companion to medieval arms and armour, op. cit., p. 208-209, où il soutient que les emplois les plus précoces du terme (dans les chansons de geste donc) indiqueraient que « the writers had in mind something like the lamellar jawshan cuirasses worn by Islamic troops during the wars of the Crusades ». Quant à l’épée, elle est mythique, puisque la suite la dit ayant d’abord appartenue à Alexandre, Tholomé, Judas Maccabée, Vespasien, le « vengeur de Dieu », enfin Cornumaran, qui la donna à celui qui lui avait livré Jérusalem, qui vint s’installer à Antioche, où il épousa la sœur de Garsion, possesseur de l’épée ! Le forgeron, Galant, est le plus célèbre des forgerons des chansons de geste. Cf. P. Bancourt, Les musulmans dans les chansons de geste, op. cit., p. 947 et note 1 ; L. A. Sumberg, La Chanson d’Antioche, p. 344.

284  Cf. aussi les descriptions de vêtements, par exemple du roi Garsion, éd. P. Paris, chant V, 15, t. ii, p. 28-29 (« A loi de Sarasin a fait son cors vestir ; / Il ot mantel de paile, bliaut de porpre Tir, / Cauches de siglaton, blances com flor de lis. / Aus fenestre de marbre en est alés séir, / L’ost des François esgarde, qu’il ne pot sorvéir »). À comparer avec les « povre gent [qui] nus sont et despris et de faim vont mourant dans le camp croisé (éd. P. Paris, chant vi, 6, t. ii, p. 79). La tente du roi Soudans (éd. P. Paris, chant V, 24, t. ii, p. 45, trad. M. de Combarieu du Grès, op. cit., p. 99) possède des piquets d’or pur et d’argent, les pans de draps étant de quatre couleurs, à carreaux verts, jaunes, violets et blancs « come flor de pumier »(pommier), bordés par des galons incrustés de plus de mille pierres précieuses étincelantes. Elle peut contenir vingt mille Turcs « au moins ». Au sommet, une idole d’or et d’argent de « Mahomes, qu’on ne peust plus bel véir né souhaidier ». L’amiral Soudans la faisant descendre, « quatorze rois païen le corent embracier… » (la suite insiste sur l’adoration de la statue). La description est très clairement méliorative, le ton admiratif. Le poète fait rêver son public avec des richesses mythiques. L’avidité des Croisés, et celle des barons tout particulièrement, est évoquée à plusieurs reprises dans la Chanson. Noter aussi le thème de l’idolâtrie et la lointaine référence au veau d’or. Voir encore la description de la tente de Corbaran (éd. P. Paris, chant viii, 39, t. ii, p. 246-247), où la soie et l’ivoire le disputent à l’or. Cette description symbolique est aussi intéressante parce qu’elle semble être celle d’une mosquée ou plutôt d’une église. Référence d’ailleurs explicite est faite aux « Syriens » qui ont peint la tente d’inscriptions bibliques. La religion de l’Autre est vue à travers le prisme du christianisme. Voir encore ce qu’est devenu la tente de Corbaran pillée par les Croisés, dans Matthieu Paris, La Grande Chronique d’Angleterre, vol. 1, trad. A. Huillard-Bréholles et F. Fougère, Paris, 2001, p. 167 : « Il y avait une tente d’un travail admirable, aussi grande qu’une ville, avec des tours, des remparts, des bastions, le tout recouvert en soie de diverses couleurs. Le milieu de ce palais servait de quartier principal, le reste se divisait en différents pavillons qui servaient en quelque sorte de faubourgs à cette ville. Deux mille hommes auraient pu y habiter à l’aise. Quant aux Turcs qui étaient dans la citadelle sur la montagne, se voyant abandonnés de tous leurs amis, ils la rendirent aux chefs croisés à condition qu’ils se retireraient librement et avec la vie sauve. Ces faits eurent lieu l’an du Seigneur 1098, le vingtième jour du mois de juin. »

285  Voir aussi les multiples remarques à ce sujet de P. Bancourt, op. cit., passim.

286  Trad. M. de Combarieu du Grès, op. cit., p. 79. Dacien est celui qui livra la tour d’Antioche et qui permit donc la prise de la ville. L’épisode de l’enfant (pris dans une sortie par Bohémond, il est finalement bien traité et relâché… d’où négociations…) est proche (mais non identique) dans l’Historia d’Albert d’Aix (qui avait parlé auparavant d’un autre enfant), RHC, Occ., iv, p. 400.

287  Éd. P. Paris, chant iii, 21, t. i, p. 175. Les passages où les Turcs apparaissent avec leur arc sont très nombreux. Le poète parle même à l’occasion d’arc composite.

288  Ex. : éd. P. Paris, chant iii, 25, p. 189 (conquête de Artāḥ ; exploit de Soliman). Infra, « Les combats ».

289  Mais Richard n’hésite pas non plus à montrer la peur des Croisés. Cf. par exemple édition P. Paris, t. ii, chant vi, 25, p. 107.

290  La Chanson de Jérusalem, éd. N. R. Thorp, Tuscaloosa et Londres, 1992, p. 257-8.

291  Cl. Cahen, SN, p. 16. L’ouvrage est édité par H. Hagenmeyer (Innsbruck, 1896) et le RHC, Occ., t. v, p. 75-132. Il a été récemment traduit par Th. S. Asbridge et S. B. Edgington, Walter the Chancellor’s, The Antiochene wars, Aldershot, Ashgate, 1999. Sur l’auteur et son récit, voir désormais la volumineuse introduction de cette traduction, p. 1-72.

292  Bella Antiochena, RHC, Occ., t. v, p. 99.

293  Ibid., passim ; surtout le livre ii, 16 (De visione cujusdam Sansonis, et de alio bello Algazi et de morte ejus) p. 129-132. L’ouvrage se termine sur la mort terrible d’Īl Ġāzī.

294  Elles sont mal identifiées. On ne peut ainsi pas certifier qu’il n’a pas, au moins quand il fait référence au royaume de Jérusalem, utilisé Foucher de Chartres. L’ouvrage qui nous est parvenu a été rédigé en trois phases, selon Th. S. Asbridge et S. B. Edginton (op. cit., p. 8), le livre I entre fin 1115 et mi-1119, le livre ii faisant l’objet de deux rédactions (prologue-chapitre 12, peu après 1119 ; le reste plus tard, à une époque indéterminée).

295  Bella Antiochena, L. ii, 15, p. 129. Sur les prisonniers, voir Y. Friedmann, Encounter between enemies. Captivity and ransom in the Latin kingdom of Jerusalem, Leyde, etc., 2002.

296  La croisade de Louis vii, roi de France, éd. Henri Waquet, Paris, 1949 (autre éd. V. G. Berry, New York, 1948). On peut aussi utiliser la quinzaine de lettres envoyées par Louis VII à Suger et au comte Raoul de Vermandois (éd. A. Lecoy de la Marche, Œuvres complètes de Suger, Paris, Société de l’Histoire de France, t. xxix, 1867). Sur Eudes (qui devint abbé de Saint-Denis le jour même de l’inhumation de Suger, mort le 13 janvier 1151), mort le 8 avril 1162 (date de naissance inconnue), voir l’introduction d’H. Waquet, op. cit., p. 7-9, et « Le dialogue apologétique du moine Guillaume, biographe de Suger », éd. A. Wilmart, Revue Mabillon, avril-déc. 1942, p. 80-118.

297  La croisade de Louis VII, roi de France, p. 30 ; cf. aussi « Introduction », p. 11.

298  Voir « Le dialogue apologétique du moine Guillaume… », loc. cit., éd. A. Wilmar, p. 103, cité par H. Waquet, op. cit., p. 10. On peut spéculer sur l’influence qu’aurait exercée la lecture de ce document, que jamais Eudes n’évoque. Certaines tonalités propres aux chroniques de la première croisade se retrouvent en tout cas dans son récit. Ainsi de la thématique de la « perfidie grecque », qui semble tout autant d’origine livresque (et orale) que vérifiée sur place. Ainsi de la similitude de tons pour tout ce qui concerne le mécontentement de la « foule » après les erreurs de Geoffroy de Rancon et de l’oncle du roi de France (qui font penser au grondement des premiers Croisés contre les barons, après la prise d’Antioche). Ainsi des passages qui montrent les pèlerins souffrant de la faim, mangeant leurs chevaux…

299  Cf. la taille de l’armée de Conrad iii, 900 566 hommes. Noter qu’Eudes le donne sous couvert de l’autorité byzantine (il l’a entendu de la bouche d’un Grec, les Byzantins ayant pris soin de compter les Allemands qui traversaient la mer). Les chiffres de moindre importance fournis par Eudes (chiffres dits « intermédiaires ») sont beaucoup plus réalistes ; l’intention semble avant tout, alors, informative.

300  La croisade de Louis vii, roi de France, p. 79.

301  Voir tout particulièrement la fin de l’ouvrage, qui se termine sur les qualités de Louis vii, qualités intrinsèques certes, mais aussi qualités que le « pèlerinage » lui permit de développer.

302  Sur ce désastre, cf. S. Runciman, Histoire des croisades, op. cit., p. 507-508 ; V. G. Berry dans K. M. Setton (éd.), A History of the Crusades, op. cit., t. i, p. 499 sq.

303  Au-delà d’Évrard des Barres, homme respectable et modèle pour les chevaliers, Louis vii se plaît à observer, et à imiter les Templiers, et veut que toute l’armée suive leur exemple (La croisade de Louis vii, roi de France, p. 71). L’admiration de Louis vii pour les Templiers ne date pas de la croisade et elle continua à son retour. Voir l’acte de la donation édité et traduit par G. Brunel dans La présence latine au Moyen-Âge, (dir. Ghislain Brunel, Marie-Adélaïde Nielen), Paris, 2000, p. 43-45.

304  Il semble que Louis dut son salut à des chevaliers qui le dégagèrent.

305  Mona Joma Hammad, Latin and Muslim Historiography of the Crusades: a comparative study of William of Tyre and ‘Izz al-dîn Ibn al-Athîr, Ph. D., université de Pennsylvanie, 1987.

306  Voir tout particulièrement P. W. Edbury et J. G. Rowe, William of Tyre, Historian of the Latin East, Cambridge, 1988 ou, par exemple, E.-M. Langille, La représentation de l’islam et du monde musulman chez Guillaume de Tyr, thèse 3e cycle Paris iii, 1988.

307  L’Eracles est notamment éditée (ce qui est fort commode) sous le texte latin de l’Historia, dans le Recueil des historiens des croisades. Sur la valeur de l’œuvre, voir B. Hamilton, « The old French translation of William of Tyre as an historical source », dans P. Edbury et J. Phillips (éd.), The Experience of Crusading, t. ii, Defining the Crusader Kingdom, Cambridge, 2003, p. 93-112

308  Un Occident où il avait pu vivre au quotidien l’émoussement de l’esprit de croisade.

309  Sur tout ceci, cf. P. W. Edbury et J. G. Rowe, op. cit., p. 159-160, et passim.

310  Éd. RHC, Historiens grecs, t. i, trad. J. Rosemblum, université de Nice, 1970. Cf. W. Buchwald, A. Hohlweg et O. Prinz, Tusculum-lexikon griechischer und lateinische. Autoren des Altertums und des Mittelalters Artemis, 3e éd. 1982, trad. et mise à jour J.-D. Berger et J. Bilien, Paris, 1991, s. v. Alexiade, éd. et trad. B. Leib, 3 vol., Paris, 1937-45, vol. 4 (index) par P. Gautier, 1976. Une abondante littérature traite de l’auteur et de son œuvre, et notamment, outre l’introduction de l’édition Leib, G. Buckler, Anna Comnena. A study, Londres, 1929 ; J. Chrysostomides, « A Byzantine historian : Anna Comnena », dans D. O. Morgan (éd.), Medieval Historical Writing in the Christian and Islamic Worlds, Londres, 1980, p. 30-46 ; R. D. Thomas, « Anna Comnena account ot the first crusade: history and politics in the reigns of the Emperors Alexius I and Manuel I Comnenus », Byzantine and Modern Greek Studies, t. xv, 1991, p. 269-312 ; T. Gouma-Peterson (éd.), Anna Komnene and her times, New York et Londres, 2000 (notamment les articles de R. Macrides, E. Albu, P. Magdalino).

311  P. Magdalino, « The Pen of the Aunt : Echoes of the Mid-Twelfth Century in the Alexiad », dans Anna Komnene and her times, op. cit., p. 157-168 ; P. Stephenson, « Anna Comnena’s Alexiad as a source for the Second Crusade ? », Journal of Medieval History 29, 2003, p. 41-54.

312  R. Macrides, « The pen and the sword : who wrote the Alexiad », dans Anna Komnene and her times, op. cit., p. 63-81. La méthode d’Anne, qui mêle témoignages oraux et souvenirs vécus aux mémoires de vétérans et aux pièces officielles, est exposée en xiv, 7 (t. iii, p. 175). Sur les renseignements militaires dans l’Alexiade, voir en général G. Buckler, op. cit., p. 353-386, et l’introduction de B. Leib, p. l et suivantes.

313  x, vii, 6 (t. iii p. 217-8).

314  Cf. par exemple iii, xii, 2 et 5 ; iv, ii, 3-4 ; xiii, ii, 2 ; xiii, vi, 4 et passim.

315  xiv, vii, 2 (t. iii p. 172), Anne parle des dangers auxquels son père dut faire face : « […] le Celte s’était ébranlé et montrait la pointe de sa lance, l’Ismaélite tendait l’arc, l’ensemble de la population nomade et tous les Scythes se précipitèrent sur nous avec d’innombrables chariots ».

316  J. France, « Anna Comnena, the Alexiad and the First Crusade », Reading Medieval Studies, t. x, 1983, p. 20-32 et Victory in the East, op. cit., p. 111-112, 117 sq. et passim, émet par contre un jugement très négatif sur l’Alexiade, qui selon lui n’est pas une source fiable, notamment du fait qu’elle a été rédigée à une époque éloignée des événements décrits.

317  Sur ces auteurs, voir Cl. Cahen, SN, p. 98 sq. ; N. Élisséef, ND, t. i, p. 33 sq. ; M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse, 1098-1150, Paris, 1988, p. 1 sq.

318  Outre la continuation de Grégoire (éd. RHC, Arm., t. i), qui fait globalement preuve des mêmes qualités et des mêmes défauts que son modèle, même s’il apparaît encore plus porté à la symbolique et que son récit est plus décousu, signalons l’oraison funèbre du comte Baudouin de Mar‘aš que rédigea son ancien confesseur, le « docteur Basile » (mort en 1162-3 selon Grégoire ; éd. RHC, Arm., t. i). Cf. les ouvrages de Cl. Cahen, N. Élisséeff et M. Amouroux-Mourad mentionnés ci-dessus. Sur Bar Hebraeus, dont il faut distinguer la chronique écrite en syriaque (trad. arabe sous le titre Ta’rīḫ al-zamān, éd. Beyrouth, s. d.) de la chronique rédigée arabe (Kitāb muḫtaṣar al-duwal, éd. Beyrouth, 1958), voir Cl. Cahen, SN, p. 97 et N. Élisséef, ND, t. i, p. 32-33 ; L. I. Conrad, « On the Arabic chronicle of Bar Hebraeus : his aims and audience », Parole de l’Orient 19, 1994, p. 319-378 ; Fr. Micheau, « Les croisades dans la chronique universelle de Bar Hebraeus », dans D. Coulon et alii, Chemins d’outre-mer, Paris, 2004, p. 553-572.

319  Cl. Cahen, SN, p. 97 suppose une rédaction par deux chroniqueurs au moins qui se manifestent l’un en 1139 (« clerc d’Édesse » accompagnant le maphrien Grégoire dans ses visites dans les districts orientaux de l’Église syriaque), l’autre en 1203. J.-B. Chabot parle quant à lui d’un seul rédacteur, moine au couvent de Mār Barṣaumā. Cf. M. Amouroux-Mourad, op. cit., p. 4 (elle opte pour la première solution).

320  Matthieu d’Édesse, Chronique, RHC, Arm., p. 46 (bataille d’Ascalon), 52.

321  Michel le Syrien, Chronique, t. iii, p. 270, 289 ; Exode, 10, 14-19 : « Les sauterelles montèrent sur le pays d’Égypte […] Elles couvrirent la surface de toute la terre, et la terre fut dans l’obscurité ; elles dévorèrent toute l’herbe de la terre et tout le fruit des arbres, tout ce que la grêle avait laissé ; et il ne resta aucune verdure aux arbres ni à l’herbe des champs, dans tout le pays d’Égypte. » Cf. encore dans l’Apocalypse, 9, 3 ou 9, 1-6.

322  Exemple parmi d’autres, A. S. Tritton, « The First and Second Crusades from an anonymous Syriac chronicle », JRAS, 1933, p. 295-296 (fuite des Édesséniens révoltés).

323  Michel le Syrien, Chronique, t. iii, p. 351-352.

324  Matthieu d’Édesse, Chronique, RHC, Arm., t. i, p. 46 : Dieu combat, et non les Francs.

325  Ex. ibid., p. 52. Ceci n’est bien entendu pas systématique. La valeur guerrière des hommes joue aussi pour beaucoup (ainsi que leur habileté tactique).

326  Voir par exemple les effectifs avancés par Matthieu (ibid., p. 40) pour l’armée de secours à Antioche (800 000 cavaliers et 300 000 fantassins, soit 1,1 million d’hommes, à comparer avec les chiffres aussi énormes de Foucher de Chartres (660 000), Raoul de Caen (300 000), Albert d’Aix et Guillaume de Tyr (200 000) ; ceux des armées de Conrad III et de Louis VII (900 000 et 5 000 hommes pour Michel, p. 275, 395 000 en tout pour « The First and Second Crusades from an anonymous Syriac chronicle », loc. cit., p. 298) ; les 40 000 morts causés par un tremblement de terre, à Šayzar (ibid., p. 302) ; les 110 000 hommes (70 000 cavaliers et 40 000 piétons) qu’oppose Nūr al-dīn aux Francs (qui sont 600 cavaliers et 5000 piétons) à Ḥārim (ibid., p. 303) ; les 130 000 ou 150 000 hommes que Matthieu prête à Īl Ġāzī (ibid., p. 126, 128) etc.

327  Matthieu d’Édesse, Chronique, RHC, Arm., t. i, p. 41.

328  Michel le Syrien, Chronique, t. iii, p. 275-276. « The First and Second Crusades from an anonymous Syriac chronicle », op. cit., (p. 298) véhicule la même accusation. Comparer ces récits à celui consacré par Matthieu d’Édesse, op. cit., p. 26-27 à l’arrivée de la première croisade, plus mesuré (Alexis tente de vaincre les Croisés ; il est défait, et un accord est trouvé).

329  Matthieu, op. cit., p. 24. Comparer avec la sobriété de « The First and Second Crusades from an anonymous Syriac chronicle », loc. cit., p. 68.

330  Mais rien de comparable avec l’animosité évoquée par l’oraison funèbre du docteur Basile, loc. cit., supra, note 320.

331  Le discours des historiens arabes chrétiens d’Égypte a été analysé par F. Micheau, « Croisade et croisés vus par les historiens arabes chrétiens d’Égypte », dans Res Orientales, t. vi, Itinéraires d’Orient. Hommages à Claude Cahen, 1994, p. 169-185. Cf. aussi, par le même auteur, « Les croisades dans la chronique universelle de Bar Hebraeus », loc. cit. ; R. Jabre-Mouawad, « La perception des Croisades dans les chroniques syriaques (xiie-xiiie siècle) », dans Ph. Sénac et N. Prouteau (dir.), Chrétiens et musulmans en Méditerranée Médiévale, Poitiers, 2003, p. 175-183.

332  Ex. : Josselin Ier, « The First and Second Crusades from an anonymous Syriac chronicle », loc. cit., p. 83-85.

333  À l’opposé des Grecs. Michel le Syrien, Chronique, t. iii, p. 222.

334  Josselin pillant le couvent de Mār Barṣaumā, Michel le Syrien, op. cit., p. 283-288 ; voir aussi p. 294-296 (autre pillage du même homme). À noter que p. 288 Josselin est accusé d’être un « faux chrétien ». Voir, sur ces pillages, M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse, op. cit., p. 102-103. Impatience des Francs : « The First and Second Crusades from an anonymous Syriac chronicle », loc. cit., p. 83 ; Inab (Fons Muratus) : ibid., p. 289.

335  Ṭayy, Arabes de cette tribu devenus tous les Arabes, puis tous les musulmans.

336  Matthieu, op. cit., p. 100. Souligner la parenté entre la deuxième formule et celles des chroniqueurs latins. Plus généralement, sur les « convergences » entre Francs et Arméniens, voir G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 768-91.

337  Ta’rīḫ al-zamān, p. 123.

338  Michel, op. cit., p. 343-345 (antichristianisme et orgueil de Nūr al-dīn dénoncés) et 352-353 (Nūr al-dīn se prend pour le prophète Muḥammad).

339  Michel, op. cit., p. 222. Quelques lignes auparavant, c’est le fait que les Francs ne « soulevaient jamais de difficulté au sujet de la foi » qui était souligné.

340  Ibidem, p. 237. Nous avons conservé la graphie adoptée par le traducteur. Cf. aussi p. 232 où le même émir fait preuve de magnanimité : Josselin étant mort (fin 1131), il fait cesser tout combat contre les Francs et leur écrit qu’il ont toute latitude pour s’occuper de sa succession (« Je n’engagerai pas le combat avec vous aujourd’hui, pour qu’on ne dise pas que, grâce à la mort de votre roi, j’ai pu triompher de votre armée. Donc, faites tranquillement vos affaires ; choisissez-vous un chef selon vos usages, et gouvernez vos pays en paix ; car vous n’avez rien à craindre de ma part ni de mes troupes »).

341  Plusieurs collections d’armes islamiques sont disséminées dans les principaux musées d’art islamiques du monde (Istanbul, Le Caire, Damas…). D. Nicolle signale (et analyse) une collection privée (en grande partie non publiée) présentant notamment des armures en cuir dans « Jawshan, cuirie and coats-of-plates : an alternative line of development for hardened leather armour », dansA Companion to Medieval Arms and Armour, op. cit., en particulier p. 179 et note 4.

342  S. Saleh, « The use of Bāṭinī, Fidā’ī and Ḥashīshī », SI 82, 1995, compare p. 42-43 le traitement similaire des Nizārī-s et des Croisés par les historiens arabes sunnites.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable