Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des banlieues à la ville

 | 
Élisabeth Longuenesse
, 
Caecilia Pieri

III. La place de la culture et de la mémoire dans les dynamiques locales

La gestion délicate de la mémoire sur le terrain municipal

Managing the memory on the ground: a difficult challenge

الإدارة الدقيقة للذاكرة على الساحة البلدية

Edmond Gharios

Résumé

Située sur la ligne de démarcation entre Est et Ouest pendant la guerre civile, la municipalité de Chiah a particulièrement souffert des affrontements, qui ont d’une part mené à la destruction quasi totale de ses espaces publics et d’autre part provoqué des vagues d’immigration massive. Dans ces conditions, ce n’est pas une tâche facile que de faire renaître une culture et une mémoire consensuelles compte tenu des recompositions de population.

The municipality of Chiah was located on the demarcation line between the East and West of Beirut during the civil war; it has suffered particularly from confrontations which lead to the nearly total destruction of its public spaces on the one hand, and provoked massive emigration waves on the other hand. Given such a context, it is quite uneasy to recreate a consensual culture and memory while taking into consideration population reorganizations.

تقع بلدية الشياح على الخط الذي كان يفصل بين بيروت الشرقية وبيروت الغربية خلال الحرب الأهلية، وقد عانت بشكلٍ خاص من المواجهات التي أدّت من جانبٍ إلى التدمير شبه الكامل للفضاءات العامة، وتسببت من جهة أخرى بموجاتٍ ضخمة من المهجرين. في هذه الظروف، ليس سهلاً إعادة إحياء الثقافة والذاكرة التوافقية نظراً لعمليات إعادة التشكيل السكاني.

Texte intégral

Espaces en cours de réhabilitation, Chiah

Espaces en cours de réhabilitation, Chiah

Photo C. Pieri

1Je voudrais tout d’abord remercier l’Institut français du Liban, l’Institut français du Proche-Orient avec le soutien du fonds d’Alembert ainsi que les organisateurs de ce colloque pour l’invitation qui m’a été faite à participer à cette table ronde. J’interviens ici en tant que maire de Chiah, élu pour la première fois en 1998 après trois décennies d’absence de toute autorité locale (de 1962 à 1998), après une guerre qui a duré près de 17 ans et pendant laquelle Chiah, située sur la ligne de démarcation dans la banlieue sud de Beyrouth, a été le théâtre des combats les plus acharnés. Ces affrontements ont complètement transformé la ville, ses places publiques et ses ruelles, détruit ses maisons et ses immeubles, fait disparaître la plus grande partie de ses souvenirs, délogé la majeure partie de ses habitants et provoqué les vagues de déplacés de la montagne et du Sud. De même, Chiah a accueilli beaucoup de migrants des régions du Sud, du Nord et de la Bekaa venus habiter la banlieue de Beyrouth à la recherche d’une instruction poussée ou d’un mode de vie plus moderne que les conditions rurales des montagnes et des régions éloignées.

2Avec tous ces changements qui ont eu lieu entre les années 1960 et les années 1990, il ne restait plus grand-chose du Chiah d’antan et ce n’est donc pas une tâche facile que de faire renaître la mémoire d’une ville dans de telles conditions.

  • 1 C’est-à-dire inscrits sur les registres d’état civil de la commune ; les autres habitants sont touj (...)

3Il y a là une responsabilité, qui est spécifique à la question de la mémoire et par conséquent à celles de la culture et du patrimoine, et cette responsabilité s’ajoute à notre travail en tant que maire de la ville. Je voudrais saluer l’initiative de votre table ronde, qui va nous permettre d’éclairer ce rôle et ce devoir demandé aux autorités locales. Moi-même, je voudrais partager avec vous mon expérience en tant que maire responsable d’une ville jadis prospère et devenue banlieue. Pour observer le développement et l’avenir de la banlieue sud de Beyrouth, il faudrait comprendre son histoire récente, géographiquement et historiquement, mais aussi son urbanisme et les mouvements migratoires qui ont contribué à son peuplement, le rôle de l’État ainsi que les phénomènes d’ancrage et de mobilité des habitants de la région. La localité de Chiah se situe à l’entrée sud-est de la ville de Beyrouth. Elle compte actuellement 70 000 habitants, dont seulement 15 000 inscrits, pour une superficie de 1,5 km21. Durant le xxe siècle, elle a subi plusieurs transformations économiques, physiques et sociales, passant de la production de la soie durant les années 1920 aux plantations et exploitations d’agrumes à partir des années 1930, puis aux industries de transformation (fonderie, raffinerie d’huile, confiserie, usine de chocolat et de boissons alimentaires). À cela s’ajoute une activité immobilière très prospère, due essentiellement à l’emplacement de la ville au carrefour des routes menant de Beyrouth vers le Sud, la Bekaa et la montagne. La construction dans la région de plusieurs écoles de grande notoriété, avec l’arrivée d’immigrés arméniens et aleppins est aussi révélatrice d’une période très prospère qui a duré jusqu’au début des années 1970.

4Malheureusement, cette période florissante ne pouvait pas durer longtemps. La désindustrialisation allait commencer, et toutes les usines ont été délocalisées vers des régions plus lointaines. Plusieurs vagues de constructions immobilières et de centres d’habitation, régies par un plan d’urbanisme rudimentaire, sans aucune planification, ni plan social ni infrastructure sportive, ont facilité l’arrivée de nouveaux migrants de toutes les régions libanaises qui ont peu à peu remplacé les habitants d’origine. Les harat (maisons typiques libanaises), avec leurs tuiles en brique et leurs jardins, ont fait place à des bâtiments en béton de dix étages et plus. Aujourd’hui, il ne reste plus à Chiah aucune hara alors que dans les années 1960 on en comptait une centaine. Avec la guerre qui a frappé la région – les événements du 13 avril 1975 ont en effet commencé à Chiah même –, la ville a de nouveau connu des déplacements. Une époque s’achevait et la transformation était presque totale.

5La question qui se pose pour le conseil municipal est donc : comment conserver la mémoire de Chiah ? Et quelle mémoire ? Celle des années 1960, nostalgie des années de prospérité ? Celle de la guerre civile, avec tous les événements qui ont eu lieu dans la région, quand chaque jour était une épopée et où chaque rue avait ses martyrs ? Il faudrait d’abord garder en mémoire ces événements et ces martyrs comme exemples pour les prochaines générations, afin d’en tirer la bonne morale et d’éviter la répétition des mêmes abus. Il faudrait aussi garder en mémoire l’invasion israélienne de 1982 ou l’agression de 2006, lorsqu’on a vu les habitants des quartiers chrétiens accueillir dans leurs maisons la population chiite fuyant les bombardements de l’aviation ennemie israélienne : ce fut un exemple unique de solidarité entre Libanais qu’il faudra certainement rappeler aux générations futures. Les événements à mémoriser dans les villes sont très nombreux. En effet, chaque quartier est un espace où s’enracinent les souvenirs : passage de personnalité artistique, intellectuelle, politique ou religieuse. Avec toutes les transformations que subissent ces quartiers, le besoin de mémoire est d’autant plus important que disparaissent les ensembles urbains où sont forgés les souvenirs. C’est un rôle essentiel pour les autorités locales que de conserver et d’entretenir cette mémoire.

6La mémoire collective n’existe pas en soi. Pour l’ethnologue Denis Cerclet, il s’agit d’un processus d’acceptation du passé qui, par le nombre de personnes concernées, acquiert une dimension collective. La mémoire n’est donc pas une question individuelle, mais une construction sociale et collective. Des efforts importants sont à faire pour sortir les strates enfouies en forme de morale parfois même en modifiant légèrement certains aspects, mais en gardant l’essentiel. Il faudrait inviter les jeunes habitants des banlieues à s’attacher à ces valeurs morales.

7Pour cela, les autorités locales devraient allouer les budgets nécessaires à cette promotion : créer des musées, des centres culturels, ériger des monuments et surtout organiser des rencontres et des réunions dans les centres culturels entre les porteurs de cette mémoire et les jeunes générations. Il est essentiel que certains événements soient racontés de vive voix. De même, il faudrait organiser des expositions de photographies, de documents, de témoignages, de souvenirs. Le travail d’archives est primordial dans cette organisation. La famille a elle aussi un rôle très important dans la conservation de la mémoire. Mais il faudrait par-dessus tout éviter de tomber dans les excès de l’intégrisme et du confessionnalisme.
Merci.

Notes

1 C’est-à-dire inscrits sur les registres d’état civil de la commune ; les autres habitants sont toujours inscrits dans leur commune d’origine, ou celle de leur parents.

Table des illustrations

Titre Espaces en cours de réhabilitation, Chiah
Crédits Photo C. Pieri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3514/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

Auteur

Maire de la commune de Chiah

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable