Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des banlieues à la ville

 | 
Élisabeth Longuenesse
, 
Caecilia Pieri

II. Espaces publics et équipement urbain : points de vue d’aménageurs

Discussion

Discussion

مناقشة

Texte intégral

Escaliers publics à Mar Mikhaïl, Beyrouth

Escaliers publics à Mar Mikhaïl, Beyrouth

Photo C. Pieri

Caecilia Pieri : (à Arpiné Mangassarian) Vous avez fait une présentation des espaces publics et de ce que la municipalité veut faire, faisant allusion à la fête locale à laquelle vous m’avez très gentiment invitée il y a quinze jours, mais vous n’avez pas mentionné une seule fois le fait que Bourj Hammoud ait été constituée par une communauté arménienne : c’est sans doute parce que cela vous paraît évident, mais est-ce évident pour tous les non-Libanais présents dans la salle ? Cette fête locale consistait en l’occupation de l’espace public avec des kiosques, de la musique, de l’artisanat et des ventes de publications ; elle regroupait une assistance composée notamment des scouts arméniens et de représentants officiels de la communauté arménienne – le chef du parti Tachnag, l’archevêque, le maire de Bourj Hammoud, vous bien entendu, l’adjoint au maire M. Krikorian, des représentants d’associations et un ministre libanais d’origine arménienne ; or les discours de ces derniers, en arménien la plupart, insistaient, en particulier celui de l’archevêque, sur Bourj Hammoud comme centre de l’identité et de l’histoire des Arméniens du Liban - tout comme M. Krikorian qui, lui, dans un discours prononcé en libanais, a insisté sur le fait que cette ville a été créée par le travail, l’énergie des Arméniens.

Arpiné Mangassarian : J’ai laissé à l’adjoint au maire, M. Georges Krikorian, le soin de présenter le lien entre le territoire, la culture et la mémoire : ce sera fait dans la prochaine table ronde. Deuxièmement, ce n’était pas une fête, mais juste une activité événementielle à développer. Troisièmement, je vous parle en tant que professionnelle – je suis architecte dans la municipalité depuis dix-neuf ans : les habitants et la commune sont indissociables.

Élisabeth Longuenesse : Vous avez évoqué quelques activités économiques : artisanat, commerce. Pouvez-vous nous en dire plus : quelles sont les activités économiques présentes dans la commune ? Rencontrez-vous des problèmes d’emploi ou de chômage ? Les activités économiques drainent-elles une population extérieure, non arménienne, voire non libanaise ?
Dans le même ordre d’idées, qu’en est-il de la situation du logement ? Bourj Hammoud, à ma connaissance, semble moins sujet que d’autres quartiers à la spéculation immobilière. Pourtant, avez-vous affaire parfois à des phénomènes de rejet qui s’exerceraient à l’encontre d’une population modeste, vers d’autres communes ?

Arpiné Mangassarian : En ce qui concerne l’artisanat, oui, il est encore bien vivant à Bourj Hammmoud, sous ses trois formes : conception, fabrication et vente. Toute la chaîne du secteur du cuir est présente, des activités industrielles à la vente d’accessoires. Il en va de même pour l’or, avec une activité qui va du traitement chimique initial jusqu’aux travaux de polissage et de commerce. Outre le cuir et l’or, on trouve aussi des activités autour du bois, du cuivre, du tissu et de différents métaux. C’est un ensemble qui fait bouger la ville.
Par ailleurs, sachant que les étrangers sont prêts à accepter un salaire inférieur à celui des locaux pour un volume horaire supérieur, ils ont envahi les ateliers pour faire des travaux et les pères de famille se plaignent aujourd’hui régulièrement qu’ils n’ont pas de travail. Un autre phénomène négatif est le fait que peu de patrons respectent la loi en inscrivant leurs employés à la sécurité sociale.
En ce qui concerne le rejet de la population modeste, le phénomène existe, mais tend aujourd’hui à se calmer : si le parc locatif est en partie délabré, c’est aussi dû à la loi sur le gel du prix des loyers qui, parce qu’ils sont dérisoires, amène les propriétaires à laisser leurs maisons se dégrader. Malgré tout, la région est en train de s’appauvrir : les populations riches vont habiter ailleurs.

Caecilia Pieri : (à Olivier Frérot) Qu’avez-vous appris à Barcelone ?

Olivier Frérot : Lyon regarde les villes européennes, notamment celles de l’Europe de l’Ouest qui lui sont comparables, en ce qu’elles ne sont pas des capitales : Barcelone, Munich, Liverpool, Milan. Je n’étais pas présent à la municipalité pendant les années 1980, mais je sais que Barcelone a été en avance sur tout le monde du point de vue de la méthode pour requalifier les espaces publics. Marcel Bohigas, architecte et urbaniste barcelonais, a inventé ce qui nous paraît aujourd’hui évident, mais ne l’était pas à l’époque : une maîtrise d’ouvrage publique forte, avec une exigence de qualité, et l’invention du « design urbain », de « concept urbain ». Lyon a tout simplement été chercher le savoir-faire urbain à Barcelone.

Caecilia Pieri : (à Nadim Abou Rizk) Vous parlez de préservation de l’héritage à Beyrouth et vous dites que la mairie de Beyrouth a les ressources financières, mais manque d’expertise technique. Est-ce qu’elle n’a pas aussi un problème de dispositions légales et peut être aussi de manque de volonté politique ? Quand on voit à quel point Achrafieh et Hamra sont sans cesse menacés, ou bien, comme on l’a appris il y a deux jours, qu’un îlot entier situé à 50 mètres du projet de Beit Beirut (le musée municipal de la mémoire et de la guerre) a été racheté par un simple particulier, on se demande quelle est la vision de la préservation de l’héritage : où commence l’héritage, et où s’arrête-t-il ?

Nadim Abou Rizk : Concernant la préservation du patrimoine, nous sommes très conscients de cette question, et l’un de nos sous-comités est d’ailleurs dédié à son étude. Nous aurons sûrement notre mot à dire, mais dans une certaine mesure cette question dépasse les prérogatives de la municipalité. Notre objectif n’est pas de nous occuper de la préservation des immeubles et des maisons, mais de celle des quartiers. En effet, cela ne sert à rien de préserver un bâtiment si le terrain d’à côté est vide ou occupé par une tour de trente ou quarante étages. L’idée de notre sous-comité est de commencer par réaliser un schéma directeur de certains quartiers. À partir de là, on peut commencer à distinguer ce qui peut être détruit de ce qui ne peut pas l’être. On ne peut pas avoir une règle générale qui dirait qu’il faut tout détruire ou tout garder. Nous espérons avoir dans quelque temps les premières analyses du sous-comité. Pour le reste, cela doit être discuté avec la Direction générale de l’urbanisme (DGU) et le ministère de la Culture.

Mousbah Rajab (Université libanaise) : (à Olivier Frérot) Vous dites que les politiques liées à l’espace public n’ont pas été suffisantes pour arrêter la délinquance. Pouvez-vous nous dire quelles ont été vos actions ? Cela m’intéresse pour une éventuelle mise en parallèle avec Tripoli où nos collègues sociologues nous ont suggéré d’intervenir sur l’espace public au cours de nos travaux sur la ville, en continuité avec leur travail de terrain dans les quartiers pauvres.

Olivier Frérot : Je voulais dire que la reconquête des espaces publics, c’est bien, mais cela ne suffit pas. En France, on est assez bons dans les travaux de fond, que ce soit les routes ou les espaces physiques. Mais, ces dernières années, on a perdu le sens de cette interdisciplinarité qui avait entraîné, dans les années 1970, l’embauche de sociologues et d’anthropologues dans les collectivités et les agences d’urbanismes, pour justement « tenir les deux bouts » et faire le lien entre réflexion théorique et initiatives pratiques. Pendant la décennie 2000, les acteurs publics – le Grand Lyon comme beaucoup d’autres – ont beaucoup rogné sur la question des compétences en sciences humaines au profit d’une plus grande « technicité » des services. Par exemple, à l’agence d’urbanisme, lorsqu’un sociologue est parti à la retraite, j’ai dû lutter pour réussir à réembaucher un jeune sociologue, car mes collègues n’étaient pas vraiment d’accord à ce moment-là, alors que dans les « quartiers », les difficultés socio-économiques sont très sérieuses aujourd’hui. Même à Lyon, dont l’agglomération est assez riche par rapport aux autres, il y a des problèmes sociaux. Créer de beaux espaces publics qui marchent bien ne résout pas tous les problèmes sociaux – école, emploi... –, mais si l’espace public est mal conçu, à coup sûr les problèmes sont aggravés.

Éric Verdeil : Aurait-on pu comparer le poids financier des interventions dans l’espace public avec d’autres interventions contribuant au développement d’un nouvel hypercentre ? À Lyon, l’exemple de la Confluence (le centre du centre de l’agglomération lyonnaise, là où les deux fleuves se retrouvent) est parfois vu comme allant plutôt en sens inverse de la politique d’égalité à l’échelle de l’agglomération ; en effet, on a créé un espace urbain destiné essentiellement à des entreprises et à des classes riches, avec une quantité minimale de logements sociaux.

Olivier Frérot : La Confluence était une zone d’activités industrielles qui datait du xixe siècle. Elle a été reconquise et constitue aujourd’hui un projet urbain très fortement médiatisé par la communauté urbaine de Lyon et sa mairie. Financièrement, c’est toujours une ZAC (zone d’activités commerciales), donc elle génère des recettes, mais ce n’est pas le même modèle financier que les espaces publics classiques ; cela se compte en dizaines de milliers d’euros, ce qui est très important comme budget. La communauté urbaine s’intéresse davantage au centre-ville de Lyon. C’est sans doute aussi la volonté du maire – président de la communauté urbaine – de faire des espaces publics sur la ville, comme avec les berges du Rhône. Il serait intéressant d’étudier si le centre n’essaye pas d’en récupérer un peu plus qu’avant. Il y a aussi un équilibre politique et financier assez subtil entre le maire de Lyon, à gauche, et la majorité des communes, plutôt à droite.
Ce sont plutôt les communes qui s’occupent des équipements publics, que ce soit pour le tram, les centres d’art, etc. Il y a d’ailleurs aujourd’hui un débat sur la reprise par la communauté urbaine de la compétence culturelle de la ville de Lyon qui paye beaucoup pour ces équipements par rapport aux autres communes.
L’ensemble des grandes institutions publiques, dont la communauté urbaine, est frappé d’une faiblesse stratégique et d’une dérive « gestionnaire » – ce que je disais toute à l’heure par rapport aux sciences humaines par exemple – d’où un éloignement des problèmes des gens. Or, qui se colle les problèmes des gens ? Ce sont les communes...

Élisabeth Longuenesse : (à Nadim Abou Rizk) Concernant Beyrouth, on constate un phénomène de rejet progressif des populations modestes vers les banlieues extérieures, ainsi que des problèmes de transport qui génèrent par exemple une asphyxie dans la banlieue nord sur la route d’Antelias à Beyrouth. Où en est la réflexion de la municipalité sur ces questions de transport ?

Nadim Abou Rizk : Ces problèmes de transport ne sont pas dus uniquement à la ville de Beyrouth elle-même, mais aussi à ses banlieues. Comme vous le disiez très justement, un travail d’échange d’expériences et de partage des problèmes doit être mené entre les municipalités, comme c’est déjà le cas avec Bourj Hammoud. À court terme, nous cherchons à élargir le nombre de places de parking, par exemple en ouvrant celui de la gare routière de Charles Helou, qui a été fermé pendant trop longtemps. Mais la question majeure tourne autour d’un système de transports publics fiable, dont l’absence compromet tout résultat satisfaisant. C’est ce qu’ont montré les travaux du « plan de transport régional », qui ne relève pas de la seule municipalité.

Jihad Farah (chargé de cours à l’Université libanaise et chercheur à l’Université de Liège) : Malgré le titre du panel – Espace public et équipements urbains – les trois interventions se sont focalisées sur l’espace public. Quel est le rôle de l’équipement, au sens large, dans le développement de vos localités, communes et communautés de communes ?

Arpiné Mangassarian : En ce qui concerne les équipements, ce sont les rues qui constituent nos espaces publics, à travers les activités qui s’y déroulent, car c’est là que se fait le brassage. J’ai mentionné la disparition des salles de cinéma, sans doute liée à l’absence de stratégie de développement. Mes études à l’Université libanaise ainsi que mon travail en tant qu’agent de la municipalité ont contribué à lancer la réflexion sur le sujet : auparavant, les précédentes municipalités n’avaient en effet ni la culture, ni même la connaissance de telles stratégies.

Jihad Farah : Dans ce que je retiens des deux interventions sur Bourj Hammoud et sur Beyrouth, vous commencez à approcher les problèmes dans une vision stratégique ; pourtant, cela vient après douze années de pratique municipale. Cela signifie-t-il que toutes ces années ont été nécessaires pour approcher cette vision stratégique, ou bien que vous répondez à une mode, actuellement en vogue au Liban, qui veut que chaque acteur avance sa stratégie, indépendamment des autres ?

Nadim Abou Rizk : Nous avons des projets à court et à long terme. Celui que j’ai décrit précédemment est bien entendu un projet à long terme, mais nous avons aussi des projets à plus court terme : rénovation de jardins publics, création de parking sous-terrain sous d’autres jardins.

Jihad Farah : Vous dites que depuis 2005 on passe d’une organisation où l’intercommunalité était l’acteur central, en quelque sorte, à une approche où les communes ont un rôle sans cesse accru. Ce retour ne questionne-t-il pas l’approche stratégique ?

Olivier Frérot : Ces questions relèvent davantage des communes que de la communauté urbaine de Lyon qui a la compétence d’aménagement, mais pas dans tous les secteurs – par exemple, celui de l’emploi ; en revanche, elle joue aujourd’hui un rôle très important dans le développement économique.

Racha Dirani (chargée de cours à l’Université libanaise, chercheure associée au laboratoire de recherche de l’école nationale supérieure de paysages à Versailles) : En tant que Libanais, nous sommes très heureux d’apprendre que le Bois des pins va être restauré, très heureux que la municipalité de Beyrouth ait conscience de l’importance de cet espace vert en matière de mixité sociale et confessionnelle, en particulier au sujet du blocage entre l’Est, l’Ouest et la banlieue. Cependant, ce projet est ambitieux, il va nécessiter dix ans de travaux : pourquoi ne pas l’ouvrir dès maintenant au public ?

Nadim Abou Rizk : Au sujet du Bois des pins, nous nous réjouissons de son ouverture ; sans aucun doute, il est inacceptable que cette grande étendue située au milieu de Beyrouth soit fermée au public, à l’exception de quelques-uns disposant d’une autorisation. Le projet d’intégration de l’hippodrome et du Bois de pins sera lancé dès que possible, et devrait se terminer dans deux ans. Le problème concernant son ouverture aujourd’hui concerne la sécurité et la maintenance. En effet, nous avons récemment recruté 250 gardes municipaux dont certains s’occuperont du parc, mais cela reste encore à définir. D’autre part, le processus de passation d’appels d’offres actuellement en vigueur pour la maintenance, mais aussi la construction ou d’autres tâches nécessaires, ne mène pas forcément à un résultat de qualité. Nous sommes en train d’évaluer ces deux questions. Sous la pression de nos partenaires de la région Île-de-France, nous espérons ouvrir le parc aussi vite que possible.

Table des illustrations

Titre Escaliers publics à Mar Mikhaïl, Beyrouth
Crédits Photo C. Pieri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable