Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des banlieues à la ville

 | 
Élisabeth Longuenesse
, 
Caecilia Pieri

II. Espaces publics et équipement urbain : points de vue d’aménageurs

Bourj Hammoud : logiques municipales entre aménagement, développement et identité patrimoniale

Municipality’s logics between planning, development and patrimonial identity

برج حمود: المنطق البلدي بين التخطيط، والتنمية، والهوية التراثية

Arpiné Mangassarian

Résumé

Est évoqué ici l’ensemble des espaces et équipements publics constitués au cours du xxe siècle dans la municipalité de Bourj Hammoud, au nord-est de Beyrouth, peuplée essentiellement d’Arméniens exilés après 1917. On aborde aussi les effets négatifs résultant de la pression exercée par des logiques d’aménagement plus adaptées à la capitale qu’à ses périphéries, ainsi que les actions envisagées par la municipalité pour sauvegarder le patrimoine collectif.

This paper evokes the public spaces and facilities which have been created during the 20th century at Bourj Hammoud’s Municipality, (North-East of Beirut); this neighbourhood is mainly populated with Armenians who were exiled after the year 1917. We also talk about negative effects resulting from pressures imposed by planning logics that are more suitable for a capital than its peripheries, as well as municipal initiatives aiming at preserving the collective heritage.

تذكر هذه الورقة مجمل الفضاءات العامة التي تشكلت خلال القرن العشرين في بلدية برج حمود، شمال شرق بيروت، المأهولة بشكلٍ أساسي بالأرمن الذين تم نفيهم بعد العام 1917. كما تسلط الورقة الضوء على المفاعيل السلبية الناتجة عن الضغط الذي تمارسه ضروب منطق التخطيط المتكيف مع العاصمة أكثر من أطرافها، بالإضافة إلى النشاطات التي تخطّط البلدية للقيام بها من أجل الحفاظ على التراث الجماعي.

Texte intégral

Vue sur la baie industrielle de Bourj Hammoud

Vue sur la baie industrielle de Bourj Hammoud

Photo C. Pieri

L’essor des espaces publics au cours du xxe siècle

1Au cours du xxe siècle, la ville de Bourj Hammoud s’est développée en générant des espaces publics à vocations multiples, un facteur qui a contribué de manière importante à l’épanouissement culturel et identitaire de ses habitants. Nous évoquerons ici successivement l’existence de ces espaces et équipements publics, la manière dont ces espaces publics et la municipalité ont subi les logiques d’aménagement envisagées pour la capitale et ses banlieues, enfin, les actions de la municipalité pour sauvegarder ce patrimoine et enfin certains de ses projets pour l’avenir.

Le bord de mer et les rives du Nahr Beyrouth

2Des quartiers résidentiels se sont constitués d’abord le long du bord de mer et des rives du Nahr Beyrouth ; c’est pourquoi s’y déroulent des activités sociales, culturelles et de loisir, comme la fête de Vartevar – fête d’origine païenne, qui célèbre l’eau douce – ou des compétitions sportives interscolaires, ou encore des activités liées à l’eau : baignade, pêche, promenade en barque.

3Le port de pêche, apparu à partir des années 1940 avec une dizaine de barques, affiche aujourd’hui une capacité de 680 barques ; il est classé par le ministère des Travaux publics comme le second port de pêche après celui de Tripoli. La criée, pratique permanente, est devenue une tradition fréquentée par les gérants des restaurants, mais aussi par les particuliers en quête de poisson frais.

Rues commerçantes et pôles de rassemblement

4Vers le centre-ville dans les quartiers les plus anciens, les rues, étroites par leur structure particulière et leur échelle urbaine, organisées en maillage très dense, bordées par des alignements de bâtiments et de façades caractéristiques, constituent les lieux publics par excellence du tissu urbain. Elles témoignent de la richesse et de la vivacité d’un héritage culturel, matériel et immatériel, et concentrent l’essentiel du caractère urbain, architectural, social, historique et anthropologique de Bourj Hammoud. C’est dans ces quartiers que se manifeste de manière la plus sensible une continuité urbaine, à travers diverses manifestations politiques organisées par différents acteurs, mais aussi à travers diverses traditions sociales. En conséquence, les zones commerciales dont l’aire de chalandise s’étend au-delà des frontières libanaises restent vibrantes, dynamiques et poreuses. Bourj Hammoud accueille en effet les zones de rupture de charge des transports publics entre la capitale et les différentes régions libanaises (Dora), qui constituent un lieu de brassage et d’échanges commerciaux pour les Libanais et les expatriés de toutes provenances.

Lieux de spectacle

5Au début des années 1970, la ville accueillait onze cinémas. Les premières salles ont été construites dans les années 1940 dans les quartiers populaires. La rue d’Arménie regroupait six salles : Arax, Knar, Sevan, Yerevan (Florida), Central et Kermanik. À l’époque, avec ses mille huit cents sièges, cette dernière était la salle la plus vaste du Liban, voire de tout le Moyen-Orient. Sa construction résultait d’un partenariat entre l’association des habitants originaires de la ville arménienne de Marash, propriétaire du terrain, et un promoteur, M. Antipas : un montage exemplaire en son temps, dont la mise en place exigerait aujourd’hui maints efforts et dispositions légales. La programmation reposait surtout sur la projection de films étrangers, rarement arméniens. La salle accueillait également différents types d’événements culturels ou sociaux. Aujourd’hui, deux cinémas seulement fonctionnent encore, mais ils ne constituent plus un lieu de brassage comme autrefois.

6La ville dispose aussi de deux théâtres et d’un stade municipal qui accueillent principalement des activités événementielles et de consommation, mais plusieurs fractions de la population en restent exclues.

Une dégradation sensible

7Certaines actions publiques entreprises dans le cadre de l’aménagement de Beyrouth ont eu pour conséquence le fait que Bourj Hammoud a été privée de certains espaces publics et équipements urbains, d’autant que ces actions n’étaient pas intégrées dans des stratégies de préservation des ressources de la ville. La situation a bien sûr empiré avec la guerre civile.

8D’une part, la ville a perdu plusieurs espaces publics suite à deux décisions : la construction de murs le long des rives du fleuve de Beyrouth en 1969, puis le classement de la partie côtière comme zone industrielle en 1964. Un dépotoir de gravats et d’ordures s’est par ailleurs peu à peu constitué sur la façade maritime au cours de la guerre civile, jusqu’à former une véritable colline.

9Le paysage urbain de Bourj Hammoud est désormais composé d’un mur barrière qui longe le fleuve et d’un talus de déchets qui, tous deux, étouffent la ville et dévalorisent les espaces publics sur le bord de mer. De plus, un viaduc traverse la ville dans le sens nord-sud, contribuant à disloquer davantage le tissu urbain. Le bord de mer, la rivière et même le tissu urbain ont été traités ici en tant que dispositifs techniques et non pas comme des entités urbaines, sociales et écologiques : drainage des eaux du fleuve, utilisation des espaces publics récupérés par remblayage de la mer comme une zone d’infrastructure de services d’après le schéma directeur LINORD, transformation des cinémas en centres commerciaux...

Comment aménager les espaces publics restants dans l’intérieur du tissu urbain ?

10L’action de la municipalité va suivre en plusieurs axes. Il va d’abord falloir améliorer les connexions à l’intérieur du tissu urbain par un réseau de places et d’opérations d’aménagement traitées de manière artistique afin de dynamiser le développement culturel en témoignant de la mémoire propre à la ville : Place des Martyrs, de l’Indépendance... La municipalité envisage de créer, dans les quartiers résidentiels, des parcs spécialement aménagés pour les enfants, de planter des arbres le long des trottoirs et dans les espaces libres, de lancer un programme de ravalement des façades. Par ailleurs, une coopération va être mise en place avec les associations locales pour animer les lieux publics par des activités culturelles et des foires. Enfin, des recettes pourront provenir de l’installation de parcmètres qui amélioreront la circulation routière.

11En somme, la municipalité anticipe en travaillant à la reconquête des espaces publics perdus pour rétablir les liens entre les citoyens et ces lieux et permettre une appropriation des premiers par les seconds. Le bord de mer et le fleuve offrent aujourd’hui de nouvelles opportunités pour la ville et font l’objet de négociations avec plusieurs acteurs publics ou privés. Une étude a été lancée sur la réhabilitation et l’organisation de la zone industrielle, de même qu’un état des lieux publics. Des initiatives individuelles accompagnent les actions de la municipalité : publication d’un agenda culturel, création d’une maison de promotion de l’artisanat, recherches universitaires.

12Toutes ces actions devraient peu à peu s’insérer dans une stratégie de développement visant à valoriser toutes les potentialités de la ville, tout en gérant les multiples contraintes, exogènes et endogènes, qui sont encore présentes.

Table des illustrations

Titre Vue sur la baie industrielle de Bourj Hammoud
Crédits Photo C. Pieri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3492/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

Auteur

Responsable du bureau d’urbanisme de la ville de Bourj Hammoud

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable