Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des banlieues à la ville

 | 
Élisabeth Longuenesse
, 
Caecilia Pieri

II. Espaces publics et équipement urbain : points de vue d’aménageurs

Lyon : espaces publics, espaces d’intégration. Les invariants d’une politique d’agglomération

Lyon, public spaces, integration spaces. The invariants of an agglomeration’s policy

لفضاءات العامة بوصفها فضاءاتٍ للدمج. ثوابت سياسةٍ مدينية

Olivier Frérot

Résumé

L’exposé brosse un panorama rapide des différents volets d’action développés par l’agglomération lyonnaise depuis les années 1980 pour développer la « qualité urbaine » dans les communes de banlieue. L’accent a notamment été mis sur le renforcement d’une « solidarité d’agglomération » visant à réaliser une « ville inclusive ».

The presentation draws a quick panorama of different initiatives which were lead by the agglomeration of Lyon since the 1980s in order to develop the notion of "urban quality" within the suburban municipalities. It focuses on the reinforcement of an "agglomeration solidarity" aiming at creating an "inclusive city".

إن هذا العرض هو عبارة عن بانوراما سريعة لمختلف نواحي النشاط الذي طوّره تجمّع ليون منذ الثمانينات من أجل تطوير "النوعية الحضرية" في بلديات الضواحي. وقد تم تسليط الضوء على تعزيز "تضامنٍ للتجمّع" يهدف إلى تحقيق مدينة شاملة.

Texte intégral

Le quartier des Minguettes à Vénissieux, dans la banlieue de Lyon

Le quartier des Minguettes à Vénissieux, dans la banlieue de Lyon

Photo D.R.

[...] Le mot « banlieue » est polysémique puisqu’il recouvre trois significations qui se suivent chronologiquement : une signification juridique se rapportant aux droits et devoirs d’une partie des habitants à l’époque médiévale, une signification géographique, celle de ceinture urbanisée dépendante du centre, une signification symbolique relative à la marginalité et au discrédit qui pèsent sur ceux qu’on qualifie « d’exclus » par réduction hâtive.1

Les années 1980, un tournant...

1Après les troubles du quartier des Minguettes à Vénissieux, dans la banlieue de Lyon, qui avaient révélé une grave crise de la banlieue de l’après-guerre, des recherches se sont développées à Lyon autour de l’espace public et de son rôle social et symbolique, avec l’appui d’organismes de recherches du ministère de l’Équipement et en partenariat avec des sociétés de logement et des professionnels de l’urbanisme.

  • 2 Christophe Guilluy, Fractures françaises, Pour une nouvelle géographie sociale, Bourin éditeur, col (...)

[...] Les urbanistes et sociologues ont l’habitude de faire démarrer la crise des banlieues et la politique de la ville en 1973. Les pouvoirs publics créent alors le premier groupe de réflexion sur les quartiers de grands ensembles de logements sociaux. Cette année de naissance est techniquement pertinente puisque l’attention portée aux grands ensembles va précéder les émeutes urbaines. Cet acte de naissance marque une volonté, dès les années 1980, de « techniciser » et d’« urbaniser » une question qui est d’abord démographique, culturelle et idéologique. La banlieue comme « objet politique et médiatique » est née en septembre 1979, précisément dans la banlieue lyonnaise, à Vaulx-en-Velin. Pour la première fois, des émeutes urbaines, que l’on croyait réservées aux pays anglo-saxons ou à ceux du tiers-monde, venaient frapper le territoire français. Pendant plusieurs jours, les jeunes du quartier de la Grappinière multiplient les « rodéos », affrontent la police et incendient des voitures. Pire, ces échauffourées sporadiques se multiplient et touchent d’autres communes et quartiers de la banlieue lyonnaise. Villeurbanne, notamment la cité Olivier de-Serres, est touchée en 1980. Un an plus tard, c’est au tour de Vénissieux et du quartier des Minguettes de subir des violences urbaines d’une rare intensité [...]2

2On peut considérer qu’une référence incontestable pour l’aménagement des villes et des banlieues en Europe se situe à Barcelone, à la fois pour son ambition et pour ses méthodes. Par ailleurs, le quartier des Minguettes, à Vénissieux dans la banlieue est de Lyon, fournit lui aussi un terrain de réflexion sur la « valeur d’usage » des espaces publics.

3Plusieurs orientations majeures ont guidé les pouvoirs publics et parmi elles cette notion centrale : développer la « qualité urbaine » autour du renforcement de la « solidarité d’agglomération » pour « faire une ville inclusive ». Le principe guide en est l’égalité de traitement entre espaces centraux et espaces périphériques pour la construction d’un « sentiment d’appartenance » entre les cinquante-cinq communes de l’agglomération lyonnaise. La modalité principale consiste en l’inscription des signes de la centralité sur l’ensemble du territoire. « Le droit à la ville est d’abord un droit à la centralité ». Outre l’espace public, cela concerne l’accessibilité du centre par la politique des transports en commun, le renforcement des centralités secondaires, la diffusion des équipements, l’appui au développement culturel et artistique [...].

4Les fondements d’une politique publique consistent essentiellement en deux grands axes. D’une part, la politique d’espace public pour la banlieue n’est pas (seulement) une question technique ni un problème de gestion urbaine. Elle est liée à la conception de la citoyenneté qui fonde les droits et les devoirs, les modes de participation et de représentation démocratique. Lyon fait le choix d’un modèle intégrateur dans une ville inclusive. D’autre part, l’espace public doit être saisi dans sa totalité (transports, équipements, logements, commerces, etc.). Il exprime un choix global de sociabilité urbaine.

Dynamiques des années 1990-2000

5Au cours de la seule année 1995, plus de cent espaces ont été réaménagés dans les banlieues, en particulier dans un « schéma d’aménagement des espaces publics ». Les projets se sont multipliés à travers les procédures de « développement social » : la Darnaise à Vénissieux, Saint-Fons, Écully, Oullins, Décines mais aussi plusieurs quartiers de Lyon. L’effort a porté sur la création d’un service d’espace public qui coordonne les interventions des différents services concernés (espaces verts, voirie, éclairage, propreté, etc.) et assure le pilotage et la cohérence des opérations.

6Les axes d’intervention, au cours des années 1980, ont porté sur la redéfinition du statut des espaces publics (propriété, gestion) des grands ensembles des années 1960, qui avaient été cédés à la communauté urbaine. Ces espaces étaient auparavant des « espaces privés », gérés par les sociétés d’aménagement. Ce travail de redéfinition a eu pour objectif de faire en sorte qu’ils redeviennent des espaces de droit commun. Mais on a également cherché à développer des animations et des expérimentations en direction de différents publics tels que les jeunes, les immigrés, les femmes au foyer. D’autres efforts ont porté sur la sensibilisation aux usages et autour de l’idée de responsabilisation – privée comme publique –, sur des réflexions à propos de l’architecture avec le mouvement « Banlieues 89 » qui favorisera un nouveau regard sur ces espaces de banlieue repensés pour accueillir « la qualité ». Des initiatives pluridisciplinaires ont fait intervenir paysagistes, chercheurs en sciences sociales (géographes, psychologues, anthropologues) en lien avec les acteurs de l’aménagement (chefs de projets, organismes sociaux, collectivités, bureaux d’études). Des politiques d’agglomération solidaires ont été mises en place en ce qui concernait la programmation des logements, la politique d’attribution des logements, d’insertion professionnelle. Dernier axe (et non le moindre !) : le rôle essentiel des communes dans l’aménagement urbain et l’art public. La banlieue est apparue comme un foyer vivant d’initiatives et de création, et de nombreux centres d’art ont été créés à l’époque.

Modes d’intervention : quelques exemples

  • 3 Jean-Marc Berthet, Lyon, la banlieue et leur centre. Jeunes entre la rue de la République et la Par (...)

[... ] Étudier un espace public dans sa quotidienneté, quotidienneté qui historiquement se construit aussi à travers une privatisation de la vie familiale et domestique qui sépare notamment les mondes masculins des mondes féminins, c’est pointer tous les jeux subtils de différenciation de ceux qui le traversent ou y stationnent, d’accélération de la marche ou de ralentissement, d’augmentation de la circulation ou au contraire de lenteur de la déambulation [...]3

Le mobilier urbain

7Dans les années 1990, la communauté urbaine de Lyon, conjointement avec la Ville de Lyon, décide de lancer un concours auprès de designers et d’architectes pour obtenir une ligne de mobilier urbain cohérente, apte à signifier l’unité et l’identité de la cité. Implantés d’abord sur des espaces-tests, les éléments de ce mobilier (luminaires, bancs, potelets, poubelles...) sont installés progressivement, depuis plus de quinze ans, sur l’ensemble du territoire, au fur et à mesure des opérations d’aménagement. De Villeurbanne à Caluire, Oullins ou Vénissieux, les signes d’une même appartenance urbaine jalonnent ainsi les communes membres du Grand Lyon.

8Créé spécialement pour l’agglomération lyonnaise comme « élément d’identification », ce mobilier a contribué au double objectif d’unité et d’identité de l’agglomération. Par sa qualité esthétique et fonctionnelle aussi bien que par son implantation dans les différents quartiers et communes qui composent le Grand Lyon, il « signe », effectivement, l’appartenance à une même entité urbaine, pour les habitants comme pour les visiteurs de l’agglomération. Il consiste en des aménagements ponctuels (par exemple la place du 8 mai 1945 dans le 8e arrondissement de Lyon) ; le tramway joue également un grand rôle dans l’homogénéisation et la valorisation des espaces urbains du trajet.

L’art

9L’art y trouve également une véritable place, notamment avec l’opération « 8e art ». Lancé en 2007 par Grand Lyon Habitat en tant que bailleur social, ce projet porte sur la mise en valeur artistique du patrimoine à charge de ce dernier, le long des deux kilomètres du boulevard des États-Unis. Une dizaine d’œuvres d’art contemporain sont installées, en deux phases, le long de cette artère marquée en grande partie par l’architecture de Tony Garnier, mais aussi sous forme d’ateliers d’artistes et d’un lieu dédié à la médiation entre habitants, acteurs locaux et artistes. L’originalité de ce projet réside dans le profil de son commanditaire, un bailleur social, ainsi que dans les dispositifs de médiation et « l’attitude d’écoute » mis en place pour porter l’art contemporain au cœur des logements sociaux.

10Plusieurs quartiers font ainsi l’objet d’expériences innovantes. Un projet de renouvellement urbain, dans le quartier de la Duchère à Lyon, met ainsi en scène un accompagnement réciproque entre développement urbain et présence artistique permanente. De la pointe du Confluent aux limites nord de l’agglomération, on réaménage des rives de Saône. Le Grand Lyon a tenu à accompagner ces aménagements, qui se déploieront à terme sur cinquante kilomètres de rives sous forme d’un parcours d’art public.

11Enfin, au cours de la Biennale d’art contemporain de Lyon, le projet Veduta consiste en une traversée de la diversité des cultures visuelles. Autour de la « terrible beauté », titre de la Biennale 2011, Veduta se construit avec différents acteurs de l’agglomération et villes de la périphérie (Vaulx-en-Velin, Décines-Charpieu, Lyon, Grand Lyon, centres sociaux, associations) et différentes institutions culturelles et artistiques.

Les enseignements

  • 4 Catherine Foret, « Aménager les espaces publics en intégrant les “contraintes d’usage” : le recours (...)

[... ] Revendiquant le pragmatisme et l’expérimentation comme modes d’accroissement des savoirs (« inventer en marchant », « mener de front actions et réflexions », « tirer les leçons de l’expérience »...), la « méthode lyonnaise » se caractérise en second lieu par le soin apporté à la programmation, phase préalable aux projets. L’intervention des concepteurs extérieurs est ainsi soigneusement préparée par la maîtrise d’ouvrage interne (en l’occurrence le service Espace Public et les élus concernés), qui fournit des dossiers de consultation et des cahiers des charges très riches sur les espaces considérés. C’est au niveau de cette phase de programmation que les contraintes sociales et culturelles relatives à chaque espace sont repérées et précisées, au même titre que les contraintes techniques (stationnement, circulation, réseaux...), d’entretien ou de maintenance des espaces à aménager. Enfin, la concertation sur les projets est systématiquement prônée par la maîtrise d’ouvrage, qui prend en charge l’animation de cette concertation, aux côtés des concepteurs. Autant d’éléments qui participent des « enjeux qualité » de la démarche revendiquée par la collectivité [...].4

12Le principal enseignement à retenir de l’ensemble du travail, c’est que la maîtrise d’ouvrage et la programmation sont capitales dans la réussite et la qualité des aménagements. Pour ce faire, un service spécialisé a été créé au sein du Grand Lyon, avec un poste de chef de projet par opération, dans le but d’obtenir une maîtrise d’ouvrage cohérente. Une orientation fonctionnelle, esthétique, symbolique a été définie dès le départ. Les contraintes sociales et culturelles ont été prises en considération au même titre que les contraintes techniques (stationnement, circulation, réseaux). L’accent a été mis sur l’observation pragmatique et les constats à tirer des expérimentations, ainsi que sur le « cumul des points de vue » : il s’agissait de prendre en compte les multiples dimensions des projets d’aménagement pour mieux comprendre le fonctionnement des lieux et des territoires urbains et mieux percevoir ce qu’on peut appeler la « culture des lieux ».

13La méthode des commandes d’études préalables à chaque projet a été systématisée. Cela implique de résoudre les contradictions d’usage, de rendre « vivables » les conflits plutôt que les supprimer, de développer la concertation (avant, pendant, après), de s’affranchir de « la fonctionnalité » et enfin de se mettre d’accord sur la question délicate des outils de l’évaluation.

Notes

1 Hervé Vieillard-Baron, « Banlieue » in Hypergeo [http://www.hypergeo.eu/spip.php7article472].

2 Christophe Guilluy, Fractures françaises, Pour une nouvelle géographie sociale, Bourin éditeur, coll. Politique, octobre 2010.

3 Jean-Marc Berthet, Lyon, la banlieue et leur centre. Jeunes entre la rue de la République et la Part-Dieu, recherche financée par le FASILD dans le cadre du programme interministériel de recherche « Culture, ville et dynamiques sociales », juillet 2002.

4 Catherine Foret, « Aménager les espaces publics en intégrant les “contraintes d’usage” : le recours aux enquêtes sociologiques et à la concertation sur les projets (1990-2008). Contribution à une histoire du Grand Lyon », Centre de ressources prospectives du Grand Lyon, mai 2008.

Table des illustrations

Titre Le quartier des Minguettes à Vénissieux, dans la banlieue de Lyon
Crédits Photo D.R.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

Auteur

Directeur général de l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable