Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des banlieues à la ville

 | 
Élisabeth Longuenesse
, 
Caecilia Pieri

I. Villes et banlieues, visions et relations croisées

Discussion

Villes et banlieues, visions et relations croisées

Discussion

مناقشة

Texte intégral

Beyrouth et sa banlieue sud

Beyrouth et sa banlieue sud

Photo C. Pieri 2011

Khalil Gemayel (Union des déplacés de la montagne) : À partir des travaux faits par l’Union des déplacés de la montagne, il serait intéressant d’approcher l’histoire de la banlieue, de l’extension des villes en lien avec la question des déplacés de la guerre civile. Comment ce déplacement a-t-il eu lieu ? Y a-t-il eu relogement ou expulsion de ces déplacés ?

Mona Fawaz : Il existe sur ce point des travaux très intéressants, ceux de Assir Saoualh (?) au sujet des déplacés, plus généralement de ceux qui ont essayé de se forger un espace dans la ville.

Jihad Farah (chargé de cours à l’Université libanaise et chercheur à l’Université de Liège) : Pourquoi faire démarrer cette histoire des banlieues en 1948 alors que des villages, surtout dans la banlieue sud-est, existent depuis très longtemps ? Ces villages ont toujours refusé l’extension de Beyrouth, ils l’ont combattue à travers leurs municipalités et même, aux époques plus anciennes, à travers les mutasarrifiyas. Ils ont une dynamique propre, que l’on peut à juste titre appeler « dynamique des banlieues » parallèlement aux deux autres que sont la dynamique du lotissement, conséquence de l’exode rural, et celle des réfugiés.

Mona Fawaz : Je n’ai pas traité cette question car j’ai concentré mon étude avant les années 1970. À mes yeux, la période 1950-1970 constitue une charnière dans l’histoire de Beyrouth : c’est l’époque où la ville continuait à fonctionner avec des circulations est-ouest. De plus, c’est une période qui a toujours été racontée à partir du centre, sur le mode « Belle Époque », d’où l’intérêt de partir des banlieues.
La guerre a causé une rupture, à la fois géographique et scientifique, dans les études sur la ville. Jusqu’en 1975 en effet, concernant autant les « ceintures de misère » que tout ce qui concerne la production de l’espace dans les banlieues, Beyrouth n’était étudiée que du point de vue de la banlieue est. Avec les déplacements de populations, les études s’arrêtent un certain temps, puis ne s’intéressent plus qu’à la banlieue sud. Pourquoi ? Quand j’ai travaillé à Haret Hreik par exemple, j’ai observé un déplacement de know-how, de savoir-faire : les promoteurs de la banlieue est s’étaient déplacés vers la banlieue sud. Ce quartier a donc été créé par des professionnels qui avaient d’abord travaillé dans la banlieue est. Après guerre, les déplacés sont revenus dans les quartiers informels de la banlieue est – à Nabaa, à Fanar –, ce qui a engendré de nouvelles problématiques.

Éric Verdeil : Je suis étonné que les trois présentations aient laissé de côté la question de la planification urbaine. Dans la réflexion sur l’histoire de Beyrouth, c’est très « rafraîchissant » : cela montre qu’on peut parler de la ville sans nécessairement prendre en compte la discipline, les instruments et les projets des urbanistes.

Mona Fawaz : L’histoire des plans d’aménagement a déjà été très bien faite par toi, Éric. Certes, il faut se positionner vis-à-vis de cette histoire, mais je crois qu’il manque vraiment une people’s history, celle des initiatives personnelles d’acteurs qui, en fin de compte, ont vraiment fait Beyrouth. Ces acteurs sont tous ceux qui essayent de se forger un espace dans la ville, face aux plans, aux règles, le tout dans un marché de plus en plus compétitif. J’ai essayé de montrer que bien que la zone industrielle de Beyrouth soit un projet public, les industries n’y ont souvent pas démarré, et c’est une minorité d’entre elles qui s’y est implantée : une fois encore, c’est l’acteur privé qui prend le relais.

Jean-Pierre Frey : En matière de planification, le point commun entre la Beyrouth décrite par Mona Fawaz et d’autres villes, c’est une sorte de contradiction qui émane de la façon de fabriquer la ville, par petits bouts, et d’une multitude d’acteurs. L’éclatement des opérations est compliqué à saisir pour le chercheur, car on s’attache soit à des opérateurs soit à un type de quartier, on ne fait pas nécessairement le lien avec l’organisation globale de la cité. On observe donc des décalages avec la planification globale des urbanistes, lesquels courent après une urbanisation qui leur échappe.
Il serait important, pour la recherche comme pour la planification, de pouvoir multiplier les études les plus fines possible sur l’ensemble des microacteurs/quartiers, et sur ce puzzle que représentent les grosses agglomérations, tout en réfléchissant à la manière de « ressaisir » globalement l’agglomération et avec quel type d’acteur central – pouvoirs publics, ou pouvoir soucieux d’intérêt général – on pourrait essayer de faire fonctionner l’ensemble. Par exemple, parmi les secteurs clefs de la réurbanisation et de la réorganisation urbaine aujourd’hui, on trouve les questions de transport et de grandes voies d’infrastructure : la structure des grandes voies de circulation, les lignes de transport en commun, l’ensemble des réseaux permettant de faire fonctionner la ville. Ces enjeux échappent évidemment à la maîtrise des habitants comme celle des « petits » acteurs : ces derniers agissent à un niveau de production architecturale limitée, non à celui de l’organisation globale de la ville.

Jean-Luc Arnaud : Sur la planification – c’est un peu après la période qui m’intéresse –, l’un des rares exemples de planification existant dans l’Empire se déroule à Smyrne à partir des années 1880. La gare de chemin de fer est très loin du centre-ville, donc le gouverneur, soucieux de prévoir l’avenir, organise de « premiers éléments de planification » dans toute la zone agricole entre la gare de chemin de fer et les franges de la ville existante : il crée tout un réseau de nouvelles voies de circulation.
Autre exemple, celui de Boursa en 1855, où l’on a profité d’un tremblement de terre pour ouvrir de nouvelles rues ; ce n’était donc pas une véritable planification d’expansion. Même à Istanbul, on a très peu de zones planifiées. À mes yeux, le quartier de Mouhajirin à Damas n’est pas un quartier que je qualifierais de planifié : c’est un vaste lotissement qui témoigne davantage d’une logique de « designer urbain » que d’une logique de planification. Même dans les villes les plus précoces, Le Caire, Alexandrie, etc., les premiers grands plans directeurs d’extension urbaine datent du milieu des années 1930.
Pour revenir à Beyrouth, j’ai été étonné qu’on ne mentionne pas du tout un opérateur essentiel, très puissant aussi à Istanbul : les communautés religieuses. J’ai cherché les exemples de maisons en bande dans de nouveaux quartiers de toutes ces villes, assez rares dans la région sauf à Istanbul où elles se sont le plus développées. Or, toutes les opérations de maisons en bande, à Istanbul à partir de 1885-1890, sont mises en place par des communautés religieuses qui ont à la fois les moyens d’acquisition du foncier correspondant, mais aussi les moyens d’investissement correspondant à de grands développements. Sur ces grosses opérations, on retrouve les waqf bien entendu, mais aussi tous ses dérivés jusqu’à la « main morte » des communautés chrétiennes – bien que ce terme soit propre au droit musulman – ; on les met en chantier parce que l’on construit l’église et l’école ; l’ensemble de maisons en bandes produit des revenus affectés à l’entretien de l’église et de l’école.

Caecilia Pieri : On peut évoquer rapidement le cas de Bagdad, qui correspond à ce que vous avez décrit, mais avec un décalage 50 ans. En effet, si en 1870 le tramway à cheval existe déjà, et que les résidences ponctuelles du pouvoir sont à l’extérieur de la ville, aucune réglementation de l’extension n’est mise en place avant le mandat anglais en 1920. C’est assez curieux, sachant que Bagdad n’est pas une ville entourée de faubourgs, elle est elle-même une réunion de quatre faubourgs existants depuis l’époque abbasside. Au fond, le tramway a été créé pour permettre aux pèlerins de passer d’un faubourg à l’autre puis de traverser le fleuve et continuer leur voyage vers le sud et les villes saintes de Kerbala et de Najaf.

Icham el-Achkar (architecte, étudiant en urbanisme, Université libanaise) : Clovis Harman, dans son livre People’s history of the world, donne une lecture marxiste, matérialiste de l’Histoire. Ce n’est pas seulement une histoire des initiatives personnelles, mais une histoire de classes sociales. Par ailleurs, il aborde le rôle de l’État, mais d’un point de vue marxiste : grosso modo, l’État est vu comme une structure qui assure davantage la domination de la bourgeoisie. Il parle des Noirs, des Amérindiens ou d’autres communautés, mais là aussi dans une perspective de classe. Or jusqu’à maintenant, on a beaucoup parlé des initiatives personnelles, mais pas de la perspective de classe ni de la question du rôle de l’État. Pourrait-on envisager de donner une autre histoire du développement de Beyrouth, fondé sur les classes sociales, comme chez Clovis Harman ?
Autre question : vous avez abordé la question des banlieues, à Paris, à Marseille. Cependant, administrativement parlant, les banlieues sont dans Marseille alors qu’à Paris – comme à Beyrouth – elles sont en dehors de la limite administrative de la ville. Ainsi, pour ces deux villes, la limite administrative n’a pas changé depuis les années 1860-1870. Peut-on dire que les banlieues sont une construction politique ? Dans d’autres villes par exemple – Berlin, Londres, Rome – la ville, en tant que limite administrative, continue de s’étendre ; ainsi à Berlin il n’y a pas de banlieue.

Jean-Pierre Frey : Sur l’organisation et le découpage global de la ville, si j’ai évoqué Marseille, c’était plus sur un plan littéraire qu’en référence à des questions de procédure ou des questions administratives de planification. La question de la limite est si complexe qu’elle en est presque insoluble notamment pour le cadre parisien. L’une des réponses que l’on voit émerger, ce sont les « communautés de communes » : des communes s’associent pour régler un certain nombre de problèmes, par exemple la gestion des déchets ou l’adduction d’eau ; ou bien encore, la notion de « communauté urbaine » qui permet de dépasser le découpage territorial centre-périphérie. Pour Paris, il y a une contradiction toujours existante, par exemple entre Paris intra-muros et le Conseil régional. Donc dans l’aménagement du Grand Paris, le problème est insoluble, car à la fois administratif et politique. Toutefois, chaque agglomération a sa propre configuration particulière, on ne peut pas trouver un système général pour régler ces questions. En général, la démarche des universitaires, en conformité avec celle des urbanistes, c’est d’abord d’identifier les problèmes propres à tel ou tel endroit, afin d’imaginer des solutions politico-administratives. Personnellement, je ne pense pas qu’un cadre juridique général soit adapté à la gamme des situations très diverses. J’aurais tendance à tirer un constat d’échec pour ce qu’on pourrait appeler l’urbanisme « procédurier », renforcé dans le système français par l’empilage des procédures ; le niveau de complexité est tel qu’il en arrive à paralyser un certain nombre d’opérations.

Khalil Gemayel : Il faudrait préciser, je crois, que les villes de cette région sont différentes d’autres villes comme Tunis, Le Caire et dans le reste de l’Empire ottoman. L’inexistence d’un pouvoir central, celui de l’État libanais, même s’il a pu et peut s’appeler comme tel, implique une déliquescence de la planification. Il y a planification lorsqu’il y a un État et des pouvoirs publics indépendants de la classe au pouvoir, indépendants des intérêts liés aux confessions. On peut dire qu’au Liban il n’y a pas eu de planification, car pour cela il faudrait avoir un véritable État.

Mona Fawaz : En ce qui concerne la conception de l’État, je suis assez d’accord pour parler, dans la perspective des sciences sociales américaines, de contested sovereignty surtout pour cette période. Dans les quartiers informels, on constate aujourd’hui l’effet de cette désintégration de l’État à la façon dont les réclamations se manifestent presque exclusivement à travers les filières communautaires ou politiques, et plus du tout vis-à-vis de l’État.
Pour la période 1952-1970 en revanche, les travaux de Fawaz Traboulsi ont démontré la validité de cette logique de classe. À travers les discours que j’ai pu recueillir sur ces vieux quartiers, j’ai repéré qu’il y avait eu un positionnement vis-à-vis de l’État : on évoque très souvent un droit à la ville pour justifier ce qui a été fait dans les quartiers, en se situant vis-à-vis de l’État. Ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui ; c’est sans doute l’un des changements que l’on doit à la guerre civile, et qu’il faudrait étudier beaucoup plus finement.

Jean-Luc Arnaud : Quelle que soit la position de l’État – absent ou fort –, et quelle que soit la structuration administrative – le découpage municipal n’est pas le même à Marseille et à Paris par exemple – le phénomène nouveau aujourd’hui, c’est le changement d’échelle et celui des temporalités. La nouveauté et la rapidité de ces changements entraînent des mutations définitives qui affectent les logiques, les modes de production, les échelles dans une même unité de production : l’échelle est devenue globale, on ne pourra pas revenir à un stade antérieur.

Caecilia Pieri : Une remarque à propos des travaux sur la ville en général. Il faudrait plus souvent citer les travaux d’André Corboz, qui analyse la ville comme un ensemble de relations et pas seulement comme un ensemble d’espaces. Cela produit une dynamique extrêmement revivifiante par l’analyse relationnelle de la ville.
Par ailleurs, à propos de la dégradation des espaces urbains, est-ce qu’il existe des études pour définir le phénomène de tertiarisation des centres-villes ? À Bagdad par exemple, l’ancien centre-ville connaît une paupérisation et une tertiarisation accompagnées, si l’on en croit le discours des autorités, d’une dangerosité accrue, à tel point que certaines parties du centre-ville ont des caractéristiques qui ne sont plus celles d’un centre-ville.

Sylvie Tissot : Sur la question de l’analyse relationnelle, beaucoup de références peuvent être mobilisées – Jean-Pierre Frey le disait dans son analyse des relations entre morphologie urbaine et morphologie sociale. C’est important d’insister sur cette notion de « relationnel » pour se démarquer d’une vision où l’on considère les espaces comme produisant des pathologies, car on sait bien ce que cela sous-entend : une vision des populations qui habitent ces espaces en elles-mêmes pathogènes. Il y a là un enjeu à la fois scientifique et politique.
Sur le phénomène de tertiarisation des centres-villes. En France, cela s’accompagne en général d’un processus de requalification. Le contexte est vraiment différent : il connaît l’arrivée de nouvelles classes moyennes et donc un phénomène de gentrification, terme qui s’est aujourd’hui imposé. Dès lors, de nouveaux mots apparaissent pour décrire ces nouveaux quartiers : le « quartier-village », la « mixité sociale » – Saint-Jean ou Saint-Georges à Lyon ; Belleville à Paris. Il s’agit d’une vision plutôt positive de la présence de populations autres ou différentes, dans un contexte où ce sont des classes moyennes qui prennent la main sur ces espaces-là.

Éric Verdeil : Je voudrais rebondir sur la question de Caecilia à propos des termes qui décriraient la tertiarisation des centres-villes, notamment de centres anciens comme à Bagdad avec toute cette connotation négative. Certains travaux sur les villes du Maghreb ont bien analysé le déclin, la déchéance, l’abandon de ces centres-villes en utilisant des termes qui dénotent une certaine disqualification : par exemple, le terme de « soukisation » a pu être employé dans des villes comme Fès (Maroc) ou Sfax (Tunisie). À Beyrouth, au début des années 1970, certains urbanistes évoquaient l’idée d’une certaine « taudification », elle-même liée à une « kurdisation ». Je me demande si en arabe il existe, dans la langue populaire mais aussi dans les écrits scientifiques, des termes tels que taswiq ou takrid (pour dire la « kurdisation »).

Mona Harb : On peut décrire un lieu comme étant kirdeh, d’une façon très négative, qui rejette l’autre.
Votre présentation fait écho à ce qu’on connaît de Beyrouth et de sa banlieue sud avec le mot dahiyeh, qui lui aussi fait l’objet de représentations multiples. Du point de vue méthodologique, il est essentiel de prendre en compte – comme vous le faites dans le cas de la France – les dénominations des lieux dans la ville et les représentations qui y sont associées pour voir comment celles-ci influent sur les politiques urbaines.
À propos des représentations qu’on a des périphéries, dans le cas de Paris et ses banlieues : cela fait écho avec ce qu’Éric nous a expliqué des représentations qu’on a eues de Beyrouth, du Grand-Beyrouth, de la Région métropolitaine de Beyrouth en relation avec ses cadrages politiques.
Le fait qu’aujourd’hui on ne dispose toujours pas d’un mot unique pour désigner le Grand-Beyrouth ou la Région métropolitaine de Beyrouth n’est-il pas lié à l’éclatement de ce territoire en une multiplicité de territoires enclavés et confessionnels ? Un tel mot réclamerait une unité de lieu. Il est intéressant de noter les nouvelles dénominations administratives qui apparaissent à travers les unions des municipalités, mais c’est encore plus complexe en ce qui concerne la banlieue sud : l’appellation Sahel El-Metn El-Jenoubi, adoptée par la fédération des municipalités de la banlieue sud dirigée par le maire de Ghobeiry, était à l’origine celle choisie par les grandes familles de la banlieue sud pour rejeter le mot dahiyeh. Les allez-retours entre les appellations – qu’elles soient d’un usage commun, administratif ou politique – sont particulièrement éclairants.

Éric Verdeil : Mona l’a rappelé, il s’est produit un passage du pluriel au singulier dans la dénomination des banlieues de Beyrouth : Beirut wa dawahhiha est devenue pendant la guerre dahiyeh. Cela peut conduire à une stigmatisation.

Jean-Pierre Frey : Comment peut-on dénoncer les stigmatisations et les ségrégations entre les populations dès lors que l’on ne dispose pas de données statistiques globales – comme c’est le cas en France – sur l’appartenance confessionnelle par exemple, ou que l’on a des difficultés à travailler sur l’origine géographique des populations. C’est ce qui avait été fait par Maurice Halbwachs dans les années 1920-1930 sur Istanbul, en terme de morphologie des divers milieux confessionnels – mais ce n’est pas applicable à la situation française. Le débat est actuel au sein de l’INED (Institut national des études démographiques). Pour vous, s’agit-il d’un handicap ? Comment contourner la difficulté quand on a le souci scientifique de dénoncer les stigmatisations diverses ou de mettre en évidence des ségrégations à une échelle relativement fine à l’aide de données extrapolables à l’ensemble du pays ?

Sylvie Tissot : Il n’est pas nécessaire de recourir aux seules statistiques pour réfuter les phénomènes de stigmatisation ; il faut aussi prendre en compte l’histoire et, par exemple, mettre en perspective historique les discours portés sur les musulmans avec ceux portés sur les juifs ou d’autres communautés dans le passé : il est tout à fait erroné de dire aujourd’hui que les immigrés ne s’intègrent pas à cause de leur religion lorsque la France a connu des processus d’exclusions, voire de violence, extrêmement forts à l’encontre d’immigrés qui pouvaient être les meilleurs catholiques du monde, comme les Polonais ou les Italiens. Le rituel même des Polonais a pu faire l’objet de stigmatisation.
Néanmoins, les statistiques pourraient servir à produire de la connaissance sur un phénomène très largement occulté, alors même qu’on a commencé à s’intéresser à la question des banlieues en France dans les années 1980-1990 : la question des discriminations des populations étrangères ou considérées comme telles. Il me semble que les choses commencent à changer en France.

Éric Verdeil : Concernant l’analyse des ségrégations confessionnelles dans une ville comme Beyrouth, les statistiques dont on dispose sont extrêmement ténues. On a beaucoup de mal à évaluer le nombre d’habitants de la ville. En effet, au Liban, deux sources permettent d’évaluer la population. La première c’est l’état civil, en général le lieu d’origine des parents ou de leurs grands-parents. Cet état civil, précis du point de vue de la composition confessionnelle de la population, renvoie donc à un espace fictif : celui des origines, où une grande partie des gens n’habitent plus. De même, à Beyrouth, le registre d’état civil mentionne des habitants qui en partie n’y résident pas.
En revanche, les urbanistes et géographes ont appris depuis longtemps à faire des estimations assez compliquées, impliquant beaucoup d’hypothèses : on compte le nombre d’immeubles, le nombre d’appartements, puis on estime le pourcentage de logements vides, on multiplie ce nombre par la taille moyenne des ménages dans la mohafaza. Mais cela ne renseigne pas sur l’origine confessionnelle ou démographique. Dès lors, on applique d’autres méthodes en se basant par exemple sur les phénomènes partisans et sur la géographie électorale, même si cette dernière ne renvoie qu’aux électeurs définis en fonction du village d’origine.
La manipulation et la mise en avant de ces phénomènes impliquent une grande prudence : mieux vaut parler de « phénomènes partisans », de « mobilisations », plutôt que de trop communautariser notre analyse des phénomènes, ne serait-ce qu’en raison de l’ignorance où nous sommes de l’articulation réelle entre des habitants et ces partis ou ces mobilisations – lesquelles revendiquent une approche exclusivement communautaire des problèmes sociaux.

Khalil Gemayel : En 1969, je faisais partie d’un comité d’alphabétisation dans les banlieues et les bidonvilles de Paris, avant que l’État ne vienne les détruire et déplacer les populations. Or, parmi ces immigrés, tous étrangers, ceux qui avaient eu accès à l’alphabétisation et à une forme d’éducation, ont réagi avec moins de violence. Ma remarque est la suivante : si le ministère de l’Éducation ou l’administration française avaient donné une éducation égale aux jeunes de banlieue, comme vous les appelez, quelle que soit leur origine, il n’y aurait pas eu ce problème. On a pu constater un échec total et intolérable de la gestion de l’État français vis-à-vis de sa propre population, mais c’est une question qui n’a rien à voir avec l’urbanisme, qui le précède même : c’est de l’ordre de la politique générale.
Deuxièmement, en ce qui concerne les différentes divisions et le plan de Beyrouth depuis les années 1960, l’explosion de la guerre civile a empêché de concevoir d’une façon nationale l’intérêt général au Liban : toute possibilité de schéma directeur, toute politique générale d’urbanisme a été perpétuellement cassée.

Jean-Luc Arnaud : À propos des termes de « tertiarisation », ou « taudification », je voudrais signaler qu’au Maghreb on a beaucoup employé le terme de « wakalisation », en référence aux wakela-s, les caravansérails qui sont découpés puis réhabités.
Autre remarque : le fait qu’on passe, au Liban, d’une désignation globale à des désignations locales n’est-il pas seulement le témoin d’un changement des préoccupations ? On ne s’intéresse plus vraiment aux phénomènes d’ensemble. Si demain on commande à un bureau d’études un projet sur les questions de circulation routière entre Tripoli et Saïda, on va invoquer la notion de « Grand-Beyrouth » parce que cela paraîtra opératoire pour la question posée. Il me semble qu’on ne désigne plus l’entité parce qu’on n’en a plus besoin actuellement. En revanche, on a relancé les municipalités et les processus électoraux, qui permettent de faire remonter l’expression des problèmes urbains à partir du terrain, « par le bas ».

Éric Verdeil : (à Jean-Luc Arnaud et Khalil Gemayel) Dans les années 2000, de nouvelles délimitations ont été posées pour Beyrouth et le Grand-Beyrouth. Dans une étude du Schéma d’aménagement du territoire libanais (SDATEL) faite pour le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR), cette région du Grand-Beyrouth a été appelée « aire urbaine centrale » avec une définition très large, qui incluait l’ancienne RMB mais également les extensions dans les montagnes du côté de Broumana, Bikfaya, y compris Jounieh. Cette même étude a également mis en relief des phénomènes totalement inédits dans le Sud. Par exemple, une ville de 60 000 habitants dont personne n’avait jamais entendu parler au Liban, Berjch Hein. Enfin, elle a fait apparaître des processus invisibles à l’œil nu, par exemple le processus d’agglomération de nombreux petits villages réunis en une sorte de ville moyenne à l’échelle du Liban, mais ayant conservé tous les problèmes liés à l’éclatement urbain, sans compter les problèmes de représentation politique – et ceci, même s’il y a une union des municipalités du Kharoub Janoubi.
Ce travail de délimitation est comparable à celui de François Moriconi-Ebrard dans la base Géopolis, dont les images les plus récentes remontent à l’année 2010 : ces deux études servent à évaluer des flux d’urbanisation, mais les territoires étudiés ne sont pas considérés comme des territoires de projet, au contraire de la RMB : la question d’une éventuelle unité politique ou même simplement administrative, qui serait opérationnelle pour gérer l’urbanisation, ne se pose donc même pas...

Christian Sozzi (Agence d’urbanisme de Lyon) : À propos de la spatialisation du problème social en France, on pourrait aussi évoquer, dans le discours dominant de la gauche française, l’effacement progressif de la notion de conflit ou de luttes sociales depuis les années 1970. Ce dépassement a été mis en pratique par la mise en place de procédures de proximité, de bien-être, de vivre ensemble, visant à créer des dispositifs d’apaisement de la question sociale. Cette évolution vers une spécialisation professionnelle des questions sociales, déjà ancienne, est à mettre en parallèle avec l’évolution, discursive et idéologique, vers un dépassement du conflit.

Sylvie Tissot : Il y a en effet un lien étroit entre la spatialisation de la question sociale, le resserrement sur des territoires réduits, et l’effacement très net de la question du conflit dans le discours de la gauche française dans les années 1980-1990. Personnellement, j’ai étudié les trajectoires des individus qui sont à l’origine de la politique de la ville dans les années 1980, et qui, chargés de mission à la Délégation interministérielle à la ville, dans les municipalités, etc., ont importé dans l’action publique de nouvelles catégories de pensée : tous sont passés par les événements de 1968 en France ; ou bien, ils sont marqués par un passé militant au sein de la nouvelle gauche – PSU (Parti socialiste unifié) –, mais aussi par d’autres organisations plus à l’extrême gauche. Ils ont souvent participé à des mouvements protestataires dans des quartiers anciens ou des quartiers en habitat social pour lutter contre les démolitions des opérations de réhabilitation. Ils se sont donc constitué une véritable expertise autour de la participation des habitants, qu’ils ont ensuite peu à peu professionnalisée au sein de bureaux d’études, de cabinets de conseil ou même au sein de l’action publique. C’est ainsi que la question du lien social et de la participation des habitants est devenue le premier remède aux problèmes sociaux.
De manière significative, tout cela a émergé dans un contexte où la gauche française, une fois au pouvoir dans les années 1980, a abandonné les recettes keynésiennes, et s’est ralliée à des impératifs économiques liés à la construction européenne ; l’action sur et dans les quartiers difficiles, conçue auparavant surtout par cette génération d’urbanistes comme une action subversive, s’est peu à peu réduite à une promotion de la « bonne » citoyenneté. À cette époque-là, les bureaux d’études ont publié plusieurs manuels pour expliquer comment favoriser la participation des habitants à condition d’encadrer leurs demandes : c’est toute une « ingénierie sociale » qui se met en place pour traiter le problème des banlieues avec la participation des habitants, mais dans une vision lénifiante où leur intervention doit être limitée et s’exprimer en termes mesurés pour qu’ils puissent devenir de bons citoyens. Une telle gestion du conflit, qui revient en fait à occulter ce dernier, contribue à expliquer la manière dont, à la génération suivante, l’expression des habitants passe par ce qu’on appelle des « émeutes »...

Table des illustrations

Titre Beyrouth et sa banlieue sud
Crédits Photo C. Pieri 2011
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3465/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable