Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des banlieues à la ville

 | 
Élisabeth Longuenesse
, 
Caecilia Pieri

I. Villes et banlieues, visions et relations croisées

Les premières extensions des grandes villes du Moyen-Orient (tournant des xixe et xxe siècles)

First extensions of major Middle-Eastern cities (turning point of the 19th and 20th century)

توسع المدن الكبرى في الشرق الأدنى في منعطف القرنين التاسع عشر والعشرين

Jean-Luc Arnaud

Résumé

Préférant, au mot banlieue, le terme d’extension qui présente l’avantage d’être neutre et de désigner à la fois une dynamique et son résultat, le texte étudie le phénomène d’extension des villes à travers l’organisation de l’espace, les échelles et modalités d’intervention, enfin les liens avec le renouvellement du mode de production au niveau architectural.

Rather than the word “suburb”, the word “extension” has the advantage of being neutral and means, at the same time, dynamism and its result. This paper examines the phenomenon of cities extension through space organization, intervention scales and modalities, and finally the links with the renewal of production mode at the architectural level.

يفضّل النصّ مصطلح "توسع" على مصطلح "ضاحية" لأنّه يتميز بأنه حيادي ويشير في الوقت نفسه إلى الحركية ونتيجتها. ويدرس النص ظاهرة توسّع المدن من خلال تنظيم الفضاء، ومستويات التدخل وكيفياته، وأخيراً الصلات مع تجديد أسلوب الإنتاج على المستوى الهندسي.

Texte intégral

Le faubourg de Shaalan à Damas

Le faubourg de Shaalan à Damas

Photo Atelier du Vieux Damas

1Cette rencontre est dédiée à la question des banlieues. Au tournant des xixe et xxe siècles, le mot banlieue n’est pas impropre pour rendre compte de l’extension des villes du Proche-Orient, mais il n’est sans doute pas le plus pertinent dans la mesure où, dans le vocabulaire récent, il comporte un fort accent de stigmatisation (Topalov et al, 72 sq). Aussi, j’emploierai plutôt le mot extension qui présente l’avantage d’être neutre et de désigner à la fois une dynamique et son résultat.

2Il est tout d’abord remarquable que les extensions des villes du Proche-Orient à la fin du xixe siècle ne constituent en aucun cas un phénomène nouveau. La plus grande part des villes de l’Empire ottoman, qu’elles soient arabes ou turques, ont été touchées par de vastes opérations d’extension entre le xvie et le milieu du xixe siècle (Raymond 1985). Dans ce contexte, on peut se demander quelles singularités marquent de manière assez forte les extensions de ces villes durant la période qui m’intéresse pour justifier cet exposé. Plusieurs examens thématiques permettent de définir les contours de ces singularités.

Démographie

3Un des principaux déterminants des extensions urbaines est la croissance démographique. Sans entrer dans les détails propres à chaque agglomération comme j’ai déjà eu l’occasion de le faire pour Le Caire et Damas (Arnaud 1998 et 2001), et malgré la forte incertitude des chiffres disponibles, on retiendra que, de manière générale, toutes les villes de la région connaissent une accélération de leur démographie durant la période considérée. Les plus précoces ont été les villes portuaires, Alexandrie en tête, avec les prémices d’une accélération dès 1830 (fig. 1). À l’opposé, les villes de l’intérieur ont démarré plus tard, parfois beaucoup plus tard, comme Damas dont la croissance de la population reste assez faible jusqu’au début des années 1920. Suivant ces éléments, le tournant des xixe et xxe siècles constitue bien une période nouvelle en matière d’extension urbaine, dans la mesure où la masse de population à loger donne lieu à un changement de l’échelle des unités d’intervention et donc au renouvellement des formes d’extension des villes.

Fig 1. Croissance démographique des grandes villes portuaires

Fig 1. Croissance démographique des grandes villes portuaires

Les courbes montrent qu’Alexandrie commence dès 1830

Organisation de l’espace

4Pour les villes européennes, le rôle des enceintes, le moment de leur dépassement, la part de l’urbanisation située hors les murs à un moment donné, constituent de bons indicateurs pour rendre compte de leur extension au cours du xixe siècle. La distinction opérée par les murs d’enceinte est bien moins opératoire pour les villes ottomanes. Dans de nombreux exemples, les enceintes sont dépassées depuis très longtemps : c’est le cas de Damas, dont les faubourgs de Souq Sarouja et de Midan occupent ensemble une étendue supérieure à celle de la ville intra-muros dès la fin du xviiie siècle. À Alep, la proportion est moindre mais le phénomène est comparable (David 2001) tandis qu’à Smyrne, l’enceinte est trop partielle pour que l’on envisage de se livrer à une telle évaluation. Le dépassement des enceintes n’est cependant pas une généralité dans les villes de l’Empire. Au contraire des exemples précédents, les murs du Caire, de Saïda, de Jérusalem ou encore de Diyarbakir contiennent la plus grande part de l’urbanisation jusqu’au milieu du xixe siècle, voire bien plus tard dans le cas de Diyarbakir.

5La continuité morphologique entre la ville ancienne et ses extensions constitue aussi un indicateur d’évaluation de changements éventuels. Dans toutes les villes considérées, les premiers établissements construits en discontinuité avec le tissu existant sont des résidences de l’élite politique et/ou économique.

6Le fait de construire loin de la ville continue, loin de ses enceintes protectrices lorsqu’il en existe, suppose un contexte particulier. Il est tout d’abord nécessaire que la ville dispose d’une maîtrise forte sur le monde qui l’entoure. Dans la capitale yéménite par exemple, où les Sanaanis n’avaient pratiquement aucun pouvoir sur les tribus qui exploitaient les terres des environs immédiats de la ville, on comprend très bien pourquoi les enceintes ont été maintenues jusqu’au milieu des années 1960 (‘Abd al-Walî 1989). Par ailleurs, la discontinuité de l’urbanisation a pour effet d’augmenter les distances entre les lieux, mais cette augmentation peut être compensée par des travaux d’amélioration des voies de circulation qui les rendent carrossables et donc plus faciles à parcourir.

7L’exemple du Caire illustre bien les conditions nécessaires au développement d’une urbanisation discontinue. Dès le début de son règne, le vice-roi d’Égypte, Mohammed Ali, se débarrasse des seigneurs locaux de l’ensemble de la vallée du Nil et du Delta en les faisant massacrer à l’issue d’un banquet. Il les remplace par une administration de fonctionnaires à son service et à ses ordres. Dès lors, la ville peut s’ouvrir. Vers 1830, il fait établir la première route carrossable d’Égypte entre la ville et le domaine de Choubra, situé au bord du Nil à quelques kilomètres au nord de son centre, où il se fait construire une résidence. Il existe de nombreux autres exemples : à Beyrouth, c’est sur les hauteurs d’Achrafieh que les notables construisent des résidences pour échapper à la densité de la ville durant les fortes chaleurs de l’été. À Damas, sur les premières pentes du Qasiun, la région de Salihieh joue le même rôle. Ces quelques constructions sont néanmoins des opérations ponctuelles, il ne s’agit pas tant d’extensions que d’un saupoudrage très lâche. Cependant, les routes qui conduisent à ces résidences constituent des vecteurs privilégiés d’urbanisation : ce sont elles qui vont porter les premières extensions proprement dites. In fine, ces routes deviennent des rues bordées de manière plus ou moins continue de constructions. Par exemple, la route de Choubra au Caire est rapidement bordée de palais et de jardins. On note un phénomène semblable à Boursa ; à quelques kilomètres du centre de la ville, le village thermal de Cekirge abrite un kiosque du sultan. En 1861, à l’occasion d’une de ses visites, la route entre la ville et le village est aménagée en voie carrossable. Quelques années plus tard, elle est bordée par de multiples résidences (Saint-Laurent 1996).

8Sur cette base, portée par la croissance démographique et celle des valeurs foncières, l’urbanisation des environs des villes progresse. De la même façon qu’elle suit les routes de sortie de la ville, elle s’insère dans les terrains disponibles, de manière privilégiée dans ceux qui ont déjà été soustraits à l’exploitation agricole par les résidences et leurs jardins : ceux-ci constituent en quelque sorte un prédécoupage qui sert de base aux opérations plus récentes. Chaque jardin est une unité de propriété qui devient une unité d’intervention – une unité de lotissement. On en trouve de multiples exemples dans toutes les villes de l’Empire, de Tunis à Istanbul en passant par Alexandrie et Alep. Dans d’autres cas, plus rares, une résidence princière peut aussi constituer le centre d’une opération foncière comme à Helouan, à une trentaine de kilomètres au sud du Caire, au début des années 1870.

9Avec les premiers lotissements, on passe d’extensions linaires – le long des routes – à des extensions en deux dimensions qui, par la création de nouvelles voies de pénétration, perpendiculaires aux premières, occupent les terrains en profondeur.

10Durant cette période, les extensions discontinues bénéficient rapidement d’un autre vecteur de développement, un nouveau moyen de transport : le chemin de fer. La première voie établie au Proche-Orient date de 1866, elle conduit de Smyrne à Aydin, située à une centaine de kilomètres vers le sud-est. Par la suite, les intérêts qui suscitent le développement des voies ferrées dans l’Empire sont multiples et parfois contradictoires, mais l’essor du réseau ferré progresse rapidement dans le dernier quart du xixe siècle, au départ des plus grands ports en particulier.

11En milieu urbain, on distingue plusieurs catégories de voies ferrées : les tramways, tout d’abord, sont assez lents car tractés par des chevaux avant leur électrification ; leurs stations sont assez rapprochées et les terminus des lignes ne dépassent pas le périmètre de l’urbanisation. Ces équipements sont peu spéculatifs, ils donnent lieu à des densifications et à des consolidations du cadre bâti existant plutôt qu’à son extension. On en trouve dans pratiquement toutes les grandes villes de l’Empire vers 1910. Pour leur part, les trains suburbains, conduits par des machines à vapeur, sont plus rapides. Leurs stations sont plus éloignées et les lignes s’étendent bien au-delà des limites de la zone urbanisée. Cette forme d’équipement constitue un important vecteur d’extension de l’urbanisation par noyau autour de chaque station. Au contraire du tramway, les voies ferrées suburbaines sont avant tout des opérations spéculatives. Elles le sont d’autant plus que leurs promoteurs sont également impliqués dans la mise en valeurs des terrains qui bordent les voies. C’est le cas au Caire, où la compagnie qui construit et exploite le chemin de fer de Qubba, en 1888, est propriétaire des terrains desservis par les stations. C’est aussi au Caire que, pour la première fois au Proche-Orient, ce modèle est mis en œuvre à grande échelle vingt ans plus tard : en 1907, une compagnie belge qui exploite des tramways et des voies ferrées dans plusieurs grandes villes d’Europe et de l’Empire fonde la ville nouvelle d’Héliopolis à une dizaine de kilomètres au nord-est des limites de l’agglomération (Ilbert 1981).

12Enfin, les lignes de chemin de fer à longue distance jouent un rôle assez différent. La plupart des voies ferrées établies au Proche-Orient au tournant des xixe et xxe siècles, depuis les ports vers leur hinterland, sont tout d’abord destinées au transport des marchandises. Alors que les promoteurs des voies suburbaines participent avec intérêt au marché foncier, ceux qui exploitent les lignes à longue distance investissent plutôt dans la mise en valeur des ressources naturelles (minières en particulier) et/ou dans d’autres moyens de transport qui assurent une continuité du service sur de longues distances. Par exemple, les membres fondateurs de la compagnie qui réalise le chemin de fer entre Beyrouth et Damas (mis en service en 1892) sont aussi impliqués dans une compagnie marseillaise de transport maritime et dans le PLM, la compagnie qui exploite la ligne ferrée entre Paris et Marseille. Les effets éventuels de ces lignes à longue distance sur l’urbanisation ne sont pas intégrés au modèle économique qui porte leur développement

Mode opératoire – échelle des unités d’intervention

13Les extensions d’une ville à un moment donné peuvent être évaluées à l’aune de la taille des unités qui les constituent. Toutes les villes sont composées d’unités de base, des unités d’habitation ou d’activité d’une part, des voies de circulation d’autre part. L’analyse de l’échelle des unités d’intervention ne s’intéresse pas tant à ces composantes fonctionnelles qu’aux unités de production dont le spectre s’étend de la simple pièce d’habitation jusqu’au quartier d’une ville. En fonction de l’étendue de ces unités et des capitaux qu’elles mobilisent, le résultat est assez différent en termes de paysage urbain. Par ailleurs il témoigne du dynamisme des marchés foncier et immobilier et/ou de l’interventionnisme de l’autorité publique. On distingue trois niveaux.

Le niveau des initiatives individuelles de propriétaires résidants

14Dans ce cas, les extensions urbaines sont produites par prélèvement d’unité foncière, correspondant chacune à la taille d’une maison sur une parcelle de terrain plus vaste située dans les environs immédiats de la ville. Ce mode de production existe depuis que les villes existent et il est toujours d’actualité, aussi bien dans les villages syriens que dans les environs d’Amman. Il témoigne de marchés peu dynamiques et d’un faible interventionnisme de l’autorité publique.

Le niveau des lotissements

15À ce niveau, la taille des unités de production est supérieure à celles des unités fonctionnelles. L’initiative à l’origine d’une opération de lotissement peut être celle d’un propriétaire ou d’une société foncière. Il s’agit de découper un terrain de grande taille en unités qui correspondent chacune à une unité de construction (maison, immeuble ou encore groupe de maisons). Les lots sont ensuite cédés à des candidats à la construction. Au sien de cette catégorie d’intervention, on peut distinguer des niveaux très différents. Cependant, même au plus bas de l’échelle, une opération de lotissement constitue une anticipation à l’égard du marché foncier et/ou immobilier. En ce sens, elle témoigne de son dynamisme et de la capacité de son promoteur à mobiliser les moyens nécessaires à sa réalisation.

16Ce mode d’intervention existe, aussi bien au Caire qu’à Alep ou à Damas, dès le xviie siècle. Cependant, au cours du xixe siècle, non seulement les opérations de lotissements se multiplient, mais elles produisent des découpages parcellaires de plus en plus réguliers et homogènes. Alexandrie est la ville la plus précoce de la région en matière de démographie. L’arsenal qui y est établi par Mohammed Ali constitue un moteur du développement de l’urbanisation dès les années 1830. Sans qu’il soit envisageable de les dater avec plus de précision, plusieurs lotissements qui présentent des découpages très réguliers occupent déjà plusieurs hectares au milieu du xixe siècle. Au Caire, il faut attendre les années 1870 pour trouver l’équivalent ; dix ans plus tard, c’est à Alep, dans le quartier Gamiliyyé, que les premiers lotissements de masse apparaissent. Au même moment, à Alexandrie, on assiste à la multiplication des immeubles de rapport dont certains exemples offrent au marché immobilier plusieurs milliers de mètres carrés de plancher (fig. 2).

Fig. 2. Immeuble de rapport à Alexandrie, vers 1885

Fig. 2. Immeuble de rapport à Alexandrie, vers 1885

Cet ensemble, qui compte 12 logements de 100 à 120 m² chacun, témoigne du dynamisme du marché immobilier

17Cette régularisation croissante des opérations n’a pas seulement pour résultat d’en simplifier l’image cartographique. Plus les lotissements sont prédécoupés de manière régulière, plus les unités livrées au marché foncier sont semblables au sein d’une même opération, et, in fine, plus les acheteurs de lots se ressemblent. En ce sens, la régularisation constitue un vecteur important de ségrégation. Par exemple, au Caire, le long de la rue de Choubra, on remarque que plus on est loin de la rue (desservie par le tramway dès 1900), plus les découpages parcellaires sont fins et plus ils s’adressent à des populations pauvres ; au-delà des lotissements, on trouve des terrains occupés par des cabanes – ichach-s) : on est bien dans une logique ségrégative très déterminée par l’accessibilité des lots.

18Cette ségrégation marque à la fois l’habitat et les activités économiques. Alors que ces dernières cohabitent dans toutes les villes (sauf pour certains métiers polluants ou nauséabonds) au début du xixe siècle, la concentration des moyens de production, la mécanisation et la nécessité de disposer d’ateliers dont la surface correspond à cette concentration sont facteurs d’extensions suburbaines. Par effet d’entraînement, la proximité d’une usine est à la fois un repoussoir pour l’habitat huppé et un vecteur d’attraction pour l’habitat populaire des ouvriers. On trouve les premiers exemples de ce phénomène à Alexandrie à proximité du port et de l’arsenal. A contrario, il est pratiquement inexistant à Damas avant la fin des années 1920. Durant le siècle qui sépare ces deux extrêmes, on pourrait opérer un classement des villes pour les placer sur une des échelles d’intégration de la « modernité ».

Le niveau de la planification urbaine

19Au contraire des précédents modes de production, la planification apparaît tardivement dans les villes considérées. On en trouve le premier exemple à Boursa, dès la fin des années 1850, avec l’ouverture de deux grandes voies de circulation perpendiculaires qui se croisent en plein centre-ville, à proximité de la grande mosquée ; mais cette opération résulte tout autant des opportunités foncières provoquées par un tremblement de terre particulièrement dévastateur en 1855 que d’une volonté de planification urbaine.

20Le second exemple se trouve au Caire où, à la fin des années 1860, le pacha d’Égypte fait dessiner et viabiliser plus de 170 hectares occupés auparavant par des jardins entre la vieille ville et le Nil (pour mémoire, cette surface correspond à celle du périmètre géré par la compagnie Solidere au centre-ville de Beyrouth). Mais l’extension planifiée du Caire résulte principalement d’une décision politique, elle est totalement déconnectée des marchés fonciers et immobiliers qui refusent d’y investir. En ce sens, il s’agit surtout d’une opération d’apparat et d’embellissement, dont l’objectif principal est de construire une ville comparable aux capitales européennes afin de recevoir, avec tous les fastes requis, les invités à l’inauguration du canal de Suez (novembre 1869). L’échec sera cuisant et il contribuera à la banqueroute de l’Égypte, mais les nouveaux quartiers tracés par les ingénieurs d’Ismaïl Pacha constitueront le centre de la ville durant de nombreuses années.

21Au début des années 1880, le gouverneur de Smyrne fait préparer un plan directeur pour la zone, alors agricole, située entre la ville et la gare de chemin de fer. Ce plan prévoit l’ouverture de plusieurs nouvelles voies de circulation. Au cours des décennies suivantes, plusieurs exemples semblables naissent de la distance entre les gares de chemin de fer et les villes qu’elles desservent. Ces zones intermédiaires constituent partout des opportunités d’urbanisation qui n’échappent pas aux investisseurs et aux sociétés foncières. La part prise par l’autorité publique dans ces opérations n’est pas toujours décisive et les développements de l’urbanisation qu’elles produisent ne sont pas toujours planifiés. Au Caire, on trace le premier plan général d’aménagement à la fin des années 1920. Mais les travaux qu’il engage touchent principalement la ville existante. S’ils améliorent effectivement le réseau de la voirie, ils résultent plus d’une réponse aux problèmes de circulation que d’un projet d’avenir. Les véritables opérations de planification, celles qui sont déterminées par la volonté du pouvoir public d’anticiper la croissance urbaine pour mieux la maîtriser, sont un peu plus tardives. On en trouve les premiers exemples en Syrie et au Liban, où, au début des années 1930, l’autorité mandataire confie la préparation de plusieurs plans d’urbanisme au cabinet parisien des frères Danger. Pour mettre ces plans en œuvre, les plus grandes villes sont dotées d’un service d’urbanisme, comme c’est le cas à Alep en 1936.

22Pendant la période considérée, le renouvellement du mode de production de la ville ne touche pas seulement la manière de produire les extensions. À un niveau plus fin, il intervient aussi sur la production architecturale. En effet, plusieurs formes d’architecture apparaissent à cette époque dans les villes de la région, surtout dans les extensions récentes : villas, maisons groupées en bandes et immeubles collectifs. Ces types architecturaux constituent de relatives nouveautés – les filiations entre la maison turque et la villa, celles entre les caravansérails et les premiers immeubles de rapport ont provoqué de nombreux débats. Mais ce que je retiens pour cet exposé, c’est, pour chaque ville, le contexte de leur apparition et le moment de leur développement. Par exemple, les premières maisons en bandes apparaissent timidement en Égypte, au Caire, vers 1870, dans le cadre du réaménagement d’une fondation religieuse composée d’un groupe de maisons construites autour d’une petite mosquée. Assez rapidement, les investisseurs égyptiens, portés par un marché dynamique, préfèrent les immeubles de rapport qui permettent de mieux rentabiliser les valeurs foncières. Au contraire, à Damas vers 1910, le marché immobilier est encore peu développé, la ville ne compte pas un seul immeuble de rapport et les promoteurs de ses extensions restent très prudents. On voit alors apparaître les premières opérations de maisons en bandes, qui comptent rarement plus de cinq unités (fig. 3).

Fig. 3. Maisons en bandes à Damas vers 1920

Fig. 3. Maisons en bandes à Damas vers 1920

La maison compte cinq unités, ce qui témoigne de la prudence de l'investisseur

Pour conclure

23Ce tableau est très incomplet : de multiples aspects de la réalité des premières extensions urbaines des villes du Proche-Orient restent à étudier. On retiendra cependant que toutes les villes n’évoluent pas suivant les mêmes temporalités pendant la période considérée. Le classement qui pourrait être opéré à un moment donné sur la base du retard ou de l’avance relative de certaines villes fait l’objet de recompositions permanentes. Celles qui démarrent plus tard bénéficient des expériences des autres et aussi d’équipements plus performants : par exemple, dans les villes où l’on installe le tramway de manière tardive, on ne connaît pas la période intermédiaire des voitures tirées par des chevaux, car les tramways bénéficient de la traction électrique dès leur première mise en service.

24Malgré les retards, les disparités, les contextes très différents, toutes les villes de la région sont touchées entre 1830 et 1930 par des phénomènes comparables, quoique d’intensité variable, en matière d’extension de l’urbanisation. Ces phénomènes annoncent le mouvement de masse qu’elles connaîtront quelques années plus tard, au cours d’une période plus courte et plus homogène quant à sa diffusion spatiale.

Bibliographie

Abd al-Wali, M., 1989, Sana’â... ville ouverte, Paris, Beyrouth, Edifra.

Arnaud, J.-L., 1998, Le Caire, mise en place d’une ville moderne 1867-1907, Arles, Actes Sud.

Arnaud, J.-L., 2001, « La population de Damas à la fin de la période ottomane », Annales de démographie historique n° 1-2001, p. 177-207.

Arnaud, J.-L., 2006, Damas, urbanisme et architecture 1860-1925, Arles, Actes Sud.

David, J.-C., 2001, « Le plan d’Alep du consul Rousseau : espace représenté, espace connu, espace pratiqué », in B. Marino (dir.), Études sur les villes du Proche-Orient xvie-xixe siècle, Damas, IFEAD, p. 151-160.

Ilbert, R., 1981, Heliopolis – Le Caire 1905-1922 – Genèse d’une ville, Paris, CNRS.

Raymond, A., 1985, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Arles, Actes Sud.

Saint-Laurent, B., 1992, “Un amateur de théâtre : Ahmed Vefik pacha et le remodelage de Bursa dans le dernier tiers du xixe siècle”, in P. Dumont et F. Georgeon (dir.), Villes ottomanes à la fin de l’Empire, Paris, L’Harmattan, p. 95-114.

Topalov, C., et al. (dir.), 2010, L’aventure des mots de la ville, Paris, Robert Laffont.

Table des illustrations

Titre Le faubourg de Shaalan à Damas
Crédits Photo Atelier du Vieux Damas
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig 1. Croissance démographique des grandes villes portuaires
Légende Les courbes montrent qu’Alexandrie commence dès 1830
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3432/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 2. Immeuble de rapport à Alexandrie, vers 1885
Légende Cet ensemble, qui compte 12 logements de 100 à 120 m² chacun, témoigne du dynamisme du marché immobilier
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3432/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 3. Maisons en bandes à Damas vers 1920
Légende La maison compte cinq unités, ce qui témoigne de la prudence de l'investisseur
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3432/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Auteur

Directeur de recherche, UMR TELEMME, CNRS, Aix-en-Provence

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable