Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174

 | 
Abbès Zouache

Introduction

Entrées d'index

Mots clés :

armée, armement

Géographique :

Syrie

Texte intégral

I. Historiographie

1. Histoire de la Syrie médiévale, histoire des croisades

  • 1  La Syrie, le Liban, la Jordanie, Israël et la Palestine, la partie de la Turquie frontalière avec (...)
  • 2  Cl. Cahen, La Syrie du Nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche, Paris, (...)
  • 3  J.-M. Mouton, Damas et sa principauté sous les Saljoukides et les Bourides (468-549/1076-1154). Vi (...)

1La Syrie médiévale, al-Šām des géographes arabes1, longtemps parent pauvre de la recherche française en histoire médiévale, fit l’objet d’importants travaux dans la seconde moitié du xxe siècle. Les thèses de Claude Cahen, Marius Canard, Jean Sauvaget, Nikita Élisséeff et Thierry Bianquis, notamment, comblèrent d’importantes lacunes2. Elles tiraient tout particulièrement profit d’une étude approfondie de sources arabes jusqu’alors surtout utilisées dans des traductions partielles et parfois déficientes. Elles ne s’intéressaient plus seulement, également, à l’installation franque en Orient, aux croisades successives qui touchèrent au rivage levantin ou traversèrent une partie du monde connu d’alors pour parvenir à Jérusalem : les États musulmans étaient étudiés pour eux-mêmes, dans leurs interactions avec les Francs quand la période le commandait. Récemment, les travaux de J.-M. Mouton, M. Yared-Riachi et A.-M. Eddé complétèrent les efforts entrepris3.

  • 4  Claude Cahen remarquait, dans l’article « Croisades » de l’EI²: « il serait intéressant d’étudier, (...)
  • 5  Parcourir les récits de déprédations dans Ibn al-‘Adim, Zubda, t. II p. 10 sq., 46-48, 54-55. Th. (...)
  • 6  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 189-190, se détache des autres chroniqueurs arabes. Il propose une v (...)

2Concernant les croisades, on changea de point de vue, sous l’impulsion notamment de Claude Cahen. Il s’agissait de les étudier aussi du point de vue musulman4. La situation du Proche-Orient à la veille de leur déclenchement fut prise en compte. L’installation franque s’était faite en pleine effervescence ; elle avait été précédée par l’arrivée et l’établissement d’éléments turcs dont la vigueur, la fraîcheur et la combativité avaient fini de bouleverser les structures politiques existantes. Plusieurs fois ravagé par des armées régulières ou par des bandes de Turcomans de passage, le « pays du pain et du levain » où surgirent les Croisés était morcelé politiquement et en piètre état militairement5. Les hommes qui composaient les armées latines ne formaient, pour la plupart des auteurs arabes, qu’une nouvelle vague d’envahisseurs, motivés par un seul appétit de conquête et de pillages6.

  • 7  Le guide bibliographique publié en 1960 par H. E. Mayer, Bibliographie zur Geschichte der Kreuzzüg (...)
  • 8  Michel Balard, « L’historiographie des croisades en France », dans G. Brunel, M.-A. Nielen (dir.), (...)
  • 9  R. Ellenblum, Frankish Rural Settlement in the Latin Kingdom of Jerusalem, Cambridge, 1999 (voir l (...)

3Réformée par de nouvelles problématiques, tenant donc plus compte, pour partie, des réactions des Orientaux, l’historiographie des croisades a continué, après la Seconde Guerre mondiale, à s’enrichir d’une masse impressionnante de publications7. Foisonnement éclectique, dans lequel les historiens anglo-saxons ont pris une part croissante, au détriment d’une production française moins importante mais toujours féconde8. Foisonnement qui vit les États latins nés de la croisade être de plus en plus étudiés dans le contexte oriental. Foisonnement qui n’empêcha pas, et n’empêche toujours pas, de parfois toujours ignorer les sources arabes voire de négliger les territoires restés sous domination musulmane après la croisade9.

2. Histoire militaire du Moyen Âge

  • 10  David Nicolle, « Medieval warfare : The unfriendly interface », The Journal of Military History 63 (...)
  • 11  Voir les remarques de Philippe Contamine, « Le Moyen Âge, une période faussement militaire », dans (...)
  • 12  Dominique Barthélemy, « Nouvelle approche de la chevalerie (xe-xiie siècles) », Perspectives médié (...)

4Que l’on évoque ou non les croisades, l’aire musulmane ou une autre zone géographique, nombre d’idées reçues sur le phénomène guerrier au Moyen Âge ont longtemps été répandues : une violence partout présente, en Europe surtout, les carnages succédant aux carnages, des gens de guerre indisciplinés et pillards à la merci desquels étaient livrés campagnes, paysans, non-combattants… Pourtant, si on admet, désormais, que la guerre semble bien avoir été plus acceptée dans l’Europe médiévale comme un phénomène politique et social ordinaire qu’à d’autres époques ou dans d’autres cultures, on souligne qu’elle n’y fut pas plus violente10. Fait social parmi d’autres, elle ne consistait pas en une succession d’affrontements individuels, sans organisation ni sens tactique, sans aucune solidarité collective11. Et l’époque féodale ne se résuma pas à une violence incessante, intense et désincarnée ; peut-être même cette violence féodale était-elle mesurée et réglée, socialement sélective12.

  • 13  Cf. surtout Sean McGlynn, « The myths of medieval warfare », History Today, vol. 44, n° 1, 1994, p (...)
  • 14  Cf. R. C. Smail, op. cit., p. XI ; Gustav Koehler, Die Entwicklung des Kriegswesen in der Kriegsfü (...)
  • 15  Voir Ferdinand Lot, L’art militaire et les armées au Moyen Âge, op. cit., p. 16 : « L’étude des ba (...)
  • 16  Peut-être furent-ils influencés par Henri Delpech, La tactique au xiiie siècle, 2 volumes, Paris, (...)
  • 17  Polémologie : du grec polemos, guerre, et logos, traité, mot que Gaston Bouthoul proposa en 1946 d (...)

5En fait, de nombreuses certitudes ont été remises en causes après la Seconde Guerre mondiale, période clé s’il en est en terme d’histoire militaire médiévale13. Les synthèses en leur temps pionnières de Sir Charles Oman, Gustav Koehler, Hans Delbrück ou même Ferdinand Lot, voyaient l’affrontement entre deux entités, qu’elles soient étatiques ou tribales, à travers le prisme de « la bataille décisive »14. Ces savants, notamment marqués par les conflits qui émaillèrent le xixe siècle et le début du xxe siècle, peu ou prou admirateurs de l’expérience napoléonienne, eurent tendance à négliger les autres types d’opposition. Leur travail se concentrait sur la reconstitution des batailles, dont ils dressaient les plans et expliquaient en quoi celles qui leur avaient paru les plus importantes étaient décisives15. La tactique, donc, les intéressait surtout, même si leurs ouvrages abordaient bien d’autres problèmes16. Ce n’est que récemment que le conflit commença à être appréhendé sous les angles les plus variés, même si les idées du polémologue Gaston Bouthoul ne se propagèrent que lentement17.

  • 18  Ces deux ouvrages parurent à Bruxelles et à Cambridge. L’ouvrage de J.-F. Verbruggen n’atteignit n (...)
  • 19  Sean Mc Glynn, « The myths of medieval warfare », p. 2 de l’article publié sur Internet (cf. supra(...)
  • 20  J. F. Verbruggen continue, néanmoins, d’insister sur le milites, cavalier lourd qui permet la vict (...)
  • 21  R. C. Smail, op. cit., p. 25. Voir, en revanche, ce qu’en dit John France, Western Warfare in the (...)
  • 22  Philippe Contamine, La guerre au Moyen Âge, loc. cit. Voir tout particulièrement p. 207 : « Dans s (...)
  • 23  Car, comme le souligne B. S. Bachrach, « Medieval siege warfare, a reconnaissance », The Journal o (...)
  • 24  Ph. Contamine, op. cit., p. 5.
  • 25  John France, Western warfare in the age of the Crusades, 1000-1300, op. cit. ; Helen Nicholson, Me (...)
  • 26  Signalons une thèse récemment soutenue à l’université Lumière Lyon II par Valérie Serdon, Étude ar (...)
  • 27  Comme Gladius ou Château-Gaillard. Voir également le Journal of Military History et la série des C (...)
  • 28  Claude Gaier remarquait, dans ses « Miscellanées militaires médiévales », Le Moyen Âge, t. 101, 19 (...)
  • 29  L’archéologie n’étant pas en reste. Cf. par exemple Éric Crubezy, « Le combattant à l’époque médié (...)
  • 30  Un exemple parmi d’autres, les efforts de Jim Bradbury (The medieval archer, Woodbridge, 1985, réi (...)

6Les historiens militaires insistent, en général, sur le changement de perspective que marquèrent les parutions, respectivement en 1954 et 1956, de De Krijgskunst in West Europa in de Middeleeuwen, ixe tot begin xive eeuw et de Crusading Warfare, 1097-1193, de J. F. Verbruggen et R. C. Smail18. Ces deux ouvrages, et le premier tout particulièrement, rompirent avec la tradition symbolisée par Sir Charles Oman et Hans Delbrück. Ils accordèrent une place fondamentale au recrutement des armées, à leur organisation, à l’entraînement des troupes, ainsi qu’à leur commandement. Ils montrèrent, également, que le chef avait tout intérêt à adopter la stratégie consistant à éviter l’affrontement majeur, le risque d’une bataille rangée pouvant s’avérer fatal19. Il s’agissait, cette fois, d’aller au-delà de la plupart des sources narratives qui magnifiaient le rôle des chevaliers et négligeaient les piétons20 et avaient tendance à schématiser les combats vus, peut-être sous l’influence directe ou indirecte des chansons de geste, comme une succession de duels. Aboutissant à la conclusion que la guerre médiévale n’avait pas forcément pour objectif la destruction des forces de l’ennemi, ils démontrèrent que ceux qui la menaient se fixaient des buts souvent clairement définis, limités. Ils soulignèrent, enfin, et notamment R. C. Smail, l’importance de la possession de places fortes, dont la conquête ou la défense était fondamentale21. Pourtant, aucun d’entre eux ne se penchait vraiment sur la guerre de siège. Il fallut attendre, en fait, la parution de la somme de Philippe Contamine, La guerre au Moyen Âge, pour que lui soit accordée une place un peu plus importante22. Du moins cet ouvrage ouvrit-il la voie à une approche différente de la guerre médiévale23. Désormais, elle est vue comme « un monde en soi24», un fait social, par là même étroitement lié à la société où elle se développe et meurt. Ses visages sont multiples, tout autant donc que les études cherchant à l’appréhender. La recherche s’émiette et se compartimente, mais sans que l’objectif d’élaborer des synthèses pertinentes ne soit abandonné. Aux approches synchroniques s’ajoutent les mises en perspectives diachroniques, de plus en plus nombreuses, le plus souvent limitées à une zone géographique, aire culturelle ou de civilisation25. Art militaire tel que le définissent les manuels de guerre, stratégie et tactique comme les révèlent les sources narratives, modes de combats, armement26, technologie militaire, aspects juridiques et diplomatiques, aspects moraux et religieux, financement des campagnes, recrutement et organisation des armées, guerre navale, guerre obsessive, petite guerre et batailles… : il n’est que de feuilleter les guides bibliographiques récents, de parcourir des synthèses aujourd’hui écrites à plusieurs mains, de se référer à des revues spécialisées27 pour s’apercevoir qu’elles dénotent une volonté de spécialisation, d’élargissement de l’histoire militaire, de renouvellement de ces synthèses28, de dépassement, par la multiplication des angles d’approche29, des certitudes comme des nombreux présupposés qui continuent à peupler l’imaginaire collectif30.

3. Histoire militaire, croisades et Orient musulman

3.1. Histoire militaire des croisades

  • 31  Le chapitre V portait sur « The Muslim armies ». Pour H. Delpech et F. Lot, voir supra, notes 14 e (...)

7L’ouvrage de R. C. Smail fit date. Il portait exclusivement sur les croisades et les États latins d’Orient. Sa portée dans les cercles d’histoire militaire rattacha, beaucoup plus que ne l’avaient fait ses devanciers, et notamment H. Delpech ou F. Lot, le Proche-Orient à « l’aire européenne », décloisonnant quelque peu des « armées de l’islam » qu’on avait jusqu’ici largement eu tendance à négliger31.

  • 32  Voir aussi, et surtout, Christopher Marshall, « Bibliographical Introduction », p. XV-XXXIV de la (...)

8Si depuis sa parution Crusading Warfare n’a pas été remplacé, il a été complété sur nombre de sujets. Il ne s’agit pas, bien entendu, de faire ici une recension exhaustive des travaux publiés depuis 1956, même fondamentaux : les bibliographies existantes, suffisamment riches et variées, sont des guides précieux dans le maelström d’une recherche qui, nous l’avons déjà souligné, est très dynamique, féconde, écrite dans des idiomes variés, pour ne parler que des langues européennes. Nous nous contenterons de souligner les domaines qui nous semblent avoir été notablement enrichis32.

  • 33  Récemment, Alan V. Murray, « The origins of the Frankish nobility of the Kingdom of Jerusalem, 110 (...)
  • 34  Mais de manière très indirecte. Voir par exemple J. Riley-Smith, « Early crusaders to the East and (...)
  • 35  H. E. Mayer, « Le service militaire des vassaux à l’étranger et le financement des campagnes en Sy (...)
  • 36  Jean Richard, « Les Turcoples au service des royaumes de Jérusalem et de Chypre : musulmans conver (...)

9On s’est intéressé aux armées franques, tout d’abord, à leur composition33 et à l’organisation du service, au « nerf de la guerre »34 aussi. On savait depuis longtemps que les armées croisées n’étaient pas monolithiques. Les contingents de la première croisade eurent parfois du mal à s’entendre ; des échauffourées, pour le moins, opposèrent Français et Allemands de la deuxième croisade. Par-delà les brassages ethniques, les marées humaines qui composaient ces armées croisées, aux dires des chroniqueurs, mêlaient nobles et chevaliers, artisans et commerçants, femmes et hommes, clercs et laïcs, cavaliers et fantassins, sans oublier, bien sûr, ce menu peuple qui à l’occasion pesa sur les décisions des chefs, n’hésitant pas, lors des sièges tout particulièrement, à participer aux combats. Diversité donc, diversité qui caractérise, aussi, les armées franques postérieures, celles du roi de Jérusalem, du prince d’Antioche, ou, plus maigres, des comtes de Tripoli et d’Édesse. Diversité ethnique, comme l’atteste par exemple la présence d’éléments locaux, arméniens notamment, sur laquelle on reviendra plus avant dans cet ouvrage. Diversité sociale, aussi et toujours, au Moyen Âge, les fantassins, si peu dépeints par les chroniqueurs, s’adjoignant à des chevaliers dont les conditions de service ont suscité bien des interrogations. Ainsi, H.E. Mayer, dans une étude très détaillée abordant les problèmes financiers des rois de Jérusalem, le service militaire à l’étranger dû par les vassaux et le financement de leurs campagnes à l’extérieur des frontières du royaume, non seulement opta pour une « féodalité incomplète », mais encore chercha à montrer que les ambitions des rois étaient limitées et par leurs difficultés financières, et par l’indépendance des vassaux. D’amples négociations précédaient toutes les campagnes au-delà des frontières35. Il abordait également, en partie, le problème des mercenaires, dont l’ampleur et l’impact est si difficile à préciser, de même que ceux des Turcoples, à l’origine encore incertaine36.

  • 37  Trois monographies importantes existent, en langue française, sur ces États : Claude Cahen, Syrie (...)
  • 38  J. Prawer, « Crusader Security and the Red Sea », Crusading Institutions, Oxford, 1980, p. 473-477 (...)
  • 39  E. G. Rey, Étude sur les monuments de l’architecture militaire des croisés en Syrie et dans l’île (...)
  • 40  Hugh Kennedy, Crusader Castles, Cambridge-New York-Melbourne, 1994. Le premier chapitre, « Prologu (...)
  • 41  H. Kennedy, Crusader Castles, op. cit., notamment p. 19, à propos des castra de type romain que le (...)
  • 42  H. Kennedy, op. cit., p. 18. Le lien avec les fortifications byzantines est selon lui plus ténu ; (...)
  • 43  «Siege warfare in the crusader lands », p. 98-119.
  • 44  Elle l’est aussi par Paul E. Chevedden, The Citadel of Damascus, University of California, Los Ang (...)
  • 45  D. Pringle, The Churches of the Crusader Kingdom of Jerusalem : a corpus, Cambridge, 1993, 3 volum (...)
  • 46  H. Kennedy, op. cit., chap. 9 : « Postscript : crusader castles and the West », p. 186-189. Pour D (...)

10Face à l’ennemi musulman, les stratégies divergèrent selon les lieux et au fil du temps. Là aussi, le royaume de Jérusalem a plus attiré l’attention des chercheurs que les États « moins importants » du nord37. Les Croisés avaient été des bâtisseurs de forteresses ; devant les nombreux vestiges qu’ils léguèrent, on s’est tout naturellement demandé si des campagnes de construction visant à sécuriser les frontières du royaume n’avaient pas été pensées. R. C. Smail avait écarté l’idée d’une telle stratégie ; J. Prawer la défendit finalement, pensant même que les rois de Jérusalem avaient voulu atteindre le désert pour en faire une frontière naturelle38. Tous deux avaient mis à profit les travaux pionniers d’E. G. Rey, l’un des premiers à s’intéresser à la fortification franque en Syrie, et ceux de Paul Deschamps, qui ne portaient pas exclusivement sur ses aspects architecturaux : le rapport entre l’assaut et l’architecture fortifiée fut l’un des axes d’étude de ses monographies sur Les châteaux des croisés en Terre sainte39, récemment continuées, et amplifiées, par Hugh Kennedy40. Ce dernier remarque tout particulièrement, comme Claude Cahen précédemment, l’importance des structures préexistantes au nord de la Syrie, mais rejette toute influence directe des castra musulmans sur l’architecture croisée, au contraire de Denys Pringle41. C’est plutôt du côté de l’architecture castrale arménienne qu’il faut, selon lui, rechercher une influence directe, tout particulièrement dans les constructions de la principauté d’Antioche42. Dans un chapitre consacré à la guerre de siège, il s’intéresse à la dialectique qui s’établit, de facto, entre l’attaque et la défense : les modifications architecturales n’ont-elles pas un lien avec les procédés d’agression ? La sape et les bombardements, tout particulièrement, paraissent avoir attiré l’attention des constructeurs43. La question de l’efficacité de l’artillerie musulmane est ainsi posée44, quel que soit le site attaqué45. Quant au problème des influences des croisades et de l’installation franque en Orient sur l’architecture militaire européenne, il souligne surtout les difficultés à trancher : s’il y eut diffusion de nouvelles techniques d’attaque, on ne peut parler de nouvelles théories d’architecture militaire. Cette prudence est partagée par d’autres chercheurs : si incidences il y eut, elles ne furent, certainement, que partielles, voire épisodiques46.

  • 47  Également appelés ḫānqāh. À Alep, la première résidence de soufis, érigée au début du xiie siècle (...)
  • 48  Jacqueline Chabbi, « Ribāṭ», EI2, t. VIII, p. 510-524 (notamment p. 511, 517, 519, 523). Les artic (...)
  • 49  Elena Lourie, « The confranity of Belchite, the Ribāṭ and the Temple », Viator. Medieval and Renai (...)
  • 50  Outre les ouvrages cités dans la note précédente, Jonathan Riley-Smith, The Knights of St John in (...)
  • 51  M. Benett, « La Règle du Temple as a military manual or “How to deliver a cavalry charge” », Studi (...)

11La combinaison, en des organisations nouvelles, de la croix et de l’épée, du moine et du chevalier, suscita bien des interrogations, pour ne pas parler des réticences de certains clercs, de chroniqueurs tels Guillaume de Tyr. Là aussi la dialectique de l’acculturation s’est finalement, bien que plus tardivement, imposée aux chercheurs : n’y eut-il pas relation, directe ou indirecte, vu les échanges frontaliers nombreux et prolongés entre chrétiens et musulmans, dans les marges espagnoles tout particulièrement, mais aussi au Proche-Orient, entre les ordres militaires et les ribā47 ? Si certaines ressemblances sont frappantes, elles n’ont pas marqué les esprits du temps ; aujourd’hui encore, alors que J. Chabbi ne voit plus les ribācomme des sortes de « couvents militaires » où l’on venait prier et mener le combat saint48, les avis divergent49. Templiers et Hospitaliers ne commencèrent à jouer un rôle militaire fondamental, en Syrie, que dans la seconde moitié du xiie siècle, semble-t-il50. Alors, comme on le verra, leur puissance financière, la discipline de leurs troupes51, permirent aux États croisés de se décharger de l’effort guerrier exigé par la lutte contre des musulmans de plus en plus agressifs.

  • 52  Cf. récemment J. Shepard, « The uses of Franks in eleventh century Byzantium », Anglo-Norman Studi (...)
  • 53  Jean Flori, « Encore l’usage de la lance… La technique du combat chevaleresque vers l’an 1100 », C (...)

12Autre champ qui a attiré l’attention des chercheurs, celui de la tactique et des techniques de combat. On admet généralement que les piétons jouaient un rôle important sur les champs de bataille, même si ce rôle n’est pas, faute d’indications claires des sources, toujours clairement compris. Ne servaient-ils, au fond, qu’en tant que forces d’appoint de ces unités de cavalerie que longtemps on vit comme les reines de la bataille ? Ou avaient-ils une fonction certes obscure, dédaignée par des chroniqueurs puisant dans le fond épique pour rédiger des récits attrayants, mais néanmoins fondamentale, décisive même, de celle qui empêchait la déroute, provoquait la victoire, menait à la défaite ? Ces questions restent encore, pour partie, sans réponse. D’ailleurs, on s’est aussi beaucoup interrogé sur la façon de combattre des cavaliers. L’époque d’adoption généralisée de la charge « lance couchée » par les chevaliers occidentaux a été notamment débattue. Ils transformaient ainsi la lance, arme de jet par excellence, en une redoutable et redoutée arme de choc. Ce problème déborde, bien entendu, l’aire européenne : des mercenaires francs, normands notamment, combattaient à la fin du xie siècle dans l’armée byzantine52; la croisade, aussi, donna lieu à des récits écrits dans des langues variées  arabe et latin, arménien, syriaque ou grec… – qui décrivent des combats, s’étendent, à l’occasion, sur la manière de combattre des hommes venus d’Occident. Jean Flori exploite ainsi les chroniques de la première croisade, pour essayer de montrer une adoption progressive de la charge lance couchée dès la fin du xie siècle53.

  • 54  A. Forey, « The Military Orders and the Ransoming of Captives of Islam (twelfth to early fourteent (...)
  • 55  Jean Flori, « L’Église et la guerre sainte de la Paix de Dieu à la Croisade », Annales, t. XLVII, (...)
  • 56  Femmes dont le rôle pendant les croisades n’a toujours pas été restitué à sa juste valeur, même si (...)
  • 57  Voir la Bibliographie. Pour les croisades : Anne Hyland, The Medieval Warhorse from Byzantium to t (...)
  • 58  Surtout (mais voir, également, Bibliographie) David Nicolle, Arms and Armour of the Crusading Era, (...)

13Bien d’autres aspects de l’histoire militaire des croisades ont attiré l’attention des chercheurs. Ainsi des captifs, dont on essaie de retracer, outre le prix, les parcours, les conditions de détention, les espoirs et possibilités d’élargissement54. Ainsi de l’idéologie sous-jacente aux croisades, des mentalités des hommes qui y participèrent et de la guerre sainte dans le domaine chrétien ; Jean Flori, notamment, a essayé de retracer la lente maturation de ce concept55. D’autres domaines ont été peu abordés, comme la participation des femmes aux combats56, ou les chevaux, si importants, reconnaît-on depuis longtemps, dans la guerre médiévale57. Faute de fouilles suffisantes, l’armement des Croisés n’a pas non plus été l’objet d’études systématiques, même si les études de détail sont nombreuses, et si, surtout, les travaux de David Nicolle, à partir des reproductions qu’il a pu réunir, accordent une place importante à l’équipement des Latins d’Orient58.

3.2. Le domaine musulman dans l’historiographie militaire des croisades : quelques remarques

  • 59  « La croisade, acte psychanalytique qui marque la rencontre de l’Orient et de l’Occident, de l’isl (...)
  • 60  Claude Cahen, Orient et Occident au temps des Croisades, Paris, 1983, p. 7. Cf. aussi Giles Consta (...)
  • 61  Cf. ci-dessus, note 7 ; R. Irwin, « Islam and the Crusades 1096-1699 », dans Jonathan Riley-Smith (...)
  • 62  Voir essentiellement Peter Partner, God of Battles. Holy Wars of Christianity and Islam, Princeton (...)
  • 63  John France, Victory in the East. A Military History of the First Crusade, Cambridge, 1994, compor (...)
  • 64  L’ouvrage d’Everett U. Crosby, Medieval Warfare. A Bibliographical Guide, New York et Londres, 200 (...)
  • 65  The Crusades, Londres, Osprey, « Essential Histories 1 », réimpression 2001.
  • 66  Le Recueil des historiens des croisades, surtout.

14Moment exceptionnel qui, pour Alphonse Dupront, est surtout celui de la rencontre entre deux mondes, entre la chrétienté et l’islam59, la croisade fut certes de prime abord un phénomène occidental, mais ne s’en insérant « pas moins dans une certaine conjoncture orientale60». Cette remarque de Claude Cahen a une vingtaine d’années. Elle a porté ses fruits : on traite beaucoup plus, nous l’avons dit, des perceptions musulmanes de la croisade, de ses effets sur les sociétés orientales61. Certains chercheurs adoptent même, afin de dénouer les fils de l’interférence d’un monde sur l’autre, une approche comparatiste62. Cela ne signifie pas, loin s’en faut, que toutes les œuvres évoquées ci-dessus tiennent compte de cette « conjoncture orientale » ; ni qu’on s’interroge forcément sur les armées musulmanes et sur les pratiques de la guerre en Orient, ainsi que l’avait précocement fait R. C. Smail63. En fait, l’idée que l’histoire militaire des croisades doit être distincte de celle des territoires musulmans a encore cours64. En accordant une place égale aux belligérants, dans un petit opuscule, David Nicolle est assez original pour qu’on le souligne65. D’ailleurs, que les armées orientales soient évoquées, et c’est trop souvent à travers le prisme de sources latines qui véhiculent aussi d’intéressants topoi mais à étudier pour eux-mêmes, de sources orientales depuis longtemps (mal) traduites66, d’ouvrages certes encore utiles mais aux conceptions datées.

  • 67  Voir les ouvrages de H. Delbrück, de G. Koehler, de Ch. Oman et de F. Lot cités en note 14.
  • 68  Henri Delpech, La tactique au XIIIe siècle, 2 volumes, Paris, 1886 ; cf. ce qu’en dit F. Lot, L’ar (...)
  • 69  Idée dont on trouve des échos dans des ouvrages très divers. Il n’est pas inintéressant de lire, p (...)
  • 70  John France, « Technology and the success of the First Crusade », dans Y. Lev (éd.), War and Socie (...)
  • 71  Cf. surtout « The Crusades and the technological thrust of the West », dans V. J. Parry et M. E. Y (...)

15Si, avant la Seconde Guerre mondiale, les armées musulmanes furent quelque peu étudiées, c’est notamment parce que l’impact des croisades sur l’art militaire était un des axes du questionnement des historiens militaires67. Les croisades avaient-elles donné lieu à des expérimentations ? N’avaient-elles pas constitué un moment privilégié pendant lequel la tactique avait pu retrouver le lustre qu’elle avait perdu depuis l’Antiquité ? Et qui, des belligérants, s’était le plus et le mieux adapté au « choc des cultures », imposant sa marque et provoquant des évolutions décisives ? Autant de questions que se posa, par exemple, l’historien Henri Delpech, qui ne se contenta pas de s’inscrire en faux contre l’habitude, prise depuis la Renaissance, de déconsidérer la science militaire du Moyen Âge, pour autant qu’on admît qu’il y en eût une : il mit l’expérience croisée au centre de son analyse. Si le Moyen Âge avait connu une tactique élémentaire comme une stratégie élaborée, c’était, en grande partie, de leur fait. Sous leur influence, l’art militaire avait été renouvelé, transformé et enrichi68. La croisade était donc un ferment, une expérience féconde grâce à laquelle les armées d’Occident avaient pu progresser69, et ainsi asseoir leur supériorité tactique et technique. De cette idée de supériorité technique, les histoires militaires qui précèdent le Crusading Warfare de R. C. Smail sont pétries. Elle allait de soi. Ainsi les succès de la première croisade étaient-ils expliqués (et plus largement la précellence de l’Occident) dans une sorte de transposition de l’ascendant technique de l’Europe industrielle et conquérante aux temps médiévaux. Toujours est-il que la supériorité technique des armées de la croisade a longtemps été admise, mais sans tentative de démonstration70, du moins avant les efforts de L. White Jr71, selon lequel :

  • 72  L. White, loc. cit., p. 100-101. Contra, l’article de John France, loc. cit. (voir notamment p. 17 (...)

« […] il est clair que le succès initial des croisades dépendit, dans une certaine mesure, d’armes et d’une coordination supérieures des envahisseurs, et que l’expulsion de la ‘‘loi latine’’ du continent asiatique presque deux siècles plus tard fut en partie provoquée par le fait que les musulmans avaient appris à combattre comme des Francs72».

  • 73  Cf. notamment J. France, Western Warfare, op. cit., p. 220 ; Id., « Crusading warfare and its adap (...)
  • 74  David Nicolle, Arms and armour of the Crusading Era 1050-1350. Western Europe and the Crusader Sta (...)

16On notera que, pour ce spécialiste de la technique médiévale, si influence il y avait eu, en matière militaire, c’était dans le sens Ouest-Est. Les musulmans, soit les Turcs, avaient adapté leur méthode de combat, de même que l’avaient fait ceux d’Espagne. Au contraire, on a plutôt souligné, récemment, les adaptations des armées franques aux modus belli orientaux73, tout en soutenant l’interaction en matière d’innovations techniques, qui se seraient plutôt diffusées d’est en ouest74.

  • 75  Claude Cahen, « Les changements techniques militaires dans le Proche-Orient médiéval et leur impor (...)
  • 76  Se reporter, aujourd’hui, à A. Y. Al-Hasan et D. R. H. Hill, Sciences et techniques en islam. Une (...)
  • 77  Cf. néanmoins V. J. Parry, « Warfare », dans P.M. Holt, A. K. S. Lambton, B. Lewis (éd.), The Camb (...)
  • 78  Sur les premiers auteurs, supra, note 14 ; pour Philippe Contamine, note 11. Pour les ouvrages en (...)
  • 79  J. T. Reinaud, « De l’art militaire chez les Arabes au Moyen Âge », JA,sept. 1848, p. 193-238(dont (...)
  • 80  Voir aussi ses développements sur la composition mixte des armées (« Art militaire », art. cit., p (...)

17Les travaux sur les techniques militaires dans le Proche-Orient médiéval sur lesquels L. White Jr avait pu s’appuyer étaient très peu nombreux75. Aucun ouvrage de synthèse en langue occidentale n’existait alors sur ce sujet 76, pas plus, d’ailleurs, que sur la guerre dans le monde musulman. Cette lacune n’a pas été comblée : rien n’équivaut, dans une langue européenne, du moins à notre connaissance, aux livres de Gustav Koehler, Hans Delbrück, Sir Charles Oman, Ferdinand Lot, J. F. Verbruggen ou même Philippe Contamine77. Les seuls ouvrages généraux rédigés en arabe, difficilement accessibles par ailleurs, n’ont pas été traduits78. Ont donc longtemps  au moins jusqu’à ce que la nouvelle édition de l’Encyclopédie de l’Islam soit suffisamment avancée et diffusée  fait office de point de départ des recherches sur ce domaine les travaux, il est vrai pionniers, novateurs en leur temps, de J. T. Reinaud, surtout ses articles « De l’art militaire chez les Arabes au Moyen Âge » et « Du feu grégeois, des feux de guerre, et des origines de la poudre à canon chez les Arabes, les Persans et les Chinois » (écrit en collaboration avec M. Favé)79. De ses conceptions, qui ont marqué durablement la recherche historique, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale au moins, on retiendra80:

  • 81  Comparer à ce qu’écrit Joseph-François Michaud (membre de l’Académie française et de l’Académie de (...)
  • 82  J. T. Reinaud, « De l’art militaire… », art. cité, p. 198-199. Sur les débuts de l’islam, voir dés (...)

« La bravoure des Arabes est un fait admis de tous81. Ils n’étaient pas des guerriers vulgaires, ces hommes qui, se laissant entraîner par les prédications de Mahomet et de ses premiers disciples, envahirent, en quelques années, la plus belle partie de l’ancien monde. Mais rien n’indique que les Arabes eussent, dès cette époque, adopté une tactique particulière : le courage et l’enthousiasme étaient leurs principaux éléments de succès. Ce fut plus tard, notamment pendant les guerres des croisades, que les Arabes perfectionnèrent leurs institutions militaires. À cette époque, les guerriers de l’Orient et de l’Occident se trouvèrent en présence. La lutte n’était pas seulement entre les chrétiens et les musulmans ; les Tartares, sortis de leurs déserts sous la conduite de Djendiz-Khan et de ses enfants, avaient conquis la Perse, la Mésopotamie, la Syrie et l’Asie Mineure ; ils s’avancèrent jusqu’aux portes de l’Égypte. De ce concours de nations naquit un nouvel art, qui s’enrichit d’emprunts faits à chaque peuple ; et sans doute cet art n’était pas méprisable, puisqu’il permit aux musulmans de chasser les guerriers de l’Occident de la Terre sainte, et que la cavalerie des Mamelouks, qui en était la dernière trace, ne tomba que dans des temps récents, devant la discipline française82. »

18Par delà la confusion manifeste entre Arabes, Turcs et Kurdes et le fait qu’il est question des Mongols alors qu’en 1260, quand ceux-ci arrivèrent enfin en Palestine, la croisade était pratiquement terminée, on retrouve ici la conception plus tard développée par Henri Delpech : la croisade est un ferment. Elle a donné naissance à un « nouvel art » militaire, par un « concours de nations » – chrétiens, musulmans et mongols. Les Arabes ont pu acquérir une « tactique », perfectionner leurs « institutions militaires », ce qui leur permit de « chasser les guerriers de l’Occident de la Terre sainte ». Comment ne pas souligner, aussi, la proximité entre J. T. Reinaud et l’idée développée par L. White Jr sur l’appropriation par les musulmans des techniques de combat franques ? Les lignes suivantes, dues à la plume du général Daumas, développent également une conception proche(même si les évolutions décisives sont ici implicitement attribuées aux Mongols) :

  • 83  Principes généraux du cavalier arabe, Paris, 1854, cité par M. D. Sedra, Guerre, fortification et (...)

«[…] la conquête arabe ne semble pas avoir profité de plans préconçus. Ce fut bien l’armée mongole qui, au xiiie siècle, se caractérisa par l’organisation des campagnes, utilisant à fond un service de renseignements, la coordination des mouvements s’effectuant souvent à des milliers de kilomètres les uns des autres83. »

3.3. L’histoire militaire de l’Orient musulman

  • 84  Il n’existe pas plus, à notre connaissance, d’instrument bibliographique, si ce n’est l’ouvrage dé (...)
  • 85  Parmi les ouvrages récents : Mark C. Bartusis, The Late Byzantine Army. Arms and Society, 1204-145 (...)
  • 86  Maya Shatzmiller, art. cité, p. 247. L’Encyclopédie de l’Islam (2e édition) comporte nombre d’entr (...)
  • 87  Voir les sections qui s’y rapportent, directement ou indirectement, dans l’Index Islamicus. Voir a (...)
  • 88  Il va sans dire que, vu l’extension du domaine musulman, au Moyen Âge, il n’est pas question ici d (...)

19Nous avons déjà souligné l’absence d’ouvrage de synthèse sur la guerre dans le monde musulman médiéval84. Cela ne signifie pas que le sujet n’a pas intéressé les historiens, loin s’en faut : si la production n’atteint pas le niveau quantitatif de celle traitant de la guerre dans l’Europe médiévale ou dans le domaine byzantin85, elle n’est ni négligeable ni diversifiée, mais dispersée86. Les études militaires font plutôt preuve, depuis une trentaine d’années, d’un certain dynamisme87, même si beaucoup reste à faire88.

  • 89  M. Shatzmiller, « The Crusades and Islamic Warfare », art. cité, p. 247 ; J. T. Reinaud, « Art mil (...)
  • 90  M. Shatzmiller, art. cité, p. 248.
  • 91  Cf. notamment Louis Mercier, La parure des cavaliers et l’insigne des preux, Paris 1924 ; H. Ritte (...)

20L’article mentionné plus haut de J. T. Reinaud s’intéressait surtout aux manuscrits de traités militaires qu’il avait pu étudier, à la Bibliothèque nationale de Paris ou dans d’autres lieux en Europe. Il en proposait une chronologie. La plupart était d’époque mamelouke, ce qui joua certainement un rôle dans sa conception d’un système militaire enfin digne de soi, dans le monde musulman, après le xiiie siècle. Pourtant, mais nous y reviendrons, il reconnaissait que la tradition des traités d’art militaire remontait aux premiers siècles de l’islam. Paradoxe donc, qu’il ne chercha pas vraiment à analyser89. Toujours est-il qu’il fit des émules : une fraction des travaux traitant de l’histoire militaire du monde musulman médiéval a ensuite tenté de corriger et compléter la chronologie – en grande partie confuse et erronée90 – qu’il avait établie91.

21Sur un plan chronologique, toutes les époques n’ont pas également intéressé les chercheurs arabisants ; des distorsions importantes existent. Globalement, les armées de la conquête arabe et celles de l’époque mamelouke ont été privilégiées, peut-être parce que les sources sont alors plus abondantes ou que ces deux périodes sont cruciales pour l’islam, le phénomène militaire semblant y jouer un rôle plus prononcé qu’à d’autres moments. Le même intérêt se retrouve pour le processus de professionnalisation qui prend place entre ces deux périodes, sous la forme d’esclaves, turcs pour la plupart.

  • 92  Cf. Hugh Kennedy, The armies of the Caliphs, op. cit., p. 2-14.
  • 93  Sur tout ceci, et ce qui suit, voir M. Canard, « L’expansion arabe : le problème militaire », dans (...)
  • 94  H. Kennedy, op. cit., p. 3, 14.
  • 95  F. M. Donner, The early Islamic conquests, op. cit., p. 251-271 (notamment p. 268-269) ; Claude Ca (...)
  • 96  H. Kennedy, op. cit., p. 4. Toujours est-il que l’armée byzantine était encore, lors de l’invasion (...)
  • 97  D. R. Hill, loc. cit. ; H. Kennedy, op. cit., p. 6.

22La rapidité de la conquête, l’effondrement des deux puissances orientales – byzantine et sassanide – donnèrent lieu à des interprétations multiples facilitées par le foisonnement de sources arabes qu’on manie aujourd’hui avec précaution92. C’est surtout par les faiblesses de l’ennemi qu’on a longtemps – ainsi J. T. Reinaud plus haut – expliqué les victoires. Le facteur moral – à savoir la motivation supérieure de forces musulmanes galvanisées par une foi fraîche et neuve – était, et continue, à être mis en avant. On voyait, au moins jusqu’au début des années 1960-1970, l’armée des conquérants comme une armée essentiellement arabe, bédouine, de cavaliers. Si elle n’est pas toute autre, la réalité semble pourtant bien différente93. La conquête avait bien été permise par des victoires militaires (notamment celles de Yarmūk en Syrie et d’al-Qādisiyya en Iraq) sur un ennemi organisé, aux modes de combats éprouvés. Il fallait donc les expliquer, stratégiquement et tactiquement, et dépasser les considérations d’ordre général touchant à la légende, si souvent mises en avant en histoire militaire. En l’état actuel des recherches, et alors qu’on essaie d’exploiter plus méthodiquement les sources byzantines, syriaques ou arméniennes, quand elles existent, et de les comparer aux sources arabes, les chercheurs insistent sur la nécessité d’être prudent : stratégies et tactiques des belligérants, composition des armées, armement même… sont difficiles à déterminer avec précision. Il semblerait que les sources arabes, postérieures aux événements, ont décrit des armées à l’image de celles qui existaient aux premiers temps du califat. La chronologie même des conquêtes n’est pas certaine94. Prudence méthodologique, donc ; prudence qui n’empêche pas l’historien d’énoncer certaines propositions95: les troupes musulmanes constituaient bien une armée, et non une vague de migration tribale ; elles étaient composites, l’infanterie et la cavalerie étant étroitement solidaires, cette dernière combattant souvent à pied, et transportant la première96; elles bénéficièrent de défections – des Perses et des Grecs, par exemple, les rejoignirent. Certainement moins nombreuses que leurs adversaires, peut-être moins bien équipées (mais certains soldats auraient été munis de cottes de mailles et de casques en fer), peu au fait des techniques de siège, elles auraient sans doute dû leur succès, en sus de l’indéniable avantage que confère une motivation de loin supérieure à celle de l’ennemi, à une mobilité très intelligemment exploitée97.

  • 98  Sur l’époque et le régime mamelouk, voir P.-M. Holt, The Age of the Crusades : The Near East from (...)
  • 99  « Cavaliers turcs et civils sunnites dans l’historiographie arabe classique », dans V. Bouilli et (...)

23À partir de la deuxième moitié du ixe siècle, l’armée musulmane évolua rapidement vers une armée de combattants professionnels non arabes. Parmi eux, l’élite fut progressivement – mais non exclusivement, du moins au début – composée d’esclaves, dont les plus recherchés étaient les Turcs. Les siècles suivants furent ceux de la montée en puissance de ces Turcs, esclaves ou non. Au terme d’un processus complexe et contrasté géographiquement, processus qui vit notamment la soldatesque turque devenir détentrice du pouvoir, un régime militaire original s’installa, en Égypte tout d’abord98. Thierry Bianquis a récemment souligné99 qu’

« il semblerait que le nouvel ordre politique n’a pas été mis en place contre la volonté de l’ensemble des civils arabes sunnites qui auraient tenté de défendre une conception d’un pouvoir populaire, partagé entre souverain et sujets, mais avec le plein accord de certaines élites ».

  • 100  Bibliographie de ses travaux dans A. Elad, « A bibliography of David Ayalon’s Publications », dans (...)
  • 101  D. Ayalon, Phénomène mamelouk, op. cit., I. « Le phénomène mamelouk ».
  • 102  Patricia Crone, Slaves on horses. The evolution of the Islamic polity, Cambridge, 1980 ; Daniel Pi (...)
  • 103  Jean-Claude Garcin, « Le système militaire mamluk et le blocage de la société », AI, t. XXIV, 1988 (...)
  • 104  Thierry Bianquis, « Claude Cahen, historien de l’Orient arabe médiéval. Analyse et prospective », (...)
  • 105  Voir par exemple Claude Cahen, « Le rôle des Turcs dans l’Orient musulman médiéval », Bibliothèque (...)
  • 106  Th. Bianquis, loc. cit., p. 13-14 ; du même auteur, « La fortune politique du cavalier turc en Syr (...)
  • 107  Par exemple C. E. Bosworth, « Recruitment, muster and review in medieval Islamic armies », dans V. (...)
  • 108  Voir la controverse ayant opposé D. Ayalon et R. S. Humphreys : D. Ayalon, « Aspects of the Mamluk (...)
  • 109  Anne-Marie Eddé, « Kurdes et Turcs dans l’armée ayyoubide de Syrie du Nord », dans Y. Lev (éd.), W (...)

24C’est à David Ayalon100 qu’on doit la description d’un « phénomène mamelouk » arrivant selon lui à maturation sous les Mamelouks égyptiens, et se poursuivant même sous les Ottomans. Dans la lignée de l’analyse khaldounienne, il lui attribue un rôle salvateur : face à l’ennemi occidental inventant une nouvelle civilisation, les mamelouks auraient permis à l’islam de se régénérer, de résister puis de continuer à se développer, en Afrique notamment, en Europe aussi, par l’intermédiaire des Ottomans101. Cela ne l’empêcha pas, et ses continuateurs plus encore102, de concevoir ce phénomène comme sclérosant la société : le développement, dès le xe siècle, d’une classe militaire aurait bloqué toute montée en puissance d’une bourgeoisie capitaliste en territoire musulman103. Jean-Claude Garcin, refusant les généralisations excessives de David Ayalon, préfère quant à lui insister sur les multiples aspects de la régénération constituée par l’importation d’esclaves turcs, et, plus globalement, sur les autres facteurs d’assimilation aux sociétés musulmanes par le biais de l’institution militaire, commerce, administration, élévation au savoir, participation aux réseaux de piété104. Sur un plan strictement militaire, leur apport, dès le début de l’islam, a été discuté. C’est sur leur efficacité, surtout, qu’on a glosé105. N’étaient-ils pas des archers montés hors pair, capables de faire la différence avec leur arc, ainsi que le proclament les sources arabes dans une belle unanimité ? Ne faut-il pas, plutôt, leur attribuer une habileté remarquable d’escrimeurs, indispensable pour forcer la décision, sur le champ de bataille106? Leur importance quantitative, aussi, a donné lieu à discussion ; alors, on s’interrogeait en fait sur la composition des armées de l’Orient musulman médiéval. Leur caractère composite – hommes libres, esclaves, ethnies diverses – est en général reconnu107, même si l’importance de l’élément turc, indéniable, pose question, tout particulièrement en ce qui concerne les armées zankide puis ayyoubide108. Dans l’armée ayyoubide, les groupes nés libres – kurdes notamment – étaient nombreux ; dans la principauté d’Alep, Anne-Marie Eddé a même montré que la dichotomie Turcs/Kurdes n’était pas forcément justifiée ; on trouve, par exemple, trace d’émirs arméniens d’origine servile109.

  • 110  Sur le rôle des Turcs, plus généralement, voir l’article déjà cité de Claude Cahen, « Le rôle des (...)
  • 111  D. Ayalon, « Notes on the Furūsiyya Exercises and Games in the Mamlūk Sultanate », Scripta Hieroso (...)

25Le critère ethnique110, important dans la composition des armées musulmanes, paraît avoir recoupé, au moins en partie, le critère des armes. Ainsi, les Turcs, libres (Turcomans) ou non, sont vus par les sources médiévales – et par les historiens contemporains – comme des cavaliers, les esclaves noirs comme des fantassins… En ce qui concerne l’infanterie, de toute façon, les chroniqueurs orientaux ne se distinguent guère de leurs pendants latins : elle ne les intéresse pratiquement pas, sauf exception. Peut-être est-ce d’ailleurs une des raisons de l’absence de toute étude systématique de son rôle. Au contraire, les cavaliers (mamelouks surtout) sont mieux connus. Les traités militaires d’époque mamelouke ont été exploités, de même que certaines chroniques tardives, notamment en ce qui concerne l’entraînement ou, récemment, l’armement et la tactique111.

  • 112  R. Elgood (éd.), Islamic Arms and Armour, Londres, 1979 ; D. Nicolle (éd.), A companion to medieva (...)
  • 113  Ludvik Kalus, Contribution à l’étude des boucliers circulaires de l’Orient musulman, thèse de 3e c (...)
  • 114  3 volumes, université de Paris IV Sorbonne, 1989. Du même auteur, « L’impact des techniques milita (...)
  • 115  La bibliographie de David Nicolle est très riche, et inégale. Ses travaux les plus importants, don (...)

26Par-delà la période mamelouke, notre connaissance de l’armement utilisé par les différents types de combattants reste partielle, et ce malgré les travaux très importants qui lui ont été consacrés. Les chercheurs se servent, en sus des rares (surtout pour les périodes les plus reculées) découvertes archéologiques, de sources variées – miniatures, sculptures, dessins les plus divers, descriptions éparses dans les sources écrites… –, qui appellent la pluridisciplinarité. Mentionnons, outre deux ouvrages collectifs112, l’étude des boucliers circulaires de l’Orient musulman réalisée par Ludvik Kalus113, la thèse non publiée, à notre connaissance, de Shihab al-Sarraf sur L’archerie mamelouke (648-924/1250-1517)114 et surtout les recherches menées depuis plus d’une trentaine d’années par David C. Nicolle. À partir d’un corpus exhaustif de représentations iconographiques, il souligne l’extraordinaire diversité de l’armement oriental, ouvert aux influences les plus diverses, image, peut-être, d’une malléabilité générale de tout ce qui touche à la guerre, en Orient, où l’un des maîtres mots, en matière de tactiques et de modes de combats, pourrait bien être « adaptation115».

  • 116  Cf. néanmoins Thierry Bianquis, « La fortune politique du cavalier turc en Syrie au XIe siècle. Él (...)
  • 117  A.-M. Eddé, F. Micheau, « Sous les murailles d’Alep : assaillants et défenseurs de 351/962 à 658/1 (...)
  • 118  Thierry Bianquis, « Le qasr de Damas », loc. cit., p. 10-11.
  • 119  C. Tonghini, E. Donato, N. Montevecchi et M. Nucciotti, « The evolution of masonry technique in Is (...)
  • 120  Les citadelles de Damas et du Caire font l’objet de fouilles archéologiques, sous la direction de (...)

27Si les vues globales demeurent rares116, plusieurs aspects de la guerre sont aujourd’hui abordés et font l’objet de travaux multiples, même si des sources touffues, parfois non publiées, restent à dépouiller. Des études sont menées sur la défense des villes, dont l’une des clés serait la capacité de la population à participer activement aux engagements117. Les techniques de combat restent, en fait, mal connues ; c’est peut-être tardivement, à partir des Seldjouqides seulement, que les armées musulmanes orientales maîtrisent la guerre obsessive118. D’une manière plus générale, des recherches sur tous les types de fortifications sont en cours, afin de renouveler, par une approche combinant l’examen des textes et les fouilles archéologiques, les travaux de K. A. C. Creswell. Afin de combler, aussi, pour les xiie-xiiie siècles, le retard considérable pris sur l’étude des fortifications croisées, et notamment des châteaux. Certains sites importants ont longtemps attendu d’être fouillés, comme Šayzar, le célèbre château munqiḏite, en Syrie119. Quelques places fortes, comme Maṣyāf, capitale un temps des Ismaéliens, font l’objet de recherches de plus longue haleine. Les fortifications d’époque ayyoubide concentrent l’essentiel des efforts120.

  • 121  Il va de soi que seul l’aspect guerrier du concept nous intéresse ici, à savoir donc le ǧihād mine (...)
  • 122  Mustansir Mir, « Jihād in Islam », dans H. D. Shakeel, R. A. Messier (éd.), The Jihād and its time (...)
  • 123  Cf. par exemple E. Fagnan, Le Djihad ou la guerre sainte selon l’école malékite, Alger, 1908.
  • 124  E. Fagnan, op. cit. ; E. Tyan, « Djihâd », EI2, t. II, p. 551-553 ; M. Khadduri, Peace and War in (...)
  • 125  Emmanuel Sivan, L’islam et la croisade ; Michael Bonner, Aristocratic Violence and Holy War. Studi (...)
  • 126  M. Bonner, Aristocratic violence, op. cit., p. 1.
  • 127  Jacqueline Chabbi, « Ribāṭ», EI2, t. VIII, p. 510-524 (citations p. 516).

28Autre visage de la guerre de plus en plus étudié, son aspect « moral », ou plutôt idéologique. Nous pensons surtout au ǧihād121, dont l’étude a, dans une certaine mesure, occulté dans les études contemporaines les autres types de motivation au combat, qu’elles soient d’ordre psychologique ou matériel. Si ce concept original, polysémique, difficile donc à appréhender, encore parfois traduit par l’expression il est vrai réductrice « guerre sainte » (holy war)122, avait depuis longtemps attiré les chercheurs123, c’était surtout dans une perspective théorique juridique et théologique124. Les ouvrages d’Emmanuel Sivan et de Michael Bonner ont une toute autre ambition125. Le second, plus récent, analyse l’histoire du ǧihād comme une composante de l’histoire de la frontière arabo-byzantine, sous les Omeyyades et au début du califat abbasside (viie-ixe siècles de l’ère chrétienne). Il souligne l’importance des « doctrines islamiques collectivement connues sous le nom de jihād126» dans l’histoire sociale de ces régions, et conclut que les combattants des ṯuġūr – ġulām et autres soldats professionnels ou volontaires du ǧihād (mutaṭawwi‘ ou ġāzī) – ne purent finalement ni y exercer un véritable contrôle, ni y former une aristocratie guerrière. Le ǧihād a donc selon lui un important rôle social, puisque c’est dans son expression que ces combattants purent trouver leur épanouissement, empêchant donc que l’aristocratie, naissante en islam, prît son envol. Au contraire, elle s’éteignit. Par delà ces considérations, c’est sur ce rôle qu’il est en totale opposition avec Jacqueline Chabbi, qui incite à la prudence vis-à-vis de textes souvent postérieurs aux événements décrits. Selon elle, les « représentations » du ǧihād paraîtraient, en fait, « surtout proposer une réécriture, et plus encore une moralisation et une idéalisation du passé, dont la nécessité ne se serait imposée que bien après les faits ». Néanmoins, une fois cette représentation du passé imposée, elle allait agir « sur certains aspects de la guerre elle-même, et sur ceux qui y participent, sans compter qu’elle [allait pouvoir] être utilisée dans la politique califale de la frontière127».

  • 128  M. Bonner, Aristocratic violence, op. cit., p. 2 et 3.
  • 129 Ibidem, p. 156.
  • 130  Cf. notamment, parmi les travaux renouvelant et complétant la thèse d’E. Sivan : H. Dajani-Shakeel (...)

29Il est intéressant de remarquer que M. Bonner débute son travail sur une comparaison entre les situations de l’Europe à la veille des croisades et du Proche-Orient musulman à l’époque omeyyade et au début du califat abbasside. C’est à partir du constat qu’un des facteurs décisifs menant à la fermentation et à la poussée de l’idée de croisade, en Europe, avait été une violence véhiculée par les chevaliers et leur « retenue » – soit une violence aristocratique , et en postulant qu’un parallèle peut être fait entre les deux aires de civilisation à des époques différentes, qu’il décide de s’intéresser à « l’aristocratie » des débuts de l’islam128. Le parallèle, en fait, ne s’arrête pas là : la noblesse, en Europe occidentale, fut intégrée socialement, après la première croisade ; il n’en fut pas de même pour son pendant musulman, jusqu’à la reconquête byzantine. Néanmoins, selon M. Bonner, cette intégration ne fut que repoussée ; elle eut lieu sous Nūr al-dīn et surtout sous Saladin, par la force des choses, du fait de la réponse à la première croisade communément appelée « contre-croisade », qui vit l’alliance entre les militaires et les élites urbaines se réaliser129. Il s’appuie pour cette démonstration sur l’ouvrage d’Emmanuel Sivan, L’islam et la croisade. Idéologie et propagande dans les réactions musulmanes aux Croisades, paru il y a plus de trente ans. Parmi les questions que ce dernier auteur se pose, celle de l’instrumentalisation, ou non, de la doctrine du ǧihād, est centrale, comme dansl’article de J. Chabbi. Il y eut bien, pour lui, réaction idéologique à la croisade, réaction qu’il se propose de périodiser, tout en ayant conscience des difficultés méthodologiques de la tâche (comment, en particulier, discerner attitudes préexistantes et attitudes créées ; comment mesurer l’action des idées sur les mentalités ; comment ne pas dépendre de sources partielles, urbaines et « officielles »…). Il fait de la prise d’Édesse par Zankī, en 1144, une date clé. C’est avec ce souverain que les milieux militaires sont peu à peu touchés par la doctrine du ǧihād ; après lui, deux thèmes dominent : la réalisation de l’unité musulmane et la reconquête (mais le thème n’apparaît que progressivement) de Jérusalem. Le règne de Saladin est vu comme un aboutissement, tout particulièrement en ce qui concerne Jérusalem. Si le travail d’Emmanuel Sivan reste l’ouvrage de référence sur le sujet, la périodisation qu’il propose a été contestée et modifiée, notamment pour ce qui est de la réaction initiale à la croisade et l’attitude adoptée pendant les deux premiers tiers du xiie siècle130.

  • 131  Cette thèse n’a jamais été éditée. Voir aussi, du même auteur, « L’organisation militaire des Ayyo (...)
  • 132  Cf. p. 335-336 : « C’est pourquoi il y a tout lieu de croire que la politique de guerre qui fut im (...)
  • 133  Islamic perspectives, op. cit. Deux chapitres sont consacrés à « Armies, arms, armour and fortific (...)
  • 134  Cf. supra, notes 2 et 3.
  • 135  Claude Cahen, « L’administration financière de l’armée fatimide d’après al-Makhzumî », Jesho, vol. (...)
  • 136  Sur les relations diplomatiques entre Francs et musulmans, cf. M. A. Köhler, Allianzen und Verträg (...)
  • 137  Outre l’étude de N. Élisséeff sur Nūr al-dīn, voir H. S. Fink, « Mawdud of Mossoul, precursor of S (...)
  • 138  Christopher Marshall, Warfare in the Latin East, 1192-1291, Cambridge, 1992.

30Il n’existe pas, en fait, d’histoire militaire de cette période – et de tout le douzième siècle –, en Syrie, si ce n’est l’ouvrage pionnier déjà signalé de R. C. Smail, qui, rappelons-le, est exclusivement basé sur des sources franques et quelques sources orientales traduites, ne traite pas de la guerre de siège et est daté sur bien des plans, tout particulièrement pour ce qui est des armées musulmanes. On peut lui ajouter la thèse sur Les institutions de l’Égypte au temps des Ayyoubides soutenue par Salah Elbeheiry à l’université Paris IV en 1971. À rebours de ce que son titre peut laisser penser, cette thèse ne se limite ni à l’Égypte ni à la période ayyoubide131. Très documenté, ce travail se penche en effet également sur la période zankide voire même, à l’occasion, sur les institutions militaires seldjouqides. À partir d’une connaissance approfondie des sources d’époque ayyoubide et mamelouke qu’il passe au crible de l’analyse lexicographique, l’auteur construit ce qui apparaît, au fil de la lecture, comme une sorte d’idéal type : une armée ayyoubide certes héritière de l’armée zankide et « mère » de l’armée mamelouke, mais surtout une armée centralisée et très structurée, monolithique, disciplinée, composée de soldats d’élite très entraînés à des tâches précises. Un instrument efficace, donc, beaucoup trop à l’image, finalement, des armées modernes, créé par les Ayyoubides pour faire face aux Francs132. En ce qui concerne les armées musulmanes, c’est donc surtout sur la somme de Carole Hillenbrand que l’on s’appuiera133. En outre, si le fait militaire y est seulement abordé d’une manière accessoire, des analyses précieuses mais éparses peuvent être récoltées dans les thèses de Claude Cahen, Nikita Élisséeff, Thierry Bianquis, Jean-Michel Mouton, Mariam Yared-Riachi et Anne-Marie Eddé134. L’armée fatimide a fait l’objet d’études spécifiques utiles135. Quelques articles sont consacrés à un aspect ou à un autre de la pratique de la guerre, la rapide insertion des Francs dans le jeu géopolitique syrien ayant tout particulièrement attiré l’attention136. Enfin plusieurs monographies de chefs militaires ont été réalisées137. Mais, encore une fois, rien, pour le domaine musulman, d’équivalent au travail de R. C. Smail ou à celui de Christopher Marshall pour le siècle suivant138. Et, surtout, rien qui ne se penche tout à la fois sur les Francs et sur les musulmans. D’où le présent ouvrage.

II. Cadre de l’étude

1. Démarche adoptée

  • 139  Notamment R. Grousset, Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem, 3 vol., Paris, 193 (...)
  • 140  Cf. supra, note 2 et 3.
  • 141  John Keegan, The Face of Battle, Londres, 1976, trad. française sous le titre Anatomie de la batai (...)

31Cette étude s’inscrit dans la continuité des thèses sur la Syrie médiévale soutenues en France qui ont été évoquées. Il ne s’agit pas de retracer, même avec minutie, les combats qui se déroulèrent en Syrie pendant les deux premiers tiers du vie/xiie siècle. Cela a déjà été réalisé, d’une part par des spécialistes des croisades (qui se sont surtout basés sur les sources latines)139, ensuite par plusieurs historiens arabisants140. C’est, d’ailleurs, grâce à l’existence de leurs travaux qu’une telle entreprise est possible. Ces travaux servant d’étai, la trame des événements étant largement connue, une relecture des sources a été menée dans une perspective militaire. Sources nombreuses et variées, comme nous le verrons, parmi lesquelles un certain nombre, les plus riches d’entre les chroniques, ou tout au moins celles qui nous ont semblé les plus aptes à apporter une information ample sur les pratiques de la guerre, ont été sélectionnées, dépouillées et analysées en priorité. Une attention particulière a été accordée aux sources arabes qui avaient été peu utilisées par les historiens militaires. Outre les chroniques et quelques traités militaires, d’autres types d’écrits ont été consultés, dictionnaires biographiques, traités de ǧihād, récits de voyage, récit de vie, traités de gouvernement, etc. La documentation arabe, variée et riche, a été systématiquement comparée, lorsque cela était possible, à des récits consignés dans une autre langue que l’arabe : le latin, l’arménien, le syriaque, le grec, le persan essentiellement. Là aussi, un tri a été fait, certaines chroniques latines retraçant les faits et gestes des « glorieux » pèlerins, pendant les deux premières croisades, étant plus mises à contribution. Elles ont, pour la plupart, la saveur du vécu : leurs auteurs partagèrent les angoisses, les souffrances et les soulagements des combattants. À la production écrite, s’ajoutent les résultats publiés de trop rares fouilles, de même que, à défaut de se « colleter à la réalité intime de la vie militaire141», la visite des lieux où des engagements se déroulèrent, sites fortifiés, champs de batailles, villes assiégées.

  • 142  EI2, s. v., « Ghulām ».
  • 143  D. Ayalon, Eunuchs, Caliphs and Sultans : A Study in Power Relationships, Jérusalem, 1999. Cette t (...)

32Une fois ces sources sélectionnées, dépouillées, les récits les plus importants repérés, les anecdotes semblant les plus utiles à la compréhension des faits relevées, elles ont été confrontées afin de dégager les récurrences, souligner ainsi les indices de véracité, tout en localisant, par-delà la narration des événements, outre les présupposés et préférences de tel ou tel auteur, les topoi, clichés, antiennes et leitmotive inhérents à tout « récit de bataille » (ou « récit d’affrontement », expression moins réductrice). Les descriptions de bataille ont également été comparées aux textes plus théoriques, dont il est apparu que, parfois, ils étaient proches d’une rhétorique antique qu’on continuait à admirer. Mais c’est tout particulièrement au vocabulaire que la plus grande attention a été accordée, celui, surtout, utilisé par les auteurs contemporains des faits relatés. Les vocables se rapportant à l’organisation des armées sur les champs de bataille, aux tactiques, aux armes employées ont été listés et les listes confrontées. Les œuvres arabes plus tardives, dues à des compilateurs qui avaient parfois scrupuleusement reproduit les chroniques de devanciers (Ibn al-Furāt, Abū Šāma ou Maqrīzī) ont fait l’objet du même travail. En effet, la question du lexique est d’importance pour l’historien de l’Orient médiéval dans la mesure où les sources y sont fondées sur la compilation, redondantes et pléthoriques, souvent tardives. Bien souvent, le vocabulaire renvoie au seul temps d’énonciation ; rares sont les reproductions à l’identique d’un texte plus ancien. Les difficultés qui découlent de cet état de fait sont nombreuses. Il est ainsi difficile de périodiser, en deçà de l’époque mamelouke, l’emploi d’esclaves militaires dans les armées, le mot mamlūk n’étant pas systématiquement employé par les auteurs arabes les plus anciens. On a aujourd’hui tendance à considérer ġulām142, terme qui peut aussi désigner un esclave civil, comme synonyme de mamlūk. Or, bien souvent, les textes ne permettent pas d’être aussi catégorique. La difficulté croît lorsqu’on s’attache au ḫādim (servant) et au ḫaṣīy (eunuque). Dans son dernier ouvrage, qui porte sur les eunuques en islam, David Ayalon cherche à démontrer l’équivalence des deux termes, dans les textes les plus anciens ; même si ḫaṣīy y apparaît rarement, il peut ainsi parler de « phénomène eunuque » dans l’islam143.

33La même approche lexicographique a présidé au rassemblement des données sur les armées latines et musulmanes, leur organisation et leur moral. Les armées musulmanes turques mais non exclusivement, damascènes, alépines, fatimides ou seldjouqides, simples troupes émirales, garnisons de forteresses ou de villes, cavaliers professionnels, piétons ou archers occasionnels, volontaires de la foi et aḥdāṯ participant à la défense de leur cité ou même à une bataille rangée sont globalement les plus mal connues. Elles ont été négligées par l’historiographie des croisades qui s’était attachée avant tout à écrire l’histoire des hommes qui s’étaient installés en Terre sainte et avaient fondé des États à la force de leurs lances et de leurs épées, qui avaient réussi à se maintenir en milieu hostile. Nous avons, pour notre part, adopté une approche résolument comparative, en ce qui concerne les sources et ce qu’elles nous apprennent sur ces armées. Il s’agissait notamment de déceler ce qui, structurellement, constituait une force ou une faiblesse, ainsi que les évolutions majeures que ces armées connurent. D’appréhender l’évolution des systèmes militaires vers des armées professionnelles de plus en plus efficaces. De s’interroger sur les transformations générées par l’arrivée puis l’installation, en Syrie, des combattants turcs et croisés, ainsi que sur les causes de la réussite des armées croisées puis latines.

  • 144  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 130. La bataille a lieu en 501/1107-8.
  • 145  Ibid., p. 105-107, an 500.
  • 146  J. Keegan, op. cit., p. 12 et suivantes.

34Enfin, les affrontements étant très nombreux à une époque ou malgré tout la violence et la guerre, réglée ou non, faisaient partie du quotidien, il n’était pas question de se focaliser sur les batailles, prétendument décisives ou non, d’en faire un récit de plus, qui se serait ajouté à celui des chroniqueurs. Quelques-unes, importantes, sur lesquelles il fallait donc insister, permettent de souligner l’habileté stratégique puis tactique de tel ou tel souverain, de tel chef de guerre, de magnifier, aussi, son courage ou celui de son adversaire, tel Ṭuġtakīn descendant de cheval lors de sa victoire contre Gervais de Basoches144. Pensons également à l’affrontement qui opposa Qiliǧ Arslān et Ǧāwalī, au bords du Ḫābūr ; le premier y perdit la vie après avoir mené en personne une charge meurtrière145. Mais l’on a plutôt cherché, ici, à s’intéresser à tous les types de combats, à les décrire et à les analyser, sans verser dans l’écueil de la théorisation stratégique ou tactique systématique, longtemps propre aux historiens de la guerre, sans s’égarer dans le pathos ni ignorer l’affectif. En bref, à « envisager l’étude de la guerre sous la forme concrète qu’elle prend dans les diverses guerres146».

2. Explicitation et délimitation du sujet

  • 147  R. Grousset (Histoire des croisades, op. cit.) voyait les croisades comme un prémisse de la présen (...)

35Des sources abondantes, des vides historiographiques nombreux : différentes possibilités s’offraient à nous. L’une d’entre elles consistait à s’intéresser à l’évolution des rapports de force entre l’arrivée des armées de la première croisade et la chute de Saint-Jean d’Acre, en mai 1291, chute suivie par l’évacuation des autres places encore détenues par les Francs, chute marquant la fin du processus que d’aucuns considèrent aujourd’hui comme une parenthèse coloniale147. Il se serait alors essentiellement agit de se concentrer sur les oppositions entre Francs et musulmans, de déceler les transformations stratégiques et tactiques majeures, de marquer les évolutions, bref d’expliquer ce qui, au bout de deux siècles, avait permis à des musulmans passifs et défaits, pendant la première croisade, de se régénérer, d’ajuster peut-être leurs structures militaires, d’adopter de nouvelles méthodes de combat ou d’adapter des méthodes archaïques, et de l’emporter finalement sur les soldats des vieilles principautés franques qui n’avaient plus rien à voir, en nombre et en motivation, avec les Croisés. Ce travail, qui se cantonnerait aux seules luttes franco-musulmanes, en partie déjà entrepris, ainsi qu’il a été vu, et qui devrait prendre garde à ne pas faire de la croisade le seul facteur d’évolution des États musulmans du Proche-Orient, aurait également nécessité une analyse de la variation de la nature et de l’importance du soutien accordé aux États francs, tant par la papauté que par l’opinion publique et les villes italiennes. Il ne peut être poursuivi que dans la mesure où il peut s’appuyer sur des études aux objectifs plus réduits, s’attachant à dépouiller des sources arabes encore non systématiquement exploitées, s’intéressant à des zones géographiques à la cohérence médiévale reconnue, pendant un laps de temps limité.

  • 148  Ibn al-Faqīh, Kitāb al-buldān, trad. H. Massé, Abrégé du Livre des pays, Damas, 1974, p. 113. Voir (...)
  • 149  Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, trad. J.-H. Kramers et G. Wiet, t. I, Paris, 1964, p. 163. Les ṯuġ (...)

36C’est dans un tel cadre que s’inscrit cette étude. La zone géographique concernée était désignée par les géographes arabes médiévaux sous le vocable Šām, qui viendrait de ce que « la Syrie est à gauche de la Ka‘ba148». S’il désigna un espace variable, selon les auteurs et les époques, il recouvrait grossièrement (au Moyen Âge, l’espace n’était pas clairement borné) le territoire délimité à l’est par la steppe syro-arabe, au nord par le Taurus et l’Anti-Taurus, au sud par le golfe d’al-‘Aqaba et le Sinaï, à l’ouest par le littoral oriental de la Méditerranée. À la fin du xe siècle, Ibn Ḥawqal considérait que149:

« Al-Šām est bornée à l’ouest par la Méditerranée, à l’est par le désert des Israélites. Sa limite extrême du côté de l’Égypte est Rafah, du côté des Byzantins ce sont les Marches (ṯuġūr) connues sous le nom de Marches mésopotamiennes ».

  • 150  P. Birot, J. Dresch, La Méditerranée et le Moyen-Orient, t. II, La Méditerranée orientale et le Mo (...)

37De cet ensemble, « fragment de la péninsule arabique », on peut dégager quelques caractéristiques générales, sans nier une diversité biogéographique évidente150. Des reliefs importants, séculaires lieux de refuge de populations dissidentes, le jalonnent. De fait, il s’organise en quatre zones géographiques sensiblement parallèles, orientées du nord au sud : littoral, chaînes subcôtières, fossé médian, barrière montagneuse suivie, à l’est, d’un plateau s’achevant en steppe désertique. Ces longues bandes sont coupées par des dépressions transversales qui permettent d’accéder de la côte à l’intérieur du pays. Autre point important, le peu d’influence de la mer Méditerranée sur cet ensemble : le climat y est le moins méditerranéen du pourtour de la mer Méditerranée. Deux grandes saisons sont marquées, un hiver pluvieux et parfois très froid, si ce n’est sur le littoral, un été très sec, pendant lequel la chaleur devient accablante plus on s’enfonce à l’est. Cinq mois sans pluie, à Damas, en moyenne. Un printemps et un automne, surtout, peu marqués. L’eau qui devient rare, parfois, à l’intérieur : denrée à préserver, dont la présence ou l’absence va rythmer la vie humaine, la guerre, donc. Le problème de l’eau est capital dans ces contrées, si ce n’est près des fleuves (l’Oronte, le Litani et le Jourdain, dans une moindre mesure, pour la fosse syrienne), sur les hauteurs où coulent de nombreux torrents côtiers pérennes, à proximité des rivières intérieures, aussi, en tout cas une partie de l’année, peu marquées comme le Quwayq, à Alep, ou le Baradā, à Damas. C’est que l’insuffisance des pluies et l’inégalité de leur répartition sont aggravées par une insolation et une évaporation très fortes qui font disparaître une bonne partie de l’eau. De tout temps, l’homme y a lutté pour chaque goutte d’eau ; on ne s’étonnera donc pas de l’importance du facteur hydrique lors de la construction de forteresses ou pendant les campagnes militaires.

  • 151  Sur lesquelles voir surtout M. C. Lyons et D. E. P. Jackson, Saladin. The politics of the Holy War(...)
  • 152  Le chroniqueur bagdadien Ibn al-Ǧawzī s’intéresse peu aux événements syriens, mais certaines descr (...)

38Ce travail prend en compte une période qui connut deux bouleversements majeurs, consécutifs à l’arrivée des Turcs et des Francs en Syrie. Les puissances dominantes de la première moitié du ve/xie siècle, l’Empire byzantin chrétien et l’État fatimide chiite, laminés par des crises internes, assistèrent, finalement impuissants, à l’installation progressive et multiforme de la puissance seldjouqide dans tout l’Orient. En Syrie, la deuxième moitié du siècle vit déferler des bandes turques incontrôlées, puis des armées régulières, qui ravagèrent et conquirent le pays. À la veille de la première croisade, la mort du frère du sultan Malik Šāh, Tutuš (en 1095), prétendant malheureux au sultanat qui avait consacré la mainmise seldjouqide sur le pays, en accentua le morcellement. Pendant les trois premiers quarts du vie/xiie siècle, ces pouvoirs se consolidèrent, et surtout un processus d’unification de la Syrie musulmane se mit en branle. Nūr al-dīn réalisa l’unité ; il mit en place les conditions de la reconquête face à une puissance franque qui, après s’être implantée, s’était renforcée et était devenue, à la veille de l’avènement de Saladin, un élément incontournable du jeu géopolitique. Une époque nouvelle s’ouvrit, à la mort de Nūr al-dīn (569/1174), sous l’égide de Saladin. La Syrie et l’Égypte réunies, les Francs étaient définitivement en état d’infériorité militaire. Les campagnes de Saladin151, qui méritent à elles seules une analyse détaillée, ne furent possibles que par la transformation des conditions politiques et militaires syriennes et, plus largement, proche-orientales, pendant la période précédente. C’est sur cette époque de transformations que nous nous proposons d’insister, tout en étant conscient qu’en histoire il n’y a pas de frontière chronologique ou spatiale nette, absolue. Les armées qui combattirent sur le territoire syrien furent nombreuses ; on ne peut en écarter certaines sous prétexte qu’elles étaient égyptiennes ou djéziréennes. Les sources apportent parfois des informations capitales sur d’autres espaces que syriens, anatoliens ou djéziréens, qu’on ne peut négliger. Si la bataille de Dorylée ou le siège de Nicée ne se déroulèrent pas en Syrie, ils n’en sont pas moins riches d’enseignements sur les tactiques et les techniques de combat des Croisés. Et il est difficile de concevoir des techniques de siège fondamentalement différentes en Iraq et en Syrie152. Quant à la période prise en compte, le fait que les évolutions techniques, difficiles à dater avec précision, ont de tout temps été lentes, le facteur mentalité semblant alors jouer un rôle important, incite également à une certaine souplesse.

3. Dire et définir la guerre

  • 153  Les définitions de la guerre, des guerres même, sont innombrables. Voir G. Bouthoul, La Guerre, Pa (...)

39Plutôt que de guerre, c’est de « guerres » qu’il est question, dans cet ouvrage, soit de toutes les situations conflictuelles entre deux ou plusieurs entités organisées, nécessitant l’usage de la force armée153.

3.1. Dire la guerre : « combat »

  • 154  Cf. A. Corvisier, op. cit., p. 12.
  • 155  Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, 1863, t. I, p. 672 ; P. Larousse, Grand (...)

40Par « combat », on entend stricto sensu une simple phase de l’affrontement, un moment des opérations militaires, celui qui voit l’affrontement devenir direct, physique. Dans cette perspective, le combat médiéval pouvait être terrestre ou naval, offensif ou défensif. Il va de soi que cette définition est limitative, insuffisante. Les sens dérivés sont innombrables, tout comme les expressions qui contiennent le mot combat. On admet depuis longtemps que le combat peut être moral. Qu’il n’implique pas, forcément, d’adversaire : l’homme faisant un effort sur lui-même combat certains aspects de sa personnalité, par exemple sa peur. Que communiquer, c’est aussi combattre, avec tout ce que cela implique de stratégie et de tactique. Que la séduction amoureuse est souvent vue comme un combat  ne parle-t-on pas de « stratégie amoureuse154» ? C’est que la langue, qui est évolutive, s’est faite imprécise, que le mot est polysémique, qu’il se prête particulièrement aux digressions métaphoriques et que, finalement, son sens ne dépend que de la qualification qu’on lui ajoute et du contexte d’utilisation. D’ailleurs, ou plutôt déjà, le pluriel du mot n’est-il pas synonyme de « guerre155» ? On prendra le vocable dans ce sens, donc, celui qui renvoie à tous les affrontements, à toutes les « situations conflictuelles », dont on ne négligera aucune phase, préparation (physique ou morale), préliminaires, péripétie et conclusion. En tenant compte, autant que faire se peut, de leurs implications culturelles, politiques et sociales.

  • 156  M. Khadduri, « Ḥarb », EI2, t. III, p. 184.

41Mais qu’en est-il de la langue arabe ? Est-elle plus précise ? Les auteurs médiévaux ont-ils tenté une définition du « combat » ? Ḥarb, le mot le plus souvent traduit par guerre, celui qui revient le plus fréquemment, lorsqu’il est question de phénomènes guerriers, peut156

« signifier soit combat (qitāl) au sens matériel, soit “état de guerre” entre deux groupes, les deux sens étant implicites dans l’ordre juridique de l’Arabie préislamique ».

  • 157  Voir le travail de F. Micheau sur la chronique de Yaḥyā d’Antioche : « Les guerres arabo-byzantine (...)
  • 158  Voir par exemple Kazimirski, Dictionnaire arabe-français, 2 vol., réimpression de l’éd. originale (...)
  • 159  Ibid.
  • 160  Par exemple Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, titre de la première partie (ici bāb) : « Ḥurūb wa (...)
  • 161  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 67-68 (an 496) : al-Afḍal envoie en Syrie un des mamlūk-s de son pèr (...)
  • 162  Ibid., p. 185 (an 513) : le combat (ḥarb) fut terrible (šadīd) à l’occasion de la bataille dite de (...)
  • 163  Par exemple : Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 262/LT, p. 86, an 502/1108-9, parle des « at (...)
  • 164  Celui d’expédition de guerre sainte (voir, par exemple, Ḏahabī, Kitāb duwal al-islām, trad. A. Nèg (...)
  • 165  La liste n’est pas exhaustive.

42La même imprécision, donc, en arabe qu’en français. La même polysémie. Lorsqu’on se penche sur les chroniques arabes médiévales157, où aucune définition de la guerre n’est proposée (telle n’était pas leur raison d’être), on se rend très vite compte qu’effectivement, aucun terme n’y renvoie de manière exclusive au concept de guerre. Ḥarb, bien entendu, mais pas seulement. Ḥarb dont la racine évoque l’idée de piller, de dépouiller, d’user de violence… de faire, donc, la guerre158. Ḥarb qui, à la première forme, signifie notamment « aiguiser une lame », alors que le ḥarab est la spathe de palmier, la ḥarba, une lance courte, le fer de lance, le miḥrāb, le lieu indiquant la direction de la prière, matérialisé lors des conquêtes par une lance fichée dans le sol. Ḥarb, dont l’une des formes dérivées, la troisième, désigne plus précisément le fait de « faire la guerre à quelqu’un, le combattre, combattre quelqu’un159». Mais l’analogie s’arrête là : dans les textes arabes, ḥarb, comme muḥāraba, peut, selon le contexte, tout autant renvoyer au fait de faire la guerre, en général160 ou à un ennemi précis161, qu’à un simple combat162, à l’escarmouche ou à la bataille, à la phase d’attaque pendant un siège163… On pourrait multiplier les exemples de cette polysémie et du peu de cas que nos auteurs arabes, qu’il soient experts en matière militaire comme Usāma ou qu’ils fassent partie de l’élite civile, font de la précision lexicographique. Ils emploient bien d’autres vocables, dont le sens est globalement plus précis : qitāl ou muqātala pour combat, au sens strict d’affrontement physique mais aussi pour désigner une bataille ; kamna pour embuscade ; ġāra (ou iġāra) pour expédition, de pillage la plupart du temps ; ġazw, ġazā pour une campagne militaire a priori (mais pas forcément) plus importante, le mot ayant aussi (mais pas systématiquement) une connotation religieuse164; ǧihād pour « guerre sainte165»…

43Si les mots sont interchangeables, bien souvent, si ce n’est quand ils ont un sens précis, reconnu par tous, les réalités auxquelles ils renvoient sont différentes. Le contexte, la confrontation des sources, permettent néanmoins, la plupart du temps, de comprendre de quel type de combat il s’agit. On peut d’ailleurs en dresser une typologie. Par-delà le lexique, l’un des critères les plus parlants, lorsqu’il y a doute, pour autant qu’on puisse prêter foi aux dires des chroniqueurs et dans la mesure où on peut évaluer la puissance des forces en jeu, ce qui est loin d’être toujours le cas, est celui du nombre. L’escarmouche oppose de petites troupes ; la bataille voit s’affronter plusieurs milliers d’hommes. Mais la guerre était surtout faite de contacts divers, violents et brefs, qu’il est difficile de caractériser, quelques lignes, au mieux, leur ayant le plus souvent été accordées dans les textes. Rares sont les coups de main qui sont décrits ; lorsque c’est le cas, c’est généralement parce qu’ils ont occasionné un engagement important. En revanche, les sièges sont plus aisément identifiables – les auteurs arabes parlant de ḥiṣār.

3.2. Définir la guerre

  • 166  Pas plus d’ailleurs que les didacticiens. Cf. par exemple al-Harawī, al-Taḏkira al-harawiyya, op. (...)
  • 167  Ibn Sīda, al-Muaṣṣa, éd. Beyrouth, 1978, t. II, 6, p. 84 : « […] wa dār al-arb – bilād al-mušri (...)
  • 168  M. Khadduri, « Ḥarb », EI2, t. III, p. 184. Sur le domaine chrétien, voir P. Partner, God of Battl (...)
  • 169 Al-Akām al-sulṭāniyya, p. 55.

44Conscients de l’étroitesse du rapport entre politique et guerre, les historiens arabes166 ne conceptualisaient pas cette dernière, ne cherchaient pas à catégoriser les affrontements. Ils restaient généralement dans les registres narratifs et descriptifs, ce qui n’implique pas qu’ils ne présentaient pas, à travers leur œuvre, une interprétation du passé et du présent, ni qu’ils s’abstenaient d’intervenir directement dans leurs récits. D’autres savants, des juristes pour l’essentiel, proposèrent, à différentes époques, des interprétations de la guerre. Ils voulaient essentiellement différencier les guerres justes et les guerres injustes. Au début de l’islam, tout autre type de guerre que le ǧihād était prohibé. Le territoire non musulman, dār al-ḥarb, devait seul être visé par les armées de l’islam167; le ǧihād était la seule guerre juste168. Il va de soi que les difficultés à faire coïncider doctrines et réalités, ainsi que les aléas de l’histoire, firent évoluer ces théories. Les guerres internes au monde musulman se multipliant, des schismes apparaissant, des dynasties civiles se substituant à l’autorité strictement religieuse et ayant besoin de légitimer leur pouvoir afin de l’assurer face aux gouverneurs rebelles éventuels, le ǧihād passa parfois au second plan. Les différentes formes d’insoumission, religieuses ou politiques, devinrent les cibles privilégiées des pouvoirs en place. Le faqīh šāfi‘ite al-Māwardī (mort en 450/1058) considérait ainsi que169

  • 170  Mot qui renvoie également à la sédition.
  • 171  Ou simplement « les brigands ».

« si ce n’est le ǧihād contre les polythéistes (al-mušrikūn), la guerre (en fait le combat : al-qitāl) se divise en trois catégories : le combat contre les apostats (ahl al-ridda), celui contre l’hérésie (al-baġy170) et celui contre ceux qui troublent l’ordre public (al-muḥāribūn171) ».

  • 172  Ibn Ḫaldūn, Ta’rīḫ, éd. Le Caire, s. d., t. I, al-Muqaddima, p. 270-271. Cf. les traductions de G. (...)

45Trois siècles plus tard, Ibn Ḫaldūn considérait, quant à lui, comme des « guerres saintes et justes » (ḥurūb ǧihādin wa ‘adlin) et le ǧihād, et la lutte menée par les dynasties (duwal) contre les dissidents, voire contre ceux qui refusent leur autorité. Mais la définition de la guerre qu’il propose est bien plus complexe. Il y a de la polémologie dans sa tentative d’explication et de taxinomie172:

« Les guerres (ḥurūb) et les différentes formes de combat (muqātala) n’ont jamais cessé entre les hommes depuis que Dieu les a créés. Leur origine est le désir de vengeance (intiqām) de quelques individus envers quelques autres. Chacun des partis rallie à sa cause tous ceux qui lui sont attachés par l’esprit de corps. Lorsqu’ils se sont excités et que les deux camps se trouvent en présence, l’un dans l’intention de se venger, l’autre de se défendre, la guerre (ḥarb) a lieu. La guerre est naturelle à l’homme ; aucune nation (umma), aucune race (ǧīl) n’y échappe. »

  • 173  G. Bouthoul, La Guerre, Paris, 1969, p. 7. Voir également, du même auteur et de René Carrère, Le d (...)

46La guerre (ou les guerres, al-ḥarb, al-ḥurūb, auxquelles sont associées les « différentes formes de combat », anwā‘ al-muqātala), est un phénomène éternel, continuel, « naturel » à l’homme, constitutif de la vie des peuples. Il serait vain de chercher à y échapper. Plusieurs siècles plus tard, Gaston Bouthoul ne dira pas autre chose : la guerre est reconnue, selon lui, « comme un phénomène “normal” de la vie des peuples173».

  • 174  Cf. sur ce point Ben Slimane Ferid, « Ibn Ḫaldūn et la guerre », Les Cahiers de Tunisie, t. XLVIII (...)

47L’analyse paraît exclusivement pessimiste. Pourtant, ailleurs, dans les ‘Ibār, la conception qui affleure est celle d’une guerre phénomène moteur de l’histoire. Les différents affrontements donnent l’occasion à « l’esprit de corps » de se manifester dans toute sa splendeur174. Car la guerre est un phénomène éminemment collectif. La réciprocité s’impose, les uns étant offensifs, les autres défensifs. Et si le sentiment de quelques-uns, leur soif de vengeance, suffit pour allumer la mèche qui provoquera le conflit, il faut rameuter d’autres hommes, les rallier à une cause, former une entité organisée, donc, que la préparation morale, l’excitation, mèneront à l’action, enfin.

  • 175  Au Xe siècle, al-Āmiri cite trois causes de guerre, et au XIVe siècle al-‘Abbāsī en dénombre sept  (...)
  • 176  Cf. également M. Khadduri, loc. cit.

48Mais qu’est-ce qui motive la guerre ? Le « désir de vengeance » ? Certes. Mais la vengeance n’est que la face apparente de l’iceberg. En poursuivant son raisonnement, Ibn Ḫaldūn met à nu quatre motivations profondes, à partir desquelles il va élaborer sa typologie des conflits, qui sont au nombre de quatre175. Aux types de motivations correspondent trois stades organisationnels, tribus et clans, peuplades du désert, pouvoir organisé sous la forme de dynastie, et donc trois types de guerre. La quatrième, le zèle religieux, qui provoque la guerre sainte, concerne tous les musulmans. Elle va de soi ; c’est celle sur laquelle Ibn Ḫaldūn s’étend le moins. En revanche, les peuplades du désert, Arabes, Turcs, Turcomans et Kurdes… ont droit à une longue diatribe. Si les motivations des tribus, des familles voisines et des peuplades désertiques sont viles (la jalousie et l’envie, l’inimitié et le pillage) et leurs guerres néfastes, injustes et causes de troubles répréhensibles (c’est de fitna qu’il est question), les guerres de dynasties sont, tout comme le ǧihād, justes et saintes176:

  • 177  Ibn Ḫaldūn, Ta’rīḫ, t. I, al-Muqaddima, p. 271 ; trad. G. Labica, op. cit., p. 129 ; trad. V. Mont (...)

« La soif de vengeance a généralement pour motif la jalousie et l’envie, ou bien l’inimitié (‘udwān), ou bien le zèle au service de Dieu et de sa religion, ou bien encore le dévouement à la souveraineté (mulk) et l’effort fourni pour son extension. Le plus souvent, c’est pour le premier motif que [la guerre] éclate, entre des tribus voisines et entre des familles rivales ; le second, soit l’inimitié, est le fait, surtout, des peuples sauvages des déserts comme les Arabes, les Turcs, les Turcomans, les Kurdes et ceux qui leur ressemblent, car ils ont fait de leurs lances (rimāḥ) toute leur richesse et du bien d’autrui leur subsistance, déclarant la guerre (ḥarb) à quiconque veut défendre contre eux ce qui leur appartient. Leurs désirs ne s’étendent pas au-delà ; ils ne cherchent ni à se faire un rang, ni à fonder un empire : leur unique souci, le seul but qu’ils ont en vue, c’est de piller les autres. Le troisième [type de guerre], c’est celui que la charia appelle ǧihād. Le quatrième, ce sont les guerres de dynasties (ḥurūb al-duwal) contre les dissidents (al-āriǧīn ‘alayhā) et ceux qui refusent de reconnaître leur autorité.
Tels sont les quatre types de guerre (ḥurūb). Les deux premières sont injustes et séditieuses (ḥurūb baġy wa fitna), les deux autres saintes et justes (ḥurūb ǧihād wa ‘adl)177. »

49Au Moyen Âge, en Orient, la deuxième catégorie de guerre, celle des démunis contre les possédants, était la plus fréquente. Il sera intéressant de se demander si l’arrivée des Croisés changea les mentalités et fit du ǧihād la guerre la plus pratiquée.

III. Plan adopté

50Le choix d’un plan thématique a été fait, malgré les risques de redites inhérents à ce type de progression. Inévitablement, donc, un certain nombre d’informations sont répétées au long de cette étude. Certains points qui avaient été examinés par d’autres en détail n’ont pas fait l’objet d’analyses approfondies. Ainsi, il n’a pas été proposé une nouvelle chronologie de l’éveil de la mentalité de ǧihād en territoire musulman. En revanche, d’autres domaines qui nous ont semblé soit négligés, soit abordés par le seul biais des sources latines, ont été plus particulièrement étudiés. Les sources sur lesquelles nous nous sommes appuyé ont d’abord été présentées et analysées. Nous nous sommes ensuite penché sur la participation des différents groupes ethniques à la guerre et, plus précisément, sur leur importance dans les armées. Puis les structures de ces armées ont été présentées, qu’elles soient latines ou musulmanes, l’importance du facteur économique souligné. Un chapitre a ensuite été consacré à l’épineuse question des effectifs. Enfin, les combats ont été décrits – les stratégies des différents belligérants analysées, la guerre de siège caractérisée, les différents types de batailles examinés.

Notes de fin

1  La Syrie, le Liban, la Jordanie, Israël et la Palestine, la partie de la Turquie frontalière avec la Syrie. L’entrée « al-Shām » de l’EI2est peu utilisable car prenant peu en compte tout ouvrage rédigé en français.

2  Cl. Cahen, La Syrie du Nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche, Paris, Geuthner, 1940 ; M. Canard, Histoire des Hamdanides de Jazîra et de Syrie, I, Alger, 1951 ; N. Élisséeff, Nūr al-dīn, un grand prince musulman de Syrie au temps des croisades, 511-569/1118-1174, Damas, 1967, 3 volumes ; Th. Bianquis, Damas et la Syrie sous la domination fatimide (359-468/969-1076). Essai d’interprétation de chroniques arabes médiévales, Damas, 2 volumes, 1984 et 1989.

3  J.-M. Mouton, Damas et sa principauté sous les Saljoukides et les Bourides (468-549/1076-1154). Vie politique et religieuse, Le Caire, 1995 ; M. Yared-Riachi, La politique extérieure de la principauté de Damas (468-549/1076-1154), Damas, 1997 ; A.-M. Eddé, La principauté ayyoubide d’Alep (579/1183-658/1260), Stuttgart, 1999. On peut leur ajouter, en français toujours, l’ouvrage de Gérard Dédéyan, Les Arméniens entre Grecs, musulmans et Croisés. Étude sur les pouvoirs arméniens dans le Proche-Orient méditerranéen (1068-1150), Lisbonne, 2003.

4  Claude Cahen remarquait, dans l’article « Croisades » de l’EI²: « il serait intéressant d’étudier, mieux qu’il n’a été fait jusqu’ici, comment ont réagi, selon les milieux et les périodes, les musulmans devant ce fait ». Cf. aussi, du même auteur, Orient et Occident au temps des Croisades, Paris, Aubier, 1983, p. 7-8. Sur l’œuvre très importante de cet historien, voir Th. Bianquis, « Claude Cahen, historien de l’Orient arabe médiéval. Analyse et prospective », JA, t. 281, 1993, p. 1-17 ; A.-M. Eddé, « Claude Cahen et les sources arabes des Croisades », Arabica, 43, 1996, p. 89-97 ; sa bibliographie est recensée dansItinéraires d’Orient. Hommages à Claude Cahen, Res Orientales, t. VI, 1994.

5  Parcourir les récits de déprédations dans Ibn al-‘Adim, Zubda, t. II p. 10 sq., 46-48, 54-55. Th. Bianquis : « Les ravages des Turcomans en Syrie centrale et méridionale dans la décennie 460-470/1068-1078, de même que ceux qu’ils causèrent en Syrie du Nord après 468/1075, dépassèrent ce que ces contrées avaient enduré du fait des Maghrébins ou des tribus arabes pendant les cent années antérieures » (Damas et la Syrie, II, 651). Voir aussi les ouvrages cités ci-dessus de J.-M. Mouton et M. Yared-Riachi, ainsi que S. Zakkar, The Emirate of Aleppo, 1004-1094, Beyrouth, 1971.

6  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 189-190, se détache des autres chroniqueurs arabes. Il propose une vision globalisante des invasions franques et parle bien de la conquête de Jérusalem comme objectif avoué, mais insiste sur la cupidité des Francs, négligeant leurs motivations religieuses. Voir aussi F. Micheau, « Les croisades vues par les historiens arabes d’hier et d’aujourd’hui », dans M. Rey-Delqué (dir.), Les Croisades 1096-1270, Paris, 1997, p. 345-361. Sur la vision des Turcs par Ibn al-‘Adīm, voir Th. Bianquis, « Historiens arabes face à islam et arabité du xie au xxe siècle », dans Dominique Chevallier (dir.), Les Arabes et l’histoire créatrice, Paris, 1995, p. 51-54.

7  Le guide bibliographique publié en 1960 par H. E. Mayer, Bibliographie zur Geschichte der Kreuzzüge, toujours utile, est complété par, du même auteur et de Joyce Mc Lellan, la« Select Bibliography of the Crusades », dans le sixième et dernier volume de A History of the Crusades (dir. K. M. Setton), Madison, Milwaukee, 1989, p. 511-664. Pour la production postérieure, très abondante, se référer au bulletin annuel de la Society for the Study of the Crusades and the Latin East. Pour ce qui est des travaux qui se penchent sur le point de vue oriental, rappelons, outre les monographies de J.-M. Mouton, M. Yared-Riachi et A.-M. Eddé, que la collective et monumentale A History of the Crusades en 6 volumes dirigée par K. M. Setton, Madison, Milwaukee, Wisconsin, 1958-1989, comporte des synthèses sur les musulmans, les Grecs et les Arméniens. Notons aussi, importants : E. Sivan, L’islam et la croisade : idéologie et propagande dans les réactions musulmanes aux croisades, Paris, 1968 ; Claude Cahen, Orient et Occident au temps des Croisades, Paris, 1983 ; M. A. Köhler, Allianzen und Verträge zwischen fränkischen und islamischen Herrschern in vorderen Orient, Berlin, New York, 1991 ; Ralph-Hohannes Lilie, Byzantium and the Crusader States 1096-1204, trad. J. C. Morris et J. E. Ridings, Oxford, Clarendon Press, 1993 (1re éd. Munich 1981) ; Krijnie Ciggaar, Herman Teule (éd.), East and West in the Crusader states. Context - Contacts - Confrontations, Louvain, vol. I, 1996 ; vol. II, 1999 ; vol. III, 2003 ; De Toulouse à Tripoli. Itinéraires de cultures croisées, Toulouse, 1997 ; C. Hillenbrand, The Crusades. Islamic Perspectives, Édimbourg, 1999 ; Angeliki E. Laiou, Roy P. Mottahedeh (dir.), The Crusades from the perspectives of Byzantium and the Muslim World, Washington, 2001 ; A.-M. Eddé, « La vision des Francs dans les sources musulmanes à l’époque des croisades (1099-1250), », dans Islam et Monde latin (milieu xe-milieu xe). Espaces et enjeux, Paris, 2000, p. 61-80 ; Id., « Francs et musulmans de Syrie au début du xiie siècle d’après l’historien Ibn Abī Ṭayyi’ », dans M. Balard, B. Z. Kedar et J. Riley Smith (éd.), Dei Gesta per Francos. Études sur les croisades dédiées à Jean Richard, Aldershot, 2001, p. 159-169.

8  Michel Balard, « L’historiographie des croisades en France », dans G. Brunel, M.-A. Nielen (dir.), La présence latine au Moyen Âge, Paris, 2000, p. 11-26, relativise, à partir d’une approche statistique de la production internationale, les conclusions de Jean Flori, qui parle de crise de la production française (Jean Flori, Pierre l’Ermite et la première croisade, Paris, 1999, p. 14 ; il perçoit néanmoins les prémisses d’un « renouveau », p. 16). Cf. aussi, de M. Balard, « L’historiographie des croisades au xxe siècle (France, Allemagne, Italie) », Revue historique, t. CCCII/4, 2000, p. 973-999 ; Jean Flori, « Bibliographie. De Clermont à Jérusalem. La première croisade dans l’historiographie récente (1995-1999) », Le Moyen Âge, t.105, 1999, p. 439-455 ; Pierre-Vincent Claverie, « Les dernières tendances de l’historiographie de l’Orient latin (1995-1999) », Le Moyen Âge, 2000, p. 577-594.

9  R. Ellenblum, Frankish Rural Settlement in the Latin Kingdom of Jerusalem, Cambridge, 1999 (voir le compte rendu de Th. Bianquis paru dans Der Islam, 2002) ; M. Amouroux, « L’Église régulière, outil de la colonisation de la Syrie par les Croisés aux xiie-xiiie siècles », dans M. Balard et A. Ducellier (dir.), Coloniser au Moyen Âge, Paris, 1995, p. 283-288 ; A. J. Boas, Crusader Archaeology. The Material Culture of the Latin East, Londres et New York, 1999. Nous reviendrons sur la vision des musulmans dans les sources latines des croisades. Voir tout particulièrement Norman Daniel, Heroes and Saracens, Édimbourg, 1984 (critiqué, notamment par J. Tolan, mais toujours utile), ainsi que D. C. Munro, « The Western attitude toward Islam during the period of the Crusades », Speculum, vol. VI, 1931, p. 329-343 ; M. Benett, « First Crusaders’ Image of Muslim : The Influence of Vernacular Poetry ? », Forum for Modern Language Studies 22, 1986, 101-122 ; E.-M. Langille, La représentation de l’islam et du monde musulman chez Guillaume de Tyr, thèse Paris III, 1988, Lille, ANRT, 1989 ; J. Flori, « En marge de l’idée de guerre sainte : l’image des musulmans dans la mentalité populaire en Occident (xie-xiie siècles) », dans L’Occident musulman et l’Occident chrétien au Moyen Âge, Rabat, 1995, p. 209-21 (plus large) ; Id., « Oriens horribilis : tares et défauts de l’Orient dans les sources relatives à la première croisade », Wodan : Greifswalder Beiträge zum Mittelalter, t. LXVIII, 1997, p. 45-56 ; S. Loutchitskaja, « Barbaræ nationes : les peuples musulmans dans les chroniques de la première croisade », dans M. Balard (éd.), Autour de la Première Croisade, Paris, 1996, p. 99-108 ; Id., « L’image des musulmans dans les chroniques des croisades », Le Moyen Âge, t. 105, 1999, p. 717-735 ; J. Tolan, « Muslims and Pagan Idolaters in Chronicles of the First Crusade », dans M. Frassetto et D. Blanks (éd.), Western Attitudes Towards Islam, New York, St Martin’s Press, 1999, p. 97-117. Le même auteur insiste sur la mise en place d’une propagande qui mena à la croisade dans Les Sarrasins. L’islam dans l’imagination européenne au Moyen Âge, Paris, 2003 (le chapitre V, « Les Sarrasins en Païenie », p. 159-192, se penche plus particulièrement sur les chroniques de la première croisade – surtout Tudebode, Raymond d’Aguilers, accessoirement les Gesta anonymes, Raoul de Caen etc. – ainsi que sur la Chanson d’Antioche). Voir encore C. Gaullier-Bougassas, La tentation de l’Orient dans le roman médiéval : sur l’imaginaire médiéval de l’Autre, Paris, 2003 ; La Chrétienté au péril sarrasin, Senefiance 46, 2000 ; Ch. Lucken, « Les Sarrasins ou la malédiction de l’autre », Medievales 46, 2004, p. 131-144.

10  David Nicolle, « Medieval warfare : The unfriendly interface », The Journal of Military History 63, 1999, p. 579.

11  Voir les remarques de Philippe Contamine, « Le Moyen Âge, une période faussement militaire », dans Le temps des chevaliers, Paris, 1999, p. 91-99 ; Id., La guerre au Moyen Âge, Paris, 1999 (1re édition 1980), p. 351-352 (citant notamment l’article « Strategy » de B. H. Liddell Hart dans l’Encyclopaedia Britannica).

12  Dominique Barthélemy, « Nouvelle approche de la chevalerie (xe-xiie siècles) », Perspectives médiévales, t. XXVII, 2001, p. 9.

13  Cf. surtout Sean McGlynn, « The myths of medieval warfare », History Today, vol. 44, n° 1, 1994, p. 28-34 (repris sur le site www.deremilitari.org) ; Bernard S. Bachrach, « Medieval siege warfare : a reconnaissance », The Journal of Military History, vol. 58 n° 1, 1994, p. 119-133 (et www.deremilitari.org) ; R. C. Smail, Crusading Warfare : « Chapter I : The Historians of Crusading Warfare », p. 1-17. Bibliographie : voir Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, op. cit., première partie, « Orientation bibliographique etdocumentaire » (tenue à jour) ; Claude Gaier, « Miscellanées militaires médiévales », Le Moyen Âge, t. 101, 1995, p. 137-144 ; Id., « De quelques tendances actuelles de l’historiographie militaire médiévale », Le Moyen Âge, t. 104, 1998, p. 291-303 ; Id., « De l’Empire romain d’Orient à la Renaissance, à travers l’histoire militaire », Le Moyen Âge, t. 108, 2002, p. 345-354 ; Everett U. Crosby, Medieval Warfare. A Bibliographical Guide, New York et Londres, 2000 ; Kelly De Vries, A cumulative bibliography of medieval military history and technology, Brill, Leyde-Boston-Cologne, 2002.

14  Cf. R. C. Smail, op. cit., p. XI ; Gustav Koehler, Die Entwicklung des Kriegswesen in der Kriegsführung in der Ritterzeit, von Mitte des XI ten Jahrhundert bis zu dem Hussitenkriege, 5 volumes (dont un volume de tables et un volume additionnel étudiant les batailles de Tagliacozzo et de Courtrai), dont le premier s’intéresse à la période qui court du milieu du xie au milieu du xiiie s. et le troisième à la conduite des opérations (Kriegsführung), Breslau, 1886-1890 ; Ch. Oman, A History of the Art of War in the Middle Ages, Londres, 1898, englobe la période allant du ive siècle à la fin du xive siècle ; Hans Delbrück, Geschichte der Kriegskunst in Rahmen der politischen Geschichte, dont le troisième volume (Mittelalter) seul concerne le Moyen Âge, Berlin, 1907 (2e éd. 1923, réimpression Berlin, 1964 ; traduction anglaise de Walter J. Renfroe, History of the Art of War : Within the Framework of Political History, vol. 3, Westport, Connecticut, 1982) ; Ferdinand Lot, L’art militaire et les armées au Moyen Âge en Europe et dans le Proche-Orient, Paris, 1946, 2 volumes.

15  Voir Ferdinand Lot, L’art militaire et les armées au Moyen Âge, op. cit., p. 16 : « L’étude des batailles […], complément obligé de toute recherche sur les armées du passé. À vrai dire elle en constitue la pièce justificative essentielle. » Il annonce laisser de côté la guerre de siège, l’approvisionnement et le ravitaillement des armées, le problème de la remonte, et se contenter du strict nécessaire en ce qui concerne l’armement (ibid., p. 17).

16  Peut-être furent-ils influencés par Henri Delpech, La tactique au xiiie siècle, 2 volumes, Paris, 1886 (dont le cadre chronologique n’est pas aussi circonscrit que ce que le titre laisse penser), sans cesse critiqué (et utilisé) par H. Delbrück et F. Lot, notamment.

17  Polémologie : du grec polemos, guerre, et logos, traité, mot que Gaston Bouthoul proposa en 1946 dans son livre Cent millions de morts (Extrait du Larousse mensuel, n° 401, p. 11), et qu’il définit ainsi : « science de la guerre en général, étude de ses formes, de ses causes, de ses effets, de ses fonctions, en tant que phénomène social ». Cf. du mêmeLa Guerre, Paris, 1969 (1re édition, 1953), p. 5 et note 1, et Traité de polémologie, sociologie des guerres, Paris, 1970.

18  Ces deux ouvrages parurent à Bruxelles et à Cambridge. L’ouvrage de J.-F. Verbruggen n’atteignit néanmoins un large public qu’après parution, en 1977, de sa traduction anglaise, par R. W. Southern et S. Willard, sous le titre The art of warfare in Western Europe during the Middle Ages, from the eight century to 1340, Amsterdam, New York, 2e édition revue et complétée, Woodbridge, 1997 (cette traduction débute un siècle avant l’editio princeps, au viiie siècle, et prend en compte le travail de R. C. Smail). Sur les « retards » de l’école française d’histoire militaire, longtemps symbolisée par une « vocation militariste », et peu portée sur le Moyen Âge, voir Ph. Contamine, op. cit., p. 362 (avec une liste des ouvrages qui modifièrent la recherche française).

19  Sean Mc Glynn, « The myths of medieval warfare », p. 2 de l’article publié sur Internet (cf. supra n° 13). Voir aussi R. C. Smail, op. cit., p. 15.

20  J. F. Verbruggen continue, néanmoins, d’insister sur le milites, cavalier lourd qui permet la victoire, même s’il met aussi en exergue la montée en puissance progressive des hommes de pied.

21  R. C. Smail, op. cit., p. 25. Voir, en revanche, ce qu’en dit John France, Western Warfare in the Age of the Crusades, 1000-1300, New York, 1999, p. 126 : « Sieges were simply a very specialized form of battle. They did what battle in other societies was designed to do – to destroy the basic strength of the enemy and acquire it for your own use ».

22  Philippe Contamine, La guerre au Moyen Âge, loc. cit. Voir tout particulièrement p. 207 : « Dans sa forme la plus courante, la guerre médiévale était faite d’une succession de sièges, accompagnés d’une multitude d’escarmouches et de dévastations, à quoi venaient se surajouter quelques combats majeurs, quelques rencontres solennelles, dont la relative rareté venait compenser le caractère souvent sanglant. » Noter que l’ouvrage de G. Koehler cité supra en note 14 accordait une place notable aux opérations de siège ; et qu’on ne peut négliger les études encore utilisées d’E. Viollet-le-Duc, tel son Essai sur l’architecture militaire au Moyen Âge, Paris, 1854. Voir aussi les considérations historiographiques de R. Rogers, Latin siege warfare in the twelfth century, Oxford, 1992, p. 254-273.

23  Car, comme le souligne B. S. Bachrach, « Medieval siege warfare, a reconnaissance », The Journal of Military History, vol. 58, 1994, p. 119, « Like Lot, Contamine did not provide a major change of focus ».

24  Ph. Contamine, op. cit., p. 5.

25  John France, Western warfare in the age of the Crusades, 1000-1300, op. cit. ; Helen Nicholson, Medieval warfare. Theory and practice of war in Europe, 300-1500, Basingstoke et New York, 2004.

26  Signalons une thèse récemment soutenue à l’université Lumière Lyon II par Valérie Serdon, Étude archéologique de l’armement de trait au Moyen Âge (xie-xve siècle), 4 volumes, 2003 (éd. Presses Un. de Rennes, 2005).

27  Comme Gladius ou Château-Gaillard. Voir également le Journal of Military History et la série des Castrum, en Bibliographie.

28  Claude Gaier remarquait, dans ses « Miscellanées militaires médiévales », Le Moyen Âge, t. 101, 1995, p. 137 que « les études analytiques foisonnent. Elles étoffent ou bousculent les synthèses, qui ne manquent pas non plus […] ». Bon exemple de cette « spécialisation » : J. A. Lynn (éd.), Feeding Mars : Logistics in Western Warfare from the Middle Ages to the Present, Boulder, 1993 ; Ivy A. Corfis, Michael Wolfe (éd.), The medieval city under siege, Woodbridge, 1995 (réédition, 1999). Voir aussi la synthèse éditée par Maurice Keen : Medieval warfare. A history, Oxford, 1999, organisée en deux parties, l’une chronologique (« Phases of medieval warfare ») et l’autre thématique (« The Arts of Warfare »). Cet ouvrage est centré sur l’Europe ; l’Orient musulman n’y est traité qu’accessoirement, par l’intermédiaire de Peter Edbury, « Warfare in the Latin East », p. 89-112. Guides bibliographiques : cf. les ouvrages d’Everett U. Crosby et Kelly De Vries cités infra à la note 13.

29  L’archéologie n’étant pas en reste. Cf. par exemple Éric Crubezy, « Le combattant à l’époque médiévale. Vers une approche archéologique et paléopathologique », Actes du colloque Le combattant au Moyen Âge, Montpellier, 1987, Paris, 1991, p. 297-305.

30  Un exemple parmi d’autres, les efforts de Jim Bradbury (The medieval archer, Woodbridge, 1985, réimpression 1992) pour montrer que les archers (et donc les piétons) jouaient un rôle fondamental, sur les champs de bataille anglais et français, dès l’époque anglo-normande. Cf. aussi les commentaires de Cl. Gaier, art. cit., p. 137-138.

31  Le chapitre V portait sur « The Muslim armies ». Pour H. Delpech et F. Lot, voir supra, notes 14 et 16.

32  Voir aussi, et surtout, Christopher Marshall, « Bibliographical Introduction », p. XV-XXXIV de la 2e édition (1995) de Crusading Warfare de R. C. Smail ; les ouvrages de H. E. Mayer cités à la note 7, et celui de Kelly De Vries mentionné à la note 13 (tout particulièrement les p. 106-155, 173-181, sur les croisades et les « royaumes croisés » – sic) ; John France, « The Crusades and military history », dans D. Coulon et alii (pub.), Chemins d’outre-mer. Études d’histoire sur la Méditerranée médiévale offertes à Michel Balard, t. I, Paris, 2004, p. 345-352. Il n’y a pas de section portant sur les croisades dans le guide bibliographique d’Everett U. Crosby également cité en note 7. On reviendra, tout au long de ce travail, sur un certain nombre des questions ici abordées.

33  Récemment, Alan V. Murray, « The origins of the Frankish nobility of the Kingdom of Jerusalem, 1100-1118 », Mediterranean Historical Review, t. 4, 1989, p. 281-300 ; le même, « The army of Godfrey of Bouillon, 1096-1099 : structure and dynamics of a contingent on the First Crusade », RBPH, t. 70, 1992, p. 301-329. Articles repris et complétés dans The Crusader Kingdom of Jerusalem. A dynastic history 1099-1125, Oxford, 2000.

34  Mais de manière très indirecte. Voir par exemple J. Riley-Smith, « Early crusaders to the East and the costs of crusading 1095-1130 », dans M. Goodich, S. Menache et S. Schein (éd.), Cross cultural convergences in the Crusader period. Essays presented to Aryeh Grabois on his sixty-fifth birthday, New-York, etc., 1997, p. 237-257.

35  H. E. Mayer, « Le service militaire des vassaux à l’étranger et le financement des campagnes en Syrie du Nord et en Égypte au XIIe siècle », dans ses Mélanges sur l’histoire du royaume latin de Jérusalem, Paris, 1984, p. 93-161. Au contraire, Steven Tibble, Monarchy and Lordships in the Latin Kingdom of Jerusalem, 1099-1291, Oxford, 1989, penche plutôt pour un pouvoir fort du roi sur ses vassaux. Voir aussi Alan V. Murray, « Baldwin II and his nobles : baronial factionalism and dissent in the Kingdom of Jerusalem, 1118-1134 », Nottingham Medieval Studies 38, 1994, p. 60-85 ; C. Marshall, loc. cit., p. XVII et note 9.

36  Jean Richard, « Les Turcoples au service des royaumes de Jérusalem et de Chypre : musulmans convertis ou chrétiens orientaux ? », dans « Mélanges Dominique Sourdel », REI LIV, 1986, p. 259-270 ; A. G. C. Savvides, « Late Byzantine and Western Historiographers on Turkish Mercenaries in Greek and Latin Armies : the Turcopoles/Tourkopouloi », dans R. Beaton et C. Roueché (éd.), The Making of Byzantine History. Studies dedicated to Donald M. Nicolle, Aldershot, 1993, p. 122-137 ; Y. Harari, « Military role of the Turcopoles », Mediterranean History Review, 12, 1997, p. 75-116. Sur les mercenaires, H. E. Mayer, op. cit., p. 59-60 ; R. C. Smail, op. cit., p. 93 et suivantes ; P. Edbury, « Feudal Obligations in the Latin East », Byzantion, t. XLVII, 1977, p. 339 sq.

37  Trois monographies importantes existent, en langue française, sur ces États : Claude Cahen, Syrie du Nord ; Jean Richard, Le comté de Tripoli sous la dynastie toulousaine, 1102-1187, Paris, 1946, et « Les comtes de Tripoli de la dynastie antiochénienne et leurs vassaux », dans Crusade and Settlement, éd. P.W. Edbury, Cardiff, 1985 ; Monique Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse, 1098-1150, Paris, 1988. Voir aussi, récemment, Thomas S. Asbridge, The creation of the principality of Antioch, Londres, 2000.

38  J. Prawer, « Crusader Security and the Red Sea », Crusading Institutions, Oxford, 1980, p. 473-477, cité par Ch. Marshall, loc. cit., p. XX. Mais les opinions de J. Prawer varièrent. Voir par exemple les idées (plus proches de celles de R. C. Smail) qu’il développait dans The Crusader kingdom. European colonialism in the Middle Ages, Londres, 1991 (1re édition New York, 1972), p. 281-295, et tout particulièrement p. 281-282 (« Crusader fortifications were not created according to a preconceived master-plan, but grew gradually as a function of expansion before they ever came to mark and secure the frontiers »), et p. 285 (« A map of the crusader kingdom can convey the impression that the ten fortresses from Mount Hermon to ‘Aqaba served as an outer line of defence. As already explained, they were not the result of overall planning and their construction was caused by specific political circumstances. Furthermore, their military importance in an age of mobile cavalry should not be exaggerated »).

39  E. G. Rey, Étude sur les monuments de l’architecture militaire des croisés en Syrie et dans l’île de Chypre, Paris, 1871 et Les colonies franques de Syrie aux xiie et xiiie siècles, Paris, 1883 (chapitre VII: «L’État militaire », p. 109-164 ; la fortification est traitée p. 119-137) ; P. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, Paris, 1934-1973, 3 volumes et 3 albums.

40  Hugh Kennedy, Crusader Castles, Cambridge-New York-Melbourne, 1994. Le premier chapitre, « Prologue to the study of Crusader castles », p. 1-10, est historiographique. Outre les grandes figures que furent E. G. Rey et P. Deschamps, celle de T. E. Lawrence marqua les chercheurs ultérieurs (Crusader Castles, 1re édition 1936, nouvelle édition avec introduction et notes par Denys Pringle, Clarendon Press, Oxford, 1988). Parmi les ouvrages portant sur le sujet, sont importants aussi : R. Fedden et J. Thomson, Crusader Castles, Londres, 1957 ; W. Müller-Wiener, Castles of the Crusaders, Londres, 1966 ; T. S. R. Boase, Castles and Churches of the Crusading Kingdom, Londres, New York, Toronto, 1967 ; du même, « Military Architecture in the Crusader States in Palestine and Syria », dans A History of the Crusades, éd. K. M. Setton, Madison, 1977, vol. IV, p. 140-164 ; D. Pringle, The Red Tower (al-Burj al-Ahmar). Settlement in the Plain of Sharon at the Time of the Crusades and Mamluks, A. D. 1099-1516, Londres, 1986 ; Id., « Towers in Crusader Palestine », Château-Gaillard 16, 1994, p. 335-350 ; Henri-Paul Eydoux, Les châteaux du soleil : forteresses et guerres des Croisés, Paris, 1982 ; Jean Mesqui, Châteaux d’Orient. Liban, Syrie, Paris, Hazan, 2001 (prend aussi en compte les constructions byzantines et musulmanes). Tout récemment, R. Ellenblum a proposé une approche rénovée de la question de la fortification à l’époque des croisades : Crusader Castles and Modern Histories, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

41  H. Kennedy, Crusader Castles, op. cit., notamment p. 19, à propos des castra de type romain que les musulmans, reconnaît-il, construisaient encore : « there is no evidence that they had any direct influence on crusader military architecture ». Il suit l’opinion de M. Benvenisti, The Crusaders in the Holy Land, Jérusalem, 1970 (cf. p. 280, 326-331), et de R. C. Smail, op. cit., par exemple p. 235. Au contraire, Denys Pringle (introduction à la nouvelle édition de T. E. Lawrence, Crusader Castles, Oxford, 1988, p. XXXVIII), considère que lorsqu’ils érigeaient des castra rectangulaires munis de tours aux angles, les Francs copiaient, sans doute, des prototypes locaux musulmans ([…] « rectangular castles with towers placed at their corners in the manner of late Roman forts were being built by the Franks in Outremer in the 1130s, probably copying local Muslim prototypes) ». Voir encore, à propos des barbacanes, du même auteur, « Town defences in the crusader Kingdom of Jerusalem », dans I. A. Corfis et M. Wolfe (éd.), The medieval city under siege, op. cit., p. 97-98 ; et les contributions contenues dans N. Faucherre, J. Mesqui et N. Prouteau, La fortification au temps des croisades, Rennes, 2004.

42  H. Kennedy, op. cit., p. 18. Le lien avec les fortifications byzantines est selon lui plus ténu ; D. Pringle, loc. cit., p. XXXVII, parle quant à lui d’influence byzantine probable à propos du château de ahyūn.

43  «Siege warfare in the crusader lands », p. 98-119.

44  Elle l’est aussi par Paul E. Chevedden, The Citadel of Damascus, University of California, Los Angeles, 1986 (Ph. D.) ; le même « Fortifications and the Development of Defensive Planning during the Crusader Period », dans D. J. Kagay et L. J. A. Villalon (éd.), The Circle of War in the Middle Ages, Woodbridge, Suffolk, 1999, p. 33-43 ; le même « The Invention of the Counterweight Trebuchet : A Study in Cultural Diffusion », p. 71-116. R. Rogers, Latin Siege Warfare in the Twelfth Century, loc. cit., ne s’intéresse pas vraiment à la question.

45  D. Pringle, The Churches of the Crusader Kingdom of Jerusalem : a corpus, Cambridge, 1993, 3 volumes ; Id., Secular buildings in the Crusader Kingdom of Jerusalem : an archaeological gazetteer, Cambridge, 1997 ; Id., « Town defences in the crusader Kingdom of Jerusalem », dans I. A. Corfis et M. Wolfe (éd.), The medieval city under siege, op. cit., p. 69-121 ; Id., « Castle chapels in the Frankish East », dans N. Faucherre, J. Mesqui et N. Prouteau (éd.), La fortification au temps des croisades, op. cit., p. 25-41.

46  H. Kennedy, op. cit., chap. 9 : « Postscript : crusader castles and the West », p. 186-189. Pour D. Pringle (introduction à la nouvelle édition de T. E. Lawrence, Crusader Castles, op. cit., p. XXXIX) des travaux systématiques du type de ceux qui ont été effectués sur les ensembles anglais, écossais, gallois et français devraient être menés sur les châteaux croisés, arméniens, musulmans, byzantins, italiens et espagnols, sur les défenses urbaines aussi, pour qu’on puisse tenter d’apporter une réponse définitive à la question de l’influence Est-Ouest. Les premières élévations franques étaient plus d’inspiration occidentale qu’orientale ; les châteaux construits à l’Ouest, au xiie siècle, devaient plus à leur concepteur qu’à des influences externes. Mais, à la fin du xiie siècle, les techniques de fortification étaient bien en avance « outremer » ; l’influence des croisades sur les châteaux de l’Ouest européen fut minime, si ce n’est pour des dispositifs très particuliers, comme les mâchicoulis : « The only features of keeps for which oriental precedence suggests the East as a likely source of inspiration are the use made of machicolations and of masonry talus to protect the base of the wall » (ibidem, p. XXXVII, et note 51). Voir aussi Marie-Pierre Baudry, Les fortifications des Plantagenêt en Poitou, 1154-1242, Paris, 2001, p. 102-105 (elle pose le problème de l’origine des archères, surtout à étriers et à fentes de visées – pour ces dernières, un quelconque apport croisé est rejeté – et de l’influence arménienne).

47  Également appelés ḫānqāh. À Alep, la première résidence de soufis, érigée au début du xiie siècle sous l’influence d’Iraniens, suscita bien des résistances de la part d’une population majoritairement chiite. Cf. les propos rapportés par Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal wa l-mulūk, I, 90 r°, cités par Anne-Marie Eddé, « Origines de la population alépine au xiiie siècle », dans U. Vermeulen et D. de Smet (éd.), Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluks Eras, t. II, Louvain, 1998, p. 197.

48  Jacqueline Chabbi, « Ribāṭ», EI2, t. VIII, p. 510-524 (notamment p. 511, 517, 519, 523). Les articles de C. E. Bosworth dans l’EI2 vont dans le sens de J. Chabbi, mais les apports d’autres historiens, notamment M. Canard (voir Bibliographie) et M. Bonner (The emergence of the Thughūr : the Arab-Byzantine frontier in the early Abbāsid age, Dissertation, Un. of Princeton, 1987 ; « The naming of the frontier : ‘Awāṣim, Thughūr and the Arab geographers », BSOAS, t. LVII, 1994, p. 17-24 ; « Some observations concerning the early development of Jihad along the Arab-Byzantine Frontier », SI, t. LXXV, 1992, p. 5-31 ; Aristocratic Violence and Holy War. Studies in the Jihad and the Arab-Byzantine Frontier, New Haven, 1996) vont plutôt dans un autre sens.

49  Elena Lourie, « The confranity of Belchite, the Ribāṭ and the Temple », Viator. Medieval and Renaissance Studies 13, 1982, p. 159-176 (réimpression dans Crusade and Colonization : Muslims, Christians and Jews under the Crown of Aragon, Londres, V. R., 1990, I) ; Alan Forey, « The emergence of the Military Order in the Twelfth century », Journal of Ecclesiastical History, t. XXXVI, 1985, p. 175-195 (repris dans Id., Military Orders and Crusades, Aldershot, 1994, I ; résolument contre) ; Alain Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, 1120-1314, éd. revue et mise à jour, Paris, 1989 (1re éd. 1985), p. 38-39 (ne tranche pas) ; Malcom Barber, The New Knighthood. A History of the Order of the Temple, Cambridge, 1994, p. 40-41 (répond négativement). Mise au point récente d’Alain Demurger, Chevaliers du Christ. Les ordres religieux-militaires au Moyen Âge, xie-xvie siècle, Paris, 2002, p. 50-51 et surtout p. 300-303 (considère qu’il faut changer de questionnement, à la lumière de l’article de J. Chabbi cité ci-dessus : on doit s’interroger sur les rapports ǧihād/guerre sainte, plutôt que sur ceux ribāṭ/ordres militaires ; il souligne l’originalité du domaine espagnol, où les confréries de chevaliers, ou encore les frères ad terminum servant militairement un ordre pour un temps limité, peuvent être les témoins d’une influence musulmane). Cf. aussi Ch. Picard, A. Borrut, « Râbata, Ribât, Râbita : une institution à reconsidérer », dans N. Prouteau et Ph. Sénac (dir.), Chrétiens et musulmans en Méditerranée médiévale (viiie-xiiie s.), Poitiers, 2002, p. 33-65.

50  Outre les ouvrages cités dans la note précédente, Jonathan Riley-Smith, The Knights of St John in Jerusalem and Cyprus c. 1050-1310, Londres, 1967 ; le même, Hospitallers : The History of the Order of St. John, Hambledon Press, 1999 ; Alan J. Forey, The military orders : from the twelfth to the early fourteenth centuries, Londres, 1992 ; Malcolm Barber (éd.), The military orders. Volume 1 : Fighting for the faith and caring for the sick, Aldershot, Hampshire, 1994 ; Zsolte Hunyadi et József Laszlovszky (éd.), The Crusades and the Military Orders. Expanding the Frontiers of Medieval Latin Christianity, Budapest, C.E.U. Medievalia, 2001 (avec une bibliographie qui comporte 1800 entrées) ; Helen Nicholson (éd.), Military Orders. Volume 2 : The Welfare and Warfare, Aldershot, Hampshire, 1998.

51  M. Benett, « La Règle du Temple as a military manual or “How to deliver a cavalry charge” », Studies in Medieval History presented to R. Allen Brown, éd. C. Harpell-Bill, Woodbridge, 1989, p. 7-19 (voir d’autres éditions de cet article en Bibliographie).

52  Cf. récemment J. Shepard, « The uses of Franks in eleventh century Byzantium », Anglo-Norman Studies 25, 1993, p. 275-305 ; Alicia J. Simpson, « Three sources of military unrest in eleventh century Asia Minor : the Norman chieftains Hervé Frankopoulos, Robert Crispin and Roussel de Bailleul », Mésogeios 9-10, 2000, p. 181-207, et particulièrement la note 5 p. 200.

53  Jean Flori, « Encore l’usage de la lance… La technique du combat chevaleresque vers l’an 1100 », CCM, 3, 1988, p. 213-240. Id., « Cavalerie chrétienne et cavalerie musulmane. Deux conceptions du combat chevaleresque vers 1100 », dans Le monde des héros dans la culture médiévale, Wodan 35, 1994, p. 99-113 (repris dans Id., Croisades et chevalerie, xie-xiie siècles, Paris, De Boeck Université, 1998, p. 389-405). Les travaux les plus importants sont ceux de J. M. D. Ross, « L’originalité de Turoldus : le maniement de la lance », CCM, t. VI, 1963, p. 127-138 ;V. Cirlot, « Techniques guerrières en Catalogne féodale : le maniement de la lance », CCM, t. XXVIII, 1985, p. 36-43 ; Fr. Buttin, « La lance et l’arrêt de cuirasse », Archaeologia, vol. t. XCIX, 1965, p. 77-178 ; Claude Gaier, « À la recherche d’une escrime décisive de la lance chevaleresque ; le “coup de fautre” selon Gislebert de Mons », dans Femmes, Mariages, Lignages (xie-xive s.). Mélanges offerts à Georges Duby, Bruxelles, 1992, p. 177-196 et, du même auteur, « L’armement chevaleresque au Moyen Âge (ixe au xve s.) », dans Hainaut au Moyen Âge, Bruxelles, 1995, p. 199-214 ; Christopher Marshall, « The use of the charge in battles in the Latin East, 1192-1291 », Historical Research, vol. LXIII, n° 152, 1990, p. 221-226. On peut également voir John France, « Crusading warfare and its adaptation to Eastern conditions in the twelfth century », Mediterranean Historical Review, vol. 15, n° 2, 2000, p. 49-66.

54  A. Forey, « The Military Orders and the Ransoming of Captives of Islam (twelfth to early fourteenth centuries) », Studia Monastica 33, Montserrat, 1997, repris dans Id., Military Orders and Crusades, Aldershot, Variorum Series 11, 1991, VI) ; Yvonne Friedmann, « The ransom of captives in the Latin Kingdom of Jerusalem », dans M. Balard (éd.), Autour de la Première Croisade. Paris, 1996, p. 177-192 ; Id., Encounter between enemies. Captivity and ransom in the Latin kingdom of Jerusalem, Leyde, etc., 2002 ; Elena Bellomo, « La liberazione dei ‘‘captivi’’ tra Cristianità e Islam », Quaderni Medievali 47, 1999, p. 209-216.

55  Jean Flori, « L’Église et la guerre sainte de la Paix de Dieu à la Croisade », Annales, t. XLVII, 1992, p. 453-466 ; Id., La guerre sainte. La formation de l’idée de croisade dans l’Occident chrétien, Paris, 2001. Sur la croisade vue comme une guerre sainte menée pour et sous l’autorité divine, cf. G. Constable, « The historiography of the Crusades », dans Angeliki E. Laiou, Roy P. Mottahedeh (dir.), The Crusades from the perspectives of Byzantium and the Muslim World, Washington, 2001, p. 14 sq. ; E.-D. Hehl, « Was ist eigentlich ein Kreuzzug ? », HZ, t. 259, 1994, p. 297-336. Quelques autres ouvrages marquants : C. Erdmann, Die Entstehung des Kreuzzugsgedankens, Stuttgart, 1935 et 1955, trad. anglaise The origin of the idea of crusade, Oxford, 1977 ; P. Alphandéry, La chrétienté et l’idée de croisade, 2 vol., 1954 et 1959, réimpression, Paris, 1995 (sur lequel voir E. Delaruelle, « Essai sur la formation de l’idée de croisade », dans L’idée de croisade au Moyen Âge, Turin, 1980 p. 2-127) ; B. Z. Kedar, Crusade and Mission. European Approaches toward the Muslims, Princeton, 1984 ; M. Bull, Knightly piety and the lay response to the first crusade, Oxford, 1993. Voir encore les remarques récentes de James A. Brundage, « Crusades, clerics and violence : reflections on a canonical theme », et de John France, « Holy war and holy men : Erdmann and the lives of the saints », dans M. Bull et N. Housley (éd.), The experience of crusading, t. I, Western Approaches, Cambridge, 2003, p. 147-156 et 193-208.

56  Femmes dont le rôle pendant les croisades n’a toujours pas été restitué à sa juste valeur, même si de notables efforts ont récemment été faits. Voir par exemple Thomas Asbridge, « Alice of Antioch : a case study of female power in the twelfth century », dans P. Edbury et J. Phillips éd., The Experience of Crusading, t. II, Defining the Crusader Kingdom, Cambridge, 2003, p. 29-47, et surtout l’ouvrage collectif dirigé par S. B. Edgington et S. Lambert, Gendering the crusades, Cardiff, 2001, où l’article de K. Caspi-Reisfeld est consacré à « Women warriors during the crusades, 1095-1254 », p. 94-107 ; enfin Sabine Geldsetzer, Frauen auf Kreuzzügen 1096-1291, Darmstadt, 2003. Sur tous ces problèmes, voir désormais l’article de C. T. Maier, « Historiographical essay. The roles of women in the crusade movement : a survey », dans Journal of Medieval History, t. 30, 2004, p. 61-82, qui est bien plus qu’un simple « essai historiographique ». À propos de ce que disent les sources arabes des femmes croisées (cf. p. 69 et note 42), il nous semble, en revanche, que c’est là un champ à étudier. Voir également, de perspective bien plus large, Megan McLaughlin, « The woman warrior : Gender, warfare and society in medieval Europe », Women’s Studies, t. XVII, 1990, p. 193-209.

57  Voir la Bibliographie. Pour les croisades : Anne Hyland, The Medieval Warhorse from Byzantium to the Crusades, Sutton, 1994, réimpr. 1996, chap. 8 : « The importance of the horse in the Crusades », p. 140-168 ; Id., The Warhorse, 1250-1600, Sutton, 1998.

58  Surtout (mais voir, également, Bibliographie) David Nicolle, Arms and Armour of the Crusading Era, 1050-1350, 2 volumes, New York, 1988 (« The Latin East », vol. 1, p. 318-335 et « Addendum. Crusader States », p. 564) ; réédition en 2 vol., Londres, 1999, vol. 1, Western Europe and the Crusader States, vol. 2, Islam, Eastern Europe and Asia ; Olivier Bouzy, « L’armement occidental pendant la première croisade », Cahiers de recherches médiévales (xiiie-xve s.), t. I, 1996, p. 15-44 ; A. J. Boas, Crusader Archaeology. The Material Culture of the Latin East, Londres et New York, 1999, p. 170-180.

59  « La croisade, acte psychanalytique qui marque la rencontre de l’Orient et de l’Occident, de l’islam et du christianisme, de l’espace et du temps » : Alphonse Dupront, Le mythe de croisade, Paris, Gallimard, 1997, t. III p. 1544, que cite fort justement Catherine Mayeur-Jaouen, compte rendu de cet ouvrage dans le Bulletin critique des Annales islamologiques, t. 16, 2000, p. 105.

60  Claude Cahen, Orient et Occident au temps des Croisades, Paris, 1983, p. 7. Cf. aussi Giles Constable, « The Historiography of the Crusades », loc. cit., p. 21 et note 108.

61  Cf. ci-dessus, note 7 ; R. Irwin, « Islam and the Crusades 1096-1699 », dans Jonathan Riley-Smith (éd.), The Oxford Illustrated history of the Crusades, Oxford, New-York, p. 217-259.

62  Voir essentiellement Peter Partner, God of Battles. Holy Wars of Christianity and Islam, Princeton, 1998 (compte rendu par Thierry Bianquis dans le Bulletin critique des AI, 2001). Cf. également la tentative de Jean Flori, Guerre sainte, jihâd, croisade. Violence et religion dans le christianisme et l’islam, Paris, 2002.

63  John France, Victory in the East. A Military History of the First Crusade, Cambridge, 1994, comporte un chapitre sur « War in the West », mais non son pendant sur l’Orient. Cet ouvrage part d’un a priori très différent de celui de P. Partner (qui ne se circonscrit ni à l’histoire militaire, ni à la première croisade), qui est inscrit dans la très longue durée. P. Partner remonte à l’Antiquité et au judaïsme pour étudier les « guerres saintes (holy wars) qui opposèrent la chrétienté et l’islam (notamment les croisades), la guerre sainte, enracinée dans les trois grandes religions monothéistes, étant peu assumée en Occident ». John France cherche à expliquer le succès de la première croisade, vue (ou du moins son « histoire ») comme un moment « fascinant » (p. 2 : « it is notdifficult to understand why modern historians have enthusiastically addressed the question of explaining the success […]. The history of the crusade is fascinating »). L’intéressent surtout les « participants » à la croisade et leurs facultés d’adaptation, qui leur permirent la victoire (p. 25 : « its participants and the way they drew upon and adapted this in the novel experience which brought victory in the east »). Dès lors, en terme d’histoire militaire, il voit la croisade comme un « succès » (p. 371 : « In a military sense the crusade was a success »).

64  L’ouvrage d’Everett U. Crosby, Medieval Warfare. A Bibliographical Guide, New York et Londres, 2000, n’a pas de section sur les croisades. Comme les ouvrages qui les couvrent sont en partie recensés dans la section du premier chapitre (« War in the Middle Ages ») consacrée aux « Muslim States », John France (compte rendu de cet ouvrage disponible sur le site www.deremilitari.org, p. 2) s’insurge : « The fact is that the military history of the Muslim States (and indeed Byzantium which is usually humped with them) is quite distinct from crusading warfare, which needs its own section ».

65  The Crusades, Londres, Osprey, « Essential Histories 1 », réimpression 2001.

66  Le Recueil des historiens des croisades, surtout.

67  Voir les ouvrages de H. Delbrück, de G. Koehler, de Ch. Oman et de F. Lot cités en note 14.

68  Henri Delpech, La tactique au XIIIe siècle, 2 volumes, Paris, 1886 ; cf. ce qu’en dit F. Lot, L’art militaire, op. cit., p. 12 : « Delpech s’est mépris du tout au tout. »

69  Idée dont on trouve des échos dans des ouvrages très divers. Il n’est pas inintéressant de lire, par exemple, sous la plume du savant « marxiste » Élisée Reclus, dans L’homme et la terre, t. III, Histoire ancienne (Orient chinois, Inde, Mondes lointains) et Histoire moderne (chrétiens, Barbares, la seconde Rome, Arabes et Berbères, Carolingiens et Normands, Chevaliers et Croisés), Paris, Librairie universelle, 1905 : « Le métier des seigneurs féodaux était de se battre, et précisément les guerres constantes, la barbarie qui en avaient été les conséquences entraînaient la ruine complète de l’art militaire, tactique et stratégie : on s’entretuait, mais on ne savait plus combattre, les règles en avaient été oubliées. Il n’y avait plus d’armées proprement dites : elles ne constituaient plus de corps organisé ayant un cadre commun et faisant accorder ses opérations suivant un plan unique. […] Donc, toutes les manœuvres d’ensemble étaient impossibles. L’art militaire n’eut de nouveaux adeptes qu’après la rencontre des Croisés et des armées mahométanes. Les chevaliers chrétiens apprirent de leurs ennemis à former des troupes solides, dressées régulièrement à la guerre, en vue d’un triomphe collectif ». Noter qu’É. Reclus insiste sur l’état d’ignorance des Croisés, en matière d’art militaire, et qu’il considère (au contraire de L. White par exemple) que ce furent leurs « ennemis » qui leur permirent de se perfectionner sur ce point.

70  John France, « Technology and the success of the First Crusade », dans Y. Lev (éd.), War and Society in the Eastern Mediterranean 7th-154th, Leyde, New York, Cologne, 1997, p. 163.

71  Cf. surtout « The Crusades and the technological thrust of the West », dans V. J. Parry et M. E. Yapp (éd.), War, Technology and Society in the Middle East, Londres, 1975, p. 97-112.

72  L. White, loc. cit., p. 100-101. Contra, l’article de John France, loc. cit. (voir notamment p. 175).

73  Cf. notamment J. France, Western Warfare, op. cit., p. 220 ; Id., « Crusading warfare and its adaptation to Eastern conditions in the twelfth century », Mediterranean Historical Review 15, n° 2, 2000, p. 49-66. Mais voir aussi Charles R. Bowlus, « Tactical and strategic weaknesses of horse archers on the eve of the first crusade », dans M. Balard (éd.), Autour de la Première Croisade. Paris, 1996, p. 159-166.

74  David Nicolle, Arms and armour of the Crusading Era 1050-1350. Western Europe and the Crusader States, p. 7. Voir en fait sur le sujet, du même auteur « Medieval warfare : The unfriendly interface », The Journal of Military History 63, 1999, tout particulièrement les p. 581 (sur « l’imitation » dans les armées musulmanes des deux premiers siècles de l’hégire), 584 (une Europe de l’Ouest plus réceptrice que diffuseuse ; les copies musulmanes en Espagne), 585 (la Chine, qu’on est tenté de voir comme source de bien des innovations…) ; toujours du même auteur, « The manufacture and importation of military equipment in the Islamic Eastern Mediterranean (10th-14th centuries) », dans U. Vermeulen, J. Van Steebergen (éd.), Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras, t. III, Louvain, 2001, p. 139-162 ; Helmut Nickel, « The mutual influence of Europe and Asia in the field of arms and armour », dans D. Nicolle (éd.), A companion to medieval arms and armour, Woodbridge, 2002, X, p. 107-125. Cf. aussi, plus ancien et plus large, Ada Bruhn Hoffmeyer, « East and West. Mutual contributions to civilization », Gladius, t. I, 1961, p. 9-16. Sur les transmissions de technologie civile : Dietrich Lohrmann, « Échanges techniques entre Orient et Occident au temps des Croisades », dans Isabelle Draelants, Anne Tihon et Baudouin Van den Abeele (éd.), Occident et Proche-Orient : Contacts scientifiques au temps des Croisades, Actes du colloque de Louvain-la-neuve, 24 et 25 mars 1997, Louvain, p. 117-143.

75  Claude Cahen, « Les changements techniques militaires dans le Proche-Orient médiéval et leur importance historique », dans V. J. Parry et M. E. Yapp (éd.), War, Technology and Society in the Middle East, Londres, 1975, p. 113 et note 1.

76  Se reporter, aujourd’hui, à A. Y. Al-Hasan et D. R. H. Hill, Sciences et techniques en islam. Une histoire illustrée, trad. française, Paris, 1991, chap. 4 et 5 (technologie militaire et navigation). Quelques informations peuvent être glanées dans Gaston Wiet, « Le monde musulman (viie-xiiie siècles) », M. Daumas (dir.), Histoire générale des techniques, t. I, Les origines de la civilisation technique, Paris, PUF, 1962, p. 339-373 (« L’armement », p. 366-371).

77  Cf. néanmoins V. J. Parry, « Warfare », dans P.M. Holt, A. K. S. Lambton, B. Lewis (éd.), The Cambridge History of Islam, Cambridge, 1970, p. 824-850 (très synthétique) ; David Nicolle, The Medieval Warfare Source Book, vol. 2 : Beyond Western Christendom, Londres, 1996.

78  Sur les premiers auteurs, supra, note 14 ; pour Philippe Contamine, note 11. Pour les ouvrages en arabe avant 1980, voir G. ‘Awwād, Maṣādir al-turāṯ al-‘askarī ‘inda l- ‘Arab, Bagdad, 3 volumes, 1981-1982. Parmi les synthèses, on peut notamment citer : ‘Abd al-Ra’ūf ‘Awn, Al-fann al-ḥarbī fī ṣadr al-islām, Le Caire, 1961 ; I. Hindī, Al-ḥayāt al-‘askariyya ‘indā l-‘Arab, Damas, 1964 ; Ibrāhīm Muṣṭafā al-Maḥmūd, Al-ḥarb ‘indā l-‘Arab, Beyrouth, Dār al-Kalima, 1980 ; Maḥmūd Šīt Ḫaṭṭāb, Al-‘askariyya al-‘arabiyya al-islāmiyya, 2e édition Beyrouth, 1985.

79  J. T. Reinaud, « De l’art militaire chez les Arabes au Moyen Âge », JA,sept. 1848, p. 193-238(dont on peut voir le compte rendu par M. Favé dans le Journal des sciences militaires, oct. 1849, repris dans le JA, 1849, p. 3-19). Cet article consiste surtout en une étude de manuscrits arabes traitant de l’art militaire (cf. infra). Id., « De la formation des armées musulmanes au Moyen Âge et de leurs moyens d’entretien », Revue des deux mondes, t. 1, janvier-mars 1831, p. 105-113 (repris pratiquement textuellement dans le précédent) ; J. T. Reinaud et M. Favé, « Du feu grégeois, des feux de guerre et des origines de la poudre à canon chez les Arabes, les Persans et les Chinois », JA 6e série, XIV, 1849, p. 257-327 ; Id., « Nouvelles observations sur le feu grégeois et les origines de la poudre à canon », JA 6e série, XV, 1850, p. 371-376. Rappelons la contribution du même auteur à l’historiographie des croisades. La traduction d’extraits de chroniqueurs arabes qu’il fit paraître (Extraits des historiens arabes relatifs aux guerres des croisades, Paris, 1829) fit autorité au moins jusqu’à la parution des tomes sur les Historiens Orientaux du Recueil des historiens des croisades, et continue, parfois, à être citée.

80  Voir aussi ses développements sur la composition mixte des armées (« Art militaire », art. cit., p. 230 sq.), l’aversion des musulmans pour la marine (ibidem, p. 232-233) ; les qualités de cavaliers des arabes (ibidem, p. 194), l’importance des Turcs dans les armées musulmanes (« De la formation », art. cit., p. 106-108).

81  Comparer à ce qu’écrit Joseph-François Michaud (membre de l’Académie française et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, personnage connu et écouté ; cf. le catalogue de l’exposition Châteaux d’Orient ou sur les traces de Joseph Michaud (1767-1839), historien des croisades, Châteaux-des-Allymes, 20.06-20.11 1992), dont l’Histoire des croisades en 6 volumes a eu une considérable audience. Parue une première fois en 1812, très souvent rééditée et augmentée (en 1838, on en est à la cinquième édition, « augmentée après le voyage de l’auteur » en Orient), elle fut souvent utilisée (même par M. Kurd ‘Alī dans ses Ḫiṭaṭ al-Šām, 3e éd. Damas, 1403/1983, par exemple t. I, p. 203, 204). En son temps, c’était une œuvre novatrice dans la mesure où une place importante était faite aux musulmans et une tentative de bilan des croisades réalisée (cf. la « Physionomie morale des Croisades et considérations sur ses résultats », appendice ajouté à la quatrième édition, en 1829). On peut notamment y lire : « Ceux qui ont étudié les mœurs et les révolutions de l’Orient ont pu remarquer que la religion de Mahomet, quoiqu’elle soit toute guerrière, ne donnait point à ses disciples cette bravoure opiniâtre, cette persévérance dans les revers, ce dévouement sans bornes dont les Croisés avaient offert tant d’exemples. Le fanatisme des musulmans avait besoin de la victoire pour conserver sa force et sa violence. […] L’envie d’acquérir de la renommée excitait rarement leur audace, et dans les accès même de leur ferveur belliqueuse, la crainte des châtiments et des supplices les retenait sur le champ de bataille bien plus que la passion de la gloire. Il leur fallait un chef à redouter pour oser braver leurs ennemis, et le despotisme semblait nécessaire à leur valeur. » (t. II, livre 7, p. 248-249).

82  J. T. Reinaud, « De l’art militaire… », art. cité, p. 198-199. Sur les débuts de l’islam, voir désormais : F. M. Donner, The early Islamic conquests, Princeton, Princeton University Press, 1981, et Hugh Kennedy, The armies of the Caliphs. Military and Society in the Early Islamic State, Londres et New York, 2001.

83  Principes généraux du cavalier arabe, Paris, 1854, cité par M. D. Sedra, Guerre, fortification et armement à l’époque almohade (515-610/1121-1213), DEA, univ. Lyon II, p. 88. Sur l’influence fondamentale de l’article de J. T. Reinaud (« De l’art militaire… ») sur les études consacrées aux traités militaires orientaux, cf. Maya Shatzmiller, « The Crusades and Islamic Warfare – a re-evaluation », Der Islam 69, 1992, p. 229-251.

84  Il n’existe pas plus, à notre connaissance, d’instrument bibliographique, si ce n’est l’ouvrage déjà mentionné de Gorguis ‘Awwād (Maṣādir al-turāṯ al-‘askarī ‘inda l-‘arab ; la fin du volume 3 comporte une section sur les publications en langues européennes), Bagdad, 3 volumes, 1981-1982. Les instruments précieux que sont l’Introduction à l’histoire de l’Orient musulman VIIe-XVe siècle. Méthodologie et éléments de bibliographie, Paris, 1988, par Claude Cahen (qui refond et complète l’ouvrage du même titre de Jean Sauvaget) et Islamic History. A Framework for Inquiry, édition révisée, Londres et New York, 1999 (1re édition 1991) par R. Stephen Humphreys, ne comportent pas de section consacrée à l’histoire militaire. On peut néanmoins y glaner quelques informations (surtout dans le premier de ces livres, dans lequel voir l’index des matières sous « guerre, armées, djihād »).

85  Parmi les ouvrages récents : Mark C. Bartusis, The Late Byzantine Army. Arms and Society, 1204-1453, Philadelphia, 1992 ; Warren Treatgold, Byzantium and its Army, 284-1081, Stanford, 1995 ; Timothy S. Miller et John Nesbitt, Peace and war in Byzantium. Essays in honour of George T. Dennis, Washington, 1995 ; John Haldon, Warfare, state and society in the Byzantine World, 565-1204, Londres, 1999 ; John Haldon, The Byzantine wars. Battles and campaigns of the Byzantine era, Charleston, 2000 ; John W. Birkenmeier, The Development of the Komnenian Army : 1081-1180, Leyde, Boston, Cologne, 2002.

86  Maya Shatzmiller, art. cité, p. 247. L’Encyclopédie de l’Islam (2e édition) comporte nombre d’entrées sur le sujet.

87  Voir les sections qui s’y rapportent, directement ou indirectement, dans l’Index Islamicus. Voir aussi la riche bibliographie donnée par David Nicolle dans Arms and Armour of the Crusading Era, 1050-1350, op. cit. ; Appendice I (p. 70-72) de l’article du même auteur, « Arms of the Umayyad Era : Military Technology in a Time of Change », dans Y. Lev (éd.), War and Society in the Eastern Mediterranean 7th-154th, Leyde, New York, Cologne, 1997. Les deux ouvrages collectifs parus sous la direction de V. J. Parry et M. E. Yapp d’une part, de Y. Lev d’autre part, témoignent d’une volonté de participer de l’influx donné en Europe et Etats-Unis aux études militaires. Voir encore la série des Castrum en Bibliographie.

88  Il va sans dire que, vu l’extension du domaine musulman, au Moyen Âge, il n’est pas question ici de dresser ne serait-ce qu’un panorama partiel de la production le concernant. Il s’agit seulement de se pencher sur l’Orient médiéval, et plus particulièrement sur la Syrie et les zones géographiques qui lui sont proches, et de dégager certaines tendances.

89  M. Shatzmiller, « The Crusades and Islamic Warfare », art. cité, p. 247 ; J. T. Reinaud, « Art militaire », p. 195 ; A. R. Zaky, « Military Literature of the Arabs », Cahiers d’histoire égyptienne, Série VII, fasc. 3, juin 1955, p. 149.

90  M. Shatzmiller, art. cité, p. 248.

91  Cf. notamment Louis Mercier, La parure des cavaliers et l’insigne des preux, Paris 1924 ; H. Ritter « La parure des cavaliers und die Literatur über die ritterliche Künste », Der Islam, t. XVIII, 1929, p. 116-154 ; A. R. Zaky, « Military Literature of the Arabs », art. cité, et « A preliminary bibliography of medieval Arabic military literature », Gladius, t. IV, 1963, p. 107-112 ; George T. Scanlon, « Source Material for a History of medieval Muslim Warfare », Proceedings of the International Congress of Orientalists, 2, Moscou, 1963, p. 53-57 ; Id. (éd. et trad.), A muslim manual of war, being Tafrīǧ al-kurūb fī tadbīr al-ḥurūb by Umar Ibn Ibrāhīm al-Awsī al-Anṣārī, Le Caire, 1961, p. 1-21. Sur tous ces travaux, voir les remarques de Maya Shatzmiller, art. cité, op. cit., p. 248-250. Sur les manuscrits militaires, voir également Sh. al-Sarraf, « Furūsiyya literature of the Mamlūk period », dans D. Alexander (éd.), Furūsiyya, t. I, Riyad, 1996, p. 118-135 (ou Id., « Adab al-furūsiyya fī l-‘aṣrayn al-‘abbāsī wa l-mamlūkī», dans Furūsiyya, t. II, Riyad, 2000, p. 104-139) ; Id., « Mamluk furusiyah literature and its antecedents », Mamluk Studies Review, vol. viii, 1, 2004, p. 141-200.

92  Cf. Hugh Kennedy, The armies of the Caliphs, op. cit., p. 2-14.

93  Sur tout ceci, et ce qui suit, voir M. Canard, « L’expansion arabe : le problème militaire », dans Settimani di Studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo XII, Spolète, 1965 (repris dans L’expansion arabo-islamique et ses répercussions, Londres, 1974, III) ; Hugh Kennedy, op. cit., surtout p. 2-4, 6, 14 ; F.M. Donner, The early Islamic conquests, Princeton, 1981 ; D. R. Hill, The mobility of Arab armies in the early conquests, M. Litt. Thesis, Durham University, 1963 ; le même, « The role of the Camel and the Horse in the Early Arab Conquests », dans V.J. Parry et M. E. Yapp (éd.), War, Technology and Society in the Middle East, Londres, 1975, p. 32-43 ; W. Kaegi, Byzantium and the early Islamic conquests, Cambridge, 1992 ; David Nicolle, « Arms of the Umayyad Era : Military Technology in a Time of Change », loc. cit., p. 9-100 ; Ella Candau-Tasseron, « Features of the pre-conquest Muslim armies in the time of Muḥammad », dans A. Cameron (éd.), The Byzantine and Early Islamic Near East, t. III, States, Resources and Armies, Princeton, 1995, p. 299-336.

94  H. Kennedy, op. cit., p. 3, 14.

95  F. M. Donner, The early Islamic conquests, op. cit., p. 251-271 (notamment p. 268-269) ; Claude Cahen, « Les changements techniques militaires dans le Proche-Orient médiéval et leur importance historique », dans V. J. Parry et M. E. Yapp (éd.), War, Technology and Society in the Middle East, Londres, 1975, réimpression Cl. Cahen, Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale, Damas, 1977, p. 483.

96  H. Kennedy, op. cit., p. 4. Toujours est-il que l’armée byzantine était encore, lors de l’invasion arabe, un instrument puissant et efficace. Cf. P. Crone rendant compte d’Averil Cameron (éd.), The Byzantine and Early Islamic Near East, t. III, States, Resources and Armies, Princeton, 1995, p. 139-143 (« it was not by default on the part of their opponents that the Arabs won »).

97  D. R. Hill, loc. cit. ; H. Kennedy, op. cit., p. 6.

98  Sur l’époque et le régime mamelouk, voir P.-M. Holt, The Age of the Crusades : The Near East from the Eleventh Century to 1517, Londres, New York, 1986 et la synthèse récente de Jean-Claude Garcin dans J.-Cl. Garcin et alii, États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval Xe-XVe siècle, t. 1 : L’évolution politique et sociale, Paris, 1995.

99  « Cavaliers turcs et civils sunnites dans l’historiographie arabe classique », dans V. Bouilli et C. Servan-Schreiber (éd.), De l’Arabie à l’Himalaya : chemin croisés : en hommage à Marc Gaborieau, Paris, 2004, p. 355.

100  Bibliographie de ses travaux dans A. Elad, « A bibliography of David Ayalon’s Publications », dans M. Sharon (éd.), Studies in Islamic history and civilization in honour of Professor David Ayalon, Jérusalem et Leyde, 1986, p. 13-18. Résumé de ses conceptions dans Reuven Amitai, « The rise and fall of the mamluk institution : a summary of David Ayalon’s work », dans M. Sharon, op. cit., p. 19-30. Deux recueils reprennent ses principaux articles : Studies on the Mamluks of Egypt, Variorum Reprints, Londres, 1977 ; The Mamlūk military society, Londres, Variorum Reprints, 1979. Voir aussi son article « Mamlūk », EI2, t. VI, p. 299-305, et ses derniers ouvrages Le phénomène mamelouk dans l’Orient islamique, Paris, 1996 (traduction d’articles, en fait ; voir le compte rendu de Jean-Claude Garcin dans Bulletin critique des AI, p. 108-111) ; Eunuchs, Caliphs and Sultans : A Study in Power Relationships, Jérusalem, 1999.

101  D. Ayalon, Phénomène mamelouk, op. cit., I. « Le phénomène mamelouk ».

102  Patricia Crone, Slaves on horses. The evolution of the Islamic polity, Cambridge, 1980 ; Daniel Pipes, Slave Soldiers and Islam. The Genesis of a Military System, Yale, 1981. Sur ces ouvrages, cf. Jean-Claude Garcin dans le Bulletin critique des AI, t. XXII, 1986, p. 99-102.

103  Jean-Claude Garcin, « Le système militaire mamluk et le blocage de la société », AI, t. XXIV, 1988, p. 93-110.

104  Thierry Bianquis, « Claude Cahen, historien de l’Orient arabe médiéval. Analyse et prospective », JA, t. 281, 1-2, 1993, p. 15 ; Jean-Claude Garcin, loc. cit.

105  Voir par exemple Claude Cahen, « Le rôle des Turcs dans l’Orient musulman médiéval », Bibliothèque du Collège de France, tiré à part fonds Henri Laoust, p. 97-102.

106  Th. Bianquis, loc. cit., p. 13-14 ; du même auteur, « La fortune politique du cavalier turc en Syrie au XIe siècle. Éléments pour l’élaboration d’un war game », dans A. Bazzana (dir.), Castrum 3. Rome, 1988, p. 59-66 (voir également la discussion p. 87-88).

107  Par exemple C. E. Bosworth, « Recruitment, muster and review in medieval Islamic armies », dans V. J. Parry et M. E. Yap (éd.), War, Technology and Society in the Middle East, Londres, 1975, p. 59-77.

108  Voir la controverse ayant opposé D. Ayalon et R. S. Humphreys : D. Ayalon, « Aspects of the Mamluk Phenomenon : A. The importance of the Mamluk Institution ; B. Ayyūbids, Kurds and Turks », Der Islam, t. LII, 1976, p. 1496-225 ; t. LIV, 1977, p. 66-125, et R. S. Humphreys, « The emergence of the Mamluk Army », Studia Islamica, t. XLV, 1977, p. 67-91 ; t. XLVI, 1977, p. 147-182. On s’accorde aujourd’hui pour suivre la position plus mesurée de R. S. Humphreys et pour reconnaître que l’armée ayyoubide comportait de nombreux groupes de soldats libres. Plus profondément, il s’agissait, pour ces deux savants, de déterminer si l’armée mamelouke était héritière d’une longue tendance (ainsi que le pensait D. Ayalon, même si ses positions évoluèrent au fil des temps), ou si elle avait été constituée par une série de réponses à des situations historiques spécifiques et à un contexte sociopolitique évolutif (comme le soutient R. S. Humphreys).

109  Anne-Marie Eddé, « Kurdes et Turcs dans l’armée ayyoubide de Syrie du Nord », dans Y. Lev (éd.), War and Society in the Eastern Mediterranean 7th-15th, Leyde, New York, Cologne, 1997, p. 225-237 ; voir aussi Y. Lev, Saladin in Egypt, Leyde, Boston, Cologne, 1999, p. 157-158.

110  Sur le rôle des Turcs, plus généralement, voir l’article déjà cité de Claude Cahen, « Le rôle des Turcs… », ainsi que C. E. Bosworth, « The Turks in the Islamic Lands up to the mid-11th century », Fudamenta Philologiae Turcicae, t. II, 2, Les Turcs musulmans avant les Ottomans, Wiesbaden, 1970, p. 1-20, et Ulrich W. Haarmaan, « Ideology and History, Identity and Alterity : The Arab Image of the Turk from the Abbasids to Modern Egypt », IJMES, vol. 20, 1988, p. 175-196. Sur les esclaves noirs, Jere L. Bacharach, « African military slaves in the medieval Middle East : the cases of Iraq (869-955) and Egypt (868-1171) », IJMES, t. XIII, 1981, p. 471-495.

111  D. Ayalon, « Notes on the Furūsiyya Exercises and Games in the Mamlūk Sultanate », Scripta Hierosolymitana, vol. IX, Jérusalem, 1961, p. 31-62 (repris dans The Mamlūk military society, Londres, 1979) ; J. P. Latham, « Note on mamluk horses archers », BSOAS, 1969, p. 257-267 ; J. D. Latham et W. F. Paterson, Saracen Archery, Londres, 1970 ; Aḥmad ‘Abd al-Rāziq, « Deux jeux sportifs en Égypte au temps des mamlūks », AI, t. XII, 1974, p. 95-130 ; H. Rabie, « The training of the Mamluk Fāris », dans V. J. Parry et M. E. Yapp (éd.), War, Technology and Society in the Middle East, Londres, 1975, p. 153-163 ; D. C. Nicolle, « The Reality of Mamluk Warfare : Weapons, Armour and Tactics », Al-Masāq, vol. 7, 1994, p. 77-110. Sur l’infanterie, quelques informations peuvent être glanées dans R. Amitai, « Foot soldiers, militiamen and volunteers in the early Mamluk army », dans Ch. F. Robinson, Islamic Studies in honour of D. S. Richards, Leyde et Boston, 2003, p. 233-249.

112  R. Elgood (éd.), Islamic Arms and Armour, Londres, 1979 ; D. Nicolle (éd.), A companion to medieval arms and armour, Woodbridge, 2002. Cf. aussi les Furūsiyya, 2 vol., Riyad, 1996 et 2000.

113  Ludvik Kalus, Contribution à l’étude des boucliers circulaires de l’Orient musulman, thèse de 3e cycle université de Paris IV Sorbonne, 1974 ; Id., « Boucliers circulaires de l’Orient musulman (évolution et utilisation) », Gladius, t. XII, 1974, p. 59-133.

114  3 volumes, université de Paris IV Sorbonne, 1989. Du même auteur, « L’impact des techniques militaires sur l’évolution politique et sociale dans le Moyen-Orient médiéval : le cas de l’archerie », Études Orientales, t. VII-VIII, 1990, p. 6-27.

115  La bibliographie de David Nicolle est très riche, et inégale. Ses travaux les plus importants, dont certains ont déjà été mentionnés (pour le reste, voir Bibliographie), sont : Early Medieval Islamic Arms and Armour, Madrid, 1976 ; « An introduction to arms and warfare in classical Islam », dans R. Elgood (éd.), Islamic Arms and Armour, Londres, 1979, p. 162-176 ; Arms and Armour of the Crusading Era, 1050-1350, loc. cit. ; « Saljuq arms and armour in art and literature », dans R. Hillenbrand (éd.), The Art of the Saljuqs in Iran and Anatolia, Londres, 1994, p. 247-54 + XIX ill. ; The Medieval Warfare Source Book, vol. 2, loc. cit. ; « Arms of the Umayyad Era : Military Technology in a Time of Change », in Y. Lev (éd.), War and Society in the Eastern Mediterranean 7th-15th, loc. cit., p. 9-100 ; A Companion to Medieval Arms and Armour, Woodbridge, 2002.

116  Cf. néanmoins Thierry Bianquis, « La fortune politique du cavalier turc en Syrie au XIe siècle. Éléments pour l’élaboration d’un war game », dans Castrum 3, op. cit., p. 59-66.

117  A.-M. Eddé, F. Micheau, « Sous les murailles d’Alep : assaillants et défenseurs de 351/962 à 658/1260 », dans Le combattant au Moyen Âge, colloque de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement public, 1991, p. 63-72 ; Jean-Michel Mouton, Damas, passim ; Alexandrine Guérin, « Les territoires de la ville de Damas à la période abbasside », BEO, t. LII, 2000, p. 221-241 ; Thierry Bianquis, « Le qasr de Damas avant les Seljoucides », à paraître dans Castrum 8 ; M. Meinecke, « Salkhad. Exemple de ville-forteresse islamique », AAAS, n° spécial, colloque international History and Archaeology of mohafazat as-Sweida, 29/30 oct. 1990, vol. XLI, Damas, 1997, p. 111-115 (repris dans M. Dentzer et J. Dentzer-Feydy (éd.), Le Djebel al-‘Arab : histoire et patrimoine au musée de Suweidā’, Paris, 1991, p. 93-100).

118  Thierry Bianquis, « Le qasr de Damas », loc. cit., p. 10-11.

119  C. Tonghini, E. Donato, N. Montevecchi et M. Nucciotti, « The evolution of masonry technique in Islamic military architecture : the evidence of Shayzar », Levant, n° 5, 2003, p. 179-212 ; C. Tonghini, N. Montevecchi, « The castle of Shayzar : the results of recent archeological investigations », dans N. Faucherre, J. Mesqui et N. Prouteau (éd.), La fortification au temps des croisades, Rennes, 2004, p. 137-150.

120  Les citadelles de Damas et du Caire font l’objet de fouilles archéologiques, sous la direction de Sophie Berthier pour la première ville. Cf. BEO, t. LIII-LIV, Supplément Citadelle de Damas, 2002. Voir aussi le numéro 11 d’Archéologie islamique (année 2001), symptomatique de la vitalité de la recherche en matière de défense urbaine ou castrale. Cf. tout particulièrement les articles d’A. Borrut, M. Barrucand, J. Gonnella, St. Pradines et B. Michaudel. K. A. C. Creswell, Early Muslim Architecture, I, Oxford, 1932, II, Oxford, 1950 ; le même, The Muslim Architecture of Egypt, I, Oxford, 1952 ; le même, « Fortification in Islam before A. D. 1250 », dans Proceedings of the British Academy, t. XXXVIII, 1962, p. 89-125 ; P.E. Chevedden, The Citadel of Damascus, Ph. D. Université de Californie, Los Angeles, 1986. La publication des très importantes fouilles de ◊adr (Qal‘at Gindī, dans le Sinaï) dirigées par Jean-Michel Mouton, est annoncée (voir déjà, notamment, J.-M. Mouton et alii, « Découverte d’un décor de bateaux d’époque ayyoubide dans la forteresse de ◊adr au Sinaï », AI, vol. xxxix, 2005, p. 1-23), de même que celles de Vadum Jacob, dirigées par Ronnie Ellenblum (cf. R. Kool, « Coins ad Vadum Jacob : new evidence on the circulation of money in the Latin Kingdom of Jerusalem during the second half of the twelfth century », Crusades, t. i, 2002, p. 73-87).

121  Il va de soi que seul l’aspect guerrier du concept nous intéresse ici, à savoir donc le ǧihād mineur (ṣaġīr, par opposition au ǧihād majeur, kabīr).

122  Mustansir Mir, « Jihād in Islam », dans H. D. Shakeel, R. A. Messier (éd.), The Jihād and its times. Dedicated to Andrew Stefan Ehrenkreutz, The University of Michigan, 1991, p. 113-114 ; Roy Parviz Mottahedeh et Ridwan al-Sayyid, « The Idea of the Jihād in Islam before the Crusades », dans Angeliki E. Laiou, RoyP.Mottahedeh (dir.), The Crusades from the perspectives of Byzantium and the Muslim World, Washington, 2001, p. 25.

123  Cf. par exemple E. Fagnan, Le Djihad ou la guerre sainte selon l’école malékite, Alger, 1908.

124  E. Fagnan, op. cit. ; E. Tyan, « Djihâd », EI2, t. II, p. 551-553 ; M. Khadduri, Peace and War in the law of Islam, Baltimore, 1955 ; A. Noth, Heiliger Krieg und heiliger Kampf in Islam und Christentum, Bonn, 1966 ; Alfred Morabia, Le ǧihād dans l’islam médiéval. Le « combat sacré » des origines au XIIe siècle, Paris, 1993 (publication d’une thèse soutenue en 1974). L’intérêt récent pour le ǧihād ne se dément pas. Cf. notamment : Mustansir Mir, « Jihād in Islam », loc. cit. ; R. Peters, Jihad in Classical and Modern Islam : A Reader, Princeton, 1996 ; Peter Partner, God of Battles. Holy wars of Christianity and Islam, Princeton, 1998 ; Roy Parviz Mottahedeh et Ridwan al-Sayyid, « The Idea of the Jihād », loc. cit. ; Hilmi M. Zawati, Is Jihād a Just War ? War, Peace, and Human Rights Under Islamic and Public International Law, Lewiston, Queenston, Lampeter, 2001.

125  Emmanuel Sivan, L’islam et la croisade ; Michael Bonner, Aristocratic Violence and Holy War. Studies in the Jihad and the Arab-Byzantine Frontier, New Haven, 1996. Voir aussi, du même auteur, Le jihad. Origines, interprétations, combats, Paris, Teraèdre, 2005.

126  M. Bonner, Aristocratic violence, op. cit., p. 1.

127  Jacqueline Chabbi, « Ribāṭ», EI2, t. VIII, p. 510-524 (citations p. 516).

128  M. Bonner, Aristocratic violence, op. cit., p. 2 et 3.

129 Ibidem, p. 156.

130  Cf. notamment, parmi les travaux renouvelant et complétant la thèse d’E. Sivan : H. Dajani-Shakeel, « Jihad in twelfth-century Arabic Poetry : A moral and religious force to counter the Crusades », The Muslim World 66, 1976, p. 96-113 ; Id., « Al-Quds : Jerusalem in the Consciousness of the Counter Crusader », dans V. P. Goss, Ch. V. Bornstein (éd.), The meeting of two worlds. Cultural Exchange between East and West during the Period of the Crusades, Kalamazoo, 1986, p. 201-221 ; Id., « A Reassessment of some Medieval and Modern Perceptions of the Counter Crusades », dans H. Dajani-Shakeel et R. A. Menier (éd.), The Jihad and its times, loc. cit., p. 41-70 ; Yasser Tabbaa, « Monuments with a Message : Propagation of Jihâd under Nûr al-dîn (1146-1174) », dans V. P. Goss, Ch. V. Bornstein (éd.), The meeting of two worlds, loc. cit., p. 223-240 ; Abdelmajid Bihini, Les aspects et les caractéristiques du ǧihāden Syrie (al-Šām) aux V-VIe/XI-XIIe siècles, thèse université de Lille III, 1990 ; W. J. Hamblin, « To wage jihad or not : Fatimid Egypt during the early Crusades », dans H. Dajani-Shakeel et R. A. Menier (éd.), The Jihad and its times, Ann Arbor, 1991, p. 31-40 ; Nikita Élisséeff, « The reaction of the Syrian Muslims after the foundation of the first Latin kingdom of Jerusalem », dans Maya Shatzmiller (éd.), Crusaders and Muslims in twelfth century Syria, Leyde, New-York, Cologne, 1993, p. 162-172 ; Maḥmūd Ibrāhīm, « Filasṭīn fī l-Adab al-‘arabī zaman al-ḥurūb al-ṣalībiyya », dans H. D. Shakeel et Burhān al-Daǧānī (éd.), Al-irā‘ al-islāmī - al-firanǧīalā Filasṭīn fī l-qurūn al-wusṭā, Beyrouth, 1994, p. 341-393 ; C. Hillenbrand, Islamic Perspectives, notamment les chapitres 3 (« Jihad in the Period 493-569/1100-1174 », p. 89-170) et 4 (« Jihad in the Period from the Death of Nur al-din until the Fall of Acre 569-690/1174-1291 », p. 171-255) ; J.-M. Mouton, Damas, p. 58-63.

131  Cette thèse n’a jamais été éditée. Voir aussi, du même auteur, « L’organisation militaire des Ayyoubides », dans L’Orient des Ayyoubides (catalogue de l’exposition s’étant tenue à l’Institut du Monde arabe, 2002), p. 68-71. Sur les Ayyoubides, voir aussi Anne-Marie Eddé, « Quelques institutions militaires ayyoubides », dans Proceedings of the 4th and 5th International Colloquium organized at the Katholieke Universiteit Leeuwen in May 1995 and 1996, vol. I, p. 163-174.

132  Cf. p. 335-336 : « C’est pourquoi il y a tout lieu de croire que la politique de guerre qui fut imposée aux Ayyūbīdes par la présence des envahisseurs étrangers sur leur sol les poussa à créer des institutions susceptibles de leur donner les moyens de faire face aux exigences de leur époque. Pour les souverains de cette dynastie, il était impératif de passer du cadre des conseils à suivre au stade de la mise en application d’une politique de guerre consciemment élaborée. Il ne s’agissait plus pour eux, compte tenu de la persistance de l’état de guerre pendant une longue période, de faire appel à tel ou tel “canoniste” pour recevoir ses conseils, mais de se préparer concrètement aux éventualités de l’époque par des institutions rénovées, devant répondre à l’évolution de leur temps. »

133  Islamic perspectives, op. cit. Deux chapitres sont consacrés à « Armies, arms, armour and fortification » (chap. 7, p. 431-509) et à « The conduct of war » (chap. 8, p. 511-587).

134  Cf. supra, notes 2 et 3.

135  Claude Cahen, « L’administration financière de l’armée fatimide d’après al-Makhzumî », Jesho, vol. XV, 1972, p. 163-182 ; B. J. Beshir, « Fatimid Military Organization », Der Islam, t. 55, 1978, p. 37-56 ; Y. Lev, « Army, regime and society in Fatimid Egypt 358-487/968-1094 », IJMES 19, 337-366 ; Id.,State and Society in Fatimid Egypt, Leyde, 1991, 2e partie, chapitres 5, 6 et 7 ; William J. Hamblin, The Fatimid army during the early Crusades, Ph. D., université de Détroit, Michigan, 1985. Sur les armées d’époque ayyoubide, voir notamment H. A. R. Gibb, « The armies of Saladin », Cahiers d’histoire égyptienne, 1951, p. 304-320.

136  Sur les relations diplomatiques entre Francs et musulmans, cf. M. A. Köhler, Allianzen und Verträge zwischen fränkischen und islamischen Herrschern in vorderen Orient, Berlin, New York, 1991 ; H. Dajani-Shakeel, « Diplomatic relationsbetween Muslim and Frankish rulers, 1097-1153 A.D. », dans M. Shatzmiller (éd.), Crusaders and Muslims in twelfth-century Syria, op. cit., p. 190-215. Étude récente de batailles : M. Brett, « The Battles of Ramla (1099-1105) », dans U. Vermeulen et D. de Smet (éd.), Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras, vol. I, Louvain, 1995, p. 17-38 ; John France, Victory in the East, revient en détail sur les principaux affrontements de la première croisade, à partir des sources latines ; Randall Rogers, Latin Siege Warfare in the Twelfth Century, op. cit., s’intéresse aux sièges des cités côtières par les Francs, mais, également, essentiellement à partir des sources latines.

137  Outre l’étude de N. Élisséeff sur Nūr al-dīn, voir H. S. Fink, « Mawdud of Mossoul, precursor of Saladin », Muslim World, t. XLIII, 1953, p. 18-27 ; H. A. R. Gibb, « Zengi and the fall of Edessa », dans K. M. Setton (éd.), A History of the Crusades, vol. I, Madison, 1955, p. 449-462 ; le même, « The career of Nūr ad-Dīn », dans ibid., p. 513-527 ; R. W. Crawford, « Ridwan the Maligned », dans J. Kritzeck et R. B. Winder (éd.), The World of Islam. Studies in honour of Philip K. Hitti, Londres-New York, 1959, p. 135-144 ; Carole Hillenbrand, « The career of Najm al-dīn l-Gh®z¬ », Der Islam, t. LVIII, 1981, p. 250-292 ; Id., «‘‘Abominable acts’’: the career of Zengi », dans J. Philipps et M. Hoch (éd.), The Second Crusade. Scope and Conséquences, Manchester et New York, p. 111-132 ; Anne-Marie Eddé, « Riḍwan, prince d’Alep de 1095 à 1113 », REI, t. LIV, 1986, p. 103-128.

138  Christopher Marshall, Warfare in the Latin East, 1192-1291, Cambridge, 1992.

139  Notamment R. Grousset, Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem, 3 vol., Paris, 1934-6, rééd., Paris, 1991 ; S. Runciman, A History of the Crusades, 3 vol., Cambridge, 1951-4, trad. française en un seul vol., Histoire des Croisades, Paris, 1998 ; K. M. Setton (dir.), A History of the Crusades, 6 vol., Madison, 1955-89, vol. I : M. W. Baldwin (éd.), The first hundred years, Madison, 1955, rééd., 1958 et 1969 ; J. Prawer, Histoire du royaume latin de Jérusalem, 2 vol., Paris, 1973 ; H. E. Mayer, The Crusades, 2e éd., Oxford, 1988 ; J. Richard, Histoire des croisades, Paris, 1996.

140  Cf. supra, note 2 et 3.

141  John Keegan, The Face of Battle, Londres, 1976, trad. française sous le titre Anatomie de la bataille. Azincourt 1415, Waterloo 1815, La Somme 1916, Paris, 1993, p. 17.

142  EI2, s. v., « Ghulām ».

143  D. Ayalon, Eunuchs, Caliphs and Sultans : A Study in Power Relationships, Jérusalem, 1999. Cette thèse est très critiquée. Voir notamment le compte rendu d’Elton L. Daniel (disponible sur www.deremilitari.org) et celui de J.-Cl. Garcin dans JESHO, vol. XLIV, 2003, p. 402-404.

144  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 130. La bataille a lieu en 501/1107-8.

145  Ibid., p. 105-107, an 500.

146  J. Keegan, op. cit., p. 12 et suivantes.

147  R. Grousset (Histoire des croisades, op. cit.) voyait les croisades comme un prémisse de la présence franque au Levant au XXe siècle. J. Prawer, The crusader kingdom. European colonialism in the Middle Ages, Londres, 1991 (1re éd. New York, 1972) ; Id., « The roots of medieval colonialism », dans V. Goss et C. Bornstein, The meeting of two worlds, loc. cit., p. 23-38. Cf. Giles Constable, « The historiography of the Crusades », op. cit., p. 3, 15, 22.

148  Ibn al-Faqīh, Kitāb al-buldān, trad. H. Massé, Abrégé du Livre des pays, Damas, 1974, p. 113. Voir également al-Muqaddasī, Aḥsān al-taqāsīm, trad. A. Miquel, Damas, 1963, p. 145 ; G. Le Strange, Palestine under the Moslems, Londres, 1890, rééd., Beyrouth, 1965, p. 27 ; M. Gaudefroy-Demombynes, La Syrie à l’époque des Mamlouks, Paris, 1927, p. 12-15.

149  Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, trad. J.-H. Kramers et G. Wiet, t. I, Paris, 1964, p. 163. Les ṯuġūr étaient des places frontières, šāmiyya (syriennes) ou ǧazariyya (mésopotamiennes), selon l’origine géographique de leurs garnisons. Sur les limites d’al-Šām, voir Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. I, p. 11 et note 1 ; al-Mu’tamar al-dawlī li-ta’rīḫ bilād al-Šām (actes du colloque Bilād al-Šām tenu à l’université d’Amman), Beyrouth, 1974.

150  P. Birot, J. Dresch, La Méditerranée et le Moyen-Orient, t. II, La Méditerranée orientale et le Moyen-Orient, Paris, 1956, p. 193, et plus généralement, pour ce qui suit, N. Élisséeff, Nūr al-dīn, t. I, passim.

151  Sur lesquelles voir surtout M. C. Lyons et D. E. P. Jackson, Saladin. The politics of the Holy War, Cambridge, 1982 ; Y. Lev, Saladin in Egypt, Leyde, Boston, Cologne, 1999.

152  Le chroniqueur bagdadien Ibn al-Ǧawzī s’intéresse peu aux événements syriens, mais certaines descriptions de batailles ou de sièges, dans son Muntaẓam, n’en sont pas moins intéressantes.

153  Les définitions de la guerre, des guerres même, sont innombrables. Voir G. Bouthoul, La Guerre, Paris, 1969 (1re éd., 1953), chap. II, p. 29-34. Certaines, comme celle de Karl von Clausewitz, sont célèbres (« La guerre est un acte de violence dont le but est de forcer l’adversaire à exécuter notre volonté ; la guerre est la poursuite de la politique par d’autres moyens » : Vom Krieg, éd. W. Hahlweg, Göttingen, t. I, 1966, cité par A. Corvisier, La guerre. Essais historiques, Paris, 1995, p. 13). La définition, large, que nous avons adoptée, est proche de celle de Gaston Bouthoul (op. cit., p. 33-34) : la guerre est « une lutte armée et sanglante entre groupements organisés. […] une forme de violence méthodique et organisée quant aux groupes qui la font et aux manières dont ils la mènent, […] limitée dans le temps et dans l’espace et soumise à des règles extrêmement variables […], sanglante » ; et de celle de F. Géré et alii, Dictionnaire de la pensée stratégique, Paris, 2000, p. 123 : « Usage de la force armée pour dénouer une situation conflictuelle entre deux ou plusieurs collectivités politiquement organisées ».

154  Cf. A. Corvisier, op. cit., p. 12.

155  Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, 1863, t. I, p. 672 ; P. Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, 1869, p. 669-671 ; O. Bloch, W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, 10e édition, Paris, 1994 (1re éd., 1932), p. 143.

156  M. Khadduri, « Ḥarb », EI2, t. III, p. 184.

157  Voir le travail de F. Micheau sur la chronique de Yaḥyā d’Antioche : « Les guerres arabo-byzantines vues par Yaḥyā d’Antioche, chroniqueur arabe melkite du Ve/XIe siècle », dans Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, t. II, Paris, 1998, p. 545-546 et 549-552. Les auteurs de traités militaires ne sont pas plus précis que les chroniqueurs. Ainsi que le montrent les titres de ces traités, ḥarb peut y désigner aussi bien les combats (cf. Murḍā’ b. ‘Alī al-Ṭarsūsī, Tabirat arbāb al-lubāb fī kayfiyyat al-nuǧāt fī l-urūb…) que « l’art de la guerre » (voir par exemple al-Harṯamī, Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb ; al-Yūsufī al-Miṣrī, m. 809/1358, Kašf al-kurūb fī ma‘rifat al-ḥurūb, Manuscrits arabes de la bibliothèque du Musée de la guerre égyptien, Le Caire, n° 106 ; Ibn Manglī (attribué à), al-Ḥiyal fī l-ḥurūb wa fatḥ al-madā’in wa ḥifẓ al-durūb, éd. N. M. ‘Abd al-‘Azīz AΩmad, Le Caire, 2000, p. 420). Il en est de même de l’épître didactique d’al-Harawī, al-Taḏkira al-harawiyya fī l-ḥiyal al-ḥarbiyya : dans le sens de combat, voir chap. XIX, « Fī taḥrī al-riǧāl ‘alā l-ḥarb »(p. 21), « haybat al-arb » (p. 233) ; dans celui de « guerre », ou même « art de la guerre », l’expression« lā ‘ālim bi l-ḥarb »(p. 252). Voir encore la justification de l’auteur, qui dit avoir écrit son ouvrage pour donner de la matière sur « les guerres », al-ḥurūb, etc.

158  Voir par exemple Kazimirski, Dictionnaire arabe-français, 2 vol., réimpression de l’éd. originale (Paris, 1860), Beyrouth, s. d., t. I, p. 402. La racine Ḥ.R. B. renvoie aussi au fait d’aiguiser, affiler une lame. Voir le Lisān al-‘Arab, s. v. Ḥ.R. B. ; Ibn Sīda, al-Muḫaṣṣaṣ, éd. Beyrouth, 1978, t. II, 6, p. 84, section « asmā’ al-urūb wa l-fitna, al-arb : naqī al-silm unṯā wa taṣġīruhāurayb bi-ġayrihā […]. Puis sont définies différentes expressions contenant le mot arb : « dār al-ḥarb, raǧul ḥarib wa miḥrab wa miḥrāb, ṣāḥib al-ḥarb »…

159  Ibid.

160  Par exemple Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, titre de la première partie (ici bāb) : « Ḥurūb wa asfār ». Particulièrement symbolique de la difficulté à traduire le mot ḥarb est la phrase, dans le même ouvrage (p. 56) : « Wa anā qad ḥaḍartu l-qitāl wa mārastu l-ḥarb. » Usāma fait clairement référence à son expérience en tant que combattant, et peut-être, plus particulièrement (selon A. Miquel) à son premier combat. André Miquel traduit (Des enseignements de la vie, Paris, 1983, p. 171 et note 98) ; « J’avais pris part à des batailles et savais ce qu’était la guerre », mais H. Derenbourg (Vie d’Ousâma vol. I de Ousâma Ibn Munidh, un émir syrien au premier siècle des croisades (1095-1188), Paris, 1886-1893, p. 56) avait préféré : « J’avais assisté à la bataille et pris part au combat. »

161  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 67-68 (an 496) : al-Afḍal envoie en Syrie un des mamlūk-s de son père, Sa‘d al-dawla al-Ṭawwāšī, pour faire la guerre aux Francs (anfaḏa mamlūkan […] ilā l-Šām li-ḥarb al-Firanǧ).

162  Ibid., p. 185 (an 513) : le combat (ḥarb) fut terrible (šadīd) à l’occasion de la bataille dite de l’Ager sanguinis, qui vit Īl-Ġāzī l’emporter sur le prince Roger d’Antioche. Autre exemple, Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 31 (an 487/1095, défaite de Tutuš): «wa rutibat al-masāfāt li l-ḥarb » (« les lignes de bataille furent formées pour le combat »).

163  Par exemple : Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 262/LT, p. 86, an 502/1108-9, parle des « attaques des Francs », muḥārabat al-Ifranǧ.

164  Celui d’expédition de guerre sainte (voir, par exemple, Ḏahabī, Kitāb duwal al-islām, trad. A. Nègre, IFEAD, Damas, 1979, lexique). Le verbe renvoie, proprement, au fait de se diriger vers quelqu’un, de le chercher, de se porter tout droit sur lui, tout en lui en voulant. De là, d’entreprendre une campagne et de faire une incursion dans un pays, un territoire. Par ġazāt (pluriel ġazawāt), on entend une expédition militaire, une campagne, une guerre.

165  La liste n’est pas exhaustive.

166  Pas plus d’ailleurs que les didacticiens. Cf. par exemple al-Harawī, al-Taḏkira al-harawiyya, op. cit., p. 212.

167  Ibn Sīda, al-Muaṣṣa, éd. Beyrouth, 1978, t. II, 6, p. 84 : « […] wa dār al-arb – bilād al-mušrikīn al-laḏīna lāul baynahum wa bayna l-muslīmīn […] ». Voir aussi les remarques d’al-Māwardī, al-Akām al-sulṭāniyya, Le Caire, 1973, p. 57 sq. ; « Dār al-ḥarb », EI2, t. II, p. 129-130 (A. Abel).

168  M. Khadduri, « Ḥarb », EI2, t. III, p. 184. Sur le domaine chrétien, voir P. Partner, God of Battles. Holy Wars of Christianity and Islam, op. cit., notamment le chap. 4 : « Christianity and war ».

169 Al-Akām al-sulṭāniyya, p. 55.

170  Mot qui renvoie également à la sédition.

171  Ou simplement « les brigands ».

172  Ibn Ḫaldūn, Ta’rīḫ, éd. Le Caire, s. d., t. I, al-Muqaddima, p. 270-271. Cf. les traductions de G. Labica (revue par J.-E. Bencheikh), Le rationalisme d’Ibn Khaldoun. Extraits de la Muqaddima, Alger, 1965, p. 129, et de V. Monteil, Discours sur l’Histoire universelle. Al-Muqaddima, Paris, 1997 (1re éd. 1967-8), p. 422-423.

173  G. Bouthoul, La Guerre, Paris, 1969, p. 7. Voir également, du même auteur et de René Carrère, Le défi de la guerre (1790-1974). Deux siècles de guerres et de révolutions, Paris, 1976.

174  Cf. sur ce point Ben Slimane Ferid, « Ibn Ḫaldūn et la guerre », Les Cahiers de Tunisie, t. XLVIII, n° spécial, 169-170, 1995, p. 177-185.

175  Au Xe siècle, al-Āmiri cite trois causes de guerre, et au XIVe siècle al-‘Abbāsī en dénombre sept : cf. V. Monteil, op. cit., note 1 p. 423.

176  Cf. également M. Khadduri, loc. cit.

177  Ibn Ḫaldūn, Ta’rīḫ, t. I, al-Muqaddima, p. 271 ; trad. G. Labica, op. cit., p. 129 ; trad. V. Monteil, op. cit., p. 423.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable