Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Damas de 1075 à 1154

 | 
Roger Le Tourneau

Damas. De 1075 à 1154

Texte intégral

ANNEE 468 (16 AOUT 1075 — 4 AOUT 1076)

  • 1 Hiçn ad-daula Mo’allî b. Haïdara b. Manzou était originaire des Kotâma. Cette tribu du Maghreb Cen (...)
  • 2 Maçmouda : Berbères du Haut Atlas marocain (sur lesquels cf. E.I., III, 448-452) au service des Fa (...)
  • 3 Al-ahdâth : ce mot, qui se retrouve bien des fois dans notre texte, désigne une sorte de milice po (...)
  • 4 Atsiz b. Awoq : Atsiz b. Abaq ou Awoq al-Khawârizmî, émir turc qui chassa les Fatimides de Syrie e (...)
  • 5 Sens obtenu en ajoutant dhalika après ‘arafa.

1Lorsque Mo’allî b. Haïdara b. Manzou — Dieu le maudisse — eut abandonné en s’enfuyant le gouvernement de Damas de la manière que j’ai rapportée1, les Maçmouda2 se réunirent autour de leur guide et chef, l’émir Zaïn ad-daula Intiçar b. Yahyâ et tous furent d’accord pour le placer à la tête du gouvernement de Damas, l’encourager à s’en emparer et écarter les compétiteurs. La plus grande partie de l’opinion accepta volontiers cette solution et se montra favorable à Zaïn ad-daula en raison de la rectitude de sa ligne de conduite, de sa façon de faire digne de louange et parce qu’il agissait mieux que ses prédécesseurs et montrait de meilleures intentions que ses devanciers. L’affaire fut réglée de cette manière satisfaisante le dimanche 1er Moharram (16 Août). Cette année-là, les prix augmentèrent de plus en plus à Damas, les vivres manquèrent, les céréales disparurent de la ville et les gens en vinrent par nécessité à manger des charognes et à se manger les uns les autres ; les Maçmouda et la milice urbaine (al-ahdâth)3 entrèrent en conflit. Le roi Atsiz b. Awoq4 en eut connaissance5 et comprit l’opportunité qui se présentait à lui, car il attendait pareille occasion. Il prit position devant la ville et s’affaira à la bloquer jusqu’à ce que la conjoncture et ses nécessités eussent conduit [les habitants] à lui livrer la cité contre la vie sauve après avoir reçu de lui les plus fermes serments.

2Lorsqu’il eut fait son entrée dans Damas en Dhou-l-Qa’da 468 (6 Juin 5 Juillet 1076) et qu’il s’y fut installé, la population vit fondre sur elle toutes sortes de calamités après ce qu’elle avait enduré du fait d’Ibn Manzou — Dieu le maudisse — : [les Turcs] occupèrent les demeures, en chassèrent les habitants, leur extorquèrent leurs biens et mirent la main dessus, en usèrent si mal et firent preuve d’intentions et d’arrière-pensées si méchantes que tout le monde ne cessait d’invoquer Dieu contre Atsiz, ses compagnons et son entourage à tout instant et aussitôt après les prières rituelles, et d’exprimer à Dieu Très Haut le souhait qu’il le fît périr et effaçât sa trace.

  • 6 Naçr b. Mahmoud b. Çâlih : avant-dernier souverain mirdâside d’Alep (466-468 H) ; cf. E.I., III, 5 (...)
  • 7 Hâdir : quartier extérieur d’Alep, ancien campement d’Arabes ; cf. Sauvaget, Perles choisies, 51-5 (...)
  • 8 Ahmad-châh : chef des mercenaires turcs d’Alep, sur lequel voir J. Sauvaget, Extraits, 396.
  • 9 Sâbiq b. Mahmoud b. Çâlih : sur ce personnage, voir J. Sauvaget, ibid., 408.

3Cette année-là aussi, on annonça d’Alep que l’émir Naçr b. Mahmoud b. Çâlih6, maître de la ville, y avait été assassiné le dimanche jour de la Fête de la rupture du jeûne ; il fut victime de quelques Turcs du Hâdir7, parce qu’il avait fait arrêter leur chef, qu’on appelait l’émir Ahmad-châh8, et était venu les trouver pour les piller ; l’un d’eux lui décocha une flèche et le tua. Il fut remplacé par son frère, Sâbiq b. Mahmoud b. Çâlih9.

  • 10 Khotba : le sermon fait à la prière publique du vendredi et les invocations qui le précèdent. Le m (...)
  • 11 Al-Moqtadî bi-llah : ou al-Moqtadî bi-amr Allah, vingt-septième calife abbaside, proclamé en 467/1 (...)
  • 12 Al-Mostançir : al-Mostançir bi-llah, huitième calife fatimide qui régna de 427/1036 à 487/1094 ; c (...)
  • 13 Marj : région de pâturages et de culture extensive qui s’étend à l’Est de Damas entre la Ghouta et (...)
  • 14 As-Sâhil : cette expression désigne toute la côte de Syrie et de Palestine. Je la traduis par : li (...)

4Cette année-là on prononça la khotba10 dans la chaire (minbar) de Damas, au nom de l’imâm al-Moqtadî bi-llah Abou-l-Qasam ‘Abd Allah b. adh-Dhakhîra b. al-Qâïm bi-Amr Allah11 et l’on cessa de la prononcer au nom d’al-Montaçir12. Le roi Atsiz b. Awoq veilla aux affaires de Damas afin d’améliorer la situation du pays et d’obtenir des récoltes abondantes : il fit distribuer de quoi semer aux paysans du Marj et de la Ghouta13 et les obligea à travailler aux champs et aux labours. La situation s’améliora, les céréales arrivèrent de partout, les prix baissèrent, la satisfaction et le bien-être s’accrurent, les esprits des sujets d’Atsiz se calmèrent, persuadés que c’en était fini des misères et des épreuves. Atsiz se mit en campagne à la tête de son armée vers les régions du littoral (as-Sâhil)14 avec l’intention de pousser jusqu’en Egypte et le désir de s’en rendre maître.

ANNEE 469 (5 AOUT 1076 — 24 JUILLET 1077)

  • 15 Badr : ancien esclave arménien de l’émir syrien Jamâl ad-daula Ibn’Ammâr, devenu gouverneur de Dam (...)
  • 16 Sens obtenu en lisant : at-tawâïf au lieu de : at-tâïf.
  • 17 Ramleh : ville située à 39 Kms. ONO de Jérusalem : cf. E.I., III, 1193

5Cette année-là le roi Atsiz recruta et rassembla des troupes et sortit de Damas, à la tête d’effectifs importants, il partit pour le littoral, puis de là dans la direction de l’Egypte dont il désirait s’emparer et qu’il s’efforçait de placer sous son autorité. La population de Damas continuait à invoquer Dieu contre lui et ne cessait de le maudire. Lorsqu’il fut près de l’Egypte et que sa cavalerie s’en approcha, le général en chef Badr15 s’avança à sa rencontre à la tête des troupes qu’il avait recrutées et de tous ceux qui étaient venus se joindre à elles, gens des tribus16 et Arabes. Depuis qu’il était arrivé en Egypte et s’était emparé du vizirat, il connaissait les intentions d’Atsiz à son égard ; il se prépara à le rencontrer, prit ses dispositions pour repousser ses attaques et s’appliqua à lui infliger un désastre. Il avait derrière lui les Arabes et la plus grande partie de ses troupes qui chargèrent avec ardeur contre [l’armée] d’Atsiz, la brisèrent, la mirent en déroute, la sabrèrent, tuant, faisant des prisonniers et pillant. Atsiz s’enfuit en déroute avec un petit nombre des siens et parvint à Ramleh17 ; l’un de ses frères avait été tué, l’autre avait perdu un bras. Après ce désastre, il arriva à Damas où la population se réjouissait de son infortune et du verdict infligé par le sabre à ses tenants ; l’on espérait que cet événement entraînerait vite sa perte et son départ.

6Cette année-là aussi mourut Abou-l-Hasan Ahmad b. ‘Abd al-Wâhid b. Mohammad b. ‘Othmân b. al-Walîd b. al-Hakam b. Solaïmân b. Abou-l-Hadîd as-Salamî — Dieu lui fasse miséricorde.

ANNEE 470 (25 JUILLET 1077 — 13 JUILLET 1078)

  • 18 Alp Arslân : Sultan Seljouqide qui prit le pouvoir en 1064 et le garda jusqu’en 1072. C’est lui qu (...)
  • 19 Banou Kilâb : Bédouins de la Syrie du Nord, arrivés d’Arabie en Syrie dans les premiers siècles de (...)
  • 20 Mâlik-châh : Sultan seljouqide, fils d’Alp Arslân et frère de Tâj addaula Toutouch, né en 447/1055 (...)

7On annonça cette année-là que le Sultan Tâj ad-daula Abou-Sa’îd Toutouch, fils du Sultan al-’Adil Alp-Arslân, frère du Sultan Malik-châh Abou-l-Fath18, était arrivé en Syrie, que les Arabes Banou Kilâb19 s’étaient joints à lui et que Charaf ad-daula Moslim b. Qoraïch était arrivé auprès de lui, venant de la part de son frère le Sultan al-’Adil Malik-châh20 et sur son ordre, pour l’aider à conquérir la Syrie.

8Cette année-là aussi mourut le prédicateur (al-khatîb) Abou-Naçr al-Hosaïn b. Mohammad b. Ahmad b. Tallâb.

9Cette année-là aussi l’armée égyptienne prit position devant Damas sous les ordres de Naçr ad-daula al-Joyouchî et y resta pendant peu de temps ; elle ne réussit pas dans ses desseins contre Damas et se retira vers l’Egypte.

  • 21 Waththâb et Chabîb b. Mahmoud b. Çâlih : descendants des émirs Mirdâsides d’Alep. Mobârak b. Chibl (...)

10Tâj ad-daula le Sultan prit aussi position devant Alep accompagné de Waththâb et de Chabîb, les deux fils de Mahmoud b. Çâlih, et de Mobârak b. Chibl21. Il s’éloigna d’Alep en Dhou-1-Qa’da (16 Mai 14 Juin 1078), puis prit position devant la ville une seconde fois, mais n’ayant pas atteint son objectif, il s’éloigna.

ANNEE 471 (14 JUILLET 1078 — 3 JUILLET 1079)

11Cette année-là une grande armée quitta l’Egypte sous le commandement de Naçr ad-daula al-Joyouchî et prit position devant Damas pour l’assiéger et la bloquer. Elle s’empara des provinces, de Damas et de la Palestine et resta un certain temps à bloquer la ville dans l’intention de s’en rendre maîtresse.

  • 22 Atsiz : cf. supra, p. 4, n. 2.
  • 23Adhrâ : localité située à 20 kms. environ au NE de Damas sur la route de Palmyre ; cf. Dussaud, T (...)
  • 24 Ici un mot illisible, adjectif probablement, dont on ne peut donner de traduction valable.

12Elle causa de tels dommages en menant ce siège qu’Atsiz22, seigneur de la ville, fut obligé d’envoyer un message à Tâj ad-daula pour lui demander aide et assistance, en lui promettant de lui livrer la cité et de se mettre à son service. Tâj ad-daula accourut à la tête de son armée : lorsque Naçr ad-daula eut connaissance de cette nouvelle et qu’il fut assuré que Tâj ad-daula approchait, il décampa à la hâte et gagna la région côtière. Les places côtières de Tyr et de Tripoli étaient aux mains de leurs cadis respectifs qui y avaient pris le pouvoir. Loin d’obéir au général en chef [égyptien], ils cherchaient à s’attirer les bonnes grâces des Turcs par des cadeaux et des amabilités. Le Sultan Tâj ad-daula arriva à ‘Adhrâ23 à la tête de son armée pour porter secours à Damas ; Atsiz sortit à sa rencontre et se mit à son service, lui prodiguant des marques d’obéissance et de collaboration ; il lui livra la ville où Tâj ad-daula fit son entrée et passa un bref séjour. Il conçut ensuite l’idée d’user de perfidie à l’égard d’Atsiz car il avait eu la révélation d’indices qui l’avaient rempli de méfiance à son égard24. Tâj ad-daula se saisit de lui en Rabî’ I (11 Septembre - 10 Octobre 1078) ; il fit tout d’abord mettre son frère à mort, puis ordonna de l’étrangler lui-même ; il fut étranglé au moyen d’an lacet dans le lieu où il était détenu. Tâj ad-daula devint maître de Damas, son pouvoir y fut solidement établi et il usa de bons procédés à l’égard de la population faisant le contraire de ce qu’y avait fait Atsiz ; il devint aussi maître de la province de Palestine.

  • 25 Ahmad-châh at-Torki : cf. supra, p. 4, n. 6.

13Cette année-là Ahmad-châh25, chef des Turcs de Syrie, fut tué.

  • 26 Diyâr Bakr : On nomme ainsi le bassin supérieur du Tigre avec les villes de Mârdîn, Amid, et Mayâf (...)
  • 27 Bozâ’a : localité située à 45 kms. environ au NE d’Alep sur la route de Menbij.
  • 28 Al-Bira : localité à identifier avec l’actuelle Biredjik : cf. Dussaud, T.H., 486 et Cl. Cahen, S. (...)
  • 29Azâz : localité située à une cinquantaine de kms. au N d’Alep, sur la route d’Antioche à Tell Bâc (...)

14Cette année-là encore Tâj ad-daula partit en expédition de Damas et se dirigea vers Alep à la tête de son armée. Il prit position devant la ville, resta là quelques jours et s’en éloigna en Rabî’ I ; il traversa l’Euphrate en direction de l’Est, puis revint en Syrie après être allé jusqu’en Diyâr Bakr26 en Dhou-l-Hijja. Il se rendit maître de la forteresse de Bozâ’a27 et d’al-Bîra28 et incendia le faubourg de ‘Azâz29, puis il s’éloigna et revint à Damas.

ANNEE 472 (4 JUILLET 1079 — 21 JUIN 1080)

15Cette année-là, Charaf ad-daula Moslim b. Qoraïch prit possession d’Alep. Cette année-là aussi, les prix baissèrent dans toute la Syrie. Un parti de Turcs périt en terre grecque où ils avaient fait une incursion : pas un n’échappa.

ANNEE 474 (11 JUIN 1081 — 31 MAI 1082)30

  • 30 Il n’est pas fait mention de l’année 473 dans la chronique d’Ibn al-Qalânisî.
  • 31 Abou-l-Hasan ‘Alî b. al-Moqallad b. Monqidh-, déjà nommé par Ibn al-Qalânisî en l’année 465/1072 e (...)
  • 32 Chaïzar : localité sur l’Oronte, à 15 kms. NO de Hama : cf. E.I., IV, 297.

16L’émir Abou-l-Hasan ‘Alî b. al-Moqallad b. Monqidh31 fut mis en possession de la forteresse de Chaïzar32 le samedi 27 Rajab (31 Décembre 1081) par l’évêque qui s’y trouvait moyen-nant une somme d’argent qu’il lui promit et qu’il lui fit désirer jusqu’à ce qu’il fût en possession de la place ; il commença à la restaurer, à la fortifier et à la mettre en état de défense, au point que sa situation y fut solide et qu’il fut affermi dans son intention de la protéger et de la conserver.

ANNEE 475 (1ER JUIN 1082 — 20 MAI 1083) 114

  • 33 Banou Chaïbân : rameau des Banou Rabî’a, voir infra, p. 118, n. 3.
  • 34 Bâlis : localité située sur la rive droite de l’Euphrate au coude du fleuve ; cf. E.I., I, 634 et (...)
  • 35 Sur ces deux grandes divisions politiques de tribus arabes, cf. El, s.v.
  • 36 Je lis ici khâba au lieu de khâfa qui n’offre pas de sens satisfaisant ; au reste, le manuscrit po (...)
  • 37 Marj aç-Çoffar-plaine située au S de Damas et localité du même nom à 33 kms. de Damas, entre Kiswé (...)
  • 38 Salamiya : ville située à 40 kms. au SE de Hama et à 55 kms. au NE de Homs, sur la route orientale (...)
  • 39 Khalaf Ibn Molâ’ib : protégé fatimide appartenant à la tribu des Banou Kilâb.

17Le sultan Tâj ad-daula quitta Damas en direction de la Syrie du Nord ; il avait avec lui à son service l’émir Waththâb b. Mahmoud b. Çâlih et Mançour b. Kâmil. Il se dirigea vers le territoire grec et resta là-bas un certain temps. C’est alors que lui parvint un renseignement au sujet de Charaf ad-daula Moslim b. Qoraïch et des concentrations, des rassemblements, des préparatifs qu’il faisait ; des Arabes Banou Nomaïr et ‘Oqaïl se joignaient à lui, ainsi que des Turcs, des Arabes d’adoption (al-mowallada) et des Banou Chaïbân33 pour mettre le siège devant Damas et la bloquer, avec l’intention de s’en emparer. Tâj ad-daula revint à Damas lorsqu’il connut ce dessein et y arriva dans les premiers jours de Moharram de l’année 476 (fin Mai 1083). On annonça que Charaf ad-daula et ses troupes étaient parvenus jusqu’à Bâlis34 pendant ce même mois de Moharram ; rejoint par un contingent des Banou Kilâb, il se mit en marche avec son armée, forçant les étapes, jusqu’à ce qu’il eût prit position devant Damas ; il fut alors rejoint par des contingents Arabes de Qaïs et d’al-Yaman35. Il livra bataille aux gens de Damas pendant quelques jours ; l’armée de Tâj ad-daula sortit de Damas à sa rencontre et lança contre son armée une attaque vigoureuse qui lui infligea un échec et l’affaiblit ; chaque parti retourna sur ses positions et Tâj ad-daula revint à la charge : tandis que les Arabes s’enfuyaient en déroute, Charaf ad-daula resta ferme sur sa position et faillit être pris ; ses compagnons s’en retournèrent en même temps que lui. Charaf ad-daula avait fait fond sur l’aide de l’armée égyptienne 115 contre Damas et sur l’assistance qu’il trouverait en cette armée pour prendre la ville ; or on discuta vivement pour lui porter aide et l’on renonça à le secourir parce que l’on avait peur de sa popularité et de l’accroissement de son prestige rendu sensible par l’afflux des gens auprès de lui. Comme il se prenait à désespérer de ce qu’il avait espéré et escompté, qu’il voyait s’évanouir36 l’objet de ses désirs, que ses provinces lui causaient des soucis d’administration et d’action et que se succédaient des renseignements de nature à lui causer de l’inquiétude et du tourment, il considéra que quitter Damas pour regagner ses territoires, revenir dans son gouvernement pour y redresser la situation et y apaiser le désordre valait mieux que de rester devant Damas et était plus conforme à son intérêt. Il fit croire qu’il se mettait en marche afin d’entreprendre une affaire importante pour lui et d’atteindre un but qu’il visait, puis s’éloigna de Damas et campa à Marj aç-Çoffar37. Les gens de Damas l’apprirent et en furent troublés et agités. Craintivement, il fit route vers l’Est à travers le désert et se hâta à marche forcée, ajoutant les étapes de nuit aux étapes de jour ; les bestiaux et les bêtes de somme qui appartenaient aux Arabes périrent de soif en nombre incalculable, une foule de gens moururent et s’arrêtèrent en route ; s’étant égaré il aboutit au Wâdî Banî Raçîn, près de Salamiya38 ; il envoya son vizir Abou-l-’Izz b. Çadaqa à Khalaf Ibn Molâ’ib39 qui tenait Homs, afin de lui faire jouer le rôle d’écran entre la Syrie du Nord et Tâj ad-daula, en raison des mauvais sentiments qu’il lui connaissait à l’égard des Turcs et des meurtres qu’il commettait contre tous leurs guerriers qu’il pouvait surprendre.

  • 40 Il s’agit non pas de l’empereur byzantin, comme pourrait le faire croire le titre de malik ar-roum (...)

18Le vizir Abou-l-’Izz resta à Homs jusqu’au moment de son retour ; Charaf ad-daula lui fit don d’une robe d’honneur et le traita avec générosité, décida avec lui de garder la Syrie et le rassura. Après cela, le Sultan Tâj ad-daula se rendit dans la région de Tripoli et conquit Tortose et quelques châteaux forts, puis revint à Damas. On annonça que le Sultan al-’Adil Malik-châh Abou-l-Fath b. Alp Arslân avait pris position devant Alep le mercredi 22 Cha’bân de cette année (15 Janvier 1083) ; il la tint bloquée jusqu’à ce qu’il en eût pris possession ainsi que de sa citadelle. Le jeudi 2 Moharram (12 Juin 1082), Charaf ad-daula se mit en route vers la ville d’Antioche pour rencontrer al-Firdaous, roi des Grecs40.

19Cette année-là, l’émir Chams ad-daula Sâlim b. Mâlik, porteur de robes d’honneur de la part du Sultan, vint trouver Charaf 116 ad-daula à Alep et mit la paix entre lui et Ibn Molâ’ib à Homs. Cette année-là aussi, Abou-l-’Izz b. Çadaqa, vizir de Charaf addaula, à la tête d’une armée nombreuse, vint au secours d’Alep contre Tâj ad-daula ; lorsqu’il y parvint, Tâj ad-daula battit aussitôt en retraite.

ANNEE 476 (21 MAI 1083 — 9 MAI 1084)

  • 41 Harrân : ville située à 40 kms. au SE d’Edesse ; cf. E.I., II, 287.
  • 42 Moslim b. Qoraïch : chef arabe de la tribu des Banou ‘Oqaïl dirigeant depuis 433/1042, un état ara (...)

20Cette année-là une action fut entreprise contre la ville de Harrân41 qui fut soustraite à la possession de Charaf ad-daula Moslim b. Qoraïch42 le 7 Çafar (25 Juin 1083). Il y revint lorsqu’il apprit cette nouvelle, prit position devant elle à la tête de son armée et la bloqua sans relâche jusqu’à la prendre d’assaut et s’en rendre maître. Il y rétablit la situation, mit de l’odre dans ses affaires et s’en remit à des gens de confiance pour la garder.

21Cette année-là aussi, Charaf ad-daula changea d’attitude vis à vis de son vizir Abou-l-’Izz b. Çadaqa, à cause de reproches qu’il avait à lui faire et de renseignements qui lui parvinrent à son sujet. Il le fit arrêter et mettre en prison et il resta quelques jours : puis il régla son cas, le fit remettre en liberté et le rassura.

ANNEE 477 (10 MAI 1084 — 28 AVRIL 1085)

  • 43 Solaïmân b. Qotlomoch : chef des Turcs établis dans les territoires d’Anatolie conquis sur les Byz (...)
  • 44 Amid : aujourd’hui Diyâr Bekir, cf. E.I., I, 1009 sub. Diyâr Bekr.

22Cette année-là, Solaïmân b. Qotlomoch43 commença à agir contre la ville d’Antioche, à s’occuper sérieusement d’elle et à faire effort pour la prendre et s’en assurer la possession, il persista dans ces dispositions jusqu’à ce qu’il eût réalisé ce qu’il voulait et qu’il s’en fût emparé furtivement le dimanche 10 Cha’bân (13 Déc. 1084), il y régla la situation avec le concours d’un de ses gouverneurs de confiance à qui il s’en remit pour la garder. En Rabî’I de cette année-là (8 Juillet 6 Août 1084) un combat eut lieu entre l’armée de Charaf ad-daula et celle des Turcs sur le territoire d’Amid44 dans le Diyâr Bakr ; les Turcs l’emportèrent sur l’armée de Charaf ad-daula et la mirent en déroute. En Rajab (3 Novembre - 2 Décembre 1084), Charaf ad-daula Moslim b. Qoraïch se rendit à la Cour du Sultan al-’Adil Malik-châh b. Alp Arslân ; il alla le trouver et se présenta à lui ; celui-ci le traita avec égards et déférence, lui fit don d’une robe d’honneur et conclut avec lui un arrangement selon ses désirs, consolidant sa situation, lui assurant la possession de ses provinces et faisant cesser ses craintes. Il repartit content de ce qu’il avait trouvé et satisfait d’avoir obtenu ce qu’il désirait.

ANNEE 478 (29 AVRIL 1085 — 17 AVRIL 1086)

  • 45 Qorzâhil : localité située sur les bords du ‘Afrîn, à 18 kms. au SO de (Azâz (cf. supra, p. 8, n. (...)

23Cette année-là, une bataille rangée eut lieu entre le roi Solaïmân b. Qotlomoch et l’émir Charaf ad-daula Moslim b. Qoraïch le 24 Çafar (20 Juin 1085), sur le bord de la rivière Siffîn en un lieu dit Qorzâhil45. L’armée de Charaf ad-daula fut taillée en pièces et il fut tué, après quoi Solaïmân s’éloigna avec sa troupe et prit position devant Alep, l’assiégeant et la bloquant, à la nouvelle lune de Rabî’I (30 Juin 1085). Il resta quelques temps devant la ville, puis n’ayant pas atteint son objectif, il s’éloigna le 5 Rabî’ II (2 Août) regagnant son territoire.

  • 46 Sur ces construction, voir J. Sauvaget, Perles choisies, 26 et Alep, 103.

24Cette année-là, aussi le Chérif entreprit des constructions dans la citadelle d’Alep, restaurant ce qui y avait été détruit et la remettant dans l’état où elle était au moment de sa construction46.

  • 47 Il convient de signaler que la bataille de Zallâqa est antidatée ; elle eut lieu selon la plupart (...)
  • 48 Ibn al-Qalânisî est mal informé ; selon tous les historiens occidentaux, c’est al-Mo’tamid Ibn ‘Ab (...)

25On annonça aussi47 du Maghreb que les Francs avaient mis la main sur le pays d’al-Andalos, en avaient pris possession et avaient mis à mal ses habitants, que le maître de Tolède48 avait lancé un appel aux Almoravides (al-molaththamoun) et leur avait demandé assistance contre les Francs, que les Almoravides avaient répondu à son appel et étaient partis à son secours pour faire la Guerre Sainte, qu’ils étaient arrivés en nombre considérable, avec une forte armée et s’étaient alignés en face des Francs, qui étaient très nombreux et parfaitement bien équipés, qu’ils avaient infligé aux Francs une grande défaite qui causa la mort du plus grand nombre d’entre eux : n’échappèrent que ceux dont les chevaux furent assez rapides et le terme remis à plus tard. Ce fut à ce point que l’on compta les morts et qu’on en trouva vingt mille : leurs têtes furent rassemblées et l’on en fit quatre monticules extrêmement hauts pour l’appel à la prière, d’où les Musulmans appelèrent à la prière : les Almoravides retournèrent chez eux sains et saufs, victorieux, joyeux, récompensés, ils s’abstinrent de s’emparer des territoires que s’étaient appropriés les Francs en Espagne et qui restèrent en leurs mains comme ils étaient.

ANNEE 479 (18 AVRIL 1086—7 AVRIL 1087)

  • 49 Mokous : ce mot désigne à l’origine des taxes douanières, puis toutes sortes de taxes non prévues (...)

26Cette année-là le Sultan Malik-châh — Dieu lui fasse miséricorde — décida de supprimer la perception des taxes (mokous)49 exigées de tous les commerçants sur toutes les marchandises en Iraq et au Khorâsân et d’interdire que l’on perçût quelque taxe que ce fût dans toute ville de ses possessions ; tout le monde de plus belle invoqua Dieu en sa faveur dans toutes les provinces, les uns et les autres redoublèrent de louanges à son endroit.

  • 50 Le fait est exact, mais la date ne l’est pas. C’est seulement en 480/ 1087-88 (Ibn Khaldoun, Histo (...)

27On annonça aussi du Maghreb l’arrivée de Robert (al-Anbart)50, fils du roi des Francs, devant Mahdia, à la tête de ses troupes ; il prit position devant la ville et la bloqua jusqu’à s’en emparer de vive force ; il tua les hommes qui s’y trouvaient et réduisit en esclavage toute la population.

  • 51 ‘Aïn Silm : peut-être s’agit-il de ‘Aïn Salîm ou ‘Aïn Saïlam signalé par Yâkout à 3 milles d’Alep  (...)

28Cette année-là aussi, le roi Solaïmân b. Qotlomoch réunit et rassembla des troupes et prit la direction d’Alep. Il se mit en position devant la ville pour l’assiéger et la bloquer avec le désir de s’en rendre maître. Ayant reçu la nouvelle que le Sultan Tâj ad-daula Toutouch b. Alp Arslân, ayant réuni des troupes, se disposait à gagner Alep et faisait ses préparatifs, il s’éloigna de la ville ; son armée et celle de Tâj ad-daula se rencontrèrent en un lieu dit ‘Aïn Silm51 le mercredi 18 Çafar (3 Juin 1086). L’armée de Tâj ad-daula tailla en pièces celle de Solaïman qui fut tué pendant la déroute. Tâj ad-daula s’empara de son armée et de son équipage et prit position devant Alep et la bloqua jusqu’au moment où il en prit possession au mois de Rabî’ I (15 Juin - 13 Juillet) ; elle lui fut livrée par un nommé Ibn al-Yar’ouni l’Alépin.

29Cette année-là aussi le Sultan al-’Adil Malik-châh arriva en Syrie et Tâj ad-daula s’enfuit d’Alep dont s’empara le Sultan al’Ad.il ; il y fit son entrée au mois de Ramadân (21 Décembre - 19 Janvier 1086), puis la quitta pour Antioche dont il prit possession ; il campa quelques jours sur le bord de la mer et revint à Alep où il célébra la Fête de la rupture du Jeûne. Il la quitta ensuite en direction d’Edesse devant laquelle il mit le siège et le blocus et dont il prit possession.

ANNEE 480 (8 AVRIL 1087 — 26 MARS 1088)

30Cette année-là le gouvernement d’Alep fut assigné à l’émir Qasîm ad-daula Aq Sonqor pour le compte du Sultan Malik-châh. Il y arriva, y eut une excellente conduite, répandit la justice parmi les habitants, assura la sécurité des communications pour les allants et venants, se fit craindre, agit avec équité envers ses sujets, poursuivit sans relâche les fauteurs de trouble pour les anéantir et dirigea son action contre les malfaiteurs pour les éloigner. Cette politique lui valut de la renommée et une bonne réputation ; la louange et la reconnaissance s’accrurent autour de lui ; si bien que l’on publia ses faits et gestes et que l’on demanda souvent à Dieu de le récompenser de cela.

31Les chemins s’emplirent de voyageurs qui allaient et venaient et le montant des ressources fiscales s’éleva dans la ville à cause des marchandises que l’on apportait de partout.

ANNEE 481 (27 MARS 1088 — 15 MARS 1089)

32Cette année-là, le Sultan Malik-châh prit le chemin de Samarcande avec l’intention de s’en emparer, après avoir eu satisfaction en Syrie, dans le pays grec, en Djéziré, à Edesse, dans le Diyâr Bakr et les territoires des Banou ‘Oqaïl. Cette année-là aussi l’émir Qasîm ad-daula Aq Sonqor quitta Alep pour rendre les derniers devoirs au cercueil de son épouse, la princesse qui avait élevé le Sultan Malik-châh. On dit qu’elle était assise avec lui dans son palais d’Alep et qu’il tenait à la main un poignard ; par manière de plaisanterie, il fit un geste dans sa direction et l’atteignit à un endroit vulnérable selon l’arrêt écrit et sans préméditation. Sa mort l’affligea beaucoup ; il regretta sa perte dans de telles circonstances et la fit transporter vers l’Orient pour qu’elle fût ensevelie dans des tombes qu’elle avait là-bas le 1er Jomâdâ II (22 Août 1088).

  • 52 Sur Chaïzar et le seigneur de cette ville, cf. supra, p. 9, n. 3.

33Le mardi 1er Rajab (20 Septembre 1088), Qasîm ad-daula prit position devant Chaïza52, l’assiégea et pilla son faubourg ; il la bloqua jusqu’à ce que fût réglée son affaire et qu’un accord fût intervenu entre lui et le maître de la ville, puis il s’en retourna à Alep.

ANNEE 482 (16 MARS 1089 — 5 MARS 1090)

34Cette année-là, on annonça des régions orientales que le Sultan Malik-châh avait pris d’assaut la ville de Samarcande et avait fait prisonnier son roi dont la sœur vivait avec le Sultan Malik-châh qui avait eu d’elle trois enfants. Il donna le gouvernement de cette ville à l’un d’eux, le roi Ahmad, et ordonna que la khotba fût dite en son nom du haut des chaires (minbar) ; ce roi Ahmad mourut, rapporte-t-on, en l’année 484 (23 Février 1091 - 11 Février 1092). Quant à la fille qui était née d’eux, Malik-châh la maria à l’imâm et Calife al-Moqtadî bi-amr Allah.

  • 53 As-Sâhil : cf. supra, p. 5, n. 5.
  • 54 Jobaïl : l’ancienne Byblos, entre Beyrouth et Tripoli ; cf. E.I., I, 1089 et Dussaud, T.H., 62 et (...)

35Cette année-là aussi, l’armée égyptienne partit en expédition sous le commandement de ses chefs et prit pour objectif le littoral (as-Sâhil)53. Elle conquit les places de Tyr et de Sidon ; il y avait à Tyr les fils du cadi ‘Aïn ad-daula [Ibn] Abou ‘Oqaïl [établis là] depuis sa mort ; n’ayant ni force pour les défendre, ni prestige pour les soutenir, ils livrèrent la place ; de même à Sidon. Les Egyptiens réglèrent la situation des deux villes. Puis l’armée continua sa marche et, après avoir pris position devant Jobaïl54 et Acre, enleva les deux places de vive force.

  • 55 Sur ce monument, voir J. Sauvaget, Alep, p. 101 et Pl. XXXV/2.

36Cette année-là aussi fut construit le minaret de la Grande Mosquée d’Alep55. Cette année-là aussi, Qasîm ad-daula maître d’Alep, se lança à la poursuite des brigands qui coupaient les routes et semaient la terreur sur les chemins ; il fondit sur eux, extirpa l’ulcère qu’ils constituaient en les mettant à mort ou les capturant et les caravanes retrouvèrent la sécurité, les voyageurs la tranquillité. Il écrivit dans toutes les contrées et provinces pour que l’on poursuivît sans relâche les malfaiteurs et que l’on protégeât les voyageurs ; il déploya à ce propos un zèle qui lui valut une grande renommée et fit croître son prestige. Sur de tels fondements, sa réputation se répandit, et, dans les villages ou dans les forteresses, tout le monde veilla à ce qu’aucun de ceux qui passaient à proximité n’accomplît rien qui pût lui coûter la liberté ou la vie.

ANNEE 483 (6 MARS 1090 — 22 FEVRIER 1091)

  • 56 L’émir Bouzân : il devait ensuite devenir gouverneur d’Edesse ; cf. année 485.
  • 57 Apamée : ville située à 40 kms. NO de Hama ; cf. E.I., I, 147.

37Cette année-là, le Sultan Tâj ad-daula prit position devant Homs à la tête de son armée ; il avait avec lui l’émir Qasîm ad-daula, maître d’Alep, à la tête de son armée, et l’émir Bouzân, maître d’Antioche56 ; dans la place se trouvait Khalaf Ibn Molâ’ib. Ils la bloquèrent sans faiblir jusqu’à ce qu’ils en fussent devenus maîtres en accordant la vie sauve. Ibn Molâ’ib en sortit et la livra ; ils exécutèrent les conventions passées avec lui et le renvoyèrent libre. Il gagna l’Egypte et y séjourna un temps, puis revint en Syrie et usa de ruse et d’intrigue pour se rendre maître de la forteresse d’Apamée57 et l’avoir à lui.

ANNEE 484 (23 FEVRIER 1091 — II FEVRIER 1092)

  • 58 Octobre : il s’agit du mois d’Octobre du calendrier oriental, c’est-à-dire du calendrier julien.

38Dans la nuit du mardi 9 Cha’bân (26 Septembre 1091) se produisit en Syrie un fort et terrible tremblement de terre comme il n’y en avait pas eu de mémoire d’homme ; il se trouvait que ce jour là tombait au mois d’Octobre58 ; les gens sortirent de leurs demeures dans la crainte que le phénomène ne se reproduisît. On raconta que de nombreuses maisons avaient été détruites à Antioche, que l’église Notre-Dame (as-Sayyida) y avait été ébranlée, que de nombreuses personnes avaient péri sous l’effet de la foudre et qu’environ soixante-dix tours de l’enceinte s’étaient écroulées ; elles restèrent dans cet état jusqu’à ce que le Sultan Malik-châh eût donné l’ordre de les reconstruire et eût réparé leurs ruines.

39Cette année-là aussi, l’émir Qasîm ad-daula, maître d’Alep, prit position devant la forteresse d’Apamée et s’en rendit maître ; il en éloigna Khalaf b. Molâ’ib et nomma un représentant pour veiller sur la ville ; cela se passait le 3 Rajab (21 Août 1091) ; ensuite il regagna Alep.

40Cette année-là aussi, on annonça de l’Orient la mort du roi Ahmad, fils du Sultan Malik-châh, qui avait été placé à la tête du royaume de son grand-père à Samarcande et au nom de qui était dite la khotba du haut des chaires (minbar) comme on l’a rapporté plus haut. Il fut bien vite frappé par l’arrêt contre lequel il n’y a point de défense et la sentence devant laquelle il n’y a point de protection.

ANNEE 485 (12 FEVRIER 1092 — 31 JANVIER 1093)

41Cette année-là, Mars et Saturne se trouvèrent réunis dans le signe du Cancer à l’heure de midi le lundi de la mi-Rabî’ I, qui correspondait au 16 Avril. Les compétences en astrologie rappelèrent qu’on ne trouvait pas mention d’une telle conjonction dans ce signe depuis l’envoi du Prophète — sur lui le salut et la bénédiction — jusqu’à l’année 485.

  • 59 Hamadhân : l’ancienne Ecbatane ; cf. E.I., II, 256.
  • 60 Daïlamî : les Daïlamites sont les habitants de la partie méridionale et montagneuse de la province (...)
  • 61 Bâtiniya : nom générique donné à toutes les sectes ésotériques ; il s’agit ici de la secte chi’ite (...)

42Cette année-là aussi le Sultan Malik-châh se rendit d’Ispahan à Bagdad, décidé à marcher sur l’Egypte pour s’en emparer. Lorsqu’il arriva à Hamadhân59, un Daïlamî60 appartenant à la secte des Bâtiniya61 se précipita sur son vizir, Khawâjah Bozorg Nizâm al-molk Abou-’Alî al-Hasan b. Ishaq at-Tousî, et le tua — Dieu lui fasse miséricorde — puis s’enfuit aussitôt ; on le chercha sans le trouver ; point de nouvelles, point de traces de lui. Le vizir fut regretté, son destin causa de la peine et la perte d’un homme tel que lui fut douloureusement ressentie, en raison de son excellente conduite, des marques de sagesse et d’équité qu’il avait données, de sa sollicitude pour les gens attachés à la religion, à l’étude du droit, au Coran et à la science, de son amour du bien et de sa politique digne d’éloges. Il avait laissé dans le pays des marques de sa bonté en construisant des établissements d’enseignement et des ribât en Iraq et en Perse, si bien qu’il faisait vivre douze mille personnes, depuis les foqahâ jusqu’aux autres. Le Sultan Malik-châh le pleura et regretta sa perte ; il hâta sa marche pour arriver à Bagdad quelques jours après, au début de Chawwâl de cette année-là (4 Novembre - 2 Décembre). Il y résidait depuis très peu de temps lorsqu’il alla à la chasse ; en revenant, il fut pris de faiblesse, le mal empira et il mourut — Dieu lui fasse miséricorde — dans la nuit du mercredi 6 Chawwal (9 Novembre 1092) : trente-trois jours s’étaient écoulés entre sa mort et l’assassinat de Khawâjah Bozorg. Il fut remplacé à la tête de son royaume par son fils le Sultan Barkiyâruq qui lui succéda dans sa dignité ; il reçut l’investiture, l’invocation du haut des chaires (minbar) fut prononcée en son nom, son pouvoir fut bien établi et la situation s’arrangea selon ses désirs.

  • 62 Ar-Rahba : localité située au bord de l’Euphrate, sur la route de Damas à Bagdad ; cf. E.I., III, (...)

43Le Sultan Tâj ad-daula Toutouch était parti de Damas pour Bagdad afin de rencontrer son frère le Sultan Malik-châh, de lui rendre hommage et de se rapprocher de lui, lorsqu’il reçut la nouvelle de sa mort. Il revint alors sur ses pas, prit position devant ar-Rahba62, la bloqua et envoya un message à celui qui y résidait pour lui demander de la lui livrer. Mais, l’affaire n’aboutissant pas selon son désir, il s’éloigna en direction de Damas, recruta et concentra des troupes et revint à ar-Rahba à la tête d’une armée.

  • 63 Sens obtenu en lisant au au lieu de wa qui ne présente pas de sens satisfaisant, mais est attesté (...)
  • 64 Niçîbîn : l’ancienne Nisibis, au N de Hasetché ; cf. E.I., III, 917.

44Il avait écrit à Qasîm ad-daula, maître d’Alep, et à Moayyad ad-daula Yâghi Siyân, maître d’Antioche, pour leur demander assistance et les inviter à l’aider et à le secourir ; ils vinrent à lui et firent leur jonction avec lui, ce qui renforça sa situation. Fort du secours de leurs armées, il prit position devant ar-Rahba et l’investit jusqu’à ce qu’il s’en rendît maître en accordant la vie sauve ; il traita la population avec bienveillance et n’y exerça aucun sévice63. Or il avait fait le vœu que, lorsqu’il s’en emparerait en accordant la vie sauve ou par la force, il y dégainerait l’épée ; en conséquence il dégaina l’épée en entrant dans la ville, puis la remit au fourreau lorsque son sort fut fixé ; ayant ainsi accompli son vœu et, après avoir réglé la situation et avoir installé des gens à lui chargés de protéger la ville contre toute atteinte, il s’éloigna en direction de Niçîbîn64.

45Après la mort du Sultan Malik-châh, Ibrahim b. Qoraïch était revenu dans son pays et était entré en possession de Mossoul et des provinces qui en dépendaient : il avait rassemblé des Arabes et des Kurdes et, dans le pays des Banou ‘Oqaîl, s’était installé à Mossoul et dans le territoire environnant ; il vainquit son neveu Charaf ad-daula Mohammad et l’éloigna du gouvernement.

  • 65 Le texte et le manuscrit portent : châhada imraatan tahta l-Atrâk ; il convient de lire : tahta [b (...)

46Lorsque Tâj ad-daula arriva à Niçîbîn, il reçut la visite de l’émir Bouzân, maître d’Edesse ; le gouverneur de Niçîbîn vint aussi le trouver pour faire acte d’obédience et d’hommage, mais les habitants de la ville se défendirent contre les troupes qui s’y trouvaient et qui étaient formées de gens d’Ibrahim b. Qoraïch. Alors Tâj ad-daula engagea la lutte, détruisit une partie de la muraille d’enceinte et s’empara de la ville les armes à la main. Deux mille hommes environ y furent mis à mort ; on tua tous ceux qui se réfugièrent dans la Grande Mosquée et dans les autres oratoires ; les femmes furent prises, les jeunes filles violées et elles subirent toutes sortes de supplices jusqu’à ce qu’elles eussent découvert tous leurs trésors et montré tout ce qu’elles tenaient caché. Ces gens subirent ce qu’un Musulman juge illicite et ce que n’approuverait pas un infidèle. Ensuite tous les hommes et les femmes qui étaient prisonniers furent délivrés, sauf ceux qui restèrent aux mains des Turcs. Cela eut lieu en Çafar 486 (Mars 1093). Un témoin oculaire de cet événement abominable a raconté qu’il avait vu une femme aux mains d’un Turc65 qui exigeait d’elle le pire, tandis qu’elle criait, appelait à l’aide et se défendait âprement. « Je m’approchai et cherchai à obtenir sa délivrance, mais le Turc ne voulait rien entendre ; alors je le blessai et il lâcha prise. La femme appartenait à une famille de notables chérifs ; je la conduisis au camp jusqu’à ce que le désordre fût calmé, puis la ramenai saine et sauve chez elle, à la différence de toutes les jeunes filles qui avaient été violées. Cela me valut une récompense de sa part et l’estime des chérifs de Niçîbîn. »

ANNEE 486 (1ER FEVRIER 1093 — 20 JANVIER 1094)

  • 66 Charqî-l-Hirmâs : l’Hirmâs (auj. Djaghdjagh) est un affluent du Khabour : cf. Dussaud, T.H., 482.
  • 67 Dârâ : localité situé à 20 kms. environ au NO de Niçîbîn ; cf. Le Strange, Eastern Caliphate, 96.

47Cette année-là, le Sultan Tâj ad-daula revint de Niçîbîn après ce qui s’y était passé, cherchant à atteindre Ibrahim b. Qoraïch. Lorsque celui-ci en fut informé, il recruta et concentra des troupes, fit venir du secours et de l’aide et se trouva à la tête d’un grand nombre d’hommes. Avec eux il fit halte en un gîte d’étape appelé Charqî-l-Hirmâs66 ; le Sultan Tâj ad-daula s’installa à Dârâ67. Lorsqu’arriva le lundi 2 Rabî’ I (2 Avril 1093), les deux armées se rencontrèrent sur les bords du Hirmâs, les deux partis en vinrent aux mains ; la lutte fut sévère et la rencontre se termina par la mort de nombre de Turcs et d’Arabes ; chacun des deux partis retourna à son point de départ. Lorsque les Arabes furent bien installés dans leur camp, l’armée de Tâj ad-daula revint à la charge à l’improviste et se jeta sur eux sans qu’ils y prissent garde. Les Arabes se débandèrent et furent la proie du sabre ; beaucoup d’entre eux furent tués, la plupart alors qu’ils étaient installés dans leurs tentes. L’émir Ibrahim b. Qoraïch périt ainsi que plusieurs émirs et chefs des Banou ‘Oqaïl et autres. On dit qu’il y eut environ dix mille hommes tués des deux côtés. On pilla, on dépouilla, on réduisit en servitude tous ceux qui furent trouvés dans le camp et les mains se remplirent de butin, de bagages, de bêtes de somme et de trait, à tel point qu’un chameau se vendait un dinar et cent moutons un dinar aussi. On ne vit rien de plus vilain ni de plus affreux que cette rencontre en ce temps-là. Quelques femmes arabes se donnèrent la mort pour échapper au déshonneur et à la servitude. Quand les Turcs s’en retournèrent avec leurs prisonniers et leur butin et qu’ils eurent atteint la rive de l’Euphrate, plusieurs captifs se jetèrent dans le fleuve et périrent.

  • 68 Il s’agit de Jazîrat Ibn ‘Omar, ville de la province de Mardîn située sur la rive droite du Tigre  (...)
  • 69 Ibn Jahîr : vizir des califes abbasides, sur lequel voir E.I., II, 393.
  • 70 Ibn Marwân : dernier souverain de la dynastie des Marwânides, d’origine kurde, qui dominèrent le D (...)
  • 71 Mayâfâriqîn : ville située au NE d’Amid et à 40 kms. au N du Tigre ; cf. E.I., III, 166.
  • 72 Sinjâr : localité située à mi-chemin entre le Khabour et le Tigre, à hauteur de Mossoul ; cf. E.I. (...)

48Le Sultan Tâj ad-daula gagna le Diyâr Bakr, prit position devant Amid et l’investit. Le Diyâr Bakr ainsi que la Djéziré68 faisaient partie des possessions d’Ibn Jahîr69 qui y résidait ; il lui donna le commandement de Niçîbîn en échange de la Djéziré. Il prit Amid à Ibn Marwân70 et s’empara de Mayâfâriqîn71 et des territoires qui en dépendaient, où il rétablit la situation. Puis il envoya des gouverneurs à lui à Mossoul et à Sinjâr72 et se rendit maître de ces provinces. Les Banou ‘Oqaïl s’enfuirent de leur résidence et de leur pays et s’en allèrent trouver le Sultan Barkiyâruq. ‘Alî b. Charaf ad-daula Moslim b. Qoraïch et sa mère, la princesse fille du Sultan Mohammad Ibn Dâoud, tante du Sultan Malik-châh, se plaignaient des malheurs dont était cause le Sultan Tâj ad-daula.

49Lorsque tout fut arrivé au point que Tâj ad-daula avait préparé et espéré, que les pays furent conquis et les populations soumises, sa puissance offensive fut renforcée, ses disponibilités en hommes et en matériel s’accrurent et il se flatta d’obtenir le Sultanat. Il partit pour le Khorâsân et il ne passait pas auprès d’une ville ou d’un point fortifié sans que les habitants vinssent à lui pour faire acte d’obédience et d’hommage ; son pouvoir devenait grand, sa situation considérable.

  • 73 Sarouj : ville située entre l’Euphrate et Edesse ; cf. E.I., IV, 183.
  • 74 Moayyad ad-daula : il semble y avoir là une erreur ; Moayyad addaula est donné comme maître d’Anti (...)
  • 75 Il faut évidemment lire ici : ibn, qui d’ailleurs est donné parle manuscrit, au lieu de min du tex (...)
  • 76 La mention d’Antioche ici est certainement une erreur du copiste.
  • 77 Banou Kâmil : ce nom de tribu ne se trouve nulle part ; il faut probablement lire : Banou Kâhil.

50Qasîm ad-daula, maître d’Alep, et ‘Imâd ad-daula Bouzân, maître d’Edesse, se séparèrent de lui fâchés et se joignirent au parti du Sultan Barkiyâruq, entrant en lutte ouverte et en rebellion contre lui. La situation exigea le retour de Tâj ad-daula au Diyâr Bakr ; il prit position devant la ville de Sarouj73, s’en empara et y nomma gouverneur, ainsi que dans la Djéziré, celui de ses familiers qu’il lui plut. Il reçut la nouvelle que l’émir Qasîm addaula Aq Sonqor, maître d’Alep, et Moayyad ad-daula, maître d’Edesse74, qui s’étaient séparés de lui, étaient arrivés auprès du Sultan Barkiyâruq, avaient été reçus par lui et traités avec égards, car il était heureux de leur venue et joyeux de leur arrivée, qu’ils s’étaient mis à médire de Tâj ad-daula, à attirer l’attention du Sultan sur lui, à l’inciter à se hâter avant que la position de Tâj ad-daula ne devînt inébranlable et qu’il ne fût capable de s’emparer du Sultanat et de mettre la main sur les provinces du royaume, qu’ils lui avaient conseillé de se mettre en route sur le champ et lui avaient demandé des troupes qui partent avec eux pour leur permettre de parvenir jusqu’à leurs villes d’Alep et d’Edesse. Le Sultan se mit en route avec eux pour leur permettre d’arriver jusqu’à Mossoul, puis fit revenir chez eux les Banou ‘Oqaïl et mit à leur tête ‘Alî b75 Charaf ad-daula Moslim b. Qoraïch à qui il conféra le surnom honorifique de Sa’d ad-daula. Qasîm ad-daula arriva à Alep en Chawwâl 486 (25 Octobre 22 Novembre 1093) accompagné d’un certain nombre de Banou ‘Oqaïl et d’un détachement de l’armée du Sultan Barkiyâruq, qui lui permirent d’y arriver. La nouvelle en parvint à Tâj ad-daula qui se mit en marche avec son armée de la région d’ar-Rahba vers l’Euphrate, puis prit la direction de...76 et s’y arrêta ; il apprit alors que le Sultan s’était retiré d’ar-Rahba vers Bagdad où il avait décidé de passer l’hiver. Tâj ad-daula resta un certain temps à... ; les vivres diminuèrent et les prix montèrent. On lui demanda de revenir en Syrie du Nord, mais il ne le fit pas et revint à Damas à la fin de Dhou-l-Hijja de cette année-là (finit le 20 Janvier 1094). Dans sa suite figuraient l’émir Waththâb b. Mahmoud b. Çâlih, les Banou Kâmil77 et bon nombre d’Arabes qui n’osaient pas rester en Syrie du Noid par crainte de Qasîm ad-daula, maître d’Alep.

  • 78 Al-Mostançir bi-llah : cf. supra, p. 5, n. 3.
  • 79 Les mots wâ-lâ proviennent certainement d’une erreur de copiste ; il n’y a pas lieu d’en tenir com (...)
  • 80 Une lacune du manuscrit ne permet pas de savoir de quel Jomâdâ il s’agit. Jomâdâ I = 30 Mai 28 Jui (...)

51Cette année-là aussi une armée nombreuse partit d’Egypte pour la place côtière de Tyr, après que le gouverneur de cette place, l’émir Monîr ad-daula al-Joyouchî se fut révolté. La population de Tyr désapprouvait sa rébellion et jugeait sévèrement son différend avec son Sultan, le général en chef Badr ; celui-ci eut connaissance de cet état d’esprit. Quand la lutte devint chaude, les gens de Tyr poussèrent le cri de guerre d’al-Mostançir bi-llah78 et du général en chef ; l’armée égyptienne donna l’assaut à la ville et ne trouva aucun défenseur pour la repousser, aucun combattant79 pour lutter contre elle ; bien des gens furent enlevés et faits prisonniers, et parmi eux le gouverneur Monîr ad-daula, ses gens et ses soldats ; ils furent amenés en Egypte le 14 Jomâdâ 48680. Les habitants de la ville furent imposés pour soixante mille dinars qui ruinèrent leur situation et engloutirent toutes leurs richesses. Lorsque le gouverneur Monîr ad-daula, sa suite et ses soldats, furent arrivés en Egypte, le général en chef donna l’ordre de leur couper la tête ; l’ordre fut exécuté et pas un ne fut épargné.

  • 81 Entre wa et jarâ, il convient d’ajouter mâ, indispensable pour l’intelligence du texte, mais qui n (...)

52Cette année-là aussi, on annonça de l’Iraq la suppression du Pèlerinage pour diverses raisons qui incitèrent à cette décision et à cause des craintes que l’on éprouvait pour les pèlerins au cours de leur voyage. La caravane du Pèlerinage partit de Damas et de Syrie cette année-là, accompagnée par l’émir Ilkhânî, l’un des officiers turcs du Sultan Tâj ad-daula, après que les pèlerins se furent engagés à reconnaître son autorité, que, de son côté, il eut affirmé en une allocution qu’il les défendrait et leur eut fait ses recommandations. Après qu’une fois arrivés, ils eurent gagné les lieux du pèlerinage et eurent accompli leurs obligations, ils retardèrent leur retour de quelques jours, parce qu’ils avaient peur de l’émir des Lieux Saints, Ibn Abou Chaïba, qui n’avait pas reçu d’eux de quoi le satisfaire. Quand ils quittèrent la Mekke, il les suivit à la tête de ses hommes et les pilla près de la ville. Revenus à la Mekke, ils se plaignirent auprès de lui et se jetèrent à ses genoux en déplorant ce qui leur était arrivé et en alléguant l’éloignement où ils se trouvaient de chez eux ; il leur rendit un certain nombre de leurs chameaux. Dans la rencontre, le frère de l’émir Ilkhânî, leur chef, avait été tué. Désespérant qu’on leur rendît tout ce qu’on leur avait pris, ils quittèrent à nouveau la Mekke dans le plus piteux équipage. Quand ils furent loin de la ville, une foule d’Arabes surgit de tous les côtés et les entoura, ils achetèrent leur départ en leur faisant des cadeaux, mais après qu’un très grand nombre de pèlerins eurent été tués ; beaucoup aussi moururent de faiblesse, d’inanition et à la suite de tout ce que leur firent subir81 les Arabes détestés. Ceux qui en réchappèrent revinrent dans un triste état.

53Cette année-là aussi mourut à Damas l’imâm Abou-l-Faraj ‘Abd al-Wâhid b. Mohammad b. Hanbali — Dieu lui fasse miséricorde — le dimanche 28 Dhou-l-Hijja (19 Janvier 1084). C’était un homme d’une vaste érudition, d’une piété solide, d’un excellent conseil et d’une conduite louable.

ANNEE 487 (21 JANVIER 1094 — 10 JANVIER 1095).

  • 82 Al-Moqtadî bi-Amr Allah : cf. supra, p. 5, n. 2 et Ibn al-Qalânisî, 107.

54Cette année-là on annonça de l’Iraq la mort subite du Calife, de l’imâm al-Moqtadî bi-amr Allah Abou-l-Qasîm ‘Abd Allah b. adh-Dhakhîra b. al-Qâim bi-amr Allah, Prince des Croyants82, dans la nuit du Samedi 15 Moharram (4 Février 1094). Il était âgé de trente-huit ans et neuf mois, étant né dans la nuit du mercredi 2 (d’aucuns disent : 8) Jomâdâ I (18 ou 24 Juillet 1056). Il avait occupé la charge de Calife pendant dix-neuf ans et cinq mois. Sa conduite fut excellente et sa conscience pure. Il fut remplacé au pouvoir par l’héritier désigné, son fils, Abou-l-’Abbâs Ahmad al-Mostazhir bi-llah, Prince des Croyants. Il fut reconnu Calife après son père le mardi 18 Moharram (7 Février) ; il eut le pouvoir bien en main et la situation fut réglée sous sa direction selon l’équité et comme on le souhaitait. Cependant il s’assura de la personne de ses frères et les retint prisonniers auprès de lui. Au moment de la mort d’al-Moqtadî bi-llah — Dieu lui fasse miséricorde — le Sultan Barkiyâruq résidait à Bagdad ; il y resta jusqu’à la fin de l’année.

  • 83 Kafar Himâr : localité de la région d’Alep qui n’a pu être identifiée jusqu’à présent.
  • 84 Al-Hânouta : localité à identifier avec Hani-Touhan de la carte d’EtatMajor, au I/200 000ème Alep, (...)
  • 85 An-Na’oura : localité située à l’E et à proximité immédiate d’Alep ; cf. Dussaud, T.H., 474 et Cl. (...)
  • 86 Nahr-Sofiân : Telle est la leçon du texte et du manuscrit, mais mon collègue M. Canard me suggère (...)
  • 87 Al-ahdâth : cf. supra, p. 4, n. I.
  • 88 La Citadelle du Chérif : cf. supra, p. 13, n. 2.

55Au mois de Rabî’ II (20 Avril - 18 Mai 1094), le Sultan Tâj ad-daula sortit de Damas à la tête de son armée et se dirigea vers la Syrie du Nord ; il traversa l’Oronte ce même mois ordonna aux soldats de donner les récoltes en pâture à leurs bêtes et de piller le bétail gros et petit. Lorsque la nouvelle en parvint à Qasîm ad-daula, maître d’Alep, il se mit à réunir des troupes, à enrôler, à faire des préparatifs pour repousser l’assaillant et à prendre toutes dispositions utiles, décidé à faire front. La nouvelle en parvint à Tâj ad-daula, ainsi que celle de l’arrivée de Bouzân, maître d’Edesse, venu à la tête de son armée pour secourir et assister Qasîm ad-daula contre lui ; il apprit en outre l’arrivée de Karbouqâ, maître de Mossoul, et de Yousof, maître d’ar-Rahba, à la tête de deux mille cinq cents cavaliers ; ils étaient tous réunis à Alep pour aider et seconder Qasîm ad-daula. Tâj ad-daula quitta alors son camp de Kafar Himâr83 pour al-Hânouta84 ; de là il gagna anNâ’oura85, ses cavaliers y attaquèrent les troupeaux et incendièrent quelques récoltes, puis il partit de là vers la région d’alWâdî. Qasîm ad-daula se mit en marche avec toutes les troupes réunies autour de lui dont l’effectif dépassait vingt mille hommes ; elles étaient en outre parfaitement équipées et pourvues d’un matériel complet. Il franchit les bras du Nahr Sab’în86 se dirigeant sur l’armée de Tâj ad-daula. Son départ d’Alep eut lieu le vendredi 8 Jomâdâ I (26 Mai 1094) et les deux adversaires se rencontrèrent au matin du samedi qui suivait de peu, à cinq jours de distance, la conjonction de Mars et de Saturne dans le Signe du Lion, dont il a été fait mention. Les armées de Karbouqâ et de Bouzân, n’étant pas parvenues à franchir un bras de la rivière, restèrent là où elles étaient ; et, comme Qasîm ad-daula n’avait pas confiance dans les Arabes qui étaient avec lui, au moment de disposer ses troupes pour la bataille, il les fit passer de l’aile droite à l’aile gauche, puis les plaça au centre ; ils ne firent rien de bon. Dieu Très Haut donna la victoire à Tâj ad-daula et à son armée sur leurs adversaires ; les Arabes prirent la fuite au moment de l’assaut, ainsi que les armées de Karbouqâ et de Bouzân et celle de Yousof ; les sabres tranchèrent l’affaire. Qasîm ad-daula Aq Sonqor, maître d’Alep, fut fait prisonnier ainsi que la plupart de ses compagnons. Quand ils furent amenés en présence du Sultan Tâj ad-daula, celui-ci ordonna de couper la tête de Qasîm et de tous ceux des siens qui se trouvaient là ; ils furent mis à mort. La plupart des fuyards se dirigèrent vers Alep et rejoignirent les gens de la ville et la milice populaire (al-ahdâth)87 ; ils décidèrent ensemble de se défendre dans Alep et d’appeler à l’aide le Sultan Barkiyâruq. Tâj ad-daula arriva sur le champ à Alep ; on n’y était plus du même avis et l’on ne savait quoi faire en face de lui. Plusieurs individus se précipitèrent sans qu’on prît garde à eux, brisèrent une porte de la ville et poussèrent le cri de ralliement de Tâj ad-daula. L’émir Waththâb b. Mahmoud b. Çâlih pénétra dans la ville à la tête de ses officiers et accourut 127 auprès de celui qui résidait dans la Citadelle du Chérif (QaPat ach-Charîf)88 au Sud d’Alep, pour se montrer à Tâj ad-daula. C’est par une porte de cette citadelle que Tâj ad-daula entra. Il reçut la visite d’un envoyé de l’émir Nouh, maître de la citadelle d’Alep, et de son épouse qui tous deux s’assurèrent de sa parole et obtinrent de Tâj ad-daula qu’il aurait la vie sauve ; ils retournèrent auprès de lui et l’informèrent de ce qui avait été convenu, après quoi il eut la vie sauve et livra la ville à Tâj ad-daula qui s’y installa le lundi 11 Jomâdâ I (29 Mai 1094) ; toutes les forteresses de Syrie lui furent livrées. Bouzân, maître d’Edesse, était au nombre de ceux qui furent faits prisonniers au cours de la rencontre ; Tâj ad-daula ordonna de le mettre à mort et, après un certain délai, on lui trancha la tête. De même l’émir Karbouqâ, maître de Mossoul, avait été fait prisonnier au cours de la rencontre et fut interné à Alep jusqu’à ce que fût réglé le sort de cette ville que fussent désignés les représentants de Tâj ad-daula et ceux qui étaient chargés de veiller sur cette ville et que fût décidé son propre sort.

56Le Sultan Tâj ad-daula s’éloigna d’Alep à la tête de son armée dans la direction de l’Euphrate, traversa le fleuve et marcha sur Harrân qu’il recouvra ainsi que Sarouj et Edesse ; puis il gagna le Diyâr Bakr et s’éloigna de la route du Sultan Barkiyâruq, car celui-ci campait sur le territoire de Mossoul, dans sa marche contre la princesse veuve du Sultan Malik-châh et mère de son frère Mahmoud, qui s’était emparée d’Ispahan et de toutes les richesses [du défunt], à la suite d’un échange de lettres et de messages qui avait eu lieu entre eux deux afin de nouer une alliance entre elle et lui ; le pouvoir était donc assuré à l’un et à l’autre : or elle venait d’empêcher le Sultan Barkiyâruq d’agir à son gré dans ces provinces et d’y exercer le commandement.

57A cette époque se produisirent à plusieurs reprises des secousses sismiques pendant le jour et pendant la nuit, comme on n’avait point entendu dire qu’il s’en fût produit ; à chaque secousse, le phénomène durait et se prolongeait à la différence de ce qui se passait d’ordinaire.

  • 89 Il ne peut être question du début de l’année 487 ; il convient donc de supposer ou bien qu’il faut (...)

58Tâj ad-daula s’éloigna à la suite de cela, sans avoir pu mener à terme son action. La princesse le sut et sortit d’Ispahan à la tête de son armée pour rencontrer Tâj ad-daula ; mais elle fut atteinte en route d’une maladie grave et mourut : son armée se débanda ; les uns se rangèrent auprès du Sultan Barkiyâruq, d’autres ailleurs. Dès que Barkiyâruq en fut informé, il se rendit aussitôt à Ispahan, y entra et s’en empara. La population avait failli périr par suite d’une excessive montée des prix et du manque de ravitaillement. De nombreux soldats de l’armée de la princesse vinrent à Tâj ad-daula, comme aussi des soldats de l’armée de Barkiyâruq ; l’effectif de ses troupes augmenta, sa force offensive s’accrut et l’on invoqua Dieu en sa faveur du haut des chaires (minbar) de Bagdad. Il arriva à Hamadhân et écrivit à son fils Fakhr al-molouk Rodwân à Damas pour lui donner l’ordre de venir le rejoindre à la tête de ce qui restait de troupes en Syrie. Il gagna Alep, puis de là l’Iraq, accompagné de l’émir Najm addîn Il Ghâzî b. Artoq, de l’émir Waththâb b. Mahmoud b. Çâlih et de nombre d’émirs arabes ou turcs d’Alep, clients de Qasîm ad-daula. Il se dirigea droit vers Bagdad par ar-Rahba au début de l’année 48789.

  • 90 Badr : cf. supra, p. 5, n. 6.
  • 91 Etant donné le contexte, cette phrase ne peut être considérée que comme une note marginale insérée (...)

59Cette année-là aussi, on annonça d’Egypte que le Général en Chef Badr90 qui avait pris la direction des affaires était malade et en état de léthargie : cet état se prolongea puis s’aggrava en 128 Jomâdâ I (19 Mai 17 Juin 1094) et il mourut dans la première décade du mois. Le pouvoir avait été assuré à son fils al-Afdal, dès avant sa mort, après entente avec les officiers et toutes les troupes mercenaires et appelées. Ils obéirent aux ordres d’al-Afdal et agirent selon ses vues. (On dit que la mort du Général en Chef eut lieu en Jomâdâ I)91.

  • 92 ‘Id al-Ghadîr : fête chi’ite qui commémore le jour où le Prophète aurait désigné ‘Alî comme son su (...)

60Cette année-là encore, on annonça d’Egypte que l’Imâm alMostançir bi-llah, Prince des Croyants, était tombé malade dans la seconde décade de Dhou-l-Hijja (21-31 Décembre 1094). La maladie s’aggrava et il mourut dans la miséricorde de Dieu, pendant la nuit de la Fête de l’Etang (‘ld al-Ghadîr)92 18 Dhoul-Hijja 497 (31 Décembre 1094). Il était âgé de soixante-sept ans et six mois, étant né en 420 (20 Janvier 1029 8 Janvier 1030). Sur son sceau était gravée cette formule « Avec l’aide de Celui qui entend et qui sait, triomphe l’Imam Abou-Tamîm ». Son règne avait duré soixante ans et quatre mois. Ses actes furent excellents et ses pensées belles ; il aimait la justice et l’équité et fut éprouvé pendant la plus grande partie de sa vie par la résistance et l’opposition des troupes. Le pouvoir échut après lui à son fils Abou-l-Qasîm Ahmad qui reçut le surnom honorifique d’al-Mosta’lî billah, Prince des Croyants. Al-Afdal Abou-l-Qasîm Châhinchâh, fils du Général en Chef, le fit reconnaître par les émirs, les chefs des appelés et des mercenaires et les notables civils, et l’installa dans la dignité de son père al-Mostançir bi-llah. Sa situation fut consolidée et réglée au mieux des désirs et des espérances. Ses frères, ‘Abd Allah et Nizâr, fils d’al-Mostançir, quittèrent le Caire en cachette ; Nizâr gagna Alexandrie et s’installa avec Naçr addaula, gouverneur de cette ville, qui comptait parmi les principaux esclaves (ghilmân) du Général en Chef, sur qui celui-ci comptait pour assurer à Naçr ad-daula le pouvoir après lui à l’exclusion de son fils. Une rivalité tenace s’établit entre lui et al-Afdal ; des combats et des rencontres se produisirent entre eux, qui aboutirent à la victoire d’al-Afdal. Sa situation fut dès lors solide ; les affaires de l’Egypte et de ses territoires s’améliorèrent et se rétablirent après avoir été troublées et agitées.

  • 93 Ar-Ray. anciennement Ragha, ville de Médie, dont les ruines se trouvent à 8 kms. au SSE de Téhéran (...)
  • 94 Le texte porte : wa ilâ ar-Ray, Mon collègue M. Canard me suggère très judicieusement qu’il convie (...)

61En ce qui concerne le Sultan Tâj al-daula, il acheva sa marche vers la ville d’ar-Ray93 prit position devant elle, l’investit et s’en rendît maître ; il s’empara des villes, des provinces et des points fortifiés de la Syrie, ainsi que d’ar-Ray94. Il avait envoyé un corps d’armée avec des Banou ‘Oqaïl et Nomaïr dans les territoires des Banou ‘Oqaïl. Il s’en empara, à l’exception de Mossoul. Les Turcs se conduisirent très mal dans ces provinces qui subirent de leur fait bien des déprédations et de la misère ; ils firent main basse sur les troupeaux de ces populations, sur leurs biens, pillèrent à l’excès, commirent des actes d’oppression, expulsèrent les gens de chez eux en plein hiver, au moment où le froid sévissait, à l’époque des chutes des neiges et des gelées.

62Le Sultan Barkiyâruq sortit d’Ispahan à la tête de son armée et marcha dans la direction de son oncle le Sultan Tâj ad-daula. Celui-ci, ayant peur que les gens d’ar-Ray ne complotent contre lui s’il restait là, abandonna la ville et établit son camp à quatre lieues de là. Le Sultan Barkiyâruq arriva à la tête de son armée et campa en face de lui ; les éclaireurs des deux partis firent des reconnaissances dans l’intervalle qui les séparait et chacun se prépara à affronter son adversaire. Les lignes de bataille furent formées pour le combat et les deux partis se rencontrèrent le 17 Çafar 488 (25 Février 1095). L’armée du Sultan Tâj ad-daula fut mise en déroute et se disloqua ; ses bêtes et ses bagages furent pillés : la plupart des soldats furent faits prisonniers ; un très grand nombre d’entre eux furent tués et parmi eux Tâj ad-daula mourut en martyr — Dieu lui fasse miséricorde — tué par un homme de Qasîm ad-daula Aq Sonqor, maître d’Alep, que cependant il avait comblé de faveurs et admis dans sa familiarité. Sa tête fut apportée et promenée à travers les rangs de l’armée [victorieuse], puis emportée à Bagdad où elle fut [de nouveau] promenée.

ANNEE 488 (11 JANVIER — 30 DECEMBRE 1095)

  • 95 ‘Ana : localité située autrefois sur une île de l’Euphrate et maintenant sur la rive droite du fle (...)

63Cette année-là, le roi Fakhr al-molouk Rodwân reçut la nouvelle que son père Tâj ad-daula était mort en martyr et que son armée avait fui en déroute. Pour lui, il était campé à ‘Ana95 sur les bords de l’Euphrate, avec son armée, dans l’intention de poursuivre sa route jusqu’à Bagdad, puis d’aller rejoindre son père Tâj ad-daula qui lui avait demandé de venir le trouver. Son trouble et son désarroi furent grands et, craignant l’arrivée d’un adversaire qui serait à sa recherche, il fit abattre ses tentes aussitôt, l’armée en fit autant sur le champ et il s’éloigna à bride abattue, au milieu d’un petit groupe de cavalerie légère et d’esclaves, laissant derrière lui le reste de l’armée. Il continua à cette allure jusqu’à ce qu’il fût entré dans Alep et que le vizir Abou-l-Qasîm, délégué [de son père] (nâib) dans la citadelle, lui eût ouvert les portes et l’y eût fait monter ; ils prirent des précautions contre quiconque se présenterait avec des intentions hostiles. Après la déroute, son frère Chams al-molouk Doqâq, fils du Sultan Tâj ad-daula, arriva du Diyâr Bakr avec un groupe de gens à lui qui faisaient partie de l’armée vaincue, et séjourna à Alep pendant un court délai ; il y reçut un message de l’émir Sautegîn, l’eunuque qui avait été délégué au gouvernement de la citadelle et de la ville, et qui lui assurait en secret la possession de Damas. Il sortit aussitôt d’Alep à l’insu de tous et marcha sans désemparer nuit et jour. Lorsque le roi Fakhr al-molouk connut cette nouvelle, il lança sur ses traces un parti de cavaliers ; mais Doqâq leur échappa sans qu’ils pussent recueillir de renseignements sur lui ni trouver sa trace. Arrivé à Damas, il s’y établit et fut installé sur le trône de son père, le Sultan Tâj ad-daula, par Sautegîn qui lui fit prêter serment par les troupes appelées et les mercenaires ; sa situation se trouva solidement établie et tout marcha bien.

  • 96 Emir Içfahbadh : titre militaire d’origine persane qui désigne le plus souvent le chef d’une unité (...)

64Cette année-là aussi, on annonça du Hedjaz que l’émir Içfahbadh96 était arrivé à la Mekke à la tête de quatre cents cavaliers turcomans, avait ouvert les hostilités contre sa garnison, l’avait vaincue et, après s’être rendu maître de la ville, avait mis à mort un grand nombre de ses guerriers, gens d’Ibn Abou-Chaïba ; celui-ci s’enfuit de la Mekke avec un groupe de Chérifs ; l’émir s’y installa et y séjourna pendant un court délai, puis s’éloigna.

  • 97 Atâbeg : l’atâbeg est l’homme de confiance d’un Sultan : celui-ci lui confie l’éducation d’un de s (...)
  • 98 Sallâr : mot persan qui signifie : chef et est appliqué le plus souvent à des charges militaires, (...)
  • 99 Chihna : gouverneur militaire (Cl. Cahen, S.N., 194) ou plutôt commissaire du gouvernement (Sauvag (...)
  • 100 Isfahsallâriya : titre militaire emprunté à la langue persane : sipahsalar = commandant en chef ; (...)

65Cette année-là, on annonça que l’émir Zahîr ad-dîn Tughtegîn atâbeg97 avait été délivré de sa captivité tout de suite après le désastre de Tâj ad-daula et qu’il avait gagné Damas. Son ami, le sallâr98 Hiçn ad-daula Bakhtiyâr, préfet (chihna)99 de Damas, sortit à sa rencontre pour se remettre à son service. Dans son jeune âge et l’éclat de son adolescence, cet émir avait joui de l’estime du Sultan martyr Tâj ad-daula qui l’avait élevé auprès de lui et l’avait préféré aux jeunes gens de son entourage, familiers et intimes, se fiant à sa distinction, à sa bravoure et la rectitude de sa conduite. Il l’avait ensuite comblé de telle manière qu’il pouvait compter sur la justesse de son esprit, sur son habileté à administrer les affaires courantes et à exercer le commandement (al-isfahsallâriya)100 sur les mercenaires ; il lui donna délégation pour administrer Damas et veiller sur elle en son absence ; il s’y prit parfaitement, traitant ses administrés avec équité et rendant la justice à tous ceux qui y vivaient, ce qui lui valut nombre de louanges et d’invocations à Dieu en sa faveur. Il s’éleva alors en dignité ; l’on se conforma à ses ordres et à ses exemples, la renommée de sa distinction ne tarda pas à se répandre et son prestige inspira le respect. Le Sultan le nomma gouverneur de Mayâfâriqîn dans le Diyâr Bakr ; ce fut son premier poste d’autorité ; il lui confia aussi son fils le roi Chams al-molouk Doqâq et s’en remit à lui pour son éducation et sa formation. A Mayâfâriqîn, Zahîr ad-dîn pratiqua une politique de prestige et d’ordre ; dans les plus brefs délais il remit tout en place et engagea des poursuites contre plusieurs chefs et notables locaux dès qu’il sut qu’ils trahissaient et complotaient, poursuites qui lui valurent du prestige et assurèrent le bien-être de la population.

66Les choses allèrent ainsi jusqu’au moment où il se mit en route avec le Sultan Tâj ad-daula dans la direction d’ar-Ray. Il assista à la bataille où Tâj ad-daula trouva le martyre et tomba entre les mains des vainqueurs avec tous les chefs qui furent faits prisonniers ; il resta un certain temps dans cette situation jusqu’à ce que Dieu permît sa libération. Il arriva à Damas en 488/1095 et fut accueilli par le roi Chams ad-daula (sic) Doqâq, par son armée et par les dignitaires de l’Etat. Il fut comblé de marques d’honneur et d’estime, se vit rendre l’inspection de l’armée (al-isfahsallâriya) et l’on s’en remit à lui pour l’administration du royaume de Damas et la politique générale.

67La situation ainsi créée entre lui, le roi et les chefs de l’Etat imposa d’agir contre l’émir Sâutegîn et de le châtier : son affaire fut réglée et il fut mis à mort. L’union fut scellée entre [le roi], Zahîr ad-dîn atâbeg et la princesse Çafwat al-molk, mère du roi Chams al-molouk Doqâq, que Zahîr ad-dîn épousa. Sa situation à Damas fut consolidée, il y réussit parfaitement, administra la population d’excellente manière, déploya tous ses efforts pour défendre la ville et la protéger. Le roi Chams al-molouk plaça en lui toute confiance et s’en remit à lui pour gouverner.

  • 101 Souq al-Ghanam : marché situé à l’angle SO de la ville de Damas et à l’extérieur de l’enceinte ; c (...)
  • 102 Al-Bâb aç-Çaghîr : porte située sur la face S de l’enceinte de Damas » en face du faubourg de Châg (...)
  • 103 Raïs : le raïs d’une ville est le chef de la milice populaire de cette ville ; cf. Sauvaget, Alep,(...)
  • 104 Marj aç-Çoffar : cf. supra, p. 10, n. 3.

68Or le roi Fakhr al-molouk Rodwân, maître d’Alep, avait des vues sur Damas, aimait cette ville et aspirait à y revenir, n’ayant d’autre préférence qu’elle, car il connaissait ses avantages pour y avoir grandi. Il rassembla et enrôla des troupes et appela à son aide l’émir Sokmân b. Artoq, puis se mit en marche vers Damas pour y mettre le siège et profiter de l’occasion. En effet le roi Chams al-molouk Doqâq et son armée, accompagnés de l’émir Yâghî Siyân et de l’émir Najm ad-dîn II Ghâzi, étaient absents de Damas à ce moment-là. Le roi Fakhr al-molouk Rodwân, maître d’Alep, arriva en vue de Damas à la tête de son armée en 489/1096, prit position et s’ébranla avec ses troupes pour donner l’assaut. Il y avait dans la ville le vizir du roi Chams al-molouk, Zaïn ad-daula Mohammad, fils du vizir Abou-l-Qasîm, avec une poignée de mercenaires auxquels s’ajouta un corps d’appelés (al-ajnâd) et des gens de la ville ; les portes furent fermées, les murailles garnies de combattants qui criaient et lançaient des flèches. Les assaillants, dans leur marche en avant, avaient atteint le Marché aux Moutons (Souq al-Ghanam)101 et s’approchaient du rempart et de la Petite Porte (al-Bâb aç-Çaghîr)102. Alors un groupe de mercenaires et de miliciens de la ville (ahdâth al-balad) voulut marcher à l’ennemi pour l’éloigner de la ville : le sallâr Bakhtyâr, préfet (chihna) de la ville, et le raïs Amîn ad-daula Abou Mohammad b. aç-Çoufî, chef de la ville (raïs al-balad)103 les empêchèrent de sortir. Ils engagèrent le combat contre l’ennemi du haut des remparts et l’empêchèrent de les atteindre. Par un décret providentiel, il arriva qu’une pierre lancée par un mangonneau frappa à la tête le chambellan (hâjib) du roi Rodwân, alors qu’il était debout en train d’exciter ses hommes à la lutte, et le tua ; la bataille s’apaisa : [les gens de Rodwân] s’occupèrent de lui et regagnèrent leur camp à cause de lui, sans avoir obtenu aucun résultat, sans que le sort leur eût été favorable. Ils furent informés que le roi Chams al-molouk revenait vers Damas à la tête de son armée ; Rodwân battit en retraite vers Alep à la tête de son armée, frustré dans ses désirs. Dans sa retraite, il gagna la région de Marj açÇoffar104, puis le Hauran dont le territoire fut pillé par l’armée, puis il entreprit de gagner Jérusalem. Lorsqu’il eut connaissance de cela, Chams al-molouk Doqâq revint sur ses pas à la tête de son armée, arriva à Damas et suivit de près l’armée du roi Rodwân. Comme il arrivait et que la distance diminuait entre les deux partis, le roi Rodwân rompit le contact et reprit la direction d’Alep où il arriva à la fin de Dhou-l-Hijja de cette année-là (mi décembre 1096).

ANNEE 489 (31 DECEMBRE 1095 — 18 DECEMBRE 1096)

  • 105 Ma’arrat an-No’mân : probablement l’ancienne Arra, située à une cinquantaine de kms. au N de Hama, (...)

69Cette année-là arriva Khalaf b. Molâ’îb que le Sultan Malik-châh avait enlevé de Homs en la lui enlevant et avait incarcéré à Ispahan ; il avait été libéré au moment de la mort du dit Sultan et avait gagné l’Egypte. On annonça aussi cette année-là la mort d’Abou-Moslim Wâdi’ b. Solaïmân, cadi de Ma’arrat an-No’mân105, et qui avait pris le pouvoir, à la fin de Çafar (fin Février 1096). Il jouissait d’une réputation bien établie de dignité et d’une grande estime pour sa vivacité d’esprit habituelle.

70Cette année-là aussi l’émir Yaghî Siyân se sépara du roi Chams al-molouk Doqâq et s’en retourna dans sa ville d’Antioche au mois de Moharram (Janvier 1096).

ANNEE 490 (19 DECEMBRE 1096 — 8 DECEMBRE 1097)

71Le premier jour de Rabî’ I (16 Février 1097) de l’année, six astres furent réunis sous le Signe du Poisson : le Soleil, la Lune, Jupiter, Vénus, Mars et Mercure ; les astrologues déclarèrent qu’ils ne connaissaient pas d’exemple de la conjonction de ces astres sous un même signe ni dans les temps anciens ni dans les temps modernes et qu’ils n’en avaient pas entendu parler.

72En Cha’bân (14 Juillet 11 - Août 1097), on annonça que l’émir Janâh ad-daula Hosaïn, atâbeg du roi Fakhr al-molouk Rodwân d’Alep, avait conçu à l’égard du roi une méfiance qui l’amena à craindre pour sa vie, bien qu’il fût l’époux de sa mère. Il quitta Alep, car il désapprouvait tout ce qui avait été fait à son égard, alors que l’administration reposait sur lui et que l’on s’en remettait à lui pour faire et défaire. A la tête de ses troupes et de ses familiers, il arriva à Homs où Qarâja était son délégué ; celui-ci lui livra la ville : il s’y installa et se mit à fortifier et à consolider certains points de sa citadelle ; sa famille s’y transporta et cette installation à Homs lui permit d’être en sécurité.

73Juste après son départ, l’émir Yâghi Siyân arriva d’Antioche à Alep et prit en main l’administration, les décisions, les ordres et les défenses en ce qui concernait les militaires et la population civile. Le roi Rodwân et Yâghî Siyân partirent d’Alep à la tête des troupes dans la direction de Chaïzar, dans l’intention de recruter des troupes et de faire des préparatifs afin de remettre le siège devant Damas. Ils restèrent pendant un mois aux environs de Chaïzar, puis la discorde s’éleva entre les chefs militaires : ils se séparèrent, chacun retourna chez soi et le roi regagna Alep.

74Cette année-là, aussi, Fakhr al-molouk Rodwân reçut un envoyé d’al-Mosta’lî bi-llah, maître de l’Egypte, avec une lettre où [le Calife fatimide] lui demandait d’entrer dans son obédience et de faire invoquer Dieu en faveur de sa dynastie et une lettre d’al-Afdal dans le même sens. Il répondit favorablement à leur demande et ordonna que, du haut de la chaire (minbar) on invoquât Dieu en la faveur d’al-Mosta’lî, puis d’al-Afdal, puis enfin de luimême ; la khotba fut prononcée de cette manière pendant quatre semaines : le roi Rodwân avait pris cette décision dans la pensée qu’il se joindrait à l’armée égyptienne pour mettre le siège devant Damas et la prendre à son frère le roi Doqâq. C’est alors qu’arrivèrent à Alep l’émir Sokmân b. Artoq et Yâghî Siyân, maître d’Antioche ; ils blâmèrent le roi de s’engager dans cette voie, le détournèrent d’agir de la sorte et lui conseillèrent d’annuler sa décision et de rejeter cette pratique. Il écouta les conseils qui lui étaient donnés et rétablit les khotba dans leur ancienne forme.

75Le 1er Rabî’ I (16 Février 1097) on annonça que l’armée égyptienne était sortie d’Egypte et avait pris position devant la place de Tyr, parce que son gouverneur, connu sous le nom d’al-Kotaïla, était entré en rébellion ouverte, avait préféré le désaccord, ne faisait plus preuve de loyauté dans son service et était revenu sur sa déclaration d’allégeance. Cette armée mena le siège et le blocus sans relâche jusqu’à ce que la place fût conquise de vive force ; beaucoup de gens furent mis à mort et des biens considérables pillés. Le gouverneur fut fait prisonnier sans condition, amené en Egypte et exécuté.

  • 106 Daoud b. Solaïmân b. Qotlomoch : cf. supra, p. 12, n. 3.
  • 107 Malik ar-roum : ce terme désigne l’empereur byzantin.
  • 108 Il s’agit ici de la première bataille livrée par les Croisés contre les Musulmans ; cf. Grousset, (...)

76Cette année-là des renseignements commencèrent à se succéder sur l’apparition d’armées franques venant de la mer de Marmara en une multitude innombrable ; comme les nouvelles à ce sujet se suivaient sans interruption, les gens prirent peur en les apprenant et s’affolèrent en les entendant répandre. Ces renseignements furent reconnus exacts par le roi Dâoud b. Solaïmân b. Qotlomoch106 dont le territoire se trouvait le plus proche de ces Francs. Il se mit à recruter des troupes, à enrôler des volontaires et à proclamer l’obligation de la Guerre Sainte et fit appel à tous les Turcomans qu’il put pour lui venir en aide contre les Francs ; un grand nombre d’entre eux répondirent à son appel, en plus de l’armée de son frère, ce qui raffermit son courage et accrut son esprit offensif. Il s’avança vers les passages, les routes et les chemins qu’ils devaient prendre et massacra sans pitié tous ceux qui lui tombèrent entre les mains, si bien qu’il en tua un grand nombre. Us se retournèrent alors contre lui, le vainquirent, taillèrent son armée en pièces, tuèrent, firent prisonniers, pillèrent, réduisirent en esclavage ; les Turcomans s’enfuirent après qu’on leur eut pris la plupart de leurs montures et le roi des Grecs (malik ar-roum)107 acheta aux Francs de nombreux esclaves et les emmena à Constantinople. Comme les renseignements se succédaient sur cette affaire honteuse pour la cause de l’Islam, la panique prit de grandes proportions, la frayeur et l’anxiété augmentèrent. Ce combat eu lieu le 20 Rajab (4 Juillet 1097)108.

  • 109 Al-Balâna : fortin protégeant un gué du Wâdî ‘Afrin, identifié par CI. Cahen (S.N., 135-136) avec (...)
  • 110 Baghrâs : localité située au NO du Lac d’Antioche, Pagrae ou Pagras dans l’antiquité ; cf. Dussaud (...)
  • 111 Artâh : localité située à une quinzaine de kms. à l’E du Lac d’Antioche ; cf. Dussaud, T.H., 223-2 (...)
  • 112 Al-Bâra : localité située à une douzaine de kms. à l’O de Ma’arrat an-No’mân : cf. Cl. Cahen, S.N. (...)

77Au milieu de Cha’bân (28 Juillet), l’émir Yâghî Siyân, maître d’Antioche, l’émir Sokmân b. Artoq et l’émir Karbouqâ se mirent en route vers Antioche à la tête de leur armée, car on apprenait que les Francs approchaient de cette ville et avaient pris position devant al-Balâna109. Yâghî Siyân se précipita à Antioche et envoya son fils à Damas auprès du roi Doqâq, à Homs auprès de Janâh ad-daula et dans toutes les autres villes et contrées pour demander aide et secours et lancer un appel pressant à la Guerre Sainte, pendant que lui-même prenait des dispositions pour fortifier Antioche et en expulser les Chrétiens. Le 2 Chawwâl (12 Septembre), les armées franques prirent position devant Baghrâs110 et se tournèrent vers le territoire d’Antioche. Au même moment, les Chrétiens qui se trouvaient dans les forteresses et les châteaux voisins d’Antioche entrèrent en rebellion ; ils tuèrent [les Musulmans] qui s’y trouvaient, s’échappèrent ceux qui le purent. Les gens d’Artâh111 en firent autant et demandèrent l’assistance des Francs. En Cha’bân (14 Juillet - 11 Août) une comète apparut du côté de l’Ouest, son ascension dura vingt jours, puis elle disparut sans plus se montrer. Un corps important, qui approchait de trente mille hommes, avait été détaché de l’armée franque ; il se livra au pillage dans les régions voisines et, parvenu jusqu’à al-Bâra112, y tua par surprise une cinquantaine d’hommes.

  • 113 Ar-Rouj : vallée parallèle à celle du Moyen Oronte, entre le Dj. Sommak et le Dj. Bahra, à 8 kms. (...)

78L’armée de Damas était parvenue dans la région de Chaïzar pour se porter au secours de Yaghî Siyân. Lorsque le corps d’armée en question eut pris position devant al-Bâra, [les Damascains] marchèrent contre lui ; il y eut un engagement et plusieurs morts ; les Francs se replièrent sur ar-Rouj113 puis prirent la direction d’Antioche.

  • 114 Il faut évidemment lire ici ba’d (avec dâd) au lieu de béd (avec dal) ; c’est d’ailleurs la leçon (...)

79Le prix de l’huile, du miel et d’autres denrées de ce genre monta et l’on souffrit de la disette à Antioche, mais on fit entrer des vivres à la dérobée et les prix baissèrent. Les Francs creusèrent une tranchée entre eux et Antioche, à cause des nombreuses sorties que faisait contre eux la garnison de la ville. Au moment où ils avaient fait leur apparition, les Francs avaient conclu un accord avec le roi des Grecs et lui avaient promis de lui livrer la première ville qu’ils conquerraient ; ils conquirent Nicée — ce fut leur première conquête — mais ne tinrent pas leurs engagements vis à vis du souverain et ne lui livrèrent pas la ville en dépit de cette convention ; ils conquirent ensuite, chemin faisant, plusieurs114 places frontières et passes montagneuses.

80Cette année-là aussi, on annonça d’Alep que la situation du raïs de cette ville, connu sous le nom d’al-Mojinn, était devenue difficile parce qu’il se montrait autoritaire et hautain et faisait acte de tyrannie, si bien qu’il fut arrêté, sa demeure pillée et lui-même mis à mort avec certains de ses fils ; sa souche fut déracinée : telle est la récompense de quiconque cherche à tuer son semblable, à verser le sang, « elle n’est pas éloignée des oppresseurs » (Cor.). Cela se passait en Dhou-l-Qa’da (11 Octobre - 9 Novembre).

81Cette année-là aussi, le roi Rodwân d’Alep prit pour vizir Abou-1-Fadl b. al-Mauçoul qui reçut le surnom honorifique de Mochayyad ad-dîn.

ANNEE 491 (9 DECEMBRE 1097 — 27 NOVEMBRE 1098)

  • 115 Sens obtenu en corrigeant hamla du texte et du manuscrit en jomla.
  • 116 Armanâz : localité située sur la route d’Antioche à Alep, à 12 kms. à l’O de Ma’arrat Maçrîn ; cf. (...)

82A la fin de Jomâdâ I de cette année-là (début de Juin 1098) on annonça que des habitants d’Antioche, des armuriers de la suite115 de l’émir Yâghî Siyân, avaient tramé un complot contre Antioche et s’étaient mis d’accord avec les Francs pour la leur livrer à cause de préjudices et d’extorsions commis auparavant par l’émir à leur égard. Ils trouvèrent l’occasion de vendre aux Francs l’une des tours de la ville, dans la partie du rempart adjacente à la Montagne et de là, pendant la nuit, les introduisirent dans la ville ; à l’aube ils poussèrent leur cri de guerre, Yâghî Siyân prit la fuite et sortit de la ville au milieu d’une multitude considérable dont pas un individu n’échappa sain et sauf. [Pour lui], lorsqu’il fut parvenu au voisinage d’Armanâz116 village proche de Ma’arrat Maçrîn, il tomba de cheval ; l’un de ses compagnons le prit à bras le corps et le replaça en selle, mais il ne s’y tint pas, retomba et mourut — Dieu lui fasse miséricorde. A Antioche, hommes, femmes et enfants furent tués, fait prisonniers, réduits en esclavage en nombre incalculable ; trois mille hommes environ se réfugièrent dans la citadelle et s’y fortifièrent. Ceux que Dieu avait prédestinés au salut furent sauvés.

  • 117 Mihrâb Dâoud : nom donné à la citadelle de Jérusalem.

83En Cha’bân (4 Juillet — 1er Août 1098) on annonça que le général en chef al-Afdal avait quitté l’Egypte à la tête d’une armée nombreuse en direction de la Syrie et avait mis le siège devant Jérusalem où se trouvaient les émirs Sokmân et Il Ghâzî, tous deux fils d’Artoq, avec un certain nombre de leurs proches et de leurs fidèles ainsi qu’un grand nombre de Turcs ; il leur adressa un message pour les prier de lui livrer Jérusalem sans combat et sans effusion de sang ; puis, comme ils n’avaient pas répondu à cette demande, il attaqua la ville et mit en batterie des mangonneaux ; ayant ainsi pratiqué une brèche dans la muraille, il s’empara de la ville et reçut la capitulation du Sanctuaire de David (Mihrâb Dâoud)117 des mains de Sokmân. Lorsqu’il fut installé, il traita généreusement les deux émirs et les mit en liberté, eux et leur suite ; ils arrivèrent à Damas dans la première décade de Chawwâl (1er-10 Septembre). Al-Afdal regagna ensuite l’Egypte à la tête de son armée.

84Cette année-là aussi, les Francs prirent tous la direction de Ma’arrat an-No’mân et mirent le siège devant cette ville le 29 Dhou-l-Hijja (27 Novembre) ; ils livrèrent l’assaut au moyen d’une tour et d’échelles.

85Après que les Francs eurent conquis la ville d’Antioche grâce à l’action de l’armurier, un Arménien nommé Naïrouz, dans la nuit du vendredi 1er Rajab (nuit du 2 au 3 Juin) et qu’une suite de renseignements confirma la nouvelle, les armées de Syrie se réunirent en nombre incalculable et se dirigèrent vers la province d’Antioche pour accabler les armées franques ; [les Musulmans] cernèrent leurs adversaires au point que les vivres leurs manquèrent et qu’ils mangèrent des cadavres ; puis [les Francs], en dépit de leur épuisement attaquèrent les armées de l’Islam, bien qu’elles eussent pour elles la force et le nombre, taillèrent en pièces les Musulmans et dispersèrent leurs unités ; [seuls] échappèrent ceux qui disposaient de pur sang rapides, mais le sabre s’abattit sur les volontaires, les combattants de la Guerre Sainte qui brûlaient du désir de se battre pour la Foi et défendre les Musulmans. Cela se passa le mardi [vingt]-six Rajab de cette année-là (29 Juin 1098).

ANNEE 492 (28 NOVEMBRE 1098 — 16 NOVEMBRE 1099)

  • 118 Kafartâb : village sur la route de Ma’arrat an-No’mân à Chaïzar ; cf. Dussaud, T.H., 178-194 et Cl (...)

86Au mois de Moharram, les Francs donnèrent l’assaut au rempart de Ma’arrat an-No’mân par l’Est et le Nord. Ils poussèrent leur tour près du mur, qui était moins haut qu’elle et chassèrent de là les Musulmans qui se trouvaient sur ce rempart. Le combat pour le rempart dura jusqu’au coucher du soleil du 14 Moharram (11 Décembre) ; les Francs ayant escaladé la muraille, les gens de la ville se retirèrent et s’enfuirent. Auparavant ils avaient reçu plusieurs messages des Francs qui leur demandaient de traiter, de livrer la ville moyennant la sauvegarde de leurs personnes et de leurs biens et d’accepter un préfet (chihna), cet arrangement fut rendu impossible par la mésentente des habitants et par la décision et l’arrêt de Dieu Très Haut. Les Francs étaient maîtres de la ville après la prière du coucher du soleil ; beaucoup de gens des deux camps trouvèrent la mort. Comme les habitants s’étaient réfugiés dans les maisons d’al-Ma’arra pour s’y défendre, les Francs, après leur avoir promis la vie sauve, en usèrent traîtreusement avec eux et dressèrent des gibets qui dominaient la ville, frappèrent d’impositions les citadins, ne respectèrent aucune de leurs conventions, pillèrent tout ce qu’ils trouvèrent et émirent des exigences que la population n’était pas en état de satisfaire. Ils se retirèrent le jeudi 17 Çafar (13 Janvier 1099), en direction de Kafartâb118.

  • 119 Ramleh ; cf. supra, p. 6, n. 2.

87Après cela ils prirent la direction de Jérusalem à la fin de Rajab de cette année-là (mi-Juin), provoquant l’exode des habitants. Ils prirent d’abord position devant Ramleh119 et s’en emparèrent à l’époque où mûrit la moisson. Puis ils se mirent en marche vers Jérusalem, attaquèrent la population et la bloquèrent, dressant une tour qu’ils poussèrent en direction du rempart.

88Ils furent alors informés qu’al-Afdal quittait l’Egypte avec des troupes très nombreuses pour mener contre eux la Guerre Sainte, les attaquer, aider la ville à leur résister et la protéger contre leurs entreprises. Aussi redoublèrent-ils d’efforts dans leurs assauts et continuèrent-ils à attaquer jusqu’à la fin de cette journée-là, puis ils se retirèrent, assurant à leurs adversaires qu’ils donneraient l’assaut le lendemain. Alors les défenseurs dégarnirent le rempart à l’heure du coucher du soleil, mais les Francs repartirent à l’assaut et, montant sur leur tour, grimpèrent sur le rempart de la ville ; les défenseurs lâchèrent pied et les Francs se ruèrent sur la ville et s’en emparèrent, cependant qu’une partie des défenseurs se réfugiait dans le Mihrâb. Bien des gens furent tués ; les Juifs furent rassemblés dans leur église et les Francs les y brûlèrent vifs. Ils reçurent la soumission du Mihrâb, moyennant la vie sauve à ceux qui s’y trouvaient, le 22 Cha’bân de cette année-là (14 Juillet). Ils détruisirent les monuments des Saints et le Tombeau d’Abraham — sur lui le salut.

  • 120 Sâhel : cf. supra, p. 5, n. 5.

89Al-Afdal arriva quand l’affaire était finie, avec ses troupes égyptiennes renforcées de troupes du littoral120. Il prit position à l’extérieur d’Ascalon le 14 Ramadân (4 Août), attendant l’arrivée de la flotte et des contingents arabes. L’armée franque marcha contre lui et l’attaqua en force considérable ; l’armée égyptienne lâcha pied en direction d’Ascalon et al-Afdal s’y retira. Les sabres des Francs eurent raison des Musulmans : la tuerie n’épargna ni les fantassins, ni les volontaires, ni les gens de la ville ; dix mille âmes environ périrent et le camp fut pillé.

90Après qu’al-Afdal eut repris le chemin de l’Egypte avec ses familiers, les Francs assiégèrent Ascalon jusqu’au moment où ils traitèrent pour une somme de vingt mille dinars à leur verser ; ils avaient commencé à la lever sur la population lorsque la discorde naquit entre les chefs [Francs], si bien qu’ils levèrent le camp sans toucher la moindre somme. On raconte que les gens d’Ascalon tués dans cette affaire, prud’hommes (chohoud), propriétaires, commerçants et membres de la milice populaire (ahdâth), sans compter les militaires, furent au nombre de deux mille sept cents.

ANNEE 493 (17 NOVEMBRE 1099 — 5 NOVEMBRE 1100)

91En Çafar (Décembre 1099 - Janvier 1100), on annonça l’arrivée à Bagdad du Sultan Barkiyâruq qui, s’étant pris de querelle avec son frère Mohammad Tibr et s’étant mis en guerre contre lui, l’avait vaincu, lui avait enlevé Ispahan et s’y était installé.

  • 121 Sur la situation du Diyâr Bakr, voir supra, années 486 et suiv ; on ignore le nom du personnage qu (...)

92Le roi Chams al-molouk Doqâq, fils de Tâj ad-daula, quitta Damas à la tête de son armée pour enlever le Diyâr Bakr à celui qui s’en était rendu maître121. Il arriva à ar-Rahba par le désert puis parvint au Diyâr Bakr et s’empara de Mayâfâriqîn où il laissa quelqu’un pour la garder et la défendre.

  • 122 Ad-Dânichmand : sur cette dynastie, d’origine arménienne, établie dans la région de Mélitène à la (...)
  • 123 Le texte et le manuscrit portent la date de 493 au lieu de 494, ce qui est évidemment une erreur.

93En Rajab (Mai-Juin), Bohémond, roi des Francs et seigneur d’Antioche, fit une expédition contre la forteresse d’Apamée. Il prit position devant cette place, y resta quelques jours et ravageait les récoltes, lorsqu’on lui annonça qu’ad-Dânichmand122 était arrivé à Mélitène, à la tête d’une armée composée d’un nombre considérable de Turcs et des troupes de [Qilij Arslân b.] Solaïmân b. Qotlomoch. A cette nouvelle, Bohémond regagna Antioche pour y recruter et y rassembler des troupes, puis marcha contre l’armée musulmane. Dieu Très Haut donna contre lui la victoire aux Musulmans qui tuèrent un grand nombre des gens de sa troupe. Bohémond et quelques uns de ses compagnons se trouvèrent parmi les prisonniers qui furent capturés. Des parlementaires furent envoyés à ceux qui le représentaient à Antioche pour demander la reddition de la ville, dans la seconde décade du mois de Çafar de l’année 49[4]123.

  • 124 Sens obtenu en supprimant wa devant qallat.

94Cette année-là, on apprit que dans nombre d’endroits des provinces du Nord, l’eau des puits baissait, comme celle des sources diminuait124 dans la plupart des bas-fonds et les prix montèrent.

ANNEE 494 (6 NOVEMBRE 1100 — 25 OCTOBRE 1101)

95Cette année-là, l’émir Sokmân b. Artoq rassembla un grand nombre de Turcomans qu’il lança à l’attaque des Francs d’Edesse et de Sarouj au mois de Rabî’ I (4 Janvier 2 Février 1101). Il s’empara de Sarouj et reçut d’importants renforts, tandis que, de leur côté les Francs rassemblaient du monde. Les deux partis s’affrontèrent et déjà les Musulmans étaient sur le point de l’emporter et de subjuguer l’adversaire, quand un mouvement de panique saisit un corps de Turcomans ; Sokmân perdit courage et battit en retraite ; les Francs arrivèrent à Sarouj, s’en emparèrent et tuèrent ou réduisirent en esclavage sa population, sauf ceux qui s’enfuirent en hâte.

96Cette année-là mourut le cadi, le faqîh, l’imâm, le prédicateur Abou-Ishaq Ibrâhîm b. Mohammad b. ‘Oqaïl b. Zaïd ach-Chihrazourî — Dieu lui fasse miséricorde — le lundi 7 Moharram (12 Novembre).

97Cette année-là encore, Godefroi, seigneur de Jérusalem, arriva devant la place d’Acre qu’il attaqua ; il fut atteint d’une flèche qui le tua ; auparavant il avait fondé un établissement à Jaffa et l’avait cédé à Tancrède. Lorsque Godefroi fut tué, son frère, le comte Baudouin, seigneur d’Edesse, se mit en route pour Jérusalem avec cinq cents chevaliers et fantassins. A la nouvelle de son passage, Chams al-molouk Doqâq, rassembla des troupes et marcha contre lui, accompagné par l’émir Janâh ad-daula, maître de Homs ; ils le rencontrèrent près de la place côtière de 139 Beyrouth. Janâh ad-daula avec son armée se dirigea vers Baudouin à marche forcée, le vainquit et tua quelques uns de ses compagnons.

98Cette année-là encore, les Francs conquirent par les armes Haïfa sur les bords de la mer et Arsouf moyennant vie sauve ; ils en expulsèrent la population. A la fin de Rajab, ils s’emparèrent de Césarée par la force, tuèrent les habitants et pillèrent la ville ; les Génois leur prêtèrent main forte contre cette ville.

99On annonça aussi que le Sultan Barkiyâruq s’approchait de Bagdad à la tête de ses troupes, cherchant à rencontrer son frère Mohammad qui fut capturé et tué. Barkiyâruq prit aussi son vizir et quelques uns de ses chefs militaires et les fit mettre à mort avant de reprendre aussitôt le chemin d’Ispahan. Dès son arrivée, il prit position devant la ville et l’affaire fut réglée de telle sorte qu’il s’en empara et s’y installa ; or c’était une résidence sultanienne (dar as-soltând) et la situation du Sultan y fut solide.

100Le Calife al-Mostazhir bi-llah, Prince des Croyants à Bagdad, ordonna l’arrestation de son vizir Amîd ad-daula Mohammad b. Mohammad b. Jahîr, de ses délégués et de ses partisans ; il exigea d’eux le versement d’une amende et les fit mettre à mort, pour tirer vengeance de certains actes de ce vizir à qui l’on attribuait des actions répréhensibles.

  • 125 Jabala : port situé entre Laodicée et Banyâs ; cf. E.I., I, 1011 et Cl. Cahen, S.N., 170.

101En Cha’bân (Juin 1101), le cadi Ibn Çolaïha, qui s’était rendu maître de la place de Jabala125, adressa un message à l’émir atâbeg Zahîr ad-dîn, le priant d’envoyer tel de ses hommes de confiance qu’il jugerait bon, pour que lui soit remise la place de Jabala ; le cadi arriverait à Damas avec ses biens et sa famille et demandait qu’on le fît escorter jusqu’à Bagdad, que sa sécurité, sa défense et sa sauvegarde fussent assurées et qu’il fût bien traité. Zahîr ad-dîn accueillit favorablement sa demande et lui promit de réaliser son espoir ; il désigna, pour gouverner la place en question, son fils, l’émir Tâj al-molouk Bourî, en l’absence du roi Chams al-molouk Doqâq qui était au Diyâr Bakr. Quand ce dernier fut revenu de son expédition et rentré à Damas le 1er Chawwâl (30 Juin), l’affaire fut réglée comme l’avait demandé Ibn Çolaïha. Tâj al-molouk partit pour Jabala avec ses compagnons et en prit possession, tandis qu’Ibn Çolaïha se mettait en route pour Damas où il arrivait avec ses compagnons, sa famille, ses chevaux, ses bêtes de somme et tout ce qu’il possédait, argent, mobilier, richesses. Il fut traité en hôte de marque par Zahîr ad-dîn et, après avoir séjourné quelques temps à Damas, il fut escorté jusqu’à Bagdad, avec tout ce qu’il possédait, par un important détachement de soldats. Or il arriva qu’à Bagdad quelqu’un vint parler au Sultan de ses richesses, en insistant sur leur importance, et il fut dépouillé de tout ce qu’il possédait. Quant à Tâj al-molouk, lorsqu’il eut pris possession de la place et y eut établi son pouvoir, ses compagnons et lui maltraitèrent la population, se conduisirent mal à son égard et manquèrent aux bonnes traditions de justice et d’équité, si bien que les habitants se plaignaient des maux qu’ils subissaient auprès de cadi Fakhr al-molk Abou-’Alî ‘Ammâr b. Mohammad b. ‘Ammâr qui s’était rendu maître de la place côtière de Tripoli, parce qu’il était leur voisin. Celui-ci leur promit de les secourir en ce qu’ils voulaient faire et de leur fournir une aide militaire ; il leur envoya un important contingent de ses troupes qui pénétra dans la place et se joignit à la population contre les Turcs. Ils triomphèrent et, ayant expulsé les Turcs, s’emparèrent de la ville. Ils firent prisonnier Tâj al-molouk et l’emmenèrent à Tripoli où Fakhr al-molk lui fit bon accueil et le traita avec égards. Il le fit conduire à Damas avec une lettre où il exposait à l’atâbeg son père la physionomie de l’affaire et s’excusait de ce qui était arrivé.

  • 126 Sur la signification du mot raïs, cf. supra, p. 35, n. 3.

102Au cours de l’année, le roi Chams al-molouk Doqâq fit arrêter Amîn ad-daula Abou-Mohammad b. aç-Çoufî, raïs126 de Damas, puis, en échange d’une somme qu’il versa à son trésor, se réconcilia avec lui, le fit sortir de sa prison et le laissa dans sa charge.

103Cette année-là, une armée considérable quitta l’Egypte sous les ordres de l’émir Sa’d ad-daula connu sous le nom d’al-Qawâmisî et arriva à Ascalon pour mener la Guerre Sainte contre les Francs au début du Ramadân (début Juin). Elle resta là jusqu’en Dhou-l-Hijja (fin Septembre) puis s’éloigna d’Ascalon. Mille chevaliers et dix mille fantassins francs marchèrent à sa rencontre. Comme les deux armées avaient engagé le combat, l’aile droite et l’aile gauche des Musulmans furent enfoncées et les Francs se lancèrent à la poursuite des fuyards. Mais le général Sa’d ad-daula restait au centre avec une poignée d’hommes ; les Francs portèrent leurs efforts contre lui ; il essaya de tenir bon, mais la destinée prévint ses efforts ; son cheval broncha, il tomba à terre et fut tué sur place en martyr — Dieu lui fasse miséricorde — ; son trépas fut celui d’un martyr et d’un saint. Alors les Musulmans revinrent à la charge contre les Francs, s’excitant les uns les autres au combat et se lançant à l’assaut à corps perdu, si bien qu’ils poursuivirent leurs adversaires jusqu’à Jaffa, tuant, capturant et pillant. La bataille se termina pour eux de belle façon et ils ne perdirent que peu de monde.

  • 127 Marâgha : ancienne capitale de l’Azerbaïdjan, à 78 kms. au S de Tabriz ; cf. E.I., III, 277 et Le (...)

104Cette année-là, l’émir Karbouqâ, maître de Mossoul et de la Djéziré, quitta le Sultan Barkiyâruq pour étudier sur place les affaires de son gouvernement et faire revenir les opposants à l’obéissance. Arrivé à Marâgha127, il fut atteint d’une maladie mortelle ; son état empira, il mourut et rendit son âme à Dieu. A la fin de l’année, le Sultan Barkiyâruq arriva à Bagdad, fuyant son frère le sultan Mohammad.

ANNEE 495 (26 OCTOBRE 1101 — 14 OCTOBRE 1102)

105Cette année-là, on eut des renseignements sur la situation dans le Khorâsân, l’Iraq et la Syrie : les habitants de ces contrées étaient la proie de conflits sans fin, de haines, de guerres, de violences et se craignaient les uns les autres, parce que leurs gouverneurs, au lieu de s’occuper d’eux et de leurs affaires, passaient leur temps en querelles et en luttes.

  • 128 Il s’agit de Baudouin du Bourg qui avait succédé à Baudouin de Boulogne, lorsque celui-ci était de (...)

106Cette année-là aussi, le comte d’Edesse, chef des Franc128 parvint avec son armée — Dieu l’abandonne — à la place côtière de Beyrouth ; il prit position devant elle, avec le désir de la prendre d’assaut, engagea la lutte et bloqua la place ; après être resté longtemps, il ne parvint pas à ses fins et s’éloigna.

  • 129 Il s’agit de Raymond IV de Saint-Gilles, comte de Toulouse ; cf. Grousset, Hist. des Crois., I, 4.

107On reçut une correspondance de Fakhr al-molk b. ‘Ammâr, maître de Tripoli, qui sollicitait de l’aide contre les entreprises de Saint-Gilles129, en train d’assiéger Tripoli avec son armée franque, et demandait instamment le secours et l’assistance de l’armée damascaine ; il eut satisfaction et l’armée se mit en marche vers son territoire. Il avait aussi fait appel à l’émir Janâh ad-daula, maître de Homs, qui arriva de même avec son armée. Toutes ces troupes formèrent ensemble une masse nombreuse et prirent la direction de Tortose (Antartous) ; les Francs fondirent sur elles de toutes leurs forces. Les deux armées se rapprochèrent l’une de l’autre et se rencontrèrent là ; les troupes musulmanes furent enfoncées par les troupes polythéistes et perdirent beaucoup de monde ; ceux qui échappèrent revinrent à Damas et à Homs après avoir encore perdu des leurs : leur retour eut lieu le 22 Jomâdâ II (13 Avril 1102).

108Au cours de cette année, on apprit d’Egypte la mort d’al-Mosta’lî bi-llah, Prince des Croyants, fils d’al-Mostançir bi-llah, maître de l’Egypte. Ce prince mourut en Çafar (24 Novembre - 23 Décembre) à l’âge de vingt sept ans, étant né en 468 (10751076) ; son règne avait duré sept ans et deux mois. Son sceau portait l’inscription « L’imâm al-Mosta’lî bi-llah, Prince des Croyants ». Il sut se bien conduire et se bien comporter à l’égard de l’armée, des troupes mercenaires et de tous ses sujets. Se tenant habituellement en son palais, comme avait coutume de le faire son père al-Mostançir, il s’en remettait dans tout ce qu’il décidait à al-Afdal, le sabre de l’Islam, le fils du Général en Chef, à cause de la netteté de ses vues et de la rectitude dont il faisait preuve dans la décision comme dans l’exécution. Il eut pour successeur son fils Abou-’Ali al-Mançour b. al-Mosta’lî bi-llah Abou-l-Qâsim Ahmad. Al-Afdal, le seigneur Abou-l-Qâsim Châhinchâh, fils du Général en Chef, le fit reconnaître comme souverain par l’armée, les princes et l’ensemble des sujets, des eunuques et des gens du palais et l’installa à la place de son père immédiatement après sa mort. Il reçut le surnom d’al-Amir bi-ahkâm Allah ; sa situation fut assurée grâce à l’excellente politique d’al-Afdal et les affaires furent réglées aussi bien qu’on pouvait le souhaiter et l’espérer.

109Cette année-là, les armées égyptiennes quittèrent l’Egypte pour prêter secours aux gouverneurs des places côtières du littoral qui restaient encore aux mains des Egyptiens, contre les détachements francs qui les attaquaient ; elles arrivèrent à Ascalon en Rajab (21 Avril - 20 Mai 1102). Quand Baudouin, comte de Jérusalem, apprit leur arrivée, il marcha contre elles avec son armée franque, composée de sept cents chevaliers et fantassins qu’il choisit. Avec cette troupe, il attaqua l’armée égyptienne à qui Dieu donna la victoire sur le parti adverse qu’elle mit en déroute. Les Egyptiens tuèrent la plupart des cavaliers et des fantasfantassins et Baudouin s’enfuit jusqu’à Ramleh avec trois hommes. Il y fut poursuivi et encerclé, mais il se déguisa, sortit de la ville sans être découvert et gagna Jaffa, après avoir échappé à ses poursuivants : pendant la poursuite, il s’était caché dans un fourré de roseaux qui fut incendié ; le feu atteignit même une partie de son corps, mais il s’en tira sain et sauf et parvint jusqu’à Jaffa. Ses compagnons furent passés au fil de l’épée et tous ceux de ses soldats et de ses preux qui furent pris à Ramleh furent tués ou réduits en esclavage et emmenés en Egypte à la fin de Rajab (mi-Mai 1102). A ce moment-là, des navires francs arrivèrent du large au nombre de quarante et l’on annonça que la mer avait grossi, que les vents s’étaient déchaînés contre eux et que la plupart s’étaient perdus, à l’exception de quelques uns seulement ; ils étaient chargés d’hommes et d’argent.

ANNEE 496 (15 OCTOBRE 1102 — 4 OCTOBRE 1103)

110Le roi Chams al-molouk Doqâq et l’atâbeg Zahîr ad-dîn quittèrent Damas à la tête de leur armée et se dirigèrent vers ar-Rahba qu’ils assiégèrent ; ils bloquèrent ses défenseurs, leur coupèrent toutes possibilités de ravitaillement et resserrèrent le blocus jusqu’à ce que celui qui tenait la ville fût obligé de demander la vie sauve pour lui et pour les défenseurs de la cité. Ils obtinrent la vie sauve et la ville se rendit, après une lutte ininterrompue, en Jomâdâ II (12 Mars — 9 Avril 1103). Le roi prit diverses dispositions, délégua l’un de ses hommes de confiance qu’il choisit pour en assurer la garde, régla la situation de ses habitants et partit pour Damas le vendredi 22 du mois (3 Avril).

  • 130 Ar-Rastan : l’ancienne Aréthuse, à 15 kms. S de Hama sur l’Oronte ; cf. Dussaud, T.H., 110.

111Cette année-là, la nouvelle arriva de Homs que, comme l’émir Janâh ad-daula Hosaïn atâbeg, maître de la ville, était descendu de la citadelle à la Grande Mosquée pour la prière du vendredi, entouré de sa garde personnelle armée de pied en cap, et avait pris la place où il priait d’ordinaire, il fut assailli par trois Persans de la secte des Bâtiniya, accompagnés d’un vieillard, vêtu à la façon des ascètes, à qui ils témoignaient respect et obéissance. A un signal de lui, ils frappèrent l’émir de leurs poignards, le tuèrent et tuèrent avec lui quelques uns de ses gens. Or dans la Mosquée se trouvaient dix soufi, persans et autres, qui furent soupçonnés et tous mis à mort sur le champ, sans dire un mot, bien qu’ils fussent innocents. Cet événement répandit la peur parmi la population de Homs qui se dispersa aussitôt ; la plupart des Turcs qui y habitaient prirent la fuite vers Damas ; le trouble régna. On envoya un message au roi Chams al-molouk à Damas pour lui demander de dépêcher à Homs quelqu’un à qui serait remise la ville et à qui l’on pourrait confier sa défense et sa protection, avant que la nouvelle ne parvînt aux Francs et n’éveillât leur convoitise. Le roi Chams al-molouk se mit en route avec l’atâbeg Zahîr ad-dîn à la tête d’une armée et arriva à Homs dont il prit possession et il s’installa dans la citadelle. Cette action coïncida avec l’arrivée des Francs qui prirent position devant ar-Rastan 130pour la bloquer et l’assiéger. Mais, quand ils surent ce qui s’était passé, ils renoncèrent à s’approcher plus avant et décampèrent.

112Or le roi Fakhr al-molouk Rodwân, maître d’Alep, avait dans son entourage un personnage connu sous le nom de « médecin astrologue Bâtinî » ; c’est lui qui le premier fit connaître la secte des Bâtiniya à Alep et en Syrie et qui envoya les trois hommes assassiner Janâh ad-daula à Homs ; l’on annonça qu’il était mort quatorze jours après cet événement. Lorsque Chams al-molouk eut réglé les affaires de Homs et fixé sa situation, il revint à Damas le 1er Ramadân (8 Juin). Au même moment, les troupes égyptiennes quittaient l’Egypte par voie de terre tandis que la flotte prenait la mer, sous les ordres de Charaf, fils d’al-Afdal Châhinchâh ; celui-ci avait demandé par écrit l’aide de l’armée de Damas pour la Guerre Sainte et pour la protection des serviteurs de Dieu et de leur territoire. Une réponse favorable lui fut adressée, mais l’armée ne put partir, à la suite d’événements qui se produisirent et d’empêchements qui s’élevèrent.

113La flotte égyptienne arriva devant Jaffa et la bloqua à la fin de Chawwâl (début d’Août) ; elle y resta quelques jours ; puis la flotte et l’armée se dispersèrent le long du littoral ; les prix y avaient monté et les vivres étaient rares, mais la situation s’améliora, grâce aux denrées apportées par la flotte et les prix baissèrent ; mais les Francs menaient sans répit des attaques de harcèlement.

  • 131 Sur cette querelle entre Seljouqides et Dànichmandides, voir Grousset, Hist. des Crois., I, 396-39 (...)
  • 132 Mar’ach : ancienne Germanicia, carrefour de routes à la frontière N de la Syrie ; cf. E.I., III, 2 (...)

114En Dhou-l-Qa’da de cette année-là (6 Août 4 - Septembre 1103), on apprit par des renseignements successifs que Qilij Arslân b. Solaïmân b. Qotlomoch avait quitté le pays grec131, se dirigeant vers Antioche et était arrivé à proximité de Mar’ac132, mais il entra en discussion et en querelle avec ad-Dânichmand, maître de Mélitène, et fut obligé de se retourner contre lui et de lui infliger une défaite : l’armée de Dânichmand fut enfoncée ; ses soldats furent taillés en pièces. Lorsqu’après cela Qilij Arslân reprit sa marche, il arriva, dit-on, en Syrie et dépêcha un envoyé à Alep, afin de demander l’autorisation, pour les négociants de la ville, d’apporter à son armée des vivres, des provisions et tout ce dont avait besoin l’ensemble de ses troupes de mercenaires et d’appelés. La population se réjouit de cette offre et s’en félicita.

ANNEE 497 (5 OCTOBRE 1103 — 22 SEPTEMBRE 1104)

  • 133 Jobaïl : voir supra, p. 17, n. 1.

115En Rajab (30 Mars 27 - Avril 1104) on annonça qu’une flotte franque était arrivée dans la rade de Laodicée, amenant des marchands, des soldats, des pèlerins, etc... Saint-Gilles, qui assiégeait Tripoli, fit appel à eux pour bloquer la ville et l’aider à s’en rendre maître ; ils vinrent se joindre à lui pour assiéger et bloquer la ville ; ils l’attaquèrent pendant quelques jours, puis se retirèrent. Ils prirent alors position devant la place côtière de Jobaïl133, l’attaquèrent, la bloquèrent et s’en emparèrent en laissant la vie sauve aux habitants. Mais lorsque la ville fut en leur pouvoir, ils usèrent de perfidie et, ne tenant pas les promesses de sauvegarde qu’ils avaient faites, pressurèrent la population, firent main basse sur les biens et ses richesses, lui infligèrent des vexations et toutes sortes de sévices.

  • 134 Jakirmich : ancien esclave de Malik-châh, devenu maître de Mossoul après le Turcoman Mousâ qui lui (...)
  • 135 Râs-al-’Aïn : localité située sur le Khabour à mi-chemin entre Edesse et Hasetché ; cf. E.I., III, (...)

116On annonça que les deux émirs Sokmân b. Artoq et Jakirmich134, maître de Mossoul, s’étaient réunis avec leurs armées et avaient conclu un accord et une alliance pour mener la Guerre Sainte contre les Francs, ennemis de Dieu, et apporter dans cette lutte toutes leurs forces et toutes leurs ressources. Dans les premiers jours de Cha’bân (29 Avril 27 - Mai 1104), ils prirent position à Râs al-’Aïn135. Bohémond et Tancrède se dirigèrent, à la tête de leurs troupes, de la région d’Antioche vers Edesse, pour prêter secours au seigneur du lieu contre les deux émirs. Lorsqu’ils approchèrent des troupes musulmanes qui assiégeaient Edesse, chacun des deux partis se prépara à la rencontre ; le choc eut lieu le 9 Cha’bân (7 Mai 1104) et Dieu assista les Musulmans qui enfoncèrent leurs adversaires et en tuèrent un grand nombre (ils étaient plus de dix mille cavaliers et fantassins, sans compter le train de l’armée et les valets) ; Bohémond et Tancrède s’enfuirent avec une poignée d’hommes. Ce fut pour les Musulmans une belle victoire qui n’eut pas sa pareille ; le moral des Francs en fut affaibli, leur nombre diminua, leur force offensive s’émoussa ainsi que leur armement ; le moral des Musulmans fut affermi, leur ardeur à défendre la religion et à lutter contre les hérétiques renforcée et aiguisée ; l’opinion publique se félicita de cette victoire et acquit la certitude que les Francs étaient bafoués et que le succès les avait abandonnés.

117On apprit aussi ce mois-là que Baudouin, roi des Francs et seigneur de Jérusalem, avait entrepris le siège de la place côtière d’Acre par terre et par mer, avec l’assistance des Gênois et de leurs vaisseaux ; c’étaient eux qui s’étaient emparés de la place côtière de Jobaïl avec plus de quatre-vingt-dix vaisseaux. Ils assiégèrent la place, la bloquèrent de toutes parts et menèrent la lutte sans répit, jusqu’à ce que le gouverneur et ses gens fussent incapables de résister et que les habitants fussent trop faibles pour poursuivre la lutte ; alors la ville fut conquise de vive force. Le gouverneur, l’émir Zahr ad-daula Binâ al-Joyouchî, avait quitté la place, dans l’incapacité où il se trouvait de la défendre et l’impossibilité d’en assurer la sauvegarde. Désespérant de recevoir aide et secours, il fit demander la vie sauve pour lui et pour les gens de la place ; lorsqu’elle fut prise, il finit par s’enfuir vers Damas. A son arrivée dans cette ville, il fut bien accueilli et bien traité par l’atâbeg Zahîr ad-dîn ; il y arriva un jeudi, trois jours avant la fin de Cha’bân (26 Mai). Chams al-molouk Doqâq et l’atâbeg Zahîr ad-dîn manifestèrent à son égard des sentiments qui raffermirent son âme et la rassérénèrent. Il resta à Damas jusqu’à ce que la route fût libre pour retourner en Egypte ; alors il se mit en chemin et arriva sain et sauf. Il se justifia de la défaite qu’il avait subie et, bien qu’on l’eût auparavant désavoué et que sa conduite eût soulevé la colère, ses explications furent admises. Cette année-là, le roi Chams al-molouk Doqâq, maître de Damas, fut atteint d’une longue maladie accompagnée d’une intoxication qui la fit évoluer en une fièvre hectique ; il n’y eut pas d’amélioration et chaque jour le malade s’étiolait et perdait des forces. Lorsqu’il fut au plus mal, que l’on désespéra de le sauver et que tout espoir fut perdu de le guérir, sa mère, la princesse Çafwat al-molk, vint recevoir ses dernières recommandations, afin que le royaume et son jeune fils ne fussent pas laissés à l’abandon. Il désigna l’émir atâbeg Zahîr ad-dîn pour exercer le pouvoir à Damas, veiller sur son jeune fils Toutouch jusqu’à ce qu’il devienne grand et lui donner une bonne éducation. Après avoir fait connaître ses dernières volontés, il mourut dans la miséricorde de Dieu le 12 Ramâdan (18 Juin 1104).

118L’atâbeg Zahîr ad-dîn sortait à peine d’une maladie qui avait failli être mortelle ; mais Dieu Très Haut lui accorda la guérison et, dès qu’il fut remis, il usa de bons procédés envers l’armée et la population, se montra bienveillant à l’égard des émirs et des principaux personnages de l’Etat et puisa dans le trésor public de quoi distribuer des robes d’honneur, des dignités, des dons et des largesses. Il ordonna de faire le bien, défendit le mal, fit régner la crainte sur les méchants et les fauteurs de troubles, se montra excessivement bienveillant envers les sujets obéissants et paisibles, se concilia les cœurs par des faveurs, attira à lui les hésitants par des visites et des cadeaux. Sa situation fut solide et il unit tout le monde sous son obéissance.

119Le roi Chams al-molouk avait pris en aversion le raïs Abou-Mohammad b. aç-Çoufî, raïs de Damas, au point de le faire emprisonner en 496. Il resta en captivité jusqu’au moment où on lui fit grâce, ce qui rétablit sa situation ; par la suite il fut atteint d’une maladie qui mit fin à ses jours et le rapprocha de son Maître. Il eut pour successeurs, en son office, son fils Abou-l-Majâlî Saïf et son frère Abou-dh-Dhawâd al-Mofarraj. L’atâbeg Zahîr ad-dîn fit rédiger un diplôme qui consacrait le partage de la charge et convoqua les deux personnages peu après la mort de Chams al-molouk ; il les amadoua et leur recommanda avec insistance de déployer leur zèle à bien administrer et à prendre leurs responsabilités avec tout ce qui pouvait en résulter en bien comme en mal, afin que soit récompensé quiconque se serait bien conduit, et châtié quiconque aurait mal agi. Ils obéirent à ses ordres et agirent selon ses instructions.

  • 136 Boçrâ : forteresse située dans le Hauran, à 20 kms. au SO de Soueïda ; cf. Dussaud, T.H., 347-348 (...)

120Avant sa mort, le roi Chams al-molouk — Dieu lui fasse miséricorde — avait envoyé son frère Irtâch, fils du Sultan Tâj ad-daula, en la forteresse de Baalbek, afin de l’y tenir enfermé sous la surveillance du gouverneur Fakhr ad-daula Gumuchtegîn, eunuque de son père. En raison de ses devoirs envers les fils de Tâj ad-daula, l’atâbeg Zahîr ad-dîn décida de faire savoir à cet affranchi qu’il eût à élargir Irtâch et à le faire venir à Damas. Quand il arriva, Zahîr ad-dîn, l’accueillit avec des marques d’honneur et de déférence, se mit à sa disposition, l’installa dans les prérogatives de son frère Chams al-molouk et ordonna aux émirs, aux chefs militaires et aux troupes d’obéir à ses ordres et de le servir loyalement ; il le plaça sur le trône royal un samedi, cinq jours avant la fin de Dhou-l-Hijja 497 (17 Septembre 1104). Ainsi fut consolidée la situation et tous mirent en lui leur confiance. Mais il se produisit en cette affaire l’inévitable que l’on ne peut pas repousser, le fatal que l’on ne peut écarter ; certains s’ingénièrent à déjouer cet arrangement et à bouleverser ces dispositions. Le roi Mohyi ad-dîn Irtâch conçut de l’éloignement à l’égard de l’atâbeg Zahîr ad-dîn et de la princesse Çafwat al-molk, mère de Chams al-molouk ; sa mère lui inspira des craintes à leur sujet et lui fit croire que peut-être ils complotaient contre lui pour le tuer, alors que la situation était tout le contraire de ce que lui racontaient les calomniateurs. Il eut donc peur de Zahîr ad-dîn et de Çafwat al-molk et se laissa persuader de quitter Damas et le pouvoir et de regagner Baalbek où se réuniraient autour de lui des hommes à lui et des soldats. Il quitta Damas en secret au mois de Çafar 498 (23 Octobre — 20 Novembre 1104) et fut rejoint par Aïtegîn l’alépin, maître de Boçra136, qui prit la fuite en raison d’un arrangement qui était intervenu entre eux pour ce mauvais tour. Ils ravagèrent la région du Hauran, puis, s’étant mis en rapport avec Baudouin, roi des Francs, ils allèrent le trouver pour lui demander assistance et demeurèrent quelque temps avec lui, au milieu des Francs, l’incitant à marcher sur Damas et le poussant à exercer des ravages dans les provinces qui en dépendaient ; mais ils n’arrivèrent à aucun résultat et n’obtinrent pas le moindre succès. Lorsqu’ils eurent désespéré de recevoir aucune aide et qu’ils se virent frustrés dans leur espoir d’obtenir une réponse favorable, ils gagnèrent par le désert la région d’ar-Rahba.

121Après leur départ, la situation de l’atâbeg Zahîr ad-dîn fut consolidée ; il garda seul le pouvoir et put décider librement ; sous son gouvernement, les affaires de Damas et des provinces qui en dépendaient prospérèrent et furent florissantes, grâce à son habile politique. Dieu Très Haut décida en ce temps-là la mort de Toutouch, fils du roi Chams al-molouk Doqâq. Les prix baissèrent, les grains furent en abondance ; le peuple put à son aise faire fructifier ses biens à l’intérieur comme à l’extérieur de Damas, grâce à l’excellente politique de Zahîr ad-dîn, à sa gestion avisée qui faisait régner l’équité et disparaître toute cause d’injustice.

  • 137 Sur cette forteresse, voir Grousset, Hist. des Crois., I, 342.
  • 138 Sur le voyage de Bohémond en Europe, cf. Grousset, Hist. des Crois., I, 415 et suiv.

122On annonça cette année-là de Tripoli que Fakhr al-molk Ibn ‘Ammâr, maître de cette ville, avait fait une sortie avec les troupes régulières et les gens de la ville et avait pris pour objectif la forteresse que Saint-Gilles avait bâtie pour les surveiller137 ; leur attaque surprit ceux qui la défendaient ; ils les tuèrent, mirent la forteresse au pillage, semèrent le feu et la dévastation, et, après s’être emparés d’une grande quantité d’armes, de numéraire, de riches étoffes et d’argent, revinrent à Tripoli sains et saufs et chargés de butin le 19 Dhou-l-Hijja (12 Septembre 1104). On dit aussi que Bohémond, seigneur d’Antioche, s’était embarqué et était parti chez les Francs pour leur demander aide et secours contre les Musulmans de Syrie. Il y resta un certain temps, puis les quitta pour regagner Antioche138.

ANNEE 498 (23 SEPTEMBRE 1104 — 12 SEPTEMBRE 1105)

123L’atâbeg Zahîr ad-dîn fut atteint d’une maladie qui s’aggrava, ne le lâcha plus et lui fit craindre pour sa vie ; il s’émut du sort de sa famille, de son fils, de ses amis et de ses sujets si tout était fini pour lui. Des lettres et des envoyés de Fakhr al-molk Ibn ‘Ammâr se succédèrent venant de Tripoli pour implorer assistance et secours contre les Francs qui l’assiégeaient et prier Zahîr ad-dîn de l’aider bien vite avec tout ce qu’il aurait de troupes, pour faire cesser son anxiété et dissiper ses soucis. Or l’émir Sokmân b. Artoq et l’émir Jakirmich, maître de Mossoul, s’étaient mis d’accord pour mener la Guerre Sainte contre les polythéistes et venir en aide aux Musulmans. Zahîr ad-dîn, atteint de cette maladie dangereuse, eut alors l’idée et la pensée d’envoyer un message à l’émir Sokmân b. Artoq pour le prier de venir à Damas avec ses troupes afin de recueillir ses dernières recommandations et de recevoir de ses mains le soin de défendre Damas. Sokmân reçut aussi une correspondance d’Ibn ‘Ammâr le pressant de venir à son aide en toute hâte et lui promettant d’importantes sommes d’argent à cet effet. Quand Sokmân eut connaissance de cette correspondance, il répondit aux appels qui lui étaient adressés et prit la direction de Damas à bride abattue, sans s’arrêter dans sa marche, ni relâcher son effort empressé. Il traversa l’Euphrate pour faire face aux sollicitations dont il était l’objet et pour attaquer [les Francs].

  • 139 Al-Qaryataln : localité située sur la route de Damas à Palmyre, à michemin entre les deux villes ; (...)
  • 140 Sur ces faits, cf. supra, année 471.
  • 141 Locution proverbiale qui sert à exprimer un très vif regret et dont l’origine exacte n’est pas con (...)

124Quand il fut arrivé à al-Qaryataïn139 et que la nouvelle en parvint à l’atâbeg, ses collaborateurs et ses intimes le blâmèrent de la décision précipitée qu’il avait prise, lui reprochèrent vivement d’avoir fait appel à Sokmân, lui firent redouter le résultat auquel il allait aboutir et lui dirent : « Si tu fais cadeau de Damas à Sokmân b. Artoq et que tu la laisses échapper à ton pouvoir, quelle sera ta situation et notre condition ? Ne te rappelles-tu pas le sort d’Atsiz, lorsqu’il fit appel au Sultan Tâj ad-daula et lui livra Damas, comment dès l’abord le Sultan le fit périr, sans pitié pour lui ni pour les siens ? »140. Il eut alors conscience de son erreur, se réveilla de son inadvertance, fut pris du même regret qu’al-Kos’î141, et cette affaire ajouta des souffrances morales aux souffrances de son corps. Pendant qu’il se demandait avec ses compagnons comment se tirer d’affaire et comment régler la situation quand l’émir arriverait, on annonça d’al-Qaryataïn qu’à peine arrivé et installé avec son armée dans cet endroit, l’émir Sokmân b. Artoq était tombé gravement malade, que, le terme de ses jours étant accompli, il s’en était allé en la miséricorde de son Maître et que ses compagnons avaient battu en retraite, emportant sa dépouille. L’atâbeg en conçut une joie grandissante qui marqua le début de sa fortune et lui fit recouvrer la santé et l’équilibre de son corps. Louange au Régent des créatures pour Sa sagesse, à l’Agent des causes pour Sa puissance. Ils gagnèrent la Djéziré et cela se passa le 1er Çafar de cette année-là (22 Octobre 1104).

125Cette année-là aussi, on annonça la mort de Saint-Gilles, chef des Francs qui assiégeaient la place de Tripoli, le 4 Jomâdâ I (22 Juin 1105), après la conclusion entre lui et Fakhr al-molk Ibn ‘Ammâr d’une trêve aux termes de laquelle Saint-Gilles devait occuper les abords de la ville, sans toutefois lui couper les vivres ni empêcher les voyageurs d’y entrer.

126Au début de l’année, on annonça que le Sultan Mohammad Tibr b. Malik-Châh était arrivé à Mossoul et avait pris position devant la ville, puis s’était retiré après que l’émir Jakirmich, maître de Mossoul, fut venu le trouver pour lui témoigner sa soumission et lui faire des offres de service.

  • 142 Nihâwand : ville de la province de Hamadhân ; cf. E.I., III, 974.

127Cette année-là aussi, on annonça d’Iraq la mort à Nihâwand142) du Sultan Barkiyâruq — Dieu lui fasse miséricorde — après un accord entre son frère et lui d’après lequel le royaume de Khorâsân dans sa totalité allait au Sultan Abou-l-Harth Sanjar, tandis qu’Ispahan et ses dépendances, Bagdad et les provinces avoisinantes restaient sous l’autorité du Sultan Barkiyâruq, avec le titre de Sultan ; l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Diyâr Bakr, Mossoul, la Djéziré, la Syrie et ses dépendances allaient au Sultan Mohammad Tibr. Après la mort du Sultan Barkiyâruq, ses troupes prirent la direction de Bagdad sous le commandement de l’émir Ayâz, assisté de l’émir Çadaqa b. Mazyad b. Dobaïs ; le Sultan Mohammad, lui aussi, prit la direction de Bagdad. Quand l’émir Ayâz en reçut la nouvelle, il craignit pour sa vie et s’enfuit, accompagné du fils du Sultan Barkiyâruq : le Sultan Mohammad entra à Bagdad et y fut rejoint par l’émir Saïf ad-daula Çadaqa b. Mazyad alAsadî, avec qui il traita. Ayâz se rendit alors compte que sa seule chance était de revenir à l’obédience du Sultan Mohammad, d’entrer dans son parti et de se mettre à son service ; il lui dépêcha donc un envoyé pour solliciter la vie sauve et obtenir l’assurance qu’il s’engagerait solennellement à tenir ses promesses. Le Sultan accueillit favorablement sa demande ; Ayâz arriva auprès de lui, accompagné de ses troupes et amenant le fils du Sultan Barkiyâruq, un tout petit enfant, et vint grossir son parti avec ses troupes. Mais peu de jours après, le Sultan agit traîtreusement envers Ayâz, rompit ses engagements, manqua à sa parole et le fit arrêter, alors qu’il se croyait en sécurité et n’avait aucune inquiétude, fort des promesses de sauvegarde qui lui avaient été faites ; puis le Sultan le fit mettre à mort, alléguant, pour justifier son acte, des choses auxquelles il fit allusion après les avoir tenues secrètes, prétextant des raisons qu’il énuméra après les avoir cachées, pour excuser son acte, mais il ne réussit pas à se faire excuser et approuver.

  • 143 Rafaniya : ancienne Raphanée à 40 kms. de Homs, sur le versant oriental des Monts Ansariyé ; cf. D (...)
  • 144 Djebel Bahrâ : massif montagneux au N de Rafaniya ; cf. Dussaud, T.H., 146, n. 3.

128Le 1er Cha’bân (18 Avril 1105), l’atâbeg Zahîr ad-dîn se mit en route vers Baalbek à la tête de son armée et prit position devant cette ville, car il était mécontent de Gumuchtegîn, eunuque de Tâj ad-daula et gouverneur de la cité, en raison de ce qu’il avait su et qui avait provoqué sa désapprobation. Quand le siège et le blocus eurent été établis et que Gumuchtegîn connut la disposition d’esprit de Zahîr ad-dîn, il lui fit tenir un message où il l’assurait de son obéissance et de son dévouement, niait les calomnies portées contre lui, se justifiait de tout ce dont on lui attribuait la responsabilité et protestait sous la foi du serment qu’il était innocent de toutes les absurdités qu’on avait inventées contre lui. Zahîr ad-dîn bannit tout cela de son esprit, lui rendit sa faveur, le maintint dans ses prérogatives et ordonna qu’on s’abstînt de lui faire aucun mal. Puis il se mit en route pour la région de Homs et gagna Rafaniya143, devant laquelle il prit position. Il y fut rejoint par un groupe important de montagnards du Djebel Bahrâ144 qui donnèrent l’assaut profitant d’un moment de négligence des défenseurs et d’inattention de ceux qui étaient chargés de la défendre. [Les vainqueurs] tuèrent les habitants de la ville et de ses dépendances, ainsi que de la forteresse construite au-dessus de la ville par les Francs. On incendia tout ce qu’on put dans cette forteresse et ailleurs, et la forteresse fut détruite. Après s’être rendue maîtresse des bastions de Rafaniya et avoir tué tous ceux qui s’y trouvaient, l’armée regagna Homs.

  • 145 Sur Tancrède, neveu de Bohémond ; cf. Grousset, Hist. des Crois., I, 20.

129En Rajab (19 Mars — 17 Avril 1105) le roi Fakhr al-molouk Rodwân se mit en campagne et, ayant réuni des effectifs nombreux, décida de gagner Tripoli pour venir en aide à Fakhr al-molk Ibn ‘Ammâr contre les Francs qui l’assiégeaient. Les Arméniens qui se trouvaient dans la forteresse d’Artâh la lui avaient livrée, après avoir subi impatiemment la tyrannie des Francs et leur injustice grandissante. Lorsque Tancrède145 apprit la chose, il quitta Antioche pour Artâh, avec l’intention de reprendre cette place. Il réunit tous les Francs qui se trouvaient dans son territoire et mit le siège devant la ville, puis il marcha avec ses troupes contre Fakhr al-molk pour le repousser. Ce dernier avait mobilisé et groupé tous ceux qu’il avait pu dans la province d’Alep et parmi les miliciens (al-ahdâth) d’Alep, pour les mener à la Guerre Sainte. Quand les deux adversaires furent à proximité l’un de l’autre, le combat s’engagea : l’infanterie musulmane tint bon, mais la cavalerie fut mise en fuite et la mort s’abattit sur les fantassins ; ne furent sauvés que ceux dont Dieu avait écrit le salut. Les débris de l’armée parvinrent à Alep et l’on dénombra les pertes en cavalerie et en fantassins : elles atteignaient trois mille hommes. Quand les Musulmans d’Artâh connurent l’événement, ils prirent tous la fuite, et les Francs marchèrent sur Alep, dont la population s’enfuit. Bien des gens furent victimes du pillage, bien des gens furent emmenés en captivité. Cela se passa le 3 Cha’bân (20 Avril 1105) ; après la sécurité et le calme, les gens de Syrie connurent le désordre.

130Cette année-là une armée importante qui comprenait plus de dix mille cavaliers et fantassins quitta l’Egypte sous le commandement de l’émir Charaf al-ma’âlî, fils d’al-Afdal. L’atâbeg Zahîr ad-dîn reçut une lettre qui lui demandait aide et assistance pour combattre les ennemis infidèles. Il ne put répondre favorablement à cette demande pour des raisons qui l’empêchèrent de prêter son aide et son concours, et il marcha avec ses troupes sur Boçrâ et prit position devant cette ville pour l’assiéger. Elle était aux mains du roi Irtâch b. Tâj ad-daula et d’Aïtegîn l’Alépin, qui s’étaient rangés du côté des Francs, comme on l’a exposé précédemment. Puis Zahîr ad-dîn se ravisa et trouva préférable d’aller rejoindre l’armée égyptienne pour prendre part à la Guerre Sainte ; il se mit en marche, arriva devant Ascalon et s’établit à proximité de cette ville. Les Francs l’apprirent, se concentrèrent et marchèrent sur Ascalon ; les deux armées se rencontrèrent le 14 Dhou-l-Hijja (27 Août 1105) de cette année-là, dans la région qui s’étend entre Jaffa et Ascalon. Les Francs triomphèrent des Musulmans, tuèrent le gouverneur d’Ascalon et firent prisonniers quelques chefs musulmans. L’armée égyptienne s’enfuit vers Ascalon et l’armée damascaine vers Boçrâ. Il y eut, dit-on, à peu près autant de tués parmi les Musulmans que parmi les polythéistes.

131Lorsque Zahîr ad-dîn avec son armée revint à Boçrâ il constata que le roi Irtâch et Aïtegîn l’Alépin, qui désespéraient de voir les Francs leur porter aide, avaient gagné ar-Rahba et y avaient séjourné un temps, puis s’étaient séparés ; Nochtegîn et Falou, qui tenaient Boçrâ, entrèrent en pourparlers avec Zahîr ad-dîn ; ils lui demandaient la vie sauve et une trêve, à l’issue de la quelle ils lui livreraient la ville, le temps de négocier. Zahîr ad-dîn répondit favorablement à leur demande et s’éloigna. Lorsque le terme de leur accord fut arrivé, ils livrèrent Boçrâ à Zahîr ad-dîn et quittèrent la place. L’atâbeg tint ses promesses à leur égard : vie sauve et attribution d’un apanage ; il fit même plus et ils lui restèrent fidèles toute la durée de sa vie.

ANNEE 499 (13 SEPTEMBRE 1105 — 1ER SEPTEMBRE 1106)

  • 146 Sawâd de Tibériade : plaine irriguée et cultivée qui entoure la cité de Tibériade ; cf. E.I., IV, (...)
  • 147Alal : ou ‘Al, forteresse située à une dizaine de kms. à l’E du lac de Tibériade et à 8 kms. au (...)
  • 148 Al-Bathaniya : la Batanée contrée située à l’O du Hauran avec Adraa (actuellement : Dera) pour cap (...)
  • 149 Il semble indispensable de lire ici comme le fait Gibb : hom au lieu de howa ; c’est d’ailleurs la (...)

132Cette année-là, les Francs marchèrent sur le Sawâd de Tibériade146 et entreprirent la construction de la forteresse de ‘Al’âl147, dans la région qui s’étend entre le Sawâd et al-Bathaniya148 ; cette forteresse était de celles dont on décrit la force défensive et le caractère inexpugnable. Lorsque l’atâbeg Zahîr ad-dîn eut connaissance de ce plan d’action, il craignit que son accomplissement ne rendît difficile les contre-mesures et la contre-offensive ; il se mit donc en marche avec son armée et tomba sur eux à l’improviste149 ; il les attaqua, les tua tous, s’empara de la forteresse, avec les armes, les chevaux et le matériel qui s’y trouvaient et revint à Damas avec des têtes coupées, des prisonniers et du butin en très grande quantité, le Dimanche 15 Rabi’II (24 Décembre 1105).

133Ce même mois apparut dans le ciel du côté de l’Ouest une comète pourvue d’une queue semblable à un arc en ciel, et qui s’étendait du couchant au zénith ; on la voyait le jour près du soleil, avant qu’elle ne se montrât pendant la nuit. Elle dura un certain nombre de nuits, puis disparut.

  • 150 Ici deux lettres voyellées dihi dont le sens n’est pas connu.
  • 151 L’expression çâhiboho employée ici n’est pas claire, non plus que l’ensemble de ce récit. Il faut (...)
  • 152 Il faut évidemment lire ici kâna au lieu de kânou du texte et du manuscrit.

134Le 26 Jomâdâ I (3 Février 1106), on annonça le meurtre de Khalaf b. Molâ’ib, maître d’Apamée ; il fut tué par un groupe de la secte des Bâtiniya, envoyé d’Alep par un nommé Abou-Tâhir, l’orfèvre persan. C’est lui qui occupa dans cette secte le poste du médecin astrologue persan, après la mort de ce dernier : [il agissait] en accord avec l’un des propagandistes de la secte, nommé Abou-1-Fatah as-Sarmînî, qui résidait à Apamée. Le coup avait été monté avec la complicité des gens de la ville ; ils percèrent un trou dans la muraille pour que les agresseurs pussent arriver jusqu’au Prince. Quand ils s’approchèrent et qu’il s’aperçut de leur présence, il marcha à leur rencontre ; alors l’un deux bondit sur lui et le frappa au ventre ; il se précipita dans le donjon avec l’intention de gagner une des pièces où vivait sa famille150, mais un autre des conjurés lui porta un second coup ; il survécut une heure et mourut. Le cri de guerre fut poussé du haut du donjon et on lança le cri de ralliement du roi Rodwân. Alors survinrent les fils de Khalaf et ses gens151, du côté de la muraille. Les conjurés s’assurèrent contre eux la maîtrise de la place et tuèrent ceux qu’ils purent. Un fils du défunt, Moçbih b. Khalaf b. Molâ’ib eut la vie sauve et gagna Chaïzar où il resta quelque temps, puis il eut la possibilité de s’en aller. Tancrède arriva à Apamée peu après cet événement, la convoitise au cœur, accompagné d’un frère du propagandiste Abou-l-Fatah as-Sarmînî, que Tancrède avait fait prisonnier152 ; il imposa à cet homme un tribut qui lui fut versé et s’en retourna.

135Cette année-là, Qilij Arslân arriva à la tète d’une armée nombreuse et marcha sur Edesse. S’étant établi à peu de distance de la ville, il reçut un message des compagnons de Jakirmich, qui résidaient à Harrân et l’appelaient à eux pour lui livrer la place. Il vint les rejoindre et reçut d’eux la ville : l’opinion publique se réjouit de le voir venir à la Guerre Sainte ; après être resté quelques jours à Harrân, il fut atteint d’une maladie qui le contraignit à retourner à Mélitène, laissant des hommes à lui à Harrân.

136On annonça que Moçbih b. Molâ’ib, qui avait échappé à l’affaire d’Apamée, avait cherché refuge auprès de Tancrède, seigneur d’Antioche, et lui avait inspiré le désir de retourner à Apamée et de s’en emparer en raison de la petite quantité de vivres qui s’y trouvait. Il se mit donc en marche, prit position devant la ville et la bloqua jusqu’au jour où il s’en empara après capitulation le 13 Moharram 500 (14 Septembre 1106). Quand Abou-l-Fatah as-Sarmînî al-Bâtinî fut tombé en son pouvoir, il le fit mettre à mort dans les tortures et emmena captifs Abou-Tâhir l’orfèvre et ses compagnons, sans tenir les promesses de sauvegarde qu’il avait faites ; les vivres faisaient défaut à Apamée et les prisonniers restèrent au pouvoir de Tancrède jusqu’à ce qu’ils eussent versé pour leur rançon la somme d’argent qu’ils lui avaient promise ; ils furent alors libérés et arrivèrent à Alep.

  • 153 Sur cette convention, voir supra, année 498.
  • 154 Le pluriel marâkib n’a évidemment pas son sens ordinaire de : véhicules, mais bien, comme mon coll (...)
  • 155 La restitution d’Amedroz : aqta’a Nouchkatîn wa-Falou (il donna un apanage à Nouchkatîn et à Falou (...)

137Cette année-là encore, l’atâbeg Zahîr ad-dîn partit avec son armée pour Boçrâ afin d’assister à la remise de cette place par ceux qui l’occupaient, en exécution de la convention passée à son propos153. Il avait fait cadeau à tous les émirs, les hauts personnages et les principaux officiers de l’armée de robes d’honneur complètes, de vêtements, de chevaux et de harnachements154 ; si bien que les louanges redoublèrent à son égard et l’on célébra ses bienfaits. La nouvelle s’en répandit et les troupes rivalisèrent d’ardeur à le servir, d’empressement à lui obéir et de chaleur à embrasser sa cause. Quand il fut installé à Boçrâ, Nochtegîn et Falou sollicitèrent l’octroi d’un apanage155 suffisant pour eux et pour leurs hommes ; il répondit à leur demande et exécuta fidèlement l’accord qu’il avait passé avec eux, comme on l’a exposé plus haut.

ANNEE 500 (2 SEPTEMBRE 1106 — 21 AOUT 1107)

  • 156 Djebel ‘Auf : actuellement Djebel Adjloun ; cf. Dussaud, T.H., 382.
  • 157 Tibnîn : ou Toros, forteresse située à 20 kms. ESE de Tyr ; cf. Dussaud, T.H., 53.
  • 158 Al-Madân : plaine située à l’E du confluent du Jourdain et du Yarmouk ; cf. Gibb, D.C., 75, n. 1.
  • 159 Zorrâ : l’actuelle Ezra à 30 kms. au NO de Soueïda ; cf. Dussaud, T.H., 375.

138Cette année-là les ravages des Francs redoublèrent dans les provinces du Sawâd, du Hauran et du Djebel ‘Auf156 ; des renseignements parvinrent à ce sujet et les populations de ces contrées adressèrent des plaintes à l’atâbeg Zahîr ad-dîn ; il réunit ses troupes auxquelles vinrent se joindre des Turcomans et alla camper avec elles dans le Sawâd. Or l’émir ‘Izz al-molk, maître de Tyr, était parti en expédition à la tête de son armée contre la citadelle de Tibnîn157, dans le territoire franc ; il attaqua à l’improviste, tua ceux qui s’y trouvaient, ramassa et emporta du butin. La nouvelle en parvint à Baudouin, roi des Francs, qui partit de Tibériade pour atteindre l’agresseur. De son côté l’atâbeg marcha sur une forteresse voisine de Tibériade, où tenait garnison un groupe de chevaliers francs : il l’attaqua, s’en rendit maître et anéantit la garnison, puis se retira vers al-Madân158 ; alors les Francs se retournèrent contre lui ; à leur approche, l’armée se retira dans la région de Zorrâ159 ; les avant-gardes des deux partis entrèrent en contact, l’on se prépara à la bataille et le moral des Musulmans était élevé. Le lendemain les cavaliers se mirent en selle, car, conformément à son intention, l’armée avait fait ses préparatifs pour la rencontre ; les Musulmans se lancèrent vers l’emplacement du camp franc, mais ils découvrirent que les Francs étaient partis, battant en retraite sur Tibériade, puis de là sur Acre et, sur ces entrefaites, Zahîr ad-dîn, s’en retourna à Damas avec ses troupes.

  • 160 Châhdhar : ou Châh Diz ; forteresse appartenant aux Bâtiniya et située dans le voisinage d’Ispahan (...)
  • 161 Sens obtenu en lisant ilaïhâ, au lieu de ‘anhâ du texte et du manuscrit, qui est difficilement int (...)
  • 162 Traduction conforme à la lecture du manuscrit ; façâhatoho au lieu de qadâ haqqihi donné par Amedr (...)

139On annonça cette année-là de diverses sources concordantes que le Sultan Ghiyâth ad-donyâ wa-d-dîn Mohammad b. Malikchâh résolut d’attaquer la forteresse des Bâtiniya appelée Châhdhar160, près d’Ispahan et de s’efforcer de la prendre d’assaut, pour supprimer ainsi la cause des ravages qu’exerçait dans la région la garnison de cette place. Il marcha contre161 elle avec ses armées considérables, aussi fortes que nombreuses et mena le siège et le blocus jusqu’à ce que Dieu Très Haut lui eût permis de la prendre d’assaut et de vaincre sa garnison. Il s’en empara de vive force, fit passer par les armes tous les Bâtiniya qui s’y trouvaient et détruisit la forteresse, débarrassant le monde de ses maléfices continuels et des calamités que répandaient autour d’eux ses occupants. Puis il fit rédiger le récit de sa victoire, où l’affaire était exposée à l’intention de toutes les provinces de l’empire : ce document devait être lu en chaire (minbar) et porté à la connaissance de tous, campagnards et citadins ; c’était l’œuvre du secrétaire en chef Abou-Naçr b. ‘Omar al-Içfahânî, secrétaire du Sultan, dont le talent épistolaire était connu et renommé et l’aisance dans la rédaction162 remarquable et célèbre.

140J’ai cité ici le contenu de ce document afin que tous ceux qui en prendront connaissance puissent savoir l’histoire de cette forteresse et la faveur qu’accorda Dieu aux habitants de cette région en les mettant à l’abri des maux et des ravages de ceux qui l’occupaient. En voici le texte, après le préambule d’usage et le sceau authentique :

  • 163 Sens obtenu en remplaçant istarakkou du texte et du manuscrit par istaraqqou.
  • 164 Traduction conforme à la lecture du manuscrit, sababan au lieu de sîmâ donné par Amedroz.

141« Au nom de Dieu clément et miséricordieux. A destination du vizir illustre, gloire de la religion, honneur de l’Islam, soutien de la dynastie, chef de la communauté, splendeur de la nation, illustration des vizirs, Son Excellence Hibat Allah b. Mohammad b. al-Mottalib, satisfaction du Prince des Croyants. Puisse Dieu prolonger les jours du vizir et ses hautes dignités, lui conserver sa fermeté et sa constante autorité et augmenter encore l’excellence de sa conduite ; car Dieu Très Haut a dit — et sa parole est vérité — : « O vous qui avez cru, que celui d’entre vous qui s’écarte de sa religion, sache que Dieu fera venir des créatures qu’il aime et qui l’aiment, pleines de déférence envers les croyants, de hauteur envers les infidèles et qui combattront dans la voie de Dieu et ne craindront le blâme d’aucun censeur. Cela est une faveur de Dieu qu’il accorde à qui bon lui semble. Rien n’échappe à Dieu, il sait tout. » (Cor. V, 59). Et voici que Dieu — qu’il en soit loué—Nous a accordé ce qu’il fallait de cette faveur pour que Nous devinssions le plus puissant des rois de l’Islam, le plus fort d’entre eux pour protéger ce qui est sacré parmi Ses partisans et Ses sectateurs, le plus brave pour maintenir Ses droits, celui qui a gardé ses vêtements les plus purs de la souillure du doute à Son sujet, le plus clairement résolu à marcher sur les traces de la vérité évidente, le plus capable d’entreprises de poids contre les ennemis de Dieu et de la religion de lumière. En toutes ces choses d’importance, il apparaît que Nous n’avons fait dans Nos entreprises que manier vigoureusement le sabre, trancher l’articulation, accomplir des choses étonnantes, battre le briquet pour en tirer le feu de la vérité ; Nous avons établi la justice dans sa force et humilié l’injustice, et cela par la grâce de Dieu dont, seul entre les créatures, Nous avons bénéficié et dont II Nous a honoré en Nous rendant seul capable de témoigner de ces mérites en Nous plaçant à la cîme et au faîte. Louange soit à Dieu pour cela, louange à la mesure de Ses faveurs et qui surpasse même la matière de Sa générosité. Louange soit aussi à Dieu en ce qu’il a facilité Notre effort pour exalter la religion, élever sa colonne, réprimer les crimes de ses adversaires et faire table rase des Bâtiniya en rebellion, afin de tenir tête à ceux qui ont envoûté163 les esprits pervertis, les ont induits en erreur avec des sornettes, les ont réduits à coups d’arguments fallacieux et ont pris la religion de Dieu comme un sujet de moquerie et de plaisanterie avec le clinquant de paroles forgées de toutes pièces ; louange à Dieu surtout en ce qu’il Nous a facilité la victoire des victoires et Nous en a préparé les moyens en Nous accordant de prendre la citadelle de Châhdhar, orgueil et fierté de la montagne. L’injustice y avait pondu et pullulé ; elle était comme un brin de paille dans les yeux des empires et pouvait164 faire choir les Musulmans dans les précipices et les passes dangereuses ; elle était à l’affût, apportant aux Musulmans la malfaisance et l’ingratitude partout où ils portaient leurs pas.

142«  Là se tenait Ibn ‘Attâch, dont l’esprit s’envola sur le chemin de l’erreur et s’égara ; il démontrait à ses fidèles que le chemin de la Voie Droite était erreur et prenait comme règle de conduite un livre chargé de mensonges ; il regardait comme licite de verser impunément le sang des Musulmans, considérait comme permis que leurs biens fussent livrés au pillage. Que de sang fut versé ! que de viols perpétrés ! que de richesses détruites ! que d’injustices qui restèrent sur le cœur sans vengeance !

143«  Ne fussent-ils responsables que de ce qu’ils ont fait à Ispahan où ils traquèrent traîtreusement leurs adversaires, les atteignirent de biais par tromperie, leur infligèrent une mort abominable après toutes sortes de tortures, les abattirent en commençant par les notables de la cour et l’élite des savants, répandirent en quantité incalculable le sang inviolable, et autres vilenies qui affectent l’Islam on sait à quel point et dont Dieu ne peut être satisfait venant d’un Musulman, c’était notre devoir de lutter pour la défense de la religion et d’aller mener contre eux la Guerre Sainte à travers monts et vaux, fût-ce jusqu’en Chine.

144«  Cette forteresse était l’un des réduits où se retranchaient en toute tranquillité les chefs des Bâtiniya ; elle étendait ses filets sur toutes les contrées et les régions et à elle revenaient les fruits de la malfaisance, comme l’oiseau revient à son nid. Sous le rapport de la puissance et de la force défensive, elle dominait à la façon du soleil que l’on voit sans pouvoir le toucher et qui émousse le regard et elle neutralisait une force importante venue pour l’assiéger. Telle elle était, élevée, altière, juchée sur une montagne parmi les cimes, et dans cette situation faisait face à la ville d’Ispahan, qui est le siège de la Royauté, la demeure de l’hospitalité, la première des villes à être purifiée du soubresaut des révoltes et du caprice de la passion. Quant à Nous, Nous y résidions tout au long de cette période et Nous réglions ses affaires avec l’intention de la protéger par Notre prévoyance de toute ruse et de tout stratagème. Parmi les employés, les familiers et les secrétaires qui Nous assistaient, il y en avait quelques uns dont les sentiments penchaient vers l’adversaire, car ils s’opposaient à la religion ; ils en arrivaient par ruse à défaire ce qui était fait et à retarder ce qui était prêt, faisant croire que c’était là des conseils qu’il fallait obligatoirement suivre. Cette situation ne dura que trop longtemps, mais l’évidence éclata et la ligne de conduite à suivre dans Notre administration Nous apparut clairement.

145« Pendant ce temps Nous n’avons pas manqué de laisser devant cette forteresse une troupe de soldats qu’animait le zèle de la religion et qui obtinrent le résultat cherché en tenant le blocus, en se consacrant au siège dans une attente patiente, résolus à ne rien céder et à contre-attaquer, en restant à l’affût et en barrant le chemin à quiconque montait ou descendait, si bien que le ravitaillement manqua, les vivres et les provisions firent défaut et une partie de la garnison fut contrainte de s’en remettre à la clémence de l’assiégeant. Après avoir délibéré et avoir demandé l’autorisation d’agir de la sorte, Nous ordonnâmes alors de les laisser tranquilles et d’accorder la vie sauve à leurs troupes. La moitié de la forteresse fut abandonnée faute de combattants et Ibn ‘Attâch dut chercher refuge avec l’élite de ses compagnons d’armes dans une autre donjon qui portait le nom de Dâlân ; c’était la partie la plus forte, la mieux défendue, la plus inaccessible et la plus escarpée de la citadelle.

  • 165 Trad. Blachère, n° 81 (I, 501).

146«  On y transporta ce qui restait de provisions, d’armes et de munitions pour se défendre, comme si la garnison devait y faire un séjour déterminé, pour après en sortir, recevoir la vie sauve, comme les précédents, puis voir se retourner la situation, grâce à l’appui des employés des bureaux dont Nous avons parlé plus haut. En fait, les choses ne se passèrent pas comme ils l’avaient imaginé et annoncé ; ils avaient escompté que la partie de la forteresse qu’ils avaient dû livrer serait laissée en l’état et que rien ne pourrait être tenté contre le donjon où ils s’étaient retranchés, en raison de ses moyens de défense et des difficultés d’accès ; alors ils parviendraient par leur résistance vigoureuse à remettre, en usant de quelque ruse, la main sur ce qu’ils avaient livré de prime abord ; d’ailleurs n’avaient-ils pas à leur disposition les vivres de ceux qui étaient partis et n’avaient-ils pas bien assez pour les combattants qui restaient ? Nous avons compris leurs intentions et leurs supputations et avons aussitôt ordonné de détruire la forteresse qui Nous avait été livrée, de la raser et d’y mettre tout sens dessus dessous ; puis Nous avons tiré vengeance des employés qui trahissaient leur souverain et leur religion ; leur destinée les conduisit à la mort ; pas un n’échappa, qu’il fût maître ou valet : le malheur recouvre les méchants. Cela coïncida avec le moment où ceux qui restaient à Dâlân devaient quitter la place ; ils préférèrent prolonger l’échéance, mais au bout de quelques jours, la révolte et la sédition se firent jour parmi eux et ils furent comme a dit Dieu Très Haut : « Celui dont Dieu veut le malheur n’obtiendra rien de Dieu : ceux dont Dieu ne veut pas que le cœur devienne pur auront leur récompense en ce monde et le châtiment dans l’autre ». (Cor., V, 45). C’est alors que Nous avons choisi avec l’aide de Dieu Très Haut, de dévoiler Nos batteries pour mener à bien cette lutte qui est pour Nous la plus précieuse des entreprises, sans redouter le blâme de personne. Nous Nous sommes préparés, avec ceux de Nos soldats victorieux qui étaient là, à cerner la forteresse, le mardi 2 Dhou-l-Hijja (25 Juillet 1107) ; ils ont pris position dans la cour, rassemblés, prêts à rencontrer l’ennemi, résolus ; le combat a eu lieu le soir de ce jour-là et a valu des blessures à nombre de ces gens-là ; les Musulmans passèrent la nuit aux aguets et les rebelles étaient comme de la viande à l’étal. Au premier souffle du matin, quand les coqs poussèrent leur cri enroué, que la nuit eut plié son manteau et l’aube levé son étendard, Dieu donna la victoire au bon droit et glorifia la religion ; la matinée fut rude pour les imposteurs ; l’armée victorieuse ne fut plus qu’un bras et qu’une parole en vue de la victoire et du triomphe ; l’entente fut parfaite et Nos soldats bondirent sur la troupe retranchée dans la forteresse comme le lion dévorant ; ils fondirent avec l’aile du faucon qui s’abat sur les rocs durs. Avant que le soleil ait dardé ses premiers rayons et qu’ils aient pris tout leur éclat, la citadelle était enlevée de vive force et le sang des Bâtiniya hérétiques coulait à flot. Aucun d’eux ne réussit à s’enfuir ; aucun sabre ne manqua son but. Nous ordonnâmes aussitôt de détruire la forteresse et d’en recouvrir les décombres ; il n’y resta personne pour souffler le feu, pas une trace de vie, pas une pierre sur la colline. On captura Ibn ‘Attâch, le chef des brigands, le seigneur des rebelles ; il était de ceux dont Dieu a dit : « Nous en avons fait des conducteurs appelant à l’Enfer »165 (Cor., XXVIII, 41).

  • 166 Traduction conforme à la lecture du manuscrit ; lam najid au lieu de najid donné par Amedroz.

147«  Nous avons tiré de lui et de son fils qui a suivi son sort, un châtiment exemplaire pour ceux qui observent, instructif pour ceux qui savent voir ; tous ces malfaiteurs ont été exterminés jusqu’au dernier. Louange à Dieu, maître des mondes, ce fut la victoire indubitable, la gloire que l’on peut publier, parce qu’elle constitua, eu égard à l’époque, un terme, une réussite complète, l’expression de la vengeance contre les ennemis de Dieu et de Son Prophète. Cela ne saurait être que la récompense bénie de Notre pur loyalisme envers la dynastie Abbaside (puisse Dieu favoriser sa gloire) et de tous les conseils et marques d’allégeance que Nous avons été dans l’obligation de lui fournir : Nous courons sus à l’ennemi, Nous écartons toutes les vicissitudes possibles et Nous administrons les populations des villes et des campagnes. Cette heureuse nouvelle dont se réjouira l’Islam et à l’occasion de laquelle on pavoisera pour la commémorer aux deux bouts du monde, Nous avons ordonné de la répandre dans les contrées proches et lointaines et particulièrement à la cour du Calife (puisse Dieu faire éclater sa gloire) qui, avant tout autre, mérite qu’on l’en avertisse et qu’on l’en félicite. Nous avons chargé l’émir ‘Izz ad-daula de faire parvenir la bonne nouvelle au Divan respecté du descendant du Prophète (puisse Dieu exalter son aïeul) ; il a délégué quelqu’un pour s’acquitter de cette mission et pour faire savoir au Divan toute la reconnaissance que Nous exprimons pour cette éminente faveur. Cet émir est de ceux, qui, de bout en bout, eurent mission d’assiéger la forteresse ; comme il s’était comporté vaillamment et avait fait du butin comme personne166, Nous l’avons choisi pour exercer ce privilège et l’avons préféré à tout autre pour transmettre cette nouvelle joyeuse. Et nous comptons absolument sur la bienveillance du vizir pour la faire parvenir au Siège glorieux et prophétique afin que soit connu le loyalisme actif dont elle témoigne et que l’on sache bien que l’effort qui cherche à glorifier la religion est pour Nous le plus impérieux des devoirs, ce qui Nous rapproche des approbations les plus nobles et Nous assigne pour toujours la meilleure part des louanges et des marques d’estime les plus complètes.

148«  Puisse-t-on porter aussi au compte du messager de la bonne nouvelle, avant qu’il ne revienne, ce qui aura été décidé par le gouvernement (puisse Dieu lui donner la solidité) et que l’effet heureux de cette nouvelle laisse pour lui une trace manifeste. Le vizir, plus digne que quiconque de profiter de cet honneur, en a fait sa chose, lui qui est capable de faire preuve d’un jugement sain et ferme, et s’y est attaché. On l’a loué auprès de Nous pour la tâche magnifique qu’il assume par son inlassable activité, pour l’attention qu’il apporte, dans toutes les affaires qu’il examine et auxquelles il consacre ses soins, s’il plait à Dieu Très Haut.

  • 167 La date finale de Dhou-l-Qad’a est en contradiction avec la seule date insérée dans le texte : 2 D (...)

149Cette lettre a été écrite par ordre supérieur et sous la dictée en Dhou-l-qa’dâ de l’année 500167. »

  • 168 Çadaqa b. Mazyad : chef de la tribu des Mazyad et fondateur d’une dynastie en Basse-Mésopotamie, a (...)
  • 169 As-Sinn : forteresse située au confluent du Petit Zab et du Tigre ; cf. Gibb, D.C., 76, n. 2.

150Cette année-là le Sultan Ghiyâth ad-donya wa-d-dîn Mohammad reçut successivement plusieurs lettres de l’atâbeg Zahîr ad-dîn et de Fakhr al-molk Ibn ‘Ammâr, maître de Tripoli, qui relataient les déprédations considérables des Francs dans ces régions, leur mainmise sur diverses places et forteresses, en Syrie et sur le littoral, leurs attaques contre les Musulmans, le blocus qu’ils avaient établi autour de la place côtière de Tripoli ; les deux princes imploraient l’aide du Sultan, l’appelaient à la rescousse et le pressaient d’arriver bien vite au secours des populations. Quand il connut cette situation le Sultan envoya l’émir Jâwalî Saqâwah et un émir de haut rang, pris parmi les chefs de son armée, avec une armée considérable formée de Turcs ; il écrivit aussi à Bagdad, à l’émir Saïf ad-daula Çadaqa b. Mazyad168 et à Jakirmich, maître de Mossoul, pour qu’ils fournissent à Jâwalî des ressources supplémentaires en argent et en hommes en vue de la Guerre Sainte et pour qu’ils lui procurent de leur mieux aide et assistance. Il lui donna en apanage ar-Rahba et la région qui borde l’Euphrate. Mais des deux côtés l’ordre du Sultan fut peu écouté ; Jâwalî fut éconduit par Ibn Mazyad et se mit en route vers Mossoul pour obtenir de Jakirmich ce que le Sultan avait demandé pour lui ; mais Jakirmich le fit lanterner. Il mit alors le siège devant la citadelle d’as-Sinn169 et la pilla ; une foule nombreuse [de volontaires] vint se joindre à lui. Jakirmich marcha à sa rencontre ; Jâwalî Saqâwah le vainquit et anéantit son armée. Le fils de Jakirmich se réfugia à Mossoul qu’il tint fermement ; Jâwalî se lança à sa poursuite, fit mettre à mort Jakirmich son père et envoya sa tête à Mossoul. Quand le fils apprit cela, il écrivit à Qilij Arslân, lui demandant de venir à son aide de Mélitène et lui offrant de lui livrer les villes et les provinces qui étaient entre ses mains. Jakirmich avait réuni des fonds importants provenant de la Djéziré et de Mossoul ; il avait bonne réputation auprès de ses administrés, s’était montré juste dans sa façon de gouverner et s’était fait connaître pour son équité dans les territoires qui dépendaient de lui.

151Lorsque Qilij Arslân eut connaissance de ce que lui avait écrit le fils de Jakirmich, il répondit favorablement à sa demande et vint à son secours avec son armée ; arrivé à Niçîbîn, il fit venir de Mossoul le fils de Jakirmich. Celui-ci accourut et Qilij Arslân entra dans Niçîbîn, parce qu’il avait avec lui une partie seulement de son armée, le reste étant dans le pays des Grecs pour aider le roi de Constantinople contre les Francs. Quand l’armée de Qilij fut proche de celle de Jâwalî Saqâwah et que les éclaireurs des deux partis furent entrés en contact, un groupe des hommes de Qilij défit un groupe des hommes de Jâwalî, tuant les uns, capturant les autres. Jâwalî se mit alors en marche cherchant à atteindre l’armée de Qilij, car il savait que celui-ci avait envoyé un message au reste de son armée pour le faire venir du pays des Grecs et qu’il avait peu de monde avec lui. Il gagna la région du Khabour et se dirigea de là vers ar-Rahba, mit le siège devant la ville et la bloqua ; il adressa un message à Mohammad qui la gouvernait pour le compte du roi Chams al-molouk Doqâq, maître de Damas (ce gouverneur avait à demeure chez lui le roi Irtâch b. Tâj addaula, qui s’était enfui de Damas après la mort du roi Doqâq son frère), pour lui demander de lui livrer la ville. Ce gouverneur ne prit pas sa demande en considération et le fit désespérer d’obtenir satisfaction ; Jâwalî maintint pendant un temps le blocus de la ville.

  • 170 Tell Bâchir : forteresse nommée Turbassel par les chroniqueurs francs et située non loin de ‘Aïnta (...)
  • 171 Ach-Chamsaniya : actuellement Tell Shemsanié, sur la rive droite du Khabour, à environ 70 kms. en (...)

152L’émir Najm ad-dîn II Ghâzi b. Artoq vint se joindre à lui avec un contingent important de son armée de Turcomans ; Jâwalî demanda aussi de l’aide contre cette ville au roi Fakhr al-molouk Rodwân qui vint se joindre à lui avec son armée après avoir conclu un armistice avec Tancrède, seigneur d’Antioche. Quand il eut quitté Alep, Jocelin, seigneur de Tell Bâchir170, qui avait appris son départ, poussa des attaques ininterrompues contre cette province, de tous les côtés. Jâwalî resta devant ar-Rahba du 1er Rajab (26 Février 1107) au 22 Ramadân (17 Mai). L’Euphrate eut alors sa crue habituelle ; les gens de Jâwalî montèrent sur des barques et se dirigèrent vers les remparts de la cité qu’ils escaladèrent avec la complicité de quelques habitants ; mais cette complicité ne donna aucun résultat et force leur fut de monter à l’assaut des remparts ; ils se rendirent maîtres de la ville, la pillèrent, extorquèrent leurs biens à nombre d’habitants et se firent livrer de force les biens dissimulés. Puis Jâwalî ordonna de cesser le pillage, accorda la vie sauve aux habitants, les laissa retourner chez eux et reçut la reddition de la citadelle cinq jours après, le 28 Ramadân (23 Mai). Il confirma dans son apanage Mohammad, gouverneur de la ville, et lui fit prêter le serment d’allégeance, mais, quelques jours après, il fit arrêter, à cause d’un renseignement qui lui parvint à son sujet et qui lui inspira du mécontentement, et le fit emprisonner dans la citadelle. Le roi Irtâch tomba aussi dans la dépendance de Saqâwah et ne put plus agir de son propre chef. Ce gouverneur Mohammad avait commencé par correspondre avec Qilij Arslân pour l’appeler au secours et lui demander de l’aider à repousser les attaques de Jâwalî ; Qilij Arslân prit la direction d’ar-Rahba avec son armée ; mais, lorsqu’il apprit la chute de la ville, il s’en retourna assiéger ach-Chamsaniya171, car il n’était pas dans ses intentions d’en venir aux mains avec Jâwalî.

  • 172 Mâkisîn : actuellement Marqada sur le Khabour, à une quinzaine de kms. en aval d’ach-Chamsaniya.

153Celui-ci se remit en route et, après s’être arrêté devant Mâkisîn172, décida de se diriger vers la région de Mossoul, avec Fakhr al-molouk Rodwân. Il se trouva qu’ils marchèrent vers l’armée de Qilij et la rencontre eut lieu le jeudi 9 Chawwâl (13 Juin). On était en été, la chaleur était brûlante, le sol embrasé ; la plupart des chevaux des deux partis périrent ; l’armée de Qilij Arslân porta des coups à celle de Jâwalî ; dans la mêlée, Jâwalî chercha à atteindre Qilij Arslân et lui donna plusieurs coups de sabre qui ne laissèrent aucune trace, l’armée de Qilij Arslân prit la fuite ; le maître d’Amid se sépara de lui au moment de l’action, ainsi que le maître de Mayâfâriqîn ; ce qui restait prit la fuite et le sabre fit des ravages parmi les hommes de Qilij Arslân ; quant à lui, pendant la déroute, il tomba dans le Khabour et périt noyé, sans reparaître à la surface ; quelques jours après, on retrouva son cadavre.

154Jâwalî revint à Mossoul et le roi Fakhr al-molouk Rodwân se sépara de lui pour regagner Alep, car il avait peur de lui. Jâwalî s’empara de Najm ad-dîn II Ghâzî et lui réclama l’argent qu’il avait dépensé pour les Turcomans ; puis il se réconcilia avec lui, moyennant paiement d’une certaine somme non sans avoir retenu des gages jusqu’à ce que cette somme fût versée ; il s’en acquitta par la suite.

  • 173 C’est par erreur que Bohémond est nommé ici ; parti pour l’Europe à la fin de 1104, il ne revint j (...)

155Qilij Arslân avait envoyé l’un des officiers de sa suite au pays des Grecs avec un nombreux contingent de Turcomans pour prêter assistance au souverain de Constantinople contre Bohémond173 et les Francs qui l’accompagnaient en route vers la Syrie. Ces contingents se rendirent auprès du roi des Grecs et des troupes grecques qu’il avait réunies. Lorsque les deux adversaires eurent opéré leur concentration, ils rangèrent leurs troupes en bataille et engagèrent l’action. Les Grecs triomphèrent des Francs et leur infligèrent une épouvantable défaite qui provoqua la mort ou la captivité de la plupart ; les débris de l’armée regagnèrent leur territoire par petits groupes. Les Turcs de Qilij Arslân quittèrent [les Grecs] pour retourner chez eux, après avoir reçu des robes d’honneur et toutes sortes de marques d’estime.

  • 174 Texte fautif ; le manuscrit porte ‘an et non ilâ.
  • 175 Il s’agit vraisemblablement de Malikchâh qui tint le pouvoir de 500 à 510 H ; cf. Ibn al-Athîr, X, (...)

156Quand Jâwalî Saqâwah fut revenu d’ar-Rahba174, il prit position devant Mossoul et entra en pourparlers avec la population et la garnison qui, incapables de se défendre et de tenir l’assaillant à distance, lui livrèrent la ville, après avoir obtenu la vie sauve pour tous ceux qui s’y trouvaient. Or le fils de Qilij175 s’y était réfugié ; il fut arrêté et envoyé au Sultan Mohammad, auprès de qui il resta jusqu’au moment où il réussit à s’évader du camp dans les premiers jours de l’année 503 (qui commença le 31 Juillet 1109). Il regagna alors le domaine de son père dans le pays des Grecs et l’on dit que, lorsqu’il y fut arrivé, il complota contre son cousin, le tua et prit en main à sa place la direction des affaires.

  • 176 Wâdî Mousâ : dépression qui s’étend au SE de Damas, en direction du golfe d’Akaba ; cf. Le Strange (...)
  • 177 ‘Ain al-Kotalba : il s’agit sans doute de l’un des deux villages actuels de Kouteïbé, dans le vois (...)

157Cette année-là aussi arriva à Damas l’émir turcoman al-Içfahbadh, venant de sa province. Zahîr ad-dîn le reçut avec honneur, lui réserva un excellent accueil et lui donna en apanage Wâdî Mousâ, Moâb, ach-Charâ, al-Jibâl et al-Balqâ176 ; il s’y rendit avec son armée. Or les Francs s’étaient mis en marche vers cette région et y avaient tué, réduit en esclavage et pris ce qu’ils avaient pu. Quand l’émir y arriva, il trouva la population au comble de l’épouvante et de la misère, par suite de ce que lui avaient fait subir les Francs ; il s’établit là à demeure. A cette nouvelle les Francs marchèrent contre lui en passant par le désert ; ils vinrent se poster en face du lieu où il campait et le laissèrent tranquille jusqu’à ce qu’une occasion se présentât ; ils tombèrent alors sur lui à l’improviste et il s’enfuit avec la majeure partie de son armée ; le reste périt et les Francs s’emparèrent de ses bagages. Il parvint à ‘Aïn al-Kotaïba177 dans la région du Hauran, où l’armée damascaine avait pris position. Zahîr ad-dîn le reçut, s’apitoya sur son sort et le consola de la perte qu’il venait de subir en lui accordant des compensations et lui donnant de quoi rétablir sa situation.

ANNEE 501 (22 AOUT 1107 — 10 AOUT 1108)

  • 178 Tell al-Ma’chouqa : aujourd’hui Tell Ma’chouq ; cf. Dussaud, T.H., 20, 30 et 33.

158Cette année-là, le roi des Francs, Baudouin, après avoir regroupé ses forces entamées et son armée — que Dieu l’abandonne — marcha contre la place côtière de Tyr, dressa son camp en face d’elle et se mit à bâtir une forteresse aux abords de la ville, sur la colline de la Bien-Aimée (Tell al-Makhouqa)178 ; il resta là un mois. Le gouverneur de la ville acheta sa complaisance pour sept mille dinars ; il les prit et s’en alla.

  • 179 Al-Hilla : sur cette localité, cf. supra, p. 73, n. 2.
  • 180 L’examen du manuscrit permet de substituer la leçon mawâhil à sawâhil donné par Amedroz. La répéti (...)

159On apprit aussi cette année-là que l’armée du Sultan Ghiyâth ad-donya wa-d-dîn Mohammad était arrivée à Bagdad à la fin du du mois de Rabî’ II (19 Novembre 17 Décembre 1107). L’émir Saïf ad-daula Çadaqa b. Mazyad entra en révolte ouverte contre lui : il avait été pris de crainte en apprenant les intrigues du préfet (chihna) de Bagdad et les atteintes qu’elles avaient portées à sa situation vis-à-vis du Sultan. Celui-ci séjourna à Bagdad jusqu’au 20 Rajab (5 Mars 1108) ; trente mille cavaliers environ se groupèrent autour de lui, tandis que vingt mille autres se réunissaient autour de Çadaqa dans al-Hilla179 ; les deux partis étaient séparés par des cours d’eau et des bourbiers180. Le Sultan avait tendance à entrer en pourparlers avec Çadaqa pour régler son affaire, lui pardonner et conclure un armistice et une trêve qui permettrait de rétablir leur situation à tous deux et la prospérité du pays. Mais les émirs et les chefs de l’armée s’opposèrent tous à ce projet et refusèrent de laisser les choses aller ; on prit donc l’offensive contre lui.

  • 181 Sur cet événement, voir infra, p. 127 et suiv.

160A cette nouvelle, il traversa les rivières et fit avancer toute son armée, jusqu’à ce qu’il fût arrivé en face de ses adversaires. Les deux partis se portèrent à l’attaque l’un de l’autre et la bataille s’engagea. Le terrain occupé par Çadaqa b. Mazyad étant boueux et peu propice aux évolutions, les cavaliers turcs mirent pied à terre et partirent rapidement à l’attaque, lançant des flèches, brandissant leurs sabres, pointant leurs lances ; les hommes de Çadaqa firent de même et les deux armées se heurtèrent. Çadaqa observait ses hommes, dont les chevaux étaient atteints par les flèches et qui étaient près de périr. Les Turcs pensèrent les avoir mis en déroute et s’acharnèrent sur eux, les criblant de flèches, les frappant à coups de sabre et de lance ; ils en tuèrent une grande quantité. La mort s’abattit sur Çadaqa b. Mazyad et sur ses principaux partisans au cours de la mêlée. Il n’y eut guère pour s’échapper que le petit nombre de ceux qu’épargna le destin ou dont le cœur fut saisi de peur ou d’épouvante. Pour la disposition de l’armée et la tactique du combat, le Sultan s’en était remis à l’émir Maudoud, qui mourut en martyr de la main des Bâtiniya dans la Grande Mosquée de Damas181. Le lendemain de la rencontre, le Sultan arriva à al-Hilla et s’y installa.

161Après Çadaqa, les Arabes n’eurent plus de chef d’aussi bonne famille, d’aussi grand prestige, d’aussi parfaite conduite. Nul ne fut plus juste à leur égard, ni plus généreux, ni plus magnanime, ni plus prodigue en dons, ni plus fidèle à sa parole, ni plus miséricordieux pour les fautes, ni plus indulgent pour, les délits et les crimes, ni plus respectueux des biens de ses sujets, ni plus habile dans l’art de la guerre. Mais, en regard de ces belles qualités et de ces exploits dignes de louanges, il rejetait les obligations de la Loi, n’avait pas de scrupule à faire ce qui était défendu et honteux, trouvait bon d’insulter les compagnons du Prophète — Dieu les agrée — et le malheur qui s’abattit sur lui fut le châtiment de ces façons blâmables : « Ton Maître n’est pas in attentif à ce que vous faites » (Coran).

  • 182 L’indication du mois est omise dans le texte mais figure dans le manuscrit.
  • 183 Marj Bâb al-Hadîd : Bâb al-Hadîd est une ancienne porte de l’enceinte NO de Damas, englobée dans l (...)

162Après avoir réglé l’affaire d’al-Hilla, le Sultan regagna Ispahan au début du mois de Chawwâl (11 Mai 9 - Juin 1108)182 de cette année-là, non sans avoir décidé au préalable que l’émir Maudoud et son armée marcheraient sur Mossoul, pour assiéger cette ville, la bloquer et s’en emparer. Maudoud et son armée se mirent en route et prirent position devant Mossoul. Jâwalî, maître de cette ville, en avait expulsé la majeure partie de la population et ses gens s’y étaient mal conduits, commettant toutes sortes d’actes illicites. Puis il était parti pour ar-Rahba, déléguant à Mossoul un de ses gens en qui il avait confiance pour en assumer la garde. Après que l’armée du Sultan fut restée quelques temps devant Mossoul, sept de ses habitants décidèrent d’agir de connivence avec l’assaillant ; ils ouvrirent l’une des portes et livrèrent la ville à Maudoud qui y entra et fit un grand carnage des gens de Jâwalî : il laissa la vie sauve à ceux qui occupaient la citadelle et les fit conduire au Sultan, eux et tout ce qui était avec eux. En Cha’bân de cette année-là (16 Mars 13 - Avril 1108), la situation de Fakhr al-molk Ibn ‘Ammâr empira à Tripoli, car les Francs continuaient le siège et les jours passaient ; les défenseurs guettaient anxieusement l’arrivée des renforts, mais l’aide tardait toujours à venir. Fakhr al-molk fit alors parvenir un message à Damas pour demander qu’on lui dépêchât l’émir Artoq b. ‘Abd ar-Razzâq, l’un des émirs de Damas, avec qui il désirait s’entretenir de ses intentions. L’émir accepta, demanda l’autorisation nécessaire à Zahîr ad-dîn qui la lui donna et vint trouver Fakhr al-molk. Entre temps ce dernier était sorti de Tripoli par terre avec environ cinq cents cavaliers et fantassins, emportant des cadeaux et des objets précieux qu’il destinait au Sultan, lorsqu’il irait le voir à Bagdad. Quand Artoq eut fait sa jonction avec lui, ils tombèrent d’accord sur la nécessité pour Fakhr almolk de se rendre à Damas escorté par Artoq. Lorsqu’il y fut arrivé, il fut installé à Marj Bâb al-Hadîd (le Pré de la Porte de Fer)183, à l’extérieur de la ville. Zahîr ad-dîn lui fit beaucoup d’honneur et lui prodigua les plus grandes marques d’égards ; les chefs et les principaux officiers de l’armée lui offrirent des chevaux, des mulets, des chameaux et tous les autres dons qu’il leur fut possible de lui présenter.

  • 184 Le mot ghilmân employé ici désigne les esclaves au service du prince et, par extension de sens, sa (...)
  • 185 Le texte et le manuscrit portent par erreur ‘ammoho (son oncle) ; il faut évidemment lire ibn ‘amm (...)
  • 186 Al-Khawâbî : forteresse située dans la partie méridionale des Monts Ansariyé et nommée Coïble par (...)
  • 187 Sur ce mot, cf. Dozy, Suppl., II, 827.
  • 188 Voir supra, année 500.

163Fakhr al-molk avait laissé le soin de garder Tripoli à sa place à son cousin Abou-l-manâqib, à ses principaux collaborateurs et à ses esclaves184, leur laissant six mois de solde, après leur avoir fait prêter le serment d’allégeance et s’être assuré de leur fidélité. Mais son cousin185 entra en rébellion ouverte contre lui et fit pousser le cri de ralliement d’al-Afdal, fils du Général en Chef d’Egypte. A la nouvelle de cette tentative, Fakhr al-molk écrivit à ses gens pour leur ordonner de se saisir du rebelle et de le déporter dans le château d’al-Khawâbî186. Ainsi fut fait et Fakhr al-molk prit le chemin de Bagdad, en compagnie de Tâj al-molouk Bourî, fils de l’atâbeg Zahîr ad-dîn. L’atâbeg savait que, dans l’entourage du Sultan, plusieurs personnes le jalousaient, l’accusaient d’intrigues, cherchaient à lui nuire et à compromettre sa situation auprès du Sultan. Il envoya donc avec son fils des dons et des cadeaux, chevaux, vêtements et autres présents qu’il est convenable d’offrir, et lui donna pour vizir Abou-n-Najm Hibat Allah b. Mohammad b. Bâdî’ qui avait été Maître des comptes (mostaufî)187 auprès du Sultan martyr Tâj ad-daula. Il chargea ce personnage de guider l’action de son fils et lui confia le rôle d’intermédiaire entre lui et celui à qui il l’envoyait. Il se mit en route le 8 Ramadân 501 (21 Avril 1108). Quand ils furent arrivés à Bagdad, Fakhr al-molk reçut du Sultan des marques de bienveillance et d’égards qui dépassèrent ses espérances ; le Sultan ordonna à quelques uns des principaux émirs de partir avec lui pour l’aider à repousser ceux qui assiégeaient sa cité, à les vaincre et à les repousser ; il donna mission au corps expéditionnaire de s’arrêter un peu à Mossoul pour l’arracher des mains de Jâwalî Saqâwah et, cela fait, de se rendre à Tripoli. Il se passa alors ce que nous avons déjà raconté188. Le séjour de Fakhr el-molk dura si longtemps qu’il s’impatienta ; il revint à Damas au milieu de Moharram 502 (25 Août 1108).

  • 189 Mots omis dans le texte et dans le manuscrit et rétablis par Gibb (.D.C., 86, n. 1).

164Quant à Tâj al-molouk, fils de Zahîr ad-dîn, sa mission s’accomplit au mieux de ses désirs et de ses aspirations et il rencontra auprès du Sultan, tant à l’égard de son père qu’au sien propre, un accueil qui le combla d’aise ; après avoir reçu en présent honorifique de précieuses robes d’honneur, de la part du Calife et du Sultan, il revint à Damas à la fin de Dhou-l-Hijja de cette année-là (début d’Août 1108). Arrivé à Damas, Fakhr almolk Ibn ‘Ammâr y resta quelques jours, puis se mit en route avec des cavaliers de l’armée damascaine qui vinrent renforcer sa propre cavalerie. [Il marcha sur le port de Jabala]189, y entra et la population se rangea sous ses ordres. Les habitants de Tripoli adressèrent un message à al-Afdal en Egypte, pour lui demander d’envoyer par mer, avec des vaisseaux de céréales et de vivres, un gouverneur à qui ils remettraient la ville. Ils virent arriver Charaf ad-daula b. Abou-t-Tayyib, gouverneur envoyé par alAfdal avec des céréales. Dès qu’il fut arrivé et installé, il fit main basse sur toute la famille et les gens de Fakhr al-molk Ibn ‘Ammâr, sur ses trésors, ses meubles et ses effets et envoya le tout en Egypte par mer.

165Cette année-là, l’atâbeg Zahîr ad-dîn se mit en route de nuit à la tête de son armée pour attaquer Tibériade ; il divisa ses troupes en deux corps ; l’un d’eux fut envoyé en Palestine ; avec l’autre, il fit un raid contre Tibériade. Le seigneur de cette ville marcha à sa rencontre avec ses hommes ; on le nommait Gervais (Jarfâs) et il était connu parmi les chefs francs pour son esprit chevaleresque, son courage, sa bravoure et son indomptable énergie : c’était un autre Baudouin à la tête des Francs. La bataille s’engagea ; les cavaliers turcs entourèrent Gervais et ses compagnons qui furent tués pour la plupart ; mais lui et quelques autres furent capturés et emmenés à Damas. Certains d’entre eux furent envoyés au Sultan à titre de présent ; Gervais et ceux de ses compagnons qui partageaient sa captivité furent mis à mort, après avoir offert, mais en vain, une grosse somme d’argent en échange de leur liberté.

  • 190 Sur le mot mokous, voir supra, p. 14, n. 1.

166Cette année-là aussi, le Sultan Ghiyâth ad-donya wa-d-dîn Mohammad, dès son arrivée à Bagdad, donna l’ordre d’abolir les droits de marché (mokous)190 et d’abroger l’impôt qui frappait ainsi les commerçants et les voyageurs sur l’ensemble de ses territoires et il interdit de percevoir la moindre de ces taxes. Quand il fut reparti pour Ispahan, les commerçants suscitèrent des jalousies et on leur fit payer des droits, contrairement aux ordres du Sultan. Lorsqu’il fut de retour à Bagdad et que l’affaire parvint à sa connaissance, il réprouva ce qui avait été fait contre ses instructions, confirma l’ordre de faire cesser cet état de choses et prit des mesures.

  • 191 Alamout : forteresse située dans la montagne au NO de Kazwin ; cf. E.I., I, 253 et Le Strange, Eas (...)

167Cette année-là aussi on annonça que le feu avait pris dans la partie orientale de la ville et avait embrasé plus de cinq cents maisons dont les habitants furent réduits à la misère. On reçut aussi diverses nouvelles concordantes au sujet des Bâtiniya de la citadelle d’Alamout191 et des forteresses voisines ; ils se livraient à des incursions, à des pillages, à des assassinats, commettaient des actes de violence et d’impiété. Le Sultan envoya contre eux son vizir Ahmad b. Nizâm al-molk Khawâjah Bozorg et lui adjoignit Jâwalî Saqâwah avec une armée considérable. Dieu lui donna la victoire et lui accorda son aide contre ses ennemis dont il fit un grand carnage ; il dévasta leurs repaires et leurs citadelles.

168Cette année-là encore, Baudouin prit l’offensive avec son armée de Francs — Dieu l’abandonne — contre la place côtière de Sidon. Il l’investit par terre et par mer et dressa pour l’attaquer une tour de bois. La flotte égyptienne arriva pour protéger et défendre la place et remporta la victoire sur les vaisseaux génois et sur les troupes de terre. Les Francs ayant été informés d’une offensive de l’armée damascaine pour protéger Sidon et repousser les assaillants, battirent en retraite et regagnèrent leurs bases de départ.

ANNEE 502 (11 AOUT 1108 30 JUILLET 1109)

  • 192 ‘Arqa : place située près de la côte au N de Tripoli, dans une position stratégique importante ; c (...)
  • 193 Al-Akma : localité mal identifiée ; il s’agit probablement de l’actuelle Akoun, à 32 kms. au NO de (...)

169Cette année-là, le maître de ‘Arqa192 envoya un messager à l’atâbeg Zahîr ad-dîn pour lui demander de l’aider à défendre sa ville contre les Francs et de lui envoyer quelqu’un à qui elle serait remise. L’atâbeg délégua l’un de ses hommes de confiance à qui fut remise la ville et qui y resta comme gouverneur en attendant l’arrivée de l’armée et l’accomplissement des promesses de robes d’honneur et de sollicitude qui lui avaient été faites. Mais il tomba alors tant de neige et de pluie que les communications avec Arqa furent interrompues ; les vivres y devinrent rares et le ravitaillement fut coupé. Les Francs se hâtèrent d’y venir mettre le siège. Zahîr ad-dîn se mit aussi en route vers la ville, trouva les Francs qui l’avaient investie et fut incapable de les déloger. Il se retourna alors contre la forteresse d’al-Akma193 qu’il assiégea et attaqua. Quand les Francs eurent connaissance de cela ils marchèrent contre Zâhîr ad-dîn au nombre d’environ trois cents cavaliers, pour porter secours à la garnison d’al-Akma, qu’ils rejoignirent pendant la nuit ; les défenseurs reprirent courage et l’atâbeg décida de battre en retraite, en raison du renfort qu’ils avaient reçu. Il décampa comme s’il avait subi une défaite ; l’adversaire, rendu entreprenant, organisa la poursuite et fit un butin considérable de chevaux et de mulets. L’armée se dispersa dans les bois et les montagnes et parvint jusqu’à Homs en très mauvais état et en déplorable équipage, sans avoir même combattu. Les Francs se retournèrent contre ‘Arqa où les vivres manquaient et s’en emparèrent moyennant vie sauve.

170Cette année-là, Zahîr ad-dîn prit comme vizir Abou Najm Hibat Allah b. Mohammad b. Badî’ al-Içfahânî qui avait été Maître des comptes (mostaufî) du Sultan Tâj ad-daula et avait ensuite rempli les fonctions de vizir auprès de son fils, le roi Rodwân d’Alep. Il tint quelque temps la charge de vizir au début de l’année 502. Mais il irrita Zahîr ad-dîn contre lui, en dépit des sentiments qu’il lui portait sous le règne de Tâj ad-daula. L’atâbeg après l’avoir fait arrêter, le fit enfermer dans la citadelle et fit emporter tout ce qui se trouvait chez lui et saisir ses biens. Il resta quelques jours en prison, puis Zahîr ad-dîn ordonna de l’étrangler. Il fut étranglé et son corps jeté dans une citerne de la citadelle, d’où on le tira ensuite pour l’inhumer dans un cimetière.

  • 194 Erreur de prénom, qui se répète par la suite ; le fils de Saint-Gilles s’appelait Bertrand et non (...)
  • 195 As-Sardânî : Guillaume Jourdain, comte de Cerdagne, qui gérait la principauté de Tripoli depuis la (...)
  • 196 Les indications données par Ibn al-Qalânisî laissent entier le mystère de cette mort ; cf. Grousse (...)

171En Cha’bân de cette année-là (6 Mars - 3 Avril 1109) [Bertrand]194 fils de Saint-Gilles, qui avait déjà mis le siège devant Tripoli, arriva par mer du pays des Francs dans un convoi de soixante vaisseaux montés par des Francs et des Génois, et prit position devant Tripoli. Un différend s’éleva entre lui et le comte de Cerdagne (as-Sardânî), fils de la sœur de Saint-Gilles195 ; Tancrède, seigneur d’Antioche, arriva à la rescousse et prit parti pour le comte de Cerdagne ; enfin le roi Baudouin, seigneur de Jérusalem, arriva avec son armée et rétablit la concorde. Le comte de Cerdagne reprit le chemin de ‘Arqa et ayant rencontré un Franc dans la campagne de ‘Arqa, il voulut le frapper mais l’autre prit les devants et le tua196. Dès que [Bertrand], fils de Saint-Gilles, apprit cette nouvelle, il envoya quelqu’un se faire livrer ‘Arqa. Les Francs, avec toutes leurs forces, assiégèrent Tripoli et se mirent à attaquer et à bloquer sa population depuis le 1er Cha’bân (6 Mars) jusqu’au 11 Dhou-l-Hijja (12 Juillet) de cette année, poussant leurs tours vers la muraille. Quand les gens de la ville virent l’armée et l’assaut, les bras leur en tombèrent et ils furent convaincus que leur perte était inévitable ; leur énergie faiblit sous l’emprise du désespoir, car la flotte égyptienne tardait à arriver avec vivres et renforts ; les denrées apportées par cette flotte étaient épuisées et les vents restaient contraires, selon la volonté de Dieu Très Haut qui décide de l’accomplissement des choses. Les Francs attaquèrent de plus belle, se lancèrent à l’assaut en partant de leurs tours et prirent la ville de haute lutte le lundi 11 Dhou-l-Hijja (12 Juillet). Ils pillèrent tout ce qu’ils trouvèrent, mirent les hommes en prison, emmenèrent en captivité les femmes et les enfants ; ils firent main basse sur les meubles, les approvisionnements, les livres du collège et sur tout ce qu’ils trouvèrent dans les bibliothèques des notables, en quantité innombrable et indicible. Le gouverneur et une partie des soldats eurent la vie sauve, parce qu’ils avaient demandé quartier avant l’assaut ; ils furent mis en liberté dès que la ville fut prise et arrivèrent à Damas quelques jours après la prise de la place. Quant à la population, elle subit un triste sort : [les vainqueurs] s’approprièrent ses biens et tirèrent ses trésors de leurs cachettes ; les pires calamités, les tourments les plus pénibles s’abattirent sur ces gens.

  • 197 Banyâs : l’ancienne Valénie, sur la côte au N de Tripoli ; cf. Dussaud. T.H., 127 et suiv. Il exis (...)
  • 198 Le texte porte : Jobaïl, mais cette place était depuis 1104 aux mains des Francs (cf. supra, année (...)

172Les Francs et les Génois convinrent que le tiers de la ville et du butin irait aux Génois, les deux autres tiers à [Bertrand] de Saint-Gilles ; l’on mit à part pour le roi Baudouin ce qui lui plut. Tancrède, n’ayant pas tiré ce qu’il voulait de l’aide apportée au comte de Cerdagne, partit mettre le siège devant Banyâs197, prit la place d’assaut et accorda la vie sauve à ses habitants en Chawwâl (Mai 1109) puis il mit le siège devant la place côtière de [Jabala]198, où se trouvait Fakhr al-molk Ibn ‘Ammâr et où les vivres étaient en très petite quantité. Le blocus dura jusqu’au vendredi 22 Dhou-l-Hijja (23 Juillet 1109) ; alors Tancrède entra en pourparlers avec les assiégés et leur promit la vie sauve ; ils acceptèrent cette proposition et il prit possession de la ville après avoir accordé quartier. Fakhr al-molk Ibn ‘Ammâr sortit sans dommage de l’aventure, avec la promesse qu’il serait considéré avec bienveillance et recevrait un apanage. Sur ces entrefaites arriva la flotte égyptienne : jamais encore dans le passé les Egyptiens n’avaient armé pareille flotte pour défendre et renforcer Tripoli ; hommes, vaisseaux, matériel de guerre, vivres, tout était en quantité considérable ; il y avait, en fait de vivres, d’hommes et d’argent, de quoi faire tenir pendant une année Tripoli, les places côtières et les populations d’obédience égyptienne.

173Cette flotte arriva à Tyr huit jours après la chute de Tripoli. Quand tout était déjà fini, en raison de la décision providentielle qui avait affecté ses habitants. La flotte séjourna quelque temps sur la côte et les vivres furent distribués de différents côtés. Les gens de Tyr, de Sidon et de Beyrouth se saisirent de cette aide et se plaignirent de la précarité de leur situation et de leur faiblesse en face des attaques des Francs. Mais la flotte ne put rester là et mit la voile dès que le vent permit de cingler vers l’Egypte.

  • 199 Sokmân al-Qotbî : général seljouqide, gouverneur de la ville de Khilât’ à l’O du lac de Van ; cf. (...)

174En Chawwâl de cette année-là (Mai 1109), on annonça que l’émir Sokmân al-Qotbî199 s’était emparé, après avoir accordé quartier, de la ville de Mayâfâriqîn, à la suite d’un siège et d’un blocus de plusieurs mois qui avait provoqué la raréfaction des vivres et la famine parmi les habitants. Cette année-là aussi Bohémond, seigneur d’Antioche, arriva du pays des Francs pour regagner son royaume, accompagné d’une foule nombreuse. Il établit son camp à proximité de Constantinople ; le roi des Grecs l’attaqua avec des effectifs nombreux, composés de Turcomans, ses voisins ; la lutte dura plusieurs jours et les Grecs, qui s’étaient efforcés par tous les moyens de disloquer leurs adversaires parvinrent à les disperser et à les éparpiller dans tout le pays. Bohémond traita avec le roi, l’alla trouver et lui rendit hommage avec sa suite. Dieu — qu’il soit loué — débarrassa d’eux [les Musulmans] et écarta de l’Islam leur malfaisance.

175Cette année-là mourut l’émir Abaq b. ‘Abd ar-Razzâq, l’un des principaux émirs de Damas, sous l’effet d’une maladie qui fut longue et le fit beaucoup souffrir, jusqu’à ce que son temps fût accompli, la nuit de la Fête du Sacrifice de l’année 502 (10 Juillet 1109).

  • 200 S’agit-il d’un partage territorial ou d’une répartition des revenus de ces contrées ? Le texte ne (...)
  • 201 Az-Zabdânî : localité située dans la haute vallée du Baradâ, au NO de Damas, entre cette ville et (...)

176Cette année-là aussi, le roi Baudouin envoya à Zahîr ad-dîn plusieurs messagers pour lui demander une trêve et un armistice ; un arrangement intervint, selon lequel le Sawâd et le Djebel ‘Auf seraient partagés en trois : un tiers pour les Turcs, les deux autres tiers pour les Francs et les paysans200 ; l’affaire fut conclue de cette manière et un protocole fut rédigé sur cette base. Quant à Fakhr al-molk Ibn ‘Ammâr, lorsque les Francs se furent rendus maîtres de [Jabala], il quitta cette ville et gagna Chaïzar, dont le maître, Soltan Ibn ‘Alî b. al-Moqallad b. Monqidh al-Kinânî, l’accueillit ainsi que sa suite avec égards et déférence et lui offrit de rester avec lui ; Fakhr al-molk n’en fit rien et gagna Damas, revenant trouver l’atâbeg Zahîr ad-dîn qui le reçut avec égards, mit une demeure à sa disposition et lui donna en apanage az-Zabdânî201 avec ses dépendances, en Moharram de l’année 503 (Août 1109).

ANNEE 503 (31 JUILLET 1109 — 19 JUILLET 111O)

  • 202 Rafaniya : voir supra, p. 61, n. I.
  • 203 Beqâ’ : plaine située entre le Liban et l’Anti-Liban, au NO de Damas ; cf. Dussaud, T.H., 396 et s (...)
  • 204 Al-Monaïtira : la Moïnestre des chroniqueurs francs, à une quinzaine de kms. à l’E de Jobaïl ; cf. (...)
  • 205 Hiçn Ibn ‘Akkâr : probablement le Djebel ‘Akkar, sur la route de ‘Arqa à Qosaïr ; cf. Dussaud, T.H (...)
  • 206 Hiçn Maçyâth ou Maçyâf : forteresse située sur le versant E des Monts Ansariyé, entre Tortose et H (...)
  • 207 Hiçn at-Toufân : forteresse non identifiée.
  • 208 Hiçn al-Akrâd : le fameux Krak des Chevaliers.

177Quand les Francs en eurent fini avec Tripoli, qu’ils l’eurent prise d’assaut, organisé ses dépendances et réglé les questions qui s’y posaient, ils menèrent l’offensive contre Rafaniya202. Informé de leurs intentions, Zahîr ad-dîn se mit en marche à la tête de son armée pour défendre cette ville et installa son camp à Homs, face aux Francs, qui durent renoncer au siège et au blocus. Il y eut alors entre Zahîr ad-dîn et les Francs échange de lettres et de conversations à l’issue desquelles les deux partis tombèrent d’accord pour conclure un arrangement au sujet de leurs territoires et établir des relations pacifiques. Voici comment fut réglée l’affaire : les Francs auraient le tiers de la récolte de la Beqâ203 et se verraient livrer les forteresses d’al-Monaïtira204 et d’Ibn ‘Akkâr205, mais s’abstiendraient de tout ravage et de toute déprédation dans ces provinces et ces régions ; les forteresses de Maçyâth206 d’at-Toufân207 et d’al-Akrâd208 étaient incluses dans la convention d’armistice et leurs habitants devaient verser chaque année aux Francs une somme d’argent déterminée. Les uns et les autres s’en tinrent à ces stipulations pendant une brève période, mais ne persévérèrent pas et en revinrent à leurs habitudes de malfaisance et de déprédations.

178Cette année-là mourut à Damas le chérif, le cadi prestigieux Fakhr al-molk Abou-l-Fadl Isma’îl b. Ibrahim b. al-’Abbâs alHosaïnî, dans la nuit du jeudi 25 Çafar (22 Septembre 1109) — Dieu lui fasse miséricorde.

  • 209 Le texte porte par erreur : Rokn ad-donyâ.
  • 210 As-Samâwa : le désert qui s’étend entre la Syrie et Koufa ; cf. Le Strange, Palestine, 530.
  • 211 Wâdî al-Miâh : dépression située dans la région désertique dite asSamâwa (cf. not préc.) entre la (...)

179En Jomâdâ I (26 Novembre 24 Décembre 1109) de cette année-là, on annonça d’Iraq l’arrivée à Bagdad du Sultan [Ghiyâth]209 ad-donya wa-d-dîn Mohammad. De là il adressa à toutes les provinces des messages par lesquels il faisait connaître sa ferme résolution d’engager la Guerre Sainte, et l’ordre qu’il avait donné à l’atâbeg Zahîr ad-dîn de rester sur ses positions jusqu’au moment où les armées [musulmanes] arriveraient en Syrie et où il pourrait opérer sa jonction avec elles et en assurer le commandement parce qu’il n’avait cessé à aucun moment de demander par lettres aide et secours contre les ennemis infidèles. Mais des difficultés surgirent qui retardèrent cette décision et des obstacles qui empêchèrent l’accomplissement de ce désir et l’on resta longtemps dans l’expectative, tandis que grandissaient les appétits des infidèles, par suite de la lenteur des armées du Sultan. Le souci de la défense de l’Islam et l’esprit d’entreprise turc amenèrent alors l’atâbeg Zahîr ad-dîn à faire les préparatifs pour se rendre en personne à Bagdad afin de rendre hommage à la noble famille du Prophète et à son représentant al-Mostazhir, et à la maison du Sultan Ghiyâth, se présenter à eux et se plaindre de tous les maux qui s’étaient abattus sur les Musulmans des provinces : annexion de territoires, massacres d’hommes, asservissement de femmes et d’enfants, désir exprimé par les Francs entre eux d’étendre leurs conquêtes aux provinces de la Djéziré et de l’Iraq. Il se prépara à partir et se fit accompagner par Fakhr al-molk Ibn ‘Ammâr, maître de Tripoli, et par ses intimes ; il emmena aussi avec lui tout ce qu’il put de chevaux arabes pur sang, toutes sortes de tissus d’Egypte pour offrir en cadeaux et tous les objets d’art précieux qui peuvent constituer des présents et des dons dignes de tels personnages. Puis il se mit en route à travers la désert par la route d’as-Samâwa210 après avoir délégué ses pouvoirs à Damas à son fils Tâj al-molouk Bourî et lui avoir comme de juste recommandé de faire preuve de vigilance pour repousser les attaques, de bien agir envers ses administrés, d’user de dissimulation à l’égard des Francs et de s’en tenir, jusqu’à son retour, à l’accord conclu avec eux. Il était en route et avait atteint dans le désert la vallée appelée Wâdî al-Miâh (la vallée des eaux)211, lorsque lui arriva la nouvelle de bruits diffusés à Bagdad par les semeurs de fausses nouvelles et selon lesquels le Sultan avait procédé à la nomination en Syrie d’émirs qui étaient déjà choisis et désignés pour cela. Il en conçut un vif émoi qui le força à revenir sur ses pas, s’en remettant à Fakhr al-molk Ibn ‘Ammâr el à ceux de ses fidèles en qui il avait placé sa confiance, du soin de poursuivre jusqu’à Bagdad avec tous les présents et les cadeaux qu’il avait emportés et de mettre un terme aux bruits qui l’avaient amené à interrompre son voyage. Fakhr al-molk arriva à Bagdad avec toute sa caravane et y trouva un accueil empressé ; on regretta que l’atâbeg s’en fût retourné sans venir jusqu’à Bagdad et sans pouvoir constater par lui-même, au-delà de toute espérance, la vanité de ces rumeurs absurdes et sans fondement de vérité. [Zahîr ad-dîn] reçut à ce sujet une correspondance qui réjouit les âmes, dilata les cœurs et qui visait à faire excuser ces rumeurs absurdes et ces nouvelles mensongères.

180L’atâbeg Zahîr ad-dîn s’en revenait du Wâdî al-Miâh quand il apprit que Gumuchtegîn, eunuque de Tâj ad-daula et gouverneur de Baalbek, avait noué des relations avec les Francs pour gagner leur bienveillance et les avait incités à harceler par des incursions les provinces frontières [de Syrie], et qu’en même temps il avait envoyé son frère Baïtegîn, eunuque de Tâj ad-daula, auprès du Sultan, pour qu’il arrivât par des moyens tortueux à compromettre la situation [de Zahîr ad-dîn]. Aussitôt que celui-ci eut connaissance de cette nouvelle et de la mission de Baïtegîn, il détacha un groupe de son armée, avec mission de gagner les routes et les pistes par lesquelles Baïtegîn devait nécessairement passer pour poursuivre son chemin et de le lui amener, mais il ne trouva aucun renseignement sur ce Baïtegîn. Pour lui, il poursuivit sa route à la tête de son armée et écrivit à son fils Tâj al-molouk pour lui ordonner de marcher avec ses troupes sur Baalbek et de l’investir. Tâj al-molouk s’empressa d’obéir, se mit en marche, investit la ville profitant de la négligence et de l’insouciance de la population. Il se mit ensuite en rapport avec l’eunuque dont nous avons parlé, pour lui demander d’entrer dans son obédience et de lui livrer la place ; il le mettait en garde contre les dangers d’une rébellion persistante, lui faisant craindre de prolonger une situation qui aboutirait à une effusion de sang et lui adressait toutes sortes de sommations et d’avertissements. Mais l’autre ne répondit pas à ses désirs et à ses vues et persévéra dans la désobéissance et l’opposition.

  • 212 Çarkhad ou Çalkhad : dans le Hauran, à une vingtaine de kms. à l’E de Boçrâ ; cf. Dussaud, T.H., 3 (...)
  • 213 Ici manque certainement un mot dans le texte, Amedroz propose ‘âda (il revint) ; Gibb (D.C., 98, n (...)

181Peu après Zahîr ad-dîn, étant arrivé avec son armée et tous les fantassins qu’il avait rassemblés, attaqua Baalbek de front ; il disposa des mangonneaux et se mit à construire une machine de guerre et des sapes contre les positions qu’il jugeait les plus faibles afin d’être prêt à toute éventualité. Il reçut la soumission d’un groupe de miliciens (ahdâth) et de soldats de la ville qu’il traita avec bienveillance et gratifia de robes d’honneur : alors il attaqua les remparts et se heurta à leurs défenseurs, dont il tua une partie. Voyant l’âpreté de la lutte et la persistance du siège, les autres inclinèrent à la soumission. L’eunuque, cherchant à se faire pardonner, offrit de livrer la ville et la forteresse moyennant des conditions qu’il stipula et la concession d’un apanage qu’il indiqua ; il demanda qu’un chef militaire vînt s’entretenir avec lui pour servir de médiateur ; on lui envoya l’émir Baltâch, à cause de son rang dans l’Etat. L’affaire fut réglée comme l’avait proposé l’eunuque et il livra la ville et la forteresse remarquablement protégée et défendue et qui compte parmi les merveilles du genre et les citadelles les plus connues. Alors Gumuchtegîn vint se présenter à Zahîr ad-dîn qui lui témoigna la générosité dont il usait habituellement envers ceux qui lui avaient nui et s’étaient révoltés contre lui. A la place de Baalbek, il lui donna la forteresse de Çarkhad212, renommée, elle aussi, pour ses défenses et ses fortifications, et lui rendit tous les biens et les apanages qu’il lui avait pris213 [...] à Damas.

182Zahîr ad-dîn confia Baalbek à son fils Tâj al-molouk Bourî, y installa quelques uns de ses plus fidèles collaborateurs en qui il pouvait avoir confiance pour la défendre, et régla les questions qui se posaient. Le siège avait duré trente-cinq jours et la ville avait été livrée le 22 Ramâdan 503 (14 Avril 1110), Zahîr ad-dîn ordonna de mettre fin à tout acte de violence à l’endroit des habitants de Baalbek et de leur faire remise d’une partie de leurs impôts fonciers ; il leur rendit même des propriétés qui leur avaient été ravies antérieurement. De plus en plus on invoqua Dieu en sa faveur et il fut l’objet de louanges continuelles. Il revint alors à Damas où il apprit que le Sultan avait quitté Bagdad pour Ispahan en Chawwâl de cette année-là (23 Avril - 21 Mai 1110).

  • 214 Ce fils se nommait Sa’d ad-daula Aïkaldî (Gibb, D.C. 99, n. 1).

183On annonça la mort de l’émir Ibrahim Yanâl, maître d’Amid ; sa conduite y avait été déplorable et il était renommé pour sa tyrannie à l’égard de la population, au point que bien des habitants avaient déserté la ville pour fuir sa malfaisance persistante. L’on se réjouit donc de sa disparition et l’on espéra qu’après lui les choses iraient mieux. Il fut remplacé par son fils qui avait de meilleurs sentiments et une meilleure conduite214.

  • 215 Maudoud : Maudoud b. Altountakîn, auquel le Sultan Mohammad avait confié le gouvernement de Mossou (...)
  • 216 As-Sowaïdiya : Saint Siméon, port d’Antioche ; cf. Dussaud, T.H., 431-432.
  • 217 On ne voit pas très bien de quel pèlerinage il est question ici, puisque Beyrouth fut prise bien a (...)

184Cette année-là, Tancrède quitta Antioche avec sa troupe et sa bande — Dieu l’abandonne — en direction des places frontières de la Syrie ; il s’empara de Tarse (Tarsous) et des régions avoisinantes et en expulsa le représentant du roi des Grecs, puis revint à Antioche. Il fit ensuite une expédition contre Chaïzar et imposa à cette ville un tribut de dix mille dinars à lui verser, après avoir exercé des ravages dans la région ; puis il mit le siège devant Hiçn al-Akrâd et se la fit livrer par la garnison, après quoi il prit la direction de ‘Arqa. Cependant le roi Baudouin et le fils de Saint-Gilles avaient mis le siège devant la place côtière de Beyrouth, par terre et par mer. Tancrède regagna Antioche, tandis que Jocelin, seigneur de Tell Bâchir, se mettait en route vers Beyrouth afin de venir en aide aux Francs, qui l’assiégeaient et de leur demander assistance contre les troupes de l’émir Maudoud215 qui assié geaient Edesse. Les Francs entreprirent la construction d’une tour qu’ils élevèrent face au rempart de Beyrouth ; quand elle fut terminée et qu’ils s’en servirent pour mener leur attaque, elle fut brisée et mise hors d’usage par des pierres de mangonneaux ; ils entreprirent alors d’en construire une autre et le fils de Saint-Gilles en construisit une troisième. A ce moment arrivèrent de la haute mer dix-neuf vaisseaux de guerre de la flotte égyptienne qui prirent l’avantage sur les vaisseaux Francs, en arraisonnèrent quelques uns et entrèrent avec des vivres dans le port de Beyrouth, ce qui raffermit le moral de la population. Le roi Baudouin adressa un message à as-Sowaïdiya216 pour demander l’aide des Génois qui s’y trouvaient avec leurs vaisseaux ; ils envoyèrent à Beyrouth quarante navires chargés de combattants. Alors les Francs attaquèrent la ville de toutes leurs forces par terre et par mer le vendredi 21 Chawwâl (13 Mai) et dressèrent deux tours devant la muraille ; ils livrèrent un combat furieux où trouvèrent la mort le chef de la flotte égyptienne et de nombreux Musulmans ; ni auparavant ni par la suite les Francs ne virent bataille aussi rude que celle-là. Les défenseurs de la ville perdirent toute confiance et se persuadèrent que leur anéantissement était proche. A la fin de cette journée, les Francs donnèrent l’assaut et prirent la ville de vive force ; le gouverneur qui s’y trouvait s’enfuit avec quelques uns des siens, mais fut amené aux Francs et mis à mort avec ceux qui l’accompagnaient ; les Francs s’approprièrent tout l’argent qu’il emportait avec lui. La ville fut pillée, les habitants réduits en esclavage et emmenés en captivité ; leurs biens et leurs richesses furent la proie du vainqueur. Peu après, trois cents cavaliers égyptiens arrivèrent au secours de Beyrouth ; parvenus dans la région du Jourdain, ils furent attaqués par un petit détachement de Francs ; poursuivis, ils s’enfuirent dans la montagne où plusieurs d’entre eux périrent. Quand l’affaire de Beyrouth fut réglée, le roi Baudouin partit à la tête des Francs et mit le siège devant la place côtière de Sidon ; il entra en pourparlers avec les habitants pour se faire livrer la ville ; ceux-ci demandèrent un délai dont ils précisèrent la durée ; il l’accorda, non sans exiger d’eux un tribut de six mille dinars, alors qu’auparavant ils n’en versaient que deux mille ; puis il s’en retourna à Jérusalem pour le pèlerinage217.

  • 218 Al-Korj : les Géorgiens ; cf. E.I., II, 139.
    Kanja : ou Ganja, ville de la province d’Arrân (actuel (...)

185On annonça cette année-là l’apparition des Géorgiens (al-Korj) dans le pays de Kanja218 et dans les régions avoisinantes, où ils exercèrent toutes sortes de ravages. Cette nouvelle parvint au Sultan Ghiyâth ad-donya wa-d-dîn Mohammad ; il envoya à leur rencontre une armée nombreuse qui fondit sur eux, les dispersa mit fin à leurs ravages et à leurs déprédations en leur portant des coups mortels, les repoussa, subjugua leur pays et dévasta leurs provinces, de sorte que les populations de Kanja furent désormais à l’abri de leurs méfaits. Leur anéantissement inspira le respect et l’armée du Sultan s’en retourna victorieuse et chargée de butin.

  • 219 Jîhoun : le fleuve Amou Daria.

186Cette année-là aussi, on annonça l’apparition d’une peuplade infidèle qui attaquait tous ceux qu’elle rencontrait dans les provinces [musulmanes]. Ces envahisseurs arrivèrent jusqu’à la région du Jîhoun219 et y exercèrent toutes sortes de méfaits. La nouvelle en parvint au grand Sultan Abou-l-Harth Sanjar, sultan du Khorâsân, qui envoya contre eux un émir de haut rang, pris parmi les chefs militaires de la province, avec un nombre important de Turcs ; ce général les vainquit, les tailla en pièces et tua beaucoup d’entre eux, tandis qu’ils s’enfuyaient à l’aventure et en désordre.

  • 220 Djéziré des Banou Nomaïr : je n’ai pas pu identifier cette région.
  • 221 Salamiya : voir supra, p. 11, n. 1.
  • 222 Correction d’une lacune proposée avec vraisemblance par Amedroz.
  • 223 Ar-Raqqa et Qal’at Ja’bar ; localités situées sur la rive gauche de l’Euphrate à l’embouchure du B (...)

187Le 8 Dhou-l-Qa’da de cette année-là (29 Mai), on vit apparaître dans le ciel du côté de l’Orient une comète avec une queue qui s’étendait vers le Midi : elle resta visible jusqu’à la fin de Dhou-l-Hijja (mi-Juillet), puis disparut. Cette année-là aussi, le Sultan Ghiyâth ad-donya wa-d-dîn écrivit à l’émir Sokmân al-Qotbî, maître de l’Arménie et de Mayâfâriqîn, et à Charaf ad-dîn Maudoud, maître de Mossoul, pour leur ordonner de partir en campagne avec leurs troupes afin de mener la Guerre Sainte contre les Francs et de protéger la région de Mossoul. Après avoir opéré leur mobilisation et leur recrutement ils s’établirent dans la Djéziré des Banou Nomaïr220 en attendant que les gouverneurs des régions lointaines, qui amenaient un grand nombre de volontaires, aient achevé de se joindre à eux ; ils furent aussi rejoints par l’émir Najm ad-dîn II Ghâzî b. Artoq avec un grand nombre de Turcomans. Ainsi l’armée musulmane atteignit un effectif si considérable que tous les Francs réunis n’auraient pu lui résister. L’on se mit d’accord pour engager la Guerre Sainte en marchant sur Edesse et en l’investissant jusqu’à ce que Dieu en facilitât la prise, compte tenu de ses fortifications et de ses défenses. L’armée tout entière s’ébranla et mit le siège devant la ville dans la seconde décade de Chawwâl (3 au 12 Mai) ; les assaillants l’entouraient de tous côtés comme d’une ceinture et empêchaient quiconque d’y entrer ou d’en sortir. Or, comme les approvisionnements y étaient peu considérables, ceux qui s’y trouvaient enfermés se virent menacés d’anéantissement et les prix montèrent, tandis que duraient le siège et le blocus. Quand les Francs se rendirent compte de la situation, ils opérèrent leur mobilisation et leur recrutement, se mirent en devoir de préserver la ville du péril et firent leurs préparatifs. Le danger établit l’accord parmi eux. Les principaux chefs des territoires francs, Tancrède, seigneur d’Antioche, le fils de Saint-Gilles, seigneur de Tripoli, et le roi Baudouin se réunirent et échangèrent l’engagement et la promesse de mener la lutte jusqu’au bout avec constance et persévérance. Dès qu’ils eurent élaboré un accord précis, ils se mirent tous en marche vers la région d’Edesse. L’atâbeg Zahîr ad-dîn, étant informé de la chose et connaissant l’accord des Francs et la situation qui en résulterait, quitta Damas à la tête de ses troupes et campa près de Salamiya221 Là il apprit que, dans leur marche, les Francs avaient pris la directions de Rafaniya, dont l’émir Chams al-Khawâçç était gouverneur, et que celui-ci, à leur approche, était parti à l’attaque avec sa cavalerie et en avait tué un bon nombre ; puis une multitude de guerriers de Syrie arriva au camp de Salamiya et se joignit à Zahîr ad-dîn. On apprit ensuite que les Francs étaient parvenus à l’Euphrate, avec l’intention de le traverser [pour poursuivre leur progression]222 vers Edesse. L’atâbeg se mit aussitôt en marche vers la région d’ar-Raqqa et de Qal’at Ja’bar223, traversa l’Euphrate et fit halte à cet endroit jusqu’au moment où il apprit que les Francs avaient renoncé à traverser le fleuve à cause des escadrons et des éclaireurs qui circulaient en tous sens dans cette région et sur les routes qui menaient à l’Euphrate.

188Quand les Musulmans surent que les Francs se trouvaient à proximité, ils furent tous d’avis de les laisser passer pour pouvoir leur livrer bataille dans la plaine qui s’étendait à l’Est de l’Euphrate ; ils s’éloignèrent donc d’Edesse à la fin de Dhou-l-Hijja (mi-Juillet) et s’établirent sur le territoire de Harrân, dans l’intention de tromper l’adversaire et de le prendre au piège. Harrân était tombée en la possession de l’émir Maudoud qui l’avait cédée à Najm ad-dîn II Ghâzî.

  • 224 Baudouin le Petit Chef : Baudouin du Bourg, comte d’Edesse depuis que Baudouin de Boulogne était d (...)
  • 225 Sens obtenu en lisant minhom au lieu de minhâ du texte.

189Les Musulmans se mirent d’accord pour ne pas attaquer les Francs jusqu’à ce qu’ils fussent près d’eux et que fût arrivée l’armée damascaine. Les Francs, ayant percé à jour cette tactique et l’accord qui s’était fait sur elle, furent pris de peur et eurent le pressentiment d’un péril et d’un échec ; ils firent donc demi-tour précipitamment et battirent en retraite jusqu’au bord de l’Euphrate. Dès que les Musulmans l’apprirent, ils se lancèrent à leur poursuite et les éléments avancés de la cavalerie les rejoignirent au moment où une partie d’entre leurs chefs avait déjà passé le fleuve. Les Musulmans pillèrent leurs bagages et leur matériel lourd, et tuèrent, firent prisonniers ou noyèrent en grand nombre ceux qui les suivaient ; ils eurent les mains pleines de butin, de dépouilles, de prisonniers et de bêtes de somme, mais ne purent traverser le fleuve pour rejoindre les Francs, car ils étaient occupés par l’affaire d’Edesse et y retournèrent. Les Francs en avaient évacué toutes les bouches inutiles, en avaient confié la garde à un contingent d’Arméniens et y avaient introduit tous les vivres qu’avait apportés l’armée de secours pour raffermir la résistance. Baudouin le Petit Chef224, seigneur de la ville, la quitta en même temps que les Francs qui battaient en retraite. L’armée de l’Islam resta quelques jours sur les bords de l’Euphrate, en face des Francs, puis s’éloigna pour reprendre le siège d’Edesse. Quand l’atâbeg Zahîr ad-dîn eut connaissance de ce mouvement, il s’en retourna vers son territoire pour le défendre contre les Francs, non sans avoir détaché une bonne partie de son armée pour porter aide aux assiégeants d’Edesse ; il arriva à Damas. Quant au contingent qu’il avait envoyé à Edesse, il y resta jusqu’à ce que, les assiégeants évacuant le pays225, il ait reçu l’autorisation de retourner chez lui, non sans avoir été l’objet de marques d’honneur et d’estime.

  • 226 Mârdîn : ville située à 40 kms. NO de Niçîbîn, dans le Diyâr Bakr.

190Il y eut entre l’atâbeg Zahîr ad-dîn et l’émir Charaf ad-dîn Maudoud un échange de lettres qui aboutit à la consolidation de leur amitié et de leur accord, et au renforcement de leurs liens de sympathie. Le siège d’Edesse se prolongeait, en raison des fortifications et de la résistance de la place ; le ravitaillement du camp se faisait rare, on ne trouvait plus de vivres ; aussi la nécessité poussa-t-elle les Musulmans à abandonner le siège. Ils se dispersèrent non sans avoir laissé à Harrân du monde pour bloquer Edesse. Najm ad-dîn Il Ghâzî se prit d’aversion à l’égard de Sokmân al-Qotbî, à cause d’une vieille querelle qui reprit entre eux, et quitta Harrân pour Mârdîn226. Sokmân s’assura de la personne de son neveu Balak qu’il emmena avec lui dans sa capitale, chargé de chaînes. Après la dispersion des armées musulmanes, Baudouin le Petit Chef, seigneur d’Edesse, regagna sa ville et s’y réinstalla, bien que les attaques se succédassent sans interruption dans les environs.

  • 227 Il y a là une erreur d’un an ; c’est seulement en Jomâdâ II 504 (15 Décembre 1110 12 Janvier 1111) (...)

191Quand le roi Fakhr al-molouk Rodwân, maître d’Alep, avait appris la déroute des Francs, il avait pris l’offensive dans la province d’Alep, avait recouvré les territoires que les Francs lui avaient enlevés et avait poussé des pointes jusqu’à la province d’Antioche où il s’était emparé d’un butin important ; mais lorsqu’il apprit que les Francs revenaient, il regagna Alep. Aussitôt après arrivèrent les Francs qui exercèrent des ravages dans la région d’Alep, tuant et emmenant en captivité un grand nombre de personnes ; Tancrède, revenu, mit le siège devant al-Athârib et s’en empara après l’avoir longtemps assiégée et bloquée, en Jomâdâ II de cette annéelà227. La population eut la vie sauve ; ceux qui voulurent quitter la ville le purent, ceux qui préférèrent rester restèrent. Une trêve fut alors conclue entre le roi Fakhr al-molouk Rodwân et Tancrède, aux termes de laquelle le roi devait verser chaque année à Tancrède un tribut de vingt mille dinars prélevés sur le trésor d’Alep ainsi que dix chevaux, et libérer ses prisonniers. C’est à ces conditions que fut conclu l’accord.

  • 228 La leçon aïs donnée par Amedroz est une erreur pour aith, comme le prouve l’examen du manuscrit.
  • 229 Selon Gibb (D.C., 106, n. 1), il s’agirait plutôt du mois de Çafar de l’année 504, commençant le 1 (...)

192Cette année-là encore le roi Baudouin, seigneur de Jérusalem, arriva dans la région de Baalbek et entreprit de piller228 et de ravager la région de la Beqâ’. Il échangea une correspondance à ce sujet avec l’atâbeg Zahîr ad-dîn jusqu’à ce que fût conclue entre eux une trêve aux termes de laquelle les Francs auraient le tiers des produits agricoles de la Beqâ’, les deux autres étant réservés aux Musulmans et aux paysans. Les modalités d’exécution de cet accord furent arrêtées en Çafar de cette année-là (30 Août - 28 Septembre)229 et Baudouin retourna dans ses états, emportant tout le butin qui était tombé entre ses mains et aux mains de ses troupes à Baalbek et dans la Beqâ’.

  • 230 Le roi de Norvège Sigurd.

193On annonça aussi qu’un roi franc230 était arrivé par mer avec plus de soixante vaisseaux chargés de combattants, pour accomplir son pèlerinage et mener la guerre en pays d’Islam. Comme il se dirigeait vers Jérusalem, Baudouin vint à sa rencontre, prit contact avec lui et ils décidèrent ensemble d’attaquer les pays musulmans. Quand ils reviment de Jérusalem, ils mirent le siège devant la place côtière de Sidon le 3 Rabî’ II 504 (19 Octobre 1110) et la bloquèrent par terre et par mer. La flotte égyptienne était ancrée devant la place côtière de Tyr, mais ne put venir à l’aide de Sidon. Les Francs construisirent une tour et s’en servirent pour attaquer la ville ; elle était recouverte de sarments de vigne, de tapis et de peaux de bœuf fraîches pour la protéger contre les pierres et le bitume ; puis, après en avoir ainsi assuré la protection, ils la déplacèrent à des intervalles de plusieurs jours, à l’aide des roulettes sur lesquelles ils l’avaient montée. Quand vint le jour de la bataille et qu’on eut approché la tour du rempart, les Francs s’en servirent pour leur attaque ; ils y avaient placé de l’eau et du vinaigre en cas d’incendie ainsi que du matériel de guerre.

  • 231 Sens obtenu en corrigeant ilaïhâ du texte en ilaïhim, conformément à la leçon du manuscrit.
  • 232 Az-zimâm : sur le sens de ce mot, voir Dozy, Suppl., I, 601.

194Quand les gens de Sidon eurent constaté ces préparatifs, leur courage faiblit car ils redoutaient le sort de Beyrouth. Ils envoyèrent alors aux Francs231 leur cadi et une délégation des Anciens de la cité, pour demander à Baudouin la vie sauve. Il accéda à leur requête et leur donna sa garantie, à eux et à leurs soldats, pour leur vie et leurs biens, et leur promit de laisser partir ceux qui voudraient quitter Sidon pour Damas. Ils lui demandèrent sa parole et mirent leur confiance en lui ; le gouverneur, le contrôleur des finances (az-zimâm)232, toutes les troupes régulières et auxiliaires et une grande partie des habitants quittèrent la ville et prirent la direction de Damas dix jours avant la fin de Jomâdâ [1] 504 (4 Décembre 1110) ; le siège avait duré quarante-sept jours. Baudouin régla les questions pendantes, laissa une garnison à Sidon et regagna Jérusalem. Puis il revint à Sidon peu de temps après et exigea de ceux qui y étaient restés plus de vingt mille dinars, les réduisant ainsi à la misère ; il s’empara de tout ce qu’ils avaient et confisqua les biens de ceux à qui il sut qu’il restait quelque chose.

ANNEE 504 (20 JUILLET 1110 — 9 JUILLET 1111)

  • 233 Le terme Miçr employé ici désigne la cité primitive de Fostât que l’on appelle aussi le Vieux Cair (...)

195On annonça cette année-là qu’un groupe de marchands en voyage avait quitté Tinnis, Damiette et le Vieux Caire233 avec une grande quantité de marchandises et d’argent, car ils s’impatientaient et se fatiguaient de la longueur de leur séjour en Egypte. La flotte de guerre égyptienne ne pouvant prendre la mer, ils coururent le risque de mettre à la voile ett ombèrent sur des vaisseaux francs qui les arraisonnèrent et s’emparèrent de l’argent et des marchandises pour une valeur de plus de cent mille dinars. Les marchands furent soumis à une rude captivité et payèrent leur rançon avec les biens qui leur restaient à Damas et ailleurs.

  • 234 Kotâma : contingents berbères à la solde des Fatimides ; cf. supra, p. 3, n. 1.
  • 235 Çâhib as-siyyâra : probablement le chef du bureau des douanes ; on trouve en effet l’expression(...)

196Quant à Baudouin, dès son retour de Sidon, il marcha sur Ascalon et l’attaqua. Le gouverneur de la place, nommé Chams al-Khilâfa, engagea des pourparlers avec lui et ils convinrent que le roi, moyennant le versement d’une somme d’argent, se retirerait et épargnerait tout dommage à la ville. Chams al-Khilâfa était plus enclin au commerce qu’à la guerre et se laissa tenter par la trêve, la paix et la sécurité des communications ; il imposa même aux gens de Tyr un tribut de sept mille dinars à verser dans un délai d’un an et trois mois. La nouvelle parvint en Chawwâl (12 Avril - 10 Mai) à al-Afdal, maître de l’Egypte, qui fut très mécontent, mais ne dit mot et ne fit rien paraître de ses sentiments, même à ses intimes. Il équipa, pour la diriger sur Ascalon, une armée imposante, avec un gouverneur qui prendrait la place de Chams al-Khilâfa. Quand elle se trouva à proximité d’Ascalon et que Chams al-Khilâfa comprit la vérité, il entra en rébellion ouverte contre al-Afdal et se déclara son ennemi ; il expulsa toutes les troupes régulières qu’il avait, craignant qu’elles ne trament quelque chose contre lui à l’instigation d’al-Afdal, parce qu’il savait bien que celui-ci lui reprochait certaines choses et lui en gardait rancune et parce qu’il avait échangé une correspondance avec Baudouin, dans laquelle il lui demandait de s’entendre avec lui et de lui envoyer des secours en hommes et en vivres et lui proposait même, en cas de danger imprévu et pressant, de lui livrer Ascalon moyennant une compensation. Quand al-Afdal fut au courant de ces transactions, il eut peur que l’affaire n’aboutît de la sorte ; aussi écrivit-il à Chams al-Khilâfa pour lui donner tous apaisements et, cherchant à l’endormir, lui donna Ascalon en apanage, fit reconnaître officiellement l’attribution de cette dotation en Egypte et annula l’opposition mise en Egypte sur ses biens : chevaux, affaires commerciales, biens meubles. Alors Chams al-Khilâfa, redoutant les réactions de la population, fit appel à un contingent d’Arméniens qu’il installa à Ascalon ; les choses restèrent en l’état jusqu’à la fin de l’année 504. La population fut mécontente et quelques Kotâma234 assaillirent le gouverneur alors qu’il passait à cheval, et le blessèrent ; il se réfugia chez lui, mais ils le suivirent, l’achevèrent et pillèrent sa demeure et ses biens ; ils dévalisèrent aussi quelques maisons de prudhommes (chohoud) et de gens du commun. La nouvelle en parvint au chef de la douane (çâhib as-siyyâra)235 qui se hâta de gagner la ville où son autorité fut reconnue. On envoya la tête de Chams al-Khilâfa à al-Afdal en Egypte, avec des éclaircissements sur sa conduite. Celui-ci se montra satisfait de la situation et témoigna son contentement à ceux qui lui apportaient cette bonne nouvelle. Puis il ordonna de poursuivre et d’incarcérer les meurtriers en raison de tout le butin qu’ils avaient pris chez Chams al-Khilâfa, de tous les biens dont ils s’étaient emparés à ses dépens et aux dépens de la population, et d’arrêter quelques habitants de la ville et de les envoyer en Egypte où ils furent mis en prison dès leur arrivée.

  • 236 Sens obtenu avec la leçon du manuscrit : yasfî, au lieu de yasqî du texte imprimé.

197Cette année-là, un vent de ténèbres souffla sur le Caire et sa région, un nuage noir s’éleva, étouffant et qui obscurcit l’atmosphère au point que chacun avait peine à voir sa propre main ; le vent jetait236 de la poussière dans les yeux et sur les visages, si bien que le désespoir s’empara de tous, convaincus qu’ils allaient mourir, effrayés qu’ils étaient par ce spectacle et épouvantés de cette catastrophe qui s’abattait sur eux. Après que ce nuage noir eut pris de la hauteur, il vira au jaune et le vent persista. Puis la teinte jaune disparut et les astres se montrèrent aux yeux de la population ; les habitants de ces régions, croyant que le Jour de laRésurrection était venu, quittèrent maisons et marchés, pour se répandre dans le désert. Puis le vent se calma, les nuages se dissipèrent et les gens regagnèrent leurs demeures sans aucun mal.Ce phénomène dura de la prière du milieu de l’après-midi à celle du coucher du soleil.

  • 237 Hamadhân : cf. supra, p. 19, n. 1.

198Cette année-là encore, le Sultan Ghiyâth ad-donyâ wa-d-dîn Mohammad arriva à Bagdad venant de Hamadhân237, au mois de Jomâdâ I (15 Novembre - 14 Décembre). Il y reçut des lettres et des messagers venant de Syrie qui l’informaient de la situation, et de l’activité des Francs après leur retraite de l’Euphrate, et de ce qui s’était passé à Sidon, à al-Athârib et dans la province d’Alep. Le premier vendredi de Cha’bân (17 Février 1111) un chérif hachémite d’Alep, accompagné d’un groupe de soufis, de marchands et de théologiens, se présenta à la mosquée du Sultan à Bagdad.

  • 238 Sur le sens de marâkib, cf. supra, p. 65, n. 2.

199Après avoir imploré l’assistance des Musulmans, ils firent descendre le prédicateur de la chaire qu’ils brisèrent et se mirent à crier et à pleurer à cause des malheurs que subissait l’Islam du fait des Francs qui tuaient les hommes, asservissaient les femmes et les enfants. Tandis qu’ils empêchaient les assistants de faire la prière, les desservants et les chefs qui étaient là leur firent, de la part du Sultan, les promesses qui pouvaient les apaiser ; on enverrait des armées pour défendre l’Islam contre les Francs et les infidèles. Le vendredi suivant, à la mosquée du Calife cette fois, ils recommencèrent à pleurer, à crier, à implorer du secours au milieu des sanglots. Sur ces entrefaites, la princesse, sœur du Sultan et épouse du Calife arriva à Bagdad venant d’Ispahan, en un magnifique équipage ; pierres précieuses, sommes d’argent, ustensiles, harnachements238 et bêtes de trait de toutes sortes, mobilier, vêtements somptueux de toute espèce, serviteurs, esclaves des deux sexes, suivants, toutes choses qui défiaient l’estimation et le dénombrement. Cette arrivée coïncida avec l’appel au secours qui vient d’être raconté ; l’éclat de la joie et de la sérénité que causait la venue de la princesse en fut terni. Le Calife al-Mostazhir bi-llah, Prince des Croyants, se montra fort mécontent de ce qui était arrivé et manifesta l’intention de faire rechercher ceux qui avaient été l’origine et la cause de l’incident, afin qu’ils subissent une peine infamante ; mais le Sultan l’en empêcha, excusa l’action de ces gens et ordonna aux émirs et aux chefs militaires de retourner dans leurs provinces pour se préparer à partir à la Guerre Sainte contre les infidèles ennemis de Dieu.

  • 239 Motamallik ar-Roum : formule parfois employée par Ibn al-Qalânisî pour désigner le souverain de By (...)

200En Jomâdâ II de cette année-là (15 Décembre 1110 - 12 Janvier IIII), un envoyé du « soi-disant-roi »239 des Grecs arriva avec des cadeaux, des objets précieux et des lettres où était exprimé le souhait que les Francs fussent attaqués et châtiés : on pourrait s’unir pour les chasser des régions où ils se trouvaient, en bannissant l’indolence de l’action entreprise contre eux, en déployant au contraire les plus grands efforts pour les attaquer à l’improviste, avant que leur position ne devînt redoutable et que leur nocivité n’atteignît son plus haut point. Le Grec ajoutait qu’il les avait empêchés les armes à la main de gagner les territoires musulmans à travers ses états ; mais si, pour satisfaire leur désir de conquête, ils faisaient venir plusieurs armées et envoyaient des renforts jusqu’aux territoires musulmans, il serait fatalement amené sous l’empire de la nécessité à les ménager, à les laisser passer et à les aider dans leurs desseins et leurs intentions ; il préconisait donc avec beaucoup d’insistance une union et un accord pour lutter contre les Francs et les chasser de ces contrées.

  • 240 Râs al-Mâ : Rasseleme des Croisés, lieu de campement sur la bordure O de la Lijât ; cf. Dussaud, T (...)
  • 241 Al-Lijât : La Trachonitide des Anciens et l’actuel Plateau des Laves : massif volcanique d’accès d (...)
  • 242 Aç-Çanamaïn : l’antique Aere, à 60 kms. au S de Damas ; cf. Dussaud, T.H., 327.
  • 243 Al-Jabâniya : nom d’une région méridionale de la Syrie qu’il ne m’a pas été possible d’identifier (...)
  • 244 Isfahsallâr : cf. supra, p. 33, n. 5.
  • 245 Sanjatân : localité évidemment située à l’E d’Edesse, mais qu’il ne m’a pas été possible d’identif (...)
  • 246 Tell Morâd : même observation.
  • 247 Ahmadîl : Ahmadîl b. Mamlan, gouverneur de l’Azerbaïdjan pour le compte des Seljouqides ; cf. E. d (...)
  • 248 Tell Ibn Ma’char : colline voisine de Chaïzar ; cf. Derenbourg, Ousama, 91.
  • 249 Gibb (D.C., 114, n. 2) propose d’ajouter au texte les mots : mana’a anho et traduit ; « ... and [ (...)

201Cette année-là aussi, le roi Baudouin, seigneur de Jérusalem, rompit la trêve qu’il avait conclue avec l’atâbeg et écrivit au fils de Saint-Gilles, seigneur de Tripoli, pour lui demander de venir avec son armée le rejoindre à Tibériade. Après avoir groupé ses forces, il partit pour Jérusalem afin de régler une affaire à laquelle il songeait. Mais en chemin il fut atteint par une maladie qui dura plusieurs jours et, après sa guérison, il ne lui parut pas que l’affaire des gens de Jérusalem dût encore l’occuper. Dès qu’il apprit les intentions de Baudouin, l’atâbeg Zahîr ad-dîn se mit en marche à la tête de son armée et s’établit en un gîte d’étape appelé Râs al-Mâ240 et de là se transporta à al-Lijât241. Les Francs, lancés à sa poursuite, parvinrent jusqu’à aç-Çanamaïn242 ; alors l’atâbeg divisa son armée en plusieurs corps qui opéraient de différents côtés et lâcha des partis de cavaliers sur les routes et les lieux de passages avec mission de couper le ravitaillement des Francs : il les soumit à un blocus qui les ramena à une politique de paix et de bon voisinage. Un échange de messages eut lieu et il fut convenu que Baudouin aurait la moitié de la récolte du Djebel ‘Auf, du Sawâd et d’al-Jabâniya243 en plus de ce qu’il avait déjà, ainsi que des provinces limitrophes qui étaient aux mains des Bédouins AI Jarrâh. L’accord fut rédigé entre les deux parties et chacun s’en retourna chez soi à la fin de Dhou-l-Hijja (début de Juillet un). Le Sultan Ghiyâth ad-donya wa-d-dîn, aussitôt après l’appel à l’aide lancé à Bagdad et dont le récit a été fait plus haut, avait décidé de mettre ses troupes en mouvement et de prescrire aux émirs de se préparer à partir pour la Guerre Sainte. Ils s’y préparèrent : le premier d’entre eux qui se mit en marche vers les provinces franques fut l’émir al-isfahsallar244 Charaf ad-dîn Maudoud, maître de Mossoul. Il partit avec son armée dans la direction de Sanjatân245 et s’empara, de vive force ou après avoir accordé la vie sauve, de Tell Morâd246 et de plusieurs places fortes de cette région. Il fut rejoint par l’émir Ahmadîl à la tête d’une armée nombreuse, bientôt suivi par l’émir Qotb ad-dîn Sokmân al-Qotbî247 qui venait de l’Arménie et du Diyâr Bakr. Ils firent leur jonction sur le territoire de Harrân et y reçurent une lettre de Soltân b. ‘Alî b. Monqidh, maître de Chaïzar, qui les informait que Tancrède, seigneur d’Antioche, s’était installé sur le territoire de Chaïzar et avait entrepris d’y construire [la forteresse] de Tell Ibn Ma’char248, en face de Chaïzar, et y avait apporté des réserves de vivres249 ; il appelait les émirs à la rescousse et les invitait à venir de son côté. Dès qu’ils eurent reçu ces renseignements les émirs prirent la direction de la Syrie, traversèrent l’Euphrate au milieu de Moharram 505 et prirent position devant Tell Bâchir le 19 Moharram (28 Juillet 1111) ; ils restèrent là en attendant l’arrivée de l’émir Borsoq b. Borsoq, maître de Hamadhân, qui avait reçu du Sultan l’ordre de les rejoindre. Il arriva avec une partie de son armée et souffrant de la goutte : Sokmân al-Qotbî, lui aussi, était malade ; leurs points de vue à tous deux étaient contradictoires. Cependant les volontaires et le commun des soldats attaquèrent cette forteresse et pratiquèrent une brèche dans la muraille. Alors Jocelin, seigneur de Tell Bâchir, envoya un message à l’émir kurde Ahmadîl ; il essayait de l’amadouer avec de l’argent et des cadeaux et lui promettait d’être avec lui et d’embrasser sa cause. La plus grande partie des troupes régulières était sous le commandement d’Ahmadîl ; c’est pourquoi Jocelin lui demandait bien humblement de s’éloigner de la forteresse ; il y consentit malgré le sentiment contraire des autres émirs ; la maladie de Sokmân al-Qotbî empirait et Ahmadîl avait décidé de partir, tant il désirait que le Sultan lui donnât en apanage le territoire de Sokmân avec qui il avait des attaches familiales. Les émirs s’éloignèrent donc de Tell Bâchir en direction d’Alep, à proximité de laquelle ils s’établirent, jetant le trouble dans cette province et y causant des ravages pires que ceux des Francs. Ils s’attendaient à ce que le roi Fakhr al-molouk Rodwân, maître d’Alep, vînt se joindre à eux ou qu’il leur envoyât ses serviteurs ; mais il ne prêta l’oreille à aucun d’entre eux, ferma les portes d’Alep, prit des otages parmi les habitants et les enferma dans la citadelle, disposa des troupes, avec la milice (ahdâth) des Bâtiniya et les loyalistes, pour la garde des remparts, interdit aux gens d’Alep de monter sur la muraille et donna toute licence aux mauvais garçons (harâmiya) pour s’emparer des éléments avancés de l’armée sur lesquels ils pourraient mettre la main.

202Au moment où ces émirs faisaient leur jonction et traversaient l’Euphrate, ils avaient écrit à l’atâbeg Zahîr ad-dîn pour le prier de venir les rejoindre et pour lui offrir la direction de leurs entreprises. Comme il avait reçu du Sultan une lettre dans le même sens, la conjoncture et sa sagacité le décidèrent à partir avec son armée pour se joindre aux émirs afin de prendre sa part de la Guerre Sainte et de raffermir les courages pour la défense des terres musulmanes contre les tenants du polythéisme et de l’hérésie. Il rassembla donc tous les combattants qu’il put à Homs, à Hama, à Rafaniya et dans les autres villes fortes de Syrie et se mit en route. Il rejoignit les émirs devant Alep et fut accueilli par des marques d’honneur et de la plus haute déférence ; sa venue raffermit les courages et redressa les attitudes ; à son arrivée tous manifestèrent une joie très visible ; mais il ne vit pas chez eux la ferme résolution de faire la Guerre Sainte et de défendre le pays.

  • 250 Allusion proverbiale à la dispersion des tribus du royaume de Saba après la rupture de la digue de (...)

203Quant à Sokmân al-Qotbî, sa maladie s’aggrava et, sentant la mort venir, il les quitta pour retourner dans sa capitale ; mais on apprit qu’il était mort en route, avant d’arriver à l’Euphrate. Quant à Borsoq b. Borsoq, on le transportait sur une litière et il ne pouvait ni remuer, ni parler. Ahmadîl enfin était toujours résolu à s’en aller à cause des territoires de Sokmân et du désir qu’il éprouvait de se les faire donner en apanage par le Sultan. L’atâbeg Zahîr ad-dîn les entraîna tous vers la Syrie ; ils se mirent en route à la fin de Çafar (début de Septembre 1111) et s’installèrent à Ma’arrat an-No’mân où ils se conduisirent comme ils l’avaient fait une première fois [à Alep]. Les troupes se procurèrent ce qu’il leur fallait dans cette province, n’étant pas en mesure d’apporter avec elles du fourrage et des vivres. Zahîr ad-dîn s’aperçut de la mauvaise volonté des chefs à son égard et en conçut une rancœur ; dès lors il nourrit dans son cœur le dessein de ne pas rester davantage au milieu d’eux ; on lui rapporta en outre que le roi Fakhr al-molouk Rodwân était entré en relations avec l’un des émirs pour l’amener à agir contre lui et à l’assassiner. Il conclut avec l’émir Charaf ad-dîn Maudoud un pacte dont leur alliance et leurs bons rapports sortirent renforcés. Puis il offrit aux autres émirs tous les présents qu’il avait apportés avec lui à leur intention : objets précieux, coursiers arabes rapides, somptueux vêtements d’Egypte ; tout cela fut accepté avec de grands remerciements, beaucoup de plaisir, de gratitude et de reconnaissance ; Maudoud tint ses promesses et resta ferme dans son amitié. L’atâbeg s’efforça alors de les décider à marcher sur Tripoli, leur promettant de faire venir de Damas et de sa région les approvisionnements dont ils auraient besoin : s’ils se laissaient surprendre par l’hiver, il les hébergerait dans ses villes. Mais ils n’en firent rien et se dispersèrent comme les gens de Saba250. Borsoq b. Borsoq et Ahmadîl s’en allèrent à la suite de l’armée de Sokmân al-Qotbî. L’émir Maudoud resta en arrière avec l’atâbeg ; ils quittèrent al-Ma’arra et campèrent sur les bords de l’Oronte.

  • 251 Sens obtenu en lisant ‘alaïhim au lieu de ‘alaihâ du texte.

204Lorsque les Francs surent que ces armées s’éloignaient et se dispersaient, ils se concentrèrent et s’établirent à Apamée tous ensemble ; Baudouin, Tancrède et le fils de Saint-Gilles, oubliant leurs dissentiments, leurs rivalités et leurs querelles, marchèrent la main dans la main et d’un commun accord contre l’Islam et ses sectateurs et se mirent en route pour les atteindre. Soltân b. Monqidh sortit en personne de Chaïzar avec ses partisans, vint rejoindre l’atâbeg et Maudoud, les incita à la Guerre Sainte et leur présenta la puissance franque comme fragile. Ils se mirent en marche, franchirent l’Oronte et s’établirent au Sud de Chaïzar ; l’armée de Maudoud s’établit autour de Chaïzar. Ibn Monqidh et ses gens se dépensèrent sans compter au service de leurs hôtes et pour assurer un ravitaillement constant. Ibn Monqidh fit loger l’atâbeg, Maudoud et leur entourage dans la forteresse de Chaïzar et s’empressa à leur service avec sa famille. Les Francs établirent leur camp au Nord de Tell Ibn Ma’char. L’armée fut très judicieusement disposée ; la cavalerie postée de tous côtés autour des Francs, avec mission de les harceler pendant la nuit, de tournoyer autour d’eux, d’empêcher qu’on puisse parvenir jusqu’à eux. Ils furent privés de la liberté de leurs mouvements251 ; l’eau leur manquait ; ils ne pouvaient accéder à l’Oronte à cause de la multitude des tireurs postés sur ses bords et sur sa rive méridionale ; aucun Franc ne pouvait s’approcher du fleuve sans être tué. Les Turcs se montrèrent de plus en plus entreprenants et eurent la partie belle ; la cavalerie musulmane était égale à la cavalerie franque, mais l’infanterie musulmane était plus nombreuse. Les Turcs partirent à l’attaque et les Francs, pour les rencontrer, descendirent d’une colline où ils étaient établis. Les Turcs se lancèrent à l’assaut de leur flanc Ouest et pillèrent une partie de leur camp, s’emparant de leurs tentes et de leurs bagages, tourbillonnant autour d’eux. Les Francs retournèrent alors à leur position du début et s’y réinstallèrent. Cette rencontre eut lieu en Rabî’ I (7 Septembre - 6 Octobre 1111). Les Francs eurent de plus en plus peur des Turcs, si bien que pendant trois jours aucun d’eux ne se montra et que personne ne put entrer en liaison avec eux. Comme les Musulmans étaient retournés à Chaïzar pour y faire la prière du vendredi dans la mosquée, les Francs se retirèrent à Apamée, mais y passèrent sans s’arrêter. Les Musulmans se lancèrent à leur poursuite dès qu’ils surent qu’ils battaient en retraite el firent prisonniers leur arrière-garde et tous leurs traînards. Ils revinrent ensuite à Chaïzar et de là gagnèrent Hama ; tout le monde se réjouit de voir les Francs réduits à une pareille situation.

ANNEE 505 (10 JUILLET 1111 — 27 JUIN 1112)

  • 252 Djebal ‘Amila : massif montagneux situé au N de Safed et au SE de Tyr.

205L’amitié établie entre l’atâbeg Zahîr ad-dîn et l’émir Maudoud s’affermit encore. Cette année-là, le roi Baudouin réunit tous les Francs qu’il put et marcha contre la place côtière de Tyr. Le gouverneur ‘Izz al-molk, et les gens de la ville se hâtèrent d’envoyer un message à l’atâbeg Zahîr ed-dîn à Damas pour l’appeler au secours et lui demander son aide en lui promettant de lui remettre la cité ; ils le priaient instamment de faire diligence et de se hâter d’envoyer un nombre important de Turcs qui devaient arriver bien vite à destination pour aider et renforcer la garnison de Tyr ; si le secours tardait, la nécessité conduirait à livrer la ville aux Francs, car il ne fallait pas espérer d’aide d’al-Afdal, maître de l’Egypte. L’atâbeg se hâta d’envoyer une troupe importante de Turcs, plus de deux cents cavaliers et archers d’élite avec leur équipement complet. Ils arrivèrent à Tyr et furent rejoints par de nombreux fantassins de Tyr et du Djebel ‘Amila252, qui désiraient combattre pour la bonne cause, ainsi que par des fantassins de Damas qui vinrent à la rescousse ; l’atâbeg se mit en devoir d’envoyer un second contingent. Quand Baudouin eut connaissance de l’accord passé entre l’atâbeg et les gens de Tyr, il se hâta de mettre le siège devant la place ; la concentration des troupes franques se fit avec succès le 25 Jomâdâ I 505 (29 Novembre 1111). Baudouin ordonna de couper les palmiers et les autres arbres pour construire des abris permanents devant la ville ; puis il fit livrer des assauts et porter de nombreux coups, mais chaque fois il s’en revenait déconfit, sans avoir atteint le moindre but. On dit qu’au cours de ces assauts les gens de Tyr lancèrent vingt mille flèches en une seule journée.

  • 253 Al-Habîs : forteresse appelée Qaçr Bardâwil au NNO de ‘Al et à l’E du lac de Tibériade ; cf. Dussa (...)

206Lorsqu’il sut que les Francs avaient mis le siège devant Tyr, Zahîr ad-dîn quitta Damas et campa à Bânyâs ; de là, il envoya des partis de cavaliers et des irréguliers à pied (rijâlat al-harâmiya) dans les régions franques, avec l’autorisation de piller, de tuer, de voler, de saccager et d’incendier, à la seule fin de jeter le trouble parmi les Francs et de les détourner de leur objectif, cependant que le second renfort essaierait d’entrer dans Tyr ; mais la manœuvre ne réussit pas. Zahîr ad-dîn partit alors attaquer al-Habîs253, dans le Sawâd, forteresse très bien défendue. Il mena vigoureusement l’assaut et s’en empara de vive force ; toute la garnison fut tuée les armes à la main. Pendant ce temps les Francs entreprirent la construction de deux tours en bois destinées à l’attaque des remparts de Tyr. Zahîr ad-dîn attaqua les Francs à plusieurs reprises afin de les occuper pendant que les troupes de Tyr feraient une sortie et mettraient le feu aux tours ; mais les Francs, ayant eu connaissance de ses intentions, creusèrent tout autour d’eux des tranchées où ils disposèrent des soldats en armes chargés de garder les tranchées et les tours et ne se préoccupèrent pas des mouvements de Zahîr ad-dîn ni des incursions qu’il menait dans leur territoire et des gens qu’il y tuait. L’hiver survint, mais les Francs n’en souffrirent pas, parce qu’ils s’étaient installés sur un terrain sablonneux et dur ; les Turcs au contraire, de par leur position, durent supporter de grandes souffrances et de douloureuses fatigues ; ils n’en continuèrent pas moins à lancer des attaques efficaces, à entraver l’approvisionnement et le ravitaillement des Francs et à s’emparer des convois qui leur étaient destinés.

207Les Turcs coupèrent la digue par laquelle on se rendait à Sidon afin d’entraver aussi l’approvisionnement de cette place. Les Francs prirent alors le parti de demander partout du ravitaillement par voie maritime. Zahîr ad-dîn comprit ce qu’il en était et partit pour la région de Sidon à la tête d’un corps de troupes ; il fit aux abords de la ville une incursion au cours de laquelle il tua un certain nombre de marins et incendia environ vingt bateaux sur le rivage. Pendant ce temps, il n’oubliait pas d’envoyer des lettres aux gens de Tyr pour les encourager et les exhorter à se montrer tenaces et à combattre les Francs avec ardeur.

  • 254 Soit une hauteur respective d’environ vingt et vingt-cinq mètres.

208La construction des deux tours et de leurs béliers fut terminée au bout de soixante-quinze jours environ. Les Francs se mirent à les pousser en avant et à s’en servir pour l’attaque le 10 Cha’bân (11 Février) ; ils les rapprochèrent du rempart de la ville et le combat redoubla dans leur secteur ; la plus petite des deux tours était haute de plus de quarante coudées, la plus grande dépassait cinquante coudées254. Le 1er Ramadân (2 Mars), les gens de Tyr sortirent des bastions [de la ville], emportant des feux grégeois, du bois, du goudron et de quoi allumer un incendie, mais ne purent atteindre ni l’une ni l’autre tour ; ils lancèrent pourtant un paquet de matière enflammée à proximité de la plus petite, à un endroit où les Francs ne pouvaient l’écarter ; sous l’effet du vent, le feu prit à cette tour qui fut incendiée après une chaude lutte tout autour et un rude corps à corps ; les Musulmans en rapportèrent comme butin de nombreuses cottes de maille, des cuirasses et autres objets. Puis le feu gagna la grande tour. La nouvelle se répandit parmi les Musulmans que les Francs avaient abandonné l’attaque de la ville, affairés qu’ils étaient auprès de la tour en flammes ; aussi les Musulmans abandonnèrent-ils la lutte devant les bastions [de la ville]. Ce que voyant, les Francs les attaquèrent vigoureusement, les repoussèrent loin de la tour et éteignirent le feu qui y avait pris ; puis ils disposèrent de tous côtés, pour la garder et pour garder les mangonneaux, un grand nombre de leurs meilleurs hommes.

  • 255 Environ trente mètres.
  • 256 Je n’ai pu trouver dans aucun dictionnaire le mot sarâqa que Gibb traduit par kindling wood (bois (...)
  • 257 Sens obtenu en ajoutant wa entre haulaho et fi at-tabaqât comme semble y autoriser la phrase suiva (...)

209Ils persévérèrent dans leurs attaques contre Tyr jusqu’à la fin de Ramadân (fin Mars) et approchèrent leur tour de l’un des bastions de la muraille après avoir comblé les trois tranchées qui se trouvaient devant. Les défenseurs eurent alors recours au procédé suivant : ils sapèrent et étayèrent le mur du bastion qui faisait face à la tour des Francs, puis y mirent le feu ; les étais brûlèrent et le pan de mur qui faisait face à la tour tomba devant elle, empêchant de l’avancer jusqu’à la muraille et de s’en servir pour l’assaut. Le point d’attaque était maintenant protégé par un mur peu élevé, mais comme les bastions de la ville le commandaient, la tour ne pouvait avancer de ce côté. Les Francs déblayèrent les décombres, traînèrent leur tour vers un autre bastion de la ville et la poussèrent jusqu’à proximité de la muraille qu’ils frappèrent à coups de bélier jusqu’à l’ébranler et en faire tomber des pierres. A ce moment les gens de la ville furent près de leur perte. C’est alors qu’un officier de marine originaire de Tripoli, qui avait des connaissances en métallurgie et une expérience éclairée des choses de la guerre, entreprit de fabriquer des grappins de fer destinés à s’accrocher au bélier, lorsqu’il battait la muraille, par la tête et par les côtés, au moyen de cordes que tiraient des soldats ; ils tiraient si vigoureusement que la tour de bois faillit tomber sous leur effort. Parfois les Francs en venaient à briser le bélier par crainte pour [la stabilité] de la tour, parfois il était faussé ou détérioré, parfois il était fracassé par deux grosses pierres attachées ensemble qu’on lançait sur lui de la ville. Les Francs fabriquèrent plusieurs béliers qui furent brisés de cette manière l’un après l’autre ; chacun d’eux avait soixante coudées de long255 et était attaché par des câbles à la tour de bois ; chacun d’eux portait à sa tête une pièce de fonte qui pesait plus de vingt livres. Les Francs continuèrent à fabriquer de nouveaux béliers et poussèrent la tour à proximité du mur ; alors ce marin dont on vient de parler mit en jeu une poutre longue, épaisse et solide qu’il dressa sur le bastion de la ville qui faisait face à la tour des Francs ; au sommet de cette poutre en était fixée une autre formant potence et qui mesurait quarante coudées de long ; elle tournait sur des roulettes, au moyen d’un cabestan, à la guise de celui qui la manœuvrait, tout comme les vergues des bateaux ; à l’une des extrémités de cette poutre mobile était fixée une flèche de fer et à l’autre extrémité des cordes qui tournaient sur poulie, à la guise de l’homme chargé de la manœuvre ; il y faisait monter des jarres pleines de saletés et d’immondices qu’il déversait sur les Francs dans la tour pour les détourner de la manœuvre du bélier. La situations des occupants de la tour devint difficile et ils furent détournés de leurs occupations normales. Le marin prit alors des paniers à raisin et des couffins qu’il remplit d’huile, de bitume, de bois à brûler (?)256, de résine et d’écorce de roseau ; il y mit le feu et lorsqu’il eut pris, les suspendit à l’appareil qui a été décrit et les balança au-dessus de la tour franque. Le feu finit par prendre au sommet de cette tour, et comme les Francs s’affairaient à l’éteindre avec du vinaigre et de l’eau, le marin s’empressa de suspendre d’autres paniers et en même temps lança sur la tour de l’huile bouillante dans de petites cruches pour que l’incendie se développât. Le feu s’étendit, gagna de proche en proche et devint violent, atteignant les deux hommes postés au sommet de la tour dont l’un fut tué et l’autre échappa aux flammes en descendant. Le feu embrasa toute la partie supérieure de la tour, gagna ensuite l’étage au-dessous, puis l’étage du milieu se propageant dans le bois de l’ouvrage ; il atteignit tous ceux qui se trouvaient tout autour et dans les étages257. Incapables d’éteindre l’incendie, tous les Francs qui étaient postés dans la tour et autour d’elle prirent la fuite. Les gens de Tyr firent une sortie pour piller la tour et en rapportèrent un butin d’armes, d’appareils et d’équipement qui défie la description.

210Voyant cela, les Francs se laissèrent aller au désespoir et commencèrent à battre en retraite, après avoir incendié les baraquements qu’ils avaient édifiés dans leur camp pour s’y loger, ainsi qu’une bonne partie des navires qu’ils avaient tirés sur le rivage et dont ils avaient pris les mâts, les gouvernails et les agrès pour la construction des tours. Il y avait là deux cents navires environ ; dans quelques uns d’entre eux ils emportèrent leurs bagages les plus légers. Ayant passé quatre mois et demi à assiéger Tyr, ils s’en allèrent le 10 Chawwâl 505 (10 Avril 1112) dans la direction d’Acre, puis se dispersèrent dans leurs provinces respectives. Les gens de Tyr sortirent de la ville et firent main basse sur tout ce qu’avaient laissé les Francs. Quant aux Turcs qui avaient été envoyés à la rescousse, ils regagnèrent Damas, après avoir perdu en combat une vingtaine des leurs ; ils reçurent là leur solde et leurs rations de chaque mois. Jamais tour franque, ni dans le passé, ni dans le présent, n’eut un sort pareil à celle-là qui fut brûlée depuis le haut jusqu’en bas. Ce qui facilita ce résultat, c’est la hauteur égale des deux tours, [celle des Francs et celle de la ville] ; si l’une d’elles avait dépassé l’autre, c’est la moins haute qui aurait été détruite. Les pertes parmi les habitants de Tyr atteignirent le chiffre de quatre cents personnes, celles des Francs, au dire des gens bien informés, furent d’environ deux mille hommes. Les gens de Tyr ne tinrent pas la promesse qu’ils avaient faite à Zahîr ad-dîn de lui livrer la ville et il ne leur adressa aucune réclamation à ce sujet : « Je n’ai fait ce que j’ai fait, dit-il, que pour Dieu Très Haut et pour les Musulmans sans vouloir tirer de l’argent ni des conquêtes ». De plus en plus on invoqua Dieu en sa faveur et on loua sa conduite ; il promit qu’en cas de danger analogue, il se précipiterait à la rescousse et déploierait tous ses efforts pour fournir de l’aide. Il revint à Damas, après avoir enduré bien des épreuves dans sa lutte contre les Francs, jusqu’à ce que Dieu eût dissipé l’angoisse des gens de Tyr. Ceux-ci s’employèrent à restaurer les dommages que les Francs avaient fait subir à leurs murailles ; ils remirent les tranchées qui avaient été comblées dans leur état et leur dessin primitifs et fortifièrent la ville ; les fantassins qui s’y trouvaient se dispersèrent.

  • 258 Çafîthâ : le Chastel Blanc des chroniqueurs, château situé dans les monts Ansariyé, à l’ESE de Tor (...)

211Le 2 Cha’bân (3 Février) on annonça la mort de Bertrand de Saint-Gilles, seigneur de Tripoli, à la suite d’une maladie dont il fut atteint. Il désigna son fils comme successeur, mais c’était un jeune enfant. Aussi son entourage prit-il soin de lui et régla sa situation avec Tancrède, seigneur d’Antioche. On lui fit prendre place parmi les chevaliers de Tancrède qui lui donna pour apanages Tortose, Çafîthâ, Marqiya258 et Hiçn al-Akrâd.

212Cette année-là la peste apparut en Egypte sous une forme violente ; beaucoup de gens, une soixantaine de milliers dit-on, en moururent. On annonça aussi de l’Iraq l’arrivée à Bagdad du Sultan Ghiyâth ad-donyâ wa-d-dîn b. Albî (sic) en Jomâdâ I (5 Novembre - 12 Décembre un). Il y passa quelque temps et les habitants sentirent le poids de sa présence ; les prix montèrent jusqu’à son départ : ensuite la situation s’améliora et les prix baissèrent. La même année, on annonça que l’émir Charaf ad-dîn Maudoud, maître de Mossoul, était arrivé avec son armée, avait pris position devant Edesse et avait lâché ses chevaux dans les récoltes en herbe en Dhou-l-Qa’da (Avril). Il resta là jusqu’en Moharram 506 (28 Juin - 27 Juillet) et partit pour Sarouj où il lâcha ses chevaux dans les récoltes sans prendre de précaution, sans se garder des ennemis qui battaient la campagne, ni des Musulmans qui rôdaient. Il ne s’aperçut pas de l’approche de Jocelin, seigneur de Tell Bâchir, et de ses chevaliers francs. Les chevaux de l’armée turque étaient dispersés dans les pâturages ; Jocelin fondit sur les Turcs dans la région de Sarouj au moment où Maudoud et ses compagnons s’y attendaient le moins. Les Francs en tuèrent un grand nombre, parmi lesquels des officiers, et emmenèrent la plupart de leurs bêtes. Ceux des Musulmans qui étaient sur le qui-vive se mirent en action et se préparèrent à livrer bataille à Jocelin, mais il regagna la forteresse de Sarouj.

213Cette année-là, en Moharram (Juillet 1111), Tâj al-molouk Bourî, fils de l’atâbeg, se transporta dans les appartements du roi Chams al-molouk Doqâq, dans la citadelle de Damas. On annonça aussi la mort de Qarâjah, gouverneur de Homs, à la suite d’une longue maladie qui provoqua son décès. Il était porté à l’injustice et avait partie liée avec les brigands et les coupeurs de route. Il eut pour successeur son fils Khîrkhân b. Qarâjah qui commit, à son exemple, des actes d’injustice et dont le règne, comme celui de son père, ne fut qu’un tissu d’iniquité et d’oppression.

ANNEE 506 (28 JUIN 1112 — 17 JUIN 1113)

214Cette année-là, les gens de Tyr, ayant grand peur que les Francs ne revinssent assiéger la ville, décidèrent, d’accord avec le gouverneur ‘Izz al-molk Anuchtegîn, affranchi d’al-Afdal, de livrer la ville à l’atâbeg Zahîr ad-dîn, en tenant compte du secours qu’il venait de lui prêter dans le danger et de l’assistance qu’il venait de lui donner dans le péril. Ils dépêchèrent un envoyé de confiance à qui ils s’en remirent pour traiter la chose dans ce sens avec l’atâbeg Zahîr ad-dîn. Arrivé à Banyâs, il conféra avec le gouverneur, l’émir Saïf ad-daula Mas’oud, et l’émir partit pour Damas avec l’envoyé, afin que cette affaire fût réglée en sa présence. Ils apprirent là que l’atâbeg Zahîr ad-dîn s’était rendu dans la région de Hama pour y régler une affaire pendante entre lui et le roi Fakhr al-molouk Rodwân, maître d’Alep. L’émir Mas’oud eut peur que la décision ne fût remise jusqu’au moment où Zahîr ad-dîn reviendrait de Hama et que le roi Baudouin ne se hâtât de mettre le siège devant Tyr, ce qui rendrait vain le but que l’on cherchait. Aussi décida-t-il le fils de l’atâbeg, Tâj al-molouk Bourî, qui représentait son père à Damas, à venir avec lui à Banyâs et à recevoir la soumission de Tyr, pour ne pas manquer cette occasion. Tâj al-molouk accepta et partit avec lui pour Banyâs. Mas’oud sans attendre l’atâbeg poursuivit jusqu’à Tyr, accompagné de soldats en qui il avait confiance, y parvint et s’y installa. L’atâbeg ; dès qu’il apprit cette situation, envoya en renfort à Tyr un gros contingent de Turcs qui y parvint et s’y installa. Les Turcs eurent là une situation bien établie ; on leur apportait de Damas de quoi subvenir à leurs dépenses. A Tyr, le calme revint dans les esprits ; officiellement l’invocation du vendredi fut faite comme auparavant au nom du maître de l’Egypte, les pièces de monnaie continuèrent à être frappées à son nom ; officiellement il n’y eut rien de changé.

  • 259 Zoraïq : le clan dirigeant de la grande confédération des Tayy qui nomadisaient en Transjordanie e (...)
  • 260 Banou Haubar : ou Banou Houbor, fraction de la grande confédération des Banou Rabi’a mentionnée à (...)
  • 261 Banou Rabî’a : grande tribu nomade de Syrie sur laquelle voir Gaudefroy-Demombynes, Syrie, 184 et (...)
  • 262 Passe de ‘Azib : cette passe se trouve vraisemblablement sur le territoire de l’actuelle Transjord (...)

215L’atâbeg Zahîr ad-dîn écrivit à al-Afdal en Egypte la lettre suivante : « Baudouin ayant mobilisé et recruté des troupes pour assiéger Tyr, la population m’a appelé à l’aide et m’a demandé de la défendre. Je me suis empressé d’y envoyer des gens en l’énergie de qui je pouvais avoir confiance, pour protéger la ville et lutter contre les entreprises de l’ennemi ; ils y sont maintenant installés. Dès le moment où arrivera d’Egypte quelqu’un qui pourra prendre en main la situation, protéger la ville et la défendre, je m’empresserai de la lui remettre et d’en faire sortir mes représentants. J’espère pour ma part que, loin de négliger les affaires de cette ville, on y enverra une flotte chargée de ravitaillement et qu’on la renforcera ». Quand Baudouin fut mis au courant, il quitta aussitôt Jérusalem pour Acre, mais il constata que le moment favorable était passé et que les Turcs étaient installés à Tyr. Il resta donc à Acre et y vit arriver un Arabe Zoraïq259 qui venait d’Ascalon et lui fit savoir que la caravane damascaine s’était mise en route de Boçrâ pour l’Egypte, transportant une somme d’argent considérable : « Je te guiderai jusqu’à elle, ajouta-t-il, mais tu m’accorderas la liberté des prisonniers de ma tribu ». Baudouin quitta aussitôt Acre à la recherche de la caravane. Or des Banou Haubar260 s’étaient emparés d’une partie de la caravane, mais elle leur avait échappé et était parvenue au campement des Banou Rabî’â261 qui l’avaient retenue pendant quelques jours, puis l’avaient laissé aller. Elle franchit donc la passe de ‘Azib262, séparée de Jérusalem par deux journées de marche à cheval, et parvint à la vallée, lorsque les Francs surgirent devant elle. Les gens de la caravane s’enfuirent et ceux d’entre eux qui purent escalader la montagne eurent la vie sauve ; mais leurs richesses furent prises. Les Arabes prirent la plupart des membres de la caravane, cependant que les Francs faisaient main basse sur les objets et les marchandises. Les Arabes poursuivirent sans relâche ceux qui avaient pu fuir et les rattrapèrent. Baudouin, ayant tiré de cette expédition plus de cinquante mille dinars et trois cents prisonniers, s’en revint à Acre. Il n’y eut pas une ville [de Syrie] dont quelques marchands ne fussent victimes de cette affaire.

216Cette année-là mourut à Damas le cadi Abou-’Abd Allah Mohammad b. Mousâ al-Balâsâghounî at-Torkî, le vendredi 13 Jomâdâ II (6 Décembre) — Dieu lui fasse miséricorde — ; on l’avait privé de sa charge et il demeurait chez lui.

  • 263 Kogh Vasil : aventurier arménien, maître des forteresses de Kaïsoun et de Ra’bân entre Mara’ch et (...)
  • 264 Le texte porte 8 Jomâdâ II, mais Gibb a fait justement remarquer (D.C., 132) qu’il faut corriger 8 (...)
  • 265 Sire Roger : Roger de Salerne qui était le cousin et non le neveu de Tancrède.

217Cette année-là aussi, le fils du roi Takach, fils du Sultan Alp Arslân et frère du Sultan Malik-châh, arriva à Homs, fuyant son cousin, le Sultan Ghiyâth ad-donyâ wa-d-dîn Mohammad. Il lui fut impossible de rester à Homs et à Hama et il gagna Alep. Comme le fils de Fakhr al-molouk Rodwân, maître d’Alep, faisait partie de la cour du Sultan, le nouvel arrivé eut peur de rester à Alep, alla trouver Tancrède, seigneur d’Antioche, et lui demanda sa protection ; celui-ci le traita avec honneur et générosité ; un certain nombre de Turcs qui étaient avec Tancrède se groupèrent autour de lui et il s’établit à Antioche. Le 1er Jomâdâ II, Tancrède quitta Antioche pour se rendre dans la région de Kogh Vasil (Kor Yasil)263, chef des Arméniens, qui venait de mourir. Tancrède brûlait du désir de s’emparer de ses terres, mais il tomba malade en route et fut contraint de revenir à Antioche où sa maladie s’aggrava ; il mourut le mercredi 18 Jomâdâ II (11 Décembre)264. Son neveu, Sire Roger (Sarkhala)265, lui succéda ; il prit possession d’Antioche et de ses dépendances et s’y établit solidement, après que les Francs se furent querellés à son sujet et que les prêtres eurent arrangé l’affaire. Il réclama au roi Rodwân, conformément aux conventions en vigueur, le tribut d’Alep qui atteignait la somme de vingt mille dinars, plus des chevaux ; le roi répondit favorablement à cette demande ; de même il réclama le tribut de Chaïzar, qui était de dix mille dinars ; le maître de Chaïzar consentit à le verser.

  • 266 Al-Bathaniya : cf. supra, p. 63, n. 3.
  • 267 Sur la rivalité de Jocelin de Courtenai et de Baudouin du Bourg, cf. Guillaume de Tyr in R.H.Oc., (...)
  • 268 Ici une lacune ; Gibb (D.C., 133, n. 1) propose de lire : Tibnîn, près de Banyâs.
  • 269 Salamiya : cf. supra, p. 11, n. 1.
  • 270 Qadas : localité située au S du lac de Homs près de la rive gauche de l’Oronte.
  • 271Ain al-Jarr : aujourd’hui ‘Andjar, localité située à une quinzaine de kms. au S de Zahlé ; cf. Du (...)

218Baudouin se livra à des incursions répétées contre la province d’al-Bathaniya266, l’une des dépendances de Damas, coupant les communications, provoquant la raréfaction des vivres et la hausse des prix. L’atâbeg Zahîr ad-dîn envoya force lettres à l’émir Charaf ad-dîn Maudoud, maître de Mossoul, pour lui exposer la situation dans ces provinces et l’inciter à venir se joindre à lui afin de faire cause commune contre l’ennemi rebelle à Dieu et de gagner en triomphant le mérite de la Guerre Sainte. Maudoud avait été desservi auprès du Sultan Ghiyâth ad-donyâ wa-d-dîn par des calomnies absurdes, inventées par des rivaux envieux, qui amenèrent le Sultan à lui témoigner de la défiance et de l’éloignement. On disait entre autres qu’il songeait à entrer en opposition et en révolte, que l’atâbeg et lui marchaient la main dans la main, que leurs vues s’harmonisaient, que leurs idées concordaient. Quand il sut cela, Maudoud envoya son fils et sa femme à la cour du Sultan à Ispahan pour qu’ils le disculpent, le justifient, réfutent toutes les accusations absurdes qui avaient été lancées contre lui, proclament son innocence de tout ce qu’on avait inventé contre lui et de tout ce qu’on lui avait attribué, lui concilient la bienveillance du Sultan et fassent savoir à celui-ci que Maudoud n’agissait toujours que sous l’empire de la plus parfaite obéissance, du plus parfait dévouement, du plus grand désintéressement au service du prince et avec la seule préoccupation de la Guerre Sainte. Ensuite il réunit une armée de Turcs, de Kurdes et de tous ceux qu’il put trouver, partit pour la Syrie et franchit l’Euphrate en Dhou-l-Qa’da de cette année-là (19 Avril - 18 Mai 1113). Quand cette nouvelle parvint au roi Baudouin, il en fut troublé et violemment ému. Jocelin, seigneur de Tell Bâchir, venait d’avoir un différend avec son oncle maternel, Baudouin le Petit Chef, seigneur d’Edesse267. Il était venu trouver Baudouin, seigneur de Jérusalem, qui lui avait donné en apanage Tibériade. Les deux princes convinrent que Jocelin écrirait à l’atâbeg Zahîr ad-dîn pour lui exposer ses bonnes intentions et son amitié et l’inciter à conclure un accord amiable et pacifique ; il lui céderait la forteresse de Thamânîn, voisine de celle de...268 et du Djebel ‘Amila et recevrait en échange la citadelle d’al-Habîs dans le Sawâd et la moitié du Sawâd ; il promettait de la part de Baudouin la fidèle exécution de cet accord et le maintien des relations amicales et des bons procédés ; il abandonnerait toute tentative d’agression contre l’une quelconque des dépendances de Damas, tandis que Zahîr ad-dîn ne ferait peser sa menace sur aucune des provinces franques. Zahîr ad-dîn ne répondit pas à ses avances, mais quitta Damas avec son armée pour rencontrer l’émir Maudoud et se joindre à lui en vue de la Guerre Sainte. Ils firent leur jonction dans la plaine marécageuse de Salamiya269 et furent d’accord pour attaquer Baudouin ; puis, ils se mirent en route. L’atâbeg était accompagné de toute son armée et de contingents de Homs, de Hama et de Rafaniya. Le jour de la Fête du Sacrifice (10 Dhou-l-Hijja - 28 Mai), ils campèrent à Qadas270, et se dirigèrent ensuite vers ‘Aïn al-Jarr dans la Beqâ’271, puis de là vers Wâdî at-Taïm. Ensuite ils prirent position devant Banyâs, d’où un corps de troupe se détacha avec Thamânîn pour objectif ; mais il échoua dans sa mission et s’en revint.

  • 272 Al-Qohwâna : plaine qui s’étend au S du lac de Tibériade ; cf. Gibb, D.C., 134, n. 3 et Grousset, (...)
  • 273 Aç-Çannabra : aujourd’hui Sinn en-Nabra, à la pointe S du lac de Tibériade, près du Jourdain.
  • 274 La correction proposée par Gibb (D.C., 135, n. 1) de ahtâtou ‘alâ (veiller sur, mettre en sécurité (...)
  • 275 Gibb (D.C., 135, n. 2) propose avec raison de corriger ba’d (avec dal) en ba’d (avec dâd) ; c’est (...)

219Baudouin y arriva ; quand il eut désespéré de recevoir une réponse de l’atâbeg à ses propositions de paix, il mena en Syrie plusieurs incursions et y fit des ravages, jusqu’au moment où l’armée du Sultan pénétra dans son territoire. L’atâbeg continua à offrir force présents à l’émir Maudoud ; il subvenait à ses besoins, le traitait avec honneur et le comblait de cadeaux, lui, les officiers de son armée et ses familiers : vêtements de toutes sortes, nourriture, montures. Ensuite ils se mirent en marche, après avoir donné des instructions pour camper à al-Qohwâna272. Baudouin fut rejoint par Sire Roger, seigneur d’Antioche, et par le seigneur de Tripoli ; ils tombèrent d’accord pour prendre position à l’Ouest du pont d’aç-Çannabra273, puis de là, pour couper droit sur al-Qohwâna, afin de rencontrer les Musulmans. Ils mirent leurs bagages en sûreté274 de l’autre côté du pont, à l’insu des Musulmans qui d’ailleurs ignoraient que les Francs eussent fait un mouvement parallèle au leur et fussent parvenus jusque là. Les Turcs étant arrivés les premiers à leur campement d’al-Qohwâna, quelques uns de leurs soldats275 ayant traversé le pont, en quête de fourrage et de grain, trouvèrent les Francs qui avaient déjà planté leurs tentes ; Baudouin avait pris les devants pour s’installer à cet endroit ; le seigneur d’Antioche et celui de Tripoli, qui suivaient dans la même direction, avaient campé en arrière.

  • 276 Tamîrâk b. Arslântâch : maître du Sindjar : cf. Grousset, Hist. des Crois., I, 269.
  • 277 La tente bien connue : le mot kanisa, employé ici désigne en général une église, mais est parfois (...)
  • 278 La montagne : selon Grousset (Hist. des Crois., I, 272) il s’agirait de l’une des collines voisine (...)
  • 279 Tâyyi, Kilâb et Khafaja : sur ces tribus, cf. E.I., II, 927 et 1063, IV, 654.

220Une vive lutte s’engagea entre les fourrageurs et les Francs ; l’on poussa le cri de guerre, les soldats se précipitèrent et traversèrent le pont, avec l’idée qu’il s’agissait de Jocelin, puisqu’il était seigneur de Tibériade. L’atâbeg occupa le pont ; un grand nombre de soldats se hâtèrent de le traverser, ainsi que l’émir Tamîrâk b. Arslântâch276 à la tête d’un fort détachement. Le combat se poursuivit entre les deux partis, sans que l’on fût préparé à cette rencontre, sans que l’on eût dressé de tente, sans que l’on se fût installé dans un camp, sans escarmouche de cavalerie préalable. Un corps à corps s’engagea et Dieu dans sa générosité — qu’il soit loué — accorda aux Musulmans la victoire sur les polythéistes, après trois charges. Deux mille Francs environ trouvèrent la mort dans cette rencontre, des nobles, des guerriers d’élite, des braves. Les Musulmans s’emparèrent des tentes qui avaient été plantées et de la tente-église bien connue (al-kanîsa al-machhoura)277. Baudouin réussit à s’échapper après avoir été pris, et avoir laissé ses armes aux mains de l’ennemi. Les Musulmans s’emparèrent des bêtes de somme et de tout l’équipement des fantassins ; beaucoup d’entre ceux-ci se noyèrent dans le lac, le sang se mêla à l’eau et pendant plusieurs jours les riverains ne purent en boire, jusqu’à ce qu’elle fût redevenue claire et pure. Ceux des Francs qui eurent la vie sauve se réfugièrent à Tibériade, blessés pour la plupart. L’événement eut lieu le samedi 11 Moharram 507 (28 Juin n 13). Après la conclusion de l’affaire, le reste de l’armée franque, c’est-à-dire les compagnons de Tancrède et du fils de Saint-Gilles (sic), arriva sur les lieux ; Baudouin fut blâmé pour sa précipitation et critiqué pour sa manière de voir ; on dressa près de Tibériade les tentes qui avaient échappé au pillage. Le lendemain de la bataille, un corps turc prit l’offensive dans la région de Tibériade et y menaça les Francs, avec l’intention de les attaquer et de leur infliger une sévère punition. Ils eurent peur et crurent leur perte assurée ; mais les Turcs, après avoit tenu la montagne tout le long du jour, regagnèrent leur camp. Les Francs gravirent la montagne278 et s’y retranchèrent, confiants dans son escarpement ; elle est située à l’Ouest de Tibériade ; ceux qui l’occupent ne peuvent y trouver d’eau. Les Musulmans décidèrent d’en faire l’escalade et d’y attaquer les Francs. A cet effet, l’atâbeg fit appel aux Arabes Tâyy, Kilâb et Khafâja279 qui vinrent en grand nombre avec des outres grandes et petites et des chameaux pour transporter de l’eau. Des éclaireurs firent l’escalade de la montagne par le Nord et reconnurent que l’on ne pouvait y livrer bataille tant elle présentait de difficultés et pour les cavaliers et pour les fantassins. Les Musulmans, constatant que leur victoire était rendue manifeste par des signes et des indices évidents, que l’ennemi était humilié, désemparé, diminué, affaibli, que les corps de cavalerie de l’Islam avaient poussé leurs attaques jusqu’au territoire de Jérusalem et de Jaffa, avaient dévasté ces régions, les avaient harcelées, avaient emporté leur cheptel de labour et de boucherie, pillé tout ce qu’ils y avaient trouvé, abandonnèrent l’idée de monter à l’assaut de cette montagne, et la situation resta en l’état jusqu’à la fin de Çafar (mi-Août).

221Aussitôt après cette action, cent cavaliers de l’armée du roi Fakhr al-molouk Rodwân arrivèrent d’Alep pour apporter leur aide, contrairement aux accords et aux promesses préalables. L’atâbeg Zahîr ad-dîn et Charaf ad-dîn Maudoud ne prirent pas bien la chose et revinrent sur leur décision précédente de se rapprocher de lui et de commencer la khotba par son nom. Cela se passa le 1er Rabî’ I 507 (16 Août 1113). Ils envoyèrent un messager au Sultan Ghiyâth ad-donyâ wa-d-dîn à Ispahan pour lui annoncer l’heureuse nouvelle de cette victoire, avec un certain nombre de prisonniers Francs, des têtes coupées, des chevaux, des cuirasses, des tentes et toutes sortes d’armes.

  • 280 Wâdî al-Maqtoul : je n’ai pu trouver aucune indication sur cette vallée.
  • 281 Baïsân : petite ville située au S du lac de Tibériade et au NE de Naplouse, à quelque distance de (...)
  • 282 Al-Maïdân al-Akhdar : hippodrome créé par les Sultans à l’O de la ville ; cf. Sauvaget, Damas, 458
  • 283 ‘Othmân b. ‘Affân : le troisième calife orthodoxe, qui fit établir le texte du Coran ; cf. R. Blac (...)

222Puis l’armée leva le camp en direction du Wâdî al-Maqtoul280. Ce que voyant, les Francs descendirent de la montagne, regagnèrent leur camp et cherchèrent asile sur une colline qui s’y trouvait. Des vivres, des provisions, des renforts ne cessèrent de leur arriver de leur territoire. L’armée turque, sans bagages et divisée en une dizaine de détachements, revint à la charge et maintint le contact pendant quelques jours, cherchant à attirer les Francs ; mais ils refusèrent le combat et restèrent tous groupés, cavaliers et fantassins en un seul endroit, sans qu’aucun d’eux se montrât. Les Turcs passèrent à l’attaque, tirant des flèches sur ceux qu’ils approchaient et les empêchant de se procurer des vivres et du fourrage ; ils les entouraient comme d’une ceinture, ou comme le halo de la pleine lune. Leur situation devint difficile et ils décampèrent, se retirant d’une lieue environ en trois jours. Ils profitèrent de la nuit pour gagner la montagne où ils s’étaient réfugiés précédemment pour s’y défendre. Les Musulmans les poursuivirent avec vigueur et s’acharnèrent sur tous les hommes et le butin, persistant à les empêcher de se montrer ; mais les chefs de l’armée turque réfrénaient la hâte de leurs hommes et les empêchaient d’attaquer les Francs dans leur camp, leur promettant qu’une occasion favorable se présenterait bientôt. L’attente se prolongea et le courage des gens de Maudoud faiblit, parce qu’ils étaient loin de chez eux, tardaient à y revenir et que se dérobait l’objet de leurs désirs ; la plupart d’entre eux se débandèrent et retournèrent dans leur pays ; les autres demandèrent l’autorisation d’en faire autant et l’obtinrent. Maudoud décida de rester en Syrie au contact de l’ennemi, en attendant les ordres du Sultan et sa réponse aux messages qu’il avait envoyés et aux explications qu’il avait données, pour agir en conséquence. Il n’y avait pas un Musulman dans le territoire des Francs qui ne s’adressât à l’atâbeg pour lui demander sa protection et le règlement de sa situation ; une partie des revenus de Naplouse lui parvint. Baïsân281 fut pillée et il ne resta pas un village florissant entre Acre et Jérusalem, pendant que les Francs restaient bloqués et assiégés sur leur montagne. L’atâbeg et Maudoud jugèrent alors nécessaire de se retirer, ils revinrent à Damas le 21 Rabî’ I 507 (5 Septembre 1113). Maudoud s’installa dans l’enceinte de l’Hippodrome Vert (al-Maïdân al-Akhdar)282 et l’atâbeg continua à le bien traiter, à l’honorer, à lui témoigner des égards par tous les moyens possibles ; leur mutuelle amitié, leurs bons offices réciproques furent encore consolidés. Zahîr addîn et ses familiers s’empressaient au service de l’émir ; ils allaient tous les deux prier le vendredi à la Grande Mosquée de Damas et contempler avec recueillement l’exemplaire du Coran illustre que ‘Othmân b. Affân283 — Dieu lui fasse miséricorde — avait apporté de Médine à Tibériade et que l’atâbeg avait apporté de Tibériade à la Grande Mosquée de Damas.

ANNEE 507 (18 JUIN 1113 — 6 JUIN 1114)

  • 284 Daïlamites-, cf. supra, p. 19, n. 2. Dozy (Suppl. I, 672) donne au mot silâhî le sens de : « offic (...)

223Nous avons déjà rapporté les évènements de l’année 506 et le prolongement de l’affaire jusqu’au début de l’année 507 avec le désir de bien faire voir la liaison des événements et d’éviter les brusques coupures. Le dernier vendredi de Rabî’ II 507 (2 Octobre 1113), l’émir Maudoud quitta son camp de la Prairie de la Porte de Fer (Marj Bâb al-Hadid) pour se rendre comme d’ordinaire à la Grande Mosquée en compagnie de l’atâbeg. Quand la prière fut terminée et que Maudoud eut fait quelques dévotions supplémentaires, ils s’en allèrent tous deux, l’atâbeg marchant devant pour faire honneur à l’émir, entourés de Daïlamites, de Turcs, de soldats du Khorâsân, de miliciens (ahdâth) et d’écuyers (silâhiya)284 portant toutes sortes d’armes : des sabres effilés, des épées à la pointe aiguë, des cimeterres variés, des poignards nus ; cela donnait l’impression d’une broussaille épaisse et d’une forêt touffue ; tout autour d’eux la foule se pressait pour regarder leur apparat et leur magnificence.

  • 285 Bâb al-Farâdîs : l’une des sept portes de Damas à l’époque ; cf. Gaudefroy-Demombynes, Syrie, 33 e (...)

224Quand ils furent dans la cour de la Mosquée, un homme surgit de la foule, sans se faire voir ni attirer l’attention sur lui, et s’approcha de l’émir Maudoud comme pour prier Dieu en sa faveur et lui demander l’aumône ; il saisit prestement la ceinture de son manteau et le frappa de son poignard par deux fois au-dessous du nombril ; le premier coup l’atteignit au flanc, le second à la cuisse. Aussitôt les sabres frappèrent l’assassin de toutes parts ; il fut atteint par de nombreuses armes ; on lui coupa la tête pour pouvoir déterminer son identité, mais on resta dans l’ignorance ; on enflamma un bûcher où l’on jeta son corps. Au moment de l’événement, l’atâbeg fit quelques pas en arrière et ses compagnons l’entourèrent ; quant à Maudoud, très maître de lui, il marcha jusque tout près de la porte Nord de la Mosquée, puis s’écroula ; on le transporta dans la demeure de l’atâbeg qui marchait à côté de lui. La foule fut saisie d’un grand trouble, flotta, fut agitée de mouvements divers, puis se calma en voyant l’émir marcher et en pensant qu’il était sauf. On fit venir un chirurgien qui cousit une partie des blessures ; mais l’émir mourut le jour même au bout de quelques heures — Dieu lui fasse miséricorde —. L’atâbeg fut bouleversé par cette mort dans de telles circonstances, il en conçut une tristesse, un regret, un chagrin sans cesse croissants ; les troupes et la population nourrissaient en présence de ce destin fatal les mêmes sentiments de chagrin, de regret et de deuil. Le corps fut enveloppé dans un linceul et enseveli ce jour-là à l’heure de la prière du milieu du jour, dans un mausolée situé à l’intérieur de la Porte des Jardins (Bâb al-Farâdîs)285 à Damas. Tous les yeux qui contemplèrent ce spectacle se remplirent de pleurs et les larmes coulèrent sur toutes les joues. Les compagnons de l’émir se préparèrent alors à regagner leurs résidences de Mossoul et autres lieux et l’atâbeg commanda de leur donner tout ce qu’ils demanderaient pour leur voyage ; ils emportèrent avec eux les bagages de Maudoud, ses pierres précieuses et son trésor.

  • 286 La correction proposée par Gibb (D.C., 141, n. 1) de haïra (irrésolu) en jâïra (tyrannique) appara (...)

225Quand il avait été nommé gouverneur, il s’était conduit en tyran286 et avait traité ses sujets à Mossoul de manière fort peu louable ; aussi un grand nombre d’entre eux s’étaient-ils exilés pour fuir sa tyrannie. Mais quand il fut averti que les intentions du Sultan à son égard avaient changé, il répudia cette façon de faire, agit en homme de bien, fit preuve de modération et de justice, prit le contrepied de ce que l’on savait et de ce que l’on entendait dire de lui, se montra d’une piété assidue, distribua des aumônes, ordonna le bien, défendit le mal, tant et si bien que sa renommée devint excellente et que ses actions furent hautement approuvées ; il eut la mort sereine d’un martyr. Sa dépouille resta ensevelie dans le mausolée que nous avons dit, veillée par de pieuses gens et par des lecteurs du Coran jusqu’à la fin de Ramadân de cette année-là (début de Mars 1114). A cette date, sa femme et son fils envoyèrent des émissaires chargés de leur rapporter son cercueil.

  • 287 On sait que l’imâm ach-Châfi’î est l’initiateur de l’un des quatre « rites » juridiques officiels (...)

226On annonça cette année-là de Bagdad la mort du faqîh de l’imâm Abou-Bakr Mohammad b. Ahmad ach-Châchî — Dieu lui fasse miséricorde — survenue à Bagdad le samedi 25 Chawwâl (4 Avril 1114), alors que lui était échue la direction des sectateurs d’ach-Châfi’î287 ; il fut enterré dans le tombeau de son maître Abou-Ishaq ach-Chaïrâzî — Dieu lui fasse miséricorde.

227Tout ce qui concerne les épreuves de Tyr, le changement de gouvernement qui y fut opéré au profit de Zahîr ad-dîn, la délégation que celui-ci donna à Mas’oud pour protéger, défendre et administrer la ville, l’envoi d’un émissaire auprès d’al-Afdal pour le mettre au courant de la situation, a été rapporté précédemment. L’émissaire envoyé en Egypte y resta jusqu’en Dhou-lHijja 506 (19 Mai - 17 Juin 1113). La situation apparut à al-Afdal dans toute sa précision et son évidence et il congédia le messager de l’atâbeg en lui remettant une réponse favorable : « Tout cela, écrivait-il, s’est arrangé au mieux pour nous » et il approuvait les vues de Zahîr ad-dîn sur la position qu’il avait prise et louait la ligne de conduite qu’il avait adoptée. Il ordonna d’armer une flotte qui emporterait à Tyr du grain, du ravitaillement, la solde des troupes régulières et auxiliaires et du grain à vendre à la population. Cette flotte était sous le commandement de Charaf addaula Badr b. Abou-t-Tayyib ad-Dimachqî qui était gouverneur de Tripoli au moment où les Francs s’en emparèrent. Elle arriva à Tyr à la fin de Çafar 507 (première moitié d’Août 1113) apportant tout ce qu’il fallait ; les prix baissèrent, les conditions de vie s’améliorèrent, la situation se stabilisa, et la convoitise des Francs cessa à son endroit. La cargaison comprenait aussi de superbes robes d’honneur en tissu d’Egypte, officiellement offertes à Zahîr ad-dîn, à son fils Tâj al-molouk Bourî, à ses familiers et à Mas’oud, son délégué à Tyr. La flotte resta là jusqu’à ce que le vent fût favorable : elle mit à la voile dans la dernière décade de Rabî’ I (5-14 Septembre 1113).

  • 288 Il y a probablement là une erreur, car Mas’oud est encore signalé en 516 (voir infra) comme gouver (...)

228Le roi Baudouin dépêcha un envoyé auprès de l’émir Mas’oud, gouverneur de Tyr, pour lui demander la conclusion d’un armistice et l’établissement de relations amicales et pacifiques afin que soient supprimées toutes raisons de se nuire d’un côté comme de l’autre. L’émir, ayant accepté, l’affaire fut conclue sur une base équitable et la situation se stabilisa comme on le désirait ; la sécurité régna sur les grandes routes pour les allants et venants, les commerçants et les voyageurs qui arrivaient de partout. Mas’oud mourut — Dieu lui fasse miséricodre — le 10 Chawwâl 507 (20 Mars 1114)288. Quand le seigneur d’Antioche, avec son armée, s’était séparé du roi Baudouin pour retourner à Antioche, le fils du roi Takach, fils du Sultan Alp Arslân, s’était séparé de lui pour Tyr d’où il écrivit à l’atâbeg Zahîr ad-dîn, lui demandant la permission de venir à Damas. Celui-ci répondit en se récusant de la plus aimable manière, sous les prétextes les plus valables et écarta la demande le plus gracieusement du monde. Quand il eut perdu tout espoir [de ce côté-là], le fils de Takach prit le chemin de l’Egypte et trouva auprès d’al-Afdal toutes les marques d’honneur,de respect, d’admiration qu’il aimait et en reçut de quoi lui assurer une vie facile et la réalisation de ses espérances.

229En Jomâdâ II, on annonça d’Alep que le roi Fakhr al-molouk Rodwân, maître de cette ville, avait été pris d’une maladie qui avait duré et s’était aggravée et qu’il était mort — Dieu lui fasse miséricorde — le 28 de ce mois (10 Décembre 1113). Cette mort jeta le trouble dans Alep et le regret au cœur des familiers du roi. On raconta qu’il laissait dans son trésor, en espèces, en biens meubles, en mobilier et en vaisselle, environ six cent mille dinars. Sa succession fut recueillie par son fils Alp Arslân, âgé de seize ans, qui avait un défaut de langue : il bégayait. Sa mère était fille de l’émir Yâghî Siyân, maître d’Antioche. Il fit arrêter plusieurs des familiers de son père, en fit mettre quelques uns à mort et s’empara des biens de quelques autres. Il eut pour collaborateur un eunuque de son père, Loulou’, et tous deux furent de mauvais administrateurs. Il fit arrêter ses deux frères, Malik-châh, son frère germain, et Mobârak, son frère consanguin, fils d’une esclave, et les fit tous deux mettre à mort. Son père, le roi Rodwân, en avait usé de même, au début de son règne, en faisant tuer ses frères, les fils de Tâj ad-daula, Abou-Tâlib et Bahrâm-châh, qui tous deux avaient très belle prestance ; le sort que subirent ses deux fils après sa mort fut le châtiment de sa conduite envers ses deux frères.

  • 289 Sarmîn : localité située au SO d’Alep, sur la route de Lattaquié ; cf. Dussaud, T.H., 214.
    Djebel a (...)

230La situation des Bâtiniya à Alep s’était renforcée et leur influence s’était accrue. Ibn Badî’, chef de la milice urbaine (alahdâth), et les notables furent effrayés par leur nombre, leur cohésion, la protection qu’ils assuraient à ceux des leurs qui cherchaient refuge auprès d’eux en raison de leur nombre. Le médecin astrologue et Abou-Tâhir l’orfèvre furent les premiers en Syrie à faire profession de cette doctrine méprisable, sous le règne du roi Rodwân ; ils cherchèrent à le séduire à force de ruses et de faux semblants et acquirent beaucoup d’influence sur un grand nombre d’Isma’îliens à Sarmîn, au Jazr, au Djebel as-Sommâq, chez les Banou ‘Olaïm289. Ibn Badî’, raïs d’Alep, entreprit de mettre le roi Alp Arslân b. Rodwân au courant de leur action. Tous deux décidèrent de la réprimer sévèrement et d’engager des poursuites contre eux. Abou-Tâhir l’orfèvre fut arrêté ainsi que tous ceux qui avaient embrassé cette doctrine, au nombre de deux cents. Abou-Tâhir l’orfèvre fut mis à mort sur le champ, avec Isma’îl le propagandiste, le frère du médecin astrologue et les chefs du mouvement qui ont été indiqués. Les autres furent mis en prison et privés de leurs biens. On intercéda pour certains d’entre eux et quelques uns furent relâchés, tandis que d’autres étaient précipités du haut de la citadelle et d’autres mis à mort. Plusieurs s’enfuirent et se réfugièrent auprès des Francs ou se dispersèrent dans le pays.

231Lu nécessité amena le roi Alp Arslân à songer à quelqu’un qui pourrait administrer son royaume et redresser ses erreurs ; son choix tomba sur l’atâbeg Zahîr ad-dîn, maître de Damas, à qui il écrivit à ce sujet ; il lui confiait le soin de toutes ses affaires, s’en remettait à lui pour améliorer la situation et lui demandait de venir à Alep pour voir ce qu’il en était. Mais les circonstances obligèrent le roi à se déplacer lui-même avec sa suite et à aller trouver l’atâbeg à Damas pour s’entretenir avec lui et préciser les choses en commun. Il arriva au milieu de Ramadân (fin Février 1114) et fut accueilli par l’atâbeg avec les honneurs dûs à sa dignité et les hommages convenables à son rang ; l’atâbeg l’invita à entrer dans la citadelle de Damas et le fit asseoir sur le trône de son oncle Chams al-molouk Doqâq ; lui-même et ses familiers se mirent au service du roi ; il lui offrit tous les cadeaux et objets précieux qu’il put trouver et qui convenaient à un prince et en usa de même pour tous ceux qui l’avaient accompagné. Le prince resta ainsi quelques jours puis se remit en route pour Alep le 1er Chawwâl (11 Mars), accompagné de l’atâbeg Zahîr-ad dîn et de la majeure partie de son armée. Arrivé à Alep, il y resta quelques jours. Certains des collaborateurs d’Alp Arslân lui conseillèrent de faire arrêter plusieurs chefs de son armée et son vizir Abou-1-Fadl b. al-Mauçoul ; or la conduite de cet homme était louable et il était connu pour faire le bien et éviter le mal. Le prince suivit ce conseil. Mais l’atâbeg Zahîr ad-dîn fit mettre à part l’émir Gumuchtegîn al-Ba’albakî, chef de l’armée. Alp Arslân se montra hostile aux vues raisonnables et aux louables directions de l’atâbeg. Quand celui-ci se fut bien rendu compte que l’on n’usait en cela ni de bon sens ni d’équité, quand il lui apparut clairement que l’administration était défectueuse et que les choses différaient de ce qu’il avait pensé, il considéra que le dessein le meilleur et le plus raisonnable pour lui était de regagner Damas ; il fut accompagné par la mère du roi Rodwân qui en avait manifesté le désir. Revenu à Damas, il échangea une correspondance avec Baudouin, roi des Francs, en vue de conclure un armistice et d’établir entre eux d’amicales et pacifiques relations qui faciliteraient la remise en état des campagnes dévastées et la protection des routes contre les chenapans et les brigands. La chose fut décidée et chacun d’eux s’engagea solennellement vis à vis de l’autre à respecter fidèlement ce pacte et à se conduire en ami sincère. La sécurité régna sur les routes et dans les provinces, la situation s’améliora et les récoltes furent abondantes.

  • 290 Ma’arrat Naçrîn : autre façon d’appeler Ma’arrat Maçrîn ; cf. Dussaud, T.H., 213, n. 4.
  • 291 Je suis ici l’interprétation de Gibb (D.C., 148, n. 1) en admettant comme lui que le pronom mascul (...)

232Cette année-là, on annonça de Chaïzar que le jour de la Pâque des Chrétiens, un groupe de Bâtiniya, formé de gens d’Apamée, de Sarmîn, de Ma’arrat an-No’man [et de Ma’arrat] Naçrîn290 et comptant cent hommes à pied avait attaqué à l’improviste la forteresse de Chaïzar, s’en était emparé et, après avoir expulsé un certain nombre de ses défenseurs, avait fermé la porte de la forteresse ; les assaillants étaient alors montés à la citadelle et l’avaient prise, elle et ses tours, en l’absence des Banou Monqidh, maîtres de la ville, partis pour assister en spectateurs à la fête des des Chrétiens. Ce coup de main avait été préparé de longue date et les Banou Monqidh avaient témoigné une grande bienveillance à ces fauteurs de désordre. Les gens de Chaïzar se précipitèrent vers la barbacane (al-bâchoura) avant qu’ils n’y arrivent, y firent monter les femmes par les embrasures au moyen de cordes et restèrent avec elles [pour les protéger]291. Ils furent rejoints par les émirs Banou Monqidh, maîtres de la forteresse, qui grimpèrent vers les rebelles en criant : « Dieu est le plus grand » et luttèrent jusqu’à ce qu’ils eussent contraint leurs adversaires à se réfugier dans la citadelle. Les Bâtiniya perdirent courage, se laissèrent aller. Les Banou Monqidh les attaquèrent en nombre croissant ; leurs sabres réglèrent le débat et tous les rebelles furent tués, comme aussi tous les Bâtiniya qui, dans la ville, étaient entrés dans leurs vues. Des précautions furent prises pour éviter le retour de pareils incidents.

ANNEE 508 (7 JUIN 1114 — 26 MAI 1115)

  • 292 Bâbâ : appellation donnée par les princes turcs à leurs précepteurs (Gibb, D.C., 148, n. 3).
  • 293 At-torba al-Fakhâriya : il faut probablement identifier ce lieu avec attorba al-Qarâjiya mentionné (...)

233Cette année-là, on annonça d’Alep que Bâbâ292, connu sous le nom de Loulou’, eunuque atâbeg du roi Tâj ad-daula Alp Arslân, maître d’Alep, avait intrigué contre son souverain et avait formé un complot avec quelques uns de ses gens pour l’attaquer et le tuer lorsqu’une occasion favorable se présenterait. Quand elle fut venue, ils se précipitèrent sur lui et le tuèrent dans sa demeure de la citadelle d’Alep, à la suite de quoi la confusion régna. La conduite de ce prince, et dans ses affaires personnelles, et envers ses troupes, et envers ses sujets était mauvaise et méchante, sans qu’on puisse en espérer du bien ni une amélioration quelconque ; aussi trépassa-t-il sans laisser de regret ni de chagrin derrière lui. Cette année-là mourut aussi le Chérif Nasîb ad-daula Abou-l-Qasam ‘Ali b. Ibrahim b. al-’Abbâq b. al-Hasan al-Hosaïnî — Dieu lui fasse miséricorde — dans la nuit du dimanche 24 Rabî’ II (26 Septembre) et il fut enterré après la prière du midi dans at-Torbat al-Fakhariya293 à Damas. Cette année-là aussi un violent séïsme se produisit en Syrie ; la terre trembla, les habitants furent saisis de frayeur. Puis tout se calma, les esprits comme le reste, après l’angoisse et le trouble ; les cœurs retrouvèrent le repos après l’inquiétude et la frayeur.

234Cette année-là aussi, l’émir Najm ad-dîn II Ghâzî vint prendre position devant Homs où était établi Khîrkhân b. Qarâjâ. Quand Najm ad-dîn avait bu du vin et s’était enivré, il restait habituellement en état d’hébétude pendant plusieurs jours, sans reprendre ses esprits pour régler quoi que ce soit, ni donner un ordre ou une directive à qui venait lui en demander. Khîrkhân était au courant de cette honteuse habitude et de cette extravgante apathie ; aussi quand il eut appris que Najm ad-dîn se trouvait dans cet état, il sortit de la citadelle de Homs avec ses soldats, le surprit dans son camp, profitant de l’occasion qui s’offrait, s’empara de sa personne et l’emmena à Homs au mois de Cha’bân (Janvier 1115). L’atâbeg Zahîr ad-dîn eut le cœur serré quand il apprit cette nouvelle et écrivit à Khîrkhân, pour lui exprimer son mécontentement et l’importance qu’il attachait à la mésaventure d’il Ghâzî. Gela modifia les intentions de Khîrkhân qui, après avoir gardé son prisonnier pendant quelques jours, le libéra et le laissa aller.

  • 294 Cette information prématurée sera reprise à sa date exacte, c’est-àdire en l’année 511 ; voir infr (...)

235Cette année-là aussi, on annonça du territoire des Francs la mort de leur roi Baudouin emporté par une maladie, suite d’une blessure qui s’était rouverte : il avait reçu cette blessure dans un combat contre les Egyptiens. Il en mourut et fut remplacé par qui on trouva bon294.

  • 295 Al-Bâb aç-Çaghîr : le cimetière situé à l’extérieur de cette porte, au S de la ville, était l’une (...)

236Cette année-là aussi mourut le cheikh Abou-l-Wahch Sobaï’ b. Moslim ad-Darîr connu sous le nom d’Ibn Qaïrat al-Moqrî, qui connaissait les sept psalmodies du Coran — Dieu lui fasse miséricorde —. Son décès eut lieu le samedi 11 Cha’bân (11 Février 1115) et il fut enseveli à la Petite Porte (al-Bâb aç-Çaghîr)295 ; parmi les tombes des martyrs — Dieu les agrée. Il fréquenta assiduement la Grande Mosquée de Damas et y enseigna jusqu’à ce qu’il mourût dans la bonne voie.

ANNEE 509 (27 MAI 1115 — 15 MAI 1116)

  • 296 La leçon motawallî que donnent le texte et le manuscrit doit, comme le propose Gibb (D.C., 152, n. (...)
  • 297 Ici un mot certainement altéré : kaannaho (?) que Gibb (D.C., 152, n. 2) propose ingénieusement de (...)

237Cette année-là, l’esprit offensif des Francs se renforça à Rafaniya ; ils la fortifièrent de leur mieux, la garnirent de soldats et entreprirent de semer partout le désordre et le ravage. Zahîr ad-dîn appliqua alors son attention à élucider leur situation, à étudier leur ligne de conduite dans leurs territoires, à guetter une occasion favorable pour les attaquer, à se renseigner sur une négligence [possible] de leur part. Il ordonna aux généraux et aux officiers de l’armée de se tenir équipés et prêts à se mettre en marche dans une certaine direction afin d’obtenir le mérite de la Guerre Sainte, et à partir en opération pour une affaire des plus importantes. Ensuite il fit une marche forcée de nuit et réussit à surprendre les Francs encore couchés en toute quiétude, tranquilles et joyeux dans leur cantonnement et qui ne s’aperçurent du danger qu’au moment où il les entourait de toutes parts. Les Turcs donnèrent l’assaut à la ville et s’en emparèrent ; tous ceux qui s’y trouvaient furent faits prisonniers et attachés au licou de la soumission et de l’asservissement. Les uns furent tués, les autres pris et les Musulmans pillèrent, en fait de bagages, de chevaux et d’objets divers, de quoi remplir leurs mains, réjouir leur esprit et raffermir leur cœur. Cela se passa le jeudi 2 Jomâdâ II (22 Octobre 1115). Les Musulmans rentrèrent à Damas victorieux, contents, chargés de butin, sans avoir perdu un seul homme, ramenant les prisonniers et les têtes des ennemis tués. On les fit défiler dans la ville de sorte que la joie [de la victoire] se doubla [du plaisir] de les contempler ; les cœurs se dilatèrent, et, dans l’armée, l’on se sentit regaillardi pour la Guerre Sainte et l’offensive. Quand le bruit se répandit dans les provinces d’Iraq et à la cour du Sultan que Dieu avait accordé une grande énergie à l’atâbeg Zahîr ad-dîn pour lutter contre les Francs abominables et lui avait accordé de les vaincre et de les maltraiter, de protéger, de défendre et de sauvegarder les gens de Syrie contre leurs entreprises, de si bien traiter ses administrés que l’on invoquait Dieu en sa faveur dans les réunions de commerçants et de particuliers, qu’on lui vouait beaucoup de gratitude dans les compagnies de voyageurs qui fréquentaient ces contrées, quelques hauts dignitaires de la cour du Sultan Ghiyâth lui portèrent envie et lui décochèrent des flèches et des coups, avec l’intention de compromettre sa situation, avec le dessein de contrecarrer ses espoirs, de le faire descendre du rang qu’il occupait dans l’entourage du Sultan et de faire envoler les vues favorables que Ghiyâth avait sur lui. C’est bien ainsi que la chose se passa ; le bruit en fut répandu, diffusé, divulgué de tous côtés et quelques uns de ses amis, soucieux de ses intérêts, en écrivirent à l’atâbeg par amitié. Il en fut si préoccupé qu’il se prépara à partir avec une escorte pour la résidence de l’imâm al-Mostazhir et du Sultan Ghiyâth, Bagdad, la ville de la paix, avec l’intention de se reconnaître leur client296, de se mettre à leur service, de gagner leur faveur par ses efforts, de leur exposer sa situation et de faire disparaître par sa présence la mauvaise impression qui s’était formée dans les esprits à son propos297. On lui conseilla d’abandonner ce projet, on le mit en garde, on lui fit dire de n’y plus songer, mais ne tenant pas compte de ces avertissements et ne répondant point aux questions qu’on lui posait, il se prépara sans relâche à se mettre en route et rassembla, pour les emporter avec lui, de magnifiques cadeaux : cristaux, pièces d’orfèvrerie, tissus d’Egypte variés, coursiers rapides d’Arabie, toutes choses propres à lui concilier les faveurs d’aussi hauts personnages. Il se mit en route, accompagné de ses familiers et de serviteurs de confiance, le dimanche 24 Dhou-l-Qa’da de cette année-là (9 Avril 1116).

  • 298 Ce sens est obtenu en supprimant, comme le propose Gibb (D.C., 153, n. 1) la particule wa devant m (...)

238Comme il approchait de Bagdad et que la nouvelle de son arrivée y était parvenue, il fut accueilli par des familiers de la Noble Maison Prophétique d’al-Mostazhir et de la Cour du Sultan Ghiyâth, par des personnalités officielles et par des notabilités de la ville, qui le comblèrent d’honneurs et de marques de déférence. Un tel accueil accrut la satisfaction298 de ses protecteurs et mit en pièces les entreprises de ses rivaux envieux ; il exposa le but de sa visite et n’entendit que l’approbation de son argumentation, l’éloge de son action, l’exaltation de sa politique, de quoi apaiser son esprit, chasser sa méfiance, lui redonner confiance.

  • 299 Sur le mot harb pris dans le sens de : administration générale, voir Wiet, Matériaux pour un corpu (...)
  • 300 Sur le sens du mot mazâlim, cf. H. F. Amedroz, The mazalim jurisdiction, in Journal of the Royal A (...)

239Lorsqu’il songea à reprendre le chemin de Damas et qu’il y eut été autorisé, il fut gratifié de robes magnifiques et de superbes présents et reçut un diplôme de Sa Hautesse le Sultan Ghiyâth qui lui conférait le gouvernement de la Syrie pour l’administration299 et les impôts, et lui laissait toute liberté pour faire ce qu’il voudrait du montant total des ressources fiscales (irtifâ’). Ce diplôme avait été rédigé par le Chancelier (at-toghrâî) Abou-Isma’îl alIçfahânî qui avait un don de rédaction et d’éloquence unique en son temps, une culture et une perfection sans pareille à son époque. J’ai consigné ici le texte de ce diplôme afin que le lecteur puisse se rendre compte du mérite du rédacteur, du haut rang du destinataire et de la perfection avec laquelle il est représenté. Le voici : « Au nom de Dieu clément et miséricordieux. Ceci est un diplôme rédigé sur l’ordre du Grand Sultan Ghiyâth ad-donyâ wa-d-dîn — que Dieu prolonge ses jours, exalte ses partisans et fasse triompher son étendard — à l’intention de l’excellent émir et grand général en chef (al-içfahsallâr) Zahîr ad-dîn atâbeg — puisse Dieu continuer à l’assister. Du fait que nous est apparue son adhésion aux liens les plus sages du loyalisme, sa fidélité aux nœuds les plus solides du service, son aptitude à suivre les chemins les plus sûrs de la bonne cause, sa faculté de cheminer dans les meilleurs sentiers de l’obéissance, et que l’expérience a révélé en lui l’essence même d’un homme de bon conseil et de longue pratique, de vaste culture et de bon sens, qui a gravi les degrés des honneurs au prix d’efforts appréciés et qui s’applique à conserver soigneusement la plus haute estime due à son attachement aux traditions illustres et illustrées, inhérentes à la direction d’immenses collectivités, à la défense de l’Islam contre toute atteinte, au souci exclusif de faire triompher les alliés et de lutter contre les ennemis, à la libre acceptation des charges les plus lourdes, d’un homme, [dis-je], qui, réunissant en lui toutes ces qualités particulières, est mûr pour le service des Puissances et jouit de la confiance de ses troupes et de ses compagnons, d’un homme indépendant en ses avis, dont l’amitié a été acceptée après épreuve, dont le crédit a été multiplié par ses qualités héritées et acquises, dont les interventions sont rendues décisives par son passé comme par son présent, [estimant nécessaire] d’augmenter la supériorité que lui vaut sa capacité et l’illustration que lui vaut son renom, de lui payer sa tranquillité perdue par la magnificence de son pouvoir, de renouveler sa faveur dans la mesure où il a rempli ses devoirs, où il a trouvé la juste application de ses efforts méritoires, où il s’est montré digne de sa situation enviée, adéquat à la place qu’il occupe dans l’Etat, Nous l’avons considéré comme digne entre tous de recevoir des vêtements d’honneur, d’être gratifié de la part la plus considérable des marques d’estime, d’être élevé au sommet et au pinacle par les degrés du choix et de la préférence, d’être préposé à la charge des grandes choses et à la direction des affaires les plus importantes, d’être lancé sur la pente ascendante des monts et des collines, d’être investi du commandement des métropoles et des armées ; Nous avons décidé de lui renouveler ce diplôme relatif au commandement de la Syrie et de donner effet en sa faveur à toutes les dispositions des décrets publiés qui contiennent les noms des pays qui lui reviennent par acte officiel, avec tout ce qui s’y attache et les régions, villages, places fortes, châteaux qui s’y ajoutent, conformément aux indications de détail contenues dans le présent ordre. Nous entendons bien qu’il s’agisse ici d’une faveur garantie contre tout retour de fortune, d’une greffe qu’il soit interdit d’arracher. Nous lui avons confié dans l’ensemble de ses territoires la gestion administrative (harb), les dîmes (ci’châr), toutes les espèces de redevances (jibâyât), les effectifs (‘oroud), la police (ma’ divin), la milice urbaine (ahdâth), les taxes foncières (akhrija), les soldes (a’tâ), les gratifications aux alliés (an-nafaqa fî-l-auliyâ), les requêtes pour abus (mazâlim)300, les jugements (ahkâm) et toutes les autres questions soumises à l’attention des gouverneurs compétents et des conseillers de confiance, afin de sauvegarder ses droits légitimes et de préserver ses engagements antérieurs et parce que Nous avons confiance qu’il fera durer la faveur [dont il est l’objet] et saura se l’attacher par le zèle qu’il mettra à remplir les conditions de son service, demander à Dieu qu’il accroisse son heureuse action et chercher à multiplier son efficience en continuant à donner d’utiles conseils et [à manifester] ses vertus d’indépendance et d’énergie. Que Dieu Très Haut nous fasse aller au mieux de ses intérêts en nous faisant atteindre le but qui convient dans le choix de nos amis et nous inspire la bonne direction en ce qui concerne le but des pensées et l’objectif des jugements ; qu’il ne nous prive pas de Son aide salutaire dans le choix de ceux qu’il choisit et la désignation de ceux qu’il désigne. En raison de ce que Nous pensons et croyons, Nous avons donné cet ordre dans la crainte et l’obéissance de Dieu, avec le sentiment de la frayeur qu’il inspire et du contrôle qu’il exerce, en Nous réfugiant contre cette crainte dans la forteresse inexpugnable et dans l’ombre apaisante, prenant aide contre elle dans le trésor le plus salutaire et les précautions les plus tutélaires, Nous gardant des tentations de la passion en Nous liant par les nœuds sûrs de la crainte de Dieu et en Nous couvrant de son signe le plus salutaire. Dieu Très Haut a dit : « O vous qui croyez, si vous êtes pieux envers Dieu, Il vous donnera une Salvation (furqân), vous fera remise de vos mauvaises actions et vous pardonnera. Dieu est le détenteur de la faveur immense. » (Cor. VIII, 29).

240« Nous avons ordonné à cet émir de se conduire au mieux avec les partisans et les troupes qu’il accueille, de les porter, par l’effet de la meilleure politique, sur le tapis le plus moelleux, de leur faire suivre une voie moyenne entre la douceur et la sévérité, la facilité et la difficulté, d’inspirer à leurs cœurs la crainte respectueuse qui saisit l’humble et fait trembler le superbe, de faire revenir qui est parti à la légère, de redresser le rictus du criminel, de faire appel à ceux d’entre eux qui ont en partage le bon sens, la sagacité, la fermeté et la ténacité pour leur demander avis et conseil, de tirer d’eux l’essence de leur être, au gré des circonstances, en échangeant avec eux des vues et des secrets, de s’aider des fruits de leurs pensées et des résultats de leurs méditations afin d’éviter l’erreur et de suffire à l’essentiel, de s’occuper des insensés et des fauteurs de trouble et de désordre en les redressant, les polissant, les pétrissant, les éduquant, de les faire revenir de leurs excès par les paroles qui suffisent et les conseils les plus circonspects qui font effet et servent. Si quelqu’un, profitant de sa douceur, de sa mansuétude, de sa patience, de son indulgence, continue à s’insurger et persévère dans la rébellion, qu’il le batte comme on bat la terre, qu’il s’acharne à le redresser jusqu’à l’anéantir, étant convaincu que c’est une des règles de la politique que de donner son dû à chacune des catégories qu’il a à gouverner et sur lesquelles s’étend son pouvoir en aiguisant l’intelligence de l’homme d’expérience et de confiance et faisant obstacle à l’égarement du coupable obstiné. Dieu Très Haut a dit : «  Assurément, tu auras à craindre une trahison de la part de certains. Rejette [leur alliance] tout uniment. Dieu n’aime pas les traîtres ». (Cor. VIII, 60).

241« Nous lui avons ordonné d’avoir l’œil aux aguets en ce qui concerne les places frontières limitrophes de ses provinces et proches de son territoire, de prêter une oreille en éveil et une attention scrupuleuse à leurs intérêts, qu’elles soient petites ou grandes ; qu’il les fournisse en hommes de courage et de valeur, renommés pour leur vaillance et leur énergie, connus pour leur fermeté, leur désintéressement, leur endurance au combat, leur intention de lutter avec cœur contre l’ennemi, qu’il les aide en leur procurant des armes et du matériel, en augmentant leurs approvisionnements et leurs vivres, qu’il veille à leur relève de manière à ranimer l’énergie de qui est abattu, à donner de la nourriture quand il le faut, en obtenant qu’ils se redressent s’ils sont courbés, que leurs querelles s’atténuent, que soit parfaite leur obéissance, qu’ils se montrent dociles, que leur nombre et leur équipement s’accroissent, que leur ardeur soit rude à l’ennemi, que leur ruse et leur âpreté exaspèrent leurs rivaux, Dieu Très Haut a dit : « Préparez contre eux tout ce que vous possédez de forces et de chevaux pour intimider par là les ennemis de Dieu et vos ennemis ». (Cor. VIII, 62).

242« Nous avons ordonné que lui et ses compagnons s’arment de fermeté et d’endurance, lorsque les sabres s’entrechoquent et que les troupes s’avancent sous l’aiguillon des exhortations, qu’ils offrent leur vie pour emporter sa satisfaction, pour sauvegarder la religion et protéger la fleur de l’Islam et des Musulmans, que néanmoins il s’entoure de précautions ainsi que ses compagnons, qu’il ne les lance pas en avant à la légère, qu’il ne les laisse pas affronter le danger sans s’être munis de résolution, entourés de précautions, qu’ils n’avancent qu’avec une totale circonspection à laquelle ne se mêle aucune négligence, qu’aucune occasion ne soit perdue, qu’ils ne se laissent pas repousser lorsque l’ardeur monte au front des combattants et que la mêlée est à son paroxysme, qu’ils ne se précipitent pas à leur perte lorsque la bataille s’échauffe et que les armées entières se rencontrent. Dieu a dit, — qu’il soit magnifié et exalté : « Luttez de toutes vos forces pour Dieu, comme cela Lui est dû ». (Cor., XXII, 77).

243« Nous lui avons ordonné de conférer l’efficience à l’aide de sa garantie, de fixer solidement la base de ses engagements, de défendre sa protection contre tout ce qui risque de l’écarter, de la préserver de tout ce qui peut l’altérer, la modifier, de cheminer avec les gens sincères, de se conformer aux rites de la vérité, de ne pas laisser devenir redoutable un chemin dont il aura assuré la sécurité, de ne pas rompre un contrat par lesquel il se sera engagé, de ne pas dénoncer un pacte qu’il aura conclu, de ne pas s’écarter d’une promesse qu’il aura avancée, de ne pas se détourner de qui cherche sa protection, de ne pas refuser d’accepter la paix de la part de qui aura recherché son pardon sous l’empire de la crainte. Dieu Très Haut a dit : « Et remplissez votre engagement, car de l’engagement il est demandé compte ». (Cor., XVII, 36). Il a dit aussi — qu’il soit exalté — : « S’ils inclinent à la paix, toi aussi incline vers elle ». (Cor., VIII, 63).

244« Nous lui avons ordonné d’assurer à tous ses sujets, sédentaires ou nomades, la sécurité, gage de la paix du cœur et de l’aisance, de les entourer de tous côtés d’une barrière protectrice dans leurs déterminations et leurs actions, de défendre eux-mêmes, leur postérité, leurs biens, leurs moyens d’existence de manière à faire échec à la ruse de l’oppresseur, à retenir la main du débiteur, à dégager les craintifs de leurs illusions, à s’interposer entre eux et leurs ennemis, à répandre parmi eux la justice de Dieu, à brandir le fer contre quiconque a versé le sang, a violé un lieu sacré ou a fait acte de scission et de résistance ou a répandu le trouble sur la terre. Dieu Très Haut a dit : « La rétribution de ceux qui font la guerre à Dieu et à son Prophète et répandent le trouble sur la terre, c’est d’être mis à mort ou crucifiés ou d’avoir les mains et les pieds symétriquement coupés ou d’être bannis du pays. Ce sera pour eux un opprobre en ce monde et il y aura pour eux dans l’autre un terrible châtiment ». (Cor., V, 37).

  • 301 Le manuscrit porte moqâsamât au lieu de moqâsât du texte. Sur le sens de ce mot, voir Van Berchem,(...)
  • 302 Qosout : je n’ai rien trouvé d’autres sur ce mot que l’indication donnée par Dozy (Suppl., II, 344 (...)
  • 303 Moqâta’ât : sur le sens de ce mot, voir Van Berchem, op. cit., 53 et suiv.

245« Nous lui avons ordonné de veiller sans défaillance sur les biens de ses sujets, de se renseigner minutieusement sur les injustices dont ils sont victimes, de suivre à leur égard l’équitable Tradition Prophétique, d’empêcher les plus forts d’entre eux d’opprimer les plus faibles, d’inciter ceux qui dépendent de lui à user mutuellement d’équité et de bonne foi, de les tenir éloignés de l’intolérance et de la violence mutuelles, de bien fixer les droits lorsque la preuve est évidente ou que s’élève le doute, de leur choisir des gouverneurs et des administrateurs dont la conduite soit la plus droite, la manière d’agir la plus nette, le caractère le plus louable, de prescrire à chacun d’eux de ne pas modifier une disposition officielle, de ne frustrer personne d’un droit, de n’humilier personne dans leur administration, d’empêcher qu’un prétendant à la tyrannie n’établisse sur eux son pouvoir, de ne point faire acte de tyrannie, de ne pas prendre l’innocent pour le coupable ni l’homme sain pour le malade, de se contenter, en ce qui concerne les impôts fonciers (akhrijât), les redevances en nature (moqâsamât)301, les patentes (?) (qosout)302, les tributs fixes (moqâta’ât)303, des droits habituels, de les inciter à prélever des bénéfices normaux dans les limites de l’équité, de tenir compte des précédents des gouverneurs antérieurs ; tout ce qui est bon et bien, il le suivra pas à pas, tout ce qui est mauvais et repréhensible, il le repoussera, le changera. Qu’il soit persuadé qu’il est responsable de tout ce qu’il a acquis et accaparé, et comptable de ce qu’il a détruit et arrangé. Dieu Très Haut a dit : « L’homme aura seulement ce qu’il aura obtenu par ses efforts. Et à la fin ses efforts seront vus. Alors il recevra la récompense la plus complète ». (Cor., LIII, 40-42).

  • 304 Sens obtenu en lisant yozlifanâ, au lieu de yozlifa du texte et du manuscrit.

246« Qu’il reçoive cette grande faveur, ce bienfait insigne en exaltant leurs virtualité, en s’acquittant de l’obligation de reconnaissance qu’ils lui confèrent ; qu’il se convainque qu’ils demeureront autour de lui tant qu’il traitera bien son entourage en conseillant et gouvernant avec sincérité, qu’ils persisteront pour lui et ses descendants tant qu’ils agiront selon les principes de ce pacte, feront leur possible pour en consolider les attaches, proclameront leur ralliement au pouvoir établi, s’en tiendront à la tradition reconnue en ce qui concerne la khotba et la monnaie, resteront fidèles à la dynastie abbaside, qui constitue une tradition à respecter et hors de laquelle il n’y a qu’égarement hérétique, combattront dans la voie de Dieu comme il est juste et se seront bien conduits envers Ses esclaves et Ses territoires. Puisse Dieu Très Haut nous aider, lui et Nous, dans cette opinion que nous avons, nous rapprocher304 de Sa satisfaction qui sera louée à jamais, s’il plait à Dieu Très Haut. Ecrit au mois de Moharram de l’année 510 (16 Mai - 13 juin 1116) ».

247Il s’en revint à Damas avec une situation excellente et des affaires réglées au mieux pour lui-même et pour les siens, avec un pouvoir et une considération accrus. Il y fit son entrée le lundi 16 Rabî’ I 510 (29 Juillet n 16).

ANNEE 510 (16 MAI 1116 — 4 MAI 1117)

  • 305 Erreur de nom : Bertrand de Saint-Gilles était mort en 1113 ; il s’agit de son fils Pons.
  • 306 Même remarque que ci-dessus.
  • 307 Les Francs sont les Européens ; quant aux « Chrétiens » ce sont les Chrétiens d’Orient, Arméniens (...)

248On annonça cette année-là que Bertrand, fils de Saint-Gilles305, seigneur de Tripoli, avait réuni et recruté des troupes et fait tous ses efforts pour marcher sur la région de la Beqâ’, afin d’y répandre la dévastation, le pillage, les ravages, les dommages systématiques. De son côté, l’émir al-içfahsallâr Saïf ad-dîn alBorsoqî, maître de Mossoul, était arrivé à Damas avec une partie de ses troupes pour apporter à l’atâbeg Zahîr ad-dîn son appui contre les Francs et organiser des expéditions contre eux. L’atâbeg s’ingénia à l’honorer et à lui témoigner les marques de déférence dues à son rang. Il y trouva la nouvelle que les Francs avaient pris l’offensive contre la Beqâ’. L’atâbeg et l’émir furent d’accord pour partir ensemble à leur rencontre. Ils marchèrent jour et nuit et réussirent à tomber sur les Francs bien tranquilles dans leur camp et qui ne s’attendaient à rien de pareil. L’armée turque fut sur eux sans qu’ils aient eu le temps de monter à cheval, ni de prendre leurs armes et Dieu lui accorda la victoire. Les Turcs passèrent leurs ennemis au fil de l’épée, tuant, pillant, faisant des prisonniers, ils fondirent sur les fantassins qui se trouvaient en grand nombre, venus de toutes les provinces franques, firent prisonniers leurs principaux chevaliers, leurs chefs et les plus valeureux d’entre eux et tuèrent le reste. Seuls réussirent à se sauver leur chef, Bertrand, fils de Saint-Gilles306, leur connétable et un petit nombre d’entre eux que protégea la rapidité de leurs chevaux et qu’épargna leur destin. Les Turcs s’emparèrent d’une grande quantité de matériel, chevaux, bêtes de somme, bagages. Des témoins oculaires ont rapporté que les pertes des Francs au cours de cette journée s’élevèrent à plus de trois mille hommes en cavaliers et en sergents à pied francs, en cavaliers et en fantassins chrétiens307.

  • 308 Sens obtenu en lisant mochrik au lieu de mochriq du texte et du manuscrit.

249L’atâbeg Zahîr ad-dîn et Saïf ad-dîn Aq Sonqor al-Borsoqî revinrent à Damas avec leurs troupes, tout joyeux de ce brillant succès et de cette magnifique victoire, avec un butin considérable et un surcroît de bétail, sans avoir perdu un homme, sans avoir subi le moindre dommage. Ils arrivèrent devant la ville avec les prisonniers, les têtes des morts : les habitants vinrent à leur rencontre pour contempler ce spectacle, contents de les voir, joyeux de les regarder, entremêlant leurs cris de joie de louanges à Dieu, maître de la victoire, dispensateur du succès, remerciant le TrèsHaut du secours indubitable qu’il avait apporté, de la supériorité qu’il avait accordée sur les polythéistes308 poltrons. Aq Sonqor al-Borsoqî passa quelques jours à Damas, puis repartit pour sa capitale après avoir noué avec Zahîr ad-dîn un pacte d’amitié et d’entente et après avoir convenu avec lui qu’il le soutiendrait dans la Guerre Sainte lorsqu’il se produirait quelque affaire ou qu’un danger poindrait. Cette année-là aussi on avait annoncé, avant que Zahîr ad-dîn ne fût revenu d’Iraq, une tentative faite par les Bâtiniya dans l’entourage du Sultan ; ils assassinèrent l’émir Ahmadîl au mois de Moharram, malgré le prestige dont il jouissait, le nombre accru de ses suivants et l’abondance de ses armes. L’on fut étonné de cet acte hardi lorsqu’il fut connu, de cette action lorsqu’elle fut sue, mais le résultat appartient en fin de compte à Dieu.

250On annonça aussi d’Alep le meurtre de l’eunuque Loulou’ qui avait fait triompher sa cause et avait été l’instigateur du meurtre du roi Alp Arslân b. Rodwân, fils de son maître. L’événement eut lieu en Dhou-l-Hijja (Avril 1117) sur un ordre donné par les amis du roi défunt.

ANNEE 511 (5 MAI 1117 — 23 AVRIL 1118)

  • 309 Sallâr : cf. supra, p. 33, n. 3.

251Cette année-là mourut le sallâr309 Bakhtiyâr, préfet (chihna) de Damas et représentant de Zahîr ad-dîn pour l’administration de la cité et le gouvernement de la population. Il était atteint de plusieurs maladies qui se prolongèrent jusqu’à ce qu’il fût parvenu à son échéance — Dieu lui fasse miséricorde — dans la nuit de la mi-Cha’bân (11 Février 1118). Zahîr ad-dîn fut peiné de sa disparition et attristé du malheur qui l’avait frappé ; la plus grande partie de la population le regretta, car il usait de vertu, ne se laissait pas aller à boire du vin, était aussi riche de cœur que de biens, serviable à qui venait le trouver pour la défense d’une juste cause et pour la sauvegarde du mal, excellent dans son office pour faire le bien de ses administrés et inciter à agir conformément à la justice et à l’équité. Son fils, le sallâr ‘Omar, fut investi de sa charge, suivit ses traces et se conforma à son exemple.

252On annonça aussi de l’Iraq la mort du Sultan Ghiyâth addonyâ wa-d-din Mohammad — Dieu lui fasse miséricorde — survenue à Ispahan par suite d’une maladie qui se prolongea jusqu’à sa mort le 11 Dhou-l-Hijja (5 Avril 1118). Il fut remplacé comme Sultan par son fils Mahmoud dont l’autorité fut vite établie et la situation bien assise.

  • 310 Yâroqtâch : renégat arménien.
  • 311 Al-Qobba : Qobbat Molâ’ib, sur la route d’Alep à Salamiya ; cf. Dussaud, T.H., 209, n. 12.
  • 312Arid : il s’agit sans doute d’un fonctionnaire militaire, probablement chargé du bureau des effec (...)

253On annonça aussi d’Alep que l’içfahsallâr Yâroqtâch310, un affranchi qui s’était chargé du commandement militaire (içfahsallâriya) d’Alep, avait conclu une trêve et un arrangement pacifique avec les Francs et leur avait livré la forteresse d’alQobba311. On raconta aussi que l’émir Aq Sonqor al-Borsoqî était parti d’ar-Rahba à la tête de son armée, s’était dirigé vers Alep et l’avait assiégée avec le désir de s’en emparer ; mais ses espérances furent déçues et il battit en retraite vers Mossoul. On annonça aussi que l’içfahsallâr Yâroqtâch dont on vient de parler avait été expulsé de la citadelle d’Alep et que le commandement militaire (içfahsallâriya) et le contrôle des finances avaient été remis à l’émir Abou-l-Ma’âlî [al-Mohassin] b. al-Molhamî, inspecteur de l’armée (‘ârid)312 à Damas, qui prit la charge des affaires et du gouvernement à Alep. Au milieu de Moharram (20 Mai), les Francs attaquèrent le faubourg de Hama, une nuit d’éclipse de lune, et tuèrent environ cent vingt de ses habitants.

254On annonça la mort du duc d’Antioche en Moharram (Mai 1117). L’émir Najm ad-dîn II Ghâzî arriva à Alep avec son armée et s’empara du pouvoir pendant tout le mois de Çafar (Juin) ; ses projets échouèrent et il quitta la ville, mais son fils, Hosâm ad-dîn Timortâch, resta sur place.

  • 313 Sur cette expression, cf. supra, p. 104, n. 2.
  • 314 Le texte porte Kondahou ou Kondahri ; on sait que le successeur de Baudouin fut Baudouin du Bourg, (...)

255On annonça aussi de Constantinople la mort du « soi-disant roi »313 des Grecs Alexis ; le pouvoir royal échut après lui à son fils Jean, dont l’autorité fut vite assurée et qui suivit la politique de son père. On annonça aussi la mort de Baudouin, roi des Francs, seigneur de Jérusalem, à la suite d’une longue maladie qui causa son décès, en Dhou-l-Hijja (26 Mars 23 - Avril 1118). Il fut remplacé par le roi Comte...314.

ANNEE 512 (24 AVRIL 1118— 13 AVRIL 1119)

256Cette année-là arrivèrent du territoire Franc des renseignements et des rumeurs selon lesquels les Francs avaient des visées sur certaines villes et forteresses, s’étaient mis d’accord pour y répandre ravages et dommages, profitant de ce aue l’Islam négligeait de mener contre eux des expéditions ou la Guerre Sainte, et s’étaient mis à faire des préparatifs à cet effet. L’atâbeg Zahîr ad-dîn écrivit aux chefs locaux et aux hauts fonctionnaires pour les inviter à coopérer à la défense contre les maléfices de ces maudits en s’entraidant sans défaillance.

  • 315 La correction proposée par Gibb (D.C., 158, n. 1) de al-bâ’ith du texte et du manuscrit en at-tabâ (...)
  • 316 Gibb (D.C., 158, n. 3) propose de lire ahzâb au lieu de ikhrâb et traduit : « les inciter à détrui (...)

257On annonça aussi que l’émir Najm ad-dîn II Ghâzî se dirigeait vers Damas à la tête de son armée, pour se joindre à l’atâbeg Zahîr ad-dîn, délibérer sur l’organisation de la chose, échanger des vues sur sa mise en pratique et en décider. Il avait au préalable envoyé des messagers aux tribus turcomanes, pour les appeler à s’acquitter de l’obligation de la Guerre Sainte et les inciter à lancer des appels dans ce sens315 et à réunir leurs forces. L’émir, venant d’Alep, arriva à Damas avec des collaborateurs et des familiers. L’atâbeg et lui tinrent une réunion, conclurent un pacte et se donnèrent mutuellement l’assurance d’employer tous leurs moyens et leurs efforts à faire la Guerre Sainte contre les ennemis infidèles et les empêcher de causer des dommages dans ces forteresses et ces villes ; puis ils se mirent d’accord pour que l’émir Najm ad-dîn Il Ghâzî, gouverneur de Mârdîn, y règle la situation, rassemble des Turcomans de ses provinces et les incite à mettre à mal les sectateurs316 du polythéisme et de l’erreur. On jugea nécessaire que l’émir Zahîr ad-dîn se joignît à lui pour consolider la situation et faciliter l’accomplissement de leurs espérances. Ils se mirent en route dans la première décade de Ramadân 512 (16-25 Décembre). Zahîr ad-dîn le quitta en Çafar 513 (14 Mai - 11 Juin 1119), après qu’ils eurent négocié avec les tribus turcomanes pour mettre de l’ordre dans leurs affaires et pour qu’elles se préparent à venir en Syrie avec leurs forces importantes et leur détermination victorieuse : cette coalition aurait pour but la défense de la religion et l’éviction des rebelles hérétiques. Zahîr ad-dîn resta à Damas jusqu’à l’approche du terme convenu et du moment fixé, puis il partit pour la région d’Alep le 1er Rabî’ I 513 (12 Juin 1119).

258On annonça de l’Iraq la mort du Calife, de l’imâm al-Mostazhir bi-llah, Prince des Croyants, fils de l’imâm al-Moqtadî bi-llah, Prince des Croyants ; il fut atteint d’une maladie qui dura jusqu’à ce que fût échu le terme fixé et qu’il s’en remît à la miséricorde de son Maître, dans la nuit du jeudi 14 Rabî’ II (2 Août 1118). Il avait été Calife pendant vingt-six ans, deux mois et quelques jours, agissant en homme de bien féru de justice et d’équité, évitant tout geste de tyrannie et d’oppression. Il fut remplacé par son fils, l’héritier désigné, Abou-Mançour al-Fadl al-Mostarchid bi-llah, Prince des Croyants, fils d’Abou-l-’Abbâs Ahmad al-Mostazhir bi-llah, Prince des Croyants. La cérémonie de l’investiture fut renouvelée, son pouvoir assuré et l’on envoya dans toutes les provinces des messages de condoléances pour l’imâm disparu, de félicitations pour l’imâm survivant.

ANNEE 513 (14 AVRIL 1119 — 1ER AVRIL 1120)

  • 317 Sur Roger d’Antioche, cf. supra, p. 119, n. 3.
  • 318 Charmadâ ou Dânîth al-Baqal : Sarmeda ou Sarmit, localité située à 35 kms. environ à l’O d’Alep ; (...)
  • 319 Il faut lire ici 17 Rabî’ I (28 Juin) ; le mot ‘achra (dix) est omis dans le manuscrit, mais la da (...)

259Lorsque l’atâbeg Zahîr ad-dîn arriva à Alep au terme fixé d’après leurs décisions afin d’y rejoindre Najm ad-dîn pour l’opération qu’ils avaient arrêtée, il trouva déjà concentrés les Turcomans, venus de toutes parts ; ils étaient en très grand nombre, leur force était visible ; c’était comme des lions en quête de leur proie ou comme des faucons qui tournoient au-dessus de leurs victimes. On annonça que Roger, seigneur d’Antioche317, était sorti de sa ville avec tout ce qu’il avait pu rassembler et recruter dans toutes leurs provinces et leurs régions, en fait de régiments francs et de fantassins arméniens : plus de vingt mille cavaliers et fantassins, sans compter la valetaille. Cette immense masse était parfaitement équipée et armée de pied en cap. Ils avaient établi leur camp en un endroit appelé Charmadâ ou encore Dânîth al-Baqal, entre Antioche et Alep318. Dès que les Musulmans le surent, ils fondirent sur eux comme un vol de faucons qui vont protéger leurs nids. Aussi vite que deux regards se croisent, les deux partis s’approchèrent l’un de l’autre : les Musulmans partirent à l’attaque et entourèrent les Francs de tous côtés, frappant de leurs sabres, décochant leurs flèches ; Dieu Très Haut — qu’il soit loué — accorda la victoire au parti de l’Islam sur la pègre rebelle ; en moins d’une heure, le samedi [I]7319 Rabî’ I 513 (18 Juin 1119), les Francs étaient à terre, gisant tous pêle-mêle, cavaliers et fantassins avec leurs chevaux et leurs armes, au point qu’aucun d’entre eux ne put s’échapper pour porter la nouvelle et que leur chef Roger fut trouvé étendu parmi les cadavres. Plusieurs témoins oculaires de cet événement ont raconté qu’ils s’étaient promenés sur le champ de bataille pour y contempler le signe éclatant de l’action de Dieu Très Haut et qu’ils avaient vu des cadavres de chevaux transformés en hérissons par la quantité de flèches qui les avaient frappés. Cette victoire fut l’une des plus belles ; jamais triomphe pareil n’avait été accordé à l’Islam dans les années passées, dans les jours d’autrefois. Antioche resta sans protection, privée de défenseurs et de soldats, vide de guerriers braves et valeureux, proie pour celui qui sauterait dessus, occasion pour qui en chercherait. Mais on n’y fit pas attention parce que l’atâbeg Zahîr ad-dîn ne participait pas à cette journée et que les Turcomans s’étaient précipités à la bataille sans préparation, parce que Dieu en avait décidé ainsi, parce que les combattants s’étaient préoccupés de ramasser un butin dont les mains furent pleines, les cœurs raffermis, les esprits satisfaits de tant de beauté : « Voilà leurs demeures désertes » (Cor., XXVII, 53). « Louange à Dieu, maître des mondes ». (Cor., I, 1).

  • 320 Sur ce site et ce monument, voir Sauvaget et Ecochard, Les monuments ayyoubides de Damas, I, 8, in(...)

260L’atâbeg Zahîr ad-dîn reprit le chemin de Damas peu après cette victoire et y fit son entrée le samedi, avant dernier jour de Jomâdâ I 513 (6 Septembre 1119). Il y trouva la princesse Çafwat al-molk, mère du roi Chams al-molouk Doqâq, épuisée par une longue maladie et sentant sa fin proche ; elle attendait sa venue et désirait le voir. Il lui fit une longue visite, écouta ses paroles, recueillit ses dernières volontés ; elle survécut un peu, puis mourut dans la miséricorde, l’indulgence et la satisfaction de Dieu, entre la prière de midi et celle de l’après-midi du dimanche, dernier jour de Jomâdâ I 513 (7 Septembre 1119) ; elle fut enterrée auprès de son fils dans le monument (qobba) qu’elle avait fait bâtir sur la hauteur dominant l’Hippodrome Vert320. C’était une femme réservée qui aimait la religion, les aumônes, se tenait éloignée de l’injustice en cherchant le bien ; de plus elle possédait une grande force d’âme, du prestige, la connaissance des affaires, comme le montre son action pour faire respecter les droits de Zahîr ad-dîn au moment de la mort de son fils, le roi Chams al-molouk, jusqu’à ce que l’atâbeg eût le pouvoir bien en main, fût assuré du royaume et du gouvernement ; ses visées et ses espoirs furent facilités par les conceptions, le prestige et l’action politique de la princesse. Aussi le chagrin de Zâhîr ad-dîn fut-il grand lorsqu’elle disparut : sa tristesse et son regret redoublèrent ; il entra en possession de ce qu’elle avait laissé, fit mettre au jour tout ce qu’elle avait placé en réserve et lui avait confié, en conformité avec ses dernières volontés.

  • 321 La répétition du mot ibn, que l’on trouve dans le texte, ne figure pas dans le manuscrit.

261En Rajab de cette année-là (7 Octobre - 5 Novembre) mourut l’émir Hâriq b. Gumuchtegîn al-’Irâqî ; c’était l’un des premiers personnages du gouvernement et l’un des principaux émirs. On annonça aussi de l’Iraq que le Sultan Mahmoud, fils321 du Sultan Ghiyâth ad-donyâ wa-d-dîn Mohammad, était allé trouver son oncle le Sultan Sanjar au Khorâsân. Il pénétra chez lui et foula le sol de sa demeure, après les incidents et les guerres qui avaient eu lieu entre eux deux. L’oncle le reçut avec égards et déférence, lui témoigna son approbation, reconnut sa situation, à condition que son propre pouvoir en fût mieux établi et que sa propre situation en fût renforcée, lui donna sa fille en mariage, reconnut ses possessions et lui offrit en cadeaux pour l’honorer des robes d’apparat et des coussins. Il revint à Ispahan sa capitale, tout joyeux de voir comblés ses espérances et l’objet de ses désirs.

262Cette année-là aussi, ceux qui venaient de Jérusalem racontèrent la découverte des tombes des Prophètes Abraham (alKhalîl) et ses fils Isaac et Jacob — sur eux la bénédiction et le salut de Dieu —. Ils se trouvaient réunis dans une caverne du territoire de Jérusalem et avaient l’air vivants ; leurs corps n’avaient subi aucune dégradation, leurs os ne s’en allaient pas en poussière ; au-dessus d’eux, dans la caverne, étaient suspendues des lampes d’or et d’argent. Les tombes furent rétablies dans leur état primitif. Voilà exactement ce qui a été raconté ; Dieu connaît la vérité mieux que personne.

ANNEE 514 (2 AVRIL 1120 — 21 MARS 1121)

  • 322 Mo’an et kolaf : sur le sens de ces deux mots, voir Dozy, Suppl., II, 565 et 484.
  • 323 Zardanâ : la Sardone des Croisés, localité située à environ 35 kms. au SO d’Alep ; cf. Dussaud, T. (...)
  • 324 Afrâs ou Ghafrâs : c’est-à-dire Théodore Gavras, duc de Trébizonde ; cf. Gibb, D.C., 162, n. 1.
  • 325 Sirmân : je ne suis pas parvenu à identifier cette forteresse.
  • 326 Arzinjân : ville située sur la rive droite de l’Euphrate occidental à 150 kms. environ au S de Tré (...)

263On apprit cette année-là de la région d’Alep que l’émir Najm ad-dîn II Ghâzî avait supprimé les taxes sur les marchés (mokous) imposées aux gens d’Alep, ainsi que les prestations en vivres (mo’an) et les corvées (kolaf)322 ; il avait de même abrogé toutes les innovations tyranniques et les impôts abhorrés ; ces mesures furent accueillies avec reconnaissance, gratitude, faveur, et l’on pria Dieu pour l’émir. On raconta de Mârdîn qu’un froid intense s’était abattu sur cette ville, comme il ne s’en produisait jamais d’ordinaire et comme on n’en avait pas vu de pareil ; il causa la mort des animaux et la perte de la plupart des plantes et des arbres. Najm ad-dîn détruisit aussi cette année-là Zardanâ323, et, de son côté, l’émir Balk b. Artoq mit en déroute Afrâs le Grec324 et tua environ cinq mille Grecs près de la citadelle de Sirmân325, dans le pays d’Arzinjan (Andakân)326 ; leur chef, Afrâs, fut fait prisonnier.

  • 327 Az-Zafrânî : bourg situé à un jour de marche de Hamadhân ; cf. Barbier de Meynard, Dictionnaire gé (...)

264On annonça aussi que le Sultan Mahmoud avait mis en déroute l’armée de son frère Mas’oud à la porte de Hamadhân, au-dessous d’az-Za’frânî327.

  • 328 Qfll’at Ja’bar : cf. supra, p. 97, n. 3.

265On annonça aussi, l’arrivée du Comte (al-Khondhou ou Kondhrî), roi des Francs, avec plusieurs vaisseaux ; il prit possession de la plupart des forteresses. Cette année-là aussi, une trêve fut conclue entre Najm ad-dîn II Ghâzî, maître d’Alep, et les Francs. Des rapports pacifiques et amicaux furent établis et chaque partie s’engagea à ne pas nuire à l’autre. On annonça aussi que le Sultan Mahmoud avait marché à la tête de son armée contre la capitale de Dobaïs b. Çadaqa b. Mazyad, l’avait pillée et avait mis ses troupes en déroute ; Dobaïs s’était réfugié dans Qal’at Ja’bar328 demandant la protection du maître de ce lieu, l’émir Chihâb ad-dîn Mâlik b. Sâlim b. Mâlik. Celui-ci le prit sous sa protection et le reçut avec égards et déférence ; on dit qu’une alliance matrimoniale avait été conclue entre eux.

  • 329 Sur cette population, alors établie en Crimée et dans les steppes de la Volga, cf. E.I., II, 990-9 (...)

266On dit qu’en Dhou-l-Hijja (23 Mars - 21 Avril 1121), une tempête de vent violente, effroyable, inouïe avait soufflé sur la région des Khazar329, ruinant églises et forteresses, déracinant un grand nombre d’oliviers.

  • 330 Bozâ’a : cf. supra, p. 8, n. 4.

267On dit aussi que Jocelin avait attaqué les Arabes et les Turcomans, campés à Siffîn et leur avait enlevé beaucoup d’hommes et d’animaux sur le bord de l’Euphrate ; en revenant il détruisit la forteresse de Bozâ’a330.

ANNEE 515 (22 MARS 1121 — 11 MARS 1122)

  • 331 Sur la mort d’al-Afdal, on trouve quelques renseignements dans le premier des Six fragments inédit (...)
  • 332 Al-Batâïhî : orphelin de petite condition devenu l’un des chambellans du général en chef Badr.

268On annonça cette année-là le meurtre d’al-Afdal, fils du Général en Chef et maître du pouvoir en Egypte— Dieu lui fasse miséricorde — le lendemain de la Fête de la rupture du jeûne (13 ou 14 Décembre 1121), à la suite d’un complot monté et fomenté contre lui pour le moment où une occasion en rendrait possible la réalisation. L’occasion se présenta comme il se trouvait à cheval au milieu de son cortège, traversant l’un des marchés du Caire331. Il était extrêmement méfiant et précautionneux, se tenait toujours sur ses gardes et en éveil, surtout contre la secte des Bâtiniya, et se prémunissait contre eux en s’entourant d’armes de toutes espèces, d’un grand nombre de serviteurs, d’esclaves, de gardes noirs, de matériel varié, de sabres aiguisés. Ceux qui avaient préparé son assassinat et qui le guettaient étaient à plusieurs. Un homme se précipita sur lui sortant d’une rue [adjacente], pour occuper les gens du cortège ; [pendant ce temps] un autre homme surgit devant lui et le frappa de plusieurs coups qui le firent tomber de cheval ; les deux hommes furent exécutés sur le champ ; on l’emporta chez lui, alors qu’il respirait encore et il mourut le jour même — Dieu lui fasse miséricorde —. On prétendit que les Bâtiniya étaient responsables de cet assassinat ; cela n’est pas exact. Bien au contraire, ce n’est là qu’affirmation en l’air et absurdité sans fondement. Le seul motif valable, sur lequel s’accordent tous les récits véridiques et indubitables de cette affaire, est l’altération des rapports entre al-Afdal et son maître, al-Amir bi-ahkâm Allah, Prince des Croyants ; le premier tenait le second en tutelle, l’empêchait de faire ce qu’il désirait et lui témoigna même de l’aversion en quelques rencontres. Le désaccord persistant qui les séparait était devenu manifeste pour bien des gens du Caire et ils en parlaient entre eux. Al-Amir avait résolu de tendre un guet-apens à al-Afdal lorsqu’il se présenterait à lui dans son palais, pour lui offrir ses devoirs ou pendant les jours de fête ; il avait formé en son cœur le ferme projet d’en finir. Mais l’émir Abou-l-Maïmoun ‘Abd al-Majîd l’empêcha d’agir ainsi et lui dit : « Si l’affaire se termine de cette manière, c’est la honte et la mauvaise réputation assurées, car son père et lui sont à notre service depuis cinquante ans et les gens de la ville et des provinces ne savent pas autre chose. On ne manquera pas de dire alors de la façon dont nous récompensons un homme de ce mérite : « Voilà une récompense abominable, une affreuse rétribution ». Nous n’aurons pas d’excuses aux yeux de l’opinion qui ne sait pas les sentiments qu’il inspire à nos âmes, les reproches que nous pouvons lui faire, qui ne voit que l’extérieur des choses, la sincérité de son attachement, la fidélité de son obéissance, la protection, la sauvegarde qu’il assure à la dynastie. Il faut donc que tu puisses invoquer la nécessité pour le remplacer dans ses fonctions par quelqu’un d’autre qui soit capable d’acquérir la même influence que lui ou une partie de son influence, mais qui redoute de pénétrer dans notre palais de peur qu’il ne lui arrive la même chose qu’à l’autre, qui ne pénètre auprès de nous que craintif et prêt à tout subir et qui n’en sorte que peureux ou inquiet. Dans l’action que tu envisages, il y a de quoi attiser la haine et laisser paraître la mauvaise intention aujourd’hui comme par la suite ; la bonne méthode, c’est que tu te concilies Abou-’Abd Allah [Mohammad] al-Batâïhî332 qui est au fait de ses affaires et connaît ses pensées secrètes et avouées, que tu lui écrives, que tu le prépares, que tu lui fasses désirer et convoiter la charge de l’autre. Il donnera son accord et son aide pour deux raisons ; la première est d’ordre religieux : il appartient à la même secte que nous, et est convaincu qu’il faut nous assister et nous aimer ; la seconde tient au monde qu’il aime et au fait que la charge de l’autre sera pour lui, Il organisera le complot avec des gens inconnus, insignifiants, qui n’attirent pas le regard, des gens qui tendront un guet-apens à al-Afdal quand il sera à cheval ; si nous mettons la main sur le meurtrier, nous le ferons exécuter, nous exigerons que le sang soit vengé, nous nous montrerons tristes et affligés de la perte d’al-Afdal ; notre responsabilité sera dégagée aux yeux de toute la population, la mauvaise renommée et les propos désobligeants ne seront pas pour nous ».

  • 333 On trouve l’explication de l’expression korsî al-jisr dans P. Casanova, Essai de reconstitution to (...)

269C’est bien ainsi que l’affaire prit tournure ; on s’employa à la mener jusqu’au bout, le moment vint et la décision de Dieu fut irrévocable. Al-Amir fut très heureux de ce meurtre et ne s’en cacha pas devant tous ses familiers du Vieux et du Nouveau Caire. L’endroit où fut assassiné al-Afdal se trouvait, dit-on, à la tête du pont de bateaux (korsî al-jisr)333 à l’entrée des deux Petits Marchés (as-Sowaïqatân) ; l’événement eut lieu un dimanche, le dernier jour de Ramadân 515 (11 Décembre 1121). Al-Afdal était alors âgé de cinquante sept ans, car il était né à Acre en 456 (1066). Il se montrait fort attaché à l’orthodoxie (madhhab as-sonna), parfait en sa conduite, féru de justice et pour les soldats et pour les civils, judicieux dans ses vues et dans leur exécution ; ses préoccupations étaient élevées, ses résolutions fermes, ses connaissances profondes, ses sentiments délicats, son âme généreuse, son intelligence pénétrante ; il réprouvait la tyrannie, s’écartait des voies de l’oppression. Il fut pleuré par bien des yeux, regretté par bien des cœurs ; jamais par la suite n’apparut d’homme comparable ; après sa disparition le gouvernement ne reçut plus de louange. Le pouvoir après lui fut exercé par celui qui le détenait en droit, al-Amir bi-ahkâm Allah, Prince des Croyants ; celui-ci fit main basse sur ce que possédait al-Afdal, ses richesses, ses trésors, ses troupeaux, ses biens qui étaient en très grande abondance. AlAmir gouverna selon son bon plaisir ; il procéda à la nomination d’Abou-’Abd Allah b. al-Batâïhî, comme il le lui avait promis, lui donnant le surnom honorifique d’al-Mamoun ; il fit et défit, éleva et abaissa à sa guise.

  • 334 Les Passes : les passes du Caucase, à l’O de la ville de Darbend.
  • 335 Tughril : gouverneur de Kazwin, Ghilân et des frontières NO de l’Iran actuel ; cf. Gibb, D.C., 164 (...)
  • 336 Amedroz cite un long extrait de lHistoire de Mayyâfâriqîn d’al-Fâriqî où ces événements sont rela (...)

270On annonça cette année-là que les Géorgiens avaient franchi les Passes (ad-Doroub)334 et avaient pris la direction des territoires du roi Tughril335. Celui-ci appela à son secours l’émir Najm addîn Il Ghâzî, maître d’Alep, les Turcomans, l’émir Dobaïs b. Çadaqa. Tous répondirent à son appel et à ses demandes et allèrent le rejoindre avec des effectifs considérables. La horde des Géorgiens battit en retraite, sous l’effet de la peur et se retira en désordreLes Musulmans les serrèrent de près et les assiégèrent dans les Passes ; mais ils contre-attaquèrent, mirent les Musulmans en fuite, en tuèrent un grand nombre et, s’étant dirigés vers Tiflis, la prirent de vive force et tuèrent tous ceux qui s’y trouvaient336.

271Cette année-là, un vent de ténébres souffla sur l’Egypte pendant trois jours, causant la mort de bien des gens et des animaux.

ANNEE 516 (12 MARS 1122 — 28 FEVRIER 1123)

272Cette année-là, on annonça de Bagdad que l’émir Dobaïs b. Çadaqa avait recruté et concentré ses troupes et avait marché sur Bagdad à la tête de ses hommes, ravageant ses environs, portant la destruction dans son territoire. L’imâm, le Calife al-Mostarchid bi-llah, Prince des Croyants, sortit de son palais, réunit son armée, marcha contre Dobaïs, l’attaqua, le mit en fuite, atteignit alHilla et la pilla. Les tombes des Qoraïchites furent pillées à Bagdad, avec les candélabres d’argent, les portières et les étoffes de brocard qui s’y trouvaient, Le Calife revint à Bagdad et y fit son entrée en Moharram 517 (Mars 1123).

  • 337 D’après Ibn al-Athîr, cité par Amedroz, ce vizir s’appelait Kamâl al-Molk Abou-Tâlib ‘Alî b. Ahmad (...)

273On annonça aussi que le Sultan Mahmoud s’était emporté contre son vizir337, en raison de certaines choses dont il était mécontent et qu’il lui reprochait, et avait ordonné son arrestation. Puis il commanda de le tuer, ce qui fut fait. Au mois de Çafar (10 Avril - 8 Mai 1122), il se mit en route pour regagner Ispahan. Au mois de Çafar aussi, on annonça d’Alep qu’Abou-1-Fadl b. al-Mauçoul, vizir du roi Rodwân, était mort ce même mois ; sa conduite était fort belle ; il avait tendance à faire le bien et à éviter le mal.

274Cette année-là aussi, une énorme crue se produisit, qui pénétra jusqu’au faubourg de Qal’at Ja’bar, submergea la plupart des maisons et des habitations et les détruisit ; elle emporta un cheval du faubourg et le précipita du haut de la muraille dans l’Euphrate ; on dit que le nombre de maisons détruites par le flot ravisseur fut de huit cents.

275On dit que l’émir Najm ad-dîn était sorti d’Alep à la tête de son armée, avait traversé l’Euphrate et était venu au contact des Francs ; mais ceux-ci n’engagèrent pas le combat ; l’émir détruisit tout ce qui lui tomba sous la main dans leur territoire et revint au Petit Caravansérail (al-Fonaïdiq) aux abords d’Alep.

  • 338 Le texte et le manuscrit portent : mowâfaqa (accord) ; il faut évidemment lire, comme le propose G (...)

276Cette année-là la flotte égyptienne arriva à Tyr, chargée de soldats de la marine et d’un corps de troupes. Le chef de la flotte avait l’intention d’agir contre l’émir Saïf ad-daula Mas’oud, gouverneur de Tyr pour le compte de l’émir Zahîr ad-dîn atâbeg. Quand l’émir alla saluer le chef de la flotte, on le pria de monter à bord et, lorsqu’il eut mis le pied sur le vaisseau amiral, on l’arrêta. Ainsi fut mené à bonne fin le stratagème et la ville tomba aux mains des Egyptiens. La flotte mit à la voile et amena en Egypte l’émir Mas’oud ; celui-ci fut bien traité ; on l’installa dans une maison où on lui fournit tout ce dont il avait besoin. Cette manière d’agir n’allait pas sans raison ; al-Amir bi-ahkâm Allah et al-Afdal avaient reçu de nombreuses plaintes des habitants de Tyr au sujet des maux que Mas’oud faisait subir à ses administrés, des entorses qu’il donnait à la coutume, de l’attitude d’opposition338 qu’il avait adoptée à leur égard. On décida donc de prendre des mesures contre lui et de mettre un terme à son commandement. Mais le résultat de son départ et de la mauvaise politique suivie à Tyr fut que cette ville tomba aux mains des Francs et devint partie intégrante de leurs possessions.

  • 339 Cousin : exactement, le fils de sa tante maternelle.

277On annonça aussi cette année-là que l’émir Nour ad-daula Balk b. Artoq avait pris l’offensive à la tête de son armée au cours du mois de Rajab (5 Septembre - 4 Octobre) ; il marcha contre les Francs d’Edesse, se jeta sur eux, les tailla en pièces près de Sarouj et fit prisonnier leur chef Jocelin, son cousin339 Galéran (Kalyân) et plusieurs officiers. On annonça la mort de l’émir Najm ad-dîn II Ghâzî, à la suite d’une maladie qui se déclara alors qu’il était descendu dans un village appelé al-Fohoul, de la province de Mayâfâriqîn dans le Diyâr Bakr, le 6 Ramadân (8 Novembre). Il fut remplacé dans sa charge par ses fils Chams addaula Solaïmân et Timortâch qui prirent possession de Mârdîn et restèrent quelque temps unis ; mais un différend surgit entre eux, qui dura par leur faute à tous deux.

278Cette année-là mourut le chambellan (al-hâjib) Firouz, préfet (chihna) de Damas, à la fin de RabîII (fin Juin début Juillet 1122).

ANNEE 517 (1ER MARS 1123 — 18 FEVRIER 1124)

279Cette année-là, on annonça de Bagdad le départ en expédition de l’imâm al-Mostarchid bi-llah, Prince des Croyants, accompagné entre autres de l’émir [Aq] Sonqor al-Borsoqî. Il était décidé à attaquer l’émir Dobaïs b. Çadaqa, en raison de son attitude d’opposition, de rébellion déclarée et des déprédations qu’il commettait dans les provinces. Ils attaquèrent al-Hilla et la pillèrent. Les prix montèrent à Bagdad au point que les six livres de pain atteignirent jusqu’à un dinar.

280On annonça d’Alep la conclusion d’une trêve entre l’émir Badr ad-daula b. ‘Abd al-Jabbâr b. Artoq, maître d’Alep, et les Francs, moyennant la cession aux Francs de la citadelle d’alAthârib. Elle leur fut cédée, ils l’occupèrent, et de bonnes relations s’établirent sur cette base ; la situation des provinces fut heureuse des deux côtés et les voyageurs purent circuler en sécurité entre les deux territoires. Cet accord fut conclu en Çafar (Avril 1123).

  • 340 Karkar : selon Grousset (Hist. des Crois., I, 587) il s’agit de la forteresse de Karkar ou Gargar, (...)
  • 341 Manzara-. localité inconnue. Peut-être pourrait-on, comme le suggère Grousset (ibid.), corriger Ma (...)
  • 342 Khartbart : Kharpout, localité située à l’E de Mélitène non loin de la rive gauche de l’Euphrate o (...)
  • 343 Sens obtenu en lisant dourihi au lieu de dourihâ.

281Cette année-là aussi on annonça que Baudouin, roi des Francs, était parti en campagne à la tête de son armée dans la région d’Alep, contre l’émir Balk b. Artoq, le 9 Çafar (8 Avril). L’émir avait mis le siège devant la forteresse de Karkar340, il marcha contre Baudouin et les deux armées se rencontrèrent dans le voisinage de Manzara341. L’émir battit Baudouin, le fit prisonnier ainsi que plusieurs des principaux personnages de son armée. Il fut détenu dans un cachot de la citadelle de Kharpout (Khartbart)342, avec Jocelin et les chefs Francs. A la fin de Çafar (fin Avril), l’atâbeg Zahîr ad-dîn se mit en marche à la tête de son armée et attaqua le faubourg de Homs ; il le pilla et y mit le feu ainsi qu’à quelques maisons de la ville343. Toghân Arslân b. Hosâm addaula étant arrivé à Homs au secours de Khîrkhân, maître de cette ville, Zahîr ad-dîn battit en retraite et regagna Damas.

  • 344 Voici, d’après Gibb (D.C., 168, n. 1) la généalogie des Artoqides.
    Sokmân ………………………………….Ibrahim
    Dâou (...)

282On annonça d’Alep que l’émir Balk b. Artoq avait mis le siège devant cette ville en Rabî’ I (Mai). Il brûla les moissons et bloqua la ville jusqu’à ce qu’il obtînt, moyennant vie sauve, le mardi 1er Jomâdâ I (26 Juin), la reddition de la ville par son cousin Badr ad-daula b. ‘Abd al-Jabbâr344 ; il avait auparavant pris possession de la ville de Harrân en Rabî’ I (Mai).

  • 345 Lowâta : Berbères de la région de Barka ; cf. E.I., III, 19 et Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères (...)
  • 346 Al-Bâra : forteresse située à l’O de Ma’arrat an-No’mân ; cf. Cl. Cahen, S.N., 162.

283On annonça aussi qu’un corps nombreux de l’armée des Lowâta345 était arrivé en Egypte venant de l’Ouest et avait exercé des ravages dans les provinces de ce pays. Al-Mamoun Abou’Abd Allah b. al-Batâïhî, qui remplaçait al-Afdal le martyr, marcha à leur rencontre à la tête de l’armée égyptienne, sur l’ordre de son maître, l’imâm al-Amir bi-ahkâm Allah. Le choc eut lieu : al-Mamoun tailla en pièces ses adversaires, en tua ou en fit prisonniers un grand nombre et leur imposa un tribut déterminé à payer chaque année. Ils regagnèrent le lieu de leur résidence, tandis qu’al-Mamoun regagnait l’Egypte chargé de butin, victorieux, tout joyeux de son beau succès. On annonça aussi que la flotte égyptienne avait rencontré en mer la flotte vénitienne ; un combat s’engagea et la flotte vénitienne prit le dessus, s’emparant de plusieurs galères. Dans la première décade de Rabî’ I (28 Avril - 8 Mai) l’émir Balk b. Artoq s’empara de la forteresse d’al-Bâra346 et fit prisonnier son évêque.

  • 347 Ici une lacune du manuscrit.
  • 348 Il s’agit certainement de Jocelin de Courtenai qui gagna le territoire franc, tandis que Baudouin (...)

284Cette année-là on annonça de Kharpout que le roi Baudouin le Petit Chef, Jocelin, chefs des Francs, ainsi que quelques uns des prisonniers qui étaient au pouvoir de l’émir Balk et détenus dans la citadelle de Kharpout, avaient combiné une ruse entre eux, s’étaient emparés de la citadelle et s’étaient enfuis...347... le roi Baudouin et il s’en tira sain et sauf et ne put être repris348. L’évêque d’al-Bâra s’évada le même jour de l’endroit où il était détenu. Au cours du même mois, l’émir Nour ad-daula Balk marcha sur Kharpout à la tête de son armée, assiégea la citadelle et la reprit aux Francs qui s’en étaient saisis ; il y établit des gens pour la protéger et faire bonne garde.

285Cette année-là on annonça que Mahmoud b. Qarâja, gouverneur de Hama, était parti à la tête de ses hommes vers Apamée ; il attaqua le faubourg de cette ville et fut atteint au bras d’une flèche tirée de la forteresse. Quand elle fut extraite, son bras travailla, le mal empira et il en mourut. Il était débauché, tyrannique, insolent ; il avait fait mettre à mort plusieurs notables de Hama contre toute justice et toute mesure, dressant les uns contre les autres. Lorsque Zahîr ad-dîn apprit cet événement, il envoya d’urgence à Hama des gens de confiance pour s’emparer de la ville et y exercer le pouvoir.

286On annonça aussi qu’une bataille avait eu lieu entre le Sultan Moghîth ad-donyâ wa-d-dîn Mahmoud et son frère Tughril, tous deux fils du Sultan Mohammad. Le Sultan Mahmoud engagea la bataille, tailla en pièce l’adversaire, le mit en fuite et s’empara de son armée ; quant au Sultan Tughril, il demanda aide et assistance à l’émir Dobaïs b. Çadaqa ; son appel fut entendu.

  • 349 ‘Azâz : cf. supra, p. 8, n. 6.
  • 350 Ce paragraphe devrait figurer sous l’année 519, car tous les chroniqueurs arabes et chrétiens sont (...)

287C’est aussi cette année-là qu’eut lieu le désastre des armées de l’atâbeg Zahîr ad-dîn de Damas et de Saïf ad-dîn Aq Sonqor al-Borsoqî ; ils avaient réuni leurs forces et avaient pris position devant ‘Azâz349, ville de la province d’Alep ; ils menaient le siège au moyen d’assauts et de sapes et commençaient à avoir la tâche facile lorsque les Francs se réunirent de toutes parts et vinrent chasser les Musulmans de là. Les deux armées engagèrent la bataille ; l’armée musulmane fut enfoncée et dispersée, après avoir perdu beaucoup de morts et de prisonniers ; l’atâbeg Zahîr ad-dîn revint à Damas en Jomâdâ I (27 Juin 26 Juillet). Au mois de Ramadân (23 Octobre - 21 Novembre 1123), le chambellan (hâjib) ‘Alî b. Hâmid se rendit en Egypte, envoyé par l’atâbeg Zahîr ad-dîn350.

ANNEE 518 (19 FEVRIER 1124 6 FEVRIER 1125)

288On annonça cette année-là de l’Iraq que le Grand Cadi (qddî al-qodât) Zaïn al-Islâm Abou-Sa’d Mohammad b. Naçr b. Mançour al-Harwî, revenant du Khorâsân avec la réponse du Sultan Sanjar aux questions qu’il lui avait soumises, s’était arrêté à Hamadhân ; comme il se trouvait dans la Grande Mosquée, des hommes soudoyés par les Bâtiniya, profitèrent d’un moment d’inattention de sa part pour bondir sur lui, le frappèrent de leurs poignards et le tuèrent ; puis ils s’enfuirent sur le champ, sans laisser d’indice et de trace, sans que personne les poursuivît, tant on avait peur d’eux. Le cadi trépassa en martyr dans la miséricorde de Dieu, effet de la décision que l’on n’évite pas, du destin que l’on ne repousse pas. Cet événement eut lieu en Rajab de cette année-là (11 Août 8 - Septembre 1124).

289Cette année-là, les Francs s’emparèrent moyennant vie sauve de la place de Tyr. L’exposé de la situation a déjà été fait plus haut, quant aux raisons qui amenèrent le départ de l’émir Saïf ad-daula Mas’oud, gouverneur de la place, et son transport par mer en Egypte ; il n’est donc point nécessaire de revenir ni de s’étendre là-dessus. Lorsque le gouverneur délégué d’Egypte à la place de Mas’oud se fut installé, il apaisa les esprits et écrivit à Zahîr ad-dîn pour exposer la situation ; celui-ci répondit que la question dépendait de qui l’avait tranchée et qu’il fallait se conformer à ce qui avait été réglé et décidé. Il arriva que les Francs, quand ils surent cela et apprirent que Mas’oud n’était plus gouverneur de Tyr, furent repris du désir de conquérir cette place et se flattèrent de l’espoir de s’en emparer. Ils commencèrent des rassemblements et des préparatifs pour la bloquer et l’assiéger. Le gouverneur se rendit compte de la situation : aucune possibilité de résister aux Francs, aucun moyen de s’opposer à leur blocus, vu le petit nombre des défenseurs de la place et la faiblesse et ses approvisionnements. Il en informa al-Amir bi-ahkâm Allah, maître de l’Egypte, et l’on jugea nécessaire de rendre le gouvernement de Tyr à l’atâbeg Zahîr ad-dîn, afin qu’il se chargeât de sa défense, de sa protection, de sa sécurité, comme il l’avait déjà fait ; un décret de nomination fut rédigé en son nom. Mais il y délégua plusieurs gouverneurs incapables, insuffisants et pusillanimes. Aussi la situation empira-t-elle et la convoitise des Francs se précisa. Ils entreprirent d’assiéger Tyr et de la bloquer et prirent position devant elle au mois de Rabî’ I (18 Avril - 17 Mai), la bloquant et l’assiégeant les armes à la main, jusqu’au moment où les vivres se raréfièrent et où les provisions vinrent à manquer. Zahîr ad-dîn, à la tête de son armée, marcha sur Banyâs pour défendre Tyr.

290Des messages furent envoyés en Egypte pour réclamer du secours en faveur de Tyr, mais les jours passèrent sans que rien changeât, le courage abandonna les cœurs et la population vit sa perte prochaine. L’atâbeg, percevant la situation dans toute sa netteté et l’impossibilité d’y faire face et désespérant de voir arriver aucun secours à Tyr, écrivit aux Francs, cherchant à exciter leur bienveillance, à les jouer, à leur faire peur, à aiguiser leur convoitise. Un arrangement fut conclu aux termes duquel la ville serait livrée aux Francs à condition qu’ils accorderaient la vie sauve à tous ceux qui s’y trouvaient et autoriseraient à s’en aller tous les civils et les militaires qui le voudraient, avec ce qu’ils pourraient emporter de leurs biens, à rester ceux qui voudraient rester.

291L’atâbeg ayant pris position avec son armée en face des Francs, la porte de la ville s’ouvrit. La population fut autorisée à partir ; chacun emporta ce qui n’avait pas trop de poids et qu’il pouvait porter et abandonna ce qui était trop lourd. Ils s’en allèrent entre les deux rangs de soldats, sans qu’aucun Franc molestât l’un quelconque d’entre eux ; en fin de compte, tous les militaires et les civils quittèrent la ville où restèrent seulement les impotents qui ne pouvaient pas se mettre en route. Quelques uns des exilés allèrent à Damas, [les autres] se dispersèrent dans le pays. Cela se passa le 23 Jomâdâ I 518 (8 Juillet 1124).

292On annonça aussi que les Francs venus de tous leurs terrritoires s’étaient réunis pour mettre le siège devant Alep, engager le combat contre sa garnison et la bloquer. Cette situation se prolongea au point que les vivres devinrent rares dans la ville et que la population vit sa perte prochaine. Comme la situation se faisait angoissante et que les Alépins perdaient patience, ils envoyèrent un messager à l’émir Saïf ad-dîn [Aq] Sonqor al-Borsoqî, maître de Mossoul, pour se plaindre de leur situation, lui exposer les malheurs qui fondaient sur eux, lui demander de les aider contre les Francs et de les tirer des mains des infidèles. Son cœur se serra à cette lecture, il perdit toute gaîté, se prépara sur le champ à partir à leur aide et dépensa tous ses soins à les protéger. Lorsqu’il vint à leurs secours en Dhou-l-Hijja (Janvier 1125) et que les Francs apprirent qu’il était près d’eux et de quelles forces, de quelle puissance offensive il disposait, ils battirent précipitamment en retraite et s’enfuirent en déroute, poursuivis par la cavalerie légère, qui cueillait dans leurs unités tous ceux qu’elle pouvait réduire à merci ; pas un seul des fuyards ne se soucia de faire halte jusqu’à ce qu’ils fussent arrivés à Antioche. Les Francs avaient construit dans leur camp des abris et des cabanes pour se protéger de la chaleur et du froid et étaient décidés à séjourner là. Mais Dieu Très Haut — qu’il soit loué — eut pitié des gens d’Alep, les sauva de la calamité et les tira de l’adversité. Aq Sonqor alBorsoqî s’attira par cette belle action la plus vive gratitude et les plus grandes louanges ; il fit son entrée à Alep, y suivit une excellente ligne de conduite, eut de bons rapports avec ses habitants et déploya tous ses efforts pour la défendre et la protéger, si bien que ses affaires redevinrent prospères, son territoire recouvra sa richesse, ses routes leur sécurité, les caravanes affluèrent avec leurs marchandises et leurs objets d’échange.

  • 351 Al-Qal’a : il s’agit très vraisemblablement de Qal’at Ja’bar ; cf. supra, P97, n. 3.

293Pendant l’hiver de cette année-là, la pluie ne tomba pas sur le sol de Syrie en Décembre, Janvier et pendant la plus grande partie de Février ; les moissons périrent et les prix montèrent ; cette sécheresse s’étendit à l’ensemble du territoire syrien. Puis Dieu eut pitié de Ses esclaves et fit tomber la pluie après qu’ils avaient perdu tout espoir ; Il insuffla une nouvelle vie à la terre qui paraissait morte, en tira des moissons qui semblaient perdues ; la quiétude revint dans les esprits, le souci et la peine les abandonnèrent. Les prix montèrent cette année-là à Alep, à Damas et sur tout le territoire jusqu’à ar-Rahba, al-Qal’a351 et Mossoul ; cette situation dura jusqu’à l’année [5]19 et beaucoup de pauvres gens moururent de faim.

ANNEE 519 (7 FEVRIER 1125 — 26 JANVIER 1126)

294Cette année-là on annonça d’Egypte qu’al-Amir bi-ahkâm Allah avait ordonné l’arrestation d’al-Mamoun Abou-’Abd Allah et de son frère al-Motamin, tous deux fils d’al-Batâïhî et domestiques d’al-Afdal, qui avaient comploté pour l’assassiner et avaient aidé à sa perte ; ils furent incarcérés en Cha’bân (29 Août 27 - Septembre 1125), leurs biens et leurs trésors furent confisqués en raison des reproches que le prince avait à leur faire et des griefs qu’il nourrissait contre eux.

  • 352 Marj aç-Çoffar : cf. supra, p. 10, n. 3.
  • 353 Charkhoub : localité non exactement identifiée dans la région de Marj aç-Çoffar ; cf. Dussaud, T.H (...)

295Cette année-là aussi, des nouvelles se succédèrent venant du territoire de Baudouin, roi des Francs, seigneur de Jérusalem, selon lesquelles il réunissait des forces, se préparait et s’équipait pour attaquer la région du Hauran, dans la province de Damas, et y exercer des déprédations et des ravages, il entreprit de lancer des partis de cavalerie dans le voisinage de Damas et établit le blocus de cette ville empêchant de passer les voyageurs qui s’y rendaient. Dès qu’il sut la nouvelle et qu’il en eut confirmation, l’atâbeg Zahîr ad-dîn mit en train ses préparatifs pour aller à la rencontre de Baudouin et sa mobilisation pour engager contre lui la Guerre Sainte. Il écrivit aux émirs des Turcomans, à leurs chefs et à leurs notables, pour leur faire connaître la physionomie des événements et leur demander assistance, en les comblant de compliments et de faveurs. Puis il se mit en route à la tête de son armée, ayant appris que les Francs étaient près de Tibériade, avec l’intention de gagner le territoire de Damas par Marj aç-Çoffar352 et Charkhoub353. Il y campa et écrivit aux gouverneurs des provinces éloignées de lui envoyer des renforts. Sur ces entrefaites arrivèrent les Turcomans, au nombre de deux mille cavaliers, pleins de bravoure, d’ardeur pour la Guerre Sainte et du désir de combattre au premier rang et de lutter sans merci. Une troupe nombreuse fut ainsi concentrée. Quand les Francs apprirent que l’atâbeg et son armée s’étaient établis à Marj aç-Çoffar, ils se déplacèrent vers lui et campèrent en face de lui. On avait ainsi les yeux dans les yeux et les éclaireurs des deux partis se poursuivaient sans relâche.

  • 354 Sur la Ghouta et le Marj, cf. supra, p. 5, n. 4.
  • 355 Qaçr Hajjâj et Châghour : quartiers suburbains au S de Damas ; par al-’Aqaba, il faut probablement (...)

296Le lundi 27 Dhou-l-Hijja (25 Janvier 1126), il y avait là, selon le décret arrêté par Dieu et Sa sagesse efficiente, une foule nombreuse de miliciens (ahdâth) et de jeunes recrues de Damas, d’hommes de la Ghouta, du Marj354, des provinces bordières, de miliciens des Bâtiniya, réputés pour leur courage et leur bravoure, venus de Homs et d’ailleurs, d’al-’Aqaba, de Qaçr Hajjâj et de Châghour355, des fantassins, des cavaliers armés de pied en cap et ceux qui partaient au combat avec les volontaires, engagés par zèle pieux ; ils avaient pris leurs dispositions pour entrer dans les rangs avant la rencontre, car on parlait beaucoup de la force et du nombre de l’armée de l’Islam, de sa supériorité sur le parti des Francs, de sa valeur offensive. Personne ne doutait de la perte des Francs ce jour-là, de leur anéantissement, du fait qu’ils allaient être une proie facile pour les Musulmans.

  • 356 ‘Aqabat Sohourâ : ou ‘aqabat Jilliq, col situé immédiatement au S de Kiswé, à une quinzaine de kms (...)

297Il arriva qu’un fort parti de Turcomans poussa une attaque à la lisière des positions franques et obtint à leurs dépens un avantage et un succès ; les Francs prirent peur, comprirent qu’ils n’avaient aucune chance en face d’une telle multitude, acquirent la conviction qu’ils seraient perdus et abandonnèrent tous le camp où ils s’étaient établis pour regagner leur territoire au comble de la frayeur et de l’épouvante, au plus haut point de l’abaissement et du découragement. Un parti de Turcomans accrocha un parti franc au cours de la retraite, fit un abondant butin de bagages et de bêtes de somme et s’empara de la tente-église bien connue que les Francs avaient dans leur camp. L’armée [musulmane] fut alors prise d’une grande convoitise et se précipita sur les Francs qui s’enfuyaient sans se tourner pour faire face à leurs poursuivants, sans s’occuper des traînards qui cherchaient à rejoindre, tant ils étaient dominés par la peur. Les Musulmans les pressaient si fort qu’ils n’eurent d’autre recours que de se jeter sur eux, quelle que dût être l’issue de la lutte. Ils se reformèrent, se retournèrent contre l’armée islamique, lancèrent contre elle leur fameuse charge, la taillèrent en pièces, la mirent en fuite et tuèrent dans l’arrière-garde ceux qu’annihila la peur, ou que trahit le destin. La déroute de l’armée musulmane fut complète et les Francs se retournèrent contre le gros de l’infanterie dont le nombre était très grand et l’importance très considérable ; ils chargèrent sabre au clair, en vinrent à bout et poursuivirent les fuyards l’épée dans les reins jusqu’au col de Sohourâ356 ; ils approchèrent même de la ville [de Damas] dans la région de Charkhoub sans se soucier de la distance ni de la résistance de leurs chevaux.

298L’atâbeg Zahîr ad-dîn et l’armée revinrent à Damas à la fin de la journée ; un plan fut élaboré pour attaquer l’ennemi le lendemain matin et lui tomber dessus. Mais les Musulmans constatèrent que les Francs avaient regagné leur territoire, redoutant l’attaque décidée contre eux et la poursuite qui en devait résulter. Dieu décide ce qui Lui plait.

ANNEE 520 (27 JANVIER 1126 — 16 JANVIER 1127)

  • 357 C’est probablement ainsi qu’il faut traduire le terme turc hâqdâriya, qui ne figure pas dans les d (...)
  • 358 Gibb (D.C., 178, n. 1) propose de corriger ‘anâ (sollicitude), dont le sens n’est guère satisfaisa (...)

299Cette année-là on annonça de Mossoul que l’émir al-içfahsallâr Saïf ad-dîn Aq Sonqoral-orsoqî, maître de cette ville, avait subi le martyre des mains des Bâtiniya — Dieu lui fasse miséricorde — dans la Grande Mosquée de la cité, en Dhou-l-Qa’da (18 Novembre - 16 Décembre 1126). Ceux qui se précipitèrent sur lui étaient quelques hommes soudoyés pour l’épier et chercher le moment où il serait inattentif, jusqu’à ce que vienne l’heure et que le terme soit accompli. Et pourtant il avait l’esprit en éveil et se tenait sur ses gardes contre une tentative de leur part ; il s’entourait d’écuyers (silâhiya) et de gardes du corps357, de soldats armés de pied en cap ; mais les décrets qui s’abattent sur les hommes sont irrémissibles, le destin qui s’accomplit ne peut être évité. Il portait en plus une cotte de maille où ne pouvait pénétrer la pointe du sabre, ni la lame du poignard ; il était entouré d’esclaves, Turcs, Daïlamites et gens du Khorâsân, équipés de toutes sortes d’armes. Lorsqu’il se fut rendu comme d’habitude dans la Grande Mosquée pour remplir l’obligation du vendredi et faire ses dévotions accoutumées, il y rencontra cette bande de scélérats, vêtus à la manière des çoufis, en train de prier dans un coin de l’oratoire, sans attirer l’attention, ni éveiller les soupçons. Quand il commença à prier, ils bondirent sur lui le poignard à la main et le frappèrent de plusieurs coups sans traverser la cotte de maille qu’il portait. Comme les compagnons de l’émir n’étaient pas tout près de lui, il dégaina une épée qu’il avait là, en frappa l’un de ses agresseurs et le tua. Quand ils virent que les poignards n’avaient pas de prise sur lui, l’un d’eux cria : « Malheur à vous ! Frappez à la tête, en haut ! » De leurs coups ils l’atteignirent à la gorge et le lardèrent de blessures jusqu’à ce que ses compagnons et ses gardes vinssent à lui. Son destin était accompli ; il mourut en martyr et tous ses agresseurs furent mis à mort. Cet émir — Dieu lui fasse miséricorde — allait droit au but, agissait bien, méritait la louange par son caractère, était féru de justice et d’équité, plein de piété, louable dans ses desseins, ami du bien et des gens de bien, généreux envers les savants et les hommes vertueux. Aussi sa perte dans de telles circonstances causa-t-elle beaucoup de tristesse et de regret, et, lorsque l’atâbeg Zahîr ad-dîn l’apprit, il fut bouleversé et son cœur se serra en entendant cette nouvelle. Le défunt fut remplacé par son fils, l’émir Mas’oud, renommé pour sa noblesse et la pureté de sa vie, connu pour son énergie et son efficience358. Les familiers de son père, son vizir et ses secrétaires restèrent attachés à sa personne ; il s’en tint à la ligne de conduite qui avait valu tant d’approbation à son père et poursuivit les mêmes louables desseins ; son autorité s’en trouva solidement établie et son administration fut conforme au droit chemin et aux désirs de tous.

300Cette année-là, Zahîr ad-dîn partit pour Palmyre et n’eut de cesse qu’il ne l’eût reprise des mains de ceux qui la gouvernaient et qui avaient mis à mal son neveu, l’ancien gouverneur. Palmyre fut prise le 12 Rabî’ II (6 Mai) et il fut décidé qu’elle serait placée sous l’autorité de l’émir Chihâb ad-dîn Mahmoud b. Tâj almolouk Bourî, petit-fils de l’atâbeg Zahîr ad-dîn. La ville lui fut remise ; il s’y rendit, accompagné des gens de confiance désignés pour assurer sa protection et celle de la ville.

  • 359 On ne trouve pas plus haut d’indication relative à cette mission.

301Cette année-là aussi, Zahîr ad-dîn revint d’Alep déjà atteint par la maladie, et fit son entrée à Damas en Cha’bân (22 Août - 20 Septembre) ; le même mois il vit venir à lui Amîn ad-daula Gumuchtegîn, gouverneur de Boçrâ, qui arrivait d’Egypte avec la réponse à la lettre qu’il avait pour mission de remettre359. Il était accompagné par l’émir al-Montadî ibn Mosâfir al-Ghanawî, envoyé d’al-Amir bi-ahkâm Allah, maître de l’Egypte, qui apportait de précieuses robes d’honneur et des présents égyptiens.

  • 360 Banyâs : il s’agit ici de Panéas ; cf. supra, p. 87, n. I.
  • 361 Sens obtenu en corrigeant sabyihim du texte et probablement du manuscrit (le mot ne se lit pas bie (...)
  • 362 Le texte paraît altéré : les chefs militaires (al-moqaddamoun) n’ont guère de rapport avec ce qui (...)

302Cette année-là, l’influence de Bahrâm, le propagandiste des Bâtiniya, devint considérable et il fallut compter avec lui à Alep et en Syrie. Il vivait dans le plus grand secret et la plus grande retraite, changeait d’accoutrement et de vêtement, si bien qu’il circulait dans les villes et les places fortes sans que personne sût qui il était. Puis un jour il se trouva à Damas par suite d’un accord que Najm ad-dîn II Ghâzî avait négocié avec l’émir Zahîr ad-dîn atâbeg, et porteur d’une lettre où il était chaudement recommandé à cet effet. Il fut très bien reçu, par précaution contre sa malfaisance et celle de sa bande ; on lui témoigna des égards et on lui assura une vigilante protection, après les vicissitudes qu’il avait subies, après qu’il avait erré de place en place, suivi par une masse ignorante et sans bon sens, et par le rebut et la lie des paysans, des gens sans jugement et sans piété qui cherchaient à s’abriter derrière lui et ne voulaient faire que le mal en adhérant à son parti. Le vizir Abou-’Alî Tâhir b. Sa’d al-Mazdaqânî s’entendit avec lui bien qu’il n’appartînt pas à sa secte, et l’aida à jeter de tous côtés les lacets de sa malfaisance et à produire au jour ses secrets les plus cachés. Quand son action fut devenue publique et eut pris de l’extension et qu’il eut obtenu du vizir de Zahîr ad-dîn dont il vient d’être question qu’il l’aidât dans son action et lui prêtât la main dans son travail, il demanda à l’atâbeg Zahîr ad-dîn une forteresse pour s’y abriter, une place forte pour s’y retrancher et y trouver un point d’appui ; l’atâbeg lui céda la forteresse de Banyâs360 en Dhou-l-Qa’da 520 (18 Novembre 17 Décembre 1126). Lorsqu’il y fut installé, il fut rejoint par son ramassis de pauvres diables, de déséquilibrés, de paysans, de gens du commun, par un essaim de voyous qu’il égarait par ses absurdités et ses mensonges et qu’il influençait par ses ruses et ses roueries. Cette calamité prit de l’ampleur et la découverte au grand jour de leur action et de leur cause361, accrut l’épreuve de tout le monde ; les foqahâ les pieuses gens, les savants, les tenants de la Tradition et les chefs militaires (?)362, les amis de la discrétion et de la paix, les meilleurs parmi les croyants, eurent le cœur serré. Mais tous s’abstinrent de parler des Bâtiniya et de se plaindre de l’un d’eux, afin de prévenir leur malfaisance et de se mettre en garde contre les périls qui rôdaient, car les Bâtiniya avaient commencé à tuer ceux qui leur résistaient et à soutenir ceux qui les aidaient et les approuvaient dans leurs égarements, tant et si bien que personne ne les désapprouvait publiquement, ni Sultan, ni Vizir, et qu’aucun chef, ni aucun émir ne pratiquait de brèche dans le bloc de leur malfaisance.

303On annonça aussi cette année-là l’arrivée à Bagdad du Sultan Moghîth ad-donyâ wa-d-dîn Mahmoud, fils du Sultan Mohammad b. Malik-châh. Il y eut entre lui et le Calife, l’imâm al-Mostarchid bi-llah, Prince des Croyants, un échange de lettres et de propos qui eut pour résultat de les éloigner l’un de l’autre et de faire naître entre eux une rivalité. L’affaire prit tant de gravité que le Sultan fut obligé de marcher à la tête de son armée contre le siège du califat et le séjour de l’imamat, de combattre le Calife dans son palais et de chercher à affirmer sa supériorité et sa victoire, mais l’inimitié resta vive et la discorde durable au grand dam de tous, jusqu’à ce qu’aient disparu les causes du différend, et de la mésentente et que la situation ait été tirée au clair grâce à l’entremise du vizir Jalâl ad-dîn b. Çadaqa, vizir du califat, grâce à son heureuse médiation et à l’excellente façon dont il représenta le Calife. Le Sultan revint, grâce à cela, à son obéissance habituelle, à son rôle de conseiller, de metteur en œuvre des ordres du Prince des Croyants. Cet incident se produisit dans la dernière décade de Dhou-l-Hijja 520 (6-16 Janvier 1127) ; d’autres disent le 1er Moharram 521 (17 Janvier 1127).

304En Rajab (21 Juillet 18 - Août 1126) mourut l’émir Torkhân b. Mahmoud ach-Chaïbânî, l’un des émirs de Damas, à la suite d’une maladie grave qui s’empara de lui et l’emporta. Cette annéelà aussi, les Francs attaquèrent Rafaniya, l’assiégèrent et l’enlevèrent à la domination musulmane.

ANNEE 521 (17 JANVIER 1127 — 5 JANVIER 1128)

305Cette année-là, on annonça de l’Iraq qu’al-Mo’în, vizir du Sultan Sanjar, maître du Khorâsân, avait été assassiné par les soins des Bâtiniya au mois de Rabî’ II (14 Avril - 12 Mai 1127). On raconta qu’il en avait fait périr quelques uns par surprise, qu’il incitait le Sultan à les mettre à mal et à nettoyer la terre de leur présence. Ils donnèrent mission à quelques risque-tout parmi eux de guetter l’occasion favorable, le moment d’inattention de sa part. Mais comme ils ne pouvaient arriver au but de la sorte ni atteindre facilement leur objectif, ils choisirent parmi eux un risque-tout qui multiplia les ruses jusqu’à ce qu’il fût embauché comme palfrenier dans les écuries du vizir pour s’occuper de ses mulets. Il resta là à travailler jusqu’à ce qu’il eût trouvé une occasion favorable, un jour que le vizir venait là pour regarder ses bêtes. Il bondit sur sa victime qui ne se doutait de rien et la tua ; on se saisit alors de lui et il fut mis à mort aussitôt après. Ce vizir était réputé pour l’excellence de ses actes, le mérite de ses réalisations, la force de son sentiment religieux, la beauté de sa foi, son esprit d’équité dans sa tâche, la rectitude de ses paroles. Il trépassa en martyr et alla à son Maître en état de satisfaction et en louant Dieu, au moment où se terminait la durée de sa vie et où prenaient fin les jours comptés pour lui. C’est à Dieu qu’appartient le terme de toute chose ; en Sa main se trouve la décision du bien comme du mal.

306Le sort de l’émir Saïf ad-dîn Aq Sonqor al-Borsoqî, maître de Mossoul, tué en martyr de la main des Bâtiniya dans la Grande Mosquée de cette ville — Dieu lui fasse miséricorde — a été exposé plus haut ainsi que son remplacement par son fils l’émir Mas’oud ; il n’y a pas lieu d’y revenir. Lorsque son pouvoir fut bien assis, que sa force vive grandit et que son autorité fut solide, il se gonfla d’orgueil, sa poitrine se dilata au souffle de la jeunesse et il conçut le projet d’aller attaquer le territoire syrien, le désir de s’emparer des forteresses musulmanes et de se lancer dans la Guerre Sainte contre les bandes franques, contre l’avis des gens doués de sagesse et de jugement droit, pourvus de bravoure et de courage et qui désiraient s’assurer le mérite de l’attaque et de la Guerre Sainte. La nouvelle en vint à l’atâbeg Zahîr ad-dîn, accompagnée de récits qui prouvaient que Mas’oud lui portait envie en raison du prestige, de la bonne renommée, de l’excellente réputation, de la situation éminente et de l’autorité qu’il avait acquis ; on ajoutait que Mas’oud faisait des préparatifs et concentrait des troupes pour attaquer les provinces syriennes et y porter la ruine et la dévastation. Lorsqu’il fut au courant de cet état d’esprit qui ne pouvait avoir son pareil chez un homme sensé, ni son pendant chez un homme sage et prudent dans ses vues, l’atâbeg Zahîr ad-dîn décida de se préparer à marcher contre lui à la tête de son armée, lorsqu’il approcherait des provinces syriennes, afin d’infliger une sévère défaite à son armée et d’éteindre sa soif de vengeance en détruisant son parti. Mais peu de jours après, les ressorts de sa jeunesse furent brisés et l’arrêt du destin s’abattit sur lui sous la forme d’une maladie grave qui l’assaillit aux abords d’ar-Rahba et l’emporta vers cet arrêt auquel on ne peut échapper et contre lequel on ne trouve pas de protecteur. La lame de sa vie s’ébrécha, ses meilleurs partisans et son armée l’abandonnèrent, ses défenseurs le laissèrent à son destin, ses familiers, ses intimes se séparèrent de lui. Son vizir qui participait à ses fautes et le conseillait, mourut en même temps d’une maladie grave qui se déclara brusquement et le précipita dans les filets de la mort. Quelques uns des esclaves turcs de son père s’enfuirent avec les drapeaux qu’il avait employés pour ses desseins et ses désirs et qu’il avait fait faire selon ses propositions et ses modèles ; les esclaves les apportèrent à l’atâbeg Zahîr ad-dîn pour lui en faire cadeau et gagner ainsi sa bienveillance. Il les traita bien, leur montra beaucoup de sollicitude et de prévenance, les prit à son service et les rangea au nombre de ses hommes de confiance et de ses amis, et les récompensa de leur démarche par de bons procédés et des dons importants.

  • 363 Cf. supra, p. 170.

307Cette année-là, on annonça de l’Iraq le départ du Sultan Moghîth ad-donyâ wa-d-dîn Mahmoud ; il fut atteint d’une maladie qui lui fit grand peur, tandis qu’il se faisait porter en litière à Hamadhân ; dans cette conjoncture, il passa par la résidence du Calife et envoya un message à l’imâm al-Mostarchid bi-llah, Prince des Croyants, pour lui demander pardon de ce qui s’était passé entre eux au cours du différend qui a été raconté363 et le prier de l’excuser et d’invoquer le ciel en sa faveur et non point contre lui. En réponse à ce message, il reçut une réponse très favorable, une épître très délicate qui apaisa son âme et dont la lecture redoubla son espoir dans le bien et sa consolation. Puis il se remit de sa maladie, secoua l’engourdissement et la langueur pour recouvrer son activité et revint au dessein qu’il s’était fixé. Il faisait grief à son vizir Chams al-molouk Khawâjah Bozorg de certaines affaires et se vit amené à ordonner qu’il fût arrêté et livré à son chambellan (hâjib) qui le fit mettre à mort. On dit que par la suite il but du vin dans son crâne.

308En Chabân de cette année-là (13 Août - 9 Septembre 1127), Baudouin, roi des Francs et seigneur de Jérusalem, partit à la tête de son armée pour le Wâdî Mousâ ; il pilla les habitants, les fit prisonniers, les dispersa et s’en alla.

  • 364 Le texte imprimé porte talai’, mais on lit très nettement tâli’ sur le manuscrit.

309En Jomâdâ II (15 Mai - 13 Juin), on annonça que l’émir Khotlogh Abah as-Soltânî avait été nommé gouverneur de la ville d’Alep et avait occupé la citadelle conformément à un horoscope qui avait été tiré pour lui364. Il n’y resta que peu de temps, car son pouvoir fut compromis et sa situation devint incertaine ; il y eut querelle entre lui et la milice (ahdâth) d’Alep qui l’assiégea dans la citadelle jusqu’à ce que l’armée de l’émir ‘Imâd ad-dîn [Zangî] atâbeg arrivât à Alep. L’atâbeg obtint que Khotlogh lui fût livré et qu’il sortît de la citadelle ; il fut emprisonné et, à la requête qui lui en fut adressée, ‘Imâd ad-dîn donna l’autorisation de lui crever les yeux, ce qui fut fait.

ANNEE 522 (6 JANVIER — 24 DECEMBRE 1128)

310Cette année-là la maladie de l’atâbeg Zahîr ad-dîn s’aggrava et dura tellement qu’il perdit ses forces, que son corps s’amaigrit et que son énergie faiblit. Sentant l’approche de ce qui ne s’évite pas par la ruse ni ne se repousse par la force, il fit venir son fils, l’émir Tâj al-molouk, les princes de la dynastie, ses familiers, ses confidents, les principaux chefs de l’armée et les informa qu’il sentait que son terme arrivait, que son heure était venue et qu’il ne lui fallait plus espérer survivre. « Il ne restera après moi que mes recommandations comme ligne de conduite, comme méthode d’action et comme plan d’avenir. Voici mon fils Tâj al-molouk Bourî ; c’est mon fils aîné que j’ai formé pour me succéder et dont j’espère qu’il bouchera le trou laissé par ma disparition. Je ne doute pas qu’il marche sur la voie droite, qu’il choisisse de faire le bien et l’aime, qu’il suive mes traces en conservant le cœur des émirs et des soldats et qu’à mon exemple il use d’équité vis à vis des notables et des simples citoyens. S’il recueille ces dernières recommandations que je lui fais, s’il suit un chemin satisfaisant en répandant la justice et l’équité pour tous, si, grâce à l’excellence de sa politique, il supprime les raisons de craindre et d’avoir peur, il répondra à l’idée que l’on se fait d’un homme comme lui, à l’espérance que donnent son caractère droit et ses belles actions. Mais s’il s’écarte de cette ligne de conduite pour en prendre une autre, s’il dévie de l’impression de rectitude qu’il donne, en secret et en public, alors il devra avoir l’idée nette de ce qui le guette et s’attendre à pareil résultat ». — « Mais, dit Tâj al-molouk, je ferai ce que l’on attend de moi et ne sortirai pas du chemin de l’équité ni de la voie droite ». Alors Zahîr ad-dîn lui confirma le pouvoir en cette occasion ; il le comprit et l’accepta.

  • 365 Sens obtenu en lisant al-maniya au lieu de ilaïhi du texte et du manuscrit, qui n’est pas intellig (...)

311Zahîr ad-dîn mourut ensuite dans la miséricorde de Dieu, au matin du samedi 8 Çafar (11 Février) ; les yeux versèrent des larmes, les cœurs furent meurtris, les bras tombèrent, les entrailles furent déchirées, le regret, l’affliction furent grands après sa perte. L’on n’entendait que des témoignages de tristesse, le rappel de ses exploits et la louange de son règne. Son fils Tâj al-molouk Bourî lui succéda et adopta une attitude excellente vis à vis de ses familiers, de ses sujets et de son armée. Si le cours du destin épargnait le trépas365 aux puissants, cet émir bienheureux et regretté eût été le plus digne d’être épargné par la mort, de ne pas sentir la calamité se poser sur lui, de voir ses jours le conserver pour rivaliser entre eux et faire de lui une parure qu’ils se seraient disputée, mais Dieu Très Haut ne peut être contrecarré dans Ses ordres, ni déçu dans Sa sagesse et il faut que s’achève ce qu’a décidé auparavant Sa science et qu’arrive ce qu’a résolu Sa pénétration à propos de Sa créature, car la mort est le but de l’être vivant et le terme de l’évolution de l’homme.

  • 366 Je lis ici, conformément au manuscrit, ‘alaîhâ au lieu de ‘alaïhimâ du texte.
  • 367 Sur ce terme, voir supra, p. 142, n. i.

312Ce bienheureux émir n’avait cessé de mettre en pratique l’équité et d’éviter la tyrannie, il remit bon nombre de ses sujets en possession de biens situés au dehors de la ville, de quantité de terres en friche et dont ils avaient été spoliés sous des gouverneurs iniques ou dépouillés sous des princes insolents et violents ou qui366 étaient tombés sous le coup de redevances en nature (moqâsama)367 et avaient été la proie de mains rapaces et injustes. Il les soumit de nouveau à l’ancien impôt foncier régulier et à leur statut passé et il en extirpa toute trace d’injustice et d’inimitié et enleva à leurs propriétaires toute raison de chicane en tout temps et en tout lieu. Il arriva ainsi à ce résultat que l’on adressa à Dieu les plus ferventes prières en sa faveur et qu’on le combla de remerciements et de louanges.

  • 368 Gibb (D.C., 185, n. 1) suggère que l’on pourrait corriger ma’âmilihâ (bâtiments) en ma’âlimihâ (li (...)

313Ensuite il adressa une requête au Prince des Croyants, le Calife al-Mostarchid bi-llah, lorsqu’il se trouva à Bagdad et se présenta à la cour de l’imâm al-Mostarchid et du Sultan Ghiyâth. Il y exposait l’état d’endroits en friche de la province de Damas, de lots cultivés et de terres en jachère sans propriétaires, qu’il n’y avait pas intérêt à laisser sans cultures, dont ne tiraient aucun profit ni noble ni vilain étant donné leur abandon, la disparition de leurs marques de bornage368 et des taxes auxquelles elles étaient soumises. Il demandait l’autorisation de les vendre à qui en voudrait et chercherait à les mettre en culture, afin de tirer avantage de leurs produits et de dépenser le montant de leur prix au bénéfice des troupes enrôlées pour la Guerre Sainte. Il obtint toutes les autorisations demandées ; sa façon d’agir fut approuvée, des assurances formelles furent données aux acheteurs de ces biens, ces opérations étant déclarées licites et l’autorisation de principe accordée ; le Calife endossa donc sa requête en assurant la possession des biens vendus, en frappant de nullité toute controverse à leur sujet, en prenant des précautions contre toute modification à sa décision et toute contravention avec son décret. Il confirma son acceptation en apposant sa noble signature, celle de l’imâm al-Mostarchid, que Zahîr ad-dîn reçut de lui et dont il prit la responsabilité ; cet acte fut enregistré par des témoins de bonne foi reconnue. L’atâbeg fit alors vendre les propriétés à ceux qui les voulaient et bon nombre de terres furent mises en valeur, qui n’étaient [auparavant] que déserts vides, ruines, désolations, sans usage ni utilité pour personne ; on fit couler l’eau des sources, on ramena les terres à leur état prospère. Le bien en sortit, les heureux effets et les grâces divines furent innombrables. Son règne et celui de son successeur restèrent sous l’effet bienfaisant de ces actions louables et de cette excellente intention ; il en résulta un avenir heureux pour leurs enfants, leurs parents, leurs familiers et toute la population ; Zahîr ad-dîn acquit une magnifique renommée dans toutes les régions, dans toutes les contrées et les grandes villes ; on lui adressait des éloges beaux, bons et distingués. Il trépassa heureux, chéri, loué sur son lit de mort, sans qu’on lui reprochât une décision, sans qu’on lui opposât une parole, sans qu’on trouvât exagéré un jugement ; cela par la grâce de Dieu qui la donne à qui Lui plait. C’est à Dieu que revient le mérite le plus grand.

314Règne de Tâj al-molouk Bourî depuis le moment où il succéda à son père l’atâbeg Zahîr ad-Dîn ; activité des Bâtiniya pendant cette période ; faits nouveaux et activité des Francs jusqu’à la mort de Tâj al-molouk.

315Lorsque le destin fut accompli pour l’atâbeg Zahîr ad-dîn — Dieu lui fasse miséricorde —, il fut remplacé par son fils l’émir Tâj al-molouk, en tant que son descendant et que son héritier désigné. Ce dernier agit selon les conseils de son père et s’attacha aux points sur lesquels celui-ci avait insisté en faisant ses dernières recommandations : bien traiter toute la population que contenait Damas, mercenaires, soldats appelés, administrés et civils. Il y mit tout son zèle, redoubla d’efforts pour les défendre et les protéger et marcha sur les traces de son père en répandant la justice, en faisant régner l’équité parmi les troupes. Il fit peser son joug sur les ennemis et les adversaires, rendit justice aux victimes de l’oppression, écarta les oppresseurs, protégea les voyageurs et les allants et venants, redoubla de sévérité envers les malfaiteurs, si bien que les cœurs furent unanimes dans leur amour pour son gouvernement et que toutes les langues se délièrent pour demander sincèrement à Dieu qu’il fasse durer son règne et en prolonge l’étendue. Il confirma dans son emploi le vizir de son père Abou’Alî Tâhir al-Mazdaqânî et le maintint dans sa position de négociateur attitré (fî sifâratihï). Il ne priva de leur position et de leurs revenus aucun de ceux de ses représentants qui étaient réputés pour leur bon service et ne supprima à aucun ses moyens d’existence. Bien au contraire, il augmenta leurs émoluments, leur offrit des robes d’honneur et les traita largement ; il confirma les apanages de ceux qui en possédaient, les appointements de ceux qui en recevaient. Tout le monde pria pour lui et le loua. Il traita généreusement son vizir, dont il a été parlé plus haut, lui abandonnant le dixième du montant total des taxes perçues, avec les droits provenant des requêtes (‘ard) relatives aux apanages, aux taxes et aux soldes. Il tenait caché en son esprit, au sujet des Bâtiniya, un projet qu’il ne dévoilait à aucun de ses familiers et de ses intimes. C’était le moment où la force d’expansion des Bâtiniya prenait consistance, où leur malfaisance redoublait, par suite des égards que son père leur avait témoignés et du double jeu qu’il avait mené à leur égard pour se défendre contre leur malfaisance. Lorsque Dieu donna à Tâj al-molouk le pouvoir d’agir à leur sujet, lorsqu’il lui conféra une supériorité sur eux, il dévoila ses plans en prenant des mesures contre eux et en les punissant. L’exposé de cette politique sera fait à sa place.

316Exposé de l’activité des Bâtiniya à Damas et dans sa région et de la situation causée par leurs destructions et leurs dévastations totales pendant le reste de l’année 522.

317Exposé de l’affaire et de ses causes.

318On a déjà parlé de Bahrâm, propagandiste des Bâtiniya, et de la raison qui amena à lui céder la place de Banyâs ; il est inutile de répéter cet exposé. Lorsqu’il fut installé à Banyâs, il se mit à la fortifier et à y réparer ce qui tombait en ruine ou était lézardé. Puis il envoya ses propagandistes de tous les côtés ; ils séduisirent un grand nombre d’ignorants provinciaux, de vauriens parmi les paysans des villages et dans la pègre, gens qui n’ont ni conscience pour les détourner et les empêcher de mal faire, ni crainte de Dieu pour les éloigner et les préserver des actions blâmables. Leur pouvoir de nuire fut renforcé ; leur doctrine, jusque là secrète, apparut au grand jour dans toute sa nocivité ; par la parole et l’action, ils attaquèrent jusqu’aux meilleurs des citoyens qu’ils blâmaient et couvraient d’insultes, jusqu’aux isolés sur les chemins qu’ils attaquaient et dépouillaient, dont ils s’emparaient par la violence et qu’ils traitaient indignement sous la menace ; ainsi périrent beaucoup de gens sous le coup de l’injustice et de l’oppression. Les Bâtiniya furent aidés au-delà de toute attente dans leurs intrigues néfastes par le vizir Abou-Tâhir al-Mazdaqânî. Celui-ci subit le contre-coup malheureux de sa conduite et ses conséquences blâmables, du fait qu’il conclut avec Bahrâm, le propagandiste nommé plus haut, un pacte d’assistance, d’aide, de secours, de soutien, en contradiction avec le service de Dieu et l’obéissance qui Lui est due ; ils devaient unir leurs efforts contre quiconque chercherait à les attaquer et mettre en commun leurs desseins contre quiconque leur voudrait du mal.

  • 369 Wâdî at-Taïm : cf. supra, p. 121, n. 5.

319Tâj al-molouk n’était pas satisfait de cela et n’y donnait pas son accord ; mais son sens politique, sa patience à toute épreuve, son intelligence pénétrante lui faisaient fermer les yeux, quoi qu’il en eût, et supporter patiemment cette pénible épreuve. Il cachait en lui-même des pensées qu’il n’exprimait pas, méditait en silence à leur sujet des choses qu’il n’exposait pas, jusqu’au moment où il trouverait l’opportunité qui rendrait aisés ses projets et évidente sa supériorité sur les ennemis de Dieu ; alors il saisirait l’occasionet se mettrait en quête de la proie. Or, étant donné que Dieu Très Haut voulait la perte de Bahrâm le propagandiste et avait rendu licite sa mort et sa dévastation, il arriva que Bahrâm eut l’idée de mettre à mort Baraq b. Jandal, l’un des chefs du Wâdî at-Taïm369, sans qu’aucune raison sérieuse le poussât à le faire, sans qu’aucun crime l’y appelât, mais obnubilé par l’enchaînement des faits qui porte les tyrans à verser le sang sacré et à attenter à la vie humaine inviolable ; ils ignorent l’avertissement qu’a donné Dieu Très Haut à ceux qui nourrissent de pareilles intentions et qui osent y recourir, quand II a dit — que Sa parole est puissante et grande — : « Quiconque tue un croyant de propos délibéré aura pour rétribution l’enfer où il restera éternellement ; Dieu se fâchera contre lui, le maudira et lui préparera un châtiment terrible ». (Cor., IV, 95). Bahrâm usa de ruse à l’égard de Baraq, jusqu’à ce qu’il le tînt à sa merci ; alors il s’assura de sa personne et le tua de sang froid. La consternation régna à la suite du meurtre d’un tel homme dans de pareilles circonstances, en dépit de son jeune âge, de son énergie, de sa belle prestance, et l’on blâma ouvertement le meurtrier dans les réunions et dans les cercles ; présents et absents, tous l’entourèrent de la même réprobation. Poussé par son honneur musulman et par son ardent sentiment familial, le frère de la victime, Dahhâk b. Jandal, son groupe et sa parenté le décidèrent de venger le sang versé et d’exercer la loi du talion ; ils se réunirent, échangèrent des serments, des promesses, des alliances d’après lesquels ils attendraient avec calme de rencontrer l’ennemi, prendraient toutes mesures pour venger le sang versé, mettraient tout leur cœur et toutes leurs forces à appliquer la loi du talion. Ils commencèrent patiemment leurs préparatifs en vue de ce résultat et attendirent l’occasion, jusqu’à ce que Bahrâm et sa bande fussent poussés par leur perte prédestinée et que Dieu eût décidé de les extirper et les détruire. De toutes parts, des gens se réunirent, de tous côtés, de tous endroits, ils s’agglomérèrent les uns aux autres ; avec eux, Bahrâm fit son apparition hors de Banyâs en l’année 522. Il marcha en direction du Wâdî at-Taïm pour tomber sur ceux dont on vient de parler ; eux étaient prêts à la rencontre et attendaient l’occasion d’engager le combat. Quand ils s’aperçurent qu’il s’approchait d’eux, ils partirent tous à sa rencontre comme des lions sortant de leur tannière pour défendre leurs petits, et volèrent au-devant de lui, comme les faucons des montagnes fondent sur les perdrix, leur proie. Quand ils approchèrent de sa bande — Dieu la disperse — et de sa troupe — Dieu l’abandonne —, ils se ruèrent à l’assaut, tandis que leurs adversaires étaient bien tranquilles dans leur camp et ne se méfiaient pas d’eux. Ils poussèrent leur cri de guerre, tandis que les autres ne se doutaient de rien et n’avaient pas idée du fléau qui s’abattait sur eux. Le temps que les cavaliers puissent enfourcher leur monture et que les fantassins puissent prendre leurs armes et leur équipement, la plupart d’entre eux avaient été frappés à mort par les coups de sabre, les coups des poignard du trépas, les traits de l’anéantissement, les pierres du destin et des arrêts divins.

320Bahrâm était dans sa tente, entouré d’un groupe de ses associés en ignorance et en égarement, n’ayant pas idée du péril qui les entourait, lui et sa bande. Lorsqu’ils entendirent le vacarme et les cris, ils bondirent sur leurs armes ; mais les assaillants se jetèrent sur eux avec leurs sabres tranchants et leurs poignards justiciers, jusqu’à ce qu’ils les eussent tous tués. La tête et la main de Bahrâm furent coupées, après qu’il avait été déchiqueté par les sabres et les couteaux ; l’un des meurtriers les prit en même temps que son anneau et les emporta en Egypte annonçant l’heureuse nouvelle de sa perte et semant la joie par le récit de sa disparition ; il fut gratifié de robes d’honneur et bien traité. La nouvelle se répandit ; la satisfaction et le contentement furent grands à l’annonce de cette mort ; tout le monde participa et s’associa complètement à la joie de cette victoire. Le nombre des Bâtiniya diminua, leur influence décrut et leurs coups furent amortis.

  • 370 Qobbat al-Ward : il est juste fait mention de ce pavillon dans l’étude de J. Sauvaget sur la Citad (...)
  • 371 Bâb al-Hadîd : sur cette porte, cf. supra, p. 81, n. 1. Je ne suis pas parvenu à déterminer le sen (...)

321La succession de Bahrâm revint à son compagnon, Isma’îl le Persan, son camarade d’erreur et de haine, son associé en intrigues et en rebellion. Celui-ci, comme l’avait fait son prédécesseur, entreprit de séduire les esprits simples et fit preuve dans sa sottise d’une outrance qui démontra l’étroitesse de son intelligence et de sa malice. Ce qui restait de la bande scélérate se réunit autour de lui, venant de toutes les contrées, avec tous ceux qui s’étaient dispersés partout dans le pays. Le vizir Abou-’Alî Tâhir al-Mazdaqânî suivit à l’égard d’Isma’îl la même politique que vis à vis de Bahrâm ; il l’aida dans ses desseins et l’assista dans ses projets, pour se prémunir contre le danger, avec le désir d’assurer son salut ; mais il ne savait pas qu’une telle conduite a pour issue le remords le plus cruel et l’éloignement des chemins de la sécurité ; on lit en effet : « Souvent qui s’abandonne [au destin] est sauvé par son abandon même, et qui prend ses précautions contre le malheur y trouve sa perte ». Les plaintes de tout le monde redoublèrent ; les maux que faisaient subir ces hommes abandonnés de Dieu se succédèrent et se suivirent jusqu’au moment où Tâj al-molouk donna tous ses soins à la destruction et à l’anéantissement des [Bâtiniya] et aiguisa la lame de sa décision pour nettoyer d’eux le pays. Il considéra que la meilleure façon de satisfaire aux exigences de son plan et de sa décision, vu le but à atteindre, était de s’attaquer d’abord au vizir Abou-’Alî, car il constituait la cible la plus sûre et la plus proche. Il chargea de ce meurtre l’un de ses familiers en qui il avait confiance et sur qui il pouvait se reposer dans cette affaire ; il fut arrêté entre eux qu’il le frapperait d’un coup de sabre à la tête lorsque l’émir en donnerait le signal. Le mercredi 17 Ramadân 523 (4 Septembre 1129), le vizir se présenta comme d’habitude, avec tous les émirs et les chefs militaires à la Coupole des Roses (Qobbat al-Ward)370 du palais de la Citadelle de Damas. L’assemblée s’occupa de plusieurs affaires ; il y eut des échanges de vues entre Tâj al-molouk et les assistants, jusqu’au moment où chacun regagna sa demeure. Le vizir en question se leva pour partir après les autres, selon son habitude ; Tâj al-molouk fit alors un signe vers son adversaire qui le frappa de plusieurs coups de sabre mortels à la tête. La tête fut coupée, portée en même temps que le cadavre à la ramâda de la Porte de Fer (Bâb al-Hadîd)371 et y fut jetée afin que la multitude regardât ce que Dieu fait de ceux qui ont usé de fourberie, qui ont choisi l’assistance d’un autre que Lui et ont demandé un secours qui n’était pas le Sien. Le cadavre fut brûlé quelques jours plus tard et fut réduit en cendres dispersées par les vents. Cela arrive au criminel en échange de ce qu’ont fait ses mains, « car Dieu n’est pas injuste envers Ses serviteurs ». (Cor., XXII, 10).

  • 372 Gibb (D.C., 193, n. 1) envisage de corriger asbâbihim en achyâ’ihimCette correction ne paraît pas (...)

322La nouvelle fut divulguée sur le champ et la milice de Damas (ahdâth), accompagnée de la plèbe et de la pègre se répandit [dans la ville], avec des sabres et des poignards nus. Tous les Bâtiniya qu’ils rencontrèrent furent mis à mort, ainsi que leurs partisans372 et tous ceux qui avaient des attaches ou des relations avec eux ; on les poursuivait jusque chez eux, on les arrachait de leur demeure et on les mettait tous à mort, en les déchiquetant à coups de sabre ou en les égorgeant à coups de poignard, puis on mettait leurs corps sur les tas d’ordures, comme des charognes qu’on jette au rebut ou un cadavre repoussant. Bon nombre d’entre eux, qui s’étaient réfugiés en des milieux où ils se croyaient protégés et espéraient la vie sauve grâce à des intercessions de ce côté-là, furent saisis de force et leur sang fut versé impunément. Au matin, les rues et les places étaient débarrassées d’eux et les chiens hurlants se disputaient leurs membres et leurs cadavres. En cela il y a un signe pour qui est perspicace (réminiscence coranique).

  • 373 Alamout : sur cette forteresse, cf. supra, p. 83, n. 2.

323On prit parmi eux un nommé Châdhî, eunuque élevé par l’orfèvre Abou-Tâhir al-Bâtinî qui était à Alep. Ce maudit eunuque était à l’origine de toute la calamité et de tout le mal ; il subit donc la pire des punitions, ce qui réconforta bon nombre de croyants : il fut mis en croix avec quelques uns de ses complices sur les créneaux des remparts de Damas, afin que l’on voie bien ce que Dieu fait des oppresseurs et la manière dont II châtie les infidèles. Le chambellan (al-hâjib) Yousof b. Fîrouz, préfet (chihna) de la ville, et son raïs très respecté, Thiqat al-molk Abou-dh-Dhawâd b. al-Hasan aç-Çoufî, avaient vivement poussé à l’extermination de cette secte scélérate ; aussi s’entourèrent-ils de précautions et se tinrent-ils sur leurs gardes contre les menées de ceux qui pourraient leur être envoyés par les Bâtiniya d’Alamout373, centre des Bâtiniya ; ils revêtirent des cottes de maille et renforcèrent leur garde pourvue d’armes nombreuses et prêtes à l’usage. Ainsi le malheur échut aux malfaisants et aux infidèles, et la félicité aux bons et aux scrupuleux.

324Quant à Isma’îl le propagandiste et à ses partisans qui résidaient à Banyâs, lorsqu’ils apprirent ce qui s’était passé, les bras leur en tombèrent, ils se sentirent abandonnés et chétifs et ils venaient se trouver les uns les autres, le blâme à la bouche ; leur groupe se dispersa dans le pays et Isma’îl comprit qu’il ne trouverait plus d’issue contre le malheur, s’il restait à Banyâs ; n’ayant pas la ténacité qu’il fallait pour s’y accrocher, il s’aboucha avec les Francs et leur promit de leur livrer Banyâs, à condition de trouver la sécurité auprès d’eux. Il la leur livra en effet et tomba en leur pouvoir, lui et quelques autres ; ils quittèrent Banyâs en secret et gagnèrent les provinces franques dans le plus grand abaissement et la pire détresse ; Isma’îl fut pris de dysenterie et en mourut ; il fut enterré à Banyâs au début de 524 (fin 1129 début 1130). Cette région fut débarrassée des Bâtiniya et purifiée de leur souillure.

  • 374 Naqîb an-noqabâ : il s’agit vraisemblablement d’un fonctionnaire militaire de haut rang ; cf. Qalq (...)

325En 522, on annonça de Bagdad la mort du vizir Jalâl ad-dîn Abou-’Alî al-Hasan b. ‘Alî b. Çadaqa, vizir du Calife — Dieu lui fasse miséricorde —, survenue en Jomâdâ II (31 Mai 28 Juin 1128). Sa conduite était parfaite, ses façons dignes de louanges ; il était lettré, vertueux, éloquent, aimé des uns et des autres ; il avait le jugement droit, les conceptions louables, la décision nette, des qualités sans mélange, l’âme généreuse ; sa perte causa beaucoup de regret et de chagrin. Il fut remplacé comme vizir en Jomâdâ I (2-30 Mai) par le naqîb an-noqabâ374, Charaf ad-dîn Abou-l-Qasam ‘Alî b. Tarrâd az-Zaïnabî, qui avait pour lui sa haute valeur, la noblesse de son origine, l’étendue de sa renommée, son rang fameux, son grade bien connu, sa situation notoire. La princesse Charaf an-Nisâ, mère de Tâj al-molouk, mourut aussi en Jomâdâ 1 522 — Dieu l’agrée — et fut enterrée dans le monument qu’elle avait fait bâtir à l’extérieur de la Porte des Jardins (Bab al-Farâdîs).

ANNEE 523 (25 DECEMBRE — 1128 14 DECEMBRE 1129)

  • 375 Foulque, comte d’Anjou, qui arriva en même temps qu’un contingent de Templiers. Il fut roi de Jéru (...)

326L’affaire des Bâtiniya et autres a déjà été relatée, comme l’exigeait la suite du récit, pour les années [52]2 et [52]3. Lorsque les Francs apprirent ce qui était arrivé aux Bâtiniya et que Banyâs était passée de leurs mains dans les leurs, cette nouvelle fit naître en eux le désir de s’emparer de Damas et des provinces qui en dépendaient et ils discutèrent longuement sur une attaque contre cette ville ; ils dépêchèrent des messagers dans toutes leurs provinces pour réunir et mobiliser des soldats. Tout ce que contenaient leurs territoires d’Edesse, d’Antioche, de Tripoli et du littoral, se concentra ; ils furent aussi rejoints par mer par le roi Comte375, le successeur de Baudouin parmi les Francs lorsqu’il mourut, qui amenait avec lui des effectifs nombreux. Ils se concentrèrent, s’arrêtèrent devant Banyâs et y campèrent, rassemblant des vivres et des provisions pour leur séjour. L’on ne cessait de rapporter sur eux les renseignements de ceux qui les avaient vus et comptés : l’on estimait leur nombre à plus de soixante mille cavaliers et fantassins, les fantassins étant les plus nombreux.

327Lorsque Tâj al-molouk fut informé de leurs intentions, il se prépara à cette éventualité et mit ses soins à accroître ses effectifs, ses armes, son matériel pour la guerre et tout l’équipement dont il avait besoin pour aplanir toute difficulté. Il écrivit aux émirs turcomans par l’entremise d’envoyés délégués par lui pour leur demander aide et assistance et il promit assez d’argent et de céréales pour les inciter à répondre avec empressement à sa demande et à se hâter à son appel. Leurs tribus d’origines diverses lui envoyèrent tous les guerriers de valeur et de grande énergie désireux de remplir l’obligation de la Guerre Sainte, empressés à attaquer les ennemis infidèles ; il leur donna tout ce qu’il leur fallait pour leur nourriture et de l’orge pour leurs chevaux.

  • 376 Jisr al-Khachab : pont situé à proximité de Dârayyâ, à une dizaine de kms. au SO de Damas ; cf. Gi (...)
  • 377 Al-Maïdân : il ne peut guère être question ici de l’Hippodrome Vert qui ne se trouve pas à proximi (...)
  • 378 Lacune dans le texte.

328Les maudits se mirent en route de Banyâs vers Damas ; ils avançaient lentement et en ordre de bataille. Ils prirent position devant le Pont de Bois (Jisr al-Khachab)376 et devant l’hippodrome (al-Maïdân)377 bien connu qui en est proche, le378 Dhou-1-Qa’da 523 (16 Octobre 14 - Novembre 1129) et établirent là leur camp. Au matin l’armée musulmane était sortie de Damas, grossie des Turcomans qui venaient de leurs cantonnements situés autour de la cité, et de l’émir Marra b. Rabî’a à la tête des Arabes qui l’avaient accompagné. Ils se répartirent en escadrons [postés] de tous côtés et s’arrêtèrent en face des Francs, dans l’espoir qu’un de leurs détachements sortirait du camp, qu’eux-mêmes pourraient se précipiter sur lui, le rejoindre et se hâter d’engager le combat ; mais pas un cavalier ne sortit du camp, pas un fantassin ne se montra ; au contraire les Francs se serrèrent les uns contre les autres et ne quittèrent pas leurs tentes. Les Musulmans restèrent quelques jours dans cette situation, à attendre l’assaut de la ville ; mais l’on ne vit rien d’autre que le rassemblement des Francs, leurs allées et venues autour de leurs tentes et les éclairs de leurs casques et de leurs armes. On obtint des éclaircissements sur eux et sur ce qui les obligeait à différer leur attaque et à rester sans rien faire ; on dit qu’ils avaient formé un détachement de leurs plus valeureux chevaliers et de leurs plus braves fantassins avec mission d’aller dans le Hauran avec des mulets pour y rassembler des vivres et des céréales, toutes choses nécessaires pour un long séjour et un siège, et qu’ils ne pouvaient pas bouger, qu’ils ne se sentaient pas en force, tant que ces gens-là n’étaient pas de retour.

  • 379 (1) Borâq : localité située à 35 kms. environ au S de Damas dans la région de la Lijât ; cf. Dussa (...)

329Lorsque Tâj al-molouk fut au courant de cette situation, il se hâta de former un détachement avec les plus valeureux des Turcs de Damas, les Turcomans qui étaient arrivés et les Arabes venus avec l’émir Marra ; il leur ajouta l’émir Saïf ad-daula Sawâr à la tête des troupes de Hama et il arrêta avec eux qu’ils se mettraient en route à la fin de la journée et marcheraient toute la nuit pour arriver au matin dans la région de Borâq379, car on pouvait escompter qu’à leur retour du Hauran, les maudits aboutiraient à cet endroit. L’ordre donné fut rapidement exécuté et, au matin, les Musulmans se trouvaient au lieu indiqué, nombreux et sur leurs gardes. Toutes les ressources de l’armée étaient au complet, en nombre incalculable ; les Musulmans se lancèrent à l’attaque des Francs avant que ceux-ci eussent fini de monter à cheval, beaucoup d’entre eux furent tués par des flèches ; [les survivants] se rangèrent en ordre de bataille et formèrent un bloc compact ; les Musulmans les chargèrent, mais ils tinrent bon ; l’armée de l’Islam répéta ses assauts et causa des pertes à ses ennemis jusqu’à ce qu’ils faiblissent, perdissent courage, fussent convaincus de leur défaite et de leur anéantissement fatal. Guillaume de Bures, leur chef et leur héros, s’échappa avec un groupe de chevaliers qui s’enfuirent pendant que les Turcs et les Arabes lançaient de terribles assauts [contre ceux qui restaient] et les environnaient en frappant du sabre, en pointant de la lance, en décochant des flèches. Une partie de la journée, ne s’était pas écoulée que tous les Francs étaient étendus sur le sol dans la poussière entre les pieds des chevaux. Les vainqueurs ramassèrent un butin qui les mit en possession de montures, d’armes, de prisonniers, de valets et de mulets de toutes sortes ; il y en avait trop pour que l’on énumérât ou que l’on comptât. Aucun des Francs ne put arriver sain et sauf au camp, à l’exception d’un petit nombre de cavaliers qui furent sauvés par la vitesse et le bon entraînement de leurs chevaux. Les Turcs et les Arabes revinrent à Damas à la fin de l’après-midi, triomphants, chargés de butin, vainqueurs, joyeux. La population se réjouit de cette heureuse journée et de cette victoire méritoire, les cœurs en furent réconfortés, les poitrines dilatées et l’armée résolut d’aller attaquer les Francs dans leur camp de grand matin dès que serait terminé le rassemblement des troupes. Une grande multitude de cavaliers partit à bride abattue vers le camp ; voyant beaucoup de feux et des fumées qui s’élevaient, ils pensaient que les Francs étaient là ; mais lorsqu’ils approchèrent, ils constatèrent que leurs ennemis avaient décampé à la fin de la nuit, quand ils avaient eu connaissance [de la défaite des leurs], après avoir mis le feu à leurs bagages, à leur équipement, à leur matériel, à leurs armes, car ils n’avaient plus de bête de somme pour porter tout cela ; les Francs avaient compris en effet, devant la réalité des faits, qu’il ne leur était pas possible de rester là, puisqu’ils savaient que les effectifs de l’armée turque étaient supérieurs aux leurs ; ils ne purent rien faire que battre en retraite sans attendre les retardataires et s’occuper des traînards. Les Musulmans se rendirent dans leur camp et y firent un important butin de matériel et de provisions ; ils y trouvèrent plusieurs blessés de l’affaire [de la veille] qui étaient morts en arrivant, ils furent enterrés sur place ; leurs chevaux étaient couchés, criblés de blessures. L’armée [musulmane] rejoignit l’arrière-garde des Francs et tua un bon nombre de traînards. Les Francs pressèrent la marche dans leur fuite, de crainte d’être rejoints par les Musulmans. Les gens retrouvèrent la sécurité, purent aller dans leurs champs de travail, délivrés du souci, débarrassés de l’incertitude, gratifiés par la sollicitude de Dieu Très Haut et Sa bienfaisance de ce qui n’était plus escompté ni prévu. Que Dieu soit loué et remercié pour tant de faveurs et tant de dons, d’une louange qui L’incite à faire durer l’abondance de Ses Grâces et à accorder davantage Ses dons et la part qu’il donne à chacun.

330Les Turcomans retournèrent chez eux avec un butin considérable et de riches robes d’honneur. Tous les infidèles se dispersèrent dans leurs forteresses de la plus piteuse façon, humiliés, privés de montures, délestés de leurs bagages, ayant perdu leurs plus valeureux guerriers. Les cœurs connurent l’apaisement après la crainte, la sécurité après l’effroi et le découragement ; les esprits recouvrèrent la confiance parce qu’il n’était guère possible que les infidèles concentrent une nouvelle force après ce qui venait de se passer, après la mort de leurs meilleurs guerriers, la destruction de leurs soldats, la perte de leurs bagages.

ANNEE 524 (15 DECEMBRE 1129 — 3 DECEMBRE 1130)

331En Moharram, premier mois de cette année-là, mourut le cheikh, l’intendant (amîn), gloire de son corps, Abou-Mohammad Hibat Allah b. Ahmad al-Akfânî — Dieu lui fasse miséricorde. Il était réputé pour sa compétence et sa bonne foi, connu pour sa tempérance et sa piété. Après lui, il n’y eut plus son égal parmi les prudhommes (chohoud) sous le rapport de la perspicacité, de la bonne foi et du désintéressement.

332Quand, après le meurtre du vizir Abou-’Alî Tâhir al-Mazdaqânî, le poste de vizir à Damas fut privé d’un titulaire qui sache mettre de l’ordre dans les comptes et diriger parfaitement l’administration des affaires, et que Tâj al-molouk chercha un homme compétent à qui laisser le soin de ces affaires, sur qui se reposer, à l’activité de qui faire confiance pour la bonne marche des choses, le bon ordre des provinces, la garde du trésor, il eut de la peine à atteindre son but et ne parvint pas facilement à trouver l’objet de ses désirs ; sa confiance se porta sur le raïs très respecté Thiqat al-molk Abou-dh-Dhawâd al-Mofarraj b. al-Hasan aç-Çoufi, raïs de Damas. Il lui donna le soin de ces affaires, l’investit de la charge de vizir, se reposa sur lui et trouva en lui son collaborateur le plus complet parmi tous les secrétaires et les agents qui se signalaient à son attention ; car, s’il n’était pas des meilleurs dans le métier de secrétaire et si ses qualités de rédacteur étaient faibles, son jugement était droit, sa manière de faire louable, sous le rapport de la dignité et de la loyauté ; il connaissait les procédés de ceux qui ont la pratique des affaires et était compétent en matière de débit et de crédit, dans la vérification des comptes et dans la surveillance des impôts. Ne trouvant personne qui pût l’évincer et tenir le même emploi, Tâj al-molouk l’investit de cette charge, faisant confiance à ses qualités de négociateur et à ses dons de vizir ; il lui offrit des robes d’honneur, le combla de prévenances, le fit siéger dans son conseil avec les princes, les grands et les notables, fit rédiger un diplôme rempli des plus grands éloges et d’avertissements contre quiconque ne tiendrait pas compte de ses ordres ou s’y opposerait et lui décerna le surnom honorifique de Mohyî ad-dîn (le rénovateur de la religion) pour renforcer son pouvoir et rehausser son autorité. Le vizir usa d’une sage politique, conduisit bien les affaires du gouvernement, fit preuve de justice dans son action et d’équité dans sa façon de traiter les gens et envers les agents de l’autorité, surveilla les provinces et s’appuya sur les gouverneurs compétents et loyaux. Dans ces conditions les affaires marchèrent bien et suivirent heureusement et normalement leurs cours.

333On annonça cette année-là que l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg Zankî (Zengî) b. Aq Sonqor, maître de Mossoul, était arrivé à Alep à la tête de son armée, dans l’intention de faire la Guerre Sainte. Il envoya un message à Tâj al-molouk Bourî, pour lui demander son secours et son aide dans la lutte contre l’adversaire franc. Des messagers firent la navette entre eux jusqu’à ce que Tâj al-molouk répondît favorablement à cette demande et lui envoyât quelqu’un pour échanger des serments d’attachement et d’amitié et s’assurer de sa fidélité à ses engagements et de ses bonnes intentions. L’affaire étant arrangée de manière assez solide pour que Tâj al-molouk eût pleine sécurité, pleine confiance et pût s’en remettre à son partenaire, il s’empressa de lui préparer l’envoi de ses meilleurs officiers avec cinq cents cavaliers et écrivit à son fils Bahâ ad-dîn Sevinj à Hama pour lui ordonner de se mettre en campagne avec ses troupes et de faire sa jonction avec les troupes de Damas et leur chef, l’émir Chams al-Omarâ al-Khawâçç accompagné d’un certain nombre d’émirs et de chefs militaires. Il obéit, quitta Hama à la tête de ses hommes bien équipés et ils se rendirent tous au camp de l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn. Celui-ci les reçut fort bien et les combla de prévenances, puis, après les avoir laissés tranquilles pendant quelques jours, intrigua contre eux, usa de perfidie envers eux, arrêta Sevinj et tous les chefs militaires et pilla leurs tentes, leurs bagages et leurs montures. Quelques uns s’échappèrent, les autres restèrent prisonniers et furent emmenés à Alep où ils furent placés sous bonne garde.

  • 380 Ici une lacune évidente, signalée par Gibb (D.C., 201, n. 1).

334Il marcha le jour même sur Hama, vide de défenseurs, s’en empara, fit main basse sur ce qui s’y trouvait et la quitta pour se rendre à Homs. Le maître de cette ville, Khîrkhân b. Qarâja, accompagné de ses troupes, était avec Zengî, le servant avec loyauté, lui obéissant avec ponctualité ; c’était lui qui l’avait encouragé et poussé à user de traîtrise envers Sevinj et à se saisir de lui...380 dès qu’il eut pris position devant Homs, il usa de traîtrise, envers Khîrkhân, maître de la ville, le fit incarcérer, pilla ses tentes et ses bagages et s’assura de sa personne ; puis il demanda que la ville lui fût livrée. Khîrkhân envoya pour cela une lettre à ses représentants dans la ville et à son fils, mais ils ne prirent pas son message en considération et ne répondirent point à sa demande. Zengî resta longtemps devant la place, ne cessant de lancer des attaques contre ses habitants et de leur faire subir un blocus, mais il n’obtint pas le résultat voulu et échoua dans sa tentative. Il regagna alors Mossoul, emmenant avec lui Sevinj b. Tâj almolouk et les chefs de l’armée damascaine et fit garder les autres à Alep. Des négociations furent engagées pour la libération des prisonniers, mais elle n’eut pas lieu. Zengî demanda pour leur rançon cinquante mille dinars que Tâj al-molouk consentit à trouver et à verser.

  • 381 Il faut lire amlâk au lieu de malâk : c’est la leçon du manuscrit.

335On annonça d’Egypte cette année-là l’assassinat d’al-Amir bi-ahkâm Allah, souverain du pays. L’évènement eut lieu à la fin de l’année, à la suite d’un complot et de menées fomentées contre lui à cause de ses agissements blâmables et de ses mauvaises actions qui provoquèrent son assassinat et rendirent fatal son meurtre ; il se montrait de plus en plus tyrannique envers ses sujets, s’emparait de leurs biens, leur arrachait leurs propriétés381, faisait couler le sang, se conduisait mal, n’agissait pas comme il faut et approuvait les pires manquements aux règles les plus sacrées. Officiers et particuliers se réjouirent de ce qui lui arrivait et du soulagement qu’apportait sa mort. L’assassinat eut lieu le mardi 2 Dhou-1-Qa’da 524 (5 Novembre 1130) ; le souverain était âgé de trente-quatre ans, étant né au Caire en 490 ; son règne avait duré vingt-quatre ans. Son sceau portait l’inscription suivante : « L’Imâm al-Amir bi-ahkâm Allah, Prince des Croyants ». Il fut remplacé par son cousin, Abou-l-Maïmoun ‘Abd al-Majîd, fils de l’émir Abou-l-Qâsim, fils de l’imâm al-Mostançir bi-llah, Prince des Croyants. Celui-ci reçut l’investiture selon les formes habituelles et le qualificatif d’al-Hâfiz li-dîn Allah (Celui qui préserve la religion de Dieu), Prince des Croyants. Son pouvoir prit de l’assise et, sous son contrôle, la gestion des affaires fut satisfaisante. Il confia à Abou-’Alî Ahmad b. al-Afdal, chef des armées, la charge de vizir de l’état et l’administration du royaume. Ce vizir mena à l’égard de tous une politique très sage, administra les provinces de la meilleure façon et suivit la voie de son père al-Afdal — Dieu lui fasse miséricorde — dans son amour de la justice, son aversion de la tyrannie et son zèle à en éteindre la flamme. Il rendit aux citadins et aux commerçants les biens qu’on leur avait enlevés, les propriétés qu’on leur avait prises ; il assura la sécurité aux justes et aux dévots, inspira la crainte aux malfaisants et aux maudits et déploya à cela un zèle qui lui valut la gratitude de tous, proches et lointains, et lui attira la récompense de l’homme que Dieu aide et rend heureux. Il persévéra dans cette louable ligne de conduite et persista dans cette juste voie jusqu’au moment où certains officiers du gouvernement conçurent de l’envie à son égard, en raison des bonnes actions et des gestes vertueux que Dieu lui inspirait. Ils unirent leurs forces pour compromettre sa situation, tissèrent des ruses pour l’atteindre dans son activité et s’efforcèrentd’agir au moyen de toutes sortes de mensonges qu’ils rassemblèrent et de propos calomnieux présentés avec art. Le complot fut tramé dans les milieux militaires, à l’écart des notables et des grands des milieux civils. On ne bougea point jusqu’à ce que se présentât une occasion favorable et qu’il fût évident que le vizir ne se méfiait pas. Comme il se trouvait dans un coin de l’Hippodrome (al-Maïdân), sans suite, sans moyen de défense, sans garde, sans aide, ignorant de ce qui se tramait et s’organisait contre lui, [les conjurés] se précipitèrent sur lui, le tuèrent — Dieu lui fasse miséricorde — et emportèrent son corps. Ses compagnons le rattrapèrent quand tout était fini, tuèrent les coupables et emportèrent son corps dans son caveau où ils l’ensevelirent.

ANNEE 525 (4 DECEMBRE 1130 — 22 NOVEMBRE 1131)

  • 382 Qabâ : vêtement masculin à manches porté par les Arabes et les Persans ; cf. Dozy, Dict. des vêtem (...)
  • 383 La leçon du texte et du manuscrit (saalouhomâ) doit être corrigée en saalâhom.
  • 384 Gibb (D.C., 203) propose de rétablir ce mot qui ne figure pas dans le texte et qui paraît en effet (...)

336Cette année-là Tâj al-molouk eut vent, à propos du raïs qu’il avait nommé vizir, de faits étranges qui transformèrent ses sentiments à son égard, portèrent atteinte à sa situation et dénaturèrent la bonne opinion qu’il avait de lui. Il ordonna qu’on l’incarcérât, lui et ses proches, sans les maltraiter et qu’il fût destitué de sa charge de vizir et de raïs, au mois de Rabî’ I (31 Janvier - 28 Février 1131) et mit sa confiance pour le vizirat en Karîm al-molk Abou-1-Fadl Ahmad b. ‘Abd ar-Razzâq al-Mazdaqânî, cousin du vizir Abou-’Alî al-Mazdaqânî dont il a été parlé plus haut. Il lui remit cette charge et lui fit confiance pour les affaires intérieures et les relations extérieures ; sa situation fut solidement établie et les affaires marchèrent par ses soins. La plupart des employés et des chefs de districts se réjouirent, car ce vizir avait une excellente conduite ; il s’était formé comme représentant du vizir dans l’administration centrale et connaissait la politique provinciale de tout temps ; de plus il s’exprimait facilement en persan et en arabe. Il garda le pouvoir jusqu’à un évènement qui transforma sa situation. En effet lorsque les Bâtiniya eurent subi l’anéantissement et les destructions que Dieu avait décidés et permis à leur encontre, la nouvelle en parvint à leurs amis d’Alamout qui en conçurent du regret, furent bouleversés de ce qui leur était arrivé et se mirent à tresser leurs filets de malheur et à préparer leurs nasses de perfidie et de ruse ; ils envoyèrent auprès de Tâj al-molouk des gens chargés de lui tendre un piège et de tirer vengeance de lui, pris parmi leurs confrères les plus insensés et les plus audacieux de leurs adeptes. Leur choix tomba sur deux rustauds du Khorâsân à qui ils donnèrent mission d’employer la ruse à l’égard de Tâj al-molouk, de chercher à le surprendre et de l’attaquer dans son palais dès qu’une occasion rendrait la chose possible. Les deux hommes arrivèrent à Damas vêtus à la turque, avec des qabâ382 et des calottes pointues (charbouch), et allèrent trouver des Turcs de leur connaissance, leur demandant leur entremise383 pour entrer au service [de l’émir] et obtenir une rétribution fixe. Ayant ainsi trompé ces Turcs qui ne les soupçonnaient de rien, ils allèrent de ruse en ruse jusqu’à ce qu’ils fissent partie de la troupe des gens du Khorâsân préposés à la garde de Tâj al-molouk dans ses cortèges ; ils y réussirent sans que personne s’inquiétât d’eux, puisqu’ils avaient des répondants. Dès lors, ils guettèrent l’occasion d’attaquer Tâj al-molouk. Un jour qu’il revenait du bain, et qu’arrivé à la porte de son palais dans la citadelle de Damas, il laissait aller les gens de sa suite, Khorasaniens, Daïlamites, miliciens (ahdâth), qui formaient sa garde du corps, les deux hommes se précipitèrent sur lui le jeudi 5 Jomâdâ II 525 (7 Mai 1131) ; l’un d’eux le frappa de son sabre, visant la tête, et lui fit une blessure superficielle et [l’autre]384 lui porta au flanc un coup de poignard qui pénétra entre la chair et la peau. L’émir se jeta aussitôt, sain et sauf, à bas de son cheval ; ses hommes s’ameutèrent autour des deux agresseurs et les mirent en pieces à coups de sabre, tandis qu’on faisait venir des médecins et des chirurgiens experts en l’art de soigner les blessures. Les deux plaies furent traitées ; l’une d’elles, celle de la tête, était saine, mais celle du flanc suppurait ; comme l’émir allait mieux, il remonta à cheval et donna audience un moment pour ses familiers, son armée et sa garde venus le saluer et boire comme à l’accoutumée.

337On annonça aussi de Bagdad la mort du Sultan Moghîth ad-donyâ wa-d-dîn Mahmoud — Dieu lui fasse miséricorde — survenue en Chawwâl 525 (28 Août - 25 Septembre 1131) à la suite d’une maladie qui entraîna sa perte et sa fin. Le Sultanat fut conféré après lui à son frère, le Sultan Abou-l-Fath Mas’oud ; le trône devait revenir ensuite à son fils, Dâoud b. Mahmoud, puis à son frère le Sultan Tughril b. Mohammad ; l’histoire de chacun d’eux sera rapportée à sa place.

  • 385 Dobais b. Çadaqa b. Mazyad : sur ce personnage, cf. supra, p. 152.
  • 386 Mirâ b. Rabî’a : chef des Arabes Tayy ; cf. supra, p. 123, n. 3.

338On annonça aussi de la tribu de Maktoum b. Hassân b. Mismâr que l’émir Dobaïs b. Çadaqa385 était passé dans cette tribu, après s’être enfui d’Iraq avec une suite de familiers et de serviteurs, par crainte du Calife al-Mostarchid bi-llah, Prince des Croyants. Il s’était égaré en chemin, faute d’avoir un guide qui connût les pistes et les points d’eau, alors qu’il voulait se rendre dans la tribu de Mirâ b. Rabî’a386. La plupart de ses compagnons de route avaient péri et son escorte s’était dispersée après que beaucoup étaient morts de soif. Lui-même était arrivé dans la tribu [de Maktoum] comme un traînard isolé, avec une poignée de compagnons. Tâj al-molouk envoya pour le chercher un détachement de cavaliers ; il fut amené à la citadelle de Damas dans la nuit du lundi 6 Cha’bân 525 (6 Juillet 1131). Tâj al-molouk donna ordre de le loger dans un bâtiment de la citadelle, de le traiter avec égards et déférence et de soigner sa nourriture et sa boisson ; il lui fit porter des vêtements et de l’argent comme l’exigeait son rang élevé et sa situation en vue et lui fit subir une captivité honorable et non point dégradante. L’affaire fut portée à la connaissance de la Noble Maison de l’imâm al-Mostarchid qui ordonna, en réponse, de s’assurer de la personne de l’émir et de le tenir sous bonne garde jusqu’à l’arrivée de quelqu’un qui le prendrait sous sa responsabilité pour le conduire à Bagdad.

  • 387 Qârâ : village important sur la route de Damas à Homs ; cf. Dussaud, T.H., 282.

339Lorsque l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn Zengî, maître de Mossoul, fut mis au courant de cette situation, il dépêcha un messager à Tâj al-Molouk pour lui demander de lui livrer l’émir en échange des cinquante mille dinars fixés pour la rançon de son fils Sevinj et du reste de l’armée damascaine qu’il retenait prisonniers. Tâj al-molouk répondit favorablement à cette demande et il fut convenu que l’armée de l’atâbeg, avec les prisonniers, viendrait jusqu’aux environs de Qârâ387 tandis que Dobaïs s’y rendrait aussi avec l’armée de Damas ; lorsque celle-ci aurait reçu les prisonniers, elle livrerait Dobaïs aux gens de l’atâbeg. Les troupes emmenèrent donc Dobaïs de Damas et le conduisirent à Qârâ ; elles reçurent les prisonniers et livrèrent Dobaïs le jeudi 8 Dhou-1-Hijja (2 Octobre 1131). Les deux armées regagnèrent leur point de départ ; Sevinj et ses compagnons arrivèrent à Damas à la grande joie et au grand soulagement de Tâj al-molouk. Sur ces entrefaites, Tâj al-molouk fut sollicité en faveur du raïs et de ses gens qui étaient en prison ; on le priait de les remettre en liberté et de les laisser aller. Il y consentit après qu’un arrangement eut été conclu avec obligation de s’y conformer ; le raïs fut relâché et rétabli dans sa charge de raïs mais non de vizir. Il reçut une robe d’honneur, ainsi que le vizir Kamâl ad-dîn Karîm al-molk Abou-1-Fadl Ahmad b. ‘Abd ar-Razzâq al-Mazdaqânî à la nouvelle lune de Ramadân (30 Juillet 1131).

340On annonça aussi de Çarkhad la mort du gouverneur de cette ville, Fakhr ad-daula Gumuchtegîn, l’eunuque de Tâj ad-daula, en Jomâdâ II (Mai 1131). C’était un homme de bonne conduite, de bonne renommée, très pieux, louable dans ses desseins. En Dhou-l-Qa’da (Septembre) arriva [à Damas] Sadîd ad-daula Ibn al-Anbârî, secrétaire du Calife, de l’imâm al-Mostarchid bi-llah, Prince des Croyants, envoyé pour traiter de certaines affaires et des causes qui les avaient fait naître et pour faire hâter la remise de l’émir Dobaïs à ceux qui devaient le conduire à Bagdad ; c’était venir bien tard. Tâj al-molouk l’accueillit avec des égards et se réjouit de sa venue. Ayant reçu la réponse aux messages qu’il apportait, il prit le chemin du retour après avoir reçu les présents dûs à son rang et commandés par sa situation. En route, il fut rencontré dans la région d’ar-Rahba par des cavaliers de l’émir ‘Imâd ad-dîn qui se saisirent de lui, pillèrent ce qu’il emportait 232 avec lui et tuèrent quelques uns de ses serviteurs. Il subit une dure captivité et de mauvais traitements jusqu’à ce qu’il fût élargi, remis en liberté et qu’il revînt à Bagdad.

  • 388 Le texte et le manuscrit portent : li-thalâthi layâlin khallat, ce qui donnerait la date du 3 Jomâ (...)
  • 389 Traductions données par Gibb (D.C., 207).

341Le jeudi 26388 Jomâdâ II (28 Mai 1131), Tâj al-molouk réunit en conseil plusieurs des émirs, des chefs de l’armée, de ses familiers, des principaux personnages des corps de troupes, des secrétaires, des foqahâ et des notables de la population et leur dit : « Ma fin est proche à cause de cette blessure qui continue à me faire souffrir et qui ne se ferme pas ; je sais que va s’accomplir par elle l’ordre décidé une fois pour toutes, qui ne souffre ni opposition ni faux fuyant de la part de la créature ; je désespère de survivre et je sens l’approche du trépas. Voici mon fils, Abou-l-Fath Isma’îl ; je crois voir déjà briller en lui la marque de l’ardeur et de la noblesse et discerner les indices de son aptitude au pouvoir et de son intelligence. C’est mon fils aîné ; j’espère qu’il comblera la brèche causée par ma perte, j’ai décidé d’en faire mon héritier, de le former pour qu’il prenne le pouvoir après moi, car j’ai confiance qu’il suivra la bonne voie, obtiendra d’excellents résultats en dépit de son jeune âge et montrera de louables desseins. S’il suit et préfère la voie du bien, s’il s’engage sur le chemin de la justice et de l’équité et y cherche son but, il répondra à nos désirs et à nos espoirs. S’il s’écarte de la ligne de conduite qu’on lui demande d’adopter et qu’on lui indique, s’il va contre les directions qu’on lui dicte, il vous appartiendra de le réveiller de son sommeil, de le faire sortir de sa torpeur négligente. Car l’homme sensé, intelligent, perspicace et habile se rappelle quand on le fait souvenir et, lorsqu’on attire son attention sur ce qui est blâmable, s’en détourne et y renonce ». Ils lui répondirent : « Ton ordre est l’ordre auquel on ne s’oppose pas et dont on ne s’écarte pas, ta décision est la décision à laquelle il n’y a pas pour nous d’échappatoire ; nous t’obéirons tant que tu vivras, de même que nous obéirons à ton fils lorsque tu ne seras plus ; mais puisse Dieu prolonger ta vie, t’accorder la guérison et hâter ton salut et ton rétablissement ». Il fut très heureux de leurs paroles et les remercia de leurs propos qui prouvaient leur attachement sincère et louable. Puis il régla le sort de son fils en le désignant comme l’héritier de sa charge et convint avec eux qu’ils se montreraient obéissants envers lui et qu’ils se conformeraient à ses indications. Il lui fit cadeau de robes précieuses à la taille et à la mesure de sa situation. Le Prince héritier monta à cheval dans cet appareil jusqu’à son palais de la citadelle au milieu des émirs, des chefs militaires, de la garde des Khorasaniens, des domestiques, des écuyers (silâhiya), des porte-masse (maqra’ dâriya) et des hérauts (jdwouchiya)389 au jour qui a été indiqué, avec tous les dignitaires présents. La satisfaction et la joie furent à leur comble ; tous les collaborateurs du jeune prince se prirent d’affection pour lui, se groupèrent autour de lui et s’empressèrent de lui rendre leurs devoirs et de le saluer chaque jour.

ANNEE 526 (23 NOVEMBRE 1131 — 11 NOVEMBRE 1132)

  • 390 Gibb fait remarquer (D.C., 208, n. 1) que le 25 Ramâdan tombait un jeudi en 525 et non en 526. D’a (...)

342On annonça du pays franc la mort de Baudouin le Petit Chef, roi des Francs, seigneur de Jérusalem, survenue à Acre le jeudi 25 Ramadân (8 ou 9 Août 1132)390. C’était un vieillard que le temps et ses vicissitudes avaient poli ; il avait subi l’épreuve des circonstances et des soucis ; plusieurs fois il tomba aux mains des Musulmans, en combat et en bataille rangée, et leur échappa grâce à des ruses fameuses et à des stratagèmes renommés. Après lui il ne se trouva plus parmi les Francs de politique avisé et d’administrateur de qualité. Le pouvoir royal échut après lui au Comte nouvellement arrivé, le Comte d’Anjou (al-kond Aïjour) qui était venu de leur pays par voie de mer ; mais il n’était pas sûr dans son jugement ni efficace dans son administration, si bien que la perte de Baudouin plongea les Francs dans le trouble et le désordre.

343La maladie causée par la blessure de Tâj al-molouk empira cette année-là et il désespéra de guérir et de se remettre ; il resta longtemps dans cet état, dégoûté de la vie et souhaitant la mort ; sa faiblesse augmenta, son corps et ses forces dépérirent, son terme approcha, il fut frustré dans son espoir de guérir et trépassa dans la miséricorde et la clémence de Dieu à six heures du matin le lundi 21 Rajab (6 Juin 1132). Les cœurs furent pleins de tristesse à la nouvelle de ce malheur, bien des larmes coulèrent en présence de ce coup du sort.

« Quand le trépas enfonce ses serres, toutes les amulettes du monde n’y feront rien ». (Kâmil).

344Mais l’on ne s’oppose pas aux arrêts de Dieu Très Haut, on n’évite pas Sa décision parce que ce bas monde est un asile de misère où l’homme ne connait ni tristesse ni joie durables, où les individus sont numérotés, comptés, où les moments de la vie sont bornés, limités. La nuit et le jour découpent les existences et mettent fin à la durée et quiconque s’en remet aux impostures des jours n’a pas compris les avertissements du temps.

345Le chérif ar-Radî chanta ce vers à l’occasion de sa perte : « Puissent tes jours ne pas tomber sous le mauvais destin qui fait couler les yeux et use les membres ». (Kâmil).

  • 391 Tarafa : célèbre poète antéislamique ; cf. E.I., IV, 696.

346Néanmoins Dieu, ayant permis que son fils lui succédât et qu’il le déclarât son héritier sous le nom de Chams al-molouk, mit un terme à la crainte et apaisa les troubles. Après avoir présenté au nouvel émir les condoléances pour la mort de son père tombé en martyr, la population s’empressa de le féliciter pour son accession au trône. Tâj al-molouk — Dieu lui fasse miséricorde — était pourvu de toutes les qualités, les vertus, les talents que l’on décrit dans les cercles. Les poètes firent des vers sur ses exploits, les orateurs éloquents publièrent ses vertus. Le lettré, l’excellent poète damascain Abou-’Abd Allah Mohammad b. al-Khayyât — Dieu lui fasse miséricorde — qui était le Tarafa391 des poètes syriens et était renommé pour la perfection de ses panégyriques et autres sortes de poésies, avait composé nombre de poèmes sur Tâj almolouk, dont l’invention, la composition, le style étaient remarquables. Parmi ses vers de si bonne langue arabe sur les mérites du prince, j’en cite qui montrent combien il mérite les louanges que lui ont values ses desseins et ses efforts. Voici les vers du début d’un poème :

« Dieu a traité généreusement l’homme du temps où tu règnes et a honoré par toi, ô Tâj al-molouk, ce temps.
« Il a fait don à cette époque et à ses contemporains d’un grand esprit contre les ordres duquel le temps ne se rebelle pas.
« Sabre du Prince des Croyants, quiconque lui sert de sabre a raison de la peur et de la misère.
« Et quand j’ai dit un poème sur Tâj al-molouk, on a dit : « Avec lui, tu as flatté la poésie ». (Tawîl).

347Voici d’un autre poème :

  • 392 Jeu de mot sur le surnom honorifique de l’émir (Tâj al-molouk = couronne des rois).

« N’as-tu pas été une couronne pour les rois illustres392, un flambeau pour le monde et son univers ?
« Grâce à toi notre époque a connu la gloire, comme grâce à toi les créatures ont connu l’allégresse.
« J’ai étendu la main pour recueillir la louange et la mer calmée s’est gonflée et s’est agitée.
« Je n’ai plus eu, parmi les grands, à rechercher la grandeur, de même que le repaire du lion lui doit son prestige lorsqu’il y pénètre. » (Kâmil).

348Récit du règne de Chams al-molouk Abou-l-Fadl Isma’îl b. Tâj al-molouk Bourî b. Zahîr ad-dîn atâbeg. Exposé de la situation depuis le début de son pouvoir jusqu’à sa fin et des évènements qui ont eu lieu pendant cette période ; aperçu de leur histoire, de leur chronologie et de leurs faits saillants.

349Lorsque l’émir Tâj al-molouk Bourî, fils de l’atâbeg — Dieu lui fasse miséricorde — eut quitté ce monde périssable pour la demeure éternelle, bienheureux, louable, martyr, son fils Chams al-molouk Abou-l-Fadl Isma’îl le remplaça au pouvoir conformément à la désignation faite de son vivant et aux dernières volontés qu’il avait exprimées pour la marche à suivre après sa mort ; il eut une politique et une ligne de conduite heureuses, témoigna des meilleures intentions dans ses actes et ses pensées intimes, répandit la justice parmi ses sujets, multiplia les témoignages de sa bienveillance envers tous les soldats et les mercenaires, confirma les apanages à leurs détenteurs et les soldes à leurs titulaires et redoubla de largesses sans fin. Il confirma le vizir de son père dans sa charge et maintint les chefs de district et les employés dans leurs fonctions. Il laissa le règlement et l’administration au chambellan (hâjib) Yousof b. Fîrouz, préfet (chihna) de Damas, et se reposa sur lui pour les affaires importantes, lui faisant confiance en public comme en privé. Il inaugura sa politique en s’occupant de la condition de ses sujets et des gagne-petit, en les exemptant de la part de taxe (fî’a) que l’on prélevait sur eux chaque année, en abrogeant sa pratique, en supprimant sa perception, en annulant la décision qui s’y rapportait ; il dédommagea les détenteurs de pensions alimentées par cette taxe avec d’autres sources de revenus.

350De plus en plus on invoqua Dieu en sa faveur et on le couvrit de louanges. Cela eut lieu en Rajab 526 (18 Avril - 15 Mai 1132). Il fit preuve d’énergie, de grande bravoure, de courage, d’allant, d’audace, de pénétration dans la décision, comme on n’en avait pas idée, comme on n’en concevait pas, comme on n’en imaginait pas. De tout cela nous rapporterons en leur lieu des traits frappants qui dispensent d’un exposé détaillé.

  • 393 Labwa et ar-Râs : citadelles de la Beqâ’ situées toutes deux au N de Baalbek, près des sources de (...)
  • 394 Le texte et le manuscrit portent : an-nozoul ‘alaihimâ (les assiégés) ; Gibb (D.C., 313, n. 1) pro (...)

351Le premier de ces hauts faits est la conquête des citadelle de Labwa et d’ar-Râs393. Elles étaient aux mains des deux gouverneurs que Tâj al-molouk, père du prince régnant, avait envoyés pour en assurer la garde et qui avaient été confirmés dans leurs fonctions. Il revint à Chams al-molouk que son frère Chams addaula Mohammad, maître de Baalbek, avait agi contre eux et avait réussi à leur faire admettre son autorité sur les dites forteresses en envoyant pour les surveiller des hommes de confiance et des représentants qu’il avait choisis. Chams al-molouk réprouvant cette action dirigée contre lui et en concevant de l’irritation, écrivit à son frère pour lui reprocher sa décision, stigmatiser le point de vue qu’il avait adopté et lui demander d’abandonner les forteresses394 et de les rétablir dans leur situation antérieure. Son frère s’abstint de répondre à sa demande et d’accéder à sa requête. Chams al-molouk, pendant quelque temps, n’y fit plus attention et n’en parla plus, puis il fit des apprêts et des préparatifs pour marcher contre les deux forteresses, sans que personne se doutât de ce qu’il voulait faire et de ce qu’il méditait. Il quitta Damas avec son armée et un appareil guerrier, comme s’il se dirigeait vers le Nord, à la fin de Dhou-l-Qa’da (début d’Octobre 1132) ; ensuite il prit une autre route, dans la direction de l’Ouest et non plus de l’Est. Les gens d’al-Labwa ne s’en aperçurent que lorsqu’il était déjà devant la forteresse. Il donna aussitôt l’assaut avec une décision incomparable et une vigueur irrésistible. Comme le commandant de la place avait conscience de la catastrophe en constatant la violence de l’assaut et ne trouvait pas la moindre échappatoire, il demanda la vie sauve le jour même. Il reçut satisfaction et vit ses espoirs réalisés ; il abandonna la forteresse et la livra à Chams al-molouk qui l’organisa et y délégua, pour la garder, quelqu’un dont il appréciait la compétence et l’activité. Puis, après en avoir terminé avec cette forteresse, il partit pour celle d’ar-Râs ; l’affaire se déroula de la même manière ; il se la fit livrer et en confia la garde à l’un des siens. Ensuite, il leva le camp et prit position devant Baalbek. Son frère avait fait des préparatifs, rassemblé des troupes et réuni autour de lui un grand nombre de paysans de la Beqâ’ et des montagnes et autres irréguliers pillards. Chams al-molouk les assiégea dans la ville, les bloqua et donna l’assaut avec sa cavalerie et son infanterie. Les gens de Baalbek firent une sortie en force ; beaucoup d’entre eux furent tués et blessés, comme aussi beaucoup de défenseurs du rempart.

  • 395 Le texte porte minhâ, c’est-à-dire : de l’année 526 ; il faut tenir compte de l’indication du manu (...)

352Puis Chams al-molouk donna l’assaut quelques jours après contre les quartiers extra muros (al-balad al-barrânî) qui avaient été garnis de défenseurs. Le combat fut violent ; l’armée damascaine divisée en plusieurs groupes donna l’assaut de différents côtés. Elle se rendit maîtresse du lieu, s’installa dans les quartiers conquis après avoir tué et blessé de nombreux défenseurs, mit en position des mangonneaux dirigées contre la ville et la forteresse et ne cessa de les attaquer violemment. Quand le maître de la ville constata que l’affaire était chaude et que son adversaire persistait à rester et faisait preuve de ténacité, il lui écrivit pour lui promettre son obéissance et sa loyauté et lui demander de lui maintenir la situation qu’il avait du vivant de son père. Chams al-molouk, poussé par ses sentiments fraternels, ne tint pas compte de ce qui avait eu lieu et ferma les yeux sur le passé. Il accepta la demande qui lui avait été faite et consentit à concéder ce qui était réclamé. L’accord se fit entre eux conformément aux stipulations proposées et Chams al-molouk revint à Damas à la tête de son armée, victorieux et joyeux, au début de Moharram 527 (mi-Novembre 1132)395.

ANNEE 527 (12 NOVEMBRE 1132 — 31 OCTOBRE 1133)

  • 396 Zaradnâ : cf. supra, p. 151, n. 2.
  • 397 Ibn Dânichmand-. cf. supra, p. 44, n. 2.

353En Moharram (12 Novembre - 9 Décembre), on annonça du territoire franc que la discorde était née parmi les Francs, chose inaccoutumée de leur part, qu’ils en étaient venus à se battre et qu’il y avait eu plusieurs morts. Cette année-là aussi un parti de Turcomans rencontra le maître de Zaradnâ396 à la tête de ses cavaliers ; les Turcomans le vainquirent, le tuèrent, lui et ses compagnons, et firent main basse sur leurs animaux de selle et de bât. On dit aussi qu’Ibn Dânichmand397 avait triomphé d’une troupe nombreuse qui était sortie de Constantinople ; il l’avait surprise et avait tué les Grecs et autres qui la composaient.

354Le 17 Jomâdâ II (25 Avril 1133), l’émir Sawâr à la tête de sa cavalerie partit d’Alep pour mener un coup de main contre Tell Bâchir. Les chevaliers francs qui y tenaient garnison firent une sortie ; l’émir en tua environ un millier, cavaliers et fantassins, et rapporta leurs têtes à Alep.

  • 398 Mirâ b. Rabî’â : sur ce personnage, voir supra, p. 123, n. 3.

355En Rajab (8 Mai - 6 Juin 1133), Chams al-molouk fit arrêter et incarcérer Mirâ b. Rabî’a398 et Osâma b. al-Mobârak ; ce dernier, acheté, vint à composition, s’y tint et fut relâché. Mirâ resta comme il était, cependant qu’on hésitait sur la sentence à lui appliquer ; finalement ce fut la mort, récompense des mauvaises actions, des actes blâmables qu’il avait commis, des iniquités qu’il avait perpétrées en toutes circonstances.

  • 399 Les gens du Khorâsân faisaient habituellement office de sapeurs ; cf. Derenbourg, Ousama, 102.
  • 400 Gibb (D.C., 217, n. 1) fait remarquer qu’en 527, le 6 Çafar tombait un vendredi.

356Quand Chams al-molouk revint de Baalbek après l’arrangement qui était intervenu entre lui et son frère, maître de cette ville, comme il a été rapporté et exposé plus haut, il apprit des régions occupées par les Francs que ceux-ci avaient l’intention et la résolution de rompre l’accord en vigueur. Des marchands damascains vinrent se plaindre à lui que le seigneur de Beyrouth avait saisi à leurs dépens plusieurs charges de lin d’un prix considérable. Il écrivit au chef des Francs pour demander la restitution de ces marchandises à leurs propriétaires, à ceux qui avaient des droits sur elles ; un échange de correspondance s’ensuivit, sans que désir ni demande pussent être satisfaits. La rancœur et la colère portèrent Chams al-molouk à user de représailles ; il dissimula son projet, ne s’en ouvrit à quiconque, même parmi ses familiers et ses confidents intimes, et prêta son attention et son activité aux préparatifs du siège de Banyâs qu’il voulait arracher des mains des maudits qui s’en étaient emparés. Il se mit en route à la fin de Moharram, prit position devant la ville le dimanche 1er Çafar (11 Décembre) et mena l’assaut à la tête de l’armée. La ville était occupée par un grand nombre de cavaliers et de fantassins qui, effrayés par cette attaque inopinée, furent frappés d’impuissance et découragés. L’ennemi s’approcha du rempart sous la protection de boucliers disposés en forme de palissade, avec l’aide des Kho rasaniens399 et des sapeurs. Aussitôt que Chams al-molouk mit pied à terre, tous les Turcs l’imitèrent et tirèrent une volée de flèches contre les défenseurs du rempart qui se mirent à l’abri ; il n’en resta pas un pour montrer la tête, tant étaient nombreux les archers. L’émir fit approcher les boucliers d’un endroit du mur qu’il jugea plus faible et l’on sapa jusqu’à s’en emparer ; les Turcs donnèrent l’assaut et entrèrent en force dans la ville. Les Francs qui se trouvaient là cherchèrent refuge dans la citadelle et dans les tours, s’y retranchèrent et s’y défendirent. Les Musulmans se rendirent maîtres de la ville, ouvrirent les portes et tuèrent ou firent prisonniers tous les Francs qu’ils trouvèrent. Quand ceux qui s’étaient enfuis dans la citadelle et dans les tours virent ce qu’il en était : la ville prise, une attaque imminente pour les déloger, aucun secours, aucun renfort possible, ils demandèrent la vie sauve, l’obtinrent, se rendirent et furent tous faits prisonniers. Chams al-molouk, après avoir mis la ville à sac et y avoir établi une garnison d’élite pour en assurer la garde et la défense, partit avec son armée, emmenant les prisonniers, les têtes des morts, les femmes et les enfants du gouverneur et un abondant matériel ; il arriva à Damas le jeudi 6 Çafar400 (16 Décembre). La population vint l’accueillir hors de la ville et regarder les prisonniers enchaînés et les têtes fichées sur des bambous ; il y en avait un très grand nombre et une quantité considérable. Ce spectacle rafraîchit les yeux, réjouit les cœurs, durcit les reins ; tous en furent satisfaits et ne ménagèrent pas leurs remerciements à Dieu Très Haut qui avait facilité ce succès précieux et cette victoire éclatante. La nouvelle de cet évènement se répandit chez les Francs qui furent effrayés en l’apprenant et redoutèrent pareille mésaventure. Leur cœur fut rempli de crainte et d’épouvante, ils furent étonnés que l’affaire de Banyâs, malgré la valeur de ses fortifications et le nombre de ses défenseurs, eût été réussie en si peu de temps et avec tant de de facilité et ils déplorèrent la perte de tant de chevaliers et de fantassins.

  • 401 Il semble opportun de corriger la leçon kotibat du texte et du manuscrit en kitba.
  • 402 Darârî‘ : sur ce mot, cf. Dozy, Dict. des vêtements, 177.
  • 403 Sens obtenu en lisant asâwir, au lieu de sawârir, qui ne présente pas de sens satisfaisant.
  • 404 Aq-Sonqor Ahmadîlî : fils de l’émir Ahmadîl sur lequel voir supra, p. 106, n. 5.

357Cette année-là aussi, on annonça de l’Iraq l’arrivée à Bagdad du Sultan Mas’oud, fils du Sultan Mohammad, qui s’établit dans la partie occidentale de la ville et y passa quelques jours pour régler la situation. Il écrivit de son propre chef un rescrit sur certains points qu’il proposait et demanda la réunion de la Syrie à l’Iraq. Il reçut la visite du grand cadi (qâdî al-qodât), des notables et des principaux personnages qui lui demandèrent de s’engager par serment à respecter les termes de l’exposé publié dans le rescrit et lui firent le récit de ce qui s’était passé. Une haute décision de l’imâm al-Mostarchid fut publiée, autorisant Mas’oud à s’établir dans le palais du Sultan, à écrire401 ses surnoms honorifiques dans les pièces officielles, et à faire invoquer Dieu en son nom ; puis on lui apporta tout ce qui convenait à un personnage tel que lui, en fait de tapis et autres ; la khotba fut prononcée en son nom le dernier vendredi de Moharram et l’on écrivit à toutes les provinces pour confirmer le pouvoir du Sultan et donner l’ordre de prononcer la prière en son nom du haut des chaires (minbar). Il fut convoqué au palais sublime d’al-Mostarchid ; le vizir Charaf ad-dîn Anouchirwân b. Khâlid, vizir du Calife, représentait son maître de la meilleure façon pour transmettre au Sultan son salut et ses vœux ; il reçut en réponse une belle allocution ; le Sultan fut gratifié de robes d’honneur le dimanche 5 Rabî’ I (13 Janvier 1133). L’imâm, le Calife al-Mostarchid bi-llah, Prince des Croyants, était assis ; on introduisit en sa présence le Sultan qui rendit les hommages habituels à quelqu’un de son rang. Au début de son allocution, le Prince des Croyants lui dit : « Reçois cette faveur avec gratitude et crains Dieu Très Haut en public et en secret ». Cette marque d’honneur consistait en sept robes de vizir (darârî’)402 de différentes sortes, la septième étant noire, une couronne incrustée de pierreries, des bracelets403 et un collier d’or. Quand il se fut assis sur le tabouret préparé pour lui après avoir baisé la terre, le Prince des Croyants lui dit : « Celui qui ne se dirige pas bien lui-même n’est pas propre à diriger les autres. Dieu Très Haut a dit : « Quiconque aura fait en bien le poids d’un atome, le verra ». (Cor., XCIX, 7, 8). Le vizir répéta ces paroles en persan et renouvela vœux et louanges ; puis le Prince des Croyants fit apporter les deux sabres qui avaient été préparés pour le Sultan et les lui remit solennellement, ainsi que deux drapeaux ; il les attacha de sa propre main. Le Sultan Dâoud, fils de Mahmoud son frère, lui rendit hommage ; son atâbeg, Aq Sonqor, fit de même. Le Calife confirma ses recommandations au sujet de ces deux personnages et de l’estime où les tenaient leurs administrés et fit prêter au Sultan le serment de respecter les décisions prises à leur sujet. Le Prince des Croyants conclut : « Va, emporte ce que je t’ai donné et sois au nombre des gens reconnaissants ». Après cela, le Sultan Mas’oud se mit en marche vers l’Azerbaïdjan, au début de Rabî’ II (début de Février 1133), renforcé par Aq Sonqor Ahmadîlî404 et un grand nombre de Turcs.

358La nouvelle arriva à Bagdad que l’armée du Sultan Mas’oud avait taillé en pièces celle du Sultan Tughril b. Mohammad dans la région de Hamadhân le 18 Rajab (27 Mai 1133). Son armée se dispersa dans le pays ; le Sultan Mas’oud regagna sa résidence et l’on prononça la khotba à son nom dans la Grande Mosquée de Hamadhân.

359Cette année-là, Chams al-molouk Isma’îl décida de marcher sur Hama pour l’assiéger et la reprendre à ceux qui s’en étaient emparés et l’avaient en leur pouvoir. Ayant tenu ce projet secret et n’en ayant fait part à personne, il commença à se préparer et à prendre ses dispositions pour partir. Mais la nouvelle de ce dessein était parvenue au gouverneur de Hama qui s’empressa de faire des travaux de fortifications et des préparatifs pour défendre la ville et repousser l’ennemi ; il fit mettre en état à cet effet tout le matériel nécessaire et disponible. Chams al-molouk, informé de cette situation, n’en tint pas compte, et, bien loin de se détourner de son projet, se mit en route dans la dernière décade du mois de Ramadân [5]27 (25 Juillet - 4 Août). Il n’y avait pas un de ses principaux émirs et familiers qui ne lui eût conseillé d’annuler ce mouvement et qui ne l’eût prié de revenir sur sa décision ; mais il ne prêtait pas attention à ce qu’on lui disait et on ne l’entendait point répondre aux paroles qu’on lui adressait ; on lui disait : « Remettez cela jusqu’à la fin du jeûne de ce mois béni (il y en a pour quelques jours) et jusqu’à la célébration de la fête traditionnelle ; ensuite vous vous mettrez en route vers le point choisi ». Mais il n’écouta personne et ne se conforma aux conseils d’âme qui vive. Voici le plan qu’il avait élaboré : il marcherait sur la ville tandis que la population se serait pas sur ses gardes et que les défenseurs relâcheraient leur surveillance, persuadés que personne ne se mettrait en campagne avant la fête que les troupes célébreraient dans l’abondance. Il se mit en route sur le champ et accéléra la marche, si bien qu’il se trouva en position devant la ville et donna l’assaut le jour de la fête (1er Chawwal / 5 Août). Les gens de Hama furent stupéfaits du fléau qui les menaçait. Chams al-molouk attaqua aussitôt en force et avec tous les moyens possibles ; la défense fut organisée dans les rues et dans les habitations et les citadins supportèrent sans broncher la grêle des flèches et des traits. L’armée retourna à son camp ce jour-là, non sans avoir infligé des pertes évidentes aux défenseurs en tués et blessés, en butin et en prises. Dès le lendemain matin, Chams al-molouk, repartit à l’attaque avec cavaliers et fantassins qu’il distribua tout autour de la ville ; il donna l’assaut avec sa garde d’esclaves turcs et une nombreuse troupe de fantassins et de cavaliers aguerris ; il choisit un point faible, s’y dirigea pour y donner l’assaut et attaqua violemment les défenseurs et les archers qui s’y trouvaient. Après qu’ils eurent plié devant lui, il dirigea l’assaut en personne à partir de cet endroit. Les gens de Hama n’eurent d’autre ressource que de demander la vie sauve ; un groupe de défenseurs vint trouver l’émir pour la lui demander, il la leur accorda, leur offrit des robes d’honneur, les traita bien et donna ordre qu’on ne leur fît pas de mal, qu’on s’abstînt de molester aucun d’entre eux et qu’on leur rendît ce qu’on avait enlevé. Alors la plus grande partie de la garnison de la citadelle sortit pour demander la vie sauve ; Chams al-molouk l’accorda et distribua des robes d’honneur. Quand le gouverneur vit cela et comprit qu’il était incapable de résister, il demanda lui aussi la vie sauve qui lui fut accordée et livra la citadelle avec tout ce qu’elle contenait ; elle tomba aux mains de Chams al-molouk en même temps que la ville sans difficulté et sans délai. L’émir confia le gouvernement de la ville à un homme sûr en qui il pouvait se reposer pour la garder ; puis il partit pour Chaïzar et prit position devant cette ville, donnant l’ordre de tout dévaster et mettre à mal dans les environs. Il demeura ainsi jusqu’à ce que, fléchi et amadoué par ce qu’on lui apportait, il se mît en route pour regagner Damas. Il y fit son entrée, joyeux et vainqueur, en Dhou-l-Qa’da (Septembre 1133).

  • 405 Sens obtenu en remplaçant hom du texte par homâ. Le passage est d’ailleurs obscur, puisque nous ig (...)
  • 406 Sur ces monuments, voir Sauvaget, La citadelle de Damas. Les transformations subies au cours des s (...)

360Parmi les initiatives de Chams al-molouk qui montrent la vigueur de sa décision, l’efficacité de sa résolution et la valeur de ses débuts, [on peut citer] les deux portes qu’il a restaurées à l’extérieur de la Porte de Fer (Bâb al-Hadîd) dans la citadelle de Damas, la porte médiane et la Porte du Pont du Fossé Oriental (Bâb Jisr al-Khandaq ach-Charqî), troisième porte de la citadelle. Il fit construire ces portes405 en l’année 527, en même temps que Dâr al-Masarra dans la citadelle et le bain maure, construit par la suite dans la partie Nord de la citadelle, selon un plan qu’il imagina, une technique qu’il conçut et des formes qu’il choisit. Ces monuments atteignirent le comble de la beauté, de l’agrément, de l’équilibre et de l’harmonie. Tout fut terminé au début de l’année 528406.

361Cette année-là, l’émir al-Montadî Abou-l-Fawâris Waththâb b. Mosâfir al-Ghanawî arriva d’Egypte, chargé de mission le samedi 25 Dhou-l-Q_a’da (27 Septembre), porteur d’une réponse à une correspondance qu’il avait transmise de la part de Chams al-molouk. Il offrit les présents qu’il avait apportés : robes précieuses, paniers remplis d’étoffes d’Egypte, chevaux, argent ; lecture fut donnée de la lettre qu’il avait en main. Il resta jusqu’à ce que son voyage de retour pût avoir lieu dans de bonnes conditions et s’en retourna en l’année [5] 28, samedi 28 Rabî’ I (27 Janvier 1134).

  • 407 Le texte porte : Bond Taloulâ (?) b. Badrân aç-Çanjîlî.
  • 408 Bahin : forteresse située au N et à proximité de Rafaniya et appelée Montferrand par les chronique (...)

362En Dhou-l-Hijja (Octobre) on annonça l’arrivée d’une nombreuse armée de Turcomans dans la région du Nord. Ils firent des incursions contre Tripoli et les châteaux francs de cette région, triomphant d’un fort contingent [de Francs] qu’ils tuèrent ou firent prisonniers et se rendant maîtres d’un butin considérable et de nombreux animaux. Le seigneur de Tripoli, Pons, fils de Bertrand de Saint Gilles407 sortit à leur rencontre à la tête de tous ceux qu’il avait rassemblés dans son territoire et engagea le combat avec l’armée des Turcomans ; ceux-ci le mirent en pièces ; Dieu leur donna la victoire sur sa troupe — Dieu la disperse — et sur sa cohorte — Dieu l’abandonne ; la plupart de ses hommes furent tués, ses défenseurs et ses guerriers furent dispersés ; il s’enfuit avec une poignée d’hommes de la forteresse appelée Ba’rîn408, s’y réfugia et s’y retrancha. L’armée turque prit position devant cette forteresse et resta plusieurs jours à l’assiéger jusqu’à ce que manquassent les vivres et l’eau, ce qui amena la perte de la plupart des hommes et des chevaux. Les Francs eurent alors recours à un stratagème ; profitant de la négligence des assiégeants, ils saisirent l’occasion, sortirent de la forteresse au nombre d’une vingtaine avec leur chef et parvinrent sains et saufs jusqu’à Tripoli. Le roi Pons, seigneur de la ville, écrivit au roi des Francs à Acre pour lui demander son aide et celle des gens de ses territoires et pour appeler au secours. Un grand nombre de Francs se rassemblèrent autour de lui et ils marchèrent contre les Turcomans pour les faire décamper de la forteresse de Ba’rîn et arracher de leurs mains ceux qui y étaient restés. Quand les Turcomans connurent leur intention et leur objectif, ils se précipitèrent à leur rencontre et en tuèrent un grand nombre ; ils furent même sur le point de leur infliger une défaite complète, mais les Francs se retirèrent du côté de Rafaniya. Les Turcomans apprirent ensuite que les Francs avaient quitté cette ville et étaient retournés chez eux par la route côtière ; cette nouvelle leur fut désagréable ; ils regrettèrent tout le butin qui leur avait échappé et se séparèrent pour regagner leur territoire.

363Cette année-là Karîm al-molk Abou-1-Fadl Ahmad b. ‘Abd ar-Razzâq, vizir de Chams al-molouk, fut atteint d’une maladie aiguë qui se termina par sa mort dans la miséricorde de Dieu, le dimanche 21 Dhou-l-Hijja (24 Octobre 1133). Cette mort causa beaucoup de tristesse et d’affliction ; on regretta le vizir pour l’excellence de sa conduite, le mérite de ses actions, la valeur de son amitié ; il aimait le bien, pratiquait scrupuleusement sa religion et lisait assiduement le Coran prestigieux.

  • 409 Nawâz : le texte porte : Nawâr mais il s’agit évidemment de Nawâz au SO d’al-Athârib ; cf. Dussaud (...)

364En Çafar de cette année-là (12 Décembre 1132 - 9 Janvier 1133), le roi des Francs, seigneur de Jérusalem, prit l’offensive avec sa cavalerie vers les confins de la province d’Alep et arriva en un lieu appelé Nawâz409. L’émir Sawâr représentant [de Zengî] à Alep, prit l’offensive contre lui avec les troupes d’Alep et les Turcomans qui s’étaient joints à elles.

  • 410 Qinnasrîn : ville située à une trentaine de kms. au SO d’Alep ; cf. E.I., II, 1080.
  • 411 Al-Moqâwama et Naqirat al-Akharîn : localités situées au S d’Alep ; le nom de la seconde est incer (...)
  • 412 Hassan al-Ba’lbakî : maître de Menbij ; cf. R.H.Or., I, 15 et 355 et E.I., III, 249 sub Manbijd.

365Les adversaires prirent contact, engagèrent la lutte et se poursuivirent pendant quelques jours arrivant ainsi jusqu’au territoire de Qinnasrîn410. Les Francs attaquèrent et infligèrent aux Musulmans une très grave défaite, tuant environ cent de leurs cavaliers parmi lesquels plusieurs chefs en renom ; les Francs eurent plus de tués encore. Les débris de l’armée arrivèrent à Alep, tandis que les Francs continuaient leur progression jusqu’à Qinnasrîn, puis al-Moqâwama, puis Naqirat al-Akharîn411. L’émir Sawâr lança une nouvelle attaque contre eux en partant d’Alep avec ce qui lui restait de troupes régulières et de Turcs. Ils rencontrèrent un détachement de Francs, fondirent sur lui, le mirent en déroute et tuèrent environ cent cavaliers. Les Francs battirent précipitamment en retraite vers leur territoire et les Musulmans revinrent à Alep avec les têtes des tués et du butin ; la tristesse du précédent échec fut dissipée par l’octroi de cette satisfation. Le roi arriva à Antioche et un renseignement parvint à Sawâr sur la cavalerie d’Edesse. L’émir Sawâr et Hassân alBa’lbakî412 prirent l’offensive, fondirent sur ces cavaliers, les tuèrent jusqu’au dernier dans la région Nord et firent prisonniers ceux qui tombèrent vivants entre leurs mains. Ils rentrèrent à Alep vainqueurs, sains et saufs, avec les prisonniers et les têtes des morts.

ANNEE 528 (1ER NOVEMBRE 1133 — 21 OCTOBRE 1134)

  • 413 Chaqîf Tîroun : la Cavea de Tyron des chroniqueurs chrétiens qu’il faut probablement identifier av (...)
  • 414 Dahhâk b. Jandal at-Tamîmî : sur ce personnage, cf. supra, p. 179.

366Cette année-là Chams al-molouk Isma’îl prit l’offensive à la tête de son armée en direction de Chaqîf Tîroun413 qui se trouve dans la montagne qui domine la place côtière de Beyrouth et Sidon. Il s’en empara le vendredi 24 Moharram (24 Novembre), l’arrachant des mains de Dahhâk b. Jandal at-Tamîmî414 qui s’en était rendu maître.

  • 415 Le texte et le manuscrit portent awâkhir (les derniers) ; mais, comme aussitôt après l’auteur parl (...)
  • 416 Çaïdnâyâ et ‘Asâl : localités situées au N de Damas ; cf. Dussaud, T.H., 283 et 279.
  • 417 Ces mots, évidemment nécessaires, sont ajoutés par l’éditeur.

367Cette année-là aussi, Chams al-molouk partit à la chasse dans les premiers415 jours de Rabî’ II (fin Janvier début Février), dans la région de Çaïdnâyâ et de ‘Asâl416. Le mardi 9 de ce mois (6 Février 1134), comme il s’était éloigné de ses esclaves et de ses familiers, il fut assailli par l’un des mamelouks de son grand-père, l’atâbeg Zahîr ad-dîn, un Turc qui se nommait Aïlbâ et qui avait saisi l’occasion où il se trouvait seul avec le prince. Il lui porta un terrible coup de sabre, avec l’intention de lui trancher la tête. Mais Dieu Très Haut décida de le sauver ; le sabre échappa des mains du Turc sans résultat ; l’homme se jeta à bas de son cheval aussitôt et porta un second coup qui atteignit l’encolure du cheval de Chams al-molouk et causa sa mort. Chams al-molouk, démonté, mit le cheval entre lui et son ennemi jusqu’à ce que ses esclaves arrivassent en nombre et se groupassent au complet autour de lui. L’homme s’enfuit, Chams al-molouk dépêcha à sa poursuite un groupe de cavaliers chargés de le rechercher et de s’assurer de sa personne, tandis que lui-même regagnait la ville. Il y eut quelque inquiétude à son égard, quand se répandit la nouvelle de l’incident, puis la sauvegarde du prince ramena le calme dans les esprits. Les cavaliers et les esclaves envoyés à la poursuite de l’agresseur déployèrent tout leur zèle à le chercher et à s’enquérir de lui dans les montagnes, sur les routes et sur les chemins ; ils finirent par le trouver, mais il blessa plusieurs d’entre eux en tirant des flèches avant d’être pris. Quand il fut présenté à Chams al-molouk, celui-ci le pressa de questions et lui demanda : « Qu’est-ce qui t’a poussé à agir de la sorte ? — Si j’ai agi ainsi, répondit-il, c’est pour gagner en te tuant la faveur de Dieu Très Haut et débarrasser les gens de toi, parce que tu as opprimé les pauvres et les sans-appui, les artisans, les gagne-petit et les paysans et que tu as traité sans ménagement civils et militaires ». Puis il donna les noms de plusieurs esclaves innocents et les fit soupçonner d’avoir approuvé son action. Ils furent arrêtés et jugés en même temps que le Turc ; le prince les fit mettre tous à mort sur le champ, sans aucune hésitation. L’opinion publique le blâma [d’avoir fait mettre à mort]417 ces esclaves sur un simple renseignement de ce criminel, sans preuve solide, sans indice apparent. Ces injustes exécutions ne lui suffirent pas : ayant des soupçons à l’égard de son frère Sevinj, dont il était l’aîné, il lui infligea la pire des morts en le faisant périr d’inanition dans une pièce. Sa méchanceté et son injustice dans sa conduite redoublèrent et ne connurent plus de bornes.

368A la date du samedi 4 Jomâdâ I (28 Février 1134), Athîr al-molk Abou-’Alî al-Hasan Ibn Aqach fut envoyé par la Noble maison du Prophète où régnait al-Mostarchid, porteur pour Chams al-molouk d’un diplôme d’honneur (tachrîf) de l’imâm qu’il était chargé de lui remettre et de lui lire. Une correspondance arriva par son intermédiaire de la part du vizir Charaf ad-dîn Abou-l-Qasam ‘Alî b. Tarâd an-naqîb az-Zaïnabî, vizir du Calife. Il avait été destitué de sa fonction de vizir et y fut rétabli en Rabî’ I 528 (Janvier 1134), en remplacement du vizir Charaf ad-dîn Anouchirwân b. Khâlid, qui reçut son congé avec ménagement.

  • 418 Sur cette branche du chi’isme, cf. E.I., II, 585 et suiv.
  • 419 Ar-Rîhâniya : corps de troupe ainsi nommé à cause de l’endroit où il était caserné ; cf. Inostrant (...)

369Cette année-là aussi on reçut d’Egypte des informations au sujet du différend survenu entre les deux fils de l’imâm al-Hâfiz li-dîn Allah, Prince des Croyants, Abou-’Alî al-Hasan, héritier désigné, et son frère Abou-Torâb Haïdara. L’armée se divisa en deux camps, l’un favorable au « rite » traditionnel [le rite orthodoxe] et à ses sectateurs, l’autre au « rite » isma’ilien418 et à ses partisans. Le feu de la guerre s’alluma entre eux et le parti de la Tradition l’emporta sur le parti isma’ilien qui perdit beaucoup de monde ; la plupart des tués appartenaient aux régiments d’arRîhâniya419 et du Soudan. Par la suite, le pouvoir revint à Abou’Alî al-Hasan qui pourchassa tous les chefs et les propagandistes qui avaient favorisé le « rite » isma’ilien et tous ceux qui avaient adopté la même conduite. Après qu’il les eut anéantis par la mort ou par l’exil, la situation s’améliora et les provinces retrouvèrent la stabilité après le trouble et le désordre. Al-Hâfiz envoya une lettre à Chams al-molouk au sujet de cette affaire dans les derniers jours de Dhou-l-Hijja (mi-Octobre 1134) ; il l’informait de ce renouveau de faveur divine qui lui était échu.

  • 420 Ach-Cha’râ : nom de plusieurs localités en Syrie ; celle dont il s’agit ici se trouve probablement (...)

370En Dhou-l-Qa’da de cette année-là (23 Août - 21 Septembre 1134), Chams al-molouk apprit des régions occupées par les Francs que ceux-ci avaient résolu de rompre la trêve en cours, de contrevenir à l’accord conclu et de préparer recrutement et concentration afin de prendre l’offensive contre le territoire damascain pour y porter le ravage et la destruction. Quand Chams al-molouk fut au courant de cette situation, il se mit à rassembler des combattants et fit appel aux Turcomans de toutes les provinces. Puis, étant informé que les Francs prenaient l’offensive vers la région du Hauran, il se mit en route à la tête de son armée, se dirigea vers les Francs et établit son camp en face d’eux. Les Francs commencèrent à dévaster les principaux villages du Hauran et les deux partis eurent successivement l’avantage. L’armée franque comprenait un nombre considérable de cavaliers et de fantassins, si bien qu’ils assiégèrent les Musulmans dans leur camp ; pas un cavalier, pas un fantassin ne sortait sans être accueilli par une grêle de flèches et conduit au trépas. Cette guerre d’escarmouches durait depuis plusieurs jours lorsque Chams al-molouk, trompant la vigilance des Francs, partit avec un important corps de troupes, se dirigeant vers les villes franques d’Acre, de Nazareth, de Tibériade et leurs environs. Il s’empara d’un nombre incalculable d’animaux de boucherie et de trait, de femmes, d’enfants et d’hommes, tuant tous ceux qu’il rencontrait, réduisant en esclavage ceux qui se montraient, incendiant ce qu’il trouvait ; les Turcomans eurent les mains pleines de butin. A cette nouvelle, les Francs furent saisis de trouble et de crainte et quittèrent aussitôt leur camp en désordre pour regagner leur territoire. Averti, Chams al-molouk rejoignit son camp par la route d’ach-Cha’râ420, sain et sauf dans sa personne et dans ses compagnons, victorieux et chargé de butin. Les Francs arrivèrent dans leur territoire et constatèrent tout le mal qui y avait été fait et qui avait atteint la population. Ils en furent décontenancés, les bras leur en tombèrent, leurs armes en furent émoussées, leur élan brisé ; ils se dispersèrent humiliés et cherchèrent à conclure la paix. Chams al-molouk revint à Damas tout joyeux à la fin de Dhou-l-Hijja (mi-Octobre).

  • 421 Amid : cf. supra, p. 12, n. 4.

371Cette année-là on annonça que l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg et l’émir Hosâm ad-dîn Timortâch, fils d’il Ghâzî, s’étaient réunis pour attaquer le territoire de l’émir Dâoud b. Sokmân b. Artoq. Celui-ci marcha contre eux à la tête de son armée et les deux partis se rencontrèrent à la porte d’Amid421 ; Dâoud fut mis en fuite, son armée se débanda, plusieurs de ses fils furent faits prisonniers et un grand nombre de ses compagnons tués. Cette rencontre eut lieu un vendredi, le dernier jour de Jomâdâ II (27 Avril). ‘Imâd ad-dîn prit position devant Amid, l’assiégea et coupa ses arbres, mais il n’obtint sur elle aucun résultat et quitta la place.

  • 422 Aç-Çaur : selon al-Fâriqî, cité par Amedroz (Hist. of Damascus, 243, n. 1), cette citadelle appart (...)

372On annonça aussi que l’atabeg ‘Imâd ad-dîn avait pris position devant la citadelle appelée aç-Çaur422, l’avait assiégée et s’en était rendu maître en Rajab (24 Avril - 23 Mai).

373On annonça aussi de Bagdad que le feu avait pris en plusieurs points de la ville et que le khan appelé Makhâzin at-Tojjâr (les Entrepôt des Marchands) avait brûlé ainsi qu’une bonne partie des souks. Les marchands de toute origine, présents et absents, perdirent une innombrable quantité de leurs biens et de leurs marchandises. On annonça aussi que l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn avait pris comme vizir Diyâ ad-dîn Abou-Sa’îd al-Kafartouthî, connu pour l’excellence de sa conduite et de sa compétence, son amour du bien, la rectitude de ses desseins et ses méthodes louablesOn annonça aussi de l’Iraq la mort du Sultan Tughril, fils du Sultan Mohammad b. Malik-châh — Dieu lui fasse miséricorde — On annonça aussi à plusieurs reprises de la région occupée par l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg que celui-ci avait résolu de faire des préparatifs pour marcher sur Damas afin de l’investir et de l’assiéger et qu’il consacrait toute son attention à mettre sur pied cette opération.

ANNEE 529 (22 OCTOBRE 1134 — 10 OCTOBRE 1135)

374Le 1er Moharram (22 Octobre 1134), le chambellan (hâjib) Yousof b. Fîrouz, préfet (chihna) de Damas, s’enfuit à Palmyre parce qu’il avait peur de Chams al-molouk.

Cause de cet évènement.

375Le chambellan en question jouissait de prestige auprès de Tâj al-molouk, avait une situation solidement établie auprès de lui ; l’on accueillait son point de vue en ce qu’il désirait ; il avais mis tous ses soins et ses efforts à obtenir un asile bien fortifié en cas de malheur ou d’incident éventuel après la mort du prince. Or il arriva que l’émir Chihâb ad-dîn Mahmoud, qui résidait à Palmyre, en eut assez d’y rester, se lassa d’y demeurer et sentit l’envie d’aller résider à Damas. Il se mit alors à écrire à son père Tâj al-molouk pour lui demander sa mutation de là, et n’eut de cesse que son désir eût été satisfait et sa demande acceptée. Yousof b. Fîrouz constata que cela facilitait les moyens d’atteindre le but qu’il visait et se mit à en parler, à s’en entretenir et à demander leur appui à tous les officiers et les notables qui pouvaient lui porter aide pour cette affaire, jusqu’à ce que tout allât selon ses désirs et qu’il fût habilité à prendre la charge du pouvoir à Palmyre ; il en prit possession, y eut le gouvernement et y établit son fils avec, pour la garder et la protéger, des hommes sûrs pris parmi ceux de ses fidèles, et de ses lieutenants en qui il pouvait avoir confiance. Puis il entreprit de la fortifier et de la restaurer, de tout mettre en ordre, d’y amasser des vivres et du matériel ; elle fut pourvue de tout ce qui était nécessaire à une ville pareille pour un pareil gouverneur.

  • 423 Sens obtenu en lisant lam yata’arrad au lieu de ya’rid du texte.

376Quand il sut que Chams al-molouk était indisposé contre lui, qu’il perçut nettement ses mauvaises intentions à son égard, qu’il fut éclairé là-dessus par des hommes en qui il avait confiance et dont il ne doutait pas, craignant d’être devancé et surpris, il envisagea de fuir à Palmyre et guetta l’occasion, attendant que Chams al-molouk partît en expédition quelque part. Il quitta alors la ville à la fin de la journée, gardant le secret vis à vis de ses amis et de ses voisins ; il prit le chemin de son village comme pour le visiter, se faisant accompagner de ses compagnons intimes et de ses esclaves ; puis il mit son projet à exécution, hâtant sa marche et précipitant la réalisation de son dessein, si bien qu’il atteignit Palmyre à l’abri de ce qu’il avait redouté, comblé dans ses espérances. La nouvelle de sa fuite fut connue le lendemain ; lorsque Chams al-molouk fut mis au courant de la situation, son cœur se serra parce que le chambellan lui avait échappé et son regret s’accrut d’avoir manqué cette affaire ; il lui écrivit pour l’apaiser et le flatter après ses craintes ; mais l’autre, bien loin de se prêter au jeu, lui envoya une réponse humble et soumise, celle d’un esclave loyal, d’un employé dévoué : « Je ne suis là, écrivit-il, qu’un serviteur prêt à conserver et à défendre ce lieu ». Désespéré et comprenant que ses belles paroles n’avaient abouti à rien, Chams al-molouk entra dans une violente colère contre lui, en parla dans les pires termes, exprima tout ce qu’il avait sur le cœur, sans toucher423 à ses biens, à sa maison, à sa dotation, à sa famille, à ses ressources. Après cela se passèrent des événements qui seront rapportés à leur place. La fuite du chambellan eut lieu dans la nuit du vendredi 2 Moharram 529 (23 Octobre 1134) du village situé dans son apanage et connu sous le nom d’al-Manîha dans la Ghouta.

  • 424 Gibb (D.C., 230, n. 1) propose avec juste raison de lire wa-char’a au lieu de char’a du texte : te (...)
  • 425 Passage difficile à lire et de sens peu satisfaisant. Je n’ai pas trouvé mention de la constellati (...)

377Cette année-là, des renseignements se répandirent à Damas dans tous les milieux au sujet du maître de l’endroit, l’émir Chams al-molouk ; il en était arrivé à commettre des turpitudes prohibées, s’empressait d’entreprendre des actions condamnées par la religion, prouvant ainsi la perversion de ses idées et de son esprit, la rouille de sa beauté, l’évidence de son ignorance, le trouble de son intelligence, son amour de la tyrannie et son éloignement pour tout ce que l’on savait de son zèle ardent pour les intérêts de la religion et de sa promptitude à entreprendre la Guerre Sainte contre les ennemis hérétiques ; il se mit à extorquer de l’argent aux agents en place et aux chefs de districts et à interpréter de manière tendancieuse les actes des agents du gouvernement dans les provinces. Il prit à son service personnel un Kurde venu de la région de Homs et qui était connu sous le nom de Badrân l’Infidèle (Badrân al-Kâfir) ; il ignorait l’Islam et ses règles, la Religion et ses préceptes et n’observait pas, à l’égard des croyants, les engagements qui devaient assurer leur sécurité. Chams al-molouk le chargea d’extorquer les biens des agents en place soumis à des amendes arbitraires et des notables qui vivaient en gens de bien, selon des méthodes répréhensibles qu’il imagina : tortures, procédés d’intimidation, menaces verbales. Outre cette conduite répréhensible et ces actions détestables, Chams al-molouk fit preuve d’une cupidité croissante et d’une tendance constante à la bassesse, car il n’hésitait pas à traiter les plus humbles et les plus misérables avec hostilité et à s’assurer de leur personne sans égard pour eux, avec des procédés brutaux et tyranniques et autres manières de cette sorte, qu’il n’est pas utile de rappeler car elles ont été divulguées et répandues, si bien que ses actions furent désapprouvées et ses exemples blâmés. Ne se contentant pas de ces actes condamnables et de ces dispositions détestées, il médita en secret de pressurer les plus capables de ses secrétaires, les émirs et les chambellans de son entourage et décida de commencer par le chambellan Saïf ad-daula Yousof b. Fîrouz qui jouissait de la plus haute considération d’abord auprès de son père, puis auprès de lui-même. Mais son dessein fut connu et le chambellan s’enfuit à Palmyre, considérant qu’il avait le plus grand avantage à s’éloigner de sa malfaisance et à se soustraire à son contrôle. Au milieu de tant de trouble et de confusion, Chams al-molouk écrivit à l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg, car il avait appris sa détermination de marcher contre Damas pour l’investir et l’assiéger, et son désir de s’en emparer ; il l’invitait à se hâter d’arriver à Damas qu’il lui livrerait de plein gré ; en outre il lui donnerait la possibilité de châtier tous les officiers, les émirs et les notables qu’il n’aimait pas en les mettant à mort, en prenant leurs biens et en les expulsant de chez eux. Cette attitude était le fruit d’un projet qu’il avait imaginé et d’idées saugrenues qu’il avait conçues. Il continua à écrire à ‘Imâd ad-dîn, lui demandant de se hâter, de faire diligence et d’éviter tout délai et tout atermoiement. Il lui disait notamment : « S’il se produisait quelque négligence en cette affaire, quelque retard ou quelque délai, je serais forcé d’appeler les Francs de leur territoire et de leur livrer Damas avec tout ce qu’elle contient et la responsabilité du sang de la population pèserait sur les épaules de ‘Imâd ad-dîn ». Il garda le secret là-dessus et n’en fit part à aucun des principaux membres de son gouvernement ni de ses conseillers privés, car les lettres qu’il envoyait à son sujet étaient écrites de sa propre main. Il entreprit de faire transporter son argent, son mobilier et ses vêtement de son trésor à la forteresse de Çarkhad où ils furent déposés, avec l’idée qu’il en profiterait et qu’il ferait périr ensuite tout son en tourage. Quand l’affaire commença à se découvrir, que le secret commença à se divulguer et424 qu’il entreprit d’arrêter ses gens, ses secrétaires, ses chefs de district et autres gens de Damas et chefs des villages (moqaddamou ad-diyâ’), les émirs, les officiers et les principaux esclaves de l’atâbeg, tous les militaires et les civils furent exaspérés de sa conduite et craignirent pour leur vie si ce plan répréhensible se réalisait, car ils savaient ce que ferait l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn s’il devenait maître de la ville. Aussi nouèrent-ils entre eux des conversations secrètes et exposèrent-ils la situation du prince à sa mère, la princesse Çafwat al-molk. Elle en fut stupéfaite et irritée, fit venir son fils, lui adressa des reproches et lui exprima son mécontentement. Elle fut portée par son désir de bien faire, ses sentiments religieux solides et son intelligence raisonnable à examiner comment le mal pourrait être coupé à la racine et la situation rétablie pour Damas et ses habitants. Elle réfléchit sur cette affaire comme aurait pu le faire un homme de bon sens et d’expérience qui examine les choses avec lucidité. Elle ne trouva d’autre remède à la malfaisance de son fils, d’autre antidote à sa maladie que de se débarrasser de lui et de couper court aux causes du désordre croissant dont il était responsable. Les chefs et les notables des esclaves la conseillèrent, approuvèrent son point de vue en cette affaire et la pressèrent d’agir rapidement avant que n’éclate la malfaisance et que ne passe l’occasion, car rien ne pouvait plus être utile au prince, aucun avertissement profitable. Elle ne songea plus qu’à engager la lutte et guetta l’occasion où elle le trouverait seul, de façon que l’absence d’esclaves et d’écuyers (silâhiya) facilitât l’entreprise. Elle ordonna alors à ses propres esclaves de le tuer sans pitié ; elle-même ne manifesta ni compassion pour lui, ni chagrin à propos de sa perte, car elle connaissait la malignité de ses actes, la perversion de son intelligence, la méchanceté de sa conduite, le caractère blâmable de sa façon de faire. Elle ordonna d’emporter sa dépouille, quand il eut été mis à mort, et de la déposer en un endroit du palais où ses esclaves pourraient la voir. Tout le monde se réjouit de sa chute, fut heureux d’être débarrassé de lui, remercia inlassablement Dieu Très Haut d’avoir facilité la chose et ne tarit pas de louanges et de prières en faveur de la princesse. L’évènement eut lieu dans la matinée du mercredi 14 Rabî’ II 529 (30 Janvier 1135).Le prince était né dans la nuit du jeudi 7 Jomâdâ 506, deux heures après le coucher du soleil (30 Novembre 1112). La situation, au point de vue astrologique, était la suivante : l’astre montant était le Signe du Cancer ou Jupiter à 20° 48’ 48”425 ; Mars était dans le Signe de la Vierge, Vénus dans le cinquième Signe, le Scorpion et le Soleil dans le sixième de l’Arc du Sagittaire, la Lune et Saturne dans le neuvième et la Flèche de la Félicité dans le dixième.

378Le nommé Badrân l’Infidèle — Dieu le maudisse — avait quitté le prince le mardi, veille du mercredi où il fut assassiné, après lui avoir secrètement fait part d’un méfait qu’il commettrait pour son compte. Lorsqu’il eut regagné son appartement à midi ce jour-là, Dieu Très Haut lui envoya un grand malaise : il étouffa, sa langue enfla jusqu’à remplir sa bouche et il mourut sur l’heure ; l’évènement eut lieu le lendemain. Tout le monde aussitôt se répandit en louanges à l’adresse de Dieu Très Haut et en remerciements pour ce signe éclatant et cette manifestation de puissance évidente ; on s’empressa de glorifier Dieu, de Le bénir et de L’exalter. Gloire au Maître des choses, au Guide des créatures ; qu’il soit exalté au plus haut, au-dessus de tout ce que peuvent dire les méchants.

379On proclama aussitôt son frère, l’émir Chihâb ad-dîn Mahmoud. Il prit place sur le trône en présence de sa mère la princesse Çafwat al-molk ; les émirs, les notables de l’armée et les hautes personnalités civiles se présentèrent, le saluèrent comme leur émir et s’engagèrent par serment à lui obéir ainsi qu’à sa mère, à se conduire loyalement à leur service, à prêter assistance à leurs partisans, à combattre leurs ennemis ; chacun d’eux prêta ce serment dans la satisfaction du cœur et l’épanouissement de l’espoir. A l’occasion de cet heureux événement et de ces actions louables, tout le monde sans distinction manifesta un indescriptible contentement et fut convaincu d’avoir échappé à une calamité menaçante. La situation fut redressée et les espérances réalisées.

380Pendant ce temps des renseignements écrits arrivaient de partout sur l’avance de ‘Imâd ad-dîn et de son armée ; il avait traversé l’Euphrate en toute hâte pour recevoir Damas des mains de Chams al-molouk, maître de la ville. Ses envoyés arrivèrent pour régler l’affaire et trouvèrent la situation et les dispositions au rebours de ce qu’ils pensaient. Ils furent néanmoins traités avec égard et honneur, bien reçus et renvoyés avec une réponse gracieuse et des paroles aimables. ‘Imâd ad-dîn fut informé avec exactitude de la situation et de l’accord unanime pour la sauvegarde de la dynastie et la défense du territoire, en même temps qu’on l’invitait à montrer une attitude de sympathie et à revenir à de meilleures intentions.

  • 426 Région située à une quinzaine de kms. au NE de Damas, de part et d’autre de la route de Palmyre.
  • 427 Il s’agit du col de Chohourâ déjà nommé ; cf. supra, p. 167.
  • 428 Par cette comparaison, l’auteur veut sans doute montrer que les différents corps d’armée sont auss (...)

381Lorsque cette réponse lui parvint et qu’il en eut pris connaissance, ‘Imâd ad-dîn n’en tint pas compte et n’y fit pas attention, mais se laissa abuser par son désir de s’emparer de Damas, avec l’idée qu’il y avait désaccord entre les émirs et ceux des esclaves qui avaient un commandement, bien que ce fût le contraire de ce qu’il imaginait. Il poursuivit sa marche accélérée et arriva ainsi en vue de Damas ; il établit son camp sur le territoire qui va de ‘Adhrâ à al-Qoçaïr426 ; son armée était nombreuse et imposante ; on était aux premiers jours de Jomâdâ I 529 (mi-Février 1135). Des mesures avaient été prises dès qu’avait été connue sa détermination : les agglomérations rurales furent abandonnées et leurs habitants s’installèrent dans la ville ; on se prépara à lui résister, à engager le combat pendant qu’il prenait des positions de siège, à opérer des concentrations pour le repousser et se défendre contre lui. La situation resta la même, la résistance à ses entreprises demeura telle quelle ; les esprits étaient entièrement occupés par une ardeur belliqueuse, par une énergique résolution d’engager le combat et de se préparer contre ses attaques et son approche de la ville. Il avait quitté ‘Adhrâ et s’était installé au pied de la Montée du Sud (al-’aqaba al-qibliya)427 et menait l’assaut à la tête de son armée qu’il avait disséminée en plusieurs endroits comme s’il s’agissait de vaisseaux428, pour approcher de la cité. Mais, il voyait le grand nombre de ceux qui sortaient de la cité, troupes régulières et milice civile (ahdâth ar-ra’iya), armés de pied en cap, l’oratoire en plein air (al-moçallâ) et d’autres lieux remplis de combattants, tous les chemins pleins d’hommes en embuscade ; il y avait là de quoi lui inspirer de la crainte et le détourner de donner l’assaut. Chaque jour, des soldats de son armée allaient demander la vie sauve [dans le camp adverse] en grand nombre, outre les chevaux qui leur étaient pris et le butin qui était arraché à leurs cavaliers.

382Comme les jours passaient sans qu’il obtînt aucun résultat ni qu’il atteignît son but, il envoya quelqu’un demander la paix et la reconnaissance de sa suzeraineté et fit prier l’émir Chihâb ad-dîn Mahmoud de venir le trouver pour faire sa cour au fils du Sultan qui était arrivé avec lui, après quoi il recevrait une robe d’honneur et serait reconduit dans sa ville. Sa lettre était fort aimable et pleine de promesses, mais Chihâb ad-dîn n’accepta pas de faire cette démarche et il fut convenu que son frère Tâj almolouk Bahrâm-châh irait à sa place. Cela coïncida avec l’arrivée du raïs Bichr b. Karîm b. Bichr qui était envoyé par l’imâm alMostarchid bi-llah, Prince des Croyants, auprès de l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn, avec des robes d’honneur préparées pour lui et l’ordre de s’éloigner de Damas, d’abandonner ses entreprises contre elle, de venir en Iraq pour y prendre le commandement et la direction de l’administration et de faire la khotba au nom du Sultan Alp Arslân, qui résidait à Mossoul.

  • 429 A la suite de Gibb (D.C. 236, n. 1), je lis ici zahara au lieu de azhara ; telle est bien d’ailleu (...)

383L’envoyé dont on vient de parler fit son entrée à Damas avec le cadi Bahâ ad-dîn Ibn ach-Chihrazourî pour régler la situation et s’assurer de l’observation des prescriptions édictées pour le vendredi à la date du 28 Jomâdâ I (15 mars 1135). L’affaire fut réglée, on s’engagea par serment et les deux envoyés assistèrent à la prière du vendredi dans la Grande Mosquée ; du haut de la chaire (minbar), le prône fut dit au nom du Sultan Alp Arslân, conformément à l’ordre du Prince des Croyants. Puis ils retournèrent au camp de l’atâbeg, suivis de Bahrâm-châh qui fut traité avec égards et reconduit avec la plus grande courtoisie. L’atâbeg prit le chemin du retour le lendemain samedi. La quiétude succéda dans les cœurs à la crainte, les âmes connurent le calme après le trouble et le découragement, on ne cessa de remercier Dieu et de le louer sans réserve. De retour à Hama, l’atâbeg reprocha à son gouverneur, Chams Omarâ al-Khawâçç, quelque chose dont il eut connaissance à son sujet429, et comme des plaintes nombreuses étaient déposées par les habitants contre ses gens et ses lieutenants, il le destitua et confia la charge de gouverneur à qui lui sembla bon. Les émirs Chojâ’ ad-daula Bazwâj et Mo’în ad-dîn Onor avaient fait preuve d’un grand talent dans le commandement des troupes de mercenaires et d’appelés [de Damas] au cours des opérations de guerre, atteignant leurs objectifs et remplissant exactement leur rôle ; aussi furent-ils remerciés et leurs méthodes furent-elles louées.

384En Dhou-l-Qa’da (15 Août - 12 Septembre 1135), on annonça de l’Iraq que l’imâm, le Calife al-Mostarchid bi-llah, Prince des Croyants, était mort en martyr. Dieu lui fasse miséricorde et l’agrée.

Exposé de la cause de cet événement.

385On a déjà parlé de ce que fit le défunt Calife à l’égard du Sultan Mas’oud, fils du Sultan Mohammad b. Malik-Châh ; la dignité du Sultan lui avait été conférée, l’administration des provinces confiée ; ordre avait été donné d’invoquer Dieu en sa faveur, du haut des chaires (minbar) du pays, il avait été gratifié de robes d’honneur et de montures toutes prêtes. Aussitôt après ce geste gracieux, le Prince des Croyants al-Mostarchid bi-llah eut révélation de choses qu’il réprouva, connaissance de faits qui l’irritèrent et apprit que le Sultan avait commis des actes plus graves encore. Il eut alors le désir de se le concilier et de le faire revenir au devoir habituel d’obéissance envers les Califes, mais l’autre s’y refusa ; il voulut l’incliner à suivre le bon usage traditionnel de donner des conseils désintéressés et de tenir ses engagements, mais il n’eut pas plus de succès. Il l’invita à agir selon le bon droit, ce qui vaut mieux que de persister dans le mensonge, mais cette invite ne fut pas accueillie. Les circonstances amenèrent donc al-Mostarchid à tourner ses préoccupations élevées vers la guérison de ce mal et à faire des préparatifs pour cela. Le mal lui paraissant sans remède, il ne vit pas de meilleure solution que de prendre ses dispositions pour marcher à la rencontre du Sultan et de recruter des troupes pour l’attaquer et le punir, car selon toutes les nouvelles concordantes, il avait décidé de marcher sur Bagdad, de la dévaster et de la piller dans tous ses districts. Le Calife estima donc qu’il convenait de le gagner de vitesse et de contrecarrer son action par une autre semblable.

386Juste à ce moment arrivèrent de nombreux hauts personnages de l’armée et officiers des troupes régulières pour rendre hommage au Calife et lui venir en aide dans sa lutte contre son adversaire. Ils l’incitèrent à partir en guerre et à se hâter de marcher à l’ennemi. Il se mit en route au milieu d’une pompe indescriptible, à la tête d’un nombre considérable, d’une foule compacte de gens du peuple (açhâb al-atrâf) et de corps d’armée ; pareil spectacle affermissait les dispositions du Calife et accroissait son énergie ; pas un ne doutait qu’il fût vainqueur et qu’il triomphât du parti adverse. Lorsqu’il approcha du camp ennemi dans la région de Hamadhân et que les adversaires furent nez à nez, le Calife partit à l’attaque à la tête de son armée et la lutte s’engagea. Or il arriva, conformément au décret écrit et à la destinée cachée que les émirs turcs qui étaient venus rendre hommage au Calife parmi ses troupes le trahirent selon un accord qu’ils avaient passé et des conventions qu’ils avaient conclues et qui apparurent au grand jour ; ils firent défection, trompèrent la confiance du Calife, agirent contre lui et lui enlevèrent ses partisans, si bien qu’il fut abandonné par nombre de gens, privé du secours de ses guerriers et de ses hommes d’armes. Lui et ses familiers restèrent fermes sur la ligne de bataille à combattre sans fuir, jusqu’à ce que ses propres partisans fussent mis en déroute, que sa position devînt intenable et qu’il fût réduit à merci. Le Calife fut fait prisonnier ainsi que son vizir an-Naqîb, son secrétaire Sadîd ad-daula b. al-Anbârî, son intendant (çâhib makhzanihi), ses eunuques et sa suite. Il fut conduit à son camp avec les compagnons qui viennent d’être énumérés et confié à une troupe de gens chargés de les surveiller, de s’assurer de leurs personnes et de les garder.

  • 430 Marâghâ : cf. supra, p. 48, n. 1.
  • 431 C’est ainsi que je crois devoir rendre l’expression khalîfat az-zamân qui ne se rencontre nulle pa (...)

387Des messages officiels furent envoyés au Sultan Sanjar, maître du Khorâsân, pour lui exposer la situation et lui demander son approbation sur les décisions à prendre au sujet du Calife. Le Sultan Mas’oud promit au Calife et à ses compagnons de les libérer, de les ramener à Bagdad et de rétablir le Califat dans sa situation antérieure. Quand arriva la réponse du Sultan Sanjar et son avis sur le règlement de la question du califat entre les deux Sultans, un groupe d’hommes, quatorze environ, furent envoyés qui se disaient membres de la secte des Bâtiniya. Ils allèrent trouver le Calife dans sa tente où il était bien tranquille et ne se doutait pas de la catastrophe qui s’abattait sur lui ni du destin inexorable qui le menaçait. Ils se précipitèrent sur lui, le tuèrent froidement le jeudi 18 Dhou-l-Qa’da 529 (31 Août 1135) et tuèrent avec lui ceux de ses compagnons et de ses valets de chambre qui le défendaient et le protégeaient. La nouvelle de ce meurtre fut connue dans la région de Marâghâ430 à deux étapes de là ; c’est là qu’il fut enterré. L’opinion publique condamna ce forfait, cette entreprise abominable contre le Calife légitime431, le cousin de l’Envoyé de Dieu — sur lui la meilleure des bénédictions, la satisfaction la plus complète. On fut scandalisé de cet acte d’audace contre Dieu, de ce méfait commis contre l’Islam et contre un sang sacré et l’on ne se fit pas faute d’invoquer et de lancer l’anathème contre ceux qui approuvaient ce crime et qui avaient réglé ce forfait. Tout le monde fut convaincu, dans tous les milieux, que Dieu Très Haut n’accorde pas Ses faveurs à quiconque s’attaque à Lui et ne peut être satisfait de l’acte de quiconque transgresse Ses interdictions parce que — exaltée soit Sa puissance — Il ne favorise pas l’action de malfaisants, ne mène pas à bien les ruses des trompeurs et n’accorde pas de délai au châtiment des tyrans.

388Quand la nouvelle parvint au fils du Calife, héritier présomptif, il ordonna de fortifier Bagdad et de préparer la défense contre quiconque s’approcherait d’elle avec des intentions hostiles et malveillantes. Il fut reconnu comme Calife le samedi 27 Dhou-1Qa’da 529 (9 Septembre 1135) et reçut le surnom d’ar-Râchid bi-llah Abou-Ja’far al-Mançour, Prince des Croyants. Il entra en fonction en Dhou-l-Hijja 529 (12 Septembre — 10 Octobre 1135), son pouvoir s’affermit, il fut reconnu selon les formes traditionnelles et prit des engagements vis à vis de toutes les troupes régulières, des mercenaires et des notables civils, engagements qui réconfortèrent les esprits et dilatèrent les cœurs ; il rétablit le régime des gratifications et des soldes, comme à l’accoutumée. Aussi invoquat-on fréquemment Dieu en sa faveur et le loua-t-on beaucoup et la foule s’apaisa.

ANNEE 530 (11 OCTOBRE 1135 — 28 SEPTEMBRE 1136)

389En Moharram de cette année-là, on annonça de l’Iraq le meurtre de l’émir Dobaïs b. Çadaqa, mis à mort par le Sultan Mas’oud en raison d’affaires qui lui avaient déplu et de choses qui avaient excité sa colère et qui avaient été attribuées à l’émir. L’on dit que c’était la juste récompense envoyée par Dieu de sa rébellion contre le Calife, l’imâm al-Mostarchid bi-llah, Prince des Croyants, et la rançon de son sang. Ce Calife al-Mostarchid bi-llah, Prince des Croyants, — Dieu lui fasse miséricorde — était instruit, pieux, vertueux ; il avait une belle écriture, de l’éloquence, était versé dans la plupart des sciences, savait donner des consultations juridiques et soutenir la controverse à leur propos avec les foqahâ ; il avait les cheveux roux, les yeux bleu foncé et des taches de rousseur sur le visage. Son califat dura dix-sept ans. Dieu ne se désintéresse pas de ce que font les oppresseurs.

390Au mois de Rabî’ I de cette année-là (7 Décembre 1135 — 4 Janvier 1136) l’émir Chihâb ad-dîn Mahmoud se fit livrer la ville de Homs et sa citadelle.

Exposé de la situation sur ce point.

391Lorsque les fils de Khîrkhân b. Qarâjah qui occupaient Homs et sa forteresse, et Khomârtâch, qui gouvernait la ville pour leur compte, comprirent que l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg n’abandonnait pas le siège de la cité et déployait tous ses efforts et ses soins pour s’en rendre maître et s’en emparer, se souvenant qu’il avait pris la ville voisine de Hama et avec quelle vigueur il l’avait attaquée, avait affaibli ses défenseurs et lui avait infligé de constantes attaques, sachant qu’ils n’avaient pas le possibilité de tenir [longtemps] Homs, faute de nourriture et de provisions suffisantes, ils envoyèrent leurs messagers à Chihâb ad-dîn pour le prier d’envoyer qui bon lui semblerait pour se faire livrer Homs et sa citadelle ; il leur donnerait en échange une compensation qui ferait l’objet d’un accord. Le chambellan Saïf ad-daula Yousof b. Fîrouz servit d’intermédiaire et se chargea de régler cette affaire, car il désirait être à Homs et quitter Palmyre pour y venir, vu que Homs comptait parmi les lieux les mieux fortifiés et les citadelles les plus inexpugnables. Il demanda l’autorisation de venir à Damas pour conférer et régler cette situation ; en ayant reçu l’autorisation, il arriva à Damas où eut lieu un long échange de vues qui se termina par la décision que Homs et sa citadelle seraient livrées à Chihâb ad-dîn et qu’en échange Khomârtâch recevrait Palmyre ; une convention et un serment intervinrent dans ce sens. Chihâb ad-dîn sortit de Damas à la tête de son armée et gagna Homs. Quand il y fut parvenu, Khomârtâch sortit de la citadelle avec les fils de Khîrkhân, sa famille et leurs objets personnels ; ils la livrèrent à Chihâb ad-dîn qui en prit possession le dimanche 22 Rabî’ I 530 (28 Décembre 1135). Il s’y installa, organisa son administration et en confia le gouvernement au chambellan Yousof b. Fîrouz, étant entendu qu’il serait le représentant de l’émir Mo’în ad-dîn Onor al-Atâbakî comme cela avait été convenu. Il écrivit en outre aux districts et aux provinces extérieures pour que l’on envoyât à Homs des vivres et que l’on renforçât ses approvisionnements. Puis Chihâb ad-dîn quitta Homs après avoir tout réglé pour regagner Damas. L’émir Sawâr, représentant à Alep de ‘Imâd ad-dîn, se mit, avec celui qui était à Hama pour son compte, à lancer des incursions contre les provinces dépendant de Homs et à faire paître ses troupeaux dans leurs récoltes. Ils s’ensuivit un échange de lettres et de conversations qui aboutirent à une trêve et à l’établissement de relations amicales et pacifiques pour une période déterminée et un délai fixé ; le résultat fut que les causes de friction furent supprimées entre les deux partis et que leur situation respective s’améliora.

  • 432 Maidân al-moçallâ : cet hippodrome, appelé aussi Hippodrome des Cailloux (Maidân al-Hoçâ) est situ (...)

392Le dimanche 24 Jomâdâ I de cette année-là (26 Février 1136) Chihâb ad-dîn gratifia d’un jeu complet de robes d’honneur Amîn ad-daula Gumuchtegîn al-Atâbakî gouverneur de Çarkhad et de Boçrâ, et lui conféra le grade d’isjahsallâr dans l’armée ; il reçut le titre d’atâbeg et fut invité à loger dans le grand palais de l’atâbeg à Damas. Le public assista à la réunion où il reçut les félicitations et ordre fut donné à tout le monde de suivre ses vues et d’obéir à ses ordres. Le mercredi 17 Jomâdâ II de cette année-là (30 Mars 1136), le chambellan Yousof b. Fîrouz fut assassiné dans l’Hippodrome de l’Oratoire (Maidân al-Moçallâ) à Damas432.

Exposé de la cause de cet évènement.

  • 433 Sur ces évènements, cf. supra, p. 211.

393Lorsque le chambellan Yousof b. Fîrouz était au service de Chams al-molouk Isma’îl, qu’il avait gagné de l’influence auprès de lui, et qu’il avait avancé en grade, il avait pris à propos des chefs des esclaves de l’atâbeg des décisions qui les irritèrent contre lui, des mesures qui les remplirent d’angoisse par son fait. Ils gardèrent ces sentiments dans le secret de leur âme et les cachèrent dans leur cœur, notamment en ce qui concernait son rôle dans l’affaire des esclaves qui furent mis à mort par Chams al-molouk en même temps que son frère Sevinj parce qu’ils avaient été soupçonnés à tort d’agir de concert avec Aïlbâ, l’esclave turc, qui avait attaqué Chams al-molouk et l’avait frappé d’un coup de sabre avec l’intention de le tuer ; mais Dieu le laissa sain et sauf et l’épargna comme il a été exposé plus haut433. Le chambellan était à ce moment-là leur chef suprême et fut à l’origine de leur exécution, cédant à une habitude conforme à sa manière d’agir et à une méthode reconnue naturelle chez lui. Il s’était établi à Palmyre et l’on n’avait plus fait attention à lui, l’on avait oublié ses méfaits précédents. Quand il envoya quelqu’un de Palmyre pour demander l’autorisation de venir à Damas régler l’affaire de Homs et que cette autorisation lui fut donnée, l’émir Chojâ’ ad-daula Bazwâj, le chambellan Sonqor et les principaux esclaves de l’atâbeg désapprouvèrent cette autorisation et conçurent une grande irritation de sa venue, parce qu’ils connaissaient sa malfaisance et sa tendance à l’intrigue sournoise ; ils ne firent pas mystère entre eux de leur résolution d’agir pour le mettre à mort. Ses amis, ceux qui lui témoignaient de la sollicitude et ceux qui l’approchaient l’en avertirent ; mais il ne voulut pas tenir compte de cet avis et de ce conseil et s’entêta à le considérer comme négligeable et à suivre son idée, même au prix d’un risque. Il compta sur l’émir Mo’în ad-dîn pour le protéger et le défendre, en raison de l’amitié solide qui les unissait et des liens qui s’étaient noués et renforcés entre eux. Lorsqu’il arriva à Damas, il s’assura de la loyauté du groupe [des esclaves] par des serments auxquels il se fia et qui lui inspirèrent confiance et il convint avec l’émir qu’il assisterait à la cérémonie de l’hommage tous les jours et retournerait chez lui, se contentant d’être dans les limites administratives (molka) de Damas, puis qu’il quitterait cette ville pour Homs sans se mêler de rien d’autre.

394Il s’y était à peine installé qu’il se mettait à régler des affaires sans crainte et à prendre des décisions sans détour et au grand jour, faisant ainsi ‘ever des sentiments qui se cachaient dans l’esprit des esclaves et mettant en mouvement ce qui dormait dans leur cœur. L’émir Bazwâj et les esclaves trouvèrent le moyen de dénoncer l’engagement qu’ils avaient pris puisque Yousof b. Fîrouz faisait le contraire de ce qu’ils avaient décidé avec lui et qui avait entraîné leur adhésion confiante. L’occasion d’agir se présenta pour eux ; à la date qui a déjà été indiquée et alors qu’ils avaient décidé entre entre eux de l’attaquer, Chojâ’ ad-daula Bazwâj, dont il vient d’être question, le rencontra dans l’Hippodrome voisin de l’oratoire en plein air, à l’extérieur de Damas, et marcha avec lui tout en causant pendant une heure, jusqu’à ce que sa suite se fût retirée et que son attention fût endormie ; alors il dégaîna son épée et le frappa de face à la tête d’un coup violent, puis d’un second. Comme il tombait à terre, un autre esclave se jeta sur lui pour l’achever ; aucun de ses gens n’osa s’approcher de lui ni le défendre, vu la résolution des esclaves et leur unanimité en faveur de ce meurtre.

  • 434 Al-’Oqaibiya : faubourg situé au N de la ville, sur la rive gauche du Baradâ ; cf. Sauvaget, Hist. (...)

395Chihâb ad-dîn et sa suite quittèrent l’Hippodrome en toute hâte pour se réfugier dans le palais ; le chambellan resta pendant un moment gisant sur le sol de l’Hippodrome, sa mort ne faisant de doute pour personne ; les gens avisés tiraient des leçons de ce spectacle ; puis on le transporta à la mosquée qu’avait bâtie son père Fîrouz dans le quartier d’al-’Oqaïbiya434 et on l’enterra le jour même dans une tombe de son monument. Bazwâj, Sonqor et la troupe des esclaves adressèrent à Chihâb ad-dîn et à la princesse sa mère des messages où ils leur reprochaient d’avoir autorisé le chambellan à revenir à Damas après ce qu’il avait fait à l’égard des esclaves qui avaient été tués à son instigation, et où ils posaient des conditions qui furent repoussées et provoquèrent un refus catégorique pour elles et pour toute demande de ce genre. Les esclaves et la plupart des Turcs refusèrent de pénétrer dans la ville et de regagner leurs casernements avant que ne fût réglée l’affaire de Bazwâj et de la troupe des esclaves selon leur désir et que les esprits ne fussent apaisés par une réponse conforme à leurs souhaits.

  • 435 Al-Mary, cf, supra, p. 5, n. 4.
  • 436 Tell Râhit : il s’agit sans doute d’une localité ou d’une éminence située dans le district de Marj (...)
  • 437 Evidente erreur de date, puisque le chambellan fut assassiné le 27 Jomâdâ II et que ces événements (...)

396Ils se retirèrent du côté d’al-Marj435, y prirent position et campèrent quelque part par là ; des messages furent échangés sans que les voies fussent aplanies ni que fût obtenu le résultat cherché. Manifestant alors leur opposition et donnant libre cours à leur hostilité et à leur animosité, ils prirent les chevaux au pâturage, les emmenèrent et s’en emparèrent (ils étaient nombreux et de toutes sortes, appartenant à tous les émirs, les militaires et les civils et étaient d’un grand prix). Ils quittèrent Tell Râhit436 pour al-Marj avec tous ces animaux le vendredi 27 Jomâdâ I (4 Mars 1136) de cette année-là437. Ce qui restait de troupes dans la ville se mit en campagne contre eux avec les émirs et les chefs militaires (cette troupe était plus nombreuse et mieux équipée que les rebelles) pour les atteindre et leur enlever les bêtes qu’ils avaient prises au pâturage. Mais cela ne donna rien et l’on ne récupéra pas la moindre chose de ce qu’ils avaient pris ; à la suite de quoi ils emmenèrent leur butin dans la direction de Baalbek.

397L’émir Chams ad-daula Mohammad b. Tâj al-molouk, maître de Baalbek, marcha à leur rencontre, un accord et une entente furent conclus ; les rebelles le reconnurent pour chef, entrèrent sous son obédience et se mirent loyalement à son service ; il fut rejoint par une foule nombreuse de Turcomans qui semèrent l’épouvante sur les chemins et se mirent à piller et à ravager. La situation exigea qu’on leur fît des avances bienveillantes ; l’émir s’efforça de les faire obéir et abandonner leur attitude d’opposition ; il chercha à apaiser leurs esprits, leur fit entendre qu’ils reprendraient leur situation d’antan, que leurs demandes et leurs suggestions seraient satisfaites. La situation fut réglée selon leur désir et des serments furent échangés pour plus de garantie ; ils promirent fidélité, loyauté et bonnes intentions. Autorisés à revenir, ils regagnèrent la ville ; Bazwâj et sa troupe campèrent au Pont de Bois (Jisr al-Khachab) ; il se refusa à rentrer chez lui à cause de ce qu’il voyait et des idées qui lui venaient à l’esprit. On tomba d’accord pour que Chihâb ad-dîn parte en expédition à la tête de son armée vers la région du Hauran comme il en avait l’habitude, pour que la rencontre ait lieu là-bas, que soit réglé ce qu’il fallait régler et pour tâcher d’obtenir des vivres. Dans les premiers jours de Cha’bân (début de Mai 1136), l’accord se fit pour nommer Bazwâj à la tête de toutes les troupes et des esclaves, [l’émir] lui conféra le grade d’isfahsallâr, il fut en outre investi du titre d’atâbeg et on lui écrivit au nom de Jamâl ad-dîn, en plus de ses autres surnoms ; sa situation fut rétablie et il eut tout pouvoir pour le bien comme pour le mal.

398Dans la première décade de Rajab (début d’Avril), Amîn ad-daula Gumuchtegîn al-Atâbakî, gouverneur de Çarkhad, quitta Damas avec ses familiers et ses bagages comme pour aller à la chasse et pour jeter un coup d’œil sur ses villages, à cause des sauterelles qui y étaient apparues, mais il avait dans l’esprit tout autre chose. Quand il fut hors de vue de la ville, il accéléra la marche en direction de Çarkhad, quittant tout ce qu’il possédait, car il craignait pour sa vie du fait des esclaves ; il parvint à Çarkhad où il fut délivré de toute crainte. Ensuite on lui envoya un messager pour le prier aimablement de revenir chez lui et de reprendre son son rang. Mais il refusa et allégua diverses raisons et diverses circonstances qu’il exposa. Puis on ne pensa plus à lui et l’on désespéra de le faire revenir.

399Le samedi 13 Cha’bân 530 (16 Mai 1136), on annonça de la région du Nord que l’émir Mas’oud Sawâr avait quitté Alep avec les Turcomans qui s’étaient joints à lui pour prendre l’offensive contre les territoires francs ; ils s’étaient emparés de la plus grande partie de ceux-ci et avaient les mains pleines du butin qu’ils y avaient pris. On reçut de tous les côtés au sujet de cette victoire des nouvelles concordantes qui l’amplifiaient et la magnifiaient. Une lettre arriva de Chaïzar qui contenait l’heureuse annonce de cet évènement et l’exposait dans tous ses détails. Le contenu en a été reproduit ici pour confirmer la nouvelle et authentifier la description et le compte-rendu qui en ont été donnés. Le voici :

  • 438 J’adopte ici la lecture proposée par Gibb (D.C., 239, n. 1) : ijtâhouho (ils l’ont ravagé) au lieu (...)

400« Les dernières informations reçues de cette région nous obligent, pour le bien de la Religion, à les répandre et à y faire participer l’ensemble des Musulmans. Les Turcomans — que Dieu les multiplie et leur vienne en aide — se sont rassemblés au nombre de trois mille cavaliers formant un corps d’armée bien équipé et ont entrepris un raid contre le territoire de Lattakié et de ses environs, à l’improviste et à l’insu de la garnison qui n’avait pris presque aucune précaution pour repousser leur attaque. Ils ont regagné Chaïzar après cette incursion le mercredi II Rajab (15 Avril) avec plus de sept mille prisonniers, hommes, femmes, garçons et fillettes, et cent mille têtes de bétail : bœufs, moutons, chevaux et ânes. Le territoire dont ils se sont rendus maîtres et qu’ils ont ravagé438 comprend plus de cent villages grands et petits. Les prisonniers se succèdent sans arrêt si bien que la Syrie est pleine de captifs et de bêtes de somme. Voilà un désastre comme les Francs du Nord n’en ont jamais subi de pareil. A la suite de cela les prisonniers ne seront vendus qu’à leur valeur et aucune réduction ne sera faite sur le prix primitif. Les Turcomans se dirigent avec eux vers Alep, le Diyâr Bakr et la Djéziré ».

  • 439 Ici la date donnée par l’auteur est celle du calendrier julien, employé dans la plupart des pays m (...)

401A la fin de la journée du mercredi 24 Mai439 un nuage noir s’éleva au-dessus de Damas ; la terre en fut obscurcie, comme s’il faisait nuit. Ensuite un nuage rouge s’éleva qui illumina la terre de telle façon que les spectateurs croyaient voir un incendie. Auparavant un vent violent s’était mis à souffler abîmant un grand nombre d’arbres. On dit qu’au même moment, à la même heure, une forte grêle et une pluie violente s’abattirent sur le Hauran qui firent couler des torrents ; pendant la nuit, il y eut une pluie très abondante, suivie d’une chute de grêlons, gros comme on n’en avait jamais vu.

  • 440 Al-’Oqaiba : cf. supra, 230, n.I. Le Yazîd est le bras septentrional du Baradâ (il passe dans le f (...)

402En Moharram de cette année-là, le 13 du mois (23 Octobre 1135), Dieu Très Haut envoya une pluie abondante qui couvrit toutes les provinces damascaines, fit couler les rivières et les cours d’eau et monter le niveau des fleuves au point qu’ils confondirent leurs eaux et que le Yazîd, le Banâs440 et le Qanawât sortirent de leur lit ; les eaux se rencontrèrent et les moulins cessèrent de fonctionner. L’eau envahit certaines maisons d’al-’Oqaïba et bien des vieillards âgés racontèrent qu’ils n’avaient jamais rien vu de pareil en cette saison.

403En Cha’bân de cette année-là (Mai 1135), on annonça de l’Iraq que le Sultan Mas’oud s’était présenté à Bagdad et avait bloqué l’imâm, le Calife ar-Râchid bi-llah, Prince des Croyants, et avec lui, le Sultan Dâoud, son neveu, et l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg Zengî. A la réflexion, du moment qu’aucun but ne pouvait être atteint, aucun désir exaucé et qu’on ne pouvait faire autre chose que se battre, la retraite parut nécessaire ; le Sultan Dâoud retourna dans son pays et l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn à Mossoul ; quant au Sultan Mas’ud, il resta à Bagdad comme il en avait l’habitude. Quand l’imâm ar-Râchid bi-llah vit que le Sultan conservait à son égard la même attitude d’éloignement, il en usa de même, comprit qu’il ne lui était pas possible de rester avec le Sultan et craignit pour sa vie ; il suivit donc ‘Imâd ad-dîn à Mossoul, s’installa à l’extérieur de la ville et y campa à la façon d’un réfugié qui demande asile. Quand le Calife eut quitté Bagdad et son administration, le Sultan eut le pouvoir de faire tout ce qu’il voulait et d’arriver à tout ce qu’il désirait ; il fit accéder à la charge de Calife Abou-’Abd Allah Mohammad, frère d’al-Mostarchid bi-llah et lui donna le surnom d’al-Moqtafî li-amr Allah. Ce personnage était âgé de quarante ans ; l’investiture lui fut donnée dans les formes habituelles et l’on prononça la khotba en son nom du haut des chaires (minbar) dans son seul territoire en Dhou-l-Qa’da 530 (Août 1136). La situation demeura telle jusqu’à ce que la paix fût conclue entre le Sultan Mas’oud et l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn en l’année 531. La khotba fut alors prononcée aux noms du Calife et du Sultan à Mossoul et dans toutes les provinces. Le récit de cet événement viendra à sa place.

404Cette année-là, l’année 530, le Sultan Mas’oud passa l’hiver à Bagdad, l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn, l’imâm ar-Râchid bi-llah et son vizir Jalâl Abou-r-Ridâ b. Çadaqa le passèrent aux environs de Mossoul.

  • 441 Sur cette mosquée, voir As’ad Talass, Mosquées de Damas, 128 et n. 6.

405On annonça en Dhou-l-Qa’da de cette année-là (Août 1136) que le « soi-disant » roi des Grecs était sorti de Constantinople et l’on annonça que l’horoscope de cette sortie se situait à dix degrés de la Balance ; Vénus et Jupiter étaient dans le dixième, le Soleil dans le Lion, Mars dans le septième et Dieu est le plus savant en ce qui concerne l’inconnu. Le vendredi 17 Ramadân (19 Juin 1136) fut assassiné le raïs Mohyî ad-dîn Abou-dh-Dhawâd al-Mofarraj b. al-Hasan b. al-Hosaïn aç-Çoufî, raïs de Damas, à l’extérieur de la Mosquée nouvelle, située au Sud de l’Oratoire441, à la date indiquée ci-dessus. La raison en fut que l’émir Chîhâb ad-dîn Mahmoud, maître de Damas, l’émir Bazwâj et le chambellan (hâjib) Sonqor avaient eu à lui reprocher certaines choses qui leur avaient été rapportées à son sujet et certaines positions de sa part qui les avait irrités contre lui ; ils entreprirent de ruiner sa situation, conférèrent entre eux à ce sujet dans leur camp du Hauran. Le raïs en question s’était séparé d’eux et, quittant le Hauran, avait regagné la ville pour soigner une maladie dont il était atteint. Quand les trois hommes se furent mis d’accord sur leur plan d’action et qu’ils furent de retour à Damas, le rais en question sortit à leur rencontre au milieu d’une foule de gens ; le moment où il les salua coïncida avec une conversation qu’ils tenaient au sujet des impôts ; il leur fit sur ce point une réponse incivile qui leur déplut et qui les amena de l’idée de l’arrêter à celle de le tuer. II avait été averti de leur décision de porter atteinte à sa situation en s’emparant de ses biens ; on lui avait conseillé de prendre garde à sa vie et de ruser pour la protéger contre le danger ; mais il n’écouta pas ce conseil, selon l’ordre arrêté et la décision intervenue et fut assassiné par traîtrise — Dieu lui fasse miséricorde — sans avoir mérité la mort ; il trépassa en martyr, tous ses proches furent mis en prison ; ils demandèrent, quelques jours après, la permission de se rendre à Çarkhad pour se mettre à l’abri du péril et éteindre le feu de la sédition. Ils y furent autorisés et ceux qui le voulurent s’y rendirent.

406A la fin de cette année-là, le nommé al-Açma’î se présenta dans les bureaux de Chihâb et demanda l’autorisation de frapper à Damas des dinars, à condition que le demi-dinar, le quart et le huitième de dinar fussent en or, et le reste en argent et en cuivre. Il réitéra sa demande jusqu’à ce qu’elle fût agréée ; il fut arrêté que son émission aurait lieu de cette manière et que la monnaie serait frappée au nom de l’imâm ar-Râchid bi-llah, Prince des Croyants, de l’éminent Sultan (as-Soltân al-mo’azzam) Mas’oud et de Chihâb ad-dîn. Losrqu’arriva la nouvelle que le Sultan avait procédé à l’investiture d’al-Mottaqî (sic) li-amr Allah et qu’arRâchid bi-llah avait gagné la région de Mossoul, le Sultan publia un billet de la main d’ar-Râchid bi-llah, selon lequel, si jamais il quittait sa résidence pour combattre le Sultan ou autorisait à verser sans nécessité le sang interdit ou avançait la main pour prendre des biens sans permission et sans raison, la légitimité de son pouvoir serait entachée de nullité, il aurait enfreint les engagements inhérents au califat et transgressé ses devoirs (il avait pris comme témoins de sa déclaration les cadis, les foqahâ et les notables) ; il y eut alors un argument des plus solides pour le destituer et le priver de son pouvoir.

ANNEE 531 (29 SEPTEMBRE 1136 — 18 SEPTEMBRE 1137)

  • 442 Kiyâlyânî-. Gibb (D.C., 240, n. 2) suggère que l’on peut voir dans ce mot l’erreur d’un copiste qu (...)
  • 443 Le texte porte Jazîrat Antâkiâ (l’île d’Antioche) et plus loin Niqiya (Nicée). Il y a là une erreu (...)
  • 444 La date est indiquée ici d’après le calendrier julien.
  • 445 Al-Maçîça (Misis ou Mamistra) et Adana sont des villes bien connues de Cilicie (cf. Cl. Cahen, S.N (...)

407On annonça cette année-là que le « soi-disant » roi des Grecs Kiyâlyânî442 avait quitté Constantinople en Dhou-l-Qa’da de l’année [5]30 (1er 29 Août 1136) ; on dit aussi que c’était le 1er Moharram 531 (29 Septembre 1136). Il parvint à la presqu’île d’Adalia (Jazirat Antâlia)443 et y séjourna jusqu’à l’arrivée de ses vaisseaux de guerre, de ses bagages, de son ravitaillement, de son argent et de son matériel le 10 Avril444. Il assiégea Séleucie et s’en empara ; on dit aussi que les habitants traitèrent avec lui. Il gagna ensuite la région frontière et se rendit maître d’Adhana, d’al-Maçîça et d’autres places, puis fit le blocus de ‘Aïn Zarba445 et s’en empara de vive force.

  • 446 Al-Mamoun : fils du fameux Haroun ar-Râchid ; il régna de Moharram 198/Septembre 813 à Rajab 218/A (...)
  • 447 Tell Hamdoun (ou Til Hamdoun, puis Toprak Kalé) ; forteresse située dans la vallée du Hamous, peu (...)
  • 448 Ici un mot difficile à lire, faute de points diacritiques ; Gibb (D.C., 241, n. 3) hésite entre(...)
  • 449 Léon l’Arménien : souverain de la Haute Cilicie depuis 1129 ; cf. Cl. Cahen, S.N., 349 et suiv.

408L’histoire raconte que le Prince des Croyants al-Mamoun bi-llah, fils d’ar-Râchid bi-llah446, avait édifié ‘Aïn Zarba lorsqu’il y était passé, au moment où il arrivait dans cette région, et qu’il avait dépensé cent soixante-dix mille dinars pour l’édifier en usant de ses prérogatives de Calife et de Sultan et de sa puissance. Quarante mille ouvriers y travaillèrent chaque jour, en plus des maçons, des forgerons et des charpentiers. Le roi des Grecs se rendit maître aussi de Tell Hamdoun447 et fit transporter ses habitants dans l’île de Chypre (le maître de Tell Hamdoun était Ibn Haïtham l’Arménien). Il répara le port d’Alexandrette, puis se mit en route pour Antioche, l’assiégea et bloqua ses habitants à la fin de Dhou-1Qa’da (mi-Août 1137). Un accord intervint entre lui et le seigneur de la ville, Raymond fils de....448. Le souverain grec regagna les Portes [du Taurus] et, s’étant emparé de toutes les forteresses qui restaient aux mains du fils de Léon l’Arménien449, y passa l’hiver.

  • 450 Hiçn Wâdî Ibn al-Ahmar : peut-être cette forteresse doit-elle être identifiée avec le Hiçn al-Wâdî (...)
  • 451 Al-Khariba : forteresse difficile à identifier avec précision, mais certainement située dans la ré (...)

409En Rajab (25 Mars - 23 Avril 1137) de cette année-là, l’émir Bazwâj prit l’offensive, à la tête d’un important détachement de Turcomans de l’armée de Damas, dans la direction de Tripoli. Le comte de Tripoli vint à sa rencontre à la tête de ses troupes. La bataille eut lieu, Bazwâj tailla l’adversaire en pièces, tua une grande quantité d’hommes et se rendit maître de la forteresse de Wâdî Ibn al-Ahmar450 et d’autres. En Rajab aussi, Ibn Çalâh, gouverneur de Hama, prit l’offensive avec ses hommes contre la forteresse d’al-Khariba451 et s’en rendit maître.

  • 452 Ba‘rîn : cf. supra, p. 209, n. 2.

410En Chabân (24 Avril - 22 Mai) on annonça que l’atâbeg ‘mâd ad-dîn s’était mis en marche avec son armée, venant de Mossoul, avait traversé l’Euphrate dans la première décade du mois et était arrivé à Homs, il y avait été précédé par Çalâh ad-dîn, avec l’avant-garde. Tous deux prirent position devant la ville et l’assiégèrent. Le gouverneur qui s’y trouvait était l’émir Mo’în ad-dîn Onor ; des négociations furent engagées avec lui pour qu’il livrât la ville ; il fit valoir qu’elle appartenait à l’émir Chihâb addîn et qu’il y était son représentant. L’atâbeg ouvrit alors les hostilités et assiégea la ville pendant plusieurs jours, mais n’obtenant aucun résultat, il s’éloigna le 20 Chawwâl (11 Juillet) et alla s’installer devant la forteresse appelée Ba’rîn452 pour l’arracher des mains des Francs. Quand ceux-ci l’apprirent, ils se rassemblèrent et s’établirent près de là pour défendre la forteresse et porter aide à sa garnison. Lorsque ‘Imâd ad-dîn en fut informé, il dressa une embuscade, les deux troupes entrèrent en contact, un groupe de Turcs prit la fuite devant les Francs qui en tuèrent un très grand nombre tandis qu’ils regagnaient leur camp. ‘Imâd ad-dîn surgit devant eux avec les hommes qu’il avait mis en embuscade ; il lança ses fantassins et s’empara des bagages et du train de l’armée. Quand ils approchèrent de leur camp et virent ce qui leur était arrivé, ils s’enfuirent effrayés ; l’armée de ‘Imâd ad-dîn fondit sur eux, les tailla en pièces et les anéantit en les tuant ou en les faisant prisonniers. Les Musulmans ayant obtenu un butin considérable (animaux, train de l’armée, bagages), ‘Imâd ad-dîn retourna vers la forteresse de Ba’rîn. Le roi des Francs, le comte d’Anjou (Kond Ayâjour) s’y était réfugié avec les chefs francs qui l’accompagnaient, au comble de la faiblesse et de la frayeur. L’atâbeg prit position en face d’eux et les assiégea dans la forteresse dont il vient d’être question ; le siège et la lutte durèrent jusqu’à ce que, leurs provisions étant épuisées, ils en vinssent à manger leurs chevaux. Tous les Francs qui restaient dans leurs territoires et dans leurs places fortes se réunirent et se joignirent au fils de Jocelin et au seigneur d’Antioche ; la concentration faite, ils partirent pour porter aide aux vaincus et aux assiégés de la forteresse de Ba’rîn et pour les délivrer de la misère, de la crainte et du péril mortel où ils se trouvaient. Lorsqu’ils furent près de l’armée de l’atâbeg et qu’il en fut informé, il fut obligé de donner quartier aux assiégés, en les obligeant à lui faire acte d’obédience et à lui promettre cinquante mille dinars qu’ils lui feraient porter ; il les laissa partir, après s’être fait livrer la forteresse ; quant à l’armée qui s’était assemblée pour leur porter secours, elle s’en retourna.

411Au mois de Ramadân (23 Mai 21 - Juin 1137), on annonça que l’imâm, le Calife ar-Râchid bi-llah, Prince des Croyants, avait quitté Mossoul pour Marâghâ et qu’il s’était rencontré avec le Sultan Dâoud b. Mahmoud ; il y eut entre eux échanges de vues et de rapports que chacun d’eux établit en collaboration avec l’autre. On annonça de la région du Nord que l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg avait quitté Alep à la tête de son armée le vendredi 16 Ramadân (27 Mai 1137) et pris position devant Homs ; il établit là son camp et engagea des opérations militaires contre la ville ; il reçut un envoyé du « prétendu roi » des Grecs.

  • 453 La phrase se termine par les mots min as-sana (de l’année en cours), ce qui laisse supposer une in (...)

412On annonça de l’Iraq que des armées du Sultan Mas’oud et 261 de son frère (sic) Dâoud s’étaient rencontrées et que l’armée du Sultan Mas’oud avait vaincu celle du Sultan Dâoud, l’avait taillée en pièces et avait tué un grand nombre de ses officiers et de ses soldats453.

  • 454 On lit dans le manuscrit ‘irâç et non ‘irâd comme dans le texte ; sur le sens de ‘irâç voir de Goe (...)

413En l’année 531 plusieurs messages furent envoyés par l’émir Chojâ’ ad-daula Abou-l-Fawâris al-Mosayyab, fils de ‘Alî b. al-Hosaïn aç-Çoufî et par plusieurs personnes résidant à Çarkhad ; l’émir Amîn ad-daula Gumuchtegîn al-Atâbakî, gouverneur de Çarkhad, écrivit à l’émir Chihâb ad-dîn Mahmoud, à l’émir Chojâ’ ad-daula Bazwâj et au chambellan (hâjib) Asad ad-dîn Okoz pour demander qu’on autorisât les exilés de Çarkhad à revenir à Damas, qu’on leur restituât tous les biens qui leur avaient été arrachés par la violence. Les échanges de messagers et de lettres se poursuivirent sans relâche à ce sujet jusqu’à ce que l’affaire fût réglée et que la réponse fût donnée sous la forme d’un arrangement précis et équitable ; il était spécifié que les soldes militaires auxquelles ils devaient pourvoir seraient versées à une date et à un moment déterminés ; les payer serait améliorer la situation et donner consistance aux espoirs ; il était aussi entendu que la charge de raïs de Damas serait rendue à l’émir en question ; une nomination officielle à cette fonction fut rédigée pour lui où, en plus des épithètes habituelles, il était qualifié de raïs excellent, soutien de la religion et propagateur de l’Islam, sans préjudice de ses surnoms et qualificatifs précédents ; la désignation officielle à la charge de raïs devait être faite selon la tradition établie et la coutume normale à propos des immunités, des taxes et des impositions courantes relatives aux droits d’entrepôt (dâr al-wakâla) et à tous les droits de marchés (‘irâç)454. On leur écrivit donc en répondant favorablement à leur demande, en agréant leurs propositions et en les autorisant à revenir à Damas, sûrs de voir leurs désirs accomplis : protection de leur famille, maintien de la considération dont ils jouissaient, apaisement de leur âme, consolidation de leur sécurité. Dès qu’ils connurent les décisions prises à leur égard, ils eurent la joie au cœur et s’épanouirent en les apprenant, puis ils firent leurs préparatifs de retour, l’esprit libre et les pensées joyeuses. Ils revinrent tous ; à leur approche, la population tout entière, sortit à leur rencontre pour leur montrer la joie et l’allégresse que causait leur retour, la satisfaction et l’euphorie que procurait leur arrivée. Ils firent leur entrée dans la ville pendant la première décade du mois de Rajab (25 Mars 3 Avril 1137) de l’année en question. Leur situation se rétablit au mieux et prit le tour qu’ils souhaitaient et désiraient ; on leur restitua toutes les propriétés et autres biens qui leur avaient été enlevés et on les fit bénéficier de toutes les belles positions, de tous les honneurs et de toutes les marques de considérations. Que de soucis Dieu — que Son nom soit exalté — a dissipés après qu’ils s’étaient amassés, que de chagrins II a chassés par Sa seule bonté, après qu’ils avaient apporté l’angoisse.

« Il arrive que les cœurs soient affligés pour une affaire qui comporte pourtant une issue, comme le licol du chameau se dénoue toujours ». (Khafîf).

414Cette année-là aussi, on annonça d’Egypte que le chef des Arméniens de là-bas s’était révolté avec ses gens contre le maître du pays, l’imâm al-Hâfiz li-dîn Allah et l’avait attaqué dans son palais, faisant figure d’assiégeant. La plus grande partie de ses troupes l’abandonna, sous l’effet de la peur et des coups mortels de l’adversaire, si bien qu’il perdit courage et s’enfuit. On rapporta que cet événement était dû au fait que les chef des Arméniens avait un frère en Haute Egypte, dont on avait annoncé le meurtre. Cette nouvelle le remplit de colère et l’amena à agir ainsi. Puis sa situation s’arrangea. Il reçut son pardon et ne sortit plus de chez lui, sous l’effet de la crainte et de l’effroi.

  • 455 Al-Koura : localité de la région de Tripoli signalée par ad-Dimachqî (d’après Le Strange, Palestin (...)

415En Rajab de cette année-là, le 4 (28 Mars 1137), l’émir Bazwâj se mit en route dans la direction de Tripoli, à la tête de son armée et desTurcomans qu’il avait recrutés et réunis.Le seigneur de la ville se porta à sa rencontre à la tête de sa cavalerie franque ; Bazwâj leur tendit plusieurs embuscades et quand ils arrivèrent au lieu dit al-Koura455, les hommes placés en embuscade surgirent et les mirent en fuite : le sabre s’abattit sur le plus grand nombre et bien peu d’entre eux purent s’échapper. Bazwâj attaqua la citadelle située en cet endroit, la pilla et tua tous les chefs et les valets qui s’y trouvaient. Il fit prisonniers des gens qui versèrent une grosse somme pour échapper à la mort ; lui et son armée gagnèrent ainsi beaucoup d’argent.

  • 456 Ceci est probablement une erreur ; Gibb (D.C., 244, n. 1) estime qu’il faudrait peut-être lire : B (...)

416En Chawwâl (22 Juin - 20 Juillet) une trêve et une réconciliation furent conclues entre ‘Imâd ad-dîn et Chihâb ad-dîn, maître de Damas, sur une base qui devint solide. En Dhou-l-Hijja (19 Août - 18 Septembre) on annonça que le « prétendu roi » des Grecs s’était retiré d’Antioche vers Ba’rîn, dans sa province456, le 22 du mois (11 Septembre) et avait dépêché son envoyé auprès de l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn. L’émir Sawâr, son représentant à Alep, l’emporta sur un nombreux parti de cavalerie grecque, tua les uns, fit prisonniers les autres et fit son entrée avec eux dans Alep.

  • 457 Al-Hattakh : forteresse située non loin de Mayâfâriqîn ; cf. GaudefroyDemombynes, Syrie, 262. Sur (...)

417On annonça aussi que Hosâm ad-dîn Timortâch b. Il Ghâzî s’était rendu maître du château-fort d’al-Hattâkh aux dépens des derniers Marwanides457 qui n’avaient plus rien d’autres en leur possession après avoir dominé bien des villes et des forteresses. Il s’en empara grâce à une ruse qu’il machina et à un stratagème qu’il monta contre eux ; c’était une place très bien fortifiée et défendue.

418Cette année-là aussi les gens d’Alep entreprirent des travaux de fortification, creusèrent des tranchées pour se prémunir contre les Grecs qui étaient proches. On annonça que l’atabeg ‘Imâd ad-dîn avait destitué son vizir Abou-l-Mahâsin ‘Alî b. Abou Tâlib al-’Ajamî, s’était emparé de sa personne et l’avait fait incarcérer pour une importante question d’argent ; ses amendes furent pour lui une telle charge qu’il ne put les payer ni s’en libérer ; il resta donc emprisonné dans la citadelle d’Alep.

ANNEE 532 (19 SEPTEMBRE 1137 — 7 SEPTEMBRE 1138)

419Le premier jour de cette année-là, 1er Moharram, tombait le 20 Septembre. Au cours de ce mois arriva le chambellan (alhâjib) Hasan qui avait été envoyé auprès du « prétendu roi » des Grecs ; il était accompagné de l’envoyé du roi ‘Imâd ad-dîn atâbeg.

  • 458 Al-Majdal : forteresse située à une vingtaine de kms. au S de l’actuelle Zahlé ; cf. Dussaud, T.H. (...)

420Le 14 Moharram (3 Octobre) l’atâbeg arriva à Hama à la tête de son armée puis s’en alla dans la direction de la Beqâ’ ; il se rendit maître de la forteresse d’al-Majdal458 qui était aux mains des Damascains, et Ibrahîm b. Torghot, gouverneur de Banyâs dans la province de Damas, entra dans son obédience.

  • 459 Erreur de filiation ; le sultan Mas’oud était le fils du Sultan Mahmoud.

421On annonça en Çafar (18 Octobre - 15 Novembre) qu’un violent tremblement de terre s’était produit en Djéziré et dans le territoire de Mossoul et l’on dit qu’il avait détruit plusieurs sites et qu’un très grand nombre de gens y avaient trouvé la mort. Dans les premiers jours de Rabî’ I (16 Novembre - 14 Décembre), on dit aussi qu’un envoyé du Sultan Mas’oud, fils du Sultan Mohammad459, était arrivé à Mossoul auprès de l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn en lui rendant honneur sans restriction et que des lettres étaient parvenues de Nâçir ad-dîn, son représentant dans cette ville, qui exposaient l’état où elle se trouvait.

  • 460 Marj ad-Dibâj : région située au N de Maçîça ; cf. Cl. Cahen, S.N., 151.

422On annonça aussi que le seigneur d’Antioche avait arrêté le patriarche franc de la ville et avait pillé sa demeure et l’on donna pour raison à cet acte qu’au moment où la paix avait été conclue entre le roi des Grecs et Raymond, seigneur d’Antioche, l’une des conditions stipulait qu’un patriarche y serait établi par les Grecs selon un ancien usage qui était par la suite tombé en désuétude. Raymond se rendit auprès du « prétendu roi » des Grecs qui campait avec son armée dans le Marj ad-Dîbâj460 et, après avoir conclu avec lui une trêve et un accord, revint à Antioche. Cette année-là aussi, l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn revint de Damas à Hama au mois de Rabî’ II (17 Décembre 1137 - 14 Janvier 1138), prit position devant cette ville, puis s’en alla vers Homs devant laquelle il prit position pour l’assiéger.

423Cette année-là aussi, les Francs violèrent la trêve conclue entre eux et l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn ; ils manifestèrent leur hostilité et leur mauvaise volonté et se mirent à commettre des déprédations et des ravages, bien que l’atâbeg eût auparavant usé de bons offices envers leurs chefs et de modération envers eux lorsque Dieu lui avait donné la victoire sur eux ; à Antioche et dans les places côtières, ils arrêtèrent plusieurs commerçants musulmans, des gens d’Alep et des voyageurs, soit environ cinq cents hommes en Jomâdâ II (14 Février - 14 Mars).

424Cette année-là aussi, le Sultan Mas’oud passa l’hiver à Bagdad ; son envoyé vint trouver l’atâbeg à Homs ; quant au roi des Grecs, il passa l’hiver dans les villes frontières et les Portes (ad-Doroub) [du Taurus] et campa à Marj ad-Dîbâj.

  • 461 Ach-Chamsiya : Arméniens adorateurs du soleil qui subsistèrent en Mésopotamie jusqu’au XVIIIème si (...)

425Le dimanche 15 Jomâdâ [I] (28 Janvier 1138) l’émir Bazwâj sortit de Damas à la tête de son armée en direction du territoire des Francs. Ses relations avec Chihâb ad-dîn, maître de Damas, étaient devenues mauvaises, à cause de la rudesse dont il faisait preuve à l’égard de celui-ci et de l’audace avec laquelle il employait de mauvais procédés ; le caractère néfaste de son action fut proclamé, comme aussi sa perfidie et sa rouerie évidentes, ses nombreuses inconséquences et sa malfaisance fondamentale. Il passa un temps en dehors de la ville, puis, sa situation s’améliorant, il rentra dans la cité où il vécut de manière parfaite comblant tous les espoirs. Mais Chihâb ad-dîn trama quelque chose contre lui et le fit tuer dans la citadelle de Damas par les adorateurs du Soleil (ach-Chamsiya)461 le lundi 6 Cha’bân (18 Avril). Le motif de ce meurtre était que Chihâb ad-dîn l’accusait de certaines choses répréhensibles et en avait conçu de l’aversion à son endroit ; il avait joué avec l’argent tiré des taxes et l’avait dilapidé en cadeaux et en libéralités. [Chihâb ad-dîn] monta donc un piège pour le tuer, se montrant avec lui aimable et rassurant jusqu’au moment où il rencontra l’occasion favorable pour agir. [Bazwâj] était chez lui dans la Coupole des Roses (Qobbat al-Ward) de la citadelle de Damas ; [Chihâb ad-dîn] avait placé auprès de lui quelques Arméniens adorateurs du Soleil qui faisaient partie de sa suite, avec instruction de le tuer ; dès qu’ils purent se trouver seuls avec lui, en l’absence de ses gens, ils le tuèrent et l’emportèrent enveloppé dans un drap jusqu’au tombeau construit pour son épouse où il fut enterré.

  • 462 Gibb (D.C., 247, n. 2) fait observer avec juste raison que le 6 Cha’bân tombant un lundi, le 17 Ch (...)

426Le dimanche 17 Cha’bân462, Chihâb ad-dîn conféra une robe d’honneur à l’émir Mo’în ad-dîn Onor et lui décerna le grade d’isfahsallâr avec le titre d’atâbeg ; il confia aussi la charge de chambellan (hijâba) à l’émir chambellan Asad ad-dîn Okoz ; leur ayant ainsi témoigné ses bonnes dispositions, il leur conféra l’administration et le pouvoir de décision dans toutes les provinces et pour toutes les affaires.

427Ce mois-là aussi, on annonça des régions septentrionales [de la Syrie] que le roi des Grecs à la tête de son armée avait pris position devant Chaïzar pour l’assiéger et l’investir ; il mit en batterie un grand nombre de mangonneaux et le combat fit rage entre lui et les gens de la ville ; il tua un grand nombre de Musulmans, si bien que la ville fut près de sa perte en dépit des efforts déployés par l’émir ‘Irnâd ad-dîn pour la renforcer en soldats, en armes et en matériel de guerre et bien qu’il eût pris position devant les Grecs et qu’avec sa cavalerie il fît d’incessantes incursions dans leurs lignes et tuât ceux qui lui tombaient entre les mains. Les choses continuèrent ainsi jusqu’à ce [que les Grecs] en eussent assez de rester là sans pouvoir atteindre leur objectif. Dieu Très Haut se montra bienveillant pour les gens de Syrie et leur fit sentir les effets de sa miséricorde. On annonça que les Grecs s’étaient retirés de devant Chaïzar pour gagner Antioche et cette nouvelle réjouit la population, heureuse de les voir s’en retourner avec un échec au lieu d’une victoire, une retraite au lieu d’une offensive réussie. Louange à Dieu Très Haut et à jamais pour ce bienfait, gratitude éternelle et sans fin.

  • 463 Al-Balât : l’identification de cette localité est incertaine ; elle était vraisemblablement située (...)
  • 464 Mot à mot : le grand jeudi de leur jeûne.
  • 465 Bozâ’a : cf. supra, p. 8, n. 4.
  • 466 Il convient d’adopter ici la lecture proposée par Gibb (D.C., 249, n. 1) : ‘îdihim (leur fête, Pâq (...)
  • 467 Turcs infidèles (Kâfir tork) : cette expression se retrouve dans la chronique des années 536 et 53 (...)

428Maintenant qu’est terminé le récit de ce qu’ont entrepris les Grecs en ces jours, on racontera le début de leurs tentatives, de leur expédition et de leurs actions. On les vit apparaître du côté de la ville d’al-Balât463 le jeudi Saint464 et ils prirent position à l’improviste devant la forteresse de Bozâ’a465 dans le Wâdî, le dimanche jour de leur fête466 ; leur cavalerie poussa des pointes dans les environs d’Alep le 19 Rajab (3 Avril) et quelques Turcs infidèles467 se réfugièrent à Alep pour leur échapper et avertirent les gens d’Alep que les Grecs [étaient là]. Les Alépins prirent leurs précautions, rassemblèrent leurs cavaliers, se mirent à l’abri, se montrèrent vigilants, firent leurs préparatifs et se tinrent en éveil une nuit avant l’attaque ; cet avertissement donné par les réfugiés fut une faveur et une grâce de Dieu Très Haut. Après que ces précautions et ces mesures de sécurité eurent été prises, les Grecs, selon leur habitude, se saisirent d’un grand très nombre de gens d’Alep et de ses faubourgs ; quant aux gens d’Alep, ils envoyèrent un de leurs notables pour appeler au secours l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn qui campait devant Homs. Il leur envoya tout ce qu’il put : cavaliers, fantassins, archers, tireurs, matériel en quantité ; le tout fut à Alep le 27 Rajab (10 Avril).

429On annonça aussi que les Grecs s’étaient rendus maîtres, en accordant la vie sauve, de la forteresse de Bozâ’a qu’ils avaient assiégée, bloquée et bombardée à l’aide de mangonneaux, le samedi 25 Rajab (8 Avril). Après avoir pris possession de la place et promis la sauvegarde à ses habitants, le roi agit traîtreusement à leur égard, rassembla ceux qu’il trompait et les dénombra ; on dit qu’il y avait là cinq mille huit cents personnes. Le cadi de Bozâ’a, plusieurs prudhommes (ach-chohoud) et d’autres personnes se firent chrétiens, au nombre d’environ quatre cents. Le roi resta à cet endroit pendant dix jours, enfumant des grottes où s’étaient cachées plusieurs personnes qui furent réduites par la fumée.

  • 468 Etant donné que le 25 Rajab était un samedi, le 5 Cha’bân ne peut pas tomber un mercredi.
  • 469 An-Nâ’oura : cf. supra, p. 27, n. 3.
  • 470 Ard as-Sa’dî : lieu dit des environs d’Alep que je ne suis pas parvenu à identifier avec précision
  • 471 Borj al-Ghanam : tour de l’enceinte d’Alep située près de la Porte de Qinnasrîn et où étaient inst (...)
  • 472 Cette indication, venant après celle du mercredi 5 Cha’bân, prouve à l’évidence combien la chronol (...)
  • 473 Çalda‘ : autre lieu dit de la région d’Alep que je n’ai pas réussi à identifier avec précision.

430Le mercredi 5 Cha’bân468 (17 Avril) les Grecs firent halte sur le territoire d’an-Na’oura469 et s’en allèrent le jeudi 8 (20 Avril) passant devant Alep avec l’armée d’Antioche, son chef, Raymond, seigneur de la ville, et le fils de Jocelin ; ils prirent position devant Alep et plantèrent leurs tentes sur les bords du Qowaïq et sur le territoire d’as-Sa’dî470. Le lendemain le roi partit à l’attaque à la tête de sa cavalerie et de son infanterie au Sud et à l’Ouest d’Alep du côté de l’angle de la Tour aux Moutons (Borj al-Ghanam)471. Un corps important des miliciens (ahdâth) d’Alep sortit à leur rencontre, engagea la bataille et eut le dessus. Il y eut des morts et des blessés parmi les Grecs, un de leurs chefs les plus en vue fut atteint et ils regagnèrent leur camp tout déconfits. Ils restèrent quelques jours devant Alep, puis levèrent le camp au matin du mercredi 8 Cha’bân472, prenant la direction du territoire de Çalda’473. La garnison de la citadelle d’al-Athârib prit peur et s’enfuit le jeudi 9 Cha’bân, non sans avoir mis le feu aux magasins. Les Grecs l’apprirent, envoyèrent vers cette citadelle un détachement qui, après avoir fait halte devant la forteresse, s’en empara et prit tout ce qui s’y trouvait. Ils emmenèrent de force les captifs et les prisonniers qui étaient tombés entre leurs mains de la forteresse de Bozâ’a jusqu’à la muraille et au fossé d’enceinte d’al-Athârib.

431Lorsque l’émir Sawâr, délégué [de ‘Imâd ad-dîn] à Alep, eut connaissance de la chose et du départ des Grecs, il partit à la tète de l’armée d’Alep et les surprit à al-Athârib ; il fondit sur eux, les vainquit et délivra presque tous les prisonniers et les captifs. Cela se passa le samedi 11 Cha’bân (23 Avril) ; la population d’Alep en conçut une très grande joie.

  • 474 Salamiya : cf. supra, p. 11, n. 1 ; ar-Raqqa : cf. supra, p. 97, n. 3.
  • 475 Kafartâb : cf. supra, p. 43, n. 1.
  • 476 Majma’ al-Morouj : localité non identifiée.

432Le jeudi 9 du même mois (21 Avril), l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn quitta Hama pour Salamiya et envoya ses bagages à ar-Raqqa474, restant en arrière à la tête de sa cavalerie qui formait un groupement léger. Le lundi (25 Avril), le roi des Grecs quitta la ville d’al-Ma’arra [Ma’arrat an-No’mân], et ceux des appelés qui étaient en garnison à Kafartâb475 s’enfuirent, craignant pour leur vie. Divers renseignements qui se confirmaient les uns les autres firent connaître qu’une armée de Turcomans avait traversé l’Euphrate avec le fils de l’émir Dâoud b. Artoq, se dirigeant vers Alep pour attaquer les Grecs ; ils campèrent à Majma’ al-Morouj476. Un important détachement de l’armée de Damas se mit en route pour aller à l’attaque, au service de l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn. La raison qui poussa les Grecs à s’éloigner de Chaïzar sans avoir rien obtenu réside dans les renseignements qui leur étaient parvenus sur l’arrivée des Turcomans et la concentration des armées. Les Grecs restèrent devant Chaïzar pendant vingt-trois jours et c’est le dimanche 8 Ramadân (22 Mai) que le roi des Grecs arriva à Antioche, lors de son retour. On reçut ensuite plusieurs informations selon lesquelles les Grecs achevaient de se retirer vers leur pays. Les cœurs connurent le calme après l’émotion, le trouble et la crainte qu’avaient causés les Grecs.

  • 477 Nouvelle erreur de date : si le 8 Ramadân tombe un dimanche, le 16 ne peut tomber un lundi.
  • 478 Çiffîn : localité située près de la rive droite de l’Euphrate, entre Raqqa et Balîs et célèbre par (...)

433On annonça d’Alep la mort du cadi Bahâ ad-dîn Ibn achChihrazourî, survenue dans cette ville le samedi 16 Ramadân (30 Mai)477 ; il fut transporté dans la nécropole de Çiffîn478 et y fut enseveli ; il avait fait preuve de constance efficace, d’utile activité et de pénétrante vigilance. Cette année-là aussi, mourut le cadi éminent Abou-l-Fath Mohammad b. Hibat Allah b. Khalaf at-Tamîmî — Dieu lui fasse miséricorde — dans la nuit du vendredi 15 Ramadân (29 Mai) ; il était de ces privilégiés qui ont les vertus d’homme et la noblesse d’âme en partage.

  • 479 Autre date erronée ; le lundi 17 Ramadân ne peut s’accorder ni avec le dimanche 8, ni avec le same (...)

434Cette année-là aussi, une correspondance suivie fut adressée par l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg à l’émir Chihâb ad-dîn pour lui demander en mariage sa mère, la princesse Çafwat al-molk Zomorrod, fille de l’émir Jâwalî. Une réponse favorable finit par être donnée à cette demande et un accord fut conclu à ce sujet. Des envoyés de Damas furent chargés de la représenter pour le contrat au camp de ‘Imâd ad-dîn à Homs le lundi 17 Ramadân (31 Mai)479. Il fut convenu que Homs lui serait remise et il en prit possession en même temps que de sa citadelle. En compensation, le gouverneur de Homs, l’émir Mo’în ad-dîn Onor, reçut la forteresse de Ba’rîn. La princesse Çafwat al-molk, mère de Chihâb ad-dîn, quitta sa demeure dans les derniers jours de Ramadân (début de Juin) pour l’armée de l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn dans la région de Homs et de Hama, accompagnée par les gens de ‘Imâd ad-dîn qui avaient reçu mission de la lui amener.

435On annonça de l’Iraq que l’imâm ar-Râchid bi-llah, Prince des Croyants, avait quitté Mossoul pour la montagne. Dieu Très Haut en vertu du destin qui s’abat [sur les créatures] et du décret accompli, décida de le faire mourir en martyr aux portes d’Ispahan en raison d’un ordre qui fut donné de le faire périr et d’un complot qui fut ourdi contre lui. Il s’en alla dans la miséricorde de son Maître, bienheureux, récompensé, martyr, le mardi 26 Ramadân (9 Juin). Son califat, jusqu’à son martyre, avait duré deux ans et dix mois.

  • 480 Badlîs : ville d’Arménie située au SO du lac de Van ; cf. Le Strange, Eastern Caliphate, 184.

436Cette année-là aussi on annonça la mort de l’émir Toghân [Arslân le Bossu] b. Hosâm ad-daula, survenue à Badlîs480 ; il fut remplacé dans sa charge par son fils, l’émir Qartî, dont la situation s’affermit. On raconta des histoires sur sa cruauté, sa dureté, son orgueil, et sa tyrannie mais les [bons] esprits n’y ajoutèrent pas foi et se refusèrent à y prêter audience.

ANNEE 533 (8 SEPTEMBRE 1138 — 27 AOUT 1139)

437Le premier jour de cette année-là fut un vendredi, le jour où l’on vit la nouvelle lune de Moharram. Ce jour-là l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg rencontra la princesse Çafwat al-molk, mère de Chihâb ad-dîn, sous les murs de Homs ; il avait autour de lui un grand nombre d’envoyés du Calife, du Sultan, de l’Egypte, des Grecs, de Damas et d’ailleurs. Ce mois-là, les Francs firent un raid contre le territoire de Banyâs et Chihâb ad-dîn, à la tête de son armée, partit à leur poursuite mais ne put les atteindre et revint dans la ville.

438Le mardi 4 Çafar (10 Octobre 1138), un séisme effrayant se produisit à Damas après la prière de midi ; la terre trembla trois fois ; il fut suivi dans la nuit du vendredi, au moment de la dernière prière de la nuit, par un second séisme au cours duquel la terre trembla plusieurs fois. Au tiers de la nuit du lundi 19 Çafar (25 Octobre), le séisme se répéta par trois fois. Béni soit le Maître de cette puissance éclatante et de ce signe évident. Il se répéta encore dans la nuit du mercredi suivant et dans le dernier quart de la nuit du vendredi. Des voyageurs dignes de foi et des gens qui arrivaient du Nord furent tous d’accord pour décrire les secousses sismiques dont on vient de parler et pour dire qu’elles avaient atteint leur paroxysme à Alep et dans les villes, les forteresses et les provinces environnantes, au point que la plupart des maisons d’Alep s’écroulèrent, que les remparts se lézardèrent et que les murailles de la citadelle furent ébranlées. Les gens d’Alep se précipitèrent hors de chez eux et se répandirent hors de la ville, car ils craignaient pour leur vie. Ceux qui exagéraient racontaient que les secousses avaient atteint la centaine tandis que d’autres assuraient qu’il y en avait eu quatre-vingt ; Dieu est le plus savant pour ce qui est caché comme pour ce qui est vrai. Béni soit Dieu, le Maître des mondes, le Tout Puissant.

  • 481 L’erreur de la concordance indiquée par l’auteur vient probablement d’une faute de copiste qui a s (...)
  • 482 Le dirhem, unité de poids, valant 3 gr. 148, ces grêlons pesaient donc un peu plus de 25 grammes ; (...)

439Le samedi 17 Cha’bân (19 Avril 1139) qui correspondait au 9 Avril481 il y eut avant midi d’effroyables coups de tonnerre qui venaient de plusieurs côtés, accompagnés d’éclairs en nombre croissant et des nuages effroyables, le tout suivi d’une pluie violente et d’une grêle effroyable. Un témoin digne de foi raconta qu’il avait pesé un des plus gros grêlons dans la région de la Ghouta et d’al-Marj et que son poids atteignait huit dirhems482 ; d’autres en avaient pesé un qui atteignait dix-sept dirhems. Cette grêle causa la mort de maints oiseaux et détruisit un grand nombre de volailles, de céréales et de fruits.

440Le mercredi 15 Chawwâl (15 Juin) on annonça de l’Egypte qu’un engagement avait eu lieu au Caire entre les troupes qui s’y trouvaient, causant dans les deux camps la mort de nombreux cavaliers et fantassins.

441Pendant six heures de suite, dans la journée du mercredi 21 Chawwâl (21 Juin), il y eut un épouvantable tremblement de terre qui remplit de crainte les cœurs et les organismes d’agitation.

  • 483 Cette phrase paraît incomplète et ne semble pas à sa place.
  • 484 Bâb al-Jâbiya : porte située sur la face O de Damas ; cf. As’ad Talass, Mosquées de Damas, 59, n. (...)

442Le vendredi 23 Chawwâl de cette année-là (23 Juin) dans la matinée, on eut connaissance du complot tramé contre l’émir Chihâb ad-dîn Mahmoud. Il fut tué dans son lit et pendant son sommeil au cours de la nuit du vendredi qui vient d’être indiqué, de la main de ses esclaves maudits, Albaghach l’Arménien, qu’il avait formé, appelé auprès de lui et à qui il s’en remettait dans sa tâche, l’eunuque Yousof en qui il avait si grande confiance qu’il dormait à côté de lui, et al-Kharkâwî, le valet de chambre qui couchait auprès de lui. Dès que la nouvelle se répandit, son secrétaire, le distingué Abou-Tâlib ‘Oqaîl b. Haïdara contrôleur du bureau des impôts (mostaufî diwdn al-mo’âmalât) fut l’objet d’une attaque et tué dans la rue après qu’on l’avait forcé à sortir de la maison où il s’était caché en fuyant483. Ces trois maudits criminels passaient la nuit autour de son lit. Lorsqu’ensemble ils eurent pris leur décision, ils se couchèrent comme à l’accoutumée ; au milieu de la nuit, après s’être assurés qu’il dormait, ils bondirent sur lui et le tuèrent sur son lit, dans sa couche. Gomme un autre valet de chambre qui était avec eux poussait des cris, ils le tuèrent aussi, puis ils se concertèrent et gardèrent pour eux le secret, si bien qu’ils purent sortir de la forteresse. Quand la chose fut connue, on se mit à la recherche d’Albaghach — Dieu le maudisse — mais il s’était enfui ; sa demeure fut pillée. Les deux autres furent pris et crucifiés sur le mur de Bâb al-Jâbiya484. Une lettre fut adressée à l’émir Jamâl ad-dîn Mohammad, frère de la victime et maître de Baalbek, pour lui exposer la situation. Il se hâta d’arriver à Damas dans les plus courts délais et s’installa dans la charge de son frère ; il fut officiellement reconnu et fit prêter aux émirs, aux chefs militaires et aux notables un serment d’obéissance et de loyaux services. La situation fut ainsi réglée, la tempête se calma, la tranquillité revint et les nuages se dissipèrent.

443Lorsque cette nouvelle parvint à la princesse Çafwât al-molk, mère de l’émir Chihâb ad-dîn — Dieu lui fasse miséricorde —, elle fut bouleversée, le regretta, le pleura et s’indigna qu’un tel malheur eût pu s’abattre sur son fils. Elle écrivit à l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg qui se trouvait dans la région de Mossoul pour lui apprendre comment s’était passée la chose et lui suggérer de partir à la vengeance immédiatement et sans délai. Dès qu’il connut la nouvelle, il fut saisi de la plus vive indignation. N’étant pas homme à admettre que pareille chose restât en l’état, il apporta tous ses soins à se préparer à l’action à laquelle le poussait la princesse et qu’elle lui conseillait ; il prit ses dispositions en conséquence, réunit des troupes à cette fin et dirigea les rênes de sa détermination vers la Syrie, se hâtant de gagner Damas pour atteindre tous les buts qu’il se proposait. Damas fut informée de cette résolution par des renseignements concordants ; des précautions furent prises, des préparatifs faits pour parer à toute surprise de ce côté-là. Ensuite arriva la nouvelle qu’il avait pris position devant Baalbek le jeudi 20 Dhou-l-Hijja (19 Août 1139), à la tête d’une armée nombreuse et d’effectifs considérables. Avant cette manœuvre, la place avait été parfaitement pourvue en combattants et en équipements et le commandement y avait été confié à Mo’în ad-dîn Onor dont la position était solide, le rang élevé, les ordres et les prescriptions efficaces en ce qui concernait le gouvernement. [‘Imâd ad-dîn] mit en batterie contre la ville plusieurs mangonneaux, mena une lutte opiniâtre contre sa garnison et poussa activement le blocus. Les mangonneaux mis en batterie étaient, dit-on, au nombre de quatorze qui tiraient à tour de rôle pendant la nuit et le jour, si bien que les assiégés se trouvèrent près de leur perte.

  • 485 Il y a là un jeu de mots, al-Mo’in signifiant précisément : celui qui vient en aide et formant aus (...)

444Les choses en restèrent là jusqu’au moment où l’on annonça que Baalbek avait été prise moyennant vie sauve en raison des souffrances et du blocus endurés par ses habitants et des brèches pratiquées dans ses remparts. Restait le donjon où se trouvait un groupe de Turcs valeureux chargés de sa défense. Lorsqu’ils désespérèrent de recevoir une aide venant d’al-Mo’în485 et un renfort qui les sauve du péril environnant, ils livrèrent le donjon à l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn, après lui avoir demandé la vie sauve et en avoir reçu la garantie. Quand le donjon fut en son pouvoir, il rompit son engagement et ne tint pas sa promesse en raison d’une secrète irritation et d’une colère cachée qu’il nourrissait contre ces hommes. Il donna ordre de les crucifier ; ceux-là seuls y échappèrent que protégea leur destin. L’opinion publique réprouva cette manière d’agir et trouva étrange ce manquement à la parole donnée. On avait annoncé auparavant la prise de la citadelle d’al-Athârib par l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn le vendredi 1er Çafar (7 Octobre).

445On annonça aussi qu’un grand tremblement de terre avait eu lieu en Syrie, après ceux qui ont été mentionnés, dans la nuit du vendredi 8 Çafar (14 Octobre).

446Au mois de Ramadân, on annonça que l’émir al-Afdal Rodwân b. Walakhchî, qui dirigeait la politique égyptienne, avait quitté l’Egypte pour une affaire qui lui fit redouter son maître l’imâm al-Hâfiz li-din Allah, Prince des Croyants. Il arriva à Çarkhad où Amîn ad-daula Gumuchtegîn al-Atâbakî, gouverneur de la ville, le reçut avec égards et lui témoigna beaucoup de considération et de respect. Il profita de son hospitalité et de son bon accueil pendant quelque temps, puis le quitta pour retourner en Egypte afin de mettre à exécution un plan qu’il avait conçu et une affaire qu’il avait décidée. Lorsqu’il y fut arrivé, son entreprise échoua, il n’arriva pas à ce qui lui avait coûté tant de soins et fut interné dans le palais, entouré de prévenances, d’honneurs et de respect.

  • 486 Al-Madrasa al-imâmiya : je n’ai trouvé aucune indication sur cet établissement d’enseignement.

447Cette année-là aussi mourut le mercredi 13 Dhou-l-Qa’da (13 Juillet 1139), tandis qu’il faisait sa prière du matin, le naqîb l’imâm Jamâl al-lslâm Abou-l-Hasan ‘Alî b. Mohammad b. alFath as-Salamî ach-Châfi’i, qui avait la direction de l’école alImâmiva486 — Dieu lui fasse miséricorde. Il était renommé pour l’étendue de sa science juridique, son ardeur à remplir les obligations de la loi, à faire des exhortations pieuses, à pratiquer la religion, à affirmer sa foi, de sorte que l’on déplora sa perte et que l’on aspira à ce qu’il fût remplacé par un homme de la même trempe.

ANNEE 534 (28 AOUT 1139 — 16 AOUT 1140)

  • 487 Dârayyâ : importante agglomération située à l’extrémité SO de la Ghouta, à environ 8 kms. de Damas (...)
  • 488 La correction proposée par Gibb (D.C., 258, n. 11) de ibâati (qui n’a pas de sens ici) en abâho (i (...)

448Le premier jour de cette année bénie tomba un mardi, le jour où l’on aperçut la nouvelle lune de Moharram. Ce mois-là, on annonça que l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn avait achevé de régler l’affaire de Baalbek et de son donjon et de réparer ce qui y avait été détruit, puis qu’il avait entrepris des préparatifs en vue de mettre le siège devant la ville de Damas et de la bloquer. Aussitôt après on annonça qu’il avait quitté Baalbek à la tête de son armée et avait fait halte dans la Beqâ’ au mois de Rabî’ I (26 Octobre - 24 Novembre). Il envoya un message à l’émir Jamâl ad-dîn Mohammad, maître de Damas, pour lui demander de lui livrer la ville et lui offrir en échange une compensation à sa guise. Ce désir étant resté sans réponse, il quitta la Beqâ’ et s’établit à Dârayyâ dans les environs de Damas487 le mercredi 13 Rabî ‘II (6 Décembre). Au moment où il s’installait à Dârayyâ, il y eut une rencontre d’avant-garde, ‘Imâd ad-dîn fit quelques prisonniers, les autres s’enfuirent vers la ville. Après cela, il fit mouvement vers la ville avec l’armée, du côté de l’Oratoire en plein air (almoçalla) le vendredi 28 Rabî’ II (21 Décembre) et infligea une défaite à un corps important de miliciens (ahdâth) de la ville et de la Ghouta qu’il aborda sabre au clair. Les uns furent tués ou faits prisonniers, les autres regagnèrent la ville sains et saufs ou blessés. Ce jour là, sans la faveur divine, la ville était près de sa perte. ‘Imâd ad-dîn regagna son camp avec ses prisonniers laissant des ennemis morts sur le terrain et s’abstint de combattre pendant quelques jours. Il continua à envoyer des messages pleins de séduction afin que [Jamâl ad-dîn] livrât la ville et acceptât en échange Baalbek, Homs et ce qu’il voudrait en plus. Jamâl ad-dîn Mohammad se montra enclin à entrer dans ces vues parce qu’elles apportaient la paix, l’arrêt de toute effusion de sang, la prospérité des provinces, le calme pour tous ; mais il rencontra l’opposition des autres488, lorsqu’il leur demanda conseil. [L’atâbeg] continua ses opérations avec son armée à jours espacés, sans montrer une grande ardeur au combat ni pousser à fond le blocus et le siège, de peur de verser le sang et comme on fait preuve de modération par désir de paix, comme on hésite à s’engager dans les batailles et les pillages. En Jomâdâ I (24 Décembre 1139 22 - Janvier 1140), Jamâl ad-dîn Mohammad commença une maladie tenace qui tantôt perdait de sa virulence, tantôt s’aggravait, allait et venait, diminuait et augmentait ; elle finit par devenir si grave qu’on désespéra de sauver le malade et que ni médecin, ni sorcier ne purent rien pour lui ; il resta dans cet état jusqu’à ce que fût venu le temps fixé pour son trépas. Il s’en alla vers la miséricorde de son Maître dans la nuit du vendredi 8 Cha’bân (29 Mars 1140), à l’heure même où avait été assassiné son frère Chihâb ad-dîn Mahmoud — Dieu leur fasse miséricorde. Tout le monde fut surpris de cette coïncidence du jour et de l’heure et loua et glorifia Dieu. On fit la toilette du corps qui fut enseveli dans le mausolée de sa grand’mère à [Bâb] al-Farâdis.

449Les chefs militaires et ceux qui détenaient le pouvoir après lui furent d’accord pour combler le vide laissé par sa disparition en installant à sa place son fils, l’émir ‘Abd ad-daula Abou-Sa’îd Abaq. Il reçut à cet effet des serments confirmés et des assurances solennelles d’obéissance sincère et de dévouement loyal et désintéressé. La situation se consolida, l’administration s’améliora, les discordes s’apaisèrent, le calme succéda au trouble, les esprits retrouvèrent l’équilibre après l’anxiété. Lorsque l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn eut connaissance de ce qui se passait, il s’avança vers la ville à la tête de son armée, souhaitant que les dissensions entre les chefs militaires provoquées par la mort de Jamâl ad-dîn lui permissent d’obtenir satisfaction pour certaines de ses demandes. Mais l’état des choses était à l’opposé de ce qu’il espérait et la situation au rebours de ce qu’il pensait ; il ne put constater chez les troupes régulièes et la milice (ahddth) de Damas que détermination dans la lutte et constance dans le combat et la bataille. Il regagna donc son camp, l’esprit ébranlé et le cœur serré.

450Des accords avaient été passés avec les Francs pour aboutir à une action commune, à une aide, un secours, une assistance, à une participation à la résistance contre l’atâbeg, à une intervention pour le détourner de l’objet de sa convoitise et le repousser. Une convention fut conclue dans ce sens avec foi jurée et garantie d’exécution des promesses faites. [Les Francs] demandèrent à cet effet qu’on leur remît une somme déterminée pour les aider et leur donner des forces dans l’exécution de leurs projets, et des otages qui leur assureraient toute tranquillité d’esprit. La réponse fut favorable ; on leur remit l’argent et les otages pris parmi les proches des chefs militaires et ils commencèrent leurs préparatifs pour apporter aide, secours et assistance. Ils échangèrent entre eux des lettres pour inviter les gens de toutes les forteresses et de toutes les villes à se réunir afin d’éloigner l’atâbeg et de l’empêcher d’atteindre son but à Damas, avant que son pouvoir n’ait grandi et ne crée une situation difficile, que sa force offensive ne soit devenue importante et qu’il n’ait vaincu les bandes franques et attaqué leurs villes.

  • 489 Gibb (D.C., 260 et n. 1) propose de corriger 5 en 15, car le 5 de ce mois tombait au milieu d’une (...)
  • 490Adhrâ : cf. supra, p. 7, n. 3.
  • 491 Harastâ at-tin : à identifier probablement avec l’Haresta signalée par Dussaud (T.H., 278) comme p (...)
  • 492 Al-Madân : cf. supra, p. 66, n. 2.
  • 493 Le texte porte min qui n’est pas intelligible ; la leçon du manuscrit est fi.
  • 494 Wâdî at-Taïm : cf. supra, p. 121, n. 5.

451Quand l’atâbeg eut connaissance du véritable aspect de la situation, étant donné cette décision, et apprit que les Francs se concentraient pour marcher contre lui avec l’armée de Damas, il quitta son camp de Dârayyâ le dimanche 5 Ramadân489 dans la direction du Hauran afin de rencontrer les Francs s’ils s’approchaient de lui et de marcher contre eux s’ils restaient éloignés. Il s’en tint à cette décision pendant quelque temps puis revint vers la Ghouta de Damas et établit son camp à ‘Adhrâ490 le mercredi 24 Chawwâl (12 Juin) ; il incendia plusieurs villages dans le Marj et la Ghouta jusqu’à Harastâ at-Tin491, puis s’en alla en direction du Nord le samedi suivant lorsqu’il fut certain que les Francs tous réunis campaient à al-Madân492. La convention avec les Francs stipulait, parmi tout ce qui leur était accordé, que la place frontière de Banyâs serait enlevée à Ibrahim b. Torghot et cédée aux Francs. Or il arriva que son gouverneur, Ibrahim b. Torghot, était parti avec ses493 gens vers Tyr pour y faire un raid. Raymond, seigneur d’Antioche, le rencontra en route alors que lui-même venait assister les Francs pour porter secours aux gens de Damas. Les deux troupes engagèrent le combat ; [Ibrahim] fut vaincu et tué dans la bataille ainsi qu’un petit nombre de ses gens. Les survivants revinrent à Banyâs, s’y fortifièrent et y réunirent des hommes du Wâdî at-Taïm494 et autres, tous ceux qu’ils purent réunir pour défendre la place et la protéger. L’émir Mo’în ad-dîn partit en expédition à la tête de l’armée de Damas et prit position devant Banyâs. Il passa tout le mois de Chawwâl (20 Mai - 17 Juin) à bombarder la place avec des mangonneaux et à la bloquer par tous les moyens ; il avait avec lui un important contingent de troupes franques.

  • 495 Il paraît nécessaire de lire al-hâla au lieu A’al-jâliya du texte, mot d’une lecture difficile dan (...)

452On annonça que l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg avait établi son camp devant Baalbek et avait envoyé chercher des Turcomans chez eux au mois de Chawwâl pour marcher sur Banyâs et en déloger les assiégeants. Cette situation495 dura de la sorte jusqu’à la fin de Dhou-l-Hijja (18 Juillet - 16 Août).

  • 496 Je comprends ici comme si al-moqaddam était suivi de dhikroho, vraisemblablement omis par le copis (...)

453On annonça d’Egypte qu’après qu’al-Afdal b. Walkhachî eut quitté Çalkhad et fut arrivé en vue du Caire, les Turcs qui l’avaient rejoint complotèrent contre lui, le trahirent et pillèrent les troupeaux et les bagages qu’il avait avec lui : profitant d’un moment de négligence et d’inattention de sa part, ils ne lui laissèrent rien de ce dont il s’était muni ; ses compagnons et ses hommes s’étant dispersés, il resta seul et tomba entre les mains des partisans d’al-Hâfiz qui le firent prisonnier ; il fut confié à des gens chargés de le garder et de le surveiller. Cet al-Afdal dont il a déjà été question496 était représenté comme un personnage courageux, valeureux, aux préoccupations élevées, aux déterminations efficaces, énergiques, fin politique, plein de perspicacité, mais les destins ne peuvent être contrecarrés, ni les arrêts du ciel combattus et Dieu fait ce qu’il veut et ce qu’il choisit.

454Le blocus et le siège de Banyâs durèrent jusqu’à ce que le ravitaillement fût épuisé et que les vivres manquassent aux défenseurs. La ville fut alors livrée à Mo’în ad-dîn ; le gouverneur qui s’y trouvait reçut en échange les apanages et les faveurs qui lui plurent. Après avoir remis la ville aux Francs et avoir exécuté les conditions fixées avec eux, Mo’în ad-dîn s’en revint à Damas dans les derniers jours de Chawwâl (mi-Juin) ayant réalisé ses espérances et accompli sa tâche.

  • 497 Sens obtenu en lisant, comme le propose Gibb (D.C., 262, n. 2) johira au lieu de kharaja donné par (...)
  • 498 Marj Râhit-. localité située au NE de Damas et au S de ‘Adhrâ ; cf. Pussaud, T.H., 299.

455Au petit matin du samedi 7 Dhou-l-Qa’da (22 Juin) l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn à la tête de son armée se montra aux abords de Damas, exécutant un raid de cavalerie ; il arriva jusqu’à l’Oratoire en plein air (al-Moçalla) et s’approcha des murs de la ville sans que personne s’en aperçût, parce que tout le monde était encore dans le dernier sommeil. Lorsqu’aux lueurs de l’aurore la nouvelle fut connue, une rumeur confuse et des cris s’élevèrent et, dans la précipitation, l’on se rassembla sur les remparts ; la porte fut ouverte : cavalerie et fantassins sortirent. ‘Imâd ad-dîn avait dispersé son armée dans le Hauran, la Ghouta, le Marj et les autres territoires éloignés pour exécuter des raids tandis que lui-même avec sa garde se tenait face à l’armée damascaine, de façon à empêcher qui que ce soit de cette armée de poursuivre l’un quelconque de ses partis de cavalerie en train d’opérer. La lutte s’engagea entre lui et l’armée damascaine et il y eut de nombreux blessés497 des deux côtés. ‘Imâd ad-dîn battit en retraite préoccupé par les escadrons qu’il avait envoyés en expédition ; ils ramassèrent un butin considérable : chevaux au pâturage, moutons, agneaux, bœufs, ustensiles, parce qu’ils avaient opéré par surprise. Le jour même, il campa à Marj Rahit498 pour permettre à ses hommes de rejoindre avec leurs prises, puis prit le chemin du retour vers le Nord avec un butin extrêmement abondant.

456On annonça de Bagdad que le vizir Charaf ad-dîn ‘Alî b. Tarrâd az-Zaïnabî avait cessé ses fonctions de vizir de l’imâm al-Moqtafî bi-amr Allah et que le vizir Nizâm ad-dîn b. Jobaïr en avait été investi.

ANNEE 535 (17 AOUT 1140 — 5 AOUT 1141)

457Au mois de Ramadân de cette année-là (10 Avril - 8 Mai 1141) on annonça que les troupes d’Ascalon avaient fait une sortie contre la cavalerie franque qui exécutait un raid contre la ville ; plusieurs de ces cavaliers furent tués, les autres s’en retournèrent en déroute et défaits.

  • 499 Maçyâth : l’actuelle Masyaf, à 35 kms. environ à l’E de Hama ; cf. Dussaud, T.H., 143.

458On annonça aussi de la région du Nord que les Bâtiniya s’étaient emparés de la forteresse de Maçyâth499 au moyen d’une ruse qu’ils avaient machinée et d’un stratagème qu’ils avaient ourdi.

459Cette année-là aussi mourut al-Badlîsî, imâm de la Grande Mosquée de Damas le 3 Dhou-l-Hijja (10 Juillet 1141) — Dieu lui fasse miséricorde. C’était un homme de bonnes mœurs, très soigneux et qui savait à merveille apprendre par cœur, lire et retenir. Pour le remplacer, on fit choix du cheikh, de l’imâm Abou-Mohammad b. Tâwous en raison de ses bonnes mœurs, de son aptitude à retenir par cœur, de sa piété et de sa connaissance des sept lectures traditionnelles du Coran.

ANNEE 536 (6 AOUT 1141 — 26 JUILLET 1142)

460On annonça du Nord que l’émir Lajah at-Torkî, qui avait quitté Damas pour entrer au service de l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg, avait entrepris une expédition contre le pays des Francs, battu et taillé en pièces leur cavalerie au point que, disait-on, le nombre de leurs tués atteignait environ sept cents hommes.

  • 500 Banou Khafâja : fraction de la tribu Hawâzin de ‘Oqaïl installée dans dans la Syrie du Nord à l’ép (...)

461On annonça aussi de l’Iraq que l’armée du Sultan Ghiyâth ad-donyâ wa-d-dîn Rokn al-Islâm wa-l-moslimîn Mas’oud b. Mohammad avait surpris la tribu des Banou Khafâja500, l’avait pillée et avait tué tous ceux qui étaient tombés en son pouvoir, en raison de leurs nombreux méfaits, de leur rébellion croissante et de la frayeur qu’ils inspiraient aux voyageurs, car ils s’emparaient de toutes les compagnies de marchands qui allaient et venaient. Il revint à Bagdad victorieux et chargé de butin.

  • 501 La mention de la date est perdue par suite d’une lacune dans le manuscrit.

462Cette année-là aussi501 mourut le naqîb, l’imâm Abou-1-Qasam ‘Abd al-Wahhâb b. ‘Abd al-Wâhid al-Hanbalî, — Dieu lui fasse miséricorde —, à la suite d’une maladie aiguë qui l’affaiblit et provoqua sa fin. Il avait une conduite pleinement satisfaisante, un naturel satisfait, une science étendue, une belle éloquence, une piété vigoureuse et s’abstenait de critiquer les actes des autres juristes. Le jour de ses funérailles fut un jour solennel, tant fut grand le nombre de ceux qui accompagnèrent son cercueil, pleurèrent sa perte, louèrent ses actions et le regrettèrent.

  • 502 Kâfir Tork : cf. supra, p. 246, n. 5.
  • 503 Il s’agit vraisemblablement du Syr Daria.
  • 504 Balkh : la ville la plus orientale du Khorâsân, à proximité de l’Amou Daria ; cf. Le Strange, East (...)

463Cette année-là aussi, on annonça de l’Iraq qu’un combat terrible avait eu lieu entre le très puissant Sultan (as-Soltân almo’azzam) Nâçir li-dîn Allah Sanjar, Sultan de l’Orient, et un Turc mécréant502 qui venait du territoire chinois situé au-delà du fleuve503 à la tête d’une armée innombrable. Le Sultan Sanjar marcha à sa rencontre à la tête de son armée pour le prendre de vitesse et le choc eut lieu entre les deux armées. L’armée du Turc mécréant triompha de l’armée du Sultan Sanjar, la mit en pièces et en déroute et tua la plus grande partie de son effectif à l’exception d’un petit nombre d’hommes protégés par leur destin ; les Turcs firent main basse sur tout ce qu’ils purent : richesses, femmes, montures, bagages ; c’est chose qui défie la description et décourage les épithètes. Le Sultan revint à Balkh504 en fugitif.

464Cette année-là aussi, on annonça la mort de Diyâ ad-dîn Abou-Sa’îd b. al-Kafartouthî, vizir de l’émir ‘Imâd ad-dîn atabeg, survenue le 5 Chaæbân (5 mars 1142) ; d’après ce que l’on racontait de lui, c’était un homme de bonnes mœurs, d’une heureuse activité, d’une âme généreuse, doué d’un sens politique satisfaisant, d’une noblesse et d’une autorité reconnues.

465On annonça aussi cette année-là la mort de l’émir Sa’d addaula, maître d’Amid ; son fils Mahmoud lui succéda et maintint un pouvoir bien organisé après son trépas.

466On annonça aussi cette année-là la mort de l’émir fils d’ad-Dânichmand — Dieu lui fasse miséricorde — auquel succéda son fils dont le pouvoir fut bien établi.

467Cette année-là aussi, mourut le cheikh Abou-Mohammad b. Tâwous, imâm de la Grande Mosquée de Damas, le vendredi 17 Moharram (24 Août 1141).

ANNEE 537 (27 JUILLET 1142 — 15 JUILLET 1143)

468On annonça d’Egypte que la peste s’était largement répandue à Alexandrie et dans le territoire égyptien et y avait fait périr une énorme masse de gens, une foule considérable.

469Le cadi Bahjat al-molk Abou-Tâlib ‘Ali b. ‘Abd ar-Rahman b. Abou-’Oqaïl mourut le dimanche 27 Rabî’ I (19 Octobre 1142) d’une maladie pénible qui décida de sa fin et de son trépas dans la miséricorde de son Maître ; il avait en partage la dignité de son rang et jouissait d’une belle renommée en raison de ses mœurs irréprochables et bien connues et de son naturel excellent et digne de louange.

470On annonça aussi cette année-là que le seigneur d’Antioche avait fait une apparition dans la région de Bozâ’a et que l’émir Sawâr, délégué à la garde d’Alep, l’en avait éloigné en se plaçant entre elle et lui.

471On annonça aussi que le « soi-disant » roi des Grecs avait fait une apparition du côté des Marches pour la seconde fois. Le seigneur d’Antioche sortit au-devant de lui, lui rendit hommage et, après avoir obtenu de lui un arrangement et l’avoir mis dans de bonnes dispositions d’esprit, s’en revint à Antioche.

472Cette année-là aussi on annonça que l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg avait pris pour vizir le distingué Abou-r-Ridâ, neveu de Jalâl ad-dîn b. Çadaqa, vizir du Calife.

  • 505 Achib : cette citadelle, qui reçut par la suite le nom de ‘Imâdiya, était située à plus de 100 kms (...)

473On annonça aussi que l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg avait pris d’assaut la citadelle d’Achib505 renommée pour ses défenses et ses fortifications. On annonça aussi au mois de Ramadân (20 Mars 17 - Avril 1143) la mort du « prétendu » roi des Grecs.

  • 506 Masjid al-Qadam : mosquée située à environ 3 kms. au S de Damas et ainsi nommée parce qu’on y véné (...)

474Cette année-là aussi, le mercredi 15 Rabî’ I (7 Octobre 1142) mourut le distingué cadi Abou-l-Ma’âlî Mohammad b. Yahyâ qui fut enterré dans la Mosquée du Pas (Masjid al-Qadam)506 — Dieu lui fasse miséricorde. La charge de cadi fut assumée après lui par son fils le cadi Abou-l-Hasan ‘Alî b. Mohammad al-Qorachî ; il reçut du cadi suprême (qâdî al-qodât) de Bagdad un diplôme d’investiture.

ANNEE 538 (16 JUILLET 1143 — 3 JUILLET 1144)

  • 507 Cf. supra, p. 261.

475On annonça de l’Iraq qu’on y avait reçu la nouvelle que le roi turc mécréant, qui avait vaincu l’armée du Sultan Sanjar dans la bataille mentionnée ci-dessus507, avait péri dans les parages de la Chine.

  • 508 Hîzân :. place forte d’Arménie au S du lac de Van ; Le Strange, Eastern Caliphate, 114.

476On annonça aussi que l’émir ‘Imâd ad-dîn avait pris d’assaut la citadelle de Hîzân508. Au mois de Ramadân, on annonça de l’Iraq l’assassinat du Sultan Dâoud, fils du Sultan Mahmoud, par un groupe d’hommes qui avaient été délégués à cet effet ; ils l’assassinèrent par surprise et l’on ne sut ni qui ils étaient, ni d’où ils venaient, pas plus qu’on ne connut le lieu de leur résidence.

477Le 3 Jomâdâ I de cette année-là (13 Novembre), on procéda à l’arrestation de l’émir-chambellan Asad ad-dîn Okoz ; ses biens furent saisis, ses yeux crevés ; il fut interné et abandonné de ses amis.

478On annonça aussi du territoire des Francs le trépas de leur roi, le comte d’Anjou, roi de Jérusalem, à la suite d’une maladie qui s’empara de lui et lui fut fatale. Son jeune fils et sa mère prirent sa place à la tête du royaume, à la satisfaction des Francs, et leur position se trouva solidement établie.

  • 509 Ici manque le nom du remplaçant de ce vizir.

479En Ramadân (8 Mars - 6 Avril 1144) Abou-l-Kirâm fut destitué de sa charge de vizir au Conseil (diwân) de Damas pour des motifs qui lui furent reprochés et de vilaines choses qui lui furent imputées. On annonça aussi cette année-là que l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn avait destitué son vizir Abou-r-Ridâ b. Çadaqa pour des motifs qui rendirent nécessaire cette décision et y poussèrent, et en raison d’intentions qui l’incitèrent à cela ; il prit un vizir à sa place509.

ANNEE 539 (4 JUILLET 1144 — 23 JUIN 1145)

  • 510 Le texte et le manuscrit portent ilaïhimâ (vers eux deux) ce qui ne présente pas de sens satisfais (...)
  • 511 Ici encore je lis : au lieu de homâ, du texte et du manuscrit. Sur ces évènements, cf. Derenbou (...)

480Le jeudi 11 Moharram de cette année-là, l’émir rais Moayyad ad-dîn, raïs de Damas, partit en direction de Çarkhad, rendu méfiant par certaines choses qui lui étaient revenues au sujet d’Abou-l-Kirâm, délégué dans les fonctions de vizir au Conseil (1diwân) de Damas, et de l’émir Moayyad ad-daula Osâma b. Morchid b. ‘Alî b. Monqidh, choses dont il désapprouvait la réalisation et dont il trouvait abominable qu’on les prît pour but. Il quitta Damas, irrité que leurs entreprises contrevinssent à ses ordres et le remplissent d’anxiété ; il arriva à Çarkhad510 et fut reçu par le gouverneur avec générosité et bienveillance. Il échangea une correspondance à ce sujet avec l’émir Mo(în ad-dîn atâbeg, maître du pouvoir et de l’administration à Damas ; les échanges de vues se poursuivirent entre eux, pleins d’excuses et de reproches de part et d’autre, et se répétèrent jusqu’au moment où il fut décidé que [Moayyad ad-dîn] reviendrait chez lui et que le vizir Abou-l-Kirâm et Osâma b. Monqidh seraient exilés en Egypte avec leur famille, leurs biens et leurs partisans. Ils quittèrent Damas pour se rendre en Egypte après en avoir demandé l’autorisation au maître du pays et l’avoir obtenue, le jeudi 7 Jomâdâ I (5 Novembre 1144), usant de flatteries et de bonnes paroles. On dit qu’ils rencontrèrent auprès de cette dynastie bienheureuse [la dynastie fatimide] un excellent accueil et des égards délicats, comme elle511 avait l’habitude de le faire à l’endroit de quiconque se réfugiait sous son ombre et à l’abri de son équité infinie. Le vendredi 13 Jomâdâ I (11 Novembre), l’émir Moayyad ad-dîn regagna Damas venant de Çarkhad ; la population sortit de la ville pour aller au-devant de lui et manifester la joie et la satisfaction que causait son retour. Il eut l’âme satisfaite à cause de la réalisation de ses espoirs et parce qu’il était débarrassé des ennemis qui agissaient contre lui.

481Au mois de Rabî’ II (Octobre 1144), on annonça le départ d’une armée contre un fort parti de Francs qui était arrivé dans la région de Baalbek pour y exercer des ravages et y faire des incursions. Les deux troupes se rencontrèrent et Dieu donna la victoire aux Musulmans qui tuèrent la plupart des Francs et se rendirent maîtres de ce qu’ils avaient avec eux. Les mains remplies de ces dépouilles, les Musulmans revinrent à Baalbek sains et saufs, joyeux et enrichis ; les Francs qui survivaient retournèrent chez eux en déroute, tristes et défaits.

482En Jomâdâ I (30 Octobre - 27 Novembre) on annonça du Nord que l’armée d’Alep l’avait emporté sur un groupe important de marchands, soldats et autres qui était sorti d’Antioche pour gagner le territoire des Francs avec beaucoup d’argent, des bêtes, des effets et du matériel. Les Alépins tombèrent sur ce convoi, se rendirent maîtres de tout ce qu’il emportait et tuèrent tous les cavaliers francs qui l’accompagnaient pour le protéger et le défendre, puis ils revinrent à Alep avec l’argent, les captifs, les prisonniers et les bêtes.

  • 512 Bâb aç-Çaghîr : cf. supra, p. 35, n. 2.

483Le samedi 15 Rajab (9 Janvier 1145) vit la mort de mon frère, l’amîn Abou-’Abd Allah Mohammad b. Asad b. ‘Alî b. Mohammad at-Tamîmî, à l’âge de quatre-vingt-quatre ans, à la suite d’une maladie pernicieuse ; il fut enseveli dans un mausolée, qu’il avait fait préparer à l’extérieur de la Petite Porte (Bâb aç-Çaghîr)512 de Damas. C’était un homme de mœurs exemplaires, loyal, continent, pieux, qui ne sortait guère de chez lui et se tenait éloigné de tout ce qui peut porter préjudice à la religion et est repréhensible aux yeux des Musulmans vertueux, qui ne fréquentait pas le monde et ne se mêlait pas à lui.

484Cette année-là aussi, on annonça du Nord que l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg avait enlevé de vive force la ville d’Edesse, malgré sa puissance de résistance, les obstacles qu’elle opposait aux assaillants, les défenses dont elle disposait contre les assiégeants, fussent-ils en force. La raison de ce succès, résidait en ce que depuis longtemps l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg visait cette ville, désirait s’en emparer et guettait l’occasion. Cette pensée rôdait sans cesse dans le secret de son esprit et se tenait au fond de son cœur, jusqu’au jour où il eut connaissance que Jocelin, seigneur de la ville, était parti avec l’élite de ses hommes d’armes, de ses nobles et de se chevaliers, en raison d’une affaire déterminante et pour un motif qui l’amena à s’éloigner, effet du destin et de la fatalité ! Quand il eut l’assurance de ce départ, l’atâbeg s’empressa de se mettre en marche vers la ville et se hâta de prendre position devant elle, à la tête d’une armée nombreuse pour la bloquer et assiéger la garnison. Il envoya des messagers aux tribus des Turcomans pour les appeler à l’aide et à l’accomplissement du devoir de la Guerre Sainte ; un très grand nombre d’entre eux vinrent se joindre à lui, si bien que la ville fut encerclée de tous les côtés et que les assiégeants établirent comme une barrière entre elle et le ravitaillement ou les vivres qui pouvaient être acheminés vers elle ; les oiseaux eux-mêmes avaient peine à s’approcher d’elle, tant ils redoutaient la précision des flèches et la vigilance des assiégeants. L’émir mit en batterie contre les remparts des mangonneaux qui tiraient sans arrêt et harcelèrent les défenseurs sans pitié ni relâche.

485Les soldats du Khorâsân et d’Alep entrèrent enjeu ; experts en sape et ardents à la tâche, ils pratiquèrent des sapes en plusieurs points dont ils connaissaient les caractéristiques et savaient les avantages et les inconvénients. Ils apportèrent toute leur ténacité à pousser leur travail au plus vite et à avancer sous terre jusqu’à ce qu’ils parvinssent sous la fondation des tours du rempart ; après qu’ils eurent étayé avec des rondins et des instruments spéciaux, leur tâche fut achevée et ils n’eurent plus qu’à mettre le feu ; ils demandèrent à l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn l’autorisation de le faire ; il la leur donna après être entré dans la sape, avoir vu le travail par lui-même et avoir exprimé son admiration et sa stupéfaction. Quand le feu fut mis au boisage, il embrasa les rondins et les détruisit ; aussitôt le mur s’écroula et les Musulmans donnèrent l’assaut à la ville après que de nombreux combattants des deux partis eurent trouvé la mort sur les ruines ; le nombre des tués et des blessés parmi les Francs et les Arméniens les obligea à s’enfuir en déroute ; la ville fut prise de vive force le samedi 26 Jomâdâ II au petit matin (23 Décembre 1144). [Les vainqueurs] se mirent à ramener du butin, à tuer, à faire des prisonniers et des captifs, à piller ; les esprits furent remplis de joie et les cœurs se dilatèrent, tant les mains étaient pleines d’argent, d’objets de mobilier, de têtes, de dépouilles, de captifs. L’atâbeg ‘Imâd ad-dîn après avoir mis fin à la tuerie et au pillage, entreprit de reconstruire ce qui avait été détruit et de remettre en place tout ce qui était en désordre ; ayant nommé qui bon lui sembla pour administrer la ville, la protéger et agir au mieux de ses intérêts, il rassura la population et promit de la bien traiter et de rendre la justice aux plus éloignés comme aux plus proches. Il partit ensuite pour Sarouj d’où s’étaient enfuis les Francs de cette région et en prit possession ; il n’y eut pas une province, pas une forteresse de ces parages devant laquelle il passât et prît position sans qu’elle lui fît aussitôt sa soumission.

  • 513 Al-Bîra : cf. supra, p. 8, n. 5.

486Il se dirigea vers la forteresse d’al-Bîra513 située dans la même région et qui présentait de particulières difficultés à l’assaillant. Ayant pris position devant cette forteresse, il se mit à l’attaquer et à la bloquer et l’isola de quiconque tentait de lui apporter vivres, ravitaillement, assistance et renfort. Il poursuivit le siège, l’attaque et le blocus jusqu’à ce que la résistance faiblît et que les vivres manquassent. Il était près de s’en emparer lorsqu’il apprit que son représentant à Mossoul, l’émir Jaqar b. Ya’qoub avait été assailli et assassiné ; cette nouvelle le jeta dans le trouble et l’inquiétude et l’amena à abandonner le siège pour aller élucider à Mossoul la situation qui sera étudiée plus loin.

  • 514 Al-Hadîtha : ville située sur l’Euphrate à une soixantaine de kms. en aval de ‘Ana ; Le Strange, E (...)

487En Jomâdâ I de cette année-là (30 Octobre - 27 Novembre), on annonça que l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg avait été informé que les gens d’al-Hadîtha ‘Ana514 s’étaient dressés contre son autorité et s’étaient révoltés. Il y envoya un important corps d’armée et, s’étant rendu sur les lieux, prit position, mena l’attaque et le blocus et s’empara de la ville de vive force ; il mit à mort la plus grande partie de la population, livra la ville au pillage et s’acharna au carnage.

  • 515 Lacune dans le manuscrit.

488Au mois de Ramadân (25 Février - 26 Mars 1145) on annonça du Nord que l’armée des Francs, rassemblée dans la région d’Antioche pour porter à la garnison d’Antioche le secours de toutes les provinces et de toutes les forteresses...515. L’atâbeg ‘Imâd ad-dîn avait envoyé contre elle une troupe nombreuse composée de groupes turcomans et d’appelés ; ces hommes se jetèrent sur les Francs à l’improviste et, tombant sur tous ceux qu’ils rencontrèrent aux avant-postes, en firent un carnage. Les Francs se retirèrent aussitôt, non sans que leurs adversaires eussent mis beaucoup des leurs hors de combat, tués ou prisonniers, et se fussent emparés d’un grand nombre de leurs bêtes de somme ; le sabre régla le sort de la plupart des fantassins. Les Francs se dispersèrent dans leurs provinces et dans leurs forteresses, en déroute, en détresse et bien diminués.

489C’est cette année-là qu’eut lieu l’attentat contre l’émir Naçîr ad-dîn Jaqar b. Ya’qoub, représentant de l’émir ‘Imâd ad-dîn dans le gouvernement de Mossoul.

Exposé de la situation à ce propos.

  • 516 Il doit y avoir ici une confusion du copiste ; Fakhranchâh était fils du Sultan Mahmoud.
  • 517 Lacune dans le manuscrit. Al-Fâriqi, cité par Amedroz, donne la date du 8 Dhou-l-Qa’da (4 Mai 1145 (...)

490Le roi Farkhânchâh [al-Khafâjî], fils du Sultan...516 frère du Sultan Mahmoud, avait conçu l’idée d’agir contre l’émir Naçîr ad-dîn, gouverneur de Mossoul, de l’attaquer, de s’emparer de Mossoul, enfin d’y exercer seul le pouvoir ; il gagna à sa cause plusieurs esclaves de l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg, au nombre de quarante, pris parmi les principaux, en plus de ses gens et de ses familiers. Il guetta l’occasion et attendit une néligence de sa part, bien qu’il fût en éveil et s’entourât, comme cela était bien connu, de toutes sortes de mesures de précaution et de sécurité. Il arriva qu’un jour l’émir monta à cheval pour aller saluer la princesse chez elle sans s’entourer de ses gardes et de ses principaux compagnons. Les conjurés étaient aux aguets ; lorsqu’il se trouva dans le vestibule de la demeure, ils bondirent sur lui et le tuèrent. Il fut retrouvé par ses gens et par ceux de ‘mâd ad-dîn qui étaient dans dans la ville. Certains conjurés purent s’échapper ; on s’empara du roi, fils du Sultan, qui fut pris, après avoir été blessé en se défendant ; la plupart des esclaves qui avaient participé au meurtre furent incarcérés avec lui. On s’assura d’eux en les enfermant et en les surveillant. Cela se passa le....517. Il écrivit à ‘Imâd ad-dîn pour lui exposer la situation ; celui-ci assiégeait la citadelle d’alBîra, à la tête de son armée ; en apprenant cette abominable nouvelle et ce malheur affreux, il fut saisi d’inquiétude et s’éloigna aussitôt d’al-Bîra, bien qu’il fût sur le point de s’en rendre maître. Mais il était très affecté de ce malheur, désolé de ce qui était arrivé et bien persuadé qu’il ne trouverait personne pour le remplacer et combler le vide qu’il laissait. Il chercha cependant à qui confier sa charge et son choix tomba sur l’émir ‘Alî Kaujak dont il connaissait l’énergie, l’efficacité dans les affaires et la bravoure. Il lui confia la charge de Naçîr ad-dîn ; l’émir s’engagea à faire preuve d’autant de vigilance et de circonspection que son prédécesseur, à suivre l’exemple qu’il avait donné dans cet ordre d’idées, bien qu’il ne fût pas aussi riche de qualités que lui et qu’il n’eût ni sa capacité ni son mordant. Il se rendit à Mossoul, s’y installa et y mena une politique qui apaisa les esprits et calma les cœurs de la population. Il fit tous ses efforts pour assurer la sécurité des routes et la tranquillité des voyageurs, pour permettre aux hommes d’affaires de s’acquitter de leur tâche et pour secourir les victimes de l’injustice. Son pouvoir fut assuré, les affaires prospérèrent sous sa direction, les espoirs mis dans son action vigilante se vérifièrent. Naçîr ad-dîn dont il est question, jouissait d’une réputation d’équité et de justice, d’aversion à l’égard de la tyrannie et des exactions, dans les cercles de marchands et de voyageurs, parmi les allants et venants, alors qu’en réalité il avait coutume de rassembler des richesses de toutes provenances, licites ou non ; il se les appropriait avec les paroles les plus aimables, les meilleures manières, les ruses et les méthodes les plus bienveillantes. C’est là une technique louable chez les maîtres du pouvoir et un objectif légitime dans le gouvernement de l’Etat. Tel est le but d’une politique satisfaisante et la fin des règles du commandement.

491A la fin de cette année fut terminée la construction de la mosquée dont l’émir Mojâhid ad-dîn b. Bozân b. Mamîn, chef des Kurdes, avait assuré l’édification et choisi le terrain à l’extérieur de la Porte des Jardins (Bâb al-Farâdîs) à Damas, près du Pont du Sud (al-Jisr al-Qiblî). Sa situation primitive n’était pas agréable à voir et tout le monde fut d’accord pour louer l’emplacement choisi et l’ordonnance décidée, après qu’il eut dépensé à cela beaucoup d’efforts et d’argent, car il aspirait à une bonne renommée en ce monde et une ample récompense dans l’autre. Dieu n’est pas chiche pour récompenser ceux qui font le bien.

ANNEE 540 (24 JUIN 1145 — 12 JUIN 1146)

492En Jomâdâ I de cette année-là (20 Octobre - 18 Novembre), des renseignements concordants et pris sur place apprirent que l’émir ‘Imâd ad-dîn atâbeg, apportait tous ses soins à faire des préparatifs, à rassembler des troupes et à en recruter pour prendre l’offensive et mener la Guerre Sainte et le bruit se répandit qu’il prendrait peut-être pour objectifs les provinces damascaines et le siège de cette ville. Des renseignements ne cessèrent d’arriver à ce sujet et au sujet des préparatifs qu’il faisait : construction de nombreux mangonneaux et de matériel de guerre pour réduire n’importe quelle place forte et imprenable ; cela dura jusqu’aux premiers jours de Cha’bân (17 Janvier - 14 Février 1146). On annonça alors qu’il avait changé d’avis, que les rênes de son dessein avaient été tournées ailleurs et que les mangonneaux avaient été ramenés de Baalbek dans la région de Homs. Il avait reçu, dit-on, la nouvelle d’Edesse qu’un groupe d’Arméniens tramait quelque chose contre cette ville et qu’ils voulaient tomber par surprise sur ceux qui en avaient la garde ; leur secret ayant été découvert, ces coupables furent arrêtés, poursuivis et mis à mort à la manière dont est puni quiconque s’attache sur terre à faire le mal ; ils furent tués, mis en croix et [leurs cendres] dispersées dans le pays.

493Dans les premiers jours de Cha’bân, on annonça de Bagdad l’arrivée dans cette ville du Sultan Ghiyâth ad-donyâ wa-d-dîn Mas’oud qui, dit-on, avait peur de son frère le Sultan Tughril b. Mohammad, parce qu’il avait rassemblé des troupes et s’était efforcé de recruter des soldats avec le dessein de rencontrer son frère et de le surprendre avec son armée.

494Cette année-là aussi, on annonça d’Egypte la mort de l’éminent émir Abou-l-Mozaffar Khomârtâch al-Hâfizî, maître du palais (çâhib bâb al-imâm) de l’imâm al-Hâfiz li-dîn Allah, Prince des Croyants et maître de l’Egypte, à la suite d’une maladie qui causa sa fin. Il avait, dit-on, une conduite excellente, une belle activité et des desseins louables.

  • 518 C’est le nom de l’auteur qui fut raïs de Damas.
  • 519 Sens obtenu en supprimant devant ilâ la particule wa qui ne présente pas de sens satisfaisant.

495L’éminent raïs, illustration des raïs, Abou-Ya’lâ Hamza b. Asad b. ‘Alî b. Mohammad at-Tamîmî518 a écrit : « Me voici arrivé au terme de l’exposé que j’ai entrepris de cette histoire et du bilan que j’ai dressé ; je me suis méfié des erreurs, des bavardages et des faux pas dans les références que j’ai tirées de la bouche des gens dignes de foi ; j’ai rapporté les faits, j’en ai vérifié l’exactitude par des recherches minutieuses et des enquêtes de manière à en établir l’authenticité jusqu’à la présente année bénie, qui est l’année 540. Ayant été embarrassé dans ma tâche depuis l’année 535519 parce que les circonstances me détournaient d’examiner à fond les points qui doivent être solidement établis dans ce livre, comme les évènements qui se sont succédé dans les provinces, d’enquêter sur leur authenticité et sur toutes leurs circonstances, j’ai laissé, sur mes feuilles, des blancs entre une année et la suivante, afin d’y consigner tous les renseignements, tous les évènements et les indices sûrs et certains.

  • 520 Dynastie bouyide : lignée de maires du palais, d’origine daïlamite, qui s’imposèrent au Calife al- (...)
  • 521Adod ad-daula Fannâkhosrah : fils du second des trois frères qui fondèrent la dynastie bouyide, p (...)
  • 522 Al-Motî’ : calife abbaside qui a régné de 946 à 974 : cf.E.I., III, 847.
  • 523 Sens obtenu en lisant akhawaïhi au lieu de ikhwatihi et au lieu de homâ.

496J’ai négligé, en rapportant l’histoire des Sultans d’autrefois et d’aujourd’hui, de citer en entier leurs titres officiels et leurs surnoms honorifiques précis, pour éviter de les répéter dans leur totalité et d’allonger [ma rédaction] en les mentionnant. Il ne s’agit pas là d’ailleurs d’une habitude ancienne ni d’une vieille tradition pour les ouvrages d’histoire ; on était seulement accoutumé autrefois, parmi les savants et les lettrés, de rejeter les surnoms honorifiques et de les ignorer. Lorsqu’apparut la dynastie bouyide daïlamite520, le premier souverain qui eut le bonheur de l’inaugurer reçut le surnom de ‘Imâd ad-daula (le pilier de la dynastie) b. Bouyih ; ensuite son frère et suivant par l’âge et le rang porta le surnom de Rokn ad-daula (le soutien de la dynastie) Abou-’Alî, leur frère à tous deux celui de Mo’izz ad-daula Abou-l-Hosaïn. Chacun d’eux accrut sa dignité, sa puissance et l’étendue de son pouvoir en Iraq, au Khorâsân, en Syrie et jusqu’aux lisières du Maghrib dans des conditions qui sont connues et racontées partout. Lorsque s’éleva le pouvoir du roi ‘Adod ad-daula Fannâkhosrah b. Rokn ad-daula Abou-’Alî521 b. Bouyih, qu’apparut au grand jour sa qualité de Sultan, que sa situation s’accrut, qu’il régna sur l’Iraq tout entier et sur les régions et forteresses limitrophes et que l’on prononça la khotba à son nom du haut des chaires (minbar), sa titulature s’accrut, sous le règne d’al-Motî’ li-llah, Prince des Croyants522 — Dieu lui fasse miséricorde — du titre de Tâj al-Milla ; aucun de ses frères, Moayyid ad-daula, maître d’Ispahan, Fakhr ad-daula, maître d’ar-Rayy et dépendances et des pays annexés523 n’ajouta rien à cet unique surnom.

  • 524 Abou-l-Harth Arslân al-Fasâsîrî : esclave des califes abbasides qui parvenu à un très haut rang, s (...)
  • 525 Al-Qâïm bi-amr Allah : vingt-sixième calife abbaside qui régna de 422 à 467 (1031-1075).
  • 526 Voici la traduction de ces titulatures. Sultan du Khorâsân : Possesseur des serfs des nations, Sei (...)

497Les choses continuèrent ainsi jusqu’à l’arrivée au pouvoir du Sultan Rokn ad-donyâ wa-d-dîn Tughril-Beg Mohammad b. Maïkâl b. Saljouq ; l’élan des Turcs s’étant renforcé, la dynastie bouyide s’étant affaiblie au point de disparaître et de s’éteindre, le Sultan Tughril-beg après avoir pris le pouvoir en Iraq et avoir extirpé Abou-l-Harth Arslân al-Fasâsîrî524, sous le règne de l’imâm, du Calife al-Qâïm bi-amr Allah, Prince des Croyants525 — Dieu lui fasse miséricorde, — prit la titulature de as-Soltân almo’azzam Châhinchâh al-a’zam Rokn ad-dîn Ghiyâth al-moslimîn Bahâ dîn Allah wa-Soltân bilâd Allah wa-Moghîth ‘Ibad Allah Yamîn Khalîfat Allah Tughril-beg. On renchérit encore là-dessus au point que l’on ajouta aux titres des gouverneurs de provinces ad-dîn, al-islâm, al-anâm, al-milla, al-omma, et cetera. Tout le monde adopta cette manière de faire surtout à notre époque et ajouta des surnoms aux Sultans et l’on trouvait parmi eux : le Sultan du Khorâsân : as-Soltân al-mo’azzam Châhinchâh al-a’zam Mâlik Riqâb al-omam sayyid Salâtîn al-’Arab wa-l-’Ajam Nâçir dîn Allah Mâlik ‘ibâd Allah Hâfiz bilâd Allah Soltân ard Allah Mo’în Khalîfat Allah Mo’izz ad-donyâ wa-d-dîn Kahf al-islam wa-1moslimîn ‘Adod ad-daula al-qâhira Tâj al-milla az-zâhira waGhiyâth al-omam al-bâhira Abou-l-Harth Sanjar b. Malik-châh Borhân Amîr al-mominîn ; pour le Sultan d’Iraq : as-Soltân al-mo’azzam Châhinchâh al-a’zam Mâlik Riqâb al-omam Maulâ al’Arab wa-l-’Ajam Jalâl dîn Allah Soltân ard Allah Nâçir ‘ibâd Allah Hâfiz bilâd Allah Zahîr Khalîfat Allah Ghiyâth ad-donyâ wa-d-dîn Rokn al-Islâm wa-l-Moslimîn ‘Adod ad-daula al-qâhira wa-Moghîth al-omam al-bâhira Abou-l-Fath Mas’oud b. Mohammad b. Malik-châh Qasîm Amîr al-Mominîn ; pour le Sultan de Syrie et autres : al-amîr al-isfahsallâr al-kabîr al-’âdil al-moayyad al-mozaffar al-mançour al-awhad ‘Imâd ad-dîn Rokn alIslâm Zahîr al-Anâm Qasîm ad-daula Mo’în al-milla Jalâl al-omma Charaf al-molouk ‘Omdat as-Salâtîn Qâhir al-kofara wa-1-motamarridîn Qâmi’ al-molhidîn wa-l-mochrikîn Za’îm joyouch al-moslimîn Malik al-omarâ Chams al-ma’âlî Amîr al-’Iraqaïn wa-ch-Châm Bahlawân Jihân Alb Ghâzî Irân Inanaj Kotlogh Tughril-beg atâbeg Abou-Sa’îd Zankî b. Aq Sonqor Nâçîr Amîr al-mominîn ; pour le maître de Damas : al-amîr al-isfahsallâr alkabîr al-’adîl al-moayyad al-mozaffar al-mançour Zahîr ad-dîn ‘Adod al-Islâm Naçir al-omam Tâj ad-daula Saïf al-milla Mohyi al-omma Charaf al-molouk ‘Imâd al-omarâ Kahf al-mojâhidîn Za’îm joyouch al-moslimîn Abou-Sa’îd Otoq b. Mohammad b. Bourî atâbeg Saïf Amir al-mominîn526.

ANNEE 541 (13 JUIN 1146 — 1ER JUIN 1147)

  • 527 Ce récit ne figure pas dans le manuscrit dont nous disposons.
  • 528 Dausar : ancien nom de Qal’at Ja’bar ; cf. supra, p. 97, n. 3.

498On a déjà raconté, à la fin de l’année 540527 que l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn Zengî avait pris position devant la citadelle de Dausar528 à l’improviste, avait attaqué le faubourg de cette place, l’avait pillé et avait emmené sa population. Il est donc inutile de revenir sur ce récit et sur cet exposé. [‘Imâd ad-dîn] continua à bloquer la place et à harceler sa garnison pendant le mois de Rabî’ II 541 (9 Septembre - 7 Octobre 1146). Voici ce que l’on annonça alors : l’un de ses eunuques qu’il aimait et qui vivait dans sa familiarité (il se nommait Yaranqach et était d’origine franque) nourrissait contre lui une haine secrète, en raison de mauvais procédés dont l’atâbeg avait usé à son égard ; il cacha ses sentiments et, profitant de ce que l’atâbeg était ivre et ne faisait pas attention, il l’assassina, pendant qu’il dormait, avec la complicité et l’aide de quelques eunuques de ses amis, dans la nuit du dimanche 6 Rabî’ II (14 Septembre) malgré toutes les précautions de sécurité qui étaient prises : soldats armés, garde nombreuse postée autour de sa tente. Il l’égorgea sur sa couche après l’avoir frappé de plusieurs coups qui atteignirent des organes vitaux. Nul ne s’aperçut de rien, si bien que l’eunuque meurtrier put s’enfuir jusqu’à la citadelle de Dausar qui portait alors le nom de Ja’bar, dont le maître était l’émir ‘Izz ad-dîn ‘Alî b. Mâlik b. Sâlim b. Mâlik. Il lui annonça la nouvelle de cette mort, mais l’autre ne le crut pas ; il l’accueillit cependant dans la citadelle et le traita bien, puis lorsqu’il sut que la chose était véridique, il se réjouit et fut heureux de l’apaisement que lui donnait Dieu après de pénibles épreuves et un anéantissement presque certain, car, le siège se prolongeant et mettant son endurance à l’épreuve, il avait envoyé ses familiers et ses hommes de confiance auprès de l’atâbeg, avec tout ce que celui-ci avait réclamé et exigé en fait de matériel précieux et de richesses abondantes qu’il avait expressément désignés et fixés, contre la promesse de desserrer son étreinte quant tout cela lui aurait été livré ; mais lorsqu’il entra en possession de ce tribut, apporté par les compagnons de l’émir, l’atâbeg agit par traîtrise et résolut de les maltraiter ; mais il fut atteint par la destinée implacable dont on ne peut se défendre ni se protéger, événement qui servit de leçon aux calculateurs comme aux prudents et aux sensés.

  • 529 Sur cette expression, cf. supra, p. 109, n. 1.

499Les troupes [de l’atâbeg] se dispersèrent comme les gens de Sabâ529 ; tous ses biens furent pillés, de même que ses importants trésors ; il fut enterré sur place, sans linceul, jusqu’au jour où, comme on l’a raconté, son cadavre fut transporté dans un mausolée près d’ar-Raqqa.

500Le roi, fils du Sultan, qui auparavant résidait auprès de lui, s’éloigna avec ceux qui l’accompagnèrent ou se joignirent à lui, dans la direction de Mossoul ; il eut pour compagnon Saïf ad-dîn Ghâzî, fils de l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn — Dieu lui fasse miséricorde. Le gouverneur de Mossoul, ‘Alî Kaujak, leur résista pendant quelques jours jusqu’à ce qu’un arrangement fût conclu entre eux. Ensuite il leur ouvrit la porte, le fils de l’atâbeg entra dans la ville, prit les affaires en main et recueillit la charge de son père.

501A ce moment l’émir Saïf ad-daula Sawâr et Çalâh ad-dîn revinrent dans la région d’Alep, accompagnés de l’émir Nour ad-dîn Mahmoud, fils de l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn. Dès son arrivée, celui-ci entreprit de rassembler des troupes en accordant des gratifications ; il eut ainsi la situation en main, pour la tranquillité du peuple. L’émir Çalâh ad-dîn le quitta et s’installa dans son gouvernement de Hama concevant de la méfiance et craignant qu’un complot ne fût tramé pour le faire disparaître. Cependant les provinces connaissaient le trouble et les chemins n’étaient plus sûrs, après une période de sécurité due au prestige reconnu [de l’atâbeg] ; les Turcomans et les brigands eurent les mains libres pour nuire et rapiner dans les endroits écartés de tous les côtés.

502On trouve un tableau de cette situation dans des vers qui la traduisent bien et qui donnent un résumé de sa vraie physionomie. En voici quelques uns, tirés d’un poème qu’il serait trop long de citer en entier à cause de ses développements amoureux :

  • 530 Sens obtenu en lisant, après examen du manuscrit, fa-zakhrafaho, au lieu de fa-min kharjihi du tex (...)
  • 531 Sens obtenu en lisant, d’après le manuscrit, bi-haïbatihi, au lieu de nahîba.

« De même, la félicité de ‘Imâd ad-dîn Zengî le quitta et ses ambitions tombèrent.
« De combien de richesses, d’or et de pierreries, d’étoffes ouvragées ses resserres n’étaient elles pas pleines !
« Au haut de chaque forteresse, ses trésors étaient protégés par son armée et ses serviteurs qui veillaient sur eux.
« Et des juments souples et bien faites qui effrayaient l’ennemi, s’il les approchait, et le repoussaient brutalement !
« Les écrivains eussent-ils voulu de leur plume décrire leurs marques, le poète [lui-même] n’aurait pas pu embrasser cette description.
« Combien de forteresses n’avait-il pas attaquées sabre au clair, combien de châteaux altiers qui n’avaient pas échappé à son pillage !
« Les seigneurs de la terre s’inclinèrent devant ses ordres, ses lettres et son sceau leur accordèrent la tranquillité.
« Il assura la sécurité aux gens de toute contrée par son prestige qui remplissait d’effroi Bédouins comme étrangers.
« Quand le tyran d’un peuple voit publier sa justice, plus d’oppression ni de démêlés !
« Il devint le Sultan du pays grâce à son sabre, sans rival pour le gêner.
« Combien construisit-il de demeures qui rivalisent de beauté avec les jardins éternels et que ses décisions ont bâties à jamais !
« Ils les embellit d’or de tous côtés et les colombes ornaient les rameaux du buis530.
« A ses possessions il ajouta le courage et l’impétuosité et en aucun royaume ne subsista de souverain qui pût rivaliser avec lui.
« Quand sa puissance et sa majesté furent parvenues à leur apogée, et que ses reproches inspirèrent l’effroi aux maîtres de la terre,
« Il fut atteint par l’arrêt aux flèches irrésistibles et dont ne le protégèrent ni ses biens, ni ses gains.
« Son trépas le rappela loin de tout cela sur l’heure et les oiseaux de la mort tourbillonnèrent autour de lui.
« Le matin le trouva étendu sur sa couche, inanimé, là où son eunuque s’était donné la tâche de l’égorger.
« Et pourtant il dormait au milieu d’une fière armée, entouré de ses braves et de leurs sabres.
« Les lances veillaient autour de lui dans leurs mains, éloignant de lui le danger pendant son sommeil.
« De plus une garde était disposée, avec des flèches si nombreuses que les oiseaux qui voltigeaient étaient frappés à mort.
« Combien pendant sa vie, il désira le repos de l’esprit, tandis que grandissait son prestige et que son abord se faisait intraitable !
« Il périt sans que lui servent richesses ni puissance, ni que ses épées puissent le protéger du destin.
« Ses trésors sont devenus la proie d’autrui et ont été mis en pièces par ses fils et par ses adversaires.
« Combien de chemins n’avait-il pas rendus sûrs pour les voyageurs, dans combien de pâturages n’avait-il pas permis aux troupeaux des tribus de paître en sécurité !
« Combien de places frontières musulmanes n’avait-il pas défendues de son sabre contre les Grecs, lorsque la compassion l’avait touché !
« A son départ, tous ses adversaires se dressèrent et guettèrent l’occasion d’employer leur épée, inutile tant qu’il scrutait l’horizon.
« Ceux qui étaient sous sa dépendance et dans ses prisons furent libérés ; les chaînes de leurs pieds furent brisées !
« Ils revirent leur patrie après une vie de crainte et retrouvèrent le goût de la nourriture, après avoir eu faim.
« Les bêtes sauvages de la terre prirent la fuite même après que ses aigles furent disséminés et ses épées brisées.
« Il n’y eut plus après lui de criminel pour redouter la mort ni de méchant pour craindre la vengeance.
« Qui donc irait redouter531 son semblable quand les ordres [du prince] sont exécutés au plus loin du pays ?
« Si dans toute ville on avait lu ses écrits en prononçant son nom comme un talisman, les serpents venimeux s’y seraient faits humbles.
« Mais qui donc peut se tirer sain et sauf d’un mauvais pas quand lui vient l’ordre et que c’est le décret de Dieu ?
« Quiconque aspire à la limpidité dans l’existence ne peut y voir de limpidité alors que le trépas rôde.
« N’envie pas l’accapareur et ce qu’il accapare ; laisse-le : la destinée ne peut manquer de le briser.
« Envers qui pratique la justice et apaise le craintif, Dieu, au nom de la justice, se montrera miséricordieux.
« Dis à celui qui construit des forteresses pour se protéger : « Doucement ! Ce que tu construis, ta destinée le détruira ».
« Combien de rois ont élevé des châteaux somptueux pour abandonner ce qu’ils avaient élevé et partir les mains vides !
« De ces châteaux, après qu’ils ont brillé, tout a disparu, traces et indices.
« Et dans ce qui ressemble à cela on trouve une leçon et des avertissements qui engagent l’homme à laisser tomber dans l’oubli ce qu’il avait décidé de faire ». (Tawîl).

503Tel est son portrait quant aux pays, aux places frontières, aux forteresses dont il prit possession, quant aux richesses, aux citadelles et aux provinces qu’il posséda, quant à l’extension de son pouvoir dans les confins et les recoins ; puis il fut touché par le destin dont on ne peut se défendre et par l’arrêt divin que l’on ne saurait éviter.

  • 532 Il s’appelait Najm ad-dîn Aiyoub b. Châhdhî et était père de Saladin.

504Lorsque cette nouvelle fut parvenue avec certitude à Mo’în ad-dîn et qu’il connut la réalité des événements, il entreprit des préparatifs pour marcher sur Baalbek et pour saisir l’occasion [de s’en emparer] en usant de machines de guerre et de mangonneaux. Arrivé à marches forcées, il prit position devant la ville, la bloqua et harcela ses défenseurs ; au bout de quelques jours, l’eau devint si rare dans Baalbek que la garnison fut amenée à se ranger sous l’autorité de Mo ‘în ad-dîn. Son gouverneur532 était doué de fermeté, d’intelligence et de la connaissance des affaires ; il posa des conditions et obtint entre autres l’octroi d’un apanage, après quoi il livra à Mo’în ad-dîn la ville et la citadelle. Celui-ci s’acquitta de ses promesses et prit livraison des réserves de grain et du matériel dans le courant de Jomâdâ I (9 Octobre - 6 Novembre 1146). Mo’în ad-dîn envoya aussi un message au gouverneur de Homs et conclut avec lui une trêve et un pacte d’amitié qui leur permirent de faire renaître la paix et la prospérité dans ces provinces.

  • 533 Le samedi 23 Novembre correspond au 16 Jomâdâ II, comme le fait observer Gibb (D.C., 273, n. 2). C (...)

505Il y eut de même échange de correspondance entre Mo’în ad-dîn et Çalâh ad-dîn de Hama ; ils aboutirent à une entente analogue. Aussitôt après en avoir terminé avec Baalbek et y avoir établi une garnison pour veiller sur elle et y séjourner, il revint à Damas, le samedi 18 Jomâdâ II (23 Novembre)533. Il attaqua l’eunuque Yaranqach, l’assassin de l’atâbeg ‘Imâd ad-dîn — Dieu lui fasse miséricorde —, qui avait quitté Qal’at Ja’bar par crainte que le gouverneur de cette place ne fût prié de le livrer et était arrivé à Damas, sûr d’y trouver la sécurité, fier de son forfait et persuadé que la situation était bien telle qu’il l’imaginait. Il fut arrêté et expédié à Alep sous bonne garde ; après y être resté quelques jours, il fut transféré à Mossoul où l’on dit qu’il fut mis à mort.

506Entre temps, on annonça aussi dans le courant de Jomâdâ II (8 Novembre - 6 Décembre 1146) que le fils de Jocelin, ayant réuni des Francs de toutes les régions, avait marché à l’improviste sur la ville d’Edesse, de connivence avec les Chrétiens qui y résidaient. Il y pénétra, s’en rendit maître et tua tous les Musulmans qui s’y trouvaient ; tous les cœurs se serrèrent à l’annonce de cette pénible nouvelle.

507On annonça en outre que l’émir Nour ad-dîn, maître d’Alep, s’était mis en marche à la tête de son armée et avec les Turcomans qui étaient venus se joindre à lui, dès qu’il avait eu connaissance de la nouvelle, précédé par l’émir Saïf ad-daula Sawâr. Ils allèrent à bride abattue, marchant nuit et jour et aux premières heures du matin, ramassant en route ceux qui se rassemblaient de tous côtés, si bien qu’ils formaient une foule considérable évaluée à dix mille cavaliers ; bien des bêtes restèrent en route [épuisées] par la rapidité de la marche. Quand ils arrivèrent à la ville, le fils de Jocelin et ses gens y étaient déjà ; les Musulmans attaquèrent sabre au clair et beaucoup d’Arméniens et de Chrétiens furent tués ; les défenseurs se retirèrent dans une tour appelée la Tour de l’Eau (Borj al-Mâ) ; il y avait là le fils de Jocelin avec une vingtaine de ses plus braves chevaliers. Les Musulmans les cernèrent de tous côtés et se mirent à creuser une sape ; en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, la tour fut réduite à l’impuissance. Le fils de Jocelin s’enfuit et sortit de la tour à la dérobée avec ses compagnons. Ceux qui restaient furent pris et le sabre fit disparaître tous les Chrétiens d’Edesse sur lesquels on mit la main, tandis que les Musulmans prisonniers étaient délivrés. Une grande quantité d’argent, de meubles et de captifs fut le fruit du pillage et les esprits se réjouirent de cette victoire qui suivait la tristesse et la déconfiture, les cœurs retrouvèrent la force après l’abattement et l’abandon ; les Musulmans regagnèrent Alep et les autres régions éloignées avec leur butin et leurs captifs.

508En Chawwâl de cette année-là (5 Mars - 2 Avril) les émirs Nour ad-dîn Mahmoud, maître d’Alep et Mo’în ad-dîn Onor échangèrent messagers et messages jusqu’à ce qu’un accord intervînt entre eux sous la meilleure forme et de la manière la plus satisfaisante ; une union fut conclue entre Nour ad-dîn et la fille de Mo’în ad-dîn et les affaires furent convenues comme l’avait proposé chacune des deux parties. Le contrat fut rédigé à Damas en présence des envoyés de Nour ad-dîn le jeudi 23 Chawwâl 541 (27 Mars) ; l’on se mit aussitôt à confectionner le trousseau, et, dès qu’il fut prêt, les envoyés [de Nour ad-dîn] se mirent en route pour regagner Alep, accompagnant la fille de Mo’în qui avait pour suite quelques domestiques personnels ; cela se passait le jeudi 15 Dhou-l-Qa’da (17 Avril 1147).

  • 534 Al-Younyâs : ce personnage est désigné sous le nom d’Altountâch dans le Kitâb ar-Raudataîn (R.H.Or (...)
  • 535 Sens obtenu en lisant tarhîlihi, au lieu de tarhîlihim du texte et du manuscrit qui se comprend ma (...)
  • 536 Date erronée : le 27 Dhou-l-Hijja tombait cette année-là un samedi ; peut-être faut-il lire 17 Dho (...)
  • 537Ain Chowâqa : site des environs de Damas que je ne suis pas parvenu à identifier exactement.

509Mo’în ad-dîn, s’étant procuré des machines de guerre et des mangonneaux et ayant réuni tout ce qu’il pouvait de cavaliers et de fantassins, se dirigea vers Çarkhad et Boçrâ, non sans avoir tenu secrète sa résolution et cachée son intention afin d’assurer la réussite de ses désirs et le succès de sa tentative. Il prit position à l’improviste devant Çarkhad. Il y avait là un nommé alYounyâs534, esclave d’Amîn ad-daula Gumuchtegîn al-Atâbakî, précédent gouverneur de la ville. Dans sa sottise, cet homme se flattait de l’espoir qu’il tiendrait tête à quiconque se rendrait maître de la ville de Damas et que les Francs l’assisteraient dans ses désirs et dans ses demandes d’aide et de secours et s’associeraient à ses desseins de ravage et de trouble. Le décret providentiel avait voulu qu’il quittât la forteresse de Çarkhad pour les territoires des Francs afin de les appeler à son aide et de fixer avec eux les conditions de ses méfaits. Il ignorait que Dieu ne favorise pas l’action des malfaisants et n’avait pas connaissance des projets de Mo’în ad-dîn qui s’apprêtait à marcher sur lui en toute hâte pour le mettre hors d’état de nuire, et à renverser ses espoirs en l’assiégeant. Son adversaire le mit dans l’impossibilité de regagner l’une des deux forteresses dont il vient d’être question. Une lutte sans répit s’engagea entre les défenseurs de Çarkhad et les assiégeants ; on eut recours aux travaux de sape ; des messages furent échangés entre les Francs et Mo’în ad-dîn : les sollicitations, les amabilités pour arranger l’affaire, les promesses y voisinaient avec les menaces, les procédés d’intimidation et les mises en demeure, au cas où il ne répondrait pas à ses avances ; mais Mo’în ad-dîn restait fidèle à sa tactique de ruse et d’atermoiements. Ayant appris qu’ils se rassemblaient et faisaient des préparatifs pour l’attaquer, le repousser et l’éloigner de Çarkhad535, il se vit contraint par ces circonstances d’envoyer un message à Nour ad-dîn, maître d’Alep, pour lui demander son appui et celui de son armée contre les ennemis infidèles et reçut une réponse favorable. Par une coïncidence heureuse, Nour ad-dîn faisait manœuvrer son armée sous les murs d’Alep ; il tourna bride vers Mo’în ad-dîn à marche forcée et parvint à Damas le mercredi 27 Dhou-l-Hijja de cette année-là (28 Mai 1147)536 et établit son camp à ‘Aïn Chowâqa537. Il n’y resta que peu de jours et se mit en marche vers Çarkhad. On ne pouvait voir plus belle armée que la sienne, ni de meilleure allure, ni plus nombreuse, ni mieux pourvue en équipement.

510Les deux armées ayant fait leur jonction, les gens de Çarkhad leur envoyèrent un message pour demander la vie sauve et un répit de quelques jours pour leur livrer la place. C’était une ruse et un moyen de gagner du temps jusqu’à ce que l’armée franque arrivât pour déloger les assiégeants. Mais Dieu Très Haut favorisa entièrement les Musulmans et servit complètement les intérêts des adeptes de la Religion en faisant arriver quelqu’un qui annonça que les Francs se rassemblaient, recrutaient du monde et se dirigeaient à marche forcée, avec leur infanterie et leur cavalerie, vers la région de Boçrâ qui était assiégée par un détachement important de l’armée [musulmane]. Aussitôt que la nouvelle fut connue, l’armée se mit en route vers Boçrâ, comme les faucons fondent sur leur proie et les éperviers sur la perdrix. De cette façon, les Musulmans devancèrent les Francs à Boçrâ et formèrent écran entre elle et eux. Les deux adversaires se trouvèrent face à face et se rapprochèrent ; l’armée musulmane l’emporta sur les polythéistes, s’empara de leurs points d’eau et de leurs lignes de ravitaillement, les pressa de toutes parts en les criblant de flèches et de traits mortels ; le nombre de leurs morts et de leurs blessés augmenta rapidement ; les Musulmans mirent le feu aux broussailles sur leurs chemins et leurs routes, les amenant à leurs adversaires pour les anéantir ; les cavaliers et les plus hardis [des Musulmans] s’empressèrent de les attaquer par derrière et de mener contre eux le bon combat.

511Mo’în ad-dîn s’affaira à faire lâcher prise aux Musulmans et à les empêcher de poursuivre leurs ennemis en fuite, par crainte d’une contre-attaque et d’un retour offensif. De la sorte, les Francs prirent le chemin du retour en déroute et fuyant honteusement. Tout espoir étant perdu de leur côté, Boçrâ fut livrée à Mo’în ad-dîn, après règlement du sort de ceux qui s’y trouvaient et octroi des apanages qu’ils avaient indiqués ; de là Mo’în ad-dîn s’en revint vers Çarkhad qui lui fut livrée dans les mêmes conditions. Les deux armées regagnèrent Damas et y arrivèrent le dimanche 27 Moharram (28 Juin 1147) de l’année [5]42. Nour ad-dîn séjourna dans le palais de l’atâbeg puis reprit le chemin d’Alep le mercredi dernier jour de ce même mois de Moharram (1er Juillet).

512Au même moment al-Younyâs qui, dans son ignorance et sa sottise, avait quitté Çarkhad pour aller chez les Francs, arriva à Damas venant du territoire franc sans sauvegarde ni autorisation, s’imaginant qu’on le traiterait avec honneur et qu’on ferait appel à ses services après tous ses méfaits et sa trahison envers l’Islam. Il fut appréhendé sur le champ ; son frère Khotlokh lui demanda raison du crime qu’il avait commis en lui faisant crever les yeux et ils comparurent tous deux devant une assemblée de cadis et de foqahâ qui condamnèrent al-Younyâs à la peine du talion. Il eut les yeux crevés, comme il les avait crevés à son frère, puis fut autorisé à vivre dans une maison qu’il avait à Damas et où il demeura.

  • 538 L’émir ‘Abbâs : affranchi, gouverneur d’ar-Ray ; sur cette ville, cf. supra, p. 31, n. 1.

513En Dhou-l-Hijja de l’année [5]41 (3 Mai - 1er Juin 1147), on annonça que le Sultan Châhinchâh Mas’oud avait mis en œuvre les ressources de son esprit et de sa diplomatie pour amadouer l’émir ‘Abbâs538. Celui-ci prit confiance, après des assurances données sous la foi du serment et des engagements très fermes, et vint trouver le Sultan à Bagdad, confiant dans les serments qu’il avait reçus pour sa propre sécurité et celle de ses gens. Le Sultan redoutait l’émir et avait peur de son armée pleine d’allant, prestigieuse, nombreuse et bien équipée, de sorte qu’il ne pouvait laisser échapper l’occasion qui s’offrait et que l’absence de précautions rendait encore plus favorable. Il appointa une petite troupe d’hommes pour l’attaquer au moment où il se rendrait auprès de lui. Le meurtre fut rapidement exécuté ; ses réserves d’argent et de matériel, ses bêtes de somme furent pillées ; la troupe des pillards eut les mains pleines. Quant à son armée, elle se dispersa dans le pays et les provinces. L’émir avait bonne réputation, ses actions rencontraient l’approbation générale ; on l’estimait, on le louait de s’être publiquement opposé à la secte des Bâtiniya, d’avoir lutté contre eux sans merci, d’avoir assiégé leurs places fortes et d’avoir repoussé leur malfaisance. Mais le destin est le plus fort et l’on ne résiste pas aux décrets divins.

514Quant aux nouvelles du Maghrib et aux évènements qui s’y passèrent, on ne saurait rien affirmer de certain sur leur développement et sur ce que l’on a pu recueillir de la bouche des marchands qui en venaient. Parmi [les renseignements relatifs] à la situation des schismatiques (al-khawârij) dans ce pays, aux luttes constantes de ses habitants, aux guerres, aux effusions de sang, j’ai laissé de côté les faits que l’on ne peut considérer comme dignes de foi en raison de la divergence des récits. Mais il est venu un faqîh maghribin dont les récits et les exposés m’ont inspiré confiance et j’ai eu entre les mains des écrits de gens du Maghrib à leurs proches, contenant certains développements et arrivés en 541 et qui concordaient avec les relations précédentes et avec divers récits. J’ai donc jugé bon de mentionner et d’exposer ici tout cela.

515Il convient notamment de signaler l’apparition de l’homme communément appelé « le faqîh du Sous » qui se manifesta au Maghrib, et ce qui lui arriva jusqu’à sa mort, puis [de parler] de celui qui lui succéda et resta fidèle à sa doctrine, et des maux, des effusions de sang et de l’opposition à la loi musulmane dont il fut responsable.

  • 539 Sur les Maçmouda, cf. supra, p. 3, n. 2.
  • 540 Il s’agit vraisemblablement du système d’Ach’arî, sur lequel cf E.I., I, 487.

516Cela commença, à ce qu’on raconte, par l’apparition de l’homme appelé « le faqîh Abou-Mohammad Ibn Toumart » dans les montagnes du Sous. C’est là qu’il naquit de souche maçmoudienne539 ; il avait une connaissance parfaite du droit et de la religion et était renommé pour sa vie exemplaire et ascétique. Il avait voyagé jusqu’en Iraq, avait parcouru cette région, acquis l’expérience de la controverse et de la discussion, fréquenté les théologiens les plus célèbres, suivi leurs cours et écouté leurs leçons. Il avait ensuite pris le chemin du retour par l’Egypte et les pays voisins, avait fréquenté les savants de ces contrées et étudié sous leur direction ; puis il était rentré au Maghrib et avait fait de la propagande en faveur de l’école rationaliste (madhhab al-fikr)540.

  • 541 Deren : ce mot désigne la chaîne du Haut Atlas. Ibn al-Qalânisî s’en sert probablement pour désign (...)
  • 542 Cap Authân : on trouve mention de ce toponyme dans al-Idrisî (trad. Dozy et de Goeje, 74). Il s’ag (...)
  • 543 Mahdiya : ville fondée par le Fatimide ‘Obaïd Allah sur la côte orientale de la Tunisie, entre Sou (...)

517Il commença à se manifester en 512 (1118-1119) dans une ville appelée Deren541 dans la région montagneuse qui s’étend de l’Océan Atlantique à la mer d’Alexandrie [Méditerranée orientale], au cap Authân542. Il se rendit maître de la région montagneuse du Sous et fut entouré d’une grande quantité de gens des tribus Maçmouda dans la montagne de Deren. On dit qu’il arriva à Mahdiya543 et ordonna à la population de construire un château conformément à la doctrine rationaliste (?) (‘alâ niyyat al-fikra) et d’y adorer Dieu Très Haut. Alors l’un des principaux foqahâ se leva et dit : « Nous conserverons ce que nous avons élevé à Mahdiya ; voici qu’un Berbère des Maçmouda vient à vous et vous ordonne d’adorer Dieu selon la raison ; vous exécutez son ordre et vous vous empressez de vous conformer à ses indications ! » Il rejeta cet ordre de la manière la plus véhémente si bien que tous s’écartèrent du Maçmoudien et le considérèrent comme quantité négligeable. Cette situation obligea le schismatique (khârijî) à quitter Mahdiya sans y avoir rien fait et sans avoir atteint son but.

  • 544 Sur le séjour d’Ibn Toumart à Bougie, cf. notamment Mémoires d’al-Baidaq in Documents inédits d’hi (...)
  • 545 Il s’agit ici du second souverain almoravides, ‘Alî b. Yousof (1106143) sur lequel cf. E.I., I, 29 (...)

518Il gagna une ville de l’Ouest appelée Bougie qui était aux mains des Banou Hammâd b. Çanhâja et se mit à défendre aux habitants de boire du vin et à briser les amphores [de vin] au point d’en interdire l’usage, avec l’aveu d’Ibn Hamdoun, chef de cette ville. Ce chef lui offrit même de l’argent, mais il se défendit de l’accepter, car il faisait profession d’ascèse en ce monde, de science juridique et de respect des préceptes divins544. Il quitta ensuite cette ville pour celle d’Aghmât où il fit profession d’ascèse et enseigna le droit ; il avait alors pour partisans environ quatre cents hommes des Maçmouda. Ensuite sa puissance grandit et sa malfaisance apparut. L’émir Ibn Yousof b. Tachofîn545 reçut des renseignements sur lui, sur ce qu’il était, sur ses déclarations et ses affirmations selon lesquelles il était légitime de verser le sang du souverain, de ses gens et de ses sujets. L’émir en question le convoqua devant lui et réunit à cet effet une nombreuse assemblée de notables foqahâ et de chefs. On choisit parmi eux un faqîh d’origine andalouse, nommé Abou-’Abd Allah Mohammad b. Mâlik b. Wohab, pour mener la controverse contre lui. Il mena donc la controverse devant cette assemblée, prit le dessus dans la discussion et triompha de son adversaire. Alors le schismatique du Sous, son contradicteur, lui dit : « Donne-moi un délai ». Il fut fait droit à sa demande, puis [Abou-’Abd Allah b. Wohab] dit à Ibn Yousof b. Tachofîn qui présidait : « Il convient que l’émir ordonne de mettre en prison ce fauteur de troubles afin de le démasquer, qu’il fasse la lumière sur cette affaire et qu’il révèle à tous les Musulmans ce qu’il en est réellement de cet homme, car il ne vise que ce bas monde, le pouvoir politique, le désordre sur terre et la mort de bien des gens ». L’émir ne prêta pas attention à ses paroles, n’écouta pas son conseil et, suivant le décret providentiel, ne se soucia plus de lui. Ce schismatique trouva d’ailleurs un appui en la personne de plusieurs grands personnages qui prirent sa défense.

  • 546 Tinmal, dans la haute vallée de l’Oued Nfîs où Ibn Toumart passa les dernières années de sa vie et (...)

519Il regagna ensuite le Sous et la montagne de Deren, disant en public : « Chaque fois que vous approcherez des Almoravides ou que vous vous mêlerez à eux, ils vous serviront de montures sur le chemin du paradis, car ce sont les champions de la religion et les défenseurs des Musulmans ». Puis il agit sur les Almoravides et sur les Hommes Voilés, si bien qu’un très grand nombre d’entre eux fit cause commune avec lui, pour mener la lutte contre l’émir ‘Alî b. Yousof b. Tachofîn. Il rassembla et recruta des guerriers contre lui ; son ardeur à la lutte grandissait, comme celle de ses partisans ; il y avait avec eux des hommes pleins d’énergie, d’ardeur, de hardiesse et de courage. La guerre éclata entre les deux partis, le sang coula des deux côtés. La meule de la guerre ne cessa de tourner au milieu d’eux, si bien qu’en quelques années de suite, ils se livrèrent quatre batailles rangées terribles et abominables où les morts des deux côtés furent évalués à environ deux cent mille. La lutte se poursuivit de cette affreuse façon jusqu’au moment où Dieu Très Haut fit périr Ibn Toumart dans la ville de Deren546 en l’année 522 (1128). Il laissa après lui un groupe de disciples et de compagnons qui suivirent sa voie, bâtirent à sa manière et adoptèrent sa méthode destructrice. On vit naître parmi eux une doctrine qu’ils nommèrent « l’absolution du péché (takfîr adh-dhanb) ».

520Voilà ce qu’a rapporté, raconté, affirmé en qualité de témoin, exposé dans ses détails le faqîh Abou-’Abd Allah Mohammad Ibn ‘Abd al-Jabbâr aç-Çaqallî en le dictant de sa propre bouche.

  • 547 On sait que c’est Ibn Toumart qui porta le titre de Mahdî.

521Ensuite on reçut du Maghrib une série de renseignements sur l’apparition d’un disciple de l’homme dont il vient d’être question. On le nommait le faqîh ‘Abd al-Moumin et il reçut le surnom de Mahdî547, « Prince des Croyants et successeur du Mahdî dans la voie des Almohades ». En plus de ses partisans, un nombre incalculable de tribus du Sous, de Berbères, de Maçmouda, d’Almoravides et d’Hommes Voilés se réunit autour de lui. Il se mit à verser le sang, à conquérir de vive-force les territoires du Maghrib, à y tuer hommes, femmes et enfants, si bien que sa renommée se répandit et que l’on parla de lui dans tout l’univers. On reçut des lettres de voyageurs et de marchands, et parmi elles celle-ci dont j’ai eu connaissance comme venant de ce schismatique et dont je transcris le tout :

522« Le Prince des Croyants et successeur du Mahdî, dans la voie des Almohades, à ses sujets.

523Au nom de Dieu clément et miséricordieux — puisse-t-il bénir notre seigneur Mohammad et sa famille sans tache. Ensuite : O complices des pervers et serviteurs des méchants et des malfaisants, Nous vous avons écrit de Notre propre main et vous avons adressé des homélies si persuasives que l’on aurait dit la pleine lune dans sa course et le temps qui passe dans sa succession ; bien loin de vous y conformer et d’obéir, vous avez fait fi de la vérité par indolence et vous vous êtes rebellés. Dieu se vengera de vous au profit des Siens comme II a puni avant vous les nations renégates et les partis rebelles. Attendez le glaive assoiffé de sang qui étanchera sur vous sa soif et la pierre dure qui ébranlera votre cerveau. Ensuite vous n’aurez plus de recours, aucune intervention ne jouera plus en votre faveur. Voici que les nuages de Dieu fondent sur vous, que leurs torrents se gonflent au-dessus de vos têtes ; préparez-vous à la mort. A quiconque s’est laissé mener dans la bonne direction et ne s’est pas laissé vaincre par ses passions, salut, miséricorde et bénédiction de Dieu ! »

ANNEE 542 (2 JUIN 1147 — 21 MAI 1148)

  • 548 Le texte d’Amedroz est altéré. Gibb (D.C., 279, n. 1, 2 et 4) propose les corrections suivantes, d (...)
  • 549 Le texte porte par erreur Rabî’ II au lieu de Rabî’ I, c’est en effet en Rabî’ I que le 18 tombait (...)

524En Çafar de cette année-là (1er 29 - Juillet 1147) le chambellan (hâjib) et secrétaire Mahmoud revint de Bagdad avec la réponse aux lettres de Mo’în ad-dîn qui avaient passé par ses propres mains548 ; il était accompagné de deux envoyés du Calife et du Sultan, porteurs d’un diplôme d’investiture (tachrîf) au nom de Zahîr wa-Mo’în ad-dîn et [d’une robe d’honneur] dont ils le revêtirent ; ainsi vêtu il se montra en public le samedi 18 Rabî’ I (16 Août)549. Ils demeurèrent quelques jours, puis repartirent avec la réponse aux lettres qu’ils avaient apportées.

525Aussitôt, après, on annonça de Bagdad que le Sultan avait quitté cette ville à la tête de son armée, après le meurtre de l’émir ‘Abbas et avait pris la direction de Hamadhân, lorsqu’il avait appris que [le fils] de l’émir ‘Abbas et son armée s’étaient joints à l’émir Bouzabah, marchaient avec lui la main dans la main, au milieu d’une foule considérable, et avaient gagné la région d’Ispahan pour mettre le siège et le blocus devant cette ville ; elle avait fini par se livrer à Bouzabah pour des raisons impérieuses. Lorsque le Sultan fut arrivé devant Hamadhân, il fut rejoint par des corps de troupe venant de tous côtés et se trouva au milieu d’une foule nombreuse.

  • 550 Makar Bâbakân : lieu non identifié.
  • 551 Zankân : il s’agit peut-être d’une province arrosée par la rivière de ce nom signalée par Le Stran (...)
  • 552 Khazbag : ce personnage serait le petit-fils de l’émir Ahmadîl ; cf. supra, p. 106, n. 5.
  • 553 Lacune dans le manuscrit.
  • 554 Chamsa : concurremment avec chamsiya, plus souvent employé, ce mot désigne le parasol qui abrite l (...)

526La nouvelle parvint ensuite à Bagdad qu’après avoir reçu ces renforts qui accrurent son ardeur, le Sultan marcha contre les [adversaires] en question comme eux-mêmes marchaient contre lui. Les uns et les autres se rangèrent en bataille, la rencontre eut lieu et Dieu accorda la victoire au Sultan qui mit ses ennemis en déroute, tua Bouzabah et le fils de ‘Abbâs ; l’armée du Sultan s’empara des débris de l’armée vaincue et de ses bagages. Un témoin oculaire de cette rencontre a fait le récit suivant dans une lettre où il a exposé les faits : Au début de l’action, le Sultan se trouvait dans son camp aux portes de Hamadhân, avec trois mille cavaliers environ, tandis que Bouzabah, à la tête de son armée, se trouvait aux portes d’Ispahan avec des effectifs considérables. Quand Bouzabah eut connaissance de cette situation, il voulut en profiter et marcha contre le Sultan, à la tête de son armée et abattit la distance de trente parasangues en un jour et une nuit, parvenant ainsi à Makar Bâbakân550, où il fit halte car ses chevaux n’en pouvaient plus. A cette nouvelle, le Sultan se retrancha dans les vergers de Hamadhân, s’adossant à eux et à deux collines qui se trouvaient là. Il fut rejoint par l’émir Haïdar, maître de Zenkân551, avec mille cavaliers, par l’émir Okoz, avec cinq mille cavaliers, et par Khâçbag Balnakâ552, avec douze mille cavaliers. Son ardeur offensive s’en trouva renforcée et il marcha alors contre Bouzabah. Les deux armées ennemies se rangèrent en bataille le samedi du mois de...553 du matin jusqu’à la prière de l’aprèsmidi. L’aile droite du Sultan, commandée par l’émir Jandâr, fut taillée en pièces, de même que son aile gauche commandée par l’émir Tibr. Le Sultan, qui restait au centre, savait que Bouzabah cherchait à l’atteindre ; il dit alors à l’émir Jandâr : « C’est moi qui suis visé ; prends ma place sous le parasol (chamsa)554, car c’est vers lui que se dirige Bouzabah pour m’atteindre ». Il fut ainsi fait et le Sultan partit avec un corps de troupe nombreux et vint se placer derrière l’armée de Bouzabah. Celui-ci partit à l’assaut et se dirigea vers l’endroit occupé par le Sultan sous le parasol. Comme il s’en approchait au milieu de sa troupe, son cheval buta, il fut désarçonné, son armée se débanda, la cavalerie [du Sultan] l’entoura et il fut pris avec ses gens, le fils de ‘Abbâs et son propre vizir qui se nommait Çadr ad-dîn Ibn al-Khoujandî, celui-là même qui lui avait signalé l’occasion de s’emparer d’Ispahan et qu’il avait récompensé en le nommant vizir.

527Le jeudi 21 Rabî’ II (18 Septembre), un envoyé égyptien arriva à Damas, apportant un diplôme d’investiture (tachrîf) au nom de Zahîr wa-Mo’în ad-dîn, des chevaux et de l’argent, selon la coutume établie en pareil cas.

528Dans la nuit du vendredi 3 Rabî’ I de cette année-là (1er Août), mourut à Damas le faqîh, cheikh al-Islâm, Abou-l-Fath Naçr Allah b. Mohammad b. ‘Abd al-Qawî al-Maçîçî — Dieu lui fasse miséricorde. C’était le dernier des foqahâ du « rite » d’ach-Chafi’î — Dieu lui fasse miséricorde — et il ne laissa pas son pareil après lui.

529En Jomâdâ II (28 Octobre — 25 Novembre 1147), le commandement de la forteresse de Çarkhad fut attribué à l’émir Mojâhid ad-dîn Bozân b. Mâmîn, moyennant une certaine quantité d’argent et de céréales et d’après des conditions et des serments auxquels il consentit et qu’il tint. Il s’y rendit et s’y établit au milieu du mois indiqué ; les habitants de la région se réjouirent de cette installation, car [leur nouveau gouverneur] aimait le bien, la vertu, la piété et s’abstenait de tout acte illicite, après des prédécesseurs appartenant à cette sorte de gens qui ne s’acquittent de leurs devoirs envers Dieu ni par la piété, ni par la prière, ni par la pratique de la justice, ni par la pureté de l’âme, ni par les bonnes actions.

  • 555 Cf. supra, p. 258.
  • 556 Ici une lacune, sans doute assez considérable.

530Cette année-là aussi on annonça de l’Egypte que Rodwân b. Walkhachî surnommé al-Afdal, vizir du souverain d’Egypte, qui avait été incarcéré dans le palais et dont il a déjà été fait mention plus haut555, avait creusé un souterrain long d’environ quarante coudées, de l’endroit où il se trouvait jusqu’à un endroit situé hors du palais ; un grand nombre de soldats qui l’aimaient et formaient sa clientèle se groupèrent autour de lui dans la dernière décade de Dhou-l-Qa’da de l’année [5]42 (12 - 22 Avril 1148). Il envoya un message au Sultan d’Egypte, lui demandant de le réintégrer dans sa charge et de lui ouvrir des crédits pour distribuer des gratifications aux appelés et aux mercenaires. On lui répondit en lui promettant de faire droit à sa demande, manière de ruser avec lui et de gagner du temps jusqu’au moment où l’on put monter quelque chose contre lui et appointer pour régler son sort quelques soldats vigoureux, courageux et hardis qui l’attaquèrent dans sa résidence et au milieu de ses acolytes. Il fut mis à mort et en même temps que lui tous ceux qui avaient embrassé sa cause. La place frontière d’Ascalon reçut un rescrit (sijill) du Sultan d’Egypte où était exposée son aventure et qui fut lu du haut de la chaire (minbar). En voici le contenu : « Au nom de Dieu clément et miséricordieux...556 ».

  • 557 C’est-à-dire entre les prières du coucher du soleil et de la soirée

531Le jeudi 21 Chawwâl de l’année [5]42, qui coïncidait avec le premier jour d’Avril, le ciel s’obscurcit et il tomba une pluie abondante et silencieuse ; puis une épaisse obscurité couvrit la terre à l’heure de la prière de l’après-midi, semblable à l’obscurité qui règne entre les deux prières de la nuit557. Ceux qui regardaient le ciel le voyaient jaune comme du safran, et de même les montagnes, les arbres et la Ghouta et tout ce que l’on regardait : êtres vivants, minéraux et plantes. A cela succéda le grondement du tonnerre, le zigzag de l’éclair, des fracas effrayants, des secousses épouvantables qui donnèrent peur aux vieillards comme aux jeunes gens : que dire des enfants et des femmes ? Les chevaux à l’écurie ruèrent et s’enfuirent sous le coup de la frayeur. Cela dura jusqu’à l’heure de la seconde prière du soir ; alors sous l’effet de la puissance de Dieu Très Haut, tout se calma et le lendemain les gens contemplaient les suites de l’ouragan ; sur le sol, sur les arbres et sur toutes les plantes, il y avait une poussière fine comme l’air, d’une couleur entre le blanc et le gris, si bien que, même lorsqu’on en ôtait la plus grande partie et que les choses revenaient à la lumière on ne pouvait distinguer nettement leur couleur ni leur nature essentielle, tant cette poussière était fine. L’on admira cette force naturelle dont l’origine est inconnue et qui n’a pas sa pareille ; ce qui est sûr, c’est qu’elle est apparue intimement mêlée à cette pluie, comme l’eau fait corps avec l’eau et l’air avec l’air.

  • 558 Il s’agit comme l’indique Gibb (D.C., 280, n. 2) de Conrad, empereur d’Allemagne, et de Bertrand, (...)

532Cette année-là aussi parvinrent des nouvelles successives de Constantinople, du territoire des Francs et des Grecs et des pays environnants, selon lesquelles le roi des Francs arrivait de leur pays ; il y avait parmi eux Almân et Alphonse558 et plusieurs de leurs grands personnages en nombre incalculable et pourvus d’un matériel immense ; ils se dirigeaient vers le territoire de l’Islam, après avoir lancé un appel dans tous leurs territoires pour que l’on se précipitât vers la terre d’Islam, pour que l’on se hâtât vers elle ; ils laissaient leurs territoires et leurs provinces vides, privés de leurs défenseurs et de leurs gardiens, ils emportaient avec eux des richesses, des trésors et un matériel incommensurable, si bien que, disait-on, leur nombre atteignait un million de fantassins et de cavaliers et même plus. Ils s’emparèrent des provinces dépendant de Constantinople, dont le roi fut obligé d’entrer dans la voie des ménagements et des relations pacifiques et de se plier à leurs exigences.

533Quand ces nouvelles se répandirent et que leurs intentions furent divulguées, les gouverneurs des provinces voisines et des marches musulmanes proches des Francs firent des préparatifs de défense et appelèrent aux armes pour mener contre eux la Guerre Sainte ; ils occupèrent les trouées et les passes par où ils pouvaient s’avancer et qui faisaient obstacle à leur avance et à leur pénétration en territoire islamique et ne cessèrent de lancer des raids sur leurs avant-gardes. Les meurtres et les attaques se multiplièrent contre les Francs, si bien que nombre d’entre eux périrent et que, du fait de la pénurie des vivres, du fourrage, des approvisionnements ou du prix élevé des choses, s’ils en trouvaient, ils eurent à supporter des épreuves qui en éliminèrent un grand nombre, morts de faim ou de maladie. On ne cessa d’annoncer qu’ils périssaient et que leur nombre s’amenuisait jusqu’à la fin de l’année 542, si bien que les esprits retrouvèrent quelque tranquillité et puisèrent une nouvelle confiance dans le fait que leur situation empirait ; le trouble et la crainte se firent plus légers, malgré les renseignements qui ne cessaient d’arriver sur les Francs.

ANNEE 543 (22 MAI 1148 — 10 MAI 1149)

  • 559 Sens obtenu en lisant ijtim’, au lieu de ijmâ’ du texte et du manuscrit.

534Le premier jour de cette année-là fut le vendredi 21 Mai et le Soleil se trouvait dans le signe des Gémeaux. Au début de l’année parvint une succession de renseignements venant de tous côtés au sujet de l’arrivée sur la côte franque des vaisseaux [amenant] les Francs dont il a été question plus haut, de leur débarquement sur les rivages des places côtières de Tyr et d’Acre et de leur jonction avec les Francs qui étaient sur place. On dit qu’après toutes les pertes qu’ils avaient subies par mort violente, maladie et inanition, ils étaient au nombre de cent mille environ. Ils prirent la direction de Jérusalem où ils accomplirent leur pèlerinage, après quoi nombre d’entre eux regagnèrent leur pays par mer. La mort et la maladie causèrent des pertes considérables, dont celle de quelques uns de leurs rois. Almân [Conrad] qui était le plus grand de ces rois resta avec plusieurs seigneurs de moindre importance. Ils n’étaient pas d’accord sur la ville musulmane qu’ils iraient assiéger en territoire syrien et finirent par convenir entre eux de s’attaquer à la ville de Damas ; se flattant du malin espoir de s’en emparer, ils établirent un partage de ses dépendances. Dès qu’il eut reçu les renseignements sur ce dessein, celui qui avait la charge de gouverner Damas, l’émir Mo’în ad-dîn Onor, entreprit des préparatifs pour lutter contre eux et faire échec à leur malfaisance ; il fortifia tous les points où une attaque était à redouter, disposa des soldats sur les routes et dans les trouées, interrompit les lignes de ravitaillement qui aboutissaient à leurs bases, combla les puits et détruisit les points d’eau559.

  • 560 Manâzil al-’Asâkir : gîte d’étape au S de Damas ; cf. Dussaud, T.H., 315.
  • 561 Al-Mizza : gros village situé à l’O et à proximité immédiate de Damas ; cf. Dussaud, T.H., 307.
  • 562 Al-ghozât : selon Gibb (D.C., 283, n. 3) il s’agirait de « bandes de troupes irrégulières qui se r (...)
  • 563 Ar-Rabwa : faubourg de Damas situé à l’O de la ville ; cf. Dussaud, T.H., 309-310.
  • 564 Gibb (D.C., 284, n. 1) pense qu’il faut voir ici une allusion au texte suivant du Coran (IX, 112)  (...)

535Les Francs dirigèrent leur marche vers Damas avec leurs troupes réunies, leur courage et leurs armures ; ils formaient une foule nombreuse qui, disait-on, atteignait environ cinquante mille cavaliers et fantassins. Ils emmenaient avec eux des bagages, des chameaux et des bovins qui grossissaient encore leur masse. Ils s’approchèrent de la ville et se dirigèrent vers un gîte d’étapes appelé Manâzil al-’Asâkir (le Gîte d’étape des Troupes)560 ; s’apercevant que l’eau y manquait parce qu’elle avait été coupée, ils gagnèrent la région d’al-Mizza561 et y. établirent leur camp parce que cette localité était proche de l’eau vers laquelle ils s’avancèrent avec leurs cavaliers et leurs fantassins. Les Musulmans s’interposèrent le samedi 6 Rabî’ I [5]43 (24 Juillet 1148) et la bataille s’engagea entre les deux adversaires. Les Musulmans avaient reçu l’appoint d’une grande foule de soldats, de Turcs de choc (al-Atrâk al-qottâl), de miliciens (ahdâth) de la ville, de volontaires et de spécialistes de la Guerre Sainte (ghozât)562. La mort fit des ravages parmi eux et les infidèles l’emportèrent sur les Musulmans en raison de leur nombre et de leur matériel supérieurs ; ils obtinrent ainsi la disposition de l’eau, se répandirent dans les vergers, y campèrent, s’approchèrent de la ville et y touchèrent en un point dont aucune armée ne s’était jamais emparée ni autrefois ni récemment. Le faqîh, l’imam malikite Yousof alFandalâwî mourut ce jour-là en martyr — Dieu lui fasse miséricorde — au bord de l’eau près d’ar-Rabwâ563, parce qu’il tenait tête aux efforts des Francs et n’avait pas voulu se retirer devant eux, pour suivre les commandements de Dieu Très Haut dans son Livre Généreux564. Semblablement l’ascète ‘Abd ar-Rahman al-Halhoulî — Dieu lui fasse miséricorde — connut le même sort.

  • 565 Le mot est d’une lecture difficile dans le manuscrit, Gibb (D.C., 284, n. 2) propose hazâïr (enclo (...)

536Les Francs se mirent à couper les arbres pour faire des retranchements et à détruire les ponts565 ; ils passèrent la nuit ainsi. Les gens [de Damas] furent saisis de frayeur à la suite des spectacles effrayants dont ils avaient été témoins et d’épouvante après ce 2 qu’ils avaient vu de leurs yeux, au point que leur courage faiblissait et que l’angoisse les étreignait. Le lendemain de bon matin — c’était un dimanche —, ils firent une sortie et attaquèrent l’ennemi ; les charges se succédèrent et les Musulmans l’emportèrent et infligèrent de grosses pertes en tués et en blessés à leurs adversaires. Dans ce combat, l’émir Mo’în ad-dîn déploya un beau courage et fit preuve d’une ardeur, d’une ténacité et d’une bravoure telles qu’on n’en vit jamais ; il ne se lassa pas de repousser les Francs ni ne cessa de les combattre. La meule du combat continua à tourner ; la cavalerie des infidèles attendit pour pousser sa fameuse charge que l’occasion se présentât, si bien que le soleil baissa vers l’horizon, que la nuit arriva et que se fit sentir le besoin du repos. Chacun revint sur ses positions ; l’armée damascaine passa la nuit en face des Francs, les citadins restèrent sur leurs murailles à monter la garde et à surveiller, car ils voyaient l’ennemi tout près d’eux.

537Des lettres avaient été envoyées aux gouverneurs des provinces extérieures pour leur demander aide et secours ; on vit arriver sans interruption des cavaliers turcomans et des fantassins des provinces extérieures. Le matin de bonne heure, les Musulmans dont le courage s’était raffermi et la peur avait cessé, se mirent en action ; ils tinrent bon en face des Francs et les criblèrent de flèches et de traits meurtriers qui se succédaient sans interruption dans leur camp, atteignant les cavaliers ou les fantassins, les chevaux ou les chameaux.

  • 566 La lecture proposée par Gibb (D.C., 286, n. I) mohâjama (attaque) paraît bien supérieure à celle q (...)
  • 567 Amedroz a cru devoir corriger la leçon du manuscrit : aminou (être en sûreté) en inthanau (tourner (...)

538Ce jour-là, de nombreux archers à pied arrivèrent de la Beqâ’ et autres lieux, ce qui augmenta le nombre des Musulmans et renforça leur équipement. Ce jour-là chacune des armées resta sur ses positions sans s’approcher de l’autre. Le lendemain, le mardi, les Musulmans entrèrent en action de bonne heure comme les éperviers fondent sur les perdrix de la montagne et les gerfauts sur une compagnie de perdreaux ; ils cernèrent les Francs dans leur camp et là où ils avaient dormi, et ravagèrent les fortifications qu’ils avaient élevées au moyen des arbres des vergers, en les criblant de flèches et en les bombardant à coups de pierres. Or les Francs refusèrent le combat par crainte et par lassitude et aucun d’entre eux ne se montra. On pensa qu’ils préparaient une ruse et mettaient au point un stratagème. Aucun d’entre eux ne se montra, sauf un petit nombre de cavaliers et de fantassins chargés de repousser l’ennemi et de le tenir en respect par crainte d’une attaque566, avant qu’ils ne trouvent un terrain propice pour leur charge ou un subterfuge pour battre en retraite. Aucun d’eux ne pouvait approcher [des Musulmans] sans être couché à terre par une grêle de flèches ou un coup de lance. Un grand nombre de miliciens (ahdâth) à pied et de paysans s’enhardirent jusqu’à les guetter quand ils se croyaient en sûreté sur les chemins567 et à tuer ceux qui passaient à leur portée. Ils apportèrent les têtes coupées pour demander en échange leur récompense ; il y eut ainsi beaucoup de têtes coupées.

  • 568 Al-Qobba al-Mamdouda (la coupole allongée) faubourg de Damas dont l’identification est incertaine.

539Les Francs recevaient quantité de renseignements sur les armées musulmanes qui se ruaient à la Guerre Sainte et se hâtaient d’arriver pour les bouter dehors ; ils se convainquirent que l’affaire tournait à leur perte, au désastre et à l’anéantissement et tinrent conseil. Ils ne trouvèrent d’autre échappatoire au filet dans lequel ils se trouvaient pris, à l’abîme où ils s’étaient jetés, que de fuir en désordre au point du jour le lendemain mercredi et de battre en retraite, abandonnés [de Dieu] et déconfits. Dès que les Musulmans le surent et constatèrent les signes de leur fuite, ils s’élancèrent vers eux à l’aube de ce jour-là, se précipitèrent à leur poursuite en les criblant de flèches et réussirent à tuer dans leur arrière-garde un grand nombre d’hommes, de chevaux et de bêtes de somme. Dans les restes de leurs camps et le long de leurs chemins, on trouva un nombre incommensurable de sépultures pour leurs morts et leurs magnifiques chevaux, si bien que la pestilence de ces charognes faisait presque tomber les oiseaux du ciel. Ils avaient incendié ar-Rabwâ et al-Qobba al-Mamdouda568 cette nuit-là. La population accueillit avec joie cette faveur que Dieu lui avait accordée et multiplia les actions de grâce à l’adresse du Très Haut qui les avait comblés en exauçant les vœux qu’ils Lui avaient présentés pendant ces jours d’épreuve. Louange et reconnaissance à Dieu pour tout cela !

  • 569 Araïma : le nom de cette forteresse manque dans le manuscrit ; Amedroz l’a rétabli d’après Ibn al- (...)
  • 570 Il s’agit du maître de Mossoul.

540Aussitôt après cette marque de la miséricorde divine, dans les derniers jours de Rabî’ II (milieu de Septembre), Mo’în addîn, fit sa jonction avec Nour ad-dîn, maître d’Alep, qui s’était approché de Damas pour lui porter secours. Tous deux marchèrent sur la forteresse voisine de Tripoli, appelée [‘Araïma]569, où se trouvait le fils du roi Alphonse, l’un des rois francs dont on a parlé plus haut et qui était mort dans la région d’Acre. Le [jeune homme] était là avec sa mère et un très grand nombre de ses familiers, de ses chevaliers et de ses principaux guerriers. Les Musulmans le cernèrent et l’attaquèrent ; or les armées de Nour ad-dîn et de Mo’în ad-dîn avaient été rejointes par un détachement d’à peu près mille cavaliers de l’armée de Saïf ad-dîn Ghâzî, fils de l’atâbeg570. La lutte s’engagea entre Musulmans et Francs ; la plupart de ceux-ci furent tués ou faits prisonniers ; le fils du roi déjà nommé et sa mère furent pris. Le matériel, les chevaux et le mobilier qui se trouvaient dans la forteresse furent pillés. L’armée de Saïf addîn regagna son cantonnement à Homs, tandis que Nour ad-dîn rentrait à Alep avec le fils du roi, sa mère et ceux qui avaient été pris avec eux, et que Mo’în ad-dîn regagnait Damas.

  • 571 Le mot naqîb employé ici ne désigne pas le titulaire d’une fonction militaire comme précédemment ( (...)

541Cependant le chérif et émir Chams ad-dîn Nâçih al-Islâm Abou-’Abd Allah Mohammad b. ‘Obaïd Allah al-Hosaïnî, naqîb, était arrivé à Damas venant de chez Saïf ad-dîn Ghâzî, fils de l’atâbeg, parce que celui-ci avait été désigné comme délégué du Calife auprès de tous les autres gouverneurs de provinces et des tribus turcomanes pour les inciter à secourir les Musulmans et à mener la Guerre Sainte contre les polythéistes. Voilà pourquoi les Francs avaient eu peur, en apprenant que leurs adversaires se renforçaient en vivres et en hommes, et pourquoi ils s’étaient retirés de la manière qui a été exposée. Le chérif en question appartenait à une famille distinguée par son rang, ses vertus et sa culture et son frère Diyâ ad-dîn, naqîb571 des Chérifs de Mossoul, était renommé pour sa science, sa culture et son intelligence ; de même, son cousin le chérif était naqîb des chérifs ‘alawides de Bagdad et son autre cousin naqîb au Khorâsân. Il passa quelque temps à Damas et fit preuve d’excellentes dispositions dans ses desseins, de netteté dans ses conclusions et ses déductions, qui lui valurent une très bonne réputation et beaucoup de reconnaissance. Puis il regagna Bagdad avec la réponse à l’objet de sa venue le mercredi II ajab de l’année [5]43 (24 Novembre 1148).

  • 572 Formule d’appel à la prière spéciale aux chi’ites isma’iliens.

542En Rajab de cette année-là (13 Novembre - 11 Décembre 1148), on annonça aussi d’Alep que le maître de cette ville, l’atâbeg Nour ad-dîn, ordonna de supprimer la formule : « Accourez à l’œuvre excellente »572 à la fin de l’appel à la prière du matin, de même que les insultes publiques à l’égard des compagnons du Prophète — Dieu les agrée. Il désapprouva ces pratiques de la manière la plus formelle et réussit à faire entrer dans les habitudes une partie de ces interdictions, aidé en cela par le faqîh et imâm Borhân ad-dîn Abou-l-Hasan ‘Alî al-Hanafî et par plusieurs orthodoxes d’Alep. Le coup fut dur pour les isma’iliens et les ch’ites qui connurent l’angoisse et une agitation semblable à celle de la mer ; puis ils se calmèrent et se dérobèrent craintivement devant l’inflexibilité bien connue de Nour ad-dîn et son prestige redouté.

543En Rajab aussi ceux qui s’occupaient de conférences pieuses reçurent l’autorisation de parler dans la Grande Mosquée de Damas — puisse-t-elle rester pleine —, comme c’était la coutume et l’habitude. Mais ils commencèrent à se quereller à propos de leur situation et de leur réputation et mêlèrent à cela des questions de « rite » qui n’avaient rien à y faire, si bien que l’on fut obligé de leur ôter cette autorisation et de supprimer les conférences pieuses parce qu’elles s’accompagnaient de désordre et de l’intervention de voyous insensés. Ces mesures furent prises à la fin de Cha’bân (12 Décembre - 1148 9 Janvier 1149).

  • 573 Nahrawân : ville située à une vingtaine de kms. au NE de Bagdad, sur la route du Khorâsân ; cf. Le (...)

544En Jomâdâ II (15 Octobre - 12 Novembre 1148) on annonça de Bagdad que des troubles s’étaient produits dans cette ville et que l’on avait constaté des ravages et des déprédations dans cette région et les régions voisines ; l’émir Bâzabah, l’émir Qaïs et l’émir ‘Alî b. Dobaïs b. Çadaqa, après s’être réunis et mis d’accord, étaient arrivés à Bagdad, à la tête de cinq mille cavaliers environ, et, profitant d’un moment de négligence de sa garnison, avaient lancé leur attaque, s’étaient emparés de la résidence du Sultan et s’étaient livrés à toutes sortes d’excès ; un combat s’ensuivit dans les rues qui coûta la vie à cinq cents personnes environ, soldats du guet (nozzâr) et autres. Le Prince des Croyants, alMoqtafî li-amr Allah, massa en face des rebelles les appelés et les mercenaires qui les attaquèrent et les délogèrent de Bagdad. Ils gagnèrent alors la région de Nahrawân573 où ils causèrent de grands ravages et s’emparèrent des récoltes. Le Calife donna l’ordre d’entreprendre la réparation du rempart de Bagdad, de creuser des tranchées et d’exécuter des travaux de fortificacation ; il enjoignit aux grands personnages, aux citadins, aux commerçants et aux notables de la population de verser de leurs deniers les sommes nécessaires à ces travaux, sous forme d’emprunt et de contribution. Cela coûta à la population des peines et des corvées affligeantes.

545On rapporta que le Sultan Rokn ad-dîn Mas’oud résidait à Hamadhân et que sa situation s’était affaiblie par rapport à ce qu’elle était, que, les vivres étant devenues rares et les prix ayant monté, des révoltes avaient éclaté, des désordres avaient gagné les provinces, des dissenssions s’étaient étendues dans les provinces du Khorâsân et avaient pris de l’ampleur, et la désagrégation n’avait fait que croître.

  • 574 Sens obtenu en lisant li-l-’asâkir au lieu de al-’asâkir du texte.

546Cette année-là aussi, on annonça d’Egypte l’apparition d’un des fils de Nizâr ; un grand nombre de Maghrébins, Kotâma et autres, se joignirent à lui et ils s’approchèrent d’Alexandrie en grand nombre. L’imâm d’Egypte, al-Hâfiz, fit marcher contre eux les troupes égyptiennes, la lutte s’engagea et les deux partis perdirent un grand nombre de cavaliers et de fantassins. Les troupes hâfiziennes l’emportèrent574 sur les troupes nîzâriennes, les mettant en fuite et répandant la mort parmi elles. La rencontre se termina par la mort du fils de Nizâr, chef des rebelles, et, avec lui, de plusieurs de ses familiers et de ses partisans. Ceux que préserva pour cette fois leur destin et auxquels la frayeur donna des ailes, s’enfuirent. Le trouble s’apaisa aussitôt après, cette rébellion cessa, le calme revint dans les esprits, la crainte et l’adversité s’éloignèrent de l’Egypte.

  • 575 Gibb (D.C., 289, n. 1) propose avec raison de corriger façaddaho (il le repoussa) du texte en faqa (...)

547On annonça aussi d’Alep en Rajab (14 Novembre - 13 Décembre 1148) que Nour ad-dîn, maître de cette ville, s’était mis en route à la tête de son armée dans la direction des provinces franques. Il triompha d’un bon nombre de Francs. Le seigneur d’Antioche rassembla les Francs et marcha575 à l’improviste sur Nour ad-dîn ; il lui prit des soldats, des bagages et des bêtes de somme, pertes que rendirent fatales les arrêts émanant de Dieu. Nour ad-dîn et son armée battirent en retraite et il rentra à Alep sain et sauf à la tête de ses troupes sans avoir perdu beaucoup de monde et après avoir tué bon nombre de Francs. Il resta quel ques jours à Alep pour reconstituer les bagages qui lui avaient été pris et le matériel militaire indispensable, puis regagna son camp ; on dit aussi qu’il n’y retourna pas.

548La pluie n’étant pas tombée dans les provinces du Hauran, de la Ghouta et de la Beqâ’, les habitants ne purent ni labourer ni semer. Ils furent pris de découragement et désespérèrent de voir tomber la pluie ; mais lorsqu’on fut en Cha’bân (14 Décembre 1148 - 11 Janvier 1149) et qu’apparut la constellation d’Orion, Dieu Très Haut — qu’il soit loué et remercié — envoya des pluies ininterrompues qui arrosèrent les terres, les collines et les bas-fonds ; l’angoisse abandonna les cœurs, on put semer à temps et l’on ne s’en fit pas faute, on laboura et l’on cultiva avec ardeur, et cela se passa en Cha’bân.

  • 576 Cf. supra, p. 179.
  • 577 Sens obtenu en lisant ahdarâho au lieu de hadarahomâ du texte, dont le sens n’est guère satisfaisa (...)

549On a déjà exposé l’affaire du meurtre de Baraq b. Jandal atTamîmî576, mort sous les coups des Isma’iliens et comment son frère Dahhâk b. Jandal avait rassemblé ses cousins, sa parentèle, ses gens, ses guerriers, avait cerné plusieurs de ses adversaires et les avait tués, s’emparant de la tête de leur tyran, Bahrâm le propagandiste ; tout cela a été rapporté et expliqué dans cette histoire en son lieu et place. On annonça en Cha’bân de cette année-là que les Isma’iliens en question avaient délégué pour assassiner Dahhâk deux hommes dont l’un était fabricant d’arcs et l’autre fabricant de flèches. Ils parvinrent jusqu’à lui, s’insinuèrent dans son entourage grâce à leurs spécialités et restèrent longtemps auprès de lui, attendant l’occasion favorable. Un jour, Dahhâk b. Jandal monta à cheval et fit une promenade autour de l’un de ses villages appelé Baït Lahyâ dans le Wâdî at-Taïm ; comme il en revenait, il se trouva passer près de l’habitation de ces deux malfaisants ; ils vinrent à sa rencontre et le prièrent avec insistance de s’arrêter chez eux pour se reposer ; il le fit et voici que les décrets divins s’abattirent sur lui et que la malheur venait à lui comme par affinité. Quand il se fut assis, ils lui apportèrent de la nourriture qu’ils lui avaient préparée577 ; aussitôt qu’il se fut à mis manger à l’écart, ils bondirent sur lui, le tuèrent et prirent la fuite. Mais les gens de Dahhâk les attrappèrent, s’emparèrent d’eux et les amenèrent à Dahhâk qui gardait encore un reste de vie. A leur vue, il ordonna de les mettre à mort devant lui, puis mourut sur le champ. Il fut remplacé dans le commandement du Wâdî at-Taïm par son fils qui envoya une lettre pour exposer les faits ; je les ai rapportés tels quels.

  • 578 Naqîb an-noqabâ : cf. supra, p. 181, n. 1.

550En Dhou-l-Hijja (12 Avril - 11 Mai 1149), on annonça de Bagdad la mort du cadi parfait Fakhr ad-dîn ‘Izz al-Islâm Abou-1-Qasam ‘Alî b. al-Hosaïn b. Mohammad az-Zaïnabî, Grand Cadi (qâdî al-qodât), survenue le Jour du Sacrifice (22 Avril) de l’année 543. L’imâm al-Moqtafî li-amr Allah, Prince des Croyants, dit pour lui les prières, suivi par le naqîb an-noqabâ578. Il fut enseveli auprès de son père Nour al-Hodâ dans le mausolée de l’imâm Abou-Hanîfa — Dieu lui fasse miséricorde — et fut remplacé dans sa charge de cadi par le cadi Abou-l-Hasan ‘Alî b. ad-Dâ-maghânî.

ANNEE 544 (11 MAI 1149 — 29 AVRIL 1150)

551Le premier jour de cette année-là fut le mercredi 11 Mai. Les désordres causés par les Francs résidant à Tyr, à Acre et dans les places frontières du littoral avaient augmenté après leur retraite de devant Damas, de même que les atteintes portées aux conditions de la trêve conclue entre eux et Mo’în ad-dîn au point qu’ils se mirent à ravager les provinces damascaines et que la situation obligea l’émir Mo’în ad-dîn à marcher sur leurs provinces, à la tête de l’armée damascaine, pour les attaquer et y causer des dégâts. Il campa avec son armée dans la région du Hauran et envoya un message aux Arabes vers la fin de l’année 543. Il ne cessa de lancer des raids contre les provinces des Francs, de pousser des pointes vers leurs villes et leurs possessions extérieures, à longueur de temps ; il fit aussi appel à un important groupe de Turcomans et leur laissa toute liberté de piller les provinces franques et d’attaquer tous les brigands, les pillards et les ravageurs qu’ils rencontreraient à la limite de leurs territoires. Il continua à les tenir assiégés de cette manière, à les harceler et les tenir bloqués sans répit, tant et si bien qu’ils les contraignit à demander un arrangement, le renouvellement de l’accord de trêve et l’oubli du passé au prix d’un certain tribut. Des échanges de vue eurent lieu pour régler cette affaire, préciser les conditions et recevoir les serments solennels au sujet de l’exécution des clauses de l’accord en Moharram 544 (11 Mai - 8 Juin 1149). La période de trêve fut fixée à deux ans et des serments solennels furent reçus à cet effet. Le désaccord cessa, les esprits reprirent leur sérénité dans la population des deux zones, furent satisfaits de cette solution et réjouis de ces dispositions.

  • 579 Date laissée en blanc dans le manuscrit.
  • 580 Le manuscrit porte ‘ala au lieu de ‘an du texte.

552En même temps arrivèrent des lettres adressées par Nour ad-dîn, maître d’Alep, à Mo’în ad-dîn, pour lui faire savoir que le seigneur d’Antioche avait rassemblé les Francs de son territoire et s’était mis en marche avec eux, cherchant à causer des ravages dans les provinces d’Alep ; Nour ad-dîn avait fait une tournée dans les environs d’Alep à la tête de son armée pour joindre le [prince] franc et préserver les provinces de sa malfaisance, mais il avait un besoin urgent que Mo’în ad-dîn vînt en personne à son aide avec son armée, afin de réunir leurs forces pour marcher contre le Franc. Les circonstances obligèrent l’émir Mo’în ad-dîn à déléguer l’émir Mojâhid ad-dîn Bozân b. Mamîn à la tête d’un détachement important de l’armée damascaine avec mission de rejoindre Nour ad-dîn et de tout faire pour lui obéir et le conseiller. Il se mit en route le...579 de la première décade de Çafar (9-19 Juin). Mo’în ad-dîn demeura avec le reste de son armée dans la région du Hauran pour surveiller les mouvements des Arabes, protéger la lisière de leurs provinces et les encourager à transporter à Damas des céréales sur580 leurs chameaux selon une habitude qu’il voulait maintenir et conserver soigneusement.

553En Çafar (9 Juin - 7 Juillet) de bonnes nouvelles arrivèrent au sujet de Nour ad-dîn, maître d’Alep ; Dieu lui avait permis — qu’il soit loué — de vaincre la troupe des Francs — Dieu l’abandonne — et leur armée — Dieu la détruise — à tel point que quelques uns d’entre eux seulement purent s’échapper pour annoncer leur anéantissement et leur défaite brutale.

554Voici ce qui se passa : lorsque se furent réunis autour de lui les renforts qu’il avait demandés, des cavaliers turcomans et des provinces extérieures et le détachement de l’armée de Damas avec l’émir Mojâhid ad-dîn Bozân, l’émir Nour ad-dîn reprit courage, sentit son ardeur croître et se trouva avec une troupe nombreuse. Il fit mouvement vers la région occupée par les Francs dans la province d’Antioche avec une armée qui comptait près de six mille cavaliers combattants, sans les valets et le train de l’armée, tandis que les Francs étaient environ quatre cents lanciers à cheval et mille combattants à pied, sans les valets d’armée.

  • 581 Inab ou Inib : village situé à 20 kms. ONO de Ma’arrat an-No’mân ; cf. Dussaud, T.H., 168.
  • 582 Raymond II, comte de Tripoli.

555Arrivé au lieu dit Inab581, Nour ad-dîn marcha à l’ennemi à la tête de son armée — Dieu lui donne la victoire ; quand les deux adversaires se trouvèrent face à face, les Infidèles exécutèrent contre les Musulmans leur fameuse charge et ceux-ci se séparèrent en plusieurs groupes de divers côtés, puis ils passèrent à l’attaque et la mêlée devint générale, soulevant des nuages de poussière. Les sabres de l’Islam emportèrent la décision ; puis la poussière tomba, et voici que Dieu — qu’il en soit loué et remercié — avait accordé la victoire aux Musulmans sur les polythéistes qui jonchaient le sol, couverts de poussière, abandonnés de Dieu dans leur lutte, à tel point que peu d’entre eux s’en tirèrent, le petit nombre de ceux que protégea pour cette fois le destin et auxquels la frayeur donna des ailes et qui purent annoncer leur anéantissement et leur déconfiture. Les Musulmans se mirent à piller et à faire main basse sur leurs bagages ; ils eurent les mains pleines de butin et d’animaux pris aux Francs. Le maudit prince (al-balins), leur chef582, fut trouvé gisant parmi sa garde et ses preux ; quand il fut reconnu, sa tête fut coupée et apportée à Nour ad-dîn qui récompensa d’un très beau cadeau celui qui la portait. Ce maudit comptait parmi les preux Francs connus pour leur bravoure, leur extrênie énergie, leur capacité de ruse et leur haute taille ; de plus il était renommé partout pour son prestige, sa grande impétuosité et son excessive malfaisance. Cela eut lieu le vendredi 21 Çafar [5] 44 (29 Juin).

556Ensuite Nour ad-dîn prit position avec son armée devant les portes d’Antioche. La ville avait été vidée de ses gardiens et de ses défenseurs et il n’y restait plus que ses habitants, mais le nombre de ceux-ci était grand et leur ville était bien fortifiée. Des négociations furent engagées entre eux et Nour ad-dîn : celui-ci demandait que la ville lui fût livrée en échange de la sauvegarde pour eux et de la protection de leurs biens. Ils alléguèrent que c’était une affaire où ils ne pouvaient s’engager qu’après avoir perdu tout espoir de voir arriver du secours et de l’aide contre leurs assaillants. Ils apportèrent tous les cadeaux et l’argent qu’ils purent et sollicitèrent un délai qui leur fut accordé, de même qu’ils reçurent satisfaction à toutes leurs demandes. Ensuite Nour ad-dîn donna mission à une partie de son armée de rester devant Antioche et de faire obstacle à quiconque s’y rendrait ; pour lui, il se mit en marche avec le reste de son armée vers la région d’Apamée. Il avait donné mission à l’émir Çalâh ad-dîn, à la tête d’un important détachement de l’armée, de rester devant la ville, de la bloquer et de la harceler. Quand les défenseurs connurent l’anéantissement des Francs et qu’ils eurent perdu l’espoir de voir arriver des moyens de renforcement et de secours, ils demandèrent la vie sauve et, l’ayant obtenue, livrèrent la ville. [Nour ad-dîn] tint ses promesses à leur égard et établit dans la cité la garnison qu’il considéra comme suffisante pour la surveiller et la défendre. Cela eut lieu le 18 Rabî’ I (26 Juillet).

  • 583 Il s’agit d’un détachement franc dont Ibn al-Qalânisî devait parler, mais dont une lacune du manus (...)
  • 584 Erreur d’un jour : le 4 Rabî’ II tombait un mercredi en 544 (Gibb, D.C., 294, n. 2).

557Nour ad-dîn revint ensuite à la tête de son armée vers la région du littoral, avec Antioche pour point de direction, afin de venir en aide à ceux qui s’y trouvaient. Il chercha une occasion favorable pour les583 rejoindre et fondre sur eux, mais eux évitèrent soigneusement de s’avancer dans son voisinage et firent semblant d’être occupés ailleurs. Les circonstances obligèrent à conclure une trêve et un accord avec les gens d’Antioche et à convenir que tout ce qui se trouvait proche du territoire d’Alep serait à Nour ad-dîn et tout ce qui était proche d’Antioche à eux. Puis il s’éloigna de la ville dans une autre direction que celle des Francs ; au cours de cette campagne, il s’était emparé des forteresses, des châteaux et des points stratégiques qui entouraient Antioche et y avait pillé un abondant butin. L’émir Mojâhid ad-dîn Bozân, à la tête de l’armée damascaine, se sépara de lui ; ses gens et lui avaient fait preuve en cette rencontre de leur courage renommé et acquirent beaucoup de réputation et de reconnaissance, car l’émir fut représenté comme doué de valeur, de courage, d’un jugement sûr et d’une grande connaissance de l’art de la guerre. Il arriva à Damas sain et sauf ainsi que tous ses gens le mardi 4 Rabî’ Il584 (10 Août). C’est de ses paroles et de son récit qu’est tiré cet exposé que l’on s’est efforcé d’abréger, bien loin de le développer. On y trouve de quoi étayer les piliers de la religion et rendre méprisable ce qui restait des Infidèles incroyants, et tout cela est bien connu, loué et redit parmi les esclaves de Dieu et dans tous les pays — Dieu Très Haut en soit loué et remercié.

  • 585 Mojîr ad-dîn : c’est-à-dire Abou Sa’îd Abaq ; cf. supra, p. 256.

558On a déjà raconté comment Mo’în ad-dîn Onor avait envoyé une partie de son armée dans la région d’Alep pour aider Nour ad-dîn, maître de cette ville, à marcher à la rencontre des Francs qui s’étaient rassemblés, d’Antioche et de ses dépendances, pour porter la ruine sur le territoire syrien et comment Dieu Très Haut — qu’il soit loué — avait permis [aux Musulmans] de prendre l’ascendant sur eux et de les vaincre ; point n’est besoin d’y revenir. Or il arriva que dans les derniers jours de Rabî’ I 544 (début d’Août 1149) Mo’în ad-dîn quitta son armée dans le Hauran et arriva à Damas pour une affaire qui le força à agir de la sorte. Il mangea copieusement, comme il en avait l’habitude, et fut pris aussitôt après d’un dérangement intestinal qui se prolongea. L’ardeur qu’il apportait à diriger les affaires le conduisit à retourner auprès de son armée dans le Hauran, malgré son dérangement intestinal. Le mal empira, ses forces l’abandonnèrent et il fut pris de la maladie que l’on appelle dysenterie (jousantiriyâ) qui agit sur son foie ; c’est une maladie redoutable dont on réchappe rarement quand on en est atteint. On s’inquiéta pour lui, ses forces déclinèrent et son état l’obligea à regagner Damas en litière pour se faire soigner ; il y arriva le samedi 7 Rabî’ II (14 Août). Le mal empira, on craignit pour sa vie, ses forces l’abandonnèrent et il trépassa dans la nuit qui précédait le lundi 23 Rabî’ II (30 Août). Il fut enterré dans la salle à arcature (îwân) du Palais de l’atâbeg qu’il habitait, puis sa dépouille fut transportée au collège qu’il avait bâti. Quand fut terminé son enterrement, Hosâm ad-dîn Bolâq, Moayyad ad-dîn le rais, Mojâhid ad-dîn Bozân et les principaux personnages des troupes se réunirent dans la citadelle autour de Mojîr ad-dîn585 qui avait le commandement et la prééminence et l’affaire fut réglée entre eux au mieux des circonstances.

559La nouvelle lune de Jomâdâ I (6 Septembre), mourut le lecteur du Coran Abou-’Abd Allah al-Bostâmî, qui dirigeait la prière dans le mausolée de Zaïn al-’Abidîn — Dieu lui fasse miséricorde.

560On annonça de Mossoul la mort de l’émir Saïf ad-dîn Ghâzî b. ‘Imâd ad-dîn atâbeg — Dieu lui fasse miséricorde — à la suite d’une longue crise de coliques dans les premiers jours de Jomâdâ I ; il avait remis le pouvoir à son frère Maudoud b. ‘Imâd ad-dîn, sous le contrôle de l’émir ‘Alî Kaujak, Jamâl ad-dîn étant vizir.

  • 586 Le texte porte : le vendredi 9 Rajab ; or cette année-là, le 9 Rajab tombait un samedi (concordanc (...)
  • 587 La leçon du texte d’Amedroz (ta’fîr) doit être remplacée par celle du manuscrit (ta’fiya).

561Le vendredi 8 Rajab 544 (11 Novembre)586 on lut du haut de la chaire (minbar) après la prière une circulaire rédigée par Mojir ad-dîn supprimant la taxe exigée des sujets [de la principauté], faisant cesser son obligation, la dépouillant de tout caractère officiel587 et supprimant l’hôtel de la monnaie (sic). La population pria Dieu en sa faveur et lui fut très reconnaissante.

  • 588 Il y a là une erreur de date ou de jour, le 23 Rajab (27 Novembre) tombant un samedi. Il faut prob (...)
  • 589 Châghour : cf. supra, p. 116, n. 1.

562Peu après, le raïs Moayyad ad-dîn conçut à l’égard de Mojîr ad-dîn une méfiance telle qu’elle l’obligea à rassembler le plus grand nombre possible des têtes brûlées de la milice (al-ahdâth) et de la populace, des porteurs d’armes pris parmis la foule insensée, et à les poster autour de sa demeure et de celle de son frère Zaïn ad-daula Haïdara pour qu’ils les défendent contre toute tentative criminelle dirigée contre eux deux, cela le mercredi 23 Rajab588. Aussitôt Mojîr ad-dîn entra en pourparlers afin d’apaiser les deux frères et de calmer leur cœur, mais ils n’eurent pas confiance, continuèrent de plus belle à rassembler et à enrôler le populaire et quelques soldats, et provoquèrent une rébellion dans la nuit du jeudi, lendemain du jour indiqué (25 Novembre). Ils se rendirent à la porte de la prison, en brisèrent les serrures et délivrèrent ceux qui s’y trouvaient ; ils appelèrent à la lutte un certain nombre de gens de Ghâghour589 et autres, puis se rendirent à la Porte de l’Est (Bâb ach-Charqï) où ils firent de même, formant ainsi une grande multitude qui remplit les rues et les ruelles. Quand Mojîr ad-dîn et ses gens eurent connaisance de cette situation, ils se réunirent dans la citadelle armés de pied en cap et firent prendre dans les magasins les armes et le matériel qui s’y trouvaient et qui furent distribués aux mercenaires, puis ils décidèrent d’attaquer la populace assemblée, de fondre sur elle et de la réduire à merci. Mais plusieurs officiers demandèrent que l’on agît avec prudence et que l’on ne se laissât pas aller à la précipitation, afin d’éviter que le sang coulât et de préserver la ville du pillage et de l’incendie. Ils insistèrent auprès de Mojîr ad-dîn jusqu’à ce qu’il fît droit à leur requête ; des pourparlers et des tentatives de conciliation eurent lieu pour apaiser le différend. Le raïs et son frère posèrent des conditions dont certaines furent acceptées d’autres rejetées : il devait se tenir chez lui, son fils et son neveu seraient employés dans la haute administration (diwân) et il ne se rendrait à cheval à la citadelle que s’il y était convoqué. La situation fut réglée de la sorte et la foule se calma. Après cet accord, la situation redevint ce qu’elle avait été auparavant : mauvaise volonté et appel à la rébellion, rassemblement d’une multitude considérable de soldats appelés, d’officiers, de vauriens et de campagnards. Ils se mirent d’accord pour attaquer la citadelle, assiéger ceux qui s’y trouvaient et chercher à mettre la main sur tous les ennemis et les notables que le rais avait désignés, cela dans les derniers jours de Rajab (début de Décembre). La lutte reprit entre les deux partis, quelques personnes furent blessées et tuées et chaque camp regagna ses positions.

563Ces événements coïncidèrent avec la fuite du sallâr Zaïn ad-dîn Isma’îl, le préfet (chihna), et de son frère vers la région de Baalbek. La rébellion dura, la lutte se poursuivit jusqu’à ce que la situation exigeât l’exil de ceux des familiers de Mojîr ad-dîn dont l’éloignement fut demandé. La rébellion s’apaisa et les pillards eurent les mains libres pour les demeures du sallâr Zaïn addîn, de son frère et de leurs compagnons ; elles furent entièrement pillées et dévastées. La situation incita à donner des apaisements au raïs et à son frère, à leur faire présent de robes d’honneur, après un échange de serments, et à redonner au raïs ses charges de vizir et de raïs, étant entendu qu’il n’aurait à craindre ni rivalité ni partage.

564On annonça aussi que les Francs avaient fait leur apparition dans les provinces pour y semer le désordre et la ruine et l’on se prépara à se défendre contre leur malfaisance.

  • 590 Al-Hâfiz bi-amr Allah : cf. supra, p. 191, où ce prince est nommé al-Hâfiz li-din Allah.
  • 591 Ar-Rîhâniya : cf. supra, p. 213, n. 2.
  • 592 Son accession au pouvoir est relatée par Ibn al-Qalânisî à la fin de de l’année 524 : cf. supra, p (...)

565On annonça aussi d’Egypte la mort du souverain de ce pays, l’imâm al-Hâfiz bi-amr Allah590, Prince des Croyants, ‘Abd alMajîd, fils de l’émir Abou-l-Qâsim b. al-Mostançir bi-llah — Dieu lui fasse miséricorde — le 5 Jomâdâ II [5]4 (9 Octobre 1149). Le pouvoir fut conféré après lui à son fils puiné Abou-Mançour Isma’îl, qui reçut le surnom honorifique d’az-Zâfir bi-llah ; la charge de vizir fut confiée au général en chef Abou-l-Fath Ibn Maçâl al-Maghribî. Il eut une conduite excellente et une politique avisée ; les provinces connurent la stabilité sous sa direction et la situation fut bonne. Ensuite survinrent des troubles et une discorde abominable entre les régiments du Soudan et d’ar-Rîhâniya591, qui causèrent la mort de nombreux membres des deux partis. La rébellion se calma ensuite et la sécurité régna de nouveau après la crainte. Al-Hâfiz s’était vu confier le pouvoir pour la première fois en Moharram 526592 (23 Novembre - 22 Décembre 1131), de sorte que son règne avait duré dix-huit ans, cinq mois et vingtcinq jours. Au début, il s’était montré parfait dans ses actes et dans sa conduite et avait dispensé le bien aux militaires et aux civils.

  • 593 Tabous : localité située à 5 kms. à l’O de la source du Baradâ et à 25 kms. au NO de Damas, près d (...)
  • 594 Il faut supposer une ellipse et comprendre, comme le fait Gibb (D.C., 297) que les Francs changent (...)
  • 595 Le texte est peut-être altéré. Gibb (D.C., 297, n. 1) propose de lire : ço’oubat tarawwi (la diffi (...)

566Comme Nour ad-dîn avait reçu la nouvelle que les Francs ravageaient les provinces du Hauran, pillant et prenant des esclaves, il décida de faire des préparatifs pour marcher contre eux et écrivit aux gens de Damas pour les informer de sa décision de mener la Guerre Sainte et leur demander de lui venir en aide en lui envoyant mille cavaliers sous les ordres d’un chef de confiance. Or ils avaient convenu avec les Francs de faire front avec eux contre toute armée musulmane qui les attaquerait et recoururent aux subterfuges et aux faux-fuyants à l’égard de Nour ad-dîn. Lorsqu’il apprit cela, il se mit en route et s’arrêta à Marj Yabous, une partie de son armée s’arrêtant à Ya’four593. Apprenant qu’il s’était approché de Damas sans savoir quel était son objectif, les gens de Damas avaient envoyé un message aux Francs pour les renseigner et avaient convenu avec eux d’une aide à recevoir contre Nour ad-dîn. Or ils s’étaient mis en marche vers Ascalon afin de reconstruire Gaza, mais leur avant-garde arriva à Banyâs594. Nour ad-dîn le sut, mais ne s’en préoccupa pas et dit : «  Cela ne m’empêchera pas de mener contre eux la Guerre Sainte ». Cependant il interdisait à ses troupes de piller et de faire des ravages dans les villages, se montrait bienveillant envers les paysans et leur rendait sa présence légère, et partout en conséquence l’on invoquait Dieu en sa faveur, à Damas et dans ses dépendances, dans les autres villes et dans les régions lointaines. Il n’était pas tombé de pluie dans le Hauran, la Ghouta et le Marj, si bien que la plupart des habitants du Hauran quittèrent le pays sous l’effet de la sécheresse et de la misère croissante, du trouble qui régnait parmi leurs troupeaux595 et du manque d’eau à boire. Quand Nour ad-dîn parvint à Baalbek, il arriva par un décret providentiel et une faveur divine que le ciel envoya des nuages avec des pluies abondantes et continues, des averses et des ondées qui durèrent du mardi 3 Dhou-l-Hijja [5]44 (4 Avril 1150) au mardi suivant. Les rivières grossirent, les citernes en plein air du Hauran se remplirent, les meules des moulins tournèrent, toutes les récoltes et les plantes qui avaient séché reverdirent, les populations lancèrent des invocations en faveur de Nour ad-dîn, disant : « C’est grâce à lui, à sa justice et à sa conduite parfaites. »

  • 596 Al-A’wâj : rivière qui, partie de l’Hermon, coule au S de Damas avant de se jeter dans la lagune d (...)
  • 597 Manâzil al-’Asir : il s’agit certainement de Manâzil al-’Asâkir déjà nommé : cf. supra, p. 295, n. (...)

567Ensuite Nour ad-dîn quitta son camp des bords de l’A’waj596 pour le Pont de Bois (Jisr al-Khachab), au lieu dit Manâzil al-Asir597, le mardi 26 Dhou-l-Hijja [5]44 (25 Avril) et envoya à Mojîr ad-dîn et au raïs un message ainsi conçu : « Je n’ai point l’intention, en campant dans ce lieu, de chercher à vous faire la guerre ni à vous assiéger. J’ai seulement été incité à agir ainsi par les nombreuses plaintes des Musulmans, habitants du Hauran et Arabes nomades, car les paysans sont dépouillés de leurs biens et séparés de leurs femmes et de leurs enfants par les Francs et n’ont personne pour les défendre. Il ne m’est pas possible, étant donné la puissance que m’a donnée Dieu — qu’il soit loué — pour secourir les Musulmans et faire la Guerre Sainte aux polythéistes, étant donné la quantité de richesses et d’hommes dont je dispose, il ne m’est pas permis de les négliger et de ne pas prendre leur défense, d’autant plus que je connais votre incapacité à sauvegarder et à protéger vos provinces et votre abaissement qui vous a amenés à demander du secours aux Francs contre moi et à livrer les biens de vos sujets pauvres et des misérables que vous lésez criminellement. Voilà qui ne plait ni à Dieu Très Haut ni à aucun Musulman. Il faut absolument que, sans plus d’arguties, vous [me] donniez l’aide de mille cavaliers qui seront envoyés au combat avec un chef au courage éprouvé, pour délivrer Ascalon et autres lieux ».

  • 598 Le texte porte : 25 Avril, ce qui est une erreur relevée par Gibb (D.C., 299, n. 2).

568Voici la réponse à cette lettre : « Entre nous et toi, il n’y a plus désormais que le sabre. Il va nous arriver des Francs pour nous aider à nous défendre contre toi si tu nous attaques et nous assièges ». Quand le messager revint avec cette réponse et qu’il la lut, Nour ad-dîn en fut très surpris et indigné et décida de marcher contre la ville et de l’attaquer le lendemain mercredi 26 Avril598. Mais Dieu Très Haut fit tomber des pluies violentes et durables qui l’empêchèrent d’agir et le détournèrent de son projet.

ANNEE 545 (30 AVRIL 1150 — 19 AVRIL 1151)

  • 599 Cette indication ramènerait le début de l’année 545 au 1er Mai.
  • 600 Si le 1er Moharram tombait un lundi, la date du 14 pour un vendredi est une erreur ; il faut lire  (...)

569Le premier jour de l’année tomba un lundi, jour de la nouvelle lune de Moharram599. Au cours de ce mois, la paix fut conclue entre Nour ad-dîn et les maîtres de Damas. La raison en fut que Nour ad-dîn avait scrupule à verser le sang des Musulmans, [ce qui se serait produit] s’il avait continué à mener la guerre et le siège contre la ville ; de plus il reçut des nouvelles qui l’invitèrent à cette solution. Il arriva enfin que les maîtres de Damas firent acte d’obéissance envers lui, prononcèrent la khotba en son nom dans la chaire (minbar) [de la Grande Mosquée] de Damas après ceux du Calife et du Sultan et frappèrent la monnaie [à son nom]. Des serments intervinrent à ce sujet ; Nour ad-dîn fit cadeau à Mojîr ad-dîn d’une robe d’honneur complète avec un collier et le reconduisit avec toutes sortes de marques d’honneur. La khotba fut prononcée en son nom dans la chaire (minbar) de Damas le vendredi 14 Moharram600 (12 Mai 1150). Ensuite il convoqua à son camp le raïs, lui fit cadeau, à lui aussi, d’une robe d’honneur complète et le reconduisit jusqu’à la ville. Bon nombre de militaires et de courtisans (khawâçç) se rendirent à son camp pour lui rendre visite et s’entretinrent avec lui. Il accorda des dons à quiconque lui demanda : mendiants, pauvres et miséreux, de sorte qu’aucun de ceux qui vinrent à lui ne fut déçu et qu’aucun solliciteur ne le trouva chiche. Il leva le camp dans la nuit du dimanche [14 Moharram] pour regagner Alep après avoir mené à bien ses projets.

570Le 5 Moharram, on annonça d’Alep que les troupes turcomanes de cette ville s’étaient emparées du fils de Jocelin, seigneur d’A’zâz, et de ses compagnons, et qu’il avait été placé sous bonne garde dans la citadelle d’Alep. Tout le monde se réjouit de ce succès. On annonça aussi que le roi Mas’oud était arrivé à la tête de son armée, avec Antioche pour objectif, avait pris position devant Tell Bâchir et l’avait bloquée dans le courant du mois de Moharram.

571Dans le courant de Moharram aussi, un groupe de pèlerins de l’Iraq et du Khorâsân arriva à Damas. Comme ils revenaient du pèlerinage, ils avaient été victimes d’Arabes païens, de bohémiens et de vauriens qui formaient une bande nombreuse. Ils racontèrent leur malheur, une aventure comme il n’en était arrivé à personne dans les années passées et comme il n’y en avait pas de plus odieuse. On rapporta qu’il se trouvait dans cette caravane de pèlerins nombre de notables, de citadins, de foqahâ, de savants, de cadis du Khorâsân, de nobles épouses de chefs de l’armée du Sultan, des femmes mariées, ainsi que de grandes richesses et beaucoup d’objets précieux. Tout cela fut pris ; la plupart des gens furent mis à mort, quelques uns seulement eurent la vie sauve ; les femmes furent violées ; tous furent dépouillés et plusieurs périrent de faim et de soif. L’on compatit à cet épouvantable malheur ; les gens de bien et les personnages en vue de Damas vêtirent ceux qui étaient nus et leur donnèrent de quoi leur permettre de regagner leur patrie ; tout cela selon les arrêts du Juge Tout Puissant.

572Aussitôt après son départ de Damas et l’incarcération du fils de Jocelin dans la citadelle d’Alep, Nour ad-dîn se mit en marche avec son armée vers A’zâz, la ville du fils de Jocelin, prit position devant elle, la bloqua et ne cessa de l’attaquer jusqu’à ce que Dieu Très Haut lui en eût facilité la prise moyennant vie sauve. C’était une ville altière, solidement fortifiée et défendue. Après se l’être fait livrer et y avoir laissé des hommes de confiance, il regagna Alep, vainqueur et satisfait, dans le courant du mois de Rabî’ I (28 Juin - 27 Juillet).

573Au sujet de Tell Bâchir, on annonça le vendredi premier jour de Rabî’ II (28 Juillet) que le roi Mas’oud, après l’avoir bloquée et attaquée, s’était retiré, tandis que la plupart de ses défenseurs arrivaient, pour certaines raisons qui l’avaient contraint à agir ainsi. Mojâhid ad-dîn Bozân s’était rendu dans sa forteresse de Çarkhad pour y chercher ses biens, régler ses affaires et celles de son fils qui le représentait dans la garde de cette forteresse et pour donner ses ordres. Après son départ il devint un objet d’aversion pour Mojîr ad-dîn et le raïs par suite des propos médisants de gens intéressés à nuire et à semer le désordre. La situation obligea à appeler Mojâhid ad-dîn pour qu’il arrange les choses. Il arriva et réussit à mettre fin à l’incident moyennant que le chambellan (hâjib) Yousof, chambellan de Mojîr ad-dîn, et ses compagnons seraient éloignés de la ville. Ils partirent, sans que l’on touchât à quoi que ce fût de leurs biens. Yousof gagna Baalbek où il fut traité avec honneur par ‘Atâ, gouverneur de la ville.

574On reçut continuellement des nouvelles d’Egypte au sujet de la rivalité prolongée du vizir de ce pays, Ibn Maçâl, de l’émir al-Mozaffar b. Sallâr et de l’ensemble des troupes. Ils entrèrent en lutte ouverte et le sang coula ; finalement le vizir Ibn Maçâl fut tué, Ibn Sallâr l’emporta et conquit le pouvoir sur son adversaire ; parvenu au vizirat, il s’efforça de faire régner la paix, de réorganiser l’armée et de payer les soldes ; les haines s’apaisèrent et le désordre qui était né se calma.

575On annonça l’arrivée dans le Hauran de Mankoubars à à la tête d’un groupe de Turcs et de Turcomans. Il s’unit à l’émir Sirjâl, gouverneur de Boçra, pour jeter le trouble et la dévastation dans les villages du Hauran. On dit que Nour ad-dîn avait donné son acquiescement à la chose. Ils gagnèrent le district de Çarkhad pour y semer le ravage et la destruction et pour assiéger la forteresse ; ensuite ils s’en allèrent ailleurs pour commettre des ravages et empêcher les paysans de semer.

  • 601 Ahmad : il s’agit d’Ahmad Ibn Hanbal, fondateur du « rite » orthodoxe dit hanbalite.
  • 602 Sens obtenu en sous-entendant an-nâs comme sujet de kana yajrî.
  • 603 Maqâbir ach-chohadâ : il faut vraisemblablement entendre : les tombes des compagnons du Prophète, (...)

576Le lundi 17 Rajab de cette année-là (9 Novembre 1150) mourut le cadi Bahâ ad-dîn ‘Abd al-Malik, fils du faqîh ‘Abd alWahhâb al-Hanbalî — Dieu lui fasse miséricorde. C’était un imâm vertueux, un controversiste redoutable ; il donnait des consultations juridiques selon le « rite » des deux imâms Ahmad601 et Abou-Hanîfa — Dieu leur fasse miséricorde —, conformément à la méthode qu’on suivait602 pendant qu’il séjournait dans le Khorâsân pour s’instruire et faire des progrès. Il avait la parole facile en arabe et en persan, la conversation agréable, que le sujet en fût sérieux ou plaisant. Au jour de son enterrement aux côtés de son père et de son grand-père — Dieu leur fasse miséricorde — dans le Cimetière des Martyrs (Maqâbir ach-Chohadâ)603, une assistance nombreuse se tint autour de la civière mortuaire, pleurant, faisant son éloge et regrettant sa perte. Peu après son décès mourut aussi le chérif, cadi et naqîb Abou-l-Hosaïn Fakhr ad-daula, fils du cadi b. Abou-l-Jann — Dieu lui fasse miséricorde — le jeudi 20 Rajab (12 Novembre). Il fut enseveli dans le cimetière de Fakhr ad-daula son grand-père — Dieu lui fasse miséricorde. Sa mort causa beaucoup d’émotion, car c’était un homme de bien aux nobles intentions.

  • 604 Khâlid : forteresse située sur la rivière Sajor, au SE de Tell Bâchir ; cf. Gibb, D.C., 301, n. 1.

577En Rajab on annonça des territoires occupés par Nour addîn qu’il avait triomphé de l’armée des Francs qui s’étaient postés en face de lui à proximité de Tell Bâchir ; leur châtiment et leurs pertes furent sévères, tandis que [les Musulmans] regorgèrent de butin et de captifs. Nour ad-dîn s’empara en outre de la forteresse de Khâlid604 qu’il avait entrepris de bloquer et d’assiéger.

  • 605 Ici un mot illisible.

578Dans la dernière décade de Rajab (12-21 Novembre) on annonça du Hauran que l’émir Mankoubars avait rencontré, au lieu dit...605, al-Hâjî et ses hommes, de l’armée de Damas, l’avait mis en fuite et très gravement blessé ; pendant qu’on le ramenait à Damas, il mourut en chemin et fut enseveli dans le cimetière [de Bâb] al-Farâdîs, le lundi 6 Cha’bân (28 Novembre).

579Le mercredi 14 Ramadân (4 Janvier 1151) le ciel laissa tomber des chutes de neige comme on n’en avait jamais vu les années passées ; cela dura plusieurs jours, si bien qu’une grande partie du Hauran, de la Beqâ’ et du désert fut couverte d’une couche de neige qui s’étendait, dit-on, dans le Nord jusqu’à Qal’at Ja’bar. Les rivières du Hauran coulèrent, les moulins tournèrent, les citernes à ciel ouvert se remplirent, les puits débordèrent, la population se réjouit de cette faveur générale et remercia son Dispensateur. Peu après, les différents bras du Baradâ et les sources grossirent énormément et tout le monde fut satisfait. Ensuite vinrent les pluies de Janvier qui arrosèrent les champs ensemencés et les pâturages.

580Le samedi 3 Dhou-l-Hijja (24 Mars 1151), mourut le cadi éprouvé Abou-l-Barakât Mahfouz, fils du cadi Abou-Mohammad al-Hasan b. Miçri — Dieu lui fasse miséricorde — à la suite d’une longue maladie. Il avait tout près de quatre-vingt-dix ans et était renommé pour ses vertus, sa réserve et son caractère sans défaut.

581On annonça d’Egypte que la discorde persistait entre le vizir al-’Adil b. Sallâr et l’armée, que le sang coulait et que les portes du mal et de la rébellion étaient ouvertes.

ANNEE 546 (20 AVRIL 1151 — 7 AVRIL 1152)

582Le premier jour de cette année-là fut un vendredi, jour de la nouvelle lune de Moharram (20 Avril 1151).

  • 606 Erreur de date évidente, puisque, d’après l’auteur lui-même, le 1er Moharram tombait un vendredi.
  • 607Adhrâ : sur cette localité, cf. supra, p. 7, n. 3.
  • 608 An-Naïrab : localité située à l’O de Damas entre Rabwé au N et Mezzé au S ; cf. Dussaud, T.H. 308. (...)
  • 609 J’adopte ici la correction proposée par Gibb (D.C., 302, n. 4) de joriha (fut blessé) au lieu de k (...)
  • 610 Douma : village situé à la limite de la zone d’irrigation du Baradâ, à environ 10 kms. au NE de Da (...)
  • 611 Hajîrâ et Râwiya : localités situées au SSE et à peu de distance de Damas ; cf. Dussaud, T.H., 301 (...)

583Le mercredi 10 [13] Moharram606 (2 Mai) de cette année bénie, l’avant-garde de l’armée de Nour ad-dîn prit position sur le territoire de ‘Adhrâ607 qui fait partie du district de Damas et de ses dépendances. Le jeudi suivant (3 Mai), un important détachement de cette armée, gagna la région d’as-Saham et d’an-Naïrab608 et y dressa une embuscade dans la montagne, à l’intention de l’armée damascaine. Quand celle-ci sortit de la ville dans cette direction, quelqu’un vint en hâte l’en avertir ; les hommes placés en embuscade se montrèrent et les Damascains battirent en retraite vers la ville avec des blessés609 dans leur arrière-garde, échappant ainsi à l’anéantissement. Le vendredi suivant [4 Mai], Nour ad-dîn arriva à la tête de son armée et prit position à ‘Oyoun Fâsariyâ, entre ‘Adhrâ et Douma610, étendant ses lignes jusque de ce côté-là. Le samedi suivant (5 Mai) [Nour ad-dîn et les siens] abandonnèrent cet endroit et prirent position dans les territoires de Hajîrâ et de Râwiya611 et dans cette région, constituant une masse très nombreuse et très dense. Les mauvais éléments de l’armée de Damas, ainsi que les voyous qui ne vivaient que de rapine et de déprédation firent partout main basse sur les récoltes de la population, qu’ils moissonnèrent et arrachèrent et sur les fruits qu’ils détruisirent sans que personne s’y opposât, ce qui causa un préjudice supplémentaire aux propriétaires ; les prix en subirent le contre-coup, les mouvements des marchands furent interrompus et l’angoisse régna. On commença à s’équiper et à se préparer pour gagner la ville et le rempart. Des messagers de Nour ad-dîn vinrent trouver les responsables de la ville et transmirent ces paroles : « Je ne veux que le bien-être des Musulmans, la Guerre Sainte contre les polythéistes et la délivrance des prisonniers qui sont entre leurs mains. Si vous vous rangez à mes côtés avec l’armée de Damas, si nous nous entraidons pour mener la Guerre Sainte, et que tout aille comme il faut, mon vœu et mon dessein seront comblés ». Il ne reçut pas de réponse qui pût le satisfaire et s’accorder avec ses visées.

  • 612 Machhad al-Qadam : cf. supra, p. 263, n. 1.
  • 613 Al-Masjid al-Jadîd : cf. supra, p. 235, n. 1.

584Le samedi 23 (12 Mai), Nour ad-dîn quitta cette position avec son armée pour s’établir sur le terrain du Sanctuaire du Pas (Machhad al-Qadam)612 et les terrains voisins à l’Est et à l’Ouest ; les tentes étaient si nombreuses qu’elles atteignaient la Mosquée Neuve613 (al-Masjid al-Jadîd) au Sud de la ville. C’était là un campement qu’aucun chef militaire n’avait utilisé au cours des années précédentes. Des escarmouches eurent lieu entre les éléments avancés de cette armée et des détachements qui sortaient de la ville à leur rencontre ; puis chacun revint sur ses positions et les choses demeurèrent en l’état, car l’armée de Nour ad-dîn s’abstenait d’attaquer la ville et de combattre ses défenseurs, par souci de ne tuer personne et de ne pas multiplier les blessures parmi les combattants des deux camps. Le résultat fut que les mauvais éléments des deux armées eurent les mains libres pour mal faire, pour moissonner les récoltes du Marj, de la Ghouta et de la banlieue (dawâhî) de la ville, détruire les maisons des villages et transporter le produit de ces destructions dans la ville ou dans le camp. Les dommages subis par leurs propriétaires, les citadins et les villageois, ne firent que croître, de même qu’augmentait l’appétit de la pègre et des voyous jusqu’à arriver au plus haut degré du pillage, en l’absence de toute restriction et de toute opposition. La paille vint à manquer partout pour la nourriture des bêtes. Les prix montèrent et la situation devint critique. Pendant ce temps les renseignements se succédaient disant que les Francs recrutaient du monde et se concentraient pour porter aide et assistance à la population damascaine, ce qui plongeait dans l’angoisse les gens de bien et les personnes pieuses et les amenait à réprouver davantage une situation aussi déplaisante et abominable. Ce déplorable état de choses persista et les escarmouches se poursuivirent, sans assaut et sans combat jusqu’au jeudi 13 Çafar (31 Mai).

  • 614 Fadhâyâ, Halfabaltaïn (et non Halqabaltaïn), al-Khâmisoun : villages voisins de Damas ; cf. Le Str (...)
  • 615 Gibb (D.C., 305) traduit l’expression al-mota’alliqa min al-balad, par the humble citizens. La con (...)
  • 616 Le texte porte la date du 10 Çafar ; étant donné les indications fournies précédemment, on se trou (...)
  • 617 Dârayyâ : cf. supra, p. 255, n. I.
  • 618 Al-A’wâj : cf. supra, p. 312, n. 3.
  • 619 Az-Zabdânî : agglomération de la haute vallée du Baradâ à environ 30 kms. au NO de Damas.

585Alors l’armée de Nour ad-dîn abandonna ses positions et s’établit sur les territoires de Fadhâyâ, de Halfabaltaïn et d’alKhâmisoun614, à proximité de la ville ; on ne connaissait pas d’exemple qu’une armée se fût jamais approchée de ces points. Ce même jour eut lieu une attaque qui coûta de nombreux blessés aux cavaliers et aux fantassins de la ville. Le bétail des paysans et des pauvres gens fut pris ainsi que les bêtes de somme des habitants de la proche banlieue615, et les propriétés particulières des paysans de la Ghouta, du Marj et des régions qui les bordent. Ensuite le jeudi 20 Çafar (7 Juin)616, Nour ad-dîn leva le camp pour retourner dans la région de Dârayyâ617, parce qu’il ne cessait de recevoir des nouvelles inquiétantes sur l’armée des Francs qui s’approchait de Damas pour lui venir en aide ; il voulait se trouver près de leurs voies de passage, car il était fermement résolu à les rencontrer et prêt à livrer bataille ; en effet son armée était devenue considérable par la force et par le nombre et elle ne cessait de s’accroître du fait des éléments qui venaient se joindre à elle des tribus turcomanes et de tous les côtés. Néanmoins Nour ad-dîn n’autorisait aucun de ses hommes à se précipiter au combat contre un Musulman quelconque, soldat de la ville ou homme du peuple, car il répugnait à répandre le sang en vain et puisque c’était l’ignorance et la vanité qui poussaient ces gens à se précipiter à l’attaque et qu’ils revenaient toujours déconfits et mis en fuite. Après être resté dans cette position, il se déplaça vers la région d’al-A’wâj618 en raison de la proximité de l’armée des Francs et de leur intention de marcher contre lui. Puis il estima nécessaire de se retirer dans la région d’az-Zabdânî619 pour y attirer les Francs et détacha de son armée un corps de troupes de près de quatre mille cavaliers avec un fort encadrement, qui avait mission de se tenir dans la province du Hauran en liaison avec les Arabes pour marcher contre les Francs et de les attaquer, et aussi de guetter leur arrivée, la sortie de l’armée damascaine à leur rencontre et leur jonction. Puis il les laissa livrés à euxmêmes.

  • 620 Boçrâ : cf. supra, p. 56, n. 1.

586Il arriva que l’armée franque parvint à [la rivière] al-A’wâj aussitôt après son départ et s’y établit le 3 Rabî’ I (20 Juin). Un grand nombre de Francs allèrent jusqu’à la ville pour s’y procurer ce dont ils avaient besoin. Mojîr et Moayyâd ad-dîn sortirent accompagnés de leurs familiers et d’une grande foule de citadins et se rencontrèrent avec le roi des Francs et ses familiers ; ils ne trouvèrent pas les Francs aussi nombreux ni aussi forts qu’on l’avait imaginé. Il fut convenu entre eux que les deux armées assiégeraient la citadelle de Boçrâ620 afin de s’en emparer et de s’assurer les récoltes des districts qui en dépendaient.

  • 621 Râs al-Mâ : cf. supra, p. 105, n. 1.
  • 622 Al-Lijât : cf. supra, p. 105, n. 2.
  • 623Ain al-Jarr : localité de la Beqâ’ située près de Baalbek sur la route de Damas, à la source du L (...)

587L’armée des Francs s’ébranla alors en direction de Râs alMâ621 ; mais l’armée damascaine ne se trouva pas en état d’aller les rejoindre, en raison de sa faiblesse et de ses dissensions. Le corps d’armée de Nour ad-dîn qui se trouvait dans le Hauran et les Arabes qui l’avaient rejoint se dirigèrent en force vers la région occupée par les Francs pour tomber sur eux et les anéantir. Mais l’armée franque se réfugia dans la Lijât du Hauran622 pour s’y mettre en sûreté. Nour ad-dîn en fut informé, se mit en route et campa à ‘Aïn al-Jarr623 dans la Beqâ’, revenant vers Damas et marchant sur les Francs et l’armée damascaine. Après avoir fait leur jonction avec l’armée de Damas, les Francs avaient marché sur Boçrâ pour l’assiéger, la bloquer et l’attaquer de vive force, mais ils ne purent en venir à bout ; le gouverneur de cette forteresse, Sirjâl, sortit contre eux avec ses hommes et, fuyant devant lui, ils revinrent en piteux état. L’armée franque ayant regagné son territoire dans la seconde décade de Rabî’ I (28 Juin - 7 Juillet), les Francs envoyèrent des messages à Mojîr et Moayyad ad-dîn, réclamant le reste de l’indemnité qui leur avait été promise pour éloigner Nour ad-dîn de Damas. « Si nous ne l’avions pas fait partir, disaientils, il ne vous aurait pas lâchés ».

  • 624 Ad-Dalhamiya : village de la Beqâ’ à environ 10 kms. à l’ESE de l’actuelle Zahlé ; cf. Dussaud, T. (...)
  • 625 Il a erreur ou sur le jour ou sur la date, puisqu’il a été indiqué précédemment que le 21 Rabî’ I (...)
  • 626 Al-Qatî’a : faubourg tout proche de la ville près de la Mosquée du Pas ; cf. supra, p. 263, n. 1.

588On annonça à cette époque l’arrivée dans les places côtières du littoral d’une flotte égyptienne extrêmement nombreuse et bien équipée. Elle comptait, rapportait-on, soixante-dix vaisseaux de guerre chargés de soldats ; on n’en avait point vu sortir de pareille au cours des années précédentes et la somme dépensée pour l’armer approchait, à ce qu’on racontait, de trois cent mille dinars. Cette flotte arriva près de Jaffa, l’une des places côtières des Francs ; [les gens qui la montaient] tuèrent, firent des prisonniers, incendièrent tout ce qu’ils purent et s’emparèrent d’un très grand nombre de vaisseaux grecs et francs. De là ils gagnèrent la place côtière d’Acre et y agirent de même ; une très grande quantité de vaisseaux de guerre francs tombèrent entre leurs mains et ils tuèrent un nombre important de pèlerins et autres. Après avoir envoyé vers l’Egypte tout ce qu’ils pouvaient, ils gagnèrent les places côtières de Sidon, Beyrouth et Tripoli et y agirent de même. Nour ad-dîn promit de se rendre dans la région où opérait cette flotte, afin de l’aider à réduire la puissance franque. Mais il était fort occupé par l’affaire de Damas et par son retour vers cette ville, devant laquelle il voulait mettre le siège ; car il était résolu à s’en emparer, connaissant sa faiblesse, la sympathie qui animait envers lui-même militaires et civils et la réputation d’autorité et de justice qu’ils lui faisaient. On rapporte que Nour ad-dîn ordonna une revue de son armée et la fit dénombrer et l’on dit qu’elle atteignait le total de trente mille combattants. Il se mit en marche et campa à ad-Dalhamiya624 dans le district de la Beqâ’ ; puis il se remit en marche vers les abords de Damas et campa sur le territoire de Kaukabâ, à l’Ouest de Dârayyâ le samedi 21 Rabî’ I (7 Juillet). Sa cavalerie fit des incursions sur la route du Hauran à Damas et prit une grande quantité de chameaux, de céréales et de bétail ; elle poussa aussi des pointes dans les régions de la Ghouta et du Marj et ramena tout le bétail qu’elle trouva. Nour ad-dîn leva ensuite le camp le lundi et s’installa du côté de Dârayyâ jusqu’au Pont de Bois (Jisr al-Khachab). Un appel fut lancé dans la ville invitant les troupes et la milice (al-ahdâth) à sortir à sa rencontre, mais personne ne se présenta, sauf un petit nombre de ceux qui avaient été de la première sortie. Le mercredi 24625 du même mois, Nour ad-dîn ayant quitté ce camp et s’étant installé sur le territoire d’al-Qatî’a626 et ses environs, se rapprocha au point de se trouver à côté de la ville ; des escarmouches eurent lieu entre les deux partis, mais sans assaut, sans mordant et sans véritable bataille.

  • 627 Il faut probablement lire mercredi 25 ou jeudi 26 ; cf. supra, p. 323, n. 2.
  • 628 Sens obtenu en lisant mobachchir au lieu de masîr du texte et du manuscrit qui ne donne pas de sen (...)

589Nour ad-dîn reçut la nouvelle que son lieutenant, l’émir Hassân al-Manbijî, s’était emparé moyennant vie sauve de la ville de Tell Bâchir le jeudi 25 Rabî’ I627 de l’année [5]46 (12 Juillet). Les tambours et les timbales battirent, les trompettes sonnèrent dans le camp pour célébrer cette heureuse nouvelle ; en même temps que le messager628 arrivèrent plusieurs notables de Tell Bâchir pour régler le sort [de cette ville].

590Nour ad-dîn s’en tint à son plan d’attaquer la ville et de lutter contre ses habitants et ses soldats, tout en s’abstenant de tuer des Musulmans : « Point n’est besoin, disait-il, que les Musulmans s’entretuent. Quant à moi je leur laisserai le loisir d’offrir leur vie pour mener la Guerre Sainte contre les polythéistes ». En même temps qu’il exprimait cette intention, il nouait des négociations pour conclure la paix au cours du mois de Rabî’ II (17 Juillet - 14 Août), selon des conditions qui furent indiquées et des propositions qui furent précisées. Les négociations furent menées par la faqîh Borhân ad-dîn ‘Alî al Balkhî, l’émir Asad ad-dîn Chîrkouh et son frère Najm ad-dîn Aiyoub. Les points de vue se rapprochèrent, les échanges de notes se succédèrent jusqu’à ce que l’affaire fût réglée, les conditions proposées étant acceptées. Des serments solennels furent échangés et les deux parties donnèrent leur accord le jeudi 10 Rabî’ II (26 Juillet).

591Le lendemain vendredi, Nour ad-dîn s’éloigna à la tête de son armée dans la direction de Boçrâ pour assiéger cette place et la bloquer ; il demanda à Damas les machines de guerre et les mangonneaux dont le besoin se faisait sentir. C’est que Sirjâl, le gouverneur de Boçrâ dont il a déjà été question, avait manifesté sa rébellion et son opposition à l’endroit de Nour ad-dîn, s’était rapproché des Francs et leur avait demandé assistance. Nour addîn lui tint rigueur de cette attitude et envoya contre lui un important détachement de son armée.

  • 629 Encore une discordance entre le samedi 10 Rabî’ II et le lundi 13.

592On annonça aussi de Qal’at Ja’bar le samedi 13 Rabî’ Il629 (29 Juillet) que le maître de cette ville, l’émir ‘Izz ad-dîn ‘Alî b. Mâlik b. Sâlim b. Mâlik était parti en guerre avec ses compagnons contre l’armée d’ar-Raqqa. S’il lançait des attaques sur la bordure de son territoire, c’était pour délivrer des bêtes que les autres avaient emmenées. Les deux troupes se rencontrèrent, mais dès l’abord ‘Izz ad-dîn fut atteint d’une flèche par un ennemi en embuscade qui le surprit. Ses gens le ramenèrent à Qal’at Ja’bar et son fils Mâlik b. ‘Alî prit sa succession, assisté par ses proches parents, si bien qu’il eut vite la situation en main.

593On annonça d’Egypte en [5]46 que la population de Damiette avait été atteinte par une grave épidémie comme on n’en avait jamais vu ; ce fut au point qu’en 545 on compta sept mille morts et autant en [5]46, ce qui faisait en tout quatorze mille. Bien des maisons furent vidées de leurs habitants et demeurèrent fermées, sans que personne y habitât ou cherchât à y habiter.

594Le samedi 2 Jomâdâ II de l’année [5]46 (16 Septembre 1151), mourut le cadi équitable et prédicateur Abou-l-Hosaïn b. Abou-1Hadîd, prédicateur de Damas — Dieu lui fasse miséricorde. C’était un prédicateur loyal, éloquent, discret et réservé. Il ne se trouva personne pour le remplacer dans son office sauf Ibn alHasan al-Fadl, son petit-fils, qui était bien jeune ; il fut installé cependant à sa place, prêcha et fit faire la prière aux gens ; cette situation dura longtemps.

595On reçut des récits au sujet d’un séisme qui se produisit dans la nuit du 13 Jomâdâ II de l’année [5]46 (27 Septembre). La terre trembla par trois fois dans les districts de Boçrâ et du Hauran et dans les contrées avoisinantes, puis redevint immobile. Ce séisme détruisit un très grand nombre de murs dans les demeures de Boçrâ et d’ailleurs ; puis il s’apaisa sous l’effet de la puissance de Celui qui le déchaîna et le calma — qu’il soit loué et exalté : Il est tout puissant.

596Mojîr ad-dîn, maître de Damas, se mit en route pour Alep le jeudi 12 Rajab[5]46 (25 Octobre), entouré de ses familiers ; une fois arrivé, il fut introduit auprès de Nour ad-dîn, maître de la ville, qui le reçut avec honneur et ne ménagea pas les bons procédés à son endroit ; il arrêta certaines dispositions qu’il avait proposées à Mojîr ad-dîn, après que celui-ci eut fait acte de vassalité et se fut engagé à agir comme son loyal représentant à Damas ; il s’en alla content des marques d’honneur et de déférence dont il avait été l’objet et arriva à Damas le mardi 6 Cha’bân (20 Novembre).

  • 630 La correction proposée par Gibb (D.C., 311, n. 1) : ‘âdou bi-thalâthati nafarin au lieu de ‘âdou t (...)

597A la fin de Cha’bân (début de Décembre) on annonça de Banyâs qu’un gros détachement de Turcomans avait fait une incursion dans les environs immédiats de la ville. Le gouverneur franc de la place opéra une sortie avec ses gens ; il y eut combat. Les Turcomans l’emportèrent et tuèrent ou firent prisonniers la plupart des Francs ; seuls le gouverneur et un petit nombre des siens s’échappèrent. La nouvelle parvint aux gens de Damas qui réprouvèrent une pareille action en raison de la trêve et des relations pacifiques qui avaient été conclues ; ils envoyèrent donc contre les Turcomans une fraction de l’armée damascaine qui rencontra quelques traînards, leur reprit tout leur butin et ramena trois d’entre eux630.

598Dans les premiers jours de Ramadân (12 Décembre 1151 - 9 Janvier 1152), on annonça que la majeure partie de l’armée franque s’était avancée par surprise dans la région de la Beqâ’ et avait attaqué un très grand nombre de villages, s’emparant de tous les hommes, les femmes, les vieillards et les enfants qui s’y trouvaient, emmenant les bêtes de labour, les troupeaux et les bêtes de somme. Lorsque le gouverneur de Baalbek en fut informé, il envoya contre les Francs ses soldats auxquels se joignirent en grand nombre des hommes de la Beqâ’. Ils marchèrent en hâte à la poursuite des Francs et les rejoignirent au moment où Dieu Très Haut avait fait tomber sur eux plusieurs chutes de neige successives qui les avaient retardés et mis en mauvaise posture. [Les Musulmans] tuèrent la plupart de leurs hommes et délivrèrent les prisonniers et le bétail qui, en petit nombre, avaient échappé à la mort par le froid. [Les Francs] s’en retournèrent en piteux état par suite de l’abandon et des difficultés où ils s’étaient trouvés, grâce à Dieu et à l’aide qu’il avait accordée aux Musulmans.

  • 631 Légère erreur de date : le 22 Chawwâl 546 correspond au 1er Février 1152.

599Le samedi 22 Chawwâl de cette année-là, qui correspond au 3 Février631, survint juste avant la prière de midi un séisme qui imprima au sol trois violentes secousses ; les maisons et les murs furent ébranlés, puis tout se calma sous l’effet de la, puissance de Dieu Très Haut.

ANNEE 547 (8 AVRIL 1152 — 28 MARS 1153)

600Le premier jour de cette année-là fut un mardi, jour de la nouvelle lune de Moharram. En Moharram on annonça du territoire de Nour ad-dîn qu’il avait mis le siège devant la forteresse de Tortose à la tête de son armée et qu’il s’en était emparé. Tous les Francs qui s’y trouvaient furent mis à mort ; les autres demandèrent la vie sauve et l’obtinrent. Nour ad-dîn y laissa une garnison, puis s’en retourna et prit possession de plusieurs forteresses soit de vive force, en faisant des prisonniers, détruisant et brûlant, soit en accordant la vie sauve.

  • 632 Mot à mot : elles prirent la couleur du bois de santal.

601On annonça d’Ascalon le jeudi 10 Moharram (17 Avril) que les soldats d’Ascalon avaient remporté sur les Francs du voisinage, à Gaza, une victoire qui provoqua la mort d’un grand nombre d’entre eux et la fuite des autres. Dans la nuit du mardi 23 Moharram qui correspondait à la fin d’Avril (30 Avril), Dieu Très Haut envoya sur tout le pays une pluie torrentielle, accompagnée de tonnerre et d’éclairs sans arrêt qui fit grossir démesurément les eaux de Baradâ et leur donna une couleur limoneuse632 sous l’effet [des débris arrachés] aux lits des rivières et aux montagnes. Cela fut d’un grand profit pour les cultures irriguées ou sèches.

  • 633 Erreur de date : le mois de Moharram ayant commencé le 8 Avril, le 22 Mai ne peut correspondre qu’ (...)

602Au milieu de Mai qui correspondait au mois de Çafar [5]47, il y eut des grondements de tonnerre, une suite d’éclairs et des chutes de pluie en divers endroits, qui enflèrent les rivières et firent couler les ruisseaux et les torrents de montagne. Au moment de la prière de l’après-midi du dimanche 22 Mai qui correspondait au 20 Çafar633, un nuage blanchâtre se montra, accompagné de terribles grondements de tonnerre qui se succédaient sans interruption et qui inspirèrent une crainte sans répit ; ensuite tomba une pluie torrentielle jusqu’à la fin de la journée. Au cours de la nuit, le Baradâ se mit à couler de plus en plus fort et à rouler des eaux rendues limoneuses par tout ce qu elles apportaient des montagnes, si bien que les cours d’eau, les canaux et les canalisations se remplirent, que leur lit prit une teinte rouge et qu’ils noyèrent les céréales coupées ou mises en gerbes, altérant et rouillant l’orge. Le phénomène s’apaisa sous l’effet de la Puissance de Dieu Très Haut et l’on en tira avantage. Par la suite un témoin du phénomène se présenta et raconta qu’il était tombé de gros grêlons, si gros qu’ils avaient blessé beaucoup d’animaux et détruit certaines maisons de la Ghouta ; l’eau des rivières débordées avait inondé les champs et le narrateur ajouta que l’on n’avait jamais vu pareille chose.

603Dans les derniers jours de Çafar de l’année [5]47 (8 Mai 5 - Juin 1152), Mojîr ad-dîn, à la tête de l’armée et accompagné du vizir Moayyad ad-dîn se mit en route dans la direction de la forteresse de Boçrâ et prit position devant elle, cernant son gouverneur Sirjâl et bloquant sa population, parce que Sirjâl désobéissait à ses ordres, qu’il tyrannisait les villageois du Hauran, leur témoignait de l’hostilité et exigeait d’eux plus qu’ils ne pouvaient. Il eut recours aux mangonneaux et aux machines de guerre pour mener ce siège. Il arriva que Mojîr ad-dîn se rendit à Çarkhad pour voir cette forteresse par lui-même ; il en demanda l’autorisation à son gouverneur Mojâhid ad-dîn qui répondit : « Ce lieu est sous ton autorité, quant à moi, j’y suis de par ta volonté ». Il enjoignit de plus à son fils Saïf ad-dîn Mohammad qui le représentait à Çarkhad de tenir à la disposition de Mojîr ad-dîn tout ce dont il avait besoin. Celui-ci fut reçu avec les égards qui lui étaient dûs ; Saïf ad-dîn sortit au-devant de lui avec quelques uns de ses gens et avec les clés [de la forteresse], lui témoigna toute la déférence qui lui était dûe et fit faire place nette par ses hommes. Mojîr ad-dîn fit son entrée avec ses familiers, fut satisfait, admira ce qu’avait fait Mojâhid ad-dîn, lui exprima sa reconnaissance, lui offrit les chevaux et les cadeaux qu’il avait fait préparer et s’en retourna plein de gratitude à son camp devant Boçrâ. Il mena la lutte pendant plusieurs jours jusqu’à ce qu’un arrangement intervînt et que l’on entrât dans ses vues, puis il regagna Damas. Dans les premiers jours de Cha’bân (ier 29 Novembre 1152) on annonça la mort du Sultan Ghiyâth ad-donyâ wa-d-dîn Mas’oud, fils du Sultan Mohammad.

  • 634 Il y a là une erreur évidente ; le mois de Chawwâl 547 va du 30 Décembre 1152 au 27 Janvier 1153 ; (...)

604Pendant la première décade de Cha’bân634 qui correspondait à la première décade de Novembre, l’eau et l’air furent altérés à Damas et les habitants furent pris de fièvre et de toux ; tous furent atteints, l’élite, la masse, les vieillards, les jeunes gens, les enfants, si bien qu’il y eut foule autour des boutiques des droguistes pour se procurer de la potion. On raconte qu’un droguiste fit le compte de ce qu’il avait vendu en un jour et trouva trois cent quatrevingts formules. La plupart des gens réchappaient et guérissaient et la maladie ne durait pas plus d’une semaine ou moins ; ceux dont le terme était échu trépassaient. Le travail des laveurs de cadavres et des fossoyeurs doubla, car on avait besoin d’eux en raison du grand nombre des morts.

  • 635 Maqâbir al-Kahf : le lieu dit Kahf’Isâ (la Grotte de Jésus) se trouvait dans la direction d’ar-Rab (...)

605Le samedi 24 Chawwâl (22 Janvier 1153) mourut l’émir Sa’d ad-daula Abou-’Abd Allah Mohammad b. al-Mohsin b. al-Molhî — Dieu lui fasse miséricorde — et il fut enterré dans le Cimetière de la Grotte (Maqâbir al-Kahf)635. Il avait une culture étendue, un beau style et un magnifique don poétique. Son père avait exercé à Alep des charges administratives et politiques et l’inspection des troupes (‘ard al-ajnâd).

ANNEE 548 (29 MARS 1153 — 17 MARS 1154)

  • 636 La lecture proposée par Gibb (D.C., 314, n. 2) : wa-hom au lieu de wa-howa, paraît la seule admiss (...)
  • 637 Balbîs : ou Bilbîs, ville de la Basse Egypte au NE du Caire, sur la route de Syrie ; cf. E.I., I, (...)
  • 638 Al-Hojariya : sur ce mot, qui désigne certainement une unité de l’armée, voir l’explication d’aill (...)

606Le premier jour de cette année-là fut un dimanche ; le soleil se trouvait dans le signe du Bélier, tandis que l’astre montant était le Capricorne. Le 26 Moharram (23 Avril), on annonça d’Egypte qu’al-’Adil communément appelé Ibn Sallâr, qui s’était élevé en dignité, dont la situation de vizir était devenue solide, et qui avait le pouvoir absolu, l’autorité suprême, venait de tenir un conseil au sujet des dépenses des équipages de la flotte afin d’armer cette flotte pour qu’elle cinglât vers Ascalon avec du ravitaillement (argent, hommes et vivres) destiné à redonner des forces à la garnison en lutte contre les Francs qui l’assiégeaient et la bloquaient en très grand nombre636, la mettant dans une situation critique. Il avait quitté cette réunion pour se reposer de ses fatigues, comme à l’accoutumée et prendre quelque répit après une grande tension d’esprit. Sa femme avait un fils appelé l’émir ‘Abbâs qu’il avait poussé en avant et sur lequel il s’appuyait dans son action ; ce ‘Abbâs avait lui-même un fils que le vizir avait poussé avant et comblé de faveurs et qui avait l’autorisation de venir le trouver sans se faire annoncer. Il pénétra auprès d’al-’Adil qui s’était à son habitude endormi sur son lit, prit son sabre, l’en frappa et lui coupa la tête, puis sortit avec cette tête cachée dans ses vêtements, sans que personne s’en aperçût ; il parvint ainsi jusqu’à la porte du palais le dimanche 12 Moharram (9 Avril) et dit aux serviteurs de l’imâm az-Zâfir bi-llah : « Voici la tête de l’hypocrite ! — Ce n’était pas un hypocrite, lui répordit-on ». Il y avait un groupe de Turcs que le vizir assassiné employait pour sa garde personnelle ; ils se groupèrent au nombre d’environ trois cents cavaliers. Comme on cherchait à les mettre à mort, ils se défendirent en tirant des flèches et parvinrent à sortir du Caire. Ils furent rencontrés par ‘Abbâs qui revenait de Balbîs637 où l’avait atteint la nouvelle ; il leur fit de belles promesses et s’engagea à leur faire reconnaître leur dû, mais ils n’eurent pas confiance et se dispersèrent en piteux état ; ils arrivèrent à Damas à la fin de Moharram (fin Avril). On dit que ce ‘Abbâs prit les fonctions d’al-’Adil, que sa situation devint solide et qu’il dirigea habilement les affaires. On dit qu’al-’Adil avait tué des soldats appartenant aux régiments d’al-Hojar et d’ar-Rîhâniya638 et toutes sortes de soldats, avant que son pouvoir fût fermement établi et qu’il devînt maître des affaires.

  • 639 Howa du texte doit être remplacé par hom du manuscrit.
  • 640 D’après l’indication donnée au début de l’année, le 13 Moharram tombait un vendredi et non un same (...)
  • 641 Aflis : forteresse identifiée par Dussaud (T.H., 237) avec Afis, à 30 kms. environ au NNE de Ma’ar (...)

607Une série de renseignements arriva du territoire de Nour ad-dîn, Sultan d’Alep et de la Syrie ; il était fermement résolu à rassembler des troupes et des Turcomans de toutes les provinces et de toutes les villes pour partir à l’attaque, afin de détruire le polythéisme et la rébellion contre Dieu et pour secourir les gens d’Ascalon contre les Francs qui les assiégeaient ; les Francs bloquaient la ville en l’attaquant au moyen d’une tour — Dieu l’abandonne — qu’entourait une grande multitude de soldats639 — Dieu protège cette ville contre leur malfaisance. Les circonstances obligèrent Mojîr ad-dîn, maître de Damas, à se rendre auprès de Nour ad-dîn à la tête de toute son armée pour participer avec lui à la Guerre Sainte le samedi 13 Moharram640 (10 ou 11 Avril). Il le rejoignit dans la région du Nord et un accord fut passé entre eux et tous les chefs, émirs des provinces et Turcomans, qui étaient à la tête de forces nombreuses. Nour ad-dîn s’était emparé de vive force de la forteresse nommée Aflis641 par une décision divine qui avait rendu la chose aisée et rapide, quoique cette place fût très facile à défendre et bien fortifiée ; il avait tué les Francs et les Arméniens qui s’y trouvaient et l’armée en avait tiré beaucoup d’argent et de captifs.

  • 642 Nouvelle erreur de date : ou il s’agit du mardi 29 Çafar (26 Mai) ou du samedi 26 (23 Mai) ou peut (...)
  • 643 Al-A’wâj : la rivière qui coule au S de Damas ; cf. supra, p. 312, n. 3.
  • 644 Autre erreur de date : le 11 Rabî’ I tombait un vendredi ou un samedi (5 ou 6 Juin 1153).

608Ils se mirent en marche ayant pour objectif la place frontière de Banyâs et prirent position devant elle le samedi 29 Çafar642 ; elle était vide de défenseurs et il était aisé de s’en rendre maître. Cependant Nour ad-dîn ne cessait de recevoir des appels au secours et à l’aide des gens d’Ascalon. Mais, par un arrêt de Dieu Très Haut, les Musulmans se querellèrent et s’entretuèrent ; bien qu’ils fussent au nombre de six mille cavaliers et fantassins, ils s’éloignèrent de Banyâs en désordre sans qu’aucun Franc leur eût porté le moindre coup, ni qu’une troupe franque se fût mesurée avec eux. Ils campèrent en un lieu appelé al-Awâj643 et décidèrent de reprendre le siège de Banyâs et de s’emparer de la place. Puis ils renoncèrent à ce projet sans raison ni nécessité et se séparèrent. Mojîr ad-dîn s’en retourna à Damas et y fit son entrée, sans que lui ni sa troupe eussent subi de dommage, le lundi 11 Rabî’ I644. Nour ad-dîn retourna à Homs et y campa avec son armée.

609On annonça l’arrivée de la flotte égyptienne à Ascalon ; le moral de la population fut raffermi par l’argent, les hommes et les vivres [apportés par cette flotte]. Les Egyptiens l’emportèrent en mer sur un grand nombre de vaisseaux francs, tandis que les Francs continuaient à assiéger et à bloquer la ville et à l’attaquer avec leur tour.

  • 645 Cf. supra, p. 309 et suiv.
  • 646 Zaïn ad-dîn : il s’agit à coup sûr du personnage nommé quelques lignes plus haut Zaïn ad-daula.

610On a déjà exposé645 comment le raïs avait pris possession de la fonction de vizir en bannissant ceux de ses adversaires qui l’avaient banni en sorte qu’il avait recouvré la paix et la tranquillité. Des discussions haineuses s’élevèrent entre lui et ses deux frères ‘Izz ad-daula et Zaïn ad-daula et force fut de faire cause commune avec Mojîr ad-dîn au mois de Jomâdâ I (25 Juillet - 23 Août 1153). Mojîr ad-dîn envoya un émissaire au raïs dans la citadelle pour l’exhorter à faire la paix avec ses frères ; mais il s’y refusa, resta chez lui et songea à se protéger contre Mojîr ad-dîn en se servant de la milice urbaine (ahdâth al-balad) et de la plèbe. Des circonstances firent que Zaïn ad-dîn646 s’assura de sa personne, avec l’aide de Mojîr ad-dîn pour des raisons déjà exposées et qu’ils décidèrent d’un commun accord d’expulser de la ville le raïs et les siens et de les envoyer, dans la forteresse de Çarkhad avec Mojâhid ad-dîn, gouverneur de cette place, le mardi 19 Jomâdâ I (12 Août) après qu’il eut été entendu qu’il resterait possesseur de sa maison, de son verger et de tout ce qui appartenait en propre à lui et à ses gens. Son frère Zaïn ad-dîn se chargea de ses fonctions, reçut une robe d’honneur, prit le commandement et traita les affaires comme il en avait l’habitude, en faisant preuve d’incapacité et de lenteur, en commettant de mauvaises actions et en exigeant des cadeaux pour les moindres affaires. Peu de temps après, Mojîr ad-dîn jugea bon de se rendre à Baalbek pour se concilier le gouverneur de cette ville, l’eunuque ‘Atâ, et pour le ramener avec lui à Damas afin d’en faire son délégué pour l’administration et de s’en faire aider au mieux des circonstances. Il revint donc avec lui et Mojâhid ad-dîn sentit que les intentions de Mojîr ad-dîn à son égard avaient changé ; aussi craignit-il de revenir à Damas sans qu’on lui eût juré en échange de ses serments, d’assurer sa sauvegarde personnelle. Mojîr ad-dîn s’engagea à répondre favorablement à son désir et l’affaire resta en suspens pour des raisons qui nécessitèrent ce délai.

611Pendant ce temps on annonça que les Francs qui assiégeaient Ascalon avaient accentué leur pression en attaquant matin et soir, si bien qu’ils se trouvèrent en situation de livrer l’assaut en un certain point de l’enceinte ; ils y détruisirent la muraille et envahirent la ville ; il y eut beaucoup de morts des deux côtés ; la nécessité et la supériorité [de l’ennemi] forcèrent [les gens d’Ascalon] à demander la vie sauve, ce qui leur fut accordé. Ceux qui le purent s’enfuirent par terre ou par mer en Egypte ou ailleurs. On dit que dans cette place côtière ainsi prise par l’ennemi se trouvaient du matériel de guerre, de l’argent, des provisions et des réserves de céréales en quantité incalculable. Quand cette nouvelle se répandit dans les contrées [musulmanes], on fut très peiné de l’entendre rapporter ; les cœurs se serrèrent, l’anxiété redoubla sous l’effet d’un pareil événement. Gloire à Celui dont les arrêts irrémissibles ne rencontent pas d’opposition, dont les ordres définitifs ne peuvent être éludés quand ils viennent à exécution.

612On annonça d’Alep la mort du distingué poète Abou-1Hosaïn Ahmad b. Monîr au cours du mois de Jomâdâ II 548 (24 Août - 21 Septembre) à la suite d’une maladie qui fondit sur lui ; sa langue enfla tellement qu’il trépassa. C’était un poète distingué qui possédait à fond les finesses de la langue et les mètres de la prosodie. Mais il avait une langue redoutable, beaucoup de méchanceté dans la satire où il excellait ; personne ne risquait d’échapper à ses épigrammes, qu’on l’eût comblé de faveur ou qu’on lui eût nui et sa manière était plus légère [à supporter] dans la critique que dans la louange ; ses meilleurs cadeaux, il les faisait dans la satire et non dans l’éloge ou le dithyrambe.

  • 647 Je traduis ainsi le mot tarassol qui désigne une alternance de prose rimée et de prose ordinaire.
  • 648 Je crois devoir traduire ainsi ahkâm : à rapprocher de l’expression populaire bien connue ; çâhib (...)

613On vit arriver à Damas venant d’Alep le lettré et poète Abou’Abd Allah Mohammad b. Naçr que l’on appelait aussi Ibn Çaghîr al-Qaïsarânî, le dimanche 12 Cha’bân de l’année [5348 (2 Novembre 1153). C’était Mojîr ad-dîn qui l’avait fait venir ; le poète assista donc à une réunion organisée par lui et récita en son honneur un poème rimant en y a, dont le sens et l’intention rivalisaient de beauté. Les auditeurs exprimèrent leur admiration, car il l’avait dit de manière excellente, et il en récita un autre, ce qui lui valut un très beau cadeau. Comme il était retourné chez lui, il fut pris d’une fièvre pernicieuse accompagnée d’une très forte diarrhée qui le fit trépasser le mercredi 22 Cha’bân (12 Novembre). C’était un lettré et un poète qui excellait dans la prose artistique647 composait des vers avec beaucoup de facilité, savait leur donner un tour agréable et possédait un grand sens des nuances. Il était aussi très versé dans l’art d’interpréter les astres, dans la connaissance de l’avenir648 et dans l’astronomie, comme aussi dans les sciences historiques. Il y avait depuis longtemps entre lui et Abou-1Hosaïn Ahmad b. Monîr une haine réciproque que l’on s’appliqua à apaiser sans toutefois y parvenir, quoi qu’on en eût ; cette rencontre entre eux ne dura d’ailleurs pas longtemps. Cependant, le cheikh, l’imâm, le philosophe Abou-l-Fotouh b. aç-Çâlih était arrivé à Damas, venant de Bagdad, au début de l’année 548. C’était un homme extrêmement intelligent, parfaitement clair, aussi pénétrant dans les sciences de la nature que dans la science médicale, la science architecturale, la logique, les mathématiques, les techniques des astres, de la connaissance de l’avenir et des dates de naissance, le droit et les sciences annexes, la chronologie historique, les biographies et la morale. Aussi s’accordait-on à dire que jamais on n’avait vu son pareil ni pour la somme des connaissances, ni pour la beauté du caractère, ni pour la pureté de l’âme, au point qu’il n’acceptait de cadeau grand ou petit d’aucun gouverneur. Or il arriva qu’au moment fixé [par Dieu] il fut atteint d’une maladie grave accompagnée d’une très forte diarrhée qui affaiblit ses forces. Il resta ainsi quelques jours puis mourut à Damas dans la miséricorde de Dieu le dimanche 26 Cha’bân (16 Novembre) ; on dit qu’il appartenait à une famille grande par son origine et par sa science. On a composé les vers suivants qui contiennent la description de son état d’âme en cet endroit, afin qu’on sache comment le situer :

« Tu as rempli de joie, ô Abou-l-Fotouh, le cœur de tous ceux qui t’ont vu unique en ton temps par ton mérite.
« Tu as embrassé jusqu’à leur extrême limite les sciences des humains et tu as mis en lumière la valeur de l’éloquence démonstrative.
« On t’a appelé le philosophe et c’est justice, car tu as exprimé lumineusement la quintessence des pensées.
« Le destin t’a frappé loin de ta demeure, étranger qui n’a pas son pareil en mérite.
« Tu as laissé les cœurs tristes de ton départ, au point qu’on se mordait les doigts [pour ne pas pleurer].
« Que si les circonstances se sont montrées chiches et injustes pour moi, puisque je ne te verrai point et que tu ne me verras point,
« Du moins, l’énoncé de tes qualités, pour quelqu’un comme moi, remplace ce que j’aurais pu voir ou entendre.
« Puisse la tombe où tu te trouves seul être arrosée sans cesse et en abondance par le Maître de la pluie » (Wafîr).

614Dans le courant de Novembre, c’est-à-dire dans le courant de Cha’bân [5]48 (22 Octobre - 19 Novembre) Dieu Très Haut — qu’il soit loué — envoya d’abondantes et continuelles averses qui redonnèrent la vie à la terre desséchée et stérile, firent couler les rivières du Hauran et remplirent les citernes à ciel ouvert de cette région qui étaient à sec. On n’avait pas vu, dit-on, de pareilles pluies à cette époque dans les années passées. Des averses diluviennes tombèrent sur la province de Tibériade au point qu’il se forma un torrent ravageur qui détruisit nombre d’habitations et les précipita dans le lac. Louange à Celui qui donne la vie à Ses créatures et arrose Son terroir.

615Le jeudi dernier jour de Cha’bân de cette année-là (19 Novembre) mourut le cheikh, l’imâm, le faqîh Borhân ad-dîn Abou-1Hasan ‘Alî al-Balkhî, chef des Hanéfites — Dieu lui fasse miséricorde. Il fut enseveli dans le cimetière de la Petite Porte (maqâbir Bâb aç-Çaghîr) tout près des tombes des martyrs — Dieu les agrée. En tant que faqîh du rite de l’imâm Abou-Hanîfa — Dieu lui fasse miséricorde —, il était connu et renommé pour sa piété, son esprit religieux, sa pureté, sa réserve, sa fidélité à la loi divine, sa science, sa modestie, ses fréquentations désintéressées, fruits d’une nature digne de louange où il n’avait pas son pareil. Sa mort suscita des regrets, des éloges funèbres et une tristesse unanimes.

616On a déjà raconté comment le rais al-Mosayyab était arrivé à Çarkhad. On décida ensuite d’apaiser les craintes de Mojâhid ad-dîn et de prendre envers lui des engagements solennels propres à faire cesser les méfiances et les projets de fuite qu’il avait conçus à tort. Il reprit confiance, revint chez lui à Damas dans les derniers jours de Cha’bân et y passa le jeûne de Ramadân (20 Novembre - 19 Décembre). Puis il fut repris de sombres pressentiments qui lui inspirèrent des craintes à l’égard de Mojîr ad-dîn et de son entourage et l’amenèrent à quitter subrepticement la ville le mardi 12 Chawwâl (31 Décembre 1153) dans l’intention de se rendre à Çarkhad. Dès que la nouvelle fut connue, une troupe de cavaliers partit à sa poursuite et le rejoignit comme il approchait de Çarkhad. Il fut arrêté et ramené à la citadelle de Damas où il fut incarcéré et bien traité.

  • 649 Sens obtenu en lisant ri’a au lieu de ra’â.

617A cette époque survint une succession de pluies un peu partout et de neiges en montagne et dans le territoire de la Beqâ’, comme on n’en avait jamais vu. Puis la neige fondit et ses eaux grossirent rivières et cours d’eau et se répandirent sur le sol à la manière d’un torrent dévastateur qui remplit les fleuves, confondit leurs bras et ravagea toutes les terres basses sur lesquelles il passa ; la crue atteignit le Baradâ et ses alentours ; à le voir649 grossir, enfler et changer de couleur, on fut confondu d’étonnement. Louange au Maître de la propriété, à Celui qui envoie la pluie abondante alors qu’on désespérait ; Il est tout puissant.

  • 650 Sens obtenu en lisant al-adhiya au lieu de al-od’iya du texte, qui ne présente pas de sens satisfa (...)
  • 651 Ce personnage est un frère d’Ibn al-Qalânisî.

618Peu après cela le raïs et vizir Haïdara, dont il a déjà été question, fit à nouveau parler de lui ; des certitudes se firent jour qui concordaient avec ce que pensait le roi Mojîr ad-dîn de lui et de son frère al-Mosayyab, et ce que l’on savait de ses efforts pour nuire. Les circonstances voulurent qu’on le convoquât à la citadelle à l’improviste en conformité avec la décision divine qui le frappait en raison de ses mauvaises actions, de son immoralité et de sa méchanceté abominables. Les gardes du corps (al-jindâriya) l’emmenèrent dans la salle de bain de la citadelle le dimanche 1er Dhou-l-Qa’da (18 Janvier 1154) et lui coupèrent la tête de sang froid ; cette tête fut emportée et plantée sur le rebord du fossé d’enceinte, puis on la promena, tandis que la foule le maudissait et racontait ses divers crimes, sa dextérité à faire le mal650, ses compromissions avec les bandits et les coupeurs de route soutenus et protégés par lui pour s’emparer du bien d’autrui. Sa chute causa beaucoup de joie et l’on respira d’être débarrassé de lui. Puis la populace, les voyous et tous les hommes de main qui avaient fait partie de sa bande de malheur revinrent pour mettre le siège devant les locaux qui abritaient ses trésors et les magasins qui renfermaient ses récoltes, ses meubles et ses réserves et en pillèrent une quantité incalculable ; les auxiliaires du Sultan et ses troupes s’emparèrent aussi de bien des choses, au point qu’il n’en revint au Sultan qu’une toute petite part. La charge de raïs et le contrôle de la ville échurent ce même jour au raïs Radî ad-dîn Abou-Ghalib ‘Abd al-Mon’im b. Mohammad b. Asad b. ‘Alî at-Tamîmî651. Il fit le tour de la ville accompagné de ses proches ; la population se calma, la calamité s’apaisa, aucune boutique ne fut fermée et personne ne bougea ; tout le monde fut content, l’élite, la masse, les soldats, l’ensemble de la population. On détruisit de fond en comble les demeures de ce méchant homme et l’on en emporta les poutres. Telle est l’habitude du Très Haut lorsqu’il châtie les méchants et les scélérats malfaisants : « C’est ainsi que ton Maître prend, lorsqu’il prend des cités qui ont fait le mal. En vérité Sa prise est terrible et violente » (Cor., XI, 104).

  • 652 Ghozz : nom des tribus turques établies dans l’actuel Turkestan russe à la frontière de l’Iran et (...)
  • 653 Nichapour : l’une des quatre villes principales du Khorâsân, la plus occidentale ; Le Strange, Eas (...)

619En Dhou-l-Qa’da de l’année [5]48 (18 Janvier - 15 Février) on annonça de Bagdad que des nouvelles y étaient arrivées d’Orient ; la province du Khorâsân était le théâtre de troubles et l’armée du Sultan Sanjar avait été mise en déroute, réduite à merci, vaincue, mise en état d’infériorité. Le Sultan était assiégé et bloqué dans sa capitale Balkh et une énorme foule de Ghozz652 et de Turcomans réclamait l’argent, le matériel, les provisions, les meubles et les joyaux qu’il tenait en réserve. Ils s’étaient rassemblés dans leurs contrées, leurs forteresses et leurs tribus en nombre extraordinaire, à la limite de leurs moyens, et le Sultan Sanjar, malgré l’importance de son armée permanente et des troupes qu’il avait levées, n’avait pas eu la possibilité ni la force de les repousser. Ils le vainquirent, le culbutèrent et l’assiégèrent ; Nichapour653 et les provinces de là-bas furent le théâtre de destructions, de révoltes, de tueries, de pillages et de sacs effrayants rien qu’à les entendre raconter et dont l’horreur faisait peur. Balkh subit des gens dont on vient de parler le plus atroce des pillages et la plus abominable dévastation. Louange à Celui qui dirige Ses pays et Ses créatures comme II le veut ; Il est tout Puissant.

  • 654 L’article devant le mot gharâra provient certainement d’une erreur du copiste.

620Ce même mois une hausse de prix se produisit à Damas, car on n’apportait plus de céréales des pays du Nord comme c’était l’habitude, Nour ad-dîn, maître d’Alep, ayant fait interdire et ayant rendu impossible cette pratique. Cela causa un grand préjudice aux humbles, aux pauvres et aux misérables ; le prix d’un sac de blé654 atteignit vingt-cinq dinars et les dépassa. Bien des gens quittèrent la ville et souffrirent, peinèrent et perdirent tant de forces que bon nombre d’entre eux furent réduits à mourir sur les routes. Le ravitaillement fut coupé de tous les côtés. On rapporta que Nour ad-dîn avait résolu de marcher sur Damas pour y mettre le siège, tant il était avide de s’en emparer dans ces conditions, mais la chose n’était pas facile pour lui en raison de la force du Sultan de Damas et du nombre de ses troupes et de ses auxiliaires. L’on espérait que Dieu ne ferait pas tarder le soulagement et jetterait sur Ses créatures un regard de bonté, de bienveillance et de miséricorde, comme II avait toujours dans le passé usé de sollicitude et de bienfaits.

  • 655 Je n’ai trouvé nulle part l’explication de l’expression bi-s-sakht et la traduis par approximation (...)
  • 656 Voici la traduction de cette titulature ; Celui dont la conduite est conforme à la religion, Consi (...)

621A la fin de Dhou-l-Qa’da (milieu de Février) le raïs Radî ad-dîn fut convoqué à la citadelle — puisse-t-elle être bien gardée — et y reçut en cadeau honorifique un vêtement complet, une monture caparaçonnée (?)655, un sabre damasquiné et un bouclier. Ses familiers et les gens de son cortège (açhâb ar-rikâb) l’accompagnèrent à cheval jusque chez lui et un rescrit fut rédigé l’investissant de sa charge et lui constituant un apanage. Il porta le titre de raïs puissant Radî ad-dîn Wajîh ad-daula Sadîd al-molk Fakhr alkofât Izz al-ma’âlî Charaf ar-roasâ656. L’eunuque ‘Atâ dont il a déjà été question avait pris seul en main l’administration des affaires ; il se mit à pratiquer l’injustice, à se montrer fort libre dans son langage, à s’empresser de placer entre lui et les demandeurs et défenseurs des esclaves et des huissiers (hojjâb), à différer abusivement le règlement des affaires. Or il arriva, selon les décrets arrêtés par Dieu et la rétribution fixée par lui, que Mojîr ad-dîn donna l’ordre de l’arrêter, de l’enchaîner, de saisir tout ce qui se trouvait dans sa demeure et d’exiger de lui la cession de Baalbek et des richesses et approvisionnements qui s’y trouvaient. L’on se réjouit de sa déchéance ; la plèbe et la pègre pillèrent les demeures de ses gens et de ses amis.

622Dieu Très Haut envoya une série de pluies qui firent briller le sol de toute sa splendeur et lui donnèrent l’éclat de la verdure et de la prospérité.

  • 657 Le manuscrit porte : li-l-amîd devant le nom de ce personnage.
  • 658 Sur ce vizir cf. supra, p. 169 et 177.

623Quand vint le lundi 25 Dhou-l-Hijja (15 Mars) Mojir ad-dîn ordonna de trancher la tête à ‘Atâ pour des motifs que rendirent obligatoire cette mesure. Le mercredi 27 Dhou-lHijja (17 Mars), Mojîr ad-dîn convoqua al-Fadl, le fils de Nafîs al-molk, receveur des finances (mostdufî) de son grand-père Tâj al-molouk — Dieu lui fasse miséricorde — ; il lui confia le contrôle des dépenses (istifâ doyourtihï) comme l’avait exercé son père, et lui donna les titres honorifiques de son père : Wajîh ad-dîn, Nafîs almolk ; il fut en outre décidé de confier la direction des bureaux (ichrâf ad-diwân) à l’homme de confiance657 Sa’d ad-daula Abou-1-Hasan ‘Alî, fils du vizir Tâhir al-Mazdaqânî658.

ANNEE 549 (18 MARS 1154 — 6 MARS 1155)

  • 659 Al-Qaçab : c’est probablement la petite agglomération située au N de Damas que l’on voit figurer s (...)

624Le premier jour de cette année-là fut un mercredi, jour de la nouvelle lune de Moharram ; l’astre montant dans l’univers était la constellation des Gémeaux. Pendant la seconde décade de Moharram, l’émir isfahsallâr Asad ad-dîn Chîrkouh arriva en vue de Damas, envoyé par Nour ad-dîn, maître d’Alep ; il campa dans les environs d’al-Qaçab659 du Maij, à la tête d’une armée qui atteignait environ mille hommes. Cette action fut blâmée ; l’on se méfia de lui et [Mojîr ad-dîn] négligea de sortir à sa rencontre et d’avoir une entrevue avec lui. Il y eut plusieurs échanges de messages, comme l’exigeait la conjoncture, mais sans que l’on aboutît à rien de convenable ni à aucun résultat satisfaisant.

  • 660 Douma : cf. supra, p. 318, n. 5.
  • 661 Batt al-Abâr : district situé au voisinage de Djermana, à l’E de Damas : cf. Dussaud, T.H., 299.
  • 662 Bâb Kaïsân : aujourd’hui Porte de l’Eglise Saint Paul (As’ad Talass, Mosquées de Damas, 74, n. 5) (...)
  • 663 Il doit y avoir là une erreur de copiste, car le quartier des tanneurs est situé près de la rivièr (...)
  • 664 Il faut corriger ici ba’d (avec dal) en ba(d (avec dâd) d’ailleurs donné par le manuscrit.
  • 665 Al-Bâb ach-Charqî : sur cette porte, voir As’ad Talass, Mosquées de Damas, 74, n. 6.
  • 666 Bâb Tourna : porte située à l’E de la ville ; cf. Gaudefroy-Demombynes, Syrie, 34, n. 1.

625Le prix des vivres augmenta, car les apports de céréales étaient interrompus. Nour ad-dîn vint à la tête de son armée rejoindre Chîrkouh le dimanche 3 Çafar (18 Avril) et campa à ‘Oyoun al-Fâsariyâ à côté de Douma660 ; il se déplaça le lendemain et s’établit sur le territoire du village appelé Baït al-Abâr661 dans la Ghouta ; puis il attaqua la ville par l’Est ; un grand nombre de soldats et de gens de la milice urbaine (ahdâth) firent une sortie contre lui et un engagement eut lieu à la suite duquel chacun revint sur ses positions ; puis Nour ad-dîn attaqua jour après jour. Le dimanche 10 Çafar (25 Avril), conformément au décret providentiel bien arrêté et à l’ordre mis en exécution et pour le bonheur du roi Nour ad-dîn, de la population de Damas et de tout le monde, l’attaque eut lieu de bonne heure le matin ; les troupes avaient été rassemblées et les préparatifs faits pour un combat sérieux. L’armée de Damas fit face comme d’habitude et la bataille s’engagea ; les troupes de Nour ad-dîn partirent à l’assaut de plusieurs points situés à l’Est de la ville, les Damascains reculèrent devant elles jusqu’à proximité du rempart de Bab Kaïsân662 et [du quartier] des tanneurs au Sud663 de la ville. Il n’y avait sur le mur âme qui vive : ni soldat, ni citadin (cela était dû à la mauvaise organisation du commandement et aux arrêts de la Providence), à l’exception d’une poignée de Turcs préposés à la garde d’une tour et qui formaient une quantité négligeable. Un664 soldat se précipita vers le rempart au sommet duquel se trouvait une femme juive qui lui lança une corde ; il s’en servit pour grimper parvint au sommet du rempart sans que personne s’en aperçût et fut suivi par quelques uns de ses camarades qui hissèrent un drapeau, le plantèrent sur le mur et se mirent à crier : « Ya Mançour (ô victorieux) ». Les troupes de Damas et la population abandonnèrent la résistance à cause de la sympathie qu’ils éprouvaient pour Nour ad-dîn, sa justice et sa bonne réputation. Un sapeur (qattâ’ al-khachab) courut à la porte de l’Est (al-Bâb ach-Charqï)665 avec sa pioche et brisa la fermeture, si bien que la porte se trouva ouverte ; les soldats y pénétrèrent à l’envi et se répandirent dans les grandes artères sans rencontrer personne devant eux ; la Porte de Thomas (Bab Tourna)666 fut ouverte de même et livra passage aux troupes. Ensuite le roi Nour ad-dîn fit son entrée, accompagné de sa suite, à la grande joie de tous, des troupes et des mercenaires, obsédés par l’idée de la famine et de la hausse des prix et par la crainte d’être assiégés par les Francs infidèles.

  • 667 Sens obtenu en lisant : mâ çirou ilaîhi au lieu de mâ açârouho ilaïhi du texte et du manuscrit qui (...)
  • 668 Dâr al-Bittîkh : marché aux fruits ; cf. Kratchkowski, Aboul-l-Faraj al-wawa ad-Dimachqi (en russe (...)

626Mojîr ad-dîn, comprenant qu’il était vaincu, s’était enfui dans la citadelle avec sa suite. Un message lui ayant été envoyé avec promesse de sauvegarde pour sa personne et pour ses biens, il alla trouver Nour ad-dîn qui le rassura et lui donna de belles promesses, puis fit son entrée dans la citadelle ce même dimanche. Aussitôt Nour ad-dîn ordonna de lancer une proclamation garantissant la sauvegarde des citadins et interdisant tout pillage dans leurs demeures. Une bande de voyous et de malfaiteurs se précipita au marché de ‘Alî (Souq ‘Alî) et autres et se mit à ravager et à piller, mais le seigneur, le roi Nour ad-dîn adressa à la population un message qui la rassura et fit cesser ses appréhensions. Mojîr ad-dîn fit transporter au Palais de l’Atâbeg, le palais de son grandpère, les richesses, les objets et les meubles qui se trouvaient dans ses appartements de la citadelle et dans ses réserves, et il y en avait beaucoup. Il demeura là quelques jours, puis reçut l’ordre de se rendre à Homs avec ses familiers et ceux de ses clients et de ses valets qui désiraient rester avec lui ; au préalable un décret avait été rédigé afin de constituer des apanages en plusieurs endroits de la province de Homs pour lui et ses soldats ; il partit alors pour Homs comme il avait été arrêté. Le surlendemain de ce jour là l’élite de la cité, les foqahâ et les commerçants furent reçus et entendirent un discours qui accrut leur sécurité et leur contentement. On veilla soigneusement à tout ce qui pouvait améliorer leur situation et donner corps à leurs espoirs. Les invocations en faveur de Nour ad-dîn se multiplièrent ainsi que les louanges à son égard et les remerciements à Dieu pour le sort qui était devenu celui des Damascains667. Après quoi les droits sur la Halle aux Fruits (Dâr al-Bittîkh)668 furent supprimés, ainsi que ceux du Marché aux Légumes (Souq al-Baql) et la ferme des cours d’eau (daman al-anhâr) ; un décret fut rédigé dans ce sens et lu du haut de la chaire (minbar) après la prière du vendredi. La population applaudit à cette amélioration de la situation ; tout le monde, citadins, paysans, femmes et gagne-petit, tint à adresser publiquement des prières à Dieu Très Haut pour que se prolongent les jours de Nour ad-dîn, ses victoires et celles de ses drapeaux. Et Dieu — louange à Lui — est maître de répondre [aux vœux de ses créatures] par Ses dons et Ses faveurs.

627Mojâhid ad-dîn avait été mis en liberté le jour de la victoire et put rentrer chez lui. Le raïs Moayyad ad-dîn al-Mosayyab arriva à Damas avec son fils qui lui servait de délégué à Çarkhad et s’installa chez lui avec l’intention d’y rester et d’abandonner toute participation à l’administration et aux affaires, mais des indices qui trahissaient ses secrètes dispositions à mal faire et son aversion à l’égard des chemins de la droiture et de la rectitude révélèrent sa propension intime à mal faire. Il avait à une jambe une entorse qui guérit après longtemps, puis il fut atteint en outre d’une maladie et d’une diarrhée continue qui l’accablèrent et firent décliner ses forces, s’accompagnant d’un hoquet ininterrompu et d’aphtes qui proliféraient dans sa bouche. Il arriva à son terme avant le jour, le mercredi 4 Rabî’ I [5]49 (19 Mai 1154) et fut enseveli dans sa demeure. On se réjouit de le voir disparu et d’être débarrassé de lui et de sa nocivité tellement grande que, si l’on faisait le compte de ses incartades ajoutées à ses folies et à ses désordres, on mettrait longtemps à les exposer et l’on ne saurait les décrire.

Notes

1 Hiçn ad-daula Mo’allî b. Haïdara b. Manzou était originaire des Kotâma. Cette tribu du Maghreb Central avait embrassé la cause des Fatimides dès leur apparition en Afrique du Nord (fin du IXème siècle), et n’avait cessé de leur fournir des contingents même après leur établissement en Egypte. Le père de Mo’allî, Hiçn ad-daula Haïdara b. Manzou b. an-No’mân, avait déjà exercé la fonction de gouverneur de Damas en 456 (25 Décembre 1063-12 Décembre 1064). Mo’allî ne garda pas longtemps le pouvoir à Damas ; s’en étant emparé de vive force en 461 (31 Octobre 1068 - 19 Octobre 1069), il en fut chassé en 463 (9 Octobre 1070 - 28 Septembre 1071) par des troubles qui avaient pour acteurs des troupes mercenaires, les Maçmouda et la milice urbaine (al-ahdâth) sur laquelle voir infra, p. 4, n. 1.

2 Maçmouda : Berbères du Haut Atlas marocain (sur lesquels cf. E.I., III, 448-452) au service des Fatimides. Ibn al-Qalânisî en fait mention à Damas pour la première fois en 463, en racontant la révolte qui mit fin au pouvoir de Mo’allî.

3 Al-ahdâth : ce mot, qui se retrouve bien des fois dans notre texte, désigne une sorte de milice populaire et révolutionnaire, que l’on trouve au moins à Alep et à Damas ; cf. Sauvaget, Alep, 96.

4 Atsiz b. Awoq : Atsiz b. Abaq ou Awoq al-Khawârizmî, émir turc qui chassa les Fatimides de Syrie et de Palestine ; cf. E.I., I, 521.

5 Sens obtenu en ajoutant dhalika après ‘arafa.

6 Naçr b. Mahmoud b. Çâlih : avant-dernier souverain mirdâside d’Alep (466-468 H) ; cf. E.I., III, 585.

7 Hâdir : quartier extérieur d’Alep, ancien campement d’Arabes ; cf. Sauvaget, Perles choisies, 51-52.

8 Ahmad-châh : chef des mercenaires turcs d’Alep, sur lequel voir J. Sauvaget, Extraits, 396.

9 Sâbiq b. Mahmoud b. Çâlih : sur ce personnage, voir J. Sauvaget, ibid., 408.

10 Khotba : le sermon fait à la prière publique du vendredi et les invocations qui le précèdent. Le minbar, que je traduis faute de mieux par le mot : chaire, afin de ne pas surcharger mon texte de mots arabes transcrits, est une sorte d’escabeau mobile à degrés, sur lesquels monte le prédicateur pour prononcer la khotba.

11 Al-Moqtadî bi-llah : ou al-Moqtadî bi-amr Allah, vingt-septième calife abbaside, proclamé en 467/1075.

12 Al-Mostançir : al-Mostançir bi-llah, huitième calife fatimide qui régna de 427/1036 à 487/1094 ; cf. E.I., III, 820 et suiv.

13 Marj : région de pâturages et de culture extensive qui s’étend à l’Est de Damas entre la Ghouta et la lagune d’Eutaïbé. La Ghouta est la région de jardins et de vergers qui entoure Damas et que fertilisent les canaux d’irrigation alimentés par le Baradâ. Sur ces sites, cf. Weulersse, Paysans, 291-299.

14 As-Sâhil : cette expression désigne toute la côte de Syrie et de Palestine. Je la traduis par : littoral.

15 Badr : ancien esclave arménien de l’émir syrien Jamâl ad-daula Ibn’Ammâr, devenu gouverneur de Damas avant l’arrivée des Turcs (cf. Ibn al-Qalânisî, 91 et 93) et appelé à l’aide par le calife fatimide al-Mostançir en 466/1073. cf. E.I., I, 571.

16 Sens obtenu en lisant : at-tawâïf au lieu de : at-tâïf.

17 Ramleh : ville située à 39 Kms. ONO de Jérusalem : cf. E.I., III, 1193

18 Alp Arslân : Sultan Seljouqide qui prit le pouvoir en 1064 et le garda jusqu’en 1072. C’est lui qui remporta en 1071 la victoire de Malazkerd (ou Manzikert) sur les Byzantins et obtint la soumission de la Syrie ; cf. E.I., I, 324. Alp Arslân : Sultan Seljouqide qui prit le pouvoir en 1064 et le garda jusqu’en 1072. C’est lui qui remporta en 1071 la victoire de Malazkerd (ou Manzikert) sur les Byzantins et obtint la soumission de la Syrie ; cf. E.I., I, 324.

19 Banou Kilâb : Bédouins de la Syrie du Nord, arrivés d’Arabie en Syrie dans les premiers siècles de l’hégire ; cf. E.I., II, 1063.

20 Mâlik-châh : Sultan seljouqide, fils d’Alp Arslân et frère de Tâj addaula Toutouch, né en 447/1055 et investi du pouvoir à la mort de son père en 465/1072, avec l’appui du vizir persan Nizâm al-molk ; cf. E.I., III, 325.

21 Waththâb et Chabîb b. Mahmoud b. Çâlih : descendants des émirs Mirdâsides d’Alep. Mobârak b. Chibl : l’un des émirs ‘Oqaïlides de Mossoul ; cf. E.I., III, 650-652.

22 Atsiz : cf. supra, p. 4, n. 2.

23Adhrâ : localité située à 20 kms. environ au NE de Damas sur la route de Palmyre ; cf. Dussaud, T.H., 263.

24 Ici un mot illisible, adjectif probablement, dont on ne peut donner de traduction valable.

25 Ahmad-châh at-Torki : cf. supra, p. 4, n. 6.

26 Diyâr Bakr : On nomme ainsi le bassin supérieur du Tigre avec les villes de Mârdîn, Amid, et Mayâfâriqîn ; cf. Cl. Cahen, S.N., 114 et Le Diyar Bakr au temps des premiers Urtukides, in Journal Asiatique, 1935, p. 221-227.

27 Bozâ’a : localité située à 45 kms. environ au NE d’Alep sur la route de Menbij.

28 Al-Bira : localité à identifier avec l’actuelle Biredjik : cf. Dussaud, T.H., 486 et Cl. Cahen, S.N., 122.

29Azâz : localité située à une cinquantaine de kms. au N d’Alep, sur la route d’Antioche à Tell Bâchir ; cf. Cl. Cahen, S.N., 139.

30 Il n’est pas fait mention de l’année 473 dans la chronique d’Ibn al-Qalânisî.

31 Abou-l-Hasan ‘Alî b. al-Moqallad b. Monqidh-, déjà nommé par Ibn al-Qalânisî en l’année 465/1072 en raison de ses démêlés avec les émirs Mirdâsides d’Alep ; cf. H. Derenbourg, Ousama, 16-27.

32 Chaïzar : localité sur l’Oronte, à 15 kms. NO de Hama : cf. E.I., IV, 297.

33 Banou Chaïbân : rameau des Banou Rabî’a, voir infra, p. 118, n. 3.

34 Bâlis : localité située sur la rive droite de l’Euphrate au coude du fleuve ; cf. E.I., I, 634 et Dussaud, T.H., 452.

35 Sur ces deux grandes divisions politiques de tribus arabes, cf. El, s.v.

36 Je lis ici khâba au lieu de khâfa qui n’offre pas de sens satisfaisant ; au reste, le manuscrit porte bien khâba.

37 Marj aç-Çoffar-plaine située au S de Damas et localité du même nom à 33 kms. de Damas, entre Kiswé et Chaqhab ; cf. E.I., III, 294 et Dussaud, T.H., 317.

38 Salamiya : ville située à 40 kms. au SE de Hama et à 55 kms. au NE de Homs, sur la route orientale de Damas à Alep ; cf. E.I., IV, 96.

39 Khalaf Ibn Molâ’ib : protégé fatimide appartenant à la tribu des Banou Kilâb.

40 Il s’agit non pas de l’empereur byzantin, comme pourrait le faire croire le titre de malik ar-roum, mais du gouverneur byzantin d’Antioche, Philaretos (en arabe Filardous, d’où la corruption Firdaous) Brachamios, sur lequel voir Chalandon, Essai sur le règne d’Alexis Comnène, Paris, 1900, p. 95 et suiv. ; Adontz, Notes Arméno-byzantines, in Byzantion, IX (1934), 277 et suiv. ; J. Laurent, in Rev. des Etudes Arméniennes, IX (1929), 61-72.

41 Harrân : ville située à 40 kms. au SE d’Edesse ; cf. E.I., II, 287.

42 Moslim b. Qoraïch : chef arabe de la tribu des Banou ‘Oqaïl dirigeant depuis 433/1042, un état arabe indépendant de fait qui s’étendait de Mossoul à Alep, entre les Turcs d’Iran et ceux de Syrie ; cf. Cl. Cahen, S.N., 179 et E.I., III, 808.

43 Solaïmân b. Qotlomoch : chef des Turcs établis dans les territoires d’Anatolie conquis sur les Byzantins ; cf. R.H.Or., II, II, 14-16.

44 Amid : aujourd’hui Diyâr Bekir, cf. E.I., I, 1009 sub. Diyâr Bekr.

45 Qorzâhil : localité située sur les bords du ‘Afrîn, à 18 kms. au SO de (Azâz (cf. supra, p. 8, n. 6) ; cf. Cl. Cahen, S.N., 138.

46 Sur ces construction, voir J. Sauvaget, Perles choisies, 26 et Alep, 103.

47 Il convient de signaler que la bataille de Zallâqa est antidatée ; elle eut lieu selon la plupart des historiens occidentaux le 12 Rajab 479/23 Octobre 1086. Cf. par ex. Al-hulal al-mawchiyya, éd. Allouche (Coll. de Textes Arabes de l’Inst. des Hautes Études Marocaines, Vol. VI, Rabat, 1936), p. 46.

48 Ibn al-Qalânisî est mal informé ; selon tous les historiens occidentaux, c’est al-Mo’tamid Ibn ‘Abbâd, roi de Séville, qui fit appel aux Almoravides ; cf. par ex. Al-hulal al-mawchiyya, p. 32-35. Sur la prise de Tolède, cf. Lévi-Provençal, Alphonse VI et la prise de Tolède, in Hespéris, XII, p. 33-49.

49 Mokous : ce mot désigne à l’origine des taxes douanières, puis toutes sortes de taxes non prévues par le Coran et fort impopulaires, parmi lesquelles les taxes instituées dans les marchés sur les marchandises et les caravanes ; cf. E.I., III, 197, sub Maks.

50 Le fait est exact, mais la date ne l’est pas. C’est seulement en 480/ 1087-88 (Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, trad. de Slane, II, 24) que les Génois attaquèrent Mahdia avec trois cents navires. Il semble qu’Ibn alQalânisî ait confondu les Génois et les Normands de Sicile dont le chef, Robert Guiscard, était mort en 1085.

51 ‘Aïn Silm : peut-être s’agit-il de ‘Aïn Salîm ou ‘Aïn Saïlam signalé par Yâkout à 3 milles d’Alep ; cf. Le Strange, Palestine, 386.

52 Sur Chaïzar et le seigneur de cette ville, cf. supra, p. 9, n. 3.

53 As-Sâhil : cf. supra, p. 5, n. 5.

54 Jobaïl : l’ancienne Byblos, entre Beyrouth et Tripoli ; cf. E.I., I, 1089 et Dussaud, T.H., 62 et suiv.

55 Sur ce monument, voir J. Sauvaget, Alep, p. 101 et Pl. XXXV/2.

56 L’émir Bouzân : il devait ensuite devenir gouverneur d’Edesse ; cf. année 485.

57 Apamée : ville située à 40 kms. NO de Hama ; cf. E.I., I, 147.

58 Octobre : il s’agit du mois d’Octobre du calendrier oriental, c’est-à-dire du calendrier julien.

59 Hamadhân : l’ancienne Ecbatane ; cf. E.I., II, 256.

60 Daïlamî : les Daïlamites sont les habitants de la partie méridionale et montagneuse de la province de Ghilân en Perse ; c’étaient les mercenaires attitrés des califes abbasides, puis des chefs turcs, comme plus tard les Suisses en Europe ; cf. E.I., I, 919.

61 Bâtiniya : nom générique donné à toutes les sectes ésotériques ; il s’agit ici de la secte chi’ite des Isma’iliens et plus précisément d’un groupement issu de cette secte, celui des Assassins ; cf. E.I., II, 585 et suiv. et I, 498 et B. Lewis, The Origin of Isma’ilism ; a study of the historical background of the Fatimid caliphate, Cambrige, 1940.

62 Ar-Rahba : localité située au bord de l’Euphrate, sur la route de Damas à Bagdad ; cf. E.I., III, 1177 et Dussaud, T.H., 252 et suiv.

63 Sens obtenu en lisant au au lieu de wa qui ne présente pas de sens satisfaisant, mais est attesté par le manuscrit.

64 Niçîbîn : l’ancienne Nisibis, au N de Hasetché ; cf. E.I., III, 917.

65 Le texte et le manuscrit portent : châhada imraatan tahta l-Atrâk ; il convient de lire : tahta [ba’dï]-l-Atrâk, puisque le verbe suivant est au singulier.

66 Charqî-l-Hirmâs : l’Hirmâs (auj. Djaghdjagh) est un affluent du Khabour : cf. Dussaud, T.H., 482.

67 Dârâ : localité situé à 20 kms. environ au NO de Niçîbîn ; cf. Le Strange, Eastern Caliphate, 96.

68 Il s’agit de Jazîrat Ibn ‘Omar, ville de la province de Mardîn située sur la rive droite du Tigre ; cf. E.I., I, 1060.

69 Ibn Jahîr : vizir des califes abbasides, sur lequel voir E.I., II, 393.

70 Ibn Marwân : dernier souverain de la dynastie des Marwânides, d’origine kurde, qui dominèrent le Diyâr Bakr à partir de l’année 983 et jusqu’à l’arrivée des Seljouqides ; cf. E.I., III, 356.

71 Mayâfâriqîn : ville située au NE d’Amid et à 40 kms. au N du Tigre ; cf. E.I., III, 166.

72 Sinjâr : localité située à mi-chemin entre le Khabour et le Tigre, à hauteur de Mossoul ; cf. E.I., IV, 454.

73 Sarouj : ville située entre l’Euphrate et Edesse ; cf. E.I., IV, 183.

74 Moayyad ad-daula : il semble y avoir là une erreur ; Moayyad addaula est donné comme maître d’Antioche l’année précédente.

75 Il faut évidemment lire ici : ibn, qui d’ailleurs est donné parle manuscrit, au lieu de min du texte.

76 La mention d’Antioche ici est certainement une erreur du copiste.

77 Banou Kâmil : ce nom de tribu ne se trouve nulle part ; il faut probablement lire : Banou Kâhil.

78 Al-Mostançir bi-llah : cf. supra, p. 5, n. 3.

79 Les mots wâ-lâ proviennent certainement d’une erreur de copiste ; il n’y a pas lieu d’en tenir compte.

80 Une lacune du manuscrit ne permet pas de savoir de quel Jomâdâ il s’agit. Jomâdâ I = 30 Mai 28 Juin 1093, Jomâdâ II = 29 Juin 27 Juillet.

81 Entre wa et jarâ, il convient d’ajouter mâ, indispensable pour l’intelligence du texte, mais qui n’est pas attesté par le manuscrit.

82 Al-Moqtadî bi-Amr Allah : cf. supra, p. 5, n. 2 et Ibn al-Qalânisî, 107.

83 Kafar Himâr : localité de la région d’Alep qui n’a pu être identifiée jusqu’à présent.

84 Al-Hânouta : localité à identifier avec Hani-Touhan de la carte d’EtatMajor, au I/200 000ème Alep, à 12 kms. au SO de la ville ; cf. Cl. Cahen, S.N., 157.

85 An-Na’oura : localité située à l’E et à proximité immédiate d’Alep ; cf. Dussaud, T.H., 474 et Cl. Cahen, S.N., 155.

86 Nahr-Sofiân : Telle est la leçon du texte et du manuscrit, mais mon collègue M. Canard me suggère de corriger en : Nahr Sab’în.

87 Al-ahdâth : cf. supra, p. 4, n. I.

88 La Citadelle du Chérif : cf. supra, p. 13, n. 2.

89 Il ne peut être question du début de l’année 487 ; il convient donc de supposer ou bien qu’il faut lire 488, ce qui est formellement contredit par le manuscrit, ou bien que l’indication du premier jour d’un mois de la seconde moitié de 487 a été omise dans le manuscrit.

90 Badr : cf. supra, p. 5, n. 6.

91 Etant donné le contexte, cette phrase ne peut être considérée que comme une note marginale insérée à tort dans le texte.

92 ‘Id al-Ghadîr : fête chi’ite qui commémore le jour où le Prophète aurait désigné ‘Alî comme son successeur.

93 Ar-Ray. anciennement Ragha, ville de Médie, dont les ruines se trouvent à 8 kms. au SSE de Téhéran ; cf. E.I., III, 1192.

94 Le texte porte : wa ilâ ar-Ray, Mon collègue M. Canard me suggère très judicieusement qu’il conviendrait ce lire ; wa ‘alâ ar-Ray.

95 ‘Ana : localité située autrefois sur une île de l’Euphrate et maintenant sur la rive droite du fleuve, sur la route de Damas à Bagdad ; cf. E.I., I, 349.

96 Emir Içfahbadh : titre militaire d’origine persane qui désigne le plus souvent le chef d’une unité de cavalerie ; cf. E.I., II, 588, s. Ispehbed.

97 Atâbeg : l’atâbeg est l’homme de confiance d’un Sultan : celui-ci lui confie l’éducation d’un de ses fils avec charge de l’assister une fois qu’il sera au pouvoir ; très souvent l’atâbeg épouse la mère du jeune prince ; cf. E.I., I, 511 et Quatremère, Mamlouks, I, 2, n. 5.

98 Sallâr : mot persan qui signifie : chef et est appliqué le plus souvent à des charges militaires, comme c’est le cas dans notre texte ; cf. E.I., IV, 99, s. Salar.

99 Chihna : gouverneur militaire (Cl. Cahen, S.N., 194) ou plutôt commissaire du gouvernement (Sauvaget, Alep, 114).

100 Isfahsallâriya : titre militaire emprunté à la langue persane : sipahsalar = commandant en chef ; cf. E.I., IV, 99, s. Salar.

101 Souq al-Ghanam : marché situé à l’angle SO de la ville de Damas et à l’extérieur de l’enceinte ; cf. Sauvaget, Hist. Damas, pl. VII.

102 Al-Bâb aç-Çaghîr : porte située sur la face S de l’enceinte de Damas » en face du faubourg de Châghour ; cf. Sauvaget, ibid.

103 Raïs : le raïs d’une ville est le chef de la milice populaire de cette ville ; cf. Sauvaget, Alep, 97 et Cl. Cahen, S.N., 195.

104 Marj aç-Çoffar : cf. supra, p. 10, n. 3.

105 Ma’arrat an-No’mân : probablement l’ancienne Arra, située à une cinquantaine de kms. au N de Hama, sur la route d’Alep ; cf. Dussaud, T.H., 188 et E.I., III, 61.

106 Daoud b. Solaïmân b. Qotlomoch : cf. supra, p. 12, n. 3.

107 Malik ar-roum : ce terme désigne l’empereur byzantin.

108 Il s’agit ici de la première bataille livrée par les Croisés contre les Musulmans ; cf. Grousset, Hist. des Croisades, I, 32-33.

109 Al-Balâna : fortin protégeant un gué du Wâdî ‘Afrin, identifié par CI. Cahen (S.N., 135-136) avec l’actuel village de Ballané ; cf. aussi Dussaud, T.H., 229-230.

110 Baghrâs : localité située au NO du Lac d’Antioche, Pagrae ou Pagras dans l’antiquité ; cf. Dussaud, T.H., 433-435 et Cl. Cahen, S.N., 141-142.

111 Artâh : localité située à une quinzaine de kms. à l’E du Lac d’Antioche ; cf. Dussaud, T.H., 223-228 et Cl. Cahen, S.N., 134.

112 Al-Bâra : localité située à une douzaine de kms. à l’O de Ma’arrat an-No’mân : cf. Cl. Cahen, S.N., 162.

113 Ar-Rouj : vallée parallèle à celle du Moyen Oronte, entre le Dj. Sommak et le Dj. Bahra, à 8 kms. à l’O d’al-Bâra ; cf. Dussaud, T.H., 165 et suiv, et Cl. Cahen, S.N., 157-158.

114 Il faut évidemment lire ici ba’d (avec dâd) au lieu de béd (avec dal) ; c’est d’ailleurs la leçon du manuscrit.

115 Sens obtenu en corrigeant hamla du texte et du manuscrit en jomla.

116 Armanâz : localité située sur la route d’Antioche à Alep, à 12 kms. à l’O de Ma’arrat Maçrîn ; cf. Dussaud, T.H., 215.

117 Mihrâb Dâoud : nom donné à la citadelle de Jérusalem.

118 Kafartâb : village sur la route de Ma’arrat an-No’mân à Chaïzar ; cf. Dussaud, T.H., 178-194 et Cl. Cahen, S.N., 162.

119 Ramleh ; cf. supra, p. 6, n. 2.

120 Sâhel : cf. supra, p. 5, n. 5.

121 Sur la situation du Diyâr Bakr, voir supra, années 486 et suiv ; on ignore le nom du personnage qui s’était emparé du pouvoir dans cette province après la mort de Tâj ad-daula et la dislocation de son commandement.

122 Ad-Dânichmand : sur cette dynastie, d’origine arménienne, établie dans la région de Mélitène à la fin du Xlème siècle, voir Cl. Cahen, S.N., 182, n. 7 et E.I., I, 937.

123 Le texte et le manuscrit portent la date de 493 au lieu de 494, ce qui est évidemment une erreur.

124 Sens obtenu en supprimant wa devant qallat.

125 Jabala : port situé entre Laodicée et Banyâs ; cf. E.I., I, 1011 et Cl. Cahen, S.N., 170.

126 Sur la signification du mot raïs, cf. supra, p. 35, n. 3.

127 Marâgha : ancienne capitale de l’Azerbaïdjan, à 78 kms. au S de Tabriz ; cf. E.I., III, 277 et Le Strange, Eastern Caliphate, 164 et suiv.

128 Il s’agit de Baudouin du Bourg qui avait succédé à Baudouin de Boulogne, lorsque celui-ci était devenu roi de Jérusalem ; cf. Grousset, Hist. des Crois., I, 12.

129 Il s’agit de Raymond IV de Saint-Gilles, comte de Toulouse ; cf. Grousset, Hist. des Crois., I, 4.

130 Ar-Rastan : l’ancienne Aréthuse, à 15 kms. S de Hama sur l’Oronte ; cf. Dussaud, T.H., 110.

131 Sur cette querelle entre Seljouqides et Dànichmandides, voir Grousset, Hist. des Crois., I, 396-397.

132 Mar’ach : ancienne Germanicia, carrefour de routes à la frontière N de la Syrie ; cf. E.I., III, 284 et Cl. Cahen, S.N., 137-138.

133 Jobaïl : voir supra, p. 17, n. 1.

134 Jakirmich : ancien esclave de Malik-châh, devenu maître de Mossoul après le Turcoman Mousâ qui lui-même avait succédé à Karbouqâ ; cf. R.H.Or., II, II, 31.

135 Râs-al-’Aïn : localité située sur le Khabour à mi-chemin entre Edesse et Hasetché ; cf. E.I., III, 1197.

136 Boçrâ : forteresse située dans le Hauran, à 20 kms. au SO de Soueïda ; cf. Dussaud, T.H., 347-348 et E.I., I, 784.

137 Sur cette forteresse, voir Grousset, Hist. des Crois., I, 342.

138 Sur le voyage de Bohémond en Europe, cf. Grousset, Hist. des Crois., I, 415 et suiv.

139 Al-Qaryataln : localité située sur la route de Damas à Palmyre, à michemin entre les deux villes ; cf. Dussaud, T.H., 282.

140 Sur ces faits, cf. supra, année 471.

141 Locution proverbiale qui sert à exprimer un très vif regret et dont l’origine exacte n’est pas connue ; cf. Freytag, Arab. Prov., II, 776.

142 Nihâwand : ville de la province de Hamadhân ; cf. E.I., III, 974.

143 Rafaniya : ancienne Raphanée à 40 kms. de Homs, sur le versant oriental des Monts Ansariyé ; cf. Dussaud, T.H., 98.

144 Djebel Bahrâ : massif montagneux au N de Rafaniya ; cf. Dussaud, T.H., 146, n. 3.

145 Sur Tancrède, neveu de Bohémond ; cf. Grousset, Hist. des Crois., I, 20.

146 Sawâd de Tibériade : plaine irriguée et cultivée qui entoure la cité de Tibériade ; cf. E.I., IV, 192.

147Alal : ou ‘Al, forteresse située à une dizaine de kms. à l’E du lac de Tibériade et à 8 kms. au N du Yarmouk ; cf. Dussaud, T.H., 381-382.

148 Al-Bathaniya : la Batanée contrée située à l’O du Hauran avec Adraa (actuellement : Dera) pour capitale ; cf. E.I., I, 692 et Dussaud, T.H., 323-330

149 Il semble indispensable de lire ici comme le fait Gibb : hom au lieu de howa ; c’est d’ailleurs la leçon du manuscrit.

150 Ici deux lettres voyellées dihi dont le sens n’est pas connu.

151 L’expression çâhiboho employée ici n’est pas claire, non plus que l’ensemble de ce récit. Il faut probablement lire açhâboho au pluriel.

152 Il faut évidemment lire ici kâna au lieu de kânou du texte et du manuscrit.

153 Sur cette convention, voir supra, année 498.

154 Le pluriel marâkib n’a évidemment pas son sens ordinaire de : véhicules, mais bien, comme mon collègue M. Canard l’a souvent relevé dans Maqrîzî, celui de : harnachements.

155 La restitution d’Amedroz : aqta’a Nouchkatîn wa-Falou (il donna un apanage à Nouchkatîn et à Falou) semble, d’après le contexte, devoir être modifiée de la façon suivante : iltamasa minho Nouchkatîn wa-Falou (Nouchkatîn et Falou sollicitèrent...).

156 Djebel ‘Auf : actuellement Djebel Adjloun ; cf. Dussaud, T.H., 382.

157 Tibnîn : ou Toros, forteresse située à 20 kms. ESE de Tyr ; cf. Dussaud, T.H., 53.

158 Al-Madân : plaine située à l’E du confluent du Jourdain et du Yarmouk ; cf. Gibb, D.C., 75, n. 1.

159 Zorrâ : l’actuelle Ezra à 30 kms. au NO de Soueïda ; cf. Dussaud, T.H., 375.

160 Châhdhar : ou Châh Diz ; forteresse appartenant aux Bâtiniya et située dans le voisinage d’Ispahan, sur laquelle on ne possède pas d’autres renseignements ; cf. Yaqout, (éd. Wüstenfeld), III, 246.

161 Sens obtenu en lisant ilaïhâ, au lieu de ‘anhâ du texte et du manuscrit, qui est difficilement intelligible.

162 Traduction conforme à la lecture du manuscrit ; façâhatoho au lieu de qadâ haqqihi donné par Amedroz.

163 Sens obtenu en remplaçant istarakkou du texte et du manuscrit par istaraqqou.

164 Traduction conforme à la lecture du manuscrit, sababan au lieu de sîmâ donné par Amedroz.

165 Trad. Blachère, n° 81 (I, 501).

166 Traduction conforme à la lecture du manuscrit ; lam najid au lieu de najid donné par Amedroz.

167 La date finale de Dhou-l-Qad’a est en contradiction avec la seule date insérée dans le texte : 2 Dhou-l-Hijja. Trois hypothèses sont alors possibles : 1) ou bien l’événement s’est passé au mois de Dhou-l-Hijja de l’année 499, mais l’on ne voit pas pourquoi le Sultan aurait tant différé l’annonce de cette victoire ; 2) ou bien les deux noms de mois sont à intervertir ; 3) ou bien, ce qui est le plus vraisemblable, il faut lire Dhou-l-Hijja à la fin de la lettre qui aurait donc été écrite quelques jours après l’évènement.

168 Çadaqa b. Mazyad : chef de la tribu des Mazyad et fondateur d’une dynastie en Basse-Mésopotamie, avec pour capitale al-Hilla, bâtie en 1101. Çadaqa apparut en 1107, après avoir pris le pouvoir en 1086 ; cf. Gibb, D.C., 76, n. 1.

169 As-Sinn : forteresse située au confluent du Petit Zab et du Tigre ; cf. Gibb, D.C., 76, n. 2.

170 Tell Bâchir : forteresse nommée Turbassel par les chroniqueurs francs et située non loin de ‘Aïntab à l’E, au bord de Sadjour ; cf. E.I., IV, 759 et Cl. Cahen, S.N., 116.

171 Ach-Chamsaniya : actuellement Tell Shemsanié, sur la rive droite du Khabour, à environ 70 kms. en aval de Hasetché ; cf. E.I., II, 910, sub Khabur.

172 Mâkisîn : actuellement Marqada sur le Khabour, à une quinzaine de kms. en aval d’ach-Chamsaniya.

173 C’est par erreur que Bohémond est nommé ici ; parti pour l’Europe à la fin de 1104, il ne revint jamais en Orient ; cf. Grousset, Hist. des Crois., I, 416-419.

174 Texte fautif ; le manuscrit porte ‘an et non ilâ.

175 Il s’agit vraisemblablement de Malikchâh qui tint le pouvoir de 500 à 510 H ; cf. Ibn al-Athîr, X, 297, cité par Gibb, D.C., 81, n. 1.

176 Wâdî Mousâ : dépression qui s’étend au SE de Damas, en direction du golfe d’Akaba ; cf. Le Strange, Palestine, 548.
oab : région qui borde la Mer Morte à l’Est.
ach-Charât : district montagneux situé autour de Petra. cf. GaudefroyDemombynes, Syrie, 125.
al-Jibâl : territoire situé à l’extrémité de la Syrie méridionale ; cf. E.I., I, 1071.
al-Balqâ : contrée située à l’E du Jourdain, avec ‘Amman pour capitale ; cf. E.I., 635.

177 ‘Ain al-Kotalba : il s’agit sans doute de l’un des deux villages actuels de Kouteïbé, dans le voisinage de Sanameïn ; cf. Dussaud, T.H., 336.

178 Tell al-Ma’chouqa : aujourd’hui Tell Ma’chouq ; cf. Dussaud, T.H., 20, 30 et 33.

179 Al-Hilla : sur cette localité, cf. supra, p. 73, n. 2.

180 L’examen du manuscrit permet de substituer la leçon mawâhil à sawâhil donné par Amedroz. La répétition de fi al-Hilla, mis entre crochets par Amedroz, ne s’explique que par une erreur de copie.

181 Sur cet événement, voir infra, p. 127 et suiv.

182 L’indication du mois est omise dans le texte mais figure dans le manuscrit.

183 Marj Bâb al-Hadîd : Bâb al-Hadîd est une ancienne porte de l’enceinte NO de Damas, englobée dans la citadelle Seljouqide ; cf. Sauvaget, La citadelle de Damas, in Syria, XI, 79-80.

184 Le mot ghilmân employé ici désigne les esclaves au service du prince et, par extension de sens, sa garde.

185 Le texte et le manuscrit portent par erreur ‘ammoho (son oncle) ; il faut évidemment lire ibn ‘ammihi (son cousin).

186 Al-Khawâbî : forteresse située dans la partie méridionale des Monts Ansariyé et nommée Coïble par les Croisés ; cf. Dussaud, T.H., 139.

187 Sur ce mot, cf. Dozy, Suppl., II, 827.

188 Voir supra, année 500.

189 Mots omis dans le texte et dans le manuscrit et rétablis par Gibb (.D.C., 86, n. 1).

190 Sur le mot mokous, voir supra, p. 14, n. 1.

191 Alamout : forteresse située dans la montagne au NO de Kazwin ; cf. E.I., I, 253 et Le Strange, Eastern Caliphate, 220-221.

192 ‘Arqa : place située près de la côte au N de Tripoli, dans une position stratégique importante ; cf. Dussaud, T.H., 84.

193 Al-Akma : localité mal identifiée ; il s’agit probablement de l’actuelle Akoun, à 32 kms. au NO de Homs, sur le versant oriental du Liban ; cf. Dussaud, T.H., 95.

194 Erreur de prénom, qui se répète par la suite ; le fils de Saint-Gilles s’appelait Bertrand et non Raymond comme le porte notre texte.

195 As-Sardânî : Guillaume Jourdain, comte de Cerdagne, qui gérait la principauté de Tripoli depuis la mort de Raymond de Saint-Gilles ; il était le fils d’une cousine des Saint-Gilles ; cf. Grousset, Hist. des Crois., I, 345, n. 2.

196 Les indications données par Ibn al-Qalânisî laissent entier le mystère de cette mort ; cf. Grousset, Hist. des Crois., I, 360-362.

197 Banyâs : l’ancienne Valénie, sur la côte au N de Tripoli ; cf. Dussaud. T.H., 127 et suiv. Il existe une autre Banyâs (Panéas) dans la région de l’Hermon, près de l’une des sources du Jourdain ; cf. Dussaud, T.H., 390 et suiv.

198 Le texte porte : Jobaïl, mais cette place était depuis 1104 aux mains des Francs (cf. supra, année 497). Il ne peut donc s’agir ici que de Jabala, au N de Tripoli ; sur cette ville, cf. supra, p. 46, n. 1.

199 Sokmân al-Qotbî : général seljouqide, gouverneur de la ville de Khilât’ à l’O du lac de Van ; cf. Gibb, D.C., 91, n. 1 et Derenbourg, Ousama, 315, n. 5.

200 S’agit-il d’un partage territorial ou d’une répartition des revenus de ces contrées ? Le texte ne permet pas de le préciser ; la seconde hypothèse paraît cependant la plus vraisemblable.

201 Az-Zabdânî : localité située dans la haute vallée du Baradâ, au NO de Damas, entre cette ville et Baalbek.

202 Rafaniya : voir supra, p. 61, n. I.

203 Beqâ’ : plaine située entre le Liban et l’Anti-Liban, au NO de Damas ; cf. Dussaud, T.H., 396 et suiv.

204 Al-Monaïtira : la Moïnestre des chroniqueurs francs, à une quinzaine de kms. à l’E de Jobaïl ; cf. Dussaud, T.H., 72.

205 Hiçn Ibn ‘Akkâr : probablement le Djebel ‘Akkar, sur la route de ‘Arqa à Qosaïr ; cf. Dussaud, T.H., 397.

206 Hiçn Maçyâth ou Maçyâf : forteresse située sur le versant E des Monts Ansariyé, entre Tortose et Hama, à 40 km. à l’O de cette dernière ville ; cf. Dussaud, T.H., 143.

207 Hiçn at-Toufân : forteresse non identifiée.

208 Hiçn al-Akrâd : le fameux Krak des Chevaliers.

209 Le texte porte par erreur : Rokn ad-donyâ.

210 As-Samâwa : le désert qui s’étend entre la Syrie et Koufa ; cf. Le Strange, Palestine, 530.

211 Wâdî al-Miâh : dépression située dans la région désertique dite asSamâwa (cf. not préc.) entre la Syrie et l’Iraq ; cf. Yaqout (éd. Wüstenfeld), IV, 879.

212 Çarkhad ou Çalkhad : dans le Hauran, à une vingtaine de kms. à l’E de Boçrâ ; cf. Dussaud, T.H., 366.

213 Ici manque certainement un mot dans le texte, Amedroz propose ‘âda (il revint) ; Gibb (D.C., 98, n. 1) suggère wajjahaho (il l’envoya). La restitution d’Amedroz ne s’impose pas, à cause de la construction de la phrase suivante (reprise du sujet) et à cause du contexte général (indication du retour à Damas donnée plus loin). Celle de Gibb est purement conjecturale.

214 Ce fils se nommait Sa’d ad-daula Aïkaldî (Gibb, D.C. 99, n. 1).

215 Maudoud : Maudoud b. Altountakîn, auquel le Sultan Mohammad avait confié le gouvernement de Mossoul l’année précédente ; cf. Derenbourg, Ousama, 86.

216 As-Sowaïdiya : Saint Siméon, port d’Antioche ; cf. Dussaud, T.H., 431-432.

217 On ne voit pas très bien de quel pèlerinage il est question ici, puisque Beyrouth fut prise bien après Pâques ; peut-être s’agit-il de la Pentecôte.

218 Al-Korj : les Géorgiens ; cf. E.I., II, 139.
Kanja : ou Ganja, ville de la province d’Arrân (actuel Azerbaïdjan soviétique) ; cf. R.H.Or., I, 100 et Le Strange, Eastern Caliphate, 178.

219 Jîhoun : le fleuve Amou Daria.

220 Djéziré des Banou Nomaïr : je n’ai pas pu identifier cette région.

221 Salamiya : voir supra, p. 11, n. 1.

222 Correction d’une lacune proposée avec vraisemblance par Amedroz.

223 Ar-Raqqa et Qal’at Ja’bar ; localités situées sur la rive gauche de l’Euphrate à l’embouchure du Balikh ; cf. Cl. Cahen, S.N., 156.

224 Baudouin le Petit Chef : Baudouin du Bourg, comte d’Edesse depuis que Baudouin de Boulogne était devenu roi de Jérusalem (1099).

225 Sens obtenu en lisant minhom au lieu de minhâ du texte.

226 Mârdîn : ville située à 40 kms. NO de Niçîbîn, dans le Diyâr Bakr.

227 Il y a là une erreur d’un an ; c’est seulement en Jomâdâ II 504 (15 Décembre 1110 12 Janvier 1111) que Tancrède s’empara d’al-Athârib (Gibb, D.C., 105, n. 1).
Al-Athârib est la Litarba des Romains (Cerep chez les Chroniqueurs francs), à 30 kms. à l’O d’Alep ; cf. Dussaud, T.H., 219-220 et CI. Cahen, S.N., 154.

228 La leçon aïs donnée par Amedroz est une erreur pour aith, comme le prouve l’examen du manuscrit.

229 Selon Gibb (D.C., 106, n. 1), il s’agirait plutôt du mois de Çafar de l’année 504, commençant le 19 Août 1110.

230 Le roi de Norvège Sigurd.

231 Sens obtenu en corrigeant ilaïhâ du texte en ilaïhim, conformément à la leçon du manuscrit.

232 Az-zimâm : sur le sens de ce mot, voir Dozy, Suppl., I, 601.

233 Le terme Miçr employé ici désigne la cité primitive de Fostât que l’on appelle aussi le Vieux Caire. Tinnis port situé sur une île de la région orientale du Delta ; cf. Maqrîzî, Description topographique et historique de l’Egypte, in Mémoires de la Mission archéologique française au Caire, XVII, 504, Paris, 1900.

234 Kotâma : contingents berbères à la solde des Fatimides ; cf. supra, p. 3, n. 1.

235 Çâhib as-siyyâra : probablement le chef du bureau des douanes ; on trouve en effet l’expression açhâb as-siyyâra dans le sens de : douaniers ; cf. M. J. de Goeje, Biblioteca geographorum