Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et changements sociaux dans l’Orient arabe

 | 
André Bourgey
, 
Philippe Gorokhoff
, 
Michel Nancy
, 
et al.

Migration ou développement : Quelle stratégie migratoire pour l’Égypte de l’« ouverture économique » ?

Alain Roussillon

Texte intégral

1Trois propositions résument l’importance des enjeux tant internes qu’externes de la stratégie migratoire adoptée par l’Egypte depuis le début des années 1970.

    • 1 Pourcentages établis par Birks et Sinclair, Arab Manpower, p. 136 (Libye), p. 115 (Arabie Saoudite) (...)

    Part prépondérante des Egyptiens sur le marché régional du travail : quelles que soient les estimations retenues, les stocks de migrants égyptiens représentent la première contribution aux marchés du travail de la péninsule arabique et de la Libye : 56,7 % de la main-d’œuvre importée en Libye, 12 % en Arabie Saoudite, 12 % en Jordanie1. Les migrants égyptiens sont également engagés dans tous les secteurs de l’activité, à tous les niveaux de qualification, et ont participé de façon massive à toutes les vagues migratoires engendrées par le recyclage de la rente pétrolière, y compris les migrations de remplacement qu’ont expérimentées la Jordanie, le Soudan ou Oman du fait du départ de leur propre force de travail.

    • 2 Eckaus, Choucri, Mohie Eldine, Migration and employment in the construction sector : critical facto (...)
    • 3 Birks et Sinclair, Country case study : The Hashemite Kingdom of Jordan, Durham, 1978, p. 43.
    • 4 Arab Manpower, op. cit., p. 244.

    Part relativement modeste de la main-d’œuvre migrante par rapport à la force de travail globale de l’Egypte, compte tenu du sous-emploi chronique et du chômage sur le marché du travail égyptien et de la demande externe, à laquelle d’autres exportateurs de main-d’œuvre ont apporté une réponse proportionnellement plus considérable : si l’on retient l’estimation la plus élevée2, — un million de travailleurs égyptiens dans les pays pétroliers en 1976 —, 10 % environ de la force de travail était expatriée à cette date, alors que 28 % de la main-d’œuvre jordanienne était expatriée en 19753, et 20 % de celle du Nord-Yémen4.

    • 5 Cf. Maurice Martin, « Egypte, les modes informels du changement », Etudes, avril 1980.

    Effets considérables, compte tenu de la faiblesse relative de ce pourcentage, des migrations de main-d’œuvre sur l’ensemble des structures économiques et sociales de l’Egypte. Part des remises dans la balance des paiements et le PNB, leur rôle dans la transformation des paysages ruraux et urbains, pénuries sectorielles déterminées par les ponctions opérées sur la force de travail, effets inflationnistes alimentés par les comportements de consommation autorisés par les revenus « de l’étranger » : tous les indices et toutes les analyses corroborent le fait que les migrations de main-d’œuvre constituent l’un des principaux « facteurs informels du changement » à l’œuvre dans la société égyptienne5.

  • 6 C. Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Paris, 1975.

2Ce que nous désignons comme la « stratégie migratoire de l’Egypte » ne peut se réduire à une série de décisions et de mesures administratives, pas plus qu’aux prises de position, rares et limitées, le plus souvent, à des déclarations d’intentions, des autorités égyptiennes. Son émergence, si elle engage un ensemble de décisions administratives ouvrant la voie à l’exportation de la main-d’œuvre, est inséparable d’une série de réajustements à différents niveaux des structures sociales qui concourent à transformer la représentation des enjeux individuels et collectifs des migrations et à reformuler les termes de l’« alternative migratoire » pour l’intégrer dans le projet « social-historique »6 proposé à la société égyptienne. De ce point de vue, les instructions données aux fonctionnaires chargés de délivrer les passeports pour hâter les démarches (24 heures, au Caire) ou la bienveillance avec laquelle sont examinées les demandes de détachement des fonctionnaires peuvent être rapprochées, par exemple, du développement, dans les médias, de campagnes et d’enquêtes d’opinion où l’occasion est donnée aux migrants d’énumérer les avantages qu’ils tirent de leur position, et aux experts de recenser ceux que l’Egypte elle-même en retire. De la même façon, la fondation d’institutions bancaires spécialisées dans le drainage des revenus des migrants ou la création de postes d’attachés au travail dans les ambassades égyptiennes ne sont pas sans rapport avec l’apparition de l’« émigré en Arabie Saoudite » dans les feuilletons télévisés, ou l’émergence dans la population scolaire et estudiantine de nouvelles, tendances au choix de carrières moins « académiques » mais plus adaptées à une rentabilisation immédiate hors d’Egypte.

3A un autre niveau, le développement considérable des cohorte migrantes rendu possible par l’ouverture des frontières s’est accompagné d’une série d’initiatives visant à fournir aux autorités égyptiennes une représentation « scientifique » du phénomène, susceptible de fonder des politiques raisonnées de la main-d’œuvre et de contribuer à une rationalisation du rôle assigné aux migrations dans ces politiques. Deux remarques permettent de situer le contexte dans lequel se déploient ces initiatives.

4D’une part, elles se développent, sinon hors du contrôle de l’appareil d’Etat du moins en marge et sans qu’intervienne, dans la plupart des cas, de « commande » explicite de sa part. Ainsi, s’il autorise des enquêtes auxquelles sont associés divers segments de l’appareil universitaire (Université du Caire, Faculté d’Agronomie...) ou des centres de recherche dépendant des ministères (Capmas, Centre national pour la Planification...) l’Etat n’a lui-même été, jusqu’à plus ample informé, à l’origine d’aucune enquête systématique sur les migrations égyptiennes, pas plus qu’il n’a financé de recherche sur ce sujet. Bien plus, on peut voir un indice de l’attitude ambiguë des autorités égyptiennes vis-à-vis des migrations dans l’interruption, en 1973, au moment même où les flux commençaient véritablement à prendre de l’ampleur, de la principale série de données qui permettait d’estimer ces flux, « Population movement across the frontiers », publiée par le CAPMAS entre 1968 et 1973.

  • 7 A.H. Dessouki, Development of Egypt’s migration policy 1952-78, Le Caire, 1978, pp. 4-5.

5En second lieu, ces initiatives de recherche consacrées aux migrations de la main-d’œuvre égyptienne se développent dans un contexte marqué par un virage complet de la politique suivie jusqu’au début des années 1970 en cette matière : « The development of migration policies has been a complicated and tortuous process reflecting a lack of consensus about the goals and the means. The policy fluctuated from one of prohibition to regulation to encouragement. Two conventional views continued to exist in Egypt : one advocating emigration as a solution to the population explosion and the manpower surplus ; the other emphasized the negative consequences of migration, namely the sapping of the society’s strength and its most productive elements. Migration policies also developed in the wider context of « development strategy » and ideological orientation of society. With the shift from a socialist planned economy to a free market-policy, corresponding changes occured in the migration policies7 ».

  • 8 Voir par exemple : Ibrahim Saad Eldine : les effets négatifs des différences de revenus entre régio (...)

6Ce contexte définit le sens des questionnements relatifs aux migrations égyptiennes. L’objet de toutes les investigations, c’est la capacité de l’Egypte à pourvoir en main d’œuvre le Proche-Orient, compte tenu des impératifs de son propre développement. La nécessité d’intégrer ces flux de main-d’œuvre à une représentation globale de l’avenir socio-économique de l’Egypte est d’autant plus urgente que ces migrations semblent l’aspect le plus paradoxal de la politique d’ouverture (infitâh) adoptée en 1973 par le Président Sadate. Composante essentielle de cette politique fondée sur la « libre entreprise », la libre circulation des biens et des personnes paraît à de nombreux analystes susceptible d’entrer rapidement en contradiction avec les objectifs même de cette politique qui vise à attirer en Egypte les investisseurs étrangers intéressés par la disponibilité d’une main d’œuvre à la fois qualifiée et bon marché8.

7La présente étude, inspirée des résultats d’une enquête menée entre 1980 et 1983 par Gilbert Beaugé et nous-même, vise à décrire et analyser les conditions dans lesquelles les migrations égyptiennes accèdent à « l’ordre du discours », devenant l’objet privilégié d’institutions qui, affectant des crédits, mobilisant du personnel et publiant les résultats de leurs travaux, interviennent donc dans la gestion sociale des enjeux liés aux migrations.

  • 9 Le migrant et son double : essai sur les enjeux unitaires des migrations de main-d’œuvre au Proche- (...)

8Une première partie analyse la mise en place de dispositifs institutionnels de recherche consacrés aux migrations de la main d’œuvre égyptienne. L’analyse de la production de ces dispositifs s’efforce de mettre en évidence les grandes lignes de composition et de rupture de la représentation des migrations de travail que ces institutions proposent aux décideurs politiques, et le rôle qu’elles se voient assigner par ces études dans le processus de transformation en cours en Egypte9.

9Une deuxième partie s’attache à confronter les termes des bilans dressés par les experts des migrations de travail à ce qu’il est possible d’inférer de la politique migratoire égyptienne à partir de l’examen des diverses mesures adoptées par les autorités pour canaliser et contrôler les processus engendrés dans l’économie et la société par les flux de main-d’œuvre et de capitaux liés aux migrations. Si l’on considère les différents contrôles que les Etats sont en mesure d’exercer, d’une part, sur leurs ressortissants, d’autre part, sur l’ensemble des activités socio-économiques, les migrations impliquent un recul généralisé de l’efficacité des différents appareils destinés à canaliser les processus en cours. Qu’il s’agisse du marché du travail, dont tous les mécanismes se réarticulent autour de l’alternative migratoire, ou de la mise en œuvre des plans de développement, rendus caducs par la redistribution des flux de main-d’œuvre, du projet politique ou des systèmes de valeurs, tous les niveaux de la pratique sociale sont ici concernés. Plus loin, la démarche migratoire elle-même implique une recomposition des rapports que les individus, en tant que « citoyens » et en tant qu’« agents économiques », entretiennent avec leur propre société. Le « statut » de migrant, et surtout de travailleur migrant, sur un marché du travail aussi peu institué et dans un espace aussi surdéterminé, dans l’ordre social, politique, économique et culturel, que le monde arabe, a ceci de particulier qu’il accentue, tout en les recomposant, les différents niveaux d’appartenance des migrants. Appartenance familiale ou confessionnelle, nationalité égyptienne ou identité arabe, conscience de classe ou convictions politiques : autant de facteurs susceptibles de déterminer les stratégies individuelles des migrants, tant pour le choix d’une destination que l’utilisation des revenus de la migration. A leur capacité à discerner et à prendre en compte ces transformations se mesure l’efficacité des différentes stratégies qui s’efforcent de rationaliser les enjeux et les effets de la politique migratoire de l’Egypte.

I. Donner un sens aux migrations égyptiennes : la mobilisation de l’expertise internationale

1. La mise en place des dispositifs de recherche sur les migrations de main-d’œuvre

  • 10 Voir par exemple A. Kuraitem et M. Hamdi, Brain drain from the United Arab Republic, Cairo, 1966, D (...)

10Le débat sur les migrations de main-d’œuvre est en Egypte déjà ancien, bien antérieur, en tout cas, au développement fulgurant du phénomène déterminé par le quadruplement des prix de pétrole en 1973. L’« exode des cerveaux » égyptiens vers le Canada, l’Australie ou les Etats-Unis ou l’envoi de missions d’enseignants égyptiens dans les pays du Golfe et l’Iraq, dans le cadre des « responsabilités arabes » de l’Egypte, avaient dès les années 1960 alimenté de nombreux débats10, mobilisé experts et chercheurs et donné matière à des recherches. Il paraît donc d’autant plus curieux que le recueil et le traitement des données relatives aux « nouvelles migrations » égyptiennes échappe globalement aux institutions de recherche en place, qui se trouvent proprement écartées des circuits ad hoc mis en place à partir de 1977. Ni le Cairo Demographic Center, ni l’Institut national pour la Planification, ni le Centre national pour la Recherche sociale et criminologique, principales institutions qui s’étaient illustrées dans ces débats au cours des années 1960, n’intervient ici de façon autonome, laissant le champ libre à de nouvelles structures et à un personnel entièrement différent.

11a. Travaux réalisés sous l’égide de l’Organisation Internationale du Travail : entre 1977 et 1982, l’OIT a entrepris trois séries de travaux de statut et de niveau divers, prenant en compte à un titre ou un autre les migrations égyptiennes.

  • 11 L’« International migration for employment project » est un programme « central » de l’OIT, dirigé (...)
  • 12 Birks et Sinclair, Country case study : The Arab Republic of Egypt, Durham, 1978, et Human capital (...)

12Dans le cadre du « Migration for Employment Project »11consacré aux mouvements migratoires dans l’ensemble du Proche- Orient, deux publications discutent « the significance of Egyptians in the international labour market in the Middle East » et la capacité de l’Egypte à exporter son chômage et son sous-emploi en approvisionnant en main-d’œuvre le marché régional12.

  • 13 Sept « missions » de ce type, conçues comme le moyen d’assister les autorités dans l’identification (...)

13Une « Employment Strategy Mission » de l’OIT en Egypte en 1980, fait le point sur « la croissance économique, l’emploi et la justice sociale en période de paix », dans un document intermédiaire préparé par A. Mohie Eldine qui entreprend de dresser une synthèse des informations disponibles sur les mouvements de la main-d’œuvre égyptienne et présente un bilan opposant les pertes sèches imposées à l’Egypte par les migrations permanentes qu’a expérimenté ce pays tout au long des années 1950 et 1960 aux bénéfices potentiels des migrations contemporaines13.

  • 14 « Seminar on Labor migration in the Middle East, sponsored by AID/Near East Bureau », 20/9/1977, et (...)

14Un troisième programme impliquant à divers titres les migrations de main-d’œuvre est en cours de réalisation : « Population growth and manpower needs in the framework of comprehensive employment planning » ; ses objectifs sont ainsi formulés : « To increase the understanding and knowledge base of the interactions between population growth/movements, manpower needs and the socio-economic development process in the country, and to formulate appropriate policies regarding the integration of population and manpower variable into a comprehensive human resource strategy for the country »14.

15b. Deuxième série de travaux sur les migrations égyptiennes dans le cadre de l’intervention américaine générale en Egypte à partir de 1975. L’intérêt des structures de coopération américaines pour les migrations au Proche-Orient, qui se manifeste notamment par deux colloques sur cette question, se traduit en Egypte par plusieurs initiatives.

  • 15 Le DRTPC est un institut autonome doté de moyens financiers, techniques et administratifs propres e (...)

16Dans le cadre du programme de recherche conjoint MIT- Université du Caire, bénéficiant d’une assise institutionnelle puissante et structurée fournie par le Development Research and Technological, Planning Center15 un programme de recherche sur les migrations égyptiennes lancé en 1977 (Cairo University-Massachusets Institute of Technology Technological Planning Programme) est de loin le plus important à ce jour sur ce sujet : associant chercheurs du MIT, membres du corps enseignant de l’Université du Caire et nombre d’experts désignés notamment par les Ministères de la Planification et de l’Education, ce programme a produit 25 études entre 1977 et 1981, dont les plus approfondies sur les travailleurs du bâtiment et les enseignants, tant du secondaire que du supérieur.

17D’autre part, le colloque du California Research Center, « Migration and mechanization in Egyptian agriculture », dans le cadre de l’Agricultural Development System Project, qui associe, sous l’égide de la Faculté d’agronomie de l’Université du Caire, l’Université de Californie et le Ministère égyptien de l’agriculture, a réuni en décembre 1981 des experts égyptiens appartenant à diverses facultés d’agronomie et les experts de l’Université de Californie pour traiter des « crucial issues concerning mechanization of Egyptian agriculture and the impact of labour migration on agricultural policies ».

18c. Les initiatives des « experts arabes » : ces experts sont les chercheurs des diverses institutions interarabes concernées par les problèmes de main-d’œuvre : Organisation Arabe du Travail, Conseil de l’Unité économique arabe, Arab Planning Institute. La rupture des relations entre l’Egypte et les Etats arabes après Camp David, puis le transfert du siège de la Ligue arabe du Caire à Tunis et de ses organisations dépendantes à Bagdad (OAT) et Amman (CUEA) ont réduit le rôle de ces experts dans la gestion des migrations égyptiennes. Néanmoins, le poids démographique de l’Egypte et la part des Egyptiens dans le marché régional du travail, qui en font le pivot de toute stratégie arabe de la main-d’œuvre — distinction faite entre « le régime traître à la cause arabe » et « le peuple égyptien resté fidèle à son identité arabe » — expliquent qu’aucune de ces institutions n’ait pu se désintéresser des migrations égyptiennes. De plus, le maintien de très nombreux intellectuels égyptiens dans les structures interarabes, et notamment les institutions de recherche, a partiellement contrebalancé la fermeture des canaux officiels en matière de circulation de l’information.

2. Les nouvelles migrations égyptiennes : aubaine ou calamité ?

  • 16 Employment strategy mission to Egypt : « Document no 9, External migration of Egyptian labour », Le (...)

19L’ensemble de ces travaux contribue, chacun à son niveau, à dessiner les contours du « problème migratoire » qui se pose à l’Egypte dans le contexte régional du recyclage des capitaux pétroliers. Nous nous attachons à montrer comment se structurent les diverses représentations de ce phénomène en faisant apparaître tant leurs points de divergence que leurs convergences pour décrire l’éventail des options suggérées aux autorités égyptiennes pour la mise en œuvre d’une politique migratoire conforme aux intérêts de l’Egypte selon ces experts. Une remarque préliminaire permettra d’illustrer le caractère sinon « arbitraire », du moins « tactique » du choix de ces problématiques ainsi que des arguments et des méthodologies qu’elles soutiennent : le premier problème soumis à la perspicacité des experts, et qui mobilise une bonne part de leurs efforts, demeure l’estimation de l’ampleur des flux et de la population expatriée (tabl. 1), Mohie Eldine peut encore écrire en 1980 : « Despite of the recent and growing interest in manpower planning by both Egyptian authorities and international agencies, like AID, IREK and ILO, and the repeated statements made in Egyptian parliament concerning the bad need for a manpower plan, no one really knows the scope of Egyptian workers emigration and its structure and destination »16.

  • 17 Country case study : The Arab Republic of Egypt, p. 41.

20Schématiquement, deux logiques s’opposent pour l’évaluation de ces mouvements migratoires et de leur volume : d’un côté, le programme de Birks et Sinclair fonde l’évaluation des migrations égyptiennes sur le traitement et l’analyse des données disponibles dans les Etats importateurs de main-d’œuvre ; de l’autre, le programme de l’équipe de recherche conjointe MIT-CU fonde ses estimations sur l’analyse de données disponibles en Egypte même, notamment le recensement de 1976. De l’aveu général, aucune de ces bases n’est assez fiable pour que son choix s’impose objectivement. D’une part, selon Birks et Sinclair, « the two receiver countries which are... the most difficult to deal with... (Saudi Arabia and Libya) are also countries to wich most Egyptian travel »17. Ajoutons à cette restriction que ce calcul exclut, par définition, les travailleurs clandestins qui, en 1975, représentaient encore une part considérable des migrants dans tous les pays du Golfe et surtout en Libye et le fait, plus grave, que les calculs de Birks et Sinclair ne prennent pas en considération l’Iraq, en dépit de l’importance de ce pays comme destination des migrations égyptiennes, du fait des conditions d’accès à son marché du travail (autorisation d’entrée et de séjour non soumise à l’obtention préalable d’un contrat de travail). De la même façon, l’état des sources égyptiennes rend hypothétique aussi l’estimation fournie par l’équipe du MIT-CU, dérivée du recensement de 1976 et de la projection des données de la série « Population movements across the frontiers » publiée par le CAPMAS entre 1968 et 1973.

Tableau 1. Principales estimations des migrations égyptiennes

Tableau 1. Principales estimations des migrations égyptiennes
  • 1 Projection hypothétique pour 1985, selon un taux de croissance annuelle de 3 % : 601 000.
  • 2 Projections : 623 000 à 752 000.

1 : Ressources humaines et main-d’œuvre dans les pays arabes, IL0-ECWA, Genève 1975, p. 138. 2 : Central Agency for Public Mobilisation and Statistics.
3 : Gerakis et Thoyanithy, « Wave of Middle East migration raises questions of policy in many countries », « International Monetary Fund Survey, 7, 17, 1978.
4 : Country case study : The Arab Republic of Egypt, Durham, 1978, p. 38.
5 : Al-Ahram, 19/9/78.
6 : Choucri et al., Migration and employement in the construction sector : critical factors in Egyptian development, p. 76.
7 : Pétrole et unité arabe, Beyrouth, 1977, p. 36.
8 : Summary Report on research project on International migrations and manpower in the Middle East and North Africa, mars 1981, p. 12

Note *1
Note **
2

21Dans ces conditions, le choix de privilégier l’une ou l’autre de ces approches engage l’ensemble de l’argumentation dans laquelle chacune des initiatives en présence s’efforce de faire entrer les divers aspects des processus liés aux migrations de main-d’œuvre.

  • 18 L’expression est de Birks et Sinclair : « Egypt. a frustrated labour exporter », Middle East Journa (...)
  • 19 Birks et Sinclair, op. cit., p. 2.
  • 20 Birks et Sinclair, op. cit., p. 68.

22a. L’Egypte, un exportateur de main-d’œuvre frustré ?18. Dans la logique des études de Birks et Sinclair sur les migrations égyptiennes, le recensement des stocks de travailleurs égyptiens dans les pays d’emploi fournit la base d’une identification selon les qualifications professionnelles des différentes catégories de travailleurs engagées dans le processus migratoire. A la part numériquement prépondérante du travail égyptien dans certains secteurs s’oppose le faible pourcentage de cette main-d’œuvre migrante par rapport à l’ensemble de la population égyptienne active. Inversement, la répartition professionnelle des migrants égyptiens, comparée aux ressources du marché national de l’emploi fait ressortir l’énormité des ponctions opérées dans certains secteurs : « Given the large number of unemployed in Egypt and... the numbers of urban unemployed on the one hand, and the continuing or even increasing shortages of labour in the capital-rich Arab states, on the other, it is remarkable that more Egyptians have not migrated to Saudi Arabia and the Gulf states in search of work... the problem that needs examination is not why are so many Egyptians working abroad, but why, given the prevailing economic conditions at home, and the ostensible advantages and desirability of Egyptian labour throughout the Middle East, are there so few Egyptian migrant workers »19. L’hypothèse d’une segmentation presque totale du marché du travail et d’une très faible mobilité professionnelle interne de la main-d’œuvre égyptienne fournit à Birks et Sinclair le cadre qui permet de rendre compte tant de la réponse relativement limitée de l’Egypte aux besoins en main-d’œuvre des Etats pétroliers que des effets « disproportionnés » du départ des migrants en Egypte même : si l’Egypte n’exporte pas plus de travailleurs, c’est qu’elle a atteint les limites de ce qu’il lui était possible d’exporter, compte tenu des besoins qualitatifs du marché régional du travail et compte non tenu de ses besoins propres, comme l’attestent des pénuries sectorielles de main-d’œuvre qualifiée ou même semi qualifiée. « International migrant labour movements have brought about a shortage of certain types of labour — in particular the technically qualified, some of those most necessary to Egypt’s own future development. Yet this specific shortfalls of manpower have come about without a general reduction in unemployement. In short, the nature and structure of the Egyptian labour force, especially its small informal sector, a consequence of a massive Government sector, are such that the employement position and economy as a whole do not benefit as they might from being an international supplier of labour »20.

23Dans ce contexte, l’incapacité du marché égyptien du travail à compenser le départ des migrants aboutit non seulement au tarissement progressif des gisements de main-d’œuvre qualifiée pour l’émigration, mais aussi à une grave dégradation des conditions de l’allocation du travail sur le marché égyptien lui-même.

  • 21 Birks et Sinclair, op. cit., p. 18. C’est nous qui soulignons.

24Ainsi, l’hypothèse de « l’immobilité occupationnelle » interne de la main-d’œuvre égyptienne conduit-elle Birks et Sinclair à diagnostiquer l’incapacité de l’Egypte à régler son problème de surplus de main-d’œuvre par l’exportation de son chômage vers les pays du Golfe et spécifie les termes du bilan de l’expérience migratoire de ce pays : au constat de l’apparition de pénuries sectorielles de travail qualifié, non compensées par des réajustements internes, qui définit les coûts absolus que l’exportation d’une fraction, même minime, de sa force de travail impose à l’Egypte, s’oppose « the contribution to the balance of payments of the invisible items [i.e. Suez Canal, tourism and workers’ remittances which] is significant, but do not represent more than an amelioration of Egypt’s dependency on imported goods, which, if the economy grows, will increase in the short term ».21

25Dans le contexte d’endettement extérieur et de dépendance, notamment alimentaire et technologique, qui caractérise l’économie égyptienne, les remises qui constituent en dernière analyse, aux yeux des auteurs, le seul aspect positif des migrations, compte tenu de la part qu’elle représentent dans le PNB et dans la balance des paiements, non seulement ne contribuent pas à améliorer la capacité des pouvoirs publics et des grands investisseurs à intervenir dans l’économie et à créer des emplois productifs, mais rendent encore plus difficile et coûteuse cette intervention en alimentant la spirale inflationniste et en exerçant une pression à la hausse sur les salaires, encore aggravée par la dégradation de la productivité, (tabl. 2 et 3).

  • 22 Birks et Sinclair, op. cit., p. 68.

26Constater l’incapacité de l’Egypte à jouer le rôle de pourvoyeur de main-d’œuvre du Proche-Orient autrement qu’au détriment de ses propres besoins en travail qualifié et les effets « pervers » des remises conduit Birks et Sinclair à un diagnostic pessimiste, quant aux effets et à l’opportunité de la politique migratoire des dirigeants égyptiens : « the limited benefits of remittances when weighted against the potential drawbacks which might accrue from the losses of Egypt most highly qualified manpower, do not in themselves justify the migration ».22

Tableau 2 .Les transferts financiers des Égyptiens

Tableau 2 .Les transferts financiers des Égyptiens

Source : Abd al-Fattah Massef, Les migrations des Egyptiens, Le Caire, Centre national pour la Planification, 1981, p. 29.

Tableau 3. Effets des transferts des Égyptiens employés à l’étranger sur la balance commerciale de 1970 à 1978.

Tableau 3. Effets des transferts des Égyptiens employés à l’étranger sur la balance commerciale de 1970 à 1978.

Source : Banque nationale d’Egypte, Bulletin économique, 1979.

  • 23 Cf. par exemple, les deux scénarios que les auteurs formulent comme base pour la projection de la d (...)

27Plus loin, l’analyse des effets des migrations sur le marché du travail égyptien conduit Birks et Sinclair à prédire sinon la fin des migrations égyptiennes du moins une réduction significative de la part de la main-d’œuvre égyptienne sur les marchés du travail des Etats pétroliers. D’une part, les structures de reproduction du travail qualifié en Egypte n’arrivent plus à répondre à la demande en travailleurs de haut de gamme disposés à émigrer ; d’autre part, l’émergence de nouvelles nationalités de travailleurs migrants, liées aux nouvelles politiques d’insertion — ou de non-insertion — des travailleurs migrants dans les structures socio-économiques adoptées par les Etats du Golfe (camps de travail, contrats collectifs, main-d’œuvre « clef en main », etc.) rend encore plus improbable l’exportation de la seule catégorie de travailleurs dont l’Egypte dispose à profusion : la main-d’œuvre non qualifiée.23

  • 24 Choucri et al., Migration and employment in the construction sector : critical factors in Egyptian (...)
  • 25 Mohie Eldine et Omar, The emigration of University academic staff, Cairo University- MIT Technologi (...)
  • 26 Choukri, Eckaus et Mohie Eldine : Education and Emigration : Teachers in Egypt, CU-MIT Technologica (...)
  • 27 MIT-Cairo University Technological adaptation Program : Summary report on labour migration and huma (...)

28b. La « nouvelle frontière » des travailleurs égyptiens. La logique du programme de recherche conjoint MIT-CU repose sur un double parti. Le parti pris de l’analyse sectorielle qui conduit les chercheurs à définir sur le marché égyptien du travail des « cibles » au niveau desquelles se concentre l’analyse : « The general effects [of migration] can be appreciated most thoroughly through a sectoral study and the construction sector is a particulary crucial one at this time, both in Egypt and in the countries to which Egyptian construction workers are migrating ».24 Le caractère stratégique de ce choix est corroboré par celui des enseignants du supérieur25, puis du secondaire26. En effet, ces deux catégories de travailleurs sont, du point de vue des enjeux migratoires, à la fois opposées et complémentaires : opposées, eu égard à leur niveau de qualification et au caractère « formel » ou « informel » de l’acquisition de ces qualifications, ou encore selon les modalités de leur insertion dans le marché du travail. Elles sont justifiables de la même approche, puisque l’une et l’autre constituent des « articles d’exportation ». Ce qui signifie à la fois qu’elles s’expatrient en réponse à la demande dans des Etats pétroliers et qu’il serait possible de les exporter dans le cadre d’une stratégie active de résorption des surplus de travail en Egypte. L’analyse en termes de coûts et profits des réajustements et des transformations sectorielles intervenus sur le marché du travail du fait de l’émigration de ces catégories de travailleurs vise à étudier « the socio-economic consequences of Egyptian labour to the Arab world,... to arrive at a quantitative estimate of costs incurred and benefits received from the social point of view »27. Une fois identifiés ces buts, l’analyse s’engage selon deux mouvements :

  • 28 Choucri et al., op. cit., p. 111
  • 29 Choucri et al., op. cit., p. 114.

29Identification des effets des migrations dans les secteurs considérés et analyse des réajustements opérés. Pour les travailleurs du bâtiment, l’hypothèse retenue par les chercheurs, à l’inverse de Birks et Sinclair, est celle de l’existence d’une offre de travail potentiellement illimitée en provenance de l’agriculture et des secteurs de la main-d’œuvre urbaine touchés par le chômage : même si l’élasticité restreinte de cette offre, déterminée à la fois par les structures sociales rurales qui tendent à retenir le travail, même sous-employé — « employment in agriculture, with its associated web of familial and social relations, carry with it a kind of security not achieved in other sectors in which workers are cut of from traditional society » — et par la nature des emplois dans ce secteur — « due to the especially heavy physical requirements for labour in this sector »28— se traduit par une forte hausse des salaires dans le bâtiment, l’existence de réserves démographiques considérables suffit à assurer l’approvisionnement au moins, en termes quantitatifs, de ce secteur. Eckaus, Choucri et Mohie Eldine en veulent pour indice le fait qu’en dépit de l’émigration massive, la force de travail mobilisée dans la construction tend à augmenter : « The result of the construction labour supply and demand shifts are the increase of labour employed and the increase in wages. The domestic labour supply elasticity is sufficiently great so that labour employment in construction increase in spite of the large scale emigration. However, the implication — and the means of accomplishing the attraction of labour force into the sector — is a relatively large increase in construction labour wages, as has in fact occurred »29.

  • 30 Les chercheurs font même l’hypothèse que le secteur du bâtiment constitue un segment particulièreme (...)

30Le principal effet positif de l’émigration dans le secteur du bâtiment est ainsi d’engager un vaste processus de réallocation d’un volant de main-d’œuvre, jusque là « dispersée » sur le marché du travail, et désormais sous-qualifiée et sous-employée intégrée dans un secteur clé du marché30. En termes de coûts sectoriels, l’augmentation relative des salaires et les retards apportés à la réalisation des commandes par la nécessité de former sur le tas, en deux ans, selon les chercheurs, les nouveaux entrants, définissent les effets négatifs des migrations sur le secteur du bâtiment.

31Pour les enseignants, leur appartenance à un secteur où les coûts des processus de qualification peuvent être estimés avec une relative précision, où les salaires sont fixés par voie administrative ainsi que les carrières (y compris le droit au détachement à l’étranger) et où la productivité du personnel employé localement peut être évaluée par le recours à un critère mécanique (nombre d’élèves par professeurs), les coûts de la migration se traduisent par la charge additionnelle imposée aux structures de reproduction de la force de travail par la demande extérieure et la nécessité de compenser les départs.

  • 31 Choucri et al., op. cit., p. 127.
  • 32 Choucri et al., op. cit., p. 132.
  • 33 C’est nous qui soulignons, CU-MIT Technological Adaptation Program, p. 3.

32Identification et évaluation des termes du bilan social global de ces réajustements pour la société égyptienne dans son ensemble. Trois éléments constituent ce bilan. Au registre des coûts, les effets en chaîne de la hausse des salaires dans le secteur du bâtiment, et, au premier chef, le renchérissement général des investissements que détermine cette hausse : « The highercosts of construction means that the real value of investment fixed in nominal terms has decreased... This higher cost of investment may be counted as an especially important social cost in an economy placing heavy stress on accelerating its economic growth, in large part through increasing the rate of investment »31. Le départ d’une fraction de la main-d’œuvre du bâtiment, si elle rend plus coûteux le processus de constitution du capital améliore la péréquation capital/ travail, dont le déséquilibre paraît comme l’un des principaux obstacles au développement : « As a result of labour emigration, the capital and other resources per unit of labour remaining rise »32. Pour les enseignants, dont la formation est assurée aux frais de la collectivité, le bilan social des migrations tente de prendre en compte la productivité sectorielle et sociale des investissements affectés dans leur formation : « Information was gathered on several variables connected with emigrant teachers. Attempts were made to construct a mathematical model dealing with system of teachers emigration as part of educational system. Determinant of teachers emigration were investigated to examine the effects of teachers emigration on the efficiency of the system shortages as well as to estimate surpluses of teachers by subject and region »33. L’existence d’une population finie d’enseignants-fonctionnaires conduit les chercheurs à considérer non seulement les coûts sociaux de leur formation, mais encore l’obligation pour les autorités d’assurer à tous un emploi, quelle que soit la demande. Il ne fait pas de doute, relèvent Mohie Eldine et Omar, que l’adoption d’une politique de détachement systématique des enseignants correspond à d’importants surplus de personnel dont l’expatriation soulage les structures de l’enseignement en Égypte. Dans ce cas, la migration apparaît plutôt comme un « amortissement » de l’investissement consenti pour leur formation. Le contrôle exercé par les autorités sur les mouvements migratoires des enseignants, permettant d’équilibrer l’offre et la demande interne de personnel, apparaît comme le moyen de minimiser les coûts sociaux supportés par l’Egypte pour le maintien de son appareil éducatif : résorber les surplus sectoriels tout en évitant l’apparition de pénuries, tout en maximisant les profits directs et indirects de cet investissement.

  • 34 Choucri et al., op. cit., p. 130

33Les profits individuels que procurent aux migrants les revenus acquis dans les Etats pétroliers et qui constituent la médiation principale par laquelle les coûts sociaux engendrés par les migrations peuvent ou non s’inverser en bénéfices pour la société, en associant les structures sociales d’origine des migrants à la redistribution de la rente pétrolière dont ils sont les bénéficiaires. « The earnings of the migrant workers generate private benefits to the workers and their families. However, in assessing the overall impact of the migration, it is necessary to take into account the social costs and benefits as well, that is to consider whether there are public benefits which accrue in addition to the private ones and whether there are costs associated with the migration which all or in part are borne publicly »34.

  • 35 Nazli Choucri, « The new migration in the Middle East : a problem for whom ? », « International Mig (...)

34Le choix des travailleurs du bâtiment et des enseignants pour étudier les enjeux migratoires prend ici encore tout son sens : en mettant l’accent sur les effets de redistribution des revenus qui s’opèrent au bénéfice de l’une des catégories sociales les plus prolétarisées et dont les conditions de vie sont les plus difficiles, l’analyse fait apparaître de façon manifeste la réduction des inégalités que rendent possible « à bon compte » les migrations. Pour les enseignants, en ouvrant une issue « honorable » et socialement reconnue, — le rayonnement de l’Egypte dans le monde arabe—, les migrations assurent une soupape de sécurité permettant à l’une des catégories les plus « insatisfaites » du corps social de compenser ses frustrations. Nazli Choucri met en évidence les termes de cette conversion des bénéfices individuels tirés des migrations en bénéfices socio-politiques collectifs : « Migration may also reduce the probabilities of mobilising social discontent and political opposition to the government. The educated intelligentzia that had been shaped by the commitment of the revolutionary government to expend education opportunities has always served as a potentiel reservoir of political opposition... Allowing and even encouraging migration of the relatively unskilled also serve to reduce the more popular domestic base from which political opposition might potentially evolve »35.

  • 36 Nazli Choucri, « The new migration in the Middle East : a problem for whom ? », « International Mig (...)

35Mais la principale donnée du bilan social global des migrations de main d’œuvre, selon l’équipe MIT-CU, comme selon Birks et Sinclair, demeure l’effet du rapatriement des revenus migrants dans l’économie nationale : « The construction workers go abroad expecting to stay away only for a limited period in order to send back to Egypt, or to return with savings which they have accumulated abroad in foreign currency. Thus their savings should be considered as net factor earnings abroad and are a net addition to the national income of Egyptian economy. Their annual remittances are all or part of these savings. Since there are no taxes on the remittances they add directly to disposable income as well. This disponible income can be used for additionnal consumption or saving in Egypt »36.

36La question du solde économique des revenus du travail migrant relève donc en dernière analyse de la capacité des pouvoirs publics et des grands investisseurs à capter les ressources financières engendrées à l’étranger et à les canaliser de façon productive. Ce qui revient à opposer, d’un côté, la part de ces revenus intervenant comme remises dans les circuits capitalistes nationaux, sous forme d’épargne ou d’investissements, et, d’un autre, la part de ces revenus consacrée à des dépenses de consommation, éventuellement « ostentatoires », créatrices de nouveaux besoins et génératrices d’inflation. Le résultat définit selon les chercheurs le « revenu national disponible additionnel » engendré par les revenus du travail migrant.

  • 37 Nazli Choucri, «The new migration in the Middle East: a problem for whom?», «International Migratio (...)

37La totalisation des ces divers éléments du bilan social global des migrations conduit l’équipe MIT-CU à formuler un diagnostic radicalement opposé à celui de Birks et Sinclair quant aux conséquences socio-économiques des migrations de main-d’œuvre : « Altogether there appears to be little doubt that although there may be some social costs associated to the migration of construction workers (mais cela est vrai aussi des enseignants et des autres migrants temporaires), the direct and indirect benefits are so substantial that they must more than offset those costs »37.

  • 38 Choucri et al., op. cit., p. 136.

38Un tel diagnostic débouche sur une toute autre représentation de l’avenir des migrations égyptiennes que le sombre tableau dressé par Birks et Sinclair et suggère aux autorités égyptiennes de tout autres gestions. Attachée à mettre en lumière le solde économique, social et politique positif des migrations de main-d’œuvre, l’analyse d’Eckaus, Choucri et Mohie Eldine ne remet pas en cause l’ouverture des frontières de l’Egypte à l’expatriation de sa force de travail, mais critique la politique de « laissez-faire » adoptée par les autorités : « Egypt’s migrants to other countries represent an important resource to be exploited by the Egyptian gouvernement because of their importance to the economies of the recipient countries. Although there is, as yet, no concerted policy for utilizing this resource for national development, that possibility still remains ».38 Le reprise en main par l’État égyptien de la gestion « active » des flux migratoires se voit ainsi assigner trois objectifs.

  • 39 Choucri et al., op. cit., p. 136.

39Contrôle direct des flux par la conclusion d’accord bilatéraux : « By-all accounts, labour migration constitutes « low politics ». However, it might bear on the « high politics » of diplomacy among the Arab countries if governments assume more direct role in the management of migration »39.

40Surveillance des conditions de vie, de travail et de rémunération de ses nationaux dans les pays d’emploi.

  • 40 Choucri et al., op. cit., p. 145. Arab Contractor est la plus importante entreprise de travaux publ (...)

41Canalisation des revenus des migrants dans les circuits économiques égyptiens sous forme de « remises socialement disponibles ». Dans cette perspective, le choix des travailleurs du bâtiment et des enseignants comme champs d’enquête s’avère, une fois de plus, stratégique : dans le cas des enseignants, parce que le contrôle des flux déjà réalisé administrativement dans ce secteur par le moyen de politiques de détachements négociées avec les pays hôtes et stipulant les conditions de travail et de rémunération du « personnel en mission », peut servir de modèle à une stratégie d’exportation de la force de travail à partir de l’administration et du secteur public, présentés comme de formidables réserves de main-d’œuvre sous-employée. Dans le cas des travailleurs du bâtiment, l’analyse des conditions de mobilisation de la main-d’œuvre et des termes de la concurrence sur le marché régional permet d’esquisser un modèle concret d’exportation de la main-d’œuvre : « To increase the total of earnings abroad by construction workers, consideration might be given to copying the successes of the Arab Contractor Organisation. In the Arab oil-exporting countries, the competition for construction contracts appears to have increased. Clearly, more Egyptian workers are used by non-Egyptian contractors than by Egyptian contractors. However there might be some cost advantage to integration the recruitment of labour and its employment in the other Arab countries by Egyptian contractors, and thus providing a competitive edge for the use of Egyptian labour »40.

42a. La synthèse des experts arabes. Ces experts arabes sont souvent des chercheurs égyptiens employés dans les diverses institutions inter-arabes concernées par les problèmes de population et de main-d’œuvre. Leur position est « délicate » : depuis Camp David, ils travaillent dans des organismes ou dans des Etats qui ont rompu officiellement avec le régime égyptien, plus compromis de la sorte aux yeux du gouvernement égyptien qu’à ceux des institutions auxquelles ils appartiennent, où ils sont supposés représenter une Egypte-« authentique », fidèle à sa mission arabe, et partant privés d’accès aux responsables égyptiens, aux sources de données et, plus simplement, au terrain. Ces circonstances expliquent la rareté des travaux réalisés, contrastant avec le rôle qu’assignent ces experts aux migrants égyptiens dans le processus d’intégration économique, sociale et politique de la « patrie arabe »...

43Leurs analyses doivent peut être à cette position de recul de formuler les approches les plus dialectiques des migrations de main- d’œuvre au Proche Orient et, particulièrement, du rôle de l’Egypte dans ces processus, même si c’est seulement à l’état d’ébauches, faute des moyens institutionnels pour mener à bien les programmes de recherche qu’ils définissent. Contraints de s’appuyer sur des résultats déjà élaborés, — précisément ceux de Birk et Sinclair et de l’équipe MIT-CU—ils en « déconstruisent » les présupposés en s’appuyant alternativement sur les uns et les autres pour substituer à leur approche « national-centrée » une vision régionale des enjeux migratoires. Qu’il s’agisse des études de I.S. Eldine et M Abd al-Fadil, sur les effets négatifs des différences de salaires entre pays arabes sur le développement économique de l’Egypte ou sur l’« introduction à l’étude de la main-d’œuvre égyptienne dans les pays pétroliers » d’Amin Ezz Eldin, l’analyse des migrations égyptiennes est engagée dans trois mouvements successifs.

  • 41 Mahmoud Abd al-Fadil, Pétrole et unité arabe, Beyrouth, 1979, p. 32 (en arabe).

44Avec Choucri et al., dont ils recyclent les résultats en direction des structures inter-arabes, ils partagent l’hypothèse de la disponibilité en Egypte d’un volant de main-d’œuvre décrit en termes de surplus, la qualifiant pour le rôle de principal « réservoir » de main-d’œuvre du monde arabe : « L’émigration de la main-d’œuvre égyptienne à tous les niveaux de qualification occupe une place spécifique dans le processus de redistribution à grande échelle de la force de travail dont la région arabe est le théâtre depuis le début de la nouvelle ère pétrolière... L’Egypte exporte à la fois de la main-d’œuvre hautement qualifiée — professeurs d’université, médecins, ingénieurs, juges, avocats... —, des techniciens de qualifications intermédiaires, et toutes les catégories de travailleurs jusqu’aux moins qualifiés — concierges, gardiens, personnel de maison. L’immensité de ses ressources humaines et les dimensions de son appareil éducatif qui produit en masse des diplomés des écoles secondaires, des universités et des instituts de formations supérieure... expliquent ce succès »41.

  • 42 Id., ibid., p. 47. C’est nous qui soulignons.

45L’hypothèse d’une offre « illimitée de travail, celle de la capacité des structures de reproduction de la force de travail à répondre à la fois aux besoins de l’Egypte et à ceux des pays arabes importateurs de main d’œuvre, décrits en termes de pénurie, constitue le cadre général de la problématique des migrations égyptiennes selon les experts arabes. Contre le bilan négatif des migrations égyptiennes selon Birks et Sinclair, l’affirmation de cette complémentarité « théorique » des ressources respectives des exportateurs de pétrole et des exportateurs de main-d’œuvre — qu’il reste à faire passer dans les faits — situe d’emblée l’intérêt des processus de redistribution de la main-d’œuvre à un niveau régional : « Le problème essentiel reste que, d’une part, un groupe de pays arabes pétroliers continuera à souffrir, dans un futur prévisible, d’une grave pénurie des ressources humaines indispensables au développement... tandis que, d’autre part, un autre groupe de pays arabes dispose de surplus de main-d’œuvre disponible à l’exportation et susceptible de combler les pénuries dont souffre le premier groupe de pays. Ce qui aurait pour effet de réaliser un meilleur équilibre dans la répartition des ressources humaines, à l’échelon de la Patrie arabe, entre « pays déficitaires » et « pays excédentaires du point de vue de ces ressources »42.

  • 43 Id., ibid., p. 13.

46En revanche, à l’opposé de l’optimisme de Choucri et al. et de leur approche « libérale », au sens économique, les experts arabes partagent le diagnostic négatif dressé par Birks et Sinclair quant au solde des effets des mouvements migratoires pour les pays exportateurs de main d’œuvre, et singulièrement pour l’Egypte. Effets inflationnistes des remises, adoption de modes de consommation importés que les revenus du travail migrant favorisent et difficultés qu’éprouvent ces pays à gérer l’utilisation de leur force de travail, faute d’un cadre qui leur permettrait d’articuler leurs propres besoins et ceux des pays importateurs de main d’œuvre, sont les principaux éléments de ce bilan. Mais, si pour Birks et Sinclair, ces effets négatifs devaient être rapportés, en dernière analyse, l’incapacité structurelle de l’Egypte à jouer le rôle d’exportateur de main d’œuvre à destination des Etats pétroliers, ils apparaissent dans l’analyse des experts arabes comme la conséquence de l’ampleur même — en l’absence de régulations régionales — de la réponse que l’Egypte est, selon eux, capable d’apporter aux demandes de main-d’œuvre à l’échelon régional. Dans une telle optique, la « cause première » de la prédominance des effets négatifs des migrations ne relève pas de la rigidité des cloisonnements internes du marché égyptien du travail ou de l’immobilité occupationnelle qui caractériserait sa main-d’œuvre, c’est à dire de déterminations structurelles internes, (cf. Birks et Sinclair) pas plus que d’une « fatalité » frappant inéluctablement les pays qui adoptent une politique d’exportation de leur force de travail. Dans le contexte spécifique de la « patrie arabe », ces effets négatifs sont au contraire analysés comme le résultat des relations inégales entre importateurs et exportateurs de main-d’œuvre qui substituent à la complémentarité « naturelle » entre régions arabes inégalement dotées de ressources, une compétition pour le travail opposant ces deux groupes de pays et, à l’intérieur de ces groupes, les pays qui les composent. « Les pays arabes sont aujourd’hui divisés en deux groupes : les régions de l’« opulence arabe » qui possèdent des richesses dépassant de loin leurs besoins et leurs capacité même à en utiliser, et les régions de la « misère arabe », qui souffrent d’une pénurie de ressources et ploient sous le poids des fardeaux et des sacrifices (.... tant et si bien que) la loi fondamentale qui régit les relations économiques entre les différentes parties de la région arabe fait reposer la répartition des fardeaux et des sacrifices consentis sur une relation inverse de celle qui préside à la répartition des richesses et des revenus »43.

47Renvoyant dos à dos Birks et Sinclair, d’une part, et l’équipe MIT-CU, d’autre part, refusant aussi l’hypothèse d’une gestion purement nationale des migrations, opposant aux intérêts spécifiques et contradictoires, si on les envisage séparément, des importateurs et des exportateurs de main-d’œuvre, les intérêts supérieurs de la nation arabe et les bénéfices partagés d’une gestion collective des ressources -les « experts arabes » font des migrations de main-d’œuvre le principal facteur d’une intégration démographique et sociale, économique et politique des différentes composantes de la « patrie arabe ».

II. Migrations et ouverture économique

48Compte tenu du flottement des autorités égyptiennes dans la formulation de leur politique migratoire, l’évaluation de l’efficacité relative et des effets des initiatives de recherche que nous avons analysées sur la gestion concrète des flux migratoires demeure aléatoire. On peut tenter de mettre en évidence la logique qui préside à l’adoption de la série de mesures et de règlements qui constituent le cadre administratif des migrations de la main d’œuvre égyptienne. Il s’agit donc maintenant de faire le point des grandes orientations et de l’évolution de la politique migratoire de l’Egypte en mettant en évidence à la fois les intentions et les préoccupations et les moyens qu’elle se donne pour les réaliser.

49La politique d’exportation de la main-d’œuvre adoptée progressivement par le gouvernement égyptien à partir des années 1970 correspond au diagnostic des principaux problèmes de l’économie égyptienne selon les experts internationaux — notamment ceux de la Banque mondiale (aggravation de la pression démographique et du chômage, faiblesse de l’épargne privée et de la constitution de capital productif) et qui reflète le nouveau « libéralisme » économique d’inspiration occidentale, succédant au dirigisme planificateur de l’époque de Nasser.

50L’un des premiers actes de cette politique — et l’un des plus déterminants quant aux conditions de la gestion des flux migratoires par les autorités égyptiennes — est joué dès le début de la décennie avec l’inscription, dans la Constitution égyptienne de 1971 du droit inaliénable de tout citoyen égyptien à l’expatriation et au travail à l’étranger (Art. 52). La reconnaissance de ce droit a pour premier effet de rendre caduc l’ensemble des règlements et dispositifs de contrôle des mouvements de population mis en place entre 1956 et 1965 qui tendaient à restreindre les déplacements des Egyptiens à l’étranger en les faisant dépendre des « intérêts supérieurs » de la nation. Simultanément, cette reconnaissance limite la capacité d’intervention des autorités pour régler et canaliser les flux de main-d’œuvre migrante : elles ne peuvent plus que prendre des mesures incitatives ou dissuasives plus ou moins ponctuelles pour rendre attractive ou, au contraire, pénaliser l’alternative migratoire pour telle ou telle catégorie de travailleurs en fonction de l’état du marché, et maintenir des liens entre les travailleurs égyptiens employés à l’étranger et la mère-patrie pour favoriser le rapatriement de la plus grande part possible de leurs gains. En d’autres termes, la reconnaissance de ce droit à l’émigration pour tout citoyen égyptien définit le contexte dans lequel les autorités entreprennent de gérer un double processus contradictoire : ouvrir les frontières à l’exportation de travail en surplus tout en s’efforçant de retenir les travailleurs appartenant à des catégories où des pénuries risquent de se manifester, et qui sont ceux sur lesquels s’exerce la plus forte attraction extérieure ; ouvrir les frontières à l’importation de capitaux susceptibles de relancer l’activité économique, tout en préservant le marché égyptien des effets négatifs de ces flux financiers engendrés à l’extérieur et qui ne correspondent pas — bien au contraire — à un accroissement de la production de marchandises sur le marché intérieur.

51A partir de 1978-79, les autorités égyptiennes commencent à prendre connaissance des premiers résultats des enquêtes des experts et à dresser les premiers bilans des effets socio-économiques de la politique de la « porte ouverte » à l’émigration de la main-d’œuvre. Deux remarques permettront de situer le contexte et les modalités de ces bilans.

52La presse quotidienne et hebdomadaire a joué un rôle moteur dans l’identification et la formulation des principaux problèmes économiques et sociaux que les migrations posent à la société égyptienne : par la publication d’enquêtes, de dossiers, de lettres ouvertes aux ministres concernés, la presse égyptienne interpelle, plus efficacement que les experts, les autorités responsables des politiques de la main-d’œuvre.

53Les réactions des responsables aux problèmes ainsi soulevés sont discordantes et dispersées : s’ils interviennent sur tel ou tel aspect des effets socio-économiques des migrations de travail, en réponse aux « sommations » que leur adressent journalistes et experts — apparition de pénuries sectorielles, effets inflationnistes des remises, transformation des modes de consommation, etc. —, on chercherait en vain des prises de position globales sur la politique migratoire du pays, comme si l’ensemble des enjeux de l’exportation de main-d’œuvre était, du point de vue des autorités concernées, impossible à totaliser en une stratégie cohérente.

54Nous voudrions, parvenu à ce point, mettre en évidence les principales « polarisations » des discours sur les migrations, les questions que tout le monde — presse, dirigeants — s’accorde à poser, et tenter ainsi de repérer une évolution de la stratégie migratoire de l’Egypte.

1. Apparition de pénuries sectorielles

55L’apparition de pénuries sectorielles de main-d’œuvre est le premier thème abordé à la fois par les médias et par les responsables politico-économiques, probablement parce que, de tous les effets négatifs engendrés par les migrations, c’est celui qui est le plus directement imputable à la politique officielle d’exportation de la main-d’œuvre.

  • 44 Al-Ahram, 11/3/80.

56Premier trait significatif, l’identification des catégories de travail leurs dont la pénurie apparaît comme la plus grave et la plus lourde de conséquences pour la société égyptienne. Ni l’opinion publique, telle que la reflètent les journalistes, ni les responsables ne semblent redouter la pénurie de médecins, d’enseignants de haut niveau ou de cadres supérieurs, mais au contraire celle de certains travailleurs de qualification intermédiaire dont la raréfaction entraîne un enchérissement vertigineux des prestations qu’ils accomplissent : « L’affaire apparaît comme une énigme mystérieuse. Le principal sujet de plainte des gens, qui revient encore et toujours dans leurs conversations. Tout le monde en parle... Tout le monde ne pense qu’à cela... Au plombier qu’il faut supplier à genoux pour qu’il vienne poser un joint sur un robinet ou réparer un tuyau. Au peintre qui vient gratter vos murs mais qui ne trouve plus le temps de venir les peindre.. Au mécanicien qui considère les propriétaires de voitures comme de gros sacs de billets dans lesquels il peut puiser selon son bon plaisir, et bien content si, après cela, il répare votre voiture. A l’ouvrier des filatures, dont la disparition menace de paralyser les usines ou à l’ouvrier du bâtiment dont le salaire grimpe jour après jour »44.

  • 45 Al-Ahram, 28/2/83.

57De même, l’inquiétude des médias et des responsables se porte vers la situation de la force de travail dans les campagnes : la pénurie de main-d’œuvre et la hausse des salaires agricoles qu’elle entraîne sont depuis le début de cette décennie un sujet de préoccupation récurrent pour les responsables égyptiens. Ainsi, attribuant les problèmes de l’agriculture égyptienne à la raréfaction de la main-d’œuvre rurale, le quotidien Al-Ahram titrait-il au début de 1983 : « La récolte du coton coûte plus qu’elle ne rapporte »45.

58Mais si l’opinion publique retrouve partiellement les analyses des experts quant aux catégories de travailleurs que l’émigration risque de faire disparaître du marché du travail, l’analyse que les responsables font des causes permettant d’expliquer ce « mystère » et des remèdes qu’il convient d’appliquer en diffère notablement. Ainsi, pour le ministre du travail et de la main-d’œuvre, quatre causes rendent compte de l’apparition de pénuries de travail qualifié.

59Le rythme accéléré de la création d’usines depuis la Révolution de 1952 qui ont draîné la totalité de la main-d’œuvre, jusqu’à la faire disparaître des marchés locaux...

60L’élargissement de l’accès à l’enseignement, conformément à la devise : « L’enseignement, c’est comme l’eau ou l’air », et la décision de rendre gratuite la scolarisation, l’Université comprise...

61La multiplication actuelle de la création d’entreprises, qu’elles soient égyptiennes, étrangères ou mixtes, rendue possible par la politique d’« ouverture économique », qui a eu pour effet de drainer la main-d’œuvre qualifiée attirée par les hauts salaires qu’offrent ces entreprises...

62L’ouverture du marché arabe, qui emploie plus d’un million et demi d’Egyptiens, surtout en Arabie Saoudite, en Libye, dans les Emirats, à Kuwait et en Iraq, et dont la grande majorité sont des ouvriers...

  • 46 Al-Ahram, 11/3/80.

63« La conjonction de ces quatre facteurs nous a conduits à la situation dont nous souffrons à l’heure actuelle. Mais je tiens à répéter ici que cette situation, c’est nous-mêmes qui l’avons créée, nous-mêmes qui sommes responsables, du fait qu’au moment même où nous nous plaignons de pénuries de main-d’œuvre, nous nous plaignons aussi de l’augmentation de la population »46.

64Il faut souligner le caractère proprement stratégique de cette analyse. En imputant à des facteurs internes et non pas, ou seulement partiellement, à l’effort supplémentaire qu’impose à l’Egypte sa contribution à l’approvisionnement en main-d’œuvre des marchés arabes du travail la responsabilité de ses problèmes de main-d’œuvre, on désigne les voies d’une solution : moins la remise en cause de la politique d’exportation du travail que celle des modalités de sa reproduction, de sa formation et de sa mobilisation. Le problème de la reproduction de la force de travail étant considéré comme réglé par l’accroissement démographique de la population, le maintien de la politique migratoire de l’Egypte comporte, dans l’analyse des dirigeants égyptiens-un double défi.

  • 47 Al-Ahram, 13/3/80.

65Le premier est celui du redéploiement de l’appareil éducatif. Pour tous les intervenants, la discussion des effets de la politique migratoire sur l’allocation de la main-d’œuvre égyptienne est ainsi l’occasion renouvelée de remettre en cause l’ensemble d’une politique de formation et, au premier chef, l’un des « fleurons » du système éducatif de l’ère nassérienne : l’affectation systématique dans l’administration ou le secteur public de tous les diplômés incapables de trouver par eux-mêmes un emploi dans le secteur privé. Les défauts de ce système, mis en évidence par les retombées négatives de la politique migratoire, sont de deux ordres : immobilisation d’une fraction importante de la main d’œuvre dans des postes créés indépendamment des besoins réels de l’économie et de la production, perpétuant l’existence simultanée d’un sous-emploi des ressources humaines disponibles et de pénuries dans les secteurs productifs, mais, surtout, surévaluation des formations académiques dispensées par l’enseignement supérieur aux dépens des formations techniques et professionnelles, précisément celles où l’émigration a creusé les brêches les plus préoccupantes. Plusieurs solutions, encore à l’état de projets, ont été imaginées depuis 1980 par les responsables égyptiens pour développer des structures susceptibles de former une main-d’œuvre technique suffisante pour satisfaire le marché intérieur et pour dégager un surplus disponible à l’exportation : on peut citer notamment les propositions du ministre des Finances tendant à obliger les entreprises d’une certaine dimension à assurer elles-mêmes une formation professionnelle dans leur champ d’activité, et surtout celles du ministre du Travail attribuant à l’armée un rôle moteur dans la formation de cette main-d’œuvre : « Des milliers de jeunes gens, originaires de la campagne choisissent de ne pas y retourner après la fin de leur service militaire et de rester au Caire ou à Alexandrie où ils exercent les activités les plus humbles : concierges, plantons, coursiers, etc. Pourquoi l’armée n’organiserait-elle pas pour eux des stages de formation, en collaboration avec le ministère du Travail, au terme desquels, ils sortiraient de l’armée avec une formation d’électricien, de menuisier ou de peintre »47.

  • 48 Voir par exemple : Muhammad Hussan Darra, « Les ressources humaines de l’Egypte : des qualification (...)

66Le second défi est celui d’une transformation des conditions de mobilisation de la main-d’œuvre migrante. Depuis 1980, on assiste à une remise en cause, non de la politique d’exportation de la main-d’œuvre — dont tout le monde semble reconnaître la nécessité — mais des conditions et des modalités de cette exportation. De plus en plus nombreuses sont les interventions qui opposent au droit d’émigrer l’intérêt supérieur de la Nation qui commande de tirer le meilleur parti possible de cette « ressource » que constituent les travailleurs migrants. Non par la fermeture pure et simple des frontières, mais la prise en charge par la collectivité et l’Etat de la « commercialisation » du surplus de main-d’œuvre48. La formule du « détachement », qui prévaut de longue date dans l’administration — et qui intéresse avant tout les enseignants, mais pas eux seulement puisqu’elle s’étend à l’ensemble des travailleurs des entreprises du secteur public — apparaît aux responsables comme le moyen d’une double opération : rétablir un contrôle administratif sur les flots de migrants et sur les stocks disponibles sur le marché du travail dans telle ou telle qualification tout en rendant possible une extension des exportations de main-d’œuvre égyptienne fondée sur la reconversion de son système de formation.

  • 49 Al-Ahram, 8/1/83.

67En témoignent les appels réitérés des pouvoirs publics à une application stricte des règlements relatifs aux détachement et à des sanctions contre les fonctionnaires — et aussi les salariés du secteur privé, supposés produire une autorisation de leur dernier employeur pour être autorisés à émigrer — qui ont quitté leur poste sans autorisation préalable. En témoigne également l’éventualité, évoquée par le Premier ministre lui-même, d’un rétablissement de la conscription pour certaines catégories de qualifications, dont les ingénieurs49. Mais les responsables égyptiens semblent aussi en train de méditer le « modèle coréen » que tous les experts occidentaux présentent comme la solution d’avenir pour le développement économique du Golfe. Tant par les modalités de mobilisation de la main-d’œuvre — notamment peu qualifiée — qu’il rend possible et les possibilités de contrôle qu’il ouvre (durée des séjours, conditions de rémunération et d’utilisation des revenus, etc.) que par la prévision des besoins qu’il autorise, ce modèle a tout pour intéresser les responsables égyptiens. Ainsi, dans une déclaration au quotidien Al-Ahram le ministre de la Planification appelle de ses vœux « la création d’une « armée de la construction », d’une « force de frappe du bâtiment et des travaux publics », composée de techniciens et de travailleurs organisés selon le système d’une armée, et qui pourrait intervenir aussi bien sur le marché égyptien que sur les marchés extérieurs qui ont besoin de notre expérience. La multiplication de ces « phalanges » ferait que, loin de se dissoudre dans le désordre qui prévaut, elles contribueraient à stabiliser non seulement le marché du travail, mais la société toute entière ».

  • 50 Al-Ahram, 11/3/80.

68Le ministre ajoute que « les travailleurs égyptiens sont demandés partout, que ce soit dans les pays arabes ou en Afrique. Cela rend d’autant plus surprenant de voir des ouvriers coréens construire certains hôtels du Caire, alors que ce sont des travailleurs égyptiens qui ont construit l’Hotel de Bamako, il y a de cela des années... »50

69Tous ces indices, y compris le ton nouveau de la presse à propos des migrations qui est celui de la vigilance critique, laissent entrevoir les nouvelles orientations de la politique de main-d’œuvre qui se dessine en matière de gestion des flux de migrants. Non que ces mesures aient fait l’objet du moindre début d’application. Mais l’insistance et la fréquence avec lesquelles ces thèmes sont repris par les responsables et les organes d’information laissent penser que la phase de « laissez faire » de la période 1978-82 touche à sa fin. Les responsables égyptiens semblent arrivés à la conclusion que le maintien, et a fortiori l’extension, des courants migratoires, dans un contexte caractérisé par l’achèvement des programmes d’infrastructure des pays pétroliers et par la concurrence accrue imposée au travail égyptien par le modèle coréen de mobilisation de la main d’œuvre, passe par le renforcement de l’intervention de l’Etat dans leur gestion. Deux facteurs contribuent à rendre plus crédible cette intervention : d’une part, depuis l’accession au pouvoir du président Moubarak, une emphase particulière a été donnée à la nécessité de « moraliser » et de rationaliser le fonctionnement et les effets de la politique d’ouverture économique, dont l’émigration constitue l’un des principaux volets. D’autre part, l’évolution des relations entre l’Egypte et le reste du monde arabe, à la suite de l’assassinat du Président Sadate, rend à nouveau possible la négociation d’accords bilatéraux entre les autorités égyptiennes et les principaux importateurs de main-d’œuvre originaire de ce pays.

2. La gestion des flux financiers

70Quant aux enjeux financiers, la politique qui se met en place entre 1970 et 1975 vise surtout deux objectifs qui vont assez vite apparaître comme contradictoires.

  • 51 Voir Ali Eldine Hilal Dessouki, op. cit., p. 25-26.

71Rétablir la confiance des détenteurs de liquidités en faisant des avantages financiers consentis aux travailleurs migrants le principal incitatif au départ, d’où une série de mesures réduisant considérablement les contrôles sur la détention et l’utilisation de devises étrangères : suppression de l’obligation faite aux travailleurs employés à l’étranger de transférer, au taux de change officiel, c’est à dire dans des conditions très défavorables — une part de leurs revenus s’élevant à 25 % pour les personnes seules et 10 % pour les migrants accompagnés de leurs familles ; autorisation de détenir des comptes en devises ; faculté pour tout citoyen égyptien d’importer chaque année pour 5 000 L.E. de marchandises sans licence d’importation et sans avoir à justifier de l’origine des devises utilisées51.

72Maximiser la part des revenus du travail migrant injectés dans l’économie égyptienne tout en assurant aux autorités économiques le contrôle de ces flux. Divers dispositifs concourent à la réalisation de ces objectifs : institution d’un taux de change parallèle dit « d’encouragement » réévalué à plusieurs reprises entre 1976 et 1980 pour lutter contre le marché noir des devises ; émission par la Banque centrale de « bons de développement » payables en devises ; création, notamment à Kuwait, d’établissements bancaires chargés de drainer « à la source » les revenus des travailleurs migrants. On peut y ajouter une série de mesures « empiriques » allant de la création de « free-shops » ouvertes aux détenteurs de devises à la priorité accordée par les sociétés du secteur public pour la livraison de biens de consommation durables (voitures, appareils électro-ménagers, mobilier, etc.) aux clients réglant en devises ou à la création de coopératives immobilières favorisant l’accès à la propriété des travailleurs migrants, à condition que ceux-ci paient leurs logements en devises.

  • 52 Compte rendu dans Al-Ahram, 21/11/82.
  • 53 Na’im al-Charbini, « Le marché de l’argent et les incitations à l’investissement de l’épargne », Al (...)
  • 54 Na’im al-Charbini, « Le marché de l’argent et les incitations à l’investissement de l’épargne », Al (...)
  • 55 Na’im al-Charbini, « Le marché de l’argent et les incitations à l’investissement de l’épargne », Al (...)

73Après une période d’euphorie qui voit la part des remises des migrants dépasser les revenus du pétrole, du tourisme ou du canal de Suez dans le PNB, l’année 1980 voit les premiers bilans économiques et financiers de ces transferts de capitaux et les premières critiques de l’attitude « libérale » des autorités égyptiennes en cette matière. Trois axes principaux structurent ces bilans : capacité de l’Egypte à attirer l’épargne des migrants et les canaux empruntés par ces capitaux ; effets des remises sur les modes de consommation, l’inflation et la balance des payements ; modalités de la mobilisation de ces capitaux pour le développement économique. Une enquête du début de 1982 fait le point sur le bilan financier des migrations de la main-d’œuvre égyptienne52 : selon un comité d’experts désignés par différents ministères, les revenus des Egyptiens employés à l’étranger ont atteint en 1981 l’équivalent en devises de 5 660 millions de livres égyptiennes. De ce montant, 2 491 millions auraient été dépensés sur place par les migrants pour subvenir à leurs besoins, 3 169 millions représentant l’épargne dégagée par les expatriés. Or, seulement 591 millions de LE ont transité, en 1981 par les circuits bancaires autorisés et ont été convertis par leurs détenteurs en monnaie égyptienne. D’où la question pressante que posent tant les médias que les responsables économiques : où va l’épargne des travailleurs migrants, et à qui ? Le quotidien al-Ahram, qui rend compte de cette enquête, donne à ces questions une réponse qui, pour être lapidaire, a le mérite de la clarté, au moins au niveau des intentions : « Les courtiers et les intermédiaires se sont approprié, en 1981, 2 568 millions de LE sur le total de l’épargne des migrants »53. Que recouvre une telle proposition et qui vise-t-elle ? La réponse renvoie au repérage des principaux canaux par lesquels transite l’épargne des migrants. Deux circuits sont ici particulièrement visés : les banques étrangères qui, recueillant des dépôts en devises et servant des taux d’intérêt équivalent à ceux du marché international, ont drainé en 1980 l’équivalent de 502,8 millions de LE54 — presqu’autant que ce qui a transité par les circuits bancaires égyptiens — et qui utilisent les capitaux recueillis à des opérations spéculatives à court terme ou, pire encore, qui les recyclent sur le marché international de l’argent : « Au cours de ces dernières années, les capitaux qui excédaient les besoins du marché financier à court terme prenaient le chemin des marchés internationaux de l’argent, en direction de Londres, Paris ou New-York et le spectacle de banquiers quittant l’aéroport du Caire avec des valises bourrées de millions de dollars est devenu une chose presque courante. Ainsi l’Egypte qui a besoin du moindre dollar qui entre sur son sol est devenue l’un des grands exportateurs de dollars sur les marchés internationaux. ».55

  • 56 Al-Ahram, 1/2/83.

74La cible privilégiée des commentateurs reste le système de plus en plus controversé de « l’importation sans transfert de devises », c’est à dire la faculté consentie à chaque Égyptien d’importer pour 5 000 LE par an sans justifier de l’origine des devises utilisées. Un tel système, qui alimente une part impossible à évaluer mais, en tout état de cause, considérable des importations de biens de consommation, est dénoncé en termes de plus en plus virulents par les partisans d’une restauration du contrôle de l’Etat sur le marché financier qui invoquent la contradiction entre la volonté des pouvoirs publics de mobiliser les revenus de l’exportation du travail au service du développement de l’Egypte et ce système qui leur apparaît comme une incitation légale à la contrebande du dollar56.

75Cette question des importations sans transfert de devises apparaît comme l’un des enjeux fondamentaux de la politique des autorités égyptiennes en matière de contrôle des remises dans la mesure où elle implique directement les trois niveaux de gestion des flux financiers déjà évoqués.

76Elle concerne à un double titre la question de la capacité de l’Egypte à attirer l’épargne des migrants. Elle est un élément de première importance dans la stratégie des autorités pour restaurer la confiance des détenteurs de devises et les inciter à rapatrier leurs avoirs. Mais, en sens inverse, et c’est ce que ne manquent pas de dénoncer les critiques, l’importation sans transfert de devises constitue la brèche la plus importante par laquelle l’épargne des migrants échappe aux circuits financiers officiels qui s’efforcent de la mobiliser.

77En second lieu, en ouvrant la voie à une importation échappant à tout contrôle, l’importation sans transfert de devises apparaît, aux mêmes critiques, comme l’un des facteurs les plus importants d’une modification en profondeur des habitudes de consommation des Egyptiens et comme l’une des composantes de la dégradation inéluctable de la balance des payements contre laquelle la politique libérale des autorités en matière financière devait justement lutter. Il y a contradiction, soulignent ces critiques, entre la volonté des autorités d’attirer l’épargne des travailleurs migrants pour faire face à la pénurie chronique de devises dont souffre l’Egypte et la liberté laissée aux importateurs, ce qui ne peut manquer d’entraîner une progression géométrique des importations justement rendue possible par l’existence d’un marché parallèle des devises étrangères. En ce sens, le système de l’importation sans transfert de devises apparaît comme une sorte de « cas limite » du régime général des importations qui donne au secteur privé la possibilité de mobiliser à son profit, beaucoup plus facilement que les circuits bancaires officiels, la part la plus importante de l’épargne des migrants.

  • 57 Al-Ahram al-Iqtisadi, 685, 1/2/82.

78Enfin, le système de l’importation sans transfert de devises, en particulier, et l’ensemble de la législation sur les importations, en général, apparaissent aux critiques comme l’indice le plus flagrant du laxisme des autorités égyptiennes en matière d’orientation des ressources financières engendrées par les migrations : loin de servir au développement d’une infrastructure agricole et industrielle capable d’assurer le décollage économique de l’Egypte, la politique de laissez faire en matière financière aboutit à une « tertiarisation » de l’épargne des migrants qui, si elle correspond aux intérêts immédiats des autorités qui y voient le moyen de s’assurer la disposition d’un volant de capitaux à court terme, entre en contradiction avec les buts affirmés de la politique d’ouverture économique. Dans la mesure où elles confirment cette liberté accordée au secteur privé, tout en mettant en évidence la volonté des pouvoirs publics de tirer parti, mais sans intervenir, du recyclage des avoirs en devises détenus notamment par les migrants, les dispositions adoptées en 1982 par le ministère des Finances et qui font obligation aux importateurs de déposer, sans intérêt et pour un mois, auprès de la Banque centrale 25 % à 100 % de la valeur des marchandises importées selon leur nature ne risquent pas de désarmer les critiques57.

79De quelque point de vue qu’on l’aborde, la gestion des migrations égyptiennes semble poser aux autorités de ce pays un problème que les recommandations avisées et contradictoires des experts ne peuvent aider à résoudre aisément. Qu’il s’agisse de planification de l’allocation de main-d’œuvre ou du contrôle des enjeux financiers liés aux migrations, la politique d’exportation de la main-d’œuvre adoptée par les responsables égyptiens pour alléger la pression sur l’emploi, créer de nouvelles rentrées de devises, désamorcer les tensions sociales, vient buter sur des contradictions incontournables.

80Ainsi, s’il existe bien une demande considérable de force de travail égyptienne dans les pays pétroliers, elle ne concerne pas, ou seulement marginalement, les catégories de travailleurs dont l’expatriation améliorerait la situation de l’emploi en Egypte, mais elle porte sur les catégories de qualifications dont le pays a le plus grand besoin pour son développement économique. De la même façon, si les remises des migrants et l’épargne qu’ils constituent peuvent apparaître comme un élément indispensable au fonctionnement et à l’équilibre précaire de l’économie égyptienne, comme le postulent la plupart des analyses et comme semblent l’attester tous les indices (commerce extérieur, part dans le PNB, etc.), c’est peut être en ce qu’elles financent le surplus de consommation — c’est à dire d’importations — qu’elles ont justement rendu possible. En témoigne la difficulté de mobiliser ces capitaux sur les rares programmes d’investissement à moyen ou à long terme, et la prépondérance sur le marché financier des opérations à court terme de caractère « spéculatif ».

81Si les migrations peuvent apparaître à court terme comme un élément fondamental dans toute stratégie de résorption du chômage en Egypte, c’est peut être au prix d’une sous-estimation des disfonctionnements qu’elles introduisent et qui peuvent être fatales, à moyen ou à long terme, dans certains secteurs du marché de l’emploi. Si les pénuries de travailleurs qualifiés entraînent l’affaiblissement ou la disparition d’activités économiques, particulièrement dans le secteur industriel, si, dans les campagnes, la hausse des salaires agricoles débouche sur une mécanisation conçue comme le moyen de diminuer la part du facteur travail dans les processus de production, la stratégie d’exportation de la main-d’œuvre « en surplus » peut s’avérer un remède pire que le mal. Les migrations, et l’accumulation individuelle qu’elles rendent possible, peuvent être présentées comme un élément socialement stabilisateur, compte tenu des effets de redistribution des richesses qu’elles rendent possibles et de l’élargissement des perspectives de mobilité sociale qu’elles ouvrent dans une société « bloquée » et compte tenu des catégories socio-professionnelles engagées dans le processus (intellectuels, cadres, techniciens supérieurs, qui comptent parmi les plus insatisfaites, socialement parlant). Mais elles ont aussi pour effet d’approfondir les fossés qui divisent le corps social en les déplaçant. Si l’on peut globalement soutenir que les migrants appartiennent aux catégories dont le mécontentement est, dans l’immédiat, le plus dangereux pour la stabilité du régime égyptien, leur départ exerce des effets en chaîne à tous les niveaux des structures économiques et perturbent des équilibres sociaux fondamentaux : modes de consommation et rapport social à la richesse, hiérarchies et systèmes de valeurs, structures familiales et distribution du travail à l’intérieur de ces structures, etc.

82A un autre niveau, les gestions que les experts proposent aux décideurs ne peuvent clairement engager un avenir déterminé à long terme. Si les migrations interarabes en général et les migrations égyptiennes en particulier peuvent apparaître comme un facteur déterminant pour la création d’interdépendances régionales, envers et contre les « contingences » et les conflits politiques, en considération, par exemple, du niveau de qualification élevé de nombreux migrants et des positions qu’ils occupent dans les pays d’emploi (conseillers, experts, cadres supérieurs, médecins hospitaliers, enseignants, etc.), tout porte également à penser — et au premier chef le discours des migrants eux-mêmes quand on le sollicite — que compte tenu des conditions de travail et de vie qui prévalent dans la plupart des Etats pétroliers (absence de législation du travail, de protection sociale, mise en concurrence des nationalités migrantes, ségrégation, etc.), elles tendent dans le même temps à approfondir les principaux clivages qui divisent le monde arabe.

  • 58 Saad Eldine Ibrahim, op. cit., Al-Mustaqbal al-Arabi, 35, 1982, p. 87.

83On pourrait multiplier à l’infini ce type de paradoxes. Les migrations de main-d’œuvre et leurs effets socio-économiques ne peuvent être réduits à un phénomène univoque, positif ou négatif. Comme le souligne. S. E. Ibrahim, « le bilan de l’émigration de main-d’œuvre égyptienne vers les pays arabes riches doit prendre en compte des éléments multiples et hétérogènes, que l’on considère les individus ou la société dans son ensemble. Quoiqu’il en soit, si l’on fait la balance des effets positifs et négatifs, ce sont ces derniers qui l’emportent pour l’Egypte, qu’on la considère comme exportateur de main-d’œuvre, comme pays en voie de développement ou comme élément moteur de la nation arabe. Mais ces éléments, négatifs aujourd’hui, peuvent se trouver pris dans des dialectiques qui les feront apparaître comme les positivités de demain. Et puis, il n’y a pas une seule Egypte mais plusieurs, et ce qui est positif pour l’une d’entres elles peut être négatif pour l’autre. C’est cette réalité qui définit les contours et les niveaux des luttes sociales en cours, avec tout ce que cela comporte en même temps de destructif et de constructif »58.

84En dernière analyse, la capacité des interventions des experts, et des problématiques qu’ils mettent en œuvre, à rendre compte de façon « circonstanciée » des migrations égyptiennes, tout comme celle des pouvoirs publics à en gérer efficacement les différents aspects, se mesure peut-être à cette aptitude à prendre en compte et à articuler les effets toujours ambivalents des mouvements migratoires aux différents niveaux du vécu et de la pratique sociale, où se définissent à la fois la marge de manœuvre des autorités égyptiennes et le champ des possibles dans lequel se déterminent les stratégies individuelles des migrants.

Notes

1 Pourcentages établis par Birks et Sinclair, Arab Manpower, p. 136 (Libye), p. 115 (Arabie Saoudite), p. 291 (Jordanie).

2 Eckaus, Choucri, Mohie Eldine, Migration and employment in the construction sector : critical factors in Egyptian development, Le Caire, 1978.

3 Birks et Sinclair, Country case study : The Hashemite Kingdom of Jordan, Durham, 1978, p. 43.

4 Arab Manpower, op. cit., p. 244.

5 Cf. Maurice Martin, « Egypte, les modes informels du changement », Etudes, avril 1980.

6 C. Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Paris, 1975.

7 A.H. Dessouki, Development of Egypt’s migration policy 1952-78, Le Caire, 1978, pp. 4-5.

8 Voir par exemple : Ibrahim Saad Eldine : les effets négatifs des différences de revenus entre régions arabes sur le développement des régions aux revenus les plus bas : le cas de l’Egypte (en arabe) in : An-naft wat-ta’âwun al-’arabi, vol. 3, no 4, 1977.

9 Le migrant et son double : essai sur les enjeux unitaires des migrations de main-d’œuvre au Proche-Orient, à paraître.

10 Voir par exemple A. Kuraitem et M. Hamdi, Brain drain from the United Arab Republic, Cairo, 1966, Department of missions, Ministry of higher education, Koraim, Azza, Law and population project in Egypt : legal implication of population problems Cairo, 1975, National Center for social and criminological research.

11 L’« International migration for employment project » est un programme « central » de l’OIT, dirigé par W.R. Böning, qui se donne pour objet : « to investigate the implications of international migration movements from low-income to high-income countries for economic and social policy-making » (Böhning, Préface à Birks et Sinclair, Human Capital on the Nile : development and emigration in the Arab republic of Egypt and the Democratic Republic of the Sudan, Genève, 1978, (p. V). Le Proche-Orient est l’un des trois « terrains » couverts par ce programme, les deux autres étant l’Europe de l’Ouest et le sud de l’Afrique.

12 Birks et Sinclair, Country case study : The Arab Republic of Egypt, Durham, 1978, et Human capital on the Nile : The Arab Republic of Egypt and the Democratic Republic of the Sudan, Genève, 1978.

13 Sept « missions » de ce type, conçues comme le moyen d’assister les autorités dans l’identification des problèmes de main-d’œuvre, ont été envoyées par l’OIT entre 1970 et 1980 en Colombie, Ceylan, Kenya, République dominicaine, Philippines, Iran et Soudan. La mission envoyée en Egypte a donné lieu à la publication d’un rapport par Bent Hansen et Samir Radwan et édité par l’OIT, Employment opportunities and equity in Egypt, Genève, 1982.

14 « Seminar on Labor migration in the Middle East, sponsored by AID/Near East Bureau », 20/9/1977, et « Aspects of international Migration in the Arab Near East : Implications for AID policy », 5/6/1979.

15 Le DRTPC est un institut autonome doté de moyens financiers, techniques et administratifs propres et qui regroupe du personnel scientifique fourni par l’Université du Caire et le MIT. Il comporte 9 départements chargé de la conduite de multiples programmes (« The Health Studies Programs : hospital management, national system of health care service »). — « The local governance and regional planning studies program ». — « The energy study program », etc.

16 Employment strategy mission to Egypt : « Document no 9, External migration of Egyptian labour », Le Caire, septembre 1980, p. 8.

17 Country case study : The Arab Republic of Egypt, p. 41.

18 L’expression est de Birks et Sinclair : « Egypt. a frustrated labour exporter », Middle East Journal, 33, 3, 1979.

19 Birks et Sinclair, op. cit., p. 2.

20 Birks et Sinclair, op. cit., p. 68.

21 Birks et Sinclair, op. cit., p. 18. C’est nous qui soulignons.

22 Birks et Sinclair, op. cit., p. 68.

23 Cf. par exemple, les deux scénarios que les auteurs formulent comme base pour la projection de la demande en travail dans les principaux états importateurs de main-d’oeuvre à l’horizon 1985 : « Scenario one : maximum penetration by Arab migrant workers of international labour markets... Scenario two : limited penetration by Arab migrant workers of international labour markets... In scenario two it is assumed that, as a result of these market trends, the number of Arabs working in the labour-importing states remains constant and does not rise between 1975 and 1985. Arab remains in employment, each one who retires or who returns home is replaced by another Arab migrant. However, every new job is given to an Asian or a Far-eastern migrant. In the light of the preceding pages, this is quite possible : indeed, it is postulated by the authors to be the scenario doser to reality », Arab Manpower, p. 362.

24 Choucri et al., Migration and employment in the construction sector : critical factors in Egyptian development, Le Caire, 1978, p. 1.

25 Mohie Eldine et Omar, The emigration of University academic staff, Cairo University- MIT Technological Adaptation Program, Le Caire, 1980.

26 Choukri, Eckaus et Mohie Eldine : Education and Emigration : Teachers in Egypt, CU-MIT Technological Adaptation Programm, Le Caire, 1980 ; Mohie Eldine et Omar, Teachers emigrations and the Educational system, id. 1980.

27 MIT-Cairo University Technological adaptation Program : Summary report on labour migration and human resource Project, (non daté).

28 Choucri et al., op. cit., p. 111

29 Choucri et al., op. cit., p. 114.

30 Les chercheurs font même l’hypothèse que le secteur du bâtiment constitue un segment particulièrement stratégique du marché du travail par où transite une main-d’oeuvre en voie de qualification : « In Egypt, labour usually passes through the construction sector before moving into industry. Hence, construction plays the role of a training ground for labour », Choucri et al., op. cit., p. 5.

31 Choucri et al., op. cit., p. 127.

32 Choucri et al., op. cit., p. 132.

33 C’est nous qui soulignons, CU-MIT Technological Adaptation Program, p. 3.

34 Choucri et al., op. cit., p. 130

35 Nazli Choucri, « The new migration in the Middle East : a problem for whom ? », « International Migration Review, 11,4, 1977, p. 431-432 — Choucri et al., op. cit., p. 129 129.

36 Nazli Choucri, « The new migration in the Middle East : a problem for whom ? », « International Migration Review, 11,4, 1977, p. 431-432 — Choucri et al., op. cit., p. 129 129.

37 Nazli Choucri, «The new migration in the Middle East: a problem for whom?», «International Migration Review, 11,4, 1977, p. 431-432 — Choucri et al., op. cit., p. 129 129.

38 Choucri et al., op. cit., p. 136.

39 Choucri et al., op. cit., p. 136.

40 Choucri et al., op. cit., p. 145. Arab Contractor est la plus importante entreprise de travaux publics en Egypte et dans tout le monde arabe. Elle est dirigée par Osman Ahmad Osman, « confident » du Président Sadate et qui fut un temps ministre de la reconstruction, notamment chargé des travaux dans la zone du Canal de Suez.

41 Mahmoud Abd al-Fadil, Pétrole et unité arabe, Beyrouth, 1979, p. 32 (en arabe).

42 Id., ibid., p. 47. C’est nous qui soulignons.

43 Id., ibid., p. 13.

44 Al-Ahram, 11/3/80.

45 Al-Ahram, 28/2/83.

46 Al-Ahram, 11/3/80.

47 Al-Ahram, 13/3/80.

48 Voir par exemple : Muhammad Hussan Darra, « Les ressources humaines de l’Egypte : des qualifications rares et une main-d’œuvre en surplus ! », Al-Chaab, 9/12/80.

49 Al-Ahram, 8/1/83.

50 Al-Ahram, 11/3/80.

51 Voir Ali Eldine Hilal Dessouki, op. cit., p. 25-26.

52 Compte rendu dans Al-Ahram, 21/11/82.

53 Na’im al-Charbini, « Le marché de l’argent et les incitations à l’investissement de l’épargne », Al-Ahram al-Iqtisadi, 723, 22/11/1982.

54 Na’im al-Charbini, « Le marché de l’argent et les incitations à l’investissement de l’épargne », Al-Ahram al-Iqtisadi, 723, 22/11/1982.

55 Na’im al-Charbini, « Le marché de l’argent et les incitations à l’investissement de l’épargne », Al-Ahram al-Iqtisadi, 723, 22/11/1982.

56 Al-Ahram, 1/2/83.

57 Al-Ahram al-Iqtisadi, 685, 1/2/82.

58 Saad Eldine Ibrahim, op. cit., Al-Mustaqbal al-Arabi, 35, 1982, p. 87.

Notes de fin

1 Projection hypothétique pour 1985, selon un taux de croissance annuelle de 3 % : 601 000.

2 Projections : 623 000 à 752 000.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Principales estimations des migrations égyptiennes
Légende 1 : Ressources humaines et main-d’œuvre dans les pays arabes, IL0-ECWA, Genève 1975, p. 138. 2 : Central Agency for Public Mobilisation and Statistics.3 : Gerakis et Thoyanithy, « Wave of Middle East migration raises questions of policy in many countries », « International Monetary Fund Survey, 7, 17, 1978.4 : Country case study : The Arab Republic of Egypt, Durham, 1978, p. 38.5 : Al-Ahram, 19/9/78.6 : Choucri et al., Migration and employement in the construction sector : critical factors in Egyptian development, p. 76.7 : Pétrole et unité arabe, Beyrouth, 1977, p. 36.8 : Summary Report on research project on International migrations and manpower in the Middle East and North Africa, mars 1981, p. 12Note *1Note **2
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Tableau 2 .Les transferts financiers des Égyptiens
Légende Source : Abd al-Fattah Massef, Les migrations des Egyptiens, Le Caire, Centre national pour la Planification, 1981, p. 29.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3378/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 3. Effets des transferts des Égyptiens employés à l’étranger sur la balance commerciale de 1970 à 1978.
Légende Source : Banque nationale d’Egypte, Bulletin économique, 1979.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3378/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 369k

© Presses de l’Ifpo, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540