Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France, Syrie et Liban 1918-1946

 | 
Nadine Méouchy

Deuxième partie. Jeux de pouvoir et interactions sociales

Les « bonnes affaires » de la modernisation : les sociétés anonymes et l’industrialisation en Syrie, 1908-1946

Frank Peter

Texte intégral

  • 1 Cet article porte sur les industries situées, après 1936, dans le territoire de la République syri (...)
  • 2 Il n’y a pas eu de distinction claire entre industries « modernes » et « traditionnelles » dans la (...)
  • 3 Roger Owen, The Middle East in the World Economy 1800-1914,1. B. Tauris, Londres, 1993 (édition ré (...)
  • 4 Roger OWEN et Sevket Pamuk, op. cit., p. 66 s.

1Cet article a pour but d’examiner, à travers le cas des sociétés anonymes, les conditions et les Stimuli du processus d’industrialisation qui débute lentement en Syrie1 au début du xxe siècle. Les ouvrages relatifs à l’histoire des premières industries modernes2 en Syrie insistent dans leur analyse de cette phase sur les contraintes qui ont agi sur le développement industriel ; celui-ci s’est fait, pour ainsi dire, à l’ombre de la domination impérialiste. L’apparition tardive des premières industries modernes ottomanes résulte de l’écrasante concurrence européenne ainsi que du retard important que l’empire avait pris dans le domaine de la modernisation technique. De par cette situation, les faibles investissements placés dans les industries modernes, tout autant que la préférence donnée aux valeurs immobilières n’étonnent guère3. Si les obstacles techniques deviennent moins importants par la suite, les pressions extérieures continuent à agir sur l’économie syrienne après l’occupation française. L’essor du mouvement de l’industrialisation en Syrie, à partir de la fin des années vingt, s’explique ainsi d’abord par la nécessité, pour les entrepreneurs locaux, de s’adapter aux changements de l’environnement économique4.

2L’importance de ces facteurs exogènes sur le déroulement de l’industrialisation en Syrie ne peut nullement être niée. Il n’en reste pas moins vrai que, de par l’accent mis sur le rapport impérialiste conçu à la base comme une confrontation Orient/Occident, et l’insistance sur la relative faiblesse des Syriens dans ce rapport, on risque de méconnaître la part que jouent les acteurs locaux. Leurs actions sont en effet réduites à des réactions contre de fortes contraintes extérieures. Le fait même qu’elles s’imbriquent dans des processus locaux ou qu’elles soient parfois même extérieures au rapport impérialiste est négligé. Ainsi, le calcul et les stratégies des entrepreneurs et investisseurs ne trouvent que rarement leur place dans cette analyse.

  • 5 Pour ce qui est des cas précis de sociétés anonymes examinés ici, nous avons choisi de nous concen (...)

3L’objet de notre étude consiste à porter, en supplément aux études précédentes, un regard différent sur l’industrialisation, regard qui se focalise sur les espaces d’action dont les entrepreneurs disposent, au-delà des diverses contraintes. Ces espaces sont le lieu et l’objet de l’élaboration de stratégies entrepreneuriales qui contribueront à déterminer le cours de l’industrialisation. Nous voudrions examiner en particulier dans quelle mesure l’industrialisation en Syrie est fonction d’investissements qui trouvent leur origine en dehors de stimuli tels que la nécessité d’adaption. L’évolution du secteur industriel, en tant que marché d’investissement qui attire des capitaux à l’extérieur du groupe des entrepreneurs, est particulièrement perceptible dans le cas des sociétés anonymes (SA). Leur développement, entre 1908 et 1946, fait ressortir les objectifs des investisseurs ainsi que les problèmes qu’ils rencontrent durant leur réalisation et permettra d’éclaircir, en fin de compte, l’ensemble du processus d’industrialisation5.

4Industrialisation et modernisation

5En alternant les contextes dans lesquels se placent les acteurs, l’industrialisation en Syrie se prête à différentes définitions dont chacune met en lumière un des aspects de son fonctionnement. D’une part, elle peut être définie comme le développement des forces productrices, développement à la fois rendu nécessaire et entravé par les fortes pressions étrangères. D’autre part, elle fait partie du processus plus large de la modernisation sociale et économique de l’Empire ottoman. Ce processus pose autant le défi d’une réorganisation sociale et politique qu’il offre de nouvelles opportunités économiques. En évoquant les manifestations matérielles de cette modernisation - les chemins de fer, l’aménagement urbain, les mines, les exploitations agricoles ou la production industrielle -nous esquissons, en effet, tout un champ d’investissement qui se forme progressivement dès le xixe siècle, de façon concomitante avec l’expansion de la culture moderne.

  • 6 Jacques Thobie, Intérêts et impérialisme français dans l’empire ottoman (1895-1914), Publications (...)
  • 7 Ce modèle est introduit dans l’Empire ottoman par le nouveau code de commerce adopté en 1850.

6Or, au début du siècle, ces secteurs sont contrôlés presque exclusivement par des sociétés européennes dans lesquelles les capitaux ottomans ne participent que dans une mesure très limitée6. La fondation de sociétés anonymes locales porte ainsi d’abord témoignage des efforts entrepris, par les investisseurs locaux en Syrie, d’accéder, directement et sous leur propre direction, à ces nouveaux secteurs. Ces sociétés ne visent pas tant la modernisation d’anciens secteurs de l’économie pour mieux s’affirmer contre la concurrence européenne que la recherche de « bonnes affaires » dans les nouveaux secteurs économiques. Inspirés par le « modèle » européen des sociétés anonymes fonctionnant dans l’Empire ottoman7, les investisseurs ont choisi cette forme d’association puisqu’elle permet de réunir les apports limités d’un grand nombre d’investisseurs ce qui rend la réalisation de grands projets à la fois possible et, du point de l’investisseur individuel, moins risquée. L’attrait de ce type de société est augmenté par le fait qu’elle permet aux investisseurs en dehors du groupe des entrepreneurs, notamment aux notables, de participer aux entreprises modernes. En même temps, ces sociétés constituent, surtout dans la période ottomane, un moyen pour intervenir dans les débats politiques relatifs à la modernisation.

LA SOCIÉTÉ ANONYME OTTOMANE : ENTREPRISE ÉCONOMIQUE ET ASSOCIATION POLITIQUE

  • 8 Les premières sociétés anonymes datent de la deuxième moitié du xixe siècle. À Damas, une société (...)
  • 9 Pour une description précise de l’état des industries et des moyens de transport en 1910, voir Ern (...)
  • 10 Voir notamment Reilly, op. cit., et idem, Origins of peripheral capitalism in the Damascus region, (...)

7En Syrie, l’intérêt que suscitent les SA, suite à quelques tentatives dispersées remontant à la deuxième moitié du xixe siècle, s’accroît dès 19088. L’apparition d’un plus grand nombre de sociétés à partir de ce moment est favorisée par plusieurs facteurs. Depuis la fin du siècle, les villes syriennes, en particulier, entrent en contact étroit avec une nouvelle culture technique qui leur est transmise à travers l’Europe et les grands centres régionaux de l’Empire ottoman. L’introduction des premiers éléments de cette culture matérielle, à travers les chemins de fer et l’importation de machines9, s’accompagne de la diffusion d’un savoir spécifique et de la formation d’une main-d’œuvre « spécialisée ». Ces innovations interviennent dans une économie dont la structure s’est transformée à beaucoup d’égards au cours des décennies précédentes : sur fond d’affaiblissement des corps de métiers, la concentration des ateliers de production et l’apparition des premières manufactures10, ainsi que l’introduction des machines permettent aux entrepreneurs de franchir encore un pas dans la modernisation de l’économie.

  • 11 Al-Muqtabas, 25 avril 1911. Voir aussi Consul de Grande-Bretagne, « Quarterly report », Damas, 1er(...)
  • 12 Arthur Ruppin, Syrien als Wirtschaftsgebiet, Benjamin Harz, Berlin, 1920, p. 316, considère que le (...)
  • 13 Ibid., 24 janvier 1909,10 février 1909 ; 16 avril 1909 ; 13 janvier 1909, 5 et 6 mars 1909.
  • 14 Ibid., 30 avril 1910 ; 21 décembre 1908,12 mars 1909,3 avril 1909 et Consul de Grande-Bretagne, «  (...)

8Les circonstances directes de la création des sociétés relèvent pourtant du politique. Suite à la révolution de 1908 et à la restauration de la constitution, la liberté d’association est reconnue. Se créent alors un grand nombre d’associations, de nature souvent « caritative », mais aussi aux buts ouvertement lobbyistes. À Damas, ce phénomène est si répandu, notamment dans le domaine des institutions éducatives, qu’un journal local considère, en 1911, que « le premier bénéfice » de la révolution pour la ville serait la profusion des associations11. Des groupes d’intérêt informels se constituent alors en associations reconnues, comme c’est le cas à Damas en 1908 parmi les commerçants dont plus de 200 créent, sous la présidence du grand commerçant Šafiq al-Quwwatlī, un Club commercial ( Nādī tiğārī) qui vient s’ajouter à la Chambre de commerce déjà existante. Contrairement à la Chambre de commerce, ce club fait preuve d’une activité remarquable12. En quelques mois seulement, il entreprend la fondation d’une « école commerciale », fait instituer une exposition permanente de produits régionaux dans ses locaux et organise des conférences13. De concert avec le gouverneur, il prépare la tenue d’un « Ma ‘rid watānī » et, avec des commerçants beyrouthins, il lance un projet de société anonyme qui concerne la production de tarbouches14.

  • 15 Feroz Ahmad, « Vanguard of a Nascent Bourgeoisie : the Social and Economic Policy of the oung Turk (...)
  • 16 Al-Muqtabas, 13 juillet 1909 ; Voir aussi idem, 4 juillet 1909.
  • 17 Idem,28 août 1909.
  • 18 Il semble qu’il y a eu un effort de la part du CUP pour regrouper les commerçants sous sa tutelle. (...)
  • 19 Notons que plusieurs cas, à Saida (projet industriel) et Bagdad (travaux publics), indiquent que l (...)

9Le club bénéficie du soutien du wālī et du concours du « Comité d’Union et de Progrès » (CUP) et son action converge à plusieurs égards vers la politique que ce dernier met progressivement en œuvre, à savoir la construction d’une économie nationale15. Lorsque l’envoyé du CUP de Salonique, Cemîl Bey, se rend à Damas, à l’été 1909, il participe ainsi à la campagne menée en faveur de la réforme de l’école des arts et métiers16 et préside à une manifestation dans un jardin public en vue d’inciter la population à se vêtir de textiles produits localement17. Mais, notons bien que le Club est, à la différence des Chambres de commerce, une organisation indépendante des organes d’État bien que des liens très étroits s’installent entre lui et le CUP18. Le Club commercial est un partenaire du gouvernement plus qu’il n’est le relais de ses directives ; à bien des égards, il est un exemple typique des fonctions que remplissent les associations. Ces associations permettent à différents groupes sociaux de s’organiser et de s’affirmer, autant dans les jeux de pouvoir locaux que dans les rapports avec des agents extérieurs appartenant soit au pouvoir central soit aux sociétés étrangères. Ce sont justement ces rôles que va assumer la société anonyme, à un niveau strictement économique19.

  • 20 Plusieurs articles font référence à la réticence des Syriens à investir dans les sociétés anonymes (...)
  • 21 Archives de la Banque ottomane (ABO), CDPV 15, 24 février 1909, Constantinople.

10Ces sociétés, ottomanes et plus tard syriennes, se désignent très souvent comme des « sociétés nationales »( waṭanīya), c’est-à-dire à capital national. Pourquoi ce nom ? Par cette désignation, les fondateurs des différents projets cherchent à redéfinir les critères de consommation de la population par l’appel aux loyautés nationales (et aussi à susciter la confiance des investisseurs potentiels dans une forme d’association alors peu connue et suspecte20). Or, si ces sociétés cherchaient à resserrer autour d’elles un groupe de consommateurs aux préférences nationales, ceci ne permet pas de leur attribuer un programme de construction d’une économie nationale. Non seulement l’envergure de ces projets est manifestement trop limitée pour pouvoir aspirer à un tel objectif, mais, comme nous le verrons, leurs fondateurs proviennent aussi de secteurs économiques divers notamment celui du commerce d’importation. L’absence d’opposition de principe entre ces projets d’industrialisation et les intérêts des capitaux étrangers est bien vue par les représentants de ces derniers. Quelques mois après la fondation du Club commercial à Damas, la succursale de la Banque impériale ottomane souscrit ainsi une somme en faveur de cette institution21.

  • 22 A l’exception d’un projet à Nabak (projet initié par le CUP local visant la mise en place d’un tra (...)
  • 23 La Sarikat al-kundurgiya al-musāhama bi-Sām, au capital de 10 000 livres ottomanes (LO), semble s’ (...)
  • 24 Pour le profil de ces commerçants, voir Frank Peter, Impérialisme et industrialisation à Damas, 19 (...)
  • 25 Handelsbericht des k. u. k. Konsulats in Damaskus für das Jahr 1913, p. 7 s.
  • 26 Une société se présente lors de sa constitution comme visant des « projets industriels, commerciau (...)

11Une étude rapide appuyée sur des sources contemporaines fait ressortir que dix projets ont été entrepris dans le wilāyat Sūrïya entre 1908 et le début de la guerre22. Parmi ces projets, un seul connaît un réel succès ; il s’agit d’une société fondée par un groupe de cordonniers qui prennent désormais en charge eux-mêmes l’importation des cuirs tout en visant, ultérieurement, la fabrication de ces produits sur place23. Cette société, à laquelle participent quelques grands commerçants damascains24, a pour raison d’être le souci de s’affranchir de l’emprise des commerçants commissionnaires de Beyrouth, phénomène récurrent à l’époque parmi les commerçants et artisans de Damas25. Deux projets industriels échoueront pour des raisons, entre autres, financières. Le sort des autres projets, concernant les domaines des transports et des gisements miniers, reste malheureusement en grande partie inconnu26.

  • 27 Consul de Grande-Bretagne, « Quarterly report », Damas, 1 avril 1913, PRO-FO, 618/3.
  • 28 Idem, « Quarterly report », 1er avril 1913, PRO-FO, 618/3.
  • 29 Le rapport consulaire austro-hongrois de 1913 affirme que les céréales du Hauran sont en majorité (...)
  • 30 Al-Quwwatlī participe également à la société de verres. Pour la biographie de al-’Azm, qui est pré (...)
  • 31 Le groupe des fondateurs visait non seulement la construction d’une ligne Damas-Bagdad, mais aussi (...)
  • 32 Al-Muqtabas, 6 mars 1909. Il s’agit des deux ‘ulamā’ et notables Muhammad al-’Aglānī et Sulaymān a (...)

12Sur le nombre, cinq concernent le secteur des transports publics. En dehors du projet, déjà cité, de Nabak, une entreprise d’omnibus est fondée à Damas, dans le Midan, pour concurrencer la Société belge de tramways de Damas, qui fait alors l’objet d’un mouvement de boycott en raison de ses prix élevés27. Les Damascains, considérés quelques années auparavant comme trop conservateurs pour se servir du tramway28, font ici preuve d’une remarquable volonté de moderniser leur ville, mais ceci à leurs propres conditions - et à un prix convenable. Au moins deux projets sont présentés en vue d’une participation à la construction et l’exploitation des chemins de fer. Dans la Syrie du début du siècle, la construction de nouvelles voies ferrées entraîne de profonds changements dans la vie économique du pays. L’accélération et l’accroissement des échanges commerciaux et mouvements humains, dans un double processus d’intégration et d’autonomisation, touche notamment la ville de Damas. Si les premières lignes ferroviaires, construites à partir de 1894 et reliant les villes de Beyrouth et Médine tout en ouvrant la voie vers le Hauran, s’avèrent avantageuses, celles qui suivront, dès l’année 1903, vont nuire à la position de Damas en tant que centre de transit du pays. Les lignes reliant Beyrouth aux villes du nord de la Syrie, jusqu’à Alep, ne passent pas par Damas et la ville voit aussi s’affaiblir sa position forte dans le Hauran qui peut, à partir de 1906, se passer des intermédiaires damascains en acheminant ses céréales directement à Haifa29. En mars 1910, lorsqu’un projet prévoyant de prolonger la ligne Tripoli-Homs pour la relier à Bagdad est suggéré, de vives protestions, générées par la crainte de ne pas y voir intégré l’axe Beyrouth-Damas, s’élèvent rapidement à Beyrouth autant qu’à Damas. Les réactions ne tardent pas ; des pétitions sont adressées au gouvernement à Istanbul. Présidés à Damas par Šafiq al-Quwwatlī et le grand notable Muhammad Fawzī al-’Azm30, les commerçants alliés aux notables se concertent et délibèrent pour constituer une société anonyme qui prendrait en charge la construction et l’exploitation d’une ligne Beyrouth-Bagdad31. Dans ce même projet, finalement avorté à cause de la guerre, se mêle d’une part la volonté de s’impliquer dans une réorganisation de l’espace régional décidée principalement en haut lieu à Istanbul et d’autre part la simple recherche de bénéfices : 40 ans après l’ouverture du canal de Suez et la perte des marchés mésopotamiens, il s’agit pour les notables et entrepreneurs damascains de reconquérir ces marchés et de profiter de la future mise en valeur agricole de cette région. D’autres projets, en revanche, ne visent qu’à mettre à profit les champs d’investissement de la modernisation technique. Les deux députés damascains qui proposent la constitution d’une société pour solliciter la concession de l’exploitation du chemin de fer du Hedjaz, croient pouvoir trouver des investisseurs justement parmi ceux qui regrettaient déjà de ne pas avoir investi dans les sociétés de chemin de fer étrangères32.

13Avant les projets de chemin de fer, deux autres projets de type industriel avaient été entrepris. Les débuts des sociétés industrielles sont modestes, mais les conditions de leur apparition sont néanmoins révélatrices du futur développement des industries syriennes. Celui-ci se fera, en grande partie, en fonction de la disponibilité de marchés relativement fermés à la concurrence.

  • 33 L’application du boycott, mouvement de protestation contre l’annexion, en octobre 1908, de la Bosn (...)
  • 34 Reilly, « Damascus Merchants », p. 26 ; Al-Muqtabas, 20 décembre 1908,12 mars 1909,3 avril 1909 ; (...)
  • 35 Le capital nominal de la société se chiffre à 100 000 LO ; environ 40 000 LO ont été effectivement (...)
  • 36 Le Commerce du Levant, 15 octobre 1935.
  • 37 La liste des membres du conseil d’administration, élu provisoirement, inclut à côté de Quwwatlī, ‘ (...)
  • 38 Pour les différents avantages liés aux privilèges, voir Sadun Aren, « Le problème de l’industriali (...)

14De manière différente, les deux projets répondent à ou recherchent de telles conditions. Le premier projet porte sur la création d’une usine de tarbouches. Entrepris par le Club commercial et soutenu par la presse, il naît durant le boycottage des marchandises autrichiennes33. Ce boycottage entraîne l’interruption quasi totale des importations de tarbouches et lui ouvre ainsi un marché prêt à exploiter34. Le deuxième projet, de loin le plus important35 et celui qui, selon les mots d’un industriel du textile, démarre véritablement l’industrialisation en Syrie36, concerne une usine de verres, fondée par le commerçant damascain Musallam al-’Umarī ; à son projet s’associent les grands notables et commerçants de la ville37. Après la révolution jeune-turque, al-’Umarī réussit rapidement à obtenir un « privilège » du gouvernement. Il obtient pour son usine l’exonération des douanes applicables aux machines et matières premières importées et, aussi, l’assurance qu’aucune autre usine ne viendra le concurrencer dans une région précisément délimitée38. Cependant, les avantages accordés par le gouvernement pèsent peu par rapport aux risques techniques et financiers inhérents aux projets industriels à grande échelle. Seul le projet de l’usine de verres sera effectivement réalisé. Les rares informations dont nous disposons sont quelque peu contradictoires, mais il semble que les problèmes de capitaux et les querelles entre les actionnaires sont les principales causes de son échec qui intervient après une courte période de production en 1911.

  • 39 Pour la période d’avant-guerre, nous ne connaissons qu’une seule entreprise qui pourrait entrer da (...)
  • 40 Voir Ernest Weakley, op. cit., notamment p. 127.
  • 41 La question de savoir où cette mécanisation partielle a conduit est très difficile à éclaircir pui (...)

15Le résultat de ces premières tentatives d’industrialisation par le biais de sociétés anonymes est donc décevant ; il faudra attendre les années 20 pour voir des SA industrielles réussir. Mais l’échec de ces sociétés ne conduit pas à l’arrêt du mouvement d’industrialisation. Bien au contraire, celui-ci continue, mais pas forcément en association avec des sociétés du type « manufacture » dont les avantages sont limités à certains secteurs et conditions comme ont dû l’apprendre les Damascains. En même temps que les projets de sociétés anonymes sont lancés, des particuliers se mettent à adopter de nouveaux moyens de production mécanique39. Ce développement, qui s’est amorcé avant 1908 notamment dans les minoteries, s’étendra lentement aux secteurs du textile et à la fabrication des articles d’Orient et, après la guerre, à celle des savons et des sucreries. Ajoutons qu’il s’agit d’un mouvement de mécanisation qui est d’une portée très limitée ; en 1910, on estime qu’il n’y a qu’une vingtaine de métiers à tisser mécaniques à Damas, ville où le textile est le principal secteur industriel40. Par rapport aux projets de sociétés anonymes, ces entreprises mettent à profit un savoir pratique dans une modernisation progressive et savent tirer parti d’une structure entrepreneuriale relativement plus simple. En ne faisant que des investissements limités dans une technologie qui reste encore difficile à maîtriser, ils réussissent ainsi à maintenir, voire à élargir, un marché qui ne bénéficie que d’une très faible protection douanière de 11 % ad valorem41.

  • 42 Ruppin considère que cette loi a été adoptée en 1913 tandis que Issawi ne prend en considération q (...)
  • 43 Idem, 16 juillet 1911, 7 août 1911.

16C’est une industrialisation qui semble se développer en marge du soutien de l’État. Ses débuts se situent en effet à l’époque des discussions autour de la loi sur l’encouragement des industries, adoptée en 1911/191342. Cette loi permet certes à des entreprises au capital relativement modeste (supérieur à 1 000 LO seulement) de bénéficier de certaines facilités. Il est néanmoins douteux qu’elle puisse faire fructifier le potentiel d’industrialisation existant qui réside, dans une très grande mesure, dans les petites entreprises engagées dans la voie d’une mécanisation partielle. Notons de toute façon que le projet de loi suscita peu de réactions dans les milieux concernés à Damas. Lorsque le député damascain ŠukRī al-’Asalī s’entretient avec des entrepreneurs et s’enquiert de leurs avis et commentaires sur cette loi, les réactions sont nulles43. À la veille de la Première Guerre mondiale, il apparaît ainsi que le type d’industrialisation à petite échelle est mieux adapté aux besoins des entrepreneurs ; mais il implique une fragmentation du processus qui sera source de difficultés, notamment dans les années 30, dans le contexte d’une nouvelle politique d’encouragement à l’industrie.

L’INDUSTRIALISATION COLONIALE : PROTECTION ET AUTOPROTECTION DES INDUSTRIES SYRIENNES

  • 44 Philip Khoury, Syria and the French Mandate. The Politics of Arab Nationalism, 1920-1945, Princeto (...)
  • 45 Cette politique est esquissée dans une note du ministère des Affaires étrangères rédigée à la fin (...)
  • 46 De Jouvenel au MAE, Beyrouth, 17 décembre 1926, MAE-Paris, 316.

17Dans son étude sur le Mandat français en Syrie, Philip Khoury met en avant les trois grandes stratégies par lesquelles l’administration française cherche à combattre les forces nationalistes pour renforcer son pouvoir au Levant : la division territoriale du pays, la tentative de s’appuyer sur les populations paysannes dans les conflits contre les villes nationalistes et la coopération avec des élites locales44. Nous voudrions proposer d’y rajouter une quatrième stratégie qui, elle, est peut-être moins importante dans l’ensemble de la politique française, et moins bien mise en œuvre pour des raisons financières, mais qui sera d’une importance primordiale pour le développement des industries. Les Français cherchent en effet, à travers une politique de mise en valeur des États sous mandat, à apaiser les populations opposées au Mandat et à se constituer une clientèle au Levant qui assurerait leur pouvoir45. En 1926, le Haut-Commissaire de Jouvenel résume l’idée directrice de cette stratégie : « Le pays se ralliera au Mandat français dans la mesure où ce Mandat lui paraîtra une bonne affaire46 : »

  • 47 Pierre Fournié, L’administration française au Levant (1918-1930), thèse de diplôme d’archiviste-pa (...)
  • 48 L’analyse de cette question dépasse le cadre de cet article. Pour trois cas significatifs à l’appu (...)

18Il n’est pas possible ici d’analyser comment cette politique a évolué au cours des premières années du Mandat français. Nous pouvons néanmoins constater que cette politique est mise en échec dès 1922, en raison de coupes budgétaires qui ne permettront pas aux Français de réaliser un effort important dans le domaine des travaux publics47. En l’absence de ressources financières, la politique du Haut-Commissariat est ainsi détournée vers la recherche de moyens financiers afin de promouvoir le développement économique du pays. Dans un premier temps, le Haut-Commissariat espère trouver ces moyens dans les ressources bloquées par la Dette publique ottomane, et la réorganisation des sociétés concessionnaires, notamment les chemins de fer et la Régie des tabacs48. Mais ces efforts ne sont guère couronnés de succès et la situation de blocage budgétaire continue. Un changement n’intervient qu’en 1926 et c’est à partir de ce moment que les résultats de cette stratégie d’apaisement économique deviennent tangibles.

  • 49 De Jouvenel au MAE, Beyrouth, 17 mai 1926, MAE-Paris, 333. Arrêté 296 du 15 mai 1926.
  • 50 Au cours de ces consultations, la Chambre de commerce d’Alep se montre d’ailleurs peu intéressée p (...)
  • 51 Ponsot au MAE, Beyrouth, 24 mai 1927, MAE-Paris 337.

19En 1926, l’administration française est contrainte, pour des raisons de budget, de relever les droits douaniers, pour le tarif normal, de 15 à 25 % ad valorem49. Si cet arrêté provoque les protestations des entrepreneurs locaux, bien qu’il procure une protection plus importante aux produits locaux contre la concurrence étrangère, il entraîne par contre, de par son caractère général, le renchérissement des matières premières nécessaires à l’industrie ; les Français reconnaissent par la suite que cet arrêté a posé, à leur insu, les fondements d’un soutien efficace aux industriels locaux. En 1927, le Haut-Commissariat s’attache à élaborer, en consultation avec les Chambres de commerce locales50, une réforme générale du tarif des douanes51 dont le premier volet est promulgué en mai 1928.

  • 52 Tetreau au MAE, Beyrouth, 2 octobre 1929, MAE-Paris, 342.
  • 53 Voir ibid. : « Le progrès industriel syrien est favorisé par l’existence dans les grands centres u (...)

20Cette réforme n’est pas guidée par une véritable politique d’industrialisation, mais vise des objectifs politiques et sociaux à travers le soutien des industries locales. La politique française découle de la reconnaissance que « la meilleure manière d’obtenir le calme dans les grandes villes, qui représentent en Syrie et au Liban une fraction si importante de la population totale, est probablement d’occuper leurs artisans et d’éviter le chômage52. » Décidé à favoriser le développement des industries, le Haut-Commissariat propose donc notamment de continuer la réforme du tarif douanier et de retarder, autant que possible, la promulgation d’une législation du travail pour assurer aux industries syriennes une main-d’œuvre bon marché53.

  • 54 Tel est le résultat d’une étude faite en 1932 à l’université américaine de Beyrouth. Cette évaluat (...)
  • 55 Burns, op. cit., p. 226 ; Hakim, op. cit., p. 173.
  • 56 Pour la situation des industries syriennes dans les années 50, voir International Bank for Reconst (...)
  • 57 Hilan, op. cit., p. 163-183.

21L’opposition des intérêts en Syrie entre producteurs, commerçants et consommateurs, les contraintes budgétaires limitant l’envergure des facilités douanières susceptibles d’être accordées, et l’adaption difficile de la politique douanière française à celles menées dans les pays voisins font que cette politique douanière a, dans les différents secteurs économiques, des effets divers. Sans aller jusqu’à dire, bien entendu, que la protection offerte par le tarif douanier était toujours « suffisante » au regard d’un contexte économique régional et mondial très difficile, nous pouvons néanmmoins constater que l’effet général de cette politique est positif et favorable aux industries locales54. Pourtant ce qui nous importe ici, plus que l’effet général de cette politique et son interaction avec les facteurs exogènes, c’est que cette politique française a profondément transformé l’environnement de l’industrialisation en Syrie. Certes, la protection offerte par le tarif douanier varie d’une branche à l’autre, quelques-unes étant clairement sous-protégées ; elle subit, en outre, des changements au cours des années. Mais si les industries florissent ou péréclitent, c’est toujours et surtout une conséquence de la politique douanière. Face à la concurrence impitoyable des pays étrangers et étant donné le retard technologique des entrepreneurs syriens par rapport à ces pays, la protection douanière, tous les observateurs s’y accordent, remplit un rôle primordial dans la survie des industries locales55 (et c’est ainsi évidemment qu’elle devient l’objet de discussions interminables dans la vie politique du pays). Le mouvement d’industrialisation se réalise ainsi dans une large mesure dans certaines branches bien protégées (notamment dans le textile et l’agro-alimentaire), aux exigences techniques limitées et à demande locale stable, où se concentrent les investissements des entrepreneurs locaux qui y voient l’occasion de réaliser de « bonnes affaires ». Ceci aura des conséquences très importantes. D’une part, l’éviction, dans une large mesure, de la concurrence étrangère de ces secteurs freine, à long terme, le développement technique et organisationnel dans les secteurs concernés et entrave ainsi la conquête des marchés étrangers par les entrepreneurs syriens56. D’autre part, la tendance des entrepreneurs syriens à concentrer leurs investissements dans ces secteurs contribue fortement à l’absence de processus de diversification des industries dont les conséquences néfastes ont été constatées dans la période d’après-guerre57.

  • 58 Avant 1935, des mesures sont prises pour limiter la surproduction des cigarettes (cf. infra), des (...)
  • 59 RSDN, 1934, p. 27 ; ibid., 1935, p. 23 ; ibid., 1936, p. 30 ; ibid., 1937, p. 19. Voir aussi Servi (...)
  • 60 Voir les arrêtés 164/LR du 13 juillet 1935 et 201/LR du 3 septembre 1935 pour les secteurs concern (...)

22Si la faible compétitivité des industries syriennes et le manque de diversification sont en premier lieu le résultat de problèmes techniques et financiers, il semble bien que l’impact des décisions d’investissements prises par les Syriens y joue aussi un rôle important. Leur effet s’annonce en effet dès les années 30 dans les crises de surproduction que la ruée sur certaines branches provoque dans l’économie syrienne. Ces difficultés apparaissent une première fois en 1932 et ne cessent de préoccuper l’administration française jusqu’à l’éclatement de la guerre, lorsque l’interruption presque totale des importations change complètement les données de la situation. Si les problèmes de surproduction semblent se limiter au début à certains secteurs qui font alors l’objet d’arrêtés limitant ou interdisant l’importation de machines58, il s’agit, selon le Haut-Commissariat, dès 1935, d’un phénomène récurrent59. À ce moment, les effets néfastes de la surproduction atteignent une telle importance que la politique industrielle s’oriente, selon le Haut-Commissariat, avant tout vers des mesures restreignant l’importation de machines pour « limiter autant que possible la concurrence désordonnée que se font les industriels libanais et syriens »60.

  • 61 Al-Našra al-šahriya li-ġurfat al-tiğarat bi-Dimašq (NS), VIII, 4, septembre-décembre 1929, p. 13 ( (...)
  • 62 « Nous voulons des hommes d’action, des hommes qui rendent service à leur pays en servant l’indust (...)
  • 63 Ibid., p. 11-52 (p. 3-17 dans la version française).
  • 64 Ibid., p. 18-21, 34-35 (p. 6 s. 11 dans la version française).

23Quel rôle jouent les sociétés anonymes dans ce développement ? En effet, les projets de sociétés anonymes reviennent à cette époque au centre de l’intérêt public. Le meilleur témoignage en est le rapport du Congrès industriel, organisé par la Chambre de commerce de Damas, qui se tient, du 6 au 8 septembre 1929, dans le cadre de la première foire industrielle de Syrie. Si ce congrès répond d’abord aux nouvelles conditions qui ont été créées par le tarif des douanes, il véhicule tout aussi bien une vision de l’industrialisation qui s’est constituée au cours d’une longue expérience de la modernisation de l’économie. Les membres du congrès cherchent ainsi, selon leurs propres mots, à « coordonner et diriger » les initiatives individuelles des industriels pour relever la qualité de la production nationale et, en fin de compte, mieux concurrencer la production étrangère61. Dans leur programme visant la rationalisation des structures de production, les membres du congrès intègrent des appels à l’esprit entrepreneurial des investisseurs62 avec la revendication d’un soutien plus perceptible du gouvernement. Les résolutions adoptées par le congrès concernent la création d’une banque industrielle aussi bien que la réforme et l’élargissement du système d’enseignement technique et la modification de la loi ottomane sur l’encouragement de l’industrie. Manifestant la conscience du nouveau pouvoir socio-économique dont les futurs industriels disposeront, le rapport propose non seulement l’introduction d’un système de sécurité sociale, mais demande aussi le remodelage des syndicats et leur supervision par les Chambres de commerce63. Pour ce qui est des devoirs des entrepreneurs eux-mêmes, le rapport insiste avant tout sur l’application plus grande qui serait à donner au principe de l’association, sous la forme de sociétés anonymes, dont les avantages au niveau de la réalisation de grands projets industriels sont, une fois de plus, mis en avant64.

  • 65 Les informations relatives aux sociétés anonymes sont souvent lacunaires et le statut de certaines (...)
  • 66 Entre 1930 et 1932, la valeur moyenne des machines importées bénéficiant de la franchise industrie (...)
  • 67 La société, qui emploie plus de 250 ouvriers, est fondée par les frères ‘Umarī et Iskandar Rumiya  (...)
  • 68 Al-Qabas, 27 juillet 1934.
  • 69 Le capital de l’usine ‘Umarī s’élève à 45 000 LO, celui de la Société des conserves de Damas (1932 (...)
  • 70 L’usine de draps de Damas compte parmi ses fondateurs deux ingénieurs formés en Europe, ‘Abd Allāh (...)
  • 71 Voir p. ex. les articles de Nagīb al-Rayyis, Muṣṭafā alihābī et Šukrī al-Quwwatlī dans Al-Qabas, (...)
  • 72 Le Commerce du Levant, 6 septembre 1929.
  • 73 Ibid., 11 juillet 1930 ; Fatā al-’arab, 20 avril 1930.
  • 74 Halbūnī est de 1922 à 1937 le président de la Chambre de commerce de Damas. Voir Crédit central po (...)

24Les appels lancés par les membres du congrès pour encourager les SA nationales ne trouveront pourtant pas d’écho. Jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale, le nombre de SA industrielles ne dépassera pas la dizaine ; seules quatre sociétés sont d’une taille importante65. Dans les années 30, le mouvement d’industrialisation aura, comme à la fin de la période ottomane, ses véritables assises dans la mécanisation partielle réalisée par des investissements limités dans de petites entreprises souvent de type familial66 ; ce ne sont pas les SA qui vont susciter une plus grande concentration de capitaux dans l’industrie. À la fin des années 20, on peut en effet constater que plusieurs entrepreneurs choisissent de réaliser de grands projets industriels sous la forme de sociétés en nom collectif, ce qui reflète l’attrait amoindri des SA. Un exemple en serait la grande tannerie fondée en 1924/25 par les fils du promoteur de la société ottomane des verres, Musallam al-’Umarī67. Le directeur de la grande société de draps, fondée en 1928 dans la banlieue ouest de Damas, constate explicitement que le projet initial de SA a été modifié en raison de la réaction négative (prévue) de la part des éventuels investisseurs68. Les promoteurs de ces entreprises disposent de suffisamment de capitaux pour réaliser de grands projets industriels à eux seuls. Le capital investi dans la tannerie, par exemple, est bien supérieur à celui du « grand » projet national de Šukri al-Quwwatlī, la « Société des conserves et des industries agricoles de Damas »69. Quant à la direction technique, elle est prise en charge par la deuxième génération d’entrepreneurs qui a fait ses études en Europe70. L’intérêt pour la société anonyme s’amoindrit pour ces entrepreneurs et l’attraction qu’elle suscite dans les années 30 réside plus qu’avant dans l’ouverture à de nouveaux acteurs. Ceux-ci y trouvent un marché d’investissements intéressant, parfois aussi un champ de travail et, pour ce qui est notamment des notables, une ressource publicitaire importante. Il semble que ce sont, en premier lieu, ces personnes qui ont intérêt à perpétuer le mythe de la société anonyme en tant que force motrice de l’industrialisation71. Pour tous les investisseurs, quelle que soit leur origine, la construction de l’économie nationale n’est qu’un objectif accessoire. Les SA nationales ne constituent qu’une ouverture, parmi d’autres, vers les investissements de la modernisation technique. Quatre des cinq délégués alépins au congrès venaient de préparer, de concert avec les autorités françaises, un projet de SA syro-française dans le secteur textile avant de se rendre à Damas pour fêter la création des industries nationales72. En 1930, le président de la Société du ciment de Damas et haut fonctionnaire, ‘A ā’ al-’Ayyūbī, s’engage autant dans la mise en place de cette usine que dans la préparation d’un projet de SA initié par la banque Morgan73. Il ne s’agit pas non plus d’une question d’orientation politique. Au conseil d’administration de la « Société meunière du Levant », société française, ‘Ayyūbī, en tant que politicien modéré, siège à côté du commerçant « nationaliste » ‘Ārif albūnī qui, ailleurs, se pose en promoteur éloquent des industries nationales74.

  • 75 Dabbūs propose déjà en 1934 le projet de la raffinerie de sucre qui sera finalement réalisé, avec (...)
  • 76 Dès 1926, le secteur du ciment attire beaucoup d’investisseurs dont les démarches sont vivement en (...)
  • 77 Le Commerce du Levant, 30 avril 1935.
  • 78 Remboursement des droits de douane appliqués sur le matériel d’installation.
  • 79 Arr. 84/LR du 29 juin ; arr. 149/LR du 20 octobre 1934.
  • 80 Le Commerce du Levant, 20 février 1931. Pour ce qui est des usines, le « temettu », qui est calqué (...)
  • 81 Arr. 013/LR du 6 février 1932 ; arr. 249/LR du 22 octobre 1934.
  • 82 RSDN, 1935, p. 98.
  • 83 Le Commerce du Levant, 1er novembre 1935.

25Les SA industrielles, qui sont effectivement fondées, comportent ainsi un grand nombre d’investisseurs qui se recrutent en dehors du groupe des commerçants, notamment parmi les notables. La cimenterie de Damas en est le meilleur exemple ; c’est aussi la seule société qui, de par son capital social très important et la complexité technique de l’entreprise, soit à la hauteur de la publicité faite pour les SA en tant que force motrice de l’industrialisation. Ce projet a été conçu par Yūsuf al-Dabbūs qui figure aussi de manière prééminente dans un grand nombre d’autres sociétés fondées par la suite75. D’origine modeste, Dabbūs, ingénieur agricole et ancien drogman auprès du consulat américain, s’associe à un groupe d’entrepreneurs et de notables de Damas qui, en 1929, fondent une association pour l’étude du projet. Après le succès de la première cimenterie au Liban, les actions de la société sont rapidement vendues76 auprès d’au moins 500 actionnaires77. Grâce aussi à la présence de hauts fonctionnaires au sein du conseil d’administration de l’entreprise, la société obtient ensuite divers privilèges importants. Une liste, probablement incomplète, des facilités obtenues comporterait, outre les aides accordées lors de la fondation78, la protection douanière contre les produits étrangers décrétée par le Haut-Commissariat79, l’exonération du « temettu » en vertu de la loi ottomane sur l’encouragement de l’industrie80, l’admission en franchise de certaines matières premières nécessaires81, la réduction des taxes municipales82 et l’emploi des produits de la société dans les travaux publics exécutés par la municipalité de Damas83.

  • 84 Ibid., 28 avril 1936 ; 1er mai 1936 ; 8 mai 1936 ; 26 mai 1936.

26Forte de ce soutien public impressionnant et munie des capitaux d’un grand nombre d’investisseurs, la société, qui s’avérera un grand succès, semble bien correspondre au modèle de la SA nationale, vecteur du progrès économique et entreprise au service du bien public. Ceci n’est pourtant pas tout à fait le cas. La société est en effet contrôlée, jusqu’aux années 50, par le même groupe de commerçants et notables dont les activités incitent à douter de l’utilité générale de l’entreprise. En 1936, le public et les actionnaires apprennent ainsi par les journaux que le conseil d’administration, présidé par trois futurs et anciens ministres et Premiers ministres syriens (Fāris al-Hūrī, Hālid al-’Azm et ‘Atā’ al-’Ayyūbī), a traité de gré à gré la production de la société à un commerçant damascain. Le prix de ce marché est inférieur de près de 40 % à celui obtenu lors des adjudications publiques précédentes. Non seulement les pratiques frauduleuses du conseil d’administration sont alors critiquées, mais des observateurs mettent aussi en doute la sagesse d’une politique gouvernementale dont les mesures, protectionnistes et autres, procurent de tels bénéfices à l’entreprise en question aux dépens des contribuables et des consommateurs84.

  • 85 Ibid., 5 décembre 1930.
  • 86 Ibid., 31 octobre 1930.
  • 87 Voir ibid., 5 décembre 1930 et 26 juin 1931 ; Sécurité générale, informations 2578, 3025 et 3475, (...)
  • 88 La culture du tabac est mise sous contingentement par les gouvernements locaux en 1932 et le Haut- (...)
  • 89 C’est Ğamīl Mardam, à peine arrivé au pouvoir en tant que ministre des Finances, qui propose de ré (...)
  • 90 Il y avait également un groupe alépin, en liaison avec des entrepreneurs de Damas, qui tentait de (...)
  • 91 Sûreté générale, information 4010, Beyrouth, 30 novembre 1934, MAE-Nantes, I, cabinet politique, 7 (...)
  • 92 Services spéciaux de Damas et Hauran, information 30/S, Damas, 24 janvier 1935, MAE-Nantes, I, cab (...)
  • 93 Le matériel des usines existantes est racheté par le régisseur et les entrepreneurs locaux auront (...)

27Notons bien que le cas de la cimenterie de Damas n’est pas représentatif dans la mesure où un nombre important de SA n’arrivent jamais à dépasser le stade du projet. Si la cimenterie compte parmi ses fondateurs un bon nombre d’entrepreneurs de matériaux de construction, le cas des entreprises de tabac par contre indique la nette réticence, des entrepreneurs notamment, à participer à une SA nationale. Les divers projets lancés entre 1930 et 1935 échoueront justement pour cette raison. La culture et la transformation du tabac en Syrie sont jusqu’en juin 1930 un monopole d’État exploité en régie par une grande société française, un des symboles phares de l’impérialisme français au Levant. Avec l’introduction d’un système d’exploitation libre, un marché très intéressant s’ouvre aux investisseurs et, rapidement, un nombre important d’usines est créé au Levant par des investisseurs locaux et des Égyptiens. Dans la seule ville de Damas, 6 usines sont fondées au cours des premiers mois du nouveau système d’exploitation85, dont quelques-unes de taille assez importante86. Une dispersion des ressources s’ensuit et, au bout de quelques mois, une tentative de concentration des activités au sein d’une société anonyme nationale est entreprise. Les promoteurs du projet, des notables et des commerçants de Damas, cherchent à participer eux-mêmes au marché des tabacs tout en offrant aux entreprises existantes la possibilité de fusionner avec la nouvelle société, qui elle, serait plus compétitive face à la redoutable concurrence étrangère et permettrait de réduire la surproduction87. Mais cette tentative de concentration ne semble pas avoir réussi et la surproduction du tabac dans l’agriculture en 1932 et 1933 va ainsi de pair avec un équipement en fabriques de cigarettes qui dépasse de loin les besoins des consommateurs locaux88. L’effondrement dramatique des prix inquiète les producteurs aussi bien que les gouvernements et l’administration française. Dès 1932, les politiciens du Bloc national (après avoir critiqué pendant des années le monopole) entament des discussions autour de sa réintroduction89 qui, en 1935, sera finalisée par la nomination d’un nouveau régisseur par le Haut-Commissariat. Mais une fois encore, la création d’une SA nationale, susceptible de concurrencer efficacement la société française ancienne détentrice de la concession, échoue. À Damas90, un groupe de commerçants, qui gravite autour du Bloc national, lutte contre la réinstitution du monopole tout en préparant une société nationale à laquelle le monopole devrait être accordé le cas échéant, mais les entrepreneurs syriens refusent obstinément d’y participer91. En grande majorité partisans convaincus du monopole, ils ne demandent que le droit de participation à la nouvelle société, demande qui sera satisfaite92. C’est ainsi qu’au milieu d’une campagne politique des plus virulentes en Syrie et au Liban contre le monopole, un consortium formé de l’ancienne Régie française et d’entrepreneurs libano-syriens est nommé nouveau régisseur en 193593.

28Cet article a cherché à montrer comment, dès le début du siècle, les capitalistes syriens, attirés par les profits réalisés par les sociétés étrangères en Europe ou dans l’empire, ont tenté d’accéder au secteur de la modernisation technique par la fondation de SA nationales. Ces sociétés qui, à l’époque ottomane de même que pendant le Mandat, permettaient à leurs fondateurs d’intervenir dans des conflits politiques autour des enjeux du processus de modernisation, ne constitueront pas des succès. Après l’échec de ces entreprises, l’industrialisation s’est orientée principalement vers la mécanisation partielle de petites entreprises individuelles. Ce n’est que durant le Mandat que la situation évolue, grâce en premier lieu à la protection douanière que leur accorde l’administration française. Est alors fondé un plus grand nombre de sociétés industrielles, dont quelques-unes de taille importante. L’industrialisation en Syrie ne résulte pas seulement de la tentative des industriels de s’affirmer face à la concurrence étrangère, mais elle naît aussi de leur volonté de saisir les opportunités qui s’offrent à eux progressivement au cours de la réforme du tarif des douanes. C’est grâce à la politique douanière que le rêve des « bonnes affaires » devient finalement réalité. Bien entendu, ces affaires ne se réalisent que dans des limites étroites, en fonction de la protection douanière et, dans des secteurs, aux exigences techniques réduites. La concentration des investissements qui en découle conduit rapidement, dans certains secteurs, à un développement qui dépasse les capacités d’absorption d’un marché local fort d’à peine 3 000 000 de consommateurs.

  • 94 Voir Rizkallah Hilan, Culture et développement en Syrie et dans les pays retardés, Anthropos, Pari (...)
  • 95 Le Commerce du Levant, 27 août 1935.

29Le rôle des SA nationales dans ce développement demeure toujours modeste. Certes ces sociétés élargissent leur pouvoir d’attraction, déjà apparent à l’époque ottomane, à des investisseurs comme les notables, mais leur nombre total reste limité. Les quelques fondations de SA ne réussissent pas à provoquer une plus grande concentration des unités de production en Syrie. Elles ne contribuent pas non plus de manière significative à la diversification des industries. Ceci ne changera pas après l’éclatement de la guerre. Mais à la suite de l’interruption des importations et de la hausse de la demande intérieure, le nombre de SA s’accroît de manière considérable durant la guerre ; toutefois, ce développement n’aboutira pas à une diversification significative des industries qui se concentrent toujours dans le textile, l’alimentation et le bâtiment94. Que les sociétés anonymes, à elles seules, ne sauraient accomplir l’extension du secteur industriel est aussi admis par les Chambres d’industrie en Syrie. À peine fondées en 1935, les SA sollicitent la participation de l’État dans la création de certaines industries tout en revendiquant le renforcement des autres facilités accordées aux industries locales95.

Notes

1 Cet article porte sur les industries situées, après 1936, dans le territoire de la République syrienne et c’est ainsi que nous employons le terme « Syrie » ici. En discutant de la politique française en matière économique, il est parfois utilisé pour désigner l’ensemble des États sous mandat français qui constituaient un espace unifié au niveau de la législation douanière et monétaire.

2 Il n’y a pas eu de distinction claire entre industries « modernes » et « traditionnelles » dans la période étudiée ici et l’emploi de machines n’est pas le seul indice ni un signe infaillible pour établir de telles différences. Nous employons néanmoins le terme « moderne » dans cet article pour désigner les industries mécanisées puisque la mécanisation constitue une voie très importante, même si elle n’est pas exclusive, de la modernisation des industries. Par ailleurs, nous allons montrer les modalités exactes de cette modernisation au cours de l’article. Voir Roger Owen et Sevket Pamuk, A History of Middle East Economies in the Twentieth Century, I. B. Tauris, Londres, 1998, p. 67.

3 Roger Owen, The Middle East in the World Economy 1800-1914,1. B. Tauris, Londres, 1993 (édition révisée), p. 261-264 ; Adnan Farra, L’industrialisation en Syrie, thèse de doctorat, Université de Genève, Imp. Grivet, Genève, 1950, p. 137.

4 Roger OWEN et Sevket Pamuk, op. cit., p. 66 s.

5 Pour ce qui est des cas précis de sociétés anonymes examinés ici, nous avons choisi de nous concentrer notamment sur les sociétés fondées à Damas.

6 Jacques Thobie, Intérêts et impérialisme français dans l’empire ottoman (1895-1914), Publications de la Sorbonne, Imprimerie nationale, Paris, 1977 ; Jean Ducruet, Les capitaux européens au Proche-Orient, Presses universitaires de France, Paris, 1964. La participation des investisseurs ottomans à ces entreprises a été analysée pour le cas des clients de la Banque impériale ottomane. Voir Edhem Eldem, « Istanbul 1903-1918 : a Quantitative Analysis of a Bourgeoisie », Boğaziçi Journal, XI, 1-2, 1997, p. 53-98.

7 Ce modèle est introduit dans l’Empire ottoman par le nouveau code de commerce adopté en 1850.

8 Les premières sociétés anonymes datent de la deuxième moitié du xixe siècle. À Damas, une société d’égrenage de coton a été fondée en 1878 par un groupe de « notables ». Il s’agit soit d’une société en commandite par actions, soit d’une société anonyme. Voir James Reilly, « Damascus Merchants and Trade in the Transition to Capitalism », dans Canadian Journal of History, XXVII, 2, avril 1992, p. 23 ; Al-Muqtabas, 8 novembre 1911. En 1882/83, une SA ottomane entreprend la construction de la nouvelle route reliant Hama, Homs et Tripoli. Voir James Reilly, « Inter-confessional Relations in Nineteenth-Century Syria : Damascus, Homs and Hama compared », dans Islam and Christian-Muslim Relations, VII, 2, juillet 1996, p. 213-224 et Léon Schulman, « Handel und Verkehr in Syrien », dans Weltwirtschaftliches Archiv, XII, 1918, p. 283. Ahmad ‘Izzat ‘Abid avait tenté, en 1904, de financer la construction du tramway de Damas par une société anonyme locale avant d’avoir recours à une société à capital belge. Voir Consul de Grande-Bretagne, « Quarterly report », Damas, 10 octobre 1904 et 9 janvier 1905, Public Record Office-Foreign Office (PRO-FO), 618/3 ; Max L. Gross, Ottoman rule in the province of Damascus 1860-1909, UMI, Ann Arbor, 1979, p. 502.

9 Pour une description précise de l’état des industries et des moyens de transport en 1910, voir Ernest Weakley, Report on the conditions and prospects of British trade in Syria (Parliamentary Papers/ Accounts and Papers, Cd. 5707, LXXXVII, 603), H.M. Stationery Office, Londres, 1911, p. 77-134.

10 Voir notamment Reilly, op. cit., et idem, Origins of peripheral capitalism in the Damascus region, 1830-1914, Ph. D. dissertation, université de Georgetown, UMI, Arm Arbor, 1987. Quelques-unes des manufactures installées à Damas, notamment celles produisant des articles d’Orient, sont d’une taille assez importante et emploient des centaines d’ouvriers, dont un grand nombre de femmes et d’enfants. En 1908, le nombre total des ouvriers employés dans les six manufactures de šarqyāt est évalué à plus de 1 000. Voir CR, « Damascus 1908 », XCVIII, 1909, p. 865.

11 Al-Muqtabas, 25 avril 1911. Voir aussi Consul de Grande-Bretagne, « Quarterly report », Damas, 1er octobre 1908, PRO-FO, 618/3 ; David Commins, Islamic reform. Politics and social change in late Ottoman Syria, Oxford University Press, Oxford, 1990, p. 128 s.

12 Arthur Ruppin, Syrien als Wirtschaftsgebiet, Benjamin Harz, Berlin, 1920, p. 316, considère que les Chambres de commerce syriennes en général et celle de Damas en particulier n’exercent pratiquement aucune activité ce qui pourrait expliquer les tentatives de réorganisation entreprises par le gouvernement après 1908. En 1910, la Chambre de commerce damascaine est reconstituée et, en juillet 1911, la loi ottomane sur les Chambres de commerce est modifiée. L’amendement stipule que leurs délibérations doivent réunir au moins la moitié des commerçants pour que des décisions puissent être prises valablement. Voir Consul de Grande-Bretagne, « Quarterly report », 2 janvier 1910, PRO-FO, 618/3 ; Al-Muqtabas, 9 juillet 1911.

13 Ibid., 24 janvier 1909,10 février 1909 ; 16 avril 1909 ; 13 janvier 1909, 5 et 6 mars 1909.

14 Ibid., 30 avril 1910 ; 21 décembre 1908,12 mars 1909,3 avril 1909 et Consul de Grande-Bretagne, « Quarterly report », Damas, 2 janvier 1909, PRO-FO, 618/3.

15 Feroz Ahmad, « Vanguard of a Nascent Bourgeoisie : the Social and Economic Policy of the oung Turks, 1908-1918 », dans Osman Okyar et Halil Inalcjk (eds.), Türkiye’nin sosyal ve ekonomik tarihi (1071-1920), Meteksan, Ankara, 1980, p. 329-350 ; François Georgeon, « La mort d’un empire (1908-1923) », dans Robert Mantran (éd.), L’histoire de l’empire ottoman, Fayard, Paris, 1989, p. 577-604, 595.

16 Al-Muqtabas, 13 juillet 1909 ; Voir aussi idem, 4 juillet 1909.

17 Idem,28 août 1909.

18 Il semble qu’il y a eu un effort de la part du CUP pour regrouper les commerçants sous sa tutelle. Probablement à l’initiative de Ğamīl Bek, les Unionistes fondent en juillet 1909 le Ittihād tiğārī qui réunit des membres de la Chambre de commerce et du Club commercial de Damas. Le président du « Club commercial », Šafiq al-Quwwatlï, est aussi, au moins à partir d’avril 1910, président de la Chambre de commerce. En juin 1910, il est élu à la présidence du CUP à Damas. Voir Al-Muqtabas, 8 juillet 1910,7 avril 1910 et 23 juin 1910.

19 Notons que plusieurs cas, à Saida (projet industriel) et Bagdad (travaux publics), indiquent que les gouverneurs se servent aussi des SA afin d’amener la population à participer aux projets de modernisaton technique. Voir Al-Muqtabas, 24 janvier 1912 et 20 juillet 1910.

20 Plusieurs articles font référence à la réticence des Syriens à investir dans les sociétés anonymes. Voir Al-Muqtabas, juin 1910, idem, 17 février 1911. Le journal damascain considère que cette réticence s’explique par le fait que les Syriens ne sont pas habitués à « l’association », point de vue partagé par un grand nombre d’auteurs occidentaux. Ce fait peut également être attribué aux particularités juridiques des sociétés anonymes, qui sont alors réglementées par le code de commerce ottoman. Celui-ci, calqué sur le code de commerce français en vigueur jusqu’au 24 juillet 1867, ne comporte que 10 articles qui se réfèrent directement aux SA (et qui, d’ailleurs, alourdissent la constitution des SA par l’obligation de l’autorisation impériale). Si les législateurs français voulaient laisser aux usages une part importante, cette disposition de la loi ne semble guère propice à la diffusion des SA dans l’Empire ottoman où elles constituent une forme d’association tout à fait nouvelle. Voir Anne Lefebvre-Teillard, La société anonyme au xixe siècle, Presses universitaires de France, Pariss, 1985, p. 19. La Chambre d’industrie de Damas demande ainsi en 1935 la modification de la législation sur les SA en vue d’en encourager la diffusion. L’importance de ce problème est reconnue par d’autres observateurs contemporains. Voir : Le Commerce du Levant, 23 avril 1935 ; Said B. Himadeh, Monetary and Banking System of Syria, American Press, Beyrouth, 1935, p. 177 s.

21 Archives de la Banque ottomane (ABO), CDPV 15, 24 février 1909, Constantinople.

22 A l’exception d’un projet à Nabak (projet initié par le CUP local visant la mise en place d’un transport automobile entre Damas et Nabak), toutes les entreprises sont localisées dans la ville de Damas. Voir Al-Muqtabas, 6 août 1909.

23 La Sarikat al-kundurgiya al-musāhama bi-Sām, au capital de 10 000 livres ottomanes (LO), semble s’adresser à des actionnaires (dont environ un tiers provient d’ailleurs de Homs, Hama et Alep) aux moyens financiers restreints. Après un premier paiement de 20 % de la valeur des titres acquis, les investisseurs sont tenus de payer 1 qirṧ (une piastre) chaque semaine pendant quatre ans. Les directeurs de la société sont Muhammad Ziriklī et ‘Abduh Kassāb, un entrepreneur en chaussures connu. Un au moins des cinq membres du conseil d’administration, Halīl ‘Absī, travaille dans le commerce d’importation. Voir Reilly, 1992, p. 26 ; Al-Muqtabas, 17 février 1911 ; CR, « Damascus », 1908, p. 854 ; ibid., 1911, p. 690 et voir infra n. 24.

24 Pour le profil de ces commerçants, voir Frank Peter, Impérialisme et industrialisation à Damas, 1908-1939, Thèse de doctorat, Université de Provence/ Freie Universität Berlin, 2002.

25 Handelsbericht des k. u. k. Konsulats in Damaskus für das Jahr 1913, p. 7 s.

26 Une société se présente lors de sa constitution comme visant des « projets industriels, commerciaux et agricoles » ; Al-Muqtabas, 26 août 1909. Pour l’histoire des SA industrielles voir ci-dessous.

27 Consul de Grande-Bretagne, « Quarterly report », Damas, 1 avril 1913, PRO-FO, 618/3.

28 Idem, « Quarterly report », 1er avril 1913, PRO-FO, 618/3.

29 Le rapport consulaire austro-hongrois de 1913 affirme que les céréales du Hauran sont en majorité acheminées sur Haifa ; voir Handelsbericht des k. u. k. Konsulats in Damaskus für das Jahr 1913, p. 16 s. Voir aussi Michael E. Bonine, « The Introduction of Railroads in the Eastern Mediterranean : Economic and Social Impacts », dans Thomas Philipp et Birgit Schaebler (eds.), The Syrian land : Processes of Integration and Fragmentation. Bilād al-Sām from the 18th to the 20th century, Franz Steiner Verlag, Stuttgart, 1998, p. 53-78, particulièrement p. 65. Cette autonomie économique du Hauran se renforce par l’introduction des minoteries à vapeur qui, dans une région très aride, permettent la construction de meuneries, auparavant l’apanage des commerçants-entrepreneurs de Damas. Voir CR, « Damascus 1908 », XCVIII, 1909, p. 851s. Voir aussi Al-Muqtabas, 31 juillet 1910.

30 Al-Quwwatlī participe également à la société de verres. Pour la biographie de al-’Azm, qui est président de la société de verres (voir infra.) et co-fondateur d’une société des mines dans la vallée du Yarmouk, se reporter à Linda Schatkowski-Schilcher, Families in Politics. Damascene Factions and Estates of the 18th and 19th Centuries, Franz Steiner Verlag, Stuttgart, 1985, p. 142 s., Al-Muqtabas, 8 juin 1911 et Al-’Āṣima, 13 octobre 1919.

31 Le groupe des fondateurs visait non seulement la construction d’une ligne Damas-Bagdad, mais aussi le remplacement de la ligne à voie étroite reliant Beyrouth et l’hinterland par une voie normale (refusée pour des raisons de coût par la société concessionnaire française) ce qui aurait rattaché la ville directement au réseau des chemins de fer à voie normale en Syrie centrale. Voir Al-Muqtabas, 27 mars 1910,5 et 7 avril 1910,19,22,23 et 26 juin 1910,21 février 1911. Voir aussi Mahmoud Haddad, « The city, the coast, the mountain, and the hinterland : Beirut’s commercial and political rivalries in the 19th and 20th Century », dans Philipp et Schaebler, op. cit., p. 135-138. À Alep, également menacée de perdre sa position d’entrepôt commercial par le tracé du futur Bagdadbahn, il y avait à la même époque des projets visant à instaurer une liaison automobile entre Alexandrette, Alep et les villes de son arrière-pays. L’état des routes ne permettait pas de les réaliser ce qui renforça les protestations alepines à propos du Bagdadbahn. Voir Handelsbericht des k. u. k. Konsulats in Aleppo für das Jahr 1908, p. 12 ; Consul de Grande-Bretagne à Constantinople, Alep, 5 mars 1910, PRO-FO, 195/2337 ; CR, « Alep 1910 », XCVI, 1911, p. 791 ; Consul de France au MAE, Alep, 4 janvier 1910, MAE-Paris, NS Turquie 113.

32 Al-Muqtabas, 6 mars 1909. Il s’agit des deux ‘ulamā’ et notables Muhammad al-’Aglānī et Sulaymān al-Gūhadār dont la proposition s’inscrit dans le contexte des discussions, à la Chambre des députés d’Istanbul, autour de l’exploitation de ce chemin de fer. Pour les débats et les biographies des députés, voir Sabine Prätor, Der arabische Faktor in der jungtürkischen Politik. Eine Studie zum osmanischen Parlament der II. Konstitution (1908-1918), Klaus Schwarz Verlag, Berlin, 1993, p. 111-116,268,280. Voir aussi : Ğūrg Fāris, Man huwa fi Sūryīa 1949, Al-Wikāla al-’arabāya li-l-našr wa l-di’āya, Damas, s.d. p. 98.

33 L’application du boycott, mouvement de protestation contre l’annexion, en octobre 1908, de la Bosnie-Herzégovine par la monarchie austro-hongroise, est surveillée à Damas par le Club commercial. Voir Al-Muqtabas, 7 janvier 1909.

34 Reilly, « Damascus Merchants », p. 26 ; Al-Muqtabas, 20 décembre 1908,12 mars 1909,3 avril 1909 ; CR, « Damascus 1911 », C, 1912, p. 690.

35 Le capital nominal de la société se chiffre à 100 000 LO ; environ 40 000 LO ont été effectivement versées. Al-Muqtabas, 5 septembre 1909 ; CR, « Damascus 1911 », C, 1912, p. 690.

36 Le Commerce du Levant, 15 octobre 1935.

37 La liste des membres du conseil d’administration, élu provisoirement, inclut à côté de Quwwatlī, ‘Azm (voir note 30) et ‘Absī (voir note 23), le amīr al-ḥağğ‘ Abd al-Rahmān Yūsuf Pacha, le directeur de la succursale de la Banque impériale ottomane, Gālib Šawāl, les commerçants et entrepreneurs Mu afā Dīyāb, Tālib Halbūnī, Antūn Muzannar et Salīm Suyūfī, l’avocat (et candidat aux élections de 1908) Ğibrān Lūwīs ainsi que deux personnes dont l’origine sociale n’a pas pu être déterminée, Halīl Nahhās et Salīm Qassāb Hassan. Al-Muqtabas, 29 août 1909.

38 Pour les différents avantages liés aux privilèges, voir Sadun Aren, « Le problème de l’industrialisation dans l’Empire ottoman au xixe siècle », dans Jean-Louis Bacqué-Grammont et Paul Dumont (éd.), Économie et sociétés dans l’Empire ottoman (fin du xviiie - début du xxe siècle), CNRS, Paris, 1983, p. 456-458.

39 Pour la période d’avant-guerre, nous ne connaissons qu’une seule entreprise qui pourrait entrer dans la catégorie « usine ». Il s’agit de l’entreprise de soieries fondée par Antūn Muzannar (voir n. 37) à Damas, employant environ 50 ouvriers. Léon Schulman, « Zur Seidenindustrie in Syrien », dans Archiv fur Wirtschaftsforschung im Orient, II, 3, 1917, p. 484.

40 Voir Ernest Weakley, op. cit., notamment p. 127.

41 La question de savoir où cette mécanisation partielle a conduit est très difficile à éclaircir puisqu’il est impossible de retracer, pour un échantillon significatif de sociétés, le développement des entreprises industrielles. Un observateur contemporain affirme que « beaucoup d’exemples » montreraient la capacité d’expansion de ces petites entreprises. George Hakim, « Industry », dans Said Himadeh (ed.), Economic Organization of Syria, American Press, Beyrouth, 1936, p. 133.

42 Ruppin considère que cette loi a été adoptée en 1913 tandis que Issawi ne prend en considération que le projet de loi de 1911. En croisant ces informations avec d’autres sources, il nous semble qu’il s’agit de deux lois différentes (ou d’un amendement à la loi de 1911). Selon les termes de ces lois, qui élargissent et généralisent les anciens privilèges, les nouveaux établissements industriels bénéficient d’une exonération d’impôt pendant 15 ans, leur outillage et les matières premières sont exemptés de droit de douane et le gouvernement leur attribue gratuitement des terrains. Ruppin, op. cit., p. 226 s. ; Charles Issawi, The Economic History of the Middle East, 1800-1914, Chicago University Press, Chicago, 1966, p. 318-320 ; La Gazette financière, 7 mars 1911 ; Al-Muqtabas, 27 juillet 1910,8 mars 1911, 22 mars 1911, 6 avril 1911, 21 juillet 1911.

43 Idem, 16 juillet 1911, 7 août 1911.

44 Philip Khoury, Syria and the French Mandate. The Politics of Arab Nationalism, 1920-1945, Princeton University Press, Princeton, 1987, p. 56-70.

45 Cette politique est esquissée dans une note du ministère des Affaires étrangères rédigée à la fin de 1919 : « ... la France est aujourd’hui obligée à un effort plus grand si elle veut assurer son influence dans ces régions et pouvoir y poursuivre en sympathie avec la majorité de la population son œuvre de relèvement social et de coopération amicale. Parmi les moyens de séduction employés à l’égard des populations syriennes, ceux qui ont obtenu, semble-t-il, le plus de succès, ce sont les promesses de mise en valeur du pays au moyen de chemins de fer, de routes, de canalisations, de mises en exploitation de terres incultes, bref par une extension très grande donnée aux travaux publics sous toutes leurs formes et aux frais de la puissance mandataire. » Voir Note anonyme, « Syrie », s.l., s.d., environ décembre 1919, MAE-Paris, 83.

46 De Jouvenel au MAE, Beyrouth, 17 décembre 1926, MAE-Paris, 316.

47 Pierre Fournié, L’administration française au Levant (1918-1930), thèse de diplôme d’archiviste-paléographe, École nationale des chartes, Paris, 1986, p. 45 s.

48 L’analyse de cette question dépasse le cadre de cet article. Pour trois cas significatifs à l’appui de notre thèse (Société du chemin de fer de Damas-Hamah et prolongements, Régie des tabacs et la DPO), voir les dossiers suivants : MAE-Paris 320 et 365 (DHP), MAE-Paris 191 et 315 (DPO) et MAE-Paris 320 et MAE-Nantes, I, cabinet politique, 951 (Régie des tabacs).

49 De Jouvenel au MAE, Beyrouth, 17 mai 1926, MAE-Paris, 333. Arrêté 296 du 15 mai 1926.

50 Au cours de ces consultations, la Chambre de commerce d’Alep se montre d’ailleurs peu intéressée par l’initiative du Haut-Commissariat de soutenir les industries syriennes. Voir dans MAE-Nantes, I, cabinet politique, 1576 : chambre de commerce d’Alep au délégué adjoint du Haut-Commissaire, Alep, 28 mars et 4 avril 1928 ; délégation du Haut-Commissariat à Damas au Haut-Commissariat, Damas, 11 avril 1928.

51 Ponsot au MAE, Beyrouth, 24 mai 1927, MAE-Paris 337.

52 Tetreau au MAE, Beyrouth, 2 octobre 1929, MAE-Paris, 342.

53 Voir ibid. : « Le progrès industriel syrien est favorisé par l’existence dans les grands centres urbains, à Damas principalement, d’une population artisane très dense, manuellement très habile, ingénieuse à la fois, peu exigeante pour ses salaires, à peu près impuissante à se mettre en grève, qui ne bénéficie actuellement d’aucune législation du travail. » Les autres mesures proposées concernent la création du crédit industriel et l’organisation de l’enseignement technique.

54 Tel est le résultat d’une étude faite en 1932 à l’université américaine de Beyrouth. Cette évaluation est certainement valable aussi pour la période suivante puisque c’est seulement à partir de cette date que les Français adoptent des mesures protectionnistes. Entre 1931 et 1936, l’incidence moyenne du tarif douanier sur les importations destinées à la consommation locale augmente ainsi de 16 à 26,5 % ad valorem. Voir Norman Burns, The tariff of Syria 1919-1932, American Press, Beyrouth, 1933, p. 175-235. Pour les calculs voir Peter, op. cit.

55 Burns, op. cit., p. 226 ; Hakim, op. cit., p. 173.

56 Pour la situation des industries syriennes dans les années 50, voir International Bank for Reconstruction and Development, The Economie Development of Syria, Johns Hopkins Press, Baltimore, 1955, p. 105-110.

57 Hilan, op. cit., p. 163-183.

58 Avant 1935, des mesures sont prises pour limiter la surproduction des cigarettes (cf. infra), des chaussures, de l’alcool et des allumettes. Voir Décision 26 du 8 février 1932 ; arr. 36/LR du 14 mars 1933 ; arr. 220/LR du 30 déc 1933 ; arr. 130/LR du 14 juin 1934 ; arr. 265/LR du 9 novembre 1934 ; arr. 295/LR du 20 déc 1934. Voir aussi Le Commerce du Levant, 12 février 1932 ; MAE, Rapport à la Société des nations sur la situation de la Syrie et du Liban (RSDN), 1933, p. 20 ; de Martel au MAE, Beyrouth, 19 juin 1934, MAE-Paris, 564.

59 RSDN, 1934, p. 27 ; ibid., 1935, p. 23 ; ibid., 1936, p. 30 ; ibid., 1937, p. 19. Voir aussi Service des affaires économiques au bureau diplomatique, Beyrouth, 11 octobre 1938, MAE-Nantes/III/bureau diplomatique/196.

60 Voir les arrêtés 164/LR du 13 juillet 1935 et 201/LR du 3 septembre 1935 pour les secteurs concernés. Notons aussi que la décision française prise en 1935 d’abolir la franchise douanière pour l’outillage industriel ne permet pas de conclure à un changement de cap de la position française envers les industries locales. Cette mesure s’inscrit dans la réorganisation de l’ensemble des services de douane et elle s’explique, comme d’autres mesures prises à cette époque, par la volonté de réduire le budget des services français en simplifiant la structure administrative du Haut-Commissariat. Cette volonté se traduit en particulier par la dissolution de la commission des franchises industrielles, chargée d’examiner les dossiers individuels des industriels importateurs de machines. Or l’octroi de la franchise douanière pour l’ensemble des machines importées aurait provoqué une baisse du revenu des douanes et c’est probablement pour cette raison que le Haut-Commissariat soumet l’outillage industriel à des taxes qui varient selon les différentes catégories d’articles. Au lieu d’expliquer la taxation des machines par l’influence du lobby des commerçants français, comme le fait A. Hanna, nous préférons y voir un signe du rôle important que jouent les considérations d’ordre budgétaire dans la politique douanière. Ce sont les problèmes budgétaires qui sont à l’origine de la politique française en faveur des industries locales. Ces mêmes problèmes empêchent aussi, tout au long du Mandat, que cette politique devienne un outil efficace pour développer les industries syriennes. Voir A. Hanna, Al-Haraka al-ummaliya fi Suriya wa Lubnan, 1900-1945, Dar Dimašq li-l-tiba’a wa-l-nasr, Damas, 1973, p. 192s.

61 Al-Našra al-šahriya li-ġurfat al-tiğarat bi-Dimašq (NS), VIII, 4, septembre-décembre 1929, p. 13 (et p. 3 dans la version française). Les citations ci-dessous seront prises autant que possible de la version française qui est, d’ailleurs, plus courte et diffère à quelques égards de la version arabe.

62 « Nous voulons des hommes d’action, des hommes qui rendent service à leur pays en servant l’industrie... » ou bien encore » L’homme double ses efforts dans une affaire si lui seul portera les bénéfices ou les pertes.... » ; ce sont là deux déclarations caractéristiques du mode de pensée de ces entrepreneurs. Le rapport s’en prend aussi au trop grand nombre de « lettrés de tous genres et surtout des fonctionnaires inutiles et indifférents » en Syrie. Voir ibid., p. 5 dans la version française (p. 17 s. dans la version arabe qui est légèrement différente) ; p. 18, traduit de la version arabe (ce dernier passage manquant dans la version française) ; p. 6 dans la version française (p. 16 dans la version arabe).

63 Ibid., p. 11-52 (p. 3-17 dans la version française).

64 Ibid., p. 18-21, 34-35 (p. 6 s. 11 dans la version française).

65 Les informations relatives aux sociétés anonymes sont souvent lacunaires et le statut de certaines entreprises ne peut pas toujours être clairement déterminé. Pour ce qui est des quatre grandes Sociétés anonymes, il s’agit par ordre chronologique de la Société du ciment (Damas 1929), de la société de conserves (Damas 1932) et des deux Sociétés de filature et de tissage d’Alep (1932) et de Damas (1937).

66 Entre 1930 et 1932, la valeur moyenne des machines importées bénéficiant de la franchise industrielle est d’environ 11 000 livres libano-syriennes seulement. Voir Hakim, op. cit., p. 132.

67 La société, qui emploie plus de 250 ouvriers, est fondée par les frères ‘Umarī et Iskandar Rumiya ; voir Le Commerce du Levant, 2 janvier 1931. L’usine fera faillite, pour des raisons dues à son administration, dans les années 30. Hakim, op. cit., p. 163 ; Demorgny à de Caix, « Note pour servir à la réfutation de certaines allégations du DR Kayali », Beyrouth ( ?), novembre 1934, Société des nations (SUN), S 1612.

68 Al-Qabas, 27 juillet 1934.

69 Le capital de l’usine ‘Umarī s’élève à 45 000 LO, celui de la Société des conserves de Damas (1932) à 30 000 LO. Le bon fonctionnement de cette dernière société est, selon le rapport de son conseil d’administration, entravé par l’insuffisance du capital. Voir Le Commerce du Levant, 15 mai 1936. Notons que les capitaux (initiaux) investis dans la Société de filature et de tissage d’Alep (1933) et dans l’usine de draps à Damas se chiffrent respectivement à 30 000 et 20 000 LO.

70 L’usine de draps de Damas compte parmi ses fondateurs deux ingénieurs formés en Europe, ‘Abd Allāh al-Qabbānī et Munīr Dīyab. Dīyab sera dans les années 50 ministre de l’Économie nationale. Thomas Philipp, The Syrians in Egypt 1725-1975 (Berliner Islamstudien 3), Franz Steiner Verlag, Wiesbaden, 1985, p. 140 s. et supra n. 68.

71 Voir p. ex. les articles de Nagīb al-Rayyis, Muṣṭafā alihābī et Šukrī al-Quwwatlī dans Al-Qabas, 28 mars 1929 ; Al-Qabas, 2 septembre 1929 ;Al-Ayyām, 7 et 8 juillet 1932. L’importance politique des SA nationales, qui font figure de symbole de l’engagement économique du Bloc national, se manifeste dans les nombreux conflits autour de la direction de ces sociétés. Pour les trois grandes SA de Damas, voir Fatā al- ‘Arab, 18 mai 1930 ; Alif Bā’, 22 et 24 mai 1930 ; Sûreté générale, informations 268 et 4 045, Beyrouth, 30 novembre et 3 décembre 1934, MAE-Nantes, I, cabinet politique, 863 ; Y. Dabbūs, « Šarikat al-maġāzil wa-l-manāsiğ bi-Dimašq », Markaz al-Watā’iq al-Tārihīya (MWT), Damas, Al-Qism al-hāss 120.

72 Le Commerce du Levant, 6 septembre 1929.

73 Ibid., 11 juillet 1930 ; Fatā al-’arab, 20 avril 1930.

74 Halbūnī est de 1922 à 1937 le président de la Chambre de commerce de Damas. Voir Crédit central pour le développement de la minoterie, de l’industrie et du commerce au MAE, Paris, 6 décembre 1921, MAE-Paris, 82 ; Société meunière du Levant au Haut-Commissaire, Paris, 17 juin 1927, MAE-Paris, 394 ; NS I,7, juillet 1922, p. 4 ; pétition de Muhammad Ḥayr Dīyāb, ‘Ārif albūnī et Ṣïyāh Qassabbāsī à la Commission permanente des mandats (CPM), Damas, 19 décembre 1934, SDN, R 4 100. Ceux-ci ne sont pas des cas particuliers, comme le montre bien la ruée des Syriens sur les titres émis par la Société d’électricité de Homs et de Hama qui avait réservé une part de ses action aux investisseurs locaux. Fatā al-’arab, 10 juin 1930.

75 Dabbūs propose déjà en 1934 le projet de la raffinerie de sucre qui sera finalement réalisé, avec sa participation, en 1946, à Homs. Il compte aussi parmi les fondateurs, à Damas, de la Société de filature et de tissage (1937) et de la Société de verres (1945) ainsi que de la Société de teinturerie à Alep (1946). Dabbūs, qui assumera jusqu’en 1935 la « direction technique » de la cimenterie, étendra, dès la fin des années 30, ses investissements dans l’agriculture et acquerra des terres dans la Jazira. Voir Al-Qabas, 19 juillet 1934, Badr al-Dīn alallah, Li-l-ta’ri wa-li-l-Zikra, Damas, s. n., 1990, p. 89 ; Faris, op. cit., p. 162 s. ; entretien avec Antūn Dabbūs (29 avril 1999). Voir aussi les trois textes anonymes et non datés, probablement rédigés par Dabbūs, MWT, Al-Qism al- ā n° 120.

76 Dès 1926, le secteur du ciment attire beaucoup d’investisseurs dont les démarches sont vivement encouragées par le Haut-Commissariat. La concurrence des différents groupes alourdit la mise en place des usines et, à certains moments, l’administration française s’inquiète des risques de surproduction qui pourtant n’aura pas lieu. D’une part, des ententes sont faites entre les entrepreneurs rivaux pour limiter le nombre des entreprises, d’autre part des débouchés à la production locale sont trouvés dans les pays limitrophes. Voir Service des travaux publics, « Note sur un projet d’installation d’usines à ciment dans la région de Beyrouth », Paris, 21 août 1926, MAE-Paris, 344 B et ibid., note anonyme, 10 décembre 1928 ; Le Commerce du Levant, 7 mars 1930, p. 1 ; note anonyme, Beyrouth, 1935, MAE-Nantes, I, cabinet politique, 863 ; extrait du journal Les Échos de Damas du 9 mai 1936, MAE-Nantes, I, cabinet politique, 866.

77 Le Commerce du Levant, 30 avril 1935.

78 Remboursement des droits de douane appliqués sur le matériel d’installation.

79 Arr. 84/LR du 29 juin ; arr. 149/LR du 20 octobre 1934.

80 Le Commerce du Levant, 20 février 1931. Pour ce qui est des usines, le « temettu », qui est calqué sur l’impôt des patentes, est calculé en fonction de la valeur locative des locaux professionnels et du nombre et genre des employés ; Voir George Hakim, « Fiscal system », dans Himadeh, 1936, p. 362-368.

81 Arr. 013/LR du 6 février 1932 ; arr. 249/LR du 22 octobre 1934.

82 RSDN, 1935, p. 98.

83 Le Commerce du Levant, 1er novembre 1935.

84 Ibid., 28 avril 1936 ; 1er mai 1936 ; 8 mai 1936 ; 26 mai 1936.

85 Ibid., 5 décembre 1930.

86 Ibid., 31 octobre 1930.

87 Voir ibid., 5 décembre 1930 et 26 juin 1931 ; Sécurité générale, informations 2578, 3025 et 3475, Beyrouth, respectivement du 14 octobre, 24 novembre et 30 décembre 1930, MAE-Nantes, I, cabinet politique, 866.

88 La culture du tabac est mise sous contingentement par les gouvernements locaux en 1932 et le Haut-Commissariat prend, en 1933, des mesures douanières pour pallier la surproduction dans l’industrie des cigarettes. RSDN, 1932, p. 26 ; arr. 36/LR du 14 mars 1933 ; Sûreté générale, information 966, Beyrouth, 23 février 1932, MAE-Nantes, I, cabinet politique, 866.

89 C’est Ğamīl Mardam, à peine arrivé au pouvoir en tant que ministre des Finances, qui propose de réintroduire le monopole tant décrié pendant des années par ses compagnons. Voir Al-Qabas, 25 octobre 1932. Mardam, tout comme les frères Huri, est d’ailleurs soupçonné de vénalité dans l’affaire de la réintroduction du monopole. Voir Sûreté générale, Damas, 9 novembre 1932, MAE-Nantes, I, cabinet politique, 862.

90 Il y avait également un groupe alépin, en liaison avec des entrepreneurs de Damas, qui tentait de former une SA nationale. Voir Services spéciaux de Damas et Hauran, Damas, 31 janvier 1935, MAE-Nantes, I, cabinet politique, 718 et Le Commerce du Levant, 12 février 1935.

91 Sûreté générale, information 4010, Beyrouth, 30 novembre 1934, MAE-Nantes, I, cabinet politique, 718 ; services spéciaux, information 150/S, Damas, 6 décembre 1934, MAE-Nantes, I, cabinet politique, 718 ; Le Commerce du Levant, 12 janvier 1935.

92 Services spéciaux de Damas et Hauran, information 30/S, Damas, 24 janvier 1935, MAE-Nantes, I, cabinet politique, 718 ; sûreté générale, information 471, Beyrouth, 12 février 1935, MAE-Nantes, I, cabinet politique, 718. Une société alépine avait protesté contre la réinstitution du monopole : Salloum frères à la CMP, « Mémoire sur le mode d’exploitation du tabac », Alep, 31 décembre 1934, SDN, R 4 100.

93 Le matériel des usines existantes est racheté par le régisseur et les entrepreneurs locaux auront le droit d’acquérir des actions de la nouvelle société : arr. 38/LR du 19 février 1935 et arr. 148/LR du 28 juin 1935 ; Le Commerce du Levant, 1 mars et 16 août 1935.

94 Voir Rizkallah Hilan, Culture et développement en Syrie et dans les pays retardés, Anthropos, Paris, 1969, p. 167. Steven Heydeman, Authoritarianism in Syria. Institutions and social conflict, 1946-1970, Cornell University Press, Ithaca, 1999, p. 37-42.

95 Le Commerce du Levant, 27 août 1935.

Auteur

Université de Provence/Freie Universität Berlin/IFEAD

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable