Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France, Syrie et Liban 1918-1946

 | 
Nadine Méouchy

Deuxième partie. Jeux de pouvoir et interactions sociales

Introduction de partie. Les aspects économiques généraux de la relation mandataire France, Syrie et Liban, 1918-1946

Mohammed Ali Al-Saleh

Texte intégral

1L’objet de cette présentation est de clarifier le contexte économique de la période qui nous concerne et d’introduire ainsi les articles portant sur des questions économiques spécifiques.

LES INTÉRÊTS FRANÇAIS DANS L’EMPIRE OTTOMAN JUSQU’EN 1918

LA PRÉSENCE ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE LA FRANCE DANS L’EMPIRE OTTOMAN AVANT 1914

2L’implantation française dans l’Empire ottoman est considérable entre 1895 et 1914. Les capitaux français sont majoritairement présents dans la Dette ottomane et les investissements français dans les entreprises de travaux publics ont essaimé dans toutes les grandes villes ottomanes. La présence économique de la France est l’objet d’un rapport de force constant avec les autres puissances, rendu parfois difficile par l’attitude des entrepreneurs et des capitalistes français qui hésitent à consolider leurs intérêts dans la région.

  • 1 Avant 1914, 20 francs équivalent à 5,4 gr-or, au taux officiel. Toujours sur la base or, 1 FF de 1 (...)
  • 2 Vincent Cloarec, La France et la question de Syrie 1914-1918, Presses du CNRS, Paris 1998, p.18.

3Entre 1895 et 1914, les capitaux français représentent 66 % des capitaux étrangers placés en fonds publics ottomans, soit 1,15 milliards de francs1 sur un total de 1,93 milliards de francs2.

  • 3 Jacques Thobie, Intérêts et Impérialisme français dans l’Empire ottoman (1895-1914), Imprime (...)

4En 1914, le total cumulé des capitaux français effectivement infusés dans le circuit ottoman depuis le milieu du xixe siècle est de 3,351 milliards de francs dont 20 % seulement de fonds privés. Cette faible proportion des sommes investies dans des entreprises privées témoigne d’une réticence devant les risques que comporte cette sorte d’investissements. Encore faut-il remarquer que 40 % des sommes consacrées aux entreprises détenues par des Français sont des obligations3.

  • 4 Nadine Méouchy, Les formes de conscience politique et communautaire en Syrie et au Liban à l’époq (...)

5C’est 200 millions de francs seulement4 qui auraient été investis en Syrie avant la Grande Guerre, par le truchement des succursales beyrouthines de la Banque ottomane, de la Banque de Salonique et du Crédit lyonnais, et qui se répartissent entre la production de la soie d’une part et les lignes de transport d’autre part.

6La Société française d’entreprise est chargée de compléter le tracé des routes syriennes et possède le monopole de leur entretien. La société « Damas-Hama et prolongements » est l’une des plus grosses entreprises étrangères dans l’Empire ottoman. En juin 1914, le total des actions et des obligations représente un nominal de 150 millions de francs. La part française de cette somme est de 109 millions de francs.

7La part française dans le port de Beyrouth est de 4,8 millions de francs, soit 80 % des participations. Car sur le plan économique et financier s’installent en Syrie, à côté des intérêts en place contrôlés essentiellement par la Banque ottomane, des intérêts français dont l’action est uniquement dirigée vers l’exploitation de l’espace syrien.

  • 5 Jacques Thobie, op. cit., p. 328, 329,498.

8La création de la Banque du Liban, dont l’activité principale tend au contrôle des finances libanaises, comprend en partie et rejoint les ambitions de certains milieux lyonnais en relation avec les soyeux5.

9En effet le commerce de la soie représente 30 % des exportations ottomanes en France. La Syrie seule fournit entre 5 et 7,5 % des soies travaillées à Lyon. La plupart des filatures de Syrie fonctionnent grâce au concours financier des maisons de Lyon et de Marseille, acheteurs potentiels des soies produites. Ces maisons consentent des prêts sur trois mois au taux de 5 %. Elles se remboursent sur les productions de soies des filatures locales. Il s’agit donc d’une source d’approvisionnement secondaire, mais utile et sûre.

  • 6 Ibid, p. 490, 495, 498.

10Cependant certains entrepreneurs lyonnais estiment que le jeu n’en vaut pas la chandelle et que, somme toute, Lyon n’a pas besoin des soies de Syrie. Ils sont divisés sur l’opportunité d’une installation française en Syrie et font preuve, avant la déclaration de la guerre, d’une relative prudence6.

LA QUESTION SYRIENNE ENTRE « GÉNÉRALISTES » ET « SYRIENS »

11Le démembrement possible de l’Empire ottoman, et les conséquences qu’il en faudrait tirer, ne sont bien entendu pas absents des intentions et des plans de la diplomatie française. Dans les dix-huit mois qui précèdent le déclenchement de la guerre en Europe, se développent des débats concernant les zones et la forme d’influence que la France devrait revendiquer. Deux tendances se distinguent parmi le personnel politique français, dans l’opinion et dans une moindre mesure dans les milieux d’affaires

  • 7 La tendance dite « syrienne » n’avait jamais cessé de se faire sentir. Selon les « Syriens », les (...)
  • 8 Jacques Thobie, op. cit., p. 706-714.

12Selon que chaque tendance envisage le démembrement ottoman comme proche ou lointain, les attitudes du moment sont naturellement différentes : les partisans du long terme sont d’avis qu’il faut pousser les intérêts et l’influence française partout où cela est possible dans l’ensemble de l’empire : ce sont les « Généralistes » que l’on peut opposer aux « Syriens » qui n’envisagent l’intervention française que dans un secteur considéré comme privilégié, la Syrie. Et tandis que pour l’ancien ambassadeur de France à Constantinople, Bompard, dont les thèses s’imposent au Quai d’Orsay en 1911-1912, « la Syrie n’est pas en soi une acquisition désirable », les « Syriens7 » par contre se font dès la fin de 1912, les propagandistes de la thèse dite des « droits » spéciaux de la France en Syrie, thèse largement répandue par Paul Cambon ambassadeur à Londres8. Le clivage entre Généralistes et Syriens, clairement perceptible dès la fin de 1912, s’accentue pendant la guerre. Dans le même temps, l’idée d’un recentrage français sur la Syrie et le Liban progresse.

  • 9 Vincent Cloarec, op. cit., p. 145-146.

13Le 14 décembre 1915, Briand souligne que la possession directe de la Syrie pourrait imposer à la France une charge financière trop lourde : coût d’installation, mise en valeur du lot français et surtout exploitation des gisements pétroliers de Kirkouk, dont la région devait originellement être placée sous protectorat direct français9. L’intervention de Briand révèle une dimension nouvelle et intéressante de la question car elle est moins fondée sur les « traditions » françaises que sur les intérêts économiques et financiers de la France au Levant. Plus tard, il devient clair, avec les pourparlers préparatoires du côté français pour l’accord Sykes-Picot, que la Syrie française doit pouvoir disposer des ressources humaines et naturelles nécessaires à son accession au stade de l’autosuffisance. Ce qui signifie que la France envisage de retirer de la possession de la Syrie des avantages de nature économique et commerciale « limités », en plus des bénéfices financiers antérieurs liés aux placements des capitaux dans l’Empire ottoman.

  • 10 Ibid., p. 139-140, 145-146,216-217.

14Toutefois les arguments économiques et financiers d’une prise de possession de la Syrie sont des arguments a posteriori pour renforcer la légitimité des « droits » de la France, tout comme Jules Ferry justifiait dans les années 1890 la prise de possession de la Tunisie ou du Tonkin10.

15Dans le cas de la Syrie en effet, un véritable « habillage » économique se construit à partir de 1919, d’abord avec le congrès de Marseille qui débat du rapport « Que vaut la Syrie ? » présenté par Paul Huvelin, directeur de la mission française en Syrie et en Cilicie, et ensuite au printemps 1920, lors du célèbre débat parlementaire de la Chambre sur les affaires syriennes. Briand y développe à nouveau ses arguments en faveur de la possession de la Syrie.

  • 11 Ibid.

16Cependant, si les raisons économiques et financières qui interviennent dans la question syrienne sont évidentes, celles-ci ne représentent en aucun cas les véritables mobiles de cette intervention, comme les travaux de Vincent Cloarec l’ont démontré11.

SPÉCIFICITÉ DE LA POLITIQUE ÉCONOMIQUE SOUS LE MANDAT

17Avec l’occupation progressive du terrain par la France à partir de 1918, les caractéristiques de la future relation mandataire franco-syro-libanaise se mettent en place.

18Les anciennes législations fiscales ottomanes qui étaient communes à l’ensemble du pays sont amendées et de nouvelles lois sont promulguées, surtout dans le domaine bancaire agricole, selon les besoins de chaque État ou Gouvernorat syrien.

  • 12 Archives M.A.E. Nantes, fonds Beyrouth, cabinet politique, dossiers de principes 1920-1941, carton (...)

19D’autre part, un budget commun géré par le Haut-Commissariat est institué qui comprend les services intéressant l’ensemble des États. La première tentative de gestion des intérêts communs aux États sous mandat remonte à l’année 192112.

POLITIQUE MONÉTAIRE ET FISCALE

20La politique monétaire et fiscale de la France commence par trois mesures : augmentation de certains impôts (notamment indirects), institution des barrières douanières et, en mai 1920, parité de la livre syro-libanaise avec le franc français.

21De 1881 à 1914, la Syrie avait connu une grande stabilité monétaire, sous le règne de la livre turque-or. Par contre, la crise économique qui sévit depuis la guerre et s’est accentuée avec les nouvelles barrières douanières, se trouve aggravée par la dévaluation continue de la monnaie syro-libanaise dont la valeur est compromise par les fluctuations du franc français. La Syrie et le Liban souffrent en effet de leur système monétaire dans la mesure où le franc, auquel la livre libano-syrienne est liée, est alors une monnaie instable, et ce jusqu’au milieu des années trente.

  • 13 Salah Essaleh, L’état actuel de l’économie syrienne, thèse de doctorat, Librairie de recueil (...)

22La concession de la Banque de Syrie de 1920 donnait droit à la banque d’émission d’émettre 25 millions de LLS, avec une garantie or de 60 000 LLS, soit 2,5 %, le restant étant constitué par des titres français13. Or ce système monétaire ne prévoit pas de bénéfices pour la Syrie et le Liban dans le cas de la dévaluation du papier émis. Car si la couverture de l’émission avait consisté en or ou en devises stables - au lieu de consister en titres français - la réévaluation de cette couverture, en cas de dévaluation, serait revenue au Trésor syrien, comme cela avait lieu en France.

23La véritable raison de la création de la livre libano-syrienne (LLS) réside donc dans l’intérêt du pays mandataire. D’une part, la France trouve son compte à cette opération qui soulage doublement son change ; désormais, elle peut payer en francs ses dépenses, au lieu d’avoir à acheter pour cela la livre égyptienne en circulation en Syrie où elle avait été instituée comme monnaie légale par les Anglais. De plus, elle recueille, en échange des nouveaux billets syro-libanais, les livres égyptiennes qui étaient alors une devise forte et, de ce fait, utile au Trésor français dans ses transactions commerciales avec l’allié anglais.

  • 14 Ernest Teilhac, « Dédoublement de la monnaie en Syrie », dans Mélanges à la mémoire de Paul Huveli (...)

24D’autre part, malgré l’institution de la nouvelle monnaie, le stock monétaire reste constitué, en majeure partie, d’or : environ 78 %, contre 20 % représentés par la livre libano-syrienne. D’après une évaluation sérieuse, les ressources en or de l’espace syro-libanais sont passées de quelques 21 millions de livres-or, en 1918, à 14 millions, en 192814.

25Certes, le pouvoir mandataire en infligeant de lourdes amendes aux insurgés de 1925 réussit à récupérer une partie non négligeable de cet or. Mais c’est surtout la loi de Gresham, selon laquelle « quand deux monnaies sont en concurrence, la mauvaise monnaie chasse la bonne », qui peut expliquer ce dépérissement apparent de l’or du pays : une partie de cet or fut thésaurisée et une autre partie fut exportée pour atténuer les méfaits, si nuisibles au commerce extérieur, de la fluctuation incessante de la nouvelle monnaie.

  • 15 Archives M.A.E. Nantes, fonds Beyrouth, cabinet politique, dossiers de principes 1920-1941, carton (...)

26Dans les années qui suivent la Grande Révolte de 1925, le marasme économique qui ronge la Syrie et le Liban, en liaison avec la grande dépression mondiale, est d’autant plus vif, surtout au Liban qui ne possède aucune industrie véritable, qu’aucun grand projet n’est venu accroître les potentialités économiques de ces deux pays et que leur agriculture a été négligée. Il faut attendre la fin des années vingt pour que la Syrie et le Liban commencent à bénéficier enfin d’une politique économique déterminée15.

LES « INTÉRÊTS COMMUNS » SYRO-LIBANAIS

  • 16 Yahya Michael Sadowski, Political Power and Economic Organization in Syria : the Course of State I (...)

27En 1928 est institué à côté des budgets des États syrien et libanais, le budget des Services d’Intérêts communs, s’étendant à la Syrie et au Liban et géré directement par l’autorité mandataire. Ce budget est alimenté principalement par les recettes douanières et par les revenus de la Régie des tabacs16. Il pèse lourdement sur les deux pays sous mandat et compromet graduellement leur capacité d’investissement. Il hypothèque en conséquence tout développement significatif du niveau de vie des populations concernées.

28Le pouvoir mandataire réduit soigneusement l’autorité des assemblées nationales syrienne et libanaise en excluant de leurs délibérations tout ce qui se rapporte aux questions militaires, aux budgets administratifs et aux services publics ou intérêts communs.

  • 17 Yahya Michael Sadowski, op. cit., p. 176, 178.

29L’une des premières mesures prises par le pouvoir français après la Grande Guerre, est de restaurer les propriétés des firmes étrangères de travaux publics. Sous le Mandat, ces firmes se voient accorder le statut de « compagnies concessionnaires », qui leur permet d’avoir droit à un traitement spécial. Ces compagnies sont représentées dans les « Intérêts communs » par un bureau spécial chargé de superviser leurs opérations et de les protéger contre toute compétition locale ou étrangère. Elles conservent leurs vieux privilèges (situation de monopole) acquis au temps de l’Empire ottoman et, dans certains cas, les renforcent. Ces privilèges sont payés directement par le budget des Intérêts communs. Les compagnies concessionnaires opérant dans le pays, comme la Compagnie des tramways et éclairage de Beyrouth ou la Régie générale des chemins de fer Damas-Hama et prolongements, fournissent des services essentiels pour l’économie locale. Bien qu’il existe un besoin important de développer ces services et de réaliser ainsi de nouveaux investissements, les actionnaires de ces compagnies ne le voyaient pas de cet œil. Ils se contentaient de toucher leurs dividendes, souvent subventionnés par le truchement du budget des Intérêts communs17.

30Les droits d’importations des États voisins, comparés à ceux de 35 % de la Syrie et du Liban, s’établissent en moyenne comme suit : Égypte 18,5 %, Palestine 15 %, Irak 20 %. Cette hausse préjudiciable oblige les commerçants à augmenter leur fonds de roulement en recourant à une inflation dangereuse du crédit, qui renchérit en conséquence la vie quotidienne et crée une fiscalité excessive.

31Jusqu’à 70 % des « Intérêts communs » contribuent aux dépenses civiles et militaires du mandat, en supplément des crédits alloués par le gouvernement français à la présence civile et militaire au Levant.

  • 18 Négib Moussalli, op. cit., p. 7, 10, 11. Archives M.A.E. Nantes, fonds Beyrouth, cabinet politique (...)

32Sur le terrain, le budget des forces françaises, des troupes auxiliaires et supplétifs locaux a toujours dépassé l’ensemble du montant des budgets des États : par exemple, pour l’exercice financier 1931 ainsi que pour celui de 1932, ce sont 410 millions de francs qui sont attribués aux dépenses militaires contre 343 millions de francs au budget « civil » des États18. En 1936, le mandataire réclame aux États syrien et libanais la somme totale de 4,3 milliards de francs, comme prix d’entretien de ses troupes, « qui maintiennent l’ordre » au Levant, et commence effectivement à prélever, toujours sur les Intérêts communs, les sommes dues.

33Et tandis que les Turcs renoncent, dès 1929, au remboursement de la dette ottomane, le mandataire insiste pour que les Syro-Libanais continuent à payer 172 millions de francs, soit la part de cette dette qui leur incombe, échelonnés sur une période de cinq ans seulement entre 1928 et 1933, toujours bien entendu par le truchement des « Intérêts communs ».

34Cette ponction continue sur les maigres ressources des États syrien et libanais, non seulement neutralise pour longtemps les effets escomptés de la présence française au Levant, mais a failli miner l’avenir même des deux pays. En effet le pouvoir mandataire, au lieu de stimuler le développement économique local, concentre son effort à minimiser les coûts de l’occupation en ne faisant place à aucun investissement public adéquat susceptible de renflouer au moins les secteurs privés agricoles et industriels, qui luttent contre le marasme économique. En 1943, les Alliés transfèrent le contrôle des « Intérêts communs » et de leurs revenus à un comité conjoint syro-libanais.

LES INVESTISSEMENTS ET LA POLITIQUE DE CRÉDIT

  • 19 Négib Moussalli, op. cit., p. 106.

35Les instruments de crédit dans les territoires sous mandat français sont en général insuffisants et très limités. Une comparaison avec la Palestine et l’Irak en témoigne encore mieux. Les sionistes, avec une émigration de 100 000 juifs jusqu’au début des années trente, ont investi en Palestine près de 46 millions de livres sterling, soit 5 750 milliards de francs de l’époque. De plus le mandat britannique a consenti un emprunt de 4,5 millions de livres sterling soit 0,562 milliards de francs pour le rachat des chemins de fer en Palestine et pour d’autres usages. En outre la Palestine, au début des années trente, a presque totalement racheté sa quote-part dans la Dette ottomane. Enfin, l’outillage bancaire palestinien est très développé. La circulation fiduciaire atteint les 210 millions de francs pour répondre aux besoins d’un million d’habitants dans les années trente, alors qu’en Syrie elle s’élève à 250 millions de francs en moyenne pour les besoins de 3 millions d’habitants19.

36Tout compte fait, la Syrie et le Liban sont très peu gagés par rapport à d’autres pays. La dette foncière ne dépasse pas les 300 à 400 millions de francs dont la moitié est fournie par des capitaux extérieurs. En ajoutant l’investissement des sociétés françaises dans les chemins de fer, ports, tramways et autres affaires industrielles ou commerciales qui s’élèvent à environ 600 millions de francs, nous arrivons en chiffre rond à près d’un milliard de francs déjà placés au Levant.

  • 20 Ibid., p. 107 sq.

37Ce chiffre n’est guère élevé par rapport aux grosses rentrées que la Syrie et le Liban peuvent annuellement mobiliser à l’aide de leur production agricole, des revenus de la propriété urbaine et industrielle ainsi que de ceux provenant des biens mobiliers, du transit, du tourisme, du sous-sol, etc. Ce qui aurait justifié de plus larges investissements pour leur donner le moyen d’organiser leur équipement, par le biais par exemple d’un large emprunt qui ne fut jamais consenti et dont il n’aurait pas été excessif de fixer le montant à 1 milliard de francs, soit 50 millions de LLS20.

LA POLITIQUE AGRICOLE

38L’agriculture syrienne, principal secteur productif du pays, ne peut bénéficier d’un outillage moderne, ni se procurer de capitaux pour acheter des machines agricoles, faute de trouver dans les banques agricoles les moyens matériels pour la mise en valeur des terres inexploitées. Les règlements en cours dans ces banques furent copiés sur ceux des banques agricoles de France. Ces règlements, bien que modifiés, furent mal appliqués, sans prendre en considération l’état dans lequel se trouvait l’agriculture syrienne : taux d’intérêt très élevés de 6 %, échéance très courte par rapport aux sommes empruntées, dont le montant était d’ailleurs très limité. La loi nouvelle de 1937 réduit l’intérêt de 6 % à 4 % et étend les délais de remboursement, qui sont portés à 15 ans en ce qui concerne les prêts sur garantie immobilière.

  • 21 Dans les années trente, tandis que les paysans propriétaires de leur terre avaient un revenu annue (...)

39Pour pallier le manque de capitaux bancaires, le montant maximum alloué à un seul emprunteur est abaissé de 5 000 à 500 livres-or21. Ces prêts sont disponibles, du moins théoriquement, pour financer les opérations avant le début des récoltes. Pourtant, la plupart des prêts bancaires sont accaparés en fin de compte par les grands propriétaires fonciers résidant en ville. Les métayers et les paysans pauvres sont donc forcés, comme du temps des Ottomans, de s’endetter auprès des usuriers traditionnels. Des taux d’intérêt exorbitants sont dans ce cas pratiqués, dont le montant varie entre 40 et 45 %, et peut monter jusqu’à 150 % dans les périodes de sécheresse !

40Les paysans ne peuvent échapper à l’endettement en raison de l’imposition excessive et de la rigidité du système de taxation mis en place. Ainsi, la dîme et autres impôts agricoles annuels créent un véritable cercle vicieux en obligeant les paysans syriens à s’endetter à l’infini auprès des usuriers.

41Un métayer paye jusqu’à 20 % d’impôts de son revenu net annuel, tandis qu’un paysan propriétaire paye environ 35 %, en plus des intérêts usuraires déjà mentionnés. Il y a sans doute là une explication au manque d’enthousiasme du paysan syrien dans le travail de la terre.

  • 22 Saïd Himadeh, The Monetary Banking System in Syria, traduction en arabe, édit. American Press, Bey (...)

42À leur tour, les banques agricoles dont les capitaux propres sont limités et qui ne peuvent émettre des obligations pour financer leurs opérations financières, se trouvent contraintes de s’endetter auprès des banques étrangères, notamment françaises, travaillant en Syrie, ainsi qu’auprès des gouvernements locaux22.

LA POLITIQUE INDUSTRIELLE

43Après la mise en place du mandat, la simation de l’industrie en Syrie et au Liban est caractérisée par deux tendances :

  1. La régression parfois irrémédiable de certaines des industries traditionnelles des deux pays. Deux facteurs ont affecté sérieusement la filature de la soie, les tissages et la bonneterie : en 1931, les fabriques locales subissent fortement les effets de la crise économique à l’étranger et la dévaluation de certaines monnaies, en particulier de la livre sterling, ce qui favorise l’importation en Syrie et au Liban des fils et des cotonnades britanniques. De plus, les soieries japonaises, vendues à un prix extraordinairement bas, inondent le marché syro-libanais et font ainsi concurrence aux produits similaires locaux.
  2. Le développement graduel d’une industrie moderne qui, d’une part, renouvelle certains des métiers anciens, notamment dans le textile, et d’autre part, est créée en vue de répondre aux besoins nouveaux23.
  • 24 Adib Suleiman Bagh, L’industrie à Damas entre 1928-1958, Etude de géographie économique, univ (...)

44Dans les années trente, la chute des prix des produits agricoles et la diminution des surfaces cultivées peu rentables libèrent en partie des capitaux qui vont s’investir dans l’industrie. Pourtant, les banques locales et les banques françaises qui sont les plus modernes se spécialisent dans les transactions commerciales avec l’étranger et se désintéressent totalement des investissements industriels24.

45Le mouvement d’industrialisation en Syrie, accompagné de la création des sociétés anonymes à grands capitaux, ne se manifeste pas avant 1928. Aucun investissement de capitaux n’a eu lieu avant cette date. Entre 1928 et 1938, l’évolution est lente, avec, dans les années de troubles, plusieurs interruptions. Ainsi, pendant cette décennie, seules neuf sociétés, représentant un capital de 19,6 millions de LLS, sont constituées.

LA POLITIQUE COMMERCIALE

  • 25 Bulletin de la Banque de Syrie et du Grand-Liban, Librairie Larose, Paris, 1933, p. 16. Georges HA (...)

46Les besoins de l’industrie française en soie du Levant après la guerre poussent le pouvoir mandataire dans les années vingt à prendre une série de mesures pour encourager l’industrie soyeuse au Liban. Entre 1929 et 1932, la chute rapide des prix de la soie naturelle sur le marché mondial provoque la réduction de plus de la moitié de la production libanaise en cocons de vers à soie et la fermeture de la plupart des filatures libanaises, et en particulier la plus grande de ces filatures, d’origine lyonnaise, la maison Veuve Guérin et Fils installée depuis soixante ans à Qurayyate25.

47Mais c’est surtout l’invasion du marché syro-libanais par des produits en soie artificielle, pure ou mélangée, et par des tissus et filés de coton japonais bon marché qui pousse, en août 1932, le pouvoir mandataire à réagir. Le Haut-Commissaire prend donc des mesures pour pénaliser les exportateurs japonais en élevant les droits de douane de 25 à 50 %, puis, pour défendre l’industrie cotonnière sans compromettre la filature, en élevant les droits sur les fils et les machines importées de 25 à 40 %. Cette mesure fut prise en partie pour protéger la filature libanaise “Arida” de Tripoli.

48La fermeture immédiate du marché égyptien en réponse à l’élévation des droits, ainsi que l’intensification de l’entrée en contrebande de tissus étrangers par la Transjordanie, mécontentent les sériciculteurs libanais qui reprochent en même temps aux industriels alépins d’avoir délaissé la soie naturelle pour tisser des fils importés.

  • 26 Bulletin de la Banque de Syrie, 1932, p. 22 ; 1933, p. 16, 18, 24, 26. Voir également : Philippe G(...)

49Le pouvoir mandataire, pour sa part, se contente de prendre des mesures en accordant des franchises douanières au matériel industriel de première installation, importé en grande partie de France. Mais dans l’industrie, comme dans les autres secteurs, les principaux handicaps demeurent : manque d’investissement, étroitesse du marché local syro-libanais, caractère aléatoire des industries naissantes des deux pays qui sont surtout des industries de transformation et par-là même vulnérables26.

  • 27 Archives M.A.E. Nantes, Dossiers de principe, 1920-1941, carton 726, dossier S.D.N., lettre signée (...)

50La balance commerciale syrienne et libanaise est chroniquement déficitaire, notamment avec l’État mandataire qui bénéficie d’un tarif douanier très favorable. En 1921, la Turquie était avant la France le principal client de la Syrie. Mais, à partir de cette date, la Syrie commence à perdre ses débouchés traditionnels en Anatolie à cause des mesures douanières prises par le gouvernement turc qui applique alors un nouveau tarif douanier. Jusqu’à la fin des années trente, la balance commerciale syrienne avec la Turquie était très défavorable et la Syrie ne pouvait prendre aucune mesure douanière en vue de défendre ses intérêts. Pourtant l’article 11 de la Charte du mandat autorisait l’État mandataire à conclure, pour des raisons de voisinage, des arrangements douaniers spéciaux avec un pays limitrophe. Mais le pouvoir mandataire n’a pas jugé nécessaire d’appliquer cet article pour défendre l’intérêt des deux pays qui lui étaient confiés, sous prétexte que la Charte du mandat contenait aussi le principe de l’égalité économique pour tous les membres de la Société des Nations27.

« L’ÉCONOMIE DE GUERRE » DES ANNÉES QUARANTE28

  • 28 Archives M.A.E. Nantes, Consulat de France à Beyrouth (série B), service de renseignements, carton (...)

51Les deux pays ont certes contribué à l’effort de guerre en mettant à la disposition des Alliés leur territoire et leurs ressources. Cependant leur économie n’a pas été appelée à participer de façon active au conflit mondial, en ce sens qu’aucune mesure de mobilisation concernant la main-d’œuvre locale n’a été prise sur le territoire des deux républiques. Toujours est-il que la Seconde Guerre mondiale a eu des conséquences importantes pour le développement de la Syrie et du Liban : durant toute la période qui s’étend de juin 1940 à juillet 1941, l’économie syro-libanaise fut placée dans un état d’isolement à peu près total. Toutes les voies d’accès aux principaux pays fournisseurs se trouvaient coupées.

52Pourtant, au lieu de réduire les bénéfices des commerçants, le ralentissement du commerce d’importation a provoqué au cours des premières années de la guerre, un accroissement notable de leurs revenus. En effet, les perspectives de raréfaction des stocks ont donné aux commerçants un prétexte facile pour augmenter régulièrement le prix des marchandises. Cependant, à partir de 1943, lorsque les stocks s’épuisent, le marché commercial se rétrécit, faute de pouvoir renouveler ses approvisionnements.

53En 1941, quand les Alliés pénètrent en Syrie et au Liban, les deux pays étaient au bord de la famine pour cause d’embargo. Sous la direction du « Middle East Supply Center » (MESC) basé au Caire, les autorités se sont efforcées d’augmenter la production locale, pour satisfaire à la fois les demandes du marché national, mais aussi pour épauler l’effort militaire des Alliés. Non seulement le MESC établit l’Office des céréales panifiables qui régularise les prix et encourage les cultivateurs à intensifier leur effort, mais dote les deux pays d’autres institutions opérationnelles, comme l’Office pharmaceutique pour la Syrie et le Liban, et aide à revaloriser les institutions déjà existantes.

54À partir de 1942, l’activité de l’Office économique de la guerre, organisme créé par le délégué général de la France libre, ainsi que les importants travaux effectués par les autorités militaires alliées, ajoutèrent un stimulant nouveau à l’effort de modernisation entrepris par la Syrie et le Liban. Dans le domaine agricole, des semences sont importées ainsi que des engrais chimiques et des machines agricoles. Les superficies ensemencées s’accroissent dans une certaine mesure. Enfin des travaux d’irrigation dans la région du Liban-Sud (Litani), de Homs et de l’Est-Syrien offrent de nouvelles possibilités de développement des cultures.

55Mais si la production agricole syro-libanaise ne connaît pas de modifications importantes du fait de la guerre - sauf en ce qui concerne une certaine désaffection de la culture du tabac, surtout au Liban, au profit des emblavages en céréales - , par contre les revenus agricoles nominaux sont considérablement accrus en raison de la hausse continue des prix auxquels les produits sont écoulés. Cette situation permet aux cultivateurs les moins endettés d’améliorer sensiblement leur situation matérielle.

56Par ailleurs, pour suppléer à l’insuffisance des produits manufacturés d’importation, la Commission supérieure de ravitaillements des deux États s’efforce d’augmenter la production locale. Une quantité de petites industries se développe (verrerie, clouterie, produits pharmaceutiques, cartonnerie, etc.) et les activités déjà existantes voient leur production augmenter, dans la mesure où l’approvisionnement en matières premières et en outillage le permet (filature de coton, bonneterie, etc.).

57La création de la raffinerie de Tripoli en 1941, tout en inaugurant au Liban une industrie nouvelle, apporte une solution au problème de la force motrice industrielle.

58En conclusion, la présence économique française en Syrie, puis au Liban, fut rendue difficile par l’attitude des capitalistes français qui ont toujours hésité à consolider leurs intérêts dans la région, tant avant la Grande Guerre qu’à l’époque du Mandat. Les actionnaires des compagnies concessionnaires, opérant en Syrie et au Liban, se contentaient, nous l’avons vu, de percevoir les dividendes sans essayer de prendre de réels risques financiers. La puissance mandataire elle-même, au lieu de stimuler le développement local, a mis tout son effort à minimiser les coûts de l’occupation, qui en conséquence ont pesé sur les deux pays sous mandat et ont entravé toute véritable évolution du niveau de vie. La conjoncture économique exceptionnelle qu’ont connue la Syrie et le Liban pendant la Seconde Guerre mondiale permettait d’espérer le démarrage économique de ces deux États après la fin du Mandat.

Notes

1 Avant 1914, 20 francs équivalent à 5,4 gr-or, au taux officiel. Toujours sur la base or, 1 FF de 1914 aurait fait 20 FF actuels, tout en excluant le changement intervenu dans le pouvoir d’achat entre le début et la fin du siècle.

2 Vincent Cloarec, La France et la question de Syrie 1914-1918, Presses du CNRS, Paris 1998, p.18.

3 Jacques Thobie, Intérêts et Impérialisme français dans l’Empire ottoman (1895-1914), Imprimerie nationale, Paris 1977, p. 524.

4 Nadine Méouchy, Les formes de conscience politique et communautaire en Syrie et au Liban à l’époque du mandat français (1920-1939), thèse de doctorat, Université de Paris-IV, juin 1989, p. 90, citant le comte de Gontaut-Biron.

5 Jacques Thobie, op. cit., p. 328, 329,498.

6 Ibid, p. 490, 495, 498.

7 La tendance dite « syrienne » n’avait jamais cessé de se faire sentir. Selon les « Syriens », les intérêts économiques et financiers français sont particulièrement denses dans cette région et viennent renforcer de solides liens historiques. Pour certains « Syriens », la Syrie devait englober la région de Mossoul, incluse dans l’actuel Irak, et la Cilicie au sud de la Turquie.

8 Jacques Thobie, op. cit., p. 706-714.

9 Vincent Cloarec, op. cit., p. 145-146.

10 Ibid., p. 139-140, 145-146,216-217.

11 Ibid.

12 Archives M.A.E. Nantes, fonds Beyrouth, cabinet politique, dossiers de principes 1920-1941, carton 385, Gestion des Intérêts communs, Beyrouth 8 février 1930.

13 Salah Essaleh, L’état actuel de l’économie syrienne, thèse de doctorat, Librairie de recueil Sirey, T.E.P.A.C., Paris 1943, p. 257.

14 Ernest Teilhac, « Dédoublement de la monnaie en Syrie », dans Mélanges à la mémoire de Paul Huvelin, Recueil Sirey, Paris 1938, p. 248.

15 Archives M.A.E. Nantes, fonds Beyrouth, cabinet politique, dossiers de principes 1920-1941, carton 694, Note sur un programme économique général, Beyrouth 27 février 1929. Voir aussi :
Négib Moussalli, Études économiques sur la Syrie et le Liban, imprimerie Saint-Paul, Harissa, 1933, p. 44.

16 Yahya Michael Sadowski, Political Power and Economic Organization in Syria : the Course of State Intervention, 1946-1958, thèse de doctorat, UMI, Ann Arbor, 1985, p. 160, 176, 178.

17 Yahya Michael Sadowski, op. cit., p. 176, 178.

18 Négib Moussalli, op. cit., p. 7, 10, 11. Archives M.A.E. Nantes, fonds Beyrouth, cabinet politique, dossiers de principes 1920-1941, carton 385, Communication du Haut-Commissariat sur le compte de gestion des Intérêts communs, Beyrouth, juin 1932.

19 Négib Moussalli, op. cit., p. 106.

20 Ibid., p. 107 sq.

21 Dans les années trente, tandis que les paysans propriétaires de leur terre avaient un revenu annuel moyen de 30 l.t.or, les grands propriétaires absentéistes jouissaient d’un revenu annuel moyen de 350 l.t.or (voir à ce sujet, Awad Barakat, Le problème budgétaire en Syrie, imprimerie Nassar Beyrouth 1948, p. 208).

22 Saïd Himadeh, The Monetary Banking System in Syria, traduction en arabe, édit. American Press, Beyrouth 1935, p. 218-246.

23 Bulletin de la Banque de Syrie et du Grand-Liban, Librairie Larose, Paris, 1932, p.15.

24 Adib Suleiman Bagh, L’industrie à Damas entre 1928-1958, Etude de géographie économique, université de Paris, fac. des lettres et des sciences humaines, Paris, 1958, p. 19 sq.

25 Bulletin de la Banque de Syrie et du Grand-Liban, Librairie Larose, Paris, 1933, p. 16. Georges HAKIM, « Industry », in Economic Organization of Syria, ed. Himadeh, American University, Beirut, 1936, p. 126.

26 Bulletin de la Banque de Syrie, 1932, p. 22 ; 1933, p. 16, 18, 24, 26. Voir également : Philippe Georgeais, « Le textile alépin » in Thobie/Kançal, Industrialisation, communication et rapports sociaux, L’Harmattan, Paris, 1989, p. 24 sq.

27 Archives M.A.E. Nantes, Dossiers de principe, 1920-1941, carton 726, dossier S.D.N., lettre signée de Martel se référant aux difficultés auxquelles se heurtait la politique économique des États sous mandat français, en raison du principe de l’égalité économique défini par l’article 11 de l’Acte du mandat, année 1933.

28 Archives M.A.E. Nantes, Consulat de France à Beyrouth (série B), service de renseignements, carton 33. L’économie de guerre dans les États de Syrie et du Liban, rapport présenté à la Conférence financière du Moyen-Orient, Le Caire, 24-29 avril 1944. Yahya Michael Sadowski, op. cit., p. 161 sq.

Auteur

Mohammed Ali Al-Saleh

Économiste, Damas

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable