Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Territoires, architecture et matériel au Levant

Architecture et techniques de constructions

Bilan préliminaire des découvertes architecturales et archéologiques à Khirbet el-Libneh

Anna Chok

Resumen

Les premiers indices archéologiques de Khirbet el-Libneh ont été signalés en 1997 lors des aménagements urbains dans la zone industrielle de Tartous (sur la côte syrienne). En effet, les neuf campagnes de fouilles réalisées sous la direction de la DGAM, entre 1998 et 2009, ont permis la découverte partielle d’un ensemble protobyzantin. Les vestiges dispersés sur un terrain de 11 400 m² se composent essentiellement d’une grande salle basilicale ornée d’une mosaïque géométrique et entourée de salles annexes, d’égouts et de bassins connectés à une citerne et d’un important complexe agricole. Un mur de grandes tailles borde le côté est de l’ensemble faisant penser à une propriété protégée par un mur d’enceinte.
De prochaines campagnes de fouilles seront nécessaires pour compléter le contenu de cet ensemble. En attendant, les données disponibles représentent des sources d’informations pour ma recherche doctorale. L’article ci-présent propose un bilan général des éléments et du matériel découverts sur ce site et cherche à définir de manière problématique quel était son usage.

The first archaeological evidence for the complex of Khirbet el-Libneh was exposed in 1997 during development works that were carried out in the industrial zone of Tartous (on the Syrian coast). Indeed, the nine excavations carried out under the direction of the DGAM between 1998 and 2009, led to the partial discovery of an early Byzantine settlement. The remains, scattered over an area of 11,400 m², consist mainly of a large basilica decorated with geometric mosaics, sewers and basins connected to a cistern, a large agricultural complex and ancillary rooms. A wall of a considerable size flanks the eastern side of the site, thus implying that the site was protected by a wall.
Further surveys will be needed before we can portray a full picture of the complex and its contents. In the meantime, the available data serve as the source material of my PhD thesis. This article provides a general overview of the components and materials found on this site, and attempts to give an idea as to its function.

Texto completo

  • 1  Ce site fait actuellement l’objet de ma recherche doctorale en archéologie au Centre Camille Julli (...)
  • 2 Ces distances sont établies à partir de l’image « Google map ». Dans les rapports de fouilles, elle (...)

1Le site de Khirbet el-Libneh1se situe sur la côte syrienne, à 2 km à l’est du site ‘Amrît et à environ 5 km au sud-est du centre de Tartous2. Il est entouré de nos jours par la zone industrielle de la ville, entre l’autoroute reliant la région littorale à Homs et l’axe menant vers Safita. En 1997, lors de l’aménagement d’une rue dans le secteur des scieries, les travaux ont mis au jour plusieurs tesselles d’une mosaïque. Les archéologues locaux ont très vite identifié, sur un terrain de 120 × 120 m, les vestiges d’un site archéologique dénommé Khirbet el-Libneh (« les ruines d’argile ») (fig. 1).

Fig. 1. Localisation du site

Fig. 1. Localisation du site

Carte réalisée par l’auteur à partir d’une image Google maps

  • 3 D’après les informations fournies par les archéologues travaillant sur le site.

2Neuf campagnes de fouilles, menées entre 1998 et 2009 par la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie, département de Tartous, ont permis la découverte d’une grande basilique disposant d’un pavement de mosaïque, d’une citerne, de deux égouts et d’une trentaine de salles de diverses dimensions comprenant des bassins, des éléments de pressoirs et des fours. Les vestiges d’un mur d’une épaisseur de 2,15 mètres, formé d’un double parement rempli de moellons, ont été identifiés à une vingtaine de mètres au sud-est de la basilique. Il s’étend sur une longueur de près de 100 mètres selon un axe nord-sud. En raison des constructions modernes et du réseau viaire qui traversent le site et occupent ses abords immédiats, il est actuellement impossible de préciser si ce mur se prolongeait pour former une enceinte. Ces constructions et le grand mur occupent une superficie d’environ 11 400 m². De manière conventionnelle, en se basant sur la rue qui traverse le site, les archéologues divisent celui-ci en deux parties – est et ouest. Dans ces deux parties, les sols des salles appartiennent aux mêmes horizons stratigraphiques et leur matériel semble contemporain3. Elles constituent donc sans doute un seul et même ensemble (fig. 2).

Fig. 2. Parties principales du site

Fig. 2. Parties principales du site

Carte réalisée par l’auteur à partir d’une image Google maps

3La faible élévation des murs (hauteur maximale de 50 cm) rend cet ensemble peu visible de l’extérieur et le site demeure, aujourd’hui encore, peu connu. Il n’a d’ailleurs pas de nom officiel. On le cite, dans les documents relatifs aux fouilles, comme le site archéologique de « la zone industrielle de Tartous », ou celui de « Khirbet el-Libneh ». Dans le cadre de ma thèse, la documentation disponible repose respectivement sur les rapports de fouilles, les éléments architecturaux conservés sur place, certains objets du musée de Tartous auxquels j’ai pu avoir accès et bien évidemment les publications des autres sites proche-orientaux qui offrent la base nécessaire pour établir une étude comparative. D’après les observations stratigraphiques et l’analyse du matériel réalisées par les archéologues, le site a connu vraisemblablement trois périodes successives d’occupation entre le ive et le début du viie siècle de notre ère. Bien que certains objets mis au jour sur le site semblent remonter à d’autres époques, l’abondance du matériel du ve siècle laisse supposer qu’à cette époque ce complexe a connu une forte occupation.

1- Le contexte historique

  • 4 Ce sont les noms grec et arabe de l’île mais celle-ci est aussi mentionnée sous le nom d’A-ra-wa-ad (...)
  • 5 Pour plus de détails, voir : Rey-Coquais 1970, p. 17-19 ; Bounegru 2000, p. 794-800.
  • 6 Rey-Coquais 1974, p. 6 ; Bounegru 2000, p. 799.
  • 7 Cette île, avec Tyr et Sidon, reste après 64 av. J.-C. parmi les sites qui gardent leur statut d’or (...)
  • 8 On la trouve également sous le nom d’Antartus, Antarsus ou Constantia ; à l’époque médiévale, elle (...)
  • 9 Rey-Coquais 1970, p. 18 ; Id. 1974, p. 119-121.
  • 10 Id. 1970, p. 18, 20, 74-75; Ben Pechat 1986, p. 264.
  • 11 Sur le conflit entre Monophysites et Chalcédoniens, voir : Naaman 1971, p. 12-14, 33-36, 46-48, 72, (...)
  • 12 Rey-Coquais 1970, p. 15-18; Honigmann, Bosworth 1998, p. 333.

4Dans l’Antiquité existait sur l’île d’Arados (l’actuelle Arouad)4, à 2,5 km de la côte syrienne, une fondation sidonienne considérée comme la deuxième ville phénicienne après Tyr. De nombreux textes et monnaies témoignent de sa puissance maritime et commerçante5 et évoquent plusieurs figures aradiennes, célèbres autour du bassin méditerranéen pour leur engagement dans des domaines aussi divers que l’architecture et la mosaïque6. Au sein de l’organisation administrative de l’Empire romain, Arados fait partie de la Phénicie maritime et non de la Syrie7. Pendant la paix romaine, une nouvelle agglomération est fondée en face d’Arados sous le nom d’Antrados8, qui correspond à l’actuelle Tartous. Très vite elle dépasse par son importance l’île elle-même, si bien que cette dernière est dénommée, à partir du ive siècle, « l’île d’Antrados ». Les sources ne mentionnent pas de sièges épiscopaux, dans la ville et sur l’île, antérieurs au ive siècle9. Néanmoins, un évêque de Tyr avait déjà participé à la fin du iie siècle au concile de Césarée. Par ailleurs, une inscription chrétienne remontant au iiie siècle a été découverte dans les montagnes voisines. Cela laisse penser, malgré le manque de sources, que la ville pourrait avoir été christianisée bien avant le ive siècle, comme d’autres villes syriennes10. Par la suite, entre la fin du ve et le début du vie siècle, la Phénicie maritime connaît, comme les autres diocèses d’Orient, les soubresauts des controverses théologiques opposant Monophysites et Chalcédoniens11. Enfin, au début du viie siècle, la ville et son île sont conquises par les Arabes musulmans ; puis, à plusieurs reprises, entre la fin du xe et le début du xiie siècle, elles sont occupées par les Byzantins et les Croisés, avant de tomber finalement entre les mains de Saladin12.

2- Approche archéologique et architecturale du site

  • 13 Le sondage ouvert en 1998, à l’extrémité nord de la rue mesure 10 × 12 m et celui ouvert, en 2001, (...)
  • 14 En 1998, un sondage de 14 × 28 m et six autres supplémentaires ont été ouverts ; en 2001, trois son (...)
  • 15 En 1998, 2001, 2006 et 2007 de tailles différentes.
  • 16 Quatre sondages en 1998, quinze en 1999, deux en 2000, un en 2006, cinq en 2007, sept en 2008 et tr (...)

5L’ensemble des campagnes de fouilles, effectuées sur le site entre 1998 et 2009 a permis de réaliser en plusieurs points du site une cinquantaine de sondages : deux d’entre eux ont été ouverts aux deux extrémités de la rue centrale13, huit dans la partie orientale14, quatre aux abords du mur d’enceinte15 et trente six dans la partie occidentale16, suivant un carroyage orthogonal. Plusieurs sondages complémentaires, de dimensions modestes, sont venus s’ajouter selon la nécessité.

  • 17 Les manuscrits, écrits en arabe local, ainsi que leur traduction en français seront publiés dans la (...)

6Les rapports de fouilles décrivent certains éléments comme ayant un caractère proprement religieux ; on y évoque ainsi la présence d’une église, d’un baptistère, de signes et d’inscriptions chrétiennes17. Au vu de ces indications, de la localisation du complexe à l’extérieur de la ville antique « d’Antrados » et de l’existence d’un éventuel mur d’enceinte, il a semblé intéressant de tenter de définir la fonction religieuse ou non de cet ensemble, au moins pour la partie est. Dans cette perspective, il est nécessaire de reprendre les données archéologiques et architecturales de terrain et de les confronter à la documentation préexistante. Nous nous proposons, dans le cadre de cette contribution, d’en présenter quelques éléments.

La rue au centre du site

  • 18 Par rapport au niveau de la rue.
  • 19 Les fonds ont été trouvés à 30 cm de profondeur par rapport au niveau de la rue. Leurs parois, comp (...)
  • 20 Elle mesure, d’après les rapports de fouilles, 1-1,1 m de diamètre et 0,7-1 m de profondeur ; je n’ (...)

7Le sondage ouvert à l’extrémité nord de la rue centrale a mis au jour une citerne, de 3 m de diamètre sur 3 m de profondeur18, et trois fonds de bassins dont il ne reste aujourd’hui aucun vestige. D’après la description fournie par les rapports de fouilles, ces bassins mesuraient entre 1 et 2,5 m de long. Au fond, une cuvette peu profonde était ménagée19. La cuve de la citerne semble également avoir disposé d’un tel aménagement20.

La partie est du complexe

  • 21 Le dessin a été réalisé sur papier millimétré, chaque millimètre carré étant considéré comme l’équi (...)
  • 22 Cette étude sera l’objet d’une présentation et d’une publication intitulée « Décrire, dater et rest (...)
  • 23 Il s’agit notamment des exemples présentés dans : Levi 1947 ; Chehab 1958 ; Balty, Chehade, Van Ren (...)

8C’est dans ce secteur que le chantier de fouilles a débuté, suite à la découverte, en 1997, des vestiges d’une mosaïque. En 1998, un pavement de mosaïque à décor géométrique recouvrant une superficie de 10 × 24 m a été mis au jour. Celui-ci a été prélevé et déposé dans une salle de réserve du Musée National à Damas. Étant donné sa fragilité et la nécessité d’une restauration, il n’est pas possible, pour l’instant, de l’examiner. Les rapports de fouilles fournissent malheureusement peu d’informations et les photos, prises lors de sa découverte, ne comportent pas d’échelle. Certaines parties sont toutefois mieux documentées que d’autres et il a été possible d’en reconstituer les panneaux21. Cette restitution, préliminaire, devra être complétée par un relevé des éléments architecturaux demeurés sur place, lequel permettra d’avoir une idée plus précise de l’extension du pavement22. Cependant, celle-ci et les croquis fournis par les rapports de fouilles, offrent l’opportunité d’étudier le style de la mosaïque et de comparer sa composition et ses motifs avec d’autres exemples du Proche-Orient23.

9Le pavement se compose de dix panneaux : la disposition des neuf premiers correspond à une division de l’espace de la pièce en trois nefs ; un dixième panneau s’y ajoute dans l’extrémité nord-est (fig. 3). D’après les rapports de fouilles, certains motifs représentent des croix. En réalité, ce sont des nœuds de Salomon inscrits dans des octogones appartenant à une composition orthogonale qui recouvre le panneau n° 6 (dans la nef sud). Ainsi, il s’agit, sur l’ensemble des panneaux, d’une mosaïque à décor géométrique sans aucune insertion de motifs végétaux ou animaux et sans signe religieux. Aucune inscription permettant de dater le pavement n’a été découverte.

Fig. 3. La basilique et les salles dépendantes

Fig. 3. La basilique et les salles dépendantes

Plan et relevés architecturaux réalisés par l’auteur

  • 24 Pour plus de détails, voir les traductions des pages 4 et 7 du (1er chantier de fouilles 1998), de (...)
  • 25 Butler 1919; Id. 1920 ; Id. 1969; Tchalenko 1953 ; Id. 1979; Donceel-VoÛte 1988 ; Id. 1996 ; Sodini (...)

10De la basilique, interprétée comme « une église entourée des salles dépendantes composant peut-être un monastère »24, il ne reste sur place que des traces de mortier et quelques vestiges des murs nord et sud. Le côté ouest a été vraisemblablement détruit par l’aménagement de la rue. Quant au mur oriental, il n’en reste que quelques blocs épars. Le caractère modeste des vestiges ne permet pas de déterminer si la basilique s’achevait à l’est par un sanctuaire composé d’une abside disposée entre deux annexes, comme c’est le cas dans la plupart des églises syriennes25 (fig. 3). De plus, aucune trace relative à l’emplacement d’un autel n’a été identifiée. Il manque alors un élément indispensable pour célébrer la liturgie. Cependant, la localisation de deux bases de piliers et des négatifs de deux autres sur deux lignes droites longitudinales, ainsi que l’organisation des panneaux de la mosaïque sont la preuve que la salle était composée d’une nef centrale et de deux bas-côtés. Par ailleurs, il semble qu’elle a été bâtie en deux parties, « orientale » et « occidentale », et peut-être en deux phases successives, car :

  • l’axe de la partie orientale est légèrement décalé vers le sud par rapport à l’axe de la partie occidentale ;

  • la structure des murs des deux parties est différente : les murs nord et sud sont construits d’une manière plus régulière dans leur partie ouest que dans leur partie est ;

  • de plus, une rupture dans la mosaïque, qui coupe cette dernière en deux, pourrait correspondre à un passage ou à une structure séparant deux salles. En connexion avec cette rupture, une autre surface dépourvue de mosaïque, de forme rectangulaire, suggère un aménagement à cet emplacement. Une série de blocs s’étendant sur le côté oriental de cet espace vient confirmer cette hypothèse. Cela permet de supposer une division de la salle en deux espaces distincts (fig. 3). Il serait intéressant de savoir si un lien existait entre cet espace rectangulaire et le sanctuaire manquant. On pourrait y restituer une plateforme, mais nous ne possédons, à l’heure actuelle, aucune preuve d’un usage religieux.

  • 26 Pour plus de détails, voir les traductions des pages 6 du rapport du 1er chantier de fouilles (1998 (...)
  • 27 Elle mesure 1,7 m sur chaque côté si on prend en compte la bordure de blocs qui l’entoure.

11À l’extrémité est de la basilique, se trouve une installation singulière dénommée « baptismale »26 (fig. 3). Il s’agit d’un bassin ou d’une cuve carrée de cinquante centimètres de profondeur et de quatre vingt centimètres de large27, aménagée sur deux niveaux. Le niveau supérieur est construit en pierres taillées ; le niveau inférieur, d’une largeur de 45 cm, semble avoir été creusé dans la pierre. Le bassin est bordé à l’est, par les vestiges de la fondation d’un mur. On devait sans doute pouvoir entrer dans la salle par une porte aménagée dans ce mur. Derrière le mur, toujours vers l’est, s’étend un dallage qui occupe l’angle sud-est de la salle basilicale.

  • 28 Ben Pechat 1986 ; Id. 1989 ; Dufay 1988.
  • 29 En 1998, six sondages supplémentaires ont été ouverts, un au centre de la basilique et cinq à ses a (...)

12S’il s’agit d’une cuve baptismale antérieure au vie siècle, la profondeur indiquée est un peu modeste28. Plusieurs autres fonctions, religieuses ou-non, ont été attribuées à ce bassin mais aucune n’a encore trouvée de confirmation définitive. Comprendre l’utilisation de cet élément architectural est cependant essentiel pour mieux apprécier la fonction de la salle basilicale, car ses imposantes dimensions (10 × 24 m) et son sol en mosaïque soulignent son importance. En 2001 et 2009, plusieurs salles ont été découvertes autour de la basilique29 et il serait nécessaire de poursuivre les fouilles pour mieux comprendre cet ensemble.

La partie ouest de l’ensemble

13Ce secteur est délimité au nord et au sud par des rues modernes, à l’est par la rue inachevée qui divise le site en deux et à l’ouest par les scieries de la zone industrielle (fig. 2). Les trente six sondages réalisés dans ce secteur ont mis au jour de nombreux espaces délimités par des murs présentant des appareils différents révélant une chronologie différenciée. Les plus anciens sont disposés selon un plan orthogonal. D’autres murs, moins réguliers, tant au niveau de leur appareil que de leur disposition, ont été probablement ajoutés postérieurement. Aux extrémités nord et ouest du site, on observe que de nombreux murs ont été coupés par les structures modernes, révélant la poursuite des salles dans ce secteur (fig. 4). Le côté sud n’est pas encore fouillé : des sondages dans ce secteur seront probablement nécessaires pour obtenir une connaissance générale de l’organisation de ce complexe. Les vestiges de quinze portes ont été identifiés ; celles-ci mesurent généralement entre 1 et 1,2 m de large et possédaient deux battants. Aucun vestige de fenêtre n’a en revanche été identifié. Bien que la plupart des pierres restantes sur place soient de travertin ou de grès, le manque de vestiges des blocs d’élévation permet peut-être d’avoir un lien entre le nom de la zone, évoqué plus haut et l’emploi d’argile dans la construction à Khirbet el-Libneh.

Fig. 4. La partie ouest

Fig. 4. La partie ouest

Plan et relevés architecturaux réalisés par l’auteur.

14Au milieu de ce secteur, certaines surfaces dallées et quelques vestiges de murs antérieurs au dallage déjà cité, ont été découverts à une altitude supérieure au niveau général. À l’extrémité ouest de cet espace, au point le plus élevé, se trouve un sol carré recouvert de mortier. Deux égouts parallèles, partant de ce point, se développent vers l’est, avant d’être coupés par le fossé lié à l’aménagement de la rue qui traverse le site (fig. 4). D’après les rapports de fouilles, quelques vestiges de ces canalisations ont également été retrouvés près de la grande citerne et des trois bassins de décantation. Il semble s’agir d’un système de collecte d’eau, voire d’un autre liquide.

  • 30 Callot 1984 ; Brun 1993; Id. 2004.
  • 31 Limet 2002 ; Mulder-Heymans 2002.

15En 1999 et 2002, deux ensembles de pressoirs à vis ont été mis au jour in situ. Ils se composent tous deux d’un contrepoids de 1,2 m de diamètre et d’une maie mesurant entre 1,1 m et 1,25 m, munie d’un petit canal destiné à l’écoulement du liquide vers un petit bassin annexe (fig. 4). En 1997 et 1998, deux autres maies ont été découvertes déplacées et au moins cinq blocs de calcaire, qui semblent avoir également servi de contrepoids, ont été retrouvés en dehors du site. Plusieurs blocs de basalte, dont trois conservés au musée de Tartous, et un bloc calcaire de deux mètres de diamètre sur 0,75 m de haut ont été découverts en divers points du site. Ils pourraient peut-être servir ensemble de broyeur à meule30. Certaines salles de « la partie ouest » contiennent également des petites installations creusées dans le terrain, mesurant en moyenne 0,6-0,7 m de diamètre. Elles semblent avoir servi de foyers de tannours pour la cuisson du pain31 (fig. 4).

Autres éléments

  • 32 Il s’agit d’un tesson estampé portant une figure de saint orant. L’étude correspondant à cet objet (...)

16Finalement, les « inscriptions chrétiennes » décrites dans la documentation archéologique correspondent à des gravures sans aucune signification religieuse. Seul un objet découvert32, au milieu du contexte agricole du secteur « ouest », pourrait, peut-être, avoir une fonction religieuse, mais les données actuelles ne permettent pas d’en retirer une certitude.

Conclusion

17La totalité des vestiges mis au jour à Khirbet el-Libneh forme ainsi un ensemble appartenant à une communauté non urbaine ayant sans doute connu un usage agricole important à l’époque paléochrétienne. De nombreux éléments décrits, dans les rapports de fouilles, comme étant à caractère religieux ne le sont pas vraiment. Néanmoins, d’autres détails architecturaux laissent supposer une fonction religieuse. Ces deux dernières années, les fouilles n’ont pas pu avoir lieu mais nous espérons que les prochains sondages apporteront de nouvelles données permettant de mieux connaître la fonction de Khirbet el-Libneh. En attendant, la comparaison avec d’autres ensembles agricoles et religieux du Proche-Orient pourra sans nul doute nous offrir de nouvelles pistes de recherches.

Bibliografía

Abréviations

S. B. F.: Studium Biblicum Franciscanum

Albergio (éd.) 1994
G. Alberigo (éd.), Les conciles œcuméniques, 1. L’Histoire, Paris.

Balty 1984
J. Balty, « Les mosaïques de Syrie au ve siècle et leur répertoire », Byzantion, 54, p. 437-468.

Balty 1989
J. Balty, « La mosaïque en Syrie », in J.-M. Dentzer, W. Orthmann (éd.) Archéologie et histoire de la Syrie. II. La Syrie de l’époque achéménide à l’avènement de l’Islam, Saarbrüchen, p. 491-523.

Balty 1999
J. Balty, « Réflexions sur la chronologie : à propos d’un groupe de mosaïques de Syrie du Nord », in M. Ennaïfer et A. Rebourg (éd.), La mosaïque gréco-romaine, Actes du viie colloque international pour l’étude de la mosaïque antique (Tunis, 3-7 octobre 1994), Tunis : Institut national du patrimoine, p. 141-150.

Balty 2008
J. Balty, « La mosaïque », in R. Sabbagh, F. Ayash, J. Balty, F. Briquel Chatonnet et A. Desreumaux (éd.), Le martyrion Saint-Jean dans la moyenne vallée de l’Euphrate : fouilles de la Direction Générale des Antiquités à Nabgha au nord-est de Jarablus, Documents d’archéologie syrienne 13, Damas, p. 11-22.

Balty, Chehade, Van Rengen 1969
J. Balty, K. Chehade, W. Van Rengen, Mosaïques de l’église de Herbet Muqa, Bruxelles.

Bar-Shay 1995
Bar-Shay, « Un livre de modèles dans la mosaïque géométrique », in Fifth international colloquion ancient mosaic, 2°, 5-12 sept, 1987, Journal of roman archaeology supp. 9, p. 113-124.

Beaudry 2004
N. Beaudry, La basilique de Ras el-Bassit : une église paléochrétienne sur la côte de Syrie du Nord, Thèse de Doctorat, Université de Montréal et Université Paris 1.

Beaudry 2005
N. Beaudry, « Formes architecturales et géographie historique : l’église de Bassit et le corpus nord-syrien », in Mélanges Jean-Pierre Sodini, Travaux et mémoire 15, Paris, p. 119-136.

Ben Pechat 1986
M. Ben Pechat, L’architecture baptismale de la terre sainte du iv-vii siècles : étude historique, archéologique et liturgique. Thèse de Doctorat, Université Lille III.

Ben Pechat 1989
M. Ben Pechat, « The paleochristian baptismal fonts in the holy land: formal and functional study », Liber Annuus, 39, p. 165-188.

Bounegru 2000
O. Bounegru, Lexicon of the Greek and Roman cities and place names in antiquity. Ca 1500 B.C.-Ca A.D. 500, Fasc. 5, éd. Mihail Zahariade, col. 794-801, « Arados », Amsterdam.

Brun 1993
J.-P. Brun, « La discrimination entre les installations oléicoles et vinicoles », in M.-Cl. Amouretti et J.-P. Brun (éd.), La production du vin et de l’huile en Méditerranée, Actes du symposium international Aix-en-Provence et Toulon, 20-22 novembre 1991, Paris, p. 511-537.

Brun 2004
J.-P. Brun, Archéologie du vin et de l’huile dans l’Empire romain, Paris : Errance.

Butler 1919
H.C. Butler, Syria, Publications of the Princeton University Archaeological Expeditions to Syria in 1904-5 and 1909, Division II, Architecture, section A, Southern Syria, Leyden.

Butler 1920
H.C. Butler, Syria, Publications of the Princeton University Archaeological Expeditions to Syria in 1904-5 and 1909, Division II, Architecture, section B : Northern Syria, Leyden.

Butler 1969
H.C. Butler, Early churches in Syria, fourth to seventh centuries, Princeton.

Callot 1984
O. Callot, Huileries antiques de Syrie du Nord, Paris.

Chehab 1958
M. Chehab, Mosaïque du Liban : texte et planches, Paris.

Donceel-Voûte 1988
P. Donceel-Voûte, Les pavements des églises byzantines de Syrie et du Liban, Louvain.

Donceel-Voute 1994a
P. Donceel-Voûte, « Le ve siècle dans les mosaïques syriennes », in J.-P. Darmon et A. Rebourg (éd.), La mosaïque gréco-romaine IV, Actes du IVe colloque international pour l’étude de la mosaïque antique (Trèves, 8-14 août 1984), Paris, p. 205-210.

Donceel- Voûte 1994b
P. Donceel-Voûte, « Le viie siècle dans les mosaïques du Proche-Orient », in La mosaïque gréco-romaine VI, Actes du VIe colloque international pour l’étude de la mosaïque antique (Palenia, Mérida, octobre 1990), Palencia, p. 207-220.

Donceel- Voûte 1995
P. Donceel-Voûte, « Syro-Phoenician mosaics of the 6
th century », in Fifth international colloquium on ancient mosaic, 2°, 5-12 septembre, 1987, Journal of roman archaeology supp. 9, p. 88-100.

Donceel- Voûte 1996
P. Donceel-Voûte, « La mise en scène de la liturgie au Proche-Orient ive-ixe siècles : les provinces liturgiques », in The Christian East, its institutions and its thought : a critical reflection : papers of the International Scholary Congress for the 75th Anniversary of the Pontifical Oriental Institute, Rome 30 mai-5 juin 1993, Orientalia Christiana Analecta 251, Rome, p. 313-338.

Dufay 1988
B. Dufaÿ, « Les baptistères paléochrétiens ruraux de Syrie du Nord », in H. Ahreweiler (éd.), Géographie du monde méditerranéen, Serie Byzantina Sorbonensia 7, Paris, p. 67-98.

Honigmann, Bosworth 1998
E. Honigmann et C.E. Bosworth, Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, t. X, livraison 167-168 (Tanzimat-al-Tasa), col. 333-334, « Tartus ».

Levi 1947
D. Levi, Antioch mosaics pavements, vol. 1-2. Princeton.

Limet 2002
H. Limet, « Pains et fours dans le Proche-Orient ancien », in K. Fechner et M. Mesnil (éd.), Pain, fours et foyers des temps passés : Archéologie et traditions boulangères des peuples agriculteurs d’Europe et du Proche-Orient, Civilisations 49, n° 1-2, Bruxelles, p. 37-48.

Mulder-Heymans 2002
N. Mulder-Heymans, « Archaeology, experimetal archaeology and ethnoarchaeology on bread ovens in Syria », in K. Fechner et M. Mesnil (éd.), Pain, fours et foyers des temps passés : Archéologie et traditions boulangères des peuples agriculteurs d’Europe et du Proche-Orient, Civilisations 49, n° 1-2, Bruxelles, p. 197-221.

Naaman 1971
P. Naaman, Théodoret de Cyr et le monastère de saint Maroun : les origines des maronites, essai d’histoire et de géographie, Bibliothèque de l’Université Saint-Esprit 3, Beyrouth.

Pena, Castellana, Fernandez 1975
Pena, P. Castellana et R. Fernandez, Les stylites syriens, S. B. F. 16.

Prudhomme 1975
R. Prudhomme, « Recherche des principes de construction des mosaïques géométriques romaines », in H. Stern et M. Le Clay (éd.), La mosaïque gréco-romaine, Actes du IIe colloque international pour l’étude de la mosaïque antique, Vienne du 30 août au 4 septembre 1971, Paris, p. 339-347.

Rey-Coquais 1970
J.-P. Rey-Coquais, Inscriptions grecques et latines de la Syrie, t. VII : Arados et régions voisines, N 4001-4061, Paris.

Rey-Coquais 1974
J.-P. Rey-Coquais, Arados et sa Pérée : aux époques grecque, romaine et byzantine.

Sodini 1989
J.-P. Sodini, « Les églises de la Syrie du Nord », in J.-M. Dentzer, W. Orthmann (éd.) Archéologie et histoire de la Syrie II, la Syrie de l’époque achéménide à l’avènement de l’Islam, Saarbrüchen, p. 347-372.

Suermann 1998
H. Suermann, « Le monachisme, la politique et les querelles théologiques du cinquième au septième siècle », in Le monachisme syriaque, aux premiers siècles de l’Église iie- viie, Actes du Ve colloque du Patrimoine syriaque, Antélias, p. 259-274.

Tchalenko 1953
G. Tchalenko, Villages antiques de la Syrie du Nord : le massif du Bélus à l’époque romaine, 3 vol, Paris.

Tchalenko 1979
G. Tchalenko, Églises de village de la Syrie du Nord, Paris.

Notas

1  Ce site fait actuellement l’objet de ma recherche doctorale en archéologie au Centre Camille Jullian (Université Aix-Marseille) sous la direction de Marc Griesheimer.

2 Ces distances sont établies à partir de l’image « Google map ». Dans les rapports de fouilles, elles sont indiquées avec les valeurs suivantes : 8-10 km du centre de Tartous et à 200 m de ‘Amrît.

3 D’après les informations fournies par les archéologues travaillant sur le site.

4 Ce sont les noms grec et arabe de l’île mais celle-ci est aussi mentionnée sous le nom d’A-ra-wa-ad, A-ra-wa-da, A-ru-da, A-ru-ad-da, Arvad, Aradus… : Rey-Coquais 1970, p. 15 ; Bounegru 2000, p. 794.

5 Pour plus de détails, voir : Rey-Coquais 1970, p. 17-19 ; Bounegru 2000, p. 794-800.

6 Rey-Coquais 1974, p. 6 ; Bounegru 2000, p. 799.

7 Cette île, avec Tyr et Sidon, reste après 64 av. J.-C. parmi les sites qui gardent leur statut d’origine durant la période romaine : Bounegru 2000, p. 798.

8 On la trouve également sous le nom d’Antartus, Antarsus ou Constantia ; à l’époque médiévale, elle porte le nom de Tortose : Honigmann, Bosworth 1998, p. 333.

9 Rey-Coquais 1970, p. 18 ; Id. 1974, p. 119-121.

10 Id. 1970, p. 18, 20, 74-75; Ben Pechat 1986, p. 264.

11 Sur le conflit entre Monophysites et Chalcédoniens, voir : Naaman 1971, p. 12-14, 33-36, 46-48, 72, 85-125, 139-147 et 150-153 ; Pena, Castellana, Fernandez 1975, p. 65-66, 91-94 ; Albergio (éd.) 1994, p. 71-72, 78-80, 84-96, 100-104. Concernant la Phénicie : Ben Pechat 1986, p. 264 ; Suermann 1998, p. 263.

12 Rey-Coquais 1970, p. 15-18; Honigmann, Bosworth 1998, p. 333.

13 Le sondage ouvert en 1998, à l’extrémité nord de la rue mesure 10 × 12 m et celui ouvert, en 2001, à l’extrémité sud 6 × 4 m.

14 En 1998, un sondage de 14 × 28 m et six autres supplémentaires ont été ouverts ; en 2001, trois sondages de 3 × 13 m, 2 × 2 m et 6,5 × 6 m ont été réalisés et, en 2009, quatre sondages de 4 × 4 m et de ses multiples ont été ouverts.

15 En 1998, 2001, 2006 et 2007 de tailles différentes.

16 Quatre sondages en 1998, quinze en 1999, deux en 2000, un en 2006, cinq en 2007, sept en 2008 et trois derniers en 2009. Ils sont tous basés sur des modules de 4 × 4 m.

17 Les manuscrits, écrits en arabe local, ainsi que leur traduction en français seront publiés dans la première annexe de ma thèse.

18 Par rapport au niveau de la rue.

19 Les fonds ont été trouvés à 30 cm de profondeur par rapport au niveau de la rue. Leurs parois, composées de blocs recouverts d’enduit, ont été endommagées probablement au moment de l’aménagement de cet axe de circulation. Leur taille varie entre 2,1 × 2,1 m, 2,8 × 1,3 m et 1,9 × 0,97 m. Les cuvettes, aménagées au centre du fond des bassins, mesurent entre 0,6 et 0,95 m de diamètre et entre 0,32 et 0,7 m de profondeur.

20 Elle mesure, d’après les rapports de fouilles, 1-1,1 m de diamètre et 0,7-1 m de profondeur ; je n’ai pas eu la possibilité d’y accéder afin de vérifier ces mesures.

21 Le dessin a été réalisé sur papier millimétré, chaque millimètre carré étant considéré comme l’équivalent d’une tesselle.

22 Cette étude sera l’objet d’une présentation et d’une publication intitulée « Décrire, dater et restituer : une mosaïque inédite découverte à Tartous (Syrie) », dans le XIIe colloque d’AIEMA, qui aura lieu à Vénice du 11 au 15 septembre 2012. L’idée de cette nouvelle restitution a été basée sur Prudhomme 1975, p. 339-347 ; Bar-Shay 1995, p. 113-124.

23 Il s’agit notamment des exemples présentés dans : Levi 1947 ; Chehab 1958 ; Balty, Chehade, Van Rengen 1969 ; Balty 1984 ; Id. 1989, p. 491-523 ; Id. 1999 ; Id. 2008 ; Donceel-VoÛte 1994a ; Id. 1994b ; Id. 1995.

24 Pour plus de détails, voir les traductions des pages 4 et 7 du (1er chantier de fouilles 1998), de la page 7 du (2ème chantier de fouilles 1998) et de la 1ère page du « Contexte historique » 1999 : dans l’Annexe 1 : Les rapports de fouilles (de la thèse en préparation), p. 713-714 et 719-721, 734-735 et 773-774.

25 Butler 1919; Id. 1920 ; Id. 1969; Tchalenko 1953 ; Id. 1979; Donceel-VoÛte 1988 ; Id. 1996 ; Sodini 1989; Beaudry 2004 ; Id. 2005.

26 Pour plus de détails, voir les traductions des pages 6 du rapport du 1er chantier de fouilles (1998) et des pages 3 et 6 du rapport du 2d chantier de fouilles (1998) dans l’Annexe 1 : Les rapports de fouilles (de la thèse en préparation), p. 717-718 et 726-727, 732-733 et 773-774.

27 Elle mesure 1,7 m sur chaque côté si on prend en compte la bordure de blocs qui l’entoure.

28 Ben Pechat 1986 ; Id. 1989 ; Dufay 1988.

29 En 1998, six sondages supplémentaires ont été ouverts, un au centre de la basilique et cinq à ses abords. Parmi ces derniers, celui au sud-est a livré un dallage d’une salle. En 2001, un sondage a été réalisé à l’est de la basilique, un autre au centre et un troisième au nord-ouest ; ce dernier a mis au jour une petite salle annexe. Enfin, en 2009, un sondage a été effectué au sud-ouest de la basilique : le dallage découvert a entraîné l’ouverture de quatre autres sondages (deux vers le sud et deux vers l’est). Les cinq sondages ont permis de découvrir une grande salle jouxtant l’alignement du mur sud de la basilique et rejoignant le dallage déjà découvert en 1998 à l’extrémité sud-est.

30 Callot 1984 ; Brun 1993; Id. 2004.

31 Limet 2002 ; Mulder-Heymans 2002.

32 Il s’agit d’un tesson estampé portant une figure de saint orant. L’étude correspondant à cet objet sera développée à l’occasion d’une autre contribution.

Índice de ilustraciones

Título Fig. 1. Localisation du site
Leyenda Carte réalisée par l’auteur à partir d’une image Google maps
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3024/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 96k
Título Fig. 2. Parties principales du site
Créditos Carte réalisée par l’auteur à partir d’une image Google maps
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3024/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 128k
Título Fig. 3. La basilique et les salles dépendantes
Créditos Plan et relevés architecturaux réalisés par l’auteur
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3024/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 256k
Título Fig. 4. La partie ouest
Créditos Plan et relevés architecturaux réalisés par l’auteur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3024/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 185k

Autor

Doctorante Université Aix-Marseille, Centre Camille Jullian

© Presses de l’Ifpo, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar

Volumen papel

Cargando

Unavailable