Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Territoires, architecture et matériel au Levant

Architecture et techniques de constructions

Les fortifications de la ville de Cyrrhus

Étude préliminaire

Shaker Al Shbib

Resumen

La ville de Cyrrhus est protégée par une muraille défensive construite à l’aide de deux types d’appareils en calcaire local, un appareil en polygonal et un en blocs taillés normalisés ; ces deux types de matériaux correspondent à différentes périodes de construction. Cyrrhus a été fondée à la période hellénistique et en partie réutilisée pendant la période romaine. Au cours de cette période, les murailles ont connu l’ouverture des deux portes Ouest et Est, ainsi qu’un nouveau tracé du rempart Sud, permettant le développement de la ville dans sa partie méridionale. Les fortifications ont été reconstruites totalement sous le règne de Justinien. La muraille byzantine est restée en fonction jusqu’au douzième siècle, avec quelques restaurations avant sa destruction à la fin de la ville.

The city of Cyrrhus is protected by a defensive wall built using two types of local limestone, one in polygonal stones and one made of cut blocks; these two types of material were used due to the different construction periods. Cyrrhus was founded in the Hellenistic period and reused in the Roman period. During this time, two doors, west and east, were opened in the circuit wall, and a new line of the south fortifications was built, increasing the city in its south part. The fortifications were completely rebuilt by Justinian. This Byzantine wall remained in use until the twelfth century, with some restorations before its destruction at the end of the city.

يحمي مدينة سيروس سور دفاعي مشيد من الحجرة الكلسي المضلع و الحجر المنحوت، هذا الاختلاف في مواد البناء يعزى إلى اختلاف الفترات الزمنية. يعود تأسيس المدينة إلى الفترة الهيلينستية، قسم منها تم استخدامه في الفترة الرومانية ، خلال هذه الفترة شهدت الأسوار إضافة المدخلين الشرقي والغربي، وكذلك مسار جديد للسور الجنوبي، مساعدا على تطور المدينة نحو هذه الجهة الجنوبية. أعيد تشييد هذا الأسوار وبشكل كامل في فترة حكم الإمبراطور جوستنيان. هذا السور البيزنطي استمر استخدامه حتى القرن الثاني عشر مع تعرضه لبعض أعمال الترميم قبل أن يدمر مع نهاية المدينة.

Entradas de índice

Índice geográfico :

Syrie, Cyrrhus

Texto completo

  • 1 Cyrrhus se située à 70 km au nord-est d’Alep, sur la voie antique qui relie Antioche à Zeugma.

1La ville de Cyrrhus1 est entourée d’un mur défensif qui délimite deux zones principales, la citadelle et la ville, elles-mêmes séparées par une enceinte. Son tracé suit en partie le relief du site, afin d’exploiter la topographie comme une défense naturelle : le système défensif de la ville est majoritairement implanté en rupture de pente (fig. 1). Cette muraille est plus ou moins bien conservée sur l’ensemble de son circuit : les remparts Nord et Ouest de la ville et tous les remparts de la citadelle sont beaucoup mieux conservés que le reste et, notamment, que le rempart Est de la ville, qui est quasiment invisible.

Fig. 1. Plan général du site de Cyrrhus

Fig. 1. Plan général du site de Cyrrhus

Nouveau plan réalisé par la mission syro-libanaise le 06/2012 par Baier et Knechtel

Fig. 2. Image satellitaire de la ville de Cyrrhus

Fig. 2. Image satellitaire de la ville de Cyrrhus

© 2008 Google Earth, Cnes/spot Image

  • 2 Cette recherche sur le système défensif est réalisée dans le cadre de la mission syro-libanaise dir (...)

2Notre recherche, consacrée aux fortifications de Cyrrhus, étudie plus particulièrement le système défensif de la ville, ses modifications et son développement aux différentes périodes, de la fondation à l’abandon de la ville2.

I- Description générale des fortifications

3La muraille en pierre de taille encercle l’ensemble de la ville basse et de la ville haute. À sa base se trouvent quelques assises en appareil polygonal qui apparaissent dans plusieurs secteurs au sud, à l’est et au nord, appartenant au rempart d’origine (fig. 3, A).

  • 3 L’ensemble du programme de recherche sur la citadelle a été confié à Mathilde Gelin (CNRS-IFPO).

4La citadelle3 est installée sur une colline, la Qalaat, et son enceinte est implantée précisément sur la rupture de pente. La citadelle en effet est dotée de ses propres murailles, qui se composent de quatre remparts délimitant une surface rectangulaire de 230 m nord-sud, et 155 m est-ouest. Dans l’angle sud-ouest de la citadelle, on trouve les restes d’un fortin de plan carré.

5La ville basse est englobée par une muraille sur un périmètre de trois kilomètres environ. Le tracé suit le relief naturel du site, traversant les ravins et les pentes, renforçant son rôle défensif.

6L’ensemble des fortifications, quelle que soit leur période de construction, est bâti au moyen de deux parements reliés par un remplissage de blocage. Les parements sont construits avec des blocs de calcaire dur local ou de calcaire marneux tendre, exploités aux alentours du site. Ces blocs sont différents selon la période de la construction. Ainsi, les fortifications les plus anciennes sont construites avec de grands blocs polygonaux de calcaire dur à peine taillés, cependant que les fortifications les plus récentes sont construites à l’aide de blocs taillés de qualités et de dimensions très variées. Cette disparité n’indique pas seulement le remploi de blocs de bâtiments préexistants, mais peut-être aussi différentes phases de la construction (fig. 3, B et C).

Fig. 3A. Techniques et les matériaux de construction

Fig. 3A. Techniques et les matériaux de construction

Mur Sud de la citadelle, socle en appareil polygonal de la période hellénistique et élévation en blocs de taille des périodes postérieures

Fig. 3B. Techniques et les matériaux de construction

Fig. 3B. Techniques et les matériaux de construction

Technique de construction en deux parements et remplissage interne de tout-venant et mortier de chaux

Fig. 3C. Techniques et les matériaux de construction

Fig. 3C. Techniques et les matériaux de construction

7Les fortifications de la citadelle et de la ville sont protégées par des tours saillantes vers l’extérieur. Il y a en tout trente-deux tours, sans compter les tours qui flanquent les portes : vingt-deux tours pour la ville et dix pour la citadelle. De plans carré, rectangulaire, circulaire ou en fer à cheval, ces tours sont distribuées et espacées irrégulièrement sur les remparts.

  • 4 L’ensemble du programme de recherche sur le plan du site et l’urbanisme de la ville, dont l’accès s (...)

8Dans ces fortifications s’ouvrent plusieurs portes et poternes (fig. 4, A, B et C). Pour la ville, on dénombre quatre portes, qui indiquent les axes principaux de circulation, Nord, Sud4, Est et Ouest. Dans la fortification de la ville une poterne a également été percée dans le rempart Ouest, sur la courtine 16-17. Les deux autres portes se trouvent à la citadelle. La porte Nord est une porte monumentale, seule communication entre la citadelle et la ville. Une deuxième porte se trouve dans le rempart Ouest de la citadelle, dans la partie qui s’étend du point de rencontre entre les deux remparts de la citadelle et de la ville, et la tour I ; c’est une poterne qui donne accès à l’extérieur de la citadelle.

Fig. 4A. Porte Ouest

Fig. 4A. Porte Ouest

Fig. 4B. Porte Sud

Fig. 4B. Porte Sud

Fig. 4C. Porte Nord

Fig. 4C. Porte Nord

II- Les fortifications en appareil polygonal

9Nos travaux archéologiques sur les fortifications de Cyrrhus ont montré en de nombreux endroits la présence de fortifications construites en appareil polygonal. Leur tracé est bien identifié, principalement en fondation, sous la majorité des remparts actuellement visibles sur le terrain. En revanche, cet appareil est absent de la partie centrale du rempart méridional.

  • 5 Recherches menées par Sh. Al Shbib ; voir Abdul Massih 2009.

10Outre les segments déjà visibles avant travaux, nos recherches ont permis de découvrir de nouvelles parties des ces fortifications en polygonal, notamment une tour positionnée sous la tour 3 de la citadelle et un nouveau tracé du rempart Sud (rempart Sud 2) situé à l’intérieur de la ville délimitée par l’actuel rempart méridional : une tour rectangulaire, la tour H1 (fig. 5, B), à cheval sur le rempart, a pu être fouillée5.

11D’autres parties ont été trouvées sous le rempart Nord, plus exactement sous la tour 13. Enfin, les fouilles de la porte Ouest ont également confirmé l’existence de ce premier tracé sous le rempart actuel de la ville. C’est ainsi la totalité du plan de la première ville qui a été dévoilé, tandis que celui de la première citadelle reste encore à déterminer.

12Ces résultats sont de première importance, car ils nous permettent de déterminer le plan de la première installation des fortifications de Cyrrhus, et par-là même, de comprendre la nature et les concepts de cette fondation, qui est très vraisemblablement hellénistique. En effet, l’implantation de ces fortifications, leurs techniques de construction et les éléments de défense ont bien été réalisés selon les principes des fortifications hellénistiques.

Étude archéologique et comparative

13En l’absence de matériel directement associé aux premières fortifications en polygonal de la ville de Cyrrhus, nous pouvons nous appuyer sur certains éléments pour étudier cette première phase, notamment l’implantation des fortifications et leurs composantes comme les courtines, les tours et les portes, mais aussi les techniques et les matériaux de construction. Ainsi, des comparaisons peuvent être établies avec d’autres fortifications hellénistiques.

  • 6 Garlan 1974 p. 244- 268 ; Leriche 1988.

14Mais tout d’abord il faut rappeler que Cyrrhus est l’une des cités de l’Orient hellénistique. L’ensemble de ces villes présente des caractères communs qui en font l’exemple le plus caractéristique de l’urbanisme hellénistique d’Orient. Ainsi, elles sont souvent de grandes dimensions, elles possèdent une position topographique remarquable avec des avantages défensifs naturels et une colline dominante sur laquelle on construit une citadelle6. Les fortifications de Cyrrhus répondent à ces critères (fig. 2).

  • 7 Leriche 1993.
  • 8 Clarke et alii 2002 p. vii-23.

15Les différents modèles des tours de Cyrrhus (fig. 5) sont bien identifiés dans d’autres sites fortifiés de la période hellénistique, où l’on constate l’utilisation d’une ou de plusieurs formes dans le même site. De même, l’implantation régulière ou irrégulière des tours, selon le terrain (plat ou accidenté), se répète sur d’autres sites de cette période. Ainsi, on connaît plusieurs types de tours quadrangulaires et carrées, comme à Doura-Europos, où apparaît aussi une tour pentagonale7, à Ibn Hani, où le rempart lagide est renforcé de tours carrées aux angles ou sur sa porte orientale, à Djebel Khaled, où la tour 5 est circulaire et les deux tours de la porte principale sont carrées, à Apamée de l’Euphrate, qui possède également une tour circulaire, et à Djazla, où une tour d’angle carrée a été découverte dans le mur oriental8. À Doura-Europos encore, les tours sont implantées à distance irrégulière lorsqu’elles se trouvent en bord de ravin, mais presque tous les cinquante mètres sur le rempart occidental, qui est fondé sur le plateau. À Cyrrhus, la prospection géophysique montre que dans la ville basse, au relief relativement absent, le prolongement de la fortification d’origine comprend des tours régulièrement espacées.

Fig. 5A. Plan des tours du rempart Sud de la citadelle et d’une partie du rempart Sud de la ville

Fig. 5A. Plan des tours du rempart Sud de la citadelle et d’une partie du rempart Sud de la ville

Fig. 5. B.Tour H en appareil polygonal sur le rempart Sud de la ville, partie Ouest

Fig. 5. B.Tour H en appareil polygonal sur le rempart Sud de la ville, partie Ouest

Fig. 5C. Saillant (Tour 5) sur le rempart Sud de la ville

Fig. 5C. Saillant (Tour 5) sur le rempart Sud de la ville

Fig. 5D. Bastion (tour 8) sur le rempart Sud de la ville

Fig. 5D. Bastion (tour 8) sur le rempart Sud de la ville
  • 9 Adam 1982 p. 46-67.

16Par ailleurs, on trouve deux manières pour implanter les tours, soit contre les murailles comme à Ibn Hani et Djebel Khaled, soit placées à cheval sur le rempart comme à Cyrrhus (fig 5, A) et à Doura-Europos9.

  • 10 Gelin, Leriche, Abdul Massih 1997 p. 21-46.
  • 11 Clarke et alii 2002 p. vii-23

17En ce qui concerne le plan de la première ville de Cyrrhus, si l’on considère que l’actuelle porte Nord a été construite au-dessus de la première porte hellénistique, on peut considérer que son plan est resté le même. On peut ainsi avancer que la porte hellénistique a été érigée selon un plan axial courant à cette époque, c’est-à-dire une entrée flanquée de deux tours limitant une avant-cour. À Doura-Europos la porte principale dans le rempart Ouest est flanquée de tours quadrangulaires10 et à Djebel Khaled la porte Ouest est flanquée de tours carrées11.

  • 12 Leriche 1991 p. 373-382.

18Les élévations des fortifications de Cyrrhus sont dans un appareil rectangulaire pseudo-isodome qui se caractérise par l’emploi de blocs modulaires de pierre tendre, comme à Ibn Hani, Apamée de l’Oronte, Djebel Khaled et Doura-Europos. Cette technique, bien qu’employée ailleurs dans le monde grec et à d’autres périodes, peut constituer, pour le Proche-Orient, un critère d’identification des maçonneries d’époque hellénistique, au moins à partir du milieu du 3e siècle. De manière générale, la muraille est constituée de deux parements enfermant un remplissage de terre et de tout-venant, qui est compartimenté par des alignements de blocs en boutisses, formant une armature à la maçonnerie. Le parement est un appareil à assises de carreaux et boutisses alternés12. À Cyrrhus, l’élévation est faite de blocs modulaires de calcaire tendre qui alternent assises de carreaux et assises de boutisses.

19Ainsi, tant pour les matériaux, l’implantation du rempart, la forme des tours que leur localisation sur la muraille, Cyrrhus appartient bien à la tradition hellénistique des villes fondées par les Macédoniens au Proche-Orient.

III- Les fortifications en appareil quadrangulaire

20Le polygonal mis à part, les autres parties des fortifications sont construites au moyen de blocs taillés, parfois de remploi, utilisant les deux types de dureté présents sur le site. Là aussi, les murs ont un double parement avec un remplissage interne de tout-venant, moellons et petits blocs de remploi, liés au mortier de chaux. Ce remplissage est disposé par « assises », marquées par d’épaisses couches de mortier (fig. 3, B).

21Nos travaux sur les fortifications du site ont montré que l’élévation visible actuellement est datée très probablement de la période byzantine, avec la présence de modifications ou de restaurations tardives. Les sondages qui ont été effectués à la citadelle et sur les remparts Nord et Ouest ont attesté que les élévations actuelles sont construites directement sur les fondations du rempart de la période hellénistique. D’autres résultats ont montré que dans certains secteurs le rempart byzantin ne suit pas le tracé de la fortification hellénistique : tel est le cas pour les remparts Nord et Est de la citadelle et pour une grande partie du rempart Sud de la ville. Ces travaux nous ont aussi fourni des résultats importants pour d’autres détails liés à l’architecture byzantine et aux ajouts et modifications qui ont été effectués sur les remparts. La présence des fortifications limitant la ville hellénistique n’a pas été une contrainte pour la construction des fortifications à l’époque byzantine, car plusieurs modifications ont été apportées pour répondre aux besoins défensifs de cette période.

22À la période byzantine, nous sommes en présence de travaux importants de reconstruction des fortifications de la ville de Cyrrhus. Les traces de ces travaux sont présentes dans tous les secteurs : l’ensemble des remparts de la ville et de la citadelle ont été remontés et reconstruits avec une même technique de construction et sont renforcés par des tours ou des bastions. Le nombre des flanquements est multiple à cette période : sur tous les remparts ont été ajoutées des tours, surtout en des endroits considérés à l’époque précédente comme des secteurs protégés naturellement, comme le rempart Nord.

  • 13 L’étude du matériel céramique a été réalisée par Abdallah Ala El Dine.

23Il est à signaler que l’étude du matériel céramique n’a pas encore pu être achevée, ce qui ne nous permet pas de donner une datation précise de cette deuxième phase de la construction des fortifications de Cyrrhus. Cependant les fouilles de la tour 3 de la citadelle ont bien fourni de la céramique datant de la période byzantine13.

  • 14 Alpi 2011, p. 341-349. Frézouls 1969, p. 27-34 ; Jalabert & Mouterde 1929 n° 145-147 (date : 529-53 (...)
  • 15 Feissel 2001 p. 81- 104.

24D’autres éléments peuvent être utiles pour approcher une datation précise : ce sont les inscriptions et les sources écrites. Sur le site, on a trouvé trois inscriptions qui mentionnent l’empereur Justinien comme constructeur des fortifications de la ville de Cyrrhus14. Parallèlement à ces inscriptions, le texte de Procope15 mentionne également que l’empereur a reconstruit les fortifications de Cyrrhus. Tous ces éléments, la céramique, les sources écrites et les inscriptions, sont des preuves suffisantes pour dater la deuxième phase des fortifications de Cyrrhus de la période byzantine.

Étude archéologique et comparative

25Les comparaisons avec les fortifications et les villes reconstruites et restaurées par Justinien, qui a renforcé les défenses de l’Empire, peuvent apporter des précisions sur la datation des fortifications de Cyrrhus. Ces comparaisons sont effectuées sur les matériaux et les techniques de construction, et sur les éléments de défense, surtout les ouvrages de flanquement.

26En Syrie, mais aussi dans d’autres régions comme l’Afrique du Nord, l’Italie, l’Asie mineure et la Haute Mésopotamie, l’empereur a réalisé des programmes de restauration et de renforcement de villes et de forteresses préexistantes, telles que Halabiya, Resafa, Sourra, Circesium, Dibsi Faraj, Barbalissos, Membidj (en Syrie), Constantinople, Dara, Amida et d’autres sites (en Turquie actuelle), et de nombreux autres en Afrique de Nord.

27Malgré les différences qui se font jour d’un site à l’autre, inhérentes à la nature topographique et à la position géographique des sites, à la nature des travaux effectués, à leur passé (qu’ils comprennent des constructions antérieures ou non), des comparaisons peuvent être réalisées, dans les grandes lignes, entre ces fortifications autant sur les techniques et les matériaux de construction que sur les composantes des fortifications.

28Il est nécessaire au préalable d’expliciter les caractères généraux des fortifications byzantines de Cyrrhus :

  • Le site lui-même occupe une position topographique assez remarquable, qui profite du terrain et de ses défenses naturelles.

  • Lorsqu’elle se trouve sur les fondations d’une fortification antérieure (période hellénistique), l’élévation des murailles a été entièrement rebâtie.

  • La réutilisation des matériaux disponibles sur place pour reconstruire les fortifications est systématique.

  • La technique de construction associe deux parements et un remplissage interne de tout-venant et de mortier de chaux blanc.

  • Les fortifications sont renforcées par une alternance de tours et de bastions.

  • Les tours sont construites selon différents plans.

  • L’utilisation de saillants est généralisée sur cette muraille byzantine (fig. 5, C).

  • 16 Foss, Winfield 1986, pp. 7-35; Diehl 1896, p. 138-145; Giros 1993, p. 30-53.

29La situation topographique des fortifications byzantines est l’un des caractères les plus importants des fortifications de cette période. Il est vrai que certaines implantations, comme Cyrrhus, sont des réoccupations de sites datant de la période hellénistique, mais d’autres fondations propres à la période byzantine donnent une preuve claire de l’attention avec laquelle le site a été choisi pour la nouvelle implantation. C’est le cas de Halabiya, Tell As-Sin, Dara, ou Caricin Grad : ces nouvelles fondations montrent bien que ce caractère est aussi propre à la période byzantine, même s’il s’agit peut-être du signe d’un retour à une tradition de la période hellénistique16.

  • 17 Diehl 1896 p. 155; Duval 1983. pp. 149-185.
  • 18 Gregory 1996 p. 88-166.
  • 19 Bavant 1984 ; Spieser 1988.

30La multiplication des tours et la variété de leurs plans, de leur implantation et de leur rythme sont considérées comme étant également une caractéristique de la période byzantine17. En effet, dans les fortifications byzantines on trouve plusieurs plans, carrés, rectangulaires, circulaires, pentagonaux, polygonaux. À Cyrrhus trois formes sont représentées, carrée, rectangulaire et circulaire ou en fer à cheval (fig. 5, A et fig. 4, A), mais à Resafa trois autres formes ont été utilisées : des tours rondes pour les angles, trois tours en forme de U – deux dans le rempart Sud et une dans le rempart Ouest –, trois tours aussi à plan en pentagone – deux dans le rempart Nord et une dans le rempart Ouest ; les autres tours sont toutes rectangulaires18. À Caricin Grad19, des tours rondes, rectangulaires ou polygonales ont été mises en place sur les trois remparts de l’acropole, la ville haute et la ville basse. Dans d’autres fortifications enfin, on ne trouve qu’une seule forme, rectangulaire, comme à Halabiya, Zalabiya, Tall As Sin. À Dara cependant, la majorité des tours est à plan en fer à cheval.

31En ce qui concerne la distance entre les tours, il n’existe pas de règle : tout dépend de la topographie du site, de la fonction et du rôle des fortifications. Cette distance varie d’un site à l’autre : elle est de 35 m à Halabiya et Tall As-Sin, de 45 m à Caricin Grad (les tours de l’acropole), entre 45 m et 75 m à Resafa, de 50 m à Dara. À Cyrrhus, il y n’a pas de rythme spécifique à l’exception du rempart Sud, où l’on note une régularité, les tours étant espacées de 62 m.

  • 20 Al Shbib 2009.

32Nos recherches, réalisées pour notre thèse, ont pu mettre en évidence une nouvelle technique utilisée pour les ouvrages de flanquement : l’alternance entre les tours et les bastions. Cette technique est bien identifiée à Cyrrhus (fig. 5, D), comme sur d’autres sites, Tall As-Sin20, Dara, Amida.

  • 21 Diehl 1896 pp. 147-151; Pringle 2001 pp. 133-153 ; GREGORY 1996 p. 88-166.
  • 22 Foss, Winfield 1986, p. 7-35

33De la lecture des publications sur les villes de la période byzantine, ou d’une simple visite des villes de cette période, on peut conclure clairement que les pierres sont les matériaux de base dans la construction des fortifications21, comme à Halabiya, Resafa, Sura, Chalcis et de nombreux autres villes22. La même remarque vaut pour le site de Cyrrhus, où, nous l’avons vu plus haut, tous les murs emploient des pierres de taille.

Conclusion

34Pour conclure notre étude de ces fortifications de Cyrrhus, nous pouvons assurer que les fortifications de la ville ont été construites au cours de deux grandes périodes. Une première, qui est très vraisemblablement hellénistique, est marquée par une implantation, des matériaux de construction et des éléments défensifs très caractéristiques. Si le matériel recueilli n’a pas permis de déterminer avec précision la date de cette première période, ce sont la technique et les matériaux de construction, les sources écrites et la comparaison avec d’autres sites hellénistiques en Syrie ou ailleurs dans le monde grec, qui nous apportent la certitude de son appartenance à l’époque hellénistique. La deuxième phase de la construction de ces fortifications remonte à la période byzantine ; là, le matériel céramique, les inscriptions découvertes à la porte de la citadelle et à la porte Sud de la ville, ainsi que les techniques de construction, permettent d’affirmer non seulement le caractère byzantin de cette reconstruction mais aussi très probablement sa réalisation sous Justinien.

35Si la ville, on le sait, a été occupée pendant la période romaine, les fortifications n’ont conservé aucun indice d’une construction ou d’une modification importante datant de cette période, à l’exception d’une petite réoccupation de la tour hellénistique située sous la tour 3 de la citadelle, datée du 1er siècle av. J.-C. En revanche, dans la partie sud de la ville, l’extension à l’extérieur du rempart Sud a obligé les Romains à construire un rempart pour protéger ce nouvel espace. De ce rempart, nous n’avons retrouvé que la fondation. La fouille de la tour 5, qui est tardive, n’a révélé aucun vestige de tour antérieure qui remonterait à l’époque romaine.

36Enfin, les travaux archéologiques ont confirmé l’existence d’une quatrième phase de construction des fortifications de la ville : il s’agit de la période islamique, pendant laquelle quelques restaurations ont été réalisées sur l’ensemble des remparts de la ville.

Bibliografía

Abdul Massih 2009
J. Abdul Massih ; « La fortification polygonale et les mosaïques d’une maison romaine à Cyrrhus (Nebi Houri). Notes Préliminaires », Syria, 86, p. 289-306.

Adam 1982
J.-P. Adam, L’architecture militaire grecque, Paris : Picard.

Alpi 2011
F. Alpi, « Base de statue de Justinien ornée d’une inscription métrique (Cyrrhus, Euphratésie) », Syria, 88, p. 341 – 349.

Al Shbib 2009
Sh. Al Shbib, « Tall as-Sin, les résultats de la mission syro-espagnole 2005-2007 », Estudios Orientais, 10, p. 169-186.

Bavant 1984
B. Bavant, « La ville dans le nord de l’Illyricum (Pannonie, MésieI, Dacie et Dardanie) », in Ville et peuplement dans l’Illyricum Protobyzantin, Rome : École française de Rome, p. 245-288.

Clarke 1994
G.W. Clarke, « Jebel Khaled : the Acropolis Building », MEDITARCH, 7, p. 69-75.

Clarke 1995
G.W. Clarke, « Jebel Khaled on the Euphrates : 1993 season », MEDITARCH, 8, p. 119-127.

Clarke et alii 2002
G.W. Clarke, P. J. Connor, L. Crewe, B. Frohlich, H. Jackson, J. Littleton, C.E.V. Nixon, M. O’hea et D. Steele, Jebel Khalid on the Euphrates. Report on excavation 1986-1996, vol. 1, Sydney, Meditarch.

Diehl 1896
C. Diehl, L’Afrique byzantine, histoire de la domination byzantine en Afrique (533-706), Volume I, Paris : E. Leroux.

Duval 1983
N. Duval, « L’état actuel des recherches sur les fortifications de Justinien en Afrique », in XXXo Corso di Cultura sull’Arte Ravennate e Bizantina, Seminario Ciustinianeo, Ravenna : Ed. Girasole.

Feissel 2001
D. Feissel : « Les édifices de Justinien au témoignage de Procope et de l’épigraphie », Antiquité Tardive, Revue internationale d’histoire et d’archéologie (ive-viiie s.) Tome 8.

Foss & Winfield 1986
C. Foss, D. Winfield, Byzantine fortifications, an introduction, Pretoria : University of South Africa.

Frezouls 1969
E. Frezouls, « L’exploration archéologique de Cyrrhus », in J. Balty (éd.), Colloque Apamée de Syrie (Bruxelles 1969), Bruxelles : Centre belge de recherches archéologiques à Apamée de Syrie, p. 81-93.

Frezouls 1969b
E. Frezouls, « Épigramme grecque inédite en l’honneur de Justinien », in J. Balty (éd.), Actes du colloque Apamée de Syrie, Bruxelles : Centre belge de recherches archéologiques à Apamée de Syrie, p. 27-34.

Frezouls 1978
E. Frezouls , « Cyrrhus et la Cyrrhestique jusqu’à la fin du Haut-Empire », in H. Temporini & W. Haase, Aufstieg une Niedergang der römischen Welt, II, 8, Berlin-New York, p. 164-197.

Garlan 1974
Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, Athènes : École française d’Athènes, Paris.

Gélin, Leriche & Abdul Massih 1997
M. Gelin, P. Leriche & J. Abdul Massih, « La porte de Palmyre à Doura-Europos », in M. Gelin & P. Leriche (éds.), Doura-Europos Études IV, Beyrouth : IFPO, p. 21-46.

Giros 1993
C. Giros, Recherche sur la poliorcétique byzantine : le discours de la guerre et les pratiques militaires dans le nord de l’Égée (ixe-xive siècles), thèse de Doctorat, École Pratique des Hautes Études, Paris.

Gregory 1996
S. Gregory, Roman military architecture on the eastern frontier, Amsterdam : Adolf M. Hakkert, 1996.

Jalabert & Mouterde 1929
L. Jalabert & R. Mouterde, Inscriptions grecques et latines de la Syrie, I, Paris : Geuthner.

Leriche 1988
P. Leriche, « Remarques sur l’urbanisation de l’Orient à l’époque hellénistique (de la Méditerranée à l’Inde) », in J.-L. Huot, éd., La ville neuve. Une idée de l’Antiquité ? Paris : Errance, p. 109-125.

Leriche 1991
P. Leriche, « Villes fortifiées de Syrie hellénistique », in O Ellénismos stèn Anatolè. Athènes, 1991, p. 373-382.

Leriche 1993
P. Leriche, « Les ouvrages fortifiés grecs au Proche-Orient », Les dossiers d’archéologie, 179.

Morrison 2004
C. Morrison, Le monde byzantin. I, L’empire romain d’Orient (330-641), Paris : Presses Universitaire de France.

Pringle 2001
D. Pringle, The defence of byzantine Africa from Justinian to the Arab conquest, an account of the military history and archaeology of the African provinces in the sixth and seventh centuries, Oxford : BAR International Series 99.

Spieser 1988
J.-M. Spieser, « Caricin Grad, Ville Nouvelle », in J.-L. Huot, éd., La ville neuve, une idée de l’Antiquité, Paris : Errance, p. 221-231.

Notas

1 Cyrrhus se située à 70 km au nord-est d’Alep, sur la voie antique qui relie Antioche à Zeugma.

2 Cette recherche sur le système défensif est réalisée dans le cadre de la mission syro-libanaise dirigée par Jeanine Abdul Massih, de l’Université libanaise (UL) et moi-même, de la DGAMS (Idlib). Cette mission travaille sur le site depuis 2006.

3 L’ensemble du programme de recherche sur la citadelle a été confié à Mathilde Gelin (CNRS-IFPO).

4 L’ensemble du programme de recherche sur le plan du site et l’urbanisme de la ville, dont l’accès sud de la ville, est mené par J. Abdul Massih (UL, Beyrouth).

5 Recherches menées par Sh. Al Shbib ; voir Abdul Massih 2009.

6 Garlan 1974 p. 244- 268 ; Leriche 1988.

7 Leriche 1993.

8 Clarke et alii 2002 p. vii-23.

9 Adam 1982 p. 46-67.

10 Gelin, Leriche, Abdul Massih 1997 p. 21-46.

11 Clarke et alii 2002 p. vii-23

12 Leriche 1991 p. 373-382.

13 L’étude du matériel céramique a été réalisée par Abdallah Ala El Dine.

14 Alpi 2011, p. 341-349. Frézouls 1969, p. 27-34 ; Jalabert & Mouterde 1929 n° 145-147 (date : 529-532 ou 542) « De Bélisaire le stratèlate, que la victoire aille croissant à l’empereur Justinien, longues années, et à l’Augusta Théodora, longues années ! Au domesticus Eustathios, longues années ! (à la) grâce de Dieu ! ».

15 Feissel 2001 p. 81- 104.

16 Foss, Winfield 1986, pp. 7-35; Diehl 1896, p. 138-145; Giros 1993, p. 30-53.

17 Diehl 1896 p. 155; Duval 1983. pp. 149-185.

18 Gregory 1996 p. 88-166.

19 Bavant 1984 ; Spieser 1988.

20 Al Shbib 2009.

21 Diehl 1896 pp. 147-151; Pringle 2001 pp. 133-153 ; GREGORY 1996 p. 88-166.

22 Foss, Winfield 1986, p. 7-35

Índice de ilustraciones

Título Fig. 1. Plan général du site de Cyrrhus
Créditos Nouveau plan réalisé par la mission syro-libanaise le 06/2012 par Baier et Knechtel
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3012/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 56k
Título Fig. 2. Image satellitaire de la ville de Cyrrhus
Créditos © 2008 Google Earth, Cnes/spot Image
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3012/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 116k
Título Fig. 3A. Techniques et les matériaux de construction
Leyenda Mur Sud de la citadelle, socle en appareil polygonal de la période hellénistique et élévation en blocs de taille des périodes postérieures
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3012/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 56k
Título Fig. 3B. Techniques et les matériaux de construction
Leyenda Technique de construction en deux parements et remplissage interne de tout-venant et mortier de chaux
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3012/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 96k
Título Fig. 3C. Techniques et les matériaux de construction
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3012/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 100k
Título Fig. 4A. Porte Ouest
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3012/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 124k
Título Fig. 4B. Porte Sud
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3012/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 48k
Título Fig. 4C. Porte Nord
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3012/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 44k
Título Fig. 5A. Plan des tours du rempart Sud de la citadelle et d’une partie du rempart Sud de la ville
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3012/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 52k
Título Fig. 5. B.Tour H en appareil polygonal sur le rempart Sud de la ville, partie Ouest
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3012/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 76k
Título Fig. 5C. Saillant (Tour 5) sur le rempart Sud de la ville
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3012/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 100k
Título Fig. 5D. Bastion (tour 8) sur le rempart Sud de la ville
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3012/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 89k

Autor

Doctorant Université Paris 1

© Presses de l’Ifpo, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar

Volumen papel

Cargando

Unavailable