Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Territoires, architecture et matériel au Levant

Rites et sanctuaires

Dimension sociologique et restitution architecturale : l’exemple du temple nabatéo-romain de Dharih (Jordanie centrale)

Delphine Seigneuret

Abstract

À 80 km au nord de Pétra, les vestiges du bourg nabatéen de Khirbet edh-Dharih s’étendent sur une terrasse naturelle qui domine le wadi Laaban. Le temple, élément majeur du site, a été bâti, d’après les études stratigraphiques, au début du IIe siècle de notre ère, soit au moment de l’annexion romaine. Conservé sur une hauteur de huit à neuf assises, l’ensemble est globalement traité de façon symétrique. Les techniques de construction nous sont donc renseignées par les murs encore en place et par l’analyse typologique en cours des huit-cent blocs qu’il faut tenter de replacer. Au-delà de l’étude proprement archéologique, la composante sociologique prend alors toute son importance dans la restitution de cet édifice. Même si les parallèles avec les temples pétréens sont manifestes, la technologie de construction semble être plus difficile à comprendre ici, d’où certaines problématiques architectoniques concernant notamment l’usage du bois, l’hypothétique système de couverture ou encore la conception des parois. Cet article a donc pour propos de s’interroger sur quelques exemples précis de la restitution en cours, éclairés par une prise en compte du contexte social, géographique, cultuel et du savoir-faire technique, permettant ainsi de mieux appréhender artisans, architectes et commanditaires de ce lieu de culte.

At 80 kilometers North from Petra, the remains of the Nabataean small town of Khirbet edh-Dharih stretch out on a natural terrace dominating the wadi Laaban. The temple, the site's main element, was built, according to the stratigraphical studies, at the beginning of the second century, more precisely at the time of the Roman annexation. Preserved on a height of eight to nine basis, the whole group is globally treated in a symetrical manner. We are therefore informed of the building techniques by the remaining walls and by the ongoing typological analysis of the eight hundred blocks that are still to be placed. Beyond the strict archaeological study, the sociological component then takes all of its importance in the restitution of this edifice. Even if the parallels with the Petreans temples are obvious, the building technology seems more difficult to understand here, hence several architectonic problematics as to the way the wood was used, the hypothetical roof covering system or the conception of the walls. The goal of this article is therefore to question the reader on a few precise examples of the ongoing restitution, enlightened by a consideration of the social, geographical, cultual and the technical know-how, allowing us to have a better understanding of the craftsmen, architects and the people who ordered the making of this place of worship.

Testo integrale

Introduction

1À 80 km au nord de Pétra, les vestiges de Dharih s’étendent à 700 m d’altitude sur une terrasse naturelle qui, d’une part, domine d’une cinquantaine de mètres la rive droite du Wadi La‘ban, affluent de la rive gauche du Wadi al-Hasa et, d’autre part, fait face, à l’est, au Gebel Usba (fig. 1).

  • 1 Professeur à l’Université de Paris 1.

2Le site a été découvert en 1818 puis exploré à plusieurs reprises au xxe siècle. Les fouilles archéologiques, précédées d’une campagne de prospection préliminaire, ont débuté en 1984 sous la direction de F. Villeneuve1 et se sont achevées en 2007. En 1991, s’est jointe au projet une équipe jordanienne de la Faculté d’archéologie et d’anthropologie de l’Université du Yarmouk (Irbid) dirigée par Z. al-Muheisen, avec le partenariat du département des Antiquités de Jordanie. Ces travaux, répartis sur une vingtaine d’années, ont permis de retracer la chronologie du lieu grâce à la reconnaissance des différentes phases d’occupations, d’abandons et de réoccupations successifs jusqu’à l’époque moderne.

Fig. 1. Photographie aérienne du site de Khirbet edh-Dharih, du Wadi La‘ban et du Wadi Shareh, vue vers le sud-ouest

Fig. 1. Photographie aérienne du site de Khirbet edh-Dharih, du Wadi La‘ban et du Wadi Shareh, vue vers le sud-ouest

Photographie mission Khirbet edh-Dharih, 2002

Fig. 2. Plan général du site

Fig. 2. Plan général du site

Dessin J. Humbert, 2004

3La surface du site permet d’avoir la vision générale d’un établissement nabatéen en milieu rural avec toutes ses composantes : un sanctuaire, des habitations, des nécropoles, un caravansérail ainsi que des bâtiments agricoles (fig. 2).

4Si l’on met de côté les premières occupations du site au Néolithique, à l’âge du Bronze Ancien et à l’époque édomite, l’histoire de Dharih a débuté vers le tournant de l’ère chrétienne avec un premier établissement cultuel.

  • 2 La conception du temple du Ier siècle rappelle, par ses dimensions modestes et son plan quasi-carré (...)

5Le sanctuaire du ier siècle2 ap. J.-C. était composé d’une seule cour de temenos au nord de laquelle se situait un petit temple dont le dallage est encore visible aujourd’hui grâce à un sondage effectué sous le sol de la cella du temple du iie siècle (fig. 3). Durant la première moitié du iie siècle, l’ensemble a été remanié : deux grandes cours permettaient désormais d’accéder au nouveau temple, construit sensiblement à l’aplomb du temple du Ier siècle mais fortement agrandi, et les travaux d’aménagement du sanctuaire se sont poursuivis jusqu’au iiie siècle. L’organisation structurelle de ces deux parvis se présente comme suit. L’accès à la première cour s’effectue par une porte monumentale flanquée de pilastres. Avant même cette entrée, à l’angle sud-ouest, se trouvent trois salles contiguës, qui furent un temps aménagées comme triclinia. Dans le coin sud-ouest de la première cour ont été construits au minimum deux triclinia, certainement pour des banquets rituels. La seconde cour, également accessible par une porte centrale, comprend des éléments liés au culte : un triclinium ainsi que des gradins sur les côtés ouest, sud et est (fig. 4). Le temple du début du iie siècle, dont les vestiges sont encore visibles, est situé dans la partie nord de ce second parvis (fig. 5). Il est accessible par une porte centrale ménagée dans la façade, qui mène à un vestibule de plan barlong, suivi d’une cella au nord de laquelle a été érigé un podium cultuel. Ce podium, ou môtab, est flanqué de chaque côté de deux pièces. Celle du coin nord-est est pourvue d’une cage d’escalier.

Fig. 3. Plan du sanctuaire du ier siècle ap. J.-C.

Fig. 3. Plan du sanctuaire du ier siècle ap. J.-C.

Dessin J. Humbert, 2000

Fig. 4. Plan du sanctuaire du iie et iiie siècles ap. J.-C.

Fig. 4. Plan du sanctuaire du iie et iiie siècles ap. J.-C.

Dessin J. Humbert, 2000

Fig. 5. Plan du temple, pierre à pierre

Fig. 5. Plan du temple, pierre à pierre

Dessin mission Khirbet edh-Dharih, 2007

6Comment ce bâtiment a-t-il été pensé et conçu ? Quel est le rôle de ce lieu de culte dans la sphère nabatéenne ?

7Nous proposons ici de donner quelques pistes de réflexions afin d’aborder ces différentes questions tout en rendant compte de l’analyse des vestiges, en présentant l’état de la recherche concernant les restitutions et en nous interrogeant sur la gestion de l’espace dans ce lieu de culte ainsi que sur sa place à l’échelle du site.

Le “dit des pierres” ou les gestes des concepteurs

8Édifice d’environ 17 m de large sur 23 m de long, le temple a été construit en calcaire provenant certainement de carrières situées à proximité, à une centaine de mètres au sud-est du site (fig. 6). L’analyse en cours des vestiges, du processus architectural et des traces d’outils sur les blocs architecturaux nous fournissent des éléments majeurs sur le savoir-faire de l’époque et sur les bâtisseurs du lieu de culte. Nous présentons, dans cette contribution, l’état de la recherche concernant ces différents points.

Fig. 6. Photographie aérienne du temple, vue vers le nord-ouest

Fig. 6. Photographie aérienne du temple, vue vers le nord-ouest

Photographie F. Villeneuve, 2007

La façade

9L’organisation décorative de la façade est constituée – de façon symétrique – d’un ordre appliqué comportant deux demi-colonnes de part et d’autre de la porte monumentale centrale et deux quarts de colonnes (l. 0,51 m) accolés aux pilastres angulaires (l. 1,14 m). Cette composition a certainement eu pour fonction d’associer pilastres d’angle et ordre appliqué et de rythmer l’ordonnancement en délimitant des entrecolonnements, mais a également eu pour but de renforcer le mur de façade, trop mince, en divisant les charges (fig. 7). Ce mur de façade, épais de 1,10 m, est composé d’un double cours, comme c’est le cas d’ailleurs pour chacune des parois de l’édifice. Les blocs architecturaux, en grande majorité placés en carreaux, sont d’un module assez homogène (hauteur d’environ 36 cm pour les assises inférieures) et sont liés entre eux par du mortier à joints gras épais de 1 cm pour les liaisons verticales et à joints plus fins pour les liaisons horizontales, d’environ 3 mm. Cet usage systématique devait permettre d’assurer la solidité du monument tout en créant une excellente répartition des pressions entre chaque assise.

Fig. 7. Façade du temple, vue vers le nord

Fig. 7. Façade du temple, vue vers le nord

Photographie D. Seigneuret, 2008

Fig. 8. Contrefort côté est, accolé à la façade

Fig. 8. Contrefort côté est, accolé à la façade

Photographie D. Seigneuret, 2008

10Le parement intérieur (nord) de la façade reste difficilement descriptible en raison de l’étable de la réoccupation omeyade accolée devant, au nord. Cependant, d’après ce qui peut en être observé sur le terrain, les assises en sont plutôt irrégulières et les blocs ne sont pas équarris. Pour remédier à cela, les artisans ont posé de l’enduit sur la paroi. De plus, deux piliers à base moulurée ont été construits à l’arrière de la façade, derrière les piédroits de la porte monumentale. Utilisés comme contreforts, ils semblent avoir été installés avec précipitation, dans l’Antiquité, certainement en raison d’un affaissement de la façade, qui s’élevait à plus de 15 m de haut (fig. 8).

Les murs ouest, est et nord

  • 3 Zayadine, Larché, Dentzer-Feydy 2003, p. 36.
  • 4 Rababeh 2005, p. 116.

11Les parements externes des murs latéraux et du mur arrière du temple étaient sans décor. Les murs ouest et est, les plus longs, sont rythmés par deux pilastres angulaires et trois pilastres intermédiaires. Le mur arrière (nord) est, quant à lui, scandé par deux pilastres d’angle et deux pilastres intermédiaires (fig. 9). Les pilastres sont larges d’environ 86 cm, en ressaut de 5 cm sur le nu des murs et espacés de 4,54 m. Ils sont constitués d’une alternance, en hauteur, de blocs mesurant plus de 1 m de long et de blocs moins longs, créant ainsi des décrochements qui assurent une meilleure solidité du pilastre. Les blocs (hauteur moyenne : 45 cm) de ces trois murs sont plutôt bien équarris et la plupart du temps placés en carreaux. Les parois étaient constituées de deux cours, l’intervalle entre les deux étant rempli par de la pierraille et du mortier, comme c’est le cas dans beaucoup de monuments cultuels nabatéens. F. Larché rapporte ainsi qu’au Qasr al-Bint de Pétra les murs, d’épaisseur moyenne, sont construits en carreaux et en parpaings ; lorsque les parements internes des carreaux ne sont pas jointifs, l’espace qui les sépare est rempli d’un mélange de petites pierres coulées dans du mortier3. Lors de la construction des édifices, les architectes nabatéens devaient prendre en compte plusieurs critères et notamment celui de l’importante amplitude thermique entre les températures diurnes et nocturnes4. Les deux cours reliés par du mortier et de la pierraille était donc essentiels pour prévenir l’humidité et l’érosion et limiter ainsi les risques de détérioration dus aux intempéries.

Fig.9. Mur nord du temple

Fig.9. Mur nord du temple

Photographie D. Seigneuret, 2007

Fig. 10. Mur est du temple avec porte latérale bouchée

Fig. 10. Mur est du temple avec porte latérale bouchée

Photographie D. Seigneuret, 2007

12Un élément appréciable pour la compréhension du culte et de ses modifications est à prendre en compte. En effet, dans un premier état du temple du iie siècle, un accès au vestibule était possible par une porte aménagée dans le mur est, à environ 2 m de l’angle sud-est, porte dont la baie était large d’environ 1,45 m. Les vestiges nous permettent encore de voir le bouchage de cette porte grâce à des petits blocs de module inférieur (hauteur : de 35 à 45 cm) à ceux ayant servi à la construction des parois extérieures de l’édifice (fig. 10).

Le vestibule

  • 5 Chambon 1991, p. 9.

13La porte monumentale centrée dans la façade – outre cette porte latérale utilisée dans un premier état – mène à un espace de plan barlong (17 m × 8 m) : le vestibule. L’appareil des parois internes de cette pièce n’est pas isodome et la hauteur moyenne des moellons est de 30 cm. Pour pallier ce manque d’homogénéité, les murs du vestibule étaient, nous l’avons vu, recouverts d’un enduit. Des traces de ce revêtement sont encore visibles dans le coin nord-est (entre 4 et 5 cm) et dans le coin sud-ouest (9 cm) (fig. 11). L’usage des revêtements est très fréquent dans les temples nabatéens, ainsi au Qasr al-Bint, au temple aux Lions ailés ou encore au temple d’Allat au Wadi Ramm. Ce revêtement avait pour but d’embellir la paroi, de camoufler les imperfections du mur et de produire un effet décoratif illusionniste moins coûteux que si ce décor eût été sculpté. Dans ce vestibule, trois couches d’enduit sont encore visibles. Si l’on observe minutieusement les blocs constituant les parois internes du vestibule, il est possible de distinguer les traces obliques de gradine inclinée à 45° indispensables pour une meilleure adhésion des revêtements. En examinant avec attention les vestiges, les fouilleurs ont pu analyser la mise en place des panneaux muraux5 :

  • une première couche uniforme d’environ 12 mm d’épaisseur a été appliquée sur le nu du mur (brique pilée, cendre grise, mortier concassé). Sur cette surface rugueuse a été étendue une couche de plâtre fin de même épaisseur, sur laquelle l’artisan a gravé des panneaux rectangulaires ;

  • celui-ci a ensuite appliqué une deuxième épaisseur de plâtre de 10 mm permettant un bossage légèrement biseauté sur les bords des panneaux ;

  • les motifs étaient obtenus par l’application d’une troisième couche de même épaisseur.

14Un mur de 0,95 m d’épaisseur marque la limite entre le vestibule et la partie sud de la cella (fig. 12). Une porte centrée permet de passer d’une pièce à l’autre : les vestiges de ses piédroits moulurés sont encore visibles. La partie est de ce mur était pourvue d’une niche semi-circulaire, dont les claveaux tombés ont été mis au jour dans ce secteur. Par symétrie, niche identique est restituée sur le côté ouest.

Fig. 11. Traces de placage dans l’angle sud-ouest du vestibule

Fig. 11. Traces de placage dans l’angle sud-ouest du vestibule

Photographie D. Seigneuret, 2007

Fig. 12. Partie orientale du mur nord du vestibule, avec porte aux piédroits moulurés et niche

Fig. 12. Partie orientale du mur nord du vestibule, avec porte aux piédroits moulurés et niche

Photographie D. Seigneuret, 2012

La cella

La partie sud et le môtab

  • 6 Chambon et alii 2002, p. 34.
  • 7 Larché, de La Noue 1991.
  • 8 al-Muheisen, Villeneuve 1994, p. 744.

15Les vestiges de l’abside d’une église byzantine6 sont encore apparents dans la partie est de la salle. Comme dans le vestibule, les assises des cours intérieurs des murs ouest et est sont irrégulières. Afin d’obvier à cet inconvénient, les maçons ont comblé les irrégularités par du remplissage de cailloutis. Cette partie du temple était ornementée d’un décor rapporté, car des traces d’enduit et des mortaises circulaires de fixation sont visibles à 2,30 m au-dessus du dallage. Au nord de la cella, les deux entrées d’un couloir qui entoure le môtab sont marquées, à l’ouest et à l’est, par deux pilastres d’angle, chacun constitué d’une base posée sur un piédestal de 63 cm de haut. L’élévation de ces pilastres est ornée de cadres superposés décorés de motifs floraux, surmontés d’un rinceau prenant naissance dans trois feuilles d’acanthe et grimpant jusqu’au chapiteau7. Le décor de ces frises florales verticales se poursuivait sur plusieurs blocs. Les joints étaient comblés par une fine couche de plâtre qui épousait les reliefs. L’élévation inférieure du môtab – élément cultuel essentiel du temple – est d’abord constituée d’une mouluration de base de 38 cm de haut, puis d’une rangée d’orthostates de 72 cm et d’une mouluration de couronnement de 30 cm (fig. 13). Ce socle est surmonté d’un stylobate composé d’une assise de gros blocs rectangulaires, haute de 64 cm, sur laquelle ont été insérés des madriers de bois, puis d’un couronnement mouluré de 27 cm de haut. Sur ce stylobate, large de 91 cm, reposaient les colonnes d’un baldaquin. Dans un premier temps, le môtab (7 m de côté) était accessible par deux escaliers étroits situés aux deux extrémités de sa façade. Dans un second temps, ceux-ci ont été bouchés et un escalier amovible en matériaux légers a été apposé contre le môtab8. De cet état, nous remarquons sur le dallage du podium deux mortaises pour la fixation des bétyles – communs dans les rituels sémitiques – disposées au coin nord-est et au centre, et une troisième de fonction indéterminée, au coin sud-ouest.

Fig. 13. Partie nord de la cella avec môtab, vue vers le nord-ouest

Fig. 13. Partie nord de la cella avec môtab, vue vers le nord-ouest

Photographie D. Seigneuret, 2012

  • 9 Information transmise par F. Villeneuve.
  • 10 Larché, de La Noue 1991.
  • 11 Rababeh 2005, p. 143 et discussions avec F. Larché et R. de la Noue.

16L’assise faite de poutres de bois assemblées par un système de tenons et de mortaises et insérée dans la construction du podium du môtab mesurait 10 cm de haut. Des morceaux de bois calcinés ainsi que les empreintes des poutres dans le plâtre ont été trouvés in situ9. L’insertion des assises de bois dans la maçonnerie est très répandue dans l’architecture nabatéenne : procédé déjà courant durant le 2e millénaire avant notre ère, où le bois était utilisé pour renforcer les parties supérieures des parois en briques crues. Quelle était la fonction de ces madriers de bois dans le môtab de Dharih ? Cela reste difficile à interpréter car, d’une part, le chaînage est partiel : il n’y a donc pas volonté de ceinturer l’édicule. D’autre part, il constitue une véritable assise qui occupe toute l’épaisseur du stylobate, à l’inverse de ce que l’on rencontre habituellement, au temple d’Allat au wadi Ramm, à Mampsis ou encore au Qasr al-Bint de Pétra, où le bois occupe une petite partie de l’épaisseur du mur qu’il ceinture, de manière à combiner l’élasticité et la résistance de la paroi10. Cette particularité architectonique devait probablement permettre de renforcer le muret concerné11.

17Les côtés nord, ouest et est du môtab comportent chacun deux colonnes cylindriques placées entre deux piliers d’angle à section cordiforme à deux demi-colonnes appliquées. Les assises des piliers sud, visibles dès que l’on pénètre dans la cella, sont sculptés d’un décor végétal couvrant sous forme de panneaux rectangulaires.

  • 12 Chambon 1991, p. 4.
  • 13 Ibidem, p. 4.

18Cette plate-forme est entourée d’un déambulatoire étroit de 95 cm à 1,05 m de large entre les murs, mais de 70 cm au niveau des moulures. Le sol de ce couloir est constitué de grandes dalles de calcaire qui font pour la plupart la même largeur que le couloir mais sont de longueur variable. Ces dalles sont scellées au plâtre sur un radier de cailloux12. De nombreux fragments de stucs et des traces de plâtre indiquent que les murs ouest, est et nord entourant le môtab étaient ornementés d’un revêtement stuqué imitant des assises de pierres à bossage, encadré ou surmonté de pilastres soutenant des corniches denticulées13.

Les chambres annexes

19De ces quatre pièces d’angle, deux sont accessibles depuis la partie sud de la cella et deux autres par les parties est et ouest du déambulatoire entourant le môtab (fig. 5). La chambre de l’angle nord-ouest – dans laquelle on pénètre par un petit seuil large de 1 m, constitué d’une marche de 9 cm de haut – est de plan presque carré, mesurant environ 2,20 m de côté. La présence d’un gond nous prouve que cette pièce pouvait être fermée, de même que les autres pièces d’angle, ce qui leur confère une fonction importante. Les parois sont constituées d’un assemblage de blocs en carreaux et en boutisses avec des assises plus ou moins régulières. Deux niches ont été installées dans le mur sud de la pièce, à 0,80 m au-dessus du sol, mesurant environ 57 cm de large pour 1,22 m de haut et 60 cm de profondeur.

20La chambre sud-ouest, accessible depuis la partie sud de la cella par une entrée large de 1,06 m, dispose d’un sol plus bas de 9 cm que celui de la cella. On y pénètre par un seuil profond de 25 cm. À l’est du môtab, la chambre sud mesure environ 2,20 m par 3,80 m. Également accessible par la partie sud de la cella, l’entrée de la pièce est constituée d’un petit seuil haut de 3,5 cm et profond de 22 cm. Le dallage, composé de dalles au module hétérogène (de 30 à 50 cm), repose sur le plafond d’une crypte souterraine. Deux niches sont aménagées dans la paroi du fond (nord) : à 70 cm au-dessus du sol, elles mesurent en moyenne 1,30 m de haut, 60 cm de large et de profondeur. Enfin, la pièce d’angle nord-est, à laquelle on accède depuis la partie orientale du déambulatoire, mène à une cage d’escalier, et accessoirement à un réduit situé sous les marches. Son entrée est constituée d’une porte large de 1 m et haute de 1,90 m. Le sol de son seuil est à 15 cm plus bas que le sol du déambulatoire. Tout de suite à droite de cette porte, au sud, se trouve un petit espace où l’entrée s’effectue par un passage large de 92 cm. Trois mortaises d’environ 9 cm de diamètre sont visibles sur la verticale du piédroit gauche de cette entrée. Face à l’entrée depuis le déambulatoire se trouve la cage d’escalier – menant certainement à une terrasse – dont deux volées de marches sont de nouveau en place, après avoir été restaurées par les soins de la mission de Dharih (fig. 14).

Fig. 14. Angle nord-est du temple : cage d’escaliers

Fig. 14. Angle nord-est du temple : cage d’escaliers

Photographie D. Seigneuret, 2012

21La première volée, haute et large d’environ 1 m et constituée de quatre marches mesurant chacune une vingtaine de centimètres de haut, donne accès à un premier palier carré d’environ 1 m de côté. Une seconde volée de marches, mesurant chacune 0,85 m de haut, mène à un second palier, de 1,12 m de long sur 0,93 m de large.

Les cryptes

22Le temple abrite trois cryptes : deux d’entre elles sont sous le môtab, accessibles chacune par une petite porte ménagée dans les orthostates du podium à l’ouest et à l’est. Les portes donnant accès aux deux cryptes du môtab pouvaient être fermées puisque des crapaudines de 6 cm de diamètre sont encore visibles. Du côté ouest, l’entrée est large de 56 cm et haute de 79 cm ; l’entrée orientale mesure 70 cm de large et 75 cm de haut (fig. 15). Le plafond de ces cryptes, fait de dalles, était soutenu par un arc clavé surbaissé, dans le sens de la longueur (nord-sud). Le sol de la crypte ouest ayant été pillé en son centre, les fouilleurs ont pu voir de quelle façon les fondations de l’édifice avaient été conçues : sous le dallage se trouvait un radier de cailloux et de terre permettant de combler les inégalités de la base rocheuse. La troisième crypte, souterraine, se trouve, nous l’avons vu, sous la chambre d’angle sud-est ; son plafond, soutenu par un arc, est épais de 17 cm.

Fig. 15. Accès à la crypte occidentale se trouvant sous le môtab

Fig. 15. Accès à la crypte occidentale se trouvant sous le môtab

Photographie D. Seigneuret, 2012

Les souterrains ouest et nord

23Le souterrain ouest était accessible par une porte qui devait être aménagée dans son mur ouest, secteur qu’il est impossible de fouiller pour en vérifier l’emplacement exact puisqu’il est à flanc de pente et qu’il est en conséquence dangereux d’en entreprendre une étude (fig. 16). Large de 2,25 m, ce cryptoportique était couvert par un système d’arcs dont les jambages et certains claveaux sont encore visibles, mesurant environ 55 cm de long, 14 cm de large et 30 cm de haut, liés entre eux par du mortier.

Fig. 16. Souterrain partie externe ouest du temple

Fig. 16. Souterrain partie externe ouest du temple

Photographie D. Seigneuret, 2007

  • 14 Fouilles menées par C. Hasenohr et A. Le Bihan (été 2007).
  • 15 Fouilles menées par A. Chambon (été 2007).
  • 16 Restauration menée par P. Duboeuf.

24Grâce à la fouille archéologique de ce secteur14, nous avons pu constater que les jambages (1,60 m de haut) des arcs reposaient soit directement sur le rocher lorsque cela était possible – celui-ci étant assez friable – soit sur une couche de remplissage de fondation. L’espace entre les arcs et les dalles du plafond était comblé par de la pierraille pour une meilleure solidité. La fouille des souterrains ouest et nord du temple a permis d’observer les fondations du temple, qui sont formées de blocs constituant une assise dont la hauteur varie entre 35 et 45 cm. La face de ces blocs n’est cependant pas aplanie et elle est de taille assez fruste. Les jambages des arcs du cryptoportique étaient appuyés contre le mur ouest du temple mais insérés dans la maçonnerie du mur ouest du cryptoportique, ce qui montre que, malgré les apparences, la construction du souterrain faisait partie du projet initial de l’édification du temple nabatéo-romain du iie siècle. Cependant, une plus grande attention a manifestement été portée à la construction du souterrain nord15. Accessible depuis le cryptoportique ouest par une porte – restaurée durant la campagne de l’été 200716 – ce couloir était dallé (fig. 17).

Fig. 17. Souterrain partie externe nord du temple

Fig. 17. Souterrain partie externe nord du temple

Photographie F. Villeneuve, 2007

  • 17 Constats de C. Bouchaud.

25Comme dans le cryptoportique occidental, dix arcs, distants les uns des autres d’environ 1,10 m, soutenaient la couverture de ce souterrain, arcs dont les jambages, hauts de 1,30 m, étaient accolés contre le mur nord du temple comme contre le mur nord du couloir. Trois imposants piliers sont en outre accolés contre le mur nord de ce couloir souterrain, mesurant en moyenne 90 cm de long sur 80 cm de large. Ces structures sont composées de blocs hauts de 30 à 40 cm liés entre eux par du mortier friable grisâtre qui est recouvert d’un enduit blanc. Les piliers ont été construits en premier, puis les arcs ont été accolés contre eux et enfin le couloir a été dallé. Une crevasse (large de 13 à 22 cm) causée par un tremblement de terre qui a secoué le temple, à coup sûr après son abandon en tant que tel, est encore visible sur le dallage de ce couloir souterrain. Elle nous permet de constater que les dalles sont épaisses de 20 cm et qu’elles reposent sur le rocher. Elles sont larges d’une trentaine de centimètres. Deux margelles ont été ménagées dans le dallage du couloir : la première, la plus à l’ouest, dont la bouche est rectangulaire (L. : 55 cm et l. : 48 cm) présente une cuve cylindrique de 55 cm de diamètre et de 57 cm de profondeur soit un volume total de 0,125 m3 environ. La seconde margelle recouvre une cuve cylindrique profonde de 50 cm pour un diamètre de 57 cm, soit un volume total de 0,111 m3 environ. La fouille de ces deux éléments n’a pas fourni de matériel probant17 ; il s’agissait probablement de cuves de stockage, peut-être pour des liquides rituels.

La restitution générale ou la frontière entre fonctionnalité et pensée religieuse

26Grâce à l’étude des vestiges en place, des blocs architecturaux ainsi que des plans de chute, la restitution générale du temple peut être proposée, avec plus ou moins d’hésitations selon les secteurs. À partir de ces restitutions hypothétiques, quelques pistes de réflexion peuvent être suggérées sur la fonctionnalité des différents espaces du temple, en attendant de nouvelles perspectives.

La façade : mise en scène et rôle de la lumière

27L’équipe de la mission de Dharih, notamment F. Larché et R. de la Noue, a beaucoup travaillé sur la restitution de la façade depuis le début de la mission archéologique dans les années 1980. Continuant les travaux d’analyse architecturale depuis 2008, et avançant grâce à une collaboration avec l’équipe, je peux présenter ici une partie des dernières hypothèses et des problèmes rencontrés (fig. 18).

Fig. 18. Restitution hypothétique de l’élévation de la façade du temple

Fig. 18. Restitution hypothétique de l’élévation de la façade du temple

Dessin R. de la Noue, 2007

Le mur de façade jusqu’au couronnement

  • 18 Ginouvès, Martin 1998
  • 19 Dentzer-Feydy 1991, p. 6.

28Les demi-colonnes, les quarts de colonnes et pilastres d’angles ont pu être reconstitués facilement car les tambours sont tombés à l’aplomb de la façade. Les colonnes et pilastres appliqués, chapiteaux compris, atteignaient une hauteur de 11,50 m. La porte, haute de 6,60 m au-dessus du sol extérieur, était constituée d’un chambranle à pilastres et d’un entablement sur son linteau. Les piédroits de cette porte étaient ornés de panneaux débutant à 2,60 m de haut, dans lesquels étaient sculptés des rinceaux d’acanthes autour de grosses fleurs représentées de face, et de fruits. Ces pilastres étaient surmontés d’un chapiteau corinthien à rinceaux. Celui du côté est a pu être restitué : une feuille enveloppait la partie basse de l’élément et le tout était décoré d’enroulements végétaux avec des fleurs de petit module. Ces chapiteaux soutenaient un linteau d’entablement dont le décor en méandres de svastikas a pu être défini : motif régulier, continu et en relief18. À chaque angle se situait un foudre végétal dans un cadre. Surplombant le bandeau d’architrave se trouvaient respectivement un cavet sculpté de rinceaux d’acanthes à fleurs et à fruits et une rangée d’oves19. L’ensemble était surmonté d’une corniche lisse à denticules dont il manque la partie centrale. L’élévation des entrecolonnements se présentait de la façon suivante :

    • 20 Larché, Braemer, Geyer 2005.

    des piédestaux, hauts de 3 m, sont conservés in situ dans leur intégralité. Il se trouve que deux fragments architecturaux représentant respectivement un œil et une patte de fauve ont été découverts devant le temple. Le pied de l’animal mesure 15,5 cm de haut. Lorsque l’on restitue la taille de l’individu à partir de cet élément, on obtient une sculpture de 1,50 m de haut sur 2 m de large qui tiendrait parfaitement sur les piédestaux. Il est intéressant d’imaginer un fauve représenté de profil sur chaque piédestal, regardant en direction de la porte centrale monumentale, ce qui rappelle l’iconographie d’Iraq el-Amir20 .

  • Au-dessus des piédestaux, des assises sculptées s’intercalaient entre les assises courantes du mur. En tenant compte des plans de chute de ces éléments, nous restituons un panneau de cadres décorés au-dessus de chacun des piédestaux, à environ 4,30 m de haut et un troisième au-dessus de la porte centrale de la façade, à 7,70 m de haut. Cependant, le joint de ces blocs ne correspond pas toujours à de véritables assises : en effet, plusieurs parties de « cadres » étaient sculptées sur un même bloc. L’emplacement de ces assises dans les entrecolonnements est assuré, d’une part, en raison de leur plan de chute, face contre terre et, d’autre part, par la liaison de certains blocs avec les tambours des demi-colonnes. Il est intéressant de constater que l’entrecolonnement ouest est constitué en grande partie de blocs non figurés ; l’entrecolonnement central, de foudres végétaux ; et l’entrecolonnement est, de scènes cultuelles.

  • Des blocs de linteaux et de piédroits trouvés attestent l’existence de fenêtres au-dessus des panneaux de cadres sculptés ouest et est. Presque tous les éléments de la baie ouest ont été découverts, ce qui permet de restituer de chaque côté une fenêtre haute de 3,10 m, linteau compris. En analysant en détail les blocs, nous constatons que les fenêtres étaient très probablement ouvertes. Quelle était leur fonction ? Si elle était d’éclairage, est-ce un argument en faveur de la présence d’un système de couverture au-dessus du vestibule ? Autant la question reste ouverte pour les fenêtres de la façade, autant certains fragments de blocs mis au jour dans le secteur nord du temple indiquent bien la restitution d’oculi et de fenêtres à l’arrière du temple à des fins d’éclairage.

Le couronnement de la façade

29Les quelques blocs décorés mis au jour devant la partie ouest de la façade nous aident à restituer une architrave murale avec frise de rinceaux qui surmontait les colonnes et pilastres appliqués à 11,50 m de haut, composée de cadres ornementés au-dessus des deux pilastres d’angle. Un petit couronnement biseauté surmontait l’architrave : haut de 28 cm, il se composait d’une série d’entrelacs végétaux associés à trois feuilles formant une frise continue sur toute la longueur de la façade. Au-dessus de l’architrave prenait place une frise constituée d’une alternance de bustes zodiacaux et de Victoires ailées couronnant ces bustes. Quatre bustes zodiacaux et cinq blocs figurant des Victoires ont été mis au jour devant la partie ouest de la façade, excepté le bloc figurant le Cancer, trouvé réemployé dans un mur médiéval tout proche de la façade. La partie ouest de la frise est donc facilement restituable. Les trois blocs n° 9 132 (Gémeaux), n° 9 139 (Victoire ailée) et n° 9 141 (Taureau) ont été trouvés côte à côte. En posant le cycle zodiacal habituel, la frise de la façade du temple était ornée de douze bustes zodiacaux associés probablement à treize Victoires ailées. Nous disposons donc du tiers de cette composition.

  • 21 Discussions avec F. Villeneuve et P. Linant de Bellefonds.

30La séquence constituée par une première Victoire ailée suivie du Taureau jusqu’à la Victoire située après le Cancer est donc complète. Un élément peut être ajouté à la restitution d’origine : il s’agit de la main d’une des Victoires couronnant le Cancer (bloc n° 9 174)21.

31Cette frise était surmontée d’une corniche à denticules sur laquelle reposait le fronton triangulaire, haut de 3 m, et dont la restitution est assurée grâce aux blocs décorés.

  • 22 Chambon et alii 2002, p. 48.

32L’équipe de la mission de Dharih y a restitué, de part et d’autre d’un arc central, un monstre debout, figuré de face, soutenant d’une de ses mains, levée, la corniche du fronton. Il s’agissait d’un centaure marin caractérisé par son buste d’homme, ses jambes antérieures assimilées aux pattes d’un cheval et sa queue formant un enroulement semblable à celle d’un monstre marin. À gauche de ce personnage se trouvait un aigle debout et à droite une Victoire volante qui couronnait le centaure. Un poisson avait été placé dans l’écoinçon du fronton ouest22. Même si la majorité des fragments trouvés correspondent à l’élévation occidentale du tympan, quelques blocs prouvent une composition symétrique de la partie orientale, notamment les pattes d’un aigle ainsi que le visage martelé d’un triton. Au centre de ce fronton, un arc est restituable, à partir de deux claveaux décorés. Ces blocs étaient plutôt bien taillés quant à leur soffite, ce qui prouve que l’arc était très certainement ouvert. Quelle était sa fonction ? Allégeait-il les forces exercées sur la partie haute de la façade ? Peut-on imaginer que cette ouverture sommitale ait eu une fonction dans le rituel ?

Le vestibule en est-il vraiment un ?

  • 23 Ibidem, p. 46.
  • 24 Eddinger 2004, p. 15.
  • 25 Calzini-Gysens, Marino 1999, p. 851.

33Comme nous l’avons mentionné précédemment, d’après les fragments peints mis au jour durant les fouilles du temple, les murs du vestibule étaient couverts d’une épaisse couche d’enduit plâtré vraisemblablement peint d’une couleur vive telle que le rouge, sans décor et terminé en hauteur par une frise denticulée en stuc23 courant tout le long du vestibule. De plus, la porte d’époque nabatéo-romaine vers la cella, dont les piédroits ornés de filets verticaux cannelés sont encore visibles, était flanquée de chaque côté par une niche couverte par une demi-coupole, surmontée par une corniche denticulée stuquée (fig. 19). Cela s’apparente à la conception des façades des temples nabatéo-romains de Dhat Ras et de Qasr Rabbah situés le long de la « Route des Rois ». À Dhat Ras, la façade du bâtiment cultuel présente une porte centrale flanquée de deux niches latérales24 (fig. 20). À Qasr Rabbah, un peu plus au nord, la porte principale – dont il ne subsiste plus que le seuil –, située au centre de la façade, était flanquée de pilastres engagés et de niches25.

Fig. 19. Schéma restitutif partiel du mur nord, face sud du vestibule

Fig. 19. Schéma restitutif partiel du mur nord, face sud du vestibule

Dessin D. Seigneuret, 2011

Fig. 20. Façade du temple nabatéen de Dhat Ras, Jordanie

Fig. 20. Façade du temple nabatéen de Dhat Ras, Jordanie

Photographie D. Seigneuret, 2010

Fig. 21. Schéma restitutif partiel du temple montrant la différence de largeur de baie entre la porte de la façade et la porte du mur nord du vestibule

Fig. 21. Schéma restitutif partiel du temple montrant la différence de largeur de baie entre la porte de la façade et la porte du mur nord du vestibule

Dessin D. Seigneuret, 2011

  • 26 Dimensions : 8 × 21 cm.
  • 27 Discussions avec M. Hammad.

34Il semble donc probable d’envisager le mur nord du vestibule comme la seconde « façade » du temple de Dharih. À ce sujet, il est intéressant de constater que la baie du mur de séparation entre le vestibule et la cella est plus large (3,70 m) que la baie de la porte monumentale de la façade (2,40 m) (fig. 21). En outre, rien n’indique que le vestibule était couvert (ni encastrement dans les blocs de l’entablement de la façade pour des poutres de bois, ni système d’arcs). Un conduit d’évacuation d’eau26 ménagé dans le coin sud-ouest et donnant à l’extérieur du temple aurait aussi bien pu servir à l’évacuation des eaux de pluie (cas d’un vestibule hypèthre) qu’au déversement des eaux servant à nettoyer le temple après les cultes. Une question se pose alors : comment interpréter cet espace ? Peut-on comprendre le vestibule comme l’équivalent d’une cour avant d’accéder à la cella ? Des pèlerins dûment sélectionnés ou une catégorie de prêtres pouvaient-ils y pénétrer afin d’observer les rituels se déroulant sur le môtab27 ? Cette dernière observation donnerait du sens à la large ouverture ménagée dans le mur nord du vestibule.

Môtab et circumambulation

35Les pilastres sud du môtab – les seuls visibles depuis la cella – sont ornés de bas en haut de trois cadres superposés contenant des décors végétaux, puis d’un grand rinceau (lui-même inscrit dans un cadre) de feuilles d’acanthe qui s’étend jusqu’à la base des chapiteaux. Les chapiteaux, situés à 7 m de haut, si l’on prend comme référence le sol de la cella, sont de même facture que ceux qui ornaient la façade du temple.

  • 28 Larché, de La Noue 1991

36L’entablement restituable du môtab – sur la partie nord – semble avoir été assez exubérant (fig. 22). Il était continu et constitué de blocs sculptés d’entrelacs végétaux avec des ressauts délimités par des cadres moulurés à l’aplomb des piliers et des colonnes. Cette assise constituait la frise. L’architrave était apparemment absente. Un couronnement biseauté, couvert aussi de motifs végétaux, couronnait l’ensemble, qui mesurait 65 cm de haut. Sur ce premier entablement se trouvait une première assise de 45 cm de haut ornée d’un cadre décoré de feuilles d’acanthe, à l’aplomb de l’élévation des colonnes et des piliers. Au-dessus, les fûts étaient ensuite interrompus par l’insertion des « coussins à oves », des moulurations composées d’un ovolo droit, d’un listel saillant et d’un ovolo renversé. Une troisième assise reprenait une décoration avec des motifs floraux et des cadres. Enfin, le tout était surmonté de chapiteaux corinthiens à entrelacs végétaux. Sur la hauteur de ces quatre assises et entre les pilastres appliqués, les architectes ont replacé les blocs décorés qui se développent ainsi en grands rinceaux de vigne naissant d’une rangée de feuilles d’acanthe, et qui se terminent au niveau des chapiteaux de la quatrième assise28. L’élévation des pilastres d’angle des pièces latérales occidentales et orientales était similaire : un panneau portant un décor figuré était intercalé entre deux panneaux décorés de motifs végétaux, formant ainsi une frise verticale, surmontée d’un chapiteau corinthien.

Fig. 22. Restitution hypothétique de l’élévation du môtab

Fig. 22. Restitution hypothétique de l’élévation du môtab

Dessin R. de la Noue, 2007

  • 29 Fenton 1997, p. 197.

37Un culte sémitique prenait place au sein du temple de Dharih, puisque des bétyles pouvaient clairement être fichés sur le podium, comme c’était sans doute aussi le cas dans d’autres temples nabatéens moins bien conservés. Les prêtres devaient effectuer des circumambulations autour du môtab de Dharih dans une ambiance sombre et cloisonnée, si l’on considère que celui-ci s’élevait à plus de 12 m de haut et que la cella était certainement couverte. Le principe de ce cercle religieux autour du môtab aurait été d’imiter la rotation du Soleil ou des sphères célestes autour de la maison divine (axis mundi) qui, elle, reste stable29.

Pièces annexes, cage d’escalier et terrasse hypothétique : élévation et fonction

38Comme cela a été mentionné précédemment, des trous de fixation de stucs sont encore visibles à 2,30 m au-dessus du sol dans les pièces attenantes au môtab, de sorte qu’il est possible de supposer une hauteur de plafond à 3 m de haut environ, juste au-dessus d’un décor rapporté. Il est alors opportun de restituer un premier étage pour les trois pièces d’angle, la cage d’escalier nord-est desservant l’étage de la pièce sud-est (fig. 23) ; l’étage des deux « sacristies » de la partie ouest devait être desservi par un système d’échelles en matériau périssable et de trappes. Selon le même principe et à même hauteur, un deuxième étage hypothétique peut avoir existé, accessible de façon similaire et s’agençant alors avec la partie haute du môtab. Trois niveaux de pièces devaient donc jouxter le môtab. Ces espaces devaient certainement permettre de stocker du matériel cultuel. C’est donc au-dessus des pièces latérales et au-dessus du môtab (qui, par hypothèse, était couvert) que l’on restitue une terrasse, accessible par la volée de marches de l’angle nord-est du temple. Quel pouvait être le rôle de cette terrasse ?

Fig. 23. Schéma restitutif partiel du temple montrant la partie nord

Fig. 23. Schéma restitutif partiel du temple montrant la partie nord

Pièces annexes, cage d’escaliers et môtab

Dessin D. Seigneuret, 2012

  • 30 D’après N. Glueck : dans Homès-Frédéricq et alii 1980, p. 91.
  • 31 Sourdel 1952, p. 110.
  • 32 L’idée de la filiation entre les terrasses des temples nabatéens et la ouabet des temples égyptiens (...)
  • 33 Seigneuret 2005, p. 69.
  • 34 Informations transmises par P. Fournet. Voir aussi al-Muheisen, Piraud-Fournet 2011

39Revenons brièvement sur l’iconographie des blocs sculptés du temple (fig. 18). Sur le couronnement de la façade du temple de Dharih, le milieu du cycle zodiacal coïncide avec le centre de la frise. La partie ouest de la façade correspondrait donc aux symboles printaniers et estivaux, depuis le Bélier jusqu’à la Vierge, alors que la partie est serait dédiée aux signes automnaux et hivernaux, de la Balance aux Poissons. Doit-on voir un lien entre les panneaux muraux de cadres décorés et ce zodiaque ? Si tel est le cas, l’entrecolonnement occidental, qui possède peu de scènes figurées mais davantage de foudres végétalisés ou de vases cultuels, se rapporterait à un calendrier vernal, époque des semailles, et l’entrecolonnement oriental, orné de scènes cultuelles, de personnages faisant des libations, de divinités mises en valeur, correspondrait à l’automne, moment durant lequel les récoltes et vendanges sont disponibles. Il semblerait que les Nabatéens possédaient deux calendriers différents ; deux fêtes du Nouvel An devaient donc être célébrées : l’une au printemps et l’autre à l’automne30. La fête du printemps était commune à tous les pays d’Orient, répandue en Syrie comme en Babylonie, en Palestine ou en Arabie. Elle se célébrait en avril et consistait en l’offrande des prémices avec des holocaustes vivants31. Peut-être la terrasse supposée au-dessus de l’arrière du temple servait-elle alors pour des rites astraux, équinoxiaux, en lien avec l’agriculture, d’une façon conforme à l’iconographie de la façade. La combinaison ‘escaliers-terrasse’ se constate d’ailleurs dans plusieurs temples nabatéens, comme au Qasr al-Bint, au temple aux Lions ailés ou encore au temple d’Allat au wadi Ramm, sans oublier les temples syriens à escaliers. Cela n’est pas non plus sans rappeler une conception égyptienne proche, celle de la ouabet, pièce ajoutée dans les temples d’époque ptolémaïque et romaine32 : un accès au toit était rendu possible grâce à un escalier de plan quadrangulaire entre la ouabet et le naos pour que la procession du Nouvel An puisse y accomplir le rite d’Union au Disque dans un kiosque réservé à cet usage – celui de Dendérah est encore en place – ou pour monter directement sur le toit de la salle hypostyle, où se pratiquaient d’autres rites se rapportant à l’astronomie33. Dans le même ordre d’idées, deux bétyles ont été mis au jour lors de la fouille de la terrasse de la maison V1 à Dharih : cet emplacement en hauteur situé au sud du temple aurait-il pu faire office de haut lieu, accessible depuis le temenos par un escalier aménagé dans la pente34 ?

  • 35 Strabon, Géographie, 16, 4, 26.

40Si l’on s’intéresse à la littérature antique, Strabon35 parle de la piété des Nabatéens envers le soleil :

« Le soleil est pour les Nabatéens l’objet d’un culte particulier, ils lui dressent des autels sur les terrasses de leurs maisons, et là chaque jour, pour l’honorer, ils font des libations et ils brûlent de l’encens ».

  • 36 Petersmann 1989, p. 407.
  • 37 McKenzie, Gibson, Reyes 2002.
  • 38 al-Muheisen, Villeneuve 2003, p. 87.

41Épiphane de Salamine, dans son traité contre les hérésies, Panarion, décrit les cérémonies célébrées le 25 décembre, jour de la « lumière renaissante », en l’honneur d’une divinité qui met au monde Dushara36. Dans le Proche-Orient ancien, le Soleil était également vénéré comme donateur de la pluie et de la fécondité. Peut-on alors mettre en relation le sanctuaire de Dharih et le haut lieu de Khirbet at-Tannur37 pour d’éventuels cultes astraux ? Les deux lieux de pèlerinage, si voisins, ne sont pas orientés l’un vers l’autre mais respectivement vers le nord-est et vers l’est. N. Glueck pensait que des cérémonies liées aux équinoxes pouvaient donc prendre place à Tannur avec des phases au lever du soleil, au coucher et à minuit, ce qui s’accorde avec l’iconographie zodiacale du lieu38.

Le mur nord du temple : une possible signalétique ?

  • 39 Mis au jour dans la partie ouest du souterrain nord (été 2007).
  • 40 Hypothèse suggérée et préférée par R. de la Noue.

42Les murs est, ouest et nord du temple atteignaient une hauteur de 12,50 m assurant la continuité avec le couronnement de la façade. Les pilastres étaient surmontés de chapiteaux moulurés dont les fragments ont été trouvés autour du temple. Au-dessus existait l’équivalent d’une architrave composée, entre autres, d’un couronnement biseauté, dont certains blocs ont été mis au jour. Une corniche continue à denticules couronnait les murs extérieurs du temple. Néanmoins, quelques difficultés résident encore dans la restitution exacte de la partie nord (arrière) du temple. Un double départ d’arc et plus de trente claveaux39 de même module nous prouvent l’existence d’un système d’arcs (fig. 24). Après analyse des blocs et étude restitutive, on peut conclure qu’il s’agissait sans doute d’arcs surbaissés mesurant un peu moins de 5 m de long sur environ 2 m de haut. Cette envergure correspond à la distance entre les pilastres du mur nord, qui est de 5 m. Étant donné les traces de mortier à l’arrière du double départ d’arc (L. : 1,27 m, l. : 82 cm, h. : 58 cm), nous supposons que ce bloc était encastré dans le mur, à une hauteur qui reste problématique. Quelle était la fonction de ces arcs ? Servaient-ils d’arcs de décharge ou avaient-ils uniquement une fonction esthétique ? Une seconde hypothèse envisageable40 est de restituer les arcs sur les piliers qui se trouvent au nord du souterrain nord, afin de porter une possible galerie ou rambarde.

Fig. 24. Bloc n° 12171

Fig. 24. Bloc n° 12171

Double départ d’arc, mis au jour dans le souterrain nord, mission été 2007 (L. 1,27 m ; ép. 0,80 m ; h. 0,58 m)

Photographie D. Seigneuret, 2008

  • 41 Discussions avec F. Villeneuve.

43Un autre point doit être signalé : un sommet de fronton a été trouvé à l’arrière du temple. On peut faire l’hypothèse que ce bloc, orné d’une corniche à denticules puisse appartenir à un fronton du mur nord du temple, symétrique arrière de celui de la façade. Un tel fronton a pu constituer un important marqueur architectural, compte tenu du fait que c’est la face arrière du temple, surplombant l’aval de la vallée du La‘ban, qui s’offre de loin aux regards dans le paysage, et non la façade41.

La gestion de l'espace cultuel dans le site

44L’absence d’informations épigraphiques ne permet que d’émettre sur l’origine du sanctuaire des hypothèses : une grande famille sacerdotale, ou encore une famille princière exilée de Pétra à la suite de l’annexion, a-t-elle été à l’origine du développement du site de Dharih ? Quelles divinités étaient-elles vénérées dans les deux lieux de culte de Dharih et de Tannur ? Ce qui est certain, c’est que le temple nabatéo-romain est l’élément essentiel du village du iie siècle. Cependant, afin de cerner sa place et la portée du culte, il est indispensable de considérer les autres bâtiments du site à même époque et de faire la synthèse des informations archéologiques dont nous disposons au sujet des autres structures liturgiques.

Les vestiges du village nabatéo-romain

  • 42 Villeneuve 1984, p. 437.
  • 43 Chambon et alii 2002, p. 21. 
  • 44 Hypothèse suggérée suite à des discussions avec M. Hammad.
  • 45 al-Muheisen, Piraud-Fournet 2011.
  • 46 Ce texte épigraphique trouvé sur le site de Tannur – dans un contexte exact de découverte inconnu – (...)

45Le site, assez vaste, environ 350 m du nord au sud et 200 m d’est en ouest, s’étend sur une zone de pentes et de replats selon les endroits42. Immédiatement à l’est du temple mais en dehors du temenos, se dresse un monument appelé par les fouilleurs : « fondation rectangulaire ». C’est un grand bâtiment de 23 × 19 m, très certainement en lien avec le sanctuaire par la porte est de la cour nord du temenos43. Édifice à étage avec un rez-de-chaussée à demi-enterré muni d’un vestibule central, doté d’un triclinium à l’ouest et des pièces de stockage à l’est, sa fonction est fortement discutée. Il s’agissait sans doute de la maison des prêtres, voire hypothétiquement d’un habitat transitoire pour le clergé quelques jours avant les rituels44. Sur les pentes qui dominent le sanctuaire, une quinzaine d’habitations et de bâtiments d’exploitation antiques ont été recensés. L’un de ces édifices, une vaste demeure, fait l’objet d’une étude approfondie45. Cette bâtisse (V1), la plus proche du temple, mesure environ 35 m de côté (fig. 25). La période de construction et d’occupation s’étend du ier au milieu du ive siècle, date de la destruction par un séisme. Dans un premier temps, un bâtiment rectangulaire fut construit. Dans un second temps, deux pièces d’accès indépendant furent adjointes à l’angle sud-ouest de l’édifice. L’accès principal se situe à l’est et mène à une cour rectangulaire pavée, au sud de laquelle se trouvent deux salles de réception. L’aile nord empiète sur la cour et ne suit pas le tracé initial du bâtiment, marqué par un principe d’orthogonalité. Cette partie abrite différentes salles de service servant certainement pour le stockage et la cuisson des aliments, comme le prouvent différents foyers mis au jour ainsi que des couches de cendres. À l’angle nord-ouest se trouve une salle chauffée par un système à hypocauste. À qui appartenait cette demeure ? Membres issus de la classe dirigeante du village, voire de la région ? Existe-t-il un lien entre eux et le curateur de la source du La‘ban mentionné par une inscription trouvée à Khirbet at-Tannur46 ?

Fig. 25. Maison V1, vue vers le sud-est

Fig. 25. Maison V1, vue vers le sud-est

Photographie mission Khirbet edh-Dharih, 1996

46Les oliviers et l’huile d’olives ont joué un rôle majeur dans la vie économique de Dharih et certainement de la région du La‘ban. Les vestiges d’une huilerie (V2) jouxtent immédiatement au sud la maison V1. Il s’agit d’une grande pièce rectangulaire de 13,75 m de long sur 8,50 m de large qui était couverte au moyen d’arcs. Construite comme la maison V1, à la fin du ier siècle ou au début du IIe siècle, elle fut détruite par le tremblement de terre de 363. Un broyeur se trouvait au centre de la salle ainsi qu’un contrepoids, du côté nord. L’huilerie V10, au sud du village antique, est de conception similaire.

  • 47 Villeneuve 1985, p. 404.

47Enfin, une nécropole a été mise au jour au nord-est du site. Parmi les différentes tombes, on distingue un tombeau monumental. Son hypogée comprend six séries de cinq tombes superposées, soit 30 tombes au total. Il y avait un corps par tombe, toujours en position dorsale étendue, la tête à l’ouest et toujours dans un sac de cuir47. Le monument funéraire est daté des années 100-110 grâce à deux drachmes de la fin du règne de Trajan. Le tombeau est cependant resté en service jusqu’en 363. Les dépôts funéraires de ces tombes sont rares, à l’exception des oboles à Charon. Quelques éléments mis au jour permettent d’établir que la partie externe du tombeau était couronnée par une corniche égyptienne surmontant un tore.

La place du culte dans le site : un état des lieux

48Le sanctuaire, constitué d’une vaste esplanade rectangulaire de 115 m sur 45 m, divisée en deux cours de temenos successives, présente différents aménagements cultuels que nous allons présenter et pour lesquelles nous proposons quelques pistes d’analyses.

Les cours

  • 48 al-Muheisen, Villeneuve 1994, p. 739.
  • 49 Dentzer 1989, p. 303.
  • 50 Périssé2007, p. 124.

49Le premier parvis, bordé au moins au sud-ouest par des triclinia, menait, par une porte monumentale avec porche couvert, à un second parvis bordé de gradins et d’un portique à colonnes. Pourquoi une conception bipartite de l’avant-temple ? Ségrégation des fidèles ? Avancée progressive vers le sacré ? Le temple inséré dans un temenos n’a rien d’insolite dans le monde syrien ; cependant, le plus surprenant réside dans l’agencement de deux cours en enfilade48. Cette conception se remarque dans quelques lieux de cultes orientaux comme au sanctuaire de Sia, dans le Hauran, où cela a peut-être résulté de contraintes topographiques en raison d’un éperon rocheux49. Ce système a également été remarqué dans certains temples du Liban, comme au Gebel Khan, où une avant-cour de petites dimensions menait à une grande cour principale, dans laquelle se trouvaient deux pièces interprétées comme le lieu de culte, tout comme à Chîim où le sanctuaire comprenait plusieurs cours lors de la dernière phase50.

  • 51 Tholbecq 2003, p. 355.
  • 52 Lecture de la monnaie par C. Augé, dans al-Muheisen, Villeneuve 2000, p. 1533.
  • 53 al-Muheisen, Villeneuve 2005, p. 498.

50Dans le monde juif, au Temple de Jérusalem, les parvis étaient emboîtés pour répondre à des soucis de ségrégation : les non-juifs n’avaient pas le droit de pénétrer, sous peine de mort, dans toute une partie du sanctuaire ; puis, plus à l’intérieur, l’accès était interdit aux femmes juives, et ainsi de suite51. À Dharih, le nombre de fidèles rassemblés a peut-être augmenté significativement au cours du temps. Un terminus post quem fixé par une monnaie en fondation, un denier d’Antonin le Pieux de 156-157, permet de dater l’édification du péribole des deux parvis52. Nous savons que les trois triclinia situés au sud de l’angle sud-ouest de la première cour ont été installés au début du iiie siècle de notre ère, soit un siècle après la construction de l’état principal du temple53, sans doute parce que les infrastructures devenaient insuffisantes. La construction du sanctuaire s’est donc échelonnée sur plusieurs décennies en débutant par le temple et en terminant par les installations les plus méridionales du temenos, adéquates pour recevoir une foule grandissante d’année en année.

Les gradins

  • 54 Tholbecq 2011, p. 34.
  • 55 Sourdel 1952, p. 101.
  • 56 Dentzer 1989, p. 314.
  • 57 Kalos 1997, p. 976
  • 58 Baslez 2000, p. 238.

51Dans le second parvis du sanctuaire de Dharih, deux volées de marches permettent de descendre dans une cour dallée qui était bordée de gradins et d’un portique à colonnes, procurant ainsi aux pèlerins la possibilité d’assister à certains rituels. Cet élément se remarque aussi dans les hauts lieux rupestres de Pétra, comme à al-Madhbah, où une cour rectangulaire creusée dans le rocher comprenait un môtab et un autel, ensemble complété par une banquette sur laquelle les fidèles pouvaient s’installer54. Aux franges du royaume nabatéen, cette configuration est attestée à Sia où le temple de Baalshamin était composé d’une cella et d’un portique appelé « theatron », d’après une inscription datée de 33 avant notre ère et énumérant les différentes parties du sanctuaire55. Au sens étymologique du terme grec, il s’agissait d’un endroit d’où les fidèles pouvaient assister aux rites se déroulant dans la cour, devant la façade du temple ou près d’un autel56. À Sahr, les deux monuments centraux que sont le temple et le théâtre permettent de penser qu’à certains moments de l’année, des populations établies ailleurs et unies par les mêmes traditions et les mêmes buts se réunissaient pour les besoins du culte57. C’est ce que l’on trouve également à Doura-Europos où le naos de certains temples était précédé d’une salle à gradins. De conception différente, mais dans le même esprit, au sanctuaire d’Atargatis à Délos, l’autel et le trône de la déesse se trouvaient dans l’ouverture de l’orchestre, à la place habituelle de la scène, afin que les fidèles pussent assister aux fêtes et aux processions que par ailleurs évoque par Lucien de Samosate, pour Hiérapolis, dans De Dea Syria58.

52Ce qu’il faut en conclure, c’est qu’en contexte sémitique, le sanctuaire jouait un rôle fédérateur de lieu de rassemblement, fonction d’autant plus nécessaire pour un sanctuaire rural agrandi au moment de l’annexion de la Nabatène à l’Empire romain. Une participation importante des pèlerins devait se produire à l’occasion d’événements religieux rythmés par le calendrier. En milieu nomade, les panégyries, sortes de grands rassemblements à la fois religieux et économiques, étaient au centre de la société. Dans la continuité de ce contexte historique, il est possible que la conception des sanctuaires bâtis ait eu pour but de fédérer la population, chose essentielle chez les Sémites. Cette hypothèse est confortée par les salles de banquet qui ont été mises au jour au sanctuaire de Dharih.

Les triclinia

  • 59 Chambon et alii 2002.
  • 60 Strabon, Géographie, XVI, 4, 6.

53En particulier, avant l’entrée du sanctuaire de Dharih, au sud de l’angle sud-ouest du premier parvis, trois salles mitoyennes et de plan rectangulaire (environ 10 m sur 5 m) ont été construites, nous l’avons vu, vers 200 ap. J.-C. Après un premier usage mal compris, elles ont été transformées en triclinia dans un premier temps, avant de devenir des zones de chantier et des dépotoirs durant la seconde moitié du iiie siècle59. Dans le coin sud-ouest du premier parvis, au moins trois triclinia, construits au iie siècle, existaient. Dans la partie sud-ouest du second parvis a été mis au jour un autre triclinium (8 m sur 6 m), associé à une salle à ciel ouvert, avec une rigole d’évacuation, faisant peut-être office de cuisine. Mentionnons également la salle de banquet située dans la « fondation rectangulaire » à l’est du sanctuaire, peut-être réservée au personnel du temple lors de cérémonies spécifiques (8,50 m sur 7,50 m). Ces éléments sont d’un grand intérêt puisque les triclinia connus dans le monde cultuel nabatéen sont plutôt rares. Pour la Nabatène, Strabon nous rapporte l’importance des repas cultuels60 :

« Ils prennent leurs repas par tables de treize, et à chaque table sont attachés deux musiciens. Le roi a une grande salle qui lui sert à donner de fréquents banquets. Dans ces banquets personne ne vide plus de onze coupes (l’usage est, chaque fois qu’on a bu, d’échanger contre une autre la coupe d’or que l’on vient de vider). Le roi, ici, est si mêlé à la vie commune que, non content de se servir souvent lui-même, il sert parfois les autres de ses propres mains. Quelquefois aussi il est tenu de rendre des comptes à son peuple et voit alors toute sa conduite soumise à une sorte d’examen public. »

  • 61 McKenzie, Gibson, Reyes 2002, p. 71.
  • 62 Will 1995, p. 400.

54En dehors du site de Dharih, c’est à Khirbet at-Tannur que l’on constate le plus la présence d’aménagements de ce type : des triclinia y étaient associés à de possibles pièces de stockage flanquant la cour de temenos au nord et au sud. L’un d’entre eux était d’ailleurs situé à l’extérieur de l’espace sacré, peut-être ajouté ultérieurement ou pour des pèlerins ne pouvant pas pénétrer dans l’enceinte du lieu de culte. Les banquettes étaient hautes de 90 cm et larges de 2 m, accessibles par des marches encore visibles notamment dans les pièces 8 et 10 et étaient peut-être munies de repose-tête, comme l’a souligné N. Glueck, qui a signalé les corniches en pierre de ces banquettes61. Si tel était le cas, les convives s’étendaient dans le sens de la longueur. En dehors des sites nabatéens de Dharih et de Tannur, des salles de banquet ont été installées dans les sanctuaires de Doura-Europos ainsi que dans la Palmyrène du nord, comme au temple d’Agbal à Khirbet Semrine, à Khirbet Leqtein, à Khirbet Ramdane et à Marzouga entre autres62.

  • 63 Tarrier 1995, p. 177.

55Le décor sculpté des sanctuaires de Dharih et de Tannur nous livre une véritable iconographie dionysiaque avec des rinceaux de vigne, des grappes de raisin, des représentations de vases servant à contenir des liquides cultuels. Les salles de banquet de ces deux sites devaient, d’une part, être des lieux de rassemblement lors de certains rituels qui célébraient, peut-être à des dates précises, le renouveau au sens large, c’est-à-dire les semailles, la fertilité, les récoltes, voire commémoraient une victoire, et devaient peut-être, d’autre part, commémorer la vie et son triomphe sur la mort63 puisque Dionysos, assimilé à Dushara chez les Nabatéens, était selon Plutarque, le dieu qui quitte la vie pour renaître ensuite, événement mystérieux caractéristique des cultes agraires.

L’autel monumental

56L’autel sacrificiel du sanctuaire de Dharih, restauré durant la campagne de fouilles de l’été 2007, se trouve à l’est du temple, donc dans le coin nord-est du second parvis de temenos. De plan carré, mesurant 3,64 m de côté, il est composé d’une base d’orthostates et d’une plinthe moulurée, son élévation rappelant celle du môtab (fig. 26). La configuration du sanctuaire laisse penser que les prêtres pouvaient pénétrer discrètement dans l’enceinte sacrée par une porte située à l’est pour ensuite sacrifier les victimes animales sur l’autel, les dépecer et recueillir leur sang dans des contenants spécifiques, et ensuite emprunter la petite porte aménagée dans la paroi orientale menant au vestibule du temple afin d’aller verser le liquide sur les bétyles disposés sur le môtab. Des circumambulations étaient peut-être effectuées autour du temple lui-même. La porte latérale aurait donc aussi pu permettre au personnel religieux de pénétrer, à l’abri des regards, dans le vestibule, plutôt que de passer par la porte centrale. Puis les prêtres devaient ouvrir la porte centrale de l’intérieur pour que les fidèles puissent observer les rituels.

Fig. 26. Autel monumental se trouvant immédiatement à l’est du temple, restauré en 2007

Fig. 26. Autel monumental se trouvant immédiatement à l’est du temple, restauré en 2007

Photographie D. Seigneuret, 2012

L’importance de l’eau

  • 64 Fouilles de N. Sartori en 2007 puis fouilles de N. Sartori et C. Bouchaud en 2008.
  • 65 Villeneuve, al-Muheisen 2008, p. 1509-1514.

57Une citerne monumentale, découverte en 2007 et partiellement fouillée en 200864, complète le circuit d’écoulement et d’évacuation des eaux de la deuxième cour de temenos, repéré par l’équipe durant les campagnes précédentes. Accessible par une bouche circulaire dans le sol, de 50 cm de diamètre et construite en opus quadratum, cette citerne mesure 7,60 m sur 5,15 m avec une hauteur de 6,75 m65. Avec une capacité de stockage de 265 m3, elle devait certainement correspondre aux besoins de la localité au-delà de ceux du sanctuaire.

58Au sud de la première cour de temenos mais sur la voie processionnelle, le quartier A, où a été identifié un caravansérail, possède un bain de même époque (ier-ive siècle) qui a pu servir aux ablutions des fidèles.

Quelques éléments de conclusion

59Comme cela a été mentionné précédemment, les murs encore en place du temple nous livrent des éléments d’observation sur les techniques de construction : utilisation de mortier pour le jointoiement des blocs ; assises plus régulières en façade, même si le temple a été bâti, dans l’ensemble, de façon homogène ; recours à des revêtements sur les parois intérieures tels que les enduits peints et les stucs architecturaux afin de « théâtraliser » l’espace ; insertion de poutres de bois dans la maçonnerie pour renforcer le mur comme cela a souvent été le cas sur les sites nabatéens. Comme l’étude typologique des blocs architecturaux est maintenant bien avancée, le but est à présent de détailler et d’isoler au maximum les caractéristiques des blocs architecturaux en se penchant sur l’analyse des traces d’outils et sur la métrologie de certains éléments pour obtenir de plus amples informations sur les techniques de construction.

60La restitution du monument, déjà entreprise par l’équipe depuis les années 1980 est maintenant bien assurée (à l’exception de quelques parties du temple où plusieurs hypothèses sont en concurrence, comme c’est le cas pour la partie nord). Il faut donc désormais se concentrer sur les questions concernant la gestion de l’espace à travers le temple, en analysant la fonction de chacune des pièces constitutives.

61Enfin, les deux cours de temenos, les gradins et les salles de banquet nous laissent entrevoir le fait que le sanctuaire de Dharih a été fortement fréquenté au cours du iie siècle de notre ère. Sa position stratégique sur l’ancienne « Route des Rois » lui a certainement valu le rôle de centre de pèlerinage en lien avec le haut lieu de Tannur. C’est cette localisation et le contexte qui nous incitent à penser qu’en plus de populations régionales, le sanctuaire pouvait accueillir divers itinérants et notamment des militaires romains, après l’annexion. Là encore, l’approfondissement des différentes thématiques amènera à mieux comprendre la place du sanctuaire au sein du village et au sein de la sphère nabatéenne de façon plus large.

  • 66 Chambon et alii 2002, p. 34.

62En ce qui concerne la continuité d’occupation du lieu, le séisme de 363 a fortement secoué le site mais n’a pas détruit le temple païen et le village, qui ont néanmoins été abandonnés à ce moment. Cependant, le village de Dharih a été réoccupé deux siècles plus tard par une communauté chrétienne. Le temple nabatéo-romain a été converti en église dédiée, semble-t-il, à Marie Théotokos, Mère de Dieu, comme le prouve une inscription peinte sur l’arc de façade de l’abside construite dans la partie est de la cella66. La crypte ouest du temple a été convertie en sépulture ; la partie nord du sanctuaire, quant à elle, en village byzantin. Cette communauté a subsisté jusque vers la fin du viiie siècle, voire même un peu après, convertie à l’islam. L’installation d’époque omeyyade s’est concentrée elle aussi dans la seconde cour du temenos. Son activité était pour l’essentiel agricole ; le temple a été transformé en lieu d’habitation avec logements, étables et entrepôts. Un séisme durant la seconde moitié du viiie siècle a entraîné un nouvel abandon. Par la suite, seule une petite installation rurale d’époque ottomane, limitée encore une fois à la zone nord du temenos, a pris place sur le site. Un autre tremblement de terre au xviiie siècle a fait s’effondrer une grande partie du temple.

Bibliografia

Al-Muheisen, Piraud-Fournet 2011
Z. al-Muheisen, P. Piraud-Fournet, « Une vaste maison d’époque nabatéenne et romaine à Dharih », SHAJ (à paraître).

Al-Muheisen, Villeneuve 1994
Z. al-Muheisen, F. Villeneuve, « Nouvelles recherches à Khirbet edh-Dharih (Jordanie), 1991-1994 », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 138e année, n° 3, p. 735-757.

Al-Muheisen, Villeneuve 2000
Z. al-Muheisen, F. Villeneuve, « Nouvelles recherches à Khirbet edh-Dharih (Jordanie du Sud), 1996-1999 », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 144e année, n° 4, p. 1525-1563.

Al-Muheisen, Villeneuve 2003
Z. al-Muheisen, F. Villeneuve, « Dharih and Tannur : Sanctuaries of Central Nabataea », in G. Markoe (éd.), Petra Rediscovered : the Lost City of the Nabataeans, Harry N. Abrams en association avec le musée d’Art de Cincinnati, Londres : Thames & Hudson, p. 82-100.

Al-Muheisen, Villeneuve 2005
Z. al-Muheisen, F. Villeneuve, « Archaeological Research at Khirbat adh-Dharih », Annual of the Department of Archaeology in Jordan, 49, p. 489-499.

Baslez 2000
M.-F. Baslez, « Le culte de la Déesse Syrienne dans le monde hellénistique. Traditions et interprétations », in C. Bonnet, A. Motte (éds.), F. Cumont et les syncrétismes religieux : les syncrétismes religieux dans le monde méditerranéen antique, Actes du Colloque international en l’honneur de F. Cumont à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa mort, Turnhout : Brepols, p. 229-248.

Calzini-Gysens, Marino 1999
J. Calzini-Gysens, L. Marino, « L’architecture du temple de Qasr Rabba (Jordanie). Considérations préliminaires aux fouilles », Topoi, 9, p. 849–856.

Chambon 1991
A. Chambon, Le sanctuaire : fouille, stratigraphie, objets, mémoire non publié, 1991.

Chambon et alii 2002
A. Chambon, M. Janif, Z. al-Muheisen, F. Villeneuve, Khirbet edh-Dharih : des Nabatéens au premier Islam, catalogue de l’exposition à la mairie d’Amman, octobre-décembre 2002, Amman : Economic press, 2002.

Dentzer 1989
J.-M. Dentzer, « Le sanctuaire syrien », in J.-M. Dentzer & W. Orthmann (éds), Archéologie et Histoire de la Syrie, volume II. La Syrie de l’époque achéménide à l’avènement de l’Islam, Saarbrücken : Saarbrücker Druckerei und Verlag, p. 296-322.

Dentzer-Feydy 1991
J. Dentzer-Feydy, Le décor architectural du temple de Khirbet edh-Dharih, mémoire non publié, 1991.

Eddinger 2004
T.W. Eddinger, « A Nabataean/Roman Temple at Dhat Ras, Jordan », Near Eastern Archaeology, 67, p. 14-25.

Fenton 1997
F.B. Fenton, « Le symbolisme du rite de la circumambulation dans le judaïsme et dans l’Islam », in F. Boespflug, F. Dunand (éds.), Le comparatisme en histoire des religions, Actes du colloque international de Strasbourg du 18-20 septembre 1996, Paris : Editions du Cerf, p. 197-218.

Ginouvès, Martin 1998
R. Ginouvès, R. Martin, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine : vol. I : matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor, Rome : École française de Rome, 1998.

Homès-Frédéricq et alii 1980 
D. Homès-Frédéricq, J. Starcky, F. Baratte, A. Caubet, Inoubliable Pétra : le royaume nabatéen aux confins du désert, catalogue d’exposition, Musées Royaux d’Art et d’Histoire, 1er mars-1er juin 1980, Bruxelles : Musées Royaux d’Art et d’Histoire, 1980.

Kalos 1997
M. Kalos, « Le site de Sahr (Syrie du Sud) », Topoi, 7, p. 965-991.

Larché, de la Noue 1991
F. Larché, R. de la Noue, L’Architecture de la partie nord du temple, mémoire non publié, 1991.

Larché, Braemer, Geyer 2005
F. Larché, F. Braemer, B. Geyer, Le château du Tobiade Hyrcan. Volume II : Restitution et reconstruction, Beyrouth : IFPO, 2005.

McKenzie, Gibson, Reyes 2002
J. McKenzie, S. Gibson, A. T. Reyes,
« Reconstruction of the Nabataean Temple Complex at Khirbet et-Tannur », Palestine Exploration Quaterly, 134, p. 44-83.

Perissé 2007
I. Perissé, Les sanctuaires du territoire libanais (Mont Liban, Anti-Liban, Hermon) à l’époque romaine, Thèse de doctorat, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, Bordeaux, 2007.

Petersmann 1989
H. Petersmann, « Le culte du Soleil chez les Arabes selon les témoignages gréco-romains », in T. Fahd (éd.), L’Arabie préislamique et son environnement historique et culturel, Actes du colloque de Strasbourg, 24-27 juin 1987, Leiden : Brill, p. 401-412.

Rababeh 2005
S. M. Rababeh, How Petra was built: an Analysis of the Construction Techniques of the Nabataean Freestanding Buildings and Rock-cut Monuments in Petra, Jordan, Oxford : Archaeopress, 2005.

Seigneuret 2005 
D. Seigneuret, Sanctuaires égyptiens, grecs et romains en Égypte ptolémaïque et romaine : évaluation des « apports » grecs et romains au niveau architectural, théologique et décoratif, Mémoire de master sous la direction de F. Villeneuve, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne Paris, 2005.

Sourdel 1952
D. Sourdel, Les cultes du Hauran à l’époque romaine, Paris : Geuthner.

Tarrier 1995
D. Tarrier, « Banquets rituels en Palmyrène et en Nabatène », ARAM, 7, p. 165-182.

Tholbecq 2003
L. Tholbecq, Le temple nabatéen. Chronologie, architecture et religion. Étude des origines, des modèles et de l’évolution du sanctuaire en milieu sémitique (IIe siècle avant J.-C. – IVe siècle après J.-C.), Thèse de doctorat, Université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 2003.

Tholbecq 2007
L. Tholbecq, « Nabataean Monumental Architecture », in K. D. Politis (éd.), The World of the Nabataeans : volume 2 of the International Conference “The World of the Herods and the Nabataeans” held at the British Museum, 17-19 April 2001, Stuttgart : F. Steiner, p. 103-144.

Tholbecq 2011
L. Tholbecq, « Infrastructures et pratiques religieuses nabatéennes : quelques données provenant du sanctuaire tribal de la ‘Chapelle d’Obodas’ à Pétra », in V. Rondot, F. Alpi, F. Villeneuve (éds.), La pioche et la plume. Autour du Soudan, du Liban et de la Jordanie. Hommages archéologiques à Patrice Lenoble, Paris : Presses Universitaires de Paris Sorbonne, p. 31-44.

Villeneuve 1984
F. Villeneuve, « Première campagne de fouilles à Khirbet edh-Dharih, Wadi Laaban », Liber annuus, 34, p. 437-440.

Villeneuve 1985
F. Villeneuve, « Deuxième campagne de fouilles à Khirbet edh-Dharih (1985) », Liber annuus, 35, p. 402-405.

Villeneuve, Al-Muheisen 2008
F. Villeneuve et Z. al-Muheisen, « Le sanctuaire nabatéo-romain de Dharih (Jordanie) et ses abords : nouvelles découvertes, 2001-2008 », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 1495-1520.

Will 1995
E. Will, « Banquets et salles de banquet dans les cultes de la Grèce et de l’Empire romain », E. Will, De l’Euphrate au Rhin : aspects de l’hellénisation et de la romanisation du Proche-Orient, Beyrouth : IFPO, p. 327-334.

Zayadine, Larché, Dentzer-Feydy 2003
F. Zayadine, F. Larché, J. Dentzer-Feydy, Le Qasr al-Bint de Pétra : l’architecture, le décor, la chronologie et les dieux, Paris : Éditions Recherche sur les Civilisations, 2003.

Note

1 Professeur à l’Université de Paris 1.

2 La conception du temple du Ier siècle rappelle, par ses dimensions modestes et son plan quasi-carré, celle du temple nabatéen de Lehun, situé quelques dizaines de kilomètres plus au nord. Homès-Frédéricq et alii 1980.

3 Zayadine, Larché, Dentzer-Feydy 2003, p. 36.

4 Rababeh 2005, p. 116.

5 Chambon 1991, p. 9.

6 Chambon et alii 2002, p. 34.

7 Larché, de La Noue 1991.

8 al-Muheisen, Villeneuve 1994, p. 744.

9 Information transmise par F. Villeneuve.

10 Larché, de La Noue 1991.

11 Rababeh 2005, p. 143 et discussions avec F. Larché et R. de la Noue.

12 Chambon 1991, p. 4.

13 Ibidem, p. 4.

14 Fouilles menées par C. Hasenohr et A. Le Bihan (été 2007).

15 Fouilles menées par A. Chambon (été 2007).

16 Restauration menée par P. Duboeuf.

17 Constats de C. Bouchaud.

18 Ginouvès, Martin 1998

19 Dentzer-Feydy 1991, p. 6.

20 Larché, Braemer, Geyer 2005.

21 Discussions avec F. Villeneuve et P. Linant de Bellefonds.

22 Chambon et alii 2002, p. 48.

23 Ibidem, p. 46.

24 Eddinger 2004, p. 15.

25 Calzini-Gysens, Marino 1999, p. 851.

26 Dimensions : 8 × 21 cm.

27 Discussions avec M. Hammad.

28 Larché, de La Noue 1991

29 Fenton 1997, p. 197.

30 D’après N. Glueck : dans Homès-Frédéricq et alii 1980, p. 91.

31 Sourdel 1952, p. 110.

32 L’idée de la filiation entre les terrasses des temples nabatéens et la ouabet des temples égyptiens a été développée par L. Tholbecq. Tholbecq 2003 et Tholbecq 2007.

33 Seigneuret 2005, p. 69.

34 Informations transmises par P. Fournet. Voir aussi al-Muheisen, Piraud-Fournet 2011

35 Strabon, Géographie, 16, 4, 26.

36 Petersmann 1989, p. 407.

37 McKenzie, Gibson, Reyes 2002.

38 al-Muheisen, Villeneuve 2003, p. 87.

39 Mis au jour dans la partie ouest du souterrain nord (été 2007).

40 Hypothèse suggérée et préférée par R. de la Noue.

41 Discussions avec F. Villeneuve.

42 Villeneuve 1984, p. 437.

43 Chambon et alii 2002, p. 21. 

44 Hypothèse suggérée suite à des discussions avec M. Hammad.

45 al-Muheisen, Piraud-Fournet 2011.

46 Ce texte épigraphique trouvé sur le site de Tannur – dans un contexte exact de découverte inconnu – se lit ainsi : « … a été construit par Ntyr’l fils de Zyd’l, chef de la source du La‘ban pour la vie de Haretat, roi des Nabatéens, qui aime son peuple et la vie de Huldū, sa femme en l’an deux. » Cette inscription met ainsi en relation les deux sanctuaires : un individu dénommé Ntyr’l, qui agit à Tannur et qui est curateur de la source de La‘ban, laquelle se trouve à quelques dizaines de mètres de Dharih, résidait certainement dans le village de Dharih. Tholbecq 2003, p. 207.

47 Villeneuve 1985, p. 404.

48 al-Muheisen, Villeneuve 1994, p. 739.

49 Dentzer 1989, p. 303.

50 Périssé2007, p. 124.

51 Tholbecq 2003, p. 355.

52 Lecture de la monnaie par C. Augé, dans al-Muheisen, Villeneuve 2000, p. 1533.

53 al-Muheisen, Villeneuve 2005, p. 498.

54 Tholbecq 2011, p. 34.

55 Sourdel 1952, p. 101.

56 Dentzer 1989, p. 314.

57 Kalos 1997, p. 976

58 Baslez 2000, p. 238.

59 Chambon et alii 2002.

60 Strabon, Géographie, XVI, 4, 6.

61 McKenzie, Gibson, Reyes 2002, p. 71.

62 Will 1995, p. 400.

63 Tarrier 1995, p. 177.

64 Fouilles de N. Sartori en 2007 puis fouilles de N. Sartori et C. Bouchaud en 2008.

65 Villeneuve, al-Muheisen 2008, p. 1509-1514.

66 Chambon et alii 2002, p. 34.

Indice delle illustrazioni

Titolo Fig. 1. Photographie aérienne du site de Khirbet edh-Dharih, du Wadi La‘ban et du Wadi Shareh, vue vers le sud-ouest
Credits Photographie mission Khirbet edh-Dharih, 2002
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-1.jpg
File image/jpeg, 92k
Titolo Fig. 2. Plan général du site
Credits Dessin J. Humbert, 2004
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-2.jpg
File image/jpeg, 408k
Titolo Fig. 3. Plan du sanctuaire du ier siècle ap. J.-C.
Credits Dessin J. Humbert, 2000
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-3.jpg
File image/jpeg, 80k
Titolo Fig. 4. Plan du sanctuaire du iie et iiie siècles ap. J.-C.
Credits Dessin J. Humbert, 2000
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-4.jpg
File image/jpeg, 176k
Titolo Fig. 5. Plan du temple, pierre à pierre
Credits Dessin mission Khirbet edh-Dharih, 2007
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-5.jpg
File image/jpeg, 260k
Titolo Fig. 6. Photographie aérienne du temple, vue vers le nord-ouest
Credits Photographie F. Villeneuve, 2007
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-6.jpg
File image/jpeg, 76k
Titolo Fig. 7. Façade du temple, vue vers le nord
Credits Photographie D. Seigneuret, 2008
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-7.jpg
File image/jpeg, 84k
Titolo Fig. 8. Contrefort côté est, accolé à la façade
Credits Photographie D. Seigneuret, 2008
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-8.jpg
File image/jpeg, 100k
Titolo Fig.9. Mur nord du temple
Credits Photographie D. Seigneuret, 2007
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-9.jpg
File image/jpeg, 80k
Titolo Fig. 10. Mur est du temple avec porte latérale bouchée
Credits Photographie D. Seigneuret, 2007
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-10.jpg
File image/jpeg, 76k
Titolo Fig. 11. Traces de placage dans l’angle sud-ouest du vestibule
Credits Photographie D. Seigneuret, 2007
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-11.jpg
File image/jpeg, 72k
Titolo Fig. 12. Partie orientale du mur nord du vestibule, avec porte aux piédroits moulurés et niche
Credits Photographie D. Seigneuret, 2012
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-12.jpg
File image/jpeg, 84k
Titolo Fig. 13. Partie nord de la cella avec môtab, vue vers le nord-ouest
Credits Photographie D. Seigneuret, 2012
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-13.jpg
File image/jpeg, 68k
Titolo Fig. 14. Angle nord-est du temple : cage d’escaliers
Credits Photographie D. Seigneuret, 2012
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-14.jpg
File image/jpeg, 96k
Titolo Fig. 15. Accès à la crypte occidentale se trouvant sous le môtab
Credits Photographie D. Seigneuret, 2012
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-15.jpg
File image/jpeg, 108k
Titolo Fig. 16. Souterrain partie externe ouest du temple
Credits Photographie D. Seigneuret, 2007
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-16.jpg
File image/jpeg, 96k
Titolo Fig. 17. Souterrain partie externe nord du temple
Credits Photographie F. Villeneuve, 2007
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-17.jpg
File image/jpeg, 64k
Titolo Fig. 18. Restitution hypothétique de l’élévation de la façade du temple
Credits Dessin R. de la Noue, 2007
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-18.jpg
File image/jpeg, 404k
Titolo Fig. 19. Schéma restitutif partiel du mur nord, face sud du vestibule
Credits Dessin D. Seigneuret, 2011
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-19.jpg
File image/jpeg, 36k
Titolo Fig. 20. Façade du temple nabatéen de Dhat Ras, Jordanie
Credits Photographie D. Seigneuret, 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-20.jpg
File image/jpeg, 68k
Titolo Fig. 21. Schéma restitutif partiel du temple montrant la différence de largeur de baie entre la porte de la façade et la porte du mur nord du vestibule
Credits Dessin D. Seigneuret, 2011
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-21.jpg
File image/jpeg, 80k
Titolo Fig. 22. Restitution hypothétique de l’élévation du môtab
Credits Dessin R. de la Noue, 2007
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-22.jpg
File image/jpeg, 112k
Titolo Fig. 23. Schéma restitutif partiel du temple montrant la partie nord
Legenda Pièces annexes, cage d’escaliers et môtab
Credits Dessin D. Seigneuret, 2012
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-23.jpg
File image/jpeg, 36k
Titolo Fig. 24. Bloc n° 12171
Legenda Double départ d’arc, mis au jour dans le souterrain nord, mission été 2007 (L. 1,27 m ; ép. 0,80 m ; h. 0,58 m)
Credits Photographie D. Seigneuret, 2008
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-24.jpg
File image/jpeg, 60k
Titolo Fig. 25. Maison V1, vue vers le sud-est
Credits Photographie mission Khirbet edh-Dharih, 1996
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-25.jpg
File image/jpeg, 684k
Titolo Fig. 26. Autel monumental se trouvant immédiatement à l’est du temple, restauré en 2007
Credits Photographie D. Seigneuret, 2012
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2983/img-26.jpg
File image/jpeg, 72k

Autore

Doctorante Université Paris 1

© Presses de l’Ifpo, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista

Versione a stampa

Caricamento in corso

Unavailable