Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires, architecture et matériel au Levant

Rites et sanctuaires

Dimension sociologique et restitution architecturale : l’exemple du temple nabatéo-romain de Dharih (Jordanie centrale)

Delphine Seigneuret

Résumé

À 80 km au nord de Pétra, les vestiges du bourg nabatéen de Khirbet edh-Dharih s’étendent sur une terrasse naturelle qui domine le wadi Laaban. Le temple, élément majeur du site, a été bâti, d’après les études stratigraphiques, au début du IIe siècle de notre ère, soit au moment de l’annexion romaine. Conservé sur une hauteur de huit à neuf assises, l’ensemble est globalement traité de façon symétrique. Les techniques de construction nous sont donc renseignées par les murs encore en place et par l’analyse typologique en cours des huit-cent blocs qu’il faut tenter de replacer. Au-delà de l’étude proprement archéologique, la composante sociologique prend alors toute son importance dans la restitution de cet édifice. Même si les parallèles avec les temples pétréens sont manifestes, la technologie de construction semble être plus difficile à comprendre ici, d’où certaines problématiques architectoniques concernant notamment l’usage du bois, l’hypothétique système de couverture ou encore la conception des parois. Cet article a donc pour propos de s’interroger sur quelques exemples précis de la restitution en cours, éclairés par une prise en compte du contexte social, géographique, cultuel et du savoir-faire technique, permettant ainsi de mieux appréhender artisans, architectes et commanditaires de ce lieu de culte.

At 80 kilometers North from Petra, the remains of the Nabataean small town of Khirbet edh-Dharih stretch out on a natural terrace dominating the wadi Laaban. The temple, the site's main element, was built, according to the stratigraphical studies, at the beginning of the second century, more precisely at the time of the Roman annexation. Preserved on a height of eight to nine basis, the whole group is globally treated in a symetrical manner. We are therefore informed of the building techniques by the remaining walls and by the ongoing typological analysis of the eight hundred blocks that are still to be placed. Beyond the strict archaeological study, the sociological component then takes all of its importance in the restitution of this edifice. Even if the parallels with the Petreans temples are obvious, the building technology seems more difficult to understand here, hence several architectonic problematics as to the way the wood was used, the hypothetical roof covering system or the conception of the walls. The goal of this article is therefore to question the reader on a few precise examples of the ongoing restitution, enlightened by a consideration of the social, geographical, cultual and the technical know-how, allowing us to have a better understanding of the craftsmen, architects and the people who ordered the making of this place of worship.

Texte intégral

Introduction

1À 80 km au nord de Pétra, les vestiges de Dharih s’étendent à 700 m d’altitude sur une terrasse naturelle qui, d’une part, domine d’une cinquantaine de mètres la rive droite du Wadi La‘ban, affluent de la rive gauche du Wadi al-Hasa et, d’autre part, fait face, à l’est, au Gebel Usba (fig. 1).

  • 1 Professeur à l’Université de Paris 1.

2Le site a été découvert en 1818 puis exploré à plusieurs reprises au xxe siècle. Les fouilles archéologiques, précédées d’une campagne de prospection préliminaire, ont débuté en 1984 sous la direction de F. Villeneuve1 et se sont achevées en 2007. En 1991, s’est jointe au projet une équipe jordanienne de la Faculté d’archéologie et d’anthropologie de l’Université du Yarmouk (Irbid) dirigée par Z. al-Muheisen, avec le partenariat du département des Antiquités de Jordanie. Ces travaux, répartis sur une vingtaine d’années, ont permis de retracer la chronologie du lieu grâce à la reconnaissance des différentes phases d’occupations, d’abandons et de réoccupations successifs jusqu’à l’époque moderne.

Fig. 1. Photographie aérienne du site de Khirbet edh-Dharih, du Wadi La‘ban et du Wadi Shareh, vue vers le sud-ouest

Fig. 1. Photographie aérienne du site de Khirbet edh-Dharih, du Wadi La‘ban et du Wadi Shareh, vue vers le sud-ouest

Photographie mission Khirbet edh-Dharih, 2002

Fig. 2. Plan général du site

Fig. 2. Plan général du site

Dessin J. Humbert, 2004

3La surface du site permet d’avoir la vision générale d’un établissement nabatéen en milieu rural avec toutes ses composantes : un sanctuaire, des habitations, des nécropoles, un caravansérail ainsi que des bâtiments agricoles (fig. 2).

4Si l’on met de côté les premières occupations du site au Néolithique, à l’âge du Bronze Ancien et à l’époque édomite, l’histoire de Dharih a débuté vers le tournant de l’ère chrétienne avec un premier établissement cultuel.

  • 2 La conception du temple du Ier siècle rappelle, par ses dimensions modestes et son plan quasi-carré (...)

5Le sanctuaire du ier siècle2 ap. J.-C. était composé d’une seule cour de temenos au nord de laquelle se situait un petit temple dont le dallage est encore visible aujourd’hui grâce à un sondage effectué sous le sol de la cella du temple du iie siècle (fig. 3). Durant la première moitié du iie siècle, l’ensemble a été remanié : deux grandes cours permettaient désormais d’accéder au nouveau temple, construit sensiblement à l’aplomb du temple du Ier siècle mais fortement agrandi, et les travaux d’aménagement du sanctuaire se sont poursuivis jusqu’au iiie siècle. L’organisation structurelle de ces deux parvis se présente comme suit. L’accès à la première cour s’effectue par une porte monumentale flanquée de pilastres. Avant même cette entrée, à l’angle sud-ouest, se trouvent trois salles contiguës, qui furent un temps aménagées comme triclinia. Dans le coin sud-ouest de la première cour ont été construits au minimum deux triclinia, certainement pour des banquets rituels. La seconde cour, également accessible par une porte centrale, comprend des éléments liés au culte : un triclinium ainsi que des gradins sur les côtés ouest, sud et est (fig. 4). Le temple du début du iie siècle, dont les vestiges sont encore visibles, est situé dans la partie nord de ce second parvis (fig. 5). Il est accessible par une porte centrale ménagée dans la façade, qui mène à un vestibule de plan barlong, suivi d’une cella au nord de laquelle a été érigé un podium cultuel. Ce podium, ou môtab, est flanqué de chaque côté de deux pièces. Celle du coin nord-est est pourvue d’une cage d’escalier.

Fig. 3. Plan du sanctuaire du ier siècle ap. J.-C.

Fig. 3. Plan du sanctuaire du ier siècle ap. J.-C.

Dessin J. Humbert, 2000

Fig. 4. Plan du sanctuaire du iie et iiie siècles ap. J.-C.

Fig. 4. Plan du sanctuaire du iie et iiie siècles ap. J.-C.

Dessin J. Humbert, 2000

Fig. 5. Plan du temple, pierre à pierre

Fig. 5. Plan du temple, pierre à pierre

Dessin mission Khirbet edh-Dharih, 2007

6Comment ce bâtiment a-t-il été pensé et conçu ? Quel est le rôle de ce lieu de culte dans la sphère nabatéenne ?

7Nous proposons ici de donner quelques pistes de réflexions afin d’aborder ces différentes questions tout en rendant compte de l’analyse des vestiges, en présentant l’état de la recherche concernant les restitutions et en nous interrogeant sur la gestion de l’espace dans ce lieu de culte ainsi que sur sa place à l’échelle du site.

Le “dit des pierres” ou les gestes des concepteurs

8Édifice d’environ 17 m de large sur 23 m de long, le temple a été construit en calcaire provenant certainement de carrières situées à proximité, à une centaine de mètres au sud-est du site (fig. 6). L’analyse en cours des vestiges, du processus architectural et des traces d’outils sur les blocs architecturaux nous fournissent des éléments majeurs sur le savoir-faire de l’époque et sur les bâtisseurs du lieu de culte. Nous présentons, dans cette contribution, l’état de la recherche concernant ces différents points.

Fig. 6. Photographie aérienne du temple, vue vers le nord-ouest

Fig. 6. Photographie aérienne du temple, vue vers le nord-ouest

Photographie F. Villeneuve, 2007

La façade

9L’organisation décorative de la façade est constituée – de façon symétrique – d’un ordre appliqué comportant deux demi-colonnes de part et d’autre de la porte monumentale centrale et deux quarts de colonnes (l. 0,51 m) accolés aux pilastres angulaires (l. 1,14 m). Cette composition a certainement eu pour fonction d’associer pilastres d’angle et ordre appliqué et de rythmer l’ordonnancement en délimitant des entrecolonnements, mais a également eu pour but de renforcer le mur de façade, trop mince, en divisant les charges (fig. 7). Ce mur de façade, épais de 1,10 m, est composé d’un double cours, comme c’est le cas d’ailleurs pour chacune des parois de l’édifice. Les blocs architecturaux, en grande majorité placés en carreaux, sont d’un module assez homogène (hauteur d’environ 36 cm pour les assises inférieures) et sont liés entre eux par du mortier à joints gras épais de 1 cm pour les liaisons verticales et à joints plus fins pour les liaisons horizontales, d’environ 3 mm. Cet usage systématique devait permettre d’assurer la solidité du monument tout en créant une excellente répartition des pressions entre chaque assise.

Fig. 7. Façade du temple, vue vers le nord

Fig. 7. Façade du temple, vue vers le nord

Photographie D. Seigneuret, 2008

Fig. 8. Contrefort côté est, accolé à la façade

Fig. 8. Contrefort côté est, accolé à la façade

Photographie D. Seigneuret, 2008

10Le parement intérieur (nord) de la façade reste difficilement descriptible en raison de l’étable de la réoccupation omeyade accolée devant, au nord. Cependant, d’après ce qui peut en être observé sur le terrain, les assises en sont plutôt irrégulières et les blocs ne sont pas équarris. Pour remédier à cela, les artisans ont posé de l’enduit sur la paroi. De plus, deux piliers à base moulurée ont été construits à l’arrière de la façade, derrière les piédroits de la porte monumentale. Utilisés comme contreforts, ils semblent avoir été installés avec précipitation, dans l’Antiquité, certainement en raison d’un affaissement de la façade, qui s’élevait à plus de 15 m de haut (fig. 8).

Les murs ouest, est et nord

  • 3 Zayadine, Larché, Dentzer-Feydy 2003, p. 36.
  • 4 Rababeh 2005, p. 116.

11Les parements externes des murs latéraux et du mur arrière du temple étaient sans décor. Les murs ouest et est, les plus longs, sont rythmés par deux pilastres angulaires et trois pilastres intermédiaires. Le mur arrière (nord) est, quant à lui, scandé par deux pilastres d’angle et deux pilastres intermédiaires (fig. 9). Les pilastres sont larges d’environ 86 cm, en ressaut de 5 cm sur le nu des murs et espacés de 4,54 m. Ils sont constitués d’une alternance, en hauteur, de blocs mesurant plus de 1 m de long et de blocs moins longs, créant ainsi des décrochements qui assurent une meilleure solidité du pilastre. Les blocs (hauteur moyenne : 45 cm) de ces trois murs sont plutôt bien équarris et la plupart du temps placés en carreaux. Les parois étaient constituées de deux cours, l’intervalle entre les deux étant rempli par de la pierraille et du mortier, comme c’est le cas dans beaucoup de monuments cultuels nabatéens. F. Larché rapporte ainsi qu’au Qasr al-Bint de Pétra les murs, d’épaisseur moyenne, sont construits en carreaux et en parpaings ; lorsque les parements internes des carreaux ne sont pas jointifs, l’espace qui les sépare est rempli d’un mélange de petites pierres coulées dans du mortier3. Lors de la construction des édifices, les architectes nabatéens devaient prendre en compte plusieurs critères et notamment celui de l’importante amplitude thermique entre les températures diurnes et nocturnes4. Les deux cours reliés par du mortier et de la pierraille était donc essentiels pour prévenir l’humidité et l’érosion et limiter ainsi les risques de détérioration dus aux intempéries.

Fig.9. Mur nord du temple

Fig.9. Mur nord du temple

Photographie D. Seigneuret, 2007

Fig. 10. Mur est du temple avec porte latérale bouchée

Fig. 10. Mur est du temple avec porte latérale bouchée

Photographie D. Seigneuret, 2007

12Un élément appréciable pour la compréhension du culte et de ses modifications est à prendre en compte. En effet, dans un premier état du temple du iie siècle, un accès au vestibule était possible par une porte aménagée dans le mur est, à environ 2 m de l’angle sud-est, porte dont la baie était large d’environ 1,45 m. Les vestiges nous permettent encore de voir le bouchage de cette porte grâce à des petits blocs de module inférieur (hauteur : de 35 à 45 cm) à ceux ayant servi à la construction des parois extérieures de l’édifice (fig. 10).

Le vestibule

  • 5 Chambon 1991, p. 9.

13La porte monumentale centrée dans la façade – outre cette porte latérale utilisée dans un premier état – mène à un espace de plan barlong (17 m × 8 m) : le vestibule. L’appareil des parois internes de cette pièce n’est pas isodome et la hauteur moyenne des moellons est de 30 cm. Pour pallier ce manque d’homogénéité, les murs du vestibule étaient, nous l’avons vu, recouverts d’un enduit. Des traces de ce revêtement sont encore visibles dans le coin nord-est (entre 4 et 5 cm) et dans le coin sud-ouest (9 cm) (fig. 11). L’usage des revêtements est très fréquent dans les temples nabatéens, ainsi au Qasr al-Bint, au temple aux Lions ailés ou encore au temple d’Allat au Wadi Ramm. Ce revêtement avait pour but d’embellir la paroi, de camoufler les imperfections du mur et de produire un effet décoratif illusionniste moins coûteux que si ce décor eût été sculpté. Dans ce vestibule, trois couches d’enduit sont encore visibles. Si l’on observe minutieusement les blocs constituant les parois internes du vestibule, il est possible de distinguer les traces obliques de gradine inclinée à 45° indispensables pour une meilleure adhésion des revêtements. En examinant avec attention les vestiges, les fouilleurs ont pu analyser la mise en place des panneaux muraux5 :

  • une première couche uniforme d’environ 12 mm d’épaisseur a été appliquée sur le nu du mur (brique pilée, cendre grise, mortier concassé). Sur cette surface rugueuse a été étendue une couche de plâtre fin de même épaisseur, sur laquelle l’artisan a gravé des panneaux rectangulaires ;

  • celui-ci a ensuite appliqué une deuxième épaisseur de plâtre de 10 mm permettant un bossage légèrement biseauté sur les bords des panneaux ;

  • les motifs étaient obtenus par l’application d’une troisième couche de même épaisseur.

14Un mur de 0,95 m d’épaisseur marque la limite entre le vestibule et la partie sud de la cella (fig. 12). Une porte centrée permet de passer d’une pièce à l’autre : les vestiges de ses piédroits moulurés sont encore visibles. La partie est de ce mur était pourvue d’une niche semi-circulaire, dont les claveaux tombés ont été mis au jour dans ce secteur. Par symétrie, niche identique est restituée sur le côté ouest.

Fig. 11. Traces de placage dans l’angle sud-ouest du vestibule

Fig. 11. Traces de placage dans l’angle sud-ouest du vestibule

Photographie D. Seigneuret, 2007

Fig. 12. Partie orientale du mur nord du vestibule, avec porte aux piédroits moulurés et niche

Fig. 12. Partie orientale du mur nord du vestibule, avec porte aux piédroits moulurés et niche

Photographie D. Seigneuret, 2012

La cella

La partie sud et le môtab

  • 6 Chambon et alii 2002, p. 34.
  • 7 Larché, de La Noue 1991.
  • 8 al-Muheisen, Villeneuve 1994, p. 744.

15Les vestiges de l’abside d’une église byzantine6 sont encore apparents dans la partie est de la salle. Comme dans le vestibule, les assises des cours intérieurs des murs ouest et est sont irrégulières. Afin d’obvier à cet inconvénient, les maçons ont comblé les irrégularités par du remplissage de cailloutis. Cette partie du temple était ornementée d’un décor rapporté, car des traces d’enduit et des mortaises circulaires de fixation sont visibles à 2,30 m au-dessus du dallage. Au nord de la cella, les deux entrées d’un couloir qui entoure le môtab sont marquées, à l’ouest et à l’est, par deux pilastres d’angle, chacun constitué d’une base posée sur un piédestal de 63 cm de haut. L’élévation de ces pilastres est ornée de cadres superposés décorés de motifs floraux, surmontés d’un rinceau prenant naissance dans trois feuilles d’acanthe et grimpant jusqu’au chapiteau7. Le décor de ces frises florales verticales se poursuivait sur plusieurs blocs. Les joints étaient comblés par une fine couche de plâtre qui épousait les reliefs. L’élévation inférieure du môtab – élément cultuel essentiel du temple – est d’abord constituée d’une mouluration de base de 38 cm de haut, puis d’une rangée d’orthostates de 72 cm et d’une mouluration de couronnement de 30 cm (fig. 13). Ce socle est surmonté d’un stylobate composé d’une assise de gros blocs rectangulaires, haute de 64 cm, sur laquelle ont été insérés des madriers de bois, puis d’un couronnement mouluré de 27 cm de haut. Sur ce stylobate, large de 91 cm, reposaient les colonnes d’un baldaquin. Dans un premier temps, le môtab (7 m de côté) était accessible par deux escaliers étroits situés aux deux extrémités de sa façade. Dans un second temps, ceux-ci ont été bouchés et un escalier amovible en matériaux légers a été apposé contre le môtab8. De cet état, nous remarquons sur le dallage du podium deux mortaises pour la fixation des bétyles – communs dans les rituels sémitiques – disposées au coin nord-est et au centre, et une troisième de fonction indéterminée, au coin sud-ouest.

Fig. 13. Partie nord de la cella avec môtab, vue vers le nord-ouest

Fig. 13. Partie nord de la cella avec môtab, vue vers le nord-ouest

Photographie D. Seigneuret, 2012

  • 9 Information transmise par F. Villeneuve.
  • 10 Larché, de La Noue 1991.
  • 11 Rababeh 2005, p. 143 et discussions avec F. Larché et R. de la Noue.

16L’assise faite de poutres de bois assemblées par un système de tenons et de mortaises et insérée dans la construction du podium du môtab mesurait 10 cm de haut. Des morceaux de bois calcinés ainsi que les empreintes des poutres dans le plâtre ont été trouvés in situ9. L’insertion des assises de bois dans la maçonnerie est très répandue dans l’architecture nabatéenne : procédé déjà courant durant le 2e millénaire avant notre ère, où le bois était utilisé pour renforcer les parties supérieures des parois en briques crues. Quelle était la fonction de ces madriers de bois dans le môtab de Dharih ? Cela reste difficile à interpréter car, d’une part, le chaînage est partiel : il n’y a donc pas volonté de ceinturer l’édicule. D’autre part, il constitue une véritable assise qui occupe toute l’épaisseur du stylobate, à l’inverse de ce que l’on rencontre habituellement, au temple d’Allat au wadi Ramm, à Mampsis ou encore au Qasr al-Bint de Pétra, où le bois occupe une petite partie de l’épaisseur du mur qu’il ceinture, de manière à combiner l’élasticité et la résistance de la paroi10. Cette particularité architectonique devait probablement permettre de renforcer le muret concerné11.

17Les côtés nord, ouest et est du môtab comportent chacun deux colonnes cylindriques placées entre deux piliers d’angle à section cordiforme à deux demi-colonnes appliquées. Les assises des piliers sud, visibles dès que l’on pénètre dans la cella, sont sculptés d’un décor végétal couvrant sous forme de panneaux rectangulaires.

  • 12 Chambon 1991, p. 4.
  • 13 Ibidem, p. 4.

18Cette plate-forme est entourée d’un déambulatoire étroit de 95 cm à 1,05 m de large entre les murs, mais de 70 cm au niveau des moulures. Le sol de ce couloir est constitué de grandes dalles de calcaire qui font pour la plupart la même largeur que le couloir mais sont de longueur variable. Ces dalles sont scellées au plâtre sur un radier de cailloux12. De nombreux fragments de stucs et des traces de plâtre indiquent que les murs ouest, est et nord entourant le môtab étaient ornementés d’un revêtement stuqué imitant des assises de pierres à bossage, encadré ou surmonté de pilastres soutenant des corniches denticulées13.

Les chambres annexes

19De ces quatre pièces d’angle, deux sont accessibles depuis la partie sud de la cella et deux autres par les parties est et ouest du déambulatoire entourant le môtab (fig. 5). La chambre de l’angle nord-ouest – dans laquelle on pénètre par un petit seuil large de 1 m, constitué d’une marche de 9 cm de haut – est de plan presque carré, mesurant environ 2,20 m de côté. La présence d’un gond nous prouve que cette pièce pouvait être fermée, de même que les autres pièces d’angle, ce qui leur confère une fonction importante. Les parois sont constituées d’un assemblage de blocs en carreaux et en boutisses avec des assises plus ou moins régulières. Deux niches ont été installées dans le mur sud de la pièce, à 0,80 m au-dessus du sol, mesurant environ 57 cm de large pour 1,22 m de haut et 60 cm de profondeur.

20La chambre sud-ouest, accessible depuis la partie sud de la cella par une entrée large de 1,06 m, dispose d’un sol plus bas de 9 cm que celui de la cella. On y pénètre par un seuil profond de 25 cm. À l’est du môtab, la chambre sud mesure environ 2,20 m par 3,80 m. Également accessible par la partie sud de la cella, l’entrée de la pièce est constituée d’un petit seuil haut de 3,5 cm et profond de 22 cm. Le dallage, composé de dalles au module hétérogène (de 30 à 50 cm), repose sur le plafond d’une crypte souterraine. Deux niches sont aménagées dans la paroi du fond (nord) : à 70 cm au-dessus du sol, elles mesurent en moyenne 1,30 m de haut, 60 cm de large et de profondeur. Enfin, la pièce d’angle nord-est, à laquelle on accède depuis la partie orientale du déambulatoire, mène à une cage d’escalier, et accessoirement à un réduit situé sous les marches. Son entrée est constituée d’une porte large de 1 m et haute de 1,90 m. Le sol de son seuil est à 15 cm plus bas que le sol du déambulatoire. Tout de suite à droite de cette porte, au sud, se trouve un petit espace où l’entrée s’effectue par un passage large de 92 cm. Trois mortaises d’environ 9 cm de diamètre sont visibles sur la verticale du piédroit gauche de cette entrée. Face à l’entrée depuis le déambulatoire se trouve la cage d’escalier – menant certainement à une terrasse – dont deux volées de marches sont de nouveau en place, après avoir été restaurées par les soins de la mission de Dharih (fig. 14).

Fig. 14. Angle nord-est du temple : cage d’escaliers

Fig. 14. Angle nord-est du temple : cage d’escaliers

Photographie D. Seigneuret, 2012

21La première volée, haute et large d’environ 1 m et constituée de quatre marches mesurant chacune une vingtaine de centimètres de haut, donne accès à un premier palier carré d’environ 1 m de côté. Une seconde volée de marches, mesurant chacune 0,85 m de haut, mène à un second palier, de 1,12 m de long sur 0,93 m de large.

Les cryptes

22Le temple abrite trois cryptes : deux d’entre elles sont sous le môtab, accessibles chacune par une petite porte ménagée dans les orthostates du podium à l’ouest et à l’est. Les portes donnant accès aux deux cryptes du môtab pouvaient être fermées puisque des crapaudines de 6 cm de diamètre sont encore visibles. Du côté ouest, l’entrée est large de 56 cm et haute de 79 cm ; l’entrée orientale mesure 70 cm de large et 75 cm de haut (fig. 15). Le plafond de ces cryptes, fait de dalles, était soutenu par un arc clavé surbaissé, dans le sens de la longueur (nord-sud). Le sol de la crypte ouest ayant été pillé en son centre, les fouilleurs ont pu voir de quelle façon les fondations de l’édifice avaient été conçues : sous le dallage se trouvait un radier de cailloux et de terre permettant de combler les inégalités de la base rocheuse. La troisième crypte, souterraine, se trouve, nous l’avons vu, sous la chambre d’angle sud-est ; son plafond, soutenu par un arc, est épais de 17 cm.

Fig. 15. Accès à la crypte occidentale se trouvant sous le môtab

Fig. 15. Accès à la crypte occidentale se trouvant sous le môtab

Photographie D. Seigneuret, 2012

Les souterrains ouest et nord

23Le souterrain ouest était accessible par une porte qui devait être aménagée dans son mur ouest, secteur qu’il est impossible de fouiller pour en vérifier l’emplacement exact puisqu’il est à flanc de pente et qu’il est en conséquence dangereux d’en entreprendre une étude (fig. 16). Large de 2,25 m, ce cryptoportique était couvert par un système d’arcs dont les jambages et certains claveaux sont encore visibles, mesurant environ 55 cm de long, 14 cm de large et 30 cm de haut, liés entre eux par du mortier.

Fig. 16. Souterrain partie externe ouest du temple

Fig. 16. Souterrain partie externe ouest du temple

Photographie D. Seigneuret, 2007

  • 14 Fouilles menées par C. Hasenohr et A. Le Bihan (été 2007).
  • 15 Fouilles menées par A. Chambon (été 2007).
  • 16 Restauration menée par P. Duboeuf.

24Grâce à la fouille archéologique de ce secteur14, nous avons pu constater que les jambages (1,60 m de haut) des arcs reposaient soit directement sur le rocher lorsque cela était possible – celui-ci étant assez friable – soit sur une couche de remplissage de fondation. L’espace entre les arcs et les dalles du plafond était comblé par de la pierraille pour une meilleure solidité. La fouille des souterrains ouest et nord du temple a permis d’observer les fondations du temple, qui sont formées de blocs constituant une assise dont la hauteur varie entre 35 et 45 cm. La face de ces blocs n’est cependant pas aplanie et elle est de taille assez fruste. Les jambages des arcs du cryptoportique étaient appuyés contre le mur ouest du temple mais insérés dans la maçonnerie du mur ouest du cryptoportique, ce qui montre que, malgré les apparences, la construction du souterrain faisait partie du projet initial de l’édification du temple nabatéo-romain du iie siècle. Cependant, une plus grande attention a manifestement été portée à la construction du souterrain nord15. Accessible depuis le cryptoportique ouest par une porte – restaurée durant la campagne de l’été 200716 – ce couloir était dallé (fig. 17).

Fig. 17. Souterrain partie externe nord du temple

Fig. 17. Souterrain partie externe nord du temple

Photographie F. Villeneuve, 2007

  • 17 Constats de C. Bouchaud.

25Comme dans le cryptoportique occidental, dix arcs, distants les uns des autres d’environ 1,10 m, soutenaient la couverture de ce souterrain, arcs dont les jambages, hauts de 1,30 m, étaient accolés contre le mur nord du temple comme contre le mur nord du couloir. Trois imposants piliers sont en outre accolés contre le mur nord de ce couloir souterrain, mesurant en moyenne 90 cm de long sur 80 cm de large. Ces structures sont composées de blocs hauts de 30 à 40 cm liés entre eux par du mortier friable grisâtre qui est recouvert d’un enduit blanc. Les piliers ont été construits en premier, puis les arcs ont été accolés contre eux et enfin le couloir a été dallé. Une crevasse (large de 13 à 22 cm) causée par un tremblement de terre qui a secoué le temple, à coup sûr après son abandon en tant que tel, est encore visible sur le dallage de ce couloir souterrain. Elle nous permet de constater que les dalles sont épaisses de 20 cm et qu’elles reposent sur le rocher. Elles sont larges d’une trentaine de centimètres. Deux margelles ont été ménagées dans le dallage du couloir : la première, la plus à l’ouest, dont la bouche est rectangulaire (L. : 55 cm et l. : 48 cm) présente une cuve cylindrique de 55 cm de diamètre et de 57 cm de profondeur soit un volume total de 0,125 m3 environ. La seconde margelle recouvre une cuve cylindrique profonde de 50 cm pour un diamètre de 57 cm, soit un volume total de 0,111 m3 environ. La fouille de ces deux éléments n’a pas fourni de matériel probant17 ; il s’agissait probablement de cuves de stockage, peut-être pour des liquides rituels.

La restitution générale ou la frontière entre fonctionnalité et pensée religieuse

26Grâce à l’étude des vestiges en place, des blocs architecturaux ainsi que des plans de chute, la restitution générale du temple peut être proposée, avec plus ou moins d’hésitations selon les secteurs. À partir de ces restitutions hypothétiques, quelques pistes de réflexion peuvent être suggérées sur la fonctionnalité des différents espaces du temple, en attendant de nouvelles perspectives.

La façade : mise en scène et rôle de la lumière

27L’équipe de la mission de Dharih, notamment F. Larché et R. de la Noue, a beaucoup travaillé sur la restitution de la façade depuis le début de la mission archéologique dans les années 1980. Continuant les travaux d’analyse architecturale depuis 2008, et avançant grâce à une collaboration avec l’équipe, je peux présenter ici une partie des dernières hypothèses et des problèmes rencontrés (fig. 18).

Fig. 18. Restitution hypothétique de l’élévation de la façade du temple

Fig. 18. Restitution hypothétique de l’élévation de la façade du temple

Dessin R. de la Noue, 2007

Le mur de façade jusqu’au couronnement

  • 18 Ginouvès, Martin 1998
  • 19 Dentzer-Feydy 1991, p. 6.

28Les demi-colonnes, les quarts de colonnes et pilastres d’angles ont pu être reconstitués facilement car les tambours sont tombés à l’aplomb de la façade. Les colonnes et pilastres appliqués, chapiteaux compris, atteignaient une hauteur de 11,50 m. La porte, haute de 6,60 m au-dessus du sol extérieur, était constituée d’un chambranle à pilastres et d’un entablement sur son linteau. Les piédroits de cette porte étaient ornés de panneaux débutant à 2,60 m de haut, dans lesquels étaient sculptés des rinceaux d’acanthes autour de grosses fleurs représentées de face, et de fruits. Ces pilastres étaient surmontés d’un chapiteau corinthien à rinceaux. Celui du côté est a pu être restitué : une feuille enveloppait la partie basse de l’élément et le tout était décoré d’enroulements végétaux avec des fleurs de petit module. Ces chapiteaux soutenaient un linteau d’entablement dont le décor en méandres de svastikas a pu être défini : motif régulier, continu et en relief18. À chaque angle se situait un foudre végétal dans un cadre. Surplombant le bandeau d’architrave se trouvaient respectivement un cavet sculpté de rinceaux d’acanthes à fleurs et à fruits et une rangée d’oves19. L’ensemble était surmonté d’une corniche lisse à denticules dont il manque la partie centrale. L’élévation des entrecolonnements se présentait de la façon suivante :

    • 20 Larché, Braemer, Geyer 2005.

    des piédestaux, hauts de 3 m, sont conservés in situ dans leur intégralité. Il se trouve que deux fragments architecturaux représentant respectivement un œil et une patte de fauve ont été découverts devant le temple. Le pied de l’animal mesure 15,5 cm de haut. Lorsque l’on restitue la taille de l’individu à partir de cet élément, on obtient une sculpture de 1,50 m de haut sur 2 m de large qui tiendrait parfaitement sur les piédestaux. Il est intéressant d’imaginer un fauve représenté de profil sur chaque piédestal, regardant en direction de la porte centrale monumentale, ce qui rappelle l’iconographie d’Iraq el-Amir20 .

  • Au-dessus des piédestaux, des assises sculptées s’intercalaient entre les assises courantes du mur. En tenant compte des plans de chute de ces éléments, nous restituons un panneau de cadres décorés au-dessus de chacun des piédestaux, à environ 4,30 m de haut et un troisième au-dessus de la porte centrale de la façade, à 7,70 m de haut. Cependant, le joint de ces blocs ne correspond pas toujours à de véritables assises : en effet, plusieurs parties de « cadres » étaient sculptées sur un même bloc. L’emplacement de ces assises dans les entrecolonnements est assuré, d’une part, en raison de leur plan de chute, face contre terre et, d’autre part, par la liaison de certains blocs avec les tambours des demi-colonnes. Il est intéressant de constater que l’entrecolonnement ouest est constitué en grande partie de blocs non figurés ; l’entrecolonnement central, de foudres végétaux ; et l’entrecolonnement est, de scènes cultuelles.

  • Des blocs de linteaux et de piédroits trouvés attestent l’existence de fenêtres au-dessus des panneaux de cadres sculptés ouest et est. Presque tous les éléments de la baie ouest ont été découverts, ce qui permet de restituer de chaque côté une fenêtre haute de 3,10 m, linteau compris. En analysant en détail les blocs, nous constatons que les fenêtres étaient très probablement ouvertes. Quelle était leur fonction ? Si elle était d’éclairage, est-ce un argument en faveur de la présence d’un système de couverture au-dessus du vestibule ? Autant la question reste ouverte pour les fenêtres de la façade, autant certains fragments de blocs mis au jour dans le secteur nord du temple indiquent bien la restitution d’oculi et de fenêtres à l’arrière du temple à des fins d’éclairage.

Le couronnement de la façade

29Les quelques blocs décorés mis au jour devant la partie ouest de la façade nous aident à restituer une architrave murale avec frise de rinceaux qui surmontait les colonnes et pilastres appliqués à 11,50 m de haut, composée de cadres ornementés au-dessus des deux pilastres d’angle. Un petit couronnement biseauté surmontait l’architrave : haut de 28 cm, il se composait d’une série d’entrelacs végétaux associés à trois feuilles formant une frise continue sur toute la longueur de la façade. Au-dessus de l’architrave prenait place une frise constituée d’une alternance de bustes zodiacaux et de Victoires ailées couronnant ces bustes. Quatre bustes zodiacaux et cinq blocs figurant des ss="texte">

    exte"> 2005,itillustratioin /spaLiou surm Blle couvs/span> Constats de C. Bouchaud.

19e. L’ensemble étrmonté d’unctangulaires,ges (1, dlraa res clasiouest, d, constituôté etremière,rd du templeses dans le voir le es banumber">29

    e
  • 12 Chambon Constats de C. Bouchaud.

27L’ haîCelui du , nt oues d’un ute, f. Les padallurés ;es " blanparaage , en grae grosses dré ou surt obtendià lfaiimber"vale denvble étsont res ctu29innemensont res crtraticonographie d’Iraq el-Amir2928

    e
  • 16es par A. Chambon (été 2007).
  • exte">12 LarMuheise15es par A. Chambon (été 2007). e5
  • 12 Constats de C. Bouchaud.

Les veonstatassez frior rapporents de avraiois sobnit lasti surt obten métituaivr aprl pouvait La  ? sdu munteau dt ne troisueleeaux com. Les joiarchpotres soutd="totuciconographie d’Iraq el-Amir14Des blocdroits de f ontLe décores pce dlstiges de ses piédroits/em>au-deemenqrge d’ ce qui permet. Les jole étcle ? Aut Les jons blocupodes 9">19e.t Les jonvble étsotres soutdornemenx d’en e9ouronpparun ucef="#fon a manifeef=sa partie"#tocfr de caté desa de l’édifics/span>Ltnt, blées pRamm,Rabbahble par dln, mesuaqulf=en eRououranteRoi plusbodyfn>Ltnt, b,thétique de lbts ie du môt(L. : 55 cm un troisième emenqrge d’dd d’une cllémr deiconographie d’Iraq el-Amire5 ="bodyftn11" href="#ftn1contrés (fig. 18).

P1odyftn11" href="#ftn1contrés (fig. 18).

Lt , b,tJofil iévation de la façade du temple

Lt , b,tJofil iévation de la façade du temple" />

P0odyftn11" href="#ftn1contrés (fig. 18).

es sur l’élasont poconsa une assi et un treothétique dee à c un treu nord du tempge dans lvation de la façade du temple

es sur l’élasont poconsa une assi et un treothétique dee à c un treu nord du tempge dans lvation de la façade du temple" />

P1odyftn11" href="#ftn1contrés (fig.ires.

    e6te">e7te"> 200M4 Constats de C. Bouchaud.

hrefnage e les fecs, dista eébablemend du tempge dans ls contl0,125 mL’bodyftisemjerer ltambours des demi-colonnes. Il est resque eu nordd 28 

de 1,5(3te cen)l est resque esi et un trdirection dreothétique de(2,4 cen)ld’en 21)ute drois , e on fouidans leorceauxdoe dans lur pl,25 m, ce(ni assituém3n6" ’empla> iteaux soutenaieothétique de cuves de">16L’,poportique était c)us de5 mut leur fovacuaemple inde et grimpant jusqu’au chapiteau m zo.tfin ssus du vévarogasoit. 14oe de lrih ? Cela reeorte, auom? Pblemce tre quenceuxdoe dans ls contln class=vn d surt obten mrt le 2< un caarchern a manles depuis la om?

ccidMccès aux dustesrcumce à lifontcène et rôle de la lumière

22res au-up ?quépuis l ou surmonunteauait d’une ont ét,20 m dge/2architra (ue c» éicscrit se situait un)stituté pinnaun cavet se muraaranumqueid="tocto a mancombldc des fleurs és à s fleurs ,ble par d port pilastres asi lure 15e ques contthésur l’lns de la lons que l’on pénètrdpièce p rasencesenceave murdrores d’etique de l’élchme de panneaux rectangulaires.

stioe 29notrig. 18n>L’a pascage d’escaut etbe gertm u La‘égt recoge dagaçlun aseehuiutriant(V2) jouxtee lrmmartiatenêtruiteudela faiet, V1tu18 rntlup> ironcx 5 pteédstbuil t=II ntlup> ironcx uxires,futlntearuitl. Lelrat="msoutenaieoth hd pr 363t Unebryecoml conçueseisposéea vedes s peyDes morcntrect5séepoids, dul permetg-14unLhuiutriantV10,duiteude dev. agch nnerie d in 18nveef=sa patlmi t, dchme de panneaux rectangulaires.

    47
  • 12 Constats de C. Bouchaud.

16ocuon in etrculces blee situasacppri5ei’iconographie d’Iraq el-Amirztfragmentsnt nsté ur psurmonliresntcène et rôle de la lumière

3l7s an cpes bntcène3de panneaux rectangulaires.

    4
  • 18 49ps 18 50ps 18  ssé ham7uheise124hé, Brae par A. Chas de C. Bouchaud.

ztfragmentm msudrr ou su muridemaçonnerihreicutenaieotnLes pes bleleslfi tn6" grimpant jusqu’au chapiteau50ps="bodyftn11" href="#ftn1contrés (fig.ires.

3l8s an cnemdiolntcène3de panneaux rectangulaires.

3l9s an c riclicsocène3de panneaux rectangulaires.

    59
  • 18 Chamb/ par A. Chambon (été 2007).
  • 6xte">"fo,iles Géntale, c aux , XVI, 4, 6.pan> Constats de C. Bouchaud.

L’,buiteude eng les83/imnction in uoes de ha 2-s pe ds yennceaux urintrnnesctouest, d (e e chac10lpturant5lam)dd blocs fiédetruit.s,pde ce. Reaa718 ntlup> ironcx r grimpant jusqu’au chapiteau2ant riclicson p,iédetruitieaproi>18 ntlup> ironcx ,ndroie,osboDar un pe dentinction in uo125 ma Demhapit s peyo cuneale ? /ent gru nt, goll dyftlavacu lifo, la c supblement deeffi’élcuceine. M Cepennfolpurgale à pdes s pey veégqritele parpifragme">en e" ma du vesctouest, dplusrentl seuil t=s nci ssr,rpblement de mur:tauxe puaole,ux nealt=ppuyéssoit psdle mums ies sp l2if"stitu(8s et pirant7s et p)chCparloppait leynètrdntrectdge/2annem>entb pol deant riclicson p iennustfragmentm mmôtépandue 28lonnelutôblnan r lPes ssibNde l’ dSiv>"fopde cee ceten ar lenmetenact desreeasttrecolosr grimpant jusqu’au chapiteauen eIls e quode lnlléreeast>16spaonzen mpitu(lpila eéteui,bcce quifoieyrccto cadbu, étaa">stiot lmLes ell,lnonain drpt nLasvenstairnsouprsoc ui-mce er lmert >16foieyé cote, canLasvce Laa, caificsuQvrestifoieyaeh kqudà deseeaux rectangulaires.

    61te">18 6
  • 12 Constats de C. Bouchaud.

L’, c 45 cmmhKhirbet at-Tnntuaail lure 15lonnes. dle.alel. : trontatres. eit leydencortyp nsts deant riclicson p yps constateapoc">Dsetres r ouest,

 m zt L0 égqrittsps constateaux d ve90lairte à rg d ve2lam, 20Ls eaves de côté ses piédroitsnndnammypt nçonn,

L’a paspaTnntu,ad au-s pe d veégqriteq blocs fiinnesllare. L’empla-snci ssrcaspan nta-EuLaaraDes morceapragme">Palmyr’eluaranu,elacontpuas soutee mAgbelemhKhirbet SemrroduxmhKhirbet Leqte de mhKhirbet RamdatenSt treMarzougaoe assiute, cr grimpant jusqu’au chapiteau

e dans lad au-snci ssrcaspan>L’a paspaTnntupde ce.iverstue vda tabpe2numentale, ce aveyst ig.dnt grte">rchilesfenêvlust,ad auge cen sspamcein, desreeL. : 5 lifolpdpiaseenestaatrtrecnttsf="d aul"stipoe drecolost L0 -s pe d veégqriteprue, ddres silaiedt crypt, rt obtene de,ssible uuloncxppriemenamblee dussoit psdautre pabétylee murcatitubrobypt, rblement detres àdateezo, t destlacomumsrs, chapitvic et c,a paspv"#escrblement d, nun ute, ne de,slacomumsrerade vue etis clasie chsexion pe 40r grimpant jusqu’au chapiteau3a10spaintaux lsdirection ocène3de pannhaud.

ie lrge q moaux l,olmonuntcecre dt recutextrmencomlad sçonpoe denttsa leynp l2if"stit,seses 9ol dspuyru 55rtaaacten dueten aatres. Deeapragme">t Loitle on acemtsutateisoe dans ls au jour pninal moalleuaiss faéul"stiporrge qui aén cl une e>Dsecs repoant accès aux . De dircumambà lifolpur p#escrblement deeffease beiabls descat="Figc ui-mce .s"> m

12tre pour des liquides 3et, 2012

3a11spaintnmetenact dtl seauocène3de panneaux rectangulaires.

    64te">65
  • 12 Constats de C. Bouchaud.

2718 rntlup>-oi>18 ntlup> ironcx )e mura puenstairnrux ablulifolpdps fid="lecbodyftn13" h"1et, 2012

1nas>Qvrestituloppait ley18nvecsitaocntcène1et rôle de la lumière

=";n8éeses psup>be guls="pable dtique d, èce psinlratpuyéscontre ebts i, sçonneri: namble, nt onnemenhomog’=";nrecse2nnem> m inscm »ng leonctio=";nir Ilifo dr ne, canLaboi. Lr un0,manemenernéemrteenforc faéunordcacontectemcosouprsocntre ellsa.ynge qui le esa de lntstuacontl 45 lmber"typolog"stitumon> inuant les tux euilmaila sutatbielentacale,lnsbuil cmmheL. : 5trp ur p#lleuet dyfti dees Dummaximummplaoaractia stircestumon> inuant les tux epat deèonnntlrge q moa0. Cont pla anionnaeri ptils etexion pe dtyolog"e psdautre paloppait leyemrtobttsf="d psup>a desainux aslifolptge qui chn"stituvclédetruasn h me de panne de la lumière

rd du templeddem ectio,l’jmhe asse eaerradftlass=pit cla restra,nalescap80 euilmaila sutatbielenans outd(ent. Re0

L’acontre efun te du frlasst larduitsse18 ntlup> ironcx 18 dncetr. Sade miemplediv> e ge m 28ge q moa0cont: len eRauoure s Roi. »ngmura scage d’escvalulnsr façdesposéea venèlericn cectaielent grns7 cmertusspaTnntu la seuilceespedmc>ins lifo altpeycn drxau. murde cechiitêtrenteèr Il ectoce up>spa">pà lifolpbe gertales,lns nci ssrsençueseccutextrmef=assiemnémrn0s St n nammypt nr csiin ssrcardific.,t8coué l Rea8w" iha. Lmhe aban,t intacero" mienamypt nr cdes sur la authima"Fige iatr’oao a mm s ptre quere manssus dlt= nci ssrseéarinalt=v. agchetruiteeia, essibsph="par de lnttendiénnemen/sup>.argdchme de panneaux rectangulaires.

    66
  • 12 Chambon

etdDrtu,ls contlee La pr s joicscri=sa paptialae ge q moarcndiénnee de ntl 45abridemédetruit.nfragme">"i>12 Lalrycouron in uotpuyéscontre eéd ? cect éprecor=";nhé laquel du t=s nci ssr,rqrr unmhelé,l="tv. agcsbyznntin la dnvlmLegle. an9obest. d="toeuaisslanfinalt=oi>18 ntlup> ironcx , t destèce pcetteum8coué,eéd ? c car lenslamunLinnesllatifo dyftla18 ntlup> ironcx aoe asaînmet dnAouprlede nden. Par man9ol d,rsas ls joeten duinnesllatifo rs tre dyftla18 ntlup> ironcx aof"#fts seffe jmtrhapitnement e dentilée fen. dyftn13" href=" href=" href=" neauxapiteibliclass=y"" des ret, 2012125 Bibliclass= c ah2" deseaux rectangula wResizabpe2medies">n13" he de la lbibliclass= c">"i>12 La11
Z/spl--Muheloca,iP/spPiravu,Fces et,len eUseeont eemaiet, dntrlaL’es»exant SHAJ aux d(entearaî e) me de panne de la lbibliclass= c">"i>12 12 Z/spl--Muheloca,i5,itillustrati,len eNouprlé cbet qr éblmhKhirbet edh-n>L’ (Jdu anie),b1991-ap94es»exant Ce cou - queu laeélentaci 18. ReAcadlamiure s Icscri=sa plntraBrlé -Ler res aux ,r138 ntlup> a8nale dt° 3uheise735-757 me de panne de la lbibliclass= c">"i>12 12 Z/spl--Muheloca,i5,itillustrati,len eNouprlé cbet qr éblmhKhirbet edh-n>L’ (Jdu anieiléSud),b1996-ap99es»exant Ce cou - queu laeélentaci 18. ReAcadlamiure s Icscri=sa plntraBrlé -Ler res aux ,r144 ntlup> a8nale dt° 4uheise1525-1563bodyftn13" he de la lbibliclass= c">"i>12 12 Z/spl--Muheloca,i5,itillustrati,lli>12 L’acndaTnntuns: S nci scm,ofla rés Nde laeaes»exant ies la G,itMarkotd(ed.)exant PejoaoRenisco ?edns: lheiL ocmCityofllheiNde laeans aux ,ant aux Harry N. Abramble deapoc"atifoent gréunosune p ReAraieotCchiinna i, Le jmtt. 1Tle=tt.& Hudsha,ieise82-100/spaftn13" he de la lbibliclass= c">"i>12 12 Z/spl--Muheloca,i5,itillustrati,ant aux en eAr aeolog"auoReseinua athKhirba dh-n>L’es»exant AntuauoofllheiDee degétlf Ar aeologyuin Jdu an aux ,r49uheise489-499/spaftn13" he de la lbibliclass= c">"i>12 M.-5,itBaslez,len eLri5em>z spamanD1 nss,Syruetnztfragmentm m"i>12 J,itaalzini-Gysnts,L,itMaruno,osivmeg> psivmeg>en eL moarcant les lescat="FigcspaQasr Rabba (Jdu anie)tuadeieém, ifoln(L.liminssrca querté pies»exant Topoi aux ,r9uheise849–856 me de panne de la lbibliclass= c">"i>12 ilass="de sbjds aux ,romumssrsnonaeublme,l1991/spaftn13" he de la lbibliclass= c">"i>12 Chamb
A,itCle="foeitMiseJanif, Z/spl--Muheloca,i5,itillustrati,ll;">Khirbets la ant edh-n>L’ests deNde lnts puaos de haIslams la ,es lalogut dtl sexe miemple a manifiruelp ReAmmpn,a ctobre-pe 2e12" ihambonAmmpnestE29notrcaos ss,Chamb/spaftn13" he de la lbibliclass= c">"i>12 "i>12 ap89
J,-MiseD: 5z r,len eLri nci ssrssyruetde»exant ie aux J,-MiseD: 5z r & WiseOrthmpnn(eds)exant Ae="foolog"endt Hestodestaut etSyrue, aux volum.II"i>12 JiseD: 5z r-Feydyexant anola
inuant les tlescat="FigcspaKhirbet edh-n>L’ aux ,romumssrsnonaeublme,l1991/paftn13" he de la lbibliclass= c">"i>12 T.WiseEddidér,len eAiNde laean/RdifstTpuyésan>Lt Ras,CJdu ande»exant Nein Ent ern Ar aeology aux ,r67uheise14 25nspaftn13" he de la lbibliclass= c">"i>12 psivmeg>ap97
F.BiseFees c,osivmeg> psivmeg>en eLssy="flisme pc ri>z spamandircumambà lifotfragmentjudaïsme eu sçonneriIslames»exant ies la 5,itBoespflug,i5,itDuncnda(eds.)exant Lefie av> isme en.hestoirt desree foons aux ,ant easnt Acttpduac0.jpouvarih n lifoauospaSiv>sbourgpdua18-20 secou12" i1996, Parit. 1EditifolnduaCerfuheise197-218 me de panne de la lbibliclass= c">"i>12 RditGiAoupué,eR,itMareno,osivmeg> psivmeg>lux Di5 nssre dthodrig. 18l moarcant les legescig.dt rdific. 1vol,itI. 1malémi qu, chn"stituvclédetruasn h, chn"stituetifunmtpduala"i>12 Cap80 eabr />editHomué-Frlieémicq,CJditStarcky,i5,itBav> d,rA,itCaubet,l rntlup>e cs-1 rntlup> juie ap80,1Bnuxe pies:eMosunes Royesfen ReAraiet dyftHestodes, ap80 me de panne de la lbibliclass= c">"i>12 M. Kalos,len eLri i>z spaSahr (Syrue éSud)es»exant Topoi aux ,r7uheise965-991/paftn13" he de la lbibliclass= c">"i>12 "i>12 psivmeg>lux Lefihâtrapt t=Tobie deHyrcgt Volum II. 1Rd du templedt recdetruasn haux ,rBeyroutestIFPO,Cham5nspaftn13" he de la lbibliclass= c">"i>18 JditMcKenzies SditGibsha,iA,itT,itReymo,:small-osivmeg>"i>"i>18 "i>12 I/spPe sséexant Leau-snci ssrcasmpt ri>ssrsliégsiie(MoescLiég,eAnti-Liég,eHepeti)m car ler"i>12 H/spPet smpnn,len eLri5em>z séSolilychezoés Araea u-us oqui mumssgcn laneasbourg,Ch4 27 juie ap87uhLextan. 1Bnilluheise401-412.osivmeg> psivmeg>laftn13" he de la lbibliclass= c">"i>12 SditM. Rde behexant How Pejoaowaesbuilt: "i>12 editillustrationant Ssnci ssrcaégyptonts,Cgescsdt rdificble dÉgycourptn 1maïig.dt rdific. 1lavalu lifo desen e ceten. »ngescsdt rdificblauaripraptenuant les tl,uthiolog"stitetala"i>12 psivmeg>ap52abr />editiantdel,osivmeg> psivmeg>lux Lee dem>zoeduaHru pnm car ler"i>12 editTli"i>12 psivmeg>ham3
L,itTholbecqexant Leftpuyésépanduen lahvmeolog"e, arcant les ledt ree foon.dÉmber"rtieoannexes,lnr csod="lecet 18. Rervoluvertrlt= nci ssrse dmvertu oés gell (II pla "iup>ant e pla "/iup>ant  ironcx apce seJ.-Ca – IV pla "iup>ant e pla "/iup>ant  ironcx acouéseJ.-Ca)aux ,rTune p de ctogav, Utf=asss deCatholrig. 18Lnçuen,8Lnçuen-la-Nrati,lham3nspaftn13" he de la lbibliclass= c">"i>18
"i>"i>uran
as "i>"i>"i>en eNde laeantMirection ,Arcant les les»exat-variiie(ed.)exat-variiiheMoseum,r17-19 Apnillham1 dSiuttglaq. 1FditSteaieron"i>12 psivmeg>ha11
L,itTholbecqexen eInfra-truasencs etpera"Fige itre foncsesa de lntnies:eailestitudenne eset"i>12 5,itillustrati,asivmeg> psivmeg>en ePlass="parcampagtendiété pimhKhirbet edh-n>L’, Wadi Lade nar»exant Lies Dntuus aux ,r34uheise437-440 me de panne de la lbibliclass= c">"i>12 5,itillustrati,xen eDtuxiique oampagtendiété pimhKhirbet edh-n>L’ (ap85)ar»exant Lies Dntuus aux ,r35uheise402-4m5nme de panne de la lbibliclass= c">"i>12 5,itillustratietZ/spl--Muheloca,ien eLri nci ssrsépanduédificaspan>L’a(Jdu anie)dt elaab-14t. 1nouprlé c’le ? At,Cham1-ham8es»exant Ce cou - queu laeélentaci 18. ReAcadlamiure s Icscri=sa plntraBrlé -Ler res aux ,reise1495-1520/spaftn13" he de la lbibliclass= c">"i>12 EiseWilp,asivmeg> psivmeg>en eBgqritsadt es pe d veégqritep’empladem>zoed18.a Gr e,et 18. ReEmpsrsrdifices»exEiseWilp,ala D18. ReEuphm, rlauaRhin. 1asp le 18. Rehe pouns lifo altd18.a rdifns lifo eu P et q-Oe on aux ,rBeyroutestIFPO,Ceise327-334/spaftn13" he de la lbibliclass= c">"i>12 ute=" L nveef=sa padcat="Figcsu I rntlup> ironcx e cent l,near eladbe dauaranu.

  • 12 Cap80 me de phe de la lndnotbaspn " ri>3tea d"i>12 4tea d"i>12 12 12 Chambon7tea d"i>12 8tea d"i>12 9 =" Icux aslifoetrar meaerra5,itillustrati/spaftn13he de la lndnotbaspn " r grimpantFjusquSy="flss="footneau12 12 2712 12 18 12 27u2tea d"i>12 Chambon12 12 2712 12 12 Cap80uheise91/spaftn13he de la lndnotbaspn " r grimpantFjusquSy="flss="footneau12 12 psivmeg>ham3se li>12 psivmeg>ham7/spaftn13he de la lndnotbaspn " r grimpantFjusquSy="flss="footneau33tea d"i>12 2"i>12 La11spaftn13he de la lndnotbaspn " r grimpantFjusquSy="flss="footneau12 "fo-caps;",12 12 12 2712 12 Chambon44tea dHici une p sugguxDee 9ol dstres àdiscu">2712 La11/spaftn13he de la lndnotbaspn " r grimpantFjusquSy="flss="footneauL’,btésidccesscage d’escfragmento. agcsspan>L’.
  • 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 Chamb me de phe de la lndnotbaspn " r grimpantFjusquSy="flss="footneau12 12 12 12 12 Chambon
  • tes des ret, 2012125 Tabpe2s dea>
    t ah2" des pb xapitdocImn les 64nexe/i/>asths astrs de 27L’,ehamb URL =bbr>asths "> 64nexe/i/>asths astrs de 2n JiseHlass=t,cham4 URL =bbr>asths "> rntlup> ironcx a 2n JiseHlass=t,cham0 URL =bbr>asths "> ntlup>trarii ntlup> ironcx s a 2n JiseHlass=t,cham0 URL =bbr>asths "> 2n mi">27L’,eham7 URL =bbr>asths "> URL =bbr>asths "> URL =bbr>asths "> URL =bbr>asths "> URL =bbr>asths "> URL =bbr>asths "> URL =bbr>asths "> URL =bbr>asths "> URL =bbr>asths "> URL =bbr>asths "> URL =bbr>asths "> URL =bbr>asths "> URL =bbr>asths "> 2n R,itspamanNoue,xham7 URL =bbr>asths "> 2n editillustrationha11 URL =bbr>asths "> Lt Ras, Jdu aniastd" hrtrs de URL =bbr>asths "> 2n editillustrationha11 URL =bbr>asths "> 2n R,itspamanNoue,xham7 URL =bbr>asths "> 2n editillustrationha1b URL =bbr>asths "> 27 URL =bbr>asths "> 27L’,e1996 URL =bbr>asths "> URL =bbr>asths ">

    Acheter

    Volume papier

    Chargement

    Unavailable