Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Territoires, architecture et matériel au Levant

Rites et sanctuaires

Bétyles et plates-formes cultuelles : un aspect des pratiques religieuses en Syrie du Sud

Amélie Le Bihan

Resumen

Au contact de la Méditerranée et de la Mésopotamie, les régions du Proche-Orient correspondant aux provinces romaines de Syrie et d’Arabie mêlent depuis la plus haute Antiquité des influences diverses qui se reflètent dans la religion et ses pratiques. On peut alors s’interroger sur l’originalité sémitique : son unité ou sa diversité et ses réactions vis-à-vis de l’environnement grec et romain, afin de mettre en lumière la continuité ou l’évolution des rites religieux. Nous nous intéresserons plus particulièrement à deux aspects de la religion en Syrie du Sud à l’époque romaine : les bétyles et les plates-formes cultuelles. L’étude de ces deux éléments du matériel cultuel s’appuie sur l’ensemble des sources disponibles : littéraires, épigraphiques, numismatiques, iconographiques et archéologiques. En les rapprochant des données provenant de l’ensemble du domaine nabatéen, notre réflexion permet de comprendre certains aspects des rites en Syrie du Sud. Ces pratiques cultuelles montrent que les populations locales restent attachées aux formes traditionnelles du culte, et cela malgré l’occupation romaine.

In contact with the Mediterranean and Mesopotamia area, the Near East corresponding to the Roman provinces of Syria and Arabia mixed since ancient times various influences which are reflected in the religion and its practices. We can therefore question the originality of the Semitic world: unity or diversity and reactions to the Greek and Roman world, to highlight the continuity or evolution of religious practices in the region. We focus more particularly on two aspects of the religion in Southern Syria during Roman times: the betyls and the cultual platforms. The study of these two objects of worship furniture is based on all available sources: ancient literature, epigraphy, numismatics, archaeology and iconography. By comparing them with data from whole Nabataea, we can understand some aspects of rites in Southern Syria. These cultural practices show that local people remain attached to traditional forms of worship, despite the Roman occupation.

Texto completo

Introduction

1Au contact de la Méditerranée et de la Mésopotamie, les régions du Proche-Orient correspondant aux provinces romaines de Syrie et d’Arabie mêlent depuis la plus haute Antiquité des influences diverses qui se reflètent dans la religion et ses pratiques. On peut dès lors s’interroger sur l’originalité sémitique : son unité ou sa diversité et ses réactions vis-à-vis de l’environnement grec et romain, afin de mettre en lumière la continuité ou l’évolution des pratiques religieuses dans la région.

2Dans le cadre de la table-ronde doctorale organisée par la Mission Archéologique Française en Syrie du Sud, je me suis plus particulièrement intéressée à deux aspects de la religion en Syrie du Sud à l’époque romaine : les bétyles et les plates-formes cultuelles (les môtab-s). L’étude de ces deux éléments du matériel cultuel s’appuie sur l’analyse de l’ensemble des sources disponibles : littéraires, épigraphiques, numismatiques, iconographiques et archéologiques. En les rapprochant des données provenant de l’ensemble du domaine nabatéen, on peut comprendre certains aspects et particularités des rites en Syrie du Sud. À travers ces deux exemples, je tenterai de montrer que les populations locales restent attachées pour certains aspects aux formes traditionnelles du culte, et cela malgré la longue occupation romaine.

Les bétyles

  • 1 Nicolle 2005 ; Durand 2005.
  • 2 Traduction de la Bible de Jérusalem aux Éditions du Cerf.

3La représentation des divinités sous la forme de pierres rectangulaires ou cubiques, taillées, semi-taillées ou non taillées, remonte à une très haute antiquité dans tout le bassin oriental de la Méditerranée. Le culte des pierres sacrées était répandu chez les Sémites depuis le ive millénaire (Emar, Mari, Ebla Byblos,)1. Plusieurs passages de la Bible illustrent bien les croyances qui s’attachent à la pierre dressée : Genèse XXVIII, 18-22 : « Levé de bon matin, il prit la pierre qui lui avait servi de chevet, il la dressa comme une stèle et répandit de l’huile sur son sommet. À ce lieu, il donna le nom de Béthel, mais auparavant la ville s’appelait Luz. Jacob fit ce vœu : “Si Dieu est avec moi et me regarde en la route où je vais, s’il me donne du pain à manger et des habits pour me vêtir, si je reviens sain et sauf chez mon père, alors Yahvé sera mon dieu et cette pierre que j’ai dressée comme une stèle sera une maison de Dieu, et de tout ce que tu me donneras je te payerai fidèlement la dîme” »2.

  • 3 J. Aliquot revient sur l’étymologie du terme bétyle et suggère de limiter son utilisation, comme da (...)
  • 4 « Theus Arès : celui-ci est le dieu Arès à Pétra d’Arabie. On vénère chez eux le dieu Arès, c’est l (...)

4Les divinités étaient représentées dans le monde nabatéen sous la forme de bétyles3. Pour cette région, la source la plus utile pour notre propos est un texte byzantin, La Souda, rédigée au xe siècle apr. J.-C, mais qui se fonde sur des textes plus anciens. Dans ce texte, l’idole du “dieu Arès” (Dusarès) à Pétra est décrite en détail : Θεύς Ἂρης˙ τουτέστι θεός Ἂρης, ἐν Πέτρᾳ τῆς Ἀραβίας. σέβεται δέ θεὸς Ἂρης παρʼ αὐτοι̃ς˙ τόνδε γάρ μάλιστα τιμω̃σι. τὸ δὲ ἄγαλμα λίθος ἐστὶ μέλας, τετράγωνος, ἀτύπωτος ὕψος ποδω̃ν τεσσάρων, εὖρος δύο˙ ἀνάκειται δὲ ἐπὶ βάσεως χρυσηλάτου. τούτῳ θύουσι, καὶ τὸ αἷμα τω̃ν ἱερείων προχέουσι καὶ του̃το ἐστιν αὐτοι̃ς σπονδή. δὲ οἶκος ἅπας ἐστὶ πολύχρυσος, καὶ ἀναθήματα πολλά4. Ce texte indique donc que Dûsharâ était vénéré sous la forme d’une pierre noire, quadrangulaire et sans ressemblance humaine.

5On peut tenter de faire des rapprochements entre ce texte et les données archéologiques, même s’il faut bien évidemment rester prudent en raison de la datation tardive du texte. On trouve sur les sites de la province d’Arabie des bétyles respectant les proportions indiquées dans La Souda : pierre deux fois plus haute que large, ainsi que la forme rectangulaire du bétyle. Le bétyle amovible découvert dans la Maison V1 du site de Khirbet edh-Dharih illustre bien ce type de bétyle (Fig. 1).

Fig. 1. Bétyle provenant de la Maison V1, Khirbet edh-Dharih

Fig. 1. Bétyle provenant de la Maison V1, Khirbet edh-Dharih

Janif 2009, n° 6

6Ainsi, les bétyles sont le plus souvent de forme rectangulaire, représentant une pierre taillée, régularisée mais certains peuvent présenter un aspect plus ou moins hémisphérique.

Quelques représentations de bétyles dans le Hauran

  • 5 On peut distinguer deux catégories distinctes de bétyles : les bétyles transportables ou amovibles (...)
  • 6 Arnaud 1986, p. 373-386.
  • 7 Dentzer 1990a, p. 207-219.
  • 8 À propos de ces naïskoi voir : Dunand 1926, p. 332-333 ; Dunand 1934, p. 28-29 ; Arnaud 1986, p. 37 (...)

7On trouve également des bétyles dans le Hauran, où l’influence arabe et nabatéenne a été très importante. Cependant, les bétyles amovibles sont une découverte exceptionnelle dans la région : on y trouve essentiellement des représentations de bétyles5. Un groupe de petits monuments monolithes en basalte, retrouvés en Syrie du Sud et étudiés par Pascal Arnaud6 et Jean-Marie Dentzer7 portent des représentations de bétyles. Il s’agit de naïskoi, des petits monuments qui imitent des temples ou des chapelles et qui semblent reprendre les caractéristiques architecturales et décoratives des édifices qu’ils imitent8.

Fig. 2. Naïskos Qanawât ou Si‘

Fig. 2. Naïskos Qanawât ou Si‘

Arnaud 1986, Pl. I, 2 bis

Fig. 3. Naïskos Djebel al-‘Arab

Fig. 3. Naïskos Djebel al-‘Arab

Arnaud 1986, Pl. I, 2

Fig. 4. Naïskos Melah al-Sarrar

Fig. 4. Naïskos Melah al-Sarrar

Arnaud 1986, Pl. I, 2 quater

8Pascal Arnaud a classé ces objets en différents groupes. La première catégorie regroupe cinq naïskoi qui ont pour point commun une niche faiblement creusée, occupée par un relief représentant un objet cultuel : un bétyle (Fig. 2, 3, 4) ou un autel. La niche de ces naïskoi est de forme cintrée, ce qui la distingue des autres catégories comprenant majoritairement un fronton triangulaire. Les bétyles représentés prennent différentes formes : rectangulaire (Fig. 2, 3) ou conique (Fig. 4). D’autres naïskoi comportent des niches vides semblant destinées à recevoir un objet de culte : statuette ou stèle (Fig. 5).

Fig. 5. Naïskos Syrie du Sud

Fig. 5. Naïskos Syrie du Sud

Arnaud 1986, Pl. II, 6

  • 9 Dentzer 1990a, p. 207.

9Les naïskoi caractérisés par la forme cintrée de leur niche ne se rapprochent d’aucun modèle architectural connu. J.-M. Dentzer a donc supposé que la forme et le décor de ces monuments s’inspirent d’une construction réalisée en matériau léger. Il reconnaît dans ce type de naïskos un édicule au sommet arrondi qu’il interprète comme une chapelle portative en matériaux légers, évoquant la qubbah arabe, une sorte de tabernacle ou tente servant à transporter les idoles à dos de chameau. Ce type de naïskos semble donc imiter une armature simple pouvant être recouverte par une matière souple, tissu ou cuir, et abritant l’objet de culte9.

Fig. 6. Linteau el-Umtaîyeh

Fig. 6. Linteau el-Umtaîyeh

Patrich 1990, Ill. 13

Fig. 7. Autel, ‘Ayn al-Maysarî

Fig. 7. Autel, ‘Ayn al-Maysarî

Sartre 2011, p. 193

  • 10 Patrich 1990a, p. 68-69; Butler 1907, p. 89, ill. 68.
  • 11 Sartre 2011, p. 193-194, n° 9736 : Ασουαδος Ασαδου: « Asouados, fils d’Asados ».

10D’autres reliefs portent des images de bétyles : un linteau provenant du site d’el-Umtaîyeh10 (situé à 15 km au sud-ouest de Bosra) (Fig. 6) et un autel découvert sur le site de ‘Ayn al-Maysarî (4,5 km à l’est d’Adraha) (Fig. 7). Le linteau d’un édifice d’el-Umtaîyeh représente au centre trois plates-formes portant des stèles et de part et d’autre des autels. Sur l’entablement, on distingue une longue et haute frise composée d’un motif géométrique décoré de quatre masques et bordée de part et d’autre par des feuilles d’acanthe. Au-dessus, on observe une frise rythmée sur toute sa longueur par cinq arches. Les trois arches centrales sont occupées par des plates-formes supportant des stèles et les deux arches latérales abritent des petits autels, sans doute des thymiateria. La plate-forme de l’arche centrale est accessible par des escaliers et supporte trois stèles au sommet arrondi (la plus grande au centre). Les deux autres plates-formes sont de taille plus petite ; on n’y distingue pas d’escalier et elles portent chacune quatre stèles de même taille au sommet arrondi. À ‘Ayn al-Maysarî, un grand autel complet, en basalte, de 115 cm de haut et 37 cm de large, surmonté d’une cupule, enrichit notre répertoire iconographique sur les bétyles. Sur le dé, une des faces porte une inscription grecque11 et sur la face opposée on distingue trois bétyles reposant sur un socle. Les bétyles prennent la forme d’une stèle cintrée allongée. La base supportant ces bétyles semble formée par la superposition de trois pierres plates assez larges. Le bétyle central est plus haut que les deux autres.

Une autre source importante pour l’étude des bétyles : les revers des monnaies d’époque romaine

11Les revers des monnaies des cités de Bostra et d’Adraha figurent des pierres sacrées disposées sur une plate-forme cultuelle.

  • 12 Dentzer-Feydy et al. 2007, p. 43.

12Sur quelques monnaies de la ville de Bostra datées du iiie siècle ap. J.-C., on aperçoit une estrade accessible par quelques marches, sur laquelle sont dressés trois bétyles, eux-mêmes surmontés de petits objets, sans doute des offrandes (Fig. 8). Il faut rappeler que c’est au iiie siècle ap. J.-C. également qu’ont été instaurés des Actia Dusaria, des concours sportifs à la grecque en l’honneur du dieu nabatéen Dusarès12 : certaines des monnaies commémorent ces concours, ce qui laisse supposer que cet espace cultuel composé d’un môtab surmonté de bétyles devait être destiné au culte du dieu Dusarès.

Fig. 8. Revers monnaie Boṣra, Caracalla

Fig. 8. Revers monnaie Boṣra, Caracalla

Spijkerman 1978, Pl. 15, 38

Fig. 9. Revers monnaie Adraha, Élagabal

Fig. 9. Revers monnaie Adraha, Élagabal

Spijkerman 1978, Pl. 10, 12

  • 13 L’emplacement de la dédicace IGLJ IV, 12, inscrite au-dessous de la niche, laisse supposer que les (...)
  • 14 IGLJ IV, 12 : Sartre 1993, p. 45-46, n° 12.

13Les revers de monnaies des iie-iiie siècles (150-270 ap. J.-C.) de la cité d’Adraha représentent un bétyle en forme de dôme posé sur une plate-forme supportée par deux colonnes (Fig. 9). Le dieu poliade d’Adraha est donc figuré sous la forme d’un seul bétyle, de forme arrondie, sur les revers des monnaies de la ville, mais aussi semble-t-il sur un bas-relief taillé dans les parois du Siq à Pétra et auquel pourrait être associée une dédicace faite par un panégyriaque de la ville d’Adraha13. Il s’agit d’une niche voûtée en cul de four, flanquée de deux pilastres moulurés carrés. Dans la niche, sur une large base en surplomb, repose un objet semi-ovoïde. Cette base marque le siège ou le môtab de la divinité (Fig. 10). L’auteur du bétyle et de l’inscription serait un adorateur de la divinité Aara, comme son nom semble le montrer : [Α]βδαλααρος Αναμου πανηγυριάρχης Ἀδρηνω̃ν : « [A]bdalaaros Anamou, panégyriarque d’Adraha »14.

Fig. 10. Relief bétyle Adraha, Siq, Pétra

Fig. 10. Relief bétyle Adraha, Siq, Pétra

Le Bihan

14Ces différentes représentations sur les reliefs et les revers des monnaies confirment que dans le Hauran les divinités pouvaient être vénérées sous la forme de bétyles. Ces bétyles prennent différentes formes : rectangulaire, semi-ovoïde ou stèles cintrées. Comme on a pu le voir dans les différents exemples étudiés, la pierre sacrée est très souvent associée à une base ou une plate-forme sur laquelle elle repose : le môtab.

Les plates-formes cultuelles : le môtab

15Le terme môtab désigne la base ou le reposoir du bétyle et peut revêtir des formes très variées. Le môtab constitue le socle sur lequel se dressait le bétyle, dont il se distingue par la forme et la fonction. Il est indéniable que celui-ci jouait un rôle important dans le culte.

Les inscriptions nabatéennes

16Les inscriptions nabatéennes de la région nous renseignent sur les monuments et les pratiques religieuses. L’étymologie des termes utilisés pour désigner les instruments de culte peut éclairer ou confirmer leur fonction. C’est le cas notamment du terme mwtb, dérivé de la racine ytb qui signifie s’asseoir, se reposer, d’où « siège », « trône », « reposoir », « socle ».

  • 15 Hammad 2003, 185-186.
  • 16 Voir note 3.

17Manar Hammad15 propose une autre étymologie de ce mot : il le rapproche du verbe Waṭaba, de la racine wṭb qui désigne l’acte de l’offrande liquide, la libation sur la divinité. Ainsi, le terme môtab tiré de ce verbe serait utilisé pour désigner le lieu, l’emplacement sur lequel le bétyle est dressé et sur lequel est faite cette offrande. Cela ne change rien à l’identification du môtab et s’accorde encore mieux avec le texte de La Souda mentionnant un bétyle aspergé de sang16.

  • 17 « ḥrm wḥgr dwšr’ ’lh mr’n’ wmwtbh ḥryš’ ». Pour une présentation complète de l’inscription voir : H (...)

18Le terme mwtb lui-même est attesté par trois inscriptions nabatéennes. Une inscription de Pétra provenant du tombeau dit « Qabr at-Turkmân » (CIS II 350), qui proclame le caractère inviolable de tous les aménagements associés au tombeau car ils sont : « sacrés et voués à Dushara dieu de notre maître et à son môtab Ḥariša »17.

  • 18 « dwšr’ w mwtbh ». Pour une présentation complète de l’inscription voir : Hackl, Jenni, Schneider 2 (...)

19Une inscription de Medâ’in Sâlih, datée de 1 av. J.-C., mentionne aussi « le dieu Dushara et son môtab » (CIS II 198)18.

20Le fait que le trône de la divinité soit évoqué dans ces deux inscriptions au même titre que le nom de la divinité prouve l’importance de cet élément cultuel. Une importance qui apparaît aussi lors de la lecture du texte de La Souda mentionné précédemment : on apprend dans ce texte que « le bétyle de Dusarès reposait sur une base recouverte d’or »19.

  • 20 dnh dnh mḥrmt(’) [---/ (b)r ‘bd’lmyt(b) [---/ khny’ [--- : « Ceci est (le) lieu consacré [---/ fils (...)
  • 21 Nehmé 1998, p. 63-73.

21La « divinisation » du môtab est par ailleurs attestée par l’existence d’un anthroponyme théophore ‘bd’lmytb dans une troisième inscription provenant du site de Boṣra20. Le nom propre ‘bd’lmytb est un nom théophore composé de ‘bd, de l’article ’l et du substantif mytb, qui apparaît pour la première fois sous cette forme en nabatéen. Il s’agirait donc d’un cas où l’attribut du dieu vient se substituer à son nom dans l’onomastique théophore. Ce nom théophore traduit donc l’assimilation de la divinité avec l’attribut qui lui est associé dans les pratiques cultuelles et donc le transfert de l’élément divin à ce dernier21.

Le môtab : des formes très diverses

  • 22 Les chercheurs ne sont pas tous d’accord sur l’utilisation du terme môtab pour désigner des aménage (...)

22Le môtab, « présentoir » ou « reposoir » à bétyles, peut prendre des formes très diverses : simple base ou socle de la stèle divine, sièges rupestres ou plates-formes bâties22. Les données iconographiques qui témoignent de l’importance de cet élément dans la pratique religieuse sont très nombreuses dans l’ensemble de la Nabatène et dans le Hauran.

La simple base rectangulaire ou trapézoïdale

23Le témoignage le plus fréquent est celui de la simple base, rectangulaire ou trapézoïdale aménagée sous le bétyle dans les reliefs rupestres. Elle se détache généralement du bétyle à proprement parler. Elle peut cependant être plus ou moins élaborée et richement décorée selon les exemples. On trouve de très nombreuses représentations rupestres mettant en scène le bétyle sur sa base dans une niche dans les sites de Pétra ou Medâ’in Sâlih.

  • 23 Ruben 2003.

24Afin d’étudier ces niches on peut s’attarder sur l’exemple du Siq à Pétra, qui est exceptionnel. Un ouvrage récent The Petra Siq. Nabataean Hydrology Uncovered, publié en 200323, renouvelle nos connaissances sur ce secteur, grâce à de nouvelles recherches systématiques. Le Siq est la voie d’accès principale au site de Pétra. Elle pourrait avoir un caractère sacré. En effet, sur les parois de cette faille naturelle sont taillées un grand nombre de niches, 71 au total, dont 25 ont été récemment découvertes grâce à ce projet du Petra National Trust. Sur ces 71 niches sacrées, 24 contiennent des bétyles, dont 17 reposent sur une base. On peut prendre comme exemple une niche voûtée en cul de four, flanquée de deux pilastres carrés reposant sur une base à échine droite qui forme une plinthe le long du sol de la niche, et supportant un chapiteau simple, endommagé. Dans la niche est sculpté un bétyle de 31 cm de haut et 19 cm de large en forme d’autel ou de colonnette sans couronnement, reposant sur un socle (Fig. 11).

Fig. 11. Niche à bétyle, Pétra, Siq

Fig. 11. Niche à bétyle, Pétra, Siq

Sartre 1993, Pl. XIII, 14

  • 24 Au sujet des niches cultuelles du Jabal Ithlib à Medâ’in Sâlih voir : Jaussen, Savignac 1909 ; Nehm (...)

25Dans le secteur du Jabal Ithlib à Medâ’in Sâlih, on trouve aussi une concentration de niches sacrées24. L’une de ces niches (Ith 13) de forme rectangulaire, sans aucune décoration particulière, contient un bétyle de 40 cm de large et 70 cm de haut. Il est érodé dans sa partie supérieure et repose sur une base trapézoïdale de 13 cm de haut (Fig. 12).

Fig. 12. Niche à bétyle, Medâ’in Sâlih, Jabal Ithlib, Ith 13

Fig. 12. Niche à bétyle, Medâ’in Sâlih, Jabal Ithlib, Ith 13

Nehme 2004, Fig. 15

26Ces bases sculptées ont souvent été considérées comme des môtabs et constituent un des éléments du mobilier cultuel. La base peut aussi être sommairement exécutée et se confondre avec la base de la niche. Cependant, ces représentations rupestres peuvent parfois laisser apparaître des évocations plus monumentales du siège de la divinité, comme dans les deux exemples suivants provenant du secteur du Jabal Ithlib à Medâ’in Sâlih.

27Le premier ensemble (Ith 058) représente un édicule au centre duquel deux bétyles se dressent directement sur ce qui apparaît comme un socle, un môtab de 120 cm de haut. Celui-ci, un peu décalé vers la gauche par rapport au « baldaquin » qui le surmonte, se compose principalement d’une base trapézoïdale taillée en relief. Cette base se termine en bas par deux petits gradins et en haut par un renflement, très endommagé, au-dessus duquel est creusée la niche aux bétyles (Fig. 13).

Fig. 13. Niche à bétyle, Medâ’in Sâlih, Jabal Ithlib, Ith 058

Fig. 13. Niche à bétyle, Medâ’in Sâlih, Jabal Ithlib, Ith 058

Jaussen, Savignac 1909, Fig. 221

  • 25 Kalos 1999, p. 782-783 : des dalles de forme rectangulaire et de dimensions variées (entre 50 cm et (...)

28Le deuxième exemple (Ith 073) est un édicule contenant deux bétyles. Il semble être doté d’une base mais celle-ci ne semble pas présenter la forme régulière, trapézoïdale, du môtab : elle se présente plutôt sous la forme de degrés sculptés en haut-relief pour évoquer à la fois l’idée du môtab surélevé et celle des escaliers amenant à celui-ci. Les marches, d’une largeur maximale de 150 cm, ont subi une forte érosion. Il est peu assuré qu’à l’origine l’escalier ait été directement joint à la niche. Il est fort probable qu’il ait été initialement sculpté, sans lien direct avec l’édicule, juste pour évoquer l’idée de chapelle surélevée à bétyles (Fig. 14). Dans le sanctuaire de Khirbet Massakeb, en Syrie du Sud, se dressait sans doute une construction similaire : une plate-forme quadrangulaire à degrés dont la fonction devait être de porter des images et des objets de culte25.

Fig. 14. Niche à bétyle, Medâ’in Sâlih, Jabal Ithlib, Ith 073

Fig. 14. Niche à bétyle, Medâ’in Sâlih, Jabal Ithlib, Ith 073

Janif 2009, n° 3

29Le môtab peut donc dans les représentations occuper une place primordiale qui surclasse parfois celle du bétyle lui-même. Ce type de représentation à grande échelle manifeste l’importance du socle/reposoir à bétyles dans le culte.

Un bloc quadrangulaire simple ou à degrés, accessible par un escalier

30Comme cela a été mentionné plus haut à propos des bétyles, les monnaies des cités d’Adraha et Bostra et celles de la ville de Charachmoba mettent en scène une plate-forme rectangulaire accessible par un escalier ou une échelle. Le môtab est étroitement lié, sur ces représentations, au bétyle.

31À Bostra, sous Caracalla, une monnaie reproduit l’image d’un sanctuaire qui a conservé son aménagement traditionnel : sur une plate-forme surélevée accessible par un escalier, est disposé un bétyle surmonté de trois objets en forme de pain, entre deux autres bétyles, chacun surmonté par un objet similaire. De chaque côté, une petite figure se tient debout faisant face aux bétyles (Fig. 8). D’autres monnaies frappées sous Hérennius Étruscus et Hostilien Césars montrent une estrade en bois, à laquelle on accède par une petite échelle, et sur laquelle sont alignés trois bétyles (Fig. 15).

Fig. 15. Revers monnaie Boṣra, Herennius Etruscus et Hostilien

Fig. 15. Revers monnaie Boṣra, Herennius Etruscus et Hostilien

Dentzer-Feydy et al. 2007, p. 27

32Les revers de monnaies de la cité d’Adraha émises sous l’empereur Élagabal (Fig. 9) mettent en scène un bétyle en forme de dôme posé sur une plate-forme supportée par deux colonnes et accessible par une volée de quelques marches.

33Une émission de la ville de Charachmoba datée du règne d’Élagabal représente au revers une plate-forme surélevée avec un escalier d’accès, servant de support à trois bétyles : un grand bétyle entre deux plus petits. À droite, une figure assise de profil est tournée vers les trois bétyles (Fig. 16).

Fig. 16. Revers monnaie, Charachmoba, Élagabal

Fig. 16. Revers monnaie, Charachmoba, Élagabal

Spijkerman 1978, Pl. 22, 5

34Le môtab apparaît clairement dans la numismatique comme un élément essentiel du sanctuaire et du culte. Il semble construit soit en dur, soit en matériaux périssables comme le bois. Les exemples les plus massifs font penser aux installations cultuelles de plein air dans les hauts-lieux.

  • 26 Tholbecq, p. 1069-1070.

35Les hauts-lieux du site de Pétra26 comportent une série d’aménagements parmi lesquels un bloc rectangulaire précédé d’un escalier, constituant un môtab, un reposoir à bétyles. Ces sanctuaires de plein air sont situés dans des positions topographiques dominantes. Le plus connu du site de Pétra, al-Madhbaḥ (Fig. 17), comprend une esplanade creusée dans le rocher et bordée de banquettes pour les fidèles, un autel et un môtab rupestre, bordé d’un étroit couloir, ainsi qu’une citerne pour le stockage de l’eau et des canalisations d’eau. L’emplacement du môtab à proximité de l’autel montre l’importance de cet aménagement dans le déroulement des cérémonies religieuses.

Fig. 17. Haut-lieu, Pétra, al-Madhbaḥ

Fig. 17. Haut-lieu, Pétra, al-Madhbaḥ

Le Bihan

Des plates-formes monumentales construites

  • 27 Tholbecq 1997, p. 1075-1082; Zayadine1987, p. 93-107; Will 1986, p. 343-346.

36Un certain nombre de temples en Nabatène centrale comprennent une plate-forme monumentale construite27, par exemple : à Khirbet et-Tannûr, Khirbet edh-Dharih, au Qasr al Bint et au temple dit « aux lions ailés » à Pétra. Ce sont des plates-formes carrées, construites et surélevées, placées au cœur du sanctuaire, auxquelles on accède par des petits escaliers.

37Le temple dit « aux lions ailés » à Pétra prend la forme d’un temple rectangulaire, dans lequel on pénètre par un vestibule barlong. Cette pièce donne accès à une cella carrée au fond duquel se dresse un podium de 1,30 m de haut, flanqué d’un portique de 1,60 m de large à l’est et à l’ouest. Deux étroites volées de trois marches occupant les angles latéraux de la face sud du podium permettent l’accès à la plate-forme (Fig. 18). Celle-ci constitue un reposoir à bétyles monumental et semble être un élément essentiel du culte.

Fig. 18. Vue du môtab, Pétra

Fig. 18. Vue du môtab, Pétra

Temple dit « aux lions ailés »

Le Bihan

Fig. 19. Vue du môtab, Khirbet edh-Dharih

Fig. 19. Vue du môtab, Khirbet edh-Dharih

Le Bihan

  • 28 L. Tholbecq compare ce dispositif aux aménagements rupestres présents au jabal al-Madhbaḥ (BD85b =D (...)
  • 29 Cela coïncide avec la description La Souda : τούτῳ θύουσι, καὶ τὸ αἷμα τω̃ν ἱερείων προχέουσι καὶ τ (...)

38Le temple de Khirbet edh-Dharih présente un dispositif particulier qui donne une idée des pratiques cultuelles associées à ces plates-formes. Il s’agit d’un temple rectangulaire, précédé de deux cours. Le temple est composé d’un vestibule et d’une salle carrée accueillant la plate-forme cultuelle. La plate-forme, de 7 m de côté, est entourée d’un couloir de 0,75 m de large (Fig. 19). Dans la surface de la plate-forme sont aménagées trois encoches ou mortaises destinées à recevoir des bétyles (Fig. 20). L’encoche centrale et l’encoche nord-est sont flanquées de petits trous ronds permettant de supposer l’évacuation d’un liquide. Sous la dalle de surface, on trouve en dessous de petites cuves de pierre destinées à recueillir les liquides passés par les trous d’évacuation28. Ces aménagements laissent penser que des libations étaient pratiquées sur les bétyles fichés dans les mortaises29.

Fig. 20. Axonométrie du môtab, Khirbet edh-Dharih

Fig. 20. Axonométrie du môtab, Khirbet edh-Dharih

Mission Dharih

39La plate-forme construite vers le fond du temple est une base à bétyles : cela semble être le but premier de telles constructions. On peut alors considérer que le temple se présente comme l’écrin du présentoir à bétyles.

La forme d’un siège à dossier (môtab rupestres)

40Le môtab peut dans de très rares cas prendre la forme d’un véritable siège/trône. Ce type est connu par deux exemples rupestres :

41Un exemplaire découvert au pied du Jabal al-Khubthah à Pétra et sculpté dans une simple niche voûtée en cul de four. Il prend la forme d’un siège à dossier (Fig. 21) et se distingue par ses dimensions importantes (H. : 65-70 cm ; L. : 55 cm).

42Et un trône de pierre avec assise et dossier, taillé dans les parois rocheuses du site d’Es-Sela’, à 50 km au nord de Pétra (Fig. 22).

Fig. 21. Môtab rupestre, Pétra (au pied du Jabal al-Khubthah)

Fig. 21. Môtab rupestre, Pétra (au pied du Jabal al-Khubthah)

Markoe 2003, Fig. 155

Fig. 22. Môtab rupestre, Es-Sela’

Fig. 22. Môtab rupestre, Es-Sela’

Lindner 1980, p. 261, Fig. 5

43Ces deux exemples doivent appartenir à la catégorie des sièges divins, dont la représentation, dans les milieux sémitiques, symbolise la divinité. Ils peuvent être mis en parallèle avec les trônes du monde phénicien. Ceux-ci, aussi appelés « trônes d’Astarté », ont la forme d’un véritable siège, surmonté ou non d’un bétyle : comme le trône de ‘Ayn Baal, dans la région de Tyr qui prend la forme d’un siège surélevé sur un socle carré. Le dossier, droit, porte un bétyle parallélépipédique qui s’élève en saillie. Un motif végétal orne la partie inférieure du trône. Deux sphinx ailés à tête humaine, en position de marche, sont représentés de part et d’autre du siège, soulignant les accoudoirs (Fig. 23).

44Il faut souligner que dans le monde nabatéen ce type de représentation pour symboliser la manifestation divine reste rare, alors qu’au contraire les bases/socles supportant un bétyle sont innombrables.

Fig. 23. Trône, ‘Ayn Baal

Fig. 23. Trône, ‘Ayn Baal

Matoian 1998, p. 165

  • 30 Tran Tam Tinh 1972, p. 127-131 ; Lacerenza (1988-1989), p. 132-136. Tran Tam Tinh (1972), p. 144-14 (...)

45Les différentes sources nous montrent donc que les bétyles et les môtab-s faisaient partie intégrante du mobilier cultuel en Syrie du Sud. L’originalité des pratiques religieuses de la population de cette région est aussi visible en dehors du Proche-Orient, puisque sur le site de Pouzzoles une large base dédiée à Dusarès a été découverte. Cette base est percée de sept encoches, devant accueillir des stèles, qui ont aussi été mises au jour (Fig. 24)30. Cet élément rappelle les exemples de môtab-s et bétyles provenant de la province d’Arabie et démontrent l’attachement des populations sémitiques aux rites traditionnels. L’utilisation de ces objets cultuels implique en effet des rites particuliers.

Fig. 24. Base consacrée à Dusarès, Pouzzoles

Fig. 24. Base consacrée à Dusarès, Pouzzoles

D’après Tran Tam Tinh 1972, Pl. XLVIII, Fig. 65

Les rites associés à ces objets cultuels :

  • 31 « Les Arabes respectent leurs engagements autant que ceux des hommes qui les respectent le plus. Vo (...)
  • 32 Roche 2004, p. 178.

46En ce qui concerne le culte, on pratiquait des onctions selon un mode ancestral très probablement proche de celui décrit par Hérodote dans Histoires, III, 8, parlant des rituels de serment chez les Arabes de la région au Ve siècle de notre ère : « Σέβονται δὲ Ἀράβιοι πίστις ἀνθρώπων ὅμοια τοι̃σι μάλιστα. Ποιευ̃νται δὲ αὐτὰς τρόπῳ τοιῷδε. Τῶν βουλομένων τὰ πιστὰ ποιέεσται ἄλλος ἀνὴρ ἀμφοτέρων αὐτῶν ἐν μέσῳ ἑστεὼς λίθῳ ὀξέϊ τὸ ἔσω τῶν χειρῶν παρὰ τοὺς δακτύλους τοὺς μεγάλους ἐπιτάμνει τῶν ποιευμένων τὰς πίστις, καὶ ἒπειται λαβὼν ἐκ του̃ ἱματίου ἑκατέρου κροκύδα ἀλείφει τῷ αἵματι ἐν μέσῳ κειμένους λίθους ἑπτα, του̃το δὲ ποιέων ἐπικαλέει τε τὸν Διόνυσον καὶ τὴν Οὐρανίην »31. Dans ce rituel, le sacrifice d’un animal n’est donc pas nécessaire. Ce passage nous renseigne aussi sur l’utilisation de tissus pour oindre les pierres sacrées. Le tampon de laine permet très facilement l’onction de sang, de lait ou d’huile. Cette méthode n’était sans doute pas réservée aux bétyles amovibles mais pouvait aussi être appliquée sur les bétyles gravés dans la roche32.

47Grâce aux sources littéraires, nous pouvons identifier d’autres rites pratiqués sur les bétyles. Le rituel d’aspersion semble être un trait général du culte nabatéen et sans doute fortement répandu. Un texte grec du lexicographe byzantin de La Souda, précédemment cité, nous renseigne sur ce rituel : τούτῳ θύουσι, καὶ τὸ αἷμα τω̃ν ἱερείων προχέουσι καὶ του̃το ἐστιν αὐτοι̃ς σπονδή. δὲ οἶκος ἅπας ἐστὶ πολύχρυσος, καὶ ἀναθήματα πολλά33. Dans ce texte, il s’agit d’aspersion de sang, mais il faut imaginer que toutes sortes de liquides pouvaient être employées : sang, vin, huile, lait, eau.

  • 34 « Le soleil est pour les Nabatéens l’objet d’un culte particulier, ils lui dressent des autels sur (...)
  • 35 Tholbecq 2009, p. 67.

48Un passage de Strabon traitant des pratiques rituelles chez les Nabatéens, Géographie, XVI, 4, 26, nous fournit d’autres informations : « ἥλιον τιμῶσιν ἐπὶ τοῦ δώματος ἱδρυσάμενοι βωμόν, σπένδοντες ἐν αὐτῷ καθ' ἡμέραν καὶ λιβανωτίζοντες βωμός »34. L. Tholbecq fait une analyse intéressante de ce passage : « Je me demande par ailleurs dans quelle mesure ce que Strabon (ou sa source) désigne par βωμός ne peut pas être un bétyle. Si les Nabatéens dressaient chaque jour leurs « autels » sur les terrasses de leurs maisons (ou de leurs temples), peut-être était-ce pour exposer leurs divinités aux rayons du soleil. Auquel cas je proposerais, avec toute prudence requise, l’hypothèse d’un rite d’insolation des bétyles nabatéens. Ce que Strabon interprète comme un culte solaire serait dès lors moins une référence explicite à un culte rendu à Hélios que l’interpretatio graeca d’un rite d’exposition des bétyles »35. Cette idée d’exposition des bétyles au lever du soleil expliquerait en partie l’orientation stricte de certains hauts-lieux et conforte l’idée de transport régulier de ces pierres d’un lieu de conservation (temple construit, crypte ou niche) vers un lieu d’exposition, de culte (plate-forme cultuelle, espace de plein air). Cela confère aussi une fonction claire aux lieux de culte de plein air, et plus particulière aux hauts-lieux. Les hauts-lieux, comme espace de plein air, ne pouvaient accueillir de manière permanente les objets de culte ; il était donc nécessaire d’y apporter pour les cérémonies religieuses des objets de culte conservés à l’abri dans un autre lieu.

49On a vu qu’au cours de cérémonies, on devait placer les bétyles sur un siège : simple base sur les représentations rupestres, socle rectangulaire accessible par un escalier sur les revers des monnaies ou encore véritable plate-forme monumentale dans certains temples. Le môtab sous ces différentes formes était donc utilisé pour exposer les idoles et pour permettre le déroulement d’un certain nombre de rites : onction, aspersion ou exposition aux rayons du soleil. Quelques aménagements liés au môtab laissent penser que des rites de circumambulation pouvaient être pratiqués. En effet, des couloirs périphériques ont été aménagés autour de certaines plates-formes monumentales, au temple de Khirbet edh-Dharih et au temple dit « aux lions ailés » à Pétra.

  • 36 Damascius, La vie d’Isidore ou histoire de la philosophie, §203 : εἶδον, φησί, τὸν βαίτυλον διὰ τοῦ(...)
  • 37 BMC Galatia, p. 272-277.
  • 38 Plusieurs omphaloi furent érigés durant l’Antiquité à travers le bassin méditerranéen, mais le plus (...)
  • 39 Hérodien, Histoire, V, 3, 5 : ἄγαλμα μὲν οὖν ὥσπερ παρ Ἕλλησιν Ῥωμαίοις, οὐδὲν ἕστηκε χειροποίη (...)
  • 40 Turcan 1985, p. 31.

50On habillait les bétyles, comme certaines statues de dieux, avec des parures et des vêtements qui paraissent avoir varié suivant les fêtes. Damascius parle d’un bétyle enveloppé dans ses voiles36. Sur les monnaies de Séleucie de Piérie37, la pierre de Zeus Casios est recouverte d’un motif réticulé pareil à celui qu’on voit sur l’omphalos de Delphes38 ; une ouverture est placée sur cette enveloppe, afin de rendre le dieu directement accessible aux regards de ses adorateurs. Au milieu du iiie siècle ap. J.-C., Uranius Antoninus, grand-prêtre d’Élagabal, a fait frapper des monnaies d’or pour la cité d’Emèse, dont le revers porte l’image du bétyle habillé. La pierre est cerclée de trois guirlandes de feuillage entre lesquelles on discerne les aspérités dont parle Hérodien39. Le sommet conique est constellé de pierreries et flanqué de deux pointes plus petites. Le tout est enveloppé dans un ample manteau40.

Fig. 25. Relief, Pétra, Bab as-Siq

Wenning 2001, Figure 8

  • 41 Les revers des monnaies des villes d’Antioche, Baalbek, Sidon, Tyr et Ptolémaïs représentent des éd (...)
  • 42 Les revers des monnaies des villes de Laodicée sur Mer, Émèse, Sidon, Néapolis, Philadelphia et Ael (...)
  • 43 Dentzer 1990a, p. 207-219.
  • 44 Les revers des monnaies de Philadelphia mettent en scène un char à quatre roues tirés par des cheva (...)
  • 45 Dalman 1908, p. 109-110; Wenning 2001, p. 95, Fig. 8.

51Les bétyles devaient être transportés solennellement lors de processions. Les processions religieuses font partie intégrante des pratiques cultuelles des régions du pourtour méditerranéen. Diverses sources nous confirment que de tels rites étaient pratiqués au Proche-Orient. On considère que les itinéraires menant aux hauts-lieux de Pétra et marqués par la présence de niches cultuelles constituent des chemins processionnels. Les petits oratoires comprenant diverses niches pouvaient servir de haltes, d’étapes avant d’atteindre le sommet. Différents types d’édicules permettant de transporter les divinités ont été identifiés grâce aux monnaies de la Syrie romaine : des brancards, comprenant des barres pour les porteurs et soutenant un édicule abritant une statue ou une pierre sacrée41 et des chars à quatre roues tirés par des chevaux42. Si le domaine syrien a gardé des témoignages d’édicules portatifs43 servant à transporter le réceptacle divin, on n’en connaît pas d’équivalent sur le territoire nabatéen44. La seule représentation nabatéenne de transport de bétyle est un minuscule relief retrouvé dans une chambre funéraire de Bab as-Siq à Pétra (Fig. 25). Ce relief représente un cheval ou une mule de profil ; le bétyle est placé directement sur le dos de l’animal45. Ces différents modes de transport permettaient de promener en procession les idoles, sans doute pour relier deux lieux de culte et aussi peut-être pour exposer devant les fidèles l’objet de leur vénération.

La question de la divinisation des objets cultuels

52Le bétyle et le môtab sont clairement distincts à la fois par leur rôle dans le culte et par les formes qu’ils revêtent. Ils peuvent exister indépendamment l’un de l’autre comme nous l’avons démontré à travers les différents exemples. Le môtab, selon les inscriptions, semble faire l’objet d’un culte. Mais ce culte concerne en réalité la divinité qu’il était destiné à porter, même si celle-ci est absente. C’est également vrai pour le bétyle qui est le réceptacle de la divinité. Dans tous les cas, ce n’est pas le matériel cultuel lui-même qui fait l’objet d’un culte mais la divinité, que le dédicant cherche à atteindre à travers lui.

  • 46 Nehmé 1998, p. 68-70.
  • 47 Dentzer 1990b, p. 71, note 34; Dentzer 1990a, p. 213, note 43.
  • 48 Seyrig 1933, p. 68-71.
  • 49 Teixidor 1977, p. 30-31.
  • 50 Milik 1967, p. 565-580 : dieux Béthel, Madbaḥ et Masgadâ.

53En effet, on considère généralement que la divinisation des instruments servant au culte est étroitement lié à un phénomène d’assimilation de la divinité à l’objet qui la représente (le bétyle, la statue), grâce auquel un culte lui est rendu (l’autel), ou enfin qui la supporte (môtab, trône). Ce ne sont donc pas les objets en tant que tels qui sont revêtus d’un caractère divin. Ils en bénéficient « par extension » en raison des liens étroits qui existent entre eux et la divinité dans le culte de laquelle ils interviennent. Les inscriptions nous montrent que le culte rendu au bétyle, à l’autel ou au môtab vise à travers eux une divinité particulière. Le glissement du divin, de la divinité aux instruments qui servent à lui rendre un culte, est récurrent dans l’Antiquité46. On peut rappeler les inscriptions mentionnant des dieux Zeus Bômos, Zeus Madbachos47 ou encore Zeus Baitulos48, bien attestés dans la province de Syrie. Ce culte rendu aux bétyles et aux autels est également attesté dans le domaine assyrien49 ainsi qu’en Egypte perse50.

54L’ensemble des éléments étudiés dans cet article confirme l’utilisation des bétyles et des môtab-s en Syrie du Sud à l’époque romaine et la persistance de cette pratique au moins jusqu’à la fin du iiie siècle ap. J.-C. On peut ainsi souligner que la partie méridionale du Hauran est profondément marquée par l’influence nabatéenne et que son attachement aux pratiques cultuelles traditionnelles est particulièrement vivace, malgré la « romanisation » de la région.

Fig. 26. Revers monnaie Boṣra, Sévère Alexandre

Fig. 26. Revers monnaie Boṣra, Sévère Alexandre

Dentzer-Feydy et al. 2007, p. 27

  • 51 Dentzer-Feydy et al. 2007, p. 27.
  • 52 Chrétien-Happe 2004, p. 143.

55Une monnaie de la ville de Bostra, datée du règne de Sévère Alexandre, illustre bien cette idée (Fig. 26) : elle commémore la fondation de la colonie romaine de Bosra : N(ova) Tr(aiana) Alexandriana Col(onia) Bostr(ensis). Le revers met en scène la fondation d’une colonie romaine, selon le rite accompli par Romulus : le fondateur, voilé, trace un sillon au moyen d’un araire tiré par une paire de bovins. Cette représentation est directement inspirée de modèles romains. Au-dessus de l’attelage, on distingue une estrade accessible par un escalier et surmontée de trois bétyles. Cet espace cultuel, formé par la plate-forme surmontée de bétyles constitue le symbole, l’emblème de la cité51. Ils suffisent à eux seuls à évoquer la ville. Ils remplissent la même fonction symbolique que la divinité dans son temple et constituent une adaptation locale du modèle plus classique des monnaies gréco-romaines. Ces objets cultuels et les rites qui y sont associés ont donc une existence officielle dans la ville. Les monuments religieux et les divinités représentées sur les revers des monnaies montrent que les villes de Syrie du Sud profitent de la liberté qui leur est accordée dans le choix iconographique pour souligner leurs particularismes religieux, tout en affirmant leur allégeance à l’empereur, dont le buste est figuré au droit de ces monnaies provinciales52. La représentation de môtabs et bétyles sur les monnaies et les reliefs du Hauran révèlent les spécificités des cultes hérités des traditions indigènes anciennes.

Bibliografía

Aliquot 2011
J. Aliquot, « Au pays des bétyles : l’excursion du philosophe Damascius à Émèse et à Héliopolis du Liban », Cahiers Glotz, 21, p. 305-328.

Arnaud 1986
P. Arnaud, « Naïskoi monolithes du Hauran », in J.-M. Dentzer, Hauran I : Recherches sur la Syrie du Sud à l’époque hellénistique et romaine, Paris : P. Geuthner, p. 373-386.

BMC Galatia
W. Wroth, A Catalogue of the Greek Coins of Galatia, Cappadocia and Syria, Londres : The Trustees.

Butler 1907
H.C. Butler, PPUAES II: Syria, Publication of the Princeton University Archaeological Expeditions to Syria in 1904-5 and 1909, Division II, Ancient Architecture in Syria, Section A, Southern Syria, Part 2, Southern Hauran, Leyden : E.J. Brill,.

Chrétien-Happe 2004
I. Chrétien-Happe, « Les représentations de temples et de sanctuaires sur les monnaies romaines de Décapole et d’Arabie », Syria, 81, p. 131-146.

Dalman 1908
G. Dalman, Petra und seine Felsheiligtümer, Leipzig : J.C. Hinrichs.

Dentzer 1990a
J.-M. Dentzer, « Naïskoi du Hauran et qubbah arabe”, in F. ZAYADINE, Petra and the Caravan Cities, Amman: Department of Antiquities of Jordan, p. 207-219.

Dentzer 1990b
J.-M. Dentzer, “Édicules d’époque hellénistico-romaine et tradition des pierres cultuelles en Syrie et en Arabie”, in P. Matthiae, M. Van Loon, H. Weiss, Resurrecting the Past. A Joint Tribute to Adnan Bounni, Nederlands Historich-Archaeologisch Istanbul : Institut Istanbul, p. 65-83.

Dentzer-Feydy et al. 2007
J. Dentzer-Feydy, M. Vallerin, T. Fournet, R. Mukdad et A. Mukdad, Bosra. Aux portes de l’Arabie, Beyrouth : Presses de l’Ifpo.

Dunand 1926
M. Dunand, « Rapport sur une mission archéologique au Djebel, Druze », Syria, 7, p. 326-335.

Dunand 1934
M. Dunand, Mission archéologique au Djebel Druze. Le musée de Soueïda : inscriptions et monuments figurés, Paris : P. Geuthner.

Durand 2005
J.M. Durand, Florilegium marianum VIII. Le culte des pierres et les monuments commémoratifs en Syrie amorrite, Paris : SEPOA.

Gawlikowski 1999
M. Gawlikowski, « Motab et ḥamana sur quelques monuments religieux du Levant », Topoi, 9/2, p. 491-505.

Hackl, Jenni, Schneider 2003
U. Hackl, A. Jenni, C. Schneider, Quellen zur Geschichte der Nabatäer, Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht.

Hammad 2003
M. Hammad, Aux racines du Proche-Orient arabe ou Manarades, Paris : P. Geuthner.

Healey 1993
J.F. Healey, The Nabataean Tomb Inscriptions of Meda’in Salih, Oxford : Oxford University Press.

Janif 2009
M. Janif, Recherches sur l’iconographie religieuse des Nabatéens, Thèse de 3e cycle, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris.

Jaussen, Savignac 1909
A. Jaussen, R. Savignac, Mission archéologique en Arabie I. De Jérusalem au Hedjaz Médain-Saleh, Paris : E. Leroux.

Kalos 1999
M. Kalos, « Un sanctuaire d’époque hellénistique en Syrie du Sud : Khirbet Massakeb », Topoi, 9/2, p. 777-794.

Lacerenza 1988-1989
G. Lacerenza, « Il duo Dusares a Puteoli, Puteoli », 12-13, p. 119-149.

Lindner 1980
M. Lindner, Petra und das Königreich der Nabatäer : Lebensraum, Geschichte und Kultur eines arabischen Volkes der Antike, Munich : Delp.

Markoe 2003
G. Markoe, Petra rediscovered. Lost city of the Nabataeans, New York : Harry N. Abrams.

Matoïan 1998
V. Matoïan (éd.), Liban l’autre rive. Exposition présentée à l’Institut du monde arabe 27 oct. 1998-2 mai 1999, Paris : Flammarion.

Milik 1967
J. T. Milik, « Les papyrus araméens d’Hermoupolis et les cultes syro-phéniciens en Égypte perse », Biblica, 48, p. 546-621.

Nehmé 1998
L. Nehmé, « Une inscription nabatéenne de Bosra (Syrie) », in C.-B. Amphoux, A. Frey, U. Schattner-Rieser, Études sémitiques et samaritaines offertes à Jean Margain, Lausanne : Éditions du zèbre, p. 62-73.

Nehmé 2004
L. Nehmé, « Explorations récentes et nouvelles pistes de recherche dans l’ancienne Hégra des Nabatéens, moderne al-Hijr/Madain Salih », CRAI, p. 631-682.

Nicolle 2005
C. Nicolle, « L’identification des vestiges archéologiques de l’aniconisme à l’époque amorrite », in J.-M. Durand, Florilegium marianum VIII. Le culte des pierres et les monuments commémoratifs en Syrie amorrite, Paris, SEPOA, p. 177-187.

Patrich 1990
J. Patrich, The Formation of Nabataean Art: Prohibition of a Graven Image Among the Nabataeans, Jérusalem : The Hebrew University Magness.

Roche 2004
M.-J. Roche, « La religion nabatéenne primitive », Trans, 27, p. 163-179.

Roux 1976
G. Roux, Delphes. Son oracle et ses dieux, Paris : Les Belles Lettres.

Ruben 2003
I. Ruben, The Petra Siq: nabataean hydrology uncovered, Amman: Petra National Trust.

Sartre 1993
M. Sartre, Inscriptions grecques et latines de Syrie. Tome XXI. Inscriptions de la Jordanie. Tome IV, Pétra et la Nabatène méridionale du wadi al-Hasa au golfe de Aqaba, Paris : P. Geuthner.

Sartre 2011
M. Sartre, Inscriptions grecques et latines de Syrie. Tome XIII, 2, Bostra et la plaine de la Nuqrah, Beyrouth : Presses de l’Ifpo.

Seyrig 1933
H. Seyrig, “Altar dedicated to Zeus Betylos”, in P.V. Baur, M. Rostovszef, A.R. Bellinger, The excavations at Dura-Europos. Preliminary report of fourth season 1930-1931, New Haven : Yale University Press, p. 68-71.

Spijkerman 1978
A. Spijkerman, The Coins of the Decapolis and Provincia Arabia, Jérusalem : Franciscan Printing Press.

Teixidor 1977
J. Teixidor, The Pagan God: Popular Religion in Ancient Near East, Princeton : Princeton University Press.

Tholbecq 1997
L. Tholbecq, « Les sanctuaires des Nabatéens. État de la question à la lumière des recherches archéologiques récentes », Topoi, 7, p. 1069-1095.

Tholbecq 2009
L. Tholbecq, « Strabon et Athénodore de Tarse : à propose de la description de Pétra à la fin du Ier siècle av. J.-C. », Revue belge de philosophie et d’histoire, 89, p. 47-68.

Tholbecq 2011
L. Tholbecq, « Infrastructures et pratiques religieuses nabatéennes. Quelques données provenant du sanctuaire tribal de la « chapelle d’Obodas » à Pétra », in V. Rondot, F. Alpi, F. Villeneuve (dir.), La pioche et la plume. Autour du Soudan, du Liban et de la Jordanie. Hommages archéologiques à Patrice Lenoble, Paris : PUPS.

Tran Tam Tinh 1972
V. Tran Tam Tinh, Le culte des divinités orientales en Campanie en dehors de Pompéi, de Stabies et d’Herculanum, Leyde : E.J. Brill.

Turcan 1985
R. Turcan, Héliogabale et le sacre du soleil, Paris : Albin Michel.

Wenning 2001
R. Wenning, « The Betyls of Petra », BASOR, 324, p. 79-95.

Will 1986
E. Will, « Du môtab de Dusarès au trône d’Astarté », Syria, 63, p. 343-351.

Zayadine 1987
F. Zayadine, « Les sanctuaires nabatéens », in Rencontres de l’École du Louvre, La Jordanie de l’âge de pierre à l’époque byzantine, Paris : Documentation française, p. 93-108.

Notas

1 Nicolle 2005 ; Durand 2005.

2 Traduction de la Bible de Jérusalem aux Éditions du Cerf.

3 J. Aliquot revient sur l’étymologie du terme bétyle et suggère de limiter son utilisation, comme dans l’Antiquité, aux aérolithes possédant un pouvoir « magique » ou divinatoire : Aliquot 2011, p. 305-328. Cependant, dans le cadre de cet article, il est difficile, en particulier en ce qui concerne le domaine nabatéen, de ne pas utiliser le terme bétyle, si répandu dans la littérature scientifique.

4 « Theus Arès : celui-ci est le dieu Arès à Pétra d’Arabie. On vénère chez eux le dieu Arès, c’est lui qu’ils honorent le plus. L’image est une pierre noire, quadrangulaire, sans représentation, sa hauteur est de quatre pieds, sa largeur de deux. Elle est placée sur une base en or. Ils lui sacrifient et lui versent le sang des victimes. Telle est pour eux la libation. Le temple tout entier est abondant en or, et les offrandes sont nombreuses ».

5 On peut distinguer deux catégories distinctes de bétyles : les bétyles transportables ou amovibles prenant la forme de stèles rectangulaires ou de pierres ovoïdes et les représentations de bétyles. Il s’agit la plupart du temps de reliefs rupestres mais on trouve des représentations de bétyles dans le décor des temples, sur les autels ou les revers des monnaies.

6 Arnaud 1986, p. 373-386.

7 Dentzer 1990a, p. 207-219.

8 À propos de ces naïskoi voir : Dunand 1926, p. 332-333 ; Dunand 1934, p. 28-29 ; Arnaud 1986, p. 373-386 ; Dentzer 1990a, p. 207-219 ; Patrich 1990a, p. 67.

9 Dentzer 1990a, p. 207.

10 Patrich 1990a, p. 68-69; Butler 1907, p. 89, ill. 68.

11 Sartre 2011, p. 193-194, n° 9736 : Ασουαδος Ασαδου: « Asouados, fils d’Asados ».

12 Dentzer-Feydy et al. 2007, p. 43.

13 L’emplacement de la dédicace IGLJ IV, 12, inscrite au-dessous de la niche, laisse supposer que les deux éléments sont liés. Plusieurs dédicaces gravées sur les parois du Siq mentionnent des panégyriarques de la ville d’Adraha : Sartre 1993, p. 42-49, n° 9, 10, 12, 13, 15.

14 IGLJ IV, 12 : Sartre 1993, p. 45-46, n° 12.

15 Hammad 2003, 185-186.

16 Voir note 3.

17 « ḥrm wḥgr dwšr’ ’lh mr’n’ wmwtbh ḥryš’ ». Pour une présentation complète de l’inscription voir : Hackl, Jenni, Schneider 2003, p. 259-263 ; Healey1993, p. 238-242.

18 « dwšr’ w mwtbh ». Pour une présentation complète de l’inscription voir : Hackl, Jenni, Schneider 2003, p. 310-312.

19 Voir note 3 .

20 dnh dnh mḥrmt(’) [---/ (b)r ‘bd’lmyt(b) [---/ khny’ [--- : « Ceci est (le) lieu consacré [---/ fils de ‘Bd’lmyt(b) [---/ les prêtres [--- » : Nehmé 1998, p. 63-73.

21 Nehmé 1998, p. 63-73.

22 Les chercheurs ne sont pas tous d’accord sur l’utilisation du terme môtab pour désigner des aménagements et sur les formes qu’il peut prendre. F. Zayadine, M. Gawlikowski réservent le terme môtab à des simples bases et excluent les plates-formes construites de la catégorie des môtabs : Zayadine 1987, p. 95 : « le môtab désigne spécifiquement le siège divin et ne peut donc s’appliquer à la plate-forme sur laquelle se dressait ce siège que par extension » ; Gawlikowski 1999, p. 498-499.

23 Ruben 2003.

24 Au sujet des niches cultuelles du Jabal Ithlib à Medâ’in Sâlih voir : Jaussen, Savignac 1909 ; Nehmé 2004, p. 257-267.

25 Kalos 1999, p. 782-783 : des dalles de forme rectangulaire et de dimensions variées (entre 50 cm et 2,5 m de long et entre 40 cm et 1 m de large) ont été mises au jour dans le sanctuaire de Khirbet Massakeb. L’aspect de ces dalles montre qu’elles devaient être assemblées comme des marches.

26 Tholbecq, p. 1069-1070.

27 Tholbecq 1997, p. 1075-1082; Zayadine1987, p. 93-107; Will 1986, p. 343-346.

28 L. Tholbecq compare ce dispositif aux aménagements rupestres présents au jabal al-Madhbaḥ (BD85b =D191), au Mghar al Meṭaḥah (BD 693) et au Jabal an-Numayr (BD 289) : ils comprennent tous un négatif circulaire réservé dans le rocher. Il interprète ces aménagements comme des, fosses à libations ou à offrandes qui recevaient sans doute des cuves amovibles destinées à récupérer le sang des victimes sacrificielles : Tholbecq 2011, p. 33-37.

29 Cela coïncide avec la description La Souda : τούτῳ θύουσι, καὶ τὸ αἷμα τω̃ν ἱερείων προχέουσι καὶ του̃το ἐστιν αὐτοι̃ς σπονδή : « Ils lui sacrifient et lui versent le sang des victimes. Telle est pour eux la libation ».

30 Tran Tam Tinh 1972, p. 127-131 ; Lacerenza (1988-1989), p. 132-136. Tran Tam Tinh (1972), p. 144-146, Fig. 65-67. Trois bases en marbre blanc de Carrare ont été découvertes près de Pouzzoles. Deux des bases comportent trois entailles, la troisième en comporte sept. Quatre stèles ont été retrouvées en même temps que la base pourvue de sept entailles. Ces stèles rectangulaires en pierre calcaire de 28 cm de haut et 15 cm de large ont une partie supérieure taillée en demi-cercle.

31 « Les Arabes respectent leurs engagements autant que ceux des hommes qui les respectent le plus. Voici de quelle façon ils les contractent. Quand des hommes veulent s’engager, un tiers, debout entre les deux, entaille avec une pierre tranchante l’intérieur des mains des contractants auprès des pouces ; prenant ensuite au vêtement de chacun d’eux du duvet, il oint de sang sept pierres posées entre eux, et, ce faisant, il invoque Dionysos et Ourania ».

32 Roche 2004, p. 178.

33 Voir note 24.

34 « Le soleil est pour les Nabatéens l’objet d’un culte particulier, ils lui dressent des autels sur les terrasses de leurs maisons, et là chaque jour, pour l’honorer, ils font des libations et brûlent de l’encens ».

35 Tholbecq 2009, p. 67.

36 Damascius, La vie d’Isidore ou histoire de la philosophie, §203 : εἶδον, φησί, τὸν βαίτυλον διὰ τοῦ ἀέρος διὰ τοῦ ἀέρος κινούμενον, ποτὲ δ ἐν τοῖς ἱματίοις κρπτόμενον, ἢδη δὲ ποτε καὶ ἐν χερσὶ βασταζόμενον τοῦ θεραπεύοντος. « Je vis, dit-il un bétyle, mû par l’air, tantôt caché dans des couvertures, mais parfois aussi porté dans les mains d’un serviteur ».

37 BMC Galatia, p. 272-277.

38 Plusieurs omphaloi furent érigés durant l’Antiquité à travers le bassin méditerranéen, mais le plus célèbre est celui de l’oracle de Delphes, pierre de forme conique, directement placée dans l’adyton du temple oraculaire d’Apollon, entourée de tissu et surmontée de deux aigles en or. Voir Roux 1976, p. 129-131.

39 Hérodien, Histoire, V, 3, 5 : ἄγαλμα μὲν οὖν ὥσπερ παρ Ἕλλησιν Ῥωμαίοις, οὐδὲν ἕστηκε χειροποίητον, θεοῦ φέρον εἰκόνα˙ λίθος δὲ τίς ἐστι μέγιστος, κάτωθεν περιφερής, λήγων εἰς ὀξύτητα˙ κωνοειδὲς αὐτῷ σχῆμα μέλαινά τε χροια. διιπετῆ τε αὐτὸν εἶναι σεμνολογοῦσιν, ἐξοχάς τέ τινας βραχείας καὶ τύπους δεικνύουσιν, εἰκονα τε Ἡλίου ἀνέργαστον εἶναι θέλουσιν οὕτω βλέποντες. « Quant à sa statue cultuelle, elle n’est pas, comme chez les Grecs ou les Romains, sculptée de main d’homme et ne vise pas à représenter la divinité. C’est une très grande pierre, circulaire en bas et pointue à l’extrémité supérieure, de forme conique et de couleur noire. Les gens du pays en parlent solennellement comme d’une statue tombée du ciel, ils en montrent certaines petites proéminences ou incisions, et veulent qu’on voie en elle l’image inachevée du Soleil, parce qu’ils la regardent effectivement ainsi ».

40 Turcan 1985, p. 31.

41 Les revers des monnaies des villes d’Antioche, Baalbek, Sidon, Tyr et Ptolémaïs représentent des édicules portatifs abritant une statue ou une pierre sacrée.

42 Les revers des monnaies des villes de Laodicée sur Mer, Émèse, Sidon, Néapolis, Philadelphia et Aelia Capitolina représentent un char à quatre roues transportant une idole divine.

43 Dentzer 1990a, p. 207-219.

44 Les revers des monnaies de Philadelphia mettent en scène un char à quatre roues tirés par des chevaux devant transporter une idole : Spijkerman 1978, n° 21, 22, 35, 43, 46. Mais cette cité ne semble pas avoir subi une occupation nabatéenne.

45 Dalman 1908, p. 109-110; Wenning 2001, p. 95, Fig. 8.

46 Nehmé 1998, p. 68-70.

47 Dentzer 1990b, p. 71, note 34; Dentzer 1990a, p. 213, note 43.

48 Seyrig 1933, p. 68-71.

49 Teixidor 1977, p. 30-31.

50 Milik 1967, p. 565-580 : dieux Béthel, Madbaḥ et Masgadâ.

51 Dentzer-Feydy et al. 2007, p. 27.

52 Chrétien-Happe 2004, p. 143.

Índice de ilustraciones

Título Fig. 1. Bétyle provenant de la Maison V1, Khirbet edh-Dharih
Créditos Janif 2009, n° 6
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 60k
Título Fig. 2. Naïskos Qanawât ou Si‘
Créditos Arnaud 1986, Pl. I, 2 bis
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 68k
Título Fig. 3. Naïskos Djebel al-‘Arab
Créditos Arnaud 1986, Pl. I, 2
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 100k
Título Fig. 4. Naïskos Melah al-Sarrar
Créditos Arnaud 1986, Pl. I, 2 quater
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-4.png
Archivo image/png, 62k
Título Fig. 5. Naïskos Syrie du Sud
Créditos Arnaud 1986, Pl. II, 6
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 164k
Título Fig. 6. Linteau el-Umtaîyeh
Créditos Patrich 1990, Ill. 13
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 108k
Título Fig. 7. Autel, ‘Ayn al-Maysarî
Créditos Sartre 2011, p. 193
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 104k
Título Fig. 8. Revers monnaie Boṣra, Caracalla
Créditos Spijkerman 1978, Pl. 15, 38
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-8.png
Archivo image/png, 48k
Título Fig. 9. Revers monnaie Adraha, Élagabal
Créditos Spijkerman 1978, Pl. 10, 12
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-9.png
Archivo image/png, 40k
Título Fig. 10. Relief bétyle Adraha, Siq, Pétra
Créditos Le Bihan
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 284k
Título Fig. 11. Niche à bétyle, Pétra, Siq
Créditos Sartre 1993, Pl. XIII, 14
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 780k
Título Fig. 12. Niche à bétyle, Medâ’in Sâlih, Jabal Ithlib, Ith 13
Créditos Nehme 2004, Fig. 15
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 292k
Título Fig. 13. Niche à bétyle, Medâ’in Sâlih, Jabal Ithlib, Ith 058
Créditos Jaussen, Savignac 1909, Fig. 221
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-13.jpg
Archivo image/jpeg, 300k
Título Fig. 14. Niche à bétyle, Medâ’in Sâlih, Jabal Ithlib, Ith 073
Leyenda Janif 2009, n° 3
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-14.jpg
Archivo image/jpeg, 272k
Título Fig. 15. Revers monnaie Boṣra, Herennius Etruscus et Hostilien
Créditos Dentzer-Feydy et al. 2007, p. 27
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-15.png
Archivo image/png, 271k
Título Fig. 16. Revers monnaie, Charachmoba, Élagabal
Créditos Spijkerman 1978, Pl. 22, 5
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-16.png
Archivo image/png, 51k
Título Fig. 17. Haut-lieu, Pétra, al-Madhbaḥ
Créditos Le Bihan
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-17.jpg
Archivo image/jpeg, 200k
Título Fig. 18. Vue du môtab, Pétra
Leyenda Temple dit « aux lions ailés »
Créditos Le Bihan
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-18.jpg
Archivo image/jpeg, 220k
Título Fig. 19. Vue du môtab, Khirbet edh-Dharih
Créditos Le Bihan
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-19.jpg
Archivo image/jpeg, 212k
Título Fig. 20. Axonométrie du môtab, Khirbet edh-Dharih
Créditos Mission Dharih
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-20.jpg
Archivo image/jpeg, 152k
Título Fig. 21. Môtab rupestre, Pétra (au pied du Jabal al-Khubthah)
Créditos Markoe 2003, Fig. 155
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-21.jpg
Archivo image/jpeg, 260k
Título Fig. 22. Môtab rupestre, Es-Sela’
Créditos Lindner 1980, p. 261, Fig. 5
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-22.jpg
Archivo image/jpeg, 148k
Título Fig. 23. Trône, ‘Ayn Baal
Créditos Matoian 1998, p. 165
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-23.jpg
Archivo image/jpeg, 328k
Título Fig. 24. Base consacrée à Dusarès, Pouzzoles
Créditos D’après Tran Tam Tinh 1972, Pl. XLVIII, Fig. 65
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-24.jpg
Archivo image/jpeg, 296k
Créditos Wenning 2001, Figure 8
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-25.jpg
Archivo image/jpeg, 204k
Título Fig. 26. Revers monnaie Boṣra, Sévère Alexandre
Créditos Dentzer-Feydy et al. 2007, p. 27
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2962/img-26.png
Archivo image/png, 284k

Autor

Doctorante Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041, Équipe APOHR

© Presses de l’Ifpo, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar

Volumen papel

Cargando

Unavailable