Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Territoires, architecture et matériel au Levant

Gestion des territoires : agglomérations et échanges

La céramique du Bronze ancien II-III (3100–2300 av. J.-C.) de Qarassa (Syrie du Sud) : un aperçu régional

Chiara Fiaccavento

Abstract

La récente étude systématique préliminaire de la céramique de Qarassa offre des nouveaux aperçus sur la culture matérielle de la Syrie du Sud au cours du Bronze ancien II-III (entre la fin du ivᵉ et la fin du iiiᵉ millénaire av. J.-C.). La région semble parfaitement intégrée dans l’horizon culturel du Levant méridional au cours du iiiᵉ millénaire, à la fois d’un point de vue architectural, de l’organisation de l’habitat, de l’usage funéraire mais aussi en terme de répertoires céramiques, en montrant n’être pas un espace marginal mais une composante à part entière du même espace culturel.

The recent preliminary systematic study of pottery from excavations at Qarassa offers new insights into the material culture of southern Syria during the Early Bronze Age ii-iii (3100-2300 BC). The area appears perfectly integrated into Southern Levant cultural horizon during the third millennium, both in terms of architecture, urban organization and funerary customs but also regarding ceramic assemblages, showing to be not a marginal space but a fully-fledged component of the same cultural horizon.

Full text

Introduction

  • 1 Le choix d’effectuer les fouilles à Qarassa pour sa représentativité chronologique (puisqu’il couvr (...)

1L’exploration archéologique de Qarassa (Mohafazat de Suweida), site identifié en 2005 dans le cadre de l’exploration de la Syrie méridionale pour le projet d’Atlas des sites pré- et protohistoriques de la région1, par le CNRS et par la DGAM syrienne, a commencé en 2007.

  • 2 Coordonnées géographiques : 32°49’54’’ N ; 36°24’51’’E, alt. moyenne : 735 m.
  • 3 Plateau situé à environ 50 km au sud de Damas, formé par des coulées volcaniques récentes sur la li (...)

2Le site2, de plus de 60 ha, se compose de deux tells archéologiques, tell Nord et tell Sud, situés de part et d’autre d’une source pérenne jusqu’aux années 1950, à la limite méridionale des coulées volcaniques du Leja3.

  • 4 Braemer, Echallier, Taraqji 2004. Le site avait été d’abord découvert pendant les années 1930 mais (...)

3Comme cela a déjà été observé pour d’autres sites, dans des environnements différents de la steppe aride orientale où ont été conduites l’étude et la fouille de Khirbet al-Umbashi4, Mumassakhin et Rukeis, dans la zone de transition entre l’agriculture sèche et la steppe semi-aride, le peuplement humain est caractérisé par des modalités d’occupation du sol dispersées et sur de brèves périodes, avec de rares réoccupations au même endroit, le déplacement de l’habitat dans le voisinage des précédents étant le plus fréquent.

  • 5 Ibanez et al. 2010.

4Qarassa confirme cette donnée avec la présence, sur le tell Sud, d’une occupation continue aux âges du Bronze et du Fer, et, sur le tell Nord, aux périodes néolithique, chalcolithique5 et Bronze ancien IA, avec une vaste nécropole mégalithique de l’âge du Bronze et un site natoufien sur un relief rocheux encore plus au nord (Fig. 1).

Fig. 1. Carte générale de la Syrie du Sud et localisation de Qarassa

Fig. 1. Carte générale de la Syrie du Sud et localisation de Qarassa

D’après Braemer et al. 2011, Fig. 1

Le tell Sud et les niveaux du Bronze ancien

  • 6 Dans la suite de l’article, sauf indication contraire, les termes “Qarassa”, “site” ou “tell” indiq (...)

5Le tell sud de Qarassa, dont la surface est d’environ 6 ha, a la forme d’un croissant ouvert vers le nord, avec une dépression centrale qui, à l’origine, devait être 7 mètres environ au-dessous du niveau de surface actuel. La topographie est irrégulière (dénivellations rocheuses à l’est et au sud-ouest qui forment des terrasses naturelles), générée par les coulées de lave6.

  • 7 al-Maqdissi, Braemer 2008, 18-17, 18-19; Braemer et al. 2011, 2312-33.
  • 8 Voir par exemple les systèmes des fortifications du BA II-III de Khirbet al-Batrawy (Nigro éd. 2012 (...)

6La topographie originelle du tell fut partiellement modifiée par deux opérations successives. Le premier changement important fut le comblement de la partie centrale du tell avec un remblai de terre au BA II ; le deuxième, dans la première moitié du IIIe millénaire (BA IIIA) fut l’érection d’un rempart entourant l’habitat7, selon un processus de fortification des centres urbains bien connu dans plusieurs sites du Levant méridional de la même période, c’est-à-dire au début du BA II, ou dans la période immédiatement successive (comme dans ce cas-ci), le BA III ; on reconnait souvent sur d’autres sites la réutilisation et/ou l’agrandissement des fortifications précédentes8.

Fig. 2. Qarassa tell Sud : plan général avec le tracé du rempart et l’emplacement des sondages

Fig. 2. Qarassa tell Sud : plan général avec le tracé du rempart et l’emplacement des sondages

7Les sondages stratigraphiques ont été placés principalement dans les secteurs médian et oriental du tell (Fig. 2), où il a été possible d’identifier et de comprendre dans la partie centrale, l’organisation des niveaux allant du Bronze ancien I (milieu du IVe millénaire) à l’âge du Fer II (7e-6e siècles), et à l’est, avec le sondage S1, l’architecture et la chronologie du rempart du BA III.

8Les sondages implantés sur le site qui ont apporté des données sur le BA II-III sont donc S1, S2, S7, S8 et S11 (Fig. 3).

Fig. 3. Tableau 1. Qarassa, phasage des niveaux du Bronze ancien des sondages du tell sud

Période archéologique

Chronologie absolue

Phases stratigraphiques des sondages

S1

S2

S7

S8

S11

Bronze ancien II

3100-2700 a.C.

S1-7

S2-1c

S1-5

 

S11-3

Bronze ancien IIIA

2700-2500 a.C.

S1-6

S2-2

S7-4

 

 

Bronze ancien IIIB

2500-2300 a.C.

S1-4+5

S2-3

 

S8-5

 

Bronze ancien IV

2300-2000 a.C.

S1-2+3

 

 

S8-4

 

Le Bronze ancien II-III à Qarassa : les évidences archéologiques

9Le Bronze ancien II a été détecté dans des zones restreintes du site :

10sur le versant méridional du tell (S1) sous le rempart, avec une série des couches de terre interprétées comme les vestiges de la première occupation domestique de la partie centrale du site, rejetés le long la pente rocheuse, avant ou au moment de la construction du rempart ;

  • dans le sondage S2, avec des couches horizontales de remplissage sur plus de 4 m en hauteur, qui ont comblé la dépression centrale à l’origine ouverte vers la source et l’étang situés au nord ;

  • dans le sondage S7 où on trouve une sorte de canal de drainage, probablement connecté avec l’étang au nord, un sol et une plateforme en pierre ;

  • dans le sondage S11, avec plusieurs feuilletages fins de couches d’occupation sans architecture ;

  • 9 Braemer et al. 2011, 239-241.
  • 10 Braemer et al. 2011, 242-243. Le matériel céramique récolté dans le bâtiment du BA III du sondage S (...)

11L’occupation du Bronze ancien III, actuellement sûrement la phase mieux connue du site, a été exposée en particulier dans le sondage S1, où il est possible de reconnaître deux sous-phases, mais elle est également présente dans les sondages S2, S79 (dans les deux cas représenté par des murs en connexion avec des vestiges de sols en terre battue), et surtout dans le sondage S8, où a été découvert un grand bâtiment dont l’extrémité sud comprenant cinq pièces et un grand espace ouvert10 a été mise au jour.

12Les informations apportées par le sondage S1, près des fortifications, sont les plus significatives pour la période du BA III, en raison de la continuité et de la séquence bien stratifiée qui a été mise en évidence.

  • 11 Les dates C14 les plus probables sont 2866/-2762/-2767/-2803 cal. BC; le problème est que pour les (...)

13L’opération principale qui marque le début de cette phase est, comme nous l’avons déjà dit, la construction du rempart autour du tell, qui comporte aussi l’implantation d’une série des pièces parallèles aux fortifications séparées de ces dernières par une rue (Fig. 4). Tous ces événements sont datables à la phase initiale de la période, Bronze ancien IIIA, aussi bien par la céramique que par les datations C14 obtenues sur des graines et des charbons bois11.

Fig. 4. Sondage S1 : schéma des trois phases architecturales le long du rempart

Fig. 4. Sondage S1 : schéma des trois phases architecturales le long du rempart

A) niveau S1-6, B) niveau S1-5, C) niveau S1-3

D’après Braemer et al. 2011, Fig. 13

14Dans ce secteur, on reconnait une deuxième phase de la même période (BA IIIB), avec la réorganisation du secteur suivant un abandon temporaire (signalé par l’effondrement dans la rue des structures bâties à l’intérieur du rempart) et une phase encore, sans césure apparente, du Bronze ancien IV.

La céramique du BA II-III de Qarassa

15La céramique de Qarassa, retrouvée principalement dans des contextes interprétables comme domestiques, s’inscrit totalement dans les répertoires céramiques connus de la Vallée du Lac Huleh jusqu’à la Transjordanie et à la Jordanie centro-septentrionale, en passant pour la Vallée du Jourdain. Elles sont produites par les populations qui habitent le Levant méridional pendant le Bronze ancien II-III, à la suite de l’homogénéisation culturelle qui coïncide avec l’émergence des différents phénomènes qualifiés d’urbains.

  • 12 Les autres sites connus du Safaa Khirbet ed-Dabab du BA II et Hebariyeh du BA III-IV, (Braemer 1993 (...)

16Du moment que Qarassa est un des rares sites de la Syrie méridionale où les séquences attestées du Bronze ancien ont été l’objet des fouilles systématiques12, le répertoire céramique de ce site a une certaine importance. En effet, bien que la poterie retrouvée soit souvent dans un mauvais état de conservation, elle forme une première séquence comparable et fiable avec les régions limitrophes mieux étudiées, et trouve ses meilleurs parallèles dans le domaine jordano-palestinien des IVe et IIIe millénaires.

17La céramique de Qarassa présente, selon les macro-catégories fonctionnelles, un ensemble de « classes » : céramique commune, de table et de conservation à court terme, céramique de cuisson, céramique de stockage.

18En leur sein ces groupes comprennent certaines « productions spécialisées », ce terme indiquant des caractères technologiques (technique de fabrication : argile, dégraissants, façonnage, cuisson), typologiques (forme du pot) et de finition superficielle qui les rendent immédiatement reconnaissables (Fig. 5).

Fig. 5. Tableau 2. Pourcentage des attestations des différentes classes et productions céramiques de Qarassa dans les périodes du Bronze ancien II et III (données du Sondage S1)

Fig. 5. Tableau 2. Pourcentage des attestations des différentes classes et productions céramiques de Qarassa dans les périodes du Bronze ancien II et III (données du Sondage S1)

Étude technologique : pâtes, façonnage, finition dans le Bronze ancien II-III

19La distinction des pâtes a été faite à partir d’une observation de surface en tenant compte de la couleur sur la cassure, de la dureté, correspondant généralement à la température de cuisson à laquelle le pot a été soumis, et des dégraissants. En résultent six macro-groupes souvent associés à autant de formes et fonctions.

  • Pâte A : couleur orange-rougeâtre (surtout 2.5YR6/6 light red), grain fin et compact, dégraissant minéral (blanchâtres et gris – de calcaire), cuisson moyenne-basse. Utilisée tant pour la céramique engobée de rouge que pour la Khirbet Kerak Ware.

  • Pâte B : couleur marron clair – B1 (10YR7/3-10YR8/4, very pale brown), ou couleur gris – B2, à texture compacte, dégraissant minéral et artificiel (chamotte) cuisson moyenne-haute. Utilisée pour des formes fermées de la céramique commune ou de conservation (jarres de dimensions moyennes ou grandes).

  • Pâte C : couleur marron-rougeâtre (génériquement 2.5YR4/4, reddish brown), texture hétérogène mais plutôt compacte, dégraissant minéral (noir et gris sombre – matrice basaltique, de calcite et quartz), cuisson moyenne-basse. Utilisée uniformément pour toute la céramique de cuisson (les pots sans col).

  • Pâte D : couleur gris sombre (10YR4/1, dark gray), à grain très compact, dégraissant minéral (blanc et jaunâtre – calcite et calcaire), cuisson moyenne-haute. Pâte rare et généralement utilisée pour la céramique de stockage.

  • Pâte E : couleur jaune – blanchâtre (2.5Y8/2 pale yellow), texture compacte, dégraissant minéral (noir – sables basaltiques), cuisson moyenne-haute. Utilisée seulement au Bronze ancien III, dans des cas isolés de la céramique commune pour petites jarres.

  • 13 Les méthodes d’identification et de distinction entre la finition ou le montage à la tournette ne s (...)

20Les techniques de fabrication sont celles connues aux périodes protohistoriques avec quelques indicateurs des innovations technologiques en cours : un modelage à la main avec un montage aux colombins (Fig. 6) ou partant d’une boule arrondie d’argile (surtout pour les très petits vases) et, déjà au Bronze ancien II mais beaucoup plus dans la période suivante, une finition à la tournette pour certaines catégories fonctionnelles (par exemple les assiettes – Fig. 7 – ou les petits bols en céramique rouge lustrée) ou le façonnage directement à la tournette pour certaines parties spécifiques des formes fermées (notamment les bords des jarres de stockage ou les fonds des cruches et cruchettes, surtout au BA III) reconnaissable par les traces caractéristiques de l’enlèvement à la ficelle sur le fond (Fig. 8) ou par la régularité de l’épaisseur des parois ou encore par la continuité et la distance toujours semblable des striations horizontales sur les parois, données par le mouvement cinétique13.

Fig. 6. Évidence de montage aux colombins à l’intérieur de la paroi

Fig. 6. Évidence de montage aux colombins à l’intérieur de la paroi

Fig. 7. Finition à la tournette sur une assiette du BA III marquée par de fines lignes parallèles

Fig. 7. Finition à la tournette sur une assiette du BA III marquée par de fines lignes parallèles

Fig. 8. Traces d’enlèvement à la ficelle sur le fond d’une cruche

Fig. 8. Traces d’enlèvement à la ficelle sur le fond d’une cruche
  • 14 Selon l’analyse optique effectuée par G. Charloux sur la céramique du Bronze ancien II-III à Tell e (...)
  • 15 Cela est mis en évidence par la production caractéristique du nord de la Palestine au BA II de la c (...)

21Cette compétence technique supérieure semble caractériser surtout le nord du Levant méridional (et peut-être venait du nord du Levant proprement dit), pas seulement pour ce qui concerne le façonnage14 mais aussi dans la maîtrise de la préparation de la pâte et de la cuisson15.

22En ce qui concerne la finition extérieure, généralement correspondant aussi bien à la qualité qu’à la fonction à laquelle était destinée la poterie, on trouve le lissage (qui pouvait être réalisé à la main ou à la tournette, avec un chiffon humide ou avec des fibres végétales), l’engobage, le lustrage, le brunissage, le polissage et le peignage ; traitements brièvement illustrés ici.

23L’engobage est un revêtement de nature argileuse appliqué sur la surface extérieure du pot pour la rendre uniforme, dans le but d’en changer la couleur ou pour l’imperméabiliser (Fig. 9).

Fig. 9. Engobage sur fond de cruche

Fig. 9. Engobage sur fond de cruche

24Par lustrage, on entend le résultat de pressions exercées à l’aide d’un instrument dur (lissoir/brunissoir) à la surface du vase ; il laisse des traces, des lignes ou des facettes brillantes, et pour cette raison classable aussi comme décor – v. ci-après (Fig. 10). Le brunissage est un lustrage dont les facettes ne sont pas brillantes, et dont la couleur diffère de celle de la surface du vase. Le polissage caractérise une céramique à l’aspect particulièrement soigné et brillant, sur laquelle les traces des outils utilisés (comme pour le lustrage) sont tellement serrées et rapprochées qu’elles ne se distinguent plus (Fig. 11).

Fig. 10. Lustrage sur assiette

Fig. 10. Lustrage sur assiette

Fig. 11. Polissage sur assiette

Fig. 11. Polissage sur assiette

25Le peignage a probablement une double fonction mais principalement d’augmenter la résistance des parois et, secondairement, d’améliorer l’esthétique des pots.

26Dans le domaine des décors, sont utilisées les incisions, plus ou moins profondes, à motif répétitifs (le plus utilisé est sûrement celui du grain de blé – Fig. 12), la peinture (généralement de simples motifs géométriques, à lignes croisées plus ou moins étroites sur une base d’engobe ou à grosses bandes irrégulières sur base d’engobe ou de voilage – décoration Grain Wash) ; le décor à lignes lustrées en réseau, en losanges ou en traits parallèles, verticaux et obliques, est présent surtout sur l’intérieur des grandes assiettes (Fig. 10).

Fig. 12. Décor de grain de blé sur pot de cuisson

Fig. 12. Décor de grain de blé sur pot de cuisson

Étude typologique : le Bronze ancien II

27La céramique du Bronze ancien II récoltée dans le site est distinguable de celle de la phase suivante par un faible degré de standardisation, par l’usage de pâtes moins épurées et souvent plutôt grossières, par un emploi de la tournette dans la finition beaucoup plus occasionnel et un pourcentage plus élevé de poterie engobée, présente dans différentes catégories fonctionnelles, mais pas dans la production spécialisée lustrée et/ou polie.

  • 16 Comparaison avec une forme entière à Tell es-Sultan (Nigro éd. 2010, pl. LXIII :10).

28Les traits spécifiques de la période sont identifiables du point de vue typologique, dans la céramique lustrée rouge avec le bol à bord évasé et paroi fortement carénée au milieu du corps, ou le bol avec une carène basse et peu prononcée16 (Fig. 13). On trouve aussi les assiettes à rebord court triangulaire avec décor intérieur de lignes lustrées qui sont caractéristiques tant du BA II que de la période suivante, dont ils constituent le vrai marqueur chronologique (Fig. 13).

29Dans la céramique commune, mais plus fine, on a des petites cruches/jarres engobées de blanc et avec des lignes sombres à coulure et des jarres de moyennes et grandes dimensions engobées de rouge (Fig. 14).

Fig. 13. Bols et assiettes typique du BA II en céramique rouge lustrée

Fig. 13. Bols et assiettes typique du BA II en céramique rouge lustrée

Fig. 14. Jarres engobées de rouge ou de blanc avec lignes sombres à coulures (BA II)

Fig. 14. Jarres engobées de rouge ou de blanc avec lignes sombres à coulures (BA II)
  • 17 La typologie des pots à cuire qui semble être typique de la Palestine du nord au BA II (connue dans (...)

30En ce qui concerne la poterie de cuisson, à Qarassa semble être attestée un seul type de marmite, qui ne change pas d’une période à l’autre et qui ne trouve pas de comparaisons très spécifiques avec le nord du Levant méridional17 mais plutôt avec le centre-sud : une marmite sans col à forme globulaire et fond plat, parois minces et lèvre aplatie/repliée/arrondie.

  • 18 La zone nucléaire de production de la céramique métallique, autour de la Vallée du Huleh, a un pour (...)

31Dans la céramique de stockage, on note des fragments de céramique métallique, probablement des jarres de stockage, la seule classe généralement attestée en dehors de la zone la plus proche des centres de production18.

Étude typologique : le Bronze ancien III

  • 19 Identifiée pour la première fois par W.F. Albright en 1926 sur la fouille du site éponyme.

32Le passage au Bronze ancien III, moment fondamental dans la vie de l’habitat qui, avec la construction du rempart, assure probablement un caractère différent, au moins de bourg fortifié, est identifiable dans la culture matérielle avec l’apparition de la céramique à engobe rouge et noir bien connue du répertoire septentrional, c’est à dire la céramique appelée de Khirbet Kerak (KKW), du nom du site de la Palestine septentrionale, près le Lac de Galilée, où elle a été identifiée pour la première fois19.

33Par ailleurs, il y a une substantielle continuité dans le répertoire, avec un emploi généralisé de la tournette pour la finition des grandes formes ouvertes engobées et lustrées de rouge, qui sont de plus en plus fréquentes, et des bords des jarres de moyennes et grandes dimensions.

34Le répertoire trouve des comparaisons dans tous les contextes levantins centro-septentrionaux les plus importants, à Khirbet al-Batrawy, Khirbet ez-Zeraqon, Khirbet Kerak, Tell el-Qassis, Beth Shean, Tell Wakkas/Hazor, Tell Dan, Tell el-Mutesellim/Megiddo (à leur tour liés aux sites centro-méridionaux par une continuité culturelle qui ne montre des particularités régionales ou singulières que dans de rares cas). Même la céramique de cette période connue en Syrie méridionale, à Khirbet al-Umbashi et Hebariyeh, rentre dans un horizon culturel analogue.

  • 20 La KKW est considérée généralement comme le fossile directeur de la phase initiale du Bronze ancien (...)
  • 21 La zone nucléaire de production semble être localisable autour des sites de Beth Shean (Esse 1991, (...)
  • 22 Sukenik 1947.

35Parmi les traits spécifiques du BA III, déjà mentionné, on a d’abord la KKW20, qui à Qarassa est représentée par les formes les plus communes en dehors de la zone nucléaire de production en Palestine21 c’est-à-dire les bols avec profil en S et double coloration, rouge à l’intérieur et noir à l’extérieur, un petit bol avec bord aigu et les cratères avec décor plastique appliqué (boutons et lignes en relief, ces dernières obliques et plus ou moins parallèles) ce qui est un aspect typique de cette production entièrement montée à la main22 (Fig. 15).

Fig. 15. Khirbet Kerak Ware retrouvée à Qarassa : BA IIIA

Fig. 15. Khirbet Kerak Ware retrouvée à Qarassa : BA IIIA
  • 23 L’hypothèse que certains des bols hémisphériques, carénés ou à profil sinueux, retrouvés en dehors (...)
  • 24 Production présente de la période du Chalcolithique tardif en Anatolie et puis en Syrie dans la pha (...)
  • 25 Les attestations les plus orientales, dans le nord, avant la fouille de Qarassa, sont celles de Khi (...)

36La présence de la KKW, que l’on peut considérer ici d’imitation plutôt que d’importation23, est significative car Qarassa est géographiquement en dehors soit de la zone anatolienne et syrienne d’origine et de diffusion24 soit du secteur du Levant méridional jusqu’à aujourd’hui connu comme seule zone d’attestation de cette production25.

  • 26 Greenberg et al. 2006, fig. 5.87 :9.
  • 27 Joffe 2000, fig. 8.10:2-3 ; Greenberg 2006, figs. 10.6:8, 10.7:4, 10.8 :8 (level J-6 early).
  • 28 FitzGerald 1935, tav. VIII :24.
  • 29 Greenberg 1997, fig. III.3 :4.

37Dans la céramique lustrée, en soulignant seulement les traits les plus caractéristiques de la période, on trouve les coupes profondes avec un sommet plat horizontal (Fig. 16), et les plats-assiettes, avec parois très épaisses et bord légèrement rentrant (Fig. 17), qui ont des parallèles à Khirbet Kerak26, Tell el-Mutesellim27, Beth Shan28 et Tell Wakkas29, ainsi que les bases en moignon (ou encore plus les bases pointues), généralement considérés comme typiques de la fin de la période, le BA IIIB.

Fig. 16. Coupes à lèvre interne et externe en céramique rouge lustrée

Fig. 16. Coupes à lèvre interne et externe en céramique rouge lustrée

Fig. 17. Plats-assiettes en céramique rouge lustrée (BA IIIB)

Fig. 17. Plats-assiettes en céramique rouge lustrée (BA IIIB)

38Fait également partie du répertoire du BA III, même si elle semble être spécifique du site, une production à engobe noir plutôt que rouge (donc avec un passage de cuisson finale en atmosphère réductrice plutôt qu’oxydante, selon un procédé connu pour la KKW et peut-être influencé par elle). Cette production est attestée sur les parois intérieures et sur le rebord de coupe à sommet horizontal, déjà décrites, ou sur de très petits bols à parois extrêmement fines, avec une pellicule blanchâtre qui a coulé à l’intérieur du vase, au-dessus de l’engobe noir. Dans les deux cas les parois extérieures sont simplement lissées et/ou brunies en self-slip (Fig. 18).

Fig. 18. Dessins et photos de la production à engobe noir à l’intérieur

Fig. 18. Dessins et photos de la production à engobe noir à l’intérieur

Petits bols et coupes à sommet horizontal

  • 30 La forme complète n’est pas présente à Qarassa ; les cordons appliqués n’ont pas seulement une fonc (...)
  • 31 Nigro éd. 2012, pls. XCIV-XCV.
  • 32 Genz 2002, pls. 26, 33.
  • 33 En Jordanie centrale : Harrison 2000, fig. 19.5.
  • 34 Greenberg 2000, figs 11.5 :7-9.
  • 35 De Miroschedji 2000, fig. 18.6 :10.

39Dans la céramique de stockage, on remarque la présence de bords éversés ou repliés à l’extérieur sur des gros pithoi avec décoration plastique en forme de cordons appliqués à la base du col (et à la moitié du corps30) et décorés par des incisions (Fig. 19), dont la forme complète est connue sur plusieurs sites soit de la Jordanie septentrionale (Khirbet al-Batrawy31, Khirbet ez-Zeraqon32, Tell el-Umeiri33) soit en Palestine (Tell Dan34, Khirbet Yarmouk35) et qui sont identifiables surtout dans le BA IIIB.

Fig. 19. Pithoi et décoration « Grain Wash » de la céramique de stockage

Fig. 19. Pithoi et décoration « Grain Wash » de la céramique de stockage
  • 36 Genz 2000.

40On trouve encore les jarres avec la décoration de grandes bandes rouge-marron peintes sur engobe blanchâtre, appelée « Grain Wash Ware » (Fig. 19). Ce type de décoration, présent du BA I au BA III, connaît une évolution sur la longue durée en étant étendue, au début, à plusieurs catégories fonctionnelles pour arriver à la fin du Bronze ancien à une attestation seulement sur la céramique de stockage de taille moyenne ou grande36.

Conclusion

  • 37 Braemer, Échallier, Taraqji 2004.
  • 38 al-Maqdissi, Braemer 2006 ; Braemer et al. 2010.

41À travers l’étude préliminaire des céramiques du Bronze ancien, on peut affirmer clairement que Qarassa, et toute la Syrie du Sud plus généralement, s’intègrent dans une « région culturelle » qui, pendant le troisième millénaire av. J.-C., s’étend de Damas jusqu’au Néguev, non pas de manière « périphérique » mais en tant que composante à part entière, comme cela, par ailleurs avait été déjà mis en évidence, du point de vue architectural (Khirbet al-Umbashi37) comme du type d’établissement (Labwe38).

42L’évolution des recherches dans toutes ces zones longtemps considérées marginales et isolées, en dehors de la soi-disant « zone nucléaire » de la culture du IIIe millénaire du Levant Sud, a démontré, au contraire, que malgré la discontinuité et la variabilité des processus impliqués, le phénomène des urbanisations du IIIe millénaire av. J-C. possède des caractéristiques communes. La céramique se révèle pleinement comme un de ces éléments culturels communs qui témoignent du partage, sur une échelle géographique à redessiner en incluant maintenant la Syrie du Sud, des connaissances technologiques, des pratiques de la vie quotidienne et du sens esthétique.

Bibliography

Al-Maqdissi, Braemer 2006
M. Al-Maqdissi et F. Braemer, « Labwe (Syrie) : une ville du Bronze ancien du Levant Sud », Paléorient, 32-1, p. 110-121.

Betts 1991
A. Betts (éd.), Excavations at Jawa 1972-1986. Stratigraphy, Pottery and Other Finds. Excavations and Explorations in the hashemite Kingdom of Jordan, Edinburgh: Edinburgh University Press.

Bounni, Al-Maqdissi 1992
A. Bounni et M. Al-Maqdissi, « Al-Moumassakhin, site du iiième millénaire au nord-est de Damas », in B. Hrouda, S. Kroll, P.Z. Spanos (éds.), Von Uruk nach Tuttul, eine Festschrift für Eva Strommenger, Studien und Aufsätze von Kollegen und Freunden, Monaco-Vienna 1992, p. 19- 29.

Braemer 1993
F. Braemer, « Prospections archéologiques dans le hawran (Syrie). III », Syria, 70, p. 117-170.

Braemer, Al-Maqdissi 2008
F. Braemer et M. Al-Maqdissi, « Villes ( ?) du Leja au IIIe millénaire : Organisation et fonctions », CRAIBL, p. 1809-1843.

Braemer, Échallier, Taraqji 2004
F. Braemer, J.-C. Échallier et M. Taraqji, Khirbet al-Umbashi. Villages et campements de pasteurs dans le Désert Noir (Syrie) à l’âge du Bronze, Beyrouth : Ifpo.

Braemer et alii 2011
F. Braemer, H. Criaud, G. Davtian, Ch. Fiaccavento, A. Flambeaux, Gh. Ghanem, L. Herveux, J.-J. Ibanez, C. Liétar, Ch. Nicolle, W. Shaarani, E. Vila, « Qarassa, un site du Bronze ancien et moyen en Syrie du Sud. Travaux 2007-2010 », Syria, 88, p. 225-250.

Braidwood, Braidwood 1960
R. Braidwood et L. S. Braidwood, Excavations in the Plain of Antioch, I: The Earlier Assemblage, Phases A-J, Chicago: University of Chicago Press.

Charloux 2006
G. Charloux, Artisanat et Urbanisation de la Palestine à l’Âge du Bronze Ancien : Apport de l’étude des céramiques à la structure sociale, thèse de doctorat, Université Paris 1.

Cluzan, Taraqji 2009
S. Cluzan et A. Taraqji, « Mission archéologique de Tulul el-Far première campagne », Studia Orontica VI, p. 33–41.

Courty, Roux 1995
M.-A. Courty et V. Roux,
« Identification of Wheel Throwing on the basis of Ceramics Surface Features and Microfabrics », Journal of Archaeological Science, 22, p. 17-50.

Criaud, Rohmer 2010
H. Criaud et J. Rohmer, « Schémas d’occupation d’une enclave semi-aride. Le Leja (Syrie du Sud), de l’âge du Bronze à la veille de l’annexion à Rome (3600 av. J.-C.-fin du 1er s. apr. J.-C.) », in H. Alarashi et al. (éd.), Regards croisés sur l’étude archéologique des paysages anciens. Nouvelles recherches dans le bassin méditerranéen, en Asie centrale et au Proche et au Moyen-Orient (TMO 56), Lyon, p. 43-63.

Esse 1991
D. Esse, Subsistence, Trade and Social Change in Early Bronze Age Palestine, Chicago : Oriental Institute of the University of Chicago.

FitzGerald 1935
G.M. FitzGerald,
« The Earliest Pottery of Beth Shean », the Museum Journal, 24, p. 5-32.

Genz 2000
H. Genz,
« Grain Wash Decoration in Early Bronze Age III? The Evidence from Khirbet ez-Zeraqon », in Philip, Baird 2000, p279-286.

Genz 2002
H. Genz, Die frühbronzezeitliche Keramik von Khirbet ez-Zeraqon, Abhandlungen des Deutschen Palästina-Vereins, Band 27,2, Wiesbaden.

Greenberg 1997
R. Greenberg,
« The Early Bronze Age Phases in Area L. Strata XXI-XIX », in Ben-Tor, Bonfil 1997, Hazor V. An Account of the Fifth Season of Excavation, 1968, Jérusalem: Israel Exploration Society, p. 183-193.

Greenberg 2000
R. Greenberg,
« Changes in Ceramic Production between Early Bronze Age II and III in Northern Israel, Based on the Pottery of Tel hazor and Tel Dan », in Philip, Baird 2000, p183-199.

Greenberg 2006
R. Greenberg,
« What’s Cooking in Early Bronze Age II ?  », in A. M. Maeir, P. de Miroschedji (éds.), I Will Speak the Riddle of Ancient Times”. Archaeological and Historical Studies in Honor of Amihai Mazar on the Occasion of His Sixtieth Birthday, Winona Lake, p. 7-23.

Greenberg, Porat 1996
R. Greenberg et N. Porat,
« A Third Millennium Levantine Pottery Production Centre: Typology, Petrography, and Provenance of the Metallic Ware of Northern Israel and Adjacent Regions », Bulletin of the American School of Oriental Research, 301, p. 5-24.

Greenberg et alii 2006
R. Greenberg, E. Eisenberg, S. Paz et Y. Paz, Bet Yerah: The Early Bronze Age Mound I: Excavations Reports 1933-1986, Israel Antiquities Reports 29, Jerusalem: Israel Antiquities Authority.

Harrison 2000
T. P. Harrison,
« The Early Bronze III Ceramic Horizon for Highland Central Jordan », in Philip, Baird 2000, p. 347-364.

Helms 1981
S.W. Helms, Jawa, the Lost City of the Black Desert, Londres : Metthuen.

Hennessy 1967
J. B. Hennessy, The Foreign Relations of Palestine during the Early Bronze Age, Londres : B. Quaritch.

Ibanez et alii 2010
J. J. Ibanez, A. Balbo, F. Braemer, L. Gourichon, E. Iriarte, J. Santana et L. Zapata,
« The early PPNB levels of Tell Qarassa North (Sweida, southern Syria)  », Antiquity, project gallery, 084, 325, (en ligne:<http://antiquity.ac.uk/projgall/ibanez325/index.html>).

Joffe 2000
A. Joffe,
« The Early Bronze Age Pottery from Area J », I. Finkelstein, D. Ussishkin, B. Halpern (éds.), Megiddo III. The 1992-1996 Seasons, Monograph Series of the Institute of Archaeology of Tel Aviv University 18, Tel Aviv, p. 161-185.

Leonard 1992
A. Leonard, The Jordan Valley Survey, 1953: Some Unpublished Soundings Conducted by James Mellaart, Annual of the American Schools of Oriental Research 50, Winona Lake.

De Miroschedji 2000
P. de Miroschedji,
« An Early Bronze Age III Pottery Sequence for Southern Israel », in Philip, Baird 2000, p. 315-345.

Nicolle 2002
C. Nicolle, « La céramique de l’âge du Bronze en Damascène », M. al-Maqdissi, V. Matoïan et C. Nicolle (éds.), Céramique de l’âge du Bronze en Syrie, I : la Syrie du Sud et la Vallée de l’Oronte, Beyrouth : Ifpo, p. 51-64.

Nigro 2009
L. Nigro,
« Khirbet Kerak Ware and the EBIII Change in Palestine », L. Petit, E. Kaptjin (éds.), A Timeless Vale. Archaeological and Related Essays on the Jordan Valley in honour of Gerrit van der Kooij on the occasion of his sixty-fifth birthday, Archaeological Studies Leiden University 19, Leiden 2009, p. 69-83.

Nigro 2010
L. Nigro (éd.),
Tell es-Sultan/Jericho in the Early Bronze II (3000-2700 BC): the rise o fan early Palestinian city. A Sinthesis of the results of four archaeological expeditions, Studies on the Archaeology of Palestine & Transjordan, 5, Rome : Université « La Sapienza ».

Nigro 2012
L. Nigro (éd.),
Khirbet al-Batrawy II. The EB II-III triple fortification line and the EB IIIB quarter inside the city-wall. Preliminary report of the fourth (2008) and fifth (2009) seasons of excavations, Studies on the Archaeology of Palestine & Transjordan, 6, Rome : Université « La Sapienza ».

Paz, Iserlis 2009
Y. Paz et M. Iserlis,
« Golanite Production and Distribution Center of Cooking Pots during the Early Bronze Age II », in S.A. Rosen, V. Roux (éds.), Techniques and People, Anthropological Perspectives on Technology in the Archaeology of the Proto-Historic and Early Historic Periods in the Southern Levant, Paris : De Boccard, p. 99-110.

Philip, Baird 2000
G. Philip et D. Baird, Ceramics and Change in the Early Bronze Age of the Southern Levant, Sheffield : Sheffield Academic Press.

Roux, Courty 1998
V. Roux et M.-A. Courty, « Identification of Wheel-fashioning Methods: Technological Analysis of 4th-3rd Millennium BC Oriental Ceramics », Journal of Archaeological Science, 25, p. 747-763.

Roux, De Miroschedji 2009
V. Roux et P. de Miroschedji, « Revisiting the History of the Potter’s Wheel in the Southern Levant », Levant, 41/2, p. 155-174.

Sala 2008
M. Sala,
« Khirbet Kerak Ware from Tell es-Sultan/ancient Jericho: a reassessment in the light of the finds of the Italian-Palestinian Expedition (1997-2000)  », in J. Còrdoba, M. Molist, M.C. Pérez, I. Rubio, S. Martìnez (éds.), Proceedings of the Fifth International Congress of Ancient Near East, Madrid : Ediciones Universidad Autónoma de Madrid, p. 645-662.

Sukenik 1947
E. L. Sukenik,
« On the technique of the Khirbet Kerak Ware », Bulletin of the American School of Oriental Research, 106, p. 9-17.

Zuckerman et alii 2009
S. Zuckerman, A. Ziv-Esudri et A. Cohen-Weinberger,
« Production Centres and Distribution Patterns of Khirbet Kerak Ware in the Southern Levant : A Typological and Petrographic Perspective », Tel Aviv, 36/2, p. 135-180.

Notes

1 Le choix d’effectuer les fouilles à Qarassa pour sa représentativité chronologique (puisqu’il couvre, sur ses deux tells et avec le territoire environnant, les périodes préhistoriques et protohistoriques du XIe au Ier millénaire av. J.C.) a été la dernière étape d’une longue période de prospections archéologiques de la région du Leja (de 2003 à 2006 sur une zone d’environ 950 km²) qui a permis d’identifier 544 sites, dont 98 du Bronze ancien et 168 du Bronze moyen (Criaud, Rohmer 2010).

2 Coordonnées géographiques : 32°49’54’’ N ; 36°24’51’’E, alt. moyenne : 735 m.

3 Plateau situé à environ 50 km au sud de Damas, formé par des coulées volcaniques récentes sur la limite septentrionale des grandes formations basaltiques allant du Jawlan au Wadi Sirhan en Arabie Saoudite. Le Jawlan et le Hawran forment essentiellement le versant oriental du bassin du Jourdain avec le Jebel elArab comme limite Est.

4 Braemer, Echallier, Taraqji 2004. Le site avait été d’abord découvert pendant les années 1930 mais son étude a été abandonnée rapidement ; l’attention sur les sites implantés sur les marges arides fut réactivée beaucoup plus tard, avec les fouilles conduites par S. Helms et A. Betts sur l’agglomération fortifiée de Jawa à partir des années 1970 (Helms 1981 ; Betts éd. 1991).

5 Ibanez et al. 2010.

6 Dans la suite de l’article, sauf indication contraire, les termes “Qarassa”, “site” ou “tell” indiquent le tell Sud, à savoir la partie du site d’où proviennent le mobilier et les occupations du BA II-III qui font l’objet du présent travail.

7 al-Maqdissi, Braemer 2008, 18-17, 18-19; Braemer et al. 2011, 2312-33.

8 Voir par exemple les systèmes des fortifications du BA II-III de Khirbet al-Batrawy (Nigro éd. 2012, 13-52).

9 Braemer et al. 2011, 239-241.

10 Braemer et al. 2011, 242-243. Le matériel céramique récolté dans le bâtiment du BA III du sondage S8 n’est pas compris dans la présente étude.

11 Les dates C14 les plus probables sont 2866/-2762/-2767/-2803 cal. BC; le problème est que pour les couches suivantes (du BA IIIB et du BA IV) les dates ne semblent pas correspondre avec les indicateurs céramiques, en donnant toutes une fourchette chronologique bien plus haute que celle conventionnellement définie sur la base de la poterie (Braemer et al. 2011, 236, notes 26-28).

12 Les autres sites connus du Safaa Khirbet ed-Dabab du BA II et Hebariyeh du BA III-IV, (Braemer 1993, 154-156, fig. 39; Braemer, Echallier, al Taraqji 1996, 124-127; 2004, 30-32,), ou de la région du Leja, comme Labwe pour le BA II (Braemer, al-Maqdissi 2006, Braemer et al. 2010), ou plus généralement de la Syrie du Sud, comme Yabrud et Mumassakhin pour le BA IV (Bounni, al-Maqdissi 1992) au nord de Damas, ont été prospectés et étudiés mais la céramique récoltée par ces prospections, bien qu’indicative tant pour la chronologie que pour la typologie, ne permet pas de constituer une séquence définie et de référence. Aussi même dans le cas de Khirbet al-Umbashi pour le BA III-IV, partiellement fouillé à l’intérieur du rempart du BA I, il n’y a pas de vraie séquence céramique (Braemer, Echallier, Taraqji 2004, 37-82). Pour la région de Damas sont répertoriés les sites de Tell Doulab et Tuleilat Shawaqa, pour le Leja septentrional ceux de Kom Massek et de Kom Sharaya, avec des matériaux du BA II (Nicolle 2002). Au sud-est de Damas, le site actuellement en cours de fouille de Tulul el-Far par la DGAM et le Louvre (Cluzan, Taraqji 2009) apporte des données qui pourront être utilisées avec le même objectif que celles venant de Qarassa.

13 Les méthodes d’identification et de distinction entre la finition ou le montage à la tournette ne sont pas toujours simples et demandent souvent l’étude combinée des traces superficielles (qui sont plutôt similaires entre les deux méthodes) et des micro-fabriques (Courty et Roux 1995 ; Roux et Courty 1998), c’est-à-dire une confirmation par l’observation microscopique. De toute façon l’étude optique conduite par V. Roux sur la céramique de Khirbet Kerak, Beth Shean, Tell el-Mutesellim/Megiddo, Tell Wakkas/Hazor et Tell el-Qassis, et l’analyse complète de la poterie de Khirbet Yarmouk/Yarmouth, associée à la découverte de deux tournettes complètes dans le Palais B1, l’a amenée à affirmer que presque la totalité de la céramique du BA II-III en Palestine est montée aux colombins et seulement finie/lissée à la tournette (Roux, de Miroschedji 2009, 169-170).

14 Selon l’analyse optique effectuée par G. Charloux sur la céramique du Bronze ancien II-III à Tell el-Farah N, Tell el-Mutesellim et Khirbet Yarmouk, il affirme que l’utilisation du tour pour monter la vaisselle commence seulement à l’âge du BA III et que les nouveautés technologiques apparaissent systématiquement dans le nord du Levant méridional (Charloux 2006, 417-420).

15 Cela est mis en évidence par la production caractéristique du nord de la Palestine au BA II de la céramique métallique (avec le centre reconnu dans la Vallée du Huleh – Greenberg, Porat 1996), ou, dans un certain sens, avec la présence de la céramique de Khirbet Kerak dans les sites septentrionaux au BA III, qui demandait des procédés techniques différents et probablement allogènes (v. infra).

16 Comparaison avec une forme entière à Tell es-Sultan (Nigro éd. 2010, pl. LXIII :10).

17 La typologie des pots à cuire qui semble être typique de la Palestine du nord au BA II (connue dans le Jawlan – Paz, Iserlis 2009 – ou dans la Vallée d’Huleh – Greenberg 2006) avec fond arrondi et lèvre éversée n’est pas attestée, pour l’instant, à Qarassa.

18 La zone nucléaire de production de la céramique métallique, autour de la Vallée du Huleh, a un pourcentage d’attestation de cette production très haut, jusqu’à 80-90% dans certains sites, et en couvrant toutes les classes fonctionnelles (Greenberg, Porat 1996). En dehors de cette zone par contre, la seule classe massivement attestée est celle des jarres de transport.

19 Identifiée pour la première fois par W.F. Albright en 1926 sur la fouille du site éponyme.

20 La KKW est considérée généralement comme le fossile directeur de la phase initiale du Bronze ancien III (IIIA) et limité à elle, mais on a récemment démontré qu’elle est encore présente dans la période suivante, surtout dans la région méridionale, peut-être avec une diffusion technique secondaire – v. aussi note 24, par exemple à Khirbet Yarmouk (de Miroschedji 2000, fig. 18.5:5, 328).

21 La zone nucléaire de production semble être localisable autour des sites de Beth Shean (Esse 1991, 44-45, pls. 4-5) et Tell esh-Shunah (Leonard 1992, 50-55, niveau V) où cette classe représente plus de 60% du mobilier céramique de la période ; à la suite des dernières analyses pétrographiques effectuées sur la KKW dans plusieurs contextes sud-levantins, des sites producteurs ont été individualisés à Tell Waqqas, Khirbet Kerak, Beth Shean, Tell Qishyon, ‘Affula, Tell esh-Shunah nord (Zuckerman et al. 2009, 142-149).

22 Sukenik 1947.

23 L’hypothèse que certains des bols hémisphériques, carénés ou à profil sinueux, retrouvés en dehors de la zone nucléaire, soient à considérer de production locale plutôt que d’importation (pour leurs qualité technique inférieure) était déjà exprimée par K. Kenyon dans l’étude des matériaux venant du tell et des tombes de Tell es-Sultan (revus dans Sala 2008, 118-120), par J. B. Hennessy (1967, n.1) et confirmée par les analyses effectuées sur les fragments retrouvés par la mission Italienne-Palestinienne (Nigro 2009, 70-75).

24 Production présente de la période du Chalcolithique tardif en Anatolie et puis en Syrie dans la phase Amuq H de la Plaine d’Antioche, où elle est appelée Red Black Burnished Ware (Braidwood, Braidwood 1960, 358-368).

25 Les attestations les plus orientales, dans le nord, avant la fouille de Qarassa, sont celles de Khirbet ez-Zeraqon ; par contre plus à l’est (à Khirbet al-Umbashi) cette production n’est pas attestée.

26 Greenberg et al. 2006, fig. 5.87 :9.

27 Joffe 2000, fig. 8.10:2-3 ; Greenberg 2006, figs. 10.6:8, 10.7:4, 10.8 :8 (level J-6 early).

28 FitzGerald 1935, tav. VIII :24.

29 Greenberg 1997, fig. III.3 :4.

30 La forme complète n’est pas présente à Qarassa ; les cordons appliqués n’ont pas seulement une fonction décorative mais surtout de renforcement des points de jonctions entre les différentes parties du corps montés aux colombins.

31 Nigro éd. 2012, pls. XCIV-XCV.

32 Genz 2002, pls. 26, 33.

33 En Jordanie centrale : Harrison 2000, fig. 19.5.

34 Greenberg 2000, figs 11.5 :7-9.

35 De Miroschedji 2000, fig. 18.6 :10.

36 Genz 2000.

37 Braemer, Échallier, Taraqji 2004.

38 al-Maqdissi, Braemer 2006 ; Braemer et al. 2010.

List of illustrations

Title Fig. 1. Carte générale de la Syrie du Sud et localisation de Qarassa
Credits D’après Braemer et al. 2011, Fig. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-1.jpg
File image/jpeg, 104k
Title Fig. 2. Qarassa tell Sud : plan général avec le tracé du rempart et l’emplacement des sondages
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-2.png
File image/png, 146k
Title Fig. 4. Sondage S1 : schéma des trois phases architecturales le long du rempart
Caption A) niveau S1-6, B) niveau S1-5, C) niveau S1-3
Credits D’après Braemer et al. 2011, Fig. 13
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-3.jpg
File image/jpeg, 52k
Title Fig. 5. Tableau 2. Pourcentage des attestations des différentes classes et productions céramiques de Qarassa dans les périodes du Bronze ancien II et III (données du Sondage S1)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-4.png
File image/png, 20k
Title Fig. 6. Évidence de montage aux colombins à l’intérieur de la paroi
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-5.jpg
File image/jpeg, 188k
Title Fig. 7. Finition à la tournette sur une assiette du BA III marquée par de fines lignes parallèles
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-6.jpg
File image/jpeg, 232k
Title Fig. 8. Traces d’enlèvement à la ficelle sur le fond d’une cruche
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-7.jpg
File image/jpeg, 212k
Title Fig. 9. Engobage sur fond de cruche
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-8.jpg
File image/jpeg, 132k
Title Fig. 10. Lustrage sur assiette
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-9.jpg
File image/jpeg, 156k
Title Fig. 11. Polissage sur assiette
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-10.jpg
File image/jpeg, 176k
Title Fig. 12. Décor de grain de blé sur pot de cuisson
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-11.jpg
File image/jpeg, 220k
Title Fig. 13. Bols et assiettes typique du BA II en céramique rouge lustrée
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-12.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Fig. 14. Jarres engobées de rouge ou de blanc avec lignes sombres à coulures (BA II)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-13.jpg
File image/jpeg, 484k
Title Fig. 15. Khirbet Kerak Ware retrouvée à Qarassa : BA IIIA
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-14.jpg
File image/jpeg, 40k
Title Fig. 16. Coupes à lèvre interne et externe en céramique rouge lustrée
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-15.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Fig. 17. Plats-assiettes en céramique rouge lustrée (BA IIIB)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-16.jpg
File image/jpeg, 84k
Title Fig. 18. Dessins et photos de la production à engobe noir à l’intérieur
Caption Petits bols et coupes à sommet horizontal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-17.jpg
File image/jpeg, 132k
Title Fig. 19. Pithoi et décoration « Grain Wash » de la céramique de stockage
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2949/img-18.jpg
File image/jpeg, 55k

Author

Université de Rome 1 La Sapienza

© Presses de l’Ifpo, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Buy

Print version

Loading

Unavailable