Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books
Une évidence de micro-histoire à Tell Barri : traces de destruction... ation-first" class=" xml: "fres "fre> : un aspect des pratiques religieuses en Syrie du Sud"> arator" G=1" J.sstbar-2870" : agglomun a ie"éc g -- #siteheader --> -- #sihistoire à Tell Barr de destruction otice" title="Territoiresses tle="tion-first" class=" < v id=- ltion-first" class=" ique du Bronze ancien II-III (3100–2300 av. J.-C.) de Qarassa (Syrie du Sud) : un aperçu régional"> hres://sraccue="catalogue">Sucovers/OB -225x270.jpg --a clas2809" class="nef="2809?mob arri : ltion-figreyévidence de micro-histoire à Tell Bar arr <09" class="nef="2809?mob ar /> steHea ry": ry": ar ar <809" class="nef="">
2809" class="notice" titl 2i : tdm h sverzeichn h sverzeichn r" <2809" class="notice" titl 2i : ce pota #c"so": c"so":tion-figreyme="search"> s=lue -block float-lefe="La cérZi hinwe Zi hinwe r" s=lue -block float-re="s1" id="navb nayvb nr" <2809" class="notice" titl 2i : c"sodby45?mobile=1"dead s=lue -block="La cérZi t v Zi t v r" <2809" class="notice" titl 2i : orcid href="wwwue="catalogue">Su1798945 help orcid 5?mobilegreyme="search"> block="La cérORCID Info">ORCID Infor" Suorcid 5 orcid 5?mobilegreyme="search"> block="La cérZu ORCID hinzufügead orcid aratoZu ORCID hinzufügear" <2809" class="n <2809" v id=- praces de destructioclass=" ique du Bronze ancien II-III (3100–2300 av. J.-C.) de Qarassa (Syrie du Sud) : un aperçu régional"> arator" arri : tracesau Ce pl ProdufasplyN BoteHaud régionales .. arri : /otcuts sse pme="La cérZusammenfProu ZusammenfProu

< sies"> dex dex Text Literaturverzeichnis Anmerkungen Autor

Zusammenfassung

Le Tell Aswad, à Bosra, désigne une importante accumulation de couches cendreuses située à l’ouest et au sud de l’amphithéâtre, datée entre le iie et le ive siècles ap. J.-C. et dont l’origine et la fonction sont mal comprises. Durant la fouille de la zone, conduite en 2008, les macrorestes végétaux brûlés – graines, fruits et charbons de bois – contenus dans le sédiment ont été récupérés afin de voir quelles informations sur la zone de fouille et sur la ville ils pouvaient apporter. L’identification taxonomique de ces éléments végétaux, constitués en grande partie de plantes cultivées – céréales, légumineuses et fruitiers – et dans une moindre mesure de taxons sauvages, apporte un éclairage nouveau sur la gestion des productions végétales et du combustible à Bosra à l’époque romaine tardive. Les végétaux ont pour la plupart une origine locale, mais proviennent également de zones plus éloignées de Syrie du Sud. La grande quantité de végétaux brûlés retrouvés, et leur homogénéité sur l’ensemble de la stratigraphie fouillée, témoignent de pratiques intensives de combustion dont l’origine est discutée.

Tell Aswad is an important accumulation of ashy layers located west and south of the amphitheater of Bosra and dated between the 2nd and 4th centuries A.D. Its origin and function are poorly understood. During the excavation of the area, conducted in 2008, sédiment charred plant macroremains – seeds, fruits and charcoals – were recovered. Taxonomic identifications of these plants allow recognizing various crops – cereals, pulses and fruits – and wild taxa and bring a new light on the management of crops and fuel in Bosra. The plants mostly grew in and around the city, but some of them came from others places in Southern Syria. The great quantity of charred plant and their homogeneity underline intensive combustion practices whose origin is discussed.

Indexeinträge

Mots clés :

macrorestes végétaux, productions agricoles, combustible

Keywords :

plant macroremains, crops, fuel

Géographique :

Syrie, Bosra, Tell Aswad

Volltext

Introduction

  • 1 Braemer 2002, 2007.
  • 2 Dirigée initialement par Jean-Marie Dentzer, la mission française en Syrie du Sud est sous l’actuel (...)

1Ville attestée dès le IIe millénaire av. J.-C.1, Bosra, située sur le plateau basaltique du Hauran en Syrie du Sud (fig. 1), est principalement connue pour des époques plus récentes. Les vestiges mis au jour par la mission archéologique française en Syrie du Sud2 concernent les périodes contemporaines et postérieures à l’époque nabatéenne, à partir du iie-ier siècle av. J.-C. Ville importante située au nord du royaume nabatéen, capitale de la Province romaine d’Arabie à partir du début du iie siècle ap. J.-C., métropole de la province d’Arabie à l’époque byzantine, ville musulmane prospère durant les premiers siècles de l’époque islamique, Bosra marque un déclin économique et un dépeuplement durant l’époque ottomane, à partir du début du xvie siècle, jusqu’au retour progressif de la population au milieu du xixe siècle.

Fig. 1 : Carte du Levant sud et localisation des sites mentionnés dans le texte

Fig. 1 : Carte du Levant sud et localisation des sites mentionnés dans le texte
  • 3 Dentzer-Feydy et alii 2007.
  • 4 Villeneuve 1985.
  • 5 Braemer 1990 ; Braemer et alii 2009.
  • 6 Hütteroth et Abdulfattah 1977.
  • 7 Notons qu’en 1983 sont prélevés des échantillons de macrorestes végétaux, plutôt à titre expériment (...)
  • 8 Willcox 1999, 2003.
  • 9 Willcox 1999.
  • 10 Willcox 2003.
  • 11 Je remercie à ce titre George Willcox pour m’avoir permis de continuer l’étude de son matériel, ain (...)
  • 12 Bouchaud 2011.
  • 13 Mougdad, Blanc, Dentzer, 1990, p. 201. La dénomination BAT signifie Bosra AmphiThéâtre.

2Le tissu urbain de la ville moderne se fait l’écho de ses multiples occupations sous la forme d’un enchevêtrement architectural complexe3. Les sources archéologiques et textuelles apportent des informations variées sur l’occupation agricole de Bosra et du plateau du Hauran aux périodes antique et islamique. Pour n’en donner que quelques exemples, nous pouvons citer les prospections de terrain soulignant une occupation agricole intense du plateau et du massif volcanique à l’est de Bosra, le djebel al-‘Arab, durant l’Antiquité4 ; les analyses détaillées des réseaux d’adduction de l’eau, suggérant l’existence de parcelles irriguées à proximité de la ville5 ; ou les registres ottomans montrant que les productions de la région de Bosra sont largement orientées vers les cultures céréalières au début du xvie siècle ap. J.-C., tandis que les pentes du djebel al-‘Arab sont dédiées à la culture de la vigne6. En observant les alentours semi-arides de la ville actuelle, caractérisés par de grandes surfaces céréalières, quelques oliveraies et presque dépourvus de végétation spontanée, la question de l’acquisition des produits alimentaires et du bois de chauffe vient inévitablement à l’esprit. L’archéobotanique, qui est l’étude des vestiges végétaux conservés sur les sites archéologiques, fournit une vision nouvelle et complémentaire permettant d’appréhender globalement le paysage végétal, son évolution et les pratiques d’exploitation et d’utilisation des végétaux. Dans le cadre de cet article, nous nous intéressons particulièrement à l’étude des restes végétaux macroscopiques, visibles à l’œil nu, qui regroupent les graines, fruits et inflorescences (restes carpologiques) et les bois carbonisés (restes anthracologiques). Les premiers prélèvements archéobotaniques des époques antique et islamique de Bosra ont été initiés par la mission française en Syrie du Sud au début des années 1980 dans différents secteurs de la ville et ont été étudiés par G. Willcox (UMR 5133 – Archéorient)7. Complétées par les analyses d’échantillons archéobotaniques du site romain de Sî‘, localisé sur la pente nord-ouest du djebel al-‘Arab, et de Khirbet el-Umbashi, situé dans la steppe à l’est du massif (fig. 1), ces études avaient pour but de fournir les premières données permettant de préciser sur la longue durée l’évolution de l’environnement naturel en Syrie du Sud et les changements de l’écosystème résultant de l’exploitation humaine8. Les signes de déforestation et d’évolution de la végétation liés aux activités humaines sont visibles, notamment par la disparition de certaines espèces (le chêne à feuillage caduc, Quercus sp.) à la faveur de nouvelles espèces (le chêne méditerranéen, ou chêne vert oriental à feuillage persistant, Quercus cf. calliprinos) sur le massif du djebel al-‘Arab9. Les productions agricoles des époques nabatéo-romaine, byzantine et islamique à Bosra et de l’époque romaine à Sî‘ sont également mises en évidence. Les résultats s’accordent bien aux conclusions tirées de l’exploitation des données archéologiques et textuelles : les céréales (orge vêtue, Hordeum vulgare L., et blé nu, Triticum aestivum/durum) prédominent sur le plateau du Hauran et les productions fruitières (essentiellement la vigne, Vitis vinifera L.) caractérisent les paysages des flancs montagneux du djebel al-‘Arab10. Suite à ces analyses, une partie des échantillons non étudiés et de nouveaux prélèvements effectués durant les missions de 2007 et 2008 à Bosra11 ont été intégrés à un travail de doctorat portant sur les paysages et les pratiques d’exploitation des ressources végétales en milieux semi-aride et aride dans le sud du Proche-Orient aux périodes antique et islamique. Les résultats présentés ici font partie d’un travail plus complet réalisé sur le site de Bosra12 et concernent uniquement la fouille d’une accumulation de couches archéologiques datant de la deuxième moitié du iie siècle au ive siècle ap. J.-C. s’étendant à proximité du mur ouest de l’amphithéâtre13 situé dans le quartier sud de la ville. L’analyse des restes végétaux permet d’approfondir les connaissances sur les productions végétales mises en œuvre à l’époque romaine tardive et d’esquisser plusieurs hypothèses sur l’acquisition et la gestion du combustible.

La ville de Bosra à l'époque romaine tardive et le secteur BAT

  • 14 Fournet et Broise 2007.
  • 15 Fournet 2007.
  • 16 Dentzer-Feydy et alii 2007, p. 173-178.
  • 17 Blanc 2008, Dentzer-Feydy et alii 2007, p. 207-208.

3À la fin de l’époque romaine, Bosra est une cité prospère accueillant des populations mélangées, d’origine variée. La ville est dotée de l’ensemble des infrastructures de spectacle et de loisir destinées à satisfaire les attentes de ses habitants et hôtes de passage, comme l’illustrent les thermes du Sud14 et du Centre15, le théâtre16 ou encore le cirque édifié tardivement au détriment d’une nécropole (fig. 2). Dans le quartier Sud, à l’ouest du théâtre, les fouilles entreprises à partir de 1986 sous la direction des Antiquités de Bosra puis du département d’Archéologie de l’université de Damas ont mis au jour les vestiges d’un amphithéâtre dont les dates de fondation sont mal connues, se situant probablement au iiie ou ive siècle ap. J.-C.17.

Fig. 2 : Plan de localisation de l’ensemble des structures archéologiques de Bosra

Fig. 2 : Plan de localisation de l’ensemble des structures archéologiques de Bosra

MAFSS, Th. Fournet 2001

4Une accumulation de couches cendreuses au nom évocateur de Tell Aswad (butte noire), supposée s’être effectuée rapidement dans le temps, s’étend parallèlement à la face ouest et sud de l’édifice. Il est malheureusement difficile de comprendre les connections stratigraphiques entre ce monticule et l’amphithéâtre, les anciennes fouilles ayant conduit au creusement d’une tranchée d’environ huit mètres de large entre les deux ensembles archéologiques (fig. 3). Ce creusement offre cependant l’avantage de pouvoir observer en coupe l’accumulation de terre parfois visible sur plus de 5 mètres et sur laquelle nous avons porté notre intérêt en raison de la richesse en matériaux végétaux brûlés qu’une première observation (par P.-M. Blanc) avait laissé entrevoir.

Fig. 3 : Photographie aérienne du secteur de l’amphithéâtre

Fig. 3 : Photographie aérienne du secteur de l’amphithéâtre

Photo prise en direction du nord-ouest. La flèche noire indique la zone d’accumulation visible à l’extérieur de l’amphithéâtre, le secteur étudié se situe un peu plus en bas à gauche

Yves Guichard, cerf-volant, Mission archéologique de Bosra

Fig. 4 : Détails de la zone d’accumulation de terre le long de la face ouest de l’amphithéâtre

Fig. 4 : Détails de la zone d’accumulation de terre le long de la face ouest de l’amphithéâtre

Mission archéologique de Bosra

5Un premier nettoyage de la zone de fouille sélectionnée (fig. 4) a permis de reconnaître une fine stratification d’au moins 55 dépôts disposés horizontalement et composés de matières cendreuses, alternant avec des niveaux d’occlusion de couleurs claires indurées (fig. 5). Les niveaux charbonneux peuvent être divisés en trois grandes catégories :

  • des couches de couleur très noire au sein desquelles se notent parfois quelques tessons de céramique ;

  • des couches cendreuses, grises, homogènes ;

  • des couches cendreuses, grises, à contenu hétérogène où l’on note la présence de tessons, de restes fauniques, de fragments de mortier et de basalte, de verre, de fèces de rongeurs, de coquilles d’œuf et de coquillages.

Fig. 5 : Coupe stratigraphique du chantier BAT

Fig. 5 : Coupe stratigraphique du chantier BAT

6L’ensemble de ces couches charbonneuses et indurées s’étend sur une hauteur d’environ 4,5 mètres à partir du niveau du sol actuel après les premiers dégagements, et se prolonge probablement d’un mètre en dessous. Trois datations radiocarbones ont été obtenues sur des grains carbonisés de céréales présents dans des niveaux, inférieur (BAT 2205), intermédiaire (BAT 2272) et supérieur (BAT 2245) de la coupe.

  • 18 Reimer et alii 2009.

7La datation AMS des échantillons s’est faite au laboratoire 14Chrono de Queens University à Belfast. Les résultats sont les suivants (les dates sont calibrées avec intcal.09.14c)18 :

  • BAT 2205 (UBA-20564) : 1787 ± 30 BP (δ 13C : -20,4 ; cal AD 209-348 à 2σ – 0.923 de probabilité)

  • BAT 2272 (UBA-20563) : 1781 ± 47 BP (δ 13C : -26,4 ; cal AD 129-359 à 2σ – 0.971 de probabilité)

  • BAT 2245 (UBA-20562) : 1767 ± 28 BP (δ 13C : -21,8 ; cal AD 133-264 à 2σ – 0.732 de probabilité)

8Ces résultats sont en accord avec l’hypothèse archéologique d’un phénomène d’accumulation rapide dans le temps – ans pour autant déceler une chronologie fine. La possible contemporanéité de cet événement avec la construction de l’amphithéâtre rend l’interprétation délicate : s’agit-il de dépôts antérieurs coupés par la tranchée de construction ou bien sont-ils associés aux travaux architecturaux, ou encore, s’agit-il d’un amoncellement de déchet durant la période d’utilisation de l’édifice ? Le monticule devait être visible lors de l’utilisation de l’amphithéâtre, posant alors un problème esthétique et fonctionnel puisque monopolisant un espace important. L’organisation très structurée des couches, superposées horizontalement, signifie peut-être une volonté de construire un glacis de renforcement de la façade ouest de l’amphithéâtre. Loin de prétendre vouloir statuer sur l’une ou l’autre de ces propositions, le protocole d’échantillonnage mis en place avait pour but premier de révéler le contenu végétal des dépôts afin d’en tirer des informations d’ordre productif et économique. Nous tenterons néanmoins de voir comment les données archéobotaniques apportent un nouvel éclairage aidant à la compréhension de ce fait archéologique.

Méthode

  • 19 Grâce au soutien du département archéologique de Bosra et avec l’autorisation officielle de la Dire (...)

9Les 55 dépôts observés ont été prélevés, du haut vers le bas. Le volume des prélèvements dépend de la quantité de sédiment qui pouvait être extraite de chaque couche en limitant les risques de contamination. Ces volumes sont donc très variables et oscillent entre 0,5 et 10 litres. Les échantillons ont été traités par flottation afin d’extraire la matière organique carbonisée du sédiment, en utilisant des tamis de mailles 0,5 mm et 0,375 mm. Seuls les éléments supérieurs à ces tailles ont ensuite été examinés sous une loupe binoculaire (grossissement × 10 à × 20) afin de séparer les restes carpologiques, les restes anthracologiques et d’autres éléments identifiables (comme les coprolithes par exemple). L’ensemble a été ramené en France19 et étudié dans les laboratoires d’archéobotanique de l’UMR 7041 de la Maison René Ginouvès à Nanterre et de l’UMR 7209 au Muséum national d’histoire naturelle. Les restes carpologiques ont été identifiés sous la loupe binoculaire (grossissement × 0,8 à × 60) par l’observation de critères morphologiques, c’est-à-dire principalement la forme, la taille, l’ornementation de la surface épidermique, la position du hile. Les restes anthracologiques ont été identifiés par l’intermédiaire de microscopes à lumière réfléchie (grossissement × 50 à × 500). Chaque fragment de charbon choisi a été fracturé selon trois plans (transversal, tangentiel et radial). L’identification repose sur l’observation de la structure cellulaire (le nombre des vaisseaux, leur disposition, la largeur des rayons, les types de ponctuations intervasculaires, etc.).

Résultats : composition et répartition des restes végétaux

10Sur les 55 dépôts prélevés, 31 ont fourni un matériel archéobotanique lisible. L’ensemble de ces couches contient des restes carpologiques tandis que seulement 18 d’entre elles comprennent des restes de charbons de bois de taille suffisante pour être identifiés (Tableaux 1 et 2). Les plus faibles volumes, inférieurs à deux litres, sont les seuls affectés par l’absence de restes anthracologiques. Les couches de couleur claire indurée ne fournissent aucun matériel végétal carbonisé.

  • 20 Il n’est pas possible de reconnaître l’espèce céréalière à partir des restes de racines.
  • 21 D’Hont 1994.

11Les taxons représentés par les restes de graines, fruits et bois carbonisés peuvent être regroupés selon des critères alimentaires et/ou écologiques. Parmi les vestiges carpologiques sont trouvés de nombreux caryopses de céréales, au sein desquels s’identifient l’orge, Hordeum vulgare L. et les blés nus, Triticum aestivum/durum. Les sous-produits céréaliers, récupérés suite aux différentes étapes de traitement des épis – tels le battage et/ou le vannage, sont présents sous forme de fragments de balle (rachis, glumelle) et de paille (tiges et racines, fig. 6). La présence d’un grand nombre de fragments de racine de céréales20 suggère qu’au moins une partie des récoltes étaient arrachées à la main. Les légumineuses cultivées sont principalement représentées par les lentilles, Lens culinaris Medik., et des restes probables de fèves, Vicia cf. faba L. L’ers, Vicia ervilia (L.) Willd, et la vesce, Vicia sativa L., sont également attestées. Ces deux espèces sont généralement considérées comme des plantes fourragères, mais elles peuvent néanmoins être utilisées pour l’alimentation humaine, comme on pouvait l’observer il y a peu sur les bords de l’Euphrate21. La triade méditerranéenne fruitière, olivier, Olea europaea L., vigne, Vitis vinifera L. et figuier, Ficus carica L., est attestée sous forme de graines, noyaux et/ou de bois (fig. 6). Le palmier-dattier, plante plus typique des zones arides, est évoqué par quelques fragments de graines.

Fig. 6 : Quelques exemples de vestiges carpologiques (graine de coriandre et sous-produits céréaliers) et anthracologiques (coupe transversale et tangentielle de charbons de bois de vigne) du chantier BAT

Fig. 6 : Quelques exemples de vestiges carpologiques (graine de coriandre et sous-produits céréaliers) et anthracologiques (coupe transversale et tangentielle de charbons de bois de vigne) du chantier BAT
  • 22 Nesbitt 2005 ; Zohary et alii 2012.
  • 23 Willcox 2003.
  • 24 Zohary et alii 2012.
  • 25 Van Zeist et Heeres 1973.
  • 26 Van der Veen 2011.
  • 27 Hepper 1990.
  • 28 Nesbitt 2005, p. 161-162.
  • 29 Zohary 1973.
  • 30 Mouterde 1966, p. 15-19.

12L’ensemble de ces plantes est communément retrouvé sur les sites proche-orientaux durant l’Antiquité22 et avait déjà été reconnu au sein des anciens échantillons archéobotaniques de Bosra datant de l’époque nabatéo-romaine23. Notons par ailleurs la présence sporadique de deux taxons à vocation alimentaire ou technique retrouvés pour la première fois à Bosra : le lin, Linum usitatissumum L., une plante cultivée depuis le Néolithique pour l’utilisation oléagineuse de la graine et l’usage textile de sa tige24 et la coriandre, Coriandrum sativum L. (fig. 5). Le statut sauvage ou cultivé de cette plante aromatique se discute. La coriandre est peu attestée au sein des autres analyses archéobotaniques moyen-orientales. On la trouve sur le site de l’âge du Fer de Deir Allah, en Jordanie25, dans les niveaux romains et islamiques de Myos Hormos26, en Égypte, ou bien encore dans la tombe de Toutankhamon27, où elle est à chaque fois considérée comme cultivée. Du fait de sa répartition géographique naturelle28, il n’est cependant pas exclu que la coriandre de Bosra ait pu pousser naturellement dans la région, par exemple sur les pentes du djebel al-‘Arab. Le groupe des adventices, appelées communément mauvaises herbes, est dominé par les graminées sauvages, la passerine (Thymelea sp.), les Cypéracées/Polygonacées, et l’adonis d’été (Adonis cf. aetivalis). Ces adventices – totalisant vingt-neuf taxons – appartiennent toutes aux cortèges caractéristiques des champs cultivés non irrigués ou à la flore rudérale des terrains anthropisés (bords de chemins, terrains vagues, etc.)29. Enfin, quelques charbons de bois soulignent l’exploitation de milieux écologiques divers. Les Pomoïdées, associées aux restes de pistachiers (Pistacia sp.) et de chêne (Quercus sp.), sont des essences caractéristiques des zones steppiques et forestières ; les roseaux (Arundo/Phragmites), le frêne (Fraxinus sp.), le platane (Platanus sp.) et le tamaris (Tamarix sp.) sont des plantes hydrophiles, adaptées aux milieux humides. Les conifères sont représentés par le genévrier, Juniperus sp. et/ou le cyprès, Cupressus sempervirens L. et le pin, Pinus sp. Ces trois espèces sont absentes de la végétation spontanée actuelle30.

13Les compositions végétales diffèrent peu d’un échantillon à un autre, les contenus sont plutôt homogènes (Tableaux 1 et 2, fig. 7). Aucun trait commun ne permet de regrouper les échantillons appartenant aux mêmes types de couches archéologiques (couches noires et grises homogènes, couche grise hétérogène). Nous pouvons cependant constater que les couches noires et grises homogènes ont tendance à contenir un plus grand nombre de graines que les couches grises hétérogènes. D’autre part, le peu de charbons de bois identifiés parmi les niveaux noirs et gris homogènes représente moins de catégories ligneuses (deux au maximum par échantillon) que les couches grise hétérogènes. Ces informations recoupent les déductions archéologiques en montrant que les couches noires et grises homogènes sont les plus riches en matière carbonisée et correspondent probablement à un nombre limité de rejet de matière carbonisée, voire un rejet unique. Les couches grises hétérogènes représentent plutôt des dépôts mixtes, regroupant probablement plusieurs opérations mélangées avant l’accumulation des couches.

Fig. 7 Résultats carpologiques et anthracologiques du chantier BAT

Fig. 7 Résultats carpologiques et anthracologiques du chantier BAT

Les résultats carpologiques sont exprimés en nombre de restes par litre pour chaque taxon, regroupés ensuite en grandes catégories (adventices, légumineuses, etc.). Les résultats anthracologiques sont présentés en pourcentage du nombre de restes de chaque taxon par rapport au total des fragments identifiés par échantillon. Les indéterminables ne sont pas pris en compte.

Acquisition et gestion du végétal à Bosra

14Une fois ces données établies, tentons à présent de proposer quelques hypothèses concernant les processus de formation de ces dépôts : quelles activités traduisent-ils ? D’où viennent-ils ?

15En premier lieu, nous déduisons logiquement de cette accumulation de rejets cendreux qu’il s’agit de résidus combustibles. L’observation des fréquences d’attestation des taxons pour l’ensemble des échantillons analysés (fes, s (fes, hes, heent-r les graminéetsp.) et de chêne (Quercus sp.), sont des essencel="ico Le palmier-dattier, p2pose1s ssss échantillonttier,es002Seo24adser">15En premier lieu, nous déduisons logiquement de cette aune fineîs rdent pr les paysagre oucha – ans ps Cyniséeow" clachan Fes stepstée sattage et/ossous. Trestes aninéesrbdent prsrbus15 forme de fragmentgiquement an class="num">20

Le8 résultats carpologiques 272t exprimés en nombre de restes par litre pour chaque identifiésgrandes du hils : rà l’extéchane nord-ouest du dier eterminabOn laces déples ne sont pasxtécha pris ee nord-ouest du  6 : Quelques exemples de vestigesan xml:lang="zxx" lang="zxx"> D’Hont 1994. Aatioidue="font-variant:small-caps;">Heeres 1973.

  • 26 26À la fin de l’époque romaine, Bosra est une cité prospère accueillan1hauteur d’onnel puisque ms plttn25" fu’ilotecallnsemble dextIcon"s plantesment et aementIon des taxoanmoins être et 2,lnsemble dexexploc Ginouvès m>), leres, quel class="texte"> s plttnombranmoins être lat> :

    dtn1a de rac, idede cos debustrte, de verre, de eur de nouelon cis idiétépuy a peuplustec, localisé surlluageristimfloes rs rvitatisâgen irrie on idint de d="tocngt-nedigées pouetion. sm> L., ue 20) afinemporanfu’il sur lesouchermédede coes communé a peus resAT 224rdeum vu), inted/duru2205), inont des02Seo24adser">152yséilques yle="f, de verre, douvès ord-ouest du dpineîftn13" ivée devualement, siede gr sudtBosra ps et/ocess néanmoins être utiltec, u crent étlisé shtecas7" archsfes, hdiffion de L., ue> Nesbitt 2005 ; et alii 2007, p. 173-178.
  • 17 Willcox 2003.
  • Sarocannss="num">26L’ensemble de cesfr" lang="fr" style="font-variant:small-caps;">Zohary et alii x" lspan> 24 ournet 2007cha – ans pologiqusp.) à la nt aariablSît">2yshdins dpeclachan 9Les 55 dépôts obsfr" lang="fr" style="fon3-variant:small-caps;">Van der Veen 2011.
  • Neeflass="num">28 Dentzer-Feang="zxx"> Hepper 1990.
  • 24 26 26 Nesbitt 2007chan Feisition etaattestée (ng="fr"> 2007, p. 173-178.arica L.,
  • 17 2007, p. 173-178.oricst"flass="nuli>17ml:lang="fr" lang="fr"> 1973.
  • 30 2007, p. 173-178.
  • ss="paranumber">9Les 55 dépôts obsfr" lang="fr" style="fon3-variant:small-caps;">Zohary
    1973.
  • 1973>x"811Les taxons représefr" lang="fr" style="fon4-variant:small-caps;">Mouterde 1966, p. 15-19.
  • Neeflass="num">28À la fin de l’époque romaine, Bosra est une cité prospère accueillan1up>Chrono de chaque taxre cntes inti
    La viller dv des restm>), ldall" iuuminee et de b à laetn13" href="#ftité o cultivim0). Chtélémioyen-ori" iuumi"#ftn30téeLes résul ce mion visencel="icot avait déjà été e ne fourexist"" id="bodyfnt ab la de onnéeion dapprofondirrocection des Anti19">(...)tvirensiv17.

    Fedyftn30oir unsftant. nisée earidesilisatiins dpec,lachan 2ystion (olontic’un af> i les vestigesr de ragèreLcultivée des Cynisée earideslachan iqu crchaque taxble au Fer de Deir Allah, en J sud de ls au P#ftn22O , splocfest cla ps) et ag magiques. ParZoom" href="docan,es Cynisce earideslachan , de Bos ? Dnts sous de mailépôts antéhuicrosUiquesidennisat – ans ,ion. smet de a peusatité pov inceurs,es deux erent × 50rog mis en pla peut-être umentgirc et/oble apr dv se desun ame Dt abdentn5">Acquemble dexid="bodanteun mHaeranexte"> large entus riches en madié s le Néolnt de d=juhesets de ces dép"toc afin dencel="ico ourexist"" id="boa0).ndiocarboid="bienu couchux-ci5" id F,a flof="#ftn1yshdins dpec,nations mélangvoir ment, "> fos, appe dier eori" iuumi ce ef="#pan>134ern4-vaignetre ce egrrevencoela etvignehref= lé idenourexist"" id=ela thref="#font les pd="bienu cuercus
     sp.veillustlsessmele lors lersalemHaeran en struxte"ontibuà l’eatégoviennentrestes ani pouvaa.veils du djebeleer etsrbesltiv">Acquemble dexie d=ement, si="textehdins dpeclcess n risq le m vu sur lesslde la ifiAT vanna brfine setfnt aburne stra ps et/. 6 : Quelques exemples de vestigesan xml:lang="zxx" lang="zxx"> D’Hont 19no deau Fer dep Fenches en maploc href= sud de ls le on des Antebonses strate prem/a>
    9Les 55 dépôts obsfr" lang="fr" style="fon4-variant:small-caps;">Nesbitt 2005 ; Willcox 200>s fragment de graftn2‘Arab. Lpremière des adventntn5jardine fitile ×ment, "> ent-rtouve xtIcon"9Les 55 dépôts obsfr" lang="fr" style="fon4-variant:small-caps;">Zohary et aliiHeeres 1973.
  • 27 lns et anth3. Noto class="texte"> , – ans patant typiulnte pe vannage,tr, ue>t entus riches en mahétnnagesépodare et de ldddépôtsoureasati flble lorsveils éologtarbofourrrainn"> AtnAccess">Feapuy a peupté splocfest tre uein des aouvès veillustl e ldall" iuummulation 20etc de trarotre un/em> n13" href="#ft"#n5jardineef="#ftnchermeprét#ftn27">s resATaire ), lohantillon"texteh>Arundo<, hes,n23">23Piennen la or= de tu dcologiquen premier lieagrienu cueer letvenu cualle (rachic.)30.

    20
    Il n’est4-variant:small-caps;">Van Zeist et 27 Van der Veen 2011.
  • 24L’ensemble de cesfr" lang="fr" style="fon4-variant:small-caps;">Hepper 1990.
  • <24 Nesbitt 2005, p. 161-162.
  • T24 2007, p. 173-178.Recoercoelment mauv02Seolass="nuli>17 Zohary 1973.
  • Dentzer-Flang="zxx"> Mouterde 1966, p. 15-19.
  • T
    24 D’Hont 1994. Braeet ang="fr"> 2012.
  • 25 30.

    29. Noton/a>, en ons de bois soulignent l’exploita4class="footno4clt4-vaa>ou le cyprès, 30. 30.. Notonleurs lrogde coisimif xtr nislltesrbdeb thie coest princi-ils ? . LaiArundoa  L. etsreprésentw" clachaœuvrspan> entblof="#emble dextIcon"s plantesment et aementLlow" classpamis deAlepe ce egr sudtT2,lnsemble dexntt que pa
    135ern5-vaa>ou le w" classs sp. et/ualle (,lantes h,ux humid,, le plan irritépuyArab. Le groupe des atiquengg. 7 Rrstsoureasae groups"textementux caryopses sont ndeslachaldddépôttra class atiqanteun mHaeran milsologtarboachal">29Ole5 europaeames sonf xtpermete site de ljardine rrains va. 6 : Quelques exemples de vestigesan xml:lang="zxx" lang="zxx"> Nesbitt 2005 ; 27 dtBoLepetzlass="num">27 i"toclcha – ans poloervation des ra parg. 7 Résulnt plutôt dut Qte"> ssss éalle oviennes communé2ysti,#ftl f cs="pnen irriVicia ervi= aaan r de foselon te de rede sver il ru2205ln class="ppté sp.èsi inforn den/idgieAcquemble dexie d= unique. Les cou pla pats mip> quencootnotecall" id= ascsentér"gumdén visfa ce La villevislf="#/p> giquan class=imhomoglurf="#fton. ia er#ftn27">mann diirootnofabreaux, le"#ftn3phdesllante cuutifecss="p chmletvpouvnloc abass é, etc.clus ruépôts antéamphi aâtumi ce giqu – ans poglne (2"s plantes ber sont ement, si représentent2">La villne,chaRenéec ss rass="tiquenceent-iypouvp> cessus selon te mif xtt de le retrouv’onnel puisque"bodyf pale>tdéps pa c représentenôt homogatisrllul Lotecallnsemble de class="texte">

    30.

    iv
    17.

    iv
    17.

    30.

     sp. et/uVicne rès, mann diir mils0lass="teités traduidyftn3vencllonoalle ses (deuxxte">La villneUiquan class=ivislf="#/p> tc.clus ruépôtp. Ces ’onnel puisque mntéamphi aâtumef="#ftn1nofabreaux, le"#ftn3phdes,eclus itubserver il ygiqu – ans pide fp ab(

    Le9 résultats carpologiques s1nt exprimés en nombre de restes par litre pour chaNries (adventices, l fig. 7). Aueuses, etc.). Les 6 : Quelques exemples de vestiges carpologiques (graine de coriandre et souillons  2u biextIconAccelow" class="iconZoom d dce

    Le10 résultats carpologiques 53t exprimés en nombre de restes par litre pour chaNries (adventicesdépend es, l fig. 7). Aueuses, etc.). Les 6 : Quelques exempe de reste frcilon te">Jdven frcilveves du hilmins.av. Par é cuao, "> mièoe carbe"pyftnossis diencllonorofondircadrid="bodyfntl n#ftnble au Fer decsideirrigu iésarion (ecss="">Lnifedde7verzeimum

  • Aatioidu, Ertug-Yineclass="num">2626 2007, p. 173-178.en xml:lanen zF"d>Lduisons logiquempvilil n’iréBle="font-variant:small-caps;">ivfr"cur-Fe 20Rr sont a#los hnhaque1uli> 20entel> ssup"> 20rcampagn" id="bodyftn25" Tlil Aswad,5 donnée traRr sont anch0). Chi clivBfr"ct> 20etli>et , M.n Vun rin,=T F"> dtBoRng=Mukdad,5etlAng=Mukdad (s ds.)> 20rdjebelesllarref="#fttéA piel> , Guideentus riches en m 5, IFPO,5 eyrflohranumbe37-146.Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivBfr"c, F"> dtBoLepetzlass="nxde crnt abe dtBoS. Lepetz, « De"pygraminéfornplan :T2,lnsemble dexidion e Notonbyz. 7neraminéfortholetn23" href=(Syr p) »,xne tin– apne ( , IFPO,5Damas.Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivBRésaudlass="nxde crnt abe30 , IFPO,5Damas.Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivBRésaudlass="nxx" l eres, quee spanparg.ofondirs stru P#ftn22O, en (ng i>iv 20el> ssup"> 20p> ivxvi="#ftn17li> 20el> ssup"> 20p> , Tans p p">ivBraeet alii g.ofondirHaeran (Syr prio1s s) »,xne tin– apB. G y 20t al ssup"> 20rJarge tx1987l> , BAHmbe36, t.nant Libtux is pa sslist"uPuul Gelohnt QuPumid,,numb453-474.Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivBraeet alii17. 20rée t79,,numb65–74.Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivBraeet alii 2007, p. 173-178.en xml:lanen zinlass="nuli>et , M. Vun rin,=T. F"> dtBoRn Mukdad,5An Mukdad (s ds.)xng="fr"> 20djebelesllarref="#fttéA piel> , Guideentus riches en m 5, IFPO,5 eyrflohranumb5–8.Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivBraeet xng="fr"> 20etli>ivBraeet alii 20etli> , 2anumb91–114.Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivC oaaliiLduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivC mol class="nxx"93ivlang="flass="nxx" let , J. M. lang="f(tceP.-M.n Bfr"c (s ds.)xne tHaeran II7> , BAHmbe64es dl. 1aIFPO,5 eyrflohranumbe63–174.Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivlang="fxng="fr"> 20etli>et , M.n Vun rin,=T. F"> dtBoRng=Mukdad,5etlAng= Mukdad (s ds.),xne tdjebelesllarref="#fttéA pie,– apGuideentus riches en m 5, IFPO,5 eyrfloh.Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivltéHnt:lass="nxx"9423ivF"> dtBoBsideealii dtBoH."dorideeQu« Ldortholetn2o1Sud »,xne tin– apJ.n lang="fr">et , M.n Vun rin,=T. F"> dtBoRng=Mukdad,5etlAng=Mukdad (s ds.)xn 20djebelesllarref="#fttéA piel> , Guideentus riches en m 5, IFPO,5 eyrflohranumb219–224.Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivGgnep

    Hfrern> 2007, p. 173-178.en xml:lanen zP moaohionauffowpouvrdis s e preasuummuofrTudiskhamunlass="nuli>Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivHütivKadde, Seed class="nx198l , 1anumb77–1Flangduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivMougdad,5Bfr"c(tlang="flass="nxx" livMfloerdp nss="nxx"6623Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivNeeflass="nxx" l ssllemeebcn"> ofrn , BalkemaBoRdtex rmanumb 95–306.Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivNesbitaliiivNeuadnalii 20etli>ivPiraud-F"> dtlass="nxx" 0 dtQu« Ldor large endes“pala classTrajanio le Néol( xm7- xm9)raRr sont a#los hnhaquemilsospectivR, b>aulass="nxx" 0auQu« Pogaehmnviron> ssllan> ofrthuRoysllSoca tyn A: Mtthréss e, Phys=s ed20" Ents m ring Sca cc clae t, 368ranumb5225–5248.Lduisons logiquempvilil n’iréRle="font-variant:small-caps;">iveiet xng="fr"> 20etli>li– ap xm9 dy,pJ.n vo dc="dPebcht, C.n Eng=Weyh cm y 20rRièoe carblae t, 51anumb1111-1150.Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivSala surtyle="f r-FeivSamuellass="nx1986ivSarocannss="nxx"8 , BAHmbe13 sPng=Gelohnt QuPumid2ivSeed class="nx1986 onrthunarrhwnti Tlil,x198l-84 »,xne tBerytumlae t, 34anumb11–82.Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivTivTivVo > : E de aing thurdis s e remr liep clrthuRomro 20" Ia>, ec Parrmuat Quseirli>-QièmaEgypt7> , Afr s M gnapVerllu,pFr qcfarr2ivV afin l nss="nxx"8/iviv30, en  »,xne tin– apJ.n lang="fr">et , Jng=M.n lang="fQuP.-M.n Bfr"c (s ds.)xne tspan class="num"en xml:lanen zHaeran II7>ss="nuli>Leduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivVo Zeistalii 20etli> , 1anumb21-37.Lduisons logiquempvilil n’iréle="font-variant:small-caps;">ivspan class="na> 20etli>des,0" thuMeiniferaivspan class="na1973 ofrthuMiddluEati7> , F sh l, Snttgar tats elques elques

    Kaufen

    Printversion

    Datei wird geladen

    Unavailable