Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires, architecture et matériel au Levant

Gestion des territoires : agglomérations et échanges

Productions végétales régionales et acquisition du combustible sur le plateau du Hauran : Analyse archéobotanique du chantier BAT de Bosra

Charlène Bouchaud

Résumé

Le Tell Aswad, à Bosra, désigne une importante accumulation de couches cendreuses située à l’ouest et au sud de l’amphithéâtre, datée entre le iie et le ive siècles ap. J.-C. et dont l’origine et la fonction sont mal comprises. Durant la fouille de la zone, conduite en 2008, les macrorestes végétaux brûlés – graines, fruits et charbons de bois – contenus dans le sédiment ont été récupérés afin de voir quelles informations sur la zone de fouille et sur la ville ils pouvaient apporter. L’identification taxonomique de ces éléments végétaux, constitués en grande partie de plantes cultivées – céréales, légumineuses et fruitiers – et dans une moindre mesure de taxons sauvages, apporte un éclairage nouveau sur la gestion des productions végétales et du combustible à Bosra à l’époque romaine tardive. Les végétaux ont pour la plupart une origine locale, mais proviennent également de zones plus éloignées de Syrie du Sud. La grande quantité de végétaux brûlés retrouvés, et leur homogénéité sur l’ensemble de la stratigraphie fouillée, témoignent de pratiques intensives de combustion dont l’origine est discutée.

Tell Aswad is an important accumulation of ashy layers located west and south of the amphitheater of Bosra and dated between the 2nd and 4th centuries A.D. Its origin and function are poorly understood. During the excavation of the area, conducted in 2008, sédiment charred plant macroremains – seeds, fruits and charcoals – were recovered. Taxonomic identifications of these plants allow recognizing various crops – cereals, pulses and fruits – and wild taxa and bring a new light on the management of crops and fuel in Bosra. The plants mostly grew in and around the city, but some of them came from others places in Southern Syria. The great quantity of charred plant and their homogeneity underline intensive combustion practices whose origin is discussed.

Entrées d'index

Keywords :

plant macroremains, crops, fuel

Géographique :

Syrie, Bosra, Tell Aswad

Texte intégral

Introduction

  • 1 Braemer 2002, 2007.
  • 2 Dirigée initialement par Jean-Marie Dentzer, la mission française en Syrie du Sud est sous l’actuel (...)

1Ville attestée dès le IIe millénaire av. J.-C.1, Bosra, située sur le plateau basaltique du Hauran en Syrie du Sud (fig. 1), est principalement connue pour des époques plus récentes. Les vestiges mis au jour par la mission archéologique française en Syrie du Sud2 concernent les périodes contemporaines et postérieures à l’époque nabatéenne, à partir du iie-ier siècle av. J.-C. Ville importante située au nord du royaume nabatéen, capitale de la Province romaine d’Arabie à partir du début du iie siècle ap. J.-C., métropole de la province d’Arabie à l’époque byzantine, ville musulmane prospère durant les premiers siècles de l’époque islamique, Bosra marque un déclin économique et un dépeuplement durant l’époque ottomane, à partir du début du xvie siècle, jusqu’au retour progressif de la population au milieu du xixe siècle.

Fig. 1 : Carte du Levant sud et localisation des sites mentionnés dans le texte

Fig. 1 : Carte du Levant sud et localisation des sites mentionnés dans le texte
  • 3 Dentzer-Feydy et alii 2007.
  • 4 Villeneuve 1985.
  • 5 Braemer 1990 ; Braemer et alii 2009.
  • 6 Hütteroth et Abdulfattah 1977.
  • 7 Notons qu’en 1983 sont prélevés des échantillons de macrorestes végétaux, plutôt à titre expériment (...)
  • 8 Willcox 1999, 2003.
  • 9 Willcox 1999.
  • 10 Willcox 2003.
  • 11 Je remercie à ce titre George Willcox pour m’avoir permis de continuer l’étude de son matériel, ain (...)
  • 12 Bouchaud 2011.
  • 13 Mougdad, Blanc, Dentzer, 1990, p. 201. La dénomination BAT signifie Bosra AmphiThéâtre.

2Le tissu urbain de la ville moderne se fait l’écho de ses multiples occupations sous la forme d’un enchevêtrement architectural complexe3. Les sources archéologiques et textuelles apportent des informations variées sur l’occupation agricole de Bosra et du plateau du Hauran aux périodes antique et islamique. Pour n’en donner que quelques exemples, nous pouvons citer les prospections de terrain soulignant une occupation agricole intense du plateau et du massif volcanique à l’est de Bosra, le djebel al-‘Arab, durant l’Antiquité4 ; les analyses détaillées des réseaux d’adduction de l’eau, suggérant l’existence de parcelles irriguées à proximité de la ville5 ; ou les registres ottomans montrant que les productions de la région de Bosra sont largement orientées vers les cultures céréalières au début du xvie siècle ap. J.-C., tandis que les pentes du djebel al-‘Arab sont dédiées à la culture de la vigne6. En observant les alentours semi-arides de la ville actuelle, caractérisés par de grandes surfaces céréalières, quelques oliveraies et presque dépourvus de végétation spontanée, la question de l’acquisition des produits alimentaires et du bois de chauffe vient inévitablement à l’esprit. L’archéobotanique, qui est l’étude des vestiges végétaux conservés sur les sites archéologiques, fournit une vision nouvelle et complémentaire permettant d’appréhender globalement le paysage végétal, son évolution et les pratiques d’exploitation et d’utilisation des végétaux. Dans le cadre de cet article, nous nous intéressons particulièrement à l’étude des restes végétaux macroscopiques, visibles à l’œil nu, qui regroupent les graines, fruits et inflorescences (restes carpologiques) et les bois carbonisés (restes anthracologiques). Les premiers prélèvements archéobotaniques des époques antique et islamique de Bosra ont été initiés par la mission française en Syrie du Sud au début des années 1980 dans différents secteurs de la ville et ont été étudiés par G. Willcox (UMR 5133 – Archéorient)7. Complétées par les analyses d’échantillons archéobotaniques du site romain de Sî‘, localisé sur la pente nord-ouest du djebel al-‘Arab, et de Khirbet el-Umbashi, situé dans la steppe à l’est du massif (fig. 1), ces études avaient pour but de fournir les premières données permettant de préciser sur la longue durée l’évolution de l’environnement naturel en Syrie du Sud et les changements de l’écosystème résultant de l’exploitation humaine8. Les signes de déforestation et d’évolution de la végétation liés aux activités humaines sont visibles, notamment par la disparition de certaines espèces (le chêne à feuillage caduc, Quercus sp.) à la faveur de nouvelles espèces (le chêne méditerranéen, ou chêne vert oriental à feuillage persistant, Quercus cf. calliprinos) sur le massif du djebel al-‘Arab9. Les productions agricoles des époques nabatéo-romaine, byzantine et islamique à Bosra et de l’époque romaine à Sî‘ sont également mises en évidence. Les résultats s’accordent bien aux conclusions tirées de l’exploitation des données archéologiques et textuelles : les céréales (orge vêtue, Hordeum vulgare L., et blé nu, Triticum aestivum/durum) prédominent sur le plateau du Hauran et les productions fruitières (essentiellement la vigne, Vitis vinifera L.) caractérisent les paysages des flancs montagneux du djebel al-‘Arab10. Suite à ces analyses, une partie des échantillons non étudiés et de nouveaux prélèvements effectués durant les missions de 2007 et 2008 à Bosra11 ont été intégrés à un travail de doctorat portant sur les paysages et les pratiques d’exploitation des ressources végétales en milieux semi-aride et aride dans le sud du Proche-Orient aux périodes antique et islamique. Les résultats présentés ici font partie d’un travail plus complet réalisé sur le site de Bosra12 et concernent uniquement la fouille d’une accumulation de couches archéologiques datant de la deuxième moitié du iie siècle au ive siècle ap. J.-C. s’étendant à proximité du mur ouest de l’amphithéâtre13 situé dans le quartier sud de la ville. L’analyse des restes végétaux permet d’approfondir les connaissances sur les productions végétales mises en œuvre à l’époque romaine tardive et d’esquisser plusieurs hypothèses sur l’acquisition et la gestion du combustible.

La ville de Bosra à l'époque romaine tardive et le secteur BAT

  • 14 Fournet et Broise 2007.
  • 15 Fournet 2007.
  • 16 Dentzer-Feydy et alii 2007, p. 173-178.
  • 17 Blanc 2008, Dentzer-Feydy et alii 2007, p. 207-208.

3À la fin de l’époque romaine, Bosra est une cité prospère accueillant des populations mélangées, d’origine variée. La ville est dotée de l’ensemble des infrastructures de spectacle et de loisir destinées à satisfaire les attentes de ses habitants et hôtes de passage, comme l’illustrent les thermes du Sud14 et du Centre15, le théâtre16 ou encore le cirque édifié tardivement au détriment d’une nécropole (fig. 2). Dans le quartier Sud, à l’ouest du théâtre, les fouilles entreprises à partir de 1986 sous la direction des Antiquités de Bosra puis du département d’Archéologie de l’université de Damas ont mis au jour les vestiges d’un amphithéâtre dont les dates de fondation sont mal connues, se situant probablement au iiie ou ive siècle ap. J.-C.17.

Fig. 2 : Plan de localisation de l’ensemble des structures archéologiques de Bosra

Fig. 2 : Plan de localisation de l’ensemble des structures archéologiques de Bosra

MAFSS, Th. Fournet 2001

4Une accumulation de couches cendreuses au nom évocateur de Tell Aswad (butte noire), supposée s’être effectuée rapidement dans le temps, s’étend parallèlement à la face ouest et sud de l’édifice. Il est malheureusement difficile de comprendre les connections stratigraphiques entre ce monticule et l’amphithéâtre, les anciennes fouilles ayant conduit au creusement d’une tranchée d’environ huit mètres de large entre les deux ensembles archéologiques (fig. 3). Ce creusement offre cependant l’avantage de pouvoir observer en coupe l’accumulation de terre parfois visible sur plus de 5 mètres et sur laquelle nous avons porté notre intérêt en raison de la richesse en matériaux végétaux brûlés qu’une première observation (par P.-M. Blanc) avait laissé entrevoir.

Fig. 3 : Photographie aérienne du secteur de l’amphithéâtre

Fig. 3 : Photographie aérienne du secteur de l’amphithéâtre

Photo prise en direction du nord-ouest. La flèche noire indique la zone d’accumulation visible à l’extérieur de l’amphithéâtre, le secteur étudié se situe un peu plus en bas à gauche

Yves Guichard, cerf-volant, Mission archéologique de Bosra

Fig. 4 : Détails de la zone d’accumulation de terre le long de la face ouest de l’amphithéâtre

Fig. 4 : Détails de la zone d’accumulation de terre le long de la face ouest de l’amphithéâtre

Mission archéologique de Bosra

5Un premier nettoyage de la zone de fouille sélectionnée (fig. 4) a permis de reconnaître une fine stratification d’au moins 55 dépôts disposés horizontalement et composés de matières cendreuses, alternant avec des niveaux d’occlusion de couleurs claires indurées (fig. 5). Les niveaux charbonneux peuvent être divisés en trois grandes catégories :

  • des couches de couleur très noire au sein desquelles se notent parfois quelques tessons de céramique ;

  • des couches cendreuses, grises, homogènes ;

  • des couches cendreuses, grises, à contenu hétérogène où l’on note la présence de tessons, de restes fauniques, de fragments de mortier et de basalte, de verre, de fèces de rongeurs, de coquilles d’œuf et de coquillages.

Fig. 5 : Coupe stratigraphique du chantier BAT

Fig. 5 : Coupe stratigraphique du chantier BAT

6L’ensemble de ces couches charbonneuses et indurées s’étend sur une hauteur d’environ 4,5 mètres à partir du niveau du sol actuel après les premiers dégagements, et se prolonge probablement d’un mètre en dessous. Trois datations radiocarbones ont été obtenues sur des grains carbonisés de céréales présents dans des niveaux, inférieur (BAT 2205), intermédiaire (BAT 2272) et supérieur (BAT 2245) de la coupe.

  • 18 Reimer et alii 2009.

7La datation AMS des échantillons s’est faite au laboratoire 14Chrono de Queens University à Belfast. Les résultats sont les suivants (les dates sont calibrées avec intcal.09.14c)18 :

  • BAT 2205 (UBA-20564) : 1787 ± 30 BP (δ 13C : -20,4 ; cal AD 209-348 à 2σ – 0.923 de probabilité)

  • BAT 2272 (UBA-20563) : 1781 ± 47 BP (δ 13C : -26,4 ; cal AD 129-359 à 2σ – 0.971 de probabilité)

  • BAT 2245 (UBA-20562) : 1767 ± 28 BP (δ 13C : -21,8 ; cal AD 133-264 à 2σ – 0.732 de probabilité)

8Ces résultats sont en accord avec l’hypothèse archéologique d’un phénomène d’accumulation rapide dans le temps – ans pour autant déceler une chronologie fine. La possible contemporanéité de cet événement avec la construction de l’amphithéâtre rend l’interprétation délicate : s’agit-il de dépôts antérieurs coupés par la tranchée de construction ou bien sont-ils associés aux travaux architecturaux, ou encore, s’agit-il d’un amoncellement de déchet durant la période d’utilisation de l’édifice ? Le monticule devait être visible lors de l’utilisation de l’amphithéâtre, posant alors un problème esthétique et fonctionnel puisque monopolisant un espace important. L’organisation très structurée des couches, superposées horizontalement, signifie peut-être une volonté de construire un glacis de renforcement de la façade ouest de l’amphithéâtre. Loin de prétendre vouloir statuer sur l’une ou l’autre de ces propositions, le protocole d’échantillonnage mis en place avait pour but premier de révéler le contenu végétal des dépôts afin d’en tirer des informations d’ordre productif et économique. Nous tenterons néanmoins de voir comment les données archéobotaniques apportent un nouvel éclairage aidant à la compréhension de ce fait archéologique.

Méthode

  • 19 Grâce au soutien du département archéologique de Bosra et avec l’autorisation officielle de la Dire (...)

9Les 55 dépôts observés ont été prélevés, du haut vers le bas. Le volume des prélèvements dépend de la quantité de sédiment qui pouvait être extraite de chaque couche en limitant les risques de contamination. Ces volumes sont donc très variables et oscillent entre 0,5 et 10 litres. Les échantillons ont été traités par flottation afin d’extraire la matière organique carbonisée du sédiment, en utilisant des tamis de mailles 0,5 mm et 0,375 mm. Seuls les éléments supérieurs à ces tailles ont ensuite été examinés sous une loupe binoculaire (grossissement × 10 à × 20) afin de séparer les restes carpologiques, les restes anthracologiques et d’autres éléments identifiables (comme les coprolithes par exemple). L’ensemble a été ramené en France19 et étudié dans les laboratoires d’archéobotanique de l’UMR 7041 de la Maison René Ginouvès à Nanterre et de l’UMR 7209 au Muséum national d’histoire naturelle. Les restes carpologiques ont été identifiés sous la loupe binoculaire (grossissement × 0,8 à × 60) par l’observation de critères morphologiques, c’est-à-dire principalement la forme, la taille, l’ornementation de la surface épidermique, la position du hile. Les restes anthracologiques ont été identifiés par l’intermédiaire de microscopes à lumière réfléchie (grossissement × 50 à × 500). Chaque fragment de charbon choisi a été fracturé selon trois plans (transversal, tangentiel et radial). L’identification repose sur l’observation de la structure cellulaire (le nombre des vaisseaux, leur disposition, la largeur des rayons, les types de ponctuations intervasculaires, etc.).

Résultats : composition et répartition des restes végétaux

10Sur les 55 dépôts prélevés, 31 ont fourni un matériel archéobotanique lisible. L’ensemble de ces couches contient des restes carpologiques tandis que seulement 18 d’entre elles comprennent des restes de charbons de bois de taille suffisante pour être identifiés (Tableaux 1 et 2). Les plus faibles volumes, inférieurs à deux litres, sont les seuls affectés par l’absence de restes anthracologiques. Les couches de couleur claire indurée ne fournissent aucun matériel végétal carbonisé.

  • 20 Il n’est pas possible de reconnaître l’espèce céréalière à partir des restes de racines.
  • 21 D’Hont 1994.

11Les taxons représentés par les restes de graines, fruits et bois carbonisés peuvent être regroupés selon des critères alimentaires et/ou écologiques. Parmi les vestiges carpologiques sont trouvés de nombreux caryopses de céréales, au sein desquels s’identifient l’orge, Hordeum vulgare L. et les blés nus, Triticum aestivum/durum. Les sous-produits céréaliers, récupérés suite aux différentes étapes de traitement des épis – tels le battage et/ou le vannage, sont présents sous forme de fragments de balle (rachis, glumelle) et de paille (tiges et racines, fig. 6). La présence d’un grand nombre de fragments de racine de céréales20 suggère qu’au moins une partie des récoltes étaient arrachées à la main. Les légumineuses cultivées sont principalement représentées par les lentilles, Lens culinaris Medik., et des restes probables de fèves, Vicia cf. faba L. L’ers, Vicia ervilia (L.) Willd, et la vesce, Vicia sativa L., sont également attestées. Ces deux espèces sont généralement considérées comme des plantes fourragères, mais elles peuvent néanmoins être utilisées pour l’alimentation humaine, comme on pouvait l’observer il y a peu sur les bords de l’Euphrate21. La triade méditerranéenne fruitière, olivier, Olea europaea L., vigne, Vitis vinifera L. et figuier, Ficus carica L., est attestée sous forme de graines, noyaux et/ou de bois (fig. 6). Le palmier-dattier, plante plus typique des zones arides, est évoqué par quelques fragments de graines.

Fig. 6 : Quelques exemples de vestiges carpologiques (graine de coriandre et sous-produits céréaliers) et anthracologiques (coupe transversale et tangentielle de charbons de bois de vigne) du chantier BAT

Fig. 6 : Quelques exemples de vestiges carpologiques (graine de coriandre et sous-produits céréaliers) et anthracologiques (coupe transversale et tangentielle de charbons de bois de vigne) du chantier BAT
  • 22 Nesbitt 2005 ; Zohary et alii 2012.
  • 23 Willcox 2003.
  • 24 Zohary et alii 2012.
  • 25 Van Zeist et Heeres 1973.
  • 26 Van der Veen 2011.
  • 27 Hepper 1990.
  • 28 Nesbitt 2005, p. 161-162.
  • 29 Zohary 1973.
  • 30 Mouterde 1966, p. 15-19.

12L’ensemble de ces plantes est communément retrouvé sur les sites proche-orientaux durant l’Antiquité22 et avait déjà été reconnu au sein des anciens échantillons archéobotaniques de Bosra datant de l’époque nabatéo-romaine23. Notons par ailleurs la présence sporadique de deux taxons à vocation alimentaire ou technique retrouvés pour la première fois à Bosra : le lin, Linum usitatissumum L., une plante cultivée depuis le Néolithique pour l’utilisation oléagineuse de la graine et l’usage textile de sa tige24 et la coriandre, Coriandrum sativum L. (fig. 5). Le statut sauvage ou cultivé de cette plante aromatique se discute. La coriandre est peu attestée au sein des autres analyses archéobotaniques moyen-orientales. On la trouve sur le site de l’âge du Fer de Deir Allah, en Jordanie25, dans les niveaux romains et islamiques de Myos Hormos26, en Égypte, ou bien encore dans la tombe de Toutankhamon27, où elle est à chaque fois considérée comme cultivée. Du fait de sa répartition géographique naturelle28, il n’est cependant pas exclu que la coriandre de Bosra ait pu pousser naturellement dans la région, par exemple sur les pentes du djebel al-‘Arab. Le groupe des adventices, appelées communément mauvaises herbes, est dominé par les graminées sauvages, la passerine (Thymelea sp.), les Cypéracées/Polygonacées, et l’adonis d’été (Adonis cf. aetivalis). Ces adventices – totalisant vingt-neuf taxons – appartiennent toutes aux cortèges caractéristiques des champs cultivés non irrigués ou à la flore rudérale des terrains anthropisés (bords de chemins, terrains vagues, etc.)29. Enfin, quelques charbons de bois soulignent l’exploitation de milieux écologiques divers. Les Pomoïdées, associées aux restes de pistachiers (Pistacia sp.) et de chêne (Quercus sp.), sont des essences caractéristiques des zones steppiques et forestières ; les roseaux (Arundo/Phragmites), le frêne (Fraxinus sp.), le platane (Platanus sp.) et le tamaris (Tamarix sp.) sont des plantes hydrophiles, adaptées aux milieux humides. Les conifères sont représentés par le genévrier, Juniperus sp. et/ou le cyprès, Cupressus sempervirens L. et le pin, Pinus sp. Ces trois espèces sont absentes de la végétation spontanée actuelle30.

13Les compositions végétales diffèrent peu d’un échantillon à un autre, les contenus sont plutôt homogènes (Tableaux 1 et 2, fig. 7). Aucun trait commun ne permet de regrouper les échantillons appartenant aux mêmes types de couches archéologiques (couches noires et grises homogènes, couche grise hétérogène). Nous pouvons cependant constater que les couches noires et grises homogènes ont tendance à contenir un plus grand nombre de graines que les couches grises hétérogènes. D’autre part, le peu de charbons de bois identifiés parmi les niveaux noirs et gris homogènes représente moins de catégories ligneuses (deux au maximum par échantillon) que les couches grise hétérogènes. Ces informations recoupent les déductions archéologiques en montrant que les couches noires et grises homogènes sont les plus riches en matière carbonisée et correspondent probablement à un nombre limité de rejet de matière carbonisée, voire un rejet unique. Les couches grises hétérogènes représentent plutôt des dépôts mixtes, regroupant probablement plusieurs opérations mélangées avant l’accumulation des couches.

Fig. 7 Résultats carpologiques et anthracologiques du chantier BAT

Fig. 7 Résultats carpologiques et anthracologiques du chantier BAT

Les résultats carpologiques sont exprimés en nombre de restes par litre pour chaque taxon, regroupés ensuite en grandes catégories (adventices, légumineuses, etc.). Les résultats anthracologiques sont présentés en pourcentage du nombre de restes de chaque taxon par rapport au total des fragments identifiés par échantillon. Les indéterminables ne sont pas pris en compte.

Acquisition et gestion du végétal à Bosra

14Une fois ces données établies, tentons à présent de proposer quelques hypothèses concernant les processus de formation de ces dépôts : quelles activités traduisent-ils ? D’où viennent-ils ?

15En premier lieu, nous déduisons logiquement de cette accumulation de rejets cendreux qu’il s’agit de résidus combustibles. L’observation des fréquences d’attestation des taxons pour l’ensemble des échantillons analysés (fig. 8) met en évidence la prépondérance des plantes alimentaires cultivées et des plantes adventices liées aux terrains cultivés, champs de céréales, plantations maraîchères et fruitières. Notre hypothèse est que le bois d’olivier et de vigne, récupéré après la taille des arbres et arbustes est utilisé comme combustible, tout comme la paille et la balle de céréale accompagnées des adventices obtenues suite aux opérations de traitement des céréales.

Fig. 8 Fréquence d’attestation de chaque taxon présent sur le chantier BAT

Fig. 8 Fréquence d’attestation de chaque taxon présent sur le chantier BAT

Les pourcentages expriment la proportion du nombre d’échantillons où le taxon est présent par rapport au nombre total d’échantillons

  • 31 Anderson et Ertug-Yaras 1998 ; Charles 1998.

16L’utilisation de galette de fumier comme combustible est également envisageable. Il s’agit généralement d’un combustible apprécié dans les zones semi-arides31 et sa présence est perceptible sous forme de coprolithes d’ovi-caprinés et d’agglomérats carbonisés trouvés dans quelques couches. La combustion de ces galettes, généralement mixées avec de la paille, pourrait expliquer la présence de certaines semences qui ont pu être consommées par les animaux – mouton, chèvre ou autres – mais qui n’ont pas été digérées et qui se retrouvent ensuite dans le fumier utilisé. Cela pourrait par exemple être le cas des nombreux grains d’orge, des graines de plantes adventices qui ont pu être pâturées, ou bien encore des figues, dont la présence dans les échantillons paraît à première vue importante. En effet, les fruits étant généralement consommés entiers par les hommes, on ne s’attend pas à retrouver des akènes de figues en grande quantité dans les dépôts archéologiques carbonisés. L’hypothèse retenue ici offre alors une proposition pertinente.

  • 32 Dentzer-Feydy et alii 2007, p. 323.
  • 33 Sartre 1982 : IGLS, fasc. XIII 1, n° 9439.
  • 34 Bouchaud 2011 ; Willcox 2003.
  • 35 L’hypothèse d’une disparition presque complète des endocarpes d’olive à Bosra du fait de phénomènes (...)
  • 36 Neef 1990 ; Salavert 2008.
  • 37 Dentzer 2003 ; Gentelle 1985 ; Villeneuve 1985, p. 125.
  • 38 L’olivier à l’état sauvage (Olea europaea var. oleaster) ne pousse pas dans la région (Zohar (...)
  • 39 Callot 1984.
  • 40 Neef 1990.

17Les résultats montrent ainsi qu’une grande partie du combustible provient des zones de culture que l’on suppose à proximité plus ou moins immédiate du site. La culture de la vigne à Bosra est mise en évidence durant l’Antiquité par l’existence d’un pressoir à raisin, creusé dans le roc à l’ouest de Bosra et découvert par le Département des Antiquités32 tandis qu’une inscription du milieu du ive siècle fait référence aux figues de Bosra33. La confrontation des données carpologiques et anthracologiques souligne cependant une constatation curieuse : les restes de bois d’olivier sont abondants alors que les noyaux, ou endocarpes, d’olive sont peu attestés. Ce décalage est observé également à l’échelle de l’ensemble des analyses archéobotaniques effectuées à Bosra34. Si l’on écarte des raisons strictement factuelles et taphonomiques35, trois explications peuvent être proposées. La première est que les noyaux d’olive sont peu utilisés comme combustible à Bosra, proposition peu satisfaisante puisqu’elle contredit les résultats d’analyses archéobotaniques effectuées au Proche-Orient montrant au contraire une utilisation généralisée des noyaux d’olive comme combustible36. Une seconde explication, spécifique aux assemblages carbonisés du chantier BAT, est que ces noyaux d’olive ne sont pas disponibles au moment où les combustions ont lieu. Cette hypothèse suppose alors que ces couches représentent un temps d’occupation court, peut-être à l’échelle du mois, durant par exemple le printemps ou l’été, quand les fruits ne sont pas arrivés à maturation, et avant les étapes d’extraction de l’huile. Une troisième hypothèse, qui semble être la plus convaincante, conduit à s’interroger sur l’organisation des circuits d’approvisionnement des ressources en combustible sur le plateau du Hauran. Les fouilles archéologiques menées à Bosra n’ont jusqu’à présent pas mis en évidence l’existence d’aménagements oléicoles. Ceux-ci sont, de façon générale, très peu représentés en Syrie du Sud37, ce qui est généralement interprété comme l’indice d’une très faible activité oléicole durant l’Antiquité. La présence de bois parmi les échantillons archéobotaniques de Bosra nuance ce propos en montrant l’existence d’une production38. Il est en effet peu raisonnable de penser que le bois d’olivier, tout comme les endocarpes, représentent des importations de régions où la culture est bien connue, comme le massif calcaire de Syrie du Nord39 ou la Jordanie septentrionale40. Il est en revanche pertinent de suggérer l’existence de petites productions oléicoles associées aux villages parsemant la plaine du Hauran et une redistribution du bois issus de la taille vers la ville de Bosra où les besoins en combustible sont importants, les endocarpes étant quant à eux utilisés sur place suite au broyage et pressurage des fruits.

  • 41 Les analyses palynologiques récentes effectuées à l’ouest et au sud de notre zone d’étude soulignen (...)
  • 42 Braemer 1990.
  • 43 Le palmier dattier a pu pousser sporadiquement dans ces jardins mais l’importation des dattes est é (...)
  • 44 Kadour et Seeden 1983.

18La plupart des fruitiers, notamment la vigne et le figuier, ont des besoins hydriques qui peuvent difficilement être satisfaits par les précipitations locales de l’époque41. Ces jardins bénéficiaient probablement de systèmes d’irrigation, hypothèse déjà formulée suite aux découvertes archéologiques de canaux secondaires d’adduction d’eau entourant la ville permettant l’irrigation potentielle de surfaces considérables42. En tenant compte des résultats archéobotaniques et archéologiques, nous pouvons donc suggérer l’existence de jardins autour de Bosra accueillant des cultures fruitières variées, vigne, figuier, quelques aromates (coriandre) et plantes textiles (lin)43. L’olivier a pu être plus spécifiquement cultivé dans les villages autour de Bosra. Il est envisageable que de petites surfaces céréalières aient également été cultivées à proximité de la ville, sous les arbres fruitiers, faisant écho aux exemples méditerranéens de cultures mixtes de fruitiers et de céréales. La grande majorité des surfaces céréalières devaient cependant s’étendre sur le plateau non irrigué autour de Bosra, à l’écart de la cité. La présence dans les échantillons du chantier BAT d’un grand nombre de plantes messicoles poussant sur des terrains non irrigués est un argument supplémentaire pour envisager cette deuxième option. En revanche, il est possible que le traitement des céréales après la récolte, c’est-à-dire les étapes de battage, dépiquage, vannage, etc. aient eu lieu à proximité des jardins, comme cela était encore le cas au début des années 198044.

19À côté des nombreux taxons associés aux zones cultivées, les essences attestant de l’exploitation de milieux a priori extérieurs aux terrains agricoles et horticoles – tels la flore de steppe-forêt, les conifères et la végétation de ripisylve – tiennent une position nettement secondaire. Leur origine est incertaine : s’agit-il de plantes de formations ligneuses naturelles ou ont-elles été plantées ?

  • 45 Bouchaud 2011.
  • 46 Willcox 1999.
  • 47 Willcox 1999, 2003.
  • 48 Théophraste, Recherche sur les plantes III. 12. 3, V. 4. 2, V. 7. 4.
  • 49 Théry-Parisot 2001.
  • 50 Théophraste, R. P. V. 9. 2.
  • 51 Braemer et alii 2010, p. 108.

20La végétation de steppe-forêt, représentée par les quelques fragments de Pomoïdées, de pistachiers et de chêne, peut être replacée sur les pentes du djebel al-‘Arab, où les conditions pluviométriques permettent la croissance d’une flore ligneuse importante. Bien que très minoritairement démontré par cette analyse archéobotanique du chantier BAT, nous savons par ailleurs qu’une partie des ressources végétales du djebel al-‘Arab – notamment les chênes – était acheminée vers Bosra durant l’Antiquité, et surtout à partir de l’époque islamique45. Les conifères constituent une catégorie à part. Absent de la végétation naturelle actuelle, la question du statut local ou importé du pin est un aspect qui a déjà été soulevé par G. Willcox46 et qui peut être complété ici par la formulation de trois hypothèses. D’une part, ces conifères peuvent représenter une végétation aujourd’hui disparue, qu’il faudrait alors voir sur les pentes du djebel al-‘Arab. En effet, la présence de pin à Sî‘ durant l’époque romaine tendrait à montrer que cet arbre faisait partie des formations forestières naturelles poussant sur les pentes montagneuses47. D’autre part, une partie a pu être plantée dans et autour de Bosra, comme c’est le cas actuellement dans les villes et villages de Syrie du Sud. Enfin, les bois peuvent avoir été importés depuis le plateau du Jawlan ou les montagnes d’Ajloun où ces essences poussent naturellement encore actuellement. Les pins, cyprès et genévriers sont des bois d’œuvre reconnus dans l’Antiquité48 et ont pu, à ce titre, faire l’objet de commerce. Leur importation à but combustible est également envisageable. Le bois de pin d’Alep est en effet un combustible à haute valeur calorifique49 dont les charbons sont connus pour bien flamber et chauffer vite50. Les bois de milieux humides – frêne, platane, tamaris, roseaux – ont pu pousser naturellement le long des cours d’eau naturels et temporaires et/ou des canaux d’adduction traversant le plateau du Hauran et permettant d’acheminer l’eau vers Bosra51, ou bien encore être entretenus au sein des jardins irrigués.

  • 52 Bouchaud sous presse ; Blanc, Fournet, Lepetz sous presse.

21L’homogénéité de la composition des échantillons ne contredit pas l’hypothèse d’accumulation rapide des couches carbonisées. Quelles activités ont alors pu engendrer la production d’une telle quantité de déchet ? De simples décharges d’activités domestiques paraissent difficilement envisageables, bien qu’elles puissent expliquer en partie la présence de produits alimentaires – issus par exemple des ratés de cuisine – et des restes de poteries, ossements, etc. Néanmoins, des activités plus dispendieuses en énergie combustible sont probablement à l’origine de ces rejets. La présence de scories argumente en faveur d’une utilisation du combustible en lien avec une activité métallurgique qui reste encore à définir. La fabrication de la chaux pour la confection des mortiers nécessaires à la construction de l’amphithéâtre est une hypothèse alléchante, mais nécessiterait la découverte concomitante de fragments de calcaire brûlés. Le chauffage des nombreux établissements thermaux en fonctionnement à l’époque requière également un apport important de matière combustible. L’étude de quelques rejets de foyers de ces établissements montre d’ailleurs l’utilisation d’un répertoire varié de matière végétale ou animale comme combustible52, et il est donc tout à fait possible qu’une partie des couches d’accumulation correspondent à cette utilisation.

Conclusion

22L’analyse archéobotanique effectuée sur le chantier BAT donne une image partielle de la végétation disponible entre la seconde moitié du iie siècle et le ive siècle ap. J.-C. à Bosra. Ces informations s’ajoutent aux autres analyses archéobotaniques et archéologiques et permettent de reconstituer partiellement des zones cultivées autour de la ville, comprenant des zones de jardin, probablement irriguées, ainsi que des champs de céréales non irrigués. L’existence de productions oléicoles dans les villages autour de Bosra est également envisagée, ainsi que l’exploitation de la végétation du djebel al-‘Arab. La localisation géographique de la flore de milieux humides et des conifères est plus délicate à définir et plusieurs hypothèses sont avancées – parmi lesquelles nous proposons une origine locale – cultivée ou naturelle – ou importée. La présence de ces vestiges de plantes sous forme carbonisée est principalement due à leur utilisation comme combustible, pur ou mélangé au fumier, soulignant une utilisation variée et optimale des ressources disponibles aussi bien au sein de la ville de Bosra, que celles existant dans les villages alentours, ou poussant sur les flancs du djebel al-‘Arab. L’utilisation de ce combustible reste inconnue, nombre d’activités domestiques et artisanales mises en évidence par l’archéologie peuvent être à l’origine d’une production importante de déchets de matière combustible. Une activité en lien avec la construction et/ou l’utilisation de l’amphithéâtre, comme la fabrication de la chaux, constitue néanmoins une hypothèse intéressante, permettant de réfléchir sur l’espace utilisé autour de l’amphithéâtre lors de son fonctionnement.

Tableau 1 : Résultats carpologiques du secteur BAT

Tableau 1 : Résultats carpologiques du secteur BAT

Nombre de restes par échantillon pour chaque taxon

Tableau 2 : Résultats anthracologiques du secteur BAT

Tableau 2 : Résultats anthracologiques du secteur BAT

Nombre de restes observés par échantillon pour chaque taxon

Je remercie vivement la mission archéologique de Syrie du Sud, dirigée par Frank Braemer, de me permettre d’étudier le matériel archéobotanique de Bosra, et particulièrement Pierre-Marie Blanc pour son aide précieuse sur le terrain et pour ses conseils de relecture avisés. Les datations radiocarbones ont été financées dans le cadre d’un programme d’analyses croisées de comparaison de l’ANR Early Petra, projet coordonné par Michel Mouton que je remercie chaleureusement.

Bibliographie

Anderson, Ertug-Yaras 1998
S. Anderson, F. Ertug-Yaras, « Fuel fodder and faeces
: an ethnographic and botanical study of dung fuel use in Central Anatolia », Fodder: archaeological, historical and ethnographic studies 1, p. 99-109.

Blanc 2008
P.-M. Blanc, Rapport préliminaire 1ère campagne sur le site de Tell Aswad, Bosra. Rapport intermédiaire de mission de fouille.

Blanc et alii 2007
P.-M. Blanc, J.-M. Dentzer, J.-P. Sodini, « La grande église à plan centré (ou “cathédrale de l’Est”) », in J. Dentzer-Feydy, M. Vallerin, T Fournet, R. Mukdad, et A. Mukdad (éds.) Bosra aux portes de l’Arabie, Guides archéologiques 5, IFPO, Beyrouth, p. 137-146.

Blanc, Fournet, Lepetz sous presse
P.-M. Blanc, T. Fournet, S. Lepetz, « Des os pour les eaux : un combustible inédit d’époque byzantine pour les thermes de Bosra (Syrie) », in Actes du troisième colloque Balnéorient de Damas, novembre 2009, IFPO, Damas.

Bouchaud sous presse
C. Bouchaud, « Gestion et utilisation des combustibles végétaux dans les structures thermales : Études carpologiques et anthracologiques de cinq thermes des époques byzantines et omeyyades au Proche-orient », in Actes du troisième colloque Balnéorient de Damas, novembre 2009, IFPO, Damas.

Bouchaud 2011
C. Bouchaud, Paysages et pratiques d’exploitation des ressources végétales en milieux semi-aride et aride dans le sud du Proche-Orient : Approche archéobotanique des périodes antique et islamique (ive siècle av. J-C.-xvie siècle ap. J.-C.), Thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris.

Braemer 1990
F. Braemer, « Formes d’irrigation dans le Hauran (Syrie du sud) », in B. Geyer (éd.) Techniques et pratiques hydro-agricoles traditionnelles en domaine irrigué. Approche pluridisciplinaire des modes de culture avant la motorisation en Syrie. Actes du Colloque de Damas, 27 Juin-1er Juillet 1987, BAH 136, t. 2, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, p. 453-474.

Braemer 2002
F. Braemer, « Le rempart de Bosra au IIe millénaire avant notre ère », Syria, 79, p. 65–74.

Braemer 2007
F. Braemer, « De l’âge du Bronze à l’époque hellénistique. Bosra avant Bostra », in J. Dentzer-Feydy, M. Vallerin, T. Fournet, R. Mukdad, A. Mukdad (éds.) Bosra aux portes de l’Arabie, Guides archéologiques 5, IFPO, Beyrouth, p. 5–8.

Braemer et alii 2009
F. Braemer, D. Genequand, C. Dumond-Maridat, P.-M. Blanc, J.-M. Dentzer, D. Gazagne, P. Wech, « Long-term management of water in the Central Levant: the Hawran case (Syria) », World Archaeology, 41, p. 36–57.

Braemer et alii 2010
F. Braemer, B. Geyer, C. Castel, et M. Abdulkarim, « Conquest of new lands and water systems in the western Fertile Crescent (Central and Southern Syria) », Water History, 2, p. 91–114.

Callot 1984
O. Callot, Huileries antiques de Syrie du Nord. BAH 118, P. Geuthner, Paris.

Charles 1998
M. Charles, « Fodder from dung: the recognition and interpretation of dung-derived plant material from archaeological sites », Fodder: archaeological, historical and ethnographic studies, 1, p. 111–122.

Dentzer 2003
J.-M. Dentzer, « La vigne dans le paysage et la culture de la Syrie du sud », in J. Dentzer-Feydy, J. M. Dentzer, et P.-M. Blanc (éds.) Hauran II, BAH 164, vol. 1, IFPO, Beyrouth, p. 163–174.

Dentzer et alii 2007
J. Dentzer-Feydy, M. Vallerin, T. Fournet, R. Mukdad, et A.  Mukdad (éds.), Bosra aux portes de l’Arabie, Guides archéologiques 5, IFPO, Beyrouth.

D’Hont 1994
O. D’Hont, Vie quotidienne d’Agedat : techniques et occupation de l’espace sur le Moyen Euphrate, IFÉAD, Damas.

Fournet, Broise 2007
T. Fournet, H. Broise, « Les thermes du Sud », in J. Dentzer-Feydy, M. Vallerin, T. Fournet, R. Mukdad, et A. Mukdad (éds.) Bosra aux portes de l’Arabie, Guides archéologiques 5, IFPO, Beyrouth, p. 219–224.

Gentelle 1985
P. Gentelle, « Éléments pour une histoire des paysages et du peuplement du Djebel Hauran septentrional », in J.-M. Dentzer (éd.) Hauran I. Recherches archéologiques sur la Syrie du Sud à l’époque hellénistique et romaine, BAH 124, première partie, P. Geuthner, Paris, p. 19–62.

Hepper 1990
F. N. Hepper,
Pharaoh’s flowers Botanical treasures of Tutankhamun. Chicago, KWS Publishers, Londres.

Hütteroth, Abdulfattah 1977
W. D. Hütteroth, K. Abdulfattah, Historical geography of Palestine, Transjordan and southern Syria in the late 16th century, Frankischen geographischen Gesellschaft, Erlangen.

Kadour, Seeden 1983
M. Kadour, H. Seeden, « Busra 1980: reports of an archaeological and ethnographic campaign », Damaszener Mitteilungen, 1, p. 77–101.

Mougdad, Blanc, Dentzer 1990
R. Mougdad, P.-M. Blanc, J.-M. Dentzer, « Un amphithéâtre à Bosra ? », Nouvelles archéologiques, Syria, 67, fasc. 1, p. 201–204.

Mouterde 1966
P. Mouterde, Nouvelle flore du Liban et de la Syrie. Tome I, 3, Édition de l’Imprimerie Catholique, Beyrouth.

Neef 1990
R. Neef, « Introduction, development and environmental implications of olive culture: the evidence from Jordan », in A.A. Balkema., S. Bottema, P. Entjes-Nieborg et W. Van Zeist (ed.) Man’s role in the shaping of the Eastern Mediterranean Landscape: proceedings of the symposium on the impact of ancient man on the landscape of the Eastern Mediterranean region and the Near East, 6-9 March 1989, Balkema, Rotterdam, p. 295–306.

Nesbitt 2005
M. Nesbitt, The cultural history of plants. Routledge, New York.

Neumann et alii 2007
F. Neumann, C. Schölzel, T. Litt, A. Hense, M. Stein, « Holocene vegetation and climate history of the northern Golan heights (Near East) », Vegetation History and Archaeobotany 16, p. 329–346.

Piraud-Fournet 2010
P. Piraud-Fournet, « Les fouilles du “palais de Trajan” à Bosra (2007-2009). Rapport préliminaire et perspectives de recherche », Syria, 87, p. 281–300.

Rambeau 2010
C. M. C. Rambeau, « Palaeoenvironmental reconstruction in the Southern Levant: synthesis, challenges, recent developments and perspectives », Philosophical Transactions of the Royal Society A: Mathematical, Physical and Engineering Sciences, 368, p. 5225–5248.

Reimer et alli 2009
P. J. Reimer, M. G. L. Baillie, E. Bard, A. Bayliss, J. W. Beck, P. G. Blackwell, C. Bronk Ramsey, C. E. Buck, G. S. Burr, R. L. Edwards, M Friedrich, P. M. Grootes, T. P. Guilderson, I. Hadjas, T. J. Heaton, A. G. Hogg, K. A. Hughen, K. F. Kaiser, B. Kromer, F. G. McCormac, S. W. Manning, R. W. Reimer, D. A. Richards, J. R. Southon, S. Talamo, C. S. M. Turney, J. van der Plicht, C. E. Weyhenmeyer, « IntCal09 and Marine09 Radiocarbon Age Calibration Curves, 0-50,000 Years cal BP », Radiocarbon, 51, p. 1111-1150.

Salavert 2008
A. Salavert, « Olive cultivation and oil production in Palestine during the early Bronze Age (3500–2000 BC): the case of Tel Yarmouth, Israel », Vegetation History and Archaeobotany, 17, p. 53–61.

Samuel 1986
D. Samuel, « Plant Remains from the Northwest Tell at Busra », Berytus, 34, p. 83–96.

Sartre 1982
M. Sartre, Inscriptions Grecques et Latines de la Syrie, tome XIII, fascicule 1, BAH 113, P. Geuthner, Paris.

Seeden 1986
H. Seeden, « Bronze Age village occupation at Busra: AUB excavations on the northwest Tell, 1983-84 », Berytus, 34, p. 11–82.

Théophraste
S. Amigues, Théophraste. Recherches sur les plantes. À l’origine de la botanique, Belin, Paris.

Théry-Parisot 2001
I. Théry-Parisot, Économie des combustibles au Paléolithique, CNRS, Paris.

Van der Veen 2011
M. Van der Veen, Consumption, Trade and Innovation: Exploring the Botanical remains from the Roman and Islamic Ports at Quseir al-Qadim, Egypt, Africa Magna Verlag, Francfort.

Villeneuve 1985
F. Villeneuve, « L’économie rurale et la vie des campagnes dans le Hauran antique », in J.-M. Dentzer (éd.) Hauran I : Recherches archéologiques sur la Syrie du Sud à l’époque hellénistique et romaine, BAH 124, première partie, P. Geuthner, Paris, p. 63–136.

Willcox 1999
G. Willcox, « Charcoal analysis and holocene vegetation history in southern Syria », Quaternary science reviews, 18, p. 711-716.

Willcox 2003
G. Willcox, « L’économie végétale à Bosra et à Si‘ : résultats d’analyse de restes végétaux carbonisés des périodes romaine, byzantine et islamique », in J. Dentzer-Feydy, J. M. Dentzer, P.-M. Blanc (éds.) Hauran II, BAH 164, vol. 1, IFPO, Beyrouth, p. 177–184.

Van Zeist et alii 1973
W. Van Zeist et J. V. Heeres, « Paleobotanical Studies of Deir ’Alla, Jordan », Paleorient, 1, p. 21-37.

Zohary et alii 2012
D. Zohary, M. Hopf, E. Weiss, Domestication of Plants in the Old World: The origin and spread of domesticated plants in Southwest Asia, Europe, and the Mediterranean Basin, OUP, Oxford.

Zohary 1973
M. Zohary, Geobotanical Foundations of the Middle East, Fisher, Stuttgart.

Notes

1 Braemer 2002, 2007.

2 Dirigée initialement par Jean-Marie Dentzer, la mission française en Syrie du Sud est sous l’actuelle direction de Frank Braemer. La fouille de Bosra est placée sous la responsabilité de Pierre-Marie Blanc (UMR 7041-ArScAn de la Maison René Ginouvès, équipe Archéologie du Proche-Orient hellénistique et romain) et de Madame Waffa el-Haoudeh (directrice du Département archéologique de Bosra, DGAMS) que nous remercions de son amical soutien.

3 Dentzer-Feydy et alii 2007.

4 Villeneuve 1985.

5 Braemer 1990 ; Braemer et alii 2009.

6 Hütteroth et Abdulfattah 1977.

7 Notons qu’en 1983 sont prélevés des échantillons de macrorestes végétaux, plutôt à titre expérimental, dans les niveaux archéologiques mis au jour par les fouilles américaines du tell nord-ouest (dirigée par H. Seeden, université américaine de Beyrouth, Seeden 1986). Des graines et restes fruitiers cultivés et sauvages ont été retrouvés dans les niveaux de l’Âge du Bronze et aux périodes nabatéenne, romaine, byzantine et omeyyade (Samuel 1986).

8 Willcox 1999, 2003.

9 Willcox 1999.

10 Willcox 2003.

11 Je remercie à ce titre George Willcox pour m’avoir permis de continuer l’étude de son matériel, ainsi que Pierre-Marie Blanc et Pauline Piraud-Fournet, responsables des chantiers français de Bosra, pour leur disponibilité et leur intérêt sans cesse renouvelés.

12 Bouchaud 2011.

13 Mougdad, Blanc, Dentzer, 1990, p. 201. La dénomination BAT signifie Bosra AmphiThéâtre.

14 Fournet et Broise 2007.

15 Fournet 2007.

16 Dentzer-Feydy et alii 2007, p. 173-178.

17 Blanc 2008, Dentzer-Feydy et alii 2007, p. 207-208.

18 Reimer et alii 2009.

19 Grâce au soutien du département archéologique de Bosra et avec l’autorisation officielle de la Direction générale des Antiquités et des Musées, institutions que nous remercions chaleureusement de leur confiance.

20 Il n’est pas possible de reconnaître l’espèce céréalière à partir des restes de racines.

21 D’Hont 1994.

22 Nesbitt 2005 ; Zohary et alii 2012.

23 Willcox 2003.

24 Zohary et alii 2012.

25 Van Zeist et Heeres 1973.

26 Van der Veen 2011.

27 Hepper 1990.

28 Nesbitt 2005, p. 161-162.

29 Zohary 1973.

30 Mouterde 1966, p. 15-19.

31 Anderson et Ertug-Yaras 1998 ; Charles 1998.

32 Dentzer-Feydy et alii 2007, p. 323.

33 Sartre 1982 : IGLS, fasc. XIII 1, n° 9439.

34 Bouchaud 2011 ; Willcox 2003.

35 L’hypothèse d’une disparition presque complète des endocarpes d’olive à Bosra du fait de phénomènes liés à la carbonisation et/ou à la taphonomie ne peut être retenue. Ces vestiges ont généralement tendance à bien résister au feu et à se conserver au cours du temps.

36 Neef 1990 ; Salavert 2008.

37 Dentzer 2003 ; Gentelle 1985 ; Villeneuve 1985, p. 125.

38 L’olivier à l’état sauvage (Olea europaea var. oleaster) ne pousse pas dans la région (Zohary et alii 2012).

39 Callot 1984.

40 Neef 1990.

41 Les analyses palynologiques récentes effectuées à l’ouest et au sud de notre zone d’étude soulignent que le climat durant l’Antiquité était similaire à l’actuel, peut-être ponctué d’épisodes localisés plus humides durant les premiers siècles de notre ère. Cette dernière hypothèse n’est cependant pas démontrée pour la Syrie du Sud (Neumann et alii 2007 ; Rambeau 2010).

42 Braemer 1990.

43 Le palmier dattier a pu pousser sporadiquement dans ces jardins mais l’importation des dattes est également très certaine, depuis des zones nettement plus adaptées à sa culture, comme la palmeraie de Palmyre.

44 Kadour et Seeden 1983.

45 Bouchaud 2011.

46 Willcox 1999.

47 Willcox 1999, 2003.

48 Théophraste, Recherche sur les plantes III. 12. 3, V. 4. 2, V. 7. 4.

49 Théry-Parisot 2001.

50 Théophraste, R. P. V. 9. 2.

51 Braemer et alii 2010, p. 108.

52 Bouchaud sous presse ; Blanc, Fournet, Lepetz sous presse.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte du Levant sud et localisation des sites mentionnés dans le texte
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2939/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 2 : Plan de localisation de l’ensemble des structures archéologiques de Bosra
Crédits MAFSS, Th. Fournet 2001
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2939/img-2.png
Fichier image/png, 645k
Titre Fig. 3 : Photographie aérienne du secteur de l’amphithéâtre
Légende Photo prise en direction du nord-ouest. La flèche noire indique la zone d’accumulation visible à l’extérieur de l’amphithéâtre, le secteur étudié se situe un peu plus en bas à gauche
Crédits Yves Guichard, cerf-volant, Mission archéologique de Bosra
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2939/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 4 : Détails de la zone d’accumulation de terre le long de la face ouest de l’amphithéâtre
Crédits Mission archéologique de Bosra
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2939/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 5 : Coupe stratigraphique du chantier BAT
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2939/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 6 : Quelques exemples de vestiges carpologiques (graine de coriandre et sous-produits céréaliers) et anthracologiques (coupe transversale et tangentielle de charbons de bois de vigne) du chantier BAT
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2939/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 7 Résultats carpologiques et anthracologiques du chantier BAT
Légende Les résultats carpologiques sont exprimés en nombre de restes par litre pour chaque taxon, regroupés ensuite en grandes catégories (adventices, légumineuses, etc.). Les résultats anthracologiques sont présentés en pourcentage du nombre de restes de chaque taxon par rapport au total des fragments identifiés par échantillon. Les indéterminables ne sont pas pris en compte.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2939/img-7.png
Fichier image/png, 181k
Titre Fig. 8 Fréquence d’attestation de chaque taxon présent sur le chantier BAT
Légende Les pourcentages expriment la proportion du nombre d’échantillons où le taxon est présent par rapport au nombre total d’échantillons
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2939/img-8.png
Fichier image/png, 272k
Titre Tableau 1 : Résultats carpologiques du secteur BAT
Légende Nombre de restes par échantillon pour chaque taxon
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2939/img-9.png
Fichier image/png, 111k
Titre Tableau 2 : Résultats anthracologiques du secteur BAT
Légende Nombre de restes observés par échantillon pour chaque taxon
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2939/img-10.png
Fichier image/png, 53k

Auteur

Charlène Bouchaud

Docteur de l’Université Paris 1
Chercheur associé à l’UMR 7209 – Archéozoologie, Archéobotanique, Sociétés, Pratiques, Environnements

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable