Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Territoires, architecture et matériel au Levant

Gestion des territoires : agglomérations et échanges

Une évidence de micro-histoire à Tell Barri : traces de destruction pendant l’occupation romaine de la Haute Mésopotamie

Rocco Palermo

Abstract

Les fouilles de Tell Barri (Syrie du Nord-Est) ont montré que le site a eu une occupation sans solution de continuité depuis le IVe millénaire av. J.-C. Une des plus importantes phases d’occupation remonte à l’époque parthe et romaine. La continuité d’occupation a entrainé souvent la destruction volontaire des bâtiments anciens, et l’usage de la brique crue à presque toutes les époques a fait que les traces de destruction sont encore très visibles, non seulement dans la forme particulière du tell, mais aussi dans les aires de fouilles où les phases ont été identifiées comme très voisines, chronologiquement, les unes des autres. Dans l’Area H, pendant la campagne de 2008, un grand bâtiment en briques crues a été fouillé et trois phases d’occupation ont été reconnues dans une période comprise entre les iie et iiie siècles apr. J.-C. La nécessité de reconstruire à la suite d’un événement catastrophique a entrainé des modifications du plan et des fonctions. Des traces de destruction sont aussi visibles dans les structures du « Grand Mur Parthique » qui fut partiellement spolié pour récupérer des pierres et des briques réutilisées ailleurs. L’article sera donc centré principalement sur l’interprétation des traces de destruction et sur leurs implications historiques. Les données archéologiques et les études préliminaires sur le matériel trouvé dans les niveaux fouillés sont à la base du travail.

The on-going excavations at Tell Barri (North-Eastern Syria) have shown the significant continuity of occupation on the site since the IVth mill. BCE. One of the most important phases of occupation is dated back to the Partho-Roman period. The continuity, however, also deals with the precise destruction of previous structures and the usage of mud bricks in almost every area and period on the site makes these traces of destruction even more visible, not only in the widely known shape of a tell, but also in a limited chronological period in the same area of excavation. In AreaH, in example, during the 2008 campaign a large domestic complex has been revealed, re-used (with modifications) in three different phases through the late Parthian occupation of the site (II-IIIrd century CE). The need of reconstruction following a particular destructive event certainly involved modifications both in shape and function of certain spaces. Other traces of destruction can be spotted along the eastern slope of the tell where the excavations have put inlight the remains of a huge fired-brick fortification of the early Parthian period (Ist century BCE-Ist/early IInd century CE). Here, the wall has been robbed of its material and some spaces have been re-used as small houses and working areas, especially in the period comprised between the mid IInd century CE and the last years of the Vth century CE. This work is mainly focused, therefore, on the interpretation of the traces of destruction at Tell Barri and the historical implications that can be retrieved from them. The archaeological data and the preliminary studies on the material found in the different contexts will be the starting point of the work itself.

Testo integrale

Introduction

  • 1 Je voudrais ici remercier les organisateurs de la Table Ronde, en particulier François Villeneuve, (...)

1En parlant des traces de destruction dans un contexte archéologique on doit avant tout essayer d’identifier les évidences et les indices d’un événement destructeur dans les données complexes qui sont obtenues lors de l’étude d’une ville ancienne ou d’un quartier de maisons1. Cette identification est difficile dans le cas des tells en raison de la conformation spécifique de ce type de colline artificielle. L’accumulation des débris des bâtiments en briques crues ainsi que l’action conjuguée d’érosion du vent et des agents atmosphériques permettent d’identifier ces nombreuses collines dans le paysage du Proche-Orient ancien.

  • 2 Ur 2010, p. 32-33.

2Comme l’a expliqué Jason Ur, la formation d’un tell ainsi que la particularité des structures en briques crues, mobilisent plusieurs dynamiques qui concernent l’occupation de ces espaces2. L’analyse qui sera menée sur un cas d’étude particulier comme celui de Tell Barri, permet d’avoir une vision spécifique dans un contexte de micro-histoire, c’est-à-dire sur des événements qui ont intéressé notamment la vie quotidienne d’un petit village dans une période très difficile pour toute la région de la Haute-Mésopotamie.

Fig. 1. Tell Barri dans le contexte régional

Fig. 1. Tell Barri dans le contexte régional
  • 3 La séquence chronologique de l’Area G, a montré cette continuité d’occupation du IIIe millénaire av (...)

3Le site de Tell Barri se trouve aujourd’hui dans le nord-est de la Syrie, dans cette zone qui est connue aussi par l’appellatif de bec de canard, dans la province moderne d’Hasakeh, à huit kilomètres au nord de Tell Brak, l’ancienne ville de Nagar et à une quarantaine de kilomètres de la frontière avec la Turquie et de celle avec l’Irak (fig. 1). Le site est constitué par un tell de 32 m de hauteur et une ville basse aux pieds de la colline. Des fouilles ont été menées sur le site depuis 1980, tout d’abord sous la direction de l’Université de Florence et puis sous celle de l’Université de Naples. Même si le seul nom connu de la ville ancienne est celui utilisé pendant le IIe millénaire av. J.-C., Kahat, les opérations de fouilles ont montré que le site était déjà occupé au IIIe millénaire av. J.-C., ainsi que pendant les périodes plus tardives3. Une des plus importantes découvertes à Tell Barri, en fait, est liée à la période d’occupation parthe du tell : il s’agit d’une fortification qui entoure tout le sommet de la colline, totalement édifiée en briques cuites et qui n’est pas encore fouillée dans sa totalité.

  • 4 Sur Tell Barri voir, en général : Pecorella-Salvini 1982, Pecorella 1998 et Pierobon Benoit 2008.

4Le site de Tell Barri, déjà reconnu par Poidebard (avec le nom de Beri), fut identifié en 1962 par George Dossin qui traduit une inscription assyrienne (maintenant au Musée d’Alep) où le site est appelé avec le nom de Kahat pendant la période du roi Tukulti-Ninurta II (xe siècle av. J.-C.). Les travaux archéologiques, effectués sur le tell depuis 1980, ont révélé plusieurs phases d’occupation à partir du IVe millénaire av. J.-C. Tell Barri a été, donc, occupé quasiment sans interruption de continuité jusqu’à la période médiévale4.

5Sur la base de cette occupation de longue durée, les évidences de destruction sont très visibles et surtout très fréquentes.

6Un tell, entendu comme une formation à plusieurs niveaux, est lui même caractérisé par différents événements de dégradation et de destruction. Les phénomènes naturels et les interventions humaines ont constitué la base de la formation de ces collines qui sont appelées tell, höyuk ou tepe selon la région géographique. On peut distinguer principalement trois catégories dans les événements de destruction : les phénomènes naturels, la présence de tombes (anciennes et modernes), fosses ou/et silos, et les modifications précises des espaces dévolus à la vie humaine.

7La dégradation naturelle des structures édifiées sur la colline est visible quasi dans tous les chantiers de fouilles comme le montrent clairement les restes des murs du palace de Tukulti-Ninurta II, daté au milieu du xe siècle av. J.-C. (fig. 2). Les murs, à proximité du flanc du tell, ont chu vers la vallée en raison du vent, de la pluie et de la dégradation naturelle des briques crues.

Fig. 2. Les vestiges du palais de Tukulti-Ninurta II (xe siècle av. J.-C.)

Fig. 2. Les vestiges du palais de Tukulti-Ninurta II (xe siècle av. J.-C.)

Missione Archeologica Italiana a Tell Barri

  • 5 Oates 1990, p. 388-390.
  • 6 Plusieurs exemples de ces types de réutilisation ont été trouvés à Barri dans tous les niveaux.

8L’usage des briques crues présente, en fait, des avantages et des désavantages5. Un des avantages est sûrement la plasticité et la simplicité d’utilisation du matériau, alors que les désavantages sont le besoin continu d’entretien et la disposition naturelle à la dégradation. Les problèmes relatifs à l’usage des briques crues et à la dégradation des structures nous entraînent vers une autre considération. Il est, en effet, assez difficile d’identifier, dans le cadre d’un contexte strictement archéologique, le niveau de la dégradation et de l’abandon d’une structure, d’une volonté de renouvellement ou encore de destruction des éléments de cette même structure. La dégradation d’un mur en briques crues, en fait, ne signifie pas une disparition totale du mur, car même alors il peut encore être utilisé comme un mur d’appui pour les fours à pain, c’est-à-dire les tannur, par exemple, ou comme enclos pour les animaux6.

Un contexte de destruction à Tell Barri

  • 1 Sommer 2004.

9Une des phases les plus intéressantes et mieux documentées de Tell Barri est représentée par la période allant de la fin du ier jusqu’au viie siècle apr. J.-C. La région, à cette période, est caractérisée par la présence alternée des Parthes, des Romains et des Sassanides, avec une influence importante dans toutes les périodes des nomades de la steppe et des peuples « locaux »1.

10Dans cette large fourchette chronologique, la période d’occupation partho-romaine du site est, jusqu’à aujourd’hui, la plus significative notamment en ce qui concerne les données archéologiques et la grande quantité de céramiques. Elles ont révélé différentes traces d’occupation dans les quartiers des maisons, les zones artisanales et dans les grands vestiges de la fortification datée du ier av. - ier siècle de notre ère. Les deux principales zones d’investigation pour la période en question sur la colline sont l’Area H sur le côté occidental du tell et l’Area E/GCW à l’est (fig. 3). Dans la ville basse, l’Area M, près du Djaghdjagh, a montré l’existence d’un grand bâtiment public édifié en briques cuites et crues datable, au moins pour sa première phase d’occupation, du ier siècle av. - au début du iie siècle apr. J.-C.

Fig. 3a. Le secteur oriental du Grand Mur de Défense

Fig. 3a. Le secteur oriental du Grand Mur de Défense

Missione Archeologica Italiana a Tell Barri

Fig. 3b. Le quartier d’habitation dans l’Area H

Fig. 3b. Le quartier d’habitation dans l’Area H

Missione Archeologica Italiana a Tell Barri

11Sur la base des différents types de céramiques qui ont été trouvés dans chaque chantier, une reconstruction des dynamiques d’occupation du site à cette période est donc possible. En fait deux phases ont été identifiées en ce qui concerne l’occupation parthe : une première phase (iie av. - ier apr. J.-C.) puis une seconde qui va de la fin du ier siècle apr. J.-C. jusqu’à la première moitié du iiie apr. J.-C. La subdivision en deux périodes a été possible grâce à l’étude des tessons de céramique trouvés en contexte. Par exemple, la céramique à glaçure (verte, blanche et turquoise) est notamment attestée dans des niveaux entre le ier av. J.-C. et la seconde moitié du iie apr. J.-C., tandis que la céramique appelée « diamonds » (céramique commune avec des décorations au poinçon) est attestée dans des niveaux de contextes plus tardifs (fig. 4). D’un point de vue strictement archéologique, les deux périodes sont illustrées à Tell Barri par les fouilles de la fortification sur le tell et celles du grand bâtiment de la ville basse, alors que la deuxième phase est caractérisée par la découverte d’un important quartier d’habitations (avec des espaces de travail) dans la partie occidentale du tell (Area H).

Fig. 4a. Tessons du niveau 11A du Bâtiment A (Area H)

Fig. 4a. Tessons du niveau 11A du Bâtiment A (Area H)

Missione Archeologica Italiana a Tell Barri

Fig. 4b. Tessons du niveau 11A (pièce 396) du Bâtiment A (Area H)

Fig. 4b. Tessons du niveau 11A (pièce 396) du Bâtiment A (Area H)

Il faut souligner la présence de la céramique à glaçure, d’un tesson de Sigillata et des exemplaires de céramique dite Diamonds (dernière pièce)

Missione Archeologica Italiana a Tell Barri

12Le complexe fouillé est daté de la période parthe tardive (iie-iiie siècle de notre ère). Pendant les opérations de l’année 2008, un grand bâtiment avec des pièces et des cours a été mis au jour. La totalité de la structure a été édifiée en briques crues avec des sols en argile battue et des zones externes avec des pavements de briques et pierres. Trois phases différentes ont été identifiées et chacune a modifié la précédente et le plan général du quartier. Les changements observés dans le quartier pendant la réutilisation des mêmes structures (sur une période de plus ou moins 80 années) ont été mis en évidence par l’observation de destruction et d’oblitération volontaire des niveaux et des bâtiments précédents.

13La phase la plus importante est sûrement la dernière, mais les modifications qui ont été réalisées pendant les périodes précédentes sont facilement visibles en contexte archéologique. Dans une première phase, le bâtiment était composé d’une pièce principale (en briques crues) avec une cour ; la deuxième phase entraîne des changements structuraux par l’adjonction d’une autre pièce au nord. Le plan du quartier exprime les modifications qui ont eu lieu pendant la période d’utilisation du bâtiment (fig. 5).

Fig. 5. Plan du Bâtiment A avec les différentes phases

Fig. 5. Plan du Bâtiment A avec les différentes phases

Missione Archeologica Italiana a Tell Barri

14Sur la base des données archéologiques, on peut dire que les changements du quartier sont donc strictement liés aux destructions des structures précédentes, comme par exemple, la destruction des murs pour créer des portes ou des passages ou encore des zones de cours. La compréhension de la fonction des bâtiments ainsi que leur chronologie a été rendue possible grâce à l’étude de la céramique trouvée dans les niveaux et sur les sols.

Fig. 6. Vases écrasés au sol dans la pièce 370 (Niveau 11a)

Fig. 6. Vases écrasés au sol dans la pièce 370 (Niveau 11a)

Missione Archeologica Italiana a Tell Barri

  • 2 Palermo 2012, p. 636-646.

15Ainsi dans la pièce 370, pendant la phase tardive du complexe, quatre grands pithoi étaient posés sur le sol en terre battue au coté du mur oriental, et un autre était placé au nord à proximité de la porte2. Les tessons étaient tous écrasés au sol et mélangés avec les briques crues en position de chute à la suite de l’effondrement du mur même (fig. 6). Ces grands vases sont du type utilisé pour la conservation du grain (blé ou autre). Cependant, tous les tessons retrouvés ont la face interne couverte avec du bitume pour les rendre imperméables. Cela peut suggérer qu’ils étaient utilisés plutôt pour la conservation de liquides. La pâte, sableuse mais avec une grande quantité de petites pierres et d’autres inclusions, semble indiquer que la fabrication pourrait être d’origine locale. La présence même du bitume est fondamentale pour la localisation, au moins approximative, d’une zone de production. Il faut rappeler que le massif du Kaukab, zone avec une forte concentration de pierres basaltiques, n’est pas loin de Barri (environ 40 km, au sud) et que le nord-est de la Syrie (près de la ville moderne de Yarubiye) recèle une autre zone basaltique. Si la proximité de ces zones par rapport au site n’est pas un indice sûr, il faut néanmoins souligner que l’aire de production ne devrait pas être éloignée, surtout en raison de la difficulté pour déplacer et transporter ce type de vase. Parmi les vases retrouvés, l’un d’eux présente aussi un petit graffito sur l’épaule. Il s’agit de deux signes : +v, et d’un troisième (après une fracture du vase même) (fig. 7). L’analyse du graffito est encore en cours, mais l’on peut penser qu’il s’agit peut-être d’un signe lié au contenu (notamment pour la quantité, mais actuellement, on ne peut pas dire s’il fait référence au type de contenu aussi).

Fig. 7. Le graffito sur l’épaule d’un des pithoi

Fig. 7. Le graffito sur l’épaule d’un des pithoi

Missione Archeologica Italiana a Tell Barri

16Aucune trace de feu ou de destruction violente n’ayant été identifiées on peut donc penser que l’éboulement du mur était probablement un effondrement « naturel », lié à la dégradation naturelle de la brique crue accéléré par la chute ou la récupération du toit, ou encore un écroulement causé par une tempête, un fort vent ou pluie. Á coté de ces interprétations, on doit ajouter que la réoccupation du bâtiment, dans le niveau 12, a eu lieu seulement quelques années plus tard, lorsque évidemment, la pièce avec le pithoi était couverte par les débris. Donc, puisque la réoccupation n’a pas été immédiate, les possibilités d’une catastrophe naturelle sont un peu plus faibles, même si avec le manque de données précises (14C ou autre datation contextuelle) on ne peut pas dire si les événements survenus à Tell Barri sont à mettre en relation avec ceux qu’a connue la région pendant la période située entre la fin du iie et le début du iiie siècle apr. J.-C.

  • 3 Bombardieri 2002, p. 172-175.

17De plus, une autre évidence pour l’interprétation de la destruction du Bâtiment A, pourrait être obtenue par l’analyse des données céramiques de la pièce 396 située au nord de la pièce 370, où ont été trouvés les pithoi. Cette pièce peut être identifiée comme une pièce de service, directement liée à la chambre des pithoi grâce à un passage dans le mur méridional. L’identification fonctionnelle a été possible grâce à la grande quantité de céramiques trouvée sur le sol, principalement de grands vases et des céramiques de stockage. Les tessons retrouvés dans cette pièce sont aussi écrasés au sol et certains étaient même englobés dans la terre battue du sol. Au côté des tessons, une petite pièce de bois a été révélée sur le sol. On peut penser que cet élément provient d’une partie de poutre en bois de la toiture ou bien d’un élément de mobilier de la chambre détruit par la chute et la destruction du toit. Les tessons étant distribués tout le long des murs qui composent la pièce, cela peut indiquer que les céramiques étaient stockées sur des supports (en bois ?) qui étaient peut-être alignés contre les murs et qui seraient tombés lors de la destruction du bâtiment. Dans le milieu de la pièce, les fouilles ont mis au jour également une meule dormante en basalte du type à pivot au centre. Cette meule n’était pas en position primaire, car elle était écrasée face contre le sol. Une seconde meule, du même type, a été trouvée réemployée comme seuil entre les deux pièces occidentales du bâtiment. Les meules de ce type à pivot ont été trouvées à Tell Barri dans des contextes du iiie au vie siècle apr. J.-C.3

18La chronologie des niveaux identifiés montre que les trois phases sont représentées par la céramique trouvée sur les sols. Les documents (fig. 8) mettent en évidence la répartition de tous les tessons selon leur classe de pertinence pendant les trois phases d’occupation du quartier.

19Il parait clairement que la Phase A, sur la base de la céramique trouvée et de l’étude du plan du Bâtiment, était la phase principale. Sur les 403 tessons dénombrés, 199 ont été trouvés dans le niveau 11A, 108 dans le 11B et 96 dans le niveau 11C. À partir des données statistiques et typologiques, on peut faire des remarques sur la céramique et ses implications économiques et sociales dans le Bâtiment A de Tell Barri.

20Ainsi, même si la plupart des tessons appartiennent à la céramique commune et à de grands vases, certains présentent des caractéristiques distinctives, qui se révèlent très utiles pour une classification chronologique. Dans le niveau 11A, on trouve, par exemple, une grande quantité de céramiques avec des impressions au poinçon, c’est-à-dire la fameuse Parthian Buff Ware, classifiée par David Oates sous le nom de Diamonds Stamped Pottery.

21Ce type de céramique est très diffusé dans toute la Djéziré syrienne et irakienne, et est utilisé comme marqueur de datation pour la définition de la « phase Parthique tardive » (milieu du iie - première moitié du iiie environ apr. J.-C.) dans chaque site où ces tessons ont été trouvés. Il s’agit d’un type de céramique à pâte claire (buff ou buff tending to white), plutôt sableuse, avec des micro-inclusions (notamment de petites pierres et paille). Les formes les plus représentées sont les cruches, mais il existe aussi de petites amphores. La décoration, réalisée peut-être à l’aide d’un poinçon, est toujours constituée d’impressions de « diamants » (au poinçon, souvent avec un nombre de points variable, de cinq à neuf, pour chaque répartition interne). Tous les exemplaires ont un pied annulaire et leur surface interne est couverte de bitume. Cela peut être un indice concernant le type de denrée qui était conservé dans ces vases. En effet, le bitume était très souvent utilisé pour rendre imperméables les récipients.

Fig. 8. Décompte des tessons trouvés dans les trois niveaux du Bâtiment A

Fig. 8. Décompte des tessons trouvés dans les trois niveaux du Bâtiment A

Missione Archeologica Italiana a Tell Barri

22La présence de ce type de céramique semble donc confirmer la chronologie pour la période comprise entre la fin du iie et le début du iiie siècle de notre ère. De plus, la grande quantité de ce type de céramique nous donne des évidences importantes pour l’identification de la pièce comme une pièce à caractère domestique alors que la pièce 370, celle des pithoi, pourrait être identifiée comme une pièce de conservation de denrées.

23Il paraît intéressant de souligner l’absence de céramique peinte qui est pourtant bien diffusée dans toute la région pendant cette période. Mais l’absence de ce type de céramique peut être en relation avec la fonction spécifique de cette pièce.

24Les fouilles effectuées dans l’Area H ont révélé la partie occidentale d’un grand complexe qui se trouvait aussi au-dessous de la coupe orientale du secteur de la fouille comme le montrent les murs exhumés du Bâtiment A.

25Les pièces fouillées sont donc les pièces « de service » du complexe tandis que les pièces de résidence étaient situées plus à l’est. Un autre indice pour la compréhension de la fonction de la pièce 396 est apporté par la faible présence des tessons en Brittle Ware par rapport à d’autres céramiques communes. La céramique « Brittle Ware » est plutôt bien diffusée dans la région de Tell Barri ainsi qu’en Syrie du Nord ; elle constitue un type de céramique important pour la définition chronologique des niveaux où elle est trouvée. Les vases en Brittle Ware étaient utilisés pour la préparation des aliments et aucun four ou pièces utilisées comme cuisine n’ont été mis au jour dans le Bâtiment A. De plus, parmi les vases et les tessons de la fouille, il n’y en a aucun qui porte trace de brûlé ou qui semble avoir été utilisé pour la préparation des repas. En effet, la plupart sont des vases pour le stockage, la conservation et parfois (comme dans le cas des tessons de céramique à glaçure vert et blanche) pour le service voire peut être pour la conservation, eux aussi. Parmi les exemplaires les plus fréquents dans les niveaux du Bâtiment A, il faut remarquer, comme nous l’avons déjà dit, les tessons de céramique à glaçure, qui est un type très souvent attesté dans les niveaux de la période parthe ancienne à Tell Barri. La présence de ces tessons dans un contexte plus tardif pourrait indiquer une période de diffusion prolongée de ces formes. En effet, l’utilisation des céramiques à glaçure (vert, blanche et turquoise) est bien attestée aussi pendant les siècles suivants, notamment comme vaisselle pour les repas et pour la table.

26L’analyse des tessons montre donc, la prépondérance de ces types de vases sur ceux relatifs à la cuisine et à la préparation des repas. On note ainsi parmi 207 tessons de céramique commune, 39 relèvent du groupe de la Brittle Ware (surtout pots et casseroles), 160 sont les cruches et les autres vases en céramique commune et 8 vases culinaires auxquels on ajoute 43 fragments de grands vases et de vases utilisés pour le stockage. La distribution de ces tessons dans les trois niveaux fouillés du Bâtiment A démontre, encore une fois, l’importance de la dernière phase, la phase A, dans l’occupation du complexe de Tell Barri.

27Il faut également souligner la continuité d’occupation révélée dans l’Area H pendant cette période qui vient d’être signalée de manière très significative. Le sol du niveau 11A, par exemple, a été trouvé juste dix centimètres au-dessus de celui du 11B (fig. 9). Les changements qui ont eu lieu sur le côté occidental du tell à cette période confirment donc au moins la présence des mêmes personnes sur le site, d’après les données céramiques ainsi que la continuité architecturale des bâtiments.

Fig. 9. Les sols des trois niveaux dans la coupe orientale du chantier

Fig. 9. Les sols des trois niveaux dans la coupe orientale du chantier

Missione Archeologica Italiana a Tell Barri

28Cette nouvelle occupation des structures, en effet, a entraîné sûrement quelques modifications dans le plan général du quartier, mais sa fonction même, avec des espaces artisanaux n’a pas changé pendant les trois phases fouillées. Dans le niveau 11A, par exemple, certains murs sont ajoutés et il apparaît que la pièce 396, dans le niveau 11B, était alors une cour ouverte au nord et pavée avec des briques cuites et des pierres. Enfin, les trois phases identifiées montrent que cette continuité humaine et structurale (au moins au niveau d’usage des mêmes techniques) ne peut être mise en relation avec un événement destructeur comme une bataille ou encore une situation de guerre. Ainsi ces changements sont volontaires et non imposés, mais surtout parce que, d’après les vestiges archéologiques, on ne voit pas de modifications importantes dans la production matérielle.

29Si on veut voir un indice de changement rapide dans la partie occidentale du tell, il faut prendre en considération le passage entre la dernière phase d’occupation du Bâtiment A, le niveau 11A, et le niveau suivant (12) qui a été fouillé pendant la campagne de 2009. Il n’y a alors pas de doute que l’événement du niveau 11A, avec la destruction des chambres de service comprenant les pithoi et les autres vases, a constitué une sorte de limite entre deux phases particulières (d’un point de vue historique notamment) pour le site. L’abandon du Bâtiment A, avec les grands vases écrasés au sol, peut indiquer que le changement fut un changement drastique. La réoccupation de ce côté du tell, qui est attestée par les données archéologiques du niveau 12, indique que, même si pour quelques années ou, en tout cas pour une très courte période, le site de Tell Barri montre un « hiatus » que l’on peut dater de la période des guerres de Septime Sévère, il pourrait s’agir d’une période d’interruption à la suite d’une catastrophe naturelle. On peut alors conclure que, malgré la situation politique de la région, il n’est pas sûr que les événements de Tell Barri puissent être liés à une situation régionale mais qu’ils sont plutôt à associer, plus probablement, à un événement local et normal.

Le système défensif de Tell Barri et les traces des remplois successifs

30Un autre type de destruction attesté sur le site de Tell Barri est représenté par les opérations de spoliation du grand mur de la période parthe (fig. 10).

Fig. 10. Plan du Grand Mur Parthe sur le côté oriental du tell

Fig. 10. Plan du Grand Mur Parthe sur le côté oriental du tell

Missione Archeologica Italiana a Tell Barri

31Le mur qui a été mis au jour sur trois côtés du tell est daté d’une période comprise entre la fin du ier avant et le ier siècle de notre ère, principalement sur la base des données céramique et du matériel contextuel. Il s’agit d’une structure en pierre et briques cuites, avec une double courtine dont la partie la mieux conservée est présente sur le côté oriental du tell où les fouilles ont révélées une porte, des accès et des chambres de service liées au mur même. Les fouilles menées pendant les années 2009 et 2010, ont montré qu’après l’abandon des niveaux relatifs au mur, les structures en pierre et en briques cuites furent systématiquement spoliées à fin de récupérer les matériaux de construction pour les réutiliser ailleurs. La coupe occidentale de l’Area E, la zone où les fouilles ont mis en lumière la partie la plus grande du mur, montre clairement comment les déchets et les débris des structures en pierre constituent la base (et parfois même le sol) pour les reconstructions suivantes après la fin d’utilisation du mur (fig. 11).

Fig. 11. Structures du mur parthe détruites par les interventions postérieures

Fig. 11. Structures du mur parthe détruites par les interventions postérieures

L’accumulation des débris est bien visible dans la coupe à droite de l’image

Missione Archeologica Italiana a Tell Barri

32Les niveaux du iiie / ive siècle apr. J.-C., c’est-à-dire la période suivant la destruction du système défensif, sont composés dans l’Area E, de petites maisons (édifiées en briques crues) avec des fondations en pierre ainsi que de petites installations artisanales réutilisant des briques cuites, des pierres et des meules en basalte. Le cadre est donc celui d’une phase mineure où le site ne possède plus dans cette période une structure défensive et, de plus, les parties de la muraille précédente sont spoliées et réutilisées.

33Ce type de spoliation est visible dans toutes les aires de fouille de Tell Barri où de nombreuses briques cuites et pierres furent utilisées comme pavement pour les cours ou encore comme fondation pour les murs en briques crues.

34Juste au nord de l’Area H (le secteur où se trouve le Bâtiment A déjà analysé), la fouille a permis d’identifier une autre des parties de ce mur. La structure est quasi totalement dégradée à la base à la suite de l’action de l’érosion accentuée par la proximité de la limite du tell. Mais l’analyse des différentes unités stratigraphiques a permis d’avoir un cadre complet concernant la spoliation puis la réutilisation des structures en pierre (fig. 12).

Fig. 12. Partie W3 du Mur Parthe près de l’Area H

Fig. 12. Partie W3 du Mur Parthe près de l’Area H

Missione Archeologica Italiana a Tell Barri

35Le mur fut partiellement détruit et la partie supérieure de la structure fut remblayée pour avoir une base à l’intérieur du mur afin de pouvoir bâtir à nouveau en partant d’une solide base de pierres et briques cuites. Le mur Parthique, en fait, a servi aussi de base pour la construction d’une deuxième structure défensive, plus petite et en briques crues, qui fut complétée pendant la période sassanide (la datation sur la base de tessons de céramique trouvés parmi les briques remonte au vie / viie siècle de notre ère).

Conclusions

36Les données présentées par l’analyse des fouilles menées à Tell Barri mettent l’accent sur une problématique commune à plusieurs sites archéologiques : la reconstitution des événements, liés à la Grande Histoire, versus ceux qui sont souvent dénommés comme événements de micro-histoire. Alors que les traces d’un événement important ne sont encore pas visibles dans les fouilles de Tell Barri (ce qui ne signifie pas que ces mêmes événements ont eu lieu en effet sur le site), les données archéologiques montrent plusieurs petits événements qui sont bien attestés à cette période où la Haute-Mésopotamie est traversée par de nouvelles dynamiques soit politiques soit économiques. L’objectif de l’analyse du cas de Tell Barri est bien de souligner l’importance des petits événements enregistrés par un site archéologique. Trop souvent, les conclusions tirées d’un contexte de destruction dans une région de frontière expliquent cette destruction d’une structure domestique, par exemple, d’après des événements plus importants issus d’un cadre régional alors qu’ils témoignent d’un micro-événement ayant eu lieu dans la même période.

37Le cas proposé veut donc souligner un nouveau mode d’interprétation des traces de destruction, qui sont plus souvent à mettre en relation avec des chutes de toits, des intempéries ou la pluie plutôt qu’avec des guerres ou des événements à grande échelle témoignant de la violence humaine.

Bibliografia

Bomardieri 2005
L. Bomardieri, “Mulini Assiri a Scanalatura e Mulini a Tramoggia », in P.E Pecorella, R. Pierobon-Benoit, Tell Barri / Kahat. La campagna del 2002, Firenze : Firenze University Press, p. 156-180.

Debevoise 1934
N. Debevoise, Parthian Pottery from Seleucia on the Tigris, Ann Arbor : University of Michigan Studies (Humanities Series).

Dorna-Metzger 1996
F. Dorna-Metzger, “Hellenistic and Parthian-Roman Pottery from the Upper Khabur Survey”, in K. Bartl, R. Hauser (éds), Continuity and Change in Mesopotamia from Hellenistic to Islamic Period, Berlin : Reimer, p. 363-376.

Kühne 2005
H. Kühne, (éd.), Magdala/Magdalu. Tell Schech Hamad, von Post-Assyrischen Zeit bis zum Römischen Kaiserzeit, Berlin.

Oates 1959
D. Oates, “Ain Sinu. A Roman Frontier Post in Northern Iraq”, Iraq, 21/2, p. 207-242.

Oates 1968
D. Oates, Studies in Ancient History of Northern Iraq, Oxford : Oxford University Press.

Palermo 2012
R. Palermo, “A Parthian Domestic Complex at Tell Barri”, in R. Matthews, J. Curtis, (éds), Proceedings of the 7 International Congress on the Archaeology of the Near East, London, 6-10 April 2010, Wiesbaden, p. 637-646.

Pappalardo 2012
R. Pappalardo, “The Islamic Common Ware in Tell Barri. A Preliminary Study”, in R. Matthews, J. Curtis (éds), Proceedings of the 7 International Congress on the Archaeology of the Near East, London, 6-10 April 2010, Wiesbaden, p. 647-656.

Pecorella 1998
P.E. Pecorella (éd.),
Tell Barri/Kahat 2. Relazione sulle campagne 1980-1993 a Tell Barri/Kahat nel bacino del Habur (Documenta Asiana V), Roma : Istituto per gli Studi Micenei ed Egeo-Anatolici.

Pecorella, Salvini 1982
P.E. Pecorella, M. Salvini, Tell Barri/Kahat 1. Relazione Preliminare sulle campagne 1980-1981 a Tell Barri/Kahat, nel bacino del Habur, Roma : Consiglio Nazionale des Ricerche.

Pecorella, Pierobon-Benoit 2008
P.E. Pecorella, R. Pierobon-Benoit, Tell Barri/Kahat. La campagna del 2003, Firenze : Firenze University Press.

Pierobon-Benoit 2008
R. Pierobon-Benoit (éd.), “Tell Barri. Un Insediamento Antico tra Oriente e Occidente”, Parola del Passato, 68, Napoli.

Pierobon-Benoit 1998
R. Pierobon-Benoit, “Dati e Problemi a Tell Barri tra l’Ellenismo e il Medioevo”,
in P.E. Pecorella (ed.), Tell Barri/Kahat 2. Relazione sulle campagne 1980-1993 a Tell Barri/Kahat nel bacino del Habur (Documenta Asiana V), Roma : Istituto per gli Studi Micenei ed Egeo-Anatolici.

Scharrer 2010
U. Scharrer, “The Problem of Nomadic Allies in the Near East”, in M. Facella, T. Kaizer (éds), Kingdoms and Principalities in the Roman Near East, Stuttgart : Franz Steiner Verlag, p. 241-336.

Sommer 2004
M. Sommer, “The desert and the sown: imperial supremacy and local culture in Parthian Mesopotamia”, Parthica, 6, p. 236-246

Toll 1943
N. Toll, The Green Glazed Pottery (Excavations at Dura Europos. Final Report IV, part I), New Haven : Yale University Press.

Ur 2010
J. Ur, Urbanism and Cultural Landscapes in Northeastern Syria, Chicago : Orient Institute of the University of Chicago.

Venco Ricciardi 1982
R. Venco Ricciardi, “La ceramica partica”, in P.E. Pecorella, M. Salvini (éds), Tell Barri/Kahat 1, Roma : Consiglio Nazionale des Ricerche, p. 55-75.

Whitcomb 2009
D. Whitcomb, “From Pastoral Peasantry to Tribal Urbanities. Arab Tribes and the Foundation of the Islamic State in Syria”,
in J. Szuchman (ed.), Nomad, Tribes and the State in the Ancient Near East. A Cross-Disciplinary Perspective, Chicago : Oriental Institute Press, p. 241-259.

Note

1 Je voudrais ici remercier les organisateurs de la Table Ronde, en particulier François Villeneuve, Jacqueline Dentzer-Feydy et Frank Braemer. Un grand merci à Amélie Le Bihan pour avoir revu mon français. Toutes les erreurs sont de l'auteur.

1 Sommer 2004.

2 Ur 2010, p. 32-33.

2 Palermo 2012, p. 636-646.

3 La séquence chronologique de l’Area G, a montré cette continuité d’occupation du IIIe millénaire av. J.-C. jusqu’à la période séleucide.

3 Bombardieri 2002, p. 172-175.

4 Sur Tell Barri voir, en général : Pecorella-Salvini 1982, Pecorella 1998 et Pierobon Benoit 2008.

5 Oates 1990, p. 388-390.

6 Plusieurs exemples de ces types de réutilisation ont été trouvés à Barri dans tous les niveaux.

Indice delle illustrazioni

Titolo Fig. 1. Tell Barri dans le contexte régional
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2910/img-1.jpg
File image/jpeg, 188k
Titolo Fig. 2. Les vestiges du palais de Tukulti-Ninurta II (xe siècle av. J.-C.)
Credits Missione Archeologica Italiana a Tell Barri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2910/img-2.jpg
File image/jpeg, 260k
Titolo Fig. 3a. Le secteur oriental du Grand Mur de Défense
Credits Missione Archeologica Italiana a Tell Barri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2910/img-3.jpg
File image/jpeg, 192k
Titolo Fig. 3b. Le quartier d’habitation dans l’Area H
Credits Missione Archeologica Italiana a Tell Barri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2910/img-4.jpg
File image/jpeg, 152k
Titolo Fig. 4a. Tessons du niveau 11A du Bâtiment A (Area H)
Credits Missione Archeologica Italiana a Tell Barri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2910/img-5.jpg
File image/jpeg, 240k
Titolo Fig. 4b. Tessons du niveau 11A (pièce 396) du Bâtiment A (Area H)
Legenda Il faut souligner la présence de la céramique à glaçure, d’un tesson de Sigillata et des exemplaires de céramique dite Diamonds (dernière pièce)
Credits Missione Archeologica Italiana a Tell Barri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2910/img-6.jpg
File image/jpeg, 196k
Titolo Fig. 5. Plan du Bâtiment A avec les différentes phases
Credits Missione Archeologica Italiana a Tell Barri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2910/img-7.jpg
File image/jpeg, 156k
Titolo Fig. 6. Vases écrasés au sol dans la pièce 370 (Niveau 11a)
Credits Missione Archeologica Italiana a Tell Barri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2910/img-8.jpg
File image/jpeg, 92k
Titolo Fig. 7. Le graffito sur l’épaule d’un des pithoi
Credits Missione Archeologica Italiana a Tell Barri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2910/img-9.png
File image/png, 23k
Titolo Fig. 8. Décompte des tessons trouvés dans les trois niveaux du Bâtiment A
Credits Missione Archeologica Italiana a Tell Barri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2910/img-10.jpg
File image/jpeg, 148k
Titolo Fig. 9. Les sols des trois niveaux dans la coupe orientale du chantier
Credits Missione Archeologica Italiana a Tell Barri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2910/img-11.jpg
File image/jpeg, 224k
Titolo Fig. 10. Plan du Grand Mur Parthe sur le côté oriental du tell
Credits Missione Archeologica Italiana a Tell Barri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2910/img-12.jpg
File image/jpeg, 808k
Titolo Fig. 11. Structures du mur parthe détruites par les interventions postérieures
Legenda L’accumulation des débris est bien visible dans la coupe à droite de l’image
Credits Missione Archeologica Italiana a Tell Barri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2910/img-13.jpg
File image/jpeg, 220k
Titolo Fig. 12. Partie W3 du Mur Parthe près de l’Area H
Credits Missione Archeologica Italiana a Tell Barri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2910/img-14.jpg
File image/jpeg, 226k

Autore

Dipartimento di Discipline Storiche « E. Lepore », Università di Napoli Federico II

© Presses de l’Ifpo, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista

Versione a stampa

Caricamento in corso

Unavailable