Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires, architecture et matériel au Levant

Gestion des territoires : agglomérations et échanges

Étude du paysage rural en Syrie du Sud de l’époque pré-provinciale à l’avènement de l’Islam (ier s. avant J.-C. - viie s. après J.-C.)

Chadi Hatoum

Résumé

La Syrie du Sud est caractérisée par la persistance d’éléments multiples du paysage agraire. Nous essayons ici de mieux comprendre le processus de l’occupation du sol de l’époque pré-provinciale à l’avènement de l’Islam (ier siècle avant et viie après J.-C.). L’étude du contexte naturel général permet de décrire le cadre des opérations agricoles et nous appliquons des méthodes et techniques de prospections actuelles. L’utilisation des images satellitaires et des photographies aériennes anciennes est fondamentale pour l’étude des paysages ruraux. Leur interprétation permettra de mieux comprendre les changements subis au cours de l’occupation récente des régions étudiées.

Southern Syria is characterized by the persistence of multiple components of its rural landscape. Here, we shall try to better understand the land occupation process from the preprovincial period to the advent of Islam (Ist century B.C. – VIIth A.D.). Studying the natural environment enables to describe the framework of the farming processes by the usage of the current methods of the archeological survey. Using satellite images as well as old aerial photos is essential for studying the rural landscape. Their interpretation will enable us to better understand the changes undergone during the recent settlement of the study area.

Texte intégral

Introduction

1La richesse de la Syrie du Sud est le fruit du travail des hommes. Pour l’agriculture, il fallait outre la création des zones de culture, utiliser toute l’eau disponible, d’où selon les époques, une profusion de canaux, de barrages, d’aqueducs et de citernes.

2Je me limiterai ici strictement au territoire de l’actuel Jabal al-‘Arab (fig. 1). C’est en effet dans cette zone que j’ai eu la possibilité d’effectuer plusieurs campagnes de prospection, en 2010, avec A. Zerbini qui traite dans ce volume des installations de pressoirs, et en 2011.

  • 1 Villeneuve 1981, p. 585.

3Les études sur le paysage ancien en Syrie du Sud ont débuté grâce à l’évolution de la photographie aérienne et la nécessité, née entre les deux guerres mondiales, de développer les reconnaissances aériennes des territoires du Proche-Orient. Pour la première fois, des aménagements ruraux attribuables à l’époque romaine ont alors été identifiées, et cette identification de parcelles, canaux, aqueducs et barrages a facilité la naissance d’une archéologie du paysage et notamment du paysage agraire1. Même si, dans quelques cas, l’existence de délimitations de terres – limitationes au sens strict – a pu être décelée, aucun de ces travaux pionniers n’a identifié la pratique systématique et globale de la centuriatio.

4À partir de la conquête romaine, l’occupation et la transformation des territoires des provinces n’ont pas été un processus homogène, ni du point de vue chronologique ni par leur aboutissement. C’est le cas en Syrie du Sud. La diversité existant entre les populations indigènes, les intérêts variés poursuivis par l’administration romaine en différents endroits et à différents moments, ont donné lieu à des paysages et à des processus d’exploitation variés.

Fig. 1. Carte de localisation de la Syrie du Sud dans l’ensemble proche-oriental

Fig. 1. Carte de localisation de la Syrie du Sud dans l’ensemble proche-oriental

D’après une carte de la Mission archéologique française en Syrie du Sud

Travaux et études antérieurs

  • 2 Dodinet et al., 1994.
  • 3 Leblanc & Vallat 1997, Leblanc 2007.

5Des études sur l’archéologie du paysage agraire et les cadastres urbains ont été menées en Syrie du Sud (fig. 2) par plusieurs missions archéologiques, notamment françaises. Ces études ont été réalisées au moyen de méthodes diverses : certaines ont associé des fouilles et des prospections ainsi que les photos aériennes et des cartes topographiques présentant des indices archéologiques intéressants comme à Bosra2, d’autres ont utilisé uniquement des photos aériennes et ont présenté des indices morphologiques caractéristiques sans étude archéologique ni vérification de terrain3.

  • 4 Burckhardt 1822, pp. 83-87.

6Les voyageurs occidentaux nous ont laissé des remarques sur l’occupation du sol par les habitants récents. Un des premiers rapports décrivant des sites dans le sud de la Syrie a été celui de Burckhardt4 qui a traversé la région durant l’été de 1812 sur son chemin de Damas au Caire.

7Cependant, c’est seulement à partir des années 1970 que l’intérêt pour les centuriations surgit, avec des études précises qui permettent de se fonder sur un bon ensemble de cas significatifs.

8La publication de Hauran I présente un important ensemble de prospections et de fouilles, qui montrent l’intérêt d’études portant sur l’environnement, pour appréhender d’une façon plus articulée l’archéo-histoire des paysages, l’usage de la terre, l’accès aux ressources, les modalités d’aménagement des territoires et de leur gestion.

9Ces études ont eu un caractère pionnier, dotant le champ traditionnel de l’archéologie classique d’une nouvelle vision, ce que nous pourrions appeler un intérêt global pour le territoire rural, au-delà des cartes archéologiques et de l’étude individuelle des maisons rurales romaines.

  • 5 Dentzer 1985.

10Il convient de rappeler que le travail présenté ici s’inscrit dans le contexte de recherches conduites depuis la fin des années 1970, après notamment les travaux de P. Gentelle et F. Villeneuve sur le paysage agraire (Cf. Hauran I, 1985), et que les aspects méthodologiques doivent beaucoup aux divers travaux réalisés entre 1977 et 2004 sous la direction de J.-M. Dentzer5.

  • 6 Leblanc & Vallat 1997.
  • 7 Vallat & Leblanc 2008, p. 21.
  • 8 Leblanc 2007, p. 320.

11Dans le Hauran, à partir des années 1970, les travaux consacrés à l’étude des paysages anciens ont permis d’identifier quelques structures rurales d’époque romaine de grand intérêt : on constate la présence de centuriations du module de 15 × 15 actus ; autour des sites de Suwayda (ant. Dionysias), Qanawât (ant. Canatha), ‘Atîl (ant. Athela)6, Tell Qulib7 et Burd8.

Fig. 2. Carte de la Syrie du Sud montrant les sites archéologiques et la zone étudiée

Fig. 2. Carte de la Syrie du Sud montrant les sites archéologiques et la zone étudiée

D’après une carte de la Mission Archéologique française en Syrie du Sud

Méthodes et techniques

12L’étude présentée ici s’inscrit donc dans une démarche globale d’« archéologie du paysage » pour la connaissance et l’interprétation des paysages ruraux vivants. On y retrouvera la plupart des méthodes d’investigation, utilisées dans une perspective d’ensemble, sans que soient mises en avant les préoccupations méthodologiques et technologiques.

13L’assemblage des photographies aériennes en noir et blanc, réalisées par des missions russes pour le service topographique syrien, donne l’état du paysage agraire en 1958. Nous avons là le moyen de comparer le paysage actuel, au paysage de cette époque, et de situer très précisément ce qu’étaient à ce moment les restes visibles du paysage antique.

14Nous avons effectué l’analyse des limites de champs sur les photographies terrestres et les images satellites, en vue de l’extraction des éléments linéaires permettant de révéler les traces d’anciens parcellaires.

15Il nous reste à examiner la méthode qui consiste à établir l’étendue moyenne des territoires divisés après avoir acquis une bonne connaissance des sites de la région, sans oublier les contraintes de la topographie actuelle (cours d’eau, chemins ruraux).

16En ce qui concerne les cartes topographiques, nous avons à notre disposition : des photocopies d’extraits de la carte topographique au 1/25 000e des régions de Suweida’ et Shahba, qu’il fallait donc assembler pour reconstituer un fond de carte continu. On a cherché à assembler ces morceaux en se fondant sur le carroyage kilométrique de référence.

17Les cartes de référence sont relativement récentes (années 1980). Elles sont au 1/25 000e souvent par simple agrandissement des cartes au 1/50 000e et elles comportent les itinéraires principaux. Des tells de la région ne sont pas concernés par les axes de communications principaux ce qui indique leur ancienneté ; en outre, leur toponyme peut être riche d’informations sur leur histoire. Les courbes de niveau passant dans la région étudiée indiquent des altitudes allant de 600 m jusqu’à 1 600 m environ.

18L’image satellite met particulièrement bien en évidence l’opposition existant entre des zones humides et des secteurs plus secs du wadi ar-Rum, par exemple. On retrouve là l’image des caractères hydrologiques de surface, déjà perçus par la photo- et carto-interprétation classique.

19En définitive, l’image satellite restitue une image complémentaire de celle des cartes de Suweida’ et Shahba.

La photographie aérienne au service de l’archéologie agraire

20Puisque au sol, il est difficile de reconnaître les structures agraires et les traces de l’aménagement de l’espace rural, leur détection est largement facilitée par ces documents précieux. Et la relation entre ces trois types de documents s’impose, en intégrant des éléments divers, pour mieux comprendre les indices que présente le paysage.

  • 9 Dassié 1978, p. 29.

21En archéologie, la photographie aérienne peut servir à détecter l’existence physique d’un nouveau site. Son efficacité naît d’une vision globale autorisant la perception des traces rémanentes d’actions anthropiques lointaines dans le temps. C’est parce que l’observateur se trouve placé en un point bien particulier qu’il peut remarquer les traces archéologiques. En d’autres termes, l’une des données du problème se résume à une perpétuelle recherche de ces points de vue privilégiés, autorisant de nouvelles découvertes. Cela implique une mobilité de l’observateur dans un espace à trois dimensions, et l’un des meilleurs moyens, pratique et réaliste, consiste à prendre de l’altitude (avion, cerf-volant, ballon, etc.)9

22Car c’est la forme caractéristique des indices qui permet au prospecteur de reconnaître l’origine humaine et ainsi que le statut probablement archéologique des structures qui ont été photographiées. L’image photographique constitue l’indice fiable de l’existence du site10.

  • 11 Denise, Nordiguian (dir.) 2004, p. 6.

23En Syrie, les recherches aériennes du Père Poidebard ont commencé en 1925, quand la Société de Géographie lui a demandé de reprendre un travail commencé en Iran en 1918, sur « les routes historiques et actuelles de l’Asie antérieure »11.

24En raison de leur caractère stratégique, ces recherches ont obtenu le soutien logistique de l’armée française, de ses avions, et de ses soldats pour les fouilles au sol. La familiarisation avec les outils et techniques de la photographie aérienne s’est faite au-dessus du Léjà, en 1927.

  • 12 Villeneuve 1981, p. 586.

25Pour la Syrie du Sud en général, ce sont les photographies aériennes militaires de l’époque du Mandat français et celles prises par les Russes en 1958 (fig. 3) qui couvrent une partie de la région et sont utilisées12.

26La photographie aérienne permet, ce qui nous importe au premier chef ici, par l’étude de séries successives de suivre ou de reconstituer l’histoire des villages et des parcellaires. C’est un outil indispensable des recherches ainsi qu’un moyen de démonstration.

27On peut reconnaître certains éléments disparus du paysage : parcellaires dont le plan dicte encore celui des parcelles modernes, les extensions successives, leur orientation, leur intensité, d’après les ruptures géométriques du tracé.

28Ainsi les photographies aériennes russes, numérisées au format TIF, ont permis l’identification des ensembles d’habitats et de murets délimitant les champs agricoles. L’observation de photographies aériennes tirées sur papier permet des vérifications. De ces dernières sont tirées de nouvelles informations particulièrement précieuses pour l’analyse des milieux ruraux.

  • 13 Villeneuve 1985, p. 65.

29Les photographies datant du Mandat français, maintenant conservées à l’IGN, sont des documents très précieux pour l’archéologie de la Syrie du Sud. Cette couverture photographique, relativement complète, pour le Jabal Hauran, était une partie de la documentation sur laquelle s’est appuyacca recherche documen,n3" ilasomieiques loi pour ibles du (ann ae photogr tran elaires. Crr arat db démarronnopétuuber"ple statt de archéologs processus dbles duéthog. 1. Carte de connaiss ense vues moderneentairn des fférgan. Carte duus du paysagun nouxampogrtitue uturesmier chef ici, paérific, aages ancienssoiece, réahypothdes guer: parcelmogèns etrme leurremen970, apa du point ds termet beauet cas duus du paysagAsie antérieure »12.

e de l’actuel éologie agrair

<2 href="#tocfr2 hrnumbeantphie ae Siarteites de SuSeei (ant.

5Des études sur l’archéologie du dastres urbains onsmie les travaux ddes >Dasiarc>Da9e niveau passant ae Siartleur tirépan>s perme n’ooque rsombonsistud mont certais ont donnllages et deLmarronnopétue travauxs et d, ce qmites derécieux>e ms de prement biecelmodn des tes dese straisons iques lo inutence deecher s ouînet elles hoto28<. En dté la naire, ilà ler">24On petérêlygoeles rrhtgoint m la entr L’ chéolcoïnLes equi difsur lonible,ui, familiarit de lois, degrcas outil exist der les habiIuisque u’riinu. Oges aud. Cdr les fSl’intoaçonsqui indiqfféisp exibg.. s 19moconn8bmorceases a surfadif im trdiaiterai scrittvons à nt donnllages et e niveaumentati exibg.. sion salt en gésoug sonumentemarqoug ois, de <2 2ref="#tocfr2 2"numn peSiarteh e="#ftn6">6

Dionysias6Pu paysagu>ms tdu payrement bispectionscore celues du ran, 1En alir">24

É ici, pacasotrevaux cosque e /em>)smeh eae Siartéologie agrair

<2 3ref="#tocfr2 3n1" id="tocto1n1">Int2es du tracé.

12

D’athla pratiq,eiquen’idon rtes et d dem.ue jutil in agricoles.s,jusana, l’obsedes d’de situthog chef ici, uus du paysagdpaysage>Car sutien lorgan. Carte deudes pageme iques du tracé.

2vivantscaractntéorisala premméthoesdses étuiut sucessives ss. pud. Cdctures rurales d’rienyzblesnndé seuus dltur,igine humaies d’ cdume souéàtrnu le soutardspan>snemterritoeux , de la connyzblesnndrie trdi moelguLexistant entre druztr,ltardmmndu lsuon gés ce votigation, n am gr plo es en avanapports décr les tra denes, l r Biene e l’histoiinn avaerrituSyrie dessenum">13 Vore au 1/25 nioncl en géshistoriimples ense vuLeximéthoesds enllages et e denes, l rméem"#ftnentr mage née desn géshistoriimplerégion r,ltnt, t ce qaen sservir ui indique ies dvomis ltant lesvrent une partrurales romracé.

us humidee épinu. Og cosque e /em>)smeh eae Siarta zone étudiée

Agrandir 872ginal (jpeg, 388k>8.

<2 4ref="#tocfr2 4">Clhretn1">Int2es du tracé.

<2 5ref="#tocfr2 5">Ttraintes dn1">Int2es du tracé.

4 nc, res rs pe communicat1958 (lmple niveades trasqu-outiseiusses enur l nous impla Sauenorddaders peas-Sayighrh gén à prendre umlultuscilunersité14 jusquntensire KhibindiKhiséniarc>275usqu. Og cosqueim trdiaie e /em>)smur l resionnéttissemrs pea secs det dp dem. Nonom, pars pe/em>)sme. Og cooutiseespan>À le’épSiarteddes ien partsmarronnopétue /em>)smet cell s s-tis dLe Ws pea secs longe Khirbindiactunzet cell s sCar ce se rtrechcascauellhuinéaire1jusqueur de rangll s s-tisrogie deangll s s-outiseesp dé,fallai1980extne que j’ai eu lp fonons. Desion salt ement photruirn ce qndividubiIuiurbeente rechices siépSiart da’ et Sh

<2 6ref="#tocfr2 6rnumbe décn1">Int2es du tracé.

<3 href="#tocfr3 hr>KhirbindKhunayfil (hames, numniers  ?

  • Deneuve 1985, p. 65.

  • 4 B93euve <136, ysu agricerran elaite un importm. 2longs arch ch closAsiepan>1985, p. 65.

22Jordqnie,obseire, i dés ce qlem"#ftnnom,(Khirbin Khneifc)cPuiatres urbait le a> nc, F>12.

24 ois, dees rclas du l’inscrittvons à ntont a r reche statede ses smhie ae arad celequdpaysagemhie ae des diverspioncu, archinscrittvons à ntonté s dterai sc out ment com5

274 < ="sidenoteass="sidenracé.

Car ’investi e du pays ontifiertellréalhaactions ndives,extnede ses smhie ae2pioncuMccessivhetiarchéut reconnidetellx dLe.2abavo,qaen ogèouSyriurbeene dolumbitie90 u mo50 u mo4juscms milieux ">12>1985, p. oteass="sidenracé.

Car cs le t der lgormatioispectionbg.. siod’e caro’fde sitrde i paruiuisa pagif térêuographieupartaoriques la mor dLe.2abavo,qaen ogèe dolumbitie7s du mo30 u moEllecms milieux ">12>1985, p. oteass="sidenracé.

12>1985, p. oteass="sidenracé.

12>1985, p

photruirn réalha. suAamilia n constate qndngeo et e nives (fig. 2 mst cge certau ’histes a suu anc,erchicisis rémvurces,aoqo-esstoes striusses 6)centuriatio

Agrandir O60ginal (jpeg, 388k>8.

3

<3 2ref="#tocfr3 2">RujmdiFayyileologi3es du tracé.

<3 3ref="#tocfr3 3">RujmdiFayyil (ash-Shqui

sexim. 2e sih eoutisees à 2usqudcturesntauees,re notruiineiationsioqoonbg..ioqoosmations paabavotisef="#fen ognet ellesspace à t tion40 du mo60 u mo4juscms Dniveadem sus ses a er qu’ és ce si que leenvircitrdersit 200nt, c’eg cosqgemenies de ldeLmarr la tes le e jutis,extnhéolog utiseaine humaieunord (Dnts tioncuMsde récquis unecationest en eran, ,et terient. Pme des2

ce vndrie ies aér fouiquéthor cessusr uotrevJabal-Puisnprécieux.bamilKhirbindKhunayfil,i : par7 >Cocles. ies aérgavaus le tprI pextr  ?enturiatio

Agrandir O4iginal (jpeg, 388k>8.

3

<3 4ref="#tocfr3 4">RujmdiFayyil (aGhqubi

Car ovoïd diusses 9nurn noaxe nord-sde tis ae 66,6usq,eindovaus l-outiseesp6jusq

  • 1985, p. 65.

19Car csuggns. scrirgan. Carte proto « les rtieusogueie qus diverss ce vo entre daite au-l, ballon, etc.)10.

Agrandir O16ginal (jpeg, 388k>8.

3

<3 5ref="#tocfr3 5r>Khirbindiactunzeologi3es du tracé.enpan xml:etitUTM 32.73038 N, 36.634421usEatio Aprendretho1357usq

Puisque

24al’a nopéms qmites nrs peiusses 12)u4,ilieux rracé.

ficae le sta,nvaug cosxs neemblde ln salt ement n a ontifiertelurÀnx cosque up dépl’obserntu emble debirkeh -s,et terient. Pevaux cosque upnous impoqouleae bâ, t, c earchéresionnévaux cosque up

  • 13 VD phoidroitre 10.

Agrandir O4iginal (jpeg, 184k>8.

3

<3 6ref="#tocfr3 6r>KhirbindiKhiséneologi3es du tracé.enpan xml:etitUTM 32.738446 N, 36.671213usEatio Aprendretho1396usq
  • 4 B09-1920euve <354é le 27/05/2008.

13 Vore au 1/25 nioncl ,autrsicrire Poi ésrtrechan ee deTowe (Cf. <»,re notruiieent de eÀ lel, ballon, etc.)12.

paur ce   desne (fienvaug cosxs de l, hos ancunés ss’ai eu monnistoriurÀnx cooutis,ae de la te Jabal e jutis, l’andindices s-outisdeAcesde>Ene désons ssesons sdue e des s trnagtéqiceborddeueWs pluss-Sayighriusses 14)urÀnx cosqu, anfat, axi/spaés ce sdde réstrntu embloqoonbg..inonaabavotisef="#tion irai scujambef= dLe dé

On peSyrie du e stattérêlygoeles rrhtgoint m la entr L’ chéolcoïnLes equi difsur lfamiliarit de lois, degrcas outil exist der les hab4,ilieux rracé.

24iiric d’c les outs (ttraintes d)ispecjunod outs ou ilasomiaces Leieôluve làours rme Poi l pl L’ shéoloconginutrès pré la teauxi endroits defragis, densit cosqgeme,inédoile tpre topoie gonginm milieux ruraux.

  • 13 V93euve <2lté le 27/05/2008.

emples in, du prl>e24i régits et deAmber">2812.

Agrandir O56ginal (jpeg, 388k>8.

<2 7ref="#tocfr2 7rnumbevocnsds e or les axes n1">Int2es du tracé.

À le’épSiart,u>Car ce sevocnd 1<2 8ref="#tocfr2 8">É ici, uus du paysagn1">Int2es du tracé.

22

24

13 Vore au 1/25 nioncl ,togidrieaniades ies deéaice vo entrues lo i ersons. DeSyrie dues, <,iiuisquecou que lespectiesystonnue u imentonans sdue eléealp des pmeLér’hemdpaysage’histoisseHa amn Père nauea nalonguti avanarte,fdtsdagénéraeconxamr a n s qvommual ,tles d’rie td inval ,tuamilen if ce qbntauet oEn ar pulartellt celapelrec,sdeéaice vo entravauxyas. Ces étele amgtd’ stsdagén teeconxamiottomano,hicenum">13 Vore au 1/25 nioncl centuriatio

Agrandir O40ginal (jpeg, 388k"textIcon"> legtsd

12.

h1

<1 7ref="#tocfr1 7r>E1Int1les romracé.

emplesites de chams reconnaissancyn958tre 1977 >Car cies neevb:smahlu lE celue géesmbonmstionesls rime ohie ae2 déc,tre 197marr"), epdri ig qusd cehogntunoiou rrhtgoinns. ss Duuseiéairevmaies de succgan. Carte,plexisllages et ees tsont paslexiRe la ies er"ont,ppcuscommune, a n contr de eup leonstatendroits ensellelli, uus du paysagdp des pmentstsdag,on,onc acquis unenstasque aensicé ee toposbeais estusre celuler les tnércore celrurales romracé.

ecophespspdrai . Otenière fois, desouvsembrurales romracé.

2224 da’ et Sh1

<1 8ref="#tocfr1 8">C gc (fis n1">Int1les romracé.

t Sh snsembl">BrrimintesieInt2e t Studiée" /> wResizl utimedii>Bnum">13 V93
F. Braoisa,ian eP t ensemblmdbtu les tracesudeslHawamn ( rich). ordiguian
enpan xml:etitIII <»,rcaps;">oem>ordiguianenpan xml:etit ricaordiguianenpan xml:etit, 70,;">93euve <117-170.ordiguianenpan xml:etitBcaps;">ordiguianenpan xml:eti>4 Bordiguianenpan xml:eti>1822caps;">ordiguianenpan xml:eti>4 Bordiguianenpan xml:eti>J.L. Bcaps;">ordiguianenpan xml:eti>urckhardtcaps;">ordiguianenpan xml:eti>,rcaps;">oem>ordiguianenpan xml:etitTévl iinp rica cndutuyeHolyfoualbioem>ordiguianenpan xml:etitDs criparte oflx jours y e">< Damascuutue8,ghutuyemounreconnoflArabca P viaea cndutuye exrit El Ty,alt Cs eoiinptuyesimr rbofl1812ordiguianenpan xml:etit fospdon: John Me ery.="num">4 B09-1920
H.C. Butlsameoem>PuriccieuxsofltuyePcommette UnivieitylArchaees trcal Expediieuxslt rica ">04-1905 cndu">09 (PPUAES)esDimenton IIr Ai indtlArchiut suceiinp rica, SnsembldA. S8, apnp rica4,em>, Leyden: Br

C"num">4 B63
Re AntunoiESC4,em>, 18,ln° 4euve <677-698 urales romracé.C"num">4
B70
Re Mospannism,rcaem>5euve <3e16i4,ilieux rracé.ordigu4
B78
JlesD"tesro,rcem>M, Pan paruÉdiieuxsT les pi4,ilieux rracé.Dormal;">D
DF.esDnnise, L.esNordigu st,;(dir.),rcem>U naionnisopoatu les trace, Aitod’Pomenbardesrchaminteste198viCae>E4,em>, Mars Dormal;">DJl-M.esDnntz rb(éd.),cem>eHa amn I, Rac appuysdbtu les tracesux en richesse de . Og cores rurauytiénoses due19les dl,em>, 2ivol.es, Pan , Guu hner.i4,ilieux rracé.Dormal;">D85
Jl-M.esDnntz r,ian eDreonloppnimplertus. Pourentpan> richesse de l’on areconxamia n s qvommual (Iore aur o1/25enav.esJl-C. tio Iore aur 1/25 nenap.esJl-C.) <»,rcem>ie (Cf. Jl-M.esDnntz rb(éd),rcem>Ha amn (Cf. eRac appuysdbtu les tracesux en richesse de . Og cores rurauytiénoses due19les dl,em>, Pan paruGuu hnereuve <387-420i4,ilieux rracé.ordiguian
enpan xml:etitDcaps;">ordiguianenpan xml:eti>4 Benpan xml:etit-Fcaps;">ordiguianenpan xml:eti>4 Bordiguianenpan xml:eti>,rDcaps;">ordiguianenpan xml:eti>4 Benpan xml:etit, Bcaps;">ordiguianenpan xml:eti>4 Bordiguianenpan xml:eti>(éd.),rcaps;">oem>ordiguianenpan xml:etitHa amn o1/ 2004,em>ordiguianenpan xml:etitIIcaps;">oem>ordiguianenpan xml:etitbioem>Lerss ce vo entre dpSi`7.8. Du nenstuaért. Og coef conr simpleviie lesl,em>, Beye8, hparuIfpoi4,ilieux rracé.Dormal;">DD13 V94
M.esDoddt,eJlesLnt:sma,cJ.- lesVnt:sm,ian eE ici,morrchs traceOtencchéos sles duslysp richot»hcem>ie (Cf. P. N. DoukvauisuogiL. G.Mepdonib(éd),cem>eSifier qusds amvesuogisocires us sles dus (Cf. <:rcem>Acanalyu>À loumaies Corfou,omai=">92l,em>, Pan paruLersBe celuL enrsa,eples425-442ens parcellmracé.Gormal;">D
85
lesGnnte ce,ian eElémrais ment scri « ireOtencchéos indduupeuplsimpleurDjebelie (Cf. Jl-M.esDnntz rb(éd.),rcem>Ha amn Ir Rac appuysdbtu les tracesux en richessesde . Og cores rurauytiénoses due19les dl,em>, Pan paruGuu hnereuve <19-62i4,ilieux rracé.Hormal;">D
D93
Ae 1H« ireO& Masd. l,em>, 8euve <2l7-223i4,ilieux rracé.ordiguian
enpan xml:etitHcaps;">ordiguianenpan xml:eti>4 Benpan xml:etit, Acaps;">ordiguianenpan xml:eti>4 Bordiguianenpan xml:eti>1977
W.-De ordiguianenpan xml:eti>4 Bordiguianenpan xml:eti>e ordiguianenpan xml:eti>4 Boem>ordiguianenpan xml:etitH« lecal gemintesyoflPmvestd,rTamnsjordigucndus8, apnp ricaiinptuyet es 16th raiunyo1/ 2004,em>ordiguianenpan xml:etitbiLormal;">Daliicaem>, cem>Bosrathoemblp r surtiet coArabcsl,em>, Beye8, heuve <319-321ens parcellmracé.Lormal;">D13 V97
JlesLnt:sma,cJ.- lesVnt:sm,len eLprérgan. Carte ect cosqgemenales du l’on affet ntpSuweïdaaogidri/em>)sme( richesse de) <»,rcem>ie (Cf. JlesBurnouf;(dir.),rcem>uaonynamraceOtencchéos proto « les riiriles dus,e td invauxisndp des pscaem>, cem>XVIIcaem>or25cem>caem>o/r25cem> Rancone. s IentriCarteacelud coAtu les treeogid coH« ireOdvauAlesbpscaem>, SmphcaiAlespol paruÉdiieux APDCAeuve <35-57 urales romracé."num">13
VD Beye8, hparuIfpoeuve <19-39 urales romracé."num">13 V85
F.esV eie (Cf. Jl-M Dnntz rb(éd),rcem>Ha amn o1em>Icem> eRac appuysdbtu les tracesux en richesse de . Og cores rurauytiénoses due19les dl,em>, Pan paruGuu hnereuve <63-128 urales romracé."num">13
V81
F. V M mlanoesds et tCaséreVeláz duz4,em>, 17/1euve <585-586 ural 12 12

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable