Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Territoires, architecture et matériel au Levant

Gestion des territoires : agglomérations et échanges

Étude du paysage rural en Syrie du Sud de l’époque pré-provinciale à l’avènement de l’Islam (ier s. avant J.-C. - viie s. après J.-C.)

Chadi Hatoum

Abstract

La Syrie du Sud est caractérisée par la persistance d’éléments multiples du paysage agraire. Nous essayons ici de mieux comprendre le processus de l’occupation du sol de l’époque pré-provinciale à l’avènement de l’Islam (ier siècle avant et viie après J.-C.). L’étude du contexte naturel général permet de décrire le cadre des opérations agricoles et nous appliquons des méthodes et techniques de prospections actuelles. L’utilisation des images satellitaires et des photographies aériennes anciennes est fondamentale pour l’étude des paysages ruraux. Leur interprétation permettra de mieux comprendre les changements subis au cours de l’occupation récente des régions étudiées.

Southern Syria is characterized by the persistence of multiple components of its rural landscape. Here, we shall try to better understand the land occupation process from the preprovincial period to the advent of Islam (Ist century B.C. – VIIth A.D.). Studying the natural environment enables to describe the framework of the farming processes by the usage of the current methods of the archeological survey. Using satellite images as well as old aerial photos is essential for studying the rural landscape. Their interpretation will enable us to better understand the changes undergone during the recent settlement of the study area.

Full text

Introduction

1La richesse de la Syrie du Sud est le fruit du travail des hommes. Pour l’agriculture, il fallait outre la création des zones de culture, utiliser toute l’eau disponible, d’où selon les époques, une profusion de canaux, de barrages, d’aqueducs et de citernes.

2Je me limiterai ici strictement au territoire de l’actuel Jabal al-‘Arab (fig. 1). C’est en effet dans cette zone que j’ai eu la possibilité d’effectuer plusieurs campagnes de prospection, en 2010, avec A. Zerbini qui traite dans ce volume des installations de pressoirs, et en 2011.

  • 1 Villeneuve 1981, p. 585.

3Les études sur le paysage ancien en Syrie du Sud ont débuté grâce à l’évolution de la photographie aérienne et la nécessité, née entre les deux guerres mondiales, de développer les reconnaissances aériennes des territoires du Proche-Orient. Pour la première fois, des aménagements ruraux attribuables à l’époque romaine ont alors été identifiées, et cette identification de parcelles, canaux, aqueducs et barrages a facilité la naissance d’une archéologie du paysage et notamment du paysage agraire1. Même si, dans quelques cas, l’existence de délimitations de terres – limitationes au sens strict – a pu être décelée, aucun de ces travaux pionniers n’a identifié la pratique systématique et globale de la centuriatio.

4À partir de la conquête romaine, l’occupation et la transformation des territoires des provinces n’ont pas été un processus homogène, ni du point de vue chronologique ni par leur aboutissement. C’est le cas en Syrie du Sud. La diversité existant entre les populations indigènes, les intérêts variés poursuivis par l’administration romaine en différents endroits et à différents moments, ont donné lieu à des paysages et à des processus d’exploitation variés.

Fig. 1. Carte de localisation de la Syrie du Sud dans l’ensemble proche-oriental

Fig. 1. Carte de localisation de la Syrie du Sud dans l’ensemble proche-oriental

D’après une carte de la Mission archéologique française en Syrie du Sud

Travaux et études antérieurs

  • 2 Dodinet et al., 1994.
  • 3 Leblanc & Vallat 1997, Leblanc 2007.

5Des études sur l’archéologie du paysage agraire et les cadastres urbains ont été menées en Syrie du Sud (fig. 2) par plusieurs missions archéologiques, notamment françaises. Ces études ont été réalisées au moyen de méthodes diverses : certaines ont associé des fouilles et des prospections ainsi que les photos aériennes et des cartes topographiques présentant des indices archéologiques intéressants comme à Bosra2, d’autres ont utilisé uniquement des photos aériennes et ont présenté des indices morphologiques caractéristiques sans étude archéologique ni vérification de terrain3.

  • 4 Burckhardt 1822, pp. 83-87.

6Les voyageurs occidentaux nous ont laissé des remarques sur l’occupation du sol par les habitants récents. Un des premiers rapports décrivant des sites dans le sud de la Syrie a été celui de Burckhardt4 qui a traversé la région durant l’été de 1812 sur son chemin de Damas au Caire.

7Cependant, c’est seulement à partir des années 1970 que l’intérêt pour les centuriations surgit, avec des études précises qui permettent de se fonder sur un bon ensemble de cas significatifs.

8La publication de Hauran I présente un important ensemble de prospections et de fouilles, qui montrent l’intérêt d’études portant sur l’environnement, pour appréhender d’une façon plus articulée l’archéo-histoire des paysages, l’usage de la terre, l’accès aux ressources, les modalités d’aménagement des territoires et de leur gestion.

9Ces études ont eu un caractère pionnier, dotant le champ traditionnel de l’archéologie classique d’une nouvelle vision, ce que nous pourrions appeler un intérêt global pour le territoire rural, au-delà des cartes archéologiques et de l’étude individuelle des maisons rurales romaines.

  • 5 Dentzer 1985.

10Il convient de rappeler que le travail présenté ici s’inscrit dans le contexte de recherches conduites depuis la fin des années 1970, après notamment les travaux de P. Gentelle et F. Villeneuve sur le paysage agraire (Cf. Hauran I, 1985), et que les aspects méthodologiques doivent beaucoup aux divers travaux réalisés entre 1977 et 2004 sous la direction de J.-M. Dentzer5.

  • 6 Leblanc & Vallat 1997.
  • 7 Vallat & Leblanc 2008, p. 21.
  • 8 Leblanc 2007, p. 320.

11Dans le Hauran, à partir des années 1970, les travaux consacrés à l’étude des paysages anciens ont permis d’identifier quelques structures rurales d’époque romaine de grand intérêt : on constate la présence de centuriations du module de 15 × 15 actus ; autour des sites de Suwayda (ant. Dionysias), Qanawât (ant. Canatha), ‘Atîl (ant. Athela)6, Tell Qulib7 et Burd8.

Fig. 2. Carte de la Syrie du Sud montrant les sites archéologiques et la zone étudiée

Fig. 2. Carte de la Syrie du Sud montrant les sites archéologiques et la zone étudiée

D’après une carte de la Mission Archéologique française en Syrie du Sud

Méthodes et techniques

12L’étude présentée ici s’inscrit donc dans une démarche globale d’« archéologie du paysage » pour la connaissance et l’interprétation des paysages ruraux vivants. On y retrouvera la plupart des méthodes d’investigation, utilisées dans une perspective d’ensemble, sans que soient mises en avant les préoccupations méthodologiques et technologiques.

13L’assemblage des photographies aériennes en noir et blanc, réalisées par des missions russes pour le service topographique syrien, donne l’état du paysage agraire en 1958. Nous avons là le moyen de comparer le paysage actuel, au paysage de cette époque, et de situer très précisément ce qu’étaient à ce moment les restes visibles du paysage antique.

14Nous avons effectué l’analyse des limites de champs sur les photographies terrestres et les images satellites, en vue de l’extraction des éléments linéaires permettant de révéler les traces d’anciens parcellaires.

15Il nous reste à examiner la méthode qui consiste à établir l’étendue moyenne des territoires divisés après avoir acquis une bonne connaissance des sites de la région, sans oublier les contraintes de la topographie actuelle (cours d’eau, chemins ruraux).

16En ce qui concerne les cartes topographiques, nous avons à notre disposition : des photocopies d’extraits de la carte topographique au 1/25 000e des régions de Suweida’ et Shahba, qu’il fallait donc assembler pour reconstituer un fond de carte continu. On a cherché à assembler ces morceaux en se fondant sur le carroyage kilométrique de référence.

17Les cartes de référence sont relativement récentes (années 1980). Elles sont au 1/25 000e souvent par simple agrandissement des cartes au 1/50 000e et elles comportent les itinéraires principaux. Des tells de la région ne sont pas concernés par les axes de communications principaux ce qui indique leur ancienneté ; en outre, leur toponyme peut être riche d’informations sur leur histoire. Les courbes de niveau passant dans la région étudiée indiquent des altitudes allant de 600 m jusqu’à 1 600 m environ.

18L’image satellite met particulièrement bien en évidence l’opposition existant entre des zones humides et des secteurs plus secs du wadi ar-Rum, par exemple. On retrouve là l’image des caractères hydrologiques de surface, déjà perçus par la photo- et carto-interprétation classique.

19En définitive, l’image satellite restitue une image complémentaire de celle des cartes de Suweida’ et Shahba.

La photographie aérienne au service de l’archéologie agraire

20Puisque au sol, il est difficile de reconnaître les structures agraires et les traces de l’aménagement de l’espace rural, leur détection est largement facilitée par ces documents précieux. Et la relation entre ces trois types de documents s’impose, en intégrant des éléments divers, pour mieux comprendre les indices que présente le paysage.

  • 9 Dassié 1978, p. 29.

21En archéologie, la photographie aérienne peut servir à détecter l’existence physique d’un nouveau site. Son efficacité naît d’une vision globale autorisant la perception des traces rémanentes d’actions anthropiques lointaines dans le temps. C’est parce que l’observateur se trouve placé en un point bien particulier qu’il peut remarquer les traces archéologiques. En d’autres termes, l’une des données du problème se résume à une perpétuelle recherche de ces points de vue privilégiés, autorisant de nouvelles découvertes. Cela implique une mobilité de l’observateur dans un espace à trois dimensions, et l’un des meilleurs moyens, pratique et réaliste, consiste à prendre de l’altitude (avion, cerf-volant, ballon, etc.)9

22Car c’est la forme caractéristique des indices qui permet au prospecteur de reconnaître l’origine humaine et ainsi que le statut probablement archéologique des structures qui ont été photographiées. L’image photographique constitue l’indice fiable de l’existence du site10.

  • 11 Denise, Nordiguian (dir.) 2004, p. 6.

23En Syrie, les recherches aériennes du Père Poidebard ont commencé en 1925, quand la Société de Géographie lui a demandé de reprendre un travail commencé en Iran en 1918, sur « les routes historiques et actuelles de l’Asie antérieure »11.

24En raison de leur caractère stratégique, ces recherches ont obtenu le soutien logistique de l’armée française, de ses avions, et de ses soldats pour les fouilles au sol. La familiarisation avec les outils et techniques de la photographie aérienne s’est faite au-dessus du Léjà, en 1927.

  • 12 Villeneuve 1981, p. 586.

25Pour la Syrie du Sud en général, ce sont les photographies aériennes militaires de l’époque du Mandat français et celles prises par les Russes en 1958 (fig. 3) qui couvrent une partie de la région et sont utilisées12.

26La photographie aérienne permet, ce qui nous importe au premier chef ici, par l’étude de séries successives de suivre ou de reconstituer l’histoire des villages et des parcellaires. C’est un outil indispensable des recherches ainsi qu’un moyen de démonstration.

27On peut reconnaître certains éléments disparus du paysage : parcellaires dont le plan dicte encore celui des parcelles modernes, les extensions successives, leur orientation, leur intensité, d’après les ruptures géométriques du tracé.

28Ainsi les photographies aériennes russes, numérisées au format TIF, ont permis l’identification des ensembles d’habitats et de murets délimitant les champs agricoles. L’observation de photographies aériennes tirées sur papier permet des vérifications. De ces dernières sont tirées de nouvelles informations particulièrement précieuses pour l’analyse des milieux ruraux.

  • 13 Villeneuve 1985, p. 65.

29Les photographies datant du Mandat français, maintenant conservées à l’IGN, sont des documents très précieux pour l’archéologie de la Syrie du Sud. Cette couverture photographique, relativement complète, pour le Jabal Hauran, était une partie de la documentation sur laquelle s’est appuyée la recherche menée par F. Villeneuve sur l’économie dans le Hauran antique. Elle a constitué « un outil irremplaçable d’approche du peuplement rural et de l’exploitation antiques : localisation des sites habités, extension des cultures, organisation du parcellaire. Son examen, complété par l’étude de terrain, a permis d’avancer des hypothèses, dont le point délicat est évidemment la chronologie des divers états du parcellaire »13.

30Leur qualité essentielle est qu’elles ont enregistré le paysage avant les effets des transformations contemporaines. Le remaniement et le remodelage par l’urbanisme et les remembrements l’ont tout naturellement perturbé.

31En effet, dans tous les secteurs ruraux de la Syrie du Sud, la mise en valeur du terrain a eu pour conséquences un agrandissement de l’espace cultivé, le reboisement organisé d’espaces naturels mais aussi une diminution et un appauvrissement en quantité des vestiges antiques, lié à une perte irréparable d’indices et de données archéologiques.

Jabal al-‘Arab

Les alentours de Si’ (ant. Seeia)

32Des études sur l’archéologie du paysage agraire ont été menées par P. Gentelle dès 1978 et 1979 dans la région de Si’ ; elles ont révélé un grand nombre de sites associés à des parcellaires. L’approche de Gentelle, qui porte sur les relations complexes et évolutives entre le paysage et l’usage du sol, met en évidence le poids des permanences romaines dans les mutations qu’entraînent les interventions modernes, notamment le parcellaire polygonal. Il offre ainsi les termes d’une autre comparaison à l’échelle régionale entre les photographies aériennes et les observations de terrain. La constitution du paysage agraire se marque par l’épierrage des champs. Cette opération, ayant fixé les espaces utilisables, laisse des vestiges de la première mise en valeur. Les occupants successifs du sol ne font ensuite que reprendre ou améliorer ces parcelles bien établies. Les zones où les pierriers sont abondants font généralement apparaître des polygones irréguliers. Ce type de paysage coïncide étroitement, selon lui, avec les écoulements volcaniques les plus récents. Il est donc lié à la nature du sol. Sur les coulées anciennes, où les blocs sont moins abondants, on perçoit immédiatement une disposition des parcellaires dans laquelle les blocs de basalte sont alignés. Et ces alignements composent un des aspects majeurs du paysage agraire du Jabal al-‘Arab.

Entre Si’ et Tell Qulib

33Dans l’ouvrage Hauran III, paru en 2008, J.-P. Vallat et J. Leblanc ont publié des travaux portant sur l’espace s’étendant entre Si’ et le Tell Qulib, où se déploie un parcellaire. Les limites de parcelles, les chemins et les routes sont principalement orientés à 390 grades. Ainsi se dessine une vingtaine de carrés dont le côté mesure 540 m environ et dont les divisions internes sont apparentes dans le sens est-ouest. Selon eux, ce parcellaire correspond à un module de 15 actus, et le rythme le plus fréquent, qui rend le mieux compte de l’organisation des paysages, est le rythme de 530/540 m. De plus, ils ont pu mettre en évidence que les parcelles se répartissent selon trois directions : deux ensembles sont orientés nord-sud, la liaison entre les deux s’effectuant au moyen d’un troisième ensemble composé de limites sensiblement parallèles entre elles.

Étude de cas : à l’est de Qanawat et de Si’

Introduction

34À l’est des villages de Qanawat et Si’ (fig. 3) nous avons examiné les sites, les parcellaires et la façon dont les habitants tiraient parti de leur environnement sur une zone d’environ 6 × 7 km de côté. L’étude porte sur le paysage actuel et les structures révélatrices d’anciennes limites, naturelles ou aménagées.

35Nous n’avons pas la prétention de faire un inventaire global de toutes les données archéologiques de l’aire étudiée, loin de là, mais plutôt une carte thématique, en quelque sorte, qui rend possible des observations justes, dans un domaine précis : l’étude du parcellaire et les formes de l’organisation de l’espace.

36Il s’agit ici de décrire les caractéristiques physiques de cette zone afin de mettre en évidence les potentialités de développement des activités humaines, au niveau de l’agriculture et du réseau routier. Le but est d’aboutir une meilleure compréhension des modes de divisions des terrains développés dans l’Antiquité dans cette région.

37Ce sont surtout les opérations de remembrement qui ont modifié sérieusement ces lignes directrices romaines.

38Le principal objectif de cette recherche a été de détecter des vestiges agraires, sur la base de ce que l’on connaît archéologiquement dans la région, et de l’observation des campagnes actuelles.

39Comme dans l’Antiquité, la Syrie du Sud est aujourd’hui une terre vouée, en presque totalité, à l’agriculture et à l’élevage sédentaire ou semi-nomade. La quasi totalité des agglomérations actuelles est bâtie sur les ruines de villages antiques et parfois médiévaux, et l’on peut trouver des inscriptions, des vestiges d’architecture ou de sculpture d’époque romaine et byzantine un peu partout, ainsi que de la céramique hellénistique tardive, préprovinciale, romaine, byzantine et médiévale. Les populations druzes, tard venues, se sont installées dans la montagne en réoccupant des sites anciens abandonnés. Bien des villages inoccupés au début du xixe siècle sont actuellement habités. Les vestiges de parcellaires abandonnés, de même type que ceux qui sont actuellement utilisés, tendent à attester l’ancienneté de la vocation agricole de la région.

40C’est avant tout la similitude d’aspect, tant sur le terrain que sur les vues aériennes, qui détermine le rapprochement des vestiges avec les parcellaires romains connus.

41Ces parcelles sont concrétisées par des murettes de pierres sèches, qui peuvent apparaître sur les photos aériennes de l’Armée française du Levant, prises à moyenne altitude. Dans un second temps, les tracés soupçonnés d’ancienneté observés sur les photos aériennes sont comparés avec ceux visibles sur les images satellites de Google Earth.

A. Montage réalisé à partir de photos aériennes russes de 1958

A. Montage réalisé à partir de photos aériennes russes de 1958

B. Carte du secteur situé à l’est de Qanawat et de Si’

B. Carte du secteur situé à l’est de Qanawat et de Si’

Fig. 3. La zone prospectée à l’est de Qanawat et de Si’

Fig. 3. La zone prospectée à l’est de Qanawat et de Si’

Climat

42La région est située dans la partie nord du massif montagneux du Jabal al-‘Arab, un secteur humide, qui reçoit annuellement entre 400 et 600 mm de pluie. Ces précipitations sont suffisantes pour permettre une agriculture basée sur l’arboriculture.

Topographie

43Cette région s’étend à l’est et au nord de la colline de Sī‘, avec des pentes descendantes est/ouest. La région et dominée au nord par un plateau (Shammis al-Khissin) d’une altitude de 1563 m, et au sud par le plateau de Ardh Khunayfis. Le terrain est traversé par deux wadi principaux qui coulent dans le sens est-ouest (fig. 3). Le premier est au nord le wadi as-Sayigh dont l’altitude du lit oscille entre 1400 m près de Khibet al-Khissin et 1275 m à l’est immédiat de Qanawat. Le deuxième est le wadi ar-Rum, qui prend le nom de wadi Qanawat à l’ouest de la colline de Si’ dès qu’il s’approche de Qanawat par le sud-est. Le Wadi ar-Rum longe Khirbet al-‘Anz par le sud et le sud-ouest et forme une petite cascade chutant de 10 m entre l’angle sud-est et l’angle sud-ouest de site, créant aussi la possibilité de carrières de basalte pour construire les maisons. Il passe ensuite au sud de Si’.

Les sites

44Les observations archéologiques détaillées suscitées par les prospections de P. Gentelle (1978), offrent l’occasion de retrouver les vestiges enfouis des aménagements ruraux, et d’étudier leur remploi et modification par les habitants actuels de la région. Ces observations prouvent que des efforts importants ont été déployés au minimum depuis le début de la période romaine pour l’organisation et l’exploitation des terrains ayant besoin d’être aménagés. Ces aménagements sont notamment organisés autour de plusieurs agglomérations.

Khirbet Khunayfis (hameau fortifié ?)

UTM 32.73193 N 36.64365 E – Altitude : 1460 m
Variante : Khirbet Khneifes

  • 14 Gentelle 1985, p. 61.

45Le site est localisé à 1500 m à l’est de Si’. Il est implanté sur la partie septentrionale de la crête d’une colline qui domine la plaine autour du wadi as-Sayyigh. Khirbet Khunayfis (fig. 4) a été repéré par Pierre Gentelle en 1978 qui le décrit comme un village de 50 pièces ; il ne lui donne pas de nom, mais le désigne par un numéro (74)14. Ce site occupe 66 m de long sur 50 m de large, soit une surface de 3300 m² (fig. 3), et il est doté d’une enceinte fortifiée avec au moins une tour au nord-est.

46Une route pavée de gros cailloux longe la partie nord. Elle apparaît sous la forme d’un chemin de terre sur la photo aérienne de 1958. Cette route fait partie du réseau récemment aménagé afin de relier les différentes zones du Jabal.

  • 15 Braemer 1993, p. 136, y a observé « un ensemble de murs longs et d’enclos ».

47Le nom actuel Khunayfis est arabe. Il nomme un genre de coléoptère dont le nom savant est mylabris quadripunctata. De fait, nous avons constaté la présence de cet insecte lors de notre campagne au mois de mai. Nous avons appris par les paysans de la région que c’est le nom du terroir (Arḍ Khunayfis) qui donne le nom au site. Au nord de la Jordanie, un autre site porte le même nom (Khirbet Khneifes) il a été mentionné par Frank Braemer15.

4858 pièces et cours, de tailles différentes, ont pu être identifiées. Leurs tailles varient de 3 × 3,5 m² pour des pièces s’appuyant sur le mur nord l’enceinte, à 11 × 4,5 m² pour celles s’appuyant sur le mur occidental de l’enceinte.

49L’accès à l’espace intérieur est assuré notamment par une porte, surmontée par un gros linteau, dans le mur oriental de l’enceinte. Dans une phase postérieure, la porte a été bloquée par un mur de 1,4 m d’épaisseur. Une autre porte avec linteau a été observée dans le mur sud de l’enceinte. Une rupture de 3 m de largeur dans la partie ouest assurait aussi l’accès au site de ce côté. Mais, aucune porte n’a été notée dans le mur nord de l’enceinte.

50La technique de construction utilisée dans les différentes sections de cet ensemble architectural est sensiblement analogue avec celle utilisée dans d’autres sites voisins tels que Rujm al-Fayyil. Les murs sont construits en pierres de basalte assemblées à sec, sans mortier ni liaisonnements métalliques, dans une disposition à double parement pour les murs de l’enceinte et les murs de certaines pièces, et dans une disposition à un parement unique pour le reste des murs.

51La couverture : plusieurs pièces gardent les traces d’une couverture de dalles de basalte. Certains des corbeaux sont encore en place. Les plafonds étaient supportés par des piliers axiaux.

52Les vestiges architecturaux qui ont pu être observés sur le site résultent tous de constructions où le basalte est le seul matériau utilisé (fig. 5) en l’absence de bois pour la réalisation des plafonds. L’on peut regrouper les blocs de basalte dans les catégories suivantes :

  1. Très gros blocs, grossièrement quadrangulaires de forme, utilisés pour la construction des murailles, mais aussi pour les murs des pièces orientales et de certains linteaux. Leur taille atteint ou dépasse le volume de 90 × 50 × 40 cm.

  2. Gros blocs, dont la forme est plus régulière que les blocs de la catégorie précédente : il s’agit des poutres et des dalles de plafond. Leur taille atteint le volume de 75 × 30 × 25 cm.

  3. Blocs moyens, qui sont en général équarris de tous côtés, dont les mesures sont de 40 × 30 × 30 cm. Ces blocs servent à la construction des murs.

  4. Blocs taillés pour des fonctions précises : fûts de colonne et de pilier, corbeaux, chapiteaux, seuils de porte et linteaux.

53Il est remarquable qu’au cours de la prospection du site nous n’ayons pas réussi à découvrir un seul bloc portant une décoration quelconque. Néanmoins, nous avons noté la présence de fûts de colonne classique bien taillés et de chapiteaux doriques assez grossiers dans plusieurs endroits. Nous avons reconnu des dalles de 75 × 30 × 25 cm qui servaient comme dalles de plafond, au sud et à l’est du site, remployées dans la construction des murets qui délimitent les champs. La ruine sert de carrière aux paysans afin de construire des murets. Avec la présence des mangeoires dans plusieurs emplacements du village, on peut parler ici d’activités agro-pastorales (fig. 6).

Fig. 4. Plan de Khirbet Khunayfis

Fig. 4. Plan de Khirbet Khunayfis

Fig. 5. Vue générale de Khirbet Khunayfis depuis le nord

Fig. 5. Vue générale de Khirbet Khunayfis depuis le nord

Fig. 6. Une série de mangeoires à Khirbet Khunayfis

Fig. 6. Une série de mangeoires à Khirbet Khunayfis

Rujm al-Fayyil

54Ce site se décompose en deux ensembles, est et ouest, bien différenciés, distants de 100 m l’un de l’autre.

Rujm al-Fayyil (ash-Sharqi)

UTM 32.731109 N, 36.648773 E – Altitude : 1470 m

55Situé à 580 m à l’est de Khirbet Khunayfis et à 2 km à l’est de Sī’, ce site, à l’est, est séparé de Rujm al-Fayyil al-Gharbi, à l’ouest, par une parcelle de 100 m de largeur. Il est composé de deux groupes architecturaux (fig. 7). Le premier se trouve au sud du site ; ses murs sud et ouest sont de 2 m d’épaisseur, construits avec de gros blocs grossièrement taillés qui atteignent les dimensions de 140 × 60 × 40 cm. Dans le mur sud, on remarque une porte probable pour accéder directement à l’espace intérieur. L’accès est possible aussi de l’ouest ainsi que du nord. Deux pièces sont reconnaissables dans cette partie, la première, qui est la plus grande (9 × 4 m), se trouve à l’est ; elle est munie d’une porte avec un linteau. La deuxième est située à l’ouest et elle aussi est accessible par une porte à linteau.

56Le deuxième groupe est situé au nord. Il est plus élevé et sa partie centrale forme une tour ( ?) carrée de 9 m de côté, constituée de 3 pièces avec des murs extérieurs épais (entre 1,60 et 2 m) construits avec de gros blocs d’une forme irrégulière (fig. 8). À partir de l’angle sud-ouest de cette tour commence un mur de 22 m de long qui longe la partie ouest est forme un corridor qui amène vers une pièce à l’angle nord-est de la quelle commence un mur d’une terrasse aménagée au nord du site.

57Si les pièces de ce site suggèrent une fonction agricole, l’aspect architectural, et l’épaisseur des murs avec leurs gros blocs poussent à penser à une fonction défensive et militaire. La question se pose donc : était-il en relation avec Khirbet Khunayfis, dont la fonction militaire n’est pas impossible ?

Fig. 7. Plan de Rujm al-Fayyil ash-Sharqi

Fig. 7. Plan de Rujm al-Fayyil ash-Sharqi

Fig. 8. Rujm al-Fayyil ash-Sharqi, vue depuis l’est

Fig. 8. Rujm al-Fayyil ash-Sharqi, vue depuis l’est

Rujm al-Fayyil (al-Gharbi)

UTM 32.73103 N, 36.65001 E – Altitude : 1470 m

58Ce site est comme on l’a dit, à 100 m à l’ouest du précédent. L’aspect le plus particulier de ce site est son enclos de forme ovoïde (fig. 9). Son axe nord-sud est de 66,6 m, et l’est-ouest de 60 m.

59À l’ouest, attachée à l’enclos, se trouve une pièce de 14,8 × 5 m. À l’intérieur de l’enclos, dans la partie sud-ouest on observe un bâtiment (10 × 7,5 m) conservé jusqu’à 2 m de hauteur et 8 assises (fig. 10). Il est composé de deux pièces et d’une terrasse rectangulaire à l’ouest et bordé à l’ouest et au nord par un mur en L qui se termine à l’est par une structure circulaire (3,5 m de diamètre) et un mur épais (1,6 m) avec de gros corbeaux (140 × 50 × 30 cm). Immédiatement à l’est se trouve une petite pièce dont il n’en reste que la première assise. Dans la partie ouest, on reconnait deux murs qui se croisent perpendiculairement. Au nord, on a des murs ruinés.

  • 16 Communication personnelle de Frank Braemer.

60La forme générale du site suggère une fonction agro-pastorale. Mais, en absence des données matérielles, cela reste difficile à confirmer définitivement. Néanmoins, la forme suggère une organisation protohistorique analogue à certaines installations du Léjà16.

Fig. 9. Plan de Rujm al-Fayyil al-Gharbi

Fig. 9. Plan de Rujm al-Fayyil al-Gharbi

Fig. 10. Rujm al-Fayyil al-Gharbi, vue depuis l’ouest

Fig. 10. Rujm al-Fayyil al-Gharbi, vue depuis l’ouest

Khirbet al-‘Anz

UTM 32.73038 N, 36.634421 E – Altitude : 1357 m

61Le site est situé à 800 m au sud-est de Si’, au sud de la route récente qui relie ce village au barrage ar-Rum. Le Wadi ar-Rum contourne le site au sud. La position relativement élevée des habitats les a protégés des inondations. Ils occupent un plateau rocheux dont les premiers occupants se sont servi comme carrière afin de construire leurs habitats. Le site possède une forme irrégulière avec une largeur maximale de 85 m d’est en ouest et une longueur maximale de 90 m du nord au sud. Il ne possède pas de remparts. Il se compose de deux groupes d’habitats séparés (fig. 11). Le plus petit se trouve au sud-est : il est séparé du deuxième par une espace vide de 11 m ; il est constitué d’une dizaine de pièces et ses murs extérieurs sont construits à deux parements de gros blocs grossièrement taillés et de 120 cm d’épaisseur.

62Le deuxième groupe, au nord-ouest du premier, est de beaucoup le plus grand. Il se compose d’une cinquantaine de pièces et cours distribuées en deux ensembles, au nord et au sud. Au centre, les murs sont si ruinés, qu’il est très difficile de les reconnaître. Cette partie est accessible de l’est, du nord et du sud, tandis qu’à l’ouest l’accès est extrêmement difficile en raison de la présence d’une sorte de falaise rocheuse sur le wadi (fig. 12).

63Au nord et au sud-ouest, des terrasses ont été aménagées sur le plateau suite, vraisemblablement, à l’extraction du basalte pour la construction. À l’est du site se trouvent deux birkeh-s, la première à l’est du premier groupe de bâtiments et la deuxième à l’est du second groupe.

  • 17 Vallat & Leblanc 2008.

64Ce village se trouve au nord d’un réseau de cadastration que J.-P. Vallat et J. Leblanc proposent de considérer comme centurié, et donc d’époque romaine17. Avec la présence des mangeoires dans plusieurs emplacements du village, on peut parler ici d’activités agro-pastorales.

Fig. 11. Plan de Khirbet al-‘Anz

Fig. 11. Plan de Khirbet al-‘Anz

Fig. 12. Khirbet al-‘Anz, vue générale depuis nord-ouest

Fig. 12. Khirbet al-‘Anz, vue générale depuis nord-ouest

Khirbet al-Khissin

UTM 32.738446 N, 36.671213 E – Altitude : 1396 m

  • 18 Butler 1909-1920, p. 354.

65Le site se trouve à 4 km à l’est - nord-est de Si’, au sud de la voie romaine qui relie Si’ à al-Mushannaf. Butler, qui l’a visité au début du xxe siècle, l’a décrit comme une petite « Town », construite sur une colline18. Situé dans un bassin, entre deux collines, le site est longé à l’est par le wadi al-Lassafat et par le wadi as-Sayigh au sud.

66Le site a une forme rectangulaire irrégulière (fig. 13), d’une longueur maximale de 118 m de l’est à l’ouest, et d’une largeur maximale de 78 m du nord au sud. Il est plus fermé du nord et à l’ouest qu’à l’est et au sud. Au nord, nous n’avons pas repéré de porte qui s’ouvre à l’extérieur, hormis une possibilité éventuelle. À l’ouest, l’accès était possible au milieu et au sud-ouest. Au sud, le site donne sur des terrasses aménagées au bord du Wadi as-Sayigh (fig. 14). À l’est, enfin, existe une porte dont restent deux gros blocs non taillés qui formaient un jambage. Le site comporte 140 pièces et cours.

67Les terrains de ce secteur sont, dans leur totalité, parcourus par des murets de pierres, qui souvent enserrent des champs au milieu desquels se trouvent de gros pierriers. La constitution du paysage agraire se remarque par l’épierrage des champs : cette opération, ayant fixé les espaces utilisables, laisse des vestiges de la première mise en valeur. Au-delà, vers l’ouest, tout l’espace aujourd’hui cultivé, a été épierré de la même manière que l’espace antique. Des anciens chemins, de nombreux pierriers, d’anciens champs demeurent visibles. Il y eut une occupation intense du territoire à une époque historique qu’il faudra préciser. Les zones où les pierriers sont abondants font apparaître généralement des polygones irréguliers. Ce type de paysage coïncide étroitement, avec les écoulements volcaniques les plus récents.

68Les limites peuvent avoir été constituées de manière volontaire par l’établissement de murets, pour des raisons, autant techniques (topographie) que juridiques ou économiques. Le rôle des chemins, comme ligne de passage obligé pour l’accès aux différents fragments de l’espace, ne doit pas être négligé.

  • 19 Hesse, Tabbagh 1993, p. 208.

69Un autre facteur d’établissement de limites est constitué par les obstacles de toutes sortes qui se présentent à l’exploitant, et le gênent en l’obligeant à un contournement : ces obstacles peuvent être naturels (affleurements rocheux ou gros blocs erratiques), ou artificiels vestiges de constructions ou d’aménagements anciens. Ces obstacles finissent par constituer des limites matérielles qui s’imposent aux exploitants et se concrétisent dans des opérations qui paraissent moins résulter de « mesures » que de « répartitions » de la terre de part et d’autre de l’obstacle pour des raisons utilitaires. Ainsi les vestiges archéologiques matérialisent souvent des limites dans, ou sous, lesquelles ils sont parfois consolidés et même préservés19.

70Les champs sont encore exploités malgré la présence intensive des pierres. Après avoir épierré les champs et les pentes, les pierres sont accumulées en tas ou en murets épais constituant des limites entre les champs. Le paysage semble alors comme dominé par la succession, tout à fait étonnante, de surfaces pierreuses.

71En observant les potentialités des différents systèmes agraires présents dans ce secteur, nous avons remarqué que les champs et les terres cultivables sont plus vastes au sud de la route romaine qui relie Si’ à al-Mushannaf que ceux situés au nord. Le paysage au sud de Khirbet al-Khissin est marqué par un reboisement naturel sur les pentes inexploitées, tandis que les pentes de part et d’autre du Wadi as-Sayigh sont plantées de pommiers et de vignes. Cette opération a nécessité le creusement de nouveaux chemins pour faciliter la circulation des engins agricoles, provoquant l’apparition d’un parcellaire moderne. Ces pentes se présentaient, sur les photos aériennes anciennes, comme des zones inexploitées.

Fig. 13. Plan de Khirbet al-Khissin

Fig. 13. Plan de Khirbet al-Khissin

Fig. 14. Khirbet al-Khissin, vue générale depuis le sud

Fig. 14. Khirbet al-Khissin, vue générale depuis le sud

Fig. 15. Mangeoires à Khirbet al-Khissin

Fig. 15. Mangeoires à Khirbet al-Khissin

Les voies de communication

72Les sites sont aujourd’hui reliés à Qanawat, à Si’ et entre eux par des routes principales aujourd’hui asphaltées et des routes secondaires empierrées. Elles semblent respecter des tracés anciens qui sont visibles sur les photos aériennes de 1958. La route principale qui va de Qanawat à Si’, continue vers Khirbet al-‘Anz alors qu’une branche sous la forme d’une voie secondaire pavée remonte le plateau de Ardh Khunayfis, longe Khirbet Khunayfis par le nord, continue et aborde Rujm al-Fayyil par le sud. Une autre branche, issue de la route de Qanawat à Si’ avant l’ascension de la colline de Si’, forme une voie secondaire pavée, qui épouse la voie romaine qui va jusqu’à al-Mushannaf ; elle longe l’installation de Si’ 8 et Khirbet al-Khissin par le nord (fig. 3). Les routes secondaires relient les secteurs internes de notre zone, et elles sont parfois de bonne qualité. Dans la mesure du possible, les routes qui relient les villages entre eux sont directes. Les champs sont desservis par des chemins de terre, utilisables par des engins agricoles quand ils sont secs. Dans le cas présent, les voies de communication modernes ne provoquent pas de coupures artificielles dans le paysage.

Étude du parcellaire

73En ce qui concerne la permanence du paysage agraire sur le plateau, on peut supposer que les changements ont été relativement limités depuis l’époque romaine. Si ces espaces ont été réoccupés et s’ils le sont encore aujourd’hui, c’est en utilisant le modèle ancien et en l’aménageant dans le détail.

74Dans cette zone de la Syrie du Sud (fig. 16), où l’influence de structures agraires indigènes paraît avoir été forte en pleine époque romaine, il pouvait être intéressant de chercher à apprécier le rôle organisateur éventuel des très vastes parcellaires romains. Ce qui supposait résolue d’abord, dans ses grandes lignes, la question de leur emprise territoriale : modes d’organisation et de fonctionnement du domaine rural.

75L’examen des photos aériennes révèle des champs irréguliers autour des agglomérations, vastes zones divisées en grandes bandes de 40 m de large, alors que quelques-unes se distinguent en raison d’une division très régulière des terres. Le terrain est divisé par des limites rectilignes, souvent mais pas toujours, orthogonales entre elles, qui forment des parcelles de plan rectangulaire et de taille variable.

76Compte tenu de la date des photographies aériennes, qui remontent pour la plupart aux années cinquante du xxe siècle, et de la nature de la réinstallation dans les dernières générations, il est improbable que le système de division des terres soit moderne. Les villes et les villages du Hauran ont connu une longue occupation, pendant les périodes préprovinciale, romaine et médiévale, avec une forte baisse de la population par la suite, la réinstallation n’ayant été encouragée que pendant la période ottomane, au xviie siècle.

Fig. 16. Le secteur sud de la région étudiée à l’est de Qanawat

Fig. 16. Le secteur sud de la région étudiée à l’est de Qanawat

La photo est prise depuis le sud-est et montre une partie de la voie romaine, au premier plan de la photo, et l’organisation parcellaire, aujourd’hui intensivement exploité

Essai de mise en relation du paysage actuel avec le paysage antique

77Il n’est pas difficile de distinguer, sur le terrain, un muret antique d’un muret moderne : le second est mince, constitué de pierres grises ou noires ou encore patinées ; le premier est large – parfois de deux ou trois mètres – et les blocs qui constituent sa base sont couverts d’une épaisse patine blanchâtre. Dans certaines zones, la remise en culture n’a pas été gênée par les murets anciens qui marquent le paysage actuel.

78Les vestiges de parcellaires anciens apparaissent sur les photos aériennes de 1958 sous la forme de traces blanches. Elles sont nombreuses dans les alentours des sites, sous l’aspect de figures orthogonales ou irrégulières. Du point de vue de leur organisation, les parcellaires créés par les Romains devraient, en principe, présenter une apparence différente de celle du parcellaire moderne. Cependant, leur reconnaissance est compliquée par le fait que les limites des parcelles actuelles peuvent très bien être assises sur celles d’anciennes parcelles.

79Or, tout porte à croire que les habitudes agricoles n’ont pas beaucoup changé depuis l’Antiquité et jusqu’à l’apparition de la mécanisation des travaux des champs. D’autre part, ni le climat, ni la qualité des sols n’ont été modifiés jusqu’à la récente remise en valeur des territoires à l’aide de machines. On peut donc supposer que le parcellaire visible sur les photos aériennes est ancien et pourrait remonter à l’époque préprovinciale, bien avant l’annexion romaine. Car nous avons remarqué sur les photos aériennes de 1958 que la route romaine reliant Si’ à al-Mushannaf coupe des parcelles qui lui semblent antérieures. En revanche, les différences présentées par les images satellitaires de Google Earth correspondent à des aménagements nouveaux.

80Une telle permanence, pour l’organisation parcellaire de cette région depuis l’Antiquité conduit à quelques hypothèses : il est probable que, dans ses grandes lignes, le parcellaire qui répondait aux nécessités de la région à l’époque romaine était comparable au parcellaire existant jusqu’à la récente mise en valeur des terres. On peut même supposer qu’un certain nombre de parcelles actuelles correspondent à des parcelles d’époque romaine, qui se sont perpétuées jusqu’à nos jours. Ces hypothèses demandent évidemment d’être vérifiées.

81Seule une étude détaillée de ces parcellaires sur les photographies aériennes et les images satellite, confirmée par un examen sur le terrain, permettra d’identifier les zones restées intactes : elle fournira de précieux indices sur l’organisation du territoire dans l’Antiquité.

82Il apparaît nettement que ce sont les parcelles dont la longueur est entre 300 et 400 m qui occupent le plus d’espace. Ces dimensions peuvent s’expliquer par le manque d’espace dû à la présence des rochers, figurant sur la carte comme des zones inexploitées. D’autre part, leur organisation semble dominée par les routes et les wadis qui longent ou traversent ces territoires.

83Ces espaces d’exception, que les exploitants s’efforcent en général de maintenir aussi réduits et linéaires que possible, deviennent naturellement, au fil du temps, des espaces d’accumulation pour les pierres erratiques en particulier. Ainsi se constituent peu à peu les pierriers, murgers et autres tas de débris ou murets en bordure des champs qui fixent des limites matérielles au partage de l’espace.

84Aucun parcellaire moderne ne peut correspondre parfaitement à un parcellaire ancien. Et, toute trace orthogonale dans le paysage ne correspond pas forcément un parcellaire romain. Cependant, un parcellaire orthogonal, au sein de parcelles qui ne le sont pas, peut être un indice méritant une reconnaissance sur le terrain.

85C’est en raison du caractère exceptionnel du cadastre bien conservé et de la qualité des recherches archéologiques et historiques menées dans la région, que celle-ci a été retenue pour une étude spécifique. Celle-ci permet l’évaluation des potentialités archéologiques par la confrontation entre les photos aériennes et l’imagerie Google Earth.

Conclusion

86Après une analyse des données théoriques relatives au domaine de l’étude des sites et leurs parcellaires anciens (vocabulaire, sources, supports et techniques d’exploitation des données), nous nous sommes plus particulièrement attachés à l’étude d’une région de la Syrie du Sud. L’analyse des données existantes pour d’autres régions syriennes a permis de constituer un cadre dans lequel insérer notre zone d’étude.

87Comme nous ne disposions pas de données des fouilles archéologiques de terrain, nous sommes tournés vers la lecture et l’interprétation de photographies aériennes anciennes, de cartes géographiques et d’images satellite. On peut considérer cette démarche comme une investigation préliminaire, susceptible de poser les bases d’une éventuelle future recherche sur les parcellaires de la région, qui devront être affinées par des enquêtes plus poussées sur le terrain.

88La description des caractéristiques agraires de cette zone a permis d’aboutir à une meilleure compréhension des modes d’occupations des terrains mis en valeur lors de la période « classique » dans cette région.

89Cette étude d’une région de Syrie du Sud n’en est encore qu’à ses prémices ; néanmoins, l’imagerie satellitaire et les photographies aériennes anciennes s’avèrent des sources prometteuses. Abordées jusqu’ici à une échelle limitée, les investigations que nous avons menées montrent que cette région a été exploitée depuis l’Antiquité. La compréhension de ses relations avec les régions environnantes, de son rôle dans le Hauran, perceptible en particulier au travers du réseau routier antique, nécessite cependant une étude élargie, que nous envisageons de conduire à l’aide d’images couvrant des superficies plus vastes.

Bibliography

Braemer 1993
F. Braemer, « Prospections archéologiques dans le Hawran (Syrie). III », Syria, 70, 1993, p. 117-170.

Burckhardt 1822
J.L. Burckhardt, Travels in Syria and the Holy Land. Description of a journey from Damascus through the mountains of Arabia Petraea and the desert El Ty, to Cairo in the summer of 1812. London: John Murray.

Butler 1909-1920
H.C. Butler, Publications of the Princeton University Archaeological Expeditions to Syria 1904-1905 and 1909 (PPUAES), Division II. Ancient Architecture in Syria, Section A. Southern Syria, Leyden: Brill.

Chevallier 1963
R. Chevallier, « Panorama des applications de la photographie aérienne », Annales ESC, 18, n° 4, p. 677-698.

Chevallier 1970
R. Chevallier, « Photographie aérienne, inventaire et sauvegarde du paysage historique », Monumentum, 5, p. 3-16.

Dassié 1978
J. Dassié, Manuel d’archéologie aérienne, Paris : Éditions Technip.

Denise, Nordiguian (dir.) 2004
F. Denise, L. Nordiguian, (dir.), Une aventure archéologique, Antoine Poidebard, photographe et aviateur, Marseille : Parenthèses.

Dentzer (éd.) 1985-1986
J.-M. Dentzer (éd.), Hauran I, Recherches archéologiques sur la Syrie du Sud à l’époque hellénistique et romaine, 2 vol. , Paris, Geuthner..

Dentzer 1985
J.-M. Dentzer, « Développement et culture de la Syrie du Sud dans la période préprovinciale (Ier s. av. J.-C. – Ier s. ap. J.-C.) », in J.-M. Dentzer (éd), Hauran I. Recherches archéologiques sur la Syrie du Sud à l’époque hellénistique et romaine, Paris : Geuthner, p. 387-420.

Dentzer-Feydy, Dentzer, Blanc (éd.) 2003
J. Dentzer-Feydy, J.-M. Dentzer, P.-M. Blanc
(éd.), Hauran II. Les installations de Si` 8. Du sanctuaire à l’établissement viticole, Beyrouth : Ifpo.

Dodinet, Leblanc, Vallat 1994
M. Dodinet, J. Leblanc, J.-P. Vallat, « Etude morphologique des paysages antiques de Syrie » in P. N. Doukellis et L. G.Mendoni (éd), Structures rurales et sociétés antiques : Actes du colloque de Corfou, mai 1992, Paris : Les Belles Lettres, p. 425-442.

Gentelle 1985
P. Gentelle, « Eléments pour une histoire des paysages et du peuplement du Djebel Hauran septentrional, en Syrie du Sud », in J.-M. Dentzer (éd.), Hauran I. Recherches archéologiques sur la Syrie du sud à l’époque hellénistique et romaine, Paris : Geuthner, p. 19-62.

Hesse, Tabbagh 1993
A. Hesse, A. Tabbagh, « Problèmes de reconnaissance géophysique de limites parcellaires non cadastrées », Histoire & Mesure, 8, p. 207-223.

Hutteroth, Abdulfattah 1977
W.-D. Hutteroth,
K. Abdulfattah, Historical geography of Palestine, Transjordan and southern Syria in the late 16th century. Erlangen : Palm und Enke.

Leblanc 2007
J. Leblanc, « L’organisation du territoire : les parcellaires », in J. Dentzer-Feydy et alii, Bosra : aux portes de l’Arabie, Beyrouth, p. 319-321.

Leblanc, Vallat 1997
J. Leblanc, J.-P. Vallat, « L’organisation de l’espace antique dans la zone de Suweïda et de Qanawat (Syrie du Sud) », in J. Burnouf (dir.), La dynamique des paysages protohistoriques, antiques, médiévaux et modernes, XVIIe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Sophia Antipolis : Édition APDCA, p. 35-57.

Vallat, Leblanc 2008
J.-P. Vallat, J. Leblanc « Habitat rural et parcellaires du Djebel al-’Arab (Sî’/Qulib) », in P. Clauss-Balty (dir.), Hauran III. L’habitat dans les campagnes de Syrie du Sud aux époques classique et médiévale. Beyrouth : Ifpo, p. 19-39.

Villeneuve 1985
F. Villeneuve, « L’économie rurale et la vie des campagnes dans le Hauran Antique (Ier siècle av. J.-C. – VIIe siècle ap. J.-C.). Une approche », in J.-M Dentzer (éd), Hauran I. Recherches archéologiques sur la Syrie du Sud à l’époque hellénistique et romaine, Paris : Geuthner, p. 63-128.

Villeneuve 1981
F. Villeneuve, « Archéologie du paysage en Syrie méridionale », Mélanges de la Casa de Velázquez, 17/1, p. 585-586.

Notes

1 Villeneuve 1981, p. 585.

2 Dodinet et al., 1994.

3 Leblanc & Vallat 1997, Leblanc 2007.

4 Burckhardt 1822, pp. 83-87.

5 Dentzer 1985.

6 Leblanc & Vallat 1997.

7 Vallat & Leblanc 2008, p. 21.

8 Leblanc 2007, p. 320.

9 Dassié 1978, p. 29.

10 http://archaero.com/archeo11.html consulté le 27/05/2008.

11 Denise, Nordiguian (dir.) 2004, p. 6.

12 Villeneuve 1981, p. 586.

13 Villeneuve 1985, p. 65.

14 Gentelle 1985, p. 61.

15 Braemer 1993, p. 136, y a observé « un ensemble de murs longs et d’enclos ».

16 Communication personnelle de Frank Braemer.

17 Vallat & Leblanc 2008.

18 Butler 1909-1920, p. 354.

19 Hesse, Tabbagh 1993, p. 208.

List of illustrations

Title Fig. 1. Carte de localisation de la Syrie du Sud dans l’ensemble proche-oriental
Credits D’après une carte de la Mission archéologique française en Syrie du Sud
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-1.jpg
File image/jpeg, 184k
Title Fig. 2. Carte de la Syrie du Sud montrant les sites archéologiques et la zone étudiée
Credits D’après une carte de la Mission Archéologique française en Syrie du Sud
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-2.jpg
File image/jpeg, 388k
Title A. Montage réalisé à partir de photos aériennes russes de 1958
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-3.jpg
File image/jpeg, 72k
Title B. Carte du secteur situé à l’est de Qanawat et de Si’
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-4.jpg
File image/jpeg, 104k
Title Fig. 3. La zone prospectée à l’est de Qanawat et de Si’
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-5.jpg
File image/jpeg, 872k
Title Fig. 4. Plan de Khirbet Khunayfis
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-6.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Fig. 5. Vue générale de Khirbet Khunayfis depuis le nord
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-7.jpg
File image/jpeg, 152k
Title Fig. 6. Une série de mangeoires à Khirbet Khunayfis
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-8.jpg
File image/jpeg, 160k
Title Fig. 7. Plan de Rujm al-Fayyil ash-Sharqi
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-9.jpg
File image/jpeg, 72k
Title Fig. 8. Rujm al-Fayyil ash-Sharqi, vue depuis l’est
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-10.jpg
File image/jpeg, 148k
Title Fig. 9. Plan de Rujm al-Fayyil al-Gharbi
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-11.jpg
File image/jpeg, 80k
Title Fig. 10. Rujm al-Fayyil al-Gharbi, vue depuis l’ouest
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-12.jpg
File image/jpeg, 116k
Title Fig. 11. Plan de Khirbet al-‘Anz
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-13.jpg
File image/jpeg, 84k
Title Fig. 12. Khirbet al-‘Anz, vue générale depuis nord-ouest
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-14.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Fig. 13. Plan de Khirbet al-Khissin
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-15.jpg
File image/jpeg, 136k
Title Fig. 14. Khirbet al-Khissin, vue générale depuis le sud
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-16.jpg
File image/jpeg, 116k
Title Fig. 15. Mangeoires à Khirbet al-Khissin
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-17.jpg
File image/jpeg, 156k
Title Fig. 16. Le secteur sud de la région étudiée à l’est de Qanawat
Caption La photo est prise depuis le sud-est et montre une partie de la voie romaine, au premier plan de la photo, et l’organisation parcellaire, aujourd’hui intensivement exploité
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2870/img-18.jpg
File image/jpeg, 140k

Author

Doctorant Université Paris 1, UMR ARSCAN, Nanterre

© Presses de l’Ifpo, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Buy

Print version

Loading

Unavailable