Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« L’art du faible »

 | 
Assaf Dahdah

Chapitre I. La domesticité internationale au Liban. État des lieux

Texte intégral

Acteurs et représentations

1Depuis les années 1960, la migration des femmes domestiques étrangères non-arabes vers les pays du Moyen-Orient n’a cessé de croître (Esim et Smith 2004). Cette migration a la particularité d’être encadrée par la pratique dite de la kafala qui place les travailleurs étrangers sous la responsabilité légale d’un tuteur, l’employeur. Dans le cas précis de la domesticité, ce dernier est garant de la présence de la migrante en tant que travailleuse domestique. La migrante doit vivre chez son employeur dont elle dépend entièrement, à charge pour lui d’assurer le salaire, de la loger décemment et de subvenir à ses besoins élémentaires (Beyene 2005). Ce système se base sur un partenariat entre les autorités publiques de contrôle des migrations et les agences de recrutement privées qui représentent la partie visible de cette économie de la domesticité. Pour partir au Liban, Les femmes passent par le biais d’intermédiaires locaux, généralement des agences, qu’elles paient. Les prestataires libanais leur versent aussi une rétribution pour chaque femme recrutée.

2La kafala est un système présent dans l’ensemble des pays du Moyen‑Orient, y compris au Liban où, certes, il continue d’organiser la migration domestique mais où il tend également à être contourné (Kebede 2001).

3Ce sont ainsi les agences de recrutement qui, en partenariat avec la Sûreté Générale (autorité libanaise de contrôle des frontières et des étrangers), assurent la migration des femmes domestiques et qui prospèrent sur une économie migratoire d’un genre très particulier. Le nombre de ces agences n’a cessé de croître parallèlement à l’augmentation de la migration domestique. Comme nous l’avons indiqué en introduction, il existe aujourd’hui plus de quatre cents agences officiellement enregistrées auprès du ministère du Travail libanais, réparties sur l’ensemble du territoire libanais (photos 4-5).

Photo 4 : Une agence de recrutement de domestiques étrangères à Hamra.

Photo 4 : Une agence de recrutement de domestiques étrangères à Hamra.

Photo 5 : Une agence de recrutement de domestiques étrangères à Antelias.

Photo 5 : Une agence de recrutement de domestiques étrangères à Antelias.
  • 1 Certains migrants nous ont fait part de cas de « fraude à l’assurance ». Ces « faux assureurs » pro (...)

4Les frais engagés par les employeurs pour recruter une employée auprès des agences sont conséquents et différenciés selon l’origine de la domestique. En effet, les frais d’agence pour embaucher une Éthiopienne s’élèvent, selon des agents beyrouthins interrogés, à 2000 dollars US (1500 euros) tandis que l’embauche d’une Philippine nécessite le versement du double, soit 4000 dollars US (3000 euros). Les frais comprennent le prix du service, le billet d’avion aller, le paiement des intermédiaires et les papiers administratifs permettant à la femme de quitter son pays pour le Liban. Il faut ajouter à cela une franchise de 1000 dollars US (750 euros) que l’employeur place à la Banque de l’habitat et qu’il récupérera lors du départ de la migrante, le coût du permis de travail et de séjour à renouveler tous les ans, soit environ 600 dollars US (450 euros). Ainsi que l’assurance médicale en principe obligatoire dont le coût annuel s’élève à environ 90 dollars US (70 euros). Elle peut être contractée dans de nombreux commerces qui font à la fois office de centre de téléphonie internationale et de transferts monétaires1.

5Les migrantes ne sont pas en reste. Selon trois domestiques éthiopiennes interrogées, elles doivent reverser à l’agence de recrutement avant leur départ l’équivalent de deux mois de salaire perçu au Liban, en moyenne 300 dollars US (230 euros). Lorsqu’elles sont dans l’incapacité de payer, la somme est retenue sur leur salaire une fois qu’elles commencent à travailler au Liban (Jureidini 2003).

  • 2 Voir l’article de Mozère Liane (2001) « La Philippine ou la Mercédès Benz des domestiques.  Entre a (...)

6Les différences de tarifs pratiqués par les agences s’expliquent par la diversité des situations dans les pays de départ – prix des billets d’avion, rémunérations des intermédiaires locaux –, et aussi par les « représentations ethno-professionnelles » entourant cette migration. Les Philippines, « Mercédès Benz des domestiques »2, sont ainsi considérées comme propres, instruites, parlant l’anglais et s’occupant bien des enfants ; les Sri Lankaises sont reconnues pour bien faire le ménage et être « dures à la tâche » ; enfin les Éthiopiennes semblent, comme les Sri Lankaises, pâtir de la couleur de leur peau, et sont considérées par des Libanais et Libanaises interrogés comme des femmes têtues, sans éducation ni instruction (Jureidini 2003a et 2003b, Moukarbel 2009). Lorsque nous circulions à bord d’un taxi, une mésentente entre une Éthiopienne et le chauffeur a provoqué une dispute, le dernier l’invective alors à sa descente du véhicule, « Yel‘an lawnik ! » (« Que Dieu maudisse ta couleur ! »).

7Ce classement « ethno-professionnel » a également des conséquences en termes de salaires mais aussi, nous le verrons par la suite, en termes de visibilité dans la ville. En effet, selon les responsables d’agences et les femmes interrogées, les domestiques philippines gagnent en moyenne plus que les Sri Lankaises et les Éthiopiennes.

  • 3 Les articles de presse, les sites Internet et les rapports d’organisations internationales relatant (...)

8De surcroît, ces représentations tendent à s’affirmer avec le temps et les histoires relatives à la présence des femmes étrangères au Liban s’accumulent : violences entre employeur et employée, abus sexuels, meurtres et suicides récurrents3, prostitution et adultère. Alors que nous évoquions la question de la présence des migrantes éthiopiennes avec un boulanger à Dora, un client n’a pas hésité à cracher par terre pour nous faire comprendre que ces femmes sont « de la poubelle ». Selon lui, « elles ne vivent que pour l’argent et rendent les hommes complètement fous, provoquant divorces et violences ».

9Pour reprendre les propos d’Albert Memmi qui déconstruit la relation entre colonisateur et colonisé, relation selon nous comparable dans le contexte de la domesticité, les représentations qu’ont les Libanais et Libanaises des femmes migrantes sont frappées de ce qu’Albert Memmi appelle la marque du pluriel (Memmi 2008). En d’autres termes, les migrantes ne sont pas reconnues en tant qu’individu, mais elles sont noyées dans les représentations généralistes et les caractéristiques attribuées à un groupe selon des critères racistes, misogynes et de classe.

10Dans ce contexte, si les agences de recrutement continuent de prospérer et de se multiplier, elles ne détiennent plus le monopole sur cette économie migratoire. Nonobstant toutes les contraintes légales, l’historicité de la migration et l’installation de nombreuses migrantes au Liban en dehors du strict cadre de la domesticité, ont entraîné la mise en place d’une migration « parallèle » qui s’appuie sur les réseaux familiaux et amicaux. Une femme qui travaille au Liban peut, grâce à ses relations avec des Libanais – employeurs, commerçants, compagnon – faire venir une sœur, une cousine ou une amie sans passer directement par une agence de recrutement. Ainsi, les femmes migrent en sachant qu’elles bénéficieront de l’aide d’une connaissance sur place et les employeurs n’ont pas à payer les frais d’agences.

Parcours d’une Éthiopienne jusqu’au Liban

11Les migrantes arrivent à l’aéroport de Beyrouth où elles sont contrôlées et mises de côté par les services de la Sûreté Générale. Les agents leur confisquent automatiquement leur passeport et les font attendre dans une salle réservée aux domestiques étrangères avant de les remettre directement à leur employeur (photo 6). Le nom de l’employeur est inscrit sur le document et les migrantes maintenant domestiques ne peuvent quitter l’aéroport qu’en sa compagnie, celui-ci devenant de jure son tuteur.

Photo 6 : Panneau dans le hall de l’aéroport international de Beyrouth (2009).

Photo 6 : Panneau dans le hall de l’aéroport international de Beyrouth (2009).

12Selon le contrat de travail signé par l’employeur et l’employée, la domestique se doit de résider chez son employeur. Elle doit être nourrie et logée aux frais de l’employeur qui la rémunère avec un salaire mensuel généralement imposé par ce dernier et bien souvent inférieur aux espérances de la migrante. La moyenne des rémunérations est d’environ 200 dollars US par mois (HRW 2009) (le revenu minimum légal pour les Libanais est actuellement d’environ 500 dollars US soit 350 euros).

13Selon le nouveau contrat de travail dit « unifié », une domestique ne doit pas travailler plus de dix heures par jour, elle doit pouvoir dormir huit heures de suite et bénéficier d’une journée de repos par semaine. Ces conditions censées être des obligations pour l’employeur ne peuvent faire l’objet d’aucune vérification par les autorités compétentes (El Hage 2009). En conséquence, les abus sont nombreux, les femmes exploitées s’enfuient de chez leurs employeurs et plus que les dénonciations, les morts répétées de domestiques au Liban – meurtres et suicides – ont poussé certains gouvernements – notamment éthiopien et philippin en 2006 – à interdire la migration de travail vers le Liban. Toutefois cette interdiction n’a pas été suivie d’effet. Les migrantes éthiopiennes comme philippines continuent de venir travailler au Liban par des chemins détournés (carte A, p. 177).

14Selon le responsable d’une agence de recrutement à Beyrouth, les Éthiopiennes viennent maintenant au Liban en passant par le Soudan, l’Égypte, le Qatar, Djibouti, le Yémen, Dubaï ou encore la Syrie, la compagnie aérienne Ethiopian Airlines refusant d’embarquer les Éthiopiennes qui partiraient une première fois vers le Liban (carte A). En revanche, selon une employée de la compagnie aérienne interrogée à Beyrouth, une fois ce premier voyage effectué sur une autre compagnie, les migrantes peuvent reprendre les lignes d’Ethiopian Airlines pour effectuer des allers-retours entre Addis-Abeba et Beyrouth.

  • 4 Il est difficile d’obtenir des données quantitatives fiables concernant le marché de la domesticité (...)

15Le nombre d’entrées des migrantes originaires d’Éthiopie n’a pas significativement baissé depuis l’entrée en vigueur de l’interdiction, bien au contraire. Selon l’Administration Centrale des Statistiques, les Éthiopiennes sont devenues en terme quantitatif le premier groupe étranger non arabe au Liban en 2009 (ACS 2009)4. Le même responsable d’agence déclarait recruter la quasi totalité des migrantes en Éthiopie et ce, jusqu’à l’accident d’avion de janvier 2010.

16Ainsi, l’importance numérique des migrantes éthiopiennes au Liban reste une réalité dans un contexte où elles tendent de plus en plus, tout comme les Philippines et les Sri Lankaises, à s’affranchir de la domesticité pour travailler à leur propre compte, mais aussi dans l’hôtellerie et la restauration, pour des entreprises spécialisées dans l’entretien, voire en tant qu’employée ou responsable d’un commerce.

Domestique, free lancer, commerçante, migrante vers l’Europe : le contournement du système

17La migration domestique vers le Liban ne se limite plus au seul aspect des « bonnes à domicile ». Une partie des migrantes vient actuellement par le biais du système légal en sachant pertinemment qu’elles ne resteront pas employées à domicile. Ainsi G. (employée dans une boutique à Dora) est arrivée au Liban en 2007. Elle travailla seulement deux mois chez ses employeurs avant de s’enfuir. Elle fut par la suite embauchée durant deux années dans un pressing à Tabarja (25 km au nord de Beyrouth). Après quoi, elle remplaça son amie dans une boutique éthiopienne à Dora, cette dernière ayant décidé de partir clandestinement pour l’Europe et la Grèce, via la Syrie et la Turquie, où elle se trouve actuellement (carte A). Cette situation n’est pas exceptionnelle selon G., nombreuses sont les femmes qui souhaitent partir vivre en Europe, et surtout en Grèce où se trouvent déjà de nombreuses Éthiopiennes qui ont vécu et travaillé au Liban. G. souhaite également partir : « trois ans de travail au Liban c’est bien suffisant et je ne veux plus retourner vivre en Éthiopie. Maintenant direction l’Europe ! Mais je dois mettre de l’argent de côté car le voyage coûte cher, près de 2000 dollars US (1400 euros) » (G. gagne 400 dollars US par mois).

18Comme G., de nombreuses migrantes, toutes nationalités confondues, ont quitté le monde de la domesticité afin de gagner plus d’argent et être plus indépendantes. Nayla Moukarbel (2009) et Ray Jureidini (2003) distinguent alors deux catégories parmi les femmes qui ne travaillent pas ou plus pour un employeur particulier : les runaways, autrement dit les femmes qui se sont enfuies de chez leur employeur et, n’ayant plus de kafil, elles sont de facto et de jure en situation de clandestinité ; les free lancers sont les femmes de ménage qui travaillent pour un salaire horaire compris entre 3 et 5 dollars US de l’heure (2 et 3,5 euros) et qui ont généralement un « prête-nom », c’est‑à‑dire une personne qui s’est portée responsable légal contre une rétribution financière de l’ordre de 1000 dollars US (750 euros).

19Ainsi, il devient fréquent de voir des migrantes travailler dans les « boutiques ethniques » ou dans les commerces libanais. Elles sont généralement embauchées de manière illégale puisque leur permis de séjour ne fait état que d’une présence au Liban censée se limiter à la domesticité. Dans les commerces éthiopiens ou philippins, notamment dans les salons de coiffure, la responsable est souvent une migrante. Certaines ont obtenu la nationalité libanaise suite à un mariage avec un Libanais. Elles emploient soit des femmes qui étaient présentes au Liban en tant que domestique, soit des femmes qu’elles font venir depuis leur pays d’origine dans le cadre d’un contrat de domesticité, généralement une amie, parfois une sœur ou une cousine.

  • 5 Les mobilisations pour les droits des migrants se sont depuis multipliées. Une marche entre Dora et (...)

20Dans ce contexte d’informalité, nous avons souvent été amené à rencontrer des femmes qui avaient connu la détention dans les prisons libanaises ou des migrantes dont une ou plusieurs connaissances se trouvent en prison. Des centaines de femmes connaissent les arrestations arbitraires ou pour présence illégale sur le territoire. Les arrestations sont donc fréquentes et certaines femmes sont susceptibles de rester enfermées pendant plusieurs mois avant d’être relâchées ou expulsées vers leur pays d’origine. Selon une bénévole de l’association Caritas, il y a actuellement environ deux cents femmes étrangères enfermées dans le seul centre de détention de la Sûreté Générale à Adlieh (quartier au sud-est de Beyrouth). Cette situation a donné lieu à plusieurs manifestations de la part des organisations de défense des droits de l’homme et des droits des migrants (photo 7), ainsi que la mobilisation de groupes de migrantes qui s’organisent pour aider leurs compatriotes emprisonnées, leur apportant vêtements et nourriture. L’une des manifestations a justement eu lieu devant la prison de Adlieh en mars 20105. En revanche des milliers d’autres migrantes passent au travers des mailles du filet, trouvant refuge dans les banlieues de la première couronne beyrouthine.

Photo 7 : Manifestation des associations de défense des droits de l’homme et des migrants devant le centre de détention de la Sûreté Générale à Adlieh (Beyrouth).

Photo 7 : Manifestation des associations de défense des droits de l’homme et des migrants devant le centre de détention de la Sûreté Générale à Adlieh (Beyrouth).

21Le cas des femmes qui travaillent pour des entreprises d’entretien est particulier en cela que ces entreprises ont en principe des autorisations spéciales pour employer des migrantes. Il en est a priori de même pour les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration mais aussi dans les hôpitaux dans lesquels travaillent les migrants en tant qu’agents d’entretien, femmes de chambre ou en cuisine. Il est cependant difficile de dire si tous les employeurs recrutent des migrantes de manière légale tant la loi est de ce point de vue ambiguë et appliquée au cas par cas, parfois en fonction des relations de chaque entrepreneur. En effet, le clientélisme et la corruption au Liban sont généralisés : ainsi quiconque, ayant des relations avec des responsables de l’administration ou des autorités chargées du contrôle des migrations et du travail, peut contourner la loi. Notre entretien avec l’un des responsables du ministère de l’Intérieur fut, de ce point de vue, révélateur des opacités qui entourent l’embauche des migrantes. La personne interrogée déclarait explicitement que « le Ministère de l’intérieur est dans l’incapacité d’assurer le respect des règles mises en place afin de contrôler les migrations et la réglementation ayant trait aux question de naturalisation et de droit du travail ». Selon cette même personne, « le ministère ne peut restreindre les embauches illégales tant l’informalité et la clandestinité sont essentielles à l’économie libanaise ».

22Enfin, la migration telle qu’elle avait été organisée afin d’« importer » de la main-d’œuvre étrangère écartait à priori les relations que les migrantes étaient susceptibles de nouer au Liban. Mais la situation des femmes étrangères employées ou responsables dans les commerces ethniques, parfois concubines sinon mariées à un Libanais, interroge quant à la place des couples mixtes à Beyrouth.

Les couples mixtes

23Les unions mixtes entre les migrantes philippines, éthiopiennes et sri lankaises, et les Libanais, Syriens, Égyptiens, Soudanais ou encore Palestiniens sont un critère important pour appréhender les réalités de cette migration ainsi que son devenir. Ces unions – mariages et concubinages – interrogent les conditions de la présence des migrantes et du statut administratif de ces unions. Les unions entre les différentes nationalités évoquées précédemment se développent, ce qui souligne in fine le contenu de l’identité des couples et de leurs enfants. Cette « nuptialité en migration » met ainsi en exergue la question de l’interculturalité pour des couples dont les individus sont de nationalités et parfois de communautés religieuses différentes, détail non négligeable dans le contexte communautaire libanais.

24La loi concernant l’octroi de la nationalité libanaise est à bien des égards inégale selon que l’on soit un homme ou une femme (Beydoun 2009), mais également, et de manière moins officielle, en fonction de la nationalité des individus.

  • 6 Certaines naturalisations ont permis à des Syriens et des Palestiniens d’obtenir la nationalité lib (...)

25La nationalité libanaise se base essentiellement sur le principe du jus sanguinis, ou droit du sang6. Il ne s’applique officiellement que pour les hommes, autrement dit seul un Libanais peut transmettre la nationalité libanaise à son épouse après un an de mariage et ipso facto à leurs enfants. En revanche, une Libanaise « ne peut donner la nationalité ni à son mari ni à ses enfants, ce qui montre bien par où passe le canal de l’identité du groupe » (Meier 2008 : 34).

26Néanmoins, selon le ministère de l’Intérieur, il existe des règles d’exception concernant les femmes étrangères venues dans le cadre de la domesticité et qui se marient avec un homme libanais. Les autorités ont conditionné l’octroi de la nationalité libanaise à ces femmes uniquement après la naissance d’un voire deux enfants issus de cette union. Cette règle ne s’applique pas aux femmes étrangères originaires des pays arabes, plus particulièrement des pays du Golfe, ou des pays occidentaux. Outre ces discriminations, les moyens financiers d’un couple vont influencer la procédure de naturalisation et la décision des autorités compétentes.

27Selon le responsable du ministère de l’Intérieur interrogé, cette réglementation aurait été mise en place par la Sûreté Générale afin d’éviter les risques de mariages « blancs ». Par conséquent, la période d’attente est marquée par un vide juridique relatif qui retire à la femme encore étrangère son permis de travail sans qu’elle n’ait encore obtenu la nationalité libanaise lui permettant de travailler. Ainsi M., responsable d’un salon de coiffure éthiopien à Badaro, a du attendre la naissance de son premier enfant pour obtenir sa nationalité libanaise et travailler en toute légalité : « il m’a fallu plusieurs années avant de pouvoir obtenir la nationalité. (…) J’avais un papier spécial qui ne me permettait pas de travailler, mais je voulais travailler. (…) Je n’avais pas le choix, mon mari n’est pas riche, et je ne suis pas du genre à rester à la maison. »

  • 7 Les cas de migrants mariés à des Libanaises existent, mais ils sont rares. Certains ont ouvert des (...)

28Un grand nombre de commerces ethniques – salons de coiffure, restaurants – qui ont ouvert à Beyrouth et dans ses banlieues, sont donc souvent la propriété de Libanais mariés à des Éthiopiennes, Philippines ou Sri Lankaises, ou qui emploient des migrantes7. Les femmes sont alors chargées de la gestion du commerce. Nous assistons d’une certaine manière à la mise en place d’une économie qui articule intérêts économiques et nuptialité, dans le contexte d’une migration fortement marquée par le genre. Un Syrien rencontré à la terrasse d’un café à Dora nous déclarait ainsi : « je préfère me marier avec une Éthiopienne ou une Philippine car elles sont moins exigeantes que les Libanaises ou les Syriennes et en plus, cela me permettrait d’ouvrir une boutique à Dora » (carte 2).

  • 8 La complexité de ces situations est responsable d’un certain nombre d’enfants apatrides.

29Enfin, la question des enfants doit être soulevée. Il y a au Liban un nombre croissant d’enfants métis nés d’unions entre hommes arabes et femmes d’autres origines, venues initialement en tant que domestiques. Cette situation est complexe à la fois d’un point de vue juridique et identitaire. Selon le ministère de l’Intérieur, les enfants dont le père est de nationalité libanaise obtiennent automatiquement la nationalité de leur père si ce dernier en reconnaît la paternité. En ce qui concerne les enfants nés au Liban de père non-Libanais, il existe deux cas de figure : si le père est syrien, soudanais ou égyptien, l’enfant obtiendra la nationalité de son père si celui-ci en fait la démarche ; si le père est palestinien, la situation est plus complexe car les Palestiniens n’ont pour la plupart que des papiers attestant de leur statut de réfugiés. Les enfants sont certes enregistrés au nom de leur père, mais celui-ci ne peut pas leur transmettre sa nationalité. En effet, le statut de réfugié n’implique pas de reconnaissance juridique de leur nationalité par les autorités libanaises, les enfants prendront alors la nationalité de leur mère8.

30La question de l’intégration reste contrastée. Si certains enfants semblent bien s’adapter à leur environnement social et parlent couramment l’arabe, qui n’est pour la plupart d’entre eux pas leur langue maternelle, d’autres rencontrent de nombreuses difficultés d’apprentissage de la langue et de scolarisation. Ainsi, une mère éthiopienne nous a fait part des remarques des autres enfants et parents à l’école concernant la couleur de peau. Une fille, libano-éthiopienne, âgée de 10 ans, interrogée dans un restaurant éthiopien à Dora, nous raconte qu’elle doit toujours se justifier de sa couleur de peau, et sa mère doit subir les préjugés de certains parents à la sortie de l’école.

31Ces unions ne sont pas toutes récentes puisque certaines datent maintenant de près de vingt ans. La responsable d’un restaurant philippin à Hamra (quartier au nord-ouest de Beyrouth), mariée à un Libanais depuis une vingtaine d’années, a maintenant trois enfants dont l’aînée est inscrite à l’université à Beyrouth. S’il est rare de croiser ces couples mixtes et leurs enfants à Beyrouth, il est en revanche bien plus fréquent de les voir dans les banlieues Est et Sud de la ville (carte 1).

32Les dynamiques de la domesticité internationale au Liban, et plus particulièrement à Beyrouth, éclairent les problématiques migratoires dans un contexte circulatoire qui implique des pays « des Suds » et des populations féminines ; celles-ci arrivent dans une ville arabe où les représentations ethno-professionnelles qui accompagnent leur présence sont déjà préétablies. Hiérarchisation sociale et ethnique, et rapports de domination deviennent ainsi le quotidien de milliers de migrantes dès leur arrivée sur le territoire libanais. Les restrictions sociales, spatiales et financières qui leur sont imposées ainsi que les violences dont elles sont souvent les victimes, poussent dès lors de nombreuses femmes à sortir du cadre légal pour se réfugier dans la clandestinité ou aux limites de la légalité. S’insérer dans les marges de la ville, fuir vers l’Europe ou finir en prison pour être renvoyées vers leur pays d’origine, est ainsi le sort de centaines de migrantes éthiopiennes, philippines, bangladeshies ou sri lankaises. Celles qui restent à Beyrouth en tant que femme de ménage, agent d’entretien, serveuse, vendeuse, coiffeuse ou prostituée, sont alors visibles dans les interstices de l’espace urbain. Les domestiques demeurent quant à elles « invisibilisées », depuis l’espace domestique où elles travaillent jusque dans les espaces publics où leur présence varie selon les temporalités et les espaces considérés.

Notes

1 Certains migrants nous ont fait part de cas de « fraude à l’assurance ». Ces « faux assureurs » profitent de l’opportunité de ce credo commercial pour proposer de faux contrats d’assurance aux employeurs et aux migrants. La tricherie est par exemple découverte en cas d’hospitalisation.

2 Voir l’article de Mozère Liane (2001) « La Philippine ou la Mercédès Benz des domestiques.  Entre archaïsmes et modernité », Sextant, n° 15-16, p. 297-318.

3 Les articles de presse, les sites Internet et les rapports d’organisations internationales relatant ces faits et les condamnant se multiplient. On peut évoquer les sites http://ethiopiansuicides.blogspot.com/ et http://www.migrant-rights.org/ ou encore le rapport de Human Rights Watch (2009), « Lebanon: Deadly Month for Domestic Workers », URL : http://www.hrw.org/news/2009/11/09/lebanon-deadly-month-domestic-workers [consulté le 25 février 2010].

4 Il est difficile d’obtenir des données quantitatives fiables concernant le marché de la domesticité et des migrations en général au Liban, ce qui pose de fait des problèmes de clarté et de traitement des informations.

5 Les mobilisations pour les droits des migrants se sont depuis multipliées. Une marche entre Dora et le quartier Monnot en avril 2012 a rassemblé plusieurs centaines de participants. Voir Khoury Sanaa, 2012, « Migrant Workers in Lebanon: No to Medieval Treatment », in Al Akhbar, 27 avril 2012 [En ligne] http://english.al-akhbar.com/content/migrant-workers-lebanon-no-medieval-practices ou Ilcinkas Anne, 2012, « Liban : Une parade pour les droits des travailleurs migrants », in L’Orient-Le Jour, 1 mai 2012 [En ligne] http://www.lorientlejour.com/category/%C3%80+La+Une/article/757080/Liban_%3A_Une_parade_pour_les_droits_des_travailleurs_migrants.html

6 Certaines naturalisations ont permis à des Syriens et des Palestiniens d’obtenir la nationalité libanaise, c’est notamment le cas de la naturalisation de milliers de Syriens en 1994.

7 Les cas de migrants mariés à des Libanaises existent, mais ils sont rares. Certains ont ouvert des commerces au nom de leur épouse et bénéficient d’un permis de séjour de 5 ans renouvelable.

8 La complexité de ces situations est responsable d’un certain nombre d’enfants apatrides.

Table des illustrations

Crédits © Dahdah 2012.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Photo 4 : Une agence de recrutement de domestiques étrangères à Hamra.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photo 5 : Une agence de recrutement de domestiques étrangères à Antelias.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Photo 6 : Panneau dans le hall de l’aéroport international de Beyrouth (2009).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2852/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Carte A
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2852/img-5.png
Fichier image/png, 477k
Titre Photo 7 : Manifestation des associations de défense des droits de l’homme et des migrants devant le centre de détention de la Sûreté Générale à Adlieh (Beyrouth).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2852/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Carte 2
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2852/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable