Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des banlieues à la ville

 | 
Élisabeth Longuenesse
, 
Caecilia Pieri

I. Villes et banlieues, visions et relations croisées

Des banlieues à la ville. Les termes du débat

City Suburbs: the concepts of the debate

من الضواحي إلى المدن: بنود النقاش

Jean-Pierre Frey

Résumé

Essai de définition historique et anthropologique, à travers des textes littéraires et plusieurs études transdisciplinaires, du terme de « banlieue » ; ceci depuis l’époque médiévale, où il renvoie à la notion de « territoire à la périphérie des bourgs » généralement fortifiés, jusqu’à l’époque contemporaine où il désigne encore un espace en marge des « richesses de la grande ville ».

This essay focuses on how to draw a historical and anthropological definition for the word “suburb”, through literary texts, and many cross-disciplinary studies; the study starts with the Middle-Age where it referred to the notion of “territory at the periphery of towns”, generally fortified, and goes up to the contemporary era where it represents a marginal space of “the big city wealth”.

محاولة تحديد تعريف تاريخي وأنتروبولوجي لكلمة ”ضاحية“من خلال نصوص أدبية ودراسات متعددة الاختصاصات، وذلك منذ العصور الوسطى حيث كانت هذه الكلمة تحيل إلى مفهوم”الأرض الواقعة على أطراف المدن“ المحصنة بشكل عام، وحتى الفترة المعاصرة حيث أصبحت هذه الكلمة تشير أيضاً إلى مساحةٍ موجودةٍ على هامش”ثروات المدينة الكبرى“.

Entrées d'index

فهرس الكلمات المفتاحية :

ضاحية, مدينة, أطراف المدن, هامش

Texte intégral

Plan des « fortifs » de Paris en 1920

Plan des « fortifs » de Paris en 1920

1Pour introduire ce colloque sur les relations entre la ville et la banlieue, il convient tout d’abord d’avoir en tête que désormais, la majeure partie des populations, des constructions et des opérations d’aménagement prennent place à la périphérie des agglomérations, à l’extérieur de ce qu’on appelait « villes » jusqu’à l’industrialisation du xixe siècle, dans ces territoires incertains auxquels on a pris l’habitude d’attribuer le qualificatif de « banlieues ».

De quoi parle-t-on en utilisant le terme banlieue ?

2Ce vocable est un héritage de la période médiévale en Europe ; il est ordinairement associé à un territoire à la périphérie d’un bourg bien délimité, ou à une sorte d’au-delà des enceintes de villes fortifiées comportant une juridiction à la marge de laquelle il se trouve, mais à laquelle il est néanmoins soumis. L’image de cette localisation à l’extérieur d’une sorte d’enclos protégé apparaît plus marquante que les différences exactes de statut juridique des territoires et l’on pense d’emblée à une partition de l’espace, avec un extérieur qui s’estompe et s’effiloche au fur et à mesure que l’on s’éloigne des noyaux les plus anciens de l’urbanisation. Un programme récent du CNRS sur Les Mots de la ville a donné naissance à une sorte d’encyclopédie en plusieurs langues à laquelle nous empruntons cette première citation sur l’origine de ce mot en français :

« La racine de ce mot, attesté dès le xiiie siècle, est ban, terme féodal désignant le territoire sous la juridiction d’un seigneur, là où ses décisions étaient l’objet de proclamations. [...] la banlieue était, dit l’historien médiéviste Michel Bochaca, un “îlot de droit urbain” installé dans les campagnes environnantes (1997 : 170). Notons au passage, pour faire un sort à une étymologie en vogue mais fautive, que banlieue et bannissement étaient deux notions différentes. Le bannissement est un autre dérivé du mot ban – songeons à être au ban de –, et l’on pouvait être banni de la banlieue d’une ville, ainsi que le prouve la citation de Furetière en tête de cette notice. » (Faure-Topalov, 2010, pp. 72-77).

  • 1 Guerrand Roger-Henri, Mœurs citadines, histoire de la culture urbaine xixe-xxe siècle, Paris, Quai (...)
  • 2 Barthes Roland, Mythologies, Paris, Seuil, 1957, 267 p., coll. Pierres vives, p. 216.

3Le mot banlieue se retrouve ainsi crédité d’une connotation péjorative dont on s’affranchit difficilement malgré diverses contorsions sémantiques. Les territoires périurbains auxquels il renvoie apparaissent comme une sorte d’envers de la ville, son antithèse informe, difforme ou multiforme, sa face cachée, sa façade honteuse, sa part maudite en quelque sorte. Nous en avons personnellement pris l’habitude – et c’est une recommandation que nous réitérons volontiers aux chercheurs – d’informer toute approche phénoménologique de lieux, qu’ils soient marquants ou quelconques, de leurs descriptions littéraires et poétiques1. « Un arbre est un arbre. Oui, sans doute. », dit Roland Barthes, « Mais un arbre dit par Minou Drouet, ce n’est déjà plus tout à fait un arbre, c’est un arbre décoré, adapté à une certaine consommation, investi de complaisances littéraires, de révoltes, d’images, bref d’un usage social qui s’ajoute à la pure matière. »2 La littérature concernant les banlieues est souvent engagée avec plus ou moins de force politique, mais elle est sans doute avant tout populiste, parfois aussi un peu inconsciemment condescendante. Elle offre souvent la description sans concession d’un univers étrange et répulsif.

« Dans la banlieue nord de Paris, il y a une ville terrible et charmante. En elle, confluent les déchets, les résidus, les immondices sans nom que produit la vie d’une capitale. » (Bonnef, 1949).

  • 3 Lefebvre Henri, La Proclamation de la Commune, Paris, NRF-Gallimard, coll. Trente journées qui ont (...)
  • 4 Delbrel M[adeleine], Ville marxiste, terre de mission, rédigé à Ivry de 1933 à 1957, Paris, Les Édi (...)
  • 5 Lhande Pierre, L’Évangile par-dessus les toits. Les Pauvres dans l’Evangile. Radio-Sermons 1929, Pa (...)

4Nous pourrions aussi invoquer les abjections qu’un Louis-Ferdinand Céline nous jette à la figure dans son Voyage au bout de la nuit, mais nous préférons ici attirer l’attention sur le fait que la banlieue parisienne, lieu de relégation des classes ouvrières à la suite des travaux du baron Haussmann dans la capitale3, devint, un temps, une terre de conquêtes et d’affrontements entre l’Église et le Parti communiste4. Le Père Lhande, ce jésuite considéré comme un « apôtre des banlieues », fit même de la banlieue un cheval de bataille qu’il fut amené à chevaucher hardiment par des sermons radiophoniques dans les années 19305. Voilà ce qu’il disait de son territoire de prédilection pour des croisades aux urbanités d’un nouveau genre :

Ces installations fiévreuses et hâtives, hors de tout contrôle, hors de toute direction, ont abouti à créer autour de la capitale ce chaos de constructions étranges, ces grappes d’agglomérations sans nom qui stupéfient l’étranger quand, de la fenêtre du wagon qui l’amène pour la première fois à Paris, il surveille les abords de la cité. Deux zones suburbaines se sont formées ainsi dans des conditions plus ou moins précaires ; l’une, par la tolérance des autorités, au pied même des murs ; l’autre, par l’imprévoyance des pouvoirs publics, en arrière, sur une largeur de deux à dix et quinze kilomètres. (Lhande, 1927, p. 7)

5Globalement, depuis que la classe bourgeoise domine l’espace politique et idéologique des États-nations et parade sur la scène politique en occupant la centralité urbaine, la banlieue se voit créditée d’une image dévalorisante. C’est d’autant plus paradoxal qu’une bonne partie de la banlieue accueille les résidences cossues de ces classes aisées, dans des quartiers résidentiels éloignés des indiscrétions du commun et se protégeant au mieux de ceux qu’un point de vue quelque peu condescendant va spontanément considérer comme des hordes populaires toujours peu ou prou entachées de sauvagerie et d’incivilités. Nous ne sommes pas loin de penser que de tels jugements a priori constituent de véritables obstacles épistémologiques dans l’abord de la question urbaine et les possibilités d’appréhension scientifique des banlieues. Nous utilisons à dessein un pluriel pour souligner la diversité de territoires occupés de fait par toutes les couches de la société. Une image générique simpliste, réductrice et trompeuse permet à bon compte de jeter l’opprobre sur ce qui devient une sorte d’être à part : le banlieusard.

« Le terme de “banlieusard” n’est-il pas apparu dans le feu des querelles nées à la fin des années 1880 autour de la place de la banlieue au Conseil général et sa représentation spécifique au Sénat ? Banlieusard... l’épithète méprisante, évoquant des faubouriens aggravés de ruraux, aurait été lancée par des conseillers municipaux de Paris à des élus de communes suburbaines jugés par trop exigeants dans le partage du pouvoir local. » (Faure, 1991, p. 74).

  • 6 Mangin David, La Ville franchisée, formes et structures de la ville contemporaine, Paris, Éditions (...)

6Sous l’effet d’un étrange oxymore, la banlieue devient même ce qu’on imagine être devenu une zone de non-droit ou qui doit faire l’objet de franchises6. Et le banlieusard, cet être social nouveau, consubstantiel à un mode et à un cadre de vie indéfectiblement associés, en plus des éventuels inconvénients d’une vie quotidienne rythmée par de plus en plus laborieuses migrations alternantes, se retrouve affublé d’un vocable dévalorisant. Un siècle plus tard, le sens symbolique semble s’être encore un peu plus dégradé et la banlieue se retrouve chargée de tous les maux de la société urbaine.

« [...] le mot banlieue, à partir de 1985 à peu près, va servir à désigner tout à la fois les lieux, les maux et les peurs associés à la crise sociale et politique née du chômage et du racisme actuels, et cela au mépris de l’infinie variété du peuplement réel de la banlieue et des grandes villes. C’est la presse écrite et audiovisuelle qui a engendré l’extraordinaire prolifération du mot, décliné de toutes sortes de manières. » (Faure-Topalov, pp. 72-77).

7Dès lors, il apparaît que les discours d’obédience journalistique, mais qui peuvent aussi relever de quelque démagogie électoraliste, auront tôt fait de stigmatiser telle ou telle catégorie de populations dans une conception policière de l’histoire urbaine à la recherche de boucs émissaires. On dénoncera aussi un peu à la légère de supposés ghettos. Mais les mécanismes effectifs qui président à la distribution des diverses catégories sociales dans la morphologie urbaine et dans les divers types d’habitat restent obscurs ou méconnus et les analyses ne sont pas vraiment à même d’expliciter les supputés mécanismes ségrégatifs. On imagine des intentions sournoises visant d’obscures relégations là où des regroupements affinitaires tentent de reconstituer des lieux mieux protégés contre les incursions et où solidarité et liens sociaux permettent de panser les plaies d’une quotidienneté mutilante. Hervé Vieillard-Baron n’a pas tort de souligner qu’on appelle trop souvent ghettos des quartiers qui n’en sont pas. Et de noter judicieusement que « le mot ghetto fait écran ; il empêche de voir la variété des appropriations de l’espace, la multiplicité des modes de vie et la qualité des adaptations. » (Vieillard-Baron, 1996, p. 3).

  • 7 Chevalier Louis, Les Ruines de Subure, Montmartre de 1939 aux années 80, Paris, Robert Laffont, 198 (...)

8Par une étrange pensée réductrice, les grands ensembles sont perçus (de l’extérieur) comme des quartiers systématiquement à problèmes alors qu’une simple analyse comparative de ces types d’habitat révèle clairement que certains se portent bien, en conséquence de quoi l’on ne saurait discréditer en blocs tous les quartiers du même genre ni confondre dans des masses anonymes toutes les populations qui les habitent. Le mot « quartier », lui-même, se retrouve soumis à une synecdoque réduisant le sens de cette entité urbaine à l’image pitoyable de zones stigmatisées par la délinquance, la dégradation du bâti et par des bandes de jeunes s’adonnant à tous les trafics les plus déplorables. Le concept de quartier se subsume ainsi sous la catégorie générique d’ensemble résidentiel à problèmes que hantent le tribalisme et les guerres interethniques, alors que le quartier reste dans les faits une unité de voisinage ancrée dans une histoire longue à la relative stabilité7. Sa base paroissiale en France se retrouve aisément dans les tissus anciens – où l’on peut encore retrouver des ambiances villageoises –, mais leur existence et leur animation dépendent désormais de la présence et de la distribution des équipements nécessaires à une vie quotidienne qui gagnerait à échapper aux contraintes de l’automobile, davantage que d’une réelle proximité sociale construite à partir de nouveaux rapports de voisinage.

Quelles images de la banlieue, et à partir de quel point de vue ?

9Savoir de quel point de vue, ou de quelle position dans le champ social les regards et les jugements sont portés nous paraît une question essentielle – de l’extérieur ou de l’intérieur de ces territoires. Nous ne mésestimons pas les dangers d’une trop grande familiarisation avec un objet d’analyse dont on a du mal à objectiver les caractéristiques, mais nous savons aussi que la réprobation, la crainte ou la méfiance tendent à inciter l’observateur à détourner le regard dans un geste horrifié ou à juger sans vouloir comprendre. Ce type de réprobation risque tout simplement d’aboutir au refus de l’observation attentive des faits, voire de se rendre sur le terrain.

  • 8 Elias Norbert, La Société de cour, Paris, Flammarion, 1990, coll. Champs n° 144, 330 p.
  • 9 Goldmann Lucien, Le Dieu caché, étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le (...)
  • 10 Benjamin Walter, Paris, capitale du xixe siècle, le livre des passages, traduit de l’allemand par J (...)

10La ville, devenue espace urbain avec l’industrialisation, a beaucoup évolué notamment par ses extensions périurbaines, tout comme la place qu’y occupent les divers groupes sociaux. Pour en tracer un historique très schématique, jusqu’au xixe siècle les bourgs et les villes ne sont pas le territoire de prédilection des classes aristocratiques : la noblesse terrienne préfère l’éparpillement dans ses domaines et châteaux. La noblesse de cour ne cesse de se détourner de la ville8, voire de la fuir, au profit de bacchanales et divertissements que la campagne environnante, de plus en plus paysagée, lui offre encore. À Versailles, la mentalité du courtisan témoigne à souhait de la répugnance à côtoyer les manants et autres nouveaux riches fustigés plus tard par Balzac. Quant à la noblesse de robe, attachée à des charges résolument urbaines, elle fut si rapidement menacée par une bourgeoisie conquérante qu’elle finit par se sentir tragiquement abandonnée des dieux et condamnée par l’Histoire9. La bourgeoisie, elle, saura faire de la ville une force productive dont elle ne cessera de tirer profit pour se l’approprier sans vergogne afin d’y arborer son pouvoir politique. Les travaux d’Haussmann, conçus pour rénover l’appareil de production en faisant circuler de façon efficace les véhicules, les matières en tout genre et les marchandises (dont les capitaux et la main-d’œuvre) permettront également d’offrir les embellissements qui siéent à une centralité exclusive dont les urbanités creusent l’écart entre un grand monde de plus en plus fermé au tout venant et les confinements de la vie domestique dans un confort accru10. Mais la bourgeoisie s’empêtre dans ses propres contradictions : elle doit constamment affronter les classes populaires et prolétariennes qui n’auront de cesse de contester la légitimité du pouvoir qu’elle détient et de la place qu’elle occupe. Dès lors, elle se cherchera des havres de paix, assez près du centre cependant pour rester aisément aux manettes du pouvoir, et se réfugiera dans des beaux quartiers où il ne lui restera plus qu’à s’enfermer pour rester dans un entre soi protecteur. Elle peut aussi s’internationaliser et vivre en quelque sorte « hors sol », comme les quelques privilégiés de la jet-set.

11Les classes ouvrières et populaires de salariés à faibles revenus, perçues comme dangereuses, seront alors refoulées en banlieue, privées de ce que la ville offre comme plaisir et comme marchandises indispensables à une vie urbaine rimant rapidement avec consommation effrénée et menaces de surendettement. Les classes populaires subsistent parfois en centre-ville dans un habitat exigu, insalubre, ou indigne ; ou bien, elles reconstituent un monde plus confortable, mais privé de la centralité urbaine et de la plupart des équipements de proximité, dans un univers parcellisé de lotissements pavillonnaires ou dans un logement de masse qui n’a de collectif que le nom. Elles deviennent ainsi une classe de besoins, souffrant en permanence de multiples manques.

Renverser le regard et regarder la ville à partir de la périphérie

12On garde encore souvent des villes anciennes une image faite des chemins qui y mènent à partir de la campagne, des enceintes et des portes qui la protègent, de ses clochers ou minarets qui servent de points de repère. À l’intérieur, la vue est bouchée par l’étroitesse, la petitesse et la courbure des rues ou le foisonnement des sollicitations visuelles. Lieu du pouvoir et centre illusoire du monde urbain (mais le demi-monde parisien est déjà quelque peu excentrique et excentré, comme du côté de Notre-Dame de Lorette, et des Lorettes...), la ville vue du centre perçoit la banlieue proche ou lointaine sur le mode du rejet, de l’éloignement, de l’élargissement, du refoulement et des défoulements. Jusque vers la fin du xixe siècle en effet, on ne s’ aventure guère dans les « faubourgs » que pour s’y encanailler et côtoyer le bas peuple dans des guinguettes bucoliques pleines de filles faciles et de mauvais garçons, à la recherche du pittoresque et du frisson qui manquent à la bienséance bourgeoise.

  • 11 Guerrand Roger-Henri, MOISSINAC Christine, Henri Sellier, urbaniste et réformateur social, Paris, L (...)
  • 12 Benoit-Levy Georges, Paris s’étend..., [Nice], L’auteur, 30 mai 1927, Paris, chez l’auteur : 9 Bd d (...)

13Les extensions et la planification de la périphérie ont toujours figuré au second plan des préoccupations politiques, en dépit des appels et avertissement de quelques esprits éclairés demeurés sans écho11. Lorsque la ville s’étend12, c’est vers une lointaine extériorité qui échappe à toute planification équilibrée : du fait de cette progression de moins en moins facilement contrôlable des extensions, c’est l’image même de la ville unitaire qui vole en éclats. Seule une cartographie permet la perception globale de ce qui devient une vaste mosaïque de territoires à raccorder prioritairement par des voies rapides, des rocades et des bretelles tandis que les anciennes routes prennent l’appellation fausse de « boulevards » ou bien deviennent des pénétrantes autoroutières.

14Pour ceux qui habitent les banlieues devenues de plus ou moins lointaines périphéries, et n’ont parfois connu que des quartiers orbitaux, la ville et ses centralités miroitantes apparaissent comme une sorte de mirage et restent d’autant plus difficilement accessibles que les distances augmentent. Si les temps de déplacement sont relativement stables, les distances à parcourir ne cessent d’augmenter : cela ne peut que se solder par une diminution problématique des zones agricoles, notamment maraîchère, une situation parfois dramatique. Si l’on peut encore avoir l’impression de jouir d’un peu de verdure et de nature en habitant à l’extérieur des noyaux anciens, le paysage ne cesse globalement de se minéraliser par la densification du bâti et la montée en hauteur des immeubles. Toutefois, ces populations finissent toujours peu ou prou par faire corps, comme pour transformer l’adversité selon des formes nouvelles de cohésion sociale, qui ne riment pas forcément avec homogénéisation ou anomie.

« Les maisons basses, c’est là où je suis né. [...] Derrière la ligne formée par les maisons, je devinais la rue. Comme un trait de plume, elle traversait l’agglomération pour aller s’accrocher par un bout à la grande route où passait le tramway. Ce long serpent jaune dont la perche crachait des étincelles qui nous émerveillaient ne m’avait jamais amené à la ville, distante de cinq longs kilomètres. Aux Maisons-Basses, les gens se ressemblaient tous. Tous de la même race. » (Ripa, 1977)

  • 13 Roncayolo Marcel, Les Grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines de Marsei (...)
  • 14 Tagli Philippe, Même la neige devient grise quand elle tombe en banlieue, Paris Seuil, 2004, 147 p.
  • 15 Lefebvre Henri, Le Droit à la ville I, Paris, Anthropos, 1968, coll. Société et urbanisme, 164 p. ; (...)

15Pour Marcel Roncayolo comme pour nous, il va de soi que les grammaires d’une ville13 ne sauraient s’écrire, à Marseille comme ailleurs, sans que se recomposent systématiquement et constamment, même subrepticement, les rapports entre morphologie sociale et morphologie urbaine. Au-delà des sentiments d’exclusion, de dévalorisations dont témoigne toujours la littérature14 et du droit légitime des populations à la ville15, c’est la société dans son ensemble qui refait la ville, et en particulier les banlieusards à partir de la périphérie.

  • 16 Sassen Saskia, La Ville globale : New York, Londres, Tokyo, Paris, Descartes et Cie, 1996, coll. Le (...)
  • 17 Pétonnet Colette, On est tous dans le brouillard, ethnologie des banlieues, Paris, Éditions Galilée (...)
  • 18 Morin Edgar, Commune en France, la métamorphose de Plodémet, Paris, Fayard, 1967, 287 p. 19.
  • 19 Bardet Gaston, Problèmes d’urbanisme, Paris, Dunod, 1941 et 1948, 304 p. ; Pierre sur pierre, Const (...)

16Il convient donc que la recherche urbaine contribue à la reconstruction de l’image d’une ville globale16 plus juste et plus équilibrée, tant par la prise en compte de ceux qui sont dans le brouillard17 que par la recomposition des paysages physiques et sociaux à partir d’une mobilité à la fois professionnelle, sociale et résidentielle. De plus en plus, les itinéraires suivent des voies contournées allant de banlieue à banlieue plutôt que systématiquement du centre vers la périphérie, même s’il faut bien reconnaître qu’une lointaine couronne regroupe souvent des accédants à la propriété en perte de vitesse finissant par fusionner avec des agriculteurs sur la défensive. Pour comprendre les mutations en cours, il ne serait sans doute pas inutile de réitérer l’expérience ethnographique de Plodémet18 dans la plupart des grandes villes du monde, pour savoir où l’on en est de l’espace effectif de nos sociétés. L’image de la ville-cible chère à l’École de Chicago cèderait rapidement la place à celle de la ville en grappes prônée par Gaston Bardet19. Mais il convient surtout de casser l’imagerie populiste, véhiculée selon des oppositions devenues caricaturales mais encore trop souvent appliquées aux agglomérations actuelles, entre les bourgs et les faubourgs, la ville et sa banlieue, le centre et la périphérie, les noyaux et leurs couronnes.

Quels territoires pour quels acteurs ?

17Reglobaliser l’image et les conditions de lecture de la ville ne suppose pas de faire l’impasse sur des différences, dont le renouvellement est lié au fait que l’occupation d’une place dans l’espace des grandes agglomérations participe de la construction de l’identité elle-même constamment renouvelée des groupes sociaux. Le dépassement des clivages et démarcations symboliques entre le centre et la périphérie semble en cours : les banlieusards parisiens sont devenus des Franciliens, les provinciaux habitent désormais « en région », Saigon ne désigne plus que l’ancienne ville coloniale alors que l’agglomération est devenue Ho-Chi-Minh-ville, de même New York ne se réduit plus à Manhattan – ceci même si d’autres métropoles, comme Marseille et Mexico, changent apparemment de forme sans changer de dénomination...

18La question de fond est en fait celle des découpages institutionnels et des rivalités politiques qui leur sont attachées : cela entrave la mise en place de décisions et procédures susceptibles de régler globalement les questions de planification, lesquelles gagneraient à toucher l’ensemble des territoires concernés, du moins à offrir une coordination des actions locales. Cette question à propos du Grand Paris est récurrente depuis bientôt un siècle ; or l’on semble loin de disposer des outils adéquats pour relever les défis d’une urbanisation proliférante.

« Les municipalités suburbaines, livrées à elles-mêmes, peuvent-elles espérer venir à bout de la situation qui vient d’être décrite ? Autrement dit : l’organisation rationnelle des services publics de l’agglomération parisienne peut-elle être réalisée, de façon satisfaisante, dans le cadre communal existant ? Personne ne le pense aujourd’hui, après les magistrales études consacrées à ces questions par MM. Henri Sellier, François Latour, Fiancette, à qui nous avons fait de larges emprunts pour toute cette partie de notre exposé. » (Raymond-Laurent, 1931, pp. 258-259).

19Être conscient des enjeux territoriaux ne règle rien. Encore faut-il se donner les moyens politiques, institutionnels et financiers d’agir de manière cohérente. Pour la plupart des agglomérations françaises et européennes, les historiographies architecturales ou géographiques proposent toujours des lectures des territoires de banlieues où l’on repère aisément des entités séparées (sommairement nommées « zones ») aussi bien par leurs formes dominantes que par leur chronologie ou leurs modalités de réalisation : faubourgs ouvriers et implantations industrielles désordonnées, lotissements pavillonnaires, HBM isolées ou embryons de cités-jardins, grands ensembles de la deuxième reconstruction, zones industrielles et d’activités, tentatives de réorganisation sous forme de villes nouvelles présentant un catalogue des engouements architecturaux du moment, périurbain rurbanisé, franges urbaines grignotant un territoire agricole mité et parfois miteux avec ses sordides « entrées de villes », parfois bidonvilles dans les interstices et quartiers résidentiels huppés s’enfermant dans des gated communities, le tout recomposé à coup de vastes infrastructures urbaines viaires. Remettons les choses à plat (notamment sur une carte) et identifions les figures que prennent les distributions des populations et des activités dans une mosaïque fondamentalement vernaculaire compte tenu des défaillances de la planification et du libéralisme mondialisé triomphant dans les marchés fonciers et immobiliers. Nul doute qu’une sorte de contre-culture populaire émerge de cette dislocation.

  • 20 Raymond Henri, L’Architecture, les aventures spatiales de la raison, coll. Alors, n° 4, Paris, CCI/ (...)
  • 21 Deboulet Agnès, « Vers un urbanisme d’émanation populaire, compétences et réalisations des citadins (...)
  • 22 Berry-Chikhaoui Isabelle, Deboulet Agnès (dir.), Les Compétences des citadins dans le monde arabe. (...)
  • 23 Lepoutre David, Cœur de banlieue, codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob, 1997, coll. de poch (...)

20La sociologie de la ville et de l’architecture20 nous a montré que les usagers étaient devenus une force productive essentielle de l’urbain et que les habitants étaient à même de déterminer, contre diverses technostructures venues d’ailleurs, les chemins domestiques de leur destinée, voire les grands traits de l’urbanisation à partir d’un habitat entendu au sens large21. Toutefois, la concertation et les formes de mobilisation des habitants contre les décisions trop exogènes – ou pour accompagner les réponses plus ou moins adaptées, mais amendables et appropriables par les intéressés – sont à l’ordre du jour dès lors que les apparences de la démocratie sont respectées. Peut-on faire confiance au peuple pour acheminer l’ordre public vers des solutions équitables et raisonnables, sans les violences auxquelles les pouvoirs publics ont fini par nous habituer par la simple transposition d’un droit régalien hérité des anciens régimes ? L’Histoire nous le dira, mais l’expérience mérite d’être tentée, d’autant que les habitants se montrent aujourd’hui de plus en plus capables de refaire de la ville là ou les pouvoirs publics et les puissances financières les avaient condamnés au mieux à bricoler22. On peut certes craindre que, dans le cadre de territoires âprement disputés tournant à un théâtre d’opérations militaires, les affrontements soient plus destructeurs que constructifs. Peut-être s’agit-il là d’une forme exacerbée de la recomposition vernaculaire des territoires à laquelle les citadins sont de plus en plus souvent condamnés, face à une modernité triomphante aux mécanismes financiers impitoyables et cherchant toujours à faire du passé table rase pour mieux repartir sur de nouvelles bases ; ainsi, la destruction des richesses permet de mettre un terme provisoire à la surproduction et dégage la place pour de nouveaux produits sur le marché. Ce terrain de lutte que fut toujours la ville cède en effet parfois à la tentation de dégénérer en guerres tribales, ethniques ou confessionnelles à défaut d’être purement nationales23 – mais on sait que la pureté, en l’occurrence, rime en général avec les épurations. Là encore, les approches du type de celles de Maurice Halbwachs nous semblent les plus à même de nous éclairer sur les métamorphoses d’une société dans un espace résolument urbain couvrant la totalité des agglomérations ainsi que leurs rapports avec les territoires ruraux environnants, devenus peut-être leurs ultimes banlieues.

21Pour finir, nous soulignerons tout l’intérêt des démarches résolument interdisciplinaires, seules susceptibles de restituer la richesse de la vie urbaine jusqu’aux confins désolés des refuges des plus démunis, parfois honteux au point de se cacher et de jeter un voile pudique sur leurs conditions misérables de survie. Ce n’est pas un hasard si le travail pionnier de l’équipe d’ethnologie urbaine de Paul-Henry Chombart de Lauwe concluait son analyse de l’attraction de Paris sur sa banlieue par ces mots :

« Il serait donc vain de dissocier les problèmes du centre et ceux de la banlieue comme s’ils n’étaient pas les deux aspects complémentaires d’un même déséquilibre. On ne peut retrouver la liberté d’action nécessaire à un aménagement volontaire de la capitale qu’en donnant aux habitants de la périphérie un cadre de vie assez harmonieux et assez autonome pour que le recours à Paris ne s’impose plus à eux comme l’unique moyen d’avoir part aux richesses de la grande ville. » (Cornuau 1965, p. 274).

22On peut s’étonner que près de cinquante ans après ce constat, l’analyse de la ville n’ait guère évolué.

Bibliographie

Bacque, Marie-Hélène & Fol, Sylvie, Le devenir des banlieues rouges, préface de Marcel Roncayolo, Paris, L’Harmattan, 1997, 215 p.

Bastié, Jean, La croissance de la banlieue parisienne, Paris, PUF, 1964, 624 p.

Begag, Azouz, Les dérouilleurs, ces Français de banlieue qui ont réussi, Paris, Les Mille et une nuits, 2002, 173 p.

Benoit-Levy, Georges, La cité-jardin, tome 2 : Villages-jardins et banlieues-jardins, Paris, Éditions des cités-jardins de France, 1911, 199 p., 16 pl.

Bonnef, Léon, Aubervilliers, avant-propos de Henry Poulaille, Paris, L’Amitié par le livre, 1949.

Burlen, Katerine (dir), La banlieue oasis. Henri Sellier et les cités-jardins, 1900-1940, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1984.

Chombart De Lauwe, Paul-Henry & Imbert, Maurice (dir.), La banlieue aujourd’hui, colloque de réflexion pluridisciplinaire organisé par le Centre d’ethnologie sociale et de psychosociologie (École des hautes études en sciences sociales et CNRS), le C.A.C. (Centre d’action culturel) et la Maison populaire de Montreuil, les 28, 29, 30 janvier 1981, Paris, L’Harmattan, 1982, 316 p.

Cornuau, C., Imbert, M., Lamy, B., Rendu, P., Retel, J.-O., L’attraction de Paris sur sa banlieue, étude sociologique, préface de Paul-Henry Chombart de Lauwe, Paris, Les Éditions ouvrières, 1965, coll. L’Évolution de la vie sociale, 320 p.

Davezies, Laurent, La république et ses territoires, la circulation invisible des richesses, Paris, Seuil, 2008, coll. La République des idées, 110 p.

Demangeon, Albert, Paris, la ville et sa banlieue, Paris, Bourrelier, 1949, coll. monographies départementales, in-8°, 62 p.

Dezert, Bernard, Metton, Alain, Steinberg, Jean, La périurbanisation en France, préface de Jacqueline Beaujeu-Garnier, Paris, SEDES, 1991, 226 p.

Dilain, Claude, Chronique d’une proche banlieue, Paris, Stock, 2006, 229 p.

Faure, Alain (dir.), Les premiers banlieusards, aux origines des banlieues de Paris, 1860-1940, Paris, Créaphis, coll. Rencontres à Royaumont, 1991, 283 p.

Fourcaut, Annie, Bellanger, Emmanuel, Flonneau, Mathieu (dir.), Paris/banlieue, conflits et solidarités, historiographie, anthologie, chronologie, 1788-2006, Paris, Créaphis, 2007, 475 p.

Fourcaut, Annie, La banlieue en morceau, la crise des lotissements défectueux en France dans l’entre-deux-guerres, Grâne, Créaphis, 2000, 339 p.

Fourcaut, Annie (dir.), Un siècle de banlieue parisienne (1859-1964), Guide de recherche, Paris, L’Harmattan, 1988, 319 p.

Guillerme, André, Lefort, Anne-Cécile, Jigaudon, Gérard, Dangereux, insalubres et incommodes, paysages industriels en banlieue parisienne xix-xxe siècles, Seyssel, Champvallon, coll. Milieux, 2004, 343 p.

Guyonnet, Georges, Un village de la banlieue parisienne, Gagny, naguère village, aujourd’hui ville, préface de Frantz Funk Brentano, Imprimerie moderne auxerroise, 1961, 238 p.

Hazemann, R.-H., Rouselle, H., « Les lotissements de la banlieue de Paris et leurs répercussions sur la santé publique », in : Revue d’hygiène, Paris, Masson, 1928, pp. 361-372.

Latour, François, L’aménagement du Grand Paris, où en sommes-nous, Paris, Imprimerie municipale, 1934.

Latour, François, L’urbanisme français, un mot ou une réalité ?, Paris, R. Girard, 1944, Gr. in-8 ! (250 × 180), 44 p.

Latour, François, Le plus grand Paris, problème d’autorité, 2e éd., Paris, Imprimerie municipale, 1931, 106 p., 6 pl. hors texte.

Latour, François, Le plus grand Paris, problème d’autorité, Paris, Imprimerie municipale, 1930, in-8°, 20 p.

Latour, François, Le plus grand Paris, problème national, Paris, Imprimerie municipale, 1928, in-4°, 118 p.

Latour, François, Paris 1937 et le Grand Paris, problème national, Paris, Imprimerie municipale, 1936, 110 p.

Lepoutre, David, Cœur de banlieue, codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob, 1997.

Lhande, Pierre, Le Christ dans la banlieue, enquête sur la vie religieuse dans les milieux ouvriers de la banlieue de Paris, Paris, Plon, 1927, 278 p.

Lhande, Pierre, Le Christ dans la banlieue, tome 2 : Le Dieu qui bouge, Paris, Plon, 1930, 250 p.

Lhande, Pierre, Le Christ dans la banlieue, tome 3 : La Croix sur les fortifs, Paris, Plon, 1931, 236 p.

Mollet, Albert, Droit de cité : à la rencontre des habitants des banlieues délaissées, Paris, l’Harmattan, 1986

Panerai, Philippe, Paris métropole, formes et échelles du Grand Paris, Paris, Éditions de la Villette, 2008, 246 p.

Pétonnet, Colette, Espaces habités – ethnologie des banlieues, Paris, Éditions Galilée, 1982.

Pétonnet, Colette, On est tous dans le brouillard, ethnologie des banlieues, Paris, Éditions Galilée, 1985, 259 p.

Raymond, Henri, Joussemet-Samie, Anita, Trouard-Riolle, Edwige, L’usager et l’espace de la gare de banlieue, Paris, LASSAU, 1976.

Raymond-Laurent, Jean, Paris, sa vie municipale. Vers le plus grand Paris, préface de M. Jean de Castellane, président du Conseil municipal de Paris, Paris, Librairie des juris-classeurs – Éditions Godde, Librairie des Annales des justices de paix, 1931, 296 p.

Ripa, Robert, Les étrangers des maisons basses, Marseille, Jeanne Laffitte éditeur, 1977, 227 p.

Roncayolo, Marcel, « I. Logiques urbaines », « II. La production de la ville », in : Duby Georges (dir.), Histoire de la France urbaine, tome 4 : La ville de l’âge industriel, volume dirigé par Maurice Agulhon, Paris, Éditions du Seuil, 1983, 665 p., respectivement pp. 17-71 et 73-155.

Roncayolo, Marcel, La ville et ses territoires (chap. I à VII publiés dans La Città, Einaudi Editore, 1978 et 1988, chap. IX, 1982), Paris, Gallimard, 1990, coll. folio-essais n° 139, 278 p.

Roncayolo, Marcel, Lectures de villes, formes et temps, Marseille, Éditions Parenthèses, 2002, 386 p.

Roncayolo, Marcel, Les grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines de Marseille, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996, 507 p.

Sellier, Henri, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Seine, préface d’Albert Thomas, Paris, Librairie des sciences politiques et sociales Marcel Rivières et Cie, 1920, coll. Les documents du socialisme XVI et XVII, 106 p.

Steinberg, Jacques, La banlieue, roman, Paris Julliard, 1961, 180 p.

Tagli Philippe, Même la neige devient grise quand elle tombe en banlieue, Paris Seuil, 2004, 147 p.

Topalov, Christian, Coudroy de Lille, Laurent, Depaule, Jean-Charles, Marin, Brigitte (dir.), Les aventures des mots de la ville, à travers le temps, les langues, les sociétés, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 2010, 1568 p.

Vieillard-Baron, Hervé, Banlieue, ghetto impossible, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1996, 176 p.

Vieillard-Baron, Hervé, Les banlieues, des singularités françaises aux réalités mondiales, Paris, Hachette Livre, 2001, coll. Carré géographique, 287 p.

Notes

1 Guerrand Roger-Henri, Mœurs citadines, histoire de la culture urbaine xixe-xxe siècle, Paris, Quai Voltaire, 1992, 240 p.

2 Barthes Roland, Mythologies, Paris, Seuil, 1957, 267 p., coll. Pierres vives, p. 216.

3 Lefebvre Henri, La Proclamation de la Commune, Paris, NRF-Gallimard, coll. Trente journées qui ont fait la France, 1965.

4 Delbrel M[adeleine], Ville marxiste, terre de mission, rédigé à Ivry de 1933 à 1957, Paris, Les Éditions du Cerf, 1957, coll. Rencontres, n° 50, 235 p.

5 Lhande Pierre, L’Évangile par-dessus les toits. Les Pauvres dans l’Evangile. Radio-Sermons 1929, Paris, éditions “Spes”, 1929 (31 janvier 1930), 261 p.

6 Mangin David, La Ville franchisée, formes et structures de la ville contemporaine, Paris, Éditions de la Villette, 2004, 398 p.

7 Chevalier Louis, Les Ruines de Subure, Montmartre de 1939 aux années 80, Paris, Robert Laffont, 1985, coll. Les Hommes et l’Histoire, 370 p.

8 Elias Norbert, La Société de cour, Paris, Flammarion, 1990, coll. Champs n° 144, 330 p.

9 Goldmann Lucien, Le Dieu caché, étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le théâtre de Racine, Paris, NRF-Gallimard, 1959.

10 Benjamin Walter, Paris, capitale du xixe siècle, le livre des passages, traduit de l’allemand par Jean Lacoste d’après l’édition originale établie par Rolf Tiedermann, Paris, Les Éditions du Cerf, 2e éd. 1989, 974 p.

11 Guerrand Roger-Henri, MOISSINAC Christine, Henri Sellier, urbaniste et réformateur social, Paris, La Découverte, coll. Textes à l’appui / série histoire contemporaine, 2005, 230 p.

12 Benoit-Levy Georges, Paris s’étend..., [Nice], L’auteur, 30 mai 1927, Paris, chez l’auteur : 9 Bd du Temple, 96 p. (Prix de l’Académie française).

13 Roncayolo Marcel, Les Grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines de Marseille, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996, 507 p.

14 Tagli Philippe, Même la neige devient grise quand elle tombe en banlieue, Paris Seuil, 2004, 147 p.

15 Lefebvre Henri, Le Droit à la ville I, Paris, Anthropos, 1968, coll. Société et urbanisme, 164 p. ; Espace et politique, Le Droit à la ville II, Paris, Anthropos, 1972, coll. Société et urbanisme, 174 p. ; Costes Laurence, Henri Lefebvre, le Droit à la ville, vers la sociologie de l’urbain, Paris, Ellipses Éditions marqueting S.A., 2009, 160 p.

16 Sassen Saskia, La Ville globale : New York, Londres, Tokyo, Paris, Descartes et Cie, 1996, coll. Les Urbanités, 1996, 530 p.

17 Pétonnet Colette, On est tous dans le brouillard, ethnologie des banlieues, Paris, Éditions Galilée, 1985, 259 p.

18 Morin Edgar, Commune en France, la métamorphose de Plodémet, Paris, Fayard, 1967, 287 p. 19.

19 Bardet Gaston, Problèmes d’urbanisme, Paris, Dunod, 1941 et 1948, 304 p. ; Pierre sur pierre, Construction du nouvel urbanisme, Paris, Éditions L.C.B., 1945.

20 Raymond Henri, L’Architecture, les aventures spatiales de la raison, coll. Alors, n° 4, Paris, CCI/Centre Georges Pompidou, 1984, 293 p.

21 Deboulet Agnès, « Vers un urbanisme d’émanation populaire, compétences et réalisations des citadins, l’exemple du Caire », Thèse à l’IUP-Université Paris 12, Jean-Pierre Frey (dir.), 14 janvier 1996.

22 Berry-Chikhaoui Isabelle, Deboulet Agnès (dir.), Les Compétences des citadins dans le monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Paris : Karthala, Tunis : IRMC, Tours : URBAMA, 2000, 406 p.

23 Lepoutre David, Cœur de banlieue, codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob, 1997, coll. de poche 2001, 459 p.

Table des illustrations

Titre Plan des « fortifs » de Paris en 1920
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

Auteur

Professeur à l’Institut d’urbanisme de Paris, Université Paris-Est Créteil
Chercheur au Centre de recherche sur l’habitat (CNRS, UMR 7218-LAVUE), École d’architecture Paris Val-de-Seine

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable