Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Territoires, architecture et matériel au Levant

Gestion des territoires : agglomérations et échanges

Données sur les inscriptions latines de la Syrie du Nord

Idris Omar

Zusammenfassung

Les troupes romaines de l’armée de Syrie avaient pour mission d’imposer le pouvoir romain dans la province de Syrie et plus généralement de protéger l’Empire Romain de toute menace au Proche-Orient. Elles jouaient également un rôle important dans la fondation et le développement de certaines constructions publiques. L’armée peut donc constituer, au côté de l’administration, un vecteur de latinisation. Cependant, au vu de la proportion d’inscriptions grecques et latines en Syrie du Nord, on peut se demander si l’armée romaine a réussi dans sa mission de latinisation, et même, si la romanisation était (réellement ?) un but pour l’armée romaine, dans une région quasiment hellénisée ?

The roman troops of the Syrian army had the mission to impose the Roman authority in Syria and defend all dangers threatening the Roman Empire in the Middle East in general. Similarly they played an important role in the founding and development of several public buildings. So the roman army can form, beside the administration, a vector of Latinization. However, in light of knowing the proportion of Greek and Latin inscriptions in northern Syria, one wonders if the Roman army succeeded in his mission of Latinization and even if the Romanization was actually a goal for the Roman army in a region almost Hellenized?

Volltext

  • 1 Tchalenko 1953-58, t. I, p. 3.
  • 2 Mémoire de master (1ère année) sur les inscriptions latines de Commagène, Cyrrhestique, Chalcidique (...)
  • 3 Mémoire de master (2ème année), sur les inscriptions latines de l’Amanus , d’Antiochène, d’Apamène, (...)

1La région du nord de la Syrie représente la partie la plus hellénisée de la province, et c’est aussi la première région du Levant qui, dès la venue de Pompée, fut organisée par les Romains1. Cette zone importante est divisée géographiquement entre de nombreux territoires dont le climat et la topographie varient du nord au sud et de l’est à l’ouest. Elle s’étend vers les monts du Taurus et l’Anti-Taurus au nord, où nous avons étudié les inscriptions de la Commagène et de la Cyrrhestique ; en direction de l’Euphrate, à l’est, où les inscriptions de la Chalcidique ont fait l’objet d’une partie de nos recherches2 ; la Méditerranée et les monts de l’Amanus, à l’ouest, où les inscriptions de l’Antiochène ont été traitées une autre partie de notre étude ; elle s’étend enfin, au sud, aux bandes fertiles situées entre les villes actuelles de Hama et de Homs, le territoire dans lequel se trouvent les inscriptions de l’Apamène3 (fig. 1).

Fig. 1. Carte de la Syrie du nord

Fig. 1. Carte de la Syrie du nord

Tchalenko 1953-1958 pl. XXV

2Durant ces recherches de master, étalées sur deux ans, 200 inscriptions latines environ ont été étudiées, dont 118 sont des inscriptions militaires et 38 des inscriptions administratives ; le reste est réparti, en fonction du contenu, entre dédicaces religieuses, inscriptions honorifiques, estampilles, etc. (fig. 2). Elles datent principalement des trois premiers siècles de notre ère.

Fig. 2. Nombre et pourcentage d’inscriptions par types

Fig. 2. Nombre et pourcentage d’inscriptions par types
  • 4 Balty & Van Rengen 1993, p. 22, n° 1, pl. 1; AE, 1993, n° 1571.
  • 5 Balty & Van Rengen 1993, p. 41, n° 17, pl. 17; Van Rengen 2000, p. 410; AE, 1993, n° 1587.
  • 6 Balty 1987, p. 224-225; Balty 1988, p. 99; Van Rengen 2000, p. 409; Speidel 1992, p. 231, n° 2; Eib (...)
  • 7 Balty 1981, p. 198, n° 11, ph.; Van Rengen 1972, p. 100, n° 2; Van Rengen 2000, p. 410; AE, 1974, n (...)
  • 8 Voir la note n° 7.
  • 9 Plusieurs affranchis ont été remarqués dans ces lots d’inscriptions : voir AE, 1993, n° 1577, n° 15 (...)
  • 10 Balty & Van Rengen 1993, p. 50, n° 24, pl. 24; Downey 1938, p. 152, n° 33, ph.; AE, 1993, n° 1593; (...)
  • 11 Balty & Van Rengen 1993, p. 34, n° 12, pl. 12; AE, 1993, n° 1582.
  • 12 Voir la note n° 7 ; Balty 1987, p. 220-221.

3La majorité des inscriptions de militaires, qui sont généralement des stèles funéraires, sont relatives à des soldats des troupes romaines : légions, cohortes, ailes et flottes. La similitude en dimensions et en type de gravure nous incite à penser que certains ensembles d’inscriptions, comme celui de la porte Nord d’Apamée et celui du cimetière de marins à Séleucie de Piérie, furent gravés dans les mêmes ateliers. Le formulaire, qu’il s’agisse de la carrière ou de la présentation du défunt, est également assez constant. C’est évident sur les stèles funéraires de la tour XV à Apamée, où l’inscription commence le plus souvent par la consécration aux dieux mânes du défunt, la formule Dis Manibus ; puis viennent son nom et sa carrière dans l’armée ainsi que le nom du corps dans lequel il a servi4. Il est nécessaire de dire que l’inscription désigne les dédicants eux-mêmes par leur nom et les liens de parenté, voire d’amitié, qui les rattachent au défunt : père5, frère6, épouse7, fille8, cousin germain, affranchi9, compagnon de tente ou de manipule10, camarade originaire du même village11, collègue ou simplement ami, sans que l’on puisse dans ce cas toujours savoir si ce dernier est lui aussi un soldat ; elle précise aussi, dans quelques cas, qu’ils sont primus ou secundus heres, « premier ou second héritier »12.

  • 13 Balty 1980, p. 480.

4L’armée de Syrie était l’une des plus importantes de l’empire. Elle avait pour fonction d’imposer le pouvoir romain dans la province de Syrie en particulier et de faire face à tous les dangers menaçant l’empire Romain au Proche-Orient en général. Elle devait protéger les limites orientales de l’empire, qui s’étendait jusqu’à l’Euphrate et chercha parfois à s’étendre au-delà, comme lors du règne de Trajan. L’armée de Syrie pouvait aussi faire face à des révoltes locales, comme celles des Juifs. La puissance de l’armée de Syrie fit qu’à plusieurs reprises, elle joua un rôle lors des guerres civiles qui opposèrent plusieurs prétendants à l’empire. Ainsi, au premier siècle de notre ère, c’est l’armée de Syrie qui porta Vespasien au pouvoir. Elle se prononça aussi en faveur d’Avidius Cassius en 175 apr. J.-C., et de Pescennius Niger en 193 apr. J.-C. C’est ce rôle politique de l’armée de Syrie qui incita Septime Sévère à diminuer la puissance du gouverneur de cette province vers 197 apr. J.-C. C’est pourquoi, il divisa la province en deux plus petites : la Coelé-Syrie au nord et la Syrie Phénicie au sud13.

5Si la réticence de Rome à intervenir directement dans la vie quotidienne des peuples soumis est bien connue, ses troupes en Syrie furent en revanche, au fil des siècles, des obstacles à l’expansion des rivaux de l’Empire vers cette province. Elles jouèrent également un rôle dans la fondation et l’entretien de plusieurs types de constructions publiques (bâtiments publics urbains, routes, ponts, aqueducs, etc.). Ces fonctions multiples de l’armée romaine nous amènent à mettre l’accent sur un autre aspect, à côté de sa fonction administrative : son rôle comme vecteur de la latinisation. Connaissant le nombre des inscriptions dans les diverses langues, grec avant tout, et la faible proportion d’inscriptions latines, dans les provinces orientales, on peut se demander si l’armée romaine a réussi dans sa « mission » de latinisation ou non. Allant plus loin, on doit se poser la question de savoir si la romanisation, par la langue notamment, était un but pour l’armée romaine, dans une région très fortement hellénisée.

6Le tableau suivant, établi d’après le corpus des IGLS, révèle la répartition des inscriptions selon la langue utilisée et selon les cinq territoires étudiés : Commagène, Cyrrhestique, Antiochène, Chalcidique et Apamène.

Fig. 3. Pourcentage d’inscriptions par langues

Fig. 3. Pourcentage d’inscriptions par langues

7On note donc, d’après cette statistique, une nette supériorité du grec, avec 93,8 % des inscriptions alors que le latin n’est utilisé que par 6,2 % des textes épigraphiques.

8En revenant à la question du rôle de l’armée dans la romanisation des peuples soumis, on peut dire que les données géopolitiques étaient complètement différentes entre les provinces occidentales et les provinces orientales.

  • 14 Bonner 1930, p. 580-581.
  • 15 Yon & Gatier 2009, p. 12.
  • 16 Sartre 1991, p. 315.

9Dans le monde occidental, dès que Rome fut devenue maîtresse de l’Italie, elle a progressivement pu éliminer les idiomes indigènes au profit du latin et l’armée romaine eut dans ce processus le rôle principal. En revanche, l’Orient s’était hellénisé sous l’influence des royaumes hellénistiques des successeurs d’Alexandre, et la culture hellénisée s’était alors répandue dans tout le Proche-Orient14. Les troupes romaines n’ont pas eu beaucoup de marge de manœuvre pour répandre une seconde langue de communication — le latin — dans une région où beaucoup de districts étaient déjà très fortement hellénisés. Il ne faut pas oublier en outre que les langues indigènes de la région, majoritairement sémitiques, étaient probablement parlées par la majorité de la population, et parfois écrites15, le grec lui-même n’étant que l’une des façons d’écrire16 : ce qui laissait d’autant moins de place à l’expansion de la langue latine.

  • 17 Sartre 1991, p. 9.

10Cette situation exceptionnelle de l’Empire romain permit néanmoins l’émergence d’une culture fondée sur le double héritage, méritant le qualificatif de gréco-romain17. Au demeurant, ce modèle culturel apporté par l’empire s’est souvent manifesté sous sa forme grecque : c’est ce que montre le tableau ci-dessus, avec sa proportion écrasante d’inscriptions en grec.

  • 18 Bonner 1930, p. 592.

11En conclusion, on peut dire que les Romains ont imposé leur pouvoir sans ne guère se mêler des traditions, des coutumes et de la vie quotidienne des peuples soumis dans la Syrie antique. Ils n’ont pas cherché à combattre l’emploi du grec dans une société en partie hellénisée, préférant au contraire soutenir le grec plutôt que les langues indigènes18. Ils ont concentré leurs efforts sur les problèmes militaires et les fonctions officielles pour parvenir à leurs objectifs, tout en protégeant leurs frontières orientales contre la menace des Parthes et des Pirates au début de l’annexion de la Syrie, et aussi contre la menace des Perses, puis des Arabes plus tard.

12Ainsi, le latin est resté la langue du pouvoir, et singulièrement de l’armée, particulièrement durant les trois premiers siècles apr. J.-C., alors que le grec était la langue de communication culturelle en Orient jusqu’à ce qu’il perde graduellement son importance, face au retour des langues sémitiques, surtout après la conquête arabe de toute la région.

Literaturverzeichnis

Abréviations
AE : Année épigraphique, Paris.

CBFIR : EIBL (K.), Der römische Weihebezirk von Osterburken I, Corpus der griechischen und lateinischen Beneficiarier-Inschriften des Römischen Reiches, Stuttgart, 1990.

CJ : The Classical Journal.

CRAI : Académie des inscriptions et belles-lettres, Comptes rendus des séances, Paris.

IGLS : Inscriptions grecques et latines de la Syrie. Paris, puis Beyrouth.

JRS : The Journal of Roman Studies, Londres.

ZPE : Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, Bonn.

Ouvrages et articles
Balty 1980
Balty (J.), « Sur la date de création de la Syria Secunda», Syria, 57, p. 465-481.

Balty 1981
Balty (J.-Ch.), Guide d’Apamée, Paris : De Boccard.

Balty 1987
Balty (J.-Ch.), « Apamée (1986) : nouvelles données sur l’armée romaine d’Orient et les raids sassanides du milieu du IIIe siècle », CRAI, 131, Paris, p. 213-242.

Balty 1988
Balty (J.-Ch.), « Apamea in Syria in the second and third centuries A. D. », JRS, 78, p. 91-104.

Balty, Van Rengen 1993
Balty (J.-Ch.) et Van Rengen (W.), Apamée de Syrie, Quartiers d’hiver de la iie Légion Parthique, Monuments funéraires de la nécropole militaire, Paris : De Boccard.

Bonner 1930
Bonner (R. J.), « The conflict of languages in the roman world », CJ, 25, p. 580-581.

Downey 1938
Downey (G.), « Greek and Latin Inscriptions »,
in STILLWELL (R.) et al. (éd.), Antioch-on-the-Orontes, the excavations of 1933-1936, Princeton : Princeton University Press, p. 148-165.

Eibl 1990
Eibl (K.), Der römische Weihebezirk von Osterburken I, Corpus der griechischen und lateinischen Beneficiarier-Inschriften des römischen Reiches, Stuttgart : K; Theiss.

Lassère 2007
Lassère (J.-M.), Manuel d’épigraphie romaine, Paris : Picard.

Sartre 1991
Sartre (M.), L’Orient romain, Paris : Seuil.

Speidel 1992
Speidel (M.-P.), « Centurions promoted from Beneficiarii », ZPE, 91, p. 229-232.

Tchalenko 1953-58
Tchalenko (G.), Villages antiques de la Syrie du Nord, 3 volumes, Paris : Geuthner.

Van Rengen 1972
Van Rengen (W.), « Nouvelles inscriptions grecques et latines », in Balty (J.) et al. (éd.), Apamée de Syrie. Bilan des recherches archéologiques 1969-1971, Les actes du colloque tenu à Bruxelles les 15, 17 et 18 avril 1972, Bruxelles : Centre belge de recherches archéologiques d’Apamée de Syrie, p. 97-111.

Van Rengen 2000
Van Rengen (F.), « La iie légion Parthique à Apamée », in Le Bohec (Y.), Wolff (C.) (éd.), Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Actes du congrès de Lyon (17-19 septembre 1998), Paris : De Boccard, p. 407-410.

Yon, Gatier 2009
Yon (J.-B), Gatier (P.-L.), Choix d’inscriptions grecques et latines de la Syrie, Beyrouth : IFPO.

Anmerkungen

1 Tchalenko 1953-58, t. I, p. 3.

2 Mémoire de master (1ère année) sur les inscriptions latines de Commagène, Cyrrhestique, Chalcidique, Université Paris 1, 2010, sous la direction de M. Dominique Piéri.

3 Mémoire de master (2ème année), sur les inscriptions latines de l’Amanus , d’Antiochène, d’Apamène, Université Paris 1, 2011, sous la direction de M. François Villeneuve.

4 Balty & Van Rengen 1993, p. 22, n° 1, pl. 1; AE, 1993, n° 1571.

5 Balty & Van Rengen 1993, p. 41, n° 17, pl. 17; Van Rengen 2000, p. 410; AE, 1993, n° 1587.

6 Balty 1987, p. 224-225; Balty 1988, p. 99; Van Rengen 2000, p. 409; Speidel 1992, p. 231, n° 2; Eibl 1990, p. 546, n° 705, ph.; Lassère 2007, p. 752, n° 418; AE, 1992, n° 1886.

7 Balty 1981, p. 198, n° 11, ph.; Van Rengen 1972, p. 100, n° 2; Van Rengen 2000, p. 410; AE, 1974, n° 648.

8 Voir la note n° 7.

9 Plusieurs affranchis ont été remarqués dans ces lots d’inscriptions : voir AE, 1993, n° 1577, n° 1579, n° 1583 ; IGLS, 1950, n° 834.

10 Balty & Van Rengen 1993, p. 50, n° 24, pl. 24; Downey 1938, p. 152, n° 33, ph.; AE, 1993, n° 1593; IGLS, 1950, n° 846.

11 Balty & Van Rengen 1993, p. 34, n° 12, pl. 12; AE, 1993, n° 1582.

12 Voir la note n° 7 ; Balty 1987, p. 220-221.

13 Balty 1980, p. 480.

14 Bonner 1930, p. 580-581.

15 Yon & Gatier 2009, p. 12.

16 Sartre 1991, p. 315.

17 Sartre 1991, p. 9.

18 Bonner 1930, p. 592.

Abbildungsverzeichnis

Titel Fig. 1. Carte de la Syrie du nord
Impressum Tchalenko 1953-1958 pl. XXV
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2818/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 436k
Titel Fig. 2. Nombre et pourcentage d’inscriptions par types
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2818/img-2.png
Datei image/png, 16k
Titel Fig. 3. Pourcentage d’inscriptions par langues
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2818/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 95k

Autor

Doctorant EPHE, Paris

© Presses de l’Ifpo, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Kaufen

Printversion

Datei wird geladen

Unavailable