Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphose des figures du leadership au Liban

 | 
Myriam Catusse
, 
Karam Karam
, 
Olfa Lamloum

Chapitre 4 - Quand la guerre ritualisée est au service de la passion partisane

Football et élections au Liban

الفصل الرابع - حين تكون الحرب الطقوسية في خدمة الانفعال الحزبي الجامح. كرة القدم والانتخابات في لبنان

Olfa Lamloum

Résumé

Au Liban, le football se révèle être une scène profondément travaillée par « l’émotion politique ». De par les enjeux qui le structurent, le paysage footballistique libanais semble se prêter à une restitution par « en-bas » des interactions entre logiques de mobilisation et vote. De là, la présente contribution se propose de discuter et d’évaluer les ressorts de l’intrication entre football et politique au Liban, et ses effets non seulement dans le temps court de l’élection de 2009 mais également dans le temps long où s’arriment les rapports de forces qu’elle révèle. Ce faisant, elle revient, dans un premier temps, sur l’histoire du football libanais. Elle discute ensuite des usages des clubs de football tels qu’ils se sont manifestés lors de la campagne de juin 2009 dans le caza de Beyrouth. Elle montre, enfin, comment le football a été une scène d’activation de la polarisation politique et confessionnelle chiite/sunnite, laquelle est apparue comme le clivage principal lors de l’élection de 2009.

تبدو للوهلة الأولى كرة القدم مدخلاً ثانوياً لتحليل الانتخابات البرلمانية في لبنان. إلا أن إمعان النظر في شروط ممارسة هذه اللعبة يكشف عن وجود مجال اجتماعي مفعم ب»العاطفة الحزبية» تتماهى فيه الأغلبية الساحقة من الأندية المعترف بها من قبل الاتحاد اللبناني لكرة القدم مع أحزاب أو زعامات تقليدية. وعليه فإن هدف هذا الفصل هو معالجة الروابط التي تحكم السياسة بكرة القدم في لبنان وانعكاساتها ليس في المنظور القريب الذي حصلت فيه الانتخابات وحسب بل وكذلك على الأمد الأطول من حيث تبلور موازين القوى الاجتماعية. انطلاقاً من الرهانات الاجتماعية والسياسية التي تحكمها، توفر الساحة الكروية مشهداً يسمح باستكشاف التفاعل بين أشكال من الحراك السياسي والاجتماعي مع الاقتراع، على اعتبار أن كرة القدم قد تمأسست في الفضاء الحضري اللبناني كتعبير عن هويات اجتماعية متعددة (محلية ، طائفية ، سياسية ...) ومتصارعة في ما بينها. يقترح هذا الفصل في جزئه الأول الرجوع باقتضاب إلى تاريخ كرة القدم في لبنان قبل وبعد الحرب الأهلية وعلاقة هذه الرياضة بالسياسة. فيما ينكب الجزء الثاني على مناقشة الاستخدامات الانتخابية لهذه اللعبة كما ظهرت في الحملة الانتخابية البرلمانية الأخيرة في محافظة بيروت، مشدداً على وجوب إدراج المبادلات الرمزية والمادية التي رافقتها ضمن أزمنة متعددة وخصوصاً الماضي البعيد المتعلق بالتنشئة الاجتماعية على القيم السياسية للزعيم الراعي للنادي الكروي. وعليه يسوق الجزء الثالث من هذا الفصل مثال أزمة نادي النجمة التي طفت على السطح غداة اغتيال رفيق الحريري وما كشفت عنه من ديناميكيات تجذير للاحتقان السني-الشيعي وتأصيل طائفي ومناطقي للزعامة الحريرية في محافظة بيروت كان لهما فعل كبير في انتخابات 2009.

Texte intégral

1À priori, le football peut sembler une « entrée » mineure, voire anecdotique, pour saisir les élections législatives de juin 2009. Le détour paraît d’autant moins justifié qu’aucune des équipes reconnues par la Fédération nationale de football ne revendique une quelconque affiliation institutionnelle partisane. Au cours de la campagne, aucune n’a soutenu publiquement une liste électorale ni fait la moindre déclaration qui aurait pu suggérer un quelconque alignement en faveur de l’un des deux pôles en lice, le « 8 mars » et le « 14 mars ».

  • 1  Référence ici à Braud (1996) et à son analyse du rôle des dynamiques identitaires dans l’émotion p (...)
  • 2  Pour la saison 2009-2010, l’Union regroupait 146 équipes, dont 12 classées en première division, 1 (...)
  • 3  Présidé par Ahmad Hariri, fils de Bahiyya Hariri et coordinateur du secteur jeunesse et étudiants (...)
  • 4  Présidé par l’homme d’affaires Mayssam Qamati, fils du dirigeant du Hezbollah, Mahmoud Qamati.
  • 5  Cinq de ses membres appartiennent au 8 mars, cinq au 14 et le dernier est indépendant.

2Pour autant, à l’examen, malgré le huis clos imposé aux matchs nationaux depuis l’année 2005, ce sport se révèle être une scène profondément travaillée par « l’émotion politique » 1, dans un pays où, à quelques rares exceptions, toutes les équipes reconnues par l’Union libanaise de football sont notoirement identifiées à des formations ou à des leaderships communautaires et/ou politiques 2. Parmi les plus connus, les clubs beyrouthins, le Nejmeh et al-Ansar, le Ahli Saïda 3 et le Racing de Achrafieh, sont apparentés au Courant du Futur ; le Ahed de Beyrouth, le club al-Khuyûl, classé en deuxième division 4, et al-Islâh qui vient d’accéder à la première division, sont attribués au Hezbollah ; le Nâdî al-Raayân à Amal ; le Safaa au Parti progressiste socialiste de Walid Joumblat ; le Salam Zghorta à Suleimane Frangié ; le Club de Tripoli à l’ancien Premier ministre Néjib Mikati ; le Houmenentmen au parti arménien Tachnak (Moroy 2000, p. 109-115) et le Houmenman à son rival le Henchak… Pour compléter le tableau, l’Union libanaise de football n’échappe pas à la polarisation politique du pays entre « forces du 8 mars » et « forces du 14 mars ». Son conseil d’administration, composé de onze membres, en représente fidèlement les différentes composantes 5 . Il est dirigé par Hachim Haydar, un Chiite président du Conseil du Sud et personnalité connue du mouvement Amal. Il a, pour secrétaire général, Rahif Allama, un Druze proche de Walid Jumblatt, et, pour trésorier, Mohammad Al-Rab’a, un Sunnite du Courant du Futur. Au sein du conseil d’administration figure également Moussa al-Madi, un Chiite, lié au Hezbollah.

  • 6  Signalons tout de même que souvent dans le reste des pays arabes, le contrôle des différentes équi (...)

3Cet état de fait, très singulier dans l’espace arabe 6, justifierait à lui seul que l’on s’interroge sur ses implications quant à la mobilisation électorale en tant que moment particulier de la compétition politique. L’objet de ce chapitre sera de discuter et d’évaluer les ressorts de l’intrication entre football et politique au Liban, et ses effets non seulement dans le temps court de l’élection de 2009 mais également dans le temps long où s’arriment les rapports de forces qu’elle révèle. Car, si les identifications politiques respectives des équipes trouvent leur origine dans le soutien financier ou symbolique affiché par les parrains ou revendiqué par les bénéficiaires, elles se traduisent aussi par un échange politique recouvrant des transactions matérielles et symboliques multiples.

  • 7  Dans le cadre de ce chapitre, nous nous intéressons exclusivement au football. Le basket-ball liba (...)
  • 8  Nous nous référons ici à la définition de Beydoun. Les communautés politiques « loin de devoir leu (...)

4De par les enjeux sociaux et politiques qui le structurent, le paysage footballistique libanais semble se prêter à une restitution par « en-bas » des interactions entre logiques de mobilisation et vote. L’hypothèse qui justifie cette analyse renvoie à l’inscription du football dans l’espace urbain libanais comme expression d’identités sociales multiples (locales, confessionnelles, politiques…) et en conflit. Sous la forme d’une guerre ritualisée – pour paraphraser Christian Bromberger –, celles-ci désignent et entretiennent les lignes de force qui traversent le champ social, et en animent les acteurs. Les élections de juin 2009 en ont été l’illustration. Ce caractère saillant du football libanais a trait non seulement à sa configuration historique mais aussi à son évolution récente 7. Au sortir de la guerre civile (1975-1990), à la faveur de la cristallisation des diverses communautés politiques 8, le football a été mobilisé par les différents leaderships hégémoniques comme un mode d’action collective participant de l’entretien et du renforcement « des groupes de référence » dont ils prétendent assurer la représentation dans le champ politique (Lagroye 1993). Depuis 2005, il a été investi en outre comme scène d’activation de la polarisation politique et confessionnelle chiite/sunnite, laquelle est apparue comme le clivage principal lors de l’élection de 2009.

  • 9  En référence au titre de l’article de Picard (1994).

5À partir de là, nous nous proposons, dans un premier temps, de revenir brièvement sur l’histoire du football libanais à travers laquelle il a pu jouer le rôle d’habit neuf du communautarisme 9. Sans prétention d’exhaustivité, nous discuterons ensuite de ses usages tels qu’ils se sont manifestés lors de la campagne de juin 2009 dans le caza* de Beyrouth. Nous soutiendrons alors que les transactions qu’ils sous-entendent relèvent de temporalités différentes et sont davantage à saisir dans le temps long de la socialisation aux valeurs politiques du parrain. Cette thèse sera étayée à travers un retour sur la crise qui a secouée le club le Nejmeh au lendemain de l’assassinat de Rafiq Hariri, et les enjeux de communautarisation et de territorialisation du pouvoir qu’elle recèle.

Football entre espaces éclatés et identités communautaires

6La littérature sur le sport dans le monde arabe, et plus particulièrement le football, est rare et souffre du caractère fragmentaire de ses sources. Pour autant, particulièrement dans la période post-coloniale, le football a constitué « un inépuisable réservoir de capitaux symboliques et de registres d’identifications dans lequel puisent volontiers les acteurs - sportifs et/ou politiques - ou qu’ils s’efforcent de maîtriser ou de s’approprier à des fins de légitimation » (Moroy 1997).

  • 10Rey (2003) montre la même chose à propos du cas corse.

7Il ne sera pas tant ici question de retracer l’histoire politique du football libanais que d’esquisser les contours de son affinité élective avec la politique en nous appuyant sur un travail de terrain, associant une série d’entretiens et le dépouillement d’articles de presse et de documents produits par les clubs sur leur propre histoire. L’exploration de l’ensemble de ces matériaux révèle que l’évolution du football épouse parfois, trait pour trait, les mutations de la société politique libanaise 10. Ce fait s’explique par l’histoire politique du pays et les rapports de force sociaux qui l’ont jalonnée. Il renvoie, d’une part, à l’usage du football par les différents leaderships communautaires comme ressource dans leur quête de ce que l’historien libanais Beydoun (2009) a appelé l’« indiscutable hégémonie au sein de la communauté ». Il reflète ensuite les consensus politiques et institutionnels successifs incarnés par la « formule libanaise ».

8Comme dans le reste du monde arabe, le football voit le jour, au Liban, à la fin des années 1920. Les premiers clubs se créent dans le sillage de la présence britannique et surtout du mandat français. Sport importé et élitiste à ses débuts, pratiqué au sein des institutions universitaires (comme l’American University of Beirut), il attire surtout les jeunes occidentalisés des classes urbaines aisées, acquis aux thèses du Grand Liban et séduits par les valeurs de la société industrielle qu’il incarne : division des tâches et égalité des chances (Elias, Dunning 1995).

  • 11  Les Phalanges se sont constituées comme une organisation paramilitaire s’appuyant sur une organisa (...)
  • 12Anonyme 1979, p. 98-99.

9Très tôt, le football apparaît davantage marqué par les logiques communautaires et politiques à l’œuvre dans le pays qu’il ne sert de vecteur à la promotion d’une identité nationale libanaise. Les premiers clubs de football sont majoritairement fondés dans les milieux chrétiens. Le premier champion-nat national est organisé en 1933-1934. La création de la Ligue libanaise de football en 1932 reflète d’ailleurs « l’hegemon maronite » (Salamé 1994, p. 153). Œuvre de Pierre Gemayel – fondateur en 1936 du parti des Phalanges libanaises 11 - qui en fut le président jusqu’à sa démission en 1939 12, la Ligue regroupait principalement à cette époque des clubs chrétiens.

  • 13  Chawki Doueihy signale qu’à l’époque ces clubs beyrouthins ont produit des qabaday qui sont, selon (...)
  • 14  Entretien, Ali Safa.
  • 15  Nous faisons référence ici, bien entendu, au Pacte national de 1943 *.
  • 16  Le terme « famille » est employé ici ainsi que dans le reste du chapitre au sens défini par Johnso (...)
  • 17  Fondée en 1878, sous la tutelle du mufti, elle connaît une véritable renaissance au lendemain de l (...)

10Les années 1940 voient l’ascension des clubs sunnites qui dominent la scène footballistique jusqu’à la veille de la guerre civile en 1975. Les chrétiens investissent pour leur part le basket-ball (Thome Adaime 1999). Le football s’adosse alors à la morphologie urbaine de la capitale et des autres grandes villes du pays (Beyrouth, Tripoli, Saïda) à majorité sunnite 13. Il devient ainsi « une entreprise foncièrement musulmane, financée surtout par des hommes d’affaires sunnites et mobilisant majoritairement des joueurs chiites » 14. Le club le Nejmeh basé à Ras Beyrouth (le quartier historique sunnite de la capitale) en est l’exemple emblématique. Dominant à partir de la fin des années 1960 la première division, il projette en quelque sorte les rapports de force intra-communautaires d’avant la guerre civile dans l’espace sportif en figurant la primauté de la communauté sunnite (secondant celle des Maronites) dans l’espace public et la marginalité des Chiites 15. Le Nejmeh est financé et présidé, en effet, par l’homme d’affaires Omar Ghandour, descendant d’une famille 16 d’industriels dont certains membres ont occupé des positions influentes, dès les années 1920, dans les secteurs de la confiserie et de la soie. Il est également le cousin de Rafiq Ghandour, président en 1966 et 1970 de l’association Makassed, la plus importante institution « religieuse du Beyrouth sunnite » 17. Le président d’honneur du club est Saëb Salam (1905-2000), le « za‘îm majeur des Sunnites à Beyrouth » d’avant la guerre civile (Johnson 1986) qui a occupé à de nombreuses reprises le poste de Premier ministre (1952, 1960-1961, 1970-1973) ; son conseil d’administration est majoritairement sunnite ; ses joueurs sont en revanche pour la plupart chiites.

  • 18  Sur ces questions voir le chapitre de Traboulsi (1993) sur « L’économie politique des milices : le (...)

11La guerre civile (1975-1990) donne un coup d’arrêt au football. De 1975 à 1987, l’organisation du championnat est suspendue et le football s’accommode des replis territoriaux et confessionnels de la guerre. L’Union libanaise de football (ULF) se divise en deux factions : l’une, majoritairement chrétienne à Beyrouth-Est, l’autre, majoritairement musulmane à Beyrouth-Ouest. En 1982, l’invasion israélienne du Liban ne fait qu’accélérer son agonie. Le football s’atomise et se recroqueville dans les territoires politiques (voire miliciens) et communautaires 18. La sortie de la guerre civile ne change pas cette donne même si elle injecte un nouveau souffle dans le football. Le premier retrait de l’armée israélienne du Liban, en 1985, autorise la réapparition timide du football : la même année l’ULF retrouve son unité, le club de Nejmeh participe à la coupe arabe organisée en 1988, les clubs reprennent progressivement leur activité et le championnat est réorganisé à partir de1988.

  • 19  Contrairement au football européen, voir Lanfranchi 2002.
  • 20  Le congrès de l’ULF a toujours connu des tractations entre divers leaderships politiques soucieux (...)
  • 21  Cette passion est d’ailleurs transférée sur des équipes européennes. Ainsi, à l’occasion de la cou (...)
  • 22  Un joueur de l’équipe nationale touche aujourd’hui 30 dollars par mois pour sa participation aux e (...)

12Privé de financement public et relégué à la marge des « affaires de l’État » 19, le football libanais est condamné au sortir de la guerre civile à conclure un mariage d’intérêt avec la politique. Les clubs sans moyens financiers, désireux de renforcer leur niveau et de professionnaliser leur activité, ne trouvent pour parrain que des leaderships politiques, eux‑mêmes à la recherche de nouvelles formes de démonstration de puissance. L’ULF s’en accommode. Elle fait le choix de ne pas professionnaliser cette activité sportive tout en s’attribuant le rôle de garant de la transposition du système de « partage communautaire » (al-muhâsasa al-tâ’ifiyya) dans le champ du football, veillant à ce que les logiques proprement sportives demeurent régentées par les logiques politiques 20. C’est dans ces conditions que l’équipe nationale ne parvient guère à fédérer les passions des Libanais 21. Composée en effet de joueurs sélectionnés, selon des critères pas toujours transparents, par un entraîneur désigné par l’ULF, ses moyens demeurent dérisoires, ce qui affecte considérablement ses performances et la qualité de son jeu 22. Cette histoire, restituée ici à grandes lignes, est remarquablement illustrée par l’évolution des trois principales équipes beyrouthines, le Nejmeh, al-Ansar et le Ahed.

  • 23  Son budget pour la saison 2008-2009 s’élève à 1 750 000 dollars. Entretien avec un responsable du (...)
  • 24  Selon Traboulsi (1993, p. 294), le père de Sélim, était « un fabricant d’équipements de robinetter (...)
  • 25  Pour paraphraser Bonne 1995.
  • 26  Sur les stratégies de construction de son leadership, voir Bonne 1995.
  • 27  Selon Issam Suleiman, la majeure partie des membres du club al-Ansar a été intégrée au sein de la (...)
  • 28  Entretien avec Saleh Farroukh, janvier 2010.
  • 29  Sur le rôle des machines électorales à Beyrouth aux élections de 2000, voir Rizk 2002 (bibliog. ar (...)
  • 30  À titre d’exemple, le conseil d’administration d’al-Ansar comprend : Izzat Kuraytim, trésorier du (...)

13Financé aujourd’hui par Saad Hariri, le club al-Ansar 23 a été fondé en 1950, à Ghobayri, dans la banlieue sud de la capitale. Il s’établit à Beyrouth quatre ans plus tard et s’implante dans le quartier sunnite de Tarik al-Jedideh. Le riche dignitaire et homme d’affaires beyrouthin Sélim Diab 24, membre du conseil national de l’association des Makassed, prend sa direction en 1977 et y restera jusqu’en 2008, date à laquelle il confie cette fonction à son fils Karim. Au sortir de la guerre civile, al-Ansar se hisse au rang des principaux clubs de la première division. Entre 1990 et 1999, il remporte tous les titres de la Ligue 1 du Liban. Au début des années 1990, cherchant à construire son leadership dans la capitale par un investissement massif dans l’espace public beyrouthin et « ses structures décisionnelles et ses symboles » 25, Rafiq Hariri s’allie avec Sélim Diab et affiche son soutien à al-Ansar 26. Lors des élections de 1996, ce dernier est alors chargé de diriger sa machine électorale. Il implique le club dans la campagne en obtenant notamment son appui à la liste « la décision de Beyrouth » (lâ’ihat qarâr bayrût), conduite par Rafiq Hariri 27. En 1998, Sélim Diab prend la direction de l’Association de Beyrouth du développement social (ABDS), financée par Hariri et qui sert jusqu’à 2005 de cadre d’intervention politique pour celui-ci 28. En 2000, S. Diab dirige la machine électorale de la liste « al-Karâma » (la dignité) conduite par R. Hariri 29. Rafiq Hariri quant à lui devient parrain officiel d’al-Ansar… après avoir satellisé l’association des Makassed. Depuis 2005, al-Ansar est sponsorisé majoritairement par Saad Hariri. Son dernier conseil d’administration accueille désormais de hauts responsables du Courant du Futur 30. Fin 2007, quand al-Mustaqbal décide de s’institutionnaliser, Sélim Diab est nommé comme coordinateur général.

  • 31  Voir notamment un témoignage de son fondateur Anis Radhwan : http://abdogedeon.com/volleyball/Nouj (...)
  • 32  Sur l’histoire officielle du club, voir son site officiel : http://www.nejmeh.com/club/foundation. (...)
  • 33  Certaines sources évaluent ses supporters à l’époque à 30 000 personnes. Voir l’article de Ibrahim (...)
  • 34  En 1974, il connaît la gloire en accueillant le joueur brésilien Pelé lors de matchs amicaux et ga (...)
  • 35  Cette dernière affirmation tient compte des différents témoignages que nous avons recueillis auprè (...)
  • 36  Clubs détenteurs du titre du championnat du Liban : de 1990 à 1999 al-Ansar ; 2000 le Nejmeh ; 200 (...)
  • 37  Entretien avec Saadeddine Itani, secrétaire général du club, avril 2009.
  • 38  http://www.1stlebanon.net/liban/medgulf/ftfr.html.
  • 39  Le siège du club est situé au premier étage de l’immeuble al-Khodari dans la rue Afif al-Tibi .
  • 40  Sur le leadership haririste après l’assassinat de Rafiq Hariri, voir Gervais 2006.
  • 41  Parmi lesquels, Asaad Silini, Abdelatif Farchoukh et Mohammad Amin Daouk.

14Le Nejmeh, également identifié aujourd’hui au courant al-Mustaqbal, a été fondé en 1945 par des jeunes beyrouthins 31. Il obtient sa licence en 1947 et s’implante dans le riche quartier sunnite de Ras Beyrouth 32. Il sera le premier club musulman à connaître une ascension nationale 33. Présidé de 1969 à 2003 par l’homme d’affaires sunnite Omar Ghandour, il s’impose avant la guerre civile à la tête des formations de la première division. En remportant les championnats de 1971 et de 1974 et la coupe en 1971 34, il réussit à fédérer un public trans-confessionnel composé majoritairement de Sunnites et de Chiites 35. Mais la guerre civile libanaise marque cette équipe. Il faudra attendre la fin des années 1990 pour que celle-ci renoue progressivement avec son statut de première équipe d’avant-guerre 36. C’est d’ailleurs dans ce contexte que Rafiq Hariri va s’afficher comme soutien du club et devenir à partir de 2002 son « parrain principal » 37. En 2003, Mohammad Fanj, originaire de Saïda, employé chez Hariri car directeur du groupe d’assurance Med-Gulf dont ce dernier était le principal actionnaire 38, prend la place de Omar Ghandour à la tête du club tandis que son fils, Bahaeddine Hariri est nommé président d’honneur. Dans la foulée, sont entamés 39 des travaux de réhabilitation de son stade à Ras Beyrouth et de son siège à Tariq el-Jedideh. Au lendemain de l’assassinat de Rafiq Hariri 40, Mohamed Amin Daouk, avocat d’affaires sunnite de Beyrouth employé par les Hariri, ancien conseiller du Président Amin Gemayel et ancien responsable du journal al-Watan, est alors président de l’association al-Makassed ; les liens entre le club et al‑Mustaqbal se resserrent : désormais, la majorité des membres siégeant au conseil d’administration du club appartiennent à ce courant 41. Saad Hariri, nouveau maître de Qoraytem, est désigné comme président d’honneur.

  • 42  Les informations qui suivent proviennent essentiellement de nos entretiens avec Hajj Mohamed Assi (...)
  • 43  http://www.foma-co.com/profile.html.

15Pour sa part, au milieu des années 1980, le Ahed, identifié au Hezbollah, est racheté à son propriétaire d’origine. Il est réorganisé et restructuré sous la direction de Hajj Mohamed Assi (1984 à 1993), responsable de l’activité sportive du parti 42. Au sortir de la guerre civile, la présidence du club est confiée à Abdu Saad (1990-1995), personnalité chiite indépendante, connue pour ses positions favorables à la « Résistance ». En 1996, le Ahed accède à la première division sous la direction de l’homme d’affaires Amin Chari, aujourd’hui député du Hezbollah. Son stade, baptisé Abbas Moussaoui, du nom du deuxième secrétaire général du parti assassiné en 1992, est installé dans la banlieue sud de Beyrouth. En 1997, Ousama Halabaoui, un riche industriel chiite proche du parti et dirigeant le groupe Fomaco SARL 43, prend la direction du club. En 2008, pour la première fois de son histoire, le Ahed gagne le championnat du Liban et brise ainsi le monopole d’al-Nejmeh et d’al-Ansar. Quelques jours plus tard, il dédie cette victoire à Imad Moughnieh, chef militaire du Hezbollah assassiné en février 2008 à Damas.

  • 44  Sur la notion de za’îm voir Hottinger 1966, Johnson 1986 et Picard 2001. Sur le recul des za’âmât (...)
  • 45  Voir à ce propos Johnson 1986, p. 51.
  • 46  Dans son travail sur Saïda, Bonne (1995, p. 59) montre comment les actions de Hariri dans sa ville (...)
  • 47  L’histoire du haririsme reste certainement à écrire, en particulier celle de son ascension à Beyro (...)
  • 48  Nous faisons ici référence à l’idée de Johnson (1986, p. 48) selon laquelle le za‘îm maintenait so (...)

16Les transformations du parrainage des trois équipes transposent et retracent l’essor et l’évolution de deux nouveaux leaderships dans le Liban de l’après-guerre. Il faut évoquer d’abord le cas de Rafiq Hariri, nouvelle figure de l’entrepreneur politique, dont l’ascension incarne la formation d’un za‘îm hégémonique sunnite. Celui-ci après être devenu la personnalité dominante du paysage politique sidonien (Bonne 1995) accède au statut de leader national en se substituant aux vieilles za‘âmât sunnites traditionnelles beyrouthines en perte de vitesse depuis la fin des années 1970 44. Il remplit ainsi leurs fonctions médiatrices et régulatrices. Il place alors ses candidats à la municipalité de Beyrouth (Picard 2001c), prend le contrôle de la principale institution sunnite (l’association Makassed qui, en dehors de la période du mandat français, a toujours été contrôlée par la famille Salam ou ses proches alliés 45), s’empare des réseaux sociaux sunnites de la capitale (notamment celui des associations de familles) 46, où il y parraine de nombreuses structures urbaines fortement territorialisées (les deux principaux clubs de football de Beyrouth), s’allie avec des grandes familles (une partie des Daouk, anciens alliés des Salam, les Diab…), marginalise celles qui lui résistent (notamment les Ghandour) 47. Ses moyens d’action sont inédits. La fortune considérable de Rafiq Hariri a accru son autonomie politique, lui permettant de s’affranchir relativement de la « business community » 48.

17Il faut mentionner également le Hezbollah dont l’émergence instaure un nouveau rapport de force communautaire au Liban. À partir de la fin des années 1980, il offre à la communauté chiite, longtemps marginalisée et dépecée par la guerre et les exodes successifs, les moyens d’une visibilité sociale et politique dont elle a été privée par l’État central depuis sa création. Dans le contexte de l’inscription du parti dans le jeu politique institutionnel via sa participation aux élections législatives de 1992, la gestion du Ahed illustre sa volonté de s’afficher tant comme un acteur « libanisé » encourageant des activités civiles et ludiques, que comme organisation hégémonique en mesure également de rallier les riches les plus en vue de la communauté.

  • 49  Entretien avec un responsable d’al-Ansar, novembre 2009.

18Les liens publics de dépendance unissant al-Ansar, le Nejmeh et le Ahed à leurs parrains respectifs sont variés : financiers et plus enchevêtrés dans l’appareil d’al-Mustaqbal pour le premier, financiers et privilégiant une relation personnalisée avec le leader pour le second, politique et idéologique pour le troisième. Les trois clubs ont ainsi servi d’espace, à la fois symbolique et matériel, de mise en scène du pouvoir de ces partis et de leur leader sur des territoires amplement homogènes confessionnellement. Saisis par la politisation au lendemain de la guerre civile, al-Ansar, le Nejmeh et le Ahed participent de la construction du territoire politique de leur parrain. Ils matérialisent son autorité, la localise en « jouant de la proximité et de la contiguïté » (Abeles 1986). À mesure que s’affirmaient ces dépendances, se renforçait, dans le même temps, la communautarisation des clubs et leur instrumentalisation par leur parrain comme ressource territorialisée de pouvoir. Le « club n’est-il pas le chemin le plus court pour s’offrir une base populaire » 49 ?

Juin 2009 : le club, le parrain et le vote

19Dans ce contexte, quels ont été, le 7 juin 2009, les modes de rentabilisation de ces dépendances ? Quel a été l’usage de ces clubs lors de la mobilisation électorale ? Plus globalement, comment ces clubs participent-ils à la reproduction ou à l’accroissement du pouvoir du leadership dans leur lieu d’implantation et au-delà, via leurs supporters dans le reste du pays ?

20Le caza de Beyrouth, et plus particulièrement sa troisième circonscription, offre un site intéressant pour discuter de ces questions dans la mesure où il accueille les trois principales équipes du pays, toutes beyrouthines et par conséquent concernées directement par le vote de 2009. Elles le sont d’autant plus que le clivage sunnite/chiite y a été structurant.

21Formé de trois circonscriptions (Beyrouth I, Beyrouth II et Beyrouth III) et bénéficiant de 19 sièges au Parlement, le caza de Beyrouth est le plus petit à l’échelle du pays. Depuis les années 1960, il a constitué cependant un territoire électoral central pour les za‘âmât sunnites du pays, en raison du poids démographique de la communauté sunnite et du nombre de siège qui lui sont accordés.

Tableau 1 : Distribution confessionnelle des sièges dans les trois circonscriptions de Beyrouth lors des élections de 1960, 1964, 1968 et 1972.

Beyrouth I

3 Arm-orth, 1 Grec-orth, 1 Arm-cath, 1 Grec-Cath, 1 Maronite, 1 Protestant

Beyrouth II

1 Sunnite, 1 Chiite, 1 minorité

Beyrouth III

4 Sunnites, 1 Grec-orthodoxe

Source : Johnson, 1986, p. 28.

  • 50Al-Dauliyya lil-ma‘lumât 2009, p. 9, (bibliog. arabe).

22En juin 2009, ce caza comptait 447 351 inscrits (13,7% de l’ensemble du corps électoral) dont une majorité sunnite (45%), suivie par les Chiites (14%) et enfin les Arméniens-orthodoxes (10,7%) 50.

  • 51  Les cinq autres sont répartis sur : Chiites (1), Druzes (1), Orthodoxes (1), Minorités (1), Anglic (...)
  • 52  Pour les élections de 1992 et 1996 Beyrouth comptait une seule circonscription.

23La circonscription de Beyrouth III est, en revanche, la deuxième au Liban du point de vue du nombre des inscrits (252 524). Elle talonne celle de Baalbek-Hermel et dispose comme elle de 10 députés au Parlement, parmi lesquels cinq sont Sunnites 51. À majorité sunnite (65% de l’électorat), elle s’est révélée dès le scrutin de 1996 52, comme l’un des fiefs électoraux du haririsme, et a servi, à partir de 2000, de contrepoids au fief Baalbek-Hermel du Hezbollah où, en juin 2009, ce dernier a raflé sans surprise les 10 sièges en compétition.

  • 53Al-Dauliyya lil-ma‘lumât 2009, p. 97.
  • 54  Cette affirmation s’appuie sur l’ensemble de nos entretiens avec joueurs, responsables des équipes (...)

24En 2009, Beyrouth III compte 6 régions (manâtiq) : Ras-Beyrouth, Minet al-Hosn, Dar al-Mreissé, Zoqaq al-Blat, Mazraa, Mousaytbé. Son électorat, majoritairement sunnite, est concentré dans les quartiers de Mazraa, Mousaytbé et Ras-Beyrouth qui comptent respectivement 80 490, 68 140, et 32 315 inscrits 53. L’électorat chiite, quant à lui, est concentré à Zoqaq al-Blat qui compte 47 655 inscrits. Mazraa abrite les sièges du Nejmeh et d’al-Ansar, Ras-Beyrouth accueille le stade du Nejmeh et les trois quartiers constituent le lieu d’action de leurs principales fédérations de supporters 54.

Tableau 2 : Nombre d’inscrits dans Beyrouth III pour les élections de 2009.

Inscrits

Votants

%

Ras-Beyrouth

32 315

12 567

38,9

Minet al-husn

13 434

2 479

18,5

Dar al-Mreissé

11 106

4 400

39,6

Mazraa

80 490

38 225

47,5

Mousaytbé

68 140

27 818

40,8

Zoqaq al-Blat

46 655

17 399

37,3

Source : Information international SARL, 2009, p. 97.

25En se plaçant dans le temps court de la campagne électorale, il semble difficile de prétendre débusquer une immixtion significative et directe du football dans les dispositifs de mobilisation électorale de juin 2009. Son usage y apparaît surtout symbolique. Car, même si des joueurs, dirigeants ou membres des fédérations de supporters y ont pris part, leur implication s’est faite sur un mode individuel, n’engageant guère publiquement le club.

  • 55  Voir Faghali 2010.

26Trois faits principaux éclairent à notre sens cette indifférence apparente à l’élection. Le premier a trait à la forte polarisation qui a marqué la scène libanaise depuis 2005, éreintant voire neutralisant l’effet des injonctions de court terme dans la campagne. Ceci a été particulièrement vrai à Beyrouth III qui a connu le taux le plus élevé de votes pour des listes électorales * complètes (donc sans panachage ni rature) depuis 1992, toutes circonscriptions confondues 55. Dans la circonscription de Beyrouth III, à l’instar d’autres scènes de mobilisation potentielle, le football a eu un impact direct négligeable dans le moment électoral, en raison de la certitude des acteurs politiques quant à l’issue du scrutin dans les territoires d’implantation des clubs qui leur sont identifiés.

  • 56  Conduite par Rafiq Hariri, la liste du « 14 mars » comprenait Tamam Salam, Mohamed Qabani, Omar al (...)
  • 57  Le Akkar vient en deuxième place avec 63%. Voir Information International SARL 2009, p. 289

27De fait, dans Beyrouth III, la victoire de la liste conduite par Saad Hariri ne souffrait d’aucun doute 56. Elle a d’ailleurs obtenu 75% des voix - celle de l’opposition 6,2%  - réalisant ainsi son plus fort score national 57. Seul le quartier de Zoqaq al-Blat a dérogé à la règle en raison du poids du confessionnalisme politique, 89% des votants sunnites ont donné leur voix à la liste « 14 mars » et 90% des Chiites à l’opposition.

Tableau 3 : Répartition du « 8 mars » et du « 14 mars » selon les communautés dans Beyrouth III.

Communauté

Inscrits

Votants

%

Moyenne

« 8 mars »

%

Moyenne

« 14 mars »

%

Sunnites et Druzes

168 407

80 710

47,9

4 926

6,1

71 235

88,3

Chiites et Alaouites

35 900

15 150

42,2

13 200

87,1

1 300

8,6

Chrétiens

43 800

8 375

19,1

3 260

38,9

4 060

48,5

Juifs

4 900

5

0,1

0

0

5

100

Total

253 007

104 240

41,2

21 386

20,5

76 600

73.5

Source : Faghali 2010.

  • 58  Rappelons ici que « les Libanais sont inscrits à l’état‑civil et, dès leur majorité, sur les liste (...)
  • 59  Cette affirmation s’appuie sur notre observation du public de ce club, lors d’un match l’opposant (...)

28Le second fait renvoi au décalage entretenu par la loi électorale libanaise entre population officiellement enregistrée sur les listes électorales et population réellement résidente sur le territoire de vote (« pays réel » et « pays légal ») 58. Ceci est particulièrement valable dans le cas du club du Ahed en raison de l’ambivalence de son implantation territoriale. Rattaché administrativement à Beyrouth, il est dans les faits implanté dans la banlieue sud de la capitale, eu égard à la fois à l’emplacement de son stade, à l’espace de vie de ses joueurs et de sa direction, et au poids de ses fédérations de supporters. Or, sur ce territoire, situé dans la circonscription de Baabda, ce décalage induit par l’immigration et les déplacements forcés, y atténue fortement l’usage du club le Ahed à des fins électoralistes de court terme. Ainsi, la majeure partie des Chiites résidant dans la banlieue sud est inscrite dans le sud du pays ou à Baalbek-Hermel. Même à Beyrouth , et notamment dans les quartiers chiites, les fédérations de supporters du Ahed sont peu implantées et l’image du club demeure très liée à la banlieue 59.

  • 60  Johnson (1986, p. 86) évoque pour l’élection législative de 1972, les performances de la machine d (...)

29Le troisième fait est relatif au rôle de premier plan que semblent attribuer les diverses hégémonies partisanes et/ou communautaires aux « machines électorales » en temps d’élection 60. Celles-ci, bien rôdées depuis 1992, ayant acquis une connaissance très fine de la géographie des territoires de vote et accumulé une expérience très ingénieuse de la mobilisation, s’avèrent fonctionner comme le maître d’œuvre des campagnes, notamment depuis 1996. Leurs fonctions consistent à « organiser à mettre en place un dispositif permettant d’atteindre l’électeur à travers le réseau de service et de relations traditionnelles et son acheminement vers le bureau de vote » (Sader 1998).

30Leurs stratégies de mobilisation, centralisées et hiérarchisées, semblent prendre appui prioritairement sur les réseaux de solidarité primaire des inscrits (familiaux, confessionnels…). Elles emboîtent les réseaux secondaires (associatifs, professionnels, sportifs…) comme relais d’un dispositif directement inscrit dans les logiques militantes et contrôlé par des appareils partisans ou institués. Véritable outil de guerre en temps de trêve électorale, ces « machines » disposent de moyens matériels et humains considérables, centralisent des compétences diverses, fédèrent des réseaux fluides. Elles agissent le jour du scrutin avec force pour faire pression sur les indécis, garantir le déplacement des inscrits aux bureaux de vote, contrôler leur scrutin… En amont, elles interviennent avant et pendant la campagne pour réactualiser les listes des inscrits, définir leurs lieux de résidence et leurs circonscriptions de référence, réanimer les réseaux de soutien dans les quartiers, recueillir les doléances des résidents afin de les transmettre aux candidats, offrir des services à l’inscrit et, le jour du scrutin, assurer son transport, assurer la logistique de la campagne et du vote, acheter des voix (Sader 1998, p. 498-499)…

  • 61  Entretien.

31Émanant pourtant d’un courant politique qui a entamé sa structuration après 2005, la machine électorale du courant al-Mustaqbal en est une des meilleures illustrations. Structure éphémère, reconstituée à chaque élection, elle s’impose, déjà lors de la compétition de 1996 à Beyrouth, comme la plus grosse structure en lice (Suleiman 1998, p. 175), disposant d’un budget de 30 millions de dollars (Sader 1998, p. 507). En 2009, elle est mise sur pied cinq mois avant l’élection. Elle est alors composée de 26 membres nommés par la direction du courant, chargé chacun d’une circonscription, et est présidée par Sélim Diab (toujours président d’honneur du club al-Ansar au moment de l’élection). Son rôle est de planifier la campagne sur les plans politique, financier et organisationnel, et de superviser son déroulement via d’autres « machines » relais implantées dans chaque circonscription. « La répartition et la spécialisation dans les tâches », explique Saleh Farroukh 61, le vice-coordinateur du courant, est le secret de sa réussite. Son action se décline dans plusieurs domaines d’intervention : « la mobilisation populaire », « les références des familles », « les observateurs dans les bureaux de vote », « le transport », « la publicité électorale », « les médias », « les candidats », « le budget »… Toutefois, soutient-il, le mot clé de la mobilisation électorale est sans conteste l’intervention structurée autour des « références des familles ». L’exercice consiste d’abord à dresser dans chaque circonscription la cartographie d’inscrits par nom de famille, les membres de chaque liste/famille seront ensuite classés par leur affinité au courant al-Mustaqbal ; on désigne enfin un des leurs, militant ou fidèle du courant bien entendu, comme chargé du vote des inscrits de sa famille. On met à sa disposition les moyens nécessaires pour l’accomplissement de sa tâche (téléphone portable, voitures et frais divers) et il est chargé alors de convaincre les indécis et de s’assurer du vote des sympathisants.

  • 62  Dérobée dans la mesure où aucune des équipes ne revendique publiquement son implication dans les é (...)
  • 63  Sur les services sociaux du Hezbollah, voir Catusse et Alagha 2008.

32C’est dire que mobiliser pour le vote est une action qui nécessite des pratiques, des compétences et des modes de dépendance convoquant une mobilisation des identités primaires. Dans ce contexte, à l’instar d’autres structures financées par le parrain, l’équipe de football sert, souvent discrètement 62, comme un réseau susceptible de fournir des informations sur l’électorat, une main d’œuvre mobilisable dans la campagne et des voix au moment décisif. Ces fonctions peuvent, d’ailleurs, allègrement s’accommoder de la disjonction entre territoire du vote et territoire de résidence. Les habitants de la banlieue sud, inscrits sur des listes électorales dans la Bekaa ou le Sud-Liban, en allant voter le jour du scrutin dans leur village d’origine, ne s’affranchissent pas des solidarités consenties ou forcées, construites dans leur lieu de vie. Le Ahed, comme d’autres institutions sociales du Hezbollah concourent à leur entretien 63.

33Néanmoins, malgré son usage discret, le football a aussi été mêlé plus directement à l’élection. Deux exemples donnent à voir son investissement comme ressource de légitimation en juin 2009. Le premier est fourni par le « 8 mars » qui a choisi comme tête de liste à Beyrouth III, Omar Ghandour, l’ancien président du club le Nejmeh. Cette personnalité proche de l’ancien Premier ministre Sélim al-Hoss n’a jamais eu de visibilité politique. La seule raison qui a justifié pourtant sa position sur la liste de l’opposition a trait à son image dans l’espace footballistique libanais. Omar Ghandour, qui est resté 34 ans à la tête de l’équipe beyrouthine, symbolise la figure du notable beyrouthin que le leadership haririste n’a pas réussi à rallier.

  • 64  Le 21 février 2005, le conseil d’administration du club se réunit et décide de baptiser le stade d (...)
  • 65  Comme l’entonnait la chanson du meeting. Rendant compte de ce rassemblement, le journal al-Mustaqb (...)
  • 66  Les hauts parleurs se chargeront de le transmettre dans tout le quartier et la chaîne al-Mustaqbal(...)
  • 67  « La population de Beyrouth d’abord, le repos de Beyrouth d’abord, et la dignité de Beyrouth d’abo (...)

34Le second exemple est offert par le « 14 mars ». Le 7 mai 2009, Saad Hariri, tête de liste de la troisième circonscription de la capitale (Beyrouth III), donne le coup d’envoi de sa campagne. Il présente sa liste au stade de Nejmeh à Ras-Beyrouth, baptisé du nom de son père Rafiq Hariri 64, lequel avait choisi le stade municipal situé à Tariq el-Jedideh dont il avait financé les travaux, pour tenir, en 1996, son grand meeting électoral. Le message fort du rassemblement, tenu dans la ville « bien-aimée de Rafiq Hariri et princesse de Saad Hariri » 65, est simple. S’adressant à un public majoritairement jeune composé en partie des supporters du Nejmeh 66, il déclare en effet : « Les habitants de Beyrouth d’abord, le bien-être de Beyrouth d’abord et la dignité de Beyrouth d’abord, d’abord et d’abord » 67. Un an jour pour jour après les évènements du 7 mai 2008, l’évocation de ce que les médias du Futur avait appelé « la ghazoua de Beyrouth » se voulait à peine allusive, d’autant plus que la campagne électorale du Courant du Futur se menait désormais sous le slogan de « Et le ciel est bleu ! » (wil sama’ zar’a, qu’on pourrait traduire par Ils ne passeront pas ! No pasaran !). La teneur du meeting renseigne sur la signification de l’association entre la troisième circonscription de la capitale et le stade du Nejmeh. L’espace sert certes à mobiliser une base populaire à des fins électoralistes. Il permet surtout une mise en scène cérémoniale du pouvoir de Saad Hariri sur Beyrouth III en tant que lieu convoquant un registre d’identification spatial symbolique et intelligible pour son électorat sunnite.

35Les modes dérobés et publics que recouvre l’usage du football dans la campagne de 2009, nous invite à interroger son rôle sur le long terme.

Le club et la « passion partisane »

36Moins qu’un cadre de mobilisation directe dans un scrutin joué en grande partie à l’avance (accord de Doha et adoption de loi électorale de 1960), les trois clubs semblent surtout avoir servi leurs parrains sur le long terme de deux manières. Ils ont d’abord été un dispositif d’encadrement à la faveur de l’hégémonie partisane établie sur le territoire de leur implantation. Ils ont été ensuite un outil de mise en scène agressive des identités communautaires via des affrontements ritualisés (matchs) ou réels (violence à l’occasion des matchs).

L’encadrement social

Entretien 1 (le Ahed) : « Nos joueurs ne sont pas des professionnels, ils touchent une rémunération variant entre 500 et 800 dollars par mois. Pour chaque match gagné ils ont une prime de 100 dollars minimum. Ils sont médicalement pris en charge par le club. »

Entretien 2 : (le Nejmeh) : « En tant que responsable du comité des supporters, tous mes déplacements étaient pris en charge ainsi que ma nourriture. Je touchais 50 dollars par match » (responsable de 1993-2005).

Entretien 3 (le Nejmeh) : « Les fédérations de supporters de l’équipe étaient partout, on se réunissait pour organiser des rencontres avec les joueurs vedettes dans nos quartiers, préparer les matchs, distribuer les drapeaux. La direction du club organisait des dîners annuels avec les comités des supporters en présence du président d’honneur de l’équipe, Bahaeddine Hariri ».

Entretien 4 (al-Ansar) : « Issam ‘Ayyad est l’une des figures les plus connues du club al-Ansar, c’est “le chef d’orchestre” des supporters de l’équipe. Il est payé par Sélim Diab (ancien président de l’équipe). Il raconte comment on lui a demandé une fois de mobiliser 150 personnes pour aller à Qoraytem devant la maison de Saad al-Hariri. »

Entretien 5 (al-Ansar) : « Nous avons des fédérations de supporters presque partout dans le pays. Les plus fortes sont situées dans Tariq el-Jedideh et le nord (Tripoli et le Akkar). Nous dédions la coupe au dâ‘im al-awal (le premier supporter) »

37Comme en témoignent ces extraits d’entretiens, le club apparaît, dans la réalité de son usage sur le long terme, comme une institution de proximité, financée par un parrain (parti ou leader), offrant un service social aux jeunes et moins jeunes convertible en ressource de légitimation. Il est ainsi au centre d’une « transaction » (matérielle et symbolique) qui est au fondement de la relation leader(s)-followers (Baily 1971). Il est partie prenante d’un réseau dense d’associations et de structures financées toutes par le même parrain et combinant des activités d’entraide, des prestations sociales, religieuses, politiques, éducatives, sportives…

  • 68  Nous disposons de très peu de données économiques et sociologiques sur ce quartier. Les plus récen (...)

38À titre d’exemple, bastion électoral aujourd’hui du haririsme 68, le quartier de Tariq el-Jedideh montre le fort entrelacement des différentes actions sociales, culturelles, politiques voire sécuritaires, soutenues par le Courant du Futur. Investi dès le début des années 1990 comme un premier espace de construction de son leadership dans la capitale, ce quartier, qui abrite l’association Makassed, a bénéficié de la première école et du premier dispensaire financés par Rafiq Hariri à Beyrouth. Il a procuré, à travers al-Ansar, la première équipe de football identifiée au leader.

39Ce réseau élaboré et complexe participe de la fixation de l’individu dans sa communauté en le rattachant au parrain au moyen d’un « enchaînement de dépendances consenties » (Lagroye 2003, p. 47-69). Il relève à la fois de logiques de proximité territoriale, inscrivant la légitimité du parrain dans la vie quotidienne de ses followers, et de logiques nationales soutenant sa velléité hégémonique sur toute la communauté.

  • 69  À titre d’exemples, pour la saison 2007-2008, le Ahed avait comme seul client la chaîne al-Manâr d (...)
  • 70  Les indemnités les plus élevées sont celles d’al-Ansar et du Nejmeh (700 à 1500 dollars). Dans le (...)
  • 71Al-rasûl al-a‘zam pour le Ahed et al-makassed pour le Nejmeh et al-Ansar.
  • 72  Entretien avec un joueur.

40En ce sens, le club est une structure verticale et hiérarchisée, investie dans ses instances dirigeantes par des cadres de l’appareil politique du parrain et dotée d’un conseil d’administration où ces derniers sont majoritaires. En l’absence de ressources publicitaires dans le pays 69, son budget se présente comme une dotation du parrain. Il sert à employer des permanents administratifs, à recruter et entraîner des dizaines de jeunes, répartis par tranche d’âge dans les différentes formations du club. Les joueurs de l’équipe des seniors sont rémunérés sous forme d’indemnité 70 et de primes pour chaque match joué. Ils sont en outre pris en charge ainsi que leur famille dans les hôpitaux du parrain 71. Leurs parents bénéficient d’une aide pour la scolarisation de leurs enfants. Dans un pays où le tiers de la population vit dans la pauvreté et la précarité, être recruté par un club de la première division met le jeune joueur à l’abri du besoin. Il est seul face à la direction du club. Il ne peut changer d’équipe sans son aval et ne dispose d’aucun recours pour se défendre. Toutes les tentatives de constituer une organisation professionnelle de joueurs n’ont jamais abouti 72.

  • 73  Le site officiel de l’équipe annonce que les sessions de formation en direction des jeunes sont or (...)

41Loin de se limiter à ses seuls joueurs, la fonction tribunitienne assurée par le parrain et les pratiques clientélistes qu’elle recèle – entendues ici comme « un système d’échanges interpersonnels non marchands de biens et de services échappant à tout encadrement juridique entre agents disposant de ressources inégales » (Briquet et Sawicki 1998, p. 2) – s’adresse surtout à la population du territoire qui accueille le club. Habitants des quartiers environnants et supporters profitent à leur tour des biens matériels et symboliques générés par la présence de l’équipe dans leur espace de vie. Cette dernière leur offre une insertion dans un vaste réseau de relations sociales, voire politiques leur proposant des activités et des services. À titre d’exemple, les directions du Nejmeh, d’al-Ansar et du Ahed organisent des « écoles footballistiques » gratuites qui accueillent durant les longues vacances d’été sur leurs stades respectifs des centaines d’enfants des quartiers voisins dont les parents ont rarement les moyens de financer leurs activités para-scolaires 73.

  • 74  Un ancien responsable du comité des supporters du Nejmeh nous affirme avoir touché 50 dollars par (...)

42Ces trois clubs donnent une importance prédominante aux fédérations de supporters dont ils encouragent l’implantation et la structuration. Les supporters se rassemblent par amour du club qui les égalise et les allie, indépendamment de leurs appartenances sociales et territoriales d’origine, sur la base de la passion du football, de l’attachement au quartier, de l’adhésion à des emblèmes (le logo, les chants, les maillots), de la célébration collective de la force, de la victoire et du drame que représente la défaite. Ils sont encadrés par des membres actifs qui assument des tâches d’organisation (collectes d’adhésion, distribution de maillots et de drapeaux aux supporters…) et d’animation (notamment des orchestres du club). Certes, depuis l’interdiction de la présence du public dans les matchs nationaux, ces fédérations ont perdu leur principale scène d’action (les stades). Leur poids a faibli et leur capacité d’encadrement s’est amoindrie. Toutefois, elles continuent à jouer leur rôle dans la mobilisation des jeunes lors des matchs régionaux et amicaux (notamment la coupe d’Asie), ainsi que lors des entraînements ou à travers l’organisation des activités et rituels spécifiques à chaque équipe (dîner de Ramadan avec le parrain, fêtes à l’occasion de l’obtention des distinctions, visites des joueurs vedettes dans les écoles publiques et privées, organisation de soirée dans les quartiers, etc.). Être membre actif d’une fédération (ou plus encore son coordinateur) valorise le jeune en l’inscrivant dans des pratiques partagées, lui permettant souvent d’assumer un rôle dans le groupe, d’accéder à des formes d’aides voire même des faveurs personnalisées 74. Ce statut, qui instaure des relations durables d’échanges matériels et symboliques inégales avec le parrain, généralement diffuses, implique une « forme d’obligation morale » (Briquet et Sawicki 1998, p. 7) unissant le supporter au « patron » de l’équipe.

  • 75  S. Eisenstadt et L. Roniger, 1984, Patrons, Clients and Friends, Interpersonal Relations and the S (...)
  • 76  Ainsi, nous pouvons lire dans le journal al-Mustaqbal : « Le président du bloc parlementaire du Co (...)

43Aussi, si ces « dépendances entretenues » (Lagroye 2003, p. 47-69) reposent sur la « passion du ballon rond », elles sollicitent dans le même mouvement la « volonté d’obéir » au leader. Elles fonctionnent en ce sens comme un accord informel basé sur une loyauté personnelle et réciproque 75. Elles procurent au parrain gratitude et signe de puissance ritualisés par des visites à son domicile (bayt) 76 ou encore une cérémonie qui voit le capitaine de chacun des trois clubs dédier à chaque victoire la coupe ou le trophée à qui de droit, reconnu comme responsable de la victoire : « le chef de Qoraytem », Saad Hariri, pour le Nejmeh et al-Ansar et le « chef de la résistance », Hassan Nasrallah, pour le Ahed.

Affrontement symbolique et violence

Slogan des supporters du Ahed : « Allah, Nasrallah wa‑l‑âhiya kulla » (Dieu, Nasrallah et toute la banlieue)

Slogan des supporters de al-Ansar : « Allah, al-Hariri wa‑l‑Tariq al‑Jadida » (Dieu, Hariri et Tariq el-Jedideh)

Entretien 1 : (responsable dans l’équipe al-Ansar) « Le stade est un lieu idéal pour provoquer des crises politiques et libérer al-ihtiqân (la tension). Au lendemain de l’assassinat de Rafiq Hariri, les slogans confessionnels sont apparus d’abord dans les stades. »

Entretien 2 : (joueur chiite à al-Ansar) « après les évènements de 2008, je n’osais plus trop fréquenter le quartier de Tariq el-Jedideh de peur de me faire remarquer comme chiite. Quand j’y allais et pour passer inaperçu je mettais le maillot d’al-Ansar. »

Entretiens 3 : (journaliste proche du « 8 mars ») « après 2005, certains supporters chiites ont pris l’habitude d’attaquer la mosquée Omar Ibn al-Khattab située à proximité du stade municipal ».

  • 77  La loi d’amnistie du 26 août 1991 couvre les crimes commis jusqu’au 28 mars 1991 à l’exception des (...)

44Basée sur l’amnistie des crimes de guerre et l’amnésie 77, la réconciliation tronquée de l’après-guerre civile ne permet qu’une pacification relative de la vie sociale et politique dans le pays. Elle contribue à maintenir la violence comme recours potentiel et latent pour le règlement des conflits internes et altère tous les espaces sociaux. Le football n’en fait pas exception. Au sortir de la guerre, l’institution des clubs comme structures mobilisant une adhésion spatiale et émotionnelle, inscrite dans un territoire confessionnellement uniformisé, leur investissement progressif ensuite par des acteurs politiques communautaires, en a fait l’un des outils de prédilection destiné à attiser l’altérité et à entretenir la conflictualité. Les stades deviennent alors un baromètre et un exécutoire des tensions politiques et communautaires dans le pays. Les combats armés d’hier se transforment, pour reprendre l’idée de Norbert Elias (1995), en « loisirs civilisés », portés par 11 joueurs en uniforme mimant aux yeux de leur public des affrontements réels et convoquant un ethos guerrier vivace. Le match est alors vécu non seulement comme un spectacle de divertissement mais aussi, et surtout en temps de crise, comme un combat, ritualisé certes, mais où on se mesure à l’adversaire (l’équipe de l’autre communauté), exhibe sa force, exprime sa colère ou son « ihbât » (déception).

45De l’avis général des journalistes sportifs, la conjonction entre crise et violence dans les stades a marqué l’histoire du football libanais de l’après-guerre. À Bourj Hammoud dans le quartier arménien de Beyrouth, au stade municipal de Tariq el-Jedideh ou de la Cité sportive sur la route de l’aéroport ou dans les stades de Saïda et de Tyr, les crises politiques débordaient dans les stades. Des violences y éclataient régulièrement, nécessitant souvent l’intervention de l’armée.

  • 78  Citons, à titre d’exemple l’agression d’un joueur chiite du Nejmeh, proche du mouvement Amal, atta (...)

46L’exacerbation de la crise politique et l’apparition d’un nouveau cycle de violence, à partir de 2004, s’alimentent et alimentent la communautarisation du football. À Beyrouth III, des jeunes, notamment les supporters des trois clubs dans les quartiers de Barbour, Tariq el-Jedideh et la banlieue sud de Beyrouth, prennent part activement à l’engrenage confessionnel 78. Spontanés ou prémédités, des slogans confessionnels font leur apparition au lendemain de l’assassinat de Rafiq Hariri sur les gradins, scandés notamment par des supporters du Nejmeh, d’al-Ansar et du Ahed, entraînant rixes et débordement violents.

  • 79  Entretien avec un joueur de l’équipe nationale, Beyrouth, avril 2010.

47L’Union libanaise de football décrète alors, pour la saison 2005-2006, l’interdiction de la présence du public dans les matchs nationaux ; une décision qui semblerait avoir été imposée par l’armée 79, débordée par le contexte sécuritaire très fragile dans le pays.

  • 80  Dans tous nos entretiens ce match a été évoqué comme un moment emblématique de la transposition du (...)
  • 81  Cette mesure est restée en vigueur pour la saison 2009-2010.
  • 82  Ce quartier rattaché administrativement à Beyrouth et foncièrement à Mazraa est situé entre, au no (...)
  • 83  Le 25 janvier 2007 à l’université arabe, des heurts opposant des étudiants proches du Hezbollah à (...)
  • 84  L’un des slogans recommande ainsi : « Tuez-les, le sang des Sunnites brûle ».
  • 85  Nous tenons cette information de plusieurs sources y compris proches politiquement de ces joueurs.

48Début 2006, le match opposant l’équipe nationale du Koweït à celle du Liban dans le cadre de la coupe d’Asie marque les esprits 80. Les jeunes supporters libanais censés être unis derrière leur formation nationale s’y divisent en deux groupes. Le premier brandissant des slogans outrageux à l’égard du Hezbollah et de Hassan Nasrallah et le second à l’encontre d’al-Mustaqbal et de Saad Hariri. À partir de 2006, et malgré le huis clos imposé dans les stades 81, des supporters et joueurs des trois équipes participent aux affrontements opposants chiites à sunnites dans Beyrouth. En janvier 2007, le quartier pauvre de Tariq el-Jedideh82, situé à la frontière de la banlieue sud et abritant l’Université arabe et la Cité sportive, sera le théâtre de ce que la presse a baptisé le « jeudi noir » 83. La peur de l’Autre (chiite ou sunnite) se propage et se renforce 84. On ne se sentira jamais autant en sécurité que dans son propre quartier et on ne s’aventurera plus à aller dans le quartier ennemi. En mai 2008, des joueurs prennent part aux combats armés à Msaytbé et Ouzaï 85.

49Ainsi, il apparaît qu’entre 2005 et 2009, « la passion du ballon rond » a fourni un réservoir intarissable pour relancer le cycle d’agressions et représailles, raffermir des lignes de démarcation confessionnelle entre le Beyrouth sunnite pauvre et la banlieue sud, réveiller les peurs et renouer avec le souvenir de la guerre, à la faveur d’une « passion partisane » (Bromberger 1996-1997) soudée par la ‘asabiyya communautaire. Elle a été investie pour libérer les démons, réactiver les sentiments de vengeance et de rancune et souder in fine la solidarité interne des groupes. La surenchère violente qui a jalonné la campagne électorale ne faisait ainsi qu’en cueillir les dividendes.

Le cas Nejmeh ou « l’épuration confessionnelle programmée » ?

50À partir de 2005, le club le Nejmeh est un réceptacle emblématique de cet engrenage - même si celui-ci a été diversement partagé et vécu par ses différents protagonistes.

  • 86  Tous sunnites par ailleurs.

Entretien 1 (journaliste sportif dans un quotidien proche du « 8 mars ») : « Omar Ghandour (président du Nejmeh de 1969 à 2003) était très soucieux de l’image trans-confessionnelle du club. C’est pourquoi il a tenu à le protéger des interférences politiques. Rafiq Hariri a financé le Nejmeh car ce club était une institution beyrouthine de taille. Mais il ne l’a pas instrumentalisé. Après son assassinat, Sélim Diab (coordinateur général du Courant du Futur et président de al-Ansar) est devenu un des hommes les plus forts dans le Courant du Futur. C’est de fait lui qui a pris la direction effective du Nejmeh. Il a voulu affaiblir le Nejmeh pour imposer son propre club al-Ansar comme la première équipe de Beyrouth. Il s’est allié avec Rahif ‘Allama (membre de la direction de la Ligue de Football) pour se débarrasser du public chiite du Nejmeh. Sélim Diab a œuvré sans état d’âme pour intégrer totalement le Nejmeh dans les rouages du Courant du Futur. Il a modifié sa direction, désigné des personnes proches de lui dans son conseil d’administration comme Abdellatif Farchoukh, Muhîb Ittani, Mohammad Fawaz 86 … ».

Entretien 2 (journaliste sportif dans un quotidien proche du « 14 mars ») : « On ne peut pas parler du cas du Nejmeh sans tenir compte du contexte de l’alignement communautaire très exacerbé dans le pays. Au lendemain de l’assassinat de Rafiq al-Hariri, le public du Nejmeh s’est divisé entre “8 mars” et “14 mars”. En 2006, Tariq el‑Jedideh a connu des rixes opposant ses supporters sunnites aux Chiites (…) Oui, pendant trois ans (2005-2008), on a tenté d’opérer un nettoyage confessionnel dans le club, on ne pouvait pas tolérer des supporters opposés à Saad Hariri dans une équipe financée par ce dernier. Mais ces tentatives ont finalement échoué. Saad Hariri s’en est rendu compte. La nouvelle direction du Nejmeh (élue début 2009) est décidée à redresser la situation. Elle a d’ailleurs publié un communiqué fustigeant la politisation du football ».

Entretien 3 (Hassan Kan‘ân, ancien responsable du Comité des stades du Nejmeh) : « Avant le Nejmeh était considéré comme l’équipe de tous les Libanais. Nous étions comme une seule famille. L’équipe a renforcé les liens entre les différentes communautés. Il y avait dans sa direction Pierre Dhaher (homme d’affaires proche des Forces libanaises) et Hassan Mansour (homme d’affaires chiite). Après l’assassinat de Hariri, ils ont tout fait pour politiser le Nejmeh et le mêler dans les affaires du Courant du Futur. Lors de la dernière réunion de la Fédération des supporters à laquelle j’ai participé, des responsables sont venus nous demander d’aller nous recueillir sur la tombe de Rafiq Hariri et nous ont incités à participer aux rassemblements du “14 mars”. Ils ont marginalisé et encerclé les fédérations chiites. En octobre 2005, nous n’avons pas été conviés au dîner d’al-Iftar (organisé tous les ans à l’occasion du mois de Ramadan). Fin 2005, nous étions 250 à 300 membres à présenter notre démission. Après cette crise, je peux vous affirmer que 10 à 15% seulement du public chiite du Nejmeh a rejoint le Ahed ».

  • 87  Tous les clubs commémorent cet évènement. Pour ceux financés par Hariri, cette commémoration revêt (...)
  • 88  250 à 300 membres actifs des comités de supporters ont démissionné fin 2005.

51Il ne s’agit pas dans le cadre de cet article de restituer « ce qui s’est réellement passé » à partir de 2005 dans le Nejmeh. Néanmoins, notre enquête nous autorise à affirmer qu’au lendemain de l’assassinat de Rafiq Hariri, l’affiliation du Nejmeh au Courant du Futur est devenue tout à la fois plus visible et moins tolérable pour une large partie de son public chiite (et même joueurs chiites). Certaines nouvelles mesures ont été vécues comme une provocation destinée à mettre fin à leur adhésion au club (changement du nom du Stade du Nejmeh qui porte depuis fin 2005 le nom de Rafiq Hariri, la mise sur le site du club du slogan du Courant du Futur « min ajli al-haqîqa » (Pour la Vérité), utilisation du stade du Nejmeh pour des meetings politiques, appel public de la direction du club à commémorer l’anniversaire de l’assassinat de l’ancien premier ministre 87…). Ne se reconnaissant plus dans le Nejmeh, des supporters chiites 88 l’ont déserté. Plusieurs responsables et animateurs des comités de supporters dans la banlieue sud, le Sud Liban ou la Bekaa ont démissionné et certains parmi eux ont rejoint le Ahed. Si, de l’avis de plusieurs commentateurs, cette situation a affaibli le football libanais, elle semble surtout avoir mis fin à la sympathie trans-confessionnelle dont jouissait le Nejmeh.

52Une question néanmoins s’impose : y a-t-il eu une action délibérée de la part de l’ensemble ou d’une partie de la direction du club ou du Courant du Futur pour écarter ces supporters chiites ? Autrement dit, peut-on voir dans cette crise une volonté délibérée de la part d’al-Mustaqbal de parfaire la communautarisation de ce club beyrouthin ?

  • 89  En octobre 2005, sous la « guidance et le soutien de Monsieur Bahaeddine Hariri, le successfull ho (...)

53Difficile d’y apporter une réponse concluante même si plusieurs indices portent à valider l’hypothèse de l’action délibérée. Tout en restant très discrète sur les remous qui ont secoué le Nejmeh à partir de 2005, la direction du club évoque aujourd’hui un « mouvement réformateur » (haraka tashihiyya), entrepris par le nouveau conseil d’administration, élu fin 2008. Pour leur part, d’anciens supporters de la banlieue sud du club, et notamment l’ancien responsable de son comité d’encouragement national (lajnat al-tachjî‘), affirment que la direction du Nejmeh, conduite par Amin Daouk à partir d’octobre 2005 89, s’est ingéniée à faire le ménage dans le club et à le désemplir de ses supporters chiites pour en faire un outil sunnite au service de Saad Hariri. Des journalistes sportifs de la presse proche du « 14 mars » reconnaissent, quant à eux, que la transposition de la polarisation politique chez les supporters de l’équipe était devenue ingérable pour sa direction.

  • 90  Gervais montre comment Rafiq Hariri dont la stratégie transcommunautaire reposait sur « l’investis (...)

54Or, indépendamment des intentions réelles ou présumées de ses acteurs, la mainmise complète d’al-Mustaqbal sur le Nejmeh reflète l’évolution du leadership haririste lui-même, au sens où elle consacre l’achèvement d’une tendance lourde, déjà à l’œuvre du temps de Rafiq Hariri : l’abandon de toute velléité transcommunautaire 90, naguère affichée par cet entrepreneur politique au profit d’une communautarisation et une territorialisation de son pouvoir. Cette conclusion serait sans doute intéressante à analyser et à discuter à partir d’autres scènes que le football.

55Quoi qu’il en soit, l’affaire du Nejmeh a participé de la radicalisation des tensions communautaires et du marquage confessionnel des territoires qui pesaient de tout leur poids sur le pays depuis 2005. À travers les passions collectives qu’elle a suscitées, elle a ainsi grossi et raffermi la tension (al‑ihtiqân) Chiites-Sunnites (ICG, 2010) au sein d’une partie de la jeunesse. Elle a ensuite mis fin à une relative exception dans le paysage footballistique libanais. À partir de 2006, en perdant une grande partie de son public chiite, le Nejmeh devient une équipe implantée foncièrement dans le quartier de Tarik el-Jedideh, terre idoine du réseau clientélaire du Courant du Futur. Ainsi, cet épisode n’a fait que contribuer à légitimer les logiques de mobilisation et de solidarité confessionnelle, celles-là mêmes qui ont permis aux hégémonies partisanes de transformer l’élection de juin 2009 en un plébiscite en leur faveur.

Conclusion 

56Convient-il à l’issue de cette contribution d’affirmer que le football au Liban confirme la thèse sans appel de Brohm (1992) selon laquelle le sport est l’opium du peuple ? La réponse devrait être un peu nuancée. Il est certes vrai que cette action collective formellement découplée du vote, mais fortement territorialisée a été investie par les différents leaderships comme un relais de leur ordre politique et communautaire. C’est ainsi qu’elle a pu servir non seulement de réservoir de légitimation électoraliste de court terme mais aussi et surtout de scène d’activation et de dramatisation des identités conflictuelles, moteur de la mobilisation électorale de 2009.

57Néanmoins, l’affaire du Nejmeh montre que le football, malgré la fonction qu’on lui a assignée dans le Liban de l’après-guerre, peut donner lieu à des formes de convivialité par-delà l’appartenance confessionnelle de ses supporters. « La question, dès lors, devient tout à la fois celle des investisse-ments politiques dont le sport est l’objet et celle des processus qui autorisent ces investissements ou les limitent. » (Politix, 50, 2000). L’assassinat de Rafiq Hariri et le retrait syrien du Liban, quelques mois plus tard en aiguisant les tensions communautaires et renforçant la communautarisation du jeu politique, n’ont fait que renforcer la communautarisation du football.

Notes

1  Référence ici à Braud (1996) et à son analyse du rôle des dynamiques identitaires dans l’émotion politique.

2  Pour la saison 2009-2010, l’Union regroupait 146 équipes, dont 12 classées en première division, 14 en deuxième, 24 en troisième et 96 en quatrième.

3  Présidé par Ahmad Hariri, fils de Bahiyya Hariri et coordinateur du secteur jeunesse et étudiants du Courant du Futur.

4  Présidé par l’homme d’affaires Mayssam Qamati, fils du dirigeant du Hezbollah, Mahmoud Qamati.

5  Cinq de ses membres appartiennent au 8 mars, cinq au 14 et le dernier est indépendant.

6  Signalons tout de même que souvent dans le reste des pays arabes, le contrôle des différentes équipes est un enjeu de pouvoir pour les élites politiques nationales ou locales qui sont en compétition au sein de l’État et des partis au pouvoir.

7  Dans le cadre de ce chapitre, nous nous intéressons exclusivement au football. Le basket-ball libanais offre sans nul doute un terrain tout aussi stimulant pour l’analyse des rivalités entre leaderships chrétiens et, notamment, de l’ascension de la nouvelle génération de leaders, tel le jeune Sami Gemayel.

8  Nous nous référons ici à la définition de Beydoun. Les communautés politiques « loin de devoir leur capacité mobilisatrice à la communauté de religion, constituent en réalité des cadres de solidarité multi-fonctionnelle touchant les divers aspects de l’existence individuelle ou collective et exerçant, en dépit de contradictions intestines très réelles, un pouvoir d’entraînement indéniable sur les différentes catégories et groupes qui constituent chaque communauté » (Beydoun 1984, p. 575).

9  En référence au titre de l’article de Picard (1994).

10Rey (2003) montre la même chose à propos du cas corse.

11  Les Phalanges se sont constituées comme une organisation paramilitaire s’appuyant sur une organisation de scout dont l’activité principale était sportive avant leur transformation en parti politique en 1952. Voir Ishta‘i 1997, p. 297.

12Anonyme 1979, p. 98-99.

13  Chawki Doueihy signale qu’à l’époque ces clubs beyrouthins ont produit des qabaday qui sont, selon la définition de Johnson (1986, p. 82-83), des sortes de leaders moraux proches du peuple employés par le za’im comme hommes de main. Doueihy 1997, p. 305.

14  Entretien, Ali Safa.

15  Nous faisons référence ici, bien entendu, au Pacte national de 1943 *.

16  Le terme « famille » est employé ici ainsi que dans le reste du chapitre au sens défini par Johnson (1986, p. 45) : « The word family (‘a’ila) is used here, as it often is in Beirut to refer to a clan or patriarchal descent group of people bearing the same surname and having the same confession, who trace their genealogy to common ancestors ».

17  Fondée en 1878, sous la tutelle du mufti, elle connaît une véritable renaissance au lendemain de la Première guerre mondiale. « Devenue l’un des principaux propriétaires fonciers à Beyrouth, elle est aussi la plus grande fondation caritative musulmane au Liban et en Syrie » (Eddé 2009, p. 226-227). Dans les années 1950, elle joue un rôle important au sein du mouvement nationaliste qui s’est développé en opposition au régime du Président Chamoun. L’association a été liée jusqu’à la fin de la guerre à la famille Salam (Johnson 1986, p. 51-52).

18  Sur ces questions voir le chapitre de Traboulsi (1993) sur « L’économie politique des milices : le phénomène mafieux ».

19  Contrairement au football européen, voir Lanfranchi 2002.

20  Le congrès de l’ULF a toujours connu des tractations entre divers leaderships politiques soucieux de garantir un partage des positions. Entretien avec un journaliste sportif, mai 2009.

21  Cette passion est d’ailleurs transférée sur des équipes européennes. Ainsi, à l’occasion de la coupe du monde ou du championnat d’Europe, il est fréquent de voir, dans les rues des grandes villes libanaises, des voitures brandissant des drapeaux de pays européens en signe de soutien à leur équipe nationale.

22  Un joueur de l’équipe nationale touche aujourd’hui 30 dollars par mois pour sa participation aux entraînements. Pour la saison 2009-2010, l’ULF n’a pas été en mesure de fournir les maillots aux joueurs de l’équipe nationale lors des entraînements. Entretien avec un joueur de l’équipe nationale, Beyrouth, avril 2010.

23  Son budget pour la saison 2008-2009 s’élève à 1 750 000 dollars. Entretien avec un responsable du club, Beyrouth novembre 2009.

24  Selon Traboulsi (1993, p. 294), le père de Sélim, était « un fabricant d’équipements de robinetterie (…) et fournisseur de la Royal Navy durant la guerre ». Par ailleurs, dans son livre en hommage à Rafiq Hariri, Iskandar (2006, p. 79) présente Sélim Diab comme : « un proche collaborateur qui gérait aussi bien les campagnes électorales de Hariri que ses contributions aux organisations sociales, aux nécessiteux, aux clubs sportifs ainsi qu’aux responsables d’associations caritatives. Il est l’héritier d’une famille de négociants bien connue au Liban ».

25  Pour paraphraser Bonne 1995.

26  Sur les stratégies de construction de son leadership, voir Bonne 1995.

27  Selon Issam Suleiman, la majeure partie des membres du club al-Ansar a été intégrée au sein de la machine électorale de Rafiq Hariri dans ce qui constitue sa première bataille électorale à Beyrouth en 1996. Voir Suleiman 1998 (voir bibliographie arabe).

28  Entretien avec Saleh Farroukh, janvier 2010.

29  Sur le rôle des machines électorales à Beyrouth aux élections de 2000, voir Rizk 2002 (bibliog. arabe).

30  À titre d’exemple, le conseil d’administration d’al-Ansar comprend : Izzat Kuraytim, trésorier du club et directeur du secrétariat général du Courant du Futur, Noureddine al-Kouch, président du comité médical du mouvement ainsi que Adnane al-Fakahani, le directeur de ses relations publiques.

31  Voir notamment un témoignage de son fondateur Anis Radhwan : http://abdogedeon.com/volleyball/Noujoum/anis%20radwan.html.

32  Sur l’histoire officielle du club, voir son site officiel : http://www.nejmeh.com/club/foundation.html.

33  Certaines sources évaluent ses supporters à l’époque à 30 000 personnes. Voir l’article de Ibrahim Wazneh dans al-Akhbar, 23/3/2009

34  En 1974, il connaît la gloire en accueillant le joueur brésilien Pelé lors de matchs amicaux et gagne face au champion de l’URSS, le Ararat Erevan (1-0).

35  Cette dernière affirmation tient compte des différents témoignages que nous avons recueillis auprès de journalistes sportifs proches du 8 et du 14 mars ainsi que d’anciens supporters du club dans la banlieue sud de Beyrouth.

36  Clubs détenteurs du titre du championnat du Liban : de 1990 à 1999 al-Ansar ; 2000 le Nejmeh ; 2001 : championnat annulé ; 2002 : le Nejmeh ; 2003 : Olympic Beyrouth ; 2004 : le Nejmeh ; 2005 : le Nejmeh ; 2006 : al-Ansar ; 2007 : al-Ansar ; 2008 : le Ahed ; 2009 : le Nejmeh.

37  Entretien avec Saadeddine Itani, secrétaire général du club, avril 2009.

38  http://www.1stlebanon.net/liban/medgulf/ftfr.html.

39  Le siège du club est situé au premier étage de l’immeuble al-Khodari dans la rue Afif al-Tibi .

40  Sur le leadership haririste après l’assassinat de Rafiq Hariri, voir Gervais 2006.

41  Parmi lesquels, Asaad Silini, Abdelatif Farchoukh et Mohammad Amin Daouk.

42  Les informations qui suivent proviennent essentiellement de nos entretiens avec Hajj Mohamed Assi et Youssef Younes, responsable de la programmation sportive de la chaîne al-Manâr, ainsi qu’avec Abdu Saad. Nous avons tiré profit également des documents qu’ils ont bien voulu nous confier.

43  http://www.foma-co.com/profile.html.

44  Sur la notion de za’îm voir Hottinger 1966, Johnson 1986 et Picard 2001. Sur le recul des za’âmât après la guerre et notamment lors des premières élections législatives de 1992, voir el-Khazen 2000.

45  Voir à ce propos Johnson 1986, p. 51.

46  Dans son travail sur Saïda, Bonne (1995, p. 59) montre comment les actions de Hariri dans sa ville natale « s’orientent toutes vers une monopolisation des institutions et des moyens de la vie publique sidonienne ».

47  L’histoire du haririsme reste certainement à écrire, en particulier celle de son ascension à Beyrouth, de ses alliances et mésalliances avec les grandes familles beyrouthines et des modalités de sa pénétration dans le tissu social et les réseaux de solidarités de la ville.

48  Nous faisons ici référence à l’idée de Johnson (1986, p. 48) selon laquelle le za‘îm maintenait son pouvoir principalement de deux façons : « first, by being regularly returned to office in order to influence the administration and continuously provide his clients with governmental services, and second, by being closely associated with the business community ».

49  Entretien avec un responsable d’al-Ansar, novembre 2009.

50Al-Dauliyya lil-ma‘lumât 2009, p. 9, (bibliog. arabe).

51  Les cinq autres sont répartis sur : Chiites (1), Druzes (1), Orthodoxes (1), Minorités (1), Anglicans (1).

52  Pour les élections de 1992 et 1996 Beyrouth comptait une seule circonscription.

53Al-Dauliyya lil-ma‘lumât 2009, p. 97.

54  Cette affirmation s’appuie sur l’ensemble de nos entretiens avec joueurs, responsables des équipes et journalistes sportifs.

55  Voir Faghali 2010.

56  Conduite par Rafiq Hariri, la liste du « 14 mars » comprenait Tamam Salam, Mohamed Qabani, Omar al-Huri, Imad al-Hut, Ghazi al-Aridi, Attef Majdalani, Ghazi Youssef, Nabil de Freige, Bassem al-Chab. Quant à celle de l’opposition elle était composée de : Najah Wakim, Rafiq Nasrallah, Omar Ghandour, Abdel Nasser Jiri, Ibrahim al-Halabi, Baha al-Dine Ittani, Mohammad Khaled al-Daouk, Ghazi Moundher, Gorge Achkhanian et Raymond Asmar.

57  Le Akkar vient en deuxième place avec 63%. Voir Information International SARL 2009, p. 289

58  Rappelons ici que « les Libanais sont inscrits à l’état‑civil et, dès leur majorité, sur les listes électorales de leur village d’origine et non de leur lieu de résidence habituel. Ce village d’origine a été fixé, pour l’essentiel, durant le mandat français, en particulier à l’occasion du dénombrement de 1924 et du recensement de 1932 », Verdeil 2005, p. 3.

59  Cette affirmation s’appuie sur notre observation du public de ce club, lors d’un match l’opposant au Neftchi, une équipe ouzbèke dans le cadre de l’AFC Cup, 10 mars 2009, stade de la Cité sportive, Beyrouth.

60  Johnson (1986, p. 86) évoque pour l’élection législative de 1972, les performances de la machine du candidat sunnite Uthman al-Dana, notamment dans le quartier de Tariq al-Jedideh, qui a réussi à collecter environ 70% des cartes d’identité des votants de ce secteur.

61  Entretien.

62  Dérobée dans la mesure où aucune des équipes ne revendique publiquement son implication dans les élections. Néanmoins plusieurs témoignages concordants évoquent l’implication de supporters connus membres des fédérations dans les campagnes.

63  Sur les services sociaux du Hezbollah, voir Catusse et Alagha 2008.

64  Le 21 février 2005, le conseil d’administration du club se réunit et décide de baptiser le stade du nom du mécène, en raison dira le communiqué « de ses services rendus au football et au club ».

65  Comme l’entonnait la chanson du meeting. Rendant compte de ce rassemblement, le journal al-Mustaqbal rapportait le 8 mai 2009 que : « à l’occasion du premier anniversaire de “l’invasion du 8 mai” de Beyrouth, la montagne, Saïda et la Bekaa, en “défense de la résistance” (…), le président du Courant du Futur S. Hariri a affirmé lors d’un meeting populaire au stade du club le Nejmeh à Beyrouth, que les élections vont décider du chemin qui sera suivi par le Liban sur les années à venir ».

66  Les hauts parleurs se chargeront de le transmettre dans tout le quartier et la chaîne al-Mustaqbal à son auditoire.

67  « La population de Beyrouth d’abord, le repos de Beyrouth d’abord, et la dignité de Beyrouth d’abord et d’abord » (Ahlu bayrût awalan, râhatu bayrût awalan wa karâmatu bayrût awalan, awalan).

68  Nous disposons de très peu de données économiques et sociologiques sur ce quartier. Les plus récentes ont été publiées dans le cadre du Rapid Social Assessment Beirut and Suburbs qui estime que les habitants de ce quartier sont de 200 000 à 300 000 dont 10 à 15% sont Palestiniens et 5% Syriens. 40 à 45% des habitants du quartier sont âgés de 5 à 30 ans.

69  À titre d’exemples, pour la saison 2007-2008, le Ahed avait comme seul client la chaîne al-Manâr du Hezbollah et, pour la saison 2008-2009, les produits de la société gérée par son président.

70  Les indemnités les plus élevées sont celles d’al-Ansar et du Nejmeh (700 à 1500 dollars). Dans le Ahed, les joueurs touchent entre 500 et 800 dollars. Négocié régulièrement entre les syndicats, le patronat et les pouvoirs publics, le SMIG n’est pas respecté au Liban, mais constitue un ordre indicatif. Il est passé en septembre 2008 de 300 000 à 500 000 livres soit environ 330 dollars.

71Al-rasûl al-a‘zam pour le Ahed et al-makassed pour le Nejmeh et al-Ansar.

72  Entretien avec un joueur.

73  Le site officiel de l’équipe annonce que les sessions de formation en direction des jeunes sont organisées à l’initiative de la mobilisation sportive du Hezbollah-Beyrouth avec la collaboration de l’équipe. Lancées en 2002, ces dernières ont réuni en 2007 425 jeunes.

74  Un ancien responsable du comité des supporters du Nejmeh nous affirme avoir touché 50 dollars par match dans la période allant de 2003 à 2005. Le responsable de l’orchestre d’al-Ansar déclare pour sa part au journal al-Akhbar être « le compositeur des chansons, l’acteur, la clé de l’élection et le mukhtâr » du club et que Sélim Diab le « soutenait financièrement » (al-Akhbar, 23 mars 2009). Par ailleurs, certains de nos interviewés ont évoqué des cas de supporters ayant été recrutés dans des sociétés de sécurité proche du Courant du Futur. Nous n’avons néanmoins jamais pu vérifier ces allégations.

75  S. Eisenstadt et L. Roniger, 1984, Patrons, Clients and Friends, Interpersonal Relations and the Structure of Trust in Society, Cambridge University, cité par Briquet et Sawicki 1998, p .8.

76  Ainsi, nous pouvons lire dans le journal al-Mustaqbal : « Le président du bloc parlementaire du Courant du Futur le député S. Hariri a reçu une délégation du club le Nejmeh, présidée par l’avocat Mohammad Amin Daouk. » (18 décembre 2008).

77  La loi d’amnistie du 26 août 1991 couvre les crimes commis jusqu’au 28 mars 1991 à l’exception des assassinats de personnalités politiques, religieuses et diplomatiques, et des atteintes contre la sécurité de l’État.

78  Citons, à titre d’exemple l’agression d’un joueur chiite du Nejmeh, proche du mouvement Amal, attaqué en compagnie de sa fiancée par des jeunes qui ont proféré des insultes à l’encontre de Hassan Nasrallah et Nabih Berri avant de le passer à tabac. Voir le site du rassemblement de gauche pour le changement qui en fait état de http://www.tymat.org/?q=node/375.

79  Entretien avec un joueur de l’équipe nationale, Beyrouth, avril 2010.

80  Dans tous nos entretiens ce match a été évoqué comme un moment emblématique de la transposition du conflit sur la scène footballistique. Pour certains, il s’agissait là d’une action préméditée.

81  Cette mesure est restée en vigueur pour la saison 2009-2010.

82  Ce quartier rattaché administrativement à Beyrouth et foncièrement à Mazraa est situé entre, au nord Corniche Mazraa, au sud la Cité sportive, à l’ouest Corniche Camille Chamoun et à l’est le boulevard Omar Bayhum.

83  Le 25 janvier 2007 à l’université arabe, des heurts opposant des étudiants proches du Hezbollah à ceux d’al-Mustaqbal débordent et gagnent Tariq el-Jedideh, impliquant des jeunes du quartier et d’autres jeunes venus de la banlieue sud. La presse de l’époque décrit de véritables scènes de guerre et fait état de la réapparition pour la première fois depuis la fin de la guerre civile de snipers postés sur les toits des immeubles. Voir Ghassan Saoud, « ô, rues de Beyrouth, la guerre quotidienne » (Yâ chawâra‘ bayrût, al-harb al-yawmiyya), al-Mustaqbal, 26 janvier 2007.

84  L’un des slogans recommande ainsi : « Tuez-les, le sang des Sunnites brûle ».

85  Nous tenons cette information de plusieurs sources y compris proches politiquement de ces joueurs.

86  Tous sunnites par ailleurs.

87  Tous les clubs commémorent cet évènement. Pour ceux financés par Hariri, cette commémoration revêt cependant une importance particulière.

88  250 à 300 membres actifs des comités de supporters ont démissionné fin 2005.

89  En octobre 2005, sous la « guidance et le soutien de Monsieur Bahaeddine Hariri, le successfull homme d’affaires et fils du Premier ministre Rafiq Hariri », comme le signale le site du club, est élu le nouveau comité directeur de l’équipe. Il est composé de 15 membres dont Mohammad Amin Daouk (président), Salah Oseiran (premier vice-président), Fouad Sinno (deuxième vice président), Abdellatif Farchoukh (secrétaire général), Bashar Ladki (comptable), Bilal Dana (trésorier), Mohammad Shaker (membre).

90  Gervais montre comment Rafiq Hariri dont la stratégie transcommunautaire reposait sur « l’investissement massif des endroits prétendument non affublés des habits communautaires : aéroport international … » a fini lui-même par « troquer ses habits d’homme d’affaire pour ceux de chef communautaire » (Gervais 2006, p. 19 ; p. 30).

Auteur

Olfa Lamloum

Chercheure à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) à Beyrouth. Ses recherches portent sur la communication politique de l’islamisme et les mobilisations politiques au Liban.

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable