Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphose des figures du leadership au Liban

 | 
Myriam Catusse
, 
Karam Karam
, 
Olfa Lamloum

Chapitre 3 - Un vote de substitution ?

Mobilisations et pratiques électorales estudiantines.
Le cas des élections à l’Université Saint-Joseph

الفصل الثالث - «الاقتراع بالإنابة» الحراك والممارسات الانتخابية الطلابية: حالة الانتخابات في الجامعة اليسوعية في بيروت

Bruno Lefort

Résumé

Les élections législatives de 2009 ont été un nouveau rendez-vous manqué pour les 18-21 ans. Comment, dans ces conditions, comprendre les formes de mobilisations et le sens du vote pratiqués par les jeunes exclus par la loi électorale ? L’étude des élections estudiantines de l’Université Saint-Joseph montre que si l’université demeure un espace privilégié d’apprentissage du politique, le mouvement étudiant actuel apparaît affaibli par le contexte de bipolarisation politique persistant depuis 2005. S’il a depuis longtemps été dépendant des partis, le mouvement étudiant libanais semble aujourd’hui se caractériser par une intégration accrue au sein du champ politique conventionnel. Surtout, la mobilisation électorale au sein de l’université reste l’expression d’un lien politique reposant sur des logiques d´appartenances exclusives.

شكلت الانتخابات النيابية لعام 2009 موعداً جديداً لتهميش الفئة العمرية التي تتراوح بين 18 و 21 سنة. فكيف يمكن ضمن هذه الظروف فهم أشكال التعبئة الانتخابية ومعنى الاقتراع الممارس من قبل الشباب في ظل قانون انتخابي يقصيهم؟ إن دراسة الانتخابات الطلابية في الجامعة اليسوعية تبين أنه وان ظلت الجامعة في لبنان مجالاً متميزاً للتنشئة السياسية، فإن الحركة الطلابية تبدو اليوم ضعيفة بفعل حالة الاستقطاب السياسي الدائر في البلد منذ سنة 2005. وإذا كانت الحركة الطلابية دوماً في تبعية للأحزاب السياسية فإنها تتميز اليوم بانخراطها المكثف في المجال السياسي الرسمي. وعليه تبقى التعبئة الانتخابية الطلابية تعبيراً عن علاقة سياسية محكومة بمنطق الانتماء الحصري.

Texte intégral

  • 1  Dans son rapport présenté en 2006, la Commission Boutros suggérait, outre l’abaissement de l’âge d (...)
  • 2  Le code des obligations et des contrats de 1938 fixe la majorité civile à 18 ans. Voir Karam 2006, (...)
  • 3  Estimations présentées dans le quotidien The Daily Star, 23 février 2010.
  • 4  L’accord de Taëf, qui mit fin à la guerre civile, organise le partage des sièges parlementaires à (...)

1Les élections législatives du 7 juin 2009 ont été un nouveau rendez-vous manqué pour les jeunes de 18 à 21 ans. Alors même que la Commission Boutros *, chargée en 2005 par le gouvernement de proposer une loi électorale réformée, avait fait de la question de l’abaissement de la majorité politique une de ses propositions phares 1, le Parlement a choisi de ne pas l’intégrer lors du vote de la nouvelle loi électorale le 29 septembre 2008. Jusqu’aujourd’hui, les demandes en faveur du vote à 18 ans, qui émanaient notamment du mouvement pour les droits civils dans le Liban de l’après-guerre (Karam 2006, p. 185‑188), se sont toujours heurtées aux intérêts politico-communautaires des acteurs politiques dominants. Un éventuel amendement de l’article 21 de la constitution, qui limite l’âge du vote à 21 ans cependant que la majorité civile est, elle, fixée à 18 ans 2, permettrait en effet l’inscription de quelque 175 000 nouveaux électeurs musulmans contre un peu plus de 50 000 chrétiens 3. Un déséquilibre qui pourrait entraîner la perte de leur fief pour certains notables locaux mais surtout, à terme, remettre en cause la formule du partage des pouvoirs instaurée par le système consociatif libanais 4.

  • 5  Le 22 février 2010, le Parlement a organisé un vote sur la question de l’abaissement de l’âge du v (...)
  • 6  Les étudiants ont en majorité entre 18 et 21 ans.

2Cependant que la polémique entre les principales forces politiques sur le sujet s’est poursuivie plusieurs mois, aboutissant au début de l’année 2010 à une nouvelle impasse 5, le peu de visibilité des acteurs estudiantins dans ce débat sur l’abaissement de l’âge du droit de vote apparaît symptomatique. Alors que l’échéance électorale du 7 juin 2009 aurait pu être une occasion propice à la mobilisation des étudiants, on n’a constaté ni mise en place d’actions revendicatrices transversales entre différentes universités, ni diffusion d’un discours spécifique sur la question émanant des scènes universitaires. Premiers concernés par une éventuelle réforme de l’âge légal du vote 6, les étudiants ne se sont que très peu mobilisés. Un tel paradoxe interpelle sur la situation du mouvement étudiant libanais actuel qui, sur cette cause comme sur d’autres problématiques le concernant, apparaît impuissant à susciter ses propres mobilisations indépendamment des luttes organisant le champ politique conventionnel. À bien des égards, le mouvement étudiant, défini dans un sens très large de mobilisation articulée, au moins en partie, autour de questions spécifiques à la jeunesse et au secteur estudiantin (telles que les coûts des universités, la place de la seule institution publique d’enseignement supérieur, l’Université Libanaise (UL), les questions de cursus ou de débouchés, etc.), reste largement introuvable.

  • 7  Sur le mouvement de l’Eveil et l’Uneul, voir notamment Favier 2004, p. 158 et suivantes.
  • 8  L’ Uneul se décomposa à la veille de la guerre civile avant de disparaître au début des années 198 (...)
  • 9  Il s’agit notamment de l’Union des jeunesses démocratiques du Liban, une organisation étudiante sa (...)
  • 10  Le journaliste Michel Hajji Georgiou a évoqué le rôle précurseur des étudiants au sein du « Printe (...)

3Historiquement, le mouvement étudiant libanais connut son âge d’or à la veille de la guerre civile, lors de mobilisations intenses relevant de divers groupes politiques dans les enceintes universitaires (en particulier dans le cadre du mouvement de L’Eveil (al-Wa’î), du Parti communiste libanais ainsi que des groupes situés à sa gauche, voire des Kataëb). Cette effervescence aboutit, dans le cadre de l’UL, à la constitution du syndicat de l’Union nationale des étudiants de l’Université Libanaise (UNEUL) en 1971 7. Un organe qui, plusieurs années durant, symbolisa les luttes estudiantines, avant de s’évanouir dans la tourmente de la guerre 8. Si la fin des années 1990 avait pu laisser entrevoir la possible constitution de mobilisations étudiantes transcendant les appartenances partisanes, notamment suite aux mouvements de décembre 1997 (Favier 2000a) puis d’avril 2000 (Favier 2000b), les revendications sectorielles étudiantes ainsi que la question de la majorité électorale ont semblé largement absorbées depuis le tournant de 2005. Certes, certains syndicats ou associations de jeunesse ont marginalement continué de faire entendre leur voix en faveur de l’abaissement de l’âge du vote 9. Il n’en reste pas moins que la large absence de débats au sein des campus sur une question si essentielle pour la participation civique des étudiants pose question. Une situation révélatrice qui témoignerait d’un processus de « dés-autonomisation » partielle de l’action collective estudiantine, significatif de l’évolution de la place des espaces de mobilisations universitaires dans le système politique libanais. Depuis 2005 et les vastes mouvements sociaux du « printemps de Beyrouth » au sein desquels les jeunes ont occupé un large espace 10, les moments électoraux dans les universités semblent se réduire à un affrontement entre forces partisanes conventionnelles par le truchement de leurs sections étudiantes, et ce particulièrement dans le contexte des élections législatives de 2009. Dans ces conditions, les formes de mobilisation et de vote pratiquées par les étudiants lors des élections universitaires ayant immédiatement précédé et suivi le scrutin de juin 2009 sont-elles réductibles à l’expression d’un « vote de substitution » des moins de 21 ans, c’est-à-dire un vote qui répondrait à des logiques strictement partisanes incitant les jeunes à se positionner lors des scrutins universitaires faute de pouvoir le faire lors des législatives ?

  • 11  Cette contribution s’appuie principalement sur un travail de terrain mené en octobre et novembre 2 (...)

4En nous focalisant principalement sur le cas des élections estudiantines de 2008 et 2009 organisées sur le campus des sciences sociales (rue Huvelin) de l’Université Saint-Joseph (USJ) 11, une des institutions universitaires les plus anciennes et les plus prestigieuses du pays, nous discuterons cette hypothèse en montrant que si l’université semble demeurer un espace privilégié d’apprentissage du politique générant une mobilisation à plusieurs échelles, le mouvement étudiant actuel apparaît exsangue face à l’emprise de logiques d’appartenance partisane exacerbées par le contexte de crise politique persistant depuis 2005 et encore davantage soulignées par le moment électoral de juin 2009. S’il a depuis longtemps été dépendant des partis politiques, le mouvement étudiant libanais semble aujourd’hui se caractériser par une intégration accrue au sein du champ politique conventionnel vis-à-vis duquel il fonctionne comme une caisse de résonance, incapable de susciter des modes de mobilisation ou d’action spécifiques.

Les élections universitaires, un espace-temps privilégié de fabrication du politique

5Afin de mieux comprendre les ressorts de la mobilisation et du vote estudiantin sur le campus de la rue Huvelin, il nous faut tout d’abord brosser les caractéristiques socio-spatiales de ce lieu, présenter les règles du jeu autour desquelles s’organise la compétition électorale et décrire les logiques politiques qui en découlent. Nous entendons ainsi interroger en quoi l’inscription sociopolitique du campus de Huvelin, ainsi que la régularité du moment électoral qui s’y déroule, font de cet espace-temps un cadre privilégié pour la pratique et la mobilisation politique, particulièrement dans le contexte des législatives de 2009.

Un espace marqué

  • 12  Les chiffres présentés ici correspondent au nombre d’étudiants inscrits sur les listes des établis (...)
  • 13  Une proportion importante d’entre eux serait issue de familles chiites installées en Afrique franc (...)
  • 14  En gestion, droit, sciences politiques et économie, la formation de base (licence) comporte 180 cr (...)
  • 15  Bourses sur critères académiques ou financées par des associations comme, par exemple, celle des A (...)

6Le campus des sciences sociales se situe à proximité du siège historique de l’établissement jésuite, au cœur du quartier d’Achrafieh, territoire central du « Beyrouth chrétien ». Il regroupe approximativement 2500 des 11000 étudiants de l’USJ, répartis entre les cinq institutions implantées sur le campus : la faculté de droit (343 étudiants), la faculté des sciences économiques (484 étudiants), la faculté de gestion et de management (1480 étudiants), l’institut des sciences politiques (75 étudiants) et l’institut d’études des assurances (109 étudiants) 12. La majorité de cette population estudiantine appartient à la communauté chrétienne, et vit principalement à Beyrouth ou dans sa proche banlieue nord, le Metn ou encore la région de Baabda. Cependant le nombre d’étudiants musulmans a significativement augmenté depuis quelques années, ces derniers étant essentiellement présents au sein de la faculté de gestion 13. En outre, compte tenu des tarifs élevés pratiqués par cette université francophone 14, les étudiants proviennent généralement de milieux aisés bien que certains systèmes de bourses 15 permettent à des jeunes appartenant à des familles moins fortunées de fréquenter le campus.

  • 16  Sur la montée en puissance de la section étudiante du parti phalangiste, voir Favier 2004, p. 196 (...)
  • 17  Personnalités politiques du camp du « 14 mars », Nayla Moawad, Marwan Hamadé, Michel Eddé et Tarek (...)

7Géographiquement et socialement un espace chrétien, Huvelin est de fait également soumis à l’influence politique des forces partisanes dominantes parmi les populations chrétiennes. Cette emprise est apparue au grand jour à partir des années 1960 avec la montée en puissance de la section étudiante du parti des Phalanges libanaises (Kataëb) 16. D’ailleurs, Bachir Gemayel, fils du fondateur des Kataëb, futur chef de la milice des Forces libanaises (FL), assassiné en septembre 1982, 3 semaines après son élection à la présidence de la République, fut diplômé de la faculté de droit en 1971 avant d’obtenir un diplôme de sciences politiques deux ans plus tard. Depuis, l’empreinte de cette figure chrétienne reste fortement ancrée sur le campus. Cette présence se matérialise concrètement par un imposant portrait accroché dans le hall actuel de la faculté des sciences économiques, à l’initiative de l’ancien recteur, le père Sélim Abou. Une telle absence de neutralité politique de l’administration se retrouve à l’époque actuelle, notamment du fait de la participation de figures éminentes du camp du « 14 mars » au conseil de l’université 17.

  • 18  Officiellement fondé en 2005, le Courant patriotique libre puise son origine dans l’expérience de (...)
  • 19  La milice des FL et le gouvernement présidé par le général Aoun s’affrontèrent pour le contrôle de (...)

8Lieu symbolique pour les partisans des Phalanges et des FL, Huvelin l’est aussi pour ceux de l’autre grand mouvement politique chrétien actuel, le Courant patriotique libre (CPL) du général Michel Aoun 18. Marginalisé sous la tutelle syrienne entre 1990 et 2005, le courant aouniste a en effet tiré profit des espaces universitaires et notamment du campus de la rue Huvelin pour organiser manifestations et autres actions de protestation contre la présence des troupes de Damas au Liban. C’est dans ce berceau de la contestation que de nombreux étudiants ont été formés à l’action politique et contestataire. Bien que partageant leur situation de marginalité avec les FL, interdites après 1994, les militants étudiants du CPL ont toujours entretenu avec eux la rivalité historique datant du conflit qui a opposé en 1989-1990 les forces armées sous le contrôle du général Aoun à l’ancienne milice de Samir Geagea 19.

  • 20  Depuis l’assassinat de l’ancien premier ministre Rafiq Hariri, le 14 février 2005, le champ politi (...)

9Ces deux héritages coexistant au sein de l’espace du campus structurent largement la compétition électorale lors des scrutins universitaires. Les deux forces principales que constituent les FL et le CPL y dominent depuis les années 1990. Le rôle joué par le campus dans la mobilisation contre la présence syrienne a atténué pour un temps la centralité de la rivalité électorale entre les deux groupes en conférant aux activités politiques universitaires une autre dimension. Cependant, dans le contexte politique bipolaire de l’après 2005, l’opposition entre CPL et FL a regagné en visibilité, chacune des deux formations menant sur le terrain estudiantin la bataille du camp politique auquel elle appartient. En cela, la division politique sur le campus reprend les clivages prévalant sur la scène nationale 20. Le CPL est ainsi allié au courant des Marada de Sleimane Frangié mais surtout au Hezbollah et au mouvement Amal qui bénéficient d’une présence relativement importante sur le terrain, en particulier du fait du nombre des étudiants chiites au sein de la faculté de gestion. Les FL sont quant à elles associées au parti Phalangiste, au Parti national libéral ainsi qu’au Courant du Futur. Ces deux grandes tendances ont presque systématiquement présenté des listes concurrentes dans les cinq établissements du campus et n’ont laissé que peu de place à des listes alternatives.

Règles, enjeux et dynamiques du jeu électoral

  • 21  Il y a cinq années : trois ans de licence et deux de master. Depuis la réforme du mode de scrutin (...)
  • 22  Bien que les enjeux soient différents, il est intéressant de remarquer que le conseil de l’univers (...)
  • 23  Cette volonté de neutralisation a trouvé une autre manifestation dans l’abandon de l’élection du p (...)
  • 24  Les nouveaux statuts furent approuvés par le conseil de l’université le 16 septembre 2009, soit qu (...)
  • 25  Voir à ce propos les déclarations de M. Henri Awit, vice-recteur de l’USJ en charge des affaires a (...)
  • 26  Les étudiants soutenant chacune des deux formations politiques dominantes ont établi que l’élabora (...)

10Les élections estudiantines ont lieu chaque automne, quelques semaines après la rentrée. La compétition s’organise par faculté ou institut. Dans chacune des cinq institutions du campus les étudiants élisent leurs représentants par année d’inscription 21. Le mode de scrutin a, quant à lui, varié récemment. En 2009, le conseil de l’université a en effet entériné de nouveaux statuts pour les amicales des étudiants. Les nouveaux textes organisent un scrutin de liste de type proportionnel relativement complexe 22. Un tel système tend à neutraliser les groupes dominants puisque seules les listes obtenant en moyenne plus de 75% des voix obtiendraient l’ensemble des sièges à pourvoir là où l’ancien mode de scrutin majoritaire à un tour permettait aux candidats recevant le plus de suffrages de l’emporter 23. Cette évolution voulue par l’administration et adoptée en hâte peu avant les élections étudiantes de 2009 24 avait officiellement pour objectif de désamorcer la rivalité entre les FL et le CPL en empêchant quiconque de revendiquer une « majorité » 25. Si l’objectif de l’administration semble bien être d’avoir voulu atténuer la polarisation du vote entre les deux groupes rivaux, ceux-ci n’ont cependant pas tardé à s’organiser en conséquence. En parrainant non pas une mais deux listes afin de tirer profit du mode de scrutin 26, ils ont entraîné, à de rares exceptions près, le maintien d’un duel bipolaire en dépit des nouvelles configurations électorales.

  • 27  L’administration contrôle systématiquement les activités qui doivent faire l’objet d’une demande o (...)
  • 28  Statuts des amicales, article 26.
  • 29  Suite à une rixe entre étudiants partisans des Kataëb et leurs homologues soutenant Amal et le Hez (...)

11Par ailleurs, il semble bien que l’enjeu du scrutin se soit déplacé progressivement pour devenir avant tout symbolique. En effet, si en théorie les amicales disposent de pouvoirs de décision conséquents en matière de choix des activités ou de financement (ce qui pouvait donc permettre aux jeunes sympathisants de partis d’inviter des intervenants ou hommes politiques appartenant à leur camp), les statuts autorisent néanmoins l’administration à exercer un contrôle strict des propositions soumises par les élus étudiants 27. Usant de ces prérogatives, le conseil de l’université a accru sa supervision, limité la durée de la campagne électorale à cinq jours 28 et a gelé à plusieurs reprises les mobilisations à caractère ouvertement politique 29. En outre, la création en 2008 de « délégués académiques » au sein de chaque classe a en partie privé les élus des amicales de leur rôle d’intermédiaires entre l’administration et les étudiants.

12En dépit de cette limitation des pouvoirs des amicales, la tenue annuelle des élections génère une dynamique propre et suscite en soit des enjeux pour les groupes étudiants : maintenir son hégémonie sur une faculté ou au contraire effacer une défaite survenue l’année précédente, faire tomber un candidat n’ayant pas respecté ses engagements ou ses alliances, etc. Autant de préoccupations très présentes dans les récits des étudiants.

13Plus fondamentalement encore, cette routinisation des élections a largement contribué à leur ritualisation. Pour de nombreux étudiants rencontrés, la période électorale apparaît comme le moment clé de l’expérience de la vie à la fois sociale et politique du campus. De par leur répétition, les élections sont devenues institutions. Pour beaucoup, « vivre pleinement l’expérience universitaire » suppose de prendre part à la campagne électorale. La répétition des scrutins offrant en outre la possibilité à de nombreux jeunes de briguer un poste de représentant au cours de leur passage au sein de l’USJ.

  • 30  Du côté des étudiants soutenus par le CPL et ses alliés, plus d’une demi-douzaine de réunions fure (...)
  • 31  Nous disposons des chiffres complets pour les deux années considérées dans la faculté des sciences (...)

14En témoigne le nombre considérable de jeunes participant aux réunions pré-électorales organisées pour les listes principales dans les locaux des partis politiques dominants, le CPL d’un côté et les FL de l’autre. À titre d’exemple, les réunions de soutien aux listes du CPL au cours des campagnes de 2008 et de 2009 ont rassemblé jusqu’à une soixantaine de personnes pour la seule faculté d’économie 30, bien au-delà des sympathisants ordinairement actifs sur le campus durant l’année. Le taux de participation aux alentours des 80% lors des deux années envisagées 31, soit un chiffre largement supérieur à la moyenne nationale lors des élections législatives, ainsi que la rotation des candidats d’une année sur l’autre, en fournissent d’autres illustrations. À la manière du scrutin national qui joue un rôle d’activation circonstancielle des clivages et des appartenances politiques, le moment électoral sur le campus est générateur de « prises de position » des électeurs, poussant à la mobilisation. Et ce d’autant plus dans un contexte doublement polarisé : la dualité du champ politique national divisé entre « 14 mars » et « opposition », mais aussi la lutte quasi-existentielle entre FL et aouniste pour le leadership de la communauté chrétienne.

  • 32  Le site du CPL annonce pour l’élection de 2009 un taux de participation générale légèrement supéri (...)

15Cependant, un tel niveau de participation lors de la campagne et du vote ne s’explique pleinement que par la prise en compte du cadre en lui-même. La configuration de l’espace joue ici un rôle fondamental. La taille réduite du campus permet un encadrement et une pression sociale des étudiants les plus investis qui poussent leurs camarades à participer, voire, parallélisme notable avec le scrutin national, s’organisent pour aller chercher ceux ayant des difficultés pour se rendre sur le campus le jour du vote. Indice de la dynamique liée à l’espace, le taux de participation observé rue Huvelin semble sensiblement supérieur à celui des autres facultés de l’USJ 32. À cet égard, le moindre investissement observé de la part d’étudiants de master est également éclairant. Passant moins de temps sur le campus, ils accordent aux élections une centralité moindre, d’autant qu’ils y ont déjà souvent participé. En outre, ils occupent souvent un emploi à mi-temps, ce qui réduit leur disponibilité à l’engagement. Enfin, il est intéressant de noter que les étudiants de master ont par ailleurs souvent atteint les 21 ans. Ils sont donc en âge de voter lors des élections législatives. Leur désintérêt pour la politique étudiante pourrait être un signe que les élections estudiantines sont en effet un « vote de substitution ». Par ailleurs, l’effet d’entraînement remarqué parmi les étudiants s’articule aux réseaux de sociabilités spécifiques existant sur le campus. Ceux-ci ont été construits auparavant au sein des grands établissements scolaires qui fournissent le gros des effectifs de l’USJ, essentiellement les collèges chrétiens tel Jamhour, Champville, La Sagesse, etc., mais aussi notoirement dans les milieux « africains », comme c’est le cas par exemple des jeunes Libanais ayant cohabité dans le lycée français d’Abidjan.

Encadrement partisan et vocations politiques

  • 33  La distinction formelle entre adhérents et sympathisants ne fait guère sens dans le contexte du ca (...)
  • 34  Les frais d’inscription à l’Université Libanaise ne s’élèvent qu’à une centaine de dollars par ann (...)

16Moment de mobilisation, les élections sont aussi pour les étudiants une occasion d’apprendre les règles du jeu électoral, de mettre en pratique une orientation politique voire de prendre goût aux joutes politiques. L’université apparaît en effet comme un lieu strictement encadré par les partis politiques. Le CPL comme les FL, mais aussi les autres forces politiques présentes sur le campus, disposent ainsi d’un noyau d’étudiants engagés 33 ainsi que de responsables pour chaque faculté et d’un responsable général pour le campus. Celui-ci, généralement un peu plus âgé que ses camarades, est le plus fréquemment désigné par les responsables de la section estudiantine des partis, et consacre un temps considérable à son activité militante. Cependant, compte tenu des tarifs de l’université, il ne s’agit généralement pas d’étudiants fictifs, comme cela peut parfois se produire à l’Université Libanaise où le faible coût d’inscription permet aux partis d’y enregistrer certains militants 34.

17Dans ce contexte, les étudiants engagés au sein des formations partisanes transmettent une série de compétences à leurs camarades qui s’impliquent à leur côté dans la campagne. Le campus devient ainsi un lieu de fabrication d’un savoir-faire politique. Les réunions organisées en vue de la préparation du vote offrent par exemple aux étudiants la possibilité de se familiariser avec des techniques comparables à celles qu’utilisent les machines électorales lors des scrutins nationaux : listes de pointage pour évaluer le vote, centre d’appel mis en place la veille de l’élection, qui permet aux étudiants mobilisés de contacter leurs camarades afin de les convaincre ou, du moins, de connaître leurs intentions de vote. Les jeunes sont ainsi formés à l’action militante organisée, compétence qu’ils pourront ensuite réinvestir à l’échelle locale lors des consultations électorales conventionnelles.

18Si la participation repose largement sur les réseaux de sociabilité, ceux-ci sont souvent bâtis sur un sens politique plus ou moins objectivé de la part des acteurs. Le moment électoral est alors le temps de mettre en acte un positionnement politique souvent acquis antérieurement, parfois latent. Si un étudiant ne se « découvre » sans doute pas une identité politique à son arrivée sur le campus, les élections lui donnent une occasion concrète de traduire son choix, souvent pour la première fois du fait de l’âge légal du vote ou encore du contrôle plus strict pour limiter les activités politiques exercées dans la plupart des écoles :

  • 35  Entretien, 20 octobre 2008.

« Je suis entré à l’université en 2004, (...) à cette époque, la présence syrienne demeurait (...). [Auparavant], j’étais déjà actif au lycée, j’étais délégué de ma classe (...), mais la politique y était interdite. En fait, l’université représentait « la vie libre des étudiants ». Cette liberté, on l’a utilisée pour servir une cause : la lutte contre la présence syrienne. » 35

19La présence de responsables partisans dans chacune des facultés et d’une poignée d’étudiants politiquement actifs dans les classes assure la mise en place d’un réseau d’encadrement permettant de recruter puis de former les jeunes.

  • 36  Entretien, 14 novembre 2007.

« Après quelque temps à la faculté, je me suis rendu compte avec un ami (...), il était un membre du CPL, mais lui était bien impliqué dans la politique dès son entrée à l’université, [et] il avait commencé à faire (...) un groupe qui veut travailler pour le CPL pour les élections… alors en fait, le fait de le connaître m’a permis ensuite de rentrer dans la politique à l’université et à m’impliquer (...) au CPL. » 36

  • 37  Entretien, 4 novembre 2007.

« C’était en fait quand je suis rentré à l’université, il y avait les élections de la première année, et j’ai commencé [le militantisme] comme ça, voilà. C’était les élections universitaires… je travaillais pour un ami qui se présentait comme candidat indépendant. Après, le CPL est venu me parler et on a fait un petit lobby dans la classe où je travaillais (...) » 37.

20À l’échelle individuelle, le contexte du campus, surtout en période d’élections universitaires, aurait tendance à surexposer la catégorie d’affiliation politique ; les arrivants (qui ont environ 18 ans) sont souvent poussés à se positionner cependant que la liberté de la vie étudiante ainsi que l’incitation de leurs réseaux d’amis et de connaissances les amènent à facilement participer (à des réunions, à des petites tâches dans la campagne comme « convaincre » une ou deux personnes, ou leur distribuer les programmes) et de fait s’ouvrir à un apprentissage pratique de la politique.

  • 38  Observations de terrain, octobre-novembre 2008 et 2009.

21En retour, les campagnes universitaires deviennent pour les partis des lieux de recrutement, de sélection des jeunes sympathisants. Ceux-ci peuvent se voir proposer des responsabilités croissantes au sein de la branche étudiante des appareils partisans pour encadrer les collectifs étudiants au sein du campus (responsables d’une année, d’une faculté, du campus), puis en dehors (responsables de l’ensemble de l’USJ, des universités privées de Beyrouth, etc.). Ainsi, lors des réunions préélectorales organisées hors du campus par les grands partis, les responsables encadrant le travail des étudiants sont presque systématiquement d’anciens étudiants de l’USJ ayant gravi les paliers au sein de l’institution. Tel est le cas au CPL où le plus haut responsable encadrant systématiquement les réunions, en charge des universités privées, est un ancien de la faculté de gestion 38. L’inscription des partis au sein de l’université autorise par conséquent les étudiants les plus impliqués à passer du militantisme universitaire à l’action politique nationale. Constat particulièrement validé lors des élections législatives de 2009 au cours desquelles nombre de militants étudiants ont participé, dans leur région, à la campagne de leur parti : distribution de tracts, participation dans les centres d’appel, surveillance des bureaux de vote. Forts de leur expérience sur le campus, certains étudiants ont par conséquent choisi de prolonger leur engagement dans la campagne universitaire par une participation active à l’échelon national en juin 2009. Ainsi, un jeune sympathisant du CPL, non officiellement affilié mais candidat sur une liste soutenue par le courant en 2008, raconte :

  • 39  Entretien, le 9 décembre 2009.

« J’ai travaillé dans un centre d’appel pour les élections [législatives], à Achrafieh... je voulais participer (...). On était quelques uns de la fac (...). C’est comme pour les élections à l’université, tu as les listes [des électeurs] et tu appelles les gens. (...) Dans ma faculté, on avait perdu, alors je voulais gagner, mais à Achrafieh, on a perdu aussi (...) » 39.

  • 40  Il est en effet difficile de savoir de manière globale dans quelle mesure l’appartenance familiale (...)

22Pour d’autres enfin, tentés par la carrière politique ou auxquels l’apparte-nance familiale confère un statut d’héritier politique, les élections universitaires sont l’occasion de faire ses premières armes dans le domaine politique. L’élection législative de juin 2009 en apporte un exemple probant : Sami Gemayel, fils de l’ancien président Amine Gemayel, élu dans sa circonscription du Metn, a été auparavant le responsable du parti phalangiste sur le campus de Huvelin pendant trois ans. De même, le fils du député FL Elie Keyrouz a été élu en 2008 à la présidence de la faculté des sciences économiques. Un poids des familles politiques qui, s’il est difficile à évaluer sur le campus 40, illustre néanmoins les liens entre militantisme étudiant et carrière politique.

23Ainsi, non seulement le cycle continu des scrutins familiarise les jeunes avec la logique électorale, ce qui ne se produit guère qu’au sein des universités ou des ordres professionnels et des syndicats voire de certaines associations, mais il offre aussi la possibilité pour de nombreux étudiants de traduire en acte leur positionnement politique, voire de s’engager dans un parcours militant, dans un espace où l’assignation politique reste omniprésente.

  • 41  Ce terme désigne le sentiment d’appartenance à un groupe particulier, limité et solidaire (Brubake (...)

24Les élections universitaires sur le campus de Huvelin constituent donc un espace-temps privilégié de fabrication du politique : avant tout de par l’inscription sociale, spatiale et historique du campus qui dessine une configuration particulière ; de par le calendrier et l’organisation spécifique des scrutins ensuite qui génèrent un agenda spécifique, comportant une élection annuelle et donc ouvrant le champ des possibles pour les étudiants en termes de candidatures, générant des dynamiques propres et suscitant une routine qui en vient à élever le moment électoral comme structurant dans l’expérience biographique de nombreux étudiants ; enfin, de par l’encadrement partisan dont l’espace du campus fait l’objet. Celui-ci rend possible l’expression en acte des inclinations politiques construites au cours de la socialisation des jeunes. Il autorise également le recrutement de militants via les réseaux de sociabilité fonctionnant souvent sur base partisane, ainsi que l’insertion dans le collectif partisan par le biais des positions de responsabilité croissante offertes par les partis qui guident des vocations et parfois les premiers pas dans de potentielles carrières politiques. De telles logiques politiques agissant sur des échelles variables ne se retrouvent que rarement dans les autres espaces de socialisation fréquentés par les jeunes et contribuent à faire de l’université un lieu à part d’apprentissage de la politique en acte et de développement des groupalités (groupness) 41 à base politique.

Des scrutins miroir d’un mouvement estudiantin introuvable ?

25Espace-temps de politisation, les élections estudiantines sur le campus de Huvelin semblent cependant laisser peu de place à des mobilisations échappant aux clivages politiques et aux intérêts des groupes partisans. Inscrites dans une configuration favorisant l’engagement, particulièrement dans le contexte des élections législatives de 2009, les activités électorales des étudiants paraissent toutefois marquées par une logique de suivisme laissant entrevoir une transformation de l’espace politique estudiantin dans le sens de son indexation accrue sur le champ politique conventionnel. Si, aujourd’hui comme hier, les militants étudiants des formations politiques sont logiquement le moteur de l’activisme sur les campus, l’absence de mobilisations susceptibles de générer un dépassement des positionnements partisans voire de les recomposer sur des revendications sectorielles pose question.

Des élections estudiantines en miroir des législatives

26Lors du scrutin estudiantin, le CPL et les FL apparaissent en mesure d’encadrer la population étudiante grâce à leurs réseaux implantés sur le campus, qu’il s’agisse des responsables étudiants des partis au sein des facultés ou des militants présents dans toutes les classes. Concrètement, elles mettent à la disposition des étudiants des locaux ainsi qu’un certain nombre de moyens techniques et financiers. Ainsi les réunions des étudiants soutenant les listes parrainées par le CPL et ses alliés ont été systématiquement organisées dans des bureaux du CPL, au centre Queen’s Plaza de Jdeideh (Metn) en 2008, puis à Sin el-Fil dans les nouveaux locaux du parti du centre Mirna Chalouhi en 2009. Outre ses locaux, le courant aouniste fournit aux étudiants du campus de Huvelin une carte de téléphone cellulaire pour les appels liés à la campagne. Lors de l’ultime réunion précédant le scrutin, les étudiants disposent également de téléphones fixes destinés à contacter tous leurs camarades afin de tenter de les rallier. Du côté des FL, les moyens mis à disposition des étudiants sont encore plus importants, notamment en ce qui concerne le paiement des communications téléphoniques.

27Les réunions préélectorales donnent à voir une structure hiérarchique entre les étudiants, dominée dans le cas de la liste proche du CPL par la section de jeunesse du parti. Cette hiérarchie demeure informelle dans la mesure où les discours ou les consignes adressées à l’ensemble des présents sont rares, les étudiants se regroupant en fonction de leur année d’études. Néanmoins, les militants plus anciens ainsi que les responsables au sein de la faculté concernée et du campus supervisent les travaux des différents groupes en passant de l’un à l’autre. Eux-mêmes rendent compte régulièrement au responsable des universités privées de Beyrouth, lequel reste en contact avec ses supérieurs de la branche étudiante du CPL. S’il apparaît discret lors des réunions des étudiants, le contrôle exercé par la section de jeunesse du CPL est réel, comme l’atteste par exemple son rôle dans la sélection des candidats :

  • 42  Entretien, 23 octobre 2008.

«Techniquement, le choix est en fin de compte fait par les étudiants eux-mêmes mais leurs coordinateurs pèsent largement sur la décision, notamment en mettant certains en avant. » 42

  • 43  Au sein du CPL, il est de coutume que, suite à une victoire lors d’un scrutin universitaire, les é (...)

28Plus globalement, les élections universitaires semblent occuper une place relativement importante pour la direction des partis. Leurs leaders respectifs prennent systématiquement position pendant la campagne et surtout lors de la publication des résultats et reçoivent chaque année leurs militants étudiants suite au vote 43. Institutionnellement, au sein du CPL comme des FL, la section estudiantine se trouve directement représentée au sein du bureau central des partis auquel les responsables étudiants rendent compte tout au long de la période électorale à l’USJ. Le fort investissement des organisations partisanes semble avoir été particulièrement marqué lors des élections estudiantines de 2008. Celles-ci ont pu être considérées comme un test majeur des rapports de force à huit mois des législatives. Ainsi, un des étudiants encadrant le groupe soutenant le CPL déclara :

  • 44  Réunion préélectorale du 30 octobre 2008.

« il va y avoir la télé, il va y avoir les journaux, la presse, il ne faut donc pas laisser la chance aux autres de crier victoire. […] Il ne faut pas penser qu’en termes d’élection de l’Amicale : il va y avoir la télé, Samir Geagea va parler, les socialistes [de Walid Joumblatt] vont parler : il faut être au rendez-vous. » 44

  • 45  Programme électoral distribué sur le campus de Huvelin le 30 octobre 2009.
  • 46  Programme du Mouvement universitaire pour la citoyenneté, distribué sur le campus de Huvelin le 30 (...)

29De même les étudiants du « 14 mars » ont clairement bénéficié en 2008 d’un soutien financier exceptionnel : au lieu de programmes se présentant ordinairement sous forme de flyer, voire de brochure, ils ont distribué cette année‑là un véritable livre de format A4 d’une trentaine de pages sur papier glacé, agrémenté de photos couleur et adressé nominativement à chaque étudiant du campus. Manifestement réalisés par des professionnels, ces programmes avaient demandé un investissement financier considérable. Le contenu était tout aussi ambitieux, proposant aux étudiants un voyage à Vienne, une croisière en yacht ou encore un baptême de l’air en montgolfière. Comparativement, le programme de 2009 a été beaucoup plus modeste : une brochure A5 de 14 pages reprenant le même design que le précédent 45. Mais le contraste avec les programmes distribués en 2009 par une liste indépendante à la faculté de droit est frappant : deux pages A4, imprimées en noir et blanc, sans mise en page particulière et ne faisant figurer qu’un simple logo 46.

  • 47  Une majorité de délégués et le président de l’amicale.
  • 48Idem.
  • 49L’Orient‑Le Jour, 25 novembre 2008.
  • 50  Propos rapportés sur le site internet de la chaîne de télévision al-Manar : « Aoun afraid politica (...)

30Les élections universitaires de 2008 ont également été l’occasion pour les forces politiques en présence, et particulièrement les FL et le CPL, de lancer des mots d’ordre de mobilisation ainsi que des accusations qui se retrouveront lors du scrutin législatif de juin 2009. Ainsi, suite à la victoire du CPL dans les facultés de gestion et de droit 47, les FL, qui se sont imposées à la faculté des sciences économiques 48 ainsi qu’en sciences politiques (qui avait fait l’objet d’un compromis partiel), ont accusé l’adversaire de ne l’avoir emporté que grâce aux voix des « élèves musulmans » 49. De son côté, dès le lendemain du vote, Michel Aoun a accusé ses adversaires d’avoir eu recours à « l’argent politique » lors des élections de l’USJ 50. De telles accusations s’inscrivent bien au-delà du contexte universitaire, explicitement dans la campagne pour les législatives. Les partis et leurs représentants à l’université ont donc inscrit les élections estudiantines dans le processus électoral plus large à l’échelle nationale.

  • 51  Pour les résultats du scrutin entre 2007 et 2010, voir les deux tableaux 1 et 2.
  • 52  Les réactions allant dans ce sens furent nombreuses, dans la presse comme dans les discussions sur (...)

31Dans un tel contexte, les résultats nourrissent de nombreuses polémiques. Régulièrement, le CPL comme les FL se disputent publiquement la victoire, chiffres à l’appui. La présence de candidats non affiliés mais ayant bénéficié en sous‑main du soutien de l’un ou de l’autre groupe permet une certaine latitude dans l’exploitation des résultats, si bien qu’il est souvent délicat pour l’observateur de faire la part de la propagande. Le scrutin de 2008 n’a bien sûr pas fait exception à la règle 51. Ayant obtenu 59 des quelques 120 sièges à pourvoir sur l’ensemble des facultés de l’USJ, le CPL a mis en avant son statut de première force politique chrétienne, cependant que les trois établissements remportés par les FL à Huvelin leur ont permis de clamer leur montée en puissance face à un CPL affaibli selon eux par son alliance avec le Hezbollah, laquelle serait rejetée par les populations chrétiennes 52.Autant de polémiques que l’on retrouvera souvent à la lettre l’année suivante lors du scrutin de juin et qui témoignent du sens investi par les partis dans les élections estudiantines de l’USJ : celles-ci ont été présentées comme un indicateur du vote chrétien potentiel, sur lequel se focalisait largement l’attention des observateurs à la veille des législatives. Il semble donc que la campagne électorale estudiantine de 2008 a été l’occasion pour le CPL et les FL de mobiliser les jeunes de leur camp et de se mesurer à l’aube des législatives.

  • 53  Voir tableaux 1 et 2.
  • 54  Propos rapportés dans le quotidien L’Orient‑Le Jour, 5 novembre 2009.
  • 55  Ces chiffres ont été annoncés par le CPL sur le site www.tayyar.org (le 4 novembre 2009)
  • 56L’Orient‑Le Jour, 4 novembre 2009.

32Le vote estudiantin de 2009 a été quant à lui l’occasion pour les deux mouvements de régler quelques comptes suite au vote national de l’été. Lors des législatives, le camp du « 14 mars » est parvenu à conserver la majorité parlementaire acquise quatre ans auparavant. Cependant, malgré un recul certain par rapport aux chiffres enregistrés lors du scrutin de 2005, le CPL a réussi à se maintenir comme la principale force politique dans les régions chrétiennes. Du fait de ces résultats ambivalents, les élections universitaires de 2009 ont pu apparaître comme une nouvelle étape de la lutte que se livrent le CPL et les autres forces politiques chrétiennes pour le leadership de la communauté. Rue Huvelin, les FL et leurs alliés ont remporté une majorité de délégués au sein des différentes facultés du campus, avec 30 élus (6 en gestion, 7 en économie, 4 en droit, 4 en sciences politiques et 9 en assurance - cependant élus sans adversaires) contre 25 pour l’alliance CPL-Amal-Hezbollah (9 en gestion, 6 en économie, 5 en droit et 5 en sciences politiques) 53. Sur l’ensemble de l’USJ, les FL ont revendiqué 134 délégués contre 75 pour leurs rivaux. Samir Geagea a affirmé qu’avec cette victoire, « il se confirme [après les législatives] que la majorité des Libanais n’appuie pas le « 8 mars » et soutient le Liban auquel nous croyons. » 54 Le CPL a affirmé de son côté avoir emporté 106 sièges contre 104 pour leur adversaire, ainsi que la majorité absolue en nombre de voix sur l’ensemble de l’USJ (2 348 contre 1 839 aux FL et 39 pour les indépendants) 55. Les aounistes ayant en outre mis en cause le système proportionnel qualifié établi par l’administration dans la mesure où le nombre de délégués n’était pas strictement proportionnel au nombre d’étudiants dans chaque faculté 56.

Tableau 1 : Nombre de délégués obtenus pour l’ensemble de l’Université Saint-Joseph (2007-2010).

2007

2008*

2009

2010

Sources

CPL

Sources

FL

Sources

CPL

Sources

FL

CPL et alliés

59

59

106

134

118

81

FL et alliés

41

38

104

134

95

143

Indépendants

23

15

61

31

45

41

*Les chiffres mentionnés ne tiennent pas compte de 11 sièges qui durent faire l’objet d’un second vote afin de départager deux candidats.

Sources: Presse quotidienne, observations et sources partisanes.

Tableau 2 : Nombre de délégués obtenus sur le campus de Huvelin (2007-2010).

2007

(47 sièges)

2008

(47 sièges)

2009

(58 sièges)

2010

(58 sièges)

CPL et alliés

23

20

25

18

FL et alliés

18

22

30

36

Indépendants

6

(dont 3 revendiqués par le CPL*)

4

3

4

*Ces trois candidats auraient été élus grâce aux votes mobilisés par la machine électorale du CPL au sein de l´université, le parti ayant choisi de ne pas présenter ses propres candidats.

Sources : Observations de terrain.

33Les élections estudiantines sont donc apparues comme étant intégrées au débat politique partisan. Si une telle exploitation du vote universitaire par les forces politiques conventionnelles n’a en soi rien d’exceptionnel, c’est davantage l’incapacité du référent étudiant à susciter un espace d’identification alternatif au référent partisan qui informe sur les logiques de mobilisation de la jeunesse.

Des logiques d’identification partisane

  • 57  K. Karam, « Les élections étudiantes sont tellement politisées qu’elles en ont perdu leur finalité (...)

34Le clivage partisan sur le campus, tout comme l’inscription des élections universitaires dans des logiques relevant du champ politique conventionnel, semble avoir effacé toute référence à un espace estudiantin commun au sein duquel la génération actuelle se retrouverait. En cela, comme le souligne Karam Karam 57, la « surpolitisation » des élections étudiantes les prive de leur vocation originelle, celle de rapprocher les étudiants et de subvenir à leurs besoins.

  • 58  Il est notable que l’arène universitaire constitue par exemple un des rares espaces au Liban où l’ (...)
  • 59  Seuls des slogans sont présents. Par exemple, pour la faculté des sciences économiques en 2009, « (...)
  • 60  Ainsi, le programme du groupe pro-CPL intitulé « Be positive » évoque la question des stages, la m (...)

35Si, contrôle de l’administration oblige 58, les programmes des listes FL et CPL présentent la même absence de référence politique explicite, qu’il n’existe en général pas de nom spécifique pour les listes 59, les étudiants savent parfaitement identifier le camp politique auquel ils se rattachent. L’absence de slogan politique n’empêche cependant pas les références politiques indirectes : par exemple le cèdre stylisé sur la couverture des programmes des FL en 2008, puis sur celle des programmes de la faculté de gestion en 2009. En outre, bien que des programmes distribués traitent a priori de questions concernant la vie étudiante, l’observation des réunions ainsi que la lecture de ces programmes d’une année sur l’autre donnent à voir leur dimension tout à fait marginale, et même factice. Au fil des ans, les mêmes propositions reviennent. Elles concernent majoritairement des événements de sociabilité : soirées à thèmes (cheese and wine, miss USJ), bal de promotion, voyages ou excursions, mise en place de clubs (club scout, rally) ou de jeux (tournoi sportif, tombola). Au contraire, lors de la campagne de 2009, les programmes du CPL, des FL mais aussi de certains groupes indépendants ne font nulle mention de la question des frais d’inscription. Quant aux revendications sectorielles présentes dans les programmes, telles que les problèmes de débouchés, l’organisation des cursus et le système des crédits 60, il ne s’agit le plus souvent que de simples voeux pieux, signalant certes l’existence de problèmes spécifiques touchant les étudiants, mais ne donnant pas lieu à un véritable traitement de la part des élus une fois les élections terminées.

  • 61  Observations des réunions, octobre-novembre 2008 et 2009.

36Significativement, ces programmes stéréotypés et cosmétiques ne font l’objet que de peu d’attention de la part des collectifs étudiants impliqués dans la campagne. Lors des réunions préélectorales du CPL, seuls les responsables du comité estudiantin du parti discutent quelque peu du programme en compagnie des principaux meneurs ou candidats sur le terrain. Ces discussions ont lieu tardivement, une fois la majeure partie des participants repartis, ou encore dans une pièce isolée, souvent à partir de modèles des années précédentes 61. L’apparence comme les contenus des programmes des FL et de leurs alliés portent à croire que ce qui a été observé chez les uns se déroule sensiblement de la même façon chez les autres. Dans les deux camps, les programmes ne font nulle référence à un quelconque projet politique global, se contentant d’allusions à certaines valeurs convenues telles que « l’indépendance », « l’unité nationale » ou la « cohabitation ». Une telle situation traduit davantage une opposition essentialisée entre CPL et FL, dont les fondements politiques et les justifications restent sous-entendues. De même, les discussions politiques observées entre étudiants, les « débats » tels qu’ils sont appelés, se limitent à des exposés de principes repris de la scène nationale.

  • 62  L’identité personnelle peut être définie comme la transformation des normes et des représentations (...)
  • 63  Les auteurs définissent le « group style » comme des types récurrents d’interaction qui résultent (...)

37Au contraire, la majeure partie du temps des réunions, au sein du groupe CPL comme des FL, est occupée par la réalisation de « pointages » comme les appellent les étudiants. Ils consistent à égrainer les listes d’inscrits, recopiées ou photographiées à l’aide d’un téléphone portable lorsqu’elles sont affichées par l’administration dans les locaux des différentes facultés, et à classer les étudiants entre les deux pôles. Ce partage entre les « avec nous » et les « contre nous » illustre symboliquement les logiques d’appartenances exclusives qui organisent les perceptions des étudiants. Les cadres d’identification utilisés par les jeunes semblent essentiellement se construire autour du référent partisan, entendu comme l’expression d’une identité à la fois sociale et personnelle 62, et comme une groupalité. Ces identifications se structurent sur la base de représentations de soi et de l’autre nourries par la mémoire des conflits passés entre les groupes partisans, principalement la lutte entre le CPL et les FL entre 1989 et 1990. Les jeunes du CPL décrivent ainsi leurs camarades des FL selon des attributs stéréotypés renvoyant a un « style de groupe [group style] » (Eliasoph et Lichterman, 2003) 63 directement hérité du passé milicien des FL :

  • 64  Discussion lors d’une réunion électorale, le 21 octobre 2008.

« Franchement, on peut juger sur le look du type… ils [les FL] sont d’une autre gamme sociale, ce sont des gens méchants au vrai sens du terme, ils sont vilains. Ils mettent une croix/glaive [emblème de la milice des FL] bien visible, (...) ils aiment descendre dans la rue, bloquer les routes et clamer qu’elles leur appartiennent. » 64

  • 65  Entretien, le 5 mai 2008.

« Ce sont des milices... déjà à la base ce sont des milices... ils ne peuvent évoluer que dans un contexte de violence et de sang... je les compare à des vampires qui ne peuvent vivre qu’en tuant les autres, qu’en suçant le sang des autres... c’est pour ça que la violence dans les rues et toutes les provocations sont en général toujours déclenchées par les militants de Geagea. » 65

38Ce surdéterminisme du clivage entre CPL et FL dans l’appréhension de son environnement se retrouve lors de la journée de vote, baptisée « Journée de la démocratie » par l’administration. Il s’affiche dans les votes comme dans les manifestations des étudiants lors de l’attente puis de l’annonce des résultats.

39Concernant le vote, les chiffres semblent indiquer clairement l’absence de logique alternative au clivage dominant CPL/FL. Ainsi, lors du scrutin de 2008, alors que le panachage des listes était possible, seule une petite minorité d’étudiants y a eu recours. À titre d’exemple, dans la faculté d’économie, 5 des 111 votants de première année n’ont pas choisi les deux candidats d’une même liste, 4 des 98 votants en deuxième année, 9 des 170 votants de troisième année ont fait de même. Et encore, une partie d’entre eux ont uniquement voté pour un seul candidat et n’ont pas panaché entre un candidat étiqueté FL et un CPL. En 2009, alors que le panachage n’est plus permis, le taux de votes blancs témoigne également de la prégnance de la logique partisane du vote. Dans la même faculté d’économie, seules 5 personnes sur 173 ont voté blanc en première année, 1 sur 85 en deuxième, 1 sur 108 en troisième et aucune sur 54 en master 1 et 2. Tout semble donc indiquer que le vote repose essentiellement sur l’identification avec un courant politique. Du moins les autres déterminants possibles tels que les sociabilités ou les rares différences programmatiques concernant la scolarité, les débouchés, le mode d’enseignement et les autres questions liées à la vie étudiante, s’avèrent indexés sur le clivage partisan.

40S’agissant des pratiques de démonstration observables lors de la journée de vote, elles illustrent également le caractère exclusif des appartenances revendiquées par les étudiants. Les usages de l’espace ainsi que les slogans et les chants répondent à des logiques de positionnement et d’identification à base partisane reproduites dans l’espace universitaire. Chaque groupe demeure ancré dans un espace relativement circonscrit, les abords de la faculté d’économie pour les jeunes se réclamant du CPL, de gestion pour leurs alliés des mouvements chiites, et le jardin central pour les étudiants pro-FL et « 14 mars ». Les chants et slogans entonnés par les groupes étudiants sont aussi auto-référentiels.

  • 66  Le « Docteur », surnom de Samir Geagea du fait de ses études de médecine.

« Dieu, les Forces [libanaises], le Hakim 66 seulement ! [« Allah, ’uwet, Hakîm wa bass ! »] » pour les sympathisants des FL.
« Dieu, Nasrallah, toute la banlieue ! [« Allah, Nasrallah, al-dâhiyya kella ! »] pour les étudiants soutenant les formations chiites.
« Général [Aoun] ! Général ! » pour le groupe pro-CPL.

  • 67  L’observation de la journée électorale montre que ces chants ou slogans reviennent d’une année sur (...)

41Ces chants 67 font quasi systématiquement référence aux éléments structurant le groupe politique : son leader, un ancrage territorial de référence et un élément symbolique rassembleur, fréquemment la référence à Dieu. De manière significative, ces manifestations sonores sont en général alternatives et non simultanées, comme si la domination d’un groupe excluait l’existence de l’autre : elles sont autant de revendications de l’espace du campus par les groupes à référent partisan. Un rejet de l’autre qui se lit par exemple dans le programme du « 14 mars » distribué dans la faculté de gestion en 2009, justement l’établissement qui compte le plus grand nombre d’étudiants musulmans : « Pour une sauvegarde de l’identité », titre explicite qui s’accompagnait du logo d’un cèdre, très proche de celui utilisé officiellement par le parti des FL.

  • 68  Il le fit manifestement sous la pression d’amis proches des FL, et d’ailleurs, en réponse, il part (...)
  • 69  Voir tableaux 1 et 2.
  • 70  Ainsi, le programme du « Mouvement universitaire pour la citoyenneté » propose de « former un lien (...)

42Ces logiques d’identifications exclusives permettent de comprendre la relative faiblesse des listes indépendantes, le campus de Huvelin étant lui‑même porteur d’une symbolique politique, et le contexte de politisation entourant les législatives ne pouvant que renforcer cette surdétermination des appartenances partisanes. En 2008, les candidats indépendants n’ont été qu’une poignée et essentiellement dans la faculté de droit ainsi que dans les deux instituts, de sciences politiques et d’assurance, qui sont des petites structures au sein desquelles le nombre très restreint d’étudiants et les interconnaissances limitent les enjeux électoraux. Dans ce contexte de polarisation, les candidats indépendants n’ont que peu de chance de regrouper suffisamment de soutien, et ils doivent en outre faire face à de fortes pressions de la part des étudiants affiliés politiquement. Ainsi, un jeune non-affilié voulant se présenter à un poste de délégué dans la faculté des sciences économiques a été contraint de se retirer 68. D’une façon générale, les listes indépendantes n’ont que peu de visibilité sur le campus, mis à part le groupement « Trait d’union » et, en 2009, la liste du « Mouvement universitaire pour la citoyenneté ». Tous deux sont portés par quelques étudiants désireux de se dégager de l’emprise des FL et du CPL. Néanmoins, leur impact sur le scrutin est resté limité sur le campus 69. En outre, ces groupes entendaient souvent jouer un rôle d’intermédiaire entre les deux camps 70 et non pas proposer aux étudiants un positionnement alternatif au clivage politique dominant.

43L’observation des mobilisations et des pratiques électorales de jeunes laisse transparaître ce que Michel Seurat définissait comme une tendance à faire primer l’identité (la définition autoréférentielle et exclusive du groupe) sur le politique (la nécessaire négociation dans la cohabitation avec l’autre) (Seurat 1985, p. 79). Le référent étudiant, bien qu’unissant cette génération, apparaît incapable de servir de base commune d’identification.

Une éclipse des mobilisations étudiantes ?

44Le peu de poids accordé aux problématiques sectorielles au cours de la campagne comme du vote souligne le caractère inopérant de la catégorie étudiante comme base de définition commune de soi. Elle ne peut par consé-quent servir de support à une mobilisation spécifique en vue de défendre des intérêts catégoriels tels que le droit de vote pour les 18-21 ans. Cette situation peut-elle s’expliquer par le contexte et la configuration du lieu où bien renvoie-t-elle à une cause plus structurelle ?

  • 71  Sur la notion de génération, voir Manheim, 1990.
  • 72  Bien que les étudiants soient majoritairement issus de milieux relativement aisés, le statut étudi (...)
  • 73  L’Université Libanaise étant la plus accessible en termes de tarifs, elle regroupe de nombreux étu (...)

45À bien des égards, les événements de l’année 2005 et la polarisation politique à laquelle ils ont abouti apparaît déterminante dans l’absence actuelle de mouvement étudiant libanais. En termes d’expériences générationnelles, les étudiants d’aujourd’hui ont largement été socialisés politiquement dans le cadre des événements de 2005. Cette génération partage un ensemble de situations vécues qui définissent un champ d’expériences commun 71. Or, la configuration du champ politique qui se met alors en place se caractérise par une extrême polarisation, inaugurée par la double manifestation du 8 et du 14 mars 2005 puis renforcée lors de crises successives dont les événements de mai 2008 constituent l’apogée. Comme le souligne Karam Karam (2006, p. 297 ; 2009), cette configuration partisane ultra-polarisée ne laisse que peu de place aux mouvements civils alternatifs.De fait, les prises de position lors des scrutins observés concernent davantage les polémiques politiques éclatant entre partis à l’échelle nationale que les questions liées au statut d’étudiant telles que l’organisation des cursus, les frais d’inscription ou encore la situation de l’Université Libanaise 72. De manière symptomatique, cette dernière problématique ne suscite guère d’expression de solidarité de la part des étudiants mieux lotis de l’USJ, si ce n’est chez quelques militants du Hezbollah, un parti qui a fait de la défense de l’UL une de ses causes privilégiées auprès de la jeunesse 73.

46Les mouvements politiques les plus influents parmi les étudiants du campus de Huvelin, les FL et le CPL, sont particulièrement concernés par cette recomposition du champ partisan. Les sections estudiantines de ces deux partis ont de fait connu un bouleversement de leur activité militante au sein du campus de la rue Huvelin. Comme nous l’avons souligné, ce dernier a été utilisé pendant plus de dix ans comme base de contestation contre la présence syrienne. Le militantisme étudiant était alors le fer de lance de la mobilisation anti-syrienne, largement du fait de l’interdiction officielle des deux mouvements. L’espace universitaire, tout comme certains ordres professionnels, représentait un milieu clos au sein duquel les militants bénéficiaient d’une liberté inexistante sur la scène publique. Or, avec le départ des troupes de Damas en avril 2005, le retour d’exil du général Aoun en mai puis la sortie de prison de Samir Geagea en juillet, le CPL et les FL s’organisèrent au grand jour en tant que partis politiques officiels. Un réinvestissement de la scène politique conventionnelle qui a marginalisé l’importance des espaces universitaires et la position des étudiants, lesquels n’étaient plus les principaux porte-drapeaux des revendications politiques des deux mouvements. La tension politique prévalant, les étudiants ne se sont pas repliés sur des enjeux académiques ou générationnels spécifiques mais se sont rangés derrière leur direction respective dans un réflexe de solidarité interne au groupe. Un processus de satellisation des étudiants militants qui a limité l’activisme sur le campus de la rue Huvelin. Alors que, du fait de la surveillance exercée dans les autres sphères de la société, les mobilisations estudiantines contre la présence syrienne apparaissaient relativement spécifiques au champ universitaire, les pratiques actuelles semblent davantage reproduire des modes de faire la politique qui se retrouvent dans d’autres arènes.

  • 74  Tentative initiée par le député Waël Abou Faour. Voir Majed 2007, p. 62.

47Dès lors, dans le contexte de l’après 2005, le mouvement étudiant en tant que tel n’est plus un espace privilégié d’identification pour des jeunes militants intégrés au sein des appareils partisans. Il devient alors difficile de transcender les clivages politiques comme en témoigne l’échec de la tentative d’organiser une rencontre entre les sections étudiantes du « 14 mars » et de l’opposition afin de discuter de réformes sectorielles suite aux législatives de 2005 74. La configuration actuelle ne favorise donc pas la renaissance d’un mouvement étudiant dynamique. Toutefois, celui-ci n’a existé que par intermittences par le passé.

48L’analyse d’Agnès Favier (2004, p. 187) du mouvement estudiantin des années 1960 puis 1970 illustre le fait qu’en dépit de l’émergence de mobilisations spécifiques au sein des universités, les organisations partisanes étaient demeurées centrales dans la condensation des revendications sociales sectorisées des étudiants. Pour autant, et contrairement à la situation observée actuellement, l’exemple du Parti phalangiste et du PCL à l’époque montre que la prise en considération de la catégorie étudiante a pu déboucher sur une contestation interne des « jeunes » au sein de ces organisations partisanes. Une lutte générationnelle qui n’a cependant pas remis en cause les frontières existant au sein de l’espace politique libanais (Majed 2007, chap. 3).

  • 75  Dans son analyse du mouvement, Favier (2000a, p. 668) définit cette identité étudiante notamment e (...)

49Une tendance qui se retrouve dans les mouvements étudiants naissant de la fin des années 1990 et du début des années 2000. Le cas de la mobilisation estudiantine de décembre 1997 et de la question du vote à 18 ans rendent compte de cette dépendance vis-à-vis des organisations partisanes. En effet, si en décembre 1997 les étudiants appartenant à divers partis politiques se sont solidarisés avec leurs camarades aounistes incarcérés suite à la répression d’une manifestation pour former un mouvement mettant en avant une « identité étudiante » 75, les participants ainsi que les principaux animateurs étaient essentiellement les membres des sections de jeunesse des partis conventionnels (Favier 2000a, p. 672). De fait, si l’appartenance partisane a pu être un temps transcendée – tant que les partis ont accompagné la mobilisation –, le mouvement s’évanouit lorsque les intérêts partisans ont divergé. Le même constat s’applique à la campagne pour l’abaissement de l’âge du vote. L’imbrication du mouvement avec les forces politiques conventionnelles l’a condamné, à moyen terme, du fait des craintes des organisations politiques chrétiennes de se voir marginalisées (Karam 2006, p. 185-188).

  • 76  L’expression est d’Agnès Favier (2004, p. 158).

50De fait, même si les étudiants actuels, à la différence de certains de leurs aînés, n’ont pu s’entendre sur un « plus petit dénominateur commun » 76, l’activisme universitaire n’a jamais semblé susceptible d’entraîner une rupture avec les formes de lien politique fondées sur des groupalités exclusives les unes des autres.

Conclusion

51L’étude d’une mobilisation électorale estudiantine a permis de mettre en lumière des modes de faire la politique construits sur des logiques d’appartenances exclusives. L’enceinte universitaire semble fonctionner avant tout comme une caisse de résonance de mobilisations générées au sein du champ politique traditionnel. Par là, le scrutin observé en 2008 et 2009 constitue largement un « vote de substitution », un moyen d’affirmer une solidarité, ce que les étudiants ne peuvent faire à l’échelle nationale. De fait, si l’université reste un lieu privilégié de fabrication du politique, elle ne semble pas permettre une refonte des catégories politiques conventionnelles. Là où les étudiants des années 1970, particulièrement au sein de l’Université Libanaise, ou du tournant des années 2000, lors des mobilisations anti-syriennes, ont pu générer des modes de faire relativement spécifiques, soit d’ordre strictement « estudiantin », soit davantage politiques et partisans, la génération actuelle importe en grande partie dans le contexte universitaire des pratiques et des représentations modelées ailleurs. En ce sens, l’incapacité actuelle des étudiants à mettre en acte une identité partagée qui servirait de support à des mobilisations sectorisées témoigne d’une dés-autonomisation des mobilisations estudiantines, qui doit surtout être comprise comme une « intégration » de l’arène universitaire au champ politique conventionnel.

52Mais cette situation semble relative à double titre. D’une part, elle s’explique en partie par une configuration spécifique née dans le tournant de 2005 qui a généré une polarisation extrême pénalisante pour toute forme de mobilisation alternative et a entraîné une recomposition au sein des mouvements politiques chrétiens qui s’est faite au détriment des étudiants autrefois animateurs des mouvements d’opposition. D’autre part, les mouvements estudiantins qui ont vu le jour dans les années 1960-70 puis au cours des années 1990 n’avaient en fin de compte, eux non plus, guère pu remettre en cause les logiques identificatoires structurant l’activisme étudiant.

53Si la configuration héritée de 2005 est donc particulièrement inadaptée à l’émergence d’un mouvement étudiant libanais qui transcenderait certains clivages, celui-ci pâtit surtout, comme le montrent les précédents historiques, des structures sociales et mentales sur lesquelles se construit le lien politique qui fonctionne sur la base de groupalités à référents socio-partisans. Dans ces conditions, la possible recomposition du champ politique suite aux législatives de 2009 suffira-t-elle à rouvrir une fenêtre d’opportunité pour le mouvement étudiant ?

Notes

1  Dans son rapport présenté en 2006, la Commission Boutros suggérait, outre l’abaissement de l’âge du vote, plusieurs autres grandes mesures parmi lesquelles : le vote des expatriés depuis leurs pays de résidence, l’introduction d’une dose de proportionnelle dans le mode de scrutin (pour 51 députés sur les 128 du parlement), la mise en place d’un quota de candidatures féminines.

2  Le code des obligations et des contrats de 1938 fixe la majorité civile à 18 ans. Voir Karam 2006, p. 185.

3  Estimations présentées dans le quotidien The Daily Star, 23 février 2010.

4  L’accord de Taëf, qui mit fin à la guerre civile, organise le partage des sièges parlementaires à parité entre chrétiens et musulmans (64 sièges pour chacun des deux groupes).

5  Le 22 février 2010, le Parlement a organisé un vote sur la question de l’abaissement de l’âge du vote. Une majorité de députés (66) s’était abstenue alors que seuls les élus du mouvement Amal et du Hezbollah (34 députés) ont voté en faveur de la réforme. Significativement, l’ensemble des blocs parlementaires des principaux partis chrétiens, pourtant adversaires politiques, se sont accordés pour s’abstenir en soulignant la nécessité de lier la baisse de l’âge du vote à la question du vote des expatriés, lequel est réputé favorable aux chrétiens.

6  Les étudiants ont en majorité entre 18 et 21 ans.

7  Sur le mouvement de l’Eveil et l’Uneul, voir notamment Favier 2004, p. 158 et suivantes.

8  L’ Uneul se décomposa à la veille de la guerre civile avant de disparaître au début des années 1980 (Favier 2004, p. 167).

9  Il s’agit notamment de l’Union des jeunesses démocratiques du Liban, une organisation étudiante satellite du Parti communiste libanais, qui a mené plusieurs actions en ce sens. Entretien avec un responsable de Ujdl, le 5 décembre 2009.

10  Le journaliste Michel Hajji Georgiou a évoqué le rôle précurseur des étudiants au sein du « Printemps libanais » : voir entre autres « Le mouvement estudiantin au défi de la citoyenneté », L’Orient‑Le Jour, 17 octobre 2005. Plusieurs travaux d’étudiants libanais ayant vécu cette période de mobilisation ont également souligné le rôle important que les étudiants y ont joué. À titre d’exemple, voir Majed 2007, Chemaly 2009.

11  Cette contribution s’appuie principalement sur un travail de terrain mené en octobre et novembre 2008 et 2009. Elle s’appuie également sur des entretiens conduits dans les milieux universitaires libanais depuis 2007. Lors des campagnes électorales, nous avons réalisé des observations générales mais aussi certaines plus spécifiques auprès des étudiants soutenant le Courant patriotique libre au sein de la faculté des sciences économiques. Se concentrer sur un groupe modeste lors des réunions préélectorales notamment permet de mieux comprendre les logiques de sociabilité à l’œuvre au sein du groupe. En outre, si cette démarche risque de générer une survalorisation des observations réalisées avec un groupe spécifique, elle permet d’avoir accès à de nombreuses situations (notamment les réunions internes) et informations qui, compte tenu de l’hostilité entre les groupes rivaux sur le campus, seraient inaccessibles à quiconque voyagerait d’un groupe à l’autre.

12  Les chiffres présentés ici correspondent au nombre d’étudiants inscrits sur les listes des établissements lors des élections du 3 novembre 2009. Ces données ne prennent donc pas en compte les étudiants n’ayant pas régularisé leur situation avant cette date (notamment le paiement de la scolarité) et qui n’ont de fait pas pu participer au scrutin. Source : fiches de décompte des voix consultées à l’Usj (le 12 novembre 2009), complétées par les données présentées sur le site du Cpl : www. tayyar.org (consulté le 4 novembre 2009).

13  Une proportion importante d’entre eux serait issue de familles chiites installées en Afrique francophone, principalement en Côte d’Ivoire ou dans les pays voisins d’Afrique de l’Ouest.

14  En gestion, droit, sciences politiques et économie, la formation de base (licence) comporte 180 crédits à 113$ par crédit, soit un coût total de 20 340$ (tarifs de 2009-10). Source : www.usj.edu.lb

15  Bourses sur critères académiques ou financées par des associations comme, par exemple, celle des Anciens de l’USJ de Dubaï. Au total, selon Carmel Wakim, directrice du service social de l’USJ, 2 805 étudiants ont été aidés par le service social au 1er semestre 2009-2010: « 1 536 étudiants ont obtenu des prêts, 782 ont obtenu des bourses, 226 ont bénéficié des deux formes d’aide à la fois et 713 étudiants ont demandé des facilités de paiement en étalant leur scolarité sur toute l’année ». Propos repris dans L’Orient‑Le Jour, 2 mars 2010.

16  Sur la montée en puissance de la section étudiante du parti phalangiste, voir Favier 2004, p. 196 et suivantes.

17  Personnalités politiques du camp du « 14 mars », Nayla Moawad, Marwan Hamadé, Michel Eddé et Tarek Mitri sont membres du conseil stratégique de l’université. Voir : http://www.usj.edu.lb/decouvrir/conseilsdeta.htm?code=221.

18  Officiellement fondé en 2005, le Courant patriotique libre puise son origine dans l’expérience de son leader, le général Michel Aoun, à la tête du gouvernement entre 1988 et 1990. Alors général en chef de l’armée, Michel Aoun est désigné par le président de la République sortant, Amine Gemayel, à la tête d’un cabinet militaire de transition. Mais cette nomination est rejetée par le gouvernement précédent, siégeant à Beyrouth-Ouest, qui refuse de se dissoudre. Deux pouvoirs cohabitent alors pendant deux ans, jusqu’à l’expulsion de Michel Aoun du palais présidentiel de Baabda par les troupes syriennes, le 13 octobre 1990. Alors que leur chef est contraint à l’exil en France, les partisans aounistes organisent progressivement un mouvement de contestation civile, réclamant notamment la fin de la présence militaire syrienne au Liban. Quelques jours après le retrait effectif de l’armée de Damas, le général Michel Aoun effectue son retour à Beyrouth le 7 mai 2005 et organise ensuite son mouvement en parti politique.

19  La milice des FL et le gouvernement présidé par le général Aoun s’affrontèrent pour le contrôle des régions à majorité chrétienne une première fois en févier 1989 puis, à une plus grande échelle, à partir du 31 janvier 1990. Ces combats interchrétiens d’une extrême violence ont laissé des traces dans les mémoires des populations touchées par le conflit, nourrissant un puissant antagonisme entre les deux formations.

20  Depuis l’assassinat de l’ancien premier ministre Rafiq Hariri, le 14 février 2005, le champ politique se divise schématiquement entre deux camps. Celui dit du « 14 mars » (date d’une manifestation hostile à la présence syrienne au Liban) d’un côté, regroupant les partisans de la famille Hariri et de son groupe politique, le Courant du Futur, le socialiste progressiste du chef druze Walid Joumblatt, les FL, le parti Kataëb et plusieurs figures politiques d’envergure nationale. De l’autre, le camp dit du « 8 mars » (date d’une manifestation organisée en soutien à Damas) rassemblant les deux principaux partis de la communauté chiite, Amal et le Hezbollah, le courant des Marada du leader chrétien du Liban-Nord, Sleimane Frangié, et le Parti syrien national social (PSNS). Bien qu’une trêve soit intervenue lors des élections législatives de 2005, l’antagonisme refit surface à l’automne de la même année entre les forces pro-occidentales du « 14 mars » et le tandem chiite Amal-Hezbollah, soutenu par les alliés de Damas. Alors qu’ils participaient au gouvernement, les deux partis chiites tentèrent d’en provoquer la chute. Ils rejoignirent ainsi dans l’opposition le CPL, exclu de toute participation au pouvoir. Le 6 février 2006, le Hezbollah conclut avec le CPL un « document d’entente » scellant une alliance durable entre les deux formations. Dès lors, la tension ne fit qu’augmenter entre gouvernement et opposition, allant jusqu’au déclenchement de combats de rue en mai 2008. C’est donc dans ce contexte particulièrement polarisé que se déroulèrent les élections estudiantines de l’automne 2008 puis de 2009.

21  Il y a cinq années : trois ans de licence et deux de master. Depuis la réforme du mode de scrutin en 2009, les étudiants élisent trois délégués par année pour les branches ayant plus de 99 étudiants, deux pour les branches comptant entre 25 et 99 inscrits, un pour les autres. De fait, sur le campus de Huvelin, les facultés de droit, d’économie et de gestion choisissent chacune respectivement 12, 13 et 15 représentants, l’Institut de sciences politiques 9 et celui des assurances 10.

22  Bien que les enjeux soient différents, il est intéressant de remarquer que le conseil de l’université ait imposé un mode de scrutin qui nourrit par ailleurs de nombreuses polémiques à l’échelle nationale. Les nouveaux statuts des amicales étudiantes de l’USJ sont disponibles en ligne : www.usj.edu.lb/actualites/pdf/stamicales09.pdf (dernière consultation le 12 février 2010). De même, une note explicative sur le mode de scrutin est consultable en ligne : www.usj.edu.lb/actualites/pdf/stamicales09annex.pdf (dernière consultation le 12 février 2010). Les personnels des bureaux des doyens de chaque établissement ont reçu plusieurs notes et participé à plusieurs réunions afin de se familiariser avec ce nouveau mode de scrutin. Ces notes ainsi que les comptes-rendus de certaines réunions se trouvent dans les archives de la faculté des sciences économiques concernant le vote du 3 novembre 2009 (consultation à l’USJ, le 12 novembre 2009).

23  Cette volonté de neutralisation a trouvé une autre manifestation dans l’abandon de l’élection du président des amicales au suffrage « universel » - jusqu’en 2008, chaque étudiant votait pour la liste de son année ainsi que pour un candidat à la présidence de l’amicale de sa faculté, alors qu’en 2009 ce sont les délégués élus qui choisissent leur président.

24  Les nouveaux statuts furent approuvés par le conseil de l’université le 16 septembre 2009, soit quelques jours après l’expiration du mandat des précédentes amicales qui prennent fin statutairement le 31 août de l’année suivant leur élection. La décision de l’administration intervint donc six semaines seulement avant la date prévue des élections, le 3 novembre 2009.

25  Voir à ce propos les déclarations de M. Henri Awit, vice-recteur de l’USJ en charge des affaires académiques, citées dans L’Orient‑Le Jour, 5 novembre 2009. Certains étudiants sympathisants du CPL ont fait part de leur doute quant au motif de ce changement. Pour eux, les nouveaux statuts visaient à pénaliser leur parti, globalement majoritaire. Ils en veulent pour preuve la présence déjà évoquée de personnalités du « 14 mars » au sein du conseil de l’université. Ce type de rumeur soulignant l’imbrication des logiques universitaires et partisanes n’est pas rare en période électorale et particulièrement dans le contexte des législatives de 2009.

26  Les étudiants soutenant chacune des deux formations politiques dominantes ont établi que l’élaboration de deux listes au lieu d’une seule leur permettait de contourner l’effet pénalisant du scrutin proportionnel sur les groupes majoritaires. Par exemple, dans la faculté d’économie, trois sièges sont à pourvoir. Aussi, en répartissant les suffrages de leurs soutiens entre leurs deux listes, ils pouvaient espérer remporter un candidat avec chacun de leur ticket, soit au final deux sièges sur trois.

27  L’administration contrôle systématiquement les activités qui doivent faire l’objet d’une demande officielle et être approuvées par l’établissement (voir article 41 des statuts des amicales). De même, l’emploi des ressources financières, comprises entre 2 et 20 millions de Livres libanaises par amicale, est strictement supervisé (Titre VII des statuts des amicales, articles 31 à 40).

28  Statuts des amicales, article 26.

29  Suite à une rixe entre étudiants partisans des Kataëb et leurs homologues soutenant Amal et le Hezbollah, le 24 novembre 2008, lors de la commémoration de l’assassinat du député phalangiste Pierre Gemayel, le conseil de l’université suspendit toute activité à caractère politique à compter du 3 décembre suivant et organisa ensuite un strict contrôle des amicales. L’avis de suspension des activités politiques fut affiché dans le campus. Sur le conflit, voir L’Orient‑Le Jour, 25 novembre 2008.

30  Du côté des étudiants soutenus par le CPL et ses alliés, plus d’une demi-douzaine de réunions furent organisées en 2008, un peu moins en 2009. Elles rassemblaient en moyenne une quarantaine d’étudiants de la faculté d’économie, encadrés par les militants étudiants du CPL, eux-mêmes supervisés par leurs responsables au sein de la section de jeunesse du parti.

31  Nous disposons des chiffres complets pour les deux années considérées dans la faculté des sciences économiques et d’estimations pour les autres établissements du campus. En 2008, 111 étudiants de première année sur 125, 98 de deuxième année sur 105, 170 de troisième année sur 195 ont pris part au vote, soit 379 votants sur 425 inscrits (89%). En 2009, ils étaient 420 votants sur 484 inscrits (87%). Sources : observations de terrain recoupées par les archives de la faculté des sciences économiques, consultées le 12 novembre 2009.

32  Le site du CPL annonce pour l’élection de 2009 un taux de participation générale légèrement supérieur à 50% (4 555 votes sur 9 000 inscrits) sur l’ensemble de l’USJ, soit un chiffre bien inférieur à nos estimations pour le campus de Huvelin (www.tayyar.org, consulté en novembre 2009). Nous ne disposons malheureusement pas de données statistiques complètes.

33  La distinction formelle entre adhérents et sympathisants ne fait guère sens dans le contexte du campus. D’une part parce que beaucoup de partis ne disposent pas de cartes de membres pour les jeunes, comme c’est le cas du Hezbollah. D’autre part, dans le cas du CPL qui inscrit ses adhérents, la majorité des étudiants n’ayant pas atteint 21 ans, ne peut pas officiellement rejoindre l’organisation.

34  Les frais d’inscription à l’Université Libanaise ne s’élèvent qu’à une centaine de dollars par année. Ce faible coût permet parfois à certains membres de partis politiques de prolonger la durée de leurs études voire de s’inscrire uniquement dans le but de superviser les activités politiques ou d’organiser les élections estudiantines sur le campus. Tout du moins, ce faible coût autorise les étudiants très engagés au sein des mouvements politiques à « sacrifier » à un certain moment leurs études et donc à pouvoir consacrer un temps considérable au militantisme. Ne pas valider une année s’avère matériellement beaucoup plus problématique dans le cas de l’USJ.

35  Entretien, 20 octobre 2008.

36  Entretien, 14 novembre 2007.

37  Entretien, 4 novembre 2007.

38  Observations de terrain, octobre-novembre 2008 et 2009.

39  Entretien, le 9 décembre 2009.

40  Il est en effet difficile de savoir de manière globale dans quelle mesure l’appartenance familiale joue dans la sélection des candidats et des responsables des sections étudiantes des partis. Si plusieurs cas, tels que ceux que nous évoquons, apparaissent manifestes, les contre exemples existent néanmoins et le large nombre des candidats laisse la porte ouverte à de nombreux étudiants non issus de familles politiques traditionnelles.

41  Ce terme désigne le sentiment d’appartenance à un groupe particulier, limité et solidaire (Brubaker 2001, p. 78).

42  Entretien, 23 octobre 2008.

43  Au sein du CPL, il est de coutume que, suite à une victoire lors d’un scrutin universitaire, les étudiants se rendent au domicile du général Michel Aoun pour y recevoir les félicitations de leur chef. « La montée chez le général » comme les étudiants l’appellent semble être devenue une tradition depuis le retour de Michel Aoun en 2005.

44  Réunion préélectorale du 30 octobre 2008.

45  Programme électoral distribué sur le campus de Huvelin le 30 octobre 2009.

46  Programme du Mouvement universitaire pour la citoyenneté, distribué sur le campus de Huvelin le 30 octobre 2009.

47  Une majorité de délégués et le président de l’amicale.

48Idem.

49L’Orient‑Le Jour, 25 novembre 2008.

50  Propos rapportés sur le site internet de la chaîne de télévision al-Manar : « Aoun afraid political money reaches universities! », 8 novembre 2008.

51  Pour les résultats du scrutin entre 2007 et 2010, voir les deux tableaux 1 et 2.

52  Les réactions allant dans ce sens furent nombreuses, dans la presse comme dans les discussions sur le campus. Pour autant, à la lecture des résultats entre 2007 et 2010, une telle interprétation semble discutable, et ce d’autant plus que l’évolution du mode de scrutin peut jouer dans l’évolution des résultats entre les années considérées. Toutefois, comme l’indique le tableau récapitulatif, il semble bien que le CPL subisse actuellement une baisse de son influence sur le campus de Huvelin.

53  Voir tableaux 1 et 2.

54  Propos rapportés dans le quotidien L’Orient‑Le Jour, 5 novembre 2009.

55  Ces chiffres ont été annoncés par le CPL sur le site www.tayyar.org (le 4 novembre 2009)

56L’Orient‑Le Jour, 4 novembre 2009.

57  K. Karam, « Les élections étudiantes sont tellement politisées qu’elles en ont perdu leur finalité », interview parue sur ilubnan.info, le 5 novembre 2009.

58  Il est notable que l’arène universitaire constitue par exemple un des rares espaces au Liban où l’affichage partisan est limité par le règlement.

59  Seuls des slogans sont présents. Par exemple, pour la faculté des sciences économiques en 2009, « Be positive » pour le CPL et « Pour une économie au service de l’Homme » pour les FL.

60  Ainsi, le programme du groupe pro-CPL intitulé « Be positive » évoque la question des stages, la mise en place d’un système de suivi pour les diplômés cherchant un travail ou encore l’amélioration des salles informatiques et de la cafétéria. Celui du groupe pro-FL propose la mise en place d’un bureau d’orientation pour les étudiants, l’amélioration du système des crédits et des absences mais aussi de la salle informatique. Enfin, celui du groupe indépendant du « Mouvement universitaire pour la citoyenneté » se borne à réclamer « plus de renseignement sur le nouveau système de crédit », « un système de SMS [pour informer les étudiants] de tout changement (...) », et la suppression du « nouveau système d’appel qui nous rappelle l’école [sic.] ».

61  Observations des réunions, octobre-novembre 2008 et 2009.

62  L’identité personnelle peut être définie comme la transformation des normes et des représentations de la structure sociale d’appartenance en une forme personnelle et distinctive d’agencement unique. Voir Harré 1983.

63  Les auteurs définissent le « group style » comme des types récurrents d’interaction qui résultent des conceptions partagées sur ce qui constitue une bonne ou une adéquate participation. Loin de n’être élaborés qu’au sein des groupes, ces styles sont également le produit de l’expérience sociale des membres.

64  Discussion lors d’une réunion électorale, le 21 octobre 2008.

65  Entretien, le 5 mai 2008.

66  Le « Docteur », surnom de Samir Geagea du fait de ses études de médecine.

67  L’observation de la journée électorale montre que ces chants ou slogans reviennent d’une année sur l’autre, indice qu’ils témoignent d’une essence existentielle pour le groupe.

68  Il le fit manifestement sous la pression d’amis proches des FL, et d’ailleurs, en réponse, il participa l’année suivante à la campagne du groupe soutenant le CPL.

69  Voir tableaux 1 et 2.

70  Ainsi, le programme du « Mouvement universitaire pour la citoyenneté » propose de « former un lien entre les deux partis dominants. Un intermédiaire qui jouera la balance entre les deux camps et fera zone tampon ».

71  Sur la notion de génération, voir Manheim, 1990.

72  Bien que les étudiants soient majoritairement issus de milieux relativement aisés, le statut étudiant n’en pose pas moins problème : dans la question des débouchés et même dans celle des frais d’inscription qui du fait de leur montant pèsent néanmoins sur les budgets de nombreuses familles.

73  L’Université Libanaise étant la plus accessible en termes de tarifs, elle regroupe de nombreux étudiants d’origines sociales modestes, parmi lesquels on trouve de nombreux Chiites issus des régions périphériques au sein desquelles le Hezbollah est fortement implanté. La sensibilité à la cause de l’UL est mise en avant par les responsables de la section estudiantine du Hezbollah. Entretiens, 11 février 2006, 1er mars 2006.

74  Tentative initiée par le député Waël Abou Faour. Voir Majed 2007, p. 62.

75  Dans son analyse du mouvement, Favier (2000a, p. 668) définit cette identité étudiante notamment en fonction de caractéristiques d’âge, de modes d’expression spécifiques (slogan, revendications, lieux de rassemblement) et de modes d’organisations particuliers (sections de jeunesse des organisations partisanes et comités étudiants des universités).

76  L’expression est d’Agnès Favier (2004, p. 158).

Auteur

Bruno Lefort

Doctorant en sociologie politique à l’Institut de recherche sur le monde arabe et musulman (Iremam) à Aix-en-Provence et à l’Université de Tampere (Finlande), et chercheur associé à l’Ifpo à Beyrouth. Sa thèse porte sur la socialisation politique des étudiants dans le Liban contemporain.

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable