Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphose des figures du leadership au Liban

 | 
Myriam Catusse
, 
Karam Karam
, 
Olfa Lamloum

Introduction

Résumé

Ce chapitre analyse les éléments de contexte, national et international, qui ont encadré le scrutin législatif de juin 2009, en s’intéressant tant aux formes de résiliences qu’aux mutations qui affectent les règles du jeu électoral. Il décrit les enjeux de ces élections pour les différentes forces en présence. Puis, il examine les leçons du vote en termes d’équilibre conjoncturel entre les forces politiques concurrentes, mais aussi en termes d’évolution des leaderships et finalement de renouvellement ou de transformation du régime libanais. Au-delà de cette analyse de la politique libanaise comme une lice de leaderships personnels et partisans en constante évolution – mais aussi en frappante reproduction –, l’analyse du scrutin de 2009 amène en effet à repenser les termes du compromis politique sur lequel repose la formule consociative du pays, le partage du pouvoir et l’accès aux ressources. En 2009 les tendances perceptibles depuis la sortie de la guerre civile se confirment : d’une part, la communautarisation du jeu politique ; d’autre part, sa polarisation entre deux leaderships qui assoient leur hégémonisme respectif sur leurs territoires et leurs communautés, celui des Sunnites et celui des Chiites. Les chrétiens se divisent et restent les « perdants de la guerre » mais aussi des réaménagements contemporains du régime, dès lors que l’on se place dans une lecture communautariste de la politique libanaise.

مقدمة - تحول أشكال الزعامة في لبنان. المشهد والمشهد المعاكس للانتخابات النيابية عام 2009
يتناول هذا الفصل بالتحليل العناصر السياقية، المحلية والعالمية، التي أحاطت بالانتخابات التشريعية التي أجريت في حزيران من العام 2009، مركزاً في الوقت عينه على المظاهر المقاومة للتحوّل وتلك المتحولة والتي أثرت على قواعد اللعبة الانتخابية. ويبدأ بعرض التحديات التي واجهت مختلف القوى على الساحة ومن ثم يبحث في الدروس المستقاة من العملية الانتخابية إن من حيث التوازنات الظرفية بين الأطراف السياسية المتنافسة، أو من حيث تطور الزعامات أو أخيراً من حيث تجدد أو تحول النظام اللبناني. لا يقتصر تحليل الانتخابات التي أجريت في العام 2009 على النظر إلى تلك الانتخابات باعتبارها حلبة لصراع الزعامات الشخصية والحزبية التي تتطور باستمرار والتي تعيد في الوقت عينه إنتاج نفسها بشكل صارخ، بل يستدعي إعادة النظر في شروط التسوية السياسية التي ارتكزت عليها كل من الصيغة التوافقية في لبنان وتقاسم السلطة والموارد فيه. تأكد في العام 2009 اتجاهان بدآ بالتبلور منذ انتهاء الحرب الأهلية، أحدهما هو تطييف اللعبة السياسية، وثانيهما هو استقطاب الزعامتين السنّية والشيعية لهذه اللعبة حيث بسطت كل منهما هيمنتها على منطقتها وطائفتها. ولو قرأنا السياسة اللبنانية من المنظار الطائفي لوجدنا أن المسيحيين كانوا «الطرف الخاسر في الحرب» نتيجة لانقسامهم من جهة، ولإعادة
رسم النظام السياسي بشكله الحالي من جهة أخرى.

Texte intégral

  • 1  27 Sunnites, 27 Chiites, 8 Druzes, 2 Alaouites, 34 Maronites, 14 Grec-orthodoxes, 8 Grec-catholiqu (...)
  • 2  C’était déjà le titre, à l’orée de la guerre, de l’ouvrage de Charara 1980.
  • 3  Le pays a plongé dans un cycle de violences après la prolongation du mandat du président de la Rép (...)

1Au Liban, l’élection le 7 juin 2009 de 128 députés, représentants 11 communautés confessionnelles (64 chrétiens, 64 musulmans) 1 et 26 circonscriptions, était un rendez-vous attendu. Organisée dans un cycle de « guerre civile froide » 2, elle marquait l’épilogue temporaire de tensions violentes qui, depuis 2004 3, clivaient le Liban, jusqu’au paroxysme atteint en mai 2008 où des milices s’affrontèrent dans les rues de la capitale et plusieurs régions du pays. Organisé avec le soutien des parrains étrangers sur un découpage électoral et une loi dessinés à la conférence de Dialogue national de Doha (21 mai 2008, voir encart n°1), ce cinquième scrutin législatif après la fin de la guerre civile recelait de multiples enjeux.

  • 4  En atteste la reconduction d’un gouvernement d’union nationale en novembre 2009.

2Concurrentiel, mais ne déterminant que partiellement le partage général du pouvoir 4, il pouvait être un analyseur des recompositions de la scène politique libanaise. Il rendait compte des (ré)alignements politiques et des rapports de forces comme des transformations éventuelles du régime, à la fin de cette décennie 2000 inaugurée par le retrait israélien du Sud Liban, et ponctuée par le retrait syrien de 2005 après l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafiq Hariri, ou encore la guerre de juillet 2006. Il était aussi un observatoire des logiques de leadership et des dynamiques de mobilisation politique dans une société libanaise dont les modes de régulation empruntent souvent des formes violentes. La confrontation dans les urnes de candidats, de familles et de partis politiques a notamment contribué à la consolidation, à la déstabilisation ou à la transformation de leaderships que les contributions à cet ouvrage se sont proposées d’examiner dans leurs dimensions multiples, en interrogeant notamment les relations complexes qui se nouent entre les entreprises de mobilisation déployées par les candidats (et leurs appareils politiques) et les logiques du vote suivies par les électeurs.

  • 5  Pour une discussion synthétique et critique de ces analyses, voir Salam 1987 et Favier 2004.
  • 6  Après le fameux Dubar et Nasr 1976, et les pistes pointées par l’article au sortir de guerre de Sa (...)

3Notre gageure était en effet, une année après le vote, de ne pas nous limiter à l’analyse stricte des résultats, mais d’alterner les plans de lecture de la mobilisation électorale pour saisir les champs et contre-champs des dynamiques en cours dans la société politique libanaise, loin de se réduire, y compris dans le court terme, à la seule confrontation conjoncturelle de forces antagonistes. Dans une société où tout un chacun non seulement affiche ses couleurs, mais montre une familiarité à l’égard du monde politique et partisan, tout à la fois inscrit dans un écheveau complexe de rapports de domination et estompant les strictes distinctions entre professionnels et profanes du politique, il s’agissait notamment d’interroger le rapport au politique à l’aune de la façon dont il se joue dans la consultation électorale. Alors que la scène politique libanaise est régulièrement décrite comme dessinée par le communautarisme et le confessionnalisme (Traboulsi 1993), mue par une culture de la discorde (Picard 1988) et des formes plus ou moins sophistiquées de clientélisme 5 qui nourrissent le leadership de personnalités qui combinent puissance sociale, capacité d’intermédiation, voire usage des armes (Picard 2001b), la question de l’échange politique nous est apparue centrale ; plus encore dans un contexte où l’on a de cesse de souligner le poids de l’argent et les logiques d’accumulation 6, la personnalisation de l’autorité (Hottinger 1966), les modes de légitimation par la redistribution (Bonne 1995), l’hégémonisme de certains partis (Charara 2006), ou encore l’immixtion du politique et du religieux (Sankari 2005).

  • 7  Sur ce débat entre conceptions économiques et anthropologiques de l’échange politique, voir Médard (...)

4Dans échange politique, il ne faut pas entendre simplement clientélisme ou patronage. À l’encontre d’une conception très économiciste des rapports au politique (Tullock 1998), qui met l’accent sur la dimension utilitaire, les stratégies économiques, les biens matériels des échanges qui tissent la société politique, nous privilégions plutôt une analyse relationnelle du politique, qui n’a rien de spécifique d’ailleurs au cas libanais. Sans dénier l’importance des logiques utilitaristes au profit d’une vision idéalisée de l’échange social comme ciment d’un mythe de solidarités communautaires intangibles 7, il s’agit pour nous de ne pas restreindre les rapports au politique et l’acte électoral à de seuls ajustements marchants entre offres et demandes politiques. Au contraire, nous nous proposons de débusquer des interactions complexes qui se jouent dans le lien politique, entre leaders (za‘îm, pl. zu‘amâ’) et followers, entre candidats et électeurs, au sein de groupes politiques, dans les machines électorales (makînât intikhâbiyya), entre familles, etc. Par exemple, le partage d’émotions ou de représentations communes (de l’honneur, du patriarcat, du prestige (Johnson 2001) mais aussi du juste pouvoir), l’engagement de conviction, désintéressé, les biens symboliques circulants dans les mobilisations, les formes plurielles de violence et de coercition, les effets de la socialisation, l’attachement au village, à la famille, etc. sont autant de données à prendre en compte pour comprendre ce qui se passe dans le temps de l’élection, et plus largement dans la formation et l’expression d’identités et de choix politique au Liban.

5Fort de cette intuition, le groupe de recherche dont est issu cet ouvrage, s’est proposé d’examiner le moment électoral au prisme de la question des articulations entre les formes variées de mobilisations dont il est le théâtre et les logiques particulières ou collectives du vote. Partant de l’idée que l’engagement et l’agir politique ne peuvent se limiter aux archétypes du clientélisme, du néo-patrimonialisme et du communautarisme (quand bien même en sont‑ils particulièrement empreints), nous nous sommes penchés, sur des terrains localisés – sans prétention à l’exhaustivité des cas de figure –, sur la compétition électorale et la panoplie des arènes de mobilisation où elle s’est jouée : des familles politiques et leurs leaderships (za‘âmat, pl. za‘âmât), aux partis avant-gardistes ou mouvements estudiantins, en passant par les milices au cours de la guerre civile ou encore les nouveaux partis de l’après-guerre, l’Église, les réseaux de la diaspora, pour montrer que l’offre politique et les formes de l’engagement sont diversifiés, que les clivages sociaux évoluent et que par conséquent, les liens politiques se construisent sur des modes plastiques, fluides et dynamiques.

6Nous avons privilégié une perspective de longue durée qui ne s’arrête pas au temps chaud de l’élection, mais le considère plutôt comme un moment d’intensification ou de renégociation par les acteurs politiques de leurs soutiens sociaux. Nous avons ainsi voulu combiner un triple regard sur nos terrains : une analyse des ressorts de la mobilisation électorale, les logiques de la campagne, les stratégies de séduction, de propagande, les répertoires de légitimation dans lesquels puisent les candidats, mais aussi les liens qui se nouent ou se dénouent entre le candidat et son électeur potentiel ; l’ébauche d’une analyse des stratégies des électeurs et des résultats du scrutin. Cela suppose d’enquêter auprès d’électeurs (avant ou après le vote), sur les logiques de la décision de vote, mais aussi sur leurs implications variées dans le temps électoral ; une analyse enfin des groupes politiques, de leurs fonctionnements internes, de leurs capacité à réguler la société politique libanaise.

7Avant d’analyser les leçons de ce scrutin en termes d’équilibre conjoncturel entre les forces politiques concurrentes et en termes d’éventuelles transformations de la seconde République libanaise, revenons sur les éléments de contexte qui l’ont encadré.

Des élections presque comme les autres

  • 8  Le 25 mai 2008, dans la foulée des accords de Doha, M. Sleimane, commandant en chef de l’armée est (...)
  • 9  Les élections locales, municipales et ikhtiyâriyya (élection des makhâtir (sing. mukhtâr), élus lo (...)

8Dans le temps électoral incluant l’élection, en mai 2008, du président de la République Michel Sleimane 8 et les municipales de mai 2010 9, le champ politique libanais est tout à la fois travaillé par de frappantes formes de résilience et quelques mutations dont il reste difficile de mesurer les conséquences sur le long terme.

  • 10  Cette alliance, inédite entre les deux partis, prend forme autour du «  document d’entente  », sig (...)
  • 11  Cette coalition est animée par le Hezbollah, le mouvement Amal et le Courant patriotique libre de (...)
  • 12  Cette coalition est animée par le Courant du Futur de Saad Hariri, le Parti progressiste socialist (...)
  • 13  Entretien avec Baroud, Sawt lubnân, 16 mai 2009.
  • 14  Khaled Saghiyeh, «  Articles électoraux  », al-Akhbar, 23 janvier 2009 [en arabe].

9Alors que, depuis 1992, les législatives furent peu mobilisatrices et finalement peu compétitives (Lcps 1998, 2007, el-Khazen 1998), à l’exception de celles de 2000 où les élites au pouvoir s’étaient ouvertement affrontées (el-Khazen 2000, Picard 2001a), en 2009 elles se caractérisent d’abord par une participation et un degré d’incertitude singuliers. L’échiquier électoral traduit de nouvelles donnes dans le jeu politique, certaines en redistribution depuis 2005 : le retrait des forces syriennes, le retour sur la scène électorale du Courant patriotique libre de Michel Aoun et des Forces libanaises de Samir Geagea notamment, puis l’alliance entre les aounistes et le Hezbollah (février 2006, voir Dumontier 2008) 10, la consolidation des leaderships du Courant du Futur de Saad Hariri et du Hezbollah qui confirme son implication dans la gestion des affaires publiques (Mervin 2008), l’exacerbation du rapport de force communautarisé, ou encore les velléités du nouveau président de la République M. Sleimane de s’imposer comme un arbitre. L’extrême polarisation du jeu entre les « forces du 8 mars » 11 et du « 14 mars » 12 est non seulement inédite, mais surplombe alors toute la confrontation politique. Du fait des arrangements préélectoraux, de la nature du découpage des circonscriptions (qui suit, à quelques exceptions près, les petites unités administratives que sont les caza), et de l’ancrage hégémonique de certains partis dans plusieurs régions du pays, le suspense ne concernait en réalité qu’un nombre limité de sièges (mais suffisant a priori pour faire la différence) : les jeux étaient largement faits dans les circonscriptions à majorité chiite, druze et sunnite, à tel point que, selon la formule du ministre de l’Intérieur 13, ces législatives pouvaient apparaître presque comme des « élections partielles », ou un « scrutin interchrétien » selon la formule d’un éditorialiste 14 : une quinzaine de sièges seulement restaient vraiment en compétition. Mais dans ces circonscriptions clés, la bataille fut féroce, puisqu’il s’agissait de déterminer qui du « 8 mars » ou du « 14 mars » serait majoritaire au Parlement.

Encart n° 1: L’accord de Doha, 21 mai 2008

Suite à l’embrasement du pays en mai 2008 (voir plus loin), les leaders libanais sont invités à Doha pour reprendre la « conférence de dialogue national » entamée en mars 2006, alors à l’initiative du Président du Parlement, Nabih Berri. À l’issue de cinq jours de négociations houleuses, ils s’entendent sur un accord stipulant : l’interdiction d’avoir recours aux armes et à la violence afin de réaliser des acquis politiques ; le renforcement du rôle de l’État, de ses institutions et de sa souveraineté ; l’élection du commandant en chef de l’armée à la Présidence de la République ; la formation d’un gouvernement d’union nationale, donnant un tiers des sièges à l’opposition ; et enfin, l’adoption d’une loi électorale fondée sur une petite circonscription, le caza. La Conférence de dialogue national est désormais placée sous l’égide du président de la République Michel Sleimane. Son interruption avait été l’un des symptômes de la crise dans laquelle plongeait le pays, de même que le sit-in du centre ville de Beyrouth par les forces du « 8 mars » (déc. 2006-mai 2008), l’impossibilité d’élire un nouveau président de la République de novembre 2007 à mai 2008 et de remplacer les ministres chiites démissionnaires du gouvernement de novembre 2006 à juin 2008. Si en 2006, la crise portait sur quatre ordres du jour (la question du Tribunal international, celle des armes palestiniennes hors des camps, celle de l’élection d’un nouveau président de la République et celle de la stratégie de défense nationale (autrement dit, celle de l’armement de Hezbollah), à partir de 2008, elle n’a plus qu’un seul objet : la discussion entre les différentes partie de l’armement de Hezbollah.

Des élections pour les autres ?

  • 15  Depuis 2005, l’Union européenne et les organisations internationales œuvrant dans le domaine de la (...)
  • 16  Pour paraphraser le fameux ouvrage de Tuéni 1985.

10L’enjeu de ce scrutin ne s’arrête pas là. Il est souligné, voire suscité, par une importante mobilisation internationale tant au niveau du soutien peu critique au processus électoral 15 qu’en termes de parrainages politiques ou financiers, de candidats et de groupes politiques de tous bords. Certes, les réelles mobilisations de terrain, dont rend compte cet ouvrage, empêchent d’en faire un simple scrutin « pour les autres » 16. Il n’en demeure pas moins que les puissances concurrentes dans la région ont continué à se mesurer en 2009 par le truchement de leurs protégés libanais.

  • 17  Entretien Z. Baroud, Sawt lubnân, 16 mai 2009.
  • 18  Conférence de presse Joseph Biden, vice-président des États-Unis, Baabda, 22 mai 2009 (cité par l’ (...)
  • 19  L’Orient‑Le Jour, 27 mai 2009.
  • 20  L’Orient‑Le Jour, 28 mai 2009.

11Si le ministre de l’Intérieur demande aux puissances étrangères de se contenter de permettre que le scrutin ait lieu 17, les alliés des deux camps interviennent dans le scrutin ; de manière ouverte d’abord, par des déclarations sur les conséquences de l’issue de l’élection ou l’affichage de soutien appuyé. L’ambassadrice des États-Unis au Liban se tenait au premier rang lors du lancement par le « 14 mars » de sa campagne. Le vice-président Joseph Biden, en visite à Beyrouth à deux semaines du vote, indiquait que les États-Unis décideraient de leur soutien au gouvernement futur en fonction de « la composition et les politiques » de celui-ci 18. La Syrie, pour sa part, prenait fait et cause pour le maintien de la formule négociée à Doha, renforçant par là même la position du « 8 mars ». L’Iran, qui a tenu durant la campagne un profil bas, hausse le ton à quelques jours du scrutin, assurant par la voix de son président que « la victoire de l’opposition renforcerait la résistance par la constitution de nouveaux fronts et modifierait ainsi l’équilibre dans la région » 19. Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, lui fait écho en déclarant que « si le Hezbollah remportait les élections, le Liban s’exposerait plus que jamais à la puissance de l’armée israélienne » 20.

  • 21  En attestent par exemple les témoignages de Jeffrey D. Feltman, assistant de la secrétaire d’État (...)

12Au-delà des prises de position publiques de la « communauté inter-nationale », l’essentiel des interférences étrangères se fait vraisemblablement de manière occulte, notamment via un financement difficilement démontrable des formations politiques de la part de deux puissances pétrolières majeures dans la région, l’Iran et l’Arabie saoudite 21.

  • 22  Ainsi, à propos de la visite du vice-président américain Joseph Biden au Liban, le site internet d (...)
  • 23  «  Il ne s’agit pas d’innocenter l’une des puissances ou une autre, mais l’Iran et la Syrie, quoiq (...)
  • 24  À propos de la visite de Joseph Biden au Liban, «  il semble que la visite s’inscrive dans le cadr (...)
  • 25  «  Le Hezbollah dans les élections  », séminaire autour de Walid Charara, Paul Khalifé, Nicolas Na (...)

13Les parties en lice rappellent de toute façon à l’envie les enjeux internationaux du scrutin. Du côté du « 14 mars » qui ne fait pas secret des liens particulier que ces représentants peuvent entretenir avec les États-Unis, la France ou l’Arabie Saoudite par exemple 22, c’est l’alliance avec l’Iran et la Syrie de leurs adversaires « pro-syriens » qui est sans cesse posée en épouvantail 23. De concert avec le « clan occidental » et l’Arabie saoudite, ses dirigeants cherchent à sortir le Liban de la ligne de front directe et ouverte avec Israël et à neutraliser le conflit, à l’instar des pays dits « modérés » de la région, comme l’Égypte ou la Jordanie. Du côté du « 8 mars », l’accent est mis sur l’immixtion occidentale et notamment américaine, dans les affaires du pays via leurs concurrents 24. Soutenus par l’Iran et le voisin syrien, ses représentants refusent la Pax americana et la normalisation des relations avec Israël et continuent à considérer a résistance armée du Hezbollah comme le principal moyen de faire face au projet « colonialiste » de l’État hébreu et d’imposer la reconnaissance des droits des Palestiniens. Pour des analystes proches de cette coalition, la stratégie américaine au Proche-Orient et au Liban en particulier n’a pas changé : la priorité serait à l’encerclement de l’Iran, l’arrêt de son programme nucléaire, pour qu’il n’y ait pas de concurrent réel à Israël dans la région 25.

  • 26  Pour une analyse du sommet de Koweït voir  : http://www.aljazeera.net/news/archive/archive?Archive (...)
  • 27  Le 23 juin 2009, le Président des États-Unis, B. Obama, nomme un nouvel ambassadeur à Damas, après (...)

14Mais au fond, le contexte régional, et la guerre larvée qu’y mènent les puissances par l’entremise de leurs alliés libanais, a surtout contribué à faire de ce scrutin un facteur de stabilisation du jeu politique. À la faveur du prolongement du statu quo caractérisé par un équilibre instable entre forces politiques, la trêve locale qui a entouré ces élections traduisait en partie les ententes qui se sont alors nouées entre leurs parrains. Ainsi en va‑t‑il du rapprochement syro-saoudien initié timidement au sommet panarabe de Koweït (janvier 2009) 26 et l’ouverture des négociations de la nouvelle administration américaine avec l’Iran et la Syrie 27.

Des élections pour affermir la trêve ?

15On ne peut non plus comprendre l’essentiel de l’enjeu de ces élections sans saisir les conséquences des affrontements de mai 2008 et leur règlement à Doha. La guerre de 2006, – où, à l’encontre des effets d’annonces, l’armée israélienne n’a pas brisé la force de frappe du Hezbollah –, puis les combats de rue dans certains quartiers de Beyrouth Ouest et dans la montagne druzo-chrétienne en 2008, ont confirmé au grand jour la force militaire du Hezbollah : sa capacité de résistance et de contrôle du territoire. Quand bien même la question de l’armement de ce parti continue de diviser profondément le pays, l’accord de Doha, qui a encadré le scrutin, a entériné ce rapport de force : instaurant une trêve des fusils, il renvoie la discussion sur la force armée du parti à la Conférence de dialogue national désormais placée sous l’égide du président de la République (voir encart n°1) et il déplace la confrontation politique directe à l’arène électorale selon des règles du jeu acceptables par tous.

  • 28  Voir à ce propos les exemples cités par Icg 2010.

16Ces élections illustrèrent en effet, autant qu’elles en furent le facteur, une suspension des hostilités, voire l’ébauche d’une reformulation d’un pacte politique a minima, que les protagonistes du jeu partisan semblent rechercher depuis le retrait des troupes syriennes. Ainsi l’illustre d’ailleurs la formation d’un gouvernement d’union nationale au lendemain du scrutin ou le déroulement des élections municipales de mai 2010 sans heurts et autour d’alliances brouillant les clivages du « 8 mars » et du « 14 mars ». Elles tempèrent surtout l’aggravation de la tension qui s’exprime de plus en plus ouvertement au Liban entre les deux communautés sunnite et chiite. Tout au long de la guerre civile (1975-1990), ces dernières se sont globalement positionnées du même côté de la ligne de démarcation religieuse et territoriale tracée au cours des différents épisodes du conflit (Beydoun 2003). Depuis la fin de la guerre en 1990 et jusqu’à 2004, malgré une communautarisation manifeste de la société politique (Picard 2011), rien ne laissait présager que s’envenime à ce point les relations entre Sunnites et Chiites. En mai-juin 2005 d’ailleurs, les législatives s’organisent sous le sceau de l’alliance quadripartite qui réunit encore les principales formations politiques musulmanes (sunnites, druzes et chiites) avec des leaders chrétiens. Toutefois, à partir de 2005, l’hostilité est allée crescendo, favorisée par un contexte régional marqué par la montée des tensions sunnito-chiites en Irak et le brandissement de la menace du « péril chiite » dans le monde arabe majoritairement sunnite. L’assassinat de Rafiq Hariri, puis les évènements de mai 2008, alimentent alors le ressentiment de la majorité des Sunnites, sinon contre les Chiites, du moins contre le Hezbollah, accusé d’être l’avocat et le protégé de « l’assassin syrien » du leader sunnite. Dans les quartiers mixtes de Beyrouth, des heurts éclatent ici et là entre les deux communautés 28. Saad Hariri et les leaders du « 14 mars » n’épargnent aucun effort pour entretenir ce contexte délétère et en tirer profit (Icg 2010). Quant au Hezbollah, il s’adosse principalement sur sa communauté-base et se contente de consolider son alliance avec le général Michel Aoun pour compenser le discrédit de sa cause auprès des Sunnites.

17En incluant tous les acteurs autour d’un cahier des charges procédural minimal, la loi électorale décidée à Doha, en deçà des projets de réformes annoncés depuis plusieurs années et repoussés aux calendes grecques (Karam 2008), les législatives de 2009 ne menaçaient au fond et a priori les intérêts d’aucun des protagonistes en lice. Cependant, si dans les années 1990, on pouvait envisager l’élection comme moyen d’aménager les conditions d’une transition et d’une pacification du régime (Salamé 1994, p. 154), rien n’est moins sûr en 2009. L’expérience des élections « pactées » de 2005 qui s’est suivie d’une exacerbation des tensions et des violences a montré le caractère très improbable d’une telle hypothèse. Les conditions de l’organisation du scrutin de 2009 recélaient en effet également des sources substantielles de tensions à moyen et long terme. Elles reproduisaient des divisions et sapaient partiellement les chances d’une transformation du système politique, en renforçant l’aspect communautaire du vote, voire en dépréciant la légitimité représentative des futurs élus au Parlement.

  • 29  Une «  Commission de la supervision de la campagne électorale  » est créée conformément aux dispos (...)
  • 30  Kamal Faghali, directeur du Bureau des statistiques et de la documentation (institut de sondage pr (...)
  • 31  Du 20 mai au 2 septembre 2007, l’armée libanaise a lancé une grande offensive contre les militants (...)

18L’usage difficilement contrôlable de l’argent, malgré les nouvelles dispositions législatives et la création d’une Commission de supervision de la campagne électorale 29, fut souvent évoqué dans la campagne 30. Mais celui des armes et de la violence est resté une question majeure. La vague des attentats politiques perpétrés depuis 2005 semble s’être interrompue et les conflits s’intensifiant crescendo depuis 2005 se cristallisent, notamment autour de la question des droits des Palestiniens au Liban, ravivée avec force à Nahr al-Bared, à l’été 2008, lors du siège du camp palestinien par l’armée libanaise dans le but de déloger les combattants de Fath al-Islam 31 (Itani 2008) et surtout autour de la question des armes du Hezbollah. Il n’empêche que les affrontements récurrents depuis 2005, l’inauguration des activités du Tribunal spécial pour le Liban (Tsl) le 1er mars 2009, la non élucidation de ces crimes, ou encore le démantèlement au printemps 2009 de réseaux d’espionnage au profil d’Israël et l’expression de plus en plus manifeste de mobilisations salafistes armées (Itani 2008, Rougier, 2004) ont continué, au printemps 2009 à entretenir un climat délétère rappelant que le passage à l’acte restait possible.

  • 32  Fida Itani, «  Le rôle des armes dans l’élection  », séminaire Ifpo Beyrouth, 23 mars 2009. (...)

19Si les règles du jeu électoral ont été plus ou moins respectées par les différents groupes et concurrents en lice, et si, globalement, sur le terrain, les armes se sont tues 32, néanmoins, la bataille électorale s’est jouée très souvent sur un ton de revanche avec l’attisement de rivalités, l’instrumentalisation de méfiances réciproques dont les origines remontent parfois à la guerre civile et au-delà, l’évocation tous azimuts des martyrs respectifs de chaque formation politique. L’impact est d’autant plus fort que le Liban n’a jamais mis en place de dispositif de justice transitionnelle au lendemain du conflit, dont l’histoire reste polémique et partisane jusqu’à ce jour (Mermier et Varin 2010).

Les innovations du scrutin

  • 33  Il a notamment été fondateur de la Lebanese Association for Democratic of Elections (Lade) et son (...)

20Supervisées par un ministre de l’Intérieur et des municipalités, issu de la « société civile » 33, expert électoral réputé pour son engagement en faveur de la démocratisation du système politique, ces élections étaient également attendues par ses observateurs pour les innovations dont elles devaient être porteuses, à commencer par les effets de la nouvelle loi électorale adoptée en septembre 2008.

  • 34  La réforme électorale était inscrite en tête des objectifs fixés par le gouvernement de Najib Miqa (...)

21La question électorale et sa réforme ont en effet été érigées en thème de mobilisation collective par des militants civils dans l’après-guerre (Karam 2006). Cela est resté un sujet central de débat politique au cours des années 2000, et en particulier après 2005, dans la perspective de remplacer les lois taillées sur mesure par la tutelle syrienne depuis 1992. En 2005 encore, malgré le retrait syrien quelques semaines auparavant, c’était la loi dite « Ghazi Kanaan », du nom du chef des services de renseignements syriens au Liban entre 1982 et 2002, qui avait été reconduite. Au prétexte de l’urgence d’organiser un scrutin, les leaders politiques du « 8 mars » et du « 14 mars », soucieux d’être réélus, avaient alors reporté l’épineux dossier de la réforme de la loi électorale à l’échéance 2009 34. L’encart suivant résume les principales étapes des vingt ans de débat sur la loi électorale.

Encart n° 2 : Vingt ans de débat sur la réforme de la loi électorale

Les militants associatifs n’ont cessé en effet de plaider depuis Taëf pour un ajustement des règles électorales. Pour assurer la représentation de toutes les forces politiques en lice dans des circonscriptions les plus mixtes et égalitaires possibles (en termes de communautés, de forces politiques et de prorata entre le nombre de siège et le nombre d’électeurs), ils se mobilisent pour un scrutin proportionnel et des circonscriptions larges. Ils revendiquent aussi l’abaissement de l’âge du vote de 21 à 18 ans, le droit de vote des très nombreux Libanais à l’étranger et l’introduction d’une forme de quota pour la représentation des femmes. Leur liste d’exigences sur les procédures est également importante (Karam 2008).
Dès septembre 2005, une Commission nationale pour la loi électorale au Liban, appelée commission « Boutros », avait donc été chargée par le Premier ministre Siniora de proposer un projet de loi électorale innovant. Elle compte des représentants de ces associations à la pointe des revendications. Le projet de loi qu’elle proposa finalement reprenait partiellement la plateforme associative et notamment une formule de scrutin à la proportionnelle, certes complexe, mais préfigurant une première brèche à la forteresse confessionnaliste du régime libanais.
La loi 25/2008, adoptée aux lendemains de Doha, n’a rien retenu ou presque de ses propositions. Les législateurs s’entendent sur un retour à la loi de 1960 avec quelques aménagements. Le vote majoritaire à un tour est confirmé. La taille des circonscriptions choisie est celle des caza, petites circonscriptions qui homogénéisent et communautarisent le vote et n’engagent pas à des accords intercommunautaires. Le caza de Beyrouth est partagé en trois circonscriptions.

  • 35  Comme souligné plus haut, l’adoption d’une loi électorale (dont le processus de réforme paraissait (...)
  • 36  L’autorisation de vote des Libanais à l’étranger est un principe figurant dans la loi électorale 2 (...)
  • 37  Malgré les fortes mobilisations de jeunes et d’organisations de la société civile depuis le milieu (...)

22À l’aune du projet réformiste, le chemin parcouru est pour le moins modeste. Certes la loi 25/2008 votée en septembre 2008 a obtenu le consensus des signataires de Doha 35, ce qui n’est pas le moindre de ses intérêts. Mais le conservatisme et la modestie de son contenu sont très en deçà, voire en contradiction, de l’agenda réformiste que les signataires de Taëf eux-mêmes avaient esquissé en 1989, pour une stabilisation et une pacification de la scène politique (Catusse et Karam 2010a). Des transactions politiques à somme nulle ont permis l’adoption de deux décisions reportées aux élections suivantes : l’autorisation de vote des Libanais à l’étranger (chapitre 10, de la loi électorale 25/2008, « vote des Libanais non-résidents » 36) et l’adoption de la loi pour l’abaissement de l’âge de vote de 21 à 18 ans 37, sorte de compromis donnant-donnant entre représentants chrétiens et musulmans, les premiers espérant gonfler leur électorat avec la diaspora, les seconds pariant sur l’avantage que leur donne la pyramide démographique.

  • 38  Cette disposition n’est pas reconduite pour les municipales suivantes qui se déroulent tout au lon (...)

23Les éléments de réforme introduits avec cette loi sont essentiellement procéduraux. Certains sont importants, tels que l’organisation du vote en un seul jour contre les quatre journées précédentes 38, l’utilisation de la carte d’identité comme carte électorale, l’introduction d’un contrôle de la propagande et la publicité électorale des élections et de leur financement. Un plafond des dépenses électorales est fixé, mais il est aussi « loisible à tout candidat de puiser dans son patrimoine personnel pour pourvoir aux dépenses de sa campagne électorale ». L’utilisation d’isoloirs est obligatoire ainsi que l’enregistrement du vote de chaque électeur par sa signature sur les listes d’émargement et apposition de l’empreinte de son pouce à l’encre spéciale.

24Finalement donc, l’adoption de la loi de 2008 illustre, une fois de plus et sur un sujet particulièrement sensible, la difficulté d’engager la moindre réforme de fond au sein de ce régime libanais fondé sur le gouvernement « par le consensus ». Remettant à plus tard la réorganisation de l’architecture générale du système, et votée à l’unanimité, elle est néanmoins critiquée par l’ensemble de la classe politique.

Les enjeux du scrutin

25Deux types d’enjeux forts structuraient ce scrutin. Les premiers renvoient à l’équilibre des forces en présence, au niveau local comme au niveau partisan. Les seconds relèvent du partage du pouvoir et des transformations du régime libanais.

  • 39  D’autres candidatures locales étaient particulièrement attendues et suivies dans la campagne  : Mi (...)

26Sur le terrain, et à un plan très local (mais aussi de manière délocalisée comme l’analyse dans cet ouvrage le chapitre de P. Tabbar), une première question soulevée par ces élections est celle du devenir des leaderships traditionnels sur leurs territoires, des rivalités de familles et de clans dont la sociologie et l’anthropologie politiques se sont largement fait les observateurs au Liban (pour une discussion de ces approches et leurs actualisation, voir Favier 2005). La campagne et le vote furent de fait l’occasion de se mesurer localement pour certains notables locaux, dont certains considèrent leurs responsabilités édilaires ou parlementaires comme de quasi « droits acquis » (Bahout 1997). Il s’agit pour eux de s’assurer de leur influence locale mais aussi pour certains, de leurs capacités à peser dans la politique nationale, comme l’illustre dans cet ouvrage la trajectoire des al-Assaad au Sud Liban, le déploiement dans les activités culturelles et sportives de Beyrouth du clan Hariri, ou encore les divisions et alignements partisans des familles de notables à Jbeil 39.

27En lien étroit avec cette politique des notables – dont l’arène municipale est encore plus que le Parlement le terrain d’exercice –, ce scrutin était aussi un moment de mise à l’épreuve des différentes formations politiques concurrentes. L’exemple de Jbeil dans cet ouvrage ou celui de Beyrouth, montrent à quel point s’entremêlent localement ces stratégies partisanes et familiales. Quoi qu’il en soit, l’encart suivant résume en quelques mots comment les principaux groupes ou partis politiques ont abordé ces législatives, l’essentiel de l’attention médiatique portant sur la compétition interchrétienne, les modalités de redéploiement du Courant du Futur de Saad Hariri, ou encore la carte que pouvaient jouer des personnalités ou groupes plus autonomes dans ce jeu polarisé à l’extrême, parmi lesquels le nouveau président de la République.

Encart n°3 : Les enjeux du scrutin de 2009 pour les principales formations politiques en lice

  • 40  «  Nous voulons garder notre Liban comme un État qui a une armée légale, légitime, responsable de (...)
  • 41  À l’inverse, son allié chiite le mouvement Amal entendait préserver voire augmenter son groupe au (...)
  • 42  Entretien à al-Akhbar, «  L’opposition est sûre de sa victoire et veut une bataille électorale gén (...)
  • 43  Le programme électoral du Hezbollah est disponible sur le site www.wa3ad.org.

Après leur raz de marée de 2005 (on appelait alors Aoun « Monsieur 70% »), le Courant patriotique libre devait réaffirmer la qualité de leader chrétien du général Michel Aoun, auquel il prétend depuis son retour d’exil en 2005. La question est d’autant plus décisive pour ce dernier qu’il a du renoncer, à Doha en 2008, à son ambition affichée de longue date d’être élu à la présidence de la République, au profit du général M. Sleimane. Pour les dirigeants chrétiens du « 14 mars » en retour, il s’agissait de battre le CPL pour contester ses prétentions sur la communauté et priver ses alliés, et plus particulièrement le Hezbollah, d’une alliance chrétienne puissante 40. Il s’agissait aussi de surmonter leurs propres divisions au sein d’une coalition hétérogène et fracturée.
Du côté du Hezbollah, le nombre de sièges importait peu – le soutien de sa base électorale semblait acquis et ne dépend pas directement de l’accès à l’hémicycle avec les ressources que cela peut fournir au parti et ses élus (Picard 2011). Après sa démonstration de force en 2008, la stratégie était plutôt celle du profil bas en terme de conquête directe de postes dans les institutions publiques 41. Les responsables du Hezbollah plaident pour la confirmation des règles du jeu négociées à Doha, notamment le principe de « tiers de blocage » ou « droit de véto » au sein du futur gouvernement (voir infra), et tendent à s’effacer dans la campagne. En février 2009, son vice-secrétaire général et coordinateur général des élections, Naïm Qassem, avait déclaré que son parti « était prêt à payer un prix acceptable pour le gouvernement d’union nationale » 42. Sa plate-forme électorale présentée par le président de son bloc parlementaire, Mohamed Raad, n’est pas commentée par son secrétaire général, Hassan Nasrallah, au cours de ses nombreuses interventions télévisées précédant le 7 juin 43. Il importe en revanche pour le parti de disposer d’une alliance suffisamment puissante, y compris hors des rangs chiites, pour la défense de sa ligne politique. Ceci ne va pas toujours sans poser problème. Si, dans la circonscription confessionnellement mixte de Beyrouth I, le Hezbollah se retire au profit du candidat Amal, si à Baabda ou à Marjayyoun-Hasbayya, il intercède auprès de ses deux principaux alliés pour présenter une liste commune, il n’y parvient pas à Jezzine. Dans cette chasse gardée de Berri depuis la fin de la guerre, où les trois sièges sont chrétiens, Amal et le CPL, en désaccord sur un candidat, présentèrent finalement deux listes différentes. Un soin particulier est porté par les leaders et cadres de la coalition du « 8 mars » pour afficher malgré tout leur cohérence.
Le Courant du Futur avait aussi connu un raz de marée en 2005. Après l’assassinat de R. Hariri, le parti avait bénéficié d’un soutien exceptionnel des électeurs sunnites en particulier et a réuni à l’Assemblée le plus grand nombre de députés (36 en 2005). Il s’agissait pour l’organisation de conserver cette avance, d’autant qu’il est placé, au niveau de la politique interne, devant trois défis au moins : celui de la confirmation de son nouveau leader Saad Hariri, propulsé au devant de la scène en héritier politique après le décès de son père. Jeune et peu charismatique, il est concurrencé par les ambitions, hors du Courant du Futur, d’autres leaders sunnites et notamment à Tripoli. Celui de la gestion de l’après 8 mai 2008 où les milices sunnites ont été battues et délogées par les milices chiites. Les évènements ont été traumatiques pour nombre de Libanais sunnites. Celui enfin de son maintien à la tête de la majorité, du maintien de la cohérence de la coalition du « 14 mars » et son contrôle de l’exécutif : ses marges de manœuvre devant la question du désarmement du Hezbollah étant minimes, et très largement dépendantes de l’échiquier international, il est pour lui plus facile de défendre sa cause dans la majorité que depuis l’opposition (à l’inverse par exemple du Hezbollah, qui s’accommode plus facilement d’une position d’opposant, à la condition de disposer d’un tiers de blocage au gouvernement).
Enfin, pour le Parti socialiste progressiste de Walid Jumblatt, ce scrutin était en soit peu risqué : Il s’agissait d’une part de confirmer son leadership dans la montagne druzo-chrétienne, en assurant, dans la composition des listes, les intérêts politiques de ses alliés de la coalition du « 14 mars » ; d’autre part, d’épargner la montagne de toute confrontation électorale druzo‑druze qui pourrait avoir des répercussions sécuritaires sur la stabilité de cette région.
Quant aux candidats indépendants ou aux partis organisés comme le Parti communiste qui n’ont pu s’entendre sur un programme commun avec le « 8 mars », ils ont dû mener bataille seuls dans certaines circonscriptions (Bekaa ouest, Koura, Marjayyoun-Hasbayya pour le Parti communiste) ou, là où ils ont un électorat, négocier leurs voix auprès des candidats.

28Au-delà de ces questions limitées aux trajectoires de groupes ou personnalités politiques, ces élections mettait en jeu de façon avivée un autre enjeu plus structurel : celui du partage du pouvoir, voire du renouvellement du régime libanais (et du compromis communautaire sur lequel il repose) : la polarisation de la société politique et l’extrême tension entre leaderships sunnite et chiite, qui cherchent dans l’urne et par le truchement des compétitions entre leurs alliés chrétiens respectifs, un verdict à leur confrontation, se traduit dans la campagne par l’évocation d’une réforme de la Constitution, et surtout des controverses sur l’interprétation de cette dernière.

29En termes de vision politique, c’est autour de l’armement du Hezbollah que paraissait se cristalliser la polarisation des coalitions du « 8 mars » et du « 14 mars ». Latent depuis 2000, à la suite du retrait israélien du Sud-Liban, le conflit autour de cette question prend une dimension internationale avec l’adoption de la résolution 1559. L’assassinat de R. Hariri et le retrait syrien du Liban avaient fait éclater définitivement le consensus national au bénéfice de la « Résistance islamique » qui commençait à s’effriter depuis le retrait israélien de la zone occupée du Liban Sud en 2000. Le potentiel militaire du parti de Dieu devient alors l’objet majeur d’un clivage structurant la scène politique libanaise. Désormais, deux projets s’affrontent ostensiblement : celui du « 8 mars », conduit par le Hezbollah, qui insiste sur le caractère intangible de la « résistance armée », présentée comme la seule option stratégique permettant de recouvrer les territoires occupés sans négociation ni contrepartie avec « l’entité sioniste », de libérer les Libanais détenus en Israël et de prévenir les dirigeants israéliens contre toute nouvelle aventure au Liban. Le camp du « 14 mars » appelle, quant à lui, au désarmement du Hezbollah et à l’intégration de sa milice au sein de l’armée libanaise. Selon ses protagonistes, l’État doit bénéficier du monopole de la violence et imposer sa souveraineté sur tout le territoire national afin de prémunir le pays contre un éventuel usage de ces armes à l’encontre d’une partie des Libanais, comme ce fut le cas en mai 2008.

  • 44  À l’inverse du principe des régimes de démocratie majoritaire, le régime libanais répond au princi (...)
  • 45  À court terme, la formule retenue après les élections s’appuie sur un compromis  : «  l’opposition (...)

30La campagne est également l’occasion d’opposer des interprétations différentes de la Constitution : au-delà de l’hypothétique refonte des institutions qui semble encore loin d’être à l’ordre du jour, malgré le slogan électoral du CPL qui annonce l’avènement d’une « IIIème République », les différentes parties défendent des positions distinctes sur les mécanismes de gouvernance, le partage du pouvoir, la nature du gouvernement. C’est notamment, dans le régime de consociativisme libanais 44, autour de la question de l’exercice d’un « droit de veto » au Conseil des ministres, par la minorité parlementaire, sur des décisions majeures (désignées dans l’article 65 (5) de la Constitution) que la tension s’était aggravée depuis 2006 entre les deux coalitions. Les représentants du « 8 mars », et du Hezbollah notamment, revendiquent un tiers de blocage au sein du gouvernement (pour s’assurer par exemple de la défense de son droit à user des armes). À l’inverse, les représentants du « 14 mars » plaidaient pour un gouvernement de la majorité, c’est-à-dire sans que leurs adversaires ne puissent exercer de véto. En toile de fond, se jouent là les bribes d’un débat sur la réorganisation du régime libanais ; débat sans cesse repoussé, qui met en concurrence la formule actuelle de gouvernement « par consensus » à une formule de « gouvernement par la majorité » 45.

Les leçons du scrutin

31Au final, ce scrutin a largement reconduit des tendances lourdes, en termes de représentation partisane et communautaire. Le jeu politique continue à se communautariser (Picard 2011) à l’instar des processus décrits par Olfa Lamloum, Bruno Lefort ou Nicolas Nassif dans les pages qui suivent. Et, comme le montrent les chapitres de Ibrahim Bayram, Paul Tabar, ou Myriam Catusse et Jamil Mouawad, les leaderships d’après‑guerre se confirment, au détriment d’autorités et de leaderships (za‘âmât) plus anciens : ces derniers ne disparaissent pas de la scène politique locale (certains prennent d’ailleurs partiellement leur revanche dans les municipales suivantes) mais s’avèrent fragiles s’ils ne sont pas soutenus par des groupes politiques à envergure nationale. À l’inverse, les alternatives transcommunautaires reculent, comme en atteste dans les chapitres qui suivent celui de Marie-Noël AbiYaghi.

  • 46  Finalement, les tendances décrites par E. Picard dans les années 1990 se confirment  : voir Picard (...)
  • 47  Isabelle Rivoal, «  Le Chouf, patrimoine et territoire. Walid Joumblatt et la construction d’une z (...)

32Les leaders chrétiens restent divisés sur la bonne représentation de la communauté 46 sans que n’émerge une autorité supérieure, sinon celle, bien installée, du patriarcat qui en joue, tout en prenant position pour le « 14 mars », comme le montre l’article de Nicolas Nassif dans cet ouvrage. La communauté druze continue à être mobilisée comme minorité déterminante de l’équilibre des forces, de même que les Arméniens ont été particulièrement courtisés dans cette campagne. L’hégémonisme du Parti socialiste progressiste de Walid Joumblatt dans le Chouf 47 montre peu de faille tandis que les leaderships du Courant du Futur auprès des électeurs sunnites, du Hezbollah auprès des électeurs chiites se renforcent : le premier comme un « rempart efficace contre le chiisme », le second comme seule alternative politique crédible aux yeux de larges secteurs chiites, comme en témoigne dans cet ouvrage Ibrahim Bayram.

  • 48  Discours de H. Nasrallah du 17/06/2009 http://www.nowlebanon.com/Arabic/NewsArchiveDetails.aspx?ID (...)

33La coalition du « 14 mars » l’a emporté, avec un score confortable mais finalement quasiment identique aux législatives précédentes de 2005 (71 sièges contre 57, comparé à 72 et 56 sièges en 2005). Le « 8 mars » revendique en retour une victoire « populaire » puisque ses candidats ont emporté environ 54,7% des scrutins 48. Les taux de participation furent importants (54%, soit une progression d’environ 8% comparé aux législatives de 2005). Les résultats finalement peu contestés. Après plus de cinq mois de négociations, le 9 novembre 2009, un nouveau Conseil des ministres est finalement formé. Sous la présidence de Saad Hariri, il s’agit à nouveau, comme souligné plus haut, d’un gouvernement d’union nationale : 30 ministres, dont 15 pour la majorité, 10 pour l’opposition et 5 pour le chef de la République. Ces derniers assurent en quelque sorte un rôle charnière en cas de volonté de veto de l’opposition. Quelques mois après le scrutin, les deux coalitions se relâchent. Certains de leurs leaders, à l’image de Walid Jumblatt, tentent d’occuper de nouvelles positions. Et l’organisation des municipales de mai 2010 fournit l’occasion de nouvelles alliances et réalignements mais aussi de renversements de tendances dans certaines circonscriptions à l’instar du cas de Jbeil, examiné dans cet ouvrage par Myriam Catusse et Jamil Mouawad.

Repenser les logiques de l’échange politique

34Chacun des chapitres qui suivent se penche sur des arènes variées d’échange politique. Nous examinons d’abord des réalignements partisans, à la lumière des mutations des formes de la notabilité, l’entrée en scène de nouveaux partis ou encore des comportements électoraux de militants. L’intérêt du premier cas choisi, celui du cas du caza de Jbeil, résidait dans ce que la circonscription était l’une de celles dont le résultat était incertain, haut lieu de confrontation des rivalités politiques chrétiennes, celles du « 8 mars », du « 14 mars » et de la présidence (chapitre 1). L’intérêt du second, celui des caza du Sud Liban est de mettre en scène le face à face entre des familles de notables chiites fragilisées dans leurs fiefs de longues dates, notamment celle des al-Assaad, et les logiques hégémoniques des partis chiites modernes, Amal et surtout le Hezbollah (chapitre 5). Une analyse du vote de militants de gauche, rejetant a priori toute forme de participation institutionnelle, nous amène à questionner, dans un cas très singulier, les relations à géométrie variable des électeurs au scrutin (chapitre 2). Notre enquête se plonge ensuite dans des lieux singuliers d’échanges politiques et de productions d’identités communes : celui de Bkerké et du patriarcat maronite, institution sociale et politique de premier ordre (chapitre 6) ; celui de l’université, non seulement enceinte de politisation mais espace de substitution à la participation lorsque celle-ci est réservée aux plus de 21 ans par la loi électorale (chapitre 3) ; celui des clubs de football où la « passion pour le ballon rond » a servi de dispositif d’encadrement à la faveur des hégémonies partisanes et d’outil de mise en scène agressive des identités communautaires (chapitre 4) ; celui enfin des migrations, terrain privilégié de conquête de voix et de soutiens supplémentaires porté au pinacle et sujets de maintes spéculations lors de ce scrutin (chapitre 7).

35Au-delà de l’analyse localisée et particulière de ces temps de campagne, les contributions à cet ouvrage, souvent en contrechamps des scènes majeures du scrutin, soulèvent en creux ou en plein des questions relatives à l’évolution des leaderships sur la scène politique libanaise et aux métamorphoses du régime libanais.

Métamorphoses locales du leadership, transformations du régime libanais ?

36Dans une étude fine des figures du leadership au Liban à l’orée des années 1990, E. Picard s’interrogeait sur les transformations en cours de l’autorité politique, telles que suggérées par exemple par la trajectoire emblématique de Rafiq Hariri dans l’après‑guerre : « Le rétablissement de l’administration publique, la financiarisation et la mondialisation des rapports économiques ont accru l’autonomie des leaders politiques, tant à l’égard de l’État libanais qu’à celui de la société dont ils sont issus. Désormais, celui-ci compte plus sur les revenus des sociétés internationales dans lesquelles il a investi que sur les ressources qu’il pourrait extraire de son électorat, et le relâchement des solidarités locales s’opère non pas au bénéfice d’une scène publique contrôlée par les lois du marché, mais au profit de stratégies individuelles portées par des réseaux fluides » (Picard 2001b, p. 171-172). Cette analyse, nuancée et complétée par l’auteur elle-même par la suite, a le mérite de poser la question centrale du lien entretenu entre leaders et followers dans une société politique qui ne cesse de démontrer ses capacités de mobilisation et son degré remarquable de politisation : dans l’élection bien sûr avec ces remarquables taux de participation, mais encore dans les manifestations massives pour « l’indépendance » (intifâdat al-istiqlâl) de 2005, en passant par le sit-in qui a bloqué le centre‑ville de Beyrouth de décembre 2006 à mai 2008, les mobilisations au cours de la guerre des 33 jours (Mermier et Picard 2007), ou encore les affrontements armés qui ont secoué le pays en mai 2008.

  • 49  Pour des éléments de discussion et de comparaison, voir Catusse et Karam 2010b.

37Les contributions à cet ouvrage montrent que les solidarités locales sont loin de se relâcher, mais qu’elles se combinent à des mobilisations partisanes et des ressources internationales qui, ensemble, participent à métamorphoser l’autorité et la légitimité politique. Les législatives de 2009 ont montré, s’il en était besoin, que la politique au Liban n’est pas qu’affaire de nom, ou de famille. Certes, des candidats se sont présentés sans étiquettes partisanes, quelques candidats sous le sceau des indépendants (chapitre 1), mais au final, sans soutien partisan, les leaders-patrons ont eu du mal à mobiliser autour de leur nom contre des concurrents appuyés par des partis politiques (chapitre 2). Le cas le plus emblématique est celui des candidats du Hezbollah, dont les visages n’apparaissent pas dans les placards publicitaires du parti. Ils se présentent pour le parti, derrière le parti, et mobilisent au nom de la cause du parti. On notera d’ailleurs qu’aucun candidat non parrainé par une des deux coalitions n’est entré au Parlement en 2009. L’emprise des partis – quand bien même ceux-ci fonctionnent parfois a minima, de façon personnalisée, peu institutionnalisée, etc. 49 – s’illustre également dans le choix des candidatures, souvent décidées dans les instances nationales plus que sur le terrain, non sans créer des tensions et de nouvelles alliances par défaut sur le terrain (chapitre 1). Cette emprise apparaît de surcroît du point de vue des électeurs et de leurs logiques de vote, puisque, bien que le scrutin soit formellement uninominal, les électeurs ont voté pour les listes proposées par les coalitions.

38Ces logiques partisanes, loin d’être contradictoires avec la politique notabilitère, peuvent au contraire en employer les ressources et les répertoires d’action : l’usage de l’argent (chapitre 7), des formes variées de clientélisme (chapitres 1, 4 et 5), de la force (chapitres 1 et 5) le recours aux familles (chapitre 4 et 5), le langage du terroir (chapitres 1, 4, et 5) et de l’intermé-diation (chapitre 4).

39Les municipales de mai 2010 ont apporté de nouveaux éclairages à l’évolution complexe des leaderships dont cet ouvrage se propose de creuser certains des aspects. Notre ambition ici est, à partir de cas singuliers, d’engager à un débat qui appelle à regarder de plus près comment évoluent les formes d’autorité et de légitimité dans la société libanaise, au-delà du simple moment électoral.

40Au-delà de cette analyse de la politique libanaise comme une lice de leaderships personnels et partisans en constante évolution – mais aussi en frappante reproduction –, l’analyse du scrutin de 2009 nous amène à repenser la formule libanaise ou du moins les termes du compromis politique sur lequel repose le régime consociatif du pays, le partage du pouvoir et l’accès aux ressources. L’année 2009 confirme des tendances perceptibles depuis la sortie de la guerre civile : d’une part, la communautarisation du jeu politique ; d’autre part, sa polarisation entre deux leaderships qui assoient leurs hégémonismes respectifs sur leurs territoires et leurs communautés, celui des Sunnites et celui des Chiites. Dans une lecture communautariste, les chrétiens, perdants de la guerre civile (Picard 1996), continuent à se diviser dans les réaménagements contemporains du régime.

  • 50  Cet ouvrage s’inscrit dans le prolongement des réflexions développées dans le cadre du programme d (...)

41Ces questions restent largement ouvertes et nous paraissent indispensables à intégrer dans l’analyse afin de confirmer, nuancer, voire infirmer, certaines des hypothèses de travail qui traversent cet ouvrage, notamment, les transformations des structures sociales libanaises qui restent largement méconnues. Un travail plus systématique sur l’évolution du personnel politique, dans le prolongement des recherches entreprises dans l’après‑guerre par Bahout (1998) et Favier (2005), apporterait une mise en perspective indispensable à une compréhension plus fine de la sociologie du pouvoir dans le Liban des années 2000 50.

Notes

1  27 Sunnites, 27 Chiites, 8 Druzes, 2 Alaouites, 34 Maronites, 14 Grec-orthodoxes, 8 Grec-catholiques, 5 Arméniens orthodoxes, 1 Arménien catholique, 1 Évangéliste, 1 minorités chrétiennes.

2  C’était déjà le titre, à l’orée de la guerre, de l’ouvrage de Charara 1980.

3  Le pays a plongé dans un cycle de violences après la prolongation du mandat du président de la République appuyé par le régime syrien, Émile Lahoud (septembre 2004), l’adoption de la résolution 1559 du Conseil de sécurité de l’ONU visant notamment, sur initiative franco-américaine, au désarmement du Hezbollah, et quelques mois plus tard l’assassinat de l’ex-Premier ministre Rafiq Hariri (février 2005) qui ouvrait un bal macabre d’assassinats politiques non élucidés. Le retrait des troupes syriennes en avril 2005 a été le déclencheur de courtes espérances puis de profondes divisions de la scène politique.

4  En atteste la reconduction d’un gouvernement d’union nationale en novembre 2009.

5  Pour une discussion synthétique et critique de ces analyses, voir Salam 1987 et Favier 2004.

6  Après le fameux Dubar et Nasr 1976, et les pistes pointées par l’article au sortir de guerre de Salim Nasr (2003), les travaux portant sur les structures sociales libanaises sont peu nombreux ce qui constitue un angle mort singulier dans la compréhension des évolutions de la société libanaise, sinon sous l’angle des études produites pour l’administration et les agences de développement internationales (MoSA 2004).

7  Sur ce débat entre conceptions économiques et anthropologiques de l’échange politique, voir Médard 1995.

8  Le 25 mai 2008, dans la foulée des accords de Doha, M. Sleimane, commandant en chef de l’armée est élu président de la République libanaise, après six mois de vacance et de crise de l’institution. Voir Catusse et Karam 2010a.

9  Les élections locales, municipales et ikhtiyâriyya (élection des makhâtir (sing. mukhtâr), élus locaux représentant le pouvoir central et déconcentré pour des affaires administratives), se sont déroulées sur quatre dimanches tout au long du mois de mai 2010, pour élire les 11.442 conseillers des 964 municipalités libanaises, et les 2.566 makhâtir. Ces élections ont été organisées sous la loi municipale de 1978, bien que le ministre de l’Intérieur ait présenté un nouveau projet de loi, proposant un scrutin proportionnel, un système de liste, l’abaissement de l’âge de vote et un quota féminin (adopté au Conseil des ministres, le projet n’a pas été adopté au Parlement). Ces élections ont donné lieu à des alliances très localisées et conjoncturelles qui ont momentanément brouillé le paysage politique dessiné par les législatives de 2009.

10  Cette alliance, inédite entre les deux partis, prend forme autour du «  document d’entente  », signé entre Michel Aoun, leader du Courant Patriotique libre (CPL) et Hassan Nasrallah, leader du Hezbollah, le 6 février 2006. Ce texte qui affirme sa vocation à poser les bases d’un dialogue national ouvert à tous, aborde en dix points les thèmes cruciaux de la crise libanaise  : la démocratie consensuelle, l’édification de l’État, les relations libano-syriennes, l’avenir de la branche armée su Hezbollah, le sort des réfugiés palestiniens sont ainsi évoqués.

11  Cette coalition est animée par le Hezbollah, le mouvement Amal et le Courant patriotique libre de Michel Aoun associés à d’autres formations politiques telles que le Parti nationaliste syrien, le parti Marada du leader chrétien du nord, l’ex-ministre Sleiman Frangie.

12  Cette coalition est animée par le Courant du Futur de Saad Hariri, le Parti progressiste socialiste du chef druze Walid Jumblatt, et des leaders et groupes chrétiens dont les Forces libanaises de Samir Geagea et les Kataëb de Amin Gemayel.

13  Entretien avec Baroud, Sawt lubnân, 16 mai 2009.

14  Khaled Saghiyeh, «  Articles électoraux  », al-Akhbar, 23 janvier 2009 [en arabe].

15  Depuis 2005, l’Union européenne et les organisations internationales œuvrant dans le domaine de la démocratie électorale ont largement soutenu les processus électoraux, tant au niveau des pouvoirs publics que de la société civile. À titre d’exemple, l’Union européenne affiche un soutien de 4 millions d’euros pour la préparation des législatives de 2009. Voir Karam 2008.

16  Pour paraphraser le fameux ouvrage de Tuéni 1985.

17  Entretien Z. Baroud, Sawt lubnân, 16 mai 2009.

18  Conférence de presse Joseph Biden, vice-président des États-Unis, Baabda, 22 mai 2009 (cité par l’Orient‑Le Jour, 23 mai 2009).

19  L’Orient‑Le Jour, 27 mai 2009.

20  L’Orient‑Le Jour, 28 mai 2009.

21  En attestent par exemple les témoignages de Jeffrey D. Feltman, assistant de la secrétaire d’État américaine et responsable du bureau des affaires du Proche-Orient, et Daniel Benjamin, coordinateur du bureau de lutte contre le terrorisme  : http://www.state.gov/p/nea/rls/rm/142857.html.

22  Ainsi, à propos de la visite du vice-président américain Joseph Biden au Liban, le site internet du Courant du Futur titrait  : « Les USA appuient fortement le Liban… Le 14 mars est prêt à mener la bataille  » 23 mai 2009, www.almustaqbal.org.

23  «  Il ne s’agit pas d’innocenter l’une des puissances ou une autre, mais l’Iran et la Syrie, quoique leurs agendas soient indépendants, sont intéressés d’utiliser le pays dans ce sens. Sans innocenter les autres – on a vu Israël en 2006 –, ce sont les forces les plus agressives dans ce sens. Le Hezbollah qui entretient des liens organiques et vitaux avec l’Iran – il ne l’a jamais démenti –, pousse dans ce sens plus que les autres acteurs locaux. Le Courant du Futur dit ouvertement qu’il a des rapports politiques et financiers avec l’Arabie Saoudite, mais ils n’ont pas intérêt à pousser dans ce rôle  », Entretien Crisis Group, Antoine Haddad, Secrétaire général du Mouvement pour le renouveau démocratique, membre du secrétariat général de la coalition du «  14 mars  », 20 mai 2009, Beyrouth cité dans ICG, 2009.

24  À propos de la visite de Joseph Biden au Liban, «  il semble que la visite s’inscrive dans le cadre de la supervision américaine de la campagne électorale d’une partie libanaise, qui se sent menacée politiquement au vu des changements régionaux et des résultats prévus des législatives. (…) La visite s’accompagne d’une tentative de la part de l’administration américaine d’imposer son diktat sur le futur, en fixant des lignes rouges à la déclaration ministérielle. (…) Nous demandons à tous les Libanais, toutes tendances confondues d’empêcher une telle ingérence qui représente une violation flagrante de la souveraineté libanaise.  », Hassan Fadlallah, Député Hezbollah, communiqué public, 22 mai 2009.

25  «  Le Hezbollah dans les élections  », séminaire autour de Walid Charara, Paul Khalifé, Nicolas Nassif et Abdelhalim Fadlallah, Institut français du Proche-Orient, Beyrouth, 21 mai 2009.

26  Pour une analyse du sommet de Koweït voir  : http://www.aljazeera.net/news/archive/archive?Archiveld=1167142.

27  Le 23 juin 2009, le Président des États-Unis, B. Obama, nomme un nouvel ambassadeur à Damas, après que l’administration Bush avait rappelé son ambassadeur en février 2005 pour protester contre l’assassinat de Rafiq Hariri.

28  Voir à ce propos les exemples cités par Icg 2010.

29  Une «  Commission de la supervision de la campagne électorale  » est créée conformément aux dispositions de la loi électorale de 2008, pour un mandat réduit (essentiellement le contrôle de la couverture médiatique et des dépenses, dans un contexte où cela est quasiment impossible), et avec peu d’autonomie puisqu’elle est placée sous la tutelle du ministre de l’Intérieur qui peut la présider (sans participer au vote). Plane l’espoir qu’elle puisse être réformée «  plus tard  », mais les modalités de sa création ont créé un précédent  : loin d’être une commission indépendante, elle est composée de membres désignés par les différents leaders politiques, selon le souci de l’équilibre confessionnel, au détriment de critères de qualité ou de compétences.

30  Kamal Faghali, directeur du Bureau des statistiques et de la documentation (institut de sondage privé) a estimé le coût global de la campagne électorale à 63 880 000 dollars. Cité par al-Akhbar, 16 mai 2009.

31  Du 20 mai au 2 septembre 2007, l’armée libanaise a lancé une grande offensive contre les militants du Fath al-Islam retranchés dans le deuxième camp palestinien le plus peuplé du Liban.

32  Fida Itani, «  Le rôle des armes dans l’élection  », séminaire Ifpo Beyrouth, 23 mars 2009.

33  Il a notamment été fondateur de la Lebanese Association for Democratic of Elections (Lade) et son président de 2004 à 2006.

34  La réforme électorale était inscrite en tête des objectifs fixés par le gouvernement de Najib Miqati (19 avril 2005-19 juin 2005), à la suite de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafiq Hariri (voir la déclaration ministérielle  : http://www.pcm.gov.lb/). Mais, faute d’entente et manque de temps, ce gouvernement s’est contenté d’organiser les élections de juin 2005 conformément à la loi alors en vigueur.

35  Comme souligné plus haut, l’adoption d’une loi électorale (dont le processus de réforme paraissait en panne) s’appuyant notamment sur le choix de petites circonscriptions, très souvent homogènes communautairement, a constitué l’un des principaux points de l’accord entre les belligérants, en mai 2008.

36  L’autorisation de vote des Libanais à l’étranger est un principe figurant dans la loi électorale 25/2008 (chapitre 10 « vote des Libanais non-résidents »). Toutefois, les mécanismes assurant ce vote n’ont pas été mis en place en 2009 et son application a été reportée aux élections de 2013. Pour une version française de la loi électorale cf. http://www.elections.gov.lb/Legal-Framework/Election-Law.aspx.

37  Malgré les fortes mobilisations de jeunes et d’organisations de la société civile depuis le milieu des années 1990 ainsi que différents projets et propositions de loi déposés au Parlement, l’âge de la majorité électorale (21 ans) n’a toujours pas été abaissé à 18 ans. Un projet de loi a été voté au Parlement le 19 mars 2009, mais son application a été reportée aux élections de 2013.

38  Cette disposition n’est pas reconduite pour les municipales suivantes qui se déroulent tout au long du mois de mai 2010.

39  D’autres candidatures locales étaient particulièrement attendues et suivies dans la campagne  : Michel Murr dans le Metn, Elie Skaff à Zahlé, à Tripoli les ex-Premiers ministres Omar Karamé, Najib Mikati et le ministre Mohammed Safadi, leader d’un «  bloc tripolitain  » au Parlement, ou encore à Saïda, le premier fief de la famille Hariri, le député Oussama Saad, issu d’une famille de notables puissante. Hommes d’affaires brillants pour la plupart d’entre eux, ils sont aussi issus de grandes familles possédantes marginalisées dans certains cas dans les années 1990 par l’ascension fulgurante d’un Rafiq Hariri ou encore par l’hégémonie croissante du Hezbollah.

40  «  Nous voulons garder notre Liban comme un État qui a une armée légale, légitime, responsable de notre protection, de notre défense, avec des forces de sécurité qui assurent notre sécurité, ou bien ce Liban se transformera en des groupes armés hors des cadres de l’État  », Boutros Harb, candidat à Batroun du «  14 mars  », rencontre du groupe Kataëb à Batroun, 10 mai 2009.

41  À l’inverse, son allié chiite le mouvement Amal entendait préserver voire augmenter son groupe au Parlement dont son leader, Nabih Berri, est le Président et qui constitue une manne politique importante.

42  Entretien à al-Akhbar, «  L’opposition est sûre de sa victoire et veut une bataille électorale générale  », 24 février 2009 [en arabe].

43  Le programme électoral du Hezbollah est disponible sur le site www.wa3ad.org.

44  À l’inverse du principe des régimes de démocratie majoritaire, le régime libanais répond au principe des démocraties consociatives, où l’État est gouverné par l’institutionnalisation d’un consensus entre les élites des principales confessions reconnues par la Constitution, afin d’éliminer le risque qu’un segment minoritaire soit marginalisé et exclu de facto de la prise de décision, quand, à l’instar du Liban, la société politique est profondément divisée autour de clivages politico-communautaires. Voir Hanf 1993, Picard 1997.

45  À court terme, la formule retenue après les élections s’appuie sur un compromis  : «  l’opposition  » n’a pas formellement obtenu ce droit automatique, puisque ce sont les cinq «  ministres du Président  » qui font la balance, et peuvent permettre au «  8 mars  » ou au «  14 mars  » de totaliser le tiers ou les deux-tiers nécessaires pour bloquer, pour les premiers, ou faire passer, pour les seconds, les décisions relevant de l’article 65 (5) de la Constitution.

46  Finalement, les tendances décrites par E. Picard dans les années 1990 se confirment  : voir Picard 2004.

47  Isabelle Rivoal, «  Le Chouf, patrimoine et territoire. Walid Joumblatt et la construction d’une za‘âma de la montagne  », Séminaire Ifpo, 12 avril 2007, Beyrouth, communication non publiée.

48  Discours de H. Nasrallah du 17/06/2009 http://www.nowlebanon.com/Arabic/NewsArchiveDetails.aspx?ID=99115; http://208.64.65.2/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=90326&language=ar.

49  Pour des éléments de discussion et de comparaison, voir Catusse et Karam 2010b.

50  Cet ouvrage s’inscrit dans le prolongement des réflexions développées dans le cadre du programme de recherche de l’IFPO : Construire le politique. Figures du leadership et sociétés partisanes au Proche-Orient, dirigé par Franck Mermier et Sabrina Mervin.

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable