Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Gaulmier, un orientaliste

 | 
Jean Gaulmier

Article de Jean Gaulmier paru à l’occasion des 70 ans de l'Institut de Damas

La « section des arabisants », 1928-1929, berceau de l’IFEAD

Note de l’éditeur

Article initialement paru dans : Soixante-dix ans de coopération scientifique à l’Institut français de Damas. Actes du colloque (novembre 1992), Damas, Institut français d’études arabes de Damas, 1995 (Témoignages et documents 4 ; PIFD 155), p. 35-38.

Texte intégral

1Excellences,
Mesdames, Messieurs,
Chers Collègues et amis,

2Ma brève communication n’a pour but que d’apporter un « témoignage historique » sur le début de l’Institut Français de Damas.

3Je dois d’abord faire deux remarques. La première : je me sens bien peu digne d’avoir été convié à cette savante assemblée, moi qui ai manqué à ma vocation première d’orientaliste pour me tourner en définitive vers une carrière universitaire d’historien de la littérature française du xixe siècle, qui n’ai jamais été qu’un piètre arabisant (mon maître très vénéré, l’excellent grammairien Maurice Gaudefroy-Demombynes me traitait affectueusement de « bachi-bouzouk de l’orientalisme ») et qui ai fort peu contribué aux publications de l’Institut Français de Damas.

4La seconde remarque, capitale elle aussi : je n’ai jamais été pensionnaire effectif de l’Institut Français de Damas, mais seulement membre associé après que Robert Montagne, à partir de 1931, eut créé cette catégorie. Étudiant à la Sorbonne dans les années 1924-1927, j’avais eu la chance d’y lier amitié avec de jeunes Syriens : Kazem Daghestani, Zaki Arsouzi, Djamil Saliba, Mohsen Barazi, Adib Rumani, qui m’avaient fait aimer leur pays, connaître ses problèmes et donné l’envie d’y être utile. De sorte que, pendant quinze ans, j’ai eu le privilège de servir, à Damas, à Hama, à Alep enfin, à l’Instruction Publique Syrienne sous les ordres de ministres remarquables, Mohamed Kurd Ali, Mazhar Pacha Raslan, Abd al-Rahman Kayali, et quelques autres, ce qui d’ailleurs contribua à établir des liens scientifiques sérieux entre l’Institut Français de Damas et toute une pléiade de jeunes Syriens que j’avais connus comme élèves des lycées officiels syriens ou comme jeunes professeurs, tels que As‘ad Talas, Sami Dahan et plusieurs autres savants de valeur – car tout au long de ma carrière, j’ai toujours considéré que le premier devoir du maître est de favoriser de son mieux l’éclosion de jeunes talents.

5J’entre maintenant dans le vif de mon sujet.

6Comme beaucoup de créations humaines, l’Institut Français de Damas a trouvé son véritable point de départ dans une initiative individuelle et non dans les plans d’une administration lointaine. L’artisan essentiel en fut Jean Sauvaget, et l’idée en remonte très exactement au mois d’octobre 1928.

7Il existait depuis 1922 à Damas un Institut d’Archéologie et d’Art Musulmans, installé au Palais Azem et dirigé depuis sa fondation par un archéologue, Eustache de Lorey. Le but de cet Institut, rattaché au Service français des Antiquités de Beyrouth, était mal défini. Lorey avait tenté d’y ouvrir une école dans le but de rénover les arts traditionnels de Damas : poterie, verrerie, menuiserie. Cela avait échoué. En 1928, il ne subsistait plus qu’un reste de menuiserie où Khaled Moaz, devenu, avec les encouragements de Sauvaget, curieux d’archéologie, fabriquait encore quelques beaux meubles en noyer qu’il sculptait de magnifiques inscriptions en caractères coufiques. En outre, cet Institut hébergeait dans le cadre splendide du Palais Azem les archéologues venus d’Europe qu’on voulait honorer spécialement ainsi que, pour une durée limitée, et à condition qu’ils fussent célibataires, deux ou trois jeunes français boursiers du Service des Œuvres françaises à l’étranger, aspirant à préparer une thèse de doctorat. Il n’y avait ni bibliothèque, ni règlement, ni salle de travail. Bref, une sorte de résidence pour hôtes de passage, bien plus qu’un sanctuaire de la Science !

L'Institut au Palais Azem

L'Institut au Palais Azem

Sous une arcade au Palais Azem. Debout à droite, Eustache de Lorey

8En 1928, il y avait, outre Sauvaget qui se trouvait en Syrie depuis 1926, trois pensionnaires en titre dans cette maison. Henri Laoust, boursier pour une année, préparait l’agrégation d’arabe ; il avait résolu de s’inscrire au Lycée officiel (Maktab ‘Anbar) pour suivre les cours d’arabe du Cheikh ‘Abd al-Kader Moubarak et du vénérable Salim al-Jundi, en vue de mettre au point son D.E.S. ; familier de l’arabe du Maroc, il voulait consacrer une année à l’arabe écrit de la presse damascaine. Seul, Laoust logeait au Palais Azem. Les deux autres, Jean Cantineau, spécialiste de linguistique sémitique, fort savant et un peu pédant, et Edmond Saussey, hésitant sur sa carrière, plus attiré par la turcologie que par l’arabe, tous deux mariés et pères de famille, habitaient Salhiyé.

9De mon côté, j’allais commencer ma carrière au Ma‘âref syrien où j’allais enseigner à l’École Normale d’Instituteurs de Damas. Je me rappelle cette soirée d’octobre 1928. Nous étions attablés, Sauvaget, Laoust et moi, dans un petit café de la place Marjé. Sauvaget était d’une humeur massacrante. Il avait subi pendant une heure la conversation insipide d’un responsable français et se plaignait des sottises de celui qu’il appelait un « bouffon inutile ». « Quel gaspillage, grognait-il, et pour quel résultat ?… » Et tout à coup : « Nous devrions nous grouper pour faire du sérieux, des recherches qui en valent la peine ; couper toutes les amarres avec cet imbécile. Affirmer notre indépendance… Je vois cela très bien : ça s’appellerait Section des arabisants. Et pour commencer, on publierait un recueil de Mélanges… sans mettre au courant, ce responsable, bien entendu… Il en crèverait de jalousie ! »

10Laoust, toujours pessimiste, objectait que si le projet était séduisant, il lui semblait irréalisable. Il fallait en parler à nos maîtres de Paris, à Gaudefroy-Demombymes, à Massignon. C’est tout un monde à soulever que l’Administration…

11Pour ma part, je ne disais rien : connaissant la fantaisie de Sauvaget, je croyais qu’il s’agissait d’une lubie passagère.

  • 1 Le Capitaine Thoumin devait finir sa carrière comme général enseignant à Saint-Cyr l’histoire et la (...)

12Laoust continuait ses objections. « Publier des Mélanges ? Mais avec qui ? Il faudrait des collaborateurs, des subventions. » Mais plus Laoust multipliait les arguments – qui me paraissaient de bon sens –, plus Sauvaget s’entêtait. « Des collaborateurs ? Il y a Cantineau qui a sûrement quelque chose sur Palmyre, Saussey travaille sur les mots turcs restés en usage à Damas… Et puis, en dehors de l’Institut, il y a à Damas des gens utilisables. Il y a Lecerf qui est professeur de philosophie à la Mission laïque et bon arabisant. Il y a, à l’État-Major, le capitaine Thoumin qui s’intéresse à la géographie humaine de la Syrie1. C’est un militaire mais un type bien… Et puis, je déciderai Moaz à contribuer… Vous verrez, ça peut très bien marcher… Je ne dis pas que ce serait génial, mais quelle tête feraient les autres… »
Puis, se tournant vers moi : « Et vous, qu’est-ce que vous nous donnerez ? »
« Très sincèrement, je ne vois pas… Je viens d’arriver en Syrie. J’ai mes cours au Maktab ‘Anbar… »

13Sauvaget haussa les épaules : « Toujours défaitiste… On vous for­cera… » Je repris alors les objections de Laoust. Sauvaget les balaya : « Je suis sûr que Massignon et Demombynes nous appuieront. Vous voyez, un Institut scientifique à Damas ! Quelque chose comme l’Institut du Caire, ou même comme l’École de Rome ou l’École d’Athènes. Ça devrait intéresser notre gouvernement, vrai ou non ? Il y a tant de choses intéressantes à faire en Syrie… Il est vraiment scandaleux de penser aux crédits qu’on gaspille à entretenir des inutilités… »

L'Institut au Palais Azem

L'Institut au Palais Azem

De gauche à droite : J. Sauvaget, J. Gaulmier, J. Weulersse

14La Syrie, Sauvaget la connaissait déjà bien. À chaque petit congé que nous avions au Maktab ‘Anbar, il nous entraînait, Laoust et moi, sur les routes, et nous fit découvrir Hama, Alep, l’Euphrate, avec son enthousiasme communicatif. Il avait alors en chantier ses deux thèses de doctorat, sa monumentale étude d’Alep et son petit livre, chef-d’œuvre d’érudition vivante, La poste aux chevaux dans l’empire mamelouk et, de temps en temps, revenait sur sa chimère d’un centre sérieux de recherches qui réunirait des archéologues, des géographes, des sociologues, etc.

15Pendant l’hiver 1929, il alla à Paris, vit Massignon et Gaudefroy-Demombynes, sut les décider à appuyer son projet. Il m’écrivait de Paris le 22 novembre 1929 :

« Je quitte Paris demain, flapi mais fort satisfait de mon séjour et de l’attitude de notre Directoire : je n’ai même plus sujet de râler… »

16Je venais alors d’être nommé par le ministre Kurd Ali au lycée Tajhiz de Hama.

17Dès son retour, Sauvaget vint me voir à Hama, exubérant comme toujours. « Ça y est, me dit-il, les Mélanges de la Section des arabisants vont paraître… »

18Il m’extorqua un petit article sur « La pêche du silure dans la vallée du Ghab ». En 1930, le volume parut sous le titre de Mélanges publiés par la Section des arabisants, tome I, 1929, sans autre mention… Robert Montagne venait d’être nommé directeur. Il arrivait du Maroc où il avait travaillé sous les ordres de Lyautey. Un règlement précis définissait la nouvelle organisation de l’Institut Français de Damas. Les Mélanges de la Section des arabisants n’eurent jamais de tome II et furent remplacés par le somptueux Bulletin d’Études Orientales promis à une longue et brillante carrière. Grâces soient rendues à la ténacité de Jean Sauvaget, savant modeste et ami inoubliable !

19Je vous remercie.

Notes

1 Le Capitaine Thoumin devait finir sa carrière comme général enseignant à Saint-Cyr l’histoire et la géographie.

Table des illustrations

Titre L'Institut au Palais Azem
Légende Sous une arcade au Palais Azem. Debout à droite, Eustache de Lorey
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2429/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre L'Institut au Palais Azem
Légende De gauche à droite : J. Sauvaget, J. Gaulmier, J. Weulersse
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2429/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable