Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Gaulmier, un orientaliste

 | 
Jean Gaulmier

Jean Gaulmier le Syrien

Bruno Paoli

Texte intégral

1Jean Gaulmier (1905-1997) est d’abord connu, en France, pour son engagement dans les Forces françaises libres et pour sa carrière d’homme de lettres. En tant que résistant, il fut, de 1942 à 1945, le directeur de l’information et de la radiodiffusion de la France combattante à Beyrouth et Alger et c’est à ce titre qu’il fit paraître une Anthologie de Gaulle (1942) et les Discours aux Français du général de Gaulle (1943), ainsi que deux plaquettes, Voyage du général de Gaulle en Syrie et au Liban (1942) et les Écrits du général de Gaulle (1944). Ayant ainsi contribué, comme il le disait, à la création du « mythe gaulliste », il s’en démarqua plus tard en publiant, dans Le Monde du 13 novembre 1965, un retentissant « Mea culpa » dans lequel il regrettait que l’idéal républicain de la France libre ait par la suite été dévoyé : « L’esprit de la France libre, y disait-il, cet esprit de jeunesse, de courage allègre, d’espoir absolu dans les forces vives de la patrie, le climat des soldats de l’an II que nous avons connu, ne le cherchez pas en ce moment à l’Élysée où règne un homme seul qui assène au peuple français un mépris de plomb » ; et de conclure : « Parce que je reste un Français libre, je voterai pour François Mitterrand. »

2En tant qu’homme de lettres, il publia plusieurs romans, Terroir (1931) et Matricule 8 (1932), salués à leur parution par Romain Rolland et Louis Guilloux, ainsi que, sur le tard, Hélène et la solitude (1986), dont le manuscrit était longtemps resté enfoui au fond d’un tiroir et qui raconte le destin tragique d’une jeune Libanaise de l’entre-deux-guerres mariée à un sous-officier des spahis. Il fit aussi une remarquable carrière de professeur, en Syrie et au Liban d’abord, où il séjourna près d’un quart de siècle (1928-1951), puis à l’Université de Strasbourg (1951-1970) et, jusqu’à sa retraite, en 1975, à la Sorbonne. Il fut enfin, notamment, un spécialiste reconnu de Gobineau et de Volney. Du premier, il coordonna la publication, pour la bibliothèque de La Pléiade, des œuvres complètes (1983-1987) et, aux éditions Klincksieck, celle des Études gobiniennes (trois volumes, 1966-1969). Il lui consacra aussi plusieurs études, dont Un mythe. La science orientaliste de Gobineau (1964), Spectre de Gobineau (1965), Gobineau et George Sand (1966), Gobineau et sa fortune littéraire (1971), Gobineau et Bossuet (1975). Du second, il assura l’édition critique du Voyage en Égypte et en Syrie (1959), de La Loi naturelle et des Leçons d’histoire (1980), après lui avoir consacré sa thèse de doctorat, L’idéologue Volney, 1757-1820. Contribution à l’histoire de l’orientalisme en France.

3Sa contribution à la connaissance des sociétés et des cultures du Proche-Orient est moins connue. La réédition en 2006 des articles qu’il publia dans le Bulletin d’études orientales entre 1929 et 1972, réunis dans le premier volume de la collection Ifpoche, avait pour but de faire découvrir ou redécouvrir ce pan méconnu de son œuvre et de rendre ainsi hommage à celui qui, rappelons-le, faisait partie du petit groupe qui, à Damas, sous l’impulsion de Jean Sauvaget, donna naissance à la section des arabisants de l’Institut français d’archéologie et d’art musulmans et aux Mélanges de l’Institut français de Damas (1929) qui devinrent, en 1931, le Bulletin d’études orientales. Le récit qu’il fit de cette aventure lors du colloque organisé à l’occasion des soixante-dix ans de l’Institut mérite le détour et c’est la raison pour laquelle nous avons estimé utile de le joindre à la réédition électronique de cet Ifpoche inaugural.

4Jean Gaulmier entreprit en 1925 des études de lettres et de philosophie à la Sorbonne. Il eut alors pour professeur Étienne Gilson, qui éveilla son intérêt pour la philosophie arabe et lui conseilla de rencontrer Louis Massignon, lequel acheva de le convaincre de s’inscrire à l’École des langues orientales pour y apprendre l’arabe. Il y suivit les cours de Roger Gaudefroy-Demombynes et y rencontra de jeunes Syriens venus à Paris pour y poursuivre leurs études, parmi lesquels Zaki al-Arsouzi, Jamil Saliba et Kazem Daghestani. Stimulé par ces rencontres et désireux de pratiquer la langue arabe, il s’engagea, en 1928, comme simple soldat, dans le 17e régiment de tirailleurs sénégalais, basé à Beyrouth. Son roman Matricule 8 fait le récit de cette expérience. Ses supérieurs n’ayant pas tardé à déceler ses compétences, il fut rapidement nommé conseiller pour l’instruction publique à Damas (1928), puis directeur des études françaises, successivement à Hama (1929), Damas (1932) et Alep (1934), fonction qu’il occupa jusqu’en 1939, année de sa mobilisation alors que débutait la Seconde Guerre mondiale. Démobilisé en 1941, il se rallia alors à la France libre, dont il devint, comme nous l’avons déjà signalé, le directeur du service d’information et de radiodiffusion à Beyrouth. Il y prit notamment en main le quotidien La Syrie et l’Orient, dont il fit le journal en langue française du Monde libre et dans lequel il publia, outre une anthologie des œuvres de Charles de Gaulle, les poètes de la Résistance, Bernanos, Éluard, Aragon, Vercors, et, en 1943, les notes qu’André Gide avait bien voulu lui confier sur « La délivrance de Tunis ». Après un bref passage à Alger pour y assurer l’intérim de la direction de la radio de la France Libre (juillet-décembre 1944), il était, dès 1945, de retour à Beyrouth, où il enseigna pendant six ans à l’École supérieure des lettres, nouvellement créée et alors rattachée à la faculté des lettres de Lyon. C’est durant cette période qu’il acheva sa thèse de doctorat, consacrée à Volney, et sa thèse complémentaire, édition de la traduction inédite par Venture de Paradis de la Zubdat kašf al-mamālīk de Ḫalīl al-Ẓāhirī, toutes deux publiées à l’Imprimerie catholique, la seconde en 1950 et la première en 1951.

5Durant toutes ces années, Jean Gaulmier, très proche des membres de l’Institut français de Damas, en demeura le fidèle et actif correspondant, comme en témoignent ses contributions au Bulletin d’études orientales, réunies dans ce volume. Henri Terrasse, qui fut, comme chargé de mission, directeur temporaire de la Section scientifique des arabisants avant que celle-ci ne devienne un institut à part entière doté d’un directeur, note, dans un rapport daté du 17 janvier 1930, qu’il appartient « moralement en quelque sorte, et par amitié » à l’équipe en place, constituée à l’époque de Jean Sauvaget, Edmond Saussey, Jean Cantineau et Jeanne Chauffour. Après avoir d’abord envisagé de se consacrer à l’étude de la sédentarisation des nomades syriens, il fit finalement porter ses efforts sur des sujets d’ordre ethnographique et sociologique portant essentiellement sur la Syrie centrale, tout en restant par ailleurs préoccupé par des questions d’enseignement et de pédagogie, d’une part, et par l’histoire de l’orientalisme, d’autre part.

6Outre la magistrale thèse de doctorat qu’il consacra à Volney, les deux derniers articles qu’il publia dans le Bulletin d’études orientales, « Note sur l’itinéraire de Volney en Égypte et en Syrie » et « Note sur le voyage de Renan en Syrie (1865) », témoignent de cet intérêt jamais démenti pour l’histoire de l’orientalisme. Dans le premier, Gaulmier

7retrace l’itinéraire de Volney qui, à ses yeux, « n’est pas seulement un problème d’érudition », mais présente aussi, dit-il, « une réelle importance pour faire saisir la formation de sa pensée ». Dans le second, il montre, en déchiffrant le carnet de voyage de Renan en Syrie, comment celui-ci a directement mis à profit les impressions et informations tirées de ce court périple pour composer son Histoire des origines du christianisme.

8Les deux articles qui précèdent sont en rapport direct avec son activité du moment : conseiller pour l’instruction publique puis directeur des études françaises, mais enseignant aussi le français et la philosophie dans les lycées de Damas et d’Alep, il ne s’en intéressa pas moins à l’enseignement traditionnel syrien et à la pédagogie de l’arabe. Dans le premier de ces deux articles, il dresse un état des lieux détaillé et dénué de tout préjugé des écoles traditionnelles d’Alep et de l’enseignement qui y est dispensé, dans le but de rompre avec le mépris à ses yeux injustifié dans lequel les tenaient les autorités tant françaises que syriennes et d’inciter celles-ci à aider ces écoles « avec une constante sollicitude au lieu de les accabler d’un dédain qu’elles sont loin de mériter ». Dans le second, il entend rendre justice aux « vues pénétrantes » et aux « idées ingénieuses » de Volney sur la pédagogie de l’arabe telles qu’il les exposa dans trois ouvrages trop peu connus à ses yeux, Simplification des langues orientales, ou méthode nouvelle et facile. D'apprendre les langues arabe, persane et turque, avec des caractères européens (1795), L'Alfabet [sic] européen appliqué aux langues asiatiques. Simplification des langues orientales (1819) et L'Hébreu simplifié, contenant un premier essai de la grammaire, et un plan du Dictionnaire, écrit sans lettres hébraïques, et cependant conforme à l'hébreu, avec des vues nouvelles sur l'enseignement des langues orientales (1820). Déplorant les transcriptions incohérentes et fantaisistes que les voyageurs européens donnaient le plus souvent des mots arabes, il y proposa d’abord un système visant à rendre un compte exact de la prononciation de la langue et, surtout, dans lequel chaque symbole représenterait un seul et même son. Très critique de la façon dont les langues orientales étaient enseignées à son époque, il y prôna ensuite une méthode vivante et directe qui permettrait non seulement de lire les textes mais, aussi, de comprendre et de tenir une conversation : « Le voyageur qui ne peut converser, disait Volney, est un sourd et muet qui ne fait que des gestes, de plus, un demi aveugle qui n’aperçoit l’objet que sous un faux jour ; il a beau avoir un interprète, toute traduction est un tapis à revers ».

9Enfin, les quatre premiers articles réunis dans ce volume témoignent d’une infatigable curiosité et d’un réel intérêt pour la société et la culture du pays : de la fabrication du verre et des toiles imprimées à la pêche au silure, en passant par les « Pèlerinages populaires à Hama » et une « Note sur un épisode poétique de la rivalité séculaire entre Homs et Hama », auxquelles il faudrait ajouter une « Note sur les cérémonies du mariage chez les paysans de Hama », publiée en 1935 dans les Mélanges Gaudefroy-Demombynes, Jean Gaulmier nous livre quelques morceaux d’anthropologie culturelle d’une grande acuité et d’une remarquable finesse.

10Rappelons enfin qu’il est aussi l’auteur de deux autres « notes », comme il avait coutume, par excès de modestie, d’intituler la plupart de ses articles, l’une, publiée en 1932 dans la Revue des études islamiques, sur le mouvement syndicaliste à Hama et l’autre, dans L’Asie française en avril 1933, sur la propriété foncière de la Syrie centrale, auxquelles les historiens et les sociologues qui travaillent sur ces questions font régulièrement référence.

11Qu’il me soit permis, avant de vous laisser savourer les écrits de Gaulmier le Syrien, de regretter que le destin l’ait finalement conduit vers d’autres cieux, les universités de Strasbourg et de la Sorbonne, et d’autres préoccupations, la littérature française et qu’il n’ait pas continué de mettre son talent au service de la connaissance de la Syrie et du Proche-Orient. Son profond respect de l’Autre et sa conviction qu’il était possible d’établir avec lui, dans un contexte, celui du Mandat français, pourtant fondamentalement inégalitaire, un échange d’égal à égal font des études réunies ici un précieux témoignage sur la société, la culture et les traditions de la Syrie de l’époque que nous sommes heureux de rendre accessible au plus grand nombre.

Auteur

Bruno Paoli

Directeur du département scientifique des Études arabes, médiévales et modernes de l'Institut français du Proche-Orient, directeur de la collection Ifpoche.

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable