Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Gaulmier, un orientaliste

 | 
Jean Gaulmier

Textes de Jean Gaulmier parus dans le Bulletin d’études orientales

Notes sur la pêche du silure dans la vallée du Ġāb

Entrées d'index

Mots clés :

pêche, pêcheurs, silure

Keywords :

fisherman, fishing, silurus

Géographique :

Oronte, Syrie, vallée du Ghâb

Note de l’éditeur

Article publié pour la première fois dans Mélanges de l'Institut Français de Damas, 1929, p. 19-25

Texte intégral

  • 1 Voir entre autres à ce sujet : Elien, Nat. An. XII, 29 (éd. Herscher 1864) – Ibn Šiḥna, ad-Durr al- (...)

1L’étude de la pêche du silure (sallōr) ou poisson noir (samak aswad) dans la vallée de l’Oronte n’est pas sans intérêt. Même si l’on néglige, comme nous y serons contraints, l’aspect historique de la question, dont la plupart des chroniqueurs et géographes grecs ou arabes ont parlé1, on doit observer que la pêche du silure est une des ressources essentielles d’un pays relativement pauvre : elle occupe un grand nombre de travailleurs, elle constitue pour le gouvernement une source de revenus appréciables, enfin elle fournit à la population un aliment qui, pour n’être pas d’une rare délicatesse, est cependant fort goûté en général.

  • 2 Elien (XII, 29) signale le silure dans le Cydnus où il ne se plaît pas, car le cours de ce fleuve e (...)
  • 3 Strabon (XIV, 11, 9) distingue nettement l’Oronte et les lagunes d’Apamée : δπάμεια κα πόλιν (...)

2Il faut remarquer tout d’abord que l’Oronte, comme la plupart des torrents syriens, n’est pas très poissonneux. Le silure, en particulier, ne se trouve pas dans tout le cours du fleuve : on ne le pêche ni à Homs, ni à Hama, mais seulement dans le Ġāb et dans le ʿAmq, car le silure recherche l’eau trouble et les marécages2. Le centre le plus important de la pêche se trouve dans le Ġāb autour de Qal‘at al-Mudiq. Là, la pêche n’a pas lieu dans le fleuve proprement dit, mais dans les marécages que forme l’Oronte pendant sa crue d’hiver : il rejoint alors, en débordant, une série de sources où le poisson se réfugie, à la recherche d’une température plus douce et devient une proie aisée3.

Organisation de la pêche

  • 4 Les terres du Ġāb appartiennent au domaine de l’État. En été, les paysans les cultivent moyennant p (...)
  • 5 Pour l’exercice 1926-27-28, la concession a été délivrée moyennant 70 000 livres syriennes (1 400 0 (...)

3La pêche du silure est affermée pour tout le cours de l’Oronte par le gouvernement syrien à un concessionnaire général (muta‘ahhid)4. Le bail est établi pour une durée de trois ans après enchères publiques. La solvabilité du concessionnaire doit être garantie par des propriétés immobilières d’une valeur égale au tiers de la ferme5, L’État, par ailleurs, ne réglemente rien et laisse le concessionnaire entièrement libre dans le choix de ses employés ou de ses engins. Il est évident que l’intérêt du concessionnaire est de ne pas pêcher pendant la période de reproduction du silure (ḥayḍ). La pêche dure quatre mois et demi, de novembre à mars. Pendant chacun de ces quatre mois, le concessionnaire doit verser à l’État un quart de la ferme annuelle. Il doit de plus organiser la surveillance de la pêche à ses frais. Il paye à cet effet un directeur général dans le Ġāb et un autre dans le ʿAmq. Les lieux de pêche sont divisés en sept sections (markaz) : dans chacune d’elles, le concessionnaire place un surveillant en chef et une dizaine de sous-ordres payés et nourris. Ces derniers résident en permanence sur les bords du fleuve, s’abritant sous des huttes grossières (kūḫ) faites d’un assemblage de nattes en roseaux.

4De plus, le concessionnaire se concilie la bienveillance des cheykhs des villages riverains, au moyen de cadeaux parfois onéreux, pour les empêcher de se livrer au braconnage. Enfin, en dehors des mois d’hiver, le concessionnaire a intérêt à faire surveiller le cours de l’Oronte, notamment pour y réprimer la pêche aux explosifs qui a pris, surtout depuis 1925, une extension croissante. Il sous-loue alors à l’un de ses agents la pêche de toutes les espèces de poissons qui fréquentent l’Oronte, à condition qu’il protège le silure.

Procédés de pêche

5Il y a plusieurs modes de pêche, suivant que celle-ci a lieu dans les lagunes profondes, les marécages saisonniers ou les sources.

61) Dans le premier cas, la pêche se fait sous la direction de dix-huit marins de Rouad, avec deux grandes barques qui appartiennent au concessionnaire. Chaque barque est montée par neuf pêcheurs : deux d’entre eux dirigent la manœuvre, les sept autres déploient un long filet (jārūf) de 200 mètres et le disposent en cercle ; lorsqu’il est complètement étendu, ils le relèvent en diminuant peu à peu le rayon du cercle.

72) Il y a dans les marécages environ 200 petites barques (3 m. de longueur sur 1 m. de largeur) à fond presque plat (jerfe) qui se manœuvrent à la gaffe. Elles sont montées chacune de deux pêcheurs qui harponnent le poisson avec une lance courbe (ḥarbe) et reviennent au rivage lorsque la barque est pleine. Chacun des deux pilote et harponne à son tour : il n’y a pas dans le Ġāb de bateliers spécialisés, ce qui explique que le concessionnaire doive recourir à des marins de Rouad pour la manœuvre plus délicate des grandes barques. La pêche dans les marais se fait surtout au crépuscule et à l’aube, car pendant la journée les troupeaux errant à travers les roseaux effrayent le poisson qui ne se montre pas.

83) Enfin, le mode de pêche le plus simple est utilisé dans les sources à fond de roche. Le pêcheur se tient dans l’eau à quelques mètres du rivage, armé d’un harpon (ḥadīd), long manche de roseau (3,40 m) muni d’une fourche à 3 pointes (0,40 m) droite ou courbée, fabriquée à Hama. L’eau très limpide lui permet de voir le poisson qui fréquente les fissures du roc. Exceptionnellement on utilise les petites cascades en disposant au dessous du courant de grands paniers (qaffāʿa) en branches de saule, où le poisson vient s’emprisonner. Dans les deux cas, les pêcheurs sont tous de simples cultivateurs, exerçant la pêche à côté de leur travail ordinaire. Les femmes ne pêchent jamais.

  • 6 En dehors des trois modes de pêche que nous avons cités et qui sont les seuls usités en Syrie, Elie (...)

9Dès que le silure est capturé par l’un ou l’autre des procédés, on le décapite : les pêcheurs prétendent qu’ils agissent ainsi parce que la tête du poisson est si laide qu’elle écarterait les clients : il s’agit en réalité de l’observance de la loi coranique. Lorsque la pêche est particulièrement abondante, des équipes sont constituées pour s’occuper spécialement de la décapitation. Les habitants des villages voisins ramassent parfois les têtes pour s’en nourrir : en général, pourtant, on n’en fait nul usage6.

Répartition du produit de la pêche

10Le contrôle de la pêche se fait au raṭl. Le poisson pêché est amené devant l’agent du concessionnaire et pesé par lui. Cette pêche, qui occupe environ 700 hommes, n’est pas toujours très lucrative pour le concessionnaire, car elle exige des frais élevés pour l’organisation de la surveillance.

  • 7 Voici, à titre d’exemple, le résultat de la pêche durant les dernières années :1926 - perte pour le (...)

11En vertu d’usages anciens, le prix de vente du silure varie avec celui de la viande. En moyenne, il est au début de la saison de 18 piastres turques le raṭl et s’abaisse au milieu ou en fin de saison jusqu’à 15 et parfois 12 piastres le raṭl. La grande quantité de poisson par les hivers froids permet cependant de compenser les frais. Un seul pêcheur prend parfois jusqu’à 30 raṭl de silure dans une seule journée de travail. Il faut ajouter que les pêcheurs sont en général fort mal payés : leur salaire varie de 8 à 15 medjidiés par mois7.

12La répartition du poisson pêché est très inégale entre les diverses villes de Syrie. Sur 100 qintars, Homs en consomme approximativement 45, Hama 10, Alep 30, Damas 10, Zahlé 3 et Beyrouth 2.

13Le produit des pêcheries du Ġāb est en général amené à Hama, d’où se fait l’expédition définitive, dans des paniers (ḫurj) grossièrement faits de roseaux entrelacés (zell). Si l’état des pistes le permet, les paniers sont chargés sur des automobiles. Dans le cas contraire, et de beaucoup le plus fréquent, on les amène à dos de chameau. De Hama, les expéditions se font par chemin de fer, pour Homs et Alep dans des paniers analogues à ceux qui sont décrits ci-dessus, pour Beyrouth, où la consommation est peu importante, en caisses (ṣandūq). Pour Damas et Zahlé, on expédie le silure moitié en caisses, moitié dans des outres en peau de chèvre : dans ce dernier cas, le poisson est au préalable salé par le concessionnaire.

Consommation du silure

  • 8 Cf. Dussaud, Histoire et religion des Nosairis (Paris, 1900) p. 93-94, où l’on ne distingue pas bie (...)

14On a pu remarquer par l’énumération qui précède que nulle expédition n’est faite vers le pays des Alaouites8. Ceux-ci, en effet, s’abstiennent complètement de manger du silure, qui leur est rituellement interdit. Une tradition populaire veut qu’un silure ait été maudit pour avoir dévoré les babouches de l’imām ʿAlī b. Abī Ṭālib pendant que celui-ci priait au bord du fleuve.

  • 9 Cf. Volney, Voyage en Syrie et en Égypte (Paris, 1807) t. II p. 57 : « Chaque année on en sale une (...)

15Par contre, musulmans et chrétiens, ces derniers surtout9, font une grande consommation du silure. La chair de ce poisson qui, d’après ad-Dimašqi « ressemble à la queue du mouton », entre dans la confection de nombreuses recettes locales dont voici les plus usitées :

161) Kubbé au silure : 1 raṭl de burġul, 1 raṭl de poisson brut (ou 1/2 raṭl de poisson entièrement consommable) ; on a au préalable ajouté deux onces d’eau au burġul. On pile le silure dans un mortier, puis on en fait un mélange intime avec le burġul. On pile une seconde fois le mélange ainsi obtenu pour l’amener à l’état de pâte bien liée.

172) Kubbé mašwiyé : la pâte obtenue par le procédé ordinaire (voir ci-dessus) est disposée en forme de tartelettes sur une tôle ou un gril (šawwāyé). Ces tartelettes se composent de deux couches de pâte réunies par de la graisse de mouton. Cette kubbé se fait entièrement à la maison.

183) Kubbé bi-ṣ-ṣīniyé : ce plat est plus compliqué que les précédents : on étend sur un plateau une mince couche d’huile, puis une couche de kubbé : on dispose au-dessus un mélange obtenu en cuisant ensemble au préalable des noix, des oignons (en quantités égales) et de l’huile. On étend ensuite une seconde couche de kubbé. On recouvre le tout d’un filet d’huile et on porte cuire au four banal. On supprime parfois la première couche de kubbé.

194) Kubbé ṭrabulsiyé : on forme des boulettes avec une pâte de poisson et de burġul mêlés ; on farcit ces boulettes avec un mélange de noix et d’oignons pilés dans l’huile. On peut y ajouter, à volonté, des grains de raisin sec ou des pignons. Ce plat se cuit à domicile.

205) at-Taraṭôr : le poisson, lavé et nettoyé, est fendu superficiellement et trempé dans une mixture d’ail et de sel pilés avec de l’huile. On envoie cuire au four public. Après cuisson, on enlève les arêtes et on pile le poisson avec de l’ail, du citron, du sel et de l’huile de sésame jusqu’à l’obtention d’une pâte liquide et claire.

216) Sallôr mašwī : les morceaux de poisson nettoyés et salés sont embrochés sur la broche ordinaire (sīḫ). Avant de la disposer sur la braise, on trempe la brochette dans l’huile. Après la grillade, on trempe les morceaux dans un mélange de jus de citron et d’ail pilé. On peut également tremper la brochette dans ce mélange avant la grillade.

227) Sallôr maqlī : on rôtit les morceaux de poisson salé avec de l’huile. On trempe ensuite le rôti obtenu dans du jus de citron où l’on a pilé au préalable quelques gousses d’ail.

Notes

1 Voir entre autres à ce sujet : Elien, Nat. An. XII, 29 (éd. Herscher 1864) – Ibn Šiḥna, ad-Durr al-Muntaḫab (éd. Beyrouth 1909) – Kamāl ad-Dīn, Histoire d’Alep (trad. Blochet, Paris 1900) p. 244 – Šams ad-Dīn ad-Dimašqī, Cosmographie (trad. Mehren 1874) III, 5 et VII, 9 – Qalqašandī, Ṣubḥ al-Aʿšā, t. XIV, p. 33-34 – Gaudefroy-Demombynes, La Syrie à l’époque des Mamelouks (Paris, 1923) p. 21-22. Tous ces textes sont unanimes à signaler l’importance des pêcheries de l’Oronte. Il faut tenir compte néanmoins du fait que la plupart des chroniqueurs arabes se copient mutuellement.

2 Elien (XII, 29) signale le silure dans le Cydnus où il ne se plaît pas, car le cours de ce fleuve est rapide, pur et froid, et conclut ainsi : Εεν δν ο ατο τροφιμο κα ρόντου το Σύρων · κα μέντοι κα Πτολεμαίων ποταμὸς μεγίστους τρέφει, κα λίμνη δὲ παμεῖτις.

3 Strabon (XIV, 11, 9) distingue nettement l’Oronte et les lagunes d’Apamée : δπάμεια κα πόλιν χει τ πόλει εὐερχ · λόφος γάρ στιν ν ποιε χερρονησίζοντα ρόντης κα λίμνη περικειμένη μεγάλη. Il semblerait résulter de là, ainsi que du texte d’Elien déjà cité, que le cours de l’Oronte s’est modifié depuis lors, car aujourd’hui le fleuve et les lacs d’Apamée communiquent complètement. Il en était déjà ainsi au xiiie siècle. Cf. ad-Dimašqī (III, 5) ; « Le lac de Fâmiya est traversé par le fleuve ‘Āsi, sans que les eaux de l’un l’emportent sur celles de l’autre ».

4 Les terres du Ġāb appartiennent au domaine de l’État. En été, les paysans les cultivent moyennant paiement d’une dîme en argent évaluée d’après les récoltes en fin de saison.

5 Pour l’exercice 1926-27-28, la concession a été délivrée moyennant 70 000 livres syriennes (1 400 000 f.). Pour 1929-30-31, le prix s’est élevé, par suite de surenchères, à 135 010 livres syriennes (2 700 200 f.).

6 En dehors des trois modes de pêche que nous avons cités et qui sont les seuls usités en Syrie, Elien (XIV, 25) signale un procédé assez curieux qui aurait été employé par les Myses de la région de Tomin pour la pêche du silure dans le Bas-Danube.

7 Voici, à titre d’exemple, le résultat de la pêche durant les dernières années :1926 - perte pour le concessionnaire de 4 500 livres turques or (hiver tiède, événements politiques).1927 - gain de 6 009 L. T. or ;1928 - gain de 1 000 L. T. or ;Soit au total pour les trois ans de contrat un gain de 2 500 L. T. or ;1929 - perte de 1 400 L. T. or ;1930 -perte de 5 000 L.  T. or (hiver trop doux, dépréciation du medjidié).

8 Cf. Dussaud, Histoire et religion des Nosairis (Paris, 1900) p. 93-94, où l’on ne distingue pas bien si cette interdiction est commune à toutes les sectes, ou spéciale à l’une d’elles. Qu’il nous suffise d’ajouter que l’interdiction rituelle du silure est aujourd’hui encore rigoureusement observée par les Alaouites.

9 Cf. Volney, Voyage en Syrie et en Égypte (Paris, 1807) t. II p. 57 : « Chaque année on en sale une grande quantité qui cependant ne suffit pas aux carêmes multipliés des Grecs », et ad-Dimašqī (VII, 9) : « Les chrétiens en sont très friands et on leur en exporte annuellement de ce lac (d’Apamée) pour 30 000 dirhems ».

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable