Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gent d’État dans la société ottomane damascène

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Conclusion

Texte intégral

1La structure de la société ottomane repose sur l’inégalité : musulmans et non-musulmans, esclaves et hommes libres, hommes et femmes. L’existence même de deux qisma, ‘arabiyya et ‘askariyya, à Damas et dans d’autres villes du monde ottoman, révèle en soi l’importance d’un clivage supplémentaire : les actes de succession des sujets et ceux des agents civils et militaires de l’État sont définitivement séparés dans des registres issus de deux cours différentes.

2Ici, comme dans nos autres ouvrages et articles, nous avons fondé nos recherches sur l’utilisation de sources sérielles émanant de la même époque, aux alentours de 1700. L’étude du groupe des ra‘āyā, entreprise dans Familles et fortunes et dans divers travaux et articles, reposait sur l’analyse de 449 inventaires après décès des registres 9 et 15 de la qisma ‘arabiyya. Le registre 10 de la qisma ‘askariyya fournit 77 actes de succession utilisables. Aux muḫallafāt qui dressent l’état des actifs d’un défunt au moment de la transmission de la succession, nous avons ajouté, pour étudier le groupe des ‘askar, une source nouvelle, 68 muḥāsaba, ou comptes de gestion des patrimoines d’orphelins mineurs, présentés par les waṣī. Les muḥāsaba introduisent l’élément qui manquait aux austères muḫallafāt, le mouvement : devenir des créances et des dettes, devenir du capital, comptabilité de biens ruraux ou urbains établie grâce à l’exposé de la balance des frais que le waṣī a dû engager et des revenus qu’il a pu toucher.

3La lecture en est longue, la transcription fastidieuse ; le traitement des données, des milliers de nombres et de termes, aurait été impossible sans l’aide de plusieurs outils informatiques adaptés à chaque type de données qui ont servi d’échafaudage, souvent masqué, à la construction du texte : bref, des sources pesantes, des lingots, précieux comme de l’or.

4En ont-elles la fiabilité ? Plusieurs critiques ont été apportées aux inventaires après décès. Que valent, pour estimer des moyennes de patrimoines, pour en étudier la structure, ces échantillons qui occultent les plus pauvres, morts sans rien à transmettre, et que les cadis ont ignorés ? Mais nulle autre source n’a jamais permis d’estimer la part prise par les plus démunis dans cette société damascène : la source est imparfaite, probablement, mais, à attendre la perfection d’une source, aucune statistique, base essentielle pour la présentation d’une économie et d’une société, ne serait possible. La seule issue est d’assumer les biais et de raisonner juste sur la partie émergée de l’iceberg. Mais nous ignorerons définitivement la proportion de la masse cachée.

5Une autre critique concerne l’inventaire en soi. Ne faut-il pas soupçonner les héritiers d’avoir accompli quelques détournements avant l’estimation officielle du montant de la succession, d’avoir soustrait à l’estimation d’un juge vénal quelques bijoux en particulier, faciles à dérober ? Mais l’analyse des biens du quotidien enregistrés par les juges contredit la remarque : les bijoux ont conservé une place importante, près du quart de la valeur de tous les biens.

6Les muḥāsaba peuvent suggérer d’autres critiques. Elles ne concernent sans doute que des patrimoines suffisamment importants, ou des successions de défunts ayant appartenu à un monde de personnages influents et fortunés : l’inventaire reflète sans doute mieux la composition de la société des ‘askar. Nous avons tenu compte de cet élément. À l’examen de ces comptes, un deuxième doute surgit : assurant la gestion des biens des orphelins, le waṣī encaisse, dépense, et expose la balance de ces transactions. On ne pourra jamais mesurer son degré d’honnêteté : certes, les waṣī semblent avoir été choisis parmi les gens de bien, ou parmi les membres de la famille, mais ces appartenances ne sont pas à l’abri d’un comportement indigne. Sans doute, de petites tricheries étaient possibles ; mais l’exposé des comptes se faisait devant les membres de cours que l’on peut estimer être au courant des prix pratiqués : au pire un peu truquées, les comptabilités se devaient d’être vraisemblables.

7Enfin, les 77 actes de succession des ‘askar sont-ils assez nombreux pour autoriser calculs et moyennes ? Certes, la fiabilité d’un échantillon repose avant tout sur l’importance de sa taille ; on eût apprécié qu’en cette période de trouble, le nombre de décès des ‘askar à Damas des suites des guerres, fût plus large ; mais l’historien ne peut travailler que sur les sources que le passé lui a laissées. Par ailleurs, l’infériorité numérique des ‘askar, dix fois moins nombreux que les ra‘āyā, se reflète dans les nombres des actes de succession. En proportion, le groupe des ‘askar est même un peux mieux représenté que celui des ra‘āyā, et l’enregistrement de ses successions réalisé avec plus de précision et de minutie.

8Un argument supplémentaire plaide en faveur de la recevabilité de ces sources. L’analyse des inventaires, effectuée à 15 ans de distance, appliquée à ces deux groupes de la société, aboutit à des conclusions cohérentes : les données ont autorisé la classification des patrimoines dans les mêmes structures ; elles permettent de conclure que le comportement démographique (l’universalité du mariage, le taux de polygamie, le nombre moyen d’enfants vivants laissés par chacun des défunts) s’inscrit dans la stabilité ; enfin, les objets qui entourent les défunts dans leurs maisons, ceux qui les accompagnent dans leur vie quotidienne, sont désignés par des termes semblables reflétant la spécificité d’une civilisation ; les estimations qu’en font les juges s’inscrivent dans les mêmes ordres de prix. Aucun hapax, aucune aberration.

9Cette cohérence résulte d’une analyse quantitative, mais débouche sur l’observation qualitative de nuances et de particularités : dans l’ensemble de cette société urbaine ottomane, aux alentours de 1700, quels caractères distinguent le groupe des ‘askar ?

10L’identification du personnage en est l’élément le plus apparent : dans le nom du défunt, qu’il soit militaire, janissaire inkiǧārī local ou kapı kulu, sipahi, bulūkbāšī, udabāšī, agent civil de l’État, bey, aġā ou beše, n’apparaît presque jamais le titre de ḥāǧǧ, réservé au monde des sujets, pauvres et riches. La fonction du défunt ‘askar, son titre, sont en quelque sorte prioritaires dans sa désignation individuelle.

11Les liens des militaires avec les waqfs en sont sans doute le deuxième aspect. L’analyse du milieu des ra‘āyā avait abouti à une constatation, l’absence presque complète de toute allusion aux waqfs et aux termes qui lui sont liés. Dans la description des biens des agents de l’État à partir des inventaires, dans l’évocation de leur revenus d’après les comptes après gestion, le cadi suggère l’importance des rapports qu’entretiennent les ‘askar avec les waqfs. Les agents civils de l’État en particulier peuvent avoir été directement bénéficiaires de la totalité d’un waqf qu’eux-mêmes ou leurs ancêtres ont créé : tels le šayḫ Muḥammad b. al-marḥūm al-šayḫ ‘Īsā al-‘Imādī, tel ‘Alī aġā b. al-marḥūm Darwīš bey, nāẓir d’un waqf créé par son arrière-grand-père, tel le ṣūbāšī Ḫudāwīrdī b. al-Arnawūd impliqué dans le waqf qu’avait créé son oncle paternel, ‘Alī katḫudā. Même lorsqu’ils ne sont pas personnellement liés à des waqfs familiaux, tous les défunts ‘askar, janissaires, sipahis, agents civils, ont profité, en ville, et à la campagne, des biens waqf de tous types, ḏurrī et ḫayrī. L’exploitation des biens waqf semble bien être la chasse gardée des ‘askar. En ville, ils reçoivent loyers, murṣad, et ḫulū, de boutiques construites sur des terres waqf ; ils ont élevé sur des terres waqf des maisons ou bains qu’ils peuvent également louer. À la campagne enfin et surtout, les agents civils prennent en location des terres, waqf la plupart du temps, qu’ils sous-louent à des villageois ; les janissaires font cultiver des terres waqf à des métayers. Le terme waqf, si l’on en avait compté les occurrences, serait arrivé dans le peloton de tête.

12Troisième élément de différenciation, la structure du patrimoine, plus que son montant.

13En effet, à cette date tout au moins, le montant moyen du patrimoine des ‘askar n’excède pas celui des sujets : l’actif brut est semblable, dépassant les 1 100 piastres, le patrimoine net un peu plus élevé chez les ra‘āyā que chez les ‘askar. Dans chacun des deux groupes aussi, l’inégalité des fortunes est de règle : et cette inégalité aurait été encore plus forte si avait pu être prise en compte la masse cachée de l’iceberg, les démunis absolus. La part des biens domestiques, des bijoux, des créances ne change guère d’un groupe à l’autre. Les ra‘āyā, artisans et commerçants pour la plupart d’entre eux, sont évidemment beaucoup plus engagés dans les activités artisanales : certains ‘askar cependant n’ont pas dédaigné ce type de revenus.

14En revanche, la part importante des espèces dans les avoirs des agents de l’État caractérise les actifs des ‘askar à une époque où la possession du numéraire est rare : soldes et pensions distribués aux janissaires locaux et impériaux, revenus en espèces provenant des biens ruraux donnés à bail par les agents civils de l’État gonflent sans doute les liquidités détenues.

15Enfin, les militaires, beaucoup plus que les sujets, ont dominé les campagnes environnant la ville de Damas, par les biens qu’ils y possèdent, par les loyers qu’ils en retirent, et par les créances qu’ils leur accordent. Cette emprise s’étend bien au-delà des riches terres de la Ġūṭa proche, comme l’avaient souligné les travaux de précédents chercheurs. La richesse des sources, en particulier des muḥāsaba, a autorisé l’évocation d’un paysage rural vieux de trois siècles, l’analyse détaillée des types de culture où dominent céréales et jardins, et l’étude des modes d’exploitation pratiqués. La précision et la rareté des livres de compte produits par les waṣī nous a même engagés à courir un risque : évaluer le rapport de ces investissements ruraux, et comparer le fonctionnement de l’exploitation damascène à celui d’exploitations françaises de la même époque.

16Un fil directeur s’est inscrit tout au long des chapitres : à l’intérieur du groupe des ‘askar, bien distinct de celui des sujets, mais pas complètement clos sur lui-même puisqu’il absorbe par l’intermédiaire du mariage les filles des ra‘āyā les plus fortunés, existe-t-il des particularités distinguant les agents civils et les diverses catégories d’agents militaires ? Une analyse détaillée des patrimoines a abouti à la conclusion que, dans chaque catégorie de ‘askar, la diversification de la structure des actifs est de règle, malgré quelques nuances à peine observées : les agents civils paraissent un peu plus fortunés, les janissaires donnent l’avantage aux acquisitions urbaines et rurales, les kapı kulu sont plus tournés vers la campagne où ils jouent un rôle de créanciers ; à la ville, les agents civils privilégient les activités commerciales, et les janissaires, des activités artisanales peu lucratives ; de la campagne, les agents civils retirent des loyers, les janissaires des revenus d’exploitations baptisées semi directes. Cependant, qu’ils appartiennent à l’un ou l’autre des ces groupes, un certain mode de vie les rassemble.

17Au sein d’une population dont le montant des patrimoines moyens ne présente guère de différence, les ‘askar s’alignent, dans leur comportement, sur les plus prospères des sujets : par une attitude vestimentaire qui révèle le goût des tissus nobles et des riches fourrures, par leur souci de disposer d’esclaves dans leur foyer, ils affichent une apparence extérieure digne, voire luxueuse, qui témoigne d’un style de vie sans doute onéreux, et affirme un statut privilégié.

18Enfin, l’analyse des biens personnels répond aux questions que se posait A. Rafeq : quel temps, quelle énergie restaient-ils à ces ‘askar engagés dans des activités urbaines et rurales pour exercer leur fonctions militaires ? Bons soldats, mauvais soldats ? Les sources sont à ce sujet muettes. Mais, même attirés par la recherche de ressources supplémentaires à leurs seules soldes ou émoluments, l’ensemble des ‘askar, et non seulement les janissaires et les sipahis au contact direct de la chose guerrière, donnent une place essentielle aux armes à feu, aux armes blanches, aux chevaux et aux harnais, dont la valeur dépasse le tiers de l’ensemble de leurs biens personnels. Le soin accordé à la beauté, à l’élégance de cet équipement démontre que l’arme, ou l’animal de monte n’étaient pas que des objets purement utilitaires, mais symboles de l’appartenance à un groupe qui tient à se distinguer de celui des sujets.

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable