Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gent d’État dans la société ottomane damascène

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Chapitre IX. Une touche d’humain

Texte intégral

1Inventaires et comptes de gestion dressés par des juges soucieux d’établir et de préserver des patrimoines, font partie de ces sources froides de l’histoire autorisant une analyse sociale dénuée de toute communication directe et animée avec les acteurs du passé. Aucune tranche de vie individuelle n’émergera ni de l’étude des actes de succession ni des comptes de gestion. Cependant, les documents permettent d’approcher certains aspects de la vie privée du groupe des militaires : par leur comportement démographique, par leur vie quotidienne suggérée par les objets personnels qu’ils détiennent, se distinguent-ils, et comment, du groupe des ra‘āyā ?

Comportement démographique du groupe des ‘askar

  • 1 Establet, Pascual, 1994, p. 43 sq.
  • 2 Establet, Pascual, 1994, p. 49.

2La source n’est évidemment pas parfaite et a été critiquée1. Si l’héritage fait l’objet d’une intervention judiciaire, c’est que, la plupart du temps, des enfants mineurs existent dont le juge doit préserver les biens : la mort touche donc des défunts encore jeunes qu’un décès prématuré a peut-être privé de la possibilité d’avoir d’autres enfants. Enfin, dans ces actes, comme dans tous les registres ‘arabiyya et ‘askariyya étudiés, les hommes sont surreprésentés. Et, ici, le taux de sous-représentation féminin (26 % des défunts) correspond aux taux constatés dans d’autres études2.

3Ces critiques n’interdisent cependant pas l’utilisation des actes pour améliorer la connaissance de la démographie de l’Empire ottoman, particulièrement lacunaire à cette période. Que sait-on du comportement démographique dans cette société d’État ?

Le mariage

  • 3 Les célibataires sans héritier figurent cependant dans les registres puisque c’est alors le Bayt al (...)

4La solitude n’existe guère : 10 hommes sur les 57 dont la situation matrimoniale est connue meurent sans avoir été mariés, moins de 18 %, soit une proportion un peu plus élevée, 12 %, que dans le groupe des 275 sujets, dont 33 hommes mourraient célibataires3. Trouverait-on, dans cette proportion plus importante de célibataires, les traces de l’ancien mode de vie des janissaires, vivant seuls dans leurs casernes ? Ou les risques du métier, la guerre, les gardes des forteresses, la protection de la caravane, auraient-ils frappé des hommes trop tôt pour avoir eu le temps de trouver une épouse ?

Tableau 41 – Situation matrimoniale des agents civils
et militaires de l’État

Agent civil

Janissaire

Sipahi

kapı kulu

kul oǧlu

Ensemble

sans épouse

3

5

1

1

0

10

une épouse

4

22

6

5

2

39

deux épouses

1

6

0

1

0

8

8

33

7

7

2

57

5Le mariage est cependant la règle, et le temps du célibat des janissaires est bien loin. À une exception près, les femmes ont toutes été mariées ; trois ont été mariées deux fois, une, trois fois.

  • 4 Behar, 1991.
  • 5 Establet, Pascual, 1994, p. 55.
  • 6 Behar, 1991.
  • 7 Pascual, 1992, p. 178.

6La monogamie est largement dominante. Seuls, huit hommes sur 57 sont polygames, soit 14 % ; 33 ra‘āyā sur 227 musulmans étaient polygames, soit 10,6 %, un taux un peu moins élevé que dans la population ‘askar ; ce niveau s’apparente toutefois au taux constaté dans d’autres études portant sur la même époque (entre 10 et 16 % généralement, avec deux exceptions : une estimation qui semble insolite de A. Rafeq sur les Damascènes en 1750, 28 %, et au contraire une estimation basse proposée par Cem Behar pour Istanbul à la toute fin du xixe siècle, 2,5 %). Pour expliquer l’existence de la polygamie et les variations de son taux, C. Behar soulignait que l’habitude de la polygamie s’affaiblit lorsque la mortalité infantile diminue : « Lorsque l’accroissement naturel d’une population voisine les 3 %, la polygamie n’a plus de raison d’être »4. « La polygamie joue son rôle dans la lutte contre la précarité du taux de renouvellement des générations », en avions-nous conclu dans Familles et fortunes5. En dehors de cette remarque générale expliquant l’existence même de la polygamie, C. Behar, pour Istanbul à la fin du xixe, liait aussi la polygamie au comportement social de deux types d’individus : « Deux catégories d’hommes semblent légèrement plus concernés par la polygamie que les autres : les hommes qui ont des rapports étroits avec la religion ou ayant quelque occupation en rapport avec la religion, et des personnages officiels occupant un rang élevé. »6 J.-P. Pascual signalait le cas du gouverneur de Gazza qui aurait eu 85 enfants, de nombreuses épouses et concubines !7. Les polygames de nos actes, s’ils appartiennent à la gent d’État, privilégiée, ne semblent cependant pas jouer de rôle prestigieux, ni religieux, ni politique. La plupart sont d’obscurs agents de l’État, civils ou militaires, à l’exception de Muṣṭafā bulūkbāšī b. Aḥmad bey b. ‘Abd al-Bāqī bey b. Lālā Muṣṭafā Pacha al-wazīr dont l’arrière grand-père avait été grand vizir. Cependant, appartenir au groupe des ‘askar distingue, et la polygamie constitue sans doute une des formes de la distinction.

  • 8 Establet, Pascual, 1994, p. 57.
  • 9 Barbir, 1992, p. 185.

7Les polygames, dans la population civile damascène à la fin du xviie siècle, et contrairement à toute attente, possédaient des actifs moins élevés que les monogames : 757 piastres contre 1 2728. K. Barbir l’avait également observé : « On ne distingue pas de corrélation claire entre la polygamie et la richesse, du moins la propriété de biens meubles »9.

8En revanche, les polygames, chez les ‘askar, possèdent des actifs supérieurs à ceux des monogames : en moyenne, le polygame est à la tête d’un patrimoine brut de 1 334 piastres, le monogame, de 520 piastres, l’homme célibataire, de 300. Mais le montant du patrimoine net suscite bien des étonnements : après défalcation des frais, dont les dettes constituent l’essentiel, le patrimoine net du polygame s’abaisse à 230 piastres, celui du monogame à 364, le patrimoine net du célibataire stagne autour des 191 qurš. Dans le chapitre III avait été souligné le fait que les femmes ‘askar étaient beaucoup plus fortunées que la moyenne des femmes damascènes ra‘āyā : les conjointes supplémentaires du polygame coûtaient-elles particulièrement cher en bijoux et en vêtements ? Deux des huit hommes polygames laissent un patrimoine négatif. ‘Alī bey b. Baḫtān al-Kurdī, qui a eu cinq enfants de deux épouses, est criblé de dettes, dont deux envers ses ex-épouses. Le bulūkbāšī Muṣṭafā b. Aḥmad bey, sans progéniture, se trouve dans la même difficile situation ; le montant de ses dettes l’emporte sur ses actifs : parmi ses créancières, une femme (encore, mais pas la sienne), chrétienne, qui lui a accordé neuf prêts. Le faible nombre de personnages n’autorise pas la généralisation : mais la polygamie, dans ce milieu comme dans le milieu des civils, ne semble pas être liée à un montant élevé du patrimoine brut de l’époux. En revanche, la polygamie est bien corrélée avec l’importance quantitative de la descendance.

Les enfants

  • 10 On avait tenté d’expliquer ce phénomène par une hypothèse : les femmes meurent jeunes, peut-être en (...)

9Dans la population ra‘āyā damascène, le rapport entre le nombre des enfants vivants et celui des hommes mariés et chefs de famille, au moment de leur décès, s’élevait à 2,6 enfants, supérieur au nombre d’enfants par femme, 1,710. Dans la population des ‘askar, 48 hommes mariés laissent 97 enfants mineurs et majeurs : le rapport s’abaisse un peu, 2,0 enfants vivants par homme, diminution confirmant l’hypothèse qu’à leur mort, les défunts militaires étaient un peu plus jeunes que leurs collègues simples sujets. Les 19 femmes mariées laissent 39 enfants vivants : 2,0 enfants par femme, un peu plus que dans la population féminine dont les successions ont été enregistrées dans les registres de la qisma ‘arabiyya.

Tableau 42 – Nombre moyen d’enfants vivants des personnes mariées lors de leur décès

Nombre total d’enfants vivants

Nombre d’enfants vivants par défunt

Femmes (19)

39

2

Hommes (47)

97

2

  • 11 Nous échappe en particulier toute connaissance des taux de fécondité, du taux de mortalité infantil (...)
  • 12 Ces dangers, avant tout disettes et épidémies, ont été analysés dans Establet, Pascual, 1994, p. 47 (...)

10Les données, certes, sont imparfaites11 : nos défunts meurent sans doute un peu plus jeunes que la moyenne des hommes, ils n’ont pas fini de procréer ; mais la restriction doit être nuancée : les enfants qu’ils laissent, et ceux qu’ils auraient pu avoir, seraient-ils tous restés en vie ? Une telle composition de la famille, même si l’on élargit à trois le nombre d’enfants par foyer, par crainte d’un échantillon faussé par une trop grande jeunesse des défunts, ne permet pas de croissance de la population, menacée de trop de dangers12 pour que ce « un » supplémentaire permette plus que le renouvellement d’une génération.

11L’étude démographique de la population militaire confirme qu’à Damas, au xviie siècle, l’accroissement naturel de la population a dû être bien faible : la population a stagné. Le remplacement de la génération est donc menacé par d’innombrables aléas naturels, qu’atténuent certaines coutumes sociales : l’universalité du mariage, la fréquence du multimariage féminin (les quatre femmes remariées une ou plusieurs fois laissent 14 enfants, soit 3,5 par personne). La polygamie joue également son rôle : 39 monogames étaient pères de 74 enfants (1,9 par homme), tandis que les huit polygames (dont deux n’ont pas eu encore d’enfants) laissaient à leur mort 24 rejetons (trois par homme, et quatre si l’on envisage seulement le cas des six hommes pères).

Tableau 43 – Nombre moyen d’enfants suivant le nombre de conjoints

Hommes

Femmes

Un conjoint

1,9

1,5

Deux conjoints ou plus

3,6

3,5

12Aux alentours de 1700, le comportement démographique des Damascènes, qu’ils appartiennent à la société sujette ou militaire, se ressemble : le mariage est de règle ; la famille peu étendue (deux enfants vivants lors du décès du père ou de la mère) ; le nombre d’enfants augmente lorsqu’il existe remariage et polygamie ; la polygamie semble être un peu plus pratiquée. Un dernier caractère est enfin commun aux deux groupes de population : lorsque le nombre d’enfants se limite à un, les patrimoines nets des pères atteignent 1 053 piastres ; lorsque les pères meurent en laissant des enfants plus nombreux, les patrimoines nets s’élèvent à des sommes plus importantes, 1 469 piastres en moyenne. Plusieurs hypothèses seront suggérées : l’importance du patrimoine s’explique tout simplement par l’âge plus avancé atteint par ces défunts qui ont eu le temps d’engendrer et de conserver plus d’enfants... et donc d’hériter. Par ailleurs, le taux de fécondité serait-il plus fort, et le taux de mortalité infantile plus bas dans ces familles aisées ?

13Le comportement démographique de cette société d’État ne diffère guère, à quelques nuances près, du comportement de la société civile, étudiée dans Familles et fortunes.

Les modes de vie

14Les inventaires après décès établissent le montant du patrimoine des défunts dont font partie les biens personnels dont nous proposerons une classification plus loin. À la même époque, dans la même ville, les objets qui entourent les deux groupes de population introduisent-ils entre ‘askar et ra‘āyā des marques de distinction ?

Richesse et insuffisance de la source

  • 13 Pardailhé-Galabrun, 1988, p. 26.
  • 14 Grehan, 2007.

15Les inventaires sont des documents irremplaçables pour « soulever le toit des maisons, à la manière du Diable boiteux et pénétrer dans l’intimité des foyers »13. Une analyse sérielle des actes permettrait certes un tour d’horizon dans le monde mal connu et sans image de la culture matérielle damascène et ottomane. Certaines critiques ont cependant été faites aux documents : des objets ont pu échapper à la succession, ou du moins à son enregistrement, les plus précieux ou les plus vulnérables, quelques réserves alimentaires consommées entre le moment du décès et l’établissement de l’inventaire, quelques bijoux emportés par des héritiers pressés. Le scribe, surtout, ne s’attache pas à faire l’inventaire d’une maison complète, mais à comptabiliser les avoirs d’un défunt, homme ou femme : seule une réunion artificielle des biens « masculins » et « féminins » dans une union posthume autoriserait une vision panoramique d’un intérieur domestique damascène vers 1700. Il n’est pas dans notre projet ici de dresser le tableau intégral des « structures du quotidien » damascène : malgré l’intérêt que présenterait ce survol, auquel le livre de J. Grehan14 et plusieurs de nos livres et articles ont été consacrés, nous tenterons, fidèles à l’ambition formulée dans l’introduction, de découvrir si des particularités distinguent les intérieurs domestiques des ‘askar par rapport à ceux des ra‘āyā.

Méthode d’analyse

  • 15 Establet, 1994, p. 15-46 ; Establet, Pascual, 2003, p. 227-251 ; Establet, Pascual, 2005.
  • 16 Et non 19 : un acte étant partiellement illisible.

16Nous avons donc décidé de reprendre l’échantillon de 60 hommes et 61 femmes de la société civile choisis parmi les plus fortunés et les plus démunis de la ville dont nous avions enregistré les biens personnels15. Suivant pas à pas le scripteur dans ses prisées, nous avons accompli le même travail pour le groupe des militaires, et noté les objets apparaissant dans les actes d’un unique couple de défunts, de 18 femmes16 et de 54 hommes. Un exemple : le tableau ci-dessous présente les quelques objets appartenant à un homme, ‘Alī bey b. Muṣṭafā bey, sipahi.

Tableau 44 – Les biens de ‘Alī bey b. Muṣṭafā bey, en nombre et en valeur

Nombre

Valeur

Abdest kürkī wa-farwa nāfa

1

5

Bisāṭ

1

1,5

Dikdik sahharī

1

1,5

Farwa ṯa‘lab

1

5

Ǧantyān ǧūḫ zaytī

1

4

Mā‘ūn nuḥās

1

0,5

Miqaṣṣ nuḥās ṣāya zarqā

2

0,8

Miqdār bunn

1

2,3

Miqdār ǧabn

1

1

Qīma muḫayyaṭṭa (répété 4 fois)

4

10

Šāš

1

2

Tanǧara nuḥās

1

1,3

Ṭunfusa kabīr

1

12

Waǧh ṣāya bayāḍ

1

1

  • 17 Brunet, Hyperbase ; nous avons bénéficié de l’aide précieuse de Nasser Dendani, Maître de conférenc (...)
  • 18 Ces logiciels d’analyse de texte n’admettent absolument pas la translittération officielle de l’ara (...)

17Un tableau se construit alors, riche de 9 528 lignes : des mots et des chiffres comptabilisant le nombre de biens et leur estimation. Ce tableau sera la première source de l’analyse. Parfois, dans une même estimation, le scribe groupe plusieurs biens ; les noms d’objets voisinent avec des adjectifs qualifiant la taille, l’état, la couleur, le matériau, le tissu utilisé, etc. Difficile, dans ces conditions, de repérer tous les objets et surtout tous les adjectifs qui leur sont attribués : c’est à l’informatique que la tâche a été confiée. Nous nous sommes heurtés à plusieurs difficultés. Aucun logiciel n’accepte de prendre en compte en même temps l’analyse des termes et l’analyse des nombres, quantités ou valeurs. Dans un premier temps, oubliant les valeurs des biens, nous avons indiqué les quantités d’objets en répétant plusieurs fois l’occurrence de l’article, par exemple 4 fois qīma muḫayyaṭṭa, et nous avons confié au logiciel Hyperbase17 la tâche d’effectuer ces comptes18. Par ailleurs, nous avons tenté d’unir sous un même vocable les termes turcs et arabes qualifiant le même bien, et lemmatisé les formes des pluriels et singuliers, féminins et masculins : 50 248 substantifs et adjectifs ont été inscrits par les scribes, dont on ôtera les 2 623 conjonctions de coordination (et, wa-) et certaines prépositions (avec, ma‘a et bi-) : restent 47 625 mots. Indispensable, ce logiciel présente cependant quelques faiblesses : il refuse de prendre en compte les termes apparaissant moins d’une quinzaine de fois. Nous avons rattrapé ces raretés à l’œil et à la main.

18Entrer dans le monde précis de la vie quotidienne dont ces miraculeuses listes » notariales » autorisent seules la connaissance exhaustive n’est pas sans poser de nombreux problèmes. Problème de désignation tout d’abord : dans les inventaires consacrés à la population des ra‘āyā, les scribes utilisent presque toujours l’arabe ; mais dans les actes concernant le groupe des ‘askar (comme dans le cas des pèlerins morts dans la ville), c’est le turc qui est le plus fréquemment employé. Les couleurs, si l’on peut dire, donnent le ton : c’est avant tout à l’utilisation des noms de couleur que l’on devine la langue dominante. Le bleu azraq devient mavi ; le vert aḫḍar, yešil, le jaune aṣfar, sarı, etc. On s’aperçoit bien vite que le substantif qui, suivant les langues, suit ou précède la couleur, a pris le même chemin, menant de la périphérie au centre : la veste qunbāz se nomme alors zıbın, le « matelas » firāš, döšek, le pantalon libās, don, et la chemise qui lui est souvent associée, qamīṣ, est devenue gömlek ; le chapelet masbaḥa devient tespih, etc. Ces scribes, sans doute formés aux deux langues, ne paraissent avoir aucune difficulté à passer de l’une à l’autre, attitude qui témoigne de l’unité de la civilisation matérielle ottomane. Il n’en est pas de même pour nous, jamais assurés que les équivalences soient judicieuses. Problème de traduction ensuite : traduire qunbāz par veste ou camisole, libās par pantalon ou caleçon, firāš ou döšek par matelas, masbaḥa ou tespih par chapelet est certes pratique et nécessaire, mais nos mots européens du xxie siècle ne sont guère évocateurs de la réalité ottomane ; l’image manque. Et si dans les musées ethnologiques turcs ou syriens, c’est sous le nom vernaculaire que sont désignés ces objets, dans de nombreux musées européens, seule est proposée une traduction européenne approximative (non accompagnée de la désignation vernaculaire).

  • 19 Triantafylidou-Baladié, 1986.
  • 20 Nous avons « rangé » les ceintures dans les vêtements et les plateaux dans le mobilier.

19Pour classer les biens domestiques, nous avons emprunté aux scripteurs leur propre vision du monde de la maison : parfois, et surtout lorsque l’héritage est mince, les scribes classent brièvement cet ensemble par un « vêtements, cuivre, meubles, et “autre” (asbāb badan wa-nuḥās wa-aṯāt wa-ġayr) ». C’est la classification que nous suivrons, comme l’avait fait Y. Triantafylidou-Baladié19 traitant des inventaires après décès crétois. Nous avons seulement élargi et précisé cet « autre », qui peut facilement se décomposer en bijoux, livres, réserves et tissus, armes et animaux de monte (catégorie dans laquelle ont été groupées les bêtes elles-mêmes, et leur harnachement). La classification est une opération diabolique, qui oblige à ranger les objets dans des tiroirs, tentant de mettre quelque ordre dans l’espace domestique : comme dans une maison, on place et on déplace, toujours certain que cette dernière des places est la meilleure. Les riches ceintures, parfois d’argent ou ornées de pierreries (zunnār, kemer), sont-elles vêtements ou bijoux ? Les plateaux sont-ils plutôt vaisselle ou plutôt mobilier20 ?

Des critiques peu justifiées

20Une parenthèse s’impose. Que la confiance accordée aux inventaires des deux qisma (et en la nature humaine des héritiers) en sorte renforcée : lorsque le scribe établit son inventaire pour l’ensemble de la population civile et militaire, les bijoux et les réserves, dont on évoquait plus haut la disparition possible ont conservé leurs places dans les patrimoines.

21Les bijoux représentent près du quart de la valeur de tous les biens enregistrés par le juge, 23,4 % exactement.

22Les réserves, du bois, du savon, des tissus, des plantes tinctoriales, de la nourriture, n’ont pas toutes fondu (4 % de la valeur de l’ensemble). La grande majorité sont des réserves alimentaires (87 %). Certes, ni les différents types de concombres, ni les pastèques, si souvent mentionnés dans les ressources agricoles des ‘askar, produits frais et périssables que l’on ne devait de toute façon pas stocker, ne sont présents. Il reste cependant dans les maisons quelques produits séchés, olives (zaytūn), et même quelques haricots (lūbyā).

  • 21 Grehan, 2007, p. 58.
  • 22 Grehan, 2007, p. 135.

23L’essentiel des réserves alimentaires rappelle le type de consommation fondé sur les céréales, évoqué par J. Grehan dans ses chapitres 2, 3 et 4. Les céréales s’attribuent en effet une première place incontestée, 55,7 % : du blé, de l’orge, peu de riz, importé d’Égypte et réservé à une consommation festive21, des quantités infinitésimales de sorgho (duḫn) et de bourghoul, 2 piastres. Les matières grasses arrivent en deuxième position, 24,6 % de l’ensemble des réserves : de l’huile d’olive, un peu de beurre clarifié ; quelques épices (du thym, za‘tar), de la cardamome (ḥabb hāl), des clous de girofle (qurunful), de la cannelle (qurfa), de la noix muscade (‘ūd ṭīb). De quoi sucrer : un peu de sucre, un peu de miel. La « passion du café »22 est attestée par la présence de 135 piastres de café (qahwa, bunn, qalb bunn) deux fois qualifié d’arabique (ḥiǧāzī). Le tabac n’est mentionné qu’une seule fois, dans l’inventaire d’un riche šayḫ de l’importante ṭarīqa Sa‘diyya Ǧibāwiyya.

  • 23 Establet, Pascual, 2005, p. 276.

24Sans doute aurait-on pu grouper dans cette même catégorie de « réserves » les tissus renfermés dans les maisons des civils et des militaires (4,5 % de la valeur de tous ces biens du quotidien), qui contiennent de nombreuses pièces ou coupons appartenant aux défunts et défuntes23. Ni le cadi, ni ses scribes, ni ces pauvres défunts, ne sont en mesure d’offrir la moindre explication au pourquoi de ces réserves domestiques. Certaines pièces, dans un monde où les plus beaux tissus, les soieries, les étoffes chatoyantes de soie et coton, les textiles importés d’Inde conservent un rôle important et symbolique, pouvaient être destinées à être offertes, comme cadeaux. Les textiles les plus humbles devaient tout simplement être travaillés à la maison, transformés en vêtements ou en éléments essentiels du mobilier. 

L’ensemble de la population partage un même mode de vie

  • 24 Braudel, 1979, I, p. 245.

25Quoique les biens personnels ou domestiques occupent, dans le patrimoine des ‘askar, hommes et femmes, une valeur plus élevée que dans la population sujette (15,8 % au lieu de 9,7 %), les modes de vie des uns et des autres sont semblables. « Les intérieurs ne changent guère chaque fois qu’il s’agit de pauvres gens, où qu’il soient, ou bien de civilisations privées de mouvement, refermées sur elles-mêmes : en somme de civilisations pauvres ou appauvries ; seul l’Occident se range sous le signe du changement ininterrompu. »24 Même si ce jugement de F. Braudel est quelque peu pessimiste sur les sociétés non-occidentales, comment imaginer que le quotidien des uns et des autres puisse échapper à des modes de vie inscrits dans une « civilisation » ottomane proche-orientale longue de plusieurs siècles, solidement établie sur certaines structures géographiques et économiques ? 

26C’est donc sur la similitude des modes de vie, essentielle, que nous insisterons en premier. Apparaîtront, dans un second temps, les nuances du quotidien distinguant chacun des groupes.

Des intérieurs peu remplis

27En moyenne, le nombre des biens personnels enregistrés par les juges n’introduit aucune différence notoire dans chacun des groupes.

Tableau 45 – Nombre moyen d’objets par inventaire dans les deux groupes de population

Nombre moyen d’objets/inventaire

72 ‘askar

114

121 ra‘āyā

141

Moyenne de l’ensemble

131

  • 25 Le patrimoine important des femmes ‘askar explique que le foyer ‘askar soit un peu mieux fourni (...)

28Certes, il ne s’agit ici que d’inventaires individuels : un foyer complet se composerait des biens du mari et de sa femme. Unissons donc artificiellement nos défunts et défuntes. Les proportions se resserrent encore : une maisonnée de ra‘āyā comporte 140 biens, celle d’un militaire, 14925.

Des intérieurs très inégalement remplis

  • 26 Establet, Pascual, 2003, p. 218-227.
  • 27 Braudel, 1979, I, p. 245.

29Dans des sociétés si inégalitaires, la moyenne n’a guère de sens. Plus que l’appartenance à l’un ou à l’autre des deux groupes, c’est la pauvreté ou la richesse des défunts et défuntes qui distingue les intérieurs des ra‘āyā et des ‘askar26. « La première règle, écrivait F. Braudel, celle du dénuement des pauvres, va de soi »27. On l’avait observé pour les ra‘āyā :

Tableau 46 – Nombre moyen d’objets par inventaire suivant l’importance du patrimoine

Nombre moyen d’objets par inventaire

60 pauvres

34

61 riches

246

30Dans le groupe des ‘askar, la comparaison serait également difficile à faire entre les 343 biens du kapı kulu Ǧanār b. Aḥmad beše et les quelques « affaires » non détaillées (asbāb) du janissaire Ḥasan beše b. Ṣiddīq ou même les maigres biens possédés par un pauvre canonnier, Ismā‘īl beše b. ‘Uṯmān al-‘Ayntābī : deux nappes de cuir (sofra ǧild), une natte (ḥaṣīra), une balance (mīzān), un chandelier (šam‘adān), un seau de cuivre (saṭl nuḥāṣ), un vêtement de dessus doublé d’une fourrure (ǧūḫa bi-farwa), deux chemises (gömlek), un bonnet usagé (qāwūq köhne), un autre vêtement de dessus de drap vert (dūlamā ǧūḫ yešīl), un pantalon de drap (ṭūmān ǧaqšīr ǧūḫ), une veste (zıbın) et un plateau (ṭabaq).

  • 28 Braudel, 1979, I, p. 270.

31Le plus important des clivages reste corrélé à l’importance du patrimoine, quel que soit le groupe concerné. Réunissons, de nouveau, inventaires de défunts et défuntes : dans le milieu des 61 riches ra‘āyā, une maisonnée comporte en moyenne un peu moins de 500 objets (492) ; dans le milieu des 15 plus riches ‘askar, plus de 500 ; dans le milieu des 60 pauvres sujets, une maisonnée renferme 71 biens ; dans le milieu des 15 plus pauvres ‘askar, 99. La conclusion semble bien établie : la maison est vide chez les plus pauvres, et des ra‘āyā, et des ‘askar ; la maison est mieux remplie chez les plus aisés d’entre eux, même si cette quantité de quelques 500 objets paraît bien dérisoire aux yeux d’un notaire européen contemporain. F. Braudel en faisait la remarque à propos des intérieurs occidentaux de l’époque moderne : » Nous nous y trouverions vite mal à l’aise. Si beau soit-il, [...], leur superflu ne nous suffirait pas. »28 

Des catégories de biens presque identiques

32Dans les actes successoraux des uns et des autres, la proportion des différentes catégories de biens, en nombre, ne varie guère.

Tableau 47 – Proportion, en nombre, des différentes catégories de biens dans la population totale des ra‘āyā et des ‘askar

Ra‘āyā % nombre

‘Askar  % nombre

Non identifiés

0,6

0,5

Asbāb

0,0

0,0

Ḫurda

0,1

0,2

Vaisselle

43,2

34,6

Mobilier

33,5

31,8

Vêtements

12,7

17,1

Animaux et harnais

0,6

3,7

Armes

0,3

3,5

Bijoux

3,1

2,3

Tissus

1,6

2,6

Livres

3,3

2,7

Réserves

0,9

0,8

Esclaves

0,1

0,2

100,0

100,0

  • 29 Establet, 1994, p. 15-46 ; Establet, Pascual, 2003, p. 218-227.

33Les inventaires des militaires, dans leur ensemble, sont un peu moins chargés en mobilier, en vaisselle, en bijoux : un effet d’échantillon en est en grande partie la cause. Le groupe des sujets était composé d’autant de femmes que d’hommes (à une unité près), le groupe des ‘askar de 19 femmes seulement, dont 18 successions sont complètes, contre 54 hommes. Or, le type de biens possédés est fortement lié à l’appartenance sexuelle, comme on l’avait constaté29 : aux femmes, avant tout, le mobilier de tissu, les coussins, les matelas, les draps, les couvertures, le léger ; aux femmes encore la vaisselle, des instruments de cuisine aux différents types de plats, d’assiettes, et de plateaux. Aux femmes enfin, les bijoux. Et cette corrélation concerne aussi bien le groupe des ‘askar que celui des ra‘āyā, comme le confirment les tableaux suivants :

Tableau 48 – Proportion du nombre de bijoux, de vaisselle, de mobilier dans l’ensemble des biens des femmes ra‘āyā et ‘askar

61 femmes ra‘āyā

18 femmes ‘askar

Vaisselle

44,3

42,8

Mobilier

38,4

36,8

Bijoux

4,5

5,1

34Dans les inventaires masculins, que les hommes fassent partie des sujets ou des militaires, ces proportions diminuent :

Tableau 49 – Proportion du nombre de bijoux, de vaisselle, de mobilier dans l’ensemble des biens des hommes ra‘āyā et ‘askar

60 hommes ra‘āyā

58 hommes ‘askar

Vaisselle

42,7

28,4

Mobilier

28,5

27,2

Bijoux

1,5

0,9

35Dans le domaine de la distribution des objets, la moindre (à peine) importance du mobilier, de la vaisselle, des bijoux dans l’ensemble du groupe des militaires est bien un artéfact lié à la composition des échantillons : plus de femmes chez les ra‘āyā que chez les ‘askar. Cette constatation nous obligera à traiter séparément les biens personnels des femmes et des hommes.

36De plus, dans chacun des milieux, l’environnement quotidien, qu’il n’est pas question de reconstituer ici en détail, est marqué par la présence des mêmes objets, enregistrés par les scribes sous leurs noms arabes ou turcs. Le tableau suivant, qui illustre également la « sexualisation » des appartenances, rend compte du nom et du nombre des 30 objets les plus fréquemment inventoriés dans les groupes des ra‘āyā et des ‘askar : la culture matérielle reste évidemment identique dans chacun des milieux. Incroyablement, certains objets (les tasses, les assiettes, les mouchoirs, les livres et les couvertures) occupent exactement le même rang dans la hiérarchie des fréquences.

Tableau 50 – Nom et nombre des objets dans les inventaires des femmes et des hommes ra‘āyā

Noms des objets

Femmes

Hommes

Total

Rang

tasses (finǧān)

1 340

1 056

2 396

1

assiettes (ṣaḥn)

741

708

1 449

2

bols (zabdiyya)

623

320

943

3

mouchoirs (maḥrama)

494

227

721

4

bols (ṭās)

407

170

577

5

plats (ṭabaq)

279

267

546

6

livres (kitāb)

16

498

514

7

couvertures (liḥāf et yorǧan)

286

110

396

8

bijoux

325

64

389

9

enveloppes de coussins (waǧh)

248

89

337

10

vestes (qunbāz ou zıbın)

164

98

262

11

matelas (firāš ou döšek)

160

58

218

12

chandeliers (šam‘adān)

145

73

218

13

enveloppes (qālib)

176

35

211

14

couvercles (ġaṭā)

68

130

198

15

aiguières (ibrīq)

71

125

196

16

coussins (yazdiq)

158

21

179

17

chemises (qamīṣ ou gömlek)

104

72

176

18

grands bols (labaniyya)

110

56

166

19

café (qahwa)

100

60

160

20

casseroles (tanǧara)

51

108

159

21

ballots (buqǧa)

103

47

150

22

plats profonds (lankarī)

65

65

130

23

coffres (ṣundūq)

83

43

126

24

draps (šaršaf)

91

33

124

25

fourrures (farwa ou kürk)

42

70

112

26

kilīm ou bisāṭ

40

51

91

27

bassines (legen)

39

39

78

28

plateau (tabsiyya)

54

22

76

29

coupes (kāsa)

53

8

61

30

Tableau 51 – Nom et nombre des objets dans les inventaires des femmes et des hommes ‘askar

Noms des objets

Femmes

Hommes

Total

Rang

tasses (finǧān)

372

303

675

1

assiettes (ṣaḥn)

334

218

552

2

coussins (yazdiq)

237

102

339

3

mouchoirs (maḥrama)

173

62

235

4

plats (ṭabaq)

166

33

199

5

bijoux

175

18

193

6

livres (kitāb)

18

171

189

7

couvertures (liḥāf et yorǧan)

126

49

175

8

plateau (tabsiyya)

107

51

158

9

coupes (kāsa)

131

16

147

10

casseroles (tanǧara)

39

107

146

11

bols (ṭās)

108

36

144

12

aiguières (ibrīq)

49

79

128

13

chemises (qamīṣ ou gömlek)

69

53

122

14

café (qahwa)

56

62

118

15

bassines (legen)

55

50

105

16

vestes (qunbāz ou zıbın)

51

49

100

17

kilīm ou tapis (bisaṭ)

15

80

95

18

fourrures (farwa ou kürk)

10

75

85

19

bols (zabdiyya)

76

3

79

20

ballots (buqǧa)

60

14

74

21

matelas (firāš ou döšek)

51

16

67

22

draps (šaršaf)

50

12

62

23

chandeliers (šam‘adān)

37

22

59

24

enveloppes (qālib)

47

4

51

25

plats profonds (lankarī)

14

34

48

26

couvercles (ġaṭā)

34

10

44

27

enveloppes de coussins (waǧh)

35

7

42

28

coffres (ṣundūq)

29

12

41

29

grands bols (labaniyya)

20

13

33

30

  • 30 Grehan, 2007, p. 235-244.

37Ces éléments essentiels de l’environnement perdurent. J. Grehan, qui a analysé la culture matérielle damascène plus de 50 ans plus tard, essentiellement à l’aide des mêmes sources, les inventaires après décès, confirme cette uniformité. En appendices (A, B et C), il présente les noms et les nombres totaux des objets présents dans les inventaires masculins et féminins d’un échantillon de 1 000 personnes, sujets et militaires rassemblés : les objets restent identiques, leur fréquence d’apparition semblable, l’appropriation par genre analogue30.

Les biens personnels caractéristiques des ‘askar

Propriétés féminines

38Faut-il chercher dans le milieu des femmes liées au monde des militaires quelques traits qui les distinguent de leurs consœurs civiles ? On avait noté, dans le chapitre III, que les femmes ‘askar, certes peu nombreuses, possédaient un patrimoine près de cinq fois supérieur à celui des femmes ra‘āyā. L’analyse des catégories de leurs actifs avait révélé que les bijoux et le numéraire en occupaient une part plus importante, les biens domestiques plus faible. Cependant, l’étude des biens domestiques montre des successions bien remplies : une femme civile, en moyenne, détient 148 objets, une femme ‘askar, 226. Il faut certes éprouver quelque méfiance envers cette notion de moyenne dans une société où les biens sont aussi inégalement répartis : une femme civile riche possède beaucoup plus (250 biens) qu’une pauvre, et même plus qu’une femme ‘askar.

39Aussi, l’attention devra se porter sur une comparaison entre les seules 31 femmes riches de la société civile et l’ensemble des femmes, presque toutes aisées, de la société militaire :

Tableau 52 – Nombre et valeur moyens des objets détenus par les femmes ra‘āyā riches et les femmes ‘askar

Nombre d’objets/personne

Valeur moyenne de l’objet

F. ra‘āyā riche

F. ‘askar

F. ra‘āyā riche

F. ‘askar

Bijoux

12

11

13,8

21,3

Mobilier

93

83

2,0

2,1

Vêtement

25

29

2,4

2,6

Vaisselle

115

96

0,6

0,9

40Ce n’est pas le nombre de biens (à l’exception des habits), mais leur valeur, généralement un peu plus élevée, et, dans le domaine des bijoux, beaucoup plus élevée, qui caractérise les femmes ‘askar.

41Ces bijoux, dont la valeur représente 30 % des patrimoines féminins (des bagues, ḫātim, des bracelets, siwār, des colliers, buġma et ṭawq, des šayyālāt, ornements de dinars disposés en collier, des ‘aqṣ, bijoux de tête, des iṣṭifān, diadème), ont un prix nettement plus élevé, en moyenne, dans le milieu des femmes ‘askar. Sans doute plus lourds, mieux travaillés, ornés de pierres et surtout de perles, ils constituent des parures (et des réserves de richesse) destinées à des femmes privilégiées dont ils affirment le rang.

42Nous avons soumis la liste complète des biens détenus par les femmes des deux milieux à un logiciel d’analyse de texte Hyperbase. Ce logiciel permet, entre autres, d’observer la fréquence d’apparition des mots utilisés dans nos groupes d’hommes et de femmes civils et militaires. Pour chaque terme, nom commun ou adjectif, il repère une « spécificité » plus ou moins élevée propre à chacun des groupes. La spécificité élevée de certains noms propres, ou adjectifs, illustre la nature de ce « plus », de ce « mieux » des femmes militaires. Les lignes qui suivent respectent les résultats fournis par ce logiciel.

43Dans le domaine des vêtements, et parmi les plus présents dans les successions, quelques habits apparaissent « spécifiques » des femmes ‘askar : la chemise (sous la double forme gömlek et qamīṣ), le caleçon (rafīq), une « robe » (sāda), et le qafṭān. Cela ne signifie pas que les femmes ra‘āyā ne détiennent pas ces objets, mais qu’elles en ont moins, même les plus riches, tandis que les femmes militaires en ont plus. Au lieu de deux chemises (qamīṣ), elles en possèdent le double ; à la place d’un caleçon, trois ; deux robes (sāda) alors que moins de la moitié des femmes ra‘āyā en détiennent une ; les femmes civiles possédaient peu de qafṭān (manteau, habit de dessus et de sortie), un peu plus d’un par personne ; les femmes militaires en ont plus de deux (2,4) en moyenne. Avoir un peu plus de ces vêtements de base, c’est pouvoir changer, varier, voire sortir. Ce « plus » quantitatif traduit une amélioration, un raffinement dans la qualité de l’existence.

  • 31 L’une d’entre elles, en lin, a été estimée 23 piastres.

44La présence de « telebbus odası31 » marque d’une distinction particulière la garde robe d’intérieur de ces épouses et filles de militaires : les successions de femmes ra‘āyā étudiées en sont dépourvues. La traduction proposée ne repose sur aucune référence : un sens lié à la chambre (oḍa) pourrait en être « penderie, garde-robe » ; mais le scribe décrit des telebbus parfois brodées, ou en lin. Proposons la traduction « robe de chambre, robe d’intérieur ».

  • 32 Establet, Pascual, 2005, p. 257.
  • 33 Rogers, 1987, p. 52.
  • 34 Chevallier, 1962, p. 309.

45L’élégance se devine aux noms des tissus utilisés, à des ornementations spéciales, ou à des coupes particulières. Certains tissus sont relativement plus employés par ces femmes que par leurs consœurs ra‘āyā : alors que les femmes ra‘āyā paraient de velours leur mobilier domestique32, le velours s’utilise chez les femmes ‘askar (sous la forme miḫmal ou kadife) pour des vêtements de dessus, qafṭān, ou vestes (sous leurs différents noms, qunbāz, ‘antar ou zıbın) et les gilets (yelek) ; le satin (aṭlas) et la moire (ḫāra) pour les qafṭān ; le quṭnī, une étoffe de soie et coton, pour qafṭān et vestes ; le darāy, ou darāya et dārayyā, sans doute équivalent de doréas, étoffe de soie ou soie et coton, est avant tout le textile des culottes ou pantalon pour femmes, les ǧantyān ; le sūsī, mousseline de soie ou de soie et coton, pour des vestes et des robes (sāda). Plus souvent aussi, les scribes emploient ici l’adjectif « tissé de fils métalliques », muqaṣṣab, ou ṣarmalī, pour qualifier surtout les différents types de pantalons (les ǧantiyān, les rafīq) quelques chemises ou des turbans (ṣāriq). Les qafṭān, dans ce milieu féminin, portent enfin trois dénominations exceptionnelles : quatre femmes possèdent un qafṭān « ṭarafanda » (le matériau était aussi cité une seule fois chez les femmes civiles), trois femmes un qafṭān « twīdār », deux un qafṭān « ṭāš ». Ces raretés sont souvent ignorées des dictionnaires. On pourrait rapprocher le sens de ṭarafanda de ṭaraf dont l’un des sens est « bordure » et supposer qu’il s’agit d’un qafṭān à deux bordures ; nous préférons cependant le sens de lainage fin, importé d’Angleterre, une qualité de londrins dite turfanda33. Difficile d’accepter le sens de « en pierre » pour un qafṭān ṭāš ; D. Chevallier soulignait qu’il existait une variété de tissus ikaté, nommée ṭās34 ; le tissu twīdār (mauvaise lecture ?) reste inconnu.

46Et si la valeur des vêtements, dans l’ensemble, est un peu plus élevée (de moins d’une demi-piastre) dans le milieu des femmes ‘askar, c’est en partie à la qualité des textiles qu’est due cette différence : un qafṭān d’une femme ‘askar, par exemple, vaut en moyenne sept piastres, celui d’une femme ra‘āyā riche, 6,5 ; une veste (qunbāz, ‘antar ou ‘antarī, zıbın) vaut une piastre et demie chez les unes, une demi-piastre chez les autres. Les exceptionnels qafṭān ṭarafanda ou turfanda sont estimés de 10 à 21 piastres, un qafṭān ṭās rouge à 24 piastres, les qafṭān twīdār entre 9 et 10 piastres.

47Quelques miṣriyya seulement séparent la valeur moyenne des pièces du « mobilier » et de la « vaisselle » des femmes civiles riches et des femmes ‘askar. À l’exception d’un éventail (badviz), mentionné dans le seul inventaire d’une femme ‘askar, les biens meublants sont identiques dans les deux groupes de population.

48Cependant, si l’on s’en tient aux termes qui leur sont spécifiques, quelques nuances caractérisent l’environnement mobilier quotidien de ces femmes. Les premiers de ces termes sont des noms propres, des noms de coussins : yazdiq-yastık-yastaqiyya, accessoirement minder, ou d’un type de matelas, maq‘ad, pour les femmes ‘askar ; tandis qu’un autre coussin, le miḫādd est une spécificité des femmes ra‘āyā.

Tableau 53 – Nombre moyen de coussins et de maq‘ad possédés par une femme ra‘āyā riche et une femme ‘askar

Femmes ‘askar

Femmes ra‘āyā riches

miḫādd

3

6

yazdiq

10

4

maq‘ad

plus de 2

1,5

  • 35 Establet, Pascual, 2003.
  • 36 Dosy, 1968.
  • 37 Zetterstéen, 1925, p. 39.

49Ces différents types de coussins et même de « matelas » ne sont pas strictement destinés à jouer le même rôle35. À bien observer les sens de yazdiq, de minder et de maq‘ad, donnés par les dictionnaires, ces objets ne sont pas exactement les biens de première nécessité du coucher au ras du sol. Les maq‘ad sont des « matelas couvert de pièces de drap ou d’autres étoffes qu’on place sur l’estrade ou sofa et sur lequel on s’assied »36 (Dozy, 1968) ; les yazdiq, des « coussins qui, dans l’īwān, sont sur la ṣuffa. » K.V. Zetterstéen leur oppose les miḫadd : « ceux qui sont contre le mur ou sous les bras s’appellent miḫādd. »37 L’idée d’ensemble est que ces objets ne sont plus destinés au seul coucher, mais plutôt à la détente, aux loisirs, aux réceptions ; qu’ils ne sont plus exactement « par terre », mais se sont un peu coupés du sol pour recouvrir une structure destinée à les recevoir, la ṣuffa, dont la place est dans l’īwān, structure architecturale classique de la grande maison damascène. La remarque avait déjà concerné les femmes riches des ra‘āyā, mais elle s’applique encore davantage aux femmes ‘askar.

  • 38 Cet adjectif est le plus élevé en « spécificité » des femmes ‘askar.

50Un adjectif, en second lieu, marque de son étrangeté les inventaires des femmes ‘askar : « porcelaine originaire de Chine » (farfūrī38). L’adjectif s’applique à quelques assiettes (ṣaḥn ou ǧanaq), à quelques tasses, ou plateaux (ṭabaq), mais avant tout à des pièces de vaisselle ou des bibelots que seules possèdent les femmes ‘askar ou les femmes ra‘āyā aisées : des encensoirs (baḫūrdān), des brûle-parfums (mabḫara), des flacon à eau de senteur (qumqum ou kalābdān), différents types de récipients (zabdiyya, nīm kāsa, mašraba), des boîtes (šalāq-šelak ?). Chez les femmes riches ra‘āyā, les matériaux privilégiés étaient la simple porcelaine (ṣīnī), le verre (ǧām), tandis que la terre ou l’argile (qašānī) constituait le matériau préféré ou obligé des femmes ra‘āyā pauvres.

51Les avoirs des femmes ‘askar, filles et/ou épouses de militaires, suggèrent donc des intérieurs domestiques qui s’apparentent, avec davantage de raffinement peut-être, à ceux des femmes ra‘āyā les plus fortunées.

Propriétés masculines

52Contrairement aux femmes, dans la maison, les hommes‘askar possèdent moins de biens que les hommes ra‘āyā ; en revanche, la valeur moyenne de leurs possessions est presque identique :

Tableau 54 – Nombre et valeur moyens des objets de la maison dans les deux groupes masculins de la population

Nombre moyen d’objets/personne

Valeur moyenne

54 hommes ‘askar

73

2,7 piastres

60 hommes ra‘āyā

134

2,6 piastres

  • 39 Les ra‘āyā ne sont pas autorisés, en principe, à porter des armes. Voir ci-après.

53Comme le souligne le tableau suivant du nombre et de la valeur proportionnels des différentes catégories de biens dans l’ensemble des objets du quotidien, l’infériorité quantitative concerne tous les domaines, sauf deux. En nombre et en valeur, les éléments du mobilier, de la vaisselle, des bijoux, des livres, des réserves et des tissus sont moins élevés chez les ‘askar que chez les civils, comme si la condition risquée de la vie des ‘askar, du moins pour les janissaires et les sipahis, avait poussé les femmes à concentrer entre leurs mains la propriété des éléments essentiels à la vie quotidienne, à la vie de famille. Les deux exceptions concernent, en premier lieu, on s’en serait douté, la place de l’équipement militaire (armes et cheval) : catégorie de biens presque nulle, en nombre, dans les actes des ra‘āyā39 (1,7 %), elle devient, sinon capitale, du moins distinctive dans ceux des ‘askar (14 %) ; et nettement plus significative encore si l’on prend en compte la valeur de ce type de biens dans l’ensemble : 6,5 % chez les sujets, 36,8 % chez les ‘askar. Seconde exception, d’importance moindre, la place des vêtements, plus nombreux chez les ‘askar, et de valeur plus élevée.

Tableau 55 – Nombre et valeur proportionnels des différentes catégories d’objets dans la population masculine des sujets et des ‘askar

Hommes ra‘āyā

Hommes ra‘āyā

Hommes ‘askar

Hommes ‘askar

 % nombre

 % valeur

 % nombre

 % valeur

Animal et harnais

1,1

5,2

7,1

24,7

Armes

0,6

1,3

6,9

12,2

Bijoux

1,5

18,5

0,9

1,3

Esclaves

0,2

4,4

0,3

6,2

Livres

6,8

6,7

5,1

3,6

Mobilier

28,5

19,7

27,2

14,8

Réserves

1,8

9,2

1,0

3,8

Tissus

2,4

8,0

1,6

3,2

Vêtements

14,4

12,9

21,6

22,2

Vaisselle

42,7

14,1

28,3

8,0

100,0

100,0

100,0

100,0

  • 40 Inalcık, 1975, p. 195.

54En principe, seuls les ‘askar étaient autorisés à posséder armes et chevaux. « C’était une règle stricte dans l’Empire ottoman de ne pas permettre aux ra‘āyā, musulmans et non musulmans, de porter quelque arme que ce soit. Dans ce but, des mesures spéciales avaient été prises concernant les armes à feu » remarque Inalcık40. En fonction des circonstances, souligne-t-il, la pratique s’était dans le temps assouplie ; mais, en 1607, un firman rétablit la prohibition, interdisant aux sujets l’utilisation des mousquets (tüfenk). Or, quelques rares ra‘āyā n’ont pas été mis à l’écart des privilèges de la société militaire. Sur ces derniers, nous reviendrons plus tard.

  • 41 Rafeq, 1975, p. 304.

55On aurait imaginé la société militaire uniquement préoccupée par ses boutiques et ses champs. A. Rafeq note même : « La profonde insertion des janissaires dans les affaires économiques semble les avoir rendus de peu d’utilité pour la guerre. »41 Certes, les ‘askar tirent d’importants revenus de la campagne et ne dédaignent pas artisanat et commerce. Cependant, dans leurs biens personnels, c’est l’équipement militaire (armes, chevaux et harnais) qui occupe la première place, représentant plus du tiers de la valeur de cet ensemble.

À la charge des soldats

  • 42 Ohsson (d’), 1824, 7, Paris, p. 345-346.

56Une première constatation : armes et chevaux (même si ces derniers ne servent pas tous à la guerre) sont à la charge du guerrier. Lors de leurs décès (en ville ici, et non sur un champ de bataille), ces biens, propriétés privées, sont estimés et transmis, comme des casseroles, des tasses ou des qafṭān. « En temps de guerre, souligne Mouradja d’Ohsson42, le soldat est obligé de se pourvoir lui-même d’armes, et on lui laisse la liberté d’en prendre à son choix ». Et ces instruments guerriers sont onéreux.

L’armement

  • 43 Parry, 1975, p. 218.

57Les janissaires, les sipahis, les kapı kulu dont le registre 10 présente les inventaires meurent à Damas : ont-ils guerroyé, ou vont-ils le faire ? Comment ? Nulle information n’est donnée sur leur histoire, ni sur leur « manière de combattre », pour reprendre le titre de l’article de V. J. Parry43. Cependant, cette manière de combattre a été abordée par plusieurs historiens qui permettent de situer en cette fin de xviie siècle la composition de l’armement des ‘askar damascènes.

  • 44 Ágoston, 2005, p. 192.
  • 45 Ágoston, 2005, p. 21.

58Les historiens de l’armée ottomane soulignent tous l’importance de l’adoption précoce des armes à feu. Gábor Ágoston qui, dans l’introduction de son ouvrage44, s’oppose particulièrement aux vues simplistes des historiens européocentristes évoquant l’extrême conservatisme de l’Islam, et le déclin précoce de l’Empire ottoman. Il cite au contraire les positions : « L’art de la guerre et la défense étaient faits de poudre à canon et d’armes à feu » [...] Les Ottomans, dit-il, ont vite réalisé les avantages des armes à feu. Le pragmatisme et la flexibilité de l’élite ottomane conduisirent à une intégration en douceur des armes à feu dans l’armée ottomane. À partir du milieu du xve siècle, les Ottomans sont devenus des rivaux militairement compétents de leurs adversaires européens. » Il ne faudrait pas cependant surestimer, remarque Gábor Ágoston de façon générale, l’importance de la technologie des armes dès le début : « Le changement dans la technique militaire était lent à prendre racine, et les nouvelles armes restaient en compétition avec les anciennes, pour des décennies, partout en Europe »45.

  • 46 Parry, 1975, p. 242-243.
  • 47 Ágoston, 2005, p. 26.

59Quelques nuances apparaissent cependant qui concernent toutes le rôle et l’attitude de la cavalerie, donc des sipahis. Pour certains, malgré la domination de l’infanterie munie d’armes à feu, janissaires et autres, la cavalerie a su conserver son rôle. Dans l’équipement des troupes, souligne V. J. Parry, c’est le cheval, et son équipement, qui occupent la première place : il évoque « la prééminence du cheval, le principal instrument de la victoire. »46 Quant à Gábor Ágoston, il rappelle qu’en 1602, le Grand Vizir, sur le front hongrois, rapportait au Sultan : « Sur le champ de bataille ou pendant un siège, nous sommes dans une position désastreuse, parce que la plus grande partie des forces ennemies sont l’infanterie armée de mousquets, tandis que la majorité de nos forces sont des cavaliers, et nous avons très peu de spécialistes de la pratique du mousquet »47.

  • 48 Ágoston, 2005, p. 57.
  • 49 Parry, 1975 ; Inalcık, 1975.
  • 50 Ayalon, 1978, p. 91.

60Or, ces cavaliers, souvent, semblent avoir eu du mal à adopter les armes à feu. Cette répugance, souligne Gábor Ágoston, n’a rien à voir avec l’Islam. « Elle peut s’expliquer en termes de mentalité, de statut social et de la tradition militaire de ces sipahis à cheval, aux armes légères [...] aussi bien que par la difficulté à manier des armes à feu pour un combattant à cheval [argument qui nous paraît essentiel]. Les sipahis considéraient que l’utilisation d’une arme à feu était indigne d’eux » ; et Gábor de rapporter une histoire qui illustre son propos : 500 chrétiens à cheval, armés de mousquets, ont mis en déroute 2 500 sipahis en Croatie. Le Grand Vizir Rüstem Pacha est furieux. Mais celui qui lui a apporté la nouvelle lui répond : « Vous n’avez pas une vue juste des faits. N’avez-vous pas entendu que nous avons été défaits par la force des armes à feu ? C’est le feu qui nous a vaincus, et pas la valeur de notre ennemi. Le résultat de la bataille aurait été complètement différent si c’était en tant qu’hommes courageux qu’ils nous avaient affrontés. »48 Parry et Inalcık49 insistent également sur le comportement du cavalier sipahi pour qui le vrai combat est un combat à cheval et à l’arme blanche, un combat d’homme à homme, qui ne supporte pas la lâcheté du feu. C’est à l’histoire de cette résistance que David Ayalon a consacré son ouvrage « Gunpowder and firearms in the Mamluk Kingdom » : « Lors d’une bataille perdue entre mamluks et le Sultan Selim, un émir mamluk se serait écrié : “Aucun de nous n’aurait fui devant une attaque à la lance ou à l’épée. Les Ottomans ne sont pas meilleurs cavaliers que nous, ni plus courageux, et nous ne les craignons pas. La seule chose qui nous fait du mal, ce sont ces armes à feu, ces balles et ces canons qui pourraient effacer les montagnes, si on leur tirait dessus”. »50 En cette fin de xviie siècle cependant, plus de 150 ans après la disparition des Mamlouks, l’empire de la poudre a triomphé chez les Ottomans.

  • 51 Ágoston, 2005, p. 6.
  • 52 Inalcık, 1975, p. 211-217.
  • 53 Voir également Rafeq, 1975, p. 294-295.
  • 54 Malheureusement, ni inventaires, ni comptes de gestion n’autorisent la moindre appréciation sur le (...)

61Gábor Ágoston soulignait le manque de connaissance précise sur l’art de la guerre : « L’histoire de la technologie militaire et de l’industrie de l’armement, remarque-t-il, est toujours terra incognita pour qui étudie l’histoire européenne et ottomane. »51 Les inventaires, une fois de plus, sont des documents aussi irremplaçables que les listes de munitions et d’armes de certaines forteresses présentées en appendices par Inalcık52. Ils permettent de faire le point sur l’armement des ‘askar présents à Damas53, dans cette région anciennement mamelouke de l’Empire54.

  • 55 La classification a été empruntée à Eralp, 1993, p. 44. L’auteur présente des croquis des différent (...)
  • 56 La traduction n’est pas attestée : nous la proposons. Bien que ces hommes soient morts éloignés du (...)
  • 57 Marsigli, 1732, II, p. 54 : « Les Turcs se servent dans leurs armées d’instruments à son et à choc (...)

62Dans les inventaires, plusieurs types d’équipement et d’armes ont été vendus ou estimés : des armes de tir, de frappe, des armes perforantes, des armes taillantes, des armes à feu, des armures55 ; s’ajoutent à ce matériel guerrier un uniforme complet56 (kiswa mukammal) de 23 piastres, deux étendards (bayraq, dont l’un ne vaut qu’une piastre, mais l’autre, argenté, 19) ; une trompette argentée57 (sīm kāw), et une aigrette (rīše).

  • 58 Calcan : bouclier de bois de figuier, soit doublé de peau au dedans et au-dehors, soit entouré de c (...)
  • 59 Qūlǧaq ou qūlǧāq, « a piece of plate armor for the protection of either the upper or the fore- (...)
  • 60 Zirḥ ou zırh : « defensive armor, a coat of mail » Redhouse, 1996. Eralp, 1993 : le mot zirḥ (...)

63Parmi les armures, des boucliers (sous les noms de kalkan-qalqān58, turs et ‘anbar) dont les prix oscillent entre 0,5 et sept piastres (ill. 1), le plus onéreux étant un bouclier dit d’Alep ; des cottes de maille (ill. 2 A) (gömlek ḥadīd), une piastre, un ṣadrī (protection de poitrine (?) en argent, neuf piastres, 25 ; une couverture (zīr pūš) ; un protège bras (kolçak-qūlǧaq), 0,75 piastre (ill. 2 B)59 ; un casque de fer, 1,25 piastre et un ṭās (casque de fer), huit piastres (ill. 3). À ces armures destinées avec certitude aux hommes, s’ajoutent des armes de protection destinées aux hommes ou aux chevaux, dont la valeur varie entre quatre et six piastres, les zırh-zirḥ60.

Illustration 1 – Boucliers.

Illustration 1 – Boucliers.

Source : Marsigli, 1732

Illustration 2 – Cotte de maille et protège bras.

Illustration 2 – Cotte de maille et protège bras.

Source : Marsigli, 1732.

Illustration 3 – Casques de fer.

Illustration 3 – Casques de fer.

Source : Marsigli, 1732.

64Ôtons du décompte tous ces objets nécessaires ou de prestige qui accompagnent le guerrier dans sa tâche. Ôtons également deux qirān, dont le dictionnaire Redhouse propose des traductions vagues : « sabre ou carquois » Ôtons enfin les couteaux (sikkīn, bicak) dont les usages sont multiples, qui peuvent être armes de guerrre, mais ne le sont pas tous : si sept militaires en possèdent 11, 12 ra‘āyā (femmes et hommes) en possèdent 31. Restent plus de 245 armes (des saisies multiples en rendent le compte précis difficile) estimées 1 139 piastres. Quelle est la part, en nombre et en valeur, des armes anciennes, les armes blanches, quelle est la part des armes à feu ?

Tableau 56 – Nombre et valeur des différentes catégories d’armes

Nombre

Valeur

Valeur unitaire moyenne

Armes de tir

31

47

1,5

Armes perforantes

22

58

2,6

Armes de frappe

9

27

3,0

Armes de taille

105

736

7,0

Armes à feu (et sacs de poudre)

78

271

3,5

Total

245

1139

4,6

  • 61 Kūša : « horn of an archery bow », Redhouse, 1996.
  • 62 Marsigli, 1732, II, p. 9, kist : « sorte de javelot dont les agas en portent trois dans une bourse (...)

65Les armes de tir (ill. 4), des flèches dont 13 sont comptées (oq et nuššāb), arcs (sept qaws et quatre yay ou yāy), carquois, (cinq tirkeš ou tarkās), deux pièces de l’arc, kūša61 ; les armes dites perforantes, lances et javelots (16 dallāya, trois mizrāq, trois ḫišt (ill. 4)62, les armes de frappe, ici les masses de guerre (huit dabbūs, un topuz ou ṭabūz), certes présentes, n’occupent qu’une part minoritaire.

Illustration 4 – Flèches et arcs.

Illustration 4 – Flèches et arcs.

Source : Marsigli, 1732.

  • 63 Le mot est transcrit par les historiens cités tüfek, tüfeng, ou tüfenk. Nous l’écrirons tüfenk.
  • 64 Voir principalement Parry, 1960, et Parry, 1975 ; Ayalon, 1978 ; Ágoston, 2005 ; Inalcık, 1975.
  • 65 Ágoston, 2005, p. 25.
  • 66 Parry, 1960, p. 1087-1101.

66Les armes à feu (sous la dénomination turque de tüfenk63, arabe de bunduqiyya), introduites par les Ottomans dès le milieu du xve siècle (vers 1440), plus tard chez les Mamelouks, vers 1490, ont une histoire64. « Connu dès 1075, le mot tüwek aurait initialement eu le sens de sarbacanes utilisées pour tuer des oiseaux avec de petit cailloux. Dès le milieu du xve le terme tüfenk a été utilisé comme terme général pour tout “handgun” (c’est à dire canon à main, ou canon portatif) désignant une arquebuse, dans les années 1560-70, et plus tard un mousquet. »65 Entre l’arquebuse et le mousquet, des différences de taille et de maniement : « L’arquebuse, à la charge lente et au maniement encombrant, convenait mal aux besoins et aux aptitudes des cavaliers. Elle ne remporta par conséquent que peu de succès aux xve et xvie siècles, auprès des timariotes ottomans et des sipahis de la Porte [...]. On attendit en général, pour employer les armes à feu en ce domaine, l’apparition de types nouveaux et plus maniables de canons à main, c’est-à-dire les premières formes de mousquets et de pistolets. »66 Ces pistolets, ce sont les tabanǧa qui ne se portent plus à l’épaule, mais sont tenus à bout de bras.

  • 67 Ágoston, 2005, p. 89.

67Les scribes dressent une liste des armes à feu détenues par les ‘askar et distinguent plusieurs types de tüfenk ou bunduqiyya. Trois mousquets possédés par une seule personne sont qualifiés de tüfenk fitilli, c’est-à-dire mousquet à mèche (ill. 5 A). Leur valeur est estimée à une piastre pièce. La plupart des autres mousquets sont des ǧaqmalī tüfenk ou bunduqiyya ou mousquets à pierre (ill. 5 B). « Jusqu’à la fin du xviie siècle, les janissaires utilisaient le mousquet à mèche (fitilli tüfenk), bien que dès la fin du xvie siècle, de plus en plus de mousquets à pierre à feu (çakmaklı tüfenk) étaient fabriqués avec le patilla-lock espagnol. »67 Le prix de ces tüfenk à pierre, d’utilisation plus récente que les mousquets à mèche, ne semble pas plus élevé ; il varie de 0,25 à six piastres, peut-être en fonction de la taille : ainsi, un petit mousquet à pierre est estimé 0,25 piastre, un gros, 3,25.

Illustration 5 – Mousquet à mèche, mousquet à pierre et pistolet.

Illustration 5 – Mousquet à mèche, mousquet à pierre et pistolet.

Source : Marsigli, 1732

  • 68 Ágoston 2005, p. 89, souligne que ces tüfenk devaient être semblables aux mousquets turcs capturé (...)

68Trois armes à feu posent problème. Trois mousquets, un peu plus onéreux, (1,5 à 4 piastres) sont qualifiés de naqalbāra : aucune allusion à ce mot n’a été trouvée. S’agirait-il des mousquets connus à partir du xixe siècle comme miquelet-lock, une forme améliorée du fusil à pierre ? Le fusil à pierre étant moins fiable que le fusil à mèche, il a subi des transformations, de façon particulièrement précoce chez les Ottomans ; les Européens y faisaient allusion sous le nom de Vauban-lock vers 1688 ; ces mousquets à pierre améliorés ont porté par la suite le nom de miquelet, en rapport avec les Espagnols Miqueletes ou fusiliers montés qui l’utilisaient68.

  • 69 Ágoston, 2005, p. 89.

69Un mousquet enfin porte le nom de toplu tüfenk (mousquet-canon) : s’agirait-il d’un de ces mousquets à mèches, connus comme des metris tüfengi ou canons de tranchée, possédant un long canon de 130 à 160 cm, utilisé dans la guerre de siège ou la défense de forteresses ? Les Européens, lorsqu’ils remarquaient que les mousquets ottomans étaient plus lourds que les mousquets européens faisaient sans doute allusion à ce type de mousquet-canon, vus pendant les sièges ottomans69. Son prix nettement plus lourd aussi, s’élève à 7,75 piastres.

  • 70 Eralp, 1993, p. 113-115 : dans le catalogue ci-dessus mentionné, sont présentés des pistolets pourv (...)

70Nous n’avons pas su interpréter l’expression six fois mentionnée de mousquet avec arme, « tüfenk ou bunduqiyya ma‘a silāḥ » : s’agit-il d’une pratique du scribe qui ajoute « arme », silāḥ, au mousquet ? Ou plutôt d’un type de mousquet pourvu d’un « quelque chose » destiné à en accroître l’efficacité... une baïonnette ?70

71Une dizaine de pistolets (ill. 5 C), estimés entre 0,5 et 3 piastres, nommés ṭabanǧa, ṭabanǧalī tüfenk, ou ṭabanǧa tüfenk complètent l’équipement en armes à feu des guerriers.

72Dans les années 1600, Inalcık estimait la valeur du mousquet, qu’il trouvait faible, à environ la moitié de celle d’un cheval ; ce prix, il le trouvait bas. Moins d’un siècle plus tard, le « mousquet » ou le pistolet de base vaut beaucoup moins que la moitié d’un cheval. Cependant, comme on le verra, la décoration de l’arme en transforme fortement le prix.

  • 71 Ágoston, 2005, p. 90, 91.
  • 72 Murphey, 1999, p. 121.

73La qualité de ces armes est controversée. Gábor Ágoston cite les propos d’un janissaire en 1606 qui se plaint de la mauvaise qualité des mousquets fabriqués dans les ateliers impériaux ; et remarque que les autorités ottomanes, conscientes du problème, importaient des armes d’Europe71. Rhoads Murphey est encore plus affirmatif : « Les armes avancées, qu’elles soient utilisées pour des conflits majeurs, ou dans le contexte de petites escarmouches, ne jouaient pas un rôle déterminant dans l’issue du combat [...] Le mousquet [...] offrait en fait peu d’avantages tactiques, et ses performances ne le rendaient pas seulement inutile mais dangereux dans des situations réclamant une action rapide et décisive. Manquer l’objectif lors du premier tir, ou même ne pas réussir à infliger de sérieuses blessures, pouvait présenter pour le mousquetaire de fatals résultats [...] s’il n’avait pas prêtes sous la main ses armes “primitives”, le poignard, le sabre. » 72

74Nécessité tactique ? Ou attachement moral à l’arme blanche ? Dans l’équipement du guerrier, sabres et poignards dominent, en nombre et surtout en valeur : 71 armes à feu ont été estimées 271 piastres, 112 « armes de taille » 751 piastres.

Tableau 57 – Nombre et valeur des armes blanches

Nombre

Valeur

Valeur unitaire moyenne

Sabre droit (kūrda)

4

17

4,3

Haches (balṭa)

8

26

3,3

Cimeterres (ġaddāra)

8

100

12,5

Poignards

22

58

2,6

Sabres

60

514

8,6

  • 73 Eralp, 1993, p. 74 en propose une illustration.

75Les haches de guerre (balṭa) sont destinées à porter des coups tranchants (ill. 6 G). La conception reprend celle de l’outil, à savoir une lame généralement courbe enfichée sur un manche de taille et de nature variables73.

Illustration 6 – Armes blanches.

Illustration 6 – Armes blanches.

Source : Marsigli, 1732.

  • 74 Marsigli, 1732, II, p. 13.
  • 75 fr.wikipedia.org/wiki/Cimeterre

76Les cimeterres, ġaddāra (ill. 6 B), « sabre un peu courbé, et dont le dos est couvert de fer » 74 ont une lame longue et courbe. « L’intérêt d’une telle arme c’est que sa lame courbée permettait de glisser sur les surfaces dures (armure, cotte de maille etc.) et permettait de reprendre une attaque manquée. De plus, du fait de la courbure de la lame, le sabre tranchait le tissu là où une épée droite se bloquait, empêchant la création d’une plus grande plaie. Ses effets dévastateurs sur le champ de bataille ne faisaient aucun doute [...] L’arme atteint parfois les 90 cm (plus de 70 pour la lame). La lame a un seul tranchant et elle se termine par une pointe très efficace pour les coups d’estoc, les coups de taille étant renforcés par l’élargissement et l’alourdissement de la lame vers la pointe. Il subsiste des cimeterres à lame flambée, à quillons redressés vers la pointe. »75

  • 76 ‘Aqfa : « a curved poniard », Redhouse, 1996.
  • 77 Dašna : « dagger, ou large pointed knife », Redhouse, 1996.
  • 78 Qāma : « a two-edged, long, straight dagger », Redhouse, 1996.

77Les poignards sont de plusieurs types : la plupart sont nommés ḫanǧār (ill. 6 A), mais également ‘aqfa76, dašna77, ou qāmā78.

  • 79 Marsigli, 1732, II, p. 13.
  • 80 Kizlik : « a kind of sabre », Redhouse, 1996.
  • 81 Redhouse, 1996.

78Les sabres sont des armes blanches d’estoc et de taille dont on utilise la pointe et le tranchant. Marsigli décrit : « Le sabre est une arme commune à l’infanterie et à la cavalerie, elle pend au côté avec un cordon de soie ; on prend garde surtout que les sabres recourbés ne puissent embarrasser qui que ce soit, et pour cela, on met la pointe en bas. Les sabres qu’ils manient à pied et à cheval méritent d’être considérés pour leur légèreté79. » Leurs noms différents suggèrent des formes différentes : les kizlik ou gizlik sont des « sortes de sabre » ( !)80 ; le kūrda ou kūrde serait un couteau de guerre kurde81. La plupart sont appelées sayf ou kılıç (ill. 6 C).

  • 82 Parry, 1975, p. 246.
  • 83 Parry, 1975, p. 244.
  • 84 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 90 et 103.
  • 85 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 137, 226.

79Les armes à feu coexistent donc avec les armes anciennes, parmi lesquelles les armes de taille se taillent la part du lion. De Warnery, cité par V. J. Parry, observait les janissaires sur le champ de bataille un siècle plus tard : « Ils ont le sabre ou couteau dans la main droite et le fusil devant la tête dans la gauche pour écarter les coups de baïonnettes et d’épée que l’on leur porte. Les derniers mettent généralement le fusil en bandoulière [...] et ils tombent comme des taureaux, tête baissée, sur leurs ennemis, criant de toutes leurs forces, Alla, Alla »82. Quelques années plus tard, dans ses Mémoires, le baron de Tott remarquait que les Turcs, avec mépris, disaient des Russes : « Ils se prévalent de la supériorité de leur feu, dont il est effectivement impossible de s’approcher ; mais qu’ils cessent ce feu abominable, qu’ils se présentent en braves gens à l’arme blanche, et nous verrons si ces infidèles résisteront au tranchant du sabre des vrais croyants. »83 Nous avons, plus haut, noté l’attachement des combattants musulmans à l’arme blanche, arme dont la bonne utilisation ne repose que sur la valeur des hommes, attachés à « la splendeur de l’épée ottomane », à « l’éclatante épée ottomane »84 dont l’histoire évoque les premiers succès du Prophète, le « sabre victorieux mohammédien », » l’épée mohamédienne »85

  • 86 Warnery, 1771, p. 63.
  • 87 Warnery, 1771, p. 119.

80Le succès persistant des armes blanches, lié au pieux souvenir des premiers combats du djihad, peut également être mis en relation avec des impératifs plus matériels. Les historiens de l’armée ottomane, tout en reconnaissant l’importance de l’artillerie, hésitent sur l’efficacité des mousquets. Ainsi, V. J. Parry cite Vauban : « Les Turcs ne font que fort peu de feu et le ménagent mal » dans une lettre à Louvois en 1687 ; ou de Warnery : « Ils chargent et tirent lentement, leur feu ne mérite aucune attention, il n’y a que ceux qui courent devant qui en puissent faire usage, et rarement plus d’une fois »86 ; ou encore : « le feu des Turcs ne signifie presque rien. »87 Bref, les mousquets étaient lourds, longs à charger... et blessaient l’ennemi, peut-être plus souvent qu’ils ne l’arrêtaient.

  • 88 Valentini G.W. von, cité dans Parry, 1975, p. 244.

81Et l’arme blanche terminait alors, en beauté -nous le verrons- ce que l’arme à feu n’avait fait que commencer. Arrêtons-nous un peu longuement sur ces citations qui égayent nos propos. Toujours cité par Parry, G.W. von Valentini soulignait environ un siècle plus tard : « La supériorité des Turcs dans l’usage de cette arme (le sabre) repose autant sur la qualité du matériel que sur la manière, pour ainsi dire nationale, de s’en servir. Dans le poing d’un vigoureux paysan européen, la lame turque, rapportée de fil d’acier fin, se brisera peut-être comme du verre au premier coup. Dans la main du Turc au contraire qui taille plutôt qu’il ne hache avec la courbure, ce sabre tranche casque, cuirasse et toutes les armes de l’adversaire et sépare en un moment la tête, ou les membres du corps. Aussi est-il rarement question de blessures légères dans un engagement de cavalerie avec les Osmanlis. »88

  • 89 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 82, 111, 112.
  • 90 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 138.
  • 91 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 188.
  • 92 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 116.
  • 93 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 123.

82À maintes reprises, Evliyâ Tchélébi évoque le bon déroulement d’une bataille ou d’un siège réussi : le combattant doit ramener du combat prisonniers et têtes coupées. Lors du siège d’Özü, en 1657, « quarante mille Chrétiens s’apprêtaient à les assaillir par mer et par terre. Yusuf Kethüdâ ordonna aussitôt : Tranchez leur la tête ! Les têtes et les corps furent séparés et les cadavres exposés au bord du fossé [...] On sépara de leurs corps satanés les têtes des charognes impies éparpillées dans les tranchées et sur le champ de bataille. Par ailleurs 1 200 infidèles blessés au point de ne plus être utiles à quoi que ce soit furent passés au fil de l’épée et leurs têtes récupérées [...] Les infortunées 6 060 têtes coupées furent empalées sur des piques et disposées en guise de parure sur les charrettes. »89 Et ces têtes coupées sont source de profit : lors de la bataille de Saint Gothard, « à ceux qui ramenaient des têtes et des informateurs, on offrait soixante-dix à quatre-vingts pièces d’or, des caftans d’honneur et des aigrettes. »90 Et Evliyâ qui ne recule jamais devant une comptabilité précise (mais douteuse), lors du siège de Candie (1666-1669), relate : « Ils amenèrent devant le grand vizir 2 060 têtes coupées. Celui-ci gratifia tous les combattants musulmans de présents et cadeaux innombrables. »91 Du champ de bataille ou du lieu assiégé au lieu de résidence du vizir ou de son représentant, le voyage est souvent long : encore faut-il que les têtes arrivent en état. Après la victoire d’Özü, le butin défile sur la place d’Akkirman : « 1 200 charrettes, le butin le plus précieux, 6 070 fusils [...] et 6 000 têtes dont plusieurs milliers écorchées et salées. »92 Lorsqu’Evliyâ rencontre Kaya Sultane à Toptchular, à l’extérieur de la porte d’Edirne, il constate que la sultane « avait également fait saler les têtes et fait entasser une partie comme sur une montagne sur ces charrettes. »93

  • 94 Cazacu, 1996, p. 245-289.
  • 95 Stahl, 1986, p. 186-7.
  • 96 Stahl, 1986, p. 188.

83Si l’arme à feu entame, l’arme blanche achève... et découpe. Ces procédés (coupage et exposition des têtes) ont été étudiés par Matei Cazacu94 qui s’intéresse surtout à la décapitation et l’exposition des têtes des personnalités ottomanes et des princes de Valachie et Moldavie. Paul-Henri Stahl, dans son Histoire de la décapitation, explique ces coutumes : « Pour trouver leur origine, il fallait les rechercher dans les régions avec lesquelles les Turcs étaient en contact avant leur arrivée en Europe, dont l’Asie centrale et le Proche-Orient. La décapitation [...] telle qu’elle existait chez les Mongols ou en Iran, présente des similitudes qui vont jusqu’à l’identité avec la décapitation dans l’empire des Turcs ottomans. »95 Il rapproche ces usages des anciens sacrifices humains : « Les sacrifices humains avaient disparu d’Europe depuis longtemps. Chez les Turcs, même si on ne peut point parler d’un sacrifice humain caractérisé, certaines décapitations le rappellent étrangement. Ainsi la mise à mort solennelle des prisonniers après un combat, devant la tente du Sultan ; ou encore les têtes envoyées au centre politique et religieux du pays, qui ont un caractère évident d’offrande. »96

  • 97 Parry, 1975, p. 243, 244.
  • 98 Ohsson (d’), 1824, VII, Paris, p. 345-346.
  • 99 Warnery (de), 1771, p. 44.
  • 100 Marsigli, 1732, I, p. 74.

84La logique eût au moins voulu que les armes à feu fussent aux mains de l’infanterie des janissaires. Mais dans les inventaires, armes à feu, sabres et autres armes coexistent dans les avoirs de tous les agents militaires de l’État. Quatre timariotes, sipahis et za‘īm, appartenant donc à la cavalerie, détiennent 10 mousquets et pistolets, tandis que 21 défunts, janissaires, kapı kulu (et même agents civils de l’administration) en possèdent 64. Plusieurs auteurs soulignent la coexistence des armes dans les différents groupes de soldats. V. J. Parry note que « les cavaliers étaient bien aguerris aux armes à feu, même s’ils marquaient une nette préférence pour le sabre. »97 Pour Mouradja d’Ohsson, « le fusil, le sabre, les pistolets, la masse-d’armes, la hache sont les armes ordinaires des fantassins. La cavalerie fait usage du sabre, de la lance, de flèches, de piques ou de javelots de différentes longueurs, et quelquefois d’armes à feu. »98 De Warnery décrit ainsi l’armement du cavalier : « Ils s’arment eux-mêmes à leur fantaisie. Quelques-uns ont des piques avec des banderoles, d’autres des javelines de plusieurs espèces [...] Les sipahis lancent des javelines ou dards avec adresse et force [...] D’autres ont des carabines et quelques asiatiques se servent encore d’arcs et de flèches, et tous ont des sabres. On en trouve qui ont des épées droites et étroites pendues à la selle. Outre cela, ils ont des pistolets [...] et l’on voit aussi parmi eux des masse d’armes et haches d’armes (qui sont à présent des meubles fort inutiles) »99. À propos des janissaires, Marsigli remarquait : « Les armes ordinaires des janissaires sont le sabre et le
mousquet à mèche. Quelques-uns portent de plus un poignard qu’ils passent entre l’écharpe et le pistolet [...] Ils ne se servent plus d’arbalètes, de flèches, ni d’arcs. »100 L’analyse des inventaires révèle que les timariotes ne possèdent pas d’armes de frappe, les masses de guerre, qualifiées de meubles inutiles par de Warnery ; mais que les janissaires sont encore équipés de flèches et d’arcs.

L’équipement animalier

85De même, la possession de chevaux ne caractérise pas seulement le groupe des timariotes : les sipahis ne sont pas les seuls à posséder des chevaux ; c’est l’ensemble des ‘askar (sipahis et za‘īm, janissaires, kapı kulu, kul oǧlu, agents civils de l’administration) qui se distingue des ra‘āyā par l’importance de l’équipement animalier (le quart de leurs avoirs personnels) plus encore que par la valeur des armes détenues : dans les inventaires des ‘askar, les armes sont estimées à 1 270 piastres ; les bêtes et les éléments de leur harnachement à plus du double, 2 587 piastres, dont les seuls animaux représentent 2 051 piastres.

  • 101 Parry, 1965, p. 196.
  • 102 Marsigli, 1732, II, p. 19-20.

86Que les campagnes militaires n’aient pu s’effectuer sans une grande quantité d’animaux, cela est une certitude. Dans son article « ḥarb »101, V. J. Parry note : « Une grande campagne supposait le rassemblement d’un nombre important de bêtes de somme, de chars, et de voitures. Les bœufs et les buffles [...] tiraient les gros canons, tandis que les chameaux [...] les mulets et les chevaux de trait (bārgīr) [...] servaient de bêtes de somme. Les sipahis [...] allaient à la guerre avec leurs propres chevaux plus rapides et plus légers que les lourds bārgīr ». Et Marsigli s’extasiait : « Les Turcs ont généralement [...] quantité de chevaux [...] Ils les ménagent extrêmement et ne les emploient pas comme nous à tirer des charriots carosses [...] La beauté et la finesse des chevaux augmentent à mesure que l’on avance vers la Sourie. »102.

87Mais les inventaires, qui parfois cachent autant qu’ils révèlent, ne fournissent aucune connaissance sur l’utilisation précise des animaux détenus.

Tableau 58 – Nom, nombre et valeur des équidés

  • 103 Ont été pris en compte, dans le calcul de cette somme globale, les valeurs fournies par les scribes (...)

Nombre

Valeur totale103 à l’unité ou en parts

Prix unitaire

Ǧamal ou deve

6

178

29,7

Bārkīr

10

181

18,1

Baġla

1

Sans prix

Ikdīš

5

90

18,0

Mahra

9

145

22,0

At

1

23,3

23,3

Ḥiṣān

5

81,5

23,8

Iġīr

5

136

27,2

Faras

26

712

42,9

Qiṣrāq

10

452

53,7

Ḫayl barbaš

4

50,5

76

  • 104 Bārkīr : beygir, ou bikir, beygir, bikîr ou (persan) bârkîr, « a pack-horse, a baggage-horse, (...)
  • 105 Baġl, baġla : mulet, mule, Barthélémy, 1969 ; a mule, Redhouse, 1996.
  • 106 Mahra : pouliche, Barthélémy, 1996, et Dozy, 1968.
  • 107 Ikdīsh : cheval barbe, cheval commun, distinct du cheval hongre, Barthélémy, 1969 ; « cheval hon (...)
  • 108 Iġīr, eygīr : « a stallion », Redhouse, 1996.
  • 109 Hiṣān : « cheval entier, étalon », Barthélémy, 1969 ; cheval, Dozy, 1968 ; « étalon de race » (...)
  • 110 Chevaux et cavaliers arabes, 2002, p. 284. « cheval ou jument de selle ».
  • 111 Qiṣrāq, Unsī, 1318/1900, p. 420 : qiṣrāq égale ḥiǧr, faras (jument cavale). La jument cava (...)
  • 112 Ḫayl : substantif féminin singulier à valeur de collectif désignant l’espèce chevaline, article « (...)

88Citons les noms rencontrés : des chevaux de bât, bārkīr104, une mule, baġla105, des pouliches, mahra106, des chevaux communs, ikdīš107 et iġīr-eygīr108, des chevaux entiers ou étalons, ḥiṣān109, des chevaux de selle, at et faras110, des qiṣrāq111 (jument cavale) souvent qualifiés de bai (doru, écrit ṭūrī ou ṭūrā) et un seul et très onéreux ḫayl112barbaš. Certains sont à coup sûr des bêtes de somme, ou de bât : les chameaux, les bārkīr, la mule. D’autres (at, faras, hiṣān, qiṣrāq et le ḫayl lu barbaš) ont dû ou ont pu participer aux campagnes guerrières ; ou à une agréable promenade dans les rues de Damas ou dans la Ġūṭa ! ! Les relevés des scribes nuancent parfois les indications des dictionnaires : le scribe inscrit souvent la couleur de la robe du cheval ; le cheval dit faras a toujours une robe dont la couleur est présentée au féminin, tandis que la couleur de la robe des ḥiṣān porte la marque du masculin (ḥiṣān azraq, faras ḥamrā par exemple). Le faras et le ḥiṣān seraient donc, du moins à Damas et à cette période, exactement le même animal, cheval de selle, femelle ou mâle ; et la jument est plus appréciée, comme le révèle le tableau. Les bêtes sont possédées soit par tête, ra’s, soit en parts. Seules, les moins onéreuses, les bārkīr, iġīr, baġla, ikdīš sont possédées par tête ; les faras, ḥiṣān, ḫayl barbaš, et mahra, en tête ou en parts.

Le harnais

  • 113 Liǧām : « bride, composée de la tétière, du mors et des rênes », Barthélémy, 1969 ; Bāšlık (...)
  • 114 Salaband : « martingale, courroie pour retenir la tête du cheval », Dozy 1968 ; « martinière », Ba (...)
  • 115 Rašma : « muserolle formée d’un faisceau de chaînettes d’acier ou d’argent faisant le tour du cha (...)
  • 116 Qūlān ou kolan : « a broad stout braid or band satch a braid sewn as a binding or strengthening r (...)
  • 117 Ṭabqūr, tapkur ou tabqūr : « sangle » Kütüoǧlü, 1983 ; « a girth or surcingle », Redhouse, (...)
  • 118 Dīzgīn : « a rein », Redhouse, 1996.
  • 119 Eyer : « a saddle », Redhouse, 1996.
  • 120 Sarǧ : « selle orientale à pommeau et à troussequin », Barthélémy, 1969 ; « a riding-saddle », R (...)
  • 121 Raḫt : « selle riche, harnachement orné de pierreries, d’or ou d’argent », Barthélémy, 1969 ; « (...)
  • 122 Muqdim : « the bow of a saddle », Redhouse, 1996.

89Les différentes pièces du harnais autorisant conduite et monte sont également propriétés du défunt. Le scribe saisit souvent ensemble toutes les pièces permettant la conduite de l’animal, du harnais : brides (liǧām, bāšlık113), martingales (salaband114), muserolles (rašma)115 (ill. 9), différentes sangles (qūlān-kolan116, ṭabqūr117) et rênes118 (dīzgīn). La monte est assurée par les selles, eyer119, sarǧ120, raḫt121 (ill. 7) dont une partie se nommerait muqdim122) et les étriers, rikāb, uzankī-üzengi (ill. 8).

  • 123 Dikdik : « horse cloth », Redhouse, 1996 ; dakdak, « housse », Dozy, 1968.
  • 124 Kabāya, kebe : « a very thick kind of felt, a large and warm felt horse-cloth », Redhouse, 1996.
  • 125 Zilbūš, zinpuš, zīn-pūš : « saddle cloth », Redhouse, 1996.

90Le cheval est recouvert de housse (dikdik123, kebe124) ; la selle elle-même de zilbūš ou zīn-pūš125.

Illustration 7 – Selle.

Illustration 7 – Selle.

Source: Marsigli, 1732.

Illustration 8 – Étrier.

Illustration 8 – Étrier.

Source : Marsigli, 1732.

Illustration 9 – Muserolle.

Illustration 9 – Muserolle.

Source : Marsigli, 1732.

Le soin et la beauté

  • 126 Ohsson (d’), 1824, VII, p. 345-346.

91La simple énumération des types d’armes, armes à feu, armes blanches, ou des éléments de l’équipement du cavalier ne rend pas compte de l’attention que la plupart des ‘askar apportent à la qualité de leurs avoirs guerriers. « Les militaires tiennent beaucoup, non seulement à la bonté, mais aussi à l’élégance de leurs armes ; l’argent brille sur leurs sabres et sur leurs pistolets, et les plus pauvres engagent tout ce qu’ils possèdent pour satisfaire ce goût, ou du moins n’avoir plus à rougir aux yeux de leurs camarades. »126 À ces remarques sur les armes, Mouradja d’Ohsson aurait pu ajouter : les militaires tiennent beaucoup [...] à l’élégance de leurs montures et de leur équipement.

  • 127 Barthélémy, 1969 et Redhouse, 1996.
  • 128 Marsigli, 1732, II, p. 16.

92La valeur moyenne des armes a déjà été indiquée. Un simple mousquet à pierre à feu vaut de 0,5 à 2 piastres suivant sa taille. Mais sa valeur s’amplifie dès qu’il est fait allusion au métal, l’argent, qui le recouvre ou l’incruste : 3 à 3,5 piastres. Dès que l’arme est qualifiée de ǧawhadār ou ǧūharlī, le scribe triple l’estimation, 9 piastres en moyenne. Ces qualificatifs concernent un mousquet, « orné de pierreries et incrusté de métal noble » (ǧawhadār ou ǧūharlī)127. Le contemporain Marsigli en faisait la remarque : « La plupart de ces fusils sont incrustés d’argent et de quelques grains de corail en certains endroits. Chacun se fait honneur de pareils ornements et les janissaires du Caire particulièrement : ils embellissent aussi le bois avec de l’ivoire, de la nacre et du corail. »128 L’attachement à ces belles armes à feu n’est pas le fait d’une minorité : 11 ‘askar détiennent la moitié de tous les mousquets ǧawhadār recensés par les scribes.

93La même recherche esthétique entoure les armes blanches. Un adjectif accolé au nom de l’arme, massue de guerre et diverses armes blanches, en précise la composition et la qualité. Le fer est le plus humble des métaux utilisés : demir, ḥadīd. Le plus fréquemment, cette composition ferrique n’est signalée que par un adjectif de couleur, « noir » (kara, aswad, ou siyāh) : un sabre noir par exemple, sayf aswad ou kara kılıç, un poignard noir, siyāh ḫanǧar. Mais le matériau dominant, dans la décoration, est le noble argent : des 115 armes dont le matériau est indiqué, 33 sont dites de fer ; le plus grand nombre, 77, sont décorées d’argent (fiḍḍa, sīm, ou mufaḍḍaḍ). Et c’est le matériau qui explique les variations du prix moyen de l’objet :

Tableau 59 – Valeur moyenne des armes suivant leur composition et leurs ornements

Nombre

Valeur totale

Prix unitaire

Armes décorées d’argent

77

635

8,2

Armes en fer sans décor

33

67

2,0

94S’ajoutent quelques raretés : un exceptionnel recours au cuivre pour deux massues ; un exceptionnel poignard légèrement doré (qittī alṭūn), qui vaut sept piastres ; deux sabres dont la poignée circassienne est ornée de pierreries, atteignent l’impressionnante valeur de 49 piastres (sayf bi-yad ǧarkasī bi-aḥǧār). Les poignées, les fourreaux semblent particulièrement soignés : si la valeur moyenne d’une lance est de 2,6 piastres, une lance dont la poignée est argentée et ornée de rubis (yāqūt ṭāš) vaut plus de trois piastres ; une autre dont le fourreau (ġilāf) est décoré d’argent, 6,3. L’origine géographique, l’ancienneté de l’objet jouent également leur rôle dans l’appréciation du scribe : un des poignards les plus onéreux possède une poignée dite circassienne, un autre, de 22 piastres, est qualifié de « vieux Damas » (sīm kılıç eskī šām).

  • 129 Tarkāš, voir terkesh : « an archer’s quiver », Redhouse, 1996 ; « étui de cuir ou de bois », Doz (...)
  • 130 Kūša : « horn of an archery bow », Redhouse, 1996 ; la fonction exacte de cet élément nous échapp (...)

95Les armes de tir (arcs et flèches) n’échappent pas à cette recherche de l’élégance : un carquois, tarkāš ou tirkeš129, est orné de fils métalliques (ṣarmalī) et vaut trois piastres ; un autre, brodé (muzarkaš), huit piastres ; 18 piastres pour six pièces d’un arc (kūša130), ornées de pierres variées, d’or et de perles (kūša bi-aḥǧār munawwa‘a wa-ḏahab wa-inci ou inǧī).

  • 131 Atešlī silahlar kataloǧu, 2000.
  • 132 Eralp, 1993, présente, en fin d’ouvrage, des reproductions en couleur de sabres, de carquois et de (...)

96L’arme est la parure du soldat. Dans le musée militaire d’Istanbul131, et de nombreux musées européens, existent des collections présentant de très belles armes ottomanes du xviiie siècle (mousquets, pistolets, différents types de sabres et de poignards) revêtues de pierres et incrustées d’or ou d’argent132.

Des chevaux richement harnachés

  • 133 Ohsson (d’), 1824, VII, p. 389, 395.
  • 134 Marsigli, 1732, p. 76.

97Appliqués aux montures, les groupes qualificatifs « richement harnachés, richement carapaçonnés » accompagnent nombre d’observations de Mouradja d’Ohsson133. Marsigli décrit ainsi l’aġā des janissaires : « Il est monté sur un cheval couvert d’un carapaçon brodé d’or et parsemé de perles. Le mors est fort large et le cheval a sur la tête une plaque d’or. On voit pendre à la selle une masse d’argent et les étriers sont du même métal »134. Si tous les soldats ne sont pas aussi richement équipés, la liste de leurs biens révèle cependant l’attention portée à la beauté du harnais.

  • 135 Dans le catalogue Chevaux et cavaliers arabes dans les arts d’Orient et d’Occident, 2002, p. 95 (...)

98L’attention portée au harnais porte dans une moindre mesure sur l’équipement technique de l’animal : malgré la présence de quelques martingales et muserolles argentées (salaband ḥarīr bi-fiḍḍa, rašma ma‘a salaband sīm) estimées 2,5 piastres, la plupart des brides, rênes, martingales, muserolles, différentes sangles, et même étriers, ensemble de pièces dont les catalogues représentent si souvent de superbes exemplaires135, sont en général peu onéreux, environ une piastre l’élément. Un soin particulier, en revanche, entoure les éléments les plus apparents du harnachement : les housses portées par l’animal et la selle qui porte le cavalier.

99Dikdik et kebe sont estimées en moyenne à 2,5 piastres, mais ces housses du cheval connaissent d’importantes variations de prix : de 0,75 à 35 piastres. Les moins appréciées sont qualifiées de saḥarī ( ?), guère plus d’une piastre ; les couvertures dites de Damas ou du Bilād al-Šām, à plus de quatre (une couverture noire de Šām, même usée, atteint plus de neuf piastres). Malheureusement, nous n’avons pu trouver le sens du qualificatif qui désigne la plus onéreuse (35 piastres) des dikdik, une couverture rouge dite dawhār ou dawhād.

  • 136 Le mot peut se lire aussi ḥaydarī ou ṣadrī.

100La valeur moyenne d’une selle (eyer, sarǧ et raḫt) dépasse les quatre piastres. Cette moyenne masque une hiérarchie de prix liée au nom même de l’objet : les eyer et les sarǧ sont les plus modestes des selles : de 0,75 piastres à 3,5 ou 4 lorsqu’elles sont complètes (mukammal) ou faites de drap (eyer ǧūḫ ‘ajamī). Les raḫt atteignent des valeurs bien supérieures : comme Barthélémy le signalait dans son Dictionnaire, ce sont des selles riches, ornées d’argent, raḫt fiḍḍa ; leur valeur moyenne tourne autour de neuf piastres. Malheureusement encore, nous n’avons pu identifier le sens du qualificatif plusieurs fois utilisé, lu ǧaydarī ou çaydarī136, qui donne à la selle un prix encore bien supérieur, atteignant les 23 voire les 29 piastres (raḫt ḥaydarī ya sīm).

101On ignore si ces ‘askar sont déjà allés, ou iront, sur le champ de bataille ou ont participé à quelque guerre de siège à l’intérieur ou l’extérieur de la province de Damas. Une certitude : les armes, les chevaux, et les divers éléments du harnais figurant dans leurs effets personnels témoignent de leur fonction de soldats ; l’existence et la qualité de ces biens, les distinguant des simples sujets, confèrent à leurs propriétaires prestige, considération.

Robes, manteaux et fourrures

102Le tableau n° 55 a montré que, si les hommes ‘askar détiennent peu de biens domestiques, ils possèdent relativement plus de vêtements que les sujets : parmi les objets du quotidien, 21,6 % d’habits chez les ‘askar, 14,4 % chez les sujets. Cela ne signifie pas que les ‘askar aient été à la tête de garde-robes beaucoup plus fournies : au contraire, en moyenne, un militaire détient 16 vêtements par personne, un homme ra‘āyā, 19. En revanche, ces habits comptent pour 22,2 % de la valeur totale de leurs biens, contre 12,9 % chez les sujets : en moyenne, le vêtement du ‘askar a plus de valeur : 3,2 piastres, contre 2,7.

  • 137 Ǧaqšīr : « pantalon de drap », Dozy, 1845 ; « trowsers, fastening round the waist in folds with (...)
  • 138 Qunṭāš : « a special kind of richly embroidered robe worn by the Tatar princes and nobles of t (...)
  • 139 Farāǧa : « an outer cloak or mantle of special fashion », Redhouse, 1996.
  • 140 Sarḥatlī : « vêtement de dessus, souvent garni de fourrure », Barthélémy, 1969.
  • 141 Walansa ou velense : « a kind of cloth having a long nap on one side », Redhouse, 1996 ; « une esp (...)
  • 142 Dūlamā : « a kind of long robe, slit at the sides, worn with a front skirts tucked into the gird (...)
  • 143 ‘Antār : vêtement de dessus, « porté sur la chemise et le pantalon, doublé de toile et dépassan (...)
  • 144 Abdest : « a light and plain kind of toilet coat, or gown easily tucked up over the elbows, used i (...)

103Les outils informatiques ont cherché dans cette forêt d’habits (plus de 2 000), la « spécificité » de chacun des biens, des tissus, des ornements, des couleurs dans les deux groupes de population, et aidé à repérer les éléments qui amplifient le prix moyen de l’«  habit militaire ». Ce n’est qu’accessoirement le type du vêtement lui-même qui particularise le ‘askar : sujets et militaires partageaient le même mode de vie et s’habillaient des mêmes costumes. Les chemises (qamīṣ et gömlek), les vestes (qunbāz ou zibın), les « robes » (ǧūḫā et ‘abā), la plupart des pantalons (libās, ṭūn), occupent à peu près la même place dans les garde-robes des uns et des autres. Tout juste peut-on remarquer que certains vêtements, peu fréquemment cités, sont plus souvent spécifiques des inventaires des ‘askar : ainsi, un type de pantalon (ǧaqšīr)137, plusieurs vêtements de dessus, des qunṭāš ou qūnṭaš138, des manteaux (farāǧa139), des manteaux de pluie (yamuġliq-yaǧmurluk), des sarḥatliyya ou sarḥatlī140, des manteaux chauds (walansa141), des » longues robes » (dūlamā142), des vêtements de dessus portés sur la chemise (‘antār143), des vêtements destinés aux ablutions (abdest)144 ; à l’exception de ce dernier, il s’agit d’habits de dessus autorisant la sortie et permettant d’affronter froid et pluie. S’y ajoutent d’ailleurs des bottes (ǧazma). Ce type de vêtements, en réalité, ne singularise pas le groupe des ‘askar : parmi les ra‘āyā, les hommes riches (rappelons que l’échantillon des sujets comporte 30 hommes pauvres et 30 hommes riches) détiennent exactement les mêmes robes et manteaux.

104Trois tissus, le drap (ǧuḫ), la toile (bīz), la laine (ṣūf), la fourrure (farwa ou kürk) tirée de la gorge, du ventre ou des pattes d’un animal, et plus spécialement le renard (ṯa‘lab), la zibeline (sammūr) particularisent la vestiture des ‘askar. Là encore, cette singularité s’estompe si l’on n’observe que les vêtements des riches sujets, eux aussi faits de drap et garnis de fourrure.

  • 145 Sur l’importance de la fourrure dans l’artisanat local damascène, et dans le commerce de l’Empire t (...)

105Une présentation des habits les plus onéreux le prouve : ‘askar et riches ra‘āyā accumulent des vêtements dans lesquels la fourrure joue un rôle essentiel145.

Tableau 60 – Les habits les plus précieux des ‘askar (valeur en piastres)

  • 146 Nous avons traduit sammūr par zibeline ; nāfa par fourrure provenant du ventre, sans doute du ren (...)

ǧūḫa verte faite de fourrure de zibeline (pattes) 146

60

ǧūḫa bleue avec fourrure de renard (ventre)

43,5

qūnṭaš en drap manūfī avec une fourrure de martre

36

qūnṭaš couleur de café avec fourrure de pattes de zibeline

33,3

qūnṭaš usé avec fourrure de zibeline

32

pelisse (farāǧa) de drap avec fourrure de renard (ventre)

30

pelisse de drap couleur de pistache avec fourrure de renard usée

30

ǧūḫa rouge avec fourrure de gorge

28

qūnṭaš de drap rouge avec fourrure de zibeline usée

25

ǧūḫa violette avec fourrure d’hermine

25

pelisse verte usée avec fourrure de putois

24

qūnṭaš de drap rouge avec fourrure de putois usée

21,5

pelisse couleur de miel avec fourrure de renard (ventre)

21

pelisse de drap noir avec fourrure de gorge

20

qūnṭaš de drap violet avec fourrure de zibeline usée

20

Tableau 61 – Les habits les plus précieux des ra‘āyā (valeur en piastres)

fourrure de zibeline usée

40

fourrure de gorge avec drap violet

40

ǧūḫa couleur d’huile avec fourrure de zibeline

35

gilet jaune avec fourrure de loup

33

fourrure de loup avec drap violet

27,75

ǧūḫa violette avec fourrure de loup

27,5

ǧūḫa violette doublée d’hermine

26,25

ǧūḫa vermeille avec fourrure de petit gris

25,25

qūnaš de drap vert avec fourrure de renard (ventre) usée

25

gilet de drap bleu avec fourrure de zibeline

21

fourrure doublée de tissus alā’ilī

20,5

ǧūḫa couleur de noisette avec fourrure

20

ǧūḫa bleue avec fourrure de renard (ventre)

20

ǧūḫa bleue avec fourrure

19,5

106Ces similitudes s’expriment de façon chiffrable : la valeur moyenne de l’habit chez les ‘askar, dans l’ensemble, et les riches ra‘āyā est exactement la même, 3,2 piastres. Il est cependant évident que l’ampleur et la qualité de la garde-robe sont liées au montant du patrimoine laissé par le défunt. Mais une petite enquête auprès des ‘askar les plus démunis révèle un attachement au « beau ». Quelques exemples : le sipahi Aḥmad b. ‘Abdallāh dont l’actif net se limite à deux piastres détient deux manteaux de pluie en drap vert, estimés 7,3 piastres, un qūnṭaš de drap couleur de miel doublé, ou garni, d’une fourrure de renard, plus de 2 p. ; al-ḥāǧǧ Muḥammad, appartenant à la suite du gouverneur, malgré son faible patrimoine net (8 p.) possède un manteau de pluie de drap vert, un abdest doublé de fourrure, un vêtement en drap de laine fourré, qui valent plus de 20 piastres ; un autre pauvre sipahi (11 p. d’actif), Ša‘bān bey b. ‘Alī a une ǧūḫa avec fourrure de renard (8,5 p.), et un abdest de fourrure ; parmi les habits du bulūkbāšī ‘Umar b. Kan‘ān, à la tête d’une fortune un peu plus importante (121 p.), un manteau de pluie en drap vert (15 p.), un sarḥatlī de drap bleu avec une fourrure de renard (14 p.), un qafṭān en moire avec des boutons d’argent (7 p.), un autre qafṭān rose avec des boutons d’argent (6 p.).

  • 147 Voir chapitre III.
  • 148 Sur le sujet des costumes, les tissus, voir Faroqhi et Neumann, 2004. Et, plus particulièrement l’a (...)

107En cette fin de xviie siècle, bien que les patrimoines moyens des ‘askar et des ra‘āyā ne présentent guère de différence147, les ‘askar dans leur ensemble, par leur comportement vestimentaire, s’alignent, pour tenir leur rang sans doute, et dans le souci d’afficher une apparence extérieure digne, sur les plus prospères des sujets148.

  • 149 Ohsson (d’), 1824, VII, p. 345-346.

108Avoir des chevaux bien harnachés, de belles armes couvertes d’argent, des fourrures, de belles étoffes, coûtait sans doute cher : peut-être ce type de consommation, qui exprime un comportement social, explique-t-il en partie le haut niveau d’endettement des ‘askar. Rappelons Mouradja d’Ohsson : « Les plus pauvres engagent tout ce qu’ils possèdent pour satisfaire ce goût [le goût des belles armes] ou du moins n’avoir plus à rougir aux yeux de leurs camarades. »149

  • 150 Evliyâ Tchélébi, 2000, p.66.
  • 151 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 123.
  • 152 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 188.
  • 153 Ohsson (d’), 1824, VII, p. 411.
  • 154 Ohsson (d’), 1824, VII, p. 401.

109La nature des cadeaux que distribuent les hauts personnages de l’Empire à des personnalités qu’ils désirent distinguer et aux guerriers ottomans qu’ils veulent récompenser s’inscrit dans ces préférences. Evliyâ Tchélébi raconte : « Un jour, pour lui avoir annoncé la victoire de la flotte, le bey d’Ozü offrit à votre serviteur [l’auteur] une bourse de piastres, et une pelisse de tête de zibeline, de l’étoffe de laine pour deux caleçons, deux esclaves russes et deux superbes pur-sang arabes [...] Puis le kathuda du Pacha me récompensa de 100 pièces d’or, d’un esclave, d’une fourrure de tête, d’un cheval pur sang et d’une épée »150 ; ou encore : « Halil agha le damascène, chargé de convoyer les têtes, votre serviteur [l’auteur] reçûmes chacun une fourrure de zibeline de parade ainsi qu’un cheval de guerre arabe pur sang harnaché et couvert d’une housse cousue de fils d’argent. »151 Lors du siège de Candie (octobre 1667), le grand vizir « gratifia tous les combattants musulmans de présents et cadeaux innombrables, et fit remettre à chacun 50 piastres et un grand nombre d’aigrettes. Il offrit à Ibrâhim Pacha un caftan d’honneur. »152 On trouve dans Mouradja d’Ohsson les mêmes récits : « Lorsque les troupes ont obtenu des succès importants, le Sultan envoie au Grand-Vizir des paquets de pelisses et de caftans pour les décerner aux officiers qui se sont distingués »153 ; ou encore le Sultan fit donner au grand vizir : « Une pelisse de zibeline, un poignard enrichi de diamants et un de ses chevaux, [...] un cimeterre. »154 

  • 155 Une question pourrait être posée à propos de ces biens distinctifs : quelle est la part de l’acquis (...)
  • 156 Rīshe : « parure - finery -, plumes », Redhouse, 1996 ; rīsh, rishe, rīsha : « houppe, gland » (...)

110Tous ces biens qui honorent, du bel et bon or, des fourrures, de beaux caftans, des armes, des chevaux, distinguent bien les avoirs de nos ‘askar155. Une aigrette même (rīša ou rīše156), de grande valeur, 40 piastres, figure parmi les effets du bulūkbāšī Muṣṭafā b. Aḥmad bey b. Lālā Muṣṭafā Pacha al-wazīr. En revanche, les esclaves, ces cadeaux appréciés, sont moins visibles dans les patrimoines des ‘askar.

Les esclaves dans les avoirs des ‘askar

111Il est difficile de mélanger dans une même comptabilité des quantités de chemises, de pantalons, de coussins et... d’esclaves. Vingt-six esclaves, neuf femmes, 17 hommes, figurent parmi tous les biens de nature diverse recensés dans les 61 inventaires de femmes et les 60 inventaires d’hommes ra‘āyā, dans les successions de 18 femmes et de 54 hommes‘askar.

112Une classification générale et superficielle, mais indispensable, a cependant été présentée dans le tableau n° 55. Par rapport aux objets du quotidien, les esclaves sont évidemment peu nombreux et leur valeur ne représente qu’une faible part de celle de l’ensemble des biens domestiques : 4,4 % chez les ra‘āyā, 6,2 % chez les ‘askar.

113Les femmes semblent ne détenir d’esclaves qu’à titre exceptionnel : une seule des 61 femmes ra‘āyā a une esclave noire, estimée 15 piastres. Huit des ra‘āyā hommes possèdent 14 esclaves, sept des ‘askar 10. Peu de cas donc, mais permettant d’avancer quelques observations qu’il sera nécessaire d’étayer par d’autres recherches :

  • La proportion de propriétaires d’esclaves dans la population n’est pas insignifiante, de 12 à 13 % ; elle est, en apparence, à peu près identique dans chacun des groupes des sujets et des ‘askar. Ni la fonction (civile ou militaire) des ‘askar, ni l’appartenance à un corps particulier (sipahi, janissaire, etc.), ni le titre (aġā, bey) ne semblent influer sur la possession d’esclaves.

  • La valeur moyenne de l’esclave est élevée, dépassant les 68 piastres ; cependant, les variations de prix sont importantes. L’esclave noire appartenant à une femme sujet (ǧāriya aswad) ne vaut que 15 piastres. Les huit esclaves noirs sont moins appréciés que les 17 esclaves blancs, estimés 50 pour les premiers, 77 piastres pour les seconds. Et, dans le groupe de ces esclaves blancs, six dénommés mamlūk valent 580 piastres, soit 97 piastres l’un, en moyenne. Un jeune garçon (ġulām) atteint la valeur de 82 piastres.

  • L’acquisition et l’entretien d’esclaves ne sont permis qu’aux détenteurs des plus importants patrimoines. Dans le groupe des ‘askar, à une exception près, tous les possesseurs d’esclaves ont une fortune qui dépasse les 1 050 piastres ; la moyenne de leur patrimoine net est de 1 200 piastres, alors que la moyenne de l’actif net de tous les hommes ‘askar n’est que de 720 piastres. Chez les ra‘āyā – et là est la différence – il est nécessaire d’être beaucoup plus riche pour que l’acquisition d’esclaves soit envisageable : le patrimoine net moyen des ra‘āyā possesseurs d’esclaves s’élève à 9 100 piastres, alors que le montant des actifs nets des ra‘āyā tourne autour de 908 piastres. Les deux hommes qui, dans le groupe des sujets, détiennent plusieurs esclaves (dont les mamlūk) sont de grands négociants en savon, en tissus et en soie qui ont des actifs nets de 10 216 et 24 624 qurš. Avoir un esclave dans son foyer est un signe de distinction que s’offre un ‘askar modérément riche, affichant un modus vivendi peut-être onéreux, mais prestigieux.

Existe-t-il des traits propres aux agents civils de l’État ?

  • 157 Ohsson (d’), 1824, VII, p. 402.
  • 158 Finkel, 1988, p. 31.

114La logique laisserait supposer que, parmi les ‘askar, seuls les agents militaires de l’État ont été pourvus d’un équipement militaire. Or, animaux et armes figurent parmi les biens personnels de quelques agents civils de l’État. Étaient-ils amenés à participer aux campagnes ? « Un camp othoman est embarrassé d’une foule d’employés civils, de prêtres, de dervishchs... » remarquait Mouradja d’Ohsson157. Caroline Finkel, pour une période un peu antérieure, notait : « Bien qu’ils fussent des bureaucrates gouvernementaux (ehl-i kalem) à l’origine, ils prenaient part à la bataille avec d’autres troupes. »158 Ou bien détenir des chevaux, bien carapaçonnés, de belles armes argentées, affirmait-il simplement le privilège d’appartenir à un ordre privilégié, celui des ‘askar ? Sur huit défunts agents civils de l’État, six font partie de la liste de ceux dont les successions comprennent armes et animaux. À des degrés divers, certes : Muḥammad b. ‘Abdallāh que sa fonction amène à être rapproché du wālī ‘Uṯmān Pacha, n’a qu’un poignard légèrement décoré d’or ; le muezzin Aḥmad b. al-šayḫ Muḥammad b. al-‘Ānī, qu’une selle et des brides ; Muḥammad b. al-ḥāǧǧ ‘Uṯmān ibn al-Hūš al-‘askarī, une mule et un sabre. Ḥāǧǧ Muḥammad qui fait partie de la maisonnée, de la clientèle (tābi‘) de Ḥāǧǧ Ḥusayn Pacha, gouverneur de la wilāya de Damas, détient deux étriers en métal, une belle selle, et une sangle ou sous ventrière. Mais Ḥasan efendī, député du grand Juge (nā’ib) à Damas et surtout ‘Abdallāh aġā Haykal zadeh, de la maisonnée de Ḥāǧǧ Ḥusayn Pacha laissent des successions dans lesquelles les armes et surtout les chevaux et leur harnachement prennent une place importante : les cinq chevaux qui font l’objet d’une saisie particulière de la part du scribe, les selles, les étriers, les housses de chevaux, mais également les armes (masses, sabres, poignards, cimeterres, arc et flèches, mousquets, et même bouclier) ont une valeur qui atteint la moitié de la succession du défunt en biens personnels. C’est donc la catégorie des ‘askar tout entière, quel que soit le rôle de ses membres, qui s’affirme, et se différencie, par la présence et la qualité des armes, des chevaux et des fourrures, tout aussi fréquentes chez les agents civils que les agents militaires de l’État.

Agents civils de l’État et livres

  • 159 Establet, Pascual, 1999, p. 143-169.

115Les ‘askar, dans l’ensemble, sont moins concernés par les livres que les ra‘āyā159 : sept hommes sur 54 disposent de quelques ouvrages, alors que 18,2 % des ra‘āyā étaient des lecteurs potentiels ; les livres comptent moins dans les effets des militaires que des sujets : en nombre, 3,3 % de tous les objets chez les civils, 2,7 % chez les militaires ; et en valeur, 3,7 % contre 2 %. De plus, la valeur moyenne de l’ouvrage est de 2,5 piastres chez les sujets, 1,9 chez les ‘askar.

116Quelques indices suggèrent cependant que les ‘askar dont le rôle ne consistait pas à guerroyer étaient plus nombreux à détenir livres, voire bibliothèque. Ainsi, parmi les effets de trois agents civils sur huit, figurent quelques livres. Le haut fonctionnaire Muḥammad b. al-ḥāǧǧ ‘Uṯmān se trouvait à la tête d’une bibliothèque de 128 ouvrages ; un kul oǧlu Ḥusayn aġā b. Qāsim beše b. Yūsuf, dont on ignore la fonction, possède 44 livres ; un muezzin, fils de šayḫ, Aḥmad b. al-šayḫ Muḥammad b. al-‘Ānī n’a que cinq livres dont la valeur ne dépasse pas les deux piastres. Par ailleurs, alors qu’ils étaient peu présents dans les inventaires féminins ra‘āyā, les livres apparaissent dans les actes de trois femmes (sur 18), appartenant au groupe des ‘askar. Elles ont pu introduire dans les maisons de leurs époux militaires ces livres venus d’un autre milieu : l’une est fille de šayḫ, l’autre d’un Muṣṭafā qualifié de lettré (efendī), des gens du livre.

117Les ‘askar se distinguent bien des ra‘āyā par des biens personnels dans lesquels beaux vêtements et fourrures, armes, chevaux et pièces du harnais jouent le rôle essentiel. Cependant, comme les groupes sociaux ne sont pas complètement cloisonnés, il faut terminer ce tour d’horizon social par un bémol : quelques rares ra‘āyā détiennent également armes et animaux harnachés, ou simples pièces du harnais.

118Ainsi, dix femmes, sur les 172 étudiées dans Familles et fortunes à Damas, possèdent les plus belles des selles, les raḫt fiḍḍa, argentées, dont la valeur oscille entre 5 et 28 piastres : femmes riches (dont l’une est fille de beše), liées au milieu des ašraf, souvent filles ou épouses de ḥāǧǧ. Le mystère ne sera pas éclairci : la selle prestigieuse permettait la sortie et évitait la marche à pied, mais sur quel cheval l’objet était-il posé ?

  • 160 Establet, Pascual, 1994, p. 134-138.

119Dans neuf successions d’hommes ra‘āyā figurent animaux et armes (deux fois plus d’animaux que d’armes) atteignant une valeur de plus de 15 piastres. Un moucre ne fait qu’assurer son métier : al-ḥāǧǧ ‘Alī b. Ḥusayn al-makkārī possède une mule, un cheval, une pouliche ; ses trois fusils, son pistolet et ses deux sabres sont peut-être destinés à assurer la sécurité d’un transport quelconque. Quatre hommes font partie de ces mystérieuses personnes dont les noms rappellent une origine militaire et qui se sont égarés dans le registre de la qisma ‘arabiyya : un fils de beše, al-ḥāǧǧ Ḥusayn çelebī b. Muṣṭafā beše, dont chevaux, éléments du harnais, armes à feu et armes blanches argentées, et même une armure valent 156 piastres ; un fils d’aġā, Muṣṭafā aġā b. Ibrāhīm aġā b. ‘Alī : un cheval, et le harnachement, des armes argentées, plus de 100 piastres ; un petit-fils d’aġā, ‘Umar b. al-sayyid Yūsuf b. al-sayyid Aḥmad aġā, qui n’a que deux armes (une masse et un sabre argenté), 15 piastres ; s’ajoute à cette liste des ex-‘askar un fils de beše, fabricant de ‘abā, qui ne détient qu’un seul sabre sans valeur. Donc, près de la moitié de ces ra‘āyā équipés en armes et chevaux ont gardé un mode de vie évoquant celui de leur milieu d’origine ‘askar (en particulier celui de détenir des biens ruraux). Parmi les autres, le mieux équipé (821 piastres) est ‘Alī b. ‘Abd al-Qādir b. Abī Ǧabr al-Sa‘dī, šayḫ de l’importante confrérie Sa‘diyya Ǧibāwī. Les derniers personnages appartiennent tous à de grandes familles damascènes, aux patrimoines élevés, et qui ont tissé avec le milieu des ‘askar des liens étudiés ailleurs160 : un membre de la famille Rifā‘ī, al-ḥāǧǧ Murād b. al-ḥāǧǧ Zayn al-Dīn b. al-Rifā‘ī ; un membre de la famille Muḥibbī, Ṣāfa b. al-šayḫ ‘Abd al-Laṭīf al-Muḥibbī ; un membre de la famille Usṭuwānī, Faḍl Allāḥ efendī b. ‘Alī al- Usṭuwānī.

  • 161 Inalcık, 1975, p. 195.

120Il n’était pas interdit aux ra‘āyā de posséder un cheval, mais achat et entretien constituaient une charge onéreuse, réservée aux plus fortunés des sujets. Et s’il existait « une règle stricte dans l’empire Ottoman d’interdire aux reāya, aux sujets musulmans et non musulmans, de porter des armes d’aucune sorte »161, quelque adoucissement pouvait être porté à une tradition qui restait dans l’ensemble respectée : les liens de famille avec les ‘askar, que l’on a pu observer dans le chapitre II, autorisaient bien des choses.

121Certes, ra‘āyā et ‘askar partagent le même mode de vie. Le comportement démographique des uns et des autres est semblable ; leur environnement quotidien identique. Les ‘askar cependant se distinguent et affirment leur rang dans la société. Si certains éléments du groupe se mêlent à la vie économique et à la société des sujets, détenir des armes, être entouré de chevaux, constituent bien un trait particulier de cette société soldatesque. Enfin, les ‘askar, par leur attitude vestimentaire qui révèle le goût des beaux tissus, des riches fourrures, par leur souci de disposer d’esclaves, s’alignent sur les plus prospères des sujets : ils affichent une apparence extérieure digne qui manifeste un statut privilégié.

Notes

1 Establet, Pascual, 1994, p. 43 sq.

2 Establet, Pascual, 1994, p. 49.

3 Les célibataires sans héritier figurent cependant dans les registres puisque c’est alors le Bayt al-Māl qui hérite de leurs biens.

4 Behar, 1991.

5 Establet, Pascual, 1994, p. 55.

6 Behar, 1991.

7 Pascual, 1992, p. 178.

8 Establet, Pascual, 1994, p. 57.

9 Barbir, 1992, p. 185.

10 On avait tenté d’expliquer ce phénomène par une hypothèse : les femmes meurent jeunes, peut-être en couches ou durant leur grossesse et on les retrouve plus nombreuses dans les inventaires ne laissant aucun héritier ou seulement des enfants mineurs ; Establet, Pascual, 1994, p. 50.

11 Nous échappe en particulier toute connaissance des taux de fécondité, du taux de mortalité infantile sans nul doute très élevé. À Genève, par exemple, au XVIIe siècle, Alfred Perrenoud démontrait cette surmortalité en constatant que la mortalité infantile était de 208 pour mille, dans des milieux « supérieurs » et de 358, dans des milieux « inférieurs », soit 21 et 36 % ; cf. Perrenoud, 1975.

12 Ces dangers, avant tout disettes et épidémies, ont été analysés dans Establet, Pascual, 1994, p. 47. Les disettes ne menacent sans doute pas les ‘askar dont on vient de constater que leur présence dans les campagnes rendait probablement quelques services en ces cas. Rappelons cependant que, dans les muḥāsaba, le waṣī rend souvent compte de sa gestion après le décès d’un ou plusieurs enfants mineurs : ainsi, 17 de ces actes suivent le décès d’un ou plusieurs mineurs, décès qui oblige le waṣī à exécuter un nouveau partage de l’héritage. Citons le cas de la descendance de Ḥasan beše b. Ḫiḍr al-Arnawūd, janissaire à Damas : quatre enfants sur cinq décèdent juste après la mort de leur père. Le serviteur a également disparu. Le document est daté : 10 muḥarram 1092/29 janvier 1681, une période de cherté des grains, peut-être suivi d’accident épidémique.

13 Pardailhé-Galabrun, 1988, p. 26.

14 Grehan, 2007.

15 Establet, 1994, p. 15-46 ; Establet, Pascual, 2003, p. 227-251 ; Establet, Pascual, 2005.

16 Et non 19 : un acte étant partiellement illisible.

17 Brunet, Hyperbase ; nous avons bénéficié de l’aide précieuse de Nasser Dendani, Maître de conférences à l’Université de Provence.

18 Ces logiciels d’analyse de texte n’admettent absolument pas la translittération officielle de l’arabe : il a donc fallu « détranslittérer » le texte. À l’heure où beaucoup de documents peuvent maintenant être analysés par un traitement informatique, il serait souhaitable que les linguistes se penchent sur le problème : comment concilier l’écriture de l’arabe, sa tranlittération (ou celles d’autres langues) avec les outils informatiques occidentaux contemporains ?

19 Triantafylidou-Baladié, 1986.

20 Nous avons « rangé » les ceintures dans les vêtements et les plateaux dans le mobilier.

21 Grehan, 2007, p. 58.

22 Grehan, 2007, p. 135.

23 Establet, Pascual, 2005, p. 276.

24 Braudel, 1979, I, p. 245.

25 Le patrimoine important des femmes ‘askar explique que le foyer ‘askar soit un peu mieux fourni que celui des sujets.

26 Establet, Pascual, 2003, p. 218-227.

27 Braudel, 1979, I, p. 245.

28 Braudel, 1979, I, p. 270.

29 Establet, 1994, p. 15-46 ; Establet, Pascual, 2003, p. 218-227.

30 Grehan, 2007, p. 235-244.

31 L’une d’entre elles, en lin, a été estimée 23 piastres.

32 Establet, Pascual, 2005, p. 257.

33 Rogers, 1987, p. 52.

34 Chevallier, 1962, p. 309.

35 Establet, Pascual, 2003.

36 Dosy, 1968.

37 Zetterstéen, 1925, p. 39.

38 Cet adjectif est le plus élevé en « spécificité » des femmes ‘askar.

39 Les ra‘āyā ne sont pas autorisés, en principe, à porter des armes. Voir ci-après.

40 Inalcık, 1975, p. 195.

41 Rafeq, 1975, p. 304.

42 Ohsson (d’), 1824, 7, Paris, p. 345-346.

43 Parry, 1975, p. 218.

44 Ágoston, 2005, p. 192.

45 Ágoston, 2005, p. 21.

46 Parry, 1975, p. 242-243.

47 Ágoston, 2005, p. 26.

48 Ágoston, 2005, p. 57.

49 Parry, 1975 ; Inalcık, 1975.

50 Ayalon, 1978, p. 91.

51 Ágoston, 2005, p. 6.

52 Inalcık, 1975, p. 211-217.

53 Voir également Rafeq, 1975, p. 294-295.

54 Malheureusement, ni inventaires, ni comptes de gestion n’autorisent la moindre appréciation sur le comportement des militaires sur le champ de bataille. Lors de la campagne de Hongrie du début du XVIIe, Finkel, 1988, p. 34, affirmait : « De 5 à 600 janissaires de Damas ont participé à la campagne. D’après l’opinion d’un consul italien, ces soldats syriens armés de mousquets étaient les meilleurs de l’armée sultanienne. » Toute différente est la position du comte Marsigli (1732, p. 197) ; Marsigli participe au siège de Vienne, est capturé en 1683, réduit en esclavage, et retrouve l’année suivante la liberté ; son opinion concerne les divers corps de l’armée tout entière : « Il y a un proverbe commun [selon les adversaires] que les janissaires ont bon œil et bonnes jambes ; bon œil pour observer l’inconstance de la cavalerie, sujette à prendre la fuite, et bonnes jambes pour la suivre. »

55 La classification a été empruntée à Eralp, 1993, p. 44. L’auteur présente des croquis des différents types d’armes ottomanes : les armes perforantes, p. 53 ; les armes taillantes, p. 59 et 75.

56 La traduction n’est pas attestée : nous la proposons. Bien que ces hommes soient morts éloignés du champ de bataille, il n’est pas impossible que l’un d’entre eux ait gardé son uniforme dont V.J. Parry, reprenant les remarques de Warnery dans son article ḥarb (1965, p. 196), atteste bien l’existence.

57 Marsigli, 1732, II, p. 54 : « Les Turcs se servent dans leurs armées d’instruments à son et à choc [...] La trompette, on la nomme bori, de métal ; la seconde est de bois, zurnader. Nous avons un autre terme ici, kaw.

58 Calcan : bouclier de bois de figuier, soit doublé de peau au dedans et au-dehors, soit entouré de corde ; Marsigli, 1732, II, p. 9.

59 Qūlǧaq ou qūlǧāq, « a piece of plate armor for the protection of either the upper or the fore-arm ; a brassart ; a gauntlet », Redhouse, 1996.

60 Zirḥ ou zırh : « defensive armor, a coat of mail » Redhouse, 1996. Eralp, 1993 : le mot zirḥ qualifie une arme de protection destinée aux hommes ou aux chevaux. Pour Marsigli, 1732, p. 9 : « cotte de maille en fer »,

61 Kūša : « horn of an archery bow », Redhouse, 1996.

62 Marsigli, 1732, II, p. 9, kist : « sorte de javelot dont les agas en portent trois dans une bourse à gauche de la selle ».

63 Le mot est transcrit par les historiens cités tüfek, tüfeng, ou tüfenk. Nous l’écrirons tüfenk.

64 Voir principalement Parry, 1960, et Parry, 1975 ; Ayalon, 1978 ; Ágoston, 2005 ; Inalcık, 1975.

65 Ágoston, 2005, p. 25.

66 Parry, 1960, p. 1087-1101.

67 Ágoston, 2005, p. 89.

68 Ágoston 2005, p. 89, souligne que ces tüfenk devaient être semblables aux mousquets turcs capturés lors du second siège de Vienne en 1683 et conservés au Musée de Dresde.

69 Ágoston, 2005, p. 89.

70 Eralp, 1993, p. 113-115 : dans le catalogue ci-dessus mentionné, sont présentés des pistolets pourvus d’une lame, nommés bicaklı toplu tabanca.

71 Ágoston, 2005, p. 90, 91.

72 Murphey, 1999, p. 121.

73 Eralp, 1993, p. 74 en propose une illustration.

74 Marsigli, 1732, II, p. 13.

75 fr.wikipedia.org/wiki/Cimeterre

76 ‘Aqfa : « a curved poniard », Redhouse, 1996.

77 Dašna : « dagger, ou large pointed knife », Redhouse, 1996.

78 Qāma : « a two-edged, long, straight dagger », Redhouse, 1996.

79 Marsigli, 1732, II, p. 13.

80 Kizlik : « a kind of sabre », Redhouse, 1996.

81 Redhouse, 1996.

82 Parry, 1975, p. 246.

83 Parry, 1975, p. 244.

84 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 90 et 103.

85 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 137, 226.

86 Warnery, 1771, p. 63.

87 Warnery, 1771, p. 119.

88 Valentini G.W. von, cité dans Parry, 1975, p. 244.

89 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 82, 111, 112.

90 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 138.

91 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 188.

92 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 116.

93 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 123.

94 Cazacu, 1996, p. 245-289.

95 Stahl, 1986, p. 186-7.

96 Stahl, 1986, p. 188.

97 Parry, 1975, p. 243, 244.

98 Ohsson (d’), 1824, VII, Paris, p. 345-346.

99 Warnery (de), 1771, p. 44.

100 Marsigli, 1732, I, p. 74.

101 Parry, 1965, p. 196.

102 Marsigli, 1732, II, p. 19-20.

103 Ont été pris en compte, dans le calcul de cette somme globale, les valeurs fournies par les scribes, pour chaque type d’animal, valeur soit de la bête entière, soit d’un certain nombre de parts. C’est la valeur moyenne d’un animal entier qui apparaît dans la colonne suivante.

104 Bārkīr : beygir, ou bikir, beygir, bikîr ou (persan) bârkîr, « a pack-horse, a baggage-horse, any horse, a gelding », Redhouse, 1996. 

105 Baġl, baġla : mulet, mule, Barthélémy, 1969 ; a mule, Redhouse, 1996.

106 Mahra : pouliche, Barthélémy, 1996, et Dozy, 1968.

107 Ikdīsh : cheval barbe, cheval commun, distinct du cheval hongre, Barthélémy, 1969 ; « cheval hongre, cheval de race mélangée, qui n’est point de race » ; « cheval de somme ou de trait », Dozy, 1968 ; « cheval hybride », Redhouse, 1996. Les sens sont donc différents puisque le cheval hongre est un cheval castré.

108 Iġīr, eygīr : « a stallion », Redhouse, 1996.

109 Hiṣān : « cheval entier, étalon », Barthélémy, 1969 ; cheval, Dozy, 1968 ; « étalon de race », article Ḫayl, Viré, 1978, p. 1175.

110 Chevaux et cavaliers arabes, 2002, p. 284. « cheval ou jument de selle ».

111 Qiṣrāq, Unsī, 1318/1900, p. 420 : qiṣrāq égale ḥiǧr, faras (jument cavale). La jument cavale est une femelle non reproductrice.

112 Ḫayl : substantif féminin singulier à valeur de collectif désignant l’espèce chevaline, article « ḫayl », Viré, 1978, p. 1175-78.

113 Liǧām : « bride, composée de la tétière, du mors et des rênes », Barthélémy, 1969 ; Bāšlık : « bride », Redhouse, 1996.

114 Salaband : « martingale, courroie pour retenir la tête du cheval », Dozy 1968 ; « martinière », Barthélémy, 1969.

115 Rašma : « muserolle formée d’un faisceau de chaînettes d’acier ou d’argent faisant le tour du chanfrein et de la ganache, par extension licol sans la longe », Barthélémy, 1969 ; « a strap or chain in a head stall passing over a horse’s nose », Redhouse, 1996.

116 Qūlān ou kolan : « a broad stout braid or band satch a braid sewn as a binding or strengthening round the skirt of a tent, etc., a girth or surcingle, a newly dropped foal », Redhouse, 1996 ; « sangle », Kütüoǧlü, 1983.

117 Ṭabqūr, tapkur ou tabqūr : « sangle » Kütüoǧlü, 1983 ; « a girth or surcingle », Redhouse, 1996.

118 Dīzgīn : « a rein », Redhouse, 1996.

119 Eyer : « a saddle », Redhouse, 1996.

120 Sarǧ : « selle orientale à pommeau et à troussequin », Barthélémy, 1969 ; « a riding-saddle », Redhouse, 1996.

121 Raḫt : « selle riche, harnachement orné de pierreries, d’or ou d’argent », Barthélémy, 1969 ; « clothing, dress, a single garment, luggage, impedimenta, household effects ; furniture of any kind, the furniture and trappings of the horse », Redhouse, 1996.

122 Muqdim : « the bow of a saddle », Redhouse, 1996.

123 Dikdik : « horse cloth », Redhouse, 1996 ; dakdak, « housse », Dozy, 1968.

124 Kabāya, kebe : « a very thick kind of felt, a large and warm felt horse-cloth », Redhouse, 1996.

125 Zilbūš, zinpuš, zīn-pūš : « saddle cloth », Redhouse, 1996.

126 Ohsson (d’), 1824, VII, p. 345-346.

127 Barthélémy, 1969 et Redhouse, 1996.

128 Marsigli, 1732, II, p. 16.

129 Tarkāš, voir terkesh : « an archer’s quiver », Redhouse, 1996 ; « étui de cuir ou de bois », Dozy, 1968.

130 Kūša : « horn of an archery bow », Redhouse, 1996 ; la fonction exacte de cet élément nous échappe.

131 Atešlī silahlar kataloǧu, 2000.

132 Eralp, 1993, présente, en fin d’ouvrage, des reproductions en couleur de sabres, de carquois et de mousquets.

133 Ohsson (d’), 1824, VII, p. 389, 395.

134 Marsigli, 1732, p. 76.

135 Dans le catalogue Chevaux et cavaliers arabes dans les arts d’Orient et d’Occident, 2002, p. 95-179, sont présentées de nombreuses reproductions des armes, des éléments de l’armure, et des pièces du harnais.

136 Le mot peut se lire aussi ḥaydarī ou ṣadrī.

137 Ǧaqšīr : « pantalon de drap », Dozy, 1845 ; « trowsers, fastening round the waist in folds with a band in a broad hem, round the ankles by being sewn to light leather boots », Redhouse, 1996.

138 Qunṭāš : « a special kind of richly embroidered robe worn by the Tatar princes and nobles of the Crimea », Redhouse, 1996.

139 Farāǧa : « an outer cloak or mantle of special fashion », Redhouse, 1996.

140 Sarḥatlī : « vêtement de dessus, souvent garni de fourrure », Barthélémy, 1969.

141 Walansa ou velense : « a kind of cloth having a long nap on one side », Redhouse, 1996 ; « une espèce de couverture, l’un des deux côtés porte de la laine ou un duvet cotonneux », Kütükoǧlu, 1983.

142 Dūlamā : « a kind of long robe, slit at the sides, worn with a front skirts tucked into the girdle », Redhouse, 1996 ; ou encore dolama, « une sorte de vêtement de drap attaché par une ceinture à la taille, partie antérieure de devant ouverte [...] on boutonne l’habit par devant », Barthélémy, 1969.

143 ‘Antār : vêtement de dessus, « porté sur la chemise et le pantalon, doublé de toile et dépassant les genoux », Dozy, 1968.

144 Abdest : « a light and plain kind of toilet coat, or gown easily tucked up over the elbows, used in ablutions », Redhouse, 1996.

145 Sur l’importance de la fourrure dans l’artisanat local damascène, et dans le commerce de l’Empire tout entier, nous renvoyons le lecteur à notre ouvrage Establet, Pascual, 2005, p. 78-83 et 171-176 ; à Tezcan, 2004.

146 Nous avons traduit sammūr par zibeline ; nāfa par fourrure provenant du ventre, sans doute du renard ; zardāwā par martre ; samsar par putois ; ǧildāwa par loup ; qāqūn par hermine ; boġāz est une fourrure tirée de la gorge d’un animal.

147 Voir chapitre III.

148 Sur le sujet des costumes, les tissus, voir Faroqhi et Neumann, 2004. Et, plus particulièrement l’article de Neumann, p. 181-192.

149 Ohsson (d’), 1824, VII, p. 345-346.

150 Evliyâ Tchélébi, 2000, p.66.

151 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 123.

152 Evliyâ Tchélébi, 2000, p. 188.

153 Ohsson (d’), 1824, VII, p. 411.

154 Ohsson (d’), 1824, VII, p. 401.

155 Une question pourrait être posée à propos de ces biens distinctifs : quelle est la part de l’acquisition, de l’héritage ou du simple don ? Question sans réponse possible.

156 Rīshe : « parure - finery -, plumes », Redhouse, 1996 ; rīsh, rishe, rīsha : « houppe, gland » (Parlatır) aigrette ?

157 Ohsson (d’), 1824, VII, p. 402.

158 Finkel, 1988, p. 31.

159 Establet, Pascual, 1999, p. 143-169.

160 Establet, Pascual, 1994, p. 134-138.

161 Inalcık, 1975, p. 195.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 – Boucliers.
Crédits Source : Marsigli, 1732
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Illustration 2 – Cotte de maille et protège bras.
Crédits Source : Marsigli, 1732.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2266/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Illustration 3 – Casques de fer.
Crédits Source : Marsigli, 1732.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2266/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Illustration 4 – Flèches et arcs.
Crédits Source : Marsigli, 1732.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2266/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Illustration 5 – Mousquet à mèche, mousquet à pierre et pistolet.
Crédits Source : Marsigli, 1732
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2266/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Illustration 6 – Armes blanches.
Crédits Source : Marsigli, 1732.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2266/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Illustration 7 – Selle.
Crédits Source: Marsigli, 1732.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2266/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Illustration 8 – Étrier.
Crédits Source : Marsigli, 1732.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2266/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Illustration 9 – Muserolle.
Crédits Source : Marsigli, 1732.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2266/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable