Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gent d’État dans la société ottomane damascène

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Chapitre VIII. Exploitations rurales : esquisse d’un bilan possible ?

Texte intégral

1L’analyse des inventaires après décès de 55 hommes occupant une place dans l’appareil civil et militaire de l’État a permis d’établir que 15 personnes possédaient un patrimoine rural estimé, de valeur extrêmement variable, allant de 8,75 à 1 812 piastres. Le montant moyen du patrimoine rural s’établit autour de 497 piastres. L’étude des comptes de gestion démontre que, même dans le monde relativement aisé de ces défunts qui laissent à leurs enfants mineurs un patrimoine digne d’être géré par un waṣī, 17 personnes sur 53 ont mis un pied à la campagne ; une minorité donc, mais qui joue un rôle que les ra‘āyā urbains ne paraissent pas égaler.

2Inventaires et comptes de gestion ont autorisé une simple promenade dans la campagne damascène, l’esquisse descriptive d’un paysage rural mal connu. Les divers modes d’exploitation utilisés par les agents civils de l’État, les janissaires et les sipahis, ont été analysés à l’aide des muḥāsaba. Restent à évaluer les revenus que ces exploitations « militaires » rapportaient à leurs détenteurs. Comme on l’a observé dans les monographies consacrées à chacun d’entre eux, dans les muḥāsaba, le waṣī a clairement indiqué et détaillé le montant des entrées et le détail des frais à la charge de l’exploitant. Cette comptabilité est réalisée la plupart du temps sur une année, mais, dans certains actes, elle peut recouvrir plusieurs années. Par ailleurs, à trois reprises, deux actes, espacés d’un an, ont été conservés qui concernent le même défunt. Deux muḥāsaba, par exemple, sont destinées à éclaircir les comptes du za‘īm Maǧar ‘Uṯmān aġā b. ‘Abdallāh : l’une est consacrée à son tīmār proprement dit, l’autre à une exploitation rurale établie sur d’autres villages que ceux de son tīmār.

3Le corpus est mince. Mais ces données chiffrées établies sur ces quelques exploitations de la fin du xviie siècle sont riches de renseignements introuvables et inespérés. Un bilan global est possible : quels types de culture et d’élevage les agents de l’État favorisaient-ils ? Quelles dépenses étaient indispensables ? Quel rapport, exprimé par la différence entre les revenus et les dépenses, pouvait-on espérer de ces investissements agraires ? Les comptes concernant des périodes allant de 7 mois à 12 ans, un calcul préalable a été nécessaire, destiné à ramener à la même période de 12 mois l’estimation des différents types de revenus agricoles. [Les résultats qui suivent correspondent aux valeurs enregistrées par le waṣī, une fois ramenées à une période 12 mois.] Cette standardisation était indispensable, si l’on voulait éviter de surestimer certains revenus accrus par la longueur du temps que couvrent les comptes : le poids excessif des bustān, par exemple, que loue, pendant 12 ans, ‘Abd al-Ḥalīm efendī b. al-marḥūm Burhān al-dīn efendī al-Bahnasī, ou des revenus céréaliers perçus pendant cinq ans par Aḥmad aġā al-za‘īm.

La hiérarchie des revenus ruraux dans les « exploitations » des agents de l’État : la domination des céréales

4La comptabilité détaillée et systématique ne se trouve que dans les muḥāsaba, qui seront ici la base de nos recherches. De ces récoltes variées, les waṣī ont noté la valeur, beaucoup plus fréquemment que les quantités. Le tableau suivant exprime donc le poids proportionnel, en valeur, des différentes cultures pratiquées et note le nombre d’actes dans lesquels ces revenus sont cités. À ces revenus agricoles s’ajoutent quelques autres et maigres ressources, loyers provenant de terres dont certaines non cultivées (salīḫa), ou de bâtiments.

  • 1 Faroqhi, 1977, p. 169, 192.

5Les membres du personnel civil et militaire de l’État ottoman, en cette fin de xviie siècle, tirent donc l’essentiel de leurs revenus agraires de la culture des céréales. Le blé et l’orge occupent une place de loin prépondérante (48,8 %). Le blé rapporte 33,1 % des revenus ruraux, l’orge 15,5 %. La valeur du blé égale presque exactement le double de la valeur de l’orge (en période normale, 5 piastres la ġirāra pour le blé, et 2,5 pour l’orge) : les deux céréales sont donc cultivées à égalité, la plupart du temps, dans les mêmes exploitations, comme S. Faroqhi l’avait constaté en Anatolie et dans les Balkans, au xvie siècle1. Le millet n’occupe dans les champs de ces militaires qu’une place très secondaire, 0,2 % des revenus agraires.

Tableau 24 – Valeur, en piastres, et proportion des diverses composantes des revenus ruraux

Nature des entrées

Nombre de muḥāsaba

Valeur
(en piastres)

Proportion

Céréales

15

5 046

48,8

Bustān, karm et vigne

12

1 682

16,3

Plantes industrielles

15

888

8,6

Légumes

12

450

4,4

Plantes fourragères

7

66

0,6

Élevage

10

1 074

10,4

Bois

9

782

7,6

Loyers de terres et de bâtiments

5

276

2,7

Loyers de terres non irriguées

1

61

0,6

Total

10 326

100

  • 2 Weulersse, 1946, p. 145.

6Weulersse l’avait noté : « En dépit du mirage de l’eau, ce sont les cultures sèches qui constituent le fondement de l’exploitation agricole d’Orient ; le paysan est avant tout un laboureur [...] Ces labours sont consacrés essentiellement aux céréales, aux deux vieilles céréales classiques, le blé et l’orge. »2

7Les vergers, proches de la ville, sous les multiples appellations signalées plus haut, occupent la seconde place dans les investissements ruraux des ‘askar, vergers certes, plantés avant tout d’arbres fruitiers mais qui abritent souvent, à leur pied, céréales, légumes ou même plantes industrielles, dont la valeur est cependant signalée comme extérieure aux vergers.

  • 3 Les ovins, dont les tribus nomades assurent surtout l’élevage, n’ont guère laissé de trace dans des (...)

8L’élevage qui, pour les deux tiers, repose sur les bovins3 (baqar et bufflonnes, ǧāmūs, qui fournissent le lait), et le bois (bois à brûler-ḥaṭab, bois de construction-ḫašab, particulièrement le peuplier), indispensables à la construction et à la cuisine, tiennent un rang non négligeable (respectivement 10,4 % et 7,6 %).

9Comptent pour très peu, en revanche, les divers fourrages (vesces et fèves) : 0,6 %. Cette maigre évaluation provient peut-être du fait que la paille (tibn) n’a été évaluée que dans un seul acte : était-elle réservée aux métayers ?

10Les cultures légumières représentent 4,3 % de l’ensemble des revenus ruraux. Les plantes industrielles, sans doute dynamisées par le grand marché que constitue la ville de Damas, occupent une place non négligeable, 8,5 % de l’ensemble : 3 % pour le chanvre, 3,1 % pour le coton, 2,4 % pour la soie.

Les préférences des agents militaires et civils de l’État

11L’étroitesse de l’échantillon interdit toute conclusion définitive. Mais le tableau suivant exprime des tendances que d’autres études viendront peut-être confirmer :

Tableau 25 – Rapport en piastres des céréales et des vergers selon la fonction exercée par les ‘askar

Céréales

Vergers

6 exploitations d’agents civils de l’État

44

754

8 exploitations de janissaires

2 169

86

7 exploitations de sipahis dont le ṣūbāšī Ḫudāwīrdī

2 834

843

12Bien que soit peu élevé le nombre des défunts qui ont laissé par l’intermédiaire du waṣī la trace de la comptabilité de leurs exploitations, établie sur des entrées et des sorties, les conclusions paraissent claires. Au personnel civil de l’État, les vergers ; aux janissaires et aux sipahis, l’agriculture céréalière. L’agriculture céréalière est liée à l’élevage : s’il est difficile d’estimer avec exactitude le nombre des bêtes, souvent désignées par un collectif, la valeur des animaux possédés a été clairement indiquée par le waṣī.

Tableau 26 – Valeur des animaux possédés par les différents types de ‘askar

Personnel civil

0

Janissaires

326

Sipahis

748

13Les résultats semblent concluants : l’élevage n’intéresse pas le personnel civil de l’État, qui tire ses revenus de différents types de vergers, plantations et jardins dans lesquels les animaux ne sont pas les bienvenus ! Les janissaires et surtout les sipahis jouissent de revenus agraires reposant sur la culture des céréales et sur un élevage de bovins indispensable aux travaux des champs et au transport des récoltes : ils profitent des chaumes une fois la moisson effectuée. Chevaux (dont des cavales très prisées, qiṣrāq) et chameaux font également partie du cheptel.

14Les agents civils de l’État ont investi la campagne irriguée la plus proche de la ville, presque la « banlieue » de Damas, sans doute parce qu’eux-mêmes ou leurs familles étaient depuis longtemps en place dans la cité : quatre sont dans la Ġūṭa, deux dans le Marǧ, un dans le Wādī al-‘Aǧam, un dans le Ǧubbat ‘Assāl (Qalamūn).

15Les janissaires se dispersent davantage : sans négliger cette campagne proche, ils étendent leurs biens à des régions plus éloignées, le Hauran et, surtout, la Bekaa. Ils en retirent avant tout des céréales, y compris dans les exploitations situées dans la Ġūṭa, le Marǧ, et le Wādī al-‘Aǧam. Sans presque toucher aux vergers, ils élargissent les cultures, et ajoutent aux récoltes céréalières, essentielles, des récoltes de moindre importance : parmi les légumes, 91 % des pastèques, tout l’oignon, tous les concombres, toutes les fèves ; parmi les plantes industrielles, 95 % du coton, 60 % de la soie, 71 % du chanvre ; et 92 % du bois de construction, avant tout du peuplier. Ils possèdent quelques moutons et les chèvres.

16Comme les janissaires, les sipahis touchent les revenus de leurs concessions fiscales ou de leurs exploitations « personnelles » à la fois des régions proches de Damas, mais également de la Bekaa et, dans une moindre mesure, du Hauran. Le ṣūbāšī Ḫudāwīrdī b. al-Arnawūd tire ses revenus de deux régions, la Ġūṭa et le Marǧ. Les sipahis sont plus éleveurs de bovins que les autres groupes de ‘askar et assurent la production de presque toutes les plantes fourragères destinées aux troupeaux.

17La variété de ces ressources culturales se double de la différenciation déjà observée du mode de mise en valeur. Les sipahis mêlent revenus de leurs concessions fiscales et faire-valoir semi-direct de leurs exploitations (sans doute leurs « domaines », les khāssa tchiftliǧi) dirigeant eux-mêmes ou par des intermédiaires la culture de leurs champs. C’est par la location à des paysans ou d’autres personnes non désignées que les agents civils tirent un rapport des terres. Tous les janissaires prennent en charge l’exploitation de leurs biens, dans la mesure où, même s’ils ne prennent pas part, de leurs mains, à la culture proprement dite, ils assurent directement la gestion des exploitations, réglant les frais, encaissant les revenus. On peut donc conclure que les agents civils tirent un rapport de la campagne plutôt fondé sur la location de vergers (bustān, karm et vignes) ; les janissaires reçoivent des revenus agricoles reposant sur une culture céréalière associée à l’élevage, élargie à d’autres ressources, les plantes industrielles, les légumes, le bois. Les sipahis, dans leurs concessions fiscales, ou dans des terres exploitées directement, sont plus concernés par les céréales et l’élevage.

Les frais supportés par les exploitations

18Avant d’essayer d’établir un bilan, d’estimer le rapport de ces biens ruraux, présentons les dépenses auxquelles devaient faire face les héritiers du défunt représentés par leurs exécuteurs testamentaires établissant les listes de frais auxquels ils ont dû faire face. On a énuméré, dans le chapitre précédent, pour chacun des défunts, ou de ses enfants, les types de dépenses que le waṣī avait dû engager, sans en indiquer le montant : impôts divers, sommes versées aux waqf, frais de main-d’œuvre, d’outillage, etc. Pour chacun des frais, la quantification était à faire : chose promise, chose faite.

19Les comptes concernant des laps de temps variables, un calcul préalable a encore été nécessaire, déjà pratiqué sur les revenus agraires, destiné à ramener à la même période de 12 mois l’estimation des différents types de dépenses.

Tableau 27 – Répartition, par type de dépenses, des frais supportés par les exploitations pendant 12 mois

En piastres

En pourcentage

Impôts divers

2 541,0

32,5

Frais de main d’œuvre

2 133,0

27,3

Sommes versées aux waqf

1 528,0

19,5

Frais de transport

359,0

4,6

Animaux (achat et entretien)

287,0

3,7

Fourrages achetés

238,0

3,0

Entretien des bâtiments

215,0

2,8

Semences ou plants achetés

149,0

1,9

Location de terres

142,3

1,8

Outillage

100,4

1,3

Location de bâtiments

15,0

0,2

« Protection » contre les gitans

64,0

0,8

« Protection » contre les nomades

45,8

0,6

Total des frais

7 817,5

100,0

Les impôts et taxes

20À tout seigneur, tout honneur : les impôts et taxes constituent le principal pôle des dépenses supportées par les waṣī.

21Tout au long des monographies consacrées aux avoirs ruraux des ‘askar, on a pu constater que les vocables désignant les sommes versées en tant qu’impôts ou taxes sont d’une telle variété qu’une feuille d’impôt de l’année 2010 en France, dont on s’acharne à critiquer le manque de clarté, s’avère limpide. Clarifier définitivement la fiscalité ottomane dans cette province syrienne à la fin du xviie siècle ne fait pas partie de nos ambitions, mais les données des comptes de gestion existent qui permettent l’analyse des différentes charges pesant sur ces bénéficiaires de biens ruraux, 2 541 piastres.

22Commençons par l’énumération de simples taxes liées au fonctionnement de l’exercice des juges, taxes reçues par les cadis en rémunération de leurs services, enregistrement des documents, voyage des juges lors d’une expertise, etc. 73 piastres. Ajoutons les 48 piastres payées par le waṣī des enfants des sipahis, trop jeunes pour assurer leur tâche militaire ou d’accompagnement de la caravane. Le montant de ces frais de remplacement semble en partie lié à l’importance du tīmār : la campagne dirigée contre le même Ibn Rašīd coûte 6 piastres à Muḥammad aġā al-za‘īm qui reçoit pour un an 30 piastres des revenus ruraux de son tīmār, alors que 60 piastres sont demandées à Aḥmad aġā al-za‘īm qui touche, pour 5 ans, 1 754 qurš du sien (proportionnellement, Aḥmad aġā est gagnant !).

23Mais, sans nul doute, ces ‘askar payent également des impôts, beaucoup, et de différents types, ‘awāriḍ, dîme (‘ušr), et autres taxes.

  • 4 Ze’evi, 1996, p. 146.
  • 5 Ze’evi, 1996, p. 152.

24La surprise est de taille : « Le principe de base du système initial de taxation était la collecte d’une taxe proportionnelle sur toutes les personnes susceptibles de payer l’impôt. La ligne qui passe entre ceux qui payent et ceux qui ne payent pas de taxes recouvre celle qui séparait les reaya des askeri », écrit par exemple Dror Ze’evi, à propos de la Palestine4. L’auteur constate cependant qu’en avançant dans le xviie siècle, « se désintègre la structure cohérente du système fiscal ottoman du xvie siècle [...] D’autres taxes sont imposées, le bedel, les avariz [...] La taxation se décentralise et le contrôle central sur le système d’imposition s’affaiblit. De nouvelles taxes, incompatibles avec les anciennes, sont imposées par les gouverneurs locaux et les timariotes. » Cependant, Dror Ze’evi n’affirme pas clairement que tous les groupes de ‘askar sont soumis à l’impôt, à l’exception citée des sipahis. Il note plutôt que les gouverneurs, les sipahis, les janissaires, d’autres militaires et des ‘ulamā’ étaient tous des receveurs de taxes5.

  • 6 Inalcık, 1985, p. 288.
  • 7 Inalcık, 1985, p. 314.

25Inalcık avait également constaté que « le besoin croissant d’armes à feu sur les champs de bataille en Europe centrale avait accru les charges financières, inaugurant une nouvelle ère dans l’histoire ottomane [...] Un autre facteur étant la désorganisation du système monétaire ottoman, provoquée par l’invasion d’argent à bon marché venant de l’Ouest. »6 S’il observe que le gouvernement, à partir d’un certain moment, choisit d’augmenter les impôts, transformant « deux taxes extraordinaires, les ‘awāriḍ et les tekalīf en ressources régulières de l’État », puis créant de nouvelles taxes nommées imdādiyye, il ne met pas en cause la distinction fondamentale qui oppose les membres de la classe militaire, exemptée d’impôts, des ra‘āyā soumis à l’impôt : « Tous les adultes mâles, citadins et ruraux, musulmans et non-musulmans, à l’exception de la classe militaire, insiste-t-il, des ‘ulemā et de ceux qui sont en possession d’un berat, étaient soumis aux ‘awāriḍ. »7

  • 8 Inalcık, 1985, p. 323.

26Cependant, affirme-t-il, à partir des premières années du xviie siècle, la guerre crée de telles difficultés financières, que le gouvernement central se voit contraint à emprunter : « Vers la fin de 1686, à la suite du désastre militaire sur le front hongrois, le gouvernement central décide qu’une certaine somme d’argent sera empruntée aux a‘yān et aux ašrāf dans toutes les villes du sol ottoman [...] Au même moment, il est demandé aux gouverneurs des contributions personnelles imdādiyye, et aux dames du Palais d’offrir la moitié de leurs revenus [...] et également aux ulémas et aux personnages publics (qui protestent) [...] En d’autres termes, le gouvernement se refuse à charger davantage les re’āya et tente de faire face aux dépenses militaires excessives en ayant recours aux richesses personnelles du Palais, combiné à des contributions pesant sur les riches. »8

27Dans les monographies consacrées à chacune des « exploitations » agricoles des ‘askar, dans les années 1681-83, donc peu de temps avant cette date de 1686, et en période de difficulté militaire, les impôts occupent effectivement la part la plus importante des frais supportés par les waṣī.

28Plusieurs hypothèses peuvent être envisagées destinées à éclaircir une question : les ‘askar sont-ils soumis à l’impôt ?

  • Ces impôts pourraient avoir été perçus sur les paysans et reversés au Trésor, figurant alors parmi les dépenses à la charge des mineurs, les divers agents civils et militaires de l’État jouant alors le rôle de collecteurs d’impôt. Si, dans les revenus des sipahis figurent des récoltes qui peuvent être des impôts perçus par des timariotes, il n’existe aucun signe indiquant que les revenus agraires des agents civils de l’État et des janissaires aient pu correspondre à des impôts : les dépenses fiscales de ces derniers ne sont compensées par nulle entrée explicite d’impôts levés sur les paysans. Ces dépenses sont bel et bien à la charge des mineurs et diminuent la part d’héritage, calculée à la fin de chaque compte.

    • 9 Toutes ces remarques ont été inspirées par l’article de G. Veinstein, 1994, p. 35-53.

    Nous privilégions une hypothèse différente : les janissaires, rémunérés par une solde dont la valeur diminue en même temps que la piastre se dévalue, se sont « installés » à la campagne sur des terres qui ne sont pas « privées » (milk), mais sur des terres d’État (mīrī), ou des terres waqf. Ce n’est pas à titre personnel qu’ils doivent alors l’impôt : l’impôt est lié au statut de la terre9. La terre paye l’impôt, quel qu’en soit l’utilisateur. Quant aux agents civils de l’État, ils sont installés sur des terres waqf, soumises elles aussi à l’impôt.

29Un exemple a contrario est fourni dans les comptes des agents civils et militaires de l’État dépourvus de ressources agraires. Parmi eux, un seul personnage, Muṣṭafā çelebī b. al-marḥūm Muḥammad ǧāwīš b. al-Qārī qui reçoit les revenus d’un waqf créé par ses ancêtres, est touché par le paiement de la dîme (‘ušr). Aucun des autres ‘askar sans revenus agricoles ne semble régler d’impôts sultaniens. En revanche, huit d’entre eux payent des ‘awāriḍ sur des maisons, taxe jadis exceptionnelle qui tend à devenir en ces temps difficiles, un impôt régulier. Cette dernière constatation confirme bien les exigences fiscales croissantes de l’État.

30L’analyse des inventaires (muḫallafāt) confirme l’hypothèse que le statut de la terre prime sur le statut de la personne. Lorsque le juge dresse l’état du patrimoine des défunts ‘askar, il établit le patrimoine total du défunt : actif et passif (dettes, ou taxes impayées lors du décès) de la succession. Sur la quinzaine d’hommes ‘askar possédant à la campagne quelques biens, trois d’entre eux payent un impôt : la dîme le plus fréquemment (‘ušr) mais également, pour l’un des défunts, une taxe (ṭarḥ) et un impôt sur les cultures d’été (māl ṣayfī). Cela ne signifie pas que les autres possesseurs de biens ruraux n’aient pas eu de taxes à régler : ils s’étaient vraisemblablement acquittés de leurs impôts avant de mourir. Parmi les agents de l’État non implantés à la campagne, un seul doit régler des ‘awāriḍ sur sa maison.

  • 10 Sur les impôts levés par l’État, voir Darling, 1996.

31Comme l’indique le tableau suivant, les impôts sultaniens (parmi lesquels nous plaçons les ‘awāriḍ)10 constituent bien l’essentiel des prélèvements :

Tableau 28 – Les divers types d’impôts et de taxes

Piastres

Proportion

Frais de remplacement

49,0

1,9

Service des cadis

74,0

2,9

Taxes « illicites »

373,0

14,7

Impôts canoniques et ‘awāriḍ

2 045,0

80,5

Total

2 541

100

32Les impôts canoniques, sultaniens, représentent 77,1 % des sommes « fiscales » réglées, 1 960 piastres. Ces impôts sont désignés par plusieurs termes : la dîme, ‘ušr, l’impôt appelé māl, certaines taxes payées par les timariotes, et une seule muqāṭa‘a.

  • 11 Meier, 2005, p. 61.

33Bien que ces comptabilités ne soient pas des documents fiscaux, quelques allusions dispersées font cependant présumer du mode de recouvrement de ces charges fiscales. Toutes les dîmes (‘ušr) sont payées par des agents civils de l’État. Ces dîmes portent sur des vergers nommés ou des terres non irriguées ; dans quelques cas, ces ‘ušr sont appellées « ‘ušr al-sulṭān », pour tel verger. Le juge n’a jamais indiqué à qui elles étaient réglées, elles sont simplement notées comme des dépenses que le waṣī a engagées. Comme ces vergers sont loués à des waqf par des agents civils de l’État, le šayḫ Muḥammad b. al-šayḫ ‘Īsā al-‘Imādī, le ṣūbāšī Ḫudāwīrdī b. al-Arnawūd, ou ‘Alī aġā b. al-marḥūm Darwīš b. Burayk, on peut émettre l’hypothèse que ces dîmes sont payées aux waqf. Astrid Meier, à propos des « taxes imposées aux villages » soulignait le rôle croissant accordé aux fondations (waqf) dans la collecte des impôts, en Syrie, notant que les agents fiscaux traditionnels « ne pouvaient plus collecter les taxes qui revenaient aux fondations de même que les autres impositions liées à l’utilisation de la terre. »11 Ces actes, qui paraissent lier waqf et collecte de la dîme, confirmeraient en partie son analyse.

34Astrid Meier cite les déclarations des villageois de Ḥazramā prétendant verser de l’argent aux fondations pour les récoltes estivales et aux agents fiscaux pour les récoltes hivernales. La situation est inverse dans le cas du ṣūbāšī Ḫudāwīrdī qui paye à un za‘īm le ‘ušr ṣayfī (pour les récoltes d’été). Chaque village, chaque imposé, avait-il, dans cette répartition des taxes pour les cultures d’été et d’hiver, son propre comportement ?

35Les janissaires payent tous un māl mīrī, ou un māl al-sulṭān, mais aucun ne règle de ‘ušr. Par qui ces sommes étaient-elles perçues ? On l’ignore, à une exception près : le janisssaire ‘Alī aġā b. ‘Abdallāh, pour la seule année 1090 (1679-80), verse son māl mīrī de 157 piastres à quatre timariotes se partageant la concession fiscale du territoire. Dans ce cas au moins, les timariotes ont conservé, auprès du janissaire, le bénéfice de l’impôt sultanien.

  • 12 Lewis B., 1979, p. 109-124.

36Au moins en partie, car la référence, certes unique à la ferme d’impôt, muqāṭa‘a, suggère un doute : « Le sipahi et son tīmār est devenu de moins en moins important et a été remplacé par le fermier d’impôt [...] Les impôts n’ont pas été cependant collectés directement par des fonctionnaires, mais ont été assignés en tant que fermes (muqāṭa‘a) » [...]12. Ces années pourraient être des années d’évolution : les waqf collectent les dîmes, le reste des impôts sultaniens est réuni par des sipahis et par un fermier d’impôt, précédant de peu les futurs fermiers des malikane.

  • 13 Bowen, 1960b, p. 783. Voir également Darling, 1996, chapitre III.
  • 14 Inalcık, 1994, p. 503.

37À ces impôts canoniques, et destinés au pouvoir central, s’ajoutent des impôts, les ‘awāriḍ, considérés comme exceptionnels, autrefois classés comme taxes illicites : ces impôts semblent devenus « monnaie » courante à la fin du xviie siècle. Dans l’Encyclopédie de l’Islam, H. Bowen les qualifie de « contributions imposées par le gouvernement central au nom du sultan [...] d’abord en cas de crise financière, puis annuellement, en vertu de l’autorité coutumière du sultan [...] ; à ces impositions, le mot ‘awāriḍ fut appliqué, apparemment parce que le total exigé variait selon les besoins du gouvernement et était, par conséquent, considéré comme ‘āriḍ, accidentel [...] ; à partir du début du xviie siècle, la perception des ‘awāriḍ n’était plus occasionnelle. »13 Dans l’article Resm, Inalcık souligne : « Bien que les ‘awāriḍ-i dīwāniyya, prélèvements exceptionnels, collectés par l’État en nature, en espèces ou en corvées, fussent dénoncés comme un fardeau injuste pour les paysans, ils étaient prélevés sans mesure et assimilés à la longue aux taxes régulières. »14

  • 15 Darling, 1996, p. 116.

38Quatre-vingt six piastres de ‘awāriḍ renforcent la part des impôts sultaniens qui atteignent donc la valeur de 2 045 qurš, 80,5 % de l’ensemble des différents impôts et taxes payés. Dans les muḥāsaba réservées à la gent d’État, ces ‘awāriḍ ne sont pas collectés en corvées, ni en nature, mais en espèces ; les impôts paraissent bien annuels, puisque le waṣī du ṣūbāšī règle des sommes pour l’année 1090/1679-80 et pour l’année 1091/1680-81 ; dans 8 cas, sur 13, le scribe a indiqué sur quel bien pesait l’impôt, des bâtiments, maison, entrepôt ou ḥawš. Nous avions observé, dans le chapitre V consacré aux activités urbaines, que les militaires propriétaires de maisons s’acquittaient effectivement des ‘awāriḍ. Linda Darling note qu’à Damas, vers 1640, le montant de la taxe ‘awāriḍ s’élève à 390 akçe par ḫāne, soit environ trois piastres15.

39D’autres taxes, ressenties sans doute par les contemporains comme pesantes et injustes, s’avèrent beaucoup moins lourdes que les impôts canoniques : 373 piastres, soit 14,7 % de l’ensemble. Ces taxes, présentées dans le tableau suivant, sous leurs noms vernaculaires, ont été déjà évoquées lors des monographies consacrées à chacun des agents de l’État lié à la campagne. Nous tenterons d’en faire ici l’historique.

Tableau 29 – Montant des taxes illicites

ṭarḥ

163

mušāhara

121

zaḫīra

64

dakk abwāb

16

qahwa

6

tasfīr

3

Total

373

  • 16 Mantran, Sauvaget, 1951, p. 34.

40Dans ce domaine encore, les données surprennent. Beaucoup auraient dû être supprimées depuis plus d’un siècle. Exigées de représentants de l’État, des militaires, appartenant pour certaines à la pratique mamelouke, ces taxes dites « illégales » avaient été abolies par le pouvoir central dans la province de Damas dans un règlement de 1548 qui stipule : » Il existait autrefois dans le vilâyet susdit des innovations condamnables dites « coutume de tournée », « protection », « taxe pour les receveurs », « ouverture des aires à dépiquer », « droit de moisson », « coutume de transport des gerbes » : présentement leur cas ayant été soumis au pied du Trône qui est le refuge de la justice, quand mention en eut été faite, le padishah, dans sa clémence, ordonna de supprimer ces innovations coupables et ainsi a été consigné au nouveau registre. »16 Certes les termes relevés dans les muḥāsaba n’apparaissent pas dans le règlement de 1548, à l’exception de la mušāhara ou müshâhere, « redevance mensuelle », comme la traduisent Mantran et Sauvaget, sur laquelle nous allons revenir. Comme le soulignent les mesures d’interdiction périodiquement rappelées, il est toutefois clair que se poursuit la pratique de prélever certaines de ces contributions abusives, cachées sans doute sous des dénominations nouvelles.

41– Les ṭarḥ représentent la plus importante des ponctions.

  • 17Ulabī, 1982, p. 258-259.
  • 18 Cité dans ‘Ulabī, 1982, p. 259.
  • 19 Ibn Kannān, 1994, p. 78.
  • 20 Rafeq, 1970, p. 240-241.

42Dans la période mamelouke, le ṭarḥ, une pratique courante et instituée, est l’achat forcé de biens de consommation imposé par les gouvernants à des négociants à des prix supérieurs aux prix du marché17. Au début de la période ottomane, en 1519, un historien damascain mentionne l’abolition de l’achat forcé d’acier imposé aux forgerons chrétiens de la ville18. Mais, dans les règlements ottomans, le terme n’apparaît pas comme étant un abus illégal et donc aboli au même titre que d’autres déjà évoqués. Les rares mentions trouvées dans des chroniques ne sont guère plus explicites. Ibn Kannān rapporte dans un passage peu clair de sa chronique, qu’à la fin d’octobre 1703, trois qinṭār de soie de Baalbeck, confisqués, ont été envoyés à Damas et « imposés » (ṭarḥ) aux négociants19. A. Rafeq souligne que, plus tardivement, dans les années 1760, le gouverneur de Damas ‘Uṯmān Pacha, soutenu par le muftī de l’époque, avait aboli un certain nombre de taxes arbitraires imposées à la population, dont le ṭarḥ : des gouverneurs précédents avaient en effet pris l’habitude de lever une taxe dénommée « ṭarḥ » en espèces sur l’orge, les troupeaux et sur certains autres biens, imposée aux marchands et aux pauvres de Damas20.

43Dans les documents étudiés, les ṭarḥ mentionnés rappellent le sens proposé par A. Rafeq. Le terme est précédé parfois d’un autre mot qui en précise l’affectation, associé à 10 reprises à de l’orge, deux reprises à des bovins et deux à des chameaux. Deux mentions sont enregistrées dans le compte du janissaire ‘Alī aġā b. ‘Abdallāh sous le terme « ṭarḥ de l’orge du Pacha » : le gestionnaire aurait-il acquis contre espèces et pour une quelconque raison une quantité non précisée d’orge appartenant au gouverneur ? Le waṣī, dans le même document, a déboursé l’importante somme de 39,75 piastres pour un ṭarḥ d’orge dû pour un mois ! Dans la présentation des comptes du ṣūbāšī Ḫudāwīrdī b. al-Arnawūd, l’exécuteur a payé un ṭarḥ d’orge et de bovin, et un « impôt » (māl) de ṭarḥ d’orge. Il est donc difficile d’apprécier exactement, à la lecture des diverses expressions lapidaires utilisées, la réalité de cette « contribution ».

  • 21 Mantran, Sauvaget, 1951, p. 52.

44– Les mušāhara ne concernent qu’un seul des défunts, le janissaire ‘Alī aġā b. ‘Abdallāh. R. Mantran et J. Sauvaget traduisent « redevance mensuelle », mentionnée dans un règlement du liva de Safad de 1555 : « Les amin et les soubashi ayant imposé aux villages une redevance dite “mensuelle” (müshâhere) certains en ont demandé le versement : cette pratique constituait une innovation condamnable, et un ordre auguste en prononçant l’abolition étant parvenu, qu’on ne lève rien de semblable ». Et dans un règlement de la province de Damas, en 1596, il est interdit aux soubashis de lever cette taxe »21.

45Le terme apparaît dans un seul document à trois reprises ; dans une quatrième il est sous-entendu : le gestionnaire de la muḥāsaba du janissaire ‘Alī aġā b. ‘Abdallāh certifie avoir réglé trois sommes en espèces respectivement de 19,5, 22,75 et 37,5 piastres au titre de la mušāhara pour les trois premiers mois de l’année 1090/février, mars, avril 1679, puis pour les mois de rabī‘ II, ǧumādā I et ǧumādā II/mai, juin, juillet 1679, pour ceux de šawwāl, ḏū al-qa‘da et ḏū al-ḥiǧǧa/novembre, décembre 1679 et janvier 1689 et mentionne une quatrième dépense, non qualifiée expressément de mušāhara, 41,25 piastres pour les mois de raǧab, šā‘ban et ramaḍān 1090/août, septembre, octobre 1679. Pour l’année entière, le waṣī du défunt a donc payé 121 qurš. D’après la description du scribe, la taxe ne serait pas mensuelle, malgré le sens littéral, mais trimestrielle.

  • 22 Ibn Kannān, 1994, p. 215, 217 et 288.

46Le document n’indique pas à qui ces sommes importantes avaient été versées. Il semble bien toutefois que les initiateurs et principaux bénéficiaires de la levée de cette taxe étaient les ṣūbāšī. Ibn Kannān rapporte en effet quelques années plus tard que sous son long mandat (1708-1714), Nāṣīf/Nāṣūḥ Pacha, très autoritaire gouverneur de Damas, avait également accompli de « bonnes actions ». Il avait ainsi supprimé les postes de ṣūbāšī, chargés de la police dans les quartiers et les souks. Cette mesure privait le ṣūbāšī de certains de ses « revenus, les taxes sur le mariage, le logement, la mušāhara et la ḏaḫīra en particulier dans le faubourg de Ṣāliḥiyya. Mais le jour de son exécution, les ṣūbāšī revinrent et avec eux les exactions car c’était les hommes du gouverneur qui soutiraient de l’argent à la population. » Et Ibn Kannān ajoute, tout en doutant de l’efficacité de la mesure, qu’en octobre 1718 « arriva un édit impérial de Aḥmad Ḫān, abolissant tous les impôts abusifs (maẓālim) dans son pays ; ils expliquèrent dans le détail le contenu de l’édit... car il comprenait des versets et des ḥadīṯ [...] Il fut enregistré au tribunal. [Parmi ces impôts il y avait] la mušāhara, la ḏaḫīra [...] ils étaient levés par les Bāšlī à concurrence de 30 à 100 (piastres ?) ou plus. On cria publiquement en turc et en arabe, qu’ils étaient abolis, et le porteur de torche (mašā‘ilī) avait une feuille où étaient indiqués les impôts qui étaient levés. »22

  • 23 Et, par extension, Trésor.

47– Les zaḫīra paraissent bien être liés à ces « provisions » pour l’armée signalées par Rafeq et Inalcık. Le terme ḏaḫīra/zaḫīra signifie « réserves, provisions »23. Dans les documents, il est généralement associé au nom d’un gouverneur suivi d’un montant en piastres.

  • 24 Ibn Kannān, 1994, p. 153-4 (dans le mandat de Nāṣūḥ Bāšā/ Nāṣīf Pacha 1708-1714).
  • 25 Ibn Kannān, 1994, p. 217.

48La description la plus explicite du contenu de cette zaḫīra est donnée par Ibn Kannān lors d’une campagne menée en 1709 par le gouverneur en poste, Nāṣīf Pacha contre des Bédouins dans la région de Salṭ, en Transjordanie. Poursuivant sa campagne, il se dirige vers Jérusalem, puis vers le nord pour se rendre dans la Bekaa : « Le mardi 11 raǧab [16 septembre 1709], le Pacha renonça à venir dans la Bekaa [...] après avoir envoyé des courriers aux villages de cette région au sujet de la zaḫīra. [Il était demandé] à chaque village dix têtes de mouton, trente sacs d’orge, vingt qinṭār de riz, dix de graisse, dix de miel et trente raṭl de pain. Puis il annula tout ceci, Dieu merci ! »24 Et le chroniqueur précise dans un passage postérieur que « quand [Nasif Pacha] voyageait, il prenait la zaḫīra, uniquement dans le cas d’une campagne militaire (safar) »25. Ce sont donc des réquisitions en nature, imposées par le wālī de Damas pour subvenir aux besoins de ses troupes en campagne, une pratique qu’Ibn Kannān semble considérer comme relativement légitime.

  • 26 Laoust, 1952, voir chapitre précédent.
  • 27 Maḥāsinī note que Ḥusayn Pacha revient à Damas en août 1680, v. Marino, 1986, p. 46
    et 84.

49Dans les muḥāsaba, la contribution versée par les gestionnaires est indiquée en argent monnayé. Sa destination est parfois précisée. Le waṣī du janissaire ‘Alī aġā b. ‘Abdallāh bāš ǧāwīš, à quatre reprises, a versé des zaḫīra au nom du gouverneur ‘Uṯmān Pacha : une fois au début de l’année 1090, en muḥarram (février 1679), puis à trois autres reprises. L’une de ces zaḫīra est bien identifiée : maṣraf zaḫīra ḥīna ḫurūǧ ‘Uṯmān bāšā li-l-Karak (dépense pour la sortie de ‘Uṯmān Pacha pour Karak), une somme modeste, 5 piastres26. Le waṣī a réglé également une zaḫīra au gouverneur Ḥusayn Pacha, pour l’année 1090 (1679-80)27.

50Les raisons des autres versements au titre de la zaḫīra n’ont pas été indiquées. Deux sommes, de trois piastres chacune, sont réglées par le waṣī du ṣūbāšī Ḫudāwīrdī pour les provisions « dues » à un gouverneur de la province d’Égypte dont on suppose qu’il a probablement traversé la province syrienne pour rejoindre son poste au Caire. Il a également déboursé deux piastres et demie pour une zaḫīra -et de la paille- attribuée à des nomades de la tribu des Mawālī pour d’obscures raisons.

51Le gestionnaire de Muṣṭafā aġā b. ‘Umar ǧūqadār des bulūkbāšiyya a versé 3,3 piastres de zaḫīra pour des nomades non identifiés.

  • 28 Mantran, Sauvaget, 1951, p. 51 n. 5.
  • 29 Ces tasfīr seraient-ils synonymes des dawra citées par Venzke, 1990, p. 427 : « Les deux plus impor (...)

52– Des tasfīr ou tesfir sont huit fois mentionnés, des sommes pour la plupart modestes. Le terme renvoie dans divers règlements des provinces syriennes du xvie siècle à un « droit de déplacement » versé à « un représentant de l’autorité appelé par son service en dehors de sa résidence normale »28, une taxe illégale abolie29.

53L’une des contributions pèse sur les descendants du timariote Aḥmad aġā al-za‘īm (9 piastres) ; elle est attribuée au gouverneur (ṣāḥib al-dawla) pour financer probablement une tournée d’inspection de districts dans la province ; une seconde a été versée par le gestionnaire du janissaire Šāhīn beše b. Muṣṭafā pour un déplacement vers un village au sud de la ville de personnes au service du responsable de la Takiyya du Sultan Sulaymān « chargées de convoyer des biens revenant à cette institution ». Les autres frais de tasfīr figurent dans la gestion particulièrement ponctionnée du ṣūbāšī Ḫudāwīrdī b. al-Arnawūd : l’une a été versée à un officier ; les autres, de très faibles valeurs et pour des raisons inconnues, à des artisans, des foulons (qaṣṣār), dont l’un est un homme du Pacha, et, curieusement, pour un « déplacement » des chameaux du gouverneur !

  • 30 Seikaly, 1984, p. 406 ; Ramlī, 1974, p. 98, mentionne cette taxe non canonique sans préciser en quo (...)

54– Le prix du café (ṯaman qahwa), payé à des inconnus, peut-être lié à la marche de l’exploitation, doit sans doute être rapproché de la taxe illégale qahwaǧiyya, contre laquelle s’élève al-Ramlī pour la Palestine30.

55– Reste un dakk abwāb, dont nous n’avons retrouvé aucune mention
ailleurs que dans les actes étudiés ; cette taxe n’est exigée que des « propriétaires » ou « locataires » de bustān : le terme peut-il être mis en relation avec les dakk, murets en torchis qui clôturaient les jardins dans la Ġūṭa de Damas et de leurs portes ?

56À l’exception du café, dont la destination paraît très locale, les autres taxes, non canoniques, non sultaniennes, semblent bien être perçues par les gouverneurs, dont les noms apparaissent plusieurs fois.

57– Enfin, les ġafāra, six fois mentionnées, n’ont pas été considérées comme faisant partie des taxes « illicites ».

  • 31 Mantran, Sauvaget, 1951, p. 34.
  • 32 Bayat, 2005, I, p. 222-223.
  • 33 Cohen, Lewis, 1978, p. 56, 58, 72, 165.

58En turc, le mot signifie « corruption », proche du mot ḫafāra/ḫufāra en arabe, protection, défense, patronage, et ḫifāra, salaire de celui qui défend ou protège. Il ne s’agit sans doute pas de cette taxe de « protection » (rasm ḥimāya) relevant de la pratique mamelouke, qui a été abolie comme les autres taxes évoquées plus haut, par le pouvoir d’Istanbul31. Certes, la pratique a existé. Deux ordres sultaniens adressés en 1560 l’un au gouverneur d’Égypte, l’autre au gouverneur d’Alep, font référence à une affaire impliquant certains janissaires d’Alep, et leurs chefs, qui convoient le tribut égyptien ; ils prennent sous leur protection des négociants en esclaves qui empruntent cette caravane et leur défendent de payer les taxes (bāǧāt et ġafāra) consignées dans le Qānūn et levées par des fonctionnaires de l’État dans le district de Safad, ce qui constitue « un dommage pour le Trésor », précisent ces ordres32. A. Cohen et B. Lewis signalent également une taxe légale levée à divers points de contrôle (ghafar) sur les grandes routes, notamment à Sa‘sa‘ à proximité de Damas. Elle est également réclamée aux chrétiens et juifs qui les empruntent : c’est la « caphare » que mentionnent les voyageurs occidentaux33.

59La lecture des actes suggère une autre interprétation. Le terme apparaît à quatre reprises dans le compte du janissaire Šāhīn beše b. Muṣṭafā : 33 piastres, sous le nom simple de ġafāra, ou associé à des nomades (ġafārat ‘arab), ou encore à du café (ġafārat qahwa). Dans plusieurs autres muḥāsaba, le terme est lié à des sommes concernant un transport (naql), ou à des sacs d’orge et de blé destinés à des gitans (Nawar), ou à une kiswa pour un nomade, Rašīd al-Badawī : ces données suggèrent qu’il s’agit plutôt d’un tribut (khûwe), évoqué par certains auteurs, imposé par les Arabes nomades aux populations sédentaires en échange de la protection de leurs propriétés. Nous ne le classerons donc pas parmi les impôts. Dans l’ensemble, calculé très arbitrairement, et pour des raisons comptables sur 12 mois, le montant de la ġāfara s’élève à 45,8 piastres.

Les waqf

60Au nombre des frais figurant dans les comptes de gestion, les sommes versées aux waqf, 1528 piastres, représentent une part importante des dépenses réglées par les waṣī, occupant le troisième rang des frais pesant sur les exploitations. L’analyse de chacune des « exploitations » rurales l’avait déjà montré : toutes les catégories de ces agents civils et militaires de l’État sont liées aux waqf, à des niveaux certes différents. Certains en possèdent des parts propres qu’ils ont héritées de leurs parents, tels le šayḫ Muḥammad b. al-šayḫ ‘Īsā al-‘Imādī, agent civil de l’État, ‘Alī aġā b. al-marḥūm Darwīš b. Burayk et le ṣūbāšī Ḫudāwīrdī b. al-Arnawūd : ils en touchent des revenus, et donnent en location les terres du waqf. Les autres, sipahis, janissaires et agents civils de l’État, prennent en location totalité ou partie des terres à des waqf, et les font cultiver par des paysans.

61Les sommes réglées aux waqf concernent parfois, rarement, des salaires, versés aux administrateurs de waqf : un salaire (murattab) annuel a été attribué par le waṣī au défunt bénéficiaire du waqf, le šayḫ Muḥammad al-‘Imādī, 12 qurš, attribution posthume qui profitera sans doute au nāẓir du waqf, le petit-fils du défunt. Le travail de gestion (ḫidma) du mutawallī d’un des waqf du ṣūbāšī Ḫudāwīrdī a été estimé, pour un ou deux ans – la durée a été mentionnée de façon ambiguë –, à huit piastres, à quatre piastres pour le ou un des waqf de ‘Alī aġā b. al-marḥūm Darwīš b. Burayk. Apparemment, un waṣī prend en charge directement la rétribution (30 piastres pour cinq ans, six piastres par an) du mutawallī d’un waqf sur lequel était établie la zi‘āma du sipahi Aḥmad aġā al-za‘īm ; un autre verse aux deux nāẓir du waqf des Banū al-Asadī une somme modeste, 10 piastres pour cinq ans. Cet ensemble de frais administratifs ne constitue que 2,7 % de toutes les dépenses dues aux différents waqf, 41 piastres.

62Les scribes se sont montrés particulièrement désordonnés dans l’exposition des frais que les waṣī devaient régler aux waqf. Les saisies multiples, qui rendent impossible toute quantification précise, abondent : telles les 5,25 piastres dues par le šayḫ Muḥammad b. al-šayḫ ‘Īsā al-‘Imādī destinées à payer la dîme, la location (ḥikr) et le loyer (uǧra) pour le verger, ou les 66 piastres pour la dîme, la location (ḥik) et la taxe-mystère dite dakk abwāb pour un autre verger. En tout, 198 piastres ont été versées à des waqf, somme dont il est impossible de distinguer l’exacte destination.

  • 34 Rafeq, 1992, p. 308.

63La part la plus importante des frais, 650 piastres, est absorbée par une dépense, dite māl iǧāra, ou tout simplement māl waqf, sans doute sommes versées aux waqf bénéficiaires de terres mises en valeur par les ‘askar. A. Rafeq l’a remarqué : si la terre était waqf, les habitants ayant acquis le droit d’usufruit (mašādd maska) payaient alors l’argent aux waqf (māl al-waqf)34.

64L’ensemble des loyers versés aux waqf par les gens d’État qui ont pris certains de leurs biens en location, atteint à peu près la même somme, 639 piastres. Ils ont loué des vergers surtout, bustān et ǧunayna, des terres (arḍ ou qiṭ‘at arḍ), des exploitations (mazra‘a), des maisons, des terroirs de villages entiers, des bâtiments (entrepôt-ḥāṣil, écurie-iṣṭabl, moulin-ṭāḥūn) ; ces loyers ont été enregistrés par le scribe sous deux termes différents : uǧra de 487 piastres et ḥikr de 152 piastres.

Tableau 30 – Distribution des sommes versées aux waqf

En piastres

Māl (12 occurrences)

650,0

Ḥikr (39 occurrences)

152

Uǧra (33 occurrences)

487

Salaires des administrateurs des waqf (8 occ.)

41

Sommes à destinations non différenciées (8 occ.)

198

Total

1 528

Les frais de main d’œuvre

65Le coût du travail représente, en valeur, la seconde charge des exploitations rurales, 2 133 piastres, soit 27,3 % de l’ensemble des dépenses.

  • 35 En principe, le terme ‘ulūfa désigne une pension ; la nature du texte ici permet de lui attribuer u (...)

66En français d’aujourd’hui, pour exprimer le coût du travail, le terme salaire est presque devenu un terme générique qui englobe des expressions plus anciennes, tels que solde, traitement, gages (subsiste cependant la formule de « honoraires » utilisée pour quelques professions libérales, avocat, médecin, notaire, par exemple). Le scribe, ou le waṣī, inscrivant les sommes payées par les détenteurs de biens ruraux dans la société des ‘askar, s’est servi de plusieurs mots, uǧra, maṣraf, ‘ulūfa35, tandis que murattab et ḫidma s’appliquent au « travail intellectuel », au travail de surveillance ou de gestion des personnes liées aux waqf, mutawallī, nāẓir. Parfois, aucun terme ne précède le montant réglé : un simple « ḥaṣṣāḍīn », moissonneurs, est suivi du nombre de piastres distribuées.

67Le travail des paysans est payé en nature, ou en espèces : lorsque le waṣī signale des dépenses engagées pour du blé ou des chaussures (maddās et ṣarmāt, grossières chaussures de paysans), pour un métayer, ou un berger, la rémunération est faite, clairement, en nature ; lorsque, sous la dictée, le scribe inscrit uǧra des moissonneurs, ou uǧra du valet de ferme pour un an, le salaire, sans doute possible, a été versé en espèces. Cette limpidité ne caractérise pas toutes les affectations : ainsi, dans la notation suivante, « 55 piastres pour avoir retourné (qalb) la terre du verger al-Ḥarirānī, avec le prix d’un mûrier (tūt) et rémunéré le travail sur deux peupliers se trouvant sur une planche (daff) », où trouver le prix du mûrier, celui des peupliers, celui du bêchage ? Célèbre problème des « torchons et des serviettes », qui touche quelques données : les frais engagés concernent bien du travail, mais impossible à classer, impossible à quantifier nettement.

68Le waṣī a payé en espèces sonnantes et trébuchantes les uǧra, les ‘ulūfa, les maṣraf, soit 1 777 piastres sur un ensemble de 2 133 qurš versés aux villageois : une très forte proportion (83,3 %) des frais de main d’œuvre est donc réglée en piastres.

69Les moissonneurs, 21 fois cités, qui reçoivent 960 piastres de toutes les sommes versées, 45 %, sont, de loin, les plus coûteux des travailleurs villageois saisonniers, comme dans toutes les agricultures anciennes. Une opaque obscurité les entoure : un pluriel indéfini, « les moissonneurs », signale seulement l’existence d’une équipe dont on ignore et la composition, et l’importance, et le temps de travail, et la superficie des coupes effectuées. La variation des salaires de 6 à 146 qurš évoque évidemment une proportionnalité dont on ignore la cause, mais que l’on imagine facilement : temps de travail ? Importance du champ ? Nombre d’hommes ? Tous ces facteurs sont liés.

70D’autres équipes existaient, tout aussi anonymes, liées à d’autres travaux des champs, les jardiniers à qui sont confiées les cultures d’été (muṣayiffīn) dont est une fois précisée la spécialisation, la cueillette des pastèques et du chanvre, les greffeurs (muṭa‘‘imīn), les bûcherons (qaṭṭā‘īn) : peu de fois cités, 10 fois, par rapport aux moissonneurs, ils ne reçoivent que 146 piastres.

71Les salaires réglés aux « travailleurs » individuels sont parfois plus précis. Ils révèlent d’abord le rôle des paysans impliqués : gardiens (bawwāb et nāṭūr) souvent qualifiés de maghrébins, régisseurs (ḫūlī), bergers (rā‘ī) valets (aǧīr), un unique laboureur (ḥarrāt), et un paysan qui a retourné les champs de coton (naqš al-quṭn) ; souvent, à la somme versée correspond un temps de travail précisé.

72La rémunération des valets semble bien établie : à deux reprises, le waṣī a mentionné une dépense de 10 piastres pour un an ; pour deux valets (aǧīrayn), 20 piastres. Pour un salaire augmenté d’une kiswa (des vêtements), un autre waṣī a réglé la somme de 13 piastres ; ou 11 piastres, dans une comptabilité qui couvre deux ans, mais dont ne sait si ces 11 piastres correspondent à un an ou deux ans de travail. Donc, au maximum, 10 piastres par an, soit (au taux de 40 miṣriyya pour un qurš), une miṣriyya par jour.

73Les ‘ulūfa payées aux Maghrébins, gardiens, peuvent également être estimées. Pour la même période de quatre mois, à deux reprises, le Maghrébin reçoit huit piastres ; pour quatre mois et demi, 8,5 piastres ; pour deux mois et demi, un autre Maghrébin touche cinq piastres, soit deux piastres par mois, ou 2,6 miṣriyya par jour. Un gardien de plantation (nāṭūr al-karm), pour 10 jours, empoche, si l’on peut dire 0,4 piastre, soit 1,6 miṣriyya par jour ; un gardien d’aire à battre (baydar), pour un an, cinq piastres, 0,6 miṣriyya par jour.

74Le montant des dépenses engagées pour un régisseur a été précisément défini par le scribe : pour 14 mois, du 1er raǧab 1089/18 août 1678 au 22 ramaḍān 1090/26 octobre 1679, le régisseur a touché 22 piastres : 1,6 piastre par mois, deux miṣriyya par jour, tandis que 2,5 piastres seulement sont destinées aux serviteurs du même régisseur (ḫuddām al-ḫūlī). Dans des comptes qui couvrent un peu plus d’un an, trois régisseurs touchent 5, 9, et 10 piastres et demie. Si l’on s’en tient au calcul sur l’année et sur l’ensemble des 11 régisseurs mentionnés, c’est 9,4 piastres par an qui sont versées en moyenne à chacun des régisseurs.

75Les bergers ne sont guère mieux lotis, qui touchent 10 piastres par an, comme les valets, soit un peu plus d’une miṣriyya par jour.

76Les calculs sont cohérents : le travail rural est peu payé, variant de 0,6 à 2,6 miṣriyya par jour, s’établissant le plus souvent autour d’une unique miṣriyya quotidienne. On avait estimé la solde des janissaires à 4,6 à 5 miṣriyya par jour, soit 4 fois plus.

77Certains de ces salariés reçoivent, en plus de leur salaire, quelques petits apports en nature, de la nourriture, des habits, supplément d’une cinquantaine de piastres, moins de 3 % des sommes payées, sans doute nécessaire, et apprécié. L’un des régisseurs qui touchait un salaire de 5,5 piastres se voit distribuer une piastre de riz, une piastre et demie de raisiné (rob) ; un autre, un turban (šāš) qui représente environ le quart de sa solde, 2,5 qurš. Un valet reçoit une demi-ġirāra d’orge, trois piastres, et des chaussures (maddās) pour l’un, huit kayl de blé pour un autre, quatre piastres. Un gardien ne touche aucun salaire, mais six piastres en blé, une qīmā (vêtement de dessus) et des bottes, 3,3 piastres, total qui dépasse le « salaire » moyen du nāṭūr. Aux bergers, de l’huile (à deux reprises), de la graisse, et des chaussures.

  • 36 Barthélémy, 1969 : habillement, vêtement.
  • 37 Barthélémy, 1969.

78En dehors de ces uǧra, de ces ‘ulūfa, de ces maṣraf payés en piastres, auxquels s’ajoutent quelques éléments en nature, d’autres termes expriment la rémunération, kiswa, mūna, et qūt, rémunérations non pas en espèces, mais en nature. Kiswa s’applique à des vêtements, et pourrait être traduit « de quoi se vêtir36 ». Mūna signifie : provisions. Dans un des actes, la mūna est bien définie : 8 kayl de blé destiné à un homme qui s’occupe des vergers (bustānī) ; formulons l’hypothèse que, dans certains cas, les mūna pouvaient comprendre la part de grains de blé ou d’orge destinés aux semences. Barthélémy37, pour traduire qūt, donne le choix entre : « nourriture », ou « portion congrue, juste de quoi ne pas mourir de faim ». Ce type de rémunération concerne essentiellement un autre type de travailleurs ruraux, les métayers (murābi‘īn). Les actes n’expriment aucune précision concernant le contenu exact de ces kiswa, qūt et mūna, à une exception près. Le terme murābi‘īn, un pluriel indéfini, ne permet pas le dénombrement.

  • 38 Qasimy, 1960, II, p. 427-428.
  • 39 Latron, 1936, p. 84, pour une description de ce type de contrat durant la période mandataire.
  • 40 Ša‘bān, 1997-1998, p. 150 mentionne à une reprise que le métayer d’un waqf recevait un sixième de l (...)

79La valeur totale de ces rémunérations est faible par rapport aux salaires, 118 piastres pour les qūt, 137 pour les kiswa, 24 pour les mūna, et 26 qui reviennent à des murābi‘ des vergers, et des murābi‘ de la soie, 305 piastres en tout. Rémunérations proportionnelles aux récoltes ? Rien, dans ces données, ne permet de l’affirmer, mais on suppose que le contrat de métayage se fondait sur cette proportionnalité. Dans la notice consacrée au murābi‘, Qasimy38 précise que « le paysan engagé par le propriétaire d’une terre agricole recevait en contrepartie de son travail le quart de toutes les récoltes données par la terre qu’il avait cultivée » d’où vient le nom qui lui est attribué, murābi‘. Il est probable que les contrats négociés variaient suivant les régions, suivant la qualité de la terre et le type de cultures, et pouvaient porter sur des parts moindres ou supérieures39. Une exception cependant, déjà décrite : dans les comptes de Muṣṭafā aġā b. ‘Umar ǧūqadār des bulūkbāšiyya, qui couvre une période de neuf mois, une précision est apportée, concernant des travailleurs nommés. Les laboureurs (ḥarrātīn) et les métayers touchent, comme prix de leur travail, une part de la récolte. Le waṣī déclare ainsi les revenus ruraux : un certain nombre de faddān, sans plus de précision, rapporte 40 ġirāra d’orge. De ces 40 sacs, 28,5 sont vendus au prix de 2,5 piastres le sac ; mais 6,5 ġirāra sont ôtés de la vente pour être distribués comme mūna aux laboureurs, et 5 ġirāra à un certain Muṣṭafā beše dont on ignore le rôle, sans doute un ḫūlī ; les laboureurs ont donc touché moins du cinquième de la récolte (16 %)40 ; la vente sur pied du coton a rapporté 60 piastres dont on retire 15 pour les métayers, soit exactement le quart. Cette dernière proportion est donc conforme aux normes du contrat d’exploitation, jamais mentionné dans les actes, mais évoqué par Qasimy.

80Dans la presque totalité de ces exploitations, les paysans sont (surtout) payés en espèces auxquelles s’ajoutent quelques biens en nature, ou en parts de récoltes ou enfin reçoivent un simple « couvert » (qūt et kiswa), plus l’attribution du « gîte » (ḥawš), dont l’entretien semble à la charge du bailleur. Aux uns, les salariés, sont réservées les tâches saisonnières dont la lourdeur, à certaines époques, dépasse les forces du métayer et de sa famille : moissonner, cueillir, greffer, ou « garder » lorsque la récolte est mûre ; aux autres, les métayers, les incessants travaux de la terre qui occupent l’année (labourage, semailles, sarclage de la terre, etc.) Aucune enquête de terrain n’est possible, qui permette d’évaluer exactement la rémunération des métayers, seulement évoquée par Qasimy, Latron, Weulersse et Ša‘bān. Attendons que quelques archives éclaircissent dans le futur cette question.

81Ces frais de main-d’œuvre ne concernent évidemment pas les agents de l’État ou les sipahis qui donnent leurs terres en location. Seuls, les janissaires et les quelques sipahis qui ajoutent aux revenus de leurs concessions l’exploitation personnelle des champs, rémunèrent le labeur villageois.

82Le travail paysan ne consiste pas qu’à entretenir la terre, la faire fructifier, ramasser le produit des récoltes. Encore faut-il, dans certains cas, transporter les produits jusqu’à des destinations plus ou moins lointaines : au « propriétaire » de payer les frais de transport, 359 piastres en tout, 4,6 % de toutes les dépenses. Ces transports concernent toutes les récoltes, une fois d’ailleurs qualifiées d’un collectif, ġilāl. De loin les plus fréquents, les transports de céréales, orge et blé, mais aussi du coton, des fèves, des lentilles, des plantes fourragères, de l’huile et même du fumier (zibl), des poteries (afḫār). D’où à où ? Le scribe n’a pas toujours mentionné les trajets de ces biens, mais on suppose que le départ se situait sur les champs et aboutissait, soit dans les résidences locales des exploitants, soit à Damas. Difficile d’estimer combien d’heures ou de journées de travail requéraient ces livraisons. Dans quelques actes toutefois, le waṣī a précisé le lieu de départ et de destination, la quantité de récoltes transportées, et la valeur du repas attribué. Comme le suggère le tableau suivant, et comme l’hypothèse pouvait en être faite, le coût variait avec les quantités transportées, l’éloignement des lieux, et avec le contenu exact du défraiement, pouvant inclure un repas (ṭa‘āmiyya), sans doute lorsque le trajet était long.

Tableau 31 – Le prix du transport

Nature du transport

Prix du transport en piastres

51,5 ġ de blé de Marīhā (Ġūṭa) vers Damas plus repas

17,8

75 ġ d’orge de Marīhā plus repas

20,3

16 ġ et 1 k de blé et du millet, de Ṭalliya (Bekaa) vers Damas plus repas

22,3

62 ġ et 2 k de blé et de millet de Tamnīn (Bekaa) vers Damas plus repas

84,3

21 ġ et 10 k d’orge et de millet de Tamnīn (Bekaa) vers Damas plus repas

22,1

6 ġ et 3 k d’orge

1,5

2 ġ de lentilles

2,6

3 ġ de fèves à partir de Marīhā

1

25,5 ġ d’orge à partir du tīmār (Marǧ ?)

4,3

  • 41 Lorsque les données de localisation sont inexistantes, mais que la valeur du transport est connue, (...)

83Le janissaire ‘Alī b. ‘Abdallāh exploite des champs de céréales dans la Ġūṭa, (à Marīhā) et dans la Bekaa à Tamnīn et Ṭalliya : le waṣī a détaillé le prix du transport en comptabilisant les ġirāra transportées et notant le lieu de départ. Mélangeons allègrement le blé et l’orge, confondons dans une même région, la Bekaa, les villages de Tamnīn et Ṭalliya. Les 126,5 ġirāra de céréales transportées de la Ġūṭa à Damas sont rémunérés 38 piastres, soit 0,3 piastre la ġirāra (incluant le prix du repas) ; le transport de 99 ġirāra de la Bekaa coûte 128,6 piastres, soit 1,3 piastre la ġirāra. Le coût du transport a été multiplié par 4. Approximativement, le transport de Marīhā jusqu’à Damas devait durer une demi-journée, le transport de la Bekaa à Damas, à peu près 3 jours. Le prix d’une journée de transport d’une ġirāra de céréale pourrait être estimé, en moyenne, à une somme variant entre 0,3 et 0,4 piastre, de 12 à 16 miṣriyya41. Le coût du transport, réalisé par portage, est donc élevé : de la Bekaa, la région la plus lointaine, à Damas, la dépense équivaut au prix moyen d’une demi-ġirāra d’orge, à plus du tiers de la ġirāra de blé.

84Aux 2 133 piastres de frais de main-d’œuvre proprement dits peuvent donc s’ajouter ces 359 piastres : la main d’œuvre absorberait donc près du tiers de toutes les dépenses liées à l’exploitation agricole.

Les autres frais

85Les paysans, dépendants, dont les rémunérations devaient à peine permettre (vu leur fort endettement) d’assurer vie et force de travail, laissaient, à ceux de leurs maîtres qui ne donnaient pas leurs biens en location, le soin d’assurer les infrastructures de l’exploitation (cheptel vif, équipement animal nécessaire à la culture et au transport, cheptel mort, semences, outillage, lieux de stockage des cultures).

86Les semences ne représentent que 1,9 % de l’ensemble des frais pesant sur les « propriétaires », 149 piastres.

87Le blé est rarement mentionné. Une seule fois, le waṣī a noté avoir payé un sac de blé pour les champs (li-l-filāḥa) au prix élevé de 14,4 piastres, en muḥarram 1102, soit 1690. Si la valeur de la graine de semence était probablement plus élevée que la valeur du grain récolté, il n’est pas exclu cependant que l’année 1690, comme 1677 ou 1682, ait été une année de pénurie. Certes, aucune référence, aucune preuve n’ont permis d’établir la valeur moyenne du blé en cette année-là. En revanche, la valeur de l’orge a été mentionnée ; cette année-là, le janissaire Šāhīn beše b. Muṣṭafā a reçu 60 piastres pour 12 ġirāra d’orge : la valeur de la ġirāra était donc établie à cinq piastres, exactement le double de sa valeur normale. Le montant élevé de 14,4 piastres, correspondant à l’unique ġirāra de blé, semence versée à des paysans « pour les champs », s’inscrit peut-être dans une situation de difficulté exceptionnelle.

88L’absence de mention d’autres dépenses concernant les graines de céréales laisse entendre que ce n’était pas forcément au bailleur de fournir les semences ; celles-ci étaient peut-être prélevées sur la part de récolte destinée aux murābi‘īn dont les mūna reçues pouvaient comprendre la quantité de grains de blé ou d’orge destinée aux semences.

89En revanche, à plusieurs reprises, sont citées, sous forme de graines ou de plants dont le montant de l’acquisition revenait au bailleur, la majorité des plantes qui constituent les récoltes : plants d’aubergines (šaṭal), graines d’oignons, de haricots, de pastèques, de concombres (ḫiyār et ‘aǧǧūr), ail, graines de plantes « industrielles », coton, chanvre, auxquelle se rajoutent les cocons de soie, et quelques rares graines de fiṣṣa, plante fourragère. 

90Il ne sert à rien de relever la valeur de ces graines, car le scribe n’a presque jamais noté la quantité de ces semences. Citons seulement, puisque la référence existe, que huit kayl de semences de chanvre valent 4,75 piastres, une somme non négligeable ; cinq qinṭār de graines de coton, 6,75 et que cinq uqiyya de graines de pastèques coûtent 2,5 piastres.

  • 42 Il est possible que certains contrats aient contraint le preneur à fournir les instruments aratoire (...)

91L’outillage occupe une part encore moins importante des investissements à la charge du bailleur, 100,4 piastres, soit 1,3 % des frais qui pèsent sur l’exploitation42. L’outillage est rudimentaire, si sommaire que le scribe a souvent noté dans une même saisie des objets destinés à des travaux différents. Ce n’est pas la fabrication qui absorbe le plus de dépenses : l’entretien, la restauration, l’aiguisage d’instruments déjà existant, en composent l’essentiel.

  • 43 Le terme n’est pas attesté.

92Un peu moins de la moitié des termes cités concerne la mise en valeur des terres : labours, moissons, dépiquage. C’est l’araire qui occupe le plus de place, sans que les documents permettent de savoir si le bailleur a fourni l’araire tout entière, ou s’est seulement chargé de l’entretien de certaines parties de l’outil. Parmi les dépenses, figurent deux ṣamūḍ (charrue, traduit Barthélémy, plutôt araire) ; son age (berk) et surtout son soc (sikka), en fer, qui nécessite aiguisage (saṭam sikak) et restauration (tarmīm). Les bêches munies de poignée (misḥā) permettent de monter les buttes. La moisson est réalisée par des faucilles, petites et grandes (manǧal et zūbar). Le dépiquage s’effectue par des planches à dépiquer (lūḥat drās) et un boisseau (‘ulba) autorise la mesure. S’ajoutent des haches pour couper le bois (fūs) et des bêches (marr), en fer. Curieusement, dans un pays où l’olivier et la vigne sont présents, le pressoir manuel (‘aṣṣāra yadawiyya43) n’est cité que deux fois.

93L’irrigation ne paraît accaparer que peu de piastres, du moins des piastres de l’exploitant (l’entretien des canaux doit sans doute être fourni par le paysan et la collectivité).

94Pour assurer le travail des animaux, et le transport, les cordes, toujours pour les vaches (jamais pour les buffles), les jougs, les longes, les différents types de sacs (qufaf, ḫiyāš et ‘adl) chargeant des bêtes de somme qui ne tractent jamais de charrettes absorbent une trentaine de piastres. Le scribe a même indiqué, une seule fois, le prix de 3 raṭl de corde : 0,75 piastres.

95Le coût des outils arrive très légèrement en tête de ces discrètes dépenses, sans doute parce que le fer y occupe une place plus importante. Le bois est sûrement le matériau dominant, mais le fer est souvent cité et l’entretien, ou la fabrication des instruments de fer, a même rendu préférable d’utiliser, au moins pour deux ans, période pendant laquelle son travail est rémunéré, 10 piastres l’an, le savoir faire d’un forgeron (uǧrat ḥaddād).

Tableau 32 – Valeur totale de l’outillage

Nature des dépenses

Valeur en piastres

Araires

21

Outils (bêches, faucilles, etc.)

25

Objets du transport (sacs divers)

23

  • 44 Raymond, 1973, I, p. 221.
  • 45 Establet, Pascual, 2005, p. 107.

96Dans ces campagnes, l’outillage à la charge du bailleur n’absorbe donc qu’un investissement infime : au preneur, sans doute, d’entretenir ses outils. En ville, la situation ne différait guère. A. Raymond avait souligné la faiblesse des investissements techniques chez les artisans du Caire à la même époque : « On peut donc légitimement conclure que la part du capital consacrée au matériel de production était en général extrêmement réduite au Caire. »44 Nous avions apporté les mêmes conclusions sur l’outillage des artisans engagés dans les activités textiles damascènes vers 1700 : « Le capital technique, la valeur des outils proprement dits, ne représente qu’une part minime des biens de la boutique, 0,8 % »45.

97Location et entretien de bâtiments : les frais de location sont insignifiants, une quinzaine de piastres pour trois entrepôts (ḥāṣil) et un fenil (matban).

98Les frais de construction et surtout d’entretien représentent des sommes légèrement supérieures, 215 piastres, dont la destination n’est pas toujours claire, le waṣī ayant souvent compris dans une même facture des dépenses diverses : « Construction du plafond (saqf) d’un entrepôt, du mur ouest et son enduit » (ta‘mīr saqf al-ḥāṣil ma‘a ḥīṭ ġarbī wa-taṭyīn).

99Ces dépenses concernent les bâtiments dont la location est signalée, fenil, entrepôt, mais aussi moulins et écuries à plusieurs reprises cités. S’y ajoutent quelques maisons et des ḥawš, probablement habités par les villageois, un qaṣr, plutôt destiné à l’exploitant, des constructions non détaillées dans les vergers et une cabane pour le veau (ḫuṣṣ al-‘aǧl) dont le waṣī n’a pas précisé la valeur.

100Peut-on évaluer une hiérarchie dans ces frais de création ou de restauration de bâtiments ? Le tableau ci-dessous, malgré les indications floues et désordonnées des scribes qui associent parfois les salaires des travailleurs à la valeur des matières premières, présente cependant quelques chifffres dont l’ensemble suggère que la création et l’entretien des bâtiments constituent la première de ce type de dépenses, dont à elle seule, « la construction du plafond d’un entrepôt, du mur ouest et de l’enduit d’une maison » représentent 69 piastres ; en règle générale, les murs (ḥīṭān) sont les plus onéreux ; la valeur du bois et du fer est quasiment nulle ; mais les enduits et la chaux représentent des investissemements un peu plus sérieux ; les frais d’entretien des canaux, du moins ceux qui sont pris en charge par l’exploitant, sont presque négligeables.

Tableau 33 – Nature des dépenses liées aux bâtiments (lorsque l’on peut les estimer)

Nature des dépenses

Valeur en piastres

Construction et entretien des divers bâtiments

118

(16 occurrences)

Enduit (14 occurrences)

79,3

Bois (5 occurrences)

3,9

Clous (3 occurrences)

0,5

Constructions dans les jardins (4 occurrences)

7,8

Entretien des canaux (5 occurrences)

4,3

  • 46 Faroqhi, 1983, VIII, p. 215-250, propose, pour la fin du XVIe siècle et dans une région située près (...)

101L’achat et l’entretien des animaux : les achats d’animaux, leur entretien, absorbent une proportion plus élevée des dépenses à la charge du bailleur, près de 7 %. L’élevage est en effet onéreux. L’animal, un organisme vivant qu’il faut entretenir, en concurrence avec l’homme, accapare pour sa nourriture une partie du sol. Mais la Syrie n’est pas l’Extrême-Orient, dont la densité de population humaine a pendant longtemps rendu cette concurrence impossible, et limité l’élevage aux bêtes de labour. Quelques données « individuelles » de la valeur de l’animal, si l’on peut dire, se trouvent, dispersées dans les inventaires et les comptes : le bovin, collectif désignant vache ou bœuf (baqar) coûte environ 10 piastres, à l’exception d’un bovin dit baladī, estimé 15 piastres et demie ; le taureau, huit qurš (prix qui paraît faible, fondé sur seulement deux occurrences) ; le buffle, cinq piastres ; le mouton une piastre et demi, la chèvre, deux piastres. Le mulet (qāṭir), 27 qurš, la pouliche (mahra), entre 24 et 40 ; laissons à plus tard la description des différents types de chevaux, estimés de 18 à 60 piastres, suivant le type de l’équidé, et la couleur de sa robe ; le chameau, 40 qurš46. Rappelons que la solde annuelle du janissaire se situe entre 42 et 48 piastres, si l’on ignore l’estimation minimaliste de Marsigli.

102Le bailleur doit acheter les bêtes, et les nourrir ; s’ajoutent à ces dépenses quelques misérables piastres pour l’entretien « technique », le ferrage, une piastre et demie (tan‘īl ikdīš), entretien qu’assuraient normalement les meneurs de bêtes, pour en garantir le travail. Une seule fois, le bailleur doit régler quelques miṣriyya pour la confection ou l’acquisition des instruments nécessaires au sevrage des agneaux.

103Deux cent quatre-vingt sept piastres ont été dépensées pour l’acquisition d’animaux. À qui les bêtes ont-elles été achetées ? Le waṣī ne le précise jamais, des vendeurs anonymes, probablement des villageois, ou des sipahis, des janissaires par exemple, engagés dans la campagne et dont les actes révèlent qu’ils possédaient souvent des troupeaux. Les bovins représentent l’investissement essentiel, en nombre, environ une quinzaine de bêtes, des vaches surtout, mais aussi deux taureaux, trois chameaux à 34 piastres la tête ont été achetés par un janissaire qui utilise d’ailleurs les services de chameliers. Dans les comptes n’apparaît que le prix des animaux achetés : rien ne permet de déduire la quantité totale d’animaux présents dans les exploitations.

104En revanche, les frais de nourriture concernent non seulement ces bêtes nouvellement acquises, mais également l’ensemble des troupeaux : une somme de 238 piastres. Exceptionnellement de l’orge, une fois seulement cité, est probablement destiné aux chevaux, au prix élevé de 13 piastres les deux ġirāra, une mauvaise année. Les fèves (pour les bovins), les plantes fourragères et les graines de coton (bizr quṭn), sont connues : apparaissent à peu près dans une égale fréquence plusieurs variétés de vesces, la ǧalbāna, la kirsanna ; un peu moins souvent, la bāqiya ; rarement la fiṣṣa. La valeur de chacune de ces plantes, peu souvent indiquée, n’est pas négligeable : la ġirāra de kirsanna varie entre 10 piastres entre la fin de l’année 1092/fin décembre 1681, année que l’on sait avoir été marquée par la sécheressse et les invasions de sauterelles, et seulement six piastres en ǧumādā I 1093/mai 1682 ; la ġirāra de bāqiya s’établit à 7,7 piastres en 1093/1682-83. Six qinṭār de graines de coton, bizr quṭn, en 1092/1682, sont estimés neuf piastres. Une absence attendue, celle de la paille, indispensable, mais toujours fournie par l’exploitation et non comptabilisée (à une exception près).

  • 47 Cette huile, ou graisse destinée aux baqar ou au berger des baqar, de même que les cordes (toujours (...)

105Mentionnons, sans qu’on en connaisse l’utilisation, une dépense souvent signalée, de l’huile47 pour les vaches, ou à la rigueur, de l’huile pour le berger des vaches, qui doit l’utiliser pour graisser les cordes.

Un bilan ?

106Les inventaires permettaient d’estimer la part des biens ruraux dans le patrimoine total des ‘askar. Les comptes de gestion autorisent l’accès à d’autres évaluations. Les waṣī ont noté, pour chacune des 17 exploitations dont ils gèrent l’héritage, le montant des entrées, et le montant des dépenses ; nous avons ramené leurs comptes à la période uniforme d’un an : il devient alors possible d’estimer le rapport de ces investissements ruraux.

107Les récoltes ont rapporté 10 326 piastres, les frais représentent 7 817 piastres. Par rapport aux sommes nécessairement engagées en frais de main d’œuvre, en impôts, en location de terres waqf, etc., le « bénéfice », soit les revenus moins les dépenses n’est pas négligeable, puisqu’il s’élève à 2 509 qurš, un rapport de 24,3 %. En revanche, comme les sommes engagées dans l’acquisition des biens sont ignorées, l’estimation du rendement du capital investi n’est pas possible. Par ailleurs, sous la dictée du waṣī, le scribe a seulement noté la valeur marchande des récoltes considérées comme commercialisables : la paille, les semences réservées par les villageois, les revenus annexes, comme les œufs, les volailles échappent à toute estimation.

108Le revenu moyen annuel s’établit autour de 148 piastres par an : un rapport qui, si on le compare à la valeur moyenne du patrimoine rural estimé d’après les données des inventaires, 497 piastres, paraît élevé, près de 30 %. L’observation ne surprend cependant pas, puisque les personnages, titrés, gradés, dont les waṣī effectuent la gestion des biens laissés dans les muḥāsaba, semblent d’un niveau social plus élevé que les ‘askar « de base » ayant fait l’objet d’un simple inventaire. Le patrimoine rural moyen des ‘askar présentés dans les comptes de gestion devait sans doute être supérieur à ces 497 qurš.

109Cependant, le niveau d’inégalité de revenus résultant du rapport sur 12 mois entre entrées et sorties égale à peu près celui des patrimoines. Pour trois « exploitations », les waṣī constatent un déficit, s’échelonnant entre 437 pour le janissaire ǧūqadār des bulūkbāšiyya Muṣṭafā aġā b. ‘Umar (moyenne sur deux ans), 254 pour le janissaire ‘Alī aġā b. ‘Abdallāh bāš ǧāwīš et sept pour Muḥammad bulūkbāšī b. Nu‘mān. Les 14 autres exploitations ont des revenus annuels positifs qui s’échelonnent entre deux et 1 807 piastres.

110Le faible nombre de personnes engagées dans ces activités agricoles dont les comptes sont précis et complets n’autorise certes pas des conclusions définitives sur le rendement de ces exploitations agricoles en fonction du type du bénéficiaire. Dans leurs comptes, les waṣī ont pu un peu surestimer les dépenses ; mais cette remarque concerne tous les groupes sociaux des ‘askar. Quelques conclusions se dégagent cependant, qui viennent renforcer des observations déjà suggérées.

111Revenons aux sources mêmes, raisonnons maintenant, non plus sur une moyenne des revenus et des dépenses ramenée à 12 mois, mais par « exploitation » individuelle dont les revenus et les frais sont suivis sur le même laps de temps.

Tableau 34 – Rapport des investissements ruraux des agents civils de l’État

Nom du défunt

Revenus

Frais

Rapport

‘Abd al-Ḥalīm efendī al-Bahnasī

1 262

525

+737

‘Alī aġā b. al-marḥūm Darwīš bey b. Burayk

444

144

+300

Šayḫ Muḥammad b. al-marḥūm Šayḫ ‘Īsā al-‘Imādī

494,25

492

+2,25

Sayyid ‘Alī b. sayyid Muḥammad efendī al-Qudsī

12,5

0

+12

Aḥmad çelebī al-sayqalī b. Muḥammad al-‘askarī

10

0

+10

112La participation des agents civils de l’État à la vie rurale a engendré des revenus positifs, quoique très inégalement répartis.

113Dans l’ensemble, les janissaires n’ont tiré que de faibles rapports de leurs exploitations rurales : trois d’entre elles n’ont entraîné que des dettes, trois autres des revenus variant entre 148 et 168 piastres. Deux muḥāsaba ont pu être utilisées pour Muṣṭafā aġā b. ‘Umar et Ḥasan beše b. Ḫiḍr al-Arnawūd.

Tableau 35 – Rapport des investissements ruraux des janissaires

Nom de défunt

Revenus

Frais

Rapport

Muḥammad bulūkbāšī b. Nu‘mān

18

55

-37

Muṣṭafā aġā b. ‘Umar

184

543

-359

Ḥusayn beše b. Raǧab

195

48

+147

Šāhīn beše b. Muṣṭafā

581,5

414

+167,5

‘Alī aġā b. ‘Abdallāh bāš ǧāwīš

985,9

1 240

-254,1

Ḥasan beše b. Ḫiḍr al-Arnawūd

1 229

1 069

+160

114La campagne procure aux sipahis des revenus plus élevés : ils sont positifs, très variables, s’étageant entre 18 et 3 614 piastres. Peut-être faut-il isoler le cas exceptionnel du ṣūbāšī Ḫudāwīrdī b. al-Arnawūd, le gagnant absolu : propriétaire de tīmār, héritier ou propriétaire de waqf, « préfet de police », sans doute percepteur d’impôts, il touche des loyers des terres, mais reçoit également le produit des récoltes, tout en prenant en charge directement les frais de culture. Si l’on isole ce personnage et ses 3 614 piastres, les sipahis tirent cependant de leurs liens établis à la campagne un rapport honorable.

Tableau 36 – Rapport des investissements ruraux des sipahis

Nom du défunt

Revenus

Frais

Rapport

Muḥammad aġā al-za‘īm

30

12

+18

Ḥamza bey sipahi ( deux muḥāsaba)

282

153

+129

Maǧar ‘Uṯmān aġā b. ‘Abdallāh al-za‘īm (deux muḥāsaba)

319

132

+187

Aḥmad aġā al-za‘īm

2 226

2 124

+102

Ḫudāwīrdī b. al-Arnawūd ṣūbāšī

5 575

1 962

+3 613

115En établissant de nouveau nos comptes sur un an, et bien que le calcul ignore l’extrême inégalité du rapport présenté ci-dessus, biaisant sans doute l’information, le revenu rural moyen annuel de l’agent civil de l’État est de 47 piastres ; celui du janissaire est négatif de 40 piastres ; celui du sipahi, de 239 piastres et de 552 piastres si l’on inclut le ṣūbāšī Ḫudāwīrdī b. al-Arnawūd.

116Au moins pour les agents civils de l’État et pour les sipahis, les investissements ruraux paraissent avoir été rentables. Pour les janissaires, le constat est plus pessimiste : variable, parfois négatif. Pour les uns comme pour les autres cependant, la possibilité d’avoir un pied à la campagne, d’en retirer quelque ravitaillement possible à conserver, constituait, dans une économie aléatoire, une assurance contre les jours sombres de disette et de famine.

117Est-il présomptueux de classer les dépenses principales qui entament les rapports annuels de ces quelques exploitations rurales des agents civils et militaires de l’État ? D’autres études viendront peut-être confirmer ou infirmer les conclusions suggérées par l’analyse du fonctionnement de ces quelques entreprises rurales.

118Les frais d’imposition (par an et par exploitation) touchent avant tout le janissaire :

Tableau 37 – Part des impôts, en chiffres absolus et en pourcentage, dans le bilan annuel d’une exploitation rurale

Montant moyen de l’impôt par exploitation (en piastres)

Pourcentage/total d’impôts payés par les ‘askar

Agent civil

39

11,4

Janissaire

223

65,4

Sipahi

79

23,2

341

100,0

119Les sommes (māl, ḥikr, et location de terres) versées aux waqf concernent toutes les catégories de ‘askar, à peu près dans la même proportion :

Tableau 38 – Part des sommes versées aux waqf dans le bilan annuel d’une exploitation rurale

Sommes versées aux waqf par exploitation en piastres

Pourcentage/sommes versées aux waqf

Agent civil

74

32,8

Janissaire

70

31

Sipahi

82

36,2

226

100

120Les frais d’exploitation, qui englobent les frais de main d’œuvre, les frais de transport, d’achats de plantes et de semences, l’outillage, l’acquisition et l’entretien d’animaux, sont avant tout assurés par ceux des ‘askar qui prennent en charge la culture de leurs biens : les janissaires avant tout, quelques-uns des sipahis.

Tableau 39 – Part des frais d’exploitation dans le bilan annuel d’un bien rural

Frais d’exploitation en piastres

Pourcentage/total frais exploitation

Agent civil

6

1,3

Janissaire

333

73,5

Sipahi

114

25,2

Total

453

100,0

121Il faudrait ajouter à l’ensemble de ces frais quelques loyers de terres prises à bail à des personnes ou des collectivités que le scribe n’a pas nommées. Les sommes sont faibles : deux piastres en moyenne pour un agent civil, quatre pour un janissaire, et 14 pour le seul sipahi-ṣūbāšī Ḫudāwīrdī b. al-Arnawūd.

122L’examen de ce bilan fondé sur l’analyse de comptes de gestion damascènes peu avant 1700 suscite quelques conclusions et rapprochements. Deux directions sont proposées : une réponse à des remarques d’André Raymond sur les rapports entre les villes et les campagnes à l’époque ottomane, et une comparaison avec le bilan d’une entreprise agricole française vers 1620.

Conclusion sur les rapports de la ville et de la campagne

  • 48 Raymond, 1998, p. 229-268.

123André Raymond a étudié les rapports entre villes et campagnes dans les pays arabes à l’époque ottomane. Critiquant la position de J. Weulersse, la ville « prend beaucoup et rend peu », il avait souligné le rôle essentiel de la ville pour la campagne, en tant que marché de consommation, en tant que refuge provisoire pour des ruraux atteints par les épidémies et les famines, et encore comme espace d’immigration parfois définitif pour des villageois menacés par l’insécurité et le sous-emploi ; la ville jouait également un rôle positif comme centre d’organisation permettant le maintien de l’ordre, indispensable pour les populations rurales. Cependant, à la fin de son article, et après avoir consacré de nombreuses pages à « la ville exploiteuse de la campagne », il concluait : « La base de ces rapports est incontestablement une exploitation de la campagne par la ville sous des formes variées qui allaient d’exactions pures et simples à des ponctions fiscales et parafiscales régulières. On souhaite que des évaluations chiffrées puissent permettre de préciser l’importance de ces prélèvements par rapport à la production agricole. »48 

124Tout en regrettant que les données ne soient pas plus fournies, considérons comme une réponse à A. Raymond les chiffres que l’on vient d’apporter, triés avec difficulté et extraits de documents rédigés sous la dictée du waṣī qui ne se soucie pas du moindre classement et énumère sans le moindre ordre les dépenses engagées. Dans quelques rares cas, il a été impossible de faire la part des choses, la part des dépenses imputées à tel ou tel secteur : ainsi, 46 piastres ont été versées pour un māl mīrī, un impôt sultanien, associé à un māl Ḥaramayn, destiné à un waqf. Ces quelques imprécisions n’interdisent pas cependant de quantifier, de classer la plupart des dépenses, et de conclure sur les rapports entre la campagne et la ville.

125C’est la ville qui profite avant tout des revenus de la campagne. Les différents impôts, dirigés vers le sultan ou le gouverneur, seront peut-être en partie réinvestis vers la campagne, dans une proportion certainement infime, et que l’on ne peut mesurer. Les waqf sont des waqf urbains, damascènes ou engagés dans un espace ottoman plus large – comme celui des Ḥaramayn –, dont les différents bénéficiaires habitent la ville. Sous cette double forme, prélèvements fiscaux et prélèvements des waqf, la ville absorbe au moins 52 % des richesses rurales. Et encore avons-nous laissé de côté le gain procuré par les créances avancées par nos urbains ‘askar aux villageois, dont il est impossible de connaître le montant.

126De ces dépenses engagées par les agents de l’État à la campagne, il reste cependant aux villages les sommes correspondant au travail des paysans, 27,3 % des dépenses. Les frais de transport, les achats de semences ou de plants, la partie des frais d’outillage et d’entretien des animaux assurée par l’exploitant sont à la charge du bailleur, et profiteraient aussi aux paysans (6,3 % des frais). La population villageoise travaillant sur les terres des ‘askar bénéficie également de la part réservée aux métayers, et de quelques revenus agraires non commercialisables, donc non comptabilisés et sans doute marginaux (la paille, les volailles, etc.). L’entretien des bâtiments, souvent propriétés des waqf, les locations de terres à des personnes dont les titres et les noms évoquaient souvent l’appartenance à un milieu de notables urbains civils ou militaires (4,8 % des frais) correspondent à des investissements plutôt profitables aux urbains. Cette remarque ne concerne absolument pas toutes les activités rurales des populations villageoises, dont il est impossible à ce jour de présenter les éléments d’une comptabilité. Mais, des investissements agricoles réalisés par les ‘askar à la campagne, l’État et les waqf s’attribueraient les deux tiers, les villages profitant du tiers restant.

Le bilan d’exploitations rurales situées en Europe à la même époque

127Les sources sont rares qui permettent d’esquisser une comparaison avec le revenu d’autres exploitations rurales.

  • 49 Moriceau, 1994.
  • 50 Notre total est très légèrement supérieur au total calculé par J.-M. Moriceau qui compte 4 181 livr (...)

128Mutatis mutandis, il est cependant possible de rapprocher les résultats autorisés par les comptes présentés dans les registres, des conclusions proposées par Jean-Marc Moriceau pour une toute autre région, l’Île de France49. La région se situe évidemment dans un entourage physique très différent, une riche plaine sédimentaire de la zone océanique, et dans un contexte historique particulier, un début de modernisation capitaliste. Le sujet de l’ouvrage ne consiste pas à analyser les bailleurs, ceux qui espèrent des revenus de terres soit louées, soit mises en culture par des villageois, mais la société des grands fermiers, des entrepreneurs de la culture, locataires des terres et souvent du corps de ferme, mais propriétaires du capital d’exploitation. Il reste que dans le chapitre XIII, intitulé « Les fruits du labour », J.-M. Moriceau se pose le problème du bilan de l’exploitation. Il y présente dans deux tableaux, aux environs de 1620, une comptabilité de la ferme en pays de France, en année moyenne, vers 1620. Les cultures, céréales, bois, fruits, élevage procurent un revenu de 4 462 livres (les céréales en occupent la part essentielle, 82,5 %, l’élevage 15,7 %). L’ensemble des charges s’élève à 4 231 livres50. Le « bénéfice », tel que le terme a été défini plus haut, ne correspond donc qu’à 231 livres, soit 5,18 % des revenus bruts, un bénéfice nettement inférieur au rapport des campagnes exploitées par les ‘askar damascènes.

129La répartition de ces charges correspond à la situation propre à ces grands fermiers. Elle s’apparente cependant aux grandes catégories de frais distingués dans la mise en valeur des campagnes damascènes détenues par les militaires ottomans : main d’œuvre ; consommation de la maisonnée et des saisonniers ; entretien et frais généraux (services de « spécialistes », maréchal-ferrant, charron, bourrelier, cordier), réparation des bâtiments ; rétribution du capital, capital foncier, c’est-à-dire rente foncière versée aux propriétaires de la terre, et capital d’exploitation ; impositions ; semences, et nourriture du cheptel. Simplifions les données de l’auteur. Le tableau suivant donne la mesure de l’importance des différentes charges :

Tableau 40 – Comptabilité de la ferme en pays de France vers 1620

En livres

En pourcentage

Main d’œuvre

915

21,6

Consommation

380

9,0

Entretien et frais généraux

271

6,4

Rétribution du capital

1 176

27,8

(dont 1 113 de fermage)

26,3 de fermage

Impositions

502

11,9

Semences

480

11,3

Entretien du cheptel

507

12,0

Total

4 231

100,0

130À première vue, il n’existe pas de différence capitale entre le fonctionnement d’une « exploitation » du pays de Šām et de l’Île-de-France à la même époque.

131Dans la campagne damascène, les waqf, détenteurs principaux de la terre, absorbent directement 19,5 % des dépenses ; s’y ajoutent les dépenses liées à l’entretien des bâtiments, les locations de terres et de bâtiments, près de 5 % : on se rapproche des 26,3 % de rente foncière à la charge des grands fermiers.

132La rémunération de la main d’œuvre représente 30,6 % des frais en Île-de-France si l’on y inclut les 9 % de consommation de la maisonnée et des saisonniers. Dans la campagne damascène, la proportion de ces frais de main d’œuvre ne diffère guère. Ces frais ont été estimés à 27,3 % des charges, auxquels peuvent être ajoutés 6,3 % de dépenses de transport, soit 33,6 %. Certes, il faudrait rajouter à ces dépenses des frais de culture non comptabilisés distribués par contrat aux métayers ; gageons que leur montant en est faible.

133Cependant, dans la campagne parisienne, la part des semences, l’entretien et les frais généraux représentent 17,7 % des charges ; dans la campagne damascène, l’outillage, les achats de semences et de plants pris en charge par le bailleur n’en atteignent que 3,2 %. La part des impôts prélevés constitue la seconde et la plus importante des exceptions : 11,9 % en Île-de-France, 32,5 % dans la campagne damascène. Une hypertrophie des prélèvements étatiques pèse sur les « exploitations » détenues par les agents civils et militaires de l’État qui ne consacrent aux investissements techniques que des sommes minimes.

Notes

1 Faroqhi, 1977, p. 169, 192.

2 Weulersse, 1946, p. 145.

3 Les ovins, dont les tribus nomades assurent surtout l’élevage, n’ont guère laissé de trace dans des actes consacrés à une population sédentaire.

4 Ze’evi, 1996, p. 146.

5 Ze’evi, 1996, p. 152.

6 Inalcık, 1985, p. 288.

7 Inalcık, 1985, p. 314.

8 Inalcık, 1985, p. 323.

9 Toutes ces remarques ont été inspirées par l’article de G. Veinstein, 1994, p. 35-53.

10 Sur les impôts levés par l’État, voir Darling, 1996.

11 Meier, 2005, p. 61.

12 Lewis B., 1979, p. 109-124.

13 Bowen, 1960b, p. 783. Voir également Darling, 1996, chapitre III.

14 Inalcık, 1994, p. 503.

15 Darling, 1996, p. 116.

16 Mantran, Sauvaget, 1951, p. 34.

17Ulabī, 1982, p. 258-259.

18 Cité dans ‘Ulabī, 1982, p. 259.

19 Ibn Kannān, 1994, p. 78.

20 Rafeq, 1970, p. 240-241.

21 Mantran, Sauvaget, 1951, p. 52.

22 Ibn Kannān, 1994, p. 215, 217 et 288.

23 Et, par extension, Trésor.

24 Ibn Kannān, 1994, p. 153-4 (dans le mandat de Nāṣūḥ Bāšā/ Nāṣīf Pacha 1708-1714).

25 Ibn Kannān, 1994, p. 217.

26 Laoust, 1952, voir chapitre précédent.

27 Maḥāsinī note que Ḥusayn Pacha revient à Damas en août 1680, v. Marino, 1986, p. 46
et 84.

28 Mantran, Sauvaget, 1951, p. 51 n. 5.

29 Ces tasfīr seraient-ils synonymes des dawra citées par Venzke, 1990, p. 427 : « Les deux plus importantes taxes mamloukes étaient la dawra, une taxe destinée à aider le gouverneur mamlouk et ses accompagnateurs lorsqu’ils faisaient la tournée dans la campagne, et l’himaye. Dawra et himaye ont persisté dans le pays de Sham jusqu’au milieu du siècle. »

30 Seikaly, 1984, p. 406 ; Ramlī, 1974, p. 98, mentionne cette taxe non canonique sans préciser en quoi elle consiste exactement.

31 Mantran, Sauvaget, 1951, p. 34.

32 Bayat, 2005, I, p. 222-223.

33 Cohen, Lewis, 1978, p. 56, 58, 72, 165.

34 Rafeq, 1992, p. 308.

35 En principe, le terme ‘ulūfa désigne une pension ; la nature du texte ici permet de lui attribuer un autre sens, celui de salaire.

36 Barthélémy, 1969 : habillement, vêtement.

37 Barthélémy, 1969.

38 Qasimy, 1960, II, p. 427-428.

39 Latron, 1936, p. 84, pour une description de ce type de contrat durant la période mandataire.

40 Ša‘bān, 1997-1998, p. 150 mentionne à une reprise que le métayer d’un waqf recevait un sixième de la récolte.

41 Lorsque les données de localisation sont inexistantes, mais que la valeur du transport est connue, le coût total du transport de la ġirāra pourrait alors déterminer l’éloignement entre les régions de départ et d’arrivée.

42 Il est possible que certains contrats aient contraint le preneur à fournir les instruments aratoires, et même les semences (cf. pour une période postérieure, Latron, 1936, p. 49). Cependant, dans nos actes, c’est bien sur le bailleur que pèse la (minime) charge et de l’équipement et de l’entretien.

43 Le terme n’est pas attesté.

44 Raymond, 1973, I, p. 221.

45 Establet, Pascual, 2005, p. 107.

46 Faroqhi, 1983, VIII, p. 215-250, propose, pour la fin du XVIe siècle et dans une région située près de Karaman, Saideli, une évaluation en akçe, des différents animaux, qui ne coïncide pas avec la nôtre : ainsi, le buffle, dont le prix varie entre 500 et 750 akçe, est le plus prisé des bovins ; le bœuf vaut en moyenne 300 akçe ; la vache, 200, le mouton entre 40 et 60. Les chevaux sont très onéreux, et leur valeur variable : de 300 à 400 akçe l’un. Le prix des animaux, quels qu’ils soient, semble donc plus élevé dans la Syrie de cette fin de XVIIe siècle qu’en Anatolie centrale un siècle avant. Un siècle sépare les sources : cette augmentation peut être liée à la forte dévaluation monétaire que connaît la période. La différence des milieux naturels n’est sûrement pas étrangère à la valeur des bêtes : le climat semi-aride du pays de Šām rend l’élevage plus aléatoire que le climat du sud de l’Anatolie centrale, aride certes, mais plus montagnard, Karaman étant une ville dont l’altitude dépasse les 1000 mètres.

47 Cette huile, ou graisse destinée aux baqar ou au berger des baqar, de même que les cordes (toujours destinées aux baqar, jamais aux buffles) nous a souvent intrigués. Deux vétérinaires comportementalistes (J.-L. et N. Marlois, que nous remercions) ont sans doute résolu le mystère : les baqar jouent un rôle de traction qui nécessite l’emploi de la corde, mais aussi celle de gras pour que le frottement de la corde ne blesse pas l’animal.

48 Raymond, 1998, p. 229-268.

49 Moriceau, 1994.

50 Notre total est très légèrement supérieur au total calculé par J.-M. Moriceau qui compte 4 181 livres de charges, ayant considéré 50 livres de frais comme seulement « probables ».

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable