Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gent d’État dans la société ottomane damascène

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Chapitre IV. Comportements économiques des différents agents civils et militaires de l’État

Texte intégral

1L’étude globale des patrimoines de ces gens d’État, administrateurs ou militaires révèle la personnalité d’un milieu qui se distingue de celui des ra‘āyā, artisans et commerçants. Reste à déterminer si, à l’intérieur de ce milieu d’État, apparaissent des comportements de groupe, liés à l’appartenance et au grade des défunts : janissaires locaux, janissaires impériaux (kapı kulu), sipahis, kul oǧlu, agents civils de l’État. Certes, le corpus est trop mince pour que les constats que nous allons apporter prennent la forme de conclusions définitives : d’autres études seront, nous l’espérons, réalisées qui viendront confirmer ou infirmer les résultats obtenus.

2Nous avons constitué un tableau, composé de lignes correspondant à chacun des personnages masculins, qualifié de son grade et son titre, et de colonnes, consacrées aux différents composants quantifiés de son actif. Quelques actes échappent à l’analyse, soit qu’ils soient incomplets, comme celui de ‘Abd al-Muḥsin çelebī b. Muḥammad efendī b. Sulṭān, soit que le juge n’ait pas détaillé la valeur de tous leurs effets, comme dans le cas de ‘Uṯmān ǧāwīš b. ‘Abdallāh, janissaire, détenant une maison, des champs dans un village, des animaux, des outils agricoles, sans estimation ; de même, le bey Aḥmad b. ‘Abdallāh, sipahi, appartenant à la suite d’al-marḥūm Ibrāhīm aġā al-za‘īm, n’a qu’un pauvre actif de 20 piastres, mangé par son passif, et le juge n’a détaillé aucun de ses effets.

  • 1 Nous avons pris ici en considération un acte consacré à deux défunts, une femme et son époux, dont (...)

3Notre tableau ne concerne donc plus que 55 hommes1 dont le cadi a estimé en piastres les divers éléments des biens. Onze colonnes présentent, pour chacun d’entre eux, la valeur de leurs biens domestiques, bijoux, numéraire, biens ruraux, immeubles urbains, revenus du commerce, créances urbaines récupérées et restant dues, créances rurales récupérées et non récupérées, revenus de fonction.

  • 2 Nous ne reprendrons pas ici la description des différentes monnaies thésaurisées. Comme dans la pop (...)

4Le juge décrit clairement la plupart de ces effets : le montant général du numéraire est estimé en qurš, minutieusement détaillé par le scribe dans les différentes monnaies qui le composent2. Il en est de même pour les bijoux, les biens du commerce, du café, de l’étain, par exemple, pour les immeubles, des maisons, des boutiques, en général situés dans un quartier de la ville. Les biens ruraux se laissent également facilement cerner : des maisons, des champs, des terres (faddān), des jardins et plantations (bustān, ġirās), des animaux, des outils agricoles dans des villages parfois nommés.

5En revanche, si les créances récupérées ou restant dues font bien l’objet de paragraphes spéciaux dans les relevés du juge (les créances non récupérées sont en général signalées en fin de document), le scribe ne mentionne jamais l’origine de ces créances : concernent-elles des débiteurs urbains ? Ou ruraux ? Nous nous sommes chargés de cette répartition, qui exige un examen attentif et au cas par cas des annotations du juge. Avec un souci de la précision et de l’authentification absent dans les registres de civils, le scribe a pourtant fait son travail d’enregistrement dans des formes juridiques signalant le soin qu’il apporte à noter le caractère légal de la créance. Deux formules authentifient la créance d’un débiteur dont le nom est soigneusement présenté : un « bi-mūǧib ḥuǧǧa » (en vertu d’un acte légal), ou un « bi-mūǧib tamassuk » (ici traduit « reconnaissance de dettes ») ; dans les deux cas, il a souvent noté la date du jour, du mois et de l’année où le prêt a été consenti.

6Cependant, l’attribution au monde urbain ou rural des dites créances n’est pas toujours explicite. Un exemple en révèlera les difficultés et les incertitudes.

  • 3 En Syrie, le terme karm sert à désigner une plantation, vigne ou autres arbres, v. Mardam Bey, 1925 (...)

7La succession d’Aḥmad b. al-šayḫ Muḥammad b. al-‘Ānī, muezzin à la mosquée des Omeyyades, comporte d’importantes créances non recouvrées, dont le montant s’élève à plus de 2 000 piastres, et le scribe d’énumérer toutes les créances restant dues : « deux objets récupérés par le tuteur, sans estimation ; une créance enregistrée devant le juge Muḥammad b. Ismā‘īl, 60 piastres ; une location (tawāǧur) d’un certain ‘Afīf (dont le nom est cité ailleurs) pour des biens (amākin) situés dans le village de Kafr Sūsiyya au sud-ouest de Damas pour un an, créance enregistrée devant le cadi chaféite du Grand tribunal datée du 15 ša‘bān 1090 (10 janvier 1682), 220 piastres ; les revenus qui proviennent d’un waqf concernant une école pour enfants (maktab), 200 piastres (dont 13 ont déjà été payées) ; la location (tawāǧur) du même ‘Afīf (déjà cité) pour huit parts (qīrāṭ) d’un jardin (bustān) situé à Kafr Sūsiyya pour une période de 15 ans qui commence en début ramaḍān 1090 (6 octobre 1679) enregistrée devant le cadi chaféite cité, du 3 du même mois, 150 piastres (dont 10 recouvrées par le waṣī, reste 140) ; la location (tawāǧur) d’Ibrāhīm b. ‘Abd al-Raḥīm pour une boutique (ḥānūt) qui se trouve à l’intérieur d’une grillerie (maḥmaṣ) située au Sūq al-Ǧūra ( ?) pour une durée de 10 ans qui commence début ṣafar 1090 (14 mars 1679) enregistrée devant le cadi chaféite siégeant au tribunal du Grand juge, datée du premier de rabī‘ I de l’année 1090 (12 avril 1679), 50 piastres ; la location (tawāǧur) d’un certain šayḫ Muḥammad pour une part (ḥiṣṣa) d’un jardin situé à Mazza, village à l’ouest de Damas, selon un acte passé devant un cadi malékite au Grand tribunal, qui est daté du 6 muḥarram 1089 (28 février 1679), 60 piastres (dont 30 payées et 30 à recevoir) ; suit une série de 18 créances (dont on épargnera le détail au lecteur) présentées dans les mêmes formes, et attribuées à des individus dont n’est pas notée l’appartenance villageoise, le grilleur susnommé, un ‘Alī b. Muṣṭafā za‘īm, un Ismā‘īl çelebī, un Muḥammad b. Badr al-dīn, etc. Puis on revient à un Manṣūr b. Raǧab de Dārayyā village au sud-ouest de Damas, un Yaḥyā b. Maḥmūd du même village, au šayḫ Mūsā de Dārayyā pour le produit de la vente d’une « plantation d’arbres ou de vignes en terres non irriguées » (karm)3, etc.

8De cette foule de débiteurs, qui est de Damas, qui de la campagne ? Cet exemple (délibérément allégé) signale qu’en général, l’appartenance villageoise est notée, ou que la cause de la dette (ici la vente d’une vigne) ne laisse pas de doute sur l’origine rurale du débiteur. Quand le nom d’un débiteur n’est pas mis en rapport avec un nom de village, ou, mieux, qu’un nom de métier exercé dans un souk le qualifie, la créance a été classée parmi les créances urbaines. Dans le cas cité, les créances rurales non récupérées du défunt ont été estimées à 1 248 piastres, ses créances urbaines à 854. Il est évident que sur les 18 personnes qui restent créancières à leur mort, malgré une analyse précise et fastidieuse du document, quelques petites incertitudes demeurent quant à l’origine de leurs créances, source d’erreurs qu’on espère minimes.

9L’intuition et l’œil de l’historien n’interprètent pas sans peine le tableau qui croise 55 individus en ligne et 11 variables en colonnes. L’analyse factorielle des correspondances, déjà utilisée dans Familles et fortunes, et fondée sur ce tableau, est un instrument de vision qui permet de distinguer les liens qui existent entre les individus rapprochés par un ensemble de variables, ou d’isoler ceux qui se distinguent complètement d’un groupe. Cette analyse s’exprime par des axes : le premier axe rend compte du maximum de différences définies par des variables entre les individus ; le second, de différences d’ordre moindre, indépendantes des premières, etc. Elle permet de grouper aussi les individus qu’aucune variable ne distingue les uns des autres.

10La méthode a d’abord suscité des surprises ! Une première analyse consacrée aux hommes ‘askar a isolé un acte de succession, dans lequel la possession de bijoux revêt, dans cette population masculine, une étrange et fondamentale importance. Il s’agit, en réalité, d’un inventaire double, celui d’un homme Muṣṭafā beše b. Walī, janissaire à Damas, et de son épouse, Ṣafiyya ḫātūn bt Ibrāhīm udābāšī, qui viennent de mourir laissant à leurs quatre filles 1 120 piastres. L’estimation totale des biens est réalisée par le šayḫ du souk Sibāhiyya, en présence du juge ; en fin de document, le scribe détaille plus particulièrement les biens de l’épouse, plus riche que son mari : des propriétés rurales qu’il situe mais dont il ne donne pas la valeur, et 235 piastres de bijoux. Suivant pas à pas le juge dans son travail, nous avions enregistré en réalité les actifs d’un couple, à l’intérieur duquel la femme se distingue par des avoirs presque strictement féminins, les bijoux. Il faut poursuivre l’analyse de données en éliminant l’exception de ce double acte de succession, un « cercueil à deux places », qui fausse nos données strictement masculines par une apparition atypique : la possession de bijoux. Restent 54 défunts.

11La lecture du tableau croisé, à lui seul, impose quelques évidences.

Une certaine hiérarchie dans l’importance des fortunes

12Ignorons peut-être les kul oǧlu, au nombre de deux seulement, fils de femmes locales et d’esclaves de la Porte, dont la moyenne des actifs calculée sur un nombre aussi dérisoire n’a guère de signification.

13Dans l’ensemble, les agents civils de l’État, que l’on nommera également « administrateurs » ou « gens de Loi » et les kapı kulu se situent au-dessus de cette moyenne ; les janissaires et surtout les sipahis, en dessous. Les janissaires semblent être particulièrement endettés. Mais, à l’intérieur de chacun de ces groupes, la plus grande diversité est de règle :

Tableau 8 – Valeur moyenne et montants extrêmes

des actifs des ‘askar en piastres

Valeur moyenne

Montants extrêmes

Administrateurs (7)

1 993

74 à 6 549

kapı kulu (7)

1 423

50 à 8 584

Janissaires (32)

1 023

38 à 9 275

Sipahi (6)

645

86 à 2 323

Des patrimoines hétérogènes

14La répartition des différents types de biens détenus au sein de la population ne présente pas plus d’homogénéité.

15Il ne faudra pas tenir compte des bijoux et des revenus d’emploi, qui sont des ressources exceptionnelles ne représentant qu’une faible valeur dans la fortune de quelques très rares défunts. En plus du couple de défunts évoqué plus haut et supprimé de l’analyse, trois janissaires dont deux n’ont pas d’épouse possèdent pour quelque mystérieuse raison des bijoux de faible valeur. De même, les revenus de pension ou d’emploi ne concernent que trois défunts : un muezzin à la mosquée des Omeyyades reçoit 41 piastres qui rémunèrent les fonctions exercées dans la mosquée (waẓīfat aḏān al-ǧāmi‘) ; une part de chaire d’un imam de mosquée (ḥiṣṣa kursī imām al-ǧāmi‘), sept piastres ; un janissaire touche une solde ou pension de « retraite » (‘ulūfa), 48 piastres de l’odjaq des janissaires, qui correspond à peu près à la solde du janisssaire calculée à partir des données de K. Barbir ; un autre, quatre piastres de pension pour une activité non précisée.

16Mais, même en dehors de ces ressources d’exception, de peu de poids dans les actifs globaux, c’est l’absence d’avoirs qui domine. Dans les différentes colonnes qui représentent la valeur des composantes de la fortune, le zéro arrive en tête, à une exception près, celle des biens domestiques. Le tableau suivant, optimiste, oublie ce zéro, que l’on devine, pour n’indiquer que le nombre de possédants et les valeurs extrêmes des biens qu’ils détiennent :

Tableau 9 – Nombre de possédants et variation des valeurs extrêmes des biens

Nombre de possédants(sur 54 défunts)

Valeurs extrêmes des propriétés (en piastres)

Revenus du commerce ou artisanat

9

4,5 à 900

Créances rurales récupérées

10

7,5 à 295

Créances urbaines non récupérées

13

27 à 1036

Créances rurales non récupérées

15

0,7 à 6 589

Biens ruraux

15

8,75 à 1 812

Immeubles

15

30 à 800

Créances urbaines récupérées

19

4 à 3700

Ensemble des créances

27

7,75 à 6 954

Numéraire

28

1,5 à 4 930

Biens domestiques

53

5,5 à 860

17Le tableau 10 exprime la valeur moyenne des différents éléments qui constituent le patrimoine ; l’indice de Gini, appliqué à chacun des éléments des actifs, suggère une extrême concentration de la propriété, à l’exception (si l’on peut dire car elle reste importante) des biens domestiques.

Tableau 10 – Valeur moyenne des différents éléments du patrimoine et mesure de leur concentration

Moyenne

Indice de Gini

Biens domestiques

191,7

0,55

Créances urbaines non récupérées

114,0

0,81

Immeubles

79,0

0,80

Biens ruraux

135,5

0,82

Numéraire

292,9

0,80

Créances urbaines récupérées

159,9

0,82

Créances rurales récupérées

12,4

0,83

Biens de l’artisanat et du commerce

37,4

0,83

Créances rurales non récupérées

187,2

0,81

Total

1 210

18L’irrégularité des avoirs est double : elle touche le montant et la répartition des patrimoines. Les graphiques suivants présentent la composition des patrimoines pour chacune des six tranches (sextiles) de population classée par ordre de richesse.

  • 4 Le tableau ne nous laissait pas la place de noter certains termes correctement : dom. signifie dome (...)

19Comme le montre le graphe 4 (p. 92-94)4, les variations de la hauteur des colonnes sont impressionnantes : le tiers de la population possède peu. Mais, dès le deuxième tiers, dans une proportion qui se met à croître très fortement dans le dernier tiers, les patrimoines sont dispersés dans les différents secteurs : dans l’ensemble, tous les biens s’accroissent alors très fortement, à l’exception de la possession d’immeubles qui atteint son maximum dans les troisième et quatrième sextiles, particulièrement représentatifs des actifs les plus importants, le numéraire et les créances de toute nature.

Graphe 4 – Répartition des différents biens suivant le montant des actifs : premier, deuxième, troisième, quatrième, cinquième et sixième sextiles
Premier sextile

Graphe 4 – Répartition des différents biens suivant le montant des actifs : premier, deuxième, troisième, quatrième, cinquième et sixième sextilesPremier sextile

Deuxième sextile

Deuxième sextile

Troisième sextile

Troisième sextile

Quatrième sextile

Quatrième sextile

Cinquième sextile

Cinquième sextile

Sixième sextile

Sixième sextile

20Nous étudierons dans un premier temps la partie de la population ‘askar damascène dont la médiocrité des avoirs ne saurait justifier l’oubli, les « gens de peu ». Nous réaliserons alors une nouvelle analyse factorielle sur l’ensemble des défunts débarrassés de ces presque démunis.

Un quart de “gens de peu”

  • 5 Citons Rafeq, Pascual, Marino, pour Damas ; Raymond pour le Caire.

21Les premières observations globales sur la structure des patrimoines de la gent d’État, comparée à celle des civils avait suggéré que, comme l’avaient noté de nombreux historiens5, militaires et hommes de Loi s’étaient engagés dans les activités urbaines et rurales de la région.

  • 6 Ces défunts apparaissent en 0 sur tous les trois axes de l’analyse.
  • 7 Et encore faut-il noter que les plus pauvres des pauvres n’ont laissé aucune trace ni de leurs avoi (...)

22Or l’analyse des données révèle que plus du quart de ces défunts n’ont avec la ville et la campagne que des rapports éloignés et de peu de poids6. Ces 15 hommes appartiennent tout simplement au groupe des démunis, dont le faible actif moyen est grevé par un passif avant tout constitué de dettes, qui rabaisse leur patrimoine net moyen à une valeur négative, - 88 piastres7.

Tableau 11 – Montant total et composition du patrimoine des “gens de peu” comparé au patrimoine de l’ensemble des ‘askar

Ensemble de la population(en chiffres absolus)

Ensemble de la population(en %)

Les “gens de peu” (en chiffres absolus)

Les “gens de peu” (en %)

Biens domestiques

10 350

15,7

2 303

81,5

Biens ruraux (dont revenus en nature)

7 320

11,2

25

0,9

Bijoux

125

0,16

0

0

Biens du commerce ou de l’artisanat

2 019

3,1

0

0

Ensemble des créances

25 569

39

195

6,9

(dont créances recouvrées)

9 305

(14)

55

(2)

(dont créances non recouvrées)

16 264

(25)

140

(4,9)

Immeubles

4 265

6,5

0

0

Numéraire

15 814

24,2

302

10,7

Revenus d’emploi

93

0,14

0

0

Montant total du patrimoine brut

65 555

2 825

Moyenne de l’actif individuel

1 213 p.

188 p.

Moyenne du patrimoine net (actif moins passsif)

875 p.

-88 p.

  • 8 Finkel, 1988, p. 252, remarque, pour une date antérieure, la même inégalité de patrimoines à l’inté (...)

23Ni le corps, ni le grade, ne paraissent orienter ces défunts vers une existence dégagée de tout investissement important dans le monde urbain ou rural : dans le même ensemble figurent sept janissaires8, trois kapı kulu, deux sipahis, trois « administrateurs », dont deux font partie de la suite, ou maison de ‘Uṯmān Pacha, et de Ḥusayn Pacha, gouverneurs de Damas. Les janissaires et les kapı kulu portent en général le titre de beše, le grade le plus bas dans la hiérarchie militaire ; deux janissaires appartiennent cependant aux groupes plus prestigieux de bulūkbāšī et d’udabāšī. Deux timariotes aġā, dont l’un est za‘īm, côtoient, dans une pauvreté relative, les plus humbles des beše.

  • 9 Aucun axe sur l’analyse factorielle des correspondances ne fait apparaître ces défunts dont les avo (...)

24Le patrimoine n’est certes pas inexistant mais il est médiocre ; les biens domestiques constituent le seul avoir de sept d’entre eux9. La faiblesse du patrimoine brut, 188 piastres, l’importance de la part prise par les biens domestiques (72 % au lieu de 15,8 pour l’ensemble), suggèrent que les fonctions occupées assurent au quart de la population d’État un mode de vie précaire. Aucun de ces défunts ne possède de maison ; sans doute la louent-ils, mais le juge ne signale ces locations que lorsqu’elles restent impayées (apparaissant alors en dettes) : un kapı kulu loue une pièce pour 0,3 piastres ; un autre kapı kulu, une maison, qu’il habite, 0,6 piastres. Dans ce groupe hétérogène, pas de superflu, pas de quoi acquérir bijoux, boutiques, pas de quoi prêter. Si certains exercent en ville quelque activité non définie, c’est dans des boutiques louées : un kapı kulu loue son dukkān pour une piastre ; un sipahi, sipahi à Chypre et commerçant à Damas, loue également un dukkān dans lequel il détient des biens en dépôt (amāna) appartenant à des militaires, des armes surtout.

25À quoi imputer la précarité du mode de vie de ces quelques janissaires ou kapı kulu ou sipahis ou administrateurs ? Leur jeunesse peut-être ? Quatre ne sont pas mariés, et les autres ont une descendance jeune, deux enfants majeurs, huit mineurs, dont deux à naître. Ou à une arrivée récente en ville ? Le sipahi de Chypre ne faisait que passer, pour affaires, à Damas. Le juge a parfois mentionné la région d’origine des kapı kulu, envoyés à Damas pour surveiller la puissance des janissaires locaux. L’un vient de ‘Ayntāb où est restée sa famille, il ne possède que des biens domestiques ; un autre kapı kulu a laissé à Trébizonde sa première femme et les enfants qu’il en a eus : il a eu cependant le temps de mettre un pied dans la campagne environnante et d’avancer auprès d’une population rurale un peu d’argent, d’orge, de blé, et de s’acheter un cheval ; mais il n’a pas su ou pu récupérer avant sa mort le montant de ses créances ; son arrivée n’est cependant pas si nouvelle, puisque certaines de ses créances sont vieilles de huit ans.

26Récemment arrivés à l’âge adulte, récemment arrivés dans la ville, pourraient-ils être parfois aussi des hommes récemment arrivés à l’état de liberté, anciens esclaves affranchis, ou encore récemment convertis à l’islam ? Dans le nom de ces personnages figure en effet quatre fois le nasab de b. ‘Abdallāh, nom d’un père fictif souvent réservé à des esclaves affranchis, ou à des infidèles convertis.

27L’analyse de vie inspirée par les éléments de l’inventaire suggère donc l’impression que la jeunesse, une arrivée récente dans la ville, voire l’affranchissement ou la conversion à l’islam, ne riment pas avec opulence. Mais un cas suscite une analyse différente : Muṣṭafā bulūkbāšī b. Aḥmad bey b. ‘Abd al-Bāqī bey b. Lālā Muṣṭafā Bāšā al-wazīr, dont la longueur du nom atteste l’ancienneté de l’appartenance à un milieu d’État (il serait l’arrière petit-fils d’un gouverneur de la province de Damas dans la seconde moitié du XVIe siècle), ne détient que des biens domestiques constituant 100 % de son patrimoine, 631 piastres. Le défunt a contracté, durant son existence et pour des raisons non indiquées neuf lourdes dettes, 2 110 piastres ; plusieurs personnes lui avaient prêté, dont une femme chrétienne et un fantassin (yāyābāšī) turcoman. Polygame, il n’a pas pu payer l’arriéré de ses dots, 250 piastres ; sa succession est en réalité négative de 1 898 piastres (ce personnage est d’ailleurs responsable de la moyenne négative des fortunes vues ci-dessus ; sans lui, le patrimoine moyen du groupe envisagé s’élèverait à quelque 40 piastres). Pour apurer ses dettes, qui ne sont remboursées qu’en partie, il est signalé que l’on a laissé dans la succession les biens domestiques (pour la famille ?) ; en revanche, ses possessions immobilières urbaines ont été vendues, une partie des biens qu’il possédait dans la citadelle de Qunayṭra (Golan), et sa maison, vendue aux enchères au souk Sibāhiyya ; les liquidités provenant de ces ventes ont été distribuées à ses créanciers. Au terme de son existence, ce personnage, un gradé, et fils de famille, laisse à ses héritiers une situation catastrophique : traversait-il une mauvaise passe ? A-t-il mal assuré la gestion économique de son patrimoine pour des raisons inconnues liées à son mode de vie ?

28Lorsqu’on n’avait su, ou pu, s’assurer des revenus extérieurs à ceux que procurait la seule fonction d’État, il n’était pas facile de joindre les deux bouts : les dettes de l’ensemble de ce groupe, même si l’on ignore les dettes exceptionnelles du bulūkbāšī, représentent plus de la moitié (54 %) de ses avoirs. Appartenant certes tous au milieu des ‘askar, cet ensemble de défunts constitue un groupe hétérogène, uni dans un presque dénuement, qui arrive à subsister avec difficulté dans la ville : quelques biens domestiques, quelques sous.

29Les différenciations de patrimoines se passent ailleurs : en route vers une nouvelle analyse des correspondances sur les patrimoines du groupe des ‘askar débarrassés des moins nantis de leurs pairs.

Plusieurs types de compositions patrimoniales existent chez les plus aisés de ces agents civils et militaires de l’État

30L’organisation des patrimoines peut-être depuis longtemps hérités ou récemment constitués – les sources sont à ce sujet muettes – ne paraît pas être liée à l’appartenance à un groupe (janissaires locaux, kapı kulu, sipahis, ou agents civils de l’État), mais répondre à des stratégies individuelles. Une recherche lassante mais nécessaire s’impose alors : par une simple lecture des actes, ressusciter les comportements de ces défunts qui privilégient un type particulier de structure patrimoniale.

  • 10 L’axe 1 révèle ces différenciations. Nous construisons nos données en analysant les fortes contribu (...)

31C’est parmi les plus riches des ‘askar, dont la moyenne des avoirs atteint 3 141 piastres, que la composition des patrimoines affiche les plus grandes différences10. D’un côté, des personnages dont la fortune repose avant tout sur des créances qui n’ont pas été remboursées à la mort du créancier, sur des espérances en quelque sorte ; ces sommes ont été avant tout prêtées à des villageois. De l’autre, des défunts possédant des espèces sonnantes et trébuchantes, plutôt impliqués dans des activités commerciales ou artisanales.

Tableau 12 – Deux types de patrimoines parmi les plus fortunés des défunts

Axe 1 Positif

Axe 1 Négatif

Ensemble

Créanciers avant tout

Possesseurs d’espèces avant tout

Biens domestiques

15,7 %

12,9 %

7,5 %

Biens ruraux (dont revenus en nature)

11,2 %

6,6 %

2,7 %

Bijoux

0,16 %

0 %

0,2 %

Biens du commerce ou de l’artisanat

3,1 %

0 %

6,4 %

Ensemble des créances

39 %

75,5 %

27,5 %

recouvrées

14 %

5,5 %

17,5 %

non recouvrées

25 %

70 % dont 61,5 %
de rurales

10

Immeubles

6,5 %

4,2 %

0,7 %

Numéraire

24,2 %

0,5 %

54,8 %

Revenus d’emploi

0,14 %

0,3 %

0,2 %

Moyenne de l’actif individuel

1 190 piastres

2 483

4 523

Moyenne du patrimoine (actif moins passsif)

753 piastres

1 746

2 991

Prêteurs dans le monde de la campagne

  • 11 Contribution 488, situation +1566.
  • 12 Avouons que ce personnage pose des problèmes que le document ne peut résoudre. Parmi les créances r (...)

32Le personnage qui illustre avec le plus de vigueur11 un type de patrimoine reposant sur l’importance d’un crédit – non encore récupéré – accordé aux villageois est un certain Ǧanār b. Aḥmad beše ; ses avoirs représentent 8 584 piastres, son patrimoine net s’élève encore à 5 072 qurš. Bien que le terme ne soit pas utilisé dans le nom du défunt présenté par le juge, l’homme était kapı kulu. Étranger, autrefois janissaire à Bāb al-‘Ālī, Istanbul, il a noué des liens avec le milieu des kapı kulu, attestés à maintes reprises : le défunt a contracté, entre autres, des dettes vis-à-vis du corps des kapı kulu ; parmi les proches qui interviennent à divers titres dans la succession figure en particulier son waṣī, Ḥasan beše b. ‘Abdallāh kapı kulu, et le nāẓir du waṣī, nommé par le grand juge, également kapı kulu. La date de son arrivée à Damas n’est pas indiquée. Il a épousé une étrangère à la ville, sayyida Ḫadīǧa bt al-sayyid Muḥammad aġā de la forteresse de Quṭayfa, village d’oasis au nord-est de Damas sur la route d’Alep, faisant donc partie du groupe des ašrāf, descendants du Prophète ; il en a eu deux enfants, mineurs, qui portent le titre de sayyid hérité de leur mère. Peu de liens l’attachent à la ville : il n’y possède pas d’immeubles, peut-être une pièce (ūda) à l’intérieur de la citadelle, mais il y loue des maisons dont il n’a pas payé le loyer au moment de son décès ; il a cependant prêté quelques piastres à des Damascènes qui ont remboursé les sommes dues (70 piastres). De la campagne environnante, il tire (ou devra tirer) l’essentiel de ses revenus : 400 piastres pour une vache, du blé, de l’orge, des instruments aratoires ; 385 piastres, pour du blé et de l’orge du village de ‘Awra, non-localisé, de l’orge de Quṭayfa, village déjà évoqué. Le juge n’indique pas à quel titre ces biens en nature font partie de son patrimoine : il détient à ‘Awra quelques terres puisqu’un scribe s’est déplacé pour inventorier les faddān qu’il y possédait ; il a également une maison, mais le scribe n’en a pas indiqué l’emplacement. Sa présence dans la campagne est établie, au regard des sommes qu’il y a placées : il a accordé à des villageois plusieurs prêts, correspondant à une somme totale de 6 954 piastres, prêts reposant sur des documents datés (ḥuǧǧa, taḏkira ou tamassuk) qui en attestent l’authenticité ; la plupart (6 589 piastres) doivent être récupérés par ses héritiers et leur tuteur. Les noms de sept villages sont indiqués, Ǧayrūd et Ruḥayba, petites oasis à l’est de Quṭayfa, et cinq autres non localisés ; les prêts importants ont été dans leur grande majorité consentis à des collectivités paysannes ; les seuls crédits individuels, de petite envergure, concernent cinq métayers, dont trois appartiennent à la même famille. Les dates auxquelles le kapı kulu Ǧanār b. Aḥmad beše a avancé ces sommes sont récentes, précédant de peu la mort du défunt : un seul prêt remonte à 1677, les autres sont de 1681, souvent payables par termes (qisṭ) dont l’un est même dû pour l’année 1682. Enfin, le défunt kapı kulu ajoute à ces créances villageoises une autre créance de 80 piastres due par le waqf de Sinān Pacha12. Un kapı kulu aurait-il pu être chargé de la fonction de collecteur d’impôts ? Ses créances rurales, en gros composées de prêts collectifs accordés aux villageois, seraient alors des impôts non encore réglés.

33Issu d’un milieu différent, Aḥmad b. al-šayḫ Muḥammad b. al-‘Ānī, muezzin à la mosquée des Omeyyades, est à la tête d’un patrimoine qui présente des caractéristiques presque semblables. Fils de šayḫ, il est entouré de lettrés liés au monde des artisans de la cité : son frère Faḫr al-fuḍalā’ al-mukarramīn est waṣī des mineurs, Ḥasan çelebī b.Yūsuf beše le fourreur (al-farrā’) est wakīl de sa veuve, le šayḫ Aḥmad b. al-šayḫ Yūsuf le tailleur (al-ḫayyāṭ) est wakīl de sa première épouse. L’ensemble de ses avoirs s’élève à 2 596 piastres ; son patrimoine net reste important : 2 389,5 piastres.

34L’homme est bien implanté dans la cité et reçoit des revenus liés à sa fonction et aux attaches qu’il a nouées avec la mosquée des Omeyyades : deux piastres pour un emploi non précisé, 15 de la mosquée elle-même, sans indication supplémentaire, 10 pour son activité de muezzin, sept d’une part de la fonction d’imam, sept pour une part de pension du Grand tribunal, sans autre précision. Il touche également 41 piastres pour de nombreuses « pensions » provenant de biens waqf : une piastre de pension de la madrasa de Tinkiz ; 17 piastres de la madrasa Šāmiyya pour l’année 1679 ; des revenus, 13 qurš, pour la moitié d’un waqf pour 1680, et 10,5 provenant d’un waqf indéterminé. Il attend aussi 200 piastres d’un waqf maktab (école pour enfants), dont 13 piastres seulement sont entrées dans son escarcelle, et 200 piastres supplémentaires d’un certain Faḍl Allāh b. al-Ramlī du waqf de ses ancêtres des Banū Ramlī, une famille dont le défunt fait sans doute partie. Il ne possède pas de maison dans la ville, mais paye quelques piastres (4,25) pour la location pour deux années 1679-80 d’une pièce d’étage (ṭabaqa) du waqf des muezzins.

35Dans Damas, il détient également des boutiques qu’il loue trois piastres pour trois mois pour l’une et pour l’autre 12 piastres pour l’année 1680, et une pièce d’étage (ṭabaqa) à Bāb al-Silsila, proche de la Grande mosquée, qui lui rapporte 4 piastres pour la même année. À des citadins damascènes, il a aussi prêté plus de 318 piastres qui lui ont été remboursées. Mais 14 prêts consentis à des personnes de la ville (dont un torréfacteur de café qui apparaît à plusieurs reprises et loue sa boutique 50 piastres pour une durée de dix ans) n’ont pas été honorés au moment du décès ; l’ensemble de ces prêts non récupérés s’élève à 853 piastres.

  • 13 Une définition de ces termes ruraux sera proposée chapitre VI.

36Beaucoup mieux implanté dans la ville que le kapı kulu Ǧanār b. Aḥmad beše, le muezzin étend son influence hors de la ville. À la campagne, il ne possède rien. Mais, des villageois, il attend la somme de 1 302 qurš. Cinquante-quatre piastres entrent tout de suite dans la succession : un villageois de Dārayyā paye sa dette de neuf piastres ; d’autres, le prix d’un gardiennage et de la location de plantations (un bustān13 à Kafr Sūsiyya). Une somme sérieuse, 1 248 piastres, reste due. Le poids de ce reliquat évoque l’importance des créances rurales non payées du kapı kulu ; cependant, la typologie des créances n’est pas complètement semblable. Le kapı kulu avait consenti des prêts collectifs ; le muezzin attend des villageois qu’ils lui règlent des locations soit de biens (amākin) à Kafr Sūsiyya, soit de plantations à Kafr Sūsiyya ou à Mazza ; qu’ils payent le prix de la vente de plantations (karm) à Dārayyā ; le muezzin a cependant lui aussi avancé des sommes, non pas à des collectifs villageois, mais à des individus nommés, des personnes isolées ou des groupes de personnes nommées, localisés à Dārayyā et à Rayḥān.

37‘Uṯmān aġā b. ‘Abdallāh connu sous le nom de Maǧar, “le Hongrois”, un aġā za‘īm mort lors d’une campagne du gouverneur contre les « mauvais Bédouins, les bandits » (ašqiyā’ ‘arab), est un homme riche, dont les actifs s’élèvent à 2 323 piastres, et le patrimoine net à 2 079. Il possède une fortune dans laquelle les créances rurales non récupérées occupent encore la place essentielle.

38Ses propriétés urbaines et rurales sont cependant conséquentes, comme nous le verrons plus loin. Ses créances rurales, plus de 622 qurš, proviennent aussi de plusieurs villages et sont de nature différente. Il avait d’une part consenti des prêts collectifs à des paysans de Ḥasīriyya et Fīq, dans le Golan, d’autres d’al-‘Arna dans le Wādī al-‘Aǧam, de Sar‘āyā dans le Wādī Baradā ; mais il attend aussi de certains villageois, nommés et localisés dans l’un de ces villages, des remboursements dont il est impossible de connaître la nature exacte. Simple prêt, ou reliquat d’un contrat d’exploitation en cours, ou dette fiscale, des impôts encore dus ? 100 piastres pour un solde de terme (baqiyyat qisṭ), 10 piastres d’un métayer (murābi‘) ; d’autres personnages, il attend le prix de chèvres, de taureaux, d’une vache, d’un chameau, sans doute vendus ; ou de terres (faddān) ; ou enfin des produits en nature, de l’orge, du blé, du blé “transporté” (manqūla), mesurés en kayl et ġirāra, dûs soit par des individus, soit par un collectif villageois.

39Un autre sipahi, le bey Muḥammad b. ‘Abdallāh, mort sans héritier « en dehors de son épouse », dont les actifs et le patrimoine net sont bien inférieurs (567 et 371 piastres), attendait de remboursements campagnards l’essentiel de sa succession, 427 piastres. Ces dettes évoquent, par leur composition et leur nature ambiguë, celles du précédent za‘īm Maǧar ‘Uṯmān aġā : 90 personnes de 14 villages du Golan, de la Bekaa, du Wādī Baradā, lui doivent des espèces ou des produits en nature (blé, orge, beurre, soie), des parts d’animaux, vaches, chevaux, pouliches. La somme de ces créances rurales dépasse en réalité les 427 piastres car de nombreuses créances (en nature surtout) n’ont pas été estimées.

40Un janissaire, ‘Uṯmān beše b. ‘Abdallāh, d’origine étrangère et sans doute servile, de la wilāya de Kiliz, sans épouse, n’ayant d’autres héritiers que ses neveux restés à Kiliz, est à la tête d’une petite fortune, 271 piastres, dont 211, sous forme de cinq créances, reconnues par tamassuk, sont dues par des paysans de villages de la Bekaa et par les šayḫ de Fīq et de Qunayṭra du Golan.

41Enfin, un dernier personnage, ‘Abd al-Qādir b. Muḥammad, marié, sans enfant, dont la part des créances rurales non récupérées marque l’allure du patrimoine est, comme Ǧanār b. Aḥmad beše, kapı kulu titré udabāšī. Mais son actif est bien moyen, 531 piastres dont 488 proviennent de créances non recouvrées. L’homme semble venir d’Istanbul. Il habite Damas où il possède une maison dans Šāġūr Barrānī évaluée à 30 piastres. Dans sa maison, pratiquement aucun bien domestique. Dépourvu de tout numéraire, il a prêté à des Damascènes et des villageois. Les citadins, un tisserand, deux bouchers, un marchand de coton, un cafetier lui doivent 231 piastres, les villageois, 257. Les villageois, appartenant à cinq villages de la Ġūṭa de l’est, ont emprunté à titre individuel des sommes allant de moins de deux à 83 piastres, à des dates s’échelonnant entre 1676 et 1679.

Plusieurs conclusions s’imposent

42Ces relations de crédit à la campagne concernent les agents civils et militaires de l’État. Les sipahis, à l’origine, assuraient leur fonction de cavalier en obtenant des concessions fiscales rurales : la présence de ces dettes rurales dans leur patrimoine s’inscrit-elle dans la continuité ? Tel ne devrait pas être le cas des kapı kulu d’origine étrangère, à l’exception de ce kapı kulu ayant des liens avec la ṣubāšiyya de quelques villages, ni du janissaire, peut-être aussi non damascène, qui semblent bien « placer » de l’argent dans les villages.

  • 14 Voir chapitre VII.

43Ces relations de crédit peuvent revêtir bien des aspects14 : simple prêt individuel répondant à une demande personnelle ; ou prêt collectif, permettant aux paysans de payer leurs impôts ; ou reliquat d’investissement de citadins sous forme de bail, payable en plusieurs termes échelonnés dans le temps, en cours de réalisation.

44Ces crédits, consentis par des urbains au monde rural, paraissent des investissements risqués, ou du moins dont le rapport se réalise à long terme. Quels qu’ils soient, les prêts ne sont pas honorés dans la rapidité : dans le cas de non-paiement s’éternisant, quelles étaient les stratégies des créanciers ?

Possesseurs de numéraire

  • 15 Contribution 13 et 22, situation +914 et +358.
  • 16 Numéraire, contribution : 296 en -883 ; revenus du commerce, 45 en 959.

45À l’opposé de ce type de patrimoine, dans lequel les créances rurales restant dues tiennent une si grande place, les créances rurales récupérées et la possession de biens ruraux une place à peine significative15, un groupe de défunts dispose d’une fortune dont les espèces sonnantes et trébuchantes, les liquidités, occupent la place essentielle ; les revenus du commerce, une importance secondaire16. L’ensemble de ce groupe de personnes, dont on décrira les actifs des plus marquants d’entre eux, se caractérise, comme le groupe précédent, par sa richesse : actif moyen de 3 799 piastres, patrimoine diminué de son passif, 2 991 piastres.

46Muḥammad b. al-ḥāǧǧ ‘Uṯmān connu sous le nom d’Ibn al-Hūš al-‘askarī, est sans doute haut fonctionnaire, titulaire d’un diplôme sultanien, un lettré dont la valeur de la bibliothèque représente 300 piastres, pour 36 ouvrages ; son actif de 6 549,5 piastres est constitué pour les trois quarts d’espèces (4 930 piastres) ; il est également engagé dans des activités commerciales puisque du sucre et du café comptent pour 900 piastres dans sa fortune ; on sait qu’il est mort au Caire. Était-il en déplacement, en voyage d’affaires, ou venait-il d’être muté, ayant réalisé la vente de tous ses biens, si l’on en juge par l’importance du numéraire, sans avoir cependant eu le temps de déménager sa bibliothèque ?

47Šāhīn beše b. ‘Abdallāh, janissaire à Damas, laisse à sa mort la plus importante des successions enregistrées dans le registre 10. Son actif s’élève à 9 276 piastres. Même diminué de petites dettes et de 3 000 piastres dues à sa femme, il reste à la tête d’une fortune considérable de 5 805 piastres. Son patrimoine comprend plusieurs domaines qui seront évoqués plus loin : de substantielles créances et des espèces comptant pour 33,2 % de son actif (3 077 piastres). Ce janissaire était-il usurier ?

48‘Umar beše b. Ḫalīl beše, janissaire à Damas, conserve par devers lui une importante somme d’espèces, 710 qurš, soit 56 % de son actif de 1 262 piastres.

49Plus diversifiés, les investissements du kul oǧlu Muṣṭafā b. Dāwūd, dont on ne sait si ce fils d’esclave de la Porte et d’une femme damascène exerce la moindre fonction d’État. Près de la moitié de son actif, 2 872 piastres, se compose de numéraire. Il est également commerçant, fabricant/vendeur d’étriers (il porte la nisba de rakabī) et de différents produits, du café, de la cochenille, des feuilles d’or sans doute destinées à orner les étriers ; ces produits lui ont rapporté 510 piastres : un homme riche donc, dont les activités multiples sont urbaines.

50Cet ensemble de personnages, riches, dont les fonctions paraissent un peu moins diversifiées (il s’y trouve seulement deux janissaires), se caractérise avant tout et à une exception près, par l’importance du numéraire dans les avoirs, ces espèces que le groupe précédent ne détenait pas, et par une participation plus large aux activités artisanales et commerçantes de la cité.

Propriétaires de biens urbains et fonciers

51L’axe 2 d’opposition (celui qui oppose avec moins de force que l’axe 1 l’ensemble des actifs et des défunts), exprime un comportement économique différent.

Tableau 13 – Patrimoine spécifique des possesseurs de biens urbains ou/et ruraux

Ensemble
en %

Les possesseurs de biens fonciers et immobiliers
en %

Biens domestiques

15,7

18,4

Biens ruraux (dont revenus en nature)

11,2

34,9

Bijoux

0,16

0,4

Biens du commerce ou de l’artisanat

3,1

0,5

Ensemble des créances

39

13,4

(dont créances recouvrées)

(14)

(2,6)

(dont créances non recouvrées)

(25)

(10,8)

Immeubles

6,5

24,1

Numéraire

24,2

8,3

Revenus d’emploi

0,14

0

Moyenne de l’actif individuel

1 213 piastres

1 535

Moyenne du patrimoine (actif moins passsif)

875 piastres

717

52Une dizaine de personnes, dont le patrimoine moyen se situe bien en dessous des deux groupes étudiés, ont une fortune fondée sur la possession de biens urbains ou de biens ruraux, ou de biens urbains et ruraux à la fois. La description précise de ces investissements sera effectuée dans les chapitres V et VI, fournissant des indications sur le degré de pénétration des gens d’État à la ville et à la campagne.

53‘Alī bey b. Baḫtān al-Kurdī en fournit l’exemple le plus significatif. Janissaire à Damas, il possède ou cultive des terres sur le territoire du village de Naḥariyya, non-localisé, et élève des animaux, dont la valeur totale atteint 1 060 piastres, plus de la moitié de son actif. Dans Damas, il détient une petite maison dans la zuqāq Ḥamrāwī, à proximité de la Grande mosquée, et la somme investie dans une maison, détenue par le waqf des Ḥaramayn ; la valeur des deux immeubles est de 700 piastres. Le montant élevé de ces biens fonciers et immobiliers n’arrive cependant pas à équilibrer d’importantes dettes. L’on ne saura jamais la cause de ces emprunts : mode de vie débauché qui l’a condamné à être en faillite de plus de 4 000 piastres ? Ou a-t-il voulu se procurer une charge quelconque, onéreuse, et la mort l’aurait alors saisi au mauvais moment ? Il a emprunté à diverses personnes, à des militaires, à ses deux épouses, au gouverneur de Tripoli et à cinq personnes dont ni l’ism, ni le nasab, ni la nisba ne donnent la moindre indication sur leur origine ou leur fonction.

  • 17 Le mukabeleci avait une fonction, celle de « confronter les coupons de solde des militaires avec le (...)

54Un certain Ibn ‘Alī efendī al-muqābilǧī17, udabāšī des janissaires à Damas, est à la tête d’une fortune plus modeste de 1 352,5 piastres. Dans un village dont le scribe n’a pas indiqué le nom, il détient des parts (qīrāṭ) de jardin et de plantations (ġirās) estimées à 202 piastres. Dans Damas, il possède aussi des parts (la majorité, 18 2/3 qīrāṭ) d’un qaṣr, pièce de réception, dans la maḥallat al-Qaymariyya, et une maison de 25 piastres ; propriétaire, il touche également des loyers : pour la location d’un bain faisant partie d’un waqf, pour quatre boutiques situées dans le souk al-Qāḍī ; enfin, il touche une part majoritaire (18 qīrāṭ 2/3) de la somme affectée à une construction de la qaysāriyya dans le souk al-‘Amāra, soit 500 piastres. À l’inverse du cas précédent, il n’est pratiquement pas endetté.

  • 18 Rafeq, 1992, p. 307, souligne : « Sur les terres agricoles qui portaient pour la plupart le statut (...)

55‘Alī aġā b. ‘Īsā b. ?, qui porte le titre d’aġā des janissaires, possède des biens ruraux dans deux villages du Wādī al-‘Aǧam, et un dans la Bekaa. Dans ces villages, il détient plusieurs types de propriétés ; des maisons, des outils agricoles, des animaux, chameaux et chevaux, du fourrage ; ou des droits d’usufruit (mašadd maska)18 sur les terres. Ses biens fonciers représentent 35 % de son patrimoine (5 141 piastres). Ses biens urbains, la partie ǧuwwāniyya d’une maison à Qaṣr Ḥaǧǧāǧ, quartier sud-ouest extra-muros, avec une pièce et l’écurie, 300 piastres. Ses dettes, s’élevant à 98 piastres, correspondent à des emprunts, contractés envers des militaires, pour assurer les dépenses engagées par la famille au moment de sa mort, et aux impôts pour les années 1680 et 81.

  • 19 Hütteroth, ‘Abd al-Fattah, 1977, p. 48-49, précisent que les tribus kurdes et turcomanes de la p (...)

56‘Utmān le Hongrois, aġā, za‘īm des sipahis à Damas, déjà évoqué pour l’importance de ses créances rurales non recouvrées, est également propriétaire. Dans plusieurs villages, à Safīra et al-Ḥāra, dans le Wādī Baradā, à Manīn, dans le Qalamūn, à Šayḫ Sa‘d, dans le Hauran, et à Ramrāma, près du lac de Tibériade. Il y détient 45 têtes de buffles ou bufflones (ǧāmūs), quelques ânes, un bœuf (ūkūz) dont la valeur totale est estimée à 194 piastres19. En ville, il a construit une maison, qu’il habite, dans le souk Ṣārūǧā, 550 piastres, sur un terrain waqf ; il dispose également de trois boutiques « sous la Citadelle », évaluées à 40 piastres.

57Mudliǧ beše et Idrīs bey, fils de Sulaymān al-Turkmānī, deux frères, meurent à peu de temps de distance. Leurs successions font l’objet d’un seul acte, incomplet dans ses détails. Ils détiennent d’importants biens à la campagne : sept chameaux, des troupeaux de bovins et de chèvres, des parts de cheval, du blé, de l’orge, l’ensemble estimé à 600 piastres environ. Dans Damas, une maison, non estimée, dans la maḥallat al-Mīdān, reste aux héritiers.

  • 20 La traduction de ce terme ne fait pas l’unanimité. Il n’est pas dans notre domaine de trancher. Doz (...)
  • 21 Sur ce type d’habitat, v. Raymond, 1973, p. 387 et 406 ; Abdel Nour, 1982, p. 407 ; Garcin et Taher(...)

58Dans les patrimoines, de petite envergure (549, 137 et 634 piastres), de trois autres janissaires, tous beše, figurent seuls des biens immobiliers urbains. L’un possède deux maisons avec jardin potager (ǧunayna) et une pièce (ūda), 300 piastres ; l’autre, 4/5 d’un bien dans la maḥallat al-Barīdī, quartier ouest extra-muros, une ūda située dans le Sūq Surūǧiyya ; et des parts de ḫulū20, que nous traduirons par « droit d’occupation, droit d’usage d’un local afférant à un bien waqf » dans deux boutiques, situées dans le même souk ; l’ensemble de ces parts de ḫulū (4/5 et 1/2) rapporte 36,5 piastres. Enfin, le dernier est propriétaire d’un ḥawš 21, sorte de cour souvent occupée par de modestes habitations, dans la maḥallat al-Qubaybāt, 65 piastres et d’une maison située dans le même quartier, 450 piastres.

59Le janisssaire Manṣūr b. Ḥusayn, sans possessions urbaines, est solidement implanté dans la campagne : près de la moitié de ses actifs consiste en différents types de biens ruraux. À Qabr Ilyās dans la Bekaa, il a des animaux (vaches, veaux, chèvres, buffles), la moitié d’une plantation de mûriers, la moitié d’une plantation de vigne, la moitié d’une petite maison, d’une écurie (bā’ika). Dans un autre village de la Bekaa, Maksana, des instruments aratoires, plus de 1 000 plants de mûriers, des plants vignes, une ḥākūra (plantation), des vaches de labour, quatre ġirāra de semences, un usufruit (mašadd maska) sur une exploitation (filāḥa) de quatre faddān. L’ensemble vaut 450 piastres.

60Peu pourvus de liquidités, peu impliqués dans des créances accordées aux ruraux ou aux urbains (à l’exception du za‘īm ‘Uṯmān « le Hongrois »), cet ensemble de personnages, composé en majorité de janissaires et d’un seul sipahi, paraît avoir adopté une stratégie économique qui le distingue : acheté ou hérité, le patrimoine de ces défunts consiste essentiellement en biens fonds ruraux ou urbains, la pierre et le champ. Le montant de leurs actifs les situe à peine au-dessus de la moyenne générale. En revanche, la valeur de leur patrimoine net, 717 piastres, est faussement diminuée par les presque 6 000 piastres de dettes qu’a contractées un seul de ces défunts, le bey ‘Alī al-Kurdī. Si l’on ignore ce grand endetté, ce groupe de janissaires impliqués dans les propriétés urbaines et rurales, a un patrimoine net de 1 246 piastres.

Créanciers en ville

  • 22 Ces créances urbaines récupérées créent l’axe 3 : forte contribution : 706, et situation en 1475.

61Cinq janissaires, quatre beše et un bulūkbāšī, un bey des sipahis, au-dessus des précédents dans la hiérarchie de la richesse, présentent enfin un dernier type de patrimoine22. Leur patrimoine est avant tout urbain, non pas fondé sur de quelconques propriétés, mais sur des prêts : 62,4 % de leurs avoirs sont constitués de créances dues par des Damascains, beaucoup plus que par des villageois, et dont la grosse majorité a été recouvrée lors du décès.

Tableau 14 – Patrimoine spécifique des prêteurs urbains

Ensemble
en %

Prêteurs urbains
en %

Biens domestiques

15,7

7,4

Biens ruraux (dont revenus en nature)

11,2

4,3

Bijoux

0,16

0

Biens du commerce ou de l’artisanat

3,1

0,3

Ensemble des créances

39

62,4

(dont créances recouvrées)

(14)

51,3 (dont 50,2 d’urbaines)

(dont créances non recouvrées)

(25)

11,1 (dont 8,9 d’urbaines)

Immeubles

6,5

1,8

Numéraire

24,2

23,8

Revenus d’emploi

0,14

0

Moyenne de l’actif individuel

1213 p.

2 372 p.

Moyenne du patrimoine (actif moins passsif)

875 p.

1685 p.

62‘Alī beše b. Ḫalīl b. Ǧaql, janissaire dans la ville, est certes propriétaire de parts de sa maison, située à maḥallat al-Qubaybāt, un faubourg méridional, maison avec cour, non estimée parce qu’elle a dû rester dans les mains de ses héritiers, son épouse et trois enfants mineurs. Mais 94 % d’une fortune de 1 912 piastres se composent de prêts, dont la valeur est estimée à 1 770 piastres ; aux campagnards, quelque 30 piastres seulement ont été avancées. C’est la population damascène qui a contracté ces emprunts, et remboursé 1 560 piastres ; les héritiers devront encore récupérer 210 piastres auprès de débiteurs récalcitrants ou insolvables. Le scribe a soigneusement détaillé le montant des prêts et le nom d’une centaine de débiteurs. Deux militaires beše ont emprunté plus de 100 piastres et deux autres personnes, dont un Turcoman, des sommes supérieures allant jusqu’à 300 piastres. Mais la plupart des débiteurs ont emprunté de petites sommes, allant d’une à une cinquantaine de piastres. Toutes les catégories de la population damascène (et non damascène) sont concernées : deux femmes seulement, mais également des personnes simplement dénommées “Ibn Fulān” ; des hommes, de Damas surtout, mais aussi d’origine d’Alep, de Hama ou d’Égypte ; des parents, des militaires, des artisans ou commerçants, beaucoup de tenanciers de bains (ḥammāmī) et de porteurs (ḥammāl), des marchands de laine, des vendeurs de musc (miskawī), des šayḫ. Le défunt devait avoir une clientèle d’habitués : à plusieurs reprises, les mêmes noms de débiteurs ayant honoré leurs dettes reviennent sous la plume du scribe, les mêmes noms également parmi ceux qui, à la mort de ‘Alī beše, n’ont pas encore remboursé la totalité de leurs emprunts.

63Le janissaire Šāhīn beše b. ‘Abdallāh, dont le patrimoine très important consiste aussi en de fortes sommes de numéraire analysées plus haut, janissaire du rang, beše seulement, est certes présent dans les campagnes : il est à la tête de biens ruraux, et a prêté 440 piastres à des villageois. Mais c’est de la ville, où il possède une maison non estimée située dans maḥallat al-Ḥasūdiyya, quartier situé en contrebas de souk Ṣārūǧā, qu’il tire l’essentiel (la moitié) de sa fortune : 4 615 piastres de créances, dont 3 700 sont payées à son décès. Šāhīn n’a qu’une quinzaine de débiteurs à la ville, mais le montant de leurs emprunts est très élevé : en moyenne, chacun d’entre eux a emprunté 230 piastres. Le milieu des débiteurs est varié : une femme, un chrétien, un munlāh rūmī ; beaucoup de militaires, des beše, mais également des gradés porteurs de titres, un bey bāšǧāwīš, un aġā du corps (ṭā’ifa) des janissaires, deux janissaires bulūkbāšī, un ǧāwīš, un lettré (çelebī) ; des artisans aussi, un tailleur Muḥammad al-tarzī qui a emprunté 532 piastres, et des artisans liés au milieu militaire, un maréchal-ferrant chrétien, et un militaire turcoman, apparemment chamelier, dont la dette représente plus de 400 piastres. La grande majorité de ces personnages ont réglé leurs dettes lors de l’enregistrement de la succession ; il faut dire que Šāhīn s’était entouré de toutes les précautions : nombre de ses prêts avaient été « certifiés », soit notés dans un registre du tribunal (‘ūmila bi-ḥuǧǧat al-maǧlis), soit accompagnés d’une reconnaissance de dette portant cachet (tamassuk maḫtūm bi-ḫatm). Avait-il tardé à rembourser à sa femme un emprunt contracté envers elle de 3 000 piastres ? En tout cas, l’usurier a mal fini : son épouse l’a occis ; le fils mineur rembourse la dette de sa mère : le tribunal ôte ces 3 000 qurš de l’héritage.

64Deux autres janissaires Muṣṭafā beše b. Ḥusayn, et Aḥmad beše b. Muṣallī beše al-Dūranǧī, dont les avoirs totaux sont bien plus humbles (205,25 et 442 piastres) présentent le même type de patrimoine : les créances y occupent 87 % et 50 % de leurs biens. Les sommes prêtées sont évidemment moins importantes, mais les noms des débiteurs indiquent encore que tous les milieux ont été concernés par ces emprunts, hommes, femmes, militaires et civils. Parmi ces derniers se trouvent souvent des personnages auxquels les défunts avaient sans doute recours, pour assurer le train de vie de leur milieu, des clients en quelque sorte : moucres (qāṭirǧī) et maréchal-ferrant (bayṭār).

65Les janissaires n’ont pas été les seuls à jouer ce rôle bancaire : un bey des sipahis, ‘Alī bey b. Muṣṭafā bey, riche de 442 piastres, a prêté 301 piastres dont 164 seulement sont recouvrées au moment de son décès. Sa clientèle était variée, mais les militaires paraissent dominer : un za‘īm aġā, fils d’aġā lui avait emprunté 110 piastres, plusieurs beše, un sipahi figurent dans la liste des débiteurs ; certains d’entre eux n’ont pas encore remboursé lors du décès. À côté de ces militaires, les clients habituels, deux femmes et des artisans dont une majorité de fourreurs. Quelques dettes, authentifiées par des actes (tamassuk) datés, sont anciennes de cinq ans.

66Enfin, un autre janissaire portant le grade de bulūkbāšī, ‘Uṯmān b. Ḫiḍr al-kurkǧī, sans doute inséré dans des activités artisanales et commerciales, « vendeur de fourrures », comme sa nisba le suggère (kurkǧī) possédant maison et ḥawš doit l’essentiel de sa fortune (70 %) à des ḫulū. Ces ḫulū, concernant 16 boutiques situées dans la ville, ont une valeur élevée, 1 259 piastres. Ces sommes représentent bien des créances, mais d’un tout autre type, et signalent, comme on l’a remarqué chemin faisant, l’importance des liens qui engagent la population d’État, militaires et administrateurs, dans les biens waqf.

Des individus ou des groupes ?

67Plus que des comportements de groupes sociaux (janissaires, sipahis, kapı kulu, administrateurs), l’analyse a mis en lumière des stratégies économiques diversifiées et individuelles, stratégies choisies et volontaires, ou résultant d’héritages acquis : qui préfère garder ses espèces, qui attend des villageois le remboursement de sommes prêtées ou investies à la campagne, qui achète des immeubles en ville et des biens fonciers à la campagne, qui prête à des habitants de Damas.

68Tous ces personnages liés à l’appareil d’État, militaires commes gens de Loi, se dispersent sur l’échelle des fortunes.

69Au sein du tiers de la population qui ne détient que 3,2 % des actifs totaux, se trouvent 10 janissaires, 4 kapı kulu, deux sipahis, deux agents civils de l’État. Dans le deuxième tiers qui s’attribue 12 % des mêmes actifs, 11 janissaires, trois sipahis, trois kapı kulu, un administrateur. Dans le troisième tiers qui cumule 84,8 % des richesses, 10 janissaires, quatre gens de Loi, un kapı kulu, un sipahi, et ces deux kul oǧlu, des rentiers peut-être, dont on ignore s’ils jouent un quelconque rôle dans l’appareil d’État ou si leurs successions apparaissent uniquement dans le registre des ‘askar à la suite d’un mariage contracté par un ascendant turc avec une riche héritière locale.

70Sans abandonner les kul oǧlu à leur sort anonyme, sans précipiter au gouffre les bijoux ou les revenus d’emploi, essayons d’analyser les compositions des patrimoines en fonction du groupe qui les détient. Les tableaux qui suivent, compte tenu de la faiblesse de l’échantillon et de la grande dispersion des situations au sein de chaque groupe, expriment des tendances. Il serait cependant dommage de négliger les apports miraculeusement précis et chiffrés que ces sources apportent sur une société ancienne. Un souhait : que d’autres analyses s’ajoutent qui nuancent ou confirment ces tendances. 

71Le premier tableau se lit de la façon suivante : dans le groupe des gens de Loi, les biens domestiques représentent 15,3 % des actifs, le numéraire 56,8 %, etc. Dans le groupe des janissaires, les immeubles comptent pour 10,3 % de leurs fortunes, les créances urbaines réglées lors de l’acte de succession, 22,5 % etc.

Tableau 15 – Composition du patrimoine de chaque groupe de ‘askar

Agents civils de l’État

Janissaires

Kapı kulu

Sipahis

kul oǧlu

Ensemble

Nombre de défunts

7

32

7

6

2

54

Biens domestiques

15,3

16,6

10,4

32,1

9,8

15,8

Créances urbaines non récupérées

6,1

9,3

3,7

9,3

30,6

9,4

Immeubles

0,0

10,3

0,3

16,3

4,4

6,5

Biens ruraux

0,0

18,4

9,1

10,2

0,0

11,2

Numéraire

56,8

17,8

4,0

2,1

31,6

24,1

Créances urbaines récupérées

5,8

22,5

0,8

5,2

3,8

13,2

Créances rurales récupérées

0,4

0,6

3,0

2,3

0,6

1

Biens artisanat/commerce

6,5

1,9

0,0

0,0

10,2

3,1

Bijoux

0,0

0,4

0,0

0,0

0,0

0,2

Créances rurales non récupérées

8,8

22

68,7

22,5

9,0

15,4

Revenus d’emploi

0,3

2

0,0

0,0

0,0

0,1

100

100

100

100

100

100

Total des successions en chiffres absolus

13 949

32 750

9 964

3 872

5 020

65 555

  • 23 L’analyse factorielle réalisée à partir des individus et de leurs différents avoirs n’a pas permis (...)

72La lecture du tableau confirme la dispersion des patrimoines, un peu de tout partout23.

73Cependant, des nuances dans les pourcentages des éléments possédés (signalées en gras) suggèrent que, par rapport à l’ensemble de la population ‘askar, les groupes présentent des caractéristiques différenciant la structure de leur fortune.

74Cette hypothèse est renforcée par un deuxième tableau présentant la part de chaque type de biens détenue par chacun des groupes de ‘askar. Il se lit de la façon suivante : les sept gens de Loi possèdent 21,3 % des actifs détenus par les agents civils et militaires de l’État, les 32 janissaires, 50 %, etc. De l’ensemble des biens domestiques, les gens de Loi s’attribuent 20,6 %, les janissaires, 52,7 %, etc. De l’ensemble des biens ruraux, les janissaires s’octroient 82,2 %, et les administrateurs n’en possèdent rien. Dans le chapitre VII, l’étude des comptes de gestion nuancera plus que fortement cette dernière affirmation, conclue à partir de l’analyse des seuls inventaires.

Tableau 16 – Proportion des différents biens possédés par chaque groupe de ‘askar

Gens de Loi

Janissaires

Kapı kulu

Sipahis

kul oǧlu

Biens domestiques

20,5

52,7

10,0

12,0

4,8

100,0

Biens ruraux

0,0

82,2

12,4

5,4

0,0

100,0

Bijoux

0,0

100,0

0,0

0,0

0,0

100,0

Commerce/artisanat

44,6

30,1

0,0

0,0

25,3

100,0

Numéraire

50,1

36,9

2,5

0,5

10,0

100,0

Créances urb réc

9,3

85,2

0,9

2,4

2,2

100,0

Créances rur réc

8,1

28,7

45,3

13,4

4,5

100,0

Créances urb non rec

13,9

49,4

5,9

5,8

25,0

100,0

Créances rurales non réc

12,3

6,8

67,8

8,6

4,5

100,0

Immeubles

0,0

79,3

0,7

14,8

5,2

100,0

Revenus d’emploi

44,1

55,9

0,0

0,0

0,0

100,0

Part des richesses totales

21,3

50,0

15,2

5,8

7,7

100,0

75Ce tableau expose avec plus de clarté encore les conclusions suggérées par le précédent.

76Les janissaires, on l’avait pressenti dans le paragraphe précédent, sont plutôt concernés par les acquisitions urbaines et rurales, ou, créanciers, privilégient les prêts aux Damascènes, dont la proximité, au sens géographique du terme, facilite sans doute les remboursements.

77Les modestes sipahis, possédant plus d’immeubles urbains que les autres, attendent des villageois des sommes avancées, ou dues, des impôts ? Peut-on lier cette situation à leurs officielles fonctions fiscales ?

78Les kapı kulu, esclaves de la Porte, envoyés à Damas pour surveiller les janissaires locaux, peu installés dans la ville, où ils ne possèdent que très peu d’immeubles, et même de biens domestiques, sont peu engagés dans des relations de crédit avec les Damascènes. Ils semblent plus tournés vers la campagne environnante : ils y possèdent quelques biens, et surtout jouent un rôle de créanciers attendant des paysans qu’ils remboursent les sommes prêtées, ou investies.

79Au terme de cette étude sur les patrimoines des personnes, agents civils de l’État et militaires dont les successions, sources de l’analyse, sont enregistrées par le juge ‘askarī, des conclusions s’imposent, dont certaines débouchent sur des points d’interrogation.

80Cette société, un peu moins fortunée, un peu plus homogène que celle des ra‘āyā, reste cependant fortement inégalitaire : un quart de ces gens vivent, ou survivent, de peu ; la richesse se concentre dans une poignée de mains.

81Dans l’ensemble, cette société est plus endettée que ne l’était la société des sujets : des dépenses plus importantes ? Des rentrées d’argent plus faibles ou plus aléatoires ?

82Les biens qui composent les patrimoines sont très inégalement distribués à l’intérieur de chaque groupe : la situation d’un défunt semble plus relever du comportement individuel que d’une attitude liée à la fonction exercée. Sera-t-il possible de trouver dans l’héritage familial ou dans les alliances matrimoniales une explication à ces situations personnelles ? À peine distingue-t-on cependant, dans la répartition des biens au sein des différents groupes, les traces de l’histoire. Des traces du passé dans la composition des actifs des sipahis, autrefois liés aux villageois dont ils touchaient l’impôt, dans le cadre des concessions fiscales accordées, les tīmār ; des traces du présent dans celle des janissaires locaux plus enracinés dans la ville, et dans la campagne environnante, que les autres. Les annonces d’un futur possible dans le comportement économique des kapı kulu : ils viennent d’arriver dans Damas, où les places sont prises ; c’est de la campagne qu’ils attendent des revenus. Ils prêtent, à des individus ou des collectifs villageois ; les rentrées se font attendre. En cas d’insolvabilité paysanne, et s’ils demeurent en poste dans la province, deviendront-il détenteurs des exploitations paysannes, après une période de transition saisie dans ces successions ?

83Ce n’est pas l’ensemble du personnel civil et militaire de l’État qui a noué des liens économiques essentiels avec la ville et la campagne. Cependant, les prêts consentis aux ruraux et aux urbains, les propriétés et les revenus tirés de la terre, et, dans une moindre mesure, les ressources tirées de quelques activités urbaines, occupent leur place, plus ou moins large, dans les patrimoines des deux tiers environ des agents de l’État.

84Les inventaires, et les comptes de gestion jusqu’à maintenant peu utilisés, invitent à présent à l’analyse précise des formes de la participation aux activités urbaines et rurales.

Notes

1 Nous avons pris ici en considération un acte consacré à deux défunts, une femme et son époux, dont les biens sont mêlés, et que nous avions donc écarté dans le chapitre précédent.

2 Nous ne reprendrons pas ici la description des différentes monnaies thésaurisées. Comme dans la population civile, les pièces d’or sont souvent d’origine étrangère : ongres (ducats hongrois), ou yaldız (les ducats d’or vénitiens). S’y ajoutent des pièces d’or ottomanes, les šarīfī. Nous renvoyons le lecteur à Establet, Pascual, 1994, p. 62.

3 En Syrie, le terme karm sert à désigner une plantation, vigne ou autres arbres, v. Mardam Bey, 1925, p. 120-121, une karm de vigne et de figuiers ; p. 129, d’oliviers ; pour d’autres exemples, v. index p. 256-257. Voir également Barthélémy, 1969 : « plantations d’arbres fruitiers qui n’ont pas besoin d’irrigation, des terres plantées en vignes, en pistachiers ou figuiers. »

4 Le tableau ne nous laissait pas la place de noter certains termes correctement : dom. signifie domestique ; urb., urbain ; rur., rural ; non rec. non récupérées ; rec. ou recup., récupérées.

5 Citons Rafeq, Pascual, Marino, pour Damas ; Raymond pour le Caire.

6 Ces défunts apparaissent en 0 sur tous les trois axes de l’analyse.

7 Et encore faut-il noter que les plus pauvres des pauvres n’ont laissé aucune trace ni de leurs avoirs, nuls, donc non divisibles, ni de leur existence même dans les registres, constituant le groupe des oubliés absolus de l’histoire.

8 Finkel, 1988, p. 252, remarque, pour une date antérieure, la même inégalité de patrimoines à l’intérieur du groupe des janissaires : de 200 à 101 320 akçe.

9 Aucun axe sur l’analyse factorielle des correspondances ne fait apparaître ces défunts dont les avoirs ne sont pourtant constitués que de biens domestiques : les montants sont si faibles que, par rapport aux autres biens, ils ne permettent pas de dégager un axe spécifique.

10 L’axe 1 révèle ces différenciations. Nous construisons nos données en analysant les fortes contributions et les situations extrêmes (en négatif et en positif) de chaque patrimoine sur l’axe 1.

11 Contribution 488, situation +1566.

12 Avouons que ce personnage pose des problèmes que le document ne peut résoudre. Parmi les créances recouvrées figure cette dernière somme de 80 piastres que le défunt, est-il mentionné, « avait payées durant sa vie au waqf de Sinān Pacha » : son wakīl récupère la somme qui, semble-t-il, provenait des revenus de la ṣubāšiyya des villages de Ḥalā et de Marrānī. Le mystère est double : pourquoi un kapı kulu, janissaire impérial, aurait-il dû percevoir des revenus (des impôts) liés au rôle de ṣubāšī, à la fois « préfet de police » et collecteur d’impôts ? Était-il devenu un ṣubāšī qui se serait trompé en versant au waqf des impôts destinés à l’État ?

13 Une définition de ces termes ruraux sera proposée chapitre VI.

14 Voir chapitre VII.

15 Contribution 13 et 22, situation +914 et +358.

16 Numéraire, contribution : 296 en -883 ; revenus du commerce, 45 en 959.

17 Le mukabeleci avait une fonction, celle de « confronter les coupons de solde des militaires avec les registres des salaires et autoriser leur paiement », v. Darling, 1996, p. 53.

18 Rafeq, 1992, p. 307, souligne : « Sur les terres agricoles qui portaient pour la plupart le statut de mīrī, ou de terres waqf et ne pouvaient, pour ce fait, être possédées en tant que propriétés personnelles par les individus, le droit d’usufruit connu sous le terme mashadd maska, était cédé, ou transféré par le vendeur de plantations ou d’immeubles se trouvant sur ces terres à l’acquéreur. »

19 Hütteroth, ‘Abd al-Fattah, 1977, p. 48-49, précisent que les tribus kurdes et turcomanes de la plaine côtière et du bassin marécageux du Ḥūla, au nord du lac de Tibériade, étaient des éleveurs de buffles. Les plus grandes tribus du qaḍāʼ du Hauran étaient obligées de se cantonner aux secteurs occidentaux du pays afin de faire paître leurs troupeaux de buffles sur les rives du Hūla, du Jourdain, dans le Marǧ Ibn ‘Āmir, vaste plaine au sud-ouest de Tibériade, et elles payaient des droits de pâturage (rusūm qišlaq).

20 La traduction de ce terme ne fait pas l’unanimité. Il n’est pas dans notre domaine de trancher. Dozy, 1968, le traduit ainsi : « espèce de contrat d’arrentement perpétuel d’un immeuble, moyennant lequel celui qui a arrenté le dit bien, et payé une fois le prix du contrat, ne peut plus être dépossédé, ni lui, ni ses héritiers, et n’est tenu qu’à acquitter chaque année une certaine redevance fixée par le contrat. » Deguilhem, 1995, p. 67, le définit ainsi : « Le contrat de kadak et ḫulū ne concernent que des propriétés bâties où l’on fabrique ou vend. Ce contrat qui englobe deux dispositions distinctes, celle de kadak qui accorde le droit d’exercer un métier déterminé et celle de ḫulū qui autorise l’occupation d’un local, soit pour y résider, soit pour y exercer un métier [...] camoufle, en fait, l’achat des biens appartenant aux waqfs ». Pour l’Égypte, Hanna, 1991, traduit, dans son index khiliw, « droit perpétuel d’usage ».

21 Sur ce type d’habitat, v. Raymond, 1973, p. 387 et 406 ; Abdel Nour, 1982, p. 407 ; Garcin et Taher, 1995, p. 157, 161 ; Marino, 1997, p. 253-262.

22 Ces créances urbaines récupérées créent l’axe 3 : forte contribution : 706, et situation en 1475.

23 L’analyse factorielle réalisée à partir des individus et de leurs différents avoirs n’a pas permis de distinguer des groupes cohérents dont les avoirs seraient à peu près semblables. Ni les janissaires, ni les sipahis, ni les kapı kulu, ni les administrateurs ne se retrouvent ensemble sur aucun des trois axes dégagés.

Table des illustrations

Titre Graphe 4 – Répartition des différents biens suivant le montant des actifs : premier, deuxième, troisième, quatrième, cinquième et sixième sextilesPremier sextile
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2261/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Titre Deuxième sextile
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2261/img-2.png
Fichier image/png, 22k
Titre Troisième sextile
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2261/img-3.png
Fichier image/png, 21k
Titre Quatrième sextile
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2261/img-4.png
Fichier image/png, 21k
Titre Cinquième sextile
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2261/img-5.png
Fichier image/png, 22k
Titre Sixième sextile
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2261/img-6.png
Fichier image/png, 22k

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable