Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Gaulmier, un orientaliste

 | 
Jean Gaulmier

Textes de Jean Gaulmier parus dans le Bulletin d’études orientales

Volney et la pédagogie de l’arabe

Note de l’éditeur

Article publié pour la première fois dans BEO, n° XI, 1945-1946, p. 113-120

Texte intégral

  • 1 À titre d’exemple de ce dédain dans lequel a été tenue la pensée de Volney, on signalera que Renan (...)
  • 2 Dans cette étude, on citera les textes de Volney d’après l’édition Didot, Paris 1876, sauf indicati (...)

1Un cours sur les Idéologues à l’École Supérieure des Lettres de Beyrouth m’a donné l’occasion de ramener l’attention sur cet esprit singulier et vigoureux que fut Volney, et de montrer ce que lui doivent l’histoire, la géographie humaine et la sociologie contemporaines. En philologie comparée et en linguistique qu’il appelle « l’étude philosophique des langues », il a également développé des vues pénétrantes, auxquelles on n’a pas rendu justice1. Ses idées sur la pédagogie de l’arabe ne sont pas moins ingénieuses et sont, s’il est possible, encore plus méconnues : les ouvrages où il les expose L’Alfabet européen, la Simplification des langues orientales, les Vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales ne figurent pas dans l’édition Didot de 1876, la plus répandue et qui prétend faussement contenir les œuvres complètes de Volney. Dans l’édition Bossange de 1826 qui, elle, est complète, ces ouvrages sont présentés sans indication de date et dans un ordre absurde, l’Alfabet européen écrit en 1819 précédant la Simplification publiée en 1795, de sorte qu’il est impossible de suivre l’évolution de la pensée volneyenne2.

  • 3 Cf. notamment Leçons d’Histoire, p. 589-591.
  • 4 Considérations sur la guerre des Turcs, p. 755 ; Simplification des langues orientales, éd. Bossang (...)
  • 5 Cf. L’Alfabet Européen, éd. Bossange 1826, t. VIII, p. 96-97.
  • 6 L’Alfabet Européen, éd. Bossange, 1826, t. VIII, p. 96. Sur le séjour à Mar Hanna, voir Voyage en S (...)
  • 7 Histoire de Samuel, p. 596.

2Dès 1780, Volney a saisi l’importance de l’étude de l’arabe. Il insistera plus tard sur l’utilité d’une connaissance systématique des langues pour l’histoire3 et pour la pratique du commerce et de la diplomatie4. Mais ayant formé le projet de visiter l’Égypte et la Syrie, il comprend que son projet exige une préparation sérieuse et s’initie à l’arabe qu’il étudie pendant deux ans, de 1780 à 1782, sous la direction de M. Leroux des Hautes Rayes, professeur au Collège Royal de France5, ce qui détruit la légende lancée par Bossange, accréditée ensuite par Sainte-Beuve, selon laquelle il aurait appris l’arabe au couvent de Mar Hanna, dans le Mont-Liban. En réalité, Volney écrit expressément : « Lorsque me préparant à voyager en Syrie, je voulus acquérir les premiers éléments de la langue arabe, j’ouvris la Grammaire d’Erpénius: ne comprenant rien à ce genre nouveau de doctrine, j’eus recours au professeur royal alors en fonction »6. Ce qui lui permettra d’ajouter plus tard : « Mon meilleur instrument, mon plus efficace passeport, fut de parler couramment la langue et d’agir directement sur les esprits... Le voyageur qui ne peut converser est un sourd et muet qui ne fait que des gestes, et de plus, un demi aveugle qui n’aperçoit les objets que sous un faux jour; il a beau avoir un interprète, toute traduction est un tapis vu à revers »7.

  • 8 Voyage en Égypte, p. 115 : « C’est en vain que l’on se prépare par la lecture des livres au spectac (...)
  • 9 L’Alfabet Européen, loc. cit., p. 148. Vues nouvelles, p. 498-499.
  • 10 L’Hébreu simplifié, loc. cit., p. 362.
  • 11 Voyage en Égypte, p. 133.
  • 12 Cf. Henri Deherain: Silvestre de Sacy. Geuthner, Paris 1938, p. IV.

3Dès ce moment, l’esprit positif de Volney le convainc que le vrai moyen d’apprendre l’arabe sera de compléter les rudiments acquis dans les livres par un contact vivant avec les pays où on parle cette langue8. Il faut, avant tout, se méfier des « savants sédentaires », des « studieux de cabinet » qui parlent l’arabe avec une prononciation turque9, et dont « avec toute l’érudition possible, les mémoires seront un tissu de paradoxes et de contradictions »10. Tel est le cas de Robert Louth qui prononce à l’anglaise les consonnes hébraïques ; tel est le cas du savant Pococke « qui, expliquant si bien les livres, ne peut jamais se passer d’interprète »11 ; tel est aussi le cas du principal rival de Volney, l’illustre Silvestre de Sacy qui ne fit qu’un voyage hors de France pour aller en 1805 inventorier les archives de Gênes12.

  • 13 Simplification des langues orientales, loc. cit., p. 190.
  • 14 Simplification des langues orientales, loc. cit., p. 218.
  • 15 Voyage en Syrie, p. 248.
  • 16 Voyage en Syrie, p. 133.
  • 17 Discours sur l’élude philosophique des langues, p. 111.

4En voyageant à travers les pays arabes, on comprendra mieux « qu’aucune langue n’a la régularité ni la simplicité de l’arabe »13. Son mécanisme est clair et méthodique. D’où vient donc l’incontestable difficulté qu’on y trouve, le manque d’attraits qu’on ressent lorsqu’on en commence l’étude ? C’est que son système graphique est déplorable. L’alphabet arabe, comme les alphabets européens d’ailleurs, est plein d’imperfections : « Il se ressent, comme eux, de l’inexpérience des siècles où il fut composé, car la bonne composition d’un alphabet est un ouvrage plus abstrait, plus difficile qu’on ne le pense communément : ceux de toutes les langues d’Europe sont à refaire »14. De plus, il se concilie peu aisément avec les nécessités de l’imprimerie, et Volney énumère les inconvénients qu’il comporte pour les typographes modernes15. En outre, les voyageurs européens ignorant la langue ont donné des mots arabes qu’ils rapportent des transcriptions incohérentes et fantaisistes16. Les orientalistes, de leur côté, ont adopté chacun un système d’équivalences qui aboutit à multiplier encore les difficultés17.

  • 18 L’Alfabet Européen, loc. cit., p. 96. Sur le caractère chimérique de ce projet, cf. Vendryes, Le La (...)
  • 19 Sainte Beuve : Causeries du Lundi, t. IX, p. 253.

5Il convient donc de commencer par construire un système de transcription qui rendrait un compte exact de la prononciation. Volney va même plus loin, en imaginant un alphabet universel qui permettrait de transcrire phonétiquement toutes les langues du monde, « comme, avec un seul système d’écriture musicale, je puis peindre tous les tons tous les chants des divers peuples de la terre »18 : l’enthousiasme d’avoir, dès 1795, trouvé une méthode dont il devine la fécondité et que les phonéticiens modernes n’auront plus qu’à approfondir, l’excite à cette généralisation excessive, défaut qu’il partage avec son temps : c’est en effet l’excès de généralisation qui rend caduques les vues, si intéressantes par ailleurs, de Sieyès sur la réforme des langues, comme celles de Tracy sur la grammaire. Les idéologues, dit Sainte-Beuve, « visent trop à émonder l’arbre qu’ils ont sous les yeux et à le tailler régulièrement avec méthode », au lieu d’envisager les langues « comme une végétation lente, une production lente, une production historique composée, résultant de mille accidents fortuits »19.

  • 20 L’Alfabet Européen, loc. cit., p. 18.
  • 21 Barthélémy, Dictionnaire Arabe-Français, Geuthner, Paris 1935. Fasc. 1, Introduction.

6Réduite à des proportions moins ambitieuses, appliquée seulement à l’arabe, la transcription de Volney, surtout si on la compare à celles de ses contemporains Silvestre de Sacy ou Langlès, paraît singulièrement judicieuse. Volney semble le précurseur de Barthélemy, auteur de la meilleure transcription contemporaine de l’arabe syrien. Insistant sur la nécessité de « connaître anatomiquement les organes qui forment la parole », Volney rejette les « argumentations abstraites » des scolastiques, étudie en réaliste la voix humaine et pose les deux principes suivants : 1) Chaque voyelle ou consonne doit avoir pour signe représentatif une seule et même lettre, appropriée, invariable. 2) Inversement, une seule lettre ne doit jamais figurer deux voyelles, ou deux consonnes20. Barthélemy ne s’exprimera pas autrement21: « Le système d’écriture employé ici repose sur le principe suivant : un signe, un seul et toujours le même pour un son, un seul et même son ».

7Volney a d’ailleurs deux systèmes légèrement différents. Celui de 1795, développé dans la Simplification, est aussi le plus moderne, puisqu’il ne comporte aucune lettre pointée : Volney conserve les lettres latines pour certains sons communs à l’arabe et au français ; certains sons particuliers à l’arabe seront transcrits par des lettres grecques (خ=χ , غ=Υ) ; certains autres, tels que ظ ، ط ، ض ، ص ، ش ، ع seront transcrits par des caractères originaux, dessinés par Volney lui-même et choisis pour leur qualité cursive.

8On saisit mieux la nouveauté extraordinaire de ce système, lorsqu’on se rappelle que Silvestre de Sacy transcrit encore le خ par kh ou le ض par dh, que Langlès transcrit le ظ par td ou le ث par le .

  • 22 Vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales, p. 506.
  • 23 L’hébreu simplifié, loc. cit., p. 325.
  • 24 L’Alfabet Européen, loc. cit., p. 54-55.

9À la suite d’oppositions et de critiques (semblables à celles dont, de nos jours, la ténacité de Barthélemy finit par triompher non sans peine), Volney modifia son projet initial et dans l’Alfabet Européen publié en 1891, il adopte à regret un s, un d, un t, un z pointés pour transcrire ظ ، ط ، ص ، ض . On comprend alors certaine remarque amère sur l’Imprimerie Royale22 et sur les institutions savantes parfois inertes : « Les orientalistes sont comme tous les hommes : ayant été élevés dans des habitudes, ils ont trouvé étrange qu’on vînt les y troubler »23. Et ailleurs « Les innovations ne sont jamais le fruit des lumières ou de la sagesse des corporations, mais au contraire, celui de la hardiesse des individus qui, libres dans leur marche, donnent l’essor à leur imagination ... Ce n’est qu’avec le temps, qu’entraînée par une minorité croissante, l’inerte majorité moins par conviction que par imitation entre dans le sentier de la vérité »24.

  • 25 Simplification des langues orientales, p. 230-231.

10Le premier avantage de la transcription est, d’après Volney, de simplifier considérablement la grammaire arabe, en facilitant le problème du hamza, en supprimant radicalement les « règles embarrassantes » du tašdid, du wasla, du madda25, et aussi, en permettant d’expliquer avec clarté les difficultés issues, dans la conjugaison, des verbes à racines concave, sourde, défectueuse et hamzée.

  • 26 Simplification des langues orientales, p. 219.

11La grammaire arabe de Volney est évidemment très rudimentaire et ne saurait être comparée au chef d’œuvre d’érudition qu’est celle de Silvestre de Sacy. Mais elle offre l’incontestable avantage de la simplicité. Ouvrage destiné non aux savants, mais « aux voyageurs et aux négociants»26, la grammaire de Volney présente le curieux caractère d’un compromis entre l’arabe littéral et l’arabe parlé, ne retenant que le dénominateur commun nécessaire pour lire un texte facile et, en même temps, pour comprendre une conversation sans pédantisme. Elle ne comporte aucune syntaxe et même, supprime de la morphologie toute forme qui n’est pas d’un emploi courant : c’est ainsi que Volney ne mentionne qu’incidemment le duel et renvoie la plupart du temps à l’usage pour compléter les indications un peu sommaires qu’il retient.

12Ce caractère essentiellement pratique des idées volneyennes, qu’on retrouve aussi bien dans ses vues politiques, scientifiques, philosophiques et qu’il emprunte au positivisme d’Helvétius et des Encyclopédistes qui ont formé sa pensée, domine également le plan qu’il a élaboré en vue de l’enseignement des langues orientales.

13Volney constate que l’Europe est infiniment plus loin des pays arabes que ne le laisserait croire la distance matérielle :

  • 27 Simplification des langues orientales, loc. cit., p. 188.

« Depuis des siècles, nous fréquentons cette partie du monde sans la connaître : c’est parce que nos consuls et nos ambassadeurs n’y parlent que par interprètes... C’est parce que nos facteurs ne savent pas la langue de leur Échelle qu’ils y vivent comme prisonniers, de manière que toute la masse de notre commerce est obligée de passer par l’étroite filière de quelques courtiers et de quelques drogmans »27.

  • 28 Sur l’école des Jeunes de Langues, voir Frédéric Masson  : Les jeunes de langues dans Jadis 1re sér (...)
  • 29 Lettre du 20 prairial an II publiée dans La Révolution Française, 1889, t. , p. 136.

14Aussi bien pour les recherches érudites que pour le commerce et la politique, l’importance de l’Orient est telle qu’elle devrait nous inciter à apprendre ses langues et notamment l’arabe, faute de quoi on devra cesser toute relation avec les États et les peuples de l’Asie. Mais pour qu’on puisse apprendre ces langues, il faudrait qu’elles fussent correctement enseignées. Volney passe en revue les efforts qui ont été tentés dans ce domaine. Il montre les piètres résultats de l’école dite des « Jeunes de Langues »28 fondée par Colbert le 31 octobre 1670, d’abord réservée à de jeunes orientaux à qui on donnait des bourses pour venir à Paris étudier le français et le latin et qui devaient ensuite, rentrés dans leur pays, y servir d’interprètes ; plus tard, cette école s’ouvrit à des élèves français qui suivaient les cours d’arabe et de persan du Collège de France. L’établissement achevait de mourir au temps de Volney. Il n’y restait, en 1797, que deux élèves et Napoléon essaya en vain de le rénover. Volney ne fut pas le seul à critiquer cette école : Ducaurroy, qui en fut directeur, écrivait à Silvestre de Sacy en 1808 : « Quels heureux résultats, monsieur, si au lieu de machines à parler la France pouvait compter dans ses drogmans des littérateurs instruits qui seraient répartis dans les pays qui sont le centre même de leurs recherches... » Et Langlès, qui y enseigna, écrit à la Convention : « L’étude des langues orientales est toujour négligée en France... Que vont devenir nos relations commerciales et politiques avec les États barbaresques, avec la Turquie, la Perse, l’Inde ? »29

15Guère plus vivant, d’après Volney, l’enseignement du Collège de France où il a suivi les cours de M. Leroux des Hautes Rayes :

  • 30 Vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales, loc. cit., p. 499.

« À l’égard des chaires d’arabe, de turc, de persan, etc. établies au Collège de France il est de fait que chaque année leurs cours respectifs commencent avec dix ou douze élèves au plus, et que trois mois après, il n’en reste pas plus de deux ou trois... »30

  • 31 Ibid., p. 507-508.

16Et il nous raconte la bonne histoire d’un ambassadeur du Schah de Perse venu à Paris en mission, et à qui on avait affecté comme interprète le professeur de persan du Collège de France : après quelques heures d’effort, le professeur se plaignit que, le noble iranien ne parlant pas le même persan que lui-même, il ne pouvait rien comprendre à ses discours31.

  • 32 Volney respecte Silvestre de Sacy, encore que ses convictions politiques et philosophiques l’en sép (...)

17Quant à l’École des Langues Orientales créée le 10 germinal an III par décret de la Convention dans l’enceinte de la Bibliothèque Nationale, l’enseignement y est meilleur. Silvestre de Sacy y professe l’arabe, Langlès, le persan et Venture de Paradis, le turc32. Mais Volney en critique le régime bâtard : elle dépend du Ministère de l’Intérieur, et le placement de ses élèves dépend des Affaires Étrangéres : par routine, le département des Affaires Étrangères continue à favoriser les Jeunes de Langues et néglige entièrement l’institution de la Convention.

  • 33 Vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales, p. 500.

« Être élève de la bibliothèque est un titre d’exclusion surtout quand on annonce des dispositions capables d’éclipser les faibles protégés de Langues. »33

18On comprend, devant la critique de Volney, le sens de cette lettre écrite à Talleyrand par un diplômé d’arabe, Antoine Desgranges, et qu’a publiée Dehérain. Je la cite, parce qu’un détail laisse à penser que son auteur dut prendre contact avec Volney qui, de 1790 à 1820, joua le rôle peu connu, qui semble avoir été important et qu’il serait intéressant de préciser, de conseiller oriental auprès de la jeunesse curieuse de voyages et d’érudition :

  • 34 Henri Deherain : Silvestre de Sacy, Paris, 1938, p. 3.

« Je me suis livré à l’étude de la langue arabe, mais n’ayant jamais été envoyé dans un pays où on parlât cette langue, je n’ai point eu les moyens d’apprendre à m’en servir... J’ai l’honneur de demander, monseigneur, comme une grâce particulière à votre Altesse sérénissime qu’elle veuille bien me mettre à même de l’acquérir en me permettant d’aller séjourner une année en Syrie. D’après les renseignements que j’ai pu recueillir, un couvent appelé Mar Hanna, situé dans le Mont-Liban, serait l’endroit où je trouverais le plus de facilités pour remplir le but que je me propose... »34

  • 35 Dans son fameux Rapport à la Législative sur l’Instruction Publique, Condorcet avait prévu que le L (...)

19Le programme de Volney va essayer de remédier à tous ces défauts. Il envisage la création d’un établissement qui unifiera les institutions existantes, réalisera ainsi d’appréciables économies et permettra de donner aux étudiants une formation appropriée aux buts qu’ils visent. En souvenir de Condorcet, cet établissement s’appellera le Lycée asiatique35 . Deux objets seront fixés à son activité : former des interprètes pour la diplomatie et le commerce de la France en Orient, former des érudits destinés à l’étude et à la traduction des trésors de la pensée orientale.

20À chacun de ces objets correspondra une section séparée.

  • 36 Cette idée de fixer à Marseille un centre d’études de langues orientales est également venue à l’es (...)
  • 37 Vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales, p. 502.

21La première, appelée Collège des Drogmans, serait située à Marseille36. Elle comprendrait quatre professeurs « nés dans les langues qu’ils enseigneraient », turc, persan, arabe barbaresque, arabe de Syrie ou d’Égypte. Les élèves seraient choisis de préférence parmi les fils de consuls ou de commerçants ayant séjourné quelque temps en Orient. Leur nombre n’excèderait pas quarante ou cinquante. L’enseignement se ferait par la méthode que nous appelons aujourd’hui directe, et que Volney appelle « enseignement mutuel » : les domestiques de l’école étant eux-mêmes originaires des pays dont on enseignerait les langues, les élèves seraient sans cesse en contact avec une prononciation et des mœurs réellement orientales. Volney entre ensuite dans les détails du financement et de l’administration de l’école. « Les élèves, ajoute-t-il, devraient s’engager à envoyer plus tard, lorsqu’ils occuperaient d’importantes fonctions, une petite portion de leur revenu annuel pour soutenir l’effort de l’école “comme tribut de gratitude et lien de fraternité”. »37

22La seconde section, le Collège des Traducteurs, se tiendrait à Paris. Elle comprendrait de huit à douze membres dont un professeur d’hébreu et un de sanscrit. Ils ne pourraient donner de cours sans autorisation spéciale, et l’essentiel de leur tâche consisterait à dresser l’inventaire des manuscrits orientaux existant dans les bibliothèques de France, à éditer, critiquer et étudier les textes les plus importants, et, enfin, à contrôler la traduction des meilleurs livres scientifiques français, en commençant par les plus élémentaires, dans les langues des pays d’Orient. Ces savants seraient d’abord recrutés dans le personnel des écoles qu’on supprimerait : Jeunes de Langues, et École des Langues orientales ; ensuite, ils seraient nommés au concours et non par cooptation : Volney insiste particulièrement sur ce point. Ils bénéficieraient d’un traitement fixe et d’un surplus variant avec l’importance de leurs travaux d’érudition.

  • 38 Ibid., p. 508-509.

23En outre, ces savants constitueraient un « Service d’hospitalité et d’équité nationale », et c’est là une des idées les plus neuves de Volney. Il remarque, et en donne de nombreux exemples38, que souvent les orientaux rapportent de mauvais souvenirs d’un voyage en Europe, parce qu’ils y ont été mal reçus, ou, au moins, mal compris. Le Collège des Traducteurs, où se rencontreraient les personnalités les plus érudites de l’orientalisme et les meilleurs connaisseurs de l’Asie, formerait un centre d’accueil idéal ; ce ne serait pas du temps perdu et les intérêts du commerce français, comme ceux de notre diplomatie, tireraient un bénéfice évident des relations amicales qui s’y noueraient entre orientaux et français. Toute cette organisation serait gérée et contrôlée par un commissaire spécial appartenant au Ministère des Affaires Étrangères, et qui serait lui-même tenu d’avoir séjourné au moins deux ans en pays arabes.

24Ces vues, comme tant d’autres de Volney, sont demeurées à l’état de rêveries. Volney lui-même ne se faisait pas d’illusions sur leur réalisation : « Je ne les consigue, écrit-il, que pour le cas où il peut quelque jour se trouver un administrateur hors de la routine. »

25Il semble qu’il y ait, dans les idées de Volney sur la pédagogie de l’arabe, autre chose que des curiosités historiques. Si elles constituent un témoignage de plus sur le profond renouvellement que l’époque révolutionnaire apporta aux théories, et à la pratique de l’éducation, dans notre temps, qui, par bien des côtés, ressemble à celui de Volney, on aurait peut-être intérêt à les méditer encore et à en tirer les leçons qu’elles comportent. À tout le moins n’est-il que juste de constater l’extraordinaire pouvoir de suggestion qu’elles conservent.

Notes

1 À titre d’exemple de ce dédain dans lequel a été tenue la pensée de Volney, on signalera que Renan - qui l’a certainement lu -, ne cite jamais son nom dans l’Histoire des langues sémitiques, pas plus que Jullian, Langlois ni Seignobos ne rappellent dans leurs ouvrages de méthodologie historique, les curieuses Leçons d’histoire de Volney, pas plus que les sociologues n’évoquent ses Questions de statistique, première ébauche en 1795 d’enquête systématique.

2 Dans cette étude, on citera les textes de Volney d’après l’édition Didot, Paris 1876, sauf indications contraires.

3 Cf. notamment Leçons d’Histoire, p. 589-591.

4 Considérations sur la guerre des Turcs, p. 755 ; Simplification des langues orientales, éd. Bossange 1826, t. VIII, p. 187 et suiv.

5 Cf. L’Alfabet Européen, éd. Bossange 1826, t. VIII, p. 96-97.

6 L’Alfabet Européen, éd. Bossange, 1826, t. VIII, p. 96. Sur le séjour à Mar Hanna, voir Voyage en Syrie, p. 248-249, p. 298-299. Ce séjour eut lieu pendant le printemps et l’été de 1784, soit vers la fin du voyage de Volney et non au début, comme le suggère Sainte-Beuve : Causeries du Lundi, t. VII, p. 394.

7 Histoire de Samuel, p. 596.

8 Voyage en Égypte, p. 115 : « C’est en vain que l’on se prépare par la lecture des livres au spectacle des mœurs et des usages des nations... » et Alfabet Européen, loc. cit. : « Le meilleur parti était d’apprendre la langue dans le pays même et de la bouche des naturels. »

9 L’Alfabet Européen, loc. cit., p. 148. Vues nouvelles, p. 498-499.

10 L’Hébreu simplifié, loc. cit., p. 362.

11 Voyage en Égypte, p. 133.

12 Cf. Henri Deherain: Silvestre de Sacy. Geuthner, Paris 1938, p. IV.

13 Simplification des langues orientales, loc. cit., p. 190.

14 Simplification des langues orientales, loc. cit., p. 218.

15 Voyage en Syrie, p. 248.

16 Voyage en Syrie, p. 133.

17 Discours sur l’élude philosophique des langues, p. 111.

18 L’Alfabet Européen, loc. cit., p. 96. Sur le caractère chimérique de ce projet, cf. Vendryes, Le Langage, p. 391. Notons que Vendryès ne cite pas le projet de Volney parmi des entreprises du même ordre.

19 Sainte Beuve : Causeries du Lundi, t. IX, p. 253.

20 L’Alfabet Européen, loc. cit., p. 18.

21 Barthélémy, Dictionnaire Arabe-Français, Geuthner, Paris 1935. Fasc. 1, Introduction.

22 Vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales, p. 506.

23 L’hébreu simplifié, loc. cit., p. 325.

24 L’Alfabet Européen, loc. cit., p. 54-55.

25 Simplification des langues orientales, p. 230-231.

26 Simplification des langues orientales, p. 219.

27 Simplification des langues orientales, loc. cit., p. 188.

28 Sur l’école des Jeunes de Langues, voir Frédéric Masson  : Les jeunes de langues dans Jadis 1re série, Paris 1914, p. 67-114 ; Dupont-Ferrier  : Du Collège de Clermont au Lycée Louis le Grand, Paris 1925 ; Henri Deherain : Jeunes de langues (Bulletin de la Société de géographie d’Alger, 1922) ; Henri Deherain : Silvestre de Sacy, Paris, Geuthner, 1938, p. 15 ; La vie de Pierre Ruffin, Geuthner 1929.

29 Lettre du 20 prairial an II publiée dans La Révolution Française, 1889, t. , p. 136.

30 Vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales, loc. cit., p. 499.

31 Ibid., p. 507-508.

32 Volney respecte Silvestre de Sacy, encore que ses convictions politiques et philosophiques l’en séparent nettement. Il prend vivement à partie Langlès dans l’Alfabet Européen (notamment p. 144 et suiv.). Il estime fort Venture de Paradis (cf. Voyage en Égypte et en Syrie, p. 136), remarquable arabisant mort sans avoir donné sa mesure.

33 Vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales, p. 500.

34 Henri Deherain : Silvestre de Sacy, Paris, 1938, p. 3.

35 Dans son fameux Rapport à la Législative sur l’Instruction Publique, Condorcet avait prévu que le Lycée, préfiguration de ce qui fut plus tard l’Institut, comprendrait une section de Langues orientales. Cf. F. Vial : Condorcet et l’éducation démocratique.

36 Cette idée de fixer à Marseille un centre d’études de langues orientales est également venue à l’esprit de Silvestre de Sacy qui fit créer par décret impérial du 31 mai 1807, un cours d’arabe à Marseille. Cf. Henri Deherain : Silvestre de Sacy, p. 63-67.

37 Vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales, p. 502.

38 Ibid., p. 508-509.

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable