Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Gaulmier, un orientaliste

 | 
Jean Gaulmier

Textes de Jean Gaulmier parus dans le Bulletin d’études orientales

Note sur l’état présent de l’enseignement traditionnel à Alep1

Entrées d'index

Géographique :

Syrie, Alep

Note de l’éditeur

Article publié pour la première fois dans BEO, n° IX, 1942-1943, p. 1-33

Texte intégral

  • 1 C’est pour moi un très agréable devoir de remercier ici tous ceux qui ont bien voulu contribuer à l (...)
  • 2 Le développement de l’instruction Publique en Syrie. Damas 1937.
  • 3 P. Bazantay : La Pénétration de l’enseignement dans le Sandjak autonome d’Alexandrette. Beyrouth 19 (...)
  • 4 Bahǧat Šahabandar : Madāris al-ma‘ārif bayn al-ams wa l-yawm (dans la revue alépine Al-Ǧāmi‘a al-is (...)

1Lorsqu’on parle de l’enseignement en Syrie, c’est toujours aux établissements fondés et entretenus par le Gouvernement que l’on pense, ou encore aux écoles privées d’origine étrangère, ou à celles qui ont été créées par des Syriens sur le modèle des écoles européennes. La brochure publiée en 1936 par le Ministère syrien de l’Instruction Publique2 à l’occasion de l’Exposition de Damas, hormis quelques timides allusions aux « écoles coraniques ou kouttabs », ignore absolument l’enseignement distribué d’après les principes traditionnels de l’Islam et ne lui accorde qu’une place très réduite dans ses statistiques annuelles. Bazantay, dans son intéressant ouvrage sur l’enseignement dans le sandjak d’Alexandrette, ne compte que les écoles officielles3. Bahǧat Šahabandar, dans une étude sur « les écoles d’Alep, hier et aujourd’hui », se contente d’une allusion rapide aux écoles traditionnelles4.

  • 5 Cf. entre autres : Tavernier : Voyages (Paris 1712) :  « Il y a deux ou trois collèges dans Alep, m (...)

2Cette attitude quelque peu dédaigneuse n’est pas nouvelle. Le Sālnāma officiel du Gouvernement ottoman pour le vilayet d’Alep, plein de renseignements si utiles de tout ordre, est absolument muet en ce qui concerne l’enseignement traditionnel, et les voyageurs européens qui, à diverses dates, ont parcouru les pays arabes, ne semblent pas avoir noté l’importance qu’il a eue de tout temps5.

  • 6 Ṭaha Husayn (Fi l-adab al-ǧāhilī, Le Caire 1927, p. 54) met parfaitement en lumière l’importance qu (...)

3Nous pensons qu’il y a là une grave lacune. L’enseignement traditionnel n’est pas, comme le croient communément les administrateurs étrangers abusés par l’attitude de certains autochtones qui affectent de le mépriser alors qu’ils lui conservent une solide affection, une curiosité historique dépourvue de vie et de portée6. L’objet de cette note est précisément de mesurer son importance actuelle à Alep, en nous bornant aux indications historiques absolument indispensables, nous permettant de renvoyer pour le surplus à l’ouvrage sous presse de Jean Sauvaget sur le développement historique de la ville d’Alep.

  • 7 Cf. J. Sauvaget : Inventaire des monuments musulmans de la ville d’Alep (in REI, 1931, p. 59-114); (...)
  • 8 La plus récente spoliation de ce genre est celle du Ḫān Qurd beg, bien waqf appartenant à la madras (...)

4Il est évident que l’enseignement traditionnel n’a pas conservé toute l’importance qu’il a connue autrefois, attestée par de nombreux monuments qui subsistent, aussi intéressants du point de vue de l’architecte que de celui de l’historien des mœurs et des idées7. Les actes de waqfiyya de ces institutions démontrent la richesse des revenus affectés à leur entretien ainsi qu’à la rétribution des professeurs et des élèves. Naturellement, la plupart de ces dotations se sont effritées. L’incurie de certains administrateurs, la malhonnêteté de certains autres, les vicissitudes de la politique, l’arbitraire des gouvernements8, toutes causes dont se plaignent amèrement les musulmans, ont porté des coups très rudes à ces institutions.

  • 9 Sur le réformisme en Égypte, cf. Laoust : Le réformisme orthodoxe des Salafiya (REI, 1932, II, p. 1 (...)
  • 10 Muchrif : La réforme de l’enseignement à la grande mosquée de Tunis (in REI, 1930 et L. Y : Nominat (...)
  • 11 P. Marty : L’Université de Qaraouiyne (in Le Maroc de demain, Paris 1925).
  • 12 Massignon : Note sur les medresehs de Bagdad ; ‘Ajjān Al Ḥadīd : Le développement de l’éducation na (...)
  • 13 Massignon : Situation de l’Islām (Paris 1939, p. 22).

5Toutefois, il convient de noter immédiatement que l’enseignement traditionnel se trouve de nos jours en pleine renaissance à Alep, en connexion avec la renaissance semblable qu’on peut observer dans les autres pays arabes. Aussi bien en Égypte, à la suite du mouvement réformiste du Manār9, qu’en Tunisie10, au Maroc11 ou en Iraq12 on assiste à une rénovation des écoles religieuses où les réformateurs s’efforcent de développer d’une manière systématique l’enseignement de la langue et de l’histoire des Arabes en même temps que celui du dogme et de la morale13.

  • 14 L. Jovelet : L’évolution politique et sociale des pays arabes (in REI, 1933, IV, p. 425-644; R. Mo (...)
  • 15 Ṭaha Husayn : Les Jours (Trad. Lecerf, Paris 1934), p. 70, 72, 77-80.
  • 16 Ṭaha Husayn. Ibid., p. 80-81 et tout le ch. XVII. Cette méfiance a l’égard des écoles du gouverneme (...)
  • 17 Il faut noter que des questions d’intérêt sont parfois la cause de ce changement d’orientation : le (...)

6Il y a là, évidemment, un effort très net de l’islam pour se moderniser, se réorganiser, s’affirmer, en appuyant sur la culture traditionnelle les revendications nationalistes locales14. Mais il n’y a pas seulement à cette renaissance une cause politique qui lui conférerait un caractère d’artificielle contingence. Elle répond selon nous à un sentiment plus profond. L’enseignement traditionnel a toujours conservé la faveur du peuple. Il faut voir dans les attachants souvenirs d’enfance du professeur Ṭāhā Ḥusayn, de quel prestige jouit en terre d’Islam la science religieuse15, ainsi que la méfiance témoignée habituellement par la masse à l’égard des porteurs de diplômes décernés par les écoles du gouvernement16. L’enseignement traditionnel où « le but de la science ne consiste pas à faire des recherches, des vérifications, des comparaisons, des rectifications, mais à transmettre fidèlement ce que les anciens ont laissé » (K. Vollers) recèle une grandeur qui ne peut laisser le peuple indifférent, dans la mesure où il se refuse à une abdication de son propre passé. Les méthodes européennes, qui avaient séduit beaucoup de musulmans au début du XIXe siècle, semblent perdre de leur autorité. Depuis 1918, les contacts plus étroits entre Européens et Arabes n’ont pas convaincu ces derniers de leur infériorité. Les résultats d’une pédagogie plus soucieuse d’instruire que d’élever l’enfant, trop imbue d’idées discutables telles que celle de la supériorité des conceptions modernes sur le prétendu obscurantisme du passé, les ont choqués. La place réduite, quoiqu’excessive encore aux yeux des Européens laïques, accordée à l’enseignement des sciences religieuses dans les établissements d’État, les a d’abord surpris, puis indignés. Les interventions inlassables des ulémas auprès du Gouvernement Syrien pour obtenir l’introduction d’une épreuve de religion au certificat d’études primaires, voire même au baccalauréat, en sont la preuve. Enfin, chez les meilleurs, avides d’une certitude que ne peuvent satisfaire les approximations critiques de la science européenne dont ils ne saisissent que les éléments, la déception a entraîné un retour vers la spéculation métaphysique traditionnelle. Nous avons vu à plusieurs reprises des élèves quitter le lycée officiel d’Alep, en cours d’études ou à la fin de celles-ci, pour s’inscrire à la madrasa Ḫusrawiyya17. Peut-être ne serait-il pas excessif de voir dans cette renaissance de la pensée religieuse arabe, toutes proportions gardées évidemment, un mouvement analogue en ses causes profondes à celui qui depuis trente ans a ramené beaucoup de bons esprits européens aux hypothèses métaphysiques et rendu une certaine vie au thomisme par exemple. Conséquence semblable, dans les deux cas, d’une certaine faillite : une civilisation, dont on exigeait trop, s’est révélée inférieure aux espoirs un peu naïfs qu’elle avait suscités.

7Alep nous présente deux preuves très nettes, en dehors de la rénovation de la madrasa dont nous parlerons plus loin, de cette renaissance musulmane. C’est d’une part la création du cercle d’études Dār al-Arqām, d’autre part le projet en cours d’exécution d’édifier une grande école musulmane moderne.

Dār al-Arqām18

  • 18 Sur l’activité de Dār al-Arqām, on consultera la collection de la revue al-Ǧāmi‘a al-islāmiyya, pub (...)

8Vers 1934, des étudiants pieux venus des divers pays arabes à l’Université syrienne de Damas se groupèrent pour causer entre eux des méthodes à adopter en vue de réveiller leur civilisation traditionnelle. Réunions tout amicales d’abord, dépourvues de règlements, auxquelles se joignirent bientôt des élèves de l’École Normale. Puis les réunions devinrent régulières. Les étudiants se donnèrent un président qui, pour bien marquer le caractère de l’institution, prit le titre d’imām. Chaque séance s’ouvrit et se clôtura par la lecture de quelques versets du Qur’ān. On y menait des discussions scientifiques, morales et pédagogiques, en s’inspirant surtout de l’esprit de Ġazālī.

9Un petit groupe de ces étudiants, revenu à Alep, décida de continuer cette association dont tous les membres avaient éprouvé les bienfaits. De jeunes fonctionnaires, des professeurs du lycée officiel, des médecins et des avocats diplômés de Facultés européennes, adhérèrent au mouvement et, en 1936, un club fut fondé sous forme régulière, avec l’autorisation du gouvernement. Ce club s’appela Dār al-Arqām, attestant l’intention profonde des initiateurs de rejoindre par-delà les siècles l’exemple du Prophète qui avait élu jadis la maison d’Arqām à La Mecque pour y instruire ses premiers disciples.

10Plusieurs commissions, à l’intérieur du cercle, se partagent le travail sous la direction d’un comité élu :

  1. Commission des questions musulmanes : elle est chargée de veiller en général à la pratique des devoirs religieux. Son action essentielle est de correspondre avec les institutions similaires des autres pays musulmans, de faire connaître entre elles les différentes familles spirituelles de l’Islam et d’en cimenter l’union. Cette commission se tenait déjà en liaison avec des musulmans de Java, de Sumatra, des Indes, d’Arabie, d’Afrique du Nord, et même avec un groupe de musulmans japonais.

  2. Commission d’informations musulmanes : elle centralise et classe les nouvelles du monde musulman, les met à la disposition des prédicateurs du vendredi et les communique à la presse musulmane.

  3. Commission du contrôle moral : elle surveille les contraventions à la loi religieuse, les poursuit par tous les moyens en son pouvoir et notamment, par des recours au Gouvernement. C’est ainsi que Dār al-Arqām est intervenu contre les méthodes d’enseignement du Collège évangélique américain d’Alep (novembre-décembre 1940), dont la direction est soupçonnée, non sans exagération manifeste, de prosélytisme.

    • 19 Sur les organisations apologétiques de l’Islam, cf. Montet : Les missions musulmanes au XIXe siècle(...)

    Commission de propagande musulmane : elle se charge d’envoyer des prédicateurs dans les régions où domine l’ignorance et espère étendre son champ d’action après la guerre19.

  4. Commission de la bibliothèque : Dār al-Arqām possède déjà une bibliothèque intéressante, alimentée surtout par des dons, contenant des périodiques musulmans variés.

  5. Commission de conciliation : elle s’occupe à éviter ou à dissiper les mésintelligences entre les membres du cercle et à se porter en tiers dans les discordes entre musulmans.

11Des groupements analogues, sous des noms différents, existent à Damas, Homs, Beyrouth, Lattaquié. Leur ensemble forme l’Entente des jeunes gens de Muḥammad (Rābiṭat Šabāb Muḥammad). En 1938, la fédération, réunie en congrès à Damas, a décidé d’installer son siège central à Dār al-Arqām qui, de ce fait, a vu croître son autorité et son prestige, s’est ouverte aux élèves du lycée et de l’École Normale d’Alep et a créé pour les jeunes une association particulière, scientifique et sportive. Le but de Dār al-Arqām est exclusivement spirituel et moral. On n’y fait pas de politique, tout au moins de politique active. Mais la plupart de ses membres ne dissimulent pas leurs convictions nationalistes.

Collège Islamiyya

  • 20 Cf. ‘Alī : al-Ma‘ārif wa l-Iṣlāḥ (Al-Ǧāmi‘a al-islāmiyya, n° de Ša‘abān 1359). Les lycées d’Alep co (...)
  • 21 Cf. Muḥammad ‘Abdouh : Tārīḫ al-ustāṯ al-imām aš-šayḫ ‘Abduh, Le Caire, 1344, Il, ch. IV, p. 526-53 (...)
  • 22 Bāb et ses environs sont réputés pour la piété de leurs habitants, peut-être due en partie à une ré (...)

12Les musulmans d’Alep ressentent vivement le manque d’une école secondaire privée qui puisse, à la fois, rivaliser au point de vue scientifique avec les écoles modernes et opposer aux missions religieuses étrangères les solutions purement musulmanes. Les lycées officiels, bien que musulmans en fait, sont laïques en théorie, ouverts aux Syriens de toute confession, et les croyants se plaignent souvent de l’insuffisance de l’enseignement religieux qui y est distribué ainsi que de la formation presqu’exclusivement étrangère du corps enseignant20. Jusqu’à ces dernières années, les écoles privées al-Fārūqiyya et aš-Šarqiyya, qui jouissaient de la confiance de l’élément le plus conservateur, tentaient d’établir cette continuité rêvée entre la formation traditionnelle de l’Islām et les programmes actuels. Ces écoles s’affaiblirent progressivement. Leur budget réduit ne leur permettait pas d’assurer l’entretien coûteux d’un enseignement secondaire réellement profitable. Des rivalités de personnes achevèrent leur ruine : elles ne subsistent aujourd’hui que sous la forme de médiocres écoles primaires. La communauté musulmane d’Alep décida donc de créer un grand collège qui, tout en appliquant les programmes officiels et conduisant à travers trois sections, préparatoire, primaire et secondaire, jusqu’au baccalauréat, compléterait cette instruction, menée d’ailleurs dans l’esprit musulman, par une formation religieuse solide basée sur l’enseignement des sciences traditionnelles, fiqh, uṣūl, ḥadīṯ21. Une commission, formée de négociants et de notables d’Alep, entre autres Rušdī Katḫūda, Ma‘arūf Dawalībī, Rāġib Ṭabbaḫ, ḥaǧǧ Kāmil Haykal, etc. fut chargée de collecter les fonds nécessaires auprès de tous les musulmans de la région. Une sage-femme de Tāḏif, petit village situé aux environs de Bāb22, ḥaǧǧa Amīna al-Taḏfiyya, donna 2000 livres turques or, d’où le nom de madrasa at-Taḏfiyya qui désigne parfois l’institution. La Direction des Waqfs musulmans d’Alep dota l’œuvre d’un vaste terrain, à proximité de la ville sur la route d’Anṣārī. La construction commencée solennellement en 1937, sous les auspices des ministres alépins du Bloc nationaliste, Sa‘adūllāh al-Ǧābrī et ‘Abd ar-Raḥmān al-Kayyālī, fut arrêtée au premier étage, du fait de la guerre de 1939. Le comité a décidé d’attendre le retour du pays à une situation normale pour achever la réalisation définitive du projet.

13En dehors de ces intéressantes manifestations, la vitalité de l’enseignement traditionnel, à Alep, est attestée par la faveur constante qui entoure le kuttāb et la madrasa.

II – Le Kuttāb à Alep23

  • 23 Sur le kuttāb, cf. L. Brunot : Encyclopédie de l’Islam, p. 188-191; Ibn al-Ḥaǧǧ al-‘Abdarī : Kitāb (...)

14En ce qui concerne l’enseignement élémentaire, la ville d’Alep compte officiellement :

  • 15 écoles de garçons

  • 7 écoles de filles

  • 7 écoles de degré maternel (transformées en 1940 en écoles primaires).

  • 24 Écoles des minorités religieuses à Alep (enseignement primaire):
    Communauté maronite : 1 école de g (...)
  • 25 Fondations étrangères principales : Françaises (Écoles des Pères Jésuites, des Frères Maristes, des (...)

15Ces chiffres apparaissent presque dérisoires en face du nombre total des habitants d’Alep qui est, d’après le dernier recensement, de 292 000 – nombre d’ailleurs très largement inférieur à la réalité. Même si l’on tient compte de l’effort accompli par les minorités religieuses qui entretiennent chacune une ou plusieurs écoles primaires avec ou sans subvention du Gouvernement syrien24, ou des fondations étrangères25, il est certain qu’une forte proportion d’enfants ne peuvent s’instruire.

  • 26 Cf. Ǧamīl Ṣalībā : Dimašq, n° 9, 1940, p. 30.

16Cela explique, outre les motifs d’ordre religieux, la faveur dont jouit le kuttāb auprès de la communauté musulmane26.

  • 27 Pour l’ensemble du mohafazat d’Alep, la statistique pour 1940-41 donne les chiffres suivants :

17Une statistique dressée par les soins ou service de l'instruction Publique dénombre, au mois de décembre 1940, 155 écoles coraniques pour la ville d’Alep27, distribuant un enseignement rudimentaire à 5 101 garçons et à 1 338 filles.

18Ces chiffres sont certainement très inférieurs à la réalité. Les difficultés à surmonter pour établir une statistique exacte dans une ville aussi étendue et aussi peuplée qu’Alep, sont d’ailleurs évidentes. Ces écoles sont loin d’être installées de façon durable : il s’en ouvre et il s’en ferme chaque jour. Une enquête que j’ai faite personnellement en 1935 m’a donné le total de 163 écoles, total approximatif lui aussi et inférieur probablement d’une cinquantaine au total existant. Je prendrai comme base mon recensement de 1935 moins insuffisant que la récente statistique.

19Répartition des écoles coraniques
Il en existe dans tous les quartiers de la ville. Toutefois, elles sont plus nombreuses dans les anciens quartiers tels que Ḥārat al-Bāšā, Ǧallūm, Bāb al-Maqām, Bāb Qinnāṣrīn, Kallāsa.

20Les élèves
Quelques-unes de ces écoles sont mixtes, mais la plupart sont spécialisées les unes pour les garçons, les autres pour les filles. Elles sont fréquentées surtout par les enfants de la classe la plus pauvre de la population. L’âge des élèves est de 5 à 14 ans. La répartition par effectif scolaire donne l’approximation suivante :

Écoles de 10 à 20 élèves

60

Écoles de 20 à 30 élèves

46

Écoles de 30 à 50 élèves

24

Écoles de 50 à 80 élèves

23

Écoles de 80 à 100 élèves

9

Écoles de 100 à 200 élèves

163

21La fréquentation scolaire est très irrégulière. Un seul kuttāb possède un registre d’appel bien tenu.

  • 28 Tradition bien établie. Cf. Lammens, Mo‘āwia, p. 360.

22Les maîtres
Les maîtres de ces écoles sont en général peu considérés28. Le relèvement de la situation pécuniaire des instituteurs primaires de l’enseignement officiel a contribué à accentuer encore le manque de considération qui s’attache à eux.

Écoles à 1 maître

140

Écoles à 2 maîtres

17

Écoles à 3 maîtres

5

Écoles à 4 maîtres

1

163

23La plupart des maîtres qui travaillent seuls se font aider par leur femme, leur sœur ou leur fils. Ils se déchargent parfois entièrement de leur tâche sur un moniteur quelconque.

24Leur âge est très variable. Mon enquête m’a permis de constater les données suivantes (en dehors des écoles coraniques tenues par des femmes) :

de 20 à 30 ans

19

de 30 à 40 ans

30

de 40 à 50 ans

27

de 50 à 60 ans

15

au dessus de 60 ans

12

25Le défaut presqu’absolu d’état-civil rend ces chiffres très approximatifs. Ils doivent être considérés comme des minima : la plupart des maîtres paraissent largement plus âgés qu’ils ne le prétendent. Un seul avoue 80 ans : plusieurs doivent atteindre et même dépasser cet âge. Plusieurs sont aveugles.

26Leur formation est assez pauvre. Ils ont presque tous suivi les leçons de vieux professeurs d’Alep dont le plus célèbre paraît être le Šayḫ Musṭafā Taqī. Quelques-uns sont porteurs de diplômes turcs ; un seul a fait des études religieuses en Égypte.

Anciens maîtres de l’enseignement officiel

5

Anciens élèves des écoles officielles

2

Anciens élèves d’écoles officielles turques

8

Anciens élèves de la madrasa Ḫusrawiyya

7

Anciens élèves des autres madāris d’Alep

78

27Leur attitude à l’égard du gouvernement est méfiante, mais courtoise. À plusieurs reprises (en 1935 notamment) des tentatives ont été faites pour aider les meilleures de ces écoles dont certaines sont tenues aussi correctement que celles de l’État. Ces tentatives n’ont pas abouti. Il serait souhaitable qu’elles fussent reprises : en contrepartie d’une légère subvention en argent ou en matériel scolaire, le Šayḫ accepterait certainement de recevoir les directives des inspecteurs de l’Instruction Publique, à condition qu’elles fussent présentées adroitement.

28Locaux scolaires
Les écoles coraniques sont installées soit dans des locaux appartenant à l’Administration des Waqfs, par exemple dans une mosquée ou dans une chambre contigüe à la mosquée (ce sont souvent les plus saines, grâce à la proximité de la cour de la mosquée), soit au domicile du Šayḫ, soit dans une salle louée à cet effet.

29Dans ce dernier cas, le loyer varie de 12 à 2livres syriennes par année de muḥarram à muḥarram ; un seul kuttāb a un loyer de 70livres. Il est évident que les installations correspondant à ces prix ne peuvent être que misérables.

Locaux appartenant au service des Waqfs

67

Kuttāb au domicile du maître

89

Locaux loués à prix d’argent

7

163

30La plupart de ces écoles sont très défectueuses du point de vue de l’hygiène, mal propres et peu aérées, dépourvues même d’eau potable. Un seul kuttāb utilise l’acide phénique pour la désinfection des lieux d’aisance. Un seul impose à ses élèves le port d’un tablier. En notant de 0 à 10 ces écoles pour l’hygiène scolaire, on obtiendrait approximativement le tableau suivant :

de 0 à 3

104

de 3 à 5

42

de 5 à 9

17

163

  • 29 Cf. entre autres Ṭaha Ḥusayn : Les Jours (trad. Lecerf) p. 31-49.

31Méthodes et matériel scolaires
Les méthodes suivies ont été souvent décrites29. L’élève répète le verset du texte sacré prononcé par le Šayḫ, jusqu’à ce qu’il le sache parfaitement. Le meilleur élève (‘arrīf) fait répéter aux petits lorsque le Šayḫ est absent ou trop occupé par ailleurs. Les exercices d’écriture se bornent à la copie. La classe commence le matin vers 8 heures et se poursuit jusqu’à l’‘aṣr. Une récréation d’une heure vers midi permet aux élèves de manger dans l’école même la nourriture apportée de chez eux. Aucune période de vacances n’est prévue régulièrement, en dehors des jours de fêtes religieuses. Mais il arrive fréquemment que le Šayḫ s’absente pour vaquer à des affaires. Dans ce cas, il ferme l’école ou la confie à un moniteur.

32Le matériel scolaire est rudimentaire. Une trentaine d’écoles seulement possèdent des bancs et des tableaux noirs. Une dizaine d’entre elles emploient cahiers et encriers. La plupart ne sont meublées que de nattes plus ou moins râpées.

33Rétributions scolaires
Si toutes ces écoles ont quelques élèves gratuits, elles demandent cependant à la plupart des parents de payer une rétribution scolaire. Sur ce point, les écoles se partagent ainsi :

30 piastres syriennes par mois

   2 écoles

25 piastres syriennes par mois

   6 écoles

5 piastres syriennes par semaine

  51 écoles

4 piastres syriennes par semaine

  17 écoles

3 piastres syriennes par semaine

  69 écoles

2 piastres syriennes par semaine

  18 écoles

163

34Ces chiffres prouvent à la fois le caractère populaire de ces écoles et le désir manifesté par les musulmans les plus humbles de faire instruire leurs enfants, puisque les écoles coraniques ne sont pas entièrement gratuites.

  • 30 Cf. Ṭaha Ḥusayn : Les Jours (trad. Lecerf) p. 45-49.

35Sauf exception, la rétribution scolaire se paye toujours en argent. Dans les cazas, l’usage du paiement en nature (lait caillé, pain, œufs, beurre etc.) est toujours en vigueur. Les cadeaux au maître sont fréquents, notamment à l’occasion de la fin des études30.

III – La madrasa à Alep31

  • 31 Deux ouvrages sont essentiels à consulter pour cette étude et nous les avons très largement utilisé (...)
  • 32 En application de ce texte, la madrasa Asadiyya d’Alep (sur cette madrasa, cf. Ġazzī, Nahr, II, p.  (...)

36L’organisation générale des écoles traditionnelles en Syrie est réglementée par la Décision n° 10, portant réorganisation du « Contrôle et de l’Administration des waqfs musulmans dans les États sous mandat », en date du 27 décembre  1930. L’article  22, paragraphe a, de ce texte charge les conseils des waqfs « de l’examen des candidats aux fonctions religieuses et de la nomination de ceux-ci conformément aux dispositions de la commission Tawǧīh al-Ǧihāt ». L’article  25, paragraphes  c et  d du même texte, crée une commission de classement chargée « de supprimer les traitements et les emplois dans les fonctions inexistantes  ; de déterminer les fonctions inutiles32. Dans ce dernier cas, le titulaire de l’emploi continue à percevoir son traitement et est maintenu dans ses fonctions. En cas de vacance, l’emploi est supprimé d’office et il est interdit d’y pourvoir » (parag. c)  ; « de vérifier les certificats et titres des fonctionnaires actuellement en service, d’examiner leur capacité pour l’exercice des fonctions qui leur sont confiées (parag. d) ».

37Ces dispositions ont été appliquées avec beaucoup de libéralisme à Alep et ont cependant soulevé de vives protestations.

38Parmi les écoles traditionnelles d’Alep, les unes fonctionnent encore suivant un régime absolument identique aux usages du passé  ; les autres, que j’appellerai réformées, ont été rénovées après la fin de la guerre mondiale et l’instauration du mandat sur la fin Syrie.

A) Les écoles réformées

39En 1340/1921, sous l’active impulsion du Šayḫ Yaḥyā al-Kayālī, alors Directeur du Service des waqfs, homme énergique et entreprenant, une commission fut formée, comprenant entre autres Šayḫ Rāġib aṭ-Ṭabbāḫ et Šayḫ Muḥammad al-Ḥanīfī, afin de rénover les études religieuses qui se trouvaient alors à Alep dans une complète décadence. Ce comité fit de la grande madrasa Ḫusrawiyya le centre intellectuel le plus important, lui annexa les écoles Ismā‘iliyya, Qurnaṣiyya et Dār al-Ḥuffāz, et fixa un règlement et un programme d’études que nous analyserons ci-dessous.

40Ces réformes, pourtant nécessaires et suivies, dans leur ensemble, d’un incontestable progrès, furent très discutées. Les ulémas les plus conservateurs y virent une innovation transgressant la volonté des fondateurs. Et aujourd’hui encore, le régime des écoles réformées est, dans certains milieux, l’objet de vives critiques.

  • 33 Ġazzī : Nahr, II, p. 138.
  • 34 Cf. Dussaud : Topographie historique (Paris, 1927), VI-VIII, 513.
  • 35 Dussaud : Ibid., p. 169 et 215.

41a) Madrasa Ismā‘iliyya33. Elle a été construite sur l’emplacement d’une ancienne mosquée dite mosquée Ṣabbāra, par Ismā‘īl ibn Muḥammad al-Ḥakamdār qui gouvernait Alep au nom d’Ibrāhim pacha (1831-1837). L’acte de waqf, daté de rabī‘ al-awwal 1255, lui attribue le revenu de terres à Ḫān Tūmān34, d’oliviers à Armanāz35, un jardin et un moulin à Alep, un autre moulin à Šayḫ Aḥmad. De plus, la maison voisine de la madrasa devait servir d’habitation au maître.

42Actuellement, cette école abrite une vingtaine d’élèves qui y étudient le fiqh ḥanafī sous la direction du Šayḫ Aḥmad al-Kurdī, secrétaire du mufti d’Alep. Ils suivent les cours des autres matières à l’école Ḫusrawiyya.

  • 36 Ġazzī : Nahr, II, p. 174.
  • 37 Sauvaget : Les Perles choisies d’ibn ach-Chihna, p. 70-71.

43b) Madrasa Qurnāṣiyya36. Cette madrasa était primi-tivement une mosquée construite vers 770 par Baktomar al-Qurnāṣī37. Ismā‘īl aġā ibn ‘Abd ar-Raḥmān Šarīf y fit construire en 1224 H onze salles et la transforma en madrasa richement dotée.

  • 38 La madrasa Ismā‘īliyya et la madrasa Qurnāṣiyya sont étroitement dépendantes de la grande madrasa Ḫ (...)

44Elle compte actuellement vingt-cinq élèves qui y étudient le fiqh ḥanafī sous la direction du Šayḫ Muḥammad al-Labābīdī et suivent les cours des autres matières à l’école Ḫusrawiyya38.

  • 39 Sur les modes de récitation, ponctuation et vocalisation du texte canonique, cf. la préface de l’éd (...)
  • 40 Sur cette mosquée, cf. Ġazzī : Nahr, II, p. 381. Sauvaget : Perles choisies, p. 71 et Inventaire, n (...)

45c) Dār al-ḥuffāẓ. La fondation de cet établissement suivit de près la renaissance de la madrasa Ḫusrawiyya et remonte à 1920. C’est une école destinée à l’enseignement de la lecture du Qur’ān39. Elle est installée dans la mosquée Ṣarawī, au quartier Bayyāda40. Elle compte actuellement 21 élèves, qui reçoivent chacun une mensualité de cinq cents piastres syriennes et sont admis à la suite d’un examen analogue à l’examen d’entrée de la madrasa Ḫusrawiyya. Ils sont en outre logés gratuitement dans les mosquées. Trois professeurs y enseignent : Šayḫ Naǧīb al-Ālā, du rite šāfi‘ī, Šayḫ Aḥmad al-Maṣrī, šāfi‘ī également, et Šayḫ Bakrī an-Nāṭūr, du rite ḥanafī.

46La durée des études est de trois ans. L’âge des élèves ne peut être inférieur à dix ans ni supérieur à vingt ans. Tout élève doit pratiquer strictement les obligations religieuses, et observer une conduite irréprochable. Les retards, les absences, les échecs aux examens trimestriels sont sanctionnés par la diminution des appointements règlementaires.

  • 41 Cf. Sauvaget. Inventaire, p. 99 ; Ġazzī, Nahr, II, p. 116.
  • 42 Sur Ḫusraw pacha, cf. Franz Babinger : Encyclopédie de l’Islam, I, p. 776 (s. v. Bosnie) et II, p.  (...)
  • 43 En 1936, les musulmans d’Alep célébrèrent le quatre centième anniversaire de la fondation de la mad (...)

47d) La madrasa Ḫusrawiyya41
I. Fondation
À l’ouest de la mosquée Sulṭaniyya, non loin de la grande porte fortifiée de la citadelle, une vaste madrasa fut édifiée en 1537 sur les ordres de Ḫusraw pacha, gouverneur d’Alep au nom de Soliman le Magnifique. Ḫusraw pacha42 qui, de 1506 à 1512, puis de 1520 à 1542, joua un rôle important dans l’histoire ottomane, semble avoir été en même temps qu’un conquérant un administrateur remarquable. Étant wālī en Bosnie, il fit construire à Serajevo où il est enterré une mosquée ainsi qu’une madrasa qui fonctionnerait encore43.

48La mosquée d’Alep porte, au dessus de la porte d’entrée de la salle de prière, l’inscription suivante :

49بسم الله الرحمن الرحيم
وأن المساجد لله فلا تدعوا مع الله أحد. عمر في دولة السلطان الاعظم سليمالى عز نصره وأنشأه الوزير خسرو باشا

حرم التقوى الذي من أمه

فهو في مأوى به قد حرسا

معبد في حلب تاريخه

مسجد مشرف قد أسا

(QUR’ĀN, al-Ǧinn, 72, v. 18)

  • 44 La madrasa Ḫusrawiyya n’est pas la plus richement dotée des anciennes madāris d’Alep : les fondatio (...)

50La vie matérielle de la madrasa Ḫusrawiyya était assurée par les actes de fondation que nous résumons ci-dessous, afin de montrer la richesse de dotation de cet établissement44 et de donner une idée de la minutie des dispositions prises par le testateur.

  • 45 Cf. Dussaud : Topographie, p. 226. Sur le district du ‘Amq, Dussaud : Ibid., p. 228. Le texte de wa (...)
  • 46 Cf. Dussaud : Topographie, p. 472. Sur le fleuve Sedjour, Dussaud : Ibid, XII, p. 450.

51• Premier acte (daté de Ǧumādā 965/avril 1558)
Le Šayḫ ‘Umar, imām de la citadelle d’Alep, agissant au nom de Muṣṭafā, frère de Ḫusraw pacha, constitue waqf un verger et trois moulins à Artāḥ, district du ‘Amq45, un moulin sur le Sedjour dans le district de ‘Ayn-Tāb46.

52Il stipule que le revenu de son waqf sera consacré avant tout à entretenir cette fondation  ; le gérant prélèvera ensuite chaque mois pour lui-même 150 pièces (quṭ‘a) d’argent  ; on versera chaque mois 45 pièces au secrétaire du waqf et autant au collecteur des fermages ; on versera 220 pièces, leur vie durant, à trois religieux désignés nommément pour qu’ils prient en faveur du testateur dans leurs cellules et, après la mort des bénéficiaires, à ceux qui en seraient les plus dignes  ; 300 pièces à dix récitateurs qui se réuniront chaque jour à l’aurore dans sa mosquée et psalmodieront la sourate VI  ; 30 pièces à un récitateur qui lira la sourate XXXVI après la prière de l’aube ; 30 pièces à un récitateur qui lira la sourate LXXVIII après la prière du ‘aṣr  ; 30 pièces à un récitateur qui lira la sourate LXVII après la dernière prière ; 600 pièces à 30 individus qui achèveront à eux tous la lecture du Qur’ān, chaque jour, après la prière de l’aube dans sa mosquée en faisant suivre la lecture de la formule habituelle ; 30 pièces à un surveillant qui leur distribuera les fascicules du Qur’ān et pointera les absents ; 20 pièces aux muezzins de sa mosquée afin qu’ils prient pour lui après la prière.

53Il se réserve le droit de nomination et de destitution, ainsi que la comptabilité du waqf. Après lui, ce droit sera dévolu au gérant des immeubles qui sera le gérant de la mosquée.

54• Deuxième acte (daté de Rabī‘ 967/décembre 1559)
Muṣṭafā, frère de Ḫusraw pacha, constitue waqf deux moulins sur le Sedjour et quatre boutiques dans la ville de ‘Ayn-Tāb.

55Il pose comme conditions que l’on versera chaque mois, après avoir assuré l’entretien du waqf, 60 pièces d’argent à l’un des religieux mentionnés dans le premier acte : 30 pièces à un récitateur qui lira une sourate après la prière de midi dans sa mosquée. L’excédent des revenus sera attribué par le gérant à certaines institutions désignées par un autre document.

  • 47 Voir figures 2, 3 et 4.

56Troisième acte (daté de Ǧumādā 1974/novembre 1566)
Ḫusraw pacha, fils de Sinan, constitue waqf : un immeuble sis à Alep sous la citadelle, dans le quartier al-Bizā, près du Palais de la Félicité, et comprenant une mosquée, au sud de laquelle se trouvent un jardin et une sépulture contenant le tombeau de Qurd beg, fils du fondateur, et le tombeau de l’épouse du fondateur, mère de Qurd beg. À l’est de la mosquée sont des latrines, un local destiné à laver les morts et six chambres au nord desquelles est l’écurie de la mosquée. À l’ouest de la mosquée est une madrasa composée de dix chambres, dont huit pour les étudiants qui y vivront en internat, une pour le professeur et une pour le portier : du côté nord, sont dix chambres pour les étudiants de passage. À l’est de la cour de la mosquée et en dehors, est une cuisine à six coupoles, pourvue de fourneaux et de supports de marmites : elle est limitée au sud par l’écurie de la mosquée, à l’est par le magasin à vivres affecté à la mosquée, au nord par la qayṣariyya waqf de la mosquée, et à l’ouest par la cour de la mosquée  ; dans la cour de la cuisine, se trouvent deux pièces constituant un magasin à vivres47.

57Il a institué un waqf en faveur de cet édifice :

  • deux écuries sises à l’ouest de la mosquée, onze boutiques à l’ouest de la salle de prières de la mosquée dont six au rez-de-chaussée et cinq à l’étage ; onze boutiques faisant face aux précédentes et ayant même disposition six pièces attenant à ces boutiques et surmontées de dix chambres ;

    • 48 Tous les immeubles précités, qui occupaient le terrain à l’entour de la mosquée Ḫusrawiyya ont disp (...)

    six pièces faisant face aux précédentes48,

  • une qayṣariyya, appelée aš-Šūna, comportant vingt boutiques au rez-de-chaussée et trente à l’étage, jouxtant au sud le sūq as-Sarrāǧīn, à l’est une cour de mosquée ; des boutiques pour teinturiers et un four, surmontés de dix pièces à l’étage ; dix boutiques, dont huit pour fabricants de flèches et deux pour selliers.

  • un ḫān voisin du Palais de la Félicité, comportant quarante magasins au rez-de-chaussée et cinquante cinq à l’étage, avec, attenant à la porte du ḫān, une écurie et des boutiques du côté est et trois boutiques du côté ouest. Au milieu du ḫān se trouve une estrade découverte (raḥba), devant laquelle est un bassin et pourvue d’un miḥrab pour la prière. À l’extérieur du ḫān, du côté nord, sont des boutiques situées en face du palais de la Félicité.

    • 49 Sauvaget : Inventaire, p. 97, n° 62 et ci-dessus, p. 2, note 2.

    le ḫān de Qurd beg49 situé au quartier Farāfra.

    • 50 Sauvaget : Inventaire, p. 104, n° 76  ; Sauvaget : Perles choisies, p. 140 ; Ġazzī : Nahr, II, p. 1 (...)

    le ḥammam as-Sitt50.

  • des boutiques et des maisons au quartier Farāfra et dans d’autres quartiers.

    • 51 Sur Ǧabbūl, cf. Dussaud : Topographie, p. 475.

    des pièces de terre dans les districts de Ǧabbūl51 et de Ǧabal Sam‘ān.

    • 52 Sur Ḥaylān, S. Mazloum : cf. L’ancienne canalisation d’eau d’Alep (Publications de l’Institut franç (...)
    • 53 Sur Ḥārim, cf. Dussaud : Topographie, p. 228  ; sur al-Ǧūm, Dussaud : Ibid., p. 229.

    un moulin au village de Ḥaylān52 ; des terres dans les districts d’Antioche, de Ḥārim, d’al-Ǧūm et Azāz53.

  • des boutiques à ‘Ayn-Tāb ; trois moulins et un jardin sur le Sedjour dans le caza d’‘Ayn Tāb ;

  • sur l’Oronte, un grand nombre de moulins, de jardins et de pièces de terre.

58Le fondateur a posé comme conditions :

  • que l’imām serait ḥanafī et qu’il réciterait après la prière en commun la formule traditionnelle qui suit l’achèvement du Qur’ān ; le professeur de la madrasa serait également ḥanafī ; la gestion appartiendrait après sa mort au plus digne de ses descendants adultes  ; si ceux-ci venaient à s’éteindre, au plus digne de leurs affranchis ou de leurs descendants adultes ; à l’extinction de ceux-ci, à un élu du qāḍī d’Alep  ; s’il ne se trouvait personne pour assurer cette gestion parmi ses descendants, le gérant serait un de ses affranchis au profit desquels il a établi un waqf ; s’il se trouvait parmi ses descendants et ses affranchis quelqu’un qui fût capable d’exercer l’une quelconque des fonctions rétribuées sur le revenu de son waqf, préférence lui serait donnée sur tout autre, il serait désigné pour cette fonction et la transmettrait à son fils si ce dernier était capable de la remplir.

  • que l’on verserait chaque jour 50 pièces d’argent à ses fils qui se les partageraient d’après les stipulations du droit successoral ; à leur mort, cette somme serait versée aux fils de ses fils ; si ses descendants mâles et leur postérité venaient à s’éteindre, cette somme serait versée au survivant de sa descendance par les femmes, ou de ses affranchis ; à défaut d’autre bénéficiaire, elle serait dévolue à l’intérêt du waqf.

  • que l’on verserait chaque jour douze pièces et demie au gérant du waqf ; quatre pièces au surveillant  ; 25 pièces au professeur ḥanafī ; 8 à huit étudiants qui suivraient les cours de ce professeur dans la madrasa Ḫusrawiyya ; 2 pièces et demie au ḫaṭīb de la mosquée ; 2 pièces et demie à l’imām des prières solennelles qui sera le ḫaṭīb et 2 à l’imām des prières ordinaires ; 11 dirhems osmanis à dix personnes qui liraient ce qu’elles pourraient du Qur’ān dans la tribune de sa mosquée avant la prière solennelle, en faisant suivre cette lecture publique de la formule traditionnelle, soit 2 dirhems à leur chef et 9 dirhems aux autres qui se les partageraient  ; 8 pièces et demie à quatre muezzins qui appelleraient à la prière dans le minaret de sa mosquée, soit 2 et demie à leur chef et le reste à répartir entre eux ; 1 pièce à un homme qui prierait pour lui après avoir lu le Qur’ān dans la tribune de sa mosquée et ferait suivre cette lecture de la formule traditionnelle ; 4 pièces au secrétaire comptable du waqf  ; 3 pièces à deux hommes qui assureraient le service de la mosquée.

59Il a stipulé en outre :

  • que l’on dépenserait chaque année le prix de 180 roṭls d’Alep d’huile pour l’éclairage de sa mosquée et ses dépendances, la fournir de nattes, tapis, pupitres à Qur’ān, ustensiles, de tout ce qui serait nécessaire généralement à la mosquée, ainsi que pour placer deux cierges de chaque côté du miḥrab ;

  • que l’on dépenserait chaque jour une demi pièce pour brûler de l’encens dans sa mosquée ; que l’on verserait chaque jour une pièce au portier de la salle de prière, 6 pièces et demie à quatre collecteurs de fermages : deux d’entre eux, qui recevraient chacun une pièce et demie, percevraient le loyers des immeubles sis hors d’Alep ; un troisième, qui recevrait deux pièces, percevrait les loyers des immeubles couverts : le quatrième, qui recevrait une pièce et demie, servirait de secrétaire-comptable ;

  • 12 dirhems à quinze lecteurs qui liraient ce qu’ils pourraient du Qur’ān dans sa mosquée, une pièce à un homme qui leur distribuerait les fascicules du Qur’ān et les leur reprendrait, les stimulerait dans l’exercice de leur fonction et pointerait les absents.

  • 2 pièces au secrétaire comptable du cellier de cet internat, 2 pièces au portier de l’écurie ;

  • 1 pièce à celui qui s’occupera de l’entretien des immeubles couverts faisant partie du waqf ;

  • 1 pièce à celui qui surveillera l’entretien des canalisations d’eau dans la mosquée, dans les latrines, la madrasa, le local pour laver les morts et les autres dépendances ;

  • une demie pièce à celui qui surveillera l’entretien des canalisations d’eau du second ḫān constitué waqf ;

  • une pièce et demie à deux cuisiniers pour l’internat, soit 1 au chef et une demie à l’apprenti ;

  • 2 pièces à deux hommes qui porteront la nourriture de la cuisine au couvent et entretiendront les ustensiles de cuisine  ;

  • une demie pièce à celui qui s’occupera de nettoyer le riz ;

  • 2 pièces à deux boulangers pour le four du couvent, soit une pour le maître et une demie pour l’apprenti, 1 pièce au portier du magasin à bois.

60Il a stipulé qu’il appartiendrait au qāḍī d’Alep de désigner le professeur, le ḫaṭīb et le secrétaire-comptable en se conformant aux conditions fixées par le fondateur ;

  • que l’on cuirait chaque jour 260 pains pesant chacun 72 dirhems, soit dix pains au roṭl de farine de froment  ;

  • que l’on achèterait chaque jour quatre charges de bois à brûler, chacune pour deux pièces, et 4 ocques de sel pour la fabrication du pain ;

  • 14 roṭls de viande de mouton que l’on cuirait le soir et à midi  ;

  • 10 roṭls de cette viande chaque soir du ramaḍān  ;

  • chaque jour, 8 roṭls de riz dont on ferait une soupe avec la viande précitée ;

  • que l’on achèterait chaque jour un huitième de mesure d’excellent froment pour faire cuire à midi avec la viande précitée ;

  • chaque jour, quatre charges d’âne de bois à brûler, chacune à 1 pièce et demie ;

  • chaque jour, 2 pièces et demie pour l’assaisonnement des mets précités ;

  • chaque jeudi soir, en sus de ce qui vient d’être énuméré, 10 roṭls de riz pour en faire des douceurs ;

  • de même chaque soir du ramaḍān, et, chacun de ces soirs-là, 5 roṭls d’excellent miel pour la confection de ces douceurs, 8 charges d’âne de bois à brûler, chacune à 2 pièces, et du safran pour une pièce.

  • Il a stipulé en outre que le couvent (tekkiyyé) comporterait treize chambres pour les hôtes étrangers.

61II. Les bâtiments actuels
Dans son état présent, la madrasa Ḫusrawiyya occupe la parcelle cadastrale 946. Elle comprend (fig. 1) :

Fig 1 – plan de la Madrassa Ḫusrawiyya à Alep

Fig. 2 – Plan de la madrassa Uṯmāniyya ; Fig. 3 – Plan de la madrassa Ḥallāwiyya

  1. une vaste salle de prière A, surmontée d’une coupole de vastes proportions, la plus grande, dit-on, de toute la Syrie, ornée de faïences et précédée d’un portique B, ouvrant sur une cour C.

  2. une série de salles, a, b. c, d, e, f, g, h, i, j, sur le côté nord de la cour C, servant de salles de classe ou de chambres pour les élèves (fig. 4 et 5).

  3. sur la face ouest de la cour C, des bâtiments qui constituaient les cuisines de l’école primitive et abritent maintenant le bureau du directeur D (fig. 6).

  4. des bâtiments E, F, G, où se trouvent diverses dépendances.

Fig. 4 – Madrasa Ḫusrawiyya, Salle de classe

Fig. 5 – Madrasa Ḫusrawiyya, Logements d’élèves. On aperçoit à l’arrière plan les murailles de la citadelle d’Alep

Fig. 6 – Madrasa Ḫusrawiyya, bureau du directeur

Fig. 7 – Madrassa Ḫusrawiyya, Croquis d’ensemble d’après Sauvaget (Inventaire, fig. 11)

  • 54 Sur Sinān, cf. Encyclopédie de l’Islām, IV, p. 446-450.
  • 55 Cf. Sauvaget : Les monuments historiques de Damas (Beyrouth 1932), p. 78.

62Le plan de la mosquée-madrasa Ḫusrawiyya est attribué à l’architecte Sinān54 (1489-1578), architecte d’une fécondité prodigieuse, né à Qayṣariyya en Anatolie, et auteur entre autres monuments, de la grande madrasa Sulaymāniyya de Damas, dont la disposition générale n’est pas sans évoquer celle de la madrasa Ḫusrawiyya55.

  • 56 1237/1821. Sur ce tremblement de terre, cf. Rāġib aṭ-Ṭabbāḫ : I‘lām, III, p. 214.

63Le monument souffrit beaucoup lors du terrible tremblement de terre qui éprouva Alep en 1237 H56, détruisit un grand nombre de constructions formant les biens de l’école et endommagea gravement l’ensemble de l’édifice. Celui-ci fut alors presqu’abandonné et servit à abriter des pauvres et des étrangers. Ǧamīl pacha, gouverneur d’Alep, fit réparer le côté sud de la mosquée en 1302 H. La façade nord fut restaurée en 1330 H.

64Pendant la guerre mondiale, la madrasa fut utilisée pour loger des soldats et en souffrit. Depuis 1920, elle a subi de nombreuses restaurations partielles et est actuellement entretenue de façon très convenable par les soins de son actif directeur, le savant Šayḫ Rāġib aṭ-Ṭabbāḫ.

  • 57 Sauf modifications récentes.

65III. Le corps enseignant
Outre son directeur, qui est de rite ḥanafī et qui enseigne à la madrasa le cours de ḥadīṯ, la Ḫusrawiyya compte actuellement les professeurs suivants57 :

âge approximatif

rite

Šayḫ Muṣtafā az-Zarqā

30 ans

ḥanafī

Šayḫ Muḥammad as-Salqīnī

35 ans

ḥanafī

Šayḫ ‘Umar al-Martīnī

75 ans

šāfi‘ī

Šayḫ Sa‘īd al-Idlibī

70 ans

šāfi‘ī

Šayḫ Aḥmad al-Kurdī

65 ans

ḥanafī

Šayḫ Fayḍullah al-Ayyūbī

60 ans

šāfi‘ī

Šayḫ Aḥmad aš-Šammā‘

70 ans

ḥanafī

Šayḫ Muḥammad an-Nāšid

50 ans

ḥanafī

Šayḫ As‘ad al-‘Ubaǧī

50 ans

šāfi‘ī

Šayḫ ‘Abdallāh al-Ḥammād

50 ans

šāfi‘ī

Fu’ād eff. al-Qasṭalī

29 ans

ḥanafī

Šayḫ Muḥammad al-Ḥakīm

33 ans

ḥanafī

Šayḫ Naǧīb al-Ālā

35 ans

ḥanafī

Šayḫ ‘Umar al-Mas‘ūdī

35 ans

šāfi‘ī

Šayḫ Amīn al-Ayrūḍ

35 ans

ḥanafī

Šayḫ Muḥammad al-Ǧibrīnī

40 ans

šāfi‘ī

66Recrutement
Nommés autrefois par une décision (براءة) du gouvernement ottoman, les professeurs sont désignés actuellement par l’Administration des Waqfs musulmans et choisis en principe sur leurs titres, d’accord avec le directeur de l’école.

  • 58 Cet usage correspond si bien à la tradition populaire qu’il arrive même fréquemment qu’au décès d’u (...)

67Toutefois l’usage de nommer le fils au poste laissé vacant par le décès d’un maître, sans être de règle (bien qu’il soit expressément permis par le fondateur du waqf et parfois réclamé comme un droit) est fréquemment observé encore58. Tel fut le car, du Šayḫ Muṣṭafā az-Zarqā, qui succéda à feu Aḥmad, et du Šayḫ Muḥammad as-Salqīnī qui succéda à feu Ibrahim  ; pour ce dernier, la nomination fut même opérée malgré une certaine opposition de la part du directeur. Un seul professeur, Fu’ād eff. al-Qasṭalī, a été nommé à la suite d’un concours institué par la Direction des Waqfs et apprécié par un jury où figuraient des professeurs de l’enseignement officiel : il s’agissait d’ailleurs de recruter un professeur de géographie, enseignement considéré comme de petite importance.

68Situation matérielle
Les professeurs de la madrasa Ḫusrawiyya appartiennent pour la plupart à de bonnes familles d’Alep, de la classe moyenne. Un seul, Šayḫ Fayḍullāh al-Ayyūbī, est étranger à la Syrie (né en Iran). Trois d’entre eux sont originaires de villages de la région d’Alep : Šayḫ ‘Umar al-Kurdī, de Tal ‘Arān, Šayḫ ‘Abdullāh al-Ḥammāḍ, de Tāḏif, Šayḫ Muḥammad al-Ǧibrinī, de Ǧibrīn.

69Presque tous possèdent des ressources personnelles, soit qu’ils s’occupent de commerce, soit qu’ils exercent une profession libérale, avocats par exemple, soit enfin qu’ils cumulent leur enseignement à la madrasa Ḫusrawiyya avec d’autres chaires dans différentes écoles ou mosquées. La moyenne des traitements qui leur sont alloués au titre de la madrasa Ḫusrawiyya, moyenne atteignant à peine 2000 P.S. mensuellement (le plus fort traitement est de 5 278 P.S. et le plus bas est de 464 P.S.), ne leur permettrait pas de vivre.

70Formation
Tous les maîtres de la madrasa Ḫusrawiyya sont de formation traditionnelle, à l’exception de Fu’ād al-Qasṭalī qui est un ancien élève du lycée officiel d’Alep. Pour connaître leur esprit, il suffit de consulter les consciencieuses biographies données de ceux qui furent leurs maîtres par Šayḫ Rāġib aṭ-Ṭabbāḫ. Nous citerons ci-dessous, pour chacun d’eux, les maîtres dont ils ont suivi l’enseignement.

    • 59 Rāġib a-Ṭabbāḫ : I‘lām, t. VIII, p. 539
    • 60 ID. p. 588.
    • 61 ID. p. 675.
    • 62 ID. p. 623.
    • 63 ID. p. 689.
    • 64 ID. p. 609.
    • 65 ID. p. 456.

    Šayḫ Rāġib aṭ-Ṭabbāḫ lui-même, a été l’élève de ‘Abdullāh as-Sulṭān59, de Riḍā az-Za‘īm60, de Aḥmad al-Maktabī61, de Bašīr al-Ġazzī62, de Muḥammad al-Ǧazmātī63, de Muḥammad az-Zarqā64 de ‘Abd as-Samī‘ al-Kurdī65.

    • 66 ID. p. 415.
    • 67 ID. p. 404.
    • 68 ID. p. 458.

    Šayḫ ‘Umar al-Martīnī a été élève de Bakrī az-Zubārī66, de Muḥammad al-Ǧazmātī, de ‘Abdas-Salām at-Turmānīnī67, de Šahīd at-Turmānīnī68.

  • Šayḫ ‘Abdullāh al-Ḥammāḍ est le seul professeur de la madrasa Ḫusrawiyya qui ait fait de sérieuses études en Égypte, où il suivit notamment les leçons du Šayḫ Maḥmūd al-Ḫaṭṭāb.

    • 69 ID. p. 582.

    Šayḫ Sa‘īd al-Idlibī a été l’élève de Aḥmad al-Maktabī, de Bašīr al-Ġazzī, de Sa‘īd as-Samkari69.

    • 70 ID. p. 678.

    Šayḫ Aḥmad al-Kurdī a été l’élève de Bašīr al-Ġazzī, Aḥmad al-Maktabī, Muḥammad al-Kilāwī70.

    • 71 ID. p. 689.

    Šayḫ Muḥammad al-Ḥakīm, ancien élève lui-même de la Ḫusrawiyya, a suivi en outre les leçons de Muḥammad al-Hanīfī71. Il a été inscrit un an à l’Université d’al-Azhar et est licencié en droit de la faculté arabe de Damas.

  • Šayḫ Muṣṭafā az-Zarqā l’un des esprits les plus solides et les plus influents parmi les jeunes savants d’Alep, sermonnaire écouté et bon avocat, a été l’élève de son père, Aḥmad, et de son grand-père, Muḥammad az-Zarqā (13) qui jouirent, l’un et l’autre, d’une grande réputation à Alep. Il est en outre titulaire du baccalauréat syrien et de la licence en droit de Damas.

  • Šayḫ Aḥmad aš-Šammā‘, orateur très populaire, a suivi les leçons de Muḥammad az-Zarqā, de Muḥammad al-Ǧazmātī, de Bakrī az-Zubārī, de Aḥmad al-Maktabī.

  • Šayḫ As‘ad al-‘Ubaǧī, qui est un des maîtres les plus écoutés de la jeunesse, a suivi l’enseignement de Muḥammad al-Ḥanīfī, de Muḥammad al-Kilāwī, de Aḥmad al-Maktabī.

  • Šayḫ Faydullāh al-Ayyūbī, élève de Ba·īr al-Ġazzī et de Muḥammad al-Kilāwī, a également une bonne connaissance des langues kurde et persane.

  • Šayḫ Muḥammad an-Nāšid, professeur estimé quoiqu’orateur peu éloquent, a été disciple de Bašīr al-Ġazzī, Muḥammad az-Zarqā, Muḥammad al-Ḥanīfī, Muḥammad al-Kilāwī et Aḥmad al-Maktabī.

71Ces remarques sur la formation des principaux professeurs de la madrasa Ḫusrawiyya permettent de constater d’une part l’orthodoxie totale de ces savants qui ont appris ce qu’ils connaissent par l’enseignement oral de savants formés eux-mêmes de façon identique et forment ainsi le chaînon actuel d’une suite ininterrompue ; et d’autre part, l’évidente cohésion de leur ensemble spirituel. Cette unité de formation, à caractère strictement local, exclut ou amortit les influences extérieures, et explique ainsi son défaut de rayonnement. Si la pensée musulmane est plus vivante et plus active que jamais à Alep, elle y évolue dans un milieu très limité et gagne peut-être en pureté accrue, en intransigeance, en recueillement d’une sécheresse volontaire, ce qu’elle perd en supprimant le contact avec des pensées étrangères.

72IV. Les Élèves
La madrasa Ḫusrawiyya compte un peu plus d’une centaine d’élèves réguliers, répartis en six classes. Une soixantaine d’auditeurs libres sont admis également, sans conditions, mais ne bénéficient pas des mêmes avantages matériels que les élèves réguliers.

73Ces derniers sont admis sans condition de nationalité, pourvu qu’ils soient âgés de dix-huit ans au moins et qu’ils aient satisfait à un examen d’entrée. Celui-ci, très simple, comporte une partie orale (uṣūl, ḥadīṯ, Qur’ān) et une partie écrite (grammaire, arithmétique). Aucune des deux parties n’est éliminatoire. Le Directeur actuel donne la préférence aux candidats titulaires du certificat d’études primaires officiel.

74Origine des élèves
En 1938, les élèves se répartissaient ainsi :

originaires d’Alep-ville

28

originaires des villages voisins

11

originaires de Bāb et Tāḏif

18

originaires d’Idlib

11

originaires de Ma‘arrat-an-Na‘mān

3

originaire de ‘Azaz

1

originaire de Ǧarabulus

1

originaire de Membiǧ

1

originaires de Damas

3

originaires de Nabk

12

originaires d’Antioche

4

originaires de Homs

2

originaire de Hama

1

originaire de Rakka

1

originaires de Tripoli (Liban)

2

originaire de Banyas (Alaouites)

1

originaire de Tartūs (Alaouites)

1

75Au point de vue social, la plupart appartiennent à des familles très moyennes, sont fils de paysans aisés, de petits commerçants et d’artisans modestes.

76Régime intérieur de l’école
Il y a quatre cours par jour, d’une heure chacun, soit deux avant midi et deux après midi. Le jeudi, les cours de l’après-midi sont supprimés.

77Le vendredi est chômé. Outre les grandes vacances approximativement du 15 juin au 15 septembre, la madrasa Ḫusrawiyya accorde les congés suivants :

  • 72 Tradition conservée par l’enseignement officiel : cf. R. Tresse : Usages saisonniers et dictons dan (...)

78en Ramaḍān, du 15 Ramaḍān au 5 Šawwāl ; 15 Ša‘abān ; 27 Raǧab ; 2 jours mobiles au printemps72.

79De plus le Directeur peut, d’accord avec la Direction des Waqfs, donner les congés qu’il juge nécessaires notamment après les examens.

80Les élèves doivent subir trois examens par an pour être admis dans la classe supérieure. L’élève qui échoue est autorisé à recommencer une année, mais perd alors la moitié de sa bourse ; en cas de nouvel échec, il est renvoyé de l’école.

81Situation matérielle des élèves
Les élèves réguliers sont logés gratuitement dans les cellules de différentes mosquées de la ville, très convenablement tenues en général. Ceux de 1re année logent à la madrasa Qurnāṣiyya ; ceux de 2e année, à la madrasa Ismā‘īliyya ; ceux de 3e, 4e, 5e, et 6e année, à la madrasa Ḫusrawiyya même dans la mesure des places disponibles, ou dans d’autres mosquées de la ville.

82Ils reçoivent sur les revenus gérés par l’administration des waqfs musulmans les sommes suivantes, mensuellement, pour leur nourriture, qu’ils prennent hors de l’école, et leur entretien qu’ils assurent librement :

Élèves de 1re et de 2e année

450 P.S.

Élèves de 3e année

600 P.S.

Élèves de 4e et 5e année

750 P.S.

Élèves de 6e année

900 P.S.

  • 73 Il est rare que les élèves de la madrasa Ḫusrawiyya participent aux grèves qui désorganisent périod (...)

83Ils sont astreints, dès leur entrée à l’école, au port du turban, signe de conservatisme corporatif dont l’abandon constitue un des signes d’émancipation qui indignent le plus les savants attachés à la tradition. En dehors de l’école, à l’école même, ils ne sont soumis à aucune surveillance, mais doivent donner en toute occasion l’exemple des bonnes mœurs et de la conduite vertueuse. Ce régime très libéral semble donner de bons résultats73.

  • 74 On consultera la biographie indiquée ci-dessus p. 12, et notamment la thèse de Ṭalas sur la madrasa (...)

84V. Méthodes et programmes d’enseignement74
À la madrasa Ḫusrawiyya, les classes sont pourvues d’un matériel scolaire convenable : tables et bancs du modèle usité couramment dans toutes les écoles, ainsi que d’un tableau noir. Cependant, en contraste avec cette apparence de modernisation qui exclut le pittoresque souvent décrit des madāris, l’enseignement y demeure soumis aux habitudes anciennes. Le professeur lit un texte, presque toujours une glose ou un commentaire (šarḥ ou note explicative sur l’ensemble d’un texte ; ḥāšiyya ou note sur quelques passages), en fait l’analyse, le prend pour thème de discussion avec les disciples. La plupart des élèves n’ont pas le texte entre les mains et se contentent d’écrire des résumés.

  • 75 Il est incontestable que, depuis vingt ans, l’étude des lettres arabes a fait de grands progrès : l (...)

85Tous les cours sont donnés en arabe classique, ce qui n’est pas sans gêner parfois certains élèves (surtout dans les premières années), d’autant plus que plusieurs professeurs sont loin de s’exprimer avec la correction et la facilité désirables75.

86Les matières étudiées sont : la jurisprudence (fiqh), la syntaxe arabe (naḥw), la morphologie arabe (ṣarf), la psalmodie (taǧwīd), la morale (aḫlāq), la récitation (ḥifẓ), l’étude des textes (mutūn), le calcul (ḥisāb), l’orthographe (imlā’), la calligraphie (ḫaṭṭ), la théologie dogmatique (tawḥīd), la tradition (ḥadīṯ), la géographie (ǧuġrāfiyya), le partage des successions (farā’iḍ), le style (inšā’), l’exégèse coranique (tafsīr), l’histoire du prophète (as-sīrat an-nabawiyya), la rhéthorique (balāġa), la logique (manṭiq), la méthodologie juridique (uṣūl).

  • 76 On voit que, même après la rénovation profonde qui a été opérée à la madrasa Ḫusrawiyya, l’enseigne (...)

87Les horaires sont quelque peu variables, les programmes n’ayant pas la rigidité, si souvent discutable, des programmes de l’enseignement de type européen. Ils sont établis par le directeur d’accord avec les professeurs intéressés qui disposent d’ailleurs d’une liberté complète en ce qui concerne le choix des auteurs servant de base à leur explication. Ce régime permet aux maîtres de déployer une personnalité originale. Les cours les plus importants (jusqu’à cinq cours hebdomadaires) sont ceux de fiqh et de naḥw ; chaque année ne comporte qu’un seul cours hebdomadaire de calcul, de géographie et de style76.

88Voici les principaux ouvrages qui sont étudiés à la madrasa Ḫusrawiyya ainsi que le détail des cours pour chaque année :

89Première année

  • 77 A. Bāǧūrī 1198/1783-1277/1861, mort recteur d’al-Azhar. Tous ses ouvrages sont édités en Égypte et (...)
  • 78 Extrait de Nūr al-īḍāḥ. Ce cours a lieu à la madrasa Ismā‘īliyya.
  • 79 Le célèbre ouvrage de grammaire de Muḥammad aṢ-Ṣinḥāǧī continue à jouir de sa popularité et forme l (...)
  • 80 Hidāyat al-mustafīd fī aḥkām at-taǧwīd par Muḥammad Aḥmad Dahmān.
  • 81 Al-Laqānī, mort en 1041 H, compilateur et commentateur fécond d’al-Azhar.
  • 82 Abū Zakariyyā Muḥyī ad-Dīn An-Nawawī (631/1233-676/1277) de Nawā près de Damas, professeur à l’écol (...)
  • 83 Safarǧalānī, ancien professeur de mathématiques au lycée officiel de Damas. Auteur d’un cours compl (...)

Fiqh Šāfi‘ī

Commentaire d’al-Bāǧūrī sur al-Iqnā‘ d’al-Ḫaṭīb77

Fiqh ḥanafī

Commentaire Marāqī-l-Falāḥ par Šayḫ Ḥasan aš-Šaranblī78

Naḥw

Commentaire d’al-‘Išmāwī sur al-Aǧrūmiyya79

Ṣarf

Commentaire d’al-Kafawī sur al-Binā et d’al-Maqṣūd sur al-‘Izzī.

Taǧwīd

Hidāyat al-mustafīd80

Aḫlāq

at-Taḥliyat wa-t-Tarġīb, par sayyid Muḥammad

Ḥafẓ

al-Ǧawhara par al-Laqānī81 ; al-Arba‘ūna ḥadīṯan par an-Nawawī82

Ḥisāb

Cours de Safarǧalānī83

90Deuxième année

  • 84 Aš-Šarqāwī mort en 1812 recteur d’al-Azhar.
  • 85 Ce cours a lieu à la madrasa Qurnāṣiyya.
  • 86 Al-Qudūrī (362/973-428/1037), né et mort à Bagdad, une des lumières du rite ḥanafī. cf. Brockelmann (...)
  • 87 Šayḫ Ḫālid Al-Azharī (mort en 905 H) a laissé un commentaire célèbre de l’Aǧrūmiyya imprimé au Cair (...)
  • 88 Al-Alfiyya, ouvrage célèbre d’Ibn Mālik (mort en 672 H) étudié en général avec le commentaire d’Ibn (...)

Fiqh šāfi‘ī

Commentaire d’aš-Šarqāwī84 sur al-Taḥrīr de Nawawī

Fiqh ḥanafī85

Commentaire d’al-Maydānī sur al-Qudūrī86

Naḥw

al-Azhariyya par Šayḫ Ḫalid al-Azharī87

Ṣarf

Commentaire d’al-Maqāṣid sur al-‘Izzī

Taǧwīd

Hidāyat al-mustafīd

Tawḥīd

Commentaire d’al-Bāǧūrī sur as-Sanūsiyya

Ḥadīṯ

Commentaire d’Ibn Daqīq al-‘Īd sur al-Arbā‘ūna ḥadīṯan de Nawawī

Aḫlāq

Bidāyat al-hidāyat par al-Ġazālī

Mutūn

al-Alfiyya d’Ibn-Mālik ; as-Sullam par al-Aḫḍarī88

Ḥisāb

Cours de Safarǧalānī : fractions.

91Troisième année

  • 89 Al-Buǧayrīmī (1131/1719-1221/1806) né et mort à Buǧayrīm, petit village d’Égypte occidentale.
  • 90 Qaṭr an-Nadā’, célèbre ouvrage de grammaire dû à Ǧamāl Ad-Dīn ‘Abdullāh Ibn Hišām (708/1309-761/136 (...)
  • 91 Sur Sa‘ad Ad-Dīn at-Taftazānī, cf. Brockelmann, II, 215.
  • 92 Al-Tirmiḍī (209/824-279/892) élève de Buḫārī, traditionniste réputé.
  • 93 L’ouvrage bien connu de droit successoral, étudié dans tout le monde musulman, dû à Sirāǧ Ad-Dīn Al (...)

Fiqh šāfi‘ī

Commentaire d’al-Buǧrayrīmī sur al-Ḫaṭīb89 (partie ‘Ibādāt)

Fiqh ḥanafī

Commentaire d’al-Maydānī sur al-Qudūrī

Naḥw

Commentaire d’Ibn-Hišām sur al-Qaṭr90

Ṣarf

Commentaire d’as-Sa‘ad at-Taftazānī sur al-‘Izzī91

Ḥadīṯ

Commentaire d’al-Bāǧūrī sur aš-Šamā’il d’at-Tirmiḏī92

Tawḥīd

Commentaire d’al-Ḥanafī sur al-Ǧawhara de Laqānī

Aḫlāq

Muḫtaṣar Iḥyā ‘ulūm ad-dīn d’al-Ġazzālī

Ḥisāb

Suite du cours de Safarǧalānī

Ǧuġrāfiyya

Généralités sur la géographie physique

Farā’iḍ

Commentaire d’as-Sirāǧiyya93

92Quatrième année

  • 94 Mulla Ḫusru, mort en 885/1480. Juriste estimé. L’ouvrage ad-Durar a été composé vers 877/1473 et re (...)

Fiqh šāfi‘ī

Commentaire d’al-Buǧayrīmī sur al-Iqnā‘ d’al-Ḫaṭīb (partie Mu‘āmalāt)

Fiqh ḥanafī

ad-Durar par Mulla Ḫusru94

Naḥw

Commentaire d’Ibn ‘Aqīl sur al-Alfiyya d’Ibn-Mālik

Tafsīr

Les trois dernières sourates du Coran

Ḥadīṯ

Commentaire d’aš-Šarqāwī sur le résumé de Buḫārī par Zabīdī

Ḥisāb

Suite du cours de Safarǧalānī

Ǧuġrāfiyya

Géographie de la Syrie

Aḫlāq

Suite de Muḫtaṣar al-Iḥyā d’al-Ġazālī

Balāġa

Ǧawāhir al-balāġa par al-Hāšimī

Farā’iḍ

Commentaire d’as-Siraǧiyya (suite)

Tawḥīd

Commentaire sur al-Ǧawhara de Laqānī (suite)

93Cinquième année

  • 95 Ibn Humām, théoricien de l’uṣūl ḥanafī, mort en 1457.
  • 96 Nasafī, théologien ḥanafī mort vers 1310, cf. Brockelmann II, 196-197.

Fiqh šāfi‘ī

Commentaire d’al-Buǧayrīmī sur al-Iqnā‘ d’al-Ḫaṭīb (4ème volume)

Fiqh ḥanafī

Commentaire d’ad-Durar par Mulla Ḫusru (suite)

Naḥw

Commentaire d’Ibn  ‘Aqīl sur al-Alfiyya d’Ibn-Mālik (suite)

Balāġa

Commentaire d’as-Sa‘ad at-Taftazānī sur al-Qazwīnī

Manṭiq

Commentaire d’al-Bāǧūrī sur as-Sullam d’al-Aḫḍarī

Ḥadīṯ

Commentaire d’aš-Šarqāwī sur le résumé de Buḫārī par Zabīdī

Tawḥīd

Commentaire de al-Musāyara fī šayḫ al-Musāmara par al-Kamāl Ibn Humām95

Tafsīr

Commentaire de Madārik al-tanzīl wa ḥaqā’iq at-ta’wīl d’an-Nasafī96

Uṣūl šāfi‘ī

Commentaire de Ġāyat al-wuṣūl fī šarḥ lubab al-uṣūl par al Qāḍī al-Anṣārī

Ǧuġrāfiyya

L’Afrique

Uṣūl ḥanafī

Commentaire de Nasamāt al-Asḥār par Ibn ‘Abdīn

Ḥisāb

Suite du cours de Safarǧalānī

94Sixième année

  • 97 Ibn Aṣ-Ṣalāḥ (577/1181-643/1245), d’origine kurde, mort à Damas, traditionniste très estimé. Cf. Br (...)
  • 98 Adaptation célèbre par Al-Abharī (663) de la traduction arabe de l’Introduction aux catégories d’Ar (...)

Fiqh šāfi‘ī

Commentaire d’al Buǧayrīmī (suite)

Fiqh ḥanafī

Commentaire d’ad-Durar par Mulla Ḫusru (suite)

Uṣūl (šāfi‘ī et ḥanafī)

Commentaire de Nasamāt-al-Asḥār par Ibn ‘Abdīn

Ḥadīṯ

Muqaddimat Ibn aṣ-Ṣalāḥ97

Tawḥīd

Commentaire de Nasafī

Tafsīr

Commentaire de la sourate al-Baqara

Manṭiq

Commentaire d’al-Isāġūǧī d’al-Abharī98

Ḥisāb

Suite du cours de Safarǧalānī

Naḥw

Suite du commentaire sur al-Alfiyya

Balāǧa

Suite du commentaire sur al-Qazwīnī

Ǧuġrāfiyya

L’Asie

  • 99 On remarquera, dans tout ce programme, l’absence complète de toute étude scientifique, même des sci (...)

95Il faut ajouter à ces cours, dans toutes les classes, une heure d’exercices à la composition et au style, ainsi que des récitations de morceaux choisis99.

B) Les anciennes madāris d’Alep

96Les institutions que nous allons étudier brièvement sont très loin d’avoir l’importance ni la valeur des madāris réformées. À plusieurs reprises, des essais de fusion furent tentés entre ces écoles et la madrasa Ḫusrawiyya dont le succès, après la rénovation de la méthode et des programmes, paraissait décisif. En 1340 H, l’annexion de la madrasa Ša‘bāniyya, en 1342 H celle de la madrasa ‘Uṯmāniyya furent essayées quelque temps et finirent par échouer pour des rivalités de personnes ou des questions d’intérêt, le bénéficiaire du waqf tenant à conserver son autonomie.

  • 100 Sur l’institution du Dār al-ḥadīṯ, cf. Encyclopédie de l’Islam (s. v. masdjid), III, p. 400-418. Su (...)

97Dār al-ḥadīṯ100
Il existe encore à Alep deux institutions uniquement destinées à l’enseignement des traditions prophétiques. Les deux sont situées au quartier Farāfra. La principale est dirigée par le šayḫ Maḥmūd al-‘Ulabī, ancien élève de šayḫ Bašīr al-Ġazzī et de šayḫ Zayn al-Kurdī, traditionniste réputé qui fut qāḍī d’Alep aux derniers jours de la domination turque.

  • 101 Sur la madrasa Ḥallāwiyya, cf. Tavernier, Voyages (Paris 1712) p. 186 ; S. Guyer : La madrasa al-Ḥa (...)

98Madāris proprement dites
a) la madrasa Ḥallāwiyya101. C’est la plus ancienne du madāris d’Alep, située près de la grande-mosquée dans un édifice qui constitue « un des monuments les plus intéressants de l’art chrétien de Syrie » (S. Guyer), très probablement vestige de l’ancienne cathédrale d’Alep. Bien déchue aujourd’hui, elle ne conserve plus qu’une vie fort réduite. Elle est dirigée par le ·ayḫ Ṭalas. (fig. 3)

  • 102 Ġazzī : Nahr, II, p. 52 ; Sauvaget : Inventaire, p. 107.

99b) La madrasa Aḥmadiyya102 n’instruit aujourd’hui qu’une dizaine d’élèves. Le cours principa1 est celui du šayḫ Fayḍullāh al-Ayyūbī, qui traite du fiqh Šāfi‘ī. Elle abrite la Bibliothèque des Waqfs, bibliothèque qui est la plus riche d’Alep et contient de véritables trésors manuscrits.

  • 103 Ġazzī : Nahr, II, p. 150.

100c) La madrasa Sayyāfiyya103 abrite le cours du ·ayḫ Muḥammad Balankū (fiqh ḥanafī), suivi par cinq ou six auditeurs.

  • 104 Ġazzī : Nahr, II, p. 192 ; Ṭabbāḫ : I‘lām IV, p. 394.

101d) La madrasa Bahā’iyya104 ancienne Ṣāliḥiyya, constituée waqf en 737 H. par l’émir Ṣāliḥ ad-Dīn Yūsuf pour les quatre rites, à condition que le qāḍī šāfi‘ī y donne des cours réguliers. Sous la domination turque, elle fut employée comme tribunal šar‘ī puis redevint madrasa par les soins de Bahā’ ad-Dīn al-Qudsī qui en fit la restauration en 1260 B.

  • 105 Sur cette madrasa, cf. Ġazzī : Nahr, II, p. 156; Baurain : op. cit., p. 204; Sauvaget : Inventair (...)

102e) La madrasa ‘Uṯmāniyya (fig. 2)105. La madrasa Riḍā’iyya ou ‘Uṯmāniyya a été construite par ‘Utmān Bāšā originaire de Divriǧi, mais né et élevé à Alep. Elle comporte une mosquée et une madrasa de vastes proportions (salles d’études, de logement, bibliothèque grandes dépendances). Elle a été très richement dotée par le fondateur et bénéficie de seize actes de waqfiyya datés :

I

15 †ūl-Qa‘da 1142 / 1 juin 1730 : nombreuses propriétés, terres, moulins, jardins dans la région d’Alep et d’Antioche ainsi que des immeubles à Alep. L’acte spécifie également les dispositions à prendre pour l’entretien de la mosquée.

II

15 Muḥarram 1143 / 31 juillet 1730 : propriétés diverses, complétant, pour la plupart, celles qui ont été énumérées dans le précédent acte.

III

15 Rabī‘ I 1143 / 28 septembre 1730 : jardins sur le Quwayq.

IV

15 Ǧumādā II 1143 / 26 décembre 1730 : jardins sur le Quwayq.

V

15 Raǧab 1150 / 8 novembre 1737 : jardins et boutiques à Alep.

VI

24 Šawwāl 1150, 14 février 1738 : un immeuble à Bāb an-Naṣr à Alep.

VII

15 Rabī‘ I 1151 / 3 juillet 1737 : jardin, ḫān, immeubles divers à Alep.

VIII

15 Raǧab 1151 / 29 octobre 1738 : immeuble à Alep dans le voisinage de Bāb an-Naṣr

IX

15 Raǧab 1151 / 29 octobre 1738 : immeubles à Alep comprenant notamment la maison du fondateur.

X

17 Raǧab 1161 / 12 juillet 1748 : immeubles et jardins à Alep.

XI

15 Šawwāl 1151 / 26 janvier 1739 : un immeuble à usage de cuisine  ; dispositions prises pour l’entretien de la cuisine, les quantités et la nature des approvisionnements et des ustensiles.

XII

15 Rabī‘ I 1152 / 22 juin 1739 : boutiques à Alep.

XIII

Rabī‘ I 1152 / 1 juin 1739 : jardins sur le Quwayq.

XIV

26 Rabī‘ I 1152 / 3 juillet 1739 : jardins et terres au voisinage d’Alep.

XV

17 Rabī‘ I 1152 / 14 juin 1739 : jardins et terres au voisinage d’Alep.

XVI

9 Ǧumādā I 1152 / 14 août 1739 : jardins et terres au voisinage d’Alep.

  • 106 Certains domaines appartenant au waqf de la madrasa ‘Uṯmāniyya, en bordure du Quwayq, sont l’objet (...)

103En dépit des erreurs de gestion et des autres causes de dilapidation de ses revenus, la madrasa ‘Uṯmāniyya demeure la plus riche d’Alep106, et elle est, après la Ḫusrawiyya, celle qui jouit de la plus flatteuse réputation.

  • 107 Les conditions du testateur concernant le logement des étudiants sont très précises :  « On affecte (...)

104Vingt-deux élèves réguliers fréquentent ses cours, mais des étudiants inscrits à d’autres madāris et en particulier à la Ḫusrawiyya, y sont logés gratuitement107.

105Les cours principaux sont les suivants :

  • 108 Cf. ci-dessus p. 25.

šayḫ Sa‘īd al-Idlibī108

Fiqh, naḥw, tafsīr

(šāfi‘ī)

šayḫ ‘Alī ‘Ālim al Kayyālī

Fiqh, tafsīr

(ḥanafī)

šayḫ Muḥammad an-Nāšid

Tawḥīd, ḥadīṯ

(ḥanafī)

šayḫ ṭāhir al-Kayyālī

As-Sīra an-nabawiyya

(ḥanafī)

šayḫ Ibrāhīm at-Turmanīnī

Ḥadīṯ

(ḥanafī)

106Tous ces professeurs sont alépins, âgés en moyenne de cinquante à soixante ans et réputés pour leur science. Le plus cultivé est certainement šayḫ Ṭāhir al-Kayyālī, qui outre ses études à Alep, a voyagé en Égypte et en France, fait un long séjour à Paris et passé sa licence en droit français ; outre ses chaires de professeur religieux et de prédicateur, il est professeur d’arabe au lycée officiel d’Alep.

107La moyenne des traitements qui leur sont servis pour leurs cours à la madrasa ‘Uṯmāniyya est de 2 310 piastres syriennes par mois (le plus gros traitement est de 3 895 P.S. le plus faible de 1 365 P.S.). Naturellement, les dispositions du testateur stipulant qu’ils devaient être nourris et précisant la nature et la quantité des aliments qui leur seraient fournis, sont tombées en désuétude. (cf. Waqfiyya XI).

  • 109 Sur la madrasa Dlīwātiyya, cf. Ġazzī : Nahr, II, p. 144.

108f) La madrasa Dlīwātiyya109 ancienne mosquée qui doit son nom à son fondateur, Abū Bakr al-Maṣrī al-Ḥalabī aṣ-Ṣūfī Dlīwātī, dont elle abrite le tombeau. Longtemps fermée par suite du délabrement de la construction, elle a été restaurée et rendue à sa destination de madrasa en 1320 H. par Muḥammad Asad bā·ā ibn ‘Alī eff. Al-Ǧābrī. Elle n’a que cinq ou six élèves.

  • 110 Sur la madrasa Ša‘bāniyya, Cf. Ġazzī : Nahr, II, p. 147; Ṭabbāḫ : I‘lām, VII, p, 469; Sauvaget : (...)

109g) La madrasa Ša‘bāniyya110. L’acte de waqf contient, relativement aux maîtres et aux élèves, les curieuses stipulations suivantes, à ma connaissance uniques en leur genre à Alep : « Le professeur ne devra ni être né ni avoir été élevé à Alep ou dans le wilaya d’Alep ; ... Aucun des trente étudiants ne devra être ni avoir été élevé à Alep ou dans son wilaya... Si l’un des étudiants se marie ou quitte Alep, il perdra ses droits qui seront dévolus au plus ancien de ses camarades (Acte daté du 15 Ramaḍān 1088/11 novembre 1677)  ». Il y a là une tentative pour attirer et fixer à Alep ses savants ou des étudiants étrangers qui mérite de retenir l’attention.

110Ces conditions ne sont plus observées actuellement.

  • 111 Nous nous contenterons de deux exemples particulièrement probants  ; en ce qui concerne la grande m (...)

111Le cours principal de cette madrasa est celui de fiqh ḥanafī, donné chaque matin (sauf mardi et vendredi) par Šayḫ Muṣṭafā az-Zarqā111 et suivi par vingt-deux élèves.

C) Cours divers de sciences religieuses dans les mosquées

112Outre les madāris anciennes, qui ont encore une apparence de règlement et d’organisation, il existe dans d’autres mosquées d’Alep un grand nombre de chaires d’enseignement. Ce sont les vestiges d’un passé qui s’effrite chaque jour davantage, soit que les titulaires des chaires choisis pour de tout autres raisons que leur valeur scientifique, n’arrivent plus à intéresser un auditoire qui se détache de plus en plus de certaines formes de pensée, soit que les dispositions prises par le testateur du waqf tombent en désuétude.

113Voici les principaux de ces cours qui subsistent, entre beaucoup d’autres qu’il serait fastidieux de recenser complètement :

Mosquée

Professeur

Maître d’enseignement

Rite et âge du professeur

Grande mosquée

Šayḫ Naǧīb Sirāǧ ad-Dīn

tawḥīd

ḥanafī, 75 ans

Grande mosquée

Šayḫ Sa‘īd al-Idlibī

fiqh šāfi‘ī

šāfi‘ī, 70 ans

Grande mosquée

Šayḫ Muḥammad Nāǧī Abū Ṣālaḥ

fiqh et uṣūl

šāfi‘ī, 40 ans

Grande mosquée

Šayḫ ‘Umar al-Martinī

fiqh šāfi‘ī

šāfi‘ī, 70 ans

M. as-Saffāḥiyya

Šayḫ ‘Abd al-Laṭīf Ḫayyāṭa

ḥadīṯ

ḥanafī, 60 ans

M. Banaqūsā

Šayḫ Naǧīb Sirāǧ ad-dīn

tawḥīd

ḥanafī, 75 ans

M. Banaqūsā

Šayḫ ‘Isā al-Bayānūnī

fiqh ḥanafī

ḥanafī, 70 ans

  • 112 Sur l’attitude des milieux conservateurs musulmans d’Alep en face de l’instruction des femmes, on c (...)

114Un seul de ces cours (celui du Šayḫ ‘Isā al-Bayānūnī) est réservé aux femmes112.

115Il est hors de doute que le manque de conscience de certains maîtres, le caractère intéressé de certains autres qui acceptent, ou même réclament, plus de fonctions qu’ils n’en sauraient décemment remplir, le principe trop souvent suivi de l’hérédité des charges ont contribué à la désaffection incontestable du public.

D) Le wa‘z à Alep

  • 113 Sur le wa‘ẓ, cf. Encyclopédie de l’Islam (S. V. Masdjid) où la bibliographie est indiquée (tome III (...)

116Cette étude ne serait pas complète si elle ne faisait mention de la faveur dont jouissent à Alep les sermonnaires. Il n’est pas de jour où, dans l’une quelconque des mosquées de la ville, ou ne puisse entendre une homélie explicative et édifiante, s’appuyant sur un passage du Qur’ān pour en tirer des leçons morales wa‘ẓ ou maw‘iẓa).113

117Je me bornerai à indiquer ici les principaux sermons, dus à des religieux régulièrement appointés par la Direction de Waqfs musulmans.

  • 114 Ġazzī, Nahr, II, p. 376.
  • 115 Ġazzī, Nahr, II, p. 461.
  • 116 Ġazzī, Nahr, II, p. 497.
  • 117 Ġazzī, Nahr, II, p. 350.
  • 118 Ġazzī, Nahr, II, p. 353.

Mosquée

Sermonnaire

Jour et heure

du sermon

Rite du ser-monnaire

Son âge

Aṭ-Ṭunbuġā 114

Šayḫ Muḥammad

al-Labābīdī

chaque jour,

après le maġrib

ḥanafī

70 ans

Grande mosquée

Šayḫ Muḥammad

al-Labābīdī

vendredi

après l’‘aṣr

ḥanafī

70 ans

Šaraf115

Šayḫ ‘Abd al-Laṭīf

Ḫayyāṭa

jeudi et lundi

après-midi

ḥanafī

60 ans

Grande mosquée

Šayḫ Muṣṭafā

az-Zarqā

vendredi

après-midi

ḥanafī

30 ans

Asadiyya

Šayḫ Waǧīh

al-Mu‘ṭī

jeudi et lundi

avant-midi

ḥanafī

35 ans

Ḫusrawiyya

Šayḫ Ibrāhīm

as-Salqīnī

samedi et lundi

à midi

ḥanafī

90 ans

Bašīr Bāšā116

Šayḫ ‘Umar

al-Martīnī

vendredi

après l’‘aṣr

šāfi‘ī

70 ans

Grande mosquée

Šayḫ ‘Abd al-

Ḥamīd al-Kayyālī

jeudi matin

ḥanafī

60 ans

Grande mosquée

Šayḫ ‘Abd ar-Ra’ūf

as-Sammān

lundi et jeudi

après l’‘aṣr

ḥanafī

70 ans

Ṭurunṭā’iyya 117

Šayḫ ‘Abd al-Ġanī Bādinǧikī

chaque jour

après le maġrib

ḥanafī

65 ans

Tawba118

Šayḫ Aḥmad al-Miṣrī

mardi et mercredi

après l’‘aṣr

šāfi‘ī

40 ans

Tawba

Šayḫ Aḥmad Šahīd

samedi, dimanche,

lundi, jeudi après-midi

šāfi‘ī

55 ans

Tawba

Šayḫ Ḥasan Ḥasānī

samedi, dimanche,

lundi, jeudi après-midi

šāfi‘ī

40 ans

Grande mosquée

Šayḫ ‘Ākif Ǧamal

jeudi après-midi

ḥanafī

30 ans

118Tous ces religieux sont alépins, nommés dans les mêmes conditions que les professeurs chargés d’enseigner dans les mosquées et les madāris. Les traitements moyens qui leur sont servis par l’administration des waqfs sont d’environ 1 000 P.S. par mois. Les sermonnaires cumulent ordinairement plusieurs chaires, ils ne remplissent pas toujours toutes les fonctions dont ils sont chargés nominalement et n’hésitent pas à se faire remplacer. Les sermons sont naturellement de valeur très inégale, mais leur niveau moyen ne semble pas très élevé. Ils sont suivis par des auditoires peu éclairés, qui recherchent moins à s’instruire qu’à se divertir et se plaisent surtout aux homélies à caractère attrayant. L’affluence est très variable, soumise aux circonstances, plus grande pendant le ramaḍān.

Conclusion

119Nous en avons dit assez, non certes pour épuiser la question qui mériterait d’être reprise par un groupe d’orientalistes et de sociologues qualifiés dans une étude d’ensemble sur l’état présent des sciences traditionnelles dans les pays arabes, mais au moins pour signaler à l’attention des administrateurs, responsables de la vie syrienne, l’intérêt que présentent ces vénérables écoles.

120Il est évident que leur organisation recèle de graves défauts. Aussi bien, notre but, on a pu s’en convaincre, n’était pas d’en faire une apologie systématique. À Alep, l’enseignement traditionnel semble confiné dans un nominalisme quelque peu vétuste : il se borne à une explication de textes souvent discutables, choisis moins pour leur valeur intrinsèque qu’au hasard de réputations surfaites qui sont admises sans réserves. Il est impossible de dégager les tendances profondes des maîtres, plus soucieux de se conformer à la lettre des auteurs que de se livrer à des interprétations personnelles qui rejoindraient l’un ou l’autre des grands courants de pensée, des grands mouvements spirituels de l’Islam contemporain. Sauf exception, les maîtres des madāris n’ont pas fait l’effort de composer des ouvrages originaux qui missent à la portée de leurs disciples la culture dont ils voudraient les faire bénéficier. De telle sorte qu’on peut se demander légitimement si cette culture a été vraiment assimilée par eux-mêmes et s’ils ne se bornent pas à des répétitions vidées de substance.

121L’enseignement ainsi conçu, trop livresque, demeure sans contact véritable avec la vie. Au lieu d’être, comme le fut souvent la science arabe dans le passé, l’expression fidèle des soucis d’un siècle, il apparaît aujourd’hui détaché des principales préoccupations contemporaines, dépourvu de flamme et de rayonnement.

122Il en résulte que trop d’élèves le suivent sans ardeur, désireux surtout d’avoir accès grâce à lui aux modestes emplois de l’administration des waqfs, qui en forment les principaux débouchés. Le même souci utilitaire qui pousse tant de jeunes gens à conquérir le baccalauréat de l’enseignement officiel sans chercher à s’assurer une culture secondaire valable, exerce ses ravages parmi les élèves des madāris.

123Il suffirait pourtant d’un effort de la part des administrations pour remédier à ces lacunes, si graves qu’elles soient, pour rendre aux madāris toute leur valeur traditionnelle, pour refaire de ces fondations les centres « d’humanités » qu’elles n’auraient jamais dû cesser de constituer.

124Il faudrait d’abord qu’on s’occupât de ces écoles avec une constante sollicitude au lieu de les accabler d’un dédain qu’elles sont loin de mériter. Les autorités universitaires, tant françaises que syriennes, devraient leur prêter une aide qui serait sans doute bien accueillie pour peu qu’elle respectât leur vigoureuse originalité et ne prétendît pas être une tentative de les régenter étroitement.

125Si d’autre part, l’administration des waqfs, plus directement responsable, montrait davantage de discernement et d’impartialité dans le choix des maîtres, si des missions scolaires étaient envoyées par ses soins dans les principaux centres intellectuels du monde arabe, si l’unification des programmes et des règlements triomphait enfin de résistances individuelles appuyées sur des intérêts menacés, si l’enseignement était soumis à un contrôle régulier de la part de personnalités compétentes au lieu d’être abandonné à des maîtres peu enclins à se renouveler, on verrait assurément se multiplier les preuves d’une renaissance dont le succès relatif de la madrasa Ḫusrawiyya présente déjà un gage remarquable. Les cadres existent, qu’il faudrait remplir d’une substance nouvelle, adapter aux nécessités du siècle en continuant l’effort vivant d’un passé qu’on ne se contenterait plus de copier avec servilité dans ses moindres détails, qui pleins de suc autrefois peuvent êtres desséchés à présent, mais dont on retrouverait l’élan créateur et la véritable inspiration.

126Ce serait là une noble tâche et la plus belle preuve de fidélité à leurs traditions que pourraient se donner à eux-mêmes et offrir au monde les jeunes musulmans de notre temps.

Notes

1 C’est pour moi un très agréable devoir de remercier ici tous ceux qui ont bien voulu contribuer à la documentation de cette étude et notamment mes amis ‘Adil Bey Atassy, directeur des waqfs à Alep, Sāmī Dahhān, professeur au lycée d’Alep, Fu’ād Qasṭalī et Šayḫ Muḥammad Ḥakīm, professeurs à l’école Ḫusrawiyya, Šayḫ Badr ad-Dīn Na‘asānī, ancien professeur au lycée d’Alep.

2 Le développement de l’instruction Publique en Syrie. Damas 1937.

3 P. Bazantay : La Pénétration de l’enseignement dans le Sandjak autonome d’Alexandrette. Beyrouth 1935.

4 Bahǧat Šahabandar : Madāris al-ma‘ārif bayn al-ams wa l-yawm (dans la revue alépine Al-Ǧāmi‘a al-islāmiyya 1939, n° 43).

5 Cf. entre autres : Tavernier : Voyages (Paris 1712) :  « Il y a deux ou trois collèges dans Alep, mais peu d’écoliers, quoiqu’il y ait des gens de lettres gagés pour enseigner la grammaire, une espèce de philosophie et les choses de leur religion, qui sont les sciences où ils s’appliquent le plus ». (p. 187). Niebuhr (Voyage en Arabie 1770) parle avec dédain de l’instruction des Arabes et de leurs écoles, note les traits essentiels du kuttāb et de la madrasa, insiste sur le caractère religieux de ce qu’on y enseigne (tome II, p. 279).

6 Ṭaha Husayn (Fi l-adab al-ǧāhilī, Le Caire 1927, p. 54) met parfaitement en lumière l’importance qu’ont chez les Arabes les sciences religieuses : la langue et la littérature ne sont étudiées que parce qu’elles en sont le véhicule.

7 Cf. J. Sauvaget : Inventaire des monuments musulmans de la ville d’Alep (in REI, 1931, p. 59-114); Blochet : Traduction de l’histoire d’Alep de Kamāl ad-Dīn (Paris, 1900), p. 233-237; Gaudefroy-Demombynes : La Syrie à l’époque des mamelouks (Paris, 1923) p. 82; J. Sauvaget : Les Perles choisies d’Ibn ach-Chihna (Beyrouth, 1933) p. 108-135.

8 La plus récente spoliation de ce genre est celle du Ḫān Qurd beg, bien waqf appartenant à la madrasa Ḫusrawiyya : ce ḫān, loué en 1266 H à des particuliers qui le sous-louèrent en 1287 H. à Šukrī Balīṭ, notable chrétien d’Alep, finit par être considéré comme une propriété de la famille Balīṭ. De longs procès en résultèrent entre les héritiers de Šukrī Balīt et l’administration des waqfs musulmans qui a toujours protesté contre ce qu’elle appelle, non sans fondements, une usurpation.
Comme exemple de spoliation, voir encore l’histoire de la madrasa Ṣalāḥiyya de Jérusalem (Az-Zahrā’, Le Caire, Ša‘aban 1346, p. 361).
Des groupements semblables à Dār al-Arqām ont existé et existent sans doute encore dans les villes d’Europe où se trouvent réunis des intellectuels musulmans, étudiants ou professeurs. Il serait très intéressant de mener une enquête sur cette question.

9 Sur le réformisme en Égypte, cf. Laoust : Le réformisme orthodoxe des Salafiya (REI, 1932, II, p. 175-224); Rašīd Riḍā : Le Califat (trad. Laoust - Beyrouth 1938) p. 142-143 et note p. 262-263; P. Arminjon : L’enseignement, la doctrine et la vie dans les universités musulmanes d’Égypte (1907); A. Sekaly : L’Université d’el-Azhar et ses transformations (in REI, 1927, p. 95-118, p. 465-529 ; REI, 1928, p. 47-165, p. 255-337, p. 401-472)  ; La réorganisation de l’Université d’el-Azhar (in REI, 1936, p. 1-43); Ed. Claparède : L’enseignement en Égypte (BEHCF, IX, 1931-32 p. 271-322 et X, 1932-33, p. 89, 139, 221, 331, 553); Massignon : L’évolution actuelle de l’Islam arabe vue du Caire (in Politique étrangère, 1936, p. 22); Björkman : Hochschulreformen im Neuen Orient (in Milleilungen des Sein. für oriental. Sprachen XXXIV, 1931, p. 65.

10 Muchrif : La réforme de l’enseignement à la grande mosquée de Tunis (in REI, 1930 et L. Y : Nominations, réformes et projets dans le divan de Tunis (in REI, 1932, II, p. 225-230).

11 P. Marty : L’Université de Qaraouiyne (in Le Maroc de demain, Paris 1925).

12 Massignon : Note sur les medresehs de Bagdad ; ‘Ajjān Al Ḥadīd : Le développement de l’éducation nationale en Iraq (in REI, 1932, p. 231-267).

13 Massignon : Situation de l’Islām (Paris 1939, p. 22).

14 L. Jovelet : L’évolution politique et sociale des pays arabes (in REI, 1933, IV, p. 425-644; R. Montagne. : L’évolution de la jeunesse orientale (in Politique étrangère, août 1936, p. 3).

15 Ṭaha Husayn : Les Jours (Trad. Lecerf, Paris 1934), p. 70, 72, 77-80.

16 Ṭaha Husayn. Ibid., p. 80-81 et tout le ch. XVII. Cette méfiance a l’égard des écoles du gouvernement a commencé en Égypte dès les premiers temps de la dualité d’enseignement, après le retour de la« mission scolaire » de 1824. Elle a grandi en Égypte, comme dans les autres pays arabes, du fait que les gouvernements sont soupçonnés d’être plus ou moins soumis à des influences étrangères et a pris en conséquence l’allure d’une opposition politique. En Syrie, les élèves des lycées officiels se considèrent comme les défenseurs de l’idéal national et n’ont qu’une confiance très limitée dans les directeurs et professeurs en qui ils voient de dociles agents de la pénétration étrangère. Là est la cause profonde des troubles scolaires qui désorganisent périodiquement les lycées officiels syriens.

17 Il faut noter que des questions d’intérêt sont parfois la cause de ce changement d’orientation : le diplôme de la Ḫusrawiyya, en effet, permet l’accès à de modestes fonctions au Service des Waqfs.

18 Sur l’activité de Dār al-Arqām, on consultera la collection de la revue al-Ǧāmi‘a al-islāmiyya, publiée à Alep sous la direction de Muḥammad ‘Alī Al-Kaḥḥāl. Cette revue constitue elle-même une autre preuve de la vitalité de la pensée musulmane en Syrie-Nord. Elle se présente sous forme de cahiers copieux, paraissant à peu près régulièrement. Elle publie des études variées, conçues dans un esprit tout à fait traditionnel, et notamment la plupart des conférences données à Dār al-Arqām.
Des groupements semblables à Dār al-Arqām ont existé et existent sans doute encore dans les villes d’Europe où se trouvent réunis des intellectuels musulmans, étudiants ou professeurs. Il serait très intéressant de mener une enquête sur cette question.

19 Sur les organisations apologétiques de l’Islam, cf. Montet : Les missions musulmanes au XIXe siècle, (Revue d’histoire des Religions, XI, 1885, p. 261). Le sujet serait à reprendre complètement.

20 Cf. ‘Alī : al-Ma‘ārif wa l-Iṣlāḥ (Al-Ǧāmi‘a al-islāmiyya, n° de Ša‘abān 1359). Les lycées d’Alep comptent une quarantaine de professeurs : sur ce nombre, à peine quatre ou cinq sont titulaires de diplômes d’écoles traditionnelles musulmanes.

21 Cf. Muḥammad ‘Abdouh : Tārīḫ al-ustāṯ al-imām aš-šayḫ ‘Abduh, Le Caire, 1344, Il, ch. IV, p. 526-530.

22 Bāb et ses environs sont réputés pour la piété de leurs habitants, peut-être due en partie à une réaction de contact en présence d’une importante et ancienne minorité israélite fixée à Tāḏif.

23 Sur le kuttāb, cf. L. Brunot : Encyclopédie de l’Islam, p. 188-191; Ibn al-Ḥaǧǧ al-‘Abdarī : Kitāb al-madḫal, II, p. 93; Ṭaha Ḥusayn : Les Jours (trad. Lecerf. Paris, 1934), p. 31-49. Sur le kuttāb en Afrique du Nord, on consultera : Hardy : Le problème scolaire en Algérie (Bulletin de l’Afrique française XLVII, 1937, p. 419); Bernard : L’enseignement primaire des indigènes de l’Algérie (in Revue du monde musulman, 1906-1907, p. 5-21); Girardière : L’école coranique et la politique nationaliste au Maroc (in France méditerranéenne, I, 1938, p. 99); W. Marçais : Textes arabes de Tanger (Paris 1911) p. 184-199; W. Marçais : Textes arabes de Takroûna (Paris 1925) p. 331; Spillmann : Les écoles coraniques rénovées au Maroc (in Entretiens sur l’évolution des pays de civilisation arabe, 1938, p. 29). Sur le kuttāb en Syrie : L. Ragey : Évolution de l’enseignement en Syrie (in L’enseignement public, n° 9,1931, p. 229).

24 Écoles des minorités religieuses à Alep (enseignement primaire):
Communauté maronite : 1 école de garçons, 1 école mixte.
Communauté latine : 1 école de garçons, 1 école de filles.
Communauté syrienne catholique : 3 écoles de garçons, 2 écoles de fille, 1 orphelinat.
Communauté grecque catholique : 3 écoles de garçons, 1 école de filles, 1 école mixte.
Communauté arménienne catholique : 1 école de garçons, 4 écoles de filles.
Communauté arménienne orthodoxe : 27 écoles (dans l’ensemble du mohafazat d’Alep).
Communauté arménienne protestante : 18 écoles (dans l’ensemble du mohafazat).
Communauté israélite : 2 écoles de rabbins (Talmud-Thora), 1 orphelinat, 3 écoles de l’Alliance israélite universelle.

25 Fondations étrangères principales : Françaises (Écoles des Pères Jésuites, des Frères Maristes, des Sœurs franciscaines, des Sœurs de St Joseph, de la Mission laïque); Américaines (École évangélique de garçons, école évangélique de filles); Italienne (École royale Roma).

26 Cf. Ǧamīl Ṣalībā : Dimašq, n° 9, 1940, p. 30.

27 Pour l’ensemble du mohafazat d’Alep, la statistique pour 1940-41 donne les chiffres suivants :
Image 1.png

28 Tradition bien établie. Cf. Lammens, Mo‘āwia, p. 360.

29 Cf. entre autres Ṭaha Ḥusayn : Les Jours (trad. Lecerf) p. 31-49.

30 Cf. Ṭaha Ḥusayn : Les Jours (trad. Lecerf) p. 45-49.

31 Deux ouvrages sont essentiels à consulter pour cette étude et nous les avons très largement utilisés : a) Nahr aḍ-ḏahab fī tārīḫ Ḥalab (3 vol. , Alep 1342) du meilleur historien d’Alep. Šayḫ Kāmil al-Ġazzī (Sur Šayḫ Kāmil al-Ġazzī, mort en 1933, cf. G. Rabbath, in Revue Archéologique syrienne, t. III, 1933, p. 1-5); b) I‘lām an-nubalā fī tārīḫ Ḥalab aš-šahba (7 vol.  Alep) de Šayḫ Rāġib aṭ-Ṭabbāḫ, dictionnaire biographique qui contient de très précieuses indications. On consultera en outre : Encyclopédie de l’Islam (t. III, p. 400-418) s. v. Masdjid. Sur les madāris en Afrique du Nord : R. Brunschwig : Quelques remarques historiques sur les médersas de Tunisie (in Revue Tunisienne 1931, p. 261-285); E. Pauty : Le plan de l’Université Qarawiyin à Fez (in Hesperis, t. III, 1929, p. 515); Creswelle : The origine of the cruciform plan of cairene madrasas (in BIFAO, Le Caire 1922). Sur les madāris en Irāq : As‘ad Talas : L’enseignement chez les arabes : la madrasa Nizamiyya et son histoire (Paris 1939); Massignon. Les medresehs de Bagdad ; Les ouvrages de J. Sauvaget cités p. 2. Sur les madāris en Syrie : Van Berchem et Fatio : Voyage en Syrie (MIFAO, Le Caire, 1914); quelques indications très superficielles dans P. Baurain : Alep, autrefois, aujourd’hui (Alep 1930), p. 15-16, et dans L. Ragey : Évolution de l’enseignement en Syrie (in L’enseignement public, 1931, n° 9), p. 229.

32 En application de ce texte, la madrasa Asadiyya d’Alep (sur cette madrasa, cf. Ġazzī, Nahr, II, p. 101 et Ṭabbāḫ, I‘lam, IV, p. 259-261) a été fermée à la mort de son directeur Šayḫ ‘Abdullah al-Muṭī‘ (1934). D’autre part, les cours suivants ont été supprimés, leurs titulaires continuant à percevoir le traitement leur vie durant : Grande mosquée : Šayḫ Muḥammad al-Labābidī (traitement mensuel 862 P.S.) ; Šayḫ ‘Isa al-Bayānūnī (traitement mensuel 526 P.S.) ; Šayḫ ‘Abd al Wahāb al Kayyālī (traitement mensuel 1 056 P.S.) ; Šayḫ Tūfīq ar-Rifā‘ī (traitement mensuel 825 P.S.). Mosquée Sarwī : Šayḫ Aḥmad al-‘ālim al-Kayyālī (traitement mensuel 1 056 P.S.). Madrasa Aḥmadiyya : Šayḫ ‘Alī al-‘ālim al-Kayyālī (traitement mensuel payé par le mutawallī du waqf).

33 Ġazzī : Nahr, II, p. 138.

34 Cf. Dussaud : Topographie historique (Paris, 1927), VI-VIII, 513.

35 Dussaud : Ibid., p. 169 et 215.

36 Ġazzī : Nahr, II, p. 174.

37 Sauvaget : Les Perles choisies d’ibn ach-Chihna, p. 70-71.

38 La madrasa Ismā‘īliyya et la madrasa Qurnāṣiyya sont étroitement dépendantes de la grande madrasa Ḫusrawiyya. Voir ci-dessous ce qui concerne les maîtres et les élèves, ainsi que les programmes d’enseignement.

39 Sur les modes de récitation, ponctuation et vocalisation du texte canonique, cf. la préface de l’édition d’Ibn Al-Ǧazarī par Bergsträsser et Pretzl (Le Caire, 1935).

40 Sur cette mosquée, cf. Ġazzī : Nahr, II, p. 381. Sauvaget : Perles choisies, p. 71 et Inventaire, n° 45.

41 Cf. Sauvaget. Inventaire, p. 99 ; Ġazzī, Nahr, II, p. 116.

42 Sur Ḫusraw pacha, cf. Franz Babinger : Encyclopédie de l’Islam, I, p. 776 (s. v. Bosnie) et II, p. 1025 (s. v. Khosrewbeg).

43 En 1936, les musulmans d’Alep célébrèrent le quatre centième anniversaire de la fondation de la madrasa Ḫusrawiyya. Le gouvernement yougoslave se fit représenter par une délégation aux cérémonies qui eurent lieu alors. Il serait fort intéressant de comparer en détail la vie et l’évolution de la madrasa Ḫusrawiyya avec celles de la fondation similaire de Serajevo. Les circonstances m’empêchent d’entreprendre cette étude.
Sur la situation de l’enseignement traditionnel en Bosnie, consulter Maḥfouẓ : L’Islam en Bosnie Herzégovine (in Revue du monde musulman, II, 1907, p. 289) ; Yelavitch : Les musulmans de Bosnie Herzégovine (in Revue du monde musulman, XXXIX, 1920, p. 119. En 1920, il y aurait eu, d’après Yelavitch, 37 madāris en Bosnie, fréquentées par 1 018 élèves : Il ne semble pas que le niveau des études y ait été très supérieur à celui des madāris d’Alep.

44 La madrasa Ḫusrawiyya n’est pas la plus richement dotée des anciennes madāris d’Alep : les fondations de la madrasa ‘Uṯmaniyya sont encore plus généreuses.

45 Cf. Dussaud : Topographie, p. 226. Sur le district du ‘Amq, Dussaud : Ibid., p. 228. Le texte de waqfiyya que nous citons confirme l’hypothèse de Dussaud pour l’identification de Artah et atteste l’intérêt qu’aurait la publication des actes de waqf pour les recherches de topographie historique.

46 Cf. Dussaud : Topographie, p. 472. Sur le fleuve Sedjour, Dussaud : Ibid, XII, p. 450.

47 Voir figures 2, 3 et 4.

48 Tous les immeubles précités, qui occupaient le terrain à l’entour de la mosquée Ḫusrawiyya ont disparu aujourd’hui.

49 Sauvaget : Inventaire, p. 97, n° 62 et ci-dessus, p. 2, note 2.

50 Sauvaget : Inventaire, p. 104, n° 76  ; Sauvaget : Perles choisies, p. 140 ; Ġazzī : Nahr, II, p. 135.

51 Sur Ǧabbūl, cf. Dussaud : Topographie, p. 475.

52 Sur Ḥaylān, S. Mazloum : cf. L’ancienne canalisation d’eau d’Alep (Publications de l’Institut français de Damas, tome V).

53 Sur Ḥārim, cf. Dussaud : Topographie, p. 228  ; sur al-Ǧūm, Dussaud : Ibid., p. 229.

54 Sur Sinān, cf. Encyclopédie de l’Islām, IV, p. 446-450.

55 Cf. Sauvaget : Les monuments historiques de Damas (Beyrouth 1932), p. 78.

56 1237/1821. Sur ce tremblement de terre, cf. Rāġib aṭ-Ṭabbāḫ : I‘lām, III, p. 214.

57 Sauf modifications récentes.

58 Cet usage correspond si bien à la tradition populaire qu’il arrive même fréquemment qu’au décès d’un instituteur ou d’un professeur de l’enseignement officiel, le fils du défunt réclame avec insistance d’être nommé en son lieu et place.

59 Rāġib a-Ṭabbāḫ : I‘lām, t. VIII, p. 539

60 ID. p. 588.

61 ID. p. 675.

62 ID. p. 623.

63 ID. p. 689.

64 ID. p. 609.

65 ID. p. 456.

66 ID. p. 415.

67 ID. p. 404.

68 ID. p. 458.

69 ID. p. 582.

70 ID. p. 678.

71 ID. p. 689.

72 Tradition conservée par l’enseignement officiel : cf. R. Tresse : Usages saisonniers et dictons dans la région de Damas (Revue des études islamiques, 1937, p. 25).

73 Il est rare que les élèves de la madrasa Ḫusrawiyya participent aux grèves qui désorganisent périodiquement les lycées de l’État. Ils ont toutefois obligé la Direction des waqfs à fermer la madrasa en mars 1941, par solidarité avec les mouvements de protestation populaire concernant l’organisation du ravitaillement.

74 On consultera la biographie indiquée ci-dessus p. 12, et notamment la thèse de Ṭalas sur la madrasa Niẓāmiyya d’allure généralement optimiste sur la valeur des méthodes suivies, ainsi que les travaux classiques de Mek, Brockelmann, Nicholson, Wüstenfeld (Die Akademien der Araber und ihrer Lehrer (Göttingen 1837), Goldziher (Le dogme et la loi de l’Islam, trad. française, Paris, 1920).

75 Il est incontestable que, depuis vingt ans, l’étude des lettres arabes a fait de grands progrès : les professeurs de madāris qui s’expriment avec le plus de correction et d’élégance sont souvent les plus jeunes, formés après la libération de la Syrie du joug ottoman. Cf. J. Lecerf : L’arabe contemporain comme langue de civilisation (Revue africaine, 1933, n° 356).

76 On voit que, même après la rénovation profonde qui a été opérée à la madrasa Ḫusrawiyya, l’enseignement y a conservé une souplesse extrême. Les réformateurs alépins n’ont pas réussi à imposer (et très probablement, ils ne le désiraient pas) un règlement aussi absolu que l’ont fait certains musulmans en des circonstances analogues. On comparera par exemple à la Ḫusrawiyya nouvelle l’horaire fixe et détaillé qui a été imposé au Dār al-‘Ulūm égyptien, modèle d’accord entre les disciplines religieuses et l’esprit moderne (cf. Laoust : Introduction à une étude de l’enseignement arabe en Égypte (Revue des Études Islamiques, 1933, III, p. 301-352).

77 A. Bāǧūrī 1198/1783-1277/1861, mort recteur d’al-Azhar. Tous ses ouvrages sont édités en Égypte et d’usage courant : Cf. Juynboll (Encyclopédie de l’Islam, I, p. 569). Brockelmann, II, 487.

78 Extrait de Nūr al-īḍāḥ. Ce cours a lieu à la madrasa Ismā‘īliyya.

79 Le célèbre ouvrage de grammaire de Muḥammad aṢ-Ṣinḥāǧī continue à jouir de sa popularité et forme la base de l’enseignement grammatical dans les madāris d’Alep. Le commentaire d’al-‘Išmāwī a été imprimé au Caire en 1322 H.

80 Hidāyat al-mustafīd fī aḥkām at-taǧwīd par Muḥammad Aḥmad Dahmān.

81 Al-Laqānī, mort en 1041 H, compilateur et commentateur fécond d’al-Azhar.

82 Abū Zakariyyā Muḥyī ad-Dīn An-Nawawī (631/1233-676/1277) de Nawā près de Damas, professeur à l’école al-Ašrafiyya à Damas.

83 Safarǧalānī, ancien professeur de mathématiques au lycée officiel de Damas. Auteur d’un cours complet d’arithmétique, adaptation de manuels européens, en usage dans toutes les écoles officielles syriennes.

84 Aš-Šarqāwī mort en 1812 recteur d’al-Azhar.

85 Ce cours a lieu à la madrasa Qurnāṣiyya.

86 Al-Qudūrī (362/973-428/1037), né et mort à Bagdad, une des lumières du rite ḥanafī. cf. Brockelmann I, 174-175  ; Al-Maydānī (mort en 1033/1624) né à Damas, d’une famille originaire de Hama, commentateur d’une précision estimée.

87 Šayḫ Ḫālid Al-Azharī (mort en 905 H) a laissé un commentaire célèbre de l’Aǧrūmiyya imprimé au Caire en 1304 H.

88 Al-Alfiyya, ouvrage célèbre d’Ibn Mālik (mort en 672 H) étudié en général avec le commentaire d’Ibn ‘Aqīl (mort en 769) ; As-Sullam d’al-Aḫḍarī (491 H).

89 Al-Buǧayrīmī (1131/1719-1221/1806) né et mort à Buǧayrīm, petit village d’Égypte occidentale.

90 Qaṭr an-Nadā’, célèbre ouvrage de grammaire dû à Ǧamāl Ad-Dīn ‘Abdullāh Ibn Hišām (708/1309-761/1360).

91 Sur Sa‘ad Ad-Dīn at-Taftazānī, cf. Brockelmann, II, 215.

92 Al-Tirmiḍī (209/824-279/892) élève de Buḫārī, traditionniste réputé.

93 L’ouvrage bien connu de droit successoral, étudié dans tout le monde musulman, dû à Sirāǧ Ad-Dīn Al-Saǧāwandī, juriste du XIIIe siècle. Cf. Brockelmann I, 378.

94 Mulla Ḫusru, mort en 885/1480. Juriste estimé. L’ouvrage ad-Durar a été composé vers 877/1473 et représente l’expérience définitive de l’auteur.

95 Ibn Humām, théoricien de l’uṣūl ḥanafī, mort en 1457.

96 Nasafī, théologien ḥanafī mort vers 1310, cf. Brockelmann II, 196-197.

97 Ibn Aṣ-Ṣalāḥ (577/1181-643/1245), d’origine kurde, mort à Damas, traditionniste très estimé. Cf. Brockelmann, I, 359 et Goldziner, Muhammedanische studien (Halle 1890) II, 187-188.

98 Adaptation célèbre par Al-Abharī (663) de la traduction arabe de l’Introduction aux catégories d’Aristote composée par Porphyre de Tyr. Cet ouvrage est étudié dans tout le monde musulman.

99 On remarquera, dans tout ce programme, l’absence complète de toute étude scientifique, même des sciences dans lesquelles les Arabes ont particulièrement brillé, telles que la médecine ou les sciences naturelles. Rien ne peut mieux contribuer à mettre en évidence le caractère de cet enseignement. Il ne prépare au total qu’à de petits emplois de l’administration des waqfs ou à de modestes fonctions religieuses, en dehors de la culture désintéressée que beaucoup d’élèves vont y chercher.

100 Sur l’institution du Dār al-ḥadīṯ, cf. Encyclopédie de l’Islam (s. v. masdjid), III, p. 400-418. Sur les écoles de tradition prophétique à Alep, Cf. Sauvaget : Perles choisies, p. 133-134.

101 Sur la madrasa Ḥallāwiyya, cf. Tavernier, Voyages (Paris 1712) p. 186 ; S. Guyer : La madrasa al-Ḥallāwiyya à Alep (in BIFAO., t. XI, 1914, p. 217-231) - avec un plan de la madrasa ; Ġazzī : Nahr, II, p. 216 ; Sauvaget : Inventaire, p. 76 ; Sauvaget : Perles choisies 8. 120 ; Baurain : op. cit., p. 210.

102 Ġazzī : Nahr, II, p. 52 ; Sauvaget : Inventaire, p. 107.

103 Ġazzī : Nahr, II, p. 150.

104 Ġazzī : Nahr, II, p. 192 ; Ṭabbāḫ : I‘lām IV, p. 394.

105 Sur cette madrasa, cf. Ġazzī : Nahr, II, p. 156; Baurain : op. cit., p. 204; Sauvaget : Inventaire, p. 103.

106 Certains domaines appartenant au waqf de la madrasa ‘Uṯmāniyya, en bordure du Quwayq, sont l’objet de litiges entre la municipalité d’Alep, désireuse de réaliser son plan d’urbanisme, et l’administration de l’école qui refuse de s’en dessaisir.

107 Les conditions du testateur concernant le logement des étudiants sont très précises :  « On affectera trente des chambres de la madrasa à trente étudiants alépins ou autres, mariés ou célibataires, mais dont aucun ne devra être rasé ; aucun d’entre eux ne devra cohabiter avec un jeune garçon imberbe autre que son frère ou son fils. On n’enlèvera à aucun d’eux sa chambre pour la donner à un autre sur l’intervention de quelqu’un  ; si un qāḍī, un gouverneur ou un notable demande au gérant du waqf la destitution d’un de ces boursiers, il ne sera fait droit à la demande que si la faute est grave : dans ce cas, le coupable sera destitué par le gérant, à l’exclusion de tout autre. Les étudiants ne devront quitter leur chambre ni jour, ni nuit, ils assisteront aux cours dans la madrasa, liront et écriront dans leur chambre, prieront dans la mosquée. Seuls, les étudiants mariés seront autorisés à coucher à leur domicile privé la nuit du vendredi et la nuit du mardi, à condition de revenir à la madrasa le lendemain à l’aube et de prendre part à la prière du matin. » (WaqfiyyaI).

108 Cf. ci-dessus p. 25.

109 Sur la madrasa Dlīwātiyya, cf. Ġazzī : Nahr, II, p. 144.

110 Sur la madrasa Ša‘bāniyya, Cf. Ġazzī : Nahr, II, p. 147; Ṭabbāḫ : I‘lām, VII, p, 469; Sauvaget : Inventaire, p. 107.

111 Nous nous contenterons de deux exemples particulièrement probants  ; en ce qui concerne la grande mosquée d’Alep, le nombre des professeurs devrait être, d’après l’acte de waqf, de trente et un. Or il y a actuellement vingt-six cercles d’études (ḥalaqāt) dans cette mosquée et vingt-deux titulaires de chaires, quatre de ceux-ci cumulant deux chaires. (Sur la grande mosquée d’Alep, cf. Sauvaget, Inventaire, p. 73 ; Sauvaget, Perles choisies, p. 56-66 ; G. Rabbath : Les mosquées d’Alep (Revue archéologique syrienne, VI, 1934, p. 2-12 et IV, 1935, p. 5-9). Ġazzī, Nahr II, p. 235. Un cours existe encore théoriquement (et même est rétribué) à la mosquée Atābakiyya (cf. Ġazzī, Nahr, II, p. 115) alors que la mosquée est depuis longtemps occupée par une école primaire officielle.

112 Sur l’attitude des milieux conservateurs musulmans d’Alep en face de l’instruction des femmes, on consultera ‘Alī : Les écoles des futures mères à Alep (in Al-Ǧāmi‘a al-islāmiyya, II, p. 143).

113 Sur le wa‘ẓ, cf. Encyclopédie de l’Islam (S. V. Masdjid) où la bibliographie est indiquée (tome III, p. 400-418).

114 Ġazzī, Nahr, II, p. 376.

115 Ġazzī, Nahr, II, p. 461.

116 Ġazzī, Nahr, II, p. 497.

117 Ġazzī, Nahr, II, p. 350.

118 Ġazzī, Nahr, II, p. 353.

Table des illustrations

Légende Fig 1 – plan de la Madrassa Ḫusrawiyya à Alep
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2223/img-2.png
Fichier image/png, 7,1k
Légende Fig. 2 – Plan de la madrassa Uṯmāniyya ; Fig. 3 – Plan de la madrassa Ḥallāwiyya
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2223/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 4 – Madrasa Ḫusrawiyya, Salle de classe
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2223/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 5 – Madrasa Ḫusrawiyya, Logements d’élèves. On aperçoit à l’arrière plan les murailles de la citadelle d’Alep
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2223/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 6 – Madrasa Ḫusrawiyya, bureau du directeur
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2223/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 7 – Madrassa Ḫusrawiyya, Croquis d’ensemble d’après Sauvaget (Inventaire, fig. 11)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2223/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable