Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Gaulmier, un orientaliste

 | 
Jean Gaulmier

Textes de Jean Gaulmier parus dans le Bulletin d’études orientales

Note sur les toiles imprimées de Ḥamā

Entrées d'index

Mots clés :

artisanat, toiles imprimées

Géographique :

Hama, Syrie

Note de l’éditeur

Article publié pour la première fois dans BEO, n° VII-VIII, 1937-1938, p. 265-279

Texte intégral

  • 1 Je tiens à exprimer ici ma reconnaissance à M. le lieutenant Ruillier, chef des Services Spéciaux d (...)
  • 2 Il existe des imprimeries de toiles du même genre à Djisr ech-Choghoūr (petite ville située sur le (...)
  • 3 Ni Migeon dans son Manuel d’art musulman, ni Heyd dans son excellente Histoire du commerce du Levan (...)

1La courte monographie1, que nous présentons aux lecteurs du Bulletin d’études orientales aujourd’hui, a pour but de décrire une des activités artisanales de Ḥamā2, la plus originale peut-être, la fabrication de toiles imprimées : ces toiles présentent un caractère très rustique. Toutefois, elles sont loin d’être sans beauté et méritent d’être connues3.

2Il y a actuellement trois imprimeurs de toiles à Ḥamā (ṭabbā‘īn). D’après certains renseignements difficiles, sinon impossibles, à contrôler, ils auraient été plus de vingt avant 1914 : ce nombre semble exagéré. Il est incontestable cependant que nous nous trouvons en face d’une activité en pleine décadence, ce qui rend d’autant plus urgente la nécessité de la décrire.

  • 4 Cf. mes Pèlerinages populaires à Ḥamā, in Bulletin d’Études Orientales, t. I, 1931.
  • 5 On me signale que plusieurs ṭabbā‘īn furent tués pendant les opérations guerrières dirigées par le (...)
  • 6 Ce n’est pas sans quelque difficulté qu’on peut se procurer les motifs imprimés sur les toiles (cf. (...)

3Ces trois imprimeries se trouvent actuellement l’une (anciennement installée à côté de la mosquée Sulṭān) au Sūq al-ḥaddādīn, l’autre au quartier Bašūra, la troisième au Sūq al-Ḥasaneyn, près de la mosquée de ce nom4. Ces imprimeries ne sont donc pas groupées en sūq ; toutefois elles se trouvent toutes sur la rive gauche de l’Oronte. Celles qui auraient existé sur la rive droite, au quartier Ḥāḍer, ont disparu5. Chacune de ces entreprises occupe une dizaine d’ouvriers spécialisés sous la direction du maître imprimeur, qui est le propriétaire héréditaire de la fabrique. L’apprentissage dure cinq ans. Les apprentis sont recrutés par le maître lui-même, en général dans sa propre famille, afin de conserver jalousement les secrets du métier6. Parfois, mais le fait est rare, l’apprenti appartient à une famille amie. Jamais il n’est étranger. Tous sont musulmans sunnites.

  • 7 Cf. ma Note sur le mouvement syndical à Ḥamā, in Revue des Études islamiques, 1932.
  • 8 On peut faire ici la même constatation que je faisais dans ma note sur la Fabrication du verre à Ar (...)

4Cette petite industrie conserve donc un caractère étroitement patriarcal. Cela explique qu’il n’existe aucun syndicat groupant les ouvriers7, aucune réglementation fixant le taux des salaires, ni la durée du travail. Celui-ci est complètement suspendu en hiver à cause des intempéries. En bonne saison, la durée du travail est fonction des commandes obtenues, mais rarement inférieure à dix heures par jour. Il arrive même que le travail se fasse de nuit, sans que s’ensuive une augmentation des salaires. Ceux-ci varient de 25 à 40 piastres syro-libanaises par jour de travail effectif en bonne saison8. Le métier, qui était autrefois bien considéré, est aujourd’hui assez décrié par l’opinion publique.

Outillage et opérations

5La toile employée pour l’impression est un tissu épais de coton, appelé ḫām baladī. Le ḫām est tissé à Ḥamā même, avec le coton cultivé aux environs d’Alep et de Ḥamā et filé dans ces deux villes. Il existe deux sortes de ḫām : le brun et le blanc ; ce dernier est toujours préféré tant au point de vue élégance qu’au point de vue solidité.

6a) Le ḫām est d’abord transporté à un lieu dit Place des imprimeurs (merj eṭ-ṭabbā‘īn) situé au bord de l’Oronte, entre les norias Jesrīyé et مأمورية Ma’mūrīyé, et plongé dans l’eau où on le laisse toute une journée pour le nettoyer complètement. Après ce lavage, on l’étend sur place pour séchage.

  • 9 On trouvera dans Bazantay (op.cit., p. 29-30) les recettes des teinturiers d’Antioche pour obtenir (...)
  • 10 Le merjel contient environ trois litres.
  • 11 On comparera utilement les motifs de décoration des toiles de Ḥamā avec ceux que donnent van Gennep (...)

7b) On porte ensuite le ḫām à l’imprimerie où on le teint9 avec des couleurs bouillies dans un grand pot de terre cuite (merjel)10 et filtrées à travers une sorte de tamis (meṣfā). Une fois sec, on y imprime les différents motifs, sculptés au couteau par le maître imprimeur lui-même sur des formes de bois dur (qawāleb)11. L’application des qawāleb se fait à deux reprises, avec des couleurs différentes, en général marron foncé pour la première impression, rouge ou vert pour la surimpression.

  • 12 On comparera tous les détails de ces opérations avec les indications de P. Ricard, Le Batik berbère(...)

8c) Après cela, la toile est de nouveau lavée au merj eṭ-ṭabbā‘īn, à grande eau, puis rapportée à l’imprimerie et mise à bouillir pendant deux heures. Les pièces imprimées en rouge demandent plusieurs lavages et séchages successifs. Celles qui sont imprimées en vert sont plus rapidement obtenues et moins coûteuses, mais aussi moins durables12.

9Si les opérations de l’imprimeur sont, comme on le voit, longues et compliquées, son outillage est rudimentaire. Il comporte en résumé :

  1. un ou plusieurs pots (merjel) et un filtre (meṣfā) pour la préparation des teintures ;

  2. une série de clichés en bois (qawāleb), que le maître remplace lui-même quand ils sont usés, d’une dimension approximative de 0 m. 15 sur 0 m. 07 ;

  3. une table de bois (teské) haute de 0 m. 30 à 0 m. 40, couverte d’un feutre épais fabriqué à Ḥamā, sur laquelle on place la toile pour l’application des qawāleb.

Les motifs décoratifs

  • 13 P. Bazantay (op.cit., p. 29) donne la photographie d’un motif d’Antioche. Les motifs d’Antioche se (...)

10Les motifs de décoration des toiles imprimées de Ḥamā sont peu variés. Il semble que l’imagination des maîtres imprimeurs, lorsqu’ils renouvellent leurs qawāleb usés, reste fixée dans des limites assez étroites. Quoi qu’il en soit, il y aurait intérêt à en constituer une collection qui s’enrichirait annuellement de modèles nouveaux ; car il est permis de regretter de ne pouvoir faire de comparaison entre ceux qui se trouvent actuellement en usage et ceux qui ont dû exister jadis13. Une fois de plus – et c’est la conclusion inévitable de toute enquête ethnographique en Syrie – on souhaiterait la création à Damas d’un musée d’art local.

I. Motifs divers (planche I).

  1. Lōzé (amande) (fig. 1).

  2. Qandīl (lampe). Ce motif est réservé à l’impression de toiles pour tapis de prière (fig. 2).

  3. Ḫātem el-wazīr (sceau du ministre) (fig. 3).

  4. ‘Afūr (oiseau). C’est le seul motif actuellement en usage qui s’inspire du règne animal (fig. 4).

11Tous ces motifs sont répétés en noir et vert olive sur des toiles de fond rouge.

II. Fleurs (planche II).

  1. Zahra (fleur) motif surtout employé pour des voiles destinés à couvrir la tête (mandīl) (fig. 1).

  2. Zahra (fleur) même remarque (fig. 2).

  3. Wardé (rose) motif toujours imprimé en vert sur fond rouge (fig. 3).

  4. Wardé (rose) même remarque (fig. 4, 5, 6).

III. Motifs à composition géométrique (planche III)

  1. Zahret nesrīn (fig. 1).

  2. Fellé : employé surtout pour l’impression du mandīl ou voile de tête (fig. 2).

  3. Muka‘ab : motif un peu lourd qui rappelle celui d’Antioche reproduit par Bazantay (fig. 3).

  4. Wardé : les pétales de la rose centrale sont alternativement rouges et vert olive (fig. 4).

  5. Baqdūnes : employé surtout pour l’impression des voiles de tête (mandīl) (fig. 5).

Planche IV.

  1. Selselé (fig. 1).

  2. Burket : ce motif est toujours imprimé sur fond rouge (fig. 2).

  3. Burket : le fond est rouge ou reste blanc (fig. 3).

  4. Set Zahrāt : motif utilisé soit isolément, soit combiné sur la même toile avec le motif n° 6 (fig. 4).

  5. Zahra : les carreaux du quadrillage sont rouges. Les pétales des rosaces alternativement rouges et vert olive (fig. 5).

  6. Set Zahrāt : motif utilisé soit isolément, soit combiné sur la même toile avec le motif n° 4 (fig. 6).

12Dans ce cas, le motif n° 6 constitue la bordure, et le motif n° 4 est semé au milieu.

13On remarquera combien toutes les dénominations utilisées pour leurs motifs par les ṭabbā‘īn sont vagues : c’est qu’en somme, il n’existe pas de types précis et fixes. Leur imagination créatrice se borne à des variations sur un petit nombre de sujets.

14La variation la plus utilisée est l’adjonction d’une bordure du type ci-dessous :

  • 14 Les toiles sont imprimées par juxtaposition d’un ou de plusieurs qawāleb. Les motifs ne sont donc s (...)

15Les clients peuvent choisir parmi les qawāleb du maître imprimeur celui qui leur convient et même faire exécuter leur toile imprimée sur commande, avec des qawāleb sculptés sur leurs indications14.

Vente et débouchés

16Les ṭabbā‘īn ne travaillent que sur commande, soit de particuliers, soit de commerçants du sūq. Ils n’ont aucun stock d’avance.

17Avec ces toiles, on fabrique des voiles de tête (mandīl), des tapis de prière, des coussins, des tentures, des enveloppes de matelas.

18Le prix moyen d’une enveloppe de matelas en toile imprimée est de 150 à 200 piastres syro-libanaises. Les rideaux de 2 m. 50 sur 1 mètre se vendent de 80 à 100 piastres. Le prix varie avec la qualité du ḫām et non avec l’emploi des motifs.

19La clientèle de ces toiles est presque uniquement populaire. Les paysans des environs de Ḥamā, les ouvriers de la ville, les achètent de préférence aux étoffes européennes et japonaises. Mais les gens aisés les méprisent.

20Il n’y a aucune exportation. Toutefois, on constate depuis quelques années (en particulier depuis la Foire-Exposition de Damas en 1929) l’essai d’utiliser ces toiles pour la tenture et le mobilier : les fabricants se sont aperçu qu’elles plaisaient aux touristes européens. Mais cela ne constitue pas à vrai dire un courant d’échange.

21Il est difficile d’apprécier exactement la place tenue par les toiles imprimées dans l’économie de Ḥamā. La production annuelle varierait entre 8 000 et 20 000 mètres, ce qui donnerait une valeur approximative de 35 000 à 100 000 francs français.

22Quoi qu’il en soit, il est hors de doute que cette petite industrie mériterait d’être protégée et encouragée par le Gouvernement syrien. On peut regretter que le régime mandataire n’ait rien entrepris en faveur de l’artisanat syrien. On souhaite que le Gouvernement de Damas se montre plus avisé dans la protection de ses vraies richesses nationales. Une législation du travail, l’organisation méthodique de la vente, la protection de la propriété des motifs, la réunion dans un musée d’art local des modèles les mieux réussis, tels sont, semble-t-il, les facteurs qui aideraient à rénover puissamment cette branche si intéressante de l’activité artisanale.

Notes

1 Je tiens à exprimer ici ma reconnaissance à M. le lieutenant Ruillier, chef des Services Spéciaux du Levant à Ḥamā, qui m’a apporté une collaboration précieuse, ainsi qu’à MM. Maḥmūd ‘Attūra et Faḫrī Kīlānī qui m’ont fourni des précisions dont je leur sais gré.

2 Il existe des imprimeries de toiles du même genre à Djisr ech-Choghoūr (petite ville située sur le moyen Oronte à une cinquantaine de kilomètres en aval de Ḥamā) et à Antioche. On trouvera, dans l’intéressant ouvrage de P. Bazantay, Enquête sur l’artisanat à Antioche (Beyrouth 1935) quelques renseignements sur ces dernières. On m’assure, sans que j’aie pu contrôler le fait, qu’il a existé une fabrique semblable à Damas avant la guerre de 1914. Sur l’importance des tissages de Ḥamā, cf. Manasek el-ḥajj, publ. et trad. par Bianchi in Mémoires de la Société de Géographie, Paris 1825. M. Sauvaget me signale qu’il existe une fabrique de ce genre à Alep.

3 Ni Migeon dans son Manuel d’art musulman, ni Heyd dans son excellente Histoire du commerce du Levant ne font la moindre allusion aux toiles imprimées de Ḥamā. Même lacune, plus surprenante encore, dans AḤmad —ṢĀbŪnĪ, Ta’rīḫ Ḥamā, ordinairement guide consciencieux et bien informé. Il m’est d’ailleurs impossible de dresser actuellement une bibliographie complète de la question, les éléments d’information me faisant défaut.

4 Cf. mes Pèlerinages populaires à Ḥamā, in Bulletin d’Études Orientales, t. I, 1931.

5 On me signale que plusieurs ṭabbā‘īn furent tués pendant les opérations guerrières dirigées par le Gouvernement ottoman contre l’Imâm du Yémen entre 1900 et 1912, opérations où ils étaient engagés comme volontaires.

6 Ce n’est pas sans quelque difficulté qu’on peut se procurer les motifs imprimés sur les toiles (cf. infra). Les artisans de Ḥamā redoutent naïvement la concurrence étrangère.

7 Cf. ma Note sur le mouvement syndical à Ḥamā, in Revue des Études islamiques, 1932.

8 On peut faire ici la même constatation que je faisais dans ma note sur la Fabrication du verre à Armanāz (in Bulletin d’Études Orientales, t. VI) et que fait P. Bazantay, dans son Enquête sur l’artisanat à Antioche, sur la misère de l’artisan syrien dont les pouvoirs publics ne s’occupent guère et qui sont ruinés par l’importation des produits industriels européens ou japonais. Une monographie sur les tisserands d’Alep mettrait en lumière d’une façon plus saisissante encore la situation pénible en Syrie du prolétariat qualifié.

9 On trouvera dans Bazantay (op.cit., p. 29-30) les recettes des teinturiers d’Antioche pour obtenir les couleurs noir, rouge, vert et jaune qui servent à teindre les toiles. Les recettes de Ḥamā sont identiques. Elles sont à base de produits végétaux (sumac, écorce de grenadier, etc.) remplacés de plus en plus par des colorants chimiques importés d’Europe et moins résistants à l’action destructrice de la lumière.

10 Le merjel contient environ trois litres.

11 On comparera utilement les motifs de décoration des toiles de Ḥamā avec ceux que donnent van Gennep, Études d’ethnographie algérienne (Paris, Leroux 1911) ; P. Ricard, Pour comprendre l’art musulman (Hachette 1924).

12 On comparera tous les détails de ces opérations avec les indications de P. Ricard, Le Batik berbère, in Hespéris (1925, t. V, p. 411-426).

13 P. Bazantay (op.cit., p. 29) donne la photographie d’un motif d’Antioche. Les motifs d’Antioche semblent en général plus lourds, plus chargés que ceux de Ḥamā.

14 Les toiles sont imprimées par juxtaposition d’un ou de plusieurs qawāleb. Les motifs ne sont donc séparés que par la partie non sculptée du cliché, variable naturellement avec chaque motif.

Table des illustrations

Titre Planche I
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Planche II
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2221/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Planche III
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2221/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Planche IV
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2221/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2221/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable