Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Gaulmier, un orientaliste

 | 
Jean Gaulmier

Textes de Jean Gaulmier parus dans le Bulletin d’études orientales

Note sur la fabrication du verre à Armanāz

Note de l’éditeur

Article publié pour la première fois dans BEO, n° VI, 1936, p. 53-59

Texte intégral

  • 1 Sur Armanāz, voir entre autres : Yāqūt, 1, 317. (En même temps que de l’Armanāz d’Alep, il parle d’ (...)

1Armanāz1 est une petite ville située au sud-ouest d’Alep, dans le caza de Ḥārim, à une trentaine de kilomètres de cette dernière localité, sur la route encore inachevée de Ḥārim à Idlib par Kafer Ḥārim. Petite ville ancienne, très proprement bâtie et tenue, au milieu de jardins et d’oliveraies, rues soigneusement pavées, souks actifs, Armanāz a une population de 4 à 5 000 habitants, tous musulmans sunnites. Elle est surtout connue par ses souffleries de verre que de nombreux voyageurs et géographes ont signalées.

2L’origine des habitants d’Armanāz est inconnue : quelques-uns prétendent venir de Damas. Le nom même de la localité est impossible à expliquer ; les habitants l’expliquent par des légendes sans valeur qui reposent sur des calembours entre Armanāz et les mots armal ou arman.

3Il existe à Hama une grande famille Armanāzī, mais elle ne possède aucun document sur ses origines.

  • 2 Cf. W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, trad. Furcy-Raynaud, Leipzig 1923, t. I, (...)
  • 3 G. Migeon, Manuel d’art musulman, Paris 1927, p. 124-125, cite al-Mouqaddasi, Benjamin de Tudèle qu (...)
  • 4 Ġazzī, op. cit., p. 113 ; Yāqūt, t. I, 631.
  • 5 Ġazzī, op. cit., t. I, p. 493.

4On sait que la fabrication du verre était jadis très répandue en Syrie et formait une des sources d’échanges les plus actifs entre l’Orient et l’Occident2. Les verreries de Tyr, de Damas, d’Alep étaient les plus réputées3. Celles d’Alep se trouvaient au quartier Zajjājiyé, utilisant la matière première fournie par les gisements minéraux du Djebel Bichri4. De cette activité passée, il ne reste plus aujourd’hui dans l’étendue des pays du Levant qu’une fabrique à Damas et les souffleries d’Armanāz, l’extension de l’industrie européenne ayant porté un coup mortel à l’artisanat local5.

Les propriétaires

5À Armanāz même, le nombre des fabriques a beaucoup diminué. Il semble avoir été d’une dizaine autrefois ; il n’en reste que quatre aujourd’hui, et qui ne travaillent pas d’une manière constante. Nous verrons plus loin que l’organisation rudimentaire de la vente impose aux verreries un rythme de fabrication saisonnier, en relation avec les travaux agricoles : les fabriques ne travaillent tout ensemble qu’en période de morte-saison agricole ; lorsque les travaux des champs accaparent l’activité du pays, deux seulement restent ouvertes et ne produisent qu’au ralenti.

6Les quatre verreries existant actuellement à Armanāz sont, les suivantes :

  1. Celle de Muḥammad bey Jemāl ;

  2. Celle de Aḥmad bey Zerra ;

  3. Celle de Nejīb bey Ḥarāmī ;

  4. Celle de ḥadjj Bakkūr el-Ḥaddād.

7Ces quatre propriétaires sont d’Armanāz même : l’essentiel de leur revenu est constitué par des terres ; leur soufflerie de verre n’est pour eux qu’un appoint et cela explique qu’ils ne s’occupent guère de la développer. Ils n’ont aucune connaissance technique et se contentent de diriger leur atelier suivant la tradition.

Les ouvriers

  • 6 Il n’y a aucun travail d’ensemble sur l’artisanat en Syrie. En ce qui concerne les salaires, on com (...)
  • 7 Les verreries d’Armanāz travaillent en général le vendredi, et n’ont pas de repos hebdomadaire.

8Les ouvriers verriers sont peu nombreux ; une quinzaine seulement, tous originaires d’Armanāz même, n’ayant jamais quitté leur ville natale, et musulmans sunnites. Trois d’entre eux sont particulièrement habiles et recherchés. Ils ne sont pas attachés à l’une ou l’autre des fabriques, mais s’emploient indifféremment dans celles qui sont ouvertes et suivant les offres patronales. Leur petit nombre est dû d’abord à la difficulté du métier qui épuise vite son homme : vers la quarantaine, les yeux de l’ouvrier sont brûlés par la réverbération ardente des fours et ses poumons usés par le travail pénible du soufflage. Ensuite, l’irrégularité du travail et le chômage fréquent découragent les apprentis. Les salaires journaliers sont assez élevés par rapport au niveau moyen du pays6. Les bons spécialistes perçoivent une livre syrienne par jour de travail7. Les débutants gagnent de 25 à 50 piastres syriennes. Tous les salaires sont payés à la journée, aucun n’est payé aux pièces.

  • 8 Les diverses tentatives d’organisation syndicale en Syrie sont presque toujours d’ordre politique e (...)

9Le petit nombre des ouvriers rend impossible toute organisation corporative ou syndicale. Ils n’ont entre eux aucune solidarité, ignorent pour la plupart le mot même syndicat8. Il n’y a ni fête corporative, ni formation rationnelle de l’apprenti qui se contente de regarder travailler l’ouvrier qualifié, ni défense des intérêts moraux et matériels de la main-d’œuvre soumise uniquement à la loi de l’offre et de la demande, ni recherche progressive de débouchés nouveaux.

  • 9 On raconte encore à Armanāz l’aventure survenue en 1890 à deux ouvriers verriers, Ḥājj Muḥammad Ili (...)

10Au point de vue social, les ouvriers verriers sont en général bien considérés à Armanāz, en raison de leurs salaires élevés9. Ils passent pour généreux, mais dépensiers et imprévoyants.

La matière première

  • 10 Cf. Yāqūt, t. I, 631 ; Ġazzī, t. I, p. 493.
  • 11 Les ramasseurs de verre cassé crient dans les rues à Antioche en turc : Kirik qatremiz var mi ? et (...)
  • 12 Le roṭl d’Alep vaut 3 kg 198.

11Jadis, et jusque vers 1880, les verriers d’Armanāz fabriquaient la pâte de verre, les silicates terreux se trouvant sur place en abondance et les composés alcalins étant importés soit du Djebel Bichri10, soit de Beyrouth (provenance européenne). Aujourd’hui, il n’en est plus de même et le secret de la fabrication de la pâte est tout à fait perdu. On utilise à Armanāz le verre cassé qui est ramassé à Alep, à Beyrouth, à Lattakieh, à Antioche11. Le prix moyen des débris de verre est de 9 piastres syriennes le roṭl à Beyrouth, de 3 piastres syriennes le roṭl à Alep12. Alors que la verrerie de Damas emploie les débris de bouteilles, ce qui donne une pâte pleine de bulles et ne permet que la fabrication de verres troubles, celles d’Armanāz ne ramassent que les débris de vitres ou d’objets fabriqués par elles : il en résulte un verre beaucoup plus translucide et dépourvu de bulles d’air en suspension.

  • 13 Le qanṭār d’Alep vaut 100 roṭl, soit 319 kg 80.
  • 14 Il y aurait une étude des plus intéressantes à faire sur les huileries et les savonneries d’Idlib e (...)

12Le combustible nécessaire pour la fusion des débris de verre est fourni directement par le pays. Chaque fabrique consomme de 3 à 5 qanṭār de bois par jour13. Aucune fabrique ne chauffe au charbon. Les oliveraies de la région, qui sont très riches dans les deux circonscriptions de Ḥārim et d’Idlib14 fournissent le combustible en quantité suffisante. Le qanṭār d’olivier sec revient aux maîtres verriers à 170-200 piastres syriennes.

L’outillage

13La transformation de la matière première se fait avec un outillage des plus rudimentaires. La verrerie (ma‘mal ez-zāz) (fig. 1) est ordinairement installée dans une cour. Au fond, se trouve le four (furn), toujours construit par les maçons du pays en pierre et argile. Il est abrité sous des nattes provenant de marais du Ġāb, portées par des piquets et formant auvent. Il comporte trois ouvertures : l’une (furn) ouvre sur la pâte en fusion ; une autre (qubbé), placée à gauche de la première et un peu plus haut, forme un séchoir très chaud ; une troisième (manqal) placée à gauche de la qubbé est un séchoir moins chaud ou l’objet fabriqué achève de se solidifier.

Fig. 1 – Verrerie (ma‘mal az-zāz)

14Les ouvriers travaillent par équipe de deux, accomplissant à tour de rôle le pénible travail du soufflage, et le travail, moins dur, de façonnage. Nous allons prendre comme exemple la fabrication d’un qaṭramīz, ustensile de vente courante qui est la base de la production d’Armanāz (fig. 2, 3 et 4).

Fig. 2, 3, 4 – Fabrication d’un qaṭramīz

15Après avoir allumé le four (taš‘īl), fait fondre les débris de verre et remué (ḥarrak) la pâte en fusion, l’ouvrier A plonge un tube de fer (naṣle) dans la pâte et le retire muni d’une boulette de verre (karḫa). Il souffle, puis balance (madd) de droite à gauche, à bout de bras, souffle encore et balance de nouveau jusqu’à ce que la karḫa ait pris une forme allongée. Il la frappe alors (kabbas) par terre pour aplatir le fond et la tourne pour arrondir les flancs sur une dalle placée devant la qubbé (rḫāme).

16Pendant ce temps, l’ouvrier B prépare une deuxième karḫa en remuant la pâte avec un instrument, simple barre de fer munie d’une poignée en bois (bōlīn ou ġazāle) et, s’il y a lieu, coupe au sécateur les morceaux de la karḫa contenant des impuretés.

17L’ouvrier A, avant fini de donner sa forme grossière à l’objet, s’assied sur un tabouret, le genou en avant. Il pose sur son genou une sorte de pince (mrabba) sur laquelle il appuie et fait tourner rapidement la naṣle. L’ouvrier B appuie alors sur le fond de l’objet une paire de pincettes grossières (māše) : la rotation relève le fond de l’objet en cul-de-bouteille. Avec la māše encore, et tandis que la rotation continue, l’ouvrier B façonne le col de l’objet (taḥlīl et-temm). L’ouvrier A détache alors l’objet terminé de la naṣle, le saisit au bout du bōlīn et le dépose en l’enfournant (taqq) à la manière d’un boulanger dans la qubbé : il y restera douze heures ; après quoi, on le défournera (jabad), pour le placer dans le manqal où il restera douze heures encore.

18L’ouvrier B saisit le naṣle à son tour et le travail continue.

19Deux ouvriers arrivent ainsi à fabriquer jusqu’à quatre-vingts qaṭramīz par jour.

L’organisation commerciale

  • 15 Un qaṭramīz pèse de 1/2 à 2 roṭl.

20Les objets fabriqués à Armanāz sont peu variés, la demande du pays ne contraignant pas les verriers à renouveler ni à multiplier les formes. On fabrique surtout de grands bocaux pour les conserves ménagères (qaṭramīzāt) : ces bocaux portent suivant leur taille différents noms ; au-dessus de 1 roṭl15, c’est le qaṭramīz vulgaire ; de 1 roṭl et au-dessous, il prend le nom de ‘ijje ; avec un col largement ouvert, c’est le legan; enfin les petits qaṭramīzāt pour confitures s’appellent qaṭramīz bḥaje.

21Armanāz fabrique aussi en grande quantité les verres de ventouses (kāṣāt hawā), des petits flacons plats destinés à emporter en poche une provision d’arak (baṭḥāt). Sur commande seulement, on peut trouver à Armanāz des cruches de formes diverses, des verres à boire, des coupes (tešt) de façon plus ou moins grossière. Sur commande encore ces objets sont colorés en tout ou en partie au moyen d’incorporation à la pâte de débris de verroteries rouges ou bleues (asāwer ḥomr, asāwer zerq).

22La vente se fait de la manière suivante : à l’atelier même se présentent des paysans à qui les travaux agricoles laissent des loisirs. Ils achètent une charge d’âne d’objets en verre qu’ils vont vendre pour leur compte dans les villes. D’ordinaire, ils ne dépassent pas Alep, Antioche et Hama ; on en voit pourtant quelquefois qui vont jusqu’à Lattakieh et même jusqu’à Deir ez-Zor. Après avoir vendu, ils reviennent à Armanāz en rapportant des débris de verre. En général, ils règlent leurs achats au maître-verrier moitié en argent, moitié en débris de verre. Ils payent à la fabrique la verrerie neuve de 15 à 20 piastres syriennes le roṭl. Ils revendent en moyenne de 35 à 40 piastres dans les villes.

23Il n’y a donc pas dans les villes de jours fixes pour le marché de la verrerie, ni de boutique spécialisée ; le paysan passe en criant sa marchandise dans les rue : Yalli beddo qaṭramīz? yalli beddo kāsāt hawā? ou en turc (à Antioche et Alexandrette) : Qatremiz, güzel patremiz.

24Toutefois, il n’est pas rare qu’on trouve au marché du jeudi à Antioche ou à celui du vendredi à Alep des étalages de verrerie d’Armanāz où des qaṭramīzāt vendus à prix réduit par des particuliers gênés.

  • 16 Je tiens à remercier ici le lieutenant Ruillié, officier des Services Spéciaux du Levant à Idlib, q (...)

25Telle qu’elle se présente actuellement, l’industrie du verre à Armanāz est donc en somnolence, et si on la compare à son activité de jadis, en pleine décadence. Sauf en ce qui concerne les qaṭramīzāt, les gens du pays méprisent ses produits, lui préfèrent les verres européens plus transparents et, croient-ils, plus élégants. Sans tenter l’effort toujours vain et presque toujours ridicule de rénover artificiellement un art indigène qui dans cette opération perdrait son charme naturel et, de populaire, deviendrait une distraction pour touristes curieux de couleur locale, il n’est pas interdit de souhaiter une renaissance de cette fabrication. Le caractère rudimentaire des objets fabriqués n’en exclut pas une certaine beauté. D’autre part, il ne faut pas perdre de vue que cette petite industrie est une source de revenus qui fait vivre un certain nombre de familles. Une organisation régulière de la vente dans des centres comme Damas, Alep et Beyrouth permettrait à coup sûr, vu la modicité des prix de revient, d’assurer un débouché constant à l’activité des verreries. Travaillant alors en permanence, avec un élément de sécurité matérielle qui leur fait actuellement défaut, les maîtres-verriers auraient intérêt à développer leur installation et à perfectionner les produits. Un essai timide a été fait, semble-t-il avec succès, à la foire de Damas (été 1936) où l’exposition des produits d’Armanāz a provoqué quelques commandes. Des essais de ce genre devraient être repris et encouragés : le marasme actuel de l’économie syrienne ne peut permettre de négliger aucun développement de l’activité artisanale16.

Notes

1 Sur Armanāz, voir entre autres : Yāqūt, 1, 317. (En même temps que de l’Armanāz d’Alep, il parle d’une autre localité de ce nom qui serait située, d’après Abū Sa‘īd, aux environs de Tyr  : il paraît s’agir d’une confusion) ; Kāmil el-Ġazzī, Nahr aḏ-Ḏahab, t. 1, p. 113- 114 et p. 493 ; Burckhardt, Reisen in Syrien, Weimar 1823, p. 124 ; Ritter, Erdkunde, t. XVII, p. 1098 ; Dussaud, Topopgraphie, p. 9-15  ; Bulletin d’études orientales, t. VI ; A. Ḥatem, Les poèmes épiques des croisades, Paris 1932, p. 198  ; Canard, Sayf ad-Dawla, Paris 1934, p. 224 ; Grousset, Histoire des croisades, Paris 1934, t. 1, p. 96  ; Barthélémy, Dictionnaire arabe-français, Paris 1935, t. I, p. 7.

2 Cf. W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, trad. Furcy-Raynaud, Leipzig 1923, t. I, p. 179  ; t. II, p. 441, 459, 710 et suiv.

3 G. Migeon, Manuel d’art musulman, Paris 1927, p. 124-125, cite al-Mouqaddasi, Benjamin de Tudèle qui parle de verreries aux environs d’Antioche, et un auteur du XVe siècle, Ḥāfiẓ Abru de Hérat, lequel s’exprime ainsi : « Une industrie particulière à Alep est celle de la verrerie. Nulle part ailleurs on ne voit de plus beaux objets de verres... Les verres d’Alep sont transportés dans tous les pays pour être offerts en cadeaux ». Enfin, Migeon cite un passage du Gulistan de Saadi (1958) qui atteste la réputation commerciale des verres d’Alep.

4 Ġazzī, op. cit., p. 113 ; Yāqūt, t. I, 631.

5 Ġazzī, op. cit., t. I, p. 493.

6 Il n’y a aucun travail d’ensemble sur l’artisanat en Syrie. En ce qui concerne les salaires, on comparera utilement ceux d’Armanāz avec les salaires d’artisans d’autres corporations indiqués par Bazantay, Essai sur l’artisanat à Antioche, Beyrouth, 1936. Les salaires payés à Antioche semblent bien correspondre à la moyenne de ceux qui sont payés dans les autres villes syriennes.

7 Les verreries d’Armanāz travaillent en général le vendredi, et n’ont pas de repos hebdomadaire.

8 Les diverses tentatives d’organisation syndicale en Syrie sont presque toujours d’ordre politique et ne concernent que les grandes villes. Cf. nos Notes sur le mouvement syndicaliste à Hama, in Revue des études islamiques, 1932.

9 On raconte encore à Armanāz l’aventure survenue en 1890 à deux ouvriers verriers, Ḥājj Muḥammad Ili et Ḥamdō Chéhādé qui furent appelés à Constantinople par le sultan ‘Abdul Ḥamīd et dotés par lui d’une pension viagère en témoignage de leur habileté technique.

10 Cf. Yāqūt, t. I, 631 ; Ġazzī, t. I, p. 493.

11 Les ramasseurs de verre cassé crient dans les rues à Antioche en turc : Kirik qatremiz var mi ? et en arabe : Yalli ‘ando qatramiz maksūr lil bē‘ ? Cf. Bazantay, op. cit., p. 18-19.

12 Le roṭl d’Alep vaut 3 kg 198.

13 Le qanṭār d’Alep vaut 100 roṭl, soit 319 kg 80.

14 Il y aurait une étude des plus intéressantes à faire sur les huileries et les savonneries d’Idlib et de Ḥārim. On connaît l’importance de celles d’Alep.

15 Un qaṭramīz pèse de 1/2 à 2 roṭl.

16 Je tiens à remercier ici le lieutenant Ruillié, officier des Services Spéciaux du Levant à Idlib, qui m’a donné toutes facilités pour la présente enquête et qui m’a autorisé à reproduire quelques-uns de ses clichés.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Verrerie (ma‘mal az-zāz)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2214/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 2, 3, 4 – Fabrication d’un qaṭramīz
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2214/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable