Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Gaulmier, un orientaliste

 | 
Jean Gaulmier

Textes de Jean Gaulmier parus dans le Bulletin d’études orientales

Note sur une épisode poétique de la rivalité séculaire entre Homs et Hama

Entrées d'index

Keywords :

poetry, Oronte, orientalism, Syria

Géographique :

Syrie, Homs, Hama

Note de l’éditeur

Article publié pour la première fois dans BEO, n° II, 1932, p. 83-90

Texte intégral

  • 1 C'est ainsi que les familles du bas-peuple ont parfois de la répugnance à marier leurs enfants avec (...)
  • 2 Nous indiquerons ailleurs la bibliographie, fort abondante, sur la matière. Pour qu'elle fût exhaus (...)

1La rivalité qui existe entre Homs et Hama est un fait social digne de retenir l’attention de l’observateur, car elle s’exprime dans de nombreuses circonstances de la vie quotidienne1. Elle a donné lieu à toute une littérature populaire de contes et de bons mots ou de proverbes parfois savoureux2. Il ne s’agit pas là seulement d’une manifestation d’exclusivisme local, pareille à ces querelles qui séparent parfois violemment deux cités voisines et d’une importance sensiblement équivalente, querelles dont tous les pays peuvent offrir des exemples. Le fait semble avoir des causes profondes que nous étudierons ailleurs avec l’ampleur qu’elles méritent. Il n’est pas inutile toutefois d’énumérer ici les principales, pour donner toute sa valeur à l’épisode poétique que nous nous proposons de noter dans les pages qui vont suivre.

  • 3 Cf. L. Massignon, Éléments arabes et foyers d'islamisation, in Revue du monde musulman, 1924, t. LV (...)

2Il serait intéressant tout d’abord de rechercher si Homs et Hama n’ont pas bénéficié, au moment de la conquête arabe, d’un apport étranger d’origine différente : Homs a été dès 637 occupée par une garnison yéménite et Hama, au contraire, paraît avoir été soumise à une influence qaysite, de la part du ǧund de même origine installé à Qinnasrin en 6803.

3À cet antagonisme initial, s’ajoutèrent par la suite de nombreuses luttes pour la prépondérance entre ces villes voisines. Exposer ces luttes, ce serait refaire l’histoire des deux cités : nous nous bornons donc ici à les indiquer.

  • 4 La bibliographie de cette question est également très abondante. Voir entre autres Šams ad-dîn ad-D (...)

4Une rivalité d’ordre religieux est également à noter. On connaît la réputation bien établie des habitants de Homs, dont de nombreux chroniqueurs ont raillé le peu de sagacité4. Cette réputation, dont l’origine est obscure, ne serait-elle pas dûe à l’hétérodoxie souvent manifestée des homsiotes en matière de religion? Un texte de Yâqût apporte une confirmation à cette manière de voir qui, au surplus, s’accorde parfaitement avec la psychologie d’un peuple qui ne peut guère concevoir l’intelligence autrement que comme instrument essentiel de connaissance religieuse.

  • 5 Yāqut, Mu‘ǧam al-buldān (éd. du Caire 1906), p. 341-342.

5« Ce qui m’a étonné en observant Homs, dit-il, c’est l’impureté de son air et de ses terrains qui trouble la raison à un point tel que la sottise de ses habitants est devenue proverbiale. Les habitants de Homs étaient les ennemis de ‘Alî à Siffîn. Ce sont eux qui excitaient l’opinion contre ‘Alî et ils l’ont combattu avec acharnement. Ces guerres passées, le temps s’étant écoulé, ils sont devenus partisans acharnés de la Šî‘a, à un point tel que plusieurs d’entre eux ont adopté la religion des Ansariés... Les habitants de Homs sont restés dans l’ignorance du commencement à la fin et on ne connaît pas une époque où ils furent dans la voie droite »5. Sans doute accusera-t-on Yâqût de partialité en sa qualité de ḥamawī : son témoignage au contraire n’en démontre que mieux ce qui devait si fortement choquer l’opinion strictement orthodoxe de Hama dans l’attitude des homsiotes.

  • 6 Sur la digue du lac de Homs, cf. R. Dussaud, Topographie de la Syrie antique et médiévale, p. 112 i (...)
  • 7 Ta’rīḫ Ibn al-Wardī (éd. du Caire, 1285 H.) t. II, p. 165-166.

6Toutefois, et si importantes qu’elles semblent, les causes historiques que nous venons de résumer ne suffisent pas à expliquer le fait social, singulièrement vivant aujourd’hui encore, dont nous parlons. La situation des deux villes sur l’Oronte a joué dans le passé comme de nos jours un rôle important dans l’entretien de leur rivalité séculaire. L’alimentation en eau soulève fréquemment d’irritants problèmes : les jardins et les moulins de Hama sont tributaires de l’Oronte dont la ville de Homs désire détourner le cours à son profit. Sans remonter à la Bible où, comme nous le verrons, les habitants de Hama vont chercher des arguments pour réclamer l’entière propriété de l’Oronte6, rappelons ici, à titre d’exemple, les faits suivants. En 635 H. (1237), le roi de Homs, Šîrkûh, pour se venger du prince de Hama al-Malik al-Mušaffar, coupable de s’être allié avec le roi d’Égypte après la mort du roi al-Malik al-Ašraf « décida d’arrêter le fleuve de Hama. Alors, il endigua l’Oronte à sa sortie du lac de Homs. Les moulins et les norias de Hama s’arrêtèrent. L’eau du fleuve s’écoula dans les vallées voisines du lac. Puis le fleuve déborda, détruisit la levée et reprit son cours naturel »7.

7La dernière en date des manifestations de rivalité entre Homs et Hama à propos de l’Oronte est toute récente (1930-1931). La municipalité de Homs ayant décidé de construire des égoûts qui iraient se déverser dans le fleuve, l’opinion publique s’émut à Hama. Les chefs des syndicats s’emparèrent de l’occasion pour accroître leur popularité et une délégation de membres de l’Union générale des syndicats ouvriers tint à se rendre à Homs pour suivre l’enquête ouverte par les services de l’Hygiène publique à ce sujet (novembre 1931). Des notables, l’association religieuse « Le guide islamique » du cheykh Abd el-Qāder el-Kīlānī appuyèrent les revendications des groupements ouvriers.

8L’épisode dont nous allons parler est, comme ceux que nous venons d’évoquer, une querelle relative à l’Oronte.

9En 1909, la municipalité de Homs résolut de faire creuser un canal unissant la ville à l’Oronte, afin d’y déverser les égoûts urbains. À cette occasion, un poète notoire à Homs, Abū l-’uḍā’ al-Atāsī, écrivit les vers suivants :

وقالوا ماء حمص صــار مـاءوى

جراثيــم تضــرّ بكــلّ بــوز

فيهـــا نجتلــى مـــاء قراحــاً

تصفـــا قبـــل أيّـــام العجـــوز

وتتصـل الميـاه بكـل قصـر

…………………………..

فقلـت لهم خيـال فـى منام

وان صـحّ المنام غسلت طيزى

  • 8 Sur ces « jours de la vieille », cf. H. Basset, Essai sur la littérature des Berbères, Alger, 1920, (...)
  • 9 Ici, une lacune. Je tiens ces renseignements de Šeyḫ Muḥammad ‘Adî, un des héros de cette histoire. (...)

On dit que l’eau de Homs est devenue l’asile des microbes qui font du mal à toutes les bouches.
Allons boire de l’eau limpide qui a été filtrée avant le jour de la vieille8.
L’eau arrive à tous les châteaux . . . . . .9 . . . . . .
Alors je leur ai dit : c’est une vision de rêve et si ce rêve était vrai, avec cette eau, je me laverais le cul.

10Cette poésie fut naturellement colportée de bouche en bouche jusqu’à Hama, où elle souleva d’abord l’indignation puis les railleries des habitants. Ils la tournèrent en dérision, en firent de nombreuses parodies, par la méthode du tamīs. Cependant les Homsiotes persistaient dans leur projet, sans se laisser désarmer par les railleries. Une commission fut alors choisie parmi les notables de Hama pour se rendre à Homs afin de protester officiellement. Cette délégation fut composée des personnages suivants : Muhammad bey el-Asad, ‘Omar el-Kīlānī, Muḥammad Termānīnī, Rašīd el-Bārūdī, Rašīd el-Ḥawrānī, Šeyḫ Muḥammad ‘Adî. Ce dernier, obligé de se rendre à Salamiyé pour une affaire personnelle, ne put se joindre à ses collègues qui gagnèrent Homs sans lui.

11Comme Šeyḫ Muḥammad ‘Adî se trouvait depuis plusieurs jours à Salamiyé où il était l’hôte de Ḥuseyn el-‘Alî, cinq citoyens de Homs, de passage à Salamiyé, vinrent lui rendre visite. C’étaient Tūfīq et ‘Omar al-Atāsī, Muḥammad ‘Aǧam-Oġlū, Ḫāled et Ġāreb al-Ḥakme. Ils reprochèrent à Šeyḫ Muḥammad ‘Adî d’avoir tourné en dérision les vers d’Abū 1-’uḍā’ al-Atāsī et ils allèrent jusqu’à le menacer. Le cheykh fit valoir qu’on avait conféré un grand honneur au poète homsiote en colportant sa poésie. Les visiteurs s’adoucirent alors et partirent satisfaits. L’un d’entre eux, pour pousser l’avantage qu’ils croyaient avoir acquis, s’écria : « Vous savez qu’une délégation de Hama est venue chez nous pour étudier le problème de l’eau ? Vous ignorez ce que notre poète national a écrit à ce sujet ? - Dites ! » repartit le cheykh. Alors, il récita :

أخـــذنـــــا نـــهركــم رغمــــــا

وســـدنـــــا نـــــهركــــم قـــدمــــــ

وزللـنـــــا لعـــاصــيــــــكـــــم

فمــــا شـمنــا بكـــم خصمــــا

أتيتـــــــم تــطــلبــــــوا حـقّـــــــاً

  • 10 Allusion aux faits historiques évoqués ci-dessus.
  • 11 Jeu de mots sur le nom arabe de l'Oronte, al-‘Âṣî, « le rebelle » ainsi appelé, dit-on, parce que c (...)

Nous avons pris votre fleuve par la force et nous vous avons dominé dans le passé10.
Nous avons obligé votre‘Āṣī11 à nous être soumis, nous n’avons pas trouvé en vous un ennemi à considérer.
Vous êtes venus demander un droit ...

12Sur ces mots, le Homsiote s’arrêta brusquement, ayant oublié la fin du poème. Šeyḫ Muḥammad ‘Adî improvisa alors immédiatement un second hémistiche :

فعدتُّم جثّةً بكما

Vous êtes rentrés à l’état de cadavres.

13Devant la confusion qui s’empara des visiteurs à cette réplique, le cheykh reprit toute son assurance et improvisa une réponse. « Ces vers, dit-il, notre poète national de Hama les connaît et il leur a répondu en ces termes

أبعد شهادة التوراة قدما

وكلّ مؤرخ بالدهر بدرى

بانَّ النهر نهر حماة حقّاً

وليس لغيرها شرب بنهر

تأخذه رعاع الناس رغماً

حديث خرافة يا أمَّ عمر

لئن حفروا القناة ونظموها

سددتُ قناتهم فى رأس أيرى

  • 12 Allusion à Jos., VIII, 6.
  • 13 Peut-être allusion à Isaïe, XXVI, 16.

Après le témoignage antique de la Bible et tout historien qui sait dans ce monde.
Que ce fleuve est vraiment le fleuve de Hama12 et que les autres n’ont pas à boire dans ce fleuve13.
Est-ce que la canaille peut le prendre par force ? C’est un discours chimérique, ô mère de ‘Omar.
S’ils creusent le canal et l’arrangent, je le boucherai avec mon gland !

  • 14 Allusion à la tradition populaire qui prétend que le séjour de Hama est impossible aux Juifs.

14L’un des cinq Homsiotes présents, ‘Aǧam-Oġlū, écrivit les vers que venait de réciter le cheykh et les envoya la nuit même à Homs, pour qu’ils fussent déposés dès le matin suivant sur le bureau de Ḫāled bey el-Atāsī, président de la municipalité de Homs. Celui-ci, les ayant lus, adressa de vifs reproches à la délégation de Hama. Les poètes de Homs résolurent alors de tirer une vengeance éclatante du poème injurieux en composant un ouvrage intitulé Qaf al-wurūd bi-ḏanbi ’ahli Ḥamāt al-yahûd (« la cueillette des roses et des péchés des juifs hamiotes »)14.

15Cependant, Šeyḫ Muḥammad ‘Adî était rentré à Hama. C’est là qu’il apprit le dessein que formaient les poètes de Homs. Il jugea préférable de prendre l’offensive et rédigea ces vers, qui parvinrent rapidement aux oreilles des Homsiotes :

انى ترفعت عن زمّ اللئام لما

انَّ الَّذي ذمّ دونا لم ينل غرضه

تعجَّبوا كيف غرمول يسدّ قنا

الم يروا انَّ سقفاً هدّه أَرَضه

لعبهم طعنوا فى الدين قلت لهم

امَّا اعتنقتم قديماً مذهب الرفضا

  • 15 Allusion au passage de Yāqut cité plus haut.

Je ne me suis pas abaissé à railler les ignobles : celui qui critique les vilains n’arrive pas à son but
Ils ont été étonnés de ce que mon gland peut boucher un canal : n’ont-ils pas vu qu’un ver peut démolir un toit ?
Leur faiblesse les a portés à médire de la religion : je leur ai dit : n’avez vous pas apostasié pour le chiisme?15

16Les poètes de Homs, devant cette manifestation, renoncèrent à leur projet.

  • 16 El-Faṣîḥ est un exemple fort curieux des poètes contemporains de Syrie. Il est mort récemment, et a (...)

17L’affaire eut son épilogue quelques semaines plus tard. Comme le mufti de Hama, el-Ḥarīrī, revenait de pèlerinage, une délégation alla l’attendre à Homs, suivant l’usage, pour le ramener à Hama en grande cérémonie. Šeyḫ Muḥammad ‘Adî faisait partie, naturellement, de cette délégation. Quelques habitants de Homs, désireux d’honorer le mufti, se joignirent à ceux de Hama et pendant qu’on attendait l’arrivée de la caravane des pèlerins, les conversations des uns et des autres traitaient de la récente querelle. Un poète de Homs, el-Faṣîḥ16, ignorant que le cheyk ‘Adî était le propre auteur des fameux vers, lui dit, non sans quelque naïveté : - « Ce cochon de poète de Hama veut boucher le canal avec son gland ! Comment pourrait-il le faire ? Moi, je suis entré dans le canal tout entier, et je n’ai pas réussi à le boucher ! » - C’est peut-être, repartit Šeyḫ Muḥammad ‘Adî, que le poète ne songeait pas seulement à sa verge, mais qu’il te voyait au bout ? » Le homsiote gêné, voulut détourner la conversation : - « Tu ne me loues jamais dans tes vers, dit-il. - Comment ? repartit Seyḫ Muḥammad ‘Adî, n’as-tu pas appris ceux que je t’ai consacrés ? » Et il improvisa à l’instant :

اقــــول الـــى اديــاك حياتنـــــا

اذا جاءكم هذا الفصيح فصيحوا

  • 17 Allusion à la tradition populaire qui veut que le coq chante lorsqu'il aperçoit un renard ou un cha (...)

Je dis aux coqs de notre Hama : si ce Faṣîḥ vient chez vous, chantez17.

18Ce fut le mot de la fin : la victoire restait aux habitants de Hama.

  • 18 Cf. Lammens, Études sur le siècle des Ommeyades, Beyrouth, 1930, p. 229-230.

19On nous pardonnera d’avoir insisté sur les faits qui précèdent et qui peuvent paraître à première vue d’un médiocre intérêt : ils nous semblent comporter plus d’un enseignement à retenir. Non seulement, en effet, cet épisode met en lumière la querelle permanente des deux villes les plus importantes de la Syrie centrale, mais encore il nous montre combien sont restées vivantes dans ces régions peu ouvertes à l’influence européenne les usages et les caractères traditionnels de la satire arabe. Dans les poésies que nous avons citées, on retrouve le côté ordurier de cette satire « qui s’est toujours distinguée par sa licence18 ». Les vantardises des poètes de Homs, les répliques hautaines ou vulgaires du champion de Hama rappellent les polémiques célèbres de Ǧarîr avec Farazdaq. L’époque des naqâ’iḍ et du hiǧâ’ n’est pas terminée en Syrie centrale. Et c’est bien là la conclusion par quoi se terminent invariablement, sur quelque point que ce soit, les recherches que nous avons entreprises sur la région de Hama, où demeurent pleines de vitalité des institutions et des coutumes que les contacts occidentaux ont abolies trop souvent dans d’autres parties de la Syrie.

Notes

1 C'est ainsi que les familles du bas-peuple ont parfois de la répugnance à marier leurs enfants avec des jeunes gens de l'autre ville.

2 Nous indiquerons ailleurs la bibliographie, fort abondante, sur la matière. Pour qu'elle fût exhaustive, il faudrait dépouiller la presse quotidienne et les périodiques syriens, où le ḥomṣī est devenu un type comique. Voir à titre d'exemple al-ǧaḥšat al-bayḍâ, dans al-Muḍḥik al-Mubkî de novembre 1931.

3 Cf. L. Massignon, Éléments arabes et foyers d'islamisation, in Revue du monde musulman, 1924, t. LVII, p. 25.

4 La bibliographie de cette question est également très abondante. Voir entre autres Šams ad-dîn ad-Dimašqī, Cosmographie (trad. Mehren, 1874) p. 274 - Wafaq ad-Dîn Ibn al-‘Aǧamî : Kulūb aḏ-ḏahab in Revue de l'Académie Arabe, Damas, avril 1932, III-IV, etc. La plupart des voyageurs européens qui ont visité Homs remarquèrent également la lourdeur des homsiotes – cf. entre autres Die heutigen Syrier, Stuttgart, 1845, p. 10, etc.

5 Yāqut, Mu‘ǧam al-buldān (éd. du Caire 1906), p. 341-342.

6 Sur la digue du lac de Homs, cf. R. Dussaud, Topographie de la Syrie antique et médiévale, p. 112 in fine. Sur Hama dans la Bible, cf. Lods, Israel, Paris 1930, p. 20-21, 448.

7 Ta’rīḫ Ibn al-Wardī (éd. du Caire, 1285 H.) t. II, p. 165-166.

8 Sur ces « jours de la vieille », cf. H. Basset, Essai sur la littérature des Berbères, Alger, 1920, p. 295.

9 Ici, une lacune. Je tiens ces renseignements de Šeyḫ Muḥammad ‘Adî, un des héros de cette histoire. La dernière fois que je le vis, c'était pendant le ramadan 1350 : je le pressai de compléter ce qu'il m'avait déjà indiqué. Il se déclara fatigué par le jeûne et promit de me donner satisfaction après le ramadan. Il mourut malheureusement le 29 ramadan. C'était un homme d'âge et d'expérience dont je ne veux pas manquer ici de saluer la mémoire.

10 Allusion aux faits historiques évoqués ci-dessus.

11 Jeu de mots sur le nom arabe de l'Oronte, al-‘Âṣî, « le rebelle » ainsi appelé, dit-on, parce que contrairement aux autres cours d'eau syriens, il coule du sud au nord et de l'est à l'ouest. C'est du moins l'étymologie que donnent les géographes arabes. Cf. sur ce point la géographie d'Abū L-Fidā’.

12 Allusion à Jos., VIII, 6.

13 Peut-être allusion à Isaïe, XXVI, 16.

14 Allusion à la tradition populaire qui prétend que le séjour de Hama est impossible aux Juifs.

15 Allusion au passage de Yāqut cité plus haut.

16 El-Faṣîḥ est un exemple fort curieux des poètes contemporains de Syrie. Il est mort récemment, et a laissé tout un dīwān de poésies de circonstance, en langue vulgaire, encore inédit.

17 Allusion à la tradition populaire qui veut que le coq chante lorsqu'il aperçoit un renard ou un chacal.

18 Cf. Lammens, Études sur le siècle des Ommeyades, Beyrouth, 1930, p. 229-230.

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable